Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 A charge de revanche ? [Pv Norman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Dim 1 Mar - 19:26




Beth & Norman



Ma vie avait considérablement changé depuis que les souvenirs étaient de retour dans nos mémoires. Nous savions tous qui nous étions, sauf quelques cas particuliers qui s’étaient lancés dans le franchissement des frontières de Storybrooke. Pour rien au monde je n’aurais souhaité perdre mes souvenirs. J’assumais totalement le fait d’être Jane Porter ainsi que Beth Cyrian, même si depuis que je me souvenais de ma vie passée, j’étais plus Jane que Beth. C’était difficile d’oublier qui nous étions réellement. Je ne comprenais pas pourquoi certains refusaient d’être de nouveau qui ils étaient réellement. Je n’avais rien contre le fait que certains souhaitaient continué de vivre dans cette ville créée par la malédiction, mais oublier complètement son passé… C’était au-dessus de moi. Mais chacun voyait midi à sa porte. En ce qui me concernait, je souhaitais retourner dans notre monde d’origine. J’étais certaine qu’il existait encore. Il fallait juste qu’on en ouvre les portes.

En attendant ce jour, qui j’espérais arriverait très bientôt, j’avais complètement changé le mode de vie de Beth Cyrian pour le modeler de façon à ce qu’il corresponde un peu plus à qui j’étais réellement. Dans un premier temps, Bran et moi avions libéré les animaux de leurs cages, leur rendant un semblant de liberté. Bien sur, ça ne vaudrait jamais leur ancienne vie, mais c’était ce qu’on pouvait leur offrir de mieux. Les animaux considérés comme dangereux continuaient d’être enfermés, mais ils étaient tous extrêmement bien traités. Un jour, ils pourront de nouveau jouir de leur complète liberté. Je ne désespérais pas et Bran non plus. D’ailleurs, j’avais laissé mon boulot au journal de côté, préférant me consacrer aux animaux. Néanmoins, j’étais toujours disponible en cas de besoin. J’étais juste nettement moins présente là-bas. Et il y avait encore une chose qui avait complètement changé : je ne vivais plus dans la maison que je partageais avec père.

J’avais emménagé chez Bran presque aussitôt qu’il m’eut proposé de vivre avec lui. C’était un peu comme avant lorsque nous vivions sous le même toit. Très sincèrement, je ne me voyais pas vivre ailleurs qu’à ses côtés. Pour l’instant, nous vivions avec un toit sur la tête, mais quand nous pourrions retourner dans « le monde enchanté », nous vivrons dans la forêt. J’avais pris ma décision. C’était lui, la première fois, qui avait tout laissé derrière lui pour venir vivre parmi les « civilisés », mais ça ne nous avait pas réellement réussis. Vivre en forêt ne m’effrayait nullement, ni me dérangeait puisque quasiment toute ma vie, je l’avais passé en dehors de la maison qui avait été plus un point d’attache, un endroit où nous pouvions stocker notre matériel, qu’autre chose. Et puis, de cette façon, j’aurais l’impression de vivre une aventure constante. C’était un peu ma vie rêvée à moi. Bran avait craint que sa décision de vivre parmi les siens soit un obstacle pour notre couple et je lui avais ainsi prouvé que ce n’était pas le cas.

A Storybrooke, les choses avaient changé. Regina n’était plus le maire de la ville, des élections allaient avoir lieu sous peu. Le journal m’avait appelé pour savoir si je pouvais interviewer deux des candidats au poste de maire de la ville. J’avais été un peu surprise par cette demande car j’étais nulle en interview. La seule fois qu’on m’avait demandé de faire ça, j’avais complètement foiré. La seule question que j’avais posé, c’était pour savoir si Bran acceptait de venir avec moi au mariage de Louna. Comme quoi, ma capacité à interroger les gens laissaient vraiment à désirer. Mais j’avais accepté étant donné que beaucoup de personne avait complètement laissé leur vie maudite, désertant ainsi leur poste. Il fallait donc que je me rende au journal pour récupérer ce dont j’aurais besoin pour mon interview. Je quittais donc ma nouvelle maison en début d’après-midi, après avoir nourri les lions pour prendre le chemin du Daily Mirror. Ca me faisait bizarre de reprendre ce chemin-là, mais bon. Je m’étais engagée après tout.

Quand on m’avait dit qui je devais interroger, j’avais été surprise par l’un d’eux que l’autre me semblait aller de soit. Isabella Heelsman… Sérieusement ? On prenait vraiment n’importe qui maintenant… Enfin bon… Je rentrais dans les locaux du journal et me rendis à mon bureau. Le Daily Mirror était vide. Cela ne me semblait pas surprenant. Tout le monde était trop occupé à retrouver ses anciennes connaissances. Profitant du calme, je vidais ma boite mail qui n’avait pas beaucoup de message depuis le jour où les souvenirs étaient revenus. Rien de plus logique. Enfournant dans mon sac ce dont j’aurais besoin, je quittais mon bureau et me dirigeais vers la sortie. Sauf qu’en cours de route, je trouvais Norman, de dos. Je m’arrêtais instantanément dans ma progression. Les paroles de Bran me revinrent en tête lorsqu’il m’avait expliqué ce qui s’était passé avant que la malédiction ne nous transporte à Storybrooke. Brusquement, une bouffée de colère me monta.

Je me sentais profondément trahie. Et il y avait de quoi ! Clayton s’était servi de nous pour atteindre son but : capturer des gorilles. Je ne sais pas trop comment ni pourquoi, je me retrouvais alors avec un balai dans les mains et me dirigeais d’un pas rapide jusqu’à Norman. Je levais mon balai en l’air et lui assenais un coup dans le dos avec la brosse.

- Espèce de traitre ! m’écriais-je alors que mon balai portait son coup.

Le tutoiement était sorti de façon naturelle. Dans ce monde-là, nous nous tutoyons depuis… vingt huit longues années, alors tant pis pour la politesse. Et puis, avec ce qu’il avait fait, il ne méritait absolument aucune forme de respect.

- Dire que je t’ai défendu quand Bran m’a appris que tu t’étais pointé au zoo avec un fusil !

Je levais mon balai pour lui asséner un deuxième coup…

_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Sam 7 Mar - 22:36




Beth & Norman




C'est vrai, il l'avouait volontiers, Norman s'était montré naïf. Il avait cru que le retour des souvenirs signifierait également un retour vers son ancienne vie ou plutôt son ancien rythme de vie. Il avait espérait redevenir un chasseur à temps plein comme autrefois plutôt que de continuer dans son métier barbant au Daily Mirror. Hélas, dans ce monde sans magie, il était difficile de reprendre ses anciens passe-temps puisque les créatures qu'il aimait chasser étaient une denrée rare dans cette petite ville du Maine. A part ce dragon introuvable, bien sûr. Pire, la frontière avait réduit son terrain de chasse. Même quelqu'un d'aussi tête brûlée que Clayton n'osait trop s'aventurer dans cette zone à cause de la crainte de passer par inadvertance cette maudite frontière.
Quant aux créatures à moitié humanoïdes, la malédiction les avait rendues entièrement humaine. Les fées n'avaient plus leurs ailes, les sirènes avaient obtenu des jambes. Quelle poisse !

