Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Sam 4 Jan - 23:26
Diane & Scott ❥ For the first time i felt hope.

Ce matin-là je fus réveillée par Marlow qui en avait marre d’attendre que je daigne me lever pour que je lui donne à manger. La veille j’avais fait le tour d’inspection de l’aquarium avec le chef de chantier que Louna avait embauchée pour moi et pour fêter la fin officielle des travaux, nous avions fini chez moi pour discuter tout et de rien mais surtout pour nous changer les idées. Les derniers incidents lors du mariage et le dit mariage ne nous avait pas vraiment laissé le temps de nous retrouver toutes les deux et c’était bien normal après tout mon amie était une femme mariée. Bien au chaud sous ma couette je soupirai de dépit en songeant que cela ne m’arriverait peut être jamais. Je sentis ma petite boule de poils préférée se glisser sous la couverture et venir coller sa petite truffe dans mon cou, machinalement je passais ma main sur son ventre chaud et la petite gémit de me voir si triste. Je l’attrapai et la soulevai dans les airs avant de l’attirer dans mes bras.  

- Allez ma puce je ne dois pas me laisser abattre tout n’est pas perdu !

Je sortis du lit dans un jeu de jambe qui envoya valser ma couette, j’appuyai sur le bouton de ma chaine HIFI et la musique retentit, c’était une violoniste qui remettait ce genre de musique au goût du jour. Avec cette musique entrainante j’effectuai des boucles piqués et pirouettes pour me rendre dans ma cuisine, d’un mouvement ample je lançais la cafetière puis déposai ma petite compagne sur le canapé pour filer à la douche. L’eau finit de me réveiller et tout en gardant le tempo des mélodies je jetais mon dévolu sur des vêtements des plus basiques, je pris un de mes jeans favoris et un chemisier noir. Maintenant que les travaux étaient finis je pouvais de nouveau m’habiller correctement et ne mettre ma salopette de travail qu’à l’aquarium. Je pris un tee shirt blanc et l’un de mes maillots de bains car aujourd’hui je devais  accueillir de nouveaux pensionnaires. L’odeur du café me mit l’eau à la bouche et je filai m’en faire couler une grosse tasse thermos, puis j’attrapai mes clés et d’un claquement de langue Marlow fut à mes pieds et nous sortîmes de l’appartement.

Arrivée devant l’aquarium je souris en voyant le carrousel dont m’avais fait cadeau Louna s’était une vraie merveille qui m’avait offert de jolis bleus mais que j’affectionnait énormément, sans compter le fait qu’il allait me rapporter lui aussi un peu d’argent. Je pris les clés du bâtiment et en ouvrit les portes, l’odeur de la peinture fraiche agressa mes narines aussi j’entrepris d’ouvrir toutes les portes et fenêtres pour aérer et faire entrer la lumière. Comme à mon habitude je mis de la musique pour me sentir un peu moins seule, Marlow alla trouver son panier et j’allai troquer ma tenue pour mon maillot de bains et la tenue de plongée. J’attachai à la va vite mes cheveux en une queue de cheval et nouait les bras de la tenue de plongée sur ma taille, l’aquarium étant chauffé je ne risquais pas d’avoir froid en ne restant qu’en haut de maillot de bain. Je me dirigeais ensuite vers la cuisine et sortit le poisson du réfrigérateur avant d’aller m’installer au bord du bassin aux dauphins. J’en avais trois et ils étaient actuellement mes seuls pensionnaires, je nourris d’abord les ainés et fit leur entrainement rapide hebdomadaire. Je terminais par aller voir mon petit protégé il s’agissait d’un dolphineau que j’avais appelé Sen et qui à cause de moi avait été blessé. Mais fort heureusement le vétérinaire avait su le soigner sans qu’il ne souffre d’aucune séquelle. Je passais presque 1 heure auprès de Sen pour lui prodiguer les soins et parfaire son entrainement.

Enfin j’entendis du bruit dans le bâtiment, c’était sûrement la société qui transportait mes nouveaux pensionnaires, je n’avais pas vu le temps passer et ils étaient arrivés avant que je ne sois totalement prête. Je me levai en hâte et allait à la rambarde pour m’adresser à eux depuis l’étage. J’appuyai mes mains sur le rebord prête à leur dire que j’arrivais quand les mots moururent dans ma gorge, car en bas ce n’était pas les transporteurs, ni même les ouvriers qui auraient pu oublier quelque chose, non en bas et j’avais peine à le croire, c’était celui que je m’attendais le moins à voir à cet instant, celui qui hantait mon esprit et mon cœur : Scott.  Mon souffle se fit irrégulier tandis que je posais mes yeux sur lui incapable de lui dire un seul mot, je ne lui avais pas parlé depuis le lycée et ne savait plus comment aborder une conversation normale avec mon ancien meilleur ami.

-Euh … Salut…

Voilà tout ce que je pus lui sortir, j’étais pathétique et je sentis mes joues rougir de honte de n’avoir rien d’autre de poli ou de bien élevé à dire, mais j’en étais incapable à ce moment-là.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Sam 11 Jan - 23:42






Diane & Scott



Le soleil commençait à peine à se lever quand le réveil de Scott sonna dans la chambre. Il mit à peine une trentaine de secondes avant d’appuyer sur le bouton OFF, permettant de stopper le réveil, mais il fallut au moins dix bonnes minutes au jeune homme pour émerger. Il n’était pas vraiment un gros dormeur puisqu’il dormait toujours que très peu, à cause de son boulot. Il se couchait tard, se levait au moins une fois dans la nuit pour voir si tout allait bien dans les écuries, et se réveillait tôt pour commencer la journée. Ca pouvait paraître extrêmement fatiguant quand il en parlait, mais il avait pris l’habitude, alors aujourd’hui, s’il n’avait que six petites heures de sommeil dans les pattes, ça ne le dérangeait pas le moindre du monde. Et puis, il aimait tellement son travail que se lever pour passer du temps au beau milieu de ses chevaux ne le dérangeait pas.

Comme à chaque début de journée, Scott s’avala un mug de café noir serré. Ce n’était pas au gout de tout le monde car il fallait vraiment avoir les tripes solides pour accepter un café comme celui qu’il buvait, mais ça lui permettait de se réveiller et d’avoir les idées claires. Scott était capable d’avaler absolument n’importe quel café, sauf au réveil où il lui fallait absolument ce café serré. Après, le reste de la journée, il s’en moquait. Cette boisson chaude était comme une drogue pour lui, il en avalait des tasses et des tasses, si bien qu’on pouvait croire qu’il se nourrissait exclusivement que de ça, alors que pas du tout. Bon, en le voyant travailler avec acharnement, on pouvait aussi se demander quand est-ce qu’il trouvait le temps d’avaler un bout, mais croyez-moi, il se nourrissait et ne se laissait pas mourir de faim !

Une fois prêt, la première chose qu’il fit en sortant de son appartement, ce fut de se rendre aux écuries pour voir comment allait les chevaux. Peu de temps auparavant, il avait retrouvé une vieille jument en proie à des coliques. Sa première réaction avait été d’appeler le vétérinaire de la ville afin qu’il vienne de toute urgence l’ausculter. Quand le diagnostique était tombé, Scott avait su quoi faire étant donné qu’il avait l’habitude de ce genre de choses, mais comme il n’était pas vétérinaire, il avait toujours besoin d’un avis professionnel lorsque le mal n’était pas visible. Scott avait l’impression que le docteur Woodsen et lui avaient plus ou moins la même façon de réfléchir. Pourquoi ? Peut-être parce qu’il était propriétaire d’un ranch et que le véto était propriétaire du zoo ? Oui, c’était surement pour ça. Enfin, en attendant, tous les chevaux allaient bien.

Comme chaque matin, il les emmena jusqu’au paddock afin qu’ils se défoulent tous pendant que lui commencerait à nettoyer les box. Il commença par les box avec de la paille car c’était les plus rapides à faire. Ceux qui avaient de la sciure, c’était un peu plus galère. Alors pour cette raison, il les faisait en dernier. Deux bonnes heures s’écoulèrent avant qu’il n’ait terminé le dernier box et remis le cheval à l’intérieur. Après quoi, il fallut les nourrir et il distribua à chacun la même quantité de foin. Quand on affirmait qu’un ranch ne permettait pas de vacances, les gens avaient totalement raison. C’était énormément d’investissement d’argent et de temps. Mais Scott ne manquait ni de l’un, ni de l’autre. Techniquement, il aurait dû enchainer sur autre chose ce matin-là, mais contrairement à d’habitude, il ne le fit pas. Pourquoi ? Parce qu’il avait pris une énorme décision et qu’il ne valait mieux pas qu’il la remette à plus tard au risque de ne plus avoir le courage de le faire.

Le manque de courage était l’un des principaux défauts de Scott, quand ça concernait les êtres humains. Autant il était capable d’aller calmer un cheval quand celui-ci devenait fou, autant quand il s’agissait d’aller parler à quelqu’un, il était nul de chez nul ! Il n’y pouvait malheureusement rien. Il avait toujours été quelqu’un d’assez timide alors du coup, les relations sociales ce n’était pas son fort. Dans sa vie, il n’avait eu que deux réels amis : Diane et Owen. Mais depuis la fin du lycée, ces amitiés s’étaient terminées. Quand il avait recroisé Owen, totalement par hasard, il n’avait pas su quoi lui dire et réciproquement. Quant à Diane, il ne l’avait pas revu du tout et justement, sa grande décision, c’était d’y remédier. Juste pour savoir ce que ça pourrait donner s’ils reprenaient contact. Ca n’avait pas marché avec son ancien meilleur ami, peut-être que ce ne serait pas le cas avec elle. Qui pouvait le savoir ?

Scott fila sous la douche une fois que quelques employés arrivèrent. C’était seulement quand ils étaient là qu’il s’autorisait à quitter les lieux. Sinon, il n’y avait rien à faire, il ne décollait pas de l’endroit. Pour la première fois depuis longtemps, Scott s’habilla comme tout le monde. Au ranch, il portait des vieilles chemises confortables et des jeans usés. Il faisait penser à un paysan, mais il était clair qu’il ne pouvait pas porter un costume trois pièces au milieu de la paille et du crottin. Mais là, il avait fait un effort : il avait mis un jean neuf et un t-shirt blanc. On pourrait presque se demander qui il était car en ce moment même, il n’avait rien à voir avec le Scott Millers, propriétaire du ranch. Si l’odeur du cheval ne le dérangeait pas le moindre du monde, il était quand même assez civilisé pour éviter d’en faire profiter tout le monde à l’extérieur de son domaine. Pour plus de facilité, Scott vivait au ranch, dans un appartement au dessus des écuries. Comme ça, s’il y avait le moindre problème, il était directement sur place. C’était un avantage et un inconvénient puisque du coup, il ne sortait quasiment jamais de chez lui. Ca ne favorisait pas du tout les rencontres, sauf quand les gens venaient dans le coin.

Tout en se dirigeant vers l’aquarium où il était certain de trouver Diane, Scott n’arrêtait pas de se demander s’il avait raison d’aller lui rendre visite après tant d’année. Ne devait-il pas faire marche arrière et retrouver la bulle protectrice de son ranch ? Pour une fois qu’il avait un peu de courage… Il était tellement absorbé dans ses pensées qu’il ne vit pas le temps filé. Il revint à lui une fois devant l’aquarium. Bon… semblerait qu’il soit trop tard pour faire demi-tour maintenant…. Il resta planté devant les portes de l’aquarium pendant au moins cinq bonnes minutes avant de daigner entrer à l’intérieur. Prenant une grande inspiration, Scott entra dans le bâtiment. Ici, tout sentait le neuf et la peinture fraiche. Scott avançait tout en regardant autour de lui. Il n’y avait pas un bruit, s’en était presque angoissant. L’avantage dans son ranch, c’était qu’il y avait tout le temps du bruit. Là, il fallait presque chercher pour en avoir.

Il était à deux doigts de se convaincre de faire demi-tour quand il entendit la jolie voix de Diane s’élever. Se demandant dans un premier temps d’où elle provenait, il ne tarda pas à lever le nez en l’air pour l’apercevoir au niveau d’une rambarde. Son cœur manqua plusieurs battements quand il la découvrit. Elle n’avait pas changé, si ce n’est qu’elle avait grandi et que ses traits s’étaient encore plus féminisés. Scott n’était pas l’homme le plus loquace du monde, c’était même tout le contraire. Il ne savait absolument pas quoi lui répondre. « Salut, ça va ?! » Non, bien sur que non ! Ca faisait beaucoup trop longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus et qu’ils ne s’étaient pas parlé. Du coup, faire comme si de rien n’était, c’était tout simplement impossible ! Mais peut-être pourrait-il commencé par lui rendre son salut, au lieu de rester planter là comme un imbécile…

- Salut…

Yeah, Scott, y’a du progrès !. En fait, quand on analysait bien la situation, c’était assez difficile d’engager une conversation car ils étaient tous les deux sur un plan différent. Lui était en bas, elle était en haut. Déjà que Scott ne savait pas quoi dire, alors cette situation ne favorisait pas grand-chose. Même si l’envie de faire demi-tour et de se tirer à toutes jambes lui avait pris, il n’en fit rien. Il était là, elle l’avait vu… S’il partait comme un voleur, qu’allait-elle penser de lui ? Qu’il était encore plus idiot qu’à quinze ans ? Probablement !

- Ca fait… longtemps, lâcha-t-il sans vraiment savoir quoi dire de plus.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Mar 21 Jan - 15:18
Diane & Scott ❥ For the first time i felt hope.

Lorsque son regard se posa sur moi j'eu l'impression de me déliter, de devenir une flaque qui faudrait éponger pour éviter de glisser dessus. Le son de sa voix fit accélérer les battements de mon cœur tandis que j'essayais de me raisonner et de chercher quelque chose d'intelligent à dire ou du moins une phrase normalement constitué du genre sujet verbe complément.

- Ca fait… longtemps

Je lui fis un sourire pitoyable ne sachant que répondre à cette évidence, mes yeux se posaient sur les traits harmonieux de son visage que j'avais si souvent rêver, je me surpris à vouloir passer encore aujourd'hui ma main dans ses cheveux comme lorsque je le taquinais au lycée, je voulais savoir si ils avaient garder cette douceur soyeuse qui m'avait toujours surprise. Je me rendis compte alors que je n'avais pas encore bougé et qu'il était impoli de ma part de rester ainsi à le fixer depuis le haut de l'escalier.

- Ne bouge pas j'arrive tout de suite !

