★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Sam 23 Fév - 20:06


All princes start as frogs...

La pièce était dans un état épouvantable. Diverses étoffes jonchaient le sol tant et si bien que seul un œil avertit aurait pu deviner qu'elles étaient en réalité des robes toutes plus somptueuses les unes que les autres. Produits de beauté et produits capillaires s'éparpillaient sur chacune des tables et une coiffeuse était couverte de brosses en tout genre. Au milieu de ce bazar épouvantable, Moïra vérifiait que la robe qu'elle portait était en parfait état. Elle se trouvait dans ce qui avait été la chambre de Louna il y avait longtemps de cela et n'arrivait toujours pas à croire que sa colocataire avait quitté cet endroit pour venir vivre dans l'annexe du manoir. Certes, leur chez elles était loin d'être une masure bien au contraire, mais la pièce où elle se trouvait était aussi grande que leur salon ! Pour l'heure, elle n'avait pas grand éclat : il semblait qu'une tornade avait décidé de ranger à sa façon la chambre. L'espace d'une seconde, la lycéenne se sentit honteuse de l'état dans lequel elle laissait l'endroit, mais elle se souvint que c'était la grand-mère de Louna qui l'avait forcée à se préparer ici. Quelque chose au sujet de Moïra capable de déchirer la robe qu'elle portait sur le court trajet entre l'annexe et le manoir...

L'adolescente devait se considérer chanceuse car si elle n'avait pu échapper à la séance d'habillage au manoir, elle avait au moins pu s'occuper elle-même de sa coiffure et de son maquillage. A en juger par l'absence de sa colocataire, ce n'était pas le cas de tout le monde. La vieille Nerys était une femme redoutable qui menait son monde à la baguette et sa famille n'était pas une exception à la règle visiblement. Loin de prendre son amie en pitié, un sourire carnassier étira les lèvres de la brunette. Après tout, toute cette mascarade était la faute de la journaliste ! Elle ne lui en voulait pas vraiment de s'être fiancée, au contraire elle semblait plus heureuse que jamais. Mais avec William Silverbow ? Il y avait peu de temps encore elle maudissait son nom pour lui avoir brisé le cœur et voilà qu'elle voulait désormais porter ce même nom ? Elle savait que son amie avait toujours été amoureuse de lui malgré toute les souffrances qu'elle enduré à cause de lui. Bien sûr, l'héritière Nerys lui avait raconté comment tout était parti d'un malentendu, mais Moïra trouvait cela trop facile. Décidément, l'amour était vraiment une farce...

Avant de sortir de la pièce, elle vérifia une dernière fois son maquillage et sa coiffure. Évidemment, à la seconde même où la grand-mère de Louna avait entendu le mot mariage elle avait annoncé que la soirée de leurs fiançailles aurait lieu dans une semaine. Apparemment, tous les détails avait été minutieusement préparés à l'avance par la matriarche qui attendait ce jour depuis des années. Dire que cela avait exaspéré la lycéenne serait un euphémisme. Elle aimait Louna comme une sœur, mais mettre une robe et sourire bêtement toute la soirée à des inconnus pour célébrer une union qu'elle ne cautionnait pas il en était hors de question... Mais on ne disait pas non à la vieille Nerys. La matriarche avait annoncé à la jeune Fisher que comme elle n'avait d'autre choix que de venir puisqu'elle vivait chez eux et qu'il était hors de question qu'elle mette l'une de ces vulgaires robe de cocktail au dessus du genoux que les jeunes filles affectionnaient tant, elle lui avait fait poser des robes de soirée dans l'ancienne chambre de la future mariée. Car ce soir-là, tout ne serait que bienséance et convenances, aucun ami du couple n'était invité hormis Moïra elle-même, et il fallait faire bonne impression à la bonne société de Storybrooke.


''Moïra, es-tu prête ? Il te faut descendre à présent.''
''J'arrive Mr Nerys.''


L'adolescente ouvrit la porte et le juge Nerys, l'oncle de Louna, lui sourit en lui indiquant le couloir qui menait à la salle de réception. Elle rendit son sourire à l'homme qui l'avait recueilli sans la moindre hésitation et prit le chemin des festivité. Elle entendait la rumeur des conversations et se doutait que les invités étaient déjà presque tous arrivés, peut-être même les futurs mariés eux-même. La brunette avait retardé le moment de son entrée dans la fosse aux lions le plus possible, il lui fallait désormais affronter tous ces gens qui lui demanderaient qui elle était, ce qu'elle faisait ici. Elle avait une jolie robe, mais cela ne faisait pas d'elle un membre de leur communauté, elle n'était qu'une fugueuse. Mr Nerys poussa une porte et un brouhaha incessant les accueillit. La musique se faisait entendre sous la rumeur des conversations, juste assez pour qu'on la remarque et les rires se mêlaient joyeusement à tout ce bruit.

De nombreux groupes commençaient à se former de-ci de-là, et déjà les serveurs faisaient un premier tour en tenant habilement leur plateaux fournis en petits fours et coupe de champagne. Ils semblaient se faufiler avec une aisance surnaturelle, comme si on leur avait tracé un chemin sur lequel la foule se fendait pour les laisser évoluer. L'ensemble formait un ballet merveilleux aux yeux de Moïra. Le juge rejoignit sa mère cependant que l'adolescente cherchait sa colocataire. Elle l'aperçut un peu plus loin, flanquée de son fiancé qui donnait l'impression de ne pas être totalement à l'aise. Elle se rapprocha d'eux non sans prendre une coupe de champagne en chemin et les salua.


''Louna tu es magnifique ! On voit laquelle de nous deux a l'habitude de ce genre d'événement ! Will...''

Sa voix mourut cependant qu'elle adressa un bref hochement de tête au surveillant. Elle savait qu'il n'aimait pas particulièrement qu'elle l'appelle ainsi, c'était d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles elle le faisait. Et il pouvait toujours se venger en lui donnant des heures de colle au lycée : elle avait l'habitude d'en avoir ! Elle prit une gorgée de champagne qu'elle apprécia particulièrement. L'avantage dans ces soirées : les boissons étaient de meilleure qualité. Elle laissa ses yeux faire un rapide tour d'horizon sur les invités. Il n'y avait qu'eux trois semblait-il de moins d'une trentaine d'année. La soirée allait être assommante, heureusement que le champagne était bon. Elle croisa le regard d'un homme qu'elle avait l'impression de connaître. Ses yeux bleus étaient magnifiques mais elle détourna rapidement le regard avant de paraître grossière.

Louna semblait obnubilée par l'un des invités de sa grand-mère, tout en jouant distraitement avec un verre qu'elle avait attrapé au hasard sur le plateau d'un des serveurs. William, lui, semblait vouloir disparaître sans demander son reste et elle aurait bien voulu qu'il le fasse. Il allait épouser la sœur de cœur de Moïra, l'une des deux personnes les plus importantes de son existence. Et ensuite ? Qu'arriverait-il après le mariage ? Qui s'installera chez l'autre, et quid de Moïra ? La lycéenne semblait avoir enfin trouvé un semblant d'équilibre familial dans sa vie, pourquoi avait-il fallu qu'il change la donne ? Bien sûr, elle n'avait rien de tout cela à la journaliste, elle l'aimait trop pour cela. Ainsi, la jeune Nerys savait seulement que sa jeune amie n'était pas sûre qu'elle fasse le bon choix. Fin de l'histoire. Elle semblait toujours ailleurs, et l'adolescente en profita pour parler à son fiancé le plus discrètement possible.


''Que les choses soit claires, Will : je désapprouve totalement ce mariage. Je ne t'aime pas, mais alors pas du tout, mais pour je ne sais quelle raison il semblerait que ça ne soit pas le cas de Louna. Elle a l'air heureuse – pour le moment – avec toi. Alors tu as intérêt à ce que ça dure. Si jamais je la retrouve dans le même état que le jour de vos retrouvailles, je te jure que je ferai de ta vie un Enfer. Je ne suis peut-être qu'une ado, mais Louna est ma famille. Fais la pleurer une fois, une seule fois, et je t’enlèverai toutes les choses que tu aimes une à une, à commencer par ces ridicules bouclettes !''

Et d'un mouvement de poignet sec elle vida sa coupe de champagne avant de la reposer sur le plateau d'un autre serveur passant par là. Grossière erreur, désormais elle ne savait plus quoi faire de ses mains. Durant son petit discours, la journaliste n'avait pas une seule fois tourné la tête dans leur direction ce qui lui laissait croire qu'elle n'avait rien entendu du monologue de Moïra. Quelque peu soulagée de ce constat, la lycéenne tourna la tête sans accorder la moindre attention à William afin de prendre un autre verre quelque part. Où donc étaient partis ces fichus serveurs ? C'est à ce moment-là qu'elle aperçut l'homme aux yeux bleus qu'elle avait vu un peu plus tôt se diriger dans leur direction.

© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Dim 24 Fév - 14:54


Si tu veux la fille, tu dois avoir sa famille .

Le regard perdu dans l'immense miroir qui se trouvait en face de lui, William Silverbow se demander comment il en était arrivé là. Bien sûr il avait souhaité pratiquement toute sa vie épouser La belle Louna Nerys, mais jamais il n'avait imaginé que cela se passerait comme cela. Quand les deux amoureux avaient annoncés leurs fiançailles à Madame Nerys, jamais William aurait imaginé ce que son "je m'occupe de tout" signifier. Il avait accepté tout ce que la matriarche de la famille avait choisi jusqu'ici sans broncher, par amour sa belle. Ce qu'il n'avait pas réalisé, c'est qu'elle organiserait cette espèrent d'annonce de fiançailles entourer de toute la famille ou plutôt des personnes proches de la grand-mère de Louna. Elle n'avait par ailleurs pas pris la peine d'inviter la famille et, mais de William qui pourtant n'était pas si nombreux que cela, mis à part sa soeur et ses deux meilleurs amis, le surveillant n'aurait voulu personne de plus. De toutes les façons, la chère madame Nerys n'avait pas du tout penser à ce que William lui voulait et encore une fois il avait accepté, mais pas de guetter de coeur.

Comme-si le fait de devoir se présenter au beau monde de storybrooke ne suffisait pas, la matriarche de la famille avait insisté pour que le jeune homme s'habille au manoir. Il contemplait alors le costume que l'oncle de Louna avait choisi en soupirant. La soirée n'était pas encore commencé qu'il avait déjà envie qu'elle se termine. Attrapant le cintre sur lequel le costume se trouvait, il le jeta sur le lit puis enleva son jean's qu'il aurait volontiers gardé. Ce retrouvant en caleçon il n'entendit pas la porte s'ouvrir et se sentait gêner quand Alec Nerys se retrouva devant lui à moitié nu. Attrapant alors le bas de smoking il l'enfila rapidement et tendis la main à son visiteur qui tout souriant lui tendit également
:

Vous voyez, les costumes vont vraiment a tout le monde... vous devriez vos dépêcher un peu, les invités seront bientôt là!

William souriait alors à Alec, mais sentait ses nerfs bouillir en lui, le saluant quand il s'avançait vers la porte pour sortir il leva la main vers la tête comme pour faire un salue militaire. Heureusement pour le jeune homme, Le juge n'avait pas vu son geste et avait déjà quitté la pièce. Il attrapait alors la chemise qu'il boutonna jusqu'au cou, puis enfiler la veste qui lui aller a la perfection. Quelques coups de main dans les cheveux pour les placer comme il faut. Il attrapa le tissu qui devait servir de noeud de papillons. Au bout de plusieurs tentatives, il abandonna l'idée de le faire lui-même et décidait d'aller trouver Louna avant l'arrivée des invités.


Le jeune homme traversait les couloirs à la recherche de celui qui abritait la chambre où se trouvait sa belle. Il ignorait vraiment ce qu'elle faisait à cet instant même s'il se doutait, qu'elle devait surement déjà être habillée. Il avait imaginé tellement de vêtements qu'elle pouvait porter qu'il ne savait même plus à quoi s'attendre. Quand il arriva enfin face à la porte qui le séparait de sa belle, il toqua deux coups avant d'attraper la poignée de porte pour entrée. Son visage ce décomposa quand la grand-mère de Louna se trouva sur son chemin. Il n'avait pas pensé que celle-ci serait présente au côté de sa bien-aimée pour l'habiller. Quel idiot avait-il fait en zappant ce détail. Aussitôt, il s'excusa est tourné les talons, quand la vieillie femme l'interpella
:

Monsieur Silverbow, je vous invite à rejoindre le petit comité d'accueil au salon, nous vous rejoindrons dans quelques instants.

Tout penaud, il hocha la tête pour faire comprendre qu'il allait obéir à son conseil. Et avança vers l'escalier qui menait au salon. Il se rendit compte alors qu'il tenait toujours le tissu pour son noeud de papillon dans les mains et pesta un instant que Tara sa meilleure amie ne soit pas présente pour l'aider. Il le glissa alors dans le fond de sa poche et dévaler les escaliers rapidement. Une fois sur place, l'autre oncle de Louna, lui lançait un regard peu sympathique, mais William lui souriait par politesse. Bientôt il serait sa famille également. Heureusement ce n'était pas avec lui qu'il passerait le plus de temps. Il était presque sûr que ce n'était pas lui qui leur rendrait visite et ces fois-là, William arriverait surement à s'en accommoder pour Louna. Un serveur s'était approché du futur marier, lui proposant une coupe de champagne, il avait alors, lever la main pour en saisir une, puis avait rabaissé celle-ci préférant rester sobre le plus possible. Il ne voulait certainement pas se faire remarquer. De longues minutes passaient quand enfin l'agitation de la venue de Louna se faisait entendre. William ce tener en bas des escaliers, prêt à accueillir sa belle comme il était coutume de le faire lui avait-on expliquer. C'était surement la partie qu'il aimait le plus, il se devait d'être en permanence accompagnée de la brunette durant la soirée. Il ne pouvait qu'être ravie puis-qu’avec leur emploi du temps, il était rare que les deux jeunes gens se voient fréquemment.

