★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Ven 4 Jan - 18:03




Une nouvelle maman pour les enfants perdus.











Lyana ☆ Clochette ☆ Peter




Certains enfants ont hâte de devenir adultes et d'autres refusent simplement de grandir. C'est le cas de Peter Pan. Vivant en compagnie de la fée Clochette au Pays Imaginaire, cet éternel adolescent de dix-sept ans avait fui sa famille et son avenir bien rangé d'adulte tellement longtemps auparavant qu'il ne se souvenait même plus de sa vie d'avant. Il avait remplacé la perspective d'une existence contraignante et monotone par une vie passée à voler de royaume en royaume à recueillir des enfants qui, comme lui, ne voulaient pas grandir, une vie remplie d'aventures, de jeux, de rires te de poussière de fée. Cependant, Peter Pan avait beau vivre ainsi depuis des années, chaque enfant perdu que Clochette et lui amenaient dans leur tanière du Pays Imaginaire finissait immanquablement par vouloir repartir, animés par le même désir de retrouver leur maman.

Une maman, Peter Pan n'avait pas le souvenir d'en avoir eu une un jour. Il s'était enfui si jeune qu'aucun membre de sa famille n'avait eu le temps de lui manquer ou de laisser une empreinte dans sa mémoire. Et puis, maintenant sa famille c'était Clochette et les enfants perdus, aussi éphémère fût leur passage au Pays Imaginaire. L'insouciant rouquin ne comprenait donc pas pourquoi ses petits acolytes tenaient tellement à ces mamans mais une chose était sûre : s'il s'agissait de la seule chose qu'il leur fallait pour ne jamais partir, eh bien il leur trouverait la maman parfaite, celle qui restera pour toujours avec eux à la tanière ! Il avait fait un essai avec Wendy, une fois, mais cette maman-là n'était pas restée. Elle aussi voulait retrouver sa propre maman. Peter devait donc trouver une personne qui n'avait pas de maman à qui penser, tout en possédant toutes les qualités requises pour pouvoir s'occuper des enfants perdus : savoir raconter des histoires, être gentille et compatissante et surtout garder son âme d'enfant pour pouvoir s'amuser !

Si, jusqu'à lors, les recherches du garçon en collants s'étaient avérées infructueuses, les choses changèrent avec le retour du capitaine Crochet à Neverland. Les nouvelles de ses butins ou de ses défaites faisaient toujours le tour de l'île en un rien de temps et, cette fois-ci, le pirate avait mis la main sur un trésor qui intriguait Peter. Hook rentrait au Pays Imaginaire avec, à son bord, une jeune femme. Pourquoi le vieux poisson pourri s'embêterait-il avec une fille ? À moins que... Mais oui, évidemment ! Crochet avait fini par trouver ce que Peter cherchait : il ramenait une maman chez eux ! Il n'y avait pas d'autre explication, connaissant le pirate. Il était parti chercher la maman idéale dans un autre royaume, et il n'hésiterait sans doute pas à narguer Peter Pan et les garçons perdus en la gardant rien que pour lui ! Croire que le garçon en collants verts se laisserait faire sans rien dire était mal le connaître : le jeune homme avait monté tout un plan pour dérober la nouvelle maman de Crochet et l'installer au repère... Demander son avis à la demoiselle ? Pour quoi faire ?! Il était évident que tout le monde ici préférait la compagnie de Peter et des enfants perdus plutôt que celle de Hook, à moins d'être un pirate, bien sûr... La jeune femme n'étant pas une pirate, elle aimerait Peter Pan et serait leur maman. Voilà qui était réglé.

La nuit était tombée sur le Pays Imaginaire, et un certain garçon en collants verts s'envola en silence parmi les étoiles. Il ne comptait pas aller bien loin, cette nuit-là, il ne changeait même pas de monde ou de royaume. Non, cette nuit-là, il se contenterait d'une petite expédition sur le bateau de son célèbre ennemi. Léger comme une plume, il se posa sur le pont du navire et profita du fait que tous les pirates fussent endormis pour trouver la cachette de Hook. La maman était là, endormie. Peter Pan esquissa ce sourire plein de malice qui lui était propre et sortit une petite bourse en cuir de sa poche. Il en déversa le contenu, c'est-à-dire de la poussière de fée, sur la tête de la demoiselle endormie qui se réveilla aussitôt. Lui faisant signe de se taire en posant l'index sur sa bouche pour qu'elle n'alerte pas les pirates, le garçon tout de vert vêtu se mit à chuchoter.

▬ Je vais te délivrer ! Évoque une pensée heureuse et tu t'envoleras...

Il illustra ses paroles en lévitant de quelques centimètres, prouvant ainsi à la maman qu'il n'était pas un menteur. Une fois assuré que cette dernière avait trouvé sa pensée heureuse, il lui prit la main et se faufila avec elle dans les dédales boisés du bateau. Arrivés sur le pont, ils tombèrent malheureusement nez-à-nez avec l'un des pirates de Crochet, mais Peter n'avait plus rien à craindre. Alors que le forban dénonçait les intrus à grands cris, l'éternel adolescent se tourna vers la jeune femme qu'il venait de délivrer.

▬ Vite, ta pensée ! Vole !

Tous deux s'élevèrent dans les airs et Peter guida la demoiselle qui avait encore du mal à comprendre les principes du vol. S'immobilisant dans les airs de sorte à ce que les pirates puissent le reconnaître tout en restant hors de portée, Peter Pan poussa son cri et éclata de rire. En contrebas, il vit le manteau rouge de son ennemi favori s'agiter furieusement sur le pont. Hook l'arrosait d'insultes et de cris dans le but de le faire redescendre avec son butin, mais le jeune homme en collants verts était bien décidé à ne pas se laisser prendre au jeu et il continua de leur rire au nez, virevoltant au-dessus de leurs têtes en entraînant la demoiselle, qu'il tenait toujours par la main, à sa suite.

▬ Merci beaucoup de nous avoir ramené une maman, mon capitaine !

Il rit encore, ayant prononcé dernier mot sur un ton moqueur, puis, voyant que Crochet faisait préparer les canons, il décida qu'il était désormais temps de rentrer. Les premiers tirs retentirent, Peter et sa nouvelle maman les évitèrent plus ou moins gracieusement, puis le garçon mena la jeune femme jusqu'au cœur de l'île : l'arbre creux, repère des enfants perdus. Atterrissant doucement pour que la maman ne tombe pas, il lui lâcha enfin la main, posant les siennes sur ses hanches et gonfla la poitrine, espérant bien impressionner la jeune femme avec sa nouvelle maison. Tout était parfait, maintenant, les enfants ne voudraient plus partir avec une maman comme celle-là, ils pourraient s'amuser tous ensemble pour toujours ! Il lança un regard curieux vers le nouveau membre de leur famille.

▬ Je vais te présenter aux autres... & à Clochette, bien sûr ! Regarde un peu ça !

Peter Pan prit une profonde inspiration et poussa à nouveau son cri. Aussitôt, de l'agitation se fit entendre à l'intérieur de l'arbre immense dans lequel ils avaient élu domicile et une dizaine de têtes ensommeillées ne tardèrent pas à surgir des nombreuses entrées secrètes. En un rien de temps, tous les enfants perdus faisaient face à leur chef, ce qui fit sourire Peter de satisfaction. Fier de leur réactivité, il allait maintenant impressionner leur nouvelle maman en lui montrant qu'ils étaient bien obéissants.

▬ Enfants perdus... En rang !

Il vit ses fidèles compères de jeux s'exécuter avec joie, et il observa la réaction de la demoiselle à ses côtés, tout ceci devait forcément lui faire une très grande impression ! Mais Peter n'avait pas le temps d'attendre qu'elle réagisse à chaque mouvement des enfants, il avait une annonce très importante à faire...

▬ Les amis, je vous présente notre nouvelle maman ! Elle va s'occuper de nous et nous raconter des tas d'histoires !

À peine avait-il prononcé ces mots que les visages des enfants perdus s'illuminèrent. Certains poussèrent des cris de joie, d'autres se précipitèrent dans les bras de la demoiselle. Peter, quant à lui, était très content d'assister à cette scène. Il laissa ses amis exprimer leur joie quelques instants puis estima que c'était à lui, leur chef, de remettre un peu d'ordre dans cette scène car, déjà, les questions fusèrent de la part des enfants perdus : comment s'appelait-elle ? Connaissait-elle beaucoup d'histoire ? Quel était son jeu préféré ? Etc, etc ! Le jeune homme en collants verts leva alors les bras en l'air pour reprendre le contrôle de la situation.

▬ Du caaaaaalme tout le monde ! Laissez lui le temps de parler ou je vous livre tous aux Indiens !

Le calme revint parmi les rangs des enfants perdus et tout le monde avait les yeux rivés sur la nouvelle venue, attendant avec plus ou moins de patience qu'elle réponde à leur ribambelle de questions. Peter sourit et fit un pas en avant, juste pour se mettre en valeur. Adoptant un ton de grand sage mystérieux et tout-puissant, il brisa le court silence qui était tombé sur l'étrange groupe.

▬ Alors, nouvelle maman, raconte nous ton histoire ! Quel est ton nom ?




