★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 « Et moi je te dis que les crocodiles ça ne volent pas ! » Feat. Peter Pan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: « Et moi je te dis que les crocodiles ça ne volent pas ! » Feat. Peter Pan   Sam 11 Oct - 19:24


AtemisPeter Pan ''



Silencieusement, une barque voguait sur les eaux cristallines du Pays Imaginaire, se dirigeant vers la plage de sable blanc. Des petites fées étaient venues s’asseoir sur le rebord de l’embarcation pour la guider à destination. Elles riaient et s’amusaient à pousser leurs congénères à l’eau. Les autres, plus courageuses encore, apportaient des fleurs pour les mettre dans les cheveux de la sorcière de la chasse. La brune les laissa faire avec un sourire patient, elle n’avait jamais été très coquette, mais lui donner ces petits cadeaux leur faisaient tellement plaisir qu’elle se voyait mal jouer les difficiles. Aujourd’hui était une date importante car, il y a 14 ans, elles mettaient les enfants de Leto au monde dans la vallée des fées.  C’était l’anniversaire d’Artemis et d’Apollon, mais seule la magicienne était venue leur rendre visite pour l’occasion. Son frère jumeau ne manquerait pas de souligner l’occasion en organisant une fête grandiose avec du vin et de la musique au Monde Ancestral. Sinon, c’est probablement Zeus qui le ferait à sa place, mais la gardienne des forets n’était pas comme les autres membres de sa famille. Elle était une solitaire et la compagnie de la nature ou de quelques amis la satisfaisaient amplement. En fait, si Apollon n’était pas venu lui rappeler la date du jour en lui donnant sa pomme dorée, elle aurait sans doute pensé qu’aujourd’hui n’était qu’une journée comme une autre.

La barque accosta sur la terre ferme et les fées prirent congé. La chasseuse se leva doucement et pris le temps de s’étirer après ce long voyage. Elle observa les alentours, mais ni les enfants perdus, ni les pirates n’étaient dans les parages. D’un signe de la main, elle salua les sirènes, mais ces dernières se cachèrent derrière les rochers au lieu de lui rendre la politesse. Un vague sourire amusé étira les lèvres d’Artemis, car la dernière fois qu’une des femmes-poissons avaient essayé de la noyer, la fautive avait failli finir ses jours clouée sur un rocher et condamnée à sécher au soleil. Enfin, Peter était intervenu juste à temps, mais le souvenir restait encore récent apparemment...

Son arc en bandoulière, Artemis s’engouffra dans les bois. D’une main, elle retira doucement les petites fleurs posées derrière ses oreilles, mais laissa en place celles qui décoraient sa longue tresse. Ses yeux vifs scrutèrent le sol à la recherche d’emprunte et elle découvrit rapidement une piste qui mena jusqu’à la tanière des enfants perdus. En fait, pour y être allée plusieurs fois, il s’agissait simplement de s’orienter correctement tout en évitant les pièges destinés aux pirates. L’adolescente salua la Guigne, le Frisé et toute la bande. Certains eurent du mal à la reconnaître puisqu’elle avait grandi depuis sa dernière visite. Finalement, on la conduisit jusqu’au hamac de Peter où ce dernier faisait encore la grasse matinée. Peut-être avait-il dansé avec les indiens toute la nuit ? La magicienne secoua son ami, mais cela ne mis pas fin à ses ronflements. La patience limitée de la chasseuse pris le dessus et elle retourna le hamac, jetant son propriétaire sur le sol.


« Bonjour Peter ! Devine quel jour on est ! » dit-elle sur un ton très enjouée.

C’était comme si le voir étalé de tout son long sur le plancher était la chose la plus naturelle du monde. Il était levé et ils allaient pouvoir partir à l’aventure. Elle avait si hâte ! Après tout, le chef des enfants perdus lui avait promis une partie de chasse magistrale pour son anniversaire. Il lui avait juré de lui montrer où se cachait le légendaire crocodile qui hantait les rêves du Capitaine Crochet. Cependant, devant l’aire confus de son ami, Artemis fut déçue et son sourire s’évanouie.

