★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 [Flashback] Let's go crazy !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: [Flashback] Let's go crazy !   Dim 7 Sep - 12:36


Daniel & Carrie

Voilà bien longtemps qu’ils avaient parlé de le prendre, ce fameux verre. En réalité, c’était lui qui avait abordé le sujet, à la plus grande surprise de Carrie qui avait un moment cru qu’il avait perdu la raison pour lui proposer une chose pareille. Mais non, il était sérieux, et même s’il le regrettait par la suite, elle avait gardé cette offre bien en mémoire durant le mariage. Seulement les choses ne s’étaient pas vraiment passées comme prévu, et c’était le moins qu’on puisse dire. D’abord il y avait eu ce dragon le jour du mariage. Puis sa petite expérience dont elle était ressortie plutôt abimée, et enfin sa visite dans la cellule du mystérieux patient 27, dont elle n’avait toujours pas informé son patron, ignorant qu’il était déjà parfaitement au courant.

Elle ne savait pourquoi après tous ces événement lui était revenue l’envie de prendre ce verre avec Lynch. Peut-être avait-elle simplement grandement besoin de se détendre. Et puis elle pouvait se le permettre à présent. Sa cheville allait déjà mieux, même si elle lui faisait encore un peu mal. Au moins pouvait-elle marcher normalement. Justement, un peu de normalité c’était ce qui commençait à lui manquer, d’autant plus depuis qu’elle s’était rendue compte qu’elle faisait parfois des crises de somnambulisme. Rien de grave, du moins elle l’espérait. Elle savait parfaitement qu’il était probable que son expérience avec les produits de Lynch ait causé cet effet secondaire. Elle n’en avait en revanche pas parlé au psychiatre, préférant laisser ce problème de côté, du moins pour le moment. Elle craignait qu’il retarde leurs futures expérimentations, qui n’allaient probablement pas tarder à commencer maintenant que sa cheville était pratiquement guérie.

Il était prévu qu’il passe la prendre directement chez elle avant d’aller boire un verre ensemble à l’Olympie. Cette fois elle lui épargnait le Rabbit Hole. Ils allaient se trouver ensemble dans un lieu bien plus fréquenté, ce qui signifiait que la rumeur à leur sujet n’allait certainement pas se calmer. Elle ne l’espérait plus de toute façon. Il fallait croire que le couple formé par Daniel Lynch et Carrie Jones inspirait les langues trop pendues, malgré le fait que ce soit totalement fictif.

Il y avait quelque chose de bizarre chez son patron ce jour là. N’était-il pas en retard ? Non c’était impossible. Ca ne lui ressemblait pas. Et pourtant, elle était déjà habillée. Complètement. Tant pis, elle ne l’accueillerait pas en serviette de bain ou en sous-vêtements cette fois-ci. Il était tout de même impossible qu’elle soit en avance. Sa montre devait être cassée, c’était la seule explication.

Heureusement, elle ne tarda pas à entendre enfin frapper à la porte de son appartement. Elle ouvrit, s’attendant à voir le psychiatre fidèle à lui même, engoncé dans un costume trop strict et portant des lunettes qui amplifiaient son air sévère. Et pourtant, rien de tout ça ! Elle avisa avec la plus grande surprise un homme dans une tenue qu’elle-même aurait pu trouver ordinaire mais que lui aurait considérée sans aucun doute comme débraillée, et surtout, sans ses lunettes. Elle écarquilla les yeux, choquée par cette apparition. C’était lui ? C’était vraiment lui ? Il avait le visage défait, les traits tirés et les yeux fermés comme s’il n’avait pas dormi depuis des semaines. C’était bien la première fois qu’elle le voyait dans un état pareil et elle aurait sans doute exercé sur lui un de ses sarcasmes si elle n’avait pas été aussi stupéfaite.

« Doc ? Mais... que... qu’est-ce qui vous est arrivé ? »

Elle qui avait la langue si pendue habituellement peinait cette fois-ci à trouver ses mots. Bon sang, mais que s’était-il passé pour qu’il se retrouve dans un état pareil ? Immédiatement, des scénarios lui vinrent en tête : il avait été agressé en chemin et on lui avait volé ses lunettes et son costume. Il était tombé sur la tête et était devenu fou. Il avait décidé d’expérimenter l’alcool de son côté. D’ailleurs elle se pencha légèrement sur lui pour renifler d’éventuels relents de boisson. Mais rien.

« Vous êtes sûr que vous êtes en état d’aller boire un verre ? Le prenez pas mal mais vous avez une tête à faire peur, on dirait un zombie. » C’était bien la première fois qu’elle se souciait qu’il prenne mal ou non quelque chose. Mais là, vraiment, elle en venait à être inquiète pour lui. Un comble.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Mar 9 Sep - 20:58


Daniel & Carrie

Le docteur Lynch avait dû vider complètement son armoire pour trouver ce qu'il cherchait : un t-shirt et un jean. Il n'en avait plus porté depuis ce qu'il lui semblait une éternité. Depuis qu'il avait repris la direction du service psychiatrique, en fait, et ne s'attendait certainement pas à les reporters un jour. Cela se voyait sur l'inscription du vêtement, trop délavée pour que Daniel se souvienne s'il s'agissait du logo d'un groupe de musique quelconque ou d'un film qu'il avait aimé. Voilà pourquoi ces vêtements soi-disant décontractés se trouvaient au fond de son armoire.

Le résultat dans le miroir était... Peu convainquant. Daniel avait l'impression d'avoir fait un bon en arrière, que son ancien-lui (celui qu'il était avant de devenir un pion sur l'échiquier) lui lançait un regard critique sur ce qu'il était aujourd'hui. Sans doute était-ce le manque de sommeil qui lui faisait voir ce genre de chose. Le psychiatre mit et retira ses lunettes comme pour tester une idée. Cela clochait avec le reste, mais il se sentait trop vulnérable sans. Alors, après quelques instants pour soupeser le problème, il décida de ranger ces lunettes dans sa poche.

Pourquoi s'imposait-il tout çà, déjà ? Comme si la situation n'était déjà pas assez compliquée. Le docteur Lynch avait toujours cru que traverser l'échiquier amènerait un moment de quiétude. Moment qu'il attendait encore. Il avait pourtant jugé que le retour en psychiatrie de Michael Moody stabiliserait la partie. Au contraire, les choses n'avaient fait qu'empirer depuis. Le mariage Nerys. L'expérience improvisée de sa secrétaire avec les produits destinés à ces cobayes. En plus de son travail ordinaire, Daniel devait maintenant préparer son arrangement avec son ancienne patiente, Lacey French pour voir s'il pouvait débloquer ses souvenirs perdus. Un défi qu'il ne pouvait pas refuser même avec un emploi du temps charger. À cela s'ajoutait les préparatifs pour le prochain essai de Carrie Jones. Plus risquée puisque la demoiselle n'était pas un cobaye ordinaire, ce qui demandait de tout établir de manière théorique avant de songer à penser à la pratique.

Le psychiatre s'était imaginé qu'établir la guérison de la cheville blessée de son employé comme date butoir était un moyen de contenir temporairement la curiosité débordante de cette dernière. Elle n'aurait rien fait pour aggraver sa blessure et retarder la séance, n'est-ce pas ? Il fallait croire qu'il s'était trompé. Et le docteur Lynch détestait se tromper. Il n'avait pu obtenir un récit complet de la part de Michael Moody, mais suffisamment pour se faire une petite idée sur les renseignements obtenus par son employée trop fouineuse.

À tout çà, s'ajoutait des problèmes de médicament. Les somnifères étaient de moins en moins efficaces. Lorsqu'il s'était réveillé à midi parce qu'il avait augmenté encore le dosage, le docteur Lynch avait su qu'il avait atteint sa limite. Depuis il enchaînait les services, usant et abusant autant que possible de son insomnie chronique, ne rentrant que quelques heures chez lui. Daniel savait qu'il ne pouvait pas continuer longtemps à ce rythme. D'ailleurs, il commençait à sentir qu'il tirait trop sur la corde. La dérangeante et juste impression qu'il s'écroulait de sommeil s'il osait fermer l'œil ne serait-ce qu'une seconde. Mais que pouvait-il faire d'autre ? Il refusait d'être soumis de nouveau à ces étranges rêves déroutants.

Dans son état, il se demandait si conduire était une bonne idée. D'autant plus qu'il ne savait pas dans quel état il allait finir la soirée ! Daniel était pourtant monté dans sa voiture. Rien que le sourire de la manière dont c'est terminé leur dernière soirée à un bar l'incitait à prendre le volant plutôt que de servir à nouveau de coursier à une mademoiselle Jones passablement ivre. Le psychiatre espérait qu'il tienne mieux l'alcool que sa secrétaire même si cela était peu probable.

Il arriva à l'appartement de Carrie en retard. Toutefois, il était trop préoccupé à spéculer sur le déroulement de la sortie pour le remarquer. Le docteur Lynch aurait aimé profiter de la soirée pour lancer quelques sujets de conversation, il y avait cette affaire de rumeur qui avait été confirmée sans parler du cas Michael Moody. Avec plus de temps, il aurait sans doute manqué à sa parole pour essayer d'augmenter sa résistance à l'alcool avant le jour J... Non, c'était vraiment ridicule d'en venir à envisager ce genre de solution !

Bref, il n'était pas vraiment réjoui lorsqu'il toqua à la porte. Penser que tout cela était son idée à la base ne faisait que remuer le couteau dans la plaie. Son absence de lunette ne faisait que renforcer les cernes qui commençaient à se montrer en dessous de ses yeux.

En voyant la tête qu'affichait Carrie, Daniel ouvrit la bouche pour émettre un commentaire ou plutôt pour faire taire celui que son employée allait forcément faire cependant, il n'en eut pas le temps.

"Rien." Répondit-il. Au moins, il avait échappé aux sarcasmes pour l'instant. Daniel profita du mutisme de son interlocutrice pour donner son explication : "La dernière fois, j'ai cru remarquer que ma tenue habituelle jurait par rapport au décor alors j'ai juste voulu changer... Et, honnêtement, étant donner que je ne sais pas comment va se dérouler la soirée, je préfère éviter qu'on me reconnaisse immédiatement."

Par exemple, s'il venait à croiser un patient comme Raphaël Abbot, il n'en avait pas fini d'en entendre parler...

