Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Sam 4 Juil - 16:41

I'll come back when you call me No need to say goodbye
Regina était nerveuse plus que nerveuse à l'idée de revoir son fils dans sa grande maison. Elle ne s'en plaignait, bien au contraire, la reine haïssait le silence qui pesait dans celle-ci. Après les rires, les cris, il y avait eu ce silence pesant. Le symbole de sa solitude. Sa chère amie, la solitude était revenue au galop, même au triple galop. Henry était parti, vivre avec son autre mère. Celle qui l'avait abandonné . Il n'était plus là à dormir dans son lit, à lui sourire et à lui demander des choses ou même trouver ses affaires qu'il avait lui-même perdu. Regina n'aurait jamais cru dire cela mais cela lui manquait d'être une mère pour lui. D'être l'unique femme dans sa vie. Cela lui manquait de lui faire à manger, son repas préféré. Cela lui manquait de retrouver des choses étranges qu'il cachait dans sa chambre. Comme une paire de ses boucles d'oreilles ou même son doudou sali lorsqu'il était tout petit. Mais il n'avait plus ses jeux, les bruits de ses pas dans les escaliers. Tout lui rappelait Henry, leurs moments passés ensembles. Regina s'était sentie normale avec lui, il n'y avait pas de pensées par rapport à la malédiction, son alter-égo, ni de héros ou de méchants. Tout au long de son enfance, elle avait été son héroïne. Puis elle était devenue la méchante.

Elle avait été rejetée par son enfant, par son fils. Pour Regina, il n'était pas celui d'Emma mais le siens. C'était elle qui avait veillé sur lui lorsqu'il était malade, qui s'était inquiétée lorsqu'il tombait, le soignait de ses blessures, jouait avec lui. Elle avait beau l'avoir mis au monde, Regina était sa mère à lui. Les années qu'elle avait passé en sa compagnie fut les meilleures de toute sa vie. Tu avais été la seule personne de tous les mondes à lui avoir donné une chance d'être bonne dans quelque chose. A vouloir d'elle, qu'elle devient une bonne personne. Lorsqu'elle s'était retrouvée seule dans ce manoir, elle s'était sentie comme abandonnée par toi. Délaissée par ton attitude envers elle, Regina était retombée dans ses travers, son coeur sombre ne connait que cette solution. Mais maintenant, elle voulait changer pour que tu sois fière d'elle. Regina voulait te montrer qu'elle avait de bons côtés, te rappeler à quel point, ils étaient heureux avant que tu saches à propos de cette adoption.

L'euphorie l'avait guetté ces jours-ci lorsque tu avais accepté de passer quelque temps chez elle. Regina avait nettoyé de fond en comble la maison, elle était impeccable, rangé. Seule, ta chambre restait dans le même état que tu l'avais laissé. Regina avait pensé que tu ne voudras qu'elle touche à tes affaires sans ta permission. Elle avait tout préparé pour ton grand retour. Elle avait secrètement fait les courses, depuis que tout le monde avait retrouvé la mémoire, elle était passée de mairesse crainte mais appréciée par ses qualités de bonnes dirigeantes à une paria rejetée. Regina ignorait les regards noirs remplis de haines aisément,  les bonnes vieilles habitudes reprenaient bien vite du service avec elle. Oui, elle était réjouie presque en effervescence bien qu'elle ne le montrait pas vraiment à l'idée de te revoir.

Mais en cette matinée, elle s'était levée nerveuse à l'idée de te revoir. Allais-tu venir ?  De quoi allaient-ils parler ? Qu'est-ce qu'ils pourraient bien faire ? Regina s'était préparée en proie à ses incertitudes. Elle s'était vêtue d'une robe rouge bordeaux, la mettant valeurs sans qu'elle soit vulgaire, des cuissardes noirs et un maquillage sombre mais léger. Tu devais arriver vers midi mais elle devait s'occuper pour ne plus penser à son stress évident. Regina prépara un milshake au nutella, espérant que tu aimes cela et des lasagnes pour le repas. Elle entendit la sonnette, et d'un seul, tous ses doutes s'envolèrent. Regina eut un sourire en te voyant devant la porte grâce à la petite vitre à côté. Elle ouvrit la porte, un sourire resplendissant étirant ses belles lèvres.

-Henry, s'exclama-t-elle joyeuse et soulagée en te voyant.

Tu étais encore plus beau que dans ses souvenirs et elle se poussa pour te laisser passer.



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Sam 4 Juil - 19:18
Cela faisait bien plusieurs semaines qu’il y réfléchissait. Sa mère lui manquait beaucoup. Être avec Emma était génial. Quand a Mary-Margaret et David, ils étaient très gentils et attentionnés envers lui. Il n’avait aucun problème avec ça. Le problème, c’est que sa mère lui manquait. Il ne pensait pas qu’elle lui manquerait autant, pour être honnête. Depuis qu’il avait neuf ans, il ne rêvait que de partir, et maintenant qu’il habitait avec sa mère biologique et ses grands-parents, il voulait revenir en arrière. Revenir aux moments où il avait cinq, trois, sept ans. Ces moments ou sa seul inquiétude était de savoir ce qu’il allait manger le soir – et encore, ce n’était pas vraiment une inquiétude car peut importer ce que Regina faisait, c’était toujours délicieux. À l’époque, sa mère s’occupait de tout, il n’avait plus qu’à s’amuser. Aujourd’hui, c’était comme si sa mère était une étrangère. Et les remarques de ceux qui l’entouraient n’aidaient pas.

Emma n’avait pas trop envie qu’il retourne avec Regina – ce qui pouvait se comprendre, la pauvre était passé d’une vie seule et tranquille à une vie avec un enfant dont la mère se retrouve être la méchante reine. Blanche et Charmant était bien contente d’avoir leur fille et leur petit fils sous leur toit. Le loft était assez petit, mais pour eux, ce n’était pas important. Quant aux autres habitants, à chaque fois qu’ils le regardaient, Henry voyait bien qu’ils étaient heureux pour lui d’être avec la sauveuse et non plus avec Regina. Comme s’il courait le moindre danger dans le manoir. Le seul danger qu’il courait était de tomber dans l’escalier, mais sa mère faisait bien attention à ce qu’il ne court pas en les montant ou les descendants. Comme toute mère le faisait. Emma était une bonne mère aussi bien sûr, elle était seulement plus laxiste, et bien qu’Henry en profite de temps à autres, l’éducation stricte de Regina lui permettait de se sentir en sécurité.

Il avait demandé à passer un week-end avec Regina. Blanche avait immédiatement refusé, et Charmant avait suivi. Mais Emma était la seule à décider, et après qu’Henry lui ai fait les yeux doux pendant plusieurs jours, elle avait accepté. Henry était tellement content à ce moment-là qu’il l’avait appelé « maman » et l’avait serré dans ses bras sans réfléchir. Le sourire qu’elle avait sur le visage quand il l’avait lâché laissait espérer qu’elle lui permettra de retenter l’expérience.


Henry avait passé tout l’après-midi à faire son sac et à se préparer. Presque tous ses vêtements était déjà au Manoir donc il n’avait pas à en emmener, mais il fallait – malheureusement – qu’il emmène ses devoirs qu’il devait rendre pour Lundi. Ensuite, il avait pris bien soin de se laver le visage et les dents, ainsi que de se brosser les cheveux. Il avait ensuite enfilé un jean presque noir, une chemise blanche qu’il avait rentrée dans son pantalon et une veste bleu, avec ses chaussures marrons. Il voulait être parfait. Parfait pour revoir sa mère qui elle de son côté serait parfaite, il en était sûr. De toute manière, pour lui, elle était toujours parfaite.

Emma l’avait emmené et déposé devant le Manoir, le regardant avancer de sa place dans la voiture. Henry marchait rapidement, plein d’excitation. Quand il arriva devant la porte, il fit un signe à Emma qu’elle pouvait y aller, ce qu’elle fit après lui avoir adressé un signe de la main qu’il lui rendit. Le brun se retourna vers le port et sonna. Deux secondes plus tard seulement, il aperçut le visage de sa mère devant la vitre avant qu’il ne disparaisse. Sa mère avait l’air aussi excité que lui de le voir, ce qui le fit sourire. Mais quand la porte s’ouvrit devant lui, le stress remonta à la surface et son sourire disparut. Et s’il ratait cette soirée ? Et si sa mère pensait qu’il était toujours une peste ?

Regina se trouvait dans l’embrasure de la porte, tout sourire. Henry sourit à son tour, un sourire bancale et moins joyeux que gêné.

- Henry, dit-elle en le regardant.

Elle portait une robe rouge bordeaux qu’il ne l’avait pas beaucoup vu porter, et avec son léger maquillage et son beau sourire, Henry se dit qu’il avait la mère la plus belle du monde.

