Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 Stay the night {Owen & Rebecca}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Stay the night {Owen & Rebecca}   Jeu 21 Mar - 0:25





Rebecca & Owen

I'm just a little bit caught in the middle, life is a maze and love is a riddle








Stay the night

Le bruit discret de la clochette résonna lorsque Rebecca ouvrit la porte du Granny's. Elle fit un signe de main à Ruby et quitta enfin le diner, soulagée de ne pas faire la fermeture. La journée avait été longue, elle avait fait l'ouverture et le début du coup de feu de midi avant que la jeune Granny ne la remplace et était revenue pour le service du soir. La brunette n'aimait pas vraiment travailler le matin. Si elle devait se lever aux petites heures, que ce soit au moins pour toute la journée et enchaîner avec un jour de repos au lieu de faire deux jours aux heures éparpillées. Mais la patronne tenait sa maison d'une main de fer et ne cédait à aucune plaintes, pas même à celles de sa propre petite fille alors Becky n'avait aucune chance de lui faire changer le planning. Enfin, elle devait se concentrer sur les bons côtés : elle pourrait dormir le lendemain matin ! Et elle savait d'avance que cela augurait une soirée jeu vidéo ce qui tombait bien puisque Walgrim lui devait une revanche.

La jeune femme se mit alors en route vers la résidence Dreamy où elle vivait avec sa cousine et ses amis. Le temps était gris et nul doute qu'il se mettrait très rapidement à pleuvoir sur Storybrooke. Tant mieux, elle apprécierait d'autant plus la chaleur de son appartement et le confort des couvertures. Un vent frais s'engouffra dans l'épaisse chevelure de l'ancienne poupée de son dont le visage se trouvait fouetté par quelques mèches folles. Becca resserra son manteau autour d'elle et renfonça sa tête dans ses épaules pour se protéger un peu plus du froid hivernal. Lorsque enfin elle arriva devant la porte d'entrée du bâtiment, elle s'empressa de la déverrouiller afin de s'engouffrer dans le lobby et finalement entra dans l'appartement qu'elle partageait avec Emilia.

Aussitôt une légère grimace apparut sur son visage. Quel foutoir ! Personne n'aurait pu deviner qu'il s'agissait bien de deux femmes qui vivaient là tant l'on aurait dit une garçonnière. A dire vrai, c'était probablement plus de sa faute que celle de sa cousine, mais Rebecca n'était pas pressée de ranger pour autant. Un soupir se laissa entendre, et la brunette entreprit de débarrasser au moins la pièce principale – son bureau comme elle l'appelait – afin de ne pas avoir à le faire le soir même. Une dizaine de minutes plus tard elle récupéra son mug Handsome Devil et sortit de l'appartement, traversa le couloir et passa la porte d'en face sans la moindre hésitation. A cette heure-ci il devait au moins y avoir Owen, et cela tombait bien : ils allaient enfin pouvoir parler seuls tous les deux.

Depuis quelques temps Becca avait remarqué le comportement étrange de son meilleur ami. Lui autrefois si ouvert en sa présence faisait la sourde oreille à certaines questions de la jeune femme et s'empressait de changer de sujet. En temps normal elle aurait accepté qu'une personne veuille garder certaines choses pour elle, mais pas Owen. Non pas qu'il n'avait pas le droit d'avoir de secrets, et encore elle l'aurait sans doute mal pris, mais elle avait également vu que Ginnie Davis l'une de leurs voisines avait changé d'attitude autour de l'ancien marchand de sable. Elle ne savait pas du tout ce qu'il se passait, moi quoi que ce soit Ginnie était au courant alors qu'elle-même restait dans le noir. Rebecca se sentait particulièrement vexée mais inconsciemment s'en voulait aussi à l'idée d'avoir fait quelque chose qui aurait pu pousser son ami de toujours à se confier à une autre qu'elle.

Dans l'appartement des garçons les rideaux étaient tirés. L'ancienne poupée de son fronça des sourcils à cette constatation. Certes il n'y avait pas un grand soleil dehors, mais il était un peu tôt pour tout fermer et la pénombre qui régnait dans la pièce qu'elle avait toujours vue éclairée lui donnait l'impression d'être inhabitée. Pourtant non, Owen était là sur le canapé dos à elle et sans doute prêt à s'endormir. Sans s'arrêter, la serveuse se dirigea vers le comptoir où se trouvait la machine à café et s'en prépara un.


''Tu veux du café ? Bien sûr que tu veux du café.''

Elle ne prit même pas la peine d'écouter sa réponse, faible, et s'approcha en prenant garde à ne pas se brûler les doigts avec le café chaud qu'elle posa sur la petite table face au sofa. Avant de s'installer Becky s'approcha de la fenêtre la plus proche et ouvrit les rideaux. Il était ridicule de rester ainsi dans le noir. La nuit tomberait bien assez vite, pourquoi se presser?

''J'ouvre, c'est trop lugubre ici. Tu fais quoi dans le noir ? T'es seul ? Je voulais vous inviter Walgrim et toi ce soir pour quelques parties.''

La brunette s'affala sur le canapé aux côtés d'Owen qui n'avait toujours pas esquissé le moindre mouvement. Son mug rouge projetait d'étranges reflets rouges eux aussi sur la table basse. Dehors le vent continuait de souffler comme jamais et les ombres menaçantes des arbres morts dansaient dans la pièce, lui conférant cet aspect particulier des décors des vieux films d'angoisses dans la veine d'Hammer Films Productions. Pourtant Rebecca ne s'était jamais sentie aussi bien. Elle n'avait eu peur de ce genre d'ambiance bien au contraire elle aimait les ruelles sombres, les miaulements de chats solitaires et les ombres qui semblaient vous suivre. Il y avait quelque chose d'étrangement rassurant selon elle dans ces paysages sinistres, comme si elle était chez elle. Ses amis disaient souvent d'elle qu'elle était tordue à cause de cela, mais elle soupçonnait Emilia de la comprendre parfois.

Et puis un certain malaise s'installa peu à peu. Le silence qui était autrefois confortable entre les deux jeunes gens était désormais gêné et elle était particulièrement consciente de son pied qui s'engourdissait et de son bras qui la démangeait. Becky ne savait pas vraiment quoi faire. Jamais elle ne s'était sentie aussi mal à l'aise en présence d'Owen... Quoi que, à bien y réfléchir, si une fois : le matin après avoir passée la nuit avec Robin. Mais à l'époque elle savait ce qu'elle avait fait, et si son ami l'avait appris elle aurait su ce qu'il lui reprochait. Ce n'était pas le cas ce soir-là dans le calme de l'appartement. Elle devait pourtant avoir fait quelque chose au jeune homme pour qu'il se montre distant à ce point. Elle avait beau réfléchir, elle ne voyait pas.

La brunette tenta de se ressaisir ; non c'était elle qui était en colère. Pourquoi était-il allé trouver Ginnie plutôt qu'elle ? Que lui avait-il confié qu'il n'avait pas pu dire à la jeune Doll ? Elle en voulait à sa voisine de lui avoir prit ne serait-ce qu'un peu son meilleur ami. Owen ne confiait ses secrets qu'à Becca, et après peut-être à Walgrim et Robin. Mais toujours Becca. Elle avait besoin de cette constante dans sa vie, car le jeune homme avait toujours été là près d'elle et devait le rester. C'était prévu, c'était comme ça. Il n'avait pas le droit de l'abandonner. Elle avait beau sembler forte et indépendante, l'ancienne poupée de son n'en était pas moins une jeune femme sensible. Et elle voulait être furieuse, elle voulait lui hurler ce qu'elle avait sur le cœur, lui dire qu'il ne pouvait pas l'écarter ainsi. Pourquoi son cœur battait-il plus fort à cette pensée ? Elle savait pourquoi : il ne lui pardonnerait peut-être pas.

