Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 [FLASHBACK] ♦ MONK & MINA — « wisdom, justice and love… » ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Monk Zimmer
Admin ೨ Quasimodo

⚔ Curse :
122
⚔ Coeur :
Bercé d'agréables illusions...
⚔ Statut :
RP ▽ 1/3 (OPEN)
⚔ Personnage de Conte :
Quasimodo {Le Bossu de Notre Dame}


MessageSujet: [FLASHBACK] ♦ MONK & MINA — « wisdom, justice and love… » ♥   Mar 1 Mar - 19:27

opening theme


starring RUPERT GRINT and VANESSA HUDGENS


Utinam te haberem, mi amor caelestis -- If only I could have you, my heavenly love... ~ Adyta "The Most Sacred"

once upon a curse
ambre-harmony





♈ Wisdom, Justice and Love...
Monk Zimmer ♱ feat. Mina Demerson

C
omme tous les matins, Monk était déjà sur le pied de guerre. Prendre en charge le quotidien d’un juge nécessitait de démarrer sa journée tôt et de respecter son planning à la lettre. Déjà sur son trente et un dans son uniforme de majordome, les cheveux bien peignés, le rythme auquel il enchainait les diverses tâches matinales était quasi militaire. Tout devait être parfaitement en place tous les jours avant le réveil du juge. Ayant toujours vécu sous un régime ultra autoritaire, Monk s’imposait tout naturellement la même rigueur et la même discipline avec lesquelles on le traitait. Selon lui, c’était même la moindre des choses ; il se devait d’être à la hauteur de son supérieur. Et encore plus ces derniers temps, à vrai dire…

En effet, après son passage au commissariat suite à son arrestation pour le cambriolage de la maison de Regina Mills, on ne pouvait pas dire que les relations entre lui et le juge étaient des plus détendues. D’abord, le jeune roux lui avait délibérément désobéi en se rendant à ce fameux Festival de la Mine sans son approbation. Ensuite, son interrogatoire au poste de police avait fini par mettre en lumière le manque de liberté que lui laissait Fire, lui attirant ainsi des ennuis dont il se serait bien passé, étant une personnalité officielle dans cette ville… Monk s’en voulait terriblement ; il n’avait pas du tout cherché à contrarier qui que ce soit dans cette histoire. Il avait parlé aux policiers avec tellement d’insouciance et d’honnêteté qu’il ne pensait absolument pas que cela aurait eu une quelconque incidence sur sa vie. Ainsi, depuis cet épisode fâcheux, il y avait de cela quelques jours, Monk faisait tout son possible pour regagner la confiance du juge et se faire pardonner. Il ne pouvait pas balayer de sa mémoire tout ce qu’il avait fait pour lui jusqu’ici, alors chaque action qu’il faisait pour lui était un moyen de remonter à nouveau dans son estime…

Le juge aussi avait fait un pas vers lui. Monk était désormais autorisé à quitter son poste pendant les moments de creux, mais il devait impérativement rester joignable. Ce fut la raison pour laquelle le juge lui offrit un vieux téléphone portable. Monk n’avait jamais rien reçu de sa part – ni de personne d’autre, d’ailleurs. Monk afficha une expression neutre, mais dans sa tête, il souriait, car malgré tout ce qu’il s’était passé, le juge savait qu’il pouvait encore compter sur sa loyauté. Ce jour marquait donc en quelque sorte le début d’un apaisement entre les deux hommes. Toutefois, il n’y avait pas que la considération du juge que Monk voulait être digne de recevoir…

En effet, qu’il le voulut ou non, ses pensées allaient toujours directement vers Maître Demerson, cette charmante jeune avocate avec sa chevelure ébène et ses grands yeux noirs qui, malgré toutes les circonstances qui l’accusaient à tords, l’avaient regardé, lui semblait-il, sans porter le moindre jugement, voire même avec douceur et compassion... Il était étrangement certain d’avoir déjà croisé ce regard profond, intense et ensorcelant quelque part... Pourtant, Monk s’en serait souvenu si cela avait été effectivement le cas, mais cette impression de déjà-vu persistait tout de même pour une raison qu’il ignorait complètement ; il pouvait uniquement affirmer que c’était une sensation bizarre, rien de plus.

