Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Sam 26 Jan - 11:09
LeFou & Lyana
U
n fin rayon de lune traversait la fenêtre de la chambre royale, éclairant faiblement la pièce d'une douce lumière blanchâtre. Le silence régnait dans le château, pas un seul bruit ne venait perturber la tranquillité des lieux et, pourtant, l'ambiance était loin d'être sereine au sein du Royaume. Il y régnait un climat de peur et d'angoisse, une atmosphère vraiment étouffante. En effet plusieurs meurtres avaient été commis en l'espace de quelques jours, chose qui n'était encore jamais arrivé de mémoire d'homme dans ce Royaume. Ce qui alarmait surtout la population, c'était le fait que la garde royale n'est pas encore réussis à trouver le coupable. Aucun indices n'avait été laissés, seuls les corps des victimes témoignaient de ces actes de barbaries. Malgré les paroles rassurantes du prince, le peuple était loin d'être rassuré, chacun s'enfermant à double-tour chez eux quand la nuit tombait, et ne sortant jamais seuls dans la journée. La situation était réellement catastrophique.

Toutes ces pensées allaient et venaient dans l'esprit de Lyana qui, étendue dans son lit, se tournait et retournait sans parvenir à trouver le sommeil malgré l'heure avancée. Poussant un soupir de lassitude, la jeune femme caressa la place vide à côté d'elle, là où aurait dû se trouver son époux. Mais, depuis que ces meurtres avaient commencé, ce dernier n'avait pas beaucoup goûté au sommeil, enchaînant les patrouilles et les recherches pour trouver le coupable. Sans lui, Lyana trouvait les journées longues, d'autant plus qu'il lui avait déconseillé de faire ses habituelles promenades dans le Royaume, craignant que l'assassin veuille s'en prendre à sa princesse. Dans son lit, cette dernière enlaça son coussin et observa le mince croissant de lune à travers la fenêtre. Elle n'avait guère envie de passer la nuit ainsi, à broyer du noir tout en cherchant le sommeil. Il fallait qu'elle fasse quelque chose. Sa décision prise, la jeune femme repoussa les draps blancs et fit glisser ses jambes sur le sol. Se levant, ses pieds nus frôlant le sol froid et ses longs cheveux reposant sur ses épaules, Lyana prit sa cape bleu nuit et la mis sur ses épaules. Puis elle glissa ses pieds dans des souliers et prit une bougie qu'elle avait préalablement allumé. S'il l'apprenait, son époux n'allait sans doute pas apprécier cette escapade nocturne mais, de toute manière, Lyana comptait rester à l'intérieur du château aussi elle ne risquait rien. L'assassin ne s'en était pris qu'à des gens du peuple ; le nombre de gardes l'avait sans doute dissuadé de pénétrer dans l'enceinte du château. La jeune femme rabattit sa capuche sur sa tête et quitta la chambre royale.

Éclairée par sa chandelle qui formait une petite boule de lumière et de chaleur dans le château plongé dans l'obscurité, Lyana marcha doucement dans les couloirs, le bruit de ses pas se répercutant sur les murs. La jeune femme n'avait pas de destination précise ; elle avait juste envie de se dégourdir les jambes, espérant que la fatigue la gagnerait et la conduirait plus facilement dans les bras de Morphée. Sur son chemin, elle croisa plusieurs gardes, à leur poste, qui la saluèrent sans émettre le moindre commentaire sur sa sortie tardive. La princesse avait de la compassion pour ces hommes qui, depuis les meurtres, étaient encore plus sollicités dans tout le Royaume. Les patrouilles avaient été doublées et, la journée, l'on pouvait voir un garde quasiment à tous les coins de rue. Le fait que le meurtrier soit toujours en liberté malgré tant de vigilance était un vrai mystère aux yeux de tout le Royaume. Cela devait être un homme extrêmement habile et intelligent pour ne pas s'être encore fait prendre et pour n'avoir laissé aucun indice derrière lui.

Lyana tourna à une intersection et se retrouva dans un couloir qui était parfaitement désert. Cette soudaine solitude la fit frissonner et elle accéléra le pas. Soudain, alors qu'elle passait devant une grande fenêtre, la jeune femme entendit un bruit, léger mais perceptible. Faisant volte-face, la princesse éclaira le couloir : personne. Pourtant elle n'avait pas rêvé, ce bruit elle l'avait bien entendu. Alors, ses yeux se posèrent sur une grande tapisserie qui ornait l'un des murs. En regardant attentivement, elle vit le bas qui remuait légèrement. Était-ce elle qui l'avait fait bougé en passant vite ? Il y avait peu de chances... Lyana fit quelques pas en avant, silencieusement, puis s'arrêta. Ce n'était peut-être pas une bonne idée. Peut-être devrait-elle allait cherche un homme de la garde pour vérifier s'il y avait quelque chose ? Mais, en même temps, cela serait ridicule de le faire déplacer sans savoir réellement s'il y avait quelque chose derrière cette tapisserie. Respirant un grand coup, Lyana leva sa chandelle et éclaira la tapisserie.

« Qui est là ? Montrez-vous ! »

Elle avait pris un ton assuré même si elle était loin d'être tranquille à l'idée de ce qui pouvait se cacher derrière. Bien sûr, elle avait pensé au meurtrier... A présent, elle regrettait de ne pas être restée au chaud dans son lit. Pourvu qu'elle ai rêvé ce mouvement de tapisserie.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Mar 29 Jan - 19:47
LeFou & Lyana
I
l y avait beaucoup de choses qui changeaient quand vous n'aviez plus de coeur. En tout cas, Lefou avait bien changé depuis qu'il avait demandé à la méchante reine de lui retirer ce fardeau. Un fardeau, oui. Car pour le bonnet-rouge, son coeur semblait ne lui servir qu'à une chose : souffrir. Il n'était pas bon d'avoir un coeur trop tendre quand on était obligé de tuer pour survivre.
Mais maintenant, Lefou n'avait plus ce poids sur les épaules et cela se sentait dans sa manière d'agir. Alors qu'il se contentait avant d'attaquer les voyageurs en forêt, maintenant il osait de plus en plus aller à l'intérieur même des royaumes, là où les victimes étaient plus nombreuses.

Il était resté depuis un certain temps dans le royaume de Lyana. Trop longtemps, peut-être, mais la situation l'amusait beaucoup. Voir les gardes se multiplier dans les ruelles et la panique grandissant dans la région. Lefou devait retenir un sourire triomphant quand il dépensait l'argent, pris sur ses victimes, à la taverne et entendait les rumeurs des autres clients. Le meurtrier courait toujours. Personne ne l'arrêtait car personne ne le soupçonnait et le nain faisait bien attention à ne pas être pris sur le fait. C'était l'avantage d'être plus petit que la normale et de feindre la maladresse. Qui pourrait le prendre au sérieux ? On faisait même, bien trop souvent, à peine attention à lui en temps normale. Alors découvrir qu'il était l'assassin qui se cachait derrière tous ces morts. Ah, parfois Lefou tendait l'oreille pour entendre l'imagination des habitants dépeindre l'éventuel portrait du meurtrier. Comme ils étaient loin du compte ! Même si les histoires étaient variées. Certains l'imaginaient aussi fort qu'une montagne, d'autres mince et furtif. Les plus imaginatifs pensaient qu'il y avait de la magie là-dessous. Un esprit vengeur ou encore quelqu'un de capable de se fondre parmi les ombres, voir même l'ombre d'un sorcier ayant une vie indépendante de celle de son maître.

Son orgueil grandissait à mesure que la liste des victimes s'allongeait, malgré toutes les précautions que prenaient les patrouilles. Le plus drôle était sans aucun doute d'être présent lors des discours rassurant du prince locale, caché dans la foule que le nobliau essayait de calmer. Le peuple avait beau se murer dans leur maison, Lefou trouvait toujours quelqu'un ayant trop bu pour respecter le couvre-feu ou encore un garde encore trop jeune et inexpérimenté. Et son couvre-chef sanglant obtenait ainsi son dû. Il en obtenait même plus que nécessaire. Bien plus. Le sang avait à peine le temps de sécher qu'un nouveau liquide rouge venait recouvrir de nouveau le bonnet du nain.

Mais il arriva vite un moment où la situation devenait vraiment dangereuse, même pour lui. Le prince participait également aux patrouilles et celles-ci devenaient de plus en plus armées et dangereuses. Il était grand temps de partir, Lefou avait de plus en plus de mal à trouver une cible potentielle. Toutefois, avant d'en venir à cette décision de dernier recours, son orgueil le poussa à commettre un dernier coup d'éclat : son prochain crime aura lieu à l'intérieur des murs du château. Garde, Princesse, serviteur. Peu lui importait. Cette fois le plus important était l'acte en lui-même et non l'identité de la victime. Quelle plus belle musique de départ que les cris d'alertes et l'impuissance du prince d'avoir su protéger sa propre demeure. Alors seulement, il pourrait partir vers le prochain royaume.

Pénétrer dans l'enceinte du château fut ardue mais le jeu en valait la chandelle. Les rumeurs qu'on prêtait aux mystérieux assassins avaient au moins vues juste sur un point : il savait se servir des zones d'ombre pour se faufiler, même s'il n'y avait nulle magie là-dessous. Il y avait beaucoup de garde mais très peu avec le réflexe de baisser le regard, quoi que le redcap ne prit pas le risque de passer suffisamment près d'eux pour vérifier se fait.

Le redcap traversa plusieurs couloirs. Les gardes étaient présents à l'intérieur aussi de la demeure mais ils faisaient assez de bruit pour que Lefou puisse trouver une cachette à chaque patrouille qui croisait sa route. Voilà plusieurs couloirs qu'il traversait et il n'avait toujours pas vu de cible potentielle. Les gardes étaient toujours plusieurs, qu'il en vienne à en tuer un seul et le deuxième aurait certainement le temps de se défendre ou de donner l'alerte.

Lefou crut sa chance arrivée quand il perçut des bruits de pas solitaire à une intersection plus loin. Le nain se cacha derrière la tapisserie, attendant que la promeneuse passe à sa portée. En douceur pour éviter qu'un bruit ne le trahisse, il sortit son couteau de son fourreau. il dut bien y avoir un bruit pourtant, car malgré sa prudence, la demoiselle fit volte-face en éclairant le couloir. Lefou resta silencieux, allant même jusqu'à stopper son souffle, le temps que Lyana ne baisse sa garde.

Avec horreur, guettant les réactions de la demoiselle par le mince champ de vision qu'offrait l'écart entre la tapisserie et le mur, le nain vit la lady regarder en direction de sa cachette. Elle l'avait vu, ou du moins se doutait de quelque chose. Lefou n'avait pas le choix : il devait la tuer avant qu'elle ne donne l'alerte. Croire qu'il suffisait de rester silencieux pour qu'elle passe son chemin et vienne à sa portée serait illusoire et pourrait signer sa perte. Le nain avait l'habitude qu'on le sous-estime et en avait même fait sa force, aussi ne commettait-il par cette erreur envers les autres.
Lefou allait passer à l'action mais c'est alors que Lyana fit quelques pas vers la tapisserie et que la bougie éclaira mieux son visage. Il reconnut la demoiselle. C'était il y a longtemps, il avait croisé Lyana alors qu'elle se faisait attaquer par des brigands. Ce flot de souvenirs lui fit arrêter son geste. Quelque chose qu'il pensait impossible se produisit : maintenant qu'il avait vu le visage de cette personne, il ne pouvait se résoudre à la tuer. S'il avait eu encore un coeur, le nain aurait juré avoir ressenti comme un pincement. Mais c'était impossible, la méchante reine lui avait garanti qu'elle le débarrasserait de tous sentiments en lui prenant son coeur.
Alors qu'un grand trouble envahissait son esprit, il fut ramené à la réalité par la voix de la demoiselle, demandant à ce que l'intrus montre.

Après quelques hésitations, Lefou rangea son arme dans son fourreau, vaillant bien cette fois à le faire en silence, et sorti de sa cachette.

"Ce n'est que moi, ma dame." dit-il en s'inclinant profondément pour faire une révérence parfaite. "Je m'excuse si je vous ai effrayé. Croyez bien que ce n'était nullement mon intention."