Ouah une phrase complète et sans bégayer, c'était inenvisageable il y a encore quelques minutes. Je me retournai et observai rapidement mon reflet dans le miroir, je ne ressemblais à rien et dégoulinai encore de l'eau du bassin. D'un mouvement rapide et habituelle je défis la fermeture de ma combinaison et ôtai les manches pour les laisser pendre sur ma taille, restant en haut de maillot de bain, j'attrapai une serviette sur le côté et la posai sur mes épaules pour me sécher quelque peu. Enfin je pris une grande inspiration et descendit les marches pour rejoindre le jeune homme qui m'attendait avec sa patience habituelle.

Arrivée devant lui je m'aperçus qu'il était plus grand que moi alors que nous avions toujours été à peu près de la même taille durant notre scolarité. Son odeur m'envahit le nez, un mélange d'odeur de foin et de cheval qui ne la quittait jamais vraiment. Je le regardais et me sentit bête au possible, devais-je lui tendre la main pour la lui serrer et lui faire la bise, bien que je mourrais d'envie de déposer un baiser sur sa joue je m'abstenais en m'imposant une volonté de faire. Le simple fait de pouvoir le voir me faisait simplement un bien fou, puis l'improbabilité de cette rencontre gâcha mon plaisir.

- Je suis désolée mais l'aquarium comme tu peut le constater n'est pas encore ouvert, je t'ai pris pour les personnes qui doivent m'apporter mes nouveaux pensionnaires …

Je lui offris un sourire contrit avant de me détourner mon regard de son visage. Dans le bassin le plus proche ce trouvait des hippocampes, je pris la nourriture qui attendait à côté et égrenait les quelques graines de nourriture pour mes protégés. Les chevaux de mer agitèrent leur nageoire, et voletèrent vers leur repas, je regardais le mouvement de ces êtres féeriques sans pouvoir en détacher mon regard. Je reculais de quelques pas pour rejoindre Scott et me cognait contre lui j'étais plus proche que je ne le pensais. Je devins rouge pivoine d'embarras et de timidité.

- Oh … excuse moi…

Je m'écartais de quelques pas pour remettre une distance politiquement correcte entre nous alors que je n'avais qu'une envie me blottir dans ses bras. Je passais ma main sur ma nuque tout en tachant de calmer ma respiration.

- Tu veux peut être un café ?

Voilà c'était une bonne idée, ainsi il resterait et peut être réussirions nous à nous parler de nouveau. Sans attendre sa réponse je me dirigeais vers mon bureau, lorsque j'ouvris la porte Marlow me fit la fête et je lui fis une caresse rapide avant de me diriger vers la cafetière au moins cela m'occuperait les mains et l'esprit durant quelques minutes. Enfin l'odeur du café envahit la pièce, je déposais un tasse vide devant un siège vacant et m'installait dans mon propre fauteuil en espérant qu'il briserait de lui-même le silence qui c'était installé. J'étais intrigué par le but de sa visite à l'aquarium avait il ressenti le besoin de me voir ou sa visite était purement fortuite et n'avait rien a voir avec moi ?

- Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?

On aurais dit la mauvaise réplique d'une inspectrice d’un feuilleton télévisé mais qu'importe je voulais savoir la raison de sa présence ici, bien que je ne sois pas mécontente.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Dim 26 Jan - 22:15






Diane & Scott



Malgré son envie fulgurante de faire demi-tour pour trouver refuge dans son ranch, Scott résista assez pour entrer dans l’aquarium et rencontrer Diane. Rencontrer était le mot plus exacte que pour qualifier ce qu’il s’apprêtait à faire car malgré leur grande amitié lorsqu’ils étaient au lycée, une fois sortie de l’établissement, ils avaient pris des chemins tellement différents que le jeune homme n’était même pas sur de reconnaître la jeune femme qui avait toujours fait battre son cœur. Pas physiquement parlant, car elle devait être facilement reconnaissable, mais plutôt dans son comportement. Elle avait bien dû évoluer, grandir enfin ce genre de chose. Tout comme lui d’ailleurs. A l’époque, il était déjà d’une grande timidité, mais là, il s’était carrément renfermé sur lui-même. Autant dire que ce n’était pas vraiment positif comme évolution sur le plan caractériel, mais il était quand même entré dans l’aquarium donc il n’était pas un cas aussi désespéré que ça.

Quand Diane lui apparut, en haut de cette rambarde, Scott crut un instant qu’il s’était trompé et que ce n’était pas elle qui avait racheté l’aquarium, mais après l’avoir observée pendant quelques secondes de manière attentive, il sut que c’était bien elle. Elle était belle à en couper le souffle. D’ailleurs, c’était ainsi que le jeune homme se trouvait. Il en avait eu le souffle coupé et il avait fallu qu’elle parle pour qu’il capte qu’il avait cessé tout exercice de respiration. Le plus rapidement possible, il reprit une activité respiratoire tout en dissimulant l’effet que Diane lui avait fait. Pour cacher ses émotions, Scott était assez doué. Introverti jusqu’au bout des ongles. La jeune femme était vraiment beaucoup plus belle que dans son souvenir et dieu seul savait à quel point ses souvenirs étaient exacts. Lui qui avait cru qu’il retrouverait une adolescente, il s’était lourdement trompé. Mais se tromper avait vraiment du bon dans ce cas-là.

Mais mis à part tout ça, Scott ne voyait vraiment pas quoi lui répondre d’autre que « salut ». Du coup, il exprima trois mots absolument inutiles et débiles. C’était évident que ça faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il était là, non ? Mentalement, il se traita d’idiot. Le silence qui plana ensuite ne fit absolument rien pour arranger ses insultes mentales envers lui-même. Diane devait le trouver idiot, se dire qu’il ne s’était pas arrangé avec le temps. Elle aurait entièrement raison d’ailleurs puisqu’à force de s’occuper de ses chevaux H24, il n’avait plus vraiment eu le temps de se mélanger au reste des habitants de Storybrooke. Non pas que les gens qu’ils croisaient de temps en temps n’étaient pas désagréables, mais il aimait la compagnie des chevaux. Donc vivre dans un ranch et y travailler était très loin d’être un poids. Il faisait ça avec énormément de plaisir. Il se sentait complet là-bas. A l’extérieur, il se sentait vulnérable…

Malgré la médiocrité de ses mots prononcés, le sourire de Diane en fit naître un sur les lèvres de Scott. C’était communicatif. Il était à la limite de se dire qu’elle pouvait penser ce qu’elle voulait sur lui, du moment qu’il pouvait la regarder sourire, c’était amplement suffisant. Enfin, il avait toujours le nez en l’air et elle n’avait toujours pas bougé de sa rambarde. Il souhaita pouvoir la regarder de plus prêt et son vœu fut exaucé quand elle lui demanda de ne pas bouger pour qu’elle puisse le rejoindre. Un « d’accord » sortit de sa bouche et il put cesser de regarder en l’air quand elle disparut de son champ de vision. Maintenant qu’il ne la regardait plus, à nouveau, il eut envie de prendre ses jambes à son cou pour repartir car à présent, il allait se retrouver face à Diane et c’était hautement plus effrayant. Il en était presque à se demander comment il avait fait pour avoir des amis dans sa vie. Il avait vraiment dû avoir un coup de pot !

Il essaya de se calmer avant que Diane n’apparaisse. Sauf que ce n’était pas chose facile. Il avait le cœur qui battait à cent à l’heure, donnant l’impression qu’il allait se tirer d’une minute à l’autre de sa poitrine pour parcourir des kilomètres et des kilomètres à cause des pulsions sanguines qui l’animaient. En parlant de cœur, celui-ci loupa un ou peut-être même plusieurs battements quand la jeune femme réapparut. Cette fois-ci, elle avait baissé sa combinaison jusqu’à la taille, découvrant ainsi le haut de son maillot de bain. Elle avait placé une serviette sur ses épaules, surement pour se sécher. Scott était tout simplement figé, à nouveau. Il n’aurait jamais cru qu’elle se présenterait de cette façon à lui. Bon, un maillot de bain ce n’était pas pareil qu’un soutien-gorge mais ça n’en cachait pas plus. Cependant, le jeune homme ne s’attarda pas là-dessus car il put, cette fois-ci, détailler les traits de son visage. Si la perfection avait un visage, ce serait sans aucun doute celui de Diane.

Scott ne savait vraiment pas quoi faire maintenant qu’il se trouvait en face d’elle, mais ce qu’il y avait de rassurant, c’état qu’elle non plus ne savait pas du tout quelle attitude adoptée. Heureusement, elle trouva quoi dire pour rompre le silence qui s’était imposé entre eux. En même temps, des années s’étaient écoulées sans qu’ils ne se revoient. Qu’ils n’aient rien à se dire n’était pas vraiment surprenant. Après tout, quand Scott et Owen s’étaient revus, ils n’avaient pas eu grand-chose à se dire non plus ; et ils n’avaient rien fait pour arranger leur relation. Mais peut-être qu’avec Diane, les choses seraient différentes. Il lui fut silencieusement reconnaissant quand elle engagea la conversation sur le fait qu’elle l’avait confondu avec une personne qui devait lui apporter un autre pensionnaire.

- Y’a pas de mal. Je peux comprendre que tu attendes l’arrivée d’un nouveau pensionnaire avec impatience.

Parfois, Scott se surprenait lui-même. Il avait réussi à s’exprimer correctement, sans cafouiller, ni buger. Une grande première à noter par une croix rouge sur le calendrier. Lui-même se surprit. L’espace d’un instant, il crut qu’il avait été possédé par une quelconque entité, mais non, c’était bien lui. Il n’y avait personne d’autre que lui dans son corps. Le courage qui se trouvait enfoui en lui s’était décidé à faire surface. Pour combien de temps ? Il n’en avait aucune idée, mais tout ce qui était bon à prendre, et bien il le prenait. Si ça pouvait l’aider à reprendre contacte avec Diane, Scott était prêt à tout pour ça. Enfin, mis à part ça, la conversation n’alla pas vraiment plus loin car le silence revint. La jeune femme sembla se passionner brusquement par un aquarium qui contenait des hippocampes. Le propriétaire du ranch n’y connaissait pas grand-chose en animaux aquatiques, mais il savait que les hippocampes étaient considérés comme des chevaux aquatiques.

Pour le coup, il montra un certain intérêt à ces créatures pendant que Diane leur donnait à manger. Scott s’avança vers l’aquarium pour mieux regarder. Si c’était des chevaux de mer, il n’y avait rien de ressemblant avec les chevaux terrestres. Oui, c’était bête comme remarque, mais il se demandait pourquoi on les appelait « chevaux ». Il fut sorti de sa contemplation lorsque Diane vint se cogner contre lui après avoir reculé. Instinctivement, il posa ses mains sur les hanches de la jeune femme, mais il les retira presque aussitôt car son cerveau n’avait pas tardé à analyser la situation. Les choses devenaient vraiment de plus en plus bizarres. Il se mordit l’intérieur de la joue puis adressa un léger sourire à Diane qui s’excusait pour lui être rentré dedans.

- C’est pas grave !

Pour Scott, c’était limite le moment de s’en aller pour arrêter le massacre. C’était vraiment de pire en pire. A croire que le destin jouait contre eux. Peut-être que finalement venir ici avait été une mauvaise idée et qu’il aurait dû s’en abstenir. A l’heure actuelle, s’il n’avait pas pris la décision de venir, il serait au beau milieu de ses chevaux entrain de leur distribuer leur ration de foin matinale. Ouais, il devrait plutôt retourner sur son territoire et laisser la roue tourner, sauf qu’avant qu’il n’ait pu dire quoi que ce soit, Diane reprit la parole et lui proposa un café. Là, c’était vraiment le prendre par les sentiments parce que le café était devenu une drogue pour Scott qui s’en nourrissait plus que de la nourriture normale.

- Volontiers ! répondit-il avec un certain entrain.

Jamais au cours de sa vie, il n’avait su dire « non » à Diane. Mais si en plus elle lui proposait un café, Scott était piégé ! La jeune femme n’avait pas vraiment attendu qu’il lui réponde puisqu’elle se dirigeait déjà vers son bureau, mais il avait quand même pris la peine de lui exprimer sa réponse. A force de rester muet, elle allait vraiment finir par croire qu’il était devenu associable au plus haut point. Il la suivit donc jusqu’à son bureau et y entra à sa suite. Il découvrit un chien qui semblait content de revoir sa maîtresse. Par contre, en ce qui concernait Scott, il fut accueillit par un regard méfiant. Il n’y avait rien d’anormal là-dedans puisqu’il était quelqu’un que le chien ne connaissait pas. C’était ainsi avec tous les animaux. La pédagogie animale n’avait pas vraiment de secret pour Scott qui devait faire preuve d’énormément de patience envers certains chevaux avant d’obtenir leur confiance.

Jusqu’à présent, le seul qui lui donnait encore du fil à retordre, c’était Pivers, le cheval de Louna Nerys. Il n’avait jamais vu un cheval aussi trouillard de toute sa vie. Quand elle l’emmenait chez lui, lorsqu’elle ne pouvait pas s’en occuper, il trouvait toujours le moyen de s’échapper si bien que Scott était obligé de lui courir après et de demander aux passants s’ils n’avaient pas vu un cheval passer. Ce Pivers était capable de donner des cheveux blancs même au plus solide des hommes. Mais enfin, pour l’instant, ce cheval n’était pas dans les écuries, sinon, le jeune homme ne serait pas là. Pour rien au monde il ne quitterait les lieux avec un tel cheval sous sa responsabilité. Surtout qu’il fallait lui courir après. Une fois dans le bureau de Diane, Scott ne put s’empêcher d’observer chacun de ses mouvements et se surprit à penser qu’il pourrait la regarder toute la journée sans se lasser.

Il secoua légèrement la tête pour reprendre ses esprits. L’odeur de café commençait à se faire sentir, ce qui fit naître un léger sourire sur les lèvres du jeune homme. Le café, il n’y avait que ça de vrai ! Il observa Diane poser une tasse encore vide en face d’un siège vide avant qu’elle ne prenne place sur son fauteuil. Jugeant qu’il s’agissait de la place qu’elle lui offrait, Scott s’assit sur le siège pendant qu’elle lui demandait la raison de sa visite. C’était le moment de lui dire pourquoi il était venu et il se voyait mal inventer une excuse du style : « Je passais dans le coin et j’ai voulu voir le nouvel aquarium ». Non, Scott était quelqu’un d’honnête, malgré sa grande timidité. Il croisa ses doigts et répondit :

- Euh… et bien je voulais savoir ce que tu devenais, comment tu allais, des trucs comme ça. Après tout, on… on était amis avant donc je me suis dit qu’en tant que tel, ce serait sympa de venir te voir…

Il omit le fait qu’il avait passé des jours et des jours à cogiter là-dessus et que même devant l’aquarium, il était encore entrain de se dire si c’était une bonne ou une mauvaise idée. Pour l’instant, tout portait à croire qu’il aurait mieux fait de s’en tenir à l’idée. Enfin, il préférait laisser de côté ses idées négatives et essayer d’être positif plutôt.

