★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Qui sème le vent récolte la tempête !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Qui sème le vent récolte la tempête !   Dim 16 Sep - 18:15
Qui seme le vent récolte la tempete
Leydan & Sebastian

Qui me cherche me trouve !



Comme d’habitude je fermais l’horlogerie à double tour tout en sachant que la porte arrière restait ouverte, je jetai un coup d’œil à la fenêtre que ma visiteuse nocturne avait amochée lors de sa dernière visite et pris la route du cimetière. Chemin faisant mes pensées vagabondèrent vers ma famille mais plus étrange encore vers la gardienne du cimetière…

Qui aurais pu croire que son entrée fracassante dans ma vie m’obnubilerait de cette façon, sans m’en rendre compte j’arrivai aux grilles du cimetière, jetant un rapide coup d’œil vers la loge ou elle habitait je ne vis aucun mouvement aussi continuais –je mon avancée vers la tombe de Lena et Will. Je fis glisser la guitare que nous avions « trouvée » avec la gardienne et m’installai comme à mon habitude sur la pierre tombale, comme un vieux fou j’adressais quelques mots à ma femme et mon fils avant de me mettre à jouer pour eux.

Beaucoup me prenait pour un malade mental, un incapable ne sachant plus avancer depuis l’accident, mais je n’arrivais tout simplement pas à accepter le fait qu’il soit mort si jeune mon fils n’avais que 10 ans c’était trop tôt pour mourir, il n’avait pas encore eu le temps de vivre après tout. Les rumeurs que l’on faisait courir à mon sujet me laissaient de marbre mais lorsque j’entendais des rumeurs sur ma famille et moi rien n’allait plus. La dernière à avoir fait le tour de la ville était que Lena avait voulu me fuir car je la battais elle et William… moi ? Battre les êtres qui comptaient le plus pour moi ? La rage m’avait envahie si soudainement que je n’avais pu la contrôler j’avais choppé l’antagoniste qui médisait sur moi et l’avait collé au mur, mon bras bloquait sa trachée l’empêchant de respirer. Seul la vue d’un jeune garçon qui me fixait avec dans son regard de l’effroi et de la crainte réussi à me calmer, je libérai l’homme le rhabillait et reparti sans dire un mot, j’étais désormais un sociopathe incontrôlable pour plusieurs personnes.

Lorsque j’eu finis de jouer mes morceaux je sortis du cimetière, rentrant dans mon logement je pris une douche froide pour ramener le calme en moi, enfilait un jean, un tee-shirt et une chemise avant de mettre mes boots. Je rangeai ensuite ma nouvelle guitare dans son étui direction le bar dans lequel je devais donner une petite représentation ce soir en échange d’un peu d’argent. J’aimais jouer dans ce bar lorsqu’il n’était que peu plein mais ça ne serait pas pour ce soir en effet la salle était pleine, quoiqu’il en soit je jouerai en me mettant dans ma bulle. Je m’assis sur le tabouret sur la scène et prit ma guitare je lançai quelques accords, le silence tomba rapidement et sans un mot je me mis à jouer et chanter. Ses chansons je les avais écrites en pensant à ma famille je terminais par quelques choses de plus enjoué la chanson que j’avais écrit le soir ou j’avais reçu ma petite visite surprise.

Une fois fini et sous les applaudissements je quittai la scène pour m’asseoir au bar, je posais ma guitare près de moi tandis qu’Even la barmaid me servait une bière en souriant puis elle repartit servir les autres clients. Plusieurs femmes vinrent s’asseoir autour de moi vinrent s’asseoir auprès de moi, tout en bavardant joyeusement plusieurs essayèrent d’attirer mon attention mais je ne leur la prêtait aucunement mes pensées étant invariablement tournée vers la même personne à la chevelure blonde… Je ne fus tiré de mes pensées que par un jeune homme, sans le voir je savais qu’il avait trop bu sa voix était pâteuse et tremblotante.

- C’est une sacré vachement belle guitare que t’as là l’horloger..
- Merci

Je lui répondis d’un grognement, sans m’en préoccuper d’avantage je mis a boire ma troisième bière.

- Tu sais ce qu’on dit sur toi l’horloger ? Que ta voler ta guitare … que c’est toi le voleur insaisissable dont tout le monde parle

Cette information me fit sourire bien sûr personne ne pouvait soupçonner une femme d’être l’auteur de tous ses vols, je ne pris pas la peine de répondre à l’homme.

- Hey dis donc tu pourrais répondre quand je te parle, à moins que tu es trop bu pour me parler.

Le jeune homme prit ses potes à partie tout en rigolant je sentais la colère monter en moi à une vitesse folle, mes mains commencèrent à trembler, à côté de moi derrière le bar Even demanda à mon interlocuteur de se calmer de laisser les autres clients tranquilles, bien sur l’autre client c’était moi, par respect pour la jeune femme je restais sur mon siège.

- Tu sais ce qu’on dit aussi ? lança l’homme

- La ferme, répondis je

Je sentais que ce qu’il allait me dire n’allait pas du tout me plaire aussi je m’obligeai à rester calme, je me représentais le visage de Lena avec son regard calme et son sourire tendre tout en inspirant calmement.

- On dit que ta tuer ta femme et ton gosse qui essayait de te fuir car tu les battais jusqu’à ce qu’il te supplie d’arrêter…

- Tu aurais mieux fait de m'écouter et de fermer ta grande gueule !

C’en fut trop je me levais de ma chaise fit volte-face et me ruait sur mon interlocuteur tout en envoyant mon poing en plein de la figure. L’homme tomba et fut remis sur pied par ses amis qui n’osèrent pas s’approcher de moi mais lui était sûr de lui par l’alcool, il se jeta sur moi mais je le repoussais. Un groupe se forma autour de nous tandis que mon adversaire et moi nous nous mîmes à tourner bientôt je fus face au bar, je voyais le regard désapprobateur d’Even mais mon adversaire se remit à parler de Lena en me disant qu’il aurait mieux prit soin d’elle que moi, il n’eut pas le temps d’en dire plus je le poussais de toutes mes forces en arrières et il atterrie contre un homme dont la boisson se renversa sur lui.

Et merde ! J’allais surement avoir à faire à deux hommes maintenant et bien tant pis j’en avais vu d’autres après tout !

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Dim 14 Oct - 18:26

    Aux mauvaises nouvelles,
    le meilleur des remèdes !


