★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Keep calm ! And put this pan ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Keep calm ! And put this pan ...   Dim 10 Fév - 19:33


« DON'T BE SCARED, JUST TRY NOT TO WORRY AND TAKE WHAT YOU NEED. »


Le soleil déclinait chaque minute un peu plus vers l'horizon. Les réverbères de la ville n'avaient pas tardé à chasser les ombres grandissantes et inquiétantes de la nuit. Une vague de fraîcheur et de calme avait traversé Storybrooke. Peu à peu, les gens avaient déserté les rues pour retrouver leur foyer douillet et chaud. Eddie semblait être le seul encore décidé à traîner dehors.
Dissimulé dans une petite ruelle adjacente que personne ne remarquait jamais, il était négligemment assis dans l'encadrement d'une fenêtre, condamnée par quelques vieilles planches en bois. La lumière provenant de l'avenue que sa nouvelle cachette rejoignait n'atteignait pas l'obscur recoin où il était. De sa place, il pouvait observer à loisir la grande rue, à présent silencieuse. Il adorait cette sensation, regarder sans être vu en retour. D'autant plus, si quelqu'un le cherchait, il ne viendrait sûrement pas fouiner par ici. Il était sur d'avoir la paix, au moins pour ce soir. Le regard perdu dans le vague, il laissait ses doigts jouer distraitement avec le cuir d'un portefeuille. Portefeuille qu'il avait tout nouvellement réquisitionné. Celui-là, il l'avait obtenu auprès d'un type aussi rond qu'un ballon de baudruche, vêtu d'un costume certes bien trop étroit pour lui, mais qui avait tout de même l'air d'être assez coûteux. Ce qui signifiait que les poches de sa veste avaient certainement quelque chose à lui apporter … Même si l'homme ne s'était aperçu de rien, la victoire d'Eddie avait été de courte durée ; soit le petit gros avait dépensé tout son argent avant qu'il ne le croise, soit il planquait ses précieux billets ailleurs que dans son portefeuille. En somme, cette journée avait été bien ennuyeuse. Qu'allait-il bien pouvoir faire de la carte d'identité d'un chauve obèse, d'un ticket restaurant dépassé et d'une carte de bus encore valable pour deux trajets ?
Un discret bruit de chaussures foulant rapidement le trottoir sortit finalement le jeune voleur de ses pensées. Tiens, il n'était pas si seul qu'il ne le pensait. Sans bouger d'un pouce, il se contenta de lever les yeux pour regarder l'individu passer à quelques pas de lui sans qu'il ne le remarque. Une ombre exagérément étirée par la présence d'un lampadaire se dessina sur le bitume. Aussitôt après, une silhouette deux fois plus petite traversa le champ visuel d'Eddie. C'était une femme, dont les cheveux bruns virevoltaient dans son dos au rythme de ses pas, et du peu qu'il put en juger, elle semblait plutôt pressée. Elle passa devant la ruelle, la tête résolument baissée et les bras encombrés d'un objet qu'elle serrait contre elle, mais que le pickpocket ne réussit pas à identifier. Sûrement une cliente retardataire du supermarché juste à côté, qui avait hâte de rentrer chez elle. Rien de bien intéressant en soi, Eddie serait immédiatement retourné au fin fond de ses pensées, si un léger tintement caractéristique contre le pavé n'avait pas solidement retenu son attention.
Visiblement, la jeune femme ne l'avait pas entendu, puisqu'elle avait continué sa route sans même ralentir. Le brun quitta lestement son perchoir après avoir balancer le portefeuille dans un coin, passa outre la faible protestation de ses muscles restés trop longtemps immobiles, et s'avança dans la lumière. Ses yeux sombres parcoururent rapidement la surface terne du trottoir, là où la demoiselle était passée, s'accroupit et tendit le bras devant lui. Un sourire satisfait effleura le coin de ses lèvres lorsque ses doigts ramassèrent ce qu'il avait bien cru entendre tomber. Eddie se redressa pour pouvoir mieux examiner le bijou que l'inconnue venait d'égarer sans s'en rendre compte. Le fermoir semblait être cassé, ce qui expliquerait qu'elle l'ait perdu. Malgré tout, l’intérêt du garçon s'évapora brusquement lorsqu'il constata que l'objet ne valait pas grand chose. Encore quelque chose dont il ne ferait rien. Décidément, les temps étaient durs ! Et vraiment pas divertissant ... Un soupir silencieux lui échappa. Désappointé, Eddie fit sauter plusieurs fois le bijou dans sa paume, puis se tourna, hésitant, vers la jeune femme qui s'éloignait toujours.

- Eh !

Arf, d'habitude, il ne faisait jamais ça. Généralement, si les gens perdaient leurs affaires, c'était leur problème, pas le sien. D'autant plus si c'est lui qui les trouvait … Peu importe, de toute manière, il n'avait rien de mieux à faire. Au moins il remplirait sa B.A de l'année, une fois n'étant pas coutume.

- Eh ! Répéta-t-il en comprenant qu'elle ne revenait pas sur ses pas, mais continuait plutôt à tracer sa route sans se retourner.

« Bon sang, elle est sourde ou quoi ? » Eddie s'élança sur les traces de la fugitive avant qu'elle ne disparaisse au coin de la rue. Il la rattrapa rapidement, légèrement essoufflé, et leva une main en direction de son épaule.

