Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mer 23 Avr - 12:34





Dis-moi ce que tu lis,
je te dirai à qui tu as volé ce livre.

Damien avait passé une nuit trop courte comme toujours. Il avait tellement de chose à apprendre dans ce monde coloré qui lui était inconnu. Le natif d'HalloweenTown avait essayé de trouver sa place dans cette nouvelle contrée. Une tâche plus ardue que prévu, même alors qu'il avait réussi à travailler en tant que domestique au château, le chemin à emprunter lui semblait terriblement long et fastidieux.

Jusqu'à hier soir, où il reçut une étrange visite : celle d'un criquet parlant qui se prétendait sa conscience. Il n'aurait jamais cru se retrouver dans une situation qui lui semblerait aussi étrange, lui qui venait d'un monde peuplé de monstres. Durant cette conversation, Damien avait du révélé certains secrets qu'il aurait préféré garder pour lui comme par exemple le fait qu'il venait d'un autre monde. Son nom aussi... quelque chose lui soufflait qu'il n'aurait pas du le dire. L'idée de changer de nom pour manifester sa volonté à tirer un trait sur son passé restait bien présent dans son esprit même si sa première tentative ne semblait pas convaincre l'insecte avec qu'il avait parlé. Se faire appeler Triste Sire n'était peut-être pas une si bonne idée... pourtant elle semblait convenir à sa situation, lui qui avait sans le vouloir encore le mal du pays. Damien laissa temporairement ce problème de côté. Heureusement qu'en tant que serviteur, personne ne se souciait de son nom et il n'avait pas encore eu l'occasion de le dire en dehors de sa rencontre nocturne de la veille.

Les yeux encore ensommeillés mais l'esprit trop vif pour se concentrer sur les signes d'une mauvaise nuit que son corps lui manifestait; Damien était paré pour une nouvelle journée de travail au château du roi Maurice. Son objectif du jour était risqué : atteindre la bibliothèque royale sans se faire repéré. S'il se faisait prendre en train de chaparder des ouvrages au lieu de travailler, il perdrait le peu de chose qu'il avait réussi à avoir depuis son arrivée. Voir pire. Quel serait sa punition d'avoir 'emprunté' un livre ? La prison ? Pire encore ? Affronter une sorcière, passer un pacte avec le Ténébreux... tout çà pour finir en prison ? Non merci. La prudence lui dictait de revoir son projet mais la volonté de devenir plus qu'un domestique le poussa à aller jusqu'au bout.

Etonnement, y parvenir fut un vrai jeu d'enfants. En tant que domestique, personne ne prêtait véritablement attention à lui. Il suffisait qu'il donne l'impression de savoir parfaitement se qu'il avait à faire là et personne ne lui posait de question, tout juste un regard dédaigneux car ces habits avaient connu des jours meilleurs à cause d'un travail manuel et éreintant pour lequel il n'était clairement pas fait. Les choses se corsèrent quand il franchit la porte. Damien s'était juré de redoubler de prudence car, s'il pouvait trouver un mensonge pour justifier sa présence dans les couloirs, il ne pouvait en dire autant si on le prenait la main dans le sac dans cette pièce. Une bonne résolution qui fut bien vite effacé de son esprit lorsqu'il fit un pas dans la bibliothèque.

Damien fut ébloui devant tant d'ouvrage et se précipita vers la première étagère. Devant ces yeux, des centaines de titre et d'ouvrage inconnus n'attendaient plus que lui. Par lequel commencer ? Hélas, il n'arrivait pas à définir quel ouvrage racontait des faits ou des légendes puisqu'il ne venait pas de ce monde. Après quelques hésitations, il se décida pour un livre consacré à l'histoire des royaumes voisins. Le jeune homme feuilleta brièvement l'ouvrage avant de se retourner... pour voir qu'il n'était plus seul.

"Princesse." S'étonna-t-il en inclinant prestement la tête et cachant tout aussi prestement son butin dans son dos.

Même une personne se situant tout en bas de l'échelle comme lui savait qui était la princesse Belle. Il ne savait pas si c'était une bonne chose que se soit-elle qui le prenne la main dans le sec ou non. La rumeur la disait douce, il allait vite être fixé.

"Je... Je vous prie de m'excuser." S'empressa-t-il d'ajoutant en gardant toujours le regard baissé. "Je me suis égaré et..."

Le reste de son mensonge mourut au bout de ses lèvres. Force était de constaté qu'il n'était pas encore un très bon menteur. Pas encore.



© Méphi.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Dim 27 Avr - 21:52






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


La nuit n’avait pas été spécialement longue et pour cause, une petite réception avait été mise en place pour le dîner de la veille. En quel honneur ? Aucun. Pour le simple plaisir de mon père qui aimait quand les gens se réunissaient pour faire la fête, pour rigoler, pour se retrouver. Comme à chaque réception, il avait mis les petits plats dans les grands. Ce qu’on ne pouvait pas reprocher au roi Maurice, c’était sa façon de recevoir ses invités. Il en faisait même parfois beaucoup trop. Tellement de trop que les domestiques mettaient parfois des heures, le lendemain, à tout remettre en ordre. Je compatissais à leur labeur des lendemains de fête. Ma condition m’interdisait de les aider, mais quand mon père n’était pas dans le coin, je donnais un coup de main. Ce n’était jamais grand-chose, mais je voyais dans leurs regards la gratitude. Contrairement aux invités, j’avais quitté très tôt la petite fête. J’étais restée jusqu’au dessert et encore après, et il était déjà très tard dans la nuit (ou très tôt le matin). J’avais prétexté la fatigue, mais il n’en était rien.

Une fois dans ma chambre, j’avais pris le livre que j’avais dû laisser sur ma table de chevet. Je n’avais lu qu’une cinquantaine de pages et il m’avait déjà captivé. Aussi, je souhaitais le terminer le plus rapidement possible et pour cette raison, j’étais partie dès que cela m’avait été possible. Une fois tranquille, je m’étais mise à lire à la lumière des chandeliers. Combien de fois m’avait-on réprimandée parce que je finirais par m’abimer les yeux en lisant dans la peine ombre ? J’avais cessé de compter. Ma mère, principalement, quand elle était encore en vie, débarquait dans ma chambre pour m’ordonner de lâcher le livre que j’étais entrain de lire et surtout de dormir pour me reposer. Aujourd’hui, c’était mon père qui faisait cela, mais cette nuit, j’avais très peu de chance de le croiser. Il était trop occupé par ses invités. Donc j’avais tout le loisir que je voulais pour finir ce livre afin d’aller en récupérer un autre dès le lendemain. Depuis le temps que je lisais, il était étonnant que je n’aie pas encore vu le bout de cette bibliothèque.

Quand le soleil commença à se lever, je n’avais dormi que quelques heures. J’avais réussi à atteindre la dernière page du livre et je l’avais noté comme étant un livre à relire, un jour. Quand j’aurais fait le tour de cette bibliothèque, surement ? Je n’en savais rien. Qui pourrait dire où je serais quand j’aurais terminé de lire tous les livres de la bibliothèque ? Je n’en avais aucune idée. Mariée à Gaston, sans aucun doute ! D’ailleurs, j’étais encore étonnée qu’il m’ait laissé quitter la fête aussi facilement. Habituellement, il insistait pour que je lui offre une ou deux autres dernières danses, mais là, rien. Il m’avait simplement souhaité une bonne nuit. Non pas que je m’en plaigne, mais je trouvais ça étrange. Enfin, l’avantage, c’était qu’il avait momentanément laissé tomber le côté lourdingue qu’il avait quand il s’agissait de moi. La première chose que toute personne censée faisait en se levant, c’était sans aucun doute aller prendre un petit déjeuné, mais je n’étais pas forcément une personne censée.

Une fois habillée d’une simple robe bleutée, je pris la direction de la bibliothèque. Je tenais mon livre emprunté contre moi. Dans les couloirs, que je connaissais par cœur à force de les avoir parcourut en long, en large et en travers, je croisais certains domestiques que je saluais. Une femme de chambre me demanda si je souhaitais un petit déjeuné, mais je refusais lui assurant que j’en prendrais un lorsque je ressortirais de la bibliothèque. Une fois rassurée, la femme de chambre repris sa route et je repris la mienne. Parfois, je trouvais que la bibliothèque était beaucoup trop loin de ma chambre. Mais enfin… Lorsque j’arrivais face aux portes de la pièce convoitée, je les ouvris et m’engouffrais dans cette pièce familière. C’était sans aucun doute celle que je connaissais le mieux dans tout ce château. Sachant pertinemment où j’avais pris le livre, je me dirigeais directement vers l’étagère sur laquelle je devais le ranger. Une fois que ce fut chose faite, je pris le livre suivant. L’avantage avec moi, c’était que je lisais de tout puisque chaque sujet m’intéressait.

J’avais à présent mon livre, je pouvais aller prendre un petit déjeuné, mais en arrivant vers la sortie, je constatais que je n’étais plus seule dans cette pièce. Intriguée, je m’avançais vers l’inconnu qui venait de prendre une des livres se trouvant sur l’étagère. Je m’arrêtais à quelques mètres de lui et attendis tranquillement afin de savoir ce qu’il allait faire de ce livre. Lorsqu’il se retourna, je vis la surprise se dessiner sur son visage. Apparemment, il ne s’attendait pas à croiser quelqu’un à cette heure-ci de la journée, mais toute personne qui me connaissait un minimum savait que je pouvais venir dans cette pièce à n’importe quelle heure de la journée et de la nuit. Mais il semblerait que lui l’ignorait. D’ailleurs, je ne me souvenais pas l’avoir déjà vu dans le coin auparavant. Une fois remis de sa surprise, il me salua comme la ‘tradition’ l’exigeait. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres.

- Je vous en prie, appelez-moi Belle. Princesse, c’est bien trop formelle, répondis-je.

Je remarquais ensuite qu’il avait ses mains cachées derrière son dos et je fronçais légèrement les sourcils. Que cachait-il donc dans son dos ? Je n’eus pas vraiment le loisir de lui poser la question car il s’excusa de sa présence dans ces lieux, m’offrant l’excuse, sans aucun doute, la moins convaincante qu’on avait pu m’offrir jusqu’à présent. Apparemment, il dut savoir que je ne le croyais pas parce que ses paroles moururent au beau milieu de leur acheminement. Même s’il m’avait menti, je ne pus m’empêcher d’avoir un nouveau sourire venir prendre place sur mes lèvres. Je penchais la tête sur le côté tout en tenant mon nouveau livre contre moi, comme je le faisais toujours.

- Si vous commenciez par me dire qui vous êtes et pourquoi vous êtes là ? Si vous me répondez honnêtement, je ferais comme si je ne vous avais jamais vu, si vous mentez… Et bien je le saurais, ajoutais-je toujours avec mon sourire.

Aussi étrange que cela puisse paraître, j’avais toujours réussi à savoir quand on me mentait. Comment ? Je n’en avais aucune idée. Je ne savais pas comment cela fonctionnait. Tout ce que je savais, c’était que quand on me mentait, je le savais. C’était comme si j’avais un radar ou un détecteur dans mon cerveau. Pourtant, je n’avais pas de marraine la bonne fée qui aurait pu me donner un don pareil à la naissance et à ce que je savais, nous n’avions aucun don magique dans  la famille. D’où est-ce que cela venait ? Allez savoir ! Je portais mon attention sur le ‘perdu’ du jour, attendant qu’il réponde à mes deux questions. Comment est-ce que je savais qu’il n’avait rien à faire ici ? Parce que dans cette pièce ne rentrait que les femmes de ménage pour retirer la poussière et il n’avait strictement rien d’une femme de ménage.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Ven 2 Mai - 11:02






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



C'était un fait indéniable, Damien avait manqué de prudence. Sa préoccupation principale avait été d'atteindre la bibliothèque du château sans se faire repérer. Le jeune homme avait négligé de se renseigner sur les habitudes des habitants concernant le lieu qu'il visait. De son point de vue, cette impressionnante collection de livre n'était là que pour la décoration et destinée à prendre la poussière. Se qui renforçait sa motivation à s'y rendre tout en justifiant mentalement son impunité à en dérober un ou deux. Juste le temps de les lire, bien sûr.

En tombant nez-à-nez avec la princesse, il comprit toute la portée de son erreur, en même temps que son manque de connaissance se renforçait. Si la dame était une habituée des lieux, il aurait dû le savoir ! Trop presser de mettre son plan à exécution, il en avait bâclé les détails. Maintenant, il était trop tard. Damien ne pouvait que baisser les yeux en cachant rapidement son butin dans son dos et en bredouillant des salutations et des excuses.

Le natif d'Halloweentown eut bien du mal à maintenir ses yeux baissés lorsque la princesse lui déclara qu'elle pouvait l'appeler 'Belle'. C'était vraiment étrange de renoncé ainsi à son titre. La princesse Elizabeth aussi faisait cela mais Damien avait toujours pensé que c'était parce qu'elle était loin du monde coloré. Le titre perdait alors son sens, c'était logique, même si çà ne l'avait pas empêché de continuer de l'appeler princesse. Tandis que Belle... Elle était dans son propre château, vouloir se montrer aussi familière avec lui n'avait aucun sens.

Le jeune homme aurait pu protester mais son cerveau était trop occupé à chercher à chercher une excuse justifiant sa présence. Sans succès. Après sa tentative de mensonge, il osa enfin lever les yeux vers Belle et vit qu'elle souriait au lieu d'avoir une mine désapprobatrice comme il aurait pu pourtant s'y attendre. S'il avait crut pendant une microseconde de pouvoir s'en sortir, il déchanta vite devant la question qui lui fut posée et il ne put empêcher de faire une légère grimace tout en pensant qu'il allait devoir vite apprendre à mieux mentir. Damien avait déjà dit son nom et d'où il venait hier soir, il rechignait à refaire un tel aveu... Mais il n'avait pas le choix puisque son interlocutrice lui garantissait de ne pas le dénoncer s'il se montrait honnête. Que faire ?

"Je ne suis personne, princesse. Personne qui mérite votre intérêt, en tout cas." Répondit-il en cessant de cacher l'ouvrage derrière son dos. "Je... Je voulais juste... lire." Il s'interrompit le temps d'un haussement d'épaule et d'un sourire maladroit. "Je ne gagne pas assez d'argent pour m'en acheter. Et de toute façon, il y en a peu aux villages. Les gens que je côtoie me regardent étrangement quand j'essaye d'aborder le sujet. Comme si j'étais fou ou idiot, sans doute pense-t-il que je suis les deux. Mais à moi... cela me manquait de ne plus rien avoir à lire."

Lui qui traînait tellement dans la bibliothèque d'Halloweentown qu'il en connaissait mieux le contenu des étagères que la personne qui s'en occupait, se retrouvait à côtoyer des gens qui (pour la plupart) ne savait ni lire ni écrire et ne prêtait donc aucune importance aux écrits. Alors que les livres étaient importants ! Dans son monde d'origine, la lecture avait été son seul moyen de s'évader loin des paysages gris qu'il connaissait. Ensuite, il avait passé tout son temps à décortiquer la moindre phrase en espérant y dénicher un indice qui le conduirait vers le monde coloré dont Jack avait parlé.
Ici, les pages de ces livres inconnus détenaient les informations qu'il lui manquait cruellement pour son nouveau départ.