« I'm youth, I'm joy, I'm a little bird that has broken out of the egg. »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Sam 5 Jan - 17:50
Clochette ~ Peter ~ Lyana
D

ormir. Depuis qu'elle avait été enlevée par le Capitaine Crochet et séquestrée sur son navire, Lyana n'avait eu que peu d'heures de sommeil. Lorsqu'elle était enchaînée dans la cale, elle ne faisait que sommeiller, se réveillant au moindre bruit. Elle n'avait cessé de guetter le bruit des bottes du pirate qui venait tenter de lui soutirer quelques richesses, la faire sortir de son silence buté pour laisser s'échapper de ses lèvres quelques perles et diamants. A chaque visite, bien qu'épuisée, la princesse était bien trop inquiète pour dormir profondément. Puis il y avait eut la tentative de fuite qui lui avait été offerte, la barque, le crocodile et le sauvetage volant du Capitaine Crochet et Lyana avait définitivement quitté la cale pour se retrouvée cloîtrée dans la cabine du pirate. Là, ses conditions de vie s'étaient un peu améliorées puisqu'elle pouvait se laver et qu'elle avait accès à un sofa (voir un lit lorsque le Capitaine le lui permettait) pour dormir. Mais, même là, elle ne pouvait bénéficier d'un réel repos; partager la cabine du Capitaine était loin d'être un plaisir. Il avait sans arrêt les yeux braqués sur elle pour éviter qu'elle tente une nouvelle fois de s'échapper et, bien qu'il fut surtout attiré par les richesses produites par son don, Crochet était avant tout un homme et pas l'un des meilleurs. Aussi, Lyana craignait toujours que, dès qu'elle fermait les yeux, le pirate tenta quelque chose.
Pourtant, ce soir-là, Lyana semblait avoir de la chance. Le Capitaine avait des choses à faire sur le navire, aussi la jeune femme allait se retrouver seule. Lorsque le pirate quitta la cabine à l'avertissant de ne quitter le lieu sous aucun prétexte, Lyana alla aussitôt s'allonger sur le sofa. Partir ? Elle était si fatiguée qu'elle avait à peine la force de tenir debout alors inutile de préciser que ce n'était pas le moment pour tenter une autre évasion. La tête reposant sur un cousin et l'un de ses mains sous sa joue, la jeune femme sentit ses paupières lourdes de sommeil se fermer. Quelques secondes plus tard, elle dormait profondément.

Il lui sembla qu'elle venait juste de s'endormir lorsque la princesse sentit quelque chose sur sa tête. Se redressant brusquement, Lyana ouvrit les yeux pour découvrir, près d'elle, un jeune garçon tout de vert vêtu qui l'observait avec un grand sourire. Elle ouvrit la bouche pour lui demander qui il était mais il l'en empêcha en déposant un doigt sur ses lèvres. Lyana fit glisser ses pieds sur le sol pour se mettre en position assise. Le garçon lui déclara alors qu'il allait la délivrer. La jeune femme haussa les sourcils. Elle ne comprenait rien : qui était ce garçon ? D'où venait-il et comment avait-il bien pu monter à bord du navire ? Il lui dit alors de penser à une chose heureuse pour s'envoler. Sous les yeux ébahis de la princesse, le jeune garçon quitta le sol en guise de démonstration. Lyana n'avait encore jamais vu quelqu'un voler ! Une pensée heureuse...? Mais en quoi cela pouvait-il la faire voler ? Comprenant soudain, la jeune femme passa sa main dans ses cheveux et vit de minuscules particules dorés briller sur ses doigts. De la poussière de fée...
Alors qu'elle trouvait sans peine sa pensée heureuse, Lyana vit le jeune garçon glisser sa main dans la sienne et l'entraîner vers la sortie. Ils tombèrent nez à nez avec l'un des pirates qui était supposé surveiller la cabine et Lyana ouvrit des yeux horrifiés lorsque ce dernier se mit à hurler que la princesse était en train de s'échapper. La panique s'empara de la jeune femme lorsque le garçon lui dit de penser à une chose heureuse. Son mari, la vie heureuse qu'elle avait avant d'être enlevée, voilà quelle était sa pensée heureuse. Elle s'accrocha de toutes ses forces à cette pensée et, lorsqu'elle regarda par terre, elle constata que le pont du navire se trouvait plusieurs mètres sous ses pieds. Lyana poussa un cri de surprise et une perle glissa sur ses lèvres et tomba sur le plancher du navire. Portant sa main à sa bouche, elle jeta un coup d’œil au garçon mais celui-ci semblait bien trop occuper à se moquer des pirates sous eux. Lyana aperçut alors le Capitaine Crochet débouler sur le pont en poussant des rugissement furieux. C'est seulement là que la jeune femme se mit à réaliser ce qui lui arrivait : elle s'échappait ! Elle quittait enfin ce navire ! Elle était libre ! Et tout cela grâce à cet enfant volant ! Celui-ci semblait bien s'amuser de la colère du pirate puisqu'il se mit à tourner au-dessus de lui. Ainsi agitée, Lyana n'était guère rassurée et elle se cramponna au bras du garçon pour être sûre de ne pas tomber. Ce que cria l'enfant vêtu de vert fit hausser les sourcils à la princesse : « Maman ? » Pourquoi l'appelait-il ainsi ? Elle n'y comprenait vraiment rien. Soudain, un coup de canon se fit entendre et Lyana fut aussitôt entraînée par le garçon vers l'île, loin du navire et du Capitaine Crochet.

Au cœur de l'île, l'étrange garçon la fit entrée dans un arbre creux. Avec surprise, la jeune femme découvrir que cet arbre abritait tout un lieu habitable. Curieuse, elle regarda autour d'elle. Elle se sentait bien. Après tout ce temps passé sur le navire, respirer un nouvel air la faisait revivre. Lyana se tourna vers le garçon dans le but de le remercier mais celui-ci déclara qu'il allait la présenter aux autres à une certaine Clochette. Les autres... ? Il poussa un cri et, en un rien de temps, des dizaines de petites bouilles émergeaient de tout côté. Lyana était stupéfaite : il n'y avait que des enfants ! Tous se rassemblèrent autour du garçon en vert qui les fit se mettre en rang. Quelle autorité ! Tous les petits obéirent instantanément. Leur chef lui annonça que Lyana était leur nouvelle maman. La jeune femme allait parler pour comprendre ce qu'il entendait par là mais, en quelques secondes, elle fut entourée par tous les enfants. Deux d'entre eux lui sautèrent dans les bras tandis que les autres s'accrochaient à son pantalon de pirate et la regardaient avec une joie visible dans le regard. Devant tant de gaieté, Lyana ne put s'empêcher de sourire et elle serra chacun des enfants contre elle. Elle adorait les enfants, et pouvoir en côtoyer plusieurs avoir vécu avec des pirates était un vrai bonheur ! Mais, d'où venaient tout ces enfants ? Où était leurs parents ? Le garçon en vert l'avait appelé « maman »... Cela sous-entendait-il qu'il comptait sur elle pour s'occuper d'eux ? C'était vraiment une étrange situation.

Le chef réclama alors le calme et tous les enfants cessèrent leur agitation. Lyana était impressionnée qu'un garçon arrive à maîtriser une telle bande en un claquement de doigts. La jeune femme reposa l'enfant qu'elle tenait sur le sol et fixa le garçon qui l'avait amené jusqu'ici. Celui-ci se tourna vers elle et lui demanda son nom.

« Je m'appelle Lyana. »

Quelques roses et diamants s'échappèrent de ses lèvres et ricochèrent sur le sol. Ah... Elle avait oublié ce détail l'espace de quelques minutes. La surprise se peignit sur les traits des enfants devant ce prodige, mais Lyana ne donna pas d'explication. En tout cas, pas tout de suite. Elle voulait comprendre ce qu'elle faisait vraiment là. Elle se tourna vers le garçon en vert.

« Écoute, je te remercie infiniment de m'avoir délivré mais je ne comprend pas pourquoi tu m'as amené ici ! Et puis, pourquoi vous êtes tous ici ? Où sont vos parents ? Et pourquoi m'appelles-tu "maman" ? »

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Mer 9 Jan - 21:20






Si ma baguette casse, que le Grand Crick me croque !


Peter ミ Lyana ミ Clochette



Etait-il tôt ? Etait-il tard ? Peu importait les heures, le temps passait si lentement au Neverland qu'il était à peine palpable...Il n'y avait pas de place pour ces minutes et secondes du système mathématique car au Neverland, rien n'était acquis, tout n'était qu'illusion, imagination, un monde entier où tout était possible...

C'était dans cet étrange pays que la fée Clochette avait élu domicile. Petite peste ailée au coeur d'or, elle suivait son Peter où qu'il aille, fidèle petite lumière à ses côtés. Mais cette nuit là, le garçon était parti sans elle, il l'avait laissée dormir dans la petite maisonnette qu'il avait construite juste pour elle, faite de bois, de plume et de bijoux volés à ce scélérat de Crochet.
Il était parti elle ne savait où, courir l'aventure encore une fois, au péril de sa vie, un jeu qui l'amusait énormément ! Ainsi, lorsqu'elle entendit les cris provenant de l'extérieur de sa niche, Clochette se mit à bailler et à étirer ses petits membres gracieux. *Que ces enfants sont bruyants !* Pensa-t-elle sans faire attention à leur discussion animée.

