Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Mer 13 Fév - 20:31
Come on and rescue me
CHRISSIE & AZAEL


▬ C'est coincé. Tu peux m'aider à l'enlever ?

Les évènements de la soirée s'étaient succèdés à une vitesse incontrôlable...Qui pouvait dire avec précision quand cela avait réellement commencé ? Cet amas de pensées, d'émotions, de contacts, qui s’emmêlait, se touchait, se repoussait mais qui, finalement, ne faisait que tournait en rond dans son esprit tortueux le rendait dingue. C'était déroutant, envoutant, détestable et agréable... Ils étaient rentrés chez elle, chez eux, non, plutôt chez elle...peu importait ! Il s'échappait déjà vers la cuisine, ce lieu rassurant où rien n'avait changé. Ses idées n'étaient plus très claires, il se pencha au dessus de l'évier, tourna le robinet et laissa couler un peu d'eau froide qu'il s'empressa de boire.

Tout lui revenait d'une étrange manière. S'il fermait des yeux, il revoyait les scènes à travers des sensations, les plus fortes d'entre elles. La lumière des lasers qui troublait la vue, la musique forte et entêtante, cette forte odeur de rhum, la course poursuite jusqu'aux toilettes des dames qui les avait essoufflé, l'attente durant de longues minutes voir des heures le coeur battant, son regard, son regard, son regard....Puis la chaleur et le confort du taxi, ses cheveux roux, son parfum, sa tête contre son épaule, son parfum, ce doux bercement, son parfum...Il laissa couler l'eau glaciale sur son visage, ferma le robinet, soupira et s'éloigna jusqu'au lit sur lequel il s'assit.

Que se passait-il dans sa cervelle de crétin infini ? Il aurait voulu se donner une bonne gifle s'il était sur qu'il s'agissait là du remède contre sa stupidité. Chrissie et lui, la blague ! Miss-je-sais-tout-mieux-que-tout-le-monde et lui ? Miss-j'ai-un-caractère-de-feu-et-un-corps-parfait et lui ? Miss-je...La voix de Chrissie l'interrompit et le fit sortir de sa rêverie. Azael resta figé quelques secondes, surprit, en la voyant debout devant lui, qui lui présentait son dos et lui demandait de dégrafer sa robe comme si de rien n'était.

Le magicien déglutit et se leva pour venir à son secours. Était-ce un autre jeu ? Un genre de torture qu'elle lui réservait tout particulièrement, pour lui faire payer tout ce qu'elle lui reprochait ? Bien sur qu'il avait envisagé de passer la nuit avec elle plus d'une fois au cours de la soirée, de la séduire comme il le faisait avec les autres, mais c'était une chose de s'amuser et une autre de ressentir tout ces trucs bizarres ! Un autre sentiment survint alors qu'il posait une main sur la fermeture éclair, de la haine ! De la haine envers elle, de la haine envers sa robe, de la haine envers ses cheveux, de la haine envers son parfum, ses lèvres alléchantes, son sourire angélique, ses longs cils démoniaques, de la haine envers son regard, ses yeux bleus indescriptibles et sa peau, sa peau si douce qu'il touchait à présent ayant réussit à faire descendre la fermeture. Il fronça les sourcils de colère, ne pouvant empêcher sa main de continuer sa progression, quitte à enlever cette robe autant le faire jusqu'au bout. A mi-chemin, avant de dévoiler la chute de rein de la sublime rousse, Azael lâcha d'un seul coup la fermeture et colla sa tête contre la sienne avec force, humant son parfum à plein poumon, il repoussa d'un geste sa chevelure de feu et déposa quelques baisers brulants sur sa nuque. C'était effrayant ! Exaltant ! La puissance du désir qui s'emparait de son âme, l'effrayait réellement. Gouter à sa peau, même à travers ces baisers si infimes, lui donnait envie d'en avoir plus, encore plus pour lui, comme si Chrissie était recouverte de cocaïne et offerte à un junkie. Il la désirait, elle faisait ressortir le plus mauvais, la part d'ombre qui l'habitait et qu'il tentait de cacher aux autres en leur faisant bêtement croire que ce qu'ils voyaient était le pire qu'il puisse faire ! "Oh Azael ? C'est qu'un squatteur taré, il ne pense qu'à sa gueule mais il n'est pas bien méchant !"...Il aurait aimé en rire ! Sans conscience la vie n'avait plus aucun sens. C'est ce qu'il avait découvert en passant du temps avec sa cousine. Luz lui renvoyait, tel un miroir, ses propres défauts, ses vices et ce problème impossible à résoudre qu'était leur manque d'investissement, d'attache, de compassion ! Tuer, s'ils s'y étaient résolus, n'aurait pas été un gros traumatisme pour eux, ainsi c'était une chance pour la population locale qu'ils n'en soient pas encore arrivés à de telles extrémités. Comment faire pour comprendre le commun des mortels ? Que c'était-il passé dans leur vie, dans la conception même qu'ils se faisaient de la vie, pour être si différents des autres ? Longtemps Azael s'était posé ces questions, cherchant des réponses en vain, la seule qu'il avait trouvé consistait à fuir. Fuir les responsabilités, les relations en générale, n'être qu'un être volatile, volubile, promettant tout, n'offrant rien, incapable d'être capturé, incapable d'aimer et disparaissant de vos vie comme il y était entré.

Chrissie était devenue son plus gros problème ! Elle s'était progressivement installée dans sa vie sans qu'il n'y fasse attention. A leur première rencontre, il cherchait simplement un endroit où crécher, elle avait accepté simplement, sans réfléchir aux conséquences. Il n'y avait jamais rien eu entre eux, c'était une simple et brève "amitié", sans doute était-ce ainsi qu'il devait nommer leur relation, néanmoins, ils passaient leur temps à se disputer, à se frapper enfin surtout elle, lui ripostait en lui lançant des trucs, en prenant toute l'eau chaude ou toutes les couvertures. Comme des enfants ils vivaient l'un contre l'autre, tentant de caler cet univers bancal, le leur, s'habituant peu à peu à la présence de l'autre jusqu'à ne plus pouvoir supporter son absence...Il l'avait faite entrer, sans s'en apercevoir, dans ce hall sombre et étroit qui lui tenait lieu de salle d'attente, une sorte de purgatoire en destination d'un lieu encore plus austère et glacial, son propre coeur. C'était la première, la seule assez proche pour découvrir qui était réellement Azael avant qu'il ne s'enfuit. C'était aussi la première fois qu'il ne désirait pas s'enfuir. Encore quelques jours, voilà ce qu'il se disait à chaque fois que cette éventualité se présentait à lui, depuis des mois.

Et maintenant, que faire ? Succomber et disparaitre ? Succomber et rester ? Ne pas succomber ? Il était trop tard pour cette dernière alternative à moins que la rouquine ne mette fin à tout ça ! Oui, voilà, elle n'avait qu'à le repousser, si elle possédait toute l'intelligence dont elle se vantait tant elle le repousserait ce soir et les choses reprendraient leur juste place...

Cette pensée le délivra d'un poids, ce n'était plus à lui de prendre une quelconque décision, il n'aurait qu'à jouer la carte de l'homme des cavernes obnubilait par cette robe rouge qu'elle agitait sous son nez depuis des heures. Chrissie, sa petite allumeuse ne récoltait que les fruits de la beauté dont on l'avait doté.
Le magicien sourit et ses baisers se perdirent sur ses épaules, son coeur battait plus rapidement que d'habitude, une de ses mains vint caresser légèrement son dos nue tandis que l'autre se posa sur sa hanche, son souffle chaud chatouilla sa peau encore froide de leur sortie hivernale.

- Surtout ne dis rien !

Azael ferma les yeux en grimaçant et se traita mentalement de triple-idiot, ce sentiment étrange l'avait fait parler anéantissant totalement sa stratégie. Il ne voulait pas qu'elle le repousse, il la désirait trop, il avait choisi malgré lui, de l'aimer à sa façon...


FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Jeu 14 Fév - 4:43

I need your love
I tried so hard to let you go but some kind of madness
is swallowing me hole...



Azael mit quelques secondes avant de se lever et, l'espace d'un instant, Chrissie crut qu'il ne le ferait pas. Mais il se mit debout et posa ses mains sur elle. Enfin... À travers le tissu de sa robe. Il ne lui fallut pas longtemps pour décoincer la fermeture éclair de cette satanée robe, et la rouquine était sur le point de le remercier et repartir dans la salle de bain mais le magicien semblait décidé à descendre la fermeture jusqu'au bout. Au fur et à mesure que les pans de la robe s'écartaient dans son dos, elle sentait les mains de l'arnaqueur glisser sur sa peau. Elle ne disait rien, ne bougeait pas, ne sachant pas comment réagir. Le simple fait d'imaginer jusqu'où cela pourrait aller lui faisait tourner la tête... Bientôt, la fermeture atteindrait le bas de ses reins, dévoilant bien plus qu'elle ne l'avait prévu.

Une pointe de panique affola son cœur qui se mit à battre la chamade, à moins que ce ne fut l'appréhension ou... L'excitation ? Non, Chrissie refusait de l'admettre, elle se berçait dans l'illusion que ses frissons n'étaient pas dus aux caresses d'Azael mais plutôt qu'ils étaient là pour lui rappeler à quel point il était dangereux d'aller aussi loin avec ce magicien au regard envoûtant, ils lui envoyaient un avertissement pour qu'elle réagisse, il était temps de mettre fin à cette mascarade. Aussi, elle desserra les lèvres dans le but de ramener Zazu à la réalité mais les mots moururent avant de passer la barrière de ses lèvres, comme coincés au fond de sa gorge, car son cavalier de la soirée venait de bouger, esquissant un mouvement qui la surprit tellement qu'elle en resta muette, sur le coup.

Il avait lâché la robe pour se blottir contre elle, ou du moins appuyer son front contre la chevelure imposante de la demoiselle, avant de se pencher un peu en avant pour embrasser sa nuque à quelques reprises. Il effleurait à peine sa peau et pourtant Chrissie avait l'impression de tout ressentir au centuple. Instinctivement, elle prit une profonde inspiration, ferma les yeux et se laissa légèrement pencher en arrière, comme si les lèvre d'Azael exerçaient une irrésistible attraction sur elle. Dans sa poitrine, son cœur se déchaînait. Les quelques centimètres de peau qu'Az avait embrassés la brûlaient comme si des milliers de feux d'artifices miniatures s'y étaient déployés et explosaient en un millier de couleurs. Que se passait-il ? Elle était perdue, sans doute la fatigue accumulée au cours de la soirée n'aidait en rien à lui remettre les idées en place. Il s'agissait d'Azael Selis, l'arnaqueur, le séducteur sans cœur, cet homme égoïste et arriviste qu'elle connaissait si bien... Ne s'était-elle pas juré de ne jamais succomber à ses charmes ? De toujours le voir pour ce qu'il était à l'intérieur, à savoir un être dépourvu de conscience individualiste et insensible à tout autre sort que le sien, plutôt que le séduisant charmeur à la gueule d'ange qui avait déjà piégé plus d'une habitante de Storybrooke dans ses filets ? Comment pouvait-elle céder aussi facilement ? Tout s'embrouillait dans son esprit, ses désirs et sa lucidité se mélangeaient pour ne plus former qu'une masse confuse de pensées.

Tandis que sa conscience bataillait pour ne pas sombrer dans la folie, son corps entier était assailli de nouveau par Azael. Glissant une main sur sa taille, laissant les doigts de l'autre glisser sur la peau de son dos, il avait laissé ses petits feux d'artifices se propager sur les épaules de la rouquine qui pouvait sentir son souffle ricocher contre son épiderme. Il lui faisait perdre la tête, chacun de ses gestes faisant monter la tension dont Chrissie était victime d'une manière inexpliquée. Son cœur, à présent, pauvre petite chose, battait si fort et si vite qu'il semblait menacer de s'échapper à tout instant. Doucement, elle glissait dans cet univers qu'ils n'avaient encore jamais exploré ensemble, guidée par les gestes du magicien. Elle s'était perdue, désormais, et elle pensait bien ne pas être capable de retrouver le chemin de la raison... C'est alors que, tout comme il venait d'envoûter la belle, Zazu rompit le charme.

▬ Surtout ne dis rien !

Quatre mots murmurés, une phrase à peine audible, et voilà que la brume qui entourait l'ex-princesse s'estompa, comme une bulle de savon colorée qui éclatait brutalement. Aussitôt, elle rouvrit les yeux et se redressa légèrement. Mais qu'est-ce qu'elle faisait ?! Elle ne pouvait tout simplement pas continuer à s'engager consciemment dans cette spirale. Pas avec lui. Pas en le connaissant comme elle le connaissait, en sachant à quel point cela finirait par la blesser quand il décidera qu'il en aura assez de jouer. Chrissie n'avait pas envie d'être un jeu. Étrangement, le retour à la réalité avait un goût amer et douloureux, alors qu'elle aurait eu tendance à penser que le seul sentiment qu'elle aurait du ressentir c'était du soulagement pour s'être réveillée à temps. Mais, à l'évidence, elle n'était pas à l'abri des erreurs, d'ailleurs n'était-elle pas sur le point d'en commettre une énorme, quelques secondes plus tôt ?