"Pardonnez-moi, je vous ennuie avec mes explications." S'excusa-t-il en s'apercevant qu'il avait exprimé un peu trop sa pensée. "Je vais ranger ceci en espérant votre indulgence pour mon geste."

Malgré ses paroles, sa prise se resserra un bref instant sur l'ouvrage, comme s'il rechignait à s'en séparer. Puis, finalement et à contrecœur, il fit un geste pour remettre son butin à sa place.

La pensée lui vint qu’il n’était pas encore tirer d’affaire. Après tout, la princesse Belle n’avait pas clairement dit quel sort elle lui réserverait si elle ne croyait pas son excuse.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Lun 5 Mai - 22:39






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


La Bibliothèque était mon domaine, l’endroit dans le château où je passais le plus de temps, sans y compter mes heures. Je pouvais y être enfermée pendant toute une journée sans m’en rendre compte. Parfois, les servantes venaient me signaler qu’il était l’heure de manger, et c’était seulement à ce moment-là que je me rendais compte que j’avais l’estomac vide et que j’avais faim. Mais parfois, le livre était tellement intéressant que j’avais du mal à m’en détacher. Quand je devais manger en compagnie de mon père, je ne pouvais pas lire, mais il m’arrivait pas moment de faire en sorte de pouvoir manger seul, comme ça, je pouvais manger tout en continuant. C’était sans aucun doute contraire à l’étiquette, mais je n’étais déjà pas une princesse normale alors un peu plus ou un peu moins, où serait la différence ? Pour beaucoup de monde, que je lise était un phénomène étrange parce que je lisais de trop. Mais qu’y pouvais-je si cela me passionnait exactement ? J’adorais les livres et en particulier les histoires, même si je lisais de tout.

Pour lire un livre, je n’avais besoin que de quelques heures. Cela dépendait du nombre de pages et de la taille du livre en règle générale, mais si je le voulais, je pouvais lire au moins un livre par jour. Avec un tel rythme comment faisais-je pour ne pas avoir encore tout lu ? Et bien parce que je n’avais pas ce rythme. Certaines personnes essayaient de me sortir la tête de mes bouquins, comme Gaston par exemple. Il ne comprenait pas comment je pouvais lire tout ça alors qu’il n’y avait aucune image. J’avais beaucoup mieux que les images : mon imagination. Mais quand il s’agissait de mon fiancé, autant parlé à un mur. Gaston n’était pas du genre à passer des heures à analyser ce qu’il avait sous le nez. Il était plutôt un homme d’action. Il en fallait mais heureusement pour nous qu’il ne pouvait pas agir sans l’ordre directe de mon père car sinon, le pays serait déjà sans dessus-dessous. Et on m’avait fiancé à lui… Mon père était certain qu’il n’agirait pas sans mon consentement le jour où nous deviendrions le couple royal, mais j’en doutais.

Jusqu’à présent, je n’avais jamais rencontré personne qui aimait les livres. Peut-être pas avec la même passion que moi, mais au moins un intérêt, même minimal. Pour cette raison, j’étais surprise de tomber sur cet étranger dans la Bibliothèque. D’habitude, j’étais la seule à y mettre les pieds, mais aujourd’hui, ce n’était pas le cas. Même s’il n’avait rien à faire là, je n’arrivais pas à être en colère contre lui. Il avait été pris la main dans le sac, certes, mais il y avait ce je-ne-sais-quoi qui m’empêchait d’aller le dénoncer aussitôt à mon père. Il se ferait renvoyer à coup sur et il n’avait pas la tête du méchant garçon, même s’il avait essayé de me mentir quant à la raison de sa présence dans mon sanctuaire. Malheureusement pour lui, je savais quand on me mentait. Il fallait être un très bon menteur pour pouvoir m’avoir, mais dans 75% des cas, je savais qui disait la vérité et qui ne la disait pas. Face à ses paroles, je lui demandais de m’appeler par mon prénom plutôt que par mon titre. Quand on m’appelait Princesse, j’avais l’impression de perdre mon identité pour un titre.

Ma demande l’étonna, ce qui ne fut pas le cas pour moi de le voir afficher une telle tête. Tout le monde ne m’appelait pas par mon prénom. Il n’y avait que les personnes que je voyais assez régulièrement. Alors pourquoi est-ce que j’avais demandé à cet homme que je n’avais jamais vu de ma vie auparavant, de m’appeler Belle ? Je n’en savais rien. Enfin, là n’était pas l’important. Il devait croire que j’allais lui crier dessus alors qu’en réalité, je lui souriais. Ca se voyait que je l’avais démasqué. Je savais même qu’il cachait quelque chose derrière son dos. Ce quelque chose ne pouvait être qu’un livre étant donné qu’il n’y avait que ça dans cette salle. Finalement, je lui demandais qui il était et la raison de sa présence dans la Bibliothèque. Je lui fis également part de ma capacité à détecter le mensonge afin de le dissuader d’essayer encore une fois de me mentir, même s’il devait bien se rendre compte qu’il était un piètre menteur. Une grimace se dessina sur son visage quant à son prénom, mais j’attendais tranquillement.

Je fronçais les sourcils lorsqu’il se présenta comme étant personne. Enfin, tout le monde était quelqu’un. Néanmoins, il m’avoua tout de même en toute honnêteté la raison de sa présence ici. Je continuais de tenir mon livre dans mes bras. Je comprenais parfaitement ce qu’il ressentait. Personnellement, j’étais certaine que j’agirais exactement de la même façon si on m’empêchait un jour de lire. Cela ne risquait pas vraiment d’arriver. J’étais une princesse, après tout. Et mon père ne risquait pas d’être déchu de son titre de roi. Il n’y avait aucune raison qu’une chose pareille n’arrive puisque mon père était un bon roi, malgré les difficultés. Je restais silencieuse, et il dût interpréter mon silence comme quelque chose de négatif. Alors que ce n’était pas du tout le cas. Je le regardais remettre le livre en place. Je voyais bien dans ses gestes que ça l’embêtait de le reposer. Je regardais le titre du livre qu’il avait pris et qu’il aurait volé si je ne l’avais pas surpris.

- Attendez… lâchais-je alors qu’il remettait le livre à sa place.

Je tournais la tête vers la porte de la bibliothèque pour voir si quelqu’un venait ou pas, mais il n’y avait personne. Cela n’avait rien d’étonnant. J’avais jeté un coup d’œil pour rien parce que rare étaient ceux qui venaient ici. Je posais le livre que je tenais dans les bras sur une étagère, de façon à pouvoir le récupérer puis je tendis le bras pour prendre le livre que ‘Personne’ tenait dans ses mains. J’attendis qu’il me le remette puis une fois que ce fut chose faite, je l’ouvris et constatais que le livre parlait de l’histoire des royaumes voisins. Ainsi donc, il s’intéressait à l’histoire en elle-même. C’était intéressant.

- Vous pouvez le garder, je vous l’offre, fis-je ne lui rendant le livre. Je l’ai déjà lu et il contient des faits plutôt intéressants. Pour en connaître un peu plus sur le monde qui nous entoure, il est bien.

Je jetais un coup d’œil sur l’ensemble de l’étagère. Il y en avait d’autres de bien, d’aussi bien que celui qu’il tenait dans les mains. Je reportais mon attention sur ‘Personne’.

- Quel genre de livres vous recherchiez ?





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Ven 16 Mai - 22:35






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



Damien croyait voir filer sa seule chance d'obtenir les informations qu'il désirait. L'avantage des livres est qu'il aurait pu y chercher des réponses à ses questions sans crainte d'éveiller les soupçons. Le jeune homme avait vaguement conscience que s'était déjà une chance que la princesse n'ait pas appelé la garde. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'il allait pouvoir faire, maintenant, dans ce monde qui lui était moins familier qu'il ne l'aurait imaginé. Devrait-il risquer de nouveau sa chance en se renseignant mieux avant d'agir ? Devait-il abandonner définitivement ce plan et se faire une raison ? Il ne put aller jusqu'au bout de ses réflexions tandis qu'il remettait à contrecœur le livre à place puisque Belle arrêta son geste.

Il n'avait pu empêcher ses doigts tenant toujours l'ouvrage de se crisper, craignant le pire. La princesse avait-elle changé d'avis et décider de finalement le punir ? Le comportement de Belle lui semblait tout de même étrange puisqu'elle se tourna vers la porte, comme pour vérifier s'ils étaient bien seuls. Ensuite, elle alla poser son propre livre avant de tendre le bras pour réclamer silencieusement l'ouvrage qu'il avait voulu 'emprunter'. Bien qu'il ne comprenait où la princesse voulait en venir et avait toujours la crainte de recevoir une punition quelconque, Damien ne pouvait qu'obéir à ce qu'il prenait pour un ordre muet.

Devant cette princesse peu désireuse de voir respecter le protocole, Damien ne savait pas comment agir. Ayant réalisé qu'il n'était pas un bon menteur, il préféra garder le silence alors que Belle consultait brièvement le livre. Mais le plus étonnant fut la suite car la fille du roi déclara qu'il pouvait garder le livre, qu'elle le lui offrait. Joie et surprise se disputait dans son esprit. Son côté prudent ne put tout de même s'empêcher de se demander s'il s'agissait d'un piège, un jeu horrible dont avait l'habitude les nobles pour rire aux dépends des serviteurs. Leur agiter sous le bout du nez se qu'ils désiraient le plus pour pouvoir mieux le briser par la suite, pourquoi pas ? Belle semblait trop sympathique pour correspondre à l'idée qu'il se faisait de la noblesse.

"Je... Merci... Merci infiniment." Bredouilla-t-il avec reconnaissante en reprenant le livre.

Peut-être le lui avait-il reprit des mains un peu trop vite, au cas où la princesse changerait d'avis. Il s'empressa d'ouvrir le livre qu'il n'avait pu que rapidement feuilleter lorsqu'il l'avait choisit. D'une oreille distraite, il prit vaguement conscience que son interlocutrice lui indiquait qu'il s'agissait d'un bon choix pour connaître un peu plus le monde qui les entourait. Damien n'aurait su dire d'où provenait se sentiment de paix qui l'envahissait, comme s'il avait retrouvé sa place parmi les livres. Etait-ce le fait d'avoir enfin un objet vraiment à lui ? Ou de revoir ces mots couchés sur le parchemin et de savoir qu'il avait tout le temps pour les contempler et les déchiffrer ?

La question de Belle le sortit de sa rêverie et il parut embarrassé d'avoir un instant complètement oublié la présence d'une si importante personne.

"Tout se qui peut me permettre un meilleur départ." Répondit-il avec une franchise qui paraître étonnante à ceux devinant se qu'il allait devenir. Devant la naïveté de sa réponse, il eut un sourire maladroit. "Çà doit vous sembler étrange comme réponse..."

Cependant, déclarer vouloir un meilleur départ semblait une réponse bien plus censé que de déclarer avoir fait une promesse de se battre pour sa fin heureuse à un criquet parlant. Là, c'est sûr que la demoiselle aurait appelé la garde pour le faire enfermer ! Etrange ou non, ces paroles devaient être certainement insuffisante. Mais comment expliquer sa situation sans révélé qu'il venait d'un autre monde ? Il sentait déjà s'en être tiré de justesse avec cette histoire de prénom.

"Je suis parti un peu trop vite de chez moi, croyant m'en sortir sans problème." Continua-t-il. "Je croyais que tout les royaumes se ressemblaient, dans le fond, mais ce n'est pas le cas. Je venais ici pour en apprendre plus et trouver ma place sans embarrasser tout le monde avec mes questions."

Il referma le livre mais le tenait toujours comme s'il avait peur que ne le lui arrache des mains. Son regard restait sur la couverture, songeur, comme s'il plaçait tout ces espoirs dans ce modeste ouvrage.

"Je vous l'aurais rendu, vous savez." Déclara-t-il. "Ce n'était qu'un emprunt, le temps de le lire. Je ne suis pas un voleur."

Une phrase qu'il aurait aimé dire avec plus d'assurance. Il avait déjà volé une bouchée de pain et de quoi écrire depuis qu'il avait commencé sa nouvelle vie ici. Il ne savait pas vraiment lui-même s'il aurait réellement rendu l'ouvrage à la fin de sa lecture. Damien espérait simplement que de devoir voler des choses pour avancer ne deviendrait pas une habitude. Donc, en quelque sorte, il était sincère dans ces propos. Un peu.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Jeu 22 Mai - 23:02






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


Beaucoup, principalement les hommes, pensaient que lire était une véritable perte de temps. Il était évident que je n’étais pas de cet avis. Au contraire, je pensais sincèrement que lire pouvait nous apporter des connaissances très utiles, ou, au pire des cas, assez rudimentaire pour nous permettre de nous en sortir d’une façon ou d’une autre. Mais allez dire cela à des gens têtus et bornés ! Le plus blessant, c’était Gaston. Il ne cessait de me rappeler que lire, c’était une chose totalement inutile et qu’il valait mieux penser stratégie et à une façon de préserver la paix au sein de mon royaume. Quelque part, il n’avait pas totalement tord, il fallait que je m’intéresse à l’avenir des terres appartenant à mon père, mais j’étais d’avis qu’il fallait en apprendre plus sur l’histoire de ces terres afin de ne pas refaire les mêmes erreurs. J’avais beau expliquer cela à Gaston, mais c’était comme discuter avec un mur. Et mon père s’y mettait aussi. Autant avouer que j’étais seule face à eux deux sur ce coup !

Alors vous imaginez bien que découvrir une autre personne qui aime les livres un minimum, c’était une surprise de taille. Allez savoir si cet homme aimait les livres autant que moi, mais au moins, il y portait un intérêt. Certes, il avait essayé de voler un des livres de ma Bibliothèque, mais les raisons qu’il m’avait offertes étaient sincères, alors du coup, j’étais encline à fermer les yeux et à ne pas le dénoncer. Cependant, je continuais de me demander ce qu’il faisait exactement comme tâche. C’était la première fois que je croisais ce « Personne ». Il devait travailler quelque part où je n’avais pas l’habitude de mettre les pieds. En même temps, je ne vagabondais pas dans tout l’espace dont disposait ce château. Donc ce n’était pas impossible que je ne l’ai jamais croisé alors que ça faisait des années qu’il était là. Néanmoins, je doutais que cela fasse longtemps qu’il soit là. Combien exactement ? Je ne saurais dire. En tout cas, il semblait avoir compris son erreur qu’il chercha à réparer en reposant le livre sur son étagère, à sa place.