Elle se poussa sur le côté pour le laisser entrer, ce qu’il fit sans se faire prier. Il regarda autour de lui : la maison lui était on ne peut plus familière, toujours aussi propre et bien rangée. Juste en respirant, il pouvait sentir l’odeur de son chez-lui, ce qui le détendit. Il se retourna vers sa mère et lui offrit son plus beau sourire.

- Je suis content de te voir.


L’échange était assez tendu, et Henry ne savait pas quoi dire pour détendre un peu l’atmosphère. Puis une odeur qu’il  aimait beaucoup lui emplie les lasagnes. Il ne put s’empêcher d’inspirer jusqu’à remplir ses poumons à ras bord.

- On mange des lasagnes ? dit-il, les yeux aussi grands que des balles de tennis.

Les lasagnes étaient de loin son plat préféré.

_____________
846 mots
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Lun 6 Juil - 14:06

I'll come back when you call me No need to say goodbye
Regina espérait que tu n'auras pas changé, que tu vois ses progrès. Autrefois, elle aurait tout détruit sur son passage, elle aurait arraché le coeur du prince Charmant sous les yeux d'une Blanche-Neige impuissante face au sort de son âme-soeur. Le même sort qu'à cause d'elle, Regina avait reçu le même de sa mère. Cela avait beau remonté à une quarantaine d'années voir plus,  mais ces images du coeur de son fiancé réduit en poussière par sa mère la hantait encore la nuit. C'était rare, Regina tentait d'oublier ces moments-là. Son mariage avec Léopold n'avait pas arrangé les choses, ce fut un mariage forcé, sur un intérêt. Elle était reine pour la forme, mais en réalité, elle avait été la belle-mère de Blanche-Neige. Ce mariage fondé par un intérêt pour cet homme qui se croyait bon envers le peuple mais la plupart du temps, les réformes révolutionnaires et inventifs venaient d'elle. Il lui volait et disait que c'étaient ses idées à lui uniquement. Son mariage fut chaotique, obligée à faire ce qu'elle ne voulait pas.

Au bout d'un moment, il voulait contrôler ses mouvements car elle était jeune, insouciante et aimait partir galoper pendant de longues heures, mais Léopold ne voulait pas, il voulait qu'elle soit une femme dévouée, une belle-mère pour Blanche. Plus Regina avançait dans son mariage, plus Léopold lui retirait ce qu'elle avait aimé faire plus que tout. Elle devait rester au château pour Blanche-Neige. Elle était une femme qui voulait sa liberté, qui accordait une importance sans égale à celle-ci. Tous les événements de son enfance et de son adolescence, même sa vie de femme mariée, l'avait conduit au pire folie, à commettre des choses innommables pour Daniel, pour elle. Il fallait commencer par accuser quelqu'un dans cette histoire. Elle avait beau reproché à sa mère, la mort de Daniel, Regina l'aimait trop pour l'accuser. Si Blanche n'aurait pas dit son maudit secret, elle aurait été heureuse avec cet homme, elle aurait eu des enfants et La Méchante Reine ne sera jamais née.

Mais pour ce week-end, elle ne voulait pas de rancoeur qui datait depuis des années, empoisonnant les coeurs des personnes concernées. Non, Regina voulait passer du bon temps avec son fils, il était rare qu'il voulait voir sa mère adoptive, sa seule mère pour sa part. Emma était sa génitrice et le peu qu'elle a eu dans sa vie, ce n'était pas être une mère, mais une grande copine. Une mère devait faire passer son enfant avant tout qu'importe les sacrifices, qu'importe ce qui se passait. Etre mère n'était pas d'aller le chercher à l'école juste pour la contredire dans ses ordres, lui donner un chocolat chaud à la cannelle, lui payant de la nourriture grasse et cancéreuse. Ce n'était pas être une mère, c'était de veiller à son bien-être et passer de moments de complicités. Regina avait appris au jour le jour. Elle ne voulait que le bien de Henry, l'ancienne mairesse voulait qu'il voit comme une héroïne non comme une horrible méchante. Elle voulait que tu la vois comme la princesse que tu voulais sauver, toi le prince valeureux, comme dans leurs jeux qu'ils faisaient ensemble. Elle voulait que tu vois que c'était la princesse qui n'a pas été sauvé et qu'elle avait tenté de se sauver en se faisant passer pour une autre femme. Regina s'était fourvoyée dans ses mensonges et elle avait fini par y croire qu'elle était mauvaise véritablement. Alors elle avait cessé de lutter contre les ténèbres et les accueillir les bras ouverts.

Au fond, elle n'était que Regina, ta mère. Elle s'en voulait terriblement que tu te sois empoisonné avec son chausson aux pommes, ce n'était pas ce qu'elle voulait. Elle en faisait même des cauchemars de cela. C'était son plus grand remord. Elle te regardait, un sourire aux lèvres plaqué sur la visage bien que l’atmosphère s'imprégnait d'une sorte de gêne. Elle avait préparé son plat préféré et un de ses desserts favoris pour lui. Elle avait acheté des BD qui étaient dans sa chambre en train de l'attendre. Regina espérait que ce week-end sera parfait et que tu reviendras vivre avec elle, que tout redevient comme avant. Qu'elle ne soit plus la méchante mais la princesse à tes yeux. Regina avançait dans le hall doucement, ses talons claquaient sur le parquet. Elle espérait que tu lui pardonnerais ce qu'elle t'avait fait. Regina ne voulait pas que tu lui en veuilles comme elle en voulait à sa mère. C'était terrible de se dire ça.

-Je suis contente de te voir aussi , même plus que ravie, s'enquit-elle en douceur pour ne pas te brusquer.

Regina avait parlé sur un ton doux, comme pour ne pas t'effrayer, il était rare qu'elle parle ainsi , avec cette intonation. T'étais une des rares personnes à avoir ce ton doux et tendre. Elle parlait ainsi qu'à toi et à personne d'autres. Regina voulait que tu la vois comme une personne normale, comme ta mère adorée comme autrefois au lieu de cette icône du mal incarnée.

-Oui, on mange des lasagnes et pour ton dessert, un milshake au nutella et moi une tarte aux pommes. Je pense qu'après ce qui t'est arrivé, les pommes ne sont plus tes fruits préférés, s'enquit-elle doucement en faisant attention à ce qu'elle te disait.

Regina se dirigea vers la cuisine en souriant, elle te fit signe de la suivre dans cette pièce qu'elle adorait. Elle devait préparer sa tarte aux pommes, et engager la conservation mais sur quel sujet ? Tout n'était plus simple maintenant.

-Sinon ça va ? T'arrives à respirer convenablement chez ta mère ? Vous devez être serrés tous ensemble non ? Demanda-t-elle gentiment.

La belle mairesse sourit et commençait doucement à préparer la tarte aux pommes, heureuse de te voir avec elle.



AVENGEDINCHAINS


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Mar 21 Juil - 14:18
Regina s’avança vers lui, et le bruit de talons qui claquent contre le sol attira le regard du garçon. Sa mère portait toujours des chaussures. Dehors et au travail, c’était normal. Mais même à la maison, quand lui était pieds nus ou en chaussons, il pouvait voir sa mère avec dix centimètres de talons. Comment elle arrivait à lui courir après, sur du parquet, avec des chaussures pareilles, il ne l’avait toujours pas deviné. Il supposait que c’était comme pour un funambule qui marchait avec aisance sur un fil de deux millimètres de diamètre : beaucoup d’entrainement. Sûrement que Regina était née avec  des talons et qu’elle ne les avait jamais enlevés depuis.  « Je suis contente de te voir aussi , même plus que ravie.» Sa voix était douce, un ton qui lui était réservé à lui et lui seul. Les habitants de la ville avait le droit de parler à Madame Mills, la maire de la ville. Henry, lui, avait le plaisir de discuter avec Regina. Regina, la mère aimante, qui l’avait choyé pendant toute sa courte vie, et qui continuerait à le protéger au péril de sa vie. Henry lui souris de plus belle en l’entendant lui dire qu’elle était heureuse de le voir. Pendant plusieurs jours, il avait quelques doutes concernant l’amour de sa mère envers lui. Pas sur le fait qu’elle ne l’aimait pas, non, mais plutôt sur le fait qu’elle lui en voudrait sûrement de cette comporté comme une peste ces derniers mois. « Oui, on mange des lasagnes et pour ton dessert, un milkshake au Nutella et moi une tarte aux pommes. Je pense qu'après ce qui t'est arrivé, les pommes ne sont plus tes fruits préférés. »

Il ne sut pas trop quoi répondre à ça. Il aimait les pommes. Mais après avoir passé plusieurs mois dans le coma, enfermé dans un monde noir et sans sortie, l’idée d’en manger suffisait à lui retourner l’estomac. Mais ce n’était pas très grave, puisqu’il adorait les milkshakes de sa mère, et surtout – surtout – ceux au chocolat.  Le chocolat était un cadeau de dieu. Et le Nutella un cadeau des titans. Il s’apprêtait déjà à se régaler et ne put s’empêcher de se passer la langue sur les lèvres tout en laissant échapper un « miam ! » d’anticipation. Lasagnes et milkshake au Nutella, que rêver de mieux ? Regina le sortit de ses pensées en lui faisant signe de la suivre dans la cuisine. Il se dépêcha d’aller poser son sac à dos sur l’escalier afin de ne pas oublier de le monter, puis rentra dans la cuisine. Sa mère se remit aux fourneaux, en train de se préparer sa tarte aux pommes. Henry sortit un tabouret qui se trouvait sous la table au centre de la pièce et s’assit dessus.