Le chasseur devait se rendre à l'évidence : il était coincé dans son rôle de secrétaire pour un bon moment ! Du moins, jusqu'à ce qu'on découvre un moyen de ramener tout ce joli monde chez eux... Ou, au minimum, jusqu'à un retour miraculeux de la magie ici. Norman n'était pas vraiment pressé de rentrer. Storybrooke avait des avantages par rapport à son monde d'origine, surtout au niveau des armes et de l'alcool même si cette ville restait trop petite à son goût et n'avait pas la flore exotique qu'il aimait chasser de la Forêt Enchantée. Qu'importe s'il devait rentrer ou bien rester ici, du moment qu'il obtenait ce qu'il voulait. Pour l'instant, tous les ingrédients se trouvaient dans cette ville. Clayton avait retrouvé son fils et l'hébergeait. Les conditions idéals pour obtenir sa confiance. Il ne manquait vraiment plus que la magie et le docteur Jekyll arrêtera de jouer les absents dans sa tête. Pour çà, il faisait confiance aux anciens pratiquant de la magie (noir ou blanche) qui ne devait pas apprécier d'être redevenue des personnes ordinaires. Pareil pour cette histoire de frontière ou de portail vers leur monde d'origine... En gros, tout ce qu'il avait faire, c'était d'attendre patiemment que d'autres alignaient les pièces du puzzle qui lui seront utiles à sa place.

En conséquence, la fin de la malédiction n'eut pas vraiment d'impact sur la vie de Norman. En dehors de se retrouver avec un fils quasiment aussi vieux en apparence que lui. Il continuait d'aller à son boulot ennuyant en gardant une oreille attentive pour les pistes concernant le dragon et après, c'était alcool et moment père/fils quand il ne ratissait pas la forêt en cherchant d'une proie intéressante à se mettre sous la dent. La conviction que ce rythme monotone n'était que temporaire permettait au chasseur de se montrer patient.

Pendant ce temps, la vie continuait à Storybrooke. Des élections allaient avoir lieu. Un autre fait qui n'intéressait pas Clayton. Le fait que le zoo était fermé, voilà un détail qui valait le coup de garder dans un coin de sa mémoire ! Bon, les animaux ordinaires ne l'intéressaient plus vraiment comparé à un reptile volant cracheur de feu, mais l'idée restait plus intéressante que le prochain débat sur qui allait être maire.

Comme tout le monde était plus préoccupé à retrouver ces proches qu'à travailler, Clayton pouvait faire preuve de toute sa procrastination habituelle. Après avoir fini de squatter la machine à café, il avait décidé de faire une pause cigarette. Cigarette encore non allumée en bouche et cherchant son briquet dans ses poches, il se dirigeait vers l'entrée quand il reçut un coup de balai dans le dos. Il en lâcha sa cigarette à cause de la surprise.

"Ohhh, miss Porter." Minauda-t-il alors qu'il se faisait traiter de traître par une journaliste en colère.

Vu les accusations, nommées son ex-employeuse 'Beth' ou 'Betty' semblait déplacé. Cette chère Beth ne semblait pas en avoir fini avec lui puisqu'elle se préparait à lui donner un nouveau coup tout en continuant son petit discours. Sans perdre de temps, Clayton agrippa également le manche du balai pour empêcher Beth de l'abaisser sur sa caboche, mais ne l'arracha pas des mains de la journaliste, car la situation l'amusait beaucoup trop pour tenter de faire un geste dans ce genre.

"Je plaide non-coupable. Je n'étais pas vraiment moi-même à ce moment-là." Répondit-il sur un ton détaché. "Parce que si cela avait vraiment été le cas..." Le sourire amusé disparut du visage du chasseur, révélant que sous ses airs de personne prenant tout à la légère se cachait quelqu'un de dangereux. "... Je n'aurais pas raté ce lion. Ni ton monsieur civilisé, d'ailleurs."

Cette déclaration faite, il prit le risque de lâcher sa prise. Le sourire était revenu, comme s'il venait de faire la meilleure blague de l'année.

"Relax. C'est du passé ! En ce qui me concerne, j'ai tourné la page." Déclara-t-il en faisant un pas en arrière, histoire de voir venir le prochain coup de balai. "Et je jure que je n'ai pas prévu de vous rendre visite dans votre nouveau nid d'amour. Rassurée ?"

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Jeu 30 Avr - 20:42




Beth & Norman



La vie allait être différente à présent que les souvenirs étaient de retour. La vie était différente, en fait. Tant de choses avaient changé. Les gens reprenaient leur véritable identité ainsi que leur façon d’être, bien que certaines personnes avaient fait de Storybrooke leur maison et d’autres souhaitaient ardemment rentrer chez eux. Bran et moi faisions partis de cette dernière catégorie de personnes. Ici, les animaux n’étaient pas libres. Ils étaient prisonniers de cage, d’endroits clos. Or ce n’était pas une vie pour eux. Même si Bran leur avait rendu une certaine liberté en leur permettant de circuler librement dans le zoo. Pour cela, nous suivions activement les avancés des recherches des nains sur la poussière de fées. Pour le moment, c’était notre seule corde de sortie possible. Je ne connaissais absolument rien à la magie, mais ceux qui souhaitaient retourner chez nous avaient une forte foi envers cette poussière de fée alors moi aussi. Je faisais probablement mon mouton, mais était-ce réellement important ? Non. Le plus important, c’était de rentrer chez nous.

Mais pour l’heure, nous devions continuer de vivre en tant que storybrookien. Regina nous avait forgés une vie à laquelle nous ne pouvions pas vraiment tourner le dos vu que certaines choses dépendaient de ‘nous’. Néanmoins, il fallait être honnête, depuis que chacun de souvenait de qui il était etc, il y avait du changement en ville. Certains se consacraient à d’autres activités qui les correspondaient plus à présent qu’ils étaient de nouveau eux-mêmes. Comme moi, je devais bien l’avouer. J’avais plus ou moins laissé tomber le journal. J’avais simplement dit que si jamais ils avaient à nouveau besoin de moi, je répondrais présente. Mais à partir de ce moment-là, je me consacrais beaucoup plus aux animaux du zoo. Bran avait besoin de main d’œuvre. Même père s’y était mis. Il avait été plus qu’heureux de retrouver Tarzan et lui avait même fait la remarque que c’était étrange de le voir avec des cheveux courts. La mode storybrookienne avait aussi frappé. Personnellement, je trouvais que ça lui allait plutôt bien. Mais ce n’était pas de sa coupe de cheveux dont j’étais tombée amoureuse.