Cependant, je le stoppais dans sa lancée et lui demandais, en tendant la main, de me remettre l’ouvrage. Comme je l’avais présumé, je l’avais déjà lu, aussi, je ne voyais aucun inconvénient à m’en séparer, temporairement ou à vie. En règle générale, je n’oubliais jamais le contenu d’un livre que j’avais lu. Parfois, j’avais l’impression d’être une véritable encyclopédie sur pattes. Peut-être que c’était ce que j’étais enfin de compte : une mémoire vivante. Après avoir brièvement feuilleté le livre, je déclarai qu’il pouvait le garder et que j’allais même jusqu’à lui offrir. Plusieurs émotions passèrent sur son visage, si bien que je ne sus dire tout de suite s’il était content ou pas du tout. Mais j’avais tout de même assez d’œil pour avoir la joie se peindre sur son visage avant de disparaitre sous la surprise. Finalement, il me remercia après une hésitation. Un sourire se dessina sur mes lèvres lorsqu’il reprit le livre. En tout cas, j’étais certaine qu’il y tenait à cet ouvrage étant donné la rapidité avec laquelle il me l’avait repris des mains. Mais je ne m’en offusquais pas. J’étais pareille d’une certaine façon.

Quand je lui affirmais que ce livre était assez complet pour en savoir un peu plus sur le monde où nous vivions, j’eus un peu l’impression de parler dans le vide. Il semblerait que j’avais perdu « Personne » dans sa lecture. Encore une fois, j’aurais été mal avisée de l’en blâmer. Quand j’étais moi-même plongée dans un livre, c’était difficile de m’en sortir. Bien souvent, Gaston me l’arrachait des mains et le lançait quelque part pour retrouver mon attention. Autant vous avouez qu’il m’énervait quand il faisait une chose pareille. D’accord, ce n’était que des livres, des êtres inanimés, mais ils possédaient tellement de savoir qu’aucun livre ne méritait d’être traité ainsi. Par moment, je me demandais comment j’avais fait pour me retrouver fiancée à une telle personne… Enfin, je préférais ne pas y penser dans l’immédiat et de me reconcentrer sur « Personne » en lui demandant quel était le genre de livre qu’il recherchait. S’il avait pris celui-là, ce n’était certainement pas par hasard alors peut-être que s’il me disait ce qu’il cherchait, je pourrais l’aider.

Ma question sembla le ramener à la réalité. Et sa réponse m’intrigua. Ainsi donc, « Personne » souhaitait prendre un nouveau départ. C’était une noble cause. Cependant, je me demandais ce qu’il souhaitait à ce point laisser derrière lui. Etait-ce si grave que ça ? Je me retenais de poser la question. Cela ne se faisait pas. Il avait beau travaillé pour nous, c’était tout de même une question d’intimité. Tout le monde n’aimait pas révéler tous ses secrets. Je ne souhaitais pas forcément en savoir plus sur la raison de ce nouveau départ, mais il m’en informa de lui-même. Quelque part, j’étais soulagée d’apprendre que cet homme ne cachait pas derrière lui un passé de tueur en série. Avoir un employé de ce genre-là sous son toit, c’était signe de mort en règle générale. Je hochais la tête en guise de première réponse. Puis il vint à m’affirmer qu’il m’aurait rendu le livre dans tous les cas. Un sourire bienveillant vint se peindre sur mon visage cette fois-ci.

- Oh, je n’en doute pas. Mais comme vous m’avez fourni des réponses honnêtes, je ne vois pas de problèmes à ce que vous gardiez ce livre-là, répondis-je.

Je levais la tête en direction du haut de l’étagère puis allais chercher l’échelle qui me permettait d’accéder aux livres rangés en hauteur. Je grimpais quelques marches avant d’attraper un autre volume, d’une épaisseur moyenne et redescendis pour me remettre à hauteur du jeune « Personne ».

- Celui-ci est également intéressant. Si jamais l’envie vous prend un jour de le lire, vous saurez où il se trouve, fis-je. Il parle de l’histoire du royaume où nous nous trouvons. Cependant, si vous souhaitez m’emprunter des livres, je n’ai que deux exigences : que vous me laissiez un mot, même griffonné rapidement, pour m’avertir et un nom.

Il m’arrivait d’être têtue quand je le voulais. Je ne pouvais décidément pas croire qu’on était personne. On était forcément quelqu’un pour quelqu’un. Imaginant à l’avance la tête d’embarrassée qu’il me servirait, je m’empressais d’ajouter :

- Donnez-moi n’importe lequel pourvu que je ne sois pas obligée de vous appeler « Personne ». Vous n’êtes pas obligé de m’offrir le votre.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mar 27 Mai - 13:24






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



Damien venait d'enchaîner les manquements aux protocoles. D'abord il avait récupérer avec un peu trop d'empressement le livre que la princesse lui offrait. Ensuite, il était distrait en écoutant que vaguement les paroles de Belle puisqu'il était trop occupé à feuilleté l'ouvrage qui était maintenant à lui. Il avait vraiment de la chance d'être tombé sur une personne compréhensive qui ne lui en tenait pas rigueur. Mais il fallait dire que le natif d'HalloweenTown n'arrivait toujours pas à croire qu'il allait enfin posséder quelque chose qui serait vraiment à lui. Pas emprunter, ni voler. Chose qui ne lui était plus arrivé depuis qu'il avait quitté son monde d'origine. Peut-être était-ce pour cela qu'il feuilletait fébrilement le livre, essayant d'assimilé des informations pêle-mêle... juste au cas où la princesse changerait d'avis et déciderait de reprendre le livre.

Le jeune homme revint à la réalité devant une question au sujet de se qu'il recherchait. La réponse fusa rapidement. Ce qu'il voulait était obtenir assez d'informations pour prendre un nouveau départ. Bien qu'il ne puisse pas vraiment parler que cette idée venait d'un criquet parlant, Damien apporta quelques précisions en restant tout de même vague concernant l'endroit d'où il venait. C'est vrai, avoué qu'il venait d'un autre monde aurait rendu cette conversation plus facile mais il ne voulait pas avoir à faire de nouveau un tel aveu. Il ne voulait plus penser à son ancienne maison.

Son interlocutrice se contenta d'hocher la tête en signe de compréhension. Damien craignait qu'elle se montre trop curieuse au sujet du royaume dont il prétendait venir alors il préféra changer de sujet en assurant qu'il aurait rendu le livre. Un demi-mensonge puisque lui-même n'en était pas certain.

- Oh, je n’en doute pas. Mais comme vous m’avez fourni des réponses honnêtes, je ne vois pas de problèmes à ce que vous gardiez ce livre-là.

Le comportement bienveillant de la princesse était si loin du tableau qu'il se faisait de la noblesse. Elle ressemblait beaucoup à la princesse Elizabeth qui avait trouvé refuge chez le docteur Frankenstein dans son mode dépourvu de couleurs. La nostalgie en moins. Mais depuis, Damien avait croisé d'autres nobles prétentieux et prompte à rabaisser les serviteurs. Il avait alors pensé que la douceur d'Elizabeth était une exception. Et maintenant il rencontrait la princesse Belle qui n'allait pas la dénoncé alors qu'il avait failli voler un bien royal. A part bredouiller un nouveau remerciement en baissant les yeux, le jeune homme ne savait pas comment réagir.

A peine le remerciement franchit ses lèvres que la demoiselle s'activa pour chercher une échelle pour accéder à un autre livre en hauteur. Damien fronça légèrement les sourcils devant ce comportement curieux et n'en revint pas lorsque la princesse revint avec un nouveau livre vers lui.

- Celui-ci est également intéressant. Si jamais l’envie vous prend un jour de le lire, vous saurez où il se trouve. Il parle de l’histoire du royaume où nous nous trouvons. Cependant, si vous souhaitez m’emprunter des livres, je n’ai que deux exigences : que vous me laissiez un mot, même griffonné rapidement, pour m’avertir et un nom.

Le natif d'HalloweenTown avait crut cette histoire de nom résolue. Il fut aussi étonné que gêné. Pour retarder sa réponse, son regard se porta vers l'endroit où Belle avait prit le livre, comme s'il voulait mémoriser l'endroit où elle l'avait prit. Il n'était pas certain d'avoir besoin d'un livre détaillant l'histoire de ce royaume-ci puisque Jiminy lui avait conseillé de partir ailleurs mais cette information était toujours utile à savoir s'il changeait d'avis. Sa diversion ne dut pas passer inaperçu puisque la princesse ajouta aussitôt :

- Donnez-moi n’importe lequel pourvu que je ne sois pas obligée de vous appeler « Personne ». Vous n’êtes pas obligé de m’offrir le votre.

"Je vous remercie pour votre proposition. Vraiment." Commença-t-il lentement. "C'est... presque trop pour moi." Continua-t-il en regardant rapidement la montagne de livre qui composait la bibliothèque.

Avant que sa phrase ne soit prit pour un changement de sujet, Damien enchaîna rapidement.

"Pour le nom..." Dit-il en se massant la nuque dans une attitude hésitante.

Il réfléchissait à toute vitesse. Répondre en révélant son véritable prénom était hors-de-question. Damien ne sonnait pas comme les autres prénoms de ce monde, sans doute était-ce ainsi que le criquet avait deviné qu'il venait d'un autre monde. Il y avait bien la proposition qu'il avait faite à la soi-disant conscience : Triste Sire. Non, quelque chose lui soufflait qu'il était trop tôt pour celui-là. Une sorte d'intuition étrange.

"Pourquoi pas Jiminy ? Ou en plus court : Jim ? En hommage à celui qui m'a donné l'idée de venir ici." Proposa-t-il, sans conviction.

Ce qui était aussi une bonne façon de voir si le criquet parlant qui se prétendait une conscience était quelqu'un de connu dans ce royaume. Secrètement, Damien espérait que non. L'insecte connaissait beaucoup trop de chose sur lui et le jeune homme redoutait de voir ce genre d'information détenu par quelqu'un d'important.

Désireux de clore le sujet du prénom, son regard s'attarda de nouveau sur l'impressionnante collection d'ouvrage.

"Les avez-vous tous lu ?" Demanda-t-il sur un ton où envie et curiosité se mélangeait étroitement.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mar 3 Juin - 23:08






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


C’était bien la première fois que quelqu’un s’introduisait dans la Bibliothèque, et c’était bien la première fois que quelqu’un me piquait un livre. En règle générale, ce n’était pas des livres qu’on volait dans un château, mais il fallait croire qu’on pouvait toujours être surpris. Néanmoins, je sentais bien que ce « Personne » n’était pas vraiment fait du même bois que la plupart des gens. Devrais-je m’en inquiéter ? Je n’en savais fichtrement rien et honnêtement, je n’avais pas d’avis sur la question. Mais je le trouvais un peu étrange, à n’en pas douter ! Quand il m’avait repris le livre d’entre les mains, il m’avait fait penser à un affamé à qui on proposait un morceau de viande. L’imagine n’était pas très jolie, mais c’était la première qui m’était venue à l’esprit, pour le coup.

Cependant, je ne m’en formalisais pas outre mesure. Je lui avais offert ce livre, maintenant, donc du coup, il était à lui et je n’allais pas le lui reprendre. Je n’étais pas méchante comme fille noble. Quand je donnais quelque chose, je ne le reprenais jamais. C’était un principe de base que certaines personnes ne respectaient pas du tout et je trouvais ça vraiment dommage. Même si j’avais offert ce livre à « Personne », je tenais tout de même à savoir quel genre de livres est-ce qu’il cherchait exactement, espérant pouvoir réellement l’aider dans sa quête de savoir. Sa réponse me mit un peu sur la voie pour comprendre qu’il ne venait pas d’ici mais d’ailleurs et il souhaitait prendre un nouveau départ. Quel était son passé exactement ? Je n’en savais rien et au final, ça ne m’intéressait pas outre mesure.

Quand il m’affirma qu’il finirait par me rendre le livre, je ne savais pas vraiment si je devais le croire ou pas. Peut-être disait-il vrai. Mais une chose était certaine, peut-être valait-il mieux que je l’ai surpris entrain de voler ce bouquin parce que si je m’étais rendue compte qu’un livre manquait, j’aurais cherché à le retrouver. En tout cas, je n’avais aucune peine à me séparer de l’ouvrage puisque je l’avais déjà lu. En règle générale, je n’avais pas besoin de les relire parce qu’ils étaient profondément encrés dans ma mémoire. Du coup, je n’avais pas de mal à lui offrir ce livre. Finalement, je reportais mon attention sur l’étagère d’où sortait le livre et en repérais un qui pourrait l’intéresser. Allant chercher l’échelle, je pus ainsi aller l’atteindre et le montrer à « Personne ».

Il pouvait en faire ce qu’il voulait ensuite, ce n’était pas vraiment ça le plus important enfin de compte. Aussi surprenant que cela puisse paraître, je lui proposais de lire les livres qui l’intéressaient. Je lui proposais même de les emprunter s’il voulait mais à deux conditions : qu’il me donne un prénom, et qu’il me laisse un mot pour ne pas que je m’inquiéter. Je ne trouvais pas ces conditions particulièrement contraignantes, sauf pour le prénom à en juger la tête qu’il faisait. Il ne voulait vraiment pas me dire qui il était, si ce n’est « Personne ». Sauf que je n’avais décidemment pas envie de l’appeler ainsi. Je voulais au moins lui donner un prénom. N’importe lequel puisque aucun ne pouvait être aussi dégradant que « Personne ».

Du coup, je lui proposais de m’en donner un faux, juste histoire de lui donner un prénom. Je crus qu’il allait encore esquiver la question en me remerciant pour la proposition que je lui avais faite. Ses réactions prouvaient qu’il ne croisait pas beaucoup de gens gentils de là d’où il venait. C’était navrant… Je le plaignais. Mais j’étais bien contente de lui faire ma proposition. C’était injuste d’être privé d’un plaisir qu’on avait. Que serais-je sans mes livres, exactement ? Absolument rien ! Ils étaient toute ma vie, mais ça, allez le faire comprendre à des gens qui ne comprenaient pas ce que je ressentais. Quand le jeune homme arriva sur le sujet du nom, je fus toute ouïe. Je voyais bien qu’il était gêné, et du coup, je restais silencieuse, attendant tranquillement qu’il trouve une idée.

Je fus un peu surprise du prénom qu’il m’offrit. C’était un assez étrange prénom. Jiminy. Ce n’était guère courant ! En fait, c’était bien la première fois que je l’entendais et apparemment, il y avait quelqu’un qui s’appelait vraiment comme ça. Ma foi, peut-être était-ce une personne d’un royaume lointain ? Les noms devenaient tellement différents au fur et à mesure qu’on s’éloignait du royaume où on vivait. Un nouveau sourire se dessina sur mes lèvres. Peu importait l’origine du prénom qu’il me donnait, du moment que je pouvais le nommer. Maintenant, ce qui risquait d’être drôle, c’était le jour où j’allais l’interpeller. Je doutais qu’il se reconnaisse tout de suite. Mais ce n’était pas bien grave.

- Et bien, va pour Jim. Ca me va, répondis-je.

Il m’offrait un prénom, c’était difficile de jouer la fine bouche après ça ! Je ne savais pas vraiment quoi dire après ça. Je n’avais pas l’habitude de discuter avec les domestiques. Non pas que je ne voulais pas, mais ils avaient tellement peu l’habitude que des gens comme moi leur parlent que du coup, ils prenaient presque tous la fuite avant de dire un mot plus haut que l’autre. Du coup, je fus vraiment surprise quand Jim (oui, je pouvais enfin l’appeler par un prénom) me posa une question par rapport à l’ensemble de la Bibliothèque. Je jetais un œil sur l’ensemble de la pièce qui possédait de nombreuses étagères remplies d’ouvrage de différentes tailles, de différentes grosseurs. Un léger rire m’échappa avant de répondre :

- Non, je n’ai pas encore tout lu. Il me reste quelques livres à découvrir.