Fort heureusement pour être resté un certain temps à la cour du roi Maurice et au service du seigneur Gaston, Lefou connaissait parfaitement les us et coutumes des châteaux et pouvait donc donner le change. Déjà, son esprit recherchait une échappatoire à cette situation et une explication à sa présence pour la lady. Il avait certes une arme, mais qui n'en avait pas avec ce meurtrier qui rôdait en se moment ? Et son couvre-chef sanglant était enfermé dans la bourse de cuir à sa ceinture. Leur première rencontre remontait il y a fort longtemps, quand il avait encore un coeur battant dans sa poitrine et qu'elle n'avait pas encore rencontré son prince. Avec un peu de chance, Lyana avait oublié de quoi il était capable une arme à la main et le sous-estimerait comme tout le monde le faisait.

Lefou avait oublié que lorsque son couvre-chef était gorgé de sang comme il l'était ce soir, le liquide pouvait percer jusqu'au cuir de la bourse qui le protégeait. Une tache sombre apparaissait toujours en bas de la petite sacoche, pas suffisamment toutefois pour que le sang n'en goutte. Sinon il aurait été arrêter depuis longtemps. Les gens y faisant rarement attention, ses fausses pitreries et ses gestes maladroits étaient comme une armure qui le protégeait de tout soupçon.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Sam 2 Fév - 12:06
LeFou & Lyana
S
a bougie tendue devant elle, Lyana attendait avec une certaine appréhension que l'intrus sorte de sa cachette. Elle savait que ce n'était guère prudent d'agir de la sorte mais, en même temps, les gardes étaient dans le couloir d'à côté et il lui suffirait d'un cri pour qu'ils accourent en quatrième vitesse. Après l'ordre qu'elle lança, le silence lui répondit et la princesse commença à croire qu'elle avait rêvé le mouvement de la tapisserie. La fatigue sans doute... Alors qu'elle allait se décider à s'éloigner pour regagner la sécurité de son lit, un geste fit frémir la tapisserie et un instant plus tard, Lyana avait sous les yeux un petit homme. Baissant légèrement sa bougie, la jeune femme éclaira le visage du nain qui, après une profonde révérence, s'excusa de l'avoir effrayée. Aussitôt qu'elle vit clairement les traits de l'homme, Lyana haussa les sourcils. Elle avait déjà eu une intuition en découvrant la petite taille de l'homme - elle ne croisait pas des nains tous les jours - et son visage découvert acheva de la convaincre : elle connaissait cet homme !
Aussitôt, des images défilèrent dans sa tête. Alors qu'elle n'était pas encore mariée, alors qu'elle n'avait pas encore rencontré son prince, la jeune femme avait marché pendant des jours et des jours sur les grands chemins. Un jour, Lyana fut attaquée par des brigands qui avaient eu vent de son incroyable don et ce nain - Lefou si son souvenir était exact - était venu à son secours, terrassant ces hommes au cœur avide de richesses. S'il n'avait pas été là ce jour-là, cela en aurait été fini de la jeune femme. Cette brève rencontre était restée dans l'esprit de Lyana qui avait eu bien de la chance de croiser sa route.

Pour ne pas gêner Lefou avec la clarté de sa bougie, Lyana écarta la chandelle. La totale surprise se peignit sur ses traits; c'était bien le dernier endroit où elle s'attendait revoir un jour son sauveur.

« Lefou ?! Mais que faites-vous ici ? »

La princesse ne demanda pas comment il avait réussi à entrer dans le château. Cela paraissait assez évident : un homme de petite taille passait inaperçu, particulièrement la nuit et les gardes avaient souvent le regard portant au loin, et pas sous leur nez. Cependant, le mystère quant à sa présence ici demeurait entier aux yeux de Lyana.

En détaillant avec plus d'attention les traits du nain, la jeune femme le trouva changer. Elle n'aurait su dire en quoi. Cela faisait certes bien longtemps que l'épisode du sauvetage avait eu lieu mais Lyana avait la certitude qu'il s'était produit un changement chez Lefou. Peut-être dans ses yeux... Ils n'avaient plus cette clarté qui les habitait autrefois. Son regard paraissait plus froid, comme dépourvu de la chaleur que Lyana avait cru voir lorsque son regard avait croisé pour la première fou celui du fou. Qu'avait-il bien pu arriver à cet homme depuis leur dernière rencontre ? Le souvenir de ce jour tournait toujours dans l'esprit de la jeune femme et, soudain, elle se rappela avec précision la façon dont il avait abattu les brigands, sans hésitation et avec une force insoupçonnable pour un homme de petite taille... Au fur et à mesure que la scène de combat se dessinait, Lyana commençait à voir une raison à la présence du fou dans le château. Il n'avait rien à faire là la nuit. Et puis, si sa présence avait été pour signaler une urgence quelconque, pour quelle raison se serait dissimulé derrière une tapisserie à son approche ? Ses sourcils se froncèrent et, posant ses yeux sur le petit homme, la jeune femme répéta, avec plus de fermeté dans le voix :

« Qu'est-ce que vous faites là ? »

La princesse ne tenait pas à tirer des conclusions hâtives; accuser les gens sans preuves était loin d'être dans ses habitudes et, de toute façon, elle aurait eu bien du mal à faire des reproches à celui qui lui avait un jour sauvé la vie. Néanmoins, Lyana ne pouvait fermer les yeux sur le fait que la présence du fou dans le château la nuit alors que le Royaume était en période de trouble à cause des rumeurs était assez intriguant. Coïncidence ? La jeune femme l'espérait. Leur rencontre, des mois plus tôt, avait été très brève, mais Lyana ne pouvait croire qu'un homme sauvant la vie d'une personne qui ne signifiait rien à ses yeux, pouvait être l'auteur de crimes aussi injustifiés.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Lun 11 Fév - 8:38
LeFou & Lyana
I

Lefou plissa les yeux quand Lyana baissa la bougie pour voir mieux son visage. La politesse lui interdit de mettre une main en protection contre la lueur de la faible flamme. Bien qu'il soit à présent dépourvu de coeur, le nain aurait pu jurer l'entendre battre à tout rompre aussi bien dans sa poitrine que dans ses tempes. Qu'il ne se soit pas déjà jeté sur la princesse qui l'avait découvert était étonnant. Comme si quelque chose retenait son geste alors que cela était impossible. L'intrus tourna et retourna mentalement le pacte passé avec la méchante reine dans sa tête tandis que son sort dépendait de la lady qui lui faisait face. La demoiselle écarta la chandelle pour qu'il ne soit pas gêné davantage de sa lueur. Autrefois, ce geste l'aurait sans doute touché.

"Je suis flatté que vous vous souveniez de moi." Répondit-il en éludant volontairement la question que la princesse venait de lui poser sur la raison de sa présence au château, il esquissa une nouvelle révérence, plus rapide et moins profonde.

Le sourire qu'il affichait en disant cette phrase sonnait faux. Ce n'était pas un sourire froid ou cruel. Au contraire, cela aurait pu passer pour un sourire joyeux... sauf qu'il lui manquait un petit quelque chose pour le rendre vraiment authentique. Bien qu'il venait de le dire, le fait que la princesse se souvenait de lui ne lui faisait ni plaisir ni n'arrangeait ses affaires. Bien au contraire ! Si elle se souvenait de leur première rencontre, Lyana allait vite comprendre pourquoi le nain était venu ici. Lefou ne pouvait prétendre une visite en cette heure tardive.

La question retentit à nouveau. Cette fois-ci avec plus de ferveur. La princesse ne demandait plus poliment la raison de cette visite mais exigeait d'avoir une réponse. Le nain se mordit légèrement la lèvre, en proie à l'hésitation. Lefou n'allait pas pouvoir se dérober cette fois-ci, pourtant, il essayant de retarder encore l'inévitable.

"Je pourrais vous dire un mensonge très convaincant, ou bien la pure vérité, que choisissez-vous ?"

À peine eut-il le temps de formuler cette question qu'un bruit attira son attention. La ronde des gardes allait certainement les conduire jusqu'ici. En tout cas, les bruits de leurs pas indiquèrent qu'ils n'étaient plus très loin.

C'est le moment où jamais, pensa-t-il, comme si le simple fait d'y songer pourrait le décider à passer à l'acte. Tue-la maintenant. Peut-être que tu auras le temps de te cacher avant que son cri n'alerte la garde jusqu'ici, peut-être auras-tu le temps de prendre la vie d'un garde pour gagner du temps. Le bonnet ne réclame pas de sang pour l'instant, tue-la et file vite d'ici.

Cela serait si simple, tellement simple. Combien de fois avait-il fait ce geste ? Des dizaines, ou des centaines de fois. Peut-être plus. Une de plus ou de moins, quelle différence ? Alors pourquoi quelque chose empêchait sa main de prendre son arme pour rejoindre la pensée au geste ? Ce n'était pas parce qu'il s'agissait d'une dame. Lefou avait à sa liste de victimes aussi bien des femmes que des enfants. Du temps où il avait encore un cœur, il avait toujours regretté de devoir en arriver à cette extrémité mais, hélas, ce genre de personne constituait des cibles bien plus faciles. Quand il avait le choix, le bonnet-rouge préférait s'en prendre au brigand qu'à leurs victimes, comme il l'avait fait en sauvant la vie de Lyana. Mais çà, c'était avant. À une époque si lointaine qu'on pouvait presque parler d'une autre vie.
Était-ce cela qui retenait son bras ? La nostalgie ? Le fait d'avoir sauvé la vie de la princesse par le passé l'empêchait de la lui prendre aujourd'hui ? Lefou n'eut pas le temps de se poser davantage de question car il entendit que les bruits de pas se rapprochèrent. Ce n'était qu'une question de minute, sans doute, avant qu'ils n'arrivent dans ce couloir.

"Vous feriez mieux de choisir vite, ma lady." Commenta-t-il d'une voix plus pressante qu'il ne l'aurait souhaité.

En disant cela, il avait détourné les yeux de l'origine du bruit pour fixer la princesse qui détenait sa vie entre ses mains. Il n'y avait pas de peur dans sa voix ni dans son regard, mais plutôt de la lassitude. Lefou n'éprouvait plus de regret depuis qu'il s'était séparé de son cœur.
Bien qu'il se sût incapable de blesser la princesse, sa main se porta lentement vers la garde de sa lame, toujours dans le fourreau qu'il avait à la ceinture. L'arme n'était pas destinée à Lyana mais il restait persuadé quand attendant le bruit des gardes, elle allait les alerter. Peut-être aurait-il le temps de tuer un des soldats avant de fuir en profitant de la surprise. Lefou regretta de ne pas avoir pris son arc et ses flèches, cette arme aurait été idéale dans sa situation mais il n'avait pas voulu s'encombrer durant son infiltration.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Dim 17 Fév - 12:19
LeFou & Lyana
S
ous ses yeux, Lefou exécuta une nouvelle révérence, évitant soigneusement de répondre à la question de la demoiselle. Même si cela faisait maintenant quelques mois qu'elle était devenue princesse, Lyana n'était pas totalement habituée à ce qu'on lui fasse des courbettes. Lorsque Lefou et elle s'était rencontrés des mois auparavant, le petit homme n'avait pas eu une attitude aussi formelle à son égard. De le voir ainsi s'incliner devant elle, cela la gênait quelque peu. L'oublier ? La jeune femme ne pourrait jamais oublier le jour où ce petit homme lui était venu en aide alors qu'elle ne signifiait absolument rien pour lui. Cela avait été un acte héroïque qui resterait à jamais gravé dans la mémoire de Lyana. Refoulant ces Lefou n'avait pas répondu à sa question; était-ce volontaire ou non ? Tout d'abord, Lyana hésita entre ces deux possibilités : il devait être aussi surpris qu'elle de la revoir en tant que princesse. Cependant, contre à elle, il n'avait aucune raison de se trouver dans l'enceinte du château, à une heure avancée de la nuit et le fait qu'il se soit dissimulé derrière une tapisserie signifiait clairement qu'il souhaitait se faire passer inaperçu. C'est pour cela que la jeune femme réitéra sa question d'une voix plus ferme. Ce ton impérieux, elle ne l'employait quasiment jamais mais, au vue des circonstances dramatiques dans lesquelles se trouvait le Royaume, Lyana devait impérativement obtenir une réponse.

