★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Ven 22 Fév - 15:50







Leydan & Suzie

Give me a man after midnight… ☣


Il faisait nuit la journée m’avait paru incroyablement longue comme d’ordinaire, tout me paraissait long ces temps ci tant la journée que les innombrables nuits que je passais à attendre le sommeil, mais celui-ci n’avait pas vraiment envie de venir me voir ces derniers temps, je passai donc mes nuits à ruminer des pensées noires, seul dans mon lit et lorsque je n’en pouvais plus je me glissai au dehors et zonai comme dise les jeunes.

Je ne savais jamais à l’avance sur quoi ou qui j’allais tomber ni même où j’allais arriver, parfois j’arrivais au bar et je buvais jusqu'à ne plus tenir debout, parfois c’était au cimetière que j’arrivais et là je m’installai sur la tombe de Lena et Will sans un mot pendant des heures. Mais cette nuit ce n’est ni à l’un ni à l’autre que mes pieds me menèrent, non je me retrouvais au pied de l’horloge, la maudite horloge que j’avais maintes fois essayer de réparer et qui avait fini par ce remettre un jour à fonctionner sans que personne n’intervienne. Je sortis mon pass et ouvrit la porte arrière puis montait l’escalier en colimaçon qui menait jusque derrière le cadran, en haut j’ouvris la porte qui donnait sur l’extérieur et m’assit sur le porte du micro balcon les pieds dans le vide. Je fixai mon attention le bruit régulier du mécanisme et calai ma respiration dessus, cela m’apaisa quelques peu mais bien vite mes pensées revinrent me tourmenter, pourquoi ne pouvais je profiter de la vie comme tout les êtres insignifiants de cette ville ?

Plusieurs heures durent passés sans même que je n’y prête attention et lorsque je regardais enfin vers le ciel la lune avait déjà commencer sa descente, je me remis debout et refermai avant de descendre calmement les marches et de quitter la tour. Je longeai les maisons fermés et me décidai pour un ultime tour dans le parc municipal, bien sûr on n’y voyait pas grand-chose mais ca et là était planté des poteaux d’éclairage public. Je n’avais fait que quelques pas lorsque j’entendis des cris suivis de ricanement, le cri était assurément féminin, je me mit à courir dans la direction que je pensais être la bonne et tombai alors sur le petit groupe. C’était une jeune femme qui était encerclé par trois solides gaillards, et rien qu’à leur visage je voyais bien qu’il ne lui voulait pas que lui demander l’heure, si il y avait bien une chose que je détestais c’était qu’on s’en prenne à une femme sans défense, la colère monta en moi en moins d’une minute. Il voulait la bagarre il allait l’avoir foi d’horloger !

Je m’avançais tout en veillant a rester un maximum dans la pénombre pour ne pas me faire remarquer et ainsi garder l’effet de surprise, mais je n’en avais guère besoin car les agresseurs étaient entièrement focalisés sur leur victime. Je pris le temps de la regarder, son visage m’était familier mais de la à lui donner un nom il y avait un monde, de loin je ne voyais pas si elle était terrorisée ou amusée de la situation.

Quand le premier assaillant s’avança vers la jeune femme je ne perdis pas une minute, je sortis de mon coin sous l’œil surpris des deux comparses du gars et le saisit par le col de son blouson.

-Alors on fait la fête ?

Je le fis se retourner vers moi et lui fit un sourire carnassier … oui casser quelques nez allait surement remonter mon moral en flèche, sans même y réfléchir ma main se plaqua sur sa joue, l’homme eut le souffle coupé néanmoins il m’envoya un coup de poing au ventre. J’expulsait tout mon air et plus en rogne que jamais je lui envoyai un crochet du droit en plein dans son nez, un craquement sonore fut audible signe que lui avait casser le nez, je souris de ce constat. Je le poussai au sol et me tournai vers la jeune femme en essayant de ne pas paraître menaçant.

-Restez bien derrière moi, n’ayez pas peur !

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Lun 1 Avr - 9:03


J'entends la nuit qui m'appelle
La nuit...voile sombre s'emparant du monde au premier déclin des rayons du soleil...la nuit, sa grande amie, accompagnait Suzy dans son travail. Car son travail c'était d'incarner la nuit et ses folies, ses rêves et ses peurs. La rayonnante brune dormait une bonne partie du jour et bossait au Casino tout le soir jusqu'au petit matin. Rentrer seule dans le noir était devenu si banale pour elle qu'elle en oubliait d'être prudente...Pourtant, quand on est une strip teaseuse aussi désirable et naïve que Suzy, sans doute devait-on faire preuve d'un peu plus d'inquiétude en se baladant seule dans le parc.

Ses talons aiguilles faisaient un bruit de tout les diables en tapant sur le bitume. Son long trench beige cachait sa jolie robe en dentelle noire et surtout ses porte-jarretelles, qu'elle ne prenait pas le temps d'enlever dans les vestiaires attitrés à sa profession, trop pressée qu'elle était de rentrer chez elle pour se glisser sous ses draps de sa petite chambre rose. Elle avait attaché ses cheveux en chignon, histoire de paraitre habillée malgré sa tenue et s'était remaquillée de façon pour sobre pour ne pas trop attirer l'attention. Raté ! Sur toute la ligne !
En effet, lorsque Suzy traversa le parc pour rentrer à la maison, elle entendit derrière elle des sifflements. D'abord lointain, les trois hommes qui semblaient la suivre se rapprochaient dangereusement, élevant la voix pour interpeller la séduisante jeune femme. Sans doute aurait-elle dû courir, quoiqu'avec des chaussures pareilles valait-il mieux s'abstenir pour ne pas avoir à se péter une cheville, sans doute aurait-elle dû prendre son téléphone et appeler Robin, son colocataire, qui avait pourtant insisté pour venir la chercher à la fin de son travail si elle le désirait, ce qu'elle ne faisait jamais de peur qu'il apprenne la triste vérité concernant ses activités, sans doute encore aurait-elle dû simplement accélérer le pas ou menacer d’appeler la police lorsque ses assaillants ne furent qu'à quelques mètres d'elle....Mais rien de tout cela n'apparut dans l'esprit de Suzy. La jeune femme avait une vision du monde aussi belle et pure que celle d'un enfant de cinq ans ou qu'une ado sous l'emprise de substance hallucinogène, rien ne pouvait troubler son quotidien et si ces hommes venaient l'accoster sans doute était-ce parce qu'ils désiraient quelque chose comme "retrouver leur chemin", tout simplement. Ainsi donc, l'ex Dorothée se retourna vers eux et leur sourit stupidement.

- Héé t'es mignonne toi ! T'as une cigarette chérie ?

- Non, je ne fume pas...Mais j'ai du feu si vous voulez ! Suzy leur sourit de plus belle et fouilla dans son sac à main à la recherche de son briquet, celui qu'elle utilisait sur scène pour allumer sensuellement les cigarettes des hommes qui assistaient à son show. Les trois gaillards en face d'elle s'étonnèrent du calme et de la décontraction de la brunette ainsi que de sa proposition...C'était stupide, s'ils demandaient une cigarette c'était que normalement ils n'étaient pas censés en détenir. L'un d'eux éclata de rire et Suzy l'accompagna sans trop savoir pourquoi, peut-être commençait-elle enfin à devenir nerveuse en voyant que ses interlocuteurs n'avaient pas l'air de vouloir partir et que l'un d'entre eux lui barrait le passage.

- Euh...Tenez, prenez le briquet ! Bonne soirée messieurs ! Dit-elle alors dans le même sourire agréable, quoiqu'un peu plus crispé en tentant le zippo vers le plus menaçant des compères.

- Hop hop hop ! Tu vas pas nous quitter si tôt ma jolie ! On pourrait parler ensemble...


- Je suis désolée, vraiment, mais je dois rentrer chez moi, il est tard et...

- Allé, fais pas ta pétasse poupée ! On t'a vu sur scène, mon pote voudrait un petit show privé, pas vrai Mike ?