« Sinon ça va ? Tu arrives à respirer convenablement chez ta mère ? Vous devez être serrés tous ensemble non ?» demanda-t-elle sans une once de haine dans sa voix. Henry était heureux de l’entendre parler d’Emma comme étant sa mère, ce qu’elle était. Même si parfois, il avait encore du mal à l’appeler « maman », il la considérait autant comme sa mère que Regina. Les deux femmes étaient les personnes les plus importantes de sa vie. « Ca va pas trop mal. On est un peu serré mais on chacun son espace, donc c’est bien. » dit-il un grand sourire aux lèvres – décidément, ce sourire semblait ne pas vouloir le quitter. Il regarda sa mère cuisiner pendant quelques secondes, observant chacun de ses gestes agiles. Lui ne savait même pas ouvrir une banane sans la casser en deux.

« Ca te dérange si je commence mes devoirs pendant que tu cuisines ? Comme ça tu pourras m’aider si j’ai du mal. Si tu veux bien, bien sûre. » Il n’avait pas beaucoup de devoir, et ils seraient sûrement finis en à peine vingt minutes, mais il ne savait pas de quoi parler avec sa mère. De son travail ? Sûrement que Regina penserait que ça allait l’ennuyer, ce qui risquait sans doute d’être vrai. D’Emma ? Hors de question. De la malédiction ? Encore pire. Mais Henry n’avait aucun autre sujet de discussion en réserve. Il  n’était bon qu’à ramener la sauveuse à Storybrooke. C’était fait et désormais, il ne servait plus à rien.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Mer 22 Juil - 14:24

I'll come back when you call me No need to say goodbye
Regina était vraiment heureuse. A chaque fois, qu'elle était avec toi, le temps semblait s'arrêter à nouveau. Revenir au temps où l'amour et les rires régnaient en maître dans cette maison était son rêve le plus cher. Elle ne disait rien mais ta présence ici lui manquait énormément. La reine n'était pas dupe, lorsque tu allais repartir pour chez les Charmants, la solitude allait la frapper aussi durement, la ramenant à sa triste réalité. Tu allais partir et elle ne saurait pas quand tu allais revenir ici. Etait-ce de l'égoïsme ? Pour elle, Emma n'était pas ta mère. Ta génitrice, tout au plus mais pas ta mère. C'était un fait, une mère n'abandonne jamais son enfant qu'importe les raisons , ni les circonstances. Regina ne t'avait pas abandonné sous prétexte que t'étais le fils de la Sauveuse ! Elle t'avait gardé auprès d'elle en toute connaissance de cause. Une mère faisait passer son enfant avant tout ! Elle prenait des responsabilités pour toi, des risques mais elle t'aimait tellement que tout cela lui importait peu. Emma n'était pas une mère, plus une bonne copine. Cela ne serait pas elle qui irait aux réunions parents-élèves, cela ne serait pas son genre. Elle ne te connaissait pas comme elle te connaissait. C'était elle sa mère, et personne oserait dire le contraire. Tu avais beau ne pas avoir le même sang qu'elle, tu avais ses moues à elle. Elle avait des souvenirs merveilleux de lui. Elle se rappelait de ses premiers pas, ses premiers mots, ses premières moues aussi semblables que les siennes. Regina eut un sourire en se souvenant de ses moments merveilleux où elle avait oublié qui elle était vraiment,  qu'elle avait lancé une terrible malédiction. La reine avait été émerveillée et avait profité du moment présent. C'était ce qu'elle devait faire maintenant, profiter du moment présent, oublier que dans même un jour, t'allais repartir chez ces serpents venimeux. Cela lui semblait impossible ! Comme de ne pas être égoïste avec toi ! La belle mairesse voulait te garder auprès d'elle pour toujours car tu étais à elle, tu étais son fils. Pas celui d'Emma ! Elle espérait qu'un jour, tu pourrais revenir vers elle pour qu'ils recommencent tout comme avant. Que tu finisses par comprendre, c'était là, ta maison non le minable studio de sa ex belle-fille. Que c'était avec elle que tu te sentiras en sécurité. Avec Emma, elle serait capable de t'abandonner une deuxième fois. Elle l'avait déjà fait une fois , elle pouvait recommencer. Alors que Regina serait toujours là que tu le veuilles ou non. Jamais, elle ne ferait une chose pareille. Regina t'aimait plus que sa propre vie et c'était ça dont tu en avais besoin réellement. Une mère qui ferait tout pour toi, qui ne t'abandonnerait jamais, te faisant passer avant tout le reste.

Regina prit un couteau des pommes rouges éclatantes de beauté comme celle qu'on voyait dans le dessin animé Disney et commençait à les éplucher habilement. La belle mairesse fronçait les sourcils comme pour se concentrer à sa tâche tout en t'écoutant. Elle eut un sourire lorsque tu lui faisais la remarque sur le minable studio de Blanche-Neige. C'était vrai que c'était cosy, on se sentait plutôt bien. Ne vous méprenez pas, Regina adorait sa maison mais elle était trop grande et elle se sentait terriblement seule lorsqu'elle entendait pas les pas de son fils faire craquer le parquet brun. Sans entendre ses jeux vidéos, le bruit de la télé ou même tout simplement sentir ta présence à ses côtés. La nuit, elle se sentait bien seule maintenant que tu ne voulais plus dormir avec qu'elle. Bien que ce n'était pas souvent, ce genre de nuit ou même ce genre de moments mais elle ne pouvait te forcer à rester ici. Regina en avait souffert de cela, de ce manque de liberté. Elle préférait mourir plutôt que de t'infliger cela. Regina t'offrit un sourire timide en continuant sa tâche.

-Tu sais, si tu veux rester ici , tu peux. Ta chambre attends plus que toi, je l'ai laissé dans l'état d'avant ton départ. Bon, j'ai fais le ménage et je t'ai acheté des BD mais sinon, elle est comme avant, proposa-t-elle avant de s'en rendre compte de ses propos. Désolée, c'était inappropriée, je n'aurais pas du dire cela, ajouta-t-elle.

Elle ne voulait pas se l'avouer mais Regina avait peur, vraiment peur. Elle avait peur de ces serpents qui pouvaient t'empoisonner l'esprit. Elle avait peur qu'à cause d'Emma, de Blanche et de David, que tu t'éloignes de plus en plus d'elle. Tu n'étais plus à la maison, tu n'étais plus à ta place. Elle avait perdu le droit de te voir tous les jours, te réveiller. Une horrible punition mais surtout, elle avait peur que tu t'éloignes d'avantage d'elle jusqu'à ce qu'elle ne soit plus qu'une simple étrangère, qu'elle ne fasse plus partie de ta famille, qu'elle ne soit plus ta mère. Regina ne s'en remettrait jamais de cela. Elle reprit sa tâche qui avait pour but de découper les pommes en fines lamelles. Contre toute attente, tu lui proposais qu'elle t'aide à faire tes devoirs, son sourire réapparut aussitôt sur son visage, les études étaient importants et elle pensait même que cette Emma Swan ne soit pas la meilleure qualifiée pour faire les devoirs de son fils. En tant que maire, elle avait lu certains des rapports de celle-ci et il fallait dire que les fautes avaient fait défaillir son coeur tenace.

-Bien sûr que je veux t'aider. Le Shériff ne doit pas être la plus qualifiée pour t'aider dans ces corvées, s'enquit-elle avec un sourire.

Non, décidément, c'était impossible de voir cette blonde comme étant ta mère. Car elle ne l'était tout simplement pas. C'était elle, ta mère et Regina ne se laisserait pas faire, on ne lui enlèverait pas son fils ainsi. Non Regina allait te récupérer qu'importe le prix que cela lui coûtera !




AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Jeu 23 Juil - 22:31
Décidément, cette soirée avec Regina se passait beaucoup mieux qu’Henry l’avait prévu. En ce qui concernait le garçon, sa gêne disparaissait à vitesse lumière et les bonnes vieilles habitudes refaisaient surfaces, pour son plus grand bonheur. Il était assis sur le tabouret, les coudes sur la tables, et heureusement qu’ils n’étaient pas en train de manger sinon sa mère lui aurait déjà dit que bien s’assoir. Et, dans un sens, il aurait été heureux qu’elle le lui dise. Il aurait eu l’impression que rien, vraiment rien, n’avait changé. Pendant quelque secondes, il n’aurait pas appris qu’il avait été adopté, il n’aurait pas ramené Emma, la malédiction n’aurait pas été brisée, et lui et sa mère seraient aussi proche que jamais. La voix de Regina lui fit relever la tête, le sortant de ses pensées. Il la regardait avec des yeux remplis d’amour et un grand sourire sur le visage. Quoi qu’elle lui dise, il se contenterait d’être heureux de pouvoir être là.  « Tu sais, si tu veux rester ici , tu peux. Ta chambre attends plus que toi, je l'ai laissé dans l'état d'avant ton départ. Bon, j'ai fait le ménage et je t'ai acheté des BD mais sinon, elle est comme avant. » Henry allait lui demander quelles BD elle lui avait pris exactement, riant intérieurement en se disant que si elle n’avait touché à rien, cela devait être un bazar total, mais sa mère ne lui en laissa pas le temps. « Désolée, c'était inapproprié, je n'aurais pas dû dire cela. » Il se sentit mal. Sa mère en était arrivé à un point où elle ne se sentait plus le droit de demander à voir son fils. Comme s’il était en danger à ses côtés. Pourtant, elle avait très bien le droit d’aller chez Mary-Margaret pour dire à Emma qu’elle devait lui rendre son fils. Parfois, Henry se demandait pourquoi elle ne l’avait pas encore fait. Cela alimentait sa peur que Regina ne voulait plus d’elle.

Il avait tort, il le savait maintenant en voyant, devant lui, sa mère presque tremblante qui faisait attention à chacun de ses morts pour ne pas le faire fuir. Il fallait donc qu’il se sorte ces idées de la tête. Il lui offrit ce qu’il espérait être un sourire encourageant tandis qu’elle repris la parole. « Bien sûr que je veux t'aider. Le Sheriff ne doit pas être la plus qualifiée pour t'aider dans ces corvées. » Le brun rit à cette phrase. « C’est vrai qu’elle a du mal. Elle sera sûrement dépassée avant la fin de l’année. » Il se passa le dos de sa main sur sa bouche afin de sécher ses lèvres humides et prit une grande inspiration afin de calmer son rire. « Et puis de toute façon, je comprends mieux quand tu m’expliques. » Sur ces mots, il se leva du tabouret et courra jusqu’au pied de l’escalier pour prendre son sac, enlevant ses chaussures par la même occasion. « Je vais poser mes affaires là-haut je reviens ! » cria-t-il en direction de la cuisine avant de monter l’escalier en courant, son sac sur une épaule. Il ralentit une fois sur le palier, regardant autour de lui. Qu’est-ce que cet environnement lui manquait. Il sautilla jusqu’à sa chambre et y rentra sans appréhension, lançant son sac sur son lit et se précipitant sur les BD disposées sur son bureau. « Trop bien ! » s’exclama-t-il en voyant devant lui les derniers volumes de Wolverine VS Hulk. Il les feuilleta très vites puis les rangea à leur place dans sa bibliothèque, se jurant de les lires dès que possible.

Une fois les comics rangés, il sortit de son sac ses cahiers d’Anglais ainsi que sa trousse et redescendit les escaliers, plus doucement cette fois si pour éviter de tomber. Il rentra dans la cuisine et s’installa à nouveau sur son tabouret, étendant devant lui ses affaires. Il devait étudier un texte. Il détestait les études de textes. Les lires, avec plaisir. Les analyser, beurk. Et puis, il avait toujours l’impression que les professeurs inventaient des choses afin que leurs cours soient plus remplis. Heureusement pour lui, il en était encore à l’étape où il devait se contenter de répondre à des questions mais il savait que bientôt, il allait devoir se contenter d’une feuille blanche, d’un stylo, et d’un texte de cent-vingt lignes qu’il ne comprenait presque pas. Le texte était un extrait du livre « Le bizarre incident du chien pendant la nuit » et la première question concernait le personnage principal, Christopher Boone : il fallait dire tout ce que l’on apprenait de ce personnage dans cette partie du premier chapitre. Plutôt simple. Henry fit tourner son stylo plusieurs fois entre ses doigts puis se mit à écrire.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Ven 24 Juil - 15:43

I'll come back when you call me No need to say goodbye
Regina avait peur pour toi. Elle avait beau se dire que tu l'aimais, que tu n'allais pas l'abandonner mais malgré ton amour pour elle, tu dormais avec Emma, tu déjeunais avec elle, tu te promenais avec elle. Elle s'était sentie abandonnée par toi, elle en a été attristée mais Regina en avait eu l'habitude . Cela faisait partie de sa malédiction, toutes les personnes qu'elle aimait, finissaient par l'abandonner, par la trahir. Même son père l'avait abandonné plus d'une fois lors de son enfance. Il l'avait laissé toute seule avec Cora plus d'une fois. C'était une malédiction pour elle. Oui, elle espérait qu'un jour , tu puisses lui pardonner et que tu reviennes à la maison, espérant que les Charming ne t'empoissonneront pas l'esprit, avec leurs venins contre elle. Mais c'était une peine perdue, les gens de cette ville voulaient te voir avec Emma. Ils avaient oublié à quel point, elle avait été heureuse avec toi, qu'elle t'avait éduqué avec toute la douceur et la patience d'une mère. Que grâce à toi, elle avait été moins froide, plus souriante avec eux, que t'avais réussi à lui insuffler de l'amour. Tout le monde avait oublié qu'Emma t'avait oublié avec une excuse bidon sous prétexte qu'elle a été abandonnée. Tout le monde avait oublié que c'était Regina qui t'avait éduqué, qui t'avait tout donné pour que tu ne souffres pas comme elle, avait souffert. Ils avaient oublié tout cela parce que c'était les Charmings, que cela était la famille de Blanche-Neige. Normalement, on regardait mal une mère qui abandonne son enfant à Storybrooke mais comme c'étaient les Charming, on leur pardonnait tout, on oubliait tout sous prétexte qu'ils étaient des héros. Une injustice pareille dont les Charming lui faisait encore, en plus de lui enlever la seule once de bonheur dans sa vie, la seule chose qu'elle ait fait du bien. Son fils.

Tu ne répondis pas à sa proposition, cela l'attristait, elle pensait que tu allais la rassurer, qu'elle n'avait rien fait de mal et que t'allais redemander à revenir ici. Regina n'était pas dupe, les Charming n'avaient pas été d'accord pour un week-end avec elle. Emma aussi . Cela aurait du être toi qui avait insisté pour venir ici. Elle n'appréciait pas le fait que les Charming éloignent Henry d'elle comme si elle était un véritable danger pour lui. Alors que c'était faux ! Ils avaient oublié que c'était elle qui t'avait élevé, qui t'avait éduqué, qui était sa mère pas cette garce de shérif. Regina ne pouvait rien faire car elle ne voulait pas aller contre ta volonté et que tu la haïs encore plus . Alors non, elle n'irait pas réclamer ses droits, car elle n'osait plus vraiment sortir déjà et là, c'était déclencher une guerre. Tu reviendras quand tu le voudras. Regina le savait, que cela ne ferait rien que d'empirer la situation, mais c'était elle , ta mère et si ce n'était pas toi qui demandait à revenir. Si tu le voulais vraiment, Regina ne voulait pas te forcer. Elle avait peur de te perdre , c'était sa plus grande peur. Oui, maintenant Regina avait peur de toi, peur de son propre fils. Si un jour, elle arrivait à te perdre, elle ne se le pardonnera pas, jamais même. Elle n'arrivera même pas à surmonter sa peine. Elle eut un sourire et hocha la tête avant de te voir monter les escaliers. Regina avait pris toutes les nouvelles BD car elle ne savait pas ce que tu adorais en ce moment. T'avais des goûts plus changeants niveau lecture.

Au bout de quelques minutes, Regina te vit revenir avec ton nécessaire pour faire les devoirs. Elle mettait les morceaux de pommes sur la patte en faisant une forme de roses. Elle te regardait en terminant sa jolie forme. Regina eut un sourire doux en voyant sa moue sur ton visage. Tu avais ses traits de famille, le même sourire, la même façon de réfléchir, toujours en train t'habiller avec classe comme elle. Tu avais des goûts comme elle. Tu n'étais pas un Charming, tu étais un Mills. Là, elle savait que c'était une étude de texte. Regina n'aurait pas aimé cela aussi mais il fallait le faire. Elle ne doutait pas que tu allais réussir cela, t'étais un garçon débrouillard et observateur. Tout comme elle.

-Tu veux de l'aide ? Demanda-t-elle en te regardant avant de mettre la tarte au four et s'essuyer les mains sur un torchon.

