Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Mer 16 Jan - 23:14




Sebastian & Maddhen








« Congratulation, it's a boy ! »



Sa montre s’était arrêtée, les piles étaient probablement mortes depuis un bon moment sans que le bijoutier ne l’ait remarqué. Voilà déjà quelques minutes que l’ex marine avait collé le bijou sur son oreille pour entendre le tic-tac familier sans succès. L’absence de bruit ne le dérangeait pas le moins du monde, au contraire, cela le détendait drôlement. Probablement le stress des dernières semaines qui avait pesé lourd sur ses nerfs. Ce n’était pas banal de travailler autan durant le temps des fêtes, les vitrines de la bijouterie avait été vidées plus rapidement que prévu par des maris, petits copains et des amants désireux d’offrir un trésor à leur douce moitié. Des femmes venaient souvent à la boutique, mais plus pour regarder, essayer, complimenter… Bref, lui faire perdre son temps ! Dans l’arrière-boutique, il s’était donc enfermé pour confectionner de nouveaux colliers, bagues, bracelets, boucles d’oreille supplémentaires. Il en avait aussi commandé par catalogue, mais ceux-là, il l’est vendait le double du prix en prétextant qu’il s’agissait d’une grande marque réputée. Donc, finalement, son portefeuille s’était suffisamment rempli pour qu’il s’offre une petite virée au bar pour se récompenser de son dur labeur !

Les bouteilles de bières vides et les verres à cocktail commencèrent déjà à s’accumuler devant le beau brun. Il n’y avait pas que le travail bien sûr, cela se digérait bien avec une bière ou deux… ou trois, mais maintenant que lui et son colocataire n’était plus seul dans leur appartement, d’autres évènements ou présences étaient plus dure à tolérer. Oh, il n’avait pas vraiment de raison d’en vouloir à Liam au fond ! Hormis peut-être le fait qu’il apparaisse dans sa vie subitement et pour longtemps... Sebastian avait besoin de se changer les idées, du coup, il s’était dit qu'en matière de distraction, la présence d’une jolie blonde a l’énergie débordante s’imposait. Le bijoutier n’avait pas recroisé Maddhen depuis un bout de temps, en fait, depuis que la rumeur de son fils s’était rependue en ville. Il avait besoin de se distraire et inviter son amie lui avait semblé une bonne idée. Sebastian regarda l’horloge accrochée de l’autre côté du bar, mais même en plissant les yeux, sa vision était trop trouble pour lire l’heure qu'il était. De plus, avec sa montre qui venait de tomber en panne, il n’aurait su dire si Maddhen était en retard et si oui, à quel point, mais en même temps, il s’en fichait bien. Levant la main pour faire signe au barman, le bijoutier se commandait une autre boisson, la soif le reprenait tout à coup. Un hoquet lui échappa.

Il adorait passer du temps avec la jolie blonde, rien n’était jamais compliqué et tout était permis… Plus de « Seb’ ne boit pas ! Soit gentil ! Évite les ennuis ! Seb’, tu es parent maintenant, prend tes responsabilités ! » Le jeune homme soupira bruyamment, la tête lui tournait un peu, inutile d’y ajouter la voix de son colocataire et de toutes ses obligations. Pourtant, il n’était pas le seul responsable dans cette histoire ! Le gamin devait bien avoir une mère quelque part ! Quelle idiotie de l’hôpital d’avoir le nom du géniteur, mais pas de celle qui a probablement accouché dans l’établissement ! C’était à rien n’y comprendre, d’ailleurs, Sebastian se demandait s’il ne s’agissait pas d’un complot… Assit à une table à l’écart, le bijoutier surveillait la porte d’entrée en se remémorant des souvenirs, cherchant qui aurait pu être la mère du gamin qui squattait son appartement. Il cherchait dans son esprit embrumé par l’alcool les images des femmes avaient lesquelles il s’était réveillé sans trop savoir comment il avait atterrit dans leurs draps. Autrement, il prenait ses précautions habituellement… Ruminant derrière son verre, Sebastian releva les yeux justes à temps pour voir entrer Maddhen dans le bar. Il sourit devant cette apparition… Puis se sourire se figea, pour finalement disparaître... Mais une minute, Maddhen faisait partie de cette liste de conquêtes ! L’ex marine avala de travers et s’étouffa bruyamment. Voyant qu’il avait attiré l’attention de sa danseuse de bolas préférée et qu'elle approchait, il essaya d’avoir l’air naturel.

« Maddhen ! Tu m’en veux pas trop si j’ai commencé sans toi ? Pour me faire pardonner, laisse-moi te payer un verre ! » déclara-t-il avec son plus beau sourire avant de faire signe à un serveur d’approcher.

C'était surtout une raison supplémentaire pour continuer à boire en fait... Il s’était levé pour accueillir son invité, par chance, il ne titubait pas encore. Son verre une fois posé sur la table, le bijoutier alla serrer l’ancienne sirène dans ses bras en signe de bienvenue. Sebastian était loin d’être aussi familier avec n’importe qui, enfin, pas sans quelques remontants… Quand l’étreinte fut brisée, il se mis à examiner le visage de la belle blonde. Quel âge pouvait-elle bien avoir ? Il n’en avait aucune idée avec cet éclairage tamisé, le maquillage ou les shoots de vodka qui ne l’aidaient pas beaucoup avec sa perception des profondeurs. Bref, un mystère qui l’énerva un peu ! Connaissant la demoiselle, probablement qu’elle voulait des enfants autan que lui, du coup, l’abandon à l’orphelinat sembla logique, mais… Soudain, le bijoutier s’apperçu du silence qui s’était installé alors qu’il fixait son invité sans broncher.

« Comment tu vas Maddy ? Tu es magnifique ! Tu n’as pas encore fait flamber le casino dit moi ? » dit-il en riant.

Déjà, la subtilité ce soir il allait s’en passer, malgré tout, il ne pouvait pas s’empêcher de cribler sa compagne de questions, histoire d’avoir une vraie conversation pendant qu’il essayait de se rappeler quelle âge pouvait bien avoir son amie. Au fait, Liam il avait quoi déjà ? 14 ou 16 ans ? Peut-être un peu plus… C’est qu’il était un peu gringalet pour son âge après tout ! Devait-il interrogé directement la concernée ? Ce n’était pas vraiment une question à poser à une femme sinon, il prenait des chances de la vexée, mais avec Maddy s’était différent. Tous était toujours différent...

« Tu devrais peut-être sortir une carte d’identité… heum… Au cas où le serveur voudrait vérifier si tu as l’âge légale de consommer ? » lâcha-t-il fier de son idée.

Sebastian tendit la main pour quelle lui donne, comme s’il allait la montrer lui-même. Tout sourire, il resta planté là comme un idiot, la main ouverte. Lui qui était pourtant réputé pour ses humeurs excessives ou inexistantes, la nervosité n’était pourtant pas un de ses traits de caractère, sauf lorsque la situation impliquait sa progéniture. Les enfants étaient, et seraient toujours, un sujet épineux.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Dim 20 Jan - 17:19





Sebastian & Maddhen


Entre Stupidité et Stupidité ? Oh, pourquoi la subtilité ?

Maddhen avait passé la journée dans une petite salle d'attente, apparemment la plupart des citoyens de Storybrooke ont tous besoin des conseils avisés de ce cher Archie. La file d'attente ne dégonflait pas, de plus en plus qu'une personne quittait le cabinet, une personne de plus entrait. L'attente était interminable mais, elle ne se plaignait pas, pour un foie que c'était lui qui était en retard. Est-ce qu'on peut parler d'un retard, alors que statiquement parlant, il est déjà assis dans son fauteuil. Pour faire passer le temps, elle avait pris une revue, bien évidemment dans un cabinet de psychologie, il y a forcément des revues de psychologie. C'est de la logique, c'est au cas où les patients arrivent à résoudre leurs problèmes tout seuls, une concurrence de taille. Enfin, il faudrait pouvoir comprendre quelque chose dans ce charabia. La patiente qui, aurait normalement dû, être dehors à cette heure-ci feuilletait la première revue. Les phrases qu'elle lisait étaient les plus étonnantes : Aime-moi, pour me donner la force de te quitter ; l'humour, ce n'est pas fait pour rigoler ; le meilleur pour la fin quand le cadre du nouveau-né est un triangle parental ...
À ce moment précis, Maddhen était très perplexe, comment un enfant peut avoir trois parents ? Les couples à trois existent vraiment. Cette fois-ci, il fallait vraiment qu’elle trouve une personne capable due lui répondre. En effet, l’histoire du couple à trois l’avait toujours intéressée. C’est surtout le fait de ne pas comprendre comment ça marche qui l’intéresse, pour elle ça doit être marrant. Même si, sans aucun doute, cette situation ne doit pas être la plus envieuse.
Archie l’a sorti de ses pensées, bien que l’attente fût très longue, la séance avait été très brève. Apparemment, Maddhen n’avait pas tellement besoin de parler ce jour-là, ou alors cela pouvait attendre. Il est vrai qu’en temps normal, elle était vaguement heureuse d’aller parler avec Archie mais, cette journée avait été réservée par Sebastian. Dans c’est moment-là, tout est relatif. La jeune blonde était sorti en trompe lorsqu’elle avait jeté un coup d’œil sur l’heure, oui mademoiselle Tide était encore en retard. Mais bon, avec un peu de chance, il ne remarquerait même pas son absence.
En arrivant dans le bar, il lui était impossible de retrouver son ami, beaucoup de monde, pas assez de luminosité. Alors, essayé de chercher un homme brin, autant vous dire que c'est plus facile de rechercher des roux ! Cependant, quelque chose attira son attention, cette personne s'étouffait, qui était nulle autre Hopinks. En arrivant devant lui, elle reçue une étreinte amicale, cette dernière l'accepta volontiers. Ce n'était pas tous les jours que ce grand monsieur propose un câlin. Son odeur lui était si familière, c'était celle de l'alcool, c'est vrai qu'il avait bien commencé, après toute la vodka a toujours été un allié contre le temps. Sous le commandement de Sebastian, le serveur s'approcha délicatement de leurs tables, la jeune femme lui adressa un grand sourire et lui demanda très poliment un whisky. Tout en s'asseyant, elle observa le beau brin le regarder, à vrai dire, celle-ci ne savait pas comment débuter la conversation. Lorsqu'il reprit enfin la parole, Maddhen secoua une mèche qui tombait sur ses yeux puis un sourire si naturel se planta sur son doux visage.

- Comment tu vas Maddy ? Tu es magnifique ! Tu n'as pas encore fait flamber le casino dit moi ?

Toute cette question l'avait fait rire, il faut dire que, son éclat fut rejoint par le sien. Que de compliment ! Que de questions ! Il avait le don de la faire rire même si, cette fois son incompréhension était de mise. C'était quand la dernière fois qu'il lui avait fait ce genre de compliment ? Surtout que ce jour précis, elle s'était habillée en catastrophe, pour le maquillage on n'en parle même pas. Travailler de nuit n'est pas toujours évident, ce n'est sûrement à cause de ça que cette croupière à la mémoire qui flanche. Tellement, que sa première rencontre avec le bijoutier lui était impossible à décrire ou même de s'en rappeler tout court. Ou alors était-elle saoule ce jour-là ?

- Je suis en pleine forme et non, le casino n'est toujours pas en cendres. Tu sais bien que mes victimes sont les rideaux, que des choses faciles à brûler. Puis, si je le crame tout le monde vas savoir que c'est moi et je n'ai certainement pas envie de me prendre des réflexions par Lya ou même, payer les dégâts !

Oh oui ! Lya l'aurait criblé de toutes sortes de mots mais, elle l'aurait aussi massacré. Le casino était sa propriété, le fruit de ses parents. Maddhen perdrait aussi son amitié, sûrement celle de Sasha par la même occasion. Sans compter sur le fait, que ces deux jeunes femmes ne voudront plus lui offrir les gîtes et le couvert, à raison de deux jours par semaine. Si cela devrait se produire elle tomberait dans une véritable dépression ! Tout en pensant à ces choses horribles, la blonde remarquait une absence de la part de son ancien Capitaine. S'il n'aurait pas repris la parole, elle lui aurait demandée si elle avait quelque chose sur le visage ou une connerie du genre. Bizarrement ce fut lui qui faisait du grand n'importe quoi, même si Maddhen ne s'en rendait pas compte.

- Tu devrais peut-être sortir une carte d'identité... hum... Au cas où le serveur voudrait vérifier si tu as l'âge légal de consommer ?

L'ancienne sirène était très facilement manipulable. Elle aurait pu se poser des questions du genre ; je n'ai jamais été contrôlé, pourquoi le ferait-il ? Il sait que j'ai plus de vingt et un ans? Je fais moins de cet âge ? Enfin, des questions qui seraient logiques, mais non, elle tombait dans le panneau !

- Ah ouais ?

Complètement incrédule, elle commença à fouiller dans son sac pour y trouver cette fameuse carte, avant de reprendre la parole. Avant d'ouvrir la bouche, elle lui prit la main qui lui avait tendu.