Il fallait bien avouer qu’il y avait certains livres qu’on ne pouvait pas lire quand on était enfant. Mon père ne m’avait jamais interdit de lire, mais il y avait certains livres que je n’avais pas compris à cause de mon jeune âge. Mais depuis que j’étais en âge de comprendre à peu près tout, j’avais pas mal rattrapé mon retard. J’avais encore de la marge, bien sur, mais un jour arriverait où il me faudrait acquérir de nouveaux livres parce que je ne pouvais pas m’en passer. C’était impossible.

- Et vous ? Vous avez eu l’occasion de lire beaucoup de là d’où vous venez ?





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Lun 9 Juin - 12:17






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



Se trouver un autre nom était une tâche plus ardue qu'il ne l'aurait pensé. Il ne pouvait plus utiliser le nom de Damien parce qu'il sonnait trop étrange par rapport à ceux d'ici. Il avait bien une autre idée, qu'il avait tenté d'appliquer lorsque le criquet parlant s'était présenté. Mais quelque chose lui disait qu'il était trop tôt que celui de Triste Sire entre en scène. Alors, parce que la princesse lui laissait le choix d'en inventé un, il avait proposé celui de Jiminy ou de le raccourcir pour Jim.

En voyant la surprise se peindre sur le visage de son interlocutrice, le natif d'HalloweenTown crut avoir commit une nouvelle erreur. Encore une. Peut-être que Jiminy n'était pas un nom 'normal' ici, au même titre que Damien. Ce serait logique, puisqu'il avait emprunté ce nom à un criquet. Peut-être que le vrai Jiminy venait d'un autre monde aussi ? Ou peut-être que la surprise venait du fait que la princesse connaissait le fameux insecte ? Le jeune homme espérait que non car la soi-disant conscience détenait trop d'informations sur lui. Sur un passé qu'il voulait laisser derrière lui, raison de plus pour ne plus utiliser le nom de Damien.

Il fut rassuré de voir le sourire revenir sur les lèvres de Belle.

- Et bien, va pour Jim. Ca me va.

Il acquiesça avec soulagement. Cependant, porter le nom d'un autre, surtout de quelqu'un qu'il avait rencontré, était aussi étrange que déroutant. C'était quasiment certain qu'il ne se retournerait pas s'il croisait la princesse dans les couloirs et qu'elle l'interpellait ainsi. En fait, il ne pensait pas à ce genre de désagréments. Pour lui, ce n'était qu'un nom à griffonner sur un bout de papier lorsqu'il reviendrait pour emprunter les livres. Lorsqu'il aurait fini ses recherches, il partirait certainement en quête d'un autre royaume alors quel importance que Belle le connaissait sous un nom emprunté ? Entre temps, le jeune homme ne doutait pas qu'il trouvera un autre nom qui serait véritablement le sien.

Ce problème résolu, le regard du jeune homme se perdit dans l'étendue des livres. Il ne pouvait qu'envier la princesse qui avait une telle collection de livre à sa disposition. La curiosité l'emporta sur les protocoles à suivre en présence d'une personne d'origine royale et il osa demander si la princesse avait lu tous les livres qui composaient cette pièce. Il réalisa l'impair commit au moment même où la question finissait de franchir ses lèvres. Trop tard pour faire machine arrière. S'il redouta un instant de subir une remontrance pour avoir été trop familier et curieux avec une lady, le rire de Belle fit disparaître rapidement cette crainte. Heureusement, le natif d'HalloweenTown était tombé sur une princesse peu ordinaire et non une de ses chipies promptes à rabaisser les serviteurs.

- Non, je n’ai pas encore tout lu. Il me reste quelques livres à découvrir.

Quelques, seulement ? Damien était vraiment impressionné. Il semblait y avoir assez de livres ici pour s'occuper pendant plusieurs vies. Dommage qu'une pièce pareille restait quasiment inoccupé, hormis par la présence apparemment régulièrement de la princesse et maintenant par la sienne. Peut-être que dans le cas contraire, il aurait osé faire un nouveau manquement à l'étiquette en demandant s'ils avaient besoin d'un bibliothécaire. Quoi qu'il ne fût pas certain que ce métier existait ici, alors il garda cette question pour lui. En plus, le jeune homme se souvenait du conseil de Jiminy (du vrai). Exercer un emploi qui lui rappelait trop son ancienne vie était le meilleur moyen de sombrer dans la nostalgie de son ancien chez lui.

- Et vous ? Vous avez eu l’occasion de lire beaucoup de là d’où vous venez ?

La politesse lui interdisait de rire de cette remarque. Il ne voulait pas finir jeter dans les cachots ! Pourtant, les termes 'l'occasion de lire beaucoup' était un tel euphémisme qu'un sourire naquit sur son visage. En dehors des préparatifs pour la parade d'octobre, Damien n'avait fait que çà : lire et étudier. Le style des écrivains ne l'avaient jamais intéressé, il était trop occupé à décortiquer les informations cachées derrière les jolis mots tracés à l'encre. Surtout celle concernant la magie qui était assez rare d'où il venait.

"Je crois que j'ai lu tout se qu'il était possible de lire là-bas." Répondit-il. "Même si j'étais trop avide d'apprendre pour apprécier la prose des auteurs. J'espère en avoir plus le temps ici, même si je sens que j'emprunte le même chemin."

C'est vrai que le temps lui manquait pour tenir cette résolution. La vie de serviteur était bien trop dur pour une personne qui tenait plus du rat de bibliothèque que du paysan. Il était pressé de se tourner vers d'autres horizons, surtout maintenant qu'il savait par où commencer grâce à la princesse. Ce rappel mental du titre de son interlocutrice lui fit réaliser qu'il était encore bien trop familier à oser faire de telles confessions à une personne aussi importante.

"Pardonnez-moi." Marmonna-t-il en baissant docilement les yeux. "Je dois vous ennuyé avec mes histoires."

La suite logique de ces paroles auraient du être 'je ne vais pas vous déranger plus longtemps et retourné à mon travail'. Sauf que Damien ne voulait pas quitter ce paradis de livres pour retourner se casser le dos et salir les mains en transportant les nouvelles provisions vers les cuisines du château.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mar 17 Juin - 21:02






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


Je savais bien que le jeune homme n’était pas spécialement heureux de m’offrir un prénom. D’ailleurs, je ne comprenais pas trop pourquoi ça le rebutait à ce point… Avait-il peur que dans ma tête, son prénom s’associe avec quelqu’un dont il valait mieux se méfier ? Ou alors, il avait un souci de prénom par rapport au fait qu’il changeait de vie et que par conséquent, il voulait peut-être laisser son identité derrière lui pour en avoir une nouvelle ? Dans tous les cas, je lui offrais cette possibilité, en quelque sorte. Je ne voulais pas forcément son véritable prénom, je voulais simplement un prénom pour savoir comment l’appeler. « Personne » n’était pas un prénom très gratifiant, malheureusement. J’étais ravie d’avoir obtenu au moins un peu de coopération de sa part et qu’il accepte de réfléchir à un prénom.

Celui qu’il m’offrit n’était vraiment pas très courant. Jiminy, ça ne courrait pas les rues. Jim non plus d’ailleurs ! Mais si ça lui plaisait, ma foi, qui étais-je pour exiger un prénom un peu plus courant ? Ce n’était pas parce que Jim ou Jiminy n’était pas courant dans le royaume de mon père qu’il n’était pas courant dans les autres. Alors je passais outre et déclarais que ce prénom me convenait parfaitement. De toute manière, n’importe quel prénom valait mieux que le qualificatif de « personne ». J’étais plutôt satisfaite de mon avancé en ce qui le concernait alors je ne voyais pas trop de raison de le retenir plus longtemps, surtout que s’il était un employé du château, on devait bien l’attendre quelque part afin qu’il remplisse sa part du travail, non ? Mais Jim ne semblait pas spécialement pressé de son côté d’y retourner car il me posa une question sur l’ensemble de mes lectures.

Rare était les fois où je discutais avec quelqu’un qui semblait aimer les livres autant que moi, alors si je pouvais en profiter un petit peu… Ma foi, où était le mal ? Si jamais il rencontrait le moindre souci, je pourrais toujours me porter garante du temps qu’il a passé avec moi et peut-être même inventer une excuse comme quoi il m’aidait à ranger la bibliothèque. Je n’étais pas douée pour dire des mensonges en règle générale, mais ne dire qu’une partie de la vérité n’était pas réellement un mensonge, n’est-ce pas ? Enfin, peu importait nous n’y étions pas encore. Je pourrais toujours le prévenir le moment venu. Pour l’instant, je me contentais de répondre à sa question. Le jour où j’aurais lu tous les livres que contenait cette pièce, je serais sans aucun doute la plus malheureuse de tous car il me faudrait m’en procurer de nouveau et allez savoir combien de temps est-ce que cela allait durer avant que je ne puisse les lire ?

Mais j’étais sérieuse quand j’affirmais qu’il ne m’en restait que quelques uns à livre. Une vingtaine, peut-être ? Plus ? Je n’avais pas le compte exact ! Du coup, peut-être qu’il allait falloir que je me renseigne sur de nouvelles acquisitions. Il faudrait que j’en parle à mon père très rapidement. Il s’intéressait tellement peu aux ouvrages qui composaient cette immense pièce que du coup, il me dirait oui et il me laisserait faire. Il ne comprenait pas la raison qui me poussait à m’imprégner autant de ces bouquins que du coup, il ne cherchait pas trop à comprendre. Ma réponse sembla impressionner Jim. Chose que je ne comprenais pas, d’ailleurs. Pour moi, cela n’avait rien d’incroyable parce que je lisais tous les jours depuis que j’étais en âge de lire. Du coup, il était normal qu’à un moment ou un autre j’arrive au bout de toute cette bibliothèque, à mon plus grand damne bien sur. J’adorerai avoir une bibliothèque dont on ne voyait pas le bout et qui se renouvellerait automatiquement. Ce serait un rêve !

A mon tour, je demandais à ma nouvelle connaissance s’il avait eu l’occasion de lire auparavant. Quelque part, c’était un simple retour de politesse, mais en voyant cet air surpris sur son visage, je m’attendais à ce qu’il me réponde qu’il n’avait pas eu l’occasion de lire beaucoup, mais il semblerait qu’entre ce qu’on pouvait voir et la réalité, il y avait toujours une différence. Je le sus immédiatement quand un sourire se dessina sur ses lèvres. Du coup, je savais à l’avance ce qu’il allait répondre, mais je l’écoutais religieusement quand il m’offrit sa réponse. Cette fois-ci, ce fut à mon tour de sourire et c’était un sourire ravi. Je trouvais ce Jim de plus en plus surprenant, mais aussi intéressant. S’il avait lu autant, alors peut-être que nous avions lu les mêmes ? Peut-être pourrions-nous même échanger des avis ? Peut-être n’avait-il pas apprécié les différentes façons de raconter des différents auteurs, mais c’était le contenu qui comptait réellement, c’était la source du savoir qui importait.

Je n’avais pas eu le temps de lui répondre quoi que ce soit qu’à nouveau, il s’excusa de continuer à me parler. Avais-je donc la tête d’un monstre ? Il me semblait que si j’étais ennuyée par ces dires, serait bien venu un moment où je lui aurais signalé qu’il ferait mieux de retourner au travail, non ? Du coup, je ne voyais pas du tout pourquoi il s’excusait. C’était une manie chez lui. Peut-être était-ce ainsi qu’on formatait les serviteurs : pour s’excuser encore et encore à chaque fois qu’ils se laissaient déborder par leurs émotions. Je trouvais ça un peu injuste parce que nous étions tous des êtres humains, des êtres capables de ressentir et par conséquent d’avoir des émotions. Je secouais la tête négativement face à ses excuses. Il n’y avait vraiment pas de quoi s’excuser mais alors pas du tout !

- Ne vous excusez pas ! Au contraire, je suis curieuse de savoir ce que vous avez bien pu lire ! Dites m’en plus, demandais-je fascinée. Je suppose que vous avez lu des livres d’un tout autre genre, non ? Quel genre de livres trouve-t-on de là où vous venez ?

Cela faisait peut-être un peu trop de questions, mais je n’y pouvais rien… Quand la curiosité me prenait, je n’arrivais jamais à y résister très longtemps. C’était toujours plus fort que moi. Appelez ça de la curiosité compulsive si vous voulez, mais bon. Parfois, ma curiosité rendait les gens mal à l’aise, aussi, je regardais Jim avec attention afin de savoir si oui ou non toutes mes questions l’indisposaient ou pas. Quoi qu’étant donné ses réactions jusqu’à présent, je me doutais que la première solution serait sans aucun doute la plus proche de la réalité.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Ven 20 Juin - 16:15






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



Damien savait qu'il ne pouvait rester éternellement ici. A un moment ou un autre, il devra retourner à son travail. Au début de cette conversation, le natif d'HalloweenTown craignait à tout moment voir d'autres serviteurs ou des gardes débarquer pour le réprimander de rêvasser ici au lieu de se mettre à l'ouvrage. Cette crainte avait disparu rapidement de son esprit. Comme il l'avait dit à la princesse, il n'était personne. Qui se soucierait de son absence en cuisine ? Son travail n'était pas indispensable et d'autres bras pouvaient très bien le faire à sa place.
D'ailleurs, peut-être qu'il ne retournera pas du tout travailler aujourd’hui ! Il était trop impatient de commencer à lire l'ouvrage qu'il venait d'acquérir. Espérant trouver à travers les pages du livre que Belle venait généreusement de lui offrir quel serait ce 'quelque chose' qu'il serait le seul à pouvoir faire.
Passé de 'personne' à 'quelqu'un', l'objectif semblait impossible depuis son point de vue en bas de l'échelle sociale.

Ce monde était très différent du sien, pourtant les livres semblaient représenter un pont entre les deux mondes qu’il connaissait. A la fois différent et familier. Le jeune homme enviait la princesse de posséder cette impressionnante collection. Il aurait pu lui demandé si un poste de bibliothécaire était à pourvoir, même si la pièce ne semblait pas en avoir besoin puisqu'il n'y avait qu'une lectrice. Cependant, Damien garda cette demande secrète, il n'avait pas tout risqué pour arriver jusqu'ici et se retrouver dans une situation similaire à celle qu'il avait quittée dans son monde d'origine !

Il cherchait un prétexte pour rester un peu plus longtemps ici. Cependant, il ne devait pas en oublier qu'il parlait à une princesse. Il préférait s'excuser pour ses bavardages. Une attitude soumise qui l'avait bien rendu service depuis qu'il était arrivé. Peut-être que Belle était pressé de retourner à sa lecture ? Il pouvait comprendre une telle chose ! Lui-même hésitait de plus en plus à retourner à son labeur alors qu'il tenait peut-être la solution à son problème entre ses mains.

- Ne vous excusez pas ! Au contraire, je suis curieuse de savoir ce que vous avez bien pu lire ! Dites-m’en plus. Je suppose que vous avez lu des livres d’un tout autre genre, non ? Quel genre de livres trouve-t-on de là où vous venez ?

