★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Mission "éviter le roi" (ft.Scott)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Sam 8 Nov - 10:46

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Moi, je m'en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on arrête de me forcer à y retourner.


L'esprit de Valentin n'avait jamais été aussi clair que depuis qu'il avait retrouvé ces souvenirs. En tant que Valentin Chimay, il avait passé ces derniers instants avant que la malédiction ne soit brisée a trouver un plan lui permettant de devenir un homme digne de l'amour qu'il éprouvait toujours pour sa belle Nahia. Aujourd'hui, l'ancien chevalier avait un plan. Un plan aussi précis que surréaliste. Sa stratégie avait déjà subi un revers cuisant dans sa tentative d'éviter sa femme jusqu'à l'accomplissement de ce but. Malgré cela, Yvain restait convaincu que tout s'arrangerait dès qu'il mettra la main sur le Graal.

Son honneur de chevalier que la folie lui avait fait bafouer serait restauré. Il pourra revenir auprès de sa Laudine, la tête haute. Pouvoir retourner servir son roi. Sauver sa sœur mourante. Et enfin, il trouvera certainement un moyen de retourner chez eux. Tout allait s'arranger !

Il était clair que le Graal se trouvait dans l'antre du dragon. Ces créatures avaient la réputation d'amasser les trésors et la coupe sacrée n'était-elle pas le trésor le plus précieux de tous ? Avant de se lancer dans la traque de la tanière de la bête, Yvain devait s'équiper en conséquence. Ce serait dommage de partir en fumée parce qu'il avait retrouvé la trace du reptile incendiaire plus tôt que prévu ! Une mauvaise rencontre était vite arrivée dans leur Ancien Monde et l'ancien chevalier ne doutait pas que ce fait s'appliquait également à Storybrooke, surtout maintenant que les souvenirs étaient revenus.

Son lion était en sécurité au zoo. Valentin aurait aimé libérer son compagnon d'aventure, mais même un esprit aussi confus que le lien savait qu'un tel animal en liberté ne serait pas vu d'un bon œil. Ce monde moderne manquait aussi cruellement de forgeron. Devait-il songer à moderniser la liste d'équipement qu'il avait en tête ? Il plaça cette partie du plan momentanément en suspens dans son organisation mentale. Yvain préféra se concentrer sur le seul élément 'fiable' pour l'instant de ces préparatifs : récupérer Rocinante, sa monture.

Si la malédiction avait transporté son lion au zoo, Yvain supposait que son destrier se trouvait au ranch. Pourquoi n'y était-il toujours pas allé ? Simple. Parce que son roi s'y trouvait aussi.

Yvain n'était pas prêt pour cette rencontre. Officiellement, il avait quitté leur royaume du jour au lendemain et n'avait fait que ternir l'image des chevaliers avec ces actions faites sous le nom de Don Quichotte. Il avait bien essayé de corriger ces erreurs lorsque la folie l'avait quitté, mais le peuple continuait de voir en lui un fou alors qu'il s'était lié d'amitié avec un lion, ce qui lui valut un autre surnom.

Le destin avait précipité ces retrouvailles avec sa chère Laudine, il ne voulait pas se retrouver dans la même situation avec Arthur. Le seul scénario acceptable était de revenir avec le Graal. Dans ces conditions, il osera peut-être regarder son roi dans les yeux sans en éprouver de la honte.

Pour l'heure, il essayait d'entrer par effraction dans le Ranch pour voler un cheval. Voler n'était sans doute pas le terme le plus approprié puisque, à la base, ce cheval lui appartenait. Ce n'était donc techniquement pas vraiment un vol. Valentin n'avait plus qu'à espérer que le Shérif de cette ville partage son point de vue.

Les maigres connaissances de l'ancien chevalier dans ce domaine se réduisaient à une seule conclusion : agir de nuit. Il lui semblait aussi que le noir était de circonstance. Ne voulant pas être pris pour un voleur, Yvain sauta cette étape. Ne lui restait plus qu'à perpétrer son forfait avec un renfort de gestes et de déplacement inutilement prudent. S'il avait essayé de s'introduire dans une banque ou même dans une simple maison, l'ancien chevalier serait certainement déjà derrière les barreaux à l'heure qu'il est. Heureusement pour lui, sa cible n'était qu'un simple ranch. La sensation persistante de faire quelque chose de mal semblait être la seule chose qui le freinait dans sa progression vers les boxes.

Yvain plissa les yeux, comme si ce geste pouvait l'aider à reconnaître Rocinante parmi les autres chevaux. À son approche, un des occupants de boxe hennit. Le visage de l'ancien chevalier s'illumina d'un sourire alors qu'il se précipita vers la source de ce bruit.

"Rocinante !" S'écria-t-il, tellement concentrer sur ces touchantes retrouvailles qu'il en oublia d'être discret. "Pardon de t'avoir laisser ici."

Ah, si seulement présenter des excuses à sa femme était aussi simple qu'avec ce cheval ! Yvain balaya très vite cette pensée tout en caressant le museau de sa monture. De toute façon, lorsqu'il aura trouvé le Graal, tout s'arrangera.

"Je vais te faire sortir d'ici." Annonça-t-il.

Comme pour confirmer cette motivation, il tâtonna dans le noir à la rechercha d'une selle et d'autres petites choses essentielles pour pouvoir remonter son fier destrier. Des gestes qui n'étaient pas et des mots étrangers à la mémoire de Valentin, mais familier à Yvain vinrent envahir sa tête. Concentrer dans ces recherches à l'aveugle, l'ancien chevalier ne réalisa même pas qu'il n'était plus seul. Du moins, jusqu'au moment où le propriétaire des lieux se manifesta.

De surprise, Valentin se cogna contre un des murs du box en essayant de se redresser trop rapidement.

"Aïe !" Protesta-t-il en se passant une main sur son crâne à présent douloureux.

En voyant qui l'avait interrompu dans sa plan d'évasion (puisque Rocinante n'était pas un objet, il ne pouvait parler de vol ou d'emprunt), Yvain se figea comme un lapin prit dans la lumière des phares d'une voiture au milieu d'une autoroute. Sa bouche resta entrouverte de surprise. Pourquoi le destin s'acharna-t-il sur lui en le faisant rencontrer les personnes qu'il ne voulait pas rencontrer ?

Déboussoler par cette rencontre plus rapide que prévue, l'ancien chevalier mit un genou à terre. Fâcheuse rencontre ou non, il n'en oubliait pas qu'il était devant son roi.

"Sire." Dit-il humblement en baissant la tête.






Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Ven 28 Nov - 14:37

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Cassez-vous ! Cassez-vous ! Cassez-vous ! Décarrez d’chez moi, bande de clampins ! Taillez-vous vite fait ! Et j’vous conseille de vous mettre au turbin, vous m’entendez ? Et le prochain qui se pointe avec un prototype, un vase à fleurs ou le pot de chambre de sa mamie, j’l’envoie garder les moutons dans les Highlands, pigé ?! Et tenez, reprenez vos merdes ! J'suis pas vide-grenier !

A présent que les souvenirs étaient de retour, Scott avait absolument tout fait pour se faire tout petit. Tout le monde avait repris contact avec les gens appartenant à leur ancienne vie et il avait craint que les gens qui appartenaient à leur passé ne vienne se précipiter à la porte de son centre équestre pour y retrouver leur roi, pour y retrouver Arthur Pendragon, le roi de Camelot. Sauf qu’aujourd’hui, Scott ne se sentait plus roi. Du haut de ses 23 ans, le jeune homme ne voulait plus réellement régner. Pendant sept ans, il s’était entièrement consacré aux batailles puis à la recherche du Graal. Il avait toujours obéit aux attentes de Merlin qui avait placé énormément d’espoir en lui. Mais aujourd’hui, grâce à la malédiction de Régina, une nouvelle vie s’offrait pour Arthur, une vie où il s’appelait Scott et où il était propriétaire d’un centre équestre et où il menait une vie tranquille.

Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis le retour des souvenirs, depuis cette nuit où il avait fait un rêve étrange et où il était de nouveau vêtu royalement, et aucun de ses anciens chevaliers n’était venu le voir. Du coup, Scott en fut profondément soulagé. Néanmoins, il y avait quand même une chose qu’il souhaitait éclairer, mais c’était avec Diane. A présent que ses souvenirs étaient revenus, le jeune homme se souvenait l’avoir rencontré une fois dans le monde d’où ils étaient originaires ; il s’agissait de cette fée qui l’avait un jour sauvé de la noyade. Diane avait été une créature magique, dans leur monde et Arthur détestait la magie. C’était après avoir failli y passer par trois fois à cause de celle-ci qu’il avait demandé à Merlin de cesser ses enchantements pour lui enseigner les choses de la vie. Fort heureusement pour lui, l’enchanteur avait accepté.

Pour le moment, Scott préférait être seul sans se poser trop de question. Certes, il possédait à présent les souvenirs de sa vie passée, mais il continuait de vivre cette vie qu’il avait vécue pendant 28 ans. Il s’occupait des chevaux dont certains avaient retrouvés leurs propriétaires. Le jeune homme ne pouvait pas empêcher les gens de vouloir récupérer leur monture. Néanmoins, le centre équestre était un endroit où les chevaux ne manquaient de rien et où ils étaient nourris et soignés. Après tout, il l’avait fait pendant 28 ans – sans s’en rendre compte, certes, mais il l’avait fait. Pour le moment, Pivers était le seul cheval qui naviguait encore entre la demeure des Nerys et le centre équestre. Ne souhaitant absolument rien changer à ses habitudes, Scott continua d’agir comme d’habitude, s’occupant des chevaux, un par un.

La journée passa assez rapidement, si bien que le soir arriva bien vite. Vers 17h, il entreprit de nourrir les chevaux avant de monter dans son appartement qui se situait juste au-dessus des écuries. Là, le jeune homme prit un peu de temps pour lui afin de prendre une douche et se poser avant de se préparer rapidement un dîner. Quand il eut avalé son premier vrai repas de la journée, il redescendit voir les chevaux et ferma les écuries avec les loquets. Scott n’avait jamais vu l’intérêt de cadenasser les lieux. Déjà parce que si quelqu’un lui volait un cheval, il était certain qu’il le retrouverait rapidement, puisque Storybrooke était une petite ville, et ensuite parce que s’il y avait le feu, le temps qu’il sorte les clés, qu’il arrive à ouvrir les cadenas (parce que dans la précipitation, les choses se faisaient lentement), il aurait déjà eu des pertes considérables. Le loquet était amplement suffisant. Et puis, ce n’était pas comme s’il ne vivait pas au-dessus des écuries !

Rares étaient les fois où le jeune homme pouvait profiter de sa soirée. Habituellement, il avait encore du boulot par-dessus la tête, même tard le soir, mais depuis que les souvenirs étaient revenus, des chevaux appartenant au centre avec la malédiction, avaient retrouvé leur propriétaire. Bien évidemment, tout le monde ne venait pas s’occuper de leur monture. Certains ne semblaient pas se souvenir que dans une vie passée, ils avaient eu un fidèle destrier, mais d’autres s’en souvenaient et ces gens-là avait le respect de Scott. Il avait eu l’occasion de discuter avec un des « nouveaux » propriétaires et ce dernier avait soulevé un point assez intéressant : et si certains propriétaires de chevaux n’avaient pas été touchés par la malédiction, à contrario de leur monture ? Très honnêtement, le jeune homme n’y avait pas pensé et n’était pas hostile à cette explication. Mais il n’oubliait pas que ces chevaux-là devaient être minoritaires par rapport aux autres. Enfin, peu importait. Scott était bien décidé à continuer sa petite vie là où il l’avait laissé.

Cela incluait également faire sa ronde au beau milieu de la nuit. Pendant 28 ans, presque, il avait vécu la même journée, tout comme le reste des habitants. Et 28 ans, c’était un temps suffisamment long pour prendre des habitudes et ne plus les perdre. Durant sa vie à Camelot, jamais il ne s’était préoccupé des chevaux pendant la nuit. Il était alors roi et des personnes employées pour, s’en chargeait. Pourtant, il s’était toujours occupé de Kira, sa jument. Chaque jour il était allé la voir, l’avait monté pour la faire travailler, etc… car il ne fallait pas oublier qu’avant d’être roi, Arthur était l’écuyer de Kay. D’ailleurs, que devenait cette brute ? C’était une excellente question car Scott ne se rappelait pas l’avoir croisé un jour à Storybrooke. Peut-être que la malédiction l’avait épargné ? C’était une possibilité. Enfin, il ne s’en préoccupa pas spécialement.

En descendant les escaliers qui menaient directement aux écuries, un bruit le fit s’arrêter net au milieu des escaliers : celui de la porte qui s’ouvrait. Scott avait tout de suite compris que quelqu’un était entré. Certains soirs, il avait laissé des propriétaires fermer les écuries, car ces derniers étaient venus assez tard s’occuper de leurs chevaux. D’autres fois, tôt le matin, il trouvait un propriétaire qui était arrivé légèrement avant lui, mais jusqu’à présent, jamais personne n’était venu au beau milieu de la nuit. Surtout pas aux heures où le ciel était des plus noirs. Certes, le centre équestre était muni de lumière, permettant d’être éclairé pendant l’hiver, étant donné qu’il commençait à faire nuit à 17h, mais de là à ce que ce soit bien après minuit… Qui l’eut cru ? Certainement pas Scott. Silencieusement, il resta immobile dans les escaliers. De là où il était, il avait une vue sur une partie de l’écurie et il savait également qu’on ne le verrait pas, sauf s’il souhaitait qu’on le voit. Le jeune homme n’avait jamais été un trouillard, ni dans cette vie, ni dans sa vie précédente, mais avant de se jeter tête baissée sur la personne qui s’était introduite dans les écuries, il préférait attendre de voir à qui il avait affaire.

