★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 A la lueur de nos mensonges (ft owen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Jeu 4 Sep - 20:58



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

Comme tous les habitants de Storybrooke, Adora s'était réveiller avec deux vies dans sa tête. Dans l'une de ses vies, elle avait toujours été humaine. C'était très déroutant pour l'ancienne ombre qu'elle était en réalité de se souvenir d'avoir été une enfant, d'avoir grandi.

La surveillante s'assit sur son lit et contempla sa chambre d'un regard neuf tout en caressant distraitement un de ses nombreux pensionnaires à quatre pattes. En terme de réveil matin, rien n'était plus efficace qu'un chat réclamant son petit-déjeuner. Une journée ordinaire, Adora serait déjà dans la cuisine pour donner satisfaction à ses petits protégés, mais aujourd'hui Pitch savourait le fait qu'elle n'était plus dans sa prison. La reine ne l'avait pas trompé, elle était libre.

C'est alors qu'un souvenir remonta la surface des centaines de pensées qui envahissaient son esprit. Le souvenir d'un baiser et d'un visage familier, surgissant aussi soudainement qu'une fausse note dans une jolie mélodie. Le cœur de l'ancienne ombre rata un bêtement. Était-ce réel ? Était-ce vraiment de Sam qu'elle se souvenait ? Avec cette malédiction, il était difficile de trier le vrai du faux. Cette pensée obscurcissait tout le reste de son raisonnement. Au point que le croquemitaine en oublia de vérifier si elle avait récupéré ses pouvoirs en même temps que ces souvenirs. Tout cela était secondaire, au même titre que de s'inquiéter de l'éventuelle présence de ses ennemis dans ce nouveau monde.

Pourtant, elle aurait dû s'en inquiéter. Contrairement aux autres, elle avait gardé quasiment la même apparence (hormis ses cicatrices qui avaient disparu comme elle le constata en passant devant un miroir) et était donc la plus reconnaissable de la bande. Mais non, sa seule priorité était de se préparer au plus vite pour sortir.

Un petit coin de sa mémoire lui rappela qu'hormis les chats, son appartement comptait un autre pensionnaire endormi. Aiden, l'orphelin récalcitrant qu'elle avait adopté. Une punition qu'elle avait pensée parfaite jusqu'à ce que cette dernière se retourne contre elle. Adora se força à ignorer cette information et accéléra ses préparatifs.

Elle aurait aimé courir dans la rue. Sauf que plus l'ancienne ombre s'approchait de la résidence Dreamy et plus elle avait l'impression que ses pieds se transformaient en plomb. Sa marche diminua à mesure que ses pensées devinrent de moins en moins heureuses au sujet des retrouvailles qui l'attendait.

Sam... Ou Owen... Comment devait-elle l'appeler maintenant ? Sa plus grande crainte et son plus grand espoir. En se préparant pour sortir, elle essayait de se raisonner. Ce ne pouvait pas être lui, Sam (son Sam) devait être mort depuis des années au moins. Mais il lui ressemblait tellement... Peut-être était-ce un de ces descendants. Peut-être que son ancien mari s'était remarié après son départ et avait fondé une famille heureuse. Sans elle.

Se fut sur cette dernière pensée qu'elle arriva devant la porte. Un doigt qu'elle ne pouvait empêcher de trembler s'approcha de la sonnette où le nom de l'ancien marchand de sable et de son colocataire était écrit. La surveillante se mordit la lèvre et arrêta son geste. La dernière fois qu'elle... qu'Adora et Owen s'étaient vu, c'était lors de cette nuit où son collègue l'avait embrassé. Comme çà, sans raison. Ils s'étaient évités depuis. Elle avait du mal à croire que ce souvenir soit vraiment le sien. Il était plus facile de croire qu'il s'agissait d'un autre mauvais tour de la malédiction. Que Sam était bien mort.

Après une grande inspiration, elle se décida à appuyer sur la sonnette et n'obtenu aucune réponse provenant de l'interphone. Devait-elle en être soulagée ? Adora réalisa alors qu'il était affreusement tôt. Peut-être qu'Owen était encore à l'orphelinat ? Ou alors il se dirigeait vers l'appartement d'Adora, ce qui serait plutôt ironique. Elle fit un instant les cent pas devant la porte, hésitant à s'asseoir sur le porche pour attendre.

*Non, çà ferait trop pathétique.* Jugea-t-elle intérieurement.

Et puis, elle le vit. Adora se figea en voyant la silhouette familière au bout de la rue.

"Sam..." Ne put-elle s'empêcher de murmurer.

L'ancienne ombre arrêta de réfléchir, c'est sans doute ce qui lui permit de courir vers l'ancien marchand de jouets en criant son nom. Adora ne savait plus quoi espérer, si tout çà était réel ou non.

Elle se retint de justesse son envie de le serrer dans ses bras. Elle avait trop peur que si elle se risquait dans un tel geste, ses bras passent à travers ou une autre chose qui lui prouverait que ce n'était qu'une illusion. Un nœud lui tenaillait le ventre, sa gorge lui semblait aussi sèche que lorsqu'elle avait traversé le désert d'Agrabah. Avec hésitation, l'ancienne ombre tendit la main pour toucher Owen.

"C'est vraiment toi." Commenta-t-elle avec soulagement lorsque sa main rencontra la joue du surveillant. "Mais... Comment ? Par quel miracle ?"

La réalité la frappa. Le dernier souvenir que devait avoir Sam d'elle (du moins le pensait-elle) était qu'elle était partie du jour au lendemain, abandonnant leur enfant à n'importe qui.

"Je suis tellement désolée." Dit-elle tandis qu'une tristesse aussi immense que ses excuses l'envahissait.

Bien sûr, cette phrase ne s'appliquait qu'à son départ précipité d'Agrabah et non à ses autres actions. Si Pitch Black avait su que Sam et le marchand de sable étaient la même personne, nul doute que la scène qui était en train de se jouer se passerait d'une manière différente.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Jeu 18 Sep - 19:11



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

Retrouver son frère, il ne serait expliqué ce qu'il ressentait à ce moment précis. Il se devait de réfléchir à la situation au calme chez lui. L'accord était de ne rien révéler sur leurs identités, les frères Heartwood se devaient de garder leurs passés secrets, pour Owens'était un moyen de protéger ses proches, pour Robin surement un moyen de se protéger. Être Barbe-Bleu n'était pas anodin, comme être le marchand de sable, Lucian ou l'homme de la lune avait eu un sacré impact dans leur vie.

Réfléchissant à la situation, il se dirigeait vers chez lui, il devait retrouver Aiden, retrouver son fils, mais il avait aussi besoin de dormir, puis il ne voulait pas croiser Adora, il ne savait toujours pas ce qu'il allait lui raconter, surtout après l'avoir embrassé. L'aimait-il encore ? Elle l'avait abandonné sans aucune explication et durant des semaines, il avait espéré son retour, regardant sans arrêt la porte de leur maison, mais elle n'était jamais revenue et pour finir en voulant sauver un de ses petits orphelins, il avait été condamné à mort. Sam disparu pour laisser place à Sab, le puissant marchand de sable. De là, il l'avait retrouvé, la voyant abandonner leur enfant près d'une chaumière, voir cette scène brisa le Sam en lui, mais rendit plus fort Sab. Pour son fils et beaucoup d'autres enfants, il distribua de jolis rêves, pour leur donner l'espoir. Ce fut que des nombreuses années plus tard, quand il croisa la route du croquemitaine, nul autre que Pitch, qu'il comprit que leurs destins avaient toujours été liés. Elle était la part d'obscurité à sa lumière, la haine qui s'opposait à son amour. Encore une fois, auprès de lui, l'obscurité avait gagné et pourtant, lui n'aspirait qu'à la lumière.

Il avait toujours su qui elle était, et même s'il avait essayé de lui rendre espoir, de lui faire emprunter le chemin de l'espoir, elle s'était évertuée de choisir celui de la peur, évertuée à vouloir le détruire. Pour son frère, il avait été prêt à avoir une explication surement pour se donner une deuxième chance, mais avec Adora il ne ressentait pas la même chose, redevenir un humain et non un être immortel, lui rappelait à tel point, elle l'avait fait souffrir, elle lui avait brisé le coeur.