Même si Belle et lui avait en point commun une passion pour les livres, le jeune homme était quasiment certain qu'ils n'avaient aucun ouvrage en commun dans leur longue liste de lecture respective. Damien lisait principalement pour étudier et non se laisser porter par un récit. L'information dissimuler entre les mots primait sur la plume de l'auteur. Bien qu'il aurait été intéressant de savoir si une même histoire pouvait existait dans deux mondes différents. Certainement avec des variantes... mais lesquels ? Voilà que sa curiosité menaçait de nouveau de prendre le dessus. Damien faisait de son mieux pour la contenir. C'était en laissant parler sa curiosité qu'il avait trahi ses origines devant le criquet parlant. Une erreur qu'il ne voulait pas refaire. Allez savoir pourquoi, son instinct lui disait qu'il s'agissait là d'une information destiné à rester secrète le plus longtemps possible. Sans doute parce que la princesse le prendrait pour un fou s'il se mettait à parler de monde sans couleur !

"Beaucoup plus de manuels que de romans, je le crains." Répondit-il avec un sourire confus.

Damien cherchait ses mots avec soin pour ne pas prononcer un terme inexistant ici. Il savait déjà qu'il devait éviter le mot 'science' qui semblait être inconnu dans ce monde coloré. Une constatation déroutante puisque la science avait une grande importance à HalloweenTown, plus que la magie. Le mot 'médecine' semblait exister puisqu'il n'avait pas surprit le criquet lorsqu'il avait parlé de ces études. Damien espérait que le mot 'manuel' existait... certainement, non ? C'était vraiment perturbant de remettre en question toutes les notions qui vous étaient familières.

"De médecine, principalement. Sans doute dépassé depuis le temps. Mais j'ai eu l'occasion de lire quelques histoires..."

Le jeune homme voyait une occasion rêvé de combler ses lacunes au sujet des fins heureuses. Il avait promit au vrai Jiminy qu'il se battrait pour en obtenir une mais il s'agissait d'une promesse difficile à tenir puisque même avec les explications de la soi-disant conscience, Damien n'arrivait pas à déterminé à quoi çà pouvait ressembler. Cette opportunité de le savoir était la seule raison qui le motivait à poursuivre au lieu de changer de sujet de conversation.

"Elles se finissaient rarement bien." Conclut-il avec embarras. "Ce n'est sans doute pas le cas des livres que vous avez l'habitude de lire ?"

Damien se souvenait que Coraline lui en avait fait la remarque. Les histoires d'HalloweenTown se finissaient rarement bien. Dans le meilleur des cas, le héros devenait fou. Le plus souvent, la mort attendait les protagonistes principaux. Ce genre de fin lui avait semblé normal jusqu'à se que la princesse Elizabeth et Coraline lui apprirent que çà ne l'était pas. Il existait une alternative aux histoires : une fin heureuse. Le jeune homme avait bien essayé d'en écrire une pour remonter le moral de son amie avec un résultat peu convainquant. Peut-être n’était-il pas trop tard pour apprendre ? Même si Coraline semblait avoir réussi à avoir sa fin heureuse sans lui.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mar 1 Juil - 22:33






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


A force de discuter avec Jim, je ne voyais pas le temps passer. Il m’arrivait de passer des journées entières dans cette gigantesque pièce sans forcément y croiser quelqu’un. Du coup, pour une fois que j’avais de la compagnie, je n’arrivais pas à le laisser partir. Pourtant, c’était un de nos employés et il devrait repartir à un moment ou un autre pour faire sa part du travail, mais comment pouvait-on voir quelqu’un inférieur à vous quand celui-ci partageait une même passion ? Bizarrement, je n’arrivais pas à le voir comme quelqu’un du bas-peuple, comme dirait mon père. Non, il était beaucoup trop lettré pour ça. Quel genre de vie pouvait-il bien vivre avant d’arriver ici ? Je n’en savais rien. Jim ne semblait pas vouloir trop en dire sur sa vie passée et je voulais bien le comprendre. S’il était venu ici pour un nouveau départ ce n’était pas pour repenser au passé. Du coup, je laissais tomber, pour cette fois.

Même si je mettais de côté certaines questions à son propos, je le laissais néanmoins me révéler tout ce qu’il souhaitait me dire et je n’étais nullement ennuyée par ses aveux. Je l’écoutais même religieusement. Lui aussi avait lu une très grande quantité d’ouvrage et j’étais curieuse de savoir quoi exactement. Je lui posais donc la question, ignorant totalement ma promesse d’éviter de trop lui demander. Cela avait déjà été assez difficile d’obtenir de lui un prénom que du coup, je craignais qu’il se renferme sur lui si jamais je devenais trop curieuse. Mais en savoir plus sur son genre de lecture ce n’était pas comme apprendre d’où il venait et pourquoi il était. Il y avait certaines différences. J’étais curieuse d’entendre sa réponse si bien que je restais poliment silencieuse, attendant qu’il daigne rouvrir la bouche pour me répondre. Je priais un petit peu aussi pour qu’il ne mette cour à cette conversation, mais ce ne fut pas le cas car la réponse tomba.

Intriguée, je penchais la tête sur le côté. Des manuels et non des romans. Ma foi, il m’était déjà arrivé de lire des manuels, mais je préférais les romans, c’était une évidence. Mais enfin, chacun son style de lecture, n’est-ce pas ? Et puis, j’étais quand même intriguée de savoir quel type de manuel il avait bien pu lire au cours de sa vie passée. Les connaissances qu’on pouvait avoir pouvaient toujours se montrer utile un jour ou l’autre. Personnellement, j’avais appris à lire une écriture étrangère, il n’y a pas si longtemps que ça. Gaston avait trouvé ça ridicule mais j’avais trouvé cette calligraphie tellement jolie que du coup, je m’étais dit que je voulais apprendre à la lire. Cependant, j’ignorais complètement si je savais la prononcer correctement… Mais ça c’était autre chose. J’étais plus douée en apprentissage de connaissance qu’en langue. Mais ce n’était pas une tare. Je le vivais plutôt bien !

Les manuels dont Jim parlait étaient principalement basés sur la médecine. Je hochais la tête. La médecine pouvait être très utile ! Surtout en pleine nature, on savait quelle plante trouver pour soigner telle ou telle maladie. Je trouvais ça extrêmement intéressant. Moi aussi, j’avais eu l’occasion d’en lire, mais étant donné que je sortais très rarement du château, c’était difficile de mettre ces connaissances là en pratique. Peut-être qu’un jour, j’en aurais besoin ! Je hochais la tête, puis, je fus intriguée par les romans qu’il avait bien pu lire également. Cela aurait été assez étrange qu’une personne n’ait jamais lu un roman au moins une fois dans sa vie. Curieuse de savoir lesquels afin de pouvoir dire si oui ou non je les avais lus et si ce n’était pas le cas, je trouverai le moyen de me les fournir afin de les lire un jour. Cependant, j’étais assez surprise que chaque roman qu’il ait pu lire ne se termine pas bien. Pas de fin heureuse alors ?

- Non, la plupart du temps, les histoires se terminent bien. Mais j’en ai quelques uns qui n’ont pas de fin heureuse, comme… hum… Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ou le poney rouge. Je crois qu’il y a aussi Sa Majesté des mouches. Un livre très étrange !

Néanmoins, Jim avait raison d’affirmer que ce genre de livres n’était pas celui que j’affectionnais. J’aimais bien ceux qui se terminaient bien. Ca me mettait toujours du baume au cœur et je prenais toujours plaisir à m’imaginer à la place de certains héros, vivant une de leurs aventures. Je rêvais d’en vivre une, mais malheureusement, que ferais-je une fois dehors ? Je ne connaissais rien du monde extérieur du coup, je pensais que je serais complètement perdue. Mais étant donné que c’était mon plus grand rêve, je savais aussi que je me donnerai à fond, même si ça ne durait que quelques jours.

- J’aime les romans de capes et d’épées, plein de magie et de princes ensorcelés, reconnus-je. D’ailleurs, je viens de terminer un livre à propos de l’histoire d’un ogre du roi des haricots ! Qui aurait cru que quelqu’un aurait écrit un roman en mélangeant les ogres et les haricots ? Fou, non ?

C’était une histoire complètement fantaisiste étant donné que les haricots étaient gardés par les géants. Rien à voir avec les ogres. Mais je devais bien avouer que le mélange avait donné quelque chose de fortement sympathique. Adressant un nouveau sourire à Jim, je continuais :

- Ne préférez-vous pas lorsque les histoires se terminent bien ?





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Lun 7 Juil - 11:00






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



Pour l'instant, Damien choisissait ces mots avec prudence. Un sujet aussi simple que la lecture pouvait se transformer en piège pour le natif d'un autre monde qu'il était. Avec un certain soulagement qu'il garda pour lui, il avait pu aborder la question des manuels sans pour autant trahir ces origines. Des manuels traitant de la médecine existaient donc dans ce monde coloré ! C'était bon à savoir ! Peut-être y en avait-il aussi dans cette pièce ? Maintenant qu'il avait la permission de la princesse, Damien n'était plus obligé de se limiter à un seul livre pour obtenir des réponses. La médecine d'HalloweenTown et les méthodes médicales de la Forêt Enchanté devaient certainement être différente alors il prit soin de rester vague sur le sujet.

Le jeune homme se demandait si cette crainte disparaîtra un jour. Cette impression qui l'obligeait à surveiller chaque mots qu'il allait dire. Est-ce qu'un jour les réflexes de son ancienne vie allaient totalement disparaître ? Allait-il se réveiller un matin en ne pensant plus à son monde d'origine mais en pensant comme quelqu'un qui avait toujours vécu dans ce royaume ? Il l'espérait. Et son instinct lui soufflait qu'il devait en apprendre plus sur ces fameuses fins heureuses dont tout le monde parlait pour espérer mieux s'intégrer.

- Non, la plupart du temps, les histoires se terminent bien. Mais j’en ai quelques uns qui n’ont pas de fin heureuse, comme… hum… Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ou le poney rouge. Je crois qu’il y a aussi Sa Majesté des mouches. Un livre très étrange !

Le natif d'HalloweenTown se contenta d'acquiescer devant les différents titres de livres qu'évoqua Belle. Coraline lui avait un jour dit que des personnages pourtant réels à HalloweenTown n'était considéré que comme des personnages inventés dans le monde d'où elle venait. Alors que cette conversation dérivait de manière plus précise sur les histoires, le jeune homme avait peur de faire une erreur similaire. Et s'il parlait d'un livre et découvrait que le héros de celui-ci existait véritablement dans la forêt enchanté ? De toute façon, le jeune homme ne voulait pas parler d'histoire qui finissait mal mais en apprendre un peu plus sur ces mystérieuses fins heureuses. En plus, on voyait clairement que Belle n'aimait pas les histoires qui avaient une conclusion plus sombre. D'ailleurs, la princesse s'écarta rapidement de ce sujet pour aborder son thème préféré.

- J’aime les romans de capes et d’épées, plein de magie et de princes ensorcelés. D’ailleurs, je viens de terminer un livre à propos de l’histoire d’un ogre du roi des haricots ! Qui aurait cru que quelqu’un aurait écrit un roman en mélangeant les ogres et les haricots ? Fou, non ?

A nouveau jalousie et envie se mêlait devant la première déclaration de la princesse. Ce genre d'ouvrage semblait se trouver facilement ici alors que le jeune homme avait dû faire des recherches minutieuses pour trouver un livre entrant dans la catégorie préférée de son interlocutrice. Rien d'étonnant puisque le monde d'HalloweenTown donnait une plus grande importance à la science qu'à la magie. Comme tout le monde se satisfaisait de vivre dans un monde morne et sans couleur, personne n'avait prit le temps ou même éprouver de l'intérêt de se poser des questions concernant ces fameuses portes entre les mondes. La magie aussi rare que dénigré et il en était de même avec les ouvrages qui en parlaient. Les seuls livres qu'il avait réussi à trouver étaient quelques contes qui tombaient en morceaux dans un coin des librairies et ils ne faisaient le plus souvent qu'évoquer le sujet tant recherché. Quelle ironie de maintenant en trouver en abondance alors que Damien n'en avait à présent plus besoin.

"Oui, c'est fou, je croyais que c'était les géants qu'on associe avec des haricots ?" Demanda-t-il, perplexe.

Il avait encore beaucoup de chose à apprendre de ce monde. Même s'il était là depuis maintenant plus d'un mois, certaines choses qui paraissaient normal pour les autres étaient pour lui des réflexes qu'il devait encore acquérir. Faire la différence entre des faits imaginaires (inventé pour se divertir) et réels étaient quelques peu difficile pour l'instant. Les géants, qui tenaient de la légende pour lui, avaient réellement existé dans ce monde. Les ogres étaient des créatures horribles qui sévissaient aux frontières du royaume. Lorsqu'il avait appris ce fait, les envies de voyage de Damien s’étaient retrouvées quelque peu émoussé.

- Ne préférez-vous pas lorsque les histoires se terminent bien ?

Lui qui avait encore clairement du mal à établir se qu'était une fin heureuse se retrouva avec cette question devant une véritable énigme. Il prit le temps de réfléchir à une question qui pourtant était simple et dont le 'oui' semblait la réponse évidente.

"Je crois que je manque d'exemples de bonnes fins pour vraiment donner un avis sur le genre de conclusion que je préfère." Répondit-il avec prudence.

Cela devait paraître bizarre ou curieux mais il se voyait mal cacher cette vérité : il n'en savait rien. Damien avait grandit dans un monde peuplé aussi bien de monstre que d'humains. Les histoires étaient surtout effrayantes. Au mieux, le personnage principal devenait fou. Pas vraiment de fin heure, donc. Pourtant, en y réfléchissant bien, le jeune homme n'aimait aucune sorte de fin. Les deux lui donnaient une impression d'insatisfaction. S'il lisait une histoire où le méchant meurt et que le prince épousait la princesse à la fin, il aurait sans doute la même pensée qu'après la lecture de tout les autres livres qu'il avait pu lire : quoi, c'est tout ? Cette conclusion lui permit détailler un peu sa réponse auprès de la princesse Belle.

"En fait, je n'aime pas les fins. Quelque soit la manière dont une histoire se terminera, je serais toujours insatisfait de ne pas savoir se qui se passera après la dernière page et de devoir refermer le livre."

Çà s'était sans doute parce qu'il a lu des romans uniquement pour en obtenir des informations. Quoi que Damien était quasiment certain qu'il serait tout aussi frustrer de voir apparaître le mot 'fin' s'il s'était laissé porté par l'aventure contée dans les ouvrages, qu'il se serait attaché aux personnages au point d'en avoir peur pour eux dans certains passages les plus dangereux. Oui, les mots 'et après ?' aurait certainement traversés son imagination débordante. Peut-être était-ce mieux qu'il n'en vienne pas à éprouver trop de sympathie envers les personnages étant donné le sort que leurs réservaient les écrivains d'HalloweenTown.

"Un livre qui se poursuivrait éternellement... sans fin... çà, çà serait l'ouvrage idéal." Commenta-t-il naïvement. "Dommage qu'un tel livre n'existe pas."