Poussant un soupir empreint de frustration, de regrets et de colère, elle fit un pas en avant pour échapper à l'étreinte du magicien et fit volte-face. Leurs regards se croisèrent, et celui de Chrissie exprimait exactement les mêmes sentiments que ceux qui avaient transparu dans son soupir. Elle lui en voulait tellement de lui avoir fait ça ! Comment pouvait-il tenter une chose pareille alors qu'elle lui faisait confiance ? N'étaient-ils pas amis ? Cette barrière, elle avait peut-être pensé la franchir parfois, mais elle n'avait jamais cru qu'ils en arriveraient vraiment là... Maintenant, elle avait l'impression que tout avait changé, qu'ils resteraient définitivement coincés entre deux positions : celles qu'ils avaient occupées et celles qu'ils auraient pu occuper. Le pire, dans tout cela, c'était qu'elle savait pertinemment qu'elle ne pourrait plus s'empêcher de repenser à ses lèvres contre sa peau, sa main sur sa hanche et son souffle dans son cou. Il ne faudrait sans doute pas plus de deux minutes à Azael pour passer à autre chose mais la rouquine, elle, ne s'en sortirait pas aussi facilement. Il venait de lui ouvrir la voie qu'elle s'était efforcée d'éviter depuis leur première rencontre, et elle ne savait pas lequel des sentiments brûlaient avec le plus d'ardeur en elle à cet instant précis : la colère ou le désir.

▬ Ne fais plus ça, s'il-te-plaît.

Sa voix tremblait légèrement mais elle restait tout de même assez ferme pour ne pas laisser de doute trop important au magicien. À présent elle se sentait ridicule. Croisant les bras instinctivement sur sa poitrine comme pour cacher son intimité, comme une ultime protection, elle l'observa quelques minutes. Elle ne savait pas trop quoi penser du fait que l'arnaqueur ne proteste même pas après avoir été repoussé. Une pointe de vexation perça son cœur : voilà qui confirmait le fait qu'il ne considérait pas les choses de la même manière qu'elle, et sans doute avait-il déjà passé l'éponge sur toute cette histoire. Chrissie se mit à regretter ses choix depuis le début de cette soirée, à commencer par cette robe absurde. Si seulement elle n'avait pas montré tant de fierté et n'avait pas acheté ce maudit bout de tissu rouge, tout serait comme avant... Mais ce n'était pas le cas. Poussant un autre soupir, elle se passa une main dans les cheveux d'un geste traduisant sa nervosité.

▬ Je... Oh, et puis merde !

Elle n'avait pas envie de se justifier, d'expliquer à Az des sentiments dont il semblait tout ignorer. Elle était fatiguée de cette soirée, de tout ce qui s'y était passé, elle voulait juste fermer les yeux avec l'espoir qu'au réveil tout ne serait plus qu'un souvenir, un rêve étrange. Aussi partit-elle dans la salle de bain sans faire plus de cérémonie, elle ôta une bonne fois pour toutes la robe démoniaque et se passa le visage à l'eau froide plusieurs fois d'affilée. Un coup d’œil dans le miroir la fit grimacer : elle avait vraiment une tête affreuse ! Tant pis... Son regard se porta ensuite sur son pyjama mais elle grimaça, lui préférant un ensemble plus léger constitué d'un simple short en coton et d'un débardeur assorti. Elle ne le portait pas souvent mais à soirée exceptionnelle, pyjama exceptionnel. Elle sortit de la salle de bain en évitant soigneusement de croiser le regard du magicien et se dirigea tout droit vers le coin cuisine pour se servir un verre d'eau. Dès qu'elle clignait des paupières elle revivait la scène qui s'était déroulée quelques minutes plus tôt et son cœur repartait au quart de tour à cette allure folle qu'il avait alors adoptée. Le trouble était toujours là, même si elle s'efforçait de le dissimuler, rien que penser aux lèvres d'Azael l'électrisait. Et si... Et si elle ne l'avait pas arrêté ? Et si elle était restée dans ses bras ? Et pourquoi voulait-elle tant y retourner alors qu'elle était celle qui l'avait repoussé ? Posant son verre dans l'évier, elle resta appuyée contre le meuble, tête baissée, dos au reste de la pièce. Az s'était infiltré en elle, sous sa peau, dans ses veines... Elle ne pensait qu'à ça, même son esprit semblait appartenir à l'arnaqueur. Il était trop tard pour reculer, tel un poison qui met du temps à atteindre le cœur de sa victime pour l'arrêter, les gestes du magicien avaient progressivement fait leur effet sur Chrissie et elle se retrouvait envoûtée.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Mer 20 Fév - 3:01
Some kind of madness was taking control
CHRISSIE & AZAEL


Il aurait pu le prédire, à l'instant même où il les avait prononcé, ces quatre petits mots, quelque chose entre eux avait changé. Une chaleur forte et suffocante s'était emparée de cette chose qui lui servait de cœur, réchauffant sa prison de glace qui l'avait entouré depuis si longtemps...Pire encore, Azael sentait son palpitant le tirailler, comme pris d'assaut par des forces invisibles qu'il ne contrôlait pas mais qui s'étaient réunies dans un seul but le faire souffrir, le rendre fou et l'achever. Il n'y comprenait rien et tenter de mettre de l'ordre dans le chaos, représentation de son esprit, s’avérait mission impossible. Seule la voie du désir charnel semblait la plus facile à arpenter, il préféra donc se dire que tout ça était uniquement physique, qu'il avait fais le choix d'explorer d'autres horizons dans leur relation par pure curiosité ! Voilà, cela restait une information simple, logique et construite pour son propre cerveau d’égoïste. Il tenta de se concentrer sur cette pensée avant que sa compagne n'en décide autrement.
Chrissie se raidit, soupira et s'avança...La jolie rousse avait pris une toute autre décision, en total désaccord avec le désir ardent qui faisait trembler ses mains et rendait ses beaux yeux bleus humides.


▬ Ne fais plus ça, s'il-te-plaît.


Du soulagement...n'était-ce pas ce qu'il aurait dû ressentir ? Après tout, c'était ce qu'il souhaitait à la base, qu'elle tranche nettement, comme maintenant, la question entre eux. Qu'il lui laisse la responsabilité de tout ce merdier ! Il aurait dû être satisfait, bien que son désir demeurait intact, il n'aurait plus à ressentir des trucs inexplicables sortis tout droit de nulle part et qui le dégoutaient au plus haut point ! C'était clair, net et précis, Chrissie ne souhaitait pas continuer leur petit jeu, même si elle y avait été tenté, il n'avait plus qu'à aller dormir, ravaler sa fierté masculine et oublier tout ça comme il l'aurait fais en temps normal. Oui, voilà, il lui suffisait de penser à autre chose, au temps qu'il faisait dehors, au nombre de dollars qu'il lui restait dans les poches, à ce que contenait le frigo de la belle McAllister, au parfum envoutant de sa peau veloutée, non, non, au..matelas, au poker, aux pizzas, au...Azael ferma les yeux et grimaça. Quand on goute une fois à un fruit défendu, deux situations s'imposent : la prudence, mère de sureté, qui prescrit la méfiance et donc de refouler à jamais le désir d'y regouter ou alors, l'envie, pêché mortel, celui qui s'infiltre sournoisement dans les esprits les plus faibles afin de les corrompre et de les guider jusqu'à la récidive...Azael incarnait les esprits faibles à lui seul !
Arf...Il n'était pas d'accord avec ce choix ! Non ! Non ! Tel un gamin capricieux, il s'en voulu d'avoir prononcé ces mots, en voulu à la rouquine d'avoir prononcé les siens, non, il voulait retourner deux secondes dans le passé histoire de voir comment les choses auraient pu se dérouler, voir ce futur qui venait de s'écrouler comme un château de cartes dans son imaginaire.On lui retirait ce qu'il désirait vraiment, à présent, plus rien n'allait l’obnubiler plus que la peau de Chrissie ! C'était plus fort que lui, lorsqu'il voulait quelque chose, peu importe les moyens utilisés pour l'atteindre, il l’obtenait toujours, même si tout cela le troublait, même si tout devenait vague et incertain entre eux.
La jeune femme se retourna, l'arnaqueur croisa son regard emprunt de frustration mais également de colère ! Une colère injustifiée néanmoins ! C'était à lui d'être en colère, en colère d'être rejeté de la sorte, en colère de ce qu'elle provoquait en lui avec sa foutue robe, sa foutue peau, son foutu parfum ! Non seulement elle venait de le priver de sa nouvelle drogue mais en plus il devait subir son courroux ?

Haha Chrissie sale petite allumeuse ! Elle avait su le faire miroiter, lui qui pensait décrocher le ticket gagnant avec cette soirée, voilà qu'il ne récoltait rien, hormis une énorme migraine à force de se torturer l'esprit de la sorte. Cette femme là ne ressemblait à aucune autre ! Un faible sourire ironique anima ses lèvres comme à son habitude, un soupire de frustration s'échappa de ces dernières et le magicien lança un bref regard vers les épaules dénudées de sa belle, contemplant, malgré lui, ce qu'il venait de perdre. Sa tigresse rousse l'observait en silence et devait sans doute attendre une réaction de sa part, qui ne vint jamais. Il ne su l'expliquer, peut être était-ce la fatigue, la lassitude, la vexation, la vengeance ou tout simplement la crainte de perdre bien plus qu'une nuit de folie qui l'obligea à rester passif...Quoiqu'il en soit, il ne se risqua pas de retenter l'expérience et la laissa s'éloigner à regret sans qu'elle ne tente de se justifier davantage.

Pourtant, il n'avait pas rêvé. Il avait touché ses mains, sentit son pouls qui s'affolait sous sa peau, ce désir qui l'avait faite frissonner de toutes parts, son souffle qui s'était accéléré...tous ces indices critiques, symptômes visibles du plaisir qu'ils avaient partagés ensemble, l'espace de quelques minutes ! Il n'était pas fou ! A ce moment là, Chrissie avait failli à sa tache de sainte nitouche hystérique, elle avait basculé dans l'ombre avec lui. S'il pouvait à l'avenir explorer cette faille à nouveau, peut être deviendrait-elle sienne ! A nouveau, son coeur le pinça et il grimaça, arf, il ne supportait plus cette douleur, était-il victime d'une attaque ? Devrait-il aller consulter demain matin ? La seule vision de l’hôpital lui glaçait le sang, bien qu'il eu l'habitude de s'y rendre suite aux nombreuses bagarres dans lesquelles il se retrouvait entrainer, il n'aimait pas particulièrement l'endroit et l'odeur nauséabonde de tous ces gens malades lui donnait envie de vomir ! Le pire restait les vieux croulants qui venaient y finir leurs jours, la bave sur le menton, le teint verdâtre et l'haleine pas fraiche ! Non, il n'irait pas, pas avant que son coeur n'explose...C'était de sa faute à elle, tout était de sa faute !
Azael était resté plongé dans ses pensées, c'est à peine s'il réalisa que Chrissie était sortie de sa salle de bain en pyjama. Étrangement, il n'avait pas envie d'affronter son regard, pas maintenant, il fallait qu'il laisse le fil de son raisonnement suivre son cours. Il s'exila donc à son tour dans la salle de bain, ferma la porte derrière lui, se pencha au dessus du lavabo et laissa l'eau du robinet couler à flot, masquant les mots qui sortaient de sa bouche.

"Je la déteste ! " Son regard bleu électrique rencontra le miroir face à lui et il fronça un peu plus les sourcils. "Je la déteste, n'essaye pas de me dire le contraire ! " Il s'observa crisper la mâchoire, serrer les poings et pousser des soupires emprunts de frustration et de colère. C'est alors que le reflet de la glace lui exposa une chose qu'il avait totalement occultée et qui à présent semblait être le défouloir parfait pour ses pulsions destructrices...Une forme rouge et brillante trainait sur le sol. La robe de tous les vices l'attendait, vulgaire tissu sans forme, elle avait perdu tout son charme sans sa propriétaire sexy...D'une main il l'attrapa, la serra fortement comme s'il avait pu la briser de la sorte et finit par la jeter avec rage dans la baignoire. C'était stupide ! Cette soirée était une énorme erreur ! Azael se prit la tête entre les mains, ne sachant plus quoi penser, toute tentative pour donner un sens à tout ça le confortait dans l'obscurité, il devait agir ! Lui dire que ce n'était rien, rien de plus qu'un jeu stupide, une tentative ratée, que ça ne représentait rien pour lui et tout redeviendrait comme avant...Leur amitié, leurs petites disputes, leurs chamailleries...Il n'avait qu'à oublier son plan pour la conquérir à nouveau, oublier qu'elle ressentait le même désir que lui à son contact, c'était tellement infime, ces quelques minutes ne pouvaient pas prendre le pas sur des mois de cohabitation non ?

