★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

  INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

PNJ Intrigues
PNJ Intrigue ೨ Tremblez, Mortels !

✒ Curse :
49


MessageSujet: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Mer 13 Aoû - 20:22

Everything has a beginning



The shadow waiting in the dark...
La chute dans le trou noir, vous emmène dans une nouvelle salle, vous voyez que vous êtes tous réunis. Vous vous trouvez dans une grande pièce carrée, séparé en deux par des flammes, il n'y a pas de mur, tout est noir. Les flammes vous encerclent à présent, la chaleur est oppressante si vous osez simplement frôler le feu, la brûlure sera immédiate.

De l'autre côté d'une barrière de flamme infranchissable, se trouve Morphée, celui-ci éclate de rire, un petit garçon se trouve derrière lui. Ne lui prétend aucune attention, Morphée proclame d'une voix caverneuse " Bienvenue dans mon sanctuaire...".

À présent que vous êtes dans ce lieu, que va-t-il vous faire ? Quel est son but ? Pourquoi le petit garçon pleure ? Prenez garde, vous êtes dans son sanctuaire, où il possède toute sa puissance.

L'heure est venue...

Les règles à retenir.
/!\ RELISEZ AVEC ATTENTION CE PARAGRAPHE, IL A ETE MIS A JOUR /!\

೨ À présent tous réunis, vous ignorez ce que s'est passé dans les autres groupes.
೨ Comme pour les deux premières parties, nous vous demanderons de ne pas faire avancer la scène (ne faites pas évoluer les protagonistes de la scène dont vous êtes témoins en dehors de ce que le Staff met dans ses posts), les admins s'en chargeront au fil de leurs posts.
೨ Les participants de l'intrigue peuvent interagir entre eux : se parler, se toucher.
೨ Vos personnages ne sont pas habillés de la même manière qu'ils l'étaient lorsqu'ils se sont endormis. Non, à la place, ils portent les vêtements de leur vie passée, ceux qu'ils portaient au moment où la malédiction de Regina a frappé. Par exemple, Alexander est habillé en pirate tandis que Scott porte les vêtements du roi de Camelot.
೨ Concernant les objets que vos personnages sont susceptibles d'avoir sur eux lorsque la Malédiction a frappé (genre couteau, épée etc...), sachez que vous pouvez les avoir avec vous durant l'intrigue à condition qu'ils aient perdu leurs propriétés magiques ! (ex : Excalibur devient une épée normale).
೨ Contrairement à la deuxième partie si vous touchez au feu, vous êtes brûlés.
Vous souffrez toujours des blessures infligées dans les précédentes parties.
೨ Une fois de plus, retenez bien que vos personnage sont des témoins de cette scène pour une raison précise et nous vous rappelons qu'ils n'ont pas les moyens de prendre en main la situation... Ainsi, de la même manière que la sortie était bloquée pour la première partie de l'intrigue, vous ne pouvez pas trop vous éloigner de ce qui se passe sous vos yeux. Les flammes vous retiennent toujours sur les lieux !
೨ Notez bien que, même avec vos anciens vêtements, vous restez les humains maudits de Storybrooke ! Ainsi, au niveau physique, les fées ne retrouvent pas d'ailes et les sirènes conservent leurs jambes. Les sorciers ne retrouvent pas leurs pouvoirs non plus, et chacun ne possède que les souvenirs dont il disposait à Storybrooke.
೨ Si vous voulez réserver votre tour pour répondre à l'intrigue, cela ne pourra durer que trois heures. Une fois ce laps de temps écoulé, votre post sera effacé par un membre du staff et vous aurez perdu votre tour. Si le délai est dépassé mais que le staff n'a pas encore eu le temps de supprimer la réservation, les autres participants à l'intrigue sont autorisés à poster comme si aucune réservation n'avait été faite.
೨ Dernier détail, nous demandons toujours un minimum de 600 mots par RP lors de cette intrigue.

Les participants.
Roselyn Winter. ೨ Diane Hedge. ೨ Scott Millers. ೨ Eddie Fitz. ೨ Rowena Hightower. ೨ Nahia Brooke. ೨ John Peters. ೨ Kimly Winter ೨ Lilwenn Chimay. ೨ Ivy Toothy. ೨ Finean J. Theouranos. ೨ Spencer Rigan. ೨ Moïra Fisher. ೨ Walgrim Redcap. ೨ Elias Makela ೨ Alexander Stevenson. ೨ Vanellopée Y. Bolgan. ೨ Michael P. Moody. ೨ Isabella Heelsman. ೨ Jill Mattews. ೨ Santana Heelsman. ೨ Tessa Hope. ೨ Savannah Fox.

La fiche de réponse officielle de l'intrigue que vous pouvez utiliser si ça vous dit.

Code:
<center><img src="http://static.tumblr.com/gdu7n8v/6sUm3xbdx/tumblr_m3tualpl5z1ru8zn6o1_1280.gif" width="481px"; img style="border-radius: 100px 100px 0px 0px;"><div style="width: 481px; background-color: #020210; font-family: calibri; font-size: 8px; text-transform: uppercase; line-height: 100%; text-align: center; letter-spacing: 5px; padding-top: 15px; padding-bottom: 15px; color: #BBC1AB">✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.<br>
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://flash-mp3-player.net/medias/player_mp3_mini.swf" width="250" height="20">
<param name="movie" value="http://flash-mp3-player.net/medias/player_mp3_mini.swf"/>
<param name="bgcolor" value="#020210"/>
<param name="FlashVars" value="mp3=http://tegos.kz/new/mp3_full/Lana_Del_Rey_-_Once_Upon_A_Dream.mp3"/>
</object></div><div style="width:463px; background-color:#ffffff; padding:10px; text-align:justify;  font-size: 12px;"><center><div style="width: 450px; font-family: arial; text-align:justify; color: #11091e;line-height: 100%;">bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla </div></center></div><p>
</center>
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Jeu 14 Aoû - 15:01
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Lilwenn se trouvait dans un tel état de colère, il n'y avait que Moïra dans sa vision, celle sur laquelle elle se vengeait et pas tout en douceur. Jamais, la jeune rousse n'avait fait preuve d'autant de violence. Elle sentait bien qu'une personne voulait l'arrêter, mais c'était trop lui demandé. Est-ce qu'on arrivait à stopper une tornade, avant qu'elle-même le décide ? Non, cela en revenait au même, elle ne se laisserait pas s'arrêter, même quand elle se sentit soulever. Il était hors de question, qu'elle retrouve son calme, elle allait faire bouffer ses cheveux à Moïra pour s'être moqué d'elle. Bougeant dans tous les sens et donnant un gros coup de tête en arrière, Ivy lâcha prise, la libérant par la même occasion.

Moira avait eu le temps de se relever et lui foncer dessus en l'insultant. Recevant un sacré coup de poing au visage, elle fut sonnée quelques secondes et n'eut pas le temps de réagir quand son ennemi l'a bascula au sol. Un combat à force égale, chacune recevait son lot de blessures et de distributions de baffes. Elles roulaient par terre, en essayant de toujours reprendre le dessus, mais c'était peine perdue. Lilwenn savait que certains des coups destinés à Moïra retombaient sur d'autres, mais ils n'avaient pas qu'à vouloir les séparer. Puis, l'ancienne sirène fut d'un coup hors d'atteinte, un homme l'avait attrapé à la taille, elle avait beau se débattre, celui-ci était trop fort. Elle se mit à crier :

- Sale pervers !

Il avait beau lui chuchoter de petits trucs à l'oreille, cela n'allait certainement pas la calmer, pour qui il se prenait l'homme qui murmurait aux oreilles des adolescentes, un vrai pervers, elle avait raison. Même si au début le discours du Hobbit ne l'atteignait pas, pour la simple raison qu'elle se fichait de Morphée et de ses menaces, il réussit à la calmer quand il arriva près d'elle, en lui tendant sa tapisserie. Sa fierté l'empêchait de dire un seul mot pour que le pervers la lâche, mais Spencer arriva à sa rescousse, prenant la tapisserie des mains du Hobbit.

« Merci, je pense qu'elle a eu ce qu'elle voulait, vous pouvez la lâcher à présent. »

Enfin les pieds de nouveau au sol, elle fusilla du regard celui qui l'avait retenu. N'ayant pas forcément le choix, elle suivit Spencer sans prêter la moindre attention à sa partenaire de combat, récupérant sa tapisserie, elle vit les blessures sur ses mains et avec la chute de l'adrénaline, elle commençait à ressentir une douleur différente que celle-ci causer par sa maladie. Ils ne pouvaient pas rêver, vu la souffrance de son visage et de ses mains.

- Je sais que tu l'as déteste, mais là, je ne comprends pas. Pourquoi tu l'as agressé de cette manière ?

Haussant simplement les épaules, elle ne voulait pas rentrer dans les détails. C'était Moira qui l'avait agressé en se moquant d'elle, Lilwenn n'avait que réagit. Il est normal de vouloir se défendre ou simplement se venger. Remettant sa tapisserie sur son dos pour camoufler son lambeau de robe, elle frôla son visage avec sa main et grimaça, il lui semblait que sa joue enflait et ses lèvres saignaient, cela ne serait même pas étonnant qu'un oeil au beurre noir se forme. Ne prétends pas beaucoup d'attention aux agissements de Spencer, elle avait décidé comme un mariage de se concentrer sur la scène qui s'offrait à eux. David était au sol, Shrek avait bien gagné le combat et le tenait au bout de son épée.

« Toi et moi, nous désirons la même chose... Je peux t'aider à sortir de cette forêt, car seule la magie le permet, si tu acceptes le marché ! »

La magie, voilà autre chose. Pourtant, une partie d'elle voulait y croire, elle plissa qu'un oeil vu que l'autre était trop douloureux. Cette scène lui semblait encore une fois familière, mais c'était comme-ci elle l'avait observé d'un autre point de vue, juste pour vérifier, elle jeta un regard vers l'emplacement où elle aurait dû être pour voir cette scène comme dans son souvenir, mais il n'y avait rien que des arbres. Restant auprès de Spencer, la jeune fille avait retrouvé son calme et observait attentivement David et Shrek. Ils parlaient d'un pacte, mais ce qui la fit écarquiller les yeux fut de voir apparaître dans la main de Gold, une fiole contenant un liquide violet. Mais comment avait-il fait ça ? La magie existait-elle vraiment dans cette réalité ? Elle n'eut pas l'occasion de douter davantage que Shrek éclata de rire et fit apparaître un oeuf doré, qu'il ouvrit ou deux pour y déposer la fiole.

« À l'intérieur d'une bête effroyable, évidemment ! »

Sérieusement ! Ils s'étaient battus et David semblait accepter de mettre cet oeuf à l'intérieur d'une bête. Non, mais où était sa fierté à celui-là ? Il aurait dû frapper tandis que Shrek semblait être concentré, c'était très décevant et à la fois intrigant. Tournant la tête vers le pervers, elle pouvait sentir son regard poser sur elle. Qu'est-ce qui lui voulait ce vieux croûton ? Vérifiant que Spencer se trouvait toujours près d'elle, tout se mit à trembler à tel point qu'elle attrapa la main de son amie, pensant qu'à deux cela serait plus simple de rester debout, sauf que le sol se pencha et les emportait vers un trou noir. Elle ne cria pas, même quand l'éclat de rire de Morphée apparut. Puis ce fut la chute.

Ouvrant les yeux, elle avait mal partout et remarquait avoir amorti sa chute en tombant sur une autre personne, elle tenait toujours la main de Spencer, pour son plus grands soulagements, elles n'avaient pas été séparées. Se relevant difficilement, elle grimaça à cause de la douleur, aucune blessure de son combat avec Moïra avec disparu. Regardant autour d'elle, il y avait beaucoup plus de personnes, peut-être retrouverait elle, Nahia et John. C'était difficile de respirer, la chaleur était oppressante et surtout, ils étaient entourés par de grandes flammes, il ne semblait pas avoir de décors, c'était comme-ci il avait été emmené dans le néant vu que tout était noir, hormis le feu. Elle aperçut Morphée de l'autre côté d'une barrière de feu, il se retrouvait séparé de leur groupe et derrière lui, il y avait un enfant, elle n'arrivait pas à voir son visage et savoir qui il était.

" Bienvenue dans mon sanctuaire..."

Les paroles de Morphée la fit reculer de quelques pas et elle ne se rendit pas compte que le bout sa tapisserie qui touchait le sol, commençait à s'embraser dû au contact avec la barrière de feu derrière elle. Et oui, les règles avaient changé et elle allait bientôt le découvrir.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Jeu 14 Aoû - 15:14
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Que peut-il bien vous arriver quand tout à coup vous perdez votre seul point de repère ? Savannah allait pouvoir en faire l'amère expérience. Dans cet étrange univers elle ne connaissait et ne pouvait se fier qu'en son amie Jill. Pendant quelques instants cette dernière avait réussit secrètement à la calmer et à faire évader son esprit vers de plus beaux horizons. Puis la crainte c'était de nouveau insinuée en elle et elle avait de nouveau dû lutter contre cette dernière pour qu'elle ne gagne pas trop de terrain. Mais ensuite, la douce voix de la belle blonde souffla près de son oreille un terrible aveu. L'ex-indienne en demeura figé sur place, pis encore elle était paralysait.

Son intuition l'avait pourtant prévenu d'un danger imminent, mais elle n'avait rien pu faire pour par à la révélation qui lui tomba dessus. Comme si on venait de la poignarder. Sur le coup elle serra violemment et avec force son emprise sur le bras de la jeune femme. Avant de sentir ce contact l'électriser, elle retira sa main de la peau de Jill, sentant que sa peau risquait de bruler si elle restait là. Elle la contempla ensuite en ouvrant de grands yeux comme si elle n'arrivait plus à reconnaitre en elle la fille qu'elle connaissait et qu'elle pensait avoir retrouvé ici. Elle fit un pas en arrière et sentant la colère monter lentement monter en elle, elle laissa celle-ci éclater en tonnant d'une voix forte :

- COMMENT AS-TU PU FAIRE CA ? ET POURQUOI ?

Savannah fronça ensuite les sourcils et dévisagea chaque trait d'expression du visage de celle qu'elle croyait être son alliée. Elle aurait quasiment le même regard envers avec un étranger, si se n'est que son expression aurait été plus calme, plus sereine et sympathique aussi. Cette femme blonde avait la même apparence que celle connaissait de son amie Jill Mathews, mais se ne pouvait pas être elle ! Car la femme qui était en face d'elle venait e lui dire qu'elle avait empoisonné le petit Henri et qu'ainsi c'était entièrement de sa faute si ce garçon était dans le coma aujourd'hui. Or la Jill qu'elle connaissait bien était incapable de faire cela, la seule réponse plausible qu'avait à proposer ce qu'elle était face à un imposteur ! Aussi elle lança avec tout autant de hargne qu'auparavant :

- QUI ÊTES-VOUS ?

Elle n'eut pas le loisir d'entendre la réponse de la jeune femme. A peine venait-elle de formuler son interrogation que le sol se déroba sous ses pieds. Pour ne pas avoir la nausée, elle ferma instantanément les yeux pour ne pas voir la chute et ce qui pouvait s'y trouver au passage. Après tout elle avait exactement la même réaction quand elle était dans un manège à grande vitesse d'un parc d'attraction. D'ailleurs elle avait la même sensation désagréable, sentant son cœur jouer au yo-yo dans sa poitrine, tout en ayant là aucune garantie qu'il remonterait à sa place à un moment donné. Elle s'était préparée à impact des plus rude entre son postérieur et le sol d'une nature inconnue et... il n'en fut rien ! L'atterrissage se fit en douceur, elle n'eut même pas l'impression de vraiment atterrir, mais plutôt d'être déposée dans un nouveau décor.

En rouvrant ses paupières elle eut la désagréable surprise de se retrouver encore dans le noir, comme si elle avait perdu la vue ! Mais la lumière se fit, arrivant brusquement apportant avec elle un feu des plus ardent et une chaleur quasi-étouffante. Savannah toussota en entendant le crépitement des flammes les plus proches d'elle. La jolie brune ne chercha pas spécialement à retrouver quelqu'un de connu cette fois-ci, elle ne voulait plus avoir de faux espoirs. Désormais une nouvelle envie était apparue en elle celle de quitter cette endroit sur lequel elle n'avait aucun contrôle. Oui, il était grand temps qu'elle s'éveille, le cauchemar avait assez duré à son goût. Aussi malgré la chaleur que le feu dégageait, le bruit des flammes qui crachotait, le sentiment que l'oxygène se raréfiait, elle fit un geste désespéré. Elle pointa du doigt le feu et tendit sa main lentement vers les flammes.

