★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Mar 30 Oct - 16:13




I am a new breed of doll

La sonnerie résonna dans les couloirs vides du bâtiment. Très vite le bruit étouffé de raclements de chaises et la rumeur des conversations se fit entendre, et une seule et unique porte s’ouvrit à la volée dans le corridor principal. Les adolescents se hâtaient tous vers la sortie, pressés de retrouver leur liberté ou simplement leur chez eux. Parmi le groupe de lycéens se dirigeant comme un seul homme vers le portail qui donnait sur la rue, deux jeunes filles étaient en train de repasser en boucle les événements de la semaine en riant. Moïra et Cloé, les inséparables, faisaient de grands gestes comme si elles étaient seules au monde dans cette cour sous l'oeil réprobateur de leur surveillant. Alors qu’elles venaient de franchir les lourdes grilles du lycée, elles s’immobilisèrent sur le trottoir pour continuer un peu plus leur conversation avant de se séparer.
 
‘‘La plaie ! Des heures de colle un samedi, j'y crois pas... Hey, tu ne vas pas travailler ce soir ?’’
‘‘Non j’ai fait la fermeture hier et l’ouverture ce matin, du coup je suis tranquille.’’
‘‘Tu veux rentrer avec moi ? On pourrait s’arrêter chez Granny’s.’’
‘‘Non ça va, je pense que je vais juste rentrer, m’écrouler sur le sofa et regarder The Wizard of Gore.’’

 
Une adolescente les dépassa la tête haute en bousculant Cloé. Les deux amies reconnurent leur némésis, Lya Thunders, et la jeune Dusty reprit en la désignant :
 
‘‘Le programme de ta soirée est aussi pathétique qu’elle.’’
‘‘Parce que la passer à jouer à cache-cache avec des mômes c’est moins pathétique ?’’
‘‘Gaffe Moïra, maintenant que Lya est sortie il reste de la place dans les casiers…’’

 
La brunette éclata de rire et déclara :
 
‘‘Essaye un peu, poids plume !’’
 
Enfin, les deux lycéennes se dirent au revoir et prirent des routes opposées. La jeune Fisher mit ses écouteurs et lança sa musique. Elle avait une dizaine de minutes de marche avant d’arriver chez elle, aussi aimait-elle passer ce temps-là plongée dans sa bulle. Du coin de l’œil elle aperçut son patron Sebastian Hopkins derrière le comptoir de sa boutique, et un peu plus loin son regard croisa celui Mr Gold. Elle ne le connaissait que de réputation et pourtant cela suffisait à la mettre mal à l’aise alors elle se concentra sur le chemin qu’elle suivait. Dans ses oreilles, le rythme lent et entêtant de Sweet Dreams résonnait, donnant la cadence à chacun de ses pas. La chanson laissa place à une autre, puis une autre. Avant que cette-dernière ne termine, Moïra était déjà arrivée.
 
Le portail imposant ne cachait rien du splendide quoi qu’un peu vieillot manoir qu’il s’élevait derrière lui. La famille Nerys était l’une des plus riches de la ville, et leur lieu d’habitation transpirait cette richesse. L’adolescente longea le mur d’enceinte et passa le petit portillon qui coupait la haie sur le côté du terrain. De là, on pouvait voir que l’immense demeure cachait derrière elle une maison bien plus modeste mais toujours charmante. Une maison d’ami, ce nom faisait toujours sourire la jeune Fisher. Lorsque celle-ci s’était retrouvée – par sa seule et unique faute il faut le dire – sans domicile, Louna Nerys avait proposé de l’héberger. Depuis elle n’avait jamais quitté la propriété. Bien sûr, si elle ne payait pas de loyer elle faisait tout de même en sorte de faire sa large part de corvée pour se sentir moins redevable. Sa fierté lui criait qu’on lui faisait la charité, mais même elle n’aurait pas pu se résoudre à dormir dehors.

 
‘‘Bonjour Mademoiselle Fisher !’’
‘‘Bonjour Frank. Louna est déjà rentrée?’’
‘‘Non Mademoiselle, pas encore.’’

 
Moïra hocha la tête, salua le jardinier, remit l’écouteur qu’elle avait ôté et ouvrit la porte qu’elle prenait rarement soin de fermer à clé. La maison en elle-même se trouvait sur la propriété la mieux surveillée de Storybrooke, alors elle ne s’inquiétait pas. Et pour ce qui était des objets de valeur… Disons que Louna avait davantage à perdre qu’elle. La brunette ne savait toujours pas ce qui avait motivé la jeune héritière à s’installer avec elle dans cette maison alors qu’elle avait une chambre de la taille de leur salon dans le manoir, mais elle était heureuse de la tournure qu’avaient pris les choses. Elle avait cinq sœurs aînées, et pourtant c’était la journaliste qu’elle considérait comme sa famille la plus proche. Sans qu’elle ne s’en rende bien compte, elle avait laissé celle-ci la connaître peut-être mieux encore que Cloé ne la connaissait, ce qui était en soi un exploit. Plus que les liens de sang, ce sont les amitiés que l’on choisit qui marquent une vie.
 
La musique prit fin et elle posa son Ipod sur la table avec ses clés. Son sac, lui, fit un vol plané pour atterrir directement dans sa chambre alors que la jeune Fisher se dirigeait vers la cuisine où elle se versa un grand verre de jus de fruits. Lorsqu’enfin sa soif fut étanchée, elle se resservit un verre et l’emmena avec elle dans le salon où elle le posa au pied du canapé avant de se diriger vers la télévision honteusement chère qui ornait la pièce. Quelques manipulations, et Moïra s’affala de tout son long sur le sofa et s’étira avant de lancer le film. Ce n’était peut-être pas le plus grand chef d’œuvre de tous les temps, mais The Wizard of Gore était un classique du genre. Et puis il la faisait rire, preuve qu’elle était loin d’être la jolie fille, la poupée que beaucoup, ou du moins ceux qui ne la connaissaient pas, s’imaginaient qu’elle était.
 
Les hurlements commencèrent à résonner dans la pièce, et la lycéenne commençait sans s’en rendre compte à fermer les yeux de dégoût tout en arborant un sourire amusé. Le film avait beau être ridicule, il restait gore juste ce qu’il fallait. La musique se joignit aux cris des assistantes de Montag le Magnifique et bientôt le son que crachait la télévision recouvrit tout le reste, tant et si bien qu’elle n’entendit pas la porte d’entrée s’ouvrir puis se refermer. L’adolescente était tellement absorbée par son film que lorsqu’une main vint lui secouer l’épaule elle pensa qu’elle allait mourir.

 
‘‘Louna ! Bon sang, ne refait plus jamais ça!’’
 
Elle se redressa, mis le film en pause et prit une grande inspiration avant d’à nouveau faire face à sa colocataire. Quelque chose clochait, son visage était plus tendu que d’habitude. Moïra planta son regard dans celui de son amie et demanda, légèrement inquiète :
 
‘‘Est-ce que ça va ?’’

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Mer 31 Oct - 15:21




La maladie d'amour !

S[i]'amusant à basculer sa chaise, Louna avait le syndrome de la page blanche, n'ayant pas réussi à écrire un mot de la journée, elle regardait son écran vide depuis déjà quelques heures, son patron était passé plusieurs fois devant son bureau, sans rien lui dire, mais ne pouvait s'empêcher de lui lancer un regard surpris, il était très rare que la jeune femme se retrouve au journal, toujours à vadrouiller dehors, cherchant un futur sujet... Même si celui-ci refusait souvent tout ce qu'elle lui proposait, lui donnant toujours des articles sur l'environnement ou alors les sacrés nains de jardin disparut, sujet culte du journal, beaucoup devaient penser qu'en fait la jeune femme était une romancière plus qu'une journaliste, comme si elle avait la tête d'inventer des vols de minuscule objet qui servent franchement à rien. Pouffant un grand coup, elle balança le crayon qu'elle avait dans la main voulant viser la poubelle, celui-ci attira droit dans le café de son collègue, ce qui l'éclaboussa. Fait assez comique quand on pense qu'elle ne l'aimait pas forcément, vu la rage dans le regard, Louna préféra s'éclipser éteignant très vite son ordi, elle chopa son sac et fila comme une flèche...