Un léger mordillement de la lèvre du fou prouva à Lyana qu'il hésitait à répondre. La jeune femme commença à froncer les sourcils. Le petit homme choisit d'éluder une fois encore la question pour en poser une autre qui déplut à Lyana. Pour elle, c'était un aveu que Lefou venait de formuler : sa présence dans le château ne pouvait être motivée que par de mauvaises intentions. Avant que Lyana ne puisse prononcer un mot, des bruits de pas se firent entendre. La jeune femme leva la tête et posa ses yeux sur l'intersection du couloir, là d'où venait le bruit. D'un instant à l'autre, les gardes seraient dans ce couloir. La princesse n'avait qu'à crier et, sous le signal d'alerte, les soldats pourraient arrêter Lefou car, désormais, Lyana avait la quasi-certitude que le sauveur de son passé avait fort à voir avec tous les meurtres qui se produisaient dans le Royaume. Il fallait qu'il soit arrêté, que toute cette violence cesse. Cependant, les mots restèrent bloqués dans la gorge de la jeune femme : elle ne parvenait à donner l'alarme. Faisant écho à la petite voix dans sa tête, Lefou la pressa de se décider. Le regard de Lyana alla du petit homme au couloir proche d'où le bruit de pas devenait plus fort. Se mordant la lèvre, la jeune femme se répéta plusieurs fois : Vas-y ! Cris ! Non, il t'a sauvé la vie autrefois, te ne peux pas le condamner ! Mais c'est un meurtrier ! Fermant brièvement les yeux pour faire taire ces voix, la princesse finit par les re-ouvrir, une lueur de détermination dans les yeux. Avant de ne pas attirer plus tôt que nécessaire l'attention des gardes, Lyana souffla sa bougie et le couloir fut plongée dans l'obscurité. la seule lumière provenait de la lune qui caressait les murs d'une lueur bleuté.

« Suivez-moi. » Murmura-t-elle.

Avant que Lefou ne lui réponde, Lyana pivota sur ses talons et s'éloigna silencieusement et rapidement dans le couloir, allant à l'opposé de là où se trouvait les gardes. Elle ne se retourna pas pour s'assurer qu'il la suivait, mais un petit bruit derrière elle lui indiqua que Lefou l'avait suivit. Apparemment, il avait choisi de lui faire confiance. Sa cape voletant derrière elle, la princesse parcourut deux couloirs après s'être assurée qu'ils étaient déserts puis se dirigea vers une petite porte qu'elle ouvrit rapidement. Elle fit entrer Lefou en premier puis se glissa derrière lui, fermant silencieusement la porte. Ils se trouvaient dans un passage étroit : c'était un couloir qu'empruntaient les serviteurs uniquement. S'appuyant contre le mur, Lyana inspira profondément à plusieurs reprises : elle n'arrivait pas à croire ce qu'elle venait de faire. Elle espérait qu'elle n'allait pas le regretter. Après avoir repris sa respiration, la jeune femme posa son regard sur Lefou et demanda, toujours dans un murmura au cas où des gardes passeraient près de la porte.

« A présent que nous sommes seuls, auriez-vous la gentillesse de me raconter ce que vous est arrivé depuis notre première rencontre ? »

Visiblement, l'homme qu'elle avait rencontré des mois auparavant n'était plus le même. Lyana ne retrouvait pas cette bonté qu'elle avait lu dans Lefou lorsqu'il lui avait sauvé la vie. Pourquoi et comment avait-il tant changé ? Bien sûr, la jeune femme avait conscience qu'elle prenait des risques en posant cette question : à présent qu'ils étaient certains de ne pas être dérangés, Lefou pourrait très bien se débarrasser d'elle et prendre la fuite. Pourtant, Lyana avait besoin de savoir.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Jeu 21 Fév - 14:58
LeFou & Lyana
E

lle allait crier et alerter les gardes. Lefou en était quasiment certain. Pourquoi ferait-elle autrement ? En éludant pour la deuxième fois sa question, il venait quasiment d'avouer ses crimes. Qu'elle attire l'attention des soldats et devienne l'héroïne qui avait arrêté le meurtrier responsable de la vague de peur qui parcourait le royaume. Mais la jeune fille qui tenait son destin dans ses mains ne fit rien de tout cela. À la grande surprise de Lefou, la princesse souffla sa bougie et lui demanda de la suivre.

S'agissait-il d'une nouvelle embuche ? Ce serait inutile puisqu'il était déjà à la merci des gardes. À moins que la lady redoute que le redcap puisse tuer au moins un de ses soldats avant d'être arrêté ? Préférant donc l'entraîner dans un piège qui entraînerait sa capture immédiate, sans lui laisser le temps de se défendre ? Lefou avait été tant de fois trahis qu'il en était devenu méfiant et prenait les gestes généreux des autres avec précaution. Un contraste des plus saisissants puisque lorsqu'il avait encore son cœur, il était lui-même prompte à faire ce genre de geste sans arrière pensées.

De toute façon, il n'avait pas le choix. Les gardes seraient bientôt là, sa seule chance était de suivre Lyana. La demoiselle se montra étonnamment prudente pendant leur fuite, regardant si chaque couloir était désert avant de l'emprunter. Malgré tout, il n'osa lui faire totalement confiance. La confiance menait toujours à de fausses illusions et à la trahison. Pourtant, quand la princesse le fit entrer dans un passage étroit en fermant la porte derrière eux, il devait bien admettre qu'elle n'avait pas essayé de le piéger.

Lyana avait bien gagné le droit d'en savoir plus, après l'aide qu'elle venait de lui apporter. La demoiselle lui renouvela sa question dans un murmure. Lefou baissa également la voix quand il lui répondit.

"Beaucoup de choses. Comme à vous apparemment, à moins que je n'ai sauvé une princesse sans le savoir ?" Leur précédente rencontre avait été brève, malgré tout Lefou doutait que Lyana était déjà promise à un prince à cette époque. Il s'agissait d'un titre qu'elle avait acquis par la suite, en témoigne la gêne qu'il avait senti chez elle quand il avait renouvelé sa révérence alors qu'ils étaient encore dans le couloir.

Le nain avait une nouvelle fois éludé la question, mais, cette fois, il l'avait fait de manière involontaire. Pendant la courte période où la cour royale était devenu son quotidien, il avait compris que les nobles voulaient toujours être au centre de la conversation. Surtout le seigneur Gaston qui ne demandait des nouvelles de son serviteur que pour que celui-ci vante les mérites de son maître à son détriment. Depuis, ce réflexe de s'écarter volontairement était devenu automatique quand on lui posait une question à son sujet. Souvent cela s’avérait utile. Pas cette fois, il le craignait. Lefou allait devoir dire la vérité.

L'idée de profiter de leur isolement pour en finir avec la princesse et filer en faveur de la nuit ne lui traversa plus l'esprit, même s'il gardait sa main refermé sur la garde de son arme au cas où. Quelle que soit la raison, aussi mystérieuse et illogique soit-elle, il ne pouvait s'en prendre à la vie de Lyana. Avant que la princesse ne put mettre en évidence qu'il avait à nouveau détourné la conversation, il prit la parole.

"Pour ma part, je me suis délesté de mon cœur." Répondit-il enfin, le plus naturellement du monde.

Lefou ignorait si Lyana savait qu'on pouvait retirer le cœur de quelqu'un par magie. Lui-même n'en avait prit connaissance que quand cette petite fée lui était apparue pour lui suggérer cette idée. Sachant pertinemment que cette révélation allait emmener son lot de question, le nain ouvrit avec précaution la bourse en cuir qui contenait son macabre couvre-chef pour en sortir le précieux et vital objet.

"Et si vous voulez en connaître la raison : La voici." Continua-t-il en montrant le bonnet dans son poing serré.

Le couvre-chef avait obtenu son dû lors de la nuit dernière, le rendant si gorgé de sang que quelques gouttes en coulaient le long de la main du nain. Le spectacle pouvait paraître macabre et ne serait certainement pas au goût de la princesse mais ne lui avait-elle pas demandé la vérité ?

"De par ma naissance, ma vie dépend de ce bonnet et de sa couleur sanglante. Si le sang le recouvrant venait à sécher, je mourrais."

En concluant ainsi ces explications, le nain laissa encore un instant le bonnet en question dans sa main au cas où Lyana aurait voulu observer ou même toucher le couvre-chef. Il le garda toutefois fermement en main au cas où la lady aurait envie de le lui prendre. De mauvaises expériences lui avaient appris la prudence, surtout en ce qui concernait cet objet dont sa vie en dépendait. Lefou n'avait pas donné d'explication sur sa nature lorsqu'il avait sauvé la vie de la demoiselle, bien qu'il ait trompé son bonnet dans le sang des agresseurs qu'il venait de tuer. Sans doute la dame avait déjà été intrigué par ce geste mais le nain ne l'avait pas expliqué, préférant détourner la conversation en demandant si Lyana n'avait pas été blessée.

"Ai-je répondu à votre question ?" S'informa-t-il par pure politesse.

N'aimant pas laisser longtemps le bonnet ensanglanté à découvert, Lefou remit le couvre-chef à l'abri dans sa sacoche à sa ceinture.

Éprouvait-il des regrets d'avoir tout révélé à la princesse ? Non. Cette question ne se posait même pas, les regrets étaient la première chose chez lui qui avait totalement disparu depuis que la sorcière lui avait enlevé son cœur. C'était une de ces choses qui lui faisait pensée qu'il avait accompli une bonne chose en passant se marcher. Lefou restait tout de même curieux de connaître la réaction de Lyana devant ses nouvelles informations. Qu'allait faire maintenant ? Poser d'autres questions ? Appeler la garde ? Il ne comprenait toujours pas pourquoi la demoiselle ne l'avait pas fait lorsque la ronde allait croiser leurs routes. Peut-être était-ce à cause de la surprise... Il devait être bien loin du portrait que se faisait la lady du meurtrier.

Lefou ne songeait pas que c'était une éventuelle dette envers lui qui motivait les actions de Lyana. Pour lui, toute cette histoire était du passé. Un passé qu'il essayait d'oublier puisqu'il semblait capable de retenir son bras quand il prenait la vie d'autrui.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Dim 24 Fév - 11:59
LeFou & Lyana
U
n risque énorme, une pure folie, Lyana avait conscience de tenter le diable en agissant de la sorte. Si Lefou était vraiment ce qu'elle soupçonnait, le tueur en série qui avait semé la panique dans le Royaume, sa vie pourrait s'arrêter d'un instant à l'autre et alors, elle en serait la seule fautive. Elle avait une occasion de donner l'alerte mais elle ne l'avait pas saisi. Son cœur avait dicté sa raison. Et, dans le meilleur des cas, si elle survivait à cette entrevue, elle avait grand intérêt à ne pas être repérée par les gardes; son acte était passible de trahison. Rien qu'en emmenant Lefou dans une cachette, la princesse avait trahis son époux et le Royaume... Pourvu qu'elle n'est pas à le regretter.

Le cœur résonnant fortement contre sa poitrine, Lyana pria le petit homme de lui expliquer ce qui lui était arrivé. Comment son sauveur avait-il pu devenir ainsi ? Encore une fois, Lefou ne répondit que de façon très évasive et lui retourna la question. Que cela soit volontaire ou non, la jeune femme poussa un léger soupir mais l'expression de son visage resta ferme. Elle devait savoir et elle saurait. Néanmoins, pensant que, peut-être, parler la première pousserait Lefou à s'exprimer à son tour de façon claire, Lyana dit dans un murmure :

« Non, en effet. A l'époque, j'étais tout sauf une princesse... Mais le destin a été généreux avec moi puisqu'il m'a mené ici. »

De petites perles roulèrent sur ses lèvres claires et, par réflexe, Lyana les réceptionna dans sa main avant de les glisser dans la bourse accrochée à sa taille qu'elle avait pour habitude de prendre partout avec elle. La jeune femme ne donna pas plus de détails, jugeant inutile d'en rajouter. Sa nouvelle condition, elle n'avait pu l'obtenir que d'une façon, le mariage. C'était assez évident. En revanche, le statut de tueur en série du fou ne s'expliquait pas de façon aussi évidente. Retirant le capuchon de sa tête, Lyana observa le petit homme, attendant qu'il prenne la parole.