« Tu as oublié pas vrai ? »



©clever love.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Et moi je te dis que les crocodiles ça ne volent pas ! » Feat. Peter Pan   Jeu 13 Nov - 17:44


AtemisPeter Pan ''



Peter Pan, le beau, le jeune, l'indomptable et très modeste roi incontesté du Pays imaginaire dormait allègrement dans son confortable hamac recouvert de peaux d'animaux. Son imagination débordante lui faisait vivre et revivre de folles aventures, même au plus profond de son sommeil : ses songes avaient toujours un rapport avec une épopée dont il était le héros. Cette nuit-là ne fit pas exception puisque l'éternel adolescent rêvait d'un duel à mort avec l'infâme Crochet, son ennemi de toujours. Le capitaine pirate se trouvait justement en grande difficulté, tant et si bien que Peter s'apprêtait à lui asséner le coup de grâce, non sans lui avoir lancé une réplique assassine, lorsqu'il fut brutalement rappelé à la réalité du Neverland.

▬ Bonjour Peter ! Devine quel jour on est !

Interloqué, le rouquin volant cligna des yeux à de nombreuses reprises en fixant la demoiselle qui lui faisait face. Il avait déjà vu ce visage, mais où ? Peter Pan n'était pas misogyne, il acceptait les filles comme les garçons dans sa bande, mais il préférait tout de même savoir qui était ce nouveau membre et, surtout, qui s'était permis de l'enrôler sans sa permission ! Le garçon aux collants verts fronça bientôt les sourcils ; ce qu'il pouvait trouver cela fatiguant de réfléchir au réveil !

Plus il observait la physionomie de nouvelle venue et plus la familiarité de ses traits lui revenait en mémoire. Se pourrait-il que... Non ! La dernière fois qu'il avait vue la fille à laquelle il pensait, cette dernière n'était certainement pas aussi grande ! Étrangement, le fait que la demoiselle en question connaisse par avance son identité ne l'étonnait pas du tout : qui donc sur cette île pouvait ignorer son existence ? Il prenait même le fait d'être connu de la plupart des enfants des royaumes pour acquis, parfois, tant d'eux rêvaient de le rejoindre lui et les enfants perdus dans leurs aventures incroyables ! Enfin, une fois de plus, Peter était bien trop occupé pour remarquer que sa visiteuse attendait une réponse de lui, aussi afficha-t-elle subitement une mine déconfite au bout de quelques instants, puis reprit la parole :

▬ Tu as oublié, pas vrai ?

Mais de quoi est-ce qu'elle parlait ?! Peter préféra attendre d'être debout avant de réfléchir à cette nouvelle énigme, puisqu'il venait de remarquer qu'il était assis sur le sol. Son hamac lui aurait-il joué un mauvais tour ? Il faudrait qu'il demande à Clochette de vérifier si l'objet qui lui servait de lit ne tentait pas une nouvelle attaque la nuit prochaine ! D'ailleurs, Clochette, où était-elle ? Sûrement encore partie faire des trucs de fées...

▬ Je n'ai absolument rien oublié du tout !

Ce furent les premières paroles de la journée que l'adolescent prononça, et il le fit sur un ton qui exprimait la fierté. En effet, bien au-delà des questions sur l'identité de la fille face à lui, la provocation ouverte concernant la mémoire du rouquin qu'elle venait de proférer le poussa à desserrer les lèvres. Un coup d’œil à l'arc que la jolie sorcière portait en bandoulière suffit pour remettre le jeune homme de bonne humeur, cependant : elle devait être là pour vivre une aventure, et c'était exactement ce dont Peter Pan avait envie, aujourd'hui !

Le chef des enfants perdus esquissa un geste en direction de la pièce principale de leur tanière pour inviter la chasseuse à l'y précéder, avant de reprendre, sur un ton qui dénotait incroyablement avec sa phrase précédente car étonnamment poli :

▬ Les filles d'abord.