- Oh ! Tu es trop adorable, tu essaies de me rajeunir avant que mon anniversaire arrive, ça me fait plaisir que tu t'en souviennes. Pourtant, je ne m'en rappelle pas de te l'avoir dit un jour, comme quoi !

Stupide ? Oui totalement mais, au moins elle avait évité le piège de justesse. Si Monsieur Sebastian Hopinks voulait savoir son âge, il allait falloir faire plus de pirouette ! Lorsque le serveur arriva avec sa commande, cette dernière fit glisser son bien à terre. Aucun contrôle d'identité n'avait été fait. Ce qui, à son avis, confirmait son idée sur son anniversaire. Si seulement elle savait, celle-ci arrêterait sûrement de sourire comme un pigeon prêt à se faire plumé.

- Ça te dit de faire une soirée poker avec Andrew demain soir ? C'est pour combler mon manque affectif, je trouve que ça fait trop longtemps qu'on s'est pas vu ! En plus, il faut que je planque un nain de jardin chez vous.

Oui, un nain de jardin, sans savoir trop pourquoi, cette kleptomane aime voler des nains. Celui qu'elle voulait cacher provenait de la famille Nerys. Un cas de force majeure, une figurine aussi belle qu'elle ne devait pas traîner dans le zoo ou même dans le cimetière. Puis, cette folle dingue des nains était sûre qu'un membre Nerys n'irait pas chez eux et par accident reconnaissent leurs biens. En arrêtant un peu ses délires, cette dernière observa un comportement qui n'était pas habituel pour son ami.

- Tu n'as pas l'air dans assiette ... me dit pas que tu vas divorcer d'Andrew ?

C'est vrai que Maddhen ne pouvait pas tellement voir Hopinks sans Andrew et inversement. Après tout c'était une équipe de bras cassé, les cinq doigts de la main ... en l'occurrence, les deux doigts de la main. Cette rêveuse se faisait des plans sur la commettent, qui prendrait le frigo s'ils se séparaient ? Où irait sa choupette ? Ils feraient un garde partagé pour elle ? Sur ce point, sa seule pensée fut : Faut quand même pas exagérer !







© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Lun 28 Jan - 4:47




Sebastian & Maddhen








« Congratulation, it's a boy ! »



Elle allait bien… Super, c’était une bonne nouvelle... Vraiment… Bien… Il ne pouvait la quitter des yeux, entendant à moitié ce qu’elle lui racontait. Non, Sebastian ne lâchait pas l’affaire et cherchait dans sa mémoire ce chiffre magique qui le sauverait de tous ses doutes. Était-il dissimulé derrière ce sourire aguicheur, ces grands yeux de biche ou sa crinière dorée ? Le bijoutier ne semblait pas pouvoir résoudre le casse-tête tout seul… Lui demander directement ? Ce serait trop facile voyons! Si évident que l’esprit embrumé par l’alcool de Sebastian n’y songea même pas une seconde. Le casino était encore debout, ça aussi c’était une bonne nouvelle pour le beau brun qui aimait bien y faire un tour pour se vider les poches en jouant aux cartes et remplir quelques verres pour ensuite, les vider eux aussi. Quant à Lya et sa tutrice, hormis pour leur vendre quelques créations de sa boutique, il avait rarement affaire à elles, quoique leurs caractères volcaniques étaient pratiquement aussi légendaires que sa réputation d’alcoolique invétéré.

Le bijoutier avait eu une lueur d’espoir dans les yeux lorsque la demoiselle avait fouillé dans son sac à la recherche d’une carte d’identité. Bien que ses doigts ne se refermèrent pas sur du vide, le fait que Maddhen lui prit la main n’était pas l’effet escompté. Il était si près du but que lorsque leurs boissons arrivèrent trop vite pour permettre à son plan de fonctionner, il lança un regard si furieux au serveur que ce dernier s’éloigna rapidement en se demande sur quel genre de malade il était encore tombé… Puis, il fit un sourire un peu niais à la jolie blonde lorsqu’il fut qualifié ''d’adorable''.


« Ton anniversaire… » dit-il en clignant des yeux, incrédule, ne s’attendant pas du tout à cette réponse. « Ah oui ! Ton anniversaire ! Tu sais, tu ne fais pas du tout ton âge Maddhen… C’est comme-ci le temps n’avait aucune effet sur toi… » Renchérit-il avec un rire qui sonnait faux, car n’aillant strictement aucune idée de la date de naissance de son amie en vérité.

D’une certaine façon, le bijoutier ne pouvait avoir tort, car avec la malédiction qui les retenait tous prisonnier depuis 28 ans, personne n’avait vraiment pris une ride... Exceptée Betty la grincheuse… Mais cela, il était très peu de gens à en être au courant. Bref, changement de tactique, l’ancien pirate se sentait s’enfoncer doucement dans son mensonge... Son anniversaire arrivait bientôt et comme la jeune femme ne semblait ne pas répliquer sur le fait qu’elle paraissait jeune s’était peut-être un bon point. Enfin, rien n’était sûr ! Il allait devoir trouver mieux encore, car attendre que la belle s’éloigne de son sac à main pour fouiner à l’intérieur était trop risqué comme stratège. Les doigts de la sirène lui lâchèrent la main pour déposer son baguage sur le sol et le bijoutier réfléchis en silence un moment. Même si le sourire de la belle était contagieux, il allait falloir plus encore au capitaine pour oublier cette question qui lui torturait l’esprit et qui lui brûlait la langue. Décidant de noyer ce brasier avec la liqueur que le serveur avait déposé devant lui, Sebastian pris une longue gorgé de son verre tout en écoutant Maddhen lui suggérer une prochaine sortie.

« Un nain de jardin ? Tu piques des décorations extérieures maintenant ? On peut dire que tu as toute sorte de talents Maddhen ! Je demanderai à Andrew pour demain, mais sinon t’aura qu’à t’inviter, c’est pas le genre à te mettre dehors de toute façon… »

Avec tous ces compliments et ces petites attentions, on aurait pu croire que l’ex marine faisait du charme à Maddhen. L’alcool dans ses veines semblait adoucir son caractère et malgré que son cœur ne fût que rancœur et avarice, Sebastian devait admettre que son amie lui avait manqué. Avec tout ce qui lui arrivait, cette impression de liberté que lui donnait la présence de la jeune femme était quelque chose de précieux, un sentiment qu’il ne ressentait qu’en de rares moments en regardant la mer autrefois. Oui, Maddhen avait un petit quelque chose de l’océan en elle, il n’aurait su dire quoi… Finalement, était-ce une mauvaise chose qu’elle soit la mère de Liam ? Au moins, il ne s’entendait plutôt bien… Le bijoutier repris une gorgée de son verre. Parlant de vieux couples, la question sur Andrew le fit avaler de travers d’ailleurs. Était-ce le début de son ivresse qui colorait ses joues d’un léger rouge ? Sebastian dessella malgré tout assez vite la plaisanterie et en rajouta…

« Non, non, toujours avec ce bon vieux monsieur Smith et tu ne sais pas la meilleure ? La famille s’agrandit ! Tu dois surement en avoir entendu parler… Tout le monde dans cette ville me rabâche les oreilles avec mon… mon fils. Un orphelin avec qui j’ai un lien de sang apparemment. Lui comme moi l’ignorions depuis 17 ans… J’aurai préféré mille fois qu’Andrew nous ramène un chien à la place… » déclara-t-il avec un pointe de sarcasme dans la voix.

Le bijoutier changea vite de sujet, il lui semblait que le fait d’avoir une progéniture était encore très absurde. Du coup, il ne saurait pas étonné que la demoiselle se mette à rigoler, croyant qu’il s’agissait d’une blague. Sebastian ne savait pas trop à quel genre de réaction il devait s’attendre, mais de toute façon, la jolie blonde l’aurait appris d’une façon ou d’une autre. Au moins que... Le bijoutier posa les coudes sur la table, examinant la réaction de son amie. Allait-elle se sentir plus concernée que prévu ? Entre temps, il ramena la conversation sur un de ses sujets de prédilection, c’est-à-dire, se moquer de son cher colocataire. Surtout que pour la peine, il avait eu une idée. Sebastian ricana devant l’image qui s’imposa dans son esprit. Son colocataire, fier marine décoré de la navy américaine qui faisait la cuisine dans un stupide tablier lui semblait matière à rire et pourtant, c’était un mensonge qui allait aider sa cause.

« Au fait, Andrew voulait te faire une surprise, mais il est embarrassé… Promet-moi que tu ne lui diras pas que je t'ai tout raconté, hein ! Il voulait te faire un gâteau pour ton anniversaire, mais il ne sait pas combien de bougies il doit mettre sur le dessus... Tu me connais, j’ai rien dit pour l’embêter… Tu crois qu’il peut en mettre combien sans t’insulter et te traiter de vieille peau ? »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Sam 9 Fév - 23:21





Sebastian & Maddhen


Elle tâche et elle éclabousse la vérité, c'est comme ça !

Rien n'est plus trompeur qu'un sourire, l'élargissement des lèvres peuvent avoir des multitudes significations. Ce sont les personnes qui se cachent derrière lui qui leur donne forme. Comme un sourire pour donner confiance, pour mentir ou encore pour faire plaisir ... Les sourires des personnes sont tous manipulés, ils sont mis en place pour un seul but : obtenir ce qu'ils veulent ! C'est la stratégie que Monsieur Hopinks avait mis en place mais lui, il voulait quoi ? Cet homme était une énigme à lui tout seul, son sourire ravageur la laissait perplexe. Il était loin d'être dans son état normal, enfin c'était dur de le déterminer. Il est vrai que son comportement diffère selon son taux d'alcoolémie dans le sang mais, dans ce cas précis, ces agissements étaient plus qu'étrange.
Cet homme était bien trop amicale envers cette femme, sans compter sur le fait qu'il souriait beaucoup trop. Cela lui allait bien cependant, c'était flippant. C'était comme voir un cannibale vous faire son plus beau et grand sourire, rien de très réjouissant ! Cet ancien marin avait toujours était un fin stratège, alors, ce sourire si présent ne serait-il pas une stratégie ? Cela dit, c'était méthode très efficace pour faire avouer Maddhen. Même si, pour le moment, elle n'était guère positive. Il est vrai qu'elle l'aurait été si notre cher Capitaine n'avait pas agressé du regard ce pauvre serveur. De loin, cette scène pouvait paraître romantique, la main de la fille dans celle de l'homme, lui souriant bêtement et elle, lui répondant amicalement. Le serveur pourrait croire qu'il avait interrompu des clients dans une sénérade ou quoique se soit ... A vrai dire, Maddhen ne savait pas ce qu'elle devait attendre de cette situation.
Son interlocuteur avait eu un rire étrange mais, elle n'y prêta pas attention. En effet, il savait que c'était bientôt son anniversaire, alors rien n'avait tellement d'importance. Cette dernière n'écoutait même plus ce qu'il disait, jusqu'au moment où elle entendit le mot : nain. C'était un mot qui pouvait la rendre efficace à toute écoute, une vraie formule magique en fait. Comme le abracadabra !

- Oui et alors ! Tu y feras attention, n'est-ce pas ? Et puis, si je lui dit que je suis venu principalement pour planquer un nain, que je viens de fraîchement voler, je ne pense pas qu'il soit très content !

Son compagnon de beuverie avait parlé d'un enfant, cependant, tout ce que Maddhen avait retenu comme mot était chien. Sûrement parce que c'était le dernier qui avait été dit ou alors, parce qu'elle n'avait pas encore réalisé qu'il avait un fils. Mad était très fermé à toutes éventualités d'avoir des enfants, pour plusieurs raisons à vrai dire. Petit un, elle ne voulait pas avoir un parasite dans son corps, de deux, elle ne voulait pas grossir et devenir énorme. Petit trois, elle ne voulait pas avoir les douleurs de l'accouchement. Petit quatre, cette femme avait déjà énormément de mal à s'occuper de sa propre personne, alors si y avait un enfant en plus, s'aurait été catastrophique. Et puis, sa bave, sa pleure, sans compter sur les crises d'adolescences ... Non, non, non, un enfant pour cette femme était catégoriquement hors de question, c'est sans doute pour ça qu'elle n'aime pas tellement les enfants des autres. Ce compère avait posé ses coudes sur la table, saillait, il avait encore son comportement étrange, il la regardait de trop près et il l'a fixé trop longtemps. Sans être méchante, il lui faisait penser à un pervers ou du cannibale mais, elle préférait l'idée du pervers.

- Un chien s'aurait été trop cool, récemment Luz et moi on a récupéré un lapin, le pauvre il était en train de gambader dans le cimetière, heureusement que Az ... Attend tu as parlé d'un gamin ? Depuis quand tu veux être père toi ?

Alors ça, c'était une nouvelle ! Contrairement à ce que disait Seb, Maddhen ignorait totalement la présence de cet enfant. Elle en fit très surprise, ce dernier n'avait pas le profil pour être père. Apparemment n'importe qui peut devenir père de nos jours, même le pire d'entre nous. Ce n'était pas pour le vexer mais, il était très loin d'être un père idéal. En même temps, cela lui apprendra à coucher avec n'importe qui ! Cet homme est un homme facile, une prostitué gratuite, quoique non, il est payé par les verres d'alcool qui sont offerts par ces femmes. Puis, tout en prenant la parole, elle pointa du doigt son camarade.