Arrivant près de chez lui, il s'arrêta d'un coup en la voyant, c'était un choc. Comment réagir ? Surtout en la voyant courir vers lui en criant son nom. Owen ne comprenait pas ce qui se produisait sous ses yeux. À qui avait-il à faire ? Sa femme ou son ennemi ? Et surtout, comment lui la voyait-il ? Elle avait été durant des centaines d'années, la menace ultime et rien que des petites années de bonheur, sa femme, des années de bonheur qu'elle avait fini par fuir.

Elle se trouvait face à lui et il ne savait quoi dire, ou regarder. Il devait lui cacher qu'il était le marchand de sable, qu'il savait ce qu'elle était devenue et pourtant mentir n'était pas dans ses habitudes, comment allait-il s'en sortir ? Quand elle tendit la main pour le toucher, il la laissa faire. Lui aussi était surpris, mais pas pour les mêmes raisons.

"C'est vraiment toi. Mais... Comment ? Par quel miracle ?"

Sentir sa main sur sa joue fit surgir tous ses drôles de sentiments, comme quand il l'avait embrassé, une grande tristesse d'un coeur en souffrance. Il ne pouvait répondre à ses questions et en plus, il était incapable de parler à ce moment précis. Doucement, il éloigna sa main de sa joue pour la relâcher, prouvant qu'il ne souhaitait pas de rapprochement.

"Je suis tellement désolée."

Elle paraissait tellement sincère, l'envie de la prendre dans ses bras, de la consoler, lui vint à l'esprit. Mais il devait lutter contre lui-même. Owen était un jeune homme généreux, plein d'amour, comme l'homme qu'il était avant la malédiction, lui n'avait jamais changé, mais ce n'était pas le cas d'Adora.

- J'ai abandonné mon frère, tu m'as abandonné, une malédiction familiale.

Ces paroles furent prononcées de manière douce, d'un ton pour rassurer, comme Sam le faisait souvent envers sa femme. Oui, il avait tous les deux fait des erreurs, et celle qu'il avait envers Adora était de lui cacher une grande vérité, une vérité qu'il n'était pas près de lui dire. Finalement, il laissa parler son coeur.

- Je ne m'attendais pas...à ce que tu viennes me voir si vite. Je ne pensais pas être important pour toi.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Lun 22 Sep - 20:42



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

Adora voulait penser que tout cela n'était qu'un rêve. Pas seulement sa vie à Storybrooke, mais également son autre vie. Si elle s'en persuadait très fort, elle pouvait presque y croire. Elle n'était jamais devenue le croque-mitaine. Cette gamine n'avait jamais provoqué sa mort en la traitant de sorcière. L'homme de la lune n'existait pas. Les actes de violence des villageois étaient si faciles à oublier maintenant que les cicatrices de leurs coups avaient disparu. Et voir Sam devant elle... l'ancienne ombre aimerait tellement croire qu'elle n'avait jamais quitté Agrabah.

Seul un détail clochait avec ce rêve insensé. Adieu c'est long cheveux dorés. Elle n'avait jamais vraiment souffert de cette perte jusqu'à maintenant. À présent, ce détail semblait la narguer. Lui rappelant toutes les épreuves qu'elle avait traversées et tous les crimes qu'elle avait commis au nom de la peur. Comme si ces cheveux à présent courts et noirs lui rappelaient que rien ne pourra redevenir comme avant.

Elle en vain un instant à douter qu'Owen soit réel. Le contact de sa joue la rassura, mais soulevait aussi tellement de questions. Comment pouvait-il être encore vivant ? C'était impossible.

Son cœur se serra lorsque son ancien mari retira doucement sa main de sa joue. Une crainte traversa les pensées du croquemitaine. Elle se souvint de cette fille, de CES filles qu'Owen avait fréquentées dans cette fausse vie à Storybrooke. Lorsque l'ancienne ombre avait été battue par les gardiens, elle avait toujours imaginé que Sam avait refait sa vie, que leur enfant avait grandi. Qu'ils avaient eu tous les deux une vie heureuse loin d'elle. Avait-elle eu raison ? Et surtout... Avait-elle le droit d'émettre des reproches ? Le dernier souvenir que Sam avait d'elle était qu'elle l'avait abandonné sans raison.

Respecter la distance qu'Owen désirait mettre entre eux alors qu'elle formulait des excuses représentait une vraie torture.

- J'ai abandonné mon frère, tu m'as abandonné, une malédiction familiale.

Adora resta sans voix face à cette révélation. Elle ne voulait pas baisser le regard de honte, car elle avait l'impression que son ancien mari allait disparaître comme un mirage si elle le quittait des yeux. L'ancienne ombre ne savait pas quoi dire. Ou plutôt, l'inverse, elle avait tellement de choses à dire qu'elle ne savait pas par quoi commencer. Adora n'avait même pas remarquer que l'ancien marchand de sable n'avait pas répondu à ses questions et elle n'eut pas le temps de s'en apercevoir puisqu'Owen poursuivit.

- Je ne m'attendais pas...À ce que tu viennes me voir si vite. Je ne pensais pas être important pour toi.

"Je me suis souvenue." Dit-elle avec un mince sourire. "Que... Que l'on s'était..."

Elle porta brièvement la main à ses lèvres sans pour autant finir sa phrase. Cela en était presque risible. Maintenant, c'était elle la timide.

"Si seulement j'avais su..." Dit-elle en se triturant à présent nerveusement les doigts. "Si j'avais su que tu étais encore vivant..."

La fin de sa phrase mourut avec un soupir. Son propriétaire avait toujours réussi à le persuader de ne pas retourner à Agrabah. Ensuite, elle pensait que Sam était mort. Mais aurait-elle vraiment été le chercher après être devenu le croquemitaine ? Elle qui n'avait jamais osé avouer son passé de peur que Sam la rejette ?

"Tu te souviens ? Quand tu as emmené cet Erik chez nous ? Qu'il m'avait demandé quelles contrées j'avais visité ?" Demanda-t-elle d'une voix hésitante. Avoir deux vies complètement différentes dans sa tête, il était facile de remettre en doute la véracité de certains souvenirs. "J'avais répondu que je n'avais jamais fait attention aux noms. Que je ne voulais qu'aller loin, le plus loin possible."

Elle s'arrêta brusquement, se retenant de se mordiller la lèvre inférieure ou de se ronger les ongles nerveusement. Devait-elle vraiment tout avoué ? Elle avait tellement peur de sa réaction. Tellement peur.

"Avant Agrabah..." Commença-t-elle en se forçant à quitter Owen des yeux. "J'appartenais à quelqu'un. Et ce quelqu'un a fini par me retrouver."

Elle n'osa aller plus loin. Comment lui avouer que contrairement aux faux souvenirs que la malédiction lui avait apportés, elle n'était pas née humaine.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Lun 29 Sep - 16:15



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

Faire confiance, ouvrir son coeur et repartir à zéro, certainement qu'Owen aurait pu le faire, tout le monde a le droit à une seconde chance, il était prêt à le faire pour son frère, mais avec Adora, ça bloquait, comme-ci il pouvait toujours sentir cette ombre qui survole prêt à resurgir à tout moment. En étant le marchand de sable, il avait essayé de la ramener à la lumière, de lui montrer le bon chemin, mais rien n'avait fait. Il ne l'avait pas perdu quand elle était devenue le croquemitaine, non cela remontait à bien plus longtemps, quand elle l'avait abandonné, lui, puis plus tard, leur fils. L'avait-il réellement connu ? En lui-même, Sam avait toujours été lui-même, cachant simplement que son frère était un meurtrier, mais il restait cet homme rêveur qui aide son prochain. Mais qui était Pitch ? Avait-elle déjà cette part d'ombre quand ils s'étaient mariés ? L'obscurité semblait entourée sa lumière, il l'avait toujours côtoyé et d'une certaine façon, il avait peur pour son fils, peur que le même mal le corrompe.