Le docteur Lynch ne savait pas tellement comment il devait prendre le fait que Carrie se pencha pour le renifler. Il fit une légèrement grimace devant ce comportement bizarre. Il était tenté de remettre tout de suite ses lunettes sur le bout de son nez, mais se retenu. S'il faisait çà, toute son explication précédente tombait à l'eau.

"Oui... Hé bien... Je n'aurais peut-être pas cette tête si vous preniez un peu plus votre travail à cœur." Répondit-il sur un ton qu'il avait voulu sec, mais qui était décontenancer par le fait que Carrie lui demandait s'il allait bien. Allait-il aussi mal que çà ? Il prit un peu plus d'assurance pour la suite : "Et puis, c'est vous qui m'avez dit que boire un verre était idéal pour se détendre et se vider la tête, non ?"

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Jeu 18 Sep - 15:40


Daniel & Carrie

Jamais en un million d’années elle n’aurait pu deviner voir un jour le Dr Lynch dans cet état. C’est simple, elle ne comprenait pas, si bien que les hypothèses les plus folles et imprévisibles lui venaient en tête. Un individu mal intentionné lui avait volé l’ensemble de ses costumes sinistres. Ou bien il souffrait d’une crise d’amnésie aiguë et soudaine. N’importe quoi plutôt que d’admettre qu’il ait pu se vêtir ainsi de son plein gré. C’était... bizarre. Non pas qu’elle aimait particulièrement son uniforme habituel, bien au contraire, mais ça, ce n’était pas lui. Et sans ses lunettes elle avait presque l’impression de se trouver face à un étranger.

Elle finit par se rendre compte qu’elle le scrutait avec une certaine insistance. Mais en même temps, il y avait plutôt de quoi. Non seulement il portait un accoutrement totalement étrange pour lui, mais en plus il avait une mine atroce, comme s’il n’avait plus trouvé le sommeil depuis des semaines. Il n’était d’ailleurs pas de très bonne humeur et lui répondit sur un ton plutôt désagréable. A présent que la surprise était passée, elle retrouva cependant rapidement son mordant habituel.

« Ca c’est sûr, on va avoir du mal à vous reconnaître ! » lui lança-t-elle avant d’afficher un petit sourire malicieux. « Mais que croyez-vous qu’il va se passer exactement pour que vous ne vouliez pas être reconnu ? »

Après tout, ils allaient boire un verre ensemble dans un bar, rien de plus. Tous les individus ordinaires le faisaient, chaque jour. Elle était prête à parier que personne ne les remarquerait vraiment. Sauf peut-être ceux que leur duo intéressaient, si elle en croyait cette rumeur stupide qui apparemment continuait de circuler. Décidément, comment quiconque pouvait imaginer que tous deux formaient un couple ? Ils étaient trop différents, trop... incompatibles. Et imaginer le psychiatre en couple... Franchement, n’était-ce pas complètement aberrant ? Et pourtant il semblait que tous les amateurs de ragots avaient avalé cette théorie grotesque. Elle avait toujours un peu de mal à comprendre ce qui avait poussé son patron à vouloir la rendre crédible, mais après tout pourquoi pas. Et si ça pouvait éviter les questions, ce serait peut-être un mal pour un bien. Elle devait bien admettre que s’il lui avait fallu choisir un faux petit ami, Lynch n’était pas le pire qu’elle aurait pu sélectionner. Mais ça bien sûr, elle le garderait évidemment pour elle.

Il n’empêche que la réponse qu’il venait de lui faire ne satisfaisait pas pleinement sa curiosité. Qu’il veuille se vêtir de manière à se fondre dans le décor... après tout pourquoi pas. Bien qu’elle ne l’ait jamais vu comme un homme se souciant de ce que les autres pouvaient penser de son apparence. D’où sa curiosité bien légitime à cet égard. Ceci dit, cela n’expliquait pas en revanche sa mine épouvantable. On aurait dit un cadavre sorti d’un tombeau et elle ne se priva pas de demander des explications, qu’il finit malgré tout par lui donner. Une explication qui n’avait absolument rien de concluant. Visiblement, il se cherchait une excuse. Franchement, ce n’était pas nouveau, le fait qu’elle ne prenait pas à coeur son travail. Et jusqu’à présent, il n’avait jamais eu l’air de s’en plaindre, du moins pas d’en subir les conséquences. Elle le regarda alors d’un air suspicieux.

« Bien sûr, bien sûr... Si vous continuez comme ça, je vais vraiment finir par croire que vous avez quelque chose à cacher... » Elle le regarda comme si elle allait ajouter quelque chose, mais finalement se tut.

Elle choisit de ne pas insister davantage sur le sujet et fit d’ailleurs même comme si elle était totalement passée à autre chose. En vérité, elle comptait sur l’alcool pour le faire parler. Et ce n’était d’ailleurs pas la seule chose. Si elle avait été quelque peu traumatisée par sa visite dans la cellule du patient 27, elle n’en avait pas pour autant oublié les informations qu’il lui avait données. Elle voulait savoir ce qu’il se passait avec Louna Nerys avant d’en venir à interroger cette dernière. Elle connaissait parfaitement les effets de serum de vérité que pouvait avoir l’alcool. Même avec un verre, elle restait persuadée, ou du moins espérait qu’avec quelqu’un qui n’y avait jamais goûté cela ne pourrait qu’être particulièrement efficace. Elle ne tarderait de toute façon pas à le savoir. Et il lui tardait à vrai dire. Elle était satisfaite de voir qu’il ne s’était pas défilé en tout cas.

« C’est exact. Et vous la tête que vous avez, ça vous fera un bien fou. Qui sait, peut-être que vous y prendrez goût... » dit-elle sur un ton malicieux.

Puis elle prit sa veste et ses clefs, puis sortit en fermant la porte derrière elle. Elle était prête à y aller et à passer une excellente soirée. Ainsi qu’à apprendre certaines choses.

« Vous avez pris votre voiture cette fois ? Même si je ne suis pas certaine que vous soyez capable de conduire après. Je pourrai toujours vous remplacer derrière le volant ceci dit. » Elle était évidemment certaine qu’il s’offusquerait et refuserait mais c’était plutôt amusant de le faire sortir de ses gonds. Et puis quelque part c’était rassurant de voir qu’il était toujours le même, parce que tout de même, ce changement de look demeurait réellement perturbant.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Lun 22 Sep - 13:36


Daniel & Carrie


Dommage que Daniel ne s'était pas habillé ainsi uniquement dans le but de clouer le bec de sa secrétaire. Sinon il aurait non seulement eu la satisfaction d'avoir réussi, mais il aurait savouré chaque instant d'étonnement de son interlocutrice. Hélas, il n'avait pas fait cela dans ce but et, de tout façon, il était trop fatigué pour savourer quoique se soit.

Le psychiatre doutait sincèrement que Carrie ait remarqué qu'il enchaînait les services. Étant donner que cette dernière n'avait jamais compté la ponctualité concernant ces horaires de travail parmi ses qualités. Il avait toujours été le premier a être présent au travail et à être encore là lorsque son employée filait à la fin de sa journée, même avant tout cela. La seule différence était que s'il était encore là si tôt au matin, c'était parce qu'il avait passé toute la nuit à travailler au lieu de rentrer chez lui entre temps. Comment aurait-elle pu le remarquer ? De toute évidence, sa fouineuse de secrétaire était plus prompte à profiter de ses rares absences pour rendre visite au patient le plus dangereux de son service qu'à relever ce genre de détail !

Avec ce genre de pensée sarcastique, il fut très surpris que Carrie insiste tellement sur sa tenue puis en lui demandant s'il allait bien. Voilà qui sortait de l'ordinaire ! Avait-il l'air si mal que çà ? Pour le coup, il ne trouva rien de pertinent à dire, a part le fait qu'il ne voulait pas qu'on le reconnaisse.

"Parfait !" Commenta-t-il lorsque l'ancienne chasseuse de monstre lui assura qu'on aura du mal à le reconnaître. "Parce que je ne veux surtout pas qu'un de mes patients me déclare demain un 'oh je vous ai vu hier, docteur Lynch, vous aviez l'air de bien vous amusez'."

En fait, lorsqu'il parlait de patient à éviter, il avait un nom précis en tête. Une personne qui serait ravie de le prendre sur le fait et dont il tairait le nom pour l'instant. De toute façon, même s'il avait voulu évoquer le cas Raphaël Abbot, il n'en aurait pas eu le temps, car Carrie enchaîna en lui demandant malicieusement comment il s'imaginait la soirée pour prendre autant de précaution. Daniel aurait dû prévoir que le cynisme de son interlocutrice allait très vite revenir. Trop vite à son goût.

Le psychiatre lui lança un regard lourd de sous-entendu. Le genre qui voulait clairement dire 'je sais que vous allez essayer de profiter de la situation' pourtant, c'est une autre remarque tout aussi cinglante qui franchit ses lèvres.

"Je me base surtout sur vos dernières prestations que se soit au mariage ou lors de notre sortie au Rabbit Hole. Si l'alcool vous met dans un tel état alors que vous êtes supposée le supporter, ne m'en voulez pas d'être prudent en ce qui concerne ma première expérience dans cette matière."

L'incertitude qui entourait cette sortie le poussait continuellement à se demander ce qu'il fît là et pourquoi il avait accepté. Parce qu'il y avait de nombreuses choses qu'il voulait clarifier avec son employée ne semblait plus un argument aussi évident. L'avantage est que, vu son état, il avait plus de chance à s'endormir à table au lieu de potentiellement faire ou dire des choses embarrassantes à cause de l'alcool... Mais avec les rêves qui recommençaient à le tourmenter, était-ce vraiment un avantage ? Daniel se força à mettre ses préoccupations de côté pour se concentrer sur sa conversation.

"Rien que vous ne sachiez déjà." Déclara-t-il alors que Carrie évoquait le fait qu'il cachait quelque chose.

Sa secrétaire semblait sur le point d'ajouter quelque chose avant de brutalement changer de sujet en lui déclarant qu'il pourrait prendre goût à l'expérience d'aujourd'hui. En meilleure forme, le docteur Lynch aurait sans doute lever les yeux au ciel devant une telle remarque. Ces efforts étaient plutôt concentrés pour s'empêcher de s'adosser à la porte que Carrie venait de fermer, rester là sans bouger augmentait la fatigue qui menaçait de le gagner à tout moment. Il réussit à offrir tout de même une mine peu convaincue à sa future initiatrice à la boisson.

