Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Mer 21 Aoû - 1:09





Moïra Matthew


La lumière blafarde de son téléphone illuminait ses traits dans la pénombre. Voilà plusieurs fois qu’il faisait défiler les mêmes sms sur son écran pour être sûr de ne pas s’être trompé. Samedi soir, 20h. On était bien samedi et il était bien vingt heure… Enfin, il était arrivé en avance en plus. Il laissa s’échapper un long soupir remplit d’impatience. Le jeune homme était appuyé contre le devant de sa voiture au point de rendez-vous que lui avait donné la demoiselle de ses rêves. Il avait pris soin de ne pas allumer ses phares alors qu’il pénétrait sur le territoire du dragon, alias grand-mère Nerys, histoire de ne pas se faire repérer. Peut-être lui en voudrait-elle encore d’avoir volé la vedette durant la soirée des fiançailles ? Enfin, il voulait surtout éviter qu’elle lui demande d’organiser le mariage en vérité. Matthew n’avait pas le temps pour un si grand événement, la vieille allait devoir se trouver quelqu’un d’autre. D’ailleurs, pour ce qui était des missions impossibles et des intrigues amoureuses, Mlle Rosewater conviendrait surement mieux ! Bref, l’animateur avait été discret et attendait sagement près de la petite porte de service à l’arrière du domaine. Il n’avait aucun inconvénient à venir chercher Moïra, cela dit, il espérait que tout soit prêt à temps...

L’animateur se demandait à cet instant, alors qu’il était bien trop tard pour reculer, s’il n’en avait pas trop fait. En fait, Matthew avait la qualité du défaut, il se laissait parfois emporter, mais le résultat restait exceptionnel. Espérons seulement que cette soirée-ci ferait partie de ces plus belles réussites… Mieux ne valait pas penser au pire alors que le meilleur restait à venir ! Pour cette soirée un peu spéciale, l’acteur s’était habillé plus simplement que lors de leur dernière rencontre. Après mûre réflexion, un  jean foncé et une chemise gris-bleu feraient l’affaire. Il roula les manches jusqu’à ses coudes et ne la boutonna pas jusqu’au col pour rester libre de ses mouvements. Au diable les cravates qui vous étranglent et les vestons qui vous font transpirer ! Il avait même réussit à coiffer ses mèches rebelles en quelque chose de convenable, mais il avait préféré ne pas se raser ce matin, car sa peau nue le rajeunissait trop à son gout. Bref, il était davantage lui-même en espérant que cela conviendrait.

Soudain, il entendit le bruit d’une porte qu’on ouvre, puis le son de pas qui approchaient. Quand son regard de saphir tomba sur les traits fins de la demoiselle, un sourire naquit sur ses lèvres. Un sourire qui s’étira de plus en plus. La magie du premier regard refit surface et le cœur de Matthew semblait cogner fort dans sa poitrine. Il se redressa et ouvrit la portière côté passager pour la belle avec un clin d’œil. Réalisant qu’il avait oublié un truc, il lui fit signe d’attendre une seconde, puis il déplaça sa veste de cuir pour la jeter sur la banquette arrière. Son véhicule n’était pas une voiture de luxe comme les Nerys, mais quelque chose de confortable au moins.


« Votre carrosse mademoiselle ! »

La nervosité l’empêchait de sentir la fraîcheur du mois de février, mais on n’était jamais trop prudent. Masha risquait de lui faire une scène s’il tombait malade encore une fois, déjà qu'il travaillait trop selon elle... C’était à se demander qui avait élevé qui au fil des ans ! À l’accident de ses parents et à l’introduction de sa nièce dans sa vie, Matthew était déjà un célibataire endurcit et marié à son travail, pourtant, aujourd’hui et depuis une certaine danse, il avait espoir d’un autre genre d’avenir. Enfin, il était encore tôt pour le dire, mais jamais dans toute son existence l’ancien gitan n’avait ressenti pareille émotion en présence d’une jolie dame. Il lui sourit à nouveau lorsqu’il referma la portière pour aller s’installer derrière le volant. En route vers leur destination mystère, l’animateur ne dit pas un mot sur l'endroit, préférant garder la surprise, mais eut la politesse d’échanger des banalités pour ne pas s’emmurer dans un silence absolu. Finalement, l’organisateur gara sa voiture devant l’aquarium et lança un sourire espiègle à sa compagne, cherchant également une réaction de sa part. Comme il avait harcelé la propriétaire de l’aquarium pour avoir les lieux pour cette soirée ! Avoir un semblant de célébrité et de bons contacts avaient bien aidé. Il sortit alors de la voiture pour lui ouvrit la porte comme un vrai gentleman.

« Je voulais un endroit tranquille, loin des regards réprobateurs cette fois, mais tout aussi magique… » dit-il alors qu'il lui présentait son bras comme dans ce rêve qu'il avait fait quelques jours auparavant.


« Refusons tous deux que nos
lendemain soient mornes et gris. »

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Mer 11 Sep - 1:09



In my life
There's been no one like him anywhere... Anywhere, where he is... If he asked... I'd be his

Le parc qui entourait le manoir Nerys d’ordinaire si calme résonnait des notes d’un groupe obscur dont le dernier album devait au moins dater des années grunge. Le vacarme assourdissant avait pour origine la petite annexe tout au fond du domaine où vivaient l’héritière Nerys, Louna, et sa jeune colocataire Moïra. Cette dernière, profitant une énième fois de l’absence de son amie, avait mis le premier disque qu’elle avait trouvé et avait monté le son de la musique à fond afin de signifier au reste des habitants du domaine qu’elle ne souhaitait pas être dérangée. D’ordinaire elle agissait ainsi en grande partie pour ne pas voir la vieille mais aussi pour pouvoir faire la fête avec Cloé et parfois Maddhen en toute tranquillité, pourtant ce Samedi-là l’adolescente était toute seule chez elle. 

La journée était passée si lentement, trop peut-être au goût de la brunette qui triturait son bracelet faute d’avoir quelque chose de mieux à faire. Le fait qu’elle n’avait finalement travaillé que le matin à la Perle Rare n’avait en rien arrangé son sentiment d’impatience. Qu’elle prenait son temps, cette trotteuse dans l’horloge. Faisait-elle exprès de s’arrêter plus longtemps qu’il ne le fallait sur chaque chiffre ? Elle se promenait sur le cadran comme si elle ne voulait jamais arriver à destination, enrageant la jeune Fisher qui n’avait de cesse de la scruter comme pour la forcer à aller plus vite. Ce n’était plus une trotteuse, c’était une flânante ! Elle qui d’ordinaire valsait d’une heure à l’autre. A cette pensée, ce fut une toute autre danse que se remémora l’ancienne sirène. Un tango brûlant qui l’avait laissée faible face à un bel homme.

Elle qui avait cru ne pas le revoir avant longtemps, elle avait été surprise d’apprendre que Louna avait donné son numéro à Matthew. Si elle n’avait pas formulé le moindre remerciement, Moïra avait tout de même pris soin de ne plus faire de remarques désobligeantes au sujet de William – du moins plus devant sa colocataire – et s’était forcée à leur laisser la maison de temps en temps pour que les futurs mariés puissent se retrouver seuls. Voilà comment elle en était arrivée là : apprêtée et impatiente. La lycéenne avait pourtant pris son temps : elle avait commencé par hésiter longuement entre une petite robe noire et une robe vintage plus simple d'un bleu océan. Elle avait fini par opter pour la bleue, parce qu'elle aimait l'océan et le bleu, et aussi parce que la noire donnait l'impression qu'elle essayait trop.

Le reste des préparatifs avait été du même genre : une fois sa douche prise elle avait hésité à se sécher les cheveux au séchoir ou à l'air, puis sur sa coiffure, son maquillage, ses bijoux, ses chaussures... Moïra n'était peut-être pas la petite fille bien sous tous rapports que l'on entendait d'elle, elle n'en demeurait pas moins une adolescente qui – et cela lui coûtait de le reconnaître ouvertement – voulait à tout prix plaire à son rendez-vous. Si Cloé était là, elle rigolerait bien ! La seule chose sur laquelle elle n'avait pas hésité une seule seconde, ce fut son parfum, le même que le soir de leur rencontre.

La musique tournait en boucle depuis un peu plus de deux heures lorsque la jeune Fisher avait achevé sa préparation et pourtant il lui restait encore une bonne heure à attendre. La fugueuse s'était depuis installée sur le sofa après avoir éteint la musique, zappant régulièrement pour ne pas s'endormir devant les programmes télévisuels tous plus stupides les uns que les autres. Elle jouait avec le bracelet de sa mère, le collier de Cloé, ses chaussures, ses cheveux qui tombaient en mèches ondulées autour de son visage... Le stress montait. Elle n'avait jamais stressé avant pour un garçon. Sauf qu'elle n'avait pas rendez-vous avec un garçon, mais avec un homme. Un homme séduisant et adorable. Un homme bien. Moïra ne savait pas bien quoi faire avec ce genre de personnes, celles qu'elle ne méritait pas, mais elle avait envie d'essayer de toutes ses forces avec Matthew.

