★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   Jeu 21 Fév - 10:28





Diane Owen


Encore une journée de rénovation dans l’aquarium qui se terminait, je m’assis et repris mon souffle je venais de finir le plus long mur de l’établissement, j’y avais passer la journée si bien que j’avais affreusement mal au bras et épaules d’être rester les mains tendus vers le haut pour peindre. J’appuyai mon front sur le dos de ma main et fermait les yeux quelques instants j’étais vannée mais en levant les yeux vers mon œuvre ma fatigue s’envola pour faire place à un sentiment de fierté. Je remit sur mes pieds et allait me laver les mains, je me regardais dans le miroir détérioré, il faudrait que je change ça à un moment.

Je ressemblais à … eh bien en fait il faut se l’avouer je ne ressemblais à rien, les cheveux en bataille, les traits tirés et de la peinture sur la joue j’avais surtout l’air du SDF qui n’aurait pas pris de douche depuis des mois. Qu’a cela ne tienne je retournais dans mon bureau et passait dans les vestiaires réservés au personnel, là j’avais déjà rénover les douches, je pris mon temps, laissant couler l’eau bien chaude sur mon corps pour le détendre, je l’avais une première fois mes cheveux. Je les sentis et trouvait qu’il sentait encore le poisson aussi je les relavais avant de sortir à regret de ma douche, j’enfilai alors mon pantalon noir et mon chemisier avant de glisser mes pieds dans mes bottes baskets. Je me séchais ultra rapidement les cheveux, il devait déjà faire nuit personne ne me verrait de toute façon, et les laissait libre, je prit tout de même le temps de me mettre un peu de crème hydratante et me maquiller avant de saisir mon sac à main et de retourner dans l’aquarium.

Je passais derrière le comptoir et ouvrit le compteur, je commençais par éteindre la lumière des couloirs internes puis les différentes salles de l’aquarium : les méduses, les otaries, les petits mammifères et terminai par les dauphins et l’entrée du bâtiment. Je me dirigeais ensuite vers la porte de sortie, je me retournais une dernière fois pour vérifier que tout était bien éteint et ouvrit la porte.

A demain les enfants, soyez sage !

C’était une phrase que j’avais pris l’habitude de dire tout les soirs et comme à l’accoutumée les dauphins me répondirent avec leurs petits cris, je passais la porte en souriant et fermai a double tour encore une manie que j’avais adopter depuis que j’avais repris l’aquarium. Je me dirigeai ensuite vers ma voiture, l’ouvrit et lançait mon sac sur le siège passager, jetant un œil sur l’horloge de ma mini je vis qu’il n’était pas aussi tard que je le pensais, il n’était que 19h, une envie subite de voir Cloé m’envahit et je démarrai. Bien sûr je savais que les visites étaient terminées depuis longtemps mais je savais aussi que la surveillante ne bronchait jamais étant donnée que j’étais une ancienne de l’orphelinat et que je savais comment l’amadouer.

Sur le chemin je réfléchissais à notre mère, celle qui n’avait pas hésiter à nous abandonner Cloé et moi au main de la charmante et épouvantable Carmen Time, un vrai tyran satanique qui détestait les enfants et qui pourtant gérait l’orphelinat de la ville. En réalité j’ignorais si elle n’aimait vraiment pas les enfants ou si c’était juste dans sa nature d’être incroyablement méchante. Je sortis de mes pensées en voyant le bâtiment délabré qui se trouvait être l’orphelinat de la ville. Dans ma tête défilèrent les souvenirs de mon arrivée ici, puis celle de ma sœur, j’eu un pincement au cœur, je soufflais et il s’évapora avec mes souvenirs. Je sortis de la voiture, une fois garée, et me dirigeais d’un pas ferme vers la clochette d’entrée en me récitant dans ma tête les mots simples que j’allais sortir à la surveillante.

Je me rhabillait rapidement puis tirai sur la chaîne pour faire retentir la clochette qui annonçait quelqu’un à la porte, bien sur les orphelins, eux, entrent directement, mais je n’étais plus une orpheline depuis que j’avais pris mon indépendance j’étais une adulte mais malgré tout je me ressentis devenir une enfant devant cette porte. J’attendis encore quelques instants avant d’entendre le bruit d’ouverture de la poignée j’affichai un grand sourire et lançai à la volée

Bonjour Madame …

Le reste de ma phrase mourut dans ma gorge, je me sentis devenir écarlate. Ce n’était pas la surveillante qui m’avait ouvert la porte non c’était Owen. Qui est Owen me demanderez vous ? Eh bien c’est mon Ex petit ami, que j’ai plaqué pour sortir avec l’homme que j’aime et avec lequel je ne sort pas …. Bon ok c’est compliqué mais je ne voulais pas faire de mal à Owen en sortant en même temps avec lui et avec Scott vous comprenez. Malheureusement depuis ce jour Owen avait cesser de me parler, je pense qu’il était en colère contre moi j’avais maintes fois essayer de l’appeler pour m’excuser mais j’avais toujours raccrocher avant d’entendre sa voix, et maintenant il était là devant moi.

