★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Hopeful heart is moving target [pv Marianne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Raphaël Abbot
Admin ೨ Le Shérif de Nottingham

✒ Curse :
468
✒ Coeur :
Il bat, pourquoi ?
✒ Personnage de Conte :
Guy de Gisborne, le Shérif de Nottingham


MessageSujet: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Sam 26 Juil - 18:13

Marianne & Guy



Les fiançailles prononcées, il n’y avait plus aucun moyen pour que Marianne lui échappe, cette fois-ci. Deux ans que Guy luttait avec acharnement pour obtenir sa main mais à chaque fois, elle l’avait éconduit. De toutes les femmes dont le Shérif avait bien pu croiser la route, cette princesse était bien la seule à ne montrer que de l’indifférence à son égard. Pourtant, il était persuadé qu’il devrait exister quelque chose entre eux. Lui se souvenait avec une précision effrayante chacun des moments qu’il avait pu passer avec elle lorsqu’elle n’était encore qu’une petite fille. A cette époque, elle l’adorait autant qu’il l’adorait alors qu’est-ce qui avait bien pu changer pendant ces années d’éloignement ? Guy ne croyait pas du tout au dicton qui disait « Loin des yeux, loin du cœur ». Il en avait eu la preuve à diverses reprises avec Morgane, même si les sentiments qu’il éprouvait pour cette dernière n’avaient absolument rien à voir ceux qu’il ressentait pour Marianne, mais n’empêche, avec Morgane cela durait depuis des années et des années, malgré de longs mois de séparation dût aux obligations, alors qu’est-ce qui avait raté avec la princesse de Nottingham ? C’était un mystère.

Enfin, à présent, le Shérif n’avait plus trop de questions à se poser étant donné que le Prince Jean, qu’il vive encore de longues années, lui avait accordé la main de sa nièce. Pour le coup, Guy n’avait jamais autant adoré son Prince. Il ignorait complètement ce qui l’avait poussé à les fiancer, mais le pourquoi du comment ne l’intéressait pas. L’important, c’était qu’un beau jour, il attendrait Marianne devant l’autel et celle-ci l’y rejoindrait. De ça, il s’en assurerait. Il ne laisserait absolument rien empêcher ce mariage. A ses yeux, c’était un rêve qui deviendrait réalité. Il n’y avait rien qui ne comptait le plus. D’ailleurs, même si Marianne ne l’aimait pas encore, elle apprendrait à nourrir des sentiments envers lui similaire à ceux qu’il ressentait pour elle. Il n’y avait que la princesse pour faire naître des sentiments aussi tendres chez lui. Quand il était près d’elle, il donnait l’impression d’être un autre homme, d’avoir un cœur qu’on lui avait assez souvent reproché de ne pas avoir. Comme quoi, tout le monde avait une faiblesse. Sauf que celle-ci, Guy en était nettement conscient et il faisait absolument tout pour ne rien montrer aux autres.

Le Shérif de Nottingham s’était senti gonflé d’orgueil le jour où leurs fiançailles avaient été prononcées. Jamais encore il n’avait été aussi fier. Malgré les sentiments sincères qu’il nourrissait pour elle, Marianne représentait aussi sa chance de s’élever au sommet car par son mariage avec elle, Guy deviendrait prince. Jamais il n’aurait pu rêver d’une femme aussi parfaite dans tous les sens du terme. Bien sur, leurs fiançailles n’avaient pas été accueillies aussi chaudement par les autres, néanmoins, aucun ne s’était senti assez courageux pour oser prononcer une objection. Ils étaient tous gentiment restés à leur place. En même temps, c’était dans leur intérêt étant donné que ceux qui osaient s’opposer au Prince Jean finissaient par rencontrer le bourreau plus rapidement que prévu. Guy n’était pas connu non plus pour son extrême gentillesse envers ceux qui se dressaient sur sa route non plus alors si ce n’était pas le Prince qui s’en chargeait, cela ne faisait aucun doute que le Shérif ne se ferait pas prier. Il n’en restait malheureusement pas moins cruel envers les autres… Néanmoins, c’était avec une nouvelle énergie de vie que Guy se levait à présent chaque matin.

Ce jour-là, au château de Nottingham, il s’était levé de bonne heure car le Prince Jean souhaitait s’entretenir avec lui à propos des taxes prélevés au nord du royaume. C’était à se demander ce que le Shérif ne ferait pas pour lui. Il était tout dévoué à son Prince et se plierait en quatre s’il le pouvait juste pour son bon plaisir. A présent, Guy avait cent mille raisons d’être extrêmement redevable à celui-ci. Cette entrevu dura pendant près de deux heures avant que les deux hommes ne tombent d’accord, bien que ce soit évidemment le Prince Jean qui ait le dernier mot. Le Shérif ne faisait qu’obéir aux ordres, ni plus, ni moins. Après ces deux heures, il s’enferma dans une pièce qui avait été aménagée de façon à ce qu’il puisse faire ses comptes et les changements comme bon lui semblaient lorsque le Prince Jean l’exigeait de lui. Généralement, lorsque Guy s’enfermait dans cette pièce, il en avait pour des heures et des heures et ne supportait pas qu’on le dérange, surtout quand c’était pour des sottises dont il n’avait strictement rien à faire. Mais ce jour-là, personne ne vint frapper à la porte et il put se concentrer comme il le souhaitait.

Quand il termina ses affaires, l’après-midi venait de commencer. Les jambes légèrement engourdis, il se leva de son siège et se dirigea vers une des fenêtres qui constituaient la pièce. De là où il se trouvait, il avait une vue sur une partie des jardins du château. Regardant légèrement pendant quelques instants, sans vraiment de raison particulière, il eut l’agréable surprise d’y voir Marianne, surement entrain de se promener. Du coup, l’envie de se promener le prit à son tour. Un demi-sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu’il quittait la fenêtre pour se diriger vers la porte. Il referma la pièce derrière lui, comme à son habitude, et marcha dans les couloirs du château vers une de ces portes menant à l’extérieur. Sur sa route, il ne croisa que divers domestiques qui marchaient en regardant leurs pieds. Quand Guy les voyait, il ne pouvait que se sentir fier de l’ascension qu’il avait faite jusqu’à aujourd’hui. Bien sur, ses parents n’avaient jamais fait parti du petit peuple étant donné qu’il s’agissait  malgré tout de noble, bien qu’ils soient de basse extraction, mais se dire qu’il allait devenir un prince d’ici quelques mois le rendait fier. Ses parents aussi étaient fiers de lui.

Les rayons du soleil accueillirent Guy lorsqu’il mit les pieds à l’extérieur du château. La chaleur de cet astre lui fit un bien fou et le réchauffa presque instantanément. Il ne faisait pas spécialement froid au château, mais il y faisait plus frais. Le Shérif de Nottingham se dirigea directement vers l’endroit où il avait aperçu la princesse un peu plus tôt. Ce fut d’ailleurs à cet endroit qu’il la retrouva. Tant mieux, d’ailleurs, car sinon, il aurait été obligé de la rechercher. La patience n’était pas son fort, malheureusement, même s’il intériorisait plus qu’il n’extériorisait. Guy prit tout de même quelques instants pour observer la jeune femme. Il la trouvait magnifique au milieu de ce jardin. La lumière du soleil lui allait tellement bien. S’il pouvait, il lui offrirait le soleil. Mais malheureusement, c’était impossible. Cette boule lumineuse était impossible à atteindre, tout comme la Lune. Et pourtant, dans toutes les balades romantiques, il y avait l’éternelle promesse d’un homme faisant descendre la lune pour la femme aimée…C’était d’un ridicule ! Pourquoi s’encombrer d’une promesse qu’on ne pourrait jamais tenir ? Ca, c’était bon pour les barbes !

Jugeant qu’il l’avait assez observée comme ça, Guy s’approcha de la jeune femme, apparaissant ainsi à ses magnifiques yeux bleus. Lorsqu’elle prit conscience de sa présence, il lui offrit un sourire qu’il n’offrait pas à tout le monde. Marianne était une des rares privilégiées et très bientôt, elle serait seule privilégiée étant donné qu’elle deviendrait sa femme. Cette idée rendait le Shérif presque ivre de bonheur.

- Belle Marianne, quel plaisir de vous voir, fit-il en guise de salutation.