La réponse qu'il lui fournit, la jeune femme ne s'y attendait absolument pas. Pour preuve de sa surprise, les sourcils de Lyana s'arquèrent, contrastant avec le ton parfaitement naturel qu'avait pris Lefou. Clairement, la princesse devait le prendre au mot. Elle avait déjà entendu parlé de cet emploi de la magie, mais de façon très vague. Le fait qu'on puisse arracher des cœurs était déjà un acte monstrueux mais Lyana trouvait encore plus incroyable et étrange que la personne dont le cœur avait été extrait de la poitrine puisse continuer à vivre sans. De ce qu'on lui avait raconté, les personnes dépourvues de cœur avaient plutôt tendance à subir cette magie mais, bizarrement, Lefou n'en semblait pas attristé. S'y était-il résolu ou bien... Est-ce que cela avait été volontaire ?

« Mais... Pourquoi ?»

Deux diamant s'éclipsèrent par sa bouche et ricochèrent sur le sol mais Lyana ne fit aucun geste pour les ramasser. Sous ses yeux, Lefou plongea sa main dans la bourse en cuir qu'il avait accroché à sa ceinture et en sortit un bonnet. Aussitôt, la jeune femme se souvint de ce couvre-chef; elle l'avait déjà vu lorsque le petit homme lui avait sauvé la vie. C'est alors qu'elle se rendit compte qu'un liquide maculait le bonnet. Se penchant pour voir quelle était sa nature dans l'obscurité, Lyana perçut la couleur rouge sombre et l'épaisseur du liquide. Reculant aussitôt, la jeune femme écarquilla les yeux. Ce sang était si frais... Lefou lui fit part de la signification de ce couvre-chef et la jeune femme fronça légèrement les sourcils. Son visage s'assombrit devant cette révélation. C'était une vraie malédiction...

« Tous ces... meurtres... Vous les avez commis pour survivre...? »

Si elle s'en doutait fortement, la princesse était à présent absolument certaine que c'était le petit homme qui avait semé la panique dans le Royaume. Dans un coin de sa mémoire, Lyana se souvint que, effectivement, quand il était venu à son secours, Lefou avait ensuite trempé ce bonnet dans le sang des agresseurs de la jeune femme. Si elle l'avait remarqué, Lyana avait rapidement oublié ce détail de par la vive émotion qu'elle avait ressentie sur le moment mais aussi parce qu'elle tenait absolument à remercier son sauveur.

Lefou maintient encore quelques instants le bonnet entre eux, le sang coulant le long de son poignet. Quelques gouttes tombèrent sur le sol, tâches rougeâtres sur la pierre froide. Après l'avoir rangé, le petit homme demanda à la princesse s'il avait bien répondu à sa question. Alors, une petite voix dans la tête de Lyana lui dit que c'était le moment d'alerter les gardes, puisqu'elle était certaine de la culpabilité du fou. Néanmoins, la jeune femme repoussa cette voix et murmura à la place :

« Pas tout à fait. » Lyana se mordilla la lèvre, une chose la dérangeait encore. « Quand nous nous sommes rencontrés, vous aviez toujours un cœur battant dans votre poitrine, et vous tuiez de la même façon. Alors pourquoi avez-vous voulu vous en priver ? »

code by Mandy


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Mar 26 Fév - 20:08
LeFou & Lyana
L
a princesse poussa un soupir devant sa nouvelle esquive involontaire. Il sut que ce serait la dernière fois où il pourra se permettrait ce genre de ruse avec elle. Même si la menace des gardes était temporairement écartée, il n'aurait rien à y gagner en contrariant celle qui pouvait à tout moment alerté les soldats. Pourtant, elle daigna lui répondre, confirmant ce qu'il n'avait fait que supposer. Contrairement au nain, la chance avait sourit à la nouvelle princesse.

"Généreux, en effet." Dit-il sur un ton sombre. Il n'arrivait pas à être heureux de la bonne fortune de Lyana, cette nouvelle avait décidément un arrière-goût amer pour lui. "Toutefois, le destin a parfois un sens de l'humour bien cruel, méfiez-vous de son apparente générosité."

Lui aussi avait cru que la chance lui souriait à une certaine époque. Bien qu'il ait d'abord pris sa capture par le seigneur Gaston pour un autre mauvais tour du sort, cela restait tout de même la période la plus heureuse de sa longue vie. Hélas, cette période de paix n'était en réalité qu'une mauvaise farce du destin et son monde fut détruit quand le roi Maurice passa un marché avec le sorcier Rumpelstilskin. Depuis cette époque, la situation n'avait fait qu'empirer, menant Lefou sur le sentier qui le conduirait à vouloir se priver de son cœur.
Comment ne pas être amer devant les évènements heureux de Lyana ? Il se força tout de même à sourire quand il reprit la parole.

"Un petit conseil de la part d'un ancien serviteur : Vous feriez mieux de vous habituer aux révérences et aux flatteries, elles seront nombreuses désormais." Conseilla-t-il.

À peine les perles sortirent de la bouche de la princesse que celle-ci les réceptionna. Si rapide que le nain n'y fit pas tout de suite attention malgré la curiosité du spectacle. De toute manière, il avait bien d'autres choses en tête, il n'avait su retarder davantage l'inévitable et il avoua donc à Lyana qu'il s'était séparé de son cœur. Lefou vit à la réaction de surprise qui se peignait sur le visage de Lyana qu'elle avait entendu parler de cette magie. La question suivante ne le surprit pas, elle aussi était inévitable. Le redcap devait être la seule personne à demander qu'on lui prenne son cœur de manière volontaire. Il avait entendu dire que la plupart des victimes de cette magie n'avaient pas eu voie au chapitre quand une sorcière leur prenait leur cœur.

"Pourquoi ? Parce qu'il était devenu un fardeau trop lourd à porter." Expliqua-t-il avant de sortir le macabre couvre-chef pour le montrer à la princesse.

Cette fois il avait eu le temps de voir les diamants ricocher sur le sol mais ne fit rien pour les ramasser, tout comme la lady ne se baissa pas davantage pour le faire. Lyana se souvenait du bonnet, il le sut tout de suite. Elle n'avait sans doute rien compris quand il l'avait exposé à ses yeux lors de leur première rencontre. Quand la princesse se pencha pour mieux observer le couvre-chef, Lefou eut bien du mal à résister de faire un mouvement de recul. Sa survie dépendait de l'état du couvre-chef, comme il venait de l'expliquer à Lyana. Il évitait de le montrer, encore moins que quelqu'un s'en approche aussi près que l'était actuellement Lyana. Il n'eut pas à faire un mouvement, ce fut la princesse qui recula en se rendant compte de quelle matière sanglante l'objet était recouvert.

Lefou poussa un soupir et détourna les yeux quand la princesse lui demanda si tous les meurtres avaient été commis pour assurer sa survie. Il aurait très bien pu mentir et affirmer que cela l'était, elle l'aurait sans doute cru. Toutefois, il n'avait jamais été un bon menteur, qu'il ait un cœur ou non.

"La plupart l'ont été, oui." Avoua-t-il, renonçant à l'idée de soumettre la lady au choix entre la pure vérité ou un doux mensonge comme il l'avait fait bien plus tôt. Le nain devina une autre question qui deviendra certainement inévitable, alors il décida de la précéder en y répondant à l'avance. "Ne me demandez pas si je regrette mes actes, Princesse. C'est pour ne plus en avoir que j'ai demandé qu'on me prive de mon cœur."

En affirmant cela, il regarda à nouveau Lyana dans les yeux, alors qu'il s'était contenté de regarder distraitement un mur quand il avait déclaré avoir commis la plupart des meurtres pour sa survie. Jugeant qu'il avait assez montré l'origine de ses malheurs, il rangea le bonnet rouge en sécurité. Lefou avait demandé si la princesse avait d'autres questions car il redoutait toujours que la lady l'eût conduit ici afin qu'il ne tombe dans une embuche. Peut-être cherchait-elle simplement à gagner du temps en le faisant parler ? Qu'elle prenne la parole pour lui demander d'autres détails ne fit que renforcer cette impression.

"Vous êtes bien curieuse, princesse." Minauda-t-il tout d'abord avec un sourire en coin.

Le nain restait attentif au bruit qui pourrait survenir derrière la porte, même s'il semblait complètement absorbé par la conversation. Une possible embuscade ne l'inquiétait pas. Bien qu'il ne puisse pas la tuer, la princesse lui sera certainement utile si les gardes viendraient à débarquer. Son séjour dans ce royaume lui avait appris que le prince était aimé du peuple, nul doute que Lyana l'était aussi. S'il s'en servait comme bouclier, il gagnerait certainement assez de temps pour fuir. Sauf si la garde comptait de bon archer, évidemment. C'est pour cela que malgré le doute sur les intentions de celle qu'il avait autrefois sauvé, il répondit à sa question :

"Parce que j'en avais assez. Assez de devoir tuer mes compagnons de route parce que le sang sur mon bonnet était presque sec et qu'il n'y avait personne aux alentours. Assez de voir mes amis se retourner contre moi quand il découvre ma vraie nature. D'être même obligé de les tuer, parfois. Assez de..." Il s'interrompit en poussant un long soupir mélangeant frustration et agacement. "La liste pourrait être encore longue. Je suis toujours obligé de tuer pour vivre mais, au moins, mon coeur ne me fait plus souffrir."

Baissant son regard, il sembla remarquer pour la première fois les deux diamants qu'avaient laissés échapper son interlocutrice et qui était rester par terre. Le nain se pencha pour en ramasser un et le fit lentement tourner entre ses doigts tout en ne cessant de le contempler.

"Vous êtes toujours maudite, à ce que je vois." Commenta-t-il à voix haute ce qui ressemblait beaucoup à une réflexion personnelle. "Je croyais qu'un baiser d'un amour véritable pouvait briser n'importe quelle malédiction."

C'était une rumeur qui circulait. Une rumeur si tenace qu'elle devait certainement avoir un fond de vérité. Pendant une courte période, quand il commençait à chercher une solution à sa condition, Lefou avait cru trouver une solution à ces problèmes en cette rumeur. La réalité s'était chargée de lui remettre les pieds sur terre. Car si lui était déjà tombé amoureux, cela n'avait jamais été réciproque.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Mer 27 Fév - 20:06
LeFou & Lyana
T

andis qu'elle observait le sanglant couvre-chef, du coin de l’œil, Lyana crut voir un presque imperceptible mouvement de recul du petit homme. Plongée dans cette fascination et crainte de la pellicule de sang sur le bonnet, ce n'est que quelques instants plus tard que la jeune femme comprit pour quelle raison Lefou avait réagit ainsi. Sa vie était liée à cet objet, il ne devait donc pas avoir coutume de l'exhiber partout; cela serait se passer directement la corde au cou. Pendant un moment, Lyana se demanda pourquoi il lui avait dévoilé cet objet. Certainement pas parce qu'elle était une princesse, elle ne lui avait rien ordonné et il aurait très pu lui conter son histoire tout en gardant la couvre-chef à l'abri dans sa petite bourse en cuir. Peut-être était-ce parce qu'il savait qu'elle ne le lui prendrait pas ? Peut-être pas, il avait eu un mouvement de recul. De toute façon, même si elle avait manifesté la moindre intention de lui voler son bien le plus précieux, Lyana se douter qu'elle ne serait déjà plus en vie. C'était une question qui n'avait pas vraiment de réponse.

Lorsque la jeune femme comprit que, s'il avait commis tant de meurtre, c'était pour sa survie, Lefou confirme ses pensées. Rapidement, il ajouta quelques mots qui surprirent la princesse. Sa façon de dire cette phrase donnait l'impression qu'il anticipait une question que, pourtant, Lyana n'avait eu aucun intention de poser. La jeune femme supposait qu'il avait eu des regrets du temps où un cœur battait dans sa poitrine et le petit homme le lui confirma plus ou moins dans ses paroles.

« Je ne me serai pas permise de vous poser une telle question... »

Loin d'elle l'idée de gagner du temps pour piéger Lefou, c'était la curiosité qui motiver Lyana à poser des questions. En rencontrant ce petit homme, jamais elle n'aurait pu imaginer que sa vie était liée à un objet macabre et, surtout, que son sauveur qu'il lui avait montré un si bon cœur, s'arracherait aux plus beaux sentiments humains. Après qu'elle eut posé une question supplémentaire, Lefou, avec un sourire en coin, lui fit remarquer qu'elle était curieuse.