Après qu’il eut aidé le juge à enfiler son pardessus et qu’il quitta les lieux pour se rendre au Palais de Justice, Monk pouvait disposer et retourner à ses appartements s’il le désirait ; il avait alors desserré son nœud papillon qui entourait son cou et qui le gênait fortement. Il le portait par respect des conventions que le métier exigeait de lui, mais il n’appréciait guère avoir cette chose qui gainait son cou en permanence. Une fois arrivé dans sa chambre, il le retira complètement et le jeta sur son lit dont les bords avaient été faits bien au carré. Il passa dans la petite salle d’eau attenante, et alors qu’il observait quelques instants son reflet dans le miroir, il déboutonna les deux premiers boutons du col de sa chemise qui l’étouffait plus qu’autre chose, puis souffla un bon coup. Respirer, un peu… Dans la vie de Monk, aucune place n’était accordée à la fantaisie. Pas même pour sa propre respiration…

Il resta un moment devant le miroir, l’air songeur, ses pensées encore et toujours occupées par la même personne… Il avait envie de la voir et voulait assouvir cette volonté tout de suite. A l’heure qu’il était, elle devait sûrement préparer ses audiences au Palais de Justice tout comme le juge Fire. C’était décidé, il assisterait à une de ces audiences en auditeur libre. Mais il n’était pas question d’y aller avec cet accoutrement dans lequel il se sentait affreusement ridicule. Il décoiffa donc légèrement ses cheveux pour paraitre un peu plus décontracté et opta pour un jean au lieu de son pantalon habituel. Lorsqu’il jeta un dernier coup d’œil au miroir avant de partir, Monk ne savait pas s’il allait être plus séduisant aux yeux de la belle dans cette tenue, mais jugea que c’était déjà mieux comparé à avant…

Quand il arriva au Palais de Justice, il fut rapidement contrôlé, puis se présenta à l’accueil et demanda son chemin. On l’orienta vers les salles d’audience. Il fut aussitôt saisi par un sentiment de solennité, semblable à celle que l’on pouvait ressentir en entrant dans une église : les plafonds hauts, le bois sombre, les avocats qui déambulaient en robe noire en attendant le début de l’audience ou qui se concertaient avec leurs clients… Bien sûr, il se revoyait lui-même à la place de ces personnes et se remémora son propre procès qui s’était tenu à huis clos étant donné son jeune âge à l’époque et le caractère délicat de l’affaire dans laquelle il avait malheureusement eu le rôle de souffre-douleur… Aujourd’hui, il n’allait pas assister à un remake de son expérience personnelle. Non, il n’avait absolument pas besoin de cela, il allait tout simplement être spectateur de faits ordinaires que rencontraient quotidiennement les tribunes et qui étaient de ce fait ouvertes au public. De toute façon, le déroulement de l’audience ne l’intéressait que très peu ; c’était surtout un prétexte pour la voir…