Le coucou de l'horrible horloge qui trônait fièrement au milieu de la pièce retentit soudain, annonçant l'heure tant redoutée. Un tintement, puis deux, puis trois. Vingt en tout, et alors que le temps semblait avoir finalement reprit son cours normal, la jeune femme, elle, était pétrifiée sur place. Elle avait tellement attendu ce moment qu'elle n'avait même pas réfléchi à ce qui allait se passer ensuite. Et s'il décidait qu'elle n'était qu'une gamine stupide ? Ou pire encore, s'il n'était pas l'homme pour lequel elle avait craqué comme une vulgaire godiche à ce fameux bal. Non, il était ami avec Louna, bien sûr qu'il était tel qu'il s'était montré lors de cette soirée.

Revenant à elle, Moïra se leva et éteignit la télé avant de se rendre dans l'entrée où l'attendaient son blazer et son sac. Un dernier coup d’œil dans le miroir, le temps pour la brunette de se demander si elle en avait assez fait avec sa robe et sa coiffure simples. Se mordillant les lèvres, elle se dit qu'il était de toute façon trop tard pour se changer et après un bref état des lieux de l'annexe, elle sortit. La fugueuse prenait délibérément son temps pour arriver jusqu'à la grille, car une demoiselle ne montrait jamais son impatience en particulier en matière de rendez-vous galant. C'était l'une des seules leçons utiles qu'elle avait retenu de ses sœurs.

Mais lorsqu'enfin elle vit Matthew, la lycéenne se demanda pourquoi elle n'était pas allée plus vite car il méritait qu'on se presse pour lui. Il était tellement plus... Lui ce soir-là. Plus beau en un sens, car si le costard faisait honneur à certains, c'était bel et bien ce jean et cette chemise qui étaient faits pour lui. Et toujours ce regard qui l'étourdissait et qui pourtant lui donnait envie de danser, rire et chanter pour que toujours il la regarde. Le beau brun lui sourit et pour la première elle réalisa qu'il ne la connaissait pas plus qu'elle ne le connaissait. Elle pouvait tout recommencer avec lui, être celle qu'il lui donnait envie d'être. Aussi guimauve et fleur bleue qu'elle le désirait puisqu'il ignorait qu'elle méprisait ces filles qui juraient avoir trouvé l'homme de leur vie après un regard et un sourire. C'était avant, ces filles-là désormais elle en faisait partie. Et elle s'en fichait.


''Bonsoir.''

Ce simple mot avait résonné aussi fort qu'on son de cloche dans la nuit. En parfait gentleman, il lui ouvrit la portière de sa voiture et la laissa s'installer. Moïra ignorait où ils se rendaient mais vu le tenu de son cavalier ils allaient dans un endroit intime et c'était pour le mieux. Elle se réjouissait de passer une soirée tranquille avec cet homme qui lui faisait monter le rouge aux joues et battre le cœur. Au moins ils ne seraient pas interrompus une nouvelle fois par quelqu'un qui se mêlait de ce qui le regardait en rien.

Matthew prit place derrière le volant et ils partirent. La brunette n'essaya même pas de demander où ils se rendait, elle préférait avoir la surprise. Et elle fut surprise en effet lorsqu'il se gara devant l'aquarium de la ville. Les yeux ronds et interrogateurs, la fugueuse semblait perdue. Elle adorait cet endroit, surtout que Diane, la grande sœur de Cloé y travaillait, mais il était fermé à cette heure-ci. Le beau brun ne dit rien, se contentant de sortir et de venir lui ouvrir la portière dans sa galanterie.


''Je voulais un endroit tranquille, loin des regards réprobateurs cette fois, mais tout aussi magique…''
''Tu as bien fait. J'adore cet aquarium.''


Moïra prit le bras que lui avait tendu l'animateur et elle repensa encore une fois à leur rencontre. L'air frais de l'hiver la poussa à se rapprocher de son cavalier cependant qu'il l'escortait vers l'entrée du bâtiment. Une pensée lui vint : et si Diane était présente ? Après tout elle était la directrice... Mais l'adolescente se rappela que Cloé passait la soirée avec sa sœur et fut aussitôt rassurée. Ce soir elle ne voulait penser à personne d'autre qu'à celui qui était à ses côtés.

Ils pénétrèrent le lieu qui paraissait bien vide sans les dizaines de visiteurs que la brunette avait l'habitude d'y croiser. L'organisateur l'entraînait avec lui comme s'il voulait l'emmener dans un endroit bien particulier. Passant d'une pièce à l'autre, ils appréciaient tout simplement la présence de l'autre tout en s'émerveillant çà et là de certaines créatures marines. Enfin ils arrivèrent dans une pièce plus grande que les autres. La seule source de lumière provenait des bassins qui constituaient trois des quatre murs qui les entouraient. Une lueur bleutée qui se reflétait partout, jusque dans les yeux de Matthew. Moïra observait l'endroit avec un émerveillement enfantin, et un sourire de joie simple étira ses lèvres. Ils étaient au fond de l'océan, eux aussi. La fraîcheur de l'eau, le remous des vagues... Elle nageait, évoluait dans ce monde sous-marin inconnu et réalisa se rappela soudain qu'elle en avait rêvé.

La jeune Fisher était au milieu d'un rêve, et elle le partageait avec Matthew.


''C'est magnifique.''
BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Jeu 26 Sep - 21:01





Moïra Matthew



L’aquarium semblait un étrange choix pour un premier rendez-vous, mais Matthew n’était pas non plus un homme ordinaire. S’il ne devait y avoir qu’une soirée avec sa belle et même si elle se révélait catastrophique alors, au moins, elle serait mémorable. Le genre de chose qu’on ne pouvait tout simplement pas oublier et puis, il avait le sens du spectacle notre ancien gitan ! Une fois que la jeune femme s’extirpa du véhicule et prit son bras, il referma la portière et verrouilla les portes. Affichant un sourire victorieux, il entraîna la belle vers l’intérieur du bâtiment. Miracle, elle aimait son choix de lieu ! Elle aurait pu le prendre  pour un genre d’illuminé... Il n’était pas fou, juste un peu excentrique sur les bords !

Matthew eut une petite pensée pour Diane, la propriétaire, et se mordit la lèvre inférieure, inquiet qu’elle ne se décide à apparaître. En réalité,  il lui avait un peu mentit en échange des clés, feignant de tournée quelques images de l’aquarium pour sa prochaine émission. Il le ferait cependant, mais pas ce soir. Ils étaient arrivés bien après les heures d’ouverture, il n'y avait donc aucune lumière d’allumée pour éclairer leur chemin ou d’enfants turbulents qui se précipitaient pour cogner sur les vitres. Visiblement, ils étaient seuls. L’animateur se détendit puisqu’ils ne risquaient pas d’être dérangé par un dragon ou qui que ce soit. Aillant méticuleusement préparé son plan, l’homme dans la trentaine servit de guide dans la pénombre jusqu’à une vaste salle ou, soudain, tout fut agréablement lumineux. Les murs étaient presque tous d’énormes vitres qui donnaient une vue imprenable des différents bassins. Le mouvement de l’eau sous la lumière de chaque vitrine formait des reflets bleutées qui serpentaient au pied des deux jeunes gens. Parfois, la silhouette d’un banc de poisson venait s’ajouter à ce jeu d’ombre et de lumière. Ils étaient tous deux au cœur de la mer, éblouient par les couleurs vives des coraux et le mouvement lent des algues qui dansaient dans le courant. L’air ébahit de Moïra valait tous les trésors de l’océan aux yeux de l’ancien funambule.

« Content que ça te plaise, mais je te jure qu’il n’y a pas que les poissons qui sont magnifiques. » dit-il alors qu’il ne pouvait détacher son regard de la demoiselle.

Elle n’avait pas besoin d’une longue robe rouge et d’immense boucles d’oreille en diamant pour que le beau brun n’apprécie ses sourires et le son de sa voix. Éternel romantique, l’organisateur ne pouvait s’empêcher de penser à la magie de la soirée des fiançailles. Ce qu’il s’était produit à ce bal voulait forcément dire quelque chose. Quoi encore, il aurait du mal à le dire. Pour le moment, il se contentait de savourer l’agréable compagnie de la sirène. Il se sentait chanceux.