    Le soir tombait doucement, les lueurs chaudes du soleil allaient s’évanouir dans le bleu de la nuit. Storybrook était vraiment un étrange endroit, pas moyen d’y trouver sa place, jamais. Il y avait toujours un petit évènement pour gâcher un semblant de bonheur et cette impression commençait à agacer le bijoutier au plus haut point. La rue était calme, les passants rares, exceptés les travailleurs pressés de rentrer chez eux. Certains avait passé une bonne journée, d’autre ne voulait qu’oublier cette affreux moment. Sebastian était plus dans la deuxième catégorie et, vêtu de son grand manteau noir, il avait l’air d’une ombre qui disparaissait puis réapparaissait sous la lumière des lampadaires. Il avait fermé boutique depuis plusieurs heures déjà, à double - voir à triple- tours, au cas où le voleur dont tout le monde parlait viendrait encore faire un détour devant sa vitrine. Il ne l’avait mentionné à personne, mais depuis quelque temps, certains de ses trésors disparaissaient inexplicablement malgré l’attention presque maladive de leur créateur. Inutile de soupçonner les deux jeunes femmes qui travaillaient pour lui, il les gardait déjà à l’œil constamment et ce bien avant le tout premier vol. Sebastian serra les poings, l’idée qu’on est pu lui soutirer la moindre richesse sans son consentement le mettait de mauvaise humeur, mais il n’y avait pas que ça…

    Il avait reçu un fax à la boutique aujourd’hui. Un étrange document aux phrases longues et compliquées. Expliquant les choses et alternant les excuses, mais c’était surtout la provenance du papier qui avait intrigué Sebastian. L’hôpital… Il avait d’abord pensé que s’était une facture ou une nouvelle prescription pour ses antidouleurs, mais non. S’était bien pire qu’une facture et aucun antidouleurs n’aurait pu enlever cette sensation de douche froide. Il avait ramené le certificat à l’appartement, le laissant bien en vue sur la table du salon pour que son colocataire y jette un œil. Même s’il était trop lâche pour l’annoncer à Andrew, Sebastian n’était pas assez idiot pour penser cacher une nouvelle de cette importance au marine. Soudain, tirant le bijoutier de ses pensées amères, il senti son téléphone vibrer. Andrew avait dû voir le document. Le bijoutier décrocha.


    « Si tu me dis ''Félicitation, c’est un garçon !’’, je te jure que je t’étouffe dans ton sommeil Andrew ! »

    Il n’avait pas besoin de salutation sachant très bien pourquoi son coloc’ l’appelait. Sebastian s’était arrêté de marcher au bout de la rue, il était trop confus pour faire deux choses à la fois. D’une main plus ou moins ferme, il tenait l’appareil collé contre son oreille et de l’autre, le marine se massa les tempes comme en proie à un soudain mal de tête. C’était définitivement une très mauvaise journée et il n’allait pas se faire prier pour le faire comprendre à son colocataire…

    « Ce n’est pas drôle, tu m’entends ? Moi je réagis mal ? NON MAIS COMMMENT TU VEUX QUE JE LE PRENNE !? J’AI LE PROFIL DU PÈRE IDÉAL TU TROUVES PEUT- ÊTRE ? »

    Lui, papa. C’était purement et simplement ridicule. Déjà que la moitié, si ce n’était pas plus, de Storybrook le prenait pour une espèce de vieux cinglé alcolo légèrement paranoïaque, ajouter un gamin avec une mère inconnue et voilà ! C’était la dépression assurée et là, Andrew qui essai de voir le bon côté des choses ! Ce type était vraiment trop naïf par moment, comme si les fins heureuses pouvaient arrivées ? N’importe quoi… oui, en ce moment, c’était du gros n’importe quoi !

    « Où l’installer ? Non, mais c’est hors de question qu’il habite avec nous ! Je le connais même pas ce gosse et toi non plus je te signale ! »

    Et blablabla… Tant de chose que Sebastian ne voulait pas entendre ! Prendre ses responsabilités ? Il n’y avait- il que lui pour penser que s’occuper de soi-même s’était amplement suffisant ? Non mais… En plus, un gamin de cet âge-là sa prend de la place ! Pffff comme si Seb’ allait devoir jouer les nounous !

    « Dans un placard à la Harry Potter, t’en pense quoi ? »

    Aie. Là s’était à Andrew de râler à l’autre bout du fil, mais il s’attendait à quoi ? Demander au bijoutier de prendre la situation au sérieux s’était risqué, non ? Décidément, la vie du pauvre bijoutier prenait une tournure plus qu’inattendu. C’était à se demander si Miss Time n’avait pas fait exprès pour se trouver encore plus de raison de venir le voir…

    « Non je n’ai pas envie de rentrer et d’en discuter. Où je suis ? Si je te le dis, tu vas encore gueuler… Mais oui c’est ça, bonne nuit Andrew ! »

    Soudain, le bijoutier dû éloigner le téléphone pour ne pas se faire exploser un tympan. Avec un sourire contrit, le marine raccrocha. Il ne voulait plus en entendre d’avantage sachant pertinent que sa conscience se chargerait de la suite d’ici quelques minutes. Il était si doué pour faire enragée les gens que ça l’amusait presque, mais personne ne prend jamais vraiment gout aux cris. C’est juste plus facile que de faire face à la réalité, point final. Le bijoutier repris sa promenade et regarda l’appareil - Andrew essayait de le rappeler -avant de l’éteindre et de le ranger dans une de ses poches. Non… Ce soir les bonnes intentions de son ami ne viendraient pas à bout de sa soif.

    Il était arrivé et poussant la porte du bar, le bijoutier dû admettre qu’il y avait déjà une bonne ambiance. Un cercle s’était formé dans la salle, une bagarre probablement. Il devait se dépêcher pour avoir une bonne place et peut-être qu’avec un peu de chance, Sebastian aurait l’occasion d’en cogner quelques uns. Il fit signe à Even derrière le comptoir, elle avait plus ou moins l’air contente de le voir, mais le servie quand même. Il n’avait pas envie de faire des choix compliqué et manquant d’inspiration, il se prit juste une bière pour commencer. Se frayant un chemin parmi les clients un peu éméché, le bijoutier se retrouva plutôt près de l’action et lorsqu’une énième insulte tomba, l’un des bagarreurs lui fit renverser sa boisson. Grave erreur. Il lança un regard qui en disait long à celui qui avait poussé le malheureux et attrapa un tabouret sous l’une des tables. Les gaillards autour de lui semblèrent s’égailler soudainement, l’affrontement devenait intéressant, mais à la grande surprise de la foule, Sebastian laissa nonchalamment tomber le siège sur la tête du pauvre bougre qui tentait de se relever.


    « Tu ferais mieux de rester sur le sol un moment, ça t’évitera d’autres bleus… Bah quoi, il l’a plus mérité que toi, non ?» dit-il en relevant la tête vers l’inconnu.

    Sebastian en avait entendu suffisamment pour comprendre lequel des deux avait de vrais raisons pour frapper. L’autre cherchait simplement de l’attention. Les autres qui formaient le cercle semblèrent douter un instant, devrait-il s’attacher au vieux loup de mer qu’il voyait si souvent assommé des plus gros que lui en plus de l’horloger ? Le bijoutier se rapprocha du bar pour s’y asseoir en attendant que tout ce beau monde prenne une décision. Il se tourna vers celui qu’on appelait l’horloger.