L'ex-sorcier desserra un peu son noeud papillon, déboutonna les premiers boutons de sa chemise et sortit enfin de sa retraite "spirituelle" pour affronter la cause de tout ses tourments. Il la vit, de dos, face à l'évier de la cuisine...Il s'avança droit vers elle sans cacher sa présence, bien au contraire, il était temps de mettre les choses à plat, il ne pouvait pas reculer cette fois, s'il voulait garder son confort, il devait la rassurer, lui promettre qu'il ne tenterait plus rien qui puisse la mettre mal à l'aise. C'était simple, il n'avait qu'à prononcer ces mots et tout se terminerait ! Arf, encore ce pincement débile ! Azael n'était plus qu'à un ou deux pas derrière elle, il tendit la main dans le vide, pour la poser sur son épaule et tout lui dire mais il s'arrêta avant, se figea et resta silencieux ! Impossible...pour la première fois de sa vie, il était tout bonnement incapable de mentir correctement, la seule vision de lui s'efforçant de sourire l'air de rien le rendait malade ainsi il s'abstint, perdu entre deux états, ne souhaitant pas rompre le nouveau lien qu'il avait créé avec elle, aussi tortueux fut-il.

- Je crois...demande moi de partir et je le ferai ! Les mots ricochèrent à travers la pièce bercée par la silence, ils étaient implacables, torturés. Ce discours ne lui ressemblait pas et pourtant...Sa veste de smoking vint se poser sur les épaules de Chrissie car le magicien avait remarqué ses tremblements, désignant bêtement le froid seul responsable de ces derniers. Comme toujours, il se trompait...


FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Mer 20 Fév - 20:47

I need your love
I can't get these memories out of my mind
& some kind of madness has started to evolve.



Trente secondes, trente minutes ou trois heures : Chrissie ignorait combien de temps s'était écoulé depuis qu'elle était là, immobile face à l'évier, tête baissée, yeux fermés, complètement perdue dans ses pensées. Elle avait vaguement entendu la porte de la salle de bain se fermer et le robinet couler mais ses oreilles n'avaient pas tardé à se rendre sourdes à tout ce qui l'entourait. Focalisée sur la guerre qui avait lieu en elle, sur le chaos qui avait pris possession de son esprit, elle n'aurait même pas remarqué le bruit de la porte d'entrée si Azael avait choisi de s'enfuir. D'ailleurs, sans doute était-ce pour cela qu'elle s'était renfermée dans son monde, pour retarder le moment où elle découvrirait que l'appartement était vide. Car que pouvait faire le magicien à part partir, après ce qui venait de se passer ? Il n'avait jamais affronté les choses, la rouquine le savait, il passait son temps à fuir quand la situation tournait mal ou que cela devenait différent, trop différent de ce qui était prévu à la base. & la jeune conservatrice ne se voilait pas la face : la situation actuelle était exactement l'un de ces cas qu'Az passait son temps à fuir. Aussi préférait-elle fuir, elle aussi, à sa manière, la dure réalité qui l'attendait. Comment expliquer ce qu'elle ressentait en cet instant ? Elle ne maîtrisait plus rien, ne comprenait plus rien. À peine avait-elle l'impression de saisir une infime bribe de pensée logique à laquelle se raccrocher pour expliquer le fiasco de cette soirée que tout partait en fumée. Autant essayer de saisir du brouillard à main nue, l'épais nuage de sentiments et d'idées qui l'enveloppait lui filait entre les doigts de la même manière.

Elle poussa un soupir, serra les mâchoires, fronça les sourcils. Ses yeux étaient toujours clos mais cela n'empêchait pas ses grimaces. La scène tournait et retournait dans son esprit, pour un peu elle s'en serait rendue malade. Elle ne pouvait pas penser à autre chose, elle avait essayé mais les souvenir des minutes passées se glissaient sournoisement à la place des divers sujets sur lesquels elle avait tenté de se concentrer. Pense au travail, Chrissie ! Cette superbe sculpture celtique qui t'attend et... Les mains d'Azael glissant le long de ton dos. Non ! Pense à Angus, il faudrait que tu ailles le voir dans la semaine sinon... Le souffle chaud d'Azael dans ta nuque. Raaaah ! Pense à ta famille, plutôt ! Ta mère t'a invitée à manger quand, déjà ? Surtout il faudra... Les lèvres d'Azael sur tes épaules. Azael. Azael. Azael. Azael. Quoi qu'elle fî, quoi qu'elle pensât, il n'était jamais loin. Pourquoi ? Elle le connaissait, elle savait qu'il ne fallait pas qu'elle tombe dans cette spirale, qu'elle commence à le désirer, qu'elle veuille être avec lui... Parce qu'il ne serait jamais capable de lui rendre la pareille. Parce que Zazu n'avait jamais prouvé qu'il était capable d'aimer, pas une seule fois, et que Chrissie refusait d'être une cruche et de gaspiller son temps à espérer qu'il puisse s'attacher, surtout à elle. Leurs disputes n'avaient-elles pas prouvé à de nombreuses reprises à quel point ils étaient opposés ? S'il devait un jour s'engager pour de bon, la rouquine était persuadée que ce ne serait pas avec elle. Alors à quoi bon ? Tout simplement parce qu'une infime partie d'elle s'était laissée prendre au jeu, sans qu'elle ne s'en rendît compte cette partie avait réussi à s'ancrer dans son cœur en attendant le moment propice pour se manifester. Ce n'était pas grand-chose, à peine un petit "et si..." qu'elle avait réussi à ignorer jusqu'à ce soir. Mais il était resté là tout le temps, et à présent il ne se privait pas pour faire valoir ses droits.

Et si Az ne partait pas ? Mais il allait partir. Oui mais si il restait ? Ne serait-ce pas la preuve qu'il tenait un tout petit peu à elle ? À coup sûr ce serait suffisant pour elle, pour déchaîner ce qu'elle s'efforçait de retenir bien enfoui depuis qu'elle était partie dans la salle de bain... Mais il ne restera pas. Il s'en fichait pas mal de ce qu'elle pouvait ressentir, il l'avait démontré à de nombreuses reprises. Il était d'ailleurs peut-être déjà parti. Ces "si" ne servaient qu'à la torturer un peu plus. L'arnaqueur allait s'en aller, l'abandonner là sans aucun scrupule, fin de l'histoire. Son corps se mit à trembler en réalisant cela. Voilà, c'était tout ce qu'elle récoltait à s'enticher d'un courant d'air. Elle se maudissait d'être aussi stupide, elle qui se croyait au dessus de toutes ces nunuches qui faisaient les yeux doux à Zazu. Mais force était de constater qu'au moindre petit geste de la part du magicien elle succombait. Elle se trouvait tellement ridicule ! Se maudissant encore et encore, elle sursauta en entendant des pas derrière elle. Elle ne l'avait pas entendu ouvrir la porte de la salle de bain ni fermer le robinet. Les pas se rapprochèrent et se stoppèrent net. Est-ce qu'elle avait rêvé ou était-il vraiment encore là ? Elle ouvrit les yeux mais n'osa pas se retourner. Elle tremblait encore, et elle ne savait même plus pourquoi... Sans doute le trop plein d'émotions qui continuaient de l'assaillir. Au fond d'elle, le "et si..." recommença à hurler. Elle était sur le point de le faire taire car visiblement elle venait d'inventer ces bruits de pas lorsque la voix d'Azael retentit.

▬ Je crois... Demande moi de partir et je le ferai !

L'héritière McAllister n'en revenait pas. Alors il était resté, pour de vrai. Elle demeurait immobile, réalisant qu'elle devait sans doute lui répondre. Elle sentit quelque chose glisser sur ses épaules et elle réalisa qu'il s'agissait de la veste de magicien. Elle se mordit doucement la lèvre : non seulement il était encore là mais en plus il avait cette petite attention dont elle le croyait totalement incapable. Et il lui laissait le choix. Cela voulait dire qu'il voulait rester, non ? Elle ne voyait pas d'autre explication, et à vrai dire elle n'en voulait pas d'autre. Lentement, elle se redressa et tourna sur elle-même pour finir face à lui. Son regard détailla l'arnaqueur sous toutes ses coutures : son nœud papillon défait, sa chemise à moitié déboutonnée, ses cheveux en bataille... Puis il alla se planter dans celui couleur saphir d'Azael. Elle le voulait. Il la voulait. Enfin, elle n'en était pas certaine mais il l'avait voulue quelques minutes plus tôt... Le parfum du magicien incrusté dans la veste de smoking l'enveloppait, c'était un peu comme être dans ses bras... Sauf que ça ne l'était pas, et les bras d'Azael se trouvaient à quelques pas d'elle. Le silence avait eu le temps de s'installer de nouveau dans l'appartement depuis qu'il lui avait parlé, et Chrissie n'employa qu'un seul et unique mot pour le briser.

▬ Reste.

Le fait de parler, une fois de plus, lui fit ouvrir les yeux, sauf que, cette fois-ci, l'effet qui en découla était à l'opposé de celui provoqué par les quatre mots d'Azael quelques minutes plus tôt. Chrissie parcourut le peu de distance qui la séparait du magicien et l'embrassa. Ce fut aussi simple que cela, pas de regards langoureux qui durent une éternité tandis que leurs visages sont à quelques centimètres l'un de l'autre, pas de phrase déclencheur ou de musique propice au baiser, rien qu'eux deux, face à face, et Chrissie qui prend une décision. Ce fut un baiser plutôt rapide, en somme. Il n'était pas timide mais il posait une question : est-ce qu'Az voulait la même chose ? La rouquine l'observa à nouveau pendant quelques secondes, une fois cette courte étreinte terminée, mais elle ne recula pas. Le souffle court, elle approcha de nouveau ses lèvres de celles du magicien et, cette fois-ci, leur baiser se fit plus langoureux, plus long, plus passionnel. Lorsque l'une de ses mains vint s'accrocher à la chemise de l'arnaqueur tandis que la seconde continuait sa course le long de sa nuque pour finir dans ses cheveux noirs, la veste de smoking qui était jusqu'à lors restée sagement posée sur ses épaules glissa sur le sol.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Sam 23 Fév - 2:10
Some kind of madness is swallowing me whole
CHRISSIE & AZAEL


Qu'importe l'intention qu'il aurait voulu y mettre, jamais les choses ne se seraient passées de cette manières s'il les avait préméditées ! Il pensait vraiment se faire virer de chez elle et pour une fois, il ne l'aurait pas supplié en rampant comme une larve sur le parquet, en gémissant comme un enfant, invoquant les multiples façons par lesquelles il pourrait trouver la mort ce soir, à commencer par ce froid glacial. Non, en effet, la situation semblait bien trop compromise pour basculer dans de telles excuses. Depuis ces caresses, ces gestes et même ces non-gestes d'ailleurs...tout n'était que frustration immense, étrangeté sans nom et distance entre eux...Autant rompre l’abcès et disparaitre de sa vie ! Heureusement ce serait à elle d'en décider, pas à lui, car c'était elle qui avait imposé cette distance et l'avait rejeté comme un malpropre. Faut assumer Chrissie !

Les premiers rayons du soleil pointaient à peine le bout de leur nez à travers les stores blancs de la cuisine. L'imposante chevelure rousse de Chrissie virevolta et bientôt elle se tint face à lui, l'observant en silence.
C'était foutu, elle allait encore lui reprocher un truc, c'était certain ! Sa phrase, les mots qu'il avait employé ou même l'odeur de sa veste, qu'elle portait sur les épaules, seraient source de conflit. Une insatisfaite, voilà ce qu'elle était ! Azael ne baissa pas les yeux, alors qu'un pincement au cœur, toujours le même, s’apprêtait à accompagner ses adieux, il plongea son regard dans le sien incroyablement bleu. Un bleu clair lumineux et indescriptible, c'était comme s'engouffrer dans un océan sans fin...Elle le jonchait, réfléchissait. A travers ses pupilles azurées, il lisait le doute, la peine mais par dessus tout, le désir. Cette émotion là, il la connaissait bien, il savait la repérer et à cet instant, il la ressentait tout autant qu'elle.

▬ Reste.

Était-ce ses jolies lèvres rosées piquantes d'ironie qui venaient de s'exprimer ou n'était-ce là qu'un simple tour joué par son imagination démentielle ? Azael fronça les sourcils, dubitatif, cherchant visiblement la ruse derrière ce mot, demandant des explications informulées. Elle voulait toujours de lui alors ? Ils repartaient en arrière et faisaient comme si rien ne s'était passé ? Hum...impossible, la tension entre eux était palpable, le désir intact ! Sans doute Chrissie en était arrivée à cette même conclusion puisqu'elle s'approcha sans crier gare et déposa ses lèvres sur les siennes, les scellant en un rapide et léger baiser. Le magicien n'eut ni le temps, ni le réflexe de fermer les yeux, tout surpris qu'il était par ce geste, certes anodin, mais qui les précipitait tout les deux dans une nouvelle relation faite de désirs charnels et d'excitation sexuelle sans prendre en compte, le moins du monde, ces autres trucs infâmes que le magicien aurait pu ressentir pour elle. Immédiatement, ils se défirent du regard et le besoin de regoûter à ses lèvres devint si fort qu'il aurait tué pour ça. Le pouls de l'arnaqueur s'accéléra, ses pupilles se dilatèrent légèrement comme la plupart des vaisseaux sanguin de son corps, réaction chimique du désir de l'autre, engendrée par cette saloperie de dopamine ! Tout n'avait plus aucun sens mais le paradoxe était que tout semblait justement à sa juste place. Ils se voulaient bêtement et simplement et plus aucune barrière mentale ne pourrait troubler cette rage incontrôlable qui bouillonnait en eux. Une fois de plus ce fut Chrissie qui mit fin au supplice, elle prenait donc la responsabilité de tout ce qui suivrait, parfait ! De son côté, Azael répondit avec la même ferveur à ses baisers.