Un cheval hennit tandis que les autres restèrent silencieux, ou tout du moins, ne montrèrent pas le moindre intérêt pour le nouvel arrivant. Les chevaux hennissaient pour deux choses : pour la nourriture ou pour l’arrivée de leur propriétaire. Scott doutait que le nouveau venu apportait avec lui un sac de carottes, sinon, tous les chevaux s’y seraient mis. Du coup, il ne restait qu’une seule possibilité : un propriétaire. Soudain, l’envie de rappeler à cette personne qu’il y avait des heures un peu plus descentes pour se pointer dans un centre équestre naquit chez le jeune homme. Il était bien décidé à terminer de descendre les escaliers quand soudain une voix s’éleva pour prononcer un des noms des chevaux qui se trouvaient plus ou moins dans le champ de vision de Scott. Aussitôt, le jeune homme se figea. Il connaissait cette voix. Jamais il n’oublierait la voix d’un des chevaliers de la Table Ronde. Il les avait tous côtoyé pendant de longues années, même Yvain qui était parti du jour au lendemain, pris de folie.

Aussitôt, l’ancien chevalier apparut aux yeux de l’ancien roi. Il était dos à lui, preuve même que le chevalier au lion ne savait pas qu’il était observé par le propriétaire des lieux. Les sens de Scott qui s’étaient mis en alerte suite à l’arrivée de l’homme se calmèrent un tant soi peu. Yvain souhaitait simplement reprendre son cheval. Néanmoins, Scott n’était pas vraiment calme. Il allait se retrouver confronter à un de ses anciens chevaliers. C’était une chose qu’il redoutait depuis le retour des souvenirs. En fait, il s’attendait presque à les voir tous débarquer un par un, même ce traitre de Lancelot. Mais cela ne s’était pas fait. Il avait affaire à Yvain. Quand il vit que celui-ci était entrain de piquer des affaires du centre équestre, Scott termina de descendre les marches des escaliers et alluma les lumières de l’écurie, se montrant ainsi au grand jour. De surprise, l’ancien roi le vit se cogner contre un mur avant de se figer. Le jeune homme resta immobile face à lui, affichant un air neutre alors qu’Yvain ne semblait plus quoi faire.

Scott ne s’attendait pas vraiment à ça, mais il le vit mettre un genou à terre, comme il avait été coutume de le faire lorsqu’il était encore roi de Camelot. Or, aujourd’hui, il n’était plus roi. Il n’était qu’un simple propriétaire de centre équestre et bizarrement, cela lui convenait assez bien. Le calme de la personnalité de Scott reposait grandement Arthur. Lâchant un léger soupire, il secoua la tête.

- Relevez-vous, je vous en prie. Et ne m’appelez plus Sire.

Il attendit tranquillement qu’Yvain se relève sur ses deux pieds pour récupérer les affaires qu’il était entrain de prendre au hasard, démunissant ainsi certains chevaux de leurs affaires.

- Si vous voulez récupérer Rocinante, prenez au moins ses affaires plutôt que ma selle et la bride de Samson.

Il indiqua du doigt l’endroit où se trouvait la selle ainsi que les affaires de Rocinante. Après tout, c’était son cheval, il en faisait ce qu’il voulait. Scott ne pouvait pas l’empêcher de prendre son cheval, néanmoins, à force de s’occuper de ces bêtes, il s’était attaché à chacune d’entre elles. Même Khan, aussi pénible soit-il !

- Si vous me permettez… où allez-vous mettre votre cheval une fois que vous serez parti d’ici ?






[/quote]



Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Jeu 11 Déc - 22:46

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Moi, je m'en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on arrête de me forcer à y retourner.


Maintenant qu'il avait retrouvé son cheval, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'enfin la roue tournait en sa faveur. Il était grand temps que la chance se décide à lui sourire après quelques ratés dans ses projets comme des retrouvailles plus tôt que prévu avec sa chère Laudine, finalement le chevalier allait pouvoir suivre son plan : retrouver le Graal. Un projet qui avait été mis en pause pendant vingt-huit ans. Il avait hâte de s'y remettre ! Tout ce qu'il lui restait à faire était de filer d'ici sans croiser le propriétaire des lieux.

Hélas, sa bonne étoile semblait l'avoir lâchement abandonné à mi-parcours puisque les lumières s'allumèrent d'un coup et qu'Yvain tomba nez-à-nez avec la personne qu'il essayait précisément d'éviter. De surprise, il se cogna contre le mur en lâchant l'objet de son larcin.

La panique passée, Valentin se souvint des usages et mit aussitôt un genou à terre pour saluer son roi comme son rang l'exigeait. En tant que Valentin, il n'avait jamais été grand chose, il était donc difficile pour lui de s'accrocher à son identité Storybrookienne. Il leva les yeux de surprise lorsque Scott lui demanda de ne plus l'appelez 'sire'. Sur le coup, le chevalier en resta stupéfait.

"Alors comment dois-je vous appelez ?" Demanda-t-il spontanément sur un ton affreusement sincère.

Puis soudain, tout devint clair !

"Je comprends... mon comportement a été indigne de la table ronde. Je n'ai donc plus le droit de vous appeler ainsi." Conclut-il.

Son roi estimait sans doute qu'il n'était pas digne de l'appeler ainsi ! Rien d'étonnant puisqu'Yvain était parti du jour au lendemain ! Mortifié, il se releva. L'ancien chevalier ne remarqua même pas que Scott récupérait les affaires qu'il avait récupérées au hasard.

Il ne sortit de sa torpeur que lorsque que son ancien dirigeant lui indiqua les véritables affaires de Rocinante. Yvain leva son regard dans la direction indiquée.

"Oui, bien sûr. Merci. Et... Pardon." Il allait ajouter encore 'sire' ou accompagné sa phrase d'une salutation d'usage quand un roi vous faisait une faveur, mais il jugea cela incompatible avec le début de leur conversation alors il s'en abstenu.

Après deux ou trois regards en direction de Scott comme s'il redoutait que ce dernier change d'avis, il se décida à bouger pour commencer à préparer son cheval. C'est alors que la question fusa. Où allait-il mettre son cheval ? Valentin stoppa son geste. Ce n'est pas qu'il n'y avait pas pensé (quoi que) mais plutôt qu'il ignorait s'il devait en parler.pensé Quête secrète, surtout pour les personnes indirectement concernées. Cependant, Arthur était son roi (même s'il avait perdu le droit de l'appeler 'Sire')... Un chevalier ne devait-il pas tout dire à son chef ?

"Je... ne sais pas si j'ai le droit de vous le dire." Dit-il avec hésitation et une forte dose de conflit intérieur.

Un seul coup d'œil lui apprit que cette explication évasive ne serait pas suffisante. Pousser un soupir dans cette situation aurait été approprié mais également très irrespectueux. Donc, à la place, il se tourna vers le propriétaire des lieux pour lui lancer un regard plein de franchise.

"Nous partons pour un long voyage." Il avait tapoté doucement l'encolure de son destrier en prononçant le 'nous'. "Après un séjour indéterminé dans la forêt, j'espère que Rocinante regagnera les écuries de Camelot." Valentin fronça les sourcils devant un détail qu'il réalisa tardivement. "Ou ce qu'il en reste, étant donné que le royaume est resté à l'abandon depuis 28 ans."

Malgré ce petit point épineux, il restait confiant concernant son retour à Camelot. Pour lui, il était évident que tous les habitants souhaitaient rentrer chez eux, surtout son roi. Tous ensemble, ils remettront le royaume d'aplomb et tout redeviendra comme avant !






Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Jeu 1 Jan - 21:51

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Cassez-vous ! Cassez-vous ! Cassez-vous ! Décarrez d’chez moi, bande de clampins ! Taillez-vous vite fait ! Et j’vous conseille de vous mettre au turbin, vous m’entendez ? Et le prochain qui se pointe avec un prototype, un vase à fleurs ou le pot de chambre de sa mamie, j’l’envoie garder les moutons dans les Highlands, pigé ?! Et tenez, reprenez vos merdes ! J'suis pas vide-grenier !

Ce que Scott craignait le plus venait d’arriver. Un de ses anciens chevaliers de la table ronde était venu chez lui. C’était une confrontation qu’il aurait souhaité ne pas avoir arrivé avant longtemps, mais il fallait croire que le destin souhaitait que les choses se passent différemment. Et puis, ce n’était pas comme s’il savait que ça n’arriverait jamais. Il savait qu’un jour ou l’autre, un ou plusieurs de ses chevaliers viendraient le retrouver. Mais pour quelle raison… Ca, c’était ce qu’il craignait. Cependant, il semblerait que Yvain soit venu jusqu’ici, non pas pour rencontrer son roi, mais pour « voler » son propre cheval. Le jeune homme ne comprenait vraiment pas pourquoi son ancien chevalier avait attendu la nuit pour ça, car même si avant la malédiction Rocinante était la propriété du centre équestre, donc de Scott Millers, maintenant que la malédiction avait été levée, les chevaux avaient leur propriétaire à Storybrooke. Tout du moins, c’était ce qu’il supposait, même si certain n’était pas encore venu réclamer leur monture, comme par exemple Capitaine ou Bride Abattue.

Enfin peu importait les raisons qui menaient Yvain à venir chez lui, on ne s’introduisait pas chez les gens en pleine nuit car c’était tout de même une propriété privée et y venir en dehors des horaires d’ouverture… Et bien, Scott pouvait toujours porter plainte que sa plainte serait entendu et Yvain sanctionné. Néanmoins, ce n’était pas son attention. Arthur aurait été du genre à le mettre dehors avec un bon coup de pieds dans le derrière en lui sortant une réplique du style : « Décarrez de chez moi et rev’nez à une heure descente ! On n’est pas chez votre mamie ici ! ». Scott était du genre plus calme. Aujourd’hui, ces deux personnalités se mélangeaient en lui et pour cette situation, il préférait choisir la manière douce. Surtout qu’il n’avait aucune raison de traiter Yvain comme un malpropre, si ce n’était parce qu’il était entrain de piquer les affaires de chevaux qui n’étaient pas celles de Rocinante. Ayant allumé les lumières de l’écurie, il venait de surprendre Yvain qui s’était cogné par surprise. Visiblement, il ne s’attendait pas à être surpris.

Quand l’ancien chevalier de la table ronde mit genou à terre et l’appela « Sire », Scott ne put s’empêcher de lui répondre de ne plus l’appeler ainsi. Il n’était plus roi. Il était un habitant comme les autres à Storybrooke. La seule personne qui avait du pouvoir était à la rigueur M. Gold et Regina Mills. Scott Millers n’était que Scott Millers. Il n’y avait aucune couronne sur sa tête et il n’avait même plus Excalibur qui attestait de sa royauté. Le jeune homme vit parfaitement bien le regard surpris d’Yvain quand il exprima sa requête. Cela pouvait être surprenant, en effet. Il était peut-être le seul roi qui avait renoncé à son titre dans cette ville. Mais après tout, n’était-il pas libre de choisir qui il voulait être ? Pour le moment, il ne voulait pas être le roi Arthur. Il pouvait être Arthur, à la rigueur, même si cela faisait maintenant vingt-huit ans qu’on l’appelait Scott. Mais plus roi, ni sire, ni votre majesté. Enfin, il ne voulait pas de titre de noblesse. Cela pouvait être interprété comme un manque de loyauté envers son royaume, mais au jour d’aujourd’hui, il avait envie de dire : « Quel royaume ? »

- En fait… comportement ou pas, dans notre ancien monde, vous auriez quand même été obligé de continuer à m’appeler Sire, puisque j’aurais continué à être votre roi ou roi, tout simplement. Mais ici, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, je n’ai absolument aucun titre… Appelez-moi Scott, ou Arthur, comme vous préférez. Mais pas Sire.

Il attendit patiemment qu’Yvain se relève pour s’avancer vers lui et récupérer les affaires qu’il était entrain de voler en lui faisant remarquer qu’il n’avait pas pris les bonnes affaires. Scott lui indiqua où trouver les affaires de Rocinante, lui prouvant ainsi qu’il ne l’empêcherait pas de prendre son cheval. Il était à lui, après tout.

- Il n’y a pas de mal, répondit-il quand Yvain s’excusa de s’être trompé.

Il rangea sa scelle et la bride de Samson à leur place puis il s’écarta afin qu’Yvain puisse prendre les affaires qui convenait à son cheval. Même si aujourd’hui, il n’avait plus obligation de lui répondre, Scott lui demanda ce qu’il comptait faire de Rocinante après l’avoir emmené avec lui. Il vit parfaitement bien qu’il venait de poser une colle à l’ancien chevalier de la table ronde étant donné que celui-ci stoppa toute activité. Arthur jugeait avoir assez côtoyé ses chevaliers pour savoir quand ces derniers réfléchissaient à ce qu’ils allaient répondre. Au départ, il crut qu’il allait lui répondre un mensonge qui serait détectable à trente kilomètres à la ronde, mais Yvain préféra lui répondre par le doute. Le jeune homme arqua un sourcil.