Louna était tout simplement merveilleuse. Il était là tendant le bras regardant la jeune femme avançait vers lui. Sa robe bleue lui aller a la perfection il eu un sourire coquin quand pendant une fraction de seconde il s'imaginait déjà lui retiré cette robe pour la couvrir de baiser. Il du vite se ressaisir quand enfin la jeune femme ce trouvait a sa hauteur et lui attrapait le bras. Il avança ses lèvres de celle de la brunette et déposa un baiser très chaste. Avant de tourner vers les invités qui s’émerveillait de l'arrivée de la futur mariée que William regardais avec amour
 :

Tu es magnifique mon amour

Celle-ci aperçut rapidement qu'il manquait quelque chose autour du cou du jeune homme et lui fit remarquer, alors il s'arrêta brièvement avant de sortir le tissu de sa poche qu'il lui tendit. En quelques secondes elle lui nouait le tout et il était enfin présentable, bien qu'il détestait la sensation que le nœud de papillon lui faisait ressentir. Main dans la main, ils avançaient vers les invités, qui chacun leur tour venaient saluer et féliciter les futures mariées. À plusieurs reprises les serveurs se succéder pour renouveler le verre de Louna, qui apparemment avait une grande soif. William se rassura quand il constata que ce n'était que du jus d'orange, tandis que lui refuser toujours de prendre une coupe de champagne. Plus le temps passé plus William se sentait mal-à l'aise parmi tous ces gens qu'il ne connaissait pas. Ce n'est surement pas l'arrivée de la jeune étudiante Moira Fisher qu'aller arranger les choses. Celle-ci agrémenta sa chère et tendre de compliment tandis qu'elle salue d'un simple geste le jeune homme. William ne s'en plaignit pas puisque bien qu'étant une amie de Louna, elle restait une des élèves de son lycée, qui d'ailleurs était loin d'être une jeune fille très modèle. Il s'étonna même de la présence de celle-ci au sein de cette famille, mais avait gardé ses interrogations pour lui. Pensant passer à autre chose rapidement, la lycéenne profiter de ce que la compagne du brun se retourne pour le menacer :

Que les choses soit claires, Will : je désapprouve totalement ce mariage. Je ne t'aime pas, mais alors pas du tout, mais pour je ne sais quelle raison il semblerait que ça ne soit pas le cas de Louna. Elle a l'air heureuse – pour le moment – avec toi. Alors tu as intérêt à ce que ça dure. Si jamais je la retrouve dans le même état que le jour de vos retrouvailles, je te jure que je ferai de ta vie un Enfer. Je ne suis peut-être qu'une ado, mais Louna est ma famille. Fais la pleurer une fois, une seule fois, et je t’enlèverai toutes les choses que tu aimes une à une, à commencer par ces ridicules bouclettes !'

William en resta sans voix, donnant un coup de coude à Louna pour qu'elle réagisse, il sentit la colère l'emporter quand il remarquait qu'elle n'en faisait rien. Par colère il attrapa le verre de la brunette de ses mains la fixant d'un regard noir de reproche et l'avala cul sec avant de se rendre compte que c'était loin d'être du jus d'orange dans son verre. D'un seul coup tout devenait clair, la jeune femme avait bu plusieurs verres de punch et William comprenait maintenant la cause de son comportement ,il l'embrassa sur le front avant de murmurer à son oreille :

Ma chérie, ce n'est pas du jus d'orange ça, crois-moi !

© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Lun 25 Fév - 12:42


Le doux joyaux de l'amour .

L'héritière Nerys était dans la chambre de sa grand-mère, celle-ci avait fait appel à des professionnels pour l'habiller et la coiffer, une vraie séance de torture et ce n'était qu'une des nombreuses fêtes de fiançailles qui seraient donné. Sa grand-mère avait convenu qu'elle ne mélangerait certainement pas les amis des mariés avec ses propres amis et malheureusement la soirée qu'il venait était ceux avec les proches de la matriarche. La journaliste les connaissait depuis son enfance et savait à quoi s'attendre, l'ennuie. Enfin elle aurait Will et Moira près d'elle, cela pourrait avérer donc plus intéressant.

Sous l'oeil aguerri de la matriarche, le coiffeur avec déjà tester trois coiffures, la jeune femme n'en pouvait vraiment plus, loin d'aimer d'être une simple poupée à bichonner. Mais personne ne pouvait dire non à sa grand-mère et jamais elle ne l'avait vu aussi enthousiasme que par la préparation du mariage... En même temps c'était la faute de ses oncles qui n'avaient pas franchi le pas, tout retombait sur la petite-fille qui réalisait un grand rêve de Madame Nerys. Enfin, ils trouvèrent la coiffure parfaite et sans attendre le coiffeur eut le droit d'aller à la porte...

Louna se regarda dans le miroir et expira un grand coup en pensant à ce que ça saurait le jour du mariage... Elle n'avait toujours pas choisi de robe, mais pour sûr sa grand-mère devait déjà avoir sa petite idée. Pourquoi avoir accepté qu'elle gère tout ? La brunette se posait la question tous les jours, William aurait peut-être voulu une cérémonie discrète, a vrai dire, ils en avaient même pas parlés, tous les deux savaient que de toute façon, ils ne pourront pas donner leur avis et puis après toute la seule chose qui comptait c'est qu'il soit près d'elle. Durant quelques instants, elle avait oublié la présence de sa grand-mère qui venait de fermer la porte, Louna se leva en faisant attention à sa robe qui épousait à la perfection ses formes. La matriarche s'approcha d'elle et lui enfila un collier autour du cou...

- Il appartenait à ta mère, tu lui ressembles tellement...

Ce fut un choc, jamais elle ne mentionnait sa fille et souvent ne la comparait qu'à Alec, les émotions étaient en maximum, les yeux de la grand-mère pétillaient, Louna lui attrapa la main et lui embrassa la joue... Leur relation pouvait être souvent tumultueuse, mais la jeune femme lui était plus que reconnaissante de l'enfance heureuse, qu'elle lui avait donné. Alec rentra dans la pièce pour leur dire qu'il était temps et que son fiancé l'attendait au bas des marches, Louna savait qui s'était difficile pour son oncle, souvent il lui disait qu'elle avait grandi trop vite, mais il avait accepté Will à sa façon... Toutes ses familles approuvaient ce mariage, hormis Amaury qui la trouvait beaucoup trop jeune, mais avec lui il fallait sans douter.

Arrivée en haut des marches, elle ne put que sourire au beau brun, jamais elle ne l'avait vu habiller sur son 31 et cela le mettait plutôt en valeur, même s'il n'avait pas forcément l'air à l'aise dans cette tenue... Il est vrai qu'on ne naît pas tous avec une cuillère d'argent dans la bouche. Tenant la rampe pour ne pas tomber dans les escaliers. À la hauteur du jeune homme, elle lui attrapa le bras et frissonna au baiser chaste que William lui offrit. Tous les invités se tournèrent vers eux et commençaient déjà à murmurer, aucun d'eux ne devaient vraiment connaître le fiancé et ils allaient surement être très curieux, un vrai groupe de commère...En même temps c'était des amis de la matriarche, donc il n'y avait rien d'étonnant.


Tu es magnifique mon amour

Ses paroles adoucirent le moment à venir, il fallait dire que la jeune femme redoutait plus que tout cette soirée, peur qu'il prenne ses jambes à son cou en découvrant les travers de la famille Nerys, car en devenant son époux, il ne pourra pas éviter ce genre de soirée barbante. Lui souriant, il manquait quelque chose, le regardant des pieds à la tête...

- Ni cravate, ni noeud papillon... Ma grand-mère n'a rien dit . ?

Oui cela s'avérait très suspicieux, elle qui remarquait toujours ce genre détail. Enfin le plus invraisemblable, c'est qu'il en était de même pour la journaliste à son grand désarroi, plus les jours passaient, plus des traits de caractère de sa grand-mère apparaissait chez elle. S'arrêtant, pour toute réponse il lui tendit le noeud à papillon qu'il avait mit dans sa poche, poussant un petit rire, elle lui nua autour de son cou et l'embrassa sur la joue pour lui donner du courage pour la soirée à venir..Main dans la main, ils rentrèrent dans la grande salle entourée des invités qui venaient les saluer. D'ailleurs, un symphatique serveur faisait des allers-retour pour servir la brunette, au début elle avait refusé avant qu'il lui précise que ce n'était que du jus d'orange, elle s'était donc laissé tenter, au premier abord le goût était assez étrange mais finalement elle s'y habitua et ne savait même plus à combien de verre, elle était rendue quand Moïra dans sa somptueuse robe, vint les rejoindre.

''Louna tu es magnifique ! On voit laquelle de nous deux a l'habitude de ce genre d'événement ! Will...''

La complimentant aussi sur sa tenue, elle était ravie de constater qu'il n'y avait pas eu trop d'histoire entre l'ado et la matriarche cela aurait pu rester possible, vu le tempérament des deux femmes... Moira était resplendissante et la preuve qu'une chose clochait, Louna n'émit aucune réflexion sur le verre de champagne qu'elle tenait dans sa main. De toute façon depuis quelques minutes, elle était captivée par un des invités qui jouaient avec son dentier... Ouai son dentier, la journaliste s'était déjà un grand film sur son compte et sa tête qui tournait légèrement n'arrangeait pas les choses. Prenant de nouveau un verre au serveur, elle ne pouvait détourner le regard de ce vieux, persuader que c'était la conquête de sa grand-mère, idée bien saugrenue, mais pourquoi pas après tout.

Le coup de coude de son homme, lui fit tourner la tête lui faisant le plus beau des sourires, enfin elle avait dû faire quelque chose de mal, c'est vrai que de regarder un autre homme même centenaire ne se faisait pas... Williams lui piqua son verre de la main et n'avait pas l'air très content et alors qu'il buvait, elle balança simplement :

- Oh mon Willou, Je le regarde car il n'arrête pas de jouer avec son dentier..Plissant les yeux..Je suis sûr que c'est le mec de ma grand-mère..

En fait, elle n'avait pas entendu tout ce qu'avait dit sa protégée et donc n'avait pas saisi que son fiancé avait cherché à avoir son appui, mais le pauvre ce n'était pas ce soir qu'il allait l'avoir, vu que Louna était préoccupé par l'homme au dentier. Le verre vide, le jeune homme vint lui embrasser le front et lui murmura à l'oreille...

Ma chérie, ce n'est pas du jus d'orange ça, crois-moi !

Elle ne comprenait pas où il voulait en venir. Jetant un regard à Moira avant de nouveau observer l'homme au dentier. Son dentier ne lui servait pas à faire du jus d'orange, en même temps c'était plus que logique, mais pourquoi le souligner alors ? Prenant son petit air sérieux quelque instant, elle éclata de rire :

- Ma grand-mère s'est trouvé un presseur d'orange à dentier...


De nouveau le serveur vint lui donner un verre, qu'elle porta de suite à sa bouche, il avait tout de même un goût étrange, ne quittant surtout pas la main de Will, elle posa sa tête lourde sur l'épaule de celui-ci et tendit le verre à moira :

- Tiens ça sera mieux que ton champagne...

C'est là qu'elle vit Matthew, l'organisateur venir vers eux, le saluant toute enjoué..Le pauvre hormis eux, il n'y avait aucun jeune.


© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Mar 26 Fév - 3:26






▣ « La fête des amours fous...»
Le grand miroir de la salle de bain lui renvoyait une image navrante, le pauvre petit animateur de télé qui venait de se lever alors que la nuit tombait. La lune se levait à peine et le conteur d’histoire avait ouvert les yeux en grognant. Le studio ne l’avait pas fait rire avec ses tournages de nuit et se réinventant en marmotte, Matthew avait trouvé refuge sous ses couvertures aux petites heures, mais ce traitre de réveille-matin venait de lui rappeler une chose importante. Ce soir, il y avait une réception grandiose au manoir des Nerys et tout le gratin de Storybrooke y était invité. Oui, encore une soirée, encore des tenus de pingouins et probablement encore des questions ennuyeuses… En tant que célébrité locale, Matthew avait été invité pour la forme, mais entre s’empiffrer de petits fours et discuter de la pluie et du beau temps avec la haute société de la ville, il aurait préféré mille fois replonger au pays des rêves. Cependant, il avait lui-même travaillé à l’organisation de la soirée et puis, on ne refusait pas une invitation chez les Nerys. Pour s’éveiller un peu, Matthew avait directement plongé sous la douche. Pour une fois que ce n’était pas lui en charge d’absolument toute la célébration, la grand-mère de Louna préférant s’assurer de la suite, il n’aurait pas à se soucier des serveurs qui ne distribuaient pas assez vite et des invités qui piquaient des bibelots au passage… Bref, avec un peu de chance, ce serait amusant.

L’ancien bohémien avait l’habitude de la foule, mais sa garde-robe reflétait surtout son mariage de longue date avec son boulot. Entre les chemises et les vestons, un habit de chevalier. Entre T-shirts et jeans, un costume de magicien pourpre et, à côté des accessoires de théâtre et des froufrous multicolores, il y avait les cravates ainsi que les boutons de manchette. Au bout de quelques secondes de réflexion, l’animateur choisi le classique complet noir et chemise blanche accompagnés d’une cravate bleu foncé pour faire ressortir ses yeux… Enfin, c’est ce qu’avait dit Masha en lui offrant à son dernier anniversaire, car vu les goûts fantastiques de Matt’, la mode pour lui s’était un tout autre monde. Pour l’instant, il se contentait de suivre les conseils de sa styliste désignée d’office par le studio. En tant que personnage publique, il ne pouvait pas se permettre d’erreur… Là encore, s’était plus son contrat avec la chaîne de télévision qui parlait. Donc, retour devant le miroir de la salle de bain, déjà, il avait fier allure maintenant, quoiqu’il se battit longtemps avec sa chevelure et son nœud de cravate. Tous étaient contre lui apparemment ! Affichant son plus beau sourire à son reflet pour se motiver, Matthew regarda l’heure sur sa montre de luxe, -cadeau de la mairie pour son bon travail- et se décida à y aller. Attrapant ses clés et quelques effets personnels, il alla à sa voiture et se dirigeait vers le manoir des Nerys.

