Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 La lune éclaire un ange (ft Jill)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: La lune éclaire un ange (ft Jill)   Mar 2 Déc - 22:05

   


   
La lune éclaire un ange


   


Ce n'était pas la première fois que Gaston s'absentait. Lefou estimait que sa capacité à sentir quand son maître avait besoin d'être seul comptait parmi ces qualités qui faisaient de lui un bon serviteur.

Cependant, cette fois-ci, c'était différent. Il le sentait... comme un sale pressentiment qui lui rongeait l'esprit depuis que le seigneur Gaston avait claqué la porte de rage. Non, en fait, cette sensation lui avait étreint le cœur dès que le sorcier avait fait son apparition dans la salle du trône. Ce Rumplestiltskin avait dérobé la promise de Gaston en échange de la fin de la guerre contre les ogres. En un claquement de doigt, son maître avait perdu son but et la princesse Belle. Lefou s'était décarcassé pour changer les idées maussades de celui qu'il servait. En vain. Il avait espéré que même une personne aussi impulsive que Gaston ne serait pas assez bête pour aller défier Rumplestiltskin. Maintenant que les jours passaient sans avoir de nouvelle, le nain redoutait de s'être trompé.

Pourtant, il avait espéré jusqu'au bout. Le redcap avait inspecté tout les coins de chasse préféré de son maître, dans l'espoir de retrouver ce dernier en train d'abattre tout ce qui bougeait devant ses yeux. Hélas, les forêts bordant leur royaume étaient désespérément calmes.

Faire part de ses inquiétudes au roi Maurice fut une perte de temps qui lui rappela son statut précaire à la cour sans le seigneur Gaston. Qu'était-il sans son maître ? Rien. Rien qu'un fou ou un bouffon, dans le meilleur des cas. Personne ne l'écoutait. Que pouvait-il faire ?

Le nain décida de faire à son tour une folie : partir en direction du château du Ténébreux. Avec un peu de chance, il interceptera Gaston sur la route. Sinon... Hé bien, il avisera sur place. Il espérait vraiment ne pas avoir à penser à cette éventualité !

Le coeur lourd, Lefou se prépara pour le voyage. Il ne savait pas s'il allait revenir au château du roi Maurice, mais une chose était certaine : il ne reviendra pas sans son maître. Après avoir emballer quelque provisions, le nain se décida à quitter les murs rassurant du château pour se lancer dans sa quête.

Le chemin fait en solitaire lui rappelait la rudesse de sa vie d'avant et renforçait sa détermination à trouver l'objet de ces recherches. Le seigneur Gaston n'était pas un bon maître. Il était idiot et capricieux en plus d'avoir un ego surdimensionner. Combien de fois le nain avait dû réparer les pots cassés par la vantardise de son maître quand ce dernier ne regardait pas ? À la maigre liste de ces qualités, on pouvait dire qu'il était un bon combattant. Pourtant, Lefou était en train de se rendre au château du Ténébreux, le dernier endroit où il souhaitait se rendre, dans l'espoir de le retrouver... Pourquoi ? Il eut tout le loisir de creuser cette question sur la route, entre deux faux espoirs d'avoir aperçu son maître au loin. Lefou avait beau se dire qu'à force de servir cet imbécile, il avait éprouvé une certaine sympathie pour lui, il savait que la réponse était simple et terriblement égoïste. Sous la tyrannie de son maître, le redcap avait goûté à une vie bien plus civilisé que celle à laquelle était habitué ces semblables. Il craignait devoir revenir à son ancienne vie faite de vol et de coup bas. Sans cela, sans doute s'inquiéterait-il beaucoup moins du sort de Gaston.

Après son coeur, se fut au tour de sa gorge de serrer en apercevant au loin les points du sinistre château. Que devait-il faire maintenant ? Il avait espéré n'avoir jamais à poser cette question. Bien que la visite du Ténébreux n'eût été que de courte durée dans la demeure du roi Maurice, Lefou avait vite réaliser de quoi le sorcier était capable. Frapper à sa porte n'était donc pas une chose à faire. En plus, une part de lui continuait à espérer que Gaston ne se trouvait pas là-dedans.

Indécis, Lefou se contenta de regarder l'entrée du domaine maudit à bonne distance. Il espérait ne pas avoir être arrivé trop tard. Il nourrit l'espoir fou d'apercevoir son maître se diriger vers la porte (ou encore de le voir sortir de là en un seul morceau) jusqu'à ce que la nuit tombe.