- Vous avez perdu quelque chose …
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Sam 16 Fév - 0:19

Edward & Rowena
Ces derniers temps, les choses n’avaient pas été simples pour Rowena, loin de là. Alors qu’elle avait toujours entretenu une relation fusionnelle avec sa mère, voilà que depuis plusieurs mois tout semblait aller de travers. Les deux femmes ne cessaient de se disputer et semblaient bien incapable de se comprendre. Elle aurait aimé que Gabriella comprenne qu’elle était adulte et supposée prendre ses propres décisions. Mais à l’entendre, elle n’était qu’une enfant qui avait besoin d’être protégée. Pourtant, à chaque fois qu’elle pensait du mal d’elle, la jolie brune se sentait très rapidement extrêmement coupable en songeant à toutes ces années où sa mère s’était occupée d’elle. Elle ne se rendait pas compte de l’emprise que celle-ci s’était peu à peu mise à avoir sur elle, comme si elle n’avait été qu’un objet qui lui appartenait. Elle voyait seulement la femme aimante, qui avait toujours tout faire pour elle. Néanmoins, cette vision ne l’empêchait pas d’être en colère contre elle et ces derniers temps elle s’était mise à passer beaucoup plus de temps au salon de coiffure où elle travaillait.
Elle ruminait et ruminait encore, mais ce soir là au moins, elle avait la certitude qu’il n’y aurait pas de dispute puisque Gabriella était absente pour une quelconque réunion. Après avoir fait quelques courses, elle était rentrée chez elle afin de profiter un peu de sa soirée en regardant un bon film à la télévision. Mais avant cela, elle comptait se cuisiner un bon repas. Ce fut à ce moment là qu’elle se rendit compte qu’elle avait complètement oublié de racheter une nouvelle poêle, ce que sa mère lui avait spécifiquement demandé étant donné qu’elles étaient un peu à cours d’ustensiles de cuisine.

En levant les yeux vers l’horloge murale, la jeune femme réalisa qu’il lui restait à peine assez de temps avant que le supermarché ne ferme. Etant donné qu’elle travaillait toute la journée le lendemain, mieux valait qu’elle y retourne immédiatement. Elle attrapa son sac, sa veste et ses clefs, et fila acheter cet ustensile manquant. Ce ne fut que lorsqu’elle sortit du magasin qu’elle réalisa qu’il faisait nuit. Or, elle ne sortait jamais la nuit. Jamais. Mais il fallait qu’elle se calme, il n’y avait aucune raison pour que quoi que ce soit lui arrive. Non, aucune. Elle respira profondément et commença à marcher sur le trottoir le plus calmement possible. Elle était si concentrée qu’elle ne réalisa même pas que le pendentif que lui avait offert sa mère pour son dernier anniversaire s’était décroché de son cou pour s’échouer au sol. Elle ne vit pas non plus que quelqu’un le ramassait. En revanche, elle entendit parfaitement des pas derrière elle. Elle n’osa pas regarder en arrière et accéléra l’allure. Une voix masculine l’interpella, ce qui eut pour effet de l’angoisser. Elle se rappela soudainement toutes ces histoires épouvantables que lui avait racontées Gabriella sur des jeunes filles enlevées par des hommes à l’esprit tordu. Sans qu’elle ne s’en rende compte, sa main se crispa autour du manche de sa poêle neuve. Lorsqu’elle le sentit se rapprocher, lorsqu’elle sentit sa main pratiquement se poser sur son épaule, son souffle s’arrêta et elle se sentit prête à hurler. Sans vraiment savoir ce qu’elle faisait, elle se retourna brusquement en brandissant sa poêle et frappa le suiveur à la tête. Elle avait visiblement frappé fort car le jeune homme s’écroula au sol.

Etrangement, le premier sentiment qu’éprouva Rowena à la vue de celui qu’elle croyait être un potentiel agresseur fut une intense fierté : elle avait réussi ! Non, elle n’était pas qu’une petite fille fragile incapable de se défendre, mais une femme forte qui venait de mettre K.O. un homme qui était visiblement sur le point de l’attaquer.

« Haha ! Alors comme ça, je serais incapable de vivre toute seule, hein ? »

Néanmoins, lorsqu’elle vit le jeune homme se remettre à bouger, elle sursauta et n’en mena pas large. Immédiatement, elle pointa sa poêle vers lui comme si elle avait été une véritable arme et tenta de se donner un air menaçant.

« Ne bougez plus ! Si vous tentez encore de m’agresser, je recommence ! »


(c) tears buried.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Sam 23 Fév - 14:23


« DON'T BE SCARED, JUST TRY NOT TO WORRY AND TAKE WHAT YOU NEED. »


C'était bien l'une des rares fois de sa vie qu'Eddie faisait quelque chose dans l’intérêt de quelqu'un. Ou du moins en avait l'intention. Et c'était aussi la première fois qu'il était reçu de la sorte ! Il n’eut pas le temps de voir venir le coup porté par la jeune femme, qui aurait prévu qu'une fille pas plus épaisse qu'un fil de fer ait autant de force ?
Lorsqu'il rassembla peu à peu ses esprits, il avait méchamment mordu la poussière, le bitume en l'occurrence. Le garçon grogna de douleur et passa une main contre le côté de son crâne, là où la bosse la plus grosse du monde semblait se dessiner. Sonné, il se redressa tant bien que mal sur un coude en grimaçant. Le monde tangua devant ses yeux, et quand enfin le flou se dissipa, ce fut pour voir la source de son mal de tête lancinant, agitant une poêle sous son nez. Attendez … Elle venait de le frapper sauvagement avec une … poêle ?! Ahuri, Eddie regarda la brunette comme si elle venait tout droit d'une autre planète. Ça frisait limite la tentative de meurtre. Mais elle était complètement dingue ! Il se retrouva frustré de voir son amour-propre mit à mal en se faisant mettre k-o par une jeune femme pesant la moitié de son poids, et furibond de s'être fait rejeter, lui, en se faisant enfoncer le crâne. Ça lui apprendra à vouloir être honnête, les gens de cette ville étaient tous fous ma parole. Le jeune voleur voulut faire part de ses arrière-pensées à son assaillante hystérique, quand elle lui stoppa toute tentative de se redresser en le menaçant à nouveau avec son arme de fortune, diaboliquement efficace. Loin d'être maso, Eddie s'immobilisa et leva une main en signe de sa capitulation.

« Ne bougez plus ! Si vous tentez encore de m’agresser, je recommence ! »

- Que … je, hein ?!