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Sam 12 Juil - 23:21






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


C’était la première fois de ma vie que j’avais affaire à une personne qui aimait autant que moi la lecture. Dans ce château, j’avais la sensation d’être la seule qui portait un véritable intérêt pour cette immense pièce remplie de livres qu’on appelait communément bibliothèque et pourtant, je découvrais que ce n’était pas le cas. Certes, il s’agissait d’un de nos serviteurs, mais dans ce domaine, Jim, comme je l’appelais, était mon égal. Il semblerait que lui aussi ait un répertoire de lecture assez conséquent à son actif et j’étais curieuse d’en savoir un peu plus sur ses lectures. Du coup, de cette façon, j’espérais aussi en savoir un peu plus sur lui. Déjà, grâce à cela, j’avais découvert que de là où il venait, il avait lu beaucoup plus de manuel portant sur la médecine que de romans, mais aussi que les romans ne terminaient pas spécialement bien.

Personnellement, je préférais ceux qui avaient une fin heureuse parce que du coup, je ne pouvais qu’être content que cela se termine bien pour le ou les héros de l’histoire. Tout le monde méritait une fin heureuse. Seulement, la fin heureuse des personnages arrivait beaucoup plus vite que la fin heureuse des véritables personnes. Mais malgré ma préférence, j’avais déjà eu l’occasion de lire certaines histoires où la fin n’était pas heureuse. D’ailleurs, j’en citais quelques uns à Jim qui hocha la tête. Les avait-il lus ? Si c’était le cas, l’expression de son visage n’en démontrait absolument rien. Peut-être n’avait-il pas eu l’occasion de les lire encore. Si ces livres l’intéressaient, je pouvais toujours lui prêter et lui indiquer leur emplacement, comme ça, il n’aurait pas trop à chercher. Je savais où se trouvait chaque livre dans cette pièce puisque c’était ma bibliothèque.

Enfin, je lui parlais du style de livres que j’affectionnais plus particulièrement. Il fallait qu’ils parlent de capes et d’épées, de magie, mais aussi de princes ensorcelés. J’étais toujours émerveillée de voir la façon dont ils terminaient. Puis je lui parlais du dernier livre que j’avais lu. C’était celui que j’étais venue remettre à sa place pour prendre celui qui se trouvait là, à la porter de ma main étant donné que je l’avais posé pour aller chercher un autre livre pour Jim afin de le lui montrer. J’avais trouvé cette histoire un peu tordue, mais assez fascinante. Surtout le côté ogre roi des haricots. Ce qui était complètement stupide, mais l’idée était on ne peut plus fantaisiste et originale. L’auteur de cette histoire avait de l’imagination à revendre, à n’en pas douter ! Un sourire se dessina sur mes lèvres lorsque Jim partagea mon avis sur la folle originalité de la trame de l’histoire.

- Oui, ce sont les géants qui possèdent les haricots magiques. Enfin, c’est ce que l’on dit car nous n’avons pas vu de géants depuis… des centaines d’année, peut-être plus ? Mais un ogre… C’est franchement bien trouvé ! Néanmoins, je doute que d’autres personnes apprécient ce livre-là étant donné la situation actuelle du royaume…

Nous étions en guerre contre les ogres qui tentaient d’envahir le royaume depuis des années maintenant. Nous ne savions pas quand, ni comment cette guerre prendrait fin, mais nous espérions qu’un jour, la paix arriverait. Nombreux étaient nos soldats qui avaient perdu la vie dans cette guerre. Nos alliances ne répondaient pas forcément présentes étant donné que les hommes avaient peu de chance face à des ogres. Si cela continuait avec la même intensité, nous serons perdus… Mais il ne fallait pas désespérer. Gaston avait pris les « choses en main » comme il le disait si bien, sauf que les choses ne changeaient pas vraiment. Ce n’était pas tellement sa faute. Les ogres étaient plutôt coriaces et bien plus forts que de simples hommes. Afin d’éviter de trop penser à la guerre qui faisait rage, je demandais à Jim s’il ne préférait pas les fins heureuses plutôt que malheureuses.

J’avais parfaitement retenu qu’il n’avait pas vraiment lu de romans aux fins heureuses, mais ce n’était pas vraiment une raison pour se dire qu’on ne pouvait pas avoir d’avis. Si on n’aimait pas les mauvaises fins, alors forcément on aimait les bonnes, n’est-ce pas ? Néanmoins, je n’insistais pas. Peut-être voulait-il attendre d’en avoir lu un petit peu plus avant de se forger un avis ? Soit ! Il avait ici tous les livres à disposition. Il pouvait lire celui qui lui chantait, du moment que j’avais mon papier pour signaler l’absence de tel ou tel ouvrage. Je n’eus pas le temps de dire quoi que ce soit que Jim ajouta ne pas aimer les fins. Ca, je pouvais le comprendre ! Moi aussi, j’étais toujours triste d’arriver au point final parce que je devais quitter les héros et le monde dans lequel ils habitaient. Et je les enviais parce qu’ils avaient pu vivre leur aventure alors que moi…

- Je vous comprends ! C’est pareil pour moi aussi ! Du coup, parfois, je m’imagine la suite et ça me rend moins triste. Vous devriez un jour essayer.

Bon, cette technique ne marchait pas forcément, mais il me suffisait de lire un nouveau livre pour ne plus avoir cette mélancolie de présente en moi. C’était pour cette raison que, lorsque je le pouvais, j’enchainais un peu mes lectures. Quand Jim parla d’un livre sans fin, j’écarquillais les yeux.

- Mais si ! Il en existe un ! répondis-je avec un immense sourire. L’histoire sans fin ! Je l’ai découvert il y a peu au fin fond de cette bibliothèque. Je n’ai toujours pas terminé de la lire. Comme je viens de vous le dire, c’est une histoire sans fin, d’où le titre d’ailleurs.

Ce qui était d’une logique à toute épreuve ! C’était un immense livre avec un symbole bizarre avec des serpents. Voyant Jim un peu perdu par ce que je venais de lui dire, je m’empressais d’ajouter :

- En fait, c’est un livre magique. C’est après plusieurs heures de lecture que je me suis rendue compte que la suite de l’histoire prenait exactement la direction que je souhaitais.

Je m’étais jurée de ne parler de ce livre à personne, mais face à Jim, je n’avais pas pu tenir cette promesse parce qu’il me comprenait en quelque sorte.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Jeu 17 Juil - 21:11






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



Le natif d'HalloweenTown avait orienté la conversation vers les types de fin des romans dans l'espoir de grappiller quelques renseignements concernant les fins heureuses. Un concept qui semblait omniprésent ici mais dont la base lui échappait encore, malgré de nombreuses tentatives d'explications. C'était justement çà l'ennui, Damien avait reçut plusieurs définition qui se contredisaient. A croire que chacun avait sa propre vision de la chose. Ce qui lui semblait impossible. Comme une même notion pouvait être tout et son contraire en même temps ? La princesse ayant lu de nombreux livres, il espérait qu'elle avait un avis plus intéressant sur le sujet. Hélas, Damien réalisa assez vite que cette tentative était vouée à l'échec. Et il se voyait mal insister sur le sujet sans devoir trahir ses origines en posant des questions qui sembleront déroutante... voir étrange. Çà en était presque désespérant. Comprendra-t-il un jour la signification de ces deux mots si important dans ce nouveau monde ?

Pire encore, le jeune homme eut un instant de doute sur des connaissances nouvellement acquises lorsque Belle évoqua une histoire à propos d'un ogre roi des haricots. Damien n'était pas dans la Forêt Enchanté depuis assez longtemps pour arriver à déterminer se qui tenait lieu d'information véridique ou bien de la prose imaginative d'un auteur. Heureusement, la princesse le rassura vite (sans le savoir) concernant les géants et les ogres.

- Oui, ce sont les géants qui possèdent les haricots magiques. Enfin, c’est ce que l’on dit car nous n’avons pas vu de géants depuis… des centaines d’année, peut-être plus ? Mais un ogre… C’est franchement bien trouvé ! Néanmoins, je doute que d’autres personnes apprécient ce livre-là étant donné la situation actuelle du royaume…

Les monstres étaient un autre élément à la fois familier et différent de ce monde coloré. Damien n'aurait jamais imaginé devoir craindre un jour les monstres. A HalloweenTown, le jeune homme avait passé une grande partie de sa vie à visiter quotidienne le secteur réserver aux monstres, voir même à se grimer pour en être un et participer ainsi au parade d'octobre. Il n'avait pas prit la menace des ogres au sérieux avant de voir les contrecoups d'une guerre approchante. Devant ce rappel à la réalité, le jeune homme garda un silence aussi accablé que respectueux en mémoire des guerriers en train de lutter contre ces créatures. La dangerosité des frontières compromettait ces envies de voyage vers d'autres royaumes. Devait-il remettre ces projets à la fin de la guerre ou fuir avant que les conflits n'atteignent cette partie du royaume pour l'instant épargné ?

Grâce à Belle, la discussion s'éloigna de ce sujet délicat pour revenir sur celui des fins. Sa seule expérience de bonne fin était celle qu'il avait écrite pour Coraline afin de lui remonter le moral. Une seule expérience était affreusement insuffisante pour avoir une opinion, surtout qu'il n'avait pas été convaincu du résultat. Damien avoua alors qu'il n'était pas les fins en général, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, elles seront toujours frustrante pour lui.

- Je vous comprends ! C’est pareil pour moi aussi ! Du coup, parfois, je m’imagine la suite et ça me rend moins triste. Vous devriez un jour essayer.

Le jeune homme eut un sourire poli. Il ne voulait pas avoué que pour la part qui l'intéressait dans les livres, il ne pouvait user d'un tel stratagème. A la place, il préféra aborder naïvement l'existence potentielle d'un livre sans fin. S'attendant à recevoir un rire devant une idée aussi farfelue, Damien ne put cacher son étonnement lorsqu'il reçut l'affirmation que ce genre d'ouvrage existait.

- Mais si ! Il en existe un ! L’histoire sans fin ! Je l’ai découvert il y a peu au fin fond de cette bibliothèque. Je n’ai toujours pas terminé de la lire. Comme je viens de vous le dire, c’est une histoire sans fin, d’où le titre d’ailleurs.

Damien était vraiment plus que perplexe face à cette déclaration. Comment un livre véritablement sans fin pouvait-il exister ? Aucune bibliothèque ne serait assez grande pour le contenir ! Et puis à quoi ressemblait-il ? Il ne pouvait avoir de couverture puisque cela sous-entendrait qu'une dernière page existait. Est-ce que les écrits s'effaçaient et se rajoutaient selon le rythme de lecture ? Le jeune homme essaya d'imaginer l'aspect que pouvait avoir un livre qui ne se finirait jamais. En vain. Chaque tentative se soldait par la confirmation qu'un livre sans fin ne pouvait exister. Pourtant, la princesse lui fournit vite une explication.

- En fait, c’est un livre magique. C’est après plusieurs heures de lecture que je me suis rendue compte que la suite de l’histoire prenait exactement la direction que je souhaitais.

Devant l'explication que ce livre avait une origine magique, Damien émit un 'oh' comme si cette brève explication rendait parfaitement logique l'existence d'un ouvrage aussi curieux. En fait, maintenant que le mystère autour de l'existence du livre était élucidé (en quelque sorte), le jeune homme devait freiner sa curiosité qui le pousserait inévitablement à demander s'il pouvait le voir. Cela se sentait dans ces yeux qu'il en avait envie, pourtant il se fit violence pour contenir ce désir. Il savait qu'un seul regard sur un tel ouvrage lui donnerait envie de le lire et de ne plus le lâcher. Même s'il ne demanda pas où le livre magique était rangé, il ne put contenir sa curiosité au point d'arrêter de poser quelques questions sur ce sujet.

"Vous voulez dire que si je commençais à le lire, l'histoire que je lirais serait différente de la vôtre ?" Demanda-t-il, réellement intrigué par cette possibilité. Après une brève pause, de nouvelles questions se bousculèrent dans son esprit. "Et si vous changiez d'avis au cours de récit ? Le livre s'adapte ? Si vous voulez revoir un personnage qui a été tué, ressuscitera-t-il ?"

Il freina son flot de question naissante lorsqu'il réalisa qu'il avait oublié un point important. Une histoire qui se modifie selon la volonté du lecteur lui semblait difficile à imaginer. Peut-être parce que Damien lisait pour approfondir ces connaissances et non pour se laisser porter dans des récits impossibles. Des faits scientifiques sont difficilement modifiable, même s'il avait espérer de nombreuses fois le contraire.

"Quel en est l'histoire ?" Il marqua une hésitation lorsque prit conscience que la question était loin d'être pertinente, alors il précisa : "Quand c'est vous qui le lisez, je veux dire."


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mer 23 Juil - 23:04






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


A mon sens, je trouvais que les lectures de Jim étaient assez étranges ; des romans sans fin heureuse, divers manuels portant sur la médecine ou plutôt l’art et les propriétés d’utilisation des plantes étant donné qu’il n’existait pas trente-six solutions de guérir les malades. Du coup, je pouvais tout de même aisément comprendre les diverses questions qu’il pouvait poser. Néanmoins, il valait mieux pour lui qu’il lise ça de ses propres yeux afin de s’en faire une idée. Il n’y avait qu’en lisant soi-même qu’on pouvait réellement savoir si on aimait ou pas un type de lecture. Personnellement, j’affectionnais beaucoup plus les livres qui parlaient de magie et de prince enchanté. Cela me faisait tout simplement rêver. Mais il y avait aussi les livres d’aventure et ça me donnait envie de moi aussi connaître des choses similaires. Cependant, dans un château et avec le titre de princesse, c’était assez difficile, surtout que mon père n’aimait pas que je sorte sans surveillance et Gaston se faisait toujours une joie d’être présent dans ces moments-là.

Souhaitant lui faire part de ma dernière découverte, je lui résumais assez brièvement l’intrigue principale. Je n’aimais pas dévoiler trop de détail parce que sinon, ça retirait l’intérêt de lire le livre. Après tout, pourquoi se fatiguer à lire des romans de parfois cinq cent pages quand on en connaissait déjà le contenu ? C’était une perte de temps. Heureusement pour moi, les livres de cette bibliothèque n’avaient presque pas été lus. C’était à se demander pourquoi cette pièce était là. Surtout qu’il n’y avait que moi, jusqu’à aujourd’hui, qui allais et venais dans cette immense salle. Tout comme moi lorsque j’avais découvert cette histoire, le jeune homme avait semblé tiquer à propos de cette histoire d’ogre du roi des haricots. Surtout que c’était les géants qu’on associait aux haricots magiques. Je lui assurais qu’il était bien renseigné tout en ajoutant que malgré ce petit mélange, c’était une idée de génie. Qui aurait cru que ça serait possible ? Comme quoi, le monde des livres était réellement merveilleux parce qu’on était toujours surpris !

