Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 I need you to be the centerpiece of my strategy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: I need you to be the centerpiece of my strategy   Ven 5 Sep - 22:24


Triste Sire & Coraline

Éclairer à la lueur des bougies, Triste Sire jouait une partie d'échec en solitaire. Bouger les pièces sur le plateau de jeu l'aidait toujours à mieux visualiser les choses lorsqu'une de ses machinations étaient en cours. La dernière en date était une stratégie des plus complexes : le mariage entre la princesse Marianne et le shérif de Nottingham. Une cérémonie qui deviendrait un piège si un certain Robin des Bois décidait de compter parmi les invités.

Ce bandit allait-il venir ? Triste Sire n'en doutait pas. Robin n'était pas comme Marianne, il était beaucoup plus impulsif lorsqu'il s'agissait de décision personnelle. Le conseiller avait conscience qu'une si belle occasion ne se reproduira pas. Aucune erreur ne serait permise durant ce 'heureux' jour. Pourtant, plus il déplacer les pions en suivant sa partie imaginaire sur l'échiquier et plus il avait l'impression persistante qu'il lui manquait une pièce essentielle pour mener à bien son projet.

Le natif d'HalloweenTown tapota le bord du plateau d'un air songeur. Évidemment, son plan comportait certaines incertitudes. D'ordinaire, cela ne lui déplaisait pas d'avoir certaines zones d'ombre dans ces complots. Un plan se déroulant de manière trop linéaire était terriblement ennuyeux. Dans ce cas précis, il restait tout de même une incertitude majeure qu'il ne pouvait ignorer ou laisser en suspend : l'efficacité de la capture de Robin si le malfrat s'invitait au mariage. Les gardes avaient montré leur inefficacité face à l'archer. Triste Sire ne pouvait pas vraiment en vouloir les soldats du royaume pour leur incompétence puisque les meilleurs guerriers avaient accompagné le roi Richard dans sa croisade contre les ogres. C'était un fait. Est-ce que le futur marié sera suffisant pour mettre Robin des bois hors d'état de nuire ? La perspective de voir la princesse lui filer entre les doigts serait sans doute une motivation assez conséquente, mais serait-ce suffisant ?

Triste Sire poussa un soupir. Il faudra sans doute que cela le soit. Toutes stratégies avaient ses limites. Le conseiller avait assemblé tous les renseignements qu'il pouvait. Maintenant... les dés étaient jetés jusqu'au grand jour ? Le conseiller aimait croire qu'il pouvait encore ajouter une conspiration de plus pour faire pencher d'avantage la balance en sa faveur. Il fallait juste trouver quoi ou plutôt... Qui ?

Comme en réponse à son interrogation mentale, un bruit se fit entendre derrière lui. Durant les secondes qu'il mit à se retourner, le conseiller avait eu le temps de redouter des représailles précoces de Robin des bois, mais vit Coraline en train de se hisser par la fenêtre. Le natif d'HalloweenTown n'eut pas le temps d'être soulagé de cette visite plus amicale que celle éventuel d'un de ses ennemis puisqu'il vit que la chasseuse de monstre était blessée. À force de recevoir de telles visites, il avait exercé son regard pour détecter ce genre de chose du premier coup d'œil. Au cas où Coraline songerait à les lui cacher.

"Il y a une porte, tu sais." Déclara-t-il en guise de bonsoir après avoir pousser un mince soupir. On ne pouvait dire si le soupir était d'agacement ou de soulagement.

Son comportement s'adoucit légèrement lorsqu'il invita Coraline à s'installer sur son lit tandis qu'il alla chercher la trousse qu'il garda cacher au fond de son armoire. Les visites de la chasseuse de monstre commençaient toujours ainsi avec Damien qui pensait les blessures les plus urgentes. C'était devenu, au fil du temps, une espèce de rituel bien à eux.

"Raconte. C'était quoi cette fois ? Des gobelins ? Un troll ?" Questionna-t-il tandis qu'il sortait avec précaution des bandages que lui fournissaient généreusement le médecin royal sans lui poser de question et une bouteille d'alcool qui était l'équivalent le plus proche d'un anesthésiant dans ce monde moyenâgeux.

Dans sa liste d'adversaires présumés, le conseiller ne prononçait jamais les mots 'ogre' et 'sorcières' à cause de sa rencontre avec ces deux catégories de créatures. Il espérait ne jamais apprendre que Coraline avait croiser la route de ces monstres là.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Lun 15 Sep - 10:53


Triste Sire & Coraline

Voilà bien des années à présent que Coraline avait perdu tout espoir de rentrer un jour chez elle. Des années qu’elle errait dans la forêt enchantée et avait pris les armes et la profession de chasseuse de monstres. C’était un métier comme un autre, et au moins il y avait toujours du travail. Elle récupérait les récompenses et pouvait en même temps avoir le plaisir de sauver des populations, tout ce qu’elle n’avait pu faire face à l’Autre Mère. Cela lui permettait, d’une certaine façon, de prendre sa revanche, même si elle ne pourrait le faire de manière totale et absolue avant le jour où elle se trouverait réellement face à sa vieille ennemie. Cependant, il y avait peu de chance qu’une telle chose se produise prochainement, et en attendant elle se contentait des créatures qui se trouvaient sur sa route.

Cette fois-ci, elle s’était retrouvée aux trousses d’un groupe de trolls qui terrorisaient un petit village en en pillant régulièrement les richesses des habitants. C’était plutôt inhabituel pour ce type de créature qui en général prenait ses quartiers en groupe dans un lieu souvent isolé et répugnant. Mais elle s’était décidée à s’en occuper. Et elle y était parvenue, plutôt aisément. Elle n’avait pas prévu qu’il puisse y avoir des représailles. Deux d’entre eux l’avait prise au piège alors qu’elle quittait le village. La lutte avait été difficile et particulièrement serrée. Elle avait finalement réussi à s’enfuir, non sans avoir reçu quelques coups, dont un de poignard au niveau du ventre. Elle était parvenue à leur échapper et à s’éloigner suffisamment afin d’observer ses blessure. Ce ne semblait être que superficiel, mais elle perdait du sang. Elle parvint à se constituer un bandage de fortune mais se doutait qu’il ne tiendrait peut-être pas longtemps.

Par chance, la route n’était pas longue jusqu’au château de Nottingham, où elle savait pouvoir trouver refuge auprès de son vieil ami Damien. Si on lui avait dit un jour que le jeune homme enthousiaste qu’elle avait connu à Halloweentown deviendrait un jour conseiller du roi et serait surnommé Triste Sire, elle ne l’aurait pas cru. Néanmoins elle n’avait jamais été aussi heureuse que le jour où elle avait appris qu’il était encore en vie et avait réussi à échapper aux griffes de l’Autre Mère. Elle s’était toujours sentie coupable de l’avoir laissé derrière elle, bien qu’elle n’ait jamais eu la possibilité de faire autrement. Peut-être était-ce cela qui l’avait empêché de regarder la réalité en face et de réellement prendre la mesure du changement qui s’était opéré en lui.

Afin d’éviter de croiser les gardes, et également par habitude et désir de rapidité, elle décida de ne pas passer par la porte, mais par la fenêtre, celle où elle savait avoir le plus de chances de le trouver. Ce n’était pas forcément la meilleure des idées. Sa petite escalade ne fit que l’affaiblir encore plus, si bien qu’elle manqua de tomber en franchissant la fenêtre. Mais elle parvint à se tenir debout devant Damien, qui déjà la regardait avec suspicion.

« Que veux-tu, je préfère les entrées fracassantes. » ironisa-t-elle avec un sourire.