On avait fait appel à moi pour écrire un article. Avec tous les changements qui avaient lieu, quoi de plus normal ? Je m’étais engagée à être présente, alors je l’avais fait. Et puis, je pratiquais le métier (enfin, si on ne prenait pas en compte le fait que j’avais vécu la même journée pendant vingt-huit ans !). C’était donc tout naturellement que je m’étais rendue au Daily Mirror afin de prendre quelques éléments nécessaires pour mon article à venir. Selon une rumeur, des élections allaient arriver. Beaucoup de personnes étaient contre le maire actuel de la ville. A tel point que Regina avait été destituée de son poste. Personnellement, je n’avais rien contre cette femme, elle ne m’avait jamais rien fait, mais elle nous avait tous maudits alors que personne n’était responsable, mis à part ceux qu’elle avait réellement souhaité faire souffrir… Alors non, je ne pardonnais pas ce qu’elle avait fait non plus. Disons que j’étais d’avis assez mitigé en ce qui concernait cette fameuse Evil Queen. Mon article, j’allais le faire sans prendre part au conflit existant. Néanmoins, en tant que citoyenne, je voterai.

Je m’apprêtais à quitter les locaux du Daily Mirror quand apparut de dos, Norman. Ou plutôt Clayton… J’avais appris la vérité par la bouche de Bran sur lui et très honnêtement, je m’étais sentie honteuse de l’avoir ainsi défendu au mariage lorsque l’homme que j’aimais avait fait mention de son intrusion dans le zoo pour tuer un des lions. Bran ne m’en tenait pas rigueur parce que nous étions sous l’influence de la malédiction, mais je n’avais pas pu m’empêcher de m’excuser encore et encore. Je me sentais tellement mal vis-à-vis de lui. Parce que ‘j’aurais dû lui faire confiance ! Et je ne l’avais pas fait… Bon, à l’époque, Bran et moi ne nous connaissions pas vraiment alors que j’étais censée avoir côtoyer Norman depuis un peu plus longtemps… Enfin, ça ne servait à rien de remuer le passé, ce qui avait été fait, était fait. Mais malgré ça, il y avait un élément qui faisait que je ne considérais pas le sujet comme clos. Le pire dans cette histoire, c’était que je ne me revoyais pas attraper le balai qui trainait dans le coin. Je me revoyais simplement me précipitant vers Norman pour lui assener un coup dans le dos.

Je ne relevais pas quand il m’appela par mon ancien nom de famille. Pourtant, cela faisait un bon moment que le nom de Porter n’avait pas résonné dans mes oreilles. Mais j’étais beaucoup trop occupé à le traiter de traitre pour m’en préoccuper. Je m’apprêtais même à lui mettre un second coup de balai, cette fois-ci, probablement en pleine tête, mais Clayton arrêta mon geste. Je m’attendais presque à ce qu’il me le retire des mains, du coup, instinctivement mes mains se refermèrent plus fermement autour du manche. Soyons honnêtes, entre lui et moi, il n’y avait pas photo sur qui serait le plus fort. Le balai était vraiment mon seul moyen de défense face à Clayton. C’était un chasseur, il avait l’habitude de devoir se défendre. Moi… le seul truc de dangereux que j’avais vécu, c’était une course poursuite avec des singes… Le moment le plus effrayant de toute ma vie, il fallait bien que je le reconnaisse. Je fronçais les sourcils lorsqu’il m’affirma ne pas avoir été lui-même. Se moquait-il de moi ?! Si c’était le cas, ce n’était réellement pas drôle. Une vague de colère me traversa lorsqu’il rajouta d’autres paroles aux premières. J’avais réellement envie de lui fracasser le crâne avec ce manche à balai. Surtout qu’il l’avait lâché donc plus rien ne me retenait de lui fracasser le crâne. Qui s’en soucierait ? Qui le regretterait ?

- Vraiment ? Si tu étais si fort que ça, il ne t’aurait pas laissé pour mort au moment où la malédiction a frappé. Si Regina n’avait pas lancé le sort noir, tu ne serais déjà plus parmi nous, crachais-je presque.

Mon balai était toujours brandi et je n’étais pas décidée à le baisser. S’il fallait le frapper à nouveau avec, j’étais prête à le faire et à lui fracasser vraiment le crâne ! Les chasseurs, je détestais ça. Les animaux n’avaient pas à être chassés. Ils méritaient de vivre en harmonie. La nature avait ses droits et j’étais persuadée qu’un jour, l’être humain paierait pour toutes ses erreurs. Mais ce qui était malheureux, c’était que la nature ne faisait pas le tri sur les gens qui méritaient de payer. Des gens comme Norman. Je ne le croyais pas un seul instant quand il affirmait que tout cela était du passé. C’était impossible. Un chasseur restait un chasseur à vie !

- Tu ne devrais pas plaisanter avec ces choses-là ! Tu as trahi la confiance que mon père et moi avions placé en toi. Tu est vraiment un être abject.

En tout cas, une chose était sure, il était hors de question que Norman franchisse à nouveau les portes du zoo… Cependant, en y repensant, une chose m’affola.

- Avoue, tu voulais te joindre à mon père et moi pour trouver ce dragon et le chasser, n’est-ce pas…

Au final, j’étais contente que ce projet n’ait pas eu le temps d’abolir. Déjà, on préservait le dragon et ensuite… Et bien on s’évitait de mourir bêtement car un dragon… Soyons honnête, en le trouvant, nous aurions fini en steak fraichement à point…

_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Dim 24 Mai - 11:02




Beth & Norman




Difficile de reprendre sa vie là où on l'avait laissé après avoir passé vingt-huit ans à en vivre une autre. Clayton devait se rendre à l'évidence : vu les derniers événements dont il se souvenait, la malédiction lui avait certainement sauvé la vie. Pourtant, il ne put s'empêcher d'affirmer qu'avec ses souvenirs, il n'aurait pas manqué le lion lors de sa dernière visite au zoo et encore moins son propriétaire.

Lorsque Beth lui rétorqua le contraire, le chasseur parut surpris que la journaliste soit au courant de ce genre de détail puis il afficha bien vite son visage insouciant habituel.

"Bah, ce sont les risques du métier." Philosopha-t-il avec un haussement d'épaule.