Euh … Salut Owen qu’est ce que tu fais là ? Je viens voir ma sœur Cloé tu te rappelle ?

Bien sûr qu’il se rappelait, comment pouvait il en être autrement ? La surprise de le trouver ici me perturbait totalement aussi me mordais-je la lèvre pour me taire quitte à en saigner.


« It’s Time to Forgive, right ?. »

© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   Jeu 21 Fév - 22:23





Diane Owen


Chaque enfant a déjà entendu la jolie phrase : " Le marchand de sable est passé " mais il est certain, que beaucoup ignore que dans la petite ville de Storybrooke, celui dont parle la légende, ne distribue plus ses beaux rêves. Ses souvenirs et pouvoir lui ont été enlevés par la malédiction, il n'est devenu que l'ombre de son courage et même si Sam n'avait pas que des souvenirs heureux, il en est de même pour Owen. Comme si c'était sa destinée d'être entouré par la noirceur et pourtant rester un être de lumière. Il n'y avait jamais eu une once de méchanceté en lui, sa passion pour les enfants avait survécu au nuage. Oui, il avait dédié sa vie à ses petits protégés de l'orphelinat sur lequel il veillait quand la nuit tombait pour faire fuir les mauvais cauchemars qui les terrorisaient.

Depuis quelque temps, une nouvelle personne était rentré dans sa vie, Ginnie, sa voisine. Personne ne connaissait leurs relations, car celle-ci était toujours en couple avec son fiancé, mais Owen espérait qu'un jour elle le quitte même s'il n'avait pas encore osé lui poser la question. Leur amour était tellement beau qu'il ne pouvait pas douter un seul instant qu'un jour Ginnie ne serait qu'à lui. Il venait tout juste de la quitter avant de gagner son travail. Ce n'était pas toujours facile de se voir qu'en secret, dans des coins sombres, mais en même temps cela avait un petit côté excitant. La jeune femme le comblait vraiment de bonheur.

Il avait toujours son plâtre au poignet et devait encore le garder quelques semaines, mais cela ne l'empêchait d'effectuer son job. De toute façon, jamais il n'aurait pas laissé les enfants avec ses collègues plus de quelques jours. Pour dire, il était le seul à vraiment prendre soin d'eux et surtout à être de leur côté. Ce n'était déjà pas facile d'avoir de famille, mais en plus le personnel ne faisait aucun effort pour leur rendre la vie meilleure. Owen n'avait donc aucune affinité avec ses collègues, pour lui seul les pensionnaires comptaient vraiment.

Ce soir-là, il n'y avait aucun souci majeur, ayant déjà raconté deux histoires au plus petit, il venait de les mettre au lit et laisser quelque porte ouverte pour ceux qui n'étaient pas rassurés. Effectuant un petit tour de routine, il alla aider un jeune pensionnaire pour ses problèmes de lecture, faire ses devoirs étaient une étape importante et le petit était terrifié de lire devant trop de monde, ce que pouvait comprendre l'ancien marchand de sable, vu qu'il n'était pas l'adepte de la parole non plus. Alors que l'en fait lisait parfaitement sa première ligne, Owen entendit la sonnette. Regardant l'heure, il se demandait qui se pouvait bien être à une heure si tardive, il n'avait pas l'habitude de recevoir de la visite, hormis celle des policiers qui ramenaient quelques pensionnaires. Sauf que tout le monde était présent, vu qu'il avait effectué l'appelle à son arrivée, ou alors qu'un d'entre eux avait fait le mur. Montrant au petit brun qu'il devait aller ouvrir, il descendit les escaliers. Arrivé la porte, il déverrouilla la porte.

Bonjour Madame …

C'était vraiment la surprise de la soirée, Diane son ex se trouvait face à lui. Ils ne s'étaient pas parlé depuis le lycée, plus précisément depuis qu'elle avait rompu avec lui, car elle en aimait un autre. Le jeune homme avait mis un certain temps à s'en remettre, oui elle lui avait brisé le coeur. Mais à présent il comprenait, étant lui-même amoureux de Ginnie, il avait compris que ce qu'il avait ressenti pour Diane, n'était en rien semblable, même s'ils avaient vécu une belle histoire ils n'étaient pas destinés l'un à l'autre. La pauvre devint tout rouge, elle non plus ne devait pas s'attendre à tomber sur elle, pour preuve elle venait de l'appeler madame.

Euh … Salut Owen qu’est ce que tu fais là ? Je viens voir ma sœur Cloé tu te rappelle ?