Il lui emboîta le pas et le duo déboucha parmi le petit groupe de fidèles qui constituait les compagnons de Peter. Ce dernier entendit alors le Frisé et la Flûte chuchoter à propos du retour d'Artemis. Ah bon, Artemis allait bientôt revenir ? Le rouquin s'apprêtait à demander de plus amples explications à ses compagnons, et aussi comment ils avaient appris la nouvelle, lorsque la situation le frappa enfin : voilà pourquoi l'archère lui semblait si familière !

▬ Artemis ! Tu as grandi ! Pourquoi ?

Il s'était exclamé joyeusement, heureux de constater la visite de l'une des rares personnes qu'il estimait mériter d'un droit de passage au Neverland sans avoir à lui rendre des comptes. Cependant, sa joie s'était si rapidement muée en surprise, puis en incompréhension, que sa constatation sur la taille de la sorcière fut prononcée sur un ton songeur et sa question, elle, comporta des accents de reproches. La jeune femme voulait-elle donc devenir adulte, elle aussi ? Ce n'était pas acceptable ! L'égoïste Peter Pan ne pouvait pas imaginer un seul instant que les personnes qu'il estimait pouvaient voir la vie autrement que lui, qu'ils avaient des obligations à remplir ou, tout simplement, d'autres aspirations... L'habitante du Monde Ancestral était-elle venu à lui pour son ultime aventure ? L'éternel adolescent refusait fermement d'y croire !


Il resta silencieux quelques minutes avant de pousser un soupir et de sortir sa flûte de pan. Si les premières notes qu'il joua furent mélancoliques, la musique se mua rapidement en une mélodie plus joyeuse au fur et à mesure que le jeune homme sautait d'une pensée à l'autre. En un rien de temps, il se retrouva à voler à travers l'arbre creux tandis que les enfants perdus dansaient en rond autour de la chasseuse. Lorsqu'il en eut assez, Peter Pan redescendit sur terre et prit la demoiselle dans ses bras. En la relâchant, quelques secondes plus tard, il lui offrit un sourire ravageur qui faisait fondre bien des jeunes filles de son âge. Le rouquin était ainsi : à la fois imbu de sa personne et totalement inconscient de l'effet qu'il pouvait produire. Rien de tout cela ne lui importait, il n'en avait toujours fait qu'à sa tête et ne comptait pas s'arrêter de sitôt.

▬ Es-tu prête pour l'aventure ?
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Et moi je te dis que les crocodiles ça ne volent pas ! » Feat. Peter Pan   Dim 11 Jan - 1:14


AtemisPeter Pan ''



Si ses exploits de chasse commençaient déjà à être légendaires, Artemis était aussi bien connue pour son caractère bien trempé. En d’autres mots, son grand manque de tact. Aussi, elle n’éprouva aucun remord à sortir son ami de ses rêveries de façon plutôt violente. En reversant le hamac du chef des enfants perdus, elle s’assurait de ne pas avoir fait tout ce voyage pour regarder un rouquin lui ronfler au visage. L’air perdu de l’adolescent la fit rire. Visiblement, il ne saisissait pas trop ce qui venait de se passer. La seule chose qui était certaine, c’est qu’il ne dormait plus. Peut-être était-il encore trop endormi pour lui donner une réponse ? Elle qui avait attendu ce moment toute l’année ! Quelle déception ! Mais un sourire amical vint éclairer le visage de Peter et, lorsqu’il lui affirma n’avoir rien oublié, elle lui rendit son sourire.  

