Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 I think we need to talk about us [pv Diane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mer 2 Avr - 14:07






Diane & Scott



Être dans la lune n’était pas dans les habitudes de Scott. Il était plutôt du genre terre à terre, mais depuis sa rencontre avec Diane, il était dans un autre monde. Depuis ce jour, il n’avait plus eu de nouvelle de la part de la jeune femme, mais on ne pouvait pas dire qu’il lui en avait donné non plus… Et c’était assez compliqué de rappeler quelqu’un quand on ne possédait pas son numéro de téléphone. C’était un détail auquel le jeune homme n’avait pas du tout pensé. En même temps, il s’était passé tellement de choses ce jour-là qu’il n’avait pas réellement eu le temps de lui demander. Du coup, il en était là, il ne savait pas du tout si ce qu’il s’était passé avec la jeune femme voulait dire quelque chose ou bien si c’était juste un baiser comme ça. Pour Scott, il était évident qu’il l’avait embrassé parce qu’il l’aimait, mais voilà, à aucun moment ils n’avaient parlé de ce que cela signifiait et impliquait alors du coup, il était dans le flou le plus total.

Le jeune homme en était là. Ca le hantait, presque, parce qu’il ne cessait d’y penser et il se demandait ce qu’il devait faire. Quelque part, c’était à lui de retourner la voir car il était parti sans avoir prévenu. Bien évidemment, il n’avait pas fait ça sciemment car s’il n’y avait pas eu une urgence, il serait resté jusqu’à ce qu’elle sorte, même si cela avait duré des heures durant. Mais Pivers s’était échappé et comme il était en dehors du centre, il était logique que ce soit à lui d’aller vérifier s’il était bien rentré chez lui et sans le moindre problème. La plus grande hantise de Scott, c’était que ce cheval ait le moindre souci quand il s’échappait de cette façon car il était sous sa responsabilité et il devrait des dommages et intérêts à Louna s’il arrivait malheur à son cheval. Du coup, il avait planté Diane à l’hôpital pendant qu’elle était entre les bonnes mains d’un médecin. Ce qui le rassurait un peu, c’était qu’au moins, elle ferait soigner sa cheville et qu’il avait contribué à sa guérison en l’emmenant.

Enfin, mis à part ça, il n’arrivait pas à s’empêcher de s’en vouloir. C’était plus fort que lui. Il y pensait tout le temps, encore et encore. C’était presque comme un drogué qui pensait pilule à chaque fois que quelque chose d’autre n’occupait pas son esprit. Le week-end était arrivé et comme à chaque week-end, il n’y avait pas beaucoup de monde au centre équestre. Cependant, la semaine s’était tellement bien déroulée que du coup, Scott n’avait pas vraiment beaucoup de boulot. Certaines semaines, il était obligé de travailler comme n’importe quelle journée, le dimanche, car les choses avaient pris du retard au cours de la semaine, mais pas cette fois-là. Les chevaux nécessitaient moins de soin, du coup, Scott avait un peu plus de temps libre. En plus de ça, les quelques propriétaires de chevaux passaient souvent dans le coin pour s’occuper de leur cheval alors ça retirait une charge au jeune homme. Pour cette raison, il s’autorisa une ‘pause’ en allant faire un petit tour en ville.

Ce n’était pas souvent qu’il marchait dans les rues de Storybrooke. Il passait plus de temps dans son petit monde peuplé d’équidés que dans celui peuplé d’être humain. On pourrait presque croire qu’une personne qui s’exilait de cette façon deviendrait associable, mais pas du tout. Tout du moins, ce n’était pas ainsi que Scott se voyait. Certes, il n’était pas du genre à faire le premier pas vers quelqu’un, sauf exception et quand il était poussé par une vague de courage qu’il ne soupçonnait même pas posséder, mais une fois que les choses étaient faites, le jeune homme se révélait être quelqu’un qui avait de la discussion et loin d’être solitaire. En clair, il n’était pas du tout comme Bran, le vétérinaire et propriétaire du zoo. A côté, Scott était limite extraverti. Néanmoins, les deux hommes s’entendaient assez bien. Parfois, il allait même filer un coup de main au zoo quand Bran avait besoin de main d’œuvre. Certes, les animaux du zoo n’avaient strictement rien à voir avec les chevaux qui étaient plus son domaine de prédilection, mais ils restaient des animaux et Scott les adorait.

Ses pas le menèrent jusqu’au parc où il n’avait pas mis les pieds depuis… des lustres ! La dernière fois, ça devait être quand il était encore étudiant. Bien souvent, il venait s’asseoir dans l’herbe pour étudier, quand il n’allait pas dans la forêt. Etudier chez lui n’avait jamais été réellement possible. Il n’y arrivait pas. Par contre, à l’extérieur, il pouvait étudier pendant des heures sans faire de trop plein. C’était la bonne époque, c’était la période de l’innocence, dirons-nous. Puis il avait repris le ranch une fois ses études terminées. Chose qui contredisait un peu ce qu’il avait eu comme projet quand il était jeune, mais il ne regrettait absolument pas parce qu’il était utile. Ses chevaux avaient besoin de lui. Continuant sa traversé du parc, profitant du soleil de juin. L’été allait bientôt commencé et ce n’était pas pour déplaire à Scott qui n’avait jamais réellement eu un grand amour pour l’hiver. Le seul avantage de l’hiver quand on travaillait dans un centre équestre, c’était qu’il n’y avait pas de mouche. Mais les chevaux étaient intenables et parfois, c’était ingérable.

Avançant tranquillement sur le chemin principal du parc, il stoppa légèrement quand il vit Diane avancer vers lui. Apparemment, ils avaient remarqué leur présence commune en même temps car au moment où son regard croisa celui de la jeune femme, ce fut la même chose pour elle. Le cœur de Scott fit plusieurs bonds dans sa poitrine, mais malgré ça, il redoutait ce qui allait se passer. Et si Diane lui en voulait ? Elle aurait toutes les raisons du monde de lui en vouloir puisqu’il était parti dans un mot, mais il pourrait lui expliquer tout ça. Mais encore, il fallait encore qu’elle lui laisse cette occasion. Continuant d’avancer jusqu’à ce qu’ils arrivent à la même hauteur, Scott lui fit un maigre sourire, ne sachant absolument pas de quelle façon la jeune femme allait l’aborder ou bien même si elle allait lui dire quelque chose car il pouvait être possible qu’elle continue sa route, feignant de cette façon de ne pas l’avoir vu.

- Salut, lança-t-il, ne voulant pas s’étendre plus en avant.

Quitte à se prendre un vent de la part de Diane, autant que ce soit sans en avoir dit plus.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mar 15 Avr - 10:26






Diane & Scott



Cela faisait des semaines que le jour du baiser était passé et Diane ruminait dans son coin en cherchant à comprendre pourquoi Scott ne l'avait pas rappelé. Bien sûr elle savait qu'il n'avait pas son numéro mais l'annuaire contenait celui de l'aquarium, ou bien il aurait pu venir la voir et quérir de ces nouvelles mais non rien il n'avait absolument rien fait ! Bon elle aurait pu aussi aller le voir et le trouver de but en blanc mais elle n'était pas certaine qu'il ne regrettait pas ce qu'il c'était passer et ne savait pas si elle serait capable de lui faire face et de rester impassible si il lui disait que ce n'était qu'un coup de folie. Non elle en était certaine elle en perdrait la face et la raison pour de bon.

Depuis ce jour là, elle n'avait pas eu le droit de faire grand-chose il lui avait fallu un long moment pour permettre à son corps de récupérer de sa chute et son esprit lui ne cessait de la torturer. Actuellement elle ne souffrait presque plus, elle recommençait doucement à marcher en testant de temps en temps la solidité de sa cheville qui n'était pas encore rétablie entièrement. Elle avait laisser tomber les béquilles mais les médecins l'obligeaient à se promener avec une canne ce qu'elle trouvait ridicule mais ils lui firent miroiter une plus longue invalidité et une impossibilité de reprendre le travail et cela coupa ses réticences.

Elle venait de rester plusieurs heures devant sa télé à regarder de stupides téléfilms comiques et lorsqu'une comédie romantique commença elle ne put en regarder plus de 30 minutes tant toute l'histoire la ramenait inlassablement vers Scott. Elle jeta un coup d'œil dehors et fit qu'il faisait un temps magnifique, en douceur elle se leva et alla se préparer pour sortir. Fin prête elle ouvrit la porte et siffla Marlow pour l'emmener en promenade, l'avantage avec sa petite compagne c'est qu'elle était tellement bien dressée qu'elle n'avait pas besoin de laisse pour l'emmener en ballade. Avec une lenteur qui l'exaspérait au plus haut point Diane prit la direction du parc en face de chez elle. Dehors les enfants jouaient à cache cache, au ballon en riant. La jeune femme se perdit dans ses pensées et tenta de se remémorer des souvenirs dans sa propre enfance dans ce parc en vain, l'orphelinat ne les laissait jamais sortir de l'établissement …

Puis Diane se rappela les longues après midi qu'elle avait pu passer à étudier ici avec Owen et Scott, elle se souvint qu'ils s'installaient non loin de la fontaine et eut une subite envie de revoir celle-ci après tant d'années. L'air frais revigora un peu la jeune femme et lui permit de se changer un peu les idées qui lui tourmentaient l'esprit. Marlow à ses côtés elle avança vers le centre du parc, lorsqu'elle fût en vue de la fontaine elle marqua un temps d'arrêt. Scott était devant elle et elle remarqua que lui aussi l'avait vu car il s'était également arrêter. La jeune femme se sentit devenir rouge écarlate lorsque leurs regards se croisèrent et elle baissa rapidement les yeux. Ils firent quelques pas l'un vers l'autre et Diane tacha de dissimuler sa stupide canne derrière elle mais en vain elle avait encore besoin pour marcher à son grand désarroi.

Elle se retrouvait devant Scott ne sachant comment réagir, lui sauter au cou pour l'embrasser comme elle en mourrait d'envie ou alors se mettre à lui hurler dessus parce qu'il ne lui avait jamais donné de nouvelles ? Au lieu de cela elle ne put s'empêcher de le regarder, de chercher à voir sur son visage quelque chose qui lui dirait si il regrettait ce qu'il s'était passer ou non. Le cœur de Diane battait la chamade et elle inspira pour tacher de l'apaiser mais le parfum naturel de Scott la frappa de plein fouet la rendant encore plus envieuse de se serrer contre lui.

-Salut

La voix grave de Scott résonna dans tout le corps de Diane, et elle resta un moment interdite devant ce simple mot puis elle se rendit compte qu'il attendait probablement une réponse.

Euh … Salut ,souffla t-elle avec timidité.

Ils restèrent un moment sans rien dire ni bouger puis la douleur de sa cheville poussa Diane à bouger, elle fit quelques pas en avant et remarqua que Scott ne l'accompagnait pas, elle se retourna vers lui.

-Je t'ai cherché l'autre soir… à l'hôpital, tu avais disparu ….  

Voilà c'était une façon comme une autre de l'inviter à s'expliquer et de parler de cette fameuse journée où tout avait changé. Diane se remit en marche vers la fontaine avec lenteur pour s'asseoir et se reposer, en espérant que Scott la rejoindrait pour qu'enfin ils puissent tout les deux savoir où ils en étaient…


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mar 15 Avr - 16:27






Diane & Scott



Les semaines passées avaient été particulièrement pénibles dans le sens où diverses questions traversaient l’esprit de Scott sans qu’il ne puisse trouver de réponse. En même temps, il allait être difficile d’en avoir puisque pour cela, il avait besoin de Diane. Or, depuis ce jour, à l’aquarium, il ne l’avait plus revu et par conséquent, c’était assez difficile d’obtenir des réponses. Le jeune homme s’en voulait de l’avoir laissé tomber de cette façon, mais il n’avait pas eu le choix. S’il était arrivé quelque chose à Pivers, se serait à lui qu’aurait incombé la tâche de payer les dégâts. Or, même si son centre équestre marchait plutôt bien, Scott ne pouvait pas se permettre ce genre de dépense. Tout l’argent qu’il avait, sauf la partie personnelle, était pour le matériel, la nourriture, la réparation de certaines choses et les soins des chevaux, qu’ils soient malades ou pas. Du coup, il avait dû prendre une grande décision entre aller surveiller Pivers et rester à l’hôpital pour attendre que Diane sorte.

