Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 hello gorgeous • pv. madeline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: hello gorgeous • pv. madeline   Mar 26 Jan - 16:08
hello gorgeous ...
la beauté d'une femme réside dans son sourire ...

Aujourd'hui nous sommes mardi, j'aime le mardi : c'est mon jour de repos. Je ne sais pas encore vraiment ce que je vais faire de ma journée, mais je commence par une petite sortie matinale pour prendre des forces. Rien de tel que les sandwiches de Granny, j'aime celui aux oeufs avec du bacon. Rien que d'y penser j'en salive. Je m'habille rapidement, sans vraiment prendre attention à ce que je porte, je ne suis pas du genre à faire attention à ce que je porte tous les jours, je suis tellement distrait que ça m'arrive de mettre deux chaussettes différentes ou bien de ne même plus savoir comment je suis habillé.

Le trajet jusque chez Granny est bref, je suis au bout de la rue donc j'y vais à pied en saluant quelques personnes au passage. Je ne suis pas le gars le plus sociable de Storybrooke, mais j'essaie de cultiver une certaine sympathie envers l'ensembles des concitoyens (qui peuvent être de potentiels clients).

Je ne connais rien de mieux qu'un bon café de chez Granny pour démarrer la journée. Je m'installe sur le bord du comptoir, je suis seul je ne vais pas occuper une place sur une table. J'échange quelques banalités avec la patronne tout en regardant autour de moi le flot de visiteurs qui prennent leurs petits-dej à emporter. Mon regard s'attarde sur une table du fond, une jeune femme aux longs cheveux bruns assise seule. Elle est belle, ses grands yeux semblent ouverts sur le monde et pourtant on dirait qu'elle porte le malheur de toute la ville sur ses frêles épaules.
Ce n'est pas la première fois que je croise cette jeune femme, mais c'est la première fois que je remarque son air mélancolique, on pourrait la croire directement sortie d'un roman "romantique" . Après avoir terminé mon sandwiche je commande un nouveau café, puis je tourne la tête une nouvelle fois vers la jeune femme seule, elle regarde par la fenêtre avec un air absent. Je souris naturellement, sans raison précise et je suis pris d'une envie, d'un élan envers cette jeune femme, j'ai envie de lui parler, de la faire sourire. C'est l'objectif de ma journée, réussir à faire sourire cette triste demoiselle.

Je jette un oeil rapide sur ma tenue, jeans, bottine, tee-shirt et blouson en cuir, je me considère comme présentable. Je prend mon courage à deux mains, j'emporte ma tasse de café et m'approche en silence de la demoiselle.  Plongée dans ses pensées elle ne me voit même pas au bord de sa table.

« hum ... hum... excusez-moi, j'ai cru voir que vous étiez seule, comme je le suis également est-ce que je peux m'installer à votre table ? Histoire d'être installé plus confortablement.»

J'offre mon plus beau sourire à cette charmante demoiselle, n'osant pas m'asseoir tant qu'elle ne m'y invite pas officiellement. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai envie de m'intéresser à elle, d'essayer de poser un sourire sur son visage, en général la seule raison qui me pousse à m'intéresser à une belle femme est l'envie de sa compagnie, c'est différent ici. Ce n'est pas comme si j'allais la draguer, je n'y avais même pas penser jusqu'à ce que son regard croise le miens.

« Au fait, je suis Alexandre, je suis le garagiste au bout de la rue »

Peut-être que d'avoir un nom l'aiderait à se décider, je ne sais pas vraiment ce que j'imaginais en venant jusque sa table, je souris un peu gêné en passant la main dans mes cheveux. Ces quelques secondes me semble une éternité. Je garde le sourire et prend une petite gorgée de café, histoire d'avoir l'air plus décontracté que je ne le suis réellement.



(c) sweet.lips
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Madeline Rosewood
Admin ೨ La dame blanche

⚔ Curse :
39
⚔ Coeur :
À tout jamais à Edward
⚔ Personnage de Conte :
Melanie Ravenswood, le fantôme de la mariée, la dame blanche


MessageSujet: Re: hello gorgeous • pv. madeline   Mar 26 Jan - 21:05
hello gorgeous ...
la beauté d'une femme réside dans son sourire ...

Sortir de chez moi. C’était une horreur. Je me sentais mal lorsque j’étais en dehors de mon manoir qui ressemblait à tout point au manoir de Thunder Mesa. La malédiction s’était montrée assez ironique à ce propos. Vivre là sans la présence de Phantom… C’était devenu assez complexe. À la rigueur, je préférais encore lorsque nous étions sous l’influence du sort noir car je ne me rendais pas compte de tout cela. Mais à présent que je me souvenais, des réponses à certaines questions inconscientes m’étaient apparues. Pendant vingt huit ans j’avais passé ma vie enfermée dans mon manoir, exactement comme avant alors que pour certaines personnes, une nouvelle vie s’était offerte à eux. Était-ce injuste à mon égard ? Non. Parce que je n’aurais pas souhaité que ma vie soit autre. Depuis la mort d’Edward, je m’étais enfermée, résignée à ne plus sortir de ma propriété. Et le retour des souvenirs n’avait pas vraiment changé cela. Cependant, il y avait eu des changements au niveau des autres habitants de Storybrooke. Si avant je pouvais me faire livrer mes courses, aujourd’hui, ce n’était guère possible. Les autres étaient trop occupés à célébrer leurs retrouvailles avec leur proche tandis que moi… et bien je n’avais personne à retrouver. Ma mère était morte, mon père était mort de ma main, et Edward… mon pauvre Edward…