- Finalement, j’ai peut-être pas choisi le bon moment, vu que t’es en plein aménagement et tout...

Positif, Scott ! Positif !




[Hors RP = Je suis désolée !!   Je me suis laissée emporter je crois   j'étais inspirée donc surtout, te bile pas si tu fais pas autant ôo Encore Pardooooon   ]

_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Lun 27 Jan - 18:53
Diane & Scott ❥ For the first time i felt hope.

Assise en face de Scott j'avais l'impression de rêver, je sentais encore la douce pression de ses mains sur mes hanches lorsque je mettais malencontreusement cogner contre lui qui bien de trop vite s'était envolé, comme un mirage dans un désert. Pourtant je n'avais pas rêver ce contact j'en étais plus que certaine. Confortablement installée dans mon fauteuil je me séchais rapidement les cheveux tout en regardant le manège de Marlow qui ne semblait pas apprécier la présence de Scott dans le bureau, c'était la première fois que je voyais ma petite compagne réagir ainsi et cela me troubla un moment. Ce fut la voix de Scott qui me tira de la rêverie dans laquelle je m'étais inconsciemment plongé.  Je le vis croiser ses doigts comme il le faisait si souvent lorsque nous étions plus jeune et enfin il se lança.

-Euh… et bien je voulais savoir ce que tu devenais, comment tu allais, des trucs comme ça. Après tout, on… on était amis avant donc je me suis dit qu’en tant que tel, ce serait sympa de venir te voir…

J'en étais abasourdie, j'avais l'impression qu'il avait tirer toutes ses raisons de mon propre cerveau car il fallait bien l'admettre je mourrais également d'envie de le revoir et de savoir ce qu'il était devenu. Sans pouvoir m'en empêcher je lui fis un doux sourire.

- Finalement, j’ai peut-être pas choisi le bon moment, vu que t’es en plein aménagement et tout...

Son intérêt pour la charge de mon emploi du temps me toucha, je me levais et allais chercher la cafetière. Je pris le réceptacle plein d'un café fumant et me dirigeais vers Scott. Alors j'aurais très bien pu maintenir une distance raisonnable entre lui et moi bien sûr mais à cet instant je n'en avais guère l'envie. En vérité ce que je voulais vraiment c'était sentir son odeur qui m'avait toujours obsédé. Aussi je me penchais au plus près de lui et versait délicatement le café dans sa tasse.

-Tu ne me dérange pas le moins du monde, lui chuchotais-je à l'oreille.

Je pris une grande inspiration et l'arôme de sa peau vint chatouiller mes narines, une odeur de foin et de chevaux que j'avais toujours aimé chez lui. Je me redressais et me versait à mon tour du café avant de poser la cafetière sur le bureau. Je m'assis de nouveau devant lui, son parfum refusa de quitter mes narines malgré l'odeur de la boisson de ma tasse. Je sortis alors des gâteaux et les mis également près de la cafetière pour qu'il puisse se servir si l'envie lui en prenait. Je le regardais fixement comme incapable de détacher mon regard ne serait ce qu'un instant des lignes parfaites de son visage, mais lorsqu'il leva les yeux vers moi je détournai mes yeux et rougis de plus belle incapable de faire autre chose. Je bus mon café en silence tout en offrant à Marlow un petit gâteau, quand je remarquai que je n'avais pas répondu à ses questions.

-A vrai dire je suis très contente que tu sois venu me voir !

Attention l'objectif était de le faire rester pas de le faire fuir ! Il fallait que je réfléchisse à ce que j'aillais dire et faire pour qu'il reste le plus longtemps possible avec moi.

-J'avais bien besoin d'une pause et c'est toujours agréable de passer un bon moment avec un ami ….

Oui voila lui dire que l'on est ami ne pas l'espoir d'autre chose s'immiscer dans mes paroles, pour ne pas se faire rejeter violemment comme par le passé. Je souris à Scott pour le détendre et pour tenter de dissimuler le mal être qui s'emparait de moi à la pensée qu'il puisse me rejeter. Répondre à ces interrogations voila ce à quoi je devais me contenter, répondre calmement et posément, me montrer intéresser mais pas trop même si j'étais avide des nouvelles qu'il pourrait me donner.

-Comme tu peux le constater je vais plutôt bien, mais ça n'a pas été tous les jours facile … si je m'en suis presque sortis aujourd'hui c'est surtout grâce à Louna, elle m'a été d'une grande aide pour finir les travaux de l'aquarium, je n'arrivais plus à suivre je l'avoue … et toi qu'est tu devenu ?

Je jetais un coup d'œil sur la pile de facture qui attendait d'être payées sur le côté de mon bureau et secouait la tête de désespoir.

-J'ai également fait la paix avec Owen, bien que ce soit surtout moi qui ait parler comme d'habitude mais néanmoins je pense qu'il m'a pardonner ce qui s'était passé. Cela n'a jamais été ma volonté de vous blesser tous les deux et j'espère que tu accepteras également de me pardonner un jour …

Le nez collé vers mon café j'étais à cet instant complètement incapable de le regarder alors que je ne désirais que ça. Si je relevais les yeux vers lui, est ce que je lirais de la rancœur ou du mépris dans son si beau regard ? Ou alors et ce qui serait pire pour moi une indifférence totale à mon égard ? J'étais terrorisé rien que de penser que cela pourrait être la dernière fois que je le voyais, aussi préférais je changer immédiatement de conversation, ne guère lui laisser le temps de me répondre pour éviter de faire saigner mon cœur déjà meurtri.

-Je suis désolée de n'être jamais venu prendre de tes nouvelles … mais j'avais peur que tu ne sois pas content de voir alors j'ai préféré continuer ….

Je m'arrêtais avant de dire "continuer à vivre sans toi…" car il aurait alors comprit la profondeur de mes sentiments même si je les lui avais déjà exprimés lorsque nous étions plus jeunes je ne savais pas si il avait refait sa vie et préférais ne pas nous blesser davantage tout les deux.

-Enfin voilà rien de bien extraordinaire dans ma vie comme tu peut le constater, je peut dire que seul le fait que j'ai quitter l'orphelinat et la reprise de cet aquarium soit les deux seules bonnes choses qui me soient arrivées depuis le lycée, maintenant je vais tâcher de faire sortir ma sœur de cet enfer pour qu'elle vienne vivre avec moi …

Cette fois mon regard se posa sur une photo près de la porte du bureau, dessus Cloé et moi nous tenions dans les bras l'une de l'autre, il faisait beau et chaud c'était l'été dernier devant l'orphelinat quelques jours avant que je n'annonce à ma sœur que j'allais quitter l'établissement. Nous nous étions vivement disputés et elle m'avait longtemps reprocher ma décision de partir mais cela lui permettait parfois de trouver refuge chez moi lorsqu'elle en ressentait le besoin. Je souris tout en sirotant mon café dans le silence du bureau, j'entendis le téléphone de l'accueil retentir aussi je m'excusais quelques minutes auprès de Scott pour aller répondre. Les transporteurs m'apprirent qu'ils avaient eu un souci avec leur camion et que de ce fait il ne viendrait pas aujourd'hui, la poisse ! Dépitée je raccrochais et retournais vers mon bureau, Scott ne semblait pas avoir bougé mais je n'avais pas des yeux dans le dos non plus. Je m'appuyais contre le chambranle de la porte et croisait mes bras sous ma poitrine.

-Bon et bien mon nouveau pensionnaire n'arrivera pas aujourd'hui, problème de transport …. Alors si tu n'y vois pas d'inconvénients et si tu n'as pas d'autres obligations ailleurs bien sûr tu pourrais peut être m'aider à l'aquarium, je dois accrocher certains tableaux et une autre pair de main pourrait être bien utile !

Dans mon fort intérieur je jubilai à l'idée que nous pourrions être seuls tout les deux pendant quelques heures et d'un autre côté j'étais triste de ne pas accueillir mon nouvel animal aujourd'hui. Mais des fois la nature faisait bien les choses et elle me permettait aujourd'hui d'avoir l'occasion de rattraper les années qui s'étaient écoulées.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Jeu 30 Jan - 23:48






Diane & Scott



Maintenant que Diane était descendue de sa rambarde pour arriver à sa hauteur, Scott pouvait difficilement s’en aller sans paraître quelqu’un de grossier, et la dernière chose qu’il souhaitait, c’était qu’elle pense ce genre de chose de lui. Surtout qu’il ne s’était pas revu depuis la fin du lycée, donc du coup, ce n’était pas comme si elle le savait incapable d’une telle impolitesse. En plus de ça, elle l’avait invité pour un café et c’était le pêché mignon du jeune homme. Le café était devenu son aliment de base presque donc il avait vraiment des difficultés à dire non. Pour toutes ces raisons, il se retrouvait assis, sur une chaise en face de son ancienne meilleure amie. L’odeur de café planait entre eux et un chien au regard vigilent.

Scott était loin d’être nerveux au milieu des animaux, même quand ces derniers ne le connaissaient pas. Après tout, il lui arrivait de côtoyer des animaux qui ne le connaissaient pas, comme ceux du zoo quand Bran était en manque de personnel et qu’il pouvait se libérer. Parfois, le jeune homme était contraint de refuser quand il en avait plein sur les bras de son côté au ranch, mais quand il pouvait déléguer ses tâches par-ci, par-là, il le faisait et partait filer un coup de main au zoo. Enfin, pour en revenir à l’instant présent, Scott évitait de fixer le chien de Diane. Mieux valait qu’il s’habitue à sa présence, même si celle-ci serait brève. En attendant, il avait mieux à faire comme expliquer la raison de sa présence à l’aquarium puisque c’était la question de la propriétaire des lieux.

Trouver ses mots ne fut pas chose facile, mais il réussit tout de même. Tant bien que mal, certes, mais ne s’était pas mis à cafouiller à tout va pour aller au bout de son idée. Il lui fallut quand même un sacré courage pour simplement dire qu’il venait prendre de ses nouvelles. Mais qu’y pouvait-il ? Il avait toujours été comme ça. Enfin, avant, c’était plus facile de parler avec Diane parce qu’ils étaient amis et du coup, il arrivait à lui parler normalement. Aujourd’hui, les choses étaient différentes. Ils s’étaient éloignés et du coup, c’était comme s’ils devaient réapprendre à se connaître. S’il était là aujourd’hui, c’était grâce à Louna qui lui avait conseillé qu’il sorte un peu de chez lui pour voir du monde.

Il aurait pu aller n’importe où mais il avait choisi de rendre visite à Diane. Mais étant donné qu’elle était en plein aménagement, peut-être qu’il ne tombait pas si bien que ça finalement. Elle devait avoir un tas de choses à faire, donc il prit la décision qu’après avoir bu son café, il partirait pour la laisser faire ses trucs tranquillement. Scott la regarda se lever pour aller chercher le récipient de la cafetière qui était rempli du liquide noir et fumant qui constituait presque l’aliment de base des repas de Scott. Il buvait plus de café qu’il ne mangeait, mais ça, c’était son rythme de vie. Ca sidérait beaucoup de ses employés qui mangeaient presque plus que ce que leur estomac pouvait contenir, mais pendant qu’eux ils mangeaient, lui, il faisait d’autres trucs.

Lorsqu’elle se pencha pour servir le café dans la tasse qu’elle avait posé en son attention, l’odeur de la jeune femme envahit le nez de Scott qui ne bougea plus d’un poil pendant qu’elle versait le café. Un long frisson le parcourut quand elle chuchota à son oreille, si bien qu’il crispa légèrement ses poings. Cependant, il relâcha la pression assez rapidement pour éviter que Diane ne pense que ça l’énervait qu’elle se soit penchée comme ça sur lui, alors que ce serait totalement faux parce que s’il pouvait, il l’attirerait contre lui pour la serrer dans ses bras. Quand elle se redressa, le jeune homme put respirer à nouveau et se détendre un peu. L’odeur de Diane resta accrochée à lui et cela le troubla légèrement, mais il n’en montra rien.

Il attrapa sa tasse de café et posa ses mains dessus. Non pas qu’il avait les mains gelée, mais c’était un réflexe qu’il avait pris. Après s’être de nouveau installée en face de lui, Diane sortit des gâteaux, mais Scott avait l’estomac tellement noué qu’il était incapable d’avaler autre chose qu’un truc liquide. Le café était donc très bien comme aliment. Maintenant qu’il avait donné la raison de sa présence et qu’elle lui avait assuré qu’il ne dérangeait pas du tout, le jeune homme se voyait mal s’en aller. S’il ne dérangeait pas et bien autant en profiter. Après tout, qui pourrait dire quand est-ce qu’ils auront de nouveau l’occasion de se voir ? Nulle ne le savait donc tant que Diane voudrait de lui dans le coin, il resterait et partirait quand il ne serait plus le bienvenu.

Le silence continuait légèrement à être présent et il porta sa tasse à ses lèvres pour boire sa première gorgée de café qui s’avéra être bon. Il venait d’apprendre une chose à propos de son ancienne meilleure amie : elle faisait du bon café. Scott aimait quand il buvait un bon café. Une fois, un de ses employés avait cru bien faire en préparant une cafetière, mais le breuvage avait été tellement infâme qu’il avait tout recraché ouvertement. Sur le coup, il avait fait de la peine à son collègue, mais le café qu’il avait préparé était tout simplement impossible à avaler. Enfin, Diane prit la parole, ce qui manque de faire sursauter Scott, mais il ne le fit pas. Il ne manquerait plus qu’il se renverse du café dessus et ne se brûle. Même si l’endroit ne manquait pas d’eau, la situation serait extrêmement embarrassante.

Un sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme quand elle lui avoua qu’elle était contente qu’il soit venu. Au moins, son idée n’avait pas été aussi nulle que ça. Il avait peut-être même bien fait. Après tout, le but, c’était de prendre des nouvelles de la jeune femme et de voir ce qu’elle devenait pour peut-être reprendre contacte avec elle. Les choses n’allaient peut-être pas se passer comme avec Owen, même si techniquement, ni l’un, ni l’autre ne se faisait la tête. Le temps les avait simplement éloignés et ils n’avaient pas un emploi du temps qui s’accommodait. Scott travaillait la journée comme un malade pendant qu’Owen travaillait comme surveillant à l’orphelinat pendant la nuit. Du coup, quand ils se croisaient, c’était un vrai miracle.

- Et bien, on va dire que je te fais office de pause.