Il se sentait un peu mal d’être parti comme ça, sans aucune explication, mais il n’avait pas eu le choix. Le jeune homme aurait adoré pouvoir lui fournir les explications qu’elle méritait, mais il n’avait pas son numéro de téléphone pour l’appeler et depuis quelques temps, le travail au centre équestre s’était amplifié. Il n’avait presque plus eu une seule minute à lui. Les seules pauses qu’il s’accordait, c’était pour boire un café histoire de tenir le choc et manger un morceau vite fait avant d’aller s’étaler dans son lit pour dormir quelques heures. Un emploi du temps de fou, en quelque sorte. Mais ce n’était pas pour autant une justification, il en était bien conscient. Cependant, on ne pouvait pas lui en vouloir d’être honnête pour le coup. En réalité, Scott n’avait jamais réellement su mentir. Son caractère rendait le mensonge immédiatement détectable. Parfois, c’était pesant, mais au final, c’était un mal pour un bien.

En ce dimanche, Scott avait enfin du temps pour lui, mis à part les choses quotidiennes que tout propriétaire et employé devaient faire dans un centre équestre, ce qui lui permit d’aller faire un tour dans la ville. Il n’avait aucun souci à laisser son lieu de travail au bon soin des propriétaires quand ils venaient s’occuper de leurs chevaux parce qu’il savait, depuis le temps, que c’était des honnêtes gens. Les gens malhonnêtes n’avaient pas de chevaux, en règle générale. C’était statistiquement impossible. Et il y avait aussi le fait que Scott connaissait assez les propriétaires pour affirmer qu’aucun ne chercherait à nuire à l’endroit. Ce dernier point aidait beaucoup. A chaque fois qu’il mettait les pieds dans la ville de Storybrooke, le jeune homme avait l’impression d’être à un autre endroit. Il avait perdu l’habitude de se promener dans sa ville natale, par conséquent, ça ressemblait à chaque fois à un sacré dépaysement. Un dépaysement qui faisait du bien, à n’en pas douter.

Ses pas l’avaient mené jusqu’au parc de la ville. Cela faisait des lustres qu’il n’y avait pas mis les pieds là-bas. Pas depuis qu’il avait quitté sa vie d’étudiant. C’était la bonne époque ; celle où on s’apitoyait sur son sort à cause du surplus de devoir, où on râlait sur les profs qui prenaient leurs élèves pour des machines de guerre etc… A cette époque-là, on ne se doutait pas que la vie active serait aussi épuisante. Les devoirs, à côté, c’était presque de la rigolade. En tout cas, prendre un peu l’air faisait du bien à Scott. Il pensait traverser le parc sans croiser personne jusqu’à ce qu’il tombe face à Diane en promenade avec sa chienne dont le jeune homme avait fait la connaissance le jour où il avait rendu visite à la jeune femme à l’aquarium. Scott et Diane avaient eu exactement la même réaction : ils s’étaient figés en voyant l’autre. Le cœur de Scott s’était mis à battre un peu plus fortement, malgré le fait qu’il redoutait la réaction de Diane.

Un voile de tristesse passa dans le regard du jeune homme lorsqu’il vit la canne avec laquelle elle marchait. Elle avait été déplâtrée, sans doute depuis peu. Il se rendit compte que beaucoup plus de temps s’était écoulé que ce qu’il croyait. Certes, il savait qu’il s’était passé pas mal de temps, mais au point qu’elle ait le temps de guérir pour ne plus avoir besoin de plâtre, ça voulait dire beaucoup de temps. Mentalement, il se traita de triple buse. Elle devait réellement lui en vouloir. Tout le monde aurait réagi de cette façon. Lui-même s’en voulait alors pourquoi Diane ne lui en voudrait pas ? Ensemble, ils franchirent la distance qui les séparait encore et une fois à la hauteur de la jeune femme, Scott lui offrit un très maigre sourire, ne sachant pas du tout comment elle allait réagir s’il lui adressait la parole. Mais parce qu’il ne se voyait pas lui passer devant sans rien lui dire, il lui adressa un très bref « salut ».

Il ignorait tout bonnement si elle lui répondrait ou pas. C’est pour cette raison qu’il fut surpris qu’elle lui rende son salut. Mais ce qui l’intrigua le plus, ce fut la timidité qu’il perçut dans sa voix. Il s’arrêta à sa hauteur, sans trop savoir ce qu’il devait faire. Contrairement à lui, Diane fit quelques pas de plus en avant, le dépassant. Alors là, c’était sur, elle lui en voulait. Dépité, Scott s’apprêta à continuer sa route. Il en avait conclu que Diane lui en voulait tellement qu’elle refusait de lui adresser plus la parole. Mais il se trompait lourdement parce qu’il n’avait pas encore fait un pas que la jeune femme se tourna vers lui pour lui adresser à nouveau la parole. Les mains enfoncées dans ses poches, le jeune homme baissa la tête d’un air coupable. Il s’en doutait un peu qu’elle l’avait cherché et qu’elle avait dû le trouver nulle part. Qu’avait-elle pensé exactement en le voyant pas ? De la déception ? De la tristesse ? Les deux à la fois ?

Avant qu’il n’ait pu répondre, Diane se dirigea vers la fontaine où elle alla s’asseoir. Scott la suivit du regard. Elle boitillait encore légèrement, et même s’il était certain qu’elle retrouverait toutes ses capacités motrices à la fin de ses soins, il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir un pincement au cœur. Cela n’avait strictement rien à voir avec de la pitié, mais quand la jeune femme allait mal, il allait mal aussi. Allez savoir pourquoi, mais ça avait toujours été ainsi. Il enfonça un peu plus les mains dans ses poches avant de se diriger à son tour vers la fontaine et s’installa à côté d’elle. Scott fixa devant lui pendant quelques secondes avant de tourner la tête vers Diane qui semblait attendre qu’il prenne la parole. En même temps, elle avait totalement raison parce que d’une certaine façon, elle l’avait invité à s’expliquer. La balle était donc dans son camp. A lui de saisir sa chance, chose qu’il fit assez rapidement.

- Tu connais Louna Nerys ? demanda-t-il dans un premier temps. Elle a un cheval, Pivers. Parfois, elle me le confit quand elle ne peut pas s’en occuper, sauf que c’est un cheval fugueur qui préfère être au côté de sa maîtresse plutôt que parmi ses congénères. Je t’attendais dans la salle d’attente quand j’ai reçu un appel d’un de mes gars pour me dire que Pivers s’était enfui. A chaque fois qu’il fait ça, je le suis pour être sur qu’il rentre bien chez lui parce que s’il lui arrivait quelque chose, ce serait à moi de payer les dommages et intérêts. Je suis donc parti pour le surveiller.

Implicitement, il lui avait dit qu’il comptait bien l’attendre jusqu’à ce qu’elle sorte, mais les obligations l’avaient rappelé à l’ordre beaucoup plus rapidement que prévu. Enfin, maintenant, la jeune femme connaissait toute l’histoire. Mais peut-être n’était-ce pas suffisant pour elle afin de lui pardonner, mais c’était la stricte vérité. Depuis le temps qu’ils se connaissaient, Diane devait bien se souvenir que Scott ne savait pas mentir, ni quoi que ce soit. Il jeta un coup d’œil autour d’eux. Des promeneurs passaient devant eux, derrière, des enfants jouaient à chat… Personne ne semblait leur prêter la moindre attention et ce n’était pas plus mal car le jeune homme détestait quand des personnes trop curieuses écoutaient leur conversation.

- Je me doute de ce que tu as pu penser en ne me voyant pas, mais je t’assure que si j’avais pu rester, je l’aurais fait. Donc tu as tout à fait le droit de m’en vouloir, je comprendrais, même si c’était le cas.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mar 15 Avr - 21:57






Diane & Scott



Diane le regarda un moment pour voir la réaction qu’il allait avoir face à sa demi question, puis elle tourna les talons et se dirigea en claudiquant vers la fontaine. Elle s’assit et soupira d’aise quand la douleur de sa cheville diminua, elle laissa une de ses mains se glisser dans l’eau fraiche du bassin tandis que de son côté Scott les mains enfouies dans ses poches la rejoignait en silence. Elle laissa le temps s’écouler et fit comme si elle n’attendait rien de son ami alors qu’il n’en était rien, elle mourrait d’envie d’entendre la raison de son abandon ce soir-là, car c’était ainsi qu’elle s’était sentie : abandonnée. Elle s’était pourtant jurée que plus jamais elle ne s’attacherait à des gens qui la laisserait tomber du jour au lendemain mais voilà il lui était impossible de ne pas s’attacher à Scott car c’était depuis longtemps déjà son point d’ancrage, et c’est pourquoi elle avait encore plus souffert lorsqu’elle avait remarqué qu’il l’avait laissé tomber.

Au plus profond d’elle la jeune femme espérait qu’il avait une raison valable car elle ne pourrait pas supporter d’entendre qu’elle n’était rien pour lui ou encore qu’il avait déjà quelqu’un dans sa vie. Au bout d’un moment elle leva les yeux vers lui, il regardait fixement devant lui comme si il pouvait voir quelque chose que personne d’autre ne pouvait voir apart lui. Elle observa les traits fins de son visage, sa barbe naissante et lorsqu’il releva la tête pour la regarder, elle se perdit une fois de plus dans ses yeux.

- Tu connais Louna Nerys ?

Si elle connaissait Louna, ah sa oui pour sûre ! C’était sa meilleure amie depuis plusieurs années maintenant mais Scott ne pouvait pas le savoir puisqu’ils ne s’étaient pas adresser la parole depuis de nombreuses années. Oh oui elle connaissait bien Louna et c’était notamment grâce à celle-ci qu’elle avait pu finir de rénover l’aquarium, elle avait même été la demoiselle d’honneur de la jeune femme à son mariage avec William Knightwood. Néanmoins Diane n’osa pas interrompre Scott tandis qu’il tentait de se justifier.

-Elle a un cheval, Pivers. Parfois, elle me le confit quand elle ne peut pas s’en occuper, sauf que c’est un cheval fugueur qui préfère être au côté de sa maîtresse plutôt que parmi ses congénères. Je t’attendais dans la salle d’attente quand j’ai reçu un appel d’un de mes gars pour me dire que Pivers s’était enfui. A chaque fois qu’il fait ça, je le suis pour être sur qu’il rentre bien chez lui parce que s’il lui arrivait quelque chose, ce serait à moi de payer les dommages et intérêts. Je suis donc parti pour le surveiller.

A l’évocation de Pivers, Diane ne put s’empêcher de sourire, elle adorait ce cheval même si celui-ci ne le lui rendait pas. Elle admirait la force de son attachement envers Louna et cette dernière ne manquait pas de lui raconter toutes les frasques de son ami à 4 sabots. Intérieurement Diane rayonnait de bonheur car Scott, son Scott ne l’avait pas abandonné mais avait du faire face à une urgence, il ne l’avait pas laissé en plan de gaieté de cœur et c’était un soulagement pour son cœur et son esprit. Toute à sa joie elle en oublia de dire à Scott qu’elle lui pardonnait sur le champ et cette absence sembla semer le doute chez le jeune homme qui se tenait à ses côtés.

Diane ne douta pas un seul instant de la sincérité des propos de Scott car il n’avait jamais su mentir et lorsqu’il le faisait il était si peu crédible que ça en devenait risible.  Non loin d’eux des enfants riaient de plaisir en jouant et Diane prit un moment pour les regarder s’amuser en toute insouciance.

- Je me doute de ce que tu as pu penser en ne me voyant pas, mais je t’assure que si j’avais pu rester, je l’aurais fait. Donc tu as tout à fait le droit de m’en vouloir, je comprendrais, même si c’était le cas.

A cet instant Diane ne pût s’empêcher de pouffer de rire, son caractère joyeux venait de la trahir au pire moment. Elle tacha tant bien que mal de diminuer son hilarité en voyant le visage quelque peu déconfit de Scott. Lorsqu’elle reprit haleine, elle se sautilla sur place pour se rapprocher un peu plus de son ami. Son bras se mit à toucher alors celui de Scott, faisant naître des frissons sur la peau de la jeune femme et la faisant reprendre son sérieux.  Sans le regarder elle lui expliqua la raison de son rire.