    « Bon, paye-moi un verre pour me remercier au lieu de rester planter là ! Au fait, moi c’est Sebastian et c’est un peu tôt pour dire que je suis ''enchanté’’ de faire ta connaissance, mais ça viendra, pas vrai ?»

    Tant qu’à broyer du noir, autant ne pas le faire seul !
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Jeu 18 Oct - 10:33
Qui seme le vent récolte la tempete
Leydan & Sebastian

une aide appreciable !



L’homme dont je venais accidentellement de renverser le verre me regarda qui en disais long, je le vis attraper un tabouret, bien sur je ne le craignais pas ma musculature en viendrait à bout mais le bois lui risquait de m’esquinter un peu plus. Je soupirai à l’idée de cette énième bataille et lorgnais sur ma bière qui m’attendait patiemment sur le comptoir et vit le regard désapprobateur d’Even, je haussait les épaules après tout ce n’était pas moi qui avait commencer !

Le cercle qui s’était former autour de nous commença à s’agiter, l’idée que des paris avait été lancés me traversa l’esprit mais avant que je ne puisse amorcer un geste je vis que mon agresseur tentait de se relever, l’homme au tabouret lui assena alors un coup nonchalant et peu violent sur le crâne, mais suffisant pour assommer le gaillard qui se trouvait par terre. Il releva la tête tandis que je le regardais surpris ne sachant pas s’il allait maintenant s’en prendre à moi ou si il était de mon coté dans cette histoire.

« Tu ferais mieux de rester sur le sol un moment, ça t’évitera d’autres bleus… Bah quoi, il l’a plus mérité que toi, non ?»

Je hochais la tête, visiblement il avait compris les raisons de l’affrontement qui avait eu lieu. Les badauds autour de nous semblait attendre un affrontement entre moi et l’homme, leurs yeux passaient de l’un à l’autre, puis l’homme se rassit au bar et se tourna vers moi !

« Bon, paye-moi un verre pour me remercier au lieu de rester planter là ! Au fait, moi c’est Sebastian et c’est un peu tôt pour dire que je suis ''enchanté’’ de faire ta connaissance, mais ça viendra, pas vrai ?»

Je hochais la tête et m’avançait vers le bar, les spectateurs poussèrent des soupirs déçus, les amis de mon agresseur du soir l’aidèrent à se lever et l’éloignèrent de moi, je savais qu’il ne me faudrait pas grand-chose pour que mes poings se remettent à danser. Lena et William étaient un sujet plus que sensible. Je pris ma guitare dans son étui et ma bière pour m’installer à coté du dénommé Sébastian.
J’hésitai entre une hilarité de mauvais goût et un grognement pour le remercier, souriant à demi je fis un signe à Even pour qu’elle remette la même chose à Sebastian. Lorsqu’elle l’eut servie et de nouveau éloigner

-Merci pour ça, dis-je en lui désignant l’homme qui reprenait doucement ses esprits. Je suis Leydan et j’aurais préférer ne pas te rencontrer ou du moins pas dans ses circonstances !

Je plaisantais bien sûr, j’avais déjà vu l’homme mais lui ne le savait pas, je l’avais maintes fois observer du haut de l’horloge municipale les soirs d’été, je me mettais au bord du cadran et observais sans être vus. Je le voyais prendre invariablement le chemin du bar mais n’y prêtait guère attention je n’avais pas à juger la vie des gens j’avais déjà bien assez a faire avec la mienne.

-Pourquoi m’avoir aider ?

Voila une question pertinente, pourquoi cet inconnu que je n’avais croisé qu’une ou deux fois au bar ou dans la rue m’était il venu en aide.

-Je crois bien que votre chemise est foutue, je vous la rembourserai …

Instinctivement comme à chaque fois que je parlais d’argent je mit ma main sur ma guitare, mon second gagne pain et qui était le premier élément déclencheur de la bagarre. Je me tournais à demi vers l’homme qui m’avait agresser tout en buvant au goulot de ma bière, celui-ci était complètement remis et ces yeux étincelaient d’une colère noir. Quelque chose me disait que la soirée était loin d’être terminée !

-J’en connais un qui l’a très mauvaise de ne pas m’avoir mis une rouste ! Alors Sebastian, qu’avez-vous à oublier aujourd’hui dans ce bar ?

Quitte à faire connaissance autant commencer par la raison de sa venue ici ce soir ! J’observais Sebastian ignorant tout de lui mais je me doutais qu’il n’avais pas du passer une journée terrible, il avait les traits tirés et semblait complètement désabusé, je m’interrogeais sur les raisons qui avait bien pu l’emmener à être dans cette état.
Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Mar 23 Oct - 18:05




« Don’t acts like a sociopath! »









Ils les sentaient tous, ces regards haineux dans son dos, mais il en avait l’habitude avec le temps. Ce n’était pas la première fois que Sebastian prenait part à une bagarre, en fait, il était plus du genre à les provoquer quand il s’ennuyait trop assit au comptoir. C’était si facile de mettre en rogne les imbéciles heureux qui grouillaient dans l’établissement. Quelque coups de coude, des regards de travers, des verres renversés, draguer la mauvaise fille… Un jeu d’enfant ! Oui, jouer avec son entourage, ça aussi, on le reprochait beaucoup au bijoutier. Il en avait assez que ces proches essaient de le changer, il n’était pas fréquentable et alors ? Sebastian était parfaitement conscient de ce qu’il faisait, enfin, quand il n’était pas trop éméché… Bah quoi, la vie est bien plus facile quand on fait l’idiot, c’est bien connu !

Bref, sa nouvelle connaissance s’installa avec sa guitare près de lui et commandant le verre tant attendu. L’inconnu le remercia enfin, pas très bavard ce type, mais c’était aussi bien comme ça. Du coin de l’œil, le bijoutier regarda l’homme, inscrivant ce nouveau visage dans sa mémoire avant que l’alcool qu’il prévoyait prendre ne l’efface d’ici demain matin. Leydan, original comme nom, ça au moins, il risquait de s’en souvenir.


« Oh, il n’y a pas tellement de raison, je me suis juste dit que ça serait plus marrant d’égaler les forces si les copains du type s’y mettait aussi.»

Oui, Sebastian avait la prétention de croire qu’à deux, ils pouvaient facilement arriver à bout de l’attroupement d’imbécile de tout à l’heure… avec un seul bras même ! Un mince sourire s’afficha sur les lèvres charnues de l’ancien marine, appréciant son propre humour. Inconsciemment, sa main valide alla masser sa vieille blessure, pour une fois, les médicaments semblaient faire effet. Mais ce soir, ce n’était pas les même raisons qui l’avaient emmené devant une Even contrariée. Il hocha simplement de la tête pour la chemise, ça lui était égal, mais comme il comptait bien flamber un peu d’argent ce soir, il ne refusa pas l’offre.