Sa réaction fut immédiate, elle hurla et sentit qu'effectivement ce feu-là brulait comme n'importe qu'elle feu normal. Ici il n'y avait pas de dragon à l'horizon, mais le danger était bien plus grand encore, ses flammes là ils ne pourraient les traverser. Elle lança avec tout l'air qu'elle avait dans les poumons et la puissance que sa voix pouvait offrir :

- LE FEU EST RÉEL !

Savannah ne trouva ensuite rien d'autre à faire que de souffler sur son doigt endolori et elle tenta se masser légèrement sa main. Heureusement elle n'avait pas essayé de passer à travers les flammes en fonçant tête baissée, sinon elle se serait transformée en torche humaine. Son instinct lui avait intimé la prudence, malgré sa dernière expérience avec les flammes qui s'étaient montrées inoffensives à son égard. Elle en venait même à regretter la précédente scène, avec le dragon. Tout à sa douleur et son envie de ne pas retrouver un visage familier elle n'avait pas fait attention à l'apparition de Morphée. Toujours à visage couvert, hors de portée et claironnant des menaces d'un air triomphant. Elle avait la folle envie de lui sauter dessus et de lui enlever sa cape pour qu'il cesse de faire ainsi le malin, comme s'il était le roi du monde ! Mais bon, elle ne pouvait pas faire cela, ne serait-il parce que les flammes lui barrait le passage. Elle tourna la tête à gauche et à droite à la recherche d'un homme fort et courageux qui serait lui ouvrir la voix. Quand elle dénicha l'objet de sa recherche elle avança prudemment dans sa direction en évitant de se faire lécher la peau par les flammes et en épongeant de temps en temps la sueur qui perlait de son front.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Finean J. Théouranos
Habitant ೨ Hadès

✒ Curse :
33
✒ Coeur :
Pris par quelqu'un qui ne m'aime pas
✒ Statut :
Fou à lier mais c'est normal
✒ Personnage de Conte :
Hadès


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Jeu 14 Aoû - 22:44
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






« Sale pervers ! »

Des coups et des insultes c’est tout ce que je récoltais pour les aider à sortir de ce cercle vicieux dans lequel cherchait surement à nous entrainer Morphée. Je ne savais pas comment il s’y prenait mais il arrivait à semer le trouble dans les esprits pour que l’on s’entredéchire alors que l’on se retrouve tous dans la même galère. Walgrim tenta de la raisonner en vain jusqu’à ce qu’il lui porte la tapisserie. Je ne savais pas ce qu’avait ce bout de tissus mais il semblerait qu’il soit important aux yeux de la jeune femme puisqu’elle se calma un peu. Mais ce fut Spencer qui acheva d’apaiser sa colère. Elle me demanda de la poser à terre, ce qui je fis sans hésiter mais en restant prudent, on ne sait jamais si l’envie lui prenait de se jeter à nouveau sur la sirène ou sur moi pour enfermer dans ma poigne de fer. Délaissant les jeunes femmes, il reporta son attention sur la scène entre Rumplestiltskin et Charmant. Le sorcier proposait un moyen de sortir de cette forêt à l’aide la magie. Malheureusement il était impossible d’accepter à la place du prince mais là à cet instant, j’aurais aimé être à la place de Charmant. Mais je me doutais que même si le prince acceptait nous n’étions pour autant pas sorti de cette forêt. Simplement parce que c’est un simple souvenir, une illusion, une pensée, rien de réellement tangible.

Soudain se porta à son oreille la voix de Lilween qui s’adressait à lui. Ses paroles pleines de venin me touchèrent plus que je ne l’aurais cru. L’entendre me dire que je n’étais rien, que sans magie, je ne valais rien, que c’était normal que je n’arrive pas à détruire mes frères. Ses mots particulièrement bien choisis me mirent hors de moi et je fis un pas en direction de Lilween mais soudain ma raison rattrapa ma colère. L’adolescente ne connaissait pas l’existence de la magie ou en tout cas n’t croyait pas et il n’avait aucun indice comme quoi il savait user de la magie auparavant. Ma réflexion n’alla pas plus loin car soudain la terre trembla et le rire démoniaque de Morphée emplit l’air. Il n’avait pas fini de jouer avec nous et si nous ne trouvions aucune solution, il pourrait s’amuser avec nous pour une bonne éternité au moins. Le sol se déroba sous mes pieds et un trou noir s’ouvrit, nous aspirant tous vers une nouvelle scène surement. Mais cette fois-ci pas de passage par cette pièce blanche où il était apparu deux fois. Sous mes yeux se trouvait un autre décor, un décor rouge, un décor de feu. La pièce était vide de tout mobilier, il y avait seulement de hautes flammes qui séparait l’endroit en deux, il n’y avait ni mur, ni fenêtre seulement du feu et étrangement beaucoup de personnes.  Nous étions tous d’un côté de la barrière de flamme tandis que Morphée et un jeune garçon en pleurs se tenait de l’autre côté.


« Bienvenue dans mon sanctuaire... »


Sympathique endroit, bien que trop chauffé à mon goût. En tout cas, cela faisait un certain effet. Alors que tout le monde était encore un peu perdu par ce changement de décor et les éventuels événements qui se seraient déroulés alors qu’ils étaient séparés. Alors que j’observais Morphée en essayant de deviner ce qu’il avait derrière la tête, j’entendis une jeune femme crier :

« LE FEU EST RÉEL ! »


Ainsi donc, tout n’était pas transparent cette fois et nous allions vite découvrir que cela posait plus de problème que ça n’en avait l’air. Détourné du sorcier des rêves, je remarquais que la tapisserie si précieuse de Lilween prenait feu. La colère que j’avais étouffé refis surface quelques instants avant que ma raison ne la fasse se tenir tranquille une nouvelle fois. Elle ne connaissait pas la magie et n’a pas pu lui dire ça. Je n’avais donc aucune raison de me venger de la jeune femme. Je m’approchais d’un pas vif donc et écrasais les flammes avec mon pied. Une fois éteint, j’en fis une boule qui ne trainait plus sur le sol et lui posait dans les bras. Je n’attendais pas de remerciement de la part de Lilween, j’avais cru comprendre qu’elle ne m’aimait pas tellement. Je reportais alors mon attention sur les deux hommes qui se trouvaient par delà cette colonne de flamme infranchissable. L’enfant qui pleurait était-ce Henri, Morphée le tenait-il en otage. Qu’attendait-il de nous ? je lui aurais bien demandé en face mais je serais passé pour un fou. M’adresser à lui comme à une connaissance n’était pas la meilleure des idées. Je gardais donc mes questions pour moi dans l’attente des événements car je ne voyais ce que l’on pouvait faire pour se sortir de pétrin.




Une ombre mystérieuse a pris le contrôle de ton esprit...

 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Sam 16 Aoû - 17:05
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.

   
   
   
   
   
Les supplications de Rowena n'arrangeaient en rien l'humeur massacrante d'Eddie. Au contraire, elles avaient plutôt tendance à la faire empirer. Elle le prenait vraiment pour un imbécile, même maintenant qu'il lui avait balancé ses quatre vérités. Elle avait le culot de l'envoyer balader pour ensuite venir pleurnicher en faisant mine de ne pas comprendre ! C'était comme si elle remuait le couteau dans la plaie. Même lorsqu'elle lui saisit le bras pour l'obliger à se tourner vers elle et qu'il plongea ses yeux durs et furieux dans les prunelles désespérées de la princesse, il ne put ressentir que colère et déception à son égard. D'un mouvement ferme et sans appel, le pickpoket dégagea son bras des petites mains délicates de la coiffeuse.

- Toi écoute-moi, grogna-t-il entre ses dents serrées. Arrête de me prendre pour le roi des cons. Tu as fais un choix visiblement, et je vais respecter ça. Tu vois, je ne suis pas le genre de type qui court après des pestes manipulatrices comme toi.

Les mots jaillissaient comme du venin. Eddie ne pensait certainement pas ce qu'il envoyait sans pitié au visage de Rowena, mais il était tellement furieux, et il se sentait tellement blessé, que ses lèvres s'animaient sans réfléchir. D'habitude, il ne se faisait pas jeter. Pas comme ça. Normalement, c'était lui qui embobinait les gens et disparaissait de leur vie sans laisser la moindre trace. Et pour une fois qu'il s'attardait dans celle de quelqu'un, il se faisait rembarrer comme un malpropre. Le jeune voleur eut soudain l'impression de s'être fait avoir à son propre jeu. Il s'était montré trop conciliant, trop gentil envers la jolie brune. Depuis qu'il l'avait rencontré, il s'était relâché. Le nombre de ses méfaits était en chute libre, il attrapait de moins en moins de filles dans ses filets, et surtout il commençait à devenir un Eddie qu'il ne connaissait pas. Un Eddie qui avait tenté d'aider Rowena à chaque fois qu'il l'avait pu, qui s'était montré sincère et réconfortant. Du jamais vu. Même l'intervention de Mr Gold, qui captiva malgré tout toute son attention, ne parvint pas à lui faire oublier la colère qui coulait dans ses veines. Il lança un regard noir à Rowi quand elle s'approcha de l'endroit où l'étrange personnage à la peau visqueuse avait disparu. Une sortie, oui bien sur, ça faisait des plombs qu'Eddie se tuait à en trouver une.

Mais il n'eut pas le temps de lever les yeux au ciel et de grommeler de nouveaux propos désagréables, car cette effrayante sensation de vide l'envahit de nouveau. Le décor devint flou et sa tête se mit à tourner comme si le sol tanguait. Il cligna frénétiquement des yeux dans l'espoir fou de rétablir une vision plus nette des choses. Au lieu de ça, ce qui l'entourait se brouilla plus encore et il dû tendre la main pour se rattraper à la première chose qui venait. Quand l'environnement se dessina plus clairement devant lui, il put constater qu'il s'était raccroché à l'épaule de Rowena. Agacé, Eddie ne mit pas longtemps à se décoller d'elle et à s'éloigner de quelques pas. Il ne se trouvait plus dans la même pièce, encore une fois. Celle-ci était beaucoup plus flippante pour être franc. C'était quoi ce délire de malade à décorer les murs avec du feu ?! La situation empirait à vu d'oeil ! Et ce bonhomme avec sa capuche sur le nez, qu'est-ce qu'il leur voulait à la fin ? Le jeune homme commençait à en avoir ras-le-bol d'entendre le rire tordu de ce cinglé sortie d'un vieux tas de linges sales. Et d'ailleurs il ne comprenait pas que personne n'ait encore eu l'idée de lui demander des comptes à celui-là. Tout ceci, c'était à cause de « Morphée » non ? N'y tenant plus, Eddie s'avança vers la barrière de flammes et exprima enfin le fond de sa pensée :

- Eh oh, la serpillière ambulante ! Ce petit jeu a assez duré, il serait peut-être temps de nous montrer la sortie maintenant !


   

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Sam 16 Aoû - 21:58
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Nahia avait souri à Scott avec reconnaissance. Il lui avait apporté un peu de réconfort suite à l'inquiétude qu'elle avait concernant sa belle-soeur. C'était gentil de sa part de lui adresser ces quelques mots, d'autant plus qu'ils ne se connaissaient pas. Elle hocha la tête pour signifier qu'il devait avoir raison.

- Vous avez l'air de bien la connaître. Lil est la soeur de mon mari et je la considère aussi comme la mienne. Je ne pourrais jamais m'empêcher de m'inquiéter pour elle. D'autant plus que je l'ai un peu négligée ces derniers temps.

Si un jour elle retrouvait Storybrooke elle ferait tout pour arranger les choses. Le plus difficile serait probablement d'aller annoncer à ceux qui devaient le savoir que Valentin et elle n'étaient plus ensemble. Jusqu'ici, son ex-mari avait tout fait pour le garder secret et elle n'avait pas eu le courage de le contrer. C'est qu'elle l'aimait encore de tout son être et ne voulait pas lui faire plus de peine!

Son petit menton dans le creux de la pomme de sa main et dans une attitude contemplative, Nahia ne perdait pas une miette de ce que faisait Gold, cherchant à élucider une énigme ou...elle ne savait même pas ce qu'il fallait chercher. Mais Morphée ne les emmenait pas sur ses lieux par hasard. D'abord le mariage de Blanche-Neige et son prince, une malédiction proférée par une sorcière et maintenant un M. Gold affairé à faire un sort ou une potion. Tout ceci dépassait l'entendement mais il y avait certainement un lien entre tous ces éléments. Et Nahia aurait bien voulu avoir un peu d'aide pour se pencher sur cette épineuse question mais tout le monde semblait trop occupé à se disputer! Bien sur elle avait entendu Diane et Scott parler d'elle et saisit que la jeune femme était jalouse de la fontainière. Mais tout ceci était tellement ridicule!! Non elle n'avait pas dragué Scott, bien qu'il semblait être quelqu'un de vraiment chouette et non elle n'avait pas ce genre d'intentions. Il lui semblait qu'il y avait des choses un peu plus importantes que de jouer à un pauvre sitcom! Aussi elle n'avait rien dit, sachant pertinemment que peu importe ce qu'elle ferait cela ajouterait de l'huile sur le feu. Elle sursauta lorsque Gold s'écria :

« L'amour véritable... La magie la plus puissante qui existe... La seule qui puisse briser toute sorte de malédiction... »

Il tenait une fiole et il avait l'air sacrément content de lui le bougre. Nahia leva les yeux au ciel.

- Ouh là Goldy, manie ça avec précaution! On croit que c'est la plus belle chose possible mais quand ça explose à la figure ça ne fait pas du bien!!

Une phrase parmi tant d'autres vint ponctuer ses mots.

"- Arrête de me prendre pour un idiot. J'ai compris le message. Dès qu'on sort d'ici, tu n'entendras plus parler de moi, tu n'as pas à t'en faire pour ça".

La fontainière soupira et s'adressa à nouveau à Gold sachant que celui-ci ne l'entendait pas.

-Tu vois ce que je veux dire ? Alors je serais toi je jetterais ça tout de suite.

Sentant une présence à coté d'elle, elle se rendit compte que Rowena et Edward s'étaient rapprochés. La fontainière allait leur parler lorsqu'à nouveau tout se mit à trembler autour d'eux et Morphée daigna leur adresser la parole leur souhaitant la bienvenue dans son sanctuaire...chaleureux c'était le moins que l'on puisse dire. Ils étaient entourés de flammes et Morphée leur faisait face. Quelqu'un cria que le feu était vrai et la fontainière se rendit compte que leur groupe s'était aggrandit. Lil était là! Nahia se précipita vers elle et sans plus réfléchir, elle la prit dans ses bras et lui murmura :

- Je sais que ce n'est pas le moment mais comme on ne sait pas ce qui va se passer je veux que tu saches que je suis désolée de t'avoir laissée ces derniers temps. Il y a eu des événements que Valentin et moi on devra te raconter. Je suis désolée et je t'aime comme ma petite soeur.

Elle se détacha doucement d'elle et se retourna pour embrayer sur ce que venait de dire Edward. Nahia se planta devant Morphée et riva son regard dans le sien. Ce lâche n'était même pas capable de se présenter à eux sans se protéger d'une barrière de feu? Avait-il peur ? Pire encore, il y avait un petit garçon derrière lui qui pleurait. Révoltée, la fontainière déclama froidement.

- Il ne nous montrera pas la sortie parce qu'il est tout seul. Il est tellement seul qu'il s'est senti obligé de s'en prendre à un enfant! C'est triste hein Morphée ? Tu es là à nous menacer et à nous faire des leçons de morale sur l'amour mais tu ne sais pas ce que c'est. Qu'est ce que tu crois ? Ce n'est pas parce que les gens se disputent qu'ils cessent de s'aimer. C'est toi qui a voulu ça n'est ce pas ? Diviser pour mieux régner ? Mais sur quoi tu vas régner dis-moi? Un tas de cendres ?

La fontainière se retourna vers les autres.

- Quelque soit les motifs de vos disputes ils n'ont pas lieu d'être alors oubliez-les. Rowena, je vous ai entendu parler d'un livre et d'Henri tout à l'heure. Il est possible que vous ayez vu juste non ?

Mais c'était vraiment difficile à admettre. Si personnages de contes ils étaient, Nahia ne voyait vraiment pas qui elle pouvait incarner. Ses vêtement ne l'aidaient pas beaucoup. La petite brune s'adressa à l'enfant qui était derrière Morphée et inatteignable pour l'instant à cause de la muraille de feu.

- On va t'aider à sortir de là. N'aie pas peur d'accord ?

Nahia dégrafa sa jolie cape blanche. Il était regrettable de la sacrifier mais elle n'avait rien d'autre sous la main.