"Bien sûr que j'ai pris ma voiture." Répondit-il. "Je n'ai aucune envie de devoir vous porter sur tout le chemin du retour comme la dernière fois."

Ce souvenir était presque aussi perturbant que celui d'un certain dragon interrompant un mariage ! Au lieu de s'offusquer de la proposition de Carrie de conduire (ce qu'il aurait fait en temps normal), il sortit les clefs de sa poche.

"Puisque vous vous proposez de jouer les taxis, pourquoi ne pas le faire tout de suite ?" Dit-il en lançant ces clefs de voiture à son employée. "Autant rentabiliser votre cheville enfin guérie !"

Sans doute commettait-il une grave erreur mais il avait faillit se prendre un poteau en venant ici en fermant les yeux moins d'une seconde alors il jugea trop risquer de reprendre le volant immédiatement. Avec un peu de chance, la conduite (qu'il imaginait dangereuse) de sa secrétaire le maintiendra éveiller jusqu'au bar !

Mains dans les poches, il fit quelque pas sur le trottoir avant de se retourner.

"On y va, mademoiselle Jones ?" S'impatienta-t-il. "J'aimerais en finir au plus vite."
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Mer 12 Nov - 20:35


Daniel & Carrie

D’accord, elle devait l’admettre : elle était surprise. Vraiment très surprise. Elle n’en revenait pas qu’il se soit habillé de manière si étrange. D’ailleurs, jamais elle n’aurait cru un jour le voir vêtu autrement qu’en costume. Il semblait... plus humain. Et en parlant de Lynch, c’était plutôt bizarre. Non pas qu’elle ait jamais pensé qu’il n’était pas humain. Mais parfois il s’approchait tout de même plus du robot. Lorsqu’elle lui signala qu’elle ne l’avait pour ainsi dire pas reconnu, il répondit sur un ton agacé que c’était tant mieux. Elle n’insista pas davantage. La suite l’amusa néanmoins un peu plus.

« Je ne vois pas quel serait le problème. Ca ne vous ferait pas de mal de vous amuser un peu ! »

Surtout en ce moment. On aurait dit un vampire sorti de son tombeau. Depuis combien de temps n’avait-il pas vu la lumière du jour ? Elle ignorait ce qui le travaillait mais ça devait être plutôt costaud pour le mettre dans un état pareil. Bon sang, elle espérait bien qu’il n’avait pas l’alcool triste, sinon la soirée risquait de se transformer rapidement en véritable cauchemar. Néanmoins, elle comptait encore plus en profiter afin d’obtenir de sérieuses informations sur ses préoccupations du moment, mais également des réponses aux questions qu’elle se posait depuis un bon moment.

Il n’avait cependant rien perdu de son mordant puisqu’il lui rappela non sans agacement l’influence qu’avait eu l’alcool sur elle aussi bien au mariage qu’au Rabbit Hole, ce à quoi elle leva les yeux au ciel. Evidemment, dit de cette manière ! Il semblait oublier qu’au mariage, elle avait l’estomac vide et qu’au Rabbit Hole elle avait consommé des alcools plutôt forts. Et elle n’avait rien fait de bien méchant, à part sauter sur le dos de son patron. Ce qui, en y repensant, était plutôt drôle. Sauf qu’il ne semblait pas en avoir eu le même souvenir d’elle.

« Il faut toujours que vous exagériez ! Ce ne serait pas si grave. D’ailleurs j’avoue que j’ai hâte de vous voir avec un verre dans le nez... » le taquina-t-elle dans une tentative de le dérider un peu.

Visiblement c’était peine perdue. Il allait tout de même réussir à se détendre non ? Elle n’avait plus qu’à espérer que dans ce but l’alcool soit suffisant, parce que dans le cas contraire elle risquait fort de passer une soirée horriblement ennuyeuse. Elle ne le saurait que plus tard, pour le moment elle devait se résoudre à aller avec lui tel quel jusqu’au bar. Bien évidemment, il cachait le fait qu’il y avait certaines choses qu’il ne lui disait pas. Ca, elle en était absolument persuadée. Tout comme elle était persuadée qu’il n’était pas près de lui avouer quoi que ce soit.

Il était inutile d’insister. Il n’y avait plus qu’à se mettre en route pour l’Olympie. En parlant de route, elle eut la satisfaction d’entendre qu’il avait pris sa voiture. Quoiqu’elle aurait aussi bien pu prendre la sienne ceci dit. Elle espérait que l’un d’eux au moins serait en état de conduire à la fin de la soirée. Elle laissa échapper un léger rire, qui disparut bientôt lorsqu’il lui offrit de conduire. Décidément, elle allait de surprise en surprise. Jamais oh grand jamais, elle n’aurait imaginé qu’il mettrait un jour sa vie entre ses mains, ainsi que sa voiture. Elle était si perturbée qu’elle ne vit pas qu’il s’était déjà avancé et l’attendait avec une impatience mêlée de mauvaise humeur.

« J’arrive, j’arrive. » La stupéfaction laissait peu à peu place à la satisfaction tandis qu’elle attrapa les clefs de voiture et s’assit sur le siège du conducteur. « Allons-y ! »

Il l’ignorait probablement, mais Carrie avait un goût particulièrement prononcé pour les excès de vitesse. C’est ainsi que, d’un coup, elle démarra en trombe. Elle connaissait bien le chemin pour se rendre à destination, qui par chance n’était pas long. Elle manqua tout de même à plusieurs reprises de heurter le trottoir ainsi qu’écraser quelques piétons malchanceux. Elle prit si peu de précautions pour se garer que ce fut un véritable miracle qu’elle y parvienne sans jouer aux auto-tamponneuses avec les véhicules devant et derrière elle.

« Et voilà, on est arrivé ! » annonça-t-elle avec un sourire franc. « Vous avez une voiture très sympa à conduire. » Sans doute le premier compliment qu’elle lui ait jamais fait.

Tranquillement, elle coupa le moteur, puis tendit les clefs à son patron avant de sortir du véhicule et de refermer la portière, lui laissant le soin de la verrouiller. Il ne restait plus qu’à passer aux choses sérieuses, à savoir démarrer les réjouissances en arrosant un peu cette soirée qui s’annonçait pourtant assez morose. D’ailleurs elle se tourna vers Lynch avec un regard plutôt critique et agacé.

« Dites, vous allez quand même pas faire cette tête toute la soirée ? On dirait que vous revenez d’un enterrement. Vous avez perdu votre boulot ou quoi ? » Ce qui semblait être une explication satisfaisante pour qu’il se soit ainsi laissé aller.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Mer 26 Nov - 13:29


Daniel & Carrie

Parfois, même la logique semblait manquer de sens. Avant de frapper à cette fichue porte, le docteur Lynch avait en tête plusieurs arguments qui avait justifié ce changement de tenue. À la longue liste, on pouvait rajouter l'importance de se donner un aspect... disons... plus humain ou ordinaire après la version des faits qu'avait dû recevoir sa secrétaire suite à sa rencontre avec un des patients les plus instables et dangereux de son service.

Tout son joli discours mental n'avait pas tenu le choc face au regard incrédule de son employée. Il n'était plus aussi certain d'avoir prit la bonne décision. Il remettait tout en doute. Sa tenue, le prétexte de cette rencontre et redoutait particulièrement le moment où il allait devoir tenir parole et s'essayer à l'alcool. Pourquoi avait-il décidé d'accepter ? Le manque de sommeil ne l'aidait pas vraiment à rassembler ses pensées.

De toute façon, il ne pouvait plus faire marche arrière. Une conclusion qui pouvait ironiquement s'appliquer à chaque décision qui composait le sac de nœuds dans lequel il se retrouvait à présent empêtré. Il lui semblait loin le temps où il imaginait que le réinternement de Michael Moody allait faire revenir un peu de calme dans la partie !

Pour l'instant, il se focalisait sur un aspect de la soirée : ne pas être reconnu par un de ces patients. Se prendre une remarque le lendemain au travail serait horrible. Surtout qu'il ne pouvait imaginer l'effet qu'un seul verre alcoolisé pourrait avoir sur lui. Il estimait sa tolérance à l'alcool proche du zéro.

Daniel gratifia Carrie d'un regard assassin lorsque cette dernière affirma que cela ne lui ferait pas de mal de s'amuser un peu. Au mieux de sa forme, il aurait certainement répliqué, mais, dans le cas présent, il ne se voyait pas éterniser le débat en restant planter toute la soirée devant cette porte.

Que sa secrétaire déclare avoir hâte de le voir avec un 'verre dans le nez' n'arrangeait pas son appréhension. Le psychiatre était trop débordé pour se permettre des recherches annexes sur les réactions les plus courantes face à l'alcool avant de venir. Il ne pouvait se fier qu'aux réactions vues chez son interlocutrice et certains de ces patients. Rien de rassurant, donc.

"Si vous essayez de me faire changer d'avis, vous êtes sur la bonne voie, mademoiselle Jones." Répliqua-t-il.

Malgré cette affirmation, il n'allait pas faire demi-tour. Parce que cette soirée ne se limitait pas à tester une boisson alcoolisée ni d'essayer de se tirer réciproquement les verres du nez. Il allait aussi être question de cette rumeur qui circulait sur eux et de la première séance de Carrie maintenant que la cheville de son employée était enfin guérie. Une soirée chargée en perspective. Le docteur Lynch essayait de se concentrer sur ces aspects du programme, bien plus rassurant que la zone de floue qui entourait ces réactions à l'alcool.

Le souvenir d'une Carrie Jones ne voulant pas descendre de son dos étant gravé dans sa mémoire, le psychiatre avait prit la résolution de prendre, cette fois-ci, sa voiture. Seulement, alors que Carrie parlait de l'éventualité de ne plus être en état de conduire à la fin de la soirée, Daniel était arrivé à la conclusion qu'il n'était déjà pas en forme pour se charger de l'allée. Déjà en venant jusqu'ici, il avait failli se prendre un poteau à cause de la fatigue.

Le docteur Lynch proposa alors à l'ancienne chasseuse de monstre de conduire. Un sourire apparut sur ces lèvres en voyant la réaction de cette étrange demande sur la demoiselle. Sourire qu'il camoufla en tournant le dos à sa secrétaire pour avancer vers le véhicule. À croire qu'il se découvrait un certain plaisir à prendre des décisions en contre-sens juste pour voir la réaction de Carrie. Plaisir coupable qu'il dissimula derrière une réprimande.