Les portes de la salle d’audience s’ouvrirent, invitant toutes les personnes présentes à entrer et à prendre place sur les bancs disposés sur deux rangés. Là encore, c’était un lieu aux plafonds très hauts avec des boiseries sombres recouvrant les murs. Les bancs de devant furent rapidement remplis. Monk, quant à lui, choisit de se mettre au fond pour ne pas se faire remarquer et être le plus discret possible ; il doutait fortement que la séance soit présidée par le juge Fire, ce dernier ayant plus l’habitude de s’occuper de cas graves et difficiles à traiter. Mais, si c’était le cas, il ne souhaitait pas croiser son regard ici… Il n’allait d’ailleurs pas tarder à le découvrir puisque tout le monde se leva, ce qui signifiait que le Président du tribunal faisait son entrée. Il alla s’asseoir au milieu d’une longue table. Il fut suivi de près par deux assesseurs, puis par le greffier qui s’assit à un bureau à part… Ce fut à ce moment-là que le cœur de Monk sauta un battement. Elle était là… Belle et lumineuse comme un soleil malgré la couleur sombre de sa robe d’avocate et son air sérieux. Il ne put s’empêcher de sourire un peu bêtement en la regardant accompagner la victime à la barre. Il ne savait pas si elle avait remarqué sa présence. Il y avait très peu de chance pour que ce soit le cas… Mais la réalité judiciaire le fit sortir de sa rêverie lorsqu’il entendit le Président inviter tout le monde à se rassoir et présenter brièvement l’affaire…
1300 mots

once upon a curse
ambre-harmony

_________________________


Kyrie Eleison
God help the outcasts, hungry from birth. Show them the mercy they don't find on earth. God help my people. We look to You still. God help the outcasts or nobody will...
© solosland
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FLASHBACK] ♦ MONK & MINA — « wisdom, justice and love… » ♥   Dim 13 Mar - 0:03

   
   Wisdom, Justice and Love...

   Monk Zimmer and Mina Demerson

    Malgré l'heure matinale, Mina se réveillait avec les rayons du soleil, les journées commençaient bien plus tôt en ce moment et ça permettait à la brune de ne pas avoir à supporter l'horrible sonnerie d'alarme de son réveil. Mina n'avait jamais dû entretenir une relation avec qui que ce soit, ni protéger une confiance qui pouvait tenir la route. Elle créait cependant une courte confiance envers ses clients, et bien souvent, ces derniers espéraient avoir la brune comme amie.

Mais la jeune femme avait beau inspirer la confiance à bon nombre de personnes, pour elle donner la sienne, s'était beaucoup plus compliqué et long. Peu de personnes à Storybrooke avaient la confiance de la jolie brune, Marius et Emma Swan. Même si cette dernière n'en avait aucune idée. Elle avait placé sa confiance en la blonde suite à son comportement avec son dernier client. Cette affaire était due à un certain cambriolage, chez Regina Mills, lui avait permis de se venger discrètement du juge Fire.

Mais Mina, malgré son envie constante de vouloir renverser le juge, avait éprouvé de la compassion pour son client, Monk Zimmer. Il avait été accusé à tort d'un vol qui aurait pu lui coûter cher, mais en plus de cela, il avait accepté d'avouer des choses qui lui avaient sûrement valu des ennuies auprès du juge. Depuis le jour où elle l'avait quitté devant le Palais de Justice aux côtés de Tobias Fire, Mina ne pensait plus qu'à la sécurité du jeune homme.

Il lui arrivait même d'en oublier certaines informations utiles des affaires sur lesquelles elle travaillait. Mais aujourd'hui, c'était son affaire la plus importante à laquelle elle allait devoir faire face. D'après ce qu'elle avait entendu, ce n'était pour une fois pas le Juge Fire à qui elle devrait faire affaire.

La brune s'était empressé de se préparer, elle avait enfilé une simple robe à manches longues noire et s'était brièvement maquillé. Elle avait décidé de prendre à manger sur le chemin en s'arrêtant au café de la ville. Elle ressortit alors rapidement, un croissant à la main, son téléphone et un café en gobelet dans son autre main. La jeune femme avait un peu de retard et devrait courir afin de le rattraper. En tentant de boire après avoir fini son repas très court, Mina laissa tomber un filet de café sur le haut de sa robe. Un juron sortit alors des lèvres rosés de la jeune femme. Elle finit par se rappeler qu'elle portait une robe noire par-dessus ses propres vêtements et que donc la faible tâche ne se verrait pas trop.