Oups...La situation dérapait ! Le dénommé Mike lui attrapa le poignet avec force. Sans doute ce contact réveilla enfin l'instinct de survie presqu'inexistant de Suzy qui poussa un cri de frayeur. Le coeur à cent à l'heure, pour une fois, depuis bien longtemps, elle avait peur....Son corps se mit à trembler et immédiatement ses pensées allèrent pour Robin, si seulement il pouvait l'entendre. Alors qu'elle tentait de se débattre en reculant et en tirant sur son poignet, une autre voix s'éleva non loin d'eux...Seigneur, pas un quatrième !  Tout s'enchaina trés vite, la jeune femme ne comprenait pas tout mais les hommes semblaient se battre entre eux, sans doute se tapaient-t'ils dessus pour savoir qui aurait le droit de gagner le gros lot. Alors qu'ils s'agitaient, Suzy replongea sa main dans son sac avec empressement. Un des hommes hurla et se retrouva au sol tandis qu'un autre, celui qui venait de débarquer se tourna vers elle.

-Restez bien derrière moi, n’ayez pas peur !

Trop tard....Avant de comprendre que cet homme aux cheveux longs jouait le rôle de son sauveur, Suzy serra les dents et aspergea le visage de son héros de spray au poivre. Elle trimballait toujours cette petite bombe avec elle mais ne s'en était jamais servie jusqu'à maintenant, c'était Bran qui avait insisté pour qu'elle la garde. Le spray brouillait immédiatement la vue et infligeait des douleurs terribles à celui qui en recevait, le pauvre allait se souvenir d'elle encore longtemps.

- Oh pardon ! Pardon monsieur....je...Suzy posa une main devant sa bouche totalement désemparée devant l'acte qu'elle avait commis, comment pouvait-on être aussi bête et suicidaire au point de rendre aveugle le seul homme qui avait répondu à son cri de détresse? Les deux assaillants encore debout éclatèrent de rire et l'un d'eux en profita pour sauter sur l'aspergé. L'autre voulu faire de même mais Suzy s'interposa en poussant un cri de guerrière peu convainquant.

- NE LE TOUCHEZ PAS, ESPÈCE DE GORILLE ! Attrapant son sac à main, prise d'une pulsion hystérique, pleurant autant qu'elle criait, elle frappa à maintes reprises l'homme avec son sac tout en s'excusant à moitié pour les coups portés. La strip teaseuse devait être la seule femme au monde capable de tabasser son agresseur tout en culpabilisant de le faire, c'était insensé, c'était du Suzy tout craché !
FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Dim 28 Avr - 17:20


Tous mes travers sont fait pour l'ombre

À peine m’étais je retourner pour lui dire de se mettre à l’abri de ses agresseurs que je la vis sortir en toute hâte sa main de son sac en tenant quelque chose. J’ignorai ce que c’était mais je n’allais pas tarder à l’apprendre, elle m’aspergea le produit dans les yeux, une sensation de brulure m’envahit alors. Je portais mes mains à mes yeux pour tenter en vain d’enlever le produit, l’idiote venait de réduire mes chances de la secourir à néant.

-BORDEL !

Je l’entendis s’excuser comme si elle n’avait pas fait exprès, pourtant elle m’avait bel et bien visé ! Des rires résonnèrent je n’eus pas de mal à savoir d’où cela provenait, ma gorge me brulait et j’avais un peu de mal à respirer. J’ouvris les yeux, tout était trouble comme si je regardais sous l’eau, un des agresseurs profita de mon incapacité à voir pour me sauter dessus, heureusement pour moi je savais me battre sans voir, et le fait de mettre fait à mon tour agressé alors que je tentais une bonne action me donnait encore plus la rage de vaincre. Derrière moi j’entendis la jeune femme crier

- NE LE TOUCHEZ PAS, ESPÈCE DE GORILLE !

Je ne faisais que me débarrassez de mon agresseur bon sens, elle commençait à m’agacer fortement celle-là, je venais l’aider après tout, je n’eus pas le temps de me dire que j’aurais dû partir car l’agresseur revint sur moi. Il commençait à me taper sur le système, me concentrant sur mes autres sens il ne me fallut que quelques minutes pour me débarrasser de lui pour de bon, le projetant dans les airs sa tête alla se cogner contre un des réverbères du parc. Le choc provoqua l’arrêt de la lumière et nous plongea encore plus dans la pénombre, une fois qu’il fit plus noir je me sentis mieux mes yeux étaient moins irrités du fait qu’il y ait moins de lumière. Je me retournais vers la jeune femme, elle tapait son agresseur à coup de sac à main comme si ça pouvait servir à quelque chose. Sous mes yeux l’homme saisit les lanières du dit sac et l’arracha des mains de sa propriétaire qui se retrouvait une nouvelle fois sans défense.

Je me glissai dans l’ombre et fit signe à la jeune femme de se taire en espérant que cette fois elle m’écouterait, tandis que je glissais ma main dans la poche arrière de mon jean où je rangeais habituellement mon couteau de travail. Il quittait rarement ma poche et je sentis vite sa forme familière, je le prix et déclenchait le cran d’arrêt pour en faire sortir la lame, j’avais mal et je n’avais guère envie de m’éterniser dans ce parc, les flics pouvaient débarquer à tout moment et je ne tenais pas à passer une énième nuit en taule ! Je m’avançais à pas feutrés vers l’homme qui ne s’intéressait qu’a la jeune femme, je profitai qu’il lui parle pour lui sauter dessus, passant mon bras autour de sa gorge je plaçais ma main dessus, de mon autre main je posais mon couteau sur sa joue

-Alors on fait moins le malin maintenant hein ?

J’appuyai un peu plus la lame de mon couteau pour lui faire peur, je n’allais bien sur rien lui faire mais lui n’en savait rien et je le sentais trembler contre moi.

-Il peut se placer beaucoup de choses dans ta situation, soit tu résistes et je te brise le cou avec ma main, soit je te plante mon couteau dans tes parties afin de te passer l’envie de recommencer à ennuyer les jeunes femmes. Alors qu’elle est ton choix, cou ou partie ?

L’homme commença à pleurnicher et à me supplier, je le poussai devant et lui filait un coup de pied au cu en lui hurlant de ne plus jamais recommencer, l’homme apeuré hocha la tête avant de s’enfuir à toute jambes. Je me retournais vers la jeune fille qui était à genoux au sol.

-Est-ce que tout va bien ? grognais –je

Je me méfiai peut-être avait-elle encore une bombe pour m’asperger ? Je descendis à ma hauteur et lui tendit une main pour l’aider à se relever, la lumière me brulait les yeux aussi je les fermais pour m’épargner un peu, d’instinct je rangeai la lame de mon couteau et le remit dans ma poche arrière. J’attendais qu’elle se relève pour enfin partir me coucher, j’étais épuisé même si mon envie de vengeance c’était envolé je n’en avais pas moins pris des coups.

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Mar 30 Juil - 23:09


J'entends la nuit qui m'appelle
Tout se passa très vite, il y avait les coups, les rires puis les cris. Les siens, surtout ! La brune sexy hurlait de toutes ses forces, elle sombrait peu à eu dans une forme d’hystérie qu’elle ne contrôlait pas. Alternant coup de sac, coup de pieds et gifles, Suzy Hurricane comprenait enfin qu’il fallait qu’elle se défende même si elle abhorrait en passer par la violence, la vie de son sauveur en dépendait. Coupable d’avoir aspergé par erreur son héros d’une nuit, la jeune femme comptait bien réparer cette méprise en l’aidant du mieux qu’elle le pouvait. À deux contre trois, le sort n’était pas en leur faveur surtout lorsque l’un de leurs agresseurs s’empara de la seule arme dont disposait la strip teaseuse : son sac à main. Terrifiée, Suzy n’osa pas s’approcher pour le récupérer, surtout qu’elle venait de subir quelques coups en passant, sa bravoure face à tels individus avait des limites ! Paniquant davantage, des larmes vinrent couler le long de ses joues rougies, elle ne savait plus comment réagir. Ses cris n’avaient attiré personne d’autre et son ange gardien se débattait tant bien que mal malgré sa vision obscurcie. Il réussit néanmoins à faire pencher la balance et se débarrassa de l’un de ses agresseurs qui finit sa course dans un réverbère. Suzy ouvrit de grands yeux choqués et posa immédiatement sa main sur sa bouche pour retenir un autre cri. L’homme venait de faire une sacrée chute et même s’il avait tenté d’abuser d’elle, il ne méritait pas un tel sort, non ?