Malgré sa fierté, elle obéit à son invitation et se dirigea vers le lit, sur lequel elle s’allongea en poussant une légère exclamation de douleur mais était plutôt rassurée d’être entre ses mains plutôt que sur les routes à l’extérieur. Au moins ici elle était en sécurité, et il avait des compétences médicales plus performantes que les siennes.

« Je me suis mis un groupe de trolls à dos. Ils ont fini par m’avoir. Mais c’est rien du tout, juste quelques petites égratignures ? » Ce qui ne l’empêcha pas de sentir que l’alcool sur ses plaies risquait d’être une sensation douloureuse. Elle n’était pas du genre à s’en plaindre ceci dit. Et elle aimait ces rituels. Ca faisait du bien d’avoir un port d’attache, pour elle qui menait une vie de nomade. « Et toi alors ? Toujours aussi important dans ce palais ? Tu as la belle vie, à ce que je vois ! »
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Mer 17 Sep - 18:24


Triste Sire & Coraline


La médecine était une des nombreuses choses que Damien avait voulu laisser derrière lui avant que les circonstances change la donne. Comme Coraline lui rendait rarement visite sans aucune blessure et que l'ancien habitant d'HalloweenTown ne se voyait pas appeler le médecin royal à chaque fois, il avait dû reprendre ces anciens réflexes, et même aller jusqu'à approfondir ses connaissances sur le sujet, car les pratiques médicales (si on peut vraiment leur donner un tel nom dans ce monde barbare) de la forêt enchantée étaient très différentes des enseignements qu'il avait reçus dans son monde sans couleurs d'origine.

Son matériel lié à cette pratique restait bien cacher dans une de ses armoires comme s'il avait honte d'étudier comment sauver des vies, lui qui avait tellement de sang sur les mains (bien qu'il n'eût jamais tué de manière directe, mais plutôt via ses conseils fournis aussi bien au Shérif qu'au Prince qu'il servait). Une mésaventure en forêt l'avait obligé à révéler se secret à son ennemie, Marianne, ce qui augmentait le nombre de personnes au courant de ces compétences médicales à trois. Une liste que le conseiller ne voulait pas voir se rallonger.

Comme il l'avait déclarer à la princesse ce jour-là, Triste Sire n'utilisait ces compétences que pour une seule personne. Et cette personne venait justement de faire une entrée fracassante par la fenêtre. Le meilleur moyen d'aggraver des blessures ! Le conseiller garda cette remarque acide pour signaler à la place que les portes existaient.

Le natif d'HalloweenTown étouffa un soupir lorsque la chasseuse de monstre lui répondu qu'elle préférait les entrées fracassantes. Il fit un geste d'invitation vers le lit et alla chercher de quoi soigner les blessures qu'il ne pouvait qu'entrevoir pour l'instant à travers le bandage de fortune qu'avait effectuer Coraline.

"Je te l'ai déjà dit, tu n'as pas à entrer ici comme une voleuse." Expliqua-t-il calmement. "Il suffirait de te présenter à l'entrée du château pour recevoir un accueil digne d'un invité de marque. En tout cas, le garde qui ne te ferait pas un tel accueil le regretterait immédiatement." Conclut-il avec un sourire au coin, ne disant pas clairement si l'hypothétique garde en question le regretterait à cause de ce que lui ferait la demoiselle ou bien s'il parlait de la punition qu'il recevrait ensuite pour avoir fait un tel écart à la politesse.

Si Coraline se décidait un jour à faire une entrée plus traditionnelle, Triste Sire ne doutait pas qu'elle recevait l'accueil qu'il venait de décrire. Il avait fait croire à la cour de Nottingham que la chasseuse de monstre était sa sœur. Une modification de la réalité qui avait été essentielle pour gagner la confiance du roi Richard, si attacher à des valeurs comme la famille, et que le conseiller avait maintenu, même après le départ du souverain, par soucis pratique.

Triste Sire sortit des bandages et de l'alcool. Il laissa le fil et l'aiguille au fond de la sacoche en espérant que les blessures de la demoiselle ne soit pas suffisamment profonde pour qu'il ait à les sortir. Non pas parce qui ne savait pas coudre une plaie (il s'était retrouver un jour à coudre une de ses propres blessures, une expérience qu'il espérait ne plus jamais avoir à subir) mais parce qu'il soupçonnait Coraline d'en avoir toujours peur, même après toutes ces années loin de la sorcière appelée l'Autre-mère.

Alors qu'il continuait ses préparatifs, il demande quelle aventure sa visiteuse avait vécut cette fois-ci. En parlant de Troll, il avait utilisé le singulier, car il imaginait mal la demoiselle en affronter plusieurs. Le conseiller fut donc surpris d'entendre parler d'un groupe et non du traditionnel troll solitaire sous un pont.

"Tu essaies de me convaincre ou de te convaincre en disant çà ?" Nota-t-il avec une pointe d'amusement lorsqu'elle lui parla de petites égratignures.

Il installa son matériel sur le lit et regarda avec plus d'attention le bandage de fortune. Le reste des 'blessures' était quelques bleus et véritablement des égratignures, il pouvait donc se concentrer sur la blessure au niveau du ventre.

"Une défaite, donc ? Voilà qui est assez rare." Commenta-t-il. Damien savait quand piquant un peu la fierté de son amie, il obtiendrait plus de détails sur cette histoire tout en concentrant l'attention de Coraline ailleurs puisqu'il avait tendu la main pour défaire lentement le pansement improvisé.

Après avoir examiner de plus près l'entaille, ce fut à son tour de recevoir des interrogations. Triste Sire se retint de signaler que si Coraline le voulait, elle pourrait elle aussi bénéficier de cette belle vie. Au fils du temps, un autre rituel s'était installé pendant les visites de la chasseuse de monstre : des disputes concernant leurs choix de vie respectifs. Cette habitude-là venait de plus en plus vite dans leur conversation, aussi regrettable qu'inévitable. Triste Sire ne voulait pas accélérer les choses, surtout qu'il n'avait toujours pas fini de soigner la blessure de sa visiteuse.

"Ma foi, je n'ai pas à me plaindre." Répondit-il simplement. Les richesses ne l'intéressaient pas. Il avait choisi cette vie de château, car, pour son projet, il valait mieux être en haut de l'échelle. "Le château est en effervescence, ces derniers jours, je ne manque pas de travail. Nottingham va accueillir un heureux événement : un mariage."

Le conseiller n'alla pas plus lointain dans ses explications, attendant de voir la réaction de son interlocutrice avant de choisir de développer cette information ou non. Sans transition, il poursuivit sur son diagnostique rapide tout en imbibant d'alcool un morceau de tissu.

"L'entaille n'est pas profonde, mais elle saigne beaucoup, j'espère qu'un pansement suffira." Analysa-t-il en appliquant doucement le tissu pour nettoyer la plaie. Il quitta un instant son travail des yeux pour reporter son attention sur le visage de Coraline. Elle ne semblait pas fiévreuse donc la lame ne devait pas être empoisonné. "Je vais mettre de l'onguent pour accélérer la cicatrisation, il vaut mieux éviter que cette blessure ne s'infecte."

Damien n'avait pu entièrement cacher une légère grimace en parlant d'onguent. Cela faisait partie des méthodes qui différaient d'un monde à l'autre et qui recevaient difficilement son entière approbation. Cependant, il préférait tester d'abord cette solution au lieu de proposer directement de recoudre.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Dim 19 Oct - 12:53


Triste Sire & Coraline

C’était toujours le même rituel, et ce depuis qu’ils s’étaient retrouvés après Halloweentown : à chaque fois qu’elle se retrouvait blessée, elle se rendait jusqu’au château de Nottingham pour se faire soigner par son vieil ami, et par la même occasion partager ses aventures. Elle aurait sans doute dû remarquer à quel point il avait changé. Qu’il n’était plus tout à fait celui qu’elle avait connu, son grand frère d’adoption. Ou plutôt si, elle l’avait remarqué, mais elle tentait envers et contre tout de passer outre. Il était toujours bel et bien là après tout, peu importait qu’il soit en noir et blanc ou en couleur. Elle se sentait déjà suffisamment coupable d’avoir dû le laisser entre les griffes de l’Autre Mère.

