Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   Sam 27 Oct - 23:52




«Beautiful Ordinary»

«Faites vos jeux....Rien ne va plus ! »


« C'était la dernière de soirée mondaine en vogue, le genre de soirée faussement chaleureuse où tout le monde se connait.... Une fausse ambiance pleine d'apparence ! Les femmes jouaient des talons aiguilles et du mascara à outrance, cachant les rides d'une vie sans rêve derrière du fard trop noir. Leurs rires excessifs preuve d'un alcool trop léger faisaient peine à voir... Les hommes quant à eux se complaisaient dans cette humeur joyeuse de fête et de cotillons, ils se sentaient les rois du monde, fiers comme des coqs d'emmener leurs poules admirer à quelle vitesse ils perdaient un argent trop bien acquis. Au milieu de ce bal de riches imbéciles, certains faussaient un peu plus le jeu... Une invitation récupérée par hasard, un costard qui faisait illusion, des yeux bleus à faire frémir les plus frigides d'entre elles, un joueur pas comme les autres s'était frayé une place parmi tout ce beau monde venu festoyer exceptionnellement au prestigieux casino de Storybrooke.

Jamais il n'aurait raté cette occasion l'intrépide, l'insaisissable mais aussi le fourbe et le charmeur, Azael Selis ! Le magicien ne vivait que pour deux choses, l'argent et le jeu...Quel meilleur endroit que le Casino pour profiter de ses deux vices ? Adepte du poker et donc du bluff et de la tricherie qui s'y associent, Az' passait de table en table pour repérer ses futurs adversaires et les narguer si nécessaire. Pourtant, l'heure n'était pas à l'amusement, jetant un bref regard à sa montre, il arqua un sourcil qui s'accompagna immédiatement d'un petit soupire, bien dieu mais que faisait-elle ?
La ponctualité, voilà une chose bien subjective ! Azael était toujours en retard, car le temps était signe d'obligations et de responsabilités, autrement dit, le contraire de sa vie ! Néanmoins, que les autres ne soient pas à l'heure l'énervait au plus haut point ! Comment pouvait-on le faire attendre ainsi, lui qui possédait la patience d'un gosse de cinq ans ?

Chrissie était une jeune femme terre à terre, ennuyante à mourir parfois avec son obsession des musées et des vieilleries sans aucune importance. Bien sur, Azael était un minimum cultivé et savait pertinemment qu'un Rembrandt coutait un prix faramineux mais...une stèle celtique ? Qui avait-il de passionnant dans le fait de découvrir une vieille pierre moisie datant de plusieurs siècles ? Il ne la comprenait pas, son petit rat de bibliothèque était certes mignon mais ne faisait aucun effort pour prendre soin de lui. Chrissie devrait vivre comme une jeune femme de son âge, s'amuser, faire la fête, boire beaucoup trop et coucher avec n'importe qui...Hum...quoique la dernière partie n'était pas forcement une bonne idée, Azael aimait trop le lit de la jolie rousse pour qu'un autre vienne y dormir ! Il en devenait presque possessif...Entre eux, c'était ça, une sorte d'amitié bancale ! Chrissie supportait Azael uniquement pour emmerder ses parents, leur prouver qu'elle pouvait vivre avec un mauvais garçon à la maison et Az' vivait chez elle...parce qu'il n'avait nulle part où aller, hormis chez sa cousine, Luz, qui truffait son jardin de mines et d'autres pièges particulièrement dangereux pour la santé. Arf, il y avait toujours Lya mais cette gamine nymphomane n'était là que pour assurer à Az' l’accès au Casino malgré toutes les fois où les croupiers l'avaient suspecté de tricherie. En tant que propriétaire des lieux, une carte pareille dans sa main ne pouvait pas être évincée aussi facilement, aussi énervante soit-elle.

Bref, lorsque le magicien avait entendu parler de cette soirée, par élimination et parce que sa compagnie lui plaisait même s'il n'osait pas l'avouer, il avait proposé à Chrissie de le rejoindre après son boulot...quoique bassiné pendant deux semaines était les mots exactes en réalité...

- Tenue sexy obligatoire ! Avait-il bien précisé devant le regard blasé de son amie.

Survolant la foule de son regard bleu océan, il adressa quelques sourires de façade à des vieilles cougars en mal d'amour qui lui faisaient des petits signes discrets mais très révélateurs...Déglutissant, écœuré, Az' préféra se retirer vers le bar central où un tabouret l'attendait et lui criait de venir y poser son postérieur parfait.

- Anton, rafraichis moi les idées, un Whisky par ici ! Dit-il une fois assis, desserrant légèrement sa cravate d'une main, commandant de l'autre.
- Ça alors, t'es tout seul ce soir Az' ? Demanda le barmaid amusé tout en versant le liquide caramel doré à son client.
- Non...mais je crois qu'elle m'a posé un lapin ! Répondit le beau brun en grimaçant, la tête entre ses bras posés négligemment sur le comptoir. Un comble pour un magicien non ?
Le dénommé Anton éclata de rire et fit glisser le verre dans sa direction. Azael le récupéra avec adresse et le leva devant lui pour porter un toast imaginaire avant d'engloutir sa première gorgée.

Un sifflement attira l'attention de l'ex-sorcier, deux hommes assis prés de lui avaient les yeux tournés vers l'assistance.

- Hé bha, moi qui pensais qu'il n'y avait que des vieilles et des coincées !
- T'as raison, j'en ferai bien mon déjeuner !
- Ahouuuuu....


Après cette belle imitation du loup en rûte, Az' haussa les épaules sans plus mais décida tout de même de jeter un coup d’œil à l'objet de toutes les attentions alors...ses grands yeux bleus ne firent qu'un tour dans leur orbite, son cœur se remit à battre comme s'il n'avait jamais vraiment battu et un faible sourire stupide illumina ses traits. Qui était donc la mystérieuse jeune femme à la robe rouge ?

Son apparition avait provoqué bien des réactions. Les hommes la dévisageaient avec indécence, les femmes la détaillaient avec mépris. Mais de tous les séducteurs de l'assemblée, nul ne pouvait être aussi beau, amusant et sexy qu'Azael Selis, du moins c'est ce que pensait tout naturellement l’intéressé à l'égo démesuré. D'un trait, il avala son verre et le reposa négligemment sur le comptoir en grimaçant avant de s'avancer droit sur la bombe sexuelle masquée par les nombreux curieux qui l'entouraient. Jouant des coudes, déterminé, Az' arriva enfin à approcher l'inconnue. Frôlant son épaule pour qu'elle se retourne vers lui, l'ex-sorcier vaudou ajouta d'une voix suave, la même voix qu'il prenait à chaque fois qu'il devait courtiser une donzelle pour la nuit :

"Votre robe tel un phare vient d'illuminer ma soirée et m'a guidé vers v....Chrissie ?"

La fin de sa phrase se retrouva dévorée par la surprise, supprimant de ce fait sa voix de baratineur. Bouche bée, le magicien resta quelques secondes stupéfait...Bha ça alors, qui aurait cru que son petit rat pouvait posséder pareilles atouts? Étrangement, ses jambes devinrent du coton et lorsqu'il croisa les grands yeux bleus de la belle rousse, il maudit tout ces vautours qui la désiraient en ce moment même....»


(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   Ven 2 Nov - 23:36




▽ Chrizael.



♡ ❤ ♡
Il était déjà tard et la nuit avait pris possession des rues de Storybrooke mais cela n'empêchait pas Chrissie d'avancer d'un pas déterminé, regardant droit devant elle d'un air mauvais. Heureusement, elle n'avait croisé personne sur sa route jusqu'à présent, ce qui aurait pu être dangereux pour l'infortuné qui oserait lui adresser la parole. Oui, la jeune femme était furieuse. Cette stupide soirée au casino avait attiré tellement de monde qu'elle avait du se garer à trois rues de distance et, dans sa tenue, marcher jusqu'au havre de débauche n'était pas une partie de plaisir. Mais qu'est-ce qu'elle faisait là, au milieu de la route, vêtue d'une robe qui ferait rougir plus de la moitié de la planète, se dirigeant vers le lieu qui incarnait tous ces principes qui n'avaient jamais représenté aucun attrait pour elle ? La réponse tenait dans un nom : Azael Selis. Cet homme, Chrissie le connaissait depuis plusieurs années à présent, forcément, il était le cousin de sa meilleure amie. Elle ne s'était jamais vraiment intéressée à lui, cependant, jusqu'au jour où elle poussa la provocation contre sa chère mère en se mettant à le fréquenter, sachant pertinemment que Maud McAllister se ferait des cheveux blancs à l'idée qu'on voie sa fille parler à une personne aussi peu fréquentable... Finalement, de fil en aiguille, Azael s'était mis à venir squatter chez Chrissie, quelques nuits par semaine, car évidemment un escroc de son envergure n'avait pas vraiment de chez lui ! La jeune femme s'en fichait, elle arrivait à le supporter sans trop de peine, et puis il était son ami, en quelques sortes...

En cet instant précis, il fallait bien le reconnaître, la jolie rousse le maudissait de tout son être. Elle n'avait pas vraiment envie de se rendre à cette réception, et elle avait réussi à refuser l'invitation incessante d'Azael pendant près de deux semaines, jusqu'à ce que ce dernier évoque le fait que de toute manière ils ne la laisseraient jamais rentrer, en vue de la manière dont elle s'habillait. L'orgueil de la demoiselle avait été piqué à cette remarque, et c'est alors qu'elle avait accepté de rejoindre le magicien au casino, préparant déjà sa revanche sur cette remarque vexante. Ainsi elle n'était pas assez sexy pour mettre le pied dans son repère favori ? Il ne la voyait que comme une jeune femme prude et incapable de sortir de sa condition de conservatrice de musée... Eh bien il allait en prendre plein la vue. Elle avait déniché cette robe rouge échancrée dans le plus grand secret, elle avait chaussé ses talons aiguilles assortis à la robe et avait fait un effort au niveau maquillage. Ses cheveux, en revanche, avaient toujours été plus ou moins une cause perdue alors elle n'avait même pas essayé de les dompter, la crinière naturelle lui donnant un air sauvage qui allait plutôt bien avec la robe... Elle était prête à tout pour remettre Azael à sa place, mais à présent qu'elle marchait en direction du casino elle se demandait si c'était vraiment une bonne idée d'avoir accepté de venir. Après tout, elle avait beau savoir quel genre d'homme il était, elle n'avait jamais en l'occasion de le voir vraiment à l'action et elle n'était pas certaine de le vouloir... Chrissie s'était habituée à voir un certain côté de l'homme, et cette soirée risquait de changer beaucoup de choses à ce niveau.

Emmitouflée dans son manteau, ses pas ralentissaient jusqu'à ce qu'elle finisse complètement arrêtée au milieu de la rue. Tout ça, est-ce qu'elle en était vraiment capable ? Elle voulait impressionner son ami, mais il y aurait des tas de gens dans ce casino... & si elle croisait quelqu'un du musée, qu'est-ce qu'on dirait d'elle après ? C'était un jeu dangereux dans lequel elle s'était lancée, et elle se tenait au bord du ravin, hésitant à faire le grand saut. Elle aurait pu rester là longtemps, à vrai dire elle ne savait pas vraiment si elle avait passé beaucoup de minutes immobile sur le pavé à réfléchir ou si ça n'avait duré que quelques secondes mais elle fut rappelée à la réalité par le klaxon d'une voiture dont elle bloquait le passage. Reprenant ses esprits, elle inspira longuement et leva les yeux en direction des néons du casino. Il ne lui restait plus que quelques pas à faire pour en atteindre les portes. Levant les yeux au ciel en grognant, elle se maudit, maudit Azael et parcourut le peu de distance qui la séparait de cette soirée. Le vigile à l'entrée la laissa passer comme s'il s'agissait d'une habituée, et la jeune femme, qui avait retenu sa respiration au moment d'arriver à sa hauteur, s'autorisa à souffler. Voilà, c'était fait, elle était là. Passant au vestiaire, elle y déposa son manteau et se mêla à la foule, révélant sa tenue aux personnes présentes dans la salle de jeux.

La tête haute, Chrissie tentait d'ignorer les regards insistants posés sur elle. Elle grimaça plus d'une fois en entendant certaines remarques soufflées à son oreille par des hommes à l'haleine imbibée d'alcool, elle essayait de ne pas croiser le regard assassin des femmes qui la dévisageaient, après tout elle ne pouvait pas vraiment leur en vouloir : elle aurait certainement fait la même chose à leur place. Elle seule était à blâmer pour cette robe outrageuse, c'était son initiative, et tout ça pour claquer le clapet d'un certain squatteur un peu trop vantard... Squatteur qui, d'ailleurs, n'arrivait pas à être localisé par la rouquine. Serrant les poings à l'éventualité de s'être retrouvée seule ici pour rien, Chrissie était prête à faire demi-tour et rentrer tout droit à l'appartement quand quelqu'un vint lui frôler l'épaule et une voix familière retentit.