Suzy aurait bien aimé lui demander s’il s’était fait mal mais voilà que son sauveur lui faisait des signes à l’insu de l’homme qui détenait son sac. Que voulait-il qu’elle fasse ? Qu’elle se taise pour qu’il puisse lui piquer le bagage à son tour ? Oui, c’était un très bon plan, assurément ! La jeune femme tenta de rester naturelle et affronta son agresseur du regard sans bouger le moindre cil. Alors, le scénario s'accélérera. Son héros sortit un couteau et le plaqua sur la joue de l’autre, Suzy resta estomaquée devant ce terrifiant spectacle. Ouvrant la bouche tel un poisson hors de l’eau, elle n’osa pas exprimer son point de vue quant à l’utilisation d’armes blanches dans un conflit, le moment semblait mal choisi. La brune plantureuse retint son souffle en écoutant l’homme menacer le voleur de sac à main de lui couper les parties. Il y avait surement un autre moyen de s’arranger avant d’en arriver à de telles extrémités non ? Heureusement, l’ange gardien eut la présence d’esprit de relâcher son otage tout en récupérant son sac. Ouf, Suzy ne serait pas témoin d’un meurtre cette nuit !

-Est-ce que tout va bien ?

- Oui…je…je crois…Ce ne fut qu’en entendant le son de sa propre voix que la strip-teaseuse comprit à quel point elle était effrayée par ce qu’il venait de se passer. Tremblant des pieds à la tête, elle remarqua également qu’elle ne se tenait plus debout mais à genoux par terre, ses jambes semblaient faites de coton, impossible pour elle de reprendre le contrôle de son propre corps. Lorsque son sauveur lui tendit une main bienveillante, elle hésita quelques secondes, encore apeurée par l’image de tueur sanguinaire qu’il avait véhiculé en menaçant le voyou de son couteau. Néanmoins, Suzy n’était pas aussi prudente que Léonie, ni aussi méfiante que Robin. Cet homme venait de la sauver, elle lui devait au moins sa dignité si ce n’était sa propre vie, ainsi, elle accepta sa main et s’y agrippa pour se relever.

- Je…Mon Dieu ! MERCI, MERCI INFINIMENT ! Son esprit venait de réanalyser la scène et des larmes se multiplièrent le long de ses joues, elle sauta presque dans les bras de l’homme et serra fermement son blouson comme unique refuge à sa peur panique. Il faisait encore bien noir et elle ne voyait pas vraiment le visage de son héros mais peu importait, elle se jurait intérieurement de le vénérer pour le restant de ses jours.

- Sans vous….Vous m’avez sauvé la vie, merci…et pardon pour vos…yeux…

Pleurant de plus belle, de gros sanglots s’échappèrent de sa gorge tandis qu’elle collait son corps entier contre le sien. Elle fit une légère grimace en pensant au spray au poivre et recula d’un pas pour mieux observer l’homme et tenter de percer l’obscurité environnante en forçant sur ses jolis yeux noisette.

- Pardonnez-moi ! Je…je vais vous reconduire jusqu’à chez vous ! Ou…Vous voulez aller à l’hôpital ? Vous êtes gravement blessé ?  Les questions précipitées enchaînèrent à une vitesse vertigineuse. L’adrénaline l’a faisait parler à vive allure sans mettre beaucoup d’ordre dans ses pensées, elle se savait en sécurité, son esprit s’apaisait mais pas son corps et surtout pas son cœur qui tambourinait contre sa poitrine. Son souffle ne perdait pas sa cadence, c’était comme avoir couru un marathon. La jeune femme tenta d’inspirer profondément mais bientôt la tête lui tournait, elle reposa une main sur le bras de l’homme et murmura :

- Je vous en prie, partons d’ici ! Cet endroit me fait tellement peur, je vais me sentir mal !

Suzy prit le bras de l’homme et le guida vers la sortie du parc le plus rapidement possible, à la recherche d’une rue bien éclairée, d’un axe principal où ils ne risqueraient rien. L’ex-Dorothée n’osa pas lever les yeux vers son ange gardien jusqu’à ce que la lumière révèle enfin clairement son visage. Un faible sourire illumina ses traits crispés, son ange était plutôt pas mal…Pas mal du tout même ! Dans d’autres circonstances, elle se serait recoiffée et aurait arboré un large sourire pour le séduire, mais cette nuit, elle n’en avait plus la force…

- Puis-je connaitre le nom de mon ange gardien ? L’étrange couple marchait à présent dans les rues, ne souhaitant plus qu’une seule chose, rentrer au chaud ! Moi c'est Suzy et je me sentirai moins coupable si je m’occupe de vous ! Se sent-elle obligé d’ajouter avec détermination sans même penser au fait que l'homme aurait peut-être préféré rester seul chez lui.
FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Ven 2 Aoû - 11:35


Tous mes travers sont fait pour l'ombre

Lorsque tous les assaillants eurent pris la fuite et que je demandais à la jeune femme si elle allait bien je ne savais pas trop a quoi m’attendre, une crise d’hystérie totale ou une confiance effrayante mais ce qui était certain c’est que je ne m’attendais pas à ce qu’elle tremble des pieds à la tête. Je lui tendais la main pour l’aider à se remettre sur pied, elle hésita quelques secondes avant de glisser sa petite main dans ma paume, sa peau était glacée alors que moi j’avais l’impression de me consumer de l’intérieur sans parler que je ne voyais toujours pas très clair et que la douleur de mes yeux ne diminuaient pas.

Je la remis sur ses pieds d’un mouvement doux, elle avait assez été traumatisée comme ça pour ce soir et j’avais certainement dû lui faire peur aussi, toute femme normalement constituée se serait mise à pleurer et se serait éloigner de moi. Je n’avais pas complètement tort, elle se mit bien à pleurer et se jeta littéralement dans mes bras tout en me remerciant, j’étais pris au dépourvu il y avait bien longtemps que je n’avais pas réconforter une femme autrement que par le sexe et j’avais l’impression de ne plus savoir comment faire.  Je lui tapotais maladroitement  le dos, elle me regarda du moins je le supposais car ma vue était trouble et j’avais mis hors service le réverbère du parc, elle me dit que je lui avais sauver la vie, c’était certainement un peu fort … il était certain que je lui avais éviter de passer une nuit des plus horribles avec ses hommes mais de là à lui avoir sauver la vie il y avait de la marge. Elle s’excusa pour mes yeux tout en se remettant à pleurer, de gros sanglots l’agitaient, je ne savais que faire, elle vint coller son corps contre le mien, la jeune femme ne se doutait-il pas qu’il valait mieux éviter de se coller ainsi contre le corps d’un homme même si celui-ci vous à sauver la vie ?? Inconsciemment mes bras vinrent se refermer sur le corps de la jeune femme, j’avais envie de la calmer et de la protéger c’était relativement nouveau comme sentiment, dans ma tête d’autre situation pour la réconforter se déroulait mais je l’ai arrêtait bien vite pour ne pas qu’une chaleur incongrue n’envahissent mon bas ventre.

Elle se calma quelque peu et se recula pour tenter de mieux me voir, moi je la voyais relativement bien maintenant qu’elle était près de moi, c’etait une belle jeune femme avec des yeux noisettes pétillants, elle semblait chercher à percer l’obscurité pour voir mon visage qui devait surement être bouffis au niveau des yeux, et je sentis qu’un liquide chaud me coulait sur le coté du visage, maintenant que j’en avais pris conscience la douleur se réveilla et m’arracha un stupide grognement, je passais mentalement mon visage en revue, j’avais également mal au nez mais il n’était surement pas casser et puis si c’etait le cas ca ne serait qu’une fois de plus.

- Pardonnez-moi ! Je…je vais vous reconduire jusqu’à chez vous ! Ou…Vous voulez aller à l’hôpital ? Vous êtes gravement blessé ?

Elle  avait avalé une pile électrique ma parole, l’idée qu’elle me raccompagne jusqu'à l’horlogerie m’arracha un léger sourire tant c’était incongru, mais lorsqu’elle me proposa de m’emmener à l’hôpital alors mon visage se fendit d’un franc sourire.

-Non je vais bien, quelques bleus et bosses qui dans quelques jours n’y paraîtra plus ne vous en faite pas, quoique je pense que mes yeux demanderont un peu plus de temps, et pour le reste j’ai l’habitude je n’ai pas besoin d’aller à l’hôpital.