Le gitan libéra le bras de la demoiselle pour s’emparer plutôt de sa main, attirant ainsi son attention. En faisant quelques pas de plus dans la pièce, on pouvait apercevoir une table pour deux. Un simple meuble circulaire en bois avec une nappe blanche et deux chaises. La célébrité locale avait également emprunté un chandelier dans la panoplie de décor au studio. Personnellement, il ne saurait que faire avec un trois branches victorien dorée, ça ne collait pas tellement avec la décoration du célibataire endurcit de son appartement.


« Tu as faim ? J’avoue que je ne connais pas vraiment tes préférences alors j’ai pris de tout. »

Il tira la chaise de Moïra pour qu’elle puisse s’asseoir, puis se pencha pour prendre un panier de pique-nique à côté de la table. Matthew avait bien des talents sauf celui de faire à manger, d’ailleurs, la petite Masha s’en était souvent plainte. Après avoir dévalisé le menu du Granny’s Dinner, ils allaient potentiellement trouver de quoi les satisfaire. De plus, le salaire d’un animateur de télé ne servait pas juste à financer la survie des nonnes de Storybrooke aux œuvres de charité, il pouvait se payer ce genre de petites folies de temps en temps. Néanmoins, il y avait quelque chose que l’organisateur n’avait pas acheté au restaurant.  

« Champagne ? »

Suivant le panier qui laissait maintenant voir tout son contenu, Matthew attrapa une bouteille qu’il avait mis au frais dans un seau à glace sous sa propre chaise. Maintenant, l’étape difficile, retirer le bouchon sans se crever un œil. Il fit quelques pas sur le côté pour éviter de mettre la belle en danger, soudain, le bouchon partit dans les airs et alla faire tomber une décoration du plafond. Le dit ornement était en forme d’étoile de mer un peu flippante avec de gros yeux. Matthew fit une petite grimace un peu loufoque, puis rit doucement. Il fit un clin d’œil à la jeune femme alors qu’il remplissait son verre.

« Le secret du plongeon suicidaire de Barrie l’étoile de mer devrait rester entre nous, d’accord ? »


« Refusons tous deux que nos
lendemain soient mornes et gris. »

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Dim 27 Oct - 23:25



In my life
There's been no one like him anywhere... Anywhere, where he is... If he asked... I'd be his

Magique. Il n'y avait pas d'autre mot pour qualifier cette soirée, et elle ne faisait que commencer. Le silence assourdissant de la salle des bassins faisait résonner les battements de son cœur à ses oreilles et pour la première fois de la journée il était apaisé. Moïra se sentait à nouveau sûre d'elle, comme dans son élément entre les poissons et les reflets des vagues. L'écho diffus de l'eau était une douce musique qui ajoutait au merveilleux de ce moment. Elle, l'océan et Matthew. L'animateur semblait tellement à sa place dans ce tableau idyllique. L'adolescente ignorait pourquoi il avait choisi l'aquarium pour leur premier rendez-vous, mais elle était heureuse qu'il l'ait fait.

Lorsqu'elle avait pris la parole c'était avec la fascination d'une enfant. Qu'importait, elle savait que s'il l'avait emmenée dans cet endroit c'était sans doute aussi un peu parce qu'il comprenait ce qu'elle voulait dire.


''Content que ça te plaise, mais je te jure qu'il n'y a pas que les poissons qui sont magnifiques.''

Elle aurait voulu ne pas rougir, paraître confiante et sophistiquée, et surtout habituée à ce genre de compliments. C'était l'un des premiers conseils que ses sœurs lui avaient donné en matière de garçon, l'ancienne sirène entendait encore les voix de ses aînées lui répéter 'Si tu n'es pas demandée, les hommes ne sont pas demandeurs !' comme s'il s'agissait de la parole d'un grand sage. A la vérité, la jeune Fisher n'avait pas l'habitude de recevoir ce genre de compliments sauf peut-être de la part de Cloé pour rire. Elle se savait jolie évidemment, à quoi bon jouer les fausses modestes, mais elle ne se l'entendait pas souvent dire.

En un sens, l'ancienne princesse d'Atlantica préférait que Matthew soit celui qui lui dise ce genre de chose. Il savait toujours quoi faire ou quoi dire pour la faire se sentir bien, même si elle ignorait comment il faisait. Il devrait peut-être donner des cours à la prochaine génération, ça ne serait pas du luxe vu les garçons qu'elle croisait au lycée. Elle pensa qu'un cours d'éducation à la drague serait autrement plus utile qu'un cours d'éducation sexuelle, tout le monde savait quoi faire sous la couette mais pas comment arriver jusque là. Sauf peut-être Cloé et Liam. A eux il leur faudrait des cours de rattrapage dans tous les domaines.

Moïra hésita à répondre quelque chose, mais elle ne savait pas vraiment quoi dire. Elle voulait lui retourner le compliment, lui dire qu'il n'avait pas besoin d'un costume pour être élégant ni même d'un cadre princier pour être attirant. Mais elle craignait de paraître gauche alors elle ne dit rien, se contentant de lui offrir un sourire qui parla pour elle. Le beau brun la prit par la main et l'entraîna vers une table qu'elle n'avait pas vu jusque là. Ce geste était si simple et pourtant il y avait tellement plus. Il avait tout prévu pour un dîner aux chandelles au fond de l'océan et la lycéenne se dit que quel qu'en soit le dénouement, cette soirée resterait la plus magique de toute sa vie.


''Tu as faim ? J'avoue que je ne connais pas vraiment tes préférences alors j'ai pris de tout.''
''Je meurs de faim.''


Ce n'était peut-être pas très féminin, mais c'était la vérité. Elle avait passé la journée à attendre vingt heures et n'avait manifesté que très peu d'intérêt pour les restes de plats à emporter du Dragon Guerrier. Son estomac s'était dénoué et faisait désormais sentir – silencieusement, heureusement pour elle – son besoin de nourriture quelle qu'elle soit à la brunette. En vrai gentleman, Matthew lui tint sa chaise pendant qu'elle s'asseyait et elle se dit qu'elle pourrait vite s'habituer à cela. Il produisit ensuite un impressionnant panier de pique-nique remplit des bons plats du Granny's. L'adolescente ne pouvait pas en être sûre, mais avait l'impression qu'il avait commandé tout ce qui était sur la carte. Quand elle le vit également sortir une bouteille de champagne elle s'exclama:

''Eh bien tu as fait les choses en grand !''

Matthew s'était éloigné pour ouvrir la bouteille, et le bouchon sauta jusqu'au plafond où il délogea l'un des nombreux ornements de la salle aux bassins. Alors qu'il revenait pour lui servir un verre de bulles, il la fit sourire avec le secret de la chute de Barrie. Prenant un air de conspiratrice amusée, Moïra s'approcha de l'animateur à qui elle dit:

''Je suis certaine que Barrie ne vendra pas la mèche à Diane.''

La jeune Fisher prit alors son verre et attendit que le brun se soit servit à son tour. Il dégageait une telle assurance. Elle se rappela avoir fait le même constat lors de leur dernière danse ce fameux soir de bal chez les Nerys. Et quelle danse... Souvent elle y repensait et regrettait que leur soirée ait tourné court à cause du dragon. Moïra avait pris exemple sur Louna et adopté ce surnom pour la vieille et qui semblait avoir été créé pour elle. Une fois la coupe du beau brun remplie, elle leva la sienne et demanda:

''A quoi devrions-nous trinquer ?''

C'était vraiment une soirée exceptionnelle. Elle était dans un endroit magique avec un homme génial et sans personne pour les juger. Et un dîner succulent les attendait. La jeune Fisher se sentait flattée qu'il ait fait autant d'efforts pour elle. C'était presque comme dans les films, non c'était mieux que dans les films car c'était réel. Tout simplement. Ils trinquèrent ensemble avant de s'intéresser au contenu du panier et Moïra put constater qu'elle avait eu raison : Matthew avait bien commandé tous les plats du menu du Granny's. Elle était touchée par son geste mais néanmoins gênée qu'il ait été forcé de tout commander dans le doute.

Il y avait de tout : des burgers, des salades, des plats chauds, des sandwiches et une grande variété de desserts. Chaque plat était dans sa propre boîte à emporter avec ses couverts intégrés. Le tout donnait une impression de bonne franquette contrastant avec le cadre romantique et lui conférant ainsi cette petite touche de fantaisie qui caractérisait si bien l'animateur. La lycéenne l'observait, ses cheveux ordonnés mais pas impeccablement coiffés, sa barbe de un jour, ses grands yeux bleus enfantins... Il était extrêmement séduisant. Leur regard se croisèrent et Moïra afficha un sourire cependant qu'elle prenait la parole.