La belle avait d'aspect le même âge que Peter mais sa naissance remontait à bien des années avant lui, heureusement, les fées avaient la particularité de rester taquines et frivoles, et en tant que plus jeune fée de sa communauté, Clochette restait aussi enfantine dans sa tête que son inséparable ami....Alors qu'elle s'observait dans le reflet d'un petit miroir de poche face à elle, en se demandant si ses cuisses n'avaient pas encore grossi, une voix féminine s'éleva et brisa sa contemplation. Clo' ouvrit de grands yeux surpris et fronça les sourcils, ce qui lui donnait un air farouche malgré sa petite taille.

Qu'est-ce qu'une fille faisait chez eux ? Ah...non ! Ca n'allait pas recommencer !

« Je m'appelle Lyana. »

En quête de réponses, Clochette ouvrit discrètement la petite porte ronde de sa maison suspendue dans un coin de l'arbre creux, passant sa tête dans l'ouverture, elle se figea d'horreur en voyant à quel point la jeune femme se prénommant "Lyana" était jolie malgré ses énormes cernes sous les yeux et sa triste tenue apparement trop grande pour elle...Comment pouvait-on avoir de si mauvais gout en matière de tenues vestimentaires ? La fée épousseta rapidement sa petite robe verte faite de végétaux parfaitement coupés et passa une mèche de cheveux blonds derrière son oreille, tsss...comme si cette fille pouvait l'intimider !

« Écoute, je te remercie infiniment de m'avoir délivré mais je ne comprend pas pourquoi tu m'as amené ici ! Et puis, pourquoi vous êtes tous ici ? Où sont vos parents ? Et pourquoi m'appelles-tu "maman" ? »

Non mais quelle dinde celle-là ! Pourquoi Peter se sentait-il toujours obligé de ramener la première greluche venue ? La petite peste sortit enfin de sa cachette en volant, elle devint alors un point lumineux qui se mit à tournoyer autour des enfants perdus pour finir par se poser en douceur sur l'épaule de Peter Pan.

"Ils n'ont pas de parents, c'est pourquoi ils sont là ! Et comme tu es vieille, ils t'appellent "maman", voilà tout !" Répondit sur un ton tranchant la fée tout en tapotant la joue du beau roux avec tendresse. Clochette la détailla des pieds à la tête, observa les roses et les diamants qui se trouvaient au sol, prit son air hautain et s'approcha de l'oreille du jeune homme pour lui murmurer :

"Pourquoi tu l'as ramené ici ? C'est une pirate, elle porte les vêtements des pirates ! Livrons la aux indiens Peter ! En plus, elle est bizarre, regarde ce qu'elle crache quand elle parle ! Je ne lui fais pas confiance ! "

Clochette n'était pas méchante, simplement, les fées sont trop petites pour ressentir plusieurs émotions à la fois, ainsi, c'est la jalousie qui la poussait toujours à de telles extrémités.
Elle gonfla ses joues pour exprimer son mécontentement et voleta au dessus de la dite Lyana avant que Peter ne la gronde pour son comportement. Clo' vola jusqu'à la jeune femme et se posa sur sa tête avec force avant de sautiller dans ses cheveux...

"C'est un drôle de sortilège qui t'habite pirate ! Il me rappelle une vieille histoire tiens ! Crochet doit être fou de toi, un vrai trésor sur pattes ! C'est pour ça que tu es à bord du Jolly Roger ?"

Il jubilait, le petit démon ailé...Cette fille avait l'air plus vieux que Wendy et tout portait à croire qu'elle n'était pas vraiment une invitée de James Crochet, sa main blessée par exemple, les marques de fatigue sur son visage tiré, à coup sûr l’affreux poisson pourri la retenait contre son grès...Ces détails n'avaient pas échappé à l’œil inquisiteur de la petite fée qui aurait dû prendre pitié de Lyana, mais peu importait, elle se devait de faire passer la jeune femme pour l'ennemi de peur que son Peter n'en tombe amoureux...La jalousie est un vilain défaut, que voulez vous ! !

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Mar 29 Jan - 1:35




Une nouvelle maman pour les enfants perdus.











Lyana ☆ Clochette ☆ Peter




Peter était vraiment très fier de lui pour avoir arraché cette maman des griffes de Crochet, il devait bien être fou de jalousie, à l'heure qu'il était, bien fait pour lui ! Le roi des collants verts fit exprès de montrer son autorité à la maman, qu'elle comprenne tout de suite qu'il était merveilleux et que tout le monde adorait lui obéir. Une fois sa petite démonstration faite, il fit mine de lui accorder son attention, quel honneur elle devait ressentir ! Ainsi, il lui demanda son nom.

▬ Je m'appelle Lyana.

Peter avait eu un peu envie de rire, c'était un prénom bizarre ça, Lyana ! Mais, surtout, ce qui attira son attention et celle de tous les enfants perdus par la même occasion, ce furent les petites pierres brillantes et les fleurs qui se trouvaient désormais aux pieds de la maman. Les Jumeaux lâchèrent un "oh !" de surprise, tandis que la Guigne demanda franchement à la maman ce qu'elle était en train de manger. Aussitôt, la Plume, qui était le plus gourmand, demanda s'il pouvait en avoir aussi, quoi que fût ce qu'elle pouvait bien manger. Peter ramassa un diamant par terre, l'examina comme s'il était expert en diamant en poussant des "Hmmm... Je vois..." et des "Très intéressant !" de temps à autre mais, lorsqu'il vit que personne ne faisait attention à lui, il fronça les sourcils, balança le caillou transparent par-dessus son épaule et remit de l'ordre dans les rangs de ses fidèles compagnons.

▬ Sileeeeeence !

Il jeta un regard suspect à la maman, il faudrait qu'ils règlent son problème de bave bizarre, qui pouvait bien avoir des fleurs et des cailloux pour salive ? Cela devait être très gênant ! Et puis, il ne voulait pas qu'elle assomme quelqu'un en leur racontant des histoires ! Lyana devait avoir remarqué qu'il l'observa car elle se tourna vers lui et reprit la parole, bavant encore plein des pierres précieuses de diverses formes et couleurs.

▬ Écoute, je te remercie infiniment de m'avoir délivré mais je ne comprend pas pourquoi tu m'as amenée ici ! Et puis, pourquoi vous êtes tous ici ? Où sont vos parents ? Et pourquoi m'appelles-tu "maman" ?

Peter éclata de rire, elle ne savait pas grand-chose, cette maman ! Et elle posait des questions bizarre, pourquoi croyait-elle qu'il l'avait menée jusqu'à leur cachette si ce n'était pas pour prendre soin d'eux ? Il allait lui expliquer tout cela lorsque son attention fut attirée par une petite boule de lumière qui voletait autour d'eux.

▬ Oh, bonjour Clo ! Regarde, je nous ai trouvé une maman, ne suis-je pas merveilleux ?

Il désigna Lyana du doigt, ignorant le fait que ça soit impoli, tandis que la fée se posait sur son épaule. Il n'était pas très modeste, mais il était galant, aussi décida-t-il de laisser les dames discuter un peu entre elles, sans écouter ce que Clochette répliquait à la maman, il avait reporté son attention sur le trésor à terre. Et s'ils allaient narguer les pirates avec leurs nouveaux cailloux brillants ? Il avait pensé quelques secondes à simplement jeter ces choses inutiles mais il s'était rappelé à quel point Crochet et son équipage aimait ces pierres, à tel point qu'ils en remplissaient régulièrement des coffres entiers. Oh, bien sûr, Peter Pan et les enfants perdus se faisaient toujours une joie de leur voler leur butin, juste pour les embêter. Du coup, il était persuadé que Crochet serait très jaloux si Peter venait lui montrer son propre trésor ! Il ordonna donc au Frisé de ramasser les trucs entassés aux pieds de Lyana et de les ranger dans un coin. Clo lui tapota la joue, et l'espiègle garçon écouta ce que sa plus fidèle amie avait à lui dire, persuadé qu'elle allait le féliciter d'avoir amené une nouvelle fille chez eux.

▬ Pourquoi tu l'as ramené ici ? C'est une pirate, elle porte les vêtements des pirates ! Livrons la aux Indiens, Peter ! En plus, elle est bizarre, regarde ce qu'elle crache quand elle parle ! Je ne lui fais pas confiance !

Peter fronça les sourcils : où étaient passés ses compliments ? Il siffla entre ses dents, déçu. La fée semblait avoir deviner son état d'esprit car elle s'éloigna aussitôt. Elle avait gonflé ses joues, signe qu'elle n'était pas contente non plus. Mais Peter savait qu'elle disait n'importe quoi, ce n'était pas de la faute de la maman si elle bavait des fleurs et qu'elle ne savait pas s'habiller correctement ! Non, il ne pouvait pas abandonner sa nouvelle maman aux Indiens, lui qui avait été si fier de la dérober aux pirates !

▬ Clo, ce n'est pas une pirate ! Je l'ai volée à Crochet ! Maintenant c'est notre maman !

