Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 Veuillez aller directement en prison, sans repasser par chez vous et en rendant tous les biens que vous avez volé. (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Veuillez aller directement en prison, sans repasser par chez vous et en rendant tous les biens que vous avez volé. (suite)   Mar 20 Jan - 11:19





Luz David

La jeune voleuse devait à présent s'habituer à un nouveau bracelet qui ne ressemblait pas du tout aux autres bijoux. Non celui-ci représentait sa nouvelle prison. Elle avait beau essayer de le retirer, il semblait n'y avoir aucun moyen, hormis couper sa main, mais cette idée lui sorti très vite de l'esprit. Ses deux mains lui étaient utiles pour ses passe-temps particuliers. Il est clair que dès qu'elle comprendrait dans quelle situation l'avait mis le comateux, elle serait lui faire payer et non en Lumi, mais bien en Luz, vu qu'elle avait décidé par elle-même d'oublier son passé, préférant la vie créée par la malédiction. Son choix déterminait son destin et celui-ci appartenait à Storybrooke, endroit où elle ne se souvenait plus de sa responsabilité de la mort de ses parents, c'était certes qu'un accident, mais une enfant de neuf ans ne peut raisonner autrement et cet évènement l'avait changé jamais, faisant disparaitre toute trace de l'adorable Lucie pour devenir Lumi, une enfant qui ne ressent plus de peur, ni de culpabilité et il fallait avouer que la torture du croquemitaine l'a aidé à suivre cette voie. Aspect étrange quand on se dit que comme le comateux, elle avait grandi dans les campagnes de la forêt enchantée, deux êtres innocents destinés à devenir une autre personne que le chemin tracé par leurs parents. L'un prince et l'autre voleuse attitrée du plus puissant sorcier connut de la forêt enchantée.

Luz était une personne immature, que c'était créé un monde autour d'elle, elle avait toujours cru au dragon, aux fantômes et de nombreuses autres créatures. Pour elle, il n'y avait que les vampires qui n'existaient pas, elle trouvait cela tellement ridicule d'y croire. D'un certain sens, même sans souvenir, elle ne serait jamais choquée d'entendre parler de magie, toute façon, il fallait être extrêmement clair pour qu'elle comprenne réellement ce qu'on lui racontait, ou alors trouver un sujet passionnant qu'elle ne trouvait pas barbant, seulement pour qu'elle écoute. Elle se trouvait à l'arrière de la voiture de shérif et réalisa que le comateux pourrait toujours savoir sa position à chaque instant grâce au bracelet.

« Oui exactement. Il ne tient qu’à toi de faire en sorte de pouvoir te débarrasser de ce bijou. Pour cela il te suffira de te montrer : coopérative. »

Coopérative ?! C'était un mot qui n'appartenait pas à son vocabulaire, elle ne savait même pas ce que cela voulait dire. Dans sa tête, elle coupa ce mot en deux puis en trois, pour voir si cela pouvait l'éclairer, mais que neni. Cela serait difficile d'être comme il le voulait, si elle ne saisissait pas le sens du mot. Mais cela était de sa faute à lui, il devrait se montrer plus clair, puis si cela se trouvait, il avait pu inventer un mot, juste pour l'embêter, après le coup du bracelet, elle le voyait capable des pires méfaits. Quand ils furent arrivés, il vint lui ouvrir la porte pour que Luz puisse sortir de la voiture. La dernière fois qu'elle était venue au commissariat, elle avait testé les verrous des serrures des cellules, elle connaissait les positions des caméras et des systèmes de sécurité du bâtiment, comme tous ceux de tous les bâtiments de Storybrooke, d'ailleurs. Alors qu'ils avançaient l'un près de l'autre pour atteindre la porte d'entrée, le comateux se mit à lui parler d'un tout autre sujet.

« Tu as bien changé depuis la forêt enchanté… Certes tu es toujours une voleuse, mais au dirait que ton code d’honneur n’est plus le même. C’est à cause de Rumpelstiltskin ? Ce n’est pas une question pour t’interroger ou te piéger, c’est juste par simple curiosité… »

Au fur et à mesure de ses paroles, l'expression de Luz avait changé, il était clair qu'elle était surprise et quand il cita son ancien maître, elle ouvrit grand les yeux, qu'est-ce que c'était ce nom ? Mais surtout elle ne voyait pas où il voulait en venir, déjà elle n'avait jamais su qu'elle avait un jour possédé un code d'honneur, hormis que l'argent passe avant tout. Quand il eut fini de parler, elle essaya de prononcer le nom de la personne qu'il avait cité.