Lui qui pensait se faufiler facilement à l’intérieur en prenant un peu de retard, il ne s’était jamais autan trompé. Les voituriers étant débordés, Matt’ avait dû attendre derrière les limousines et les voitures de luxe des autres invités, son automobile plus modeste faisant drôlement tache dans le tas. Puis, au bout de plusieurs minutes, il réussit à mettre les pieds dans le hall d’entrée. Une douce musique s’élevait dans l’air et les conversations semblèrent déjà plutôt animées. Tant d’animation avec toutes ses robes et ses lumières, Matt avait l’impression d’être tombé dans un tas de sucre d’orge aux couleurs d’arc-en-ciel. Une ambiance festive et sucrée, promesse de l’amour éternel entre les futurs mariés. Le jeune homme circula entre les convives à la recherche d’un visage familier, hélas, vu la tranche d’âge moyenne, il n’y avait pas beaucoup de ses auditeurs habituels présents ce soir… L’animateur avait un peu l’impression de jouer les intrus soudainement, même les Nerys semblèrent introuvables. Les vieilles dames le suivaient des yeux et… Minute, s’était pas une main qui venait de lui frôler les fesses ? Matt’ fronça les sourcils et se retourna doucement. Derrière lui, il n’y avait qu’une sois-disante femme fatale qui se rapprochait beaucoup plus de la fatalité que de la féminité vu son âge... Il s’éloigna à grand pas et attrapa une flûte de champagne pour faire passer ce mauvais moment. Matthew voulait aller se cacher quelque part, derrière une statuette d’angelot ou la table du buffet, n’importe où… Soudain, il senti qu’on l’observait et chercha des yeux la source de cette sensation, espérant ne pas retomber sur la grand-mère de tout à l’heure… Puis, il la vit.

Le contact ne dura qu’une fraction de seconde, son regard d’azur rencontra l’ambre caché dans celui de la jeune inconnue. Le temps figea, lui donnant une chance de mémoriser les traits fins de cette mystérieuse femme en rouge qui détonnait dans la foule de fossiles. Une rose parmi les ronces. Lui qui voulait échapper à la monotonie des soirées mondaines, voilà sa chance, la lumière au bout du tunnel. Néanmoins, le temps qu’il réalise ce qui se passait, sa délicate apparition avait disparu. Matthew se demanda un instant s’il était bien réveillé et clignant des paupières, abasourdit. Il vida sa coupe et la déposa sur le plateau d’un des serveurs avant de se mettre à la recherche de la jeune femme en robe de soirée. L’animateur devait avoir l’air idiot à regarder partout, comme s’il avait perdu quelque chose de grande valeur. D’ailleurs, on lui posa la question, mais il ne répondit pas, trop concentré à la tâche... Effectivement, il avait l’impression d’avoir perdu quelque chose… Quelque chose d’important, mais il n’aurait su dire quoi… Un souffle, une pulsation de son cœur, un battement de cil, elle lui avait tout pris. Soudain, une voix familière s’éleva dans la salle, c’était Louna. Peut-être pourrait-elle le renseigner sur la demoiselle en rouge... Il se dirigea vers la journaliste et que ne fut pas sa surprise d’apercevoir la belle étrangère à ses côtés. Il franchit rapidement les derniers pas qui les séparaient.

« Louna ! Ça fait longtemps que je ne t’ai pas vu…» dit-il en lui faisant la bise puis, il se tourna vers son fiancé pour lui serrer la main. « Et tu dois être William ! Enchanté ! Félicitation… Je vous souhaite beaucoup de bonheur tous les deux ! »

Il n’avait pas tellement d’opinion sur cette union puisqu’il ne connaissait que la journaliste, mais vu les sourires qu’ils s’échangeaient, Matthew se dit que la princesse des Nerys avait peut-être trouvé sa douce moitié… De grands yeux noisette… non chocolat plutôt… attirèrent à nouveau son attention. Le jeune homme avait peut-être lu trop de contes avec ces paragraphes romantiques au cours de sa carrière, mais voilà que ses textes prenaient soudainement tout leur sens. Son cœur d’artichaut ne s’en rendait peut-être pas encore compte, mais dans les histoires que racontaient Matthew aux enfants, il y avait ces quelques mots pour décrire sa situation : un coup de foudre.

« D’ailleurs, parlant d’heureux hasards, je ne crois pas avoir la chance de vous connaitre… » rajouta-t-il en déposa un chaste baiser sur la main de la demoiselle en rouge.

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Mer 27 Fév - 2:55


All princes start as frogs

Dire que Moïra n'appréciait pas William était un doux euphémisme, et cela était vraisemblablement réciproque si l'on tenait compte du regard que lui avait lancé le jeune homme lorsqu'elle les avait rejoint lui et sa moitié. Que croyait-il ? Qu'elle allait passer la soirée dans son coin ou en compagnie de ce coureur de jupons d'Amaury ? Elle avait parfois du mal à comprendre comment ces deux-là pouvaient être frères, et puis elle se mettait à penser à ses propres sœurs et comprenaient. Il y avait partout des vilains petits canards. Si elle ne s'entendait pas trop mal et même plutôt bien avec le plus jeune des frères Nerys, elle préférait pourtant rester auprès de Louna. Et si cela lui permettait en plus d'embêter William, elle aurait gagné sa soirée ! De toute façon le surveillant allait d'habituer à sa présence s'il voulait épouser la journaliste alors autant qu'il le fasse le plus rapidement possible. Elle oublia volontairement le fait qu'elle allait aussi devoir s'habituer ce croiser le brun plus qu'elle ne l'aurait souhaité.

Cependant qu'elle observait la foule d'un air distrait, la jeune Fisher se demanda ce qu'elle avait bien pu faire pour mériter cela. Assurément, elle avait commis un acte effroyable dans une autre vie pour se retrouver coincée au milieu de tous ces coincés snobinards aux noms pompeux et à l'attitude qui allait avec. Si Cloé pouvait la voir en cet instant, nul doute qu'elle se paierait royalement sa tête. Ce n'était même pas la seule soirée de fiançailles de prévue par la vieille ! Rien qu'à cette pensée la tête lui tourna et Moïra prit une gorgée plus que bienvenue de champagne. Pour la première fois depuis qu'elle avait quitté le domicile familial, la fugueuse regretta d'avoir emménagé chez Louna. Après tout, si elle n'avait pas vécu dans l'annexe du manoir, elle n'aurait pas été invitée – ou forcée, véritablement – à être présente à chacune des soirées en prévisions. Au moins Louna avait William avec elle en plus de la lycéenne. Et elle, qu'avait-elle ? Une flûte de champagne, hauts les cœurs...

Elle ne voyait d'abord que le profil de l'inconnu. Il ne devait être guère plus âgé qu'Amaury. Il semblait aussi heureux qu'elle d'être présent aux célébrations cependant qu'il buvait nerveusement sa propre flûte de champagne. Il donnait l'impression d'être prêt à donner n'importe quoi pour fuir loin de la réception et l'adolescente ne pouvait que le comprendre. Il était charmant, un fait qu'une jeune fille de son âge n'aurait pas dû relever chez un homme de son âge, mais elle l'avait fait presque malgré elle. Et puis finalement, il avait tourné son regard vers elle, comme s'il avait sentit qu'il était le centre de l'attention de Moïra. Elle fut forcée de reconnaître son erreur : il n'était pas charmant, il était 'carrément canon' pour reprendre une expression de Cloé. Ce fut ses yeux qui marquèrent la brunette : ils étaient d'un bleu envoûtant et semblèrent comme la transpercer de part en part. Leurs regards se croisèrent durant ce qu'il semblait être une éternité et demie et il y avait quelque chose d'érotique dans ce simple échange. Un dixième de seconde plus tard, la lycéenne tournait les yeux vers sa colocataire et son fiancé qu'elle commença à menacer, son cœur battant légèrement plus vite que d'habitude.

Évidemment, il n'avait pas particulièrement apprécié sa petite intervention, et en homme viril qu'il était, il était allé chercher du secours auprès de Louna. Elle retint une remarque bien pensée sachant que si la journaliste l'entendait elle risquait de lui en vouloir et ce n'était pas ce qu'elle voulait. Si cela devait se passer comme cela, peut-être qu'effectivement la jeune Fisher aurait dû retrouver Amaury dans la foule. Ou peut-être cet inconnu aux yeux bleus ? Mais elle n'en fit rien, se contentant de finir sa flûte et de la reposer sur un plateau. Elle ne mit que quelques instants à regretter son geste et à repartir en quête d'un autre verre, mais une phrase de Louna l'interpella suffisamment pour l'empêcher de tendre la main vers les flûtes qu'elle venait de repérer par miracle.


''Je suis sûre que c'est le mec de ma grand-mère...''

Tournant son regard dans la direction indiquée par son amie, la lycéenne aperçut un vieillard qui jouait avec son dentier et elle frissonna d'horreur. Non, définitivement non, elle n'était pas assez ivre pour parler des amants de la vieille, elle doutait même d'être assez ivre un jour. Elle ne voulait même pas imaginer la matriarche Nerys en couple avec qui que ce soit. Non pas qu'elle soit jalouse, Moïra avait une vision tout à fait unique de l'amour : ça n'existait pas. Il n'existait que des réactions chimiques se répondant d'un corps à l'autre, provoquant une attirance plus ou moins forte. L'amour était un mythe que l'on enseignait aux enfants et en particulier les petites filles pour les obliger à se comporter comme la société voudrait qu'elles se comportent. Mais l'attirance, elle croyait en l'attirance ! Elle avait même fréquenté un ou deux garçons, seulement elle s'était vite lassée.

La fugueuse fut ramenée à la réalité par la voix de William qui murmurait quelque chose au sujet de son verre de jus d'orange. De jus d'orange ? Quelque chose sembla s'activer dans son esprit, et elle tenta de retenir un sourire coupable qui s'étira malgré elle sur ses lèvres. Amaury était venu la trouver dans l'après midi pour l'aider à décoincer un peu la soirée en prévision et tout deux s'étaient donc employés à corser un peu les boissons non alcoolisées prévues pour le service. Ils venaient à peine de sortir des cuisines comme si de rien n'était lorsque la vieille leur était tombé dessus, enlevant littéralement Moïra pour qu'elle aille se préparer tout en jetant un regard sévère à son plus jeune fils. L'adolescente observait désormais Louna avec intérêt cependant qu'elle continuait de regarder l'homme au dentier avant d'éclater de rire.


''Ma grand-mère s'est trouvé un presseur d'orange à dentier...''
''Ew... C'est dégoûtant.''


La jeune Fisher n'avait pas pu s'empêcher de répondre à sa colocataire. Si elle continuait à parler des amours de sa grand-mère, Moïra aurait bientôt besoin de javel pour son pauvre cerveau, à ce stade même l'alcool ne pourrait pas l'aider. En parlant d'alcool, un serveur venait justement de tendre un nouveau verre à la future mariée qui ne fit pas le moindre cas de ce que lui avait William et prit une gorgée avant de tendre à son tour le verre à la lycéenne en lui disant que ça serait mieux que le champagne pour elle. Si seulement elle savait... L'adolescente haussa un sourcil amusé et prit le verre dont elle prit une gorgée, savourant le goût d'alcool. Elle avait, à ce stade, abandonné tout espoir de profiter un minimum de la soirée alors autant qu'elle s'évertue à l'oublier d'ici le lendemain matin. Avec un peu de chance, si elle se comportait de manière inexcusable elle serait exemptée d'assister aux autres soirées de fiançailles... C'était un plan qui méritait qu'elle y réfléchisse sérieusement.

Elle prenait une nouvelle gorgée de son punch de fortune lorsqu'elle entendit davantage qu'elle ne vit un homme aborder les futurs mariés. Lorsqu'elle le vit, son cœur manqua un battement, avant de battre plus vite comme pour rattraper son retard. L'inconnu aux yeux bleus était là, en train de faire la bise et de serrer la main de Will. Louna et lui semblaient se connaître, mais il ne travaillait pas au journal car la jeune Fisher connaissait les collègues de l'héritière Nerys et il n'était pas non plus dans l'association car il était déjà arrivé que les membres se réunissent chez elles – auquel cas elle filait rapidement chez Cloé pour le reste de la journée. Pourtant plus elle le regardait plus elle avait l'impression de le connaître. Mais elle oublia tout cela lorsqu'il tourna son magnifique regard vers pour le plonger dans le sien. Quelque chose passa entre eux, il y eut comme de l'électricité dans l'air et Moïra se retint à grand peine de frissonner lorsqu'il lui prit la main pour y déposer un baiser. Simple, et pourtant rempli de tellement de promesses. Elle oublia presque de réagir, mais finit par dire en remerciant le ciel que sa voix fonctionne encore :


''Je suis Moïra... Moïra Fisher, la colocataire de la future mariée.''

Elle n'en revenait pas, elle avait oublié son nom ! L'espace d'un quart de seconde, elle avait été incapable de donner son nom tant elle aurait préféré de rien dire et continuer de regarder cet homme – un homme, pas un adolescent – qui lui donnait la chair de poule. Avec un peu de chance, cela passerait inaperçu, mais dans sa gène elle en avait même oublié de lui demander son nom. Elle se sentait attirée par lui comme un papillon par la lumière et ne savait pas encore si elle finirait par se brûler ou non. Pire, elle s'en moquait. La brunette voulait qu'il ne lâche jamais sa main, qu'il ne détourne jamais le regard. Elle n'était pas de ces midinettes qui gloussaient aux minauderies du premier sourire colgate venu... Ce sourire ! Elle devait reconnaître quelle n'avait jamais ressentie une attirance aussi forte pour quiconque. Elle entendait quelqu'un parler, était-ce Louna ou William ? Peu lui importait, tant qu'il continuait de lui sourire ainsi, comme s'il connaissait un secret qu'il ne partagerait qu'avec elle...

© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Ven 1 Mar - 16:33


Si tu veux la fille, tu dois avoir sa famille .

