★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 « Oh brother, I will hear you call » feat. Owen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: « Oh brother, I will hear you call » feat. Owen   Mar 3 Fév - 14:15
Sebastian ∞ Owen

Dans un coin reculé du bar le plus miteux de la ville, l’ancien capitaine du Jolly Roger faisait glisser ses doigts sur les touches crasseuses d’un vieux piano. Personne ne l’écoutait vraiment, les clients se contentaient de boire et de rire à l’unisson, mais le bijoutier ne jouait pour personne de toute façon. Il jouait pour lui-même pour la simple raison qu’il le pouvait à nouveau avec ses deux mains. Bien sûr, les doigts de sa main gauche étaient un peu raides, mais cela donnait des sons bien plus mélodieux qu’un crochet en métal. Sebastian ne suivait aucune chanson connue, sans partition ou même rythme. Du vrai n’importe quoi et cette représentation grandiose ne s’améliorait pas avec le temps, car à la fin de chaque mesure, il prenait une longue gorgée de la bouteille posée entre ses cuisses. Il était hypnotisé par les sons qui sortaient de l’instrument quand il bougeait le membre qui avait autrefois brandit une arme redoutable.  Sebastian n’avait pas fier allure ce soir-là. Il tanguait sur le tabouret à cause de son taux d’alcoolémie plutôt élevé, le regard perdu dans le vide, avec son nœud de cravate qui pendait tristement à son cou. On pouvait supposer que les derniers jours n’avaient pas été de tout repos pour lui.

Le retour des souvenirs avait sans doute créé pleins de scénarios touchants en ville. Des retrouvailles larmoyantes, des réalisations d’erreurs, des moments loufoques, etc. Le bijoutier n’en avait pas fait exception et, de retour à son appartement aux petites heures après une bonne cuite, il s’était retrouvé face à face avec son soi-disant fils. Peter Pan rien de moins. Pendant des mois, il avait pactisé avec l’ennemi sans le savoir et cette rencontre, après le passage de Morphée, avait fait des étincelles. Pas de mort au moins, juste beaucoup de confusion et des bris de mobilier. Le pirate ne l’avouerait jamais, même sous la torture, mais il avait fini par tolérer plutôt bien la présence de Liam dans sa vie. Liam le photographe en herbe d’accord, mais Peter Pan le bouffon volant… Non, ça, pour le moment, c’était trop lui demander vu leur passé commun. Depuis, il évite de rentrer chez lui s’il n’en a pas besoin. Le rouquin avait déserté depuis longtemps, mais le regard plein de reproches de Monsieur Mouche y était toujours. James Crochet avait perdu de son panache avec les années, alcoolique et plus lâche que jamais, il ne se sentait pas l’envie de se prend le poids de ses décisions passées en pleine tronche.

Bien entendu, il ignorait qu’il s’était lui-même jeté dans la gueule du loup. Le brun erra donc dans le bar jusqu’à ce que son portefeuille fut aussi vide que sa vision fut floue. Il tenta vainement d’apercevoir l’horloge en plissant les yeux, avec un peu de chance, il était suffisamment tard pour que Mouche se soit assoupit. Ensuite, il se dirigea en titubant vers la sortie sans savoir que des individus surveillaient le moindre de ses mouvements depuis son entrée dans l’établissement. Insouciant et surtout bourré, Sebastian marchait dans la rue en s’aidant des lampadaires ou tout autre objet susceptible de l’aider à avancer. Quand l’odeur d’eau salée vint effleurer ses narines, le bijoutier compris qu’il n’avait pas pris le bon chemin pour revenir à son appartement. Il avait plutôt emprunté celui menant au port. Un élan de nostalgie sans doute. C’est fou ce que le subconscient peut nous jouer des tours... Attiré par les silhouettes des bateaux amarrés sur le quai, James s’approcha en zigzaguant sur les planches pour regarder les navires. Et son bateau à lui, il était où ? Ah oui… Dans une bouteille dans la boutique de Monsieur Gold.

Soudain, Sebastian frissonna. Quelque chose n’allait pas. Il avait vaguement entendu des pas qui le suivaient sans vraiment y porter d'attention. Cependant, le truc inquiétant, était qu’ils étaient de plus en plus nombreux. Les vagues venaient mourir en frappant la coque des navires et le bijoutier tenta de se frayer un chemin dans ce labyrinthe entre les embarcations. Il voulait semer quelque chose dans le noir, quelque chose qui lui en voulait. Toutefois, alors qu’il tentait un virage vers la droite, il aperçut deux silhouettes lui barrant le chemin au bout de l’allée, entre lui et la plage. Il changea de direction, mais le même scénario se produisit, mais cette fois il était cinq à l’attendre. Lorsqu’il tenta de rebrousser chemin, d’autres hommes se dressaient sur sa route. James fit un pas vers l’arrière, mais il était trop tard, il fut immobilisé par les bras puissants d’un grand costaud à l’air mauvais. Le reste se passa très vite et la boisson dans son sang se chargea de lui faire perdre tout sens des réalités. Il reçut de puissants coups, de toutes les directions à la fois. À un moment, il réussit à se dégager et à balancer quelques hommes à l’eau, mais ils étaient trop nombreux. Dans la faible lueur d’une lucarne, James reconnus quelques visages de ses assaillants. Son équipage venait régler ses comptes. S’il n’avait eu qu’une poignée de marins, sans doute qu’il s’en sortirait bien mieux, mais la bande était trop dense. L’idée que le combat était inégal n’empêchait personne de cogner. Pirates. Sebastian tomba brusquement au sol après avoir essuyé un puissant coup de poing sur la mâchoire. Du sang coulait de sa tempe et il lui semblait entendre un sifflement strident à son oreille. Sa vision déjà trouble commençait à se tacheter de noir. Incapable de se relever et à court d’air, le bijoutier se recroquevilla sur lui-même pour protéger sa tête. Il ferma les yeux et se mordit la lèvre jusqu’au sang pour s’empêcher de gindre ou même de vomir.