Le regard d'Owen se fit surpris, elle ignorait donc qu'il travaillait ici, pourtant cela faisait déjà quelques années, elle paraissait totalement troublée, bon il n'était guère mieux pour lui c'était un sentiment constant. Sa grande timidité était connue de tous, d'ailleurs certains pensaient même qu'il était muet. Hochant la tête pour lui faire comprendre qu'il se rappelait que Cloé était sa soeur, il se décala pour la laisser rentrer. C'est vrai que les visites de nuit étaient interdites, mais le jeune homme se fichait un peu de règles de Carmen et puis il se disait que si Diane était passé si tard ça devait être important, refermant la porte, il se mit à dire de ça toute petite voix :

- Je suis le surveillant de nuit !

Le jeune homme ne parlait vraiment que très peu et se forçait un peu quand on lui posait une question, mais autrement il était naturel qu'il ne dise rien du tout, surtout avec des pures inconnues. Sauf que Dianemême s'ils s'étaient perdus de vu depuis longtemps était loin d'être un inconnu, lui montrant le porte-manteau pour qu'elle se dévêtît, il arrêta un des enfants qui passaient pour lui demander d'aller chercher Cloé, la jeune fille pouvait être partout et il y avait tellement d'endroits où se cacher qu'il espérait qu'il la trouve assez vite. Oui même s'il était apte à désobéir, il ne laisserait pas la brunette ce trimballer dans l'orphelinat.

Main dans les poches, il observait les alentours, sans vraiment poser son regard sur la jeune femme. Ok, il était légèrement gêné de la recroiser dans ses circonstances puis surtout il n'avait pas envie de se forcer à parler, il ne serait même pas quoi lui raconter, la solution était que Cloéarrive au plus vite pour qu'il retourne à ses tâches habituelles.


« It’s Time to Forgive, right ?. »

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   Ven 22 Fév - 20:14





Diane Owen


Owen se décala et me laissa entrer avec un signe de tête, bien sûr qu’il se souvenait de Cloé ce n’était pas comme si elle habitait ici comme tous les autres orphelins, mais un jour cela changerait je m’en étais fait la promesse. D’une tout petite voix qui lui était caractéristique il me précisa pourquoi il était là. Bien sûr le surveillant de nuit ! Ce n’était pas un orphelin il n’y avait donc aucune raison pour qu’il soit ici hormis pour le travail, je secouai la tête en me fustigeant de ma bêtise dans mon for intérieur. Quelle cruche !

J’étais tellement habituée à la surveillante de jour que je ne pensais plus à ceux de la nuit qui était si discret, c’était un emploi de rêve pour le si timide Owen pas ou peu de contact avec les extérieurs et seulement avec des enfants.

Il me montra le porte manteau et sans un mot j’ôtais ma veste et la suspendit, je me balançai d’avant en arrière sur mes pieds tandis qu’il demandait à un gamin d’aller chercher ma sœur, je croisai les doigts pour qu’elle n’est pas fait le mur ce soir. Le silence s’installa et dura, Owen n’avait jamais été un grand bavard c’était d’ailleurs un des points qui m’avait fait craquer pour lui lorsque nous étions encore au lycée, le fait qu’il se contente d’écouter me ravissait au plus haut point mais à cet instant j’aurais payé cher pour qu’il se transforme en pipelette et qu’il se met a parler, mais ça n’arriverait jamais j’en étais certaine.

-Bien, euh comment vas-tu ?

Je tentai une approche peu subtile tout en le regardant il n’avait pas beaucoup changé depuis la fin de nos études, il était toujours aussi mignon je me prit à lui sourire avec tendresse, j’avais un brin de nostalgie de cette époque car même si je l’avais quitter pour de bonnes raisons, j’avais eu des sentiments pour lui à une époque. Je me sentais courbaturée et gelée, je soufflais dans mes mains avant de les frotter l’une contre l’autre, Carmen n’avait certainement pas décider de mettre le chauffage en route comme d’habitude et j’étais trop peu vêtue pour ne pas ressentir la fraîcheur de l’air, j’avais envie de m’asseoir.

-Et si on allait s’asseoir pendant qu’on attend Cloé ? Promis je ne bougerai pas du canapé !

Je le devançai et me dirigeai vers le coin du radiateur, je posais mes mains dessus mais à mon grand désespoir il était aussi gelé que moi, je m’assis sur le canapé une jambe sous les fesses comme je l’avais toujours fait et serrai mes bras contre mon torse pour tenter de me réchauffer. Je trouvais que le gamin était bien long, je voulais bien comprendre que l’orphelinat était grand mais ça n’était pas non plus un château. Je savais que l’instant était parfait pour présenter mes excuses nous étions seuls et personne ne risquait d’arriver sans prévenir hormis Cloé mais elle connaissait bien Owen et elle comprendrait si je coupais la conversation.

-Ecoute Owen, je crois qu’il faut que je te présente des excuses.

Je n’avais aucunement préparé mon discours si bien que les mots avaient du mal a sortir de ma bouche, j’étais complétement paumée et je ne savais même plus commencer c’était si dur de lui dire pardon, alors que ça aurait du être si simple !