Il n’avait pas tort, il y avait des manières plus pratiques d’entrer dans ce château. Néanmoins le pratique et le confortable n’avaient jamais été son style. Du moins, ça ne l’était plus depuis qu’elle avait pris les fonctions d’une chasseuse de monstre. Sa vie antérieure dans le Maine, chez sa mère, lui semblait bien loin. Désormais, les entrées fastueuses ne l’intéressaient aucunement, et elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire moqueur lorsqu’il lui en parla.

« Dis donc, tu as gagné en influence à ce que je vois ! » Il était bien loin l’habitant curieux d’Halloweentown qui vivait dans sa petite maison sans couleur, et cette pensée lui causa un très bref pincement au coeur. « Merci bien, mais je préfère la discrétion. Contrairement à toi, je ne suis pas vraiment habituée aux fastes de la cour. »

Ses propos contenaient une ironie amusée certaine, bien qu’elle se sente flattée qu’il la considère à ce point comme importante. Peu importait ce qui avait pu se passer, le chemin que leurs existences avait pris, leur relation était restée un des seuls piliers qui lui restaient, alors même qu’elle avait peu à peu tout perdu. Elle s’y raccrochait donc naturellement, sous ses dehors de guerrière indépendante. Et puis, elle aimait leurs échanges, et ce depuis leur toute première rencontre. Elle s’allongea, se laissant donc soigner. Bon peut-être qu’elle avait un peu minimiser ses blessures, mais il ne fallait pas exagérer non plus et elle esquissa un sourire amusé.

« Je n’essaie de convaincre personne. Après tout, j’ai connu bien pire, je survivrai à celles-là comme à toutes les autres. »

Elle le laissait faire pour tout ce qui faisait partie du côté médical. Il s’y connaissait déjà mieux qu’elle. Mais bien évidemment, il trouva le moyen de commenter le récit qu’elle venait de lui faire. Une remarque qui ne manqua pas de heurter quelque peu sa fierté. Elle n’aimait pas perdre, aujourd’hui comme par le passé, et elle n’aimait pas non plus qu’on le lui rappelle. D’autant plus qu’elle s’était faite avoir un peu trop facilement à son goût et qu’elle avait tout de même un peu de mal à le digérer. Elle se contenta de lever les yeux au ciel.

« Ca arrive qu’est-ce que tu veux... » rétorqua-t-elle sur un ton démontrant clairement son irritation. « Bon, tu me soignes ou tu continues à bavarder ? »

Elle ne pouvait pas s’empêcher de l’envoyer sur les roses. Si Coraline avait un trait de caractère, c’était bel et bien l’orgueil. Elle n’aimait pas particulièrement s’entendre dire qu’elle avait échoué. Pourtant, ça arrivait, elle aurait dû en avoir l’habitude depuis le temps, mais il fallait croire que ce n’était toujours pas le cas.

Tout en grommelant, elle le laissa la soigner sagement. A chaque fois qu’elle regardait les méthodes médicales de ce monde moyenâgeux, elle avait presque envie de hurler, d’autant plus lorsqu’elle songeait à ce à quoi ils ressemblaient dans son monde d’origine. Ici, les médecins auraient crié au scandale. Mais de toute manière, elle avait perdu depuis bien longtemps l’espoir d’y retourner un jour. Désormais, c’était ici chez elle, qu’elle le veuille ou non.

Elle n’avait pas vraiment envie de se disputer avec lui, mais c’était plus ou moins ce qui arrivait toujours. Tôt ou tard, la voix montait, en particulier lorsqu’ils en venaient à aborder le sujet de leurs choix de vie. Elle savait qu’elle n’aurait eu qu’à le lui demander pour qu’il l’introduise à la cour. Mais elle n’en avait pas la moindre envie. Sa vie n’était pas tous les jours faciles, mais c’était la sienne et le seul moyen pour qu’elle ne se sente pas totalement piégée. Elle ne comprenait pas que lui se contente de cette vie. Après tout, quelques années auparavant, il ne rêvait que d’explorer d’autres mondes. Et voilà qu’à présent il servait un souverain aussi cruel qu’incompétent. Elle avait réellement du mal à le comprendre, tout comme cet affreux surnom, Triste Sire.

Pourtant, une fois n’est pas coutume, elle parvint à peu près à se retenir. En particulier lorsqu’il parla du mariage au château. Elle avait en effet pu remarquer une certaine activité aux alentours, mais elle n’avait pas eu l’occasion de constater de ce dont il s’agissait. Elle devait admettre que l’événement l’intéressait bien et attisait sa curiosité.

« Un mariage ? Tiens donc ! Le mariage de qui ? » Sa vie sur les routes lui permettait d’avoir quelques informations sur ce qui se passait aux alentours, mais c’était la première fois qu’elle entendait parler de cet événement à Nottingham. « Je vais peut-être avoir envie de rester un peu plus longtemps... » ajouta-t-elle avec un petit sourire.

Puis elle se tut pour le laisser donner son diagnostic. Bien qu’elle n’ait pas été foncièrement inquiète, il était tout de même rassurant d’entendre que la plaie pourrait guérir vite et bien.

« Tant mieux. Tu penses que je pourrai retourner dans combien de temps sur les routes ? »

Et, ils le savaient parfaitement, si jamais il lui indiquait une durée trop longue, elle partirait lorsque ça lui conviendrait, sans se soucier de savoir si elle était complètement guérie ou pas.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Jeu 23 Oct - 20:30


Triste Sire & Coraline

Damien ne savait jamais s'il était heureux de revoir Coraline ou non. N'arrivait pas à déterminer s'il s'agissait d'une bonne chose qu'ils se soient retrouvés dans le même monde. Sans doute parce que la chasseuse de monstre ne venait le voir que si elle était blessée. Là encore, il ne savait pas quoi ressentir à ce sujet. Devait-il être soulagé que Coraline n'ait encore jamais subi de blessure assez grave pour l'empêcher de faire le voyage jusqu'à Nottingham ? Inquiet de son mode de vie visiblement dangereux ? Vexé qu'elle ne vienne le voir que lorsqu'elle avait besoin de soin ou, au contraire, content de cette marque de confiance et du fait qu'elle avait encore besoin de lui pour certaines choses ?

Mais le plus dérangeant dans ces visites surprises était certainement son propre comportement. En présence de Coraline, le natif d'Halloween reprenait ses anciens réflexes qu'il pensait avoir laissé derrière lui. Il souriait d'une autre façon que d'une manière ironique ou mauvaise, il taquinait et d'autres infimes nuances qui ne manqueraient pas d'étonner les personnes connaissant le jeune homme sous le nom bien choisi de Triste Sire. Comme si de revoir une vieille connaissance suffisait à lui prouver que l'ancien-lui était encore là derrière le masque du conseiller sournois, que Damien n'avait pas totalement disparu.

Une constatation presque aussi agaçante que de voir sa visiteuse s'acharner à faire ces entrées par la fenêtre. Le conseiller ne voyait pas ce qu'il y avait d'excitant à risquer de se tuer à cause d'une mauvaise chute ou d'aggraver les blessures. Surtout qu'elle n'avait aucune raison d'entrer ici comme une voleuse ou une ennemie puisque tout le monde dans le château pensait que Coraline était sa sœur. Il ne manqua pas d'en faire la remarque même s'il savait d'avance que ce n'est pas la perspective d'un accueil royal qui pousserait son amie à changer d'avis.