Néanmoins, à l’heure actuelle, je doutais réellement qu’un livre comme celui-ci serait apprécié. Avec la guerre des ogres qui sévissait aux frontières du royaume, c’était assez compliqué d’essayer de faire apprécier un livre de ce genre-là à d’autres personnes. Moi, j’avais réussi à faire la part des choses entre le moment où cette histoire avait été rédigée et le moment actuel. L’auteur de ce livre n’avait surement pas prévu qu’un jour les ogres feraient un véritable massacre. Par conséquent, il n’était pas à blâmer. Maintenant, un auteur qui aurait écrit ce livre juste pour se moquer de ce qu’il se passait actuellement… Là, ça aurait été de très mauvais gout ! Aucune personne, saine d’esprit, n’aurait pris la peine de le lire. Même moi. Et pourtant, ma passion des livres était grande. Mon attention se reporta sur Jim lorsqu’il m’avoua ne pas aimer les fins. Je le comprenais parce que je ressentais la même chose. Un grand vide s’installait en moi lorsque je refermais un livre. Mais j’avais trouvé une technique plutôt sympathique pour éviter d’être trop mélancolique et je lui en fis aussitôt part.

La conversation dévia sur le désir du jeune homme de trouver un livre sans fin. Et lorsqu’il trouva dommage qu’un tel livre n’existe pas, je ne pus m’empêcher de lui affirmer le contraire. L’histoire sans fin était un livre que j’avais découvert au fin fond de cette bibliothèque, seul, tout en haut d’une étagère. Mon affirmation rendit Jim complètement perplexe et je voulais bien lui concéder. Moi aussi, j’avais mis un petit moment avant de me rendre compte que quelque chose clochait avec cet ouvrage et j’avais moi-même compris qu’il était magique. De ce livre-là, je n’en avais jamais parlé à personne. Allez savoir pourquoi j’avais subitement envie de partager cela avec lui. Peut-être parce que c’était la première fois que je rencontrais quelqu’un avec un minimum d’intérêt pour les livres ? L’histoire sans fin attisa la curiosité du jeune homme qui me posa des questions à son propos. J’aurais fait de même si j’avais été à sa place. Aussi, j’écoutais tout ce qu’il avait à me demander avant de prendre le temps de répondre, tout en espérant ne rien oublier…

- Alors euh… Non. Quand j’ai moi-même découvert le livre, l’histoire était déjà commencée. Pour cela, j’ai cru que ce n’était qu’un livre lambda comme ceux que j’avais l’habitude de lire. Au début, je ne m’attendais pas du tout à la suite c’est progressivement que cela est venu et c’est là que je me suis rendue compte qu’inconsciemment, je continuais la création de cette histoire. Vous me suivez ?

C’était un peu complexe comme procédé, aussi je craignais de me perdre dans mes explications. Dans ma tête, tout était extrêmement clair, mais à expliquer, c’était encore autre chose. Aussi, j’essayais de ne pas aller trop vite.

- Si vous voulez, quand j’ai pris le relai à la création de l’histoire, je continuais de découvrir l’histoire, les détails tout ça. Et je pense que le livre retranscrit ce qu’on souhaite de façon inconsciente au fond de nous. Vous voyez ce que je veux dire ou pas du tout ?

Ce n’était pas le moment que je me perde moi parce que sinon, je n’avais pas beaucoup d’espoir qu’il ne comprenne.

- Ce que je veux dire, c’est que si vous lisiez cette histoire, vous passeriez par ses auteurs différents sans pouvoir changer quoi que ce soit, avant d’arriver au moment où vous prendriez le relais. Là, alors, le livre prendrait sa direction selon votre subconscient. Vous me suivez toujours ? Quant à changer ce qui est déjà écrit, je crains que cela soit impossible. C’est un peu comme notre vie à vous. Si quelqu’un meurt dans votre entourage, il est impossible de le faire revenir parce que d’une certaine façon, la mort de quelqu’un était écrite par le destin.

J’en venais presque à me demander si nous n’étions pas, nous aussi, les héros d’un livre comme celui dont j’avais en ma possession et que notre destin était dicté par un lecteur. Cette pensée était vraiment effrayante. Et si, en lisant L’histoire sans fin j’avais pris le contrôle de personnage appartenant à un autre monde ? Cela ferait-il de moi leur Dieu actuel ? Je secouais négativement la tête pour faire fuir ces pensées. Ce n’était pas le moment de divaguer ! Certes, il y avait de la magie dans notre monde, mais ce n’était pas pour autant qu’il fallait partir dans tous les sens avec des explications tirées par les cheveux. Jim souhaita connaître l’histoire. Prenant le temps de réfléchir pendant quelques secondes, je répondis :

- Que je la lise moi, ou que vous la lisiez vous, l’histoire est la même. Le premier auteur a décidé que le monde dans lequel l’histoire se déroulerait s’appellerait Fantasia. Fantasia est dirigée du haut de sa tour d’ivoire par une enfant fragile que tout le monde connait sous le nom de la Petite Impératrice. Cette enfant est atteinte d’un mal étrange qu’aucun médecin ne parvient à guérir. Dans le même temps, Fantasia est l’objet d’une grande menace qui semble liée à la maladie de la Petite Impératrice : le Néant. Pour sauver leur monde, la Petite Impératrice charge alors un guerrier enfant du nom d’Atreju, chasseur des plaines de la lointaine Mer des Herbes, d’une mission vitale : trouver un remède pour elle et Fantasia.

Je m’arrêtais là. L’histoire était allée encore plus loin avant que je ne reprenne le flambeau, mais je trouvais que c’était assez bien résumé. Et il ne me semblait pas avoir donné trop de détail. Au contraire, moi, ça m’avait donné envie de continuer à lire cette histoire, mais je ne pouvais pas abandonner les autres livres. Adressant un sourire à Jim, je lui demandais :

- D’autres questions ?





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mer 30 Juil - 18:03






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



Damien avait toujours cru être doté d’une grande imagination. Pourtant, maintenant que la princesse Belle évoquait l’existence d’un livre véritable sans fin, il se retrouvait incapable d’imaginer l’apparence de l’ouvrage en question. Avait-il seulement une couverture ? Techniquement, il devait avoir un nombre de pages infini.

Que le livre soit d’origine expliquait certaine chose mais pas assez pour satisfaire la curiosité dévorante du natif d’HalloweenTown. Il faillit s’excuser à nouveau d’harcelé ainsi la princesse d’interrogations étranges mais se retenu juste à avant de formuler cette pensée. Il serait dommage d’agacée Belle avec ces excuses à répétition. Surtout qu’il voulait vraiment savoir la réponse à ce nouveau mystère (quoi que le terme ‘savoir le fin mot de cette histoire’ soit un choix plus approprié étant donné le thème de leur conversation).

Il fut étonné d’apprendre que lorsque Belle avait commencé sa lecture, l’histoire avait déjà débuté. Quel genre de livre n’attendait même pas son lecteur ou commencer son récit ? C’était de plus en plus étrange. Et ce n’était pas la suite des explications de la princesse qui arrangea sa perplexité.

« Difficilement. » Avoua-t-il avec un sourire confus lorsque Belle lui demandait s’il arrivait à suivre ces explications.

Heureusement, la princesse continua ses explications avec une patience que le jeune homme n’aurait jamais pensé rencontrer chez un membre de la royauté. En écoutant Belle, il ne put s’empêcher d’être déçu d’apprendre que l’histoire ne change pas complètement d’un lecteur à l’autre.

« Je crois que je commence à comprendre. » Hasarda-t-il. « Vous voulez dire qu’au lieu de créer les personnages ou d’en inventé totalement l’histoire, la personne qui le lit  influencerait plutôt les événements du livre ? Il arriverait des bonnes ou de mauvaises choses selon la personnalité du lecteur ? »

Il espérait ne pas se tromper cette fois-ci. Il n’y avait rien de plus frustrant de partir sur une théorie, imaginer toutes les pistes intéressantes qu’elles pourraient augurer pour se rendre finalement compte que l’information de départ était erroné ou mal comprise, rendant inutile toute la réflexion qui en découlait. C’est pour cela que Damien détestait faire des erreurs.
Concernant cette fameuse histoire sans fin, le jeune homme gagnait la confirmation qu’il était plus sage de ne pas demander à voir le livre, même s’il en brûlait d’envie. Vu ses origines et le genre d’histoire qu’il avait l’habitude de lire, il ne pourrait apporter que des événements néfastes à ces personnages. Toutefois, il ne put s’empêcher de questionner la princesse au sujet de l’histoire.

Ce que Belle lui raconta s’éloignait véritablement de ces lectures habituelles. Beaucoup trop fantaisiste jusque dans ces noms. Fantasia. Vraiment ? Le premier lecteur devait manqué d’imagination. L’esprit logique de Damien avait bien du mal à trouver ces repères pourtant il fit son possible pour suivre le récit que la princesse avait la gentillesse de lui résumer. Ensuite, elle lui demanda s’il avait des questions. La pire interrogation qu’on pouvait faire à quelqu’un de curieux.

Le Natif d’HalloweenTown se mordit légèrement les lèvres pour retenir un nouveau flot d’interrogation. Après une courte réflexion, il en sélectionna deux qu’il jugeait plus pertinente que les autres.
« La question pourrait vous paraître étrange… » Commença-t-il prudemment. « Mais est-ce que vous avez eu l’impression que l’histoire avait continué pendant votre absence ? » Damien s’empressa de préciser sa pensée : «  Je veux dire, lorsque vous en abandonner la lecture, l’histoire reste-t-elle à l’endroit où vous l’avez arrêté ou bien le cours du récit à continuer pendant que vous vous consacriez à d’autres occupation ? »

C’était vraiment étrange de parler ainsi devant ce qui n’était qu’un livre. Le jeune homme enchaîna alors une question bien plus rationnelle.

« Je me demande à quoi peut ressembler la couverture d’un tel ouvrage. » Commenta-t-il de manière pensive.

Puisque l’histoire se modifiait selon les lecteurs et que la couverture représentait le récit qu’abritait le livre... Peut-être n’y avait-il tout simplement rien dessus ? Çà serait à la fois logique et décevant.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mar 5 Aoû - 11:43






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


Ce que je révélais à Jim, jamais de ma vie je n’aurais cru le vivre un jour. Une histoire sans fin existait et j’étais l’heureuse propriétaire d’un tel livre. Je me trouvais vraiment chanceuse. C’était comme si ce livre était fait pour m’appartenir. D’ailleurs, choisissait-il ses propriétaires ? Du coup, un jour, m’abandonnerait-il pour trouver une autre source d’inspiration ? J’espérais bien que non… J’espérais pouvoir un jour transmettre ce merveilleux héritage moi-même, à une personne qui mériterait vraiment de pouvoir continuer cette histoire. J’ignorais depuis combien de temps cet ouvrage existait étant donné les nombreuses pages qui avaient déjà été rédigées, mais ce livre magique avait encore des années et des années devant lui pour être alimenté. J’étais contente que Jim ne me prenne pas pour une folle. Si j’avais raconté cela à Gaston, il m’aurait dit que je n’étais qu’une gamine remplie d’imagination qui était prête à raconter n’importe quoi pour attirer l’attention. Et il aurait eu extrêmement tord. Mentir n’était pas dans mes habitudes. J’en étais même incapable.

Je répondis aux questions de Jim sans le moindre problème. Néanmoins, je craignis de me perdre plus moi-même dans mes explications… C’était assez difficile d’expliquer à quelqu’un quelque chose qu’on ne comprenait pas soi-même. Je l’informais que l’histoire avait déjà un début lorsque je l’avais moi-même commencé. C’était pour cette raison que je n’avais pas eu de soupçons sur cet ouvrage au départ. Un sourire désolé se dessina sur mes lèvres lorsque Jim m’avoua qu’il avait un peu de mal à comprendre ce que je racontais. Je voulais bien le croire… Même pour moi, cela me semblait un peu charabia. Néanmoins, je ne me dégonflais pas et continuais mes explications du mieux que je pus. Je voyais bien dans le regard du jeune homme qu’il faisait tout pour comprendre ce que je lui racontais. Peut-être pour éviter de me reposer une question dont la réponse lui était restée flous par manque de compréhension. Je vis une lueur de déception quand je lui appris qu’on ne pouvait pas changer ce qui avait déjà été écrit. Mais on n’y pouvait rien.

- C’est exactement cela, répondis-je lorsque Jim fit un léger résumé de tout ce que je venais de dire. Mais le plus étonnant jusqu’à présent, c’est que l’histoire tient la route, ce n’est pas une espèce de yoyo permanent entre le bien et le mal comme on pourrait le croire.

La question sur le contenu du livre fut beaucoup plus facile. Je lui résumais ma lecture jusqu’au moment où j’avais cessé la progression de l’histoire. Moi aussi j’avais trouvé les noms assez fantaisistes, mais on s’y faisait. Et puis pourquoi est-ce qu’un monde ne pourrait pas s’appeler Fantasia ? Aurais-je fait mieux si j’avais dû choisir le nom de l’endroit ? Je n’en savais rien, mais je ne pouvais pas affirmer que oui, j’aurais fait mieux. Une fois que j’eus terminé, je demandais à Jim s’il avait encore des questions à propos de L’histoire sans fin. J’étais tellement contente de trouver une personne avec qui en parler que du coup, j’en avais oublié qu’il était peut-être attendu ailleurs (c’était même certain) et j’étais plus que disposée à en parler encore et encore sans jamais m’arrêter. Je n’avais pas découvert tous les secrets de ce livre et je comptais bien le faire. En le voyant se mordiller les lèvres, un sourire bienveillant se peignit sur mon visage. La curiosité était une chose contre laquelle il était dur de lutter. Surtout quand elle était beaucoup plus forte que soi.

Sa question me fit pencher la tête sur le côté. J’analysais chacun des mots qu’il venait de prononcer. Le récit continuait-il pendant mon absence ? C’était une excellente question parce que je n’en avais malheureusement pas la réponse. J’aurais aimé savoir, mais pour le coup… Il faudrait que je regarde, que je fasse un test pour voir ! Je n’y avais jamais pensé, j’étais bien forcée de l’avouer. N’étant pas malhonnête pour deux ronds, je répondis :

- Je l’ignore, désolée… Cette perspective ne m’a jamais effleuré l’esprit. Mais je ne me suis jamais arrêtée sur une page vide. A chaque page que j’ai tourné, il y avait la suite du récit. Comme je vous l’ai dit, le livre sait avant nous quel tournant nous souhaitons faire prendre à l’histoire. Du coup, je découvre comme si je lisais un livre possédant déjà son point final. Il faudrait que j’essaie, que je vois où l’histoire s’arrête pour voir quelques jours plus tard si elle a continué ou pas sans pour autant avoir continué ma lecture.

Cette perspective que venait de soulever Jim était très loin d’être idiote. Elle était même on ne peut plus pertinente. Je saurais lui répondre dans quelques jours, quand j’aurais fait le test. Mais pas dans l’immédiat et il sembla le comprendre. J’avais peut-être un certain nombre de connaissances à mon actif, cela ne voulait pas dire que j’avais la science infuse. Comme tout le monde, il me fallait un minimum d’apprentissage pour pouvoir parler de quelque chose. C’était impossible de parler d’une chose qu’on ne connaissait pas. J’avais essayé de le faire en parlant des propriétés magiques du livre, et on voyait parfaitement où ça m’avait mené : à une explication difficile à comprendre et à ingérer. La magie n’était pas mon rayon et je doutais que cela le soit un jour. Apparemment, il fallait posséder de naissance certaines facultés, même inconnues. Moi je doutais en posséder. Personne dans ma famille n’était connu pour avoir un jour montré des propriétés magiques ou quoi que ce soit dans le style.