- Tu es sûr qu'il est de toi et non d'Andrew ? Non, parce qu'une erreur est si vite arrivé.

Le bijoutier lui avoua le petit secret d'Andrew, il voulait lui faire une surprise. Au premier abord, cette annonce la surpris, puis elle fit comblé de bonheur. Cette dernière était heureuse qu'une personne voulait lui faire plaisir, surtout avec un gâteau. Apparemment, il la connaissait bien, manger était une de ses passions. Heureusement qu'il était ami avec son complice, sinon, elle l'aurait jamais connue et jamais elle aurait eu sa surprise !

- Oh ! Il est vraiment adorable ! Tu as bien fait de te mettre en colocation avec lui. Tu sais quel gâteau qu'il voulait me faire ? Si c'est un poirier, c'est décidé je l'enferme dans une cage et je le planquerais dans un caveau !

L'âge est une chose si subjective, en effet, qu'est ce qui fait l'âge d'une personne ? On peut se référer à plein de choses pour le définir, l'âge réel ou même l'âge mentale. Dans tous les cas, Maddhen était une adolescente, dans la façon de se comporter, de penser, de réagir ... Il était tout le contraire du temps qui avait passé entre sa naissance et ce moment précis. Puis, il faut dire que dire exactement l'âge que nous avons est très compliqué. Et oui ! Maddhen était né il y a vingt-cinq ans, huit mois, quatre semaines, dix heures, vingt-sept minutes et six secondes. Maintenant, sept secondes, huit secondes, neuf secondes ... C'est dur de bien dire notre âge.

- Tu as un problème avec mon âge aujourd'hui ? Si c'était ton anniversaire, tu voudrais mettre combien pour te rendre justice ?

Il y a toujours un moment où il faut montrer nos faiblesses, celle-ci peuvent diverses et variés. Même si une faiblesse peut être ignorée de bien des façons, elle refait souvent surface, aucun de nous n'est épargné, on est toujours rattrapé. Cette déficience peut même provenir d'une chose ou d'une personne qu'on ne désir pas voir, ni vivre avec. Malgré tout, elle est là, guettant le moment propice pour se manifester. C'est exactement ce qui venait d'arriver, le fils non désiré était devenu une faiblesse, aussi petite qu'elle puisse être, celle-ci se frayait un chemin dans le cœur du Capitaine. Même si ce dernier l'ignore encore ! C'est exactement ces idées-là, qui troublait l'esprit de la jeune femme. Il est vrai qu'Hopinks avait changé de conversation mais, c'était son conté sur la curiosité et la tact légendaire de cette demoiselle.

- En parlant d'âge, il a dix-sept ans ? Ils ont attendu tous ce temps pour que l'orphelinat te refile ton .. enf. ..ton..enfa.

Prenant une grande inspiration, la jeune femme pris son verre avec brutalité, un geste qui en avait presque renversé sur la table. En assistant à cette scène, cette dernière changea immédiatement de comportement, elle était devenue plus douce. A peine le Wisky s'approcha de sa bouche, Tide murmura le véritable mot : enfant. Il faudrait qu'elle prenne le temps de savoir le nom du gamin, ça se trouve elle avait déjà croisé dans l'orphelinat.







© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Dim 17 Fév - 2:55




Sebastian & Maddhen








« Congratulation, it's a boy ! »




Des éclats de rires fusèrent dans la pièce, la soirée était agréable près du bar apparemment. Les convives parlaient fort et la boisson déliait les langues, mais le déraisonnable bijoutier n’en avait que faire. Les coudes toujours posés sur la table, l'amateur de trésors n’écoutait que sa compagne de beuverie, prêt à boire la moindre de ses paroles comme s’il s’agissait du meilleur des breuvages. À croire que les vapeurs d’alcool lui montaient à la tête, cette question l’obsédait au point où le jeune homme ne réalisa pas à quel point ses gestes auraient pu créer un malaise avec n’importe qui d’autre que Maddhen. Mais justement, comme il s’agissait de la jolie blonde, Sebastian ne remarqua rien qui ne sortait de l’habituel, car rien n’était jamais routinier avec l’ancienne sirène. Les glaçons cognaient contre les parois de son verre et l’ex marine faisait tourner la liqueur d’un léger mouvement de poignet sous la lumière tamisée au-dessus de leur table. Le pirate était perplexe et la confusion se lu sur son visage pendant un instant. La demoiselle ne semblait n’avoir aucune réaction à l’annonce choc qu’il venait de lui déballer. L’avait-elle seulement écouté ? Un fils ce n’était pas rien comme nouvelle après tout ! Lui-même pensait faire une attaque au moment où il avait posé les yeux sur l’acte de naissance du garçon fraîchement débarqué dans sa vie… Dommage, il ne semblait pas pouvoir éviter la situation cette fois. Sebastian commençait à croire que son amie évitait le sujet lorsqu’enfin, les nains et les chiens disparurent devant l’effet de la cruelle vérité…

C’était peut-être une feinte, mais la surprise de Maddhen était alors très réussite ! Une actrice professionnelle, une belle hypocrite dans son genre et une menteuse invétérée qui méritait des éloges… Enfin, si elle était la mère de Liam ! Une chose qui tracassait au plus haut point notre pirate préféré qui commençait à douter… Mais non, les apparences laissaient croire qu’elle ignorait tout de sa nouvelle paternité et même qu’elle avait autant de mal à y croire que le bijoutier en personne. En y réfléchissant bien, si la belle faisait semblant, Sebastian la comprendrait tout à fait. Il aurait fait pareil pour s’éviter ses responsabilités de père. Un doigt accusateur le pointa et il se redressa sur son siège, près à encaisser encore d’autres reproches sur son attitude volage des dernières années. Rien de tel n’arriva, mais sa question l’étonna. Andrew n’était pas du genre à faire n’importe quoi avec n’importe qui, non ? Sebastian devait avouer qu’il l’ignorait. Son colocataire avait-il même une vie en dehors de celle de trouble-fête ? Il répondit rapidement à Maddhen avec un signe négatif de la tête.

« Pas d’erreur possible apparemment… Je-ne-veux-pas-être-père, c’est clair ? » dit-il en mettant l’emphase sur chaque mot pour faire passer le message. « On ne peut pas vraiment dire que j’ai le choix par contre. Je déteste les enfants et en voilà un qui vient direct pour me pourrir la vie ! Crois-moi, un clébard m’aurait bien fait plaisir en comparaison ! Et déjà, on peut ne pas dire que j’ai un talent naturel avec les animaux… Imagine avec les gamins ! »

Sebastian soupira et pris une gorgée de son verre, laissant la liqueur lui réchauffer la gorge. Il ne se souvenait pas de la dernière fois qu’il avait possédé un animal domestique. Il avait déjà tellement de mal à s’occuper de sa propre personne qu’une créature dépendante de ses soins, dans la logique des choses, ne devait pas faire long feu. Il lui arrivait de passer devant les vitrines du refuge ou de l’animalerie, mais même les yeux remplis d’amour des chatons et des chiots n’arrivaient pas à l’émouvoir. Il n’y avait que les reptiles qui lui faisaient de l’effet. Leurs yeux globuleux, leurs langues fourchues et leurs peaux écaillées avaient le don de le faire frissonner…

« 17 ans… C’est l’hôpital qui a fait une gaffe en fait. L’acte de naissance a été retrouvée tout récemment et avant, on ignorait que Liam avait des parents. »

Le bijoutier avait ajouté le prénom du gamin intentionnellement. Si c’était la mère biologique qui l’avait baptisé ainsi, cela ferait sans doute remonter quelques souvenirs... Cependant, son petit manège avec Andrew qui faisait la cuisine ne fonctionnait pas comme prévu. Le poisson ne mordait pas à l’hameçon aussi appétissant qu’était l’idée d’un gâteau d’anniversaire pas trop insultant. Et puis, c’était quoi un poirier ? Sebastian n’avait jamais été très pâtisserie et ce n’était certainement pas lui qui allait se mettre au fourneau pour le découvrir. Son idée n’était pas des plus brillantes finalement, soit il allait devoir passer acheter un gâteau avant l’anniversaire de Maddhen dont il ne connaissait pas la date ou encore, encourager son coloc’ à cuisiner un dessert inconnu...

« Moi, je serai beau gosse jusqu’à la fin de mes jours…» dit-il en plaisantant.

L’ex marine, malgré ses stratagèmes bancals pour découvrir l’âge de son amie, gardait son humour habituel. En vérité, Sebastian redoutait de vieillir, une peur qui l’avait suivi à travers les mondes. Le capitaine avait trouvé son bonheur, puis son malheur, au Neverland et l’immortalité avait grandement contribué à sa joie d’autrefois. Rien de pire que les tic-tacs du temps qui passent pour vous rappeler que la mort se rapproche toujours un peu plus chaque jour… Soudain, de la musique s’éleva dans la salle. Le pirate chercha des yeux la source du bruit lorsque l’éclairage de la pièce changea. La scène au fond s’était illuminée pour laisser apparaître la barmaid, Even, qui s’emparait du micro. La guitare jouait quelques accords, le piano s’ajouta et sa voix aussi douce que belle emplit la salle. Les goûts plutôt rock de la jeune femme n’empêchèrent pas les gens un peu éméchés d’envahir la piste de danse. Le bijoutier fini alors son verre d’un trait. Il ne lui restait qu’une seule solution pour régler son problème...

« D’ailleurs, des gens aussi jeunes et beaux que nous ne devraient pas rester comme des vieillards à discuter autour d’une table. Tu veux danser ? »

La tête lui tournait un peu, mais rien d’assez important pour l’empêcher de mettre un pied devant l’autre, par chance, la danse n’avait pas pour but de marché droit. Aussi, lorsqu’il se releva de la table et tendit la main à son amie, il avait l’air d’un parfait gentleman prêt à passer une bonne soirée malgré ses angoisses. Sebastian entraîna la jolie blonde avec lui parmi la foule devant la scène. Bien, il avait assez de monde autour d’eux pour qu’une tentative de fuite soit complexe pour Maddhen et personne n’allait vraiment porter attention à ce qu’il dirait ici… L’ex marine sourit à nouveau et fit lentement tourner la jeune femme sur elle-même au rythme de la chanson. Au bout de quelques minutes de pas de danses maladroits et de rires, le bijoutier se pencha vers l’oreille de l'ancienne sirène pour être sûr qu’elle l’entende malgré la musique...

« J’ai un aveu à te faire Maddhen… »

Voilà, il posa sa dernière carte : celle de la vérité. Sauf que son esprit trop imbibé d’alcool l’empêchait de se rendre compte à quel point sa phrase promettait le pire. Si la nouvelle de son fils avait été dite si facilement, que lui réservait-il encore ? Sebastian se mordit les lèvres, il n’avait aucun problème à mentir, mais avouer qu’il mentait, ça c’était autre chose…

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Lun 25 Fév - 1:54





Sebastian & Maddhen


C’est pas l’alcool qui nous manque, c’est l’ivresse …


Un anniversaire nous permet de faire tant de choses, comme consommer de l'alcool à nos vingt et un ans mais, surtout faire des vœux. Souffler les bougies sur un gâteau nous permet d'avoir au moins un souhait. Maddhen ne savait pas encore quel souhait elle allait faire. Il y en avait tellement qui lui traversait l'esprit, des importants et d'autres non ... Cette jeune femme était bien du genre à manger des gâteaux différents, avec des personnes différentes et avec des bougies différentes pour avoir plusieurs vœux à faire. En faisant ça, elle avait l'occasion d'avoir plusieurs souhaits à faire. Les Hommes normaux, qui ne trichent pas avec des bougies, en font beaucoup plus qu'ils ne l'imaginent. Il y a une longue liste, tels que : un cil sur une joue, en voyant une étoile filante ou alors en jetant une pièce devant une fontaine ... Les souhaits sont des pensées, des désirs qui sont rarement racontés aux publics. Des vœux qui ressemblent énormément aux prières, confié au grand patron et au silence. Maddhen était sûr que Sebastian faisait des souhait dès qu'il le pouvait. Espérer que ce fameux fils ne soit pas le sien, qu'il est eu une erreur ... enfin, que tout ça ne soit qu'un simple cauchemar.
Apparemment, il n'y avait aucune erreur, il n'était pas heureux d'être père, en même temps, qui voudrait avoir des parasites ? Des fous ! Cette dernière était une personne très démonstratif et elle ne voulait pas qu'il garde cette mine triste. Ainsi, elle décida de le motiver et de lui remonter le morale, enfin, elle asseyait du moins.

- Tu seras un bon paternel et puis, tu aurais pu avoir une fille. Et on sait tous, qu'une fille s'est plus chiant à éduquer ! C'est toujours en train de pleurer pour un oui ou pour un non, ça veut toujours être à la mode et puis, je te parle même pas des prises de bec. Sans compter sur le fait, que les filles ont leurs règles et elles sont horribles dans ces périodes !