-Tu sais je ne voulais pas te blesser, je te le jure

C’était la plus stricte vérité, jamais je n’avais voulu qu’il souffre, comme je ne souhaite à personne de faire souffrir un être que l’on aime, c’est un supplice et des remords avec lesquels on doit vivre toute sa vie dans la conscience. Je regardai Owen guettant un signe d’encouragement ou même n’importe quoi d’autre et frissonnai sous son regard, était – ce le froid ou autre chose ?

-Je crois que je m’y prends mal hein ?

Je reniflai de dédain envers moi-même j’étais vraiment nulle ! J’espérais que le gamin ne mettrait pas trop de temps pour revenir avec Cloé car je me sentais vraiment mal à l’aise tout en me sentant bien, j’étais naturelle avec Owen, j’ai seulement Diane et non plus Diane la directrice de l’aquarium ou encore Diane l’orpheline, j’étais juste Diane. Une Diane confuse et maladroite qui n’était même pas fichue de faire des excuses en bonne et due forme a celui qui avait été son meilleur ami et qui bien que les années passent le restait sans qu’il le sache.

-Tu m’a manquer tu sais..

J’avais lâcher ca sans préméditation et c’était une vérité absolue mais cela me stressait car j’ignorais comment Owen allait réagir a cet aveu mal placé.

« It’s Time to Forgive, right ?. »

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   Sam 23 Fév - 12:36





Diane Owen


Alors que le jeune homme s'était concentré sur les escaliers à l'attente de la descente de la jeune soeur de son ex, elle en vint à lui poser une question, s'il allait bien. C'était une question banale qu'il avait réussi à éviter avec des mots. Secouant la tête positivement avec un petit sourire, voilà comment il signifiait qu'il allait bien. Celle-ci lui rendit son sourire et assez bizarrement ça lui rappela ceux qu'elle lui faisait quand ils étaient encore ensemble. Elle avait l'air d'avoir froid vu qu'elle soufflait dans ses mains, en même temps le chauffage n'était pas allumé et ceux pas habitué pouvaient vite choper un rhume.

-Et si on allait s’asseoir pendant qu’on attend Cloé ? Promis je ne bougerai pas du canapé !

Le canapé se trouvait un peu plus loin, portant de nouveau son regard sur les escaliers, il se résilia à la suivre. Mais ça ne devrait pas s'éterniser, il avait tout de même du travail, non il n'était pas payé pour faire causette à une personne qui ne devrait même pas être là. S'installant près d'elle, il regardait droit devant lui.

-Ecoute Owen, je crois qu’il faut que je te présente des excuses.Tu sais je ne voulais pas te blesser, je te le jure

Lui jetant un regard surpris, il ne s'attendait vraiment pas à ça. Pourquoi s'excuser pour une chose qui avait été commise il y a déjà sept ans ? C'est vrai qu'il avait plus que souffert et pensait ne jamais sortir du gouffre, mais il avait réussi à remonter et ses excuses arrivaient sans doute trop tard, mais valait mieux qu'elle arrive à jour que rien du tout, il pourrait lui dire qu'elle avait raison que de toute façon, vu qu'elle en aimait un autre cela aurait été droit dans le mur. Mais Owen reste Owen et dans le silence ce complet, il ne fit que froncer les yeux et inclina la tête.

-Je crois que je m’y prends mal hein ?

Levant les sourcils avec un léger sourire, il voulait la rassurer. Lui faire comprendre qu'il ne lui en voulait pas que c'était la vie. Mais savait-elle encore lire dans ses yeux ? Ou l'avait-elle su un jour ? Il n'y avait que son frère qui y arrivait vraiment, avec lui ils pouvaient s'échanger des phrases comme par télépathie.

-Tu m’a manquer tu sais..

Sa phrase eut l'effet de le faire se lever, pour faire face à la jeune femme. Il ne la comprenait vraiment plus, mais à quoi elle s'attendait en lui disant cela ? Qu'il lui saute au cou ? Qu'il se met à parler sans aucune pause ? Ou alors elle jouait avec lui ? Comment pouvait-il lui manquer vu qu'il avait été durant deux ans en couple, mais n'était pas ami avant ? Était-ce leur histoire qui lui manquait ? Ce qui paraissait fou vu qu'elle l'avait quitté, car elle en aimait un autre. C'est vrai qu'il avait espéré cette phrase les mois après leur rupture, mais là maintenant non. Se passant la main dans les cheveux, il aspira un grand coup...

- C'est du passé !

Sa phrase n'était pas très claire, qu'est-ce qui était du passé ? Leur histoire pour sûre, les sentiments pour elle, oui il l'avait aimé, mais ce qu'il ressentait pour Ginnie était plus fort et ce qu'elle devait ressentir pour Scott, l'homme pour qui elle l'avait quitté. D'ailleurs il n'avait su si elle lui avait avoué ses sentiments, c'est vrai qu'après qu'elle lui avait dit qu'ils ne pouvaient plus être ensemble, il l'avait simplement fait sortir de sa vie.

- Je n'ai pas besoin de tes excuses. C'était normal que tu me quittes...

