Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

  Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Lun 30 Juin - 15:53





Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer.





Scott & Lilwenn


Lilwenn s'était évertuée de ne pas penser au pire et pourtant le pire se produisait, depuis la crise qu'il l'avait emmené à revoir le docteur Tetlena, un mois était passé, un mois à sentir l'usage de ses jambes lui échapper. Sa vie était devenue un calvaire, à présent, elle était obligée de se déplacer en fauteuil roulant, celui qui ignorait son état était simplement aveugle. Elle n'était plus retournée en cours, passant la plupart de sa vie à l'hôpital vu que la maison n'était pas adaptée à son état, puis les médecins voulaient surveiller la progression de sa maladie. Elle voyait bien qu'il y avait peu d'espoir de rétablissement, une infirmière essayait de toujours de lui donner d'espoir, mais vivre dans un tel lieu n'arrangeait en rien son moral, certes sa chambre était bien décorée, ses parents s'étaient évertués d'en faire un petit havre de paix, emmenant un chevalet pour qu'elle continue à exercer sa passion, même si elle n'avait plus forcément le courage de lutter contre les crises qui bloquaient ses mains. Il pouvait lui arriver de rester des heures plonger dans ses illusions, réalisant de moins en moins ce qui était réel. C'était comme-ci les traitements ne faisaient plus du tout effet, son corps était devenu sa prison et son esprit son échappatoire.

L'impression d'être devenue un bébé en poussette, lui traversait souvent l'esprit. Sa famille n'avait pas assez d'argent pour acheter un fauteuil électronique, bien plus adapter pour elle. Oui, elle était incapable de faire avancer son vieux fauteuil avec ses mains quasiment paralysé, toujours obliger à être poussée, toujours assister. La jeune femme n'en pouvait plus de cette vie, espérant souvent pouvoir mourir en paix, elle avait perdu le combat, sa maladie gagnait chaque manche, et même s'il lui arrivait à l'occasion de pouvoir se lever, marcher était impensable, plus assez de forces dans ses jambes. Par contre, son mauvais caractère lui était toujours présent, devenant encore plus désagréable avec les têtes qui ne lui revenaient pas. Elle offrait un moment de répit lors de ses hallucinations, au personnel de soignant. Le monde changeait autour d'elle faisant apparaître certaines personnes dans de merveilleux costumes de conte de fées.

Ce matin-là, elle n'avait pas eu d'hallucination et savait parfaitement qui elle était et qu'elle était son état. Ses parents avaient obtenu la permission de l'emmener pour la journée, Lilwenn était plus que ravit de passer la journée dans sa maison, un moment de tranquillité, où elle pourrait croire que rien n'a changé. Sa mère poussait son fauteuil jusqu'à une voiture d'une amie à elle. Les parents Chimay ne possédaient pas de véhicules polluants comme il aimait les appeler, fort heureusement que sa mère avait accepté que Lilwenn ne veulent pas se montrer dans les rues en fauteuil, autrement, elle aurait été capable de la pousser jusqu'à la main et il aurait fallu faire du fauteuil tout terrain, vu les chemins à traverser pour parvenir à leur logis.

Tandis que la voiture roulait, Lilwenn observa les habitants deStorybrooke vaquer à leur vie, rien ne semblait avoir changé hormis elle. Une part de jalousie s'emparait d'elle, en voyant toutes ses personnes heureuses, pourquoi devait-elle subir cette maladie ? Très vite, elle réalisa qu'elles n'étaient pas sur la bonne route, où est-ce qu'elles allaient ? Elle espérait réellement que sa mère ne l'emmenait pas dans un endroit trop fréquenter, Lilwenn préfèrerait encore rester camoufler dans sa chambre d'hôpital. Puis enfin, elle vit qu'il allait au centre équestre, elle fut rassurée, pensant que ce n'était certainement pas pour elle qu'elles venaient dans un tel lieu.

Quand la voiture s'arrêta, elle comprit son erreur, sa mère sortie le fauteuil et l'aida à s'y installer. Elle lui demanda ce qui se passait et le seul mot qu'elle voulut bien lui dire fut « surprise ». Elle n'aimait pas les surprises et fit tout de suite la tronche. Prenant air bien fermer, sans sourire, lançant un regard noir à tout ce qu'elle regardait. Sa mère l'emmena dans les écuries, où elle pouvait entendre des chevaux hennir et tout en lui embrassant le front, lui murmura d'être gentille et qu'elle reviendrait dans une heure. SiLilwenn avait pu, elle l'aurait tué sur place, mais qu'est-ce que sa mère avait encore inventé ? L'adolescente se retrouvait bloquée au milieu du chemin, il ne semblait avoir personne autour d'elle. Elle avait beau crier à sa mère de revenir, celle-ci semblait déjà très loin. C'était parfait, rien de mieux qu'une journée à faire la statue, pour le coup, elle détestait sa mère, avait-elle oublié qu'elle ne pouvait plus bouger par elle-même ? Alors qu'elle pensait que rien de pire ne pouvait arriver, elle sentit une chose tirée sur le haut de sa tête, levant celle-ci, un cheval était en train de brouter ses cheveux.

- Touche à mes cheveux encore une fois et j'appelle le boucher du coin.

Toute menace semblait inutile, le cheval continuait à l'embêter, Lilwenn allait réellement faire un meurtre et d'un coup se mit à crier comme jamais.

- Est-ce que quelqu'un peut venir sauver mes cheveux de ce canasson ?



« L'espoir dans les yeux d'un cheval. ».



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Sam 12 Juil - 21:05






Lilwenn & Scott



En tout début de semaine, Scott avait reçu un appel, mais il n’avait pas pu décrocher. La raison était simple : il travaillait et quand il travaillait, il lui arrivait d’abandonner son téléphone quelque part dans le ranch et de le retrouver des heures plus tard. Voir même parfois, il le retrouvait vingt-quatre heures plus tard. Le jeune homme n’était pas un adepte de cette technologie, du coup, il oubliait parfois qu’il avait un téléphone. Du coup, il ne fallait pas s’en offusquer, ni même croire qu’il lui était arrivé quelque chose parce que ce n’était jamais le cas. En donnant son numéro de téléphone à Diane, Scott lui avait bien précisé qu’il ne fallait pas qu’elle se mette à flipper parce qu’il ne décrochait pas. Etant donné les états dans lesquels elle se mettait dès qu’il disparaissait trente secondes, il n’avait pas envie de la voir débarquer en larmes parce qu’elle avait cru qu’il était mort ou bien qu’il ne voulait plus lui parler. Quand une femme se mettait à pleurer, il ne savait pas comment réagir, ça lui faisait perdre tous ses moyens.

Enfin bon, tout cela pour dire que Scott avait dû écouter le message pour savoir ce qu’on lui voulait. Il s’agissait d’un certain Chimay qui souhaitait lui parler et qui lui avait laissé son numéro de téléphone. Avant de rappeler, le jeune homme avait tout de même regardé l’heure pour savoir si c’était une heure décente ou pas pour appeler. Comme c’était le cas, il avait composé le numéro de téléphone. La famille Chimay avait un énorme service à lui demander et Scott était disposé à les écouter. Ils avaient une fille, prénommée Lilwenn, souffrant d’une maladie dont il n’avait pas du tout retenu le prénom, mais qui la paralysait progressivement. Au départ, le propriétaire du centre équestre ne voyait pas trop ce qu’il pourrait faire pour cette pauvre fille, mais ses parents avaient eu pour idée de la faire participer à une activité qui lui prouverait qu’elle était encore capable de faire des choses malgré sa maladie. Scott avait immédiatement compris qu’on lui proposait une activité para-équestre.