''Alors c'est ça ton truc pour séduire les filles ? Tu les emmènes dans un endroit où elles peuvent manger à leur faim sans être juger par les voisins de table ?''
BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Mar 31 Déc - 0:00





Moïra Matthew


Il y avait ce petit je-ne-sais-quoi d’ensorcelant en lien avec la mer, belle et cruelle, profonde, mais agitée. Il n’avait jamais été un marin, dans cette vie ou dans l’autre, mais il lui semblait possible de comprendre la fascination qu’on pouvait avoir face à l’eau et ses mystères. Après tout, il y avait tant de belles histoires à propos des profondeurs marines ! Des trésors engloutis, des citées perdues et des naufrages déchirants. La liste était longue et pourtant, voyageur de la terre, Clopin s’était toujours contenté de regarder de loin. Les secrets de l’océan faisaient partie des rares qu’il ne comprenait pas tout à fait. Pas plus qu’il ne comprenait pourquoi Moïra Fisher n’était pas comme toutes ces autres filles. Elle en avait l’air pourtant, physiquement parlant, mais l’éclat de ses yeux était plus hypnotique, ses mouvements plus agréables et sa beauté plus enchanteresse que toutes les jeunes femmes qu’il avait croisé dans sa vie. Hormis Masha, mais dans ce cas-là, il s’agissait simplement de l’admiration d’un oncle pour sa ravissante et pure nièce… Pour l’heure, l’ancien bohémien continuait d’apprécier les ondulations de lumière bleutée qui se rependaient dans la pièce et, plus précisément, sur les doux traits de sa cavalière. L’océan lui allait bien, aussi étrange que cette phrase pouvait paraître, elle effleura l’esprit de Matthew alors qu’il remplissait les deux coupes du champagne qu’il venait de déboucher. Barrie, ou plutôt le cadavre de Barrie, restait étendu sur le sol plus loin.

« S’il on ne touche à rien, tu penses que Diane croira qu’il s’agit d’un accident ? » dit-il un peu gêné quand même d’avoir abimé les décorations de l’aquarium de cette façon. Enfin, il espérait que cet incident reste un secret entre lui et la jolie brune. D’ailleurs, jusqu’à présent, la colocataire de Louna sembla apprécier sa soirée et cela ajouta à la bonne humeur de l’animateur. Lorsqu’elle lui fit remarquer qu’il faisait les choses en grand, Matthew ne put qu’acquiescer de la tête. C’était plus fort que lui, le sens du spectacle l’habitait !

« Toujours. On ne vit qu’une seule fois après tout ! »

Le beau brun fini par s’asseoir de son coté et alluma les grandes bougies blanches préalablement posées sur le chandelier. L’objet doré avait été mis sur le rebord de la table, évitant ainsi de mettre une barrière entre lui et la dame en rouge. Puis, la demoiselle proposa de porter un toast et Matthew leva lui aussi sa coupe dans les airs et fit mine de réfléchir un moment. Il y avait bien des choses pour lesquelles l’animateur était reconnaissant. Il pouvait lever son verre au faite que le destin ait mis une si belle femme sur sa route, qu’elle ait accepté son invitation et qu’elle continue de l’émerveiller ainsi longtemps. Il finit par y aller avec un classique.

« À une autre magnifique soirée et qu’elle ne soit pas la dernière je l’espère ! »

Leurs coupes se cognèrent avec un léger tintement sonore et il plongea son regard dans celui de Moira pour éloigner le maléfice. Matthew avait un faible pour les légendes, c’était un fait établit, alors en matière de superstition, il avait encore la naïveté d’y croire. Il avait été élevé en fonction de regarder la personne droit dans les yeux lorsqu’on trinquait sinon la malchance s’abattait… De plus, la soirée n’était pas encore achevée qu’il souhaitait déjà revoir la jeune femme. Bref, il porta ensuite le liquide pétillant à ses lèvres avant de s’intéresser au contenu du panier pique-nique. La bouteille de champagne étant retournée au frais dans son seau à glace près de sa chaise. Il y avait tellement de chose qu’il n’était pas facile de choisir. Au moins, il ne mourait pas de faim ! Matthew ne s’en rappelait peut-être pas, mais autrefois, le gitan savait très bien ce que cela voulait dire que d’être torturé par la faim. Il s’était d'ailleurs mis à voler pour cette raison.

« Je suis démasqué ! Ça fonctionne au moins ? » demanda-t-il avec un sourire moqueur. « Pour ce qui est de se faire juger, je crois que Nemo là-bas n’arrive pas à détacher les yeux de toi… Mais nous sommes deux fautifs dans ce cas. » rajouta-t-il avec un mélange d’humour et d’admiration devant sa cavalière. Les grands bassins de l’aquarium le faisait sentir minuscule dans la pièce alors que les poissons, petits et grands, nageaient doucement tout autour. « Prend tout ce que tu veux ! Je ne vois pas l’intérêt de commander du resto’ si c’est pour ne manger qu’une salade au final… »

Il lui sourit, préférant de loin une femme avec de l’appétit, espérant que Moira ne s’identifie pas aux personnes qui se souciaient du nombre exact de calories qu'il y avait dans leur assiette. Il attendit patiemment que la jeune femme fasse son choix avant de rapprocher le panier de pique-nique pour s'emparer de quelques plats. Il avait choisit un burger comme entrée, un plat de pâtes et du pain pour la suite. Il n'arrivait pas à se décider pour le dessert et remis donc à plus tard. L'excitation en attente de cette soirée lui avait coupé l’appétit toute la journée, mais plus maintenant. Il attrapa également des ustensiles au fond du panier et ouvrir les emballages.

« Bon appétit ! S'il nous reste beaucoup de chose on pourra toujours aller en donner un peu aux enfants à l'orphelinat en douce... Au début, j'ai pensé nourrir les dauphins ici, mais je ne suis pas sûr qu'ils raffolent de la pizza. »

Non seulement Matthew aimait son travail, mais il aimait également les personnes responsables de sa réussite ; les enfants. Il ne ratait jamais une occasion de les faire sourire tout comme il ne refusait jamais de venir en aide à ceux dans le besoin. Son entourage lui disait parfois qu'il perdait son temps, qu'il était trop gentil et qu'il faisait confiance à des gens qui n'en valaient pas la peine comme cet étrange juge, Thobias J. Fire, qui se montrait pourtant très aimable. Matthew avait du mal à croire qu'on pouvait juste perdre espoir envers ceux qui en avaient désespérément besoin. De plus, c'était une occasion de voir si  la jolie brune était aussi merveilleuse qu'il le croyait en acceptant de faire une bonne action. Il était loin de s'imaginer que la meilleure amie de cette dernière vivait à l'orphelinat...


« Refusons tous deux que nos
lendemain soient mornes et gris. »

© Méphi.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Dim 2 Mar - 16:30



In my life
There's been no one like him anywhere... Anywhere, where he is... If he asked... I'd be his

Alors qu'il leur servait le champagne, Matthew demanda si elle pensait que la directrice de l'Aquarium se douterait qu'il avait quelque chose à voir avec la chute tragiquement mortelle de la décoration. Le regard de Moïra s'attendrit lorsqu'elle croisa celui de son rendez-vous et qu'elle réalisa qu'il s'inquiétait réellement de sa maladresse. Avec un sourire indulgent elle secoua la tête, quelque mèches volant autour de son visage et lui chatouillant la peau.

''En tout cas ce n'est pas moi qui lui vendrai la mèche, promis. Ces décorations sont là depuis toujours, il doit arriver que certaines fatiguent je suppose.''

Avec un sourire elle accepta la coupe qu'il lui tendit. La jeune femme fit remarquer que le beau brun faisait les choses en grand ce à quoi il répondit que c'était toujours la cas, puisque l'on ne vivait qu'une fois. Elle hocha la tête, approuvant. C'était une bonne philosophie de vie pensait l'adolescente, une qu'elle ne craignait pas d'appliquer. N'était-ce d'ailleurs pas la raison de tout cela ? Profiter de l'instant présent, ne pas réfléchir aux conséquences, c'était bien ce que faisait Moïra ce soir-là bien plus que tous les autres. Et même si elle allait le regretter, même ce rêve finissait par la mordre, c'était un rêve qui valait le coup d'être vécu. Oui on ne vivait qu'une seule fois, et c'était ce qu'elle voulait faire : vivre. Carpe omnus et non carpe diem, vivre chaque instant, la totale.

Cependant que l'animateur allumait les bougies, la jeune Fisher ne le lâchait pas du regard tant qu'elle dû s'obliger à tourner la tête lorsqu'il leva les yeux. Elle s'ordonna mentalement de se calmer avant de se reconcentrer sur les deux océans qui la fixaient désormais et demanda à quoi ils devaient trinquer. En réalité elle n'avait qu'une envie : finir sa coupe d'une traite pour se donner de l'aplomb. Alors que le regard de Matthew avait accroché le sien, Moïra réalisa qu'il pensait chaque mot qu'il prononçait pour son toast. Il était si sincère, la soirée commençait à peine et déjà il espérait que d'autres suivraient, elle ne pouvait que se joindre à lui et lever son verre à cela. La seule constatation que ses propres sentiments étaient réciproques coupa le souffle à l'adolescente ce qu'elle s'empressa de cacher en prenant une – grosse – gorgée de champagne.