Eddie la regarda, déconcerté. Cette fille avait cru qu'il allait la brutaliser, ça c'était fort ! Elle avait l'air tellement déterminée à ne pas se laisser faire, qu'il se demanda sérieusement comment il allait pouvoir s'en sortir sans être matraqué à coup de casserole.

- Okay, on se calme ma jolie. Eddie loucha sur la poêle bien trop près de son visage à son goût. Je n'ai aucune envie de vousagresser, comme vous n'avez aucune envie de me défigurer avec cette … chose, reprit-il en écartant légèrement l'objet du bout de l'index. La jeune femme haussa un sourcil, sceptique. Eh, c'est vrai !

Elle baissa son arme et recula prudemment d'un pas, pas tout à fait convaincue. Eddie souffla brièvement et put enfin se remettre debout. Il pesta légèrement en tâtonnant l'endroit douloureux alors qu'un faible vertige le traversa. C'est qu'elle n'y était pas allée de main morte … Il reporta finalement son attention sur la petite brune, en prenant soin de rester à une distance respectable. Ça avait déjà été assez humiliant comme ça de se prendre un coup de poêle, il n'en avait pas besoin d'un deuxième. Il soupira à nouveau et eut pitié d'elle, c'est qu'elle devait vraiment être effrayée – ou bien paranoïaque - pour penser qu'il allait l'agresser en l'interpellant de la sorte dans la rue.

- Si vous voulez, et si ça peut vous rassurer, je peux vous raccompagner jusque chez vous. Lâcha-t-il finalement, même s'il était presque sûr qu'il allait le regretter. Je vous promets de ne pas être un psychopathe sanguinaire, rajouta-t-il avant de se dire, après coup, que ça n'était pas tellement le meilleur moyen pour lui donner confiance en lui.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Mer 6 Mar - 0:02

Edward & Rowena
Pour la toute première fois de sa vie, Rowena se sentait forte et puissante. Sa mère ne cessait de lui répéter à quel point le monde était dangereux, à quel point elle était fragile et peu armée pour l’affronter. Mais ne venait-elle pas d’avoir le dessus sur un redoutable assaillant qui aurait parfaitement pu l’égorgée dans cette ruelle sombre? Haha, voilà qu’elle prouvait qu’elle était loin de n’être qu’une petite nature, une demoiselle en détresse, oh non !
Néanmoins, lorsqu’elle le vit bouger, elle se sentit un peu moins maligne et pointa de nouveau sa poêle vers lui, déclarant qu’elle n’hésiterait pas un instant à renouveler son geste si jamais il se montrait menaçant. Durant tout ce temps, elle n’avait pas envisager un seul instant la possibilité de s’être trompée. Non, à ses yeux, il l’avait suivie la nuit, c’est qu’il devait donc lui vouloir du mal. Quant à la nature exacte de ses intentions, elle l’ignorait et ne cherchait pas à en apprendre plus. Il semblait hésitant, mais elle mit cela sur le compte du choc plutôt violent qu’il venait de subir. Pourtant, lorsqu’elle le vit la regarder de cet air si déconcerté, elle commença à se demander si elle n’avait pas fait une erreur. Mais non, surtout pas ! Il agissait sans doute ainsi dans l’unique but de l’attendrir, et il n’hésiterait pas à l’attaquer si elle venait à baisser sa garde. Du moins, c’est là ce dont la jeune femme se persuadait. Il avait cependant l’air de vouloir capituler, ce qui était plutôt bon signe. Il affirma alors qu’il n’avait jamais eu l’intention de s’en prendre à elle. D’abord méfiante, elle finit par accepter de baisser son arme et se recula très légèrement pour le laisser se relever.

« Très bien, j’accepte de vous croire. Mais je vous préviens, je n’hésiterai pas une seconde à recommencer. Et puis, ne m’appelez pas ma jolie, j’ai un prénom ! »

Elle conserva un regard qui se voulait menaçant, visant à l’impressionner un peu. Elle se fichait bien de le défigurer ou pas, elle n’avait pas la moindre confiance en lui. Malgré ce qu’il affirmait, elle était persuadée que ses intentions n’étaient pas tout à fait honnêtes. D’autres à sa place auraient sans doute pu être séduites par le charme qu’il dégageait, mais ce n’était certainement pas son cas. Elle accepta cependant de baisser tout à fait son arme. C’est alors qu’il lui proposa, de manière plutôt inattendue, de la raccompagner chez elle. Elle ne s’y attendait certainement pas, et il lui fallut un peu de temps pour ravaler sa surprise.

« Et qui me dit que vous ne me faites pas cette proposition juste pour connaître mon adresse ? » Elle le jaugea un instant avant de sembler se radoucir. « Très bien, j’accepte. C’est par là. »

Elle indiqua la bonne direction à l’aide de sa poêle et commença à marcher à ses côtés. Il est vrai qu’elle n’était pas prudente et que sa mère l’aurait sans doute désapprouvée si elle avait su ce qu’il se passait. Néanmoins, Rowena ne pouvait s’empêcher de se montrer curieuse à l’égard de ce jeune homme. Elle avait si peu l’habitude de parler à des inconnus qu’elle avait terriblement envie d’en savoir plus. Et puis, sa maison n’était vraiment pas loin, elle pourrait toujours fuir en courant si elle se sentait menacée.

« Comment vous vous appelez ? Et qu’est-ce que vous faites dans la vie, à part suivre les femmes le soir dans la rue ? » Elle était un brin taquine et elle posait ses questions d’un coup, mais elle savait qu’elle n’avait que peu de temps avant qu’ils arrivent en vue de la maison où elle vivait avec Gabriella.