Il parlait de l'enfant comme un fardeau, il aurait pût tomber avec un bébé, un adolescent c'est proche de la maturité et à ce stade, il quittera la maison. Puis, de fil en aiguille, il prononça enfin le nom du gamin, ce qui déclencha une catastrophe.
Maddhen s'était presque étouffé en entendant le prénom de Liam. Elle toussait, le liquide avait atterrit dans le mauvais tuyau. Pourquoi ce salle goss ne voulait pas la laisser tranquille ? C'est vrai qu'il n'a pas choisit d'être son fils. Alors, pourquoi le destin s'acharne sur elle ? Cette jeune femme ne déteste pas grand monde mais, alors ce rouquin, elle ne pouvait pas le voir en peinture ! Déjà qu'elle était forcée de l'apprécier pour Cloé, maintenant, elle devrait le voir chez Andrew et Sebastian. Salle môme !
L'ancienne sirène ne s'était jamais posé de question, sur son lien avec ce gamin. Elle ne savait même pas pourquoi elle ne ressentait que de la haine pour lui. Pourtant, avec un peu d'effort, elle aurait pu l'apprécier, ce n'est pas un si mauvais garçon au fond. La malédiction était très forte, celle-ci avait amplifié sa fureur contre cet adolescent. Elle avait reposé son verre sur la table puis en prenant une grande inspiration, la jeune femme articulait un seul mot.

- Intéressant.

Elle ne voulait pas épiloguer sur son cas, car après tout comment dire à un ami qu'on déteste son fils ? Même s'il ne voulait pas être père, cela ne se faisait pas. Alors, cette dernière lui laissait l'occasion de reprendre un autre sujet de conversation. C'est ce qui se produisit et se fit encore par rapport à son âge.
Sa dernière phrase l'avait fait beaucoup rire, bien que le : moi pouvait signifier que Maddhen ne finirait pas ces jours avec son jolie minois. En avalant un gorgé de son whisky, elle remarquait que son complice ne la regardait plus, son regard était ailleurs.
Il y avait du mouvement sur la scène, apparemment, Even allait chanter. Maddhen venait souvent pour l'entendre, bien sûr, c'était très fréquemment une excuse pour venir boire un verre. Cependant, elle était toujours contente de l'entendre chantonner. C'était dont ça qui captivait l'attention du beau brin. Ce qui fit apparaître un rictus plein de joie se déposa sur son visage, c'est à ce moment que Seb lui proposait d'aller danser.
Avant même d'avoir pris le temps de dire oui, il se mit debout et tendit sa main. Celle-ci fut vite saisit par sa compère. L'ancien capitaine la guidait vers le centre de la salle, il y avait déjà d'autres danseurs. Il la fit tourner sur elle-même, ce mouvement avait fait flotter ses cheveux blonds, la moitié atterris sur son épaule. Il menait la danse, Maddhen avait juste à suivre le rythme. Au début, cette danse n'était pas sérieuse, ils riaient beaucoup trop mais, ces éclats s'arrêtèrent lorsqu'il approcha sa tête de son oreille, il voulait lui dire quelque chose, mais la jeune femme était loin d'être d'accord avec cette idée.

- J'ai un aveu à te faire Maddhen...

Une phrase qui lui faisait froid dans le dos, une phrase qui n'annonçait rien de bon. Maddhen était le genre de femme à être très facilement perturbé. Des aveux ne sont pas les plus faciles à dire, ni à comprendre. Pourtant, ce sont ceux qui soulage le plus. Ces confessions sont parfois lourdes à porter, tellement lourdes que la seule solution est d'en faire part aux autres. Mais, qui vous dit que les autres sont prêts à écouter ces révélations ? Le soulagement d'une personne ne fait pas celui de l'autre.
La jeune femme avait le souffle coupé, pourquoi des aveux ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi en dansant ? Elle n'était pas à l'aise et se sentait mal, sortir serait une bonne solution, juste pour prendre un peu d'air. Cependant, le bijoutier était bien accroché, sortir de ses bras était difficile, surtout en essayant d'être discret. Son souffle chaud se baladait sur sa nuque, ce qui lui donnait des frisons agréables certes mais, dans ces circonstances, ce n'était toujours pas rassurant. De nombreuses idées qui traversaient son esprit mais, aucune d'entre elle était réalisable. Comment détourner l'attention d'un alcoolique ? C'était facile en fait, il suffit de l'appâter avec de l'alcool, comme un chien avec un os.

- Tu n'as pas soif toi ? Un autre verre me ferait beaucoup de bien !

La situation restait la même, Maddhen était toujours coincé entre son torse et ses bras. Comment un bras, qui n'a pas toutes ces facultés pouvaient avoir autant de force ? Cette première tentative était un échec, une deuxième pouvait être possible si elle pouvait se servir d'un de ses bras. Elle essayait de le faire glisser discrètement, il était déjà engourdit. Sa main atterrit sur son abdomen, qui lui permit de le pousser un minimum. Cependant, une foi son bras dégagé, Sebastian lui paraissait plus proche qu'auparavant. Au moins, elle avait un bras de libre, maintenant, il lui restait d'avoir une autre ruse. Pour paraître moins suspects et avoir plus de temps pour réfléchir, sa main arriva délicatement sur sa nuque. La danse était entraînante, Even avait une voie vraiment envoûtante. La jeune Tide aurait pu se laisser prendre au jeu. Elle aurait pu écouter son aveu, continuer cette danse. Mais, la vérité, c'est que cette dernière avait peur, affolée d'entendre ces mots, terrifié de connaître ces pensées. L'ancienne sirène ne voulait pas écouter, elle avait trop peur d'entendre une chose qui ne lui plairait pas. Car, ignorer la vérité n'est pas si facile, même si c'est un art qu'elle maîtrisait parfaitement. Un savoir-faire qu'elle m'était en pratique.

- Tu connais la différence entre un hippocampe et un cheval ?

Maddhen faisait comme elle pouvait, pour changer de conversation. Le nouveau sujet n'était pas passionnant mais, c'était tout ce qui lui était venu en tête. À vrai dire, c'était de la faute à leurs voisines de danses. Son collier était un hippocampe qui semblait être en argent, heureusement que ce n'était pas un triangle ou une forme indescriptible, sinon sa phrase aurait été très différente.
Cette dernière ne savait pas s'il lui avait répondu, elle était bien trop occupée à voir les couples se rapprocher d'eux. La chaleur lui montait à la tête, c'est sans doute pour cela qu'elle s'écrasa légèrement sur l'épaule de son acolyte. Cette jeune femme ne s'était pas rendu compte qu'elle sentait un autre cœur battre, lui était assez calme, contrairement aux siens, lui était si rapide et il battait si fort. En observant les danseurs qui les entouraient, Maddhen pris conscience qu'ils étaient tous en couple, enfin pratiquement tous. Ce qui la fit réagir, elle ne se rappelait pas d'avoir déjà dansé de cette manière avec un homme. Bien sûr, elle avait vu d'autres personnes valser de cette façon, surtout à la télévision. Elle ne comprenait pas et c'est ce que nous ignorons qui nous terrifie. Sa tête se releva brutalement, elle avait bien faillit percuter celle de Sebastian. Tout ça avait assez duré, surtout qu'elle commençait à apprécier cette situation. Il la cramponnait beaucoup moins, depuis quand il lui avait laissé plus d'espace ? Tout en lui souriant, elle marmonna :

- Il fait chaud, tu ne trouves pas ? Je me sens faible ...

Sa nouvelle idée était très loin d'être la meilleure mais, après tout c'était la seule qui lui venait à l'esprit. Le corps de la jeune femme tombait de plus en plus sur le bras gauche du bijoutier. Elle espérait juste que son bras ne se mettait pas à déconner, sinon, elle se retrouverait sur le sol et la chut pourrait lui faire mal. Cette dernière perdit pied puis, tout en fermant les yeux, elle se laissa tomber, priant pour qu'il ne tombe pas sur elle.







© Méphi.




Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Lun 4 Mar - 0:11




Sebastian & Maddhen








« Eaux Troubles »




La foule se mouvait aux rythmes de la musique comme des vagues qui suivaient le courant changeant. Les lumières tamisées du bar contrastaient énormément avec l’éclairage plutôt violacé de la scène et la voix de la jeune chanteuse créait déjà un certain enivrement dans la salle, mélangé à l’alcool, on touchait plus à une parfaite ivresse des sens. Ils étaient au milieu de tout ce beau monde ivre, mais contrairement à d’autres, les mains du bijoutier restèrent sages et entouraient sa cavalière pour ne pas la perdre parmi les danseurs environnants. Les deux fêtards interrompirent leurs pas de danse un moment, histoire que Sebastian se vide enfin le cœur de ce doute affreux. Après avoir murmure le début de son mauvais présage, il espérait déjà une réponse, positive ou non, temps qu’il avait une réponse. Après tout, plus la soirée avançait et plus l’ex marine se posait des questions. Lorsqu’il avait mentionné le nom du gamin, la jolie blonde ne s’était-elle pas étouffée ? Une réaction de surprise parce qu’elle connaissait bien l’adolescent ou simple accident ? Il ne savait plus quoi en penser et même si l’ancien pirate avait une chance infime d’avoir retrouvé la mère de Liam, s’était surtout un moyen trop beau de se décharger d’un peu de responsabilités... Bref, il ne pouvait laisser cette occasion lui filer entre les doigts !

« Je… »

La demoiselle semblait surprise du début de son discourt, peut-être se doutait-elle déjà de ce qu’il allait lui dire… Par quoi devait-il commencer ? La maternité ? Le fait que le bijoutier ignorait totalement son âge ou qu’il était trop saoul pour s’en rappeler ? Sa fausse joie d’avoir préparé quelque chose pour son anniversaire ? Voilà bien le genre de scénario dans lequel Sebastian se fourrait toujours, le genre qui se retournait constamment contre lui. À croire que son subconscient préparait ses conneries en avance ! Sa compagne se trompait lourdement en pensant qu’il ferait un bon « papa », il s’était plutôt engagé à être l’un des pires vu son style de vie. Une fille ? Alors là, Maddhen n’avait pas tort ! Il aurait été encore plus paumé avec une mini miss Hopkins, ne serait-ce que si elle avait eu une once du caractère de son géniteur. De plus, probablement qu’Andrew serait aussi perdu que lui, donc inutile. Sebastian réalisa soudain qu’il n’avait jamais vu son colocataire en présence d’enfant avant ce jour, ignorant que sa propre attitude lui avait déjà fait remplir ce rôle à plusieurs reprises. Oui, Monsieur Smith aurait sans doute fait un bon père contrairement à lui. Perdu au milieu de ses réflexions, l’ex marine avait un peu perdu le file, les vapeurs d’alcool arrivaient facilement à le distraire et vu le volume de la musique qui augmentait avec le solo de guitare, l’ex marine ne capta que quelques mots que lui disait la belle blonde dans ses bras. Il voyait ses lèvres bouger, mais n’entendit rien ou presque.

« Quoi ? Qu’est-ce que tu as dit ? Boire un hippocampe ferait du bien à un cheval ? »hurla-t-il pour se faire entendre en se penchant un peu plus vers Maddhen.

À croire qu’il n’était pas le seul à avoir commencé à picoler tôt ! D’ailleurs, retourner boire n’était pas une si mauvaise idée pensa le bijoutier en jetant un regard au bar comme bateau de débauche qui suivait la lumière du phare. Par contre, pour l’hippocampe et le cheval, il ne savait pas trop quoi en penser, probablement qu’il avait mal compris. Sebastian remarqua à peine la pression qu’exerçait Maddhen qui tentait de s’évader de son emprise, trop occupé à s’émerveiller devant le spectacle sur la scène. C’est fou comme quelques verres bien dosés pouvaient rehausser les couleurs de ce qui l’entourait ! Le bijoutier ne repris contact avec la terre que lorsque la demoiselle posa une main sur son torse, pensant que s’était pour se rapprocher, le bijoutier noua ses mains dans le dos de la belle. La musique s’adoucit autour deux et des couples se formaient, pendant un instant, Sebastian en oubliait même les aveux qu’il voulait faire à la jeune femme. Le fait qu’elle pose sa tête sur son épaule envoya un message à son cerveau comme quoi il devrait plutôt faire comme à son habitude, c’est-à-dire, jouer les hypocrites en ne disant rien et ainsi profiter du moment. Il posa son visage contre les cheveux de la jolie blonde, respirant son parfum. Le bijoutier se détendait, suivant les accords plus doux du piano et desserra sa prise autour de la silhouette de sa cavalière sans s’en rendre compte… Elle releva la tête et cette fois, il comprit ce qu’elle lui dit, mais comme sorti de transe, le beau brun ne réalisa pour tout de suite ses mots.