Ce après quoi ils débutèrent le repas. Amusée devant l'énorme quantité de nourriture qui lui presque autant l'eau à la bouche que l'animateur, la brunette ne put s'empêcher de demander joyeusement si c'était sa technique pour faire fondre les demoiselles : leur permettre de se nourrir correctement. Il répondit au tac-au-tac avant de demander si cela marchait. Avec un hochement de tête faussement solennel, elle lui fit comprendre que oui il marquait bien un point de plus avec son festin. Car après tout, elle mourait de faim ! Il continua sur le ton de la confidence lorsqu'il lui déclara qu'apparemment Nemo et lui-même ne la lâchait pas des yeux. Le regard pétillant elle répondit:


''Je me vois donc dans l'obligation de briser le cœur de l'un de vous deux... Pauvre Nemo.''

Elle sentit un grand sourire étirer ses lèvres et se demanda vaguement depuis quand elle souriait aussi sincèrement. Joyeusement. Il devint un sourire de remerciement lorsque Matthew lui dit de manger ce qu'elle voulait car c'était bien là la raison pour laquelle il semblait avoir dévalisé les cuisines de la vieille Granny. Aussitôt la lycéenne piocha parmi les repas et sortit du panier un lot de bâtons de mozzarella avec leur sauce ainsi qu'un plat de pommes de terre sautées avec une côte de porc. Elle ne prit pas le temps de choisir un dessert, préférant attendre au cas où elle ne puisse plus rien avaler après tout cela. Moïra vit que le jeune homme aussi avait fini par faire son choix et tout deux se trouvaient désormais face à face, leur repas n'attendant qu'eux cependant qu'il lui tendit les couverts.

Alors que l'animateur lui souhaitait bon appétit, l'ancienne sirène ignora superbement son entrée cependant qu'elle l'écoutait lui proposer de distribuer discrètement les repas qu'ils n'auraient pas touchés aux orphelins de la ville. Faisant bien attention à ne rien laisser transparaître, la benjamine des filles Fisher réfléchit à toute vitesse. Depuis le déménagement de Liam chez son cher paternel, il n'y avait plus que Cloé qu'elle fréquentait à l'orphelinat, et celle-ci était chez sa sœur ce soir-là. Normalement elle passait la nuit là-bas, et si les autres enfants la connaissaient, Moïra ne pensait tout de même pas qu'ils soient un danger pour elle. Et puis elle voulait que la soirée dure aussi longtemps que possible. Avec un peu de chance, Owen serait endormi quand ils arriveraient et ne poserait donc pas de questions.


''Oui ce serait super ! Est-ce qu'on aura aussi droit à une histoire pour la peine ? Pour qu'on fasse de beaux rêves cette nuit.''

Autant en profiter ! Elle n'avait pas menti dans son sms : l'émission qu'il animait était vraiment prenante et elle se surprenait souvent – de plus en plus ces derniers temps – à écouter les contes merveilleux que le brun racontait voire jouait. Sa voix déjà si agréable à entendre était merveilleusement passionnée lorsqu'elle contait les aventures d'un quelconque prince bravant tous les dangers dans le seul espoir de sauver sa douce. Il aimait ce qu'il faisait, et elle aimait l'écouter faire. Moïra espérait seulement que sa chère meilleure amie ne déciderait pas à la dernière minute de rentrer dormir à l'orphelinat cette nuit-là.

Pour la énième fois elle se dit que tout aurait été plus simple si elle n'avait pas menti sur son âge. Car elle savait que Matthew la croyait plus âgée, et un mensonge par omission n'en était pas moins un mensonge. Mais l'aurait-il regardée s'il avait su la vérité ? Probablement pas. Sûrement pas. Non. Elle n'aurait été que la gamine qui se serait amourachée d'un homme séduisant comme tant d'autres adolescentes de son âge. Certains la montreraient du doigt, beaucoup se moqueraient mais le beau brun lui ne la verrait même pas. Et elle voulait qu'il la regarde, qu'il lui sourit, de ce sourire qui l'avait totalement envoûtée lors de leur rencontre.

Jetant un coup d’œil à ses bâtons de mozzarella elle hésita à les manger comme elle se faisait d'habitude – c'est à dire avec les doigts comme la coutume le voulait – ou en se servant de ses couverts. L'ancienne sirène observa l'entrée de l'animateur et vit qu'il s'agissait d'un hamburger, très difficile à manger avec un couteau et une fourchette. Elle se détendit alors et attrapa un premier bâtonnet de ses doigts et commença à manger, appréciant le croustillant de la chapelure et le fondant du fromage. La vieille Granny pouvait se targuer de faire les meilleurs beignets de mozzarella de la ville ! Une fois le premier dévoré, Moïra reprit la conversation:


''Alors si je fais la liste tu es animateur dans une émission pour enfant, tu organises des soirées pour le gratin de Storybrooke et tu nourris les orphelins.''

L'adolescente rajouta mentalement qu'il était aussi particulièrement séduisant et qu'en plus le dragon semblait l'aimer au moins autant qu'elle aimait Moïra. Ce qui était définitivement un point positif de plus.

''Ça semble presque trop beau pour être vrai. Tu devais être sacrément populaire au lycée !''

Elle reprit un bâtonnet pour en prendre une autre bouchée. La jeune Fisher se sentait bien avec Matthew, il était tellement simple et gentil. A vrai dire il était à l'opposé des garçons qu'elle avait fréquenté dans le passé, mais c'était sans doute la raison pour laquelle elle croyait que ça pouvait marcher. Il n'était pas fait pour elle, il était fait pour une femme douce, agréable et surtout une femme de son âge. Mais que pouvait-elle dire ? Elle était égoïste, elle le voulait pour elle même si pour cela elle devenait quelqu'un d'autre. Une meilleure version d'elle-même. Elle se sentait capable de tout faire là, au fond de l'océan. L'ancienne sirène était chez elle, dans son royaume, et elle pouvait tout entreprendre pour l'homme qu'elle voulait.
BY .TITANIUMWAY

[/color]
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Dim 23 Mar - 16:38





Moïra Matthew



Les bulles du champagne lui chatouilla les lèvres qui s’étirèrent dans un autre sourire destiné à la belle devant lui. Il finirait par avoir mal aux joues à force de sourire ainsi continuellement, mais il était incapable de faire disparaître cette expression un peu bête sur ses traits, ne réalisant toujours pas la chance qu’il avait d’intéresser quelqu’un comme Moïra. L’amour rend aveugle et il est vrai qu’il ne connaissait pas encore très bien, ou même intimement, la jolie brune. Cela dit, une partie de lui, ce côté très romantique et excentrique, voulait déjà mettre le monde à ses pieds si cela pouvait lui faire délivrer tous ses secrets. Quelle était sa couleur préférée ? Son plat préféré ? Son film favori ? Il en faisait surement un peu trop, même si ce n’était que dans sa tête, mais on ne change pas les vieilles habitudes si facilement ! C’était un peu ça le coup de foudre, non ? Ne plus être capable de se sortir cette personne de la tête...

Il passait vraiment un beau moment, l’ambiance était légère et le décor magnifique. Matthew pouvait plaisanter sans paraître déplacé ou instaurer un malaise. La demoiselle embarquait dans son petit jeu et promis de garder le secret sur les circonstances fatales du décès de Barrie l’étoile de mer. Avec du recul, il aurait pu l’appeler Patrick, mais ça aurait été terriblement cliché ! Quoique tout ceci n’était-il pas tirer du plus sirupeux des films ? Comme cette scène où la jeune femme fatale n’avait qu’à battre des cils pour faire succomber l’homme devant elle. L’animateur espérait quand même une note de distinction sachant que ce n’était pas si commun de s’introduire de nuit dans un aquarium pour dîner. Il utilisait même Nemo pour faire un compliment ! L’animateur voulait qu’on se rappel de lui à tout prix. L’ironie totale compte tenu des plans de la reine diabolique et de sa malédiction…


« J’espère qu’il s’en remettra le pauvre, mais je ne suis pas du genre à partager ! » dit-il en parlant du poisson orange qui s’était remis à nager dans le bassin derrière sa cavalière de danse. C’était une belle révélation que de voir que son intérêt était partagé, mais c’était encore plus agréable de pouvoir flirter sur le sujet sans gêner personne.