Le nain laissa échapper un soupir alors que la lune montait dans le ciel. À nouveau, la question 'que dois-je faire' lui envahit l'esprit. Devait-il inspecter les auberges des alentours ? Il ne voyait pas Gaston noyer son chagrin dans l'alcool. Mais il ne se voyait pas rester planter là indéfiniment ! Tout comme il ne se voyait pas renoncer.

Le redcap décida de reporter à plus tard cette épineuse décision. Au moins, le temps de remplir sa gourde d'eau dans le lac qu'il avait repéré. Cela ne lui plaisait qu'à moitié de se servir dans un lac du domaine du Ténébreux, mais il se disait pour se rassurer que même le sorcier ne pourrait pas faire grand chose de maléfique avec de l'eau. Même en pensant cela, Lefou s'approcha de la surface d'eau avec prudence, les sens à l’affût du moindre bruit suspect. Alors qu'il remplissait sa gourde d'eau, il donnait l'impression d'être un intrus redoutant l'apparition d'un fantôme derrière lui.

C'est pourquoi il sursauta lorsque la surface de l'eau ondula. Instinctivement, Lefou lâcha prise pour dégainer sa lame. Il n'ose dire le traditionnel 'qui va là ?' Après tout, il était un intrus ici.
.



   
❝ Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ❞

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lune éclaire un ange (ft Jill)   Jeu 11 Déc - 9:31

   


   
La lune éclaire un ange


   


Je me reposais près du lac quand les premières lueurs de l'aube achevèrent mon sommeil et à la place d'une princesse se trouvait désormais un cygne. Je n'y étais pas encore habituée, cela faisait seulement quelques jours que le sorcier m'avait enlevée et m'avait jeté ce terrible sortilège. Mes amis ne prirent que quelques minutes avant de se joindre à moi. Ma malédiction possédait tout de même l'avantage de pouvoir communiquer avec les animaux et prisonnière du lac, j'avais besoin d'un peu de compagnie. Le programme de la journée était d'apprendre de nouvelles techniques de vol et jeter un premier coup d'œil au château du Ténébreux.

Durant la matinée donc, je suivais Anatole le macareux, dans le ciel, travaillant mes piqués ou même ma vitesse de vol. Je m'améliorais de jour en jour afin de peut-être pouvoir m'échapper de l'emprise de Rumpelstiltskin. En effet le plan consistait à trouver une carte chez mon ravisseur, se rendre au royaume de Derek et le trouver afin que l'on trouve un moyen de briser le sortilège et mettre ainsi le sorcier maléfique en échec. Cependant ce plan était grandement compris par la présence du dit-sorcier dans le château. Je devais attendre qu'il soit parti pour mettre mon plan à exécution mais cela n'empêchait pas de faire du repérage par les fenêtres ainsi l'après-midi fut consacré à observer les pièces et chercher de l'extérieur où pouvait se trouver les cartes.

L'après-midi commençait à toucher à sa fin et pour le moment nous n'avions pas de pistes fiables. Je n'allais pas abandonner pour autant et tous les jours jusqu'à ce que le Ténébreux s'absente, j'allais chercher des indices pouvant mener à mon prince. La lune commençait à monter dans le ciel tandis que je m'approchais du lac cependant je vis quelqu'un près de la rive où je passais mes nuits. Je tournais un peu dans le ciel afin de voir si l'individu était dangereux ou pas. En y réfléchissant si cet inconnu était là, c'était surement en tant que messager de Rumpelstiltskin, je ne voyais pas qui pourrait venir ici de son plein gré sinon. Cela ne le choquerait donc pas de me voir me transformer et en théorie, je n'avais rien à craindre de lui.

Bien qu'un peu méfiante, je me posais sur le lac, provoquant ainsi des ondulations s'étendant jusque vers l'inconnu. J’entends une lame se dégainer, mais il est trop tard pour partir. Au centre du reflet de la lune, je vois le cercle devenir lumineux, des gerbes d’eau m’entourer de toutes parts, je sens mon corps qui se transforme et lorsque l’eau a de nouveau rejoint le lac, je suis moi, je suis humaine. Le bas de ma robe traîne légèrement dans l’eau et j’observe de mes yeux bleus, l’homme devant moi. Il est de petite taille, les cheveux châtains et il semble plus surpris qu’agressif. Le ténébreux ne lui avait-il donc rien dit ou bien est-ce vraiment quelqu’un qui se serait égaré ?