Dire que William n'était pas à l'aise était un doux euphémisme. Louna qu'il avait pensé être son seul soutien durant cette soirée qui ne serait apparemment pas la seule de ce genre, sembler bien parti pour finir très rapidement incapable de tenir debout. Remarquant que de l'alcool avait été glissé dans son verre, il se demandait qui avait été assez tordu pour lui faire un coup pareil. Surement une personne très intelligente pensait-il sur le moment, puis en voyant les regards de sa belle se ravisa en se disant qu'il aurait aimé pouvoir être dans le même état pour ne pas avoir à subir toutes ces convenances, qui l'ennuyait plus que tout. Voyant que Louna n'avait pas réagi aux remarques désobligeante de sa colocataire, William avait lancé un regard noir à la jeune femme qui lui répondit qu'elle regardait l'homme parce qu'elle le pense être le mec de sa grand-mère. Surprit part ce qu'elle venait de lui dire, il regardait dans la direction qu'indiquait la jeune femme et vis un pauvre homme qui lui aussi devait fortement s'ennuyer, puisqu'il n'avait rien trouvé de mieux à faire que jouer avec dentier. William ne put s'empêcher de laisser échapper un rire amusé, pas que l'homme au dentier soit hilarant, mais voir Louna dans cet état l'amuser. Il n'aurait pas imaginez-la voir ainsi, surtout pas ce soir. Quand William avait bu le verre de la jeune femme il lui avait donc annoncé que celui ne comprenait pas que du jus d'orange, là encore Louna lui avait balancé une phrase sans aucun sens, du moins il ne le comprenait pas tout de suite. Puis à y réfléchir, elle devait tellement être prise dans son observation qu'elle n'avait pas compris ce que le jeune homme lui avait dit.

William avait le sens de l'humour, mais il n'aimait pas qu'on se paie sa tête, alors que la jeune moira semblait elle, amuser par les propos de la brunette, lui n'oublie pas les réflexions de l'étudiante. Il était conscient que pour la jeune femme, la situation n'était surement pas évidente, mais ce n'était certainement pas à elle de donner son mot sur l'union prochaine des deux jeunes gens quand un serveur approchait à nouveau du petit groupe de gens, Louna offrit à moira un de ces verres de jus d'orange, ce qui ne plaît qu'a moitié à William, qui au final hausser les épaules, après tout elle n'était pas sur sa responsabilité. Il avait préféré attraper une coupe de champagne, vu comment la soirée s'annoncer, elle ne serait pas de trop pour supporter tout ça :

Je n'ose imaginer l'embarras qu'aura ta grand-mère si son mec se conduit comme ça. Elle aurait honte ma chérie !

Il passa son bras libre autour de la taille de Louna, sans vraiment réfléchir à pourquoi il le faisait. Apportant sa coupe de champagne à la bouche, il en dégustait la première gorgée. Il n'avait jamais bu un champagne aussi excellent, il n'en avait tout simplement pas les moyens, alors il décidait d'en profiter Puisqu-il n'avait pas d'autres choix que d'être là. À nouveau des personnes s'approchaient de nous, mais un retenait l'attention de William Puisqu'il semblait connaître Louna, mais il ne semblait que lui le connaissait. L'homme salua la jeune femme, puis William en leur souhaitant à tous deux d'être heureux. William avait alors levé la main volontiers lui rendant la poignée de main qu'il lui avait tendue :

Merci beaucoup, ravie de faire votre connaissance .

Il aurait voulu lui demander qui il était mais savait pertinemment qu'il tomberait sur d'autres personnes qu'il ne connaissait pas puisque bien entendu tout ce beau monde n'était que des proches de la famille Nerys. Il profitait de ce que l'homme soit tourné vers Moïra, qui d'ailleurs sembler ne pas être insensible face aux paroles séductrices du garçon, William se tourna vers Louna qui était encore partie dans ses pensées :

C'est qui ce gars louna ? .

William n'avait jamais éprouvé de jalousie envers les gens, cependant depuis qu'il était avec Louna, il se montrait vigilant en présence d'autres hommes qui pourraient être tentés de séduire sa belle. Il avait une grande confiance en la journaliste, mais ne faisait tout simplement pas confiance à la gent masculine. Il savait bien que beaucoup d'hommes s'en scrupule serait tenté d'aborder Louna, après tout c'était de loin la plus belle des femmes à ses yeux. Mais si tel homme existé, il devrait faire face à l'ancien archer. Le même serveur qui avait déjà apporté les verres de soi-disant jus d'orange avait re-pointé son nez auprès de Louna, qui décidément vider ses verres de plus en plus vite, William saisissait l'occasion que la brunette tourne son regard ailleurs pour attraper le serveur afin de mettre les choses au clair :

Hey toi là, qui t'as demandée de donner ces verres à Mlle Nerys ?.

D'un simple geste il désignait une personne au loin que se trouver être Amaury l'oncle de Louna. Quand il croisa son regard, celui-ci leva son verre faisant mine de trinquer avec William et but une gorgée dans sa coupe, William alors hésitant leva la sienne sans trop vraiment savoir quoi penser de tout ça.


© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Dim 3 Mar - 0:02


Le doux joyaux de l'amour .

Dire que Louna était complètement à l'ouest était un doux euphémisme. Durant la première partie de la soirée, elle avait accumulé les verres de jus d'orange piège... Oui Moïra et son oncle Amaury, avaient versé de l'alcool dans les boissons sans alcool. Il n'y allait certainement pas que Louna qui se ferait attraper par ce mauvais tour. La jeune fille était totalement sur un petit nuage bercé par des vagues qu'elle percevait de plus en plus, mais ça ne l'inquiétait pas plus que cela. Non, elle ne remarquait à peine son état, par contre pour son fiancé et sa coloc, ils allaient très vite comprendre que l'alcool avait eu raison de son esprit qui divaguait complètement. Oui la jeune femme s'était rentré dans la tête que le vieux qui jouait avec son dentier depuis quelque temps, n'était nul autre que le Jules de sa grand-mère. Idée bien bizarre, on pourrait dire, qui s'amuserait à s'imaginer Madame Nerys en couple ? Réponse, personne hormis sa petite-fille...

D'ailleurs, alors que Will voulu lui expliquer que ce qu'elle buvait n'était pas du jus d'orange, elle insista de nouveau sur son prochain beau-papy et cette idée eut l'effet de dégouter Moïra, alors que son prince charmant semblait aussi amuser de la situation. Louna était plus qu'heureuse à ses côtés et ne quittait surtout pas la main de celui-ci, par peur de le perdre dans la foule ou peut-être peur de n'être plus vraiment stable, car elle se sentait vraiment tangué pire que si elle était sur un bateau. D'ailleurs elle vérifia du regard autour d'elle, pour être sûr qu'elle n'avait pas quitté la grande salle du manoir

Le serveur qui lui avait déjà servi, un nombre incalculable de verre, revint vers elle pour lui en tendre un nouveau, elle avait l'impression qu'à peine la dernière goutte bu, il lui en amenait un autre. N'étant pas d'une nature à refuser ce qu'on lui donnait, peur de paraître malpolie et d'offusquer le pauvre serveur, elle porta le dernier qu'il lui avait donné à sa bouche... Quand elle le vit enfin s'éloigner, elle le tendit à sa coloc, étant loin d'imaginer qu'elle lui passait de l'alcool... C'était un vrai comble, vu qu'elle avait lancé une vraie lutte acharnée contre la jeune femme pour qu'elle arrête de boire. Posant sa tête sur l'épaule de Will, lui saisit une coupe de champagne, c'est sûr que tout de suite cela faisait plus classe que son verre, mais au moins elle n'allait pas finir la soirée à quatre pattes, oui c'est ce qu'elle avait pensé en le voyant faire. Ce fut alors qu'il lui parla de l'embarras de sa grand-mère si celle-ci verrait que beau-papy agissait ainsi. Regardant de nouveau le vieux, elle secoua la tête, non il était bien trop space pour la matriarche, il faudrait qu'elle aille une discussion sérieuse avec elle sur la vie avec les hommes. William passa son bras autour de sa taille, ce qui lui fit relever la tête, elle venait aussi d'apercevoir Matthew et l'appela pour qu'il les rejoigne.

« Louna ! Ça fait longtemps que je ne t’ai pas vu…»

Alors que l'organisateur lui fit la bise, elle ne put s'empêcher de rétorquer en lui lançant un regard interrogateur :

- Bah on se voit là, non ?

Il commençait sérieusement à lui faire douter posant sa main libre sur celle de Will qui était posé sur sa taille, elle fit rassurer de le sentir. Sait bon elle n'était pas devenue invisible. Comme toutes personnes respectables, Matthew salua le fiancé et leur souhaita d'être heureux. Tout sourire, elle regarda son beau brun, oui elle serait heureuse près de lui sans aucun doute. Ce fut alors qu'il se tourna vers sa merveilleuse soeur de coeur.

« D’ailleurs, parlant d’heureux hasards, je ne crois pas avoir la chance de vous connaitre… »


Il alla donc lui baiser la main, une scène qu'on voyait très souvent dans les films romantiques, Louna était peut-être bourrée, mais elle savait ce que sa coloc pensait de tout ça. Observant la scène qui se déroulait devant ses yeux, ce fut une grande surprise, Moïra perdrait-elle ses moyens devant le jeune homme ? Elle avait cru l'entendre buter sur son nom... Essayant de réfléchir quelques instants, elle pensa très vite que ce qui se passait n'était nul autre qu'un mirage, Moïra sous les charmes de Matthew, cela pourrait être qu'adorable mais c'était aussi très improbable. Le pourquoi ? Louna ne s'en rappelait pas à ce moment-là. William que devait aussi regarder la même chose qu'elle, en même temps il n'y avait pas vraiment grand-chose à faire dans cette fête se mit à lui dire :

C'est qui ce gars louna ?

Remontant le regard pour plonger dans les yeux de son prince, elle se demandait pourquoi cette question, car pour elle tout le monde connaissait l'animateur, il avait tout de même une sacrée émission pour les enfants. Bon ok, elle l'avait découverte que le jour où elle avait dû faire un article sur lui, mais quand même.

- C'est Matthew, l'organisateur, il anime aussi une émission pour enfants... Question pourquoi on murmure ?

Oui, Louna avait murmuré ses paroles, comme si les deux jeunes gens qui l'accompagnaient ne devait pas les entendre parler de dernier venu. Mais en fait elle ne comprenait vraiment pas la raison de parler tout bas... William savait-il quelque chose sur Matthew qu'elle ignorait ? Toutes ses questions s'évaporèrent quand de nouveau le serveur vint lui donner un nouveau verre. Louna le saisit et reporta de nouveau le regard sur l'homme au dentier, qui parlait avec sa grand-mère et son oncle Alec, ça devait être la première présentation et bientôt cela sera à elle de découvrir qu'il y aurait un double mariage. Paniquée, elle se tourna vers Will qui leva sa coupe en direction d'Amaury, la soirée allait vraiment de surprise en surprise...

- Amaury, va tirer une de ces tronches quand il va découvrir que Grand-mère va se marier le même jour que nous. Dis-moi il te doit aussi de l'argent ?

Il en était vraiment fini d'elle, voilà qu'elle passait d'un sujet à l'autre sans même s'en remarquer. Mais il était vrai que son oncle devait de l'argent à pas mal de monde et c'était la seule logique à ce geste réciproque. Louna n'osait même plus calculer la somme qu'il lui devait de toute façon, il n'était pas prêt de vider ses comptes. Buvant une gorgée de son verre, elle reporta son attention à l'organisateur :

- Alors, Matthew, je pensais qu'une personne aussi futée aurait réussi à fuir cette réception, se mettre sous la table reste un bon moyen de se cacher, je le faisais que j'étais petite, sauf que maintenant je suis trop grande enfin je crois ? Faisant une pause, sa tête partie en avant et quand elle la remonta proclama. Tu porteras compagnie à ma Moïra, elle aussi n'a pas réussi à s'échapper...


© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Mer 13 Mar - 1:47






▣ « La fête des amours fous...»

Avec du recul, la situation n’était pas tout à fait comme dans les contes de fées, c’était beaucoup plus saisissant qu’il l’avait imaginé. Pendant quelques secondes, Matthew en oubliait les gloussements des vieilles dames et leurs mains baladeuses. Il ne se souciait plus à savoir s’il n’aurait pas été préférable qu’il reste enfermé chez lui à peaufiner les dialogues de sa prochaine émission. L’animateur qui faisait applaudir les foules le jour appréciait aussi le calme lors de ses soirées en ermite. Il n’avait pas ce besoin constant d’attention comme la plupart des stars de la télé et puis à Storybrooke, ce n’était pas les paparazzis qui l’étouffaient alors, inutile de se cacher derrière un chapeau et des lunettes de soleil. D’ailleurs, il ne faisait rien d’autre à part travailler ces temps-ci... Même le jour de la Saint-Valentin, il l’avait passé devant une caméra en récitant des proses mielleuses. Cela ne lui avait jamais causé d’inconfort ou de soucis de ne pas perdre son temps dans des relations vouées à l’échec. Sa carrière avait toujours passé en premier et soudain, c’était ridicule, car devant les traits fins de la dame en rouge, l’ancien bohémien avait envie de lui donner toutes ses nuits et bien plus. Était-ce l’éclairage qui se faisait plutôt sombre autour d’eux ou la jeune femme qui concentrait vers elle toute la luminosité de la pièce ? La musique lointaine donnait un aspect féerique à la salle, mais il n’entendait que les battements plus rapides de son cœur qui avait hiberné depuis si longtemps… En vérité, il ne s’était jamais senti aussi vivant, mais pour un prénom, il se serait bien damné.

Moïra... Moïra Fisher. Son sourire s’élargit devant cette présentation à la James Bond, bien que le contexte fût différent. Matthew n’était pas un agent secret et même s’il venait probablement de poser les yeux sur la plus belle femme qu’il n’est jamais vue et l’héroïne de ce nouveau film qu’il se faisait dans sa tête, il ne se risquait pas encore à s’imaginer en train d’affronter un mafieux machiavélique, un gaillard poilu avec un fort accent. À moins qu’il soit petit… et passablement inoffensif… Au lieu d’un ours des glaces, il préférait un hamster russe en gros. L’organisateur était loin d’être aussi musclé que ces héros de film d’action, il ne serait probablement jamais rien d’autre qu’un simple narrateur. Cependant, s’il continuait à s’égarer dans des comparaisons douteuses, il allait perdre quelque chose qui lui était cher dorénavant : l’attention de la belle Moïra. Le ciel pouvait bien s’écrouler autour d’eux, le marionnettiste ne voulait pas passer pour un type ennuyeux. À grand regret, il relâcha cette main délicate où il avait posé un baiser, ne sachant si s’était ses lèvres ou les doigts fins de la jeune femme qui en garderait le souvenir plus longtemps, il se présenta à son tour.