Elle y survivrait. Bien sûr qu'elle y survivrait. Mais ensuite ? Elle continuerait comme d'habitude, elle se lèverait le matin en grognant contre le soleil qui se levait toujours trop tôt, elle partirait travailler dans son short rouge tout en chantonnant pour elle-même et elle rentrerait le soir pour jouer à la console jusqu'à des heures indécentes. Et tout cela elle le ferait avec un trou béant à la place du cœur.  Quand Rebecca imaginait une vie sans Owen elle voyait une vie sans bonheur. Alors elle ne hurlerait pas ce soir-là, ni aucun autre soir. Elle préférait encore le voir s'éloigner doucement plutôt que de le faire fuir. La brunette demanderait pardon un millier de fois pour une faute inconnue d'elle si il le lui demandait. Alors toujours sans le regarder, elle prit son mug et but une gorgée de café et en profita pour se réchauffer les doigts. Étrange qu'elle ait si froid alors qu'elle était à l'intérieur.


''On pourrait aussi discuter. J'ai l'impression qu'on n'a pas parlé tous les deux depuis une éternité. Tu me manques. Et je n'aime pas ça, quand tu me manques.''

Une violente bourrasque siffla contre la résidence et les arbres craquèrent sous son souffle. C'était le seul bruit que l'on entendait, on aurait pu croire que le monde entier s'était arrêté pour leur laisser le temps de se retrouver avant de reprendre sa course effrénée vers leur avenir incertain.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stay the night {Owen & Rebecca}   Dim 24 Mar - 18:50




Rebecca & Owen

Un ami, c'est quelqu'un qui sait tout de toi, et qui t'aime quand même.






Stay the night

L'obscurité l'entourait, plus un moindre berceau de lumière, lui qui avait été dans son autre vie, celui qui apportait le bonheur et la joie, que pourrait-il faire à présent, vu qu'il ne pouvait ressentir que douleur et tristesse ? La malédiction avait bel et bien fait oublier qui il était, lui cet être si puissant. On dit souvent que le temps est comme une boucle qui se répète toujours et cela pouvait sembler vrai dans le cas d'Owen, car bien avant de devenir le marchand de sable, il avait été un homme fait de sang et de chair, un homme qui avait peur, qui avait pleuré à beaucoup d'occasions, face au monde cruel qui l'avait vu naitre, sa pire blessure restait de n'avoir pu rien faire face à l'attirance du mal de son frère. Ce jour était resté gravé dans sa mémoire avant que le nuage l'emporte, mais l'état dans laquelle il se trouvait à présent, restait semblable. N'importe dans quel monde on se trouve, la perte d'un être chère reste le plus grand déchirement.

Il n'avait connu Ginnie qu'un simple mois, mais c'était comme-ci ils étaient liés pour une substance magique, il avait redécouvert l'amour dans ses bras, se pensant à l'abri du monde extérieur, à tel point qu'il s'était vu à plusieurs occasions s'imaginer leur futur ensemble. Des projets tomber à l'eau, à présent rien que le fait de penser à cette envoûteuse lui brisait le coeur. Une envie de crier à plein poumon dans un stade vide, lui qui avait déjà peur de parler à ton normal. Se relever lui serait difficile, non il n'était pas prêt à avancer, à quitter cette douleur, seule chose qui lui restait de Ginnie. S'il ne pouvait plus l'aimer, il pourrait au moins la pleurer. Sauf que les larmes ne coulaient plus, non il restait en monde larve sur son canapé, ayant fermé les volets des fenêtres pour rester dans le noir, il n'avait pas envie de guérir, pas maintenant.

Son esprit était à présent totalement vide, combien de temps était-il resté sans bouger ? Il n'avait même pas la réponse, mais ça pouvait se compter par heure, ne sachant même pas ou se trouvait Walgrim, son colocataire, ne sachant non plus depuis quand il avait mangé. Il ne savait plus rien, une coquille sans âme. Il n'avait même pas perçu sa meilleure amie rentrée dans son appartement, celle qu'il avait éloigné de sa vie sans même s'en remarquer. Avoir un secret qu'on ne peut dévoiler avait été une dure épreuve pour lui qui lui disait tout. Alors, pourquoi ne pas s'être confié ? Surement pas peur qu'elle le persuade de tout arrêter et c'est ce qu'il avait fait sans son aide. Beccy restait sa personne, celle qu'on appelait en cas d'urgence, celle à qui il pouvait parler librement et partageait tout, avant son histoire avec Ginnie.

''Tu veux du café ? Bien sûr que tu veux du café.''

Cette voix sonnait comme un mirage, étant persuadé que ce n'était que son imagination, sûrement à cause de la fatigue. Elle avait toujours été son point de repère, cette petite lumière qu'il s'était évertué de toujours suivre et surtout de ne pas perdre. Elle lui apportait tellement qu'il était normal quand cherchant un refuge, ces pensées allaient vers Beccy, elle était sa muraille de Chine, splendide et protectrice. Il n'avait toujours pas bougé, pire que s'il était devenu une statue, si son coeur pouvait devenir pierre au moins ses soucis se volatiliseront. D'un coup une lumière faible pénétra dans l'appartement, celle-ci venait picoter ses yeux qui s'étaient habitués à la noirceur.

''J'ouvre, c'est trop lugubre ici. Tu fais quoi dans le noir ? T'es seul ? Je voulais vous inviter Walgrim et toi ce soir pour quelques parties.''

Le sentant s'installer près de lui, il n'avait donc rien imaginé, sa meilleure amie était là et pourtant, il était incapable de faire un moindre mouvement, de sortir un seul mot de sa bouche, tel figé dans sa douleur et incapable de contrôler son corps. Il s'en voulait beaucoup de lui faire subir cela, non il n'avait pas le droit de la traiter ainsi, mais que faire ? Ce n'était qu'un lâche, incapable d'affronter les obstacles de la vie. Tout le monde viendrait à l'abandonner un jour, car tel était son destin d'après lui. Les bourrasque de vent raisonnait dans la pièce bien silencieuse, Owen avait toujours été une personne peu expressive, se renfermant toujours sur lui, mais pas avec Beccy. Il voulait temps répondre a ces questions, lui dire ce qu'il avait sur le coeur, mais rien ne le faisait revenir à la surface se noyant totalement.

''On pourrait aussi discuter. J'ai l'impression qu'on n'a pas parlé tous les deux depuis une éternité. Tu me manques. Et je n'aime pas ça, quand tu me manques.''

La tempête faisait toujours rage et les mots de la serveuse enfin surtout trois, le fit tourner la tête. Bien sûr qu'elle ne regardait pas dans sa direction, ils ne parlaient jamais réellement de leurs sentiments l'un pour l'autre. Il lui avait manqué, c'était bien la preuve qu'une certaine façon, il l'avait abandonné, lui qui avait toujours été blesser par ce geste, l'avoir fait lui-même le terrassait de l'intérieur. Alors, comme-ci elle avait ramené à la vie, il murmura enfin des mots :

- Tu me manques aussi !

Retournant la tête, il regardait droit devant lui. Jamais il n'avait cherché à comprendre ce qu'il ressentait pour la jeune femme, mais c'était très fort... Elle était le côté face de sa pièce, celle avec le visage ou le dessin qui n'avait pas besoin de se cacher, lui ne pouvait n'être que le côté pile. Deux personnes totalement différentes et pourtant s’appartenant l'une à l'autre. Leurs amitiés étaient indestructibles. Tout en passant ses mains sur son visage, il reprenait petit à petit le contrôle de son corps. Il se devait de parler de sortir le poison que le tuait a petit feu.

- J'ai fait quelque chose de mal, de très mal et j'en paie les conséquences à présent.

Sa voix semblait se meurtrir à chaque seconde, il ne pouvait cacher sa blessure plus longtemps. Ginnie lui avait permis de sortir de son quotidien, l'avait fait rêver et surtout s'était imprégné dans son coeur qui ne battait que pour elle. Mais elle était fiancée à un autre qu'elle devait aimer plus que lui, pourtant pour lui leur vie ne pouvait être qu'ensemble, mais il s'était trompé une fois de plus, il n'avait surement représenté que l'amant, la vengeance. Prenant le café qu'elle avait dû lui préparer, il l'apporta à sa bouche, le liquide le réchauffa et toute en le gardant dans ses mains, il jeta un regard furtif à Beccy avant d'avouer.