Avant de répondre positivement, le jeune homme avait quand même fait le tour des chevaux du centre pour savoir lequel pourrait convenir à une telle activité. Il en avait quelques uns de sympathiques qui pourraient convenir, mais aucun n’avait été formé pour une activité de ce style-là. Tout en regardant ses chevaux, Scott s’était passé la main sur la nuque plus d’une fois. Il hésita longuement entre Achille, Bride Abattue, Capitaine, Cyril Trottegalop, Frou-Frou, Major, Samson et Vagabond. Ceux-là étaient relativement soucieux de la personne qui s’occupait d’eux alors que d’autre ne se gênait pas pour bousculer, même légèrement. Bien sur, il n’était pas à l’abri que les chevaux auxquels il pensait, bousculent cette pauvre fille, mais c’était rare. Et puis, la demoiselle n’était pas en sucre. Paralysée, peut-être, mais pas en sucre. Après quelques secondes de réflexion, il fit son choix. Si cela se passait bien avec ce cheval-là, et si elle souhaitait continuer, il pourrait toujours lui donner les autres.

Finalement, il accepta et ensemble, ils convinrent d’un jour où les Chimay pourraient emmener leur fille. Pendant toute la période qui le sépara de ce jour, Scott se retourna un peu le cerveau dans tous les sens. C’était la première fois qu’il allait avoir affaire à ce genre d’activité. N’ayant pas internet, c’était compliqué pour lui de faire de la recherche para-équestre, mais il y réfléchit tout de même assez sérieusement. Lorsque le jour J arriva, le jeune homme n’était même pas présent au centre équestre. Pivers avait encore eu la magnifique idée de rentrer chez lui et du coup, Scott avait dû s’assurer qu’il rentrerait chez lui sans encombre. Ce cheval lui filait de ces migraines parfois… Pourtant, ce cheval n’était pas si difficile à vivre, hormis son attachement disproportionné pour Louna. Quand il voyait Kira, sa jument qu’il possédait depuis qu’elle n’était qu’un poulain, cela n’avait strictement rien à voir. Certes, Kira l’adorait, mais pas au point de fuguer pour le retrouver. Quoi que ça ne risquait pas d’arriver étant donné que le centre équestre était le lieu de vie de Scott…

Enfin, tout ça pour dire que lorsqu’il revint, il avait dû louper la famille Chimay de peu car il trouva la jeune demoiselle au milieu de l’écurie, menaçant un cheval de finir en steak si jamais il continuait de farfouiller dans ses cheveux. Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de Scott. Restant légèrement en retrait au début, le jeune homme se décida à approcher quand la demoiselle réclama de l’aide. Apparaissant ainsi au regard de la nouvelle arrivante, il repoussa la tête de l’animal, rendant ainsi à Lilwenn sa liberté de mouvement.

- Excuse Samson, il n’est pas méchant pour deux sous, mais gourmand, fit-il en flattant l’encolure de l’animal.

Il n’osa pas dire que le cheval avait sans doute confondu les cheveux orangés de la demoiselle avec la couleur des carottes. Elle l’aurait sans doute insulté pour avoir dit une telle chose. En même temps, elle semblait « terriblement » contente d’être ici… A en voir l’air boudeur de dessiner sur son minois, cela ne faisait aucun doute que ses parents ne l’avaient pas mise au courant de leur petite idée et qu’elle venait tout juste de découvrir le poteau rose. Enfin, dans cette histoire, Scott n’était en rien responsable, si ce n’est qu’il avait accepté la demande des parents de la demoiselle. Du coup, il espérait que sa mauvaise humeur, elle ne la passerait pas sur un des chevaux. D’une fille comme ça, le jeune homme n’en voulait pas, qu’elle soit semi-paralysée ou pas. Elle aurait exactement le même traitement que les autres : le droit de sortir de la propriété.

- Tu es Lilwenn, je suppose ? continua-t-il dans sa lancée. Je suis Scott, le proprio. Tes parents m’ont demandé de te faire participer à la vie du centre et pour cela, tu vas t’occuper de Samson, ici présent. En plus, vous avez déjà fait connaissance !



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Sam 19 Juil - 17:12





Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer.





Scott & Lilwenn


Ou ses parents avaient pu avoir l'idée de l'abandonner aux écuries? À quoi pouvait-elle bien servir ici ? Tout ce qu'elle aurait voulu, c'était de passer une journée dans la maison familiale et être auprès des siens et non, laisser dans un endroit où elle n'avait jamais mis les pieds. Elle était certaine de ne pas aimer les chevaux, ni d'autres animaux d'ailleurs, même si sa famille était anti-viande, elle en mangeait dès que la possibilité s'offrait à elle et pour le coup, elle était certaine que le canasson qui la mâchouillait les cheveux ferait un bon steak, un bon qu'elle dévorerait sans la moindre nuance de pitié.

Appeler de l'aide pour la délivrer de ce calvaire fut-ce qu'elle eut de mieux à faire, déjà que l'infirmière lui brossait les cheveux qu'une fois par jour, alors si en plus on s'amusait à lui baver sur la tête, ça n'allait pas faire l'affaire. Fort heureusement, un jeune homme arriva, un preux chevalier qui se débarrassa de la monstrueuse bête d'un coup de main. Oui, enfin, il repoussa simplement sa tête, très décevant, mais c'était déjà ça. Lilwenngarda le silence, attendant de voir à qui elle avait à faire.

Excuse Samson, il n’est pas méchant pour deux sous, mais gourmand

Un adepte des cheveux ?! Samson ?! Ce cheval portait bien son nom ridicule vu qu'il ne semblait pas très futé pour aimer les cheveux. Un air boudeur s'afficha sur son visage, elle aurait préféré encore passer sa journée à l'hôpital, au moins là-bas, elle pouvait hurler sur le personnel médical. Le jeune homme dont elle n'avait aucune envie de savoir le nom faisait ami-ami avec le mangeur de cheveux, désespérant.

Tu es Lilwenn, je suppose ?

Voir qu'il connaissait son nom prouvait bien que ses parents avaient tout prévu, elle fusilla le jeune homme du regard, sans affirmer son identité. En même temps, en connaissant bien sa mère, elle avait dû lui raconter toute sa vie, il ne devait donc pas ignorer qu'elle était au fauteuil roulant et cela ne courait pas les rues de Storybrooke.

Je suis Scott, le proprio. Tes parents m’ont demandé de te faire participer à la vie du centre et pour cela, tu vas t’occuper de Samson, ici présent. En plus, vous avez déjà fait connaissance !

Sérieusement ?! Il osait dire qu'elle avait fait connaissance avec Samson, mais il se fichait d'elle ou quoi, je te broute les cheveux, je te connais. Si elle avait la capacité de faire rouler son fauteuil, elle lui aurait écrasé les pieds avec pour qu'il réfléchisse un peu à ce qu'il racontait. Levant les yeux en l'air, preuve de son total mépris, elle ajouta :

- C'était de l'humour ? Si ça en était, tu peux arrêter de suite, tu es nul !

S'il n'avait pas été prévenu du mauvais caractère de la jeune femme, il allait vite le comprendre. Sa maladie n'ayant pas du tout rendu plus aimable, elle n'allait pas faire l'exception pour une personne qui avait accepté l'idée débile de ses parents. Finalement, elle pointa ses yeux bleus dans ceux de Scott.

- Je ne peux pas m'occuper de tes chevaux, as-tu besoin de lunettes ? Je ne peux ni me servir de mes jambes, ni de mes bras !

Devoir signaler son handicap la rendait encore plus haineuse, mélangeant dans son regard, une lueur de colère et de tristesse. Oui, même si elle l'avait voulu, elle ne pouvait pas s'occuper de ce cheval, ses mains n'accepteraient jamais quelle tienne une brosse trop longtemps, le caresser serait tout aussi douloureux pour ses nerfs et monter dessus sans la force de ses jambes, était infaisable. D'un coup, elle eut l'impression d'étouffer, ce lieu lui rappelait trop qu'elle était une incapable, elle devait sortir prendre l'air, oui, elle ne voulait que de l'air.

- Je voudrais seulement que tu m'éloignes de ces box, si ce n'est pas trop difficile pour un poids plume comme toi.