Il but une nouvelle gorgée de café tandis qu’elle répondait à sa question. C’était le moment où il allait savoir ce qu’elle était devenue depuis le temps. Il hocha la tête quand elle fit mention de Louna. Lui aussi, il la connaissait. Bon, peut-être pas aussi intimement que Diane, mais il lui arrivait de la croiser quand elle venait lui confier Pivers. Louna était tout le temps pressé, elle fonctionnait à cent à l’heure si bien qu’elle avait à peine le temps de donner des instructions pour son cheval avant de repartir aussi sec. Scott ne pourrait jamais vivre autant à cent à l’heure qu’elle. La famille Nerys était une des familles les plus riches de la ville, du coup, ça n’avait rien d’impossible qu’elle ait aidée Diane à retaper les lieux. Le jeune homme savait plus que bien à quel point ce genre d’endroit pouvait être un gouffre financier. Parfois, même lui avait du mal à joindre les deux bouts quand il avait eu un cheval malade dans le mois. C’était la galère quasiment tout le temps, mais quand on aimait quelque chose, on ne lâchait pas prise aussi facilement.

- Moi ? Et bien je vais bien aussi. Je suis propriétaire du ranch de la ville du coup, je pense être un des mieux placé pour comprendre ce que tu vis niveau galère. Mis à part ça… pas grand-chose, répondit-il.

Il la vit jeter un coup d’œil sur une pile de paperasse et un élan de compassion le prit parce qu’il comprenait ce qu’elle ressentait. Les factures n’étaient jamais vraiment sympathiques. Surtout quand on était short financièrement parlant. Parfois, Scott en possédait une pile beaucoup plus grande et il s’arrachait presque les cheveux quand il arrivait à échéance pour les payer. S’occuper des chevaux était un métier à perte et il en avait pleinement conscience, mais pour rien au monde il n’arrêterait ce qu’il faisait. Il aimait beaucoup trop chacun de ses pensionnaires pour songer de les abandonner pour aller travailler ailleurs. Enfin, au moins, Diane savait dans quoi elle se lançait si les complications avaient frappé à sa porte dès le début.

Scott fut surpris qu’elle lui annonce de but en blanc qu’elle avait revu Owen et fait la paix avec lui. A contrario, il ne fut pas étonné que ce soit elle qui ait parlé quasiment tout du long. Si lui n’avait pas changé, Owen encore moins. Il avait toujours été peu bavard, même avec les gens qu’il connaissait très bien. Le jeune homme hocha simplement la tête quand elle lui fit part du potentiel pardon d’Owen. Il baissa les yeux vers sa tasse de café à la suite des paroles de la jeune femme. On ne pouvait pas dire que Scott ne regrettait pas la façon dont ils s’étaient tous éloignés. Mais tout avait été tellement énorme qu’il en avait beaucoup voulu à Diane pour ce qu’elle avait fait, surtout avec leur meilleur ami. A la rigueur, cela aurait été quelqu’un d’autre, peut-être que la pilule serait passée plus facilement, mais Owen n’était pas n’importe qui…

Il ne savait vraiment pas quoi lui dire à propos de ça. Oui, il lui en avait voulu parce que si elle était venue lui dire directement ce qu’elle ressentait pour lui, Owen n’aurait pas souffert et lui non plus n’aurait pas souffert de voir ses deux meilleurs amis ensemble alors que lui aimait la demoiselle depuis l’instant où il avait posé les yeux sur elle. Au bout de quelques instants, il releva quand même la tête pour la voir, elle aussi, le nez baissé vers sa tasse de café. Scott eut un pincement au cœur en la voyant aussi abattu et aurait bien aimé dire quelque chose, mais malheureusement, il ne trouva rien. Mis à part peut-être essayé de la rassurer sur le fait que le temps avait passé et que le moment était venu pour passer à autre chose, mais elle ne lui laissa pas le temps de dire tout ça car elle reprit la conversation presque aussitôt, la changeant.

- Au début, peut-être, avoua-t-il, préférant la vérité au mensonge, mais avec le temps tout ça c’est… tassé, je dirais.

Ce qui était vrai. Si au début il lui en avait réellement voulu, au fur et à mesure, penser à Diane ne déclenchait plus vraiment de colère en lui, au contraire, ça avait fait revenir les sentiments qu’il avait pour elle et qu’il gardait en lui depuis un bon bout de temps. Malgré tout ça, il n’était pas encore prêt à lui dire ce qu’il ressentait pour elle. Elle avait su quand ils étaient jeunes, mais qu’en était-il d’aujourd’hui ? C’était toujours pareil en ce qui le concernait, mais le savait-elle ? Probablement pas. Elle devait sans doute se dire que le temps avait passé et qu’il n’en était plus là. Enfin, Diane reprit la parole pour lui annoncer qu’elle avait quitté l’orphelinat et qu’à présent, elle souhaitait faire sortir sa sœur. C’était une bonne chose.

- J’espère que tu y arriveras. Ca devrait pouvoir se faire maintenant que tu va être financièrement indépendante.

Scott en était arrivé à la moitié de sa tasse de café quand le téléphone sonna. Les obligations semblaient rappeler Diane. Du coup, il termina son café d’une traite pendant qu’elle répondait au téléphone. Puis son regard se porta sur le chien de la jeune femme. La méfiance avait disparu de son regard et pour cela, le jeune homme attrapa un des gâteaux que la propriétaire des lieux avait déposé sur son bureau quelques instants plus tôt. Il le cassa en deux et en tendit un morceau à l’animal de compagnie. Le chien sembla intrigué par cela et prudemment, il se mit à avancer vers Scott qui ne bougeait pas d’un pouce. Le but était de faire le moins de mouvement possible pour ne pas l’effrayer. Après quelques secondes, il prit le morceau de gâteau, ce qui arracha un sourire au jeune homme qui était plutôt content d’avoir réussi. Il lui tendit l’autre morceau et cette fois, le chien n’eut absolument aucune hésitation à prendre ce qu’on lui tendait.

Ce fut à ce moment-là que Diane raccrocha. Quand Scott tourna la tête vers elle, son sourire s’évanouit aussitôt. Le visage de la jeune femme était dépité et quand elle s’appuya contre le chambranle dans la porte, elle affichait un air contrarié. Rapidement, elle lui expliqua que son nouveau pensionnaire n’arriverait pas. Du coup, elle n’avait plus grand-chose à faire à l’aquarium. Il fut surpris qu’elle lui demande de l’aide pour arranger la décoration des lieux. Un sourire ravi se dessina sur les lèvres du jeune homme qui était finalement ravi de pouvoir rester un peu plus longtemps en compagnie de la jeune femme, même s’il était désolé pour elle que l’arrivée de son pensionnaire soit retardé de quelques temps. Ce n’était jamais drôle, surtout quand on attendait avec impatience.

- Je serais ravi de t’aider, répondit-il. Et… t’en fais pas pour ton pensionnaire, il va arriver. Je sais ce que c’est quand on l’attend avec impatience et qu’il ne vient pas tout de suite.

Il ne savait pas du tout ce qu’il se passait au ranch et quelque part, ça l’intriguait, mais il avait assez confiance en les personnes qu’il avait employé que du coup, il savait que tout se passerait bien, même s’il s’inquiétait toujours. L’avantage, c’était qu’il n’avait pas Pivers en pension et qu’il n’y aurait pas besoin de lui courir après pour le ramener au ranch. Finalement, il se pencha légèrement en avant, comme une révérence et lança :

- Ordonnez madame, je suis à votre service !



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Jeu 6 Fév - 10:50
Diane & Scott ❥ For the first time i felt hope.

J'avais craint que ma demande ne le fasse partir car il fallait le dire passer une partie de sa journée à décorer un aquarium ce n'est pas ce qu'il y a de plus passionnant à faire mais c'était tout ce que j'avais trouver pour le retenir encore un peu ici. Cependant lors qu'il m'offrit un franc sourire je me sentis rougir du bout des pieds à la tête, j'avais toujours aimer le voir sourire et ce depuis le premier jour de notre rencontre.

-Je serais ravi de t’aider, et… t’en fais pas pour ton pensionnaire, il va arriver. Je sais ce que c’est quand on l’attend avec impatience et qu’il ne vient pas tout de suite

Je lui fit un pauvre sourire de dépit j'avais travailler si fort ces derniers temps dans l'optique d'accueillir ce nouvel animal que j'avais l'impression d'avoir fait tout ca pour rien, si je continuais à ruminer de cette façon j'allais me mettre à pleurer devant lui et cela il en était hors de question ! Scott se leva sous le regard médusé de Marlow qui semblait attendre quelque chose de lui, puis il s'inclina légèrement en avant.

-Ordonnez madame, je suis à votre service !

Avec un sourire poli j'attrapai le bord invisible d'une robe et lui rendais sa révérence avant de pouffer de rire. J'entendis l'écho de mon rire cristallin contre les murs de la bâtisse aussi je repris mon sérieux.

-C'est trop d'honneur monseigneur… je lui fit un sourire espiègle. On y va ?

D'un signe de tête je l'enjoignis à me suivre, tout en marchant je repensais au fait qu'il m'avait dit que tout cela c'était tassé … cela voulait il dire qu'il était passer à autre chose et qu'il était désormais heureux en couple ? Mon esprit l'imagina au bras d'un blonde sculpturale et je sentis la jalousie montée en moi, je me secouais d'un mouvement d'épaule pour la chasser tout en espérant que Scott n'en verrait rien. Arrivée dans la salle du fond je pris ma clé autour de mon cou et la glissais dans la serrure, je me faufilais entre les cartons qu'il me restait à déballer pour la boutique et arrivait enfin auprès des tableaux que je souhaitais installer aux différents étages de l'aquarium. J'en soulevai un et le tendit à Scott pour qu'il l'attrape, puis je fis la même chose et attrapai au passage ma boite à outils rudimentaire qui nous servirait à attacher les tableaux.

Je souhaitait commencer par l'étage aussi pris je directement la direction de l'escalier sans vérifier que Scott était toujours derrière moi, j'avais une notion si aiguë de sa présence que je n'en avais pas besoin. Tout en marchant je lui énumérais les différents bassins et pensionnaires, étant incapable de laisser le silence s'installer. En haut des marches nous attendait un mur vide qui semblait nous attendre, je posais mon tableau sur le sol et me tournais vers Scott qui tenait toujours le sien.

-Décision … Décision … je pourrais faire trou trou mais ça risquerait de ne pas me plaire, dis-je en souriant. Pose le à côté de l'autre pour que je puisse te demander ton avis…

Dans le bassin à côté Sen le dolphineau et ses parents nous observaient en piaillant pour avoir du poisson, d'un geste de la main je les fis taire en souriant. Contre le mur se tenaient nos deux tableaux, le premier représentant une tortue de mer et le second un récif corallien des profondeurs marines peuplés de toute sorte de petits poissons divers.

-Qu'en pense tu ? dis je en me tournant vers Scott.

Lorsque nous tombâmes d'accord sur le tableau je pris mon mètre pour mesurer la longueur du mur, il aurait été dommage que le tableau soit de travers alors que je souhaitais que tout soit parfait. Puis je laissais Scott faire le trou et ensemble nous posâmes notre premier tableau, je fis quelques pas en arrière pour voir le résultat final. Je lui annonçais que c'était parfait en lui offrant un sourire éclatant. Nous continuâmes à positionner les tableaux pendant un moment avant que Sen ne se fasse entendre, il devait s'ennuyer. Instinctivement je pris la main de Scott dans la mienne et le tirais derrière moi pour retrouver le perturbateur. Près du bassin je lâchais la main de mon ami à contre cœur en lui intimant de regarder.

Je pris le seau non loin de là et le sifflet d'entraînement, je me mit sur le bord du bassin et saisit le cerceau en plastique à côté de moi. Je jetai un regard en coin à Scott pour voir si il regardait et sifflait une fois. Sen sortit lentement de l'eau et vint coller son museau sur le bord du cerceau, je lui caressai le nez et lui lançais dans la foulée un petit poisson qui avala aussi sec.  Après quelques minutes à faire des exercices je pris un petit ballon et le lançais dans le bassin, pour mon plus grand plaisir Sen me le renvoya directement, nous échangeâmes quelques passes en riant. Je fis un signe des deux mains et le dolphineau se mit à taper des nageoires dans l'eau pour applaudir avant de plonger et de ressortir pour faire une pirouette. Lorsque enfin il sembla plus calme je me tournais de nouveau vers Scott je mourrais d'envie de lui reprendre la main pour l'emmener ailleurs dans l'aquarium mais au lieu de ça je croisais les bras et repris le chemin de la salle du fond en songeant à ce qu'il pouvait bien penser de moi. Je pris un carton avant d'aller dans la boutique de souvenir et de l'ouvrir dans le silence le plus complet, sans décrocher un mot je commençais à déballer les petites figurines qui représentaient mes pensionnaires et les poser sur le côté. Cette tâche et la musique qui raisonnait dans le bâtiment auraient presque pu me faire oublier la présence de Scott si je n'avais eu aussi conscience de la chaleur de son corps non loin du mien.

-Euh … et donc … tu dois avoir beaucoup de travail au ranch, tu travaille tout seul ou quelqu'un t'aide ?

Je n'avais pas précisé si je parlais d'homme ou de femme mais j'espérais que Scott saisirait le sous entendu ou plutôt non je ne voulais pas qu'il comprenne sinon il prendrait sûrement la fuite en comprenant que je m'intéressais à sa vie privée. La musique devint plus entraînante et je me mis inconsciemment à balancer des hanches en rythme avec la mélodie, si j'avais été seule je me serais sûrement mise à danser et chanter en plein milieu de la boutique mais je ne l'étais pas et cela changeait tout.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Mar 11 Fév - 19:24






Diane & Scott



Scott avait du boulot qui l’attendait au ranch, mais aujourd’hui, il avait assez de personnel là-bas pour s’attarder encore quelques temps à l’aquarium. Surtout que ça lui permettait de passer un peu plus de temps également avec Diane. Du coup, il était certain que ses employés se répartiraient ses propres tâches entre eux afin que quand il arrive, toutes celles qu’il aurait dû faire avant seraient déjà faites. S’il avait été seul ou en manque de personnel (parce que des fois ça arrivait), il aurait été contraint de refuser. Autant dire que cela aurait été impoli, mais en même temps, le jeune homme avait aussi un boulot et une vie de son côté étant donné que lui et la jeune femme avaient vécu chacun de leur côté sans avoir. Sauf que la question ne posait pas vraiment puisqu’il pouvait lui offrir son aide, même si c’était juste pour accrocher quelques tableaux sur les murs.

