Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Come as you are ~ Pv Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Ally Brynhild
Admin ೨ Astrid

✒ Curse :
384
✒ Coeur :
Insensible
✒ Personnage de Conte :
Astrid Hofferson


MessageSujet: Come as you are ~ Pv Ethan   Sam 23 Avr - 2:02


   
   Ethan & Ally
   Come as you are, as you were, as I want you to be. As a friend, as an old enemy.

U
n timbre, deux timbres, trois timbres. J'avais l'impression désagréable que le tas de lettres en face de moi ne diminuait pas, alors que je tramais depuis ce matin, n'ayant eu pour seule et unique pause que l'heure du déjeuner, qui ne m'avait permis d'évacuer entièrement la frustration inévitable que formait en moi ce boulot d'automate, que je ne pouvais que mépriser au plus haut point. J'étais au dessus de ça, bien au dessus de ça, en tant que Brynhild. Jamais je n'aurais du me salir les mains de la sorte -tout ça, c'était la faute de la mère qui était la mienne, à qui j'en voulais plus que jamais de me faire subir une chose pareille. En effet, si l'on m'avait dit plus jeune qu'un jour j'en viendrais à travailler pour pouvoir subvenir à mes besoins et mener une vie plus ou moins confortable, j'aurais ris au nez de cet imbécile ignorant. Et pourtant voilà que j'étais attablée à un bureau, désespérant silencieusement au dessus de formulaires administratifs et autres documents jugés assez importants pour atterrir directement entre les mains de notre maire.

Je vomissais ce job, je le haïssais de toute mon âme. Et pourtant, Dieu sait que je ne pouvais pas me permettre de donner ma lettre de démission -pas alors que je n'avais pas encore rassemblé l'argent nécessaire à mon évasion de ce monde qui n'était pas le mien. C'était tout ce que je demandais après tout : partir loin d'ici, mener l'existence que j'avais choisi de mener, non pas en tant que viking ou que petit prodige de politique ou autre domaine dans lequel mes parents espèreraient que je me démarque. Je voulais être libre, libre de choisir celle que je voulais être, après les évènements désastreux qui s'étaient produits dans notre ville. Aline ? Astrid ? Qui devais-je incarner à présent que les deux "moi" s'étaient fondues en une ? Qui devais-je choisir d'être alors que tous avaient déjà choisi leur clan, là dehors ? La décision était bien trop difficile à prendre à mes yeux. Alors j'avais décidé de ne pas choisir. De n'être ni l'une, ni l'autre. De vivre en tant qu'Ally, sans me soucier de mon passé, l'occultant jusqu'à ce qu'il n'ait plus aucune emprise sur mon présent.

Quatre timbres, cinq timbres, six timbres. Je ne pus m'empêcher de me moquer de ma propre personne face à cette situation plus que risible : qui aurait cru qu'il me faudrait vivre un enfer pour pouvoir enfin réaliser mon rêve ? Cela, on ne nous l'apprenait pas dans les contes de fées. On ne nous racontait que ce que l'on voulait entendre. Cela avait toujours été le cas, et continuerait encore après notre mort. Peut-être était-ce mon âme d'artiste maudite à l'image de Baudelaire qui me faisait envisager les choses de cette manière. Le fait est que j'avais besoin de mes dessins pour exprimer la réalité, pour voyager dans la fantaisie. J'avais besoin d'eux pour vivre, et l'on tentait de m'en empêcher. Cela, je ne pouvais le tolérer.

Alors je supportais, j'enchainais café, doses de sucre quotidiennes pour tenir le coup, malgré les tâches abrutissantes qui m'étaient confiées, uniquement troublées par les quelques citoyens venant se plaindre aux administrateurs. Ils ne passaient pas devant le placard dans lequel j'avais été jetée telle une vulgaire bonne -heureusement pour moi- mais les voix me parvenaient depuis le bureau de mes collègues, m'offrant parfois quelques fous rire, la moindre anecdote croustillante constituant un véritable divertissement à côté de ma mission aux effets de somnifères. Je les écoutais discuter, tendais presque l'oreille lorsque j'entendais la porte claquer, et me réjouissais d'avoir l'opportunité de jouer ce rôle de petit souris dissimulée, afin d'obtenir des renseignements que je n'aurais pu avoir autrement. C'était bien le seul avantage de ce job sous payé : les ragots qui circulaient parmi les employés. Et dieu sait que j'y étais attentive.