Dire que son esprit était toujours troublé par son baiser avec William, il fallait vraiment qu'elle pense à autre chose, mais ce n'était pas si facile tous les sentiments qu'elle ressentait pour lui, venait de resurgir et dire qu'il n'était pas célibataire. Pourquoi ça devait toujours être elle qui attire les ennuie ? Elle avait surement été maudite par un sorcier vaudou... Rien qu'en pensant qu'on lui avait jeté un sort, lui prouva qu'elle était loin d'être logique, non, il l'avait cherché aussi en lui faisant des jolis sourires et en restant près d'elle, si elle aurait su, elle l'aurait laissé filer, au moins elle ressentirait peut-être du remords, mais elle pourrait écrire, c'était bien la première fois qu'aucun mot lui venait en tête, William Silverbow venait de la casser en mille morceaux. Avançant dans les rues, pour une fois elle marchait même si elle ne regardait pas vraiment ce qui l'entourait trop plonger dans ses pensées, avec cette envie de pleurer qui ne la quittait plus depuis deux jours. A vrai dire elle avait passé plus de temps au manoir, camoufler dans son ancienne chambre que dans sa propre maison... Ne voulant surtout pas inquiéter Moira, sa colocataire, une jeune lycéenne qu'elle avait recueillie, elle qui n'avait jamais eu de soeurs, elle s'en était trouvé une en la personne de Moira. Elle lui avait tout de même laissé un message disant être absente ce week-end sans s'éparpiller sur le sujet, le problème avec l'ancienne Sirène, c'est qu'elles se connaissaient par coeur, donc en un seul regard elle aurait compris que Louna souffrait et voulant toujours la protéger, elle préférait se montrer forte face à l'adolescente.

Mais il était vraiment temps qu'elle rentre chez elle, car son ancienne chambre était cool et lui permettait souvent de se retrouver, son petit havre où elle aimait aller écrire, mais son vrai chez elle, était dans l'indépendance derrière le manoir. Poussant le grand portail, elle salua Frank le jardinier, le pauvre sa grand-mère lui en faisait voir de toutes les couleurs, la journaliste connaissait tous les domestiques du manoir et même si elle avait interdit à la matriarche d'engager quelqu'un pour sa maison, elle avait toujours la visite d'une femme de ménage, de toute façon vouloir lutter contre Madame Nerys était perdu d'avance...

Alors qu'elle ouvrit doucement la porte d'entrée, des hurlements apparurent, Moira était donc déjà rentré et surement devant ce film culte dont elle lui avait parlé, un film bien gore qu'elle avait toujours réussi à éviter, enlevant son manteau et posant ses affaires sur une table basse, en toute discrétion elle avança vers la brunette à fond dans son film, rien que les images qu'elle voyait la dégoûtait. Arrivée à proximité, elle attrapa son épaule à la secoua ce qui eut le résultat rechercher, rien de plus facile d'effrayer une personne qui regarde ce genre de film

‘‘Louna ! Bon sang, ne refait plus jamais ça!’’

Alors que d'habitude elle aurait sûrement explosé de rire, elle ne réussit qu'à lui adresser un léger sourire.

- Je t'ai juste attrapée l'épaule est-ce de ma faute si tu as pris peur ?

Taquiner les gens étaient son point fort, mais il est vrai qu'en temps normal elle trouvait de meilleur réplique, allait-elle guérir un jour de la maladie qu'on appelle amour ? Alors que son amie mit pause au film, elle fit face à elle...

‘‘Est-ce que ça va ?’’

Vu le ton de sa voix, il était clair qu'elle avait compris que Louna n'était pas en forme, ce qui ne l'arrangeait pas vraiment, car elle se voyait mal lui mentir.

- Très mauvaise journée, je n'ai pas réussi à écrire un seul mot !

Son métier et son association étaient toutes sa vie, alors ne pas pouvoir écrire était comme si on lui avait arraché un membre, attrapant une des chaises elle s'installa et en prenant une grande aspiration déclara :

- Si je te disais que j'ai embrassé quelqu'un de non célibataire et pourtant qu'il se laisse faire !

Le dire à haute voix était encore très difficile, ses mots se brisaient dans sa gorge, à peine était-il sorti, qu'elle se leva très vite, oui Louna Nerys ne tient jamais en place et encore plus quand elle est stressée, se précipitant à la cuisine, voulant changer direct de sujet, elle se mit à crier...

- Tu veux que je te prépare quelque chose à manger ?

Rien que le fait qu'elle propose de faire un manger était un signe que tout allait mal, car elle n'avait presque cuisiné de sa vie, ou alors pour créer des trucs immangeables, de toute façon elle détestait cette pièce... Qui avait bien pu inventer cette pièce de torture ?

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Sam 3 Nov - 2:00




I'm a shoulder you can cry on

Il y avait définitivement quelque chose qui clochait chez Louna. Elle était journaliste, et d'aussi longtemps que Moïra la connaissait, elle avait toujours eu une répartie inégalable qu'elle lui enviait. Pourtant cette répartie n'était plus là, et Louna ne tentait même pas de le cacher. Et son rire, où était-il ? Elle s'inquiétait, et s'enquit de l'état de son amie. Elles avaient toujours été là l'une pour l'autre, et la jeune Nerys avait toujours été l'optimiste des deux, toujours à imaginer le meilleur, à voir les choses plus belles qu'elles ne l'étaient en réalité. Cela aussi, la dernière des filles Fisher l'avait envié à sa colocataire. Cette façon de toujours croire en la justice, l'espoir, l'avenir, elle ne l'avait plus. Plus depuis des années...

C'était cela la lumière dans ses yeux. D'ordinaire, Moïra aurait croisé son regard, vu cette petite flamme et aurait aussitôt fait une remarque cynique sur une chose ou une autre, rien que pour la voir à l’œuvre. Ne plus la voir, c'était comme avoir la dure, cruelle et froide preuve qu'elle avait raison : les choses n'iraient pas mieux. Implacable vérité. Alors pour une fois elle endosserait le rôle de celle qui croyait. Elle voulait aider cette lumière à resurgir dans les yeux de Louna. Pourtant celle-ci ne semblait pas disposée à parler de la véritable raison pour laquelle elle paraissait si... Éteinte, alors elle parla de son travail. Bien sûr son travail – tout comme son association – était très important pour elle, mais ne pas réussir à écrire était la conséquence de ce qui l'avait bouleversée et non pas sa cause.

Alors elle attendit, patiemment. Sans un mot. La jeune femme sembla comprendre que ce silence l'invitait à en dire plus, alors elle reprit, hésitante :


''Si je te disais que j'ai embrassé quelqu'un de non célibataire et pourtant qu'il se laisse faire !''
''Je te dirais que tu m'intrigues. Et si tu commençais l'histoire au début ?''


Un homme. Bien sûr que c'était un homme qui était le pourquoi du comment. La raison de tout cela. La façon dont la lycéenne voyait les hommes était tout à fait particulière pour une jeune fille de son âge. Alors que la plupart rêvaient encore aux contes de fées, aux histoires qui finissent bien et au bonheur à venir que promettait chaque mot 'fin', elle ne voyait qu'enfantillages, mensonges et déceptions. Il n'existait pas de 'ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants' dans le monde réel. Son père le lui avait bien comprendre, ses sœurs le lui avaient bien fait comprendre. Moïra avait appris très jeune que l'amour était une invention des adultes pour faire rêver les enfants. Mais elle n'en était plus une, et l'amertume de chacun de ses mots lorsqu'elle parlait d'amour n'était pas feinte. Elle n'avait jamais rencontré personne qui faisait manquer un battement à son cœur, elle ne connaissait pas la sensation d'avoir des papillons dans le ventre, alors elle avait su.

Mais Louna elle, elle voulait encore y croire. Du moins elle aurait dû encore y croire. Mais sa voix brisée, ses mouvements rapides lui indiquaient une toute autre histoire. Celle d'une jeune femme qui s'était faite avoir une fois de trop. Quel homme à Storybrooke aurait pu être assez cruel pour s'en prendre à une fille comme elle. Moïra ne lui connaissait pas de copain, elle était même jusque là persuadée qu'elle ne se souciait pas de ce genre de relations à problème. A croire qu'elle avait eu tort.

La lycéenne aurait voulu la prendre dans ses bras, la réconforter, mais elle n'était pas vraiment douée pour cela et n'était même pas sûre que le geste serait bien accueilli. Une part d'elle lui intimait l'ordre de ne pas trop s'en mêler, de respecter la vie privée de son amie. Mais une petite voix lui déclara que c'était égoïste, elle qui avait toujours été réconfortée par la jeune Nerys. Alors elle reprit la parole, tout simplement.