Jim me tira de ma torpeur en se demandant à quoi pouvait ressembler la couverture du livre. Je revins donc sur terre et relevant la tête, je répondis :

- Une reliure en cuir bordeaux avec un médaillon composé de deux serpents, l’un en autre, l’autre en argent, entremêlés, mordant la queue de l’autre. C’est l’Auryn, selon l’histoire. C’est le médaillon qu’on donne à Atreju afin que tout le monde sache qu’il est envoyé par la Petite Impératrice. On dit que le médaillon exauce les vœux.

Ma réponse avait été un peu mécanique, comme si je connaissais le livre par cœur alors qu’il recelait de tellement de mystère. Une fois mes paroles prononcées, j’offris un nouveau sourire à Jim. Il pouvait vraiment poser les questions qu’il voulait, j’étais certaine de pouvoir y répondre. Quoi que… Il m’avait posé une question où je n’avais aucune réponse. Pour le moment, s’entend, car je comptais bien en obtenir une et lui en faire part, quitte à aller le trouver moi-même pendant sa journée de travail. J’étais la princesse après tout, n’est-ce pas ?

- Je vous aurais bien proposé de le voir, mais, le livre est actuellement dans ma chambre. Je ne voulais pas le laisser à la vue de tout le monde.

C’était un peu égoïste, mais un livre aussi précieux… Il n’avait rien à voir avec ceux qui se trouvaient dans les rayons. Il était magique !





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Mar 12 Aoû - 19:14






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~



Une histoire sans fin. Damien n'aurait jamais cru que son intrusion dans la bibliothèque royale prendrait une telle tournure. Si on lui avait appris l'existence d'un livre se poursuivant indéfiniment, le jeune homme aurait certainement prit son interlocutrice pour une folle. Seulement, le natif d'HalloweenTown savait dorénavant que la magie existait et était très importante dans ce monde coloré si différent du sien. Ce genre de découverte écartait les frontières des choses que vous pensiez réalisable ou non.

Le livre en question ne correspondait pas vraiment à sa vision d'une histoire sans fin et il en fut un peu déçu avant que la curiosité ne prenne le relais. Comme quoi... même la magie pouvait avoir des limites ! Un personnage mort ne pouvait pas revenir à la vie selon les envies du lecteur, d'ailleurs la personne qui lisait ne semblait pas avoir une influence absolue sur le récit... Au point que l'histoire commençait sans son lecteur ! Çà s'était quelque chose de vraiment déroutant. Du moins, s'il avait bien compris les explications fournies par Belle.

D'un autre côté, c'était sans doute mieux ainsi. Si les lecteurs pouvaient changer tout de A à Z dans l'histoire, celle-ci ne ressemblerait plus à rien, sans parler de sa continuité. D'ailleurs, la princesse lui assura que l'histoire restait logique malgré les changements apportés d'un propriétaire à l'autre. C'était rassurant, rien n'était pire que de lire une histoire sans queue ni tête.

Du coup, Damien se demandait de quoi pouvait bien parler un récit pareil et obtenu un rapide résumé de la part de son interlocutrice. Les noms lui semblaient maladroits mais il n'était peut-être pas le mieux placé pour faire un commentaire là-dessus puisqu'il venait d'un autre monde.

Des questions ? Il en avait encore beaucoup. Damien en avait complètement oublié que, peut-être, on était en train de le chercher puisqu'il avait déserté son travail. Il en avait même oublié son empressement de commencer à étudier le livre que la princesse lui avait généreusement donné ! Pour l'instant, il se demandait surtout si l'histoire continuait sans le lecteur puisque le récit avait déjà commencé lorsque Belle en avait commencé la lecture.

En voyant la réaction de la princesse, il eut peur d'avoir posé une interrogation trop étrange. Finalement, Belle répondit qu'elle n'avait jamais songé à cela. Pourtant, cette question s'était imposée dans l'esprit de Damien dès que son interlocutrice lui avait raconté le contexte si particulier de ce livre sans fin. Sans doute que cela venait encore du fait qu'il n'était pas originaire de ce royaume... Sa façon de pensée était différente.

"Oh." Répondit-il dans un premier temps, un peu déçu que la princesse n'avait pas pensé avant à ce mystère. "J'espère que je serais encore là quand vous découvrirez la réponse."

Même si la guerre échaudait un peu ses projets de voyage, Damien restait persuadé qu'il devait partir tenter sa chance ailleurs, comme le lui avait conseillé Jiminy. Le natif d'un autre monde se concentra plutôt sur la suite des explications de la princesse. Que Belle ne soit jamais tombé sur une page vide était une constatation plutôt déroutante. Que se passerait-il si le lecteur sautait une vingtaine de pages ?

Présentant que son interlocutrice n'aurait pas la réponse à cette question, la curiosité de Damien se portait plutôt sur la couverture du livre. À quoi pouvait-elle ressembler ? Le jeune homme écouta religieusement la réponse.

"Deux serpents ?" Répéta-t-il en fronçant les sourcils, comme si ce symbole éveillait quelque chose en lui.

Dommage que cet Auryn n'existait pas vraiment ! Damien n'aurait plus aucun souci avec une chose capable d'exaucé les vœux ou, en tout cas, il n'aurait plus besoin d'attendre pour les obtenir. Mais peut-être que l'objet existait vraiment et que c'est grâce à cela que le livre existait ? Encore un autre mystère concernant cet ouvrage.

"Je vous en prie, ne vous excusez pas." S'empressa-t-il de dire lorsque Belle s'excusa de ne pas pouvoir lui montrer le livre. "C'est normal de garder un livre si précieux en sécurité." Ou au moins hors de portée des curieux, songea-t-il avant de poursuivre : "En plus, si j'avais un tel ouvrage entre les mains, je sens que j'aurais été incapable de m'arrêter de le lire." Ajouta-t-il avec un mince sourire. "Je serais capable d'en oublier de me nourrir ou de travailler."

En parlant de travail... Les environs furent tout d'un coup moins calme puisque des pas furieux se firent entendre dans le couloir. Avant que Damien ne puisse associer cette marche courroussé avec l'abandon de son post, un employé de cuisine déboula dans la pièce.

"Ah, je te retrouve enfin, fainéant !" S'emporta le nouveau venu.

Intinctivement, Damien cacha à nouveau le livre qu'on lui avait donné dans son dos. Peut-être à cause du regard courroussé du serviteur. Heureusement, le ton du nouvel arrivant diminua vivement en s'apercevant enfin de la présence de la princesse.

"Toutes mes excuses, princesses." Continua le serviteur en retirant prestement le bonnet qu'il portait sur la tête. "J'espère que ce gredin ne vous importune pas."

Finalement, Damien n'était plus aussi certain qu'il y a quelques instants d'échapper à une punition.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   Ven 15 Aoû - 19:38






Belle & Damien

~ Histoires, belles histoires, sirènes et roi d'une île au trésor où les rêves sont encore plus forts que la réalité ~


J’ignorais si parler de ce livre était une bonne idée... Un livre comme ça, normalement, j’aurais dû en garder le secret jusqu’à ma mort, mais il me semblait tellement facile de parler à Jim que c’était un peu sorti tout seul. Ca paraissait fou à croire, mais cette histoire sans fin existait réellement. Il m’avait fallu un peu de temps pour comprendre que c’était un livre magique. Sincèrement, je me sentais orgueilleuse d’être la propriétaire d’un tel ouvrage. Qui aurait pu croire qu’un jour, moi, une simple jeune femme sans la moindre capacité magique serait en possession d’un objet plein de magie ? Certainement pas moi. Mais les faits étaient là. Cela faisait un petit moment que je n’avais pas continué les aventures d’Atreju. Je faisais des pauses sur ce livre car si je voulais lire les livres qui se trouvaient dans cette bibliothèque, ce n’était pas en me focalisant sur L’histoire sans fin que j’y arriverai.

Aux questions de Jim, j’avais essayé d’y répondre le plus précisément possible, mais je n’avais pas encore découvert chaque mystère qui l’entourait. Cependant, je crus un instant que je l’avais perdu dans mes explications. Ce qui aurait été fort possible étant donné la difficulté que c’était d’expliquer quelque chose qu’on ne comprenait pas. La magie n’était pas mon domaine, du coup, je ne pouvais pas rentrer dans une précision sans faille. J’avais donc expliqué tout cela avec mes propres mots et ma logique. Dans ma tête, c’était très clair, mais ce qui sortait de ma bouche… par moment, j’en doutais. En tout cas, au final, Jim avait tout compris et j’étais bien contente que ça soit le cas. Bien sur, j’aurais cherché une autre façon de m’expliquer, mais si je n’avais pas à le faire, c’était encore mieux. A tatillons, j’y étais arrivée, que demander de plus ? Il faudrait être vraiment perfectionniste dans un tel cas.

J’avais bien sur noté l’intérêt de Jim pour ce livre, mais à chaque fois que je le contrais sur une fausse idée qu’il s’était faite, j’avais remarqué cet air déçu de peindre sur son visage. Je n’y pouvais malheureusement rien. Je ne faisais que répondre à ses questions. Fort heureusement, il ne me le reprocha pas. En même temps, c’était stupide qu’il m’en veuille parce que ça ne correspondait pas à son idée. Je n’étais pas la créatrice de cet ouvrage. D’ailleurs, je me demandais qui avait eu cette ingénieuse idée. Cette personne devait être dotée d’une très grande intelligence. J’aurais donné cher pour pouvoir rencontrer cette personne. Moi-même j’avais tellement de question à lui poser, mais je doutais qu’un jour je le rencontre. Peut-être était-il mort ? Peut-être avait-il appartenu à quelqu’un qui avait vécu au château, que cela soit un noble ou un pauvre ? Toutes ces questions demeuraient sans réponse.

Cependant, lorsque Jim souleva une question intéressante, je me retrouvais dans l’incapacité de lui répondre. L’histoire continuait-elle sans que je me trouve face au livre ? Je n’en savais strictement rien. Je le lui avouais d’ailleurs. Cependant, je lui fis tout de même remarqué ne jamais être tombée sur une page vide. J’ignorais si cela voulait dire quelque chose, mais je me promis de réfléchir à la question et d’obtenir une question. Mais pour cela, il faudrait que je trouve une page vide. Il faudrait que je regarde. D’ailleurs, parler du livre m’avait donné envie d’en savoir un peu plus sur Fantasia. J’offris un sourire désolé à Jim face à sa mine déçu. Je ne pouvais rien lui dire de plus là-dessus. Un sourire sincère succéda mon sourire désolé lorsqu’il me fit par de son envie de connaître la réponse. Cependant, cela m’intrigua que cela soit pendant qu’il était encore là. Comptait-il donc partir ? Etait-ce pour cela qu’il était venu « voler » un livre ? Pour organiser sa prochaine destination ?

- Et bien… Si vous restez parmi nous assez longtemps, oui, peut-être serait-il possible que vous obteniez la réponse.

Ce n’était pas nouveau : les serviteurs allaient et venaient. Certains restaient parmi nous toute leur vie, d’autres allaient ailleurs. C’était ainsi que cela fonctionnait. Que ferait donc ce Jim une fois parti du château ? Je n’en avais aucune idée. Et cela ne me regardait pas. Il était libre de faire comme bon lui semble, après avoir fait le nécessaire pour obtenir l’autorisation de partir. Mon père ne gardait pas les serviteurs qui souhaitaient partir, c’était impossible. La guerre des ogres en effrayait plus d’un et c’était logique que certains craignent pour leur vie. Dans une situation pareille, autant les laisser partir et garder ceux qui avaient assez de folie en tête pour rester. Peut-être à cause de cela, nous nous retrouverons sans domestique, mais malheureusement, nous ne pouvions pas les forcer à risquer leur vie pour notre bon plaisir. Enfin, un jour Jim partirait et il ne serait sans aucun doute pas le dernier.

Je reportais mon attention sur le jeune homme lorsqu’il se demanda à quoi pouvait bien ressembler le livre, chose que je m’empressais de faire. Je lui fis une description assez détaillée du médaillon qui se trouvait au centre de la couverture. On l’appelait l’Auryn. Le détail qui sembla retenir l’attention de Jim, c’était les serpents. Je hochais la tête avant de hausser les épaules. J’ignorais pouvoir un tel symbole, si c’était cela qu’il souhaitait demander. C’était une question à laquelle seul le créateur du livre pourrait répondre. Et s’il fallait, lui-même avait choisi ce médaillon sans pensée précise. Ne pouvant pas réellement aller plus loin dans mes explications concernant L’histoire sans fin, je terminais en m’excusant de ne pas pouvoir la lui montrer car je l’avais mise en sécurité. Je me demandais comment un livre pareil avait fait pour survivre aussi longtemps sans avoir été trouvé et pour ne pas être tombé entre de mauvaises mains. Quoi que je doutais que cela change quelque chose à la phase de notre monde…

- Je vous avoue que par moment, il m’est très difficile de m’en détacher, mais je m’y force, répondis-je.

A peine eus-je le temps de répondre cela que les portes s’ouvrirent assez brusquement, ce qui me fit sursauter. Me tournant dans la direction du nouvel arrivant, je constatais qu’il s’agissait d’un des responsables des cuisines. Je fus surprise de la façon dont il s’adressa à Jim si bien que je me rendis compte que je l’avais monopolisé beaucoup de temps. Restant silencieuse, j’attendis tranquillement qu’il m’ait remarqué, chose qu’il fit assez rapidement. Je hochais la tête à ses excuses avant de jeter un œil vers Jim qui semblait plus que déconfit.

- Non, au contraire, c’est moi qui l’ais fait venir. J’avais besoin d’aide. Je suis navrée que son absence ait eu une quelconque influence sur le travail en cuisine, mais il est le seul que j’ai croisé au moment où j’en avais besoin.

Mentir n’était pas mon fort. C’était même impossible chez moi. Mais je ne pouvais pas le laisser subir une quelconque punition. Du coup, mon rôle de princesse avait son utilité car même si ça se voyait sur ma tête que je ne disais pas la vérité, qui pouvait me contredire, mis à part le roi ? Mon petit blabla sembla passer comme une lettre à la poste car je le vis hocher vivement la tête.

- Il est donc inutile de le punir ou de lui infliger une quelconque correction. Il s’est rendu fortement utile, ce qui compense largement son travail en cuisine.

Je me tournais vers Jim et lui offris un sourire.

- Revenez me voir à l’occasion, lui soufflais-je.

Puis je le laissais partir en compagnie du responsable des cuisines. Attrapant le livre que j’étais venue chercher, je levais le nez vers l’étagère où à présent, un livre manquait. Un petit sourire se dessina sur mes lèvres avant que je ne quitte à mon tour la bibliothèque.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Dis-moi ce que tu lis, je te dirai à qui tu as volé ce livre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon Armée Peaux-Vertes!
» le Mordor
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Honneur à Paillant petite commune de miragôane.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-