-Tu es loin de savoir ce qui se passe dans ma tête Scott, je peux t’affirmer que je ne t’en ai jamais réellement voulu après tout tu as une vie toi aussi et je ne peux pas te demander de faire comme ci rien ne c’était passé depuis le lycée. Mais je dois avouer que je n’ai pas aimé ne pas trouver je me suis sentie seule et complétement perdue …

Diane avait failli lui dire qu’elle c’était sentie abandonner mais elle ne voulait pas accabler davantage le jeune homme, maintenant il ne lui restait plus qu’à lui poser la question primordiale qui l’obnubilait depuis ce fameux jour.

-Je comprendrais parfaitement si tu voulais que rien ne change et que l’on oublie ce qu’il c’est passer ce jour là, personne n’est à l’abri d’une erreur, nous sommes humains après tout …

La jeune femme frotta ses mains moites sur son jean et se mit inconsciemment à se tortiller les doigts tant la réponse de Scott allait changer sa vie, si il regrettait alors elle s’en irait et sinon … elle ne voulait guère y penser pour l’instant préférant faire taire l’espoir avant qu’il ne l’envahisse.

-En tout cas moi je ne regrette rien …

Voilà il savait désormais ou du moins elle espérait qu’il avait compris qu’elle l’aimait depuis toujours et que ce baiser n’était que la traduction de cet amour sincère et pur, maintenant il n’y avait rien d’autre à faire qu’attendre. Attendre qu’il parle ou attendre qu’il parte …


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mar 15 Avr - 23:32






Diane & Scott



Avoir une explication avec Diane était nécessaire. Scott voulait qu’elle comprenne qu’il n’était pas parti dans le but de la laisser se débrouiller toute seule parce qu’il n’avait rien à faire d’elle mais parce qu’il avait une bonne raison et qu’il ne pouvait pas faire autrement. S’il avait eu le choix, il serait resté et aurait même raccompagné la jeune femme jusqu’à chez elle (comme ça, il aurait su où elle vivait, au passage). Mais non, le destin avait voulu que Pivers joue les fugueurs ce jour-là. Parfois, l’équidé arrivait à rester 48h au centre équestre et dans ces moments-là, Scott se disait qu’il y avait un espoir pour que ce cheval réussisse à rester parmi ses congénères, mais à chaque fois qu’il commençait à se dire ça, Pivers s’enfuyait pour retourner au manoir. Mais enfin, l’animal était ainsi, et ce n’était pas le jeune homme qui allait le changer. Il y avait un véritable lien entre eux deux et c’était difficile de rivaliser avec ça.

En tout cas, quand la jeune femme lui offrit la possibilité de s’expliquer, le jeune homme saisit sa chance et la suivit jusqu’à la fontaine où elle s’était assise, sans aucun doute pour soulager sa cheville qui devait encore la faire souffrir. A quel point ? Scott n’en savait rien. Assez en tout cas pour qu’elle affiche un air satisfait. Il s’installa près d’elle ne sachant pas vraiment comment aborder le sujet. S’il continuait à garder le silence, il allait louper le coche et Diane finirait sans aucun doute par croire qu’en réalité, il n’avait absolument aucune excuse à lui offrir. Ce qui serait totalement faux. Il fallait juste que le jeune homme ordonne un peu ses idées dans sa tête et une fois que se fut chose faite, il se lança en commençant par demander à la jolie brune si elle connaissait Louna. Qu’elle la connaisse ou pas ne changerait pas grand-chose à la version de l’histoire, mais c’était une façon comme une autre de débuter une explication.

Pendant que Scott s’expliquait, Diane ne fit absolument aucun commentaire, l’écoutant jusqu’au bout. Et pour cela, il la remerciait car si elle l’avait interrompu, il n’était pas sur de pouvoir reprendre ses explications là où il les aurait laissés. Ce qui aurait été fortement problématique parce que du coup, il aurait perdu toute crédibilité. Par moment, il l’avait regardé pour guetter une réaction de la part de la demoiselle, et il avait été légèrement surpris de la voir sourire quand il avait commencé à parler de Pivers. Enfin, mis à part ça, ses expressions n’avaient pas été d’une grande aide pour savoir ce à quoi Diane pensait à propos de ce qu’il racontait. D’ailleurs, il commença à douter face à son silence une fois qu’il eut terminé ses explications. S’il fallait, elle ne le croyait pas du tout alors qu’il disait la vérité. Evitant de la fixer, il laissa couler quelques secondes avant de préciser que si elle lui en voulait, il ne lui en tiendrait pas rigueur parce que se serait totalement justifié.

Ces paroles-là firent éclater la jeune femme de rire. Surpris, il tourna la tête vers elle en arquant un sourcil. Se demandant ce qui pouvait bien la faire rire dans tout ce qu’il venait de dire. Lui ne plaisantait réellement pas, il était sérieux quand il affirmait que si elle lui en voulait, il comprendrait très bien et l’accepterait. Néanmoins, avant de lui demander ce qui la faisait rire à ce point, le jeune homme la laissa rire de tout son soûl. Si elle avait besoin de ça avant de l’engueuler pour l’avoir lâchement laissé tomber à l’hôpital alors qu’elle avait besoin de lui, il était prêt à la laisser rire autant de temps qu’elle voudrait. Quand elle commença à se calmer, il la sentit se rapprocher de lui. Il reporta son attention sur Diane quand leurs bras se touchèrent. Il jeta un léger coup d’œil sur leur peau respective collée l’une contre l’autre avant de reporter son attention sur la jeune femme qui regardait droit devant elle.

Scott s’attendait vraiment au pire, il s’attendait à ce qu’elle lui dise que malgré tout, ce n’était pas cool parce qu’il aurait pu trouver un moyen de la contacter ou carrément venir la voir à l’aquarium. Il avait complètement oublié de lui dire qu’il avait été pas mal pris par le boulot ces temps-ci. Pour lui, ça tombait sous le sens, mais la jeune femme n’était pas dans sa tête. Peut-être allait-elle le lui reprocher avant qu’il n’ait eu le temps de s’expliquer à nouveau. Quand elle prit la parole, le jeune homme cessa légèrement de respirer, mais plus la demoiselle parlait, plus il s’étonnait. Elle ne lui en voulait pas à proprement parlé parce qu’ils avaient chacun une vie et qu’ils ne pouvaient pas faire comme si cette vie-là n’existait pas. Il afficha un air coupable quand elle lui avoua qu’elle aurait aimé qu’il soit resté. Lui aussi aurait bien aimé, mais il y avait Pivers et il ne pouvait pas tourner le dos à ses responsabilités.

Néanmoins, il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui parle, aussi tôt, de ce qu’il s’était passé à l’aquarium, quand il l’avait embrassé. A nouveau, il arqua un sourcil. Que voulait-elle dire par tout ça ? Regrettait-elle ce moment-là ? Scott n’y comprenait absolument plus rien, puis l’éclat de compréhension se fit quand elle lui affirma qu’elle ne regrettait pas ce qu’il s’était passé. En fait, elle devait penser que c’était lui qui regrettait. Ola, ola, ola ! Doucement !

- Attend, attend ! T’es entrain de me dire que tu penses que je regrette ? demanda-t-il comme confirmation.

Sauf qu’elle n’eut pas besoin de lui répondre pour qu’il voit sur son visage qu’il avait parfaitement compris ce qu’elle était entrain de dire. Scott passa une main dans ses cheveux châtains et adressa un léger sourire à la jeune femme. Un sourire qui ne voulait pas dire grand-chose, mais qui voulait dire tout en même temps. Encore fallait-il qu’on capte ce que ça voulait dire. Mais enfin, là n’était pas l’important. L’important, c’était de faire comprendre à Diane qu’il ne regrettait pas du tout de l’avoir embrassé mais plutôt qu’il adorerait recommencer. Sauf que là, ils étaient entrain de s’expliquer et que par conséquent, ce n’était pas forcément le moment. Plus tard, peut-être, si elle voulait toujours de lui. Prenant encore une fois son courage à deux mains, il se tourna légèrement vers la demoiselle.

- Je t’avoue que je t’ai embrassé sans réfléchir, lâcha-t-il. Mais j’en crevais d’envie depuis un ‘moment’. Tu sais je t’aime depuis la première fois que j’ai posé les yeux sur toi, même si je te l’ai caché pendant toutes ces années. Puis, quand tu t’es décidée à me regarder de la même façon que je te regardais, et que j’ai appris la vérité, je t’en ai longuement voulu, même après qu’on se soit perdu de vue. Sauf que petit à petit cette colère s’est estompée pour finalement faire renaître ce que j’ai toujours ressenti pour toi.

On pouvait dire que c’était le moment des vérités. Mais il fallait que ça sorte, histoire qu’ils puissent avancer dans leur conversation. Il reporta son attention vers la jeune femme.

- Tout ça pour dire que je ne regrette pas non plus ce qu’il s’est passé.

A présent, Diane savait absolument tout de ce qu’il ressentait. Pendant un instant, il avait légèrement oublié de respirer, mais cela n’était pas vraiment perceptible par les autres. Lui seul savait à quel point ce genre de sujet de conversation le troublait. Et ce n’était pas plus mal en fin de compte.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mer 16 Avr - 12:44






Diane & Scott



Lorsqu’il lui demanda de confirmer sa question Diane fût tout bonnement dans l’incapacité de lui répondre tant elle se remettait en doute. Fort heureusement Scott n’attendait pas de réelle réponse c’était une question rhétorique qu’il avait poser certainement dans le but de mieux comprendre les pensées qu’elle avait formulées à voix haute. Elle sentit son compagnon bouger et lui lança un regard de coté, elle l’observa se passer une main dans les cheveux comme il le faisait tout le temps lorsqu’il était nerveux ou qu’il avait chaud ou du moins c’était le cas lorsqu’il était au lycée. Aujourd’hui Diane n’était plus vraiment sûre de le connaître même si elle l’aimait toujours autant.

- Je t’avoue que je t’ai embrassé sans réfléchir,

Cette simple phrase créa une blessure nette et profonde dans le cœur de diane, comme une incision chirurgicale parfaite qui lui coupa la respiration en la faisant hoqueter de douleur. Ses mains se mirent à trembler de façon incontrôlable et elle tenta en vain de les apaiser et d’éviter que sa peine n’atteigne ses yeux, il ne fallait pas qu’elle montre à Scott sa faiblesse, malgré cela elle n’y arriva pas et détourna la tête pour se dissimuler un peu.

- Mais j’en crevais d’envie depuis un ‘moment’. Tu sais je t’aime depuis la première fois que j’ai posé les yeux sur toi, même si je te l’ai caché pendant toutes ces années. Puis, quand tu t’es décidée à me regarder de la même façon que je te regardais, et que j’ai appris la vérité, je t’en ai longuement voulu, même après qu’on se soit perdu de vue. Sauf que petit à petit cette colère s’est estompée pour finalement faire renaître ce que j’ai toujours ressenti pour toi.

Bien sûr qu’il lui en avait voulu, c’était parfaitement normal après toute cette histoire entre lui, elle et Owen, mais tout ceci était du passé désormais. Les mots de Scott arrivait par vague jusqu’au cerveau de Diane et elle commençait seulement à comprendre qu’il avait eu envie de l’embrasser et que ce n’était pas la première fois qu’il avait cette envie. Insidieusement la jeune femme comprenait aussi que les sentiments qu’elle éprouvait pour Scott était probablement réciproque néanmoins elle ne voulait toujours pas s’autoriser à espérer.

-- Tout ça pour dire que je ne regrette pas non plus ce qu’il s’est passé.

La joie et le soulagement firent son chemin chez Diane et les larmes de tristesse se muèrent en larmes de gaieté, mais elle se refusait toujours le droit d’espérer, elle attendait que Scott lui annonce un ‘mais’  qui les empêcheraient d’être ensemble pour de bon. Quand elle comprit qu’il ne reprendrait pas la parole elle tourna son visage baigné de larme vers lui, qu’importe si son maquillage coulait et qu’elle ressemblait à une palette de peintre trempée, il fallait qu’elle le regarde dans les yeux pour voir si tout ce qu’il lui disait était vrai.