''Louna...''

Mais la journaliste se dirigea vers la cuisine avant qu'elle n'ait terminé, alors Moïra la suivit. Elle ne voulait pas la laisser seule, elle voulait savoir comment l'aider. Après tout, Louna était un peu sa famille. Elle ne cherchait qu'à changer de sujet, et la lycéenne le savait, elle la connaissait suffisamment pour en être certaine. La plus âgée lui demanda si elle voulait quelque chose à manger et elle grimaça sans pour autant commenter le volume sonore de sa voix. Ne voyait-elle pas qu'elle se trouvait juste derrière ? Si elle avait eu des soupçons quand à l'état émotionnel dans lequel se trouvait sa colocataire, il ne faisait désormais plus aucun doute qu'elle avait besoin de parler, vider son sac. L'adolescente fronça les sourcils, ferma ses poings sur ses hanches et s'exclama d'un air sévère:

''Ah non alors ! Tu ne peux pas me dire ça et me laisser sur ma faim ! Qu'est-ce qu'il s'est passé ?''

C'était le monde à l'envers. Moïra avait parfaitement conscience de l'incongruité de la situation. Elle, une adolescente, était en train de gronder une adulte majeure et vaccinée, responsable d'elle-même et de ses actions comme une mère grondait sa fille. Elle se sentait mal pour elle, mais elle savait aussi que son amie se sentirait mieux après avoir parlé à quelqu'un. Louna avait toujours été là pour elle, d'aussi loin qu'elle se souvenait elles avaient été amies et avait tout partagé ou presque. Pourquoi cela prendrait-il fin ce jour-là ? Elle s'approcha de la journaliste qui lui tournait toujours le dos et qui n'avait toujours rien dit. Alors elle la prit par l'épaule, la mena jusqu'à la table et la fit s'asseoir.

''Thé ou café ? Vodka ?''

Elle leur prépara un goûter de fortune en écoutant Louna. Lorsqu'elle revint elle s'installa à côté d'elle toujours sans rien dire.
[/size]

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Dim 4 Nov - 14:50




Confidence devant un verre !

C'était comme une impression d'être aspiré par le néant, submerger par l'océan, ne pouvant pas revenir à la surface et d'un coup abandonné, se laisser couler vers le fond, sans aucune trace de combativité.Louna ne pouvait pas penser au passé peur de la souffrance que cela engendrait et encore moins à un futur sans lui, il ne lui avait pas seulement détruit le coeur, en un baiser c'était une partie d'elle qui avait disparu, ne laissant que peine et désarroi. La journaliste avait déjà ressenti cela quand il ne l'avait pas choisi, elle avait survécu, mais cela l'avait changé, pour devenir celle que tout le monde connait. Qu'allait-elle devenir maintenant, Si elle n'arrivait plus à écrire ? Devenir une femme acariâtre comme sa grande-mère, reprendre l'entreprise familiale. Comme souvent la jeune femme faisait vagabonder son esprit très très loin. Pensant peut-être qu'elle trouverait une solution à sa détresse, mais pour l'instant il n'y avait rien d'autre que le désespoir.

Elle savait très bien qu'en disant à Moïra qu'elle avait embrassé un homme déjà prit, cela allait attiser sa curiosité, mais un sentiment étrange l'empêchait de s'étendre sur le sujet. Sa coloc avait bien assez de problèmes sans qu'elle rajoute le sien, qui paraît bien mineur par rapport à tout ce qu'avait traversé la lycéenne. Louna avait toujours répondu présente, l'épaulant dès qu'elle le pouvait, n'ayant pas la même vie, elle ne pouvait pas tout comprendre, car si sa famille est loin d'être un exemple, celle de Moira est pire, enfin pour elle. Qui laisserait sa fille partir sans la retenir ?

Alors qu'elle s'était dirigée vers la cuisine, pour préparer un petit quelque chose et surtout changer de sujet, elle sentit après avoir crié qu'elle se trouvait juste d'ailleurs elle, côté boulet Louna était la meilleure.

''Ah non alors ! Tu ne peux pas me dire ça et me laisser sur ma faim ! Qu'est-ce qu'il s'est passé ?''

Elle aurait très bien pu laisser les larmes couler à flots, mais son envie de toujours vouloir protéger Moira, prenait le dessus. Du Louna tout crachée, depuis bien longtemps elle se consacre aux autres en s'oubliant totalement... Les mots n'arrivaient pas à sortir de sa bouche, comme si tout leur sens avait disparu, rien n'était étonnant qu'elle n'arrivait plus à écrire. La présence de l'ancienne Sirène la réconfortait un peu, rien n'est plus beau que l'amitié, alors quand celle-ci l'emmena juste à la table et la fit s'asseoir, elle était restée comme un pantin qu'on pouvait diriger dans tous les sens. Posant les coudes sur la table, elle installa sa tête sur ses mains croisées...

''Thé ou café ? Vodka ?''

Le dernier liquide le fit arquer un sourcil, elle n'ignorait pas que Moira buvait, loin de là, mais le souci de Louna était qu'un peu d'alcool la rendait trop pipelette et en plus elle mettait des jours en s'en remettre.

- On a de la vodka ! Ok je ne dis rien, mais tu sais ce que j'en pense ! Puis mince sert moi un verre !

Oh oui Moira avait déjà eu quelque serment sur ce sujet, Louna pouvait être pire que rabat-joie à des moments, mais après tout c'était son rôle de veiller sur sa coloc. Faisant une légère mou, quand le verre apparut devant elle, était-ce vraiment le moyen, de panser les plaies de son coeur ? La seule réponse qui s'imposait, non ! Moira restait silencieuse et vint s'installer à côté d'elle, Soufflant un grand coup elle se décida à tout lui dire en fixant le frigo, trop peur de fondre en larmes si elle voyait le regard de son ami.

- J'étais au lycée avec ! Folle amoureuse de lui, ça a mal fini il n'a même jamais su ce que je ressentais. Six ans qu'on s'était pas parlé et Paf je l'embrasse et paf il me dit qu'il doit aller chercher du pain pour sa copine et j'ai filé, histoire finie et archivée !

Elle avait parlé aussi vite qu'un train qui passe, sans reprendre son souffle, ne pouvant pas faire autrement ! Moira avait à présent tous les éléments ou à peu près pour comprendre la situation. Le dernier mot qu'elle avait prononcé se répétait dans sa tête "Archiver", elle était loin d'être archivé, vu qu'elle souffrait comme si cela venait de se passer, enfin elle tourna la tête pour plongea son regard pétillant dans celui de Moira et calmement elle continua.

- J'ai l'impression de ne plus pouvoir respirer, moi qui pensais être une fille forte, je suis comme toutes les autres à pleurnicher pour un mec ! Alors qu'elle venait de prononcer ce qu'elle avait sur le coeur, elle prit une gorgée du verre posée devant elle ! Aux purées, c'est fort ton truc !

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Dim 18 Nov - 16:41




When you have a friend by your side

Un jour, une des sœurs de Moïra – était-ce Missy ou Maribeth ? - avait jeté son dévolu sur un garçon très populaire parmi la gente féminine. Le seul problème était qu'il sortait avec la meilleure amie de Meghan, l'aînée des filles Fisher. Une certaine Juliet si elle se rappelait bien. Alors sa sœur avait tout fait pour salir la réputation de Juliet, et cela avait si bien marché que le jeune homme s'était empressé de rompre avec sa chère et tendre pour se consoler dans les bras de l'ancienne sirène. La dernière de la fratrie avait détesté sa sœur pour ce qu'elle avait fait, et Meghan pour l'avoir laissée faire. Elle s'était jurée de ne jamais fréquenter des personnes comme ses aînées et surtout de ne jamais devenir comme elles.

Mais à l'époque elle n'avait jamais envisagé le fait que le jeune homme en question aurait pu avoir sa part de responsabilité. Bien sûr, ses sœurs étaient des garces odieuses, mais Louna était tout le contraire de cela aussi la seule solution qui aurait pu expliquer la situation était qu'il lui avait fait miroiter de belles promesses. Ce qu'il faisait était non seulement odieux vis à vis de sa copine mais aussi vis à vis de la journaliste. Elle était l'une des meilleures personnes qu'il avait été donné à l'adolescente de rencontrer, et lui s'amusait à la torturer... Elle voulait en savoir plus, connaître les détails. Comme son nom, son adresse... Pouvoir lui expliquer sa façon de penser, ou peut-être à sa copine pourquoi pas ? Oui, elle se voyait définitivement faire une bourde devant elle...