▬ Votre robe tel un phare vient d'illuminer ma soirée et m'a guidé vers v....Chrissie ?

La jolie rousse s'était retournée en effectuant une pirouette plus ou moins gracieuse et se trouvait désormais nez-à-nez avec celui qu'elle cherchait depuis le début. Elle remarqua son costume-cravate et ne put s'empêcher de sourire en voyant l'expression de surprise dépeinte sur son visage : pari gagné pour l'aînée des héritiers McAllister ! Elle s'efforça néanmoins d'adopter un visage neutre face à lui, comme s'il n'y avait rien d'étrange à ce qu'elle soit vêtue de la sorte ou qu'elle se retrouve dans un lieu pareil, et reprit la parole sur un ton moqueur.

▬ Vraiment, Zazu, c'est comme ça que tu dragues, en comparant leur robe à un phare ? Ça a déjà fonctionné, au moins ?

Elle poussa un soupir et profita de son effet de surprise, ou du moins de ce qu'il en restait, pour détailler le magicien sous toutes les coutures. Elle ne l'avait jamais vu si soigné, et force était de reconnaître qu'il était plutôt pas mal en costard... Chassant rapidement ces idées de son esprit, elle lui lança un regard interrogateur avant de reprendre.

▬ Bon, je suis là, comme tu me l'as si expressément demandé... On est censés faire quoi, maintenant ?

Elle avait laissé son regard vagabonder sur les diverses tables de jeu et machines à sous en posant cette question. Étrangement, maintenant qu'elle n'était plus seule, elle se sentait un peu plus à l'aise dans cet univers inconnu et se demandait bien par quoi Azael la ferait commencer... Oui, subitement, elle avait envie de tester tous les jeux, même si elle n'y connaissait rien à rien, elle venait de se résoudre à profiter de sa soirée puisqu'il y avait très peu de chances pour qu'elle accepte de remettre ça à l'avenir. Elle avait la robe, elle avait les chaussures : ce soir, elle ferait en sorte que la femme qui les portait serait en accord avec l'image que ces accessoires reflétaient. Elle allait s'amuser, et prouver à ce cher monsieur Selis qu'il était loin de tout savoir à propos de Chrisse McAllister !
♡ ❤ ♡




« Yes, I know, I can be wrong... Our love is Madness. »







© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   Sam 15 Déc - 2:19




«Beautiful Ordinary»

«Faites vos jeux....Rien ne va plus ! »


« ▬ Vraiment, Zazu, c'est comme ça que tu dragues, en comparant leur robe à un phare ? Ça a déjà fonctionné, au moins ?

Que pouvait-il lui répondre ? Que pouvait-il imaginer à cet instant précis hormis les scènes outrageusement malsaines qui se succédaient dans sa tête ? Cette robe, cette chevelure, cette peau….oh oui, cette peau ! Le plus parfait des satins habillait la chaire de sa chère Chrissie. Il resta ébahi quelques secondes, la bouche ouverte tel un poisson hors de l’eau avant de la refermer puis de la rouvrir, incapable de sortir la moindre réplique. Chrissie McAllister venait de moucher ce frivole, cet indomptable Azael Selis !

En effet, le séducteur expérimenté qu’il était se trouva bien bête. Il ne reconnaissait pas son amie, elle qui semblait si coincée dans ses habits de grand-mère, voilà qu’une déesse l’avait remplacée, une entité céleste auquel Az’ pourrait vouer un culte pour l’éternité si seulement il comprenait ce que ce mot impliquait…Son regard parcourut sans aucune pudeur le corps particulièrement bien emballé de la rouquine et il se surprit plus d’une fois à jeter des regards autour d’eux pour être sûr que tout le monde la voyait aussi bien que lui. Un vieil homme près du bar fit un clin d’œil à Azael qui lui répondit par une grimace. Hum…c’était irrévocable, Chrissie déchaînait les passions les plus enfouies !

Alors qu’elle avançait devant lui, une question survint et s’imposa au magicien, comment avait-il pu passer à côté de…ça ? Si on oubliait les soirs où il rentrait saoul et ceux où il se faufilait à l’improviste dans sa chambre en pleine nuit, il dormait presque cinq jours sur sept depuis des mois dans le même lit que cette…splendide créature sortie de nulle part…sans jamais rien tenter, sans jamais avoir imaginé ce qui pouvait se cacher sous ces pyjamas tues-l’amour et ces pulls hideux. Quel gachis ! Quelle honte ! Pour la peine Az’ se serait giflé.

*Tu l’avais pas vu venir celle-là hein ?* Lui dit une petite voix au fin fond de son crane de taré

L’ex sorcier se précipita à la suite de la flamme rouge qui illuminait sa soirée comme un petit chien qui aurait perdu sa maîtresse, il papillonnait autour d’elle, la dévisageant plus d’une fois pour être certain qu’il ne rêvait pas avant de petit à petit reprendre confiance en ses atouts à lui, ceux qu’il planquait dans sa manche, son bagout naturel en somme.

▬ Bon, je suis là, comme tu me l'as si expressément demandé... On est censés faire quoi, maintenant ?

- Ma chère….Puisque vous avez l’effort incontestable de venir me tenir compagnie, permettez que j’use encore de vous ?

Il se la jouait gentleman, et puisqu’Azael n’avait aucun principe, ce rôle ne pouvait qu’en être un. D'ailleurs, les mots qu’il venait d’employer n’étaient pas là par hasard et ce qu'il s’apprêtait à faire était tout sauf digne d'un gentleman. Il tendit fièrement son bras à Chrissie pour qu’elle s’y pende et zieuta l’assemblée à la recherche de tous les jaloux qui devaient crever d’envie d’être lui.

Un sourire charmeur dérida ses lèvres, c’était sans doute la première fois qu’il le lui accordait, non pas qu’il était avare de sourires mais entre Chrissie et lui ça n’avait été, jusqu’à lors, qu’une folle amitié un peu étrange et surprenante pour leur entourage. Ils n’avaient rien en commun. La sage conservatrice au caractère de chien et le dangereux magicien excentrique formait une association bien atypique à Storybrooke. Mais ce soir, tout prenait un sens nouveau pour Az’, s’il ne s’était aperçu de rien, il comptait bien rattraper son retard parce qu’après tout, Chrissie était une femme comme une autre, qu’importe leur lien, elle succomberait à ses charmes comme toutes celles qui passaient entre ses mains.

Azael et sa compagne s’éloignèrent des machines à sous pour parvenir dans une autre salle. C’était un peu le clou du spectacle, une dizaine de tables vertes et ovales s’offraient à eux et l’avidité qui se lisait dans les yeux du magicien à ce moment là en disait long sur la noirceur de son âme. Il balaya les tables du regard et fit un signe de tête vers l’une d’entre elles tout en se penchant doucement vers Chrissie pour lui glisser à l’oreille dans un souffle :

- Les hommes là-bas, ce sont de riches propriétaires venus dépenser tout leur argent…On ne doit pas les décevoir ! Il sourit de plus belle et dévisagea quelques secondes de plus la jeune femme. Parfaite ! Elle sera parfaite ! Il ne pouvait pas espérer mieux…Après avoir échangé quelques billets au comptoir contre des jetons, le couple rejoignit la poignée d’hommes réunis en cercle, prés à débuter une partie du meilleur jeu jamais inventé sur Terre, le poker !

- Permettez messieurs ? Mon amie et moi aimerions nous joindre à vous ! Si les hommes pensaient protester, ils se retinrent en voyant Chrissie. Tous ou presque déglutirent et l’un d’entre eux tira une chaise pour qu’elle puisse s’installer prés d'Azael qui avait déjà pris ses aises.

- Je vous propose une blinde à 500 dollars…Bha quoi ? On est pas venus pour se rouler les pouces n’est-ce pas ? Un rire exagéré s’échappa de sa gorge et il donna une tape amicale dans le dos du type assis à sa droite, un espèce de gorille géant qui semblait être le garde du corps du vieux bonhomme chauve en costume blanc tout prés de lui.

- Haha…Chrissie, souris ou on ne va jamais y arriver ! Glissa Az’ à l’attention de la jeune femme en toute discrétion. T’as le droit de te pencher aussi ! Ajouta-t’il, un léger sourire en coin au creux des lèvres.

L’atmosphère se détendit à mesure que le jeu s’enchainait. Tout allait très vite, le croupier annonçait les cartes, les joueurs se détaillaient derrière les leurs, tous se lançaient des regards dignes des grands classiques du western Hollywoodien, mais bien vite, la stratégie qu’avait imaginé ce filou d’Azael porta ses fruits. Il fit semblant de se coucher pendant plusieurs tours, comme s’il manquait de jeu, ainsi ses adversaires ne le prirent pas au sérieux pensant qu’il n’était qu’un amateur médiocre et très vite leur principale centre d’interet se résuma à la belle rousse à sa gauche. Bavant sur son décolleté, les riches gentlemans étaient distraits, c’était exactement le petit truc qui donnerait l’avantage à Az’. Au fur et à mesure, il entra dans le jeu, distribua des paires, des couleurs mais avec tellement de tact que personne n’y prêta attention, pas même le gorille qui perdait lamentablement à ses côtés. S’il gagnait de plus en plus de jetons à mesure que les blindes augmentaient ce n’était pas par hasard, en tant que prestidigitateur, Az’ sortait les cartes de ses manches comme il sortait les lapins de ses chapeaux….As de la triche, le beau brun aux yeux saphir hurlait de rire intérieurement et avant qu’ils n’aient eu le temps de comprendre quoique ce soit, le magicien avait empoché de très grosses mises !

À ce moment très précis, son ego atteignit des sommets et jeter des regards amusés à Chrissie ne le faisait pas redescendre sur Terre au contraire...Il venait de lui prouvait qu'il n'était pas que le raté qui venait squatter chez elle sans un sous en poche, parfois, il lui arrivait de gagner beaucoup d'argent...Juste avant de le dépenser à outrance.

- Et encore, tu n’as pas tout vu ! Lui murmura-t’il malicieusement en se penchant vers elle. Bien sur, il n’avait en rien oublié sa principale mission du soir, faire succomber cette chère Chrissie à des vices bien plus parlants que ceux de la mythologie celtes, mais l’argent était une valeur sacrée dans sa famille qu’il se devait d’honorer…oui, bon…il ne fallait pas être trop gourmand non plus sous peine de finir plein de plumes et de goudron !

- Messieurs, je crois que mon amie s’impatiente ! Je vais donc vous quitter et laisser la chance qui m’a accompagnée à l’un d’entre vous, ce fut un réel plaisir de jouer en votre compagnie ! Sur ce il se leva, exécuta une légère courbette, ramassa tous les jetons sous les regards médusés de ses ex-compagnons de fortune et attrapa le bras de la jeune femme pour l’emmener loin d’eux.

- ON EST RICHESSSSS ! Gueula-t’il en sortant de la salle tout en exécutant quelques pas de danse pour exprimer sa joie retenue jusqu'ici par la peur de se faire taper dessus. Les jetons transformés en billets, Azael chatouilla le nez de la jeune femme avec une des liasses qu’il tenait dans la main. Sent moi cette odeur ! Chrissie, c’est l’odeur de...la fête ! Il éclata d’un rire dément, se saisit de son bras et la fit tournoyer sur elle-même. Cette nuit n’était pas prête de finir…»


(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   Dim 16 Déc - 2:08




▽ Chrizael.



♡ ❤ ♡
Chrissie avait bien espéré clouer le bec d'Azael avec ses remarques grincheuses concernant les tenues vestimentaires de la jeune conservatrice mais là, elle devait bien avouer qu'elle ne s'attendait pas à ce qu'il soit troublé à ce point. Un petit sourire satisfait se dessina sur ses lèvres tandis que le magicien essayait de reprendre contenance après avoir joué au poisson en manque d'eau... Rapidement, cependant, la demoiselle se trouva gênée par les regards insistants que les personnes présentes dans la salle posaient sur elle : qu'ils proviennent d'hommes en chaleur ou de femmes jalouses, ils étaient tous malsains et Az' suivait malheureusement le mouvement.

▬ Ma chère... Puisque vous avez l’effort incontestable de venir me tenir compagnie, permettez que j’use encore de vous ?