Sept timbres, huit timbres, neuf timbres. Plus que quelques heures à tenir avant la fermeture, me laissant tout juste le temps de passer faire un tour à la boutique d'art la plus proche afin de me fournir de nouveau en estompes, la dernière en liste allant bientôt rendre l'âme après des mois de bons et loyaux services. Ma mère était supposée m'en commander de nouvelles depuis longtemps, mais il fallait croire que cela était bien moins important que les nouveaux plans excentriques planifiés pour la maison, me laissant dans l'obligation de me déplacer moi-même. Papa ne rentrant pas à la demeure familiale avant la nuit tombée, cela signifiait de plus qu'aucune voiture ne serait à ma disposition. Bon sang, si je n'avais pas su que Jay restait travailler ses cours jusque tard le soir, sans doute aurais-je été tenté de faire appel à lui, rien que pour ne pas avoir à traverser seule mais avant tout à pieds la distance qui me séparait du petit magasin dans lequel j'avais l'habitude de me réapprovisionner.

Soupirant, je m'imaginais déjà l'horreur que cela serait en talons, tout en progressant dans mon activité, collant un à un les timbres officiels pour déposer toutes ces lettres dont j'ignorais véritablement l'intérêt sur la pile déjà formée par les courriers prêts à être envoyés. Avec un peu de chance, cette balade forcée me réveillerait de l'état de léthargie dans lequel j'étais progressivement en train de plonger. Si cela continuait comme ça, sans doute finirais-je comme ces travailleurs déprimés à vingt ans qui se réfugiaient dans l'alcool et la drogue pour trouver un sens à leur vie.

Dix timbres, onze timbres, plus de timbres. Je lançais un regard las à la plaquette vide en face de moi, avant de décider de me lever afin d'en reconstituer le stock nécessaire sur mon bureau. Je pris quelques secondes afin d'étirer mes membres endormis par l'inactivité de mon poste, avant de finalement me tenir de nouveau debout, et prête à accomplir ma tâche. Je traversais les bureaux sous les regards curieux de certains employés découvrant tout juste ma présence pour me rendre vers la petite armoire au sein de laquelle étaient conservés les petits bouts de papiers que je recherchais, me faisant surprendre lorsque la porte de la mairie s'ouvrit en claquant, comme à son habitude.

Je tournais alors la tête, curieuse, pour découvrir dans l'embrasure un homme que j'avais déjà pu apercevoir dans les rues de Storybrooke -un agent de police, de ce que j'en savais. Cela attira immédiatement mon attention -avec un peu de chance aurais-je l'opportunité de repartir d'ici avec de bonnes histoires à raconter aux amis le lendemain à l'université. Ce qui me surprit néanmoins fut sa trajectoire, bien plus orientée vers la table où je me trouvais quelques secondes auparavant que vers mes collègues assis devant leurs écrans d'ordinateur -en cela, je ne pouvais pas me tromper, isolée comme je l'étais de toute civilisation.

Avais-je fait quelque chose d'illégal ? Je ne le pensais pas. Pas depuis quelques années tout du moins, ce qui me rassurait sur cette possibilité : il ne venait pas me faire la morale, ni m'arrêter pour quelque délit que ce soit. Alors quelle pouvait bien être la raison de sa visite ? Un instant, l'idée de ma mère emmenée au poste me fit sourire, avant que je ne me reprenne finalement pour envisager la situation dans sa globalité : sans elle, Papa ne serait rien de plus qu'une larve, ce dont nous n'avions pas besoin ces derniers temps.

-Bonjour, saluai-je le nouveau venu, un sourire poli sur le visage, un regard scrutateur posé sur lui, dans le but de déterminer ses intentions. Puis-je vous aider ?

J'avais beau n'avoir rien fait de mal -tout du moins, de ce que je pouvais bien me rappeler-, je ne pouvais m'empêcher de me montrer méfiante. Dans le monde soit disant parfait dans lequel nous vivions, un inspecteur ne venait pas s'adresser à une jeune fille telle que moi pour la complimenter sur sa nouvelle paire de chaussure.
WILDBIRD
 



grande iconepetite icone

In my field of paper flowers
I lie inside myself for hours

LADY SUR EPICODE
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Come as you are ~ Pv Ethan   Sam 4 Juin - 22:11
[Salut, désolé pour l’attente. Comme je l’ai dit aussi à Maxwell, j’ai été pas mal occupé et de ce fait j’ai accumulé pas mal de retard un peu partout que j’essaie de rattraper... En espérant que cela te plaise ^^]