Voilà, il avait réussi à se faire comprendre, avançant vers les escaliers seulement pour vérifier, pas de Cloé à l'horizon. Retournant sur ses pas, il attrapa les gants dans son manteau pour les tendres à la jeune femme.


« It’s Time to Forgive, right ?. »

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   Mar 26 Fév - 11:17





Diane Owen


Je le vis tour a tour surpris et intrigué au fur et à mesure que je parlais il leva les sourcils et sourit légèrement, j’avais oublier son sourire et cela me fit une pointe au cœur, il parlait si peu avec des mots pourtant dans son regard je crus lire quoi de la pitié et si ce n’était pas ça cela devait sûrement être de la répulsion a moins que ce ne soit du pardon. J’avais toujours eu du mal à interpréter tous ces regards. La vérité que je lui avait énoncé sur le fait qu’il me manquait eu un effet que je n’avais en aucun pu imaginer, avec une rapidité surprenante pour lui, il se leva et se mit face à moi, sur son visage je voyais des émotions défilés. Je redoutais le moment où il allait se mettre à me hurler dessus avant de me souvenir qu’il s’agissait d’Owen et qu’il n’élevait jamais la voix.

-C'est du passé !

Il me parlait ! Enfin j’obtenais une réaction certes pas celle que j’attendais car je le sentais presque agressif dans cette toute petite phrase. Avait il oublier que j’avais été une amie pour lui avant que nous soyons ensemble ou alors mettais je tout simplement imaginer avoir été amie avec lui lorsque je voulais sortir avec lui ? Tout cela me trottait dans la tête, il se tenait toujours en face de moi, j’attendais son coup de grâce.

-Je n'ai pas besoin de tes excuses. C'était normal que tu me quittes...

Je m’attendais a tout sauf à ce qu’il me pardonne aussi aisément … il me tourna le dos et revint quelques minutes plus tard pour me tendre des gants. Je restai quelques minutes et attendre bêtement avant de saisir délicatement les gants en hochant la tête, j’avais la gorge nouée. Mes doigts frôlèrent les siens et je me sentis comme électrisée par ce contact, je fis comme si de rien était et enfilait les gants pour réchauffer mes doigts gelés. Pendant un long moment pas un mot ne fut dit, je me levais pour me poster à la fenêtre comme je le faisais certains soirs lorsque j’habitais encore dans cette immense maisonnée.

-Ce n’était pas normal tu sais, je trouvais simplement qu’il me paraissait juste de te présenter des excuses pour ce que je t’ai fait. Je t’ai fait souffrir je le sait sinon tu ne m’aurais pas éloigner de ta vie ainsi, ta réaction était parfaitement fondée et je ne t’en veux pas bien sûr, j’aurais certainement fait la même chose si la situation avait été inversée.

Les yeux fixés dehors sur la nuit, j’avais moins de mal à m’exprimer lorsque je ne le regardais pas. J’avais pourtant envie de regarder ses réactions mais je me retint, un souvenir afflua dans ma tête et je nous revis tout les deux et Scott qui nous rejoignait, j’étais heureuse dans mes souvenirs avec Owen, il avait été un gentil garçon avec moi, tendre et affectueux et moi que lui avais je donner rien hormis la douleur de la séparation et un peu de mon affection peut être.

-Il ne t’arrive jamais de songer à ce que nous aurions pu devenir si je ne t’avais pas quitté ? Peut être serions nous marier et avec des enfants..

Je me retournais et lui sourit doucement, cela aurait très bien pu arriver dans une autre dimension, rien ne pouvait le prouver bien sûr mais j’étais certaine qu’Owen ferait un bon père dés qu’il aurait trouvé la personne qui lui conviendrait.

-Néanmoins je continue de penser que nous n’étions pas destiner à finir notre vie ensemble, je n’étais pas la personne qu’il te fallait … mais peut être que je pourrais être ton amie..

Je n’en demandais pas plus, mais j’ignorais comment il allait prendre ma requête, s’il la rejetait je l’accepterait avec la tête haute enfin du moins le temps que j’étais en face de lui car je ne donnais pas peu cher de mon état moral ce soir en rentrant chez moi, cette soirée était éprouvante tant pour moi que pour lui ça j’en étais certaine. Ne supportant plus l’attente d’une réponse je me retournai vers la fenêtre et m’assis sur le rebord, comme lorsque j’étais enfant je passais un doigt sur les rebords des vitres. Mes yeux se posèrent sur les gants d’Owen et je sentis de la gratitude envers lui. Frissonnante j’emprisonnai mon torse dans mes bras, lorsque je ne tins plus j’allai prendre mon manteau et retournait à ma place, je passai alors mes bras autour de mes jambes et posai la tête dessus le regard tourné vers la fenêtre. J’attendait toujours ma réponse mais doutais qu’elle vienne un jour, il était si peu bavard, néanmoins je ne voulais pas briser le silence j’avais déjà sûrement trop parler pour ce soir, je me mit à me balancer en fredonnant une mélodie douce que j’avais entendu en passant devant le bar d’Even un soir en rentrant. Etrange d’ailleurs que je m’en souvienne …