Faire un métier aussi risqué était comme faire un pari avec la mort. L'ex-chasseur adorait cela. Rien de tel pour se sentir vivant. En plus, contre des animaux, il pouvait déverser toute sa violence sans se soucier d'enfreindre une quelconque loi stupide. Qui plus est, chasser des bêtes rares était un excellent moyen de joindre l'utile à l'agréable en continuant ses recherches pour ramener le docteur Jekyll alias l'ingrat de service. Maintenant qu'il réalisait avoir passé presque une trentaine d'années derrière un bureau, cette sensation de jouer avec sa vie lui manquait terriblement.

Avec cette histoire de Tarzan, Clayton avait cru que sa chance avait tourné. Il n'allait pas se plaindre de ce retournement de situation tout comme il ne songea pas à jouer les mauvais perdant. Certes, son orgueil avait été blessé, mais il était toujours vivant et, avec le retour des souvenirs, il était plus proche que jamais d'atteindre son objectif.

Derrière son apparente nonchalance, Norman restait tout de même attentif au balai que Beth brandissait toujours. Le secrétaire avait beau prendre à la légère cette confrontation, il ne tenait pas à prendre un autre coup de balai et se tenait donc paré à riposter si l'amoureuse des bêtes voulait jouer sur son terrain.

Pour lui, les événements avant la malédiction étaient du passé. Sa vengeance était secondaire par rapport à son autre objectif donc il estimait avoir tourné la page. Pour l'instant, en tout cas. Du coup, le petit nid d'amour de son interlocutrice ne l'intéressait plus tellement. Pourquoi retourner chasser des animaux affreusement ennuyeux et ordinaires quand on avait un dragon qui se cachait quelque part ? Beth semblait avoir du mal à le croire.

Lorsque la journaliste lui parla de traîtrise, Clayton lui lança un regard incrédule. Si ses pensées avaient pu se matérialiser au-dessus de sa tête en une bulle de pensée comme dans les comics, cette dernière afficherait : sérieusement ? C'est pour ce petit truc sans importance que tu es venue ?

"Je ne plaisante pas." Affirma-t-il sur un ton étrangement sérieux. "Aussi curieux que cela puisse paraître ton monsieur civilisé et toi n'êtes pas au centre de mon univers. C'est vrai, j'ai trahi la confiance de ton père. D'accord, je suis un sale type. J'ai aussi failli mourir à cause de ton petit copain. Et alors ?" Nouveau haussement d'épaule pour appuyer ces mots. "Après vingt-huit ans, j'ai d'autres priorités."

Norman allait 'gentiment' faire une remarque sur le fait que Beth devait en faire autant, mais elle semblait réaliser quelque chose. En parlant du dragon, Clayton fronça les sourcils, l'air songeur. Il y a quelques jours à peine, il aurait su répondre. Maintenant que les souvenirs étaient revenus, c'était comme si cette histoire datait d'un siècle, minimum.

"Surement." Avoua-t-il en se passant une main dans ses cheveux et une expression qui trahissait le fait que cette affirmation était susceptible de changer. "Quoi ? C'est un dragon ! Il n'entre pas vraiment dans la description d'une bête inoffensive toute mignonne qu'on doit protéger !"

Quoi que des tarés des animaux comme les Porter devaient certainement penser le contraire !

"Disons que lorsque je me suis proposé pour votre expédition, le dragon était la nouvelle la plus intéressante du moment." Expliqua-t-il. "Mais maintenant, avec la fin de la malédiction, d'autres choses me sont revenues à la figure comme le fait d'avoir un fils à charge donc j'ai d'autres choses sur le feu. Çà te va comme réponse ?"
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Sam 6 Juin - 11:20




Beth & Norman



La colère était présente en moi surtout vis-à-vis de Norman que j’avais pris le temps de protéger lorsque presque tout était contre lui. Mais j’étais aussi en colère contre moi parce que ma sottise m’avait mené à le croire et à me disputer avec Bran en quelques occasions. Le pire, c’était que je lui avais trouvé des circonstances atténuantes… Je devais être profondément dérangée ! Il n’y avait pas d’autres solutions. C’était donc rageusement que je passais mes nerfs sur Clayton qui avait eu le malheur de venir se pointer au Daily Mirror. La colère continuait d’affluer au fur et à mesure qu’il affirmait qu’il aurait pu tuer le lion ainsi que Bran au passage s’il avait été complètement lui-même. Comment pouvait-il en être si certain étant donné que Tarzan l’avait laissé pour mort au moment où la malédiction avait frappé et l’avait sauvé, au passage. La surprise se dessina temporairement sur le visage de Norman et j’eus le temps de le voir, ce qui fit naître un rictus sur mon visage. Et oui, j’étais au courant !

Mes yeux se plissèrent lorsqu’il affirma que c’était les risques du métier. Beh voyons ! Les risques du métier ! Et puis quoi, encore ?  Peut-être allait-il me dire que les chômeurs se levaient aux aurores pour trouver du boulot ?! Il fallait arrêter de prendre les gens pour des idiots ! Néanmoins, je ne répondis pas, je me contentais de lever les yeux au ciel pour exprimer mon agacement suite à sa réplique. Il aurait franchement pu trouver autre chose. Ou même mieux : ne pas revenir ici ! C’était vrai, quoi, qu’est-ce qu’un braconnier comme lui faisait encore dans un travail administratif ? Et puis, avouons-le, pour ce qu’il servait… Il pourrait rester dans sa forêt. D’ailleurs, possédait-il un permis de port d’arme ? Certes, nous étions aux Etats-Unis et le port d’armes n’était pas aussi réglementé que dans d’autres pays, mais ce n’était pas forcément pour tout type d’armes, si ? Il allait falloir que je me renseigne, mène une enquête.

Je continuais de brandir mon balai, quelque fois que Norman ait besoin d’un nouveau coup de balai sur le sommet du crâne. J’étais vraiment furax par la façon dont il osait parler de nous. Certes, j’étais bien contente qu’il ait décidé de nous laisser en paix, mais je ne dirigeais pas le fait qu’il nous ait bernés pour trouver les gorilles afin de faire du braconnage, alors que mon père et moi avions simplement entrepris le voyage pour étudier ces animaux et découvrir le secret du ‘singe blanc’. Tarzan avait été une merveilleuse découverte et depuis le début, je passais avec lui des instants merveilleux. Mais c’était à cause de Clayton qu’il était retourné dans sa forêt et c’était à cause de lui que nous avions été séparés par la malédiction. Enfin sur ce dernier point, j’étais peut-être dur parce que rien ne m’indiquait que si nous nous trouvions ensemble au moment où le nuage noir nous avait emportés nous n’aurions pas été séparés, mais j’étais trop en colère pour penser à cette possibilité. Bran et moi nous nous étions retrouvés et c’était tout ce qui comptait à mes yeux. Le reste n’était pas bien important.

- J’espère pour toi que tu dis vrai parce que mon « monsieur civilisé » comme tu le dis si bien ne l’est pas encore totalement sur certain plan, répondis-je.