Pour bien se faire, et comme l’exigeait le protocole, il prit délicatement la main de la belle et déposa un léger baiser sur le dos de celle-ci avant de la relâcher, toujours aussi délicatement. Se redressant, Guy continuait de sourire, comme toujours lorsqu’il se retrouvait plus ou moins seul avec Marianne. Jetant un œil rapidement autour d’eux, son attention se reporta très rapidement sur la princesse toujours face à lui et sans plus attendre, il lui présenta son bras avant de prononcer sa demande :

- Me feriez-vous l’honneur de m’accompagner pour une petite promenade ?

Sans aucun doute par le manque d’habitude de recevoir des réponses positives de sa part, le Shérif craignit quelques instants qu’elle ne l’envoie promener, comme elle avait un peu l’habitude de le faire avant qu’ils ne soient fiancés.

 
fiche codée par Empty Heart


Shérif de Nottingham
Raphaël Abbot

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Jeu 31 Juil - 0:29

Marianne & Guy



La nuit de l'annonce de ses fiançailles avec le shérif, l'avait chamboulé. Pourquoi fallait-il que Robin lui avoue ses sentiments ce soir-là ? Ils avaient dansé sous le clair de lune, échangeant leur tout premier baiser, alors que dans la salle de bal, un autre homme l'attendait, celui-ci choisi par le prince Jean. Dans la même soirée, la vie lui offrait un cadeau et du poison. Oui, elle était certainement mise à l'épreuve, mais Marianne ne vivait que pour son peuple, elle était revenue à Nottingham pour le sauver et ce n'était pas auprès de Robin qu'elle le pourrait. Sa mission à elle, n'était pas de jouer les hors-la-loi, mais bien l'espionne. Les yeux et les oreilles de Robin des bois, grâce à Guy et son oncle, elle avait déjà récolté beaucoup d'informations, comment pourraient-ils se douter que leur douce princesse possédait un caractère d'acier ? Son âme appartenait aux habitants de Nottingham, c'était son devoir de veiller sur eux et de sacrifier son bonheur.

Ce matin-là, elle n'avait pas rejoint le camp de Robin. Ils ne s'étaient pas revus depuis cette scène sur le balcon. Que pourrait-elle lui dire de plus ? Oui, elle avait bien une idée en tête pour éloigner son mariage de quelques mois, mais s'était mettre en danger son archer. Pourtant, c'était le seul moyen. Très tôt, une de ces domestiques la coiffa et l'aida à s'habiller, elle se devait d'aller parler au prince Jean, sauf que celui-ci se retrouvait occuper avec son fiancé. Qu'est-ce qu'ils traficotaient ? L'occupation de sa journée était toute tracée, découvrir ce qu'il s'était raconté lors de cette réunion et pour le coup, c'était le shérif qu'elle avait décidé de manipuler pour en savoir plus.

Connaissant un peu les habitudes du château, la jeune femme changea de robe pour une qui lui collait plus au corps, mettant ses atouts en valeur. Détachant la pince qui retenait ses cheveux, ils tombèrent en cascade sur son dos, elle se devait d'être parfaite pour plaire au Sherif, Guy de Guisborne, l'ancien écuyer de son père. Quand elle l'avait revu après tant d'années, elle fut déçue de voir ce qu'il était devenu, le pire cauchemar du peuple et donc par ce simple fait une personne qu'elle ne pourrait plus apprécier, forcer d'oublier les doux souvenirs d'enfants. Comment un homme si protecteur peut-il devenir un monstre ?

Décidée à lui faire plaisir, elle était partie dans le jardin, à la recherche de jolies fleurs, un geste qu'elle affectionnait quand elle était enfant, Marianne pouvait passer des heures à courir dans la prairie et ramasser des fleurs pour les offrir à son ancien gardien, tout était si différent à cette époque, son père était encore en vie, un homme prodigieux qui luttait pour ses idéaux, des convictions dont elle avait hérité. Marianne aimait le jardin, lieu de souvenirs où elle pouvait se recueillir en silence et penser sans peur d'être interrompu. Il était rare qu'on s'impose à une personne royale. Son regard se perdit vers la forêt de Sherwood, ne pensant plus qu'au baiser échanger avec Robin, elle pouvait encore sentir le contact de ses lèvres douces, le plus bel instant de toute sa vie qu'elle garderait en mémoire pour le reste de sa vie. Même si elle épousait Guy, son coeur n'appartiendrait qu'à Robin et il resterait le premier homme qu'elle aurait embrassé, personne ne pourrait lui enlever ça.

Elle était loin de réaliser qu'à ce moment précis, son fiancé l'observa et quand elle le vit enfin, il lui adressa un sourire. Guy n'était pas un homme vilain, loin de là, mais ses actions méprisables surpassaient sa beauté.

Belle Marianne, quel plaisir de vous voir

Il lui prit sa main pour y déposer un baiser, comme le protocole l'exigeait. Si elle ne devait pas jouer la princesse parfaite, elle préfèrerait que les nobles de la cour s'abstiennent, elle n'aimait pas se sentir supérieure, surtout depuis sa longue aventure pour gagner le camp de Richard, cette partie de sa vie l'avait changé. Guy observa les alentours avant de lui proposer son bras.

- Me feriez-vous l’honneur de m’accompagner pour une petite promenade ?

Ce n'était pas forcément son plan initial pour obtenir les informations sur sa réunion avec son oncle, mais elle savait saisir les opportunités et cela en était une. De toute façon, pour ne pas être percé à jour, elle se devait de faire semblant d'accepter cette union et encore plus de soutenir Guy. Pour lui, elle ne gardait plus aucun rapport avec Robin et il devait continuer à le croire. Lui attrapant le bras d'une grande délicatesse, elle laissa apparaitre un doux sourire.

- J'accepte volontiers !

Même s'il lui arrivait souvent de l'envoyer promener, prétendant souvent avoir des activités à accomplir, à présent, elle allait devoir se laisser courtiser et surtout lui faire penser qu'il se rapprochait d'elle. Oui, il était un atout pour son combat, même si malheureusement pour lui, cela provoquerait une nouvelle défaite. Commençant à avancer, Marianne respirait la jeune femme innocente, tandis que tout un scénario se préparait dans sa tête. Pour commencer, elle allait devoir le piéger dans sa toile.

- Vos pourriez m'accompagner au village près du château ? Apprenons à connaitre notre peuple.

 
fiche codée par Empty Heart
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Raphaël Abbot
Admin ೨ Le Shérif de Nottingham

✒ Curse :
468
✒ Coeur :
Il bat, pourquoi ?
✒ Personnage de Conte :
Guy de Gisborne, le Shérif de Nottingham


MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Mar 5 Aoû - 11:47

Marianne & Guy



La plus belle femme du monde se trouvait là, juste devant lui. Elle avait pour prénom : Marianne. Guy songeait qu’il ne pouvait pas exister une femme plus belle qu’elle. Il avait entendu parler de celle qu’on considérait comme la plus belle d’entre toute, mais était-il réellement possible qu’il existe une femme plus belle que la princesse de Nottingham ? Sincèrement, il en doutait fortement ! Marianne était la pureté et la beauté même. Difficile de croire qu’une autre femme pouvait incarner également ces qualités. Mais de cette autre femme, le Shérif n’en avait cure. La seule qui l’importait, c’était celle à qui était devenue depuis assez récemment sa fiancée. Il vouait une telle passion pour elle que Guy était prêt à tout pour elle. Il la rendrait heureuse, il en était certain. De toute façon, se serait difficile pour lui de faire autrement. Il l’aimait. Il faudrait être fou pour faire du mal à la femme aimée, n’est-ce pas ?

De la fenêtre où le Shérif avait repéré Marianne, il avait remarqué qu’elle était magnifiquement bien habillée, mais il était très loin de se douter à quel point. C’était une fois qu’il fut à sa hauteur et presque arrivé sur elle que Guy se rendit compte qu’elle avait une robe qui moulait ses formes à la perfection. Du coup, il n’avait plus vraiment trop de mal à laisser fonctionner son imagination pour deviner comment la jeune femme était sans ses vêtements. Cependant, il chassa rapidement ces pensées. Marianne n’était pas comme toutes ces femmes qu’il avait côtoyées. Il refusait de la voir ainsi. Elle serait sa femme, son aimée, sa promise et son tout. Il l’aimerait et la respecterait comme jamais. Il était réellement plein de bonnes attentions envers elle, même si par moment, il se montrait sans aucun doute maladroit. Mais qui ne l’était pas ? Il l’observa encore quelques secondes, admirant les reflets du soleil dans ses cheveux noirs ébène.