Il regarda la fée sautiller dans les cheveux de leur maman. Il trouvait cela tout à fait normal qu'elles soient déjà si proches, elles devaient être devenues amies pendant qu'il donnait ses ordres quant au trésor ! D'ailleurs, il ordonna à la Plume de donner un seau à la maman pour qu'elle ne recommence pas à baver par terre.

▬ C'est un drôle de sortilège qui t'habite, pirate ! Il me rappelle une vieille histoire tiens ! Crochet doit être fou de toi, un vrai trésor sur pattes ! C'est pour ça que tu es à bord du Jolly Roger ?

Peter leva les yeux au ciel, Clochette n'avait rien compris ! Il était le seul intelligent ici, le seul a avoir compris que Crochet n'était qu'un gros pirate en mal d'amour de maman, et qu'il avait voulu faire endosser ce rôle à Lyana la baveuse !

▬ Crochet est un poisson pourri !

Lança-t-il, ne comprenant pas vraiment pourquoi la fée disait tout ça, ce qui l'énervait. Aussitôt, les enfants perdus reprirent en chœur l'insulte au capitaine pirate, regonflant ainsi l'estime du garçon en collants.

▬ Bien bien bien ! Notre maman va maintenant nous raconter une histoire !

Il se fichait pas mal de ce que pensait la maman en question, le fait que Clochette parle de choses qu'il n'avait pas envie de comprendre l'avait juste poussé à changer de sujet au plus vite. Tous les enfants s'immobilisèrent, une fois encore, les yeux rivés sur la nouvelle venue. Leurs regards étaient brillants d'excitation, ils étaient si innocents... Ils attendaient juste que quelqu'un prenne soin d'eux ! Peter Pan sourit, à tout les coups, Lyana était très attendrie par le spectacle !

▬ Tout le monde au lit, et que ça saute !

Les enfants ne se le firent pas prier et aussitôt des tas de hamacs ingénieusement pendus à travers la tanière firent leur apparition et se remplirent de petits corps avides d'entendre l'histoire. Peter offrit un tabouret, qui était en réalité une souche coupée à bonne hauteur, à Lyana, et voleta gaiement dans les airs, restant suspendu en tailleur avec sa flûte dans les mains, juste au cas où il s'ennuierait en écoutant Lyana. Il vit Clochette virevolter entre les hamacs et lui fit un petit signe pour qu'elle vienne près de lui, se blottir dans son cou comme ils le faisaient souvent. Fier de voir tous ses amis silencieux, il baissa le regard en direction de la nouvelle maman, s'assurant qu'elle avait bien pris son seau sur ses genoux.

▬ Très bien, on t'écoute !




« I'm youth, I'm joy, I'm a little bird that has broken out of the egg. »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Ven 1 Fév - 18:42
Clochette ~ Peter ~ Lyana
A

peine Lyana eut-elle achevé de parler, qu'une petite voix féminine se fit entendre. C'est avec surprise que la jeune femme vit une toute petite fée blonde se poser délicatement sur l'épaule du garçon. Les paroles qu'elle lui adressa furent loin d'être sympathiques et Lyana fronça légèrement les sourcils: "vieille" ? Elle était certes un peu plus âgée que tout ces enfants mais de là à dire qu'elle était vieille... Et puis, elle dit que les enfants n'avaient pas de parents... Soudain, Lyana se souvint de ce que le Capitaine Crochet lui avait dit à propos des enfants perdus et son visage s'éclaira brièvement. De son côté, le garçon vêtu de vert ne se départit pas sa bonne humeur et vanta sa trouvaille. A croire que Lyana était un objet qu'il avait trouvé quelque part et qu'il avait décidé de ramener. Un peu comme un enfant qui ramène à ses parents un chien trouvé dans la rue. La petite fée, qui s'appelait vraisemblablement Clochette, détailla la princesse des pieds à la tête. Cette dernière avait conscience que, avec les vêtements du Capitaine Crochet sur le dos, elle devait offrir une drôle de vision. Grâce à son ouïe très affinée, Lyana entendit parfaitement les paroles que Clochette murmura à l'oreille du garçon et elle arqua un sourcil : elle qui croyait que les fées étaient aimables... Ce n'était pas le cas de toutes apparemment. Sentant l'agacement pointer, la jeune femme dit avec les sourcils froncés.

« Bien sûr que non, je ne suis pas une pirate ! Cela fait des jours que je suis séquestrée sur le bateau du Capitaine Crochet ! »

Les événements prenaient une tournure qui désorientait Lyana. Elle avait l'impression d'avoir été libéré du Jolly Roger et de ces fous de pirates pour arriver dans un endroit encore plus incompréhensible ! Ce que dit Clochette parut déplaire au garçon car celui-ci, d'un claquement de langue, lui imposa le silence. Néanmoins, la petite fée retrouva vite sa langue car elle quitta l'épaule du garçon pour venir se poser sur la tête de Lyana ! Fronçant les sourcils, la jeune femme posa ses mains sur ses hanches et leva les yeux tandis que Clochette sautillait sur sa tête. La princesse n'avait pas mal du tout bien sûr mais les petits sauts de la fée étaient agaçants. Lyana était d'un naturel patient mais la grande fatigue et le fait de ne rien comprendre à la situation étaient déjà lourds à porter; et les trépignements de la petite fée teigneuse n'arrangeaient pas les choses.

« Bien sûr que c'est pour cela. Pour quelle autre raison me trouverai-je sur ce navire ? »

Cela dit, Lyana secoua brièvement la tête pour déloger la petite fée. Soudain, Lyana reporta son attention sur le garçon tout de vert vêtu; il venait d'annoncer que la princesse allait leur raconter une histoire. Lyana allait protester mais, lorsqu'elle vit tous les petits regards tournés vers elle, les mots moururent sur ses lèvres. Malgré la bizarrerie de la situation, le cœur de Lyana ne pouvait se résoudre à décevoir tout ces enfants. Elle n'était pas mère mais elle en avait la douceur et ne ferait jamais rien qui pourrait blesser un enfant. Et puis, ces enfants n'avaient pas de parents... Ils devaient sans doute manquer d'amour.

Obéissant à l'ordre du petit chef vert, tous les enfants perdus gagnèrent les hamacs suspendus un peu partout. C'était vraiment un lieu assez incroyable que cette tanière ! Résolu à faire ce que l'on attendait d'elle, Lyana prit place sur la souche que poussa le garçon vers lui. Avec une sourire en coin, elle prit également sur ses genoux le sceau qui devait accueillir les pierres qui jaillissaient de sa bouche. Comme un signal de départ, le chef la pria de commencer. Lyana réfléchit un instant, se demandant ce qu'elle pourrait raconter. Elle n'avait jamais eu droit à des histoires lorsqu'elle était enfant et elle n'avait appris à lire que récemment; sa connaissance en contes et autres histoires pour enfants était donc très limitée. Finalement, Lyana se décida à raconter une histoire qu'elle connaissait parfaitement : la sienne. Prenant une inspirant, la jeune femme commença à parler d'une voix douce, son regard se promenant sur toutes les bouilles tournés vers elle.

« Il était une fois, dans une petite maison isolée, vivaient un homme avec sa femme et ses deux filles. Ces filles se nommaient Fanchon et... Amy. » Lyana avait marqué une hésitation mais décida de ne pas se nommer tout de suite. « Si le père préférait Amy, la mère adorait Fanchon; tout comme elle, elle était paresseuse et très désagréable. En revanche, la mère détestait profondément son autre fille mais, par égard pour son mari, elle dissimulait cette aversion. Malheureusement, le père tomba gravement malade et il mourut quelques jours plus tard, laissant Amy seule avec sa mère et sa sœur aînée. » Sentant l'émotion lui prendre la gorge, Lyana marqua une pause mais se reprit vite. « Dès lors, la veuve ne cacha plus sa haine et réduisit Amy au statut d'esclave : elle devait faire tout le ménage et la cuisine, à chaque repas elle n'avait droit qu'aux restes de sa mère et de Fanchon et, en guise de lit, elle n'avait droit qu'à un tas de paille. Amy était devenue une esclave dans propre maison... »

Lyana s'arrêta un instant. Elle regardait les visages des enfants tournés vers elle, espérant qu'elle n'était pas une mauvaise conteuse. Devant les mines attentives des petits, elle devait plutôt bien se débrouiller.