« Ça me va. De toute façon, qui sait ce dont ils sont encore capables ? Qu’elle soit foutue maintenant ou dans une future bataille, peu importe. »
dit-il en suivant le regard de Leydan vers les hommes qui l’avaient agressés.

Sa bière arriva enfin et le bijoutier souffla un merci rapide à la jolie barmaid, en voilà une autre qui n’appréciait pas sa façon de vivre, mais elle au moins ne disait rien. Il prit une longue gorgée et savoura cette sensation de fraicheur qui passa à travers sa gorge. La question de l’horloger piqua dans le vif cependant, apparemment, il l’avait écrit dans le front qu’il avait passé une mauvaise journée. Que voulait-il oublier ? C’était plutôt évident aujourd’hui, devait-il dire la vérité à cet homme qu’il connaissait à peine ? Après tout, la ville toute entière ne tarderait pas à savoir que l’alcolo du coin avait un gamin, malgré tout, Leydan n’avait pas l’air d’un type à courir dans la rue pour répandre la nouvelle.

« J’ai un fils, je l’ai appris aujourd’hui, avec 17 ans de retard ! Rien que ça…»

Sebastian perdit son sourire et bu une autre gorgée de sa boisson pour digérer son aveux. Il ne savait plus s’il devait pleurer ou rire, décidément la vie s’acharnait sur lui ! Après tout, Andrew ne cessait de le répéter, il avait déjà du mal à s’occuper de lui-même, alors de… de son fils ? Il n’en avait pas envie.

« Certains seraient contents, moi, je n’aime pas les mômes. Alors, parait que t’est horloger ? Je ne sais pas comment tu fais, tous ces tic-tacs à longueur de journée me rendraient fou… »

Naturellement, il fallait qu’il change de sujet, mais que pouvait-il bien dire de plus, la situation avait été bien résumée en quelques mots. Après toute ses années à éviter de passer près de l’orphelinat, à éviter de croiser le regard trop langoureux de la directrice, voilà qu’il n’y échapperait plus.



Sebastian & Leydan


© Macha
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Lun 5 Nov - 16:17
Qui seme le vent récolte la tempete
Leydan & Sebastian

Père et fils...



« J’ai un fils, je l’ai appris aujourd’hui, avec 17 ans de retard ! Rien que ça…»

Le regardant, je me surpris à l’envier au moins son fils était-il encore en vie, du moins c’est ce que laissait présager le temps qu’il avait utiliser dans sa phrase. Sebastian semblait completement perdu son regard oscillait entre hilarité et une tristesse profonde.

Mieux vaut tard que jamais ...

Bien sur de mon point de vue cela me fit sourire mais je me rendis bien compte que mes paroles ne l’avait pas atteinte, il regarda sa bouteille comme s’il s’adressait à elle et non à moi.

« Certains seraient contents, moi, je n’aime pas les mômes. Alors, parait que t’est horloger ? Je ne sais pas comment tu fais, tous ces tic-tacs à longueur de journée me rendraient fou… »

Evidemment pour moi avoir un fils était une bénédiction et un tourment, qui venait seulement du fait qu’il était devenu un rêve inaccessible à jamais pour moi. Prenant une gorgée de ma propre bière je le regardait tout en sentant sur mon dos les regards des gens du bar.

Ouaip c’est moi l’horloger ! mais bon je fais pas que ça hein … et puis les bruits on s’habitue je ne les entends plus ou seulement quand j’y prête attention … pour jouer de la guitare par exemple ca marque le tempo !

Laissant quelques minutes s’écouler je me sentais dans l’obligation de l’aider dans sa situation compliqué.

Un fils c’est pas mal aussi, et s’il a 17 ans c’est plus un môme … C’est grand ca pleure plus, ca n’a presque plus besoin d’un père… il le sait au moins ??

Question intéressante car si l’ado l’ignorait le père ne serait pas dans l’obligation de jouer son role auprès de lui. Pendant un instant un film passa dans ma tête, je me voyais tenant William par l’épaule, un William presque adulte, athlétique et souriant que je regardais avec admiration et fierté. Baissant les yeux sur ma boisson je revins à la réalité en soupirant, je me faisais souffrir pour rien car cela n’était plus qu’une lubie qui ne mènerait à rien.

Un fils c’est même très bien

Je chuchotais et tachant de dissimuler la profonde tristesse qui m’envahissait minute après minute. Finissant d’une traite ma bière je fis signe à Even de me resservir, celle-ci me regarda d’un œil noir mais je m’en moquais je voulais faire partir ma tristesse au risque de ne pas pouvoir rentrer chez moi.

J’ai eu un fils un jour …

La dessus je me tus, Sebastian n’avait pas forcement besoin de savoir mon passé mais au moins je pouvais lui dire que je comprenais mieux qu’il ne le pensais.

Ba... ne m'ecoute pas je ne suis que l'horloger de la ville, je n'ai rien à t'apprendre sur la vie

Menant ma bière à mes levres je me doutais ou du moins je soupconnais que la discussion arriverait sur William et Lena, et je ne le souhaitai pas ou peut etre que si. Mon agresseur m'avait fait penser à eux d'une facon que je n'arrivais pas à me faire sortir de ma tête, je lui jettai un regard haineux avant de me tourner vers Sebastian en attendant que celui ci daigne reprendre la parole

Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Mer 2 Jan - 5:41




« You're joking, right ? »









Mieux vaut tard que jamais ? L’ex pirate lança un regard suspicieux à son voisin, mais ne dit rien, se contentant de prendre une longue gorgée de sa bière. La dernière chose dont il avait besoin s’était bien de recevoir des conseils dignes d’un biscuit de fortune du restaurant chinois d’à côté... Cependant, la discussion s’orienta vite sur un nouveau sujet, ce qui ne déplu pas à l’ancien marine qui même s’il n’avait pas le fameux acte de naissance sous les yeux, il avait du mal à chasser de son esprit les mots qu’il y avait lu. Bref, Sebastian n’entendit que d’une oreille discrète les propos de l’horloger. Marquer le rythme pour jouer de la guitare, le bijoutier hocha de la tête comme-ci effectivement s’était un avantage, mais sans plus. Pour sa part, les tic-tacs des montres, il ne s’y habituait jamais.

« J’imagine que cela dépend des gens, pour ma part, je n’y arrive tout simplement pas. Mon colocataire m’avait offert un réveil matin à Noël dernier, je dormais si mal à cause du bruit qu’on a dû le retourner au magasin quelques jours plus tard. »

C’était un mensonge évidement, le réveil en question avait surtout fait un petit vol plané par la fenêtre quand le bijoutier n’arrivait pas à fermer l’œil après une soirée bien arrosée. Inutile de le préciser naturellement, déjà qu’il n’avait pas l’air tout à fait sain d’esprit d’être si incommodé des bruits les plus banaux provenant des horloges… Un moment de silence s’installa entre les deux hommes, Leydan semblait réfléchir. Peut-être que son histoire de réveil l’avait intrigué, mais Seb’ en doutait fortement... Le voilà qui continuait à lui parler de sa progéniture. Le bijoutier leva les yeux au ciel. Sebastian se traita d’idiot, il n’aurait jamais dû en parler, forcément, ça lui retombait dessus.