« Chaud ? Oui un peu… Maddy ? HEY OH MADDHEN ? »

Soudainement, la jeune femme se fit lourde dans ses bras, en fait, elle s’effondra littéralement. Il la soutenu du mieux qu’il put en bon ivrogne, mais dû mettre un genou à terre pour ne pas tomber avec elle. Sebastian élimina vite la possibilité que la jolie blonde ait glissé, car ses paupières fermées prouvaient plutôt qu’elle s’était évanouit. Rappelant les films hollywoodiens où le héros tenait sa chérie au bord de l’agonie dans ses bras, Sebastian entendit au loin quelqu’un qui cria d’appeler une ambulance. Sauf que cette fois, le héros était bourré et la demoiselle simulait. Un cercle de curieux se forma autour de la sirène et du pirate, on recula pour les laisser respirer un brin. Le bijoutier tapota le visage de sa cavalière doucement, se demandant s’il allait devoir se rendre jusqu’à la gifle pour la faire reprendre ses esprits, heureusement, il n’osa pas. La musique s’était tue pour laisser place à des murmures inquiets autour du couple. Sebastian demanda un verre d’eau au cas où la jeune femme reviendrait à elle pour boire un peu. Sinon, il pourrait toujours l’en asperger…

« Je t’ai commandé de la vodka… » dit-il en essayant d’avoir une réaction de la belle en parlant d’alcool, mais voyant qu’il n’avait pas de réponse, le bijoutier réagit comme tout homme alcoolisé le ferait : il paniqua. Aussi, il se mis à parler excessivement vite. « Je n’avais pas entendu ce que tu me disais ! C'est ma faute, je l’avoue, j’ai oublié ton anniversaire et même le chiffre qui vient avec ! Tu sais, ce n’est pas grave si tu es la mère de Liam ! Je ne t’en voudrai pas de l’avoir abandonné, j’aurai fait pareil et puis, on aura qu’à être des parents à pleurer et ils n’auront pas le choix de le reprendre à l’orphelinat ! Oui c’est ça, après on aura un chien et on le dressera pour rapporter des nains de jardin et on emmerdera les autres parents parce qu’on sera super heureux sans gamin ! Et tu sais quoi ? Andrew il cuisine comme un pied alors on t’achètera un gâteau, non même deux ! »

Lui qui voulait entretenir la jolie blonde pour découvrir son lien de parenté avec son fils discrètement, c'était plus que ratté ! Voilà que tout le monde les regardait et les écoutait, enfin, surtout lui et son tas d'inepties plus ou moins véridiques. Le verre d’eau arriva enfin et le jeune homme ne su pas quoi en faire. Devait-il essayer de lui faire boire ? L’asperger ? Prendre son pouls ? L’ex marine, pour la première fois depuis longtemps, s’en voulu d’avoir autan bu et de ne pas savoir comment réagir.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Sam 30 Mar - 22:24





Sebastian & Maddhen


Pas de nouvelle, Bonne nouvelle !


La famille est une chose inévitable, c'est comme la mort ou les impôts. Cependant, elle n'a pas un caractère unique car il existe deux types de familles. Celle qu'on ne choisit pas et celle qu'on choisit, dans tous les cas, ces foyers deviennent les nôtres et on leurs appartient. En temps normal, les êtres qui les composent est un lieu où tout le monde vous aime, peu importe comment vous êtes, ils vous acceptent pour qui vous êtes. Mais, les situations familiales ne sont pas toujours favorable pour cette amour inconditionné. Maddhen n'étais pas le profil type des familles naturelles, elle avait toujours essayé de les éviter, pourquoi ? Cette dernière en avait aucune idée. Sa famille adoptive lui suffisait amplement, Luz, Lya, Sasha, Bran ... même Sebastian la contentait. La famille, une notion importante pour chacun de nous mais, personnes ne ressentent la même chose pour elle.

Jamais elle n'avait dansé avec son père, sa mère ou même qui que ce soit, pourtant, elle le faisait avec lui. Même s'ils ne se comprenaient pas sur l'histoire du cheval et l'hippocampe, ils étaient assez proches pour devenir des membres permanents de leurs familles fictifs. D'ailleurs pourquoi un hippocampe devrait monter un cheval ?

Le corps de Maddhen était inerte, une partie sur le sol et l'autre dans les bras de son cavalier. Bien que ses yeux étaient clos, elle pouvait sentir leurs regards, ceux des clients. Son cœur avait des battements irréguliers mais contrairement à ses dires, la cause n'était pas due à la chaleur. Plutôt à la peur de ne pas être rattrapé, la chut aurait fait sacrément mal. L’évanouie n'avait pas réalisé que la musique s'était arrêté, le silence avait laissé place à des chuchotements. Cette dernière était tellement concentrée à ne pas bouger, qu'elle ne sursauta pas lorsque Sebastian lui tapoté les joues, lorsqu'il parlait de vodka. Non mais qu'est ce qui croyait, l'excuse de la boisson avait été inventé par ses soins ! Quel copieur ! Maddhen aurait pût rester longtemps dans cette position, en fait, elle ne savait pas comment la suite allez ses déroulé. Comment elle allait faire pour mimer son réveil ? En fait, c'était très simple, elle avait juste à écouter le discourt du bijoutier. Archie lui avait toujours dit que les mots sont tout aussi dévastateur que les bombes. Cette dernière écoutait attentivement chaque mot, son sang avait fait qu'un tour, ses battements cardiaques devenait anormalement vite, non pas peur mais, par la colère qui montait en elle. Même si ce petit futé avait prononcé les mots magiques, l'ancienne ne pouvait pas laisser passer ça. Son corps se raidit, il se releva d'une manière brutale, ses yeux qui étaient auparavant clos, étaient à présent plongé dans ceux d'Hopkins.

- QUOI ? Déjà d'une, tu as oublié mon anniversaire, de deux, tu crois que je suis la mère de ce gamin ! Non Sebastian, je ne suis pas sa mère et même si ta proposition est très alléchante, je ne veux pas être sa mère. Bon, d'accord si serait été un autre enfant, je ne dis pas. Mais je le déteste depuis des années, peut-être à cause de sa tignasse rousse ou alors de son air de drama queen ! Déjà j'avais du mal à le supporter en tant que petit ami de Cloé, s'en est trop ! Non, non, non ! Et puis, qui voudrait être la mère d'un goss aussi médiocre. Et non Sebastian, on serait des parents formidables, c'est juste nos gamins qui ne seraient pas à notre hauteur ! Et tu trouves vraiment qu'il me ressemble ? Et en petit trois, tu m'as menti ! Andrew ne va pas me faire de gâteau !

En le poussant légèrement, la petite blonde se remit sur ses deux pieds. Tous les regards étaient encore posés sur ces deux amis. Maddhen était peut-être la méchante de l'histoire, enfin, c'est ce qu'elle ressentait. Elle avait détruit les illusions de son acolyte, elle avait dénigré publiquement Liam. Sa culpabilité s'accroissait au fur et à mesure. Cette dernière se retourna vers le public, puis avec une élégante révérence, elle se fit entendre :

- Messieurs, Mesdames, le spectacle est terminé ! Musique Even !

La basse se remit à jouer et quelques instants plus tard, la voie de cette chanteuse retentit de plus belle.
Alors que la foule retournait à leurs occupations principales, Maddhen se remit à observer cet homme. Bien qu'au début de cette folle soirée, le sourire de la sirène était sans cesse présent, à ce moment précis il avait laissé place à un visage fermé, qui était emplit d'incompréhension. Les mots de Sebastian n'étaient pas en accord avec ce qu'elle avait toujours pensé. Cette jeune femme avait toujours appris qu'un couple se formait par amour et non par obligation. Et puis, pourquoi la mère de Liam voudrait vivre avec Seb ? La pauvre, déjà qu'elle doit supporter d'avoir un gamin pareil, alors si en plus elle devait vivre avec un cuisinier qui cuisine comme un pied et être avec un homme qui n'assume pas d'être père ! Honnêtement, il faut vraiment que cette femme soit bien cachée. Le serveur arriva avec le fameux verre de vodka et elle s'empressa de l'avaler, à lui le verre d'eau !

- Pourquoi tu voulais que ça soit moi sa mère ? Je suis très en colère contre toi, tu devras faire des pieds et des mains pour te faire pardonner ! Surtout des mains !

En réfléchissant bien, la véritable mère à due entendre la rumeur, ici tout se sait, bien évidemment, il faut écouter. Alors, si elle ne se manifeste pas, c'est qu'elle doit vraiment avoir honte, soit d'avoir un roux comme fils ou d'avoir un enfant avec un ivrogne pareil.







© Méphi.




Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Mer 24 Avr - 1:53




Sebastian & Maddhen








« Eaux Troubles »





Il était totalement perdu, que devait-il faire ? Une main soutenait la jeune femme dans ses bras et l’autre la ventilait en attendant que l’ambulance veuille bien arriver. En une fraction de secondes, la soirée venait de prendre une tournure complètement inattendue. Les murmures s’intensifiaient autour de Maddhen et du bijoutier qui venait de faire un des monologues les plus étranges de toute sa vie. Sur un réflexe qu’il avait appris dans la marine, il prit le pouls de la jeune femme à son poignet. Au moins, le cœur de l’ancienne sirène battait toujours, très vite d’ailleurs pour quelqu’un qui avait perdu connaissance. Elle rêvait peut-être… Un soupir de soulagement lui échappa. Le fardeau qu’il portait dans les tréfonds de son esprit embrumé par l’alcool venait de s’alléger. Il n’était plus totalement sien, maintenant, toute la salle portait ce doute cruel qui le hantait. Avait-il trouvé la mère de Liam ? Maddhen et lui avait-il fait cette gaffe monumentale ensemble ? Cela serait tellement plus facile si la belle blonde était éveillée… N’importe qui aurait pu sentir leurs joues s’empourprées face à tant d’attention des clients du bar, mais pas les deux rigolos au centre qui avaient l’habitude de se donner en spectacle.

Soudain, le regard océan du bijoutier rencontra les saphirs de la demoiselle en détresse et ce ne fut pas un échange amical. Il sursauta et relâcha vivement la jeune femme alors qu’elle le sermonnait devant un public qui commençait à trouver bien divertissant ce couple qui, en moins de quelques minutes, venait de résumer la première saison d’un feuilleton à l’eau de rose : « J’ai un fils. Es-tu la mère ? Je me sens défaillir… Non, c’est une autre ! Je déteste ton fils et je te déteste aussi ! » Bref, tous se passaient drôlement vite et les incompréhensions s’accumulaient. Le bijoutier restait hébété, toujours agenouillé sur le sol, attendant avec inquiétude les scènes suivantes de ce téléroman qu’était sa vie. Cependant, la colère de la jolie blonde fut contagieuse et le caractère profond du pirate ne tarda pas à répliquer. Après tout, il venait de frôler la crise cardiaque lui aussi ! On lui fit signe qu’on avait décommandé l’ambulance, mais cela n’aida pas son humeur.

« Toi en colère ? ET MOI ALORS ? TU VIENS DE ME DONNER LA PIRE FROUSSE DE MA VIE ! Ne me refait plus jamais un truc comme ça ! La prochaine fois, je te laisse tomber au sol, compris ? Tu te rends compte qu’on était à ''ça'' du bouche à bouche ? » dit-il en mimant le ''ça'' comme une petite distance.

Entre temps, Sebastian se releva en tanguant légèrement. Les inquiétudes et le whisky n’était pas un merveilleux mélange. Alors que Maddhen clôtura le premier acte de leur dispute, la musique repris dans la salle. Le malaise dura encore plusieurs minutes avant que les gens se remettent vraiment à danser et à rire. Lui réfléchissait à ce que venait de lui déballer bruyamment la jolie blonde. C’était un peu décevant que les choses ne tournaient pas du tout à son avantage. L’ancienne sirène n’était dont pas la mère biologique du gamin et maintenant qu’il en prenait conscience, le bijoutier se trouvait encore plus idiot. Une blonde et un brun pouvaient-ils donner naissance à un roux ? Les deux jeunes gens se retirèrent à l’écart de la foule près de la table qu’ils avaient quitté pour danser et un serveur apporta la ''vodka''. L’humeur de l’ex marine s’adoucit, voyant que, visiblement, ils étaient tous les deux coupables de ce malentendu.

« J’aurai voulu que ce soit toi la mère parce que la paternité ne m’aurait pas semblé aussi pénible. On se serait amusé, même si c’est aux dépends du gamin. Des bons parents, mais des enfants pas à notre hauteur ? J’adorerais que les gens pensent exactement comme toi Maddy. » Pour montrer qu’il le pensait sincèrement, le bijoutier sourit à sa compagne et posa sa main sur l’épaule de la jolie blonde pour qu’elle le regarde. Contenant ses restants d’angoisse, Sebastian tenta d’être gentil. « Alors, tu aurais droit à trois gâteaux pour ton anniversaire ! D’ailleurs, ne me le dit pas. Je demanderai à Andrew c’est quoi la date exacte. En tout cas, tu joues bien la comédie. Tu devrais faire carrière au cinéma ou à la télévision, personne ne te refuserait de rôle après une telle prestation ! »

Les traits fermés de la jeune femme le décourageaient sur ses politesses cependant. Des pieds et des mains, surtout des mains… De quoi ? C’était une mauvaise blague sur son infirmité ou sa sous-entendait qu’il était doué de ses mains ? Essayait d’organiser ses pensées, Sebastian avait besoin de se détendre, la résurrection de Maddhen dans ses bras l’avait un peu chamboulé. Il sorti un paquet de cigarettes de sa poche et en proposa une à la jeune femme.