« It’s Time to Forgive, right ?. »

© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   Ven 1 Mar - 12:10





Diane Owen


Le temps avait pourtant avancé pour les deux jeunes gens, mais l'ancienne fée retournait dans les souvenirs lointains, certainement nostalgique de cette époque... Owen ne voyait pas les choses ainsi, il n'avait pas passé une enfance idyllique et même sur leur histoire d'amour avait été un brin de lumière dans sa vie, il avait eu besoin de tourner la page pour pouvoir avancer et cela n'avait pas été si facile, heureusement que Becky était là pour l'épauler. Il ne comprenait pas ce besoin de ressasser leur histoire, ce qui était fait ne pouvait être changé, mais si Diane en avait besoin pour une raison qu'il semblait ignorer, il l'écouterait...

Après avoir vérifié que Cloé n'arrivait pas par les escaliers, il attrapa des gants dans son propre manteau pour les donner à la brunette qui avait l'air mortifié de froid. Leur doigt se touchèrent et alors qu'au lycée, rien que ce simple contact l'aurait troublé, à présent plus rien, sa blessure était guérie, oui d'une certaine manière il avait vraiment tourné la page. Alors que Diane avait mis les gants, le silence s'était installé rien de plus normal pour l'ancien marchand de sable, même les enfants qui pourtant s'activaient toujours pour ceux qui n'avaient pas rejoints leur lit, n'émettait aucun bruit... Observant une nouvelle fois les alentours, car il devait tout de même faire son job, il ne remarqua pas tout de suite qu'elle s'était installée sur le rebord de la fenêtre.

-Ce n’était pas normal tu sais, je trouvais simplement qu’il me paraissait juste de te présenter des excuses pour ce que je t’ai fait. Je t’ai fait souffrir je le sait sinon tu ne m’aurais pas éloigner de ta vie ainsi, ta réaction était parfaitement fondée et je ne t’en veux pas bien sûr, j’aurais certainement fait la même chose si la situation avait été inversée.

Elle regardait l'extérieur en prononçant ses paroles, comme pour ne pas lui faire face... Un geste qu'il appréciait beaucoup. Parler les yeux dans les yeux, était encore très difficile pour lui, devoir surmonter son complexe était un combat sans failles, mais souvent il préférait simplement rester en retrait et éviter toute forme de dialogue. Elle s'excusait vraiment, lui aussi avait sa part de responsabilité dans cette histoire.

-Il ne t’arrive jamais de songer à ce que nous aurions pu devenir si je ne t’avais pas quitté ? Peut être serions nous marier et avec des enfants..

Et si ? C'était souvent une question que tout le monde se posait, pour remettre en cause ce qui se produisait dans sa vie... Owen aussi s'interrogeait souvent, mais il est vrai qu'il ne s'était pas posé ce genre de question, haussant les épaules, elle s'était retournée en lui souriant. Marié avec des enfants, serait-il un bon père avec le père qu'il avait eu ? Le jeune homme avait toujours peur de reprendre ses traces, il avait eu le coeur brisé à la mort de sa femme et avait répercuté sa colère sur ses enfants et plus intensément sur Owen qu'il pensait responsable de cet mort... Oui, Owen ne voulait pas d'enfant, mais bien vieller sur ceux qui étaient déjà sur terre et avait besoin d'aide. Pour finir, il secoua la tête d'un sens à l'autre pour lui dire non.

-Néanmoins je continue de penser que nous n’étions pas destiner à finir notre vie ensemble, je n’étais pas la personne qu’il te fallait … mais peut être que je pourrais être ton amie..

Le jeune homme était bien embêté de ne pas pouvoir sortir des mots de sa bouche, il ne contrôlait pas du tout ce point. Quand sa bouche ne voulait pas s'ouvrir, il n'y avait rien à faire. Ce qui le rassurait c'est que même par rapport à ses questions sur eux, elle était elle-même certaine qu'ils n'auraient jamais pu continuer ensemble, mais pouvait-il devenir Ami ? Owen en avait mais c'était des personnes qu'il côtoyait depuis un sacré bout de temps et donc il n'avait aucune crainte de parler, mais là face à Diane, la réalité s'imposait il ne pouvait pas se sentir assez à l'aise pour se dévoiler... Qu'attendait-elle pour le mot ami ? Car si elle voulait de longue discussion, il ne serait pas la bonne personne, par contre il était doué pour l'écoute, si on lui demandait aucunement de réconforter, pour ce point-là, il n'y avait que Becky qui avait ce privilège... Enfin d'une certaine manière, il avait aussi réconforté Ginnie, mais là c'était une histoire bien différente. La jeune femme ne disait plus un mot et avait même été chercher son manteau, avant de ce réinstaller à la fenêtre... On peut prétendre que ce genre de situation pour être gênante, mais pour Owen c'était le silence de la nuit qui le rassurait. Se posant contre le mur, il frotta son plâtre avec sa main valide et d'un coup d'une grande aspiration déclara :

- On peut être ami...