- Vous n’avez pas le droit ou vous ne voulez pas me le dire ? Parce que fait une sacrée marge de différence, vous ne trouvez pas ?

Arthur avait toujours été assez doué pour piéger les gens de façon orale. Il suffisait juste de trouver la petite faille qui ferait la différence. Avant de savoir se battre, il avait été attiré par les livres et s’était montré extrêmement cultivé. Pour lui, la guerre n’avait pas toujours tout fait, contrairement à d’autres rois qui ne connaissaient que cette façon pour arranger les choses. Il écouta donc Yvain lui répondre que lui et Rocinante partaient pour un long voyage qui était censé les mener à Camelot., pour le coup, ce fut à Scott d’être surpris. Arquant un sourcil, il réfléchit quelques instants avant de demander :

- Très bien, mais… dites-moi, comment vous comptez retourner à Camelot sans la magie ?

C’était bien beau de vouloir retourner dans leur monde d’origine, mais c’était impossible pour le moment étant donné que la magie n’existait pas dans ce monde. C’était la magie qui les avait menés ici, se serait la magie qui les ramènerait, ça semblait logique. Qu’Yvain veuille retourner à Camelot, Scott le respectait entièrement. Personne n’avait choisi d’être là, alors il était normal qu’à présent certains aient le choix entre rester et repartir.

- Ecoutez Yvain, je vous apprécie beaucoup. Si, si, je vous jure que je vous aime beaucoup. Je ne vous empêcherai pas de faire votre voyage, si ça vous tient à cœur. Mais si jamais vous revenez bredouille, vous pourrez toujours ramener Rocinante dans les écuries, son box sera libre.









Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Mer 7 Jan - 10:46

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Moi, je m'en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on arrête de me forcer à y retourner.


Depuis que sa sœur l'avait guérie de sa folie, Yvain s'était imaginé de nombreuses fois à quoi ressemblerait sa rencontre avec son roi. En plusieurs années, il avait pensé avoir imaginer toutes les situations possibles. Pourtant, jamais il n'aurait soupçonné le contexte de ces véritables retrouvailles : Une nuit, dans le centre équestre, alors qu'il s'apprêtait à vol... emprunter son propre cheval. Si seulement Rocinante ne s'était pas retrouvée ici ! Le chevalier aurait pu continuer de rester très loin du lieu de refuge de son souverain, au moins le temps d'avoir accompli suffisamment d'actes héroïques. D'un autre côté, Rocinante n'aurait pas pu se retrouver dans un autre endroit. Sa place n'aurait pu être au zoo, par exemple, ni dans la forêt. Retrouver son cheval ici était donc logique. Désastreux pour son plan mais logique.

Enfin, spéculer sur ce genre de détail ne changeait rien aux faits qu'il avait retrouvé son roi dans les pires conditions possible, en totale opposition avec ce qu'Yvain avait imaginé. Le chevalier ne se doutait pas que ces retrouvailles pouvaient être une épreuve pour les deux côtés. Pour lui, Arthur ou Scott restait son roi. Il était impensable que ce dernier puisse se satisfaire de sa vie à Storybrooke.

De ce fait, que Scott refuse qu'il l'appelle 'sire' ne voulait dire qu'une seule chose : il l'avait renié. Quoi de plus logique ? Officiellement, Yvain avait disparu du jour au lendemain. Puis, quatre ans plus tard, même en priant pour que ces aventures fantasques en tant que Don Quichotte ne soit jamais arrivé jusqu'aux oreilles du roi, il était devenu le chevalier au lion, un surnom qui n'avait pas arrangé sa réputation déjà chancelante. Le chevalier avait mené de nombreuses quêtes pour se montrer digne, mais son but ultime, le Graal, était toujours resté hors de portée, même ici. Alors, Yvain ne pouvait en vouloir à Scott de le juger indigne de l'appeler 'sire'. Il comprenait parfaitement. Pour retrouver cet honneur, il lui faudrait rapporter le Graal ou la tête du dragon, au minimum ! Et c'était bien ce que l'aîné des Chimay comptait faire !

Valentin s'était préparé en un temps records à recevoir la confirmation de sa dernière conclusion. Au lieu de cela, le propriétaire des lieux lui assura qu'il ne pouvait pas l'appeler 'sire ', car il ne possédait plus ce titre à Storybrooke. Cela n'avait donc rien à voir avec un éventuel comportement indigne de la table ronde. Il en fut rassuré mais aussi décontenancé.

"Bien sûr que si ! Notre royaume est toujours là, n'attendant plus que votre retour. Vous êtes toujours roi." Argumenta-t-il avec ferveur dans un premier temps.

La malédiction n'avait laissé aucun point de repère à Yvain, hormis une famille et une situation en passe de s'améliorer avec sa femme (et encore, il soupçonnait d'avoir tout fait rater concernant ce dernier point). Difficile pour lui de se raccrocher à autre chose que son ancienne vie. Il réalisa alors qu'il venait de monter d'un ton dans une discussion avec son souverain et se surprit de sa propre audace. Pouvait-il considérer la demande de ne plus l'appeler 'sire' comme un ordre ?

"Mais si c'est ce que vous désirez..." Se pressa-t-il d'ajouter en baissant les yeux. "Je ferais de mon mieux, Sc... Arthur."

Ce problème résolu, il se releva. Scott lui prit alors les affaires des mains pour lui indiquer celle appartenant à sa monture. En réponse, Valentin bredouilla des remerciements suivit d'excuse. Son roi lui répondit par un 'il n'y a pas de mal' qui le rassura encore un peu plus. Décidément, cette rencontre se passait mieux que prévu. À croire qu'il s'était inquiété pour rien ! Le chevalier commença à préparer le cheval avec les bonnes affaires en n'étant nettement plus détendu que lorsqu'il avait été surpris en train de chaparder.

C'est alors que surgit LA question qui le prit totalement par surprise. Que devait-il faire ? Que pouvait-il dire ? Tout révéler ne compromettrait-il pas son plan flambant neuf ? Mentir n'était pas dans les habitudes d'Yvain, ce genre de travers était arrivé avec la malédiction, aussi fit-il part le plus honnêtement possible de ces hésitations.

"Euh... C'est que je ne suis pas certain. Je crois que le fait ne pas vous le dire doit faire partie du plan." Dit-il avec une hésitation palpable lorsque Scott souligna qu'il y avait une différence entre ne pas avoir le droit de dire quelque chose et ne pas vouloir le dire.

Le plus gros problème est qu'il n'était pas censé rencontrer son roi alors qu'il n'en était qu'aux préparatifs. Yvain finit par répondre, en essayant de garder le plus d'informations possible concernant sa mission sous silence. Son attention était reportée sur son cheval, comme s'il n'osait affronter le regard de son interlocuteur.

Son roi ne tarda pas à mettre le doigt sur la plus grosse faille de son plan. Complètement prit au dépourvu, il essaya de trouver une réponse convaincante... en vain...

"Hum. Chaque chose en son temps." Finit-il par dire. "D'abord, je trouverais le Graal et ensuite... Ensuite, la situation se débloquera d'elle-même." Affirma-t-il avec conviction.

Il était évident pour lui que trouver un objet aussi puissant que le Graal allait tout arranger.

Scott reprit la parole. Yvain osa enfin se tourner vers lui alors qu'il avait l'impression d'être un enfant qu'on essayait de raisonner. Même si un sourire était apparu lorsque Scott lui assura qu'il l'appréciait, il ne savait pas s'il devait être soulagé que son roi lui laisse la possibilité de revenir en cas d'échec ou au contraire être déprimé de cette possibilité.

"Mais je ne peux pas échouer." Protesta-t-il avec une pointe de panique dans la voix. "J'ai fait honte à tout le monde. À ma famille, à Camelot, à ma femme. Je vous ai fait honte à vous. Je ne peux pas échouer !"





Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Ven 16 Jan - 16:38

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Cassez-vous ! Cassez-vous ! Cassez-vous ! Décarrez d’chez moi, bande de clampins ! Taillez-vous vite fait ! Et j’vous conseille de vous mettre au turbin, vous m’entendez ? Et le prochain qui se pointe avec un prototype, un vase à fleurs ou le pot de chambre de sa mamie, j’l’envoie garder les moutons dans les Highlands, pigé ?! Et tenez, reprenez vos merdes ! J'suis pas vide-grenier !

Il ne savait pas de trop comment les autres anciens souverains avait réagi en découvrant leur situation, mais en ce qui concernait Scott, il ne se sentait pas roi. Peut-être que les autres avaient déjà réuni tous leurs anciens sujets, contrairement à lui qui ne souhaitait pas vraiment voir ses anciens chevaliers débarquer au centre équestre. Il fallait croire que la chance n’était pas de son côté pour le coup étant donné qu’Yvain venait clairement d’apparaître. Néanmoins, il avait rapidement compris que ce n’était pas pour retrouver son roi. Sinon, pourquoi aurait-il pris la peine d’attendre la nuit pour venir prendre son cheval ? Sauf que manque de chance pour lui, il s’était fait prendre. Contrairement à ce qu’Yvain aurait pu croire, Scott ne lui en voulait pas d’avoir pénétré les lieux au beau milieu de la nuit pour prendre Rocinante. Il était à lui après tout. Mais il aurait quand même préféré que ça se fasse pendant la journée, comme toute personne normale. Cependant, on ne pouvait pas toujours tout contrôler.

Arthur l’avait complètement déstabilisé en lui demandant de ne pas l’appeler « sire » mais il ne voulait pas qu’on le traite comme un roi alors qu’ici, il n’était rien d’autre qu’un citoyen ‘américain’. Mais il ne s’attendait pas à ce qu’Yvain en conclue que c’était parce qu’il l’avait déçu dans le passé et qu’il avait perdu ce droit. Or, ce n’était pas le cas. Qu’il l’ait déçu ou pas, Arthur restait un roi et par conséquent, il ne pouvait pas l’appeler autrement. Les raisons étaient toutes autres et il ne tarda pas à lui expliquer les raisons de sa demande. L’ancien chevalier ne semblait pas du tout du même avis que lui. Selon ses dires, Camelot existait encore et par conséquent, Scott était encore roi. Yvain semblait tellement convaincu par ses dires, qu’il n’eut pas la force de le contredire. Peut-être que Camelot existait encore, oui. Mais comment lui dire qu’il n’avait pas envie, pour l’instant, de reprendre le trône ? Ne trouvant aucune façon de le dire, il préféra rester silencieux tandis qu’Yvain acceptait malgré tout sa demande de ne plus l’appeler « sire ».

Le jeune homme hocha la tête en guise de remerciement avant de se concentrer sur un autre ‘problème’ : les affaires prises par Yvain pour sceller sa monture. Il prit le temps de lui expliquer qu’il s’était trompé et lui montra celles qui appartenaient à Rocinante. Il accepta les excuses de l’ancien chevalier. Après tout, Yvain n’était jamais venu au centre équestre avant ce jour, du coup, il ne pouvait pas connaître le fonctionnement des lieux. Grâce à sa personnalité en tant que Scott, il était beaucoup plus patient que lorsqu’il était Arthur, ça, ça ne faisait aucun doute. Il laissa Yvain préparer sa monture, mais il ne tarda pas à lui demander où est-ce qu’il comptait aller, mais l’ancien chevalier ne semblait pas décidé à le lui dire. Après avoir souligné que « vouloir » et « pouvoir » étaient deux choses différentes, il vit bien qu’Yvain était de plus en plus mal à l’aise.

- Attendez deux petites minutes, vous agissez seul ou en groupe ? Parce que là, j’avoue que vous êtes entrain de me perdre, si vous ne m’avez pas déjà perdu !

Si Yvain lui répondait qu’ils agissaient en groupe, il pourrait très facilement en conclure que le reste de ses chevaliers s’étaient unis pour une quelconque mission dont Scott ignorait tout. Serait-ce la recherche du Graal ? Le jeune homme espérait bien que non ! Si on en croyait les paroles de Merlin, le Graal se trouvant dans leur monde d’origine, pas dans celui-là. Quoi que le Graal faisait aussi parti de la religion catholique. Il suffisait de regarder le film DaVinci Code. Peut-être y avait-il un Graal ici aussi ? En tout cas, Arthur ne savait plus vraiment quoi penser de cette quête. Ils avaient déjà tous retourné les royaumes de leur ancien monde sans rien trouver alors pourquoi est-ce qu’ici les choses seraient différentes ? La mission qu’Yvain s’était donné lui apparu quand il lui demanda comment il comptait retourner à Camelot sans magie. Le jeune homme fronça les sourcils. Encore et toujours cette histoire de Graal.

- Pourquoi tenez-vous tant que ça retrouver le Graal ? demanda-t-il.

Tout devenait très compliqué. Et dire que c’était de sa faute si Yvain était si déterminé à retrouver le Graal… Après tout, c’était lui qui avait demandé à ses chevaliers de rechercher le fameux objet. Bon, c’était Merlin qui lui avait demandé en premier, mais Arthur avait toujours suivi les demandes du vieux magicien sans discuter. Un peu résigné, le jeune homme accepta qu’Yvain fasse son voyage, néanmoins, il lui offrit la possibilité de revenir s’il échouait dans sa recherche. Il doutait fortement de la réussite de cette quête, mais il ne voulait pas le décourager. Alors il espérait que le fait de savoir qu’il pourrait revenir s’il échouait le conforterait un peu.