« Et moi, Matthew Clark Grey, pour vous servir ! Je suis une connaissance de Louna et l’organisateur de la soirée. »

Il ne s’étendit pas sur le sujet, préférant ne pas s’identifier tout de suite comme visage emblématique de la ville et vedette d’une série télé. Si la demoiselle en rouge désirait savoir comment ils s’étaient rencontrés, il ne mentirait pas, ou dirait simplement que la journaliste du Daily Mirror et lui s’était croisés lors de la rédaction d’un de ses articles. Être un personnage public avait aussi ses inconvénients, comme attirer les mauvaises personnes, notamment celles à la recherche de célébrité et de fortune. Le jeune homme espérait ardemment que la demoiselle ne faisait pas partie de ses vautours qui lui avaient appris à refermer son cœur par prudence. Tout à coup, en pensant aux couples de tourteaux, l’ancien gitan lança un regard dans leur direction. Louna et son fiancé semblaient bien s’amuser et parlaient à voix basse dans leur coin, forcément, ils avaient l’air d’être très heureux ensemble... Espérons que cela allait durer. Un serveur passa près d’eux et l’animateur se saisi d’un second verre et reposa son regard océan sur la future mariée qui l’interpella.

« Non n’est pas une réponse pour ton adorable grand-mère, Louna. Se cacher sous la table ? Bah au moins, on aurait plus facilement accès à toute cette nourriture gratuite, faut bien que mes engueulades avec le traiteur servent à quelque chose ! » dit en ricanant doucement. « On peut toujours essayer de s’élaborer un plan d’évasion en passant par les jardins ou les cuisines… Ce n’est pas comme-ci je n’avais jamais essayé. »

Après toutes les soirées qu’il se coltinait quotidiennement, le jeune homme n’avait aucune honte à dire qu’il prenait l’habitude de se renseigner sur les sorties de secours de certains évènements. Rien de personnel, il était content d’avoir félicité les amoureux, mais les buffets caviar et champagne, il en avait vu pas mal défiler. Lui, il était quelqu’un de simple, une fête foraine avec des jeux, des confettis, de la bière, des pommes d’amour et des gaufres au sucre lui plaisait davantage. Enfin, c’est ce qu’il croyait, mais s’il ne s’était pas donné la peine de venir au manoir des Nerys, il n’aurait jamais croisé le regard de la jolie Moïra dans sa fabuleuse robe de soirée. Son imagination s’emballait encore, les imaginant tous les quatre avec une carte au trésor à la main à la recherche d’une échappatoire… Néanmoins, il fut plus qu’heureux de la proposition de Louna concernant son amie, un vrai coup de chance ! Ses talents d’acteur comique firent surface et adoptant une expression de prince charmant un peu pompeux, il se tourna vers la jeune femme en rouge pour la faire sourire.

« Besoin d’un cavalier mademoiselle ? Moi et mes deux pieds gauches feront notre possible pour que ce séjour dans cette prison dorée vous soit tolérable, voire même agréable… » dit-il en lui tendant le bras. « Enfin, si tu le veux bien ? D'ailleurs, je peux te tutoyer ? » renchérit-il une fois de retour à la normale avec ce même sourire enchanteur.

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Dim 24 Mar - 23:40


All princes start as frogs

Les sons et les couleurs tourbillonnaient autour de Moïra, elle se serait cru sur un carrousel. Un carrousel merveilleux de sensations qui l'enivraient plus rapidement que tous les alcools du monde. Jamais elle ne s'était sentie aussi délicieusement bien. Pourtant elle avait envie de se ressaisir, de sortir de son propre corps, de se prendre par les épaules et de se secouer un bon coup. Moïra Fisher ne s'entichait de personne. Tout au plus elle était physiquement attirée par quelqu'un, toujours d'un idiot comme si inconsciemment elle voulait être certaine de s'en lasser rapidement. Mais cet homme était davantage un Sam Coulson qu'un Mark Perkins. Elle aurait pu éclater de rire à cette pensée : de tous les films qu'elle avait vu, elle n'avait encore une fois rien trouvé de mieux que Never Been Kissed pour illustrer sa vie. Et pour une fois, elle se rapprochait plus de Josie que d'Anita. Sauf qu'elle n'était pas une godiche... Et qu'elle avait déjà embrassé un garçon, et même plus... Et qu'elle était une fêtarde invétérée...

Non, définitivement une Anita.

La jeune Fisher sentait sur elle les regards de Louna et de William. Ne pouvaient-ils pas continuer d'observer Mr Dentier ? La lycéenne savait que son amie ne perdait pas une miette du spectacle qu'elle devait offrir, et même si l'alcool effacerait bien vite ce souvenir de sa mémoire, Moïra ne doutait pas un instant que son cher et tendre se ferait une joie de le lui rappeler. Pourtant elle n'en avait cure. Tout ce qui comptait désormais était l'inconnu qui lui avait pris la main et fait battre le cœur, comme si elle était incapable de ressentir autre chose tant elle était déjà emplie d'un sentiment trop intense pour elle toute seule. Elle ne l'avait pas quitté des yeux. Plus rien n'avait d'importance, il n'y avait que ce regard, ce sourire, cette voix. Et un prénom. L'adolescente ne se demanda même pas où elle l'avait déjà entendu et elle décida qu'elle aimait ce son. Le beau Matthew ne le savait peut-être pas, mais il était en train de changer son monde et elle le laisserait joyeusement faire s'il consentait à ne jamais lui lâcher la main. Était-elle la seule à avoir chaud ? Son cœur battait trop vite, et elle sentait sa poitrine se soulever plus irrégulièrement à chaque respiration. Profitant de la prise de parole de Louna, elle vida discrètement son verre de 'jus d'orange' et le reposa sur le plateau d'un serveur.


''Alors, Matthew, je pensais qu'une personne aussi futée aurait réussi à fuir cette réception, se mettre sous la table reste un bon moyen de se cacher, je le faisais quand j'étais petite, sauf que maintenant je suis trop grande enfin je crois ?''

A ces mots, la lycéenne eut un rire discret. 'Trop grande', quelle blague ! Elles l'avaient encore fait quelques mois plus tôt pour ne pas avoir à supporter les amis de la vieille lors d'une énième soirée de charité au manoir. Vraiment, elles s'étaient plus amusées confinées sous une table à l'abri du reste du monde et uniquement protégées d'une nappe d'un blanc immaculé qu'au cours de n'importe quelle réception donnée chez les Nerys. Bien entendu, leur absence avait été remarquée et les deux jeunes femmes avaient reçu un savon dont elles se souvenaient encore. Peut-être pas suffisamment pour ne pas retenter l'exploit, mais Moïra voyait mal comment quatre personnes tiendraient sous une table ni même réussiraient à s'y réfugier sans attirer l'attention. Matthew répondit à sa sœur de cœur et elle ne put s'empêcher de penser qu'effectivement le couvert des nappes leur permettrait de se cacher tout en restant à proximité de la nourriture. Seulement c'était un tout autre buffet qui l'intéressait. Elle détailla le visage et les larges épaules du brun d'un air qui ne cachait rien de ses intentions et se força à ne pas descendre plus bas.

L'organisateur parla soudain d'évasion. Oh oui, ça aussi ça l'intéressait ! D'après ce qu'elle avait saisi de la conversation, il avait l'habitude de tenter de se soustraire à ce genre de soirée, et quelque part cela plut à la dernière des filles Fisher : c'était un point qu'ils avaient en commun. Il évoqua la cuisine, ce à quoi elle ne put s'empêcher de préciser:


''J'éviterais les cuisines. Vu ce qui est vraisemblablement arrivé aux boissons non alcoolisées de la soirée, il est certain que l'on surveillera les allées et venues entre ici et là-bas.''

Nul besoin de préciser qu'elle était en partie à l'origine de ce petit détail. Louna reprit la parole, décidant plus qu'elle ne le proposait que Matthew tiendrait lieu de cavalier à la lycéenne qui n'avait pas réussi à se soustraire à la soirée. Moïra savait ce que faisait sa colocataire, ce qu'elle faisait toujours. Elle essayait de lui trouver quelqu'un, quelqu'un qui lui ferait ravaler ses grands discours sur ce mythe qu'est l'amour et sur la seule réalité du désir. Bien sûr l'adolescente n'aurait jamais cru que sa sœur de cœur essaierait de la caser avec un homme manifestement plus âgé qu'elle. Elle ne s'en plaignait pas, bien au contraire, mais elle se doutait que le 'jus d'orange' était pour beaucoup dans la tentative de la jeune héritière. De toute façon, quelle que soit la vraie motivation de Louna, la lycéenne aurait pu l'embrasser.

La voix chaude de l'organisateur s'éleva à nouveau cependant que dans un sourire il lui offrait sa compagnie et lui promettait de rendre cette soirée agréable. Comment lui dire qu'il avait déjà réussi ? Il termina d'un ton moins guindé, plus naturel et si elle aurait pu être déçue qu'il abandonne ainsi le vouvoiement si romanesque la brunette était pourtant heureuse qu'il le fasse à la faveur du tutoiement plus personnel. Intime presque. D'un de ces sourires qui éclairaient le regard, Moïra hocha la tête en signe d'acceptation. Les deux pieds gauches de Matthew ne risquaient certainement pas de la faire fuir, qu'étaient quelques maladresses sur la piste de danse face au sourire charmeur du beau brun ? Sans parler de la joie d'avoir pour cavalier l'homme le plus séduisant de la soirée, même Amaury ne faisait pas le poids. Elle prit son bras et le laissa l'entraîner au milieu des quelques couples qui s'étaient déjà laissés aller à la musique. La jeune Fisher s'était presque attendue à tituber sous le poids des émotions, mais ils avancèrent avec grâce sans ne plus se préoccuper que d'eux-même.

Lorsqu'ils s'immobilisèrent, Matthew lui fit face et l'adolescente prit un nouveau moment pour l'observer. Oui, elle se verrait bien se blottir contre son torse cependant que les bras de l'organisateur l'entoureraient dans une étreinte rassurante. Il lui prit une main, posa l'autre sur son épaule avant de lui prendre la hanche et elle ferma les yeux une seconde. Elle ne savait absolument pas ce qu'elle faisait. Il y eut un moment de flottement, une seconde rien que pour eux. Elle remarqua qu'il était plus grand qu'elle, juste assez pour que sa joue vienne se poser sur l'épaule de son cavalier sans avoir à se pencher. Et ils dansèrent. La lycéenne sentait sa longue robe d'un rouge profond s'enrouler à ses chevilles alors qu'ils tournaient ensemble. Le tourbillon de sons et de couleurs n'était plus, seuls restaient leurs deux corps qui se frôlaient et le vide autour d'eux. La musique semblait venir de nulle part et de partout à la fois, guidant leurs pas de sa mélodie.

Sans même s'en rendre compte, elle s'était rapprochée de lui. Ou bien était-ce le brun ? La jeune Fisher l'ignorait sincèrement, mais elle savait que c'était agréable. Son torse à lui, sa poitrine à elle... Leurs hanches. Ils se mouvaient comme un seul corps sans jamais détourner le regard l'un de l'autre. L'érotisme à peine contenu dans cette danse lui faisait prendre conscience de leur proximité et elle réprima un frisson. Elle crut voir les magnifiques yeux du jeune homme s'assombrir et avait senti ses propres joues s'empourprer. Le souffle court, elle tenta de reprendre un semblant de contrôle cependant qu'elle reprenait la parole:


''Tu es mon héros tu le sais ? J'adore Louna, mais passer la soirée avec ces deux-là aurait été affreusement ennuyeux. Comme si assister à ce bal n'était pas suffisant !''

Cela aurait pu paraître insultant, après tout il avait organisé le bal en question. Mais d'après ce qu'elle avait entendu un peu plus tôt, il ne comprenait que trop bien sa situation. Elle sentait la main de son partenaire dans le creux de son dos et la chaleur que cela lui procurait lui tournait la tête. Moïra n'était plus que sensations dans les bras de Matthew, et pour une fois elle ne voyait pas de mal à cela.

© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Sam 6 Avr - 11:37


Si tu veux la fille, tu dois avoir sa famille .

Décidément, plus le temps passé plus William se sentait mal-à l'aise, si on lui avait dit-il y a quelques heures que son état de nervosité pourrait empirer durant la soirée, il n'y aurait pas crue ; mais le regard mesquin qu'avait lancé Amaury au jeune homme ne lui n'avait donné qu'une envie, partir très loin d'ici. Par respect pour sa future femme, qui avait déjà beaucoup trop bu sans le vouloir, il allait rester là et continuer à sourire sans ouvrir la bouche, ou du moins sans dire le fond de sa pensée. On ne choisit pas sa famille hélas et Louna, bien qu'elle soit attachée à la sienne n'y était pour rien si des personnes aussi froides qu'Amaury Nerys en faisait partie. Quand William posa à nouveau ses yeux sur sa fiancée, celle-ci avait encore une fois attrapé un verre si délicatement préparé pour elle, ignorant quel était l'intérêt de cette plaisanterie, il ne pouvait pas juste attrapé son verre et contrôler les gestes de la brunette, même si c'était très tentant de le faire, il était clair vu les mots qui sortaient de sa bouche, que l'alcool rendait la brunette euphorique :

Amaury, va tirer une de ces tronches quand il va découvrir que Grand-mère va se marier le même jour que nous. Dis-moi il te doit aussi de l'argent ?