« L'espoir dans les yeux d'un cheval. ».



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Jeu 24 Juil - 15:55






Lilwenn & Scott



Scott ignorait complètement comment les choses allaient se passer avec la jeune Lilwenn. Ses parents ne l’avaient pas du tout averti que la demoiselle avait très mauvais caractère et de ça, le jeune homme n’en savait donc rien. Peut-être parce qu’il avait loupé cette petite famille en s’assurant que Pivers rentrait bien chez les Nerys et qu’il ne lui arrivait rien. En tout cas, quand il découvrit la jeune fille dans l’écurie, tout prêt de la porte du box de Samson, Scott ne put s’empêcher de se dire qu’il avait devant les yeux un spectacle assez drôle. Le cheval semblait avoir confondu la chevelure orangée de la demoiselle avec une botte de carotte. Samson était d’un naturel gourmand et on obtenait absolument tout ce qu’on voulait de lui quand il y avait une carotte à l’arrivée.

Le jeune homme avait savouré ce spectacle un peu plus longtemps si seulement il n’avait pas senti que les choses tourneraient au vinaigre. Avant que Lilwenn ne crise parce que Samson continuait de croire qu’il s’agissait de carottes, Scott apparut et repoussa la tête de l’animal qui entra dans son box sans demander son reste. Quand il s’agissait du propriétaire des lieux, les chevaux étaient incroyablement sages et faisaient absolument tout ce qu’on leur demandait (sauf dans le cas de Khan qui lui restait indomptable). Même Pivers, il lui arrivait de faire le gentil quand il était dans les parages et faire vivre un enfer aux autres. Prenant la parole, Scott demanda à la jeune fille de bien vouloir excuser Samson pour sa gourmandise. Tentant d’ignorer la mine boudeuse qui s’était dessinée sur le visage de Lilwenn, il continua tout en se présentant et en lui annonçant le pourquoi de sa présence.

Cependant, il ne s’attendait pas à ce que la jeune fille ne lui réplique qu’il était entrain de faire de l’humour. Il arqua un sourcil. Pourquoi est-ce qu’elle lui répondait un truc comme ça ? C’était bien pour s’occuper des chevaux que ses parents l’avaient fait venir ici, n’est-ce pas ? Du coup, Scott était entrain de se demander s’il n’aurait pas dû demander un peu plus de détail à ses parents à propos de sa maladie. Enfin, il avait compris qu’elle était en fauteuil roulant, qu’elle ne pouvait plus marcher et qu’elle commençait à avoir des difficultés à bouger le reste de son corps, mais enfin. Là, il découvrait le très mauvais caractère de la demoiselle. Cependant, Scott n’était pas vraiment du genre à se dégonfler. Ses parents lui avaient confié une mission qu’il comptait mener à bien, même si cela ne durait qu’une heure.

Pendant que Lilwenn crachait son venin à propos du fait qu’elle ne pouvait pas bouger un pouce, le jeune homme se mit à réfléchir à toute allure pour trouver une solution. Il devait bien y avoir un moyen de rendre la demoiselle utile. Il tourna la tête vers Samson qui le fixait en retour. C’était comme s’ils communiquaient par télépathie. Enfin, c’était plus l’impression qu’ils donnaient étant donné qu’ils ne pouvaient pas communiquer par la pensée. Néanmoins, à force d’observer Samson, il trouva une idée. Un léger sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme. Il reporta son attention sur Lilwenn lorsqu’elle lui demanda de façon si poli de l’éloigner des box. Levant les yeux au ciel, il fit le tour du fauteuil de la demoiselle et commença à la pousser en direction de la sortie.

- Etant donné que c’est si gentiment demandé…, répondit-il.

Il la poussa jusqu’à la sortie et une fois en dehors de l’écurie, Scott la plaça à un coin d’ombre où l’air y était frais. Adressant un sourire à la demoiselle, même s’il savait qu’elle continuerait à tirer une tête de dix pieds de long, il lui demanda :

- Attend moi là, j’en ai pour dix minutes.

Sans lui laisser le temps de répliquer quoi que ce soit, Scott disparut à nouveau dans les écuries, retournant vers le box de Samson. Il attrapa son licol qui restait toujours attaché à côté de son box et entra à l’intérieur pour l’attacher. Une fois que ce fut chose faite, il le sortit du box et l’attacha à un anneau prévu à cet effet. Ouvrant la sellerie, il alla chercher le filet, ainsi que le tapis de Samson. Contrairement à d’habitude, Scott ne prit pas sa selle. Il alla au fond de la pièce et trouva précisément ce dont il avait besoin. Lorsqu’il revint, il prépara Samson. Une fois qu’il fut prêt, ensemble, ils sortirent des écuries pour rejoindre Lilwenn qui attendait toujours probablement à l’endroit où il l’avait laissé quelques instants plus tôt. Scott conduisit Samson jusqu’à elle, à nouveau en souriant. Il savait qu’elle ne montrerait pas beaucoup de bonnes volontés, mais enfin.

- Tu sais, il n’y a pas qu’une seule façon de s’occuper d’un cheval. Il ne suffit pas seulement de leur donner un coup de brosse et lui donner à manger, il a aussi besoin d’exercice.

Tournant l’animal afin qu’il soit de côté, Scott désigna la selle qu’il avait installé sur le dos de Samson.

- J’ai retrouvé cette selle au fond de la sellerie, c’est une selle para-équestre. Elle te permettra de t’installer sur son dos et d’y rester.

Il ignorait complètement ce que cette selle faisait là, mais au moins, elle ne serait pas inutile parce qu’aujourd’hui, elle avait une utilité. Elle permettrait à Lilwenn de pouvoir faire ce que ses parents souhaitaient qu’elle fasse. Scott ne s’attendait pas vraiment à une réponse positive de la part de la demoiselle, mais elle n’était pas vraiment en mesure de discuter.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Dim 27 Juil - 19:39





Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer.





Scott & Lilwenn


L'incapacité d'agir à sa guise, de devoir toujours demander de l'aide, la tourmentait. Son corps l'emprisonnait, elle n'était plus libre. La preuve, sa mère l'avait déposée aux écuries, sans lui demander son avis, puis était seulement partie. Même si ses parents étaient des parents adorables, quoique légèrement trop peace and love, elle leur en voulait. Déjà qu'elle n'arrivait plus à faire toutes les activités qu'elle aimait tant, alors si en plus, ils décidaient pour elle la façon d'occuper son temps, cela n'allait pas le faire, elle n'était pas une poupée à trimballer, non, elle quand même encore le droit de penser et de décider. Pour le coup, sa décision était prise, elle détestait cet endroit, ces chevaux et le propriétaire.

D'un coup, elle eut l'impression de suffoquer, tous les murs semblaient s'approcher d'elle, si elle avait pu bouger son corps, elle se serait levée pour prendre un bon bol d'air frais. Mais voilà, elle ne pouvait pas bouger de son fauteuil roulant, ni même le faire bouger par le manque de force dans ses bras, la seule solution fut de demander à Scott de la sortir d'ici. Le ton employé ne fut pas aimable, comme le fait de le surnommer poids-plume. Elle savait que certains l'auraient laissé planté là, mais Lilwenn savait se faire obéir. Scott fit le tour de son fauteuil et commença à la pousser en direction de la sortie.

Etant donné que c’est si gentiment demandé…

Sa remarque ne l'atteignit pas, elle savait qu'elle pouvait être désagréable et n'était pas prête à changer. Pour elle, c'était aux autres de s'adapter ou de la laisser tranquille, elle s'estimait meilleur que la plupart des élèves du lycée, enfin avant de tomber malade, elle faisait partie des populaires, à présent, elle avait d'autres choses en tête. Être enfin dehors la soulagea, il lui semblait qu'elle pouvait mieux respirer. Scott eut le bon réflexe de la mettre à l'ombre, bon, elle n'allait certainement pas le remercier, ni même répondre à son sourire. Non ce qu'elle voulait, c'était qu'il appelle sa soeur pour qu'elle vienne la chercher, mais elle n'eut pas le temps de parler.