- Euh...si quelqu'un pouvait m'aider à étouffer le feu ? Je n'y arriverais pas toute seule...enfin je pense pas.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Dim 17 Aoû - 12:15
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





L’incompréhension pouvait se lire sur son visage. Non, elle ne comprenait pas. Qu’était-il arrivé dans la tête du jeune homme pour qu’il réagisse de manière aussi violente ? Avait-elle vraiment dit ou fait quelque chose susceptible de le blesser à ce point ? Elle ne s’en souvenait pas. Et si c’était pour elle que quelque chose clochait ? Etait-il possible qu’elle commence à dire des choses sans s’en rendre compte ? Que sa mère ait raison et qu’elle ait un réel problème, quelque chose qu’elle devait soigner ? Mais elle n’avait pas la moindre envie de songer à Gabriella pour le moment. Elle ne pensait qu’à Eddie, au besoin qu’elle ressentait de le convaincre qu’elle n’avait rien fait de mal. Elle prenait conscience de la place qu’il avait peu à peu pris dans sa vie, au point que l’idée qu’il lui tourne le dos et disparaisse soit réellement douloureuse. Tout autant que celle de constater qu’il puisse la croire capable d’une chose pareille. Bien évidemment, elle était alors inconsciente du tour que Morphée lui avait joué, leur jouait à tous. Elle voulait le rattraper, le convaincre. Mais il se dégagea immédiatement en prononçant une phrase assassine. Elle resta là, interdite et le regarda, ne parvenant pas à croire qu’il venait de dire une chose pareille.

« Je pensais que tu me connaissais mieux que ça. »

Sa voix était étonnamment calme, bien qu’un peu tremblante, de même que son menton qui indiquait de nouvelles larmes à venir. Elle se détourna de lui rapidement. Il ne voulait rien entendre, il ne l’écouterait pas. Mais elle n’eut pas le temps de réfléchir davantage à la situation. D’un coup, ce fut comme si le sol disparaissait sous leur pied. Elle eut l’impression de chuter dans le noir. Ce fut si bref et soudain qu’elle n’eut même pas le temps de crier. Sentant une main s’accrocher à son épaule, elle attrapa le bras à l’origine inconnue par réflexe. Sa cheville droite heurta durement le sol qu’elle rencontra et se fut uniquement en s’appuyant sur sa nouvelle prise qu’elle ne tomba pas. Elle étouffa une exclamation de douleur avant de relever la tête et de comprendre qu’elle s’était accrochée à Eddie. Elle blêmit et se détacha de lui aussi rapidement qu’il la lâcha. Mais bientôt, ce ne fut plus lui qui attira toute son attention, mais le feu. Depuis sa rencontre avec le dragon, cet élément éveillait des craintes toutes particulières. Puis, Morphée, toujours aussi menaçant. Qu’allait-il leur faire à présent. Et cet enfant, ce petit garçon... Immédiatement l’instinct de protection de Rowena s’éveilla.

Les autres étaient revenus. Elle entendit Savannah hurler que le feu était réel. Elle vit ceux dont ils avaient été séparés. Puis son attention fut attirée vers la jeune femme qui se trouvait avec eux dans l’autre pièce et avait elle-même subi des foudres pour une raison que l’ancienne princesse n’avait pas comprise. Elle comprit entre les lignes sont explication de la situation. Et le fait qu’elle avait parfaitement raison : ce n’était ni le lieu ni le moment pour les disputes.

« Vous pensez vraiment que c’est lui qui a provoqué tout ça ? » Elle regarda autour d’elle et se rappela quelque chose. Ils s’étaient tous disputés dans leur groupe, à un moment donné. Etrange, non ? Ce que cette inconnue disait avait du sens. Puis, elle l’interrogea sur le livre d’Henry et la petite brune ne put cacher sa surprise. Enfin quelqu’un qui la prenait au sérieux !

« Henry possède un livre et pense que nous sommes tous des personnages de contes de fées maudits, et que ce livre raconte nos histoires perdues. Je n’y avais jamais sincèrement cru avant, mais je dois avouer que depuis quelques temps je me pose des questions. En revanche je ne me souviens pas que cet endroit, ce Morphée aient été dedans. Ca... ça ne me dit rien, je suis désolée. » Elle aurait aimé être plus utile, mais tout ce qui lui revenait, c’était ses cours à l’école. « Je sais seulement que dans la mythologie grecque, Morphée est un dieu du sommeil. Non, attendez. Pas du sommeil. Des rêves. »

Ce qui expliquerait pourquoi ils avaient tous eu l’impression de rêver. C’était fou, complètement fou. Et pourtant... Mais les théories n’étaient pas à l’ordre du jour. Il y avait ce petit garçon qui pleurait et que personne ne pourrait secourir avec ce feu. Elle en avait assez de pleurer. Elle essuya ses larmes restantes d’un geste rapide et prit un air beaucoup plus résolu.

« Je vais vous aider. » Elle n’avait pas de cape, mais elle avait sa robe qui comportait apparemment plusieurs couches de tissu. D’un geste sec et rapide, elle en arracha un pan et s’avança en boitillant vers une partie des flammes, celles qui les séparaient de Morphée et du petit garçon, pour tenter d’abattre le tissu dessus en essayant de ne pas se brûler.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Dim 17 Aoû - 13:02
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Je pleurais sans pouvoir m'arrêter, j'avais attrapé mes genoux pour camoufler mon visage, la peur n'était pas la seule fautive de mon état, et ce n'est pas le moment de rentrer dans les détails. Ce qui se passait autour de moi ne m'intéressait plus, je voulais me réveiller plus que tout, sauf que j'ignorais le moyen pour y parvenir, tuer le rêveur me semblait être une idée bien lointaine. Des voix s'élevèrent, le courage me manquait pour me détacher de mes pleures. À partir d'un certain moment, je sentis une présence à mes côtés, détachant ma tête de mes genoux, je vis que c'était nul autre que la jeune femme que j'avais vue au mariage, elle posa sa main sur mon bras et essayait de me rassurer, on allait s'en sortir, un brin d'espoir qui pour une fois ne me blessait pas. Elle me posa un manteau sur les épaules, un geste qui me réchauffa le coeur, une telle bonté s'échappait de l'ancienne sirène.

Même si je ne disais mot, je lui fis comprendre par un sourire que je la remerciais. Séchant mes larmes avec mes mains, j'aperçus le chevalier sauter sur le dragon, tenant toujours son oeuf doré contre lui, le dragon se retrouvait occupait pour mon plus grand soulagement.

▬ C'est à n'y rien comprendre !

Je tournais la tête vers celle qui m'avait soutenu, et suivi des yeux ce qu'elle regardait. Les deux pintades se battaient, pourquoi tant d'animosité ? Tout m'échappait dans ce rêve de détresse, je ne comprenais pas ce qu'avait fait monsieur l'amoureux torturé à la jeune femme, mais elle semblait souffrir, beaucoup souffrir. Sa rage était sans égale et je l'écoutais marmonner, avant qu'elle se tourne vers moi et remarque que je l'avais entendu.

▬ Je ne parle pas de vous, bien sûr ! Je ne me permettrai pas...

Je la rassurai, en lui posant ma main sur la sienne, je restais une personne au fond du gouffre et pouvoir discuter toutes les deux me changea les idées. J'étais loin de me douter que la foudre allait s'abattre sur moi, en la personne du fou qui avait attaqué la fausse blanche-neige. Je fus surprise quand celui-ci m'attrapa par le cou et me força à me lever.

Comment as-tu oser la tuer ? Tu vas crever... TU VAS CREVER !

J'étais certaine de n'avoir tué personne, je sentais le souffle me manquer, il serrait de plus en plus fort, mes mains par simple réflexe de survie attrapèrent ses bras, je pouvais lire la rage dans son regard et non de l'espoir, grande première. Il allait me tuer, me briser le cou, le monde semblait s'évaporer, je n'arrivais plus à respirer, je devais respirer, je devais survivre, la seule idée sensée fut de lui foutre un coup de genou dans ses bijoux de famille, pour qu'il me lâche, ce qui eut l'effet escompté. Reprenant ma respiration, je posais mes mains sur mon cou, j'avais tellement mal. Attrapant la main de la brunette, je l'emportais avec moi dans ma course, il fallait s'éloigner le plus loin possible de ce monstre.

On s'arrêta face à une scène de plus étrange, David enfonça l'oeuf doré à l'intérieur de la bête, je regardais l'ancienne sirène d'un air surpris, et la perdit quelques instants de vue quand le dragon inonda la salle de flammes.

- On peut essayer de s'enfouir par le même passage.

Je lui montrais du doigt la baie vitrée brisée, mais mon plan tomba à l'eau, tout se mit à trembler et le sol se pencha, pour tous nous précipiter vers un trou noir. Nous nous trouvions tous dans un nouveau lieu, entouré par des flammes... Encore du feu, Morphée ne pourrait pas nous emmener auprès de l'océan pour changer, avec de bonnes grosses vagues dangereuses.

« Bienvenue dans mon sanctuaire... »

Je remarquais la présence de Morphée, il se trouvait de l'autre côté d'une barrière de flamme infranchissable, un petit garçon pleurait derrière lui. Mais ce n'était pas lui que je craignais le plus, je cherchais celui qui m'avait attaqué et je vis que Spencer se trouvait là, pourrait-elle me protéger face au fou furieux ? Enlevant le manteau pirate de mes épaules, je le pris dans mes bras et proposai à celle qui me l'avait offert :

- Vous voulez le récupérer ? Il est...

Je ne finis pas ma phrase quand j'entendis une personne criée que le feu était réel. Tandis que certains hurlaient contre Morphée, je me plaçais bien au centre, pour être le plus loin possible des flammes, je n'allais pas aller aider les deux jeunes femmes qui essayaient d'éteindre le feu avec des bouts de vêtements, cela ne semblait même pas marcher, les flammes se retrouvaient toujours aussi hautes. Posant une de mes mains sur mon cou, j'étais persuadée qu'il avait des traces de strangulation à présent.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Dim 17 Aoû - 14:31
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Le monde ne tournait plus rond depuis bien longtemps, était-ce donc la fin ? La folie avait-elle finit par triompher de la raison ? Plus rien ne semblait avoir de sens, ni même prendre la vie d'une innocente jeune fille. Une fois encore, l'on se joue de lui, mais l'adversaire était plus coriace encore que ce binoclard de Lynch, plus pervers que ce monstre de Gold. Morphée lisait en chacun comme dans des livres ouverts, mais aucun n'était en mesure de comprendre ce qui leur arrivaient.
La colère coulait dans les veines de Michael, au moins aussi rapidement que les produits que pouvaient lui injecter Lynch, lors de leurs petites entrevues. Sans même s'en rendre compte, il venait de réveiller ses instincts meurtriers, ceux qui jadis, avaient fait de lui un être redouté. A cette époque, il n'était pourtant pas affranchi et subissait le joug presque tyrannique du Croquemitaine. Mais qu'importe, il n'en était pas moins, un être sanguinaire, dénué de conscience et de cœur. Il dévorait avec ardeur, de pauvres petits enfants qui n'avaient pourtant rien demandés.

Plus il pressait la gorge de la pauvre Tessa et plus il renouait avec ce qu'il était auparavant, un tueur, donnant ainsi raison au docteur Lynch. Mais cette fois les choses étaient différentes, Morphée avait mis en exergue la plus grande peur de l'ancien loup-garou, perdre la seule personne pour qui il avait encore des sentiments. Malgré la décision qu'elle avait prise, après l'agression d'Hopper, Regina Mills, restait pour Michael, sa seule source d'espoir, sa lumière dans les ténèbres. Il était incapable de savoir pourquoi, d'expliquer ce lien qui l'unissait à elle, mais il ne pouvait le nier. Malgré la rancœur qu'il nourrissait à l'égard de Madame le Maire, Michael ne pouvait accepter sa mort. Les larmes continuaient à couler le long de sa joue, l'espoir venait de le quitter, il n'avait plus qu'une seule alternative, la vengeance. Encore et toujours cette déesse noire vengeresse, sa vie entière tournait autour de la vengeance et c'est-ce même désir de vengeance qui le perdait à chaque fois. Trop aveuglé par la colère, il était incapable de voir ce qui l'entourait et une fois n'est pas coutume la vengeance causa sa perte, ou aurait pu causer celle de ses bijoux de famille. En effet, dans un tentative désespérée de survie, sa victime lui envoya un coup de genou dans le bas-ventre. Instantanément il lâcha prise et se retrouva par terre, plié en quatre sous l'effet de la surprenante douleur. Il ferma les yeux et hurla toute sa colère et toute sa douleur, comprenant ainsi que le simple fait de perdre Regina pouvait l'anéantir. La brunette prit la main, de ce qui ressemblait à une amie et s'éloigna le plus vite possible de Michael qui restait au sol, désespéré.

-Non...non ce n'est pas possible, c'est un cauchemar ! dit-il en se frappant violemment les tempes. Mais l'ancien loup n'eut pas le temps de cogiter d'avantage, car le sol commença à trembler sous ses pieds. Par réflexe, il se redressa aussitôt, les tremblements redoublèrent et cette fois le sol se déroba sous ses pieds et sous ceux de "ses camarades". Attirés par un trou noir, tous chutèrent. Pour ne pas voir sa chute, Michael ferma les yeux et la seconde d'après éblouis par une source lumineuse, il fut contraint des les rouvrir. Il se trouvait à présent ailleurs, dans ce qui ressemblait à une pièce, cette fois, il y avait plus de personnes, mais Michael ne perdait pas de vue celle que Morphée, lui avait désigné, comme étant la meurtrière de Regina. Il ne se posait plus de questions, ne cherchait plus à savoir si oui ou non, tout ça n'était qu'un rêve. L'homme n'était plus à présent que l'ombre de lui-même ou pour les gens de l'extérieur, un fou.

La pièce n'était pas aussi grande que les deux salles précédemment visitées. De forme carrée, elle semblait séparée en deux par un mur de flammes qui encerclait le groupe. Contrairement au dragon ou aux invités du mariage, le danger semblait réel au vu de l'oppressante chaleur qui rendait l'air presque irrespirable. A bien y observé, Michael découvrit, de l'autre côté du mur de flamme, l'ombre qui s'était déjà présentait à eux, la dénommée Morphée. L'ombre se mit à rire à nouveau, mais cette fois, elle n'était pas seule, en effet, un petit garçon se trouvait derrière elle. Morphée reprit la parole

-Bienvenue dans mon sanctuaire ... proclama-t'elle solennellement à l'égard de "ses invités"

Michael serra la mâchoire, en voyant cette capuche sur pattes se rire d'eux, mais son attention se porta sur le petit garçon.


-Non, ce n'est pas possible, ce n'est pas Henry. se dit-il. Il cligna des yeux, espérant que tout ça s'arrête et qu'il ne se réveille, mais rien n'y faisait, il restait encore et toujours au même endroit, oppressé par la chaleur. Peut-être que tout cela n'était qu'une illusion, une de plus. Michael avança d'un pas, il s'apprêtait à franchir la barrière de feu, mais il fut arrêté par le cri d'une jeune femme :

-LE FEU EST RÉEL !

En effet, la jeune et audacieuse indienne venait de tenter sa chance. Ainsi, le feu était réel. Michael se recula d'un pas et essuya la sueur qui perlait sur son front. D'autres prirent la parole, les esprits commençaient à "s'échauffer". Mais l'attention de Michael fut attirée par les paroles de Rowena, la jolie blondinette avec qui il avait échangé quelques mots pendant la pseudo-cérémonie de mariage entre "Blanche Neige" et son prince.

-Henry possède un livre et pense que nous sommes tous des personnages de contes de fées maudits, et que ce livre raconte nos histoires perdues. Je n'y avais jamais sincèrement cru avant, mais je dois avouer que depuis quelques temps je me pose des questions. En revanche je ne me souviens pas que cet endroit, ce Morphée aient été dedans. Ca... ça ne me dit rien, je suis désolée. Je sais seulement que dans la mythologie grecque, Morphée est un dieu du sommeil. Non, attendez. Pas du sommeil. Des rêves.

Michael n'avait rencontré le petit Henry qu'à une reprise, mais effectivement le petit évoquait sans cesse sans livre de contes qu'il gardait précieusement entre ses mains. Michael se souvient aussi d'une conversation avec Regina où désemparer, cette dernière lui avouait que son propre fils la prenait pour la Méchante Reine. Michael revient à lui, alors tout ça n'était peut-être qu'un rêve, un immense rêve cauchemardesque dans lequel quelques habitants de Storybrooke se trouvait. Non, c'était insensé, comment cela pouvait-il se faire ? Et cette histoire de personnages de contes... L'ancien loup souffla et s'approche de Rowena

-Si vous voulez il y a de la place en psychiatrie, je suis sûr que le docteur Lynch sera ravi d'avoir de nouvelles têtes dans son service. Il croisa les bras et observa les filles qui tentaient, à leur façon, d'éteindre le feu.





Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Mar 19 Aoû - 22:46
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Si l’incompréhension fut grande dans ce genre de situation, sa colère l’était encore davantage alors que la magie de Morphée tissait sa toile autour des rêveurs. Faible papillon dénudé de sa magie, Elsa était victime d’hallucinations aussi dérangeantes que celles des autres. Devant elle se tenait son ancien professeur, John Peters, qui s’en prenait verbalement à sa petite sœur. Même si son cœur était toujours dans une prison faite de glace, son séjour à Storybrooke avait fragilisé le sortilège qui laissait ainsi filtrer des sentiments de temps à autre. Du coup, la colère remonta en elle trop vite pour être refrénée et elle alla se planter devant le grisonnant personnage pour lui faire un sacré sermon. Bien entendu, au risque de voir toute réputation de gentille enseignante s’envoler en fumée, on ne pouvait pas faire de mal au vieillard.

Néanmoins, cela ne l’empêcha pas de le pointer d’un doigt accusateur sans comprendre d’où venait toute la surprise que Roselyn lisait dans ses yeux. La rouquine qu’elle défendait ne semblait alors ni soulagée, ni reconnaissante que la blonde est prise sa défense. La magicienne ne comprenait pas, pour une fois qu’on ne pouvait pas l’accuser de ne rien faire pour Kimly ! Entre deux reproches, Merlin et Anna réussirent à lui faire entendre raison, comme quoi, il ne s’était rien passé de tout ce dont les accusait la reine des neiges hormis peut-être dans sa tête. Le doigt accusateur s’abaissa et la jeune femme cligna des paupières sans comprendre. Elle finit par lancer un regard autour d’elle pour voir que la zizanie s’était rependue dans le petit groupe et le brouhaha des conversations lui fit presque rater une scène très importante : Rumplestiltskin et la fiole. C’est son rire triomphal qui fini par attirer son attention et elle leva un sourcil interrogateur vers le petit contenant en verre. Deux cheveux tournoyaient dans le contenant qui émanait une drôle de lumière. De la magie en bouteille ! Mais une magie pour faire quoi au juste ? Une réponse ne tarda pas et la blonde couvrit ses lèvres en signe de surprise. Le véritable amour ! Était-il possible qu’il ait réussi à enfermer une force si grande dans une si petite fiole ? La reine des neiges n’eut pas beaucoup de temps pour y penser qu’elle jetait déjà un regard envieux vers l’épée du jeune homme habillé en roi. Trop d’informations avaient été dites en une seule soirée et, il faut bien avouer, qu’il aurait été tentant de réduire au silence tous les témoins si sa sœur et Merlin n’en faisaient pas partie…  

Roselyn n’eut pas à se poser la question très longtemps que la menace encapuchonnée refit surface, bien qu’elle finissait par se douter qu’il ne fut jamais partie. Les murs et le sol tremblaient, mais aucun des objets sur les étagères ne tombaient. Bientôt, le décor changea à nouveau et la magicienne pria pour ne pas être séparée de sa sœur, histoire de garder la maladroite princesse à l’œil. Elle fut accueillie dans ce nouvel environnement par des pleurs d’enfant et une chaleur étouffante. La reine des neiges avait horreur de la chaleur et elle toussa à cause de la fumée. Elle ne voyait pas grand-chose autour d’elle si ce n’était que des silhouettes qui, comme elle, étaient prisonnières derrière un rideau de flammes ainsi que Morphée et un autre captif. Quand l’indienne, visiblement de retour comme les autres individus du mariage, hurla que le feu était réel, Roselyn recula avec stupeur. Aillant une pensée pour sa robe fait de grands voiles diaphanes, elle recula rapidement du brasier le plus près et se retrouva à percuter une jeune femme qui travaillait à la morgue. Par chance, son vêtement n’était pas conçu en neige comme la première robe du genre qu’avait porté la reine ! Elle aurait été dans une fâcheuse situation sinon… Kimly était surement dans la pièce, mais cette dernière allait devoir venir vers elle, car l'enseignante ne la voyait pas. La magicienne lança un regard vers celles qui tentaient d’éteindre vainement le feu. S’il s’agissait bien d’un rêve, elles devaient se douter que ce n’était pas du feu ordinaire, non ? Certains se mirent à insulter Morphée et Elsa pouvait comprendre qu’avec de la panique les gens agissaient bizarrement, mais de là à provoquer un type plus fort qu’eux ? Étaient-ils tous devenus fous ? Avec du recul, l’homme qui parlait de psychiatrie ne disait pas tout à fait n’importe quoi… Toujours enfermée dans un étrange silence, Roselyn regretta à nouveau la perte de ses pouvoir. Cela dit, la blonde n'aiderait en rien à éteindre les flammes. Maintenant que les gens faisaient le rapprochement avec le livre d’Henry, elle ne savait plus trop quoi faire sauf espérer qu’ils brûlent tous vifs avant que ce soit Regina qui lui prépare son propre bûcher ! Quelque chose l'intriguait néanmoins et elle se tourna vers l'ancienne Pandore dont elle avait remarqué les marques autour du cou.

« Où êtes-vous allés après le mariage ? » demanda-t-elle sans autre forme de politesse.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

PNJ Intrigues
PNJ Intrigue ೨ Tremblez, Mortels !

✒ Curse :
49


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Mer 20 Aoû - 22:57

Everything has a beginning


     
The shadow waiting in the dark...
Le rire effroyable de Morphée résonne dans cette pièce envahie par les flammes où vous vous trouvez. Si la panique et l'incompréhension s’emparent de vous, c'est un tout autre sentiment que laisse paraître votre geôlier : la jubilation.
"J'ai erré seul dans ce monde pendant vingt-huit longues années... Pendant tout ce temps, j'ai attendu que quelqu'un me rejoigne et vous voilà !" Un sourire narquois étire ses lèvres tandis qu'il fait un pas sur le côté, vous donnant l'occasion de voir que le petit garçon apeuré derrière lui n'est autre que Henry Mills.
"J'espère que vous apprécierez mon antre autant qu'Henry..." Il se retourne vers le garçon et lui enfonce ses ongles dans le bras pour l'amener un peu plus près des flammes, tandis que vous regardez de l'autre côté de la barrière de feu, impuissants. Morphée éclate à nouveau de rire et lâche brutalement Henry, le faisant tomber à terre.
"N'essayez pas de le sauver, aucun de vous ne pourra sortir d'ici ! Votre venue n'était pas prévue mais peu importe, je suis parvenu à vous amener à moi et vos âmes ne peuvent plus voyager dans de futiles souvenirs désormais !"
Morphée étend les bras tout autour de lui pour vous désigner votre environnement infernal. "Regardez ce que sa mère m'a fait ! Ce que vous voyez est le résultat de toutes ces années de solitude à subir d'une manière différente sa malédiction ! Je vais garder son précieux petit Henry et elle comprendra alors qu'on ne peut se jouer de moi sans conséquences !" Il éclate à nouveau de rire et vous scrute avec méchanceté.
"Ne soyez pas tentés de jouer les héros, mes petits : ceci n'est pas un rêve. Vos blessures et votre douleur sont bien réelles et se répercutent sur vos corps inertes à Storybrooke..." Pour illustrer ses propos il manipule une gerbe de flammes qui vient s'écraser au beau milieu de votre groupe : certains d'entre vous sont d'ailleurs touchés par les étincelles que l'impact a produit et réalisent alors que Morphée dit vrai. "Nul besoin d'ajouter que cette règle s'applique aussi aux petits malins qui pensent que mourir dans un rêve les aidera à se réveiller..." ajoute-t-il sur un ton hilare.
Certains d'entre vous essayent d'éteindre les flammes qui les entourent mais vous vous rendez vite compte que c'est peine perdue : plus vous tentez d'étouffer l'incendie, plus le feu redouble d'intensité et gagne du terrain !
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Jeu 21 Aoû - 0:57
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Une fontaine, un lac, une rivière, une bouteille, un robinet… peu importait la source en cet instant précis l’ex-indienne rêvait de pouvoir toucher de l’eau fraiche. Tout d’abord parce que comme tous les autres individus présent dans la salle, elle avait affreusement chaud avec toutes ses flammes et donc elle avait soif et besoin de s’hydrater. Et aussi elle avait très envie de pouvoir passer son doigt brulé sous un filet d’eau froide, elle savait que cela serait salvateur pour elle. Mais elle avait beau observer avec attention chaque recoin de cette pièce lugubre et étouffante, pas la moindre trace d’eau en vue à signaler ! C’était vraiment désolant, quel affreux cauchemar elle était en train de faire.

Si seulement Samara pouvait être là… Plus que tout le reste : trouver de l’eau, une issue à cet enfer, l’absence de son amie lui pesait énormément dans cet univers. Même si elle avait pu apercevoir et s’entretenir un peu avec des amies, elles n’étaient pas sa meilleure amie. Ces femmes étaient gentilles, amusantes, rigolotes, sympathique… mais elle ne les connaissait pas totalement, ne se confiait pas à elles. De plus Rowena c’était méfiée d’elle après l’avoir vu échangé un simple regard avec Eddie. Jill venait de lui avouer être la responsable du coma d’Henry. Ses amies ne paraissaient plus être celles qu’elle connaissait à Storybrooke. Alors il ne lui restait plus pour tout espoir, que de se cramponner à l’idée qu’elle faisait un cauchemar, auquel elle ne pouvait qu’attendre et espérer voir venir la fin bientôt.

Mais comme attendre bien sagement sans rien faire ne faisait pas partie de ses habitudes, elle s’activa à chercher un refuge. Ou plus exactement elle marcha en voulant repérer quelqu’un qui pourrai lui servir de garde du corps… au cas où ! Vu les circonstances et la tournure que prenait les évènements ça semblait être une mesure non superflu. Même si elle aperçut le jeune homme de dos, elle trouva que sa carrure à elle seule était un argument suffisant pour répondre à son principal critère de recherche. Donc elle se dit qu’elle n’avait pas vraiment besoin de savoir de qui il s’agissait, ce n’était qu’un détail.

Bien occupée aussi à faire attention à ne pas se brûler à nouveau au contact des flammes, elle faillit percuter de plein fouet le dos du garçon ! Cependant elle freina des quatre fers au bout moment et avec énergie et évita la collision. Savannah contourna ensuite l’ex grand méchant loup et vint se placer à côté de lui. De là elle put voir un groupe de filles qui s’afféraient à tenter d’étouffer les flammes environnante avec un bout de tissu. Elle n’analysa pas plus en avant les détails de la situation car un visage avait capté son attention… Rowena. Spontanément mais avec un peu de gêne elle lui glissa un petit sourire.

L’ex-indienne était arrivée pour entendre les dernières phrases prononcées par son amie. Elle parlait de Morphée et de ce qu’elle connaissait de ce personnage mythique. Savannah était contente de voir qu’elle n’était pas la seule à s’interroger sur cet individu et elle appuya les propos de la jolie blonde en décrétant :

- Oui c’est ça. Morphée est, selon les mythes, un dieu des rêves divinatoires. Même si je ne vois pas en quoi ce que nous avons vu là peut représenter l’avenir…

Est-ce que les mythes valaient plus ou moins par rapport aux contes qu’avait évoqués son amie Rowena plus tôt ? Mythologie, contes, ce n’étaient que des histoires, des écrits destinés à faire rêver, à faire réfléchir, à comprendre des choses aussi sur le monde, les gens… On tentait bien souvent de faire le parallèle entre la réalité et cette fiction pour parvenir à des réponses. Mais si les deux mondes n’en formaient plus qu’un… se serait le bordel, non ? Savannah regarda longuement Rowena attendant de voir sa réaction, si elle aussi connaissait cette partie-là de l’identité de Morphée. En même temps elle espérait ne pas devoir avouer qu’elle était un rat de bibliothèque, avide de savoirs et que c’était pour cela qu’elle savait des choses sur ce sujet.

Puis elle regarda le jeune homme qui l’avait conduite jusque-là sans le savoir, rejoignant ainsi la quasi-majorité des personnes présentent dans cette salle. Elle reconnut l’homme du paysage précédent, qui c’était questionnait sur son état, se demandant s’il ne devenait pas fou. Et là le voilà qu’il parlait de psychiatrie et qui évoquait même le nom d’un docteur. Cet univers semblait lui être familier, pour en parler si souvent, elle en venait presque à se demander si elle avait bien fait de le rejoindre. De toute façon il était un peu tard pour faire marche arrière maintenant. Elle voulut engager la conversation mais ne sachant que dire, elle réussit juste à ouvrir légèrement sa bouche et à souffler. Ridicule, elle pouvait faire mieux que ça, n’avait-elle pas quelque chose à demander avant ? Cela avait dû lui échapper, elle se creusait les méninges à la recherche de la question disparue, ou d’un sujet un peu tangible pour bavarder sans gravité.

Une voix nouvelle, glaciale, emplie ensuite l’atmosphère. Un bref instant elle se demanda comment elle pouvait trouver que cette vois était glaciale alors qu’elle se trouvait au beau milieu des flammes ? Puis se rendant compte que le sujet n’était pas là, elle prêta attention aux paroles, du monstre. Non pas pour lui donner une quelconque importance, mais surtout pour y déceler des éléments de réponses aux nombreuses énigmes qu’elle avait entrevues. « J’ai attendu que quelqu’un me rejoigne et vous voilà » se répéta-t-elle dans son esprit, elle y répondit d’ailleurs silencieusement et sarcastiquement dans sa tête : « On n’a pas demandé à être là ! On ne sait pas comment on a atterrit ici et on a qu’une seule envie ficher le camp ! »

La paralysie, ou plutôt semblable à une décharge électrique, elle sentit tout son corps être transpercée quand il parla d’Henry et quand elle vit ce dernier près de lui. Que faisait-il là ? Cet enfant était dans le coma dans l’un des lits de Storybrooke. Il ne pouvait être ici avec eux, debout éveillé, dans ce monde sans queue ni tête. Ensuite, elle devait bien le reconnaitre elle perdit un peu le fil, quand il parla de malédiction, de Régina, de vengeance, comme si lui aussi croyait à la théorie des contes de Rowie. Mais l’ex-indienne avait matière à penser et elle songeait à autre chose qu’au maire de Storybrooke. Savannah pensait à Henry. Il était dans le coma et pourtant elle pouvait le voir, comme si son âme était ici dans cet univers. Quand on est dans un coma profond, comme c’était le cas pour ce garçon, alors on se trouvait précisément entre la vie et la mort, dans un monde que certain appelle :

- Les limbes… souffla-t-elle.

Du moins pas précisément, les limbes c’était un monde transition pour les morts, ceux qui étaient entre la vie et la mort y étaient sous forme fantomatique… Comme elle l’avait pendant le mariage et dans la salle avec le dragon. Non, impossible, elle délirait, se ne pouvait pas être l’explication logique à tout cela ! Heureusement qu’elle ne s’était pas exprimée entièrement à voix haute, sinon Mr. Asile lui aurait passé la camisole. Mais cela expliquerait pourtant bien des choses… la présence d’Henry, la leur et leurs aspects fantomatiques précédents, même celle de Morphée. Pour le coup elle s’exprima cette fois-ci à voix haute, en tâchant de regarder un peu tous ceux qui étaient à proximité d’elle, mais en portant un peu plus d’attention à Rowena :

- Rowena tu m’as bien dit que le prince Charmant était le mari de Blanche Neige mais quand même temps il pouvait circuler librement dans d’autres contes. J’ai un peu du mal à avaler cela mais vu l’univers parallèle dans lequel on est… pourquoi pas. Si on accepte cela, alors peut-être que Morphée a lui aussi les mêmes capacités. Il peut naviguer à volonté dans les rêves, mais peut-être peut-il aussi se rendre dans d’autres mondes… comme dans les limbes… ou un lieu entre la vie et la mort ?

Voilà elle avait longtemps lutté pour ne pas être catégorisée de dingue parmi cette foule de gens, mais maintenant elle ne pouvait plus prétendre le contraire. De toute façon elle c’était bien vite résignée à vouloir employer sa logique et son rationalisme ici pour parvenir à des solutions. Mais si des personnes venaient à adopter sa nouvelle théorie ou au moins à s’y intéresser un peu, alors ils en viendraient forcément à se poser la même question qu’elle en ce moment : est-ce qu’ils étaient eux aussi dans le coma ? Morts ? Vivants ? Endormis ?


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Jeu 21 Aoû - 13:22
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Diane s’était éloigné de lui pour ne pas qu’il la voit pleurer et le fait de l’entendre s’énerver contre elle alors que c’était lui qui était en tors lui lacéra encore plus le cœur, c’était l’une de leurs premières grosses disputes, et si elle s’était trompé et si il ne l’aimait autant qu’elle l’aimait que ferait –elle ? Aurait-elle le courage de le quitter pour ne plus souffrir ? Les joues baignées de larmes elle le regarda, non elle ne pourrait pas, quand bien même il lui hurlerait dessus elle était incapable de s’imaginer sans lui désormais.