"Il se pourrait que j'exagère un peu dans le but de t'impressionner." Commenta-t-il sur le même ton lorsque Coraline le taquina à propos de son influence. "Bien que j'ai conscience qu'il soit difficile d'impressionner quelqu'un qui combat des monstres tous les jours."

Ce qui ressemblait le plus à des salutations pour eux étant terminées, il était temps de s'occuper de la raison principale de cette visite. Le temps que la chasseuse de monstre s'allonge sur le lit, il avait déjà sorti son matériel de sa cachette. Ces ressources pour soigner les blessures de Coraline étaient faibles dans ce monde et allaient parfois en totale contradiction avec celles qu'il avait apprises à HalloweenTown. Les habitants de ce monde coloré semblaient un peu trop compter sur ce qui ressemblait fort à de la magie concernant les blessures graves. Méthode que le conseiller refusait d'utiliser ! S'il y avait bien une chose qui avait changé chez lui, c'était son point de vue sur la magie qui n'avait plus rien de merveilleux à ses yeux depuis longtemps.

Le mince sourire de Triste Sire disparut alors que sa visiteuse parla d'avoir survécu à bien pire.

"C'est vrai." Marmonna-t-il alors qu'il se rappela rapidement les différentes blessures qu'il avait déjà dû soigner.

Le point positif était que les blessures du jour n'auraient peut-être pas besoin d'être recousues. Alors qu'il s'apprêtait à retirer le bandage de fortune, Damien posa des questions sur la dernière aventure de la chasseuse de monstre et alla jusqu'à faire un commentaire qui toucherait à la fierté de son amie. Il l'avait fait dans le but de délier un peu la langue de sa visiteuse mais obtenu l'effet inverse.

Avant, il aurait pu prédire le moindre comportement de Coraline, mais ce n'était plus le cas depuis qu'ils avaient pris des chemins différents.

"Je n'aurais donc pas de récit d'aventures ce soir ? Peut-être que c'est moi qui en raconterais une, pour changer." Continua-t-il de taquiner avant de rapidement temporiser au cas où son interlocutrice reprendrait vite la mouche. "Très bien, très bien, je te soigne. Voyons voir çà."

Maintenant que le bandage de fortune était retiré, il fallait passer à la partie la plus délicate : passer la plaie à l'alcool. Il évita un potentiel sujet de dispute. Vu la situation, Triste Sire n'avait aucune envie d'entamer une discussion animée sur leurs choix respectifs alors qu'il devait encore soigner cette blessure. Le conseiller préféra aborder le sujet du futur mariage en espérant que sa visiteuse était toujours aussi curieuse.

Il était rassurant de constater que Coraline n'avait pas totalement changé, qu'elle restait par certains côtés la demoiselle qu'il avait hébergée dans le monde sans couleurs.

"Le mariage de la princesse Marianne avec Guy Gisborne, le shérif." Annonça-t-il tandis qu'il passait un tissu imbibé d'alcool sur la blessure pour la nettoyer.

Le natif d'HalloweenTown n'osa émettre de commentaire sur la possibilité que Coraline reste plus longtemps. Il savait bien que son amie n'aimait pas rester au même endroit trop longtemps. Alors, à la place de nourrir le faut espoir de voir Coraline plus qu'une journée, il préférait se concentrer sur son diagnostic. Un onguent devrait suffire à aider à la cicatrisation, sans devoir recoudre. Comme il le redoutait, sa patiente improvisée demandait déjà quand elle pouvait partir.

"C'est... C'est quelque peu contradictoire avec ta précédente phrase." Commenta-t-il. Même s'il s'y attendait, il ne pouvait pas s'empêcher d'être déçu. Il poussa un soupir tout en sortant l'onguent de sa trousse. "Au moins une nuit ici te semblerait un délai raisonnable ? J'aimerais au moins voir comment réagira ta blessure à l'onguent."

Donner une date trop lointaine et espérer que Coraline s'y tienne serait illusoire et il le savait. Damien continua ses soins, appliquer la mixture et placer un nouveau bandage.

"Et peut-être qu'entre deux aventures, tu pourrais revenir pour le mariage ?" Proposa-t-il avant d'essayer de titiller la curiosité de son invitée pour la seconde fois. Il leva les yeux de sa tâche pour adresser un sourire mystérieux à son amie : "Si tu sais tenir ta langue, je te raconterai une histoire intéressante à ce sujet."

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Ven 28 Nov - 20:58


Triste Sire & Coraline

Damien était le port d’attache qui la reliait à un endroit bien spécifique, dans cette vie de nomade qu’elle menait depuis qu’elle avait quitté le monde sans couleur. Peu à peu, elle avait fini par devenir une autre. Elle n’était plus l’adolescente boudeuse qui avait vécu avec sa mère dans un monde sans magie. Elle avait dû apprendre à sortir de son cocon et à se débrouiller par elle-même pour la première fois de son existence. Elle avait connu la véritable solitude. Elle avait dû apprendre, comprendre, et surtout s’adapter. Survivre. Jusqu’au moment où elle avait enfin pu retrouver son ami de toujours, elle avec dû s’en sortir tant bien que mal, tout en vivant avec la culpabilité de l’avoir laissé derrière elle. Elle n’aurait jamais imaginé qu’il puisse un jour se trouver à une si importante posture. Mais néanmoins, elle ne pouvait nier que cela avait des avantages certains.

Le retrouver était comme replonger dans le passé. Lorsqu’ils vivaient tous deux ensemble dans sa petite maison à Halloweentown. Bon, ils avaient durant un moment partagé les lieux avec un ménestrel fort désagréable, mais elle aimait mieux l’oublier celui-là. De toute manière, elle ne le reverrait probablement jamais, et c’était bien mieux ainsi. Il était beaucoup trop insupportable à son goût. Mais malgré cela, malgré l’Autre Mère qui l’avait poursuivie et terrorisée, elle regrettait cette période. Ses petits séjours à Nottingham lui donnaient au moins un peu l’impression d’en retrouver la saveur.

« Oh tu veux rire ! » Elle balaya l’air d’un geste de la main. « Pas la peine de faire le modeste, je sais parfaitement que tu es quelqu’un d’important. »

Elle n’en doutait pas non. Et elle devait bien avouer que ce constat était très troublant. Si on lui avait dit un jour ce que deviendrait son vieil ami... c’est simple, elle ne l’aurait certainement pas cru. Comme quoi les choses avaient bien changé. Après tout, elle non plus n’aurait pas cru devenir un jour une chasseuse de monstres.

Elle n’insista pas sur le fait qu’elle ait pu vivre bien pire. Evidemment qu’il le savait. Après tout, il était celui qui soignait ses plaies à chaque fois, qui écoutait ses récits. Il était son port d’attache et elle ne pouvait certainement pas l’oublier. Sans lui, elle ne serait peut-être même plus de ce monde, victime d’une infection, ou pire. Avec la médecine plus que douteuse de ce monde, mieux valait trouver d’autres moyens de se soigner.

Habituellement, elle n’était guère intéressée par le faste des cours royales. Ou de loin, peut-être, par de vagues rumeurs qui lui parvenaient et lui permettaient de se tenir au courant des événements majeurs de la Forêt Enchantée. Pour le reste, elle vivait de toute manière bien loin de la civilisation, loin de tout ce qui aurait pu faire d’elle une habitant typique du royaume des contes. Elle y prenait sa part néanmoins, à sa manière, en chassant les monstres et contribuant à sauver les populations. Elle avait beau se montrer cynique, elle effectuait néanmoins le travail de ceux qui se proclamaient héros. Bien qu’elle n’ait jamais employé ce qualificatif pour elle-même.

« Oh tu sais, mes aventures finissent par plus ou moins toutes se ressembler. » répondit-elle sur le même ton. A vrai dire, elle aurait été intéressée à l’idée d’entendre l’une des aventures de Damien. Ou de Triste Sire, comme il se faisait appeler désormais.