« Oui, heu non, en fait, j’en sais rien. On m’a faxé son acte de naissance il y a peu, un document similaire a dû être envoyé à l’orphelinat, mais je ne sais pas si quelqu’un lui a annoncé la nouvelle encore. »

Il se demandait parfois comment l’adolescent avait réagi, ou allait réagir. Pas que ça le préoccupait vraiment, il avait depuis longtemps fait une croix sur une réputation de gentilhomme, mais est-ce que pour l’enfant la nouvelle était catastrophique autant que pour lui ? N’était-il pas l’un de ces orphelins qui souhaitaient désespérément avoir une famille ? Pauvre gosse, il était mal tombé et serait probablement très déçu. Pendant un instant, le bijoutier aurait eu un pincement au cœur, mais en fait, il se demandait s’il n’avait pas faim tout simplement...

« Plus besoin de père ? Je lui souhaite très honnêtement. Dire que je suis un modèle à suivre se serait mentir et affirmer que je veux en devenir un c’est encore plus gros à avaler. »

On pouvait tout de même desseller un certain manque de volonté de la part du nouveau papa, mais il était trop tôt pour en espérer plus. Soudain, la conversation se fit plus lourde, des souvenirs de Leydan s’immisçaient. Il avait eu un fils… Sebastian fini sa bière en silence, se disant qu’il devrait faire attention à ce qu’il disait dorénavant, pas qu’il avait peur de blesser Leydan, mais plutôt parce qu’en cas de bataille, avoir le gars le plus baraqué du bar de son coté s’était toujours utile.

« Je … Je dois faire quoi, exactement ? À part le loger et le nourrir, ça je vais être obligé de le faire de toute façon… Tant qu’à l’avoir en train de scouater chez moi, autant savoir comment se débrouiller avec la situation ! Je veux dire, un adolescent ça doit aller à l’école, apprendre à conduire et… Ah non, il ne prendra pas ma voiture !» dit-il, perdu dans ces scénarios si irréels qui apparaissaient dans sa tête.

Le bijoutier soupira bruyamment, il savait naviguer sur les océans de ce monde, il savait faire la guerre et même comment tailler des diamants pour leur donner tout leur éclat, mais être parent, ça, il n’avait jamais appris. Voulait-il être un bon père soudainement ? Non, bien sûr que non, mais il allait quand même devoir survivre à cette nouvelle épreuve. Le bijoutier pris sa tête entre ses mains, aller courage, il ne s’agissait que de faire la conversation pour l’instant…

« Une autre…» lança-t-il à la barmaid quand elle passa devant lui.



Sebastian ◈ Leydan


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Lun 21 Jan - 16:35
Qui seme le vent récolte la tempete
Leydan & Sebastian

Question de baston...



« Je … Je dois faire quoi, exactement ? À part le loger et le nourrir, ça je vais être obligé de le faire de toute façon… Tant qu’à l’avoir en train de scouater chez moi, autant savoir comment se débrouiller avec la situation ! Je veux dire, un adolescent ça doit aller à l’école, apprendre à conduire et… Ah non, il ne prendra pas ma voiture !»
De toute évidence Sebastian n’était pas du tout près à accueillir son tout nouveau fils chez lui. Je souris amèrement en pensant que ce qu’il venait d’énumérer n’aurait plus jamais lieu pour moi. Le bijoutier paraissait las et inquiet, il prit sa tête entre ses mains en soupirant et recommanda une bière.

-Du calme l’ami, ne t’inquiète donc pas de la sorte, si toi tu viens de découvrir que t’as un gamin, imagine le désarroi ou la colère de celui-ci en apprenant qu’il à un père ! Il ne voudrait peut être jamais te voir et ainsi l’histoire sera définitivement régler. Quant à ton coloc il m’a l’air de s’occuper de bien des choses qui ne le regarde pas, c’est ta vie après tout.

Je lui laissais le temps de cogiter mes paroles tout en buvant de longues rasades de ma bière, le degré d’alcool ne me suffisait pas aussi je me tournais vers Even, celle-ci me servit alors le whisky que je lui demandais en insistant sur le fait qu’elle ne me resservirait plus, je ne la croyais pas vraiment.

-Et pour tes questions, ça se fait tout seul, tu dois le nourrir et le loger, l’éduquer du moins si il veut vivre chez toi et si il veut pas et ben tant mieux pour toi mon gars ça te fera moins de boulot mais par contre il faudra que lui verse une pension alimentaire pour l’aider dans la vie de tous les jours a toi de voir ce que tu préfères, un môme chez toi ou un peu de fric en moins par mois ?

La scène étant rester depuis un bon moment vide, j’abandonnais Sebastian le temps d’aller jouer une chanson, de l’autre coté de la salle je voyais mon agresseur qui serait les poings en me regardant noir, rien que pour le provoquer je lui adressais un signe de tête et un petit sourire narquois. J’avais envie d’action et je savais qu’en le provoquant de la sorte j’allais obtenir ce que je voulais, quelques heures plus tard lui et ses amis avaient quitter le bar, il ne restait plus grand monde à l’intérieur, deux ivrognes, Even, Sebastian et moi. Nous avions tout les deux bu plus que de convenance mais nous avions chacun des choses à oublier lui son fils et moi le mien.

-Je ferme les gars, lança alors Even

Ha mince je n’avais nullement envie de rentrer et j’avais encore envie de boire, je levais les yeux vers Sebastian lui aussi ne semblait pas vouloir s’en aller.

-Allez viens je t’offre un dernier verre à la boutique !

Je chopais ma veste et ma guitare et sortit Sebastian sur les talons. Derrière nous Even referma la porte du bar et le néon s’éteignit pour le reste de la nuit, la rue était faiblement éclairée par le lampadaire mais j’y voyais assez pour avancer sans tomber.

-Alors tu croyais t’en tirer comme ca l’horloger ? dit la voix de mon agresseur

Je sentis la colère monter en moi plus rapidement qu’au premier affrontement, autour de moi l’homme et ses amis formaient un demi cercle et ils étaient aller chercher des chaines et des battes de base ball. Je soupirai.

-Tu n’as pas compris la lecon tout a l’heure ?

Tout en parlant je posais ma guitare sur le coté ainsi que ma veste, j’attachai rapidement mes cheveux et me plantai au milieu, j’ignorai si Sebastian allait se battre avec moi dans tout les cas je n’avais plus le choix.