Come as you are ~

Ethan & Ally






Le soleil se levait à peine qu’Ethan émergeait déja. Son premier réflexe comme chaque matin fut de diriger vers la cuisine pour sa dose de caféine habituelle. Il lui fallait au moins ça pour supporter le poids de la fatigue en plus du stress dû au retour de la malédiction. Sa tasse en main, il déambula dans ce qu’il lui servait de salon, se penchant à la fenêtre afin d’observer la ville s’éveiller. C’était une petite routine qu’il faisait chaque matin, il aimait profiter de ses quelques minutes de calme et de «peudo-tranquilité" avant d’affronter l’extérieur. Tant de choses avaient changé depuis, parfois il en arrivait à se demandait s’il aurait voulu se rappeler ou non. Plus jamais il ne serait le même, le petit flic tranquille dans une ville tranquille... en apparence.

Au moins pouvait-il essayer de maintenir une certaine stabilité dans sa vie, avec un peu de chance, personne ne découvrirait sa véritable identité. Non mais vous imaginez ? Ce serait la panique, les gens seraient capables de le jeter en cage, de vouloir sa mort. Il ne pouvait pas les blâmer, il était ce qu’il était, il n’avait aucun compte à rendre, aucune explication à donner. Qu’il l’accepte ou non, il ferait son chemin, à eux de ne pas être sur sa route. Tout d’abord, la première étape de son plan. Première étape était bien grand mot, il savait même pas si cette fille serait à même de l’aider, ni même si elle lui fournirait des informations intéressantes sur le fameux dragon dont tout le monde parle en ce moment. Mais il faut bien commencer non ? Il devait savoir quel était le lien entre le dragon et la malédiction pour savoir ensuite quoi faire.

Regina lui avait été bien utile sur ce coup-là, bien qu’il se câchat bien de lui dire, lui rappelant que s’ils étaient alliés, c’était bien par intérêt uniquement. Grâce à elle en tout cas, il avait pu découvrir qu’il y avait une Viking en ville, un petit groupe en fait. Il s’intéressa à une jeune femme du nom d’Ally Brynhild, son nom ne lui était pas inconnu. Il l’avait aperçu à un des galas qu’organisait la famille, avait été briévement introduit à elle pour sa mère, mais il avait à peine échangé. Elle ne devait sûrement pas se rappeler de lui. Il avait prévenu de se présenter à elle aujourd’hui d’abord en tant qu’officier de police, afin d’éviter d’éveiller les soupçons. C’était peut-être un peu parano, mais ici il ne faisait confiance à personne, mis à par Maxwell avec qui il partageait certaines affinités.

Habillé de son uniforme habituel, il poussa la lourde porte de la préfecture et pénétra dans le bâtiment. Son entrée ne passa pas inaperçue, ces gratte-papiers ne devaient sûrement pas être habitués à tant d’agitations. Il ignora les regards et se dirigea droit vers l’accueil.

«Bonjour, le bureau d’Ally Brynhild je vous prie». Commença-t-il, garda un ton très professionel, ce qui pour certain pourrait s’apparenter à de la froideur.

«Ally? Non, nous n’avons pas d’Ally ici».

Ca ce n’était pas la choses à dire. Il fronça les sourcils, agacé. Il lui répondit cette fois-ci d’un ton plus sec.

«D’après mes informations, elle travaille comme stagiaire ici, vous devez l’avoir dans vos fichiers regardez!». Lui dit-il, haussant la voix. La secrétaire étant occupé à pianoter sur son clavier, Ethan détourna un moment le regard, c’est à ce moment-là qu’il entendit une voix derrière lui. Enfin... La chance était avec lui finalement. Il rendit son sourire à la blondinette et lui serra la main tout en se présenter.

«Ally Brynhild? Lieutenant Blackdogs de la police de Storybrooke. J’aurais quelques questions à vous poser concernant une enquête, auriez-vous un moment ?»

Il lui fixa droit dans les yeux, bien droit les pieds bien ancrés dans le sol. L’enquête n’était qu’un prétexte, par prudence. Il réfléchit à un lieu où il pourrait discuter, dans son bureau si elle en avait un de fermé ou alors dehors. Dehors ce serait sûrement mieux.



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
 

Come as you are ~ Pv Ethan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
» Mélodies du soir, alchimie des passions [Ethan]
» Ethan Hudson
» Ethan dégage, voici Liam, pour votre plus grand plaisir ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-