Nous regardions fixement, ne sachant ni l’un ni l’autre comment entamer une conversation. En même temps, je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance ou non et il venait de découvrir un secret plutôt gênant. Après ces quelques secondes de silence, je décidais de commencer la conversation :

« Bonsoir, je m’appelle Odette et vous ? »

Je n’avais pas précisé mon titre ne sachant pas vraiment quelles informations je pouvais divulguer à ce parfait inconnu. Il ne me semblait pas méchant, mais j’avais appris à me méfier des apparences. Et s’il était vraiment sympathique, alors mon approche amicale devrait porter ses fruits. En général, j’étais toujours quelqu’un de très chaleureuse et amicale mais ma récente expérience avec le Ténébreux et la mort de mon père m’avait marqués, surement plus que je ne l’imaginais. Cela m’avait rendu plus méfiante et moins naïve, je ne devais pas faire confiance à n’importe qui. La question était de savoir si je pouvais faire confiance à l’homme en face de moi. Je n’avais pas osé m’approcher après tout, il était armé et mon geste pourrait provoquer une mauvaise réaction chez l’inconnu.

.



   
❝ Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ❞





HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lune éclaire un ange (ft Jill)   Mer 17 Déc - 17:49

   


   
La lune éclaire un ange


   


Lefou était sur ces gardes lorsqu'il leva les yeux vers l'origine des ondulations de l'eau du lac. Son cœur se serra et sa respiration devint aussi faible qu'un souffle tandis qu'il resserra sa prise sur son arme. Il poussa un soupir de soulagement en voyant que l'origine de sa crainte n'était rien d'autre qu'un cygne. Le redcap se passa rapidement une main sur le front ou des perles de sueurs froides avaient menacer d'apparaître. Toute cette tension juste pour un cygne ! Décidément, l'ambiance angoissante entourant le domaine du Ténébreux ne lui réussissait pas !

Avant qu'il ne puisse penser quoi que se soit d'autre, un spectacle des plus étranges se produisit. Des gerbes d'eau s'élevèrent pour entourer le gracieux animal. Le nain recula d'un pas sur le coup de la surprise. Quelle était donc cette sorcellerie ? Est-ce que l'innocent volatile allait se transformer en monstre pour l'attaquer ? Est-ce que son maître avait affronté la créature qui allait apparaître devant lui ? Lefou aurait dû se douter et prévoir que les alentours du domaine de la Bête soit garder ! Cependant, il n'eut pas le temps de se taper mentalement sur les doigts pour son manque de prudence. L'eau était retombée, faisant apparaître non pas un monstre, mais une splendide jeune femme. Pour le coup, il en resta bouche bée, incapable de détacher son regard d'Odette alors que lui-même subissait aussi un tour d'inspection de la part des yeux bleus de la princesse.

Le silence sembla s'éterniser alors qu'il ne dura que quelque instants. Lui qui était, d'ordinaire, étonnamment loquace en toute occasion devait faillir à sa réputation.

« Bonsoir, je m'appelle Odette et vous ? »

La bouche du nain se ferma et s'ouvrit plusieurs fois comme un poisson hors de l'eau avant qu'il ne puisse retrouver l'usage de sa langue.

"Le... Lefou." Répondit-il entre deux bégaiements. "C'est ainsi que mon maître m'a nommé. Avant je n'en avais pas." Précisa-t-il aussitôt, car il avait l'habitude de recevoir des commentaires au sujet de son nom.

Ce n'était peut-être une appellation glorieuse, mais avant cela, il n'en avait aucun pour le désigner. Les gens de son peuple ne pensaient pas en terme d'individualité. Aussi, Lefou chérissait ce nom, qu'il soit bizarre ou non, autant qu'il tenait à son idiot de maître. D'ailleurs, l'évoquer, même aussi indirectement, lui avait procurer un autre pincement au cœur. C'était ce genre de pensée qui lui faisait dire que, finalement, il méritait bien de s'appeler ainsi.

La surprise commençait doucement à passer. Son esprit n'étant plus figé par le choc d'avoir assisté à une telle transformation remarqua deux choses : premièrement, il tenait toujours son arme et deuxièmement, il n'avait pas rendu les salutations à la demoiselle.