Docile, elle le laissa sagement la soigner. C’était peut-être le seul moment où elle accepterait de se tenir tranquille. Et pas le plus agréable malheureusement. Elle avait beau être forte, elle n’en était pas moins sensible à la sensation de l’alcool sur ses plaies, aussi superficielles soient-elles. Elle ne chercha pas à retenir une grimace de douleur, qui passa heureusement bien vite, principalement à cause de l’intérêt qu’il suscita chez elle en lui parlant d’un prochain mariage.

Voilà bien longtemps qu’elle n’avait pas assisté à un événement de ce genre. Elle n’y aurait certainement pas pensé en d’autres circonstances, mais cette fois-ci son vieil ami y était impliqué, donc elle se devait peut-être de faire un effort. Sans compter que ça pourrait être plutôt intéressant.

« Tiens tiens, j’ignorais que c’était en projet. » Ceci dit, on ne pouvait pas dire qu’elle connaissait particulièrement les individus en question, autrement que de nom. Elle lui répondit avec un petit sourire. « C’est parce que je n’ai pas encore décidé de ce que je vais faire. Mais si ce mariage en vaut la peine, il est possible que je reste plus longtemps cette fois-ci. »

Oui, elle n’était sûre de rien. Habituellement, elle était contre le fait de rester plus de quelques jours dans un même endroit, d’autant plus lorsqu’elle n’y était pas contrainte. Mais avec lui, c’était différent. Elle pouvait se permettre de faire une entorse dans ses règles personnelles. Mais tout dépendait pour quand serait prévu l’heureux événement. Visiblement, il y tenait. Cela aurait suffi en soi, mais le fait qu’il parle d’un secret pourrait éventuellement la motiver davantage. S’il y avait bien un trait de caractère qu’elle avait toujours conservé, c’était la curiosité. Elle se redressa légèrement, une lueur d’intérêt dans le regard.

« Ah oui vraiment ? Raconte-moi donc cette histoire... »

Comme quoi tout avait une raison d’être et qu’elle pouvait avoir une petite compensation à sa blessure...
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Ven 12 Déc - 10:15


Triste Sire & Coraline

Il était loin le temps où Damien désirait parcourir le monde coloré, en explorer chaque recoin. Maintenant qu'il y repensait, il voyait son ancien projet comme un désir naïf d'un garçon un peu trop rêveur. Sa tante avait eu raison sur un point : la réalité écrase les rêveurs. Maintenant, le natif d'HalloweenTown savait que ce monde était dangereux. Lui qui avait autrefois rêvé de voyage, ne se voyait plus quitter les murailles rassurantes du château de Nottingham, estimant avoir eu assez d'aventures pour le reste de sa vie.

Bien sûr, la vie qu'il avait choisie n'était pas sans danger. Trahison, poison et autres coups bas du même type y était courant. Mais en comparaison à une rencontre avec un ogre, par exemple, cela représentait des escarmouches acceptables.

Chaques aventures racontées par Coraline renforçait son opinion d'avoir fait le bon choix tout en nourissant une incompréhension : pourquoi son amie continuait à s'imposer ce rythme de vie alors qu'il pouvait lui offrir une place ici ? Malgré cela, il ne se lassait pas de ces histoires et fut un peu déçu de ne pas en avoir ce soir. Sa patiente improvisée lui assura que ces aventures finissaient par toutes se ressembler.

"Du moment qu'elles se finissent toutes par : et la courageuse chasseuse de monstre arriva à vaincre ces terribles adversaires, cela ne me dérange pas que tes histoires se ressemblent." Répondit-il.

La tirade faisait très conte pour enfants. Un peu trop, peut-être. Clopin avait parfois recours à ce genre de phrase quand il lui demandait (le plus indirectement possible) des nouvelles. Triste Sire n'écrivait jamais à Coraline pour avoir des nouvelles, même quand il s'inquiétait. Heureusement, Clopin voyageait beaucoup.

Le conseiller passa directement aux soins. La blessure ne semblait pas suffisamment profonde pour qu'il ne soit obligé de coudre et cela était une bonne chose. Pourtant, elle saignait beaucoup, même après l'avoir nettoyé avec de l'alcool. Triste Sire décida donc de ne pas prendre de risque et d'étaler de l'onguent sur la plaie. Pour diriger la concentration de sa patiente ailleurs, il évoqua le mariage.

Son stratagème fit mouche et il put ajouté quelques détails tout en finissant de poser des pansements neufs sur la blessure.

"J'ai cru que ce jour n'arriverait jamais." Avoua-t-il. Ce qui était en partie vrai tant la princesse Marianne avait lutté pour repousser cette date fatidique. "Mais heureusement, le Prince Jean a fini par admettre qu'il était grand temps que sa nièce se marie."

Comme toujours, il passa sous silence son implication dans cette décision. Triste Sire commençait à réfléchir à une éventualité intéressante. Coraline pourrait très bien représenter la pièce manquante dans sa stratégie. Mais, au moment où il pensait çà, sa visiteuse lui demanda dans combien de temps elle pouvait repartir. Le conseiller ne put s'empêcher d'exprimer combien il était décontenancé et déçu. Pourtant, il aurait dû en avoir l'habitude. La chasseuse de monstre ne restait jamais longtemps à Nottingham. Ce fait l'attristait autant qu'il le soulageait, car au contact de Coraline, il avait un peu trop tendance à redevenir le jeune homme qu'il avait été dans le monde sans couleurs. Cependant, la situation présente était différente. Du coup, il fut rassuré qu'elle avoua l'éventualité de rester si le mariage en valait la peine.

Cela dépendait donc uniquement d'une curiosité à entretenir ? Ce genre de chose était parfaitement dans ces cordes. En rangeant ses affaires, il parla d'un secret. À la condition que Coraline sache tenir sa langue, bien sûr.

Triste Sire faillit faire un commentaire quand sa visiteuse blessée se redressa, mais se retint juste à temps. Comme prévu, elle lui demanda des détails. Dans le but d'entretenir encore cette curiosité, Damien fit mine de contrôler s'il n'y avait pas d'oreilles indiscrètes à l'écoute avant de se pencher vers sa patiente :

"Ce mariage est un piège." Annonça-t-il à voix basse.

Le conseiller n'avait pu avouer ce point à personne. Il n'y avait que la future mariée qui soit suffisamment lucide pour soupçonner que ce mariage cachait quelque chose. Enfin, il pouvait dire à quelqu'un les vrais tenants et aboutissants de cette cérémonie.

"Connais-tu un bandit qui se fait appeler Robin des bois ?" Demanda-t-il, toujours à voix basse et en plaçant une pointe d'ironie lorsqu'il évoqua le surnom du hors-la-loi. "Il s'est entiché de la belle Marianne. La cérémonie n'est qu'une ruse pour le faire sortir de sa cachette." Triste Sire savait à cause son échec au royaume du roi Maurice qu'il n'était pas bon d'être orgueilleux. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver une certaine fierté devant ce piège qu'il avait élaboré avec soin. Une expression ennuyée passa rapidement sur son visage. "Malheureusement, tous nos bons soldats sont partis avec le roi Richard..." Soupira-t-il, avant de se concentrer de nouveau vers Coraline. "Mais si tu pouvais venir !" Continua-t-il avec enthousiasme. "Tu compenserais largement l'incompétence de ces idiots."