(c) tears buried.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Mer 6 Mar - 15:48


« DON'T BE SCARED, JUST TRY NOT TO WORRY AND TAKE WHAT YOU NEED. »


Eddie s'étrangla tout seul avec sa salive. Décidément cette fille sortait vraiment de l'ordinaire. C'était déjà surprenant qu'elle daigne lui adresser la parole. Lui qui s'était attendu à passer le chemin dans un silence religieux et particulièrement gênant, voilà maintenant qu'elle le bombardait d'une foule de questions. Et pas n'importe lesquelles hein … Qu'est-ce qu'il faisait dans la vie ? « Oh, rien de bien extra-ordinaire. Je fais semblant d'apprécier les gens, je me rapproche d'eux, leur rempli la tête d'une quantité monstre de mensonges, et au final, je leur soutire tout ce qui a de la valeur à mes yeux avant de disparaître à jamais de leur vie ennuyeuse à mourir. » Mouais … Il y avait mieux comme approche, tout de même.

Il joint ses mains derrière sa tête, tout en marchant, le regard fixé droit devant lui. La ville était déserte à cette heure-ci, tout le monde devait être tranquillement en train de diner bien au chaud chez soi. Seul le bruit de leur pas contre le bitume du trottoir troublaient le calme de la nuit. Ils étaient bel et bien que tous les deux. Il se mordit la lèvre, se demandant réellement comment il allait pouvoir lui répondre sans vraiment lui mentir, et surtout en passant à travers les mailles du filet. Il avait fort à parier qu'elle prendrait peur ou s'offusquerait d'apprendre qu'un sale voleur était en train de la raccompagner l'air de rien jusqu'à chez elle. Et plus que tout, Eddie tenait à tempérer les émotions et réactions vives de la jeune femme, afin de préserver son crâne loin de la menaçante casserole qu'elle tenait contre elle.

- Eddie, lâcha-t-il abruptement. Mon nom c'est Edward, mais tout le monde m'appelle Eddie. Et vous ?

Il sourit malicieusement et se tourna vers la jeune femme, curieux de voir si elle allait accepter d'avouer son identité au grand malade qui l'avait attaqué à la sortie d'un supermarché un peu plus tôt. C'était déjà un exploit qu'elle accepte sa présence à ses côtés jusqu'à la porte de sa maison. Eddie se demanda alors où pouvait-elle bien habiter, et dans quel type de quartier. Au premier coup d'œil, elle n'avait pas l'air démunie sans pour autant rouler sur l'or. Il laissa retomber ses bras, fourra ses mains dans les poches de sa veste et reprit sur sa lancée :

- Disons que je gagne ma vie à droite, à gauche. Chez celui qui a le plus à m'offrir.

Eddie reporta son intention sur la rue face à lui, peu désireux de laisser la jeune inconnue surprendre son regard bien trop pétillant et espiègle. C'était bien plus facile de sous-entendre qu'il travaillait honnêtement pour gagner sa croute là où on voulait bien de lui. Rien que cette idée lui hérissa le poil, évidemment il ne ferait jamais ça de sa vie ! Sans lui dire toute la vérité, il ne lui avait pas tout à fait menti. Juste, il était passé outre certains détails plus ou moins insignifiants … N'est-ce pas ?
Une fois ses réponses lâchées, le jeune voleur s'humecta les lèvres avant de se préparer à parler de nouveau. C'était à son tour, à présent, de demander à en savoir plus sur elle, bien qu'il ne s'était pas gêné pour lui retourner ses questions auparavant.

- Vous vous trimbalez toujours avec ce genre de choses ? La poêle, je veux dire. On ne sait jamais, des fois qu'on tente de vous agresser tous les jours … Vous avez l'air de savoir manier cette arme avec une dextérité assez effrayante en tout cas, Commenta-t-il en prenant un air faussement inquiété. Si elle s'amusait à lui envoyer gentiment quelques piques malgré sa mine tout à fait innocente, alors il prendrait un malin plaisir à lui répondre de la même façon.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Jeu 7 Mar - 17:43

Edward & Rowena
Rowena était pleine d’entrain. Ce qui s’était passé entre eux lui avait donné plus de confiance qu’elle ne l’aurait cru, et elle se sentait incroyablement forte et puissante, comme si rien ne pouvait l’atteindre. A l’aide d’une simple poêle, elle avait réussi à se défendre seule. Bon, elle avait fini par admettre l’idée que le jeune inconnu qui se trouvait désormais à ses côtés n’avait peut-être pas réellement voulu l’agresser. Néanmoins, elle demeurait encore un peu méfiante et n’était pas prête à lâcher son arme. Cependant, elle éprouvait beaucoup de curiosité à l’égard de ce jeune homme. Et puis, si vraiment elle ne s’était pas trompée, si vraiment il avait voulu l’agresser, mieux valait qu’elle en sache le plus possible à son sujet, n’est-ce pas ?

Les rues étaient devenues désertes et le ciel s’était assombri. A cette heure-ci, elle aurait dû se trouver chez elle, à préparer le dîner en attendant le retour de sa mère. Il lui vint alors à l’esprit que celle-ci aurait pu rentrer et la voir marcher aux côtés d’un parfait inconnu, ce qui aurait donné lieu à des questions, probablement à une nouvelle dispute. Elle n’avait aucune envie que cela se produise, et elle espérait de tout coeur que cette fameuse réunion à laquelle elle assistait se terminerait bien à l’heure dite. Elle aurait très probablement dû avoir peur. Après tout, s’il était mal intentionné, il aurait à tout moment pu lui sauter dessus et lui arracher sa seule arme des mains. Mais elle se sentait pleine de confiance, et son intuition lui soufflait qu’il n’avait pas vraiment l’intention de s’en prendre à elle, en tout cas pas après le coup qu’il avait reçu et la manière dont il regardait sa poêle.

« Je m’appelle Rowena. Enchantée Eddie. » Elle lui répondit sans la moindre hésitation, se disant que, de toute manière, il allait bientôt savoir où elle habitait.