« Tu vas me bouder longtemps ? » dit-il pour la faire parler avant d’allumer sa clope et d’en prendre une longue bouffée. Ah les femmes… Si ça se trouve, il aurait moins de soucis avec les mecs. Pas de reproduction possible, pas évanouissement de diva...


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Lun 3 Juin - 1:45





Sebastian & Maddhen


Sans pluie, il n’y a pas d’arc-en-ciel !

Sebastian venait tout simplement d’exploser, en même temps, il y avait de quoi. Elle aurait sûrement eu la même réaction si les rôles auraient été inversé. Cependant, Maddhen se sentait offusqué, elle était très loin d'apprécier ce « ça ». Sa bouche était parfaite et beaucoup de personnes voudraient se presser contre elle. Il aurait pût s’abstenir de mimer ce fameux mot ou même, de garder la dernière phrase pour lui, ça lui aurait évité d’avoir une autre crise à gérer. Elle se planta devant lui et répéta un peu trop le même terme …

- Han ! Et depuis quand faire du bouche à bouche avec ma bouche et ta bouche ça serait si horripilant ? Surtout que ... ta bouche et ma bouche ont déjà eu des contacts et je ne me rappels pas que ça t'ai autant déplu.

En réalité, c'était un mensonge, ses souvenirs étaient relativement flou ou carrément, inexistant. Cette soirée lui était totalement inconnue, l'alcool avait dû faire son œuvre. La folle nuit passée ensemble avait été tout simplement supprimé de sa mémoire. Maddhen savait qu'ils avaient eu une relation autre qu'amicale, mais comment c'était arrivé, mystère et boule de gomme. S'il y a bien une promesse qu'elle n'allait pas rompre c'était celle-ci : ne jamais lui dire la vérité. Ça pourrait être vexant de savoir que son partenaire d'une nuit, qui est aussi une amie de longue date, n'est aucun souvenir de ces prouesses sexuels. Cela dit, elle aurait adoré se remémorer ce moment, rien que pour savoir s'il était un véritable bon coup. Enfin, s'ils étaient tous les deux dans le même état, cette idylle d'un soir n'aurait pas été très folichon. L'alcool lui avait peut-être rendu un grand service, comment être naturel quand les exploits de votre partenaire sont décevants ? Au moins, dans ces cas-là, il n'y a pas de deuxième round.

En parlant de deuxième round, Sebastian tentait désespérément de capter l'attention de la belle. Celle-ci était toute à lui, même s'il ne s'en rendait pas compte. Tous ses mots avaient été écoutés avec intention mais elle ne savait pas comment réagir. Il avait réussit à la toucher, elle adorait ce côté attendrissant qui était éclipsé par ce sang chaud. Malheureusement, cette personnalité était rarement dévoilé, elle était comme une pépite d'or dissimulé dans une mine. Lorsqu'on la trouvé, on ne veut plus la quitter. La main du bijoutier se posa délicatement sur son épaule, ce qui la fit tout simplement frémir. Ce geste affectif était inattendu et puis, c'était la première fois qu'il était aussi sincère avec elle. C'était agréable de se sentir estimé mais comme à son habitude, il réussit à gâcher ce moment. Quelle idée de parler de cinéma et des récents évènements qui les avaient conduits à hausser la voie ?! Et puis, il était évident qu’elle était douée pour simuler des malaises ! C'est comme ça qu'elle arrivait à chaparder certains nains de jardins et à avoir des bouteilles d’eau gratuite. Et pour ne rien arranger les choses, Monsieur sortait une cigarette ! Était-il définitivement fou allié ? Elle qui avait promit de ne plus fumée. Maddhen était bien décidée de continuer à faire la mou, mais la dernière phrase de son ami l’obligea à raviser son choix. L’ancien pirate ressemblait à un enfant qui venait de casser un jouet.

- Je suis à ça de te pardonner ! Mais vraiment à ça !

Ses doigts mimaient avec perfection la distance fictive qu'il venait de montrer auparavant. Ce seul geste réussit à lui redonner le sourire qui avait récemment disparu. Comment pouvait-elle lui en vouloir ? Bien sûr, l'enfant en question était ce petit prétentieux de Liam Banning et il avait momentanément oublié son âge. Mais tout ça paraissait dérisoire face aux nouvelles révélations de Sebastian. Maddhen pouvait se sentir flattée, il la voulait elle et pas une autre. Elle se sentait idiote d'être aussi froide, d'avoir eu ses réactions qui pouvaient paraître un peu exagéré. Oui, il avait fait des erreurs mais elle n'était pas un modèle parfait. Il était sans doute temps qu'elle lui présente ces plates excuses. Bien sûr, elle aurait peut-être eu cette idée plutôt si cette cigarette ne l'avait pas autant distraite.

C'était délicat d'éviter cette maudite fumée grise et rester en apnée paraissait difficile. La seule action qui pouvait la protéger des inhalations étaient des petits mouvements de mains, elle s'était transformée en ventilateur sur pattes. Maddhen avait fait une promesse et elle allait s'y tenir, ses poumons avaient le droit d'être en bonne santé. Enfin, les promesses sont faites pour êtres rompus, n'est-ce pas ? Et puis, vu la situation actuel avec Bran, il ne la surveillera pas! C'est ainsi qu'elle prit la décision de prendre des profondes inspirations d'aires et au passage, de la nicotine.

- Merci pour ton acte héroïque, j'aurais pu me casser quelques choses. Et puis, je ne suis pas en état pour m'emmener moi-même à l'hôpital et toi encore moins !

Il est si compliqué de garder une ambiance festive, un tas de facteurs peuvent l'influencer. Comme une bagarre qui dégénère, une dispute, un coma éthylique ... tout comme les quiproquos. Maddhen avait des remords, elle n'aurait pas dû le repousser de cette manière. Son acolyte voulait seulement finir cette soirée sur une bonne note, que cette erreur de jugement ne fausse pas leurs relations. Bien sûr, cette soirée n'allait pas se finir de manière conventionnelle. Non, une soirée avec ces deux-là, signifiait de sortir par la porte de derrière, celle du trou noir total. Elle posa sa tête sur son épaule et, dès ce moment, l'odeur de la cigarette, de l'alcool et de son parfum l'enivrait. Ses yeux se fermèrent quelques secondes, rien que pour profiter de ce moment et de ses différentes arômes. Après cet instant, elle eut une idée pour voir le beau sourire de Sebastian. Ce maudit rouquin n'allait pas détériorer leurs camaraderies, il en était hors de question !

- Si tu veux, on peux faire un bébé et j'haïrais encore plus ton premier gamin, mais ça ce n'est pas grave hein ?

Rien que la pensée d'être enceinte la divertissait. Elle n'eut pas le temps de voir si sa demande avait fait son effet, qu'elle était déjà pliée en deux. Était-elle normal ? Une femme devrait avoir envie d'avoir un enfant, par instinct de conservation, de faire perpétuer une descendance. Ce n'était sûrement pas des raisons satisfaisantes pour une croupière de casino. Peut-être qu'un jour elle finirait par changer d'avis, un enfant pour ne pas finir complètement seule ? Quoique pour ça, il faut être une bonne mère.

- J'ai envie de faire un bière pong, d'ailleurs, tu dois me promettre une chose ? Une chose qui n'a rien à voir avec ce petit jeu. Je m'en fou que tu enfermes Liam dans un caveau et que tu oublies de le nourrire. Par contre, je t'obliges à être gentil avec Cloé, sa petite amie ! C'est promis ? Crois de bois, crois de fer, si tu mens tu vas en enfer et tu craches par terre, enfin tu le fais discrètement, sinon, on devra tout nettoyer ! Et puis ... pourquoi tu veux absolument savoir avec qui tu as la eu ? Elle fera partie de ta vie et ça se trouve, elle t'empêchera d'avoir une vraie relation avec une vraie fille! Tout comme mettre encore plus de grabuge.

Tout au long de sa tirade, Maddhen avait mis son bras autour du coup du beau brin et quand celle-ci prit fin, elle déposa un baisé sur sa joue. Son visage avaient rougit par la chaleur et l'excitation du moment, il se déformait quelquefois par des mimiques, des éclats de rire ... On dit souvent que les Hommes ont plusieurs expressions et pour de différentes situations. Celui pour amadouer, celui de l'angoisse, celui de la jalousie. C'était sans compter sur celui du manque d'alcool, son verre était vide, tout comme celui de son complice.

L'ancienne sirène retira son bras avec élégance et se mit à faire le moonwalk en direction du bar. Il était l'heure de commander des mojito ou peut-être quelques choses de plus forts ? Après tout, cette situation était très loin d'être la meilleure. Bien qu'elle était heureuse de ne pas être la mère de son fils, elle ne pouvait pas s'empêcher de ressentir de la jalousie. Qui était cette mystérieuse femme ? L'avait-elle aimé ? Maddhen n'était pas réellement amoureuse de cet homme, elle lui vouait une fascination perverse et malsaine. Ses sentiments étaient parfois contradictoires et elle ne pouvait pas les expliquer. Cette complexité lui donnait des comportements curieux, des pensées étonnantes. En l'observant de loin, la folle furieuse priait pour qu'il ne la retrouve pas. Sa convoitise n'était ni pour elle, ni pour personnes les autres. C'était là, toute la difficulté de ses émotions, son amitié était si précieuse pour elle, qu'aucune personne de sexe opposé, ne serait autorisée à voler leurs temps passé ensemble. Très peu sont les personnes qui sont ravis de l'alcoolisme de Sebastian mais, elle l'était. Aucune femme ne voudrait vivre avec un homme qui a un tel problème avec la boisson. Était-ce égoïste ? Bien sûr, cependant, au fond d'elle-même, Maddhen savait que c'était justifié. Comme-ci qu'au fond d’elle-même, elle savait qu'une personne pouvait lui voler son ami et ne jamais lui rendre. La jalousie est un bien mauvais défauts, tout comme le manque de partage ...







© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Sam 29 Juin - 21:29




Sebastian & Maddhen









« Eaux Troubles... Ah ce n'est pas de l'eau ! »





    Comme tout homme particulièrement énervé et quelque peu éméché, Sebastian parlait trop et disait sans doute des trucs qu’il ne tarderait pas à regretter. Déjà, le fait que le bijoutier essai d’être gentil était une chose rare, un peu comme les éclipses lunaires, mais tel ce phénomène naturel, c’était de courte durée. Alors avec toute la maturité dont il était capable, l’ex marine boudait derrière son rideau de fumée provenant de la cigarette qu’il venait d’allumer. Le gout du tabac sur ses lèvres avait le don de le calmer un peu et bien que l’alcoolisme soit un gros problème chez lui, son entourage avait tendance à oublier qu’il cultivait d’autres sortes d’addiction en plus. Cela dit, il n’était pas au bar pour parler de lui, enfin, pas de ses nombreux défauts. Il était là pour s’amuser et enterrer les soucis de la vie, quoique ce soir, ils semblaient bien lui coller à la peau, surtout concernant son fils, mais le pauvre n’en revenait toujours pas. Bon sang ! Il était papa ! C’était à lui donner la nausée… À moins que ce soit ses premiers verres de la soirée qui n’approuvaient pas ses sautes d’humeur.

    Les yeux azurés du beau brun se posa sur la jolie blonde devant lui avec un air vaguement ennuyé. En fait, il réfléchissait à ce qu’elle venait de dire. Il est vrai que Sebastian se rappelait bien d’un matin chaotique où ils s’étaient tout deux réveillés dans le même lit, leurs vêtements sur le sol et les draps froissés. Probablement les vestiges d’une soirée plutôt mouvementée. Il n’éprouvait bien sûr aucune honte à ce geste ou à tous les autres qu'il avait pu faire durant cette aventure alcoolisée. Maddhen était une amie de longue date, une très belle femme qui plus est, mais ce qui l’embêtait un peu, c’est de réaliser que c’était le néant total dans sa mémoire. Il était au bar et le lendemain, il était avec la jolie blonde près de lui, point final. La boisson écartait peut-être les mauvais souvenirs, mais elle le privait parfois de bons en contrepartie. Parlant de bouche à bouche, le bijoutier regarda les lèvres de Maddy s’agiter, se pincer et faire la moue pendant qu’elle poursuivait ses reproches. Autant ne pas interrompre une femme en colère lui disait la sagesse de l’expérience…

    Au bout d’un moment, alors qu’il prenait une position nonchalante contre un mur, la jeune femme lui sourit et le bijoutier répondit à son sourire. Peut-être voulait-il des excuses, mais à vrai dire, il s’en fichait bien. Si Maddhen ne s’en voulait pas, lui non plus. Sebastian ne lui tenait déjà plus aucune rancune pour ce petit drame sur la piste de danse. Il était bien plus soucieux de savoir combien il devrait lui offrir de gâteau pour son anniversaire... Il prit une autre longue bouffé de sa cigarette, recrachant la fumée en tournant la tête pour que le nuage grisâtre ne vienne pas embêter son amie voyant quelle ventilait l’air. Soudain, la jeune femme le remercia de l’avoir rattraper. Marchant sur son ego d’enfant gâté, Sebastian se décida enfin à desserrer les lèvres pour mettre un peu d’humour à cette situation tendue.