Il était surpris de voir qu'Adora était venu le retrouver, surpris de sa tendresse. Cela lui rappelait à tel point il avait souffert quand elle l'avait quitté, lui prouvant qu'il était bien humain et non un esprit. Il éloigna sa main, voulant garder une distance entre eux. C'était compliqué, il ne pouvait pas dire qu'il ne l'aimait plus, mais c'était certain qu'il ne l'aimait plus comme avant. Elle avait été trop longtemps l'esprit qui torturait les enfants, l'esprit qu'il devait combattre pour la lumière. Tous les opposait, même dans cette ville, avant de retrouver ses souvenirs, il voyait un espoir pour Adora, un espoir qu'elle soit enfin heureuse, mais le passé l'avait rattrapé, emportant avec lui son manque de confiance. Car voilà, où était le souci, il ne lui faisait pas confiance, et même si tout faire pour la rendre heureuse pouvait toujours être dans ses plans, il ne pouvait pas revenir vers elle et la laisser revenir à lui. Non, sa seule obsession était de retrouver Aiden et de tout lui révéler. L'ancien marchand de sable, lui révéla qu'il ne s'attendait pas qu'elle vienne le voir si vite, ne pensant pas être important pour elle.

"Je me suis souvenue. Que... Que l'on s'était..."

Elle avait porté la main vers ses lèvres. Owen comprit qu'elle parlait du baiser échanger, celui-là même qui l'avait poussé lui à ne pas vouloir la revoir. Mais c'était qu'Adora ignorait qui il était réellement, oui, elle ne savait pas qu'elle avait affaire au marchand de sable, celui qu'elle avait toujours rêvé de détruire.

"Si seulement j'avais su...Si j'avais su que tu étais encore vivant..."

Il lui lança un regard intense, savait-elle les circonstances atroces de sa mort ? Le doute persistait, non autrement, elle aurait su que d'une certaine façon, il n'était plus vivant tout comme elle. Contrairement à beaucoup d'habitants de Storybrooke, ils étaient déjà morts et Owen ignorait encore les impacts que cela aurait sur leur vie.

"Tu te souviens ? Quand tu as emmené cet Erik chez nous ? Qu'il m'avait demandé quelles contrées j'avais visité ? J'avais répondu que je n'avais jamais fait attention aux noms. Que je ne voulais qu'aller loin, le plus loin possible."

Il ne la quittait pas des yeux, sa timidité semblait avoir disparu. Il mit à certains temps à se souvenir de la scène dont elle lui parlait. Quand on vit durant des centaines années, il est facile d'oublier certains détails, surtout d'une rencontre d'une seule journée, Sam avait pour habitude d'ouvrir sa porte à beaucoup de monde et il ne souvenait pas de tous. Bizarrement, il n'arrivait pas à mettre de visage sur cet Erik, le masque qu'il portait était sans doute la raison, mais celui-ci lui était sorti de l'esprit. Alors qu'il se remémorait cette rencontre, il observa celle qui avait été sa femme, elle semblait vraiment soucieuse, oui il s'inquiétait pour elle.

"Avant Agrabah...J'appartenais à quelqu'un. Et ce quelqu'un a fini par me retrouver."

Était-ce l'explication qu'avait toujours attendue Sam ? La raison de son départ sans explication ? Il avait toujours pensé que c'était lié à l'enfant qu'elle portait. Il y avait donc quelqu'un d'autres, une dont elle était l'esclave ou la femme ? Owen ne savait quoi dire ? Quoi faire ? Car même si connaitre la vérité le soulagerait, cette vérité conduirait la conversation sur une autre vérité, dont il avait promis de garder pour lui. Pour protéger son frère, ses proches, il avait fait un choix et il s'y tiendrait.

- Le passé t'a rattrapé.

Comme il avait rattrapé tout le monde aujourd'hui, c'était un réel déchirement intérieur. Pouvait-il lui faire confiance ? L'écouter ? Donner une chance à une famille unie ? Un futur pour Aiden ? Mais alors qu'il voulut lui prendre la main, il se ravisa.

- Adora, je ne veux pas savoir, c'est ton histoire. Je sais simplement que tu l'as choisi lui à moi. Tu avais surement peur, mais on ne peut revenir en arrière, ce qui est fait est fait.

Il n'avait pas dit cela par méchanceté. Ne rien savoir de leur passé avait marché pour eux durant un certain temps et aussi provoquer leurs pertes. Mais, penser à Aiden, lui avait fait réaliser qu'elle restait sa mère et qu'il devait tout lui expliquer à lui. Cela serait à Aiden de choisir de rester avec sa mère.

- Arriverais-tu à oublier ton passé pour avancer dans ton présent ?




© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Jeu 9 Oct - 22:36



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.


Pitch n'avait jamais imaginée comment auraient pu se passer ces hypothétiques retrouvailles. Elle ne s'était pas torturé l'esprit à imaginer mille scénarios possibles, mille réactions envisageables. Sinon elle aurait certainement trouvé ces mots plus facilement !

Pendant des années, même plus, Sam n'avait été qu'un souvenir. Les seuls moments heureux de sa vie qu'elle avait conservée précieusement et égoïstement dans sa mémoire.

Sur le chemin, elle s'était imaginée un peu follement qu'en retrouvant Owen tout redeviendrait comme avant son départ. Elle oubliait de s'inquiéter du retour des souvenirs, de vérifier si la magie était revenue ou d'avoir peur que ses ennemis profitent peut-être de cette situation. Elle aurait voulu que ces passages de sa vie n'aient jamais existé, que seul Agrabah comptait. La confusion d'avoir deux vies dans sa tête rendait cela plus facile. Cet espoir naïf avait disparu à mesure qu'elle s'inquiétait de la réaction de l'ancien marchand de jouets.

Elle aurait dû se douter de quelque chose. Sentir un grain de sable gênant dans la conversation. Se demander pourquoi Owen ne semblait pas étonner qu'elle aussi soit vivante après tout ce temps. Qu'il ne lui pose aucune question, comme s'il savait déjà tout. Pitch ne s'inquiétait pas de ce genre de chose, elle était même soulagée du manque de curiosité de celui qui avait été son mari dans une autre vie, ainsi, elle n'avait pas à répondre.

Le regard de l'ancien marchand de sable restait braqué sur elle alors que la surveillante peinait dans ses explications. Adora aurait voulut tout lui dire, mais l'ancienne ombre imaginait trop facilement le regard de Sam se voiler de dégoût si elle racontait toute son histoire. La peur restait toujours le sentiment le plus fort.

- Le passé t'a rattrapé.

Adora hocha silencieusement la tête, incapable de rajouter quoi que se soit d'autres. Elle voulait détourner le regard, mais n'en avait pas la force, elle voulait prendre la main d'Owen, mais n'osait pas le faire. Le fait que le marchand de jouets se ravisa dans une tentative semblable ne lui avait pas échapper et fut plus douloureux que prévu.

- Adora, je ne veux pas savoir, c'est ton histoire. Je sais simplement que tu l'as choisi lui à moi. Tu avais surement peur, mais on ne peut revenir en arrière, ce qui est fait est fait.

Elle aurait dû être soulagée. Sam lui donnait l'opportunité de garder ces secrets. Pitch ignorait qu'il proposait cela pour mieux garder les siens. Sans doute aurait-elle saisi cette perche tendue de garder sous silence son passé s'il n'avait pas dit 'tu l'as choisi lui à moi'.

"Je n'avais pas le choix !" Répondit-elle avec empressement. "Sinon je t'aurais choisie ! Toi ! Mais j'avais tellement peur que notre enfant soit... qu'il ne soit pas..."

Elle s'interrompit et détourna le visage, se mordant la lèvre pour ne pas flancher, pour ne pas paraître faible, se forçant à croiser les bras pour ne pas les porter sur son ventre en parlant du bébé qu'elle avait porté. L'ancienne ombre voulait dire tellement de choses... Ce n'est que maintenant qu'elle réalisait tout ce qui s'était passé entre maintenant et son départ d'Agrabah. Tellement de choses. Owen avait raison, elle avait eu peur. Une peur qui avait eu neuf mois pour grandir de plus en plus.

- Arriverais-tu à oublier ton passé pour avancer dans ton présent ?

Adora se força à regarder de nouveau son interlocuteur, elle voyait à présent les différences entre Sam et Owen. Elle parut hésitante, mais pas pour la raison qu'on pourrait imaginer.