Elle le mena de fil en aiguille vers le quartier riche de la ville où se trouvait l’imposante demeure de Gabriella, dans laquelle elle vivait. La jeune femme n’était pas riche, ou du moins, le croyait-elle, ignorant que la femme qui l’avait élevée l’avait également dépouillée de l’héritage qui lui revenait. Cela, Rowena n’en avait pas le moindre soupçon, et jamais il ne lui serait venu à l’idée de remettre en cause l’intégrité de celle en qui elle avait une confiance aveugle.
Le jeune homme répondit à sa seconde question, une réponse fort énigmatique qui ne fit qu’attiser la curiosité de la jolie brune.

« C’est très vague... Mais encore ? Qu’est-ce que vous faites, concrètement ? »

Oui, elle était très curieuse, et heureusement pour lui, Eddie n’aurait peut-être pas besoin de réfléchir afin de trouver une réponse qui puisse la satisfaire car ils ne tarderaient pas à arriver à bon port. Elle tenta habilement de ralentir le pas, l’air de rien, espérant avoir le temps de lui poser encore d’autres questions. En attendant, elle répondait également aux siennes.

« A vrai dire, je viens de l’acheter et je n’aurais jamais imaginé m’en servir comme d’une arme, mais ça marche drôlement bien ! Je m’en souviendrai... » Enthousiaste, elle n’avait pas immédiatement remarqué que le jeune homme cherchait surtout à la taquiner. Elle sourit, un peu gênée malgré tout. « Oh... Vous vous moquez de moi, c’est ça ? »

Bon, elle devait bien admettre que c’était plutôt justifié, elle venait après tout de faire de même. Et de pratiquement l’assommer, aussi, accessoirement. Mine de rien, elle commençait à se sentir un peu coupable pour son geste, mais elle n’avait pas l’intention de s’en excuser tout de suite. Après tout, elle n’était toujours pas certaine qu’il n’avait pas voulu l’agresser. Quoi qu’il en soit, elle commençait à voir en lui un personnage plutôt mystérieux, d’où toutes ces questions qui lui venaient en tête.

« Si vous ne vouliez pas m’agresser, que faisiez vous si tard, dehors ? »

(c) tears buried.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Ven 8 Mar - 0:18


« DON'T BE SCARED, JUST TRY NOT TO WORRY AND TAKE WHAT YOU NEED. »


Plus ils avançaient, plus Eddie découvrait une jeune demoiselle peut-être pas aussi peureuse qu'il ne le pensait. Ce dont il ne doutait plus, en revanche, c'était la curiosité qui semblait lui démanger la langue. Et quelle bavarde ! Ses questions n'en finissaient plus. Visiblement, il l'intriguait, et pas qu'un peu. En vue de la paranoïa démentielle dont elle avait fait preuve, le pickpocket jugea qu'elle ne devait pas être habituée à ce genre de situation. Et maintenant qu'elle pouvait savourer l'idée d'avoir survécu à la première pseudo confrontation physique de sa vie, elle semblait se sentir parfaitement fière et sûre d'elle. Elle était amusante, Eddie ne put retenir un sourire lorsqu'elle remarqua qu'il se moquait gentiment d'elle. Qui aurait cru que la sauvageonne à avoir essayé de lui fendre le crâne était aussi crédule ? Le jeune homme coinça sa lèvre inférieur entre ses dents, pensif, et laissa la conversation en suspens quelques secondes après la dernière question de Rowena. Une idée venait de lui effleurer l'esprit, mais il se demandait si c'était bien sage de se jouer de la candeur de sa jolie compagne, toujours armée d'un ustensile de cuisine rappelons-le …

Leur cadence ralentit encore un peu. Le paysage environnant avait peu à peu changé depuis leur point de départ, pour laisser place aux quartiers plus riches de la ville. Eddie l'avait noté dans un coin de sa tête, de manière automatique et sans trop s'en apercevoir, à l'instant où la jeune femme avait tourné à l'angle de la rue. Après tout, ces avenues-là étaient son terrain de jeu préféré. Il se tourna finalement face à elle, et plongea sans hésitation son regard sombre dans ses prunelles émeraude.

- Très bien, vous voulez tout savoir ? J'avoue tout alors. La rue, de mon point de vue, c'est comme une île aux trésors, de nuit comme de jour. Je ne trouve aucune satisfaction à attaquer les passants de front et sans réelle raison. Ce qui m’intéresse vraiment, c'est ce qui remplit leurs poches. Argent, bijoux, tout ça. En général, tout ce qui a de la valeur, je le prends et personne n'arrive à m'en empêcher. Je dois dire que c'est un véritable jeu d'enfant.

Si la brunette avait souhaité en savoir un peu plus sur lui, à présent la voilà servit. Elle n'en resta pas moins bouche-bée en dardant sur lui des yeux aussi ronds que des soucoupes. Eddie resta de marbre encore un court instant, puis le coin de sa lèvre se souleva. Au final il ne tint plus et rit devant sa mine de surprise. Il leva une main et poussa légèrement l'épaule de Rowena pour la faire sortir de son état d’effarement.

- Eh, je plaisante.

Il fallait qu'elle repense à respirer, sinon dans peu de temps elle allait s'écrouler sur la chaussée.
Au moins, il avait répondu sincèrement. Il n'avait pas subi un nouvel assaut de la part de la casserole, et s'était pris un malin plaisir – il ne s'en cachait pas – à réveiller un nouvel élan de fausse frayeur chez la demoiselle. Il n'avait pas pu s'en empêcher.
Le garçon leva le menton et porta alors son attention sur l'habitation devant laquelle ils s'étaient arrêtés. La demeure était l'une des plus grosses de la rue, à vrai dire elle était … vraiment énorme. Eddie n'aurait jamais imaginé que la jeune femme qu'il venait de raccompagner habitait dans un tel endroit. C'était une résidence de personnages puissants et fortunés ça. Du peu qu'il pouvait en juger, Rowena n'était pas hautaine et agaçante comme la plupart des enfants de riches. D'un autre côté, ça pouvait expliquer sa naïveté et sa réaction face à un inconnu tout droit sortie d'un endroit sale et sombre.
Eddie laissa un sifflement admiratif s'échapper de ses lèvres.