Si William aurait été en train de boire, il se serait étrangler, un double mariage et celui de la grand-mère de Louna en même temps que le nôtre, là elle devait se moquer de lui ou alors avait attendu cette soirée pour lui annoncer la nouvelle. Quant à savoir si Amaury devait de l'argent à William, cette petite phrase avait fait sourire le jeune homme qui pensait vraiment que la situation pourrait être contraire. Comment un homme comme lui en vient à avoir besoin d'emprunter de l'argent. Sa question restait en suspens alors sa belle s'adressa à nouveau à celui qu'elle avait désigné comme l'organisateur de la soirée :

Alors, Matthew, je pensais qu'une personne aussi futée aurait réussi à fuir cette réception, se mettre sous la table reste un bon moyen de se cacher, je le faisais que j'étais petite, sauf que maintenant je suis trop grande enfin je crois ?.... Tu porteras compagnie à ma Moïra, elle aussi n'a pas réussi à s'échapper...

Étonnée que Louna elle-même pousse l'homme plus âgé à inviter sa jeune amie à flirter ouvertement, William fini par haussait les épaules. Après tout cela ne le concernait pas, même s'il était loin d'approuver que la lycéenne s'aventure auprès d'un homme sûrement trop parfait pour elle. Enfin tout ce que cela avait de positif pour l'ancien hors-la-loi, c'est qu'enfin il allait se retrouver seul avec sa belle et peut-être essayer d'éclaircir quelques points, très vite le nouveau couple formé par l'héritière Nerys s'échanger quelques mots que William n'écouta pas, trop heureux de les voir partir. Attrapant une coupe de champagne sur un des plateaux des serveurs qui passaient par là, William en boire une bonne gorgée avant de se tourner vers Louna :

dis-moi, c'est quoi cette histoire de double mariage, ce n'est pas que cela me dérange... ou du moins, pas totalement, mais j'aimerais au moins être au courant de ce genre de choses....

Le jeune homme avait déjà laissé l'organisation de son mariage entre les mains de la matriarche sans rien dire, mais de là à laisser ce double mariage se dérouler sans réagir, il ne fallait pas non plus exagérer ; non William voulait que leur jour de bonheur soit que le leur, avoir les gens qu'ils aiment avec eux bien sûr était essentiel, mais cela ne devait être que leur grand jour. Surement était-ce une des nombreuses divagations, de Louna due à l'alcool qu'elle avait englouti, mais il fallait qu'il en soit sûr. Pour le coup il aurait voulu pouvoir se cacher sous la table comme sa fiancée l'avait suggéré à l'organisateur de soirée, lui aussi aurait voulu disparaître d'ici sur-le-champ, n'emmenant qu'avec lui que sa chère et tendre.

Louna mon amour, tu sais que je ferai n'importe quoi, mais j'aimerais tellement ne pas être obligé de partager notre jour de mariage avec d'autres, tu crois que je peux moi aussi me cacher sous la table ?.

William soupira à la fin de la phrase tellement il aurait voulu pouvoir s'enfuir, mais savait que Louna ne le voyait pas ainsi. Comme elle il aurait voulu boire au point de ne pas réaliser où il était et ce qu'il était censé faire ou dire. Par amour elle il ferait tout et n'importe quoi, mais là en cet instant il voulait être loin, c'est à ce moment-là qu'un énième individu s'approcher d'eux pour les féliciter. Ce petit jeu commençait vraiment à rendre William fou, pourquoi fallait-il subir tant de cinéma pour être avec la femme qu'il aimait. Oui il avait énormément d'amour pour la jeune femme et si tel n'avait pas été le cas, il est clair qu'il aurait surement pris ses jambes à son cou et mise fin à cette mascarade, mais il ne pouvait se risquer à perdre sa belle, pas encore. Il attrapait la main de la brunette et la regarda tendrement dans les yeux, ce qui l'apaisa un instant :

je t'aime tant... je resterai pour toi..

Toujours la main dans la sienne, il aurait voulu déposer ses lèvres sur celle de sa belle, mais il était peu convenable de se donner en spectacle avait souligné la matriarche de la famille quelques heures auparavant. Serrant les lèvres il fut surpris de voir sa belle dérogeait à la règle et ne pût que savourer le baiser fougueux qu'elle lui donne.


© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Dim 7 Avr - 15:58


Le doux joyaux de l'amour .

Rien de ce qui se passait dans l'esprit de la journaliste n'était claire. Voir sa grand-mère parler avec l'homme avec le dentier et surtout avec Alec, son oncle bien-aimer, la faisait totalement divaguer. Se voyant déjà dans la belle robe blanche s'avancer vers l'autel accompagné avec Madame Nerys qui portait exactement la même robe qu'elle. Cela serait un véritable cauchemars surtout qu'elle allait mieux à la Matriarche qu'à elle. Rien de bien surprenant vu que c'était la vielle qui préparait tout, donc elle se mettrait en valeur et que pourrait dire Louna, hormis tu es superbe grand-mère. Tout cela pour dire que c'était un véritable fouillis dans la tête de la brunette.

Après avoir parlé de sa certitude de mariage double à son tendre, elle se concentra sur un prochain couple qui devrait bientôt naitre. Mais une seule chose était sûre, il était hors de question que Moïra décide de se marier, cela provoquerait un mariage triple, non là Louna préférait fuir sous la table avec son beau brun, même si elle acclama au dernier arriver qu'elle était trop grande pour pouvoir le faire à présent. Enfin, trop grande de quelques mois, vu qu'à une des soirées, elle et sa soeur de coeur, s'y étaient réfugiées. Ah fuir le manoir Nerys n'était pas si simple que cela. Toujours accrocher à son futur époux, elle essayait avec beaucoup de mal de rester attentive aux paroles de Matthew.

« Non n’est pas une réponse pour ton adorable grand-mère, Louna. Se cacher sous la table ? Bah au moins, on aurait plus facilement accès à toute cette nourriture gratuite, faut bien que mes engueulades avec le traiteur servent à quelque chose ! on peut toujours essayer de s’élaborer un plan d’évasion en passant par les jardins ou les cuisines… Ce n’est pas comme-ci je n’avais jamais essayé. »

En fait elle resta bloquer sur le mot adorable grand-mère et ne put s'empêcher de prêter un regard à la femme si appréciable qu'on ne pouvait pas dire non. Il n'y avait rien de mignon en elle, c'était plus un dragon qui menaçait de cracher du feu sur ton logis si tu ne te pointais pas à sa réception. Totalement captiver par son ancêtre qui venait tout juste de se planter devant Amaury et le réprimandait surement. S'il y avait un vilain petit canard dans sa famille c'était son oncle, comme Moïra l'était dans la sienne. C'était sans doute pour cela qu'ils s'entendaient bien tous les deux, deux petits canards qui n'ont pas peur du dragon. Sa famille était loin d'être l'exemple de bonheur parfait et même en façade, certes ils étaient unis, mais Amaury ne restait que pour l'argent qu'il dépensait à vue d'oeil. Pouffant un grand coup, au moins elle ne lui présentait pas son nouveau prétendant, après avoir secoué sa tête qui devenait de plus en plus lourde. Elle remarqua que Moïra et Matthew avaient simplement disparu, regardant tout autour d'elle, presque paniquée, elle fit rassurée de les voir sur la piste de danse et allait pouvoir savourer un moment seul avec son prince qui avait encore un verre de champagne à la main.

dis-moi, c'est quoi cette histoire de double mariage, ce n'est pas que cela me dérange... ou du moins, pas totalement, mais j'aimerais au moins être au courant de ce genre de choses...

Une petite moue apparut sur son visage, c'est vrai que son homme avait fait des efforts extraordinaires en laissant la Matriarche tout diriger. Cela devait être leur journée, eux entouraient par la voie lactée parsemée d'étoiles, un amour si grand n'avait aucune limite et surtout se graverait dans l'éternité. Près de William, elle se sentait presque volée, d'accord l'alcool dans son sang devait jouer aussi, mais sans savoir l'expliquer elle avait l'impression que la magie les entourait et que cela avait toujours été ainsi. Deux âmes égarées qui s'étaient retrouvées malgré les obstacles.

Louna mon amour, tu sais que je ferai n'importe quoi, mais j'aimerais tellement ne pas être obligé de partager notre jour de mariage avec d'autres, tu crois que je peux moi aussi me cacher sous la table ?.

Alors que le jeune homme soupirait, elle explosa de rire tout en lui caressant la joue. Pas que ce n'était pas tentant d'aller sous la table, mais surtout qu'elle se sentait bien incapable de pouvoir bouger d'un centimètre.

- Te cacher sous la table, mais nous sommes sous hautes surveillances.

Louna pointa du regard, un homme qui s'approchait d'eux surement encore pour les féliciter, pour finir, c'est elle qui les remercierait de bien vouloir aller féliciter sa grand-mère. Après tout, c'était sa réception, ses amis et puis elle voyait bien malgré son état, que cela agaçait son beau prince, d'ailleurs celui-ci lui attrapa la main.

je t'aime tant... je resterai pour toi.

Son coeur battait de plus en plus fort et le vieux s'approchait de plus en plus. Sans attendre, elle ne trouva qu'un seul moyen d'échapper à ces nouvelles félicitations, passant son bras autour du cou de William, elle posa ses lèvres sur les siennes. Toute la tension de la soirée retomba. Ne se souciant plus du tout de ce qui les entouraient, le baiser se fit plus fougueux et elle se colla totalement à lui. Finalement elle éloigna légèrement leurs bouches.

- Il est parti ?

Tournant la tête, elle fit ravie de constater que l'homme avait bien pris la fuite. S'il fallait qu'elle reste dans les bras du beau brun pour faire éloigner les vautours, elle ne se priverait pas. Passant sa main dans les bouclettes du jeune homme.

- Pour le mariage, je dirais à ma grand-mère de se trouver un autre jour ou un autre Jules. Hannn je deviens comme elle, je commande ! Non, mais un homme dentier !

Ses jambes commençaient vraiment à trembler, heureusement qu'elle n'avait pas enlevé son bras du cou de William où elle aurait pu tomber au sol. Posant sa tête sur son épaule, elle se sentait sereine dans ses bras et aussi totalement épuisée, ce fut à ce moment-là qu'elle vit de nouveau le serveur s'approcher d'eux avec un verre.

- Oh non, il va finir par me tuer ce serveur. Tu crois qu'on l'a engagé pour me détruire, vivre dans le danger, le mensonge ce n'est pas drôle. Si pour une fois on oubliait les autres et trouvait un abri ?


© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Ven 19 Avr - 1:46






▣ « La fête des amours fous...»


Le cœur de Matthew fit un bond lorsque la demoiselle accepta son bras et sa personne en guise de cavalier pour la soirée. Il la détailla de ses yeux pâles, mémorisant chaque trait dans sa mémoire comme s’il ne reverrait jamais un plus beau spectacle. Son doux visage, ses yeux de biche et ses lèvres enchanteresses ne firent qu’élargir son propre sourire. Comment Louna avait-elle pu lui cacher une si belle connaissance ? Il supposait que la dame en rouge avait le même âge que sa colocataire et s’étonna encore plus de ne l’avoir jamais croisé en ville malgré tous les événements qu'il se tuait à organiser. Il ne l’aurait pas oublié assurément. Le jeune homme porta la coupe de champagne à ses lèvres et la vida d’un trait, voilà qui rajouterait à sa bonne humeur déjà indélébile. Il avait une de ces chances ce soir ! Espérons qu’il ne gâche pas tout en lui marchant sur les pieds lors de la danse… Déposant le verre vide sur le plateau d’un serveur, il entraîna la jolie brunette à sa suite parmi les autres convives avant de se mettre en place. L’ancien sans-papier pris délicatement une des mains de Moïra pour la poser sur son épaule et emprisonna la deuxième entre ses doigts. Puis soudain, la magie s’opéra par elle-même.

La musique, les lumières et le mouvement des robes qui virevoltaient avaient un je-ne-sais-quoi de féerique, mais en vrai, Matthew ne voyait plus rien de tout cela. Sa tête était vide, ses oreilles sourdes et ses yeux ne vouaient que sa cavalière. Il avait même cessé de compter le rythme pour guider ses pas. Seule la jeune femme en rouge l’enivrait totalement. Elle et son parfum. Elle et sa peau lisse. Elle et l’espace encore trop grand entre eux. D’ailleurs, sans s’en rendre compte, elle diminua considérablement. Matthew frémit. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait, mais s’était si doux, que le gitan ne luttait pas contre les sensations qui prenaient possession de son être. Il ne faisait rien de mal après tout… Ce fut la voix claire de sa compagne qui le fit sorti de sa transe.


« Je me demande ce qui est pire, être le centre d’intérêt de cette soirée comme nos deux tourtereaux ou devoir faire tapisserie lorsqu’ils se mettent à roucouler dans leur coin… En vérité, c’est toi qui me sauve la mise. Normalement, j’aurai l’air stupide, mais mes deux pieds semblent avoir oublié que je ne sais pas danser. Tu me donnes des ailes on dirait. »

D’ailleurs, il avait complètement effacé Louna et son chéri de ses pensées. Ils se débrouilleraient bien sans eux, non ? Au fait, lui-même voulait-il toujours quitter la fête de fiançailles ? Peut-être après une dernière chanson, pour l’instant, le fait de réfléchir s’était beaucoup lui demander. Si le décor ennuyait profondément l’animateur, ce qu’il tenait entre ses bras le captivait beaucoup trop pour envisager de la laisser derrière lui. Aussi, ne serait-ce que pour sentir son parfum encore une fois, il resterait toute la nuit au manoir des Nerys si besoin était. Dans cette transe des sens, la dernière chose que voulait l’ancien gitan c’était de mettre fin au moment… La lumière se tamisa encore plus autour des invités et les violons se mirent à grincer une mélodie plus plaintive et suave, réveillant son sang chaud de bohémien extravagant et fier voyageur du sud. Pensant à une dernière chanson, il n’aurait pas pu mieux choisir. Qui était-il dans les bras de la belle Moïra ? Il devenait ce bel inconnu d’un soir, le super-héros qui venait passer un dernier moment avec sa douce, mais surtout, il était lui-même consumé par un désir qu’il ne s’expliqua pas. Comme s’ils étaient tout simplement destinés à être là, ensemble.