Elle inspira profondément, je supposai qu’elle essayait de tempérer l’adrénaline de l’affrontement et les tremblements de son corps. Au bout de quelques minutes elle posa sa petite main sur mon bras et me supplia pour que l’on quitte le parc car elle avait peur, elle n’avait pas tort et puis c’était risquer de rester ici, nos assaillants auraient pu revenir en plus grand nombre et je n’aurais pas pu la protéger comme il fallait, sans compter que si ca se trouve un de nos chez concitoyens storybrookien avait certainement prévenu les flics et qu’ils allaient débarqués d’un moment à l’autre ici. La jeune femme m’agrippa le bras avec poigne et nous sortîmes ainsi du parc, je la laissai m’emmener de toute façon personne ne m’attendait chez moi, au bout d’un moment nous arriva dans une rue fortement éclairée, la douleur se mit à pulser dans mes yeux et je retins un grognement de douleur, je fermais presque les yeux ne laissant qu’un fin trait de lumière passer le temps de m’habituer, à travers je vis la jeune femme me détailler du regard et son visage s’illumina d’un faible sourire, diantre qu’elle était mignonne dés qu’elle souriait, très séduisante même avec ses cheveux ébouriffées elle avait l’air sauvage et cela me plaisait bien.

Au bout d’un moment elle me demanda si elle pouvait connaître le nom de son ange gardien, je ne me serais pas défini comme tel mais bon elle faisait comme elle voulait hein, ‘j’allais pas non plus la contredire…

-Big Be … Leydan, je m’appelle Leydan.

Le sobriquet que ma voleuse utilisait pour m’appeler avait failli m’échapper tant je m’étais habitué à ce qu’elle m’appelle ainsi, il ne manquerait plus que la jeune femme ne m’appelle comme ca et il serait fini de ce petit point privilégié que je partageais avec Luz.

- Moi c'est Suzy et je me sentirai moins coupable si je m’occupe de vous

S’occuper de moi ? la dernière fois c’était Luz qui m’avait soigner et elle n’y avait pas franchement mis des gants elle m’avait coller un pansement sur le visage avant de me laisser repartir comme si de rien était, je réfléchis à toute vitesse je ne pouvais pas rentrer chez moi ainsi car si la police me choppait j’étais bon pour un interrogatoire sur mes activités de ce soir et je ne pouvais pas non plus aller à l’hôpital car il me poserait autant de question, je n’avais pas franchement envie de rentrer chez moi aussi je la laissai m’emmener pour me soigner.

-Que faisiez vous à une heure pareille dans le parc, Mlle Suzie, vous vous promeniez ?

Je savais que ma question n’était pas très appropriée mais j’avais besoin de combler le silence qui s’étaient installer tandis que nous marchions dans la rue, le bras de Suzie tenant toujours le mien, j’espérai que Luz ne me verrait pas en si charmante compagnie car mes efforts auprès d’elle serait alors réduit à néant, je mis une de mes mains sur celle de Suzie pour tenter de la rassurer.

-Que faites vous dans la vie ? Nous devrions nous dépêcher avant que votre mari ne s’inquiète de ne pas vous voir rentrer !

Une question anodine suivie d’une affirmation qui serait sûrement démenti si la jolie Suzie n’était pas mariée. Dans tous les cas il n’était pas très judicieux de rester dans la rue alors que j’avais le visage en sang et que je tenais compagnie à une jeune femme, un esprit tordu pourrait certainement croire que j’allais tenter d’abuser d’elle contre son gré.

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Mer 25 Sep - 20:02


J'entends la nuit qui m'appelle
Se promener dans les rues à quatre, cinq heures du matin n'était pas une expérience nouvelle pour Suzy, bien au contraire, c'était son lot quotidien, la partie la plus dangereuse de son métier. Souvent, Walgrim, Thomas ou Rebecca la raccompagnaient chez elle, les fois où ils avaient assisté à son show ou étaient restés un peu tard à gaspiller leur argent au Casino, tout simplement. Il lui arrivait également de croiser certains habitants "nocturnes" sur sa route, des hommes tels Sebastian Hopkins ou Azael Selis qui, malgré leur taux d'alcoolémie surélevé, prenaient soin d'elle autant qu'elle prenait soin d'eux. Enfin, parfois, les matins pluvieux, Robin l'attendait dans sa voiture pour la ramener. Son colocataire veillait sur elle à sa façon, et il la surprenait toujours par quelques attentions inattendues comme celles-ci.
Néanmoins, ce matin là, c'était un tout autre homme qui venait d'entrer dans la vie de la jeune femme. Cet homme là l'avait sauvé d'un Enfer qui l'aurait poursuivi toute sa vie, sans aucun doute. Pendu à son bras, Suzy observait scrupuleusement son sauveur. Il avait toutes les qualités qu'une jeune femme aurait pu rechercher. Un léger sourire qui lui donnait l'air séduisant, de beaux yeux bleus qui s’avéraient surement plus agréables encore sans ce spray infâme qui les rendait rouge et bouffis, une carrure imposante, un air un peu bourru à la Robin et une voix plus douce que sa prestance ne l'aurait laissé paraitre au prime abord...Oui, cet homme était un ange tombé du ciel et qui rendait Suzy de plus en plus nerveuse au fur et à mesure qu'elle en prenait conscience. Sous la lumière vive du lampadaire, l'homme lui affirma que tout allait bien et que ses quelques blessures ne nécessitaient pas l'intervention d'un quelconque médecin. Suzy acquiesça timidement tout en tenant toujours fermement le bras de son sauveur. Elle n'osa pas le contredire, surtout qu'il insistait sur le fait qu'il avait l'habitude de ce genre d'excoriations, une vraie force de la nature cet homme !


-Big Be … Leydan, je m’appelle Leydan.


Ce nom lui allait bien...Cette pensée fit rougir la pauvre Suzy qui sourit de plus belle. C'était étrange comme sensation, celle de devoir la vie à un étranger...C'était comme si l'espace d'un instant, on était prêt à placer toute sa confiance entre les mains d'un homme dont on ignorait tout, jusqu'à son existence quelques minutes auparavant. La jolie brune se sentait en sécurité à son bras et décida de le ramener chez elle pour le soigner, sans même réfléchir au fait qu'elle ne connaissait rien de ce Leydan et qu'il pouvait s'avérer bien plus dangereux que ceux qui l'avaient agressé.

-Que faisiez vous à une heure pareille dans le parc, Mlle Suzie, vous vous promeniez ?

Le couple reprit sa marche, Suzy guidait son ange gardien dans les méandres de la ville, prenant la direction du quartier pauvre, là où elle habitait. Ses talons claquaient sur les pavés du trottoir, son chignon ne ressemblait plus à rien tant ses cheveux étaient ébouriffés mais elle gardait un aspect soigné et séduisant dans son trench beige. La strip-teaseuse gratifia Leydan d'un sourire amusé en entendant sa question. Non, elle n'était pas folle au point de se promener la nuit seule dans un parc !

- Non, pas vraiment ! Je sortais du travail et je rentrais chez moi...Je n'aurai pas dû couper par le parc je sais...je suis pas très maligne parfois ! Ses lèvres tremblèrent légèrement à ses mots et elle chassa d'un rapide mouvement de tête les images qui se succédaient dans son esprit ainsi que la peur qu'elle avait éprouvé et éprouvait toujours. La main de Leydan vint se poser sur la sienne et avec elle une douce chaleur qui réchauffa son cœur...Cet homme avait le don pour calmer les femmes. Sa présence la rassurait bien plus qu'il ne le pensait.

-Que faites vous dans la vie ? Nous devrions nous dépêcher avant que votre mari ne s’inquiète de ne pas vous voir rentrer !

Suzy ouvrit légèrement ses yeux de surprise et répondit précipitamment pour ne pas que Leydan se méprenne sur sa situation, sans même réaliser que le but premier du jeune homme était tout autre. Quelle naïve petite Suzy !

- Oh non, je ne suis pas mariée ! Je n'ai d'ailleurs personne dans ma vie en ce moment...Personne ne m'attend vraiment, ne vous inquiétez pas !

La jeune femme sourit franchement mais accéléra quand même le pas, histoire de vite mener son sauveur malmené jusqu'à la chaleur de son foyer.