    « Oui, concernant le bouche à bouche, je ne dis pas que ça m’aurait déplu, mais disons que ça n’aurait pas été très efficace comme réanimation. On aurait eu l’air malin avec toi ne respire plus et moi portant soudainement ton rouge à lèvre… » dit-il pour détendre l’atmosphère et lui faire comprendre qu’il avait fini de crier. 

    Il n’était pas trop tard pour passer une bonne soirée. Rares étaient les choses qui retenaient Sebastian de s’amuser une fois qu’il avait ingurgité suffisamment de boisson pour que son sourire se face facile. Il lui restait encore quelques billets dans son porte-monnaie et il était en charmante compagnie. La tête de Maddhen vient se poser sur son épaule et il passa son bras autour d’elle pour être confortable. Son autre main attrapa sa cigarette et l’écrasa dans le cendrier sur la table tout près. Tout à coup, la demoiselle lui proposa de faire un bébé, le bijoutier figea une demi-seconde et fronça les sourcils juste avant qu’elle éclate de rire. Il sourit à la blague, mais ne partagea pas son hilarité, la paternité était encore un sujet trop nouveau pour lui.

    Ensuite, il se contenta d’écouter la belle tout en vidant complètement le verre qu’il avait abandonné pour aller danser. Bière pong, caveau, Cloé... Les bras de Maddhen s’enroulèrent autour de son cou et il eut même droit à un baiser sur sa joue. La bonne humeur revenait et, connaissant le tempérament des deux fêtards, la soirée était encore jeune… Suivant ses pensées, l’ancienne sirène se dirigea vers le bar, laissant le temps au bijoutier de digérer tout ce qu’elle venait de dire. Le pire, c’est qu’elle n’avait pas tort. Enfin, pour ce qui était de la mère biologique de Liam. Le bijoutier n’avait qu’une idée, lui rendre son fils, mais comme celle-ci l’avait abandonné dès la naissance, ce serait sans doute une guerre pour que chacun des deux finissent par endosser leur rôle de parent. Néanmoins, même Sebastain prenait conscience que s’était plutôt horrible d’infliger cela à un gamin, lui rentrant dans la tête qu’il n’a jamais été voulu par personne. Cela dit, apparemment, il n’était pas totalement seul vu qu’il avait une copine...  Mais il chercherait quand même, histoire de s’assurer que ce lien de parenté n’était pas une arnaque ! Sebastian regarda le bar de loin, à la recherche de son amie, car il l'avait perdu de vue une fois qu'il s'était mis à réfléchir. Il devrait le faire moins souvent, penser ne lui apportait rien de bon ! Il décida donc de rejoindre Maddhen. Le fait qu’il devait éviter des gens couvrait sa démarche titubante.


     « Si tu continues à me faire boire comme ça, je risque de prendre ton idée d’un second enfant pour une invitation… » lui glissa-t-il à l’oreille alors qu’il apparaissait à ses côtés. Il s’accouda au bar et subtilisa un des verres que le barman venait de déposer devant sa compagne de beuverie. « Je n’ai pas encore rencontré cette Cloé, mais je ne peux rien te promettre si c’est une peste. Tu sais bien que je n’ai aucune patience. Rassure-moi, c’est le genre de fille douce et polie ? » C’était à qui de payer les verres déjà ? Oh et puis zut ! Il ne s’en rappelait pas. L’ex marine sortit son portefeuille et déposa quelques billets sur le comptoir. C’était sa tournée ! « Tu as probablement raison, ce n’est pas comme si la mère de Liam avait fait quelque chose d’important à part le mettre au monde… Je doute que je réussisse à lui refiler le gamin aussi facilement. » Suite à ses mots, le bijoutier prit une gorgée de son verre et sourit en remarquant que s’était bien plus corsé que ce qu’il pensait. « Tu essaies de me saouler peut-être ? »

    C’était dit sur le ton de la plaisanterie bien entendu. L’ex marine appréciait que la jeune femme ne lui reproche pas sa décente facile, c’était ce qui rendait leurs soirées bien plus amusantes ! Soudain, Sebastian reconnu le serveur qui les avait interrompu un instant plutôt. Ce dernier lui renvoya un regard noir, compréhensible vu la façon dont le bijoutier l’avait chassé. Bon d’accord, le type n’avait fait que son boulot, mais son timing était affreusement mauvais ! Si ça se trouve, il cherchait la bagarre et vu le sang chaud de l’ancien pirate, il n’aurait pas à faire grand-chose pour l’avoir… Alors, quand le jeune homme en habit de serveur regarda sa cavalière avec envie, juste pour le provoquer un peu, Sebastian posa sa main sur la taille de Maddy en signe de possession. Faisant croire que ce n’était que pour lui poser une question, il reporta toute son attention sur la jolie blonde.

    « Alors, assez parlé de moi, comment ça se passe dans ta vie ? On ne te soupçonne pas encore pour les nains de jardin ? »



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Jeu 1 Aoû - 19:37





Sebastian & Maddhen


Vers l’infini et au-delà !

Son allusion à son rouge à lèvre sur la sienne la fit sourire que maintenant. C'est sûr que la situation aurait pu paraître indélicat, il s'était bien rattraper avec cette histoire de bouche à bouche.

Une foi la commande prise, Maddhen s'appuya sur le comptoir et elle se permit d'observer l'inconnu assis sur le tabouret d'à côté. Il était jeune, blond, ses yeux étaient trop petits pour qu'elle puisse voir leurs couleurs où était-ce ses propres yeux qui se fermaient de plus en plus ? Son inspection fut dérangé par son acolyte, elle senti un bref frison dans le creux de son oreille. Il se propagea sur sa nuque et s'interrompit quelques secondes plus tard. Avec un simple murmure, Sebastian réussit à la rendre perplexe. Avait-il pris cette proposition pour une vraie idée ? Il n'avait pas intérêt, un bébé détruirait son corps et, ses jambes étaient bien trop précieuses pour être torturé de la sorte. Une invitation ? Non, mais quelle idée ... Sa réponse fut le silence, à la place, elle le regarda et avala le ver fraîchement posé sur le bar. Ce pauvre petit, il eut à peine le temps de profiter du contact du métal qui fut avalé. Ca pourrait être considéré comme un meurtre ? Quoique, le liquide est rendu par un moyen ou par un autre ...

- Je n'ai pas encore rencontré cette Cloé, mais je ne peux rien te promettre si c'est une peste. Tu sais bien que je n'ai aucune patience. Rassure-moi, c'est le genre de fille douce et polie ?

Aucune patience, est-ce possible ? Lui qui était adorable avec toutes les personnes qui croisent sa route ! Le premier adjectif qualifiait tellement Cloé, peste, oui c'était ce qui lui correspondait le plus. Cette demande la fit sourire, qu'allait-elle faire ? Mentir ou dire la vérité ? Alors qu'elle allait ouvrir la bouche, Maddy remarqua une chose étonnante. L'ex marine délaissa quelques billets sur la plaque de métal. Cette soirée était pleine de rebondissement. Il méritait bien la vérité en fin de compte.

- Cloé n'est pas le genre de fille à se laisser marcher sur les pieds, si tu veux mon humble avis, elle fera qu'une bouché de toi !

Leurs premières rencontres seraient sûrement explosive, ça serait si beau avoir. Devinette : deux mauvais caractère dans une pièce, qui survit à cette rencontre ? Sûrement le roux, c'est toujours eux qui vivent le plus longtemps. Elle croqua une cacahuète et gigota sur ses jambes, la musique était entraînante. Cette soirée était pleine de rebondissement, Sebastian avoua que la blondinette avait raison. Et oui, ça lui arrivait très souvent ! Par contre, la suite de sa confession n'était pas du même avis qu'elle. Celle-ci tiqua sur le mot : important. Comment ça la mère de Liam n'avait rien fait d'important à par de le mettre au monde ? Il avait sûrement trop bu à moins qu'il le pensait vraiment. Ce rouquin était-il vraiment important ? Pour Cloé c'était certain, mais pour lui ... cachait-il quelques choses ? Le père incompris entama enfin son ver, selon lui, Maddhen cherchait à le rendre encore plus festif.

- Haha, c'est vrai que tu n'es pas assez junky funky ce soir mon cher !

Cette dernière avait soigneusement évité de lui répondre. Avait-elle été jalouse de cette nouvelle importance ? C'était sûrement le cas, il était donc préférable que son silence soit de remise. A la place, elle avait fait un signe au barman pour reprendre la même chose. Cette foi, elle allait peut-être régler sa note. Maddy avait une technique très confectionnée, comme la plupart des filles qui font beaucoup la fête, leurs billets se trouvent dans un autre type de porte monnaie. Son soutien gorge faisait office de coffre fort. Sans aucune discrétion, elle en sortait un puis deux et les lâcha à son tour. Elle n'avait pas envie d'être raisonnable, non, elle voulait s'amuser sans voir les jugements des autres. Ce stratagème lui permettait de poser son sac quelques parts et de ne pas risquer de se faire détrousser.

Une partie de son corps était dos à la scène et l'autre vers lui. Tout en attendant la deuxième tournée, elle s'amusait avec une cacahuète. Maddhen senti une main sur sa taille, c'était celle de Seb. Apparemment, c'était pour pouvoir récupérer son attention, qui avait été récemment volé par une arachide. L'ancienne tension sur le fils caché était définitivement envolé, il ne voulait plus parler de lui. Le mot nain de jardin avait vraiment le don de la faire sourire.

- Non, pourquoi quelqu'un devrait me soupçonner ? Je suis tellement discrète ...

Chaque nain étaient cachés chez des personnes dignes de confiance, les autres étaient planqués dans le cimetière. A vraie dire, cette voleuse en herbe avait une autre technique, elle changeait régulièrement ses petits amis de planque. Donc, chaque pièce allaient de maison en appartement, au moins, personne ne pourrait la soupçonner elle, plutôt les autres. Bien sûr, Sebastian pourrait être accusé d'un seul vole alors que Chrissie, descendante d'une famille très riche, pourrait être accusé d'au moins sept kidnapping de nain.

Le deuxième verre était servi, elle le sirota et le termina, ils étaient pas si grand que ça. Celle-ci, se rappella de son mot junky funky, d'où cette idée lui était venue en tête ? Non, elle n'essayait pas le rendre encore plus saoul, mais lui qu'est-ce qu'il tentait ? Il avait été tout mielleux toute la soirée, voulait-il vraiment se faire pardonner d'avoir oublié son anniversaire ?

- Et vous Monsieur Hopkins, essayez-vous d'avoir un deuxième round avec moi ? La danse de tout à l'heure, tous tes petits gestes, tes attentions à mon égard, tu m'avais habitué à autre chose ! Tu sais que la proposition pour un autre enfant c'était une blague hein ?

Après avoir réalisé ce qu'elle avait dit, Maddhen se rapprocha immédiatement vers lui, elle se mit sur la pointe des pieds pour être à sa hauteur. C'est qu'il était grand le monsieur ! Ses deux mains étaient sur ses épaules, elle était obligée de se tenir à lui, pour ne pas trébucher. Son visage se rapprocha le plus près qu'elle pouvait, sans qu'il y ait de contact, après tout, cet acte n'était sûrement pas une invitation à faire un enfant. Puis avec un élan de folie, elle gonfla ses joues et fit loucher ses yeux. La situation n'était pas tellement drôle, mais elle éclata quand même de rire. Sa tête avait percuter son épaule lorsqu'elle lâcha prise, ce qui n'atténua pas son rire enfantin. La blondinette reprit une allure correcte grâce à Even, elle entama une nouvelle chanson, une que Tide affectionnait particulièrement.

- Han ! J'adore cette chanson, vient on va danser !

Avant de partir danser, elle avala d'une traite le verre de son voisin. L'inconnu n'aurait pas dû avoir le dos tourner, dans un bar, c'est comme dans la rue. Ces habitants doivent surveiller leurs affaires sinon, ils peuvent avoir de mauvaise surprise. Cette nouvelle boisson était bien plus corsée que celle qu'elle avait commandé. Ses yeux n'avaient pas eu le choix de se fermer et son visage de faire une grimace digne de ce nom.

Maddhen ne prit pas le temps de savoir s’il la suivait pour une nouvelle tentative. Bien que la musique n’était pas du même genre que la précédente, ces deux plaisantins auraient pu faire un autre essais. Mais en essayant de rejoindre cette foule en délire, elle se prit de plein fouet le serveur, heureusement que son plateau était vide. Étant une ivrogne qui se respecte, elle ne s’excusa pas, après tout, il devrait faire attention où il va ! Non, à la place, celle-ci lui adressa un de ses plus beau sourire. Cette foi, elle pouvait bien voir le bijoutier, il n’avait pas encore décidé s‘il venait se donner en spectacle ou non.