Il arrêta ses explications. Triste Sire accumulait mentalement les arguments qui pourraient faire pencher la conversation en sa faveur mais préféra garder le silence pour l'instant. Le temps de juger la première réaction de Coraline. Le conseiller ne l'avait jamais mêlé à ces histoires, jamais demandé de l'aide avant aujourd'hui.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Lun 5 Jan - 19:10


Triste Sire & Coraline

Elle savait que malgré ses airs cyniques et donneur de leçons, Damien était sincèrement inquiet pour elle lorsqu’elle se trouvait sur les routes à chasser des monstres et qu’il espérait qu’elle lui revienne entière. Même s’il ne le montrait pas. Il ne le montrait jamais d’ailleurs, du moins plus depuis leur existence dans le monde sans couleur. Il venait néanmoins de le prouver par sa phrase, sur les fins de ses aventures, ce que Coraline ne releva pas. Il n’était pas l’être le plus sentimental qu’elle connaisse, loin de là. Oui, il avait bien changé depuis une certaine époque.

Ceci dit, quand elle y réfléchissait, elle aussi avait changé. Elle y avait été forcée par les circonstances. Alors elle n’était pas en mesure de juger. Mais peut-être qu’au fond elle ne voulait pas vraiment voir ce qu’il se passait réellement. Peut-être qu’au fond elle souhaitait qu’il soit resté le même, plus ou moins. Il était tout ce qui lui restait de son ancienne vie, celui qui la connaissait le mieux.

« T’en fais pas pour moi, tu sais bien que mes histoires se terminent toujours de cette façon. » répondit-elle avec un sourire.

Elle ne pouvait jurer qu’il en serait toujours ainsi, mais jusqu’à présent elle s’était toujours sortie de tout. Un jour peut-être, les choses changeraient, mais elle n’y pourrait rien, alors autant ne pas s’en soucier pour le moment et le laisser s’inquiéter seul. De toute manière, plus que son histoire à elle, c’était celle de Damien qui l’intéressait vraiment. Il avait réussi à aiguiser sa curiosité. En principe les mariages n’étaient pas ce qui l’intéressait le plus, mais elle devait bien admettre que là-dessus, elle se trouvait particulièrement intéressée.

Elle était peu familière de ce qui pouvait se passer à Nottingham, et n’en savais que les grandes lignes, en plus de ce que lui avait raconté lors de ses plutôt nombreuses visites. Mais c’était la toute première fois qu’elle était tentée de rester assister à l’un de ces événements. Tout ceci était sans doute dû au fait qu’il avait l’air de mettre un certain mystère derrière tout ceci. Le fait que le Prince Jean ait exigé que sa fille se marie n’avait en soi que peu d’intérêt. C’était plutôt commun même, et elle se doutait que tout l’intérêt de l’annonce se situait ailleurs.

« D’accord et qui est l’heureux élu ? »

Elle n’était pas certaine que cette information l’intéresse davantage. D’ailleurs elle avait un peu de mal à dissimuler sa déception. Elle s’était attendue à une nouvelle vraiment exceptionnelle. Si tout ce qu’il avait à lui dire, c’est qu’une jeune femme de sang royal allait convoler, et bien... elle ne se sentait pas si intéressée que ça pour être honnête. Mais il y avait autre chose. Evidemment. Un piège ? Immédiatement, Coraline fut plus attentive. En revanche elle ne s’était pas attendue à la suite.

« Bien sûr que je le connais ! Enfin, j’en ai entendu parler, celui qui vole aux riches pour donner aux pauvres. » Du moins c’était ce qu’on racontait. Un personnage extrêmement populaire, excepté auprès des plus fortunés justement.

Elle s’attendait à beaucoup de choses, mais ce qu’il lui dit la laissa profondément perplexe. Elle ne savait pas avec précision ce qu’il attendait d’elle, si ce n’est de faire partie du piège contre Robin des Bois. Elle considéra la fierté apparente de Damien avec une certaine incrédulité.

« Que veux-tu dire ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse exactement ? » Elle avait besoin de l’entendre de sa bouche, même si elle se doutait de ce dont il s’agissait. « Pour information, je chasse les monstres, pas les hommes. Et je ne suis pas un soldat. »

Elle ne put s’empêcher de se montrer assez sèche dans sa réponse, ce qui n’était pas dans ses habitudes lorsqu’elle s’adressait habituellement à lui. Si cet homme était épris d’une demoiselle de haute naissance et bien... grand bien lui fasse ! Ce genre de considération n’avait jamais eu la moindre importance pour elle, sans doute en grande partie à cause de l’endroit et du temps d’où elle venait. Elle avait du mal à croire que son ami de toujours veuille l’embarquer là-dedans. Non, c’était hors de question.

« Je veux bien assister au mariage, mais pour le reste ne compte pas sur moi, désolée. »

Le ton était sans appel. Damien était bien la seule personne à qui elle n’aimait pas refuser quelque chose, mais cette fois-ci elle le devait. Elle se voyait mal agir contre ses principes, surtout envers quelqu’un qui ne semblait être ni un assassin, ni un épouvantable monstre susceptible de terroriser des populations.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Ven 9 Jan - 21:52


Triste Sire & Coraline

Les gens changent, c'est dans l'ordre des choses. Un concept qui semblait surréaliste dans son monde d'origine, incruster dans la routine et ces tons gris, mais qui prenait tout son sens dans ce monde coloré aux multiples possibilités. Damien était fier d'avoir changé. Il était fier d'être devenu Triste Sire. Un personnage bien plus intéressant.

Mais les visites de Coraline fragilisaient ses certitudes, le faisaient douter d'avoir véritablement changer. Il essayait de se convaincre que ce n'était que pour les apparences, un masque de plus pour ne pas perdre une des rares personnes qui avait sa confiance. Toutefois, il ne pouvait s'empêcher de se demander : Qui était le masque ? Damien ou Triste Sire ? Ces hésitations l'irritaient et provoquaient des disputes avec son amie de plus en plus fréquemment.

Malgré ces convictions, il avait peur pour Coraline. Il redoutait qu'un jour, les blessures soient trop graves et que la chasseuse de monstre n'arrive pas à temps à Nottingham. Pourquoi s'imposer une vie si dangereuse pour des inconnus qui vous tourneront le dos à la première occasion ? Parfois, il se surprenait à se demander s'il ne devait pas plutôt suivre la chasseuse de monstre dans ces aventures, ainsi, il pourrait la soigner sur place quand il le fallait. Mais le conseiller se rattrapait toujours en se disant : était-ce cela la vie qu'il voulait mener ? S'inquiéter sans arrêt pour Coraline ? L'attendre en redoutant le pire ? Non. Peut-être qu'à une époque, il aurait vu les points positifs de cette vie. Maintenant, il avait goutté au jeu qui se tramait entre les pierres des châteaux à base de complot et de phrase bien tournée. Il ne voulait pas imaginer la partie continuant sans lui.

Cette décision ne l'empêchait pas d'être rassuré de la confirmation de sa visiteuse que ses histoires se termineraient toujours bien. Ensuite, il se concentra sur les soins. D'ordinaire, les aventures de Coraline servaient à la distraire pendant qu'il désinfectait les plaies. Ce soir, c'était à lui de combler les silences.

Le conseiller parla du mariage. C'était un événement suffisamment important pour attirer la curiosité de sa patiente et a mesure qu'il parlait des détails, une idée commençait à naître dans son esprit. Le natif d'HalloweenTown savait comment maintenir le mystère alors qu'il finissait de mettre un bandage neuf autour de la blessure. Il fut néanmoins déçu que son amie ne comprenait pas quel tour de force çà avait été d'imposer cette décision au Prince Jean. Lui qui estimait que de glisser une telle suggestion dans l'esprit de son dirigeait faisait partie de ces meilleurs complots.

"Le Shérif." Répondit-il avec patience bien que le manque d'intérêt de son interlocutrice pour cette partie du récit affectât son humeur. "Il me semble te l'avoir déjà dit."