Pour toute réponse, Chrissie poussa un grognement. Élégant, n'est-ce pas, et cadrant à merveille avec sa tenue ! Malgré tout, elle accepta le bras qu'il lui tendit, pour une fois qu'il faisait un effort. Oh, bien sûr, la rouquine n'était pas dupe : il agissait en gentleman simplement parce qu'il avait un public à impressionner, il ne faisait jamais rien pour elle sinon. Elle le regarda de haut en bas quand il lui servit son sourire charmeur, une grande première pour la passionnée de mythologie celte ! Elle se contenta de froncer le nez et détourner les yeux. Non, il n'était pas question qu'elle devienne l'une de ces idiotes folles amoureuses d'Azael, ou de son corps, ou peu importe, elle ne serait jamais assez stupide pour s'infliger ça. Elle le connaissait bien, à vrai dire, cet enflure de magicien, le tombeur de ces dames qui se servait de sa gueule d'ange pour les faire toutes tomber comme des mouches et, une fois que les pauvres victimes lui confessaient leur amour sans bornes, il prenait toujours la fuite, non sans oublier de ramasser le plus de choses possibles sur le chemin de la sortie. Sachant cela, ce serait suicidaire de succomber aux charmes de l'arnaqueur !

Plus ils avançaient dans le casino et plus l'envie de Chrissie de jouer et prendre part à l'esprit particulier des lieux s'évaporait. Tout cela, ce n'était pas elle. D'accord, la tête qu'avait affichée Az' en la reconnaissant n'avait pas de prix et, sur le moment, elle avait cru pouvoir se faire une petite place dans ce monde qui lui était totalement inconnu... Mais ce sentiment n'était pas resté longtemps et, même si son cavalier était dans son élément, la jeune femme, quant à elle, était totalement perdue. Évoluer dans un environnement inconnu n'était pas une chose qu'elle appréciait, bien au contraire, ça avait le don de la rendre anxieuse et méfiante. Inutile de dire que l'état d'esprit de la flamboyante conservatrice n'intéressait pas du tout Azael. Il la mena dans une autre salle, un peu moins fréquentée, plus élitiste, mais bien que la clientèle ne soit plus du même acabit que dans la salle précédente, les regards lancés à Chrissie et sa robe provocante étaient les mêmes. Le magicien désigna discrètement une table de poker sur leur gauche et vint souffler ses directives à l'oreille de l'ex-princesse.

▬ Les hommes là-bas, ce sont de riches propriétaires venus dépenser tout leur argent... On ne doit pas les décevoir !

Pourquoi pouvait-elle pré-sentir à l'avance que tout ceci n'allait pas lui plaire ? Sans doute parce qu'elle n'avait pas apprécié le regard qu'il venait de lui lancer, à nouveau, avant de l'avoir entraînée sans lui demander son avis vers la table en question. Chrissie eut à peine le temps de pester entre ses dents que, déjà, ils se tenaient face aux joueurs attablés. Ils avaient tous l'air d'être des gens influents, et si la rouquine ignorait si ce n'était que des masques, comme celui de son persévérant Zazou, ou si c'était la réalité, elle ne tenait pas à le vérifier. Le sourire qui vint s'accrocher à ses lèvres en cet instant était un vestige de l'éducation que Maud McAllister s'était acharnée à lui donner : si quelqu'un parmi les hommes assis à cette table avait le pouvoir de compromettre la réputation de ses parents, elle ne pouvait pas risquer de tout gâcher, pas après tous les efforts que sa mère avait fourni pour que leur famille soit bien vue. Compromettre son image était une chose, cela n'engageait qu'elle, mais elle se refusait de mettre en jeu celle de sa famille.

▬ Permettez messieurs ? Mon amie et moi aimerions nous joindre à vous ! Je vous propose une blinde à 500 dollars... Bha quoi ? On est pas venus pour se rouler les pouces n’est-ce pas ?

Aucun d'eux ne protesta face à cette intrusion culottée. Chrissie prit d'ailleurs la peine de remercier le joueur qui lui avait fourni une chaise, après tout ce n'était pas Azael qui y aurait pensé... Nul doute qu'il l'aurait fait asseoir sur ses genoux, dans le meilleur des cas. Il fallait dire que monsieur Selis était bien trop absorbé par son jeu pour prêter attention à sa cavalière, au grand désespoir de cette dernière ! Il était aux anges et n'essayait même pas de le cacher, tandis que la rouquine s'ennuyait ferme sur sa chaise. Son sourire ne tarda pas à se dissiper, d'ailleurs, et elle leva les yeux au ciel en voyant son compagnon se permettre des familiarités avec l'espèce de géant assis à côté de lui. À sa place, la jeune femme n'aurait jamais fait ça... Mais c'était d'Azael Selis qu'il s'agissait et ce type n'avait peur de rien... Ou, plutôt, il ne se souciait de pas grand-chose. La jolie rousse fut d'ailleurs plutôt surprise qu'il se rappelât d'elle lorsqu'il daigna se pencher dans sa direction mais, en entendant ce qu'il avait à dire, elle aurait préféré qu'il l'oublie.

▬ Haha... Chrissie, souris ou on ne va jamais y arriver ! T’as le droit de te pencher aussi !

Se mordant la lèvre pour ne pas répondre, elle lui lança un regard assassin, non mais pour qui se prenait-il et, surtout, pour qui la prenait-il ?! Voyant son sourire en coin, ses efforts pour tenter d'ignorer sa remarque se volatilisèrent. Elle afficha donc un sourire, oui, mais un sourire meurtrier, et se pencha, comme demandé, mais ce n'était que pour mieux approcher ses jambes de celles d'Azael. Et là, tout en détournant l'attention des autres joueurs, elle prit un malin plaisir à enfoncer son talon aiguille dans le pied du magicien, ne se faisant pas prier pour y mettre toute sa force et sa volonté. Finalement, quelle bonne idée d'avoir mis ces chaussures ! Son sourire se radoucit alors qu'elle tournait la tête vers son cavalier si attentionné pour lui souffler, d'un air innocent :

▬ Satisfait ? Non, parce que je pourrais faire ça toute la soirée, si tu y tiens tant...

Sur ce, elle se redressa sur sa chaise et fit tout son possible pour ressembler à une statue tandis que le jeu reprenait. Elle observa Azael en silence, les sourcils froncés. De sa position, elle pouvait voir ses cartes. Elle avait beau ne pas s'y connaître à ce jeu, il lui avait bien semblé que le magicien laissait gagner ses adversaires à plusieurs reprises et encore, elle ne repérait que les tours les plus flagrants. Cependant, bien décidée à le laisser se débrouiller, et puisqu'il n'avait plus besoin d'elle, elle ne fit aucune remarque. Elle savait, au fond, pourquoi il l'avait entraînée ici et elle regrettait toujours un peu plus d'avoir accepté de l'accompagner à chaque fois qu'elle croisait l'un des regards lubriques des autres joueurs. Ah ça, elle les déconcentrait, ça c'était sûr... Mais elle n'avait pas signé pour ça, pour faire la potiche roucoulant amoureusement derrière l'arnaqueur aux yeux de glace. Elle détestait Az' pour la forcer à subir cette humiliation : elle aussi avait sa dignité ! Elle en était même arrivée à regretter d'avoir mis cette stupide robe, la surprise qu'il avait exprimé en la voyant n'était plus un prix suffisant. Elle aurait du venir avec un truc plus classique... Ou ne pas venir du tout. Elle perdait sa soirée, se morfondant dans son coin, tandis que le magicien gagnait la sienne, par un étrange revirement de situation. Même ses stupides regards emplis de fierté n'amusaient plus la rouquine, et elle le snobait délibérément à chaque fois qu'il tournait la tête vers elle. Mais il s'en fichait, aveuglé par son jeu.

▬ Et encore, tu n’as pas tout vu !

La mâchoire de Chrissie se crispa. Quoi, encore ? Il n'avait pas assez de jetons devant lui, là ? Et comment se faisait-il qu'il squattait chez elle gratuitement et passait pour un type démuni alors qu'il était capable d'amasser de telles sommes ?! Il était tout bonnement impossible que ce soit la première fois qu'Azael gagnait, elle refusait d'y croire. Il la roulait dans sa farine depuis des mois, alors, et elle n'avait jamais cherché à comprendre. Sous la table, ses poings se serrèrent à lui faire blanchir les jointures. Si elle ne mettait pas en jeu l'image de ses parents, elle n'aurait même pas hésité à coller une droite dans le magnifique visage de l'arnaqueur. À la place, elle grommela sur un ton assez bas pour qu'il soit le seul à l'entendre, tout en évitant soigneusement de le regarder :

▬ Quel suspens, j'en meurs d'impatience...

Son ton était acide, évidemment, et bourré d'ironie. Elle avait l'impression de parler à un mur, de toute façon, et ce n'était pas les œillades charmeuses qu'il lui adressait qui réussirait à la mettre de meilleure humeur. Mais, contre toute attente, Azael se leva et prit la parole face aux autres joueurs, quelque peu médusés. Incroyable, Chrissie allait-elle enfin pouvoir partir de cet infâme endroit ?! Elle dut bien le reconnaître, elle aussi fut surprise par l'attitude du magicien et elle l'observait curieusement.

▬ Messieurs, je crois que mon amie s’impatiente ! Je vais donc vous quitter et laisser la chance qui m’a accompagnée à l’un d’entre vous, ce fut un réel plaisir de jouer en votre compagnie !

Sur ce, il effectua une courbette ridicule avant de tirer la conservatrice du musée par le bras pour qu'il la suive. Elle grogna, eut à peine le temps de saluer les autres joueurs qui semblaient déçus de la voir déguerpir, elle et son affolante robe rouge, et déjà elle en était encore réduite à faire le pied de grue à côté du comptoir de change. Ils finirent par repasser l'encadrement de la porte qui donnait sur la salle des machines à sou et, sous le regard affligé de sa cavalière, Azael laissa éclater sa joie. Si la tenue de la rouquine n'avait pas déjà attiré l'attention de toutes les personnes présentes ce soir-là, nul doute que le cri de joie du magicien et ses petits pas de danse auraient suffi pour réaliser cet exploit. D'ailleurs, quelques greluches regardèrent Az' se mouvoir avec avidité, comme s'il s'agissait d'un bout de viande. Stupides pimbêches, Chrissie en avait presque pitié : si seulement elles connaissaient son vrai visage... Mais elles n'avaient pas cette chance, ou malchance, c'était à débattre.

▬ ON EST RICHESSSSS !

Mais, cette fois, la jeune femme aux cheveux de feu n'avait plus besoin de prétendre quoi que ce fut pour faire bonne figure. Elle se fichait éperdument des gens qui l'entouraient, Azael compris. Tout ce qu'elle voulait, c'était quitter les lieux pour ne plus jamais y revenir, s'enfermer chez elle et regretter pendant au moins une bonne semaine d'avoir osé accepter cette invitation, ce qui comprenait, bien évidemment, laisser le magicien à la rue pendant ce laps de temps. Ça lui ferait des pieds. Et s'il ne revenait jamais ? Elle n'en avait que faire en cet instant, il l'avait bien trop humiliée pour cela. Être drôle et sexy n'était pas une excuse pour lui imposer un tel enfer, elle détestait le Azael du casino plus que tout au monde.

▬ Bon ça va, on a compris !

Lâcha-t-elle sur un ton cassant, le fusillant à nouveau du regard. Elle aurait aimé qu'il se reprenne, qu'il capte les signaux d'épuisement qu'elle lui envoyait, mais non. Elle était à bout, il l'y avait poussée, certes inconsciemment mais tout de même, et à présent il allait en faire les frais. Alors qu'il passa une liasse de billets sous le nez de la jolie rousse, cette dernière explosa.

▬ Sent moi cette odeur ! Chrissie, c’est l’odeur de...la fête !

À peine eut-il fini de la faire tournoyer comme une girouette qu'elle lui arracha l'argent des mains et le balança en l'air de toutes ses forces. La liasse alla s'écraser quelques mères plus loin, ou plutôt elle atterrit sur le sol billet par billet, telle une pluie de dollars, pour le plus grand bonheur de tous les rapaces avides d'argent qui se trouvaient là. Personne n'osa se ruer sur les feuilles vertes, bien que certains enfournaient discrètement un ou deux billets dans leurs poches, simplement car toute l'assistance avait les yeux rivés sur la furie dans la robe rouge, et elle les captivait trop pour le moment pour qu'ils osent céder à leurs bas instincts.

▬ TIENS, VA LES CHERCHER, TES PRÉCIEUX BILLETS ! J'EN AI ASSEZ, AZAEL, TU M'ENTENDS, CA SUFFIT ! TU NE PENSES QU'À CE STUPIDE ARGENT, COMME TOUS LES AUTRES ! POURQUOI M'AS-TU DEMANDÉ DE VENIR, HONNÊTEMENT ? JE CROIS QUE TU M'AS CONFONDUE AVEC L'UNE DE TES STUPIDES POTICHES, ESPÈCE D'ABRUTI, CAR SI J'AVAIS SU QUE TU VOULAIS SIMPLEMENT QUE JE FASSE TAPISSERIE JE NE SERAIS JAMAIS VENUE ! TU N'ES VRAIMENT QU'UN CRÉTIN, JE TE DÉTESTE ! N'ESSAIE MÊME PAS D'APPROCHER MA FENÊTRE POUR LES ANNÉES À VENIR, JE NE VEUX PLUS TE VOIR !