L'ombre d'un sourire carnassier passa rapidement sur les lèvres de Moïra cependant qu'elle emmenait sa colocataire à la table. Mais c'était d'une amie dont Louna avait besoin pour le moment. Elle n'était qu'un pantin entre ses mains et cela serra le cœur de la lycéenne. Depuis quand elle se laissait guider par un autre sans rien dire ? C'était sans doute cela qui l'avait poussée à proposer quelque chose de plus fort que du thé ou du café.


''On a de la vodka ! Ok je ne dis rien, mais tu sais ce que j'en pense !''

Oh ça oui elle le savait. Combien de fois Louna l'avait-elle sermonnée sur le sujet ? Alors qu'elle lui tournait le dos elle leva les yeux au ciel, mais eut la grâce de paraître fautive lorsqu'elle se tourna vers son amie. Espérait-elle réellement que tout alcool avait disparu de la maison ? Il arrivait à Moïra quelques fois de croire qu'elle avait besoin d'aide, que ce n'était pas normal d'être ainsi, mais vite elle réalisait que bien des gens à Storybrooke avaient plus de problèmes qu'elle. Son père et ses sœurs ne l'aimaient pas ? Et alors, Cloé n'en avait même pas ! Personne ne l'avait retenue lorsqu'elle avait quitté le domicile familial ? Et après, Ruby était forcée à rester vivre une vie qui ne lui plaisait pas ! Au final, si elle y réfléchissait à deux fois, la jeune Fisher trouvait qu'elle s'en sortait mieux que la plupart de ceux qu'elle côtoyait.

Mais avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit, la journaliste lui demanda un verre. Malgré son étonnement, Moïra adressa à sa colocataire un grand sourire qui semblait vouloir dire qu'elle avait perdu le droit de la sermonner pour un bon moment. Puis elle se dirigea vers un placard d'où elle sortit une bouteille d'eau en apparence et, prenant deux verres avec elle ainsi qu'un paquet de fruits secs, elle se rassit avec son amie avant de leur servir chacune un verre. Devant le regard interrogateur de la jeune Nerys, elle hocha les épaules et déclara:


''Tu as vidé pour trente dollars de vodka dans l'évier la dernière fois, évidemment que je la cache maintenant ! Et c'est pas la peine de jeter les bouteilles d'eau, il n'y a que celle-là de trafiquée, le reste est ailleurs.''

Bien sûr, Louna s'inquiétait pour elle, et ne réagissait ainsi que pour veiller à son bonheur. Mais quel bonheur ? Une petite voix dans sa tête ne cessait de lui rappeler combien sa vie était misérable, comme si elle connaissait mieux, comme si elle méritait mieux. Louna méritait mieux. Elle manqua la moue de son amie, mais pas le soupir qu'elle poussa comme pour se donner du courage. Elle ne toucha pas à son verre, trop occupée qu'elle était à le fixer d'un œil vide. Ou peut-être évitait-elle son regard ?

Et soudain, comme si l'on avait donné le départ, elle se mit à parler d'une traite, comme pour évacuer le trop plein d'émotions d'un coup. Elle lui dit qu'elle le connaissait du lycée, qu'elle était amoureuse. Que ça avait mal fini, qu'elle l'avait embrassé. Et enfin, qu'il avait une copine. Moïra avait vu la souffrance dans les yeux de Louna au mot 'Archivé' et douta que ce fut le cas. Elle attendit que son amie termine, ce qu'elle fit plus calmement. Le désespoir qui transpirait de ses paroles brisa un peu plus le cœur déjà endommagé de l'adolescente. Elle aurait voulu la prendre dans ses bras, lui dire que tout irait bien, qu'il récolterait ce qu'il méritait... Et après cela elle serait allée trouver ce connard pour le faire souffrir autant qu'il avait fait souffrir sa sœur de cœur.

Mais ça c'était dans un monde où Moïra n'était pas une pathétique version de l'adolescente moderne en quête de liberté. Elle n'était en réalité rien de plus qu'une gamine de plus qui s'était crue plus maligne que le reste du monde. Alors elle ne fit rien, elle ne dit rien et surtout elle n'alla pas trouver le connard en question. Elle se contenta que regarder son amie, en imaginant combien elle avait dû souffrir de tout ça. Louna prit une gorgée de vodka, chose qui aurait fait tiqué la lycéenne en temps normal mais elle ne dit rien. Seulement la journaliste sembla s'étrangler dans son verre et s'exclama combien ce 'truc était fort'. Un petit rire s'échappa d'entre les lèvres de le jeune Fisher qui répondit:


''Ce 'truc' c'est du courage liquide, et ça ne se boit pas comme ça Louna ! Regarde, cul sec !''

Alliant le geste à la parole, Moïra vida son verre d'une traite et sentit l'alcool couler dans sa gorge. Malgré sa grande résistance à l'alcool, fruit d'entraînements répétés, elle sentit presque immédiatement les vapeurs lui monter à la tête. Depuis quand n'avait-elle pas mangé ?

''Ecoute-moi : tu es probablement la femme la plus forte que je connaisse. A part peut-être Buffy, mais elle est blonde alors je sais pas si ça compte.''

Un sourire timide étira les lèvres de son amie, alors elle continua.

''Tu n'es pas comme les autres. Quand elles pleurent parce qu'on ne veut pas d'elles, toi tu pleures parce que tu ne peux rien faire par respect pour une autre. Tu es tombée sur le mauvais gars, mais ça ne sera pas toujours le cas. Il y a tellement de types dehors qui mériteraient mille fois plus une fille comme toi, qui aime de la façon le plus pure qui soit, que lui. Et ça vient d'une fille qui croit pas en l'amour!''

Moïra serra la main de Louna dans la sienne, puis d'un bond se leva et retourna à la cuisine sans un mot. Elle farfouilla et revint avec un pot de glace et deux cuillères. Oui, quelques fois les clichés avaient raison!

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Mer 21 Nov - 16:16




C'est parti pour la glace !

Le jeune journaliste n'aurait jamais cru que sa coloc cachait de l'alcool dans les bouteilles d'eau, vraiment très maligne peut être même un peu trop, pour sur Louna buvait toujours au robinet, elle n'aurait donc jamais perçu la ruse. De toute façon dès qu'elle tombait sur une bouteille s'était instinctif, elle la vidait. Louna aimerait pouvoir fermer les yeux sur le fait que Moira boivent beaucoup trop à son goût, mais elle avait l'impression que tous les serments du monde n'y changeraient rien, l'ancienne sirène pouvait se montrer plus bornée qu'elle, mais qui sait un jour elle ouvrirait les yeux sur le monde et le verrai toute en couleur comme Louna, car entre les deux elle était l'optimiste... Enfin juste-là, ces derniers jours elle était comme une coquille vide et cela lui fit suivre le chemin de sa jeune amie en buvant une gorgée du verre que Moira lui avait servi. Le si peu de liquide la fit frémir.

''Ce 'truc' c'est du courage liquide, et ça ne se boit pas comme ça Louna ! Regarde, cul sec !''

Observant la lycéenne boire d'un coup sec son verre, elle en écarquilla les yeux. C'était impossible qu'elle finisse son verre ainsi déjà la gorgée lui avait tué la gorge, alors boire tout le liquide ce n'était pas du courage, mais un suicide. Comment pouvait-elle laisser la jeune mineure boire devant elle sans rien dire. Quand elle aura remonté la pente elle se promitentièrement d'avoir une longue discussion sur ce sujet. Très jeune, c'était son oncle qui lui avait dicté toutes les bonnes conduites à avoir, assez bizarrement elle l'avait tellement entendu répéter sans cesse les mêmes choses, qu'à présent elle avait les mêmes convictions que lui, bon hormis pour son entorse très facile aux lois quand il s'agissait de son association et son boulot. Louna ne savait pas comment un buvait un tel verre, car la jeune femme n'avait jamais vraiment fréquenté les bars et déjà à l'âge de Moïra, elle ne vivait que pour son projet, oui la jeune femme avait toujours été vue comme la petite sainte avant que celle-ci se met à lutter pour les démunis et l'environnement. Repoussant le verre un peu plus loin d'elle, il lui faudrait un peu de temps avant d'essayer la technique de Momo.