- J'ai eu une histoire avec une personne qui avait déjà un homme dans sa vie.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stay the night {Owen & Rebecca}   Lun 22 Avr - 2:32





Rebecca & Owen

I'm just a little bit caught in the middle, life is a maze and love is a riddle








Stay the night

Il y avait quelque chose d'extrêmement domestique dans leur situation. Rebecca et Owen se connaissaient depuis aussi longtemps qu'ils se souvenaient et plus encore mais depuis qu'ils avaient emménagé dans la résidence Dreamy ils n'étaient plus simplement des amis mais une famille. Bien sûr, lui avait Robin et elle avait Emilia, mais ce n'était pas la même chose, pas les mêmes sentiments. L'ancienne poupée de son fronça des sourcils en réalisant que c'était vrai. Elle ne l'avait pas vraiment compris avant, pourquoi ? Les jambes repliées sous elle, elle n'osait pas regarder les jeune homme. C'était bien la première fois ! Non la deuxième, pensa-t-elle en se souvenant de sa nuit avec l'aîné Heartwood. Dehors l'obscurité commençait à s'installer et le vent qui soufflait toujours lui donna la chair de poule, elle prit une nouvelle gorgée de café pour se réchauffer.

C'était une chose étrange pour elle. Parler de ses sentiments. Bien sûr, la jeune Doll était très sensible quand elle voulait bien le montrer, mais les sentiments qu'elle avait pour Owen étaient les seuls dont elle ne parlait pas. Jamais. Ils n'en avaient pas besoin, se disait-elle, ils se connaissaient trop bien et depuis trop longtemps pour ne pas savoir ce qu'il se passait dans la tête et le cœur de l'autre. Mais maintenant ? Lui avait déserté quelque peu la vie de la brunette, et elle n'avait pas su le retenir. Alors parler, se dire les choses qu'ils ne s'étaient jamais dites semblait encore être la meilleure solution. Pourtant ni l'un ni l'autre ne paraissait vraiment prêt à commencer. Ils savaient qu'une fois cette discussion terminée, ils ne pourraient plus revenir en arrière. L'attente s'éternisait...

Enfin, il brisa le silence. Elle lui manquait aussi, et cette constatation lui fait battre le cœur. Ils devaient encore essayer de régler leurs problèmes, mais ce simple fait suffisait à la serveuse pour savoir qu'ils dépasseraient cette épreuve. Elle aurait pu éclater de rire, soupirer de soulagement. Le prendre dans ses bras. Mais elle ne le ferait pas. Elle voulait être en colère, elle voulait qu'il lui explique pourquoi. Tout était plus facile au lycée décida-t-elle. La tasse lui réchauffait les mains et l'odeur du café parfumait l'air autour d'eux, Becca s'enfonça davantage dans le canapé. Un œil extérieur n'aurait vu là que deux amis de toujours prendre un café ensemble dans un silence complice. Comme il se serait trompé, ce regard qui n'aurait pas vu la mâchoire serrée de Rebecca, qui n'aurait pas remarqué sa poitrine cesser de se soulever dans l'attente de la suite. Il parlerait, elle en était certaine.


''J'ai fait quelque chose de mal, de très mal et j'en paie les conséquences à présent.''

Dans l'immobilité la plus totale, elle sentit les battements de son cœur s'accélérer. Boum boum. Boum boum. Qu'avait-il dont fait de si terrible pour qu'il n'ose plus se confier instinctivement à elle ? Il n'avait pas pu coucher avec Emilia, sa cousine ne savait pas mentir et certainement pas à elle. Boum boum. Boum boum. Avait-il fait quelque chose de répréhensible dans le but peut-être d'aider les orphelins à mieux vivre avec leur directrice ? Boum boum. Boum boum. S'était-il laissé entraîner avec Walgrim dans l'un des plans d'Azael ? Boum boum. Boum boum. Pourquoi ne parlait-il pas ? Le cœur au bord des lèvres, Rebecca tenta de parler mais rien ne vint. Elle regardait devant, toujours droit devant. Boum boum. Boum boum. Les pires scénarios s'enchaînaient dans son esprit. Son imagination s'en mêla, et elle n'y tint plus. Elle était sur le point de le supplier de lui dire ce qu'il avait fait lorsqu'il termina enfin.

''J'ai eu une histoire avec une personne qui avait déjà un homme dans sa vie.''

Le silence revint, plus assourdissant que jamais. Même les battements de son cœur s'étaient arrêtés l'espace d'un instant, cependant qu'il s'était serré à la déclaration de son ami de toujours. Rebecca tourna finalement son regard vers l'homme à ses côtés. Il n'y avait plus la moindre fumée qui s'échappait de son café, et le vent ne soufflait plus. La nuit était presque là, des lampadaires diffusaient par les fenêtres leur froide lumière et les ombres s'étiraient dans l'appartement tant et si bien que Becca se trouvait désormais au milieu d'un mobilier de géant. Elle ne disait rien, ne faisait pas confiance à sa voix.

Et que pouvait-elle dire ? Était-elle en colère ? Non, elle n'avait jamais su l'être contre Owen. Était-elle déçue ? Non. Elle aurait toutes les raisons de l'être, mais la serveuse aimait bien trop le jeune Heartwood pour cela. Elle le savait, il le savait. Tout le monde à Storybrooke le savait ! Était-elle triste ? Oui, mais pour lui. Car il était là, dans le noir, seul quand elle l'avait trouvé. Car il paraissait vouloir disparaître, se donner des coups et pleurer en même temps. Car Owen et sa mystérieuse inconnue n'était déjà plus un. Elle se demandait pourtant qui pouvait être cette femme. Assurément il devait vraiment l'aimer pour outrepasser les règles. Une femme qui avait un homme dans sa vie. Elle ne jugeait pas, non, elle ne jugeait jamais et en particulier pas lui. Et pourtant elle ne pu s'empêcher de penser à Diane, son premier amour qui l'avait quitté parce qu'elle en aimait un autre. Il avait été détruit par cette rupture alors qu'elle ne l'avait jamais trompé. Pourquoi n'y avait-il pas songé avant ? Cet homme souffrirait davantage que ce que le cadet des Heartwood avait souffert à l'époque.

L'ancienne poupée de son bougea enfin. Elle prit garde à ne pas renverser de café partout sur le sofa de son ami et se lova contre le torse du brun avant de poser sa tête sur son épaule. Elle se força à ne pas rire en voyant les yeux écarquillés de manière comique de son voisin. Il était adorable, si adorable, comment pouvait-on lui briser le cœur ainsi ? Les jambes de la jeune Doll étaient sur celles du brun s'appuyaient sur l'accoudoir du canapé. Elle voulait lui montrer qu'il n'était pas seul, qu'il ne l'avait jamais été et ne le serait jamais. Quand l'avait-il oublié ? Certainement le jour où il avait décidé de se confier à Ginnie Davis plutôt qu'à elle. Ginnie Davis, qui avait un homme dans sa vie... Et dont Owen s'était particulièrement rapproché...


''C'est Ginnie pas vrai ?''

Tout contre lui, elle entendait les battements de cœur aussi clairement qu'elle avait entendu les siens plus tôt. Elle devait avoir visé juste, si elle se fiait au bruit sourd qui résonnait à ses oreilles. Reb' finit de boire son café puis s'éloigna du torse de son ami pour s'étirer et poser la tasse sur la table basse non loin du sofa. L'ancienne poupée de son ne voulait pas se lever, et dans son excès de paresse sentit son t-shirt remonter sur son ventre. Une fois débarrassée de son mug, la serveuse se redressa pour finalement se serrer un peu plus dans les bras d'Owen. Il avait désormais son menton posé sur le haut du crâne de Becky qui avait entouré son cour de ses bras pour le rapprocher toujours davantage. Elle avait toujours été très tactile avec lui, mais elle savait qu'au fond c'était ce dont il avait besoin, comme elle en avait besoin aussi. C'était sa façon à elle de lui prouver qu'elle était là, qu'elle n'irait nulle part et que de doute façon elle n'en avait pas envie.