- Et je travaille au Casino, je suis strip-teaseuse, c'est pour ça que je finis si tard ! La brunette répondit le plus naturellement du monde sur un ton tout à fait banal comme on avoue être vendeuse ou infirmière. Ce métier ne la dérangeait pas outre mesure, bien que mal vu par la population, elle savait simplement que Robin et Bran n'accepteraient pas qu'elle se déshabille devant des gens, une sorte de pudeur qu'elle ne comprenait pas vraiment en réalité et qui l'obligeait à leur mentir, chose qu'elle détestait par dessus tout.

- Et vous, vous travaillez dans quoi ? Je vous vois bien policier ou..non, je sais, boxeur professionnel ! Dit-elle avec enthousiasme alors qu'ils arrivaient enfin dans son quartier.

- Ah nous y sommes presque...c'est le petit immeuble en face ! Ah et...apparemment mon colocataire n'est pas là ce soir, dommage !  Robin est doué pour soigner les plaies à chaque fois que je me coupe... Suzy haussa simplement les épaules en constatant la disparition du 4x4 du propriétaire de la casse, sans doute passait-il la nuit chez l'une de ses conquêtes.

Elle soupira avant de conduire Leydan jusqu'à l'immeuble. Là, elle sortit des clés de son sac et c'est ensemble qu'ils entrèrent dans le hall et montèrent les marches jusqu'à l'appartement. Suzy eu à peine le temps d'ouvrir la porte, qu'une énorme masse noire sauta sur Leydan et lui lécha le visage en jappant pitoyablement.

- TOTO ! NON ! Laisse le tranquille ! Le gros rottweiler n'écouta pas sa maitresse, qui tentait désespérément de le calmer, et mit fin à ses léchouilles que lorsque l'homme le repoussa.

- Je suis...je suis désolée. Il est très mal éduqué mais il est trés gentil...entrez, je vous en prie ! Dit-elle alors d'une petite voix confuse avant d'allumer la lumière du salon qui s'ouvrait sur la partie cuisine séparaient par un bar.

- Voilà...hum...Suivez moi, on va rincer vos yeux et vous soigner correctement ! La jolie Suzy se débarrassa de ses chaussures, de son sac ainsi que de son trench qu'elle déposa grossièrement sur une chaise, dévoilant ainsi sa robe noire à dentelle et trottina jusqu'à la salle de bain suivi par un Toto extrêmement joyeux d'avoir de la visite si tôt dans la journée. Elle se retourna et gratifia à nouveau Leydan de son plus beau sourire avant de lui faire signe de la rejoindre.

- Faites comme chez vous surtout, c'est le moins que je puisse faire pour celui qui m'a sauvé la vie !


Suzy disparut dans la salle de bain et se mit aussitôt à fouiller dans les tiroirs à la recherche de la précieuse pharmacie.
FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Mer 2 Oct - 19:42


Tous mes travers sont fait pour l'ombre

La jeune fille démentit très rapidement le fait que son mari l’attendait à la maison et en profita pour me dire qu’elle n’avait personne dans sa vie actuellement si je ne l’avais pas pensé sous le choc de la confrontation j’aurai pu croire qu’elle me draguait ouvertement mais je préférais mettre cela sur le coup de la peur. Elle accéléra le pas et j’allongeai mes foulées je me sentis de suite mieux car sans m’en rendre compte je faisais de petit pas pour qu’elle reste à ma hauteur, sa main sur mon bras apportait une certaine chaleur qui n’était pas désagréable en cette fin de nuit. Elle m’annonça alors qu’elle était stripteaseuse, et je n’eut pas besoin de la revoir de haut en bas pour en comprendre la raison elle était vraiment très belle, ce métier était fort mal vu pour certain mais pour moi c’était simplement un boulot comme un autre et si il lui plaisait alors tant mieux, elle apportait du réconfort au solitaire comme moi le temps d’un soir et d’une danse. Tandis que je devisais sur son statut de stripteaseuse dans ma tête nous arrivâmes dans un des quartiers pauvres de la ville, voila ce qui devait également la pousser à faire ce genre de travail.

-  Et vous, vous travaillez dans quoi ? Je vous vois bien policier ou..non, je sais, boxeur professionnel !

Je souris à ces évocations, boxeur oui mais certainement pas professionnel et jamais dans un club de sport mais souvent à la sortir d’un bar lorsque l’on m’avait trop cherché et la police je la fuyais comme la peste, moins je la voyais et mieux je me portais.

-Rien de si exceptionnel en vérité, je suis l’horloger de la ville tout simplement rien de bien édifiant.

-  Ah nous y sommes presque...c'est le petit immeuble en face ! Ah et...apparemment mon colocataire n'est pas là ce soir, dommage !  Robin est doué pour soigner les plaies à chaque fois que je me coupe...

L’idée qu’elle ne vive pas entièrement seule était rassurante car dans les quartiers mal famé il était dangereux pour une femme de se promener seule tard la nuit. Pour cette fois j’étais avec elle, je posais ma main sur la sienne pour me donner un peu d’allure malgré mon visage défiguré. Elle sortit les clés de son sac et m’enjoignit à la suivre dans les escaliers qui menaient à son appartement. Elle ouvrit la porte et je me retrouvais pitoyablement sur les fesses avec une grosse masse noire que j’identifiais comme un chien qui me léchait joyeusement le visage.

-  TOTO ! NON ! Laisse le tranquille !

Je repoussai le chien et découvrit qu’il s’agissait d’un rottweiler celui cessa enfin ses léchouilles et je me remis tant bien que mal sur mes pieds, c’était décidément une nuit bien mouvementée.

- Je suis...je suis désolée. Il est très mal éduqué mais il est trés gentil...entrez, je vous en prie

-Je n’ai rien ce n’est pas grave, par contre il y a mieux comme chien de garde.

Je fis un sourire à Suzie et tapotai la tête du dénommé TOTO avant d’entrer dans l’appartement, elle alluma la lumière du salon et je découvris la pièce qui donnait en même temps du côté cuisine, il y avait également un bar et je me sentis tout d’un coup assoiffé j’aurais bien aimé boire un verre de whisky mais je n’allais pas en faire la demande je n’étais pas chez moi ici et puis elle n’en avait peut être pas ?!

-  Voilà...hum...Suivez moi, on va rincer vos yeux et vous soigner correctement !

Elle se ôta ses chaussures et posa son manteau et son sac négligemment sur une chaise au moins elle ne s’embarrassait pas des convenances et cela me fit sourire, je me permis de la regarder maintenant qu’elle ne portait plus son imperméable, elle porta une très belle robe noire à dentelle qui ne descendait pas très bas, elle était très attirante en vérité et très imprudente par la même occasion. Elle se dirigea vers une autre pièce avec son chien puis se retourna pour m’offrir un sourire éblouissant avant de me faire signe de la rejoindre, le souffle relativement court je la retrouvais dans la salle de bains, elle me dit de faire comme chez moi ce qui était bien sûr impossible pour moi mais je la gratifiai d’un signe de tête. Alors que j’arrivais non loin d’elle, elle disparut sur le côté et lorsqu’enfin je la rejoignis elle était penchée en avant et fouinait dans les tiroirs, sa robe remontait d’autant plus sur ses jambes et je détournais le regard pour éviter de faire quelque chose de répréhensible…

- Ne vous donnez pas trop de mal, j’ai survécu à bien pire un peu d’eau et je vous laisse, je ne voudrais pas vous déranger.

Je voulais surtout ne pas succomber aux charmes de la jolie Suzie, cela aurait été mal venu après l’avoir libéré de ses agresseurs je n’allais pas faire la même chose qu’eux tout de même et puis elle semblait foncièrement adorable et manipulable.

-Vous n’avez pas peur de faire venir un homme chez vous alors que vous êtes seule ? Je pourrais très bien être comme les autres hommes de tout à l’heure vous savez ….

Je voulais qu’elle se rendent compte de la bêtise qu’elle avait faite même si je savais qu’elle ne me mettrait surement pas dehors sans m’avoir soigné, je prit un tabouret qui trainait et m’assit en lâchant un long soupir, mes poings étaient couverts d’égratignures, j’avais de mauvaises coupures au visage et mes yeux me brulaient atrocement, aussi je les fermais pour apaiser la douleur provoquer par la lumière.

- Et si vous aviez un verre de whisky ça serait tout simplement parfait !