Parfois, les évidences ne me sautaient pas immédiatement aux yeux et du coup, je mettais un petit temps, mais brusquement je réalisais que s’il s’était proposé pour nous accompagner mon père et moi à Storybrooke, c’était uniquement dans l’espoir de mettre la main sur le dragon. L’histoire se serait répété si Emma Swan n’avait pas brisé la malédiction avait que cela ne se produise. Surtout que mon père avait accepté la présence de Norman à nos côtés, pensant que ses talents de pistage nous seraient fortement utiles. Le hasard faisait bien les choses car il nous épargnait d’être à nouveau berné. Je le fusillais du regard quand il hasarda une réponse qui n’était ni positive, ni négative.

- C’est vrai que c’est mieux d’aller essayer de tuer une créature qui est capable de vous griller sur place à un kilomètre à la ronde, répliquais-je. Ce dragon est peut-être le dernier de son espèce, tu ne crois quand même pas que je vais te laisser aller le tuer !

Se serait quand même un comble qu’il y pense ! Le dragon pouvait s’avérer extrêmement dangereux ! Surtout que celui-ci avait la capacité de cracher du feu, par conséquent il pouvait nous réduire tous en cendre si ça lui faisait plaisir. Alors si en plus, on osait l’attaquer… Franchement… Par contre, je manquais de lâcher mon balai quand il m’annonça avoir un fils à charger. QUOI ?! Depuis quand ?! Très rapidement, je me refis une conversation que nous avions eue dans la forêt, quand nous cherchions les gorilles. Je lui avais demandé s’il avait une famille et il m’avait répondu que non. Alors… d’où sortait cet enfant ? Pauvre gosse… Je le plaignais fortement ! Et sa mère ? Qu’était-elle devenue ? Etait-elle morte, ce qui expliquerait pourquoi Norman se retrouvait avec un enfant sur les bras. Mais vivre au beau milieu de la forêt avec un dragon comme voisin, était-ce bien prudent ?

- Co… Comment ça tu as un enfant à charge ? Depuis quand ? demandais-je complètement abasourdie par la nouvelle.

Mon balai s’était rabaissé au point de ne plus vraiment être menaçant puisque le bout était à présent à terre, la brosse en l’air.

- Mais tu m’avais dit que tu n’avais pas de famille ! fis-je en espérant, quelque part, qu’il ait menti et que je venais d’éclater son mensonge au grand jour, mais en regardant bien sur son visage, je me doutais déjà de sa réponse…

_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Ven 3 Juil - 12:11




Beth & Norman




Si Clayton devait choisir entre la vengeance et un moyen de faire revenir Jekyll, son choix était vite fait. Voilà pourquoi affirmer qu'il avait tourné la page concernant cette histoire d'homme-singe ne lui prenait pas trop de difficulté. Ce n'était pas réellement un mensonge. Ce qu'il ne disait pas, par contre, c'était qu'il ne jurerait plus de rien si le monsieur civilisé venait le narguer. Le chasseur estimait être quelqu'un de raisonnable (la bonne blague) mais n'était pas non plus fou au point de laisser passer une chance en or s'il en voyait une.

Cette conversation surprise avec Beth était un mélange d'ennui et d'amusement. Au moins, elle servait de prétexte pour retarder son retour au travail. L'ennui, c'est qu'elle retardait aussi le moment où il allait sortir pour se griller une petite cigarette. Une chose n'avait pas changé : son travail au Daily Mirror était toujours aussi barbant. Malheureusement, il était obligé de le garder même s'il avait pu se servir du prétexte de retrouver la mémoire pour envoyer tout valdinguer, comme certain l'avait fait. L'ancien braconnier ne l'avait pas, car, souvenirs ou non, les factures à payés existaient encore et le métier qu'il avait exercer dans leur Ancien Monde n'était plus vraiment considérer comme légal ici. Donc, il allait devoir rester coincé derrière un bureau pendant un certain temps.

Le plus frustrant quand on se faisait menacer avec un balai, c'est qu'on ne pouvait pas réagir comme on le voudrait. Essayer de calmer quelqu'un, ce n'était pas vraiment sa spécialité, mais il ne pouvait pas régler çà à sa manière, sinon on pourrait le virer. En plus, s'il faisait cela, certes, la situation deviendrait plus amusante, mais il deviendrait difficile de faire croire qu'il avait vraiment tourné la page. Dire qu'il se retenait pour préserver un job rasoir !

- J’espère pour toi que tu dis vrai parce que mon « monsieur civilisé » comme tu le dis si bien ne l’est pas encore totalement sur certain plan.

"Hey, les détails de votre vie privée ne m'intéressent pas." Répondit-il du tac au tac avec un grand sourire amusé, transformant ainsi la phrase de la journaliste pour lui donner une tournure beaucoup moins sage.

Ensuite, Beth lui parla de ce qui aurait pu se passer sans la malédiction brisée au sujet du dragon. Bien que Clayton et Norman avaient des personnalités assez proche, le secrétaire du journal ne saurait dire se qu'il se serait passé. Contrairement à son double maudit, le chasseur avait un but. Toutefois, il ne pouvait cacher que la chasse au dragon restait un défi intéressant.

- C’est vrai que c’est mieux d’aller essayer de tuer une créature qui est capable de vous griller sur place à un kilomètre à la ronde. Ce dragon est peut-être le dernier de son espèce, tu ne crois quand même pas que je vais te laisser aller le tuer !

D'une certaine façon, Beth l'impressionnait. On parlait d'un dragon. D'un énorme reptile volant qui crachait des flammes. Un monstre. Pourtant, elle trouvait encore le moyen de défendre l'animal.

"Le mot clef de ta phrase est peut-être." Dit-il en mimant des guillemets avec ces doigts sur le mot 'peut-être'. "Tu veux vraiment risquer que la ville finit en cendre pour un peut-être ?" Questionna-t-il sur un ton intrigué et sérieux.

Il était curieux de voir jusqu'où la journaliste allait pousser son pamphlet sur la protection des reptiles incendiaires.

Toutefois, Clayton ne tarda pas à lâcher l'affaire en signalant que le retour des souvenirs lui avait ramené un fils et qu'il avait donc d'autres priorités que le dragon. Ce qui était, à nouveau, la pure vérité. Bien, qu'encore à nouveau, il cachait certains détails comme le fait que son soi-disant fils semblait n'avoir que quelques années de moins que lui en apparence. Mais n'était-ce pas aussi le cas entre la Sauveuse et sa royale mère ? Lorsqu'il y avait de la magie dans l'équation, on avait souvent des surprises de ce genre.

La nouvelle faillit faire perdre son arme improvisée à son interlocutrice. Le chasseur ayant en parti lâché l'information pour voir une réaction similaire sur le visage furax de Beth, il n'était pas déçu.