''Ecoute-moi : tu es probablement la femme la plus forte que je connaisse. A part peut-être Buffy, mais elle est blonde alors je sais pas si ça compte.''

Un sourire apparut sur son visage, cette comparaison était bien trouvée jamais elle aurait pensé à cette tueuse de vampire...

- Buffy notre modèle à tous, sauf que question côté sentimentale elle est comme les autres nulles ! Regarde Angel, Riley et spike, la cata ! Les femmes ne servent qu'à pleurnicher sur les mecs.

Prenant son verre, elle avala le reste d'un coup sec comme Moira lui avait montré, à la seule réaction qu'elle eut c'est une légère grimace, trouvant vraiment le gout trop bizarre, reposant le verre face à elle, même l'alcool ne lui faisait pas oublier qu'elle souffrait, pourtant elle avait toujours cru que ça servait à oublier au moins une soirée, même si son corps se réchauffait d'une drôle de façon.

''Tu n'es pas comme les autres. Quand elles pleurent parce qu'on ne veut pas d'elles, toi tu pleures parce que tu ne peux rien faire par respect pour une autre. Tu es tombée sur le mauvais gars, mais ça ne sera pas toujours le cas. Il y a tellement de types dehors qui mériteraient mille fois plus une fille comme toi, qui aime de la façon le plus pure qui soit, que lui. Et ça vient d'une fille qui croit pas en l'amour!''

Moïra la rassurait comme elle le pouvait, mais savoir qu'elle était sans doute destinée à un autre que William, lui faisait encore plus mal. Pourquoi ne pouvait-elle pas se faire une raison et l'oublier ? Et comme disait son amie, il fallait quelle profite de la vie, se trouve un nouvel amour, même si pour le coup ça lui donnait l'impression de trahir celui qui la faisait souffrir. Elle devenait de plus en plus compliquée. Quand Moira lui serra la main, elle se sentit moins seule, après tout elle l'avait oublié ces derniers jours, mais il y avait des personnes importantes pour elle qui ne lui brisait pas le coeur, elle devait remonter la pente pour eux, même si c'était difficile. Sursautant quand l'ancienne sirène se leva d'un bond pour ensuite ramener un pot de glace et deux cuillères, Louna rigola enfin.

- Moi qui avais toujours rêvé de faire comme ses filles à la télé, Ceci est ma récompense de mon état !

Chipant une des cuillères que tenait Moïra, elle se leva elle-même pour quitter la cuisine se précipitant vers un grand meuble où un bon nombre de DVD étaient déposés.

- on va se faire une vraie soirée de filles !

Il y avait tellement de DVD, elle n'arrivait même plus à se rappeler depuis quand elle ne s'était pas posée devant un bon film et d'ailleurs beaucoup lui était inconnu. Se retournant vers la lycéenne, elle plaça la cuillère dans sa bouche...

- Non mais c'est moi qui a acheté tous ses films ? Je ne sais même pas quoi choisir ? Et arrête de boire hein, ces glaces et DVD et non vodka, glaces et DVD !

Était-ce le seul verre qu'elle avait bu ou alors la super idée de la perspective de cette soirée ? Mais Louna était bien motivée à essayer de ne pas à William durant une soirée, sauf que souvent à la télé, la fille au coeur brisé qui mangeait la glace fondait en larmes, ça sera le moment de prouver si ce n'était que de la pub mensongère.

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Mar 22 Jan - 3:10




Don't look back all you'll ever get is the dust from the steps before

Bien sûr, elle avait vu l'expression de Louna lorsqu'elle lui avait montré comment boire correctement un verre de vodka. Les yeux rond, l'air choqué, les lèvres légèrement pincées comme pour retenir les mots qui menaçaient de jaillir en flot continu. Les yeux de Moïra pétillèrent d'amusement, même si elle était parfaitement consciente que cela ne durerait pas. Elle voyait déjà les rouages de l'esprit de son amie travailler à un plaidoyer destiné à lui faire renoncer à la boisson définitivement. Mais elle était une adolescente, et les adolescents c'était supposé faire des bêtises, des erreurs pour ainsi apprendre à les éviter. Enfin, la plupart tout du moins. Seulement, Louna elle, n'avait jamais fait cela. Elle n'avait jamais eu besoin de faire une erreur pour comprendre que c'en était une. Elle avait toujours était intelligente, la jeune Fisher le savait car pour quelqu'un qui n'avait jamais enfreint la moindre règle, elle restait incroyablement équilibrée, sensée. Enfin, autant que faire se peut lorsque l'on avait une lycéenne de sa trempe comme colocataire.

Du coin de l’œil et avant qu'elle ait terminé son verre, Moïra avait vu son amie repousser quelque peu son verre, lui signifiant ainsi qu'elle ne terminerait certainement pas celui-ci. Les effets de l'alcool, bien qu'encore léger, se faisaient pourtant déjà ressentir. Elle n'avait presque rien mangé au réfectoire du lycée ce jour-là : elle et Cloé avaient préféré proposer amicalement à Lya de redécorer son casier pour la remercier des charmants graffitis qu'elle avait fait apparaître sur le tableau du cours d'algèbre des deux amies. Ce fut donc le plus naturellement du monde que la situation avait dégénéré et que tout ce petit monde s'était retrouvé dans le bureau du principal. Encore... D'où la retenue un peu plus tôt ce jour-là. Son dernier repas remontait donc au petit déjeuner, qu'elle avait pris relativement tôt puisqu'elle avait dû faire l'ouverture à la bijouterie. Elle n'avait pas faim, étrangement, mais la jeune fille décida qu'elle gagnerait à ne pas abuser de son 'eau magique' comme elle l'appelait, ou au moins pas avant avoir pris un petit quelque chose à grignoter.

La dernière des filles Fisher se reconcentra sur la situation présente, inspira profondément et tenta de rassurer son amie comme elle le pouvait. Elle ignorait d'où lui venait cette référence relativement hors propos à Buffy, mais cela eut au moins pour avantage de faire sourire l'héritière Nerys.


''Buffy notre modèle à tous, sauf que question côté sentimental elle est comme les autres nulles ! Regarde Angel, Riley et Spike, la cata ! Les femmes ne servent qu'à pleurnicher sur les mecs.''

A mesure qu'elle avançait dans son petit discours, l'expression de Moïra s'assombrissait. Ce n'était pas vraiment ce qu'elle avait anticipé comme conversation. Finalement, Louna se tut et remarqua l'expression ahurie de l'adolescente. Levant un sourcil, cette dernière sembla comme demander à sa colocataire si elle tenait réellement à entrer dans un débat sur Buffy Summers et les hommes de sa vie dans la minute. Lorsqu'elle n'obtint aucune réaction, elle reprit la parole. Elle pensait chacun des mots qu'elle prononçait, et était convaincue que Louna finirait elle aussi par y croire. Mais elle devait pour cela arrêter de se tourner vers le passé : il n'y avait plus elle là-bas désormais.

Mais la journaliste souffrait pour le moment, et souffrirait encore quelques temps. Loin de se douter qu'elle avait vécu cette souffrance dans une autre vie, la lycéenne se demanda comment l'on pouvait se laisser blesser aussi facilement par un homme. Elle tenta de faire de son mieux pour calmer sa sœur de cœur, à commencer par lui prendre la main et lui offrir son amitié tout simplement. La journaliste était assez forte pour tout affronter, mais elle avait besoin qu'on lui montre qu'elle n'était pas seule. C'était peut-être en partie pour cela que les deux brunettes s'entendaient si bien, car dans le fond malgré leurs – très nombreuses – différences et divergences d'opinions, elles étaient pareilles. Deux enfants perdues, entendant qu'on leur montre qu'elles ne sont pas seules.

Une idée stupide lui traversa l'esprit. Moïra se leva alors sans le moindre mot et se retrouva en quelques secondes à farfouiller dans les tiroirs de la cuisine puis dans le congélateur pour finalement retourner auprès de son amie en détresse avec deux cuillères et un pot de Ben&Jerry's goût Fairly Nuts. Elle aurait préféré pouvoir en proposer une au chocolat : le chocolat faisait toujours du bien en période de déprime – ou du moins c'était ce que prétendait son prof de science, mais allez savoir ! - seulement elles étaient en plein pénurie vraisemblablement. Cela ne sembla pas déranger sa colocataire le moins du monde à en juger par l'expression de pure joie qu'elle affichait. On aurait dit une enfant à qui l'on venait d'annoncer que Noël arrivait en avance. L'impression recherchée par la jeune Fisher eut l'effet escompté et immédiatement Louna se mit à rire.