Son observation commençait à aller un peu au-delà de la bienséance et pour cela, il sortit de sa pseudo cachette pour se présenter au regard de la princesse. Elle tenait dans ses mains des fleurs, une caractéristique qu’elle possédait lorsqu’elle était enfant et qu’il avait plaisir à revoir aujourd’hui, même si la vision était bien différente d’autrefois. Avant, elle lui offrait des bouquets qu’elle avait composé elle-même. Beaucoup pensait qu’il les jetait dès qu’elle avait le dos tourné, mais c’était faux. Il avait conservé chacun des bouquets jusqu’à ce que les fleurs soient totalement fanées. Guy avait toujours aimé Marianne, c’était un fait indéniable. Les sentiments qu’il avait pour elle avait simplement évolués et changés en la voyant ainsi grandie. Quand elle remarqua sa présence, il lui offrit un sourire avant de la saluer tout en déposant un baiser sur le dos de sa main. Le Shérif était un fervent pratiquant du protocole. Jamais il ne manquerait de respect envers Marianne.

Si Guy était venu jusqu’à elle, c’était bien dans un but précis et non pas simplement pour l’importuner pendant qu’elle se promenait dans le jardin. Il souhaitait réellement passer du temps avec elle afin de pouvoir profiter de sa présence à ses côtés, mais aussi pour la connaître mieux, pour qu’elle voie qu’il n’avait pas changé, qu’il était toujours l’homme qu’elle avait connu lorsqu’elle était encore une enfant. Tout en lui présentant son bras, il lui demanda si elle accepterait de passer un peu de temps avec lui afin de se promener. La plus grande hantise du Shérif c’était qu’elle refuse, le laissant là, comme un imbécile. Cela n’aurait pas été la première fois qu’il vivrait une telle situation étant donné le nombre de fois où Marianne l’avait éconduit lorsqu’il la courtisait, mais depuis que le Prince Jean lui avait donné sa main, la princesse ne semblait plus aussi farouche. Peut-être était-ce le petit coup de pouce dont la jeune femme avait eu besoin pour se rendre compte qu’ils étaient fait l’un pour l’autre ?

Lorsque Guy vit le doux sourire que lui adressa Marianne, son cœur se gonfla d’espoir et se mit à battre un peu plus frénétiquement. La princesse avait une influence énorme sur le Shérif, mais ce qu’il ignorait, c’était qu’elle le savait plus que bien et qu’elle s’en servait pour lui faire cracher quelques informations. S’il l’avait su, cela aurait-il changé quelque chose pour Guy ? Disons qu’il n’en aurait été qu’un peu plus méfiant envers ses réponses, mais il n’aurait pas fait cesser ces fiançailles pour autant. Il voulait passer le reste de sa vie avec elle et il comptait bien arriver à son but. Le Shérif ne fut que plus content lorsqu’elle accepta de se promener avec lui, tout lui prenant le bras. Tranquillement, il la laissa se placer près de lui et ensemble ils commencèrent à marcher. Guy adapta son rythme de marche à celui de la princesse afin qu’elle ne se fatigue pas à essayer de le suivre. Parfois, il se mettait à marcher extrêmement rapidement sans s’en rendre compte. Combien de fois on lui avait couru après dans l’espoir de le rattraper ? Il ne comptait plus !

Ils firent à peine quelque pas lorsque Marianne lui demanda s’il accepterait de l’accompagner au village périphérique. Guy tourna la tête vers elle pour lui offrir un nouveau sourire, cette fois-ci un peu plus large que le précédent. Si seulement elle savait tout ce qu’il était prêt à faire pour elle… Elle ne poserait plus ce genre de questions. D’elle, le Shérif pourrait tout accepter. Il avait tellement envie de lui faire plaisir que s’en était presque une obsession ! Pouvait-on trouver un homme aussi transit d’amour que lui, en ce moment-même ? Difficile à croire, même si c’était tout à fait possible. Bien sur, il n’irait pas jusqu’à lui chanter la sérénade parce qu’il était nul en chant, mais il y avait tant d’autres façons de prouver à quelqu’un qu’on l’aimait sincèrement. Tout en tenant le bras de Marianne, il répondit :

- Tout ce que vous voudrez. Je trouve que c’est une excellente idée.

Guy n’avait pas trop de mal à imaginer la tête que ferait les habitants du village en les voyant s’afficher ensemble. Tout le monde savait qu’ils étaient fiancés, que le Prince Jean avait accordé la main de sa nièce à l’horrible Shérif de Nottingham, et peu de personnes acceptaient cette future union. Mais très sincèrement, il n’en avait strictement rien à faire de ce que les autres pensaient. Lui, il était profondément sur des sentiments qu’il nourrissait pour Marianne et il était persuadé qu’elle apprendrait à l’aimer. Pour l’instant, elle subissait un peu plus ces fiançailles qu’autre chose, mais il était certain qu’elle serait heureuse auprès de lui. Après tout, beaucoup de mariages arrangés se sont terminés par un véritable amour. Il fallait juste donner un petit coup de pouce au destin, voilà tout. D’ailleurs, en parlant de destin, Guy avait plusieurs plans pour leur futur qui allaient bien au-delà de leur mariage.

C’était peut-être aller vite en besogne et il était sans aucun doute fort probable que Marianne ne se projetait pas encore aussi loin, mais il pouvait le faire pour deux. Il l’emmènerait déjà en voyage de noces dans un endroit magnifique qui donnerait des rêves plein la tête à la belle princesse. Ils seraient ensemble, loin de la pression de leurs futures obligations, bien que le Shérif se sente déjà prêt à assumer ce nouveau statut social qu’il atteindrait par son mariage. Puis, ils auraient des enfants. Des filles, des garçons, Guy s’en moquait. Peu importait ce que le destin déciderait de leur donner au fur et à mesure que les enfants naîtront, il les aimerait tous parce qu’ils seraient le fruit de son union avec la belle Marianne. Il était certain qu’ils feraient les enfants les plus magnifiques au monde. Le Shérif s’y voyait déjà et donnerait vraiment tout faire accélérer le temps, mais les choses devaient se faire à leur rythme afin que ce soit réellement parfait.

Tandis que Guy était parti dans ses rêveries, ils avaient déjà bien avancé puisqu’ils commençaient à sortir du château. Pendant leur avancé, les employés du château s’étaient écartés et inclinés à leur passage, comme il se devait lorsque la princesse passait. Si on regardait Marianne avec adoration, on ne pouvait pas dire que c’était le cas pour le Shérif qui leur rendait plutôt bien en retour. Néanmoins, en présence de la jeune femme, il était un autre homme et il ne prêta aucun crédit à ces regards noirs qu’on lui lança, faisant comme s’il ne les voyait pas. Franchissant les portes du château, Guy reporta son attention vers la princesse et lui demanda :

- Souhaitez-vous vous rendre dans un endroit particulier dans ce village ? Ou bien vous souhaitez simplement en faire le tour ?

Les villages qui composaient le royaume de Nottingham, Guy les connaissait tous par cœur. Il n’aurait aucun mal à mener Marianne là où elle le souhaitait si elle en exprimait le désir.

 
fiche codée par Empty Heart


Shérif de Nottingham
Raphaël Abbot

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Sam 16 Aoû - 18:41

Marianne & Guy



Le chemin des souvenirs, ceux heureux autant que tristes, car souvent, l'un ne va pas sans l'autre, l'amour d'un père et la tristesse de sa mort, l'amour de Robin et la tristesse d'en être séparé, mais surtout l'amour d'un peuple et la tristesse de le voir souffrir. Marianne était prête à tout pour eux, même d'épouser Guy de Guisborne, plus souvent appeler le shérif de Nottingham. Elle l'avait connu à l'aube de ses six ans, il avait été son garde du corps attitré, celui qu'elle s'amusait à tourmenter avec de simples jeux d'enfant, c'était une douce enfant qui rêvait d'être comme son père, un grand chevalier, avant de réaliser que les armes n'étaient pas le seul moyen de se battre, la princesse avait choisi le pouvoir des mots, des manigances et d'accord, un peu de la manipulation, surement un trait de sa grand-mère qu'elle avait acquis.