- Alors par qui je commence ? dis –je avec affront.
Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Sam 26 Jan - 19:31




« Enfin de l'action ! »










Une autre bière bien froide se posa devant le bijoutier qui s’en saisit aussitôt. Une apparition ressemblant à la lumière au bout du tunnel pour lui qui désespérait avec tous ses scénarios inévitables, quoiqu’exagérés, dans les méandres floues de son esprit alcoolisé. Au moins, ils étaient déjà loin des couches à changer, des bambins à faire manger à la cuillère pendant qu’ils vous bavaient dessus… Oui, sa situation aurait pu être bien pire ! Cela le consolait-il ? Pas le moins du monde… Sebastian pris une longue, mais très longue, gorgée de sa bière, puis s’essuya les lèvres du revers de sa manche.. Et s’il y en avait d’autres ? L’ex marine s’étouffa bruyamment. L’orphelinat abritait-il d’autres rejetons qui seraient de lui ? Une légère panique monta en Sebastian qui pourtant ne pensait pas avoir une vie de débauche si prolifique… Il finit sa bière rapidement, se jurant intérieurement d’être aussi chaste que possible si ça pouvait lui éviter de nouveaux incidents dans le genre… Enfin, promesse d’alcoolique ! Le bijoutier jeta un regard derrière son épaule, apparemment les gens ne s’attardaient pas trop ce soir, mais quelle heure pouvait-il bien être ? Surement bien assez tard pour qu’Andrew lui passe un savon en rentrant… Autant ne pas rentrer tout de suite alors !

Leydan prononça encore de sages paroles qui évoquaient maintes réflexions au bijoutier… Si seulement c’était si simple ! Il lança un regard vers son voisin qui commandait quelque chose de plus fort, peut-être devrait-il faire de même ? Cependant lorsqu’il posa les yeux sur la belle brune derrière le comptoir, prêt à commander à nouveau, Even lui fit non de la tête. Sebastian ricana doucement, déçu et agacé. On commençait à connaitre ses petites manies, on ne lui laissait plus aucune marge de manœuvre alors qu’il ne ressentait pas grand-chose avec seulement quelques bières… Plus personne ne le laissait faire ce qu’il voulait ! Quant à son coloc’, certes, il se mêlait beaucoup trop de sa vie, mais dans un sens c’était probablement toute l’attention que lui donnait son ami qui avait empêché le bijoutier de complètement bousiller son existence tout entière. C’était peut-être ce qu’il préférait le plus dans la situation en fait, avoir toute l’attention de quelqu’un et savoir comment la faire tourner en bourrique... Bref, si le bijoutier n’en avait pas toujours conscience, il ne serait jamais rendu si loin sans Andrew !


« Et pour tes questions, ça se fait tout seul, tu dois le nourrir et le loger, l’éduquer du moins si il veut vivre chez toi et si il veut pas et ben tant mieux pour toi mon gars ça te fera moins de boulot mais par contre il faudra que lui verse une pension alimentaire pour l’aider dans la vie de tous les jours à toi de voir ce que tu préfères, un môme chez toi ou un peu de fric en moins par mois ? »

Hum. Il n’y avait jamais songé vraiment et puis, pour de l’argent, le bijoutier était prêt à beaucoup de sacrifices. Alors pour la pension déjà, il en était hors de question. La justice lui répondrait surement autre chose, mais il s’en fichait. Du coup, autant que le gamin soit un minimum la bienvenue chez lui sinon il allait finir par être un simple portefeuille ambulant. Un portefeuille vide surtout. Déjà qu’après ses petites sorties routinières, on ne peut pas qualifier l’ex marine d’homme très riche. Le casino et les bars lui faisaient vite les poches ces temps-ci et il avait l’impression que ça ne ferait qu’empirer avec l’arrivé de son fils dans sa vie… Perdu dans ses réflexions, Sebastian réalisa que l’horloger n’était plus à ses cotés lorsque des notes de musique s’élevèrent dans la pièce. Profitant de la distraction, Sebastian allongea la main derrière le comptoir d’Even pendant qu’elle regardait le spectacle. Chacun son point faible, la jeune chanteuse s’était la musique et Seb’ s’était l’alcool. Au bout d’un petit moment, tapotant au hasard, le bijoutier tomba sur le reste d’une caisse de bières. Il prit les 3 bouteilles restantes et les échangea contre les vides de Leydan et lui. Bon, sa créerait l’illusion pendant un petit moment, mais sinon, il était peut-être temps de préférer une table dans la salle plutôt que le comptoir… Comme le jeune homme ne voulait pas non plus se faire mettre à la porte, il laissa quelques dollars sur le bar avant de s’éloigner avec son butin. Ce n’est pas parce qu’elle ne voulait pas le servir qu’elle allait refuser une vente ! Une bouteille en main et les deux autres planquées sous son manteau, Sebastian sifflota gaiement. Leydan était peut-être un bon confident, mais comme distraction il n’était pas mal non plus…

Au bout d’un moment, après un regard noir de la part de la barmaid, Even déclara que s’était déjà la fermeture. Comme le bijoutier ne faisait que commencer à s’amuser avec ses quelques bouteilles supplémentaires, il accepta volontiers l’invitation de son compagnon à poursuivre la soirée à la boutique. Cependant, une mauvaise surprise les attendait à l’extérieur. Plusieurs hommes pas très commodes attendaient Leydan avec batte de baseball et des chaines en fer. C’était plutôt dangereux comme situation, surtout contenu du fait qu’ils étaient largement dépassés en nombre et en arme… Bref, le genre de bordel dans lequel l’ancien marine était toujours impliqué ! Voyant son camarade de beuverie retirer ses effets personnels, le bijoutier en fit autant, il n’allait tout de même pas manquer une chance de se défouler un peu !


« Ils sont du genre rancunier… ça tombe bien, moi aussi !» dit-il avec un grand sourire cruel digne de son ancien statu de pirate.

C’était une manière comme une autre de signifier à l’horloger qu’il n’était pas seul. De toute façon, Sebastian était en état d’ivresse trop avancé pour courir se cacher… Naturellement, entre le type baraqué et son copain handicapé, le premier à se faire sauter dessus fut Sebastian. Une attaque de lâche, deux grands gaillards contre l’ancien marine, un qui chercha à l’immobiliser par derrière et l’autre à le frapper au visage. Malgré l’alcool, des réflexes surprenants de Sebastian lui permis de se baisser assez rapidement pour éviter le coup de poing qui, loupant sa victime, frappa le second assaillant qui n’avait pu contenir le beau brun entre ses bras. Le bijoutier amusé se contentant de rire tout en contournant le premier agresseur pour lui infliger un joli coup de genou dans l’estomac. L’homme eut le souffle coupé et préféra prendre un petit moment étendu sur le sol. Sebastian, un peu étourdis soudainement, tituba jusqu’à reprendre son équilibre, évitant de cette façon une chaîne qui fendit l’air avec la ferme intention de le défigurer. Vive les soirées bien arrosées !