Elle prit une cuillère de la main de l'ancienne sirène et se dirigea – non, vraiment elle courrait en réalité – vers le meuble qui abritait tous les DVDs dont elles disposaient. Face à l'enthousiasme de son amie à l'idée d'une 'vraie soirée de filles' comme elle l'avait appelé, Moïra ne put s'empêcher de se demander si elle n'avait pas fait une bêtise. Mais le sourire de la journaliste eut vite fait de la débarrasser de ses doutes et elle la rejoignit pour l'aider à sélectionner un film, non sans avoir tout de même vider le verre de vodka de Louna avant.


''Non mais c'est moi qui a acheté tous ses films ? Je ne sais même pas quoi choisir ? Et arrête de boire hein, c'est glaces et DVD et non vodka, glaces et DVD !''
''Hey miss Ecolo, on ne gaspille pas je te signale !''


Les deux brunettes commencèrent à faire lentement l'inventaire des films susceptibles de les intéresser. Évidemment, seuls quelques DVDs lui appartenaient, les autres avaient bel et bien été achetés par la jeune adulte. Elle passa silencieusement en revu les films dits 'classiques' pour ce genre de situation. De Pretty Woman à Et si c'était vrai en passant par une série de films musicaux et la collection complète des films de Drew Barrimore et Katherine Heigl. Oui, elles avaient de quoi faire, aucun problème de ce côté-là. Imitant Louna et mettant sa cuillère dans la bouche, la dernière des filles Fisher posa le pot de glace sur la petite table face au sofa et sortit les DVDs un à un pour les poser sur cette même petite table. Remarquant son verre de jus de fruits toujours présent près du canapé elle posa la cuillère, le ramassa et le ramena à la cuisine.

''Je te laisse choisir le premier film, mais sache qu'on regarde Never Been Kissed juste après. Tu n'y couperas pas !''

Lorsqu'elle revint dans le salon, Moïra ôta ses chaussures et s'installa sur le canapé, les pieds sous elle. Elle étira le bras pour attraper sa cuillère cependant que Louna s'occupait de trier les DVDs qu'elles avaient toutes les deux sorti du meuble. Vu la quantité de petites boîtes qui semblaient comme ensevelir la table basse, le choix allait être on ne peut plus difficile...

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Ven 25 Jan - 17:57




Une Blonde sur les dvds !

Louna se trouvait bien au plus bas avec aucun espoir de guérison pour le moment. Préférant se complaire dans la souffrance que son coeur provoquait en elle. L'amour avec un grand A, si la journaliste tombait sur celui qui avait inventé cette phrase, il se ramassait un coup de saxophone sur la tête. Pourquoi le Saxo ? Aucune idée, c'était le seul objet qui s'imposait à elle. Imaginée, frapper des gens avec des objets divers, c'était son petit truc à elle pour se défouler. Elle avait bien frappé Will avec son bonnet fétiche lors de leur rencontre, bon ça n'avait pas dû le faire mal, mais souvent comme on dit c'est le geste qui compte, enfin son frappage de bonnet provoqua surtout un baiser que la tourmentait à présent, la preuve que la violence ne résout rien et complique tout.

Pour l'heure, elle avait suivi sa coloc eut bu un verre de vodka avec beaucoup de mal, mais qui commençait tout de même à faire effets. La douleur n'avait pas disparu pour autant mais c'était différent. Ce fut alors que Moira lui emmena the surprise qui la fit sourire jusqu'aux oreilles, de la glace et la meilleure qui existe en plus, Louna n'était pas vraiment fandu chocolat, mais le pot de Ben&Jerry's goût fairly Nuts, lui donnait déjà envie. La jeune journaliste avait donc piquée une des cuillères que la lycéenne tenait pour se précipiter vers un meuble ou se trouver des DVD en grand nombre. Oui, une vraie soirée filles en perspective. Et Alors qu'elle se retourna pour questionner Moira elle la vit finir son verre et lui précisa que c'était une soirée glaces et DVD et non vodka.

''Hey miss Ecolo, on ne gaspille pas je te signale !''[/b]

Haussant les épaules pour toutes réponses, combien de fois elle avait le droit à miss écolo ? Enfin c'était un terme plutôt favorable pour elle, car respecter le monde qui les entourait, restait une lutte primordiale pour la survit de toutes choses et la vodka par contre, ne servait qu'à embrumer l'esprit, d'ailleurs c'était sans doute pour cela qu'elle ne trouva rien à rétorquer, en ayant elle-même bu cela faisait moyen de critiquer à ce moment précis, mais Louna ne s'inquiétait pas, elle aurait le temps de lui faire la morale un autre jour. La jeune femme était la pro de la morale et malheureusement même si elle ne voulait pas l'admettre elle tenait ce trait de caractère de sa grand-mère.

Quand l'ancienne sirène l'eut rejoint, Louna avait toujours sa cuillère dans sa bouche, rien de plus pratique pour parler. Ensembles, elles regardaient les DVD qui s'offraient à elle, d'ailleurs il y a avait beaucoup de film romantique ou de comédie musicale, elle fut même étonner de voir tant de films avec une blonde et Drew Barrimore, était-elle fan ? Oui ça pouvait paraître bizarre de se poser cette question, mais elle en revenait pas. C'était pour cela qu'elle avait arqué un sourcil en voyant leur nom partout et toute avec sa cuillère dans sa bouche elle demande.

- C'est qui la blonde qu'on voit partout ?

Si c'était elle qui avait acheté ses DVD, ça prouvait que c'était une vraie tête en l'air de ne même pas savoir qu'il y avait souvent la même actrice. À ce moment-là, sa soeur de coeur se leva pour retourner dans la cuisine, Louna n'avait pas vraiment saisi pourquoi elle retournait dans cette salle de torture, en même temps elle restait captivée par cette blonde qui apparaissait partout.

''Je te laisse choisir le premier film, mais sache qu'on regarde Never Been Kissed juste après. Tu n'y couperas pas !''

- Never Been quoi ?

Regardant tous les DVD, ce titre ne lui disait rien du tout, culture cinéma zéro, c'était ça d'être toujours à fonds dans son boulot et son association. Assise par terre, elle trouva enfin le DVD, ah un film avec Drew, ça lui allait tout à fait le posant sur la table basse, avec tous ceux qu'elle avait choisit de voir. Relevant la tête, elle vit son amie tranquillement installer, s'étirer. Pouffant devant le choix, elle ferma simplement les yeux pour en attraper un, Ce ne fut pas avec grand sourire qu'elle découvrit le dvd, elle n'était pas fan de cefilm, il allait sans doute la déprimer plus que de raison. Mais bon c'était le destin qui avait choisi, se relevant elle inséra dans le DVD et lança le boitier à Moïra.

- Et voilà, A tout jamais, une histoire de cendrillon ! Tu crois que si je perds ma chaussure au palais de justice ce genre d'histoire va m'arriver ?

S'installant elle-même sur le canapé, elle plaça la place sur le canapé entre elles, pendant que les bandes-annonces du film défilaient, les contes de fées Louna étaient loin d'y croire, surtout depuis l'épisode Will, mais bon quitte à voir ce qui peut arriver si tu rencontres un prince en te faisant passer pour une lady, pour racheter un esclave, c'était un prix à payer. Se servant dans le pot, le constat avec la glace lui donna un frisson, jamais elle s'imaginait que c'était si froid. Mais c'était tellement bon. Voyant que le film allait commencer elle lança un regard perplexe à sa voisine....

- Faut-il vraiment lancer un film que le destin a choisi ? Si  le destin était sympa il m'aurait pas mis sur le chemin de William Silverbow...

N'aillant même pas réaliser qu'elle venait de balancer le nom de la personne qui l'avait brisée, elle prit une portion de glace, il n'y avait aucun doute le si peu d'alcool qu'elle avait bu faisait effet.

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Lun 28 Jan - 5:30




You want one true lover with a thousand kisses...