Elle plongea alors dans ses yeux et comprit qu’il n’y aurait pas de ‘mais’, sans y réfléchir elle leva la main et caressa le visage de Scott oubliant tout ce qui se passait autour d’eux, il fallait qu’elle le lui dise maintenant tout de suite ou il serait trop tard. Elle laissa sa tête reposer sur l’épaule de son compagnon et inspira profondément.

-Je t’aime, souffla-t-elle après quelques minutes.

Voila c’était dit, bien qu’elle fût désormais certaine qu’il le savait depuis longtemps et qu’il éprouvait probablement la même chose pour elle mais il fallait qu’elle le formule pour que ces simples mots expriment toutes la véracité et la force des sentiments qui la reliaient à Scott. Elle releva alors la tête et posa ses lèvres sur celles de Scott pour sceller cet aveu, oubliant le monde qui les entourait pour l’espace de quelques instants. L’embrasement fût immédiat pas comme la dernière fois, mais l’intensité fût la même. A bout de souffle elle se détacha de lui et se blottit tant bien que mal contre son torse …

-Alors qu’est ce qu’on fait ?

Oui voila encore une question importante car c’était bien beau de lui dire qu’elle l’aimait mais encore fallait il que tout cela mène quelque part, elle voulait que ça donne quelque chose, qu’il soit enfin ensemble mais peut être que Scott n’en éprouvait pas l’envie de son côté ….


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Jeu 17 Avr - 23:29






Diane & Scott



Il y avait des choses sur les femmes que les hommes ne comprendraient jamais. Comme sa logique, par exemple. Scott ignorait tout ce qu’il se passait dans la tête de Diane. Il ne savait pas comment elle réfléchissait, ni comment elle menait sa logique. A l’entendre parler, le jeune homme n’avait, cependant, pas trop eu de mal à comprendre qu’elle pensait qu’il regrettait ce qu’il s’était passé l’autre jour à l’aquarium. C’était une preuve que d’une certaine façon, les femmes ne comprenaient pas les hommes non plus. Mais enfin, dans tous les cas il fallait se rappeler que les êtres humains étaient incapables de télépathie et par conséquent, c’était dur de savoir ce qu’il se passait dans la tête de l’autre. Donc qu’ils soient hommes ou femmes, enfin de compte, c’était pareil. Même si, Scott se demandait comment elle en était venue à la conclusion qu’il regrettait, ce qui n’était pas du tout le cas.

Néanmoins, il n’attendit pas spécialement qu’elle réponde là-dessus. Il préférait encore lui avouer une autre partie de ce qu’il avait sur le cœur. Il y avait tellement de choses que Scott souhaitait dire à la jeune femme qu’il le faisait par bride. Un jour, peut-être qu’elle saurait enfin tout ce qu’il avait sur le cœur, mais pour l’instant, Scott se contentait de lui dévoiler l’essentiel en rapport à la conversation du moment. Il ne pouvait pas lui parler d’un truc totalement hors sujet, ce serait débile et inutile. Pour le moment, la conversation était centrée sur ce qu’il s’était passé quelques semaines plus tôt après qu’il lui ait apporté les premiers soins médicaux causés par ses coupures et sa cheville esquintée. Aussi, il l’informa que lorsqu’il l’avait embrassé, il avait agi sans vraiment réfléchir. Ce qu’il ne divulgua pas, c’était que c’était la seule chose qu’il avait trouvé pour pas qu’elle le laisse en plan dans la future boutique de l’aquarium.

Cependant, ce n’était pas pour autant qu’il regrettait de l’avoir fait. En fait, cela faisait parti des meilleures décisions qu’il avait prises ce jour-là, en plus de celle d’aller lui rendre visite. Il lui expliqua au passage qu’il l’aimait et l’avait toujours aimé, même si pendant longtemps, il lui en avait voulu à cause de ce qu’elle leur avait fait à Owen et lui. Les sentiments qu’il avait eus pour elle n’avaient jamais disparu, ils avaient simplement été enfouis sous la colère qu’il avait ressentie. En d’autres mots, il lui expliqua exactement la même chose, sans trop savoir où regarder en fait. Il regardait un peu devant lui, mais du coin de l’œil, il surveillait par moment les réactions de Diane. Il avait bien vu qu’elle avait mal pris le fait qu’il lui avoue qu’il l’avait embrassé sans réfléchir, mais il avait quand même continué son explication, faisant comme s’il n’avait rien vu. S’il commençait à éprouver un malaise, il ne s’en sortirait jamais.

Elle l’avait laissé s’expliquer jusqu’au bout et durant sa petite tirade, il avait remarqué qu’elle comprenait progressivement où il voulait en venir exactement. Mais comme elle ne répondit pas dans l’immédiat, il se demanda l’espace de quelques instants si elle avait compris qu’il était entrain de lui dire qu’il ne regrettait pas. Pour éviter ça, Scott prit tout de même quelques secondes pour le préciser, bien que pour lui cela tombait de soit. Mais Diane semblait presque en état de choc alors peut-être lui fallait-il un peu plus de précision que la normale… Enfin après cela, il sembla que toutes les paroles que le jeune homme avait pu prononcer avaient fait leur chemin dans l’esprit de la jolie jeune femme car il remarqua très vite les larmes qui coulèrent le long de ses joues. Pendant quelques secondes, Scott se demanda ce qu’il avait pu dire pour la faire pleurer, mais il capta assez rapidement que ce n’était pas des larmes de tristesse qui coulaient sur ses joues mais des larmes de joie.

Malgré ça, Diane s’obstinait à ne rien dire si bien que Scott se demandait si elle attendait de lui qu’il dise autre chose. Or, il ne voyait pas du tout ce qu’il pouvait ajouter de plus à tout son petit discours. Il chercha dans sa mémoire s’il avait oublié de dire quelque chose de primordiale, mais rien ne lui venait. Non, il n’avait rien oublié. La jeune femme savait tout ce qu’il y avait à savoir. Et pourtant, elle attendait encore. Finalement, au bout de quelques instants, elle bougea pour se tourner vers lui et Scott put enfin voir son visage. Le noir qu’elle avait sous les yeux commençait à couler et le jeune homme regretta sincèrement de ne pas avoir de mouchoir sur lui pour lui permettre d’éponger ses yeux et essayer de rattraper le « massacre ». Non, décidément, les hommes n’y connaissaient rien à ce niveau-là. Cependant, Scott ne se préoccupa pas plus que ça de l’état de son maquillage, il s’en fichait comme une guigne. Son regard s’était automatiquement plongé dans le sien et il ne voyait rien d’autre que la prunelle de ses yeux.

Progressivement, il vit le visage de Diane devenir de plus en plus joyeux. Un sourire se dessina sur le visage du jeune homme lorsqu’elle posa sa main sur sa joue. Un léger frisson le parcourut aussitôt que leurs peaux furent en contact. Scott oublia automatiquement tout ce qui les entourait ainsi que là où ils se trouvaient. Il n’y avait plus que Diane et c’était tout. Le monde s’était mis à graviter autour d’elle. Les deux jeunes gens se regardèrent pendant plusieurs secondes jusqu’à ce que ce soit elle qui bouge à nouveau pour venir poser sa tête contre lui. Si la première fois qu’elle avait fait ça, il s’était légèrement crispé, mais aujourd’hui, il ne fit absolument aucun mouvement de ce genre. Il passa un bras autour de ses épaules et la serra contre lui. Cependant, il ne s’attendit réellement pas à la suite car lorsqu’elle prononça ces trois mots que tout être humain rêvait d’entendre un jour, le cœur de Scott effectua plusieurs loopings dans son torse.

Des années auparavant, elle lui avait dit qu’elle avait des sentiments pour lui, mais jamais elle ne lui avait dit ces trois mots qui pouvaient retourner la tête à n’importe qui quand ils étaient prononcés par l’être aimé. Néanmoins, parce que Scott était et resterait éternellement lui-même, ce fut aussi le moment où il fut pris d’un des plus gros bugs de toute sa vie. Jamais il n’aurait cru que le fait d’entendre ça sortir de la bouche de Diane lui ferait un tel effet. C’était mille fois plus puissant que ce qu’il pensait. Tellement puissant que du coup, il avait perdu l’usage de la parole. Quelque part, il lui avait dit qu’il l’aimait toujours depuis tout ce temps, mais il aurait aimé pouvoir répondre à cette déclaration. Cependant, le temps qu’il retrouve l’usage de la parole, Diane était déjà venue chercher le contact de ses lèvres contre les siennes, chose que Scott lui accorda avec le plus grand plaisir. Les sensations furent exactement les mêmes que celles qu’il avait ressenti quand il l’avait embrassé à l’aquarium. Et pour une fois, le jeune homme s’autorisa à penser que c’était magique.

Si Diane souhaitait que Scott se retrouve sur orbite, elle avait réussi parce que si rien qu’en plongeant son regard dans le sien, plus rien n’existait, alors imaginez ce que c’était quand ils s’embrassaient… Le jeune homme était à dix milles lieux d’ici. Pendant les quelques secondes durant lesquelles ils s’embrassèrent, absolument rien n’exista, il n’y avait qu’eux deux. Quand leurs lèvres se détachèrent, un sourire de bienheureux se dessina sur le visage de Scott pendant que la jeune femme lui demandait ce qu’ils faisaient présent. La réponse n’était-elle donc pas évidente ? Scott se leva et tendit sa main à Diane afin qu’elle l’imite à son tour.

- Pourquoi ne pas voir où ça va nous mener ? demanda-t-il.

Il garda la main de Diane dans la sienne, ne songeant même pas à la lâcher en fait. Leurs sentiments étaient réciproques, pourquoi est-ce qu’il s’embêterait à la toucher le moins possible ? Il l’aida à se remettre debout et lui tendit sa canne, au cas où elle en aurait besoin. Enfin dans tous les cas, il ne comptait pas lâcher sa main de si tôt. Ce qui était sur, c’était que même s’il ne savait pas du tout où ils allaient, Scott s’en moquait totalement. L’inconnu pouvait avoir du bon, enfin de compte, même si parfois, c’était effrayant. Tranquillement, Scott incita la jeune femme à venir marcher avec lui, progressant au rythme de la blessée. Marlow, la chienne de Diane, suivit le mouvement en venant se joindre à eux.

- Alors, ton nouveau pensionnaire est arrivé ou toujours pas ?

Pour lancer une conversation, Scott était assez nul, en fait. Mais il se souvenait parfaitement de la façon dont elle avait été triste d’apprendre que son nouveau pensionnaire n’arriverait pas ce jour-là. Du coup, il demandait des nouvelles. Ce n’était pas comme s’il connaissait la vie de Diane jusqu’à présent, donc il faisait avec ce qu’il avait.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Ven 18 Avr - 20:33






Diane & Scott



Scott avait répondu avec la même ardeur à son baiser pour la plus grande joie de Diane. Elle avait à présent la tête sur son torse et écoutait avec délice les battements désordonnés du cœur de son ami.  Malgré tout ce qu’elle pouvait ressentir pour lui et le fait qu’elle sache désormais qu’il l’aimait, lorsqu’il se leva elle ne put empêcher l’angoisse prendre possession d’elle. Elle craignait par-dessous tout qu’il regrette ces instants même s’il avait dit le contraire, et la possibilité qu’il puisse s’éloigner d’elle ne serait –ce qu’un moment lui semblait soudainement aussi insoutenable que si on la torturait pendant des jours. Pourtant elle s’obligea à ne rien laisser paraître, elle ne voulait pas se montrer plus faible qu’elle ne l’était devant le jeune homme, elle préférait attendre de voir ce qu’il allait faire avant de perdre définitivement tout espoir.

Lorsqu’il lui tendit la main,  son cœur rata quelques battements avant de repartir de plus belle, c’était comme si il essayait de sortir de sa cage thoracique pour s’envoler très loin. Elle glissa délicatement sa paume dans celle de Scott en plongeant son regard dans le sien.

- Pourquoi ne pas voir où ça va nous mener ?

Diane lui offrit son plus beau sourire tandis qu’il l’aidait à se remettre sur ses pieds, sans la lâcher, il se pencha pour attraper sa canne posée sur le rebord de la fontaine. La jeune femme regarda cet objet de malheur avant de la prendre. Elle s’en saisit de sa main libre refusant de lâcher la main de Scott ne serait-ce qu’une seule seconde. Son compagnon l’incita à avancer et elle accepta de le suivre avec joie, ils s’éloignèrent tranquillement de la fontaine qui resterait certainement gravée à tout jamais dans le cœur de Diane.