- Co… Comment ça tu as un enfant à charge ? Depuis quand ?

Clayton haussa les épaules pour signaler qu'il ne connaissait pas les détails.

"Oh, tu sais... Quand un homme rencontre une femme..."

Le Ténébreux lui avait révélé que le sang de sa progéniture serait un ingrédient clef pour la potion qu'il cherchait à faire. Dans la foulée, il lui avait appris l'existence d'un fils. Çà tombait un peu trop bien au goût du chasseur, mais pouvait-il dire non à une aubaine pareille après avoir cherché en vain la bonne formule pendant des années ?

- Mais tu m’avais dit que tu n’avais pas de famille !

Le chasseur poussa un soupir appuyé qui montrait bien que l'idée d'être père ne l'emballait vraiment pas.

"Et je pensais que c'était vrai." Annonça-t-il. "Il y avait bien cette gourde qui avait prétendu qu'elle attendait un marmot de moi, mais j'avais cru que tout cela était des salades pour me faire rester." Nouveau haussement d'épaule. "Faut croire que non."

Il fit un geste large de la main comme s'il souhaitait balayer cette histoire d'un revers de la main.

"Je te rassure, ce n'est que temporaire. Le temps de retrouver la mère qui répond aux abonnés absents pour le moment. Je lui rends le fiston et je reprends ma vie."
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Lun 13 Juil - 20:22




Beth & Norman



Ma confiance en Norman était très limitée à présent. Tellement limitée que je ne pouvais pas m’empêcher de remettre en doute ses paroles dès qu’il les proférait. Mais, en même temps, je m’en voulais pour beaucoup de choses ; pour avoir emmené ce chasseur tout droit vers une famille de gorilles, pour avoir osé le défendre face à Bran lorsqu’il m’avait révélé avoir retrouvé Norman muni d’un fusil entrain d’essayer de tuer un des lions, pour avoir accepté qu’il nous accompagne à la recherche du dragon… J’avais été dupe et ça ne me plaisait pas du tout. Pour cette raison, j’étais assez peu encline à le croire quand il m’affirmait être passé à autre chose. Disait-il vrai ? Mentait-il ? Qui pouvait savoir ? Je n’étais pas la personne la plus douée pour discerner le mensonge. La méfiance était tout ce qu’il me restait dans une telle situation. Ma méfiance et mon balai d’ailleurs que je n’avais toujours pas abaissé, quelque fois qu’il faille qu’un nouveau coup fuse pour lui remettre les idées à l’endroit !

J’évoquais le fait que Bran n’était pas tout à fait civilisé sur certain point. La malédiction n’avait pas amélioré certaines choses, bien que sa diction ait fortement progressé. Quand il était parti pour retourner en forêt, il se faisait comprendre extrêmement bien, mais il lui manquait encore certains mots de vocabulaire qu’aujourd’hui, il possédait. Mais quand il s’agissait de colère, il ne possédait pas beaucoup de maîtrise. La malédiction ne l’avait pas épargné sur ce niveau-là. Je ne craignais pas particulièrement que Norman subisse la colère de Bran. Ce que je craignais, c’était les conséquences que ça aurait sur Bran. En laissant Clayton pour mort, il avait presque franchi une limite qu’il n’avait jamais souhaité franchir. Fort heureusement, cela n’avait jamais eu lieu parce que sinon, il serait probablement dans un état pire que celui-ci. Bon, de-là à me réjouir de la bonne santé de Norman… Enfin, ce n’était pas bien de penser de cette façon !

En prononçant mes paroles, je n’avais pas pensé au fait qu’elles puissent être interprétées de façon complètement différente, si bien que je restais presque pantoise quand Norman fit une allusion à notre vie sexuelle. Je fronçais les sourcils face à son grand sourire amusé. Je me mordis la langue lorsque la tentation de répliquer qu’il ne pouvait pas en faire autant se fit grande. Après tout, qu’est-ce que j’en savais, moi, des prouesses sexuelles de Norman ? Absolument rien ! Mais s’il y avait bien une chose dont j’étais certaine, c’était que Bran me satisfaisait amplement sur ce sujet là. Bref ! Passons ! Il y avait beaucoup plus intéressant que ma vie sexuelle qui était, autant l’avouer, sauvage et passionnée… Et il y avait aussi plus important : ce qui aurait pu se passer si la malédiction n’avait pas été brisée à temps. Non seulement nous nous serions lancés dans la recherche du reptile cracheur de feu, mais en plus de ça, cette trouvaille aurait incité Norman à faire usage de son fusil pour l’abattre alors que ce dragon était possiblement le dernier de son espèce !

Les réponses de Norman avaient le don de me faire soupirer d’exaspération et de lever les yeux au ciel. Comment pouvait-il dire des choses pareilles ? Sérieusement ! Chaque espèce avait le droit d’être protégé autant que les autres. Qu’elle soit dangereuse ou pas. Mais voilà, tout le monde ne pensait pas pareil, surtout dans ce monde où la cruauté exercée envers les animaux était mille fois pires à ce qu’on pouvait voir dans le monde d’où nous étions tous originaires. Pour cette raison, Bran et moi souhaitions retourner là où nous étions nés afin que les animaux du zoo retrouvent leur liberté volée. Soyons réalistes, ils n’étaient pas faits pour vivre en cage. Ils avaient besoin de leur espace, même si, il fallait bien être honnête, les enclos au zoo étaient assez grands, mais rien n’équivalait la grandeur de l’état naturel.

- Pour l’instant, le dragon est calme et ne semble pas s’être manifesté depuis ce mariage. Je ne vois pas pourquoi on lui donnerait la charge !

Oui, j’étais une fervente militante de la cause animale, je l’assumais totalement. Un animal dangereux méritait qu’on le protège car c’était quand on voulait les exterminer qu’on se rendait compte d’à quel point ils étaient importants pour le bon fonctionnement de l’écologie etc… Chaque être avait son importance dans l’existence. Mais tout le monde ne le comprenait pas. Comme Norman par exemple. Je ne comprenais tout simplement pas quel plaisir on pouvait ressentir en tuant un animal. Quelle satisfaction pouvait-on gagner ? Etait-ce amusant de voir la vie mourir dans les yeux d’un être vivant ? C’était tout bonnement barbare et inhumain ! Mais il semblerait que Norman et moi ne soyons pas d’accord sur ce principe là. C’était ce qui nous différentiait. Malgré cela, Norman évoqua le fait qu’à présent, d’autres priorités s’étaient offertes à lui et j’étais bien curieuse de savoir lesquelles. Ma curiosité avait été hautement récompensée quand il m’avoua avoir un fils à charge ce qui me laissa complètement sous le choc.