Attend moi là, j’en ai pour dix minutes.

Sérieusement, mais où voulait-il qu'elle aille ? Quel débile quand même, est-ce que son cerveau marchait ? Une personne intelligente, qui sait réfléchir, se rappellerait qu'elle ne pouvait pas bouger et donc qu'elle ne pouvait qu'attendre ici. Sans avoir le choix, elle attendit les dix minutes tout en le maudissant en pensée. Puis ses yeux s'écarquillèrent face à la scène qui apparaissait devant ses yeux, Scott et Samson avançaient vers elle. Non, mais si elle ne voulait pas de lui dans son box, c'était pareil dehors, il n'y avait pas de différence, cet animal restait un cheval et cet homme un incapable. Le fusillant du regard, elle n'avait même plus envie d'user sa salive pour lui.

Tu sais, il n’y a pas qu’une seule façon de s’occuper d’un cheval. Il ne suffit pas seulement de leur donner un coup de brosse et lui donner à manger, il a aussi besoin d’exercice.

Il tourna le cheval pour qu'elle le voit de côté, et là elle aperçut une selle. Ouvrant grand la bouche, elle n'en revenait pas. Mais qu'est-ce qu'il n'avait pas compris dans "je ne peux plus bouger mes jambes."

J’ai retrouvé cette selle au fond de la sellerie, c’est une selle para-équestre. Elle te permettra de t’installer sur son dos et d’y rester.

Bon d'accord, il avait peut-être la compétence de réfléchir, maisLilwenn ne restait pas convaincu, elle n'était jamais montée à cheval et elle n'avait jamais pensé le faire un jour. Observant la selle, elle vit les lanières qui serviraient à retenir ses jambes. Doucement, elle essaya de bouger ses mains et y parvint avec beaucoup de mal, mais elle y arrivait.

Donc si je comprends bien, je devrais simplement le balader ?

Une hésitation la parcouru, sa fierté lui soufflait de repousser la proposition de Scott, mais son envie de liberté, la poussait à accepter son offre. Le cheval pourrait remplacer ses jambes pendant un court instant, ce n'était pas négligeable. Depuis combien de temps rêvait elle de pouvoir quitter son fauteuil ?

- D'accord, mais c'est pour faire plaisir à mes parents.

Oui, elle n'allait pas avouer qu'elle avait envie de découvrir la sensation de pouvoir avancer et surtout, elle ne voulait pas que Scott croit qu'il avait réussi à l'adoucir. Non, Lilwenn montrait son côté amical qu'à ceux qu'elle appréciait et poids-plume n'avait rien fait pour l'instant pour mériter ce privilège. D'ailleurs, c'est bien pour cela qu'elle préféra mettre les choses au clair, avant qui l'aide à monter.

- Si je tombe et me casse quelque chose, tu entendras parler de moi !


« L'espoir dans les yeux d'un cheval. ».



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Mar 5 Aoû - 11:18






Lilwenn & Scott



En acceptant de venir en aide à la famille Chimay, Scott ne s’était pas attendu à avoir affaire à une jeune fille avec un aussi mauvais caractère. Autant les parents lui avaient semblé être des gens charmants, autant Lilwenn… C’était une toute autre histoire et le jeune homme semblait ne pas être au bout de ses peines. Pour beaucoup, les chevaux étaient des êtres impressionnants à cause de leur taille et de leur force. Pourtant, quand on commençait à les connaître on se rendait compte qu’ils n’étaient pas méchants pour deux ronds. Enfin, il y avait quand même des cas particuliers comme Khan, par exemple, qui était dangereux la majorité du temps. Du coup, le jeune homme n’avait pas spécialement été choqué de voir que la rouquine ne semblait pas ravie que Samson ne se décide à « manger » ses cheveux orangés. N’importe qui aurait eu la même réaction qu’elle. Cependant, Scott ne s’était pas attendu à ce qu’elle fasse preuve d’autant d’hostilité envers lui alors qu’il ne lui avait strictement rien fait.

Il n’avait pas tardé à comprendre qu’elle n’avait pas souhaité être là et qu’elle avait un peu été emmenée de force jusqu’ici. Enfin, ce n’était tout de même pas sa faute si ses parents avaient décidé de lui faire faire une activité sans son consentement. Mais il semblerait que cela ne fasse pas vraiment de grande différence pour la petite demoiselle. Lorsqu’elle lui demanda de la faire sortir de là, Scott ne s’offusqua même pas de la façon dont elle s’était exprimée. N’importe qui aurait surement été choqué par le ton employé, parce que ce n’était pas de cette façon qu’on devait s’exprimer avec les gens, encore moins avec ceux qu’on ne connaissait pas, mais Scott n’était pas forcément tout le monde. Il s’était montré sans aucun doute extrêmement maladroit en lui annonçant qu’elle allait s’occuper de Samson, mais ce n’était pas non plus sa faute si les parents de Lilwenn ne lui avait pas expliqué l’étendu de sa paralysie. Le jeune homme n’était pas devin. Du coup, il fit ce qu’elle lui demandait, non sans lui faire gentiment remarqué qu’il y avait d’autres façons de demander.

La jeune femme l’ignora royalement. Les sales caractères, Scott avait l’habitude. Surtout qu’il avait un cheval en pension qui nécessitait énormément de patience. Pour le coup, Lilwenn lui faisait penser à Khan. Néanmoins, il se garda bien un quelconque commentaire car il doutait fortement que la jeune fille apprécie être comparé à un cheval, même si celui-ci était magnifique. Pendant qu’il l’accompagnait vers l’extérieur, tout un plan s’échafauda dans son esprit. Il alla la placer à l’ombre dans un petit coin où l’air frais passait afin qu’elle n’ait pas à subir la chaleur du soleil. Puis, il la planta là en lui demandant de l’attendre. En fait, même si Scott était conscient que la demoiselle ne pouvait plus se déplacer seule, il la traitait comme n’importe qui muni de ses deux jambes et de ses facultés de mouvement. Les personnes comme Lilwenn n’aimaient pas qu’on les traite différemment. Ca, le jeune homme en était pleinement conscient, bien qu’il agissait avec elle plus inconsciemment qu’autre chose.

Mettant son plan à exécution, il prépara Samson. Si Lilwenn voulait se montrer têtue, le jeune homme lui montrerait qu’il l’était aussi. Peut-être pas de la même façon qu’elle, mais quand il avait une idée derrière la tête, il lui arrivait qu’il ne l’ait pas ailleurs ! Il n’en revenait pas de trouver le matériel nécessaire pour que la demoiselle puisse quand même mettre la main à la patte. Lui-même se surprenait par moment, mais rien ne valait la tête de la rouquine quand elle le vit arriver accompagné de Samson. Avant qu’elle ne proteste pour prouver sa magnifique bonne humeur qui faisait plaisir à voir, Scott la devança en lui expliquant qu’il y avait différentes façons de s’occuper d’un cheval et que cela ne se résumait pas seulement à les penser et les nourrir. Faisant pivoter Samson qui se laissa faire, il lui montra sa trouvaille : une selle para-équestre. Il retint un sourire fier lorsqu’elle ouvrit la bouche. Enfin, peut-être qu’il n’aurait pas dû sourire parce qu’il ne savait pas trop ce que cela voulait dire dans la tête de la demoiselle.