« Pourtant, un jour, la chance finit par sourire à Amy. Parmi les nombreuses tâches qu'elle devait accomplir, elle devait se rendre deux fois par jours à une lointaine fontaine, chargée d'une grosse cruche qu'elle devait remplir d'eau. Un jour qu'elle arrivait devant la fontaine, elle vit une vieille dame aux lèvres déséchées qui lui demanda un peu d'eau. » Au fur et à mesure qu'elle parlait, les images défilaient dans la tête de Lyana. Dire que tout cela ne remontait qu'à un an. Elle avait la sensation qu'il s'était écoulé des siècles depuis cette rencontre qui changea sa vie. « Aussitôt, Amy remplit sa cruche et la présenta à la malheureuse, la levant bien haut pour qu'elle puisse boire tout à son aise. Lorsqu'elle se se fut désaltérée, la vieille dame dit : " Vous êtes si belle, si bonne et si honnête, que je ne puis m’empêcher de vous faire un don". En effet, c’était une fée qui avait pris le forme d’une pauvre femme, pour voir jusqu’où irait l’honnêteté de la jeune fille. Sortant une baguette de ses vêtements, la fée déclara : "Je vous donne pour don qu’à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou une fleur, ou une pierre précieuse." Plus tard, Amy revint chez elle, extrêmement en retard. Sa mère la réprimanda sévèrement et lui ordonna d'expliquer les raisons de son retard. Mais, à peine Amy eut prononcé un mot, qu'une dizaine de roses et de perles jaillirent de sa bouche et ricochèrent sur le sol de terre. S'adoucissant soudain et se montrant pour la première fois de sa vie très gentille avec sa cadette, la mère demanda comment ce prodige était arrivé. Obéissante, Amy raconta tout et la mère, se tournant vers Fanchon, lui ordonna de se rendre à la fontaine pour qu'elle obtienne elle aussi cet incroyable don. Fanchon fit longtemps la tête - la fontaine était très loin - mais finit par obéir. Cependant, la rencontre avec la fée ne se passa pas aussi bien qu'avec Amy car, lorsqu'elle revint à la maison, ce n'était pas des perles qui tombaient de sa bouche mais des serpents et des crapauds !»

Lyana avait toujours ignoré ce qui s'était passé à la fontaine. Elle supposait qu'elle s'était montrée désagréable avec la fée qui avait décidé de la punir. Pour le coup, elle avait été bien punie ! La jeune femme s'arrêta un moment pour reprendre son souffle, mais aussi parce que le sceau qu'elle avait sur les genoux était désormais plein de pierreries et qu'elle ne voulait pas en répandre plus sur le sol.

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Dim 3 Mar - 19:32






Avant que tout s'éveille, attrapez moi, mais pas le bout des ailes, une fée c'est fragile en soit !


Peter ミ Lyana ミ Clochette



« Bien sûr que non, je ne suis pas une pirate ! Cela fait des jours que je suis séquestrée sur le bateau du Capitaine Crochet ! »

Houla du calme l'intruse ! Clochette n'aimait ni le ton ni les manières de la nouvelle venue, pour qui se prenait-elle pour lui parler ainsi ? La petite fée lança un regard meurtri à Peter, il aurait dû la livrer aux Indiens juste pour ces quelques mots...Mais non, comme toujours Peter excusait la gente féminine et même si en réalité il n'y faisait pas attention, Clochette était certaine qu'il la préférait déjà à elle ! Trahisonnnnn, disgraceee ! La créature ailée, posée sur la tête de cette Lyana, s'amusa à sautiller férocement et à mettre tout son poids dans ses pas...Pfff quelle coiffure hideuse ! Tous ces nœuds un peu partout témoignaient du manque de soin dont les cheveux de la jeune femme étaient victimes. Comment Peter avait-il pu se prendre d'affection pour une chose aussi immonde ? Une maman disait-il ? Non, pas encore cette histoire de maman absurde ! Clo' avait déjà eu assez de mal à virer l'ancienne occupante de ce poste alors que ce n'était qu'une enfant et maintenant, voilà qu'il ramenait une adulte qui crachait des bijoux entre autres choses...C'était désespérant !
La jalousie de Clochette empirait au fil des secondes, mille et un plans se bousculaient dans sa petite cervelle avec pour seule issue, la mort tragique de l'étrangère...ou au moins sa disparition mystérieuse ! Les fées étaient considéraient comme bonnes et avenantes la plupart du temps, c'était leur boulot de répandre la magie de leur poussière à des fins bénéfiques, mais très peu de personne savait qu'avoir une fée comme ennemie était bien plus dangereux qu'être la captive d'un stupide capitaine pirate par exemple. Puisqu'elle ne ressentait qu'une seule émotion à la fois, sa jalousie ne désemplissait pas, ne prenant même pas le temps d'absorber une dose de compassion à l'égard de la prisonnière de Crochet.
Lyana confirma son statut sur le même ton agacé tandis que Peter gueula simplement :

▬ Crochet est un poisson pourri !

Clochette l'observa quelques secondes et soupira de lassitude, elle aurait dû le prévoir, le garçon qu'elle aimait ne faisait jamais attention à ses dires, bien trop entêté qu'il était à s’enorgueillir de sa capture. Clochette tira la langue aux enfants perdus qui reprenaient en coeur l'insulte aux accents marins et croisa les bras avant de décoller dans les airs, chassée par la nouvelle comme un vulgaire insecte. Raaaa...très bien, Peter voulait une mère ? Qu'il la garde, si elle s'échappait pour prévenir Crochet et lui indiquer leur cachette ça ne serait pas de sa faute cette fois ! La blondinette releva le menton de façon tout à fait hautaine et virevolta dans un coin tandis que son héros en collant ordonnait une histoire à sa nouvelle maman. Pfff...Elle aurait très bien pu leur en raconter elle aussi, des histoires, mais La Plume avait laissé dire une fois que les récits des fées étaient ennuyants, sales gosses...rooo et puis de toutes façons, il était hors de question que Clo' endosse le rôle de la figure maternelle, elle les avait tous sauvé d'une mort certaine, abandonnés pendant sept jours par leurs parents, ils lui étaient redevables pour le restant de leur vie, c'était déjà beaucoup ! Étouffée par sa jalousie maladive, Clochette n'observa que d'un œil distrait la scène qui se déroulait en bas, les enfants qui allaient rapidement retrouver leurs couchettes, Peter suspendu dans le vide en tailleur et Lyana sur son tabouret qui commençait son histoire. Dés les premières phrases, elle su qu'elle s’ennuierait à en mourir, encore un conte stupide sur une pauvre petite fille rejetée par sa mère, c'est bon, la "Wendy à Plume" les avait assez bassinés avec l'histoire de cette dénommée Cendrillon !
Clo' remarqua le geste de Peter pour qu'elle vienne se poser sur son épaule et si elle refusa aux premiers abords en faisant la moue, elle ne résista pas bien longtemps à l'envie de le rejoindre. Cet idiot savait comment l’attendrir. Elle continuerait de bouder mais blottie contre lui. Ramenant un peu le tissu vert qui couvrait le garçon pour s'en faire une petite couverture, elle se réchauffa contre la peau de son ami sans cesser de bailler bruyamment pour montrer à quel point l'histoire de l'intruse mal fagotée était ennuyante pour elle.

" Pourtant, un jour, la chance finit par sourire à Amy. ....."

- Blablabla...Dit tout haut Clochette de sa petite voix aiguë tandis que la Guigne s'écria :"CHUUT CLO' !" ce qui la vexa davantage. Rouge de colère, elle fulmina en silence, lançant un regard noir à cette Lyana alors qu'elle continuait son histoire. Elle ne fit pas attention à toute la première partie du récit, préférant se mettre les mains sur les oreilles en grimaçant. Néanmoins, elle commença à devenir plus attentive en entendant le mot "fée". Ce conte lui donnait une impression de déjà vu...Surtout qu'à la réflexion, en voyant toutes ces pierres précieuses, ces fleurs et ces perles qui se déversaient au fur et à mesure que la jeune femme ouvrait la bouche, ce récit était forcement le sien. Clochette était à présent aussi captivée que les enfants, observant avec curiosité l'étrangère, se mettant même debout, tellement pressée de savoir la fin, cette fin qu'elle croyait connaitre.

"Cependant, la rencontre avec la fée ne se passa pas aussi bien qu'avec Amy car, lorsqu'elle revint à la maison, ce n'était pas des perles qui tombaient de sa bouche mais des serpents et des crapauds !"

Le démon ailé ouvrit de grands yeux surpris, resta quelques secondes à fixer Lyana la bouche ouverte et finit par se tordre de rire. Un fou rire énorme la prit, elle se laissa tomber en arrière, se tortillant dans tous les sens, mille convulsions s'emparait de son corps. Sa joie sembla étonner les enfants qui étaient partagés entre l'hilarité et l'incompréhension. Le petit rire de la fée taquine se répercuta en de nombreux échos à travers la cachette, des larmes coulèrent le long de ses joues.

- Les ser...pents...et les crapauds...Hahaha...

La Guigne demanda à Peter si une fée pouvait mourir de rire ce qui refroidit un peu Clochette qui se calma. Tous les regards étaient braqués sur elle, essuyant ses yeux avec le col de Peter, sa bonne humeur avait fait totalement disparaitre sa colère et c'est d'une voix un peu moqueuse qu'elle dit :

- Avoue que c'était une idée de génie non ? Les crapauds et les serpents ! La créature s'adressait directement à Lyana. Elle vola droit vers elle et resta dans les airs devant son visage, la fixant avec un regard nouveau.

- Ça alors, Lyana, mais bien sur ! Mes amies parlaient tellement de toi ! Ses petits yeux miels jonchèrent longuement la fausse pirate et alors un léger sourire plus amical anima ses lèvres.

- Peter, ta maman est une princesse qui s'est faite enlever par Crochet, parce qu'elle crache des bijoux ! Fière de sa découverte qui n'en était pas vraiment une, elle tourna la tête vers son ami en espérant lire sur son visage toute la déception qu'il aurait pu ressentir en comprenant que ce n'était pas une vraie maman et qu'elle avait raison depuis le début.