« J’espère bien. Tu me l’as promis l’an dernier ! »

Avec une galanterie qu’elle ne lui connaissait pas, il l’invita à se diriger vers la salle principale de la tanière. Inutile de lui répéter une seconde fois, elle suivit ses indications d’un pas enthousiaste. Elle avait tellement hâte de partir à l’aventure que ses yeux étaient brillants d’excitation et ses doigts pianotais sur son arc.  Bien sûr qu’elle avait grandi, ne se rappelait-il pas qu’il s’agissait de son anniversaire aujourd’hui ? Cette constatation ne semblait pas faire plaisir à son ami volant, mais la fille de Zeus n’allait pas se sentir mal parce que l’âge adulte ne l’effrayait pas. Comme le garçon en collant vert, la chasseuse avait l’éternité devant elle. Aussi longtemps qu’elle dégustait sa pomme dorée tous les matins, la vieillesse ne viendrait pas la tourmenter.


« Je n’ai pris que quelques centimètres de plus Peter et je reste plus jeune que toi je te signale ! J’avais besoin que mes jambes soient plus longues pour courir plus vite. » dit-il pour sa défense, légèrement irritée.

Sauf que sa bonne humeur revint aussitôt. Comment pourrait-il en être autrement devant la perspective d’une telle chasse ? Néanmoins, l’enfant rebelle ne semblait pas pressé d’empailler le crocodile et s’arma plutôt de sa flûte de pan. En peu de temps, ses acolytes orphelins se mirent à danser autour de la sorcière. Artemis se laissa prendre au jeu et tapais des mains énergiquement au rythme de la musique. Elle s’amusa à tournoyer et à rire avec ses amis même si elle n’avait qu’une envie et c’était que Peter donne le signal du départ. Il ne fallait pas le brusquer. Enfin, pas plus qu’elle ne l’avait déjà fait en le poussant en bas de son lit...  Quand la mélodie pris fin, Peter vint la prendre dans ses bras et l’archère lui rendit maladroitement son étreinte. Non, elle ce n’était pas à cause du charme ravageur de son ami, mais bien par manque d’habitude aux contacts humains. Cependant, elle devait bien admettre que même Narcisse serait jaloux devant son sourire de héros sans peur.

« Je le suis toujours ! » répondit-elle avec énergie.

Elle avait déjà toutes ses affaires en main, il ne manquait plus que de savoir quel serait leur destination. La bête à écaille était-elle dans l’eau à cette heure ? Tourmentait-elle Crochet ? Ou alors serait-elle en train de roupiller dans son antre rocheux ? La brune s’approcha de la sortie de l’arbre creux et regarda ses petits compagnons en se demandant si le farfadet comptait les amener avec eux ou non. Pour la discrétion, ça serait bien sans eux, mais elle ne savait pas comment aborder la chose sans les vexer. Manquerait plus que les plus maladroits se retrouvent entre le monstre et sa flèche…

« Dans quelle direction allons-nous ? Tu connais peut-être un raccourci pour aller à la grotte ? Cela dit, ça risque d’être dangereux… » rajouta-t-elle en désignant les plus jeunes des enfants perdus d'un mouvement de tête.


©clever love.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Et moi je te dis que les crocodiles ça ne volent pas ! » Feat. Peter Pan   Jeu 15 Jan - 23:54


AtemisPeter Pan ''



Peter Pan était un étrange énergumène. Son comportement frivole et imprévisible faisait de lui une personne difficile à cerner, excepté pour son goût de l'aventure et son caractère définitivement mégalomane. Sa personnalité tantôt enfantine tantôt cruelle se mêlait à ses lubies farfelues et rendait le personnage totalement insupportable... Enfin, pour la plupart des adultes et des personnes normalement constituées. En effet, le plus incompréhensible dans l'histoire c'était l'attraction que l'éternel adolescent exerçait malgré lui sur les enfants autour de lui et sur la plupart des demoiselles. C'était tout ou rien, avec Peter : soit on le haïssait, soit on l'adorait. Comment pouvait-il en être autrement avec un être aussi puéril !