Debout dans la pénombre, leurs lèvres s'apprivoisaient violemment comme si leur seule volonté était de ne faire qu'une. Rien de tendre, c'était brutal, agressif, délirant...Tous ces désirs refoulés qui remontaient enfin à la surface semblaient occulter tout le reste. Le beau brun s'approcha un peu plus de sa compagne, posant une main sur sa hanche fermement, l'autre sur sa joue qu'il l'empoigna sans ménagement, tandis que leurs langues s'entrechoquaient avec délice affirmant chaque fois un peu plus cette envie de l'autre.
Enlacés, Azael fit reculer sa tigresse rousse contre le mobilier de la cuisine le plus proche, marchant délibérément sur la veste de son smoking. Ça ne serait pas le premier tissu qu'ils fouleraient cette nuit. Leur étreinte passionnée leur fit perdre la notion du temps et de l'espace, ils s'attiraient, se repoussaient et cette danse les déséquilibrait si bien qu'ils commencèrent à tout retourner autour d'eux..D'un geste vif, Azael poussa Chrissie contre le plan de travail, une ribambelle de petits pots d'épices se renversèrent sous le choc, mais ils n'en avaient cure, le magicien la rejoignit rapidement, ses mains avides caressaient ses cuisses, remontant jusqu'à ses fesses cachées sous son petit short en coton, alors que ses lèvres se perdaient dans son cou, embrassant la moindre parcelle de sa peau veloutée. Il se sentait assaillit de toutes parts, il perdait pied, embrasé par ce besoin de la posséder, de la capturer toute entière et de corrompre son âme comme elle faisait souffrir son coeur. C'était si différent, il n'y comprenait rien et n'osa même pas penser à ses anciennes conquêtes tant cet appétit pour elle semblait insatiable, infiniment plus fort...Là encore, une soudaine colère anima son regard ! Tout son être refoulait la moindre parcelle de sentiments à son égard et il lui en voulait pour ce qu'elle lui infligeait.

Par vengeance, il lui mordilla l'épaule et l'obligea à subir ce châtiment sans se débattre, plaquée qu'elle était contre le frigo à présent. Un bruit sourd se fit entendre mais rien ne les déstabilisa pour autant, sans doute dans l’après midi constateraient-ils que la ribambelle de livres de recettes légués par Maud McAllister à sa fille avaient finis leur course sur le sol. Azael soupira, son esprit comme tout son être s'emballait, le parfum de Chrissie dans ses cheveux le rendait fou, l'une de ses mains souleva son débardeur sans pudeur, là aussi sa peau semblait aussi douce que celle d'un bébé.

Grognant de frustration, l'ex sorcier vaudou saisit la sublime rousse par la taille pour la porter à l'aveuglette jusqu'à la table centrale. Là, il l'y déposa, allongée, écartant rapidement le moindre obstacle pouvant les gêner. Ses mains caressantes remontèrent un peu son débardeur, son regard bleu foncé se teinta de malice et un sourire presqu'ironique anima ses lèvres, il l'observait amusé, la toisant avec cette supériorité typiquement masculine tandis qu'il découvrait peu à peu les formes généreuses que la jeune femme prenait toujours la peine de cacher sous ses pulls de grand mère trop larges. Se débarrassant une bonne fois pour toute de son haut, Azael déserra un peu plus son nœud papillon, la vision d'une Chrissie à moitié dénudée lui donna des bouffées de chaleur, il contempla son corps en soupirant légèrement. Secouant la tête, le beau brun masqua son trouble comme il pu et vint immédiatement poser ses lèvres sur le ventre de la rousse, brulant de mille feu pour cette étendue de peau qui n'attendait que lui, remontant lentement mais surement jusqu'à sa poitrine, laissant ses mains, voraces, suivre le même chemin.


FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Dim 24 Fév - 0:38

I need your love
I have finally seen the light & I have finally realised what you mean.



Il y avait eu cet instant de flottement, ces quelques secondes s'étirant à l'infini, figeant le temps entre le moment où Chrissie avait posé ses lèvres sur celles d'Azael pour la première fois et celui où elle avait récidivé. En cet instant, son cœur avait cessé de battre, l'espace une seconde, la durée nécessaire pour comprendre qu'ils étaient animés du même désir. Alors le siège de ses émotions avait repris ses palpitations et ses lèvres étaient venues retrouver celles du magicien. L'hésitation avait laissé place à la passion, à cette sensation étrange qui les faisait se sentir vivant tout en étant seuls au monde, comme si rien d'autre n'avait d'importance.

La tendresse n'avait pas sa place dans leurs ébats, au même titre qu'une personne affamée ira se ruer sur la première chose comestible qui croisera son chemin au lieu de prendre le temps de savourer la nourriture : leur étreinte était désespérée, par elle ils comblaient une carence qu'ils semblaient renfermer depuis longtemps et qu'ils réalisaient posséder au moment même de palier à ce manque. Ils avaient besoin de ce contact comme dernier appui avant de sombrer dans la folie, ils n'existaient désormais plus que par l'autre, ils ne pouvaient plus faire marche arrière et ils ne le voulaient pas.

Azael ne mit pas longtemps à prendre les devants, une fois la surprise causée par le baiser de la rouquine passée. La gardant jalousement contre lui jusque là, il la poussa contre le plan de travail de la cuisine tandis que Chrissie lui lançait un regard amusé. Elle connaissait le Zazu indifférent, le Zazu suppliant, le Zazu insouciant. Le découvrir aussi bestial la surprenait un peu, mais c'était loin de lui déplaire, bien au contraire. Voir l'arnaqueur aussi affirmé ne faisait que le rendre plus sexy et elle le désirait encore plus. Elle entendit le bruit des pots cassés derrière elle mais ne tourna même pas la tête pour voir les dégâts, bien trop absorbée par l'homme qui lui faisait face. Restant immobile, les deux mains agrippées au meuble, les cheveux en bataille, elle fixait férocement Az, comme une tigresse charmant sa proie jusqu'à ce que l'attraction soit trop forte et qu'il ne lui revienne. Il ne fallut d'ailleurs que quelques secondes au magicien pour la rejoindre. Il avait tous les droits, en cet instant, et profitait pleinement de ce privilège. Chrissie laissa échapper un léger rire en sentant les mains de l'arnaqueur sur ses fesses mais déjà il détournait son attention en déposant des baisers enragés dans son cou. L'héritière McAllister se perdait entre l'attirance folle qu'Az exerçait sur elle et l'envie rageuse avec laquelle elle le voulait. Il l'électrisait, elle s'abandonnait à lui sans retenue dans l'espoir de le capturer à son tour, refusant de n'être qu'une conquête. Elle le désirait, elle aussi, et elle comptait bien lui prouver sa valeur.

Les choses semblèrent s'accélérer, ou bien était-ce l'esprit de Chrissie qui s'embrumait par moments, car elle ne comprit pas comment ils étaient passé du plan de travail au frigo. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle l'avait gardé enlacé contre elle. Sans doute leurs mouvements trop brutaux et trop rapides l'avaient redue confuse, mais pour rien au monde elle n'aurait souhaité ralentir la cadence de leur idylle. Coincée contre la porte métallique froide du réfrigérateur, elle était parcourue de frissons mais était bien incapable de déterminer s'ils étaient dus au choc de température ou aux caresses d'Azael. Ce dernier vint lui mordiller l'épaule, provoquant l'éclosion de milliers de papillons dans le ventre de la rouquine. Elle laissa à son tour ses mains glisser le long du dos du magicien jusqu'à ses fesses qu'elle tira violemment vers elle, provoquant ainsi un autre bruit d'objets tombant autour d'eux. Même le frigo fut déplacé de quelques centimètres par la force du geste. Puis l'arnaqueur laissa sa main s'aventurer sous le débardeur de Chrissie, et cette dernière laissa échapper un soupir de désir tandis que les frissons redoublaient à la surface de sa peau.

Lorsqu'Az la porta, elle revint s'accrocher à sa nuque, enroulant ses jambes autour des hanches du magicien. Elle enfouit son visage dans le cou de son amant, respirant son parfum à pleins poumons avant d'y déposer de brûlants baisers et de mordiller sa peau par endroits. Il finit par la poser sur la table, tous deux poussèrent tout ce qui pouvait s'y trouver comme une pile de courrier ou encore un vase qui alla s'écraser par terre avec les quelques fleurs qui y résidaient. Plus tard, Chrissie retrouverait des débris de verre combinés à l'eau des plantes jusque devant la porte d'entrée tandis que les fleurs mortes seraient éparpillées sous la table. Oui, plus tard, car c'était le cadet de ses soucis en cet instant précis. Étendue sur le plateau de bois, elle observait Azael avec attention, se mordant légèrement la lèvre. Il la surplombait complètement et appréciait visiblement. Dépouillant la rouquine de son débardeur, son regard sembla troublé par le spectacle qui s'offrait à lui et l'ex-princesse dut reconnaître qu'elle fut plutôt fière de l'effet qu'elle lui faisait. Un sourire satisfait vint éclairer son visage tandis que le magicien desserrait un peu plus son nœud papillon. Elle le vit se reprendre en main et fondre sur elle, et bientôt elle sentit ses lèvres sur sa peau. Se cabrant légèrement, elle ne désirait que lui et ses ongles vinrent griffer les épaules de Zazu quand il s'attaqua à sa poitrine. Expirant laborieusement, elle se laissa glisser pour revenir à sa hauteur et le fixa intensément.

Ses lèvres allèrent trouver celles de son amant tandis que ses mains finissaient de dénouer le nœud papillon qui pendait à son cou. Elle l'envoya valser à travers la pièce et enroula à nouveau ses jambes autour de la taille d'Azael, le capturant ainsi. Esquissant un sourire amusé, elle vint lui mordiller l'oreille en poussant un petit gémissement pour le rendre encore plus fou de désir tandis que ses mains venaient de glisser sous sa chemise blanche, effleurant son torse tout en relevant le vêtement pour l'ôter. Ils étaient à présent à égalité et un éclair de malice anima le regard de Chrissie. Se redressant soudainement, elle se plaqua contre l'ex-sorcier pour le faire reculer d'un pas à l'aide d'un coup de bassin, posa ses propres pieds sur le sol et lui fila entre les doigts ! Reculant prudemment, elle avait à nouveau cet air sauvage de tigresse incontrôlable et elle brûlait d'envie de sauter sur Az... Mais pas encore. Avant, elle voulait lui sortir le grand jeu, après tout il s'agissait de Chrissie McAllister, chieuse professionnelle, elle ne serait pas une proie facile pour le magicien ! Ses jambes butèrent contre le rebord du canapé et elle pivota légèrement pour se retrouver contre le mur, à côté du sofa. Se mordant la lèvre à nouveau, elle attendit qu'Azael fasse quelques pas vers elle et lorsqu'il fut assez proche elle l'attrapa par la ceinture et le tira d'un coup sec contre elle.

Lui laissant à peine le temps d'agir, elle passa l'une de ses cuisses autour de lui pour le capturer et l'embrassa sauvagement. Poussant un léger soupir de désir, elle saisit les propres mains de l'arnaqueur pour venir les poser sur sa poitrine. Il était à elle et elle était à lui, en cet instant, elle désirait le posséder autant qu'elle pouvait vouloir être sienne. C'était un échange équitable, un partage endiablé et fou, un acte presque irréel et pourtant Chrissie se sentait plus vivante que jamais. Azael donnait vie à chaque cellule de son corps, que ce fût volontaire ou non, elle avait l'impression en cet instant précis qu'elle cesserait d'être s'il n'était pas dans ses bras. Le souffle court entre deux baisers passionnés, elle les fit pivoter sans prévenir et, comme prévu, l'arnaqueur tomba sur le canapé avec la rouquine sur lui. Fière de sa petite combine, elle l'enjamba et plaqua ses deux mains sur son torse pour le forcer à rester allongé tandis qu'elle était assise. Un sourire triomphant accroché aux lèvres, elle le dévorait des yeux alors que ses mains le couvraient de mille caresses. Ses gestes étaient tantôt doux et effleuraient à peine sa peau, tantôt plus bestiaux et ses ongles entraient dans la danse.

