★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Intrigue bonus ೨ Est du nuage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Ven 21 Juin - 12:49






Esméralda










Je préfèrerais mourir ici que de retourner là-bas


Jamais la bohémienne n'aurait pû croire recroiser Lyana dans cet endroit, et pourtant c'était le cas. Et comme elle s'y était quelque part attendue, la princesse remarqua son accoutrement miteux et lui demanda des explications. Jamais elle n'avait été si contente de retrouver quelqu'un qui lui était cher !

"Avant d'attérir ici, j'étais dans la prison de Frollo. C'est une longue histoire, mais n'en parlons plus, je suis libre maintenant!" Libre peut-être, mais elle allait bien devoir récupérer sa chèvre. Il était hors de question qu'elle la laisse à la merci du juge ! Ainsi, elle devait sortir d'ici le plus vite possible, comme tout le monde le souhaitait surement. Mais elle scruta plus attentivement la princesse et détailla ses vêtements qui eux, n'avaient rien de royaux. "Et toi alors ? Comment vas-tu ? Que fais-tu dans cet accoutrement de pirate ?" renchérit-elle le sourire aux lèvres.

Elles se mirent ainsi à avancer vers les quatre personnes qui étaient en tête de la marche. Se protégeant le visage comme elle pouvait, Esméralda restait cependant près de son amie. Elles étaient toutes les deux pieds-nus et même si la brunette ne se chaussait jamais et était habituée à tout type de sol, le sable bouillant du désert -Noir qui plus est- lui lacérait les pieds. Elle essayait alors de ne pas poser un pied trop longtemps sur le sol, et se dépêchait d'avancer.

Quand elles arrivèrent enfin au niveau des quatre meneurs, des chaines, comme sorties de nulle part, vinrent s'enrouler aux membres de ceux-ci et les attacha entre-eux. Elle fronca les sourcils et recula d'un pas. Mais... d'où ca sortait ca ?

"Je... Je crois bien oui !" répondit-elle à la Princesse, aussi surprise qu'elle.

Puis celle-ci se mit à courir vers l'un des enchainés, déclarant qu'elle ne l'abandonnerait pas. C'était un pirate. Alors, elle était venue avec lui ? Il y avait également une guerrière assez imposante, la même qui avait abandonné son armure plus tôt, ainsi que le lapin parlant et le sorcier étrange. Tous semblaient très inquiets et particulièrement les deux derniers, qui s'agitaient beaucoup. Crier n'allait pas arranger les choses ! Tandis qu'une des femmes se moquait du sorcier, celui-ci fini par se calmer et lanca un sort.

Alors, c'est sous les yeux ronds et incrédules de la gitane que les chaines commencèrent à s’amollir et a bouger tel des serpents. Alors étaient-ils délivrés ? Il semblerait que... non. Alors qu'ils poussèrent un soupir de soulagement, les chaines se resserrèrent autour de leurs mains, et elles étranglèrent malheureusement le lapin. Attristée, Esméralda vit que Lyana avait l'air particulièrement touchée, alors posa sa main sur épaule, d'un air compatissant. Mais Lady Radcliffe avait raison, au fond. Certes, c'était un lapin parlant. Mais c'était un lapin, qui est désormais mort.

L'estomac d'Esméralda se resserra et gargouilla. Elle fixait désormais avec envie le cadavre de la pauvre bête, s'imaginant autour d'un bon festin. Elle n'avait pas mangé depuis quoi, des jours ? Préférant donner le pain dur à sa chèvre et jeter les grumeaux à la tête des soldats qui lui apportaient.

Alors qu'elle allait s'approcher de la créature, prête à le manger crû, une voix l'interpella. Il s'agissait de la guerrière aux yeux bridés. Elle tendit son épée dégainée à Esméralda, en lui donnant les instructions de frapper aussitôt la poudre déposée sur les chaines. Surprise, elle prit l'épée sans mot dire avant d’acquiescer d'un petit hochement de tête mais était attristée à l'idée de devoir abandonner le lapin des yeux. Et si il disparaissait lui aussi ? Elle n'eut pas le temps à plus de réflexion. Mulan appliqua la poudre, et elle rassembla toute ses forces pour frapper la chaine avec sa lourde épée. A ce moment là, les chaines se brisèrent et disparurent comme elles étaient arrivés, sans même toucher le sable chaud. Elle rendit donc son épée à la guerrière et parti attraper le cadavre du lapin par les oreilles, avant de se retourner vers le groupe.

"Je sais que c'était un animal magique. Mais ne devrions-nous pas le manger ? Il reste du gibier et en plein désert, cela m'étonnerait que..."

Elle n'eut même pas le temps de terminer sa phrase que son visage se figea avec horreur. Totalement horrifiée et paniquée, la gitane poussa un cri avant de se ramasser sur elle-même, lâchant le rongeur.

"Non..." marmonna-t-elle pour elle-même

Derrière Mulan, qui était en face d'elle, se dressait une silhouette qu'elle connaissait bien. Grand, terrifiant, impassible, hideux. Frollo. Que faisait-il là lui aussi ? Non... Ce n'était pas possible ! Elle avait été téléportée hors du cachot ! L'avait-il suivit ? Sur le sol, la gitane était pétrifiée et n'arrivait même plus à bouger. Cet homme qu'elle avait tant de fois défié et craint, cet homme a qui elle avait échappé pendant deux longues années et qui avait fini par la rattraper... Atterrir ici lui avait bien sauvé la mise et évité la mort. Alors pourquoi bon-sang, fallait-il qu'il se retrouve à côté d'elle ? Il la fixait, mais ne parlait pas. Puis quelque chose d'autre interpella la bohémienne qui fronca les sourcils. En effet, comme si retrouver l'horrible juge n'était pas assez, d'immenses flammes se dessinèrent derrière lui est commencèrent à se répandre partout sur le sable noir. Reculant de quelques pas, la gitane n'en croyait pas ses yeux.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

The Fairytale Book
Bouquin Chieur ೨ Voix de la sagesse

✒ Curse :
275


MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Mar 25 Juin - 16:10


Darkness unleashed !

೨ Méfiez-vous du désert...
La silhouette menaçante du juge et le feu l'accompagnant se rapprochent suffisamment du groupe pour engendrer le pire... Ainsi, Frollo saisit Esmeralda dans ses bras pour l'emporter dans les flammes, la laissant se consumer contre lui. Mais la gitane n'est pas la seule victime du juge : le feu environnant s'aventure vers Johanna Radcliffe qui brûle alors jusqu'à s'écrouler, inerte. Après la mort des deux demoiselles, Frollo s'évanouit du paysage et les flammes s'essoufflent peu à peu pour finir par disparaître complètement.

Si vous êtes le mort du jour, vous pouvez décider de faire un dernier RP pour raconter votre fin tragique ou simplement laisser l'intrigue suivre son cours sans vous.

© Macha
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Mar 25 Juin - 17:16





Quel cauchemar !












Johanna Radcliffe





Après ces dernières paroles, Johanna sentit plusieurs paires d'yeux horrifiés se tourner vers elle. Une jolie bande de bons penseurs songea-t-elle avec mépris. Seul Facilier savait qu'elle avait été particulièrement aimable et qu'elle pouvait sortir des horreurs bien plus terribles et tout aussi vraies. Mais voilà, le pauvre diable avait été lourdement assommé par le dit gibier dont la vue lui devenait insupportable. Elle avait dit cela pour se montrer, certes. Mais la faim était pourtant bien présente. Voir ce cadavre de lapin devant elle lui tordait l'estomac et le pire c'est qu'elle savait à présent que personne ne la laisserait y toucher.

Elle aperçut alors la guerrière saisir une bourse de cuir de laquelle elle sortit une petite quantité de poudre. Une nouvelle fois, Johanna serra les dents. Elle se croyait décidément toujours plus maligne que les autres. Facilier n'était certes pas le plus grand sorcier que la Terre ait porté mais face aux conséquences de son dernier sort, la jeune femme était plutôt d'avis à les laisser dans cet état. La guerrière allait réussir à faire exploser tous ses compagnons en plus des chaînes, c'était couru d'avance. Et la jeune noble ne voulait certainement pas la regarder la tuer comme une moins que rien. Elle se recula alors du groupe de façon imperceptible. Elle mit suffisamment de distance entre elle et la poudre, espérant ainsi se protéger. Et s'il devait y avoir des survivants à ce carnage annoncé, elle se ferait un plaisir de les conduire sains et saufs jusqu'en haut de cette foutue dune. Car une chose était certaine, la guerrière n'allait certainement pas survivre à son petit numéro de pyrotechnie et ce n'était pas plus mal.

Mais contre toute attente, elle n'eut absolument rien à faire. Les chaînes s'évanouirent dans le sable brûlant aussi soudainement qu'elles étaient apparues. C'est alors que Johanna reçut enfin un soutien inattendu. La faim semblait également tenailler la gitane qui prit alors le parti de la noble. Ce lapin, aussi hystérique soit-il, restait un lapin par tous les dieux ! Elle ne comprenait vraiment pas pourquoi elle était entourée de gens aussi pétris de bonnes intentions. Bande d'hypocrites ! Heureusement, dans ce genre de situations on pouvait toujours compter sur les sauvages. Mais son soutien s'envola rapidement car la gitane se trouva confrontée à un événement plus important que son estomac. En effet, toujours en retrait du groupe Johanna avait aperçu depuis quelques minutes une silhouette inquiétante qui se dressait derrière la guerrière. Il s'agissait d'un homme grand à l'allure menaçante qui faisait froid dans le dos. Johanna elle-même ne se sentait pas très rassurée mais elle préféra se taire, espérant qu'il était ici pour s'occuper du cas de la guerrière. Mais rapidement elle comprit que la gitane était sa cible. Elle semblait le connaître. Et paraissait totalement paniquée. Surtout quand d'immenses flammes apparurent derrière l'homme et commencèrent à se répandre autour des survivants. Incapable de bouger, comme pétrifiée, la gitane fut donc une proie facile pour celui qui semblait être son pire cauchemar. Il s'approcha d'elle et l'enserra contre lui. La pauvre fille ne mit pas longtemps à mourir dévorée par les flammes qui s'échappaient de son geôlier.

Johanna eut un léger haut-le-cœur. Elle avait déjà assisté à des exécutions sur le bûcher mais elle avait toujours eu un peu de mal avec l'idée de voir quelqu'un périr par les flammes. Elle trouvait cela écœurant. La pendaison et la décapitation avaient quand même quelque chose de plus propre. Soudain alors qu'elle s'étonnait de regretter la disparition de la jeune sauvage, elle se rendit compte que les flammes s'éloignaient du groupe pour venir vers elle qui ne s'était toujours pas rapprochée. Avant même de songer à s'échapper, la voilà encerclée. La chaleur commençait à la prendre à la gorge, l'empêchant de respirer. Elle suffoquait.

« Faites quelque chose ! » hurla-t-elle à l'encontre de ceux qu'elle avait songé à laisser mourir quelques instants plus tôt.

Mais les flammes continuaient de resserrer leur étreinte mortelle. A présent elle pouvait à peine bouger. Elle sentait la morsure douloureuse du feu sur ses jambes et ses bras. Elle se débattait comme elle pouvait pour éteindre cet incendie. Sa robe commençaient à se consumer ce qui ne faisait que raviver la force des flammes. La chaleur était de plus en plus étouffante, la douleur de plus en plus insoutenable. Des larmes commencèrent à lui monter aux yeux. La chaleur y était pour beaucoup. Mais la panique et la peur n'étaient pas non plus étrangères à tout ceci. Elle ne pouvait pas mourir, pas maintenant. Elle avait encore tant de choses à accomplir. Mais elle était incapable de songer à tout ce qu'elle laissait derrière elle. La douleur était trop forte, trop intense. Elle prenait le dessus sur ses pensées. La jeune femme poussa alors un hurlement de douleur déchirant avant de s'effondrer.

Suffocante, Johanna Radcliffe l'était toujours lorsqu'elle se réveilla en sursaut. A son plus grand soulagement, le désert avait disparu. Elle se trouvait toujours dans la superbe chambre du prince Jean, toujours dans ce même lit confortable et toujours dans la même tenue d'Eve. Tout ceci n'avait donc été qu'un rêve ? Un stupide rêve ? Elle se sentait un peu honteuse d'y avoir cru un instant, mais quand elle y repensait tout ceci avait été si réel... Elle avait croisé des gens qu'elle n'avait pas revu depuis bien des années, d'autres qu'elle ne connaissait pas. C'était sans aucun doute le cauchemar le plus étrange et le plus saisissant qu'elle ait jamais fait, mais tout ceci n'était visiblement qu'un cauchemar. Soulagée de se savoir toujours bien vivante, Johanna se recoucha et se blottit dans ses couvertures. Mais elle fut incapable de se rendormir de toute la nuit. [/b]





« Je ne veux pas mourir. »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Mer 26 Juin - 11:11






Esméralda










Je préfèrerais mourir ici que de retourner là-bas


La gitane n'en croyait pas ses yeux. Même là, sa peur était présente. Comment, par tout les ciels, se pouvait-il que Frollo les ai suivit ? Elle-même ne savait pas pourquoi elle était dans ce stupide désert noir, ni ce qu'elle devait y faire. Elle s'y était simplement réveillée, dans la confusion la plus totale. Peut-être que c'était lui qui les avait amenés tous là ? Oui mais... pourquoi tout ces gens ? C'était à n'y rien comprendre ! Toujours a terre, elle fixait son bourreau d'un air horrifié, et surveillait attentivement les flammes. Les flammes ! Réalisant la présence de celles-ci, Esméralda se releva sur ses gardes et fixait Frollo d'un air noir.