Aux yeux de celle-ci tout paraissait tout lumineux pendant qu’ils marchaient, comme auréolé d’une lumière blanche invisible à ceux qui ne savait pas aimer et n’était pas aimer en retour. Ils firent quelques pas en silence savourant l’instant passé ensemble sans conflit ni personne entre eux.

- Alors, ton nouveau pensionnaire est arrivé ou toujours pas ?

Diane lui fit un sourire triste, elle aurait aimé lui répondre oui mais malheureusement c’était loin d’être le cas. Elle ne répondit pas tout de suite préférant réfléchir à ce qu’elle allait bien pouvoir lui répondre.

-Non, souffla-t-elle. Avec mon accident et les blessures qui s’en sont suivis les médecins m’ont ordonné un repos complet et comme je n’ai pu embaucher un employé pour me remplacer j’ai dû fermer l’aquarium pour quelques temps.

La jeune femme détourna son visage pour dissimuler sa honte à Scott mais n’osa pas le lâcher pour autant c’était une façon de le garder près d’elle. Elle se sentait faible et véritablement honteuse d’avouer ainsi à Scott le fait qu’elle manquait d’argent et elle espérait qu’il ne lui en tiendrait pas rigueur. Ce manque d’argent et le fait d’avoir fermé l’aquarium repoussait d’autant plus l’ouverture officielle du bâtiment. Bien sûr Scott savait qu’elle n’était pas riche mais c’était autre chose de se retrouver sans le sou.

-Mais je compte rouvrir la semaine prochaine, il y a encore beaucoup à faire et je n’y suis pas retourné depuis la dernière fois, c’est une amie qui à placarder l’avis de fermeture exceptionnel.

Oui, elle allait faire ça même si elle devait pour cela passer au-delà de la douleur de sa cheville, à peine remise de son traumatisme. Oui, elle appellerait le transporteur demain pour fixer un rendez vous pour recevoir son précieux petit ami.

-Et toi comment ca se passe au ranch ?

Question bateau et sans originalité mais qui lui permettrait peut être de savoir depuis quand il s’occupait du ranch et ce qu’il y faisait au cours de ces journées de travail.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Sam 19 Avr - 23:35






Diane & Scott



Qui aurait cru qu’un jour Scott se verrait en couple avec Diane ? Et surtout, dans un monde parallèle, qui aurait cru qu’Arthur aimerait cette fée qui lui avait sauvé la vie et qu’il avait chassé à cause de sa magie ? Surement pas lui. A ses yeux, c’était comme un rêve qui se réalisait, comme s’il était un gamin qui découvrait l’intégralité des cadeaux demandés sous le sapin. Il vivait un rêve éveillé, en fait. Embrasser la jeune femme pour la deuxième fois lui avait procuré des sensations identiques à celles qu’il avait ressenti ce jour-là, à l’aquarium, et même plus encore. C’était tellement inespéré que par moment, Scott se demandait s’il n’était pas, en effet, entrain de rêver et luttais contre l’envie de se faire mal pour en être sur. Sauf qu’il serait tellement déçu s’il se rendait compte qu’il était au chaud dans son lit entrain de dormir quelques malheureuses heures avant de reprendre le boulot. Qu’allaient-ils faire maintenant ? Le jeune homme avait presque mille et une réponses à offrir à Diane, mais il ne souhaita pas trop s’avancer. C’était beaucoup trop nouveau pour ça. Du coup, il lui répondit de façon assez « évasive » dans le sens où il annonça qu’il valait mieux pour eux deux de voir où leur relation allait les mener.

Cela faisait tellement longtemps qu’il alimentait ses sentiments pour elle que nul ne pouvait savoir ce que ça donnerait dans une vie future. Pour l’instant, Scott préférait vivre l’instant présent sans trop se poser des questions sur le futur, sur leur futur. Le jeune homme souhaita bouger. Non pas qu’il n’était pas bien assis au bord de cette fontaine, mais il avait envie de se promener, main dans la main avec l’élue de son cœur. Une fois sur ses deux jambes, il avait tendu la main à la jeune femme, qu’elle accepta. Un léger frisson le parcourut lorsqu’elle posa sa main dans la sienne. Une fois qu’elle fut sur ses deux jambes à son tour, il se pencha afin d’attraper sa canne et la lui tendre. Il remarqua sur son visage qu’elle n’était pas particulièrement ravie d’avoir une canne, mais c’était pour son bien. Si elle souhaitait se rétablir au plus vite, il fallait qu’elle utilise tous les moyens en sa possession pour se remettre. L’espace de quelques instants, le jeune homme crut qu’elle marcherait sans, et il se préparait à lui dire qu’il fallait qu’elle s’en serve parce que si les médecins l’avaient dit alors cela voulait dire que c’était bon pour elle. Mais elle s’en servit alors il n’eut rien à dire.

Tranquillement, ils s’éloignèrent de la fontaine. Scott n’avait toujours pas de destination précise où l’emmener. Ils marchèrent, tranquillement sur un des sentiers du parc, croisant certains promeneurs. Personne ne trouvait ça étrange qu’ils se baladent tous les deux, main dans la main. C’était comme si c’était normal et cette normalité plaisait énormément au jeune homme et il espérait que c’était pareil pour Diane. Cependant, malgré ça, il ne savait pas du tout quoi dire à la jeune femme. Aussi, il posa la première question qui lui vint en tête. Il se souvenait que le jour où il avait été la voir, elle attendait un pensionnaire qui finalement n’avait pas été emmené à cause d’un problème. Depuis le temps, il devait bien être arrivé, mais Scott se trompait et il le sut quand il vit le sourire triste que Diane lui adressa. L’espace d’un instant, il pensait avoir fait une boulette. Il lui adressa un regard désolé. Néanmoins, elle lui répondit après quelques instants. A cause de sa chute, elle avait dû retarder la venue de son pensionnaire et elle manquait de personnel. Scott hocha la tête, comprenant ce qu’elle ressentait. Lui aussi, parfois, manquait de personnel et c’était l’enfer.

- Tu as lancé un avis de recherche ? Peut-être que quelqu’un cherche du boulot ?

Le jeune homme n’avait pas eu à faire ça quand il avait pris la relève au centre équestre. Il y avait déjà des employés et puis d’autres étaient venus frapper à sa porte pour savoir s’il n’avait pas quelque chose pour eux. Quand on gérait un endroit comme celui-là, les paires de bras n’étaient vraiment pas de trop. Il était certain que l’aquarium aurait besoin de plusieurs employés si Diane voulait garder la tête hors de l’eau, niveau boulot. Scott porta son attention sur la demoiselle et vit que de la honte était peinte sur son visage alors qu’il n’y avait réellement pas de quoi. C’était toujours difficile au début parce que les choses se lançaient. Donc elle n’avait vraiment pas de quoi avoir honte. Il réfléchissait à une façon de l’aider quand elle l’informa au passage qu’elle comptait rouvrir dès la semaine prochaine, ce qui voulait dire le lendemain puisqu’on était dimanche. Le jeune homme écarquilla les yeux légèrement avant d’arquer un sourcil. Etait-elle sérieuse ? Elle ne semblait pas réellement en état pour ça et il se demandait si c’était une bonne idée. Ca n’en avait pas l’air, en tout cas.

- Mais tu n’es pas encore remise de ta blessure et on t’a demandé de rester tranquille, fit-il. Si tu as besoin, je peux toujours t’envoyer deux ou trois personnes qui travaillent au ranch ? Je suis sur que ça leur fera plaisir de faire autre chose que de s’occuper des chevaux.

C’était une idée comme une autre, Diane avait le droit de refusé. Mais si elle avait besoin d’aide, Scott était prêt à lui fournir ce dont elle aurait besoin. Il s’en était déjà sorti avec moins d’employé que ça donc du coup, il ne voyait pas de problème à lui prêter quelques uns de ses employés. Surtout qu’en ce moment, tout était clean au centre donc tant que ça continuait comme ça, voilà. D’ailleurs, la jeune femme lui demanda comment cela se passait sur son lieu de travail. Il haussa les épaules en guise de première réponse. C’était vrai, il n’y avait rien de spécial à raconter puisque tout le boulot était fait, les chevaux étaient tous propres etc… D’ailleurs, c’était la raison pour laquelle Scott se trouvait en dehors du ranch.

- Ca va. Tout est ok en ce dimanche, ce qui est une grande première on va dire. Donc du coup, je peux profiter d’un peu de temps libre. Et je n’ai pas de cheval fugueur aujourd’hui, donc aucune raison qu’on m’appelle pour une urgence.

Quoi qu’on n’était jamais à l’abri d’une urgence ! Il suffisait simplement qu’il y ait le feu pour que ce soit une urgence. Mais il n’y avait aucune raison pour que ce soit le cas. Le ranch était dans les règles et les conformités pour éviter un incendie. Et il faisait confiance aux propriétaires des chevaux donc, il n’avait pas de raison de s’en faire. Scott était sur de lui à 98% quand il affirmait qu’il n’y avait aucune urgence qui le contraindrait à retourner là-bas et à se séparer d’elle. Quoi que, même s’il devait retourner là-bas en catastrophe, il n’était pas sur de vouloir laisser Diane derrière lui. Il l’embarquerait sans aucun doute avec lui. Machinalement, il caressait le dos de la main de la jeune femme avec son pouce. Le parc arrivait progressivement à sa faim. Scott commençait à en voir le bout et il s’étonna d’en avoir déjà fait tout le tour. Puis, une idée lui vint en tête.

- Ca te dirait de manger un morceau ?



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Dim 18 Mai - 11:41






Diane & Scott



Sa résolution prise rien n'aurait pu la faire changer d'avis ou du moins c'était ce qu'elle pensait, oui dès le lendemain elle prendrait le chemin du retour au travail sans que personne ne l'en empêche, elle préférait souffrir mille morts que de laisser l'aquarium fermé une journée de plus.

-Mais tu n’es pas encore remise de ta blessure et on t’a demandé de rester tranquille,

L'inquiétude de Scott fit papillonner le cœur de la jeune femme qui ne pensait qu'il prendrait ainsi à cœur sa santé, elle lui pressa délicatement la main pour le rassurer, elle n'irait pas au-delà de ses capacités bien qu'elle en fût largement capable et qu'elle l'ai déjà fait par le passé.

-Ca fait des semaines que je reste tranquille et je dois me remettre à travailler je n'ai pas le choix …  

Malgré qu'elle tachait de faire bonne figure elle n'avait pas réussi à dire ceci de manière amusante ou du moins avec détachement, elle avait elle-même la note de désespoir qui se cachait derrière ses paroles. Si il n'avait été question que d'elle-même elle aurait encore attendu mais la situation concernait également Cloé et il était hors de question qu'elle abandonne sa sœur une nouvelle fois.

-Si tu as besoin, je peux toujours t’envoyer deux ou trois personnes qui travaillent au ranch ? Je suis sur que ça leur fera plaisir de faire autre chose que de s’occuper des chevaux.

Elle se tourna vers Scott et lui offrit un doux sourire c'est un homme était un amour, bien sûr elle le savait mais sa compassion et son envie d'aider le rendait encore plus unique pour elle, si elle avait oser elle aurait crier au monde entier que c'était un homme extraordinaire et qu'elle lui appartenait de toute son âme. Sans lui répondre elle le relança sur le ranch ne souhaitant pas dépendre des autres, elle s'en était toujours sortie seule et n'acceptait de l'aide que quand on la mettait devant le fait accompli au final, comme l'avait fait Louna lorsqu'elle avait payer des entrepreneurs pour finir l'aquarium plus vite.