Regina se mit derrière toi, pour regarder ce que tu faisais et ce que tu étais en train d'écrire, ce moment était un déjà vu, mais cela lui semblait lointain. Regina avait eu pour habitude de caresser tes cheveux doux et soyeux, comme les siens, elle adorait cela et c'était très tentant de le faire. Elle venait te caresser affectueusement les cheveux avant de s'arrêter subitement. Elle savait que tu ne voulais plus trop qu'elle te touche.

-Je suis désolée, s'enquit-elle gênée. Je ne voulais pas te caresser les cheveux, ajouta-t-elle en levant les mains en signe de reddition.

Oui c'était vraiment une peur absurde mais elle savait qu'il fallait toujours écouter ce que ton instinct te disait. Regina disait de faire attention à ce qu'elle te disait, ou même faisait. Elle ne voulait pas que tu ne veuilles plus revenir ici et être toute seule dans cette trop grande maison à tout jamais !
 



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Ven 24 Juil - 18:42
Christopher Boone était vraiment intéressant. À première vue, il avait l’air complètement stupide. Il ne laissait personne le toucher, voyait des choses que personnes ne voyait – comme le fait qu’il y avait trente-huit vache dans un champ alors que les autres voyait seulement un groupe de gros trucks blancs et noirs – et il ne pensait pas comme tout le monde. Mais en lisant et relisant, Henry se rendit compte d’une chose : Christophe n’était pas idiot, il était autiste – c’était du moins une théorie qui tenait la route, et qui était vérifié par le résumé du récit au verso du livre que le professeur avait fait tourné dans la classe. Il était intelligent à sa propre façon, différent des autres. Un peu comme Henry lui-même. Tout le monde le trouvait bizarre, avec ses théories sur les contes de fée, les méchants et les héros. Puis ils avaient tous vu qu’il avait raison. Avant, les gens le regardaient avec pitié, l’air de ce dire qu’il avait des problèmes. Maintenant, ils le regardaient avec gratitude. Il était le garçon qui leur avait redonné leurs souvenirs. Plus ou moins. Il arriverait la même chose à Christopher quand il trouverait l’assassin du chien de son voisin, il en était sûr. Il ne lui restait plus qu’à lire le livre.

Derrière lui, Regina avait fini de préparer sa tarte. Elle s’essuya les mains sur un torchon et se rapprocha de son fils, se mettant derrière lui, penchée par-dessus son épaule pour voir ce que son fils était en train de faire. « Tu veux de l'aide ? » Étant en pleine écriture et n’ayant pas besoin d’aider au moment même, Henry se contenta de secouer la tête. Il écrivait les mots le plus vite possible, voulant se débarrasser de ce devoir le plus tôt possible, tout en faisant attention de ne pas faire de fautes d’orthographe. C’est alors qu’il sentit une main passer dans ses cheveux, et le geste était tellement agréable qu’il arrêta d’écrire pour fermer les yeux. Puis la main se retira subitement et la voix de sa mère retentit au-dessus de lui. « Je suis désolée. Je ne voulais pas te caresser les cheveux. » Cette fois ci, au mieux de se contenter de mot, Henry décida de se lever et de prendre sa mère dans ses bras. Il l’entoura au niveau de la taille et se colla contre elle, la serrant aussi fort qu’il le pouvait sans pour autant l’empêcher de respirer. Sa joue était collée contre le tissu de sa robe, au niveau de sa poitrine, et il avait les yeux fermés. « J’aime bien quand tu me caresses les cheveux. »

Il se décolla de sa mère juste assez pour pouvoir la regarder, tout en la gardant dans ses bras. « Je suis désolé Maman. J’ai été une peste et maintenant j’en ai pris conscience. » Il avait les larmes aux yeux et une boule dans la gorge qui lui donnait du mal pour parler. Mais il en avait assez. Sa propre mère refusait de le toucher bon sang ! Tout ça parce qu’il avait été un idiot de première en pensant qu’elle ne l’aimait pas. Il avait fait preuve d’une telle stupidité … Lui-même se trouvait pathétique. Comment est-ce qu’Emma peut avoir envie de lui. Comment quelqu’un, qui qu’il soit, peut encore vouloir de lui. On l’aime, on le chéri, et lui, lui … Tout ce qu’il fait c’est balayer tout cette amour d’une geste de la main et faire payer tous ceux qu’il aime pour des choses dont ils ne sont jamais coupables. Il voulait être un héros. La méchante reine qu’avait été sa mère avait été plus héros que lui ne pourrais jamais l’être. « Je t’aime tu sais. Et … Et je ne veux pas que tu me détestes … Et … » Il avala sa salive mais la boule était toujours là. Il ravala un sanglot. « Je suis désolé d’avoir voulu te remplacer avec Emma. J’ai été stupide. Vraiment vraiment stupide. Je veux que tout redevienne comme avant… » Il étouffa un sanglot en se serrant à nouveau contre Regina.

« S’il te plait. » Sa voix était étouffée par le corps de sa mère, si bien qu’il se demanda si elle l’avait entendu. Surement pas. Peu importe. Ça n’avait plus d’importance. Son sort était scellé de toute façon. Soit sa mère voudrait de lui, soit elle le jetterait dehors. La seconde possibilité lui semblait la plus plausible.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Sam 25 Juil - 19:50

I'll come back when you call me No need to say goodbye
Lire avait été un de ses passe temps favoris lors de sa jeunesse. Regina avait adoré lire surtout lors de son mariage avec le roi. Dans le palais noir, elle s'était sentie abandonnée, prisonnière de ses tourments. Elle avait été privée de sa liberté, de ses droits. Elle n'avait qu'à être belle et se taire avec Léopold. Regina avait fait des efforts mais jamais elle ne l'avait satisfait . Elle n'était pas Eva ou Blanche-Neige pour réussir cet exploit. Dans ce palais, elle avait été seule la plupart du temps et le roi avait ordonné de limiter ses sorties même dans les jardins. Il l'enfermait alors que Regina avait toujours rêvé de sortir, de galoper ou même de voyager entre les différents royaumes de la forêt enchantée. Oui, elle ne dirigeait pas le royaume, elle avait été mise sur le trône pour la bonne forme. Elle avait été la remplaçante de l’irremplaçable, une belle-mère alors qu'elle n'était qu'une enfant. Elle était encore une enfant qui devait s'occuper d'un enfant qui avait à peine 6 ans moins qu'elle. Alors lors de son temps libre, elle s'évadait de ses murs vides qui la retenaient, lisant des aventures à travers des pages écrites. Une passion qu'elle t'avait passé sans le savoir. Au moins une. Regina se réjouissait de t'avoir passé cette passion pour la lecture, t'avais au moins hérité de ça d'elle en plus de ses moues.  Tu adorais écrire, lire et au vu des rapports d'Emma Swan, cela ne venait pas d'elle, ce genre de passion. Dans ses souvenirs, Blanche-Neige adorait lire mais préférait chanter plutôt que lire. Regina avait longtemps grimacé lors de ses cours de chants, car ce talent était venu avec le temps non, il n'était pas inné. Heureusement que dans la maison Mills , personne ne chantait. Regina adorait te regarder écrire, elle trouvait cela relaxant, cela lui avait manqué.

Tu lui manquais tellement que son coeur souffrait, maintenant elle avait peur de tout, Regina n'osait  pas te toucher, te câliner. Une mère qui ne touche plus son enfant, c'était terrible. Elle avait envie de lui faire et elle le fit à regret car elle avait peur que tu te sentes en dangers. Avec le venin des gens, elle pouvait s'attendre à tout, venant d'eux. Elle adorait ces personnes qui se mentaient à elles-mêmes, se prétendant mieux qu'elle parce qu'elles n'avaient pas tué quelqu'un mais Blanche-Neige n'était pas meilleure qu'elle. Personne ne savait comment ils pourraient réagir face à une si grande perte dans sa vie. Blanche-Neige aurait fini aussi mauvaise voir pire qu'elle si elle avait perdu son précieux prince. L'amour pouvait nous pousser à la folie, il n'y avait pas que cette perte qui l'avait marqué, traumatisé à vie. Il y avait eu ce mariage horrible derrière cela. Voir ce visage lui sourire, pleurer , se plaindre aussi. Ce visage que Regina aurait voulu détruire , griffé. Ce visage qui avait pourri sa vie et lui avait donné un rôle qu'elle n'avait jamais voulu. Celui de sécondaire et maintenant on la faisait comme une femme narcissique et sans cœur. Alors que Regina était devenue méchante juste parce qu'elle avait un trop grand cœur, que cela avait toujours été Blanche-Neige, la femme narcissique. Cette gamine avait été la plus narcissique des deux. On lui avait donné un rôle horrible qui la dégoûtait. Son histoire devait se raconter, de voir que derrière ce visage froid, cette voix odieuse, se cachait une autre femme plus fragile, plus douce mais qui avait tellement souffert, qui était revenu vivante de cet enfer, mais cet enfer continuait à la hanter encore et toujours. Regina était véritablement en colère contre le monde entier. Soudain, Regina se sentit serrer par quelque chose au niveau de la taille. Baissant le regard, elle te vit et elle eut un sourire. Regina hésitait avant de répondre à ton câlin. Tu étais là dans ses bras. Elle humait ton odeur si familière à elle, profitant de ta chaleur. Elle te berçait tout doucement contre son cœur, profitant de moment en fermant les yeux. Regina avait l'impression que rien ne s'était passé, qu'ils étaient revenus à quelques années plus tard.