Mais il passa vite au-delà de cette déception pour lui révéler un secret : le mariage était un piège. Il constata avec plaisir que ce détail rendit Coraline plus attentive. Le conseiller expliqua rapidement la situation en évoquant Robin des bois. Damien se contenta d'acquiescer lorsque son amie parla de la phrase fétiche du hors-la-loi, ne voulant pas se lancer dans un débat là-dessus. Le jeune homme préféra continuer en parlant du lien qui unissait la future mariée et le bandit. Pouvoir compter sur la présence de Coraline pourrait être un véritable atout en sa faveur. Une aide difficile à négocier, çà, il s'en doutait. D'ailleurs, il préparait mentalement les arguments pour faire pencher la balance, mais le ton sec de sa visiteuse lui coupa l'herbe sous le pied. Il fut surpris devant un non aussi catégorie.

"Tu penses que j'allais te demander quoi ? De le tuer ?" Demanda-t-il avec un sourire gêné et un bref rire, comme quelqu'un qui ne savait déterminer s'il s'agissait d'une plaisanterie ou non. "Je ne te demanderais jamais une chose pareille !" En vérité, c'était exactement l'idée qu'il avait eue en tête, mais le ton de Coraline l'incita à faire machine arrière. "L'empêcher de fuir ou de se servir de son arc serait suffisant."

Même avec ce mauvais départ, Triste Sire ne doutait pas d'arriver à tourner les négociations à son avantage. C'était fâcheux que Coraline s'attache tellement à des principes, mais il pensait pouvoir faire avec, arrondir les angles. S'il y avait bien une personne qu'il connaissait par cœur, c'était bien Coraline Jones. C'était ce qu'il pensait. La déception fut grande. Non seulement son interlocutrice restait sur ces positions, mais en plus le ton laissait a penser que le débat était terminé.

Son visage se durcit et il serra les poings, contrarié de la tournure de la conversation.

"Tu refuses de m'aider ? Alors que tu aides sans hésiter de parfaits inconnus à longueur de journée ?" Demanda-t-il entre incrédulité et colère. "Quand je pense que, moi, contre une chance de te ramener chez toi, j'ai donné sans hésiter..."

Machinalement, il plaça une main sur son torse à l'endroit du cœur. C'était toujours là qu'il visualisait le sentiment qu'on lui avait pris pour créer la pierre percée. L'amertume lui déliait un peu trop vite la langue. Il s'en rendit compte à temps et arrêta brutalement son récit tout en retrouvant son calme.

"Sans importance." Finit-il par dire. Sous son calme apparent, son cerveau carburait à toute vitesse pour rattraper le coup. Son regard était fuyant alors qu'il calculait ces options. "Ce n'est pas grave, si tu ne veux pas le faire. Tu n'es pas obligé de faire quoi que se soit. Il y aura le futur marié et les gardes. Cela sera suffisant. Et, même si cela ne suffisait pas, la scène restera intéressante. Oui." Il parlait très vite comme s'il réfléchissait à voix haute.

Il poussa un soupir qui finit de le calmer. Il s'assit plus confortablement sur le bord du lit, lorsqu'il se retourna vers Coraline, on aurait pu croire que sa petite saute d'humeur n'avait jamais existé.

"Tu viendras tout de même, n'est-ce pas ?" Demanda-t-il d'une voix où espoir et incertitude livrait bataille.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Sam 31 Jan - 11:43


Triste Sire & Coraline

Oui, les gens changeaient. C’avait été son cas, c’était le cas de Damien, pour différentes raisons. A bien des égards ils avaient suivi des chemins différents, et aucun d’eux ne l’avaient choisi, ils avaient subi les actes de l’Autre Mère, qui avait pu se venger d’avoir perdu à cause d’eux. Coraline ne le lui pardonnerait jamais, mais elle n’était pas certaine de revoir un jour l’ignoble sorcière. Ni même de le vouloir, d’ailleurs. Pas après tout ce qu’elle avait traversé.

Il semblait exaspéré qu’elle lui demande les informations deux fois. Il est vrai que tout ceci ne l’avait pas tout de suite intéressée. Jusqu’à ce qu’il lui en dise un peu plus. Bon, sur le fond, cela n’avait rien d’exceptionnel : une jeune femme fortunée qui allait se marier avec le Shérif. Un autre mariage arrangé, possiblement malheureux, mais qu’y pourrait-elle ? Simplement, elle pensait que ce pourrait être une distraction amusante, qui la sortirait un peu de son quotidien de chasseuse de monstres. Alors, pourquoi pas après tout. Elle haussa les épaules et leva les yeux au ciel.

« Ne t’énerve pas, je ne suis pas aussi au courant que toi. »

Le haussement d’épaules la fit tout de même grimacer. Inutile de bouger dans la situation où elle se trouvait. Elle le laissait appliquer ses soins et s’efforça désormais de ne plus bouger, jusqu’à ce qu’il lui raconte la suite.

Peut-être aurait-elle dû se douter qu’il attendait quelque chose d’elle. Elle ne savait pas vraiment ce qu’il lui demandait, mais qu’il s’agisse ou non de le tuer, c’était quelque chose qu’elle n’appréciait pas vraiment. Elle n’était pas mercenaire, et elle ne voyait pas quel tort pourrait causer un homme qui volait les riches pour aider les pauvres. Elle le regarda d’un air profondément suspicieux.

« Je n’en sais rien, est-ce que c’est ce que tu me demandes ? » lui demanda-t-elle directement. Si c’était le cas, elle préférait le savoir dès maintenant, bien qu’il le lui assure que ce ne serait pas sa mission. « Je l’espère... »

Oui, elle espérait qu’il la connaissait suffisamment bien pour savoir qu’elle n’était pas une meurtrière et ne le serait jamais. Pas comme ça en tout cas. Mais quand bien même, elle n’était pas certaine de le vouloir. L’idée de travailler pour les autorités d’un royaume ne lui plaisait absolument pas, d’autant plus lorsqu’elle ne connaissait pas les détails qu’il y avait derrière tout ça. Mais de la détermination, elle passa à la colère. Sans se soucier de la douleur, elle se redressa brutalement, sous le coup des paroles qu’il venait de prononcer.

« Qu’est-ce que tu me fais ? Du chantage ? Je sais parfaitement ce que tu as abandonné pour moi, et je t’en serai toujours reconnaissante ! » Non, elle n’en savait rien en vérité. Mais elle le croyait. « Mais n’essaie pas de te servir de ça pour me faire faire ce que tu veux ! »

Elle le regardait sans comprendre. Elle venait de voir face à elle quelqu’un dévoré par l’amertume, qu’elle n’avait encore jamais vu, et qui venait ni plus ni moins d’essayer de la manipuler. Il sembla se calmer, et elle accepta à son tour de se rallonger. Elle l’écouta, ne sachant qu’à moitié ce dont il parlait. Elle sentait, plus fort que jamais, qu’il y avait quelque chose en lui qu’elle ignorait, qu’il ne disait pas. Il avait tant changé. Comment avait-elle pu ne pas s’en rendre compte ? Etrange, n’est-ce pas ? Oui, c’était étrange. Une part d’elle lui hurlait le danger. L’autre voyait encore son ami de toujours, celui qui l’avait sauvée si longtemps auparavant. Dans une autre vie lui semblait-il. Elle ne sut quoi répondre. Elle n’avait pas l’impression qu’il attendait une réponse d’ailleurs. Il semblait à moitié pris dans ses pensées, des pensées qu’elle n’osait pas interrompre. En revanche il lui posa une question qui cette fois-ci s’adressait vraiment à elle.