-Ca va. Tout est ok en ce dimanche, ce qui est une grande première on va dire. Donc du coup, je peux profiter d’un peu de temps libre. Et je n’ai pas de cheval fugueur aujourd’hui, donc aucune raison qu’on m’appelle pour une urgence

Le sous entendu concernant Pivers la fit rire et elle se rapprocha un peu plus de Scott voulant le sentir encore plus proche d'elle, mais avec sa canne elle ne marchait pas si bien que cela et au final dû s'éloigner de lui, malgré cela sa main restait dans celle de Scott et c'est le cœur plus léger qu'elle continua d'avancer à ses côtés. Son cœur se mit à tambouriner quand il se mit à caresser le dos de sa main avec tendresse, cela paraissait irréel. Mais ce rêve allait bientôt s'arrêter car Diane voyait la fin du chemin arriver, elle remarqua alors qu'il n'était pas très loin de chez elle, en effet sans s'en rendre compte il avait pris la bonne direction. Hors elle ne souhaitait absolument pas que cela se termine ne sachant pas quand elle pourrait revoir Scott.

- Ca te dirait de manger un morceau ?

Apparemment lui non plus ne souhaitait pas que cela se termine et cela la fit rosir de plaisir. Elle hocha la tête dans sa direction et se dit que peut être il n'avait pas vu.

-Cette balade m'a ouvert l'appétit, par contre je crains que Granny n'accepte pas Marlow après cette balade….  

Elle regarda sa petite chienne qui se roulait dans l'herbe avec un bonheur évident, Diane sourit en la regardant elle lui apportait tant de bonheur au quotidien. Elle se tourna ensuite vers Scott et glissa ses doigts entre les siens pour le relier encore plus.

-Je crois qu'il va falloir passer chez moi pour la déposer sinon ne pourrons pas aller manger, dit elle en souriant. J'habite juste au bout de la rue … si ca ne te dérange pas …  

Bien sûr Scott pouvait lui dire qu'il ne voulait pas mais cela aurait été surprenant vu qu'il avait lui-même proposer ce repas. Au bout du chemin elle obliqua vers la droite entraînant Scott et Marlow dans son sillage. Ils mirent quelques minutes à arriver en bas du logement et Diane se demanda si elle devait l'inviter à rentrer, elle ne voulait pas qu'il se fasse des idées et en même temps l'idée de s'éloigner de lui-même pour quelques minutes lui paraissait insoutenable.

-Tu veux monter ? Je n'en ai que pour quelques minutes juste le temps de déposer et essuyer Marlow et de prendre mon sac …

Elle plongea son regard dans celui de Scott espérant de tout cœur qu'il lui dirait oui, elle ne voulait rien de plus que sa présence à ses côtés…


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Ven 23 Mai - 23:15






Diane & Scott



Scott était très loin d’être un médecin, mais il en savait assez pour savoir que la blessure de Diane méritait un repos complet et qu’elle ne guérirait pas tant qu’elle s’acharnerait à vouloir bouger et faire quelque chose. Il comprenait parfaitement que cela soit pénible pour la jeune femme de rester inactive, surtout avec le genre de métier qu’elle faisait, mais c’était un mal malgré tout nécessaire et le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter pour elle. Et si elle ne se remettait jamais totalement de sa blessure ? Lorsque c’était mal soigné, il était possible de garder des séquelles et il ne lui souhaitait pas ça. Surtout pas à elle. Du coup, il ne put s’empêcher de lui rappeler ce que le médecin lui avait demandé, mais Diane lui fit par de sa position. Quelque part, s’il avait été à sa place, il aurait sans aucun doute fait pareil, mais ce n’était pas parce que lui agirait de cette façon qu’il fallait qu’il conçoive une telle chose.

Pour cette raison, il lui proposa de lui ‘prêter’ quelques uns de ses employés. Au ranch, il pouvait s’en sortir qu’avec deux ou trois d’entre eux. Certes, la charge de travail était du coup plus lourde, mais si c’était pour rendre service à Diane et l’aider à aller mieux, et bien il était prêt à subir ça. Après tout, ce ne serait pas comme si c’était la première fois. Parfois, il devait se débrouiller tout seul et il s’en sortait plutôt bien donc il ne voyait absolument aucun inconvénient à lui envoyer quelques uns de ses employés. Et puis, ça leur ferait plaisir de voir autre chose que des chevaux. Et ça leur ferait une nouvelle expérience, ce qui augmenterait leur bonne volonté. Scott voyait bien que Diane essayait de se montrer rassurante, mais malgré ça, il continuerait de s’en faire pour elle jusqu’à ce qu’elle soit totalement remise. Elle avait fait une mauvaise chute, le jeune homme en avait été témoin pour être également tombé, du coup, il se sentait encore plus responsable.

Contrairement à ce qu’il pensait, elle ne lui répondit absolument rien à sa proposition. Scott ignorait si elle était d’accord ou bien contre cette idée. Cependant, en bon gentleman, il n’insista pas. Peut-être souhaitait-elle simplement prendre le temps de réfléchir avant de répondre. Allez savoir. En tout cas, si elle ne le relançait pas sur le sujet à un moment ou un autre, le jeune homme se promit de lui reposer la question, au moins pour savoir ce qu’il en était. Mais pour l’instant, il se concentra sur la question de Diane concernant le centre équestre. Il lui offrit une réponse positive en lui signalant que pour la première fois depuis longtemps, il n’avait pas une tonne de travail à faire, même un dimanche. Puis il ne put s’empêcher d’ajouter une petite note humoristique sur le fait qu’il n’aurait aucun imprévu qui l’obligerait à partir sans rien dire à personne. Il fut ravi de voir que cette petite remarque amusa Diane, si bien que lui-même en souri.

Il la sentit venir vers lui, puis s’éloigner à cause de sa démarche encore incertaine. Si Scott n’en démontra rien, il eut un léger pincement au cœur car il aurait aimé la sentir près de lui. Machinalement, il se mit à caresser le dos de la main de la jeune femme avec son pouce. Tranquillement, ils continuèrent leur petite promenade dans le parc jusqu’à la fin du chemin qui annonçait également la fin du parc. En temps normal, le jeune homme se serait mis à paniquer en voyant la fin de cette promenade toucher à sa fin, mais étrangement, il se sentait serein et ce fut tout naturellement qu’il lui demanda si elle souhaitait manger un morceau. Ca, c’était la proposition officielle. Officieusement, s’il proposait cela, c’était uniquement pour continuer de passer du temps avec elle. Bien évidemment, il n’avait rien contre mangé un morceau aussi, mais c’était la première chose qui lui était venue en tête pour être encore avec Diane.

Il fut content que la jeune femme lui réponde positivement. De plus, elle avait immédiatement proposé le Granny. Cela faisait longtemps que Scott n’y avait pas mis les pieds. En même temps, depuis qu’il travaillait au centre équestre, il ne sortait plus quasiment plus de là-bas. Il s’était un peu exilé de Storybrooke, il devait bien se l’avouer. Quand Diane fit mention de Marlow, il tourna la tête vers la chienne qui se roulait dans l’herbe, affichant cette expression qui faisait penser que c’était la meilleure chose au monde. Il fut sorti de sa contemplation par les doigts de la jeune femme qui vinrent s’entremêler avec les siens. Son cœur loupa un battement, ou plusieurs, il ne savait jamais. Il eut un mal fou à se concentrer pour écouter ce qu’elle lui disait par la suite, mais il réussit à capter l’essentiel qui consistait à ramener Marlow chez sa maîtresse pour ensuite aller chez Granny. Trop fort Scotty !

- Non, ça ne me pose pas de problème, répondit-il avec un sourire.

Sérieusement, vous le voyiez répondre non ? A Diane de surcroit ? Bien sur que non ! Il suivit donc Diane jusqu’à chez elle, enregistrant au passage le chemin afin de pouvoir un jour s’y rendre par lui-même. Ce qui pourrait surement lui être utile ! Scott était plus attentif au chemin que ce qu’il se passait autour de lui pour être exacte. Il espérait que la jeune femme ne lui avait pas parlé entre temps parce que sinon, cela voudrait dire qu’il lui avait mit un vent considérable et il n’aimerait pas ça. Quand ils arrivèrent en bas de l’immeuble où vivait Diane, il reporta son attention sur elle et constata qu’elle ne semblait pas attendre de réponse de sa part. Il en fut soulagé car il s’en serait voulu s’il avait loupé quelque chose. En tout cas, quand elle lui demanda s’il souhaitait monter, la question n’était pas tombée dans l’oreille d’un sourd ! Ca c’était certain ! Un léger sourire se dessina sur les lèvres de Scott.

- Je te suis, lâcha-t-il.

Ces trois mots semblèrent encouragés Diane car le jeune homme la suivit dans l’immeuble plus dans l’ascenseur. Là, pour se retrouver, il n’aurait pas trop de problème si bien qu’il put se concentrer un peu plus sur Diane et le contact de sa main dans la sienne qui ne l’avait pas quitté, ou presque pas. Il continua de la suivre jusqu’à la porte de chez elle et lorsqu’elle l’invita à entrer chez lui, brusquement, il se sentit légèrement mal à l’aise. C’était la première fois qu’il allait découvrir l’endroit où Diane vivait et ça lui faisait quelque chose. Néanmoins, il avait accepté de la suivre jusque là, il n’allait pas faire demi tour maintenant…



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mer 11 Juin - 11:39






Diane & Scott



L’attente de savoir si il la suivrait ou pas la rendait dans un tel état de nervosité qu’elle espérait qu’il ne s’en rendrait pas compte, ce n’était pas le moment de passe pour une imbécile, lorsqu’elle lui demanda s’il souhaitait monter elle sentit son cœur se comprimer d’angoisse.

-Je te suis, lâcha-t-il.

Diane lui offrit un sourire resplendissant tandis que son cœur battait à toute allure, elle entraîna le jeune homme dans l’immeuble et dans l’ascenseur. Elle sentit son souffle se raccourcir tandis qu’il se retrouvait presque collé l’un à l’autre dans le minuscule espace de l’ascenseur et pourtant elle ne souhaitait que cela : être dans ses bras. Audacieuse, elle plaça sa main libre sur la taille de Scott et se pencha vers lui sans toutefois poser sa tête sur son torse, lui laissant le choix de se rapprocher ou non d’elle. Cette situation était tellement étrange il n’y a pas 1 heure elle se torturait l’esprit le concernant et le voilà qui montait dans son appartement … en tout bien tout honneur bien évidemment.  Lorsque les portes se rouvrirent elle fila vers la porte de son logement, elle resta un instant planté devant ne sachant si elle devait l’invité à entrer, elle ne voulait pas qu’il s’imagine qu’elle ne cherchait qu’à l’attirer dans son lit, quoique ca ne lui aurait pas déplu mais il était indubitablement trop tôt dans leur relation nouvelle pour y songer.

Elle lui demanda finalement s’il souhaitait entrer et vit l’air gêné du jeune homme, elle sentit le rouge lui monter aux joues sans qu’elle puisse s’en empêcher et baissa les yeux sur Marlow qui patientait en attendant que sa maîtresse daigne ouvrir la porte. Pour éviter de faire face à Scott, Diane entreprit de mettre la main sur ses clés, elle libéra à contrecoeur la main du jeune homme et posa sa canne contre le mur et plongea la main dans son sac.  Lorsque la douleur se fit trop intense elle se mit en équilibre tout en pestant contre ses clés qui ne voulaient pas se montrer, enfin elle les sortit et les montra triomphante à Scott, mais ce geste lui fit perdre l’équilibre et elle se rattrapa de justesse au mur pour ne pas s’écrouler comme une idiote devant Scott. Elle attrapa rapidement sa canne et tacha de reprendre une contenance avant de mettre les clés dans la porte pour tourner les verrous.  Elle ne savait toujours pas si Scott allait entrer et quand elle ouvrit elle se rendit compte que l’endroit n’était pas le plus propre du monde.

-Je suis navrée je n’ai pas pris le temps de ranger …

Elle se confondait en excuse tout en entrant le plus rapidement possible pour attraper de ci de là des pulls qu’elle avait laissé traîné depuis quelques jours tant la fatigue lui donnait froid. Sur la table basse elle se hâta de prendre la tasse de café qu’elle avait laisser là le matin même et continua de s’activer pendant un moment. Puis elle se tourna vers Scott d’un air penaud.