"Et je vous souhaite le bonsoir à vous aussi." S'empressa-t-il d'ajouter tout en rengainant sa lame comme s'il venait d'être prit en flagrant délit d'impolitesse.

Durant son service auprès du seigneur Gaston, Lefou avait l'habitude de côtoyer des personnes de haute naissance qui s'offusquait facilement lorsqu'on ne leur omettait de leur témoigner les usages de rigueur en leur présence. Il baissa les yeux, autre signe trahissant ses habitudes à présent bien encrer en lui de servir la noblesse.

Toutefois, ce réflexe ne dura pas longtemps, car la curiosité (ou plutôt l'incrédulité de la scène à laquelle il avait précédemment assisté) le poussa à relever de nouveau les yeux vers Odette.

"Excusez-moi, mais n'étiez-vous pas un cygne, il y a quelques instants ?" Hasarda-t-il d'une voix remplie d'hésitation.

Au fond de lui, Lefou espérait que la demoiselle nierait ce que ces yeux venaient de voir. Une réponse affirmative poserait tellement trop de questions. Au point qu'il en oubliait temporairement la raison de sa présence ici.



   
❝ Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ❞



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lune éclaire un ange (ft Jill)   Mar 6 Jan - 11:48

   


   
La lune éclaire un ange


   


Malgré la présence d’un inconnu près du lac, je décidais de me poser sur celui-ci. Après tout ce ne pouvait être qu’un messager du sorcier maléfique qui donc sinon, aurait la folie de s’aventurer en ces lieux ? Alors que mes plumes touchaient la surface lisse du lac, j’entendis un bruit de lame que l’on sort d’un fourreau, mais il était trop tard, dans le cercle de lumière, je sentais la magie et l’eau m’entourer et me retransformer en humaine. Je pus la magie ayant fait son effet, mieux observer mon visiteur, il semblait surpris et cela écarta étrangement la théorie de l’envoyé de Rumpelstiltskin. S’il n’était pas au service du sorcier, pourquoi était-il là ? Le petit homme restait stupéfait, et je devais avouer qu’après cette révélation importante, je ne savais pas comment aborder le sujet. Après quelques secondes d’hésitation, j’en vins à la conclusion que me présenter était un bon début, ce que je fis avec calme et politesse, malgré la dague que l’inconnu n’avait pas rengainée.

Mon interlocuteur mis quelques respirations avant de retrouver les mots qui semblaient lui échapper, je ne pensais pas mettre l’inconnu aussi mal-à-l’aise, bien que je puisse comprendre que ma malédiction était surprenante. Bref, le petit homme se présenta ainsi, hésitant :

"Le... Lefou. C'est ainsi que mon maître m'a nommé. Avant je n'en avais pas."

Il est vrai que ce n’était pas un nom courant, mais je me doutais que c’était un nom spécial pour une personne spéciale. J’appris aussi qu’il avait un maître, il ne ressemblait pourtant pas à un serviteur, son allure robuste et son maintien me faisaient plus penser à un chevalier, mais soit. Je sentais que le fait de discuter commençait à détendre mon interlocuteur et son air stupéfait était petit à petit remplacé par une étrange gêne. Il se dépêcha d’ajouter comme s’il manquait à un devoir, un « bonsoir » respectueux. Il rangea aussi son arme, ce qui me détendit et fit naître un sourire sur mon visage. Je poussais un petit soupir de soulagement avant de faire une révérence parfaite et tout aussi respectueuse.

« Je suis enchantée de faire votre connaissance, Lefou. »

La curiosité apparut sur le visage du serviteur. Je pouvais par avance deviner quelle interrogations se trouvaient dans l’esprit du petit homme. Après tout, ce qu’il avait vu n’était pas courant. Ses yeux rencontrèrent de nouveau les miens lorsqu’il me demanda :

"Excusez-moi, mais n'étiez-vous pas un cygne, il y a quelques instants ?"

J’avais beau savoir qu’il allait me poser cette question, je n’étais pas vraiment préparée à y répondre et bien que la gêne puisse se lire sur mon visage, je la remplaçais vite par un air amical mais sûr de soi. Je ne pouvais laisser voire mes faiblesses à n’importe qui, je devais me montrer digne de mon père.