Les flammes encerclaient désormais totalement les individus. Elle ne pouvait pas mourir ici. Elle qui avait finalement retrouvé sa liberté d'une manière inespérée, elle ne pouvait pas partir si loin de chez elle, sans au moins dire au-revoir à Clopin et Quasimodo. Et qu'allait devenir Djali ? Non, elle ne pouvait pas ! C'est avec horreur qu'elle vit que le vieil homme se rapprochait lentement d'elle, entrainant les flammes avec lui. Était-ce une hallucination ? Pourquoi ne semblait-il pas prendre feu ? Était-ce un sorcier ? La gorge de la bohémienne se noua. Elle n'avait pas d'armes, ni les forces nécessaires pour se battre sans. Mais il ne l'aurait jamais. Elle jeta de brefs coups d’œil autour d'elle, et son regard s'attarda plus longuement sur la guerrière qui lui avait confié son épée auparavant. Dommage qu'elle ne l'ai pas gardé quelques secondes de plus... Mais elle avait surement le temps de la reprendre !

Dans un élan d'espoir, elle se rua sur Mulan et tendit le bras pour saisir son épée magique. Mais alors qu'il ne manquait plus que quelques millimètres, alors qu'elle pouvait sentir du bout des doigts l'acier brulant, une force la percuta violemment sur le côté avant de la resserrer contre-elle. Elle sentit alors les grosses mains du juge se resserrer autour de ses hanches. Elle se débattait violemment, criait, mais rien n'y faisait. Quand Frollo resserra son étreinte étouffante et se replia sur lui-même avec la brunette dans les bras, celle-ci redoubla d'efforts, frappant son torse avec ses poings. Mais étant bien trop maigre, et lui étant bien trop fort, il paraissait ne rien sentir et rapidement Esméralda s'épuisa.  Se retrouver collée à lui la dégoutait, son apparence la dégoutait, le contact de leurs peaux la dégoutait, et sentir son souffle chaud contre elle la dégoutait encore plus. Elle aurait pu vivre si longtemps encore ! Seulement, il avait fallu qu'elle aide un pauvre homme humilié dans un village. Depuis qu'elle l'avait défié, le juge ne la lâchait plus d'une semelle ! Pouvait-on vraiment être obsédée par quelqu'un de la sorte ? Il fallait être complètement fou pour ne pas accepter le refus ! Mais c'était ce qu'il était, fou, de toute façon.

La gitane savait très bien que c'était trop tard, qu'elle ne pourrait pas s'en sortir à moins qu'un de ses camarades ne l'aide. Mais vu l'ampleur des flammes et la résistance du juge face à celles-ci, elle ne souhaitait pas que quelqu'un perde la vie en tentant de l'aider. Elle tenta de se retirer de l'étreinte une dernière fois mais celle-ci ne fit que se resserrer d'avantage. Et comme si il n'y en avait pas assez, les flammes se resserrent autour d'eux, brulant la peau de la jeune femme qui sentait la chaleur la picoter de partout. Il ne fallait pas qu'elle hurle, il ne fallait pas qu'elle pleure ! Elle avait bien trop de fierté pour lui céder, et même si résister impliquait le fait qu'elle devait mourir, elle le ferait. Elle ne lui appartiendrait donc jamais de toute manière, et elle restera pour toujours une fille de grands chemins, une femme libre ! Alors, tandis que Frollo se replia plus amplement sur lui-même sans lâcher sa proie, celle-ci tourna la tête lorsqu'il fourra la tête dans son cou. Elle jeta un bref regard aux autres survivants, des larmes finirent par rouler sur ses joues creuses sans qu'elle ne puisse les retenir, et ses yeux se posèrent plus particulièrement sur une personne. Lyana. Elle était fatiguée, et elle n'aurait pas voulu que son amie soit témoin de cette scène. L'avantage avec le bucher dont elle devait être victime, c'était que pratiquement aucune de ses rencontres n'aurait été au courant de sa mort. Elle espérait vraiment que la Princesse allait vivre, réussir à sortir d'ici et retourner vivre dans son royaume. Elle était tellement noble ! Sentant les flammes resserrer leur danse mortelle, Esméralda se mordit la lèvre de douleur sans lâcher son amie des yeux. Puis soudainement, les flammes s'emportèrent et doublèrent de volume, embrasant la brunette qui poussa un dernier cri strident de douleur et de peur en sentant sa peau se consumer dans les bras poisseux du Juge. Puis plus rien.

Elle ouvrit les yeux en sursaut, et se redressa, haletante. Ayant entendu les cris, des gardes étaient venu voir ce qu'il se passait dans la cellule mais étaient reparti en se moquant. En sueur, la gitane appuya son dos contre le mur et essayait tant bien que mal de reprendre sa respiration. Un cauchemar. C'était un horrible cauchemar. Elle était là, dans sa cellule poisseuse. Retournée au point de départ. Elle sentit alors quelque chose d'à la fois rèche et doux se frotter contre ses jambes. Djali ! Sans perdre une seconde, elle se précipita d'enlacer sa petite chèvre qui lui avait tant manqué et qu'elle avait bien crû ne jamais revoir. C'était si bon, de retrouver ses repaires ! Elle n'était plus seule désormais. Et si ce n'était qu'un cauchemar... alors le lapin n'était pas mort, et tout le monde était tranquillement entrain de mener sa petite vie n'est-ce-pas ? Et qu'importe où était Lyana, elle la savait heureuse ! Mais cependant le cauchemar avait été tellement réel... c'était perturbant. Elle avait vraiment crû à cette possible échappatoire, du moins jusqu'à ce que le juge vienne la hanter même dans ses rêves. Mais bon, c'était fini maintenant. Se couchant sur le côté et ramenant ses jambes contre sa poitrine, la bohémienne attendait son exécution prochaine, à laquelle elle ne pourrait certainement pas échapper.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jeliza Rose Blackwood
Admin ೨ Charlotte

✒ Curse :
1528
✒ Statut :
Célibataire
✒ Personnage de Conte :
Charlotte


MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Mer 26 Juin - 18:14





« Le noir, c'est moche... Le rose c'est mieux ! »









Une nouvelle venue arriva dans une robe qui faisait vraiment peur à voir. Jamais de toute ma vie je n’oserais porter un vêtement comme celui de la bohémienne. D’ailleurs, je ne souhaitais même pas m’en approcher, quelque fois que celle-ci porte une quelconque maladie. Décidemment, il y avait vraiment des gens bizarres ici. Mais pourquoi est-ce que je n’avais pas atterri dans un endroit fleuri avec des gens qui sont cent pour cent propre et qui ne refileraient aucune maladie rien qu’en ouvrant la bouche ? La vie était vraiment trop mal faite… Il allait falloir que j’en parle à Big Daddy parce que ce n’était pas possible de croiser des gens comme ça de nos jours ! Un minimum de savoir vivre quoi… Peut-être ouvrirais-je une école pour ces pauvres gens ? Oh oui ! Charlotte’s school ! C’était parfait comme nom ! Big Daddy ne pourrait que dire oui à mon projet, c’était forcé !

Si on en croyait les paroles de tout le monde, tous, nous étions entrain de dormir quand cela c’était produit. Mais qui nous en voudrait dans notre sommeil ? Pourquoi ne pas faire ça en plein jour plutôt que d’utiliser la lâcheté ? Je n’en savais strictement rien. Personnellement, ce genre de choses, je ne m’en mêlais pas. J’avais assez de souci comme ça, il était inutile de m’en rajouter encore plus. Tout ce que je voulais pour l’instant, c’était rentrer chez moi et j’espérais vraiment que l’envoyé de l’étoile du soir allait pouvoir nous sortir de là. Après tout, il m’avait prouvé qu’il pouvait exaucer le moindre de nos vœux. Cependant, si je lui demandais de me ramener chez moi, tout le monde serait jaloux de constater que j’avais dit vrai et qu’il m’avait, en effet, offert le prince de mes rêves. D’ailleurs, il faudrait que je retourne à la maison très rapidement pour mon rendez-vous de demain.

Alors que tout le monde semblait être d’accord pour avancer, moi je ne l’étais pas spécialement. Déjà parce que c’était compliqué de marcher dans ce sable noir et ensuite parce que ça allait abimer ma nouvelle paire de chaussures. Surtout que celle-ci venait d’un royaume lointain, donc il était hors de question que je les abime. Mais si je décidais de ne pas bouger, j’allais me retrouver toute seule et c’était sur qu’il allait m’arriver un truc. Du coup, je n’avais pas vraiment d’autre choix que de les suivre. Sauf que le vent commença à souffler fort et le petit lapin blanc se mit à courir partout et à creuser un tunnel dans le sable. Je le laissais faire tout en le regardant étrangement. Qu’est-ce qu’il espérait exactement ? Se terrer pour éviter d’assister au spectacle ? C’était du sable et pas de la terre, du coup, si le vent continuait de souffler comme il le faisait, il allait vite finir à nouveau sur la surface. M’enfin, c’était un lapin…

Néanmoins, lapin ou pas, celui-ci était persuadé que la magie ne fonctionnait pas en ces lieux. La bohémienne l’attrapa pour le serrer contre elle afin qu’il ne finisse pas dans le trou qu’il avait commencé à creuser. L’envoyé de l’étoile du soir ne semblait pas particulièrement ravi d’apprendre que la magie ne fonctionnait pas. D’ailleurs, j’étais moi-même déçue d’apprendre ça, si bien qu’une légère moue se dessina sur mes lèvres. Comment était-ce possible ? Je n’en savais rien. En tout cas, mon envoyé de l’étoile du soir semblait déterminé à vouloir prouver au lapin blanc qu’il se trompait et que la magie était toujours bien présente. Aussi, je le regardais avec une certaine admiration. Les mains jointes, je m’apprêtais à l’applaudir parce que j’étais certaine qu’il réussirait. Je le regardais pointer son doigt vers la jeune femme aux traits asiatiques. Oh mon dieu, est-ce qu’il allait la ramener chez elle ? S’il y arrivait, je saurais directement quoi lui demander.

Si on pouvait avoir des étoiles dans les yeux, j’étais certaine qu’en ce moment même, mes prunelles en seraient remplies. L’envoyé de l’étoile du soir prononça un mot que je ne compris pas et aussitôt, une flamme fila en direction de la jeune femme désignée. Cependant la dite flamme se transforma vite en malheureuse petite flammèche qui s’évaporat aussitôt. Tout d’abord, je fus surprise puis légèrement déçue à nouveau parce que je m’attendais vraiment à ce qu’il réussisse à nous sortir tous de ce pétrin. Mais il fallait croire que le lapin avait raison. Je l’avais peut-être mal jugé cette pauvre petite bête… Du coup, l’envoyé de l’étoile du soir opta pour la solution qui avait été accepté par tous : se rendre au sommet de la dune. Donc, cela voulait dire que j’allais devoir m’y résigner également. Soupire.

Ensemble, nous nous mîmes donc en route en direction de la dune qui semblait être à des milliers de kilomètres de là. C’était clair et net, nous allions tous mourir d’épuisement ou de déshydratation… Mon dieu, moi qui avais encore tant de belles années devant moi à vivre ! Le pire dans toute cette histoire, c’était que j’allais sans aucun doute mourir sans avoir été une princesse ou bien même reine… OH MON DIEU ! Non, il était hors de question que je meurs ! Je devais survivre à cette épreuve ! La prochaine reine de Maldonia, c’était moi alors il était hors de question que Naveen aille voir ailleurs ! Je l’avais si ardemment désiré qu’il n’était plus prêt de s’échapper de mes filets. Alors s’il fallait marcher jusqu’à cette foutue dune, et bien soit, je marcherais jusqu’à cette dune, quitte à abimer ma si merveilleuse paire de chaussures !

C’était donc d’un air déterminé que j’avançais en compagnie des autres vers cette montagne de sable. Pourquoi là-bas exactement ? Peut-être parce que c’était le seul vrai relief qu’on apercevait à des kilomètres à la ronde. Je n’avais aucune explication logique à tout ça. La femme asiatique prononça alors des paroles qui me donnèrent un peu de courage. J’étais tout à fait d’accord avec elle, il fallait que nous nous en sortions parce qu’à la fin, Big Daddy devrait retourner là où il m’avait trouvé la magnifique paire de chaussures que j’avais actuellement aux pieds. D’ailleurs, c’était vraiment compliqué de marcher sur du sable avec ces chaussures là. Mais il était hors de question que je marche pieds nus. Et surtout pas quand on était la fille de Big Daddy. J’avais quand même une réputation à tenir !

A cause du vent, mes longs cheveux blonds volaient dans tous les sens et il n’y avait pas moyen de les maintenir en place. En plus de ça, à cause du sable, ils étaient tout sale alors qu’ils étaient propres quand j’étais partie me coucher. Pfff ! Il allait falloir que je les relave si je voulais être présentable à mon rendez-vous avec Naveen ! Il était hors de question qu’il me voit dans cet état-là ! Quand je serais de retour à la maison, il allait falloir que je speede pour me préparer et pour être prête quand viendrait l’heure de le retrouver. Alors que j’étais entrain de batailler avec mes cheveux, des entraves apparurent sur la femme asiatique, le pirate, le lapin blanc et mon envoyé de l’étoile du soir. Tout le monde était surpris, très surpris même parce que c’était apparut de nulle part. Comment est-ce que c’était possible ?! Depuis quand est-ce que les choses apparaissaient comme par magie ?!

Du coup, je regardais si moi aussi j’étais entravée, mais non. Je regardais autour de moi et il semblerait que les chaines n’aient entravé que quatre d’entre nous. Etrange ça… Trop étrange. Enfin, quelque part, tant mieux, même si c’était vraiment trop bizarre ! La jeune femme qui perdait des perles et des roses de sa bouche demanda à mon envoyé de l’étoile du soir d’essayer sa magie. Je me mordillais la lèvre inférieure tout en le regardant s’essayer un tour de magie. Cependant, au lieu que les chaines ne disparaissent ou bien ne s’ouvrent, ces dernières s’animèrent et étranglèrent le lapin blanc. Quand je m’en rendis compte, je poussais un cri d’horreur et plaquais mes mains sur mes yeux pour cacher ça. C’était horrible ! Absolument personne ne méritait de mourir d’une telle façon.

- Mon dieu, quelle horreur !