"Est-ce que tu seras à mes côtés ?" Demanda-t-elle avec angoisse, redoutant une réponse négative.

C'était égoïste. Owen était peut-être (sans doute ?) passé à autre chose depuis le temps. Mais elle avait toujours été un peu égoïste, sans doute parce qu'elle était née de l'envie égoïste de son propriétaire.

"Toute seule, je n'y arriverais pas." Continua-t-elle ensuite. "Mais avec toi... avec toi, je pourrais être courageuse."

Une pensée se glissa dans esprit. Seule ? L'était-elle vraiment ? Adora avait l'impression d'oublier quelqu'un. Quelqu'un qui avait été important avant que sa vie ne se retrouve chamboulée par ces vrais souvenirs. Cette pensée avait été mise en second plan, comme un sifflement agaçant qu'on arrivait ni à identifier ni à ignorer. Pour l'instant, elle était surtout inquiète concernant la réponse d'Owen.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Dim 19 Oct - 18:52



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

La vie est comme un sablier sur une table, personne ne peut trouver le bouton de rembobinage, personne ne peut oublier à présent. Pitch l'avait fait souffrir, mais elle restait aussi la preuve vivante que plus il y a eu d'obstacle sur son chemin plus sa lumière étincelait. On pouvait qualifier Owen Heartwood de personne pure, toujours à tendre la main, à vouloir faire sourire et rêver ses proches et les enfants, c'était un protecteur et même la malédiction ne lui avait pas ôté ce point de la personnalité, calme, rêveur, réservé et généreux. Le jeune homme ne pouvait s'imaginer que le retour des souvenirs pourrait mal se passer, il avait passé tellement d'année à observer les humains, qu'il avait pris un certain recul, mais c'était avant de revivre comme un humain. Qu'était-il ? Qui était-elle ? La femme qui lui faisait face ressemblait tellement à sa femme, mais les souvenirs de son comportement avec les enfants, lui rappelle trop le croquemitaine. Owen ne savait pas s'il pouvait lui faire confiance et il se devait de garder les détails sur sa vie, secrets, ce n'était donc pas facile de communiquer avec elle, surtout que ce n'était pas un grand menteur. Il préféra donc éviter le sujet, même s'il aurait pu obtenir des informations sur son départ. C'était le prix à payer pour protéger les siens, il y a toujours un prix à payer.

Ces paroles prononcées, il ne pouvait plus retourner en arrière. À présent, elle devait surement penser qu'il ne s'intéressait plus à elle, qu'il avait tourné la page et c'est vrai qu'il l'aurait souhaité, ne plus souffrir en la regardant dans les yeux, ne plus avoir peur de ses sentiments contradictoires. C'était sa femme, c'était une ennemie, c'était un danger pour la lumière. Il avait hésité quelques secondes pour un rapprochement, mais c'était ravisé. Mais quand elle lui avoua qu'elle n'avait pas eu le choix, qu'elle l'aurait choisi lui. Son coeur s'emballa, puis son erreur fut d'évoquer l'enfant. Il comprenait à présent qu'elle avait eu peur à cause de leurs enfants et lui s'inquiéta de suite pour Aiden. Est-ce qu'il courait un risque ? Cela pouvait se voir dans son regard que le mot enfant l'avait touché, mais Adora détourna très vite le visage. Une part de lui avait envie de lui dire, mais c'était le choix d'Aiden, non le sien.

Finalement, il évita le sujet enfant et préféra lui demander si elle était capable d'oublier le passé pour avancer dans le présent. Adora le regardait à nouveau et parut hésitante. Quel réponse attendait-il ? Oui qu'est-ce qu'il espérait ? Surement qu'elle oublie d'avoir été le croquemitaine et recommence une nouvelle vie où elle serait heureuse. Owen n'avait peut-être pas la force de retourner auprès d'elle, mais il ne souhaitait pas non plus la voir malheureuse.

"Est-ce que tu seras à mes côtés ?"

Des mots surprenants, il ne s'attendait pas du tout à cette réponse. Il pouvait bien voir son angoisse dans ses yeux et cela eut l'effet immédiat d'attendrir l'ancien marchand de sable. Il ne pouvait pas l'abandonner, ce n'était pas une mauvaise personne égoïste et même si se trouver près d'elle rouvrirait la blessure de son coeur, il se disait qu'il l'aiderait du mieux qu'il pourrait. C'était son rôle de veiller sur les autres. C'était un gardien, mais était-ce vraiment cela qui le poussait à vouloir accepter ?

"Toute seule, je n'y arriverais pas. Mais avec toi... avec toi, je pourrais être courageuse."

Il devait être là pour elle, ne pas commettre les mêmes erreurs. Il y a une lumière à chaque sortie d'un tunnel et peut-être qu'il pourrait être la sienne, son antidote à l'obscurité. Même s'il doutait toujours d'elle, il avait l'espoir qu'elle puisse être différente. Il lui attrapa la main tout en douceur et lui offrit un sourire sincère.

- Je serais là...près de toi si tu le souhaites.

Ce geste affectueux lui fit oublier quelques minutes qu'elle était bien plus que sa femme, qu'elle était dangereuse. À ce moment précis, ce fut Sam qui agissait, il la prit dans ses bras et se disait que le pire pouvait être derrière eux. C'était comme-ci toutes ses centaines d'années après qu'elle l'avait abandonné s'était évaporée.

- Je t'épaulerais tant que tu en auras besoin.

Il venait de murmurer ses mots à son oreille, puis l'étreinte prit fin quand il s'éloigna d'elle, lâchant sa main par la même occasion. Il était clair dans sa phrase qu'il ne parlait pas d'un homme à sa femme, mais bien d'une personne qui était prête à offrir son aide. Reprenant un air plus sérieux, il finit par lui demander :

- D'ailleurs où est Aiden ? Je pensais que tu l'aurais avec toi, vu que tu l'as adopté.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Dim 26 Oct - 20:35



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

L'aveuglement avait laissé la place petit à petit à la lucidité. Maintenant, elle voyait les différences entre Owen et le marchand de jouets qu'elle avait connu. Une personne censée se serait fait une raison. Leur période heureuse dans le désert d'Agrabah était une partie minuscule dans une longue vie. Même si Adora ignorait par quel miracle son mari avait vécu aussi longtemps, cela ne l'empêchait pas de réaliser l'amer vérité : chacun avait tourné la page à sa façon et avait continué sa vie. Celui du croque-mitaine l'avait reconduit sur le chemin de la noirceur qui l'avait vu naître.

Sauf que Pitch Black n'était pas un être censé mais profondément égoïste. L'ancienne ombre avait obtenu la vie du désir égoïste de son propriétaire de voyager sans prendre les risques indispensables aux belles aventures, il était normal que ce trait de caractère soit dominant chez elle. Elle ne voulait pas tourner la page. Elle ne voulait pas le voir partir maintenant qu'elle l'avait retrouvé. Peut-être que Sam ne l'aimait plus... et alors ? Depuis quand il fallait de l'amour pour garder quelqu'un près d'une autre personne ? Le plus important était qu'Owen accepte de rester à ses côtés. Le problème des sentiments se posera plus tard. Le plus tard possible.

La surveillante n'avait pas remarqué la réaction de Sam quand elle parla de leur enfant abandonné, elle était trop concentrée sur son hésitation à tout dire au marchand de jouet. Où devait-elle s'arrêter ? Devait-elle vraiment parler de ce qui s'était passé avant son arrivée à Agrabah ? Même si elle en avait eu envie au début, très vite les mots restèrent coincés dans sa gorge. L'ancienne ombre aurait pu prendre la question d'Owen pour une tentative salvatrice d'éviter ce sujet sensible, sauf que l'interrogation qu'elle subit n'avait rien de salvateur. Pouvait-elle aller de l'avant en oubliant le passé ?

Adora ignorait si elle en était capable, tourner le dos à ces mauvaises habitudes. Cependant, une chose était certaine : elle ne se voyait pas suivre cette voie en solitaire. Est-ce que son ancien mari accepterait de rester à ces côtés ? Elle osa finalement poser cette question dont elle redoutait tellement la réponse.