Découvrir la raison de la réunion du shérif et du prince était le but de sa journée et surtout de sa tenue qui moulait son corps. La séduction n'était pas son point fort, mais elle espérait que cela suffisait pour plaire à Guy, de toute façon, elle n'avait jamais fait aucun effort et lui avait toujours plu. L'innocence de la princesse était sans doute ce qui attisait le plus les regards, elle respirait la douceur et la gentillesse, elle n'était qu'un coeur sur la main, un coeur bien protégé par des flèches de son archer.

Acceptant de passer du temps avec le shérif, elle lui prit le bras et lui proposa d'aller faire un tour dans le village près du château, signifiant qu'ils devaient apprendre à connaitre leur peuple. Malheureusement, en se mariant avec elle, il rentrerait dans la famille royale et que si elle devait monter sur le trône, il deviendrait prince consort, l'époux de la Reine et non Roi, fort heureusement.

Tout ce que vous voudrez. Je trouve que c’est une excellente idée.

Ils avancèrent dans le silence, traversant tout le jardin. Marianne garda la tête bien droite tandis que les employés du château s'inclinaient devant sa personne. Il était rare de voir la princesse sortir du château, même s'il lui arrivait souvent de le faire en mode incognito pour rejoindre la forêt de Sherwood et donner les informations récoltées à Robin. Elle pouvait lire sur certains visages l'incompréhension de la voir accrocher au bras de leur futur époux, en agissant ainsi Marianne prouvait au peuple qu'elle acceptait son mariage ou du moins qu'elle ne faisait rien pour l'empêcher. Pour les protéger, elle devait faire des sacrifices.

Souhaitez-vous vous rendre dans un endroit particulier dans ce village ? Ou bien vous souhaitez simplement en faire le tour ?

Ils avaient franchi les portes du château, tandis que Marianne réfléchissait à la question, ils continuaient d'avancer. Elle pouvait l'emmener à une des familles qu'il avait malmené pour lui faire comprendre qu'il agissait contre les convictions qu'elle partageait avec son père. S'arrêtant, elle ne lui lâcha pas le bras et posa sa main libre sur le coeur du shérif, elle pouvait le sentir battre contre sa paume.

- Je pensais simplement faire un tour, sortir du château sans escorte m'est interdit. Mais près de vous, je suis en sécurité.

Plongeant ses jolis yeux dans ceux du shérif, ils n'avaient jamais été aussi proches et surtout sans compagnie. Elle se perdit quelques secondes dans son regard, elle l'avait connu avant que son coeur s'assombrisse et pour la première fois, elle se mit à imaginer ce que donnerait sa vie auprès de lui. Lâchant son bras, elle lui fit complètement face tout en gardant la connexion de leurs yeux et sa main contre son coeur.

- C'est le devoir de la famille royale de protéger le peuple.

Elle voulait qu'il comprenne le message et surtout savoir s'il était possible qu'il change. D'un coup, elle fit quelque pas en arrière, pour s'en éloigner, sur son visage s'affichait son statut de princesse.

- Vous sentez-vous prêt à me soutenir, si je devais monter sur le trône ? N'importe soit mes décisions et mes ennemis ?

 
fiche codée par Empty Heart
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Raphaël Abbot
Admin ೨ Le Shérif de Nottingham

✒ Curse :
468
✒ Coeur :
Il bat, pourquoi ?
✒ Personnage de Conte :
Guy de Gisborne, le Shérif de Nottingham


MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Mer 20 Aoû - 0:24

Marianne & Guy



Quelque part, Guy n’en revenait pas. Marianne avait accepté facilement de se balader avec lui alors qu’il s’attendait à devoir argumenter un peu plus pour pouvoir y arriver. Mais il n’allait pas s’en plaindre. Au contraire, il était même plus qu’heureux que la Princesse accepte de marcher en sa compagnie, aussi humble soit-elle étant donné que tant qu’à côté d’elle, le Shérif était d’un rang bien inférieur. Il n’était même pas chevalier… Pourtant, cela avait toujours été son but dans la vie. Mais épouser la Belle Marianne ferait de lui un prince. C’était encore mieux que ce qu’il avait osé rêver jusqu’à voir la belle jeune femme à son retour à Nottingham. Se marier avec elle n’était pas seulement dans ce but, bien évidemment. C’était aussi pour les sentiments qu’elle lui inspirait. Auprès d’elle, Guy se sentait devenir quelqu’un d’autre et il trouvait cela assez bien pour pouvoir voir où cela pouvait mener.

Même s’il ne devait pas, le Shérif se sentait réellement orgueilleux de pouvoir marcher ainsi auprès de sa fiancée. L’espace d’un instant, il oublia qu’elle était une princesse et lui, simplement le Shérif du royaume. Ils étaient juste deux futurs mariés, marchant ensemble en se promenant. Cependant, Guy ne pouvait pas s’empêcher de jeter quelques regards à la tenue que portait Marianne. Elle était tout simplement magnifique. Aucune femme ne pouvait pas trouver autant de grâce à ses yeux. C’était impossible. La princesse de Nottingham respirait la magnificence à plein nez. Pour elle, Guy était capable de faire absolument tout et n’importe quoi. Ce fut donc sans surprise qu’il accepta de l’accompagner jusqu’au village près du château afin de s’y promener et apparaître aux yeux des habitants du royaume. Il savait d’avance comment ça allait se passer : on respecterait leur passage, mais on le gratifierait lui de regards meurtriers, assassins et plein de rancœur. Mais qui était-il pour les empêcher de le regarder de cette façon ? Et puis, tout ce qui importait, c’était d’être avec Marianne. Le reste, c’était secondaire.

Durant le trajet qui les menait aux portes du château, le Shérif se perdit dans ses pensées, dans ses visions de l’avenir qu’il pouvait se faire auprès de Marianne. Il rêva de lune de miel, d’enfants, de tout ce qu’ils pourraient construire ensemble. En clair, il partit vraiment très loin alors qu’on ne pouvait certainement pas être sur du destin. Tellement de chose pouvait se dérouler sans que ce ne soit prévu. Alors peut-être valait-il mieux ne pas trop se concentrer sur ce que pourrait être l’avenir et vivre l’instant présent ? Enfin, avoir des projets, c’était quand même bien. On savait ainsi où est-ce qu’on allait et Guy aimait savoir dans quoi il s’engageait. Il n’aimait pas avancer à l’aveugle. Alors qu’ils venaient de franchir les portes du château, le Shérif lui demanda si elle souhaitait se rendre à un endroit précis ou simplement en faire le tour. Il connaissait chaque village alors si c’était à un endroit bien en particulier qu’elle souhaitait se rendre, il n’aurait aucun mal à l’y conduire. La réponse de la Belle Marianne ne vint pas tout de suite et il ne la força pas à répondre. Elle avait tout le chemin pour y réfléchir.

Ils continuèrent encore quelques pas lorsque la princesse s’arrêta. Automatiquement, il fit de même et se tourna vers elle. Elle lui lâcha le bras et aussitôt, l’endroit où elle avait posé sa main se retrouva ainsi esseulé. La chaleur de sa main lui manqua instantanément, mais il ne dit, ni ne dit rien parce que la main de la belle princesse vint se poser là où le cœur de Guy battait. Légèrement surpris par un geste aussi tendre de la part de cette dernière, le Shérif faillit se mettre lui-même un coup de poing pour savoir s’il rêvait ou pas, mais il ne fit rien. Elle allait le prendre pour un fou si elle le voyait se frapper lui-même. Néanmoins, ce geste lui laissa entrevoir un espoir que Marianne puisse commencer à nourrir des sentiments réciproques à son égard. Cela le gonfla d’espoir. S’il pouvait, il en aurait figé le temps pour que cet instant ne cesse jamais. Mais il savait bien que c’était impossible. Ne disant absolument rien pour ne pas briser l’instant, ce fut Marianne qui le fit en répondant à sa précédente question.