- Bon maintenant on la livre aux Indiens ? Ajouta-t'elle le plus naturellement du monde. Il ne manquerait plus que Peter souhaite garder une princesse avec eux, pire, qu'il veuille l'épouser un jour, mieux valait l'éloigner d'ici même si sa sympathie pour la brune avait augmenté. La rendre à Crochet serait bien trop cruel, quand aux sirènes elles n'hésiteraient pas à la noyer, Clochette faisait une fleur à la jeune femme en pensant aux indiens, qu'elle se le dise ! Et puis, ce n'était pas vraiment contre elle, c'était simplement, stratégique !

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Mar 19 Mar - 20:37




Une nouvelle maman pour les enfants perdus.











Lyana ☆ Clochette ☆ Peter




Peter Pan était un sale gosse, oui, mais un sale gosse organisé ! Ainsi, et ce car il ne souffrait aucun refus, il organisait soigneusement ses idées lorsqu'il voulait vraiment que quelque chose se passe. Par exemple, en cet instant précis, le fait d'envoyer les enfants perdus dans leur lit et d'installer la maman baveuse sur son tabouret n'avait rien de hasardeux : il s'agissait de sa combien pour que la nouvelle venue leur raconte une histoire & jusqu'ici cela fonctionnait à merveille... Il avait même réussi à contrer l'imprévu en lui donnant un seau ! Ainsi, Lyana n'avait eu d'autre choix que d'obtempérer, soumise aux regards scrutateurs et aux oreilles attentives des habitants de l'arbre creux.

▬ Il était une fois, dans une petite maison isolée...

Et ce fut à peu près le moment où Peter cessa d'écouter. Cette histoire l'ennuyait déjà, il devait bien reconnaître que sa nouvelle maman avait une vois beaucoup trop monotone pour le captiver... Le fait qu'elle en soit uniquement à la première phrase de son récit ne l'excusait en rien aux yeux du garçon ! Poussant un soupir discret, il décida de s'occuper pendant que les autres écoutaient l'histoire en effectuant des tours sur lui-même, en toujours assis en tailleur dans les airs. Cela ne dérangerait pas Clo, à coup sûr, puisqu'elle démontrait son désintérêt pour l'histoire de Lyana à grands coups de bâillements et de petits commentaires. Enfin... Sans doute aurait-ce été ce que le facétieux rouquin aurait pensé s'il avait considéré le fait que Clochette était posée sur son épaule. Mais, étant donné qu'il n'y avait pas songé, il ne s'était pas donné la peine d'y réfléchir.

À présent, l'éternel adolescent n'essayait même plus de faire semblant d'écouter. La voix de la maman faisait office de fond sonore et seules les interventions de Clochette distrayaient Peter. C'est pourquoi, lorsque les garçons perdus la grondèrent, il leur lança un regard très fâché et sans doute aurait-il répliqué sa Lyana n'avait pas aussitôt repris son récit, captivant à nouveau, ce faisant, l'attention des enfants. Mais, malheureusement, même la petite fée semblait s'être laissée prendre par l'histoire car elle finit par cesser d'interrompre la baveuse, laissant Peter seul à son ennui. Pourtant, ils savaient tous, excepté la maman, qu'il n'était jamais bon de laisser le garçon en collants verts s'ennuyer, c'était même plutôt dangereux ! Une chance pour l'assemblée, donc, que Clochette interrompît l'histoire en explosant de rire. Pourquoi la Rétameuse était-elle si hilare ? Peter Pan n'en avait aucune idée et il s'en fichait pas mal, du moment que cela mettait fin à cette interminable histoire ! La Guigne lança alors un regard interrogateur à son chef et lui posa une question sur la mort et les fées, à laquelle le rouquin répondit fièrement.

▬ Bien sûr ! Comme nous tous !

Enfin... Il n'en avait jamais eu la preuve mais cela devait forcément être vrai, puisque l'on utilisait cette expression. Sa petite fée se calma aussitôt et quitta son épaule pour voleter vers la maman, lui parlant de ses amis les crapauds, ou un truc comme ça... Le jeune homme haussa les épaules et s'allongea sur le ventre, toujours en volant, évidemment. Il scrutait les garçons perdus, et si jamais il en prenait un à avoir l'air de comprendre ce qui se passait entre les deux femmes de la maison alors que lui n'avait rien saisi... Mais ses fidèles compagnons n'avaient rien à craindre car Peter voyait bien qu'ils étaient tous perdus. Rassuré, il afficha un sourire supérieur : ahhhh, décidément, ils n'étaient pas bien malins, comparés à lui ! Ricanant dans son coin, il n'avait rien écouté non plus de ce que Clo avait dit à la maman mais son amie de toujours se tourna vers lui et, en une phrase, résuma tout ce qu'il avait manqué.

▬ Peter, ta maman est une princesse qui s'est faite enlever par Crochet parce qu'elle crache des bijoux !

Peter arqua un sourcil en entendant le mot princesse... Est-ce que les princesses pouvaient être des mamans ? Voilà un problème épineux qui se présentait à lui ! Son regard se posa sur le seau rempli de cailloux brillants : encore un soucis... Exécutant une pirouette pour se redresser, il atterrit en toute agilité devant Lyana et croisa les bras contre son torse. La scrutant avec attention, il commençait à se dire que, finalement, Crochet était bien bête de vouloir une maman pareille... Tout ça pour les cailloux ? Mais elle n'avait même pas la voix d'une conteuse ! Et en plus c'était une princesse ! Non, décidément, il ne pouvait pas laisser les choses continuer de la sorte. Il saisit le seau et le refourgua à La Plume pour qu'il se débarrasse de son contenu.

▬ Bon, maintenant on la livre aux Indiens ?

Clochette venait de lancer cette idée et Peter devait bien avouer qu'il considéra la chose durant quelques secondes... Avant de hausser les épaules et s'envoler à l'autre bout de la salle. De là, il scrutait en silence la petite assemblée et fronçait délibérément les sourcils pour montrer qu'il réfléchissait et que c'était très très important. Les Indiens ? Mais ils n'avaient pas besoin de maman ! La jeune femme n'était pas assez petite pour vivre avec les fées et pas assez pourvue d'écailles pour rejoindre les sirènes... La laisser seule dehors avec les bêtes sauvages ? Ce n'était pas très gentil. AU bout de quelques minutes, Peter revint vers Lyana, interrompant toute conversation qui avait pu prendre vie durant son court isolement.

▬ Dis, si tu es une vraie princesse... Où es ton prince ? Pourquoi n'as-tu pas de couronne ? Où es ta belle robe ? Pourquoi n'es-tu pas bien coiffée ? Pourquoi ton teint est tout cireux au lieu d'être rose et frais ?

Il la bombardait de questions en lui tournant autour tel un vautour sans lui laisser l'occasion de répondre. Ses doutes se propagèrent comme une traînée de poudre parmi sa fidèle petite troupe et bientôt tous les enfants commençaient à critiquer Lyana. Le rouquin n'était pas certain d'avoir une vraie princesse en face de lui, si cela se trouvait elle mentait.... & il n'aimait pas du tout les mensonges ! Décollant un peu du sol pour dominer la maman, il lui lança d'un air suspicieux :

▬ J'ai déjà vu de vraies princesses, moi, tu sais ! N'essaie pas de me faire croire que tu en es une, menteuse... Baveuse ! Tu n'es même pas une maman !

Voilà, c'était dit ! Les plus jeunes des enfants perdus laissèrent échapper un soupir choqué : la maman avait osé mentir à Peter Pan ! Tous ici savaient désormais qu'elle ne resterait pas avec eux... Mais qui pouvait prévoir le sort que le garçon volant lui réservait ? Ils n'eurent pas besoin de se poser la question bien longtemps car le chef du groupe se tourna vers eux dans un geste théâtral, ignorant royalement la princesse. Un éclair de malice illuminait son regard, ce qui pouvait se révéler dangereux, et son ton était sans appel.

▬ Je convoque le conseil spécial !

Aussitôt, tous les enfants sautèrent de leur lit et formèrent un cercle autour de Peter, impatiente de découvrir ce qu'il avait à leur dire. Ce dernier afficha un énième sourire satisfait en constatant qu'ils avaient été très rapides à rappliquer. Se baissant pour que la princesse ne puisse pas entendre ce qu'il avait à dire, il se mit à chuchoter en adoptant une mine très sérieuse.

▬ Regardez la, habillée comme ça, c'est forcément une pirate ! Elle ne sait même pas raconter d'histoires ! Nous ne pouvons pas la garder... Non pas de doute, il n'y a qu'une chose à faire, et vous admirerez ma grande générosité... Puisqu'elle aime tellement Crochet et son équipage, nous allons lui rendre !

À ces mots, les enfants perdus approuvèrent tous solennellement mais ce n'était pas comme s'ils avaient leur mot à dire, de toute manière ! Le Frisé en profita pour louer la fameuse générosité de Peter et ce dernier lui tapota sa tête recouverte de bouclettes en signe de gratitude avant de se redresser et faire face à Lyana, un inquiétant sourire accroché aux lèvres, tandis que les enfants se dispersaient dans la pièce.