Sur la table, les chandelles se consumaient lentement, éclairant joliment le visage de Moïra. Avec les reflets du mouvement de l’eau dans la lumière du bassin, on aurait dit que la jeune femme était entourée d’un halo de lumière presque divin. Il se doutait qu’elle n’était pas tout à fait un ange. Enfin, pour être franc, il l’espérait. Matthew ne voulait pas avoir l’air vulgaire, mais il n’avait pas eu que des pensées chastes depuis ce fougueux tango lors de la soirée des fiançailles… Sauf qu’il voulait aussi plus qu’une nuit, il voulait réellement la connaitre. Peut-être qu’ainsi il comprendrait pourquoi il était déjà si accro à la demoiselle en si peu de temps. Une délicieuse odeur de nourriture vint chatouiller ses narines et réveiller son estomac. Ouvrant l’emballage de son hamburger comme entrée, l’animateur examina la réaction de la brune suite à sa proposition un peu spéciale de faire un détour à l’orphelinat. Il prit une bonne bouchée de son repas et se rendit compte que ce n’était pas le choix le plus judicieux lorsqu’il se retrouva la bouche pleine lorsque ce fut à lui de répondre. Il mit une main devant sa bouche le temps de mastiquer et d’avaler sa bouchée.

« Bonne idée ! S’il n’ait pas trop tard quand nous sortirons d'ici, je pourrais toujours raconter une histoire.Tu as une histoire préférée d’ailleurs ? Enfin, quand tu étais plus jeune peut-être en avais-tu une que tu adorais en particulier ? » Parfois, Matthew arrivait à oublier à quel point il vivait dans un monde fantaisiste. Un monde d’enfants comme disaient ses pairs. Pourtant, cela le passionnait autant que les gamins qui regardaient son émission de télé tous les matins. Il espérait tout de même être pris au sérieux et ne pas sembler avoir une obsession malsaine pour un monde imaginaire comme le petit Henry. Il prit une autre bouchée de son hamburger, puis le fini rapidement ensuite. L’appétit lui était revenue et il ouvrit son plat de pâtes, mais n’y toucha pas tout de suite.

« En fait, j’étais surtout le clown de service au lycée. Comme aujourd’hui, je ne tenais pas en place et je faisais toujours dix mille choses à la fois. Club de théâtre, de menuiserie, bénévolat, etc. Par contre, je n’en faisais qu’à ma tête. Mes notes étaient passables et mes pitreries énervaient bien les profs. Et toi, tu ressemblais à quoi au lycée ? » Il prit une bouchée de son repas principale et ferma les yeux de délice, c’était vraiment succulent. « Tu veux goûter ? » demanda-t-il avec politesse en pointant son repas. Il prit un peu de nourriture avec sa fourchette dans une main et mis l’autre en dessous pour ne rien échapper, puis tendit la bouchée vers Moïra avec délicatesse. Peut-être était-elle dédaigneuse sur le fait d’utiliser la même fourchette que lui, il ne le réalisait qu’après coup. Enfin, qu’elle le dise si quelque chose n’allait pas. Il se sentait capable de tout pour que cette soirée soit réussie. Soudain, il réalisa que Moira le fixait avec amusement.

« J’ai de la sauce sur le visage, pas vrai ? » demanda-t-il avec un sourire gêné alors qu’il avait effectivement une tâche sur le coin des lèvres.


« Refusons tous deux que nos
lendemain soient mornes et gris. »

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Mar 20 Mai - 18:38



In my life
There's been no one like him anywhere... Anywhere, where he is... If he asked... I'd be his

Alors que Matthew annonçait qu'il n'était pas du genre à partager, Moïra tenta de cacher son air satisfait et échoua lamentablement. Elle non plus ne comptait pas partager alors le fait qu'il le déclare aussi simplement, comme l'évidence même, la rassurait en un sens. La jeune fille prit une seconde pour blâmer Louna et ses films romantiques à deux sous qui montraient des protagonistes se demandant inlassablement si leur rendez-vous conduirait à un coup d'un soir ou bien à plus. Comment avait-elle pu ne serait-ce que penser à se poser la question au sujet de l'animateur ? Il était tout ce que ses précédentes relations n'étaient pas : drôle sans être lourd, confiant sans être arrogant, flatteur sans pour autant ne l'être que pour la mettre dans son lit... Même si elle espérait en son for intérieur qu'il y pensait tout de même. Quelque part entre le moment où elle avait perdu sa virginité et celui de sa rencontre avec le beau brun, la dernière des Fisher avait compris que l'acte était d'autant plus agréable si elle le partageait avec quelqu'un avec qui elle avait réellement envie de le faire et pas seulement parce que l'occasion se présente. Ils parlèrent de l'orphelinat et d'histoires pour enfants, quoi de plus normal pour un conteur et une ancienne sirène ?

''Si je devais en choisir un, je dirais Alice au Pays des Merveilles. Je n'ai jamais vraiment aimé les histoires de princesses et d'amour, j'adorais Alice parce que du haut de ses six ans c'était une aventurière. J'aimais l'idée qu'il y avait autre chose à découvrir que Storybrooke.''

Moïra repensa à ses souvenirs qu'elle laissait sortir rarement, ceux de six fillettes jouant toutes ensemble, riant, chantant mais qui se taisaient toujours comme un seul homme lorsque leur grand-mère venait les garder et leur racontait des histoires. Les filles Fisher s'aimaient comme des sœurs à l'époque. Bien sûr, elles s'aimaient toujours, mais de loin comme on aime une amie d'enfance que l'on a perdu de vu des années plus tôt ou un trésor qui a un jour valu plus que tous l'or du monde à nos yeux mais qui aujourd'hui n'est plus que la breloque qu'il a toujours été. Avec un sourire indulgent, la lycéenne se remémora son jeu favori pour embêter ses sœurs. Elle reprit:

''Je me rappelle que quand j'étais petite je passais mon temps dans le jardin de mon père pour chercher un terrier de lapin, même quand mes sœurs me disaient que c'était stupide parce que justement : nous n'avions pas de lapin !''

Elle rit de bon cœur, avant de finalement refermer la porte sur ses souvenirs.

La conversation bifurqua ensuite sur le lycée, et si elle n'était pas trop occupée à compter les reflets de l'eau sur le visage de Matthew, Moïra se serait donné une gifle magistrale pour avoir elle-même abordé ce sujet. Elle termina son deuxième bâton de mozzarella en l'écoutant lui raconter quel genre d'élève il était à l'époque. Bizarrement, elle n'était pas surprise par la description que lui faisait le beau brun sur son alter ego lycéen. Après tout, elle ne savait pratiquement rien de lui mais l'homme qu'elle avait en face d'elle était le reflet de ce qu'il avait été adolescent : drôle, artiste, altruiste. Si différent d'elle ! La jeune fille n'était pas altruiste pour deux sous, les seules fois où elle s'autoriser à montrer qu'elle avait bel et bien un cœur c'était pour aider un de ses potes orphelins et Cloé lui avait affirmer que non, mélanger les contenus de bouteilles sans étiquette pour en faire un cocktail pas trop mauvais ça n'était pas de l'art. A la limite, on aurait pu la considérer amusante... Si on aime les blagues irresponsables et les tours de mauvais goût.

Vint la question fatidique, celle à laquelle elle avait déjà commencé à se préparer avant même que l'organisateur n'ait fini de poser sa question. Affichant un sourire innocent digne des plus grandes actrices, l'ancienne sirène prit son assiette mais ne l'attaqua pas immédiatement.


''J'étais une vraie rebelle ! Une dure à cuire, du genre à enfermer ceux qui me cherchaient une fois de trop dans les casiers. Ma meilleure amie et moi passions plus de temps en retenue qu'en cours, même en comptant ceux qu'on séchait. On n'était pas méchantes, on testait les limites. Je les teste encore un peu parfois...''

Et sans autre forme de procès la dernière des filles Fisher planta sa fourchette dans son repas pour en sortir une bouchée qu'elle dégusta avec un enthousiasme non feint. Elle avait entendu Ruby et Becky discuter entre elles – comprendre ici que la première tentait de calmer la deuxième alors que celle-ci était en pleine crise d'hystérie – du fait que certains membres du personnel du Dragon Guerrier avaient osé dire que le restaurant chinois était le meilleur restaurant de la ville. Que Rebecca se rassure : le Granny's avait encore de belles et longues années à passer sur la première marche du podium si il continuait de servir des plats aussi délicieux.

''Tu veux goûter ?''

Levant les yeux pour les plonger dans ceux de Matthew, elle hocha la tête avec entrain avant de se pencher en avant par dessus la table pour approcher ses lèvres de la fourchette qu'il lui tendait. Les reflets bleus dansaient autour d'eux, et la lumière des chandelles aurait presque gâché la beauté du tableau si elle ne faisait pas briller les yeux du jeune homme d'une lueur chaude. Ou peut-être était-ce son regard qui l'était ? Elle le sentait quand il l'observait, quand il la caressait sans même la toucher. Ce n'était pas la première fois que l'ancienne sirène sentait une sensation de picotement agréable suivant sur sa peau le trajet de ses yeux bleu profond, traçant des motifs à l'encre invisible mais imprimés en sillons brûlants dans les souvenirs de l'adolescente. Elle préféra ne pas repenser aux pas de danse qu'ils avaient esquissés le soir des fiançailles et qui s'étaient changés en corps à corps fiévreux. Si elle lui faisait la moitié de l'effet qu'il lui faisait alors elle était bien contente de savoir que Louna avait prévu de dormir chez William.