Un demi-sourire légèrement narquois se dessina sur les lèvres du Shérif lorsqu’elle évoqua le fait d’être en sécurité avec lui. Evidemment qu’il ne laisserait jamais rien lui arriver. Il donnerait sa propre vie pour elle et sa sécurité, comme il l’avait toujours fait lorsqu’elle était enfant et qu’on lui assignait sa sécurité. Là-dessus, elle pouvait lui faire confiance. Le sourire de Guy se retira très rapidement pour ne laisser qu’un visage neutre lorsque Marianne lui rappela une des règles les plus fondamentales de la famille royale. Machinalement, il hocha la tête. Il n’arrivait pas à se défaire des magnifiques yeux bleus de la princesse. Ils étaient parfaits. Tout chez elle était parfait. Marianne n’avait aucun défaut aux yeux de Guy. Il avait beau chercher, il n’en trouvait pas. Peut-être n’était-il pas capable d’en trouver pour la simple et bonne raison qu’il était amoureux d’elle. Oui, c’était fortement possible.

- Et bien, nous ferons le tour du village, comme il vous plaira.

Il voulu lui offrir un sourire, mais le visage de Marianne se fit tout autre, prenant cet air royal qui lui sciait à merveille et qui prouvait qu’elle ferait une excellente princesse. Guy ne bougea pas d’un pouce, attendant ce qu’elle allait lui dire. Il s’attendait à ce qu’elle lui rappelle d’une quelconque façon leur position différente à l’échelle sociale ou bien qu’elle souhaitait rentrer parce qu’elle ne souhaitait pas passer plus de temps en sa compagnie. Beaucoup de choses traversèrent l’esprit du Shérif, mais certainement pas cette question. En premier lieu, il arqua un sourcil, pas très sur de comprendre où elle voulait en venir. Puis, un léger sourire hautement sincère et à la fois tendre se peignit sur les lèvres de Guy. Il voyait plus ou moins où elle souhaitait en venir. Ce n’était un secret pour personne qu’elle n’était pas d’accord avec les manières d’agir du Prince Jean. Comme beaucoup d’autres d’ailleurs. Le Shérif n’était pas en position de se rebeller contre ce dernier. C’était grâce à lui qu’il était ce qu’il était aujourd’hui.

- Bien sur, répondit-il. Vous serez couronnée, donc je n’aurais aucune raison de vous désobéir. Vous pourrez bien évidemment compter sur moi.

Pour le coup, Guy était sincère. Il aurait atteint le sommet alors pourquoi refuserait-il d’aider Marianne dans ses différentes entreprises. Bien sur, le Shérif partait du principe qu’étant donné qu’ils formeront le couple royal, la princesse et lui devraient s’entretenir sur chacune des choses. L’inverse lui était inconcevable, même si Marianne aurait le dernier mot dans tous les cas. En tout cas, il n’avait aucun doute en les capacités de cette dernière à régner. Depuis qu’elle était petite, elle avait toujours fait preuve de caractère sans pour autant se démunir de sa douceur et de sa candeur. Elle l’avait fait tourner chèvre à de nombreuses reprises avec tellement de facilité qu’il ne doutait pas que se soit encore le cas aujourd’hui si elle voulait bien s’y essayer à nouveau. Respectueusement, Guy s’inclina légèrement face à Marianne, comme pour sceller ses paroles en une promesse qu’il comptait bien tenir. Lui présentant à nouveau son bras, il lui demanda :

- Nous continuons ?

Il attendit qu’elle lui prenne à nouveau le bras, comme elle l’avait fait un peu plus tôt, dans les jardins, et lorsque ce fut chose faite, ils purent ainsi continuer de marcher vers le village qui n’était qu’à quelques lieux d’ici, pas bien loin. Ces forêts étaient sures étant donné le nombre de gardes qui y patrouillaient à la demande du Prince Jean. La crainte que Robin des Bois ne s’infiltre dans le château grandissait jour après jour pour ce dernier. On mobilisait les troupes pour la sécurité du souverain du royaume.

- Avez-vous réfléchi à une période pour le mariage ? demanda Guy de but en blanc.

La question lui était venue d’un coup et avant qu’il n’ait eu le temps d’y réfléchir lui-même, il l’avait prononcé. Il jeta un œil dans la direction de Marianne afin de connaître sa réaction envers la question. Si elle montrait des signes négatifs, Guy était tout à fait disposé à faire marche arrière et à trouver une phrase qui le retirerait de l’inconfort de cette demande.

 
fiche codée par Empty Heart


Shérif de Nottingham
Raphaël Abbot

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Jeu 21 Aoû - 18:14

Marianne & Guy



Le sang royal coulait dans ses veines, Marianne ne pouvait fuir sa destinée, elle était née pour gouverner un peuple et le soutenir. Elle avait été élevée pour devenir une princesse convenable qui suit les règles des protocoles de la cour et durant ses années passées auprès d'Aliénor, elle avait été ce style de princesse, oui avant que son destin l'appelle sur un autre chemin, celui de sauver son peuple, elle avait appris le courage durant son aventure et même si elle vivait à présent au château de Nottingham et que ses convictions ne la quittaient plus, elle gardait l'image inculquée par sa grand-mère d'une princesse sans histoire, qui laisse les hommes dicter sa conduite.

Marianne avait accepté d'aller se balader avec Guy, celle-ci lui proposa de gagner le village le plus près du château. Passer du temps avec lui ne l'intéressait guère, il était devenu bien trop cruel avec son peuple pour qu'elle l'apprécie comme avant, non la seule chose qui la poussait à le suivre était de découvrir de nouvelles informations, il en avait forcément vu qu'il avait eu une réunion avec le prince, le matin même.

Une part d'elle espérait que le Guy qu'elle avait connu soit toujours présent, pourquoi tant de personnes se laissaient séduire par l'obscurité ? La première pensée de Marianne n'était pas de détruire ces personnes, mais bien de les sauver, c'était la réponse de la pureté de son âme. S'arrêtant d'avancer, elle posa sa main sur son coeur, pensant pouvoir lire à travers et surtout savoir ce qui se passerait une fois qu'ils seraient mariés, si le mariage avait bien lieu. Après avoir conclu qu'ils feraient le tour du village, la princesse s'éloigna de lui et afficha un air royal, lui demandant s'il la soutiendrait dans ses décisions, une fois marié. Un sourire s'afficha sur le visage du shérif, tandis qu'elle, garda la même expression, attendant sa réponse.

Bien sur. Vous serez couronnée, donc je n’aurais aucune raison de vous désobéir. Vous pourrez bien évidemment compter sur moi.

Il était sincère et pourtant, un doute la parcourait, arriverait-il réellement à oublier ses mauvaises habitudes auprès d'elle ? Bien sûr, elle savait l'effet qu'elle produisait sur lui, vu comment elle lui arrachait chaque information importante sans qu'il s'en doute, mais pourrait-il réellement revenir celui qu'elle avait connu ? Le plus dur était que son coeur appartenait à Robin et non à l'homme qui venait de s'incliner légèrement face à elle et qui lui présenta son bras à nouveau.

Nous continuons ?

Son air royal fut remplacé par un visage doux qu'il affichait très souvent, elle lui prit le bras et ils se remirent en route. Ensemble, ils se trouvaient dans la forêt de Sherwood, lieu de la cachette de l'élu de son coeur, il y avait beaucoup de patrouilles dans celle-ci, le shérif pensait que ses gardes pouvaient arrêter Robin, alors que même elle arrivait à les distancer sans problème quand elle parcourait la forêt pour rejoindre le camp des hors-la-loi.

- Avez-vous réfléchi à une période pour le mariage ?

La question la prit par surprise, et dire qu'elle avait pensé en se levant et avait même décidé d'aller en parler avec son oncle, surtout pour reculer la date de celle-ci, en lui faisant croire qu'il avait eu l'idée par lui-même d'attendre que Guy capture Robin, prouvant qu'il méritait la main de sa nièce, cela ne lui serait pas difficile d'accomplir cela, mais Jean était occupé à d'autre affaires. Croisant le regard de son fiancé, elle avoua :

- Ce choix ne m'appartient pas.

Il n'y avait aucune amertume dans sa voix, il était normal pour chaque femme de ce royaume de suivre les ordres des hommes, et même si la princesse assez têtue n'était pas prête à s'éloigner de ses convictions surtout pour la gentes masculines, elle n'en fit rien voir. Vivre à la cour lui avait permis d'acquérir la capacité de cacher ce qu'elle pensait réellement.

- Ce matin, je voulais en parler avec mon oncle, mais il était occupé avec vous.

Il était temps de lui faire dire les informations qu'elle attendait, elle souriant, le village apparaissait à travers les arbres la forêt. Sa mine se fit plus tourmenter.