- Rub...e...in ! Tu m'étonnes qu'il ait enchanté la forêt avec un nom pareil.

Puis d'un coup, tout devint logique, logique pour Luz. Elle s'arrêta alors qu'elle se trouvait juste en face de la porte d'entrée, elle se tourna vers le cow-boy, il venait de lui dévoiler le petit détail qui lui manquait.

- Han, mais c'est pour ça ! La forêt est enchantée, je pensais m'être faits posséder pour un fantôme, mes truc-machin m'a jeté un sort.

Oui, elle s'était retrouvée à la frontière de la ville, sans comprendre ce qu'elle faisait ici, surtout qu'il n'y avait rien d'intéressant dans cet endroit, rien à voler. Elle avait d'abord mis cela sur de la possession, mais voilà c'était truc-machin qui avait jeté un sort dans la forêt, elle avait dû s'y aventurer et voilà qu'elle se retrouvait dans le pétrin de sa faute.

- Il est où truc-machin ? Faut que je lui dise qu'il ne peut pas me contrôler sans ma permission, cela ne se fait pas du tout.

La dernière chose dont elle se souvenait, c'était d'être dans le musée à jouer avec les lasers, plus le moindre souvenir des onze premiers jours du mois d'août, et cela, elle ne l'avait pas encore compris, pensant seulement qu'elle avait perdu une nuit de souvenir et non tout le début du mois.




✁ Chance : Veuillez aller directement en prison,
sans repasser par chez vous,
et en rendant tous les biens que vous avez volé.



© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Veuillez aller directement en prison, sans repasser par chez vous et en rendant tous les biens que vous avez volé. (suite)   Mar 3 Fév - 19:25





Luz David

On aurait pu penser que le fait d’être piégée et de ne pas voir d’issue immédiate à sa situation, aurait eu pour effet chez la jeune femme de la rendre beaucoup moins loquace qu’auparavant. Mais il n’en était rien ! On aurait pu aussi se dire, que cela aurait moins eut l’effet de lui faire perdre son humour, ou de voir celui-ci diminuer de plusieurs crans. Mais là encore cela n’avait pas marché. Non David Nolan n’était pas sadique et il n’avait pas envie de prendre plaisir à voir Luz se torturer l’esprit, ou avoir peur de la prison… Seulement il savait que c’était le genre de réaction normale et donc attendues, quand on envoie une personne au commissariat, surtout avec un bracelet électronique au bras. Mais non cela n’avait pas l’air d’inquiéter plus que cela la demoiselle blonde. Peut-être que son insouciance était à toute épreuve ? Ou peut-être, plus vraisemblablement, lui faudrait-il du temps pour réaliser dans quel guêpier elle se trouvait ? Cela se ferait une fois qu’elle serait remise de sa surprise…

En fait en regardant Luza Daegan dans le reflet de son rétroviseur intérieur David songeait qu’il n’avait jamais réussi à la comprendre. Il ne comprenait pas les motivations qui poussaient l’Énigma à avoir pris tous ces risques. Par gout pour ce dernier justement, peut-être… Dans leur autre monde il n’avait pas compris Lumière non plus. De toute les voleuses de l’univers magique, il avait fallu que ce soit l’une de celles qu’il connaissait. Dans leur passé commun, il n’avait jamais su pourquoi elle avait changé de camp, aussi subitement et facilement et sans fournir la moindre explication. Un jour elle épaulait le couple Snow et Charming et le lendemain elle les trahissait et montrait clairement qu’elle était l’un des pions de Rumple. Peut-être que dans le fond elle n’avait jamais était une alliée, elle avait joué un double-rôle, auquel elle n’avait pris aucun plaisir. C’était de la qu’était né sa méfiance à l’égard de Luz et cela avant même qu’il ne discute plus en avant avec elle à Storybrooke.

Toutes ses interrogations secrètes, avaient finis par le parasiter. Et même s’il savait que Luz prendrait surement un malin plaisir à tout faire pour éviter de répondre à ces questions, il les lui exposa tout de même. On ne savait jamais, peut-être qu’en entendant le nom de son ancien maitre, ou peut-être qu’au fond elle avait envie de parler avec quelqu’un de sa vie en tant que Lumi, peut-être que celle-ci lui plaisait davantage, lui manquait, comme beaucoup d’habitants de Storybrooke.