Une fois au Palais de Justice, la jeune femme présenta son sac à main à l'entrée et on l'autorisa rapidement à rentrer. La jeune Demerson se dirigea alors dans son cabinet pour y rejoindre sa cliente qui était déjà devant la porte. Mina s'excusa alors de son retard en l'invitant à entrer avant d'enfiler sa robe noire. Si une personne du troisième âge voyait Mina, elle pourrait presque croire que la faucheuse est là, à cause de son apparence totalement noire.

Mina expliqua sommairement à sa cliente ce qu'elle pouvait réussir à conclure même si l'avocat de la défense lui donnerait forcément du fil à retordre. Après quelques minutes à s'entretenir avec la jeune femme, Mina lui demanda de la suivre jusqu'à devant la porte qui les emmènerait dans la salle d'audience. Le Président du tribunal entra en premier suivi par deux assesseurs et par le greffier. Ce fut son tour avec sa cliente de rentrer dans la pièce. La jeune femme marcha d'un pas lourd malgré son désir de se faire moins bruyante.

Quelques minutes passèrent jusqu'à ce que le Président ne présente l'affaire. La cliente de Mina fut alors appelé à témoigner pour son ex-mari et les sourcils de la brune se froncèrent. L'avocat de la défense osait prétendre que la cliente ici présente avait donné son accord pour que son ex-mari utilise l'argent. La jeune Demerson objecta alors pour se placer devant sa cliente et tandis qu'elle énonçait le fait que l'ex-mari était le seul à avoir pu se procurer le permis et la carte de sa cliente mais aussi qu'il avait quatre condamnations qui l'attendaient, Mina aperçu très nettement le visage de Monk. Elle se stoppa alors quelques secondes dans ses dires en le fixant avant de se rappeler où elle se trouvait.

Elle énonça alors que d'après l'article 441 du Code Pénal, « Constitue un faux toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplie par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d’expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d’établir la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques. » Monsieur devait alors encourir d'un emprisonnement de trois ans et d'une amende de 50200 $. Mais pas que, Monsieur n'avait pas qu'utilisé cette carte pour se louer une voiture, il avait aussi volé l'objet, ce qui valait 5 ans d'emprisonnement en plus pour avoir utilisé la carte volée et 418000 $ d'amende en plus.

Il ne fallut pas plus de dix minutes pour que le Président décide que l'accusé soit condamné à 8 ans d'emprisonnement et à une amende de seulement 400000$ pour son ex-femme. C'est alors avec un sourire victorieux que la jeune Demerson sortit de la salle d'audience. Puisque l'assemblée présente pour observer l'affaire sortait après elle, Mina put attendre Monk devant les portes principales. Lorsqu'il passa la porte, la jeune femme lui attrapa délicatement le bras et sans ouvrir la bouche, elle l'emmena avec elle dans son bureau. Une fois à l'intérieur, elle ferma la porte double à clé et retira sa robe noire d'avocate et lança sa machine à café avant de demander au rouquin de s'asseoir en face de son bureau tandis qu'elle prenait place sur son fauteuil à roues.

- Mais que faites vous donc ici Monsieur Zimmer ? Si le juge vous voit ici je doute qu'il soit très clément vu ce qu'il a pu vous faire auparavant.

Lui dit la jolie brune en plantant son regard noir dans celui du jeune homme. Elle avait réellement peur que le jeune homme ne se fasse attraper par l'horrible juge qui, s'il apprenait que Mina le prenait sous son aile, serait encore plus exécrable qu'à l'ordinaire. Mais quelque chose retint l'attention de la brunette, Monk n'était pas habillé comme il l'avait vu au Palais de Justice la dernière fois, il portait quelque chose de beaucoup plus décontracté, ce qui donna le sourire à la jeune femme qui pensa alors que la pression qu’exerçait Tobias s'était légèrement relâché.