Le jeune homme ne se souvenait absolument pas d'avoir invité Artemis un an plus tôt, et pour cause : il était certainement l'une des rares personnes pour qui une année complète représentait l'infini alors qu'il disposait de l'éternité toute entière ! Cela ne le perturbait pas, cependant, de voir la demoiselle dans son antre. Elle était toujours la bienvenue au Pays Imaginaire, tant qu'elle ne grandissait pas trop... Peter avait bien failli ne pas la reconnaître à cause de cela, d'ailleurs ! Qui pouvait avoir envie de devenir adulte ? Enfin, la belle justifia sa croissance par un besoin physiologique, ce que le rouquin trouva acceptable. Il passa donc à autre chose, comme toujours, et se mit à jouer de la flûte. Rapidement, les petits habitants de l'arbre creux se mirent à danser autour de leur invitée, ce qui rendit le farfadet aux collants vert particulièrement fier : ils savaient recevoir, chez lui ! La sorcière dévouée à la chasse ne se fit d'ailleurs pas prier pour prendre part aux réjouissances, qui s'achevèrent par une embrassade amicale entre le roi du Neverland et la magicienne. Puis, enfin prêt à passer aux choses sérieuses, l'adolescent demanda à sa visiteuse s'il en allait de même pour elle.

▬ Je le suis toujours !

La demoiselle avait répondu sur un ton enthousiaste, ce qui attisa d'autant plus les envies d'aventures de Peter Pan. Le rouquin se demandait ce qu'ils pourraient bien faire, cependant, attaquer les pirates une fois de plus ne le tentait pas spécialement en ce jour, et quant aux indiens... Ils ne devaient même pas encore être levés après la fête de la veille organisée à la gloire de l'éternel adolescent ! Le fait que la jolie brune soit venue jusqu'à lui pour le crocodile lui était, bien évidemment, complètement sorti de la tête. Aussi, il observa la jeune femme se diriger d'un pas décidé vers la sortie du repaire des enfants perdus, se demandant s'il ne serait tout simplement pas plus simple de la suivre puisqu'elle semblait savoir où elle voulait aller... Mais non, Peter Pan n'était pas du genre à se laisser porter paresseusement par les événements, il forgeait sa propre fortune et n'hésitait jamais un seul instant à forcer le destin !

Ainsi, le jeune homme croisa les bras sur sa poitrine, prêt à demander des explications à son invitée qui prenait un peu trop les devants à son goût. Voulait-elle décrédibiliser le chef des enfants perdus en se montrant si entreprenante ? Cela n'allait certainement pas se passer comme cela, ah ça non ! La jolie brune était peut-être une princesse dans son monde mais, ici, le roi c'était lui ! Peter s'apprêtait donc à rappeler à l'ordre Artemis mais cette dernière le prit de court lorsqu'elle se retourna subitement pour l'interroger :

▬ Dans quelle direction allons-nous ? Tu connais peut-être un raccourci pour aller à la grotte ? Cela dit, ça risque d’être dangereux…

Pris au dépourvu, l'éternel adolescent oublia sa colère aussi rapidement qu'elle était apparue. Le fait que la demoiselle lui demande son avis renversait totalement la situation : elle n'était plus du tout en train de renverser son autorité mais semblait plutôt prête à se plier en quatre pour anticiper ses désirs et lui faire plaisir ! Voilà qui était bien mieux. Peter Pan bomba le torse, son ego flatté par les considérations de son invitée.

▬ Eh bien, la grotte est... Au sud de l'île !

Nul besoin de réfléchir pendant très longtemps pour deviner de quelle grotte il s'agissait : il n'y en avait qu'une. D'ailleurs, cela lui revenait à présent, la raison de la présence d'Artemis sur l'île... La chasse au crocodile ! Un sourire radieux fendit le visage du farfadet en collants vert, voilà une brillante idée qu'il avait eu l'année dernière en proposant à la chasseuse de revenir pour cette aventure ! Mais la belle avait raison, leur entreprise ne convenait pas à tous ses compagnons, certains ne se trouvant pas parmi eux depuis assez longtemps pour pouvoir affronter une telle bête... Aussi l'éternel adolescent se tourna-t-il vers ses fidèles et proclama d'une voix forte :

▬ Les amis, vous resterez ici pour nettoyer la maison ! Je ne veux plus voir un grain de poussière à mon retour, nous recevons une Dame aujourd'hui, je vous signale !