En continuant sur cette lancée, l'ancienne ombre savait pertinemment qu'elle se posait comme un fardeau sur les épaules de celui qui avait été à la fois son mari et son pire ennemi mais elle s'en moquait. Si cela pouvait lui permettre de garder Sam à ces côtés alors tant pis si cela la rendait pitoyable ou détestable d'agir aussi égoïstement. Maintenant que tous les habitants de Storybrooke se souvenaient de leurs véritables vies, Adora se sentait perdue et son confrère de l'orphelinat était le seul pilier auquel elle pouvait tenter de désespérément s'accrocher.

Comme pour confirmer cette pensée, Owen lui pris la main. L'inquiétude que l'ancienne ombre éprouva s'effaça progressivement pour laisser place à un sourire.

- Je serais là...près de toi si tu le souhaites.

En guise de réponse, Adora aurait aurait voulu lui formuler mille promesses. Qu'elle ne partirait plus jamais, qu'il n'y aura plus de secrets ou de mensonges... pourtant elle fut incapable de dire quoi que ce soit et se contenta d'acquiescer en silence. L'ancienne ombre savoura l'étreinte qui suivi. A nouveau, elle souhaita de tout son être que ce qui s'était passé entre Agrabah et cet instant n'ait jamais existé. Elle ferma les yeux pour mieux apprécier cet instant.

- Je t'épaulerais tant que tu en auras besoin.

"J'ai besoin que tu crois en moi." Souffla-t-elle à son tour avec ferveur.

Adora essayait d'oublier son cœur lourd devant les derniers mots de Sam : tant que tu en auras besoin. Cela sous-entendait une fin et un départ. Deux choses que l'ancienne ombre ne voulait envisagée. Maintenant que l'ancien marchand de jouets avait accepté, elle ne lui resterait plus qu'à sans cesse trouver un prétexte qui retarderait le départ d'Owen.

Tandis que l'étreinte pris fin, Adora sentait peu à peu la peur la quitter devant cette pensée rassurante. Elle resserra un court instant sa prise sur les doigts de Sam alors que ce dernier voulu lui lâcher la main avant de mettre fin à regret à ce contact qu'elle avait réussi à prolonger de quelques secondes de plus.

- D'ailleurs où est Aiden ? Je pensais que tu l'aurais avec toi, vu que tu l'as adopté.

La surveillante parut troublé, comme si ce prénom ne lui disait rien. Elle était tellement plongée dans ces souvenirs qu'elle en avait oubliés les derniers événements de Storybrooke. Elle qui avait eu peur d'être mère avait adopté un enfant. Cela ne semblait avoir aucun sens maintenant qu'elle y repensait.

"Aiden ?" Répéta-t-elle tout d'abord. Avant de se rappeler brusquement qui était l'orphelin récalcitrant qu'elle hébergeait. "Aiden ! Je... Je l'avais oublié." S'affola-t-elle. Elle fixa son regard vers l'horizon, vers l'endroit qu'elle avait quitté dans la précipitation pour venir ici. "Il est resté à l'appartement."

L'affolement ou la honte qu'elle ressentait n'avait aucun rapport avec le fait qu'elle s'inquiétait d'avoir laissé tout seul l'enfant qu'elle avait fraîchement adopté et qui était, par conséquent, sous sa responsabilité. Pitch s'inquiétait plutôt sur ce que penserait Sam d'un tel geste. Elle venait de recevoir la confirmation que son mari allait rester près d'elle, elle ne voulait pas tout gâcher à cause d'un geste négligeant parfaitement excusable !

"Je ne sais même pas quoi lui dire." Murmura-t-elle en baissant la tête.

La situation était compliquée... et juste au moment où elle avait atteints une certaine zone de confort, un gamin venait de se rajouter dans cette équation !


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Mar 18 Nov - 10:41



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

Oublier toute la souffrance qu'elle lui avait causée était trop difficile, tous ceux qui connaissaient, Sam, Sab ou Owen pourrait dire la même chose. C'était un être plein de lumière et d'espoir, mais pour le moment, cela ne suffisait pas. Il lui manquait la confiance, le croquemitaine et le passé d'Adora étaient si néfastes, la terreur avait été son arme et il se souvenait encore des sentiments de peur qu'il ressentait près d'elle à l'orphelinat avant que Vanny arrive à le faire sortir de sa carapace. Adora était son passé, mais il n'arrivait pas à voir un futur avec elle. Certes, il était prêt à l'aider aussi longtemps qu'elle le demanderait, mais reprendre une histoire d'amour n'était pas dans ses objectifs. Puis, il y avait tellement à faire avec le retour des souvenirs, tellement de personnes à retrouver et après son frère s'était Aiden qui rêvait enfin de voir et de pouvoir le serrer dans les bras. Dans le monde des contes, il veillait sur lui, mais jamais il n'avait pas été auprès de lui, lui parler, bien sûr, il l'écoutait quand le jeune garçon parlait dans sa chambre, mais il ne pouvait que le rassurer à travers les rêves et non dans le monde réel. C'était un sacrifice dur à porter, le choix le plus sain pour son enfant, il avait le droit à une vie normal et non être en danger en étant le fils du marchand de sable. Est-ce qu'Adora avait un jour regretté son abandon en étant le croquemitaine ? De vraies opposées de la nature qui avaient engendré une merveille et si seulement elle pouvait voir ça.

Quand elle souffla qu'elle avait besoin qu'il croit en elle, il ne répondit rien. Aucune envie de lui mentir davantage et surtout de la bercer d'illusions. Avec leur passé, il ne pouvait pas lui faire confiance et elle ne pourrait le comprendre temps qu'elle ne serait pas qu'ils avaient été les plus grands ennemis de Storybrooke. Durant leurs étreintes, le monde semblait s'être stoppé, comme un temps mort, une pause pour leurs deux âmes, comme-ci ils étaient encore à Agrabah, mari et femme. Avant de s'y perdre, il mit fin à leurs rapprochements et ce fut sa main qu'il lâcha en dernier. À présent, son coeur lui disait une seule chose de partir retrouver Aiden, mais il se demandait comment il allait faire sans éveiller les soupçons d'Adora, il se lança tout de même à l'eau.

"Aiden ? Aiden ! Je... Je l'avais oublié."

Il avait pu voir sur son visage qu'elle avait oublié le jeune garçon, qu'elle avait oublié leurs propres fils même si elle ignorait son identité. Il avait vraiment peur pour Aiden, et même si c'était la décision du petit de révélé sa maternité à la collègue d'Owen, il espérait que si tel était le cas, qu'Adora ne fuirait pas comme elle l'avait fait en les abandonnements tous les deux. D'une certaine façon, l'abandon n'était pas le pire, elle avait éloigné l'enfant de lui quand il n'était alors qu'humain. Oui, elle était partie en emportant tout ce qu'il avait toujours voulu, un enfant à chérir, elle lui avait enlevé cette chance d'être père. Tout aurait pu être différent, peut-être qu'avec un bébé à s'occuper, il ne se serait pas retrouvé dans la rue le jour où il avait aidé l'orphelin, oui peut-être n'aurait-il pas souffert le calvaire, car la souffrance de sa mort, le calvaire de ses blessures semblait être plaie encore ouverte.

"Il est resté à l'appartement."

Elle fixa son regard vers l'horizon et la douceur de visage d'Owen s'installa. Oui, elle avait fait l'erreur d'oublier Aiden, le retour des souvenirs avait dû la chambouler, mais il avait l'espoir que tout se passerait bien. Puis, s'il devait la rassurer, il le ferait, il lui avait dit qu'il resterait près d'elle tant qu'elle en aurait besoin et là, elle avait besoin de lui.

"Je ne sais même pas quoi lui dire."

Elle avait murmuré ses mots, tout en baissant la tête, surement honteuse. Il l'observa quelques instants, c'était encore difficile de trier ses sentiments, mais il pensait s'y habituer. Puis, il fallait avouer qu'il était encore sous le choc de ses retrouvailles avec son frère, cela en faisait beaucoup dans la même journée. Il s'approcha de nouveau d'Adora et posa sur son poignet, il aurait bien voulu la poser sur l'épaule, mais il existait un petit souci de taille. La malédiction ne lui avait pas fait gain de quelques centimètres, juste rendu son apparence d'antan.