Au bout d’un moment, littéralement assommé, le bijoutier ne bougea plus d’un pouce et ses assaillants se dissipèrent. L’idée qu’on l’ait laissé en vie était si impossible que lorsqu’on aspergea son visage d’eau pour lui faire reprendre conscience, le capitaine réagit à peine. Il cligna longtemps des paupières sans comprendre où il se trouvait et il n’entendit que faiblement cette voix lointaine qui appelait son nom…
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Oh brother, I will hear you call » feat. Owen   Mar 10 Fév - 18:41
Sebastian ∞ Owen

Tout avait changé dans la vie d'Owen, le retour des souvenirs avait tout chamboulé, celle qui avait été sa femme et son pire ennemi, semblait être accrochée à lui plus que jamais, surement parce qu'elle ignorait qu'il était le marchand de sable. Il avait retrouvé son fils et pouvait enfin être un père et l'orphelinat n'étant plus accessible, il venait de postuler comme assistant à l'école primaire. Les enfants étaient une réelle passion pour lui et il n'était pas prêt à tirer un trait sur ce qu'il aimait le plus dans la vie, les voir sourire.

Oui, en une semaine, Owen n'était pas resté inactif, il estimait qu'Aiden méritait le meilleur. Bien sûr, il lui arrivait souvent de penser à son passé, une vie qui lui manquait, sans ses pouvoirs, il n'était qu'un simple humain et il lui arrivait encore plus de se plonger dans ses pensées, créant des rêves par milliers qu'il ne pouvait pas distribuer. Il ne pouvait pas tourner le dos à ce qu'il était, et pourtant, il était impossible qu'il parle de son ancienne vie, hormis à ses plus proches, il avait tellement peur que son fils soit en danger à cause de ce qu'il avait été. Beaucoup pourraient penser que son rôle était de retrouver les autres gardiens, mais il voulait se laisser du temps avec son fils, pouvoir apprendre à le connaitre et rattraper tout ce qu'il avait loupé avec lui, le petit était sa lumière, certainement la plus belle qu'il a créée, il était si fier de son fils.

Ne travaillant plus de nuits, il n'arrivait pas à dormir, un grand changement pour lui qui s'endormait n'importe où, mais cette fois, il réfléchissait beaucoup trop, une réflexion intense qui le poussa à aller faire un tour dehors. Une part de lui venait de repenser à sa mort, une mort dont il pouvait encore ressentir la douleur. En devenant le marchand de sable, toutes ses peurs s'étaient évaporées, il était concentré dans sa mission qui lui prenait tout son temps. Mais à Storybrooke, il était de nouveau humain et il ne pouvait arrêter de se demander, qu'est-ce qu'il était ? La malédiction l'avait-il réellement rendu humain ? Ou alors était-il encore le marchand de sable ? Qu'est-ce qui se passerait quand la magie reviendrait ? Tellement de questions qui ne trouvaient pas de réponse et il n'osait en parler à personne. Il n'avait pas eu le temps de voir Beccy, tous les deux biens occupés, il ne l'évitait pas, mais il devait déjà mettre de l'ordre dans sa vie.

L'ancien marchand de sable déambulait dans le port, il regardait les bateaux qui lui rappelaient ceux de son propre père, un homme sévère qui avait trop espéré de lui. Celui-ci était mort depuis des centaines d'années et il regrettait tout de même de ne pas avoir pu avoir une vraie discussion avec lui. Sam avait fui pour devenir celui qu'il voulait être, c'était dans son caractère, il n'aurait pas pu lutter contre son père et à présent, il ne pourrait jamais le faire. Penser à son géniteur, l'emmena forcément à James, son frère. Le jeune homme lui avait écrit une lettre, il avait besoin de son grand frère, il voulait lui parler de cette femme qui était partie avec son bébé, mais il n'eut pas l'occasion de le faire, sa mort vint quelques jours après l'envoi de sa lettre.

Alors qu'il avançait, un homme le bascula, comme s'il ne l'avait pas vu, cela était une habitude pour Owen, il continua donc sa route, toujours aussi serein. Ce fut à ce moment-là qu'il aperçut un homme au sol, il se dirigea à grande vitesse vers lui. Posant sa main sur son épaule, il vérifia si l'homme qui puait l'alcool respirait et fit soulager de voir que oui. Il chercha une lampe-torche dans sa poche, quand on travaille de nuit, on a l'habitude d'en avoir toujours une sur soi. Éclairant son visage, il lâcha la lampe, surpris, ce n'était pas possible, cela ne pouvait être réel. Il s'approcha de lui, posant ses mains légèrement tremblantes sur ses joues, oubliant le sang sur le visage de celui qu'il croyait mort depuis très longtemps. Il avait beau essayer de le réveiller cela ne marchait pas, et bien sûr, il avait oublié son portable, pour finir il ne pensa plus qu'à une chose. Il trouva un seau et le plongea dans l'océan, pour ensuite le verser sur son frère. Il avait vu cette scène dans pirates des caraïbes, Beccy l'avait obligé à le voir.

- James !


Il lança le seau plus loin et attrapa son frère par les épaules et releva sa tête. C'était si bizarre de le retrouver, il avait encore du mal à croire que c'était réel, pensant même à se pincer pour se prouver qu'il ne rêvait pas.

- Aller reprends conscience, ne sois pas dans le coma.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
 

« Oh brother, I will hear you call » feat. Owen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (M) ○ oh, brother i will hear you call - free
» Lieutenant de Cacqueray : Hear the call
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Call of Chtulhu LCG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-