Elle finit par se pencher pour retrouver le goût des lèvres de Zazu contre les siennes, plaquée contre lui leurs langues se mélangeaient avec avidité comme s'ils ne parviendraient jamais tout à fait à se rassasier de l'autre, comme s'ils en voulaient toujours plus. Se cabrant légèrement pour espacer leurs corps, elle laissa ses mains glisser jusqu'à son nombril puis continuer leur chute jusqu'au pantalon de smoking d'Azael. Là, elle entreprit de défaire sa ceinture et déboutonner le vêtement. Elle avait beau rester plutôt brutale et rapide dans ses mouvements, elle les exécutait à merveille et parvint donc à se débarrasser de cette barrière de tissu en quelques minutes. Plongeant un regard animé d'un désir féroce dans celui couleur azur d'Az, elle laissa ses doigts se promener à la surface du boxer de son amant, consciente de la torture qu'elle lui infligeait car, de l'autre main, elle retenait les deux bras du magicien coincés contre le matelas du canapé, réunis au-dessus de sa tête brune. Un sourire machiavélique vint habiter ses lèvres pulpeuses avant de venir s'emparer de celles d'Azael. Son Azael. Comme pour faire augmenter la frustration du magicien, elle lui mordit la langue en plein baiser et s'attarda sur sa lèvre inférieure de la même manière, toute disposée à le voir se consumer de désir sous ses yeux.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Lun 25 Fév - 18:30
But I set fire to the rain
CHRISSIE & AZAEL



Il y avait les sourires, les petits rires amusés et les soupires de désir...Leurs souffles saccadés, c'était leur musique à eux, les seuls sons qui venaient troubler ou plutôt agrémenter ces préliminaires torrides. Nul besoin de se parler, leurs regards, plongés l'un dans l'autre, en disaient long sur leurs intentions. Le moindre mot pourrait briser à jamais la délicieuse ambiance qui régnait en maitre dans l'appartement et ça, jamais Azael ne le permettrait.
Une légère grimace anima ses lèvres quand il sentit les ongles de sa tigresse rousse s'enfoncer dans sa chaire à mesure qu'il couvrait de baisers sa poitrine parfaite. Il connaissait le caractère de Chrissie, connaissait ses sautes-d'humeur et son côté un peu brutal, si on pouvait appeler ça ainsi, jamais il n'avait expérimenté la Chrissie sauvage et sensuelle. Pour sur, s'il avait pû s'apercevoir de ce côté là de sa personnalité, sans doute n'aurait-il pas mis des mois à lui sauter dessus...Et il n'y avait pas que sa personnalité qu'il appréciait particulièrement à présent, le gout de ses lèvres, par exemple, voilà une nouvelle saveur à laquelle il n'était pas prêt de renoncer de si tôt. Cette seule pensée lui fit un drôle d'effet, se demandant ce que cela signifiait vraiment...Il n'eut pas le temps de s'étendre davantage sur le sujet, sa tornade rousse glissa jusqu'à sa hauteur, enroula ses jambes autour de sa taille et l'embrassa à nouveau avec cette puissante ferveur qui embrouillait tout sur son passage.

Son nœud papillon s'envola...où étaient-ils déjà ? Elle s'amusa à lui mordiller l'oreille...Était-ce le jour ou la nuit ? Elle se mit à gémir doucement...ça y est, il ne se rappelait même plus de son propre prénom ! Sa chemise disparut en un éclair, ses mains fines, taquines s'amusaient à l'attirer puis à le repousser. Le désir d'Azael ne faisait qu'augmenter, il aurait bien aimé qu'elle cesse ce petit jeu pour profiter pleinement de son corps voluptueux qui le captivait tant, mais sa belle en avait décidé autrement, elle s’enfuit, délaissant leur étreinte et telle une brise légère impossible à prédire, à apprivoiser, elle se retrouva prés du sofa d'où ses grands yeux bleus clairs le fixaient intensément. C'était sa façon de lui montrer qu'elle ne se laisserait pas avoir si facilement, que sa force résidait dans sa différence...Message reçu 5/5 mon capitaine ! Elle était bien plus excitante que les autres, elle demeurait un mystère irrésolu pour Azael et cette folle envie d'elle ne faisait que s'accroitre à mesure qu'elle s'éloignait de lui. Un véritable tourment !

Il la rejoignit rapidement, totalement charmé par ce spectacle et se laissa à nouveau assaillir par les pulsions primaires de sa sauvageonne aux cheveux de feu. Il éclata d'un rire moqueur lorsqu'elle l'attira à elle grâce à sa ceinture, si on lui avait dit qu'il vivrait cette expérience érotique ce matin avec elle, il n'y aurait jamais cru. L'embrassant à pleine bouche, ses mains parcoururent son corps avant qu'elle ne les lui pose sur sa poitrine, réaffirmant par ce geste qu'il avait tous les droits sur son anatomie aux mensurations alléchantes. Un soupire de désir s'échappa de ses lèvres et il reprit ses caresses, pressantes, s'aventurant jusqu'à son short et sa cuisse qui l'enveloppait, dévorant son cou tel un loup affamé. D'un coup, il se sentit déplacé et poussé en arrière, le prenait-elle pour une marionnette ? Il grogna de mécontentement, même si la perspective d'avoir une Chrissie à demi-nue sur lui ne diminuait en rien son désir bien au contraire. Ah, elle aimait dominer ? Cela n'aurait pas dû le surprendre, il ressentait son envie, sa rage, son esprit libre, elle n'était pas de celles que l'on pouvait enchainer à jamais dans une vie fade et monotone, ce n'était d'ailleurs pas pour rien qu'elle l'avait choisi au final...Azael Selis, arnaqueur, dragueur, menteur et voleur, elle l'avait choisi, peut être malgré elle, pour devenir sa dangereuse aventure.
Un faible sourire éclaira son visage et ses yeux la toisèrent sournoisement, il la laissa prendre le contrôle, il ne tenta pas de se débattre lorsqu'elle l'immobilisa mais ne l'aida pas pour autant à le déshabiller davantage, c'était frustrant et excitant, tout ses gestes mettaient ses sens en éveils et notamment les plus basiques chez l'homme. Un râle de plaisir passa la frontière de ses lèvres lesquelles il mordit férocement lorsqu'elle commença à laisser ses mains se balader sur son boxer. La garce ! Elle faisait exprès de le faire languir, sa respiration devint plus saccadée, le désir empirait. Lorsqu'elle l'embrassa à nouveau, Azael pesta légèrement de douleur, sa belle venait de lui mordre la langue pour mener à bien sa torture jusqu'au bout. Cette prise de pouvoir plaisait beaucoup au magicien mais il ne pouvait contenir la soif inassouvie qui se manifestait par diverses réactions physiques, la première d'entre elles se situait sous la ceinture et bientôt la folie s'emparait de son esprit s'il ne reprenait pas les choses en main.

Son orgueil de mâle en rûte lui donna l'impulsion nécessaire pour arrêter de baver sur les courbes séduisantes de la jeune femme au dessus de lui et d'un seul coup, à la seule force de ses abdos, il se redressa. Ses lèvres vinrent heurter avec fougue celles de Chrissie et son regard se fit plus sombre que le sien, plus diabolique, l'heure n'était plus à l'amusement...quoique ! Il reprit possession de ses mains et rapidement il les posa sur les hanches de sa rousse, la portant à moitié, il retourna la situation et la laissa tomber en arrière contre l'autre coté du sofa. Un sourire triomphant illumina son visage et ses baisers se perdirent à nouveau sur la chaire tendre de sa poitrine. Son corps contre le sien, Azael tenta de ne pas trop l'écraser malgré la place exiguë que le canapé leur offrait, il prit donc appui sur ses genoux, marquant l'espace entre eux qui bientôt serait comblé. Ses mains agacées, elles, migrèrent jusqu'à son petit short en coton qu'il prit soin de faire descendre avec lenteur, juste pour l'emmerder, le long de ses cuisses jusqu'à le balancer d'un mouvement de pied à travers la pièce.

Sa chère Chrissie paraissait à présent dans sa plus belle tenue, celle d’Ève, et cette vision, loin d'être chaste, stimula la douce folie qui existait dans l'esprit de l'ex sorcier vaudou. D'un geste rapide, il attrapa les mains de la jeune femme et les plaça de part et autre de son visage avec fermeté. Enlaçant leurs doigts, Azael se colla contre elle, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre, effleurant à peine ses lèvres de son souffle chaud. Il voulait la frustrer comme elle l'avait fais, c'était puéril et vengeur, c'était du Azael Selis tout craché. Posant son front contre le sien, ne lui permettant aucun geste, il la fixait avec froideur et malice néanmoins, leurs respirations s'affolaient, leurs cœurs battaient à tout rompre faisant échos à l'autre dans un brouhaha de battements endiablés...C'était le moment parfait ! Celui où les fantasmes ne s'étaient pas encore réalisés, celui où les envies sont tellement tenaces que rien ne pourrait les faire changer, pas même la fin de ce monde. Le moment où les pensées vont plus vite que les actes et que les prédictions d'un futur langoureux suffisent à conduire jusqu'au plaisir absolu. Savourant les réactions de sa compagne, au bout de quelques minutes, Azael libéra une de ses mains qui se fraya un chemin tel un serpent à travers le corps de Chrissie pour atteindre enfin la partie la plus délicate de son anatomie. Ses caresses se faisaient stimulantes et aphrodisiaques, jusqu'à présent, ils n'avaient laissé aucune place à la tendresse dans leurs ébats, ce mot seul aurait fais frissonner l'arnaqueur, pourtant, avant de revenir engloutir les lèvres piquantes de la conservatrice du musée, Az' déposa un bref baiser sur son front, par inadvertance, une erreur fatale qui crispa ses traits et l'obligea à lui mordre le lobe de l'oreille droite pour donner le change.
Il y eu comme un battement de retard à cet instant là, il se dit qu'heureusement la jeune femme avait l'esprit trop occupé ailleurs pour avoir remarqué ce bref...incident !

Ne pas penser à la fin tragique qui entourait les deux amants, ne pas penser et laisser le feu les bruler vif, les consumer et les réduire en poussière jusqu'à ce que l'un deux ne disparaisse à jamais. Il l'embrassa encore et encore, au bord de l’étouffement pour chasser cette douleur qui rampait, sournoise, s'infiltrant dans ses veines tel un poison mortel. Sa déraison atteignait des sommets, relâchant son autre main avec hargne, il se redressa, s'empara des hanches de sa partenaire, sans lui laisser le temps de réfléchir, la ramena tout contre lui dans une étreinte impitoyable, au plus prés de son être et se leva du canapé avec elle. Il la porta à travers la pièce, recouvrant son dos de mille caresses, peut être trébuchèrent-ils en chemin, peu importait, rien ne pourrait les distraire. Une fois le lit trouvé, il l'y déposa sans délicatesse et la rejoignit, s’imprégnant d'elle jusqu'à la dernière ligne droite...


FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Dim 3 Mar - 2:07

I need your love
Come to me, trust in dream, come on and rescue me...
Yes, I know, I can be wrong.



Jusque là, Chrissie avait réussi à s'imposer dans leurs ébats, à prouver au magicien qu'elle était bien plus que la jeune conservatrice du musée aux pulls informes qu'il connaissait. Non, elle n'était pas que la rouquine mal coiffée passionnée par les reliques celtes et incapable d'obéir à sa mère. Sans savoir pourquoi ni comment, elle avait laissé Az faire sa place dans son quotidien, ils s'étaient apprivoisés malgré leurs caractères diamétralement opposés et avaient trouvé le moyen de cohabiter en dépit de tout ce qui les séparait. D'ailleurs, l'ex-princesse avait fini par perdre le compte du temps que l'arnaqueur avait passé chez elle, à tel point qu'elle en était arrivée à se demander s'il allait rentrer les rares jours où il n'était pas là... Jusqu'à présent, il était toujours revenu mais jusqu'à quand cela durerait-il ? Un jour, il passerait devant l'appartement sans même lui accorder un regard, et peut-être que leur sauvage étreinte de ce matin contribuait à le faire fuir plus vite, qui pouvait le prédire ? Le problème dans tout ça c'était le fait que, même si elle n'oserait jamais l'avouer, elle n'avait plus envie de le voir partir.

Elle laissa échapper un petit cri de surprise lorsque Azael décida de reprendre le contrôle de la situation en se redressant et libérant ses mains de l'emprise de la rouquine mais sa protestation fut interrompue par l'ex-sorcier qui venait sceller ses lèvres avec rage. Se sentant basculer en arrière, elle s'agrippa instinctivement au magicien, enfonçant ses ongles dans sa nuque durant la chute. Soupirant en sentant les lèvres de Zazu sur sa poitrine, elle pouvait sentir son cœur s'emballer. Lorsque les mains de l'arnaqueur se frayèrent un chemin le long du ventre de Chrissie pour venir lui ôter son short de coton, elle frissonna des pieds à la tête. Totalement nue dans les bras d'Az, elle n'était pas pour autant en position de faiblesse. En effet, étant dotée d'une anatomie plutôt bien proportionnée, elle pouvait observer l'effet que son corps dénudé produisait sur son amant et elle devait bien reconnaître qu'elle était assez fière en découvrant l'expression se dépeignant sur le visage de son amant. Elle lui lança un regard enflammé : nul besoin de mots pour exprimer l'alchimie existant entre eux deux en cet instant.