- Attendez, Monsieur le serveur, pouvez-vous servir quelque chose à mon ami, merci ! Tout sauf du champagne, sa coûte chère ça ! Ah oui et il faut recommander la même chose pour le type d’à côté …

S’il ne voulait pas danser pour le moment, Sebastian pourrait y réfléchir en sirotant une boisson fraîche. Elle espérait juste que le serveur lui donnerait quelque chose d’alcoolisé … tant pis, il aura ce qu’il aura.  
Cette tornade se trémoussa sur le côté de la piste, elle ne voulait pas se coller aux gens, elle avait beaucoup trop chaud pour ça. Selon elle, la seule solution pour pouvoir danser, en ayant des libertés de mouvements, était de monter sur la chaise. Ce n’était peut-être pas une bonne idée …









© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Dim 4 Aoû - 3:28




Sebastian & Maddhen









« We're gonna die young ! »



Et revoilà notre alcoolo professionnel de retour dans son élément naturel, le bar et les ennuis ! Voyez comme l’homme soi-disant civilisé se confond dans la foule de buveur en attente d’une nouvelle proie à engloutir. Pour le moment, le Sebastionus Hopkinatus  avait jeté son dévolu sur ce que sa compagne à la crinière blonde avait bien voulu lui commander. Tel le lion dans la jungle, c’était les lionnes les plus douées pour la chasse alors que le mâle se contentait souvent d’un liquide fort qui lui ferait tourner la tête rapidement. D’ailleurs, le spécimen rare que voici commençait déjà à avoir les sens très engourdis ! C’est que ce n’était pas son premier verre de la soirée, loin de là !

Accoudé au bar, une main sur la hanche de Maddhen et le regard un peu confus par la boisson, l’ancien pirate avait l’impression que ses idées noires s’envolaient une à une. Enfin, c’est ce qu’il crut, mais grâce à la franchise de sa voisine, il comprit que fiston venait également avec son lot de problème. Cette Cloé devait être aussi commode que lui en somme ! Sinon plus et cela lui semblait bien difficile à imaginer. L’ancien pirate soupira avant de vider son verre d’un seul trait, laissant la boisson réchauffer sa gorge pour noyer toutes les terribles nouvelles de la journée avec lui dans la liqueur.


« Ah. » dit-il simplement en reposant le récipient vide sur le bar. « Au prochain verre, on porte un toast à mon cruel manque de chance dans la vie ? »

Ce n’était pas totalement faux, ni totalement vrai, mais le rôle de la victime était bien plus amusant à endosser que celui du père indigne. Après tout, n’était-il pas en train de saouler en compagnie d’une jolie fille ? Pour certaine personne sans vie sociale cela aurait été un coup de chance, mais dans le monde de Sebastian, le destin s’acharnait sur sa personne. Néanmoins, à ce stade, les paroles du bijoutier perdaient de ses convictions habituelles à cause de son taux d’alcoolémie. Bref, il ne pensait pas toujours les mots qui franchissaient ses lèvres. Copiant les gestes de l’ancienne sirène, le marine attrapa une cacahuète dont il retira la coquille avant de l’avaler presque tout rond et de s’étouffer au passage. Toussant pour mieux faire passer l’arachide, il lança un regard rageur vers les autres dans le bol sur le comptoir. Même les cacahuètes étaient contre lui ! Autant s’en tenir à l’alcool, moins de risque d’une attaque sournoise de la sorte !

Comment l’avait-elle qualifié déjà ? Pas assez ''junky funky'' ? Ce devait être comme l’épisode du cheval et de l’hippocampe, il n’y avait pas grand-chose à y comprendre. Bon, la chose sous-entendue devait sans doute être le fait qu’il parlait trop de ses problèmes et ne fêtait pas assez le fait de pouvoir encore fêter justement. Si elle cherchait à le faire boire à outrance, il ne le remarqua pas vraiment, c’était plutôt dans ses habitudes d’enchaîner les verres les uns après les autres. De toute façon, il était déjà trop éméché pour se soucier d’un quelconque piège foireux venait de l’esprit enjoué de la belle blonde. Qui ne pourrait pas faire confiance à un minois aussi adorable ? Bref, un Sebastionus Hopkinatus ivre baissait facilement sa garde. De plus, l’heure de la deuxième tournée avait sonné et regardant sans discrétion l’apparition de quelques billets dans les mains de Maddhen, le bijoutier se mis à penser qu’elle avait peut-être des talents de magicienne en plus d’être une bonne actrice !

« Une vraie ninja ! » dit-il en parlant ironiquement de son talent de discrétion. Enfin, peut-être que la fêtarde pouvait être subtile quand elle le voulait bien, mais pensant à l’épisode du drame sur la piste de danse, en règle général, on ne pouvait pas longtemps ignorer la présence de l’ancienne sirène. De plus, personne ne pouvait songer que quelqu’un volait les nains de jardin alors on ne se méfiait pas du tout d’elle en fin de compte.

Le second verre apparu comme par magie et le beau brun sans saisit immédiatement pour y tremper ses lèvres et le vida. Quand à ce qui était de la proposition pour un autre enfant, Sebastian n’était pas stupide au point de la prendre au sérieux, cela dit, on pouvait très bien aussi s’amuser sans tomber enceinte ! Tenter sa chance à nouveau avec la jolie blonde ? Dans quelques verres, quand le bijoutier passerait le capte des inhibitions, elle n’aurait pas besoin de lui demander une deuxième fois. Enfin, c’était ce qui se passait normalement, même si depuis un moment, le visage d’une jeune fleuriste lui faisait souvent passer l’envie d’une aventure d’un soir.

« J’avais saisi l’ironie. C’est hors de question que j’aille un autre gamin ! Mais disons que quand on croit être en présence de la mère de son fils, on ne fait pas exprès de la faire fuir en courant à nouveau ! Enfin, c’était aussi pour ton anniversaire oublié bien sûr ! Changeons de sujet veux-tu ? »

Menteur jusqu’au bout des ongles, le bijoutier ne s’attarda pas dans des explications abracadabrantes. Il disait la vérité, ou plutôt, la demi-vérité, car toutes ses petites intentions il les devait à ses espoirs de trouver la génitrice de Liam. Soudain, la blondinette le saisit par les épaules et lui fit une grimace loufoque. Il n’en suffit pas plus pour faire rire l’ex marine. Puis, la jeune femme préféra retourner faire un tour sur la piste de danse alors qu’Even entamait une chanson beaucoup plus rythmée que les précédentes. Décidément, elle était dure à suivre ! « Essai de ne pas t’évanouir cette fois ! » lui lança-t-il de loin.

Pendant ce temps, le beau brun vit que la demoiselle lui envoyait le serveur, mais ce dernier préféra complètement ignorer sa présence alors qu’il passait juste à côté. Il servit le blond tout près, mais pas Sebastian. Ce dernier fronça les sourcils, mécontent, et fit remarquer au jeune homme son oubli. Celui-ci fit la sourde oreille et lui lança un regard du genre je-fais-le-con-en-te-snobant-parce-que-tu-m’as-presque-insulté-tout-à-l’heure. Pauvre enfant, ne savait-il pas que c’était dangereux de refuser de donner de l’alcool à l’ancien Capitaine Crochet ? La colère monta aussi vite que son ivresse était avancée et Sebastian attrapa le serveur par le col de sa chemise.


« Non mais oh ! Tu fais ton boulot comme les autres compris ? » Soudain, alors que Maddhen se trémoussait sur la piste de danse, le chaos se déclencha. Le serveur agrippa un verre tout près et le vida sur la tête du bijoutier qui vit rouge. Bref, il se mit à cogner. La guerre était ouverte et les deux hommes se battaient à même le sol sous les yeux de la clientèle du bar. Décidément, après l'évanouissement et la bagarre, il avait de fortes de chance que la sécurité rapplique cette fois !


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   Mar 20 Aoû - 17:45





Sebastian & Maddhen


Le mystère du taxi ... prochain article de Louna !

Alors que les esprits s’échauffaient, Maddhen continuait de danser. Sa seule préoccupation était de ne pas tomber de cette maudite chaise, elle bougeait dans tous les sens. Un coup à gauche, un autre à droite, pas besoin d’aller sur un bateau pour avoir le mal de mer. De toute manière, elle n’avait jamais mis un pied sur un navire, pour plusieurs raisons, une personne qui ne sait pas nager ne va pas risquer sa vie. Un accident est si vite arrivé, se prendre un autre paquebot ou même se prendre un iceberg, comme dans le Titanic. Non, c’est beaucoup trop dangereux … D’ailleurs, où trouverait-elle cet engin ? Il n’y a pas de mer dans cette ville et puis, y a pas d’iceberg non plus.

Maddhen poussa quelques personnes pour arriver jusqu'à lui, elle avait presque marché sur le perdant. Oui, c'était forcément le serveur le perdant, personne ne gagne contre le bijoutier de StoryBrook. Elle ne regarda même pas s'il était blessé, de toute manière, il avait dû chercher cette confrontation. Quelle idée de se battre contre un ancien marine, il faut être fou ! À peine qu'elle était arrivée près de son ami, que l'homme qui les avait séparés le conduisait vers la sortie. Un foie dehors, il le lâcha avec dédain et grommela une phrase incompréhensible. Maddy récupéra ce beau brin au regard enragé, elle lui tira le bras pour l'éloigner de la porte du bar. Il serait bien capable d'y retourner pour finir ce qu'il avait commencé. Son bras se mit derrière son dos, il avancerait peut-être mieux ainsi. Ils avaient dépassé une ou deux boutiques avant d'arriver près du cinéma. Soit la route avait décidé de tanguer comme un bateau, soit la route avait décidé de tanguer comme un bateau. Bien évidemment, ce n'était nullement la faute de ces deux fêtards. À la lumière du cinéma, Madd pouvait voir son visage. Il aura une belle ecchymose sur la pommette, ça lui donnait un aspect sauvage, ténébreux, en clair, encore plus séduisant. Elle mit toute la conviction qu'elle pouvait avoir pour ne pas mordre sa lèvre, ça le flatterait beaucoup trop !

- Bonsoir, êtes-vous mademoiselle Doll ?

Encore elle ! Décidément, Maddhen ne tombait que sur ses taxis. À présent, cette Doll portera le nom de l'héroïne inconnue du taxi. À chaque foie qu'elle avait besoin d'une voiture, un conducteur sortait sa tête et demandait si elle était bien cette femme. Le destin fait bien les chose, quoique cet femme doit surement la détester. Tant pis pour elle, tout le monde sait qu'il faut garder un oeil sur son taxi, c'est si facile de voler une place. Et puis, marcher lui fera le plus grand bien, c'est mauvais de toujours prendre la voiture. Avec un grand sourire elle acquiesça et commença à se faire passer pour elle.

- Mon ami ne se sent pas très bien et, est un peu grincheux. Il vous indiquera l'adresse et s'il n'a pas assez pour vous payer, sonnez à l'interphone, son colocataire se fera un plaisir de vous donner de l'argent, merci. Passez une bonne soirée !

Dans cette mission : volé le taxi de l’héroïne inconnu du taxi, il fallait être rigoureux et rapide. Ce serait vraiment le toupet si elle arrivait en courant en criant : C’est mon taxi ! La blondinette se rapprocha du brin et lui ouvrit la porte, un vrai gentleman cette femme.

- La fête c’est fini pour toi, je vais aller chercher nos affaires qui sont resté au bar et j’enverrais un message à Andrew pour qu’il te récupère. Reposes-toi bien ! Ah oui, envoie- moi aussi un message pour me dire si tu es bien arrivé, un accident de bateau est si vite arrivé.

Avant de refermer cette porte en ferraille, elle déposa un baissé sur le front du combattant. Elle croisait les doigts pour que son sac soit à la même place, sinon, elle n'avait plus de clés et plus de clés signifient porte fermée et porte fermée signifient dormir sur la tombe de Bernadette, encore. Quoique celle d'Oscar soit beaucoup moins dangereuse et la sienne est plus décorée. Alors que la voiture jaune prit la route, Maddhen se dirigea vers le bar. Avec un sourire au coin des lèvres, elle repensa à cette soirée qui venait de juste de se terminer. Au fait où il l'avait comparé à un ninja, d'ailleurs, qu'est-ce qu'un ninja avait avoir avec des nains de jardin ? Le fait qu'il essayait de faire passer l'oubli de son anniversaire pour une ruse. Elle n'était pas si blonde, elle avait préféré passer outre et changer de sujet, comme il l'avait si bien demandé. Celle-ci se remémorait la tactique de l'évanouissement qui avait été un vrai succès, la confusion d'un père, le choc d'apprendre la véritable paternité du roux ... C'était certain qu'elle allait se rappeler de cette soirée mémorable. Elle qui avait l'habitude de tout oublier, étrange non ? Pourtant, elle qui a une bonne mémoire ...

C'était une belle nuit, calme et illuminé par des millions d'étoiles. Maddhen marchait la tête en l'air, il y avait un spectacle de grande envergure. Une étoile filante dégringola du ciel, de nombreuses personnes disent qu'il faut faire un voeu lorsqu'on en voit une. Ses yeux se plissèrent, ses doigts se croisèrent et un voeu fut prononcé. Lequel ? Si elle vous le dit, il ne va pas se réaliser ...









© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.   
Revenir en haut Aller en bas
 

« Être bourré ou être parent ? Voilà la question ! » feat Maddhen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Genlè Lydie Parent se yon pi kapab wi!
» L'inspecteur de permis de conduire était... bourré !!!
» rentre bourré [ pv barbara ]
» pilote bourré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-