Il ne se départit pas de sa mine agacée alors qu'il s'installa sur le siège passager. Le confort des sièges eut un effet immédiat sur sa fatigue. Daniel sentit inexorablement ses paupières se fermer et sa tête parti en arrière sans pouvoir y résister... Avant de revenir brutalement à la réalité lorsque Carrie démarra en trombe ! Réveiller en sursaut, il n'eut même pas le temps de mettre sa ceinture de sécurité. Le psychiatre eut tout de même la présence d'esprit de se cramponner à la poignée de porte comme si sa vie en dépendait.

Son cœur ne reprit péniblement un rythme normal que lorsque Carrie annonçait fièrement qu'ils étaient arrivé.

"Vous... êtes... un... véritable... danger... public." Articula-t-il tandis qu'il essayait de se remettre du choc.

Daniel ne put d'empêcher de lâcher un soupir de soulagement lorsque sa conductrice coupa le moteur. Le seul bon côté de cette expérience était d'apprendre que la manière de conduire de Carrie Jones se montrait bien plus efficace que n'importe quel café contre sa fatigue. D'une main qu'il espérait ne pas être trop tremblante, il récupéra les clefs.

*Alae jacta est* Songea-t-il alors qu'il verrouillait la voiture après en être sorti.

Maintenant, il ne pouvait vraiment plus reculer. Le psychiatre lança un regard peu amène à la façade de l'établissement dans lequel ils allaient passer la soirée. L'Olympie avait meilleure allure que Rabbit Hole, mais cela restait un bar, ce qui le discréditait d'office aux yeux du docteur Lynch.

Ses pensées désapprobatrices devaient se lire comme un livre ouvert sur son visage puisque Carrie le gratifia d'un nouveau commentaire.

"Non." Répondit-il lorsqu'elle lui demanda s'il avait perdu son travail. 'Pas encore' était une réponse tentante, mais cela n'aurait fait qu'assombrir encore son humeur tant il s'approchait d'un futur affreusement possible.

Il poussa un nouveau soupir et leva les yeux au ciel comme à chaque fois qu'il devait admettre que son employée avait raison.

"Très bien, je vais essayer d'être d'une compagnie moins déplaisante." Promit-il à contrecœur. "Au moins pour ce soir." Ajouta-t-il avec une note d'humour ironique. "Et je suis certain que l'alcool me sera d'une grande aide pour tenir cette promesse."

Il tendit le bras vers sa secrétaire comme il l'avait déjà fait au mariage Nerys, bien qu'il n'y eût plus le prétexte des talons pour que celle-ci s'y cramponne. Avant de faire ce geste, il avait fixé la main de Carrie comme s'il s'agissait d'une bête curieuse qu'il hésitait à toucher. Techniquement, cette soirée devait faire office de 'premier rendez-vous officiel' du moins pour les éventuels témoins croyant à la rumeur. Se prendre par la main était une attitude de base pour des amoureux, cependant Daniel ne pouvait s'empêcher de trouver cela affreusement niais. C'était peut-être çà le problème ! Il réfléchissait trop ! Alors que prétendre la mascarade qu'ils avaient convenu de jouer ensemble demandait un peu plus de feeling.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Lun 22 Déc - 19:56


Daniel & Carrie

Il n’allait pas renoncer tout de même ? Elle ne le permettrait certainement pas ! Après tout, c’était lui qui avait lancé cette idée, sans compter qu’ils étaient supposés faire croire qu’ils étaient un couple. Il fallait tout de même être crédible, ce qui signifiait qu’on devait les voir ensemble à l’extérieur afin que la rumeur continue à se propager. Elle savait parfaitement que dans le cas contraire, les bruits s’estomperaient, au risque peut-être que quelqu’un éprouve de la curiosité à leur égard et finissent par s’intéresser à eux de beaucoup trop près.

De toute façon, il était trop tard. Déjà, elle le trainait derrière elle, jusqu’à la voiture, dont il lui avait confié les clefs. A ses risques et périls d’ailleurs, comme il ne tarda pas à le comprendre. A plusieurs reprises elle manqua d’avoir un accident, et en profitait d’autant plus que ce n’était pas sa voiture à elle. Et puis, peut-être qu’elle espérait également que ça allait le réveiller un peu. Elle n’était pas complètement stupide. Elle savait que son tout nouveau look cachait quelque chose et elle était bien décidée à découvrir de quoi il s’agissait.

En attendant, ils devaient se rendre jusqu’à l’Olympie et boire quelques verres. Des verres qui, elle l’espérait, influenceraient le psychiatre de manière à ce qu’il dévoile quelques petites choses. Elle verrait par la suite. Pour le moment elle devait bien admettre qu’elle était très curieuse de voir de quelle manière il allait réagir à un breuvage alcoolisé. Elle allait néanmoins se montrer indulgente et lui donner quelque chose de relativement peu fort. Relativement. Il fallait bien qu’elle tire quelque chose de cette expérience tout de même.

Enfin ils arrivèrent en vue du bar. Et bien évidemment Lynch trouva bon de commenter sa conduite. Danger public... il ne fallait tout de même pas exagérer ! Ils étaient toujours entiers à ce qu’elle sache ! D’ailleurs elle haussa les épaules tout en levant les yeux au ciel.

« Pas la peine de dramatiser, vous êtes vivants et la voiture est en parfait état ! » Protesta-t-elle, avant de sortir de la voiture pour le laisser râler tout seul.

Elle se dirigea avec lui vers l’entrée du bar. Elle se disait que ce genre d’endroit correspondait un peu plus au standing du psychiatre, même si elle doutait qu’il s’y sente parfaitement à l’aise. Du moins, pas avant d’avoir au moins un verre derrière lui. Car quelque part, elle espérait qu’il finisse par accepter d’en boire un peu plus, juste pour que ça l’amuse un peu.

En tout cas, il était d’une humeur bien sombre, et elle espérait que cela n’allait pas durer. Si jamais l’alcool renforçait cet état d’esprit, elle allait passer une soirée terrible. Il fallait qu’elle le pousse à être un peu plus joyeux. Même si joyeux devait être modéré lorsqu’on parlait de cet homme si strict. Il commençait déjà à l’ennuyer, c’était pour dire. Heureusement, il sembla faire preuve de bonne volonté.

« Tant mieux. Il ne faudrait pas qu’on se mette à douter de notre... couple. » Elle avait encore du mal à employer ce mot en parlant d’eux, et pourtant c’était celui qui convenait. « J’espère que vous aurez l’alcool joyeux... » ajouta-t-elle sur un ton ironique.

Tandis qu’elle poussait la porte du bar, elle glissa un regard sur le côté. Ils se tenaient là, côte à côte. Peut-être que ce n’était pas la meilleure stratégie. Peut-être devraient-ils avoir l’air plus... intimes. Parce que là, honnêtement, en les voyant, personne n’aurait pensé couple. Mais qu’auraient-ils dû faire ? Se tenir la main ? Non... trop niais.

« Mettez votre bras autour de ma taille. » glissa-t-elle d’un ton autoritaire dans l’oreille de son patron.

Puis, elle se dirigea avec lui vers une table, un peu isolée, ce qui vaudrait mieux pour éviter que les oreilles qui trainent écoutent leur conversation. Très honnêtement, la situation n’amusait pas vraiment Carrie. Elle ne s’était jamais vue dans une relation sentimentale et imaginer ce genre de choses avec lui... d’accord, elle l’appréciait clairement davantage qu’auparavant, mais quelque chose la gênait. Elle commençait à en avoir assez de jouer la comédie. Malheureusement, ce n’était pas comme s’ils avaient le choix. C’était le prix à payer pour continuer leur petite expérience.

« Qu’est-ce que vous buvez ? » demanda-t-elle distraitement. Savait-il seulement quoi boire ? Bizarrement, elle en doutait. « Je peux vous guider si vous voulez. » offrit-elle avec un petit sourire.


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Dim 28 Déc - 11:22


Daniel & Carrie

Soit il était très fatigué, soit il était devenu fou. Aucune des deux explications ne lui plaisait. Pourtant, quelle autre explication pouvait-il fournir concernant son choix plus que douteux d'avoir confier ces clefs de voiture à sa secrétaire ? Certainement pas l'ignorance. Dès qu'il avait proposé à Carrie de 'se rendre utile' en conduisant, il se doutait du résultat. Disons que la réalité avait dépassé ses suppositions... et de très loin !

Les risques d'accident, çà, il n'y avait pas pensé. Il avait naïvement imaginé que l'ancienne chasseuse de monstre aurait assez de jugeote pour éviter un comportement qui pourrait avorter prématurément leur sortie. Ou, du moins, faire en sorte d'éviter que celle-ci ne se finisse au commissariat. Heureusement, par miracle, ils arrivèrent entier à destination.

Au moins, s'il devait essayer de trouver un point positif à cette cavalcade infernale, il était un peu plus réveillé maintenant. C'était déjà çà !

"Il faut croire que les miracles existent." Répondit-il lorsque Carrie protesta sur le fait qu'ils étaient encore en un seul morceau ainsi que la voiture.

Comme son interlocutrice ne l'écoutait plus, il dut se décider à sortir de la voiture. L'Olympie avait une apparence plus chic que le Rabbit Hole. La mauvaise langue du psychiatre, le poussa a penser que ce n'était pas quelque chose de très difficile à accomplir.

Le psychiatre aurait pu éprouver la même curiosité que Carrie concernant les effets de l'alcool s'il était question d'une autre personne. Mais là, il s'agissait de lui. Lui qui possédait tellement de secrets. Il avait assez de patients alcooliques pour savoir que boisson et discrétion n'allait pas ensemble. Dans son esprit, il n'était question que d'un verre. Vu qu'il n'avait jamais bu une seule goutte d'alcool avant ce soir, il soupçonnait qu'un verre serait largement suffisant, hélas. Malgré cela, le docteur Lynch se doutait que sa secrétaire avait une autre vision des choses, comme la dernière fois qu'ils s'étaient retrouvés dans un bar ensemble. À un moment, il allait perdre le contrôle et c'était sans doute ce qui l'effrayait le plus dans cette soirée à venir. À cause de ce fait, la façade de L'Olympie avait des allures d'enfer pour lui.

Sa réticence devait être flagrante puisqu'il reçut une remarque sur sa tête d'enterrement. Daniel se força à faire un faible sourire et promit d'essayer d'être d'une meilleure compagnie, tout en ne s'empêchant pas d'ajouter que l'alcool allait certainement être d'une grande aide dans ce but.