Lorsque Azael s'empara de ses mains pour venir les plaquer de chaque côté de son visage, elle laissa échapper un léger rire amusé. En revanche, quand leurs doigts s'entrelacèrent, elle se sentit plus troublée. Il n'y avait rien de tendre ou de romantique dans ce geste et pourtant Chrissie savait d'ores et déjà que cet instant faisait partie de ceux auxquels elle voudrait repenser de temps à autre et qui la feraient sourire malicieusement. Elle ne pouvait pas expliquer ces sensations qui la consumaient de l'intérieur en ce moment précis, ce tourbillon d'émotions et de pensées provoqué par celui qui, jusqu'à aujourd'hui, n'avait représenté qu'un ami. C'était à la fois effrayant et exaltant, comme lorsque l'on ferme les yeux et que l'on se laisse guider par une autre personne : le doute subsiste mais la confiance prend le pas sur tout le reste. Entre l'arnaqueur et la conservatrice, on ne pouvait pas vraiment parler de confiance à proprement parler, mais ce nouveau lien qu'ils tissaient minute après minute était loin d'être dérisoire. La pâle lueur du jour qui perçait à travers les stores de la cuisine se reflétait sur le visage d'Azael, et la demoiselle à la crinière de feu se retrouvait captivée dans sa contemplation des traits du magicien. Il y avait dans sa physionomie ce mélange de mystère, de souffrance et d'insouciance qui le caractérisait au quotidien, mais ce matin ajoutait à son expression déjà si particulière une pointe d'assurance effrontée qui le rendait d'autant plus attirant aux yeux de Chrissie. Son regard glacial et implacable, rehaussé par la faible lumière qui venait s'y réverbérer la faisait vibrer jusqu'au plus profond d'elle-même.

L'arnaqueur la tenait immobile, ainsi allongé sur elle, et il se jouait de la situation. Ses lèvres étaient si proches de celles de la rouquine et pourtant il lui refusait ce baiser qu'elle désirait tant. Leurs souffles emmêlés, la tension était palpable et électrisait l'air environnant. Az la tint en haleine pendant un moment qui parut à la rouquine être une éternité, un instant durant lequel elle se consumait à petit feu sous le regard impitoyable de son amant. Enfin, il décida de mettre fin à son supplice et, à peine avait-il relâché l'une des mains de la jeune femme qu'elle vint se plaquer contre la joue du magicien, assurant son emprise sur lui de la seule manière que ses mouvements autorisaient pour le moment. La main affranchie d'Azael glissa lentement sur la peau veloutée de l'ancienne princesse, se dirigeant sans l'ombre d'une hésitation vers la seule partie de l'anatomie de Chrissie qui lui était restée jusqu'à lors inconnue. Cette oaristys féroce n'avait laissé, jusque là, aucune place à la tendresse et pourtant les caresses d'Azael Selis caractérisaient l'équilibre parfait entre la douceur qu'ils s'interdisaient et l'animalité dont ils avaient fait preuve jusqu'à présent. Réagissant à chaque geste de leur étreinte, la jolie rousse se cabra légèrement en arrière, diminuant un peu plus l'écart entre leurs deux corps, se laissant sombrer peu à peu dans une douce folie dont Zazu était l'auteur.

Elle sentit ses lèvres contre son front et sans doute aurait-elle exprimé toute la surprise que ce geste l'inspirait si la situation n'accaparait pas son esprit avec les autres gestes que le magicien esquissaient... Aussi, mi-envoûtée, mi-perdue dans ses bras, elle en vint à se demander si elle n'avait pas complètement inventé ce chaste baiser, au final. De toute manière, Azael s'appliquait à la perfection à la distraire de ce genre de pensées en venant l'embrasser fougueusement, reportant ainsi son attention sur des questions plus pressantes et beaucoup plus animales... À bout de souffle à cause de leurs baisers incendiaires, Chrissie pouvait sentir que sa tête commençait à tourner. Finalement, Zazu décida de libérer son autre main pour venir l'enlacer au niveau de la taille. Présentant ce qui allait se passer ensuite, la rouquine s'agrippa aussitôt au cou de son amant. En effet, le magicien ne tarda pas à se redresser, l'emportant avec lui en la serrant avec détermination, éradiquant sans ménagement le peu de distance qui avait subsisté entre leurs deux corps. Elle profita d'ailleurs du trajet plus ou moins périlleux entre le canapé et le lit, les jambes enroulées autour de l'arnaqueur, pour déstabiliser un peu plus l'ex-sorcier. Le visage enfoui dans son cou, elle lui chatouillait la peau de sa clavicule avec son souffle, laissait ses lèvres l'effleurer avant de venir mordiller son épaule. Elle déposa ensuite des dizaines de petits baisers langoureux dans son cou, osant même lui faire un suçon à la base de son oreille. Il était à elle au moins pour quelques heures et elle n'avait pas fini de lui prouver.

Étendue sur le matelas, elle observait Azael, une lueur de malice dans le regard, adoptant une position lascive dans l'unique but de le décider à la rejoindre. Lorsqu'il se décida enfin, elle se redressa légèrement, ne laissant pas le temps au magicien de s'installer sur elle, s'empara de ses lèvres avec rage et le fit pivoter avec adresse pour se retrouver, une fois de plus, au dessus de son squatteur préféré. Cette fois-ci, cependant, elle le laissa libre de ses mouvements, préférant accorder toute son attention à son boxer qui n'avait plus sa place dans leurs ébats. Maintenant qu'il se retrouvait aussi dévêtu qu'elle, elle le tira pour qu'ils se retrouvent tous les deux assis, enlacés. Elle plongea son regard quelques secondes dans celui du magicien, se mordant la lèvre en y retrouvant tout le désir qu'elle-même ressentait. Se collant un peu plus contre lui, sa bouche retrouva celle de son amant comme si elle était dotée d'une volonté propre et qu'elle exigeait ce dangereux échange. Leurs langues exécutaient un ballet langoureux qui, à lui seul, suffisait à allumer un incendie au fond du ventre de la pétillante rouquine. L'une de ses mains glissait sur le dos du magicien, s'aventurant parfois jusqu'à ses fesses qu'elle empoignait avec avidité, tandis que la seconde prenait possession de sa nuque, couvrant de mille caresse sa peau halée et la base de ses cheveux plus noirs que la nuit.

La tension était à son paroxysme et ce fut donc tout naturellement que Chrissie finit par se perdre dans le tourbillon insensé de sensations et de sentiments que cette folle aventure lui procurait. Lentement, et sans cesser de l'embrasser, elle se laissa tomber en arrière, emportant Az avec elle. Plus rien n'existait dans l'univers de la rouquine que lui, en cet instant. Sa peau, ses lèvres, son regard, ses baisers, ses caresses, leur étreinte sauvage... Elle ne savait plus vraiment où elle se trouvait, si ce n'était dans les bras d'Azael Selis. Que le monde explose, que la terre soit engloutie par d'inquiétantes ténèbres : elle n'en avait cure et ne le remarquerait sans doute pas. Il était là, tout contre elle, s'infiltrant un peu plus sous sa peau à chaque souffle, pénétrant son âme à chaque baiser échangé. Et enfin, enfin ! Il prit pleinement possession d'elle.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Sam 16 Mar - 7:17
Close my eyes, feel you here forever...
CHRISSIE & AZAEL



Electrique, sa peau, envoutante, son odeur, implacables, ses mains, irascibles, ses lèvres...Toutes ces informations semblaient lui parvenir au compte-goutte, avec lenteur mais intensité. Il tentait de comprendre, de percevoir et surtout de ne pas passer à côté de chacune de ces données comme si sa vie en dépendait...dépendait, dépendant, c'était ce qu'il devenait. Telle une drogue, Chrissie s'insinuait dans son esprit, au plus profond de son âme damnée pour en prendre le contrôle, le faire halluciner et le tuer, lentement mais surement. La mort serait douce et exaltante, le genre de mort qu'on rêverait tous de connaitre ! Il avait l'air fou à lier, une fois les derniers remparts de tissus enlevés, leurs deux corps nus l'un contre l'autre s'embrasaient, tout cela semblait sortir tout droit d'une autre réalité. Il la voulait, il la désirait comme il n'avait jamais désiré, c'était vitale, obsédant. Leurs souffles chauds qui se mêlaient, leurs lèvres qui s'attiraient, se repoussaient avec force, brutalité et passion. Tout, il désirait tout d'elle, de ses cheveux roux en passant par ses courbes voluptueuses jusqu'à son sale caractère et ses yeux flamboyants. Il voulait tout et ne jetterait rien, car ce matin, après des mois de cohabitation, elle lui appartiendrait, qu'elle le veule ou non, et bien malgré elle, elle serait à lui, ses qualités comme ses défauts, ce serait à lui d'en disposer à présent ! Chrissie concluait un pacte avec le Diable, un pacte inavoué, un piège mortel qui se refermait déjà sur elle, sur eux...
Car comment pourrait-il renoncer à cette tension sexuelle, à ces étreintes charnelles alors que pour la première fois de sa vie, il semblait impliqué ? Il ressentait comme une dose de bonheur dans son coeur, son palpitant était soulagé, il battait fort pour prouver à son hôte qu'il existait, que cette femme là c'était ce dont il avait besoin pour survivre à travers ces couches d'égoïsme et d'indifférence.

Il avait besoin d'elle, maintenant, tout de suite....

Chrissie lisait dans ses pensées ou sans doute étaient-ils tellement connectés l'un à l'autre qu'il n'était pas bien compliqué de capter l'envie obsédante qui se reflétait dans les yeux bleus turquoises du magicien. quoiqu'il en soit, la rouquine se laissa tomber lentement en arrière, sans cesser de l'embrasser, ultime invitation sensuelle. Azael la rejoignit aussitôt, effleurant le coin de ses lèvres fiévreuses à l'aide des siennes, il laissa ses mains glisser le long de ses cuisses avec une douceur inexpliquée, faible moment de répits, avant de les remonter jusqu'à ses hanches qu'il empoigna vivement. Et tout contre elle, prenant un peu appui sur ses genoux, il la posséda enfin dans un long coup de rein...Immédiatement, sa bouche avide captura la sienne tremblante histoire de partager cette nouvelle connexion à l'instantané, les regards pénétrants seraient pour plus tard, rien n'est plus horrible que d'observer de haut ses propres performances, de chercher à la seconde prés la réaction de l'autre dans ses yeux, les millions de terminaisons nerveuses, de la bouche humaine, suffisaient amplement pour gouter et ressentir le plaisir de sa partenaire. C'était parfait...juste, parfait ! En un mouvement, voilà qu'ils écourtaient cette distance qui les séparaient jusque là. Peut-être que l'espace de ces quelques longues minutes, Azael comprendrait mieux Chrissie, ses doutes, ses failles, ses défauts et inversement, peut-être que ce n'était que luxure et désir de chair ou peut-être pas, peut-être que cette chaleur qui parcourait tout son corps signifiait quelque-chose, encore lui faudrait-il un traducteur ou plutot, un truc qui puisse botter les fesses à ce dénie constant et génétique qui entourait toutes les personnes partageant son sang ou peut-être lui suffisait-il de s'immiscer un peu plus en elle, sous sa peau, ses os et tout ce qui pouvait la constituer pour en apprendre plus sur ces mystères. Leurs souffles chauds se répondaient, l'air frais leur manquait au fur et à mesure que l'arnaqueur amplifiait ses mouvements de bassin, ils se perdaient dans une danse infernale où le besoin de s'imposer face à l'autre régnait en maitre. Encore une fois, rien de tendre, rien de brutal non plus, c'était sauvage, animal, il ne désirait que la dompter, apprivoiser son corps pour qu'il lui appartienne. Il posa son front contre le sien, l'une de ses mains vint manier sa poitrine parfaite alors que sa gorge laissa échapper un léger râle de plaisir. Éloignant doucement son visage du sien, il prit enfin le temps de l'observer. Erreur fatale ! Son coeur parut s'arrêter et la douleur lui arracha un léger soupire. Elle était à cet instant, la créature la plus désirable qu'il n'ait jamais vu...Peut être était-ce exagéré mais dans l'euphorie, à travers ses yeux, Chrissie était magnifique et il s'étonna lui-même de cette réflexion, vu que son ego monstrueux prenait toujours le pas sur les plus belles créations de Mère Nature. Rien n'était plus beau qu'Azael....hormis Chrissie, à cet instant précis !