Etait-ce réellement possible ? Norman avait-il bien un enfant ? Si c’était le cas… mon dieu, je n’osais pas imaginer dans quel précarité celui-ci devait évoluer car… soyons honnête, Norman n’était pas un exemple en matière de paternité. Enfin… qui étais-je pour critiquer ? Je n’avais pas d’enfant, mais bizarrement ça ne me semblait pas ‘normal’ qu’il soit responsable d’un enfant. Parce qu’un enfant, c’était un être qui comptait sur nous pour leur fournir un exemple, une stabilité, un environnement saint… Bon sang, Norman vivait au beau milieu de la forêt, il passait ses soirées au bar à boire jusqu’à se rendre minable, ramenait de temps à autre une fille et tuait des animaux pour le plaisir. Comment voulez-vous que l’enfant grandisse dans de bonnes conditions ? Qu’était-il advenu de sa mère ? Il avait dû lui arriver malheur… La réponse de Norman à ma question me fit lever les yeux au ciel.

- Je sais comment on fait des enfants, idiot !

Ce qui m’interpellait le plus, c’était que si j’avais bonne mémoire, Clayton n’avait pas de famille. Il avait soulevé ce point lors de notre expédition dans la forêt noire à la recherche des gorilles. Mon père avait osé lui demander si quelqu’un se retrouverait affecté si jamais nous ne revenions jamais et il avait clairement répondu que non, personne ne le regretterait. Nous n’avions pas cherché à en savoir plus parce que cela ne nous regardait pas, mais cette réponse était restée dans un coin de ma tête. Par contre, plus ça allait, plus je trouvais que Norman m’apparaissait tel que je le pensais : complètement irresponsable et immature !

- Bravo ! Quel bel exemple de maturité, répondis-je. C’est tellement plus facile de se décharger de ses responsabilités. Tu devrais avoir honte !

_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Mer 11 Nov - 21:20




Beth & Norman




Beth était incroyable. Et Norman ne pensait pas à cela comme un compliment. Le chasseur pensait que n'importe qui serait d'accord avec lui lorsque le sujet serait un dragon capable de réduire la ville en cendre si l'envie lui en prenait. Mais non. Malgré ce petit détail, la journaliste semblait décidée à prendre la défense de la bête. Vraiment incroyable !

Norman rigola lorsque sa collègue lança encore une argumentation en faveur du dragon. Soi-disant qu'il fallait laisser tranquille cette bestiole parce que cette dernière n'avait plus rien brûlé depuis le mariage. La bonne blague. Pour faire taire son rire, l'ancien chasseur sortit son paquet de cigarettes de sa poche et en sortit une, espérant que cette cigarette-là ne subira pas un coup de balai comme la précédente.

"Vraiment ? Tu y crois à tout ce joli discours ? Çà m'épate." Commenta-t-il, un sourire amusé aux lèvres. "J'ai envie de dire qu'on devrait continuer la chasse au dragon simplement parce que cette bestiole existe, mais comme tu es 'armée'..." Poursuivit-il avec ironie. "Je vais me taire. De toute façon, c'est un débat sans fin. Quoi que retarder indéfiniment le moment où je devrais retourner derrière mon bureau ne me déplaît pas."

Norman avait une main de la poche et l'autre tenant toujours sa cigarette comme s'il se tenait prêt à la fumer d'un instant à l'autre. En effet, il ne donnait pas l'impression d'être pressé de se remettre au travail. Pour préférer bavarder avec une personne qu'il avait trahie à deux reprises, c'est qu'il ne devait vraiment pas être motivé. Dommage que les factures n'avaient pas disparu au même moment où la malédiction avait été brisée ! Non seulement, il devait continuer son travail barbant au Daily Mirror mais, en plus, son terrain de chasse en forêt s'était considérablement réduit à cause de cette maudite frontière.

Le chasseur attendait le retour de la magie avec une certaine impatience. Ainsi, certaines nouvelles proies s'offriront à lui comme les loups-garous par exemple. Il avait hâte de savoir si certain habitant de Storybrooke cachaient une nature plus bestiale. En attendant, le dragon était la proie la plus intéressante du coin. Norman se doutait que ce point de vue fût dangereux à exprimer alors, à la place, il choisit de mettre un peu de piquant à la conversation en parlant du fils dont il avait 'écopé' en retrouvant ces souvenirs. Oh oui, à voir la tête de Beth, il avait bien fait d'en parler. Il s'autorisa à taquiner la protectrice des animaux sur la manière dont on fait les enfants et rit bruyamment lorsque la belle s'emporta à cause de cette boutade.

Norman se racla la gorge pour redevenir sérieux et exposé les circonstances de ce que beaucoup prendraient comme un cadeau du ciel, mais qui sonnait pour lui comme une corvée. Là encore, il fut surpris que Beth ne se range pas à son opinion.

- Bravo ! Quel bel exemple de maturité. C’est tellement plus facile de se décharger de ses responsabilités. Tu devrais avoir honte !

Le chasseur fronça les sourcils, perplexes. Est-ce que son interlocutrice s'efforçait de ne pas être d'accord avec lui par pur esprit de contradiction ou bien...

"Quoi ? Tu le veux ? Je te le donne avec plaisir. Vous avez déjà des singes dans votre zoo alors un de plus ou de moins." Répondit-il avec sarcasme. Il esquissa un haussement d'épaule et un sourire qui trahissait son 'je m'en foutisme' légendaire. "Soyons sérieux deux secondes, toi et moi savons très bien que je ne serais jamais un bon père. La meilleure chose que je peux faire au fiston, c'est de le faire sortir de ma vie." Il fit une pause pour que cette pensée fasse son chemin dans l'esprit de son interlocutrice. "Vu les rumeurs qui courent sur l'orphelinat, je ne peux pas le jeter là-bas." Ajouta-t-il irritation comme s'il avait dû renoncer à la solution parfaite. "Mais puisque tu t'offusques sur mon manque de sens de la famille, peut-être aurais-tu une meilleure option à me proposer ?"

Pour le coup, il était presque curieux de la parade qui sortirait de la jolie bouche de Beth.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   Lun 30 Nov - 21:32




Beth & Norman



Qu’est-ce que j’avais loupé ? A quel moment est-ce que j’avais été aveugle au point de ne pas voir que Clayton était le mauvais plan dans notre expédition ? J’avais beau cherché, je ne voyais pas. Ses manières étaient rustres, c’était certain mais… En fait, mon père et moi étions tellement heureux d’avoir trouvé quelqu’un pour nous accompagner dans la forêt que nous n’avions vraiment pas pensé à nous renseigner sur le personnage. Si nous l’avions fait, je n’avais aucun doute quant au fait qu’on nous aurait averti qu’engager John Clayton n’était pas la meilleure idée que nous pouvions avoir. Depuis que Bran, ou plutôt Tarzan, m’avait raconté pourquoi il était reparti dans la forêt, je m’en étais aussitôt voulu parce qu’il me semblait évident que c’était de notre faute. Bien évidemment, Bran n’avait pas été de cet avis et remettais toute la faute à Norman. Pour cette raison, j’étais bien obligée de protéger le dragon de ce malotru !