Le jeune homme n’avait pas spécialement aimé voir la déception se peindre sur les traits de la demoiselle quand elle avait appris que son nouveau pensionnaire n’arriverait que le lendemain. C’était une des choses qui arrivaient quand on travaillait avec des animaux qui n’étaient pas à soit. Scott avait déjà eu affaire à ce genre de situation. C’était assez frustrant de voir qu’on avait tout préparé pour son arrivée et qu’au final, il n’arriverait que plus tard. Aussi, il essaya de se montrer compatissant et de lui offrir un peu de soutien. Il ne voyait pas trop ce qu’il pouvait faire d’autre. Enfin pour donner un peu le sourire à Diane, il s’inclina légèrement en avant tout en offrant ses services à la jeune femme. Elle n’aurait qu’à demandé pour qu’il se mette en marche. La réaction de la demoiselle fut celle escompter ce qui fit sourire Scott un peu plus grandement.

C’était ainsi qu’il la préférait : souriante plutôt que larmoyante. Le sourire de Scott s’agrandit lorsqu’elle lui rendit sa révérence. Au moins, elle avait laissé de côté son nouveau pensionnaire pendant un temps. Le rire de Diane résonna dans les oreilles du jeune homme et il se surprit à vouloir l’entendre à l’infini. Sauf que faire rire les gens, ce n’était pas vraiment de son ressort. Oh, il pouvait avoir de l’humour, quand il voulait, mais ça ne se faisait pas du tout de façon réfléchi. C’était spontané. Ca venait comme ça, sans qu’il ne s’en rende compte. Mais au moins, il prouvait qu’il n’était pas aussi taciturne que ça. Lorsqu’elle lui demanda de l’accompagner, il hocha la tête. Après tout, il était là pour ça maintenant ? Il se mit donc à la suivre comme un « bon petit soldat ». A la suite de Diane, il traversa l’aquarium jusqu’à une salle dont elle gardait la clé autour de son cou.

Scott ne rentra pas dans cette salle, il préféra laisser la jeune femme se faufiler entre ses cartons. Néanmoins, à force de la voir s’enfoncer dans cette pièce remplie de cartons, il fit quelques pas à l’intérieur et attrapa les plateaux qu’elle lui faisait passer. Le jeune homme ne s’attarda pas à les regarder à peine entre ses mains comme n’importe qui aurait pu le faire. Il aurait le loisir de les voir une fois le moment venu de les accrocher à l’emplacement que Diane avait choisi pour eux. Ne connaissant pas du tout les lieux, Scott ne pouvait que suivre la jeune femme à travers les différents aquariums et bassins. Ils grimpèrent un étage. Elle savait où aller alors il ne pouvait qu’en déduire qu’elle savait déjà qui allait où. Au moins, elle savait ce qu’elle voulait niveau décoration. Au ranch, la décoration n’était pas vraiment étudiée. Il y avait des cadres avec des chevaux, des indiens, etc… donnant à l’endroit un petit style far-west, mais ça s’arrêtait-là. Et puis, les chevaux étaient aussi plus sales que des animaux aquatiques, donc ça n’aidait pas.

Pendant qu’ils se dirigeaient au premier endroit où Diane souhaitait accrocher un tableau, il l’écouta lui énumérer les différents bassins ainsi que les pensionnaires qui habiteraient prochainement les lieux. La plupart des noms qu’elle lui donnait étaient totalement inconnus aux oreilles de Scott. Comme quoi, ce n’était pas du tout un expert dans ce domaine. La jeune femme, elle, était dans son élément, ça se voyait et ça se sentait. Bon, une fois, le jeune homme avait surpris quelqu’un en parlant d’une race de cheval tout en énumérant ses caractéristiques. Son interlocuteur l’avait fixé avec des yeux aussi ronds que des balles de golf et lui avait avoué qu’il pensait qu’un cheval n’était qu’un cheval et qu’il n’avait pas pensé qu’il y avait plusieurs espèces. C’était tout de même évident qu’il existait plusieurs « sortes ». C’était comme les chiens et les chats.

Quand ils s’arrêtèrent, le moment de choisir un cadre se fit et le jeune homme obéit en déposant le cadre qu’il tenait juste à côté de celui que Diane avait dans ses mains quelques secondes plus tôt. A côté d’eux, dans son bassin, un delphineau se manifestait. Apparemment, il voulait quelque chose que seule la jeune femme était à même de lui offrir. Scott le regarda faire avec amusement. Apparemment, il voulait quelque chose et il n’allait pas l’obtenir aussi rapidement car Diane fit un geste qui le fit taire. Le jeune homme sursauta légèrement quand son ancienne meilleure amie lui demanda ce qu’il en pensait. Il reporta son attention sur les tableaux et pencha légèrement la tête sur le côté pour réfléchir. Après quelques secondes, il dit :

- J’opte pour celui-ci ! Je pense qu’il pourrait être bien, là.

Scott n’était pas vraiment la meilleure personne qui existait pour donner un avis sur la décoration. Non pas qu’il manquait de gout mais il n’était pas sur d’être la personne la plus à même de dire qu’est-ce qui irait bien à cet endroit ou pas. Enfin, ils exposèrent leurs idées, le pour et le contre et finalement, ils tombèrent d’accord sur un des deux tableaux et ce fut à lui de jouer. Il fit un trou dans le mur et ensembles, ils l’accrochèrent. Le jeune homme eut un demi-sourire qui se dessina sur ses lèvres quand elle déclara que c’était parfait. Une bonne chose de faite. Maintenant, il se demandait où est-ce que l’autre tableau irait. L’aquarium était encore pas mal grand, du coup, elle pouvait vouloir le mettre n’importe où. Toujours poliment, Scott suivait Diane à chaque mur où elle avait décidé de poser un tableau et le même refrain se répéta jusqu’à ce qu’ils aient posé le dernier tableau. Cela n’avait pas été très long et puis c’était ça de moins qu’elle aurait à faire de son côté.

Les deux jeunes gens se rendaient quelque part. C’était le mot juste car Scott ne connaissait pas les lieux et il ignorait où Diane l’emmenait jusqu’à ce qu’elle lui attrape la main et l’entraine à sa suite. Du coup, il n’eut pas vraiment à poser de question. Petit à petit, il reconnut le chemin qui menait au delphineau qui avait essayé d’attirer l’attention de la jeune femme un peu plus tôt lorsqu’ils accrochaient le premier tableau. A présent, il semblerait qu’il ait recommencé à se manifester car lorsqu’ils arrivèrent face à son bassin, il semblait assez agiter, mais content de les voir arriver. Pendant tout le trajet jusqu’au bassin, Scott avait apprécié le contact de la main de la jeune femme dans la sienne. C’était assez étrange comme sensation. Elle provoquait des frissons en partance de la paume de sa main jusqu’à son bras. Il n’avait aucune idée de la façon dont il devait gérer cette situation et assez heureusement pour lui, elle lui lâcha la main.

Son contact lui manqua aussitôt mais il put reprendre ses esprits. Quand elle lui demanda de regarder, il opina. Il ne savait pas vraiment ce qu’elle voulait lui montrer, mais cela devait avoir un rapport avec le delphineau. Il n’en eut que plus que raison quand il la vit prendre un seau ainsi qu’un sifflet qui devait servir à l’entrainement. Croisant les bras sur son torse, il observa le spectacle avec curiosité. Il avait déjà vu des spectacles aquatiques, mais il avait hâte de savoir ce dont Diane était capable. Il ne doutait pas un seul instant de ses capacités ni de son talents, mais c’était toujours intriguant de voir quelqu’un qu’on connaissait être l’organisateur du spectacle. Scott fut particulièrement attentif du début jusqu’à la fin. En fait, il était même subjugué. C’était un magnifique spectacle qu’elle venait de lui offrir. Peut-être pas bien compliqué si on comparait aux grands spectacles de dauphins qu’on pouvait voir dans les grands parcs aquatiques, mais il était certain que Diane avait la possibilité de faire aussi bien, même mieux. Quand le spectacle prit fin, le jeune homme s’autorisa à applaudir.

- C’était génial ! T’as dû y passer des heures pour arriver à un tel résultat, non ? demanda-t-il tout en la suivant jusqu’à la salle où elle avait sorti les différents cadres qu’ils s’étaient amusés à accrocher ces dernières minutes.

Cette fois-ci, il n’entra pas dans la pièce. Il la vit prendre un carton et hésita à lui demander si elle voulait un coup de main. Il ne savait pas vraiment si elle prendrait bien ou mal ce genre de question alors du coup, il préféra se taire et attendre voir si elle lui donnait une nouvelle directive ou pas du tout. Le jeune homme la suivit jusqu’à la future boutique où elle avait ouvert le carton qu’elle avait pris pour en déballer des figurines. Il allait se proposer de lui filer un coup de main, comme il avait promis de le faire, mais elle le devança en lui posant des questions sur son ranch. Il fut légèrement pris au dépourvu si bien qu’il mit quelques secondes avant de répondre :

- Ca dépend des jours. Quand je suis tout seul, je cours partout et croule sous le boulot, mais quand il y a le personnel, et bien ça peut aller, la preuve, je ne serais pas là sinon.

Ce qui était la stricte vérité. Bien sur, il passa sous silence l’intense réflexion qu’il s’était fait avant de trouver le courage de venir jusqu’ici et également celui de lui parler. Scott était assez… lâche en ce qui concernait les filles. Sa timidité le perdra un jour. Mais pour le moment, il se sentait assez bien en compagnie de Diane, même si elle avait été assez étrange entre le moment où elle avait terminé son spectacle et celui où elle lui avait demandé comment ça se passait sur son lieu de travail. Il regarda autour de lui, regardant la disposition de la boutique. Puis quand il reporta son attention sur la jeune femme, celle-ci s’était mise à se déhancher juste sous ses yeux. Encore une fois, Scott eut un magnifique bug. Décidemment, son cerveau n’avait jamais autant marqué d’absence qu’aujourd’hui.

Se rendait-elle compte combien elle était attirante quand elle faisait un truc comme ça et qu’elle mettait en danger la faible santé mentale de Scott ? Peut-être pas. Mais qui pouvait lui en vouloir ? Le jeune homme était ainsi fait. C’était un travail sur lui-même qu’il fallait qu’il fasse et ça, s’il ne faisait pas un pas en avant, il ne le ferait malheureusement jamais. Du coup, il se décida à bouger. Bon, autant avouer qu’il ne savait pas trop ce qu’il faisait à cause de sa légère absence, mais en tout cas, il venait d’attraper délicatement le poignet de la jeune femme avant de descendre lentement jusqu’à sa main. Il la fit reculer légèrement du meuble face auquel elle se trouvait et doucement, il la fit tournoyer sur elle-même en souriant. Que faisait-il ? Il n’en avait absolument aucune idée, mais au moins, il avait fait un pas en avant.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Dim 23 Fév - 12:59
Diane & Scott ❥ For the first time i felt hope.

J'attendais bien évidemment sa réponse avec beaucoup d'impatience allait –il m'annoncer que sa compagne gérait le ranch durant son absence ? Cette simple pensée fit descendre mon moral au plus bas mais je tâchais de ne rien montrer. Lorsqu'il me dit qu'il était parfois tout seul pour gérer son ranch, je tachais de réprimer le minuscule filet d'espoir qui m'avait envahi, je ne devais pas attendre quoique ce soit de Scott, après tout il était là uniquement par hasard. Je posais une figurine de dauphin sur le comptoir tout en dansant de plus en plus, le sourire aux lèvres, je tournais le dos à Scott aussi je ne pouvais voir ce qu'il faisait ou s'il m'observait, que pouvait il bien penser à cet instant ? Me trouvais t-il ridicule au possible ?

Au bout d'un moment je sentis des doigts sur mon poignet, je me retournais tandis que la main de Scott descendait pour prendre ma main, il m'attira un peu plus vers lui pour m'éloigner du comptoir et me fit tournoyer doucement sur moi-même. Je restais un moment interdite devant cette marque d'attention qu'il venait d'avoir pour moi, c'était une des rares fois sinon la première fois que Scott me touchait de lui-même sans que je vienne au contact. Je me sentis devenir rouge écarlate et baissait les yeux avec une timidité qui me gênait tant je n'y étais pas habituée. La musique continuait de battre le rythme et je restais là planter comme une godiche aussi tentais-je de me remettre à danser, j'utilisais la main de Scott pour tourner à nouveau et lui offrit un grand sourire. La musique pop devint alors une musique plus calme qui comptait trois temps comme une valse mais remise au goût du jour, n'écoutant que mon instinct je m'avançais de façon plus proche de Scott. Je prit son autre main et la posait sur ma taille tandis que je posais ma propre sur son épaule, je posais mon regard sur lui et il me sembla quelque peu désemparé aussi pris –je sur moi de mener la danse.

Si quelqu'un était entrer à cet instant il aurait été sûrement stupéfié de voir deux jeunes gens valser entre des cartons dans un boutique à moitié vide d'un aquarium pas encore ouvert, mais rien ne comptait plus que le regard de Scott je pouvais sentir son souffle chaud sur mon visage et un frisson naquît sur ma peau de me retrouver si proche de lui. Puisqu'il ne semblait pas repousser ce contact je poussais un peu plus ma chance et posais ma tête sur son torse, j'entendais les battements de son cœur qui semblaient un peu plus rapide que la normale mais c'était sûrement dû à la danse. Au moment où la musique allait prendre fin je relevais la tête et plongeais mon regard dans le sien, le cœur battant à tout rompre l'instant était parfait pour lui dire qu'il m'avait manquer et que je ne l'avais jamais oublier, à aucun moment.

-Je voulais que tu saches que …

Alors que je m'apprêtais à le lui dire je sentis mon pied buter contre un carton derrière moi, le poids de mon corps m'emporta et je tombais à la renverse en tentant de ne pas entraîner Scott dans ma chute, mon dos fut réceptionner par des cartons qui explosèrent sous mon poids, le polystyrène s'envola dans les airs et retomba comme des plumes, je ne voyais plus Scott et la douleur de la chute me brouilla la vue rapidement. Je sentis des douleurs dans le dos et au poignet, honteuse je me remis debout, je ne vis pas mon ami et ne voulais pas qu'il me voie ainsi, couverte de polystyrène et les yeux larmoyants. Avant qu'il ne puisse me retenir je fis quelques pas vers la porte avant de m'effondrer de nouveau, mon pied droit me faisait un mal de chien, je me rassit et le massait. Enfin il réapparut lui aussi couvert de polystyrène blanc, je n'osais même plus le regarder en face tant j'avais honte de ce qui venais de se produire.