Ces pensées éclaires le firent sourire et une lueur de tendresse, d'affection voir d'amour teinta son regard avant de venir embrasser à mille reprise la jeune femme, jusqu'à ne plus avoir de souffle. Leurs ébats devinrent à partir de ce moment, plus passionnés, plus dévorants, Az' comprit qu'il ne voulait plus être séparé d'elle une seule seconde, ses gestes étaient plus rapides, ses mains parcouraient le corps brulant de la jolie rousse, son visage alla se perdre dans son cou, mordillant sa peau, expirant difficilement prés de son oreille pour la chatouiller et la faire frissonner. Leurs épidermes s’enflammaient par endroits tandis qu'un mince filet de sueur recouvrait déjà leurs ventres, leurs nuques, leurs fronts, leurs tempes...Ils étaient devenus une part de l'autre et en savouraient chaque seconde.
L'ex sorcier vaudou en avait oublié où ils se trouvaient et ni les draps qui tombaient lentement mais surement à terre, ni leur position trop prés du bord de ce lit ne l'alerta sur la suite des évènements. Resserrant son emprise sur Chrissie et dans un mouvement plus intense que les autres, ils finirent par glisser du matelas jusqu'au sol. Cet accident stupide leur arracha quelques rires et Azael comprit trop tard que la jeune femme en avait profité pour le dominer à nouveau, car au dessus de lui trônait fièrement sa petite princesse rebelle. A nouveau son regard se troubla, de là, il pouvait admirer la vue tout en profitant des délices de leur union. Ses mains agrippèrent ses hanches tandis qu'elle entrait dans une danse sensuelle et érotique. Arriverait-il a survivre à tout ça en gardant toute sa raison ? Cette passion ardente paraissait pourtant si malsaine...Pire, une sombre peur s'éveillait dans son esprit, n'avait-il pas lu quelque part que des gens pouvaient mourir...d'amour ? Ainsi donc Chrissie rimait avec dessein mortel, elle serait son juge, son bourreau et sa potence pour le mener tout droit vers l'Enfer qu'ils se créaient déjà.


FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Lun 18 Mar - 1:44

I need your love
And when I look back at all the crazy fights we had...
Like some kind of madness was taking control.



Azael Selis. Az l'arnaqueur, Az le prestidigitateur, Az le squatteur, Az le flambeur. Ce matin-là, cet Azael avait fait place à un tout autre homme, une personne que Chrissie n'aurait jamais cru voir : l'amant, le partenaire sauvage, l'égal, l'indispensable. Car c'était bien de cela qu'il s'agissait, en cet instant précis, la rouquine avait besoin de lui, il occupait chacune de ses pensées et chacun de ses gestes faisait écho à cette irrépressible envie de le posséder. Peu lui importait que la magie fût évaporée une fois le soleil au zénith ou que cet acte modifiât à jamais le fragile équilibre de leur cohabitation, elle devait le capturer et s'imprégner de lui à l'instant ou plus rien n'aurait de sens, il fallait qu'elle succombe ou elle finirait chez les fous. Sa raison l'avait quittée dès le premier baiser échangé avec son oiseau de paradis, son oiseau d'enfer, son Zazu... Désormais, plus rien n'importait pour l'ancienne princesse que marquer sa cruelle mémoire, lui prouver qu'elle était bien plus que ce qu'il connaissait d'elle, pour le garder. Leur étreinte passionnée ne laissait aucune place aux illusions, et sans doute passerait-elle de nombreuses heures à le nier dans le futur mais elle ne pouvait plus supporter l'idée de le regarder s'en aller. Il était sienne tout autant qu'il la possédait, elle était prête à tout pour prolonger ce contrat au-delà de ces minutes folles qu'il passait au creux de ses reins.

L'attente et l'excitation qui l'avait accompagnée, tous ces petits jeux d'attraction et de séduction auxquels ils avaient joué depuis qu'elle avait goûté aux lèvres amères de l'ex-sorcier vaudou, ce n'était rien comparé aux sensations qui l'assaillirent quand Azael s'empara pleinement d'elle. Ainsi débuta une nouvelle danse entre les deux jeunes gens, un ballet risqué, une étreinte dangereuse et pourtant il s'agissait de tout ce à quoi Chrissie aspirait. Répondant à chacun de ses baisers, elle l'enlaçait et le garder au plus près d'elle tandis que son corps entier vibrait, soumis à l'émotion que ses va-et-vient faisaient naître en elle. L'un et l'autre apprenaient à s'apprivoiser, tentant de dompter le caractère sauvage de l'autre sans pour autant montrer le moindre signe d'hésitation. Ils ne se voulaient que davantage et se dévoilaient un peu plus à chaque coup de hanches de l'arnaqueur. Bientôt, la rouquine vint accorder ses propres mouvements de bassin à ceux de son amant et la tension monta d'un cran. Leurs bouches étaient inséparables, comme s'ils ne pouvaient plus respirer qu'à travers l'autre, et la jeune femme laissa un gémissement passer la barrière de ses lèvres au fur et à mesure que leur étreinte gagnait en intensité.

Alors que l'une des mains du magicien glissa jusqu'à la poitrine de la conservatrice, celles de l'aînée McAllister s'agrippaient dans le dos de son amant, ses ongles griffant sa peau un peu plus profondément au fil du temps... Front contre front, elle haletait, elle suffoquait de plaisir et se livrait sans concessions à Az, aussi dangereux que cela pût être. Leurs regards se croisèrent et s'accrochèrent tels deux aimants. Plongée dans l'azur des yeux de l'arnaqueur, Chrissie crut y déceler un sentiment qui la déstabilisa au plus profond d'elle-même, et cette lueur acheva de faire tomber les barrières qu'elle avait dressé en son for intérieur pour se protéger de l'emprise de l'ex-sorcier. Leurs lèvres vinrent se trouver à nouveau pour ne se séparer qu'au moment où la tête de la demoiselle commençait à tourner par manque d'oxygène. Quelque chose entre eux venait de changer, cela se ressentait dans leur étreinte qui prit alors une tournure plus sensuelle, plus intime, mais aussi plus ardente et enflammée. Les gémissements de la rouquine se muèrent progressivement en cris de plus en plus prononcés. Elle glissait dans une douce folie et effleurait déjà l'extase, là dans les bras de celui qui était devenu tout son monde en l'espace de quelques minutes... Mais, emportés par leurs ébats, ni l'un ni l'autre n'avaient prévu la chute inévitable qu'ils firent !

Un coup de reins plus osé d'Azael les avait précipités sur le sol, renversant par là le cours des choses. Tous deux rirent et Chrissie vint embrasser langoureusement son turbulent partenaire. Ce fut à cet instant qu'elle prit conscience du fait que cet incident lui permettait de reprendre le contrôle de leur folle idylle car elle était à présent au dessus de Zazu. Un sourire coquin s'accrocha à ses lèvres pulpeuses tandis qu'un éclair de malice illumina son regard. Embrassant une nouvelle fois son amant, elle laissa ses lèvres effleurer son cou et ses omoplates avant de se redresser lentement, dans un mouvement presque félin. Le dominant avec délectation, elle commença à se déhancher lentement, prenant appui sur ses genoux pour intensifier leurs ébats et accentuer ses mouvements. Ses mains glissaient sur le torse de l'arnaqueur, le couvrant d'érotiques caresses. Bientôt, elle retrouva le rythme perdu dans la chute et ses ondulations s'accentuèrent tandis que sa voix ne lui obéissait déjà plus. En effet, ses soupirs de plaisir, sa respiration saccadée, ses expirations tremblantes redevinrent gémissements et plaintes lascives.

Elle se confondait en lui et l'entraînait dans son ascension. Se cabrant légèrement, elle rejeta la tête en arrière, laissant ainsi sa crinière de feu coller son dos parsemé de sueur. Elle se pâmait de plaisir et se mordait la lèvre pour ne pas sombrer totalement dans la démence. À nouveau, elle se sentait approcher le septième ciel... Alors, peut-être dans un accès de sadisme ou dans un éclair de folie, elle se pencha à nouveau sur le magicien, parfaitement consciente du fait qu'elle ralentissait leur échange en esquissant ce geste, et elle vint l'embrasser dans un mélange de rage et de désespoir, un baiser qui sembla figer le temps le temps qu'il dura. Plongeant son regard dans celui de l'arnaqueur, elle ne pouvait masquer totalement ce qu'elle ressentait pour lui et elle lui lança un petit sourire avant de se laisser basculer sur le côté puis sur le dos en l'emmenant avec elle, pour qu'il reprenne le contrôle de leur incroyable union. La raison qui l'avait poussée à prendre ce risque n'était autre que son affection pour lui, elle préférait garder quelques uns de ses secrets pour une prochaine fois, si prochaine fois il y aurait, car elle n'avait pas dit son dernier mot et n'avait pas peur de s'incliner maintenant pour pouvoir mieux le surprendre par la suite. C'était risqué, c'était incompréhensible, c'était Chrissie.

L'espace d'une seconde, la rouquine se demanda si elle n'avait pas tout simplement tout gâché avec cet énième coup de poker et ses yeux exprimèrent son appréhension et sa crainte lorsqu'ils se posèrent à nouveau sur le visage d'Azael. Mais il en fallait plus que ça à l'ancien sorcier pour déclarer forfait, visiblement, ce qui rassura la jeune femme. S'emparant des lèvres acidulées de son amant pour les sceller d'un baiser enflammé, elle le captura dans ses bras, le ramenant contre sa poitrine. Son cœur battait la chamade et son envie demeurait intacte, aussi ses jambes vinrent s'enrouler une fois de plus autour des cuisses d'Az, exerçant une douce pression de son bassin contre celui de l'arnaquer en se cabrant légèrement, communiquant par la présente son désir toujours entier. L'une de ses mains se fraya un chemin dans son dos jusqu'aux cheveux noirs de Zazu qu'elle caressait sensuellement alors qu'elle capturait à nouveau fiévreusement ses lèvres. & leur danse put reprendre son cours fatal, scellant leurs corps et leurs cœurs en secret, déterminant une fois pour toute leur futur, leurs chemins entrecroisés de la même manière que leurs anatomies étaient imbriqués l'une dans l'autre.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Dim 31 Mar - 3:16
I need your love
CHRISSIE & AZAEL



C'était de ces moments parfaits, ceux dont on ne voudrait jamais oublier, où chaque sensation, chaque mouvement, parfum, gout ou son devraient rester imprégnés à jamais dans notre esprit. Si seulement il pouvait restituer avec exactitude ce qu'Azael ressentait à cet instant précis...Pourquoi la mémoire n'était-elle qu'un pâle reflet de ces moments incroyables, de ces petites trêves de bonheur, alors qu'elle emmagasinait avec force le mal et la douleur, vous réveillant la nuit sous la forme de vos pires cauchemars ? Pourquoi ne verrait-il qu'un portrait floue s’atténuant avec le temps d'une Chrissie magnifiquement nue se déhanchant avec toute la sensualité que peuvent avoir les femmes ? C'était injuste ! Sans cesse, lorsqu'il repenserait à ce doux moment, il blâmerait sa mémoire infidèle et se dirait qu'elle était bien plus belle, bien plus extraordinaire, que son coeur n'avait cessé de battre que pour elle, qu'elle avait illuminé la partie la plus noire de son âme....

Azael observait sa Chrissie se mouvoir tel un félin, à travers ses yeux brumeux. Le corps de la rousse ondulait sur le sien avec sensualité. Les gouttes de sueurs qui perlaient le long de son ventre brillaient telles de minuscules paillettes reflétant les premiers rayons du soleil. Une déesse ! Oui, mais une déesse de la luxure, celles qui n'existaient que dans les fantasmes masculins, une beauté fatale, irréelle. Et pourtant, Chrissie était bien réelle, ses gémissements le ramenèrent à cette improbable réalité et rendirent le magicien encore plus fou qu'il ne l'était déjà. Cette douce folie les habitaient et les enveloppaient totalement. Leurs deux corps n'en formant qu'un, ils n'étaient plus que l'extension de l'autre comme le fleuve se jetant dans la mer. Leurs souffles se répondaient, leurs mouvements saccadés semblaient en totale harmonie. Azael profitait de cette position pour caresser les cuisses, les hanches, le ventre et la poitrine parfaite d'une Chrissie dominatrice et stupéfiante d'érotisme. Ses soupires, ses petits cris de plaisir ne constituaient plus qu'un refrain entrainant dans la douce mélodie de leurs ébats, musique dont l'ex-sorcier vaudou ne pourrait jamais se lasser. Ils exprimaient également l'abandon, un abandon total et absolu aux délices de leur union, ce qu'Azael appréciait et qui paradoxalement le terrifiait. Une chaleur enivrante, tenace apparut dans son bas ventre, le désir semblait à son comble et bientôt il ne pourrait plus que se laisser aller au plaisir impérieux et s'abandonner lui aussi...C'était sans compter sur Chrissie qui en décida tout autrement.

Ralentissant le rythme, elle se pencha vers lui pour l'embrasser rageusement. Az' répondit à ce baiser si surprenant sans vraiment en comprendre le sens. Certes, les femmes prenaient plaisir à faire durer les choses, par jeu ou parce qu'elles n'étaient pas totalement combler. Ici, ce geste avait l'air différent et le regard qu'elle lui lança, une fois son visage à quelques centimètres du sien, réveilla à nouveau des sentiments inconnus dans le cœur de l'arnaqueur. Ouvrir une parenthèse aux portes de l’extase, suspendre le temps et l'espace, tout cela n'avait plus rien à voir avec le sexe non ? Encore une fois, le regard d'Azael se troubla...Chrissie avait perdu ce masque d'indifférence, de bonne copine, ce masque qui leur permettait de laisser planer le doute quand à ce qu'ils représentaient l'un pour l'autre. Avec ce geste, même le plus ignorant des hommes concernant les relations amoureuses ne pouvait passer à côté du message. Oh bien sur ! Az' ferait semblant de n'avoir rien capté, mais son palpitant, lui, avait parfaitement compris, que cette histoire était loin d'être finie !