« En effet, vous n’avez pas rêvé. Ne soyez pas si surpris, il y a de la magie partout dans notre monde, elle prend juste différentes formes. »

Je ne pouvais pas confier à Lefou, le lourd chagrin que ce sortilège infligeait à mon cœur, la solitude que cette malédiction m’imposait, les chaînes qui me liaient désormais à ce lac. Je ne connaissais pas encore assez le serviteur et préférait m’en tenir pour l’instant aux questions d’usage, le tout accompagné d'un sourire:

« Quelle est donc la raison qui vous amène en ces lieux ? »

S’il avait un maître, il avait surement été envoyé ici pour une quelconque mission, ou bien ne faisait-il qu’une escale durant un long voyage. Avec un peu de chance, il était venu défaire le sorcier maléfique, mais si c’était le cas, j’avais peur qu’il ne soit pas de taille face aux pouvoirs quasiment illimités de ce monstre. J’en avais malheureusement fait les frais. Chassant ses sombres pensées de mon esprit, je préférais me reconcentrer sur mon interlocuteur. Il ne semblait ni agressif, ni méchant, avec un peu de chance, je pourrais peut-être l’aider à moins que ce ne soit lui qui m’aide. Quoi qu’il en soit, je n’étais pas contre un peu de compagnie humaine, cela me changerait des désagréables visites de mon ravisseur.


.



   
❝ Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ❞





HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lune éclaire un ange (ft Jill)   Mer 14 Jan - 21:03

   


   
La lune éclaire un ange


   


En s'aventurant sur les terres du sorcier, Lefou s'était attendu à l'impossible. Cependant, il y avait une différence entre s'attendre et voir l'impossible. Surtout lorsqu'on redoute le pire et qu'on assiste au merveilleux. Ce qu'il avait pris pour un innocent cygne se transforma en une demoiselle digne de l'appellation 'princesse'. Lui qui avait dégainé sa lame en prévision du danger ne s'attendait pas à assister à une telle transformation et en perdit la voix pendant un long silence embarrassant.

Il retrouva l'usage de sa langue pour se présenter. La voix était encore marquée par l'hésitation alors que ces yeux ne demandaient qu'à recevoir le déni ou la confirmation du spectacle dont il venait d'être témoin. Son deuxième réflexe fut de justifier son nom. Par habitude. Beaucoup de personnes trouvaient étrange le nom de Lefou et peut-être que Gaston l'avait nommé ainsi pour se moquer. C'était même plus que certain. Pourtant, le nain y tenait, simplement parce qu'avant, il n'en possédait pas et qu'avoir un nom donnait l'impression d'être quelqu'un. Impression qu'il n'avait jamais vraiment eu, se contentant de survivre sans but.

Dans l'attente d'un commentaire dont il était habitué qui ne vint pourtant jamais, il en avait complètement oublié ses manières. Lefou ajouta aussi vite que possible un 'bonsoir' avant de finalement ranger son arme.

« Je suis enchantée de faire votre connaissance, Lefou. »

le redcap s'inclina pour rendre la révérence, trahissant par ce geste qu'il était coutumier de fréquenter la noblesse même s'il n'était pas de haute naissance. Puis, finalement, il osa poser la question qui lui brûlait les lèvres depuis qu'Odette avait brisé le silence. Les dernières syllabes de son interrogation posées, Lefou se sentit idiot. Ce n'était pas vraiment le genre de chose qu'on demandait à une demoiselle ! Pourtant, il voulait savoir s'il avait été victime d'une vision causée par la fatigue du voyage ou bien la réalité. Malgré sa justification mentale, la gêne éprouvée par la princesse fut contagieuse. Le nain baissa les yeux en se tenant prêt à formuler des excuses, mais, contre toute attente, une réponse franchit les lèvres d'Odette.

« En effet, vous n'avez pas rêvé. Ne soyez pas si surpris, il y a de la magie partout dans notre monde, elle prend juste différentes formes. »

"Je vois. Vous devez être la nymphe de ce lac." Conclut-il un peu hâtivement, soulager d'avoir une explication au mystère dont il avait été témoin. Bien qu'il avait vécut une longue vie, il ne connaissait les êtres qu'il venait de citer que de nom. Odette semblait correspondre aux descriptions que les bardes en faisaient dans leurs chansons. "Ma foi, cela explique votre beauté."