« Oh. Pardonnez-moi si je vous offense en vous posant toutes ces questions. Ce n'est pas du tout mon intention. »

La jeune femme se résolut à ne plus demander quoique ce soit d'autres sur la personnalité meurtrière du fou ainsi que de ses décisions du passé. En même temps, il avait raison : pourquoi posait-elle tant de questions ? Maintenant qu'elle était certaine d'avoir l'assassin recherché depuis des jours en face d'elle, Lyana aurait dû alerter les gardes, et éprouver un oppressant sentiment de crainte à l'idée d'être, peut-être, la prochaine victime du petit homme. Pourtant, il n'en était rien. Elle ne désirait plus sonner l'alarme et, curieusement, elle n'était pas si effrayée que cela. Inquiète, certes, car elle savait que sa vie pouvait se terminer d'un moment à l'autre mais son cœur pur lui disait que Lefou ne lui ferait pas de mal. Peut-être était-ce folie de penser cela mais, s'il avait voulut la tuer, il l'aurait fait depuis longtemps.

A son étonnement, Lefou répondit à sa question. Lyana, dont on pouvait lire dans les yeux une grande compassion, écoutait chaque mot du petit homme. Une vraie malédiction que cela : tuer pour vivre, même les êtres qui nous sont chers. C'était assez horrible d'entendre ce récit, toutefois, la princesse comprenait. Bien sûr, elle ne pouvait mesurer combien le poids de ce bonnet sanglant devait être lourd à porter mais, à présent, il lui paraissait bien plus normal que Lefou est voulu se priver de son cœur.

Un mouvement du petit homme fit baisser les yeux de la princesse. Lefou ramassait un des diamants qui s'était échappé de la bouche de la jeune femme. A sa remarque, cette dernière esquissa un sourire.

« Oui, c'est ce que j'ai entendu dire. Mais, c'est une fée qui m'a offert ce pouvoir, me disant clairement qu'il s'agissait d'un don. Les brigands dont vous m'avez sauvé dans le passé, ce n'étaient pas les premiers à convoiter mon pouvoir. Alors, je me considérais comme maudite... Mais, aujourd'hui, je le vois comme une bénédiction : grâce à ce don, je peux faire le bien autour de moi. » La princesse adressa un léger sourire au fou qui observait toujours avec intérêt le diamant. Une pluie de roses s'était déversée sur le sol. « Finalement, ce n'est pas vraiment une malédiction. Cela dépend de quelle côté on envisage la chose. »

Soudain, la jeune femme s'immobilisa. Pressant un index contre ses lèvres pour signifier au fou de ne pas faire de bruit, Lyana tendit l'oreille. De lourds bruits de pas se firent entendre derrière la porte. La princesse et Lefou s'immobilisèrent, attendant que le bruit de la ronde des gardes s'éloigne. Une fois certaine qu'ils ne pouvaient plus être entendus, la jeune femme souffla au petit homme :

« Il est bien trop dangereux de rester là. »

Se baissant, Lyana ramassa les roses et le diamant qui étaient restée sur le sol : inutile de laisser des traces de leur passage. Après s'être relevée, la jeune femme contourna Lefou et, d'un signe de tête, le pria de la suivre. Lyana s'éloigna dans le petit couloir, sa chandelle éteinte de lui étant plus d'aucune utilité. Dans l'obscurité, ils progressèrent sur plusieurs mètres en ligne droite avant de descendre un escalier étroit en spirale. Arrivés en bas, la princesse poussa une porte qui débouchait dans les cuisines du château. Après s'être assurée que les lieux étaient bien déserts, Lyana entra, Lefou derrière elle.

« Là, il n'y a aucun risque. » Dit-elle, toujours à voix basse, en déposant sur une table ce qu'elle avait dans ses bras. Se tournant vers le petit homme, la jeune femme dit soudain : « Vous me faites confiance. »

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Mar 5 Mar - 22:26
LeFou & Lyana
U
n bref instant, Lefou songea à garder le diamant ramassé. La vie de château lui avait donné des goûts de luxe en ce qui concernait la nourriture et le vin. Combien de temps pourrait-il vivre avec ce petit bijoux cracher sans peine par Lyana ? Encore fallait-il qu'il se sorte de cette situation délicate dans lequel son arrogance l'avait jeter ! L'idée restait tentante même si la pierre précieuse ne lui appartenait techniquement pas. Le récit de la princesse expliquant qu'il s'agissait d'un don et non d'une malédiction le fit changer d'avis. Il n'avait jamais eu besoin de diamant pour vivre, il se servait sur le cadavre de ses victimes.

"Vous avez de la chance. J'ai beau regarder ma situation dans tous les sens, cela reste pour moi une malédiction." Commenta-t-il en rendant le diamant qu'il avait ramassé à la lady. Il fallait croire que le destin aussi avait ces chouchous.

Bien qu'une petite part de lui-même, sans doute tout ce qui restait de ce qu'il avait été, était heureux pour Lyana, il n'arrivait pas à l'être totalement. Il restait amer de voir que le sort avait ses favoris et qu'il n'en faisait visiblement pas parti. Bien que la lady l'informât qu'elle avait rencontré d'autres personnes convoitant son pouvoir, il jugea qu'elle n'avait pas payé un prix assez grand pour obtenir son bonheur. Lui, il avait dû se séparer de ses sentiments pour mieux vivre sa situation.

Des bruits de pas lourds, ne pouvant appartenir qu'à des hommes armés, se firent soudain entendre. Lefou se surprit à fermer les yeux d'un air résigné, croyant que le piège tendu par la princesse commençait à se fermer sur lui. S'il s'agissait des gardes, il essayerait certainement de résister avant d'être capturé. De toute façon, après tous ces crimes, c'était la mort qui l'attendait. Quelle différence si c'était lors d'une tentative pour échapper aux soldats au lieu d'une conclusion de sentence après un procès ? Il eut un grand sentiment de lassitude. Peut-être était-ce parce qu'il avait confié son histoire à Lyana. Le récit, bien que résumé, avait mis en évidence l'aspect répétitif de sa vie. Tuer et profiter de la vie en évitant de penser que le temps d'un nouveau meurtre arrivera tôt ou tard, trop souvent plus tôt que prévu. Et pourtant... il ne se passa rien. Les pas s'éloignèrent jusqu'à ne plus être perceptible. Le nain ouvrit les yeux, surpris de trouver le silence à la place des cris d'alarme et de porte s'ouvrant à la volée auquel il s'attendait.

Plus curieux encore, la princesse lui annonça qu'il était trop dangereux de rester ici et elle le pria à nouveau de la suivre après que Lyana ait ramassé roses et diamant qui était rester au sol, résultat de leur conversation. Lefou n'avait pas l'esprit assez tordu pour penser qu'il s'agissait là du véritable piège et que leur premier arrêt n'avait servi que de ruse pour gagner sa confiance. Le nain devait bien admettre que pour une raison inconnue, la princesse ne lui voulait pas de mal. Raison inconnue car pour lui, une simple dette n'était pas une explication suffisante. Ne disait-on pas, une vie pour une vie ? Mais Lefou avait pris la vie de tellement des gens qu'il ne comprenait pas le geste de Lyana. Comment une dette si dérisoire pouvait prévaloir sur l'arrestation d'un meurtrier qui terrorisait le royaume ? La clémence de la princesse aurait pu lui paraître logique s'il avait encore eu un cœur. Ce qui n'était plus le cas.

Tout en suivant une nouvelle fois la princesse à travers les couloirs, Lefou essaya de se repérer au cas où les circonstances l'obligeraient à retrouver seule sa route. Peine perdue, le château lui semblait soudain un véritable labyrinthe. Voilà longtemps qu'il n'avait plus l'habitude de parcourir une telle bâtisse. Le redcap fut pris d'un élan de nostalgie qui disparut très vite en vue de la précarité de sa situation. Le nain peina un peu dans les escaliers mais réussit tout de même à ne pas se faire distancer. Il suivit la princesse dans une nouvelle pièce et eut un sourire en constatant qu'ils se trouvaient dans les cuisines du château.

Seul un reste des règles de convenances lui interdit de fureter la pièce à la recherche de nourriture pour se servir. Après tout, une longue route l'attendait. Mais il n'en fit rien, ne sachant pas précisément ce qu'il l'attendait, justement, dans un avenir proche. La princesse lui assura qu'il n'y avait plus aucun risque. Lefou la suivit jusqu'à la table où la lady déposa les roses pour se libérer les mains. Elle se tourna ensuite vers lui et parla de confiance. Il ne sut s'il s'agissait d'une question ou d'une affirmation. Peut-être était-ce son caractère devenu de plus en plus soupçonneux avec le temps qui le poussait à voir une interrogation là où il n'y en avait pas.

"Honnêtement, je ne le faisais pas au début. J'imaginais que vous me conduisiez tout droit dans un piège. Après tout, votre prince veut ma tête." Avoua-t-il. Vu le ton détaché qu'il avait employé, on avait du mal à croire qu'il parlait de l'hypothèse de sa propre mort.

"Mais je dois me rendre à l'évidence que vous voulez vraiment m'aider." Il fronça les sourcils comme si cette dernière idée lui rappela une question laisser en suspens. "La question est : pourquoi ? Pourquoi m'aider alors que vous savez que c'est moi qui ai tué tous ses gens et que ma condition m'obligera à tuer encore ?"

Sa main n'avait pas quitté la garde son arme depuis qu'il avait cru tomber dans un piège dans le couloir. Elle se resserra imperceptiblement quand il posa sa question. Peut-être n'aurait-il pas du exprimer son doute... Son interrogation allait peut-être ramener la princesse à la réalité. À savoir que son geste serait certainement considéré comme une trahison pour le prince qu'elle aimait. Bien que le nain ait du mal à imaginer le prince en colère contre sa belle. Même quand il parlait du meurtrier à son peuple, Lefou n'avait pas vu de la colère dans les discours qu'il avait écoutés en étant caché dans la foule de badauds.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Mer 20 Mar - 23:06
LeFou & Lyana
C'
était bel et bien une affirmation, et non une question que la princesse avait prononcé à l'attention du fou. Elle pouvait paraître bien audacieuse de s'avancer ainsi – après tout, elle pouvait faire fausse route et sa vie était sans doute toujours menacée – mais elle avait le sentiment que le petit homme croyait en elle. Après tout, à deux reprises, elle l'avait prié de venir avec lui loin des gardes et, à chaque fois, ses pas avaient suivis les siens. Lefou avait bien dû soupçonner un piège à un moment ou un autre, peut-être était-ce toujours le cas, mais il n'avait pas protesté et avait choisit de la suivre aveuglément. Sa supposition fut confirmée lorsque le petit homme avoua ne pas avoir eu confiance en elle lorsqu'elle l'avait découvert derrière la tapisserie. Ce qu'il ajouta sur son prince poussa Lyana à se mordiller la lèvre, embarrassée. Elle savait qu'elle était en train de commettre un acte d'une extrême gravité : dissimuler un assassin alors qu'elle avait eu l'occasion de le faire arrêter à deux reprises n'était pas le meilleur réflexe qu'aurait dû avoir la jeune femme. Elle trahissait le Royaume et son mari, elle, la princesse. Lyana n'osait imaginer ce qui se passerait si, tout à coup, des gardes pénétraient dans les cuisines et la découvraient en compagnie du meurtrier tant redouté. Il était plus que préférable que cette entrevue passe complètement inaperçue.
Lefou finit par déclarer qu'il avait compris que la princesse ne cherchait qu'à lui venir en aide. Cela ne voulait pas dire qu'il lui faisait confiance mais, néanmoins, cela fit sourire Lyana. La question suivante, cette dernière s'y attendait. Pourquoi ? Oui, pourquoi ? Pourquoi tenait-elle à offrir son aide au petit homme, à celui qui avait brisé tant de vies et qui avait semé la terreur dans tout le Royaume. La jeune femme comprenait que son comportement paraisse contradictoire avec sa condition et elle savait que c'était pour cela que Lefou n'avait cessé de rester sur ses gardes. Au fond de son cœur, et ce dès qu'elle avait découvert le petit homme derrière la tapisserie, Lyana connaissait la réponse à cette question.