''Raconte-moi.''

Rebecca redevenait la petite fille qui avait aidé le brun, ce jour où elle avait lancé du sable sur les garçons qui se moquaient du silencieux Heartwood. Elle voulait l'aider, l'entendre parler avec cette impression qu'il ne s'exprimait ainsi que pour elle et pour elle seule. Elle voulait qu'il lui dise les choses qu'il ne disait à personne, avec ce regard qui semblait lui crier qu'il n'y avait qu'elle qui comptait, qui le comprenait. La brunette aimait sentir qu'il l'aimait. Non. Elle aimait l'aimer. Elle ferma doucement, douloureusement les yeux à cette pensée. Depuis quand l'aimait-elle ainsi ? Boum boum boum. Boum boum boum. Des tambours cognaient à ses tempes, elle avait mal. Pourquoi Ginnie ? Pourquoi pas elle ? Encore cette question, 'pourquoi ?' cependant que Becca comprenait que ce que Ginnie lui avait pris, elle ne l'aurait jamais.

Alors elle attendit. Elle attendit qu'il lui raconte comment la jeune Davis lui avait pris son cœur et son amour pour ne jamais les lui rendre.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stay the night {Owen & Rebecca}   Sam 4 Mai - 11:46




Rebecca & Owen

Un ami, c'est quelqu'un qui sait tout de toi, et qui t'aime quand même.






Stay the night

Dans le ciel empli de mille étoiles, plus brillante les unes que les autres, éclairant le coeur meurtri et ceux qui ont peur du noir, elles sont le phare qui permet à certains de rentrer chez eux. Owen avait toujours aimé regarder les étoiles, mais ce soir elles ne pourraient rien pour lui et pourtant d'une certaine manière elles seraient là pour l'aider. Oui, depuis sont plus jeunes âge il aimait lui dire que les étoiles étaient nées des yeux de Rebecca, car pour lui c'était une certitude, elle était venue le protéger alors que des garçons se moquaient de lui, le petit visage de sa sauveuse ne l'avait jamais quitté, pour seule raison d'avoir passé le reste de sa vie près d'elle. Si on devait choisir un nom qui allait le plus à amitié éternelle, c'était Rebecca, celle qui lui avait permis de ne plus être seul parmi ses tourments, celle qui lui avait appris que la vie n'était pas qu'obscure qu'il fallait toujours espérer un monde meilleur. Oui, elle avait sauvé le petit garçon qu'il était, sans elle l'Owen d'aujourd'hui n'existerait pas et peut-être ne souffrirait pas d'une peine d'amour.

Après un certain temps de silence, Owen réussi enfin à ouvrir la bouche, il lui devait des explications ou alors il avait simplement besoin de tout lui dire, n'aimant pas avoir des secrets pour elle. Si seulement, il était possible de revenir en arrière pourrait-il refermer la porte devant Ginnie ? La réponse était si simple, jamais l'ancien marchand de sable pourrait laisser une jeune femme en pleurs et voilà qu'à présent c'était lui qui se retrouvait au bout du rouleau, sacré coup du sort.

Lui dire qu'il avait fait une chose de mal et surtout avec une femme qui avait déjà un homme dans sa vie n'était pas facile et pourtant le soulagea de savoir qu'à présent elle serait, oui elle serait qu'il n'était pas parfait, qu'il était sans doute l'homme que tout le monde pensait, une simple ombre de Storybrooke. Le jeune homme pouvait bien disparaître dans une bourrasque de vent que le monde ne changerait pas, pour lui il n'apportait rien. Douter de lui à chaque instant était un point de sa personnalité qui ne disparaissait pas et sa rupture avec Ginnie n'améliorait en rien la situation. Très vite, le silence revint, il ne pouvait ajouter plus de mot, voulant connaître l'avis de son amie, son avis restait le plus important à ses yeux. Pensant surement que s'il obtenait son pardon, il pourrait se pardonner à lui-même, mais bon il savait très bien qu'elle ne le jugerait pas, elle ne le faisait jamais et pareil dans son cas, un ami n'était pas un bourreau, mais la personne qui vient le délivrer de cette sensation d'étouffement. Regardant droit devant lui, le verdict arriva enfin, il sentit Becky se serrer contre lui, d'abord étonner de ce geste d'affection, il ne put qu'apprécier ce contact. Rebecca était là, oui elle était bien là, il avait retrouvé sa muraille de Chine.

''C'est Ginnie pas vrai ?''

D'un coup les battements de son coeur s'intensifièrent, comment avait-elle su ? Il était impressionné par sa déduction, elle le connaissait vraiment pour savoir qu'il se passait une chose avec Ginnie. Avait-il besoin de lui dire oui, pour qu'elle sache qu'elle disait vrai ? Non certainement pas. Rien qu'en le voyant ne pas répondre, elle devait se douter qu'elle avait visé juste. Le jeune homme préférait savourer la proximité de son ami qui le réconfortait, même si d'un coup celle-ci s'éloigna de lui pour s'étirer et poser son meug de café sur la table. Il ne pouvait s'empêcher de la regarder, la jeune femme avait toujours été spéciale, mais juste à tel point ? Finalement Becky revint se blottir dans ses bras, il n'y avait rien de mieux que la chaleur humaine pour guérir de ses blessures, petit à petit il redevenait serein, oubliant que quelque temps auparavant il s'était muré dans le silence absolu. Menton posé sur la tête de Becky, il en venait à se dire qu'elle était la plus parfaite des amis.

''Raconte-moi.''

Bien sûr, il avait envie de lui raconter, mais une partie de lui se disait que si Rebecca entendait toute cette histoire, elle pourrait en clôture qui l'avait trahi. Pourquoi cette pensée ? Surtout quelle trahison hormis celle de l'avoir mise à l'écart ? Owen ne voulait surtout pas écouter ce que son coeur essayait de lui souffler, non la dernière fois qu'il l'avait écouté, il avait souffert, plus jamais il ne devait lui faire confiance. Plaçant ses bras autour de la taille de la brunette, il ferma les yeux quelques secondes avant d'oser enfin parler :

- Elle est arrivée un soir bouteille à la main avec des photos de Kostan qui la trompait... Il lui raconta ce que l'alcool avait provoqué, la disparition de Ginnie au petit matin, leur retrouvailles à l'hôpital quand il avait eu besoin de son plâtre et toute leurs petites rencontres après ce jour-là, pour finir il lui expliqua que Ginnie avait choisi Kostan et non lui... Je pensais qu'il y avait une chose spéciale entre nous, mais je devais être la seule, je l'ai donc quitté.

Voilà à présent elle savait tout, il ne pouvait dire combien de temps il avait raconté son histoire, mais durant son récit il n'avait pas desserré son étreinte. Pourtant en évoquant ses souvenirs, il en venu à la conclusion que Ginnie avait choisie une personne qui la faisait souffrir à lui. L'amour était sans doute un mélange vicieux avec affliction. Attrapant une des mains des Becky, elle se mit à faire une sorte des danses avec leurs doigts.

- Je ne dois pas être destiné à l'amour.

Non, vu la peine qu'il ressentait, il ne voulait même pas y être destiné, c'était vraiment fini, quitte à finir seul. Levant la tête, un sourire vint apparaître sur son visage juste à cause de leur doigt qui venait de se lier pour se refermer les uns sur les autres. La preuve qu'ensembles ils étaient plus forts, son coeur bondit d'un coup ce qu'il ressentait pour Becky était si fort, avec elle il était à l'abri. Oui alors qu'il chercha son regard il vit les étoiles dans ses yeux, celle qui le protégeait à chaque instant.

-Il n'y a qu'avec toi que je ne souffre pas...