- Vous savez, ce n’est pas parce qu’on s’éloigne du droit chemin que le monde est contre vous. On peut s’écarter de notre route, l’important, c’est de la rejoindre un jour. Mais pour ce qui me concerne, vous n’avez pas à vous en faire. Je n’ai pas envie que vous fassiez ça pour moi.

Les frontières de Storybrooke étaient infranchissables, ils étaient tous enfermés dans cette ville qui était la création de la malédiction. Si un des habitants franchissaient les limites de la ville, il perdrait instantanément la mémoire. S’adossant à la porte du box de Rocinante, le jeune homme ajouta :

- Vous devriez commencer par faire les choses pour vous, pas pour les autres.








Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Lun 2 Fév - 22:20

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Moi, je m'en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on arrête de me forcer à y retourner.


Yvain se doutait bien que son plan ne fût pas parfait. En fait, il en avait un peu plus la confirmation à chaque jour qui passait. Seulement, il préférait s'accrocher à ce plan imparfait que d'errer sans but dans la ville. Le plus gros problème était de rencontrer des difficultés dans les parties censées être simple de son projet. La partie compliquée devait être la recherche de la cachette du dragon. Si même éviter son roi le temps de trouver le Graal était impossible, si même récupérer son cheval devenait ardu... N'était-ce pas mauvais signe pour la suite ? Le chevalier n'osait pas y penser.

Cette conversation était déjà assez déconcertante comme çà, avec son roi qui ne voulait plus qu'on l'appelle 'sire'. Yvain décida de ne pas trop creuser ce point. Arthur ne pouvait pas ne plus souhaité être roi, c'était impossible. D'accord, son roi s'appelait Scott ici et n'avait rien sur quoi régner à Storybrooke mais Camelot existait encore ! Le tout était de trouver un moyen de rentrer. En attendant, il allait obéir à son souverain. Cela sera certainement difficile au début (déjà, il ne savait pas s'il devait l'appeler Scott ou Arthur), mais pour son roi, il ferait un effort.

Ensuite, il y eut la confusion des affaires de sa monture. Dans le noir, il était impossible de bien discerner les objets. En plus, le chevalier n'était jamais venu ici et, donc, il ignorait que chaque monture avait ses propres affaires. Heureusement, le problème fut vite réglé. Yvain en fut soulagé et se concentra sur les préparatifs de Rocinante. Mais il réalisa bien vite que ce n'était que le calme avant la tempête de la confusion puisque le propriétaire des lieux posa des questions qui soulevaient des points importants de son plan.

À ce stade de la conversation, Yvain ne savait plus quoi faire et surtout quoi dire. Le côté secret de son plan était plus ou moins évident au moment où il avait élaboré sa stratégie, mais le fait d'éviter son roi jusqu'à sa réussite l'était aussi. Donc... Il se retrouvait dans une situation aussi inédite qu'imprévue. Que devait-il faire ? Sur le moment, le chevalier ne trouva rien d'autre à faire que d'exprimer son hésitation à voix haute.

Son malaise et ces hésitations ne firent que grandir à mesure que ce sujet demeurait au centre de la discussion. Au point que même Scott semblait perdu en demandait si son chevalier agissait seul ou en groupe.

"J'avoue que je commence aussi à m'y perdre." Avoua-t-il après avoir encore soupesé mentalement la question.

Il agissait seul, çà, c'était clair et net. Mais peut-être que d'autres guerriers avaient eu la même idée que lui. Voilà qui serait très ennuyeux ! Et si ces anciens frères d'armes se lançaient aussi dans la recherche de la tanière du dragon ? Yvain était motivé à triompher, mais pas au point de se retrouver à lutter contre les autres chevaliers de la table ronde.

Son esprit qui se laissait facilement distraire était concentrer sur ce point. Du coup, il lâcha involontairement des brides d'informations qu'il avait estimées 'top secrète' il y a quelques instants à peine comme par exemple le fait qu'il cherchait le Graal. Ce n'était pas sa faute ! C'était son roi qui l'avait perturbé en mettant le doigt sur un point fragile de son plan : comment rentrer chez eux sans magie ?

Valentin poussa un soupir à fendre l'âme lorsque Scott lui demanda pourquoi il voulait retrouver le Graal. Ce n'était malheureusement pas qu'une question de gloire et d'honneur à restaurer qui le motivait dans cette quête impossible.

"Ma sœur est gravement malade." Avoua-t-il avec tristesse.

Il allait poursuivre dans un discours à base d'espérance et d'autres verbes qu'il aurait conjugué à l'imparfait. Heureusement, il se rattrapa avant d'en arriver là. Il n'y avait pas de 'et si', 'j'espérais' ou d'autres choses dans le genre qui laissait supposé qu'il échouerait. Le Graal était réputé pour tout guérir alors il guérira Lilly, c'était un fait ! Tout ce qu'il devait faire, c'était le retrouver et il savait où chercher. Les dragons étaient réputés pour garder des trésors. Le Graal était le plus grand trésor de tous donc il devait se trouver dans la tanière de la bête. Tout cela était parfaitement logique. Il se jura de garder cette partie de son plan secrète, après tout, peut-être était-il le seul à être arrivé à cette conclusion.

C'est alors que son interlocuteur lui offrit quelque chose qui soulageait et terrifiait à la fois l'ancien chevalier : la possibilité de revenir en cas d'échec. Entre les deux sentiments, il choisit la peur en lançant un regard désespéré à Scott. Il n'avait pas le droit d'échouer ! Durant les quatre ans où il avait perdu l'esprit, Yvain avait déçu tout le monde. C'était son devoir de corriger ces erreurs.

Pourtant, le propriétaire des lieux semblait voir cela sous un autre angle. Pour le coup, Valentin ne savait pas comment réagir face aux paroles de son roi. Une part de lui était heureux d'apprendre que son souverain avait pardonné sa désertion, mais... D'un autre côté...

"Vous voulez dire..." Commença-t-il avec prudence, comme s'il testait une nouvelle idée. "Qu'au lieu de perdre des années à essayer d'accomplir un haut fait afin de réparer mes torts... J'aurais pu... Tout simplement... Rentrer et... M'excuser ?"

Le chevalier au lion ne savait pas s'il devait espérer que Scott confirme ces propres ou plutôt qu'il les nie. Çà changeait toute sa vision des choses ! Toutefois, il n'osa pas aller trop loin dans ce raisonnement inédit jusqu'à avoir la réponse de son interlocuteur.

Sa perplexité augmenta d'un cran lorsque son souverain parla de faire les choses pour lui-même et non pour les autres. Un concept qui entrait en totale contradiction avec son éducation.

"Je suis un chevalier. C'est mon devoir de penser aux autres avant." Argumenta-t-il avec la conviction de celui qui déclarait que le ciel était bleu. Mais son roi semblait aussi convaincu que lui de l'inverse alors il ne put s'empêcher d'ajouter un : "N'est-ce pas ?"

En fait, si on lui demandait de but en blanc ce qu'il voulait vraiment, il serait bien incapable de répondre. Tout ce qu'il savait est que la seule fois de sa vie où il s'était montré égoïste, les choses avaient affreusement mal tournées. Une bonne raison de ne pas chercher à recommencer !





Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Lun 23 Fév - 19:50

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Cassez-vous ! Cassez-vous ! Cassez-vous ! Décarrez d’chez moi, bande de clampins ! Taillez-vous vite fait ! Et j’vous conseille de vous mettre au turbin, vous m’entendez ? Et le prochain qui se pointe avec un prototype, un vase à fleurs ou le pot de chambre de sa mamie, j’l’envoie garder les moutons dans les Highlands, pigé ?! Et tenez, reprenez vos merdes ! J'suis pas vide-grenier !

Ses retrouvailles avec un de ses anciens chevaliers se passaient plutôt bien, même s’il ne comprenait pas vraiment quelle logique avait poussé Yvain à revenir jusqu’ici. Récupérer Rocinante, ça, il l’avait bien compris, mais dans quel but ? Ou voulait-il aller avec son cheval sachant que c’était impossible de sortir de la ville sans perdre à nouveau la mémoire ? Scott était déterminé à le savoir et par malchance pour l’ancien chevalier de la Table Ronde, le jeune homme savait comment obtenir des réponses avec lui. Certes, ça le faisait un peu passer par plusieurs chemins différents pour obtenir des réponses, mais Scott n’était plus vraiment à ça prêt. Il essayait de décorder les paroles d’Yvain sans que celui-ci ne s’en doute. Mais les réponses de ce dernier étaient assez évasives. Yvain avait un plan. Mais ce plan, l’avait-il monté seul ou bien avec plusieurs de ses autres camarades ? Les chevaliers de la Table Ronde s’étaient-ils tous réunis en secret pour faire une surprise à leur roi ? Scott espérait bien que non !

Déjà, il avait annoncé à Yvain qu’il ne voulait plus être appelé « Sire ». Du coup, si les chevaliers s’étaient réunis, il se doutait que le chevalier au lion transmettrait cela aux autres. De quoi créer un débarquement au centre équestre et ça, Scott ne le souhaitait pas. Il avait déjà géré des crises encore plus graves, mais se retrouver avec tout un attroupement de chevaliers… Non, il ne le souhaitait pas. Il préférait à la rigueur combattre ce soi-disant dragon dont tout le monde parlait. Scott ne l’avait pas vu mais bon. Peut-être que c’était vrai ? Après avoir aidé Yvain avec les affaires de son cheval, le jeune homme se retrouva à le questionner afin d’en savoir un peu plus sur les raisons de son escapade de minuit. En faisant cela, il avait perturbé son ancien chevalier qui cherchait un moyen de ne pas répondre tout en répondant malgré tout car dans la tête d’Yvain, il était encore son roi et lui devait une réponse.

Sauf que dans son désir de rester vague, Yvain perdit Arthur dans sa logique. Selon ses dires, il y avait un doute quant au fait qu’il travaillait seul ou accompagné, peut-être de ses anciens chevaliers. Scott arqua un sourcil à la réponse du chevalier au lion. Si lui aussi se perdait, ils en auraient pour un très long moment l’un comme l’autre. Continuant de creuser un peu plus, Arthur était malgré tout déterminé à savoir ce qui motivait Yvain dans sa folle aventure, si bien qu’il lui demanda to de go pourquoi est-ce qu’il cherchait le Graal. Quand ce dernier lui offrit sa réponse, le visage de l’ancien roi s’assombrit légèrement. Il parlait d’Elaine, évidemment. Elaine qui, dans ce monde, souffrait d’un mal incurable. Tout du moins, c’était à cette version qu’il s’était arrêté quand elle était venue au centre équestre pour monter Samson. Lilwenn avait été la première activité para équestre que Scott avait eu à gérer. Mais ça, c’était autre chose.

- Et vous espérez que le Graal la guérisse. Je comprends, fit-il. C’est un but très louable, en effet.

Arthur faillit ajouter qu’il lui souhaitait de le trouver, mais… nombreux furent ceux qui essayèrent sans jamais mettre la main dessus. Il doutait qu’Yvain y arrive. Non pas que le chevalier manquait de volonté, mais même l’ancien roi de Camelot s’était résigné à ne jamais mettre la main dessus. Cette quête que Merlin lui avait confiée était impossible à réaliser. Il avait perdu des années de sa vie à courir après une espèce de récipient, coupe, vase ou pot de chambre de grand-mère qui n’existait pas. Ou s’il existait allez savoir où celui-ci se trouvait… S’il fallait, il s’agissait vraiment de l’utérus. Enfin bon… Parce qu’il se doutait un peu du résultat, Scott mit un point d’honneur à lui affirmer qu’en cas d’échec, Rocinante serait le bienvenu aux écuries. Tout comme son maître d’ailleurs. Mais Yvain était parti dans l’optique de ne pas échouer et Scott savait qu’aucune parole ne le dissuaderait de desceller son cheval et de retourner chez lui se coucher.

Il tenta une nouvelle fois la chose en lui assurant qu’il n’avait absolument rien à lui prouver. Le moment d’égarement d’Yvain, devenu par la suite Don Quichotte, n’était pas grave en soit. Certes, sa folie était venue jusqu’à ses oreilles, mais ce qu’Arthur retenait, c’était qu’il était redevenu lui-même. Le reste, c’était ‘superflu’ surtout dans l’actuelle situation où il n’y avait aucun royaume à gouverner et aucun honneur à défendre. Ses paroles semblèrent prendre Yvain au dépourvu car il lui demanda confirmation de ses paroles. Scott hocha simplement la tête dans un premier temps. C’était exactement ce qu’il voulait dire.

- C’est ça, lâcha-t-il ensuite. Des erreurs, on en fait tous, n’est-ce pas ? Je pense que le plus grand acte qu’on puisse faire, c’est de reconnaître ses erreurs et s’excuser quand c’est nécessaire.

Une chose était certaine, le seul conseil qu’il pouvait encore lui offrir, c’était de faire les choses pour lui-même et pas forcément pour les autres. S’il voulait aller chercher le Graal, il devait le faire parce qu’il le voulait, pas parce qu’il voyait ça comme nécessaire pour les autres. Arthur s’était trompé des années sur ce point. Etre Scott lui avait offert assez de sagesse pour comprendre ça. Yvain semblait avoir complètement laissé de côté sa vie de citoyen américain pour redevenir définitivement le chevalier qu’il était autrefois. Un choix qui n’appartenait qu’à lui, mais qui était en total décalage avec la situation actuelle. Scott avait vraiment l’impression qu’à force, il allait finir par le blesser en essayant de lui expliquer qu’aujourd’hui les choses étaient différentes. Il passa une main dans ses cheveux et se frotta un peu la nuque, cherchant la meilleure façon de lui dire les choses sans s’énerver ou paraître blessant. Heureusement que dans cette vie-là, il avait été Scott parce que s’il avait continué à être le Arthur d’autrefois, il n’aurait pas mâché ses mots pour dire sa façon de penser.