- Je vais t'aider, je suis très proche d'Aiden.

Il était temps qu'il parle avec Aiden, il lui avait promis de l'aider à retrouver ses parents et il allait s'y tenir, tout lui avouer sans aucune censure. Le jeune garçon prendra sa décision en conséquence, mais s'il lui ressemblait, il était sur qu'il prendrait la bonne décision, mais si une part de lui voulait qu'Aiden pense d'abord à lui, à ce qu'il a envie de faire et non ce qu'il y a de mieux à faire. Quitter sa vie de Châtelain, lui avait prouvé une chose, il faut prendre sa vie en main avant que l'obscurité vous dévore de l'intérieur.

- Je lui ai fait une promesse et je voudrais la tenir, il faut que je lui parle.

Lui lâchant le poignet, Il lui montra la direction à emprunter de la main, il savait qu'elle vivait par là, mais de là à savoir ou exactement, il ne fallait pas exagérer.

- Tu m'accompagnes ?

Il sortit son portable de sa poche, prêt à envoyer un texto bien spécial.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Jeu 11 Déc - 17:46



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

La croyance. En tant que croquemitaine, la croyance de ces victimes avait régi sa vie. Décidant si elle allait être puissante ou faible. Adora avait l'impression d'être dans la même situation en cet instant précis. Si Sam restait avec elle, l'ancienne ombre pourra être forte. Dans le cas contraire, elle ne savait tout bonnement pas ce qu'elle deviendrait. Elle avait chassé de son esprit tout ce qui n'avait aucun rapport avec ce choix. Les gardiens, Aiden, la malédiction. Oublier. D'ailleurs, elle n'avait même pas remarqué que la magie était toujours absente de Storybrooke. Une pensée qui aurait dû l'inquiéter, pourtant.

Owen lui rappela la présence d'Aiden. Sur le moment, elle trouva cette présence enfantine dans son appartement incompatible avec sa mémoire fraichement retrouvée. Elle qui avait abandonné son bébé avait adopté un orphelin ? D'accord, Pitch avait toujours regretter d'avoir fui Agrabah en abandonnant son mari et son bébé venant de naître, mais... de là à adopter un des garçons les plus insolents depuis le départ de Liam sur son lieu de travail... Puis la surveillante se rappela qu'elle avait fait tout cela dans le but d'une punition. C'était rassurant. La malédiction ne l'avait pas soudainement transformée en guimauve.

Immédiatement après, Adora senti le regard d'Owen et la honte et l'inquiétude envahirent tout aussi rapidement son esprit. Elle avait oublié Aiden, qu'est-ce que son ancien mari allait penser d'elle ? Elle essaya de trouver une excuse qui ne lui ferait pas tenir le mauvais rôle (celui de la mère indigne qui avait laissé l'enfant sous sa garde tout seul dans son appartement) mais se retrouva très vite obligée d'avouer la vérité.

Elle s'était tenue prête à objecter que le gamin n'était pas vraiment tout seul puisqu'il y avait ces chats. sauf qu'au même moment, elle réalisa deux pensées horribles : premièrement, Aiden avait eu raison depuis le début à propos du livre d'Henry. Deuxièmement, elle ne savait pas quoi lui dire si elle rentrait. Comment expliquer cette situation étrange ? Qu'Owen, son confrère qu'elle avait toujours pris en grippe, était en réalité son ancien mari qu'elle pensait mort. Et surtout, même si le garçon lui en avait fait voir de toutes les couleurs, la surveillante ne voulait pas qu'Aiden se souvienne de sa vraie famille. Elle était tiraillée entre deux désirs égoïstes : garder Owen pour elle toute seule et/ou ne pas laisser Aiden partir.

Honteuse et remplie de doute, elle baissa la tête en murmurant qu'elle ne savait pas quoi lui dire. Elle tressaillit en sentant un contact sur son poignet, avant d'oser reposer lentement les yeux vers lui.

- Je vais t'aider, je suis très proche d'Aiden.

Adora acquiesça avec un mince sourire timide. C'était vraiment étrange, elle avait toujours été contre le lien particulier qui unissait Aiden et son confrère et maintenant, ce même lien allait peut-être la tirer d'affaire.

- Je lui ai fait une promesse et je voudrais la tenir, il faut que je lui parle.

Instinctivement, cette promesse ne lui plut pas du tout, bien qu'elle le cachât du mieux possible. Une légère moue traversa son visage, mais on ne pouvait pas dire si c'était à cause du fait qu'Owen venait de lâcher son poignet ou si c'était à cause de ces paroles. Puis elle céda.

"D'accord." Concéda-t-elle finalement avec une réticence qu'elle essaya de masquer.

- Tu m'accompagnes ?

Devant cette question, Adora se força à adopter une attitude plus joyeuse même si les futures retrouvailles avec Aiden lui procuraient encore un nœud de stress dans le ventre. Owen avait accepté de rester, de l'aider, elle n'avait plus besoin de s'inquiéter pour l'instant.

"Bien sûr. Je te signale que çà reste mon appartement." Remarqua-t-elle avec un sourire malicieux. "Je ne vais pas te laisser planter devant la porte."

L'ancienne ombre profita sournoisement du fait que son confrère soit occupé avec son texto pour lui prendre la main.

"Je te sers de guide." Expliqua-t-elle en commençant à avancer en entraînant Owen à sa suite. "çà t'évitera de te prendre un poteau en envoyant ton message."

Bien sûr, il lui vint aussi à l'idée qu'une seule main de libre n'était pas pratique pour écrire un texto... Pensée qu'elle effaça de ses préoccupations quasiment instantanément pour se concentrer sur sa marche. De sa main libre, elle sortit les clefs, leurs tintements l'aidèrent à ne pas sentir la peur monter en elle alors que le moment de vérité approchait de plus en plus. Sans le savoir, elle allait aider celui qui avait été son plus redoutable ennemi en proposant :

"Tu devrais peut-être aller le voir en premier." Adora restait curieuse au sujet de cette fameuse promesse, mais la crainte teintée d'une touche de contrariété de subir le regard d'Aiden alors que ce dernier avait eu raison sur toute la ligne était plus forte. "Et moi..." Elle hésita à instant. "Moi, je vous attendrais dehors." Décida-t-elle en baissant de nouveau les yeux.


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Lun 29 Déc - 18:09



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

Il y a un temps pour tout, il se devait de retrouver son fils, de tout lui raconter, sans lui épargner le moindre de détails. Aiden était une personne forte, un enfant de milliers d'années. D'un certain sens, les siens avaient été épargnés par le temps, même si Owen ignorait que son frère aussi était à Storybrooke, Neverland avait préservé la famille du marchand de sable, peut-être une fois encore un signe du destin qui voulait les réunir) Storybrooke. Mais pour faire quoi ? Devenir le père et le frère qu'il n'avait jamais pu être . Owen allait-il pouvoir mettre de côté sa position de gardien ? Tellement de questions auxquelles il ne pouvait pas penser à présent, le retour des souvenirs était trop récent et il était normal qu'à sa seule envie soit de retrouver Aiden, de pouvoir le serrer dans ses bras en étant son père. Cette enfant était de son sang et il en était fier.

Le premier souci était que le jeune garçon vivait son Adora, sa véritable mère qui ignorait l'être. Bien sûr, il allait le dire à son fils, mais cela serait sa décision de le révéler ou non à l'ancien croquemitaine. Le choix d'Aiden déterminerait la suite des évènements, cela était certain et pourtant, Owen ne se tracassait pas, pour lui, la lumière l'emportait toujours. Par contre, il est certain qu'il n'avait pas prévu que son ancienne femme vienne le retrouver si vite, c'était si surprenant ainsi que troublant, il ne savait pas quoi penser. Lui aurait préféré l'éviter, car tout le monde sait qu'il ne fait pas un bon menteur et pourtant, il devait garder son identité secrète, elle était celle qui rêvait de le détruire, bien plus que celle qui l'avait aimé.