Est-ce que pendant tout ce temps, celle qui lui fallait se trouvait sous ses yeux ? Il avait juste à incliner sa tête pour frôler ses lèvres et il serait. Ne ressentant à cet instant aucune peur pour leur amitié, car après tout il ne l'aimait pas plus qu'avant, non elle avait toujours fait partie de lui, mais pourtant il resta sans bouger, plonger dans son regard.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stay the night {Owen & Rebecca}   Sam 27 Juil - 16:15




Rebecca & Owen

I'm just a little bit caught in the middle, life is a maze and love is a riddle






Stay the night

Elle était bien, tellement bien dans les bras d'Owen. Depuis quand ne l'avait-il pas pris dans ses bras ? Cela remontait à trop longtemps, aussi savoura-t-elle l'étreinte qui lui avait manqué, elle le réalisait maintenant. La nuit était finalement tombée sur Storybrooke, Walgrim ne tarderait pas à rentrer, ne serait-ce que pour se changer avant d'aller au bar retrouver les piliers de bars qu'il appelait ses amis. Elle était à l'abri dans le cocon de ses bras, dans la chaleur de son corps. Depuis son plus jeune âge cela avait toujours été sa place, comment avait-elle pu ne pas se rendre compte que cela lui manquait autant ? Non, elle l'avait su mais n'avait pas voulu comprendre ce que cela signifiait. Des problèmes, encore des problèmes. Elle ne souhaitait pas y penser, pas encore, peut-être jamais. Juste savourer l'illusion que rien ne pourrait jamais lui arriver de mal tant qu'elle serait blottie dans ces bras. Ses bras.

Il lui vint à l'esprit que Ginnie était celle qui méritait de souffrir, celle qui méritait de se briser. Pourquoi n'était-ce pas elle qui se retrouvait seule chez elle, les rideaux tirés sur le monde extérieur à ruminer leurs souvenirs de bonheur commun comme autant de poignards lui transperçant le cœur ? Pourquoi la jeune femme n'était pas celle qui avait besoin de réconfort ce soir, d'une âme charitable qui l'aime au point de la regarder pleurer pour un autre tout en la réconfortant. Rebecca n'était pas de celles qui haïssaient les autres avec la facilité déconcertante des petites filles capricieuses. Comme Veronica dans sa bande dessinée préférée quand elle était enfant, Archie Comics. Bien sûr, Veronica avait de longues jambes, une chevelure brune magnifique et de grands yeux, mais la jeune serveuse se plaisait à croire qu'elle était davantage son antagoniste : Betty. Elle était drôle et spirituelle et très gentille bref la fille d'à côté alors que sa rivale était plutôt une femme fatale.

Et inconsciemment, Becky comprit. C'était Ginnie sa Veronica. Voilà pourquoi elle ne pouvait pas être celle qui souffrait ce soir-là, elle était beaucoup trop lunatique et exigeante. Et si elle n'obtenait pas ce qu'elle voulait, elle passait sans le moindre état d'âme à autre chose, à quelqu'un d'autre. Alors personne ne la regarderait pleurer la perte d'un autre, personne ne l'aimait assez pour ça, pas même son cher Kostan à en croire ce que venait de lui avouer Owen. Au moins il avait mis un terme à cette liaison qui aurait fini, qui avait même déjà commencé à le détruire de l'intérieur. L'ancienne poupée de son regarda celui qu'elle considérait comme son âme sœur depuis si longtemps sans jamais le voir comme un amant et se mit soudainement, violemment à haïr leur voisine. C'était comme si une douleur aiguë et brutale s'insinuait en elle dès qu'elle revoyait le visage de la jeune Davis en pensée.

Instinctivement, comme pour le protéger du reste du monde un peu plus longtemps Rebecca se pressa davantage contre Owen. Ils redevinrent ensemble les enfants du bac à sable qu'elle aurait voulu qu'ils restent. Tout était si simple à l'époque, des garçons embêtaient le brun, elle leur jetait du sable et ils partaient. Pas évident de se débarrasser des bourreaux du jeune homme avec du sable désormais. Quoi qu'elle pourrait toujours tenter sa chance, la jolie serveuse sourit mentalement en imaginant l'expression complètement vide et perdue de la doctoresse devant une attaque aussi peu banale. Peut-être cela redonnerait-il le sourire à son ami ?

Becca voulait dire au brun qu'il avait eu raison de quitter cette vampire des sentiments qu'était Ginnie Davis. Elle voulait lui dire que de toute façon elle n'était pas pour lui, qu'il méritait tellement, tellement mieux qu'elle. Une cocue infidèle. Si la serveuse pouvait se targuer d'être l'une des personnes les plus tolérantes et ouvertes de Storybrooke, il était des comportements qu'elle ne pouvait cautionner. Et malheureusement pour leur voisine, de tous ces crimes qu'elle ne pouvait pardonner, faire du mal à Owen était de loin le péché suprême.


''Comment je te me la ficherais dehors fissa celle-là !''

Ses paroles, à mi-chemin entre le grommellement et le grognement, lui avaient échappées et pourtant elle ne les regrettait pas. Ce n'était peut-être ni gracieux ni délicat, mais elle n'en avait que faire. Elle n'était pas une princesse, elle n'était même pas une dame. Elle n'était qu'une serveuse qui commençait lentement mais sûrement à réaliser l'étendue des sentiments qu'elle avait pour un homme qui en aimait une autre. Sans dire mot, il lui prit la main et fit jouer leurs doigts. Elle ignorait s'il avait entendu son petit commentaire, mais si cela était le cas au moins il avait eu la grâce de ne pas se moquer d'elle. Mais ce qu'il dit ensuite fit immédiatement regretter à la jeune Doll qu'il ne l'ait pas taquinée à propos de sa remarque jalouse. Comment quelqu'un d'aussi doux et bon que lui pouvait croire ne pas être destiné à l'amour ? S'il y avait une personne sur cette planète qui le méritait bien, c'était lui. Lui qui avait le cœur sur la main, lui qui était parfait à bien des égards, lui qui avait déjà trop souffert.

Mais comment le lui faire comprendre ? En avait-elle le droit, était-ce sa place ? Car enfin elle n'avait jamais été amoureuse, elle ne s'était jamais mise en danger comme lui l'avait déjà fait par deux fois. Bien sûr elle était comme toutes les filles : elle aussi rêvait du prince charmant, même si dans ses fantasmes il ressemblait davantage à Batman qu'aux lopettes de chez Disney. Mais jusqu'à présent elle ne l'avait pas encore trouvé. Ou plutôt si, en un sens elle avait trouvé un Batman et avait même perdu sa virginité avec. Le taciturne Robin, le silencieux Robin, le Don Juan Robin. Le secrètement bon Robin, qui la tuerait si elle osait révéler au monde qu'il était en réalité bien plus que le gérant de casse aux manières douteuses et au charme néanmoins ravageur. Mais ce Batman-là n'était pas pour elle, bien qu'elle en ait largement profité durant une nuit.

Owen n'était pas un Batman. Il était encore mieux que cela, réalisa Becky avec stupeur. Il était un Link ! Tantôt chevaleresque, tantôt renfermé, il était entre ces princes de conte de fée auxquels elle avait rêvé autrefois et les héros sombres qui la fascinaient désormais. Mais mieux que cela encore, il était bien réel, juste là tout contre elle. La brunette serra ses doigts sur ceux de son ami de toujours et pressa légèrement sa main avant de murmurer si bas qu'elle ne doutait pas que malgré le silence qui régnait dans l'appartement il avait dû tendre l'oreille pour l'entendre.


''Tu es pourtant le premier à le mériter.''

La réponse du jeune homme ne se fit pas attendre. Il plongea son regard dans celui incertain de la serveuse avant de lui avouer qu'il n'y avait qu'avec elle qu'il ne souffrait pas. Ce n'était pas une déclaration d'amour, et pourtant le cœur de Becky battait plus fort comme à chaque fois qu'il lui faisait comprendre à sa manière qu'elle était la femme la plus importante dans sa vie, peut-être même la personne la plus importante avec Robin. Ils ne s'aimaient pas comme des amants, c'était bien plus que cela et, sans jamais l'avoir véritablement comprit, elle savait que l'un ne survivrait pas à l'autre. Elle en était même venue à croire qu'ils mourraient côte à côte dans le même lit. Dans la plus parfaite et la plus pure des intimités. Mais si cela cachait bien plus que l'amitié ? Après tout, ne disait-elle pas qu'Owen était son âme sœur ? Peut-être l'était-il sur un plan plus romantique que ce qu'elle avait cru jusqu'à présent. Oui, qu'il serait doux d'être aimée par un homme comme lui. Elle l'aimait déjà inconditionnellement, peut-être cela être amoureuse après tout. Forte de cette certitude, les mots sortirent presque sans qu'elle n'ait eu à les penser, à les peser.