La jeune femme brune aux regards sévères semblait plus que ravie de la mort du lapin. Mais n’avait-elle donc aucun cœur ?! Même si ce n’était qu’un lapin, elle n’avait pas le droit d’être aussi cruelle parce que malgré tout c’était un de nos compagnons. Ce que je redoutais le plus était entrain d’arriver, nous allions tous mourir ! L’un après les autres. Je n’allais jamais devenir une princesse ou bien même une reine… Une vague d’angoisse commença à m’envahir si bien que je dus prendre une grande inspiration pour me calmer. Il fallait respirer, c’était la clé ! Respirer. Inspire, expire, inspire, expire. Je fermais les yeux pour continuer de me calmer et une fois chose faite, je les rouvris. La jeune femme qui perdait des perles et des roses de sa bouche avait également les larmes aux yeux face au cadavre du lapin. Cela me rassurait de ne pas être la seule à être touchée.

Mon envoyé de l’étoile du soir avait sa tête de posée contre l’épaule du pirate, légèrement assommé à cause de la montre que le lapin blanc avait jeté avant de rendre son dernier souffle. La femme asiatique donna des directives à la bohémienne. Une fois la poudre appliquée, il faudrait que celle-ci frappe les chaines avec l’épée. Cette technique fut très utile car elle les libéra de leurs chaines. Si seulement on avait utilisé ça avant… Nous n’aurions pas perdu le lapin blanc… Etait-il trop tard pour les regrets ? Il semblerait que oui puisque quasiment personne ne se mettait dans tous ses états pour la mort de l’un d’entre nous. A nouveau, les reproches se tournèrent vers l’envoyé de l’étoile du soir qui se fit traiter de crétin. Je le regardais avec un air compatissant. Ce n’était pas sa faute si sa magie ne fonctionnait pas en ces lieux. Sinon, je savais d’expérience qu’elle était puissance.

C’est alors que la bohémienne se décida à parler et en entendant ce qu’elle souhaitait faire, je ne pus qu’écarquiller de grands yeux. QUOI ?! Elle voulait manger le pauvre lapin ?! Mais… UNE BARBARE ! Comment pouvait-elle penser à une telle chose alors qu’elle l’avait eu dans ses bras juste quelques instants plus tôt ?! C’était tout simplement impensable ! C’était comme si elle proposait de manger son propre chien qui venait tout juste de mourir, faute de mieux. Ignoble. Une grimace de dégout de peignit sur mon visage. Cependant, je m’attendais à ce qu’elle continue sa phrase quand elle s’arrêta et l’horreur se dessina sur ses traits. Je me tournais dans la direction qu’elle regardait avant de se recroqueviller sur elle-même. Des flammes tout droit sorties de l’enfer apparurent avec un homme particulièrement laid.

Il avait de quoi faire peur cet homme-là ! Il avait tout pour hanter les cauchemars d’un enfant. Mais il n’y avait pas que ça qui était effroyable, c’était que les flammes se répandaient sur le sable et venaient dans notre direction. Il allait surement falloir se mettre à courir. Je reculais de quelques pas pour m’éloigner suffisamment des flammes. Le nouvel arrivant s’approchait également et attrapa la bohémienne pour l’attirer contre lui. J’écarquillais de grands yeux quand je la vis se consumer. J’ouvris la bouche comme pour crier, mais aucun son n’en sortit. Je commençais à me sentir mal. Très mal même. Je portais une main à ma bouche et observais l’effroyable spectacle jusqu’à ce que la bohémienne disparaisse. Cependant, cela ne s’arrêta pas là car les flammes se dirigèrent vers la jeune femme sans cœur.

Tout comme la bohémienne, celle-ci se fit dévorer par le feu. J’étais pétrifiée. J’étais tout simplement incapable de bouger. Je ne pouvais qu’assister au « spectacle ». C’était la première fois de toute ma vie que je voyais une telle horreur. Plus jamais de ma vie je ne dormirais. C’était impossible. J’allais revoir ces scènes pendant toute ma vie, c’était sur et certain ! Finalement, quand la femme se mit à crier, ma voix me revint d’un coup et je criais également d’horreur. Mon cœur se souleva si bien que je crus que j’allais me mettre à vomir mon dîner. Heureusement qu’il resta dans mon estomac, mais cela ne changeait rien au fait que je ne me sentais pas bien du tout.

- ENFER ET DAMNATION ! ON VA TOUS MOURIR ! ON VA TOUS Y PASSER ! JE VEUX PAS MOURIR ! JE SUIS TROP JEUNE POUR CA !

Je me sentis vaciller tandis que des larmes s’étaient mises à couler sur mes joues. La panique venait de me gagner et cette fois-ci, c’était impossible de la repousser avec de simples exercices de respiration. J’étais en pleine crise d’angoisse et ma respiration se fit de plus en plus haletante. J’allais faire de l’hyperventilation et j’allais mourir à mon tour !




Charlotte


© Méphi.





Everybody needs inspiration. Everybody needs a song. A beautiful melody when the night's so long, because there is no guarantee that this life is easy.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Jeu 27 Juin - 15:15

Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now ?
Lyana
Revoir son amie gitane dans un tel lieu était absolument extraordinaire ! Elle n'aurait jamais pensé qu'elles se recroiseraient un jour, et certainement pas dans un désert de sable noir dans lequel personne ne savait comment il y avait atterrit ! En jetant un regard circulaire, Lyana se rendit compte qu'elle connaissait une grande partie des personnes présentes, c'était assez curieux d'ailleurs. La princesse écouta Esméralda lui dire où est-ce qu'elle se trouvait avant de se réveiller là, et elle écarquilla les yeux d'horreur en découvrant qu'elle avait été emprisonnée par Frollo, l'ignoble juge qu'elle avait fuis pendant des mois. Cela expliquait sa grande maigreur... Lyana allait demander plus de détail mais son amie préféra de pas s'attarder sur sa propre histoire. Oui, elle était libre. Elle devait bien être la seule du groupe à être heureuse de son sort. La gitane mentionna alors les vêtements de pirate que portait Lyana.

"Oh ça... C'est à cause de..." Marmonna-t-elle en baissant les yeux sur sa chemise et son pantalon taillés pour un homme. Devait-elle vraiment raconter sa mésaventure avec le Capitaine Crochet ? "C'est une très longue histoire et je n'ai pas le temps de te la raconter ! Le plus urgent, c'est que nous sortions tous de ce pétrin !" Finit-elle par répondre en laissant échapper quelques perles de sa bouche.

Les deux jeunes femmes rejoignirent péniblement les quatre membres du groupe qui avaient pris de l'avance. A mi-chemin, Lyana aperçut des chaînes sorties de nulle part qui entravèrent Facilier, la guerrière, le lapin et Mouche dans leurs mouvements. La princesse se hâta de les rejoindre pour voir si elle pouvait être d'une quelconque utilité. Après une demande peu judicieuse de sa part, le soit-disant magicien marmonna un sort destiné à les libérer de leurs fers. Malheureusement, le sortilège n'eut pas du tout l'effet escompté puisque, après s'être mises à onduler comme des serpents, les chaînes s'enroulèrent autour du cou du malheureux lapin blanc qui finit par étouffer.

Extrêmement touchée par le sort de l'animal, d'autant plus que c'était en grande partie sa faute, Lyana resta silencieuse, les larmes aux yeux, tandis que la jeune femme aux traits asiatiques versait un peu de poudre magique sur les fers qui, après un coup d'épée administré par Esméralda, disparurent aussi vite qu'elles étaient apparues. La princesse observa la gitane s'approcher du cadavre du lapin et l'attraper par les oreilles. Lorsqu'elle proposa de manger le pauvre animal, Lyana lui adressa un regard choqué mais ne dit rien. Visiblement, Esméralda n'avait rien mangé depuis quelques temps et la princesse pouvait comprendre qu'elle souhaite dévorer le lapin. Mais elle était tout de même ébahie que cette pensée la traverse alors que l'animal venait tout juste de rendre son dernier soupir. A croire qu'elle espérait sa mort depuis le début !

Les autres membres du groupe n'eurent guère le temps de donner leur avis sur la question puisqu'un événement se produisit. Devant elle, le visage d'Esméralda se décomposa, adoptant une expression de terreur profonde. Lyana pivota sur ses talons pour voir ce qui était à l'origine de sa peur. Juste derrière la guerrière asiatique s'était dessinée une silhouette. Un homme au visage inquiétant et au regard glacé était apparut de nulle part. En jetant un nouveau regard à son amie, la princesse comprit qu'il s'agissait de l'homme à qui elle pensait avoir échappé dans ce désert : Frollo. La simple vue du juge faisait froid dans le dos ! Un sentiment de peur envahit également Lyana lorsque de grandes flammes menaçantes surgirent derrière l'homme.

Soudain, alors qu'Esméralda faisait un geste en direction de la guerrière pour prendre son épée, Frollo fondit sur elle et l'enserra de ses bras. Les flammes qui entouraient le juge sans le blesser se mirent à lécher le corps de la gitane. Elle allait brûler vivante ! "Esméralda !" Hurla Lyana. Elle allait s'élancer vers son amie pour lui venir en aide mais quelqu'un la retint, l'empêchant de s'approcher des flammes mortelles. La jeune femme se débattit pour échapper à cette étreinte mais rien n'y faisait. Désespérée, impuissante, Lyana braqua son regard sur son amie dont le corps se consumait rapidement. Esméralda tourna une dernière fois les yeux vers elle et c'est là que des larmes abondantes coulèrent sur les joues de la princesse, brouillant complétement sa vue. Après quelques instants, il ne restait plus rien de la belle gitane.

Le regard braquait sur l'endroit où s'était trouvée Esméralda, Lyana sentit que la personne qui la retenait desserrait son étreinte. La princesse se laissa tomber à genoux dans le sable. Elle n'arrivait pas à croire ce qui venait de se produire. Elle remarqua à peine que les flammes s'en étaient également prises à Lady Radcliffe qui finit, elle aussi, par succomber. Tandis que la jeune femme blonde entrait dans une crise d'hystérie, la princesse ramena ses jambes contre sa poitrine et posa son front sur ses genoux. Les larmes étaient intarissables. Elle n'avait plus envie d'avancer tant la douleur était grande. Elle voulait juste en finir de ce cauchemar.  

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Jeu 27 Juin - 21:25






Intrigue bonus ೨ Est du nuage.









MrMouche



N'ayant pas d'autres choix que de faire confiance à la guerrière, je fixai quelques instants la poudre à canon en espérant qu'elle la doserait bien, comme elle le disait et qu'il n'y aurait pas d'autres pertes... au moins pour le moment. Elle appela la gitane à l'allure misérable et lui confia son épée. Je restai attentif à leurs moindres faits et gestes, puis poussais un soupir de soulagement lorsque les chaînes disparurent enfin. Je regardai mes poignets et les massaient légèrement avant de n'entendre la noble brune et la femme à la peau mât parler de manger le lapin. Il y eut alors quelques quelques exclamations choquées dans le groupe ainsi que des gens silencieux tandis que d'autres espéraient toujours secrètement – ou non – déguster le civet tôt ou tard. Après tout, elles n'avaient pas tord... Qui sait si nous allions survivre au désert ? Mais bon, pour l'instant je jugeai préférable d'avancer vers la dune. Je n'étais pas un fanatique du sable ensorcelé et je me serai bien passé de certains compagnons d'infortune après tout... Et puis il faisait chaud, trop chaud.

Mais bien que je préférai ne pas participer au débat, je remarquai une silhouette toute de noire vêtue se rapprocher de nous, juste derrière Mulan. Je descendis ma main vers le fourreau de mon épée et je la ramenai aussitôt à moi. Évidemment, elle était brûlante... Je pris alors mon foulard et l'enroulai autour de ma main avant de dégainer mon épée pour la diriger vers le nouveau venu. Je n'étais pas la seule personne à l'avoir aperçu et visiblement, la gitane semblait même le connaître... Ce qui ne sentait pas bon du tout. Dans les deux sens du terme, puisqu'une odeur de brûlé ne se fit pas attendre... Et celle-ci s'avérait venir de la noble. Elle s'était tenue à l'écart du groupe et commençait à prendre feu. Je remarquai alors également les regards choqués de quelques uns de mes compagnons, mais à vrai dire, je ne voyais pas tellement ce qu'il nous restait à faire pour nous échapper de ce brasier vivant... Alors que je commençai à me diriger vers la femme qui prenait feu, je me rendis compte qu'une autre personne se rapprochait des flammes. En tournant la tête, je vis alors Esméralda dans les bras du juge.

Les deux individus se trouvaient désormais dans les flammes, et il serait idiot de dire qu'essayer de les sauver en les extirpant des flammes ne nous tueraient pas nous non plus... Aussi je laissais les trois personnes s'embraser, après tout je ne m'étais pas improvisé chef de groupe pour autant et je n'avais aucun remède miracle contre le feu. Je vis alors que Lyana commençait à se diriger vers son amie et je m'empressai de la rattraper et la tenait contre moi. Il était hors de question qu'elle ne se dirige elle aussi vers les flammes ! Elle aurait brûlé à coup sûr et aurait périt à son tour. Il n'y avait pas moyen de nous sortir nous mêmes de cette situation, alors essayer d'aider les autres alors que leur destin semblait scellé pour de bon serait trop dangereux. Pas besoin de commettre de « sacrifices » pour rien... Aussi, je regardai les deux femmes brûler simultanément, bien que la noble mourut la première. Ce spectacle n'était certes pas très plaisant, mais ce n'était pas la première fois que je le voyais. Nous avions déjà mit le feu à des villages avec James et l'équipage, et des gens avaient brûler vifs.