-Je suis vraiment sincèrement désolé Scott …

Encore une fois je m'excusais pour ça et aussi pour avoir oser tenter le diable en le serrant contre moi, je n'avais pas une seule fois penser à ce qu'il pouvait ressentir avant maintenant. Tandis que je me massais la cheville, je vis que mon tee shirt était déchirer sur la manche et qu'il y avait du sang dessus, j'écartais le tissu pour voir que je m'étais ouverte au niveau de l'avant bras et du poignet, je tournais les yeux vers les cartons et vit qu'il était à l'origine rempli de figurine en verre, encore des futurs dépenses dont je me serais bien passée. Je soupirai de dépit et grimaçai de douleur en même temps, je ne savais plus quoi faire si j'avais pu me transformer en petite souris je me serais enfui dans le mur pour me cacher mais avec ma cheville je ne pouvais que rester assise par terre comme une parfaite abrutie.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Mer 26 Fév - 0:38






Diane & Scott



Scott ne savait pas vraiment quoi penser de ce moment qu’il passait en compagnie de Diane. D’un côté, il était content d’être venu afin de crever l’abcès, mais d’un autre, il se rendait bien compte qu’il y avait un truc qui n’allait pas. Socialement parlant, il n’était pas un expert étant donné que sa timidité l’avait toujours énormément handicapée, mais il était loin d’être stupide. Après sa démonstration, le jeune homme avait la désagréable impression qu’elle s’était renfermée d’un coup, comme une huitre voulant protéger sa perle. Mais qu’avait-elle à cacher ? Pourquoi cette réaction soudaine ? D’accord, il n’était pas un homme bavard, parfois, il préférait le silence aux paroles, mais Diane n’avait jamais été ainsi dans ses souvenirs. Les choses avaient-elles à ce point changé ? Des années s’étaient écoulées et par conséquent, c’était fortement probable.

Il ne savait plus quoi faire, ni réellement quoi dire. Le moment de s’en aller avait-il sonné ? Peut-être, peut-être pas. Il n’y avait pas de bon ou de mauvais moment. Parfois, ça se faisait plus intelligemment que d’autre. Or là, Scott était tiraillé. Il ne savait plus quoi faire. Il était totalement ailleurs, perdu dans ses pensées. Son cerveau fonctionnait à cent à l’heure. Deux possibilités s’offraient à lui : partir ou proposer à nouveau son aide pour savoir si elle avait besoin de lui pour quelque chose. Il l’avait aidé pour accrocher ses cadres, peut-être pouvait-il se rendre utile pour autre chose ? Il avait eu dans l’idée de lui poser la question quand elle s’intéressa à son boulot au ranch. Il n’y avait pas grand-chose à dire dessus, c’était la même routine. Mais ça, elle s’en rendrait vite compte quand son aquarium serait définitivement ouvert. Avec les animaux, un cycle répétitif était de vigueur.

Parfois, quand il expliquait à quelqu’un ce que c’était de s’occuper de chevaux, il perdait son auditeur parce qu’il partait toujours ‘trop loin’ dans ses explications. Le langage équestre n’était pas à la portée de tout le monde. Et surtout, expliquer pourquoi on leur donnait telle ou telle ration à telle heure plutôt que le soir ou le matin etc… Du coup, il se contenta d’une réponse simple. Quand il était tout seul, Scott n’avait le temps de rien. C’était à peine s’il prenait le temps de manger. Il carburait au café et mangeait un bout le soir quand sa journée était définitivement terminée. Cette fin se caractérisait par une douche puis après, il prenait du temps pour lui. En clair, manger un truc vite fait et aller se coucher avant de se lever à 2h30 du matin et faire le tour de ses écuries pour voir si tout va bien. Mais quand il y avait du monde, il avait le temps de souffler. Et comme il le lui signala : si ce n’était pas le cas, il ne serait pas venu, ni ne passerait du temps avec Diane.

Après avoir regardé un peu la disposition du magasin, il ne put s’empêcher de remarquer que la jeune femme s’était mise à danser tout en se déhanchant. Cette vision provoqua un moment d’absence chez Scott. Le pauvre, déjà qu’il n’était pas très stable émotionnellement parlant, alors si en plus on lui faisait vivre un choc… L’hôpital de Storybrooke compterait un patient en plus. Cependant, plutôt que de rester passif, le jeune homme bougea, osant s’approcher de plus en plus près de Diane tout en essayant de se concentrer sur autre chose que sur son déhancher. Et croyez-moi, ce n’était pas facile ! Aussi timide pouvait-il être, Scott restait malgré tout un homme. Lentement, il avança sa main jusqu’à toucher le poignet de la demoiselle et il fit glisser ses doigts jusqu’à sa main pour l’attraper.

De ce geste, il s’en étonna, mais il continua, guidé par son instinct qui lui intimait de faire quelque chose. Quand elle se tourna vers lui, il l’éloigna du comptoir face auquel elle se trouvait et il la fit tournoyer sur elle-même. Pourquoi faisait-il cela ? Lui-même n’en avait aucune idée. Il était guidé par une volonté qui lui appartenait et dont il ne soupçonnait même pas l’existence. Diane semblait être aussi surprise que lui, mais il ne dit rien. En temps normal, il se serait senti mal à l’aise face à un tel geste qu’il venait d’avoir envers la jeune femme, même si ce n’était pas grand-chose, mais au lieu de quoi, il était parfaitement serein comme si c’était la chose la plus normale au monde. De plus, c’était la jeune femme qui était gênée pour lui. Chose encore plus extraordinaire ! Parfois, il n’y avait aucune logique dans ce bas monde.

Quelques secondes s’écoulèrent avant que Diane ne bouge à nouveau et cette fois-ci, elle se fit tournoyer elle-même. Le sourire qu’elle lui offrit fut contagieux car un sourire se dessina sur le visage du jeune homme. Il adorait la voir sourire. Il avait toujours aimé ça car quand elle souriait, cela voulait dire qu’elle était heureuse. Alors tout allait bien. La musique changea, laissant place à une musique moins rythmée. Etait-ce pour autant qu’ils se ‘séparèrent’ ? Non car Diane se rapprocha de lui et lui prit son autre main pour la poser sur sa taille. Bien que Scott continuait de faire face et se sentait plus serein que d’habitude, il ne pouvait pas s’empêcher d’être légèrement pris au dépourvu. Mais il se laissa faire avec plaisir et quand la jeune femme se mit en mouvement, il fit de même.

Pour quelqu’un qui passait tout son temps au milieu des chevaux et de la paille, passant presque pour le paysan de la ville, Scott se débrouillait incroyablement bien en valse. Trop bien même. Il essaya de se souvenir où est-ce qu’il avait appris à danser, mais absolument aucun moment de sa vie ne lui revenait en mémoire à ce sujet. Il laissa rapidement tomber cette réflexion qu’il jugea inutile. S’il savait danser, cela voulait dire qu’il avait appris à un moment ou un autre. Quand n’était pas vraiment important. Tout ce qui importait pour Scott, c’était son regard plongé dans le sien. Le jeune homme avait l’impression d’être totalement ailleurs, dans un monde parallèle au sien. Absolument plus rien ne comptait que sa proximité avec Diane. Décidemment, il avait réellement bien fait de venir !

Les palpitations de son cœur augmentèrent la cadence quand elle vint poser sa tête contre lui. Il ne la repoussa pas, au contraire, il était heureux de cette proximité avec la jeune femme. S’il pouvait, il la serrait contre lui, lui dirait à quel point elle lui avait manqué, combien il aurait aimé que les choses se passent autrement, et surtout à quel point il l’aimait malgré tout ça. Sauf que Scott garda le silence. Un jour, se promit-il, il lui dirait tout ça. Mais pas maintenant. Quelque part, il venait à peine de la retrouver, ce n’était pas pour tout casser en trente secondes. Sinon, il aurait fait tout ça pour rien. Du coup, il se contenta de continuer à danser avec elle pendant le reste de la musique. L’instant aurait pu durer éternellement, cela ne l’aurait nullement dérangé, mais toute bonne chose avait une fin et la musique n’allait pas tarder à prendre fin.

Ce fut ce moment-là que Diane choisit pour décoller sa tête pour la lever vers lui. A nouveau, il put plonger son regard dans le sien avec bonheur, même si leur proximité précédente venait à lui manquer. Scott cessa de respirer quand elle commença à parler. Peut-être allait-il pouvoir lui dire tout ce qu’il s’était promis de lui dire plus rapidement que prévu ? Il commençait à entrer en suspense quand tout se déroula tellement vite que le temps qu’il capte ce qu’il venait de se passer, il était allongé sur le dos, sur le sol tandis que Diane avait atterri dans des cartons qui se trouvaient-là. Il mit quelques secondes à se remémorer la façon dont elle avait trébuché, dont elle l’avait lâché pour ne pas l’entrainer dans sa chute puis le vacarme des cartons s’écroulant au sol. Enfin la façon dont lui avait perdu l’équilibre en essayant de rattraper la jeune femme, mais il avait réussi à se pousser dans sa chute pour ne pas l’écraser.

Tout s’était passé beaucoup trop vite. Quand il se releva, des morceaux de polystyrène tombaient sur lui. Diane était déjà debout quand il se remit sur pied et il frotta légèrement ses vêtements pour retirer les morceaux blancs qui s’accrochaient au tissus. Il s’avança vers la demoiselle qui s’était dirigée vers la porte et semblait mal en point. Un masque d’inquiétude se dessina sur le visage de Scott alors qu’elle s’excusait pour ce qui venait de se passer. Il venait de voir l’état dans lequel elle se trouvait et il n’aimait pas ça du tout. Il s’accroupit à ses côtés et lui attrapa son menton entre ses doigts pour qu’elle lève la tête vers lui. Elle avait le regard larmoyant et aussitôt son cœur se serra. Il n’aimait pas la voir dans cet état-là. Il préférait la regarder sourire.

- Je t’interdis de t’excuser, fit-il. C’est pas… grave.

Pas grave pour lui, mais elle… elle était vraiment dans un sale état.

- Laisses-moi t’aider, s’il te plait, demanda-t-il inquiet.

Il n’attendit pas réellement sa réponse avant de l’attraper et de la soulever dans ses bras. Il la déposa sur le comptoir le plus proche. Scott l’observa en silence et remarqua qu’elle saignait au niveau du bras. Aussitôt, il l’attrapa et observa la plaie qui n’était pas vraiment profonde. Ca ne nécessitait pas d’intervention médicale. Le jeune homme lui intima de ne pas bouger avant de s’éclipser et de sortir de l’Aquarium et de se diriger vers sa camionnette. Il ouvrit la portière du côté passager et ouvrit la boite à gant pour en sortir une trousse de premier soin qu’il gardait toujours sur lui. Parfois, il arrivait qu’un cheval s’échappe, comme Pivers, par exemple, et qu’il se blesse légèrement. Au cheval de Louna, ce n’était jamais arrivé, mais il avait déjà eu un cheval qui s’était ouvert en sautant par-dessus une clôture et il avait dû y appliquer des gazes et une bande pour le ramener au ranch.

Quand il revint à la future boutique, il trouva Diane au même endroit où il l’avait laissé. Il sortit un morceau de coton et de l’eau oxygénée afin de nettoyer les coupures. Scott fit cela silencieusement et versa un peu de liquide sur le bras de la jeune femme. Techniquement, ce n’était que de l’eau, il ne craignait pas que ça goutte et que ça tâche. L’avantage de l’eau oxygénée, c’était que ça ne piquait pas. Ca moussait au contact d’une plaie, signe que ça faisait effet. Il attendit quelques secondes que la légère mousse disparaisse avant de passer le morceau de coton. Il observait les coupures avec attention.

- Tu as de la chance, tu n’as pas de morceau d’incruster dans la plaie, annonça-t-il.

Oui, c’était une chance car il n’y avait strictement rien d’agréable à se faire trifouiller une plaie pour retirer un morceau de quelque chose. Ca ne l’aurait pas dérangé de le faire, il avait l’habitude de prodiguer les soins à ses chevaux quand ça ne nécessitait pas les compétences d’un vétérinaire, mais pour Diane, ça aurait été autre chose. Il offrit un léger sourire à cette dernière avant de couper une gaze en deux et d’appliquer les deux morceaux sur son bras. Avec ça, elle cicatriserait assez rapidement. Ce n’était pas un truc miracle, mais au moins, ça stopperait les saignements et ça garderait la plaie propre le temps que la cicatrisation ne se mette en route. Le jeune homme n’oublia pas qu’il l’avait vu se masser la cheville. Il sortit une bande de sa trousse de premier secours et lui fit :

- Pour le coup, je vais avoir besoin que tu me dises où tu as mal exactement…

Etre pompier volontaire, ça aidait parce qu’il avait aussi apprit à faire ça sur un humain. Mais si elle s’était cassée la cheville, une bande ne pourrait pas la guérir complètement, il faudrait un plâtre. Cependant, un bandage permettrait de garder les dégâts « en état » et ne pas les empirer. Il n’était pas médecin, alors pour le coup, il ne pourrait rien faire de plus.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Lun 17 Mar - 15:12
Diane & Scott ❥ For the first time i felt hope.

Je me tenais coite et incapable de relever la tête vers Scott, je ne me sentais pas la force d'affronter un regard qui serait sûrement plein de pitié et peut être même de mépris, cette simple idée me serra le cœur tandis que la douleur faisait naître des larmes dans mes yeux mais je tachais de ne pas les laisser couler sur mes joues, ce n'était vraiment pas le moment de se donner encore plus en spectacle… Je vis ses pieds se rapprocher plus il se baissa vers moi, je m'attendais à tout sauf à ce qu'il me tienne le menton pour l'obliger à la regarder dans les yeux, je devais être vraiment pathétique car son regard perdit de son éclat, je tentais de me dégager de ses doigts mais il me tenait d'une main ferme.

- Je t’interdis de t’excuser, fit-il. Ce n'est pas… grave

Comment ça pas grave ? je venais de détruire deux cartons qui coûtaient une fortune et en prime je m'étais ridiculiser devant l'homme que j'aimais, mais oui bien sûr ce n'était pas grave.

-Laisses-moi t’aider, s’il te plait,

Avant que je n'aie pu répondre, il glissa un de ses bras sous mes jambes et l'autre sous mes bras pour me soulever. Je m'attendais à le voir peiner sous mon poids mais il me porta avec une facilité désarmante comme si je ne pesais pas plus lourd qu'une plume. Lorsqu'il se mit en mouvement je ne put réprimer un gémissement de douleur, puis il me déposa avec délicatesse sur le comptoir le plus proche. Je n'arrivais plus à le regarder dans les yeux tant la honte me dévorait, je ne pouvais que l'observer du coin de l'œil, quant son regard se posa sur mes coupures il attrapa mon bras et le regarda longuement. Puis il m'intima de ne pas bouger et sortit de la boutique, je me sentis dès lors abandonner, il avait fui j'en étais certaine, il avait juste vérifier que je n'avais rien avant de me laisser ainsi et de prendre la fuite. Les larmes dévalèrent alors mes joues sans que je ne puisse les retenir, la douleur et le sentiment d'abandon étant plus fort que mes convictions et mon envie de faire bonne figure.