Que cela lui avait manqué ce genre de moments entre eux, Regina voulait rester avec toi pour l'éternité dans cette position rassurante et réconfortante. Dans cette étreinte, elle voulait te passer tout l'amour dont elle était capable. D'une oreille attentive, elle t'écoutait et cela lui brisa le cœur ce que tu lui disais. Non, tu n'étais pas le fautif en tout cas pas le seul. Elle préférait mille et un maux de la terre juste pour te voir sourire. Elle pourrait couper une montagne en deux juste pour que tu arrêtes de pleurer. Non, tu étais son fils et non, pour elle tu ne seras jamais en tort. Regina te croirait toujours car l'amour inconditionnel qu'elle te portait guidait le moindre de tes pas vers toi, quitte à se faire passer pour une idiote de basse étages. Elle t'aimait plus que sa propre vie et c'était tout ce qui comptait pour elle. Tu n'étais pas le fautif, elle était la fautive mais en même temps, elle ne regrettait rien. Pas la malédiction. Pas les meurtres, pas les tortures, pas les manipulations, pas le fait qu'elle ait voulu tuer ta grand-mère, ta mère. Non, elle regrettait de t'avoir menti pendant tout ce temps. C'était son plus grand regret, son plus grand remord. Elle caressait ton dos d'un geste maternel pour calmer tes sanglots. Oui, elle voulait que tout redevienne comme avant, et Regina eut un sourire lorsqu'elle t'entendit que tu l'aimais, son cœur s'était serré et une joie immense l'envahit soudainement. Pendant 2 ans, tu lui avais dis le contraire, même si elle savait que tu lui mentais, cela lui faisait quand même mal de t'entendre la dénigrer à qui veut l'entendre, de l'insulter, de la désobéir, de te plaindre d'elle. Oui cela lui avait fait mal, cela lui avait briser le cœur mais là tu lui demandais pardon pour ce que tu avais fais. Comment pouvait-elle pas accepter tes excuses ? En plus, tu souhaitais la même chose qu'elle !

Elle eut un soupir avant de se  mettre à ta hauter, Regina venait prendre en coupe ton visage en te faisant un sourire doux. En la regardant ainsi, comment pouvait-on voir La Méchante Reine qui se cachait derrière ?

-Henry, sourit-t-elle tout simplement. Saches que jamais je t'abandonnerais, je t'aime trop pour cela mon petit prince et je te pardonne si tu me pardonnes, je n'ai pas été une bonne mère, j'ai fauté et j'ai fais des choses horribles mais toi, tu crois en moi, et tu m'aimes. C'est tout ce qui compte et mon souhait le plus cher , c'est de te ravoir à mes côtés et que tout redevienne comme avant. Je t'interdis de penser que je ne t'aime plus, que je t'abandonnerais. Je ne le ferais jamais car malgré tout ce que tu peux penser, je suis ta mère et tu es mon fils, tu es mon petit prince, déclara-t-elle d'une façon douce et maternelle, sincère comme jamais.

Ses pouces caressaient tes joues tandis qu'elle te regardait avec un amour infini, elle te souriait avant d'embrasser ton front et te serrer dans ses bras, le cœur rempli d'amour pour toi.

 



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Dim 26 Juil - 14:13
«Henry … » Il ne s’attendait pas à ce que sa mère le choisisse lui. Son esprit était tellement confus, il n’arrivait plus à pense clairement. Elle lui caressait le dos doucement, respirait son odeur, sa tête posée sur la sienne. Elle s’agenouilla devant lui, leurs deux visages désormais à la même hauteur, et Regina entoura ses joues humides avec ses mains. « Saches que jamais je t'abandonnerais, je t'aime trop pour cela mon petit prince et je te pardonne si tu me pardonnes, je n'ai pas été une bonne mère, j'ai fauté et j'ai fait des choses horribles mais toi, tu crois en moi, et tu m'aimes.» Il secoua la tête, pour lui elle avait toujours été parfaite et n’avait rien à se faire pardonner. C’est lui qui lui devaient des excuses, pas l’inverse. « Mais … » « C'est tout ce qui compte et mon souhait le plus cher, c'est de te ravoir à mes côtés et que tout redevienne comme avant. » Sur ce point-là, il était d’accord avec elle. S’il pouvait remonter deux ans en arrière et oublier tout ce qu’il s’était passé, il aimerait que sa mère ne lui dise jamais qu’il était adopté. Ainsi, rien n’aurait jamais changé.

« Je t'interdis de penser que je ne t'aime plus, que je t'abandonnerais. Je ne le ferais jamais car malgré tout ce que tu peux penser, je suis ta mère et tu es mon fils, tu es mon petit prince. » Regina caressait les joues de son fils, chassant les quelques larmes qui s’étaient échappée. Quand elle se pencha vers lui pour l’embrasser sur le front, Henry ferma les yeux. Il renifla pour ne pas que son nez se mette à couler. Non, il n’était pas beau, avec son visage poisseux de larmes salées, son nez qui coulait et ses yeux injecté de sang, mais pleurer n’était jamais beau. Regina l’attira contre elle et Henry se réfugia dans son étreinte, les bras toujours dans le dos de sa mère, la tenant pour ne plus jamais qu’elle parte. Il ne voulait jamais bouger. Il ne savait pas combien de temps s’écoulait, et il s’en fichait. Il voulait passer toute sa vie dans les bras de sa mère. Ne jamais avoir à partir, à se séparer d’elle. Il se sentait tellement bien dans ce cocon que lui procurait les bras de sa mère. Il avait l’impression d’avoir deux ans à nouveaux, d’être aussi léger qu’une plume et d’avoir le privilège de passer ses journées dans les bras ou sur les épaules de sa mère.

Plus tard, Henry se détacha de sa mère pour essuyer ses yeux avec ses manches. Il se détourna d’elle quelques seconde pour prendre une feuille de papier essuie tout afin de se moucher, feuille qu’il casa ensuite dans la poche de son pantalon. Il renifla tout de même juste après et dirigea son regard vers sa mère. Il lui sourit timidement, ne sachant pas quoi dire. Le garçon est heureux de lui avoir dit tout ça. Il en avait plus qu’assez de garder toute cette culpabilité pour lui, et il n’en pouvait plus de se dire que peut-être, peut-être sa mère ne l’aimait plus. Maintenant, il avait la preuve qu’il avait eu tort. Regina l’aimerait toujours. Et lui aussi l’aimerait toujours en retour. Qu’il le veuille ou pas, elle était autant sa mère qu’Emma, voire même plus encore. Après tout, ce n’est pas Emma qui l’avait éduqué pendant dix ans, qui l’avait supporté pendant ces deux dernières années. La blonde ne voyait que son meilleur côté, elle ne pouvait que l’aimer. Regina, elle, l’aimait en toute connaissance de cause. Elle avait vu ses qualités et ses défauts, l’avait supporter à travers bonheur et colère, et elle l’aimait toujours.

« Je t’aime. » répétât-il. Il ne l’avait pas dit depuis deux ans et comptait bien rattraper le temps perdu.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Mar 28 Juil - 14:51

I'll come back when you call me No need to say goodbye
Tout cela lui semblait trop beau, trop irréel, que cela en était grisant pour Regina. Cela lui avait tellement manqué mais elle s'était faite à l'idée que tu ne voulais plus d'elle, que selon toi, elle n'était plus ta mère. Elle s'était faite à l'idée autant que cela lui avait fait mal, tellement mal en entendant tes mots résonner dans ta chambre «  non, tu n'es pas ma mère » ou même lorsque tu avais ramené Emma sous le porche de leur maison, en disant, que tu avais retrouvé ta vraie mère, juste devant elle. Un gros coup de poignard dans son cœur. Elle n'avait pourtant pas été comme sa mère, abusive, maltraitante et égoïste. Elle avait été tendre avec toi, douce et même gentille avec toi alors que parfois tu la faisais tourner en bourrique. Regina n'avait pas comprit cette trahison, mais elle pensait que cela devait faire partie de sa malédiction. Elle avait beau avoir été conciliante, compréhensive, douce et parfois patiente même si elle t'avait puni quelque peu durant ton enfance. Ses punitions n'avaient rien à avoir avec celle que sa mère lui avait donné. Alors c'était peut-être pour ça, qu'elle s'était acharnée sur Emma Swan, car Regina n'avait pas comprit comment tu pouvais la remplacer aussi facilement. Qu'elle n'était plus ta confidente, ta meilleure amie, ta mère et que c'était cette Emma Swan maintenant qui était devenu celle qu'elle fut pendant des années voir depuis toujours. Pourquoi ? Qu'avait-elle fait de mal ce coup-ci à part t'aimer et croire que tu ne voyais pas la méchante reine en elle mais ta maman, ta véritable maman. Oui, tu n'avais pas de lien de parenté, enfin de sang avec elle  mais c'était elle , ta véritable mère. Le manoir qui était autrefois vivait sous leurs rires et leurs liens fusionnelles, avaient vécu dans cris, du mépris et même tu l'ignorais. Il n'avait plus de chaleur dans cette maison et cela lui avait manqué. Depuis deux ans que cela durait,elle ne s'était plus sentie chez elle dans cette maison, il n'y avait plus de chaleur, plus de douceur, plus de rire, juste un silence pesant et rempli de mépris .