Je ne voyais aucune raison de pleurer alors nos pertes humaines, pas plus que celle de l'animal au pelage blanc... Or, la jeune femme blonde et Lyana semblaient surtout choquées, et je préférai ne pas être à la place de la captive. Lorsque les flammes se mirent à disparaître – évidemment – comme par magie, je relâchais la princesse et ne la retint pas davantage de pleurer ou de se lamenter sur son sort. Je n'allais pas l'empêcher d'être malheureuse, mais je craignais fort que nous n'atteignions jamais la dune... Mais justement, ce n'était pas en restant ici à patienter ou à nous lamenter que nous parviendrions à avancer. De plus, la jeune femme blonde hystérique piquait sa crise et je préférai ne pas l'écouter se plaindre trop longtemps... Pourquoi n'allait-elle pas voir Facilier ? D'ailleurs je me demandais bien ce qu'il avait songé à faire avec toutes ces flammes autour de nous. Mais pour le moment, plus rien ne nous retenait de reprendre notre marche, alors... Enfin, je ne pouvais pas songer à partir d'ici au plus vite en laissant Lyana effondrée, sur le sable brûlant. Je lançai un regard à Mulan et finit donc par m'adresser à elle.


« Quoi que nous fassions, nous allons certainement subir encore bien des dommages avant de parvenir à la dune.. Alors autant rester groupés. »

Je me rapprochais légèrement d'elle et lançai un regard ensuite à Charlotte, Lyana et Facilier avant de rajouter quelque chose. « Je ne suis pas sûr de ce que je vaux dans ce groupe, mais je pense que s'il existe des personnes capables de faire avancer le groupe, ce sont toi et moi... Alors autant continuer de garder un œil sur Facilier, Lyana et... la princesse. » J'espérais qu'elle pense comme moi, après tout je n'avais pas plus de contrôle sur la situation qu'elle. Je me rapprochais donc de Lyana et passais mes bras sous ses genoux et autour de son dos puis la soulevait du sol afin de la porter un peu, puis je tournai la tête vers Facilier. « Tu as repris tes esprits ou tu as besoin de soutien pour marcher un peu ? » Mulan pourrait bien s'occuper de le soutenir, ou même Charlotte mais je pouvais aussi m'en charger. Lyana étant un poids plume, je pourrai toujours m'occuper des deux à la fois... Mais je ne pourrai marcher jusqu'à la dune en portant la belle, aussi je baissais la tête vers elle. « Je sais que c'est dur, mais essaye de ne pas trop pleurer... Je doute que l'un de nous n'ait de l'eau sur lui, et pleurer risque de te déshydrater... et disons que je n'ai pas envie de te voir mourir toi aussi. »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

The Fairytale Book
Bouquin Chieur ೨ Voix de la sagesse

✒ Curse :
275


MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Ven 28 Juin - 1:18


Darkness unleashed !

೨ De nouveaux arrivants.
Red, Elisabeth, Anastasie & Merida ont rejoint le groupe de l'est ! Les quatre survivantes du Nord se mêlent donc aux survivants de l'est dans ce RP et peuvent poster ici au même titre que les autres, en attendant d'arriver à la dune.

© Macha
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Ven 28 Juin - 11:00




Mulan









Facilier, un lapin et d'autres personnes, Qui survit ?

Enfin libre, Mulan ne pouvait s'empêcher de tourner ses poignets, bien contente de ne plus sentir la pression des chaînes. Alors qu'elle venait de récupérer son épée, elle la rengaina pensant qu'ils ne craignaient plus rien, mais c'était sans compter sur ce désert magique qui une nouvelle fois agissa. La guerrière pouvait sentir la chaleur derrière elle, étant loin de se douter qu'un homme était apparu entouré par de grandes flammes. Dans ses tripes, elle savait que quelque chose clochait rien qu'en voyant le regard de la Bohémienne, puis d'énorme flamme les entourèrent et pour leur plus grand malheur brulait le si peu d'oxygène disponible. Comment allait-il pouvait s'en sortir ? Tout doucement elle tourna la tête et d'ailleurs à ce moment-là, Esmeralda voulu lui saisir son épée, mais c'était trop tard, l'homme qui semblait sortir du néant, l'attrapa. Mulan réactif, dégaina son épée, mais que pouvait-elle contre le feu ? Elle avait beau essayer de frapper rien n'y faisait. Puis très vite, elle comprit que le feu ne voulait que la gitane et pourtant une autre personne fut prise au piège par les flammes, Johanna. Mulan ne pouvait pas dire qu'elle ne méritait pas ce sort, mais c'était son devoir d'aider tout le monde, donc elle essaya de s'approcher, mais les flammes ne la laissaient pas agir à sa guise, elles avaient le dessus sur elle, elle était tout bonnement impuissante, même sa poudre magique ne pourrait rien y faire, hormis provoquer une plus grande explosion et donc plus de victimes.

Voir les deux jeunes femmes mourir, la tourmentait bien plus qu'elle ne pourrait se l'avouer, car après tout, elle n'avait quasiment jamais failli avant ce jour. Les guerres qu'elles avaient vécues, lui permettaient de rester calme, le visage fermé à tous sentiments, mais cela ne voulait pas dire qu'elle ne ressentait rien. L'odeur de la chair brulée était désagréable, les flammes de dissipèrent emporter par le dernier cri de Johanna.

ENFER ET DAMNATION ! ON VA TOUS MOURIR ! ON VA TOUS Y PASSER ! JE VEUX PAS MOURIR ! JE SUIS TROP JEUNE POUR CA !

Tout le monde réagissait à cette perte diffament, Lyana avait fondu en larmes en voyant son amie la bohémienne mourir alors que leurs regards s'étaient noyés l'un dans l'autre, la jeune femme hystérique était en pleine crise de stress. Mulan porta un regard à Mouche qui semblait être dans le même état qu'elle, la survit passait avant le deuil. Voyant bien que Charlotte n'allait pas le calmer sans agir, elle s'approcha d'elle.

- Aspirer profondément avec le thorax et expirer toute l'air que vous pouvez !

C'était le meilleur moyen pour calmer la crise, une astuce imparable et la blonde se devaient de reprendre des forces, car ils allaient tous devoir avancer vers la dune. Les apparitions étaient bien là pour les ralentir, quoi qu'il y avait là-haut pour Mulan s'était sans doute le moyen de sortir de cet endroit de malheur. Prêtant un regard à Facilier, pour une fois elle était bien contente de l'avoir près d'elle, car après tout, il restait la seule personne qu'elle connaissait aussi et surement le seul qui puisse lui rappeler qu'elle avait survécu à pire, c'était tout de même un comble quelle garde ses forces grâce à la compagnie du magicien. Regardant la dune qui semblait à présente infranchissable, elle fit ramener à la réalité par Mouche qui s'adressait à elle :


« Quoi que nous fassions, nous allons certainement subir encore bien des dommages avant de parvenir à la dune.. Alors autant rester groupés. »

Elle acquiesça d'un signe de tête, étant tout à fait d'accord avec lui, ce n'était d'ailleurs que le début surement et certainement que d'autres allaient périr d'une de ces morts atroces. La dune ? Qu'allait-il trouver sur cette dune ? Mulan se devait de trouver un plan pour éviter le moins de perte et il était vrai qu'elle ne voyait que cette satanée dune.

Je ne suis pas sûr de ce que je vaux dans ce groupe, mais je pense que s'il existe des personnes capables de faire avancer le groupe, ce sont toi et moi... Alors autant continuer de garder un œil sur Facilier, Lyana et... la princesse. »

Le regardant de haut en bas, il fallait beaucoup de toupet pour se prétendre être l'un des moteurs du groupe, mais il n'avait peut-être pas tort. Les deux autres jeunes femmes étaient encore trop sous le choc et Facilier restait Facilier, mais pour l'avoir déjà vécu, il était aussi capable d'agir de manière quasi héroïque surtout s'il s'agissait de sauver sa propre peau. S'approchant du magicien elle l'aida à se lever, tout comme Mouche faisait avec Lyana, hormis le fait de le porter, il ne fallait pas non plus exagérer. Une fois sur ses deux pieds, il pourrait bien se déplacer seul et ce fut en l'aidant qu'elle remarqua des ombres s'approcher vers eux. Lâchant d'un coup l'homme pour saisir son épée, elle la garda pointer vers certainement la nouvelle menace de ce désert.

- Préparez-vous à courir !

Doucement, les formes devinrent plus lisibles et en voyant la chevelure d'une des quatre jeunes femmes, elle abaissa son épée, vu leurs regards, elles avaient aussi eu des pertes et certainement de grandes pertes. Jamais Mulan n'avait vu Mérida dans cet état, mais revoir un visage familier, lui donnait du baume au coeur. S'approchant d'elle, elle lui posa la main sur son épaule.

- Vous êtes arrivé à temps, nous partions vers la dune. Ça va aller ?

Bien sûr qu'elle aurait pu lui demander ce qui s'était passé, si elle savait ce qui se tramait dans ce désert. Mais l'importance d'avancer lui semblait beaucoup plus importante.




© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Ven 28 Juin - 12:04











Little Red Riding Hood


Comme si il l'avait complètement ignoré, l'animal était passé par dessus la jeune femme pour se diriger vers le groupe de personnes derrière elle. Toujours à terre, Red vit le félin foncer droit vers une personne en particulier, quand soudain la fille à la crinière rousse tira deux flèches dans l'animal qui se mit à rugir de douleur et de colère. Rien qu'à entendre son cri, le sang de la brunette ne fit qu'un tour. Toujours bouchée bée devant une telle agitation, elle ne vit pas tout de suite la princesse brune courir vers celui qu'elle était sensée fuir. Enfaite, elle se dirigeait droit vers Red, en ramassant également son chaperon. Mais oui ! Son Chaperon ! Comment avait-elle put l'oublier et rester là sans bouger ? Si elle le perdait et qu'elle sortait du désert, elle était fichue !

Quand Marianne arriva devant la brunette, elle lui tendit la main d'un air amical en lui disant d'aller vers l'est. A peine eut-elle saisie sa poigne, que le regard de sa sauveuse se figea. Le lion était désormais derrière elle. Littéralement. C'était donc à elle qu'il en voulait ? D'un seul coup, la princesse parti en arrière, attirée par la mâchoire de l'animal qui venait de lui trouer une bonne partie du ventre. Tétanisée, Red hurla de peur en laissant couler des larmes sur ses joues. Sa respiration était saccadée, son rythme cardiaque s'accélérait. Cette jeune femme venait de se faire tuer, par sa faute ! Non, non pas une nouvelle fois !

Une grande blonde surgit soudain devant-elles mais quand elle tenta d'aider Marianne à se relever, elle abandonna vite pour lui prodiguer des soins. Elle demanda ainsi a la meringue rose de lui donner un bout de sa robe, ce qu'elle fit à contrecœur après s'être plainte. Quelle histoire pour une robe ! Une femme mourrait sous ses yeux, et elle pleurait car elle ne voulait pas déchirer sa stupide parure ? Dans son cas, cela aurait fait longtemps que Red aurait donné la plus grande partie de sa robe si il le fallait pour sauver la princesse ! Toujours son capcuhon dans la main, elle décida cependant de le remettre sur ses épaules, toujours en sanglots. Le peu de fois qu'elle avait vu des morts, cela avait été par sa faute -enfin si on ne parlait pas des gardes de la méchante reine qui eux, avaient mérité d'être tués-. En effet, depuis le début de l'agression, elle n'avait pas bougé et était restée dans le même état. Figée, faible, inutile.

Puis soudainement, une lourde cage métallique tomba de nulle part et fit sursauter la louve qui s'arrêta alors de sangloter. Elle n'en croyait pas ses yeux ! Mais que se passait-il donc ici ? Quel était cet endroit ? A ce moment précis, et elle pensait que c'était pareil pour beaucoup de monde, elle n'avait qu'une envie: rentrer chez elle. Revoir Granny, Blanche, les Nains, et tout ses autres amis qu'elle côtoyait. Elle ne voulait plus rester coincée dans ce désert ardent et inquiétant, où toute logique semblait exclue !

Marianne, qui était au bord de la mort gardait un positivisme incompréhensible. Comment pouvait-on vouloir rassurer des gens alors qu'on avait le ventre en lambeaux ? Quand la blessée se releva, Red retint sa respiration et la suivit de loin. Elle s'approcha de la cage où étaient désormais piégés le Gitan et la jeune fille muette. Comme si elle voulu se retenir, elle s'agrippa à un barreau avant de s'affaisser sur le sable chaud. Sans perdre une seconde, Red se précipita à une vitesse folle vers elle et lui retint la tête, avant de la poser doucement sur ses genoux. Elle n'avait même pas réalisé que, en dépit de ne pouvoir se transformer, elle avait conservé sa vitesse, ses sens et ses réflexes d'enfant de la lune. Tout ce qui l'importait, c'était la survie de la jeune femme.

Alors, Marianne et Clopin dirent à Mérida d'aller vers l'est. Cependant, la rouquine qui semblait vraiment proche de ces deux-là, refusa de les abandonner. Et c'était parfaitement compréhensible. Red non plus, ne les aurait pas abandonnés. C'était à peine si elle était capable de se remettre de l'épisode du lion. Mais soudainement, le corps de Marianne ne bougea plus, et elle comprit que c'était fini. Reposant la tête de Marianne dans le sable et s'écartant légèrement pour laisser la rouquine la pleurer, Red n'en resta pas moins à ses côtés et ne put elle aussi retenir ses larmes. Elle semblait tout simplement pitoyable ! Puis elle n'arriva plus à retenir ses larmes.

"C'est de ma faute... dit-elle péniblement dans un sanglot en ravalant ses larmes, Si je n'avais pas sauté face au lion, elle ne serait pas venue me chercher !"

Elle était tellement désolée ! Si seulement sa transformation avait marché, elle aurait pû se battre avec le lion et il n'y aurait pas eu de mort ! Elle était nulle, elle aurait pû le prévoir ! Tout était de sa faute, il n'y aurait pas dû y avoir de morts ! Non, non tout venait d'elle, c'est elle qui aurait dû mourir ! Elle passa les mains dans ses cheveux en serrant son crâne, honteuse. Puis rapidement, elle se rendit compte que la chaleur était de plus en plus étouffante et que pleurer ne servirait à rien d'autre qu'empirer leur état. Elle se releva donc, s'efforcant de stopper ses larmes, et aida la rouquine à se relever.