« Pourquoi? C'est simple... »Tout en récupérant les perles qui s'écoulaient de sa bouche, la princesse s'assit sur un banc de bois et invita Lefou à en faire autant s'il le désirait. « Parce que je ne peux m'empêcher de me souvenir de cet homme qui m'a sauvé la vie, autrefois, dans la forêt.

En dépit de tout ce qu'elle venait de découvrir : le fait que c'était Lefou qui avait commis tout ces meurtres, son couvre-chef macabre et son cœur arraché de sa poitrine, Lyana ne pouvait se résoudre à l'idée que le petit homme qu'elle avait rencontré avait disparu. Aux yeux de ce dernier, cela paraîtrait sans doute bien naïf qu'elle conserve cette pensée. Mais elle ne pouvait s'en défaire.

« Je ne saurai être la cause de votre arrestation, même si je sais qui vous êtes et même si je suis en train de trahir mon mari et le Royaume. Sans doute me jugerez-vous stupide, mais je suis convaincue que cet homme qui m'ait venu en aide est toujours là, en vous. » Avant que Lefou puisse protester, Lyana ajouta : « Vous avez eu plusieurs occasions de me tuer mais vous ne l'avez pas fais. J'étais un obstacle, je pouvais à tout moment vous livrer aux gardes, et pourtant je suis toujours là. C'est pour cette raison que je veux vous aider à sortir d'ici. Cette part de bonté que vous avez tenté d'effacer en perdant votre cœur, elle persiste, et ce en dépit de votre nature. »

Un silence s'installa entre les deux personnes, durant lequel la princesse ramassa ce qui avait franchit ses lèvres. La jeune femme observait Lefou, guettant une réaction de sa part. Comme il ne semblait pas vouloir parler dans l'immédiat, Lyana se leva du banc et se dirigea vers les placards de la cuisine. En fouillant un peu, elle finit par trouver une miche de pain, de la viande séchée et deux pommes. Elle rassembla les denrées et les enveloppa dans un torchon propre. Discrètement, elle glissa également les quelques perles qu'elle avait ramassé quelques instants plus tôt. Elle noua ensuite le torchon afin qu'il soit facile à transporter. La princesse revint vers Lefou et lui mit la nourriture entre les mains.

« Tenez, vous en aurez besoin pour votre voyage. Je pense que vous pourrez tenir plusieurs jours avec cela. »

La jeune femme réalisa soudain qu'elle n'avait pas demandé au fou s'il comptait quitter le Royaume. Sans doute était-ce le cas : avec les patrouilles de gardes qui se multipliaient, la situation devait être de plus en plus délicate pour le petite homme. Même s'il était très intelligent, s'il ne partait pas, il finirait un jour où l'autre par être démasqué. Afin d'en être certaine, Lyana dit au petit homme :

« Si vous le voulez bien, passons un marché tous les deux. Je vous aide à quitter le Royaume en sécurité et, entre contre-partie, vous ne reviendrez plus ici. Êtes-vous d'accord ? »

La jeune femme avait besoin que Lefou lui promette cela. Elle ne pouvait pas prendre le risque qu'il revienne un jour dans le Royaume, tout d'abord parce qu'elle ne pourrait supporter une nouvelle fois de voir tant de familles plongées dans la tristesse et, surtout, s'il revenait et recommençait à tuer, il finirait par éveiller les soupçons. Les recherches de la garde royale n'avait pas été concluante durant cette période de trouble, mais il ne faudrait pas beaucoup plus que le retour du petit homme pour établir un lien entre lui et les assassinats.



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Jeu 28 Mar - 8:12
LeFou & Lyana
L
efou refusa le plus poliment possible l'invitation à s'assoir au côté de Lyana. Les derniers évènements l'avaient peut-être poussé à devoir faire confiance à la princesse mais il restait toujours un danger de voir surgir un domestique ou même un habitant du château soudain toucher par une fringale nocturne. Pour cela, il était plus prudent de rester debout et pouvoir rapidement se cacher pour éviter d'être prit mais aussi pour éviter des ennuis à son interlocutrice. Lyana lui expliqua qu'elle l'aidait en mémoire de l'homme qui lui avait sauvé la vie autrefois. Le nain s'attendait à ce genre de réponse.

"L'homme dont vous me parlez n'est plus..." Commença-t-il d'une voix sombre. Il fit une pause avant de poursuivre sa pensée. "...qu'un fantôme."

Sans aucun doute, elle ne le croira pas. Pourtant c'était ce qu'il pensait. Peut-être qu'un restant de nostalgie l'empêchait de prendre la vie de Lyana mais cela n'allait pas plus loin. Du moins, c'est-ce qu'il espérait. Sinon cela voudrait dire que la sorcière l'avait dupé et qu'il lui avait donné son coeur pour rien.
D'ailleurs, en cet instant précis, Lefou se félicita de s'en être séparé. Dans le cas contraire, le discours de la princesse l'aurait sans aucun doute rempli de regret et il lui aurait demandé de le livrer aux gardes pour que Lyana n'ait pas à trahir son prince. Le nain sentait cette perspective naître dans un coin de sa tête. Il voyait distinctement les mots "Je m'en voudrais d'être la cause de votre trahison envers l'homme que vous aimez" s'aligner dans sa tête. Sans doute cette phrase aurait franchi ses lèvres s'il avait encore son coeur trop bon dans la poitrine. Heureusement, le pacte avec la sorcière lui permettait de voir cela avec un certain recul. Assez pour tuer dans l'oeuf ce genre de réflexion pouvant lui nuire. Même s'il savait que son histoire ne pouvait se finir que de façon tragique, Lefou n'était pas pressé de voir la sentence du destin s’abattre sur sa tête.

Avant qu'il ne puisse sans rendre compte, un silence s'était installé dans la cuisine. Le nain avait peur qu'au fond la princesse eût raison et qu'il ne pouvait fuir ce qu'il était vraiment. Par chance, il n'eut pas longtemps à s'attarder sur ses pensées amères puisque Lyana attira son attention en assemblant de la nourriture. La surprise se peignait sur son visage quand elle lui déposa la nourriture dans les mains. Lefou n'avait pas vu Lyana déposer les perles à l'intérieur du baluchon... du moins avant de l'ouvrir pour en examiner le contenu.

"C'est beaucoup trop." Tenta-t-il de protester, tout en sachant que cela serait bien inutile. "Une vie sauvée ne mérite pas une telle générosité."

Cette générosité qui ne pouvait être expliquée par le remboursement d'une dette lui renvoyait la personne qu'il avait été un jour comme un reflet dans un miroir. Lefou aurait eu le même geste si la situation avait été inversé. Du moins, si elle avait eu lieu à l'époque où il avait encore eu un coeur. C'était une impression dérangeante qui confirma son choix de partir au plus vite du royaume. À croire que Lyana lisait dans ses pensées puisqu'elle reprit la parole pour lui proposer un marché.

Le terme "marché" le fit grimacer malgré lui. Il lui rappelait de mauvais souvenir et la personne qu'il jugeait responsable de tous ses malheurs. Lefou fit de son mieux pour chasser cette mauvaise impression pour se concentrer plutôt sur l'accord proposé par la princesse. La proposition était honnête. Beaucoup trop si on prenait en compte le nombre de personnes qui avaient péri ici à cause de lui.

"Je suis d'accord." Finit-il par répondre. "De toute façon, j'allais quitter ce Royaume... après un dernier coup d'éclat au château."

Il parut soudain gêné d'avoir avoué ses réelles intentions. Il ne poussa pas l'orgueil au point de dire que c'est le plaisir de narguer une dernière fois le prince avant son départ qui avait motivé cette décision et sa venue ici. Quant à la deuxième partie du marché, elle n'ont plus n'été pas difficile à tenir. Lefou ne revenait jamais dans les Royaumes qu'il avait visités. Le risque était trop grand. Un jour viendra peut-être le moment où il n'aura pas le choix et devra revenir sur ses pas car il aura commis des crimes dans tous les contrées connues de ce monde. Un jour... qu'il espérait le plus tard possible car nul doute que cet instant sonnera la fin de son histoire.

"Et je ne reviendrais plus, vous avez ma parole." Conclut-il, devinant que la princesse avait besoin d'entendre ces mots précis. Sa parole ne pesait pas lourd en vue de sa condition, toutefois Lefou restait tout de même quelqu'un tenant sa parole, aussi dénué de scrupule qu'il fut devenu à partir de l'instant où on le priva de son coeur. "C'est donc un adieu."

Le nain ne savait pas lui-même si sa dernière phrase était une question ou une affirmation. Peut-être voulait-il faire réaliser une dernière fois à la princesse les risques qu'elle prenait en décidant de prendre le parti d'escorter le meurtrier hors du Royaume. Cela représentera un poids lourd à porter, Lefou le savait d'expérience. Et quand les poids s'accumulaient... Disons que c'était ce genre de chose qui menait à des décisions désespérées comme de vouloir faire arracher son propre coeur.
Toutefois, le redcap pouvait comprendre le désir de vouloir vivre sans regret. Pourtant, il venait de mettre Lyana dans une situation où quel que soit son choix, elle éprouverait des remords.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Sam 20 Avr - 17:00
LeFou & Lyana
L

yana ne s'offusqua pas le moins du monde lorsque le petit homme refusa poliment de s'assoir près d'elle. Après tout, au vue de l'extrême méfiance qui l'habitait depuis que la princesse l'avait découvert derrière la tapisserie, Lefou devait toujours s'attendre à voir une horde de soldats débarquer et l'emmener dans une cellule. Lyana se contenta donc de hocher la tête dans un geste compréhensif avant de répondre à la question du fou. Les mots qu'elle prononça venaient de son cœur, elle croyait fermement ce qu'elle était en train de dire. La réponse du petit homme ne se fit pas attendre; il contesta ses paroles d'une voix très sombre. Au mot "fantôme", Lyana posa sur lui des yeux compatissants. Peut-être ne voudrait-il pas de sa compassion mais c'était le seul sentiment qui naissant dans le cour de la princesse aux mots du fou... et de la tristesse aussi.

« Peut-être. » La jeune femme fit une courte pause tandis qu'elle observait Lefou. « Mais je veux continuer à croire en cet homme. »

Pendant les quelques minutes qui suivirent, Lefou sembla se perdre dans ses pensées, restant muet aux paroles suivantes de la princesse. Cette dernière, de son côté, s'était doucement levée afin de rassembler quelques vivres pour le petit homme. D'une certaine manière, elle était encore en train de commettre un délit : en plus d'avoir dissimulé Lefou aux yeux des nombreux gardes, voilà qu'elle lui offrait de quoi subsister pendant quelques jours. Enfin, elle était l'épouse du prince du Royaume, elle avait donc le droit de prendre de la nourriture dans les cuisines sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. Mais tout de même, elle était en train de l'offrir à un assassin... Lyana chassa prestement ce sentiment désagréable de son esprit. Elle ne regrettait pas tant que cela ce qu'elle était en train de faire mais la jeune femme se demandait tout de même si, le lendemain, elle aurait le courage de regarder son époux dans les yeux en faisant comme si cette étrange nuit n'avait jamais eu lieu. Mais, avant d'en arriver là, il fallait qu'elle fasse sortir Lefou du château et ça, c'était une autre affaire.

Se plaçant dans cette optique, la jeune femme revint vers le petit homme et, avec un léger sourire, lui offrit les vivres. Lefou défit aussitôt le torchon pour en examiner le contenu et Lyana se mordit légèrement la lèvre lorsqu'il se rendit compte qu'elle avait glissé quelques perles à l'intérieur. Elle aurait préféré qu'il le découvre une fois sortis du château. Néanmoins, elle secoua la tête et dit fermement :

« Acceptez-le. Au contraire, je vous offre bien peu par rapport à ce que vous, vous m'avez offert en me sauvant la vie. Je ne rembourse pas seulement une dette, je vous remercie de votre générosité à mon égard. »

Avant qu'il ne puisse à nouveau protester, la princesse embraya sur un autre sujet. "Marché" était sans doute un mot un peu fort pour exprimer son désir mais elle avait besoin de sceller cet accord, d'obtenir la promesse du fou de ne jamais revenir au Royaume pour avoir l'esprit serein. En voyant la grimace du petit homme, Lyana craint une réponse négatif, aussi elle fut extrêmement soulagée lorsqu'il exprima son accord.