Déjà, un vigile s'était frayé un chemin dans la foule ébahie et silencieuse jusqu'à eux, demandant à Chrissie de se calmer. Elle assassinait du regard tous ceux qui avait le malheur de rentrer en contact avec ses yeux bleu-verts, détournant son attention d'Azael une fois pour toute et soupirant histoire de reprendre un peu contenance avant de répondre au vigile. Elle lui adressa un regard désolé, bien que toujours aussi flamboyant de rage, et parvint à articuler plus ou moins poliment.

▬ Ne vous donnez pas cette peine, j'en ai fini... Et je connais le chemin de la sortie.

Aussitôt, elle se dirigea avec détermination vers la sortie, la foule s'écartant sans qu'elle n'ait besoin de faire beaucoup d'efforts sur son passage. Arrivant dans le grand hall, elle grimaça. Au fond, elle était furieuse, mais elle était aussi blessée. Elle venait de perdre l'un de ses amis, ou quoi que leur relation étrange eût été, et ce qui faisait le plus mal c'était de se rendre compte qu'elle serait la seule à le regretter dans l'histoire. Elle connaissait assez Azael pour savoir qu'il ne lui faudrait pas trois minutes pour passer à autre chose, occultant cette dispute à la minute même où il poserait les yeux sur une machine à sou ou sur un décolleté plongeant serti d'un collier hors de prix. Rien ni personne n'atteignait le magicien, à part peut-être Luz, mais après tout elle était sa cousine, c'était normal. En tout cas, Chrissie en était persuadée, ce n'était certainement pas lui qui aurait du mal à dormir cette nuit, il ne regrettait jamais. Elle savait tout ça, elle n'avait jamais été dupe... Et pourtant elle s'y été attachée, elle, à cet abruti de marginal excentrique ! Quelle grave erreur, voilà tout ce à quoi elle avait droit, au final.

▬ Pauvre type !

Elle soupira un grand coup et alla récupérer ses affaires aux vestiaires. L'employé fut un peu déstabilisé par l'état visiblement instable dans lequel elle se trouvait mais ne posa aucune question. Quelle importance. De toute manière, il devait en voir de toutes les couleurs à la fermeture, avec ces alcooliques accros au jeu, ce n'était pas Chrissie qui allait marquer sa mémoire. Enfilant rapidement son manteau, elle descendit les marches du casino le plus rapidement possible que ses talons le permettaient et elle marcha droit devant elle, sans accorder aucun regard à l'édifice derrière elle. Perdue dans ses pensées, ses pas ralentirent au bout de quelques mètres. La colère s'était dissipée, laissant place à la mélancolie. La rouquine se trouvait stupide et pathétique d'être autant affectée par cette soirée. Après tout, le jour où Azael trouverait une autre dinde à plumer pour squatter son lit sans débourser le moindre dollar devait bien arriver... Elle aurait simplement souhaité que cela se soit passé autrement, ou bien qu'il aurait eu la décence de partir plus tôt, avant qu'elle n'ait le temps de s'habituer à sa présence et pire, à apprécier de le voir vivre avec elle. Rien de romantique là dedans, attention, mais elle ressentirait quand même ce vide lorsque l'appartement restera délibérément silencieux et rangé, à l'avenir, ce qu'il n'avait pas été depuis bien longtemps, avec Azael dans les parages. Elle ne prêtait pas attention à son environnement, plongée dans ses rêveries, et ne remarqua donc ni les pas pressants qui résonnaient derrière elle, ni la voix qui l'interpellait, bien résolue à regagner son appartement au plus vite.
♡ ❤ ♡




« How dare you ? I'm not one of your dolls. »







© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   Mer 2 Jan - 0:47




«Beautiful Ordinary»

«Abracadabra...je suis fou de toi »


« Il n’avait rien vu, il n’avait rien compris…Il était resté figé dans le temps et l’espace, perdu dans sa bulle d’enthousiasme, de rêverie faite d’or, d’ivresse mais surtout, surtout de vert…rien que de vert ! Sa bulle explosa au moment même où la furie rousse balança ses précieux billets en l’air. « Que…Sacrilège ! » Aurait-il voulu hurler, mais ses yeux écarquillés parlèrent pour lui. Il ouvrit la bouche plusieurs fois, surpris, incapable de faire le lien entre son attitude de parfait crétin et les cris emplis de reproches que Chrissie lui balançait en pleine figure.
Quelle mouche l’avait piquée ? Il n’écouta qu’à moitié ses hurlements hystériques et n’en chercha pas la traduction exacte, les femmes crient toujours pour un rien, surtout sur lui et celle-ci était sans doute la plus farouche d’entre toutes…Non, pour le moment, la plus grande préoccupation d’Azael c’était son argent, son superbe, son merveilleux argent qui pleuvait un peu partout autour de lui.
Oubliant totalement ses principes, encore que cet acte ne fût pas bien compliqué vu qu’il n’en possédait aucun, le magicien se mit à gigoter, à sauter partout en l’air puis à se jeter à terre pour récupérer un maximum de billets. Grognant, rageant, il devint fou, si quelqu’un avait eu le malheur de s’approcher de ses liasses, à coup sûr, il l’aurait mordu. C’était un spectacle à la fois affligeant et fascinant. Celle qui fascinait c’était bien sur Chrissie, qui, telle une tornade, balaya tout sur son passage…Dans sa robe de feu, elle était impériale, pire, si beaucoup de gens admiraient son physique, tous tombèrent amoureux de son caractère flamboyant.

Pauvre Azael, comment pourrait il contrôler une telle créature ? Alors les yeux s’abaissèrent sur la larve à quatre pattes par terre qui tentait désespérément de récupérer son gain et tous comprirent qu’ils n’étaient absolument pas fait l’un pour l’autre.

- Mon argent….Mais t’es dingue ! Tu…tu n’peux pas faire ça ! On aurait partagé…Le beau brun se releva tant bien que mal, des liasses de billets en vrac plein les mains. Il épousseta brièvement son pantalon de costard et desserra son nœud papillon tout en observant autour de lui, essoufflé. Par toutes les fées vertes d’une absinthe hallucinogène !
Chrissie McAllister s’était fait la malle et à sa place, un gorille de videur l’observait en fronçant les sourcils, une lueur de pitié dans les yeux ! Az’ grimaça, jeta des coups d’œil à la foule qui s’était rassemblée non loin de lui et sourit de toutes ses dents au gorille cherchant à être le plus naturel possible. Certes, il aimait être le centre d’attention mais seulement lorsqu’il gagnait au poker ou lorsqu’il était sur scène, ou lors de ces fêtes totalement incontrôlables avec Seb’ et Tomy ainsi qu’une tonne de jolies filles…Pas quand une rouquine incendiaire passait ses nerfs sur lui sans aucune raison !

Étrangement, la première réaction d’Azael aurait été de se faufiler dans la foule pour se faire oublier, de se diriger vers le bar et de dépenser son fric à outrance pour oublier en quelques secondes à peine cet épisode particulièrement honteux même si ce n’était en aucun cas le premier ni même le dernier. Néanmoins, une chose incroyable se produisit dans son petit cerveau avide, sans aucun scrupule ni conscience…Il ne voulait pas laisser Chrissie partir comme ça, pas dans ces conditions là…
Il ne réfléchit pas, il se dressa sur la pointe des pieds pour parcourir la salle du regard qui vint se planter dans celui du petit vieux accoudé au bar. L’homme arborait un sourire malicieux et rigola en observant le magicien avant de soupirer et d’indiquer du doigt la sortie, Chrissie s’était sauvée du Casino.
Az’ remercia le vieux en levant un pouce enthousiaste et courut dans la direction indiquée, bousculant ci et là des clients énervés sur son passage.

Il se rua dehors, sans prendre le temps de passer par les vestiaires puisqu’il n’y avait rien déposé, le froid était une donnée variable, Sebastian lui avait appris qu’avec assez d’alcool dans le sang la température ne baissait jamais, à quoi bon s’encombrer d’un manteau ? Le beau brun s’arrêta sur le trottoirs et plissa les yeux à la recherche de sa belle. Elle était là, marchant à grand pas, aussi vite que ses talons pouvaient l’y conduire, sa robe rouge brillait sous les lampadaires. Az’ grogna et reprit sa course pour écourter la distance entre eux.

- CHRISSIE ! Chrissie nom d’un chien, reviens ! C’était quoi ça ? Ce scandale ? Tu m’as planté, tu crains, j’ai rien compris…Tu veux qu’on aille ailleurs c’est ça ? Tu…Chrissie ! Az’ la retint par le bras sans la brusquer mais miss McAllister ne l’entendait pas de cette oreille, le regard noir qu’elle lui lança lui fit froid dans le dos. Il la relâcha immédiatement et tenta de se remémorer ce qu’elle lui avait dis…hormis les mots idiot et abrutie, il se rappela de « potiche » et tout prit un sens nouveau…Arf…Pourquoi donc s’énerver pour si peu ? C’était Azael Selis, l’emmerdeur de service, l’un des types les plus égoïstes, égocentriques de Storybrooke…S’il avait invité Chrissie au Casino, c’était seulement pour s’assurer l’entrée à une table de gros joueurs et pourquoi pas pour les distraire également, ce qu’elle réussit avec brio. Jamais il n’avait pensé une seule seconde que…

- Euh…t’as cru que c’était un rencard c’est ça ? J’aurais peut être dû être plus explicite mais…Tu es superbe dans ta robe en tout cas ! Comme si ce petit compliment pouvait améliorer les choses. Il sourit nerveusement, avant de se passer une main derrière la nuque sans trop savoir quoi dire ou faire.
Il savait s’y prendre d’habitude avec les filles, il leur envoyait son sourire le plus charmeur, les fixait de son regard bleuté, leur murmurait deux trois mots doux et le tour était joué. Mais avec Chrissie, tout prenait des proportions différentes…Ils n’étaient qu’amis, ou quelque chose du genre et avant ce soir, jamais Azael n’avait envisagé une autre approche. De ce fait ils se connaissaient par cœur, ce qui rendait sa tache délicate. Il ne voulait pas se fâcher avec elle, tout d’abord parce qu’elle l’hébergeait au minimum 5 jours par semaines, le nourrissait à ses frais, où irait-il si elle ne voulait plus de lui ? Et puis…il n’expliquait pas ce lien qui les unissait, sans doute s’était-il attaché à elle avec le temps. Il acceptait son caractère impulsif, son air grognon, ses vieux pulls de mamie et sa déco pourrie tandis qu’elle acceptait le phénomène qu’il représentait à lui tout seul, Azael Selis, l’éternel squatteur, enquiquineur, menteur, tricheur, voleur…En bref, un être infréquentable mais qu’elle seule fréquentait si souvent ! Quelque part, il lui en était….hum…reconnaissant ? Oui, ça devait être ça…Az’ ne chercha pas plus loin !

Le magicien soupira et leva les yeux au ciel. Ils étaient comme deux cons au milieu de la route, pire, ils se chamaillaient comme un vieux couple. Cette pensée le fit frissonner d’horreur. Ok…ils n’allaient pas y passer la nuit, il fallait sortir l’artillerie lourde pour qu’elle veuille bien changer d’avis.

- Ecoutes…d’accord, j’ai merdé ! Je pensais que tu t’amusais autant que moi ! Hum…je peux rattraper le coup, si tu me laisses une chance !

Alors, Azael approcha doucement une main vers le visage de Chrissie, caressant délicatement sa joue et lui balança son regard de chien battu en pleine face. Ses magnifiques yeux bleus se reflétèrent dans les siens et un léger sourire qui se voulait peiné anima ses fines lèvres. Une mise en scène parfaite qui en ferait craquer plus d’une, même la froide McAllister, foi de magicien !

Ils restèrent ainsi quelques secondes, en silence, loin des cris, de la foule et des rires. Ils s’observaient comme s’ils ne s’étaient jamais vraiment vus auparavant. L’ex sorcier vaudou se félicitait intérieurement de son plan machiavélique, jusqu’à ce que la peau si douce sous ses doigts ne le déconcentre, tout comme son regard étrangement sincère. L’atmosphère devint étrange tout à coup, comme chargé en électricité. La technique de drague d’Azael se retournait contre lui, voilà qu’un léger trouble s’empara de son esprit…Il fit un pas en arrière et laissa tomber sa main avant de détourner le regard…C’était quoi ce bordel ?

- Bon…euh…y’a..la..le…L’imperturbable Az’ bredouillait, il secoua la tête comme un gamin pour se remettre les idées en place.

*Pense à autre chose ! * Lui susurra une voix venue d’ailleurs. Hum ? Autre chose ? Son regard descendit immédiatement au niveau du décolleté de Chrissie et un léger sourire pervers se dessina sur son visage, voilà qu’il reprenait confiance en lui.