"Allez viens, il faut continuer... On doit les sauver." dit-elle en désignant les deux personnes dans la cage d'un mouvement de tête. Mérida ne broncha pas, et elles commencèrent alors à marcher en compagnie des deux autres femmes. Quand elle tourna la tête pour observer leurs camarades au loin, le chaperon fit de même et rejoignit l'expression horrifiée de sa compagne en découvrant que la cage et les silhouettes avaient disparu. Affolée, elle ne se manifesta pas cependant et resta silencieuse en jetant un regard aux trois autres filles. La rouquine prit de nouveau la parole et c'est à contre-coeur que Red aquieca. Elles ne pouvaient pas se permettre de reculer encore, ne sachant pas quand est-ce que ce satané désert allait encore les piéger. Mais si les silhouettes s'étaient volatilisées, étaient-ils morts ? Elle ne préféra pas y penser. Du coup, elles ne marchaient plus vers l'est pour trouver de l'aide. Mais plutôt pour reformer un plus grand groupe de survivants.

Pendant sa marche, Red s'approcha de la blonde et lui adressa un faible sourire.
"Merci... pour tout à l'heure."

Son chaperon rouge lui tenait extrêmement chaud. Son tissu était épais et long, et si il y avait bien une étoffe dont elle ne pouvait pas se séparer, c'était celle-ci. Alors elle supportait le poids brulant sur son dos.

Et ils arrivèrent enfin devant les membres du groupe de l'est. Il y avait cinq personnes, deux hommes et trois femmes. Elle ne connaissait cependant personne. Vu les mines désespérées de certains, il avait dû se passer pas mal de drame chez eux aussi, et la brunette pû en déduire facilement qu'il y avait eu un bon nombre de perte. Même si elles étaient désormais mêlées à eux, la louve resta silencieuse, la mine impassible lorsqu'une guerrière asiatique vint demander si ca allait aller. Franchement, vu l'endroit où ils étaient, vu ce qui était arrivé et vu ce qui arrivera surement encore, ca n'allait pas non, loin de là.

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

The Fairytale Book
Bouquin Chieur ೨ Voix de la sagesse

✒ Curse :
275


MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Ven 28 Juin - 18:40


Darkness unleashed !

೨ Méfiez-vous du désert...
Son épaisse fourrure noire est synonyme de désespoir. Prenez garde à ce nounours grandeur nature, il pourrait bien être à l'origine d'atroces blessures.
À peine les survivantes du nord ont rejoint ceux de l'est que le désert envoie au groupe une nouvelle épreuve. Mor'Du, ou du moins une version encore plus imposante et menaçante de l'ours apparaît derrière eux et semble prêt à faire d'eux ses victimes...

© Macha
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Ven 28 Juin - 19:53




Dr. Facilier









Viande grillée et ours en peluche !

Qu’arrivait-il lorsque quelqu’un faisait un rêve dans un rêve ? Où se trouvait le début ? Où se trouvait la fin ? La réalité ne prenait vraiment de sens que lorsqu’on était certain de rêver ou lorsque cette illusion que l’on croyait réelle semblait bien trop précise pour n’être qu’un simple rêve…Et alors si le rêveur sortait de son rêve imbriqué dans un autre, la fausse réalité lui apparaîtrait bien trop réelle pour penser une seule seconde qu’il s’agit concrètement d’un rêve.
Facilier courrait au milieu de pendules immenses, de tic-tac grandeur natures qui résonnaient dans toute sa tête. Des têtes de lapins agaçantes hurlaient des « en retard ! Je suis en retard ! » avant d’exploser en hurlant de douleur. Au milieu de ce décor de folie, des voix se dégageaient et une plus perçante que les autres lui piailla un « crétin » qui le fit sursauter, le ramenant peu à peu à la réalité.

Le docteur Facilier grimaça et ouvrit un œil, juste un, le temps que son pauvre cerveau se remette en marche correctement et évalue la situation. Où était-il donc ? La forêt ? Ah non, il l’avait quittée depuis bien longtemps, malgré la présence de Mulan à ses côtés. Mulan ? Du sable ? Mamie Mouche ? Nom d’un esprit vaudou ! Il était de retour dans cet horrible cauchemar aux allures de fin du monde, sauf qu’à présent, il était certain de ne pas rêver comme le lui rappelaient le coup qu’il avait reçu sur la tête et  la douleur qui lui martelait le crane. Un hurlement de terreur lui fit ouvrir l’autre œil. Couché sur le sable, les chaines diaboliques avaient disparu, ses membres n’étaient plus entravés. Les autres victimes de ce sortilège s’étaient relevées, le laissant seul à croquer des cailloux. Bande de lâches ! Pensa-t’il immédiatement. Comment osaient-ils le laisser mourir à leurs pieds, qui plus est, prés du cadavre frais d’un lapin blanc tirant la langue, alors qu’il avait tout tenté pour les aider. Le croyaient-ils mort ? Il en fallait bien plus pour tuer l’incroyable Facilier. Le sorcier renifla exagérément l’air autour de lui et il se redressa d’un coup.

- Ça sent le cochon grillé ! s’exclama-t’il juste avant d’apercevoir un peu plus loin une lady Radcliff cernée par les flammes et la femme à la peau brune se consumer avant elle. Facilier ouvrit de grands yeux ébahis devant ce désolant spectacle et remercia la fortune de l’avoir épargné. Finalement, ils avaient eu raison de le laisser seul sur le sable, les yeux dans l’eau…L’arnaqueur grimaça à nouveau avant de se boucher les oreilles lorsque Johanna hurla une dernière fois, c’était vraiment répugnant et tous ces aiguës accentuaient son mal de tête. Après la stupeur générale, une vague de panique et de désarroi s’empara du petit groupe amputé de trois de ses membres. La princesse Charlotte entra en pleine crise d’hystérie, hurlant à la mort des « on va tous mourir » tandis que l’ex captive de Crochet, la jeune femme au don merveilleux, se laissa tomber à genoux en pleurant à chaudes larmes. Un peu de retenu, pensa Facilier, les gens avaient vraiment du mal à contenir leurs émotions. Pleurer des inconnus, très peu pour lui, et même si la lady aurait pu être fort utile par la suite, il n’était pas du genre à s’attacher à qui que ce soit.

- Tu as repris tes esprits ou tu as besoin de soutien pour marcher un peu ?

Tiens, on prenait ENFIN conscience de sa présence irremplaçable dans ce groupe ! Que ce soit le second de Crochet qui lui vienne en aide le dérangea un peu, surtout qu’il portait déjà dans ses bras un précieux fardeau. Pour qui se prenait-il ? Une sorte de héros désuet ? Le nouveau genre que se donnait le matelot énerva un peu le sorcier qui répliqua sèchement :

- Laisse mes esprits où ils sont et repars t’occuper de ton bonnet monsieur Mouche !

À ces mots, une Mulan toujours aussi impassible passa par là, lui tendit le bras et l’aida à se relever. La satisfaction se lisait sur le visage du magicien qui adressa un sourire fier à Mouche, sous-entendant qu’il était, en quelque sorte, le chouchou de la guerrière, la plus précieuse alliée dans ce petit jeu de survis. Facilier profita exagérément de l’épaule bienveillante de la jeune femme, autant économiser ses forces jusqu’au bout, surtout que sa tête lui tournait toujours, et se prépara à avancer quand soudain, Mulan donna l’ordre d’accélérer le pas tout en dégainant son épée. Non, qu’allait-il ENCORE leur arriver ? Se tournant dans la direction de la nouvelle menace, le magicien se positionna aux côtés de la chasseuse de tête, incapable de courir, prêt à en découdre, même ses sortilèges semblaient bien aléatoires dans ce désert.

Facilier fronça des sourcils, la chaleur et le coup  à la tête lui faisaient perdre la raison, il ne pouvait pas concevoir que le danger s’était transformé en ami. Pourtant, Mulan rabaissa son épée et se précipita vers les nouveaux venus. Quatre ! Quatre femmes en piteux états venaient de les rejoindre : une jeune femme blonde venue d’un autre monde qu’il ne connaissait que trop bien, une brunette possédant un capuchon rouge, une autre avec une énorme robe à volant, concurrençant celle que portait la princesse Charlotte le jour de leur rencontre et enfin, une archère rousse…Cette archère rousse !

- Merida ! Lança Facilier en fonçant droit sur « son amie ». Écartant Mulan du passage, il  serra fort la princesse dans ses bras tout en éclatant de rire comme un dément. Il allait s’en sortir ! Les deux seules fois où il avait frôlé la mort, Mulan et Merida étaient auprès de lui, avec les deux réunies, il ne risquait plus rien. Tout en continuant de l’enlacer, le sorcier imaginait déjà un plan pour fuir avec ses deux acolytes et la cracheuse de diamants tout en se débarrassant des autres.

- Hé ma princesse barbare ! Tu es blessée ? En effet, Facilier venait tout juste de remarquer le sang qui imbibait la tenue de Merida et il lui lança un regard inhabituellement soucieux, oubliant quelques secondes le reste du monde autour de lui. Si son archère préférée était blessée alors ses chances se retrouvaient diminuée de moitié…Arf, surtout qu’il faudrait l’abandonner avec les autres et même s’il faisait tout pour l’oublier, il avait encore une dette envers elle.

- Si tu veux Mouche peut te porter ! C'était sans doute la meilleure alternative. Mais à peine eut-il le temps de terminer sa phrase, qu’un grognement sourd s’éleva à plusieurs centaines de mètres derrière les rescapés du nord. Facilier frissonna. Ce cri n’apportait rien de bon et ses peurs  se confirmèrent lorsque l’imposante silhouette d’un ours enragé s’offrit à la vue de tous.

- Nom de…t’as ramené ce truc avec toi ??? Ni une, ni deux, Facilier attrapa les bras des deux guerrières et les tira en avant pour décamper le plus loin d’ici, faisant fie de toutes les autres bonnes femmes qui ne lui serviraient surement à rien. Ils allaient dépasser Charlotte lorsque le magicien cria :

- Mouche, suis nous avec le trésor !!! Il espérait que le pirate serait assez rapide ou qu’il confie au moins Lyana à quelqu’un avant de mourir, c’était vraiment stupide de perdre une telle rentrée d’argent !



© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Sam 29 Juin - 1:53




La fiancée de Frankenstein







Culpabilité, impuissance et rancune

Elle avait vu Victor faire des dizaines et des dizaines de fois. Durant toutes ces années elle avait eu le temps d'apprendre. Elle n'avait eu que ça de mieux à faire d'ailleurs. Elle n'était pas son assistante, loin de là. Le médecin en avait déjà un et cela lui suffisait amplement. Mais Elizabeth avait souvent insisté pour apprendre les rudiments de la médecine et très honnêtement les bandages n'avaient rien de bien sorcier. Mais cette fois-ci tout était bien différent, l'ancienne princesse était bien loin du cabinet de son fiancé et de ses outils perfectionnés. Elle devait faire avec les moyens du bord et sa patiente était dans un piteux état. Et se savoir sous la menace d'un fauve n'arrangeait pas ses affaires. Jamais elle n'avait été aussi tendue face à une intervention aussi bénigne. Ce n'était qu'un bandage, bon sang ! Mais rapidement elle parvint à se rappeler des conseils de Victor et commença donc à compresser la plaie avec le morceau de tissu que lui avait donné Anastasie. La pauvre n'était d'ailleurs plus très jolie à voir. La panique et le fait de se faire voler sa précieuse robe petits bouts par petits bouts avaient fini par anéantir tout espoir en elle. Elle n'était plus qu'un énorme amas de larmes et de sanglots. La jeune blonde ressentit alors une profonde pitié pour elle malgré le fait qu'elle l'ait traitée de souillon quelques instants plus tôt. Elle n'avait pas l'air si mauvaise que cela dans le fond et ne méritait donc pas un tel sort. Comme la plupart des survivants de cet horrible désert.

Mais celle qui lui faisait sans doute le plus de peine c'était cette pauvre jeune femme au chaperon rouge qui paraissait inconsolable. Elizabeth aurait voulu l'aider elle aussi, la consoler du mieux qu'elle pouvait. Mais elle n'en avait pas le temps. Le sang continuait de couler abondamment de la blessure de Marianne, tâchant peu à peu sa chemise de nuit. Mérida, la guerrière aux cheveux de feu vint alors à leur rencontre. Elle avait enfin mis le lion en déroute ce qui soulagea la princesse blonde. Mais l'état de santé de Marianne restait préoccupant et Mérida était sans aucun doute la plus préoccupée de toutes. Un lien puissant semblait lier ces deux-là et Elizabeth ne pouvait s'empêcher de se sentir émue. Elle devait tout mettre en oeuvre pour que tout se termine bien.

« Je vais faire mon possible pour la sauver. » assura Elizabeth avec un faible sourire. C'était tout ce qu'elle pouvait faire.

Soudain, un bruit métallique la sortit de sa concentration. Elle releva subitement la tête et découvrit avec stupeur qu'une cage venait d'apparaître en plein désert, enfermant Clopin et la petite muette. Mais où était-il tombé ? Jamais elle n'avait connu d'endroit aussi étrange et aussi épouvantable. Elle qui vivait désormais au pays des monstres, elle n'aurait jamais pensé dire une telle chose un jour et pourtant. Elle venait à peine de terminer le bandage de Marianne que la princesse était déjà sur ses jambes. Elle voulait à tout prix rejoindre les deux captifs. Elizabeth, toujours très préoccupée par son état l'accompagna, lui servant de béquille autant qu'elle le pouvait. La blessée commença alors à divaguer avant de s'affaisser doucement sur le sol. Avec surprise, la blonde vit arriver de nulle par la jeune fille à la cape qui l'aida à retenir Marianne et à la poser délicatement à terre. A ce moment-là elle remarqua avec effroi que malgré son bandage la plaie continuait de saigner. Mérida prit alors le relais, berçant doucement la princesse entre ses bras. Elizabeth, toujours à leurs côtés, s'effaça quelque peu. Les larmes commençaient à lui serrer la gorge. Marianne ordonna alors à son amie de continuer à marcher vers l'est, reprise aussitôt par le gitan au fond de sa cage qui assura qu'il s'agissait là de leur meilleure chance de survie. Mais l'ancienne princesse ne voulait laisser personne en arrière, cette idée l'insupportait. Soudain, la princesse qui s'était montrée si gentille à son égard quelques instants plus tôt ferma les yeux pour ne plus jamais les rouvrir. Elizabeth tâta son pouls pour découvrir avec une profonde tristesse que Marianne n'était plus. Le chaperon rouge recommença alors à sangloter, assurant que tout était de sa faute. La jeune femme posa alors une main sur son épaule, compatissante.