- Je vous le répète encore une fois, ici, vous n’êtes pas chevalier, pas plus que je suis roi. Vous êtes un citoyen lambda. Alors soyez un peu égoïste, retournez chez vous, faites l’amour à votre femme, dormez et demain matin, allez bosser.

Il ne pouvait vraiment pas être plus clair pour le coup. Il ferma les yeux quelques instants avant de les rouvrir et de reporter son attention sur Yvain. Le but n’était pas de le blesser mais de lui faire réaliser qu’ils étaient bloqués. Personne ne pouvait sortir de Storybrooke sans perdre à nouveau la mémoire. Alors se lancer dans une quête dans une petite ville… Il fallait vraiment avoir de l’imagination à revendre.

- Non mais vraiment, je sais plus quoi vous dire pour essayer de vous dissuader… A la rigueur tout ce que je peux faire, c’est vous donner mon aval et vous conseiller de ne pas sortir de la ville. Oh ! Et allez rendre visite à Merlin, peut-être qu’il pourra vous donner un indice qu’il a jamais voulu me donner à l’époque où je cherchais le Graal ?








Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Dim 1 Mar - 11:25

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Moi, je m'en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on arrête de me forcer à y retourner.


La conversation arrivait à un point où le chevalier lui-même commençait à s'y perdre. Entre se qu'il devait dire parce que son roi lui posait une question et ce qu'il était quasiment certain de devoir garder secret même à son souverain, il y avait de quoi s'embrouiller l'esprit. D'autant plus que l'esprit de Valentin était déjà disposé à s'embrouiller facilement.
Cependant, une chose demeurait certaine : si ce n'était qu'une question d'honneur bafoué et d'orgueil blessé, cette idée fixe de retrouver le Graal serait beaucoup plus simple à lui sortir de la tête.

Il y avait aussi cette promesse qu'il avait faite à Elaine lorsque cette dernière l'avait soignée de sa folie. Yvain avait promis de tout arranger et, maintenant que les souvenirs étaient revenus, il s'accrochait à cette promesse. Qu'importe s'il se chargeait d'un poids trop lourd à porter sur ces épaules. La malédiction de sa sœur était restée, même dans ce monde pourtant sans magie. Il ne pouvait tout de même pas ne rien faire.

"Non." Répondit-il lorsque Scott lui demanda s'il espérait que le Graal guérisse sa sœur. "Je n'espère pas. Je sais qu'il le ferait." Il avait parlé sur un ton dur et déterminé, comme s'il avait oublié pendant un instant qu'il s'adressait à son ancien souverain. Lorsqu'il le réalisa, il parait confus et sa voix s'adoucit. "Il le faut... La médecine de ce monde ne peut rien faire pour elle. En dehors du Graal, quelle autre option me reste-t-il ?"

Le chevalier n'était pas idiot. Il savait que beaucoup de personnes avaient essayé d'atteindre le Graal et avaient tous échoué. Il espérait avoir eu une bonne intuition concernant la potentielle cachette de l'objet.

La suite de la discussion le perturba un peu plus. Ce n'était pas le fait qu'on lui accorde une sorte de porte de sortie en cas d'échec qui le perturbait autant. C'était plutôt le fait qu'Arthur semble facilement enclin à lui pardonner ses erreurs alors qu'Yvain avait toujours cru qu'il fallait au minimum ramener le Graal pour bénéficier de cette faveur. L'ancien chevalier voulait être certain d'avoir bien entendu. Au lieu de perdre des années à accomplir des hauts faits pour retrouver son honneur, il lui aurait suffi de rentrer à Camelot et s'excuser ? En formulant cette question, l'aîné des Chimay ne savait pas s'il préférait entendre qu'il avait mal compris, car il fut presque horrifié d'en recevoir la confirmation.

Est-ce le monde qui était devenu fou ou bien lui qui avait exagéré les conséquences de ces fautes. Lui qui avait déçu tout le monde ? Son roi le pardonnait avec un simple 'des erreurs, on en fait tous' ? C'était vraiment aussi simple ? Voilà qui avait de quoi faire réfléchir. Le trouble dans lequel il était plongé ne fit que s'agrandir lorsque Scott lui dit qu'il devait penser à lui et non aux autres. Ce qui allait en totalement contradiction avec les devoirs d'un chevalier. Un point qu'il ne manqua pas de souligner.

Et l'horreur continua lorsque Scott lui annonça qu'il n'était plus chevalier, tout comme lui n'était plus roi. Contrairement à son ancien souverain, Yvain ne pouvait s'accrocher à la vie fictive donnée par la malédiction. En tant que Valentin, il avait été un raté et un menteur. Il n'avait même pas de travail fixe.

"Je ne crois pas qu'elle me fera un aussi bon accueil." Commenta-t-il alors qu'il était légèrement embarrassé que son roi lui recommanda de faire l'amour à sa femme.

En fait, suite à la tournure que prenait cette conversation, il n'était plus sûr de rien. Le chevalier Laudine et cela ne s'était pas très bien passé, sans doute parce qu'il s'était obstiné dans son plan et avait été contrarié de ces retrouvailles arrivant plus tôt qu'il ne l'avait prévu. En plus, il avait appris que sa femme avait couru un grand danger à cause de ce Morphée. Danger dont il n'avait pu la sauver. Un constat qui sonnait comme une erreur de plus pour lui. Que l'élue de son cœur lui pardonne ou bien qu'au contraire, elle le déteste étaient deux choses qui l'effrayaient tout autant.

"La dernière fois que j'ai été égoïste, cela ne m'a pas vraiment réussi. En fait, j'oserais dire que tous mes ennuis sont partis de ce point." Confessa-t-il en baissant les yeux.

Il avait égoïstement préféré les tournois à ses devoirs de seigneur auprès de la femme qu'il venait d'épouser. Égoïstement, car il ne se sentait pas à l'aise dans ce nouveau rôle. Si Yvain avait épousé Laudine, c'est parce qu'il l'aimait et non par envie d'administrer un domaine. Les tournois étaient plus simples et il s'y était réfugié au point de perdre de vue sa promesse de revenir. Sa disgrâce avait commencé à partir de cette décision égoïste. En partant de cela, il était facile de deviner qu'Yvain ne voulait pas tenter de renouveler cette expérience.

Scott parut agacé de son entêtement. Du moins, c'est ainsi que le chevalier interpréta les dernières paroles de son souverain. Il ne se voyait pas débattre de sa cause sans fin alors qu'Arthur semblait s'y opposer. Cela serait terriblement ambarassant de tenir tête au dirigeant de Camelot. Aussi se fut un grand soulagement pour lui d'obtenir enfin l'aval de son roi.

Il acquiesça devant le conseil de ne pas sortir de la ville. Yvain n'avait pas besoin de demander pourquoi puisqu'il n'avait aucune intention de quitter Storybrooke, du moins tant qu'aucun portail vers leur monde d'origine ne sera pas trouvé. Tout ce qu'il cherchait se trouvait ici.

Par contre, il fut étonné du dernier conseil et ne put s'empêcher de déclarer :

"Mais je sais où est le Graal."

Il regretta immédiatement cet aveu et se mordit la lèvre. Il était quasiment certain qu'il aurait dû garder ce détail pour lui. À ce rythme, son roi serait au courant de son plan dans les moindres détails ! Il se lança dans une tentative hasardeuse et perdue d'avance de changer de sujet :

"Je vous remercie de vos conseils et je n'hésiterais pas à ramener Rocinante si jamais..." Il hésita. La possibilité de son échec lui semblait toujours quelque chose d'impossible à envisager, encore moins à avouer. "... Si jamais les événements prendraient une autre tournure."

Il marqua un temps avant d'oser regarder de nouveau son souverain dans les yeux.

"Je ne suis peut-être plus un chevalier." Dit-il sur un ton grave. "Mais avant que nous soyons tous envoyés ici, j'ai fait une promesse et je me dois de la tenir. Je m'excuse de vous avoir réveillé et de vous avoir ennuyé avec tout cela."






Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Mar 24 Mar - 20:20

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Cassez-vous ! Cassez-vous ! Cassez-vous ! Décarrez d’chez moi, bande de clampins ! Taillez-vous vite fait ! Et j’vous conseille de vous mettre au turbin, vous m’entendez ? Et le prochain qui se pointe avec un prototype, un vase à fleurs ou le pot de chambre de sa mamie, j’l’envoie garder les moutons dans les Highlands, pigé ?! Et tenez, reprenez vos merdes ! J'suis pas vide-grenier !

L’incompréhension semblait être au rendez-vous. Scott avait du mal à saisir les paroles de son ancien chevalier. Non pas qu’Yvain s’exprimait mal, mais il n’arrivait pas à saisir le sens et l’idée. Tout était un peu confus en fait. Il n’arrivait pas à savoir s’ils étaient plusieurs dans le lot à vouloir, à ce point, se lancer dans une quelconque aventure tirée par les cheveux, ou bien si le chevalier au lion était le seul qui s’était pris cette tocade. L’ancien roi sentait bien que son interlocuteur n’était pas totalement honnête dans ses paroles et que son manque d’honnêteté faisait qu’il s’emmêlait les pinceaux. Yvain n’avait jamais été un bon menteur. Arthur avait pu s’en apercevoir très rapidement. Seulement voilà, si avant il aurait pu le forcer à lui dire la vérité dans toute sa splendeur, aujourd’hui, il ne pouvait plus. Enfin, techniquement, étant donné qu’Yvain semblait encore reconnaître Scott comme étant le roi de Camelot, il pouvait toujours lui ordonner d’être sincère, mais il ne le ferait pas tout simplement parce qu’il avait pris une décision et comptait bien s’y tenir.

Le jeune homme comprenait parfaitement ce qui motivait le chevalier au lion à se lancer désespérément à la recherche du Graal. Elaine était dans un sale état, ici, à Storybrooke. La médecine n’avait pas été tendre avec elle. Scott ignorait la malédiction qui pesait sur elle déjà, dans le monde d’où ils venaient, du coup, il pensait simplement qu’il s’agissait de la malédiction qui venait d’être brisée. Peut-être que le cas d’Elaine était devenu trop grave pour que la malédiction disparaisse sur elle. La magie était mal faite. C’était pour cette raison qu’Arthur avait pris énormément de distance avec. Cela n’apportait rien de bon. Il avait fait de nombreux tests avec Merlin, quand celui-ci avait décidé de prendre en main son apprentissage. Par trois fois, il avait risqué sa peau et plus jamais il ne souhaitait avoir affaire à elle. Il avait dit « stop » et s’y était tenu. Malheureusement pour lui, beaucoup de personne dans son entourage était adepte à la magie, comme par exemple sa sœur Morgane…

- Je l’ignore, répondit-il.

Il avait presqu’envie de rappeler à Yvain que la magie n’existait pas dans le monde où ils se trouvaient actuellement, mais étant donné le désespoir qu’il pouvait lire dans son regard, il se retint. Peut-être que s’il n’y avait pas eu la malédiction, Arthur ne se serait pas privé pour lui dire qu’il était entrain de courir après du vent, mais le fait d’avoir été Scott et de se sentir plus proche de Scott que d’Arthur, il ne le fit pas. Ce qui était une preuve d’à quel point la malédiction l’avait affecté. En même temps, adopter l’identité de Scott Millers pendant vingt-huit années, alors qu’il avait été Arthur pendant 23 ans (enfin, ça c’était la version courte). Mais pour en revenir à Yvain qui était persuadé qu’il devait sauver son honneur, Scott lui assurait que ce n’était nullement nécessaire. Le chevalier au lion semblait surpris. Mais l’ancien roi était encore plus surpris qu’il soit surpris parce qu’il commençait à se demander si ses chevaliers ne l’avaient pas vu comme étant un roi sans cœur avec qui les erreurs étaient impossible.

Pourtant, lui-même n’était pas à l’abri des erreurs. Du coup, plutôt que de courir après un pardon, Scott préférait le lui offrir sans qu’il n’ait à mettre sa vie en danger. Mais il était déterminé à aller à la recherche d’une coupe mythique, que personne n’avait vu de ses yeux, mais qui selon les dires d’un vieux sorcier, existait. Scott avait toujours montré beaucoup de respect envers Merlin, mais pour cette histoire de Graal, il commençait à douter de l’authenticité de ses paroles. Etait-ce d’usage d’envoyer un roi à la recherche d’une chose qui n’existait pas forcément ? Il n’en savait rien. Pour en savoir un peu plus, il faudrait qu’il aille questionner les autres souverains qui avaient été emportés avec lui dans la malédiction, mais comme il ne sortait quasiment pas du centre équestre, ça allait être difficile pour lui de poser la question. Quoi que certains des propriétaires pensionnaires étaient des rois et reines alors il pourrait toujours leur demander quand ils passeraient dans le coin.