Pourquoi ce soudain intérêt pour Luz Daegan, ou Lumière ? Alors qu’avant il n’avait cherchait à connaître ni l’une, ni l’autre. Tout simplement, parce que pour David, les actes qu’elle avait commis devaient suivre une certaine logique, il devait y avoir une raison derrière tout cela. Et il avait très envie de connaitre celle de la jeune femme blonde.

A sa première réplique il demeura stupéfait. Mais il ne perdit pour autant pas contenance, se disant en son for intérieur qu’elle devait surement lui jouer un nouveau tour. Comme si elle ne savait pas qui était Rumpelstiltskin ! Sa seconde intervention ne lui apporta pas davantage d’éclaircissement, bien au contraire, elle amena d’autres interrogations, qu’il tâcha de garder un tête dans son esprit. Pourquoi faisait-elle comme si le nom de Rumple lui était inconnu ? Pourquoi parlait-elle de possession par un fantôme ? Cela n’avait absolument aucun sens et cela il se devait de le lui présenter :

« Qu’est-ce que tu racontes ? C’est quoi cette histoire à dormir debout de possession par un fantôme. » Il marqua un court blanc avant de reprendre comme s’il avait tout comprit : « Ah je vois ! C’est ainsi que tu comptes construire ta défense, en plaidant la folie ? »

Il avait presque envie de poursuivre en disant : « Quoique c’est plutôt une bonne stratégie, je suis sûr que tout un tas de gens seront prêts à témoigner que tu es effectivement folle. » Mais il ne le fit pas, car il songea que s’il lançait cette pique, Luz se refermerait comme une huître et ne lui délivrerait jamais la moindre parcelle de réponses à ses interrogations. Quand elle s’exprima à nouveau, David la regardait les yeux dans les yeux et il vit qu’elle semblait vraiment dire la vérité, aussi incroyable cela puisse-t-il être. Aussi il décida de changer un peu ses plans. Le jeune homme attrapa par le bras la demoiselle pour la retenir et ainsi l’empêcher d’entrer dans le commissariat et il souffla :

« Attends. »

Sans la lâcher il la ramena dans le sens inverse de leur trajet, sur le parking, près de là où il avait garé sa voiture, dans un angle mort de la caméra de surveillance qui donnait sur l’extérieur. Il relâcha sa prise sur Luz, tout en sachant qu’il n’avait fait que la conduire et qu’en aucun cas elle ne pourrait se plaindre d’avoir été violenté par un policier. De toute façon elle n’avait pas la moindre marque. Il la toisa du regard un petit moment avant de délivrer son message :

« Luz, tu as toujours voulu être sous le contrôle de Rumple, du moins à ce que j’en sais… Tu le servais de ton propre chef. Alors pourquoi fais-tu comme si tu n’avais aucun lien avec lui ? D’ailleurs, maintenant que j’y pense, peut-être voudras-tu l’appeler pour qu’il soit ton avocat ? »

En sondant étrangement les prunelles de la voleuse, il lui semblait y déceler une lueur d’angoisse et d’incertitude, comme si elle ne comprenait pas de quoi il lui parlait. Soit elle jouait vraiment bien la folle, soit elle avait un véritable problème. Ca façon d’être en cet instant, lui rappelait étrangement une expérience similaire qu’il avait vécu. Lorsqu’il était sorti de son coma, sans avoir le moindre souvenir… Il devait en avoir le cœur net, aussi il lança :

« Dis-moi Lumi, quel était mon nom dans l’autre monde ? »




✁ Chance : Veuillez aller directement en prison,
sans repasser par chez vous,
et en rendant tous les biens que vous avez volé.



© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Veuillez aller directement en prison, sans repasser par chez vous et en rendant tous les biens que vous avez volé. (suite)   Mer 11 Fév - 13:28





Luz David

Même si Lumi et Luz se ressemblent beaucoup, il existe une grande différence entre les deux, Lumi ne possédait plus de conscience, elle n'avait peur de rien, attendant le jour de sa mort à bras ouverts, elle était encore dans ce monde pour le ténébreux, qu'elle servait loyalement, il lui avait sauvé la vie, lui avait donné un toit au-dessus de la tête, elle qui avait connu de la part des hommes que du mépris et de la violence, elle s'était accrochée à cet homme maléfique qui lui tandis la main et se montra loyale qu'envers lui. À Storybrooke, de brides de Lucie avait réapparu dans la personnalité de Luz, elle s'était attachée à certaines personnes, la peur était de nouveau présente dans sa vie, car l'amour et terreur sont infiniment liés et se souvenir qu'elle était responsable de la mort de ses parents, la détruisait de l'intérieur, elle avait décidé de ne plus souffrir de tout oublier et pensait que tout reviendrait normal, mais le souci, c'était que le reste des habitants de Storybrooke se souvenait de son ancienne vie et pensait qu'elle aussi, ce qui provoquerait certainement des confrontations, comme à ce moment précis où David était venu l'arrêter.