« Et de deux… »

L’idée qu’ils ne s’en sortent pas ne l’effleura pas une seconde, trop heureux de penser à autre chose au final. Il lança un regard à son voisin, se débrouillait-il aussi bien ? Il lui semblait qu’ils étaient plus nombreux autour du concerné. Un coup de coude sous le menton ramena le bijoutier à la réalité qui se jeta à nouveau dans la mêler...





Sebastian ◈ Leydan


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Jeu 31 Jan - 10:15
Qui seme le vent récolte la tempete
Leydan & Sebastian

Solde des comptes




« Ils sont du genre rancunier… ça tombe bien, moi aussi !»

Lorsque j’entendis les paroles du bijoutier je sus immédiatement que je ne serais pas seul à combattre. Le combat ne tarda pas à commencer, et ce fut de la lâcheté pur et simple, deux de nos agresseurs se jetèrent sur Sebastian, je voulus intervenir mais un homme avec un batte de baseball m’intercepta.

-Ou tu crois aller comme ça ?

-On se bat ou on fait la causette ?

Je montais ma garde, il leva sa batte mais il ne me faisait pas peur, j’en avais vu d’autre comme lui depuis la mort de Lena et il ne serait pas le premier à payer des rumeurs lancer par d’autres. Je jetais un œil à Sébastian par-dessus l’épaule de l’homme, il avait des réflexes impressionnants pour un bijoutier … Mon agresseur essaya de profiter de mon inattention pour frapper, mais malheureusement pour lui je n’avais pas assez pu pour être ralenti, j’interceptai la batte dans son élan et la tournait d’un coup. L’homme lâcha la batte, je saisis son poignet et lui tordait le bras dans le dos, il cria de le lâcher mais je n’en avais que faire je lui donnais un coup de pied dans le dos et il sa tête alla trouver la poubelle en métal dans un bruit sourd il s’affala sur le sol inanimé

« Et de deux… »

On compte ? Lancais-je à Sebastian un sourire au lèvres.

Je n’eut guère le temps d’entendre une réponse car il se lançait à trois sur mois, je déséquilibrai le premier et assommait le second avec le premier, je saisis sa chaîne et commença a la faire jouer dans mes mains. Je lançais la chaîne autour des chevilles de mon opposant et il tomba a la renverse, je me mit sur lui et me mit à faire pleuvoir mes poings sur son visage, j’y mettais tout ma force et ma colère, cherchant à évacuer tout ce que je pouvais. Je sentis alors un métal froid autour de ma gorge et on me tira en arrière, j’en eu le souffle coupé, mes mains cherchèrent à retirer la chaîne qui m’étranglait mais rien y faire je ne trouvais pas de prise

-Alors tu fais moins le malin maintenant !

La voix dans mon dos je la connaissais, c’était celle de l’homme qui m’avait provoqué dans le bar, de toute évidence il n’avait pas aimé que je lui foute une raclée dans le bar. Il resserra la pression autour de mon cou, je sentais le sang battre à mes tempes, je tentais de l’attraper mais le bougre était rapide, devant mes yeux des points noirs se mirent à danser et alors que je pensais etre vaincu, la pression se relâcha d’un coup, je tombai au sol en inspirant goulûment l’air qui brûlait ma gorge. Je relevai la tête et vit la main du bijoutier j’en conclus qu’il était venu m’aider avec celui la.

-J’ai un compte à régler avant de partir, tu m’aides ?

Je demandais alors à Sebastian de maintenir le gars par les épaules, je me vengeai alors de toutes mes forces, quand le visage du gamin ne fut plus qu’un amas de sang je tournais les talons. Il était d’ailleurs temps, des personnes avaient sûrement dus entendre les éclats de la bagarre car je vis les lumières de la voiture du shérif. Je récupérai en quatrième vitesse nos affaires et tirait Sebastian dans un petit passage qui nous mènerait pas loin de chez moi. Nous échappâmes ainsi à une nuit au poste, j’avais mal au nez et à l’oeil, j’avais dû me prendre un coup sans même m’en rendre compte … Je passais par la porte arrière et fit signe à Sebastian de me suivre, je montais à l’appartement en espérant que ma visiteuse nocturne ne serait pas là cette nuit. Heureusement il n’y avait personne, j’ouvris mon frigo et sortit le lot de bière, je le posais devant la table basse devant le bijoutier et allait chercher des sacs de glaces. Je revint et lui tendit avant de m’affaler dans mon fauteuil et d’appliquer mon propre sac sur mon œil en sirotant une bière fraîche.

Je ne me souvins alors pas de tout ce qui se passa ensuite je sais juste que j’ai bu et bu, que nous avions rit de cet incident et après trou noir. Je me réveillai le lendemain matin dans mon lit encore habillé et couvert de sang, j’allai dans la cuisine et trouvai Sebastian complètement affalé et endormi dans mon canapé. Je lançai un grande quantité de café j’en aurais besoin et vit que j’était couvert de sang, le combat me revint en tête et je souris, j’allai prendre une douche rapide et changeait de vêtement. Retournant dans la cuisine, Sebastian dormait toujours, je servis deux tasses de café fumant et allais me mettre dans le fauteuil, je posais la tasse pour le bijoutier sur la table basse et lui secouait l’épaule.

-Hé ho le bijoutier il faut te réveiller mon gars !

Lorsqu’il eut ouvert les yeux je me callai confortablement au fond de mon fauteuil et sirotai mon café.

- Sacré soirée n’est ce pas ?


Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   Mer 6 Fév - 3:11




« Après l'orage, le beau temps ! »











« On compte ? »

Une plaisanterie qui ne fit pas long feu malheureusement. Le bijoutier senti le gout du sang qui lui remontait dans la gorge, probablement dû au coup dans le ventre qu’il n’avait pu éviter. Il cracha sur le sol avant de faire un bon de côté pour éviter une batte de base-ball de lui fracasser un tibias. Sebastian passa la main dans ses cheveux, les écartant de son visage. Il avait le souffle court et il avait chaud, la bagarre était un sport comme un autre où la compétition était toujours très féroce. Le nombre d’assaillant qu’il avait mis K-O, il ne tenait plus le compte depuis que sa vision devenait trop floue par moment. Il se contenta de sourire à Leydan en guise de réponse avant de se jeter contre un type qui fonçait sur lui en gueulant comme le simple gorille sans neurones qu’il était. L’ancien combattant était une très mauvaise cible en vrai et ce, même avec sa main plus fragile, il avait appris comme tout bon marine à se défendre. Cependant, il paraissait tout gringalet en comparaison à l’armoire à glace qui venait de le plaquer contre un mur. Une de ses mains s’agita dans l’air jusqu’à refermer sa prise sur le couvercle d’une poubelle en métal qui alla violemment frapper le crane de son agresseur. L’impact résonna comme un coup de gong et visiblement, cela avait suffi pour sonner le type, mais par prudence et par rage, le bijoutier fit résonner le couvercle une autre fois sous le menton du gorille. Ensuite, un croche-pied suffit alors pour faire tomber l’homme sur le sol.