« I'm youth, I'm joy, I'm a little bird that has broken out of the egg. »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Mer 10 Avr - 12:03
Clochette ~ Peter ~ Lyana
R

aconter des histoires n'était vraiment pas la tasse de thé de la jeune femme, et elle en avait parfaitement conscience. Ne connaissant pas beaucoup de contes, Lyana n'avait pas su quoi raconter et c'est par défaut qu'elle s'était rabattue sur sa propre histoire. Elle ne s'attendait pas à capter son auditoire mais, étant donné qu'elle n'avait pas le choix, elle devait se plier au désir du petit chef tout de vert vêtu. Au fur et à mesure qu'elle parlait, la princesse ne faisait pas attention à la fée Clochette qui s'ennuyait ferme et parlait tout haut pour détourner l'attention. La demoiselle était vraiment prête à tout pour les pieds de Lyana ! Cette dernière se demandait ce qu'elle avait bien pu lui faire pour attirer autant d'antipathie ! Du coin de l’œil, elle vit que Peter n'était pas plus intéressé que son amie ailée par ce qu'elle racontait : avec un peu de chance, elle pourrait vite s'arrêter de parler. Mais, curieusement, malgré le ton monotone de son discours qui était du à sa maladresse de conteuse et sa fatigue, tous les autres enfants semblaient captivés par ce qu'elle racontait. S'il n'y avait eu que Peter et Clochette, Lyana se serait vite tue puisque son histoire était ennuyeuse. Cependant, elle ne voulait pas faire de la peine aux enfants qui avaient l'air si heureux de l'écouter. Aussi, elle poursuivit son récit tout en se demandant comment elle avait réussit à se retrouver, encore une fois, dans une situation aussi étrange.

Soudain, alors que Lyana abordait la partie de son histoire où sa sœur s'était mise à cracher des crapauds et des serpents dans toute la maison de leur mère, un violent éclat de rire retentit dans la tanière. La princesse s'interrompit e posa son regard sur la fée Clochette qui était à l'origine de ce rire : qu'avait-elle encore bien pu dire pour déclencher une telle hilarité ? Tous s'étaient tournées vers la fée, se demandant ce qui lui arrivait. C'était un drôle de spectacle de voir un être si petit se tordre dans tous les sens à cause d'un fou-rire. Haussant les sourcils, Lyana observa Clochette se rapprocher d'elle. Tout d'abord, lorsqu'elle parla d'une idée de génie, la jeune femme pencha légèrement la tête sur le côté, sans comprendre. Puis, au fur et à mesure qu'elle parlait, le visage de Lyana s'éclaira.

« C'était toi ?! »

La surprise passée, le fait que Clochette ait lancé un tel sort à sa sœur ainée lui paraissait plutôt logique : cela semblait être dans son caractère d'utiliser la magie de cette façon... Derrière la petite fée, c'était l'incompréhension totale ! Qui aurait pu croire que Clochette et Lyana étaient liées d'une certaine façon ? Se retournant vers Peter, la petite demoiselle déclara qu'ils avaient à faire à une princesse. Le petit chef arqua un sourcil, ce qui ne rassura pas la jeune femme : qu'est-ce qui allait bien pouvoir lui arriver à présent ? Vu le pétrin dans lequel elle se trouvait déjà, ça ne risquait pas de s'arranger ! Lyana vit son idée se confirmer en entendant Clochette parler des indiens. La princesse poussa une exclamation à la fois de surprise et d'agacement. C'est ce moment-là que choisit Peter pour venir voler devant elle et l'observer d'un air supérieur. Loin d'être impressionnée par le lutin en collant, la jeune femme posa le sceau au sol et se leva, une lueur de défi plantée dans ses yeux océan. Peter se mit à tourner autour d'elle à lui donner le tournis en lui posant mille et une question. Lyana ne se fatigua pas à essayer de répondre; de toute façon, il ne semblait pas intéressé par ce qu'elle avait à dire. Alors, les enfant se mirent aussi à la critiquer et la princesse poussa un gros soupir, lassée devant tant d'enfantillages. Elle nageait en plein délire ! Elle n'avait pas demandé à se trouver là et voilà qu'elle se retrouvait attaquée de toute part ! Sa fatigue et le stress de sa captivité lui mettaient les nerfs à vif et elle sentait qu'il n'allait pas en falloir beaucoup pour que la colère la domine. Espérait-il montrer sa supériorité en lui parlant de cette façon ? Il ne devait pas être habitué à ce qu'on discute ses paroles.

« Tu peux croire ce que tu veux, ce n'est pas moi qui suis venue ici ! Si tu n'es pas content, tu n'avais qu'à pas venir me chercher ! »

Peter sembla un peu agacé par cette réponse et convoqua alors le "conseil spécial". Aussitôt, les enfants bondirent hors de leur lit pour se rassembler autour de leur chef. Lyana fronça légèrement les sourcils, consternée par ce spectacle. Ces enfants étaient peut-être heureux, mais cet enfant vantard les menait par le bout du nez. C'était vraiment malheureux. Bien qu'elle entendit quelques murmures, Lyana ne comprit rien de leur échange et se contenta de patienter, les bras croisés sur sa poitrine. Tout d'un coup, tous les enfants se dispersèrent dans la tanière tandis que Peter se tournait vers la princesse. La jeune femme n'aimait pas du tout l'expression de son visage. Qu'est-ce qu'il lui réservait encore ?

« Sache que tu ne m'impressionne pas du tout ! Je n'ai pas peur des enfants capricieux ! »

Le ton ferme de la princesse reflétait son état d'esprit : ce n'était pas des enfants qui allaient lui faire peur. Lyana ne pensait pas un jour éprouver autant d'agacement envers un enfant. La bande de Peter avait touché la jeune femme mais ce dernier commençait à l'agacer au plus haut point, sans parler de son amie ailée qui voulait à tout prix se débarrasser d'elle. Elle qui croyait que le bateau de Crochet était un lieu de fous, cette idée n'était peut-être plus tout à fait vraie.

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Jeu 8 Aoû - 2:42








Avant que tout s'éveille, attrapez moi, mais pas le bout des ailes, une fée c'est fragile en soit !


Peter ミ Lyana  ミ Clochette



La princesse Lyana...Une princesse dans leur tanière...Cette situation était tout à fait incongrue pour la petite troupe qui n'avait pas l'habitude de recevoir du beau monde. D'ailleurs, en y réfléchissant bien, aucune autre princesse ne s'était perdue au Neverland, si on passait outre certaines sirènes de la lagune et Lily la tigresse. Ce fait exceptionnel, ils le devaient au capitaine Crochet qui ramenait sans cesse des étrangers lors de ses rares excursions. Capturer une princesse, son seul exploit digne d'être conté, le seul depuis au moins une vingtaine d'années ! La fée Clochette resta à virevolter dans les airs prés de la jeune femme à l'union royale, l'observant des pieds à la tête, se demandant bien comment cette dernière avait pu atterrir entre les griffes ou plutôt le crochet du pirate le plus (im)pitoyable qu'elle connaisse. Si elle possédait la moindre compassion pour la gente féminine, la fée aurait apaisé la situation au lieu de l'envenimer en proposant à Peter de l'abandonner aux indiens, mais depuis l'affaire "Wendy", Clochette était méfiante et préférait se débarrasser de cette encombrante princesse avant que le garçon en collant n'en tombe fou amoureux...ou qu'il veuille la garder tout simplement prés de lui pour qu'elle la remplace petit à petit dans son cœur. Oui, Clochette était fourbe et jalouse et rien ne pourrait lui faire obstacle. La meilleure amie de Peter Pan c'était elle et pas une princesse cracheuse de bijoux mal fagotée !

Sa petite remarque semblait avoir eu l'effet escompté puisque le chef des enfants perdus vint assaillir Lyana de questions peu sympathiques, allant même jusqu'à déclarer qu'il ne s'agissait pas d'une vraie maman et sans doute pas non plus d'une véritable princesse, vu son aspect tout à fait négligé. Pour le coup, Clochette fronça un sourcil devant l'argumentation plus que douteuse du jeune homme. Elle savait pertinemment que Lyana s'était mariée à un prince, toutes les fées le savaient, ce qui, par conséquent, faisait d'elle une princesse...Mais elle ne jugea pas utile de faire circuler cette information, préférant garder le silence et laisser les enfants traiter la jeune femme de "baveuse-menteuse". La petite fée s'amusa même à dandiner de la tête en chantonnant l'insulte, ravie que l'ancienne maman admirée de tous deviennent la bête noire à abattre.

« Tu peux croire ce que tu veux, ce n'est pas moi qui suis venue ici ! Si tu n'es pas content, tu n'avais qu'à pas venir me chercher ! »

Clochette laissa échapper un petit rire cristallin très vite camouflé par les cris des sauvageons appelés communément "enfants". La fée était plutôt fière d'elle, la princesse ne semblait pas apprécier Peter et c'était réciproque, tout allait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. Lyana ne resterait pas longtemps parmi eux, quant à la façon dont ils se débarrasseraient d'elle, c'était une autre histoire. Contre toute attente, ce fut avec une certaine appréhension que le démon ailé entendit le beau roux convoquer le Conseil spécial. Avait-il réellement besoin de ça pour emmener la princesse chez les indiens ?