Ils avançaient vers l'entrée du commissariat, et elle pensait avoir compris la situation, un certain truc-machin avait enchanté la forêt et celui-ci avait pu contrôler son corps, l'emmenant à la frontière. Elle ne cherchait pas la raison de son acte, elle était simplement vexée d'être une victime, il était hors de question qu'un être abjecte la traite comme une marionnette. Oui, à Storybrooke, elle était devenue indépendante, Mr Gold n'avait plus de pouvoir sur elle, la jeune voleuse était libre d'agir à sa guise et il l'avait quasiment ignoré dans cette vie créée par la malédiction, Luz ne pensa même pas à aller le retrouver quand la malédiction avait été brisée. Non, elle s'était cachée et elle avait pleuré la mort de ses parents, n'ayant pas dit un mot durant les quinze premiers jours avant de s'être retrouvé à la frontière et de redevenir simplement à la vie simple, sans soucis, de la gardienne de cimetière.

Le pire dans l'histoire était que David ne la croyait pas, genre, elle voulait plaider la folie, mais il fallait être débile pour agir ainsi. S'il y avait bien une chose à connaitre chez Luz, c'est qu'elle ne jouait pas la comédie et ne connaissait pas le mensonge, donc si elle disait possession de fantôme, c'est que pour elle, ce monde magique était réelle. Le comateux l'attrapa par le bras et elle se retint de lui casser le nez, elle détestait être touchée, surtout quand elle n'avait rien demandé.

« Attends. »

Il l'emmena dans le sens inverse, sur le parking, à un endroit où la caméra ne pouvait pas les apercevoir. Luz était surprise de sa réaction, allait-il lui parler d'un complot ? Est-ce que truc machin voulait gouverner sur le monde les réduisant à l'esclavage ? Mais c'est vrai dans tous les films, cela semble être le but ultime de tous méchant, règne et mort, un pur manque d'imagination. Quand il relâcha son emprise, il la toisa du regard et ajouta :

« Luz, tu as toujours voulu être sous le contrôle de Rumple, du moins à ce que j’en sais… Tu le servais de ton propre chef. Alors pourquoi fais-tu comme si tu n’avais aucun lien avec lui ? D’ailleurs, maintenant que j’y pense, peut-être voudras-tu l’appeler pour qu’il soit ton avocat ? »

Alors, elle n'appréciait pas du tout ses paroles, pour elle, ce n'était que mensonge et elle détestait ce genre de subterfuge. Elle n'avait jamais servi ce truc-machin, et ne voulait pas un mec qui l'avait ensorcelé comme avocat, il se prenait pour qui se cow-boy, s'il voulait qu'elle arrête de sourire, c'était gagné. Luz exprima un visage froid, ce qui était très rare de sa part, et elle répondit d'un ton offusqué.

- Mais je ne le connais pas ton truc-machin.

C'était tout de même troublant qu'une personne lui parle de choses qu'elle aurait faite, alors qu'elle ne s'en souvenait pas. Elle n'aimait vraiment pas la situation, il n'y avait vraiment rien de drôle de jouer ainsi avec elle.

« Dis-moi Lumi, quel était mon nom dans l’autre monde ? »

Et ce fut la question de trop, elle regarda autour d'elle pour voir à qui il parlait, mais elle compris qu'il s'adressait bien à elle. Depuis quand Lumi était un nom ? Surtout que ce n'était pas le sien.

- Un autre monde ?! Lumi ?! Tu es sûre de ne pas avoir traversé la forêt et t'être retrouvé enchantée comme moi, car déjà, je ne m'appelle pas Lumi et de plus, tu penses être un extra-terrestre. Réfléchi, on n'est pas ami, tu ne m'aurais jamais confié un truc pareil comme ton vrai nom, si je le savais, j'aurais un certain pouvoir sur toi, enfin, c'est ce qu'un magicien a dit à la télé.