Du coup de l’œil, il vit que son compagnon de beuverie avait lui aussi quelques ennuis. Un des hommes l’étranglait sauvagement avec une chaîne en fer et vu l’expression de l’horloger, l’oxygène venait à manquer subitement. Ne réfléchissant pas vraiment dans la seconde, Sebastian agit rapidement. Le couvercle de la poubelle se transforma en frisbee et alla donner un bon coup entre les omoplates de l’ennemi, le déconcentrant suffisamment longtemps pour que le poing du pirate vienne lui exploser la mâchoire. L’individu s’écarta enfin de Leydan qui chercha son souffle quelques secondes, lui demandant de l’aide au passage.

« Avec plaisir ! Mais tu me dois au moins un verre après ça ! »

Bien entendu, il ne se battait pas que pour éviter que Leydan se retrouve à l’hôpital, l’ancien pirate aimait cogner simplement et si l’alcool pouvait s’ajouter à ce beau chaos, il ne perdrait pas l’occasion de retrouver ses bouteilles pour compenser ses efforts. L’ex marine attrapa l’assaillant par les épaules, sachant pertinemment ce qui viendrait ensuite. Il allait regretter de s’en être pris à eux ! Pendant que l’horloger donnait une raclée au type, Sebastian regarda autour de lui. Qu’était ce bruit désagréable et ces lumières clignotantes ? Le sheriff ! Le bijoutier écarquilla les yeux réalisant dans quel pétrin il s’était fourré. Une nuit derrière les barreaux n’était probablement pas un bon départ pour son futur état de père. Comme la justice pouvait être emmerdante parfois ! Il lâcha l’homme qui s’effondra sur le sol lourdement, suivant Leydan, le bijoutier attrapa ses effets personnels et couru. Ce fut difficile avec l’alcool dans le sang, les trottoirs semblèrent plus mobiles que d'habitude ! Et surtout, un lampadaire était si vite arrivé ! Par chance, l’horloger le guidait, ce qui lui évita quelques malheureuses collisions. Il ne savait pas où son compagnon l’amenait comme ça, mais il s’en fichait royalement, sa raison s’était enfuit bien avant la bagarre. Lorsqu’une porte se referma derrière eux, il était chez l’horloger semblait-il, Sebastian éclata de rire, soulagé. Cela avait été la raclée du siècle !

Pour la suite, l’ex marine n’en avait que de vagues souvenirs. Il avait attrapé une bière sur la table basse et la glace que lui tendait son camarade, même s’il ne ressentait aucune douleur nulle part sur le moment. Leur conversation était restée légère, plus question de fils illégitime ou de pension alimentaire. Il y avait eu d’autres bières et d’autres rires, puis finalement, le bijoutier avait dû tomber endormit sur le canapé sur lequel il s’était assis. La nuit fut drôlement courte par contre, car lorsque Leydan lui secoua l’épaule, Sebastian grogna. Ses paupières étaient si lourdes que juste le fait de les ouvrir lui sembla un terrible défi. Soudain, son corps tout entier le ramena à la réalité. Le marine se mordit les lèvres pour ne pas se plaindre devant l’élan de douleur qui irradiait de son bras gauche. Avait-il frappé avec ? Quel idiot ! Son crane bourdonnait un peu et à voir ses mains, il n’était pas sûr que tout ce sang était à lui… Il leva son visage encore ensommeillé vers l’horloger et réussi à sourire malgré son mal de crane.

« Ouais, sacré soirée…T’a vraiment une sale gueule à cause d’hier soir, tu le sais ça ? »

Il se redressa sur le canapé en gémissant. Il attrapa la tasse de café chaud qui l’attendait et en but une gorgé. Du bout des doigts, l’ex marine effleura son visage qui n’était pas si boursouflé finalement. Cependant, il avait une mince coupure sur la tempe et sa lèvre inférieure s’était fendue. Il chercha son manteau des yeux et le vit non loin de la porte d’entrer, se demandant déjà s’il n’aurait pas la mauvaise surprise d’avoir oublié ses clés quelques part...

« Autan pour moi. Je t’emprunte ta salle de bain, ça t’embête ? »

Lui aussi faisait peine à voir et il était hors de question qu’Andrew l’aperçoit débarquer comme ça. Sinon, il risquait bien plus que des coupures si ça se trouve… Après un signe de tête de son camarade de bataille, Sebastian se dirigea vers la salle de bain pour se rincer au moins le visage et les mains. Il piqua des comprimés à l’horloger au passage, histoire qu’une migraine ne s’installe pas trop vite à cause de ses déboires de la veille. Ses vêtements étaient en piteuse état, déjà qu’on avait renversé de l’alcool sur lui, il devait bien admettre qu'il avait soudainement l’air d’un vrai clochard. Il passerait se changer à la boutique avant de retourner à l’appartement. Avec le temps, une partie de sa garde-robe se retrouvait dans son atelier, comme ça, il pouvait ne pas retourner à la maison avant d’aller travailler. Bref, une petite routine s’était établie... Au fait… travailler…. Ce n’était pas à lui d’ouvrir la bijouterie ce matin ? Sebastian fonça dans le salon et attrapa son manteau, cherchant fébrilement son téléphone dans l’une de ses poches. Quand il l’eut trouvé, il l’alluma et vit avec horreur que l’heure de l’ouverture de la boutique était passée, mais ignora la dizaine de messages que lui avait laissé son colocataire. Décidément, c’était à ce demander qui réagissait le plus des deux au fait qu’il avait désormais un fils…

« Ah merde ! Faut que je file ! Au fait, n’hésite pas à me rappeler si t’as des ennuis, je me suis bien amusé ! » En vitesse, Sebastian revient vider la tasse de café avant d’attraper ses effets personnels et se dirigea vers la sortie. « Essai de ne pas te faire tuer avant notre prochaine rencontre… Tu me dois le pressing je te signale ! » Lança-t-il avant de disparaître derrière la porte qui se refermait après le passage de l’incorrigible, dévergondé et bagarreur nouveau papa de Storybrook.

The End





Sebastian ◈ Leydan


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui sème le vent récolte la tempête !   
Revenir en haut Aller en bas
 

Qui sème le vent récolte la tempête !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qui sème le vent, récolte la tempête [Fubuki]
» Qui sème le vent récolte la tempête.[Terminé]
» [Évent été 2016] Qui sème le vent récolte la tempête | Tonnerre
» Qui sème le vent, récolte la tempête.
» Moriganne Stark, Qui sème le vent récolte la tempête...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-