- Cela devait être important, je n'eus pas le droit d'aller le voir, ce n'est pas trop grave j'espère, je m'inquiète souvent pour mon oncle. Cela me rassurerait de savoir ce qui se passe, je pourrais davantage l'épauler...je pourrais davantage vous épauler.

Elle avait fini sa phrase en plongeant ses yeux dans ceux de Guy, comme pour l'hypnotiser.

 
fiche codée par Empty Heart
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Raphaël Abbot
Admin ೨ Le Shérif de Nottingham

✒ Curse :
468
✒ Coeur :
Il bat, pourquoi ?
✒ Personnage de Conte :
Guy de Gisborne, le Shérif de Nottingham


MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Mar 2 Sep - 10:18

Marianne & Guy



Un jour, Marianne serait reine et Guy n’avait aucun doute quant au fait qu’elle ferait une magnifique reine. Il ne pouvait pas penser la moindre chose négative à son propos, c’était impossible pour la simple et bonne raison qu’il avait tellement une haute opinion d’elle qu’il était prêt à l’élever sur un piédestal encore plus haut que celui sur lequel elle se trouvait déjà. La belle princesse avait un grand avenir devant elle et le Shérif de Nottingham avait l’immense privilège d’être celui qui assisterait au premier rang à tout cela. Il ne pouvait pas rêver mieux comme situation, bien que d’une certaine manière, Marianne allait lui offrir absolument tout ce qu’il souhaitait. Il avait hâte que la date du mariage soit fixée afin de pouvoir compter les jours qui le séparaient de ses réussites. Ensemble, Guy avait la certitude qu’ils pourraient faire de grandes choses.

Néanmoins, il savait que l’amour de la princesse ne serait pas une chose aisée à obtenir. Mais il était certain qu’avec le temps, elle finirait par s’attacher à lui. Après tout, nombreux étaient les mariages arrangés qui se faisaient sans amour et qui terminaient avec. Il avait donc bon espoir. De plus, avec le temps, elle se rendrait compte que Guy était toujours Guy, au fond. Il fallait simplement être patient, même si le Shérif ne l’était pas vraiment. Extérieurement, il pouvait donner l’impression de l’être, mais intérieurement, il fulminait tellement qu’on se demandait comment ça se faisait que de la fumée ne lui sortait pas par les oreilles. C’était même un miracle ! Pour en revenir à l’instant présent, lorsque la belle princesse lui demanda s’il était prêt à la soutenir lorsqu’elle gouvernerait, il n’avait pas pu s’empêcher d’arquer un sourcil avant de lui offrir un sourire sincère.

Dire « non » à Marianne relevait de l’impossible. Et puis, Guy savait très bien que lorsqu’elle gouvernerait, même s’ils étaient mariés, ce serait elle qui tiendrait les rênes. Lui, il ne pourrait qu’éventuellement donner son avis. Enfin, le connaissant qu’on lui demande son avis ou pas, il le balancerait quand même. Il était comme ça, ce n’était pas maintenant qu’on allait le changer. Malgré ça, le Shérif lui affirma qu’il lui offrirait tout le soutien et toute l’aide qu’elle lui demanderait. Eprouvant de forts sentiments pour la belle, il ne voyait pas de raison de se rebeller contre elle. Sinon, il n’y avait aucune logique à vouloir partager le reste de sa vie en sa compagnie. Il n’en serait donc pas amoureux, par définition. Et puis, c’était difficile de ne pas savoir toute l’affection qu’il lui portait étant donné que Guy passait du coq à l’âne en la présence de Marianne.

A ses paroles, Marianne n’ajouta rien. Jugeant cela réglé, le Shérif lui présenta à nouveau son bras et lui demanda s’ils pouvaient continuer leur route. L’adoucissement du visage de la princesse ne lui échappa, si bien qu’il ne put s’empêcher de sourire. Non, vraiment, Guy était un tout autre homme en la présence de l’héritière du trône de Nottingham. Elle lui prit à nouveau le bras et il fut encore une fois soulagé par le positivisme de son attitude. Jusqu’à présent, Marianne n’avait montré aucune réticence à son égard, si ce n’est lorsqu’elle lui avait demandé ce qu’il en serait lorsqu’elle régnerait. Mais Guy lui pardonna cela parce que c’était normal qu’elle s’en inquiète. Lui-même aurait sans aucun doute réagi pareil. Ils se remirent en route, marchant dans la forêt de Sherwood. De nombreux soldats du Prince Jean avaient été postés là pour la surveillance.

Guy n’aimait pas se trouver là parce que c’était ici que se cachait ce couard de Robin des bois. Chaque jour, il avait l’espoir qu’on lui annonce la capture, ou au mieux, la mort de celui-ci. Robin avait toujours été un énorme problème pour le Shérif, aussi bien quand il n’était qu’un gamin qu’après son retour de guerre. Il regrettait sincèrement que ce garçon n’ait pas péri sur le champ de bataille, ainsi les choses auraient été infiniment beaucoup plus faciles. Mais la vie n’était pas simple, le Shérif l’avait appris il y a bien des années. Ne laissant rien paraître, Guy continua d’avancer comme si de rien n’était. Non, il ne laisserait certainement pas ce prétentieux de Robin des bois gâcher cette promenade avec Lady Marianne. Souhaitant relancer la conversation, il lui demanda si elle avait réfléchi pour leur mariage.

C’était une question qui pouvait paraître étrange et surprenante, et pourtant, Guy était vraiment impatient. Il hocha gravement la tête lorsqu’elle lui répondit que cela ne dépendait pas d’elle. C’était plus ou moins évident. Le Prince Jean choisirait quand aurait lieu le mariage, mais Marianne était de sang royal alors, peut-être pouvait-elle avoir une voix au chapitre ? Il n’en savait rien. Elle s’y connaissait mieux que lui à ce sujet. Le protocole royal et princier lui échappait encore. Un jour, il en connaîtrait les rudiments, mais en attendant, il apprenait encore pour son futur rôle. S’il en comprenait ce qu’elle souhaitait dire, c’était qu’en tant que femme, elle suivait ce que disaient les hommes. Pour le coup, Guy ne saurait dire si c’était une bonne chose ou une mauvaise chose car il était certain que s’il voulait que ce mariage ait lieu rapidement, c’était à Marianne de faire quelque chose.

- Je me disais que peut-être…  vous pourriez avoir une conversation avec votre oncle à ce propos. Simple suggestion, faites en ce que vous souhaitez.

Ce fut à ce moment-là qu’elle lui avoua qu’elle avait déjà dans l’idée d’en parler avec le Prince Jean. Il fut surpris de l’apprendre. Surpris, mais quelque part assez content qu’elle ait souhaité prendre une initiative. C’était donc une excellente nouvelle. Cependant, il fut navré que sa décision de discuter avec le Prince Jean ait eu lieu en même temps que le rendez-vous qu’il avait eu avec le Prince. Du coup, cela retardait inconsidérablement les choses. C’était fâcheux… Néanmoins, Guy n’en montra rien et il écouta la suite des paroles de Marianne. Tournant la tête vers elle, son regard fut captivé par celui de la princesse. Elle avait des yeux bleus comme jamais il n’en avait encore vu. Ils n’avaient jamais changé, ils étaient les même que lorsqu’elle était enfant. Il adorait absolument tout chez elle. Après avoir souri, il reporta, difficilement, son regard en face de lui, regardant ainsi le chemin qu’ils empruntaient.

- Ne vous en faites pas, répondit-il. Il s’agissait simplement d’une affaire de taxe.

Etant donné le manque d’argent qui se faisait sentir au sein de Nottingham, le Prince Jean devait revoir les taxes. Le Shérif avait été demandé pour son avis et mettre au point une nouvelle imposition. C’était ainsi. Guy ne faisait que qu’obéir aux ordres. Bien sur, on ne pouvait pas nier qu’il ne disait rien lorsque le Prince lui ordonnait quelque chose. D’autres s’étaient permis de contester ses décisions et avaient été menacés d’être exécuter s’ils ne faisaient pas ce qu’on leur demandait. Or, le Shérif tenait à sa tête. La mauvaise réputation avait précédé. Au fond de lui, Guy ne savait pas quoi en penser. Il savait bien que le peuple souffrait du manque d’argent, mais tant que le Roi Richard ne serait pas revenu, le Prince Jean avait absolument tous les droits. Alors du coup, le Shérif exécutait les ordres et se faisait détester de tous. Enfin, le dernier point l’indifférait. Il s’en moquait de ce qu’on pensait de lui.