« Vous n'avez pas à vous accabler. » dit-elle simplement. Mais elle ne pouvait rien dire de plus car à présent c'était elle-même qu'elle voulait accabler. Comment avait-elle pu échouer ? Comment avait-elle pu se croire aussi brillante que Victor, se croire capable de sauver une vie ? Elle avait lamentablement échoué ! Elle avait voulu aider et finalement n'avait fait qu'empirer les choses. En plus de cela, elle avait promis à Mérida de faire son possible et venait de faillir à cette promesse. Elle se détestait. Elle aurait voulu s'excuser auprès de la princesse à la tenue de guerrière mais cela n'aurait servi à rien. Elle préféra donc se murer dans le silence et laissa donc l'autre jeune femme s'occuper de Mérida, c'était ce qu'il y avait de mieux à faire.

Les quatre jeunes femmes encore libre écoutèrent alors les conseils de Clopin et Marianne et continuèrent leur route. La vie de leurs deux autres camarades étaient en jeu. Mais quand elles se retournèrent elles se rendirent compte avec effroi que la cage et le lion avaient disparu, au même titre que les trois silhouettes de leurs acolytes. La mine d'Elizabeth s'assombrit alors un peu plus elle commença à imaginer le pire sur ce qui les attendait. Il ne fallait plus se faire d'illusion, ils allaient finir par mourir, tous autant qu'ils sont. Mais les paroles du chaperon rouge la sortirent momentanément de ses pensées sinistres. De quoi pouvait-elle la remercier, songea tristement la jolie blonde. Mais elle lui adressa tout de même un petit sourire triste.

« Je vous en prie, j'ai fait de mon mieux. Mais...il semblerait que j'ai échoué, j'en suis sincèrement désolée. »

Et, alors qu'elle prononçait ces paroles elle aperçut distinctement cinq silhouettes. Encore quelques pas et elles seraient enfin arrivées ! Le groupe était composé de trois femmes et de deux hommes. Tous avaient des mines particulièrement sombres, les visages étaient marqués. Elizabeth comprit avec effroi qu'eux aussi n'avaient sans doute pas été épargnés. Parmi ce groupe d'inconnus, elle remarqua pourtant un visage qu'elle ne connaissait que trop bien et elle se figea sur place. Revoir Facilier en ses lieux la rendait mal à l'aise. Cet homme l'avait tout de même envoyé faire un tour dans la forêt des zombies pour obtenir elle ne savait quoi de Victor. Elle n'avait jamais aimé Halloweentown mais cette forêt était de loin l'endroit le plus angoissant de ce monde. Elle gardait donc un très mauvais souvenir du sorcier qui l'ignora totalement, à son plus grand plaisir. Il préféra se jeter aux bras de Mérida, visiblement ravi de la voir ici. Le sang d'Elizabeth se glaça un peu plus. Etaient-ils amis ? Elle avait osé faire confiance à une amie de ce fou furieux ? Instinctivement, elle se mit en retrait du groupe, préférant ne pas savoir ce que Mérida et Facilier allaient lui faire subir pour la perte de Marianne. Le sorcier serait bien capable de la perdre une nouvelle fois au milieu de nul part.

Et c'est exactement ce qu'il fit ! Alors qu'un ours gigantesque et abominable venait de faire son apparition, il s'empressa de saisir Mérida et une guerrière asiatique par le bras et de déguerpir le plus vite possible vers la dune que la guerrière avait dit vouloir rejoindre. En découvrant la bête, l'angoisse d'Elizabeth avait gonflé encore d'un cran. Ce monstre semblait bien plus épouvantable que le lion et elle ne voulait même pas imaginer les horreurs qu'il pourrait leur faire subir. Mais lorsqu'elle du faire face à la lâcheté de Facilier son sang ne fit qu'un tour. Elle n'avait pas l'intention de mourir à cause de ce cinglé.

« Espèce de lâche !! » hurla-t-elle à son intention. Puis elle se tourna vers les autres, plus déterminée que jamais à sauver sa peau. La panique se lisait clairement sur son visage mais l'adrénaline la rendait étrangement forte. Non, elle n'avait pas l'intention de mourir aujourd'hui. Pas après tout ce qu'elle avait du subir.

« Il faut les suivre avant que cette horreur n'attaque ! Je ne laisserai pas ce cinglé se jouer de moi une nouvelle fois ! »

Elle commença alors à courir, saisissant quelqu'un par la main pour l'aider. Elle ignorait de qui il pouvait s'agir et elle regretta un temps d'avoir fait cela car ce n'était pas ce qu'on faisait de plus pratique pour courir. Mais elle se refusait d'abandonner qui que ce soit derrière elle. Cela lui avait déjà trop coûté quelques instants plus tôt. Elle se sentait presque aussi détestable que ce lâche de Facilier et jura que cela n'arriverait plus.



© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Mar 2 Juil - 13:56

Mr Sandman, bring me a dream.


▬ Allez viens, il faut continuer... On doit les sauver.

Et c'est ce que Merida avait fait, accompagnée par les trois autres survivantes de son groupe. La rouquine avait abandonné la notion du temps, tellement chamboulée par la perte de Marianne, aussi fut-elle incapable de savoir le nombre de minutes qui s'étaient écoulé entre le moment où la jeune femme au capuchon l'avait remise sur ses pieds et celui où les quatre jeunes femmes avaient atteint le groupe de l'est. L'accueil, d'ailleurs, fut assez particulier. En effet, les demoiselles furent tout d'abord abordées par la pointe brûlante d'une épée puis, lorsque la propriétaire de l'arme reconnut l'archère, elle baissa sa garde pour venir à leur rencontre. Ce geste de méfiance esquissé par Mulan prouvait bien qu'ici aussi le désert n'avait pas été tendre. Rien qu'à voir les mines dépitées de certaines des personnes qui se trouvaient là, on pouvait aisément deviner les drames qui avaient survenu dans cette partie de l'étendue sableuse. La princesse aux cheveux de feu réalisa que, là aussi, elle connaissait tous les individus présents à l'exception d'une jeune femme blonde : Lyana et Mouche, qu'elle avait côtoyés quelques temps sur le bateau de Crochet ; Mulan, avec qui elle avait formé une équipe efficace de chasseurs de prime pendant un moment... Il semblait y avoir un cinquième membre à ce groupe mais Merida ne put pas le voir directement, sa vue obstruée par les autres personnes autour d'elle.

▬ Vous êtes arrivées à temps, nous partions vers la dune. Ça va aller ?

La guerrière aux yeux bridés avait posé sa main sur l'épaule de la rouquine, et aussitôt cette dernière sentait les larmes lui monter aux yeux pour la énième fois depuis la mort de sa cousine. On ne pouvait pas vraiment dire qu'elle allait bien, loin de là, et pourtant l'archère devait puiser au plus profond d'elle-même pour trouver la force de rester positive tant tout ce dont elle aspirait c'était rejoindre la princesse de Nottingham, quel que fût le lieu où elle se trouvait désormais. Inspirant profondément, elle laissa une petite voix à demi enrouée passer la barrière de ses lèvres pour répondre à Mulan :

▬ Oui... Je...

Son murmure fut interrompu, évitant ainsi à Merida de proférer un autre mensonge concernant son état. Intérieurement, elle fut reconnaissante à la voix qui venait de scander son nom tellement fort qu'elle en avait sursauté... Et quelle voix !

▬ Merida !

Déboulant de nulle part, Facilier poussa tout le monde pour se précipiter vers la rouquine. Ainsi, c'était lui le cinquième membre de leur groupe ! Il la prit dans ses bras sans aucune forme de cérémonie et se mit à rire pour des raisons qui demeuraient inconnues à l'archère. Cet élan de réconfort suffit cependant à anéantir la petite carapace qu'elle avait essayé de se forger en route et elle fondit en larmes sur l'épaule du magicien. Étrangement, l'arnaqueur était originaire de son royaume mais elle ne l'avait rencontré qu'à bord du bateau pirate. D'ailleurs, c'était grâce à lui qu'elle avait réussi à partir avant que Crochet ne comprenne qu'elle l'avait dupé, et plusieurs semaines avaient passé avant que leurs routes ne se séparent à nouveau. Retrouver quelqu'un de chez elle, ou presque, avait un côté rassurant dans cet effrayant décor et Merida se sentait un peu plus légère. Oh, bien sûr, elle connaissait un minimum Facilier, ses activités frauduleuses, son individualisme... Mais l'insouciance de la princesse suffisait à compenser tous ces défauts pour le considérer comme un ami, ou au moins quelque chose approchant.

▬ Hé ma princesse barbare ! Tu es blessée ?

Le sorcier vaudou s'était un peu écarté et avait repéré les taches sur la tenue de la rouquine. Attribuant son regard soucieux à rien d'autre que de l'inquiétude pour sa santé, la princesse fugueuse balbutia quelques mots pour le rassurer, même si sa gorge se noua à nouveau lorsqu'elle essaya de lui expliquer la provenance du sang et les mots refusèrent de sortir.

▬ C'était tellement horrible !

Pleurant à nouveau, elle revint se blottir contre Facilier qui n'avait rien demandé. Si seulement elle savait qu'il n'avait eut aucune intension de la consoler, que son geste premier avait en réalité été l'expression de son égoïsme... Sans doute aurait-elle redoublé d'efforts pour rester digne ! Mais le fait était qu'elle ignorait tout des pensées tordues du sorcier et qu'elle avait vraiment besoin de pleurer à cet instant. Tant pis pour les plans de Facilier !

▬ Si tu veux Mouche peut te porter !

Mouche, la porter ? Merida fronça le nez. Relevant la tête pour observer le sorcier avec incrédulité, elle n'eut cependant pas le temps de lui demander pourquoi il émettait une hypothèse aussi saugrenue qu'un grognement terrible retentit dans son dos. Aussitôt, tous les muscles de l'aventurière se tendirent et ses sens se mirent en alerte. Si le rugissement du lion avaient eu moins d'impact sur elle, c'était qu'elle était beaucoup moins familière avec les félins qu'avec l'animal dont elle venait de reconnaître le grognement.

▬ Non...

Elle avait murmuré ce mot sur un ton d'incrédulité, c'était impossible... Sa main se posa sur son arc et, tout en effectuant une rotation sur ses talons pour se retrouver face à la bête, elle dégaina son arme et y encocha une flèche. Elle grimaça légèrement en se rendant compte que plus de la moitié de son carquois était vide à cause de ce satané lion mais ce qui la déstabilisa réellement fut la taille du monstre qui menaçait le groupe. Mor'Du. Ou, plutôt, une version plus terrible de l'ours : plus gros, plus grand, plus effrayant.

▬ Nom de… T’as ramené ce truc avec toi ???

La rouquine n'eut pas le temps de réagir qu'elle fut violemment tirée vers la dune, dans la direction opposée à l'ours, par un Facilier affolé ! Mais qu'est-ce qu'il lui prenait ?! Une chance qu'elle n'avait pas lâché son arc sous l'impulsion du moment, mais on ne pouvait pas en dire autant de la flèche qu'elle avait pointée sur l'ours et qui gisait à présent sur le sable, à l'endroit où elle se trouvait quelques instants plus tôt. Encore une de perdue... Elle put voir que Mulan avait subi le même sort qu'elle mais il lui fallut encore quelques mètres de course avant de réaliser vraiment ce qu'il se passait. Aussitôt, elle s'arrêta net de courir, stoppant de force les deux autres.

▬ Ça suffit, arrête toi Nathanael !

Se dégageant de l'étreinte du sorcier, elle lui lança un regard plein de reproches : il savait pourtant plus que tous les autres qu'elle ne se défilait jamais face à un combat, et surtout pas face à Mor'Du ! Reportant son attention sur l'ours, elle serra la mâchoire. Les autres membres du groupe couraient dans leur direction, l'animal à leurs trousses. La dune n'était plus très loin, sans doutes aurait-ils l'occasion d'y parvenir rapidement en maintenant l'allure mais la rouquine n'était pas dupe concernant son destin. Quelque chose lui disait que la bête était là pour elle, de la même manière que lion était venu pour Marianne... Qui d'autre connaissait Mor'Du, ici ? Personne ! Les mains tremblantes, elle encocha une nouvelle flèche à son arc et se tint prête à viser l'ours lorsqu'il se rapprocherait. Elle ne voulait pas le montrer mais elle était terrorisée. Certains signes ne trompaient pas : les sueurs froides le long de son corset dans son dos, ses mains tremblantes, sa bouche pâteuse... Merida avait bien du mal à se concentrer pour chasser les images de sa cousine se faisant attaquer par le fauve, son inconscient allant même jusqu'à imaginer ce que les mâchoires démesurées de cet ours s'apprêtaient à faire sur son propre corps.

▬ Mulan, tu devrais continuer à avancer... Les autres ne pourront pas y arriver sans toi. Je... Je vous rejoindrai après !