Puis il baissa la tête pour regarder le sol, sa timidité avait repris le dessus. Ce fut à ce moment-là que le garçon qu'il avait envoyé cherché Cloé, vint lui murmurer à l'oreille qu'il ne l'avait pas trouvé... Ici tout n'était que messes basses, pour ne pas se faire repérer par Carmen et réellement Owen ne pouvait être que leur seul confident... Le rassurant, par une petite tape sur l'épaule, il lui ordonna avec douceur d'aller se mettre au lit. Se tournant vers Diane qui devait certainement attendre l'arrivée de sa soeur avec impatiente, il s'approcha d'elle et lui murmura :

- Elle n'est pas là...

Cela arrivait assez souvent en fait, l'adolescente faisait souvent le mur et Owen la couvrait, mais Diane était-elle au courant de cette situation ?

- Tu peux l'appeler sur son portable ?


« It’s Time to Forgive, right ?. »

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   Lun 11 Mar - 10:11





Diane Owen


Je fixai toujours l’extérieur attendant ne serait ce qu’un souffle d’acquiescement de la part d’Owen, je savais que sa timidité maladive l’empêchait de faire bien des choses mais j’espérai qu’il soit capable de passer outre avec moi-même si je me doutais que ca ne serait jamais facile entre nous au vu de notre passé. Il vint alors près de moi et s’appuya sur le mur, tout en passant sa main valide sur un plâtre qui n’avait pas depuis longtemps j’en étais certaine il lâcha enfin ma délivrance.

-On peut être ami...

Je ne put empêcher un doux sourire s’afficher sur mon visage tout en le regardant avec douceur, il avait toujours été gentil et je m’en rendais compte encore maintenant, cet homme aussi discret soit il n’était pas un mauvais bougre il était juste timide et cela pouvait parfois le faire passer pour quelqu’un de froid aux yeux de ceux qui ne le connaisse pas. Mais voila moi je le connaissais enfin du moins je me plaisais à le croire car je n’en était pas tout a fait certaine. Le silence était retombé sur le salon, seulement interrompu par le bruit du vent qui s’était levé à l’extérieur, la nuit était tombée maintenant … alors le silence put briser par le bruit des petits pas d’un enfant. C’était le garçon qu’Owen avait envoyé chercher Cloé et il revenait seul, une certitude angoissante m’envahit. Le garçon tira sur la manche d’Owen pour qu’il s’abaisse et lui glissa quelques mots à l’oreille. Bien sûr il n’aurait jamais parler à voix haute devant une inconnue ce qu’il ignorait c’est que j’étais moi aussi d’ici, de l’orphelinat et que comme lui je n’aurais jamais fait confiance à quelqu’un que je n’avais presque jamais vu auparavant. Owen le gratifia d’une tape sur l’épaule et l’envoya se coucher avant de se tourner vers moi, la sentence allait tomber, j’avais le pressentiment de connaître déjà la phrase qu’allait dire Owen, toutefois j’espérais me tromper.

-Alors ?

-Elle n'est pas là...

Sa voix n’avait été qu’un murmure mais dans le silence du salon il retentit comme un cri dans mes oreilles, je ne savais pas comment Owen allait réagir allait il tout dire à Carmen, si il le faisait sa signerait l’arrêt de mort de ma petite sœur ça ne faisait aucun doute.

-Oh Cloé non pas encore ….

Je n’avait pas pu me retenir de lâcher ma phrase, relevant vivement la tête pour regarder Owen, je n’avais qu’une envie c’était lui demander ce qu’il comptait faire du fait que ma sœur ne se trouvait pas à l’orphelinat après l’heure du couvre feu fixé par la directrice. Alors que j’allais lui poser la question il me prit de vitesse.

-Tu peux l'appeler sur son portable ?

-Tu as dis qu’on pouvait être ami n’est ce pas ? alors je t’en supplie ne dis rien à Carmen …

Je le regardait jusqu'à comprendre que je n’obtiendrait probablement pas de réponse, je hochait la tête pour répondre à sa question précédente, je sortis mon Blackberry et commençait par voir si ma petite sœur adorée ne m’avait pas envoyer de message, Nada !! Je composai rapidement son numéro et la sonnerie retentit, je tombai une première fois sur son répondeur, je retentai ma chance avec le même résultat, cette fois je lui laissais un message.

-Salut Cloé c’est ta sœur, devine où je me trouve, c’est un lieu ou tu devrais être et ou tu n’es pas : l’orphelinat ! Tu as intérêt à ramener tes fesses illico presto sinon je vais venir te chercher !

Je raccrochai rapidement, avant de la bombarder de message mais connaissant ma petite sœur elle avait sûrement poser son portable dans un coin ou l’avait mis en silencieux pour éviter d’avoir à me répondre, je savais que je pouvais me montrer trop protectrice avec elle mais je n’avais plus qu’elle et je voulais la protéger le mieux que je pouvais. Je me levais et m’étirait.