''Alors reste avec moi.''

Rebecca n'arrivait pas à détourner son regard de celui, magnifique, du brun. Elle n'était même pas certaine de vouloir le faire. Son instinct lui disait que la timidité était de rigueur après une telle proposition, mais elle n'avait pas peur. Jamais avec lui. Elle savait qu'ils avaient dépassé ce stade depuis si longtemps qu'il était incroyable qu'ils ne se soient pas retrouvé dans cette situation plus tôt. Pourquoi avaient-il mis si longtemps ? L'ancienne poupée de son l'ignorait, mais c'était mieux ainsi. Comme s'ils avaient dû vivre et souffrir avant de pouvoir en arriver à cela. A eux. Ils étaient proches, si proches, et pourtant Owen ne bougeait toujours pas. La jeune Doll s'avança alors, et cella leurs lèvres dans un premier baiser étonnamment timide malgré la certitude que c'était là la prochaine étape logique de leur relation.

Seuls leur visage avaient bougés pourtant, et lorsque la brunette se recula pour observer sa réaction, Owen était exactement dans la même position qu'avant. Comme si rien ne s'était passé. Pourtant tout avait changé, et même si elle ignorait encore si c'était pour le mieux ou non, Becca savait qu'elle en voulait plus. Elle se rapprocha alors de nouveau et répéta contre les lèvres douces et chaudes du brun:


''Reste avec moi.''

Elle l'embrasse de nouveau avec plus d'impatience. Elle aimait l'embrasser. Leur main se lâchèrent et aussitôt la serveuse entreprit de décoiffer méticuleusement le jeune homme. Ils se serrèrent davantage l'un contre l'autre comme s'ils voulaient devenir un seul corps. Becky redevenait particulièrement consciente d'elle-même, mais alors qu'un peu plus tôt c'était par gêne, elle l'était désormais par plaisir. Et plus encore, elle était consciente d'Owen. Elle sentait chaque mèche de cheveux de son voisin qui lui caressait les doigts, son torse qui lui écrasait agréablement la poitrine, ses jambes qui lui servaient de siège. Toute sa force contenue, comme s'il craignait de la briser. Ses lèvres, leurs lèvres et leur baiser passionné. Elle l'avait attendu toute sa vie sans même le savoir. Finalement ils s'éloignèrent à nouveau pour reprendre leur souffle, sans se lâcher des yeux. L'ancienne poupée de son ne put s'empêcher de se demander 'Et maintenant ?' avec une certaine angoisse.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stay the night {Owen & Rebecca}   Mer 31 Juil - 12:37





Rebecca & Owen

Un ami, c'est quelqu'un qui sait tout de toi, et qui t'aime quand même.








Stay the night

Le mystère des sentiments, tellement de personnes analyse ce qu'il ressente, en aillant besoin de comprendre, avant d'agir. Mais souvent, il faut simplement se laisser aller, goûter à ce qu'on s'interdit par peur des répercutions. En amour, il faut tout risquer quitte à en souffrir après, car rien n'est plus beau que deux personnes qui laissent leur coeur s'embraser à l'unisson. Owen, pourtant une personne bien timide, dictait ses pas que par amour, l'amour pour sa famille, les enfants de l'orphelinat, ses amis et Becky, cette personne complètement à part, qu'aucun mot ne peut vraiment qualifier, car elle est autant sa famille, son ami et une de son âme. Personne ne pouvait le comprendre comme elle, hormis peut-être son frère. Mais deux personnes sur tout Storybrooke, ça ne faisait pas grand monde en fin de compte, qui peut se dire de connaître sans aucune limite le jeune surveillant.

Après lui avoir raconté toute l'histoire avec Ginnie, elle avait prononcé une phrase bien spéciale qui n'appartenait qu'à elle, sa Becky pourtant si adorable, pouvait facilement sortir les griffes si on touchait à ses proches, il n'émit aucun mouvement ni réaction, car la blessure était encore trop récente, mais il aimait se sentir protéger par Becky. Savoir que même s'il faisait des erreurs, elle serait toujours là pour le relever. Puis, le jeune homme était si bien à présent, avec la jeune femme dans ses bras, retrouver son cocon, ne voulant plus s'en séparer. Il comprenait pourquoi les chenilles bien disgracieuses devenaient de splendide papillon, c'était le pouvoir du cocon. Sans les bras protecteurs de son amie, il ne serait resté qu'une loque, à présent il se sentait revivre, prêt à bientôt revoir le soleil. Mais il voulait d'abord rester tranquille à savourer cette étreinte, oublier....

Plonger dans son regard qui le faisait voyager parmi les étoiles, il la trouva si belle, si parfaite, comme-ci Rebecca était celle qu'il avait toujours attendue. Aussi longtemps que remontait ses souvenirs heureux, la brunette était près de lui, son éternel source de bonheur. Plus il regardait ses yeux, plus il se disait, qu'elle représentait à elle toute seule le mot, amour. À ce moment précis, il aurait pu aller saisir ses lèvres, voulant céder à l'envie qui lui tiraillait l'esprit, mais il ne voulait pas qu'elle pense, qu'elle n'était qu'un lot de consolation. D'accord Ginnie l'avait fait souffrir et la rupture était récente, mais la serveuse était sa moitié, son destin, celle pour qui il pourrait tout quitter et la suivre au bout du monde. Cela avait toujours été ainsi, sauf qu'aucun des deux n'avait réalisé que la personne qui leur fallait pour vieillir ensemble, avait toujours été à porter de bras.

Sans vraiment réfléchir, il lui avoua qu'auprès d'elle, il ne pourrait jamais souffrir, ce n'était pas grand-chose, mais venant d'Owen c'était déjà un grand pas, car il ne s'ouvrait que très peu ou alors ne parlait qu'avec ses yeux, remplaçant les mots.

''Alors reste avec moi.''

Ses paroles furent comme une flèche en plein coeur, il ne souffrait pas, loin de là ! Celui-ci battait comme-ci à chaque instant qu'il passait il pouvait exploser dans sa poitrine. Ne pouvant plus du tout bouger, aimant trop se perdre dans son regard. Avait-elle vraiment prononcé ses mots ? Était-ce son imagination débordante ? Dans de tels instants, il trouvait toujours le moyen de réfléchir et de douter. Mais l'improbable se produisit, Becky déposa ses lèvres sur les siennes, la douceur de celle-ci le fit frissonner de l'intérieur, il n'arrivait à y croire, cela semblait si irréel, toujours inerte, peur de comprendre que ce n'était qu'un rêve. Il paraissait que le premier baiser dictait souvent la suite des évènements, pour Owen celui-ci pourtant chaste avait été comme une révélation, depuis tout ce temps ça devait être Becky, qui devait lui offrir ce moment magique qu'on peut voir dans tous les films, l'évidence que quand on connaît une personne depuis son enfance, il n'y a rien de plus beau que de se laisser emporter par ses sentiments, laissant tomber toutes les frontières.

''Reste avec moi.''

Cette fois le second baiser prit plus d'ampleur, se laissant emporter par cette douce mélodie que son coeur chantonnait. Il aimait sentir ses mains dans ses cheveux, ses lèvres contre les siennes. D'un bras, il l'emmena plus à lui pour amplifier cette sensation de bien-être, l'envie de découvrir le jardin secret de Becky lui dictait ses actes. Il n'était peut-être pas fait pour l'amour, mais une certitude lui disait qu'il pouvait être celui qui rendrait Becky heureuse et puis auprès d'elle aucune mauvaise surprise, vu leur fusion naturelle. Si l'un aspire, l'autre expire, une totale harmonie, sauf que pour le coup, les deux avaient le souffle coupé par leur baiser langoureux et ils se devaient respirer, ainsi que voir ce qui se passait dans le regard de l'autre.