Elle avait fait son possible pour masquer les tremblements dans sa voix, bien que son ton restait intransigeant : il était inutile d'augmenter le nombre de victimes alors que l'ours n'en avait pas vraiment après eux... Elle refusait de voir l'histoire de Marianne se répéter ! Ainsi, lorsque le reste du groupe parvint à leur hauteur, Mulan les entraîna tous avec elle vers la dune. La rouquine se retrouvait seule avec son arc, une poignée de flèches et un Mor'Du géant à affronter. Elle se sentait désemparée mais s'interdisait de bouger. L'ours était presque arrivé à leur hauteur lorsque la princesse entendit des pas derrière elle. À la fois contrariée et heureuse de constater que quelqu'un refusait de la laisser seule, elle s'autorisa un léger coup d’œil sur le côté pour voir de qui il s'agissait quand la personne parvint à sa hauteur. Un petit sourire vint animer ses traits lorsqu'elle le reconnut.

▬ Tu n'aurais pas un sortilège ou une potion pour le faire rapetisser ?

Facilier. Certainement à la surprise générale, il était celui qui avait fait le chemin inverse pour aider Merida à affronter Mor'Du. Le sorcier était imprévisible et égocentrique ? C'était décidément un sujet sur lequel la rouquine était l'une des rares personnes à pouvoir contester...


(c) sweet.lips

Revenir en haut Aller en bas

avatar

The Fairytale Book
Bouquin Chieur ೨ Voix de la sagesse

✒ Curse :
275


MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Mar 2 Juil - 14:18


Darkness unleashed !

೨ Méfiez-vous du désert...
Mor'Du ne tarde pas à arriver à hauteur de Merida et Facilier. Le peu de flèches qu'il reste à la rouquine et la magie diminuée du sorcier ne suffisent malheureusement pas à vaincre l'animal et les deux retardataires du groupe finissent par se faire dévorer par la bête. Peu de temps après ce festin, l'ours disparaît du paysage...

Si vous êtes le mort du jour, vous pouvez décider de faire un dernier RP pour raconter votre fin tragique ou simplement laisser l'intrigue suivre son cours sans vous.

© Macha
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Jeu 4 Juil - 13:16

Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now ?
Lyana
Les yeux rivés sur l'endroit où son amie Esméralda venait de disparaître, Lyana ne se sentait pas la force de se relever. Elle ne fit plus du tout attention aux autres membres du groupe autour d'elle, et encore moins aux cris de la demoiselle blonde qui était devenue complétement hystérique. De toute manière, elle avait la sensation que, quoiqu'ils fassent, ils finiraient par périr tôt ou tard de la façon la plus horrible qui soit. D'ordinaire, la princesse n'était pas de nature si pessimiste mais l'étrange atmosphère qui planait dans ce désert tirait son moral vers le bas, et elle avait sans doute touché le fond en voyant la gitane périr sous ses yeux.

Soudain, la faisant tressaillir, la jeune femme sentit une main se glisser dans son dos, et une autre sous ses jambes, avant de se sentir décoller du sol brûlant. Bien qu'elle comprit qu'elle se faisait porter par Mouche, elle lui jeta un bref coup d’œil avant de reporter son regard sur le sable noir, les yeux voilés. La voix du pirate finit par la tirer de sa torpeur en lui conseillant de ne pas trop pleurer afin d'éviter la déshydratation. Lyana allait lui répondre que, au point où ils en étaient, cela lui importait peu, mais lorsqu'il ajouta qu'il ne voulait pas qu'elle suive les deux infortunées dans la mort, elle ravala ses paroles. Apparemment, Mouche était déterminé à ce qu'ils atteignent la dune. Il se donnait beaucoup de mal pour que Lyana survivre - il suffisait de voir comment il l'avait retenu alors qu'elle voulait secourir Esméralda - et la princesse ne pouvait pas lui annoncer qu'elle abandonnait. Inspirant à fond, la jeune femme essuya ses larmes d'un revers de main, mais d'autres larmes intarissables vinrent inonder ses joues. Les traits marqués par cette mort et la gorge nouée, elle murmura : "D'accord... Je vais essayer..." Cependant, l'image de la gitane périssant dans les flammes était tellement bien ancrée dans son esprit qu'elle doutait d'y arriver...

Soudain, la guerrière asiatique lança un avertissement. Lyana tourna aussitôt la tête vers l'endroit que la jeune femme observait, se demandant quel autre malheur allait encore leur tomber dessus. Mais, loin d'être un grand danger, se furent les silhouettes de quatre jeunes femmes qui se dessinèrent devant eux. Parmi elles, la princesse reconnut la crinière rousse de Merida qui avait fait un bref séjour sur le bateau du Capitaine Crochet. Elle haussa les sourcils de surprise en voyant Facilier foncer vers l'archère en écartant la guerrière au passage sans plus de cérémonie. Elle ne l'avait jamais vu réagir de la sorte face à quelqu'un.

Un grondement sourd et menaçant mit fin à ces charmantes retrouvailles. Horrifiée, Lyana aperçut un ours gigantesque juste derrière Facilier et Merida. Une sueur froide parcourut son dos à la vue de cet animal menaçant. Preuve de son immense courage, le pseudo-magicien prit vite la poudre d'escampette, embarquant les deux guerrières dans son sillage. La princesse jeta un regard assassin à Facilier qui venait de la surnommer "trésor", tandis qu'une des nouvelles venues le traitait de lâche. Il avait le don pour se faire apprécier des gens celui-là... Mais ce n'était guère le moment de songer à cela puisque la bête n'allait pas tarder à leur foncer dessus. Suivant le conseil de celle qui venait de vociférer après Facilier, Lyana, soudain beaucoup plus énergique, se libéra des bras de Mouche pour à nouveau avoir les pieds sur le sol. Malgré sa tristesse toujours bien présente, une soudain poussée d'adrénaline la poussa à vite prendre la fuite elle aussi. Saisissant la main de Mouche, la princesse se mit à courir à la suite des autres.

La terreur faisait littéralement pousser des ailes à la jeune femme qui, malgré le sable brûlant qui ne facilitait pas la marche, courrait plus vite qu'elle n'avait jamais couru, sachant que l'ours n'était pas loin derrière eux. Elle tenait fermement la main de Mouche dans la sienne, bien décidée à ne pas se séparer de lui : elle avait bien vu ce qui arrivait dès que certains membres du groupe faisaient bande à part. Devant elle, Merida s'arrêta net et échangea quelques mots avec Mulan. Lorsque Lyana et les autres arrivèrent à leur hauteur, la guerrière asiatique mena la cadence tandis que la rouquine restait sur place, son arc en main. Avait-elle vraiment l'intention de combattre cette bête ? La princesse ne s'arrêta pas pour le vérifier puisque Mulan les inciter à accélérer.

Après avoir parcourut plusieurs mètres, Lyana lança un regard en arrière vers Merida et Facilier qui avait rejoint l'archère. Son regard se posa sur eux à l'instant où l'ours arrivait à leur hauteur. Horrifiée, la princesse ne put retenir un cri lorsqu'elle vit l'animal se jeter sur la guerrière et le pseudo-magicien et, dans les instants qui suivirent, les cadavres des deux jeunes gens gisaient sur le sable, près de l'ours qui s'atteler déjà à les dévorer. Lyana détourna aussitôt les yeux, ne souhaitant pas assister à ce macabre festin. Après quelques minutes, la jeune femme osa un nouveau regard vers les infortunés et fut stupéfaite de ne plus voir la moindre trace de Merida, Facilier ou même de l'ours. L'animal s'était évaporé. "Il a disparu." Lança-t-elle en ralentissant l'allure, cependant que trois roses rouges franchissaient la barrière de ses lèvres.

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

The Fairytale Book
Bouquin Chieur ೨ Voix de la sagesse

✒ Curse :
275


MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Ven 5 Juil - 11:13


Darkness unleashed !

೨ L'aventure de l'Est s'achève !
Lyana, Mr Mouche, la Fiancée de Frankenstein, Red, Mulan, Charlotte et Anastasie sont arrivés à la dune ! Ce RP est désormais clos et les survivants de ce groupe doivent continuer l'aventure en postant dans le RP principal, déverrouillé depuis l'arrivée du groupe du sud au pied de l'étrange montagne de sable noir.

Si vous voulez RP votre mort et que vous n'en avez pas eu l'occasion avant la clôture du topic, écrivez votre message puis prenez contact avec un admin qui déverrouillera le sujet le temps pour vous de poster votre réponse !

© Macha
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Mar 23 Juil - 16:37




Dr. Facilier









C'est la Moooooooort !

Un ours géant….Ils étaient tous coursé par un ours d’au moins 30 pieds de haut, un ours enragé qui semblait tout à fait à l’aise avec l’idée de ne faire qu’une seule bouchée du petit groupe. Facilier prit donc ses jambes à son cou, emportant ses deux guerrières préférées avec lui. Ainsi, il assurait sa propre survie, il gardait saines et sauves ses meilleures cartes pour les distribuer plus tard. Les éléments les plus faibles de la procession serviraient d’en-cas à la bête, il fallait bien qu’ils servent à quelque chose et dans ce désert, la loi du plus fort s’appliquait naturellement. Derrière lui, il entendit une voix familière l’injurier. Lui un lâche ? Étrange, il ne voyait pas les choses ainsi, sacrifier des éléments inutiles au profit de sa propre vie semblait tout à fait cohérent avec sa philosophie du « tous pour un, tous pour moi » !
Cette chère Elisabeth était définitivement bien ennuyeuse et il ne regrettait pas une seule seconde de l’avoir laissée en arrière, seule face à son destin. Pourtant, alors qu’il entraînait toujours ses précieuses guerrières avec lui, l’une d’entre elle, la plus farouche, bien évidemment, stoppa net leur progression. La princesse Merida lui lança un regard noir qui en disait long sur ce qu’elle pensait du sorcier et de son attitude égoïste.

▬ Ça suffit, arrête toi Nathanael !

Ces grands yeux bleus déterminés, fous de désespoir, encore rougis des larmes versées et cette mâchoire, serrée, résignée…Oh non ! Voilà qu’elle présentait tous les symptômes de l’héroïsme, de la noblesse du cœur, du sacrifice, et avant même qu’elle n’ait ouvert la bouche pour souffler ses directives, Facilier savait pertinemment ce qu’elle allait dire et quelque chose en lui ne supportait pas l’idée.

▬ Mulan, tu devrais continuer à avancer... Les autres ne pourront pas y arriver sans toi. Je... Je vous rejoindrai après !

Facilier grimaça en l’entendant, quelle mauvaise menteuse elle faisait ! Merida savait pertinemment qu’elle ne s’en sortirait pas vivante ! Si elle restait derrière eux, c’était simplement pour servir d’appât et ralentir la progression du monstre ! Comment pouvait-elle être si ingrate et réduire ainsi ses chances de survie ? Comment allait-il faire avec une seule carte en main lui maintenant ? Il n’eut pas réellement le temps de réfléchir aux moyens  dont il pouvait user pour retenir Mérida que déjà Mulan l’entraîna en avant au pas de course, bien décidée à guider le petit groupe jusqu’à la dune. Si Facilier se laissa faire au début, une voix étrange et inconnue lui chuchota une bien détestable idée à l’oreille qui ébranla sesp lus profondes convictions. Cette voix ! Il se surprit à penser qu’il s’agissait de la sienne…Comme une sorte de…conscience ? Même s’il faisait tout pour l’ignorer, son malaise augmenta au fur et à mesure que ses pas se succédaient et rallongeaient la distance qui le séparait de la princesse rousse.

*Non, non…Comme si j’allais risquer ma peau pour elle !*
*Oui, c’est sûr, ce n’est pas comme si elle ne l’avait jamais risqué pour toi !*

Décidément, cette voix n’avait rien en commun avec celle de son frère et c’était bien la première fois qu’elle exerçait son pouvoir sur un homme sans cœur ni principe tel que lui. Il la détestait déjà ! Son emprise fut telle qu’il n’arrivait même plus à songer à sauver sa peau, s’enfonçant misérablement dans le sable à chaque pas, accablé d’un nouveau mal, celui de la culpabilité.

- Que les esprits m’emportent ! S’exclama-t’il brutalement avant de lâcher la main de Mulan et de faire demi-tour aussi sec. Il se pensait plus à rien, ses sourcils se froncèrent férocement. Il la détestait ! Il ne pouvait plus vivre sans payer sa dette envers celle qui avait rallongé sa vie à maintes reprises. Tss…Voilà qu’il s’adonnait aux nobles intentions ! S’il continuait dans cette voie, on le comparera bientôt à cette carpette de Monsieur Mouche !
Dépassant un à un les retardataires qui se hâtaient dans le sens contraire, il préféra les ignorer royalement même s’il les imaginait déjà admirer sa force et son courage. Peut-être écrirait-on un jour une ode en sa mémoire : « L’incroyable sorcier Facilier qui se précipita face à la bête, faisant fi du danger et qui mourut bravement dans un dernier élan de facétie », un peu plus et il en aurait eu la larme à l’œil s’il ne venait pas de réaliser que pour écrire ceci, il fallait qu’il meurt. D’un seul coup ses pas se firent moins décidés, la peur s’empara peu à peu de son ventre...Hélas, il était trop tard pour reculer, il se tenait déjà aux côtés de Mérida qui lui jeta un bref coup d’œil avant de sourire, visiblement soulagée. Étrange, lui ne l’était pas ! Pourquoi faisait-il ça déjà ?

*Une dette est une dette*
*Chut là haut !*

Un grognement sourd interrompit ses cogitations intérieures, la monstruosité poilue n’était plus très loin elle non plus, et sa vision cauchemardesque fit éclater de rire Facilier. Un rire nerveux bien entendu, comme une échappatoire au triste destin qui les attendait ! Pfff…au point où il en était, autant faire semblant d’être digne !

▬ Tu n'aurais pas un sortilège ou une potion pour le faire rapetisser ? Demanda sa barbare rousse sans grande conviction.