Elle avait changé pour l'amour de son fils maintenant qu'il était parti parce qu'il ne l'aimait, ne la regardait que comme la méchante reine. Qu'ils ne passaient plus de temps ensemble comme avant, car tout simplement, tu ne voulais pas. Regina t'avait demandé plusieurs fois, si tu voulais venir avec elle, passer du temps à sa compagnie mais tu avais refusé. Au bout du troisième refus, Regina avait finalement compris que tu ne voulais plus passer du temps avec elle mais avec Emma. Cela l'avait attristé , vraiment, elle en avait pleuré secrètement de cela. Tout ce qu'elle avait toujours voulu, c'était que tu sois heureux avec elle, de se dire qu'elle n'était pas Cora, qu'elle pouvait être une bonne mère, une meilleure mère. Au départ, elle avait cru que c'était parce que tu voulais devenir indépendant, un petit homme mais lorsqu'elle voyait tes camarades de classes masculins courir dans les bras de leurs mères, et toi, tu lui refusais les câlins, même chez eux. Elle avait essayé de te parler mais tu continuais à ne pas vouloir. Elle avait été perdue alors elle t'avait renvoyé chez le Dr Hopper, enfin Jiminy Criquet ! Regina avait pensé qu'elle avait fait quelque chose de mal, parler de l'adoption, avait été une mauvaise idée mais elle pensait que cela avait été une bonne, pour te montrer qu'elle avait des valeurs et qu'elle t'aimait vraiment comme si tu étais son propre fils à défaut de ne pas pouvoir en avoir des enfants. C'étaient l'une des dernières onces qui la rattachaient à l'humanité mais cette once avait été prise d'une façon malsaine par sa mère. Mais cela n'avait rien changé pour elle, elle s'était faite à cette idée qu'elle ne pouvait en avoir des enfants. Tu étais son fils que Blanche-Neige, Prince Charmant ou encore l'idiote Swan le veuillent ou pas. Ils étaient de toute manière des ignorants , des idiots qui ne savaient pas ce qu'étaient d'avoir une vraie vie misérable. Que la seule once de joie vous était constament arraché d'une façon subite et douloureuse laissant qu'un arrière goût de colère et d'amertume dans ton cœur qui se muait en un poison mortel qu'étaient les ténèbres.

Regina te tenait dans ses bras comme jamais, elle te serrait, sa tête reposant sur la tienne, te collant encore plus pour profiter de la chaleur de ton petit corps contre le siens. Cela faisait si longtemps, elle avait l'impression de tomber dans un rêve éveillé, c'était trop beau pour être vrai. Le temps semblait s'arrêter dans cette étreinte remplie d'amour et de pardon l'un envers l'autre. Elle eut un petit sourire, Regina ne t'avait pas perdu, tu étais encore là, à ses côtés, en vie, en pleine santé. Les mots que tu prononçais , que tu avais déclaré avec tant de sincérité lui avait fait coulé une larme de soulagement et de joie. Son cœur avait bondi d'une joie intense qui lui était devenu familier à tes côtés . Elle avait eu cette même joie lorsqu'elle fut ton premier mot, lors de tes premiers pas. Elle avait appris ce qu'était la joie d'être une mère et se demandait ce qui avait cloché chez elle pour que sa mère se montre aussi monstrueuse envers elle, avec ce profond désintérêt pour sa fille et vouloir passer du temps avec elle. Elle avait souffert de ce profond désintérêt que Cora lui avait porté, des refus froids lorsque sa fille lui quémandait pour passer du temps avec elle. Son cœur battait à la chamade dans sa poitrine, cela ne lui faisait pas mal bien au contraire, elle se sentait revivre et rempli d'espoirs et de rêves inespérés après ces 3 petits mots. Cela lui donnait envie de faire tout ce qu'il y est en son pouvoir pour revenir 2 ans auparavant ou même faire tout ce qui est son possible pour te récupérer et que tu vis ici avec elle, comme au bon vieux temps, c'était ce qu'elle désirait le plus au monde. Mais les désirs, les rêves qui se réalisent , c'étaient un peu comme de la magie, il y avait toujours un prix à payer un jour.

-Je t'aime aussi, Henry pour toujours et à jamais, mon petit prince, n'en doute jamais, déclara-t-elle avant de poser un baiser dans tes cheveux.

Tu finis par te détacher d'elle afin de te moucher, Regina jetait un regard dépité pour sa robe salie par les pleurs mais elle finit par hausser les épaules. Une robe, elle en avait bien d'autres et des plus belles. Une robe pour l'amour et la rédemption de son fils, ce n'était pas cher payer pour elle. Elle entendit le minuteur faire son « ding » sonore. Elle eut un sourire , prit une munique et sortir la tarte avant la découper.

-Une part de tarte aux pommes ? Si tu veux pas, je comprendrais que tu n'aimes plus les pommes comme ta grand-mère, s'enquit-elle en regardant sa tarte au pommes bien dorée et à l'odeur plus qu'alléchante.

Elle était fière de sa tarte mais surtout, Regina était heureuse de t'avoir parmi elle, qu'elle en t'avait pas perdu, peut-être qu'elle n'était pas un cas si désespéré que ça !

 



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Ven 28 Aoû - 17:43
Ces mots lui réchauffèrent le cœur plus qu’il ne pourrait jamais l’admettre. S’il essayait un jour de décrire le flot d’émotion qui lui parcourus le corps lorsque sa mère lui répondit, il n’y arriverait pas. C’était de la joie. Mais pas que. De la joie, du soulagement, de la fierté, mais aussi de la tristesse, et de la colère. Tout ce bousculait en lui, il ne savait plus trop quoi en penser. Alors il n’esseya plus de mettre un mot sur ses ressentis, profitant de l’instant présent. Il posa les yeux sur la robe de sa mère au même moment que cette dernière. Ruiné. Il venait de la ruiné avec ses pleurs. Il voulut s’excuser, mais avant qu’il ai le temps d’ouvrir la bouche, il vit sa mère hocher les épaules. Ca devait lui être égale. C’était comme si lui avait gâché sa chemise en pleurant. Petit prix à payer pour peut-être – surement – retrouver la relation qu’il avait avec sa mère avant.

Le four leur fit savoir que la cuisson était terminé, ce qui le fit sursauter – à sa plus grande honte. Il sursautait beaucoup trop, pour des choses bien trop peux effrayantes à son gout. Regina se leva et se dirigea vers le four, un gant de cuisine en main. Elle sortit la tarte et la posa sur le plan de travail afin de la découper.  « Une part de tarte aux pommes ? Si tu veux pas, je comprendrais que tu n'aimes plus les pommes comme ta grand-mère. » Il s’approcha pour sentir l’odeur de la tarte. Il eu peur d’avoir un haut le cœur, comme cela lui arrivait dernièrement à la vue des pommes, mais en sentant le doux parfum que la pâtisserie dégageait, il sentit la salive envahir sa bouche. Que de bon souvenir. Une odeur qui lui plaisait et qui lui plairait toujours autant. Il se promis d’un jour apprendre à en faire, puis se décida à répondre à sa mère. « Je veux bien une petite part, s’il te plait. Mais je veux toujours mon milkshake ! » Il aimait les tartes au pommes de sa mère, mais quand même. Il n’échangerait même pas un million de dollars contre les milkshake au nutella de sa mère. Quoi que, une million de dollar, ça fait beaucoup d’argent …