- Remet ça, tu vas finir par attraper la mort ! Et ce n’est pas une suggestion !

Bien qu’elle soit en colère contre lui, elle ne pouvait pas ignorer les frissons qui lui parcouraient le corps, elle grelottait littéralement. Sans le regarder elle reprit la veste et la posa sur ses épaules, elle aurait aimé faire comme si cela ne lui faisait rien, mais la chaleur qu’elle lui apporta la réconforta quelque peu, elle resserra la veste sur elle pour garder la chaleur que son corps allait se mettre à dégager bientôt. Elle s’apprêtait à dire un tout petit merci à Scott quand Rumplestiltskin éclata de rire et la fit sursauter par la même occasion, elle se tourna vers lui tandis qu’il s’exclamait qu’il était enfin parvenu à quelque chose.  Elle posa les yeux sur la fiole qui contenait maintenant un liquide violet.

« L'amour véritable... La magie la plus puissante qui existe... La seule qui puisse briser toute sorte de malédiction... »

L’amour véritable ? Comment ce vieil homme aigri avait-il réussi à mettre l’amour en bouteille ? Car pour Diane il ne pouvait pas avoir connu ou même connaître ce qu’était l’amour, c’était impossible car quiconque avait connu ce sentiment se retrouvait avec plus de compassion que par le passé et c’était loin d’être le cas pour Mr Gold !

Je dois m'assurer que ça ne tombe pas dans les mauvaises mains !]

Intriguée par ces paroles, Diane s’attendait à le voir cacher la fiole dans un placard mais au lieu de cela il s’évapora dans un nuage de fumé. La jeune femme se demanda ce qu’allait bien pouvoir faire le sorcier de cette fiole d’amour véritable, peut-être était-il amoureux et qu’il en avait besoin pour que ses sentiments soient réciproques ? Toujours étant que cette intervention l’avait détournée de sa dispute avec Scott, elle reporta son attention sur lui, elle n’avait pas oublié par contre qu’il avait accepté les avances de Nahia et comptait bien mettre les choses au clair. Mais une fois encore avant qu’elle n’ait pu dire quoique ce soit le sol se mit à trembler, elle perdit l’équilibre et se rattrapa à Scott qui était plus proche d’elle qu’elle ne l’avait cru. Le sol s’ouvrit alors sous leurs pieds et ils glissèrent dans un trou noir tandis que le rire de Morphée se mit à résonner, Diane s’accrocha avec la force du désespoir à Scott, même si elle était en colère contre lui elle ne voulait pas qu’ils se retrouvent séparé l’un de l’autre.

La chute se termina enfin, elle se remit tant bien que mal debout et regarda autour d’elle, ils se trouvaient dans une grande pièce carrée et les murs invisibles avaient laissées passer à de grandes flammes dont la chaleur rendait la respiration difficile. Diane s’écarta de Scott et regarda à travers les flammes, elle revit alors Morphée qui se trouvait devant un enfant, son rire résonna de nouveau dans la pièce.

" Bienvenue dans mon sanctuaire...".

Diane remarqua alors que tous les habitants de storybrooke était de nouveau réunis comme lors du mariage, elle entendit quelqu’un crier que le feu était réel aussi recula-t-elle de quelques pas vers le centre pour s’éloigner des flammes qui les encerclaient, la jeune femme remarqua alors que plusieurs personnes essayaient d’éteindre le feu qui les séparait de Morphée, elle ôta la veste de Scott et la lui tendit pour qu’il puisse s’en servir s’il le désirait, elle ne risquait plus de souffrir du froid avec ces flammes.

-Tiens, je n’en ai plus besoin, j’ai assez chaud maintenant... .

Elle aurait aimé lui parler calmement et sans colère mais sa voix avait été plus dure qu’elle ne l’aurait voulu. Elle ne pouvait pas utiliser sa robe pour aider à éteindre le feu car le tissu était trop fin mais commença à chercher autre chose qui pourrait les aider !  Morphée les informa qu’il avait erré ici pendant 28 ans en vain avant de se décaler pour nous laisser voir l’enfant qui se trouvait avec lui. Bien qu’elle ne l’eu jamais vu en vrai, Diane ne put que reconnaître le petit garçon avant que Morphée ne le présente, Henry Mills,  le fils d’Emma et du maire de Storybrooke, Morphée l’agrippa par l’épaule et le fit avancer vers le feu avant de le  faire tomber au sol en riant à nouveau.

"N'essayez pas de le sauver, aucun de vous ne pourra sortir d'ici ! Votre venue n'était pas prévue mais peu importe, je suis parvenu à vous amener à moi et vos âmes ne peuvent plus voyager dans de futiles souvenirs désormais !"

Ce type était cinglé et ce rêve de plus en plus étrange, tout semblait si réel ! Morphée les avertit de ne pas jouer les héros car même si ils dormaient, les blessures, elle se retrouverait à notre réveil et que par conséquent la mort est également possible. Pour étayer ses dires Morphée lança une gerbe de flammes qui se dirigea droit sur leur groupe, elle atterrit entre eux et des étincelles vinrent bruler le bras de Diane. Elle se recula vivement en se frottant la peau pour apaiser la douleur de la brulure. Comme elle l’avait deviner Morphée leur dit que la mort était aussi de mise avant d’éclater de rire. Diane ne pût s’empêcher de se dire que qui que soit cet homme il ferait bien d’aller voir le Dr Lynch pour parler de ses problèmes. Alors que son rire résonne toujours, les flammes redoublent de plus belles obligeant à reculer pour se protéger, il gagna un peu de terrain et l’angoisse la prit.

-Mais qu’est-ce que vous voulez à la fin ?! Qu’est-ce qu’on vous a fait ? !

Diane s’était mise à hurler évacuant sa colère et sa terreur dans les mêmes phrases, a bout de souffle elle se rapprocha de nouveau de Scott.

-Excuse-moi pour tout à l’heure, quand je t’ai vu auprès de Nahia et que tu ne l’as pas repoussé quand elle s’est approché de toi  j’ai cru … et bien j’ai cru que tu ne voulais plus de moi, et moi je t’aime et je ne pourrais pas vivre sans toi, je suis désolée, je t’aime …

La jeune femme savait qu’elle n’aurait peut-être pas la possibilité de dire à Scott l’ampleur de ses sentiments, ils risquaient à tout moment d’être blesser et de trépasser dans leur sommeil et c’était quelque chose qui l’effrayaient au plus haut point. Elle préférait dire à celui qu’elle chérissait combien elle l’aimait plutôt que d’éprouver du remord si jamais ils leur arrivaient quelque chose. Elle se mit sur la pointe des pieds et posa ses lèvres sur celles de Scott, elles avaient la même douceur que dans la réalité, les larmes jaillirent de ses yeux sans prévenir et elle les laissa couler sans chercher à les dissimuler, non elle préférait de loin continuer à embrasser Scott à ce moment précis


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

✒ Curse :
367
✒ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
✒ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Jeu 21 Aoû - 17:38
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Scott se découvrait un caractère qui jusqu’à présent lui était inconnu. C’était la première fois qu’il s’exprimait avec autant de colère et il avait malheureusement fallu que cela tombe sur Diane. Mais en même temps, comment pouvait-il resté silencieux face à dont la jeune femme l’accusait. Il ne comprenait pas non plus ce qu’elle pouvait bien reprocher à Nahia. Etait-ce parce qu’il avait eu des mots gentils à son égard par rapport à l’absence de Lilwenn à ses côtés ? Si c’était le cas, c’était complètement ridicule. Diane le connaissait depuis qu’il était jeune et elle savait comment il fonctionnait, donc comment pouvait-elle croire qu’il y avait là quelques choses entre ces deux personnes qui ne se connaissaient ni d’Eve, ni d’Adam ? Ca mettait tout simplement Scott hors de lui qu’elle puisse penser une telle chose de lui. Elle lui avait même rendu son espèce de veste, comme si elle ne voulait plus rien à voir avec lui et c’était hautement blessant. Mais il ne se laissa pas faire, il lui rendit la veste, lui ordonnant de la remettre, en quelque sorte. Et contre toute attente, elle avait obéit sans le moindre mot. Tant mieux parce que Scott n’avait vraiment pas envie de polémiquer.

Leur dispute ne put réellement aller plus loin étant donné que M. Gold se mit à rire comme si on venait de lui raconter la meilleure blague de l’année. Le jeune homme fut quelque peu intrigué par un tel comportement. Il avait toujours trouvé l’apothicaire assez étrange et là, c’était comme si M. Gold confirmait ce que Scott avait toujours pensé de lui. Surtout qu’il déraillait complètement. L’amour véritable ! Ce liquide violet ? Soit il lui manquait une case, soit c’était Scott qui délirait complètement. Sincèrement, s’ils s’en sortaient tous, il jurait de boire moins de café. Ca ne pouvait être que ça étant donné qu’il ne buvait pas d’alcool. Puis, tout comme Régina, le vieil homme disparut en un clin d’œil. Il fallait vraiment être maboul pour rêver d’un truc pareil. Une fois M. Gold disparut, Scott regarda un peu autour d’eux et il put constater que d’autres personnes se disputaient, ce qui était assez étrange. Ou alors tout le monde s’était passé le mot, ou alors c’était cette étrange situation qui influençait les nerfs de tout le monde… Le jeune homme n’eut pas réellement le temps de réfléchir à cela plus en avant car brusquement, le sol se mit à trembler et ils tombèrent.

Scott avait la trouille. Cette situation l’effrayait et il espérait ne plus jamais avoir à faire ce cauchemar. Il sentit qu’on s’agrippait à lui et se doutait qu’il s’agissait de Diane étant donné qu’elle était la personne la plus proche de lui au moment où le sol s’était ouvert sous leurs pieds. Lorsque la chute cessa, le jeune homme atterrit au sol avec une légère brusquerie, comme la plupart des personnes ici présentes d’ailleurs. Il mit un petit temps avant de capter où il se trouvait. Regardant autour de lui, il se rendit compte qu’il se trouvait dans une pièce en feu. Sentant une flamme lui lécher légèrement la joue, il se releva d’un bond pour éviter de terminer carbonisé. Machinalement, il toucha sa joue et put constater avec soulagement qu’il n’avait rien. Le feu n’avait pas réellement eu le temps de le toucher. Diane, qui s’était trouvée à ses côtés lors de leur chute, s’éloigna de lui. Elle faisait la tronche… C’était lui qui devrait faire la tête, pas l’inverse ! Enfin bon, il préféra laisser tomber et se concentra sur ce qu’il se passait cette fois-ci. De l’autre côté du mur de flamme se trouvait un homme encapuchonné ainsi qu’un enfant à moitié dissimulé derrière lui. Etait-ce Morphée ?

Lorsque ce dernier leur souhaita la bienvenue dans son sanctuaire, cela ne fit plus aucun doute. Mais qui était cet enfant qui se trouvait derrière lui ? Scott ne voyait pas assez bien pour savoir de qui il s’agissait. Autour de lui, les gens s’agitaient. Ils cherchaient à éteindre les flammes, mais cela ne semblait pas efficace. Preuve que quelque chose n’allait pas. C’était impossible que les flammes ne s’éteignent pas. Nulle flamme n’était éternelle à moins qu’on fasse état de magie. Non mais sérieusement… de la magie… Et pourquoi pas un prince transformé en grenouille tant qu’on y était ? Puis, il se retrouva de nouveau avec sa veste sous le nez. Il cligna deux fois les paupières avant de capter que Diane était entrain de la lui rendre tout en affirmant qu’elle n’en aurait plus besoin. En même temps avec la chaleur que produisaient les flammes, comment cela aurait-il pu être différent ? Il serra légèrement la mâchoire lorsqu’elle s’exprima avec dureté à son égard, mais il ne dit rien. Pourtant, il avait la sensation qu’il n’avait pas toujours été aussi silencieux face à de tels propos. Il ne savait pas trop ce qui provoquait cette impression, mais en tout cas, il la fit taire.

Silencieusement, il prit sa veste mais ne dit rien. Il n’avait pas envie de polémiquer avec Diane et puis, Morphée ne lui en donna pas réellement l’occasion puisqu’il se mit brusquement à rire avant de leur expliquer qu’il était coincé là depuis vingt-huit ans. Scott arqua un sourcil. Ouais, presque une trentaine d’année, ça faisait long au bout d’un moment. Enfin, il semblerait que selon ses paroles, toutes les personnes présentes étaient devenues ses prisonniers. Le jeune homme fronça les sourcils. Puis, Morphée fit un pas sur le côté, montrant ainsi à tous que l’enfant qui se trouvait derrière lui. Il s’agissait d’Henry Mills, le fils du Maire, mais aussi d’Emma Swan, la nouvelle venue et le nouveau Shérif de Storybrooke. Scott fouilla quelques instants dans sa mémoire pour se rappeler qu’il avait entendu que le garçon se trouvait actuellement dans le coma. Que faisait-il donc ici ? En voyant leur détenteur s’approcher de la barrière de feu avec Henry qu’il tirait, Scott crut qu’il allait lui faire subir une quelconque torture, mais il n’en fit rien et le jeune homme lâcha un soupire de soulagement. Morphée continua de délirer et accusa même Regina de sa situation, ce qui était complètement ridicule. Bon, la Maire de Storybrooke n’était pas un enfant de cœur, mais quel rapport avait-elle avec tout ceci ?

Le plus effrayant, c’était son avertissement quant aux douleurs et blessures qu’ils pouvaient se faire dès à présent. Et pour bien illustrer ses propres, une gerbe de flammes s’écrasa au milieu du groupe. Scott eut le réflexe de s’écarter avant d’être touché, ce qui ne fut pas le cas de certaines personnes, dont Diane. Cependant, le jeune homme résista à l’envie d’aller la voir, pour s’assurer qu’elle n’avait rien. Après la scène qu’elle lui avait faite, pourquoi irait-il ? Elle n’avait plus vraiment l’air de vouloir avoir quoi que ce soit affaire avec lui maintenant qu’elle lui avait rendu sa veste. Sauf qu’il se trompait parce qu’il la vit venir vers lui afin de s’excuser. Cependant le reste de ses paroles laissèrent le jeune homme sans voix. A quel moment est-ce que Nahia s’était approchée de lui ? Scott n’en avait aucun souvenir. C’était lui qui avait été la voir pour la rassurer quant au cas de Lilwenn qui semblait s’en être bien sorti durant leur séparation. Mais il l’avait approché en compagnie de Diane donc… Donc ça ne pouvait pas être de cela qu’elle parlait. Mais alors de quoi ?! Le jeune homme se demandait ce qui avait bien se passer dans la tête de la jeune femme pour penser une telle chose. C’était ridicule !

- Mais je ne sais même pas de quoi tu parles ! répliqua-t-il.

Il voulait vraiment comprendre ce qui avait bien pu traverser l’esprit de Diane, mais au lieu de lui répondre, elle l’embrassa. Quel revirement de situation ! C’était vraiment à ne plus rien y comprendre. En même temps, le jour où un homme réussirait à comprendre la façon dont pensait une femme… Et bien Scott n’était pas dans cette situation. Il ne comprenait vraiment rien. C’était comme si Diane souffrait de bipolarité ou quelque chose de similaire. Foutu cauchemar quand même ! Quoi qu’avec les paroles de Morphée, c’était difficile de continuer de croire que tout ceci n’était qu’un songe et qu’il se réveillerait bien tranquillement dans son lit sans que rien de tout cela ne se soit passé. Le baiser devint humide si bien que le jeune homme y mit fin pour voir que la demoiselle pleurait. Il effaça ses traces de larme pour redonner un peu de contenance à Diane. La situation dépassait complètement Scott, mais bon… Peut-être que tout ceci avait une logique. Il suffisait un peu de chercher. Mais bon.

- Je te jure que je n’ai rien fait. Je ne sais pas pourquoi tu penses une telle chose de moi…

Enfin, ce n’était peut-être pas le moment de discuter de ça. Il faudrait remettre cette discussion à un peu plus tard, quand les choses se seraient calmées, probablement. Il déposa un baiser sur le front de la jeune femme avant de se consacrer à nouveau sur la scène. Certaines personnes semblaient être entrain d’échafauder une théorie à propos de cette histoire de conte pour enfant. Scott ne savait pas vraiment s’il fallait y croire ou pas, mais une certaine Rowena semblait convaincu par la véracité selon laquelle ils étaient tous des personnes de contes maudits. Ca donnait vraiment matière à rire, mais pour le coup, le jeune homme était prêt à tout croire si ça leur permettait de s’en sortir.





Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Jeu 21 Aoû - 21:41
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Ce qui se déroulait sous ses yeux étaient la preuve que les rêves pouvaient être tout aussi mystérieux qu'étrange. Dans la vrai vie, Lilwenn n'était pas aussi bagarreuse, ni agressive, en tant normale, elle était adorable. Du moins, elle était aussi adorable qu'une adolescente ayant un lourd handicape. À présent, elle ressemblait à miss Fisher, une petite teigne ! Les mots n'étaient plus suffisant pour lui exprimer toute sa haine, à présent, son adversaire savait de quoi elle était capable. C'est le soit disant ami de Tessa qui la récupéra et qui l'empêcha de se faire frapper plus que de raison. De ce fait, lui aussi eu le droit d'avoir une insulte, elle le traita de sale pervers. Spencer ne savait pas si c'était réellement l'insulte qui lui convenait le mieux. Après tout, il l'avait seulement sauvé des mains de Moïra, qui l'avait bien amoché. Toutes les deux s'étaient éloignés des autres, en temps normale, elle ne lui poserait pas de question et attendrait qu'elle vienne lui dire du pourquoi, du comment, mais elle n'avait pas la patience d'attendre. Un rêve pouvait s'interrompre à tout moment, alors à quoi bon d'attendre. Cette dernière avait beau lui poser des questions, Lilwenn lui répondait avec des haussements d'épaules, comme-ci que sa lui suffirait comme réponse. Puis, elle s'enroula dans sa tapisserie et éloigna son regard de celui de Spencer. Décidément, elle ne voulait pas s'expliquer, un rêve étrange ! Ainsi, elle fit de même, elle regarda le combat qui avait continué, même si personne ne leurs prêtaient attention. Nolan était au sol, Gold avait bien gagné le combat et le tenait au bout de son épée. C'est avec une voix stridente qu'elles entendirent une phrase qui était particulière. Selon lui, elles pouvaient sortir de forêt grâce à la magie. Spencer arqua un sourcil, de la magie, cela n'existait pas et pourtant, elle allait être témoin d'un acte paranormal. Gold fit apparaître une fiole avec un liquide violet puis un œuf orné d'or. Il était certain que tout les voyeurs ne se trouvaient pas dans la réalité, mais belle et bien dans un rêve. Ensuite, toujours avec cette voix étrange, il lui demanda de la mettre dans une bête. C'était étrange, aussi étrange qu'entendre parler d'un dragon faisant éruption à un mariage. C'était particulier d'entendre tout cela, de voir que tout le monde était aussi choqué qu'elle. Elle ne croyait pas en la magie et pour elle, c'était un rêve et dans les rêves tout peut se produire.

La seconde d'après, il eut une espèce de tremblement de terre, Lilwenn lui attrapa la main. Elle serrait si fort que Spencer n'eut aucun choix, elle ne pouvait pas lâcher sa main. Toutefois, toutes les deux se retrouva à terre, sans comprendre pourquoi, la chut ne les obligèrent pas à se lâcher, ses deux mains étaient comme collé. En un regard, elle comprit que tous étaient aux sols et qu'ils tombaient tous dans un vide. Elle n'était pas si courageuse, même si elle était dans un rêve, elle avait hurler de toute ses forces et elle s'arrêta quand elle sentit enfin le sol sous son corps. Sa main avait été broyé, elle ressentait cette douleur qui la lançait, mais il y avait autre chose qui la gênait. La chaleur était anormal, il faisait beaucoup trop chaud. En relevant sa tête, elle comprit qu'elle n'était plus dans la forêt. Cette nouvelle pièce ressemblaient à une salle de torture sadomasochiste. Ce nouveau lieu transpirait la peine et la douleur. Lilwenn la lâcha pour se relever et en à peine une minute, la voix qui sortait du néant leurs souhaitait la bienvenue. C'était particulier, cet homme semblait être heureux de les voir ici, c'était lui qui les manipulaient et qui les déplaçaient. Ils étaient à sa botte, ses nouveaux jouets à martyriser. Spencer se releva difficilement du sol, tout le tissus ne l'aidaient pas, sa robe était si lourde et la chaleur ne facilitait pas les choses. Une fois qu'elle fut sur ses deux pieds, elle entendit une voix stridente qui semblait hurler de douleur et qui articulait une phrase bien audible :

- LE FEU EST RÉEL !

La fausse Indienne était de retour, c'était elle qui avait hurler. Elle soufflait sur ses doigts, comme-ci que sa allait l'aider à avoir moins mal. Spencer essayait de se donner de l'air frais en s’éventant avec sa main, voyant que cela était inutile, elle chercha un moyen de sortir d'ici, après tout, ce n'était pas la première fois qu'ils changeaient de lieux. Toutefois, c'était la première fois que le décors les attaquaient réellement. L'Idienne avait brûler, tout comme la tapisserie de Lilwenn. Une fois encore, elle fit sauver par l'ami de Tessa, comme quoi, il était toujours prêt à l'aider, ce qui était étrange puisqu'elle venait de l'insulter de pervers. Si Spencer aurait été à sa place, elle l'aurait laisser cramer ! Du moins, si la personne n'était pas la jeune Chimay. Ses deux mains souleva sa robe, il était hors de question que elle aussi se mette à brûler. En évitant le contact des autres, elle se retrouva à côté d'un jeune homme qui paraissait bien remonter. C'était le seul qui avait décidé de hurler contre de Morphée, contre celui qui les retenaient ici.

- Eh oh, la serpillière ambulante ! Ce petit jeu a assez duré, il serait peut-être temps de nous montrer la sortie maintenant !

Spencer haussa des épaules, comme-ci qu'un homme aussi sadique que lui les laisseraient partir aussi facilement. Elle arracha un morceau de sa robe afin d'éponger les gouttelettes de sueurs qui commenceraient à ruisseler derrière sa nuque. Ce fut à son tour de regarder Morphée, il était là, à regarder ses victimes, avec tout ça, elle n'avait pas fait attention au petit Henry, lui aussi se trouvait là. C'était donc lui le rêveur, il était le seul à vouloir rêver des contes de fées, le seul à croire que tout les habitants de la ville appartenait à une autre vie. Alors que Nahia prit la parole, Spencer se demandait qu'elle personnage elle incarnerait. Elle devenait aussi folle que ce gamin ! Sa robe n'était pas celle du servante, elle avait une robe de noble, quelques choses du genre. Elle entendait tout les questions de ce petit bout de femme, mais elle parlait trop pour qu'elle comprenne tout ce qui se passait autour d'elle. C'était une pipelette et parfois, elle ne pouvait plus la suivre. Toutefois, sa dernière phrase, elle l'entendit et la comprit.

- Quelque soit les motifs de vos disputes ils n'ont pas lieu d'être alors oubliez-les. Rowena, je vous ai entendu parler d'un livre et d'Henri tout à l'heure. Il est possible que vous ayez vu juste non ?

Nahia continua à parler, elle voulait rassurer l'enfant, alors que Spencer réfléchissait encore aux histoires d'Henry. Serait-il possible que tout cela soit la réalité ? Que le monde qui l'a vu grandir ne soit qu'une illusion ? Que ses souvenirs soit un mensonge ? Non, ce n'était pas possible, elle était bien trop cartésienne pour croire en ça et pas assez confiante pour croire en lui. Une autre femme semblait lui répondre, mais elle était éloignée, le bruit du crépitement du feu surpassait ses paroles, elle ne pouvait qu'entendre sa voix. C'était difficile de respirer convenablement et à chacun de ses pas, sa respiration semblait être plus difficile. Pourtant, la jeune brunette l’éventait sans le vouloir réellement, sa cape était plus utile en éventail quand objet pour étouffer le feu.

- Euh...si quelqu'un pouvait m'aider à étouffer le feu ? Je n'y arriverais pas toute seule...enfin je pense pas.

C'est parce que la jeune inconnue, celle qui plutôt avait interpellé l'Indienne, se déplaça qu'elle entendait mieux ses paroles. Celle-ci voulait aider Nahia, c'est pourquoi qu'elle déchira sa robe, ce qu'elle faisait n'était pas stupide, mais les flammes semblaient se débattre contre le tissu. Le feu semblait avoir de l'emprise sur tout leurs actes, c'était lui qui dictait la lois et non les morceaux de tissus. La chaleur devenait trop écrasante et avalait sa force, non, elle n'allait pas aider ses deux jeunes femmes. Elles étaient dans un rêve et sans savoir pourquoi, les personnages qui jouaient un rôle voulaient se convaincre que ce n'en n'était pas un. Son esprit était contradictoire, il ne savait pas ce qu'il voulait et ça, ce n'était pas que dans ses songes. Ses pied la reculait presque automatiquement, elle avait du mal à respirer convenablement, pourquoi avait-elle décidé de s'approcher des flemmes aussi ?! Le bruit de son souffle devenait de plus en plus fort, elle recouvrait les autres bruits, toutes les autres paroles devenaient des sortes de chuchotements. Tandis que ses pieds continuaient de reculer son dos percutaient des personnes, elle n'y prêtait pas attention. Tout ce qu'elle voulait, c'était de l'aire, elle voulait juste respirer. Spencer se laissait vaincre par la panique, c'était une torture de devoir resté dans cet endroit. Il y faisait trop chaud, il y avait trop de personne, elle avait réussit à échapper à cette foule, mais cette fois-ci, ça ne paraissait pas être possible. Spencer avala difficilement sa salive, son corset ne lui permettait pas de faire de grand mouvement, ni d'avaler, ni de respirer et même de rire. Du moins, si elle voulait rire, elle ne pourrait pas. Toutes la foule semblait écouter la voix du néant, celle qui appartenait à Morphée. Il ne voulait pas qu'il joue au héros, tant mieux, elle n'était pas un héros, bien au contraire.

- Vos blessures et votre douleur sont bien réelles et se répercutent sur vos corps inertes à Storybrooke...

Cela ce n'était pas possible, il n'y avait qu'une personne tordu qui pourrait rêver de ça. Sa main lui faisait mal, mais cela ne voulait pas dire qu'à son réveille elle aurait aussi mal. Du moins, elle l'espérait, c'est alors qu'elle reçut une étincelle, le point de son impacte était son bras et avant de s'éteindre, elle fit un trou dans la tissu et brûla sa peau. Sa seule réaction fut de taper sur son membre supérieur, la douleur était comme une morsure. Ses bras n'avait pas la force de déchirer sa robe, elle prenait feu de l'intérieur, la chaleur la consumait. C'est avec étonnement qu'elle remarqua d'autre petit trou, l'épaisseur de sa robe l'avait protéger de d'autre brûlure. Spencer était une femme courageuse, mais pas dans ses conditions. Morphée continua son discourt, aux sons de sa voix, elle comprit qu'il jubilait de plaisir, il aimait voir cette souffrance.  

- Nul besoin d'ajouter que cette règle s'applique aussi aux petits malins qui pensent que mourir dans un rêve les aidera à se réveiller...

Pourquoi en était-il ainsi ? Même lui voulait la convaincre qu'elle n'était pas dans un simple rêve. Elle avait bien trop d'information pour comprendre ce qu'il se passait, peut-être qu'Henry avait raison ou peut-être pas … Spencer cherchait du regard Lilwenn, mais ses yeux n'ont pas réussit à la retrouver, ses jambes lui faisaient aussi défaut, il lui était de plus en plus difficile de garder les yeux ouverts. Les flammes semblaient être plus hautes, plus chaudes et les personnes se rapprochaient de plus en plus d'elle. C'est en se retournant qu'elle put la voir, pas sa jeune amie, mais elle, Tessa. C'était logique qu'elle soit là, après tout, si la fausse Indienne était revenue, elle aussi. L'ancienne Morgane tituba jusqu'à elle et c'est avec un regard fébrile qu'elle regarda Roselyn. Non, ce n'était pas elle le rêveur, il ne fallait pas la tuer. Spencer se rapprocha délicatement vers elle et c'est en posant sa main sur son épaule qu'un drame se déroula. Tessa sursauta violemment et sans comprendre ce qui lui arrivait, elle se retrouva sur le sol. Bien qu'elle se faisait écraser par les autres, il y avait plus d'air. Ses yeux se fermaient presque, elle voulait dormir, mais heureusement pour elle, ses voisins l'empêchait de fermer les yeux.

- Aïe … mes cheveux … mon bras …

Spencer continua de récité toute les zones de son corps qui étaient écrasé.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Ven 22 Aoû - 15:38
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.

   
   
   
   
   
Ma main dans celle de mon amie, j'avançais vers la lieu de l'agression, l'homme inconnu et probablement amnésique était en train d'étrangler Tessa. Savannah et moi on devait faire quelque chose. Cependant à quelques mètres de l'incident, mon amie referma sa prise sur mon bras, je crus un instant qu'elle avait peur mais il n'en fut rien. Elle me lâcha rapidement et me regarda choquée, comme si j'avais fait ou dit quelque chose que je n'aurais pas dû. Elle recula, son visage reflétait peu à peu la colère qui s'emparait d'elle. Elle me cria :

- COMMENT AS-TU PU FAIRE CA ? ET POURQUOI ?

Seule la surprise vint orner mon visage, je ne comprenais pas de quoi elle parlait, je n'avais rien fait. Etait-ce parce que je voulais aller aider Tessa, je savais pourtant que Savannah était quelqu'un de courageux quand il s'agissait d'aider les autres. Alors pourquoi s'en prenait-elle à moi ? L'indienne redoutait que l'on se dispute nous aussi, avait-elle aussi été contaminée par cette épidémie de colère. Je la connaissais pourtant incapable de me faire du mal ou même de me haïr. Je voulus parler me défendre que je n'avais rien fait mais elle ne m'en laissa pas l'occasion continuant à me hurler dessus, me demandant qui j'étais réellement. Elle croyait que j'étais une usurpatrice ?

Je voulais une fois de plus lui répondre que c'était bien moi et que je n'avais rien fait mais cette fois-ci autre chose m'en empêcha : le sol bascula, tout devint noir. Je me sentis tomber, tentant de garder mon calme, je me demandais dans quelle scène des contes on allait se retrouver. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une pièce tout noire, où s'agitait pourtant de dangereuses sources de lumières. Je regardais autour de moi, nous étions de nouveau plus nombreux et encerclés par des flammes...pour changer du dragon. Je ne voyais pas Savannah, mais derrière cette barrière de flammes se trouvait Morphée accompagner d'un petit garçon que je reconnus comme état le petit Henry. Mon cœur se serra en découvrant qu'il était otage de la silhouette encapuchonnée. Ce dernier nous souhaita les bienvenue dans le sanctuaire dont il avait parler la toute première fois. J'étais décidée à traverser la barrière de flammes pour aller aider Henry quand la voix de  l'indienne cria un conseil qui me sauva probablement la vie.

- LE FEU EST RÉEL !

Cette fois-ci le danger était réel, le feu était bel et bien présent et nous risquions notre vie dans ce brasier. J'aurais du le comprendre tout de suite étant donné que la fumée envahissait la pièce et qu'elle me fit tousser une ou deux fois. Je voyais que des nouveaux groupes s'étaient formés et que j’avais perdu mon amie. Heureusement en fouillant la pièce du regard, je vis Finean à quelques mètres de là, fixant notre geôlier. J'avançais avec précaution vers le médecin légiste, essayant bien que difficilement d'ignorer la chaleur et la fumée. Cette ambiance oppressante me gênait de plus en plus sans compter que je ne pouvais rien faire pour la pauvre garçon, apparemment plus dans le coma. J'avais peur pour lui, pour Savannah, pour moi. Ce rêve trop réel commençait vraiment à m'effrayer. Je rejoins enfin Finean, trouvant ainsi un point d'eau dans cet enfer. Sans comprendre pourquoi, je me jetais dans ses bras dans une accolade franche. J'avais besoin d'un peu de soutien , une personne sur laquelle m'appuyer. Je le lâchais, je n'avais pas honte de ce que j'avais fait. J'espérais juste que le médecin ne m'en tiendrait pas rigueur.