Finalement, il lui proposa de l'accompagner voir Aiden, il ne mentait pas en disant qu'il devait tenir sa promesse et il comptait bien le faire. Sortant son portable de sa poche, il écrivait un texto au jeune garçon, pour éviter toute gaffe à leurs arrivées. Le petit savait être le fils du marchand de sable et il était fort probable qu'il lui balance à la figure d'Adora dès qu'il en aura l'occasion, c'est ce que devait à tout prix éviter Owen, pour leur sécurité mutuelle.

"Bien sûr. Je te signale que çà reste mon appartement. Je ne vais pas te laisser planter devant la porte."

Le voir sourire était si étrange, Owen ne put s'empêcher de lui sourire à son tour avant de se concentrer à nouveau sur son texto. D'ailleurs, à ce moment-là, Adora lui attrapa la main et il sentait qu'elle n'allait pas la lâcher de sitôt. Sa femme l'aimait-il encore ? Où était-ce la peur d'être seule ? Tout était si compliqué, il voudrait tellement lui faire confiance, mais leur passif est trop ancré dans son esprit, il ne pouvait oublier qu'elle était le croquemitaine et lui le marchand de sable, alors qu'elle ne voyait que Pitch et Sam.

"Je te sers de guide. çà t'évitera de te prendre un poteau en envoyant ton message."

Écrire avec qu'une seule main n'était pas simple, mais il n'osait lui enlever ce plaisir, elle semblait si apaiser en lui tenait sa main, il ne voulait pas la chambouler davantage. Donc, il fit de son mieux et arriva au bout de quelques minutes à envoyer son texto. Remettant son portable dans sa poche, il observa celle qui avait partagé sa vie durant quelques années. Il pouvait voir l'appartement d'Adora droit devant et se demandait comment il allait réussir à l'éloigner de lui et Aiden. Par chance, ce fut elle qui proposa la solution.

"Tu devrais peut-être aller le voir en premier. Et moi...Moi, je vous attendrais dehors."

Elle baissa les yeux et Owen eut le réflexe de faire resserrer sa main qui tenait la sienne, pour lui prouver qu'il était là. Lui-même pouvait sentir son estomac se nuer, elle allait retrouver son fils, ce n'était pas une mince affaire et si celui-ci prenait mal la nouvelle et s'il ne voulait pas de lui comme père. Il retira sa main quand Adora ouvrit la porte d'entrée, elle le guida jusqu'à son appartement et après avoir débarré, lui fit signe qu'il pouvait rentrer. Plongeant ses yeux bleus dans les siens, il lui murmura :

- Tout se passera bien.

La porte se referma derrière lui, il n'était jamais venu ici et cela lui faisait une drôle d'impression. Avançant tout doucement, il se retrouvait entouré par des chats. Finalement, il demanda :

- Aiden, tu es là ?


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Sam 10 Jan - 21:10



À la lueur de nos mensonges

Adora & Owen & Aiden

Je veux la vérité...


Petit oiseau, j'arrive avec Adora...j'ai quelque chose d'important à te dire et j'aimerais beaucoup que tu ne dises à personne que ton père est le marchand de sable avant d'avoir parlé avec moi, surtout pas devant Adora, je t'expliquerais une fois qu'on sera que tous les deux, promis. J'arrive tout de suite, on est dans ta rue.

… Je regardais Ivy, puis mon portable. Ivy. Portable. Ivy. Marchand de sable. Père.

'' Il faut que je file ! Merci pour tout ! ''

En un éclair, je sortis du cabinait dentaire, bousculant les piétons et failli me faire renverser par une voiture qui klaxonna furieusement lorsque je traversais la rue. Trop tard, j’étais loin. Je courais aussi vite que mes jambes d’enfants me le permettaient. Je repensais à Bilbo Baggins qui partait à l’aventure, courant à travers champs. J’avais adoré ce livre et, en plus, il m’avait renseigné sur les dragons. Moi aussi je courais après mon destin. Je courais après la vérité qui m’échappait. J’avais peut-être retrouvé mes souvenirs, mais en me réveillant ce matin, j’avais eu la déception de voir que j’étais encore un orphelin. Un enfant perdu. Je serais toujours reconnaissant envers Peter Pan et Clochette de m’avoir pris sous leur aile, mais avec la malédiction, j’avais eu l’espoir de ne pas avoir été abandonné, juste oublié par mes véritables parents. Avec du recul, j’admettais tout de même avoir eu une belle existence dans le monde des contes. Celle à Storybrooke était bien plus morose par contre, mais ce chapitre-là venait de se terminer lorsqu’Emma avait réveillé Henry.

Ce matin, je n’avais eu que les horribles chats de la surveillante pour compagnie. Pour cette raison, j’étais sortis dans le rue et avais erré entre les commerces jusqu’à trouver une personne qui se souvenait du Frisé. En passant devant le lieu de travail d’Ingrid, je n’avais pas pu résister à l’envie de lui faire une petite visite. Sauf qu’Owen allait surement débarquer à l’appartement avant que j’y sois moi-même. Le fait que mon complice de toujours soit avec la femme qui m’avait adopté pour me punir me laissait perplexe, mais je devais avouer que je n’avais connu la brune que sous son masque de tyran des orphelins. Qui sait, au fond, je ne la connaissais peut-être pas du tout. Dans le cas du fabricant de jouet, j’étais moins inquiet. Je suis sûr que notre profonde amitié ainsi que sa promesse nous liait encore malgré tout. Je lui faisais confiance. De plus, s’il savait quelque chose sur mon père, j’allais tout faire pour obtenir ces informations. Par le passé, j’avais même fait un pacte avec le Ténébreux pour connaitre l’identité de mon géniteur. Néanmoins, je m’étais enfui trop tôt pour connaitre le nom de ma mère.

Je vis au loin l’immeuble et pris un raccourcit en sautant la barrière du voisin. Je me retrouvais donc derrière l’édifice et repérait la fenêtre de ma chambre que je laissais toujours ouverte malgré les protestations d’Adora. Elle craignait que ses chats prennent la fuite ? Ils étaient bien trop insupportables pour me donner ce plaisir. À bout de souffle, je grimpais malgré tout sur le rebord et sautant à l’intérieur. J’avais placé mon lit tout près, me garantissant un atterrissage plus doux. Par contre, je n’avais pas tenu compte du chat qui venait faire sa sieste dans mes draps et le réveilla d’un coup. La bête miaula avec rage avant de s’enfuir, faisant tomber le livre sur lequel je m’étais endormi la veille. Bref, une entrée pas si silencieuse que ça. J’entendis la voix d’Owen en provenance de la pièce voisine et j’allais le rejoindre avec un grand sourire. Mes cheveux étaient de travers à cause du vent et mes joues étaient rouges à cause de l’exercice, mais mes yeux brillaient d’excitation.

'' Je suis là ! '' Soudain, je me jetais au cou du surveillant, profondément heureux de le voir. Comme il me l’avait promis, il était là. '' Toi au moins, tu ne m’as pas oublié ! Alors, t’es un leprechaun ou pas ?''




© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Ven 23 Jan - 14:11



A la lueur de nos mensonges

Adora & Owen

Je suis perdue à jamais dans une autre vie.

Bientôt, le moment de vérité, le marchand de sable allait pouvoir réaliser son propre rêve et cette fois-ci un rêve non fait de sable, mais bien réel. Il allait retrouver son fils et pouvoir le regarder grandir sans rester en retrait. Il espérait vraiment qu'Aiden lui laisse une place dans sa vie, le jeune garçon avait eu d'autres parents, des personnes qui l'avaient élevé et jamais, il ne prendrait la place de ces gens qui avaient été merveilleux avec son fils. , ni même l'obliger à l'appeler Papa. Owen ne cherchait pas à s'imposer, seulement à pouvoir être présent pour de vrai et non en restant simplement la personne qui lui distribuait des jolis rêves. Durant toute sa vie d'esprit, il avait enfreint une fois sa règle, normalement, il se devait de ne pas s'occuper des affaires des mortels, mais voilà, il ne voulait pas que son fils soit auprès du ténébreux et par chance, il avait réussi à l'éloigner en lui offrant la montre familiale, une que son propre père lui avait offerte. D'ailleurs à l'image de celui-ci qui avait tracé une vie pour ses fils, le marchand de sable laissait au jeune garçon prendre ses propres décisions et il en était de même aujourd'hui.