Une petite voix dont l'intonation ressemblait désagréablement à celle de sa colocataire lui souffla que ce n'était pas bon de se jeter au cou d'un homme dès le premier soir. Mais ce n'était pas le premier soir, il n'avait certes pas été son cavalier attitré au fameux bal de leur rencontre, mais il avait été le seul. Et si déjà à ce moment-là elle avait été prête à le suivre loin des festivités alors elle n'allait pas changer d'avis maintenant. Surtout pas maintenant, quand plus personne ne pouvait les interrompre. Seulement elle restait une adolescente, une petite peste aventureuse, mais tout de même une adolescente. Elle ne pousserait pas non plus les choses, la part d'elle qui aimait regarder des films de Drew Barrymore tout en serrant sa peluche préférée contre elle pour que les murs eux-mêmes ne puissent pas entendre qu'elle connaissait les répliques par cœur ne la laisserait pas prendre les devants. Une fois, juste une, elle voulait savoir ce que ça faisait d'être Drew Barrymore.

Le plat qu'avait choisi l'animateur était délicieux, mais avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit à ce sujet, Moïra remarqua qu'un peu de sauce s'était logé au coin des lèvres de celui-ci. Elle se retint de glousser – de rire, Moïra Fisher ne glousse pas – mais ne parvint cependant pas à masquer son sourire. Matthew pour sa part devait avoir compris d'où venait l'air amusé de la lycéenne puisqu'il lui demanda s'il avait bien de la sauce sur lui. Elle n'y tint plus, et laissa échapper un léger rire en hochant la tête.


''Attends.''

Sans réfléchir elle se pencha davantage au-dessus de la table, réduisant encore la distance qui les séparait et tendit la main vers le visage du beau brun. L'adolescente posa ses doigts délicats sur la gorge de l'homme, traçant presque instinctivement la ligne de sa mâchoire en lui faisant lever un peu plus la tête et d'un léger coup de pouce, essuya la sauce du visage figé qui lui faisait face. Enfin, dans un élan qu'elle ne saurait pas expliquer, l'ancienne sirène lava son pouce entre ses lèvres. Lorsqu'elle réalisa ce qu'elle venait de faire, Moïra était trop engourdie pour rougir aussi se contenta-t-elle de se rasseoir avec un léger sourire devant l'expression de son compagnon. Elle se racla la gorge plus pour attirer l'attention de l'organisateur qu'autre chose et proposa de lui faire goûter son propre repas. Elle reprit ensuite tranquillement:

''Et donc, toi ton histoire préférée c'est quoi ?''
BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Lun 16 Juin - 20:36



In my life
There's been no one like him anywhere... Anywhere, where he is... If he asked... I'd be his

L’amour n’est peut-être qu’une folie passagère, mais l’animateur et son tempérament d’aventurier y faisaient un grand plongeon sans réfléchir. Sur un coup de tête ou suite à un coup sur la tête, allez savoir, Matthew se disait qu’il ne devait pas être le seul qui sentait cette chimie dans l’air. Son optimiste sans faille lui soufflait de profiter du moment, car on ne sait pas ce dont demain est capable. À la lueur des chandelles et entre deux vrombissements de vague, il pouvait entendre son cœur qui chantait presque. Pas de battement affolé par la nervosité, juste un rythme régulier qui lui faisait monter le sang aux joues à chaque sourire de la belle princesse qui était descendu de sa tour. Il n’y avait pas à se demander pourquoi il réussissait à se salir la bouche avec sa nourriture, la brune lui prenait toute son attention. Tous ses souffles étaient destinés à sentir son parfum comme chaque battement de ses paupières était une surprise de voir cette délicieuse apparition toujours face à lui. Un peu exagéré vous dites ? Et bien, si l’amour n’est pas une bonne raison de l’être, alors quand laisserions-nous un peu de cette folie rose bonbon venir titiller notre imagination et bercer nos cœurs ? Non, Matthew préférait continuer de rêver aussi longtemps qu’il le pouvait ! Elle pourrait plonger ses ongles dans sa poitrine pour lui arracher le cœur qu’il la remercierait encore d’avoir accepté son invitation. Pensées plutôt naïves pour quelqu’un qui ne l’avait jamais eu totalement brisé auparavant.

« Alice aux Pays des Merveilles… Très bon choix ! Tu sais pourquoi un adulte n’aurait pas tenu plus de quelques minutes aux Pays des Merveilles ? Parce qu’un enfant ne cesse jamais de croire qu’on peut changer les choses alors que parfois les grandes personnes se contentent de faire ce qu’on leur dit… Il n’y avait qu’Alice pour suivre un lapin parce qu’il ne répondait pas à ses questions au lieu de passer son chemin. » Et le voilà repartit dans ce monde de rêve plein de rires d’enfants, de marionnettes qui s’agitent et d’histoires remplies de magie. Clopin aurait sans doute fait fureur au Neverland, faute d’avoir une maman pour raconter des histoires, le gitan aurait sans doute pu amuser les enfants perdus pendant un long moment. Et puis, il aurait pu voir une sirène… Qui sait s’il l’avait déjà fait ou non, la mémoire de son autre vie lui avait été enlevée. Les adolescents en collant vert n’étaient que dans les livres après tout.

« Je me souviens que lorsque j’ai raconté cette histoire à Masha, quand elle était plus jeune, elle a voulu adopté à peu près tous les chats du quartier parce que, forcément, il devait bien y en avoir un qui parlait ! » rajouta-t-il le regard dans le vague, un sourire nostalgique sur les lèvres. Il rit doucement avant de prendre une autre bouchée de son assiette de pâtes. « Mais une fois au refuge, elle a préféré adopter un pitbull plutôt. »

Qui aurait pu résister aux grands yeux suppliants de la petite Masha ? Certainement pas tonton Matthew ! Il avait toujours été un tendre au fond, même s’il s’attirait parfois des ennuis au lycée. Cela dit, il n’était pas le seul. Apparemment, Moira était une vraie rebelle ! Une vraie petite Alice et Dieu seul sait combien il aurait donné pour être son chapelier fou… Le repas avançait bien et le gout succulent de celui-ci poussa l’animateur à vouloir partager. Puis, une tâche à la commissure de ses lèvres lui procura la meilleure excuse pour que la brune veuille bien se rapprocher de lui. Sa main délicate suivit le tracé de sa mâchoire et ce bref contact déclencha un long frisson le long de sa colonne vertébrale. Il eut le souffle coupé et ne dit rien. Il se contenta de regarder le visage de la jeune femme, si belle et encore trop loin, dans les lueurs féeriques du miroitement de l’eau. Puis, elle s'assit simplement et relança la conversation. S’il n’avait pas eut son estomac encore à moitié vide, il aurait sans doute décrété que bien assez de mots avaient été dit pour le reste de la soirée.

« Merci. » dit-il simplement avant de répondre à sa question. Il se redressa sur son siège, sentant toujours le chemin qu’avait pris les doigts de la brune sur sa peau comme une brûlure. « C’est plutôt difficile de choisir, mais je dois admettre que les aventures de Sindbad le marin me fascinent. J’ai toujours voulu faire le tour du monde vois-tu… Je le ferais surement un jour, quand je travaillerais un peu moins. Il y a un endroit que tu voudrais visiter en particulier ? Hors Storybrooke je veux dire… »

Il prit encore quelques bouchées de son assiette, touchant le fond, puis s’empara d’une serviette de table en papier du Granny. Il plia le bout de papier à plusieurs reprises, ne pouvant s’empêcher de se donner un peu en spectacle. Avec ses talents basiques d’origami, l’ex bohémien réussit à faire une forme animale. « Tu voudrais voir le Sphinx ? Bon là, c’est un chat, mais… C’est l’intention qui compte ! » Ses doigts habiles s’agitèrent à nouveau pour faire disparaître le chat et construire plutôt une longue tour pointue. « La tour Eiffel ? Ou la tour de Pise ? » dit-il en abaissant le bout pointu pour en faire une forme plus circulaire. Finalement, il chiffonna le tout en une boule bien ronde et la mise entre la lumière de la bougie et le visage de la brune pour l’éclairer. « Tu voudrais peut-être voir la lune ? » Après tout, rien n’est impossible avec un peu d’imagination… Le beau brun déposa la sphère de papier sur la table et du bout du doigt, il la fit rouler jusqu’à la jeune femme. Cela aurait pu passer pour une mauvaise blague ou une mauvaise façon de briser la glace, mais venant de Matthew, ce n’était qu’un geste un peu enfantin et dénudé de malice.