- Je t’emmène dans un endroit plus intime, où tu t’amuseras assurément ! Ça te tente ? Le beau brun sourit de plus belle et lui présenta son bras pour qu’elle s’y accroche avant de s’approcher à nouveau d’elle et de venir lui murmurer simplement à l’oreille : « Je saurai bien me faire pardonner… »
Il comptait l’inviter en discothèque, avec tout l’argent qui remplissait ses poches à présent, ils pourraient passer une nuit de folies, dans tous les sens du terme...


(c) Spinelsuns
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   Mer 16 Jan - 21:11




▽ Chrizael.



♡ ❤ ♡
Chrissie était en rage, ce qui lui permettait d'avoir chaud malgré le froid mordant qu'il faisait cette nuit-là. Comment cet abruti avait-il pu croire qu'elle serait heureuse de jouer la statue pendant toute la soirée, tandis que de son côté il plumait allègrement ses adversaires ? Bon, à la rigueur, qu'il remporte le jackpot, elle s'en fichait pas mal, mais c'était de savoir qu'il la prenait pour l'une de ces poules qui ne demandent pas mieux que rester plantées là à côté de lui à le regarder faire son petit manège qui la mettait hors d'elle. Il était censé la connaître, depuis le temps qu'il squattait son appartement, mais non, le grand Azael Selis n'avait même jamais cherché à cerner la rouquine, voilà qui était désormais certain ! Et elle qui croyait qu'ils étaient amis... Elle s'était mis le doigt dans l’œil jusqu'au coude ! En fin de compte, c'était sans doute cela qui l'énervait le plus : elle avait commencé à lui faire confiance et elle pensait que, lui aussi, il se rendait compte qu'ils avaient créé un lien. Mais non, elle s'était faite avoir en beauté par cet arnaqueur sans scrupules, et elle se trouvait tellement ridicule, à présent, d'avoir osé croire qu'Azael Selis avait un cœur, ou tout du moins une conscience, qu'elle semblait plus en colère contre elle-même que contre lui, bien qu'elle était loin de lui avoir pardonné son affront. Ah, les femmes blessées...

Ruminant sa rage, faisant claquer ses talons avec force sur le pavé, Chrissie ne rêvait plus que de retrouver son lit, barricader toutes les entrées possibles de son appartement juste au cas où l'imposteur tenterait de revenir bien que, le connaissant -car oui, elle le connaissait, elle !-, c'était vraiment improbable que cela se produise. Non, là il devait être en train de dépenser tous ses gains à la roulette, entouré de trois ou quatre dindes attirées par les billets verts. La seule satisfaction que la rouquine pouvait tirer de cette pensée c'était de savoir qu'il avait au moins perdu à tout jamais trois ou quatre de ses précieux billets lorsqu'elle l'es avait balancés à travers le casino : elle avait bien vu certaines personnes les ramasser et les planquer ni vu ni connu sous leur veste. Prends ça dans tes dents, Zazu ! Elle le détestait tellement, en cet instant ! Elle avait même l'impression d'entendre sa voix derrière elle, en train de la supplier d'attendre. Oh mais, attendez... Il était vraiment là ! Qu'est-ce qu'il pouvait bien lui vouloir, encore ? À tout les coups, il allait lui demander de récupérer les rares affaires lui appartenant qui traînait dans son appartement, il ne manquait vraiment pas d'air, celui-là ! La conservatrice du musée n'ayant aucune envie de lui faire cette faveur, elle feignit ne pas l'avoir remarqué et accéléra un peu le pas, sans se retourner, quand elle entendit les pas du magicien se rapprocher.

▬ CHRISSIE ! Chrissie nom d’un chien, reviens ! C’était quoi ça ? Ce scandale ? Tu m’as planté, tu crains, j’ai rien compris... Tu veux qu’on aille ailleurs c’est ça ? Tu... Chrissie !

Chrissie n'avait pas marché assez vite et Azael en avait profité pour lui attraper le bras, histoire de la forcer à s'arrêter pour l'écouter. La rouquine le gratifia pour tout réponse d'un regard plus glacial que le froid qui les entourait, plus noir que la nuit, plus assassin qu'un serial killer... Bref, Az' lui lâcha le bras aussitôt, ce qui eut pour effet de faire naître un sourire narquois sur les lèvres de la furie en robe rouge. Bien, au moins il avait compris le message, à l'évidence ce devait être la première fois que lui et Chrissie étaient sur la même longueur d'onde. La rouquine irradiait d'ondes meurtrières, toutes pointant vers son interlocuteur.

▬ Oh, laisse tomber, Azael, de toute façon tu ne comprends jamais rien ! Je t'ai dit de me laisser tranquille, alors retourne t'amuser dans ton temple de la débauche et oublie moi pour toujours !

Elle avait lâché ça sur le même ton sec et agressif qu'elle avait employé quelques minutes avant de s'enfuir du casino, à la différence près qu'elle ne criait plus, ce qui n'était pas forcément plus rassurant. Sur ce, elle s'apprêta à lui tourner le dos une bonne fois pour toutes et regagner au pas de course la chaleur réconfortante de son appartement, mais les mots que le magicien prononça la clouèrent sur place.

▬ Euh... T’as cru que c’était un rencard c’est ça ? J’aurais peut-être dû être plus explicite mais... Tu es superbe dans ta robe en tout cas !

Un rencard ? Qu'est-ce qu'il racontait ? La belle fronça les sourcils. Azael était vraiment prétentieux s'il s'imaginait une seule seconde que Chrissie avait pris cette invitation pour un rendez-vous galant. Premièrement, les nombreuses façons dont il avait essayé de la convaincre de venir n'avait jamais rien témoigné d'autre que le besoin de ne pas s'y rendre seul, la cavalière important peu, et il avait été désespéré au point d'insister auprès d'elle, c'était pour dire s'il se fichait de savoir qui aurait pendu à son bras ! Deuxièmement, elle avait cédé dans le seul but de lui prouver qu'elle n'était pas aussi prévisible qu'il le pensait, et aussi parce que sa remarque concernant ses tenues vestimentaires l'avait blessée. Enfin, la dernière chose qui l'avait poussée à franchir les portes du casino c'était l'idée de pouvoir découvrir un peu cet univers dont elle ignorait tout, et la perspective de pouvoir jouer, en gros, passer une bonne soirée. Un rencard, n'importe quoi ! Ce n'était pas parce qu'Azael était plutôt attirant dans son costume qu'elle allait tomber dans le panneau ! Elle vivait avec cet être dépourvu de sentiments depuis plusieurs mois, l'aurait-il oublié ? Oui, encore une preuve en faveur de son désintérêt total des autres : il pensait que Chrissie était semblable aux filles qui ne voyaient en lui que le dragueur et qui se laissaient tomber dans ses bras... Jusqu'à ce qu'il les laisse se fracasser la tronche à terre lorsqu'il décidait qu'il en avait fini avec elles. Elle l'avait vu faire tellement de fois qu'elle était sûre de ne jamais en arriver là : elle n'avait aucune envie de se faire ramasser à la petite cuillère par Luz ou Emilia ! Et puis, c'était quoi cette pauvre tentative de compliment à propos de sa robe ?

▬ Non, Az', je n'ai pas cru que c'était un rencard, comme si je pouvais avoir envie de sortir avec toi en connaissant ton comportement envers les femmes ! Tu me prends pour une abrutie ou quoi ?

Elle poussa un long soupir et resserra son manteau autour d'elle. S'il aimait la robe, elle s'arrangerait pour qu'il ne puisse plus la voir, voilà ! Il pouvait bien aller se rhabiller avec ses compliments qui sonnaient faux, Chrissie n'était plus d'humeur à lui laisser une énième chance, il en avait déjà utilisé tellement depuis qu'il habitait chez elle !

▬ Tu vois, je pensais qu'en acceptant de venir ce soir on allait s'amuser, que tu me laisserais l'occasion de jouer moi-même à quelque chose, mais non ! Comme d'habitude, tu n'as pensé qu'à ta petite personne en me forçant à te suivre pour ensuite complètement oublier mon existence. Ah ça, quand tu avais besoin d'une excuse pour attirer l'attention j'étais là, mais sinon j'aurais très bien pu être changée en pierre, t'aurais rien remarqué ! Je suis persuadée que tu as passé une merveilleuse soirée, mais pas moi. Tout ce que j'y ai gagné, c'est comprendre que tu n'as besoin de moi que pour avoir un toit sur ta tête ou de la bouffe sur ta table... Sur MA table ! Alors je m'en vais, maintenant, et tu peux toujours oublier l'idée de remettre un jour les pieds chez moi ! Je balancerai tes affaires par la fenêtre, si jamais tu veux les récupérer.

Elle avait prononcé la dernière phrase sur un ton sec et sans vie, bien sûr qu'elle allait se débarrasser de toute trace du passage de ce parasite chez elle de cette manière ! Puis, pensant que tout était dit et qu'il n'avait rien à ajouter, elle le gratifia d'un autre regard assassin pour le convaincre de faire demi-tour et de retourner dans son royaume d'insouciance et de débauche, lui le roi de l'égoïsme, du mensonge et de la tromperie. Mais il n'en fit rien.

▬ Écoute... D’accord, j’ai merdé ! Je pensais que tu t’amusais autant que moi ! Hum... Je peux rattraper le coup, si tu me laisses une chance !

Et là, sans que Chrissie n'ait pu le voir venir, elle se retrouva avec la main d'Azael sur la joue en train de caresser doucement son visage, tandis qu'il lui lançait un regard plein d'éloquence accompagné d'un sourire qui traduisait de la tristesse. La rouquine grimaça. Bien sûr que c'était une mise en scène, et bien sûr qu'elle était en train de tomber dans le panneau ! Enfin, disons plutôt qu'elle n'arrivait pas à rester aussi insensible et froide qu'elle l'aurait voulu, elle n'était pas lui, elle avait des sentiments. La chaleur de sa main sur sa joue par un froid pareil lui donna l'impression que sa peau réagissait en l'affublant de milliers de petits picotements. Elle ne dit rien, essayant de trouver la faiblesse dans le regard trop calculé pour être sincère de son vis-à-vis, et soudain tout changea. Elle la vit, la faille, l'éclair de trouble au fond des yeux d'Azael, la preuve qu'elle n'aurait jamais cru déceler en lui. L'atmosphère s'électrisa soudainement, et Chrissie perdit pieds. Non !

Tandis que le magicien laissait retomber sa main le long de son corps, celle de la rouquine s'éleva sans crier gare et s’abattit avec force sur le visage de l'arnaqueur. Elle-même avait du mal à réaliser ce qui venait de se passer. La baffe qu'Azael venait de recevoir avait été instinctive, comme une ultime tentative de la part de l'inconscient de Chrissie pour les ramener à la raison. Elle avait paniqué lorsqu'elle avait commencé à s'égarer dans le regard couleur océan de Zazu, et ce fut la seule chose qui lui vint à l'esprit pour reprendre le contrôle avant qu'il ne soit trop tard. À présent, tout était bizarre, et Chrissie baissa la tête. Elle avait senti la majeure partie de colère s'être évanouie ou moment où elle l'avait giflé, mais cette nouvelle situation lui faisait presque regretter de l'avoir perdue. La rage, c'était simple, elle connaissait. Ce nouvel état d'esprit, en revanche... Elle poussa un long soupir avant de reprendre la parole, son ton était étonnamment calme, bien que toujours un peu méfiant, si ce n'était cassant.

▬ Très bien... Une chance.

Relevant la tête en direction d'Azael, elle le fixait intensément. Il n'avait pas intérêt à lui refaire un sale coup car elle était bien déterminée à ne plus rien lui laisser passer. Et qu'il n'envisage pas non plus de râler en ce qui concernait la baffe, il l'avait totalement méritée, même si Chrissie ne lui avait pas vraiment infligée pour les bonnes raisons... Mais bon, après tout, elle pourrait toujours lui sortir l'excuse qui l'arrangerait le plus : pourquoi être honnête avec lui alors qu'il ne l'était que rarement à son égard ? Il ne méritait pas mieux que cela, et elle n'était pas disposée à lui offrir plus, de toute manière.

▬ Bon... Euh... Y a... La... Le...

La rouquine arqua un sourcil en voyant l'inébranlable arnaqueur bafouiller. Elle évita, en revanche, de chercher les raisons de ces balbutiements, histoire de ne pas trop penser à ce qui venait de se passer. Le plus étrange dans tout ça, c'était de savoir que cela s'était produit en une fraction de seconde et pourtant Chrissie avait l'impression que tout avait eu lieu au ralenti, étalé sur une éternité. Grimaçant de nouveau, elle secoua rapidement la tête de gauche à droite pour chasser cette histoire de son esprit. Elle le savait, plus elle y penserait et plus les défenses qu'elle avait érigé contre l'invasion inopportune et indésirable d'Azael dans son cœur risquaient de s'écrouler. Elle ne pouvait pas se le permettre. S'éclaircissant la voix, elle remarqua que les yeux du magicien étaient rivés sur sa poitrine. Elle serra les dents et poussa un grognement.