La jeune femme fronça légèrement les sourcils aux mots du fou. Il avait bien l'intention de tuer quelqu'un cette nuit-là. Peut-être Lyana aurait-elle pu être la victime... Mais cela ne s'accomplirait pas, aussi elle garda le silence. Malgré que Lefou ait donné son accord, Lyana ne bougea pas, attendant qu'il poursuive : c'était sa promesse qu'elle voulait et rien d'autre. Promesse qui fut finalement donnée. La jeune femme sourit au petit homme : elle avait confiance en sa parole, elle ne doutait pas un instant de cette dernière.

« Attendons que vous soyez sortis d'ici pour les adieux. » Étrangement, l'idée de ne plus jamais revoir le petit homme peinait Lyana. Mais il ne pouvait en être autrement, elle le savait. « Suivez-moi. »

Lyana ramassa toutes les perles et diamants qui s'étaient éclipsés de sa bouche puis resserra sa cape sur elle. Elle n'était vêtue que de ses vêtements de nuit et le froid du château commençait à la faire sérieusement frissonner. Malgré le froid, elle retira ses souliers pour les garder à la main : le claquement de ses chaussures sur le sol les feraient vite repérer. Après s'être assurée qu'ils ne laissaient aucun indice de leur venue derrière eux, la princesse entraîna Lefou vers une porte qui débouchait dans un couloir. Avant de quitter la cuisine, elle se tourna vers le petit homme et dit :

« Il y a une sortie, par les cachots, qui n'est pas surveillée. C'est le moyen le plus sûr de quitter le château. »

Cela semblait facile dit comme cela, mais le plus difficile était d'accéder aux cachots... Ils allaient devoir être extrêmement prudents s'ils ne voulaient pas se faire surprendre par les rondes de soldats. Tout deux quittèrent les cuisines et, d'un pas rapide, Lyana guida Lefou dans deux couloirs. Le froid transperçait les pieds de la princesse qui pressa un peu plus le pas, terrifiée à l'idée de se retrouver nez à nez avec un garde. Elle se retournait de temps en temps pour vérifier que le petit homme était toujours derrière elle. Ils arrivèrent alors à une intersection. Lyana passa la tête dans le couloir avant de se reculer brusquement. Elle se plaqua contre le mur et, dans un réflexe, appuya sa main contre le torse du petit homme pour qu'il en fasse au temps. Afin de ne pas avoir des fleurs sortant de sa bouche, la jeune femme garda le silence mais son geste était clair : des gardes approchaient. Malheureusement, il n'y avait pas de tapisserie ou de rideaux derrière lesquels se dissimuler et les gardes étaient trop près pour tenter de fuir : ils les entendraient à coup sûr. La princesse sentit sa respiration accélérer mais, lorsque le bruit de pas des gardes indiqua qu'ils étaient à moins d'un mètre, elle retint brusquement sa respiration et ferma à demi les yeux. Dans un instant, les gardes allaient les voir et cela serait la fin, aussi bien pour Lefou que Lyana... Mais rien ne se passa. Les gardes contentèrent de marcher droit devant, sans jeter un coup d’œil au couloir dans lequel se trouvaient les deux jeunes gens. Une fois qu'ils furent hors de vue, Lyana poussa un profond soupir et appuya sa tête contre le mur. C'était moins une ! Reprenant ses esprits, elle baissa les yeux vers Lefou et lui adressa un léger sourire.

« On y est presque. » Murmura-t-elle en réceptionnant ce qui sortait de sa bouche.

Ils parcoururent les derniers couloirs qui les séparaient des cachots, se cachant à deux autres reprises. Enfin, ils entrèrent descendirent les escaliers qui menaient aux cachots. Là, deux autres gardes jouaient aux cartes et il fut facile à la princesse et au petit homme de les éviter. Enfin, ils furent en sécurité. Le cœur de Lyana battait la chamade mais elle était soulagée d'être parvenue jusque là. Elle conduit enfin le petit homme jusqu'à une petite porte, à peine visible. S'adossant contre le mur pour se calmer, la jeune femme murmura :

« Voilà. Passez cette porte et vous vous retrouverez derrière le château, près de la forêt. Vous ne devriez rencontrer aucun obstacle... »


code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Dim 5 Mai - 8:54
LeFou & Lyana
E
n entendant la réponse de la princesse, Lefou sut d'instinct qu'il ne servait à rien d'insister car il ne pourrait pas la faire changer d'avis au sujet des perles données en plus des provisions. Le nain ne pouvait pas lui promettre que cela arrêtera les meurtres pendant quelques jours. Le vide laissé par son coeur absent avait été remplacé par le goût du sang. Il tuerait encore, c'était certain. Que le sang sur son bonnet soit sur le point de sécher ou non.
Lefou se contenta de remercier Lyana d'un hochement de tête et de refermer le sac pour l'attacher à sa ceinture. Sa sauveuse lui sembla bien naïve mais il ne formula pas cette pensée de vive voix. Pourtant sa justification ne manquait pas d'ironie aux yeux du nain. Parler de générosité... alors que si son couvre-chef n'aurait pas réclamé de sang, il aurait peut-être laissé la demoiselle aux prises avec les bandits. Ou peut-être qu'il aurait agi exactement pareil, qui sait ? Il avait bien du mal à se remémorer cette période de sa vie, ou du moins, il s'efforçait de ne plus y penser. La seule chose de cette époque auquel il persistait à penser, c'était au sujet de son ancien maître, Gaston. Le nain n'était pas idiot, son maître avait certainement périt pour avoir provoqué Rumpelstilskin. Toutefois, l'absence de réponse avait tendance à conserver une lueur d'espoir. Il n'avait pas trouvé de corps... peut-être avait-il survécu ? L'espérance, une autre raison qui l'avait poussé à accepter la proposition de la sorcière. Hélas, ce n'avait pas été aussi efficace que pour faire disparaître les remords, même si l'inquiétude pour son maître avait été remplacé par la haine envers le sorcier responsable de cette disparition.
Un jour, si l'occasion se présentait, il se vengerait. Mais pour cela, il devait déjà survivre à cette nuit. Une chose qui l'obligeait à faire confiance à la princesse.

Il lui avait seulement fallu donner sa parole pour que Lyana retrouve le sourire. Elle n'avait rien dit quand Lefou avait avoué qu'il était venu prendre une vie au château. Pourtant, il aurait très bien pu s'agir de celle de l'homme qu'elle aimait... ou de la sienne. Décidément, il n'arrivait pas à la comprendre, continuant de penser qu'une dette aussi mince n'était pas assez pour recevoir compassion et geste généreux de la part de la princesse. Sans doute ferait-elle une bonne reine dans l'avenir. En d'autres circonstances, Lefou aurait pu y voir une possibilité de reprendre son ancienne vie, celle de serviteur. Après tout, ces moments de servitudes à la cour du roi Maurice restaient parmi ces souvenirs les plus heureux. Mais il était trop tard et son esprit, à défaut de son coeur, était devenu trop sombre. Il n'y avait plus de retour possible à une vie de paix. Ni à une fin heureuse.

Lyana lui fit remarquer d'attendre d'être sortis d'ici pour formuler des adieux. La remarque lui arracha un demi-sourire. Il était plus que temps de partir, en effet.

Alors qu'il suivit docilement Lyana vers la sortie des cuisines, le nain se figea quand la demoiselle lui fit part de son plan. Les cachots. Lefou avait bien du mal à croire qu'il s'agissait du moyen le plus sûr de quitter le château. Certes, on ne s'attendrait pas à ce qu'un intrus s'enfuit par là, et pour cause, se serait comme se jeter dans la gueule du loup : tout droit en cellule. Toutefois, il devait espérait que la princesse ne le conduisait pas dans une embûche car il lui serait trop risqué de faire demi-tour. Emprunter le chemin qu'il avait parcouru pour pénétrer ici serait risqué en vue des nombreuses patrouilles. Il avait déjà eu beaucoup de chance d'être parvenu jusqu'ici sans attirer l'attention des gardes. Une chance qu'il devait en grande partie à la princesse.

"Eh bien, c'est votre château, je vous fais donc confiance sur la manière la plus sûre d'en sortir." Dit-il. Malgré ses paroles, l'annonce des cachots avait ravivé sa méfiance.

Avec une prudence renouvelée, Lefou suivit sa guide d'un soir dans les couloirs du palais. Il dut accélérer le pas pour suivre ceux quelques peu précipités de la princesse. Celle-ci semblait craindre à tout instant de croiser la route d'une patrouille, une peur parfaitement compréhensible en vue de la situation. Malgré son rythme de marche rapide, Lyana regardait régulièrement en arrière pour veuillez à ne pas semer le nain en route.

Impossible de se repérer dans ce bâtiment royal, le nain ne pouvait que se fier aux indications de Lyana. Chose qui ne l'enchantait qu'à moitié. Pourtant, il devait se rendre à l'évidence que la demoiselle respectait sa part du marché puisqu'ils ne rencontrèrent aucune résistance sur leur passage. Lyana trouvait toujours le chemin le plus sûr. Du moins, ce fut le cas jusqu'à ce qu'ils arrivent à une intersection. Lyana recula brusquement et le plaqua contre le mur. La jeune fille gardait le silence mais le nain n'eut besoin d'aucun mot pour comprendre ce qui se passait. Des gardes approchaient.
Aussi lentement que possible, Lefou sortit son long couteau, qui avait des allures d'épées courtes dans sa main hors de son fourreau. Le geste était si coutumier qu'il arrivait à le faire de manière parfaitement silencieuse.

Pour la deuxième fois, il regretta de ne pas avoir apporté arc et flèche pour son excursion nocturne. Car en cet instant, le nain ne voyait pas d'autres alternatives que le combat. Il devinait que la princesse en venait à la même conclusion que lui. Il n'y avait aucune cachette possible et la fuite ne servirait à rien. La possibilité de prendre la belle en otage pour gagner du temps s'installa dans son esprit. Ce geste ressemblerait fort à une action désespérée car même ainsi, il n'irait pas très loin. Pourtant, il ne put s'empêcher de garder cette option en tête.

Les gardes approchaient de plus en plus. En jetant un bref coup d'oeil à sa comparse, il vit la princesse fermer les yeux et couper sa respiration. Lefou était plus... calme, à la limite de la froideur. Toujours appuyé contre le mur, il s'approcha lentement de l'intersection, bien décidé à frapper le premier. Si un combat se déclenchait, il ne tournerait pas en sa faveur. Il le savait mais refusait l'option de se faire prendre sans lutter jusqu'au bout, et peut-être emporter un des gardes dans la tombe avec lui.

Mais rien ne se passa. Les gardes avaient continué leur route sans les remarquer. À croire qu'une divinité de la chance veillait sur eux ce soir. Quand les gardes furent hors de portée, Lefou se détendit légèrement. Toutefois, il se refusa à ranger son arme. Cette petite surprise n'était certainement pas la dernière et il se sentirait plus rassuré d'avoir sa lame à portée. Juste au cas où. La plus soulagée des deux était sans nul doute la princesse qui lui indiqua qu'il était presque arrivé. Le nain recula d'un pas pour laisser la lady le précéder et il continua de se laisser guider jusqu'à finalement arrivés aux cachots. En chemin, ils durent se cacher à deux reprises. Néanmoins, le nain n'eut jamais à se servir de son arme pour se défendre.

Tandis qu'ils descendirent les escaliers, la possibilité d'être conduit docilement à un piège se ravivait dans ses pensées. Pourtant, au lieu d'une garnison prête à se jeter sur lui comme il l'imaginait, le nain ne vit que deux gardes plus occupés à jouer aux cartes qu'à faire leur travail. Au lieu de donner l'alerte, la princesse l'aida à les éviter. S'éloignant des joueurs, le redcap ne vit pas tout de suite la petite porte avant que la princesse n'en parle. Le nain avait bien du mal à réaliser que sa liberté se retrouvait dans un tel endroit. Pourtant, la princesse avait tenu sa parole.

Lefou marqua une hésitation alors qu'il se dirigeait pourtant vers la porte indiquée par la princesse. Il était décidément grand temps qu'il parte, sinon le nain finirait par croire que Lyana avait raison et que le cœur tendre qu'il avait été existait encore quelque part. Une perspective qui ne l'enchantait guère car cela signifierait que la sorcière l'avait dupé et qu'il s'était privé de son cœur pour rien. Malgré tout, il se retourna vers la demoiselle.