Elle sourit, il n'y répondit pas, son esprit à mille lieu de là. Confus et perdu, il bascula avec elle pour inverser les rôles, se laissant guider aveuglement, poussé par le besoin vital de retrouver son corps. Expirant longuement, il secoua la tête pour sortir de la brume créée par ces choses infectes appelés sentiments et se reconcentra sur l'instant présent, sur la peau de Chrissie, sur ses hanches tout contre lui, et ce ne fut que lorsque leurs deux âmes communièrent à nouveau qu'il oublia cette scène étrange. Le plaisir revenait à la charge et sa rouquine n'y était pas étrangère, loin de là. Stimulant leurs ébats par des caresses, des baisers, Azael retrouva rapidement son rythme et ses envies. Il mordit ses lèvres pulpeuses, par vengeance pour ce qu'elle venait de lui faire subir, ainsi que son cou, pour l'entendre gémir un peu plus fort. Voilà, maintenant les choses semblaient plus "normales" entre eux, il n'avait plus besoin de se prendre la tête avec ces histoires d'amour à l'eau de rose. C'était encore un truc de gonzesses ça ! Le magicien affirma, à travers des va et vient beaucoup plus farouches, sa volonté d'oublier et de dominer les récents évènements, lançant, de temps à autre, des regards perçants à la magnifique rousse. Et ce ne fut qu'aprés maintes danses entremêlées, lorsqu'il sentit que Chrissie sombrait avec lui dans le tourbillon des plaisirs luxurieux, lorsque son propre corps atteignait ses limites, qu'il accéléra subitement la cadence, poussa un dernier râle typiquement masculin, à moitié étouffé dans le cou de la jeune femme et accéda enfin au septième ciel tout contre elle.

Les mouvements décroissaient progressivement, ils tentaient de récupérer leurs souffles, calmer les battements de leurs coeurs. Azael fixa Chrissie, malgré la bataille qu'il avait engagé contre ses sentiments, la fatigue l'empêchait d'arborer ce masque d'indifférence qu'il prenait toujours avec les autres, cet air supérieur et amusé...Non, il ne pouvait pas et il ne le voulait pas ! Ses yeux exprimaient de la tendresse malgré lui, une chose qu'il ne pensait pas détenir, et pourtant, c'est avec cette même tendresse qu'il déposa un baiser sur la tempe de la sublime rousse avant de placer son front contre le sien, s'appuyant grâce à ses mains, de chaque coté du visage de la belle, pour ne pas s'affaler sur elle tel un animal mort. Un léger sourire béat passa la barrière de ses lèvres à mesure qu'il respirait profondément tout contre sa partenaire d'aventures légères. Fermant les yeux, il ne voulait penser à rien, garder ce moment intact, figer à jamais le temps pour nager éternellement dans le bonheur avec elle. Ce bref instant, ils le partagèrent ensemble et le silence les accompagnait en ami. Mais bien vite, trop vite, les bruits extérieurs attaquèrent leur petite bulle. Dehors, les oiseaux chantaient, les gens s'activaient, quelques voitures, quelques mots et bientôt la télé du voisin s'alluma, l'ascenseur s'anima, même le bruit du frigo de la cuisine, jusqu'alors inaudible, devint extrêmement gênant pour eux. Az' grimaça et grogna en sentant le bois raide sous ses genoux et les paumes de ses mains...Le parquet de l'appartement n'avait rien de confortable, c'était un fait avéré ! L'ex sorcier soupira tragiquement, s'éloigna du visage de Chrissie pour se redresser avec peine. Assis sur ses genoux, il parvint, dans un ultime effort, à la ramener contre lui et à la porter comme il put jusqu'au lit. Là, éreinté, il s'étendit de tout son long sur le précieux matelas en poussant un soupire de satisfaction, bénit soit le lit de Chrissie ! Un léger rire accompagna ses gestes lorsqu'il attira son "amie" contre son torse pour qu'elle s'y blottisse. Là encore, c'était l'exception à ses principes, "ne jamais rester dormir avec la fille", oui mais voilà, comment faisait-on lorsqu'il s'agissait de Chrissie ? Celle qui ferait fondre n'importe quel iceberg, rien qu'avec son sourire ?...Son sourire...Les doigts de l'arnaqueur vinrent dessiner les contours des lèvres de la rouquine, doucement, il caressa l'arrête de son nez, remontant lentement vers son front, ses tempes, redescendant jusqu'à ses joues puis son menton. Ses yeux, fascinés, dévoraient leurs homologues bleu ciel, transmettant à travers eux son affection, sa lassitude et cet arrière gout amer de s'être fait prendre à son propre jeu.

C'est dans un petit sourire fugace, alors que son autre main rabattait les couvertures sur leurs deux corps exténués entrelacés, qu'il prononça les premiers mots, rompant ainsi le silence qu'ils avaient entretenu depuis le début des festivités :

- D'accord !

Peut-être lut-il de l’incompréhension dans le regard de l'autre car il s'empressa d'ajouter simplement pour ne pas passer pour un taré :

- D'accord, je reste !

Cette phrase sonnait comme une finalité, la prononcer mettait fin aux moments qu'ils avaient partagés, comme une suite logique à cette drôle de soirée. Elle pouvait se détendre, il ne partirait pas ce matin, ni ce soir d'ailleurs. Le beau brun n'avait ni la force, ni l'envie de se séparer de ce lit et ce celle qui le hantait. Instinctivement, il resserra son emprise sur elle, ferma les yeux et laissa son visage se cacher dans sa crinière rousse, respirant profondément les dernières effluves de son parfum si délicat....

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   Mar 2 Avr - 21:59

I need your love
Our love is madness.


C'était un risque que la rouquine avait pris en retournant la situation au dernier moment, emportant Azael avec elle dans sa galipette et le laisser maître de la suite... Mais Chrissie n'avait jamais été du genre à avoir peur de prendre des risques et, même si elle avait vu l'incompréhension dans le regard de son amant, elle était allée jusqu'au bout de son initiative ans fléchir. Et tant pis si elle s'exposait trop à cet arnaqueur de haut vol, tant pis s'il lui brisait le cœur dans quelques heures, elle ne pouvait pas contenir tous ces sentiments qui l'assaillaient, elle devait lui exprimer tout ce qu'il avait éveillé en elle. Capturant les lèvres du magicien à nouveau, elle le guidait doucement sur la voie du plaisir après cette perturbation imprévue. Az ne tarda pas à retrouver toute sa fougue et, bientôt, leurs ébats atteignirent un niveau supérieur.

Il la dominait totalement, comme prévu. Mordillant ses lèvres ou la peau de son cou, il ne montrait aucune retenue, ce qui plaisait d'autant plus à sa partenaire. Respirant avec difficulté, elle se confondait en gémissements et petits cris, envahie par l'excitation et la sauvagerie retrouvée de leurs mouvements. Azael était farouche, elle se faisait féroce dans ses caresses et ses regards pour le garder près d'elle. Peu de gens avaient pu goûter à la peau de Chrissie, peu de gens connaissaient cette animalité en elle, mais certainement personne n'avait réussi à lui faire atteindre de tels sommets comme Zazu le faisait. Oui, il était le seul à détenir cette emprise sur elle, cette connexion entre eux était tellement floue, tellement compliquée... La jeune femme était bien incapable de raisonner correctement à cet instant précis mais, si elle l'avait pu, certainement aurait-elle craint la suite de la journée : le départ de l'arnaqueur maintenant qu'ils avaient passé ce cap et qu'elle s'était clairement montrée attachée à lui d'une manière qu'elle aurait préféré ne jamais découvrir. Une chance, donc, que la cadence de leur idylle ne lui laissait pas le temps d'y réfléchir. Petit à petit, elle se laissa emporter vers le point culminant de leurs ébats et atteignit le nirvana en même temps qu'Az, le corps cabré et le visage ouvert vers le ciel, poussant un cri d'extase.

Il s'agissait à présent de retrouver leur souffle et leur rythme cardiaque après avoir subi une telle tension. Chrissie glissa lentement l'une de ses mains dans les cheveux d'Azael qui avait gardé son visage enfoui dans le cou de la rouquine. Doucement, elle laissait ses doigts s'emmêler avec les mèches noires en bataille de son amant. Elle n'avait plus la force ni l'envie de jouer l'inaccessible et, après tout, elle s'était totalement donnée à lui. Le magicien se redressa légèrement, de sorte à ce que leurs regards puissent se croiser. Le cœur de la rouquine fit un bond dans sa poitrine en remarquant la manière dont il la fixait. Elle esquissa un sourire timide, incapable d'exprimer à quel point elle était perdue mais aussi heureuse. En cet instant, elle avait l'impression qu'elle n'était à sa place que dans les bras de Zazu, cet homme pourtant si peu fréquentable... Elle poussa un léger soupir de bonheur quand elle sentit les lèvres d'Az sur sa tempe. La simplicité de ce geste avait quelque chose de rassurant, le fait que ce soit lui en particulier qui l'esquisse était tout simplement incroyable. Jamais l'héritière McAllister n'avait pensé l'arnaqueur capable d'autant de douceur dans une situation pareille. Cela pouvait-il signifier qu'il tenait à elle ? Elle osait à peine y penser... Si elle commençait à croire à ce genre de choses, cela pouvait s'avérer dangereux pour elle.

Front contre front, elle l'observa sourire légèrement et attendit qu'il eût fermé les yeux pour faire glisser lentement sa main de ses cheveux à sa joue, effleurant le coin de ce sourire avec son pouce. Elle décolla sa tête du sol pour venir sceller les lèvres de son amant d'un tendre baiser tandis qu'elle pouvait sentir son corps trembler des pieds à la tête. Elle craignait tellement de le voir filer entre ses doigts ! Instinctivement, elle le serra un peu plus fort contre sa poitrine, refusant de l'imaginer ailleurs que dans ses bras. Le silence les accompagnait depuis le début mais le jour était à présent levé et la ville commençait à s'activer. Allongée nue sur le parquet, Chrissie n'était pas particulièrement gênée par tous ces bruits familiers, mais elle pouvait voir Azael perdre patience. Une angoisse s'empara d'elle lorsqu'il se redressa. Cela ne voulait rien dire, certes, mais cela pouvait tout aussi bien marquer son envie de s'en aller... Elle ne fut rassurée qu'au moment où il la ramena dans ses bras et, s'y réfugiant immédiatement, et déposa un baiser sur son épaule. Le magicien se leva lentement, certainement engourdi par leurs ébats, et porta la rouquine jusqu'au lit qu'ils avaient abandonné malencontreusement au cours de leur folle étreinte. La jeune femme n'eut même pas besoin d'y réfléchir que, déjà, Az l'attirait contre lui. Un petit sourire vint s'accrocher aux lèvres pulpeuses de la rouquine lorsqu'elle put se blottir à nouveau auprès de l'arnaqueur.

L'une de ses mains entourait le corps d'Azael tandis que l'autre s'accrochait à son épaule reluisante de sueur. Chrissie releva les yeux vers son amant et tous deux s'observèrent longuement. Lentement, le magicien vint effleurer son visage de ses doigts, ce qui la fit rougir. Elle ne détourna pas le regard, cependant, et se mordit la lèvre en voyant le petit sourire que Zazu affichait. Elle craquait totalement pour lui, que pouvait-elle y faire ? Il rabattit les couvertures sur eux, les enveloppant ainsi dans un cocon moelleux et rompit le silence. La rouquine fronça les sourcils, cherchant le sens des paroles de son amant. Sans doute le remarqua-t-il car l'arnaqueur s'empressa de préciser son discours.

▬ D'accord, je reste !

Le regard de Chrissie se mit à pétiller et un sourire sincère anima ses lèvres. Ce n'était peut-être pas pour longtemps mais au moins il venait de la rassurer quant à ses intensions. Il restait avec elle, il ne voulait pas partir, pas maintenant. La demoiselle poussa un léger soupir soulagé et rigola légèrement quand il la serra un peu plus contre lui. Elle le laissa cacher son visage dans ses cheveux, sentant son souffle chaud dans sa nuque. Elle avait l'impression d'être invincible, tout était juste parfait... Elle gigota légèrement pour pouvoir observer une nouvelle fois le visage d'Azael et elle posa sa main sur sa joue avant de venir l'embrasser passionnément, dernier vestige de leur douce folie. Il avait les yeux toujours fermés, ce qui la fit sourire doucement. Elle lui murmura un "bonne nuit" à l'oreille avant de s'installer confortablement dans ses bras et, quelques minutes plus tard, tous deux s'endormirent paisiblement, ainsi enlacés.


∞everleigh
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Now, I need to know is this real love or is it just madness keeping us afloat ! || Hot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» You belong to me tonight boy, i been looking for a real love
» real nan cho
» THE REAL PROBLEM WITH HAITI
» [Real Madrid] Riki Kaka'
» Real Life Bolter!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-