- Néanmoins, vous devriez dire à votre oncle votre soutien. Je suis sur qu’il serait ravi de l’entendre. Vous savez, il souhaite le meilleur pour vous.

C’était on ne peut plus vrai, même si le Prince Jean était assez brute de pomme. La seule personne, hormis Robin des bois, que le Prince détestait était son frère. Pour une raison que Guy ignorait complètement d’ailleurs. Il avait vaguement entendu qu’il s’agissait d’une préférence parentale, mais allez savoir si c’était la réalité. Lorsque le Prince Jean boudait, il bougonnait vaguement, mais le Shérif essayait de ne pas y faire attention, sinon, on pouvait lui reprocher de se montrer un peu trop curieux. La vie royale était si compliquée par moment… Continuant leur route en direction du village qui n’était plus très loin, il fit :

- Les villageois seront ravis de vous voir.

 
fiche codée par Empty Heart


Shérif de Nottingham
Raphaël Abbot

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Jeu 18 Sep - 12:48

Marianne & Guy



Il est dans l'instinct humain d'apprendre à survivre aux aléas de la vie, de se façonner pour ses idéaux. Marianne n'avait pas toujours été cette princesse capable de tout pour son peuple, non il y a quelques années, elle n'était qu'une douce enfant qui n'aspirait à rien de plus qu'accomplir sans broncher les plans de sa famille pour elle, un beau mariage, devenir mère de petits princes et de petites princesses. D'une certaine manière en jouant double jeu, elle allait exactement dans ce chemin, surement pas le puissant mari dont sa grand-mère avait pensé la faire épouser, mais bien un mariage d'intérêt au lieu d'amour. Le seul point positif du point de vue de Marianne était qu'elle resterait vivre à Nottingham, de plus elle connaissait le shérif, savait comment l'amadouer, il y avait surement pire comme perspective d'avenir. Son coeur appartiendrait toujours à Robin, mais la protection de son peuple devait passer en premier plan.

Elle cherchait toujours un moyen de repousser son mariage avec Guy et le seul moyen était de persuader Jean. Elle avait eu une bonne idée, mais pour le moment, l'heure n'était pas venue de chercher à éloigner la date, mais bien de découvrir ce qu'il s'était raconté entre Guy et le prince ce matin même. Marchant auprès de son fiancé, elle essayait de lui arracher les informations avec ruse et sachant très bien qu'elle pouvoir, elle exerçait sur le shérif, elle n'hésitait pas à le regarder droit dans les yeux pour lui demander des renseignements avec son air d'innocence, incomparable à un autre.

Ne vous en faites pas. Il s’agissait simplement d’une affaire de taxe.

Des taxes, encore des taxes, le peuple n'avait pas le moyen d'en payer d'avantages. La famille de coeur de Lion n'était pas pauvre, loin de là, mais il en fallait toujours plus à Jean. Il semblait croire qu'être très riche ferait de lui un Roi aimé, alors qu'en torturant le peuple comme il le faisait, il était haï, mais il ne comprenait pas. Son Oncle était un grand enfant qui ne voulait qu'être aimée, mais si prenait très mal. L'amour n'est pas chose aisée dans sa famille, assez bizarrement, c'est Jean qui parle le plus d'amour, sa mère a toujours préféré Richard et il recherche partout cette façon de se démarquer de son ainée, Marianne en avait conclu qu'il ne recherchait que de plaire à sa mère, mais personne ne peut plaire à Aliénor. Voilà, pourquoi elle ne détestait pas son oncle, même après tout ce qu'il faisait, Marianne voulait simplement rétablir l'ordre.

Néanmoins, vous devriez dire à votre oncle votre soutien. Je suis sur qu’il serait ravi de l’entendre. Vous savez, il souhaite le meilleur pour vous.

Tout en continuant à avancer vers le village, elle hocha la tête pour lui signaler qu'elle garderait l'idée de lui faire part de son soutien. Marianne savait que son oncle l'aimait et elle l'aimait aussi, une des raisons qui la poussait de le protéger face à Robin. La famille est si compliqué, surtout la sienne. Penser à tout cela l'éloigna quelques instants de son but, mais la phrase de Guy la ramena à la réalité.

Les villageois seront ravis de vous voir.

Elle lui lança un regard surpris, les villageois n'avaient que très peu d'occasions de la voir, enfin dans son rôle de princesse. Aucun d'eux ne savait son lien avec Robin des bois et elle ne doutait pas d'être mis dans le même panier que son oncle, comment l'apprécier alors qu'elle avait tout et qu'eux peinait à nourrir leurs enfants ? Non, le peuple ne verrait que la richesse qu'ils n'ont pas, enfin c'est ce qu'elle pensait. Il est vrai que sa douceur et sa gentillesse étaient reconnues de tous, mais c'était aussi dit qu'elle ne faisait rien pour protéger son peuple, s'il savait tous les sacrifices qu'elle faisait pour eux.

- Leur héros, c'est Robin des bois, je ne suis que leur princesse.

Cette phrase était sortie tout naturellement et elle lançait la suite de son plan pour obtenir davantage d'informations. Robin était l'ennemi de Guy et elle allait devoir se servir de ce point-là. Prenant un regard soucieux.

- J'espère que tout se passera bien avec ce Hors-la-loi qui traine dans les parages.

Elle savait jouer la comédie, tout dans son visage signifiait qu'elle méprisait Robin. Tous les nobles le haïssaient, après tout, il leur volait leur or pour les redistribuer au pauvre. Arrivant tout juste au village, des visages surpris se tournèrent vers eux et Guy avait raison, le peuple ne la regardait pas avec haine. Ne voulant pas s'éloigner de son plan, elle continua :

- Cette affaire de taxe va vous faire partir plusieurs jours, je suppose. Dans quel merveilleux coin de Nottingham allez-vous séjourner ?

 
fiche codée par Empty Heart
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Raphaël Abbot
Admin ೨ Le Shérif de Nottingham

✒ Curse :
468
✒ Coeur :
Il bat, pourquoi ?
✒ Personnage de Conte :
Guy de Gisborne, le Shérif de Nottingham


MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Mar 23 Sep - 0:12

Marianne & Guy



« Qu’ils me haïssent tous pourvu qu’ils me craignent » était sans aucun doute la phrase favorite de Guy de Gisborne. Il s’en moquait de ce que les gens pouvaient bien penser de lui. Ils pouvaient cracher sur son dos, cela ne le dérangeait pas. Après tout, ce n’était pas comme s’il ne savait pas déjà ce qu’on disait sur le détestable Shérif de Nottingham. Il était très loin d’être idiot. Mais tout ce qui l’importait vraiment, c’était d’atteindre son but. Il souhaitait s’élever le plus haut possible afin de prouver à tous que même en faisant parti d’une famille de nobles peu reconnue, on pouvait devenir puissant. Son futur mariage avec Marianne était le sommet de ce que Guy pouvait souhaiter. Bien que sa future épouse soit celle qui posséderait toutes les commandes, une fois couronnée, lui serait là malgré tout et rien que pour ça, il se sentait gonfler d’orgueil. Que pourrait-il souhaiter après tout cela ? Devenir roi du monde ? Guy n’était pas fou, ni orgueilleux à ce point.

Pas un seul instant le Shérif ne se douta que Marianne cherchait à obtenir des informations pour mieux les communiquer à Robin des Bois, que Guy méprisait plus que n’importe qui au monde. Dans son esprit, la princesse était toujours la douce enfant qu’il avait toujours connu lorsqu’il était l’écuyer du Seigneur Garrett. Et dans un sens, il n’avait pas tord. Même si les plans de la belle étaient là, elle restait tout de même une princesse et conservait l’éducation qu’elle avait reçue. Mais qui aurait pu croire qu’au fond d’elle, Marianne avait l’esprit rebelle ? Certainement pas le Shérif en tout cas. Pour cette raison, il ne prenait pas garde des questions qu’elle lui posait. Cependant, ce n’était pas pour cette raison que Guy lui offrait une réponse qui allait au fond des choses à chaque fois. Et pour preuve, lorsque Marianne sembla s’inquiéter de la réunion qu’il y avait eu le matin même entre le Prince Jean et le Shérif, ce dernier lui répondit qu’elle n’avait pas à s’en faire et qu’il s’agissait simplement de taxe. Après tout, qu’est-ce qui pourrait préoccuper d’autre, le Prince régent ?