"C'est votre dernière chance de changer d'avis, Princesse." Informa-t-il sa sauveuse. Il avait murmuré ses mots comme l'avait fait avant lui la lady. "Vous pouvez très bien m'enfermer dans un de ces cachots et montrer votre prise à votre prince au petit matin. Vous deviendriez une héroïne ! Celle qui a mis fin à une longue liste de meurtres. Et votre prince ne saura jamais que vous aviez essayé de m'aider à quitter le royaume."

Il n'avait pas dit qu'il se rendrait sans résister. Le mensonge serait trop gros. D'ailleurs, Lefou avait du mal à comprendre ce qui l'avait poussé à faire cette ultime proposition de revenir en arrière. Cela ne lui ressemblait pas de s'inquiéter du poids que représentait sa fuite sur les épaules de la princesse. Celle-ci avait montré plusieurs fois qu'elle ira jusqu'au bout de sa part du marché, alors pourquoi insister encore ? Le terme exact n'était pas que cela ne lui ressemblait pas, à la réfection mais plutôt... que cela ne lui ressemblait plus. Ah ! Il fallait croire que les fantômes du passé étaient coriaces, finalement.
code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Dim 2 Juin - 15:46
LeFou & Lyana
L

e mur de pierres froides rafraichirent un peu Lyana qui, adossée contre celui-ci, tentée de reprendre son souffle et de calmer les battements rythmés de son cœur. Son visage brillait à la lueur des flambeaux, à cause de la fine pellicule de transpiration qui la recouvrait, et ses joues étaient légèrement rosies par la petite trotte jusqu'aux cachots et par l'angoisse de tomber sur des gardes faisant leur ronde nocturne. La princesses avait encore peine à croire ce qu'elle venait de faire; et surtout, ce qu'elle était arrivée à faire : en promettant au fou de le conduire jusqu'à un passage qui lui permettrait de quitter le Royaume sans encombres, Lyana n'était pas du tout certaine d'arriver à destination. Avec tous les gardes qui rôdaient la nuit en raison des circonstances funestes, le fait qu'ils soient arrivés jusqu'au passage relevait du miracle ! Moins qu'heureuse d'avoir atteint leur but, la jeune femme était en tout cas extrêmement soulagée; à présent, Lefou allait pouvoir quitter le Royaume discrètement, la paix reviendrait et tout cela sans que Lyana ne soit soupçonnée de trahison. Oui, son acte était signe de trahison, c'était évident et elle le savait parfaitement. Mais, si cela devait permettre au peuple de retrouver la joie de vivre, alors ce n'était pas si grave. Du moins, c'est comme cela que la princesse le prenait.

Après avoir repris un semblant de sa respiration, Lyana murmura au petit homme qu'il était désormais libre de partir. Elle n'avait pas menti un seul instant lorsqu'elle lui avait assuré qu'elle l'aiderait à s'échapper au lieu de le mener tout droit vers les gardes, et elle espérait qu'il la croirait lorsqu'elle lui affirmait que, une fois cette porte passée, aucun obstacle ne se mettrait en travers de sa route.
Alors, la princesse s'était attendue à ce que Lefou lui reformule ses adieux et passe la porte avant de disparaître définitivement, tout simplement. Mais le petit homme l'a prit totalement au dépourvu lorsqu'il déclara qu'elle avait encore la possibilité de changer d'avis et de le livrer aux gardes. Abasourdie par les mots prononcés par LeFou, la princesse resta un instant muette. A quoi jouait-il ? Il avait la possibilité de quitter le Royaume en toute liberté, sans aucune entrave, et voilà qu'il lui proposait de le faire enfermer. Il était vrai qu'elle n'avait qu'un cri à pousser et les gardes seraient là dans la seconde, l'enfermeraient dans une cellule et le petit homme serait sans doute exécuté dans les plus brefs délais... Pourtant, en dépit du fait qu'elle était face à un tueur en série, l'idée d'être la cause de la mort de l'être qui l'avait sauvé jadis la faisait frissonner d'horreur. Lyana ne comprenait pas ce que cherchait Lefou en disant cela, mais son esprit n'allait pas dans son sens.

« Devenir une héroïne m'importe peu. » Dit-elle calmement, dans un murmure. « Tout ce que je souhaite, c'est que le Royaume soit en paix; et, pour cela, il existe mille et une façon. Moi, je choisis la manière douce pour faire cesser la peur, certainement pas la violence. Je ne tirerai aucune gloire à vous voir enfermer dans un de ces cachots. Je sais que vous me trouvez naïve mais c'est ma façon d'être, et je refuse d'aller contre ma nature ! »

La princesse que Lefou avait compris qu'elle ne ferait aucun geste qui entraînerait son arrestation. Ce qui avait poussé le petit homme à prononcer ces mots, elle se demandait s'il le savait lui-même. Lyana se baissa un instant pour refiler ses chaussures car le froid de la pierre commençait à être mordant, maintenant que l'angoisse de leur petite escapade avait disparu. Lorsqu'elle se redressa, elle observa un instant Lefou et demanda doucement :

« Pour quelle raison m'avez-vous proposé cela ? Souhaitez-vous donc mourir ? Car vous savez que c'est ce qui vous attend si vous veniez à être capturé... La vie vous est-elle si fade que vous ne sautez même pas sur l'occasion, que je vous offre, de partir libre ? Pardonnez mes paroles mais... Même si vous n'avez plus de cœur, je n'ai pas l'impression d'avoir en face de moi un homme qui n'aspire qu'au sang. Il y a un manque en vous... »

Quelques secondes de silence s'établirent entre les deux protagonistes. Peut-être la princesse avait-elle était audacieuse d'adresser ces mots au petit homme; après tout, si ses paroles venaient à le contrarier, il n'était pas dis qu'il change brusquement d'avis et décide de prendre la vie de la jeune femme. C'était une possibilité, mais Lyana ne pensait pas qu'elle était justifiée : jusqu'à présent, elle avait tenue sa parole et offrait au petit homme une chance qu'il ne retrouverait sans doute pas ailleurs. Ils restèrent encore silencieux puis, voyant que Lefou gardait la bouche close - Lyana n'attendait d'ailleurs pas de réelle réponse -, la jeune femme fit un pas vers la porte habilement dissimulée et actionna la poignée. Elle l'entrouvrit et passa rapidement la tête par l'ouverture pour s'assurer qu'il n'y avait personne en vue. Non, l'endroit était désert et aucun obstacle ne s'interposait entre la porte et la forêt qui s'étalait droit devant eux. Ouvrant complètement la porte, Lyana se tourna vers Lefou.

« Vous pouvez partir, vous êtes libre. » Après un instant, elle ajouta avec un demi-sourire. « A présent, c'est le bon moment pour les adieux. »

La jeune femme se pencha vers le petit homme et lui tendit sa main avec un léger sourire. « Adieu Lefou. En dépit des circonstances, j'ai été heureuse de vous revoir. J'espère sincèrement que pourrez continuer à vivre sans être jamais arrêté. »

Chacun de ces mots, Lyana les pensait sincèrement. Elle avait beau se retrouver en face - et aussi à la merci - d'un homme qui n'avait plus de cœur et qui avait commis bien des meurtres qui avaient brisé des familles et fait régner la peur sur le Royaume, cela ne l'empêchait d'avoir le sentiment d'être près de la même personne qui l'avait sauvé auparavant.

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   Mer 12 Juin - 19:33

LeFou & Lyana
L

a surprise de la princesse quand il lui proposa cette solution de la dernière chance était parfaitement compréhensible. Lui-même était surpris que cette proposition avait franchie ses lèvres. Pourquoi avait-il proposé cela ? Il venait de signer son arrêt de mort ! Car, pour lui, il n'y avait aucun doute que la princesse allait saisir cette occasion. Malgré tout ce qu'elle avait fait pour lui. De tenir sa promesse de la conduire vers un moyen de sortir d'ici en toute sécurité. Tout cela semblait démesuré par rapport à la dette que Lyana disait vouloir payer.
Mais la princesse prouva à nouveau son grand coeur en refusant l'offre de mettre fin à tout ceci d'une manière favorable pour elle.
Lefou garda le silence tandis que Lyana remettait ses chaussures. Inutile de laisser aller son imagination, se disait-il. À quoi bon imaginer quel aurait été son destin s'il avait continué sa route en escortant Lyana au lieu de partir après l'avoir sauvé. Inutile de croire qu'il avait pu avoir une fin heureuse en servant une princesse possédant une si grande gentillesse. La fin de l'histoire, il le savait aurait été que sur la route, le bonnet aurait à nouveau réclamé son dû et il aurait été obligé de tuer celle qu'il avait sauvé quelque instants pour le satisfaire. Voilà, comme cela se serait passé. Tout autre scénario n'aurait été qu'une douce illusion.

Comme pour faire écho à ses sombres pensées, Lyana lui demanda pourquoi il avait formulé cette proposition qui signerait la fin du nain si par malheur la princesse avait accepté et appelé la garde.

"Parce que toute histoire doit se finir un jour." Répondit-il dans une tentative maladroite de justifier son geste.

Il n'ajouta pas que son histoire avait duré depuis trop longtemps, bien qu'il s'agissait de l'impression qui se dégageait dans sa réponse. Ce n'était pas que la vie lui semblait fade. La vie offrait bien des cadeaux, même si elle gardait les plus beaux pour d'autres que lui. Seulement, il n'avait plus de but hormis celui de si accrocher. Le nain ne faisait que vive au jour le jour, retardant sa mort autant que possible. Il en profitait mais était loin d'être heureux. Sauf quand il buvait suffisamment d'alcool pour se convaincre du contraire. Peut-être était-ce pour cela qu'il avait fait cette étrange proposition à la princesse. Il était trop lâche pour se laisser mourir et mettre fin lui-même à son histoire. Lefou préféra garder à nouveau le silence. Les dernières paroles de Lyana sonnaient dangereusement juste et le nain préférait éviter d'y songer trop longtemps.

Lyana ouvrit la porte qui devait le mener à la liberté. Il eut un sourire rempli d'ironie et d'amertume quand la princesse le lui annonça. Malgré cette déclaration, il ne serait jamais libre. Lefou ne le savait que trop bien. Il serait à jamais prisonnier de son macabre couvre-chef. Jusqu'à ce qu'il soit capturé ou qu'il arrête de lui-même de nourrir de sang son bonnet. Autant dire, jusqu'à sa mort.

Cette fois, Lefou ne chercha pas à retarder davantage son départ. La princesse avait pris sa décision et semblait prête à en supporter les conséquences. Il franchit la porte, ne semblant tout d'abord pas vouloir répondre aux adieux de celle qu'il avait autrefois sauvé.

Mais il finit par se retourner vers sa sauveuse.

"Adieu Princesse et merci." Dit-il après une dernière révérence pour la belle demoiselle. "Une vie pour une vie. S'il y avait une dette entre nous, vous venez de la payer."

À aucun moment Lefou n'avait pensé que Lyana lui devait quelque chose. Pourtant, c'est-ce que cette dernière semblait croire, aussi préféra-t-il mettre les choses aux claires. Une dernière fois.

Il se retourna pour partir. Lefou ne pouvait pas vraiment dire s'il avait été heureux de revoir Lyana et de la savoir en bonne santé auprès d'un homme qui l'aimait. Ce genre de sentiment avait disparu depuis longtemps en lui. Il ne pouvait pas dire de telle chose parce qu'il n'était pas certain de le penser réellement. Sa sauveuse avait raison, il y avait un vide en lui. Toutefois, avant de reprendre sa route, il dit une dernière parole.

"Soyez heureuse." Souffla-t-il sans se retourner.

Il ne savait pas si la princesse l'avait entendu et ne se retourna pas pour le savoir. Après un coup d'oeil vers le ciel nocturne pour se repérer, il partit pour accomplir sa part du marché : quitter ce royaume. La princesse avait été généreuse avec lui. Ce qu'elle lui avait donné le ferait certainement tenir jusqu'à ce qu'il ait passé les limites du royaume. Peut-être plus longtemps. Mais l'appel du sang retentira de nouveau. Le nain le savait. Le bonnet rouge réclamait toujours son dû.

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Un bruit dans la nuit [PV Walgrim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]
» Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]
» Un carosse dans la nuit [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-