Cette phrase lui avait échappé et le rouge empourpra rapidement ces joues lorsqu'il réalisa ce qu'il venait de dire. Lefou espérait que ce détail passerait inaperçu malgré la clarté qu'offrait la lune.

"Enfin... Je voulais dire..." Commença-t-il en baissant à nouveau les yeux de gêne.

Lefou savait très bien quelle pente il était sur le point d'emprunter, celle qui le conduirait à s'enliser dans une avalanche de justification hésitante. En avoir conscience ne lui était d'aucun secours. Bien que, cette fois, le nain fit un énorme effort pour se taire avant de se lancer dans un nouveau discours hasardeux. Un nouveau silence embarrassé semblait vouloir s'installer, mais la demoiselle le brisa avant que cela ne se produise.

« Quelle est donc la raison qui vous amène en ces lieux ? »

L'humeur du nain s'assombrit. La rencontre avec le cygne et la transformation de l'oiseau en lady lui avait temporairement fait oublier les sombres raisons qui avaient conduit ses pas en ce lieu.

"Je suis à la recherche de mon maître." Répondit-il dans un premier temps. Lefou poussa un soupir avant de retracer les événements qui allaient changer à jamais sa vie. "Le Ténébreux a enlevé sa fiancée. J'ai cru qu'il était parti à la chasse pour se calmer, mais, cela fait si longtemps qu'il est absent... Je crains qu'il n'ait commis une bêtise."

Il craignait surtout d'arriver trop tard. N'était-il pas un mauvais serviteur de ne pas s'être inquiété plus tôt ? De ne pas avoir insister pour accompagner Gaston ? De ne pas avoir compris plus vite que son maître n'était pas du genre à admettre une défaite aussi humiliante ?

"Peut-être l'avez-vous ?" Demanda Lefou en levant des yeux remplis d'espoir vers Odette. Il réfléchit aux meilleurs mots pouvant décrire Gaston. "Grand. Musclé. Cheveux noirs. Transpirant l'assurance. Le genre chevalier en armure qui vient sauver la demoiselle en détresse."



   
❝ Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ❞



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lune éclaire un ange (ft Jill)   Mer 18 Fév - 15:52

   


   
La lune éclaire un ange


   


Ma transformation sembla choquer l’inconnu, ce que je pouvais aisément comprendre. Il ne devait pas s’attendre à faire une rencontre comme celle-ci. Bien qu’un peu perdu, il réussit à se présenter et bien que son nom fût en effet un peu étrange, je n’en tins pas compte. Renforçant d’autant plus le sentiment que j’avais que mon interlocuteur était spécial. Accompagnée d’une révérence, je lui indiquais que j’étais ravie de le rencontrer. Révérence qu’il me rendit avec une aisance qui me fit penser qu’il avait une origine plus noble que ce que j’avais imaginé. Cependant il avait souligné qu’il possédait un maître, peut-être simplement côtoyait-il beaucoup la cour.

Quand je vis Lefou réfléchir un instant, je compris instantanément quelle question taraudait son esprit. Aussi, je ne fus surprise lorsqu’il demanda une confirmation de ce qu’il avait vu. J’étais la plus à même de lui confirmer que tout cela était bien réel, à mon grand désarroi. Souvent j’avais espéré que tout n’était qu’un mauvais rêve et que j’allais me réveiller, retrouvant mes amis, mon père et Derek. Un peu gênée par sa question, je ne savais pas trop comment lui expliquer ma position sans trop en révéler, la compagnie de Rumpelstiltskin m’ayant rendu un peu plus méfiante. Cependant je répondis au petit homme avec un sourire sincère, faisant moins confiance à ma raison qu’à mon instinct.

Mon interlocuteur sembla soulagé d’avoir la réponse à sa question, mais en déduisant un peu vite que j’étais la nymphe du lac. Je n’avais malheureusement jamais rencontré de telles créatures, mais à ma connaissance je n’en étais pas une. Un sourire amusé se posa sur mon visage. Celui-ci se teinta rapidement de rouge quand Lefou ajouta que cela justifiait ma beauté. Je fus touchée par son compliment, bien que trop modeste pour admettre que celui-ci était vrai. Je jetais un coup d’œil à mon flatteur qui lui aussi avait vu ses joues rosirent. Mon sourire s’agrandit et j’appréciais autant la franchise que la timidité de mon invité.