Scott était sincère quand il affirmait qu’il fallait également penser à soi et non pas tout le temps penser aux autres et les faire passer en priorité. C’était bien, parfois. Mais arrivait un moment où ce n’était plus forcément possible, où il fallait bien penser à soi. Mais essayer de faire comprendre ça à un chevalier qui avait dévoué sa cause à accomplir les moindres caprices de son roi se révélait être une tâche plus ardue. Yvain s’était mis en tête qu’il se lancerait dans une nouvelle quête, c’était difficile de l’en faire déloger. Le chevalier au lion était tellement prostré dans ses idées que c’était difficile de le faire changer d’avis, si bien que le jeune homme lui fila quelques conseils pour qu’il reprenne une vie normale. Dans ces paroles-là se reflétaient plus l’Arthur qu’il était avant plutôt que le Scott actuel. Par moment, l’ancien roi avait l’impression d’être schizophrène et de confondre ses deux personnalités. Heureusement pour lui qu’il était un minimum saint d’esprit parce que sinon, il serait sans doute devenu complètement fou.

Les histoires de couple, Scott évitait de s’en mêler parce que ça n’apportait que des problèmes. Aussi, il avait simplement supposé qu’une fois les souvenirs de retour, Yvain aurait été retrouvé son épouse, s’ils n’étaient pas déjà ensemble dans la malédiction. Mais ce dernier lui affirma qu’elle ne lui ferait pas bon accueil. Que s’était-il passé ? Allez savoir. Ce n’était pas lui qui poserait la question. Ce qui se passait chez les uns ne l’intéressait nullement. S’il y avait des problèmes entre le chevalier au lion et sa femme, ce n’était surement pas le fait de Scott.

- C’était plus une façon de parler, en fait, fit-il pour essayer de faire disparaître le malaise d’Yvain.

Le jeune homme voulait bien comprendre le point de vue de son ancien chevalier. Etre égoïste ne lui avait pas réussi et c’était compréhensible qu’il rechigne un peu à l’être de nouveau. Mais il ne pouvait pas passer sa vie à courir après des quêtes pour essayer de faire grandir encore et encore sa renommée. S’ils avaient été à Camelot, peut-être aurait-il insisté pour qu’Yvain prenne des vacances en bord de mer, peut-être dans le royaume du Prince Eric. Mais encore une fois, son statut de non roi ne lui permettait pas de donner un tel ordre. Et puis, étant donné la situation actuelle, c’était impossible de le faire sortir de Storybrooke sans qu’il ne perde la mémoire. Pour aller changer d’air, c’était compliqué !

- Ce n’est pas une raison pour vous obstiner à ce point à ne pas être égoïste.

Enfin, Arthur ne savait plus vraiment quoi dire pour empêcher Yvain de se lancer à corps perdu dans son aventure. En fait, il ne se sentait pas le courage de le faire. Il ne pouvait pas sortir de Storybrooke alors il n’irait pas bien loin. Du coup, il lui donna son aval. Que pouvait-il faire d’autre ? Il voyait bien qu’argumenter en étant son égal ne servait à rien donc il préférait le laisser faire. Il se rendrait bien compte par lui-même qu’ici, sans magie, c’était difficile de faire quoi que ce soit. Il le conseilla même d’aller voir Merlin pour lui réclamer des indices qu’il n’avait jamais donné, soit disant parce que lui-même ignorait où se trouvait cette fameuse relique. Etant donné la pauvreté d’indice, Scott avait fini par se dire que ce Graal n’existait pas, qu’il ne s’agissait que d’une légende pour faire rêver les enfants et « donner un but » à un quelconque roi, en l’occurrence, lui. Uther avait-il eu aussi cette tâche ? Il n’en savait rien. Il n’avait pas vraiment pu poser la question étant donné qu’il était mort avant qu’Arthur n’ait pu faire sa connaissance.

Il écarquilla les yeux quand Yvain balança sans aucun préambule qu’il savait exactement où se trouvait le Graal. Etait-ce possible que le Graal ait été transporté avec eux à Storybrooke suite à la malédiction ? Ce puissant objet enchanté était-il moins fort qu’une malédiction ? Qu’est-ce qui poussait Yvain à affirmer qu’il savait où l’objet se trouvait ? En voyant sa tête, juste après, Scott sut que le chevalier en avait beaucoup trop dit. Beaucoup trop dit puisqu’il chercha à couper court à la conversation. Un air suspicieux se dessina sur le visage de Scott qui, toujours adossé contre un des murs du box de Rocinante, croisa les bras sur son torse.

- Je ne dormais pas, donc inutile de vous excusé. J’allais entamer ma ronde. Mais dites moi plutôt comment savez-vous où se trouve le Graal ? demanda-t-il en employant exactement le même ton que lorsqu’il était roi et réclamait des informations.








Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Dim 29 Mar - 22:37

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Moi, je m'en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on arrête de me forcer à y retourner.


Yvain n'était pas doué pour mentir. C'était un fait. Malgré ce fait, un ennemi n'arriverait pas à lui soutirer aucune information, car la loyauté qu'éprouvait le chevalier surpassait cette faiblesse. Hélas, ce n'était pas un ennemi de la couronne qui lui faisait face, mais son roi en personne qui lui demandait des renseignements. Dans cette situation, sa loyauté aveugle devenait une faiblesse qui venait se rajouter à son incapacité de mentir. Dans ces conditions, il était quasiment impossible pour lui d'arriver à garder un secret.

Pourtant, il devait garder pour lui les détails de sa recherche du Graal ! Il en avait déjà beaucoup trop dit à Scott. Pourquoi garder autant de mystères ? Son ancien roi ne devait-il pas être le premier à savoir le moindre détail de cette histoire ? Les motivations de Valentin étaient très simples. Depuis qu'il avait retrouvé la raison, il n'avait vécu que dans un seul but : retrouver son honneur. La malédiction de sa sœur lui donnait une motivation supplémentaire dans sa recherche de, sans aucun doute, l'objet magique le plus convoité de leur monde : le Graal. Maintenant que les souvenirs étaient revenus, l'ancien chevalier s'était accroché à cette quête comme un mauvais nageur à sa bouée de sauvetage.

Or, depuis le début de cette conversation, la détermination d'Yvain avait subit plusieurs revers. Déjà, Arthur ne voulait plus être appelé 'Sire'. Ensuite, son dirigeant lui assurait que l'affront qu'il aurait pu faire subir à l'honneur des chevaliers avec des actions en tant que Don Quichotte n'était pas grave. Qu'il aurait pu simplement revenir au château en s'excusant au lieu de perdre des années de sa vie dans une errance qu'il s'était imposé pour réparer ses torts.

Sur ce dernier point, Yvain ne savait pas s'il devait être soulagé d'obtenir ainsi le pardon de son roi ou bien d'être d'éprouver de la déception d'avoir obtenu ce fait tant désiré sans rien faire d'autre que de demander pardon. Cela rajouta une couche de confusion déjà omniprésente dans l'esprit du chevalier.

Peut-être que si la malédiction avait été plus généreuse avec lui, Valentin aurait pu plus facilement suivre les conseils du propriétaire des lieux. Malheureusement, dans cette vie aussi, il avait tout gâché. Ou plutôt, croyait se souvenir d'avoir tout gâché. C'était vraiment difficile de départager le vrai du faux. Ce n'était pas comme s'il pouvait tracer une ligne dans sa mémoire en déclarant 'à partir de ce moment-là, j'étais moi'. Il ne pouvait vraiment faire cela qu'à partir du matin où la malédiction avait été brisée.

"Je..." Commença-t-il quand la conversation dériva sur le fait d'être ou non-égoïste. Il eut un sourire confus et se passa une main dans les cheveux. "C'est juste... Très difficile d'aller contre sa nature."

Et cette phrase révélait la plus grande crainte d'Yvain. Le chevalier avait peur que derrière l'éducation stricte qu'il avait reçue et le code des chevaliers qu'il avait juré de respecter se cache, en réalité, un monstre d'égoïsme.

Enfin la discussion prit une pente moins dangereuse. Il obtenu finalement l'aval de son roi. Yvain aurait dû se méfier. C'était toujours lorsqu'on se pensait en terrain familier que l'on faisait des erreurs... Comme, par exemple, lâcher une information de trop. Sa langue fourcha lorsque Scott lui donna des conseils afin de retrouver des pistes sur le Graal. Le chevalier n'avait pu s'empêcher de lâcher le fait qu'il n'en avait pas besoin puisqu'il savait exactement où se trouvait l'objet en question. C'était purement théorique mais en même temps si logique qu'il ne pouvait en être autrement. Du moins, c'est ce qu'Yvain pensait. Quelque chose lui disait que cette assurance allait s'effriter comme le reste de ces convictions si cette théorie se retrouvait soumise au regard et à l'esprit retord du propriétaire des lieux.

Hélas. Trois fois, hélas, sa diversion pour changer de sujet échoua aussi lamentablement qu'il l'avait craint. La première pensée qui traversa le cerveau d'Yvain en apercevait Scott s'adosser à un mur du boxe fut quelque chose comme : Oh oh. Suivit immédiatement par une bataille intérieure lorsque la question arriva.

L'aîné des Chimay croisa les bras et se mordit les lèvres. Signe manifeste de son hésitation. La localisation probable du Graal était le dernier élément de sa quête qu'il n'avait pas avoué et l'ancien chevalier voulait vraiment garder cette certitude. Pourtant... Il lui était tout autant impossible de refuser de parler à son roi. Scott avait beau demandé de ne plus être appelé 'sire', avait beau expliquer qu'il n'était plus un roi à Storybrooke, pour le chevalier au lion, Arthur restait (et restera sans doute pour toujours) son souverain.

"C'est plus une supposition logique, à vrai dire." Finit-il par avouer après ce qui lui sembla une lutte intérieur interminable. "Les dragons sont réputés pour amasser des trésors et il n'y a pas de plus grands trésors que le Graal." Continua-t-il à expliquer avec patience. "Donc j'ai supposé que l'objet se trouve actuellement dans la tanière du reptile."

Valentin lança un nouveau regard désespéré à Scott comme s'il cherchait à savoir si c'était une bonne piste tout en redoutant le fait de recevoir une réponse négative.

"Écouter, c'est la seule piste qu'il me reste. J'aimerais beaucoup qu'elle survive à cette conversation." Déclara-t-il à la limite du supplice.






Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Mar 12 Mai - 18:51

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Cassez-vous ! Cassez-vous ! Cassez-vous ! Décarrez d’chez moi, bande de clampins ! Taillez-vous vite fait ! Et j’vous conseille de vous mettre au turbin, vous m’entendez ? Et le prochain qui se pointe avec un prototype, un vase à fleurs ou le pot de chambre de sa mamie, j’l’envoie garder les moutons dans les Highlands, pigé ?! Et tenez, reprenez vos merdes ! J'suis pas vide-grenier !

Mentir n’était pas le fait de tout le monde. Certaines personnes étaient tellement douées qu’on croirait qu’ils disaient vrais. D’autres moins doués laissaient apercevoir leur mensonge sur leur visage. Il y avait aussi la connaissance qu’on avait sur une personne. Et c’était le cas de Scott vis-à-vis de son ancien chevalier. Le roi Arthur et le chevalier Yvain s’étaient côtoyés pendant pas mal d’années si bien que le jeune homme savait quand le chevalier au lion mentait ou lui disait la vérité. Or, il lui semblait évident qu’en cet instant, il ne lui disait pas toute la vérité. Il y avait quelque chose qui manquait dans le semblant d’explication d’Yvain. Mais à force d’essayer de savoir toute la vérité, l’ancien chevalier se perdait dans ses explications et au passage, il perdait Scott. Ce dernier essayait de comprendre la vérité dans ces morceaux de vérité qu’il acceptait de lui dire, mais il n’y avait rien à faire, cela s’emmêlait.

Scott avait une explication assez simple à cela : Yvain le considérait encore comme étant son roi et malgré son désir de garder son entreprise secrète, il se sentait obligé de lui répondre quelque chose. Le jeune homme aurait pu faire exprès d’insister pour qu’il lui dise une bonne fois pour toute tout ce qu’il voulait savoir, mais cela irait à l’encontre des décisions qu’il avait prise concernant son ancien titre. Malgré tout, à tâtons, il avait fini par savoir qu’Yvain comptait se lancer à la recherche du Graal. L’ancien roi s’attendait à beaucoup de chose venant de la part du chevalier au lion mais pas à ce qu’il se lance à la recherche d’une relique magique dans ce monde privé de magie. Même si, dans ce monde, la légende du Graal existait également, il se demandait comment est-ce qu’il allait faire pour retrouver cet objet dans un champ aussi limité que Storybrooke. Personne ne pouvait sortir de la ville au risque de se retrouver sans ses souvenirs à nouveau.

Des Graal, on lui en avait présenté de toute sorte, quand Merlin lui avait donné pour mission de le retrouver. Il avait eu le droit à des coupes, des pots de chambre… bref, tout plein de récipients qui auraient pu être le graal mais qui ne l’était manifestement pas. Au bout d’un moment, il avait tout simplement menacé ses chevaliers que le prochain qui ramenait le pot de chambre de sa grand-mère finirait dans les cachots pour les trente ans à venir. Une menace qui avait eu son petit effet car depuis lors, plus personne ne lui avait présenté le moindre Graal potentiel. Quelque part, il préférait cela plutôt qu’avoir l’impression que les recherches avançaient. Scott n’avait jamais pris le temps de réfléchir sur cette quête veine, depuis qu’il avait retrouvé ses souvenirs, mais à présent, cela lui apparaissait comme une évidence que Merlin lui avait confié une quête impossible à accomplir. A présent, il devait passer pour un fou qui s’était lancé à la recherche de quelque chose d’impossible à trouver, ou qui n’existait peut-être même pas !