▬ Ça va, la vue te plaît ? T'as besoin d'un coup de main, peut-être ?

À nouveau, elle avait reprit un ton glacial, vexée de le voir agir ainsi, et elle lui représenta la main qui était venue s'écraser sur sa joue quelques minutes plus tôt pour illustrer ses propos lorsqu'elle avait parlé du « coup de main ». Voilà une manière efficace de proférer des menaces... Elle leva les yeux au ciel et resserra à nouveau son manteau autour de sa poitrine, les pans de ce dernier s'étant écartés au moment où elle avait bougé le bras pour frapper Azael. Attendant qu'il daigne reporter son attention sur elle d'une manière un peu plus décente, elle en vint à se demander ce qu'elle faisait encore là. N'avait-elle pas promis, à peine un quart d'heure plus tôt, qu'elle ne voulait plus jamais le revoir, qu'il était mort à ses yeux ? Elle avait quitté le casino telle une furie et à présent, à peine quelques centaines de mètres plus loin, elle accordait une chance de plus au magicien. Pathétique. Il avait intérêt à vraiment rattraper le coup.

▬ Je t’emmène dans un endroit plus intime, où tu t’amuseras assurément ! Ça te tente ?

Et voilà, le Zazu qu'elle connaissait venait de refaire surface, avec son sourire plein d'assurance et son bras tendu dans sa direction. Comme s'il s'agissait d'un gentleman, la blague ! Chrissie soupira et leva les yeux en l'air. Elle observa tour à tour la mine radieuse du magicien et son bras, hésitant tout de même à le suivre. Était-elle la seule à avoir une mémoire, entre eux ? Car il agissait vraiment comme si cette soirée n'avait pas fini en fiasco, ou comme s'il ne s'était rien passé lorsqu'il la suppliait... Mais, après tout, en y réfléchissant bien, peut-être ne s'était-il absolument rien passé, du moins pour lui. Cette pensée serra un peu le cœur de Chrissie, bien qu'elle essayait de se convaincre de toutes ses forces que c'était une bonne chose, qu'elle avait tout inventé et qu'elle pourrait donc tout oublier en un claquement de doigt. Lentement, avec beaucoup d'hésitation, elle leva la main et vint la poser sur le bras d'Azael. Il y avait une chance sur deux pour qu'elle le regrette amèrement, mais ça, elle ne pourrait pas le savoir sans accepter la proposition de l'arnaqueur en costume. Elle esquissa un léger mouvement de recul quand le magicien s'avança pour murmurer à son oreille, mais elle se ressaisit rapidement : depuis quand avait-elle peur de lui ? Cela ne commencerait pas ce soir !

▬ Je saurai bien me faire pardonner...

Elle lui lança un regard suspect mais lui rendit un très léger sourire. Si elle devait lui laisser une chance, il fallait qu'elle soit prête à s'amuser, non ? Elle le suivit sans même demander où il comptait l'emmener. Il ne leur fallut pas très longtemps pour arriver là où Azael pensait avoir une chance de se racheter : une boîte de nuit. Chrissie ne put s'empêcher de laisser un léger rire moqueur passer la barrière de ses lèvres. Alors comme ça quitter un lieu de débauche pour en rejoindre un autre était la meilleure idée qu'il avait eue pour se racheter ? Ça n'étonnait même pas la rouquine. Ils passèrent devant le videur sans peine, ce gorille étant bien trop occupé à regarder le décolleté de l'héritière McAllister pour vérifier si son cavalier avait encore le droit d'entrer.

▬ N'oublie pas, Zazu, c'est ta dernière chance, j'espère que tu es prêt à faire des efforts si tu ne veux pas dire adieu à mon matelas et mon frigo !

Elle lui lança un sourire narquois, juste histoire de bien le faire flipper, puis, une fois son manteau déposé aux vestiaires, elle pénétra dans l'univers rempli de lasers multicolores et de fumigènes. Il y avait déjà pas mal de monde, ce qui avait un impact considérable sur la température de la salle. Chrissie sourit, elle aimait assez l'ambiance, il fallait le reconnaître, même si elle avait toujours préféré fréquenter les bars lorsque l'envie de se défouler lui prenait. Elle avait l'impression d'être tombée dans un tout nouvel univers et se tourna vers Az' pour voir à quel point il aimait les lieux. Évidemment, elle n'avait pas trop de surprise à le voir dans son élément, étant donné le fait que c'était lui qui avait choisi de venir ici.

▬ Tu vas nous chercher à boire, Az' ?

Elle lui sourit et attendit de le voir s'éloigner vers le comptoir. Elle avait parlé d'efforts, faire quelques aller-retour pour elle en faisait partie. Elle reporta son attention sur son environnement et se mordit la lèvre. Peu à peu, le rythme infernal de la musique s'était imprégné en elle, l'attirant comme un aimant vers la piste de danse. Elle ne bougea pas, pourtant, attendant que son cavalier revienne, ignorant royalement les quelques regards pleins d'envie ou de jalousie qui se posaient sur elle. Enfin, Azael revint et lui tendit un verre. Elle n'attendit même pas de savoir ce qu'il avait commandé et l'avala cul sec. La brûlure qui prit possession de sa gorge au contact du liquide lui confirma juste qu'il s'agissait d'alcool, et Chrissie sourit. Elle posa son verre su un genre de muret qui était près d'eux et lança un regard impatient au magicien.

▬ Allez, dépêche toi d'avaler ça, je veux danser !

L'appel de la piste était insoutenable, aussi elle s'empressa de tirer l'arnaqueur par le bras dans la foule jusqu'à ce qu'ils ne soient plus que deux corps noyés dans la masse autour d'eux. Cet endroit débordait de vie, et la rouquine ressentait le besoin d'en faire partie, de se sentir vivante. Lançant un sourire amusé à Azael, elle se rapprocha de lui et commença à se déhancher au rythme de la musique, comme si plus rien n'avait d'importance que de danser et danser encore, jusqu'à l'épuisement, jusqu'à en mourir... Et quoi de mieux pour une flamme indomptable que brûler dans les bras d'un magicien excentrique ?
♡ ❤ ♡




« Stop being cute, I said I hate you ! »







© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   Ven 1 Fév - 0:31




«Chrizael»

«Come into my life, regress into a dream, we will hide
and build a new reality ! »


« ▬ Tu vois, je pensais qu'en acceptant de venir ce soir on allait s'amuser, que tu me laisserais l'occasion de jouer moi-même à quelque chose, mais non ! Comme d'habitude, tu n'as pensé qu'à ta petite personne en me forçant à te suivre pour ensuite complètement oublier mon existence. Ah ça, quand tu avais besoin d'une excuse pour attirer l'attention j'étais là, mais sinon j'aurais très bien pu être changée en pierre, t'aurais rien remarqué ! Je suis persuadée que tu as passé une merveilleuse soirée, mais pas moi. Tout ce que j'y ai gagné, c'est comprendre que tu n'as besoin de moi que pour avoir un toit sur ta tête ou de la bouffe sur ta table... Sur MA table ! Alors je m'en vais, maintenant, et tu peux toujours oublier l'idée de remettre un jour les pieds chez moi ! Je balancerai tes affaires par la fenêtre, si jamais tu veux les récupérer.

Ce concert de bruits assourdissants l'énervait au plus haut point, l'entendre brailler qu'elle n'était pas contente, qu'il était un égoïste, ce qui n'était absolument pas une nouveauté et jamais, ô grand jamais il le lui avait caché, qu'il profitait d'elle, de sa piaule et blablabla...Si seulement elle savait à quel point il se fichait de ses états d'âmes ! Ce n'était pas dans sa nature, même au plus profond de son âme, de se soucier de quelqu'un d'autre hormis de lui !
Lui, tout se reportait à lui, son existence entière n'était tourné que vers un seul être, lui-même ! Devrait-il se le faire reprocher à chaque fois ? Il n'y pouvait rien, c'était comme ça ! Jamais il ne changerait, même s'il le souhaitait ardemment, il n'avait pas de conscience ! Conscience du bien et du mal, conscience des autres en général, jamais il se demandait si telle ou telle personne allait bien, si elle avait besoin de lui, si ce qu'il lui disait pourrait apporter du réconfort ou la blesser...C'était une véritable pathologie camouflée sous des phrases toutes faites, faites d'ailleurs dans un seul but, arriver à ses fins !
En bref, Azael était un monstre d'égocentrisme et tout ce qu'il entreprenait était justifié dans son esprit, même s'il devait pour cela ramper devant le maire de la ville ou s'écraser devant les propos d'une rouquine en furie...En effet, la rousse le menaçait de lui reprendre ses privilèges rudement gagnés ! Son appartement, sa bouffe, son lit ! Une combinaison gagnante qu'Az' était pourtant certain de voir perdurer...C'était le Revolutionnnn !

*Pas çaaa* Pensa-t-il, désespéré. Il fallait rependre les choses en mains, gagner de nouveaux points, s'il ne voulait pas avoir à faire ses valises et à se trouver un autre endroit où crécher. Et tout cela par une nuit aussi froide, c'était hors de question ! Ainsi il s'excusa gentiment, ainsi il ne répondit pas à ses propos et ainsi donc, il préféra la supplier avec malice jusqu'à se perdre dans ses yeux.

La gène était palpable, tellement qu'il reçu une gifle en retour. Non mais quelle brute ! Cette fille était totalement tarée ! Azael grogna et se massa la joue. Rares étaient les femmes qui le traitaient ainsi. Bien sur ce n'était pas la première baffe qu'il se ramassait, mais la plupart du temps, il savait qu'il les avait mérité.
La marque que la main de Chrissie avait laissée était aussi rouge que le sang bouillant de l'arnaqueur...Pourquoi acceptait-il tout ça déjà ? Ah oui ! Son lit ! Comment l'oublier ? Il réprima une grimace, jura intérieurement malgré l'étrange sentiment qui l'avait saisi quelques secondes plus tôt, d'ailleurs, ce souvenir s'insinua en lui et le fit bredouiller, perdant la douce colère qui brulait dans son cœur de magicien de pacotille.

Il prit sur lui, joua le jeu et fit comme si tout allait bien, comme s'il était normal pour l'homme immoral qu'il était de pardonner si facilement les actes de la jeune femme. Certes, il ne possédait aucune conscience, aucune fierté mais tout de même lorsqu'on le faisait joliment chier, comme maintenant, en général, il rappliquait et pas de la plus gentille façon qui soit, ni la plus délicate. Sa tigresse rousse ne voyait pas les efforts qu'il faisait pour elle !
Azael répondit néanmoins au léger sourire qu'elle lui lança, elle acceptait sa promesse ! Incroyable ! Il possédait encore un peu d’ascendant sur elle ? Ils se dirigèrent donc bras dessus, bras dessous jusqu'à l'endroit où le magicien comptait se racheter.

▬ N'oublie pas, Zazu, c'est ta dernière chance, j'espère que tu es prêt à faire des efforts si tu ne veux pas dire adieu à mon matelas et mon frigo !

Encore plus d'efforts qu'il n'en faisait ? Démon ! Azael réprima une grimace et conserva son sourire de façade tandis qu'elle déposait son manteau au vestiaire. Peut être la musique, l'ambiance en générale allaient la détendre, qu'elle arrêterait de le menacer avec son frigidaire ou de se comportait comme la mère qu'il n'avait jamais eu. Il voulait simplement lui faire oublier tout ce qu'il s'était passé, qu'elle prenne du bon temps en sa compagnie, qu'elle le voit sous un autre angle...L'angle d'ailleurs, sous lequel lui la voyait, évoluait constamment : vieux jeu, chiante, sexy, re-chiante, hyper sexy, drôle, attirante, rere-chiante !
Étrangement ces adjectifs lui plaisaient, c'était d'ailleurs pour ça qu'ils étaient devenus amis. Le caractère de Chrissie n'irait pas en s'améliorant mais comparée aux autres filles de son âge, elle avait ce "il ne savait quoi" qui l'amusait, cette façon qu'elle avait de vivre les choses passionnément, prenant tout à cœur...Elle était son opposée sur tellement de critères que cette association devenait invraisemblable, pourtant, il commençait à s'y habituer, à en avoir besoin. Insidieusement, elle s'était glissée dans sa vie ou plutôt lui dans la sienne, selon le point de vue !

En entrant dans la salle principale de la boite de nuit, Azael inspira profondément, un large sourire aux lèvres. Quel bonheur de retrouver cette odeur de transpiration, d'alcool et de cigarette mêlée aux rires des blondasses affaissées au bar et aux boum-boum des basses montées au maximum ! L'ex-sorcier passa un bras dans le dos de Chrissie pour l'inciter à avancer et de se mêler à la foule. C'était toujours pareil, en arrivant, les gens devaient toujours faire un effort d'adaptation par rapport à ce nouvel environnement, à cette bulle coupée du monde et c'était là l'effet escompté par Az', se couper du monde !