- En voilà une jolie maison.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Sam 9 Mar - 14:33

Edward & Rowena
Ils allaient bientôt arriver devant chez elle et elle se surprenait à avoir de moins en moins envie qu’il se sépare. Ou du moins, elle espérait bien que ce moment n’arriverait pas avant qu’il ait pu lui répondre de manière satisfaisante. Elle se sentait de toute manière de plus en plus rassurée. Voilà déjà quelques bonnes minutes qu’ils marchaient côte à côte, et le jeune homme ne semblait pas vouloir tenter quoi que ce soit à son encontre. Peut-être n’avait-il pas vraiment voulu l’agresser, ou peut-être que la poêle qu’elle tenait à la main suffisait à le décourager après le coup violent qu’elle lui avait asséné sur le crâne. Elle ne pouvait que faire des suppositions à ce sujet. Elle n’était pas certaine que leurs routes se croisent de nouveau après ce soir étant donné qu’elle sortait extrêmement peu, passant le plus clair de son temps soit au travail, soit chez elle, et parfois au Granny’s Dinner lorsque l’envie lui en prenait. Sans même s’en rendre compte, elle vivait totalement enfermée, sous la coupe d’une mère qui semblait surveiller ses moindres faits et gestes.

Il prétendit soudainement vouloir tout avouer. Avouer quoi ? Elle ne tarda pas à le savoir et ce fut pour le moins... surprenant, car il lui avoua clairement qu’il passait sa vie à dépouiller les individus. Elle écarquilla les yeux, bien incapable de savoir quoi dire, ou même s’il était sérieux. Il en avait l’air en tout cas. Elle se surprit à se demander s’il n’en avait pas profité pour lui voler son argent, mais elle n’avait qu’un peu de monnaie sur elle, et elle pouvait l’entendre tinter dans la poche de sa veste. Elle était néanmoins très surprise et ne cherchait pas vraiment à le dissimuler. Elle le regardait fixement, les yeux écarquillés, se demandant ce qu’elle était supposée dire pour répondre à ça. C’est alors qu’il se mit à rire et lui déclara qu’il plaisantait. Elle se détendit alors et lui donna un coup de poêle sur le bras, peut-être plus fort qu’elle ne l’aurait voulu.

« J’imagine que vous trouvez ça drôle... J’ai failli avoir une attaque. »

C’est alors qu’ils arrivèrent devant l’immense maison de sa mère. Il ne leur restait plus qu’à traverser la rue, et il pourrait s’en retourner de son côté. Encore aujourd’hui, Rowena avait du mal à comprendre pourquoi celle-ci avait opté pour une telle surface alors qu’elles n’y vivaient qu’à deux. Il est clair que l’aspect de la demeure devait trancher avec la jeune femme, mais elle y était habituée depuis le temps. Eddie montra son admiration avec un sifflement éloquent. Elle se tourna vers lui avec un sourire.

« Oui, c’est celle de ma... »

Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase, car une imposante voiture noire aux vitres teintées fit son entrée dans la rue. Le jeune femme reconnut immédiatement le véhicule de sa mère, qui rentrait un peu plus tôt que prévu. Immédiatement, elle paniqua, sachant que sa mère n’apprécierait absolument pas de la voir le soir en compagnie d’un inconnu, et elle n’avait pas envie d’affronter une autre dispute. Obéissant à une soudaine impulsion ainsi qu’à la panique, elle poussa brutalement Eddie afin de le faire tomber derrière un buisson, sans se rendre compte que celui-ci était bourré d’épines. La voiture s’arrêta à leur hauteur et la vitre se baissa, laissant apparaître le beau visage de Gabriella Witchburn.

« Rowena ? Je peux savoir ce que tu fais dehors à une heure pareille ? »
« Oh rien maman, je suis juste sortie acheter la poêle qui manquait. » Elle joignit le geste à la parole en montrant l’ustensile de cuisine.
« Très bien, mais dépêche toi de rentrer, on va dîner. »

Sur ce, elle releva la vitre et s’éloigna pour aller garer la voiture dans le garage au bout de l’allée. La jolie brune poussa un soupir de soulagement, puis sembla se rappeler du jeune homme qui était toujours par terre. Elle s’accroupit, l’air visiblement désolé et s’adressa à lui à voix basse.

« Vous allez bien ? Je ne voulais pas qu’elle vous voie, désolée... Elle n’aime pas trop que je parle aux inconnus... Elle est très protectrice... »

Elle lui tendit ensuite la main afin de l’aider à se relever.

(c) tears buried.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Lun 18 Mar - 15:39


« DON'T BE SCARED, JUST TRY NOT TO WORRY AND TAKE WHAT YOU NEED. »


Lorsqu'il vacilla dangereusement en direction d'un fourré épineux qui n'avait rien trouvé de mieux que de pousser là, Eddie se dit qu'aujourd'hui était vraiment une sale journée. Quand une branche lui rentra rudement dans l'estomac et vida brusquement tout l'air de ses poumons, il se dit qu'il était probablement damné. C'était la deuxième fois en moins d'une heure qu'il mordait sévèrement la poussière. S'il n'était pas déjà trop occupé à accuser le choc en serrant les dents pour ne pas se mettre à geindre tout en agonisant, il en serait certainement venu à se demander si tous les petits méfaits qu'il avait commis ne se payaient pas ce soir.

Eddie roula sur le côté avec un grognement douloureux, toujours à même le sol, afin d'échapper aux griffes impitoyables du buisson. Il desserra enfin ses bras de devant son visage, n'essayant même pas d'imaginer l'état de ses vêtements à ce stade là de la soirée. Il écouta vaguement les proférations chuchotées par l'étrange brunette, et se redressa tant bien que mal en position assise. Avant toute chose, il passa une main dans ses cheveux en désordre pour balayer les brindilles, l'herbe et un peu de terre, à s'y être logés. Il regretta bien vite son geste, et grimaça en réveillant la douleur de son crâne, là où Rowena avait tenté de l’assommer. A ce souvenir, il daigna enfin porter son attention sur la jeune femme, et ne se priva pas pour lui répondre un regard aussi courroucé que consterné.