Scott ne se sentit pas spécialement pressé d’obtenir une réponse de la part de la demoiselle. Il la laissait regarder à loisir la selle qu’il avait trouvée au fond de sa sellerie. Le jeune homme la vit bouger la main avec difficulté, mais il ne fit aucun commentaire et ne la fixa pas non plus. Quand enfin, Lilwenn se décida à parler, ce ne fut pas pour lui balancer une quelconque méchanceté. Au contraire, Scott découvrait pour la première fois son véritable timbre de voix. Il était certain qu’au fond, la demoiselle n’était pas aussi froide et méchante qu’elle voulait bien le prétendre. Cela devait être la maladie qui la rendait aigre et de mauvais poils. Le jeune homme ferait bien quelque chose s’il le pouvait, mais il n’était pas Dieu, il n’avait pas le pouvoir de lui rendre ses jambes. Peut-être que la médecine pourrait faire quelque chose ? Et si c’était le cas, pourquoi cette demoiselle était dehors plutôt que sur une table d’opération pour arranger ça ? Il n’en savait rien… Et il ne poserait pas la question non plus. Si Lilwenn voulait lui parler de quelque chose (ce dont il doutait), elle le ferait d’elle-même.

- C’est ça ! Enfin, pour une première fois, la balade se fera dans le manège.

Le jeune homme attendit tout de même son approbation. Ce n’était pas parce qu’elle posait des questions qu’elle acceptait de monter sur le dos de Samson. D’ailleurs, celui-ci frotta sa tête contre Scott qui automatiquement lui flatta l’encolure. Il était évident qu’il ne possédait pas le même lien avec Kira, sa jument, qu’avec les autres chevaux de ce centre, mais malgré ça, certains se montraient affectueux et lui offraient un instant « câlin ». Au bout de quelques secondes, Lilwenn sembla avoir pris sa décision et elle accepta, justifiant son acte pour ses parents. Un sourire se dessina sur les lèvres de Scott. Cette jeune fille était bien trop fière pour avouer que ça la tentait malgré tout. Il faudrait être aveugle pour ne pas le voir, même si elle restait aussi de marbre que si elle avait refusé. En guise de réponse, Scott hocha la tête, il avait bien compris et il n’allait pas la contrarier. C’était un petit pas vers l’avant, inutile de la faire reculer de six pas juste parce qu’il avait compris son manège. Néanmoins, il ne put s’empêcher de rire quand elle émit la possibilité de tomber.

- Tu ne tomberas pas et tu ne te casseras rien si tu fais ce que je te demande, répondit-il.

Approchant Samson de la demoiselle, ce dernier tendit son nez vers elle pour l’observer quelque seconde avant de reculer simplement sa tête. Le cheval avait vu son cavalier. Contrairement à ce qu’on pouvait croire, les chevaux sont intelligents et ils savent à qui ils ont affaire. Samson était gourmant, mais il avait bon caractère. Scott le lâcha, ne craignant pas qu’il s’en aille. Certains aimaient bien bouger quand on les lâchait, mais Samson resta aussi immobile qu’une statue. Le jeune homme avisa un escabeau afin de prendre appui dessus pour placer Lilwenn sur la selle. Soyons réaliste, même s’il était capable de porter la jeune fille, il n’était pas non plus capable de la soulever pour l’installer correctement. Et il ne comptait pas non plus la jeter sur la selle, en mode advienne ce qu’il pourrait, pour l’entendre râler ensuite. Une fois l’escabeau placé, il se dirigea vers la demoiselle et la souleva de son fauteuil.

Lilwenn n’était pas bien lourde, aussi, il prit simplement appui sur un pied, sur l’escabeau et l’assit sur la selle. Veillant quand même à ce qu’elle ne se casse pas la figure, il fixa sa jambe gauche avec les lanières puis il régla l’étrier, même si cela ne lui servirait à rien. C’était une sécurité, rien de plus. Puis, il fit de tour et fit de même avec son autre jambe. Pour ce qui était des rênes, Scott les glissa dans les mains de la demoiselle et les ajuta lui-même en y faisant un nœud.

- Bien installée ? demanda-t-il une fois qu’il eut terminé. Bon, Samson obéit à la voix et aux gestes, c’est pour ça que je l’ai choisi. J’en ai d’autres aussi qui ont les mêmes capacités, donc si un jour l’envie te prend de revenir et de monter un autre, demande.

Bien sur, il allait peut-être vite en besogne, mais qui sait ? Après tout, cette petite expérience équestre pourrait lui plaire ? Attrapant Samson, Scott guida Lilwenn jusqu’au manège, jetant quelques coups d’œil vers elle afin de voir si tout se passait bien. Ils entrèrent dans le manège et il referma la porte derrière eux. Puis ils se rendirent au centre du manège. Se tournant vers la rouquine, il fit :

- Je vais être honnête avec toi. Les chevaux sont des créatures craintives, certains le sont plus que d’autres. S’ils ont peur de quelque chose, parfois, même le meilleur cavalier ne peut rien faire. Je ne peux pas te garantir que Samson ne s’emballe pas ou ne parte brusquement au trot sans que tu n’ais rien demandé. Ca fait parti des aléas de la vie équestre. Tout ce que je peux te demander, c’est de me faire confiance et de ne pas paniquer. Ils sentent la peur et ça les fait paniquer encore plus. Ce sont des moutons, si tu préfères. Quand un cheval se suicide, ils se suicident tous. Donc si tu as peur, il a encore plus peur. Il marqua une courte pause avant de continuer : Mais toi, tu as un avantage, quoi qu’il se passe, tu resteras dessus.

Certains étaient morts pour être tombés de cheval, ce n’était pas des blagues. L’handicape de Lilwenn lui apportait l’avantage de ne pas tomber de sa selle au moindre mouvement brusque. Mieux valait pour elle qu’elle reste sur selle.

- Bon, sur ces bonnes paroles, voilà les mots à quoi Samson réagit : « marchez », « au trot » et « galop ». Je ne pense pas qu’on se servira du trot et du galop, mais c’est toujours bon à savoir. Pour t’arrêter et bien tu n’as qu’à dire « arrêtez ». Utilises une voix ferme quand tu donnes un ordre.

Ca, Scott était sur que c’était dans les cordes de la jeune fille étant donné la fermeté qu’elle avait employé pour lui demander de sortir des écuries.

- Voilà, je pense avoir tout dit. Il s’écarta de quelques pas et ajouta : Quand tu te sens prête, tu sais ce qu’il faut dire et si tu as des questions, je suis là.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Sam 16 Aoû - 11:23





Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer.





Scott & Lilwenn


- Tu ne tomberas pas et tu ne te casseras rien si tu fais ce que je te demande

Plus facile à dire qu'à faire, où était la preuve qu'elle n'aurait rien si elle l'écoutait. Lilwenn savait reconnaitre les traits d'un jeune homme timide et peu sûr de lui, rien que pouvait lui emmener à lui faire confiance. Mais bon, l'envie de recouvrir une illusion de la liberté la poussait à garder le silence. Samson, le bouffeur de cheveux, approcha son nez vers son visage, simplement quelques secondes avant de reculer la tête. Lilwenn observait l'animal, si celui-ci devait avoir une identité d'un des sept nains, il seraitSimplet, elle en avait la certitude.

Après que Scott est placé un escabeau, il prit Lilwenn dans ses bras, ce qui était tout nouveau pour elle, même avec sa maladie, elle avait toujours réussi à se débrouiller, ne voulant pas être poids pour son entourage, sauf que là, elle n'avait pas le choix. Tout se passa parfaitement bien, elle se retrouva installer sur Samson, les deux jambes accrocher à la selle. Elle pouvait sentir les lanières, car contrairement à ceux paralysés, même si elle ne pouvait quasiment plus bouger, elle ressentait toujours la douleur, une douleur atroce, invivable... Prendre les rênes dans sa main n'était pas agréable, mais elle allait passait outre.

- Bien installée ? ]Bon, Samson obéit à la voix et aux gestes, c’est pour ça que je l’ai choisi. J’en ai d’autres aussi qui ont les mêmes capacités, donc si un jour l’envie te prend de revenir et de monter un autre, demande.