« Je suis contente de voir que vous allez bien. J'avais peur de ... »

Je fus interrompue, encore, par Morphée, qui semblait vouloir nous donner un semblant d'informations. Il semblait très heureux de nous voir là et son sadisme me dégoûta, je ne pensais pas qu'une personne puisse être aussi vile. Il rapprocha Henry des flammes et la colère me gagna :

« Vous n'avez pas le droit ! Lâchez-le ! »

Je ne l'avais pas dit assez fort pour qu'il l'entende mais il relâcha le petit garçon le jetant au sol comme une brute. Essayant de me calmer, j'écoutais la suite de son discours écœurant de méchanceté. Je retins que nous étions des âmes, cela expliquait le fait que nous étions invisibles et transparents quand nous étions dans les « souvenirs »...Mais qu'est-ce que je disais ? Ce n'était qu'un rêve, ça ne pouvait pas être possible. Il continua nous disons qu'il avait été maudit par la mère d'Henry. J'eus un doute concernant la mère dont il parlait, mais ayant vu Mme Mills menacer tout le monde d'une malédiction au mariage, je me doutais qu'il parlait de Mme le maire. Je sentis Finean se crisper à côté de moi, sans savoir pourquoi. Morphée, lui, éclata d'un rire qui me fit passer des frissons dans le dos. Il était effrayant et la suite ne fut pas plus joyeuse. Il expliqua que nous étions pas dans un rêve, que la douleur était réelle  et que nos corps pâtiraient des blessures subies dans cette pièce. Il envoya suite à ses paroles une gerbe de feu, je poussais le médecin légiste sur le côté et esquivait les flammes mais pas assez rapidement car quelques gerbes touchèrent mon bras, laissant un marque rouge sur celui-ci. Je laissais échapper un petit gémissement, cela faisait un mal de chien. J'espérais de plus en plus que ce rêve finisse, à condition que c'en soit bien un.


   

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Dim 24 Aoû - 10:14
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Elle n’avait plus envie de songer à sa dispute avec Eddie, à la blessure que celle-ci avait formé en elle. Non, il y avait bien plus important. Leurs vies semblaient menacées par ce Morphée qui ne cessait de se jouer d’eux. Si c’était un rêve, cela semblait beaucoup trop réel. Elle ressentait tout, voyait tout, avait pleine possession de ses capacités physiques et mentales. La réalité semblait définitivement bien trop proche pour qu’elle puisse se dire qu’elle ne risquait absolument rien. Elle voulait comprendre, comprendre ce qu’il se passait. Tout cela avait-il vraiment un rapport avec le livre d’Henry ? Une telle chose était-elle seulement possible ? Elle n’en avait pas la moindre idée, mais dans un univers aussi absurde et dangereux que celui dans lequel ils se trouvaient, elle n’avait aucune autre explication. Une explication qu’elle ne craignit pas de fournir, à voix haute. Elle s’attendait bien sûr à ce qu’on ne la croit pas et la regarde de haut. Mais elle eut néanmoins la surprise de voir l’ancien grand méchant loup tout près d’elle. Son expression la glaça, et plus encore les paroles qu’il prononça. Connaissait-il donc lui aussi le Dr Lynch ? Elle frissonna et détourna très rapidement le regard. Oui, il lui faisait peur et elle n’avait plus toute l’amabilité envers lui dont elle avait fait preuve auparavant.

C’est alors que Savannah fit son apparition à ses côtés et l’expression de son visage refléta tout le soulagement qu’elle éprouvait à sa vue. Elle eut presque envie de la serrer dans ses bras, de se répandre en excuse pour le comportement qu’elle avait eu. Mais ce n’était ni le lieu ni le moment. Et elle fut encore plus soulagée de constater que celle-ci semblait prendre ses propos au sérieux et lui accorder un sincère crédit.

« Je ne sais pas non plus. » dit-elle, impuissante.

Elle espérait également que tout ceci ne reflétait pas leur avenir, quoiqu’une chose la poussait à croire que non. Son bras souffrait toujours de cette brûlure que lui avait infligé le dragon lors du mariage de Louna Nerys. La cicatrice était absolument telle que lorsqu'elle s'était endormie. A moins que ce ne soit un futur extrêmement proche, mais dans ce cas, comment ce futur aurait-il pu impliquer le mariage de Mary Margaret avec David Nolan et la transformation de Mr Gold en... autre chose ? C’était un mystère total, et terrifiant.
Elle avait pris la décision d’écouter la jeune femme qui l’avait rappelée à l’ordre et de l’aider à étouffer les flammes. Elle dut prendre sur elle pour effectuer cette mission, encore traumatisée par les effets de sa rencontre avec le dragon. Mais elle tint bon, serrant les lèvres, empoignant le morceau de tissu qu’elle avait arraché de sa robe et l’abattant sans relâche sur les flammes. Des gouttes de sueur ne tardèrent pas à perler sur son front, elle avait terriblement chaud, mais elle tenait bon. Jusqu’à ce que Morphée parle de nouveau. Elle eut à peine le temps d’écouter Savannah et d’acquiescer. Peut-être que celle-ci avait raison, peut-être que cet être pouvait en quelques sortes voyager entre les mondes. Mieux valait garder l’esprit ouvert dans toute cette histoire.

Elle écouta les paroles de Morphée, comme hypnotisée. Que voulait-il dire par « Regardez ce que sa mère m'a fait » ? Qu'avait donc fait Emma Swan ? Ou Regina Mills ? Tout ceci demandait d’autres explications. En revanche, elle comprenait parfaitement qu’ils étaient en grand danger, qu’ils n’avaient pas d’échappatoire et ne s’en sortirait pas si facilement. Mais c’est alors qu’il s’écarta et qu’elle pu reconnaître le petit garçon. Non, pas lui. Elle écarquilla les yeux et blêmit.

« Henry ! HENRY ! Relâchez-le ! » se mit-elle a crier, désespérée.

Ils ne pouvaient pas le laisser comme ça. Non, il fallait qu’elle trouve un moyen de le rejoindre, à tout prix. Elle devait éteindre le feu. Plus que jamais, elle s’acharna sur les flammes, frappant et frappant avec le tissu. Mais au lieu du résultat escompté, il sembla que sa manoeuvre avait le résultat inverse. D’un coup, les flammes s’élevèrent, plus hautes que jamais. Elle lâcha d’instinct le tissu qui partit en fumée et ce ne fut que parce qu’elle bascula en arrière et tomba au sol qu’elle ne termina pas de la même manière.  


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Lun 25 Aoû - 16:38
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Il fallut rapidement renoncer à éteindre le feu. Les vêtements s’embrasaient sans parvenir à réduire les flammes. Même cet incendie n’avait rien de normal et Nahia faillit  cramer le bas de sa robe. Petit à petit les pièces du puzzle se mettaient en place. La fontainière ignorait comment se terminerait cette histoire mais il ne fallait plus se voiler la face désormais : ils étaient prisonniers d’une malédiction. A Rowena, la fontainière murmura avec difficultés mais sincérité .

- Ca vaut ce que ça vaut mais moi je vous crois.

Et ça ne la dérangerait pas d’aller grossir le rangs des pensionnaires de Lynch si il le fallait. Logée, nourrie, blanchit et avec de la distraction c’était mille fois préférable qu’ici après tout ! L’air devenait étouffant, les murmures incessants. Ca parlait de partout et Nahia avait toutes les peines du monde à se concentrer sur l’essentiel. Savannah vint elle aussi apporter le fruit de ses réflexions. Pour elle Morphée pouvait peut être naviguer dans plusieurs mondes. C’était plausible mais cela soulevait d’autres questions.

- Mais alors…pourquoi nous tenir prisonniers dans celui-là ?

Nahia se sentait complètement dépassée par tout ça. Jamais elle n’avait cru aux contes de fée ou malédictions et par extension elle ne s’y était pas intéressée plus que cela. Elle s’était presque fichu de Valentin lorsqu’il avait nourri autant de fantasmes autour du dragon. Aujourd’hui elle le regrettait. Morphée prit alors la parole et apporta son lot de réponses. C’est à la mère d’Henri et à sa malédiction qu’il en voulait en réalité. La fontainière comprit alors que Morphée était lui aussi dans la mouise ! Et c’est en Henri qu’il tenait l’objet de sa vengeance. Finalement le Dieu du sommeil n’était peut-être pas si mauvais que ça. Juste désespéré et seul.  

- Nous ne sommes même pas au courant de cette malédiction et du rapport que ça a avec nous ! Pourquoi le maire vous a enfermé là ? .

Il avait du sacrément la contrarier la Regina ! Et puis elle se demanda qui était Moprhée en réalité. Etait-il lui aussi un habitant de Storybrooke ? Sous son capuchon et sans voir ses traits c’était impossible à deviner. C’était peut-être dingue et inutile mais Nahia voulait pas lâcher le mince fil de dialogue qu’il y avait entre eux. Il s’était décidé à se montrer et à leur parler, il fallait que cela continue.

 - Puisque vous dites qu’on ne peut pas s’enfuir, vous pouvez laisser Henri venir de notre côté. Qu’est-ce que ça vous coûte ?

Elle sourit au petit garçon qui ne devait pas être maintenu dans cet état de peur. Elle n’avait aucune solution pour le sortir de là pour l’instant mais peut être que l’on pouvait le rassurer un peu. Malgré ce qui leur arrivait la priorité était Henri. Elle aida Rowena à se relever et s’assura qu’elle ne s’était pas blessée. Nahia avait chaud ! Le tissu mince de ses vêtements lui collait à la peau et elle ruisselait. Pour quelqu’un qui ne se sentait vraiment dans son élément que dans l’eau l’épreuve était bien difficile.  Elle essuya son front moite avec sa manche laissant une trace noire de cramé sur celui-ci et s’assit en retrait à même le sol les genoux relevés sous son menton en position de réflexion. Mieux valait ne pas dépenser inutilement son énergie. En son fort intèrieur elle pensait que Morphée ne voulait pas spécialement leur mort. Sinon il n’aurait pas pris la peine de les prévenir de ce qui leur arriverait si ils tentaient de se suicider. Mais sans eau et sans nourriture l’issue  restait tout de même fatale. Elle en profita pour observer ses concitoyens et leurs réactions ou , pour la plupart, leur manque de réaction. Certains se comportaient même de façon…irritante, voir odieuse. La naïve Nahia ne comprenait pas cela. Etait-il possible qu’il y ait des traîtres parmi eux ? Et que certains soient parfaitement au courant ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Finean J. Théouranos
Habitant ೨ Hadès

✒ Curse :
33
✒ Coeur :
Pris par quelqu'un qui ne m'aime pas
✒ Statut :
Fou à lier mais c'est normal
✒ Personnage de Conte :
Hadès


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Mer 27 Aoû - 12:59
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Les flammes devenaient de plus en plus étouffantes, le rideau de feu même à distance continuait à laisser échapper une légère fumée presque invisible mais qui remplissait l’air doucement. Je me demandais si c’était simplement pour nous mettre mal à l’aise ou si c’était pour nous tuer à petit feu, c’était là toute l’ironie de la chose. Mais bon, j’espérais sincèrement qu’il souhaite nous garder en vie. Alors que je réfléchissais à moyen de sortir de ce pétrin sans nom. Après tout, j’étais le seul à savoir comment marchait la magie et particulièrement celle de l’Olympe. Mais il me fallait plus d’informations sur les motivations de Morphée afin de savoir ce qu’il souhaitait et comment il faisait agir sa magie pour mener à ce but.

Certaines personnes essayèrent de l’insulter pour le faire réagir, d’autres cherchaient à éteindre le feu avec des morceaux de tissus principalement des vêtements mais sans grand succès, le feu ne faisait que de redoubler d’intensité en absorbant ces nouveaux combustibles. Il était donc vain de vouloir éteindre ces flammes surement chargée par la magie. Mon regard était toujours porté sur le sorcier de l’autre côté de la barrière de flammes qui empêchait le passage dans un sens comme d’ans l’autre. Ou du moins pas sans laisser à son passeur, de jolies brûlures. Alors que tout le monde semblaient effrayés par cette pièce qui réveillait certains instincts de survie bien cachés par la civilisation, un rire démoniaque retentit et il n’était pas difficile d’en connaitre le propriétaire. Interrompu dans mes réflexions par une accolade féminine, je me retournais et c’est avec une grande surprise que je découvrais qui s’était jeté dans mes bras. Odette... Ah si seulement, cela pouvait être mais je savais qu’elle ne ressentait pas la même chose que moi. Elle cherchait seulement une présence rassurante et elle s’était tourné vers moi, surement parce que j’étais la personne qu’elle connaissait le plus dans cette assemblée.


« Je suis contente de voir que vous allez bien. J'avais peur de ... »

Juliette s’était inquiétée pour moi ? Cela me fit chaud au cœur même si je n’en montrais rien, hormis que je lui rendis son accolade. Mais le sorcier qui avait, lui, garder sa magie ne me laissa pas profiter de ce moment, il prit la parole et je l’écoutais attentivement, il laisserait peut-être échapper cet indice qui pouvait être la clé de la porte de sortie.

« J'ai erré seul dans ce monde pendant vingt-huit longues années... Pendant tout ce temps, j'ai attendu que quelqu'un me rejoigne et vous voilà ! »

Il a erré dans cet endroit pendant tout ce temps ? En gardant ses pouvoirs ? Et en n’étant dérangé par personne ? Une vague de colère et de jalousie m’envahit, il avait eu ce que j’aurais aimé avoir. La paix et la magie. Je donnerais tout ce que j’avais pour être à sa place mais malheureusement ce n’était pas le cas et je ne pouvais faire que l’envier. Il s’écarta pour nous laisser voir le visage du garçon qui se trouvait derrière lui, il s’agissait d’Henri, comme je l’avais deviné. C’était surement des souvenirs qui appartenaient à ce livre que beaucoup devraient croire mais qui était ignoré par la plupart des gens, encore que cet événement pourrait faire changer d’vais bon nombre de personnes. Ce qui étaient une bonne chose, cela voulait dire que si suffisamment de monde si mettaient il serait peut-être possible de briser la malédiction et ainsi faire revenir la magie. Mais ce n’était pas ce qui importait sur l’instant puisque Morphée, s’avança du mur de flammes avec l’enfant. A cet instant alors qu’il faisait mine de lancer Henri à la proie des flammes, bon nombre de personne hurlèrent qu’il ne pouvait pas faire ça, qu’il devait le relâcher. Ce qu’il fit. Parce que nous lui avions demandé, surement pas. Parce qu’il en avait envie, cela semblait une hypothèse plus plausible.

« N'essayez pas de le sauver, aucun de vous ne pourra sortir d'ici ! Votre venue n'était pas prévue mais peu importe, je suis parvenu à vous amener à moi et vos âmes ne peuvent plus voyager dans de futiles souvenirs désormais ! »


C’était bien des souvenirs que nous avions parcouru mais cet endroit était différent, ne serait-ce parce que les flammes étaient bien réelles. Il continua son monologue comme si personne ne tentait de lui répondre.

« Regardez ce que sa mère m'a fait ! Ce que vous voyez est le résultat de toutes ces années de solitude à subir d'une manière différente sa malédiction ! Je vais garder son précieux petit Henry et elle comprendra alors qu'on ne peut se jouer de moi sans conséquences ! »

Sa première phrase me chiffonna. Emma ne pouvait enfermer une telle personnalité dans ce genre de monde et l’arrivée fracassante de la Reine au mariage des Charmants me revint en mémoire, ce n’était pas contre Emma qu’il en voulait mais à Regina, l’actuelle maire de Storybrooke. Et c’était donc par pure vengeance que nous nous retrouvions dans cet endroit très peu agréable à la merci d’un sorcier avide de vengeance. Mais ce que je ne comprenais c’était pourquoi la responsable de cela était absente. Il l’avait dit notre venue n’était pas prévue et notre présence ici était surement aléatoire. Super, j’avais eu de la chance sur ce coup-là. Au moins, cela me prouvait qu’il avait encore des résidus de magie dans ce monde et qu’il y avait une manière de les exploiter. Il suffisait de trouver la faille de la malédiction, ce qui n’allait pas être chose aisée.

« Ne soyez pas tentés de jouer les héros, mes petits : ceci n'est pas un rêve. Vos blessures et votre douleur sont bien réelles et se répercutent sur vos corps inertes à Storybrooke... »

Cela la majorité l’avait déjà compris et ce n’était que précision inutile à moins, que certaines ne manque d’une chose pourtant essentiel : un peu de jugeote. Sans laisser le temps de réagir, il lança une magnifique boule de feu sur la foule que nous représentions surement dans l’espoir de prouver à certains que le feu ça brûle pas touche. La balafre de flammes s’écrasa au centre de la pièce et des étincelles partirent dans tous les sens. J’allais réagir et mettre Jill hors de danger mais elle fut plus rapide que moi et me poussa sur le côté avant de faire de même mais pas assez vite, puisque l’une de ses petites étincelles la frôla et lui laissa une jolie brûlure. Je déchirais un morceau de mon vêtement, complètement inutile dans ce lieu et lui bandait, cela n’aiderait pas forcement mais cela éviterais que la plaie soit à l’air libre et par là même à vif. Cela aurait été plus efficace si ce bout de tissus avait été humide mais l’eau était un élément rare dans ce décor de feu.

« Essaye de ne pas trop solliciter ton bras. Nous allons avoir de toute notre énergie... » lui dis-je avant d’être interrompu une nouvelle fois par Morphée qui posait encore une nouvelle règle.