« Je pourrais te donner la lune si tu la veux et je ne parle pas de la boule de papier…» dit-il d’un ton doux, mais soudain, une mine malicieuse vint éclairer ses traits. « Mais, il me faudrait quelque chose en échange ! »
BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   Mer 21 Jan - 21:02



In my life
There's been no one like him anywhere... Anywhere, where he is... If he asked... I'd be his

L’ancienne sirène fut ravie de constater que Matthew comprenait ce qu’elle avait tant aimé dans le conte qui avait bercé son enfance. Comment en aurait-il pu être autrement ? Jusque-là tout avait été parfait entre eux. Raccord. Le cœur de Moïra manqua un battement lorsque le beau brun mentionna Masha. La seule Masha qu’elle connaissait était l’amie de Louna, et accessoirement celle qui semblait s’être donné pour mission de mettre Cloé en prison. Cette Masha-là n’était pas méchante juste… Pas commode. Mais assurément il y avait bien d’autres Masha à Storybrooke, comme il devait y avoir plusieurs Masha possédant un pitbull… Ce n’était qu’une coïncidence. Qu’une coïncidence qu’elle avait peur de vérifier pour le moment. A la place elle rit à l’anecdote qu’il venait de lui raconter.

''C'est bien connu que les chiens sont plus bavards que les chats ! J'en ai un aussi, Mojito, une vraie pipelette.''

L’amour profond qui illumina le visage de Matthew lorsqu’il parla de Masha toucha Moïra. La voix de sa fleur bleue de colocataire lui murmura qu'il serait un jour un bon père. Mais elle se tût lorsqu'ils partagèrent ce moment si spécial, ce moment qui promettait tellement plus pour l'avenir. Pourtant l'adolescente y mit fin d'elle-même, elle ne voulait rien brusquer. Matthew semblait tellement différent de tout les autres, et pas simplement parce qu'il était un homme et non un garçon. Elle le connaissait à peine, mais elle avait le sentiment qu'il allait changer son monde lui qui avait déjà chamboulé sa vie.

Moïra devait bien avouer qu'elle ne connaissait pas vraiment les aventures de Sindbad, hormis ce qu'elle avait vu dans les téléfilms de vacances et quelques dessins animés. Peut-être que si elle demandait gentiment Matthew accepterait de les lui raconter lors d'un prochain rendez-vous. Mais elle pouvait comprendre sa fascination pour de telles histoires : l'idée de s'évader de Storybrooke avait toujours été ce qui avait fait tenir l'adolescente. Savoir qu'un jour elle partirait loin, si possible avec Cloé, se construire une vie meilleure à Boston ou ailleurs. Elle s'était toujours dit que c'était la raison pour laquelle enfant elle aimait à ce point les contes qui parlaient de mondes extraordinaires, aussi magiques que mystérieux.


''Il y a un endroit que tu voudrais visiter en particulier ? Hors Storybrooke je veux dire…''

La lycéenne laissa un bref éclat de rire lui échapper en piquant dans son assiette sans y prêter attention.

''Y a-t-il un endroit que je ne voudrais voir à l'extérieur de cette ville ?''

Et c'était vrai. Tout à l'extérieur de Storybrooke semblait un pays lointain et extraordinaire qui ne demandait qu'à être découvert. Le jeune homme sembla vouloir deviner quel lieu en particulier faisait rêver la brunette et de ses mains habiles joua les origamistes en créant tour à tour les monuments les plus célèbres au monde. L'Egypte, la France, l'Italie, Matthew énumérait les pays pendant que ses doigts caressaient la serviette en papier pour lui donner forme. Mais l'ancienne sirène avait des goûts plus exotiques. Si elle était une vraie citadine, Moïra était fascinée par les paysages, les lacs et les rivières en particulier. Comme le lac Tahoe, les gorges de Makaroa ou encore les Fairy Pools. Elle espérait avoir un jour l'opportunité de voir des lieux aussi enchanteurs.

L'animateur termina par l'espace, avec la Lune qui devait être magnifique ce soir-là. Venant de n'importe qui d'autre, la lycéenne aurait cru à une blague de mauvais goût mais elle ne douta pas un instant qu'en la circonstance il avait simplement voulu se montrer romantique. Elle ramassa la boule de papier qu'il venait de faire rouler jusqu'à elle et joua avec comme on jouait avec les pétales d'une rose.

Matthew reprit la parole et Moïra cessa de respirer. Le sourire qui étirait ses lèvres depuis le début de leur rendez-vous semblait-il se figea et ses grands yeux surpris se plantèrent dans les iris bleus du beau brun. Elle n'en espérait pas tant et certainement pas le premier soir, mais voilà qu'il lui promettait la Lune et la jeune femme ne savait que répondre. Jamais personne n'avait prononcé des paroles aussi simples mais magnifiques. Comme une vérité toute nue, fragile et pleine de promesses. Poétique. C'était aussi beau qu'un coucher de Soleil, aussi délicat que la brume, aussi terrible qu'un ouragan. La lycéenne avait l'impression d'être une funambule qui venait de basculer dans le vide : son monde tournait, tournait et tournait encore. Elle se sentait comme Alice chutant dans le terrier du lapin et elle eut envie de rire devant le ridicule de la situation. Ce n'était pas une déclaration d'amour qu'il venait de lui faire, et pourtant il l'avait fait. Il venait de changer son monde.

L'ancienne sirène ne savait que répondre aussi resta-t-elle silencieuse. Une lueur malicieuse éclaira le regard du beau brun et le moment était passé, juste comme cela. Il demanda quelque chose en échange de ses belles promesses et Moïra reprit son verre avant de répondre:


''Vraiment ? J'ignorais que les gentlemen avaient pour habitude de réclamer des faveurs...''

Un sourire mutin aux lèvres, la princesse déchue s'amusait à remuer le champagne dans sa coupe avant d'en prendre une dernière gorgée, la vidant complètement. Elle reposa son verre, se leva et reprit la parole tout en s'approchant de Matthew.

''Mais puisque tu t'es donné autant de mal, je peux bien t'offrir une danse.''

L'adolescente prit les mains de l'animateur et l'attira vers elle, le forçant à se lever. Debout face à face, une légère différence de taille était visible entre eux et Moïra devait lever les yeux pour garder son regard plongé dans celui du jeune Grey. Celui-ci la fit tournoyer sur elle-même et elle se mit à rire. Il l'attira près de lui et elle passa ses bras autour du cou de Matthew et sentit les mains du jeune homme glisser sur le tissu de sa robe au bas de son dos. Le souffle court, le cœur à cent à l'heure, la lycéenne aurait voulu pouvoir dire qu'elle avait trop bu mais la vérité était toute autre.

L'ancienne princesse d'Atlantica entendit son cavalier commencer à fredonner l'air de 'Heaven' des Warrant tout en l'entraînant avec lui. Ils dansèrent. Aussi naturellement que s'ils s'étaient trouvés sur une piste de danse. Était-ce l'imagination de la jeune fille ou bien la lumière était encore plus tamisée qu'auparavant ? C'était un peu comme si le fond de l'océan dans lequel ils se trouvaient avait décidé de leur offrir ce moment parfait. Les poissons nageaient autour d'eux, les remarquant à peine, mais elle n'en avait cure. Elle était de retour au Pays des Merveilles, le sien. Moïra voulait que jamais leur danse ne se termine, comme elle l'avait voulu la nuit de leur rencontre. La joue contre lui, cette chaleur tangible qu'elle sentait à travers sa robe, la brunette laissa échapper un soupir de bien-être.

En cet instant l'ancienne sirène était certaine qu'elle ne le laisserait pas s'éloigner. Pas une deuxième fois, pas après l'occasion manquée le soir des fiançailles de sa colocataire. C'était sa vie, personne ne lui dirait ce qui était bien ou mal. La jeune Fisher ne voulait pas que cette danse prenne fin et en même temps languissait de vivre la suite de leur histoire naissante. C'était sa tête qui tournait et non plus le monde désormais. La danse était moins sensuelle que leur première mais autrement plus intime. Leurs pas ralentirent jusqu'à s'arrêter complètement tandis que les paroles moururent dans la gorge de Matthew. La chanson était peut-être finie mais la soirée, elle, ne faisait que commencer. Et quelle soirée magnifique ça allait être...
BY .TITANIUMWAY

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Flashback] « Mon amour, je t'ai vu au beau milieu d'un rêve... » ft. Moïra Fisher
» [flashback] Quand l'amour provoque la haine, même les âmes les plus pures noircissent. [Licinia]
» [Flashback] « L'amour est la seule passion qui ne souffre ni passé ni avenir. » || Aurea&Niger
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-