Lorsque j'entendis le clochette de la porte d'entrée de l'aquarium je me hâtais d'essuyer mes joues et mes yeux pour ne rien laisser paraître même si j'avais certainement les yeux rougis d'avoir pleurer. Scott revint avec une petite sacoche et commença à en sortir des produits pour me soigner, je ne le regardais pas vraiment faire, je cherchais à comprendre pourquoi il n'avait pas fui face à cette situation et à toute cette proximité avec moi qu'il avait toujours fui autrefois.

-Tu as de la chance, tu n’as pas de morceau d’incruster dans la plaie,

J'acquiesçai de la tête, incapable de décrocher un mot. Il releva alors la tête et m'offrit un léger sourire qui je pense se voulait rassurant, je tentait tant bien que mal de lui en faire un à mon tour mais j'étais certaine de lui avoir plus fait une grimace qu'un sourire. Il banda mon bras et mon poignet avant de s'intéresser à ma cheville, il avait sortit une nouvelle bande de sa sacoche et leva les yeux vers elle.

-Pour le coup, je vais avoir besoin que tu me dises où tu as mal exactement…

Je lui montrais de la main la zone douloureuse, il fit jouer mon pied sur ses ligaments et je ne pus réprimer un gémissement de douleur, bon dieu ca faisait mal ! Il commença à bander alors le tour de ma cheville et mon pied, je savais que la douleur allait passer j'étais persuadée que je n'avais rien de casser ou tout du moins je l'espérais, lorsqu'il eut fini il se redressa et sembla me regarder sous toutes les coutures pour voir si je n'avais pas d'autre blessures. Je prit alors mon courage à deux mains et plongeais mon regard dans le sien.

-Merci …

Bravo Diane un mot ! C'était déjà un bon début, je lui fis un sourire pathétique et regardait à mon tour s'il n'avait pas été blessé dans sa chute. Assise sur mon comptoir je me sentais bien bête d'être la seule blessée, soudain je ne pus réprimer un rire quand je vis la chevelure de Scott couverte de polystyrène blanc. Je tendis mon bras valide et en ôtait un avant de montrer la cause de mon hilarité à Scott.

-Tu ressembles à un mouton à demi tondu ….

Je répétais plusieurs fois l'opération, quand mes doigts touchèrent accidentellement la peau de sa joue, je me sentis rougir et suspendit mon geste quelques minutes avant d'ôter mes doigts de sa peau. Voilà encore une fois ça pourrait être le bon moment, je plongeais mon regard dans le sien et tachait de lui faire comprendre rien qu'avec cela que je l'aimais plus que tout. Je me laissais glisser du comptoir pour tester la solidité de mon bandage et ainsi reprendre mes esprits, je posai mon pied sur le sol et me sentis tanguer. Je me rattrapai de justesse aux bras de Scott. Sous mes mains, je sentis la musculature développé de ses avants bras et levais les yeux de nouveau vers lui.

-Oups !

Je me mit en équilibre sur un pied tout en continuant de me tenir à Scott je n’avais pas envie de le laisser partir bien au contraire. Je ne le quittais pas des yeux de peur qu’il disparaisse d’un instant à l’autre. Au bout de quelques minutes d’un silence uniquement brisé par la musique qui retentissait dans l’aquarium je reposai mon pied et me mit sur mes pointes pour déposer un baiser sur la joue de Scott, j’aurais aimé l’embrasser mais je me contentai de poser mes lèvres non loin de la commissure des siennes. Je lui souris et retenais mon souffle tout en me reculant craignant de me voir repousser immédiatement. Pour ne pas voir son expression je me détachais à regret de lui et me retenais vers le comptoir. Je me mis à sautiller le long de celui-ci pour mettre un peu de distance entre Scott et moi et pour me protéger d’un éventuel rejet violent mais je ne pourrais pas aller bien loin de cette façon. A bout de souffle je m’arrêtais toujours le dos tourné à Scott pourquoi n’avait-il pas encore réagit ?
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Mer 19 Mar - 16:22






Diane & Scott



S’excuser, Diane n’avait pas à le faire. Scott n’avait strictement rien à lui pardonné. Ca arrivait à tout le monde de tombait, de créer un grand capharnaüm. Le plus important, c’était de ne pas se faire mal, mais ce n’était pas le cas de la jeune femme et en voyant cela, le jeune homme s’inquiéta automatiquement pour elle. Il avait vu des coupures le long de ses bras, provoquées par le contenu des cartons sur lesquels elle était tombée. Il ne devait sans aucun doute pas rester grand-chose dans ces derniers, mais pour Scott, ce n’était pas l’état de la marchandise qui l’importait, c’était celui de la jeune femme. Il l’interdit de s’excuser, et fort heureusement pour lui, elle ne le contredit pas. Et en plus de ça, elle ne le repoussa pas quand il désira l’aider. Au contraire, elle se laissa faire, ce qui lui facilita grandement la vie car il put regarder absolument toutes ses blessures.

A aucun moment Diane ne le regarda, surement parce qu’elle se sentait trop honteuse pour le regarder. Mais honte de quoi ? Aux yeux de Scott, il n’y avait aucune honte à avoir de tomber. Combien de fois il était tombé de cheval ? Surtout sur ce Khan qui était à moitié fou. Il avait essayé de le sauver en le sociabilisant, mais il n’y avait rien eu à faire, ce cheval noir magnifique était un véritable danger. Personne ne pouvait réellement l’approcher sans qu’il ne tente de charger ou d’attaquer. Scott était à la rigueur le seul qu’il tolérait. Et encore, le jeune homme s’en méfiait comme la peste. Du coup, après plusieurs chutes, Scott avait fini par abandonner et se contentait de le mettre au paddock afin qu’il se défoule. Mais là n’était pas réellement le sujet. Tout ça pour dire qu’aux yeux du jeune homme, il n’y avait pas de honte à faire une chute, du moment qu’on se relevait.

Après avoir été chercher sa trousse de premier secours, Scott s’occupa des différentes plaies du bras que Diane. Il les nettoya avec le plus grand soin, vérifiant chacune d’entre elle. S’il y avait des éclats de porcelaine et qu’on les laissait, les plaies pourraient s’infecter et empirer. On avait coupé des bras à cause de ça et il se doutait que Diane n’avait pas envie de devenir manchot. Après avoir bandé chacune de ses plaies, Scott lui offrit un sourire qui se voulait rassurant et la jeune femme le lui rendit du mieux qu’elle put. Il ne fit aucun commentaire, se concentrant par la suite sur sa cheville. Il s’agenouilla face à elle afin de regarder. Il ne n’y connaissait pas vraiment là-dessus puisqu’il n’était pas médecin, mais au moins, il pouvait faire en sorte que si elle était cassée, cela n’empirerait pas jusqu’à ce qu’elle aille voir un vrai professionnel. Chose qu’il faudrait réellement qu’elle fasse parce qu’une cheville mal guérie, même si elle n’était pas forcément cassée, cela resterait handicapant à vie.

Ne pouvant pas vraiment savoir où elle avait réellement mal, Scott lui demanda de le guider histoire de savoir où il faudrait que la bande maintienne le pied correctement. Quand Diane lui montra approximativement où se situait la douleur, le jeune homme bougea doucement son pied afin de pouvoir un peu plus cibler la douleur jusqu’à ce qu’un gémissement de douleur se fasse entendre. Il lâcha son pied et lui fit un bandage, serrant la bande au niveau de la zone touchée. Une fois chose faite, il colla un morceau de sparadrap afin que cela maintienne la bande en place et se redressa. Son regard se porta sur la jeune femme, espérant qu’elle ne lui dissimulait pas un autre endroit qui la ferait souffrir. Tant qu’il y était, autant qu’il fasse tout, non ? Et puis, ça ne le dérangeait pas de jouer les infirmiers si c’était pour rendre service.

Puis, il sentit le regard de Diane sur lui alors machinalement, il leva les yeux vers elle. La jeune femme le remercia et en guise de réponse, Scott haussa les épaules. Il n’y avait vraiment pas de quoi le remercier. Déjà parce que ça ne l’avait pas dérangé et puis il n’avait pas vraiment fait quelque chose d’extraordinaire. De plus, il se voyait mal la laisser dans cet état-là. Puis soudainement, Diane se mit à rire et le jeune homme arqua un sourcil, ne comprenant pas pourquoi est-ce qu’elle rigolait. Qu’y avait-il de drôle dans cette histoire ? Il n’en savait rien. Avait-il loupé un truc ? Ca c’était beaucoup plus probable car il arrivait souvent qu’il se passe quelque chose autour de lui et qu’il ne s’en rende même pas compte. Finalement, quand Diane tendit son bras qui n’était pas blessé, il la suivit du regard et la vit retirer un morceau de polystyrène de ses cheveux. Un sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme.

- Ah ouais… En même temps, ce n’est pas de ma faute si la neige est tombée avant l’hiver, répondit-il en plaisantant.

Il la laissa retirer les divers morceaux de polystyrène qui s’étaient accrochés dans ses cheveux encore châtains, malgré le soleil. D’habitude, ils blondissaient un peu avec les rayons du soleil, mais il ne faisait pas encore assez de soleil pour ça. Scott suivit des yeux certains morceaux de boulettes blanches vers le sol jusqu’à sentir les doigts de Diane sur sa joue, ce qui l’électrisa aussitôt. Le jeune homme resta aussi immobile qu’elle et à nouveau, son regard fut captivé par celui de la jeune femme. Scott perdit brièvement la notion du temps sans vraiment savoir combien de temps ils restèrent ainsi mais le temps sembla de nouveau filer quand elle retira sa main. Cependant, ce n’était pas pour autant qu’ils détachèrent leur regard, l’un de l’autre.

- Merci, souffla-t-il.

La façon dont Diane le regardait était différente de toutes les autres fois. Ou alors cela faisait tellement longtemps qu’ils ne s’étaient pas vu que Scott ne savait plus trop, mais il était loin d’être bête. Il était peut-être timide, il était peut-être parfois un peu lent à la détente à cause de ça, mais il voyait bien cette espèce d’étincelle dans le regard de la jeune femme qui sonnait comme une promesse de quelque chose. Mais quoi ? Quand la jeune femme bougea pour se laisser glisser au sol, il recula d’un pas afin de lui laisser l’espace nécessaire. Quelque part, heureusement qu’il ne s’était pas éloigné de plus car quand il la vit tanguer, le premier réflexe de Scott fut de tendre le bras pour l’empêcher d’aller rencontrer le sol.

- Ca va aller ? demanda-t-il tandis qu’elle s’accrochait à lui pour éviter de tomber.

Si ce n’était pas le cas, le jeune homme était tout à fait disposer à lui offrir un nouveau coup de main. La journée venait à peine de commencer et il faudrait bien qu’à un moment ou un autre il retourne au ranch pour s’occuper de ses chevaux, mais s’il fallait ramener la demoiselle jusqu’à chez elle, ça ne le dérangerait pas de faire un petit détour. Il n’était plus à dix minutes près et puis, Storybrooke n’était pas une très grande ville en fin de compte. Scott s’attendait à une réponse de la part de Diane, mais elle restait silencieuse. Pour une fois que ce n’était pas lui qui gardait le silence… S’en devenait vraiment étrange. Enfin, Scott n’eut pas vraiment le temps de réfléchir plus en avant sur ce point-là car la jeune femme vint déposer un baiser sur sa joue, quasiment à la limite de la commissure de ses lèvres, ce qui provoqua l’augmentation des battements de cœur de Scott.

D’une certaine façon, le jeune homme se figea. Diane lui envoyait comme des messages subliminaux qu’il analysait. Depuis qu’il avait mis les pieds dans cet aquarium, les choses étaient étranges. Tellement étrange qu’au départ, ça lui avait donné envie de s’en aller en courant et de ne plus jamais remettre les pieds ici. Sauf que là, il ne savait plus quoi faire, quoi dire, ni quoi penser. Diane avait le don de lui faire perdre tous ses moyens. Il la laissa s’éloigner, ne la retenant pas, mais ne la repoussant pas non plus. En fait, elle lui tourna même le dos pour s’éloigner en sautillant sur son pied encore valide. Le fait qu’elle s’éloigne lui permit de pouvoir réfléchir un peu plus clairement, même si son esprit était sincèrement embrouillé à cause du baiser que la jeune femme avait déposé sur sa joue.

Il passa une main dans ses cheveux, se grattant machinalement l’arrière de la tête tout en essayant de trouver un truc. Diane lui tournait le dos et ça ne pouvait pas être réellement positif pour lui. Elle allait le laisser tomber… Le laisser tomber et au final, venir ici pour parler avec elle n’aurait servi à rien. Il fallait qu’il trouve quelque chose à faire, mais il ne voyait réellement pas quoi. Il n’avait pas envie que ses « retrouvailles » avec la jeune femme se stoppe là-dessus. Ce serait vraiment trop bête ! Beaucoup trop bête, même. Finalement, Scott prit une grande inspiration silencieuse et tourna Diane vers lui tout en la faisant pivoter sur le bon pied, celui qui n’avait pas été touché par sa chute. N’écoutant que son courage, qui n’était pas des plus énormes à cause de sa timidité, il posa une main sur la nuque de la jeune femme et l’embrassa.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Jeu 20 Mar - 12:46
Diane & Scott ❥ For the first time i felt hope.

Je l'avais presque embrasser, jusqu'au dernier moment j'avais songer à le faire avant de me dégonfler comme une raté, je m'étais éloigner pour le laisser réagir et pour reprendre mes esprits. Mais tout alla très vite, l'instant d'avant je ne ressentais que honte, inquiétude et espoir puis tout avait basculer. J'avais senti les mains de Scott me saisir les épaules et il m'avait fait pivoter sur mon pied valide pour m'obliger à lui faire face. Je m'attendais à ce qu'il me dise que c'était impossible pour nous et que désormais nous ne pourrions être que des amis, je me croyais prête à l'entendre et à l'accepter. Oui je pensais être prête à renoncer à mon amour pour lui si cela me permettait de le voir à mes côtés régulièrement même dans une relation platonique.

Du moins c'est ce que je croyais être prêtre à faire mais toutes ces certitudes et ces faux semblants volèrent en éclats lorsque la bouche de Scott se posa sur la mienne. Et voilà je devais mettre fait plus mal que je ne le pensais, je devais sûrement avoir une commotion cérébrale ou un truc dans le genre car il était impossible que cela fût réel, et pourtant je sentais la force de la main de Scott dans mon cou et la douceur de ses lèvres sur les miennes, c'était comme un rêve inespéré qui se réalisait. Je me rendis alors compte que je restais stoïque face à ce baiser inattendu, je fis alors bouger mes lèvres à l'unisson des siennes et passait mes bras autour de son cou pour l'attirer plus à moi.