Les glaces Ben&Jerry's étaient les meilleures du marché. Moïra le savait, elle raffolait de glace en tout genre et de celles-ci en particulier. Si Louna continuait de déprimer après un bon pot de glace et un film digne de ce nom, alors elle ne saurait plus quoi faire. Enfin si, elle pourrait toujours trouver qui était le monstre qui avait ainsi brisé le cœur de son amie et lui faire payer. Elle n'était qu'une gamine, mais elle savait vraiment pourrir la vie des gens. Elle ferait en sorte qu'il regrette ne serait-ce que d'avoir osé posé le regard sur la journaliste. Mais d'ici-là... Ben&Jerry's ! Son amie semblait partageait son enthousiasme à dévorer la glace si l'on se fiait à l'expression de pure envie qui était apparue sur son visage à la vue du pot de Fairly Nuts. La lycéenne trouvait que le nom lui correspondait plutôt bien : elle-même étant assez timbrée, le fait que cela soit son goût préféré l'amusait à chaque fois.

''C'est qui la blonde qu'on voit partout ?''

Arquant un sourcil interrogateur, la lycéenne répondit à son amie, amusée.

''Katherine Heigl ? C'est genre Drew Barrymore en plus jeune mais en moins marrante. Mais elle a plus la côte, va savoir pourquoi.''

La jeune Fisher n'avait rien contre la blonde, mais elle était une fan inconditionnelle de Drew Barrymore depuis qu'elle l'avait vue dans Never Been Kissed, qui était depuis devenu l'un de ses films préféré. Enfant, elle avait même eu le béguin pour Michael Vartan, le héros romantique du film. Bien sûr, elle avait grandi et de ce fait compris que jamais les choses ne se passaient comme dans les films. Elle ne croyait plus qu'un jour un homme la sauverait de sa triste et morne vie, elle savait qu'ils avaient mieux à faire au bar du coin. Elle n'avait pourtant jamais pu oublier ce film, si amusant, même si l'adolescente ne se voyait désormais plus en Josie Geller l'héroïne mais plutôt en Anita sa meilleure amie. Celle qui profitait de la vie sans se prendre la tête, celle qui faisait tout et n'importe quoi au risque de se retrouver dans des situations assez étrange – comme par exemple se voir confondue avec la prof d'éducation sexuelle.

En fait, en y réfléchissant bien, Louna était Josie Geller ! Une jeune et intelligente journaliste au grand cœur qui n'avait pas franchement d'expérience avec les garçons. Ce constat atterrant mais pourtant amusant ne fit que confirmer à l'ancienne sirène que l'homme qui avait joué avec les sentiments de sa sœur de cœur méritait une bonne leçon. Peut-être qu'elle arriverait à convaincre à Cloé de venir jouer avec elle à briser le monstre à son tour histoire de se changer de Lya ! Et puis ça ferait des vacances à William... Sans compter que Moïra aimerait bien avoir un samedi de libre de temps en temps, sans retenues.

Son bref aller retour dans la cuisine avait laissé le temps à Louna de fouiller plus consciencieusement dans les très nombreux DVDs qu'elles possédaient afin de sélectionner quelques uns de ses films préférés. Moïra avait déjà fait son choix de toute manière, par conséquent il ne restait plus à sa colocataire qu'à choisir celui qu'elles regarderaient en premier ce soir-là. Elle avait vaguement entendu la question de son amie pendant qu'elle choisissait parmi la pile de film et se surprit à répondre :


''Never Been Kissed ! Avec Drew Barrymore et Michael Vartan ? Tu vas adorer j'en suis sûre.''

Elles s'installèrent toutes les deux confortablement cependant que le lecteur lançait le DVD. Le menu apparut à l'écran, et la lycéenne reconnut immédiatement A Tout Jamais : une histoire de Cendrillon. Comment Diable en était-elle venu à choisir ce film-là ? L'héritière Nerys se mit à divaguer sur le moyen de vivre un conte de fée digne du film qu'elles s'apprêtaient à visionner, et la jeune Fisher se mit à pouffer de rire en imaginant sa colocataire jouer dans la version moderne – et storybrookienne – de Cendrillon. Au mieux, les hommes qu'elle pourrait rencontrer au palais de justice seront avocats ou juges. Dans le pire des cas ? Un voyou, un criminel qui ne ferait jamais de bien dans la vie de la ravissante brunette. Et franchement, avec la chance qu'elle semblait se coltiner ses derniers temps, elle devrait peut-être attendre un peu avant de tenter sa chance.

''Oui, parce que le fait que ça ait marché pour une pauvre fille prouve que ça fonctionne à chaque fois ! Tu aurais plus de chance en sortant avec Cloé et moi un de ces soirs.''

Mais évidemment elle ne le ferait pas, elle ne le faisait jamais. Si les adolescentes invitaient systématiquement Louna à se joindre à elles, cette dernière refusait à chaque fois, prétextant du travail ou de la fatigue. Les bandes annonces étaient terminées, le pot de glace avait été placé entre les deux amies. Moïra tenta de ne pas se jeter sur la glace, et échoua lamentablement cependant qu'elle réalisait que sa cuillère était déjà plantée dans le pot. Elle savoura la texture onctueuse qui fondait sur sa langue, diffusant un goût de caramel. Seigneur qu'elle aimait ça ! La lycéenne lécha consciencieusement sa cuillère avant de passer sa langue sur ses lèvres avec délectation et réalisa vaguement qu'elle devait offrir un spectacle surprenant. Le film était sur le point de débuter et elle reprit une cuillère de glace, incapable de résister. Louna reprit la parole:

''Faut-il vraiment lancer un film que le destin a choisi ? Si le destin était sympa, il m'aurait pas mis sur le chemin de William Silverbow...''

La jeune Fisher manqua de s'étouffer avec sa glace. De quoi ? Elle toussa et toussa encore, tenta de se calmer. Une fois qu'elle put respirer à nouveau, elle prit une grande bouffée d'air et se tourna les yeux ronds vers sa sœur de cœur, le film oublié depuis longtemps.

''William 'Le Pion' Silverbow ? Attends, c'est de lui que tu parles depuis toute à l'heure ? Grand, brun, un regard qui crie 'je suis toujours maussade' et des bouclettes à la Orlando Bloom dans Pirates des Caraïbes ?''

Les premières scènes du film défilaient, mais aucune des deux brunettes ne suivaient désormais ce qu'il se passait à l'écran. Alors c'était lui le mec dont elle avait d'ors et déjà décidé de pourrir la vie pour ce qu'il avait fait subir à Louna ? D'accord, donc non en fait, ça ne lui fera pas de vacances du tout quand elle s'en prendrait à lui plutôt qu'à Lya. Évidemment, pour les Samedis sans retenues, Moïra allait devoir repasser... Devant l'air ahuri de l'héritière Nerys, elle comprit que la jeune femme n'avait pas la moindre idée de ce dont elle parlait. L'adolescente précisa donc:

''Ton William il est surveillant au lycée. Le pion qui nous donne sans arrêt des heures de colle avec Cloé : c'est lui ! Je savais même pas que tu le connaissais, je me sens nulle.''

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Mer 30 Jan - 21:51




Le rire remplace les pleures !

La journaliste avait eu la réponse à sa question, la blonde qu'elle voyait sur les dvds, n'était nul autre que Katherine Heigl, ouai bah complément inconnu au bataillon ! Même si celle-ci avait la côte comme le disait Moïra, elle sans hésitation préférait Drew Barrymore, son rôle dans E.T l'avait toujours marqué, c'était vraiment là qu'elle l'avait découvert, bon par contre elle avait eu peur de l'extra-terrestre et avait été dormir avec son oncle durant quelque semaine. Il représentait vraiment un père pour elle, même si elle ne l'avait jamais appelé ainsi, celui-ci avait même accepté la présence de la lycéenne, comprenant bien la situation délicate dans laquelle elle se trouvait. Alors que sa grand-mère, elle, avait peur des répercutions sur la famille, pour finir elle s'y était fait aussi. Mademoiselle Fisher avait sa place dans la famille Nerys.

Quand elle avait enfin mis le DVD que le destin avait choisi, elle s'identifia au film et demanda si un jour elle pourrait trouver un homme en perdant une chaussure, Louna trouvait ça mignon , certes si c'était une veille paire délabrée ça serait tout de suite moins romantique, mais bon cela avait toujours son charme. Ah l'amour, il y avait tellement de films à ce sujet dont c'était facile de croire qu'on ne souffrait jamais, sauf qu'elle savait la vérité, l'amour veut surtout dire s'offrir à une personne et risquer que celle-ci te brise sans un moindre remords. Enfin, Louna avait du mal à croire à l'happy end et ce n'est pas quand Moira lui répondit que cendrillon était une pauvre fille et qu'elle aurait plus de chance en sortant faire la fête pour le trouver, qui la fit changer d'avis. Faire la fête, non, elle avait toujours détesté cela, ne s'y trouvant pas à sa place et tous ses mecs qui se croient tout permis. Sa seule réaction fut d'acquiescer avec un sourire pour ne pas vexer la lycéenne, mais elle préférait encore se faire une nouvelle fois briser le coeur par William, qu'aller à une fête. Ne préférant pas lui répondre, elle goûta la glace qui lui fit frémir les papilles et par la même occasion fit échapper le nom de l'homme pour qui elle pleurait depuis des jours. Enfin elle s'en était pas vraiment rendu compte avant de voir Moira s'étouffer et la regarder avec de gros yeux. Qu'avait-elle bien dit pour une telle réaction ?