Ce que le gitan connaissait du tango se résumait à ce que les films et les comédies musicales lui avaient enseigné, mais le Clopin d’autrefois semblait refaire une brève apparition l’espace de quelques minutes, prêtant son adresse à un Matthew qui normalement se serait emmêlé dans ses pas. Néanmoins, le beau brun n’avait pas les connaissances nécessaires pour faire tournoyer la jeune femme dans les airs ou entamer un porté grandiose, mais en bon cavalier, il mena la danse. Il enchaîna les pas rapides, leurs talons frappants le sol aux passages plus intenses. Leurs jambes s’entremêlaient dans un mouvement continu, lent, mais brûlant. Les vêtements se froissaient et les corps se frôlaient en tournant, aguichant l’autre jusqu’à ce que la séparation fut la seule issue. Éloignés, leurs regards parlaient pour eux. Puis, les mains se cherchaient, se trouvaient et se repoussaient. Alors, Matthew feignant, comme le voulait cette danse, de chercher une meilleure prise en posant sa paume sur les hanches de la demoiselle, le creux de son dos et caressant sa cuisse furtivement lorsqu'il la fit basculer vers l’arrière…

Soudain, la musique stoppa net et le couple s’immobilisa au moment où sa belle se redressait. Fin de la chanson et un rêve à la James Bond qui se fissurait pour monsieur Grey. Matthew ne savait plus lequels des deux étaient le plus agrippés à l’autre. Les joues en feu, l’œil brillant et le souffle court, il sentait la respiration saccadée de sa compagne ou plutôt le soulèvement de sa poitrine contre son torse. Ils étaient si près l’un de l’autre que leurs nez se frôlaient. Il y avait de quoi devenir fou… Une vieille dame se racla la gorge derrière Matthew et le jeune homme retrouva un semblant de réalité. Leur petites prouesses sur la piste de danse avaient attiré quelques regards, certains avec envie et d’autres avec réprobation. Après tout, il ne fallait pas se donner en spectacle… Une chose plus dure que prévue.


« Sortons d’ici… » murmura-t-il à sa cavalière entre deux souffles.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Sam 11 Mai - 1:02


All princes start as frogs

Le rythme lent de la musique leur permettait de profiter de chaque sensation, chaque effleurement. Moïra ne luttait plus contre elle-même, plus vraiment. Qu'y avait-il de mal à se laisser aller ? Elle pourrait toujours blâmer l'alcool le lendemain. Pour le moment, elle avait seulement envie de rester dans les bras de son cavalier tant qu'elle le pouvait. Dans un coin de la somptueuse salle de bal, Amaury et sa conquête de la soirée discutaient et près de la table principale, la vieille Nerys et Alec parlaient avec un homme à l'embonpoint impressionnant et au teint cireux qui était un collègue juge de l'oncle de Louna. Les fiancés, eux, étaient encore et toujours en train de faire face à cette terrible épreuve qu'était cette soirée. Pourtant la lycéenne ne voyait rien de tout cela. Elle n'arrivait plus à détacher son regard du bleu profond qui l'avait envoûtée à la seconde où elle l'avait vu.

Elle savait qu'elle devrait le lâcher un jour. Très vite, trop vite la musique finirait, tout comme le bal. Qu'arriverait-il alors ? Ils rentreraient chez eux, et le souvenir de cette danse accompagnerait les rêves de la brunette cette nuit-là. Et le lendemain, et le jour suivant ? Combien de temps avant qu'elle ne se rende compte que tout cela n'était qu'un entracte, une simple pause dans sa vie, un moment rien que pour elle avant de redevenir la sale petite peste qu'elle était ? Comme pour reprendre une longue bouffée d'air frais avant de replonger parmi les requins. Elle savait qu'un jour elle se noierait, mais pour l'instant elle préférait se noyer dans le bleu des yeux de Matthew.


''Je me demande ce qui est pire, être le centre d’intérêt de cette soirée comme nos deux tourtereaux ou devoir faire tapisserie lorsqu’ils se mettent à roucouler dans leur coin… En vérité, c’est toi qui me sauve la mise. Normalement, j’aurais l’air stupide, mais mes deux pieds semblent avoir oublié que je ne sais pas danser. Tu me donnes des ailes on dirait.''

Moïra ne répondit pas. Elle n'en avait pas besoin, elle comprenait parfaitement ce qu'il voulait dire, elle-même n'était pas une danseuse émérite et pourtant on aurait dit qu'elle avait dansé dans les bras du brun toute sa vie. Elle se contenta donc de hocher la tête tout en priant pour que cela continue et qu'elle puisse terminer la soirée sans se trouver dans une situation embarrassante. Ce n'était pas le moment de faire une bêtise, hormis celles qu'elle avait en tête et qui nécessitaient la participation de l'organisateur de la soirée. La musique ralentit, en bientôt les dernières notes se firent entendre. Non, elle ne voulait pas s'éloigner de lui, se séparer de sa chaleur et de la force de ses bras.

Soudain les lumières se tamisèrent, et l'ambiance devint encore plus intime. Les premières notes d'une nouvelle mélodie se firent entendre cependant que la jeune Fisher se demandait comment prolonger leur chaste étreinte. Les mains de son cavalier ne la lâchèrent pas, au contraire elles resserrèrent leur prise sur elle. Une vague de panique la submergea lorsqu'elle réalisa qu'il s'apprêtait à danser un tango avec elle. Si elle aimait regarder les mouvements gracieux et sensuels de cette danse à la télévision, elle ne savait nullement les reproduire. La lycéenne était sur le point de le souligner à Matthew quand celui-ci commença à l'entraîner avec lui au son de cette musique autrement plus suave que la précédente.

A son grand étonnement, les pas n'étaient pas aussi compliqués qu'ils semblaient l'être. Mais tellement plus sexuels qu'elle ne l'aurait cru. Regarder un tango était loin de suffire pour saisir toute la portée de celui-ci, à présent elle comprenait. Leur bassin si intimement pressés, seulement séparés par le tissu. Leur respiration irrégulière. Leur étreinte n'avait plus rien de chaste, ils faisaient pratiquement l'amour sur la piste de danse. Moïra sentit la chaleur de l'excitation dans son bas ventre mais tenta malgré tout de garder les idées claires. Elle voulait se souvenir de chaque expression de son cavalier, chaque regard, chaque sourire. L'adolescente remercia intérieurement Matthew de ne pas tenter de mouvements plus techniques. Elle glissa mais il choisit précisément ce moment pour la serrer un peu plus contre lui. Finalement, la mélodie se tut sur le brun qui faisait basculer la jeune fille en arrière non sans avoir frôler ses hanches, le creux de ses reins et sa cuisse.

Moïra sentait Matthew tout contre elle. Ses mains qui l'avaient caressée un peu plus tôt reposaient désormais sagement à une place décente. Quelle vision devaient-ils offrir ! L'adolescente devinait que ses joues en feu avaient pris la même teinte que sa robe, et quelques cheveux volaient devant son visage après s'être échappés de la coiffure de la brunette. Elle sentait le souffle chaud de son partenaire sur ses lèvres et leurs respirations saccadées étaient en rythme à l'image de leurs pas quelques minutes auparavant. A chaque inspiration, la poitrine de la jeune fille se soulevait contre le torse de son cavalier. Quand s'était-il approché ainsi ?

Leurs lèvres étaient à quelques centimètres l'une de l'autre, mais finalement il parla. Sortir d'ici. Elle savait ce que signifiaient ces quelques mots, toutes les promesses qu'ils cachaient. S'ils quittaient effectivement le bal à ce moment-là, elle passerait la nuit avec le beau brun. Matthew n'était pas conscient de ce que cela entraînerait. Des problèmes, beaucoup de problèmes mais aussi du plaisir. Et puis ils n'auraient de problèmes que s'ils étaient vus. La lycéenne hésita. Certes il était plus que bel homme, et une certaine chimie opérait entre eux, mais était-elle vraiment du genre à partager son lit avec un inconnu ? L'adolescente réalisa alors qu'elle avait répondu à cette question au moment même où elle s'était laissée entraîner sur la piste de danse. Tant que cet homme voudrait bien d'elle, elle répondrait inlassablement présente. Elle était prête à le suivre même si cela risquait de la faire se remettre en question. Si elle ne le faisait pas pour lui, pour qui le ferait-elle ?

Il la regardait, attendant anxieusement sa réponse. Elle ne pouvait pas parler, sa gorge était sèche et beaucoup trop serrée, aussi hocha-t-elle la tête. Ils quittèrent la piste de danse et se dirigèrent vers la sortie qui ne semblait plus gardée. Moïra devait se forcer à marcher, car si cela ne tenait qu'à elle, elle se serait mise à courir depuis longtemps en entraînant l'organisateur avec elle. Ou bien serait-ce lui qui l'entraînerait ? Les gens les regardaient, mais elle ne s'en rendait plus compte, elle n'avait qu'un but : partir. D'un coin de l’œil, elle aperçut Louna et son fiancé s'embrasser, faisant fi des convenances et elle jubila. Avec un peu de chance, cela leur permettrait de s'échapper sans qu'aucun Nerys ne s'en rende compte.


''Matthew, pourrais-je vous dire un mot ?''

Pour la fuite en toute discrétion, c'était raté. L'adolescente s'arrêta net en entendant la voix sévère de la vieille Nerys. Les lèvres pincées, le regard qui lançaient des éclairs, la grand-mère de Louna n'avait jamais paru aussi menaçante qu'en cet instant aux yeux de la brunette. Inconsciemment, elle resserra sa prise sur son cavalier, mais bientôt Alec Nerys apparut à ses côtés et s'adressa la jeune Fisher.

''Moïra viens avec moi j'aimerais te présenter à des amis de la famille. Ils aimeraient enfin te rencontrer.''
''Mais...''
''Moïra.''


L'oncle de sa colocataire avait parlé d'un qui n'admettait aucun refus, aussi s'éloigna-t-elle à regret du beau Matthew avant de suivre son bienfaiteur. Avant de disparaître dans la foule des invités, elle adressa un dernier regard à l'organisateur qui semblait déjà bien occupé à discuter vivement avec la vieille Nerys. Elle comptait bien le rejoindre dès que ses obligations de pupille – car c'était bel et bien ce qu'elle était – seraient remplies. Déjà ses yeux, son sourire, ses bras lui manquaient. Que lui arrivait-elle ? En passant près d'un serveur, la lycéenne récupéra une flûte de champagne et en but deux gorgées. Une pour se remettre les idées en place, l'autre pour se préparer à affronter les requins à nouveau.

© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Dim 26 Mai - 12:05


Si tu veux la fille, tu dois avoir sa famille .

Les lèvres plaquaient contre celle de sa belle, William en oublier complètement l'endroit dans lequel il se trouvait. La foule qui s'était formé pourtant autour d'eux avait sans doute les yeux rivés sur les deux jeunes gens qui devaient leur paraître grossier de se comporter ainsi, mais le jeune homme s'en moquer bien. Il n'était pas de ce milieu et même s'il savait que Louna dans son état... normale ne se serait pas comporté comme cela, il savoura le baiser passionner qu'elle lui donnait. Haletant, le regard plein d'envie il dû contenir son envie de recommencer quand elle éloigna ses lèvres au goût d'Orange alcooliser, les doigts entortillaient dans ses cheveux, il approcha ses propres mains dans la nuque de Louna, mais aussitôt elle tourna la tête pour vérifier que l'invité soit parti. William fit de même et se trouva soulager de constater qu'effectivement ce baiser non seulement avait éloigné le rapace mais l'avait fait profiter de la soirée d'une manière à laquelle il n'avait même pas oser pensé. Les paroles de Louna devenaient de plus en plus risibles et complètement à l'opposer de ceux qu'elle pourrait dire en temps normal, bercer par ses caresses dans ses bouclettes et les yeux pleins d'amours il fit soulager par ses paroles :

Pour le mariage, je dirais à ma grand-mère de se trouver un autre jour ou un autre Jules. Hannn je deviens comme elle, je commande ! Non, mais un homme dentier !

Aussitôt il sentit le corps de Louna se détendre surement un peu trop et avait eu juste le temps de poser ses mains à sa taille pour l'aider à se maintenir debout, de toute évidence il était temps que la fête se termine pour sa fiancée, d'un air de reproche il chercha Amaury du regard, mais il ne le trouva pas. Sa rage augmenta quand le serveur s'approcha une nouvelle fois du couple :

Oh non, il va finir par me tuer ce serveur. Tu crois qu'on l'a engagé pour me détruire, vivre dans le danger, le mensonge ce n'est pas drôle. Si pour une fois on oubliait les autres et trouvait un abri ?

Aussitôt William attrapa d'une main le serveur par le bras et lui lança un regard foudroyant : Dégage ... maintenant !. Le serveur blêmit aussitôt et pars en baissant la tête surement vexer de s'être fait disputer. Le brun attrapa alors les jambes de sa fiancée et la souleva afin de la prendre dans ses bras, cette soirée a déjà assez duré et il avait qu'une envie se retrouvait loin de tous ces gens et être seule avec celle qu'il aime. Elle lui avait demandé un abri alors il allait lui en trouver un. Se dirigeant vers la grande porte de l'entrée, il déposa un baiser sur la joue de Louna :

Je te ramène chez toi mon amour je ne laisserais personne te détruire..

Au moment où il avait dit le mot détruire, Amaury fit irruption apparemment ravie de contempler son œuvre, il arrêta quelques secondes le couple avant que William ne lui annonce que Louna ne se sentait pas bien et qu'il préfère aller l'allonger. L'oncle de Louna ne fit pas d'objection et désigna l'entrée du bras à William qui s'éloigna aussitôt du brouhaha de la fête. Il souffla, soulager de pouvoir fuir ses mondanités qui décidément n'était pas pour lui, il ignorait si cela serait toujours ainsi et s'il s'y habituerait, mais pour le moment l'objectif était de mettre Louna à l'abri du punch. Quand il arriva à hauteur de la grande porte d'entrée, Louna lui indiqua la porte de derrière. Il tenait fermement sa belle tout en traversant l'immense couloir qui menait à une porte donnant sur ce que William croyait être le jardin, il se retenait de rire alors que Louna jouait toujours avec ses cheveux :

Je pense qu'ils ne resteront pas boucler si tu joues autant avec ..