Bonne volonté ou non, le psychiatre ne put s'empêcher de grimacer en entendant le mot 'couple'. Sans aucun doute le mot le plus éloigné pour les définir. Cependant, ils n'avaient pas le choix. La rumeur était là, s'ils essayaient de la nier, on (et par 'on' il entendait les responsables potin de Storybrooke) se poserait des questions sur le fait qu'ils se voyaient trop souvent pour des gens n'ayant aucune relation.

"Nous sommes deux à l'espérer." Commenta-t-il lorsqu'il fut question d'alcool joyeux.

En fait, il espérait que l'alcool augmente sa fatigue et le fasse s'écrouler de sommeil sur la table. Est-ce que les rêves viendront le troubler dans ces conditions ? Une crise dans un lieu public... finalement l'alcool joyeux était peut-être sa meilleure option !

Il ne put éviter plus longtemps l'inévitable moment d'entrer dans le bar. Un simple coup d'œil lui rappela qu'il y avait, hélas, le mot 'dansant' dans le nom de l'établissement. Cela lui rappela également sa tentative pendant le mariage, l'étrange impression pendant la danse... il chassa cette pensée avec un frisson qu'on aurait pu croire provoquer par son aversion à la piste de danse tandis qu'il s'évertuait à regarder dans une autre direction.

Daniel se doutait bien qu'il devait faire quelque chose mais toutes ces idées lui semblaient horriblement niaises. C'est alors qu'il reçut une suggestion de la part de sa secrétaire. Le docteur Lynch pouvait remercier la fatigue qui amoindrissait ses réflexes, sinon il aurait certainement fait un pas en arrière devant ce chuchotement autoritaire. À la place, il regarda Carrie comme si cette dernière venait de lui demander l'impossible.

"Quoi ?" Souffla-t-il comme s'il espérait apprendre qu'il s'agissait d'une plaisanterie ou d'avoir mal entendu.

Mais ce n'était pas le cas. Le psychiatre essaya de mettre le moins de réticences possible dans ce geste, a défaut de faire croire qu'il lui était familier. La véritable épreuve fut de marcher jusqu'à la table dans cette position. Il lui fallut coller son pas au rythme de ceux de Carrie, ce qu'il arriva à faire au bout du second essai. Au moins, il avait quelque chose sur lequel se concentrer. La table était isolée, ce qui était la première bonne nouvelle de la soirée.

Le psychiatre eut toute les peines du monde à étouffer un soupir de soulagement lorsqu'il put lâcher la taille de sa secrétaire pour s'asseoir, à croire qu'il venait de franchir la ligne d'arrivée d'un marathon particulièrement éprouvant. Sauf que l'épreuve ne faisait que commencer comme le remarqua indirectement son interlocutrice en lui demandant ce qu'il comptât boire.

Daniel ne répondit pas immédiatement. Il prit tout d'abord la carte et l'inspecta en plissant les yeux. Il ne prêta attention à sa secrétaire que lorsque celle-ci lui proposa de la guider dans son choix avec un sourire qu'il ne connaissait que trop bien.

"Çà ira." Répliqua-t-il dans le seul but de ne pas demander donner à Carrie la satisfaction de lui demander de l'aide et non parce qu'il avait réellement une idée sur ce qu'il allait prendre. Heureusement, il trouva facilement un prétexte pour justifier l'attente. "Il faut juste que..." Commença-t-il en allant chercher ses lunettes qu'il avait eu le bon sens de conserver à porter. "Voilà qui est mieux." Commenta-t-il en les enfilant sur le bout de son nez avec sa main libre. Il était indéniablement plus détendu maintenant, même s'il n'avait techniquement aucune raison de l'être.

Certes, à présent, le texte lui paraissait plus clair, mais cela ne rendait pas son choix plus évident pour autant ! Daniel s'était renseigné sur les noms des alcools les plus forts pour éviter de se retrouver piéger. Dans son raisonnement, il n'avait pas jugé approprier de pousser ses recherches concernant les boissons les moins alcoolisés et les seuls choix qui le tentaient véritablement sur cette carte était les cocktails non-alcoolisés. Le docteur Lynch ne se voyait pas commander quelque chose en se fiant au hasard, mais il ne voulait pas non plus avoué qu'il galérait à choisir sa consommation alors, à la place, il tenta de noyer le poisson en lançant la conversation :

"Et vous ? Vous allez prendre une vodka pomme comme la dernière fois ?" Demanda-t-il sur un ton faussement curieux. Il ne put s'empêcher d'ajouter avec un sourire narquois : "çà ne vous avait pas vraiment réussi."

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Mer 28 Jan - 18:52


Daniel & Carrie

Elle devait l’admettre, conduire la voiture de son patron avait quelque chose de particulièrement jouissif. Et d’étonnant aussi. Elle le savait, comme tous ceux qui le fréquentaient d’ailleurs, Daniel Lynch était un véritable maniaque du contrôle. Il avait la main mise sur tout déléguait extrêmement rarement. C’est bien pour cette raison qu’elle avait été étonnée qu’il accepte de lui laisser le volant de sa voiture, ce qui équivalait en quelques sortes de mettre son existence entre ses mains et sa conduite plutôt hasardeuse. A ses risques et périls. Mais il fallait croire qu’il avait plutôt de la chance, il était arrivé sur le parking en un seul morceau.

Elle leva les yeux au ciel. Pourquoi avait-il toujours besoin d’en faire des tonnes ? Il n’était ni mort ni blessé et il était à l’endroit désiré. Alors de quoi se plaignait-il ? Mais inutile de discuter, auquel cas elle savait parfaitement qu’il trouverait toute une pléiade d’excuses pour se plaindre encore et encore, sous prétexte qu’elle n’était pas une conductrice exemplaire. Autant dire qu’elle avait mieux à faire que l’écouter déblatérer à ce sujet. De toute manière, ce n’était pas le plus important. Il fallait qu’elle se concentre sur le fait qu’elle devait le faire boire, pour si possible récolter des réactions intéressantes.

A l’entrée dans le bar, elle réalisa qu’il était nécessaire qu’ils soient crédibles en tant que couple, en particulier en public. Ils ne pouvaient continuer de se comporter comme avant, en tant qu’employée et patron. Non, il devait être évident pour tout le monde que leurs relations avaient changé, et c’est pour cette raison qu’elle lui demanda rapidement de glisser un bras autour de sa taille. Elle eut droit à une exclamation incrédule, et ne sut si elle devait ou non se sentir vexée. Elle lui avait seulement demandé de faire ce simple geste, pas de l’épouser !

« Si vous croyez que ça me fait plaisir... » marmonna-t-elle entre ses dents, sans être certaine qu’il puisse l’entendre.

Ceci ne dura heureusement que jusqu’à ce qu’ils arrivent à la table, où ils purent enfin s’asseoir pour commander à boire. Et justement, elle sentait qu’elle pourrait bien avoir besoin d’un verre. Tout en choisissant, elle jeta un coup d’oeil curieux au psychiatre, attendant de voir comment il réagirait en regardant la liste des cocktails, alors même qu’il n’avait pas l’habitude d’en commander. Il retrouva un peu de son apparence ordinaire en remettant ses lunettes. Et surtout, il ne put s’empêcher de lui lancer une pique au passage, suite à quoi elle leva les yeux au ciel.

« Non, je vais plutôt prendre un mojito. Vous pouvez rire, j’ai hâte de voir comment vous ressortirez de cette petite expérience. Mais comme on dit, il faut un début à tout... » glissa-t-elle sur un ton acide.

Oui, ils verraient bien. Et pour cela, il valait peut-être mieux qu’il prenne quelque chose de plutôt chargé. Mais elle savait parfaitement que si elle lui suggérait quelque chose, il sentirait le coup venir. Donc, mieux valait compter sur sa chance, et surtout peut-être sur la méconnaissance de Lynch dans ce domaine. De toute manière, il avait si peu l’habitude de l’alcool qu’il allait très probablement finir saoul quoi qu’il advienne.

« Vous êtes sûr que vous ne voulez pas un peu d’aide ? Parce qu’on ne va peut-être pas attendre des heures avant de commander. Sinon vous pouvez toujours choisir quelque chose au hasard, parfois on a de belles surprises... »

Surtout pour elle en fait. Elle avait hâte de voir à quoi ressemblait son patron avec un verre dans le nez. Elle avait son téléphone portable sur elle au cas où il y aurait quelque chose de particulièrement intéressant à filmer. Qui sait, avec une telle arme, elle pourrait peut-être négocier des jours de repos en plus. Ou tout simplement pouvoir enfin connaître les secrets qu’il lui cachait, car elle ne doutait pas un instant qu’il y en ait, et pas des moindres. Comme elle savait qu’une approche directe ne fonctionnerait pas, elle était tout à fait prête à se montrer beaucoup plus retorse. Et pour cela, il lui fallait une diversion, même si ça n’en était pas totalement une. Elle s’avança, se rapprochant légèrement avec un sourire.

« Je me disais qu’on pourrait profiter de ce petit tête à tête pour parler stratégie, qu’en pensez-vous ? »
dit-elle d’une voix basse. « C’est bien beau de dire à tout va que nous sommes un couple, si nous n’agissons pas comme tel ça ne convaincra personne. C’est pour ça que je dois vous poser la question : quelle... expérience avez-vous sur le plan des relations amoureuses ? »

Elle était pratiquement certaine de connaître la réponse, mais mieux valait l’entendre de vive voix. Elle espérait qu’il en avait au moins un peu, parce que sinon leur petite comédie allait être problématique. Elle n’avait aucune envie de le coacher là-dessus, mais s’il le fallait, mieux valait qu’elle s’y prépare au plus vite.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Mer 4 Fév - 21:37


Daniel & Carrie

Au moins, la manière de conduire de sa secrétaire l'avait un peu réveillé. Sinon, il aurait été bien parti pour s'écrouler sur la table du bar. Enfin, il n'allait tout de même pas remercier Carrie pour avoir manquer de les tuer au volant ! Hors de question ! Heureusement qu'à partir d'un certain point, l'ancienne chasseuse de monstre se tut, sinon ils étaient bien partis pour passer la soirée dans la voiture à débattre sur le code de la route.