-C’est pas du grand luxe, mais c’est chez moi …

Elle haussa les épaules et détourna le regard pour ne pas voir la réaction de Scott, elle se dirigea vers sa chambre en lui criant de s’installer le temps qu’elle s’occupe de Marlow. Elle siffla la petite chienne et s’éloigna vers la salle de bains pour la laver rapidement, bien que Scott ne soit pas à ses côtés elle était incroyablement consciente de sa présence dans son appartement, elle profita de rincer Marlow pour s’arroser le visage et tenter de réfréner les battements de son cœur. Puis elle attrapa Marlow et claudiqua jusqu’à la chambre pour la sécher et en profitez pour se changer, les vêtements trempés par sa petite compagne. Lorsqu’elle la libéra elle sortit rapidement,  elle soupira un grand coup et jeta un regard à son reflet qui lui sembla banal. Elle ôta son tee shirt contre un haut noir et changea de jeans pour paraître plus propre, elle posa un peu de maquillage sur ses yeux et regarda l’heure. Elle avait été longue sans même s’en rendre compte ! Elle sortit de la chambre avec la canne de rechange qu’elle gardait près de son lit.

-Scott ? … Scott ?

Pas de réponse, l’angoisse l’envahit de nouveau avec une pointe de tristesse, une fois encore il avait disparu, elle avait été trop longue et il avait préférer partir plutôt que de l’attendre. Diane sentit les larmes lui monter aux joues et se traita d’imbécile et tout les insultes qu’elle connaissait pour se maudire de l’avoir laissé seul aussi longtemps et en plus elle n’avait même pas son numéro ! Elle ne savait pas quand elle le reverrait et si même il accepterait de la revoir après qu’elle l’ai fait attendre aussi longtemps. Désespérée elle se laissa tomber dans le canapé en pleurant, quand elle entendit un bruit qu’elle attribua à Marlow sans même lever la tête, qu’allait elle faire maintenant ? ….


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Jeu 19 Juin - 23:12






Diane & Scott



Accompagner Diane chez elle pouvait être quelque chose d’effrayant, mais Scott se sentait à l’aise. Ce qui pourtant, n’arrivait pas souvent étant donné sa timidité maladive. Mais ce geste lui semblait « naturel », bien que ce soit la première fois qu’il allait y mettre les pieds. D’ailleurs, jusqu’à présent, il n’avait jamais su où la jeune femme habitait alors il s’était montré particulièrement attentif pendant le chemin. Cela pourrait être fortement utile si un jour il souhaitait aller la chercher ou bien simplement lui rendre visite. Il retint également le numéro de l’étage, histoire de ne pas avoir à s’amuser à monter dans tous les étages pour essayer de trouver l’appartement où la jeune femme vivait. Non parce qu’il était vraiment capable de ça si jamais il ne faisait pas attention à l’endroit exacte où Diane vivait. Et puis, le sourire éblouissant qu’elle lui avait offert lorsqu’il avait accepté de monter avec elle valait vraiment tout l’or du monde.

Dans l’ascenseur, elle avait même été jusqu’à passer une main autour de la taille de Scott. Brusquement, le jeune homme eut un ou deux battements de cœur en moins. Et instinctivement, il se rapprocha de la jeune femme. Très rapidement, ils arrivèrent à l’étage où Diane vivait et il la suivit jusqu’à la porte. Patiemment, il attendit qu’elle ouvre, ce qui se fit après plusieurs secondes car la demoiselle eut quelques difficultés à trouver ses clés dans son sac. Un silence gêné régnait entre les deux personnes. Ni l’un, ni l’autre ne disait mot. Seule Marlow semblait être celle qui était à l’aise, assise devant la porte. Elle attendait patiemment que sa maîtresse n’ouvre la porte. Quand elle trouva les clés au bout de plusieurs secondes et qu’elle les brandit, victorieuse, un sourire se dessina sur les lèvres de Scott. C’était un peu la réaction qu’on offrait à un enfant qui venait de faire un exploit, mais honnêtement, il ne pouvait pas s’en empêcher et ce n’était nullement péjoratif.

Une fois la porte ouverte, Scott se sentit légèrement gêné. Il allait pénétrer dans l’endroit où vivait Diane et quelque part, il y avait de quoi être gêné car la maison de quelqu’un, c’était un peu son sanctuaire, son nid et par conséquent, c’était tellement représentatif de la personne que du coup, celle-ci n’avait presque plus aucun secret pour celui qui entrait. Finalement, lorsqu’elle l’invita à entrer, il s’exécuta tandis qu’elle s’excusait pour le bazar. Scott n’était pas vraiment très regardant en ce qui concernait le rangement. Lui-même n’était pas quelqu’un de très maniaque à ce niveau-là. Peut-être parce que c’était un homme et que par conséquent, rangement et homme ne faisaient pas bon ménage. Du coup, il eut le droit au spectacle de Diane entrain de ramasser absolument tout ce qui trainait. A plusieurs reprises, il ouvrit la bouche pour lui dire que ce n’était vraiment pas nécessaire d’en faire autant, mais il n’osa pas la déranger jusqu’à ce qu’elle s’arrête et lui fasse remarquer qu’elle ne vivait pas dans le luxe. Un léger sourire se dessina sur les lèvres de Scott.

- Tu dis ça à un type qui vit au-dessus des écuries d’un centre équestre. Donc crois-moi, chez toi, comparé à chez moi, c’est le grand luxe.

Diane l’abandonna assez rapidement pour disparaître dans une pièce dont Scott ignorait tout. Il se trouvait dans le salon et c’était la seule pièce qu’il connaissait de visuelle. Pour le reste, il ne pouvait que se l’imaginer. Quand elle lui intima de faire comme chez lui le temps qu’elle s’occupe de Marlow. Machinalement, le jeune homme hocha la tête, mais ce fut complètement inutile puisque Diane n’était plus là pour le voir. Du coup, il lâcha un simple « d’accord », basique, montrant qu’il avait parfaitement compris ce qu’elle lui avait dit. Il jeta un coup d’œil autour de lui, son regard se posant ça et là, retenant un maximum d’information. Puis il alla s’asseoir sur le canapé, attendant tranquillement que Diane ait terminé de s’occuper de sa chienne. Les minutes sans la jeune femme furent particulièrement longues, mais il entendait le bruit de l’eau couler. Au bout d’un moment, Marlow surgit et sauta sur le canapé et Scott la caressa en souriant.

Puis, la petite chienne descendit et souhaita sortir sur le balcon. Machinalement Scott se leva et lui ouvrit la porte fenêtre. Marlow sortit donc et le jeune homme la suivit. Il ignorait complètement pourquoi la petite chienne avait souhaité sortir, mais il ne tarda pas à le découvrir lorsqu’elle rapporta un jouet à ses pieds. Ravi d’être entré dans les bonnes grâces de Marlow, Scott s’accroupit et lui lança le jouet qu’elle alla rechercher pour lui ramener. Ils firent ainsi plusieurs échanges jusqu’à ce que le jeune homme entende son prénom, prononcé par Diane qui devait avoir terminé ce qu’elle devait avoir à faire. Il se redressa, mais la petite chienne lui ramena encore une fois son jouet et il lui lança une dernière fois avant de rentrer à l’intérieur de l’appartement. Là, il découvrit Diane, assise sur le canapé entrain pleurer. Scott écarquilla les yeux. Qu’est-ce qui lui arrivait tout à coup ? Pourquoi pleurait-elle ? Automatiquement, il s’avança vers elle.

- Qu’est-ce qu’il se passe ? Quelqu’un est mort ? Tu as eu une mauvaise nouvelle ? demanda-t-il en cherchant à savoir pourquoi est-ce que la jeune femme avait ainsi fondu en larme.

Il alla s’asseoir à côté d’elle et passa un bras autour de ses épaules. Il ne savait vraiment pas quoi dire, ni quoi faire pour qu’elle cesse de pleurer. Il était complètement désespéré.

- Je t’en prie, arrête de pleurer, je ne sais pas quoi faire quand les gens pleurent…

Autant avouer que Scott ne savait pas du tout comment s’y prendre avec les gens. Il était du genre solitaire depuis aussi loin qu’il se souvenait et vivre reclus de la ville, au milieu de ses chevaux, n’avait pas vraiment aidé dans le bon sens, même s’il voyait quand même des humains étant donné qu’il possédait des employés.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Ven 20 Juin - 12:25






Diane & Scott



Le corps de Diane était secoué de sanglots tandis qu’elle se maudissait d’avoir laissé son compagnon seul tandis qu’elle s’occupait de Marlow, quelle idiote elle avait été de ne pas lui dire de l’accompagner, il aurait pu rester auprès d’elle pendant qu’elle lavait la petite chienne et ainsi elle aurait pu profiter encore de sa présence à ses côtés qui la réconfortait. Mais non elle avait voulu faire son indépendante et se retrouvait désormais plus seule que jamais après ses cours instants de bonheur que Scott lui avait offert et qui ne se reproduirait probablement jamais. Elle n’avait pu s’empêcher de se mettre à pleurer en songeant au fait que tout cela était peut être fini avant même d’avoir réellement commencé.

Elle n’avait pas fait attention au bruit qu’elle avait entendu et pourtant lorsqu’elle entendit des pas elle releva les yeux, Scott était là ! IL ETAIT LA !  Elle l’entendit s’inquiéter mais ne put que poser sur lui son regard larmoyant et ses joues baignées de larme. PATHETIQUE ! Il vint la rejoindre et passa un bras autour d’elle et elle vint se blottir contre son épaule, savourant la joie de retrouver son bonheur perdu quelques minutes plus tôt. Elle s’accrocha à lui comme une femme à la dérive sur sa bouée, si elle ne le faisait pas fuir alors ne comprenait pas. Scott la suppliait doucement d’arrêter de pleurer en lui annonçant qu’il était désemparé face à ses pleurs, la jeune femme inspira et tacha de se calmer, il était là et c’était tout ce qui comptait.

Elle posa le regard vers le lieu d’où venait Scott et vit Marlow un jouet dans la gueule qui les regardait avec ce qui ressemblait de la surprise, la petite chienne quitta son poste d’observation et se hâta de venir sur les genoux de Diane mais sans lâcher son jouet. Elle le posa sur les jambes de sa maîtresse avant de se glisser entre ses bras et de lécher ses mains tirant un tout petit sourire de gratitude de la jeune femme. Diane la caressa et se calma un peu plus, sa chienne avait toujours eu cet effet apaisant sur elle et elle n’avait jamais compris comme c’était possible et ne souhaitait pas le découvrir elle y arrivait et c’était l’essentiel.

Quand elle fût enfin apaisée, Diane se releva et déposa un baiser sur la joue de Scott, elle n’osait pas l’embrasser de peur qu’il ne la rejette et que cela la refasse se mettre à pleurer.

-Je suis désolée, J’ai … j’ai cru que tu était de nouveau parti sans me le dire … je suis une idiote !

Elle lui offrit un sourire penaud et retourna se cacher dans son cou, elle avait besoin de le sentir contre elle, de savoir qu’il était là qu’il n’était pas de nouveau parti. Elle se mit à caresser machinalement Marlow qui ne l’avait pas quitter et qui semblait attendre le moment où sa maîtresse allait se remettre à pleurer. La tristesse de l’instant précédent se transforma en hilarité tant Diane se rendit compte de son absurdité, elle changeait beaucoup trop vite d’état d’esprit ces derniers temps, probablement a cause des médicaments. Enfin elle se calma sans avoir oser dire à Scott pourquoi elle riait alors qu’elle pleurait il y avait encore quelques minutes.

-Tu sais il faudra que tu me donne ton numéro de portable, je crois que je ne survivrai pas encore une fois à une situation pareille …

Même si elle avait essayer de dire ca sur le ton de la plaisanterie elle savait que si elle y pensait trop souvent elle pourrait vraiment en mourir, elle tenait tellement à Scott que l’expression avoir le cœur brisé pourrait prendre tout son sens. Sans lui elle n’était pas elle-même et si il venait à disparaître elle deviendrait alors une seconde Regina Mills, la maire de la ville au cœur aussi froid qu’un iceberg. Mais à cet instant assis dans son canapé et en sécurité dans les bras de Scott elle ne voulait pas y songer, elle avait déjà bien assez à s’inquiéter dans sa vie pour en rajouter encore plus. Les minutes s’écoulaient et Diane savait qu’ils devaient aller chez Granny pour manger un morceau mais si Scott ne sentait pas le besoin de ressortir pour le moment ce n’est pas elle qui enclencherait le mouvement de cela elle en était certaine.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mar 1 Juil - 17:12






Diane & Scott



S’il y avait bien une chose que Scott ne comprendrait jamais c’était comment fonctionnait les femmes. Déjà qu’il ne comprenait pas de trop comment le monde fonctionnait étant donné qu’il passait plus de temps en compagnie des chevaux plutôt qu’avec des êtres humains, mais quand il s’agissait de femme… Le jeune homme était un gros nul ! Tout allait bien pourtant avec Diane, elle était partie s’occuper de Marlow, lui l’avait tranquillement attendu et n’avait pas l’intention de s’en aller, puisqu’il n’avait pas de cheval fugueur en pension… Non, tout allait bien ! Et pourtant, en revenant de sur le balcon, il avait retrouvé Diane, assise sur son canapé, en larme. Qu’est-ce qui lui arrivait ? Allez savoir ! Même lui n’en avait aucune idée. Le premier truc qui lui vint en tête, ce fut qu’elle venait d’avoir une très mauvaise nouvelle. En fait, c’était le seul et unique truc puisqu’il n’y avait aucune raison pour que la jeune femme pleure. Quoi qu’il avait quand même émis la possibilité que quelqu’un soit mort, mais ça rentrait dans la catégorie des mauvaises nouvelles.