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Dim 26 Jan - 20:27


J'entends la nuit qui m'appelle
Lorsqu'une jeune femme était en présence d'un étranger, seule, dans sa propre maison, il était tout à fait normal de faire preuve de prudence, la confiance restant une notion difficile à donner pour tout le monde...Pour tout le monde excepté Suzy Hurricane, qui ne cessait de l'accorder à tout va, que ce soit à un ami, une connaissance ou à un parfait inconnu. En effet, Suzy n'avait pas confiance en une personne particulière, non, cette naïve au grand coeur plaçait toute sa confiance en l'humain, en ceux de chaire et de sang qu'elle croisait ou croiserait tout au long de son chemin. C'était une jeune femme pétillante et pleine d'espoir, stupide et manipulable pour certains, crédule et vulnérable pour d'autres, elle restait néanmoins extrêmement courageuse pour croire encore en l'humanité avec tant d'acharnement. Suzy n'imaginait pas la dangerosité de sa situation, celle d'emmener Leydan chez elle sans se soucier de ce qu'il était ou avait pu être, néanmoins, même si elle l'avait su, jamais elle ne lui aurait fermé sa porte, la charité ne s'apprend pas, elle est innée et s'insinue pour croitre dans les veines des bonnes âmes.

- Ne vous donnez pas trop de mal, j’ai survécu à bien pire un peu d’eau et je vous laisse, je ne voudrais pas vous déranger.

L'ex Dorothée avait enfin mis la main sur quelques bandages, du coton et cherchait avec zèle le flacon d'alcool qui lui servirait à désinfecter les plaies du blessé. Leydan l'avait rejointe dans la salle de bain tandis qu'elle s’affairait à remuer les différents tiroirs de la commode. Il était rare qu'elle ait à jouer le rôle de l'infirmière avec Robin, c'était plutôt l'inverse, ainsi elle ne savait pas exactement où le propriétaire de la casse rangeait les différents produits à pharmacie. Aux paroles de son sauveur, Suzy se redressa légèrement et lui jeta un coup d'oeil surpris. Comment pouvait-il croire qu'il la dérangeait après tout ce qu'il venait de faire pour elle ? La strip-teaseuse se sentait assez coupable comme ça, le laisser partir avec juste un d'eau dans les yeux semblait d'une cruauté sans nom. Elle voulu rétorquer qu'il n'avait pas à s'en faire, qu'il était ici chez lui et qu'il pouvait rester autant de temps qu'il le souhaitait avant de reprendre la route, mais l'homme s'exprima à nouveau coupant court à ses réflexions.

-Vous n’avez pas peur de faire venir un homme chez vous alors que vous êtes seule ? Je pourrais très bien être comme les autres hommes de tout à l’heure vous savez ….


La brunette observa longuement son invité tandis que celui-ci s'installait et reposait ses yeux gonflés. Son visage, certes égratigné, n'avait pas perdu de son charme naturel mais présentait ci et là, à la lumière artificielle des néons, quelques traces antérieures d'une vie pleine de luttes et d'expériences rudes qui ne s'effaceraient jamais. Ces marques du passé auraient dû refroidir l'ingénue Suzy, cependant elles provoquèrent l'effet inverse dans son esprit. Pour elle, cet homme était un sauveur extrêmement courageux qui n'hésitait pas à se battre pour des anonymes comme elle, à risquer sa peau sans rechercher la gloire ou la richesse, sans rien demander en retour, pas même les soins nécessaires à sa guérison. Cette bravoure et cette modestie incroyable restaient si rare de leurs jours, Suzy se sentit comme investie d'une mission, celle de soigner au mieux ce héros des temps modernes pour qu'il puisse sauver d'autres personnes en danger. Ce moment de silence contemplatif toucha particulièrement la jeune femme qui s'obligea à détourner le regard pour ne pas laisser les larmes l'envahir. Elle n'arrivait pas à l'exprimer, mais quelque chose chez cet individu l'émouvait particulièrement, peut être était-ce le fait qu'il avait l'air de ne pas s'inquiéter de sa propre vie...Existait-il quelqu'un qui s'en soucier? Quelqu'un qui l'aimer et le protégeait lui aussi ?  

- Je ne crois pas que vous soyez comme eux...Les mots sortirent doucement de sa bouche, un léger tremblement les accompagnait tandis que son regard se porta enfin sur le petit flacon d'alcool qu'elle récupéra et posa sur la commode aux côtés des autres ustensiles, y compris un gant propre sur lequel elle versa un filet d'eau tiède du robinet.

Suzy soupira légèrement pour calmer sa voix tout autant que ses émotions avant de se retourner vers l'homme assis sur son tabouret. Avec douceur, elle tira un second tabouret face à lui et vint s'y asseoir avant de placer le gant plein d'eau au coin de l'oeil de son sauveur afin d'enlever la poussière et le sang séché qui venaient empirer l'état de ses yeux bouffis. Dans l'autre main, elle tenait un peu de sérum physiologique qu'elle lui présenta sans savoir s'il voulait en verser lui même sur ses yeux ou s'il préférait la laisser faire à ses risques et périls.

Vous m'avez sauvé, vous êtes forcément quelqu'un de bien non ? Moi en tout cas, je vous trouve très gentil ! Dit alors l'ex Dorothée tout en lui adressant un sourire rempli d'affection. Il était impensable que Leydan lui veuille du mal, peut être vivait-elle aux côtés de personnes bien trop dangereuses pour comprendre la menace qu'il pouvait représenter. Et puis, puisqu'il l'avait sauvée, il était forcement bon, CQFD ! Rien ne pouvait altérer la logique imparable de Suzy Hurricane ! Leurs regards se croisèrent à maintes reprises tandis qu'elle nettoyait son oeil délicatement, la strip-teaseuse se surprit à rougir presque à chaque fois, amusée par cette soudaine proximité avec cet inconnu bienveillant. C'était très certainement une bien drôle de nuit qu'ils venaient de passer, une de celles qu'elle n'oublierait pas de si tôt.

- Et si vous aviez un verre de whisky ça serait tout simplement parfait !

Ces paroles ramenèrent Suzy à la réalité, et ses grands yeux noisettes s'agrandirent presque de stupeur. Comment n'y avait pas pensé plus tôt ?

- Ohhh oui, bien sur ! Excusez moi, je ne vous ai même pas proposé à boire, quelle idiote je fais ! Je...j'ai du Whisky...oui...Je vous apporte ça !

La jeune femme posa brusquement le gant gorgé d'eau sur le genoux de Leydan, sans faire attention au fait que ça allait mouiller rapidement son pantalon et se leva d'une traite avec fébrilité à la recherche de la boisson dorée. Toto resta auprès de Leydan, "son nouveau meilleur ami" et laissa exprimer sa joie en aboyant devant tant d'agitations.
En voulant sortir de la salle de bain précipitamment, Suzy cogna son épaule contre la porte, ce qui la fit rire bêtement et s'empressa de disparaitre pour ne pas passée pour une idiote gaffeuse une nouvelle fois. Ses petits pas la conduisirent jusqu'à la cuisine. Là, derrière le bar, elle sortit une bouteille de Whisky, la boisson fétiche de Robin, ainsi qu'un verre adapté. La jolie brune grimaça légèrement en ouvrant la bouteille, son colocataire allait-il lui en tenir rigueur si elle offrait quelques verres à son sauveur ? Non, surement pas, Robin comprendrait, il était lui aussi un homme bienveillant et rempli d'amour...dans le fond. Suzy soupira de bonheur en repensant aux hommes généreux qu'elle côtoyait et décida d'emmener le verre vide ainsi que la bouteille avec elle.

- Je l'ai trouvééée ! S'écria-t'elle avec enthousiasme en entrant dans la salle de bain. Elle remplit le verre de Leydan et le lui tendit avant de poser la bouteille sur le rebord du lavabo. Ça va vous requinquer j'en suis sure !

Elle le laissa boire et profita de ce moment pour imbiber d'alcool l'un des cotons dont elle disposait. Il fallait s'occuper de ses plaies, et au visage, et sur ses mains.