A bout de souffle, je me séparait de lui à regret, je constatai avec joie qu'il était aussi haletant que moi et je rougis en songeant que nous nous étions enfin embrassé, puis la réalité de ce qui venait de se passer me frappa de plein fouet.

-Merde, Cloé va me tuer ! Je suis morte c'est ça ? Merde, merde, merde ! Mais attend si je suis morte et que tu es là alors ça veut dire que je t'ai tué aussi ?! Oh zut de zut ! Je suis désolée Scott !

Enfin désolée pas vraiment car je me retrouvais dans un véritable paradis, je remarquai soudain que j'étais toujours en équilibre sur ma cheville saine aussi je me remit sur mes deux pieds. Une douleur fulgurante me traversa le pied et je gémit de douleur, hors si j'avais mal c'est que je n'étais pas morte et que tout ceci venait réellement d'avoir lieu : CQFD ! Un sentiment de joie immense et une sensation de victoire s'emparèrent de moi tandis que je levais les yeux vers Scott avec un sourire rayonnant de bonheur. J'ôtais les bras de son cou et les passais autour de sa taille avant de pelotonner contre lui, je posais ma tête sur son épaule et inspirai profondément son odeur avant de soupirer d'aise.

-Si tu savais à quel point tu m'as manquer …

Voilà j'avais pu lui dire et le baiser que nous venions d'échanger n'était pas anodin, j'aurais pu le repousser et lui dire qu'il ne fallait pas mais j'en avais tellement envie et depuis si longtemps que ça ne m'avait même pas effleurer l'esprit ! Désormais notre relation venait de prendre un nouveau tournant du moins je l'espérais vivement mais je n'étais pas certaine qu'en ce qui concernait le point de vue de Scott il envisage les choses de la même façon que moi. Néanmoins tant qu'il ne me repousserait pas je resterai à ces côtés ad vitam aeternam s'il le fallait. Je l'aimais et c'était tout ce qui comptait pour le moment.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Ven 28 Mar - 21:38






Diane & Scott



Voir Diane en si mauvais état avait sérieusement inquiéter Scott, si bien qu’il n’avait pas pu s’empêcher de lui venir en aide et de la soigner. Peut-être était-ce comme n’importe qui l’aurait fait, mais dans les yeux du jeune homme, la jolie jeune femme n’était pas n’importe qui. Elle était celle qui faisait battre son cœur depuis le premier jour, même si à une époque, elle le lui avait brisé le cœur. Mais depuis ce jour-là, le temps avait passé et aujourd’hui, il était là, en sa compagnie, essayant de recoller les morceaux, même si ça s’avérait beaucoup plus difficile que prévu. Trop de temps s’était écoulé pour qu’ils aient des conversations normales, comme avant à l’époque du lycée, mais Scott n’était pas défaitiste, pour une fois. Ils arriveraient bien à avoir de nouveau des conversations sans qu’il n’y ait de blanc de plusieurs minutes.

Une fois Diane remise sur ses deux pieds, Scott l’empêcha de se casser la figure, ce qui provoqua un léger rapprochement entre eux qui déconcerta le jeune homme, surtout quand elle posa ses lèvres sur sa joue pour la voir ensuite lui tourner le dos. Il était complètement perdu et ne savait pas vraiment quoi faire pour éviter que l’inévitable n’arrive. S’il ne réagissait pas ou ne faisait pas quelque chose, elle allait partir, tout s’arrêterait là et Scott ne voulait pas rester sur quelque chose d’aussi ambigüe. Du coup, il avait fait le premier truc qui lui était venu en tête. Il ne savait pas si c’était une bonne idée ou une mauvaise, et en même temps, il n’avait pas vraiment eu le loisir d’y réfléchir, donc il avait plus agi par instinct que par réflexion. Il avait donc tourné Diane vers lui puis posé ses lèvres sur les siennes.

En lui, se fut l’explosion, un véritable feu d’artifice. Jamais de sa vie il n’avait connu une sensation pareille. C’était tellement indescriptible que du coup, il regrettait presque de ne pas avoir fait ça beaucoup plus tôt dans sa vie. Mais on ne pouvait pas changer le passé, on ne pouvait aller que de l’avant et dans un sens, c’était bien ce que Scott était entrain de faire. La douceur des lèvres de Diane contre les siennes ne lui donnait pas envie de les détacher, il avait même envie de continuer à l’embrasser encore et encore, sans jamais avoir à s’en défaire. Le meilleur ce fut quand la jeune femme réalisa à son tour ce qu’il était entrain de se passer, quand elle commença à lui rendre son baiser tout en passant ses bras autour de son cou pour les rapprocher un peu plus. Le cœur du jeune homme manqua alors divers battements.

Au bout de quelques instants, Diane sépara leurs lèvres et Scott fut forcé de la laisser faire. Il remarqua également que l’un comme l’autre, ils avaient le souffle court. Puis brusquement, ce fut le retour à la réalité. Il n’en revenait pas de ce qu’il venait de faire et pourtant, il l’avait fait. Il avait réellement embrassé Diane et ce, sans avoir eu à cogiter beaucoup trop longtemps tout en pesant le pour et le contre. Pour, peut-être, la première fois de sa vie, Scott avait fait quelque chose d’irréfléchie et il avait adoré ça. Sauf qu’il ne s’attendait pas à ce que la demoiselle s’exclame que Cloé allait le tuer. Qu’est-ce que sa petite sœur pouvait bien avoir à voir avec ça ? C’était une excellente question et il lui semblait que ça se voyait étant donné la tête qu’il faisait. Diane partait dans un délire tellement grand qu’il avait franchement du mal à suivre.

- Attend, quoi ? Morte ? De quoi tu parles ? Et pourquoi Cloé va te tuer ? Puis, pourquoi tu m’aurais tué ?

Il enchaina un peu les questions, mais pour le coup, il était totalement perdu. Il n’arrivait pas à suivre le raisonnement de Diane alors si elle voulait qu’il comprenne ce qu’elle racontait, il allait falloir qu’elle lui explique parce que là, il était totalement largué ! Et puis, pour ne pas aider, Scott était assez long à comprendre quand les réponses n’étaient pas évidentes. Pourtant, ce n’était pas un esprit très lent, habituellement. Mais là, il ne comprenait réellement pas ce que Diane venait de lui dire. Peut-être que sa chute lui avait causé plus de dommage que prévu. Si c’était le cas, une visite à l’hôpital serait nécessaire à la seconde. Pour sa cheville, ça pouvait attendre au moins quelques heures, mais si c’était un traumatisme, il fallait faire vite. Les médecins ne plaisantaient jamais quand il s’agissait de la tête.

Brusquement, il la vit se mettre sur son mauvais pied puis gémir de douleur. Il écarquilla légèrement les yeux. Mais pourquoi est-ce qu’elle faisait ça exactement ? Décidemment, il y avait des choses qu’il ne comprendrait jamais chez les femmes. Déjà qu’il n’y avait jamais réellement compris quelque chose, alors il ne fallait pas trop lui en demander non plus. Puis finalement, elle leva la tête vers lui pour lui offrir un énorme sourire. Non, il n’y comprendrait jamais rien, mais ce n’était pas vraiment important parce qu’il lui rendit son sourire. Elle lui lâcha le cou pour passer ses bras autour de sa taille. Quand elle vint contre lui, Scott l’entoura de ses bras et lui rendit son étreinte. Un léger sourire se dessina sur les lèvres quand elle parla à nouveau, mais cette fois-ci, pour dire quelque chose qu’il n’eut vraiment pas de mal à comprendre.

- Toi aussi, tu m’as manqué, souffla-t-il.

De plus en plus étrange, en ce moment. Scott s’étonnait lui-même. Mais finalement, c’était plus un mal pour un bien. Il déposa un baiser sur le sommet de sa tête tout en la gardant contre lui. En venant ici, Scott n’en avait pas demandé tant, mais il n’allait certainement pas s’en plaindre. En fait, il ne voulait pas que le moment se termine, mais il y avait quelque chose qu’il pouvait difficilement oublier : la cheville de Diane. Ca le travaillait énormément. Il ne serait pas totalement tranquille sans être sur que la jeune femme se rendrait à l’hôpital pour faire soigner ça. Certes, elle n’avait plus quinze ans et devait bien savoir comment s’occuper d’elle toute seule, mais ça ne retirait rien au fait que le jeune homme voulait être sur qu’elle ferait le nécessaire afin de pouvoir guérir le plus rapidement que possible. Lentement, il se détacha d’elle légèrement.

- Il faut que je t’emmène à l’hôpital, dit-il. Il ne faudrait pas que tu sois dans un mauvais état pour la venue de ton nouveau pensionnaire.

Scott savait combien la venue des nouveaux pensionnaires était importante et pour cela, il valait mieux que Diane ait ses deux jambes en parfait état, de haut et bas. Enfin, le jeune homme n’écouterait pas le moindre refus de la part de la demoiselle. Tranquillement, il l’aida à marcher jusqu’à la sortie et la laissa fermer l’aquarium avant de l’aider à grimper dans son pick-up. Une fois qu’elle fut correctement installée, il prit place derrière le volant et il la conduisit jusqu’à l’hôpital. Une fois garé, il sortit avant de faire le tour du véhicule et d’ouvrir la portière, côté passager, afin d’aider la jeune femme à marcher jusqu’à là-bas. Une fois sur place, ils firent le nécessaire afin qu’un médecin s’occupe de Diane. Fort heureusement il n’y avait pas énormément de monde alors un médecin s’occupa assez rapidement de la jeune femme.

Puisque l’intervention ne devait pas durer très longtemps, Scott décida d’attendre qu’elle sorte afin de la raccompagner chez elle, mais assez rapidement, son portable se mit à sonner. Il mit quelques secondes avant de capter que c’était le sien, puis il décrocha.

- Scott ? On a un souci, Pivers a encore sauté la barrière. Comme t’es en ville, est-ce que tu peux vérifier qu’il rentre bien chez lui ?
- Euh… ouais… ouais, je m’en occupe. Merci d’avoir prévenu.

Il lâcha un soupire. Pivers, encore et toujours. Au moins, il était moins difficile à suivre que Khan, mais Pivers pouvait être n’importe où en ville à la recherche de Louna. Il jeta un œil dans le couloir pour voir si Diane ne revenait pas, mais il ne la vit nulle part. Il hésita pendant quelques secondes avant de quitter l’hôpital pour retourner à sa voiture et se lancer à la recherche de la propriétaire de ce cheval fugueur.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   Sam 29 Mar - 12:00
Diane & Scott ❥ For the first time i felt hope.

J’avais bien entendu que Scott disait quelque chose mais je me croyais tellement dans un autre monde que je n’y prêtais guère attention, ce n’est qu’après avoir senti la douleur de ma cheville que je compris que tout cela était vraiment arrivé, c’est incroyable. Jamais au grand jamais je n’aurais pu imaginer que nous nous retrouverions ainsi. Pelotonnée dans ses bras je lui dit qu’il m’avait manqué, une phrase que je ne pensais jamais lui dire puisqu’il semblait que jamais nous ne nous retrouverions.

Mais le mot jamais fût banni de mon vocabulaire à l’instant où Scott referma ses bras sur moi en me répondant que je lui avais aussi manqué. Mon cœur voletait comme les battements affolés des ailes d’un colibri. En sécurité dans ses bras je me permis de verser une larme de bonheur que je cachais dans son épaule en humant son odeur qui me plaisait tant. Les lèvres vinrent déposer un baiser sur mon front et je soupirai d’aise mais malheureusement et bien trop vite à mon goût il se détacha de moi. Même si ce n’était que de quelques centimètres cela me paraissait un gouffre immense moi qui n’aspirais qu’à être dans ses bras.

-Il faut que je t’emmène à l’hôpital, dit-il. Il ne faudrait pas que tu sois dans un mauvais état pour la venue de ton nouveau pensionnaire

Je m’apprêtais à lui répondre que je n’en avais pas besoin avant de réaliser qu’il avait entièrement raison, il fallait que je sois en forme pour continuer à tenir l’aquarium et ainsi réussir à sortir ma petite sœur de l’orphelinat. Oui il fallait me soigner. En plus je le voyais dans le regard de Scott il n’allait pas prendre en compte mes réticences j’étais donc dans l’obligation de le suivre. Enfin il fallut plutôt qu’il m’aide à marcher car je n’en étais pas capable seule, quel pathétisme !  J’attrapai mes clés et mon sac derrière le comptoir d’accueil et mon ami attendit patiemment que je daigne fermer l’aquarium avant de m’aider à aller dans son pick-up. Il m’aida à m’y installer et alla se mettre derrière le volant. Pas un mot ne fut échanger durant le court chemin qui menait à l’hôpital de la ville, je me contentais de lui jeter des regards de côté en mourant d’envie d’attraper sa main pour la tenir dans la mienne. J’avais besoin de le toucher pour comprendre que tout ceci était bien en train d’arriver et que je n’étais pas en train de rêver une fois de plus. Sur le parking il vint encore une fois à ma rescousse pour m’emmener à l’intérieur, chaque contact me faisait frissonner de plaisir.

Nous n’attendîmes pas longtemps avant qu’un médecin vienne s’occuper de moi, on m’emmena dans un box de consultation mais on demanda à Scott de rester dehors vu qu’il n’était pas de la famille. Le médecin regarda ma cheville et la fit se mouvoir provoquant d’intenses douleurs, il me passa au peigne fin et termina par ma tête. Je l’entendis prescrire plusieurs radios et quelqu’un vint rapidement me chercher. Je sortis du box en fauteuil  roulant  et cherchait Scott du regard sans le voir. Peut-être était-il partit se chercher un café en m’attendant ?  Je n’eus pas le temps de vérifier ma théorie  car on me poussa vers les salles d’examens. Il se passa plusieures heures avant que les verdicts ne tombent et pendant lesquelles je me demandais ce que l’homme que j’aimais pouvait bien faire. Finalement les médecins vinrent me voir, on m’annonça une jolie bosse sur le crâne, une petite fracture de la cheville et une fêlure d’une côte. On me banda de tous les côtés et enfin on me libéra. Malheureusement je ne retrouvais pas Scott en sortant, il surement du en avoir marre d’attendre, à cette idée mon cœur se serra. Notre idylle avait été brève mais intense et j’ignorais si je pouvais considérer que lui et moi formions un couple car nous ne nous étions embrassés qu’une fois après tout.

La secrétaire de l’hôpital appela un taxi et on me ramena chez moi, avec mes béquilles je me dirigeais directement dans mon lit dans lequel je m’effondrais. Je m’endormis presque à la seconde où ma tête toucha l’oreiller et rêvait d’une vie où Scott et moi n’avions jamais été séparé et ne le serions jamais.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott   
Revenir en haut Aller en bas
 

For the first time i felt hope ღ Diane ♥ Scott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-