Voir Diane les joues baignées de larmes lui arrachait le cœur. Un aussi joli visage comme le sien ne méritait pas d’être plein de larmes, ni même d’être habité par la tristesse. Non, aux yeux de Scott, il n’y avait que la joie et la bonne humeur qui sciait à la jeune femme. Le reste ne devrait pas exister. Sauf qu’on ne faisait jamais ce qu’on voulait. Machinalement, une fois assis à ses côtés, il passa un bras autour de ses épaules. Il sentit Diane venir se blottir contre lui et même s’accrocher à lui, comme s’il allait s’évaporer d’une seconde à l’autre. Pourtant, il était là et il ne comptait pas bouger d’un pouce. Constatant qu’elle continuait de pleurer, Scott la supplia d’arrêter parce qu’il ne savait pas du tout quoi faire quand les gens pleuraient. Il se sentait complètement perdu et totalement inutile. Qu’est-ce qu’on pouvait faire quand quelqu’un pleurait ? Mis à part le réconforter du mieux qu’on pouvait ? Rien ! Et c’était ce rien qui décontenançait le jeune homme. Pour le coup, il adorerait avoir une baguette magique pour faire cesser ces pleurs.

Marlow ne tarda pas à les rejoindre et à venir prendre place sur les genoux de sa maîtresse. Elle avait apporté avec elle son jouet que Scott lui lançait quelques instants plus tôt. Un léger sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme en voyant comment la petite chienne essayait de consoler sa maîtresse. Au moins, les chiens, ils savent y faire ! Scott donnerait tout pour être un chien, pour le coup. Enfin non, c’était une pensée totalement ridicule ! En tout cas, Marlow réussit à faire cesser les larmes de Diane et Scott fut grandement soulagé. Ca allait un peu mieux pour lui aussi ! Ce manque de savoir faire était sans nul doute dû au fait qu’il était resté beaucoup trop longtemps dans son coin. Déjà quand il était petit, c’était le garçon effacé qui ne se mélangeait pas vraiment aux autres, mais depuis qu’il avait commencé à travailler, c’était pire ! Enfin, il n’était pas encore au stade d’homme des cavernes, heureusement, mais bon. Il avait de la chance que Diane ne lui en tienne pas spécialement rigueur.

Au moment où Scott s’y attendait un peu le moins, la jeune femme vint déposer un baiser sur sa joue. Puis il vint à penser qu’il ne savait toujours pas pourquoi Diane s’était mise à pleurer comme ça, sans raison apparente. Comme si elle avait lu dans ses pensées, elle lui répondit au même moment et cette réponse le déconcerta énormément, si bien qu’il la fixa d’un air interloqué. Pourquoi serait-il parti ? Diane serait-elle encore sous un choc traumatique par rapport au fait que la dernière fois, il était parti sans un mot pendant qu’elle était au bon soin d’un médecin ? Là, ce jour-là, il n’avait réellement pas pu la prévenir parce que sinon, il l’aurait fait, mais là ? Là, il aurait été la rejoindre et lui aurait dit que leur projet d’un déjeuné chez Granny était annulé parce qu’il avait une urgence, mais qu’ils remettaient leur rendez-vous à un peu plus tard. Qui sait, peut-être même le soir même ? Mais pour le coup, Diane s’était vraiment inquiétée pour rien parce qu’il était encore là. Il avait simplement disparu sur son balcon.

- Mais… pourquoi est-ce que je serais parti ? Je t’ai dit qu’il n’y avait pas de risque qu’on m’appelle aujourd’hui et même si j’aurais dû partir, j’aurais eu la décence de te le dire… répondit-il tandis qu’elle se cachait dans son cou.

Scott ne comprenait pas le raisonnement qui avait bien pu s’opérer dans la tête de Diane et il ne le comprendrait sans aucun doute jamais. Mais il n’avait pas envie que la jeune femme pense qu’à chaque fois qu’il disparaissait deux minutes, c’était parce qu’il avait pris la poudre d’escampette. Le jeune homme vivait peut-être plus en compagnie des chevaux que de ses semblables, mais ce n’était pas pour autant qu’il était un grossier personnage sans aucune éducation. Puis d’un seul coup, l’éclat de rire de Diane résonna dans ses oreilles. Bah… Pourquoi rait-elle à présent ?! C’était vraiment à ne plus rien y comprendre ! Mais alors vraiment plus rien du tout ! Scott était totalement largué. Une minute auparavant elle pleurait toutes les larmes de son corps et là, elle riait aux éclats. Une vraie girouette. Du coup, le jeune homme hésita entre laisser tomber et lui proposer de l’emmener en thérapie pour savoir si elle était bipolaire ou pas du tout…

Lorsqu’elle lui demanda son numéro de téléphone, Scott roula légèrement des yeux et lâcha un soupire puis enfin, un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Il voyait bien le jour où il irait aux toilettes et où elle l’appellerait pour savoir où est-ce qu’il avait disparu. Qu’est-ce qu’il pourrait bien répondre ce jour-là ? « Là où tu ne peux pas aller à ma place » ? Une phrase, sans aucun doute, de ce genre-là.

- Tu sais, si tu voulais mon numéro de téléphone, il suffisait de demander plutôt que de pleurer, répondit-il en plaisantant.

Sur la table basse du salon, il avisa un morceau de papier ainsi qu’un crayon. Machinalement, il attrapa le tout et nota son numéro de téléphone. Il ne s’en servait pas beaucoup et ne le regardait quasiment jamais, mais il en avait un. Un vieux modèle, mais du moment qu’il pouvait téléphoner etc… C’était l’essentiel. Tout en tendant le numéro de téléphone vers Diane, il dit :

- Si je ne réponds pas dans la seconde, tu me jures de ne pas te mettre à pleurer, hein ?

S’occuper des chevaux ne lui permettait pas d’être tout le temps collé au téléphone. Des fois, il le posait quelque part et l’oubliait complètement pendant toute une journée avant de capter le soir, très tard, qu’il avait peut-être reçu des appels. Donc, non, il n’était pas joignable H24, mais il rappelait systématiquement, quand on lui laissait un numéro de téléphone puisque son numéro servait de numéro perso et professionnel. Avoir deux téléphones, pour Scott, c’était impensable. Il avait déjà mis des lustres à capter comment taper un sms, ce n’était pas pour avoir une deuxième technologie à apprivoiser… Finalement, il donna son numéro à la jeune femme parce qu’il se voyait très mal ne pas lui donner si elle ne lui jurait pas de ne pas fondre en larme. Puis Diane revint dans ses bras et il l’étreignit simplement. Quelques instants s’écoulèrent quand le jeune homme capta qu’ils avaient un truc de prévu et que s’ils continuaient comme ça, ils ne bougeraient jamais de l’appartement. Déposant un baiser sur le sommet de la tête de Diane, il fit :

- Tu es suffisamment remise pour qu’on aille chez Granny ou tu as besoin d’encore un peu de temps ?



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   Mar 22 Juil - 22:28






Diane & Scott



- Tu sais, si tu voulais mon numéro de téléphone, il suffisait de demander plutôt que de pleurer.

Diane lui asséna une petite tape sur le torse, ne se rendait il pas compte à quel point elle tenait à lui et que le simple fait d’imaginer qu’il ne puisse exister l’anéantirait jusqu’au plus profond d’elle-même. Mais même si elle lui reprochait de jouer du fait qu’elle avait pleurer, elle ne put s’empêcher de lui sourire rien que pour le rassurer et lui prouver que les larmes étaient loins même si c’était un pur mensonge. D’un mouvement serein il se détacha d’elle et le cœur battant elle le regarda noter son numéro de portable sur un bout de papier qui trainait. Si elle avait su qu’il lui aurait donner aussi facilement elle l’aurait fait dès le départ ! Enfin presque … Il lui tendit ensuite le papier avec un sourire craquant.

- Si je ne réponds pas dans la seconde, tu me jures de ne pas te mettre à pleurer, hein ?

Cette fois Diane ne se fit pas prier pour le bourrer de petits coups de poings sans force dans le torse en riant, lorsqu’elle se calma elle alla se pelotonner dans les bras de Scott, c’était là sa place dans l’univers, l’endroit où elle souhaitait être en permanence, il ne manquait plus qu’une chose à son bonheur : sortir Cloé de cet horrible orphelinat. Machinalement elle se mit à caresser la peau du cou de Scott accessible au dessus de sa chemise, elle posa un baiser dans son cou et inspira son odeur avant de soupirer d’aise.

-Je te le promets sur ce que j’ai de plus chère à mes yeux.

Elle prit le numéro qu’il lui tendait et le reposa sur la table, il ne risquait pas d’en disparaitre. Elle se réinstalla à ses côtés tout en lui passant sous silence qu’elle jurait en parlant de lui et de Cloé sinon la promesse sera caduque, au lieu de ça elle se raisonna pour le téléphone après tout elle n’était pas non plus scotché au sien et Scott avait un travail manuel et très prenant, il ne pouvait donc pas regarder toutes les 2 minutes son portable.

-Enfin à une condition, obligation d’au moins un message dans la journée, matin, midi ou soir peut m’importe mais je veux avoir de tes nouvelles, c’est une condition non négociable !

Elle offrit un grand sourire à Scott puis reposa sa tête sur son épaule, elle écoutait battre son cœur à l’unisson du sien et tout en pensant à tout ce qui avait changer depuis le jour où il était venu par hasard à l’aquarium, et Diane se félicita de ne pas l’avoir laisser repartir comme si de rien était, si elle l’avait fait ils en seraient encore au même stade c’est-à-dire des anciens amis que tout séparait. Au bout de quelques instants durant lesquels seuls les bruits de leurs respirations résonnèrent dans le silence Scott déposa un baiser sur son front.

- Tu es suffisamment remise pour qu’on aille chez Granny ou tu as besoin d’encore un peu de temps ?

Elle fit la moue et se redressa pour planter un baiser intense et sulfureux sur les lèvres de Scott, à bout de souffle elle se réinstalla pour lui signaler qu’elle avait encore besoin d’un peu de temps, elle était si bien ici, sa cheville ne la faisait pas souffrir et son cœur allait éclater de bonheur. Finalement elle se dit qu’il fallait qu’ils bougent sinon Granny serait fermée. Elle se leva et attrapa sa veste en cuir, elle l’enfila et tendit la main  à Scott qui n’avait pas bouger du canapé, elle lui attrapa le bras et le hissa sur ses pieds, si elle avait pu elle se serait mise à courir et l’aurait entrainer avec elle mais malheureusement il fallait qu’elle prenne sa maudite canne de malheur. Elle l’attrapa et se mit en marche, ils sortirent de l’appartement pour rejoindre la rue main dans la main.

-C’est moi qui offre, café et crêpes pour tout le monde !

C’était simple et efficace et cela cloturerait en beauté une journée qui avait commencer dans l’inquiétude et la remise en question et qui se terminait bien mieux puis qu’elle laissait envisager de très belles journées en perspective et surtout une histoire d’amour dont Diane n’osait plus rêver et qu’elle allait vivre pleinement avec Scott.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I think we need to talk about us [pv Diane]   
Revenir en haut Aller en bas
 

I think we need to talk about us [pv Diane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-