« Oui, je viendrai. » Elle n’était pas certaine que ce soit une bonne idée pourtant. « Et si jamais Robin vient s’en prendre aux invités, je te promets d’intervenir. Ca te va ? »

Ca non plus, ce n’était sans doute pas une bonne idée. Mais il était son ami. C’était quelque chose qu’elle ne pouvait pas changer. Elle tentait de se persuader qu’elle avait peut-être besoin de prendre un peu de vacances de sa vie de chasseuse de monstres et de vagabonde. Avoir seulement à regarder et à profiter d’une célébration comme celle-ci pourrait être un agréable changement.

« J’espère que tu as des vêtements à me prêter. Non pas que les miens ne me conviennent pas, mais j’ai peur que ça ne soit pas très approprié... » dit-elle d’un ton plus léger, en baissant les yeux vers sa tenue, davantage faite pour être pratique plutôt que pour une telle occasion. Elle espérait surtout détendre un peu l’atmosphère après ce qu’il s’était passé.
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   Ven 6 Fév - 10:01


Triste Sire & Coraline

Coraline l'avait déjà sauvé d'une situation difficile. Sans elle, Triste Sire n'aurait compris que trop tard le piège qui se refermait sur lui du temps où il servait encore le roi Maurice et il n'aurait jamais pu fuir à temps. Depuis, il ne lui avait plus jamais demandé assistance, mais le conseiller avait toujours cru que si ce moment venait, son amie accepterait à nouveau.

Après tout, Coraline passait son temps à aider de parfait inconnu, pourquoi refuserait-elle de l'aider, lui, qui avait tout donné pour l'aider à franchir la porte dans la demeure de l'Autre Mère ? La première ombre au tableau arriva bien vite. L'intention première du natif d'HalloweenTown aurait été de demander la mort du hors-la-loi, mais il changea bien vite son fusil d'épaule en voyant la première réaction de sa visiteuse.

"Non, bien sûr que non." Assura-t-il lorsque Coraline se montra suspicieuse. "Juste le désarmer si les événements tournaient mal."

Avec un peu de chance, cela serait suffisant pour compenser la bêtise des gardes. En plus, le futur marié savait se défendre. Damien était persuadé que ce point de la discussion était close puisqu'il ne demandait pas l'impossible. Il fut donc étonné puis déçu du refus de Coraline. Le pire était la détermination de la chasseuse de monstre, qui coupa court à toute tentative de négociation. Le conseiller ne put s'empêcher d'exprimer son amertume. Après ce qu'il avait dû donner contre la pierre percée, après avoir été capturer par la sorcière alors qu'elle avait pu franchir la porte, elle refusait de l'aider ? Alors qu'il lui avait dit qu'elle ne serait pas obligée de faire une entorse à son stupide sens de l'honneur ? C'était vraiment injuste ! Triste Sire s'arrêta avant d'en dire trop. Il n'avait jamais mis quel avait été le prix à payer pour la pierre et ne comptait pas le dire.

Une pensée sournoise et amère s'infiltra doucement : pourquoi était-il étonné qu'elle refuse ? Après tout, elle n'était pas revenue le sauver quand il était prisonnier de la sorcière. À cette époque, il avait dû trouver une solution tout seul et c'est ce qu'il allait devoir faire aujourd'hui encore.

Le visage du conseiller se durcit lorsque son interlocutrice parla de chantage. Non, elle ne savait pas ce qu'il avait dû abandonner pour elle. Il aurait clarifié ce point avec une joie mauvaise, mais Coraline s'était levée et une part de lui s'inquiétait des conséquences de sa saute d'humeur sur la blessure qu'il venait à peine de soigner.

"Ce n'est pas du chantage. C'est juste... De l'incompréhension. Tu es la seule personne en qui j'ai confiance ici, j'ai cru que je pouvais te demander de l'aide." Il poussa un soupir déçu avant de poursuivre : "Mais si tu ne veux pas, je respecte ton choix."

Il posa ensuite une main sur l'épaule de son amie pour l'inciter à se rallonger.

"Maintenant calme-toi, tu vas aggraver tes blessures."

C'était ironique que se soit lui qui parle de se calmer alors qu'il était celui qui s'était emporté le premier. Cependant, il n'avait pas envie de devoir recoudre la plaie et soupçonnait que cette envie sera partagée par sa patiente du soir. Il n'aborda pas cette solution pour qu'on ne le soupçonne pas à nouveau d'utiliser le chantage afin d'obtenir ce qu'il voulait.

Pendant que Coraline acceptait de se rallonger, le cerveau du conseiller carburait à toute allure alors qu'il pensait à voix haute. Est-ce que l'intervention de son amie était vraiment nécessaire dans ce projet ? Le futur marié n'était pas au courant du piège, mais ne resterait certainement pas sans rien faire si Robin des bois osait se montrer. Et puis, peut-être serait-ce plus intéressant que le plan échoué. Si le héros arrive à sauver sa belle de ce mariage, il se priverait de sa source d'information au château. En fait, toutes les perspectives qu'offrait ce plan étaient intéressantes. Triste Sire n'arrivait pas à choisir vers quel scénario orienté sa stratégie. Peut-être fallait-il mieux laisser les événements se produirent sans intervenir ?

Pourtant, il avait besoin de garder un As dans sa manche, juste au cas où. C'est pour cela qu'il demanda si Coraline viendra tout de même au mariage. Un sourire soulagé apparu sur ces lèvres quand sa visiteuse lui assura que oui. En plus, elle promit d'intervenir si Robin s'en prenait aux invités. Une part de son esprit tournait déjà cette promesse dans tous les sens, mais cette fois, il prit bien garde à le cacher.

"Merci." Dit-il, visiblement soulagé. "Désolé de m'être emporté, c'est juste que..." Il parut hésitant à raconter cette histoire, mais décida tout de même de poursuivre. "Il y a quelque temps, j'ai été pris dans une escarmouche. Je ne t'en avais pas parlé pour ne pas inutilement t'inquiéter, mais çà m'a fait réaliser que si la situation tournait mal au mariage, je ne pourrais rien faire à part être une cible idéale."

C'était difficile de revenir à son ancien comportement. Ou plutôt, il voulait se persuader que çà l'était alors qu'il était affreusement trop facile de laisser Triste Sire de côté pour parler comme lorsqu'il n'était encore rien d'autre que Damien. Il n'avait pas le choix, s'il montrait à Coraline ce qu'il était devenu, le ton monterait et il n'obtiendra aucune aide de la part de la chasseuse de monstre.

"Je glisserais un mot à lady Prudence concernant ta tenue. C'est elle qui organise tout pour le mariage." Répondit-il lorsque Coraline parla des vêtements à porter. "J'essayerais qu'elle ne te noie pas sous une avalanche de jupons." Ajouta-t-il pour la taquiner.

La conversation semblait se diriger vers des sujets moins épineux, comme si sa tentative de manipulation et sa colère n'avaient jamais eu lieu. Est-ce que, pour une fois, cette visite surprise se terminera d'une autre façon que par une dispute ?

"Et... Quand ta blessure ira mieux, je pourrais t'apprendre quelques pas de danse." Ajouta-t-il sur un ton léger. Il était soulagé que l'atmosphère se détendre, une chose qui n'était plus arrivée depuis longtemps. "Il y a un bal de prévu après la cérémonie. Tu peux te sauver avant, bien sûr, mais çà serait dommage de partir avant d'avoir goûté aux savoir-faire des cuisiniers du château."

Tout d'un coup, l'intervention possible de Robin des bois pour tout gâcher ne semblait qu'un lointain souvenir. Une possibilité quasiment improbable. Triste Sire parlait de la suite comme si rien ne pouvait arriver durant la cérémonie alors qu'il avait pourtant avoué que le mariage était un piège.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I need you to be the centerpiece of my strategy   
Revenir en haut Aller en bas
 

I need you to be the centerpiece of my strategy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boss de Carn Dum
» Florges / Florges
» Wailord / Wailord
» Porygon-Z / Porygon-Z
» Méga-Gallame / Gallade-Mega

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-