Bref. Henry se secoue mentalement et sourie à sa mère. L'odeur des lasagnes lui rappelle qu'ils vont passer à table, alors le garçon se met en tête de mettre la table. Il se dirige vers les placards et sort deux assiettes, qui va poser sur la table en évitant de les faire tomber - Dieu sait qu'il est maladroit dans son genre. Il va ensuite chercher les couverts, qu'il pose sur les assiettes avant de prendre le temps pour l'emmener dans la salle à manger. Il dispose les assiettes comme à son habitude, une à chaque bout de la table, mais quand il se prépare à poser les fourchette, il regarde ce grand espace qui les séparerais. Non, c'est trop loin pour lui. Il prend son assiette et la pose de l'autre côté du coin de table où sa mère est censée s’asseoir. Satisfait, il gonfle le torse et pose le reste des couverts. Il revient tout guilleret dans la cuisine à la recherche des verres, s'arrêtant devant sa mère avant qu'il reparte pour la salle à manger.« Au fait, les lasagnes son prêtes ? J'ai une faim de loup ! »

Ses yeux sont toujours un peu bouffi, toujours un peu rouges. Il a encore un peu le nez qui coule, ce qui l'oblige à renifler régulièrement, et ses joues aurait bien besoin d'un petit nettoyage. Mais en attendant, en le voyant agir ainsi, on aurait du mal à penser qu'il venait de pleurer. Il avait onze ans seulement, et heureusement pour lui, les enfants de son âges passait vite à autre choses. Certes, il se rappellerait sûrement toute sa vie de sa manière de se comporter avec sa mère, de son doute et de sa peur d'être abandonné. Il ne referait pas les mêmes bêtises. Mais il avait onze ans. Sa mère lui avait pardonné, et il comptait bien en profiter.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   Ven 4 Sep - 14:21

I'll come back when you call me No need to say goodbye
Regina fut heureuse en cette journée, elle en était même comblée face à ça. Elle découpait délicatement la tarte aux pommes en part égale tandis que tu étais en train de dresser la table sans même rechigner un instant. C'était tout de même incroyable de voir cela ! Regina avait l'impression de revenir 2 ans en arrière quand ils étaient complices. Tu avais été un si formidable petit garçon, intelligent et joueur. Tu l'avais comblé, elle avait été heureuse avec toi. Regina avait oublié qui elle était vraiment. Elle avait oublié que ses mains étaient tâchés de sang. Le sang d'innocentes victimes et celui de son père. Elle avait oublié tout le mal qu'elle avait bien pu faire. Mais quand tu l'avais regardé de cette manière si froide, de ce visage rempli d'incrédulité et dégoût mélangé à une grande déception. Comme si, rien n'avait compté. Comme si, toutes ces années passés ensemble n'avaient été qu'un enfer pour toi. Comme si, elle n'était plus rien du tout. Comme si elle n'était plus ta mère. Elle aurait menti si Regina avait dit que ce regard rempli de méchanceté de ta part ne l'avait pas blessé. Cela avait même détruit son cœur, brisé celui-ci encore plus qu'il était. Malgré son cœur noirci, les paroles dures que tu avais prononcé à son égard lui avait fait beaucoup plus de mal. D'autres paroles dures avaient ressurgi de sa mémoire. Regina avait pensé que tu ne l'aimais plus, surtout lorsqu'elle avait vu Emma Swan, pour la première sous son porche. Elle s'était sentie rejetée, abandonnée par toi. C'était la sensation que tu lui avais offert. Regina s'était sentie comme un vieux jouet usé dont tu t'étais lassé. Tous les jours, Regina avait dû supporter tes remarques, tes regards noirs, et surtout «  Emma ». Elle te regardait chaque jours, se rapprocher de cette blonde comme si toutes ces années n'avaient jamais comptés.

Elle avait été jalouse, complètement jalouse. Cela était normale. Peu à peu, tu te détachais d'elle au profit d'Emma. Elle vous regardait vous rapprocher, vous sourrire, jouer ensemble. Avoir quasiment la même relation, que Regina avait eu avec toi, il y a de cela quelques années auparavant. Cela avait fait brûlé son cœur d'une intense flamme. Encore, Regina perdait ce qu'elle aimait le plus au monde. Tu lui avais asséné tant de reproches et à elle, tant de sourires. C'était injuste ! Horriblement injuste ! Regina avait tout fait pour toi, t'avais tout donné, avait tout fait pour ne pas ressembler à Cora. Cela était dur, comment éduquer un enfant avec tant d'amour alors qu'elle en avait cruellement manqué de la part des siens. Mais, Regina avait pensé avoir réussi cela. Regina avait été ta mère, qu'importe ce que la justice, qu'importe ce que Storybrooke, qu'importe ce que les Charming ou même Emma pouvaient en dire, c'était elle, ta véritable mère. Tu avais repris les refléxes d'antan. Elle eut un sourire avant de se laver les mains. Regina ne t'avait pas perdu, pas complètement. Et ce câlin, cette tendresse, cette chaleur qui lui avaient tant manqué pendant ces 2 ans, où tu lui avais fait vivre un Enfer. Elle en avait vu de toutes les couleurs, de l'insolence, des reflexions, et un silence pesant à table. Regina avait d'abord cru à une crise d'adolescence précoce mais quand elle t'avait entendu dire qu'elle était la Méchante Reine, et que tu lui lançais le même regard qu'elle avait lancé à sa mère, celui qui était rempli de crainte et d'une colère sourde.

Aujourd'hui,  Regina était heureuse. Le manoir semblait reprendre peu à peu ses rituels, sa vie d'autrefois, rempli de chaleur et d'amour. C'était dans l'air et cela la rendait euphorique. Quel soulagement d'entendre tes pas sur le parquet brun de sa maison. D'entendre ta voix, et surtout ils s'étaient pardonnés mutuellement. Regina ne t'avait perdu, bien au contraire. A chaque fois, qu'elle te regardait, elle avait l'impression de revoir son petit garçon plein d'entrain et d'amour envers elle. Regina n'était pas dupe, elle t'avait fait passer pour un fou aux yeux des autres, mais ce n'était pas à mal. Lorsqu'elle n'était qu'une enfant , qu'une petite princesse, Regina avait voulu être juste normale aux yeux des autres enfants. Elle n'avait pas voulu être la fille de la méchante sorcière, ou être une princesse, elle avait voulu devenir simplement Regina. La mairesse avait voulu la même chose pour toi, que tu te sentes comme quelqu'un normal, que tu n'ais pas vraiment de pression par elle. Etait-ce mal ? Non, Regina ne pensait pas que cela soit mal mais elle regrettait car à cause de ce qu'elle avait fait, tu avais souffert. Au départ, Regina pensait à ton bien et il était vrai que c'était aussi pour la malédiction.

Elle eut un sourire en t'écoutant dire que tu voulais une part de sa tarte aux pommes. Au moins, tu n'étais pas dégoûté par ce fruit si bon, et si doux.

-Bien sûr que tu auras ton milkshake, mon  petit prince, s'enquit-elle doucement.

Elle te regardait dresser la table tout en se lavant les mains et se permit de sortir les lasagnes du four. Parfait comme toujours. Ce fut son premier plat qu'elle avait réussi dans ce monde. Regina était sans aucun doute, combler par cette journée. Toute l'anxiété était partie laissant place à l'amour et la joie. Oui, Regina était de nouveau heureuse mais pour combien de temps ? Lorsque tu allais partir vers cette garce et la laisser à nouveau seule dans ce manoir trop grand pour elle, quand le silence va l'engloutir. Regina secouait la tête, tout en portant le plat sur le pose plat.

-Le voilà ! Henry, va te débarbouiller et te laver les mains pendant que je sers le repas, déclara-t-elle avec un sourire entendu.

Regina venait à caresser doucement tes cheveux, cela faisait si longtemps que tu ne lui avais pas laissé faire cela. Elle te fit un petit sourire et alla chercher du coca pour toi, et une bouteille d'eau pour elle avant de les poser sur la table. Elle servit le repas, une part pour toi et une petite part pour elle. Il fallait qu'elle garde la ligne, elle s'asseyait à sa place et t'attendit revenir. Lorsqu'elle te vit s'asseoir à côté d'elle et non à l'autre bout comme tu avais pris l'habitude de le faire pendant deux ans, son cœur rata un battement. Elle était toute simplement heureuse de t'avoir rien que pour elle, comme avant, le temps d'un week-end. Cependant même tout le bonheur du monde, elle devait te ralentir sur le coca pour ne pas que tu fasses une surdose de sucre et devoir passer sa nuit à t'endormir. Même si cela lui ferait plaisir, c'était pour ton bien.

-Pour le coca, c'est à boire avec modération, Henry, rappelles-toi comment tu es, en buvant trop de sucre, déclara-t-elle tout doucement, par peur de te froisser. Sinon quoi de neuf dans Storybrooke ? Demanda-t-elle curieuse.

Pendant deux heures, tu ne supportais aucun de ses ordres ni même ses remarques aussi gentilles soient-elles. Elle espérait cependant que tu comprenais que c'était pour ton bien. Uniquement pour ton bien, elle ferait tout ce qui est en son pouvoir, c'était ça, d'être une véritable mère.

 



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~   
Revenir en haut Aller en bas
 

I'll come back when you call me No need to say goodbye ~ Regina & Henry~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-