Elle hocha la tête quand il lui demanda si elle était bien installée. C'était une drôle d'impression, rien que pour la hauteur de sa vision et les sensations qui parcouraient son corps, celui-ci souvent les mouvements du cheval, nullement comparable à son fauteuil roulant. Savourant l'instant présent, elle laissa Scott guidé bouffeur de cheveux. Puis, après tout, mieux valait qu'il ne s'éloigne pas trop, elle ne saurait pas quoi faire si la monture décidait de faire sa mauvaise tête. Ils entrèrent dans la salle qui devait être le manège, et Scott referma la porte derrière eux, avant de les mener au centre de la pièce.

- Je vais être honnête avec toi. Les chevaux sont des créatures craintives, certains le sont plus que d’autres. S’ils ont peur de quelque chose, parfois, même le meilleur cavalier ne peut rien faire. Je ne peux pas te garantir que Samson ne s’emballe pas ou ne parte brusquement au trot sans que tu n’ais rien demandé. Ca fait parti des aléas de la vie équestre. Tout ce que je peux te demander, c’est de me faire confiance et de ne pas paniquer. Ils sentent la peur et ça les fait paniquer encore plus. Ce sont des moutons, si tu préfères. Quand un cheval se suicide, ils se suicident tous. Donc si tu as peur, il a encore plus peur. Il marqua une courte pause avant de continuer : Mais toi, tu as un avantage, quoi qu’il se passe, tu resteras dessus.

Elle avait levé les yeux plusieurs fois au ciel, pour le coup, elle n'avait pas peur, elle était agacée, non mais qu'est-ce qu'elle en avait à faire des cheveux qui ressemblaient au mouton ? Lilwenn n'avait jamais compris ce qui pouvait les gens à se suicider, abandonner ne faisait pas partie de son caractère, alors une horde de chevaux, c'était ridicule, surtout que si Samson voulait se suicider, elle n'aurait aucun moyen de s'en défaire, donc pas forcément un avantage. Fort heureusement, le cours spécial équin arriva à sa fin.

Bon, sur ces bonnes paroles, voilà les mots à quoi Samson réagit : « marchez », « au trot » et « galop ». Je ne pense pas qu’on se servira du trot et du galop, mais c’est toujours bon à savoir. Pour t’arrêter et bien tu n’as qu’à dire « arrêtez ». Utilises une voix ferme quand tu donnes un ordre.

Parler d'une voix ferme était totalement dans ses cordes, elle avait appris à donner des ordres depuis l'âge de ses sept ans, elle avait si timide à l'orphelinat avait pris du poil de la bête une fois adoptée.

Voilà, je pense avoir tout dit. Quand tu te sens prête, tu sais ce qu’il faut dire et si tu  as des questions, je suis là.

Il s'était reculé de quelques pas, Lilwenn se retrouvait au milieu du manège, accrocher à bouffeur de cheveux, elle se répétait dans la tête, les mots à retenir, ce n'était pas bien difficile, mais il fallait qu'elle aille le courage de prendre les devants. Respirant un grand coup, elle fixa le vide, son regard complètement perdu. Puis, elle ordonna d'une voix ferme.

- Marchez

C'était la première fois qu'elle montait à cheval, pourtant cela lui semblait tellement naturel. Comme-ci elle avait toujours fait de l'équitation. Samson marchait au pas dans le manège, Lilwenn ne ressentait aucune peur, elle était même apaisée, à tel point quand regardant droit devant elle, elle aperçut un chevalier en armure qui combattait un autre chevalier. Elle avait l'habitude d'avoir des hallucinations. Quand elle passa près d'eux, elle tourna la tête pour continuer à les voir, puis elle se mit à parler à haute voix :

- Je suis comme je suis, je fais ce que pourquoi je suis fait.

Elle avait répété mot par mot ce que le chevalier avait dit en tuant l'autre. Monde de chevalerie, monde de barbarie. Tout disparut, reconnecter avec la réalité, elle guida le cheval près de poids-plume, un air un peu perdu comme à chaque fois qu'elle sortait d'une hallucination. Elle lui posa une question plus que personnelle pour elle.

- Tu crois au destin ?


« L'espoir dans les yeux d'un cheval. ».



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Mar 19 Aoû - 0:03






Lilwenn & Scott



Assurer Lilwenn qu’elle ne tomberait pas devait être sans aucun doute nécessaire. Quoi qu’elle n’avait pas vraiment trop d’autre choix que de monter sur Samson étant donné que c’était ses parents qui avaient eu cette idée. Enfin, même si elle était paralysée, Scott n’était pas du genre à forcer les gens à monter sur un cheval. Certaine personne en avait peur, donc inutile d’espérer les voir un jour en approcher ne serait-ce qu’un. Mais il sentait que la jeune fille n’avait pas spécialement peur, du coup, c’était à présent à elle de choisir si oui ou non elle acceptait et la réponse fut positive. Bien qu’elle prétexta que c’était uniquement pour ses parents qu’elle faisait ça, le jeune homme n’osa pas la contrarier. Si elle le disait… Mieux valait ne pas la contrarier. Lilwenn avait assez de caractère pour rendre la vie impossible à une personne, même si elle était démunie de ses capacités motrices.

Une fois installée sur la selle spécialement conçue, Scott lui fit par des capacités de Samson, mais aussi des capacités que d’autres chevaux possédaient. La demoiselle n’eut pas de réaction particulière à cette précision, mais il ne s’y attendait pas spécialement non plus. Du coup, il la conduisit jusqu’au manège, tenant ainsi Samson par une des rênes. Le cheval suivit le propriétaire du centre équestre sans le moindre problème jusqu’au manège. Après avoir refermé la porte du manège, il la guida jusqu’à son centre tout en lui parlant à nouveau avec honnêteté sur le comportement des chevaux. Il préférait que Lilwenn soit au courant plutôt qu’elle lui reproche de n’avoir rien dit et de l’avoir laissé dans l’ignorance. Après tout, cette rouquine en serait bien capable… Enfin, l’avantage, c’était que quoi qu’il se passe, elle resterait à dos de cheval, contrairement aux autres qui auraient atterri le nez dans le sable plus rapidement que prévu.

La réaction de la jeune femme lui avait échappé, mais Scott n’aurait pas été surpris de la voir lever les yeux au ciel, comme si tout ce qu’il disait était complètement inutile. Lorsqu’ils arrivèrent au centre du manège, le jeune homme avait terminé sa petite tirade pour embrayer sur ce qui les intéressait plus : les différentes façons de faire avancer Samson. Le jeune homme avait senti inutile le fait de préciser qu’il fallait une voix ferme pour s’adresser à un cheval, mais il fit tout de même son rôle de prof. C’était le blabla habituel, dirons-nous. Enfin, il était temps pour Lilwenn de se lancer. Scott avait absolument tout dit, il ne voyait pas quoi rajouter, sauf si la demoiselle avait des questions, mais là, c’était encore quelque chose de différent. Il lui annonça donc que lorsqu’elle se sentirait prête, elle pourrait se mettre en route. Se reculant pour lui laisser une marge de manœuvre, il attendit patiemment qu’elle se décide.