Devant le bar, Daniel commençait déjà tout doucement à déchanter. Ce lieu avait tout d'une représentation de son enfer personnel, surtout lorsqu'il y remarqua une piste de danse. Mais quelle idée d'avoir remit cette histoire de sortie au bar sur le tapis ! Était-ce la fatigue qui l'avait motivé à agir ainsi ? Il se souvenait de ces arguments. Tous logique. Sauf qu'il paraissait moins pertinent maintenant qu'il se retrouvait sur place. Plongé dans ces doutes, le conseil glisser par son employée le prit totalement au dépourvu. Comment çà ? Glisser sa main sur la taille de Carrie ?

La surprise passée, il devait se rendre à l'évidence de la logique du conseil. Cette sortie était officieusement un rendez-vous, ils devaient agir en conséquence. De plus, il devait bien reconnaître (mais pas à voix haute) que Carrie avait plus d'expérience que lui dans ce domaine. De ce fait, il ne tarda pas à obéir même si ce n'était pas facile. De toute façon, ce n'était que jusqu'au moment où ils arrivèrent à une table libre. Il pouvait survivre à ce genre de chose.

Ensuite vint le moment de choisir ce qu'il allait boire. Daniel essaya de gagner du temps par tous les moyens possible. Il savait les cocktails à éviter, mais de là à savoir quoi prendre... Il y avait une grande différence. En fait, les boissons qui le tentaient le plus était non-alcoolisé. Or, il avait plus ou moins promis de tester les soi-disant bienfaits de l'alcool ce soir. Au moins, il avait trouvé un prétexte pour remettre ces lunettes.

*Si je gagnais un centime à chaque fois que j'arrivais à lui faire lever les yeux au ciel, je serais riche.* Songea-t-il en voyant la réaction de son interlocutrice devant sa remarque sur son choix de boisson au Rabbit Hole.

Enfin, à la réflexion, son exemple pouvait s'inverser sans problème, à croire qu'ils aimaient s'exaspérer mutuellement.

"Justement, j'en profite pour tourner cette situation en dérision tant que j'en suis encore capable."

C'était quasiment certain qu'après ce soir, il ne pourrait plus faire aucune allusion à ce sujet sans subir un retour de flamme. Et il doutait que ces neurones soient encore suffisamment réactifs pour user d'ironie lorsqu'il aurait fini de boire son premier verre.

Le psychiatre regarda rapidement la description du mojito. Curieux, Daniel aurait crut que sa secrétaire prendrait quelque chose de plus fort. Ou alors il sous-estimait la puissance de ce rhum qui était le seul élément alcoolisé de cette mixture. Quoi que si le but de son employée était de profiter de cette soirée pour lui soutirer des informations, il était logique qu'elle limite sa propre consommation d'alcool. Ou alors il se focalisait sur un détail sans importance. C'était aussi plausible. Bref, tout çà ne l'aidait pas à choisir.

Le plus problème venait des noms. Les cocktails supposés être moins alcoolisés avaient des noms qui laissaient supposer le contraire. Tequila Sunrise, Cuba Libre, Gin Tonic, Apricot brandy etc... Il y avait toujours un élément du nom qui le faisait douter et s'il y avait bien une chose que le docteur Lynch détestait, c'était de ne pas comprendre la logique qui se cachait derrière un nom. Était-ce une sorte d'humour de comptoir ?

"C'est bon." Trancha-t-il alors que Carrie montrait une certaine impatience. "Je prendrais un... Fuzzy navel, voilà."

Il lança un regard à Carrie comme s'il essayait de juger la justesse de son choix. Une boisson composée majoritairement de jus d'orange et de glaçon ne pouvait être dangereuse pour le non-initié qu'il était, n'est-ce pas ? De toute façon, çà ne pouvait être pire que la mixture à la couleur et au goût douteux que son employée l'avait fait boire au Rabbit Hole !

La clef dans ce genre de situation était de s'enlever la possibilité de faire marche arrière, alors, sans plus attendre, le psychiatre attira l'attention d'un serveur pour passer commande.

Le premier point épineux de cette conversation étant réglé, Daniel espérait que la discussion reviendrait sur un terrain moins glissant en attendant que la commande arrive. Il crut pendant un instant que ce serait le cas lorsque Carrie s'avança pour parler de stratégie. Après tout, il devait encore établir une date pour l'expérience maintenant que la cheville de l'ancienne chasseuse de monstre était rétablie. Malheureusement, ce ne fut pas ce sujet-là qui fut abordé.

"Je maintiens que, si j'aborde du jour au lendemain un comportement aux antipodes de mes habitudes, cela éveillerait tout autant les soupçons. Le changement doit être fait progressivement." Souffla-t-il à son tour.

D'accord, cette réponse n'était qu'une tentative pour dévier la conversation de LA question que Carrie avait posé en dernier, mais cela n'enlevait pas la pertinence de son argumentation, n'est-ce pas ?

"J'aurais vraiment aimé attendre d'être servi avant de devoir répondre à cette question." Avoua-t-il avec un malaise évident et un soupir. "Au risque de vous étonner, il y a eu... Une personne. Peut-être deux, à la réflexion."

Daniel n'était même pas satisfait du potentiel effet de cette révélation sur son interlocutrice. En fait, il aurait aimé avoir un verre ne serait-ce que pour s'occuper les mains. Mais s'il pouvait dévier la curiosité de son employée vers un sujet moins dangereux que les informations qu'elle avait obtenues durant sa visite à son patient interné, il était prêt à tenter le coup. Quitte à choisir, autant prendre l'embarrassant plutôt que l'illégal. Le psychiatre savait (ou du moins supposait d'après ce qu'il avait pu observer du comportement de son employé) que le meilleur moyen d'attirer l'attention de Carrie sur un sujet était de montrer qu'il ne voulait clairement pas en parler.

"Je pensais plutôt que nous allions aborder le prochain 'rendez-vous' tant que je suis encore apte à tenir une discussion sensée." Glissa-t-il à voix basse avec un regard entendu et une pointe d'ironie en employant le terme de rendez-vous. "Puisque votre cheville va mieux."

Il n'eut pas le temps d'aller plus loin dans son raisonnement puisque le serveur arriva avec les cocktails demandés. Il se tut et observa le verre qu'on déposa devant lui comme un condamné à mort regarderait une chaise électrique.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Mar 10 Mar - 19:16


Daniel & Carrie

Le bar n’était définitivement pas celui qu’elle aurait choisi, loin de là. Et à le regarder, il n’avait pas l’air particulièrement content non plus. Autant dire qu’ils auraient mieux fait de retourner au Rabbit Hole, au moins ils auraient peut-être eu droit à des consommations gratuites. Mais non, il n’en avait fait qu’à sa tête, une fois de plus. Tant pis pour lui, ils allaient être coincés ici pour les prochaines heures, à être probablement la cible des commérages de Storybrooke. Ce qui en soi était sans doute une bonne chose, s’ils voulaient que la rumeur créée de toutes pièces suive son cours.

On ne pouvait pas dire qu’il était le roi de l’enthousiasme et de la bonne humeur. Si elle y était habituée au travail, c’était particulièrement pénibles lorsqu’ils se trouvaient dans un contexte de détente. Il ne savait pas s’amuser c’était évident, et elle craignait que l’alcool ne fasse qu’empirer la situation. Elle ne savait absolument pas quel côté de lui cela ferait ressortir. Et elle devait bien admettre que ça ajoutait du piment à la chose.

Au moins il acceptait de lui obéir et d’agir comme s’ils étaient réellement un couple. D’accord, il ne valait mieux pas qu’il se comporte de manière trop différente de d’habitude, mais il y avait un minimum à respecter pour ne pas éveiller les soupçons sur leur machination. Tout était une question de dosage, ce qui dans ce cas pouvait s’avérer compliqué. Mais bon, ils finiraient bien par trouver un équilibre, et cette première sortie au vu et su de tout le monde était un bon départ.

« Ne dites pas ça, si ça se trouve l’alcool vous rendra drôle. » Pour changer, pensa-t-elle en son for intérieur, même si c’était sous-entendu.

Elle l’espérait d’ailleurs. Au moins elle aurait l’occasion de s’amuser un peu, ce qui avec lui n’était pas garanti. Même si elle avait toujours trouvé leurs échanges de sarcasmes plutôt distrayants. Il y avait une différence entre les distractions au boulot et du bon temps passé dans un bar.

Ce fut elle qui commanda la première. Une boisson moins alcoolisée que la dernière fois, histoire d’être certaine de garder les idées claires. Si jamais il était amené à faire une révélation intéressante, elle tenait à s’en souvenir et à pouvoir les retenir, au cas où elles s’avéreraient utiles. Elle le regardait avec une certaine curiosité, attendant le choix final. Il aurait sans doute dû lui demander de l’aide. En entendant son verdict, elle ne put s’empêcher de lever un sourcil. Elle était persuadée qu’il se rabattrait sur quelque chose de plus connu.

« C’est un choix... original. » Elle n’ajouta rien de plus et conserva une expression la plus neutre possible. De toute manière, quoiqu’il boive, cela aurait probablement un effet sur lui.

Mais elle ne poursuivit pas. Elle ne voulait pas éveiller ses soupçons ni même le convaincre sans le vouloir de ne pas boire. Elle était impatiente de voir le résultat que cela aurait sur lui. Il fallait donc discuter de leur fameuse pseudo relation de couple.

« Peut-être, mais il doit tout de même y avoir changement. Nous sommes censés former un couple, il vaut mieux que nous soyons crédibles. »

Il fallait trouver un certain équilibre : oui, ils devaient alimenter les ragots, mais sans pour autant trop attirer l’attention sur leurs manigances, le but étant de créer une diversion. Il fallait donc parler stratégie, d’où la question qu’elle lui avait posée. Savoir quelle expérience il possédait en la matière lui permettrait de mesurer l’ampleur de la tâche à accomplir. Et heureusement qu’elle n’était pas en train de boire à cet instant précis, car sinon elle se serait probablement étouffée.

« Oh. » Ce fut tout ce qu’elle trouva à dire. Elle était si surprise, c’était si bizarre à imaginer qu’elle ne savait pas vraiment comment réagir. Elle n’eut même pas la présence d’esprit de répliquer quoi que ce soit. Mais il fallait qu’elle parle, au lieu de rester ainsi à le regarder comme un poisson hors de l’eau. « Bon... j’imagine que ça pourra toujours aider un peu à savoir comment nous comporter... »

La vérité ? Elle n’était pas certaine d’en savoir davantage que lui. Elle avait peut-être plus d’expérience avec les hommes, mais elle n’avait jamais vraiment été dans une véritable relation. Il ne s’agissait en général que d’amusement, rien de plus. Mais hors de question de lui avouer qu’elle était à peu près aussi mal à l’aise que lui. Donc, autant changer de sujet. Ce qu’il fit de lui même, en abordant un sujet qui les intéressait tous les deux. Il avait raison : sa cheville était guérie, ils n’avaient plus aucune raison de repousser l’inévitable, à savoir leur séance d’analyse. Elle ne savait pas franchement quel autre nom lui donner en réalité.