Depuis ce film, elle ne répondait jamais quand on lui demandait son nom, c'était une information précieuse à garder, puis d'un certain sens, Lumi avait agi de même, en cachant à tous, même àRumpl qu'elle s'appelait réellement Lucie. C'était son secret, un bien précieux à protéger autant d'elle que des autres.

- Mais si tu veux vraiment savoir ce que je sais à ton sujet, pas de problème, tu as été dans le coma, tu as fréquenté l'innocente pas très innocente professeur, alors que tu étais marié. Tu as travaillé refuge et maintenant, tu es Cow-boy, et je ne sais même pas ton nom, car je m'en fiche.

Elle ferma ses bras pour bien prouver son désarroi, sérieux, il venait l'arrêter, puis maintenant, il lui avouait être un extra-terreste, s'il avait besoin de parler, Archie serait bien mieux qu'elle, ce n'était pas dans son métier d'écouter des personnes parlées, c'est bien pour ça qu'elle bossait au cimetière. D'un coup, elle vit une page de journal volée, et ce fut comme un flash, ce qui la troubla. Allant l'attrapa, elle se figea face à la date, s'il voulait la voir paniquée, c'était gagné.

- Nous sommes mi-aout ? Ce n'est pas possible, je me souviens très bien le mois vient de débuter, j'étais heureuse, car il change les mouvements des lasers au musée, j'ai été m'y amuser ce matin-là et puis...elle essaya de se souvenir, mais c'était comme si son coeur se compressait, elle n'y arrivait pas, le noir total. Je me suis retrouvée à la frontière avec Maddy et la gamine, il y a quelques heures, ne sachant pas ce qu'on faisait là.






✁ Chance : Veuillez aller directement en prison,
sans repasser par chez vous,
et en rendant tous les biens que vous avez volé.



© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Veuillez aller directement en prison, sans repasser par chez vous et en rendant tous les biens que vous avez volé. (suite)   Dim 8 Mar - 21:46





Luz David

Il n’aimait pas brusquer une femme et la conduire ainsi contre sa volonté, ce genre de manière discourtoises n’était pas du tout celles que l’on pouvait associer à un prince Charmant. Mais le jeune homme ne revêtait pas que cette simple identité, avant cela il avait était un berger, il en était fier ! Plus encore avec la malédiction il avait gagné une nouvelle identité, celle de David Nolan, celle qui à présent lui ressemblait le plus, celle qu’il connaissait, qui lui était la plus familière et dans laquelle il se glissait avec plaisir. Luz l’avait plutôt bien cherché, il fallait l’avouer. Sa manière de tout prendre au second degré, de détourner les propos pour les rendre risible et tourner les choses de son univers en ridicule, tout ceci était amusant quelques minutes mais au bon d’un moment c’était lassant.

En la regardant droit dans les yeux, prisonnière d’une cage illusoire, entre ses deux bras tendu, qui touchaient du bout des doigts le mur ouest du commissariat, elle ne pouvait pas se défiler cette fois. Et pourtant telle une anguille, elle cherchait tout de même à se frayer un passage dans cette situation inconfortable et cela même si elle n’avait pas en sa possession les clés qu’il lui fallait pour s’en sortir. David était partagé, divisé même entre de multiples états d’esprits.

Tout d’abord il était dans un premier temps agacé par son personnage et fatigué de ces petits jeux et cela le poussait à ne plus vouloir la croire, limite à ne plus l’écouter. Ensuite il y avait une autre partie de lui-même qui le poussait à entrevoir une parcelle de sincérité en elle, en dessous de tous ces petits tours et mesquineries infantile. Cette partie le rendait curieux et essayait aussi de faire en sorte qui se montre le plus aimable et patient avec la demoiselle, pour obtenir des réponses d’elle. Mais en même temps il était inquiet pour la jeune femme. Car au mieux c’était une voleuse, un peu barrée sur les bords, ou sinon elle avait un réel problème et pour le moment l’ex prince était bien incapable de voir de quoi il pouvait s’agir.

Une fois encore elle avait répliqué ne pas connaitre Rumple, ça arrivait à répéter son nom. Ce qui l’avait poussé à poser cette question qui pour lui était importante : « Savait-elle qui il était dans le monde magique ? ». Connaissant Lumi elle aurait très certainement à cœur de railler son titre de prince Charmant, en trouvant mille et une formules, pour dire qu’il n’avait rien qui pouvait lui valoir ce statut. Elle ne pourrait s’en empêcher, c’était dans sa nature de répliquer à chaque fois de la sorte. Et c’est d’ailleurs ce qu’elle fit. Sa manière de s’exprimer et de le décrire était sans surprise. Sauf qu’elle ne décrivait pas le jeune homme qu’elle avait connu dans l’univers magique, mais David Nolan, celui qu’il était devenu à Storybrooke !