- Non, malheureusement ! De toute façon nous allons mourir Merida, je veux qu’il ait la mâchoire la plus grosse possible et qu’il me tue rapidement ! Je ne suis pas assez preux pour agoniser tel un stupide chevalier qui prononcera ses derniers mots plein de sagesse… Se surprenant tout seul par ce discours tout comme par le ton étrangement blasé dont il avait usé pour le prononcer, il croisa rapidement le regard de sa compagne avant de détourner la tête comme si de rien n’était, laissant le silence s’installer entre eux. Facilier semblait néanmoins plus lucide que jamais quant au sort funeste qui les attendait.

L’ours géant, de son côté, n’attendit pas une réponse de l’archère et se rua dans leur direction. À peine quelques mètres les séparaient. L’heure était grave ! Facilier souffla profondément, il s’avança d’un pas et leva ses mains en l’air dans la direction du monstre sans le perdre du regard. Il prononça alors quelques formules inconnues des profanes de la magie vaudou. De faibles éclairs bleutés vinrent alors titiller la bête qui grogna de plus belle, décuplant sa rage. Le sorcier grogna également d’énervement, trahissant sa colère envers ce désert qui le privait de ses pouvoirs les plus puissants et son envie de déguerpir loin d’ici.
Ne se laissant pas décourager, il prononça une nouvelle fois la formule avec plus de hâte et d’acharnement, le regard noir et concentré sur sa cible. Quelques flèches ricochèrent entre temps sur l’épaisse fourrure de l’animal avant que l’une d’entre elles ne vienne se planter prés de son cou, signe que Merida ne lambinait pas de son côté non plus. Son nouveau sortilège marcha mieux que le premier et la décharge électrique mit en déroute la bestiole gigantesque. Profitant de ce faible laps de temps, Facilier se mit à courir vers l’arrière, hurlant ces quelques mots à Merida.

- Retiens le, deux secondes ! C’était la durée minimum qu'il s'accordait pour faire la dernière chose qu’il lui restait à faire. La force du désespoir guidait ses jambes. S’arrêtant à quelques pas de là, il se jeta au sol et traça rapidement quelques symboles étranges, formant une sorte de cercle dans le sable noir. Il murmura à la hâte des mots sans sens précis dans une langue inconnue, son cœur battait à toute vitesse, martelant ses pauvres tempes. Les cris de l’ours retentirent une nouvelle fois mais à peine Facilier eu t’il le temps de se redresser sur ses deux pieds qu’il vit une énorme patte battre l’air avant de s’écraser sur son archère héroïque.

- PRINCESSE MERIDA !

Le sorcier hurla son nom avant de se rapprocher d’elle, gisant sur le sol. Dans le feu de l’action, sans prendre le temps de réfléchir à ses actes, Nathanael sortit le poignard qu’il conservait dans l’une de ses bottes et vint le planter dans le cou du monstre qui allait s’acharner sur le corps de la jeune femme. Ce geste lui valut un spectaculaire coup de griffes qui l’assomma quelque peu, le faisant voltiger telle une poupée de chiffon. Le sorcier poussa un cri de douleur, avant de battre des paupières, l’air hagard mais reprit très vite ses esprits en voyant la bête se dirigeant à nouveau vers Mérida. Une douleur poignante lui saisit le thorax associée à une colère bouillonnante. Cette fois-ci le sortilège qu’il relança à la créature fut deux plus puissant et la fit trébucher en gémissant. Facilier eu juste le temps de se saisir du bras ensanglanté de sa guerrière pour la traîner jusqu’au cercle de protection qu’il avait tracé. Là, épuisé, il se laissa tomber à ses côtés…Le gout du sang dans sa bouche lui fit comprendre qu’il était bien plus blessé qu’il ne le croyait. Ses yeux rencontrèrent ceux immensément bleus de Mérida. Et l'horreur laissa place au calme, comme si plus rien n'avait d'importance à présent. Une profonde sérénité les saisit et lentement, usant de ses dernières forces, la princesse prit la main du magicien comme si c'était le chose la plus naturelle du monde, la dernière chose qu'il restait à faire.

Mourir à deux…Quitte à choisir, autant que ce soit avec elle…Ce n’était pas tous les jours que l’on baignait dans du sang royal. Cette pensée lui fit esquisser un sourire. Le cynisme ça ne se perdait jamais, pas même à l’heure de sa propre mort !
Il en était fini de sa quête insensée, de ses rêves de richesse infinie, les esprits s'occuperaient avec plaisir de sa pauvre âme en perdition, tout n'avait plus grande importance, sa dette serait payée...Au moins, il aurait gagné une certaine dignité là où d'autres se seraient effondrés.
L’ours légendaire arriva à leur hauteur et fonça dans la faible barrière magique qui les enveloppait, stoppant son avancé macabre. Elle ne résisterait pas longtemps et déjà la fatigue d’un sommeil sans retour brouillait la vue du magicien.

- Adieu ma barbare rousse ! On s’est bien amusés…Murmura-t’il simplement sans la quitter du regard.

Dans un hurlement de rage, la barrière céda.



© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   Sam 27 Juil - 1:43

Mr Sandman, bring me a dream.


À peine Facilier l'avait-il rejointe qu'un grognement à glacer le sang retentit. Étrangement, la réaction du sorcier fut un grand éclat de rire, ce qui fit froncer les sourcils de Merida. Elle lui lança un regard surpris, prise au dépourvu par cette réaction incompréhensible. Préférant ne pas demander d'explications sur le sujet, elle l'interrogea plutôt sur ses capacités magiques, juste au cas où...

▬ Non, malheureusement ! De toute façon nous allons mourir Merida, je veux qu’il ait la mâchoire la plus grosse possible et qu’il me tue rapidement ! Je ne suis pas assez preux pour agoniser tel un stupide chevalier qui prononcera ses derniers mots plein de sagesse…

Si la rouquine s'attendait à la première partie de sa réponse, le petit discours qui suivit était loin de correspondre à ce qu'elle aurait pensé entendre de la bouche de Facilier. Lui qui avait toujours possédé cette étincelle insolente qui avait permis sa survie à de nombreuses reprises semblait, à présent, bien fataliste... La princesse poussa un profond soupir, elle savait qu'elle n'avait aucune chance de s'en sortir mais, entre y penser ou l'entendre de la bouche d'un tiers, il y avait une sacrée différence ! La boule au ventre, elle croisa le regard du sorcier mais ce dernier détourna rapidement la tête. Regrettait-il ses paroles ou avait-il autant de mal qu'elle à en réaliser la justesse ? Sans doute ne vivraient-ils pas assez longtemps pour que la jeune femme aux cheveux de feu puisse répondre à cette question...

▬ Bon, eh bien... Je suppose que l'on va devoir improviser...

Un faible sourire vint animer ses traits, bien que ce rictus fut plus amer qu'autre chose. Reportant son attention sur l'ours, ses traits se figèrent avant de se transformer en grimace. Le Mor'Du qu'elle connaissait était bien plus petit et déjà redoutablement hors normes pour un animal de son espèce, celui qui lui faisait face était tellement pire qu'elle ne savait même pas par où commencer pour le mettre en déroute ! Comme ayant perçu sa détresse, la bête choisit précisément cet instant pour foncer droit sur eux. Facilier fit alors un pas en avant et jeta un sort sur le monstre, mais sa magie n'avait visiblement pas autant d'effet que dans leur monde puisque le maléfice ne réussit qu'à énerver d'autant plus leur adversaire. Tandis que le sorcier, agacé par cet échec, s'apprêtait à réitérer l'envoûtement, la princesse réalisa alors qu'elle n'était pas aussi démunie que sa peur de l'ours l'incitait à croire. Aussitôt, elle se saisit de son arc et encocha une première flèche. Le projectile ricocha sur l'épaisse fourrure de l'animal et la demoiselle aux cheveux de feu eut un peu de mal pour faire taire ses angoisses devant un résultat si dérisoire pour le mettre en joue une nouvelle fois, puis encore une, et encore une, toutes sans réel effet.

Heureusement pour les deux acolytes, Nathanael eut plus de chance avec sa seconde tentative : la créature était sonnée et titubait légèrement. Le sorcier avait visiblement un plan puisqu'il profita de la déroute de leur ennemi pour se diriger en vitesse vers un autre endroit du désert tout en criant à Merida ses instructions.

▬ Retiens le, deux secondes !

La princesse hocha la tête en signe d'approbation. Il y avait, évidemment, un risque pour que Facilier soit en réalité en train de prendre la fuite une bonne fois pour toute mais, pour une raison inexpliquée, la rouquine avait confiance en lui et attribuait son recul à un plan d'attaque. Essayant de se concentrer de nouveau sur sa cible, elle ne regarda même pas ce que faisait son ami. Fouillant une nouvelle fois dans son carquois, la jeune femme constata avec effroi qu'il ne lui restait plus que deux flèches, dont celle qu'elle encocha. Bien sûr, ce projectile n'avait toujours pas réussi à pénétrer l'épaisse fourrure de Mor'Du et ce dernier avait à présent repris ses esprits. L'archère sentait son souffle se saccader au fur et à mesure que l'ours s'approchait d'elle et pourtant elle ne recula pas d'un centimètre.

Merida avait, elle aussi, trouvé un plan. Il ne pouvait y avoir qu'une seule explication quant au fait que ses assauts restaient imperceptibles pour l'animal : il était trop loin. Aussi ne vit-elle qu'une unique solution pour y remédier... Attendre que son pire cauchemar se trouve le plus près possible d'elle pour passer à l'attaque. D'une main tremblante, elle alla chercher sa dernière flèche et employa les secondes qui suivirent à faire le vide dans son esprit, les yeux fermés. Lorsqu'elle les rouvrit, l'ours n'était plus qu'à quelques mètres... Alors elle tira. Cette fois-ci, la pointe métallique vint se loger dans le flan gauche de l'animal lui arrachant un grognement assourdissant de douleur. Le problème, c'était qu'elle était à présent à la merci d'un Mor'Du blessé et fou de rage. Le coup de patte qu'il lui asséna en fut la preuve la plus saisissante.

▬ PRINCESSE MERIDA !

Le cri de Facilier lui avait paru comme embrumé et sa chute comme ralentie. Soudainement plus faible que jamais, Merida n'avait même plus la force de tenir son arc, et l'arme tomba à quelques centimètres de sa main, sur le sable noir. Elle aussi était étendue sur le sol granuleux, désormais, mais elle était bien incapable de se rappeler comment elle en était arrivée là... Une silhouette démesurée se penchait sur elle, aussi noire que ce désert. Le grognement de l'ours était calme, comme s'il savait qu'il avait gagné, comme si la vie qui s'échappait du corps de Merida apaisait sa colère. Bientôt, son haleine putride envahit l'air de la demoiselle, ses crocs scintillaient dans l'étrange environnement qui servirait de théâtre au trépas de la princesse. Tout était paisible à ses yeux, jusqu'à ce que Facilier entre en scène. À ce moment-là, les événements s'enchaînèrent un peu trop rapidement pour que la spectatrice impuissante qu'elle était devenue n'en saisisse tous les enjeux. Elle perçut le poignard qu s'enfonçait dans le cou de l'ours et, chose curieuse, elle se surprit à avoir mal pour lui. Après cela, la masse noire esquissa un geste qui fit disparaître Nathanael de son champ de vision. Quelques secondes passèrent, durant lesquelles les choses reprirent l'ordre qu'elles possédaient avant l'intervention du sorcier : l'ours prêt à achever son œuvre. Puis, contre toute attente, un éclair bleu vint illuminer le ciel noir du désert, et Mor'Du disparut lui aussi de la vue de la princesse à l'agonie, dans un gémissement sonore.

À cet instant, la rouquine se sentit tirée en arrière, et l'emprise faite sur son bras lui indiqua qu'il s'agissait de l'acte d'un être humain. Elle ne savait pas vraiment où elle avait été atteinte par l'attaque de l'ours, elle sentait juste que ses forces s'amoindrissaient doucement et que son sang humidifiait une grande partie de ses vêtements. Facilier finit par arrêter de la traîner sur le sable pour venir s'installer contre elle. Leur regards se croisèrent et Merida perçut l'étincelle insolente dans les yeux du sorcier, ce qui la fit doucement sourire. Il semblait très agité, alors qu'elle n'était que calme, attendant simplement le moment où ses paupières se feraient trop lourdes pour rester ouvertes. Respirant lentement, elle sentit son compagnon changer subitement d'attitude pour devenir paisible, à son tour. Doucement, la rouquine lui sourit et lui prit la main. Il était revenu pour l'aider, il restait à ses côtés des les derniers instants, jamais elle ne pourrait exprimer la gratitude qu'elle ressentait à son égard. Nathanael sourit à son tour et la princesse ne voulait plus jamais détourner les yeux de son visage ridiculement séduisant.

L'ours revint à la charge mais c'était à peine si Merida le remarquait. Elle ne comprenait pas pourquoi l'animal ne parvenait pas à les rejoindre, n'ayant pas remarqué la barrière magique que le sorcier avait invoquée. Elle ne s'inquiétait plus, de toute manière Mor'Du parviendrait tôt ou tard à atteindre son but, c'était certain. Les deux mourants ne lui accordaient aucun regard, même lorsque la protection enchantée commença à se craqueler.

▬ Adieu ma barbare rousse ! On s’est bien amusés…

La voix du magicien n'était plus qu'un murmure mais cette ultime réplique fit sourire la princesse. S'amuser, combattre un ours jusqu'à la mort, quelle différence ? Facilier avait une façon tellement particulière de voir les choses, il demeurait surprenant même dans ces derniers instants.

▬ Au revoir, Nathanael, ne fais pas trop de bêtises, où que t...

La fin de sa phrase se perdit dans le fracas de l'ours franchissant la protection magique. Fou de rage, l'animal fondit aussitôt sur eux, faisant taire ne bonne fois pour toutes les faibles battements de cœur de la rouquine.

(c) sweet.lips

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intrigue bonus ೨ Est du nuage.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue bonus ೨ Est du nuage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Intrigue bonus ೨ Ouest du nuage.
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» 2# Entrainement de Nuage de Framboise [A votre avis !]
» Entrainement de Nuage de Nenuphar n°1
» 2ème entraînement de Nuage Capricieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Intrigues-