« Je suis tout à fait d’accord. Nous devrions d’abord mettre ça en place le plus tôt possible. » Elle estimait qu’elle avait suffisamment attendu, et elle savait qu’il était aussi curieux qu’elle sur ce point.

Ils n’eurent pas le temps d’aller plus loin, leur commande arriva, et ce fut avec plaisir qu’elle dégusta la première gorgée de son mojito. Puis, elle leva les yeux et tomba sur un Lynch hésitant.

« Ne jouez pas les poules mouillées, lancez-vous ! On dirait que vous allez à un enterrement ! »
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Mar 24 Mar - 8:58


Daniel & Carrie

Le docteur Lynch en venait presque à regretter le temps où sa seule préoccupation était de gérer l'évasion d'un de ses patients les plus instables. Le retour de l'évadé dans son service aurait dû apporter du calme à la partie, mais, à la place, il n'apporta que plus de travail. Ce qui devait apporter des réponses n'apporta que plus de questions. Çà et les médicaments qui ne faisaient plus effet, autant de bonnes raisons pour Daniel de fuir un sommeil qu'il savait non-réparateur. Le psychiatre avait l'impression que les règles du jeu changeaient et il détestait cette impression.

Au lieu de travailler, il se retrouvait ici à boire son premier verre d'alcool et à essayer de jouer le jeu de la rumeur les concernant. Un choix qui, plus il y réfléchissait, s'approchait du non-sens absolu. À la base, le docteur Lynch avait une idée derrière la tête. Hélas, plus cette partie avancée et plus il sentait que tout ne se passerait pas comme prévu.

La faille la plus importante de son plan était qu'il ignorait comme il réagirait face à l'alcool. Un sourire sans joie se dessina sur son visage alors que Carrie évoquait le fait que l'alcool pourrait le rendre drôle. Oh, çà, il ne doutait pas un seul instant que sa secrétaire trouverait la suite des événements plus drôle que lui. D'ailleurs, le fait qu'elle prenne une boisson moins forte que la dernière fois n'était pas un bon signe.

Le choix de la boisson fut plus ardu que prévu. Malgré son emploi du temps surchargé, Daniel avait trouvé le temps de se renseigner sur les noms à éviter. Cependant, cette théorie semblait insuffisante face aux noms s'alignant sur la carte. Les cocktails moins forts avaient des noms qui laissaient suggérer le contraire. Devait-il prendre le risque de se tromper ? Finalement, il trancha pour un Fuzzy navel en espérant que le jus d'orange couvrirais suffisamment le composant alcoolisé.

Il ne put s'empêcher d'éprouver une légère inquiètude immédiatement après avoir fait son choix. Avait-il fait le bon ou bien était-il tombé dans un piège de novice ? La réaction de Carrie ne l'aida pas beaucoup. Daniel essaya de réprimer un soupir de toutes ses forces, de toute façon, étant donné que sa tolérance à l'alcool avoisinait les négatifs, très peu d'alcool suffirait à obtenir une réaction. Laquelle ? Il n'en savait rien et sa curiosité ne s'appliquait curieusement pas à cette expérience. Tout ce qu'il pouvait faire était de retarder l'échéance. Le psychiatre ne pensa pas un seul instant à trouver une excuse pour se dérober puisqu'il comptait bien tenir parole comme lorsqu'il avait bu cette boisson non-identitifée au Rabbit Hole.

Passant d'un sujet embarrassant à un autre, leur crédibilité en tant que couple revint sur le devant de la conversation. Encore un projet qui semblait simple et logique sur le plan théorique, mais qui devenait plus complexe lorsqu'il fallait passer à la pratique. Le docteur Lynch pensait que sa seule présence avec sa secrétaire suffirait, mais son interlocutrice semblait penser le contraire. Comme l'ancienne chasseuse de monstre était celle qui avait le plus d'expérience dans ce domaine, le psychiatre ne pouvait pas balayer son avis d'un revers de main. Même s'il ne put s'empêcher de remarquer qu'un change trop brusque dans son comportement éveillerait les soupçons.

"Je croyais que des gestes d'intentions indirectes et des phrases ambigues suffiraient." Avoua-t-il. "En tout cas, cela semble suffire à mademoiselle Doll quand elle en parle."

Cette fois, il ne put réprimer son soupir. La fatigue regagnait du terrain après avoir été maintenue éveiller 'grâce' à la méthode de conduite très particulière de Carrie.

"Mais c'est vous l'experte, je suppose, alors je ferais des efforts." Conclut-il.

Apparemment, la subtilité n'avait pas sa place quand il était question de feindre une romance. S'il simplifiait le problème à l'extrême, il devait juste se 'forger' un nouveau masque qui correspondrait à cette situation. Ce n'était qu'un nouveau rôle à endosser, comme lorsqu'il avait repris le service psychiatrique. Cela ne sera pas aussi simple, bien sûr, mais cette approche le rassurait un peu, rendait la suite moins impossible à réaliser. Le plus dur serait de trouver l'équilibre.

En évoquer son expérience dans ce domaine, Daniel ne doutait pas que son interlocutrice s'attendait à une réponse négative. Il ne tira aucune satisfaction de la réaction de son employée. Toutefois, s'il pouvait dévier la curiosité de Carrie vers un autre sujet, c'était une gêne qu'il pouvait supporter. Gêne n'était peut-être pas le meilleur mot pour décrire son manque de motivation à poursuivre. En fait, quand il essayait de se rappeler les deux personnes dont il parlait, ces souvenirs semblaient... vague. Comme s'il n'arrivait pas à concentrer ses pensées sur ce sujet. En fait, pour un des cas, ces souvenirs flous semblaient presque dépourvus de couleurs. Pourtant, il n'avait encore rien bu !

"Est-ce si impensable à imaginer ?" Commenta-t-il avec ironie lorsqu'il chassa un peu la confusion qui menait d'envahir son esprit. "Si çà peut aider votre imagination, j'étais quelqu'un de très différent à l'époque."

Un autre indice pour éveiller la curiosité de son employée. Même si les détails de ces souvenirs restaient flous, Daniel avait au moins la conviction que sa dernière phrase était vraie. De toute façon, il avait été une personne très différente avant de se retrouver propulsé à la charge d'un service donc ce n'était pas difficile de déclarer ce genre de chose.

Il était loin de se douter que Carrie avait quasiment autant d'expérience que lui au sujet des relations durable. Sinon, il n'aurait pas cherché à changer de sujet en parlant de leur prochain 'rendez-vous'.

"Bien." Répondit-il, ravi que sa secrétaire demande à ce que soit fait le plus tôt possible. "J'ai eu largement le temps de tout préparer pendant votre convalescence."

La curiosité lui faisait toujours éprouver un certain enthousiasme devant la perspective de commencer une nouvelle expérience, mais, ce qui s'était passé durant la crise de Carrie en plus de leur conversation durant le mariage lui faisait éprouver une certaine crainte. Chaque fois qu'il semblait s'approcher d'une réponse, le mystère s'épaississait. Pour la première fois, le psychiatre se demandait s'il voulait vraiment connaître la résolution de l'énigme. Étant donné ces dernières réactions, était-il assez neutre pour mener à bien cette expérience ? Malheureusement, il ne pouvait faire appel à un regard extérieur et il était trop déterminé à trouver une solution pour ces étranges rêves qui revenait le hanter pour songer à reporter encore ce rendez-vous.

Avant d'aller plus loin, les commandes arrivèrent. Alors qu'il commençait seulement à se détendre (même si la fatigue se sentait toujours), ce fait le ramena brutalement à la réalité. Voilà, il y était. Plus moyen de reporter la chose. Son hésitation devait être visible puisqu'il reçut une remarque sur ce sujet. Il parut décontenancé de se voir traité de poule mouillée.

"J'assisterais peut-être à l'enterrement de ma propre dignité ce soir, donc ma tête est de circonstance." Répliqua-t-il avec humour. Il marqua un temps pendant lequel il rapprocha le verre contenant le maudit cocktail commandé. "Je vous ai dit, je préfère qu'on tombe d'accord sur une date avant de boire. Tant que je suis encore capable d'assurer une conversation soutenue." Argumenta-t-il avec patience.

Le psychiatre soupçonnait que son entêtement n'attise la mauvaise humeur de son employée alors, pour montrer sa bonne foi, le docteur Lynch se décida à boire une gorgée de son verre. Le goût trompeur du jus d'orange le poussa à prendre une gorgée plus longue que prévu. Encore une erreur dans cette soirée qui en était déjà parsemée. Il reposa sa boisson lorsque la saveur alcoolisée se manifesta comme un arrière-goût horrible sur ses papilles gustatives.

"Alors..." Commença-t-il avec une légère grimace et en déglutissant dans l'espoir de faire partir l'arrière-goût. "Quand seriez-vous libre ? Laissez-moi juste quelques jours pour tout vérifier et me remettre de ce rendez-vous-ci." Dit-il avec un nouveau sourire sans joie en évoquant la possibilité qu'il allait avoir plusieurs jours pour se remettre de sa première consommation d'alcool.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Sam 18 Avr - 21:50


Daniel & Carrie

C’est avec le plus grand soin qu’elle s’efforça de dissimuler soigneusement ce qu’elle ressentait face au choix de boisson qu’il venait de faire. Le but n’était pas de le dissuader, bien au contraire. De toute manière, elle était persuadée qu’elle ne serait pas déçue, et ce quel que soit le choix qu’il puisse faire. Il n’avait apparemment jamais bu d’alcool de sa vie. Autrement dit, le choc allait être rude pour lui. Et terriblement amusant pour elle. Elle avait quelques difficultés à imaginer Lynch perdre le contrôle de lui-même. Et pourtant, c’était bel et bien ce qui ne manquerait de se produire. A quoi ressemblait donc le psychiatre sans toutes ces barrières de bonne conduite qu’il s’imposait ? Elle ne tarderait sans doute pas à le savoir...