Il la vit prendre une grande inspiration avant de se lancer après quelques instants de battement. Un léger sourire se dessina sur les lèvres de Scott. Samson obéit à l’ordre et alla directement se placer sur la piste pour marcher, comme on le lui avait ordonné. Bien qu’elle soit attachée à sa selle, le jeune homme ne put s’empêcher de remarquer que pour une première fois, Lilwenn se débrouillait bien. C’était simplement dommage qu’elle ait un si mauvais caractère. Enfin, chacun avait le caractère qu’il avait, mais jamais Scott n’avait vu autant de mauvais caractère chez quelqu’un. Surtout chez une demoiselle de son âge. En même temps, elle avait de quoi se sentir aussi en colère, parce que c’était ce qu’il ressentait chez elle. Mais ne valait-il mieux pas se battre pour prouver qu’on était le plus fort ? Scott ne doutait pas que c’était sans aucun doute ce que Lilwenn faisait, mais il y avait d’autre façon de le faire. Enfin, cela ne le regardait pas…

En bon prof qu’il était, quand ce n’était pas ceux qu’il avait employé pour occuper cette fonction, il observa attentivement la jeune fille ainsi que Samson, guettant le moindre signe qui pourrait faire que quelque chose tourne mal. En tout cas, une chose était sure, la jeune cavalière en herbe semblait un peu plus détendue qu’au départ. Il ne savait pas trop ce qui avait provoqué cela. Etait-ce le fait d’avoir un nouveau moyen de locomotion ? D’avoir ce sentiment de liberté si typique à celui qu’on ressentait lorsqu’on était sur le dos d’un cheval ? Scott n’en savait rien et il n’osait pas lui poser la question afin de ne pas la sortir de l’état d’esprit dans lequel elle se trouvait. Elle risquait d’ordonner à Samson de le charger juste pour le punir de l’avoir sorti de sa rêverie. L’entendre prononcer des paroles sans queue ni tête pour Scott, lui fit arquer un sourcil. Pourquoi disait-elle cela ? Allez savoir. Peut-être une quelconque révélation ?

Puis, il la vit venir vers lui avec assez d’aisance. Dommage que Lilwenn ne souhaite pas faire réellement de l’équitation car elle aurait pu devenir une excellente cavalière. Enfin, c’était elle qui disait. Scott jugeait simplement son potentiel. Il ne bougea pas d’un pouce lorsqu’elle s’arrêta à sa haute. Il leva la tête, attendant une quelconque question sur ce qui relevait de l’équitation, mais le jeune homme était bien loin de la vérité. Quand elle lui demanda s’il croyait au destin, il ne put s’empêcher de rester interdit pendant plusieurs secondes. Ca pour une question… C’était bien la première fois qu’on lui demandait ça. Fronçant légèrement les sourcils, il réfléchit à sa question. Croyait-il au destin ? Oui et non. Ca dépendait du point de vue. Mais il ne pouvait pas offrir une réponse aussi simple à la demoiselle. Elle serait sans aucun doute assez déçue d’une réponse aussi maigre. Et lui aussi d’ailleurs. Finalement, il se lança :

- Très franchement… Oui parce que je pense que chaque chose ne se passe pas sans qu’il n’y ait un but quelconque. Et non parce que pense que nous sommes malgré tout libre de nos choix. Ce sont nos choix qui marquent notre destin. Ce n’est bien sur que mon avis…

Difficile de savoir si faire un autre choix pouvait offrir une différence ou pas. Personne n’était jamais revenu en arrière pour revenir sur ses pas. Il fallait prendre les choses comme elles venaient, c’était ainsi. N’empêche qu’il trouvait quand même étonnant d’avoir trouvé une réponse aussi rapidement à la question de Lilwenn. Cette question aurait nécessité beaucoup plus de temps pour la réflexion, mais si elle lui demandait cela, c’était pour avoir une réponse immédiate.

- Pourquoi cette question ? Tu y crois, toi ?

Scott manqua de faire un peu d’humour en ajoutant que peut-être, elle s’était découverte une passion pour l’équitation, mais il se mordit la langue pour ne rien dire. Par moment, il se trouvait beaucoup plus plaisantin et bavard qu’il n’avait pu l’être tout au cours de sa vie, et ça, il ne se l’expliquait pas. C’était comme s’il y avait un quelconque changement en lui. Peut-être était-ce l’influence de Diane ? D’ailleurs, il faudrait qu’il vérifie son téléphone quand il aurait un moment de libre pour voir si elle ne lui avait pas envoyé un message. Contrairement à elle, il n’avait presque jamais son téléphone avec lui, du coup, il lui répondait parfois des heures après l’avoir reçu. Enfin, pour en revenir à l’instant présent, Lilwenn se trouvait toujours près de lui. Il sortit de sa poche un sucre qu’il donna à Samson.

- Tes impressions à propos de l’équitation jusqu’à présent ? demanda-t-il.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Jeu 21 Aoû - 11:30





Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer.





Scott & Lilwenn


Lilwenn vivait dans deux mondes différents, celui réel et celui de ses hallucinations, plus les temps passaient plus elle avait du mal à différencier les deux. Voir un chevalier en armure ne la choqua pas, on pouvait même dire qu'il la captivait, répétant même la phrase qui venait de dire " Je suis comme je suis, je fais ce que pourquoi je suis fait " Qu'est-ce que cela pouvait bien dire ? Était-ce un message pour elle ? Comment savoir quoi faire, quand on ne sait pas qui on est ? Il y avait ce doute dans son coeur, celui de ne pas se connaitre réellement, telle une image dans son miroir, il existait deux facettes de Lilwenn, le visage qu'elle montrait à sa famille et l'autre à ceux qui l'entourent, la douce et la peste. Pour Scott, comme pour beaucoup de personnes qu'elle rencontrait pour la première fois, c'était la peste à qui il avait à faire.

Sans même se douter qu'elle eût à faire à une hallucination, elle dirigea Samson vers Scott et le fit s'arrêter à sa hauteur. Comme à chaque fois qu'elle avait vu apparaitre des apparitions, un visage plus doux, un regard perdu, sa voix semblait lointaine, prouvant qu'une partie d'elle n'était pas encore revenu à la réalité. Elle l'interrogeait à haute voix, elle voulait savoir s'il croyait au destin, pourquoi cette question ? Elle se le demandait aussi, il y a des fois ou les paroles dépassaient son esprit, une perte de contrôle total. Poids-Plume fronça les sourcils, cela se voyait qu'il réfléchissait à la question et surtout que celle-ci l'avait surprise.

- Très franchement… Oui parce que je pense que chaque chose ne se passe pas sans qu’il n’y ait un but quelconque. Et non parce que pense que nous sommes malgré tout libre de nos choix. Ce sont nos choix qui marquent notre destin. Ce n’est bien sur que mon avis…

" Nos choix qui marquent notre destin" Une belle façon de voir les choses. Le destin façonnait la vie de certain et détruisait la vie des autres, le sien avait été de finir au fauteuil roulant de se rapprocher doucement de la mort. Cette épreuve la rendait plus forte sans même qu'elle sans doute, oui la jeune Lilwenn s'endurcissait pour le malheur de ses futurs ennemis.

Pourquoi cette question ? Tu y crois, toi ?

Est-ce qu'elle y croyait ?! Ses paroles furent comme une douche froide qui la ramenait d'un coup à la réalité, pour preuve son visage changea d'expression, beaucoup plus sévère, plus une moindre trace de doute ou de fragilité, elle répondit d'un ton tranchant.

- Non.

Ce n'est pas qu'elle n'y croyait pas, c'est qu'elle ne le voulait pas. Cela serait dire qu'elle était destinée à sa maladie et à rien d'autre. Lilwenn n'avait pas d'avenir, si elle dépassait le seuil des dix-huit cela reviendrait à un miracle et elle avait déjà eu le miracle de sa vie, être adopté par les Chimay, il ne fallait pas trop en demander. Scott sembla pensif quelque seconde, avant de sortir de sa poche un sucre pour Samson.

Tes impressions à propos de l’équitation jusqu’à présent ?

Comment lui dire que cela lui semblait naturel ? Rien à voir avec un loisir quelconque, même un moyen de se divertir, Lilwenn voyait ça simplement comme un truc banal, un truc qui favorisait ses hallucinations, de son point de vue rien de bien concluant.

- Ça peut aller, je connais de meilleurs passe-temps.

Il lui aurait été facile d'être sans pitié, de lui déclarer qu'il n'y avait rien de pire que ce sport, mais elle n'en avait rien fait, car même si elle ne passerait pas ses journées à monter à cheval, cela restait une bonne échappatoire de l'hôpital, surtout depuis que ses passe-temps favoris lui sont impossibles à cause de son état. D'ailleurs à ce moment précis, ses mains devinrent douloureuses, elle ne pourrait bientôt plus tenir les rênes.