Le ton impérieux qu'il avait employé et l'argument imparable qu'il avançait empêcha quiconque de protester parmi les enfants perdus. Pour appuyer ses propos, Peter avait même pris grand soin de désigner Artemis et, aussi déçus de ne pas pouvoir partir à l'aventure en compagnie du duo qu'ils étaient, les orphelins aimaient beaucoup trop la demoiselle pour refuser de lui faire honneur en désobéissant à leur chef. Le lutin volant attendit que ses compagnons se mettent au travail avant de reporter son attention sur son invitée. Sans crier gare, il lui prit la main et l'entraîna à sa suite, mi-volant mi-courant, vers l'extérieur.

▬ Allez viens, il n'y a pas une seconde à perdre !

Impatient à l'idée d'affronter l'affreux reptile, Peter Pan ne laissait pas une seconde de répit à la jeune femme qu'il tenait toujours fermement par la main et commença à déambuler à travers la jungle. Il aurait été beaucoup plus simple et plus rapide pour eux de se rendre à la grotte en volant mais, avec Clochette absente, le jeune homme ne pouvait pas faire décoller son amie du sol. Tant pis, ils iraient à pied ! Qui pouvait prédire si une autre aventure ne les attendait pas sur la route ? L'éternel adolescent finit par ralentir un peu le pas et sortit de son mutisme enjoué pour expliquer la suite des événements à la jolie brune.

▬ On va commencer par aller voir si le croco est encore dans son antre... S'il n'y est pas, il est certainement parti saliver après Crochet !

Particulièrement fier de lui, le jeune homme se trouvait très heureux de la tournure que prenait cette journée. Marchant tranquillement aux côtés de son amie dont il tenait toujours la main, ayant totalement oublié lui avoir prise quelques minutes plus tôt, il rêvassait à la chasse qui les attendait. À coup sûr, ils allaient sacrément s'amuser ! Qui pouvait se vanter de passer son anniversaire en compagnie de Peter Pan à la poursuite du crocodile géant, après tout ?
©clever love.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Et moi je te dis que les crocodiles ça ne volent pas ! » Feat. Peter Pan   Sam 28 Fév - 23:07


AtemisPeter Pan ''



Ce n’était que des petits détails à régler avant le grand départ pour l’aventure, mais Artémis se sentait obligé de mettre à l’abri ses compagnons. N’était-elle pas nommée protectrice des enfants et des animaux au Monde Ancestral ? Enfin, elle était aussi la symbolisation de la chasse alors, lorsqu’un animal menace la sécurité d’êtres humains, c’était son devoir de s’interposer, non ? Et puis, cela allait être excitant de pourchasser un monstre pareil. Elle n’avait pu observer le crocodile du Pays Imaginaire que de loin, mais sa taille relevait du miracle pour un spécimen de son espèce. Rien n’était surprenant au fait que le Capitaine Crochet en ait une peur bleu. En fait, il n’était pas non plus surprenant qu’il n’apprécie guère Peter Pan. Artémis trouvait la patience qu’elle n’avait pas avec l’adolescent pour la simple et unique raison qu’elle avait grandi en sa compagnie. Il lui rappelait un peu les jeunes coqs rencontrés dans les fermes. Bien fière qui bombait le torse, adorable même si leur chant pouvait être agaçant à la longue...