Celui-ci s’enfonça d’autant plus lorsqu’il bredouilla, essayant de se reprendre, de justifier sa réponse touchante de gentillesse. Sa gêne me toucha et voulant éviter que le silence retombe après sa légère maladresse, je lui demandais ce qu’il l’amenait ici. Son visage se renferma et je me demandais si moi aussi je n’avais pas été maladroite abordant un sujet trop sensible. Il me confia d’un air triste ceci :

"Je suis à la recherche de mon maître."

Il soupira et je sentis que j’étais en train de me prendre d’affection pour ce gentil petit homme. Il me raconta très brièvement son histoire et une question étrange me vint à l’esprit. Etait-ce une manie du Ténébreux que d’enlever des jeunes femmes plus ou moins fiancées. Le sorcier maléfique et implacable ? Choisissait-il avec précision quelle compagnie il souhaitait avoir ? J’effaçais de mon esprit ces questions idiotes, me concentrant sur mon interlocuteur qui semblait bien inquiet. Il me demanda évidemment si j’avais vu son maître et pour être certain que ma réponse soit la plus juste possible, il fit sa description, plutôt élogieuse, ce qui paraissait logique. Si Derek n’avait pas les cheveux bruns et si je ne connaissais pas aussi bien tous les serviteurs de l’homme de mon cœur, j’aurais pu croire que Lefou parlait de lui.

Je cherchais dans mes souvenirs si j’avais vu la personne que recherché le petit homme mais à part le Ténébreux et une blonde au service de celui-ci, je ne voyais pas grand monde. Isolée, par la malédiction que le sorcier m’avait jetée. Je baissais les yeux, navrée de ne pouvoir aider mon interlocuteur et répondit d’un ton désolée :

« Je m’excuse de vous décevoir, mais je n’ai malheureusement pas vu votre maître. Et je ne suis pas non plus une nymphe. Je ne suis qu’une humaine. »


Je me dirigeais vers la rive du lac où se trouvait Lefou ; le bas de ma robe laissant derrière moi, une traînée d’ondulations. Je m’assis sur une grosse pierre qui me servait habituellement de chaise et mettait ainsi au niveau du petit homme.

« Je suis désolée, je ne vous suis pas d’une grande aide. »

Je ne savais pas ce que je pouvais faire de plus pour mon interlocuteur. Je m’en voulais de ne pas pouvoir aider Lefou ne serait-ce qu’en lui donnant une direction.


.



   
❝ Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ❞





HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: La lune éclaire un ange (ft Jill)   Jeu 26 Fév - 16:21

   


   
La lune éclaire un ange


   


Lefou avait passé ces derniers jours à se faire un sang d'encre à cause de l'absence beaucoup trop longue de Gaston. Des jours pendant lesquels il s'était imaginé le pire puisque le nain savait son maître capable des pires folies quand son orgueil se retrouvait blessé. Et n'y avait-il pas de pire coup porté à l'orgueil que de voir sa fiancée enlevée devant ces yeux par le pire sorcier de ce monde ? Le redcap s'en voulait de ne pas avoir vu les signes plus tôt, de ne partir que maintenant alors que le pire était peut-être déjà arrivé. Était-il trop tard ? Il avait espéré croiser Gaston sur la route. Hélas, Lefou avait beau s'approcher de plus en plus du château du Ténébreux, il ne trouva aucune trace de celui qu'il cherchait. Aucun signe que son maître ait emprunté le même chemin que lui. Devait-il prendre cela comme un bon signe ? Le nain avait bien du mal à se montrer optimiste. Et cela, parce que ce n'était pas uniquement la vie de son maître qui l'inquiétait, mais aussi les conséquences qu'une disparition définitive de Gaston pourrait avoir sur son quotidien. C'était égoïste à dire, mais Lefou s'était habitué à la vie de château. La vie du point de vue d'un serviteur (même auprès d'un maître tel que Gaston) valait mieux que celle qui avait composé son quotidien avant de croiser la route du passionné de chasse.

Avec un tel état d'esprit, l'arrêt au lac bordant le territoire du Ténébreux constitua une distraction aussi salvatrice qu'inattendue. Au lieu d'un monstre au service du sorcier, Lefou tomba nez-à-nez sur ce qu'il prit pour une nymphe lorsque l'apparition confirma qu'il n'avait pas rêvé la transformation - du cygne. Hélas, cette distraction ne pouvait durer éternellement. Aussi plaisant que pouvait être le fait de parler d'autres sujets, celui qui rongeait son cœur d'inquiétude revint très vite (trop vite) sur le devant de la scène.