« Nul besoin d'ajouter que cette règle s'applique aussi aux petits malins qui pensent que mourir dans un rêve les aidera à se réveiller... »

Encore une règle évidente quand il s’agissait d’un rêve magique. Mais il semblerait que ce ne soit pas évident pour tout le monde. Néanmoins, un détail me chiffonnait. Nous étions arrivés ici par hasard et Morphée semblait tout faire pour nous tuer alors qu’il était seul très longtemps, je pensais qu’il préférerait jouer un peu avec nous avant de faire cramer. Et puis si nous n’étions pas venu par sa faute, comment pouvait-il nous contrôler aussi facilement ?




Une ombre mystérieuse a pris le contrôle de ton esprit...

 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

PNJ Intrigues
PNJ Intrigue ೨ Tremblez, Mortels !

✒ Curse :
49


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Jeu 28 Aoû - 1:12

Everything has a beginning


     
The shadow waiting in the dark...
Morphée vous observe, il voit votre désespoir et vos peurs se peindre sur vos visages. Il vous laisse vous agiter dans votre piège tels des moucherons dans un bocal... Certains d'entre vous ont osé lui demander des explications, d'autres hurlent de relâcher Henry qui est toujours au sol, près de lui. Ces protestations ne l'enchantent guère, le sorcier n'aime pas être contrarié de la sorte.

"Silence !" Dit-il avec autorité.

Levant un bras devant lui, comme dans le but de faire taire les plus rebelles d'entre vous, vous voyez sa main se crisper. Ses doigts se resserrent autour du vide et un rire fou brise le silence de l'attente qui s'installe. Vous comprenez avec horreur qu'autour de vous les personnes qui ont réagi depuis sa derrière intervention suffoquent... Diane, Jill, Rowena et Nahia se font littéralement étrangler par une force invisible.

Morphée jubile, il sait que ce petit effet va en refroidir plus d'un. Après quelques secondes qui semblent être interminables, il relâche ses proies non sans éclater d'un rire funeste à nouveau.


"A qui le tour ?"
Demande-t'il avec ironie, avant de poser les yeux sur Henry, un sourire sadique accroché aux lèvres.
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Ven 29 Aoû - 15:34
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.

   
   
   
   
   
Eddie fut content de récolter un peu de soutien de la part de Nahia. Il ne la connaissait en rien et n'avait jamais échangé le moindre mot avec elle à vrai dire, mais il lui adressa tout de même un signe de tête lorsqu'elle réagit à sa suite. L'union faisait la force, c'était bien connu. Et s'il ne voulait plus faire alliance avec Rowena suite au petit discours venimeux qu'elle lui avait servi, alors il trouverait d'autres alliés parmi les autres victimes de Morphée. S'ils restaient tous là à se lamenter, les choses n'allaient jamais réussir à avancer. Alors qu'au contraire, si tout le monde se rebiffait en même temps et pour la même cause – celle de se barrer d'ici, avec ou sans le gamin – la chose encapuchonnée finirait bien par ne plus pouvoir tout gérer. Enfin ça, c'était ce qu'il pensait.

Le jeune voleur regardait d'un air sceptique les vaines tentatives que certaines menaient pour stopper le feu lorsque Morphée réagit enfin. Le voilà qui déblatérait toute une flopée de propos dignes d'un fou, en parlant de monde parallèle, d'âmes piégées et autres idioties en tous genres. Eddie leva les yeux au ciel, passablement lassé de ces belles paroles mélodramatiques. Pour peu il éclaterait d'un rire sarcastique en s'exclamant qu'il ne manquait plus que l'air de violon en fond sonore. Peu impressionné, il se détourna de l'entité pour mieux s’intéresser à ce qui l'entourait. Ce guignol avec ses frusques sur la tête pouvait dire ce qu'il voulait, il devait forcément exister un moyen de sortir d'ici. Les flammes consistaient l'obstacle le plus important. Peut-être qu'en prenant un peu d'élan et en sautant en travers … Le garçon tenta de s'approcher de la barrière brûlante pour voir ce qu'il y avait derrière. Mais il dut bien vite se rendre à l'évidence. Le feu était trop important et les tenait tous à bonne distance. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'ils trouvent une solution avant que ces murs mortels ne commencent à se rapprocher d'eux. Eddie n'avait pas tellement envie de finir cuit et doré comme un petit pain … Plongé dans ses pensées, il entendit à peine la jolie brune qui avait malmené son amour-propre crier de désespoir après Henry. Ce fut seulement lorsque la voix puissante et grondante de leur geôlier retentit dans la salle, suivis de plusieurs cris horrifiés, qu'il releva la tête en alerte. Ce qu'il vit alors lui foutu un coup dans l'estomac. Ses yeux s'écarquillèrent alors que sa bouche s'entrouvrit d'épouvante. Rowena, Rowena, qu'est-ce que ce type faisait à Rowena ?! Une force invisible lui avait saisi la gorge et la soulevait de sorte à ce que ses pieds s'agitent à quelques centimètres au-dessus du sol. C'était invraisemblable ! Comment avait-il fait ça, et comment avait-il osé … ?! Mais il allait la tuer ! Le pickpocket ne réfléchit pas. Son instinct le poussa à courir vers la coiffeuse et à hurler son prénom de toutes ses forces :

- ROWENA !

Il arriva auprès d'elle au moment même où la pression exercée contre sa trachée s’évanouit. Un nouveau rire diabolique fit écho dans la pièce. Le corps de la brune retomba alors comme une poupée de chiffons. Eddie la réceptionna dans ses bras et contre lui avant qu'elle ne s'effondre par terre. Il posa sa main sur la tête brune, comme pour la protéger de tout ce qui pourrait arriver, et se laissa doucement tomber à genoux pour qu'elle puisse mieux se remettre de l'énorme quinte de toux qui l'animait. Oh Seigneur, il avait eu tellement peur l'espace d'un instant ! Et tout compte fait … elle ne s'était pas totalement évanouie. Une réelle crainte lui torturait le ventre à présent. Il releva lentement les yeux vers la silhouette de Morphée, toujours posté derrière les flammes affamées. Et il prit soudain conscience de toute l'ampleur de la menace. Ce n'était pas une blague, non. Ce n'était pas une vieille farce vaseuse. Rowena aurait pu y rester si cette chose avait continué ce qu'elle avait fait. Elle n'était pas en train d'inventer les énormes hoquets qui agitait son corps qui avait cruellement manqué d'oxygène. Morphée possédait des pouvoirs qu'aucun d'eux ne pouvait contrer. Il était dangereux. Eddie le comprenait enfin. Et c'est en déglutissant qu'il serra la coiffeuse contre son torse pour lui faire comprendre qu'il était là.

- Ne bouge plus, s'il te plaît ne bouge plus. Tout va bien aller d'accord ? Souffla-t-il contre les cheveux de sa princesse perdue dans l'espoir de l'aider à se calmer.

Du moins, c'est ce qu'il aurait aimé croire …


   

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Ven 29 Aoû - 21:04
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





A peine venait-elle de faire son apparition auprès du petit groupe, composé pour sa grande majorité de filles, qu’elle sentit les regards posés sur elle. Mais seul un visage entre tous lui était connu, et elle ne s’intéressa qu’à celui-ci, omettant jusqu’à l’existence des autres. Rowena parut dans un premier temps, très court, comme… médusée. Puis finalement le soulagement vint peindre chacun de ses traits, lui offrant un renouveau expressif. A cela Savannah lâcha un immense sourire, entrouvrant légèrement les lèvres, pour souffler et laisser partir un peu de sa pression, de sa néfaste anxiété naissante. Pendant cette fraction de seconde que durait l’échange de leurs regards, la jolie brune paraissait tout bonnement heureuse et paisible.

Mais très vite, tout la ramena brutalement à la réalité, comme un électrochoc. Le décor étouffant avec ses flammes ardentes et brulantes, qui avaient envie de lécher leurs peaux et de se repaître de leurs corps calcinés. Les personnes qui étaient tout autour d’elle, que ce soit des gens connus ou inconnus, ils avaient tous deux choses en commun ! Ils étaient là dans cette scène, atroces et impuissants. Et ils avaient tous peur de ce qui se passait en ce moment et du pire qui allait surement venir.

L’explication que son cerveau avait bricolait en toute hâte avec les morceaux du puzzle qu’elle avait à sa disposition, ne sembla pas interloquer le groupe d’individus. Savannah n’arrivait donc pas vraiment à déterminer si on lui porter un peu de crédit à ses hypothèses, ou s’ils la trouvaient tellement dingue qu’ils préféraient l’ignorer. Seule, son amie Rowena, lâcha d’une voix blanche des paroles qui se répercutèrent en écho en elle : « Je ne sais pas non plus… ». Ainsi elle doutait, comme c’était aussi le cas de l’ex-indienne et de surement bien d’autres. Ils étaient tous dans le même sac après tout. Machinalement la jeune femme posa une main sur le bras de la demoiselle, comme pour lui signifier : je suis là Rowie, ça va allait on va s’en sortir. Mais ces mots-là, elle ne pouvait les formuler à haute voix. Elle avait la gorge bien trop sèche pour cela et était tendu comme un arc prêt à bondir au moindre évènement !

Puis encore des cris percèrent l’atmosphère. Cette fois-ci ils n’étaient pas l’introduction d’une dispute en bonne et due forme. Mais c’était des cris du cœur, son amie ne fut pas la seule à hurler sa colère à l’encontre de Morphée, elle entendit et reconnut la voix de Jill et remarqua que d’autres faisaient de même. A l’instar d’Eddie qui avait traité Morphée de « serpillère ambulante » à leur arrivée dans ce décor. Bizarrement elle se rappela cette intervention avec un léger rire, qu’elle tenta d’étouffer dans sa gorge, car il ne convenait guère à la situation. Jusque-là le monstre sombre avait bien encaissé les moqueries et les critiques à son égard mais cela ne dura pas éternellement. Et il fit une amère démonstration des limites de sa tolérance.

Avec autorité et force il ordonna le silence et celui-ci s’en suivit immédiatement. L’ex-indienne était à nouveau à demi-paralysée par la peur et sentait que les palpitations de son cœur avaient quelques ratées. Les mouvements lents et calculés de la silhouette encapuchonnée ne vinrent rien arranger à son ressenti. Puis aussi soudain qu’un éclair qui traverse un ciel orageux, quatre corps s’élevèrent légèrement du sol, mut par une action surnaturelle du monstre. Et la jeune femme comprit rapidement, sans difficulté l’horreur de la scène. Morphée était en train d’étrangler quatre femmes en même temps, aussi facilement que s’il avait claqué des doigts. Chaque cellule de son corps bouillonnait à l’intérieur d’elle et elle utilisa un peu de cette rage nouvelle et forte pour hurler à l’unisson d’Edward :

- Rowena !

Portant ses deux mains à sa bouche, Savannah usa de toute sa volonté pour ne pas hurler un nouveau cri de rage qui cette fois aurait utilisé toute l’ampleur de ses capacités vocale et pulmonaire. Puis elle dut faire un effort supplémentaire quand elle sentit les larmes lui monter très rapidement aux yeux, elle s’efforça de les retenir. La présence d’Eddie auprès de son amie la rassura mais ne mit cependant pas fin à ses inquiétudes. Il fallait qu’elle sache, si Rowena était toujours en vie. Si elle avait mal, si elle était consciente… Cette multitude de questions surgirent d’un même ensemble mais elle se rejoignait toutes en une même interrogation. Savannah devait juste trouver le courage nécessaire de la formuler. La jeune femme se laissa tomber à genoux à côté du couple et réussit à dire d’une voix tremblotante, masquant très mal son émotion :

- Elle…va bi..en ? Rowiiie…

Les larmes qu’elle retenait semblé s’exprimer dans sa gorge, donnant à sa voix des intonations, comme si elle était noyée par des flots incontrôlables. Son visage se tourna avec difficulté vers le garçon, puis vers la jeune femme. Elle devait avoir la certitude que d’un : ce qu’il lui dirait serait la vérité et pas un mensonge rassurant. Et de deux : tenter d’en avoir la preuve par elle-même en observant les traits de son amie. Nul doute que là, encore une fois, une toute nouvelle expression y verrait le jour. Savannah n’ignorait pas que son amie était la seule à avoir été touché mais elle devait s’assurer qu’elle n’était pas blessée ou pire… Et cela avant de s’enquérir de l’état des autres personnes victimes de Morphée.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

PNJ Intrigues
PNJ Intrigue ೨ Tremblez, Mortels !

✒ Curse :
49


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   Lun 1 Sep - 1:57

Everything has a beginning



The shadow waiting in the dark...
Alors que Morphée se retourne vers Henry, vous le voyez saisir le petit garçon par la gorge. Le fils du Shérif se défend, cependant, martelant son bourreau de coup. Le regard de Morphée s'assombrit, il fronce les sourcils. « Ah, tu te débats, à présent ? » Son regard fait des aller-retours entre vous et le garçon agité... Puis un inquiétant sourire illumine son visage. « À ta guise, je n'ai plus besoin de toi, de toute manière ! Mes nouveaux pensionnaires se montreront beaucoup plus dociles que toi, gamin imbécile ! »
Suite à cette annonce, il serre de plus en plus fort le cou de Henry... Le corps de ce dernier fait des soubresauts et se vide de son air... Morphée éclate de rire tandis que la vie du garçon s'échappe. Les cris d'horreur et de protestation dans vos rangs font place au silence lorsque le corps du fils du Maire devient immobile. Morphée ricane, il laisse le corps lourd et sans vie de Henry tomber au sol. « Bon débarras ! »
Le corps de Henry s'évapore sous le regard triomphant de Morphée. Ce dernier se tourne alors vers vous avec la ferme intention de vous assujettir mais, subitement, un long "bip" retentit ! Même Morphée semble surpris par ce son, le son d'un moniteur cardiaque qui annonce qu'un cœur ne bat plus... « NON ! C'EST IMPOSSIBLE ! » hurle Morphée en tentant de vous étrangler tous à la fois en utilisant ses pouvoirs, fou de désespoir ! Vous suffoquez alors, tous autant que vous êtes, impuissants, jusqu'à ce que le "bip" cesse pour laisser place à un timbre de voix féminin qui parvient à vos oreilles sans que vous puissiez pour autant en comprendre les paroles... Il ne vous reste que quelques secondes à vivre lorsque, tout à coup, vous vous évaporez à votre tour.

Réveillée en sursaut par le son du moniteur au chevet de son fils, Emma Swan se met à paniquer et à appeler à l'aide. Alors que l'équipe médicale s'acharne sur le corps du garçon pour tenter de le sauver, le Shérif prend conscience des erreurs qu'elle a commises depuis son arrivée en ville en refusant de croire Henry : elle ouvre enfin les yeux sur la réalité de la situation de Storybrooke. Les médecins lui annoncent alors que tout est perdu pour le garçon et quittent la pièce, désolés. Emma pleure, désemparée, et se penche doucement vers son fils pour lui murmurer des excuses. Elle lui déballe tout ce qu'elle a sur le cœur : l'amour qu'elle lui porte, ses regrets... Après lui avoir caressé tendrement les cheveux, elle se décide à lui faire ses adieux en déposant un baiser sur son front.
C'est à cet instant que l'incroyable se produit : une onde d'amour ayant pour origine ce baiser se propage à travers la ville, rendant à tous ses habitants maudits la mémoire. L'amour véritable unissant une mère et son fils vient de briser la malédiction ! Quelques secondes plus tard, Henry revient à lui et la joie éclate dans sa chambre d'hôpital...

Il est l'heure pour chacun des habitants de Storybrooke de se réveiller. Vous, qui avez visité l'antre de Morphée, constatez que les blessures et les brûlures qui vous ont été infligées durant la nuit vous font toujours souffrir : elles n'ont pas disparu à votre réveil ! Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Certes, les souvenirs sont revenus, mais pas la magie. Ainsi, chacun retrouve son ancienne identité mais certains se retrouvent en danger, ne pouvant pas se protéger avec la magie... Les gens se réveille donc ce matin-là avec leurs souvenirs. Quelle pagaille ! Que va-t-il advenir de Storybrooke et de ceux qui peuplent cette petite bourgade du Maine ?

L'heure est venue...

Fin de l'intrigue !
Comme vous l'aurez compris, cette intrigue est terminée et elle se clôture sur un événement qui n'est pas des moindres : le retour des souvenirs ! Nous vous invitons donc à aller jeter un œil au nouveau contexte pour bien se rendre compte de tous les changements dans la vie de vos petits personnages ! Nous espérons que vous vous êtes bien amusés lors de cet event et que l'évolution du forum (ainsi que toutes ses mises à jour qui en découlent) vous plairont ! Merci à tous les participants
©️ Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire   
Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE N°3 ೨ Part. III : Le sanctuaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Intrigue V : "Premier départ"
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Résumé de l'intrigue
» Départ non réfléchi et vite regrété.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Intrigues-