Pour en revenir à Yvain, Scott souhaita savoir pourquoi est-ce qu’il tenait tant à se lancer dans la recherche du Graal. Qu’avait-il à prouver ? Et quand le chevalier au lion lui répondit qu’il s’agissait d’une question d’honneur à retrouver, cela sembla une évidence pour l’ancien roi. Yvain lui en avait fait voir des vertes et des pas mûres lorsqu’e son esprit s’était mis à dérailler complètement. Arthur avait beaucoup entendu parler du fameux Don Quichotte, attaquant les moulins à vent comme s’il s’agissait d’armées venues pour déclarer la guerre. Jamais il n’avait ignoré qu’il s’agissait de son ancien chevalier, mais pour ceux qui l’avaient ignoré, il n’avait jamais rien révélé. Le chevalier au lion tomba un peu des nus lorsque Scott lui avoua qu’il n’avait pas besoin d’essayer de retrouver son honneur pour retrouver grâce à ses yeux. En tant que Don Quichotte, Yvain n’avait rien fait de grave, mis à part suivre sa folie. Mais qui n’avait pas été un jour pris de folie ?

Toujours était-il que malgré les assurances que Scott pouvait lui donner, le chevalier au lion ne semblait pas vouloir démordre de sa quête. Il voulait retrouver le Graal à tout prix parce qu’en plus d’être une question personnelle, il faisait aussi cela pour sa sœur cadette qui était malade. Arthur lui conseilla que pour une fois dans sa vie, il avait aussi le droit d’être égoïste et de ne pas forcément vouloir agir pour les autres. Ce n’était pas un tord de penser à soi par moment, mais Yvain s’obstinait à l’être. Scott pouvait comprendre que c’était difficile d’aller à l’encontre de sa nature. En tant que Scott, il avait été timide et malgré ses efforts pour l’être moins, il n’avait jamais réussi à surmonter cela. Mais maintenant qu’il était de nouveau lui-même, il serait sans aucun doute beaucoup plus enclin à dire certaine chose qu’auparavant. Il hocha la tête aux paroles d’Yvain, signe qu’il comprenait parfaitement sa situation.

Etant donné qu’essayer de raisonner le chevalier au lion était inutile, Scott laissa tomber. Il l’autorisa même à se lancer dans l’aventure. Un peu amèrement, il lui conseilla même de se rendre chez Merlin pour lui demander des pistes qu’il avait toujours refusé de donner au roi Arthur. Après tout, Merlin n’avait pas décidé de le lancer à la recherche du Graal sans avoir de piste, si ? Si le vieil enchanteur avait ‘osé’ faire ça… Alors là, Scott allait vraiment laisser tomber cette quête. Après tout, pourquoi chercher le Graal plus qu’autre chose ? Pour avoir une grande renommée ? Et alors ?! Arthur n’avait jamais eu besoin de quête extraordinaire pour être un roi célèbre. Il était connu pour d’autre chose. A son conseil, Yvain s’était exclamé savoir où se trouvait le Graal, provoquant un élan de surprise chez Scott qui s’attendait à tout sauf à cela ! Après avoir écarquillé les yeux de surprise, il vit le visage du chevalier au lion se décomposer légèrement en se rendant compte qu’il en avait trop dit. Ou pas assez du point de vu de Scott. Yvain tenta de changer de conversation, mais c’était trop tard. Arthur s’était adossé au mur du box, avait croisé les bras sur son torse et accepta les excuses inutiles du chevalier quant à la possibilité d’avoir été réveillé par son intrusion avant de lui demander ce qu’il savait exactement.

Pour le coup, Scott ne laissait pas le choix au chevalier au lion ; il devait répondre à sa question. Pour un peu, il avait revêtu le masque du roi qu’il avait été dans sa vie précédente. Après tout, chassez le naturel et il revient au galop ! Yvain consentit à lui répondre qu’il avait dans l’idée que le dragon gardait le Graal. C’était une théorie intéressante et peut-être que dans leur monde d’origine il l’aurait exploité, mais ici ? N’était-ce pas dangereux de se jeter dans la gueule du dragon alors que personne n’avait aucun moyen de se défendre face à ses flammes ? Dans leur ancien monde, Arthur aurait pu demander à Merlin de lui concocter une potion permettant de survivre aux flammes du reptile si jamais celui-ci comptait les transformer en brochette pour barbecue, mais ici, aucune magie n’existait. Même les combinaisons des pompiers étaient limitées en degré. Il en savait quelque chose étant donné que pendant un temps, Scott avait été pompier volontaire et il avait déjà eu l’occasion de revêtir la combinaison.

- Non, non mais c’est une bonne idée, répondit-il quand Yvain le supplia de ne pas détruire sa piste. Je n’y avais jamais pensé malgré toutes les possibilités que j’ai pu exploiter.

Le jeune homme était entièrement sincère : il n’y avait jamais pensé. Et pourtant, il s’était de nombreuses fois lancé dans la recherche du Graal, explorant des pistes parfois complètement loufoques. Mais celle du dragon n’avait jamais effleuré son esprit ! Ou alors, la malédiction les avait emportés avant qu’il n’ait exploré cette possibilité. Il y avait tellement d’explications.

- Sans vouloir détruire votre idée, vous avez un moyen de défense contre un dragon ?








Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Lun 25 Mai - 18:00

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Moi, je m'en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on arrête de me forcer à y retourner.


Son ancien roi lui assurait qu'il lui suffirait de rentrer et s'excuser auprès de ces proches suffirait à effacer son ardoise. Une part d'Yvain ne voulait pas croire que se serait aussi simple. Ce serait même... injuste, non ? Autant lui dire qu'il avait sacrifié des années pour rattraper son honneur perdu afin d'accomplir un acte héroïque qui rattrapera toutes ces erreurs pour rien. L'ancien chevalier était convaincu que se faire pardonner auprès de sa femme ne serait pas aussi facile.

L'ainé de la famille Chimay ne comprenait pas comment il était arrivé à une mission discrète de récupération de monture pour finir par avoir donné quasiment tous les détails de son plan concernant le Graal à la personne qui ne devait surtout pas être au courant du plan en question, du moins pas avant qu'il ne réussisse. Toujours était-il que le mal était fait.

Maintenant, il en était à un stade où il suppliait presque Scott de ne pas détruire sa seule piste pour chercher le Graal avec son esprit logique. L'ancien chevalier estimait que la logique ou l'aspect réalisable du projet n'avait sa place lorsqu'on parlait de dragon. Toutefois, c'était une chose de s'en convaincre, s'en était une autre d'entendre son roi lui remettre les pieds sur terre. Voilà pourquoi il avait raconté le dernier point de son plan avec réticence.

Valentin redoutait la suite de la conversation maintenant qu'il avait complètement lâché le morceau. Si Scott lui annonçait qu'il s'agissait là d'une idée aussi dangereuse que stupide, honnêtement, l'ancien chevalier ne savait pas ce qu'il ferait. Sa bravade avait des limites. On pouvait s'obstiner lorsqu'on vous faisait remarquer une première fois que votre plan était insensé, mais cela devenait difficile de jouer les têtus lorsqu'on recevait cet argument sur chaque point de votre projet. Surtout lorsque le discours provenait de votre roi. Scott avait beau ne plus vouloir être appelé 'sire', il restera toujours son souverain.

Aussi, le chevalier au lion afficha une réelle surprise lorsque le propriétaire des lieux répondit qu'il s'agissait d'une bonne idée. Pour le coup, il en avait presque perdu l'usage de sa langue et affichait une expression proche du poisson qu'on sortait hors de l'eau.

Puis il revint très vite à la réalité lorsque Scott lui posa une question sur le moyen de se défendre contre un dragon. Dans leur monde, ce genre détail aurait été facile à régler, mais ici... Yvain redevint hésitant.

Quoi que, cette fois-ci, il n'était pas complètement pris au dépourvu sur ce point, car, depuis qu'il y avait lu l'apparition du dragon à la Une du Daily Mirror, Valentin avait dévoré tout les ouvrages parlant de près ou de loin de ces dangereux reptiles. Peut-être que tout ce qu'il avait lu n'était pas d'une fiabilité sans faille, mais au moins, grâce à cela, il avait un plan lui permettant de survivre.

"J'avais pensé faire comme dans ce livre, où il y a ces nains qui veulent voler un objet d'un dragon sous une montagne et il engage un cambrioleur, enfin pour être exact, il y a aussi un magicien... Bref, l'idée est de trouver la tanière du monstre et récupérer le graal sans le réveiller ou attendre qu'il ne soit plus dans son repère avant d'y entrer." Raconta-t-il.

Il poussa un soupir. Tout cela ne sonnait pas très chevaleresque et il le déplorait.

"Je sais..." Avoua-t-il avec une certaine honte comme s'il présentait de recevoir un reproche. "Cela ne fait pas très honorable comme manière d'agir. Mon devoir de chevalier serait de combattre la créature." Nouveau soupir. "Mais ce monde manque cruellement de bons forgerons."

Yvain espérait que Scott ne le prenne pas pour un lâche parce qu'il parlait de se faufiler dans la tanière du monstre au lieu de l'affronter.





Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Lun 8 Juin - 20:35

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Cassez-vous ! Cassez-vous ! Cassez-vous ! Décarrez d’chez moi, bande de clampins ! Taillez-vous vite fait ! Et j’vous conseille de vous mettre au turbin, vous m’entendez ? Et le prochain qui se pointe avec un prototype, un vase à fleurs ou le pot de chambre de sa mamie, j’l’envoie garder les moutons dans les Highlands, pigé ?! Et tenez, reprenez vos merdes ! J'suis pas vide-grenier !

En tant que roi, Arthur n’avait jamais eu l’impression d’avoir été un roi injuste. Au contraire, il avait l’impression d’avoir toujours cherché à être le plus juste et le plus droit possible. C’était précisément ce qu’un peuple attendait après tout, non ? Il était également compréhensif. Il cherchait à comprendre les pourquoi des comment, mais en ce qui concernait le chevalier au lion, il n’avait pas vraiment eu le temps de chercher à savoir les raisons de son comportement puisque celui-ci ne s’était jamais présenté à lui. Il n’était pas vraiment revenu au château, or, il aurait dû parce qu’Arthur aurait accepté son retour parmi ses chevaliers de la Table Ronde. Mais les choses étaient faites à présent et il n’y avait plus moyen de changer le passé. Le jeune homme avait exprimé cela sans le moindre doute, ce qui semblait choquer Yvain plus qu’autre chose. Comme quoi, même un roi pouvait se montrer gentil avec ses sujets. Et puis, être méchant n’avait jamais été dans la nature d’Arthur.

Même s’il fallait le reconnaître, parfois, il avait dû se montrer dur et particulièrement cassant avec certains parce que par moment, il avait eu l’impression d’avoir affaire avec des enfants plutôt qu’avec des hommes qui parfois étaient bien plus âgés que lui. Être roi faisait grandir beaucoup plus vite, ça c’était un fait. Arthur était à peine rentré dans l’adolescence qu’on lui avait posé une couronne sur la tête. Fini le statut d’écuyer de Kay et bonjour le statut de supérieur de Kay. Enfin, mis à part ça, le garçon n’avait jamais pris la grosse tête. Il avait subi le statut de serviteur de maison et il savait ce que c’était d’être miséreux. A croire que sa vie était prédestinée à savoir ce qu’un peuple pouvait attendre de son roi, à croire qu’il n’avait jamais eu la maîtrise de son propre destin. Pour cette raison, à l’heure actuelle, Scott ne voulait plus qu’on le considère comme un souverain mais plutôt comme un habitant lambda de Storybrooke. Cette vie-là lui plaisait d’avantage.

Bien qu’il ne souhaitât plus se faire appeler « sire » ou une quelconque appellation rappelant son statut de roi dans leur monde d’origine, Scott ne pouvait pas s’empêcher de se faire du souci pour Yvain qui avait décidé d’aller affronter le dragon pour trouver le Graal. Sa déduction concernant cet objet qu’Arthur avait envoyé chercher ses chevaliers pendant des années était plutôt bonne. Jusqu’à présent, elle n’était jamais venue à l’esprit du roi, bien qu’un de ses chevaliers ait eu l’occasion d’affronter un dragon au cours d’une de ses quêtes. Mais affronter un dragon dans ce monde, ce n’était pas la même chose qu’affronter un dragon dans leur monde d’origine. Là-bas, même s’il était contre la magie, c’était beaucoup plus facile de se protéger d’une telle créature qu’ici. La magie n’existait pas dans ce monde et par conséquent, c’était impossible d’avoir une arme magique ou un bouclier résistant au feu du dragon etc. Pour cette raison, Scott essaya de le dissuader de partir dans cette quête impossible à réaliser, mais Yvain semblait tellement convaincu de ce qu’il croyait qu’il n’eut pas vraiment le courage de le forcer à ne rien faire.