Curieuse et impatiente, la fée décida de survoler la réunion "secrète" afin de prendre par aux conversations. Elle acquiesça plusieurs fois sans réellement faire attention à ce que leur chef à tous disait, mais les mots "nous ne pouvons pas la garder" lui semblaient suffisants et plus qu'acceptables. Ce ne fut qu'à sa dernière phrase que Clochette tiqua légèrement, une pointe de culpabilité assaillit sa minuscule conscience. La rendre à Crochet ? Était-ce la meilleure des solutions ?

La blondinette s'éloigna un peu du groupe et vint se poser prés de sa petite maisonnette en bois de pins, jetant quelques brefs regards aux vêtements mais surtout aux quelques blessures visibles ça et là, présentes sur le corps de la princesse, sans parler de son teint pâle et de ses yeux cireux. La fée grogna légèrement et serra les poings d'énervement. Pourquoi donc devrait-elle se sentir coupable de rendre cette princesse souillon à son destinataire ? Tout le monde ferait comme si elle n'était jamais venue et puis voilà...Cette Lyana n'avait qu'à pas se faire capturer si aisément après tout ! Si Crochet avait réussi, tout le monde le pouvait, même cet idiot de monsieur Mouche ! Quelle fille facile franchement !

La princesse se défendit lorsque Peter se retourna finalement vers elle, savourant le moment où il prononcerait sa sentence, comme toujours. Clochette haussa les épaules et prit un air hautain avant de bailler, qu'il la ramène et qu'on en finisse, pensait-elle, se montrer aussi impertinente envers le garçon qu'elle aimait ne devrait pas être toléré sur cette île. Une fois encore un petit pincement vint bousculer son petit coeur et un long soupire en découla. Malgré sa grande jeunesse pour une fée, malgré le chemin qu'elle avait pris, elle sentait bien quelque part qu'elle n'avait pas le droit de laisser partir cette fille de cette façon. Clochette avait combattu nombre d'injustices au nom des enfants orphelins des royaumes mais elle semblait cruelle et insensible dés qu'il s'agissait de filles ramenées par Peter. Tiraillée entre sa jalousie, son espièglerie et sa bonne âme, la créature féérique ne savait pas comment aborder "le problème Lyana".

Soudain, une idée lui vint de nulle part. Avant que tout ne s'enchaine, avant que les enfants dispersés dans la cachette ne lui sautent dessus, avant que la princesse ne soit balancée sur le navire du manchot, Clochette voleta jusqu'à la brunette en un éclair et vint lui chuchoter à l'oreille le plus discrètement possible :

- Je dirai aux autres fées qu'une princesse est retenue captive au Neverland...Si ça peut t'aider ! Adieu vieille fausse maman !

Dans un petit bruit de clochette, la fée s'éloigna et lui fit un geste d'au revoir de la main sans prendre la peine de cacher le large sourire satisfait qui animait ses lèvres roses. Voilà, elle se sentait mieux, qu'importe le plan de Peter Pan et des enfants perdus, elle n'aurait plus à se préoccuper de rien et c'était le plus important.
Même si elle accompagnait Peter jusqu'au navire de Crochet, Lyana aurait les yeux bandés, inutile donc de retarder plus longtemps ces chaleureuses séparations et qu'elle disparaisse vite et bien !

© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   Ven 18 Oct - 0:28





Une nouvelle maman pour les enfants perdus.












Lyana ☆ Clochette ☆ Peter




Plus la maman parlait et plus Peter se disait que, finalement, cette fille habillée en pirate n'était pas la fille qu'il fallait aux garçons perdus. Pourquoi ? Parce qu'elle retenait beaucoup trop leur attention, évidemment ! Si ses fidèles compagnons se mettaient à admirer cette cracheuse de diamants plus que lui, cela serait vraiment très fâcheux... Non, l'égo surdimensionné de l'adolescent en collants verts ne pouvait pas laisser une chose pareille se produire ! Alors Peter avait subitement changé d'avis à propos de cette potentielle maman et n'avait pas hésité une seule seconde à penser tout haut les critiques que son esprit immature formait.

▬ Tu peux croire ce que tu veux, ce n'est pas moi qui suis venue ici ! Si tu n'es pas content, tu n'avais qu'à pas venir me chercher !

Sans s'en rendre compte, cette phrase prononcée par Lyana scella son propre destin. En effet, si Peter avait décidé de ne pas répondre à tant d'ingratitude, il n'avait pas été sourd à l'idée que la soit-disant princesse venait d'impliquer. Convoquant le conseil spécial, il tourna délibérément le dos à cette imposteur féminin pour avancer ses arguments face aux enfants perdus. Au fur et à mesure qu'il parlait, l'idée que la fausse pirate lui avait donné se précisa et, avant même que ses compères aient eu le temps de penser "Crochet est un poisson pourri", il avait décidé de la suite des événements.

▬ Sache que tu ne m'impressionne pas du tout ! Je n'ai pas peur des enfants capricieux !

Peter arqua un sourcil, un sourire malicieux accroché aux lèvres. Aussi étrange fut-ce-t-il, l'auto-proclamé roi incontesté du Neverland ne s'offusqua pas de cette remarque. Pourquoi ? Cela restait un mystère, connaissant le caractère versatile et puérile du jeune homme... Malgré tout, il décolla du sol de quelques centimètres pour surplomber Lyana et il lui lança un regard supérieur avant de proclamer solennellement :

▬ Tu es démasquée, espionne ! Crochet pensait certainement me piéger... Mais son cerveau d'adulte décrépi n'arrive pas à la hauteur de mon génie !

Il fit une petite pause dans son discours, et cette occasion fut immédiatement saisie par tous les enfants perdus qui se mirent à déclamer leur admiration pour l'intelligence manifeste de leur chef, clamant des "hourra !" et des "Peter, tu es génial !" à la gloire de leur leader, sifflant et huant à l'encontre de la malheureuse vêtue comme un corsaire. Satisfait des éloges qui lui étaient faites, le garçon tout de vert vêtu leva une main en l'air pour que ses chers amis cessent leur boucan, ce qu'ils firent aussitôt. Ne laissant pas le temps à Lyana d'en placer une, il reprit derechef :

▬ Je serai me montrer clément avec toi, cependant, nous ne te tuerons pas.

Dans l'assistance, quelques garçons poussèrent des grognements de déception mais Peter n'en tint pas compte. Volant autour de l'intruse de manière pour le moins agaçante, le chef des enfants perdus la laissait mariner en silence, afin que cette pauvre fille visiblement intellectuellement inférieure puisse enregistrer les informations qu'il venait de lui communiquer et qu'elle prenne conscience de sa grande générosité.

▬ Vile pirate, tu vas retourner sur ton bateau... Dès ce soir !

Ayant décrié ces trois derniers mots, il se précipita auprès de la fausse maman et s'empara de son poignet. Sans lui demander son avis, il la tira de toutes ses forces vers les airs... Mais la jeune femme ne semblait pas décidée à s'envoler ! Fronçant les sourcils, Peter fit exprès de hurler dans ses oreilles pour transmettre ses ordres à ses acolytes :

▬ À moi, enfants perdus ! Clochette, poussière !

La petite fée aspergea l'assemblée de sa poudre magique et les habitants de l'arbre creux décolèrent aussitôt, saisissant chacun Lyana d'un côté ou d'un autre, de sorte à ce que l'ancienne future maman fût bientôt, elle aussi, à plusieurs mètres au dessus du sol. Éclatant d'un rire triomphant, Peter Pan poussa son cri et exhorta la troupe à conduire la pirate jusqu'au navire de James Crochet. Bien sûr, le voyage ne fut pas sans encombre, mais la princesse n'eut pas vraiment le choix que d'accepter son destin si elle ne voulait pas faire une chute mortelle en se débattant trop violemment ! Lorsque le petit groupe atteignit la baie dans laquelle mouillait le Jolly Rodger, l'éternel adolescent ordonna une descente progressive en direction du pont du navire. Une fois qu'ils furent assez près pour que la princesse y tombe sans trop se faire mal, le garçon aux collants verts intima à ses subalternes de tout lâcher, ce qu'ils firent en vitesse avant de s'éloigner le plus rapidement possible du bateau. Peter, lui, resta en arrière pour narguer une dernière fois la baveuse de pierres précieuses.

▬ Mes amitiés au poisson pourri !

Riant de plus belle, il fila à toute allure par la voie des airs, laissant son cri faire écho dans la nuit en guise de seul témoin de l'étonnant bazar dont le Pays Imaginaire venait d'être le théâtre...





« I'm youth, I'm joy, I'm a little bird that has broken out of the egg. »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »   
Revenir en haut Aller en bas
 

« Une nouvelle maman pour les enfants perdus. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Prévisions pour nouvelle commande a380
» L'histoire du Marchand de Sable (conte pour enfants sages)
» nouvelle zone pour FARMER comme un DIEU $$$
» Une nouvelle semaine pour Daniel G. Rouzier
» Quelle école pour quelle société ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-