D’accord, c’était peut-être de la folie de vouloir protéger une telle créature surtout qu’elle était imprévisible mais elle ne méritait pas de finir comme trophée dans la demeure de Clayton. J’ignorais encore comment j’allais faire ça, et apparemment, cette ignorance semblait mettre en joie le chasseur car il se mit à rire. Je le fusillais du regard et resserrai un peu plus ma prise sur le manche à balai que je tenais entre mes mains. J’avais vraiment envie de lui coller un nouveau coup sur le coin de la tête si ça pouvait le faire arrêter de rire, mais il serait bien capable de me rendre au centuple ce que je lui avais fait donc… mieux valait peut-être que je reste calme. Je me mordis même la langue quand je le vis sortir une cigarette de son paquet. Il n’allait quand même pas la fumer à l’intérieur des locaux ?! C’était interdit ! Et même si tout le monde était occupé à célébrer ses retrouvailles avec les siens, ce n’était pas une raison valable pour faire comme si toutes ces règles n’existaient pas.

- Bien sur, ça t’arrange de dire ça puisque c’est sur ton mur que sera accroché sa tête, n’est-ce pas ? répliquais-je.

Il ne fallait quand même pas que Norman doute du balai que je tenais parce que j’étais certaine qu’il aurait une bosse magnifique là où je l’avais frappé précédemment. Et rien que pour ça, j’étais limite fière de moi. Pourtant, je n’étais vraiment pas du genre violente mais il y avait des fois où Norman mériterait pire qu’un bon coup de balai. Quand j’osais penser que la malédiction de Regina avait fait de nous un ‘couple’ j’en avais presque envie de vomir. Heureusement que pour une bonne partie, ce n’était que des souvenirs inventés de toute pièce parce que sinon… mon dieu je n’osais même pas y penser ! Le pire était sans aucun doute d’apprendre qu’il avait un enfant… Alors là, c’était limite le comble du comble parce que ce n’était pas vraiment concevable. Je n’arrivais pas l’imaginer père. Il n’arrivait même pas à s’occuper de lui alors s’occuper de quelqu’un d’autre, d’un enfant pour être exacte… C’était juste impossible.

Face à ma surprise, cet idiot avait entrepris de m’expliquer comment on faisait les enfants, explication dont je n’avais nullement besoin ! Mais comme il fallait s’y attendre, ça le faisait rire. Preuve même du manque de maturité de celui-ci. C’était limite désespérant. Et le pire dans cette histoire, c’était qu’il comptait retrouver la mère pour lui refiler « le gâteau ». Pauvre enfant… Il méritait largement mieux que Norman, ça c’était certain. Mais en attendant de retrouver celle qui l’avait mis au monde, pourquoi est-ce qu’il n’avait pas le courage de s’en occuper lui-même. Peut-être même qu’il… en fait non ce n’était même pas concevable. Jamais il ne s’attacherait à son propre enfant, il ne fallait pas trop rêver. C’était même idiot de ma part d’y avoir songé ne serait-ce qu’un seul instant. Si j’avais été seule, peut-être que j’aurais pris la peine de me taper le front avec la paume de ma main, mais comme ce n’était pas le cas, je ne le fis pas, me contentant de me traiter d’idiote intérieurement.

Toujours était-il qu’il songeait même à me donner son enfant pour que je m’en occupe. Le pire c’était qu’il ne considérait même pas son enfant comme un être humain mais plutôt comme un petit animal qu’il pouvait refourguer au premier venu pour s’en débarrasser. C’était pitoyable et vraiment très petit ! Même venant de sa part. Mais quelque part, je ne m’attendais pas vraiment à mieux… Mais bizarrement, j’avais presque envie de dire que moi-même, je n’avais jamais vraiment pris la peine de penser au jour où moi, j’aurais possiblement des enfants. Je ne me voyais pas encore dans ce rôle. Pourtant, c’était un avenir que j’avais accepté en acceptant la demande en mariage de Tarzan, quand nous vivions encore dans la forêt enchantée. Mais, et maintenant ? Avoir des enfants, nous marier… c’était des sujets qui n’étaient pas encore revenus et je ne savais pas trop si ces sujets reviendraient… tout du moins, pas dans l’immédiat. Notre priorité numéro 1 était surtout les animaux. Nous devions les ramener dans notre monde afin qu’ils retrouvent leur liberté.

- Non, je n’en veux pas, répondis-je. Quoi qu’il serait peut-être plus heureux au milieu des singes qu’avec toi !

Les animaux étaient beaucoup plus doués pour l’amour que nous ne l’étions. Cela avait été prouvé plus d’une fois ! Et puis, on voyait bien le résultat sur Bran ! Peut-être à part ses vrais parents, jamais il n’aurait pu trouver parent plus aimant en la personne de Kala qui lui avait quand même sauvé la vie ! Je voulais bien concéder le fait que Norman n’était définitivement pas fait pour être père. Mais avait-il seulement essayé de le devenir ? Ça, j’en doutais, encore une fois. En ce qui le concernait, j’étais toujours remplie de doute. Pourquoi ? Je n’avais aucune raison de douter de toute sa mauvaise foi. À croire que j’étais une bonne âme qui croyait encore au bon côté des gens… Pourtant, Clayton m’avait prouvé plus d’une fois qu’il n’avait pas de bon côté – ou bien celui-ci était trop faible pour être perçu ! Par contre, je ne pus m’empêcher d’être sarcastique à la suite de ses paroles concernant l’orphelinat.

- Oh vraiment ? Tu t’en soucis donc assez pour ne pas le mettre là-bas alors que des gamins y font leur révolution ? Serais-tu un tant soi peu humain ? Néanmoins je continuais : Moi j’en vois bien une de solution ! Celle, par exemple, de prendre tes responsabilités et de t’occuper de cet enfant le temps de retrouver sa mère.

Vision purement idyllique bien évidemment ! Parce que tout ce que je risquais, c’était qu’il me rit au nez !

- Enfin, ça changerait un peu de ta gaminerie habituelle… terminais-je.

_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A charge de revanche ? [Pv Norman]   
Revenir en haut Aller en bas
 

A charge de revanche ? [Pv Norman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [SdA] "La charge du Rohan" – 1000 points
» Charge à partir d'un bâtiment vers la rue.
» La Charge des Mûmakils!
» Tir en réponse à une charge
» Quatrième Chapitre; Acte Final; Partie Un; Le pachyderme charge les fauves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-