Sur le pas de ma porte, je refoulais un sanglot. Je baissais les yeux sur mes bottines dont le jean disparaissait à l’intérieur. Si j’avais pu, j’aurais remis ma robe blanche de mariée mais il semblerait que celle-ci avait disparu… Où ? Je n’en savais rien. Du coup, je n’avais pas d’autres choix que de porter les vêtements que je possédais à Storybrooke. Je relevais la tête et fixais l’immense portail qui se trouvait à l’autre bout de mon immense allée. Prenant une inspiration, je fis un premier pas avant d’en faire un second, puis un troisième jusqu’à arrivée au portail. J’ouvris un des battants et me retrouvais dans la rue. Si je voulais continuer à manger, il fallait à présent que je fasse mes courses. En espérant que le supermarché était malgré tout ouvert. Avec tous ces événements… Je n’étais plus sûre de rien. Sur mes gardes, j’avançais en direction du supermarché, veillant à ne pas tomber sur ce Maximilian… ou plutôt anciennement le Prince Jean. J’ignorais si le retour des souvenirs avait fait cesser ses tentatives médiocres d’obtenir mes faveurs ou pas, alors dans le doute, je préférais faire attention. Si jamais il venait face à moi… Quel dommage que je ne puisse pas me balader avec une hache à la main… Cela solutionnerait tellement de choses.

Le chemin qui menait au supermarché passait devant le Granny Diners et machinalement, je me stoppais face à cet établissement. Je le connaissais. Je n’y avais jamais mis les pieds, mais j’en avais entendu parler. Même si j’étais constamment enfermée dans mon manoir, les choses arrivaient assez souvent jusqu’à moi. J’hésitais pendant quelques instants. Et si les lieux étaient bondés ? Je pourrais toujours faire demi-tour, n’est-ce pas ? Je me triturais légèrement les doigts avant de prendre une grande inspiration et d’oser monter les marches menant à l’entrée de l’établissement qui ressemblait plus à une maison qu’à un café. Une fois devant la porte, je pris encore une fois sur moi et actionnais la poignée. Je poussais la porte et une petite clochette sonna à mon entrée. Timidement, je passais la porte et découvris que les lieux n’étaient pas bondés. En fait, il n’y avait que deux ou trois personnes de présentes et celles-ci ne firent pas attention à moi. Tant mieux. J’avançais légèrement et allais m’installer dans un coin reculé. C’était bien la première fois que je faisais quelque chose d’aussi… « aventureux ». Ce n’était guère dans mes habitudes et j’espérais ne jamais le regretter. Après quelques secondes, une serveuse vint à ma table pour me demander ce que je souhaitais prendre. Je la dévisageais quelques instants avant de demander bêtement une citronnade.

Elle repartit aussitôt pour me laisser à nouveau seule. Je me sentis légèrement mieux dans ma solitude. Sans trop savoir quoi faire, j’attendis tranquillement ma commande tout en regardant par la fenêtre. Je remerciais la serveuse lorsqu’elle revint avec ma commande et machinalement, je me mis à jouer avec la paille qui se trouvait dans mon verre. Je bus une petite gorgée, mais rapidement, je me perdis à nouveau dans mes pensées. Machinalement, je me mis à penser à ce roman que la malédiction m’avait faite écrire pendant ces années et aussi bizarre que cela puisse être, je me mis à penser à la suite. Après tout, pourquoi pas continuer ? Ce n’était pas comme si j’avais autre chose à faire… J’ignorais combien de temps il s’écoula quand soudainement, j’entendis toussoter à côté de moi. Lentement, je tournais la tête vers un homme planté là devant ma table. Je le dévisageais pendant quelques instants. Que me voulait-il ? J’arquais un sourcil quand il m’annonça vouloir s’installer à ma table. Sérieusement ? Je regardais dans l’ensemble de la salle. N’y avait-il pas assez de tables de disponibles ?!

Je restais silencieuse tandis qu’il souriait de toutes ses dents. Qu’espérait-il ? Un « oui » de ma part ? Je restais de marbre et mon silence sembla l’encourager à se présenter, comme si cela allait changer quoi que ce soit. Je continuais de le fixer, plonger dans mon mutisme. Devais-je répondre ? Pourquoi faire ? Je reportais mon attention sur ma citronnade que je n’avais quasiment pas touché depuis que la serveuse me l’avait apporté. Je poussais un soupire avant de lâcher :

- Mélanie.

Machinalement, j’avais donné mon vrai prénom. Celui qu’on m’avait donné à la naissance, pas celui que la malédiction avait choisi. Madeline n’était pas laid, mais j’étais Mélanie Ravenswood, personne d’autre. Je reportais mon attention sur ce qu’il se passait par la fenêtre.



(c) sweet.lips

_________________________
Look at him, look at me. That boy is bad, and honestly he's a wolf in disguise but I can't stop staring in those evil eyes. That boy is a monster. He ate my heart - I love that girl - He ate my heart - Wanna talk to her, she is hot as hell - He ate my heart -I love that girl - He ate my heart - Wanna talk to her, she is hot as hell ©endlesslove.
MÉLANIE RAVENSWOOD
Revenir en haut Aller en bas
 

hello gorgeous • pv. madeline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La presse et nous...
» MADELINE KING ► gage golightly
» Peter Hale ▲ Have you seen his mom? She's gorgeous!
» ≈ ma vie est un tumblr
» Keran | Devil is gorgeous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-