Néanmoins, Guy fut ‘touché’ du soutien que Marianne éprouvait envers son oncle, si bien qu’il n’hésita pas à conseiller la jeune femme de l’exprimer auprès du Prince Jean qui serait sans aucun doute content d’entendre que sa nièce avait de l’intérêt pour lui. Après tout, le Prince Jean avait sans aucun doute été le moins aimé de sa famille. Tout le monde n’avait eu d’yeux que pour le Roi Richard qui était emmené à gouverner depuis sa naissance étant l’aîné. Néanmoins, de ce que le Shérif savait, Héloïse aussi n’avait pas été mal loti. A croire que la malchance était tombée sur le petit dernier : Jean.  Si Guy avait été émotif dans ce sens, il aurait sans aucun doute eu pitié pour le Prince sous lequel il était au service, mais ce n’était pas le cas. L’enfance de son Prince l’importait peu. La seule chose qui l’importait, c’était la façon dont celui-ci allait l’élever socialement. Après, il pouvait lui arriver n’importe quoi, il s’en moquait, du moment que Guy obtenait ce qu’il voulait.

Le ‘couple’ continua d’avancer en direction du village qui se rapprochait de plus en plus au fur et à mesure qu’ils avançaient. Marianne avait de nouveau sa main posée sur son bras. Il avait l’impression que l’endroit où elle avait posé sa main le brûlait. Mais c’était une brûlure délicieuse, non pas douloureuse. Il s’agissait sans nul doute de la chaleur de la princesse. Sans réellement réfléchir à ses paroles, le Shérif affirma que les villageois seraient heureux de voir Marianne. Il était certain de ça, mais étant donné le regard qu’elle lui lança, il comprit que leur avis divergeait peut-être sur ce coup-là. C’était tout aussi possible. Mais alors, pourquoi lui avoir demandé de l’accompagner jusque là-bas si elle n’était pas certaine d’être aimée par son peuple ? Certes, les habitants ne tenteraient rien contre eux. Marianne était leur princesse et elle était accompagnée du Shérif. Le Prince Jean les tuerait jusqu’au dernier s’il leur arrivait quoi que ce soit – tout du moins s’il arrivait quoi que ce soit à sa nièce.

Guy se retint de grincer des dents lorsqu’elle fit mention de Robin des bois. Entendre son nom était une véritable torture pour le Shérif de Nottingham. Cela lui donnait des envies de meurtre à chaque fois. Mais il ne désespérait pas qu’un jour, il verrait le corps sans vie de ce gamin arrogant qui lui avait absolument tout pris. Quoi que… Tout ? Peut-être pas. Après tout, c’était lui qui se retrouvait fiancé à Marianne, pas Robin. En même temps, qui offrirait une princesse en mariage à un voleur ? Personne ! Guy restait encore le meilleur choix pour la jeune femme. Mais enfin… Le Shérif posa son autre main sur celle que Marianne avait posée sur son bras et lui offrit un sourire qui se voulait rassurant. Que ce Robin soit leur zéro ou pas, les villageois seraient contents de voir Marianne, Guy en ferait une affaire personnelle si jamais il y en avait qui se montrait hostile. Quant à la sécurité, le Shérif espérait aussi que les gardes se montreraient compétant pour une fois.

- Je vous promets qu’il ne vous arrivera rien, fit-il. Vous rentrerez au château saine et sauve, je vous le garantie.

Si seulement Guy savait que si on devait s’en prendre à quelqu’un ce ne serait certainement pas Marianne. Si seulement il savait tout ça… Il péterait sans aucun doute un plomb à en faire casser tout le château. Mais il ne savait pas et ne se doutait de rien. Pour lui, la princesse était innocente et pure. Ils arrivèrent ensuite au village où des têtes commencèrent à se tourner sur leur passage. On les regardait, les yeux ronds. Tout le monde savait qu’ils étaient promis l’un à l’autre, mais cette apparition publique rendait probablement les choses plus réelles. C’était ainsi. Le regard méprisant qu’on posa sur lui ne lui échappa guère. Néanmoins, il put remarquer que personne ne regardait Marianne de la même façon. C’était même tout le contraire. Ils la regardaient avec admiration, preuve que la princesse était appréciée. Ils ne la détestaient pas. Dans un sens, Guy était ‘content’ que ça soit ainsi. Marianne était en sécurité et c’était tout ce qui comptait. Il reporta son attention sur la jeune femme lorsqu’elle lui posa une question avant de répondre :

- Pour l’instant, nulle part. Ce n’est pas encore tout à fait défini, mais cela ne fait aucun doute qu’à un moment ou un autre, je devrais partir. Cela dépendra où le Prince Jean souhaite récolter des taxes. Néanmoins, il y a l’ouest et le sud qui reste deux possibilités. Cela fait un petit moment que leur taxe ne nous est pas parvenu.

Après, Guy pouvait se tromper. Cela dépendrait si le Prince Jean souhaitait faire une augmentation ailleurs ou pas. En tout cas, il était certain que le Shérif devrait s’absenter dans un futur assez proche. Marchant ensemble dans le village, certaines personnes s’étaient rapprochées d’eux pour mieux les observer. Une fillette s’était même avancée plus près que les autres et les fixais avec ses grands yeux innocents. Guy l’observa quelques instants et finalement lui offrit un léger sourire, ce qui fit que l’enfant se cacha derrière son espèce de morceau de tissus, troué de partout, que le Shérif identifia comme étant son doudou. Regardant ensuite devant lui, puis vers Marianne, il lui demanda :

- Avez-vous eu l’occasion de visiter l’ensemble de Nottingham ?

 
fiche codée par Empty Heart


Shérif de Nottingham
Raphaël Abbot

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Jeu 9 Oct - 17:33

Marianne & Guy



Si on posait la question à Marianne sur ce qui n'allait pas à Nottingham, son coeur répondrait que rien ne va. Le peuple est étouffé par des taxes de plus en plus lourdes, ceux qui se rebellent sont châtiés par des supplices des fois pires que la mort. Les riches sont, de plus, en plus riches, non le royaume de Nottingham est loin d'être pauvre, les rumeurs sont qu'il faut payer l'armée du roi Richard, la vérité est qu'il faut payer les soldats et les nobles, que Jean veut de son côté, pour prendre la couronne. Son peuple souffrait à cause de ceux qui rêvent du pouvoir et celui à qui elle tenait le bras et qui l'accompagnait jusqu'au village n'était pas différent. Guy de Gisborne allait rentrer dans la famille royale en l'épousant et la jeune princesse se demandait souvent jusqu'où il serait capable d'aller pour obtenir plus de pouvoir. Le meurtre ?! L'homme qu'elle allait épouser avait-il beaucoup de sang sur les mains ?

Ils étaient arrivés au village, beaucoup de personnes arrêtèrent leurs activités pour pouvoir les observer. Très surprenant, elle ne vit pas de haine dans leurs regards quand leurs yeux se posaient sur elle. Est-ce que son peuple arrivait à lire en elle ? Savait-il qu'elle était de leur côté et qu'elle sacrifierait sa vie pour eux ? En tout cas, il était clair qu'une grande émotion s'empara d'elle devant leur regard respectueux et admiratif. Elle ne s'était jamais attendue à recevoir quelque chose en échange de ses sacrifices, mais n'y a-t-il par mieux que l'amour de son peuple et comme son père disait ses enfants, car Marianne était leur mère protectrice, tel était la place d'une personne royale. Par contre, son peuple avait une autre attitude envers le shérif, un air de mépris mélangé à de la crainte.

Marianne ne devait pas s'éloigner de son objectif et elle préféra continuer d'interroger son fiancé à propos des taxes et surtout des villages qui seraient visités ses prochains jours, cela permettrait à Robin des bois d'intervenir. Bon à présent qu'elle savait le sujet de la discussion entre Jean et Guy, si elle n'obtenait pas assez d'information avec l'un, elle irait voir l'autre. Pour le moment, elle lui demanda dans quel merveilleux coin de Nottingham allait-il séjourner.

Pour l’instant, nulle part. Ce n’est pas encore tout à fait défini, mais cela ne fait aucun doute qu’à un moment ou un autre, je devrais partir. Cela dépendra où le Prince