1108 mots
   
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Monk Zimmer
Admin ೨ Quasimodo

⚔ Curse :
122
⚔ Coeur :
Bercé d'agréables illusions...
⚔ Statut :
RP ▽ 1/3 (OPEN)
⚔ Personnage de Conte :
Quasimodo {Le Bossu de Notre Dame}


MessageSujet: Re: [FLASHBACK] ♦ MONK & MINA — « wisdom, justice and love… » ♥   Ven 18 Mar - 22:26



♈ Wisdom, Justice and Love...
Monk Zimmer ♱ feat. Mina Demerson

C
omme tout le monde s’y attendait, le Président de la séance présenta donc brièvement les faits. Apparemment, l’homme avait utilisé frauduleusement la carte bancaire de son ex-femme avec laquelle il avait dépensé plus de deux mille dollars, notamment en louant une voiture. Ce fut grâce à cela que la justice put donc l’identifier, car il avait donné son permis de conduire et la carte volée pour louer le véhicule. L’homme ne reconnaissait pas du tout les faits, mais Maître Demerson démontra brillamment qu’une tierce personne n’aurait pas pu se procurer à la fois la carte de sa cliente et le permis de conduire de l’accusé, se faire passer pour lui et louer une voiture. Par ailleurs, elle précisa que Monsieur avait déjà quatre condamnations à son actif… Alors que Monk restait béat d’admiration devant cette femme remarquable qui défendait magistralement la malheureuse victime de cette affaire saugrenue, ce fut à ce moment-là que leurs regards se croisèrent dans l’assistance. Comme mis à nu par ce regard perçant, le jeune roux se sentit soudainement gêné d’avoir été repéré ainsi par la belle Mina, car cette dernière s’était interrompue pendant un court instant dans sa longue tirade. Sa timidité maladive refaisant surface, Monk avait alors détourné les yeux pensant pouvoir disparaitre dans le reste de la foule, mais il fallait bien reconnaître que cette méthode s’avérait franchement inutile...

Imperturbable, Demerson reprit le fil de son discours en énonçant un article du Code Pénal afin de soutenir la véracité des propos qu’elle avait tenu précédemment contre le prévenu. Plus sa démonstration avançait, plus on se rendait compte que l’homme allait prendre cher, au sens propre comme au figuré. Les jeux étaient déjà faits pour ce Monsieur peu scrupuleux. En effet, le suspens ne fut que de courte durée puisque le Président de la séance rendit rapidement son verdict : l’homme écopa d’une peine d’emprisonnement de huit ans avec sursis et d’une amende de plusieurs milliers de dollars pour son ex-femme. A l’annonce de cette issue favorable à la plaignante, Monk eut presque envie de se lever et d’applaudir chaleureusement la brillante et jeune avocate comme si celle-ci venait de remporter une médaille d’or. Bien sûr, il ne le fit que mentalement, et au lieu de manifester un enthousiasme si exacerbé envers la belle Mina, un léger sourire empreint de fierté à son égard se dessina sur son visage.

Le Président tapa sur son bureau avec son maillet, signalant qu’il avait dit son dernier mot et que la séance était suspendue. Après son départ et celui des autres représentants de la justice, l’assemblée fut invitée à quitter les lieux. Monk regagna donc la sortie en suivant le groupe. Il pensait pouvoir attendre l’avocate devant les portes de la salle d’audience, mais ce fut elle qui le devança ; en effet, à peine avait-il passé la sortie que Mina le tira de la foule en le prenant par le bras sans prononcer mot. Ne s’y attendant absolument pas, il laissa échapper un petit « oh ! » de surprise. Il se laissa embarquer et tout s’enchaîna avec une telle rapidité que Monk se retrouva en un rien de temps dans une pièce à part avec Maître Demerson qui les enferma à clé derrière elle. Monk fut interloqué par ce geste, se demandant à quoi cela pouvait bien servir. Encore un peu abasourdi d’avoir été agrippé de la sorte, Monk resta immobile tandis qu’il tentait de comprendre où il se trouvait. Cela ressemblait en tout point à un bureau… Que faisaient-ils ici enfermés tous les deux ? C’était une situation qui paraissait pour le moins curieuse et qui, d’un point de vue extérieur, pouvait sérieusement prêter à confusion… Et puis, qu’avait-elle en tête ? Monk n’en savait absolument rien ; il était très loin d’être doué en matière de jolies femmes et l’esprit féminin était une notion qui lui échappait complètement... Son éducation religieuse ayant été au centre des priorités du juge Fire, ce n’était pas le genre de sujet qu’abordaient les deux hommes en toute quiétude…