▬ Tu vas nous chercher à boire, Az' ?

Azael leva les yeux au ciel mais garda le silence, il fallait la laisser faire, lui faire croire qu'elle gagnait la partie. Mais comme au poker, il bluffait ! Il lui lança un sourire exagéré et fit une petite courbette devant elle.

- Avec plaisir, princesse ! Il se retourna et partit en direction du bar, se fondant dans la foule jusqu'au comptoir.

- Hé Az' ! T'es là ce soir ? Fallait m'le dire, je t'aurai réservé une place ! Lui dit le barman en rinçant ses verres tout en faisant un signe de tête vers l'un des tabourets sur lequel un pauvre type était en train de cuver.

- Non Ben, pas ce soir ! Fit simplement Azael tout en jetant un regard derrière lui. Même avec le monde et la lumière des projecteurs qui ne cessaient de changer de cibles, on ne voyait qu'elle. Sa robe rouge étincelait et le beau brun s’enorgueillit en se disant que c'était lui qu'elle accompagnait ce soir.

- Houla ! C'est un bien joli ptit lot que tu as là Az' ! Une copine à toi ? Dis, entre nous, quand t'en auras fini avec elle, tu pourras me la pré...

- Deux vodka orange, s'il te plait ! Le ton d'Azael était ferme et sans équivoque, son regard noir également. Il ne comprenait pas pourquoi, mais penser à sa Chrissie entre les mains de ce gros porc le rendait malade. Pourtant, il se fichait totalement de ses fréquentations, hein ! Tant qu'elles ne menaçaient pas sa présence chez elle ! Arf...sans doute leur "dispute" de tout à l'heure l'avait un peu mis sur les nerfs. Le barman ne broncha pas car bien qu'il soit gringalet, Azael dégageait une douce noirceur que personne ne souhaitait explorer, sans doute se disait-il qu'un mec comme lui n'avait rien à perdre et qu'ainsi tous les coups lui étaient permis, ce qui était totalement vrai !
Le magicien récupéra les commandes et paya avant de revenir vers son amie. Il aperçut ci et là, des visages de femmes qu'il avait déjà croisés et qui lui jetaient des regards insistants mais il n'en avait cure et les ignora, ce n'était que d'autres fêtes, d'autres vies parmi les nombreuses qu'il avait vécu. Il s'avança droit sur Chrissie, lui tendit son verre et commença à boire le siens sans un mot tout en fixant malicieusement la jeune femme. Il laissa échapper un petit rire moqueur alors qu'elle buvait une gorgée, puis deux, puis le verre entier en l'espace de quelques secondes. Azael arqua un sourcil, souhait-elle lui rendre la tache plus facile ?

▬ Allez, dépêche toi d'avaler ça, je veux danser !

Yo mollo ! A peine eut-il le temps d'avaler la dernière goutte d'alcool que la jeune femme l'attira contre son gré sur la piste de danse. L'arnaqueur soupira, non pas qu'il détestait danser, bien au contraire, il était un dieu dans ce domaine, comme dans bien d'autres, néanmoins, il ne pensait pas qu'elle changerait si vite d'opinion sur cette soirée, il aurait aimé discuter un peu plus longtemps autour d'un verre, voir de deux autres, histoire de la garder en condition avant qu'elle ne lui refasse une crise d'hystérie. Oui, il valait surement mieux saouler Chrissie McAllister qu'avoir à faire à son prochain courroux !

Il éclata de rire à cette pensée mais ses désirs d'alcool s'estompèrent au moment même où la musique changea. Un son pop-rock, loin de ces chansons latinos écœurantes, retentit. Sa belle se changea en muse, captivant tous les regards, inspirant des désirs insoupçonnables, elle se déhanchait sans pudeur, prête à s'envoler loin du monde terrestre sur le rythme infernal de cette musique. Immédiatement Az' se rapprocha de Chrissie, dans son dos, ses mains sur sa taille, il bougeait avec elle, leurs esprits s'envoleraient ensemble et bientôt il lui sembla qu'ils n'étaient plus que deux...Plus rien n'existait autour, enivrés par le sons des guitares électriques, les basses qui cognaient contre leurs cœurs et les lumières des lasers venus éblouir l'espace de quelques secondes leur champ de vision, ils dansaient encore et toujours. C'était énergisant, sensuel et excitant à la fois...lâcher prise, le tout était de lâcher prise! Les mains d'Azael s'aventuraient parfois sur les hanches de la jeune femme avant qu'elle ne les ramène à leur juste place, ses lèvres effleuraient à maintes reprises son cou comme une caresse, lui murmurant parfois les paroles pour lui chatouiller l'oreille. Cet idiot souriait, ce jeu l'amusait tellement ! Il ne pouvait expliquer avec certitude à quoi cela mènerait, la draguait-il vraiment ? Qu'attendait-il d'elle ? Cette superbe jeune femme, dans sa robe rouge, il lui arrivait parfois d'oublier qu'il s'agissait de Chrissie, de la même Chrissie qui portait des pyjamas à motifs de canards boiteux, la même Chrissie qui gueulait comme une poissonnière quand Azael vidait son frigo, la même Chrissie qui atteignait les notes les plus insupportables jamais créées par l'Homme lorsqu'elle chantait sous la douche...Que pouvait-il faire ? Il la connaissait par coeur, il n'avait jamais ressenti le moindre désir pour elle et voilà que ce soir, à cause de cette putain de robe rouge, tout devenait confus dans sa tête. Pauvre Azael, cette femme là le rendait chèvre !

- Je ne savais pas que tu aimais tant danser ! Lui murmura-t-il à l'oreille, la seule façon de se faire entendre sans être obligé de crier comme un demeuré par dessus la musique. Alors qu'elle se tournait vers lui pour lui répondre, un homme derrière elle la bouscula et voilà qu'elle finit dans les bras de l'arnaqueur, qui ne pouvait rêver mieux ! Nez à nez avec elle, essoufflés par la danse, ils s'observèrent quelques secondes qui parurent interminables. A l'intérieur de lui, Azael jubilait. Peut-être était-ce ce qu'il souhaitait dans le fond, se venger d'elle en la faisant succomber à son charme, pourtant, une petite voix lui disait que ce n'était très certainement pas la meilleure façon de garder son appartement. Mais ce qui l'inquiéta davantage était ce trouble qui se reflétait dans leurs yeux, derrière le désir physique qu'elle lui inspirait, il y avait...un truc, étrange et incertain qu'il détestait.
Doucement, figés qu'ils étaient dans les bras de l'autre, Azael approcha ses lèvres des siennes, parce qu'il en avait envie, parce qu'elle lui suppliait de le faire d'une certaine façon, abrogeant par là même leurs souffrances et les questions sans réponses qu'ils formulaient intérieurement. Mais alors que leurs visages n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, la musique changea et le charme fut rompu !

- Hum...tu veux boire autre chose ? Demanda alors le magicien en se raclant la gorge, jetant un regard mauvais en direction du DJ qui les avait ramené trop vite à la réalité. Il soupira un peu lorsqu'elle acquiesça.

- T'envoles pas, je reviens ! L'ombre d'un sourire charmeur accompagna ses mots et il disparut à travers la foule une fois de plus. Au comptoir, il commanda la même chose qu'à leur arrivée d'un geste de la main. Il ne faisait pas attention à ce qui l'entourait, son esprit était ailleurs, il se passa même une main devant le visage pour sortir de cette douce torpeur qui l'avait saisi.

- Hé Az' ! Je me mêle peut-être de ce qu'il me regarde pas mais...t'es pas en train de te faire chourer ta nana ? Demanda le barman sur un ton narquois, preuve qu'il n'avait pas oublié la façon dont lui avait parlé l'escroc quelques heures auparavant.

- Quoi ? Et merde ! S'écria Azael en jetant un regard derrière lui. Le gorille du Casino les avait suivi jusqu'ici et venait d'accoster son amie. Encore un mauvais joueur qui voudrait récupérer son argent. Facile de repérer Chrissie à travers toute la ville avec SA PUTAIN DE ROBE ROUGE !

- Annule les boissons, file moi une bouteille ! N'importe laquelle ! Dit le beau brun en sortant une liasse de billets de sa poche, la posant avec force sur le comptoir. Le barman s’exécuta sans trop comprendre. Az' s'en saisit et marcha droit sur l'homme imposant qui semblait serrer avec force le bras de la jolie rousse qui tentait de se débattre.
Comme dit plus haut, Azael était plutôt gringalet, ce qui ne l'empêchait pas de se battre, la taille des muscles n'étaient pas le facteur le plus déterminant dans une bonne baston, non, le plus important restait les armes que l'on utilisait et la façon dont on s'en servait. Ceci était le fruit des années de bagarres dans les bars en compagnie d'un nain et d'un estropié de la guerre. Appliquant cette stratégie, le magicien arriva dans le dos du gorille, lui tapota l'épaule pour qu'il se retourne et lâche Chrissie par la même occasion et...lui cassa purement et simplement la bouteille sur la tête, de quoi l'étourdir quelques minutes. Des gens hurlèrent, se groupèrent autour de la victime sans comprendre ce qu'il venait de se passer.

- Ah ! C'était du Rhum, quel gaspillage ! Dit tout haut Azael en ayant une pensée pour Sebastian tout en attrapant le bras de miss McAllister, l'entrainant rapidement avec lui dans le fond de la salle. Bien sur, elle serait de mauvais poil après ça, peut être même recevrait-il encore quelques baffes mais peu importait, pour le moment, il fallait simplement disparaitre et au lieu de se diriger vers la sortie comme n'importe quel amateur, Az' les conduisit jusqu'aux toilettes des filles, invraisemblablement vides.

- Vite, rentre la dedans ! Dit-il en la pressant d'entrer dans l'une des cabines avec lui. Fermant la porte derrière eux, il coinça Chrissie contre la paroi et posa une main sur sa bouche au cas où l'idée saugrenue de le traiter de tous les noms lui viendrait. Des pas précipités se firent entendre non loin d'eux, Azael plongea son regard dans le sien, leurs coeurs bondissaient dans leurs poitrines, le souffle court, ils s'observaient, se détaillaient...la peur, l'adrénaline, la colère, le désir, l'amusement...tant d'émotions qui transperçaient leurs esprits à cet instant, tant de possibilités futures et de scénarios probables...

- Cette fois, je n'y suis pour rien ! Lui glissa néanmoins l'ex-sorcier vaudou, un sourire amusé sur les lèvres.


(c) Spinelsuns

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   Mar 12 Fév - 5:17




▽ Chrizael.



♡ ❤ ♡
Chrissie dansait en faisant abstraction de tout autour d'elle. Elle n'avait jamais été le genre de fille à avoir besoin d'un public pour se sentir bien, au contraire, et danser seule n'avait jamais été un problème pour elle. Mais, ce soir, l'héritière McAllister n'était pas seule... Si elle avait, l'espace d'un instant, oublié la présence d'Azael avec celle de tous les autres clients de la boîte de nuit, il se manifesta lorsque la musique changea. Chrissie reconnut les premières notes qui retentirent, étant particulièrement fan du groupe en question, et se laissa d'autant plus aller sur le rythme de la musique. C'est à cet instant qu'Azael se faufila derrière elle et accorda ses mouvements à ceux de la flamme dans la robe explosive qu'elle était devenue. Un léger sourire s'accrocha à ses lèvres, mais rien de plus. C'était étrange de danser avec lui, encore plus encore de découvrir qu'ils étaient en parfaite harmonie sur cette musique. L'environnement s'effaça à nouveau dans l'esprit de Chrissie, absorbée par la danse, à l'exception près que, cette fois, elle emmenait le magicien dans son univers. Tous deux se laissaient porter par le son apocalyptique des guitares électriques, cette chanson avait quelque chose de lascif qui déteignait sur eux et leurs mouvements. Az, en particulier, semblait se perdre d'avantage que Chrissie dans leur danse et ainsi elle dut replacer ses mains trop aventureuses sur son corps plusieurs fois... Elle frissonnait légèrement en sentant ses lèvres effleurer sa nuque ou en l'entendant murmurer les paroles de la chanson dans le creux de l'oreille, mais cela n'avait rien à voir avec Azael, évidemment, l'effet aurait été le même avec n'importe quel homme en imaginant qu'il eût été à la place de l'arnaqueur...

▬ Je ne savais pas que tu aimais tant danser !