- Alors comme ça vous êtes horloger ? Horloger le jour, super héros la nuit...Votre vie est bien remplie dites moi ! Il reste de la place pour une autre personne à vos côtés ? Demanda la jeune femme en souriant, souhaitant en savoir plus sur cet homme impressionnant et espérant qu'il y avait effectivement quelqu'un pour veiller sur lui...Si tel n'était pas le cas, quelle tristesse ! Quelle injustice pour ce prince charmant solitaire !
FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Jeu 6 Fév - 10:54


Tous mes travers sont fait pour l'ombre

Alors que la jeune femme me soignait avec délicatesse au niveau des yeux je me permis de la regarder plus en profondeur, de détailler son joli minois aux formes si féminines. A chaque fois que nos regards se croisaient je voyais ces joues rosirent ce qui me faisait bien malgré moi sourire. La douleur de mes blessures se faisant de plus en plus insistante je demandais du whisky qui anesthésierait toutes mes sensations et me plongerait dans un monde infiniment plus doux et accueillant que celui là. Suzy parut surprise de ma demande mais se précipita pour me satisfaire, elle posa son gant dégoulinant d'eau sur mon genou et sauta sur ses pieds pour partir dans la cuisine. J'aurais très bien pu l'y suivre mais je ne m'en sentais pas la volonté ni la force, je pris le gant qu'elle avait laissé sur mon genou et le posais sur mes yeux tout en penchant la tête en arrière. Sur le coté de ma jambe je sentis le poids du chien prénommé Toto qui aboyait devant l'agitation de sa maîtresse, d'un geste mécanique je posais ma main sur sa tête et lui gratouillait les oreilles pour le calmer. J'entendais Suzy s'affairer dans la cuisine puis elle s'écria qu'elle avait retrouvé le Whisky, première bonne nouvelle du jour ! Elle revint vers la salle de bain avec le liquide ambré, j'ôtais le gant de mon visage et le posais sur le bord du lavabo tandis que Suzy me tendait le verre de Whisky que je lui avais demandé. Elle me regarda boire un moment, après une troisième gorgée je soupirai d'aise et me laissait aller contre le mur derrière moi.

-Merci ça fait vraiment un bien fou !

La jeune femme ne me répondit pas, je la regardais, elle semblait absorber par sa tâche qui consistait à imbiber d'alcool un coton, elle vint se replacer vers moi et je sentis que le supplice de la douleur allait bientôt faire son retour aussi je pris aussi sec une nouvelle gorgée de Whisky.

- Alors comme ça vous êtes horloger ? Horloger le jour, super héros la nuit...Votre vie est bien remplie dites moi ! Il reste de la place pour une autre personne à vos côtés ?

Son soudain intérêt pour ma vie personnelle me laissa un moment inerte, j'en avais même cessé de respirer, je pris le temps de retrouver un souffle régulier mais l'ultime question qu'elle avait posée hantait mon esprit. Restait-il vraiment de la place pour une autre personne ? Bien sûr je ne pouvais nier les sentiments qui me liaient invariablement à ma voleuse mais elle ne partageait pas ma vie pour autant. A vrai dire je n'avais réellement laissé entrer personne dans ma vie depuis la mort de Lena et Will, laissant dans mon cœur une plaie béante qui ne serait jamais refermé complètement. Je pris une gorgée de Whisky plus pour noyer mes idées noires que pour atténuer la douleur que faisait naître le coton d'alcool sur mes plaies. J'espérai secrètement que si je ne lui répondais pas immédiatement elle lancerait une autre question qui nous éloignerait de ce sujet délicat, mais malheureusement elle n'en fit rien, elle appliquait inlassablement le coton sur mes blessures en attendant ma réponse.

-Cela ne vous regarde pas, grognais-je avant de me rendre compte que j'étais incroyablement mal poli. Pardonnez moi je n'apprécie pas trop que l'on me questionne mais si vous tenez à le savoir non il n'y a personne d'autre que moi dans ma vie.

Je me redressai d'un mouvement brusque et attrapai la bouteille de whisky pour me resservir, boire pour oublier c'était le seul remède à mon désespoir. Bientôt elle eut finis de soigner mon visage et passa à mes mains, je posais mon regard sur mes doigts et vit que j'avais toujours mon alliance, nulle doute qu'elle ferait le rapprochement entre ma bague et le fait que je venais de lui dire que je vivais seul, aussi plutôt que d'attendre qu'elle me pose la question je la devançais.

-Ma femme et mon fils sont morts il y a quelques années dans un accident de voiture depuis je vis seul.

Point barre fin de l'histoire il n'y avait rien d'autre à dire, je ne voulais pas que Suzy s'apitoie sur mon sort comme le ferait n'importe quelle femme avec un peu de bon sens. La colère s'empara de moi, je ne savais pas si elle était due à l'alcool ou au sentiment d'injustice qui brûlait encore et toujours en moi. Je retirais mes mains de celles de Suzy et me levais d'un bond.

-Je vous remercie mais je n'aurais pas le temps d'avoir d'autres soins, j'ai assez abusé de votre hospitalité.

La lumière me brûlait encore les yeux, je posais mon verre sur le bord du lavabo et me retournais vers la porte de la salle de bains. En se faisant je faillis buter sur Toto qui me collait aux basques comme une abeille au miel, je grognais et fis quelques pas en direction de la sortie. En plein milieu du couloir je fus pris d'un vertige et je dus me retenir contre le mur pour éviter de m'effondrer sur le sol, voilà qui allais être embêtant pour arriver à rentrer dignement chez moi.

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Lun 21 Juil - 0:06


J'entends la nuit qui m'appelle
Doucement, Suzy approcha le morceau de coton imbibé d'alcool, qu'elle tenait dans sa main, de l'une des plaies ouvertes sur le visage de Leydan. Doucement, elle tapota dessus pour ne pas empirer la douleur tandis que l'homme prenait une nouvelle gorgée du Whisky servi quelques minutes plus tôt. Elle attendait une réponse à sa question concernant la vie sentimentale de son sauveur, réponse qui tarda plus qu'elle ne l'aurait pensé. Néanmoins, la candide Suzy n'interpréta aucun des changements d'attitudes de Leydan comme étant signe d'une question malvenue et un désir de changement de conversation immédiat.

-Cela ne vous regarde pas ! Finit alors par dire le beau brun amoché dans un grognement rauque. Cette réponse surprit la jeune femme qui sursauta légèrement  tout en retirant sa main du visage de son héros, sans pour autant s'offusquer. Il fallait dire que Suzy vivait avec Robin, ce genre de ton bourru, elle connaissait et plus rien ne l'effrayait vraiment à présent, lorsqu'un homme haussait la voix sur elle.

- Pardonnez moi je n'apprécie pas trop que l'on me questionne mais si vous tenez à le savoir non il n'y a personne d'autre que moi dans ma vie..

Leydan se redressa brusquement pour se saisir de la bouteille de Whisky. Visiblement cette conversation semblait être un sujet délicat pour son sauveur qui n'avait pas apprécié tant d'indiscrétions mais qui avait tout de même consenti à lui fournir une réponse. Suzy baissa lentement la tête, penaude et resta silencieuse quelques secondes sans trop savoir quoi lui dire. Elle se trouva tout d'abord stupide d'avoir osé parler de ces choses là avec un inconnu. L'amour ou la famille étaient les sujets préférés de beaucoup de personnes mais la solitude, elle, personne n'aimait en parler. Et puis, un autre sentiment autre que la honte ou la pitié naquit en elle...La tristesse. La tristesse pour cet homme profondément bon, ça elle n'en doutait pas, mais qui n'avait aucun être cher à ses côtés pour le lui rappeler lorsqu'il en doutait, pour le réconforter les jours pluvieux ou tout simplement lui sourire à chaque instant de sa vie. La solitude, Suzy avait vécue avec quelques temps avant de venir vivre ici auprés de Robin. Lui et Toto étaient devenus son foyer. Même s'ils ne faisaient que se croiser parfois dans une journée, même si Robin n'était pas un garçon qui exprimait vraiment ses sentiments, sa seule présence suffisait à donner du baume au coeur à Suzy, parce que peu importe les problèmes, elle savait qu'en rentrant chez elle, elle ne serait pas seule...

- Je...je suis désolée...Je n'aurai pas dû vous embêter avec mes questions ! Balbutia-t'elle tout en retenant ses larmes qui brillaient dans ses yeux noisettes. La strip-teaseuse s'efforça de se concentrer sur sa mission première, autrement dit soigner son sauveur. Elle entreprit donc de s'occuper de ses mains toutes aussi égratignées que son visage. Elle tapota le coton sur ses plaies et remarqua la bague que portait Leydan à l'annulaire gauche. Étonnée, elle marqua une légère pause qui suffit à l'homme pour remarquer son trouble.