''William 'Le Pion' Silverbow ? Attends, c'est de lui que tu parles depuis toute à l'heure ? Grand, brun, un regard qui crie 'je suis toujours maussade' et des bouclettes à la Orlando Bloom dans Pirates des Caraïbes ?''

C'était bien la peine d'avoir lancé un film alors qu'aucune des deux le regardait vraiment. Le pion Silverbow, elle ne voyait pas du tout de quoi parlait la brunette, mais la description fait était en tout point le portrait de Will, son regard, ses bouclettes, tout cela lui manquait alors qu'il ne s'était vu que quelques minutes. Elle était comme une droguée qui avait besoin de sa dose et était en pleine crise de manque, sauf qu'elle allait faire une désintoxication pure et net, il était avec Târa et puis c'est tout. Sauf que même après avoir réfléchi, elle ne voyait pas ce que venait faire le mot pion ! Il jouait peut-être une dame après tout, oui l'alcool n'est pas bon pour l'esprit et cela tout le monde le sait.

- Pion ?

''Ton William il est surveillant au lycée. Le pion qui nous donne sans arrêt des heures de colle avec Cloé : c'est lui ! Je savais même pas que tu le connaissais, je me sens nulle.''

Un éclat de rire apparut de la pièce, Louna n'aurait jamais imaginer cela William Silverbow, le petit délinquant juvénile qui puni lui-même les élèves pour des choses qu'il avait surement fait. Non mais ca ne serait jamais venu à l'idée de la journaliste de retourner au lycée surtout que cela faisait que trois ans qu'elle l'avait quitter. Prenant une autre boucher de la glaçe, elle essayait de reprendre son calme. Combien de fois Moïra lui avait parler du surveillant qui les martyrisait et qu'elle avait dit qu'un jour, elle lui tomberait dessus et bah là c'était sur, elle préférait encore envoyer sa grand-mère qu'elle, même avec tout l'amour qu'elle portait à la lycéenne. De nouveau calme, le film continuait a tourner dans le vide.

- Déjà ce n'est pas mon William et je ne lui avais pas parler depuis six ans, donc tu ne pouvais pas le savoir, je te préviens, ne vas surtout pas faire ton justicier qui veut me protéger, les heures des colles ça te gâche ton samedi, un jour que tu pourrais avoir de libre pour t'amuser...

Louna était le parfait exemple, de la femme qui donne des conseils qu'elle ne suit même pas, ne s'arrêtant jamais de travailler pour bosser et les seules vraies pauses de sa semaine, c'est quand elle était derrière les barreaux, mais pour sa défense jamais elle n'avait eu d'heure de colle. Après avoir fait sa miss moraliste, elle se concentra sur le film, la glace était déjà presque finie et elle n'avait toujours pas pleurée. Qu'est-ce qu'il était nul ce film ! Se levant d'un bond elle attrapa le DVD qu'avait choisi sa coloc...

- Marre du destin, nous allons nous prendre en main et faire ce que l'on veut...

Même elle ne savait pas forcément ce que voulait dire sa phrase, c'était un comble pour une journaliste. Insérant le nouveau film, elle se réinstalla sur le canapé en positionnant les pieds sur la table. Déjà à première vue il avait l'air plus intéressant, attrapant la main de Moira, elle lui fit son plus beau sourire.

- merci pour cette soirée ma coloc d'amour !

Claquant des doigts pour éteindre la lumière, elle se plongea dans le film

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   Lun 17 Juin - 19:34




The sun will rise, it'll be alright


Moïra n'en revenait pas. William Silverbow, le surveillant qui lui menait la vie dure – à juste titre, même si elle ne l'admettrait jamais pas même sous la torture – était l'ex-petit ami de Louna ? Elle passa en revue toutes les choses horribles mais méritées qu'elle avait dites à son sujet à la journaliste. Et elle en avait dites... Non pas qu'elle les regrettait maintenant qu'elle savait que sa sœur de cœur et Bouclettes se connaissaient, mais le fait qu'ils aient été ensemble pouvait lui faire revoir certains de ses commentaires. Comme par exemple ceux qui impliquaient un cactus. Sans doute devait elle se considérer chanceuse que ces deux-là n'aient pas décidé de renouer le contact, pourtant cette seule pensée serra quelque peu le cœur de la lycéenne. Son amie ne méritait pas de souffrir, certainement pas sur le compte d'un imbécile à la coupe de cheveux ridicule.

Mais voilà que Louna riait. Elle riait ? Moïra fronça des sourcils en observant la jeune femme avant d'examiner la glace plus en détail, comme la soupçonnant d'avoir causé son hilarité. Peut-être que le stress, la fatigue et la tristesse avaiten eu raison de l'équilibre fragilisé de sa colocataire. Le rire de l'héritière devint contagieux, et l'adolescente sentit ses lèvres s'étirer en un sourire las mais indulgent. A la télé, les scènes d'enfance de l'héroïne avaient fait place à une Drew Barrymore martyrisée par sa belle famille mais aucune des deux amies ne s'en était aperçu. Elles étaient ensemble, elles étaient bien. Elles étaient une famille. L'ancienne sirène ne l'avouerai jamais à personne, mais elle se sentait davantage chez elle ici que chez son père. Elle était peut-être une Fisher, mais à l'intérieur elle ne pouvait être qu'une Nerys. Et c'était la raison pour laquelle elle ne laisserait certainement pas Bouclettes s'en sortir après avoir brisé le cœur de la journaliste. Comme si cette dernière avait lu dans ses pensées, elle déclara:


''Déjà ce n'est pas mon William et je ne lui avais pas parlé depuis six ans, donc tu ne pouvais pas le savoir, je te préviens, ne vas surtout pas faire ton justicier qui veut me protéger, les heures de colle ça te gâche ton samedi, un jour que tu pourrais avoir de libre pour t'amuser...''
''Il faudrait savoir : je croyais que ton but dans la vie c'était de m'empêcher de m'amuser comme je l'entends ?''


Devant le regard insistant de son amie, la fugueuse laissa échapper un long et sonore soupir tout en se tournant complètement pour être face à Louna et finit par ajouter :

''Ça va, je te  promets de ne pas jouer les WonderBitch avec lui même s'il mériterait qu'on le scalpe et qu'on le pende par les pieds la tête dans une cuve pleine de jus de citron...''

Par contre, si Moïra découvrait qui était l'autre femme, il se pourrait bien qu'elle lui rende une petite visite pour parler des endroits où s'était promenée la répugnante langue du pion récemment... Histoire de discuter ! Satisfaite de cette bonne résolution, elle plongea une nouvelle fois sa cuillère dans la glace trop longtemps négligée pour en reprendre une bouchée. Finalement elle se repositionna face à l'écran qui affichait une Angelica Huston plus vicieuse que jamais en train de malmener les domestiques de feu son défunt mari. Ce n'était pas le meilleur film pour la situation et au moment où la lycéenne se faisait cette réflexion, sa sœur de cœur se redressa brusquement la faisant sursauter. Elle alla changer le film, décidant de prendre son destin en main même si cela se résumait pour le moment à changer de DVD. Louna mit Never Been Kissed puis se réinstalla aux côté de la fugueuse, lui prit la main et parla:

''Merci pour cette soirée ma coloc d'amour !''

Ce à quoi Moïra répondit avec la plus grande sincérité du monde :

''Je serai toujours là pour toi, soeurette...''

Finalement, leur famille n'était peut-être pas si bancale qu'elle l'avait cru.

(c) B-NET
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}   
Revenir en haut Aller en bas
 

Ice cream is a girl's best friend {Louna & Moïra}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Diamonds are a girl's best friend ♥ Belle B.
» Madison&Louane | diamonds are a girl's best friend
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Goodbye my old friend...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-