La jeune femme esquissa un sourire moqueur et se retourna pour lui répliquer qu'il ignorait encore pas mal de chose à son sujet mais elle n'en eut pas le temps qu'une espèce de brute la poussa en dansant, il fallait dire qu'ils étaient vraiment les uns sur les autres sur la piste... Quoi qu'il en fût, l'homme qui l'avait bousculée ne remarqua rien et ne tenta même pas de s'excuser. Chrissie, de son côté, avait perdu l'équilibre et la seule raison qui faisait qu'elle n'était pas actuellement étalée et piétiné par une foule de danseurs c'était qu'elle s'était réceptionnée sur Azael. Enfin, "réceptionnée"... Elle venait tout bonnement de tomber dans ses bras. À bout de souffle à cause de leur danse, troublée par la proximité soudaine, car il avait beau avoir été très près d'elle quelques secondes plus tôt, cela changeait tout d'être face à face, elle restée figée contre lui. Leurs regards étaient plongés l'un dans l'autre et mille questions traversèrent l'esprit de la rouquine à une telle vitesse qu'elle n'arrivait même pas à les démêlait, que tout s'embrouillait et, qu'au final, aucune pensée claire n'en ressortait. La musique touchait à sa fin lorsqu'ils se remirent en mouvement, ou plutôt Azael. En effet, Chrissie demeurait immobile mais le magicien approchait doucement son visage du sien, sur le point de l'embrasser. Est-ce que c'était normal ? Est-ce qu'elle pouvait le laisser faire ? Est-ce qu'elle en avait envie ? Oui, quelque part, en cet instant précis, elle réalisa qu'il n'y aurait jamais de meilleur moment que celui-ci pour goûter aux lèvres de l'arnaqueur et ces lèvres en question n'étaient plus qu'à quelques millimètres des siennes lorsque, brusquement, la musique changea. Comme un retour brutal à la réalité, Az se recula, Chrissie se redressa et elle fit de son mieux pour prétendre que tout ça n'avait pas eu lieu.

▬ Hum...tu veux boire autre chose ?

Visiblement, le magicien ne tenait pas particulièrement à ressasser les faits, lui non plus. Chrissie esquissa un léger sourire un peu gêné puis acquiesça : boire, c'était tout à fait ce dont elle avait besoin en cet instant précis pour se remettre les idées en place. Elle ne prit pas la peine de parler, son geste de la tête exprimait sa réponse à merveille et, surtout, le volume sonore ne lui laissait pas vraiment le choix. Comme elle n'avait pas envie de crier et que se pencher vers lui pour murmurer ne semblait pas non plus très indiqué, elle se contenta de ce hochement de tête, et Zazu en fit de même.

▬ T'envoles pas, je reviens !

En voyant son demi-sourire, elle laissa échapper un petit rire que personne n'entendit, évidemment, à cause de la musique, puis le regarda s'éloigner en se mordant la lèvre. Cette soirée prenait une tournure de plus en plus étrange et elle n'arrivait pas à déterminer si cela devait lui plaire ou non... Poussant un soupir, elle détacha son regard du dos d'Azael qui se frayait un chemin dans la foule jusqu'au comptoir et elle balaya l'endroit des yeux. C'est là qu'elle le vit. L'homme à la stature imposante à la table duquel elle s'était assise plus tôt, dans le casino. Il se dirigeait droit sur elle et quelque chose lui dit que c'était lié au fait qu'Azael l'avait totalement dépouillé durant leur partie de poker. Son estomac se noua alors mais elle fit son possible pour sembler impassible, comme si elle ne se doutait de rien, comme si c'était un hasard de le retrouver ici. Elle lui adressa un sourire crispé lorsqu'il arriva à sa hauteur. Un vrai gorille, ce mec, avec sa grande taille, ses muscles imposants et sa tronche d'évadé de prison. Il entra direct dans le vif du sujet en réclamant son argent. Chrissie fronça les sourcils et s'efforça de rester tempérée en lui hurlant qu'elle ne savait pas de quoi il parlait, qu'elle n'avait pas son argent et que, même, Azael l'avait gagné et donc qu'il n'avait aucun droit de venir le réclamer. Évidemment, ce ne fut pas le discours qu'il aurait voulu entendre et il haussa rapidement d'un ton, l'accusant de l'avoir volé. La rouquine ne voulant pas s'engager dans ce genre de conversation lui lança un regard méprisant tout droit hérité de sa mère avant de tourner les talons... Mais la brute la saisit par le bras et la força à se retourner. Grimaçant, elle essaya de se dégager de sa poigne mais il serrait son bras bien trop fort pour qu'elle ait une chance d'y parvenir. Il commença à l'insulter, mais il n'eut pas le temps de terminer sa longue liste de noms dépréciatifs que, subitement, il lâcha le bras de Chrissie et se retourna. Visiblement, quelqu'un derrière lui avait attiré son attention et... Azael cassa une bouteille sur le crâne du gorille sous le regard hébété de tous ceux qui les entouraient, la jeune conservatrice comprise.

▬ Ah ! C'était du Rhum, quel gaspillage !

Elle ne savait pas quoi dire et restait plantée là, à fixer le gorille hébété et Azael tour à tour. Elle savait qu'il se battait souvent mais le voir à l'action remettait tout en perspective. De plus, le fait qu'il vienne pour la sauver, en quelque sorte, la fit sourire légèrement, sans trop qu'elle s'en rende compte. Elle était flattée, et Az en costume qui affronte un gros costaud pour elle c'était une chose qui, qu'elle le veuille ou non, rentrait définitivement dans la catégorie "sexy" de son esprit. Le magicien, lui, ne perdit pas une seconde, il saisit le bras de Chrissie et cette dernière grimaça car, même s'il était moins brutal que l'autre, elle avait quand même encore mal ! Sans être concertée, elle fut traînée jusqu'au fond de la salle par un arnaqueur sûr de lui.

▬ Qu'est-ce que tu...

Elle n'eut même pas le temps de terminer sa question qu'il la fit entrer dans les toilettes des filles, heureusement déserts. Il lui lâcha le bras et elle eut à peine le temps de se masser un peu l'endroit maltraité. C'était certain : demain, elle aurait un énorme bleu sur le bras ! Mais, visiblement, cela n'effleurait même pas l'esprit de Zazu qui la précipita dans l'une des cabines des toilettes... Sexy mais goujat, à croire que c'était universel !

▬ Vite, rentre la dedans !

Il entra à sa suite dans la cabine, ce qui surprit un peu la jeune femme, et elle fronça les sourcils lorsqu'il referma la porte sur eux. Non mais qu'est-ce que... Elle était sur le point de lui demander, avec plus ou moins d'amabilité dans la voix, de plus amples explications concernant la scène de la bouteille et tout ce qui s'en suivait, en particulier le fait qu'elle se retrouve aux toilettes avec lui, mais il ne lui en laissa pas le temps. La plaquant contre une paroi, il posa sa main sur la bouche indignée de Chrissie : comment osait-il la traiter de la sorte ?! Bon évidemment, leur proximité retrouvée rendait la rouquine d'autant plus mal à l'aise, elle sentait déjà la confusion reprendre peu à peu le contrôle de son esprit mais fut bien vite rattrapée par la réalité quand des bruits de pas se firent entendre de l'autre côté de la porte et que quelqu'un de visiblement pressé déboula dans les toilettes. Ce quelqu'un ne portait pas de talons, aussi la jeune conservatrice opta pour l'hypothèse du gorille qui avait repris ses esprits et tout son être fut parcouru par un frisson d'angoisse. Qu'on se le dise, Az avait peut-être gagné la première manche grâce à l'effet de surprise, mais il ne ferait jamais le poids lors d'un bon vieux combat aux poings contre une telle brute... Autrement dit, ils étaient foutus ! Mais la demoiselle plongea son regard dans celui de l'arnaqueur et sa crainte s'estompa un peu en faisant place à d'autres sentiments. Le trouble, cette attraction inexplicable qu'il avait éveillée en elle ce soir, la peur et la colère qu'elle éprouvait à son égard pour l'avoir impliquée dans cette histoire se mêlaient en un millier de combinaisons étranges dans son esprit. Ils étaient si près, il avait la main posée sur sa bouche, leurs regards connectés... Qui aurait pu dire ce qu'il se serait passé en d'autres circonstances, s'ils n'avaient pas été condamnés au silence et à l'immobilité par l'effrayante menace de l'autre côté de la porte ?

▬ Cette fois, je n'y suis pour rien !

Azael avait murmuré ces mots et Chrissie fronça les sourcils pour lui faire comprendre qu'elle n'était pas tout à fait d'accord avec lui. Bien sûr, elle ne risqua pas de répliquer, même en chuchotant, préférant jouer la carte de la sûreté avec le gorille si proche. Il s'en sortait bien, le petit Zazu... Pour le moment. Les minutes s'écoulèrent lentement puis, aussi vite qu'il était entré, la brute ressortit. La rouquine sentit son corps entier se détendre. Elle n'avait même pas réalisé à quel point elle s'était crispée à l'arrivée de leur poursuivant dans les toilettes mais maintenant elle pouvait reprendre son souffle. Le magicien lui murmura de ne pas faire trop de bruit, au cas où il restait près de la porte principale des toilettes des filles, puis retira lentement sa main de ses lèvres. C'était l'occasion pour la demoiselle de râler, même en murmurant, et lui faire comprendre qu'il avait bien failli signer leur arrêt de mort à tous les deux. Elle, exagérer ? Pas vraiment, car elle était bel et bien persuadée que ce type, dehors, serait prêt à tout pour de l'argent. Elle avait même son petit discours de prêt pour accabler l'arnaqueur mais, lorsque ses doigts glissèrent le long de ses lèvres, elle oublia tout le reste. Captivée par son regard d'azur, envoûtée par leur proximité, elle resta silencieuse et ils s'observèrent ainsi, dans cette ambiance électrique, de longues secondes. Cette fois-ci, ce fut Chrissie qui amorça le premier geste vers lui, éloignant sa tête de la paroi de la cabine pour se rapprocher un peu plus d'Az. Malheureusement, alors qu'ils étaient, une fois de plus, sur le point de s'embrasser, un groupe de filles entra dans les toilettes à grands coups d'éclats de rires et de conversations brouillées par l'alcool. Aussitôt, la jeune conservatrice se plaqua de nouveau contre sa paroi et ils restèrent ainsi, sans vraiment parler ni bouger, jusqu'à ce qu'il soit l'heure pour la boîte de fermer. Ils avaient convenu de ne pas partir plus tôt juste au cas où le gorille aurait décidé de rôder un peu dans les alentours, on n'était jamais assez prudents.

En sortant du bâtiment, Chrissie fut parcourue par un frisson : l'heure avancée de la nuit et sa tenue pas franchement adaptée pour contrer les températures de la saison la laissèrent transie de froid, même emmitouflée dans son manteau. Elle était fatiguée et n'aspirait qu'à une chose : se blottir sous ses draps. Azael braqua un taxi. D'ordinaire, ils aurait du marcher un peu le temps de rejoindre une route plus fréquentée, mais il s'agissait de l'heure de fermeture de la boîte de nuit, ainsi les chauffeurs de taxi en service à cette heure savaient pertinemment qu'ils ne manqueraient pas de clients en stationnant bien en vue des portes principales. Le drôle de couple prit donc place à l'arrière de la voiture, Zazu indiqua la rue de l'appartement au chauffeur puis il se laissa tomber en arrière sur la banquette, imité par la rouquine qui, épuisée, se blottit même contre son épaule le temps du trajet. Ils furent emmenés jusqu'à chez elle, descendirent du taxi, payèrent pour la course et entrèrent dans le bâtiment. Étrangement, ils étaient plutôt calmes. Sans doute était-ce du à leur fatigue. Ils échangèrent quelques mots dans l'ascenseur puis ils furent enfin à l'intérieur de l'appartement. Le fait d'être rentré avait quelque chose d'apaisant pour Chrissie. Une fois leurs manteaux ôtés, elle laissa Az farfouiller dans la cuisine tandis qu'elle se dirigea vers la salle de bain pour enfiler son pyjama moelleux à motifs de canards.

La jeune femme se démaquilla et remit un peu d'ordre dans ses cheveux ou, du moins, essaya. Enlevant ses chaussures, elle se sentit soudainement libérée et afficha un sourire de soulagement sur son visage. Ce sourire, cependant, fut de courte durée. Il s'estompa lorsqu'elle en arriva au moment où elle devait ôter sa robe. Tout s'était bien passé au moment de l'enfiler mais, là, quelque chose clochait : la fermeture éclair dans son dos était coincée. Poussant un soupir agacé, elle sortit de la salle de bain et alla se planter devant Azael, assis sur le rebord du lit. Sans lui laisser le temps de réagir elle se mit dos à lui et désigna par dessus son épaule la fermeture rebelle.

▬ C'est coincé. Tu peux m'aider à l'enlever ?
♡ ❤ ♡




« Everything is so confused, please help me find the way... »







© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)   
Revenir en haut Aller en bas
 

Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chrissie, you don't have to wear that dress tonight...(A♥C)
» Maryse Vs Lita Vs Chrissie Vs Eve Vs Kelly Kelly
» Maryse Vs Lacey Vs Candice Vs Chrissie Vs Ravenya Simone
» Maybe I wear too much pink...
» i wear this crown of thorns upon my liar's chair + godric

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-