-Ma femme et mon fils sont morts il y a quelques années dans un accident de voiture depuis je vis seul.

Suzy resta si abasourdie en entendant les paroles de l'homme qu'elle laissa tomber le morceau de coton sur le carrelage de la salle de bain. La jolie brune releva lentement la tête, contempla Leydan avec une tristesse immense et ouvrit la bouche en quête de paroles réconfortantes à prononcer. Sauf qu'aucun mot ne lui vint ! L'ex Dorothée était une jeune femme sensible et naïve, incapable de méchanceté ainsi, la pitié que Leydan avait cru déceler dans son regard s'apparentait à un réel chagrin, un regret sincère pour la perte tragique qu'avait subi l'horloger. Aucun mot ne pourrait le consoler. Rien ne pourrait jamais remplacer ce vide dans son coeur ! Suzy le ressentit si fort que des larmes silencieuses coulèrent le long de ses joues. Leydan soudain en colère qu'on lui remémore de tels souvenirs, ça Suzy l'avait bien compris, se releva d'un geste et disparut de la salle de bain tout en déclarant :

-Je vous remercie mais je n'aurais pas le temps d'avoir d'autres soins, j'ai assez abusé de votre hospitalité.
 
Suzy eu tout juste le temps de se laisser tomber au sol pour rattraper Toto afin qu'il ne fasse pas tomber son invité avant de rester plantée là, pleurant à chaude larmes au milieu des bandages et du coton. C'était tellement injuste ! Comment pouvait-on infliger une telle épreuve à un homme comme Leydan. Certes, Suzy ne le connaissait pas mais dans l’intellect bisounours de la brunette, c'était l'homme le plus généreux qu'elle avait rencontré. La jeune femme renifla bruyamment avant de se ressaisir. Elle ne pouvait pas laisser partir Leydan comme ça, sans même lui présenter des excuses adéquates.

Séchant ses larmes ridicules, la colocataire de Robin se releva rapidement et couru jusqu'au couloir où elle y trouva un Leydan mal en point, avachi contre le mur. Sans réfléchir, prise de panique, elle vint soutenir son sauveur, attrapant son bras pour le faire passer par dessus son épaule.

- Leydan...je vous en prie, ne prenez pas ça pour un acte de charité ou de pitié...Vous m'avez sauvée la vie, prenez le comme un léger dédommagement pour la dette que j'ai envers vous. Restez encore quelques heures pour vous reposer...Prenez mon lit et si vous refusez, prenez le canapé ! Dit-elle alors d'une voix tremblante, soucieuse pour la santé de son nouvel ami, car oui, malgré cette conversation mal-opportune, ce héros des villes était devenu son ami.

- Je...je ne vous laisserez pas partir dans cet état ! Rajouta-t'elle avec force et conviction, prête même à hausser le ton s'il le fallait. Comme si Suzy pouvait faire le poids face à un colosse comme Leydan. Comprenant que l'homme n'avait tout de même pas l'intention de trop s'attarder, elle l'aida à rejoindre le salon comme elle pu et avec mille précautions, le déposa sur le canapé. Sans attendre, elle alla chercher un coussin moelleux dans la chambre de Robin, elle savait que son colocataire ne lui en voudrait pas de l'emprunter, ainsi qu'une couverture rangée dans le placard de l'entrée. La jolie brune installa Leydan confortablement malgré les protestations qu'il pourrait émettre et avant de le laisser enfin en paix, elle s'assit prés de lui pour lui murmurer ces quelques mots :

- Dormez un peu et partez quand vous le souhaitez...et, excusez moi pour...pour tout ce que j'ai pu vous dire. Je ne suis pas très maligne, j'ai souvent tendance à mettre les deux pieds dans le plat. Pardonnez moi !

L'homme sombrait déjà dans un état semi-conscient tandis que Suzy passait une main pudiquement dans ses cheveux avec tendresse. À ses côtés, Toto observait la scène comme si tout était naturel de voir un étranger étendu sur le canapé. Il ne resterait plus qu'une chose à faire à la strip-teaseuse si Robin rentrait plus tôt du travail ce matin...Tout lui expliquer avant qu'il ne vire Leydan à coup de poings en croyant que Suzy avait encore décidé d'abriter un clochard pour la nuit....


FICHE ET CODES PAR RIVENDELL


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   Mar 29 Juil - 14:25








Leydan & Suzie


Give me a man after midnight…  ☣


J’étais sorti avec le peu de dignité que me restait après avoir avouer que ma femme et mon fils étaient morts depuis longtemps, je n’avais même pas jeter un regard à Suzie, je ne voulais pas lire la pitié sur son visage, car pour moi j’avais mériter cette vie, je n’avais jamais rien fait pour arranger le cours de mon existence avec Lena et j’en payais désormais le prix. Dans le couloir un étourdissement m’obligea à prendre appui sur le mur, pour la dignité on repassera plus tard. Je me sentais lourd et mes yeux me brûlaient atrocement, j’avais espérer que le Whisky me donnerait la force d’avancer et de rentrer chez moi mais c’était mal barré. Dans la salle de bains j’entendis Suzie renifler comme si elle pleurait mais je n’avais pas la force d’aller voir si c’était le cas ou non, j’en avais tellement peu que mon bras me lâcha et je me retrouvais littéralement avachi contre le mur du couloir, pitoyable ….

Quelques minutes à peine s’écoulèrent avant que Suzie n’apparaissent dans mon champ de vision, sa voix m’arrivait de façon lointaine mais je compris ce qu’elle voulait faire quand elle souleva l’un de mes bras pour le faire passer sur sa frêle épaule, j’utilisais ce qui me semblait être mes ultimes forces pour l’aider à me bouger.

-  Leydan...je vous en prie, ne prenez pas ça pour un acte de charité ou de pitié...Vous m'avez sauvée la vie, prenez le comme un léger dédommagement pour la dette que j'ai envers vous. Restez encore quelques heures pour vous reposer...Prenez mon lit et si vous refusez, prenez le canapé

Je grognais mon mécontentement, il était hors de question de lui prendre son lit non mais et puis quoi encore ?! Pour lui signifier mon refus clairement je fis quelques pas titubants vers l’entrée de l’appartement. J’étais sincèrement touché par le ton qu’employait Suzie elle semblait vraiment s’inquiéter pour moi et je devais avouer que cela faisait des années que cela ne c’était pas produit dans ma vie, que quelqu’un s’inquiète à mon sujet hormis quand je me battais mais là c’était une sincère inquiétude amicale qui me réchauffa quelque peu le cœur.

- Je...je ne vous laisserez pas partir dans cet état !

Je réfléchis quelques instants de toute façon je n’étais pas apte à repartir jusqu’à chez moi et je sourit face au ton qu’elle avait employé, elle m’avait donner un ordre comme si elle avait été en mesure de faire le poids contre moi, c’était adorable en fin de compte et totalement suicidaire aussi. Je la laissais me traîner dans le canapé ou elle m’installa avec douceur, elle s’éloigna tandis que je fermais les yeux pour apaiser ma souffrance. Bientôt une couverture vint le recouvrir et la jeune femme posa un oreiller sur le canapé et s’installa à mes côtés.

-  Dormez un peu et partez quand vous le souhaitez...et, excusez moi pour...pour tout ce que j'ai pu vous dire. Je ne suis pas très maligne, j'ai souvent tendance à mettre les deux pieds dans le plat. Pardonnez moi

-Pas de problème, grogna t-il. -J’aurais pas du m’emporter, désolé.

Je posais la tête sur l’oreiller et le sommeil s’abattit sur moi comme la foudre en plein orage, mon souffle devint plus profond et sombrait dans l’inconscience si bien que je ne sus si j’avais rêvé le fait que Suzie m’avait touché les cheveux ou non. Peu m’importait au final je ne comptais pas rester la nuit entière surtout que j’avais cru comprendre que Suzie ne vivait pas seule ici et que si je devais me battre à nouveau je n’en avais ni l’envie ni le besoin non j’avais seulement besoin de récupérer un peu de force avant de reprendre le cour de vie.

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane   
Revenir en haut Aller en bas
 

Give me a man after midnight ! Feat Suzie Hurricane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Meeting at midnight [feat. Amelie]
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» Midnight FairyTales; demande de parto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-