Jamais, ils ne pourraient retourner en arrière et une certaine question restait en suspens. Fallait-il tout arrêter maintenant ou laisser le désir les emmener vers d'autres chemins ? Becky, oh Becky, tout était si incertain et pourtant si agréable. Il la voulait ! L'amour pour elle à ce moment-là était si fort qu'il se sentait capable de gravir des montagnes, seulement pour lui ramener une fleur sauvage qui représentait si bien sa serveuse, une fleur qui ne ferait qu'accompagner sa beauté. Doucement, il vint caresser sa joue avec le revers de sa main et prononça telle une poésie.

- Aussi longtemps que le soleil brillera sur la terre, je serais près de toi...

Il en faisait la promesse sans aucun doute, car même si cela venait à ne pas marcher entre eux, jamais il ne pourrait passer sa vie sans Becky. Ses yeux éclataient de mille lieux, tels des milliers de lucioles qui était venu s'y reposer.

Voulant de nouveau gouter ses lèvres, il s'approcha pour les saisir en tout délicatesse, l'échange fut d'abord doux comme la rosée du printemps, il continuait à caresser son visage. Puis ce fut comme-ci une tornade se déchaînait dans son coeur, leur baiser se fit plus ardent, plus passionné, sa main glissa juste en bas du tee-shirt de la jeune fille et d'un geste précis et rapide, lui retira. Laissant totalement ses pulsions aux commandes, il ne réfléchissait plus à rien, ses lèvres glissèrent sur le haut du cou de la jeune femme pour finalement revenir au bord de sa bouche. D'un geste qu'il pensait impossible, il plaça un de ses bras sous les jambes de Becky et l'autre autour de sa taille. Tandis que leurs lèvres ne se quittaient plus, il se leva avec la jeune femme dans ses bras, la joie dans le coeur, le sourire revenu, il se mit à lui susurrer tout en avançant...

- Allons trouver refuge avant que Walgrim n'arrive !


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stay the night {Owen & Rebecca}   Mer 9 Oct - 0:27




Rebecca & Owen

I'm just a little bit caught in the middle, life is a maze and love is a riddle






Stay the night

Leur baiser s'éternisait et bientôt Becky se sentit manquer d'oxygène sans pour autant se décider à stopper leur étreinte. Elle ne voulait pas se détacher d'Owen, pas encore, car elle n'était pas certaine de savoir ce qu'il pensait de tout cela, ce qu'il pensait d'elle. Ils s'aimaient tous deux d'un amour innocent depuis tellement longtemps qu'il était étrange de sortir de cette amitié qui les avait vu grandir. Quand cet amour fraternel avait-il laissé place à celui, plus intense, des amants ? Les poumons en feu, ils se détachèrent l'un de l'autre, chacun voyant la même question se refléter dans les yeux de l'autre, celle qui faisait écho aux interrogations intérieures de la jeune femme. Et maintenant ?

Mais elle réalisa que la question ne se posait plus. Ils s'étaient embrassés et Rebecca avait aimé ça comme elle aimait l'homme qui la tenait dans ses bras. Ce n'était peut-être pas l'amour qu'elle s'était imaginé en lisant ses romans ou en regardant ses films, mais c'était celui qui l'avait accompagnée toute sa vie. Sa constante, son pilier, son roc. Son Owen. A elle et rien qu'à elle, pour le meilleur et pour le pire et si elle devait se fier au regard du brun, c'était bien le meilleur qui se produirait le reste de la soirée. Il passa une main sur sa joue tout en lui déclarant à sa façon qu'il l'aimerait toujours, comme pour lui assurer que quelle que soit la façon dont tout cela finirait, ils resteraient pour toujours ce qu'ils étaient : des amis. Cela acheva de rassurer Becca qui se laissa embrasser par le jeune Heartwood.

Si leurs premiers baisers n'étaient pas allés bien loin, celui-ci en revanche se fit plus passionné, plus nécessiteux. Elle se laissa emporter dans un torrent de sensations qu'elle n'avait pas l'habitude de ressentir. Becky se sentait comme une fleur flottant sur des eaux agitées, voguant au gré du courant. Elle ne savait pas où cela la mènerait et pourtant elle se laissa guider malgré tout car il était si bon de se laisser aller. L'ancienne poupée de son sentit la main d'Owen glisser jusqu'à ses reins et passer sous son t-shirt qu'il lui retira sans autre forme de procès. Alors qu'il ne faisait pas particulièrement froid chez les garçons, Rebecca se sentit pourtant frissonner sous le regard enflammé du jeune homme. Un excès de pudeur, elle voulut cacher sa poitrine uniquement couverte de son soutien-gorge, mais se retint de le faire.

Vraisemblablement, il aimait ce qu'il voyait car aussitôt il se mit à parsemer son cou de baisers et elle se sentait fondre. Elle n'avait pas eu beaucoup de partenaires depuis cette fameuse nuit avec Robin. A la vérité, hormis l'aîné Heartwood elle n'avait eu qu'un seul amant en la personne de Jake Conman. Rebecca se sentait mal à l'aise, gauche, et pourtant plus il la couvrait de baisers plus elle semblait savoir quoi faire. Alors elle se laissa emporter de nouveau, sans peur de se noyer car il était là. La peur qu'il se détache d'elle l'emporta sur la peur de mal faire et les mains de la jeune Doll glissèrent jusqu'aux épaules d'Owen pour finalement l'enlacer. Inconsciemment elle se sentit remuer doucement le bassin et très vite, il la serra contre lui pour se lever et automatiquement elle enroula ses jambes autour des hanches du brun.


''Allons trouver refuge avant que Walgrim n'arrive !''

Qui ? L'esprit embrumé de l'ancienne poupée de son se souvint vaguement du colocataire du jeune homme auquel elle s'accrochait comme à une bouée de sauvetage et elle rougit. Elle n'avait même pas imaginé une seule seconde qu'il puisse les interrompre. Quelle scène cela aurait été ! Digne des sitcoms qu'elle aimait tant. Profitant de ce que les mains d'Owen soient occupées à la tenir, Becky laissa ses doigts se promener sur le cou et le buste de ce-dernier. Elle parsema son visage de baisers avant de s'attaquer à son cou et plus précisément à cet endroit sous l'oreille qui avait fait frissonner ses deux premiers amants.

Ils arrivèrent enfin à destination, non sans avoir percuté un ou deux meubles au passage. Amusée, Reb' se demanda si Walgrim croirait à un cambriolage. Owen ferma la porte derrière lui d'un coup de pied hâtif avant de plaquer sa partenaire contre celle-ci. Becky n'arrivait plus à penser correctement, elle qui avait déjà beaucoup de mal à se concentrer en général, elle n'était désormais plus certaine de connaître son propre nom. Enfin, elle relâcha l'étreinte de ses jambes et le libéra. Les deux pieds parfaitement plantés au sol, elle put commencer à le déshabiller à son tour.

Lorsqu'elle eut égalisé le score, la brunette lui ôta sa ceinture avant d'enlever son propre jean pour finalement se jeter à son cou et goûter de nouveau ses lèvres. Le torrent l'emportait toujours, elle se sentait comme sur des montagnes russes : heureuse, libre, elle volait au-dessus du monde. Becky les mena vers le lit sur lequel ils s'écroulèrent, elle sur lui. Les draps impeccablement tirés n'étaient déjà plus qu'un souvenir et elle s'amusa à penser que c'était probablement la première fois qu'Owen se servait de son lit !

Non, pas la première fois. Une pensée insidieuse lui rappela la raison de la détresse du cadet Heartwood un peu plus tôt. Ginnie. L'avait-il emmenée ici ? Lui avait-il fait l'amour sur ce lit ? Penserait-il à leur voisine lorsqu'ils seraient en train de faire l'amour à leur tour ? Rebecca regarda les yeux magnifiques et innocents de son ami. Non, il n'en était pas capable. Entre faire souffrir la jeune femme ou souffrir lui-même, il n'hésiterait pas une seule seconde à se sacrifier comme Becky se sacrifierait devant le même choix.