Néanmoins, le jeune homme osa demander avec quoi il comptait se protéger des flammes du dragon si jamais celui-ci se mettait à l’attaquer. Il connaissait Yvain depuis quelques années et bizarrement, il avait l’impression que celui-ci n’avait pas pensé à cela. Et cela lui fut confirmé presque aussitôt quand le chevalier au lion hésita. Il n’y avait pas pensé, cela se voyait comme le nez au beau milieu de la figure. Et pourtant, pour quelqu’un d’hésitant, il ne mit pas trop longtemps non plus à répondre, comme s’il avait quand même une réponse, mais Scott craignait malgré tout le pire et son instinct lui avait bien soufflé les choses car en entendant qu’Yvain avait pris pour modèle une histoire tirée d’un livre, il ne put s’empêcher de réellement s’en faire pour lui. Il courrait à la catastrophe, c’était inévitable. Devait-il le laisser aller au suicide sans réagir ? Scott n’était pas encore assez fou pour lui proposer d’y aller avec lui. Mais le laisser y aller tout seul… C’était encore autre chose… Malgré tout, il se tût là-dessus, se promettant de cogiter à ce propos.

- Tant que vous ne vous faites pas cramer par le dragon… Ne prenez pas de risque inutile. Le Graal ne mérite pas qu’on meurt pour le trouver.

Et puis, qui pouvait affirmer que cette coupe existait réellement ? Plus le temps avait fini par passer, plus Arthur avait commencé à croire que cet objet n’existait que pour donner un but chimérique aux hommes pour trouver leur « bonheur ». Sauf que courir après un objet non existant n’était pas le but de Scott. Si un jour le Saint Graal venait à lui, il improviserait le moment venu, mais pas avant. Si jamais ils venaient à tous retourner dans leur monde et que Merlin lui demandait de se relancer à la recherche de l’objet, cette fois-ci, se serait non. Quelques mois avant que la malédiction ne les emporte, une rumeur avait commencé à naître à Camelot comme quoi Arthur devenait fou à envoyer ses chevaliers à la recherche du Graal dont personne n’avait jamais mis la main dessus. Certains doutaient même de son existence et franchement, lui aussi en doutait à présent.

- Répondez-moi franchement, demanda-t-il toujours adossé contre le mur du box de Roccinante. Savez-vous ce que vos camarades pensaient exactement de la recherche du Graal ?








Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Sam 4 Juil - 21:31

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Moi, je m'en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu'à ce qu'on arrête de me forcer à y retourner.


En tant que Valentin, il n'avait rien à quoi se raccrocher. Aucun travail. Un mariage détruit. Non, Yvain restait persuadé qu'il ne lui restait plus que le Graal. Avec l'objet mythique entre les mains, tout s'arrangera. Il reviendra en héros auprès de sa femme, sa sœur pourra être soignée et il pourra affronter le regard des autres. Peut-être que, grâce au pouvoir de l'objet, la magie reviendrait et ils pourront tous rentrer chez eux. Bref, le Graal était la réponse à tous ses problèmes.

Il soupçonnait le trésor entre les mains (ou plutôt les griffes) du dragon. Dans leur Ancien Monde, l'ancien chevalier aurait été prêt à affronter un tel monstre. Bien qu'obstiné, il n'était pas fou. Il se doutait qu'une confrontation avec le reptile lance-flamme ne pût que mal tourné. Valentin optait plutôt pour une approche plus discrète, bien qu'indigne d'un chevalier. Seul le Graal l'intéressait pour l'instant et non le monstre qui le gardait. En révélant ce détail de plus, le chevalier au lion espérait que son ancien souverain n'allait pas le traiter de lâche.

- Tant que vous ne vous faites pas cramer par le dragon… Ne prenez pas de risque inutile. Le Graal ne mérite pas qu’on meurt pour le trouver.

Quel soulagement ! Arthur ne semblait pas désapprouver son approche peu courageuse d'entrer dans la tanière de la bête. Par contre, la suite de la phrase le plongea dans une profonde perplexité. Ni avait-il pas de plus noble but que la recherche du Graal ? Mourir en héros était la meilleure fin pour un chevalier. Bien mieux que de s'encroûter dans une vie ordinaire en restant dans cette ville sans magie. Valentin ne voulait pas mourir avant d'atteindre son objectif, bien sûr, mais si on lui laissait le choix entre çà et une vie paisible à Storybrooke, son choix serait vite fait.

Ne voulant pas contredire son ancien souverain, il garda sa remarque sous silence. Yvain n'arrivait pas à comprendre le point de vue de Scott. Pour lui, cette situation 'normale' n'était que temporaire. Leurs places n'étaient pas ici ! De retour à Camelot, Arthur redeviendra roi. C'était évident. Il était loin d'imaginer que cette certitude n'était pas partagée par le principal intéressé.

Valentin avait d'autres énigmes à résoudre que celle concernant les motivations de son roi à remonter sur le trône. Comme, par exemple, trouver le repère du dragon. Une mission qui demandait son chevalier et le flaire de son lion. Récupérer son compagnon félin serait plus ardu étant donné que le zoo était fermé. Si ce trio de choc ne donnait rien, il suivra certainement le conseil de Scott concernant Merlin. Toutefois, pour ce dernier point, le chevalier avait peur d'entendre le magicien confirmer que l'objet de sa quête était resté dans leur monde d'origine. Il espérait VRAIMENT que son intuition était juste. Si le Graal était le seul moyen de rentrer et qu'il était resté dans la Forêt Enchantée... Cela équivaudrait à s'enfermer à l'extérieur de sa voiture avec les clefs resté sur le contact.

- Répondez-moi franchement. Savez-vous ce que vos camarades pensaient exactement de la recherche du Graal ?

Yvain fut surpris par cette question qui coupa le cours de ces pensées. Il ne savait pas quoi répondre, mais se sentait obligé de le faire.

"Je crains de ne pas être la meilleure personne pour répondre à cette question." Commença-t-il lentement dans l'intention manifeste de gagner du temps. Il avait failli rajouter un 'sire' à la fin de sa phrase, mais s'était retenu à temps.

"Après..." Il hésita en brassant l'air de ses mains comme s'il faisait une description hasardeuse. "Ce qui m'est arrivé, je n'ai pas repris le contact avec mes camarades chevaliers. J'ai poursuivi la quête du Graal en grande partie de mon côté."

Le chevalier était gêné de ne pouvoir apporter de réponses constructives. Il se creusa la mémoire. Il y avait bien quelque chose, mais cela n'était pas vraiment une bonne nouvelle. Du moins, de son point de vue.

"Depuis que le sort a été brisé, j'ai revu mon cousin, Gauvain. Je ne sais ce qu'il pensait du Graal, mais il ne semblait pas presser de rentrer chez nous."

Dire cette conclusion à voix haute le déprimait. Et s'il était le seul de cette ville à vouloir retrouver leurs anciennes vies ?





Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   Jeu 16 Juil - 21:39

 


Mission "éviter le roi"



Yvain et Arthur



Cassez-vous ! Cassez-vous ! Cassez-vous ! Décarrez d’chez moi, bande de clampins ! Taillez-vous vite fait ! Et j’vous conseille de vous mettre au turbin, vous m’entendez ? Et le prochain qui se pointe avec un prototype, un vase à fleurs ou le pot de chambre de sa mamie, j’l’envoie garder les moutons dans les Highlands, pigé ?! Et tenez, reprenez vos merdes ! J'suis pas vide-grenier !

Avec certaines personnes, discuter revenait à avoir un dialogue de sourd. Et dans la situation actuelle, Scott avait vraiment l’impression d’en avoir un avec Yvain. Il avait eu beau lui exposer des arguments et contrer les siens, l’ancien chevalier restait bloqué dans son désir de retrouver le Graal. Cette recherche n’avait vraiment plus aucune importance pour l’ancien roi de Camelot. Il estimait avoir passé trop d’années à rechercher ce mystérieux objet. Il ne savait même pas à quoi celui-ci ressemblait alors c’était comme rechercher une aiguille dans une botte de foin. Autant dire que c’était quasi-impossible. Merlin lui avait assuré que lorsqu’il le verrait, il saurait que c’était le Graal. Sauf qu’avec tous les objets qui étaient passés sous son nez, il doutait franchement de le trouver un jour. La légende du Graal existait également dans ce monde-là. Et bien sur, celle-ci était associée à sa propre légende. Cela l’avait surpris d’ailleurs, d’apprendre qu’il était connu dans ce monde sans avoir réellement existé. Mais tant que personne ne faisait le rapprochement entre lui et la légende tout allait bien.

Cette histoire avec le dragon n’avait strictement rien de rassurant. Surtout que la magie, dans ce monde, n’existait pas et par conséquent, Yvain n’avait aucun moyen de se protéger des flammes d’un dragon. Même les combinaisons anti-feu n’étaient pas efficaces contre le reptile. Ce que Scott craignait, c’était de retrouver son ancien chevalier en petit tas de cendre. Et c’était malheureusement ce qu’il risquait d’arriver si Yvain ne se décidait pas à abandonner son idée… et il n’avait pas l’air de vouloir se décider. Il semblait tellement persuadé qu’en trouvant le Graal, tout s’arrangerait. Scott avait voulu lui prouver qu’il n’avait pas besoin du Graal pour être pardonné vis-à-vis de lui. Il aurait très bien pu se présenter au château. Arthur l’aurait reçu dans la discrétion afin d’avoir une conversation avec lui. Le jeune homme ne s’était jamais considéré comme un tyran et ne pensait pas que ses chevaliers pensaient cela de lui. Il avait toujours essayé d’être le plus juste possible. Certes, il n’avait parfois pas eu le choix que d’être ‘injuste’ pour certain si cela assurait la sécurité du royaume dont il avait hérité.

Bien que Scott ait perdu le courage de le persuader de ne pas se lancer dans cette quête inutile, il ne pouvait pas s’empêcher de se dire que s’il arrivait malheur à Yvain, il s’en voudrait toute sa vie. L’ancien chevalier semblait ravi que Scott ne l’empêche pas de se lancer dans son entreprise. Il aurait pu faire en sorte qu’Yvain y renonce en l’obligeant, en affirmant qu’en tant que Roi, il devait se plier à sa volonté. Mais ici, à Storybrooke, il était tout, sauf un roi. Il était un habitant parmi d’autres. Du coup, si Yvain voulait retrouver le dragon, il ne pouvait pas l’en empêcher. Enfin toujours était-il qu’Arthur pensait que cette histoire de Graal, c’était chiqué. Que voulez-vous qu’il pense d’autre ? A force de lui avoir couru après pendant des lustres, il avait fini par laisser tomber. Enfin… Là, il avait décidé de laisser tomber parce qu’avant d’être emporté par la malédiction, il était toujours à sa recherche. En fait, il était même en plein voyage.

Scott estimait que le sujet du dragon était plus ou moins ‘clos’ puisqu’Yvain ne changerait pas d’avis. Maintenant que les souvenirs étaient revenus, il se souvenait aisément de sa vie en tant que roi et certaines rumeurs qui avaient pu arriver jusqu’à ses oreilles. Certains de ses chevaliers avaient commencé à croire, peu de temps avant la malédiction, qu’Arthur devenait fou en se lançant à la recherche d’un objet que personne n’avait jamais vu. La rumeur comme quoi il débloquait complètement avait commencé à circuler et il n’y avait pas forcément fait attention. Peut-être que le fait d’être roi lui était un tantinet monté à la tête, mais ça, c’était autre chose. Désireux d’avoir réponse à son interrogation, il posa la question à Yvain qui était le seul chevalier à disposition sur l’instant présent. Et il espérait sincèrement que tous ses chevaliers ne débarqueraient pas d’un coup d’un seul, réclamant leur roi…

Au fond, Scott espérait une réponse de la part d’Yvain qui était peut-être le plus honnête dans ses paroles. Il avait déjà prouvé beaucoup de difficultés à lui cacher sa mission « secrète » alors… Il ne réussit pas vraiment à cacher sa déception lorsqu’il lui répondit ne pas être au courant des pensées et avis des autres chevaliers, suite à ‘perte d’honneur’. Au moins, il aurait essayé. Et puis, il n’allait certainement pas courir après les autres pour savoir. Il y avait bien un chevalier qui savait où il se trouvait : Gauvain. C’était son neveu par conséquent, il savait très bien qui il était. Arthur ne s’entendait pas avec sa famille et son neveu était sans aucun doute le seul avec qui il s’entendait un minimum, même si ce n’était pas toujours facile à cause de Morgause. D’ailleurs, pendant qu’il pensait à Gauvain, Yvain lui fit parla de ce dernier.

- Ah oui, c’est vrai. Vous êtes le cousin de mon neveu. J’oublie tout le temps.

Même si cela faisait plusieurs années, maintenant, cela faisait toujours bizarre au jeune homme que son neveu soit à peine plus âgé que lui. Ils avaient le même âge, presque. Par conséquent, dans un monde moderne comme celui de ce monde-là, ils auraient plus grandi en tant que cousins mais dans leur monde à eux, le lien de parenté était très respecté. De plus qu’Arthur était roi et par conséquent, Gauvain était obligé de le respecter encore plus. Au départ, il l’avait appelé « Sire » jusqu’à ce qu’Arthur lui demande de l’appeler « Mon Oncle ». Quand Ygraine avait entendu cela, elle avait manqué de faire une crise cardiaque mais son fils étant le roi, il avait le droit de décider comment certain l’appelait.

- Pourquoi ne semble-t-il pas pressé ? demanda-t-il avec curiosité.








Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission "éviter le roi" (ft.Scott)   
Revenir en haut Aller en bas
 

Mission "éviter le roi" (ft.Scott)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-