Mais ce qui laissa Monk complètement pantois, ce fut le moment où la jeune femme retira brusquement sa robe d’avocate alors qu’elle lui faisait dos. Il la fixa quelques instants en train de se dévêtir, puis se sentant rougir de l’observer aussi impunément, se prit d’un intérêt soudain pour les tableaux accrochés aux murs dont les encadrements dorés étaient richement ornés. Pendant ce temps-là, Mina mettait sa machine à café en marche. Elle se retourna et comme le jeune roux n’avait pas bougé d’un pouce, elle l’invita à s’asseoir, ce qui le tira de sa contemplation momentanée. Il découvrit qu’elle était désormais en tenue civile, habillée d’une robe plutôt sobre de couleur neutre, et osa donc la regarder à nouveau en face. Il s’avança, prit le siège qui se trouvait devant lui et s’installa. Mina lui demanda ensuite la raison de sa venue. Elle semblait un peu inquiète à son sujet, surtout à propos du juge Fire dans le cas où il l’apercevait ici…

Monk était incapable de répondre à sa question, se la posant lui-même depuis qu’ils étaient dans ce bureau. C’était bien la première fois de sa vie que le jeune homme se retrouvait ainsi seul avec une femme... Pour tout dire, il n’avait pas les idées très claires. Alors tout en cherchant le moyen de formuler une phrase grammaticalement correcte et compréhensible, il ouvrit la bouche, mais à part quelques bafouilles d’hésitation, aucune parole censée n’en sortit. Il se souvint alors pourquoi il était parti sur un coup de tête ce matin ; que son seul et unique désir était de la voir… de s’extasier devant sa sublime chevelure noire, de s’émerveiller devant son sourire éclatant et de respirer le même air qu’elle... En fait, il n’avait pas d’autre raison justifiant sa venue au Palais. Il fallait inventer un prétexte qui ne lèverait pas le voile sur la vérité, alors voici ce qu’il finit par dire :

« Oh, ne vous en faîtes pas pour cela, mademoiselle Demerson. J’étais justement venu dans l’intention de pouvoir m’entretenir avec vous à ce propos. »

Il marqua une pause puisqu’il fallait à nouveau faire preuve d’imagination pour trouver une suite logique à cette affirmation, et au lieu de faire s’immiscer Fire dans cette conversation en tête-à-tête dans laquelle il n’avait pas lieu d’être, Monk choisit habilement de parler d’autre chose :  

« Vous avez vraiment été sensationnelle durant l’audience. »

Il accompagna son compliment d’un petit sourire, espérant peut-être ainsi amener la belle avocate sur un tout autre terrain ; un terrain sur lequel lui-même ne s’était jamais aventuré auparavant : celui de la séduction...

1101 mots

once upon a curse
ambre-harmony

_________________________


Kyrie Eleison
God help the outcasts, hungry from birth. Show them the mercy they don't find on earth. God help my people. We look to You still. God help the outcasts or nobody will...
© solosland
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FLASHBACK] ♦ MONK & MINA — « wisdom, justice and love… » ♥   
Revenir en haut Aller en bas
 

[FLASHBACK] ♦ MONK & MINA — « wisdom, justice and love… » ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Mina Harker
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-