Le visage du nain perdit toute trace de joie alors qu'il évoqua ce qui l'avait motivé à approcher d'aussi près un lieu aussi dangereux que la demeure de Rumpelstiltskin. Mais il ne put s'empêcher d'éprouver une pointe d'espoir alors qu'il demandait à Odette si elle n'avait pas vu celui qu'il cherchait. Gaston ne passait pas inaperçu. Mais devait-il souhaiter de recevoir une réponse positive ou négative ? Car un oui signifiait que le redcap avait eu raison en redoutait le pire et que Gaston avait été assez fou pour tenter de récupérer la princesse Belle. Tandis qu'un non laissait la destination de son seigneur mystérieuse. Lefou avait l'impression que sa question l'avait placé entre le marteau et l'enclume, n'aimant aucune des deux perspectives qui s'offrait à lui.


« Je m’excuse de vous décevoir, mais je n’ai malheureusement pas vu votre maître. Et je ne suis pas non plus une nymphe. Je ne suis qu’une humaine. »


« Vraiment ? » Fut tout ce qu'il put sortir de sa bouche dans un mélange improbable de soulagement et d'angoisse.

Il était également très difficile de savoir si son commentaire s'appliquait à la première ou à la deuxième partie de la réponse de la princesse.Odette s'approcha pour s'asseoir sur une pierre. Le nain fut tenté de l'imiter, surtout après un si long voyage, mais en faisant cela, il obligerait son interlocutrice à baisser d'avantage les yeux pour lui parler. En plus, la place du serviteur était de rester debout tandis que les gens de la noblesse pouvaient s'installer comme ils leur plaisaient.


« Je suis désolée, je ne vous suis pas d’une grande aide. »


Lefou essaya de se composer un sourire pour rassurer son interlocutrice qui semblait réellement attristée de ne pouvoir lui donner un indice.

« Ne vous excusez pas. Je suis le seul fautif, je n'aurais pas dû vous ennuyer avec mes problèmes. Que vous n'aillez pas vu mon maître est certainement un bon signe.»

A peine prononça-t-il ses mots qu'il ne put s'empêcher de tourner son regard vers le château. Il redevint préoccupé. Au point qu'il n'avait même pas remarqué qu'il avait fait un jeu de mot involontaire en utilisant le mot 'signe', un terme de circonstance puisque proche phonétiquement à la transformation à laquelle il avait assisté quelques instants plus tôt.

« J'espère qu'il n'a pas été assez idiot pour s'aventurer jusque-là. » Commenta-t-il d'un air sombre.

En réalisant qu'il venait de manifester cette crainte à voix haute, le nain reporta son attention sur Odette avec un sourire gêné.

« Pardonnez-moi, un serviteur ne devrait pas parler de celui qui sert en des termes peu élogieux. » Puis il poussa un soupir et ne put s'empêcher d'ajouter : « Il n'empêche qu'il s'agît d'un sacré imbécile. » Il eut un sourire nostalgique. « Mais c'est malgré tout mon maître. Alors je continuerais de le chercher. »

Lefou ne put s’empêcher de faire une remarque, comme il soupçonnait le sujet aussi épineux que celui qu’il cherchait à éloigner de la conversation, il parla avec prudence et politesse.

« A nouveau, je vous demande de pardonner mon audace, mais… Vous avez bien dit être humaine ? Pourtant, vous conviendrez que la transformation en cygne n’est pas une chose courante parmi les humains. »

Une question plus précise menaçait de franchir ses lèvres , mais le nain préférait laisser le choix à Odette d’expliquer ou non ce mystère. Après tout, il était un parfait étranger. Aussi précisa-t-il bien vite :

« Vous n’êtes pas obligé de me répondre, mais, peut-être, pourrait-on s’aider mutuellement. »




   
❝ Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ❞

Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La lune éclaire un ange (ft Jill)   
Revenir en haut Aller en bas
 

La lune éclaire un ange (ft Jill)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un soir au claire de lune. [Anna]
» La lune n'éclaire que la vérité [Anubis]
» Ange gardien
» Permission méritée [Claire]
» Un soir de pleine lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-