Elle espérait tout de même qu'il avait changé les draps...

Les événements s'enchaînèrent rapidement. Les caresses devinrent intimes, puis plus intimes encore. Les respirations accélérèrent, les cœurs s'emballèrent. Leurs mains, leur bouche traçaient des lignes sur leur corps fiévreux et formèrent des symboles que seuls les amants connaissaient. Ils se mouvaient dans une étreinte qui pouvait durer des secondes ou des heures et les soupirs laissèrent finalement place aux cris. Les eaux du torrent étaient plus agitées que jamais, les montagnes russes avaient disparues sous elle, la laissant planer par delà les nuages. Rebecca se sentait vulnérable, forte, gênée, pleine d'assurance, heureuse. Ses muscles se tendirent tellement qu'elle en tremblait. Bientôt, trop tôt, elle n'y tint plus et relâcha la pression. Et ce fut terminé, elle était dans le plus bel endroit du monde, cet endroit qui n'existait pas réellement mais que tous connaissaient.

Un sourire rêveur aux lèvres, Rebecca ouvrit les yeux pour se retrouver dans la chambre d'Owen. Son amant. Qui l'aurait cru ? Tentant de reprendre sa respiration elle chercha la main du jeune homme avant de poser la tête sur son épaule. Elle avait dû s'agripper à lui plus fort qu'elle ne l'avait cru à en juger par les marques rouges qu'il avait. Gênée, elle enfouit son visage dans le creux du cou du cadet Heartwood.


''Je ne sais pas trop ce qu'on dit dans ce genre de situation...''

Le son de sa voix était étouffé par la peau de son amant, mais elle savait qu'il l'avait entendue. C'était vrai, elle savait comment ce type de scène se terminait dans les séries mais dans la vraie vie ? La connaisseuse c'était Ruby, et elle ne lui demanderait certainement pas le moindre conseil à ce sujet. Reb' préférait repousser au maximum le moment où elle l'apprendrait. Seigneur, elle allait vraiment être insupportable après cela.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stay the night {Owen & Rebecca}   Ven 11 Oct - 11:59





Rebecca & Owen

Un ami, c'est quelqu'un qui sait tout de toi, et qui t'aime quand même.








Stay the night

Le jeune homme avait toujours attiré l'obscurité par sa lumière et cela durant toutes les vies qu'il avait vécues, d'abord Sam, le frère du légendaire Barbe-Bleue, puis le marchand de sable et ensuite Owen, le surveillant de l'orphelinat bien trop timide, que certains pensaient même muet, avait trouvé un rayon de soleil dans un autre coeur que le sien, elle était éblouissante, merveilleuse et il l'aimait d'un amour pur, pas celui de grandes histoires, mais de deux personnes destinées à traverser leur vie ensemble en étant dans l'incapacité de briser le coeur de l'autre, tel protégés par un sort magique, une belle amitié qui ne pourrait jamais disparaître dans le néant, leur lumière le vaincrait toujours. Ils se connaissaient par coeur, pouvant même dire qu'ils partageaient leur âme, se protégeant, rigolant, il pouvait tout partager même l'amour.

La tempête était comme évaporé de leur esprit, leurs baisers échanger les avaient emmenés bien loin de ce monde terrestre, se trouvant parmi les étoiles, qui la représentaient si bien. L'univers était si vaste qu'on pouvait facilement s'y perdre et l'impression de se perdre l'envahissait quand il plongea ses yeux dans les siens en recherche de réponse. Elle se trouvait dans le même état que lui, si incertain et pourtant si sûre de ce qui allait se produire.

Il la tenait dans ses bras, prêt à la conduire à son lit, endroit où il pourrait contempler sa beauté sans pouvoir en rougir, même si c'était certain qu'il le ferait, jamais ils avaient franchi cette limite, certainement pour préserver leurs amitiés, sauf que celle-ci était immortelle, il n'y avait aucune raison d'éprouver la moindre peur. Owen savait que tout se passerait bien, qu'ils le voulaient, qu'après cette nuit, jamais plus personne ne pourra les séparer. Elle serait toujours sa Becky, sa meilleure amie, la personne qui se tiendra près de lui à chaque moment de sa vie.

Alors, qu'il lui parlait d'un refuge, telle l'arche de Noé contre le déluge. Loin de penser que Walgrim était une catastrophe naturelle, mais il se voyait mal se faire surprendre par son coloc. Il n'eut plus l'occasion de penser sous les baiser de sa compagne, il aimait en sentir la douceur, l'empreinte de ses lèvres sur son visage et alors qu'elle en vint l'embrasser sous l'oreille, un frisson le parcourut à tel point qu'il se prit un meuble, puis un autre. Avant d'arriver dans cette chambre si peu habitée qui pourtant allait bientôt abriter des soupirs d'extase.

Refermant la porte avec son pied, son désir le poussa à plaquer sa muraille de Chine contre celle-ci, il ne se contrôlait plus, ne pensait plus, son seul objectif était de partager un moment de purs bonheurs avec celle qu'il voyait toujours lui tendre la main, dans chaque souvenir. Becky avait à présent les pieds au sol, le libérant de ses vêtements ainsi que les siens.

Deux enfants devenus adultes ensemble, se retrouvaient dans le même lit, partageant un tout nouveau moment de leur vie qui deviendrait un souvenir, fait de lumière qui scintillait dans leurs yeux, de souffles saccadés, de l'harmonie de leur corps lié l'un à l'autre. Il découvrit en cet instant tout ce qu'il aurait pu jamais imaginer, il se trouvait à la lisière des cieux et prit le temps que Becky vienne le rejoindre, pour partager la magie ancestrale qui transporte chaque âme au pays de lumière avant de revenir dans le monde réel, essoufflés, heureux, se pensant même indestructible et pourtant ne s'est jamais autant dévoilé.

Owen laissa sa tête tomber sur son coussin, toute mauvaise pensée avait disparu, pouvant même dire que son coeur s'était ressoudé, Becky l'avait bien plus que soigné, elle lui avait donné un second souffle de vie. Celle-ci vint poser sa tête près de son cou, tendit qu'il reprenait son souffle, le sourire aux lèvres.

''Je ne sais pas trop ce qu'on dit dans ce genre de situation...''

Ce fut comme un murmure, rien d'étonnant vu qu'elle qu'elle avait enfoui son visage dans le creux de son cou, il aimait la sentir près d'elle, la peau coller l'une à l'autre. Posant sa main sur son visage qu'il caressa, il se décala en douceur pour ne pas la brusquer et se retourna, posant son front contre le sien tout en continuant de lui caresser la joue. Leurs yeux fusionnèrent, lui portant un regard qui se veut rassurant, aimant.

- On peut très bien, ne rien dire, rester ainsi...

Un plan parfait, une nouvelle façon de s'échapper de ce monde rien que dans ses yeux qui le faisaient voyager, ils pourraient partir visiter l'Irlande rien qu'avec des mots sans être obligé de partir de ce lit. Parler de cette magie qui leur correspondait si bien. Pour lui tout semblait, comme avant, comme si ce rapprochement avait été prédit depuis leur rencontre, il ne voulait pas penser à demain, à ce qui pourrait s'appeler une discussion, non il n'en avait pas besoin avec Becky, elle l'avait fait devenir papillon et il volait au-dessus de la muraille de Chine.

- Ne pensons pas trop, vivons le moment présent et c'est tout !

Il scella ses paroles par un baiser très doux avant de la reprendre dans ses bras. Comme dit auparavant ses deux âmes perdues à cause de la malédiction avaient lutté l'une avec l'autre sans même se douter, ils possédaient une telle force qu'ils seraient impossibles de les détruire, à présent ils ne pouvaient pas se connaître davantage.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stay the night {Owen & Rebecca}   
Revenir en haut Aller en bas
 

Stay the night {Owen & Rebecca}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ◮ Stay the night.
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» Fate Stay Night RPG
» Fate Stay Night RPG
» BUT I'LL ONLY STAY WITH YOU ONE MORE NIGHT - 9 JUIN, 2H24

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-