- Est-ce que … Le garçon se stoppa, chercha ses mots, hésita, puis continua finalement en faisant de grands gestes : Non, mais … Vous êtes complètement malade ! Sérieusement, c'est moi le problème, ou vous avez toujours cette manie de fracasser chaque malheureux à croiser votre route ?!

Eddie fronça les sourcils avant d'en hausser un, interrogateur, alors que la demoiselle était à deux doigts de lui sauter dessus pour le bâillonner de force avec ses mains. Qu'est-ce qui lui pouvait bien lui arriver encore ? Bon sang, il savait bien qu'il allait regretter d'avoir voulu se montrer gentil. Le voleur se demanda ce qui avait bien pu le pousser à vouloir raccompagner une inconnue chez elle, aussi riche et terrorisée soit-elle. Eddie s'empêcha de lâcha un soupir résigné, elle avait beau le regarder avec ces yeux-là, réellement navrés, il n'en était pas moins fâché. Et même sa mine de cocker abandonné n'y fera rien. Enfin presque, car il daigna néanmoins baisser un peu d'un ton.

- C'était qui elle ? Votre mère ? Fallait qu'elle soit sacrément flippante pour vous faire peur comme ça.

Le brun ignora la paume de la jeune femme tendue vers lui, et se releva sur ses deux pieds avant de croiser les bras sur son torse. Il porta son regard sur la porte du garage se refermant automatiquement derrière le bolide de la soupçonnée horrible marâtre. Eddie renifla de dédain, maudissant intérieurement la femme qui apparemment était indirectement à l'origine de ses courbatures. N'avait-elle donc jamais appris à sa fille que ce n'était pas convenable de maltraiter les gens ainsi ? Le pickpocket fit une légère moue à cette pensée, se donnant la désagréable impression d'être un misérable être sans défense, à la totale merci d'une fille haute comme trois pommes.

- Très protectrice hein ? Rajouta-t-il en marmonnant. C'est plus les autres, plutôt que vous, qu'elle devrait protéger si vous voulez mon avis.

Bien décidé à bouder et à le montrer à sa jolie compagne, il lui lança un regard appuyé pour souligner le sous-entendu de ses propos. Il plissa imperceptiblement les yeux, tandis qu'un coin de ses lèvres railleuses se souleva.

- A moins qu'elle ne soit encore plus dangereuse que vous. Je me demande ce qu'elle pourrait me faire si je me pointais à sa porte avec vous dans les parages. Qu'en dites-vous ?
Argua-t-il en balayant visuellement la façade imposante de la maison, avant de faire mine de rejoindre l'entrée de la demeure, tout à fait conscient que Rowena ne serait pas du tout d'accord avec cette idée-là.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Sam 23 Mar - 18:24

Edward & Rowena
Elle devait bien admettre que la soirée s’avérait riche en surprises, et parmi celles-là, le retour prématuré de sa mère était sans aucun doute la moins agréable. Gabriella ne cessait de la prévenir contre les inconnus qu’elle pourrait rencontrer, ayant depuis toujours passé son temps à lui raconter des histoires plus horribles les unes que les autres, visant à la dissuader d’accorder sa confiance à qui que ce soit. Elle avait beau être adulte, elle craignait sa réaction si jamais elle la voyait marcher si tard aux côtés d’un jeune homme qu’elle connaissait à peine. Elle avait tout simplement paniqué, au point de faire subir ce traitement au malheureux Eddie qui devait décidément regretter cette soirée.

Elle entendit au grognement qu’il émit qu’il s’était fait mal, et bien qu’elle se sente sincèrement désolée pour lui, elle espéra sur le moment que sa mère ne l’avait pas entendu. Il protesta de plus à voix haute, et elle résista à la tentation de se jeter sur lui pour le bâillonner. Bon sang, pourquoi ne comprenait-il pas qu’il devait se taire ? Heureusement, Gabriella ne sembla absolument pas l’entendre et elle repartit presque aussi vite, après avoir eu la confirmation que la jeune fille ne tarderait pas à rentrer à son tour. Elle l’avait échappé belle, et lui aussi d’ailleurs. La connaissant, elle aurait été capable d’appeler la police si elle en venait à soupçonner qu’il puisse être dangereux, et malheureusement Rowena n’avait pas suffisamment d’influence sur elle pour la dissuader du contraire. Elle était néanmoins réellement désolée de ce qu’elle lui avait fait subir et le manifesta par ses excuses et de grands yeux qui auraient pu attendrir un coeur de pierre.

« Je vous assure que je n’ai pas l’habitude de maltraiter les gens. Je suis vraiment désolée, mais croyez-moi, ça valait beaucoup mieux. Et je n’ai pas eu peur. »

Il n’avait pas l’air d’avoir envie d’écouter ses explications et semblait buté, décidé à ne pas se laisser amadouer, mais elle était aussi têtue que lui, refusant d’admettre qu’elle avait peur des réactions de sa propre mère. Il ignora la main amicale qu’elle lui tendait et se releva seul, plutôt péniblement. Les effets de ses péripéties étaient visibles, et elle se sentait d’autant plus coupable, une culpabilité qui ne dura pas bien longtemps. Elle trouvait qu’il exagérait, tout ça pour une malheureuse petite chute de rien du tout.

« Ah les hommes, vous êtes tous les mêmes ! Tout ça pour une malheureuse chute, vous ne vous êtes rien cassé que je sache... » Répliqua-t-elle avec une visible mauvaise humeur.

Elle le trouvait de plus en plus agaçant. Dire que quelques temps auparavant il lui faisait peur ! A présent, c’était un tout autre sentiment qui l’animait vis à vis de lui. Elle se sentait prête à tourner les talons, jusqu’à ce qu’il parle d’aller voir sa mère. D’un coup, elle paniqua et lui prit le bras pour le retenir, au cas où il serait sérieux et se plaça juste devant lui afin de l’empêcher de passer.