Au premier abord, il semblait y avoir personne dans l'appartement, seuls des chats au nombre impressionnant, il ne se serait jamais douté qu'Adora aime autant les animaux, vu comment elle se comportait avec les enfants. N'était-ce pas une preuve qu'une part de gentillesse avait survécu en elle ? C'était difficile de toujours espérer, de se dire que tout se passerait bien, surtout avec tout ce qu'il avait découvert. Sa femme se retrouvait de l'autre côté de la porte d'entrée, à attendre, mais attendre quoi ? Qu'est-ce qu'elle pouvait bien espérer ? Lui connaissait toute leur histoire, Adora, non. Elle ignorait qu'il était le marchand de sable, qu'Aiden était son véritable fils, des annonces qui lui seraient surement difficiles à digérer, si un jour, elle parvenait à le savoir. Avançant dans l'appartement, il se risqua à appeler le jeune orphelin, plus vraiment orphelin, puis d'un coup, il apparut, les cheveux de travers, les joues rouges, Owen ne put s'empêcher de sourire, devinant que celui-ci avait dû comme à son habitude revenir par la fenêtre.

'' Je suis là ! ''

Aiden lui sauta au cou et l'ancien marchand de sable resserra son étreinte. C'était la première fois qu'il prenant l'enfant dans ses bras en sachant qu'il était le sien. Adora lui avait ôté cette chance, il n'avait pas eu l'occasion de le prendre à sa naissance, d'être empli par cet amour absolu par le premier regard. Non, il avait dû le voir dans les bras d'un autre père, le regarder dort et veiller sur lui, sans pouvoir jamais se faire voir. Alors, il savourait ce moment de se sentir enfin père.

'' Toi au moins, tu ne m’as pas oublié ! Alors, t’es un leprechaun ou pas ? ''

Il avait envie de lui dire que jamais il ne pourrait l'oublier, mais la question du jeune garçon l'interpella. Il est vrai qu'il n'avait jamais réellement cru à la malédiction, mais il avait accompagné Aiden dans ses recherches et avait prétendu être un leprechaun, il est vrai qu'il aurait adoré avoir cette vie, une vie sans soucis, ni complication, une vie qui ne ressemblait pas à la sienne. Il avait beau être un gardien de la lumière, il n'en restait pas moins qu'il avait côtoyé l'obscurité de très près.

- Heu non, pas du tout.

Il avait envie de sourire, de rire avec lui, mais la peur de la réaction d'Aiden restait trop forte. Il était possible qu'il le rejette. Reposant le petit au sol, il lui fit signe de la main de le suivre.

- Allons-nous installer dans ta chambre ?

Une fois rentré, il ferma la porte derrière lui, il se devait de prendre toutes les précautions. Il alla s'installer sur le lit d'Aiden et quand celui-ci le rejoignit. Il observa quelques instants le visage de son enfant, si semblable aux siens quand il était petit. Comment était-ce possible qu'il lui ressemble autant ? Prenant une grande aspiration, il commença à parler tout bas, pour n'êtes entendus que d'Aiden.

- Ce que va suivre doit rester entre nous, tu ne dois le dire à personne, tant que je ne suis pas sûr que tu sois en sécurité... Il plongea ses yeux dans ceux identiques aux siens. Je suis le marchand de sable, je suis ton père.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   Lun 23 Fév - 17:34



À la lueur de nos mensonges

Adora & Owen & Aiden

Je veux la vérité...


Cette journée n’avait pas commencé comme prévu alors que je m’étais réveillé encore plus seul et plus perdu qu’auparavant. J’étais ravi de retrouver mes souvenirs, mais cet événement annonçait aussi le retour de mes anciennes quêtes qui étaient restées en suspens. Je n’avais plus les aventures palpitantes du Pays Imaginaire pour me faire oublier que j’étais orphelin. De plus, mes compagnons de jeux étaient tous à l’orphelinat alors que je retournais immanquablement chez Adora. Bon d’accord, j’y allais parce qu’Owen me l’avait demandé, mais ce n’était pas comme-ci j’avais fait mes bagages dès que l’amnésie magique était partie. Rien ne me rattachait à la surveillante, du moins, c’est ce que je croyais, sauf que je n’avais pas encore envisagé le futur au point de quitter son appartement.

Par contre, une promesse ainsi qu’une belle amitié existait entre moi et Owen, un lien plus fort que tout ce que j’avais pu imaginer. C’est d’ailleurs pour ces raisons que je lui faisais mon plus beau sourire, flatté qu’il ait pensé à moi en cette journée qui en aurait tracassé plus d’un. En tout cas, suffisamment pour oublier un simple enfant rencontré sur son lieu de travail à cause d’une malédiction. Sans attendre, je lui sautais au cou, manifestant ma joie. Je lui demandais par la même occasion s’il était devenu ce leprechaun dont on avait parlé quand j’étais passé chez lui, un jour de pluie. Je m’en rappelais puisque j’avais beaucoup rit en pensant que Walgrim pourrait être un lutin du Père Noël. Je ne moquais pas hein, lutin du Père Noël c’est un boulot important !

'' J’avais raison Owen, tu te rends compte ?!'' dis-je au moment de desserrer mon étreinte.

C’était plus une observation qu’une réelle question, mais ça faisait un bien fou de savoir que plus jamais un adulte ne me dirait que j’avais trop d’imagination. Pour l’heure, il était temps d’en savoir plus sur ma propre histoire. Je suivis le jeune homme jusqu’à ma chambre pour discuter du sujet qui m’intriguait tant : le marchand de sable. Nous nous installâmes sur le lit et un silence plein de sérieux se rependit dans la pièce. Je le regardais avec grande attention, ma curiosité étant piquée à vif. Que pouvait-il m’apprendre que j’ignorais encore ? Cette fois, aurais-je enfin mes réponses où devrais-je me trouver une île d’immortels pour me donner le temps de creuser encore? Ses paroles ne tombèrent pas dans l’oreille d’un sourd en tout cas. Mes grands yeux bleus exprimèrent ma surprise, puis mon bonheur. Avec précaution, je pris cette montre à gousset qui ne me quittait jamais dans ma poche. Je l’ouvris pour l’observer à la lumière de cette révélation.

'' Toi… Tu… T’es… Mon père ? ''

Je n’avais pas de mal à le croire, mais j’étais tellement heureux que l’émotion me submergeait. Owen ne me mentirait jamais, encore moins sur ce sujet. Ému, je détournais la tête un moment, gêné que mon regard s’embrouille si vite de larme. J’étais un grand garçon, je ne devais pas pleurer comme ça ! Mais c’était un si beau moment. Je l’avais enfin trouvé… Un rire enjoué s’échappait de mes lèvres alors que je sentais quelques larmes de joie qui roulaient sur mes joues. Si je n’avais pas le droit de pleurer aujourd’hui, je n’aurais jamais une bonne raison de le faire. Je ne savais pas vraiment comment réagir et, malgré les milliards de questions qui flottaient dans ma tête, je ne réussis à en articuler qu’une seule ;

'' Papa ? ''

Mes doigts jouaient nerveusement avec la chaîne de la montre. Avec lenteur, je me rapprochais du surveillant. J’essuyais mes pleurs avec les manches trop longues de mon chandail et alla simplement poser mon front contre son torse, attendant que ce soit lui qui me prenne dans ses bras. J’avais désespérément besoin qu’il y ait, au moins, un adulte qui ne me repousse pas. J’avais envie de savoir que j’appartenais bien quelque part.

'' C’est beaucoup mieux qu’un leprechaun... Mais pourquoi ça doit rester un secret ? Tu as des ennuis ? '' demandais-je en oubliant l'existence même de cette femme derrière la porte d'entrée...



© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la lueur de nos mensonges (ft owen)   
Revenir en haut Aller en bas
 

A la lueur de nos mensonges (ft owen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lueur d'espoir!
» Les mensonges de Reporters sans frontières sur Cuba
» Michel Martelly: Une lueur d'espoir pour les déclassés
» Signature de contrat - Owen Nolan
» A qui profitent les mensonges proférés sur Haiti?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-