Petit à petit, Atémis parvint à obtenir des informations sur leur destination du jour. La jeune sorcière sautillait pratiquement sur place tellement elle avait hâte d’y aller.  Si seulement l’éternel adolescent pouvait se dépêcher !  Néanmoins, la fille de Zeus fit une mine désolé lorsque ses petits amis se firent donner une corvée de ménage sois-disant en son honneur. Elle ouvrit la bouche pour protester, mais la referma aussitôt, réalisant que c’était l’excuse choisit pour ne pas les emmener avec eux. C’est surtout le mot ''dame'' l’avait fait tiquer. Elle était bien plus sauvageonne que toutes les autres jeunes filles du panthéon avec leurs robes de voiles diaphanes et leurs couronnes de lauriers dorées… Bon, elle restait, avec Clochette, l’une des rares demoiselles à avoir mis les pieds dans l’arbre creux après tout. En soit, ce devait être un sacré honneur ! Soudain, Peter attrapa la chasseuse par la main et s’enfuit vers de nouvelles aventures. Elle suivit le rouquin comme elle put, laissant dans son sillage les petites fleurs que les fées avaient déposé dans sa chevelure.

« Elles vont me servir mes jambes plus longues ! » dit-elle entre deux souffles, un grand sourire sur les lèvres. Alors que la végétation se faisait de plus en plus dense autour des deux compères, Artémis se dit que, s’il y avait bien un être qui connaissait l’île comme sa poche, ce devait être Peter Pan. Elle faisait confiance à son sens de l’orientation. De toute façon, le Pays Imaginaire étant une île, ils ne pourraient pas se perdre très longtemps. Pour que le crocodile s’abrite dans sa grotte, celle-ci devait être proche de l’eau alors en suivant la plage peut-être qu’ils s’y rendraient facilement… Sauf que la brune n’osait pas dire sa théorie à haute voix, convaincue que son ami connaissait un raccourcis en passant au centre de cette terre paradisiaque. « Je te fais confiance pour nous guider au bon endroit Peter. » dit-elle en observant avec curiosité la main de son ami dans la sienne.

Quelle étrange façon de ne pas se perdre en forêt ! Il n’y avait que ses parents ainsi que son frère jumeau qui pouvaient se vanter d’avoir tenu la brune par la main sans qu’elle ne se dérobe. Eux, ils étaient de sa famille, mais l’adolescent… N’était-ce pourtant pas les adultes qui se tenaient ainsi la main pour démontrer leur affection ? À cette idée, Artémis sentit son visage virer au rouge et lâcha précipitamment les doigts du garçon. Sans doute que ce n’était qu’un geste innocent au départ, mais sa durée mettait la vagabonde très mal à l’aise. Feignant de s’intéresser à la mousse sur les arbres, l’archère se détourna de son complice pour marcher entre les racines et observer ce phénomène végétal. La mousse ne pousse pas nécessairement au Nord comme on l'entend souvent, mais en suivant l'orientation des vents dominants ou des coins d'ombre. Oui, logiquement, il y a plus de mousse en direction du Nord, car il n'y a pas beaucoup de soleil. Bref, à moins de connaitre la météorologie locale, ce n’est pas évident. Toutefois, quelque chose d’autre attira l’attention de l’olympienne et celle-ci arrêta d’avancer pour mieux juger la situation.

« Tu as entendu ? » demanda-t-elle en se retournant vers son compagnon. Son expression faciale répondit à sa question et la jeune fille se mise à observer la cime des arbres avec intérêt. « Rien. On n’entend rien. » Aucun oiseaux qui gazouillaient, aucun écureuil qui court dans les arbres ou lapin qui s’amuse dans les broussailles. Rien. Le regard perçant l’archère scruta alors les alentours et aperçu, du coin de l’œil, des plumes rouges et jaunes entre deux branches. « Les Indiens ! »


©clever love.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Et moi je te dis que les crocodiles ça ne volent pas ! » Feat. Peter Pan   
Revenir en haut Aller en bas
 

« Et moi je te dis que les crocodiles ça ne volent pas ! » Feat. Peter Pan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mouvements de Los Angeles
» [WCH] Golden Book
» Big Bang Theory
» Militaires 3/3
» DES JARDINS A VISITER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-