« Non, surtout pas ! Elle pourrait appeler la police, elle n’aime pas vraiment les inconnus ! »

Peut-être était-ce encore une manière de se moquer d’elle, mais elle n’avait pas envie de chercher à le savoir. Elle plaça ses mains devant elle, en un geste qui visait à le calmer et à le dissuader de ce projet. Gabriella paraissait peut-être aimable et inoffensive, mais elle pouvait s’avérer redoutable lorsque quelque chose ne lui plaisait pas. Puis, elle se recula calmement

« Je vous remercie de m’avoir raccompagnée, maintenant vous pouvez rentrer chez vous. Et encore désolée pour la poêle, et le reste... » Sur ses mots, elle s’échappa en courant jusqu’à chez elle, espérant qu’il n’aurait pas l’idée de la suivre. Elle ne se sentit respirer que lorsqu’elle eut fermé la porte derrière elle.


(c) tears buried.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   Dim 31 Mar - 15:02


« DON'T BE SCARED, JUST TRY NOT TO WORRY AND TAKE WHAT YOU NEED. »



Eddie n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche et répondre quoi que ce soit aux paroles de Rowena, qu'elle avait déjà filé. Il resta un moment immobile face à la grande demeure. Il était tout de même un peu surpris de la hâte qu'avait eu la jeune femme à rentrer chez elle, bien qu'il se sentait quelque peu soulagé que cette drôle d'histoire soit enfin achevée, et que la demoiselle en détresse avait enfin rejoint son donjon luxueux. Mais, bizarrement, il n'arriva pas à balayer la pointe de déception qui l'habitait d'avoir vu l'étrange inconnue disparaître derrière la grosse porte de la maison. C'est assez contradictoire, car à présent il ne risquait plus de recevoir des coups sans trop savoir pourquoi et il avait retrouvé la possibilité de flâner où il en avait envie sans avoir à répondre à une flopée de questions sur lui-même. Et puis Rowena ne correspondait pas au genre d'individu qu'il avait l'habitude de côtoyer, elle était bien trop candide. Il devait la chasser de son esprit maintenant et ne plus penser à elle, à partir de maintenant son cas n'était plus son problème. C'était un fait, il ne la reverrait sans doute jamais, et c'était mieux comme ça.

- Hm. De rien, marmonna-t-il en réponse aux remerciements de la brunette, même si il n'y avait personne pour l'écouter.

Le jeune homme tourna finalement les talons et quitta la pelouse soigneusement entretenue. Il longea le trottoir, seul dans cette grande rue silencieuse et éclairée par d'immenses lampadaires. Son regard partit peu à peu dans la vague, et malgré tout, il en revint à Rowena. Il se demanda si la mère de la jeune femme n'allait pas découvrir la « fraude » de sa fille. Enfin, si on pouvait appeler ça comme ça … Il était assez étonné en repensant au ton ferme et autoritaire sur lequel l'étrange femme avait parlé tout à l'heure. C'était comme si Rowena avait été une petite fille, à deux doigts de se faire gronder pour une bêtise. Cette réflexion avait d'ailleurs amené le jeune voleur à se questionner sur l'âge de sa belle inconnue. A vu d’œil, elle lui avait paru plus ou moins de son âge à lui, pourtant le comportement de sa mère laissait presque à penser qu'elle était encore sous sa gouverne et sa responsabilité. Elle lui faisait penser à une enfant sage, il avait beaucoup de mal à concevoir ça, lui qui ne supportait pas qu'on lui dicte sa conduite.
Eddie secoua la tête pour arrêter là toutes ces questions qui commençaient à lui envahir la tête. Il n'avait pas envie de se mêler ni de s’intéresser à de quelconques affaires de famille, qui, de toute évidence, ne le regardaient pas.

Enfin, il tourna le coin de la rue et quitta les quartiers riches. Il commença seulement à se sortir Rowena de l'esprit. Il n'était pas trop tard, il aurait encore pu retrouver quelques vadrouilleurs de sa tempe dans le bar du coin, mais ce soir le pickpocket se sentait d'humeur solitaire. Sans doute allait-il flâner encore un peu sur les trottoirs vides et plongés dans la pénombre. Il laissa ainsi ses pensées vagabonder un peu au hasard, puis enfonça machinalement les mains au fond de ses poches. Quelque chose retient alors son attention. Il stoppa aussitôt sa marche, et resta planté dans la rue sans raison visible. Pourtant, il y en avait bien une. Ses doigts fouillèrent le fond de sa poche et en ressortir un petit objet qu'il avait totalement oublié. Comme un fait exprès, voilà qu'il retombait sur le pendentif de l'étrange demoiselle. Manifestement, tout semblait vouloir la ramener à elle. Etonné, Eddie observa le bijou comme s'il était en train de rêver. Ça aussi c'était fort ! C'était à cause de ce collier qu'il avait couru après Rowena et s'était prit injustement un coup de casserole. C'était encore ce collier qui était à l'origine de leur promenade nocturne jusqu'à sa grande maison et de la deuxième chute du voleur dans les buissons. Voilà maintenant qu'il se rendait compte qu'il avait fait tout ça … pour rien. Avec toutes ces histoires, rendre cet objet à sa propriétaire lui était complètement sortie de la tête. C'était bien la peine. Malgré tout, un sourire railleur fendit le visage d'Eddie tandis qu'il refermait ses doigts sur le bijou. Tant pis, ça lui ferait un souvenir, pour ne pas oublier cette soirée décidément bien étrange.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Keep calm ! And put this pan ...   
Revenir en haut Aller en bas
 

Keep calm ! And put this pan ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin
» Keep calm and pass your way ♙ Saewald [TERMINEE]
» Hey guys, keep calm ! ☮
» Keep Calm And Carry Swords
» KEEP CALM & kill zombies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-