-Bien il n’y a pas beaucoup d’endroit ou elle peut se trouver je pense ….

J’aurais bien demander à Owen de m’accompagner pour partir à la recherche de ma petite sœur mais il travaillait et je ne pouvais pas laisser les enfants se passer de surveillant ça serait la débandade. J’ôtais les gants d’Owen et lui tendis avant de fermer mon manteau, le vente rugissait à l’extérieur.

-Vu que tu ne peut pas partir d’ici je vais aller à sa recherche, je la ramènerai par la peau des fesses s’il le faut mais elle passera la nuit à l’orphelinat, ca c’est une promesse.

La dessus, je passais devant Owen pour me diriger vers la porte d’entrée de l’orphelinat.

« It’s Time to Forgive, right ?. »

© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   Lun 11 Mar - 21:59





Diane Owen


Cloé porter disparut, tout de suite cela peut être inquiétant, enfin pour ceux qui ne connaissent pas la jeune fille, car faire le mur était une de ses mauvaises habitudes. Alors, quand le petit lui avait annoncé qu'il ne l'avait pas trouvé, Owen ne s'était même pas inquiété et vu l'expression de sa soeur, elle savait aussi en quoi se tenir. Il lui proposa donc qu'elle l'appelle pour être fixé, car après tout il ne voyait que cette possibilité pour la joindre. Si sa soeur n'était pas venue, le surveillant aurait juste passer plusieurs fois dans la chambre pour vérifier si elle était rentrée et elle le faisait, mais jamais aux même heures et il pouvait arriver qu'elle ne soit pas dans son état normal. Pouvait-il la jugée ? Il savait très bien que l'adolescence était une étape très difficile à franchir et encore plus pour des orphelins qui n'avaient aucun point de repère parental.

-Tu as dis qu’on pouvait être ami n’est ce pas ? alors je t’en supplie ne dis rien à Carmen …

Il la regardait d'abord surpris de cette demande, car s'il avait bien une chose qu'il ne faisait jamais, c'était de rapporter à sa patronne, celle-ci avait toujours des réactions trop excessives à son goût. Ce n'était que des enfants par des esclaves. Souvent il voulait réagir face à la femme, mais il manquait totalement de courage et se maudissait souvent d'être aussi lâche... Pour se rattraper, il allait donc aider les enfants à faire leur punition.

Observant Diane prendre son portable, celle-ci composa le numéro avant de placer l'appareil à l'oreille, vu que celle-ci regarda de nouveau son portable, Cloé n'avait donc pas répondu. La pauvre, il espérait qu'elle ne passerait pas un mauvais quart d'heure. Tentant une nouvelle fois sa chance, cette fois-ci elle laissa un message sur le répondeur lui disant qu'elle devait se ramener très vite et d'autres petits trucs. Cela se voyait de suite que la propriétaire de l'aquarium s'inquiétait pour sa soeur. D'ailleurs le jeune homme se demandait pourquoi elle ne l'avait pas prise avec elle, son frère l'avait bien élevé lui à la mort de son père. La jeune femme se leva et s'étira alors qu'Owen ne bougeait toujours pas coller à son mur.

-Bien il n’y a pas beaucoup d’endroit ou elle peut se trouver je pense ….

En fait l'ancien marchand de sable n'avait jamais demandé à la petite blonde où elle allait passer ses soirées, car il estimait que ce n'était pas ses affaires. C'était donc impossible qu'il éclaire les lanternes de son ex qui depuis ce soir avait brisé la glace entre eux. Reprenant les gants qu'elle lui tendait.

-Vu que tu ne peut pas partir d’ici je vais aller à sa recherche, je la ramènerai par la peau des fesses s’il le faut mais elle passera la nuit à l’orphelinat, ca c’est une promesse.

Pour le coup il voulut rire à cette remarque, Miss Diane allait passer sa soirée à rechercher sa soeur et si ça trouve Cloé était déjà remonté dans sa chambre par la fenêtre. Enfin il valait mieux pas que ça soit le cas. Après avoir ce qui énerverait plus la brune, qu'elle passe la soirée à la chercher alors qu'elle se trouvait bien à l'orphelinat ou alors qu'elle la retrouverait dehors ?

Alors qu'elle était sortie, il referma la porte derrière elle. Il est vrai que s'il n'avait pas eu tous les autres enfants à surveiller, il l'aurait sans doute aidé à la retrouver. Mais Cloé allait revenir, elle revenait toujours. Le jeune homme retourna donc à son travail de nuit.

« It’s Time to Forgive, right ?. »

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood   
Revenir en haut Aller en bas
 

It's Time to forgive, right ? Feat Owen Heartwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [+18] it's almost time to play, it's time to be afraid. [feat. Siddil]
» First time I met you (feat. Effy Hale)
» This is the time and place feat.Maxie [Event Eclipse]
» Calls on U.S., IMF to forgive debt
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-