- Je suis fatiguée, je veux retourner dans mon fauteuil. Un ordre spécial Lilwenn et sans lui donner le temps de répliquer. Tu as un portable ? Je dois appeler ma soeur pour qu'elle vienne me chercher.

Elle n'avait qu'une hâte à présent, contacter Târa qui pourra la reconduire à l'hôpital. Sa maladie la fatiguait énormément et cela s'aggravait de jour en jour.



« L'espoir dans les yeux d'un cheval. ».



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   Mer 27 Aoû - 19:08






Lilwenn & Scott



Donner des cours, ce n’était pas bien compliquer, mais pour le coup, Scott avait l’impression qu’il n’avait rien à apprendre à Lilwenn. Cependant, responsable d’elle en cas de pépin, il continua de l’observer sans dire un mot. Il admirait la façon dont elle se tenait, comme si c’était instinctif, comme si ça faisait parti d’elle. Il la sentit partir dans un monde qui n’appartenait qu’à elle et ne souhaitait pas la sortir de ses rêveries, le jeune homme ne prononça pas un mot, attendant ainsi qu’elle revienne dans le monde réel. Après tout, elle avait bien le droit de rêver non ? Il était bien placé pour le savoir. Lorsqu’il partait se promener en forêt avec Kira, sa jument, il se surprenait à partir dans ses propres pensés et ne pas remarquer qu’il avait considérablement avancé dans son parcours. En même temps, être à cheval donnait l’impression d’être un quelconque guerrier prêt à affronter mille dragons pour pouvoir ramener un trésor dont la valeur était inestimable.

Scott ne pouvait pas vraiment affirmer si oui ou non Lilwenn s’imaginait être une quelconque aventurière, mais quoi qu’elle soit devenue dans ses pensées, cela semblait être positif. En tout cas, le propriétaire des lieux ne pouvait que se sentir particulièrement fier de Samson qui obéissait sans opposer la moindre difficulté à la demoiselle qui se trouvait sur son dos. Pour le coup, le jeune homme pouvait être fier de lui. Samson était du genre extrêmement têtu, à ne vouloir en faire qu’à sa tête, à moins qu’on lui promette des carottes à gogo, mais pour une fois, celui-ci se montrait extrêmement coopératif. Peut-être avait-il senti que Lilwenn était différente des autres cavaliers qui avaient bien pu le monter jusqu’à présent ? C’était une possibilité. Les chevaux, comme beaucoup d’autres animaux, avaient la capacité de voir et comprendre la différence chez certain. C’était ce qui ne laissait presque aucun doute quant à leur grande « humanité » enfin de compte.

La demoiselle avait déjà fait quelques tours de manège avant de venir vers Scott qui se trouvait toujours en son centre. Sa question laissa le jeune homme quelques instants sans voix. Pensif, il ne savait pas réellement quoi lui répondre, doutant même de pouvoir lui offrir une réponse sure et définitive. Croyait-il au destin ? Déjà, le destin était une notion bien vaste. Certains pensaient que les choses étaient écrites à l’avance, qu’on ne pouvait pas y échapper. D’autres étaient certain qu’on écrivait notre propre destin en fonction de nos choix et de nos actions. Les avis divergeaient tellement qu’il n’y avait même pas de notion concrète. Il fallait faire avec ce qu’on avait. Réfléchissant quelques instants sur ce que lui-même en pensait, Scott prit finalement le temps de lui répondre tout en exposant son point de vue. Il n’était pas un adepte du fait que tout était forcément écrit et qu’on subissait le destin, mais plutôt du genre à croire que tout avait un but, que rien n’était vain, néanmoins, il était certain que c’était les choix de chacun qui influençait principalement le tout.

Malgré sa réponse donnée, Scott ne put s’empêcher de continuer à cogiter encore un peu sur la question. Lilwenn lui avait posé une sacrée colle en lui demandant cela. Mais comme il était bon prince, il avait répondu. Et puis, cela aurait été stupide d’éluder la question. Souhaitant malgré tout savoir pourquoi elle lui demandait cela, il lui posa la question en retour. Et là, il put remarquer un changement brutal chez la rouquine dont le visage se referma presque aussi sec alors qu’il avait eu l’air doux et quelque peu rêveur, quelques instants plus tôt. Sa réponse fut aussi glaciale que l’ère glacière qui avait un jour envahit la Terre, des millions d’années plus tôt. Scott n’était vraiment pas habitué à se genre de comportement et de changement, si bien qu’il resta malgré tout interdit pendant quelques secondes. Quel revirement ! Pourtant, il ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’au fond, Lilwenn n’était qu’une adolescente de dix-sept ans qui cherchait encore un peu sa voie. Certes, elle était malade, il faudrait être aveugle pour ne pas le voir, mais Scott n’avait pas envie de la traiter comme telle.

Ne restant pas là-dessus, le jeune homme lui demanda ses premières impressions sur le fait de monter à cheval. Certes, il y avait des choses nettement plus drôles que de marcher au pas, mais il fallait bien un début à tout. Et puis, il ne fallait pas non plus oublier que Lilwenn était malgré tout paralysée. Même si Scott n’avait pas envie de la regarder avec pitié, ni de la traiter différemment, il n’était pas idiot au point d’oublier sa condition physique. Attendant tranquillement une réponse, il regarda Samson manger le sucre qu’il venait de lui donner pour le féliciter. Puis il releva les yeux vers la demoiselle lorsqu’elle lui répondit plus ou moins par la positive. Bon, et bien c’était une avancée comme une autre dans les hostilités, non ? Un léger sourire se dessina sur le visage de Scott. Comme quoi, Lilwenn était capable de ne pas toujours cracher du venin. C’était juste une ado, rien de plus !

- Oh ça, je n’en doute pas, répondit-il.

Il ne cherchait pas à la contrarier, mais il ne lui donnait pas tord non plus. Après, tout dépendait des centres d’intérêt des uns et des autres. Mais elle lui prouvait que malgré tout, elle n’avait pas passé un si mauvais moment dans le centre équestre, hormis ce petit épisode avec Samson qui avait souhaité vérifier que ses cheveux n’étaient pas faits de carottes. Lorsqu’elle lui « réclama » retourner dans son fauteuil, Scott hocha la tête. Il comprenait parfaitement son désir. Attrapant Samson, il les conduisit vers la sortie du manège tandis que Lilwenn lui demandait s’il pouvait lui prêter son portable pour téléphoner à sa sœur. Lui répondant par la positive, il lui demanda malgré tout de patienter un peu qu’il la fasse descendre de cheval pour ça. Scott n’avait jamais son téléphone sur lui, ou très rarement. Et de plus, il était hors de question qu’il laisse Lilwenn seule sur Samson.

Après l’avoir ramené au point de départ, il défit chaque lanière destinée à maintenir la cavalière sur le cheval et la fit rasseoir sur son fauteuil. Ramenant Samson aux écuries, il le confia à un des palefreniers qui passaient par là et alla chercher son téléphone portable pour ensuite l’apporter à la jeune fille. Il s’éloigna pendant l’appel afin qu’elle ne pense pas qu’il épiait sa conversation. Et puis, il n’avait aucune raison de le faire étant donné qu’il était certain qu’elle ne lui avait pas menti quant à l’origine de son appel. D’ailleurs, il avait bien fait étant donné qu’elle lui rendit son portable après quelques secondes de communication. Rangeant son téléphone dans sa poche, il lui assura que si elle souhaitait un jour revenir, elle serait la bienvenue. Allez savoir si elle le ferait, mais en tout cas, Scott serait plus qu’heureux de pouvoir la revoir dans le coin. Malgré son mauvais caractère.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott   
Revenir en haut Aller en bas
 

Ne plus pouvoir bouger ces jambes n'empêche pas d'avancer. feat Scott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les femmes noires au pouvoir ...
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E
» HAITI: HISTOIRE, POUVOIR, CONSTITUTION
» Donnons le pouvoir au plus capable! Se pa lajan, Se Volonté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-