Il aurait pu être content qu’elle ait accepté de ne pas le trainer jusqu’au Rabbit Hole. Mais peut-être aurait-il dû penser à l’inconvénient de se trouver ici : il risquait d’être vu par des individus qu’il connaissait, et donc de mettre à mal sa si précieuse réputation. Ce qu’elle se garda bien de lui faire remarquer. On ne sait jamais, des fois qu’il puisse avoir l’idée de se dégonfler, ce qu’elle souhaitait à tout prix éviter.

Maintenant que la commande était passée, le mal était fait de toute manière. Il n’y avait plus qu’à attendre. Et à changer de sujet. C’est ainsi qu’elle décida de passer à celui, fort intéressant, de leur fausse relation amoureuse. Il lui semblait impératif de mettre plusieurs choses au clair afin qu’ils puissent décider d’une stratégie à suivre. Ca devrait lui convenir, lui qui était aussi organisé. Et elle devait bien avouer que dans ce domaine, elle avait besoin de quelques repères. Il semblait se fier à elle, sans savoir qu’en réalité, elle en savait aussi peu en matière de relations amoureuses. Ce qu’elle connaissait, c’étaient les relations physiques, plus ou moins régulières, mais ça s’arrêtait là.

« Peut-être que sa suffit pour l’instant, mais ce ne sera pas le cas longtemps. Une rumeur à besoin d’être nourrie pour survivre. » de ça en revanche, elle était certaine. Mais les paroles qui suivirent la mirent quelque peu mal à l’aise. « Oui... enfin... disons que je m’y connais un peu. »

Bien sûr, elle aurait pu mentir et prétendre être une véritable experte en amour. Mais au point où ils en étaient, elle n’en voyait pas franchement l’intérêt. Au contraire, l’enjeu était bien trop important pour qu’elle se permette de jouer avec ça. Et puis bientôt son attention fut tournée vers la révélation qu’il venait de lui faire. Elle aurait peut-être pu se douter qu’il avait déjà une petite expérience en la matière, mais l’entendre était une toute autre histoire. C’était... surprenant. Et même un tantinet dérangeant, de l’imaginer avec une femme, elle ne savait pas vraiment pourquoi.

« Et bien euh... c’est juste que je suis surprise, vous avez l’air de quelqu’un de très solitaire. Je ne vous ai jamais vu une fois en compagnie d’une femme. » Ou d’un homme d’ailleurs. Après tout, elle ne connaissait pas tout de ses goûts personnels.

Elle était également surprise qu’il lui avoue un jour avoir été quelqu’un de différent. Différent comment ? Elle repensa à la tenue dans laquelle il était venu la chercher. Elle avait du mal à le voir autrement qu’en costume strict avec ses lunettes sur le nez. C’était... beaucoup trop étrange. Comme si on parlait là d’un univers parallèle, quelque chose qui n’avait pas lieu d’être. Il n’avait apparemment pas très envie de s’étendre sur le sujet. De toute manière, il était plus que temps qu’ils abordent les choses sérieuses. Car tout de même, ils n’étaient pas en train de jouer les couples amoureux pour rien !

Elle ne savait pas vraiment ce qui l’attendait. Ni même ce qu’il entendait par avoir tout préparé. Mais ce qu’elle savait, c’est qu’il était plus que temps que les choses bougent. Elle sentait comme une sorte de voile entre elle, et autre chose, quelque chose qu’elle voulait à tout prix voir et savoir. Une connaissance qu’il pouvait peut-être lui apporter, qui sait.

« Parfait. Dès que vous le souhaitez, nous pourrons commencer. » Elle afficha un sourire satisfait. Les choses allaient enfin prendre une tournure concrète, et il était plus que temps.

Pour une fois, ils étaient sur la même longueur d’onde. Elle pouvait sentir qu’il était tout aussi curieux et impatient qu’elle. Pourtant, elle ne partageait en revanche aucun de ses doutes. Elle n’avait pas vraiment vécu son état pendant la crise, puisqu’elle ne se rappelait que de quelques bribes. Elle ne l’avait pas vue en direct. Elle ne réalisait pas à quel point les choses pourraient mal tourner, si elle n’y prenait pas garde.

Les commandes arrivèrent, enfin. Elle but avec délice une gorgée de sa boisson, avant de lever les yeux vers le psychiatre, le regardant d’un air intéressé et levant un sourcil, visiblement impatiente de savoir ce que tout cela allait donner. Il avait fait de l’humour en tout cas. Elle se demandait ce que donnerait un Lynch devenu vraiment drôle.

« Vous exagérez, il ne s’agit que d’un verre. Vous n’allez pas vous métamorphoser à cause d’un seul verre. » Enfin... sans doute pas. « Mais très bien : Qu’est-ce que vous pensez de mercredi prochain? Au cas où vous ayez besoin de temps pour vous remettre... »

Autant plier les choses rapidement et passer à ce qui ne manquerait d’être des plus amusants : le voir avec un verre dans le nez. Il avait déjà fait preuve de bonne volonté en buvant une gorgée, restait à savoir ce que tout cela donnerait lorsqu’il aurait avalé le cocktail en entier.

« Qu’est-ce que vous pensez de votre première boisson alcoolisée ? » lui demanda-t-elle avec un sourire en coin. La réponse ne serait sans doute pas favorable, et c’était bien normal. La première gorgée n’était jamais la plus agréable. Mais il s’habituerait. Et si ça se trouve, il y prendrait goût, qui sait...
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   Ven 22 Mai - 23:09


Daniel & Carrie

Autant choisir entre la peste et le choléra. Au fond, ce n'était pas vraiment important qu'il ait mal choisi la boisson. Même si, par chance ou grâce à ces renseignements, Daniel arrivait à choisir une boisson très peu alcoolisée, l'effet serait tout aussi désastreux qu'avec une boisson plus forte. C'était bien là le drame : le psychiatre qui adorait contrôler le moindre détail allait se retrouver dans une situation où il perdrait le contrôle, quoi qu'il puisse arriver.

Sa seule liberté était d'en choisir l'intensité. Comme la commande avait été passée, il allait très vite savoir s'il avait fait le bon choix. Malgré cette constatation, Daniel aurait aimé avoir un indice sur ce point, or, le visage de Carrie ne trahit aucune réaction particulière lorsqu'il avait évoqué sa boisson.

Parler des règles à établir pour donner du crédit à leur pseudo-romance n'était pas vraiment une façon de faire disparaître son malaise. Le Docteur Lynch s'était imaginé que feindre ce genre de chose était simple. Il fallait dire que son seul repère en la matière était une personne friande de potins. À partir de ce point de vue, le psychiatre imaginait que glisser un ou deux gestes et paroles sous-entendues suffiraient. À nouveau, il déchanta vite devant les affirmations de son employée. Toutefois, il s'imaginait que Carrie avait bien plus d'expérience que lui dans ce domaine, aussi promit-il de faire des efforts.

Le manque d'assurance vers la fin de son interlocutrice lui rappela cet instant au mariage où elle l'avait entraîné sur la piste alors qu'aucun d'entre eux ne savait danser la valse. Le psychiatre espérait que cette impression était fausse.

Il s'efforça d'étouffer cette préoccupation afin de se concentrer sur la question concernant une éventuelle expérience amoureuse. Cette question aurait fusé au travail, le docteur Lynch aurait répondu que ce n'était pas ces affaires. Mais, ici, il y vit une possibilité de détourner la curiosité de Carrie vers des secrets moins compromettant. Tout de même... Devait-il être vexé de la réaction qu'avait entraînée cette révélation ?

"Comme je vous l'ai dit, j'étais très différent à cette époque." Répliqua-t-il posément lorsque son interlocutrice signala qu'elle ne l'avait jamais vu en compagnie d'une femme.

Au point que lorsqu'il y rependait, il avait l'impression qu'il s'agissait d'une autre vie.

Heureusement, la conversation dériva sur un sujet beaucoup plus intéressant. Maintenant que la cheville de Carrie était enfin guérie, ils pouvaient enfin envisager la suite. Le psychiatre avait eu largement le temps de se préparer, au prix de quelques nuits blanches qui lui donnait à présent des airs de zombie. Daniel éprouvait mélange entre curiosité et crainte devant la perspective de peut-être en savoir plus. L'incident du dragon. La crise de Carrie dans son service. Tout cela lui laissait une sensation sourde qu'il n'avait pas à clairement expliqué, comme si une part de lui ne voulait pas vraiment savoir. Toutefois, l'idée que ces propres cauchemars puissent reprendre le motivait davantage à poursuivre le plus vite possible. Pour une fois, ce sentiment était partagé.

Lorsque les commandes arrivèrent et que Daniel se retrouva devant l'inévitable moment où il allait devoir expérimenter l'alcool, il ne put s'empêcher d'ajouter qu'il lui faudra certainement un laps de temps pour s'en remettre. Le psychiatre jugea inutile d'ajouter qu'il avait conscience de ces limites et qu'un seul verre était largement suffisant pour les dépasser de très loin.

"Mercredi prochain, parfait." Acquiesça-t-il, soulagé qu'une date soit fixé.

Malheureusement, son agenda était resté chez lui, mais il espérait se souvenir de ce rendez-vous. Ensuite, il ne trouva aucune excuse pour retarder ce moment, du coup, il fut bien obligé de boire une gorgée prudente de son verre. L'alcool avait un arrière-goût infect qui le prit par surprise et supprima celui de l'orange présent dans le mélange.

Le docteur Lynch eut du mal à réprimer une grimace lorsque Carrie lui demande son verdict. En vérité, avec cette première gorgée, il comprenait encore moins comment autant de personne pouvait apprécier l'alcool.

"Ce... C'est normal cette espèce d'arrière-goût ? J'ai l'impression de ne plus sentir que cela."

Avec encore plus de prudence, il tenta une deuxième gorgée pour voir si le goût en question passait. Affiche une mine peu convaincue, il reposa son verre.

"Je ne sais plus si on avait ré-aborder le sujet, mais avez-vous réfléchi au sujet de l'encre psychologique dont je vous avait parlé ?" Demanda-t-il avec l'espoir que la conversation resterait sur son terrain de prédilection.

Après tout, c'était une information très importante à savoir avant d'officiellement commencer leur prochaine séance ! Curieux, ce n'était pas dans ces habitudes d'oublier si ce détail avait été mentionné précédemment dans la conversation... Mais cela ne pouvait pas être déjà un effet de l'alcool ! Pas si rapidement !

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] Let's go crazy !   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Let's go crazy !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Crazy Minds
» la Crazy Time recrute!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-