Son ton était ironique et il déposa une nouvelle fois un baiser chaste, surement trop sur la joue de Louna. En arrivant dehors, il fut surpris par la température, bien sûr c'était l'hiver, mais la température intérieure était si chaude, surement à cause de la foule dans la grande salle, qu'il faisait encore plus froid dehors. Il approcha alors Louna encore plus de son corps pour qu'elle n'ait pas froid et se mit à courir. Il se remercia intérieurement pour tout le sport qu'il pratique, car ça lui avait permis de traverser le jardin vers l'immense dépendance que Louna lui avait désigné sans être essoufflé. Ses yeux s'écarquillèrent quand il compris qu'il s'agissait de la maison de sa brune, elle était vraiment plus grande que sa propre maison. Éloignant ces pensées de ce sujet et voulant surtout rentrée vite pour se mettre au chaud, il attrapa la poignée de la porte et s'engouffra à l'intérieur.

Vous voilà chez vous ma dame..

La brune aussitôt se tortilla dans ses bras et descendit de ses bras en lui attrapant la main puis l'attira dans la maison. William se laissa emporter trop heureux d'être avec elle, oui seulement avec elle. Ils traversèrent plusieurs pièces sans y prêter attention et s'arrêtèrent dans la chambre de Louna. Son coeur se mit à battre plus rapidement, bien que sa tête lui suggérait de ne pas profiter de la situation, il n'avait plus qu'une envie en tête prendre possession du corps de sa déesse. Surement que le peu d'alcool qu'il avait ingéré le rendais peu soucieux de l 'éthique mais il attrapa subitement Louna par la taille et la fit reculer vers le lit. Ses lèvres attrapèrent celle de Louna et leur souffle s'accéléra tout en s'harmonisant. L'envie était très présente, il entoura de ses mains la taille de la brune et un instant s'écarta pour se plonger dans ses yeux qu'il avait envie de regarder encore et encore :

je suis déjà amoureux de cette chambre....



© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Lun 27 Mai - 17:38


Le doux joyaux de l'amour .

La soirée ne se déroulait pas comme elle se l'était imaginé. Déjà, jamais elle n'aurait pensé découvrir l'histoire d'amour de sa grand-mère, que Moïra perd tous ses moyens devant un homme, mais surtout cette envie de fuir cette réception. Ce n'était pas la première fois qu'elle y assistait et pourtant d'habitude, certes elle s'ennuyait, mais elle ne se fatiguait pas aussi vite. Pour Louna, c'était sûr un vilain virus l'avait frappé, toujours incapable de discerner les ravages de l'alcool et comment le pourrait-elle ? Il était certain qu'elle n'avait bu que du jus d'orange, mais en voyant le serveur s'approcher avec un nouveau verre, elle gémit qu'il voulait sa mort. Un homme inconnu qui n'avait pas arrêté de lui emmener de verre toute la soirée, était tout sauf normal. Oui, son instinct de journaliste lui révélait que quelque chose se tramait, sans doute que Daniel l'avait envoyé pour l'éliminer. Tellement de pensées différentes traversaient son esprit, son crâne ne résisterait pas longtemps à temps de pression.

Toujours dans les bras de William, seul moyen de pouvoir se maintenir debout, car il était sûr que sans son soutien, elle serait déjà affalée au sol. Un geste brusque de son amoureux lui fit lever le regard, il venait d'attraper le serveur et d'un ton plutôt sévère lui demanda de partir. Louna ne put que souffler de soulagement, son fiancé était son véritable sauveur. Alors que ses paupières devenaient de plus en plus lourdes, d'un coup elle eut l'impression de ne plus toucher le sol et le pire c'est qu'elle avançait quand même. Comment était-ce possible ? Observant les alentours, elle se persuada que sa grand-mère avait dû installer des tapis volants pour ramener les convives chez eux. Déposant sa tête sur celle de beau brin, celui-ci lui déposa un baiser sur sa joue.

Je te ramène chez toi mon amour je ne laisserais personne te détruire.

Comment connaissait-il la menace Lynch ? Lui en avait-elle parler ? Non c'était impossible, par chance alors qu'elle allât lui demander ce qu'il savait sur Daniel et plein d'autres sujets qu'elle avait juste à présent garder secret. La voix d'Amaury apparut derrière elle, mais elle n'avait pas la force à tourner la tête pour le voir, elle laissa donc parler à son William et ce ne fut que quand ils se remirent en route, qu'elle le vit et s'exclama :

- Oh, mon petit canard qui a vaincu le dragon !

Pour le moment, elle trouvait son oncle adorable, loin de s'imaginer qu'il était en partie fautif de son état, ce fut alors qu'elle eut le courage de regarder dans la mémé direction que William et comprit qu'elle n'était pas dans un tapis volant, mais bien dans les bras de son homme. L'amour qu'elle ressentait pour lui ne faisait que s'accroître, il était vraiment capable de tout pour son bonheur, même de se tromper de porte pour aller à l'annexe du manoir. Sans attendre, Louna lui indiqua le chemin qu'il devait emprunter, tel un GPS qui avait perdu sa voix. Durant la traverser du long couloir, la journaliste continuait d'entremêler ses doigts dans les bouclettes du surveillant. Qu'est-ce qu'elle aimait ses cheveux.

Je pense qu'ils ne resteront pas boucler si tu joues autant avec .

La petite moue qui lui correspondait si bien réapparu sur son visage, ses cheveux étaient telle une drogue pour elle. Cette envie de toujours y passer les mains ne la quittait pas, alors même si elle savait qu'il plaisantait elle répondit :

- Je te ferais une permanente, je suis bien meilleure coiffeuse que toi !

Pour ce point, il n'y avait pas photo, le seul fléau qu'avaient connu les cheveux de Louna étaient William et il était sûr que plus jamais, elle le laisserait la coiffé. Une nouvelle fois, le jeune homme vint la combler avec un baiser sur sa joue et d'un coup, la fraicheur de la nuit vint lui picoter le visage, vu sa robe légère, il n'avait rien d'étonnement que la température extérieure lui fasse croire qu'elle était en antarctique. Comme le plus galant des princes charmants, William la sera encore plus contre lui, pour finalement se mettre à courir, alors qu'elle aurait pu facilement peur qu'il la lâche, elle restait sereine, oui elle avait confiance en William et en ses prouesses sportives. Très vite, ils se retrouvèrent à l'intérieur de sa maison.

Vous voilà chez vous ma dame.

L'air froid l'avait revigoré, son corps ne tremblait plus du tout et elle se sentait beaucoup plus forte, sans attendre elle posa pied-à -terre et tout en attrapant la main de William elle le guida juste à sa chambre,. Il était vrai qu'il n'était jamais venu ici, elle avait beau en chercher la raison, aucune ne lui vint à l'esprit. Même si elle avançant, elle se sentait tout de même balancer d'un côté à l'autre, comme-ci elle se trouvait à bord du bateau. Arrivés dans la chambre, William l'attrapa par la taille pour l'emmener juste au lit, toute en l'embrassant farouchement, Louna adorait se lové sans ses bras, même si à ce moment précis elle rêvait de pouvoir ne plus bouger sur son lit, elle savourait chaque instant passé dans les bras de son beau ténébreux.

je suis déjà amoureux de cette chambre...

Un éclat de rire apparut dans la pièce, Louna plaça ses bras autour du cou de son ancien hors-la-loi et toute en observant sa chambre vint frotter son nez contre le sien :

- Me tromper avec ma chambre, voyons monsieur Silverbow !

Arquant les sourcils, elle se laissa tomber sur le lit et emporta le jeune homme dans sa chute. Passant sa main sur sa joue, elle pensait qu'il était la meilleure chose dans sa vie, oui il passait même au-dessus de son travail. Posant délicatement sa bouche contre la sienne, elle lui susurra à l'oreille d'en chercher quelque chose dans la salle de bain. Celui-ci s'exécuta de suite et quitta la chambre, seule, Louna essaya avec bien du mal d'enlever sa robe puis finalement abandonna l'affaire et posa la tête sur son oreiller. Jamais elle ne vit William revenir avec son verre d'eau, non elle venait de sombrer dans le sommeil à moitié déshabiller.

© .mapydew
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   Jeu 6 Juin - 2:17






▣ « La fête des amours fous...»

Son cœur s’affolait toujours autant dans sa poitrine. Échauffé par la danse, il était devenu immense et vulnérable vu la quantité phénoménale d’émotions qu’il ressentait depuis son arrivée au manoir des Nerys. Tout aurait pu être parfait comme dans ces films où on avait besoin que d’un regard pour savoir qu’on venait de rencontrer l’âme sœur. Le monde autour devenait une vision en noir et blanc, n’aillant que le rouge d’une robe et l’éclat des yeux de sa douce qui hypnotisaient l'ex bohémien. Au loin, les violons faisaient la trame sonore de ce moment euphorique qu’il partageait à deux. Bien qu’il ait mis en place le décor de ce conte de fée, Matthew n’aurait jamais cru que cet éclairage ou cette sélection de musique conviendraient bien plus à son propre moment magique qu’à celui de n’importe qui d’autre dans la salle. Pour une fois, le conteur comprenait ce que les héros de ses histoires vivaient et il n’était plus un simple témoin silencieux de leur aventure. L’organisateur se faisait peut-être des idées, car ses pensées étaient loin d’être claires avec la jeune femme dans ses bras. L’amour, il ne connaissait pas, pas encore, mais ce devait sans doute être aussi doux que la peau de sa cavalière… Si près et encore trop loin, les deux danseurs n’avaient plus besoin d’aucune mélodie pour s’imaginer la suite. Ils savaient comment la nuit se finirait… Du moins, comment ils voulaient qu’elle se termine.

Elle n’avait fait que ce petit hochement de tête et c’était amplement suffisant. Lui et sa belle se sauvèrent de ce monde froid qui ne pouvait supporter leurs passions. Ils fuyaient vers l’insouciance et le plaisir en ne souhaitant qu’une chose, que demain ne vienne pas les séparer trop vite. En essayant de s’éclipser, Matthew remarqua les fiancés qui profitaient aussi de la soirée à leur façon. Au diable les bonnes manières ! C’était le festival de la romance ! Après tout, il célébrait un mariage, non ? Soudain, l’ancien gitan et sa compagne se stoppa net. Le sang de l’animateur ne fit qu’un tour. Ils avaient été repéré… Pris en flagrant délit, la voix de la vieille Nerys mettait définitivement fin à son rêve. Les joues encore en feu, Matthew eut du mal à cacher sa nervosité, il savait que s’être donné en spectacle sur la piste de danse ne plairait pas à sa cliente. Sentant la prise de Moïra se resserrer, il comprit qu’il n’était pas le seul à redouter la suite. Le dragon venait chercher la princesse pour l’enfermer dans sa tour, aidé par le juge Nerys qui lui vola sa cavalière. Matthew ne réussit pas à cacher sa déception et suivit du regard la belle demoiselle jusqu'au moment où elle disparue totalement de sa vue. Réalisant qu’il retenait son souffle tout ce temps, il soupira bruyamment et cela ne mit pas la grand-mère de Louna de meilleure humeur.

« Mon cher Matthew, dite-moi, pour qui avez-vous organisé la soirée ? » demanda la sorcière en lui prenant le bras. Ils se mirent à marcher calmement. « Vous ? Heum...Les jeunes mariées plutôt... » répondit-il encore confus par cette rupture trop nette entre le mirage et la réalité. La grand-mère hocha de la tête. « Et vous avez réussi, la réception est magnifique ! Vous n’avez rencontré aucun problème hormis le punch pas vrai ? » « Le punch ? Quel punch ? » Non autre que Moïra, rien n’avait eu d’importance ce soir… Soudain, Matthew réalisa qu’on le menait vers la sortie, mais la poigne de la vieille Nerys était trop solide sur son bras pour qu’il tente de s’échapper. « Comme votre travail ici est terminé, jeune homme, et que nous n’avons pas besoin d’une autre de vos prestations sur la piste danse, vous ferez mieux de partir maintenant. On passera le reste de la soirée en famille. » En famille ? Comment ça en famille ? Il devait y avoir l’âge d’or de Storybrooke au complet dans le manoir ! « Je peux dire aur…» « Bonne nuit. » « …revoir. » Son désir, comme un château de carte, s’effondra sous une rafale de vent. Une brise sèche et glaciale comme le ton de voix de la vieille Nerys et celle d'une porte qu'on refermait derrière lui.

Et bien non, la revoir semblait être trop demandé... Abasourdit, l’organisateur s’éloigna avec nostalgie de la fête en se demandait s’il devait s’insulter de s’être fait mettre à la porte ou se sentir mal de ne pas avoir encore essayé de s’incruster à nouveau dans le manoir. Toujours dans ce monde de fantaisies qu’était la tête de l’ancien gitan, il fit le tour de la maison ainsi que de chaque fenêtre dans l’espoir d’apercevoir sa belle. Il était Roméo en quête de sa Juliette et de son balcon, mais hélas, il ne trouva ni un, ni l’autre. De plus, le dragon devait encore roder parmi les invités… Mais, ce n’était que partie remise ! La jeune femme venait de laisser son empreinte sur le cœur de Matthew et un parfum sur sa peau qu’il ne pourrait pas oublier. Dès demain, il mènerait l’enquête. Même sans pantoufle de verre, il retrouverait la jolie dame avec qui il avait dansé la veille ! Empli de nouveaux espoirs, l’organisateur alla se perdre dans le parking à la rechercher de sa voiture. Malheureusement, cette nuit là il allait la passer seule. Il fixerait sans doute l’obscurité sans trouver le repos, se demandant encore si tous ces événements n'étaient pas le fruit de son imagination farfelu.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}   
Revenir en haut Aller en bas
 

Forever and always {Louna, Will, Matthew & Moïra}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» SOS pour LOUNA caniche (F) abricot 6 ans SPA DOUAI 59
» Matthew "Matt" Williams
» matthew & manuela ❝ apologize ❞
» FLEUR ✤ forever young

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-