Dans son délire elle énnonça tout un tas de choses qui n’avait aucun sens et que très rares échos dans la réalité. Il n’y en avait d’ailleurs qu’un seul à ses yeux. Le fait qu’effectivement elle n’avait jamais connu sa réelle identité. Dans leur autre monde, elle le connaissait comme le prince Charmant, de son prénom James, marié à Blanche Neige. Et elle n’avait jamais su son passé de berger, ni même que son vrai prénom était le même que celui qu’il avait à Storybrooke : David. Mais il suffisait de l’entendre parler d’extra-terrestre pour comprendre qu’elle ne faisait absolument pas référence à ce passé-là.

« Effectivement ça ne va pas du tout Luz… » Réussit-il à souffler à voix basse.

Il prit soin de ne pas formuler la suite de ses pensées : « Tu es complètement dingue, ou une parfaite comédienne ! » La suite de ces paroles fut des plus intéressantes, David avait imité sa posture, croisant à son tour ses bras sur son torse et la libérant ainsi, même si avec le bracelet électronique elle ne pourrait de toute façon pas lui échapper. Encore une fois elle décréta ne pas savoir un fait évident et simple, à savoir la date d’aujourd’hui. Alors à présent elle voulait se déclarer amnésique ! C’était le pompon, vouloir simuler une maladie que lui-même avait vécu…

A moins que… Ce qu’elle décrivait pouvait être cohérent et vrai que si elle était réellement amnésique. Cela expliquerait qu’elle ne se rappelle plus qui est Rumpelstiltskin, qu’il était le prince Charmant et même qu’elle ignore jusqu’à sa propre identité : Lumière. En même que cette révélation lui été donné il en découvrait aussi l’explication. David n’eut pas besoin de réfléchir beaucoup pour comprendre comment cela avait pu lui arriver :

« Tu es allée jusqu’à la frontière de la ville ? » Fît il mine de questionner avec stupeur et colère. Puis il poursuivit sur le même ton : « Pourtant tu as bien vu après que la malédiction est pris fin, qu’un des mains avait essayé de quitter la ville. Et il a immédiatement perdu la mémoire de sa vie avant Storybrooke ! »

Juste après cette déclaration il marqua une légère pause, laissant ainsi le temps à Luz d’assimiler ce qu’il venait de dire et d’essayer d’y donner un peu de sens. Tous les habitants avaient immédiatement informés de ce qui se passerait s’ils tentaient de quitter la ville. Ainsi, tant qu’ils n’auraient pas trouvé un moyen sûr de partir pour rejoindre leur monde magique, ils fallaient que les habitants demeurent en sécurité à l’intérieur de la ville. Mais il paraissait évident, à présent, que Luz n’avait pas écouté cet avertissement. A moins que…

« Tu l’as fait exprès. Tu t’es volontairement rendue à la frontière de la ville pour tout oublier, c’est ça ? »

Mais à peine eut il formulé sa question, qu’il se fit la réflexion qu’elle ne pourrait de toute façon pas lui répondre, puisqu’elle avait perdu la mémoire. Si elle ne simulait pas son état, bien entendu… Réfléchissant comme un enquêteur averti des faits, il reconsidéra son interrogation en songeant à ce que Luz pouvait savoir :

«  Il y a quelques heures tu étais à la frontière de la ville, c’est ça ? Avec Madden et qui appelles-tu gamine ? »




✁ Chance : Veuillez aller directement en prison,
sans repasser par chez vous,
et en rendant tous les biens que vous avez volé.



© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Veuillez aller directement en prison, sans repasser par chez vous et en rendant tous les biens que vous avez volé. (suite)   
Revenir en haut Aller en bas
 

Veuillez aller directement en prison, sans repasser par chez vous et en rendant tous les biens que vous avez volé. (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aller directement en prison, ne passer pas Go et ne réclamer pas 200$ [PV.PNJ]
» « Celui qui ouvre une porte d'école, ferme une prison. » Victor Hugo FT Mélody
» Y'a pas de prison sans pirates!
» Dans toutes les larmes s’attarde un espoir. Vivre sans espoir c’est cesser de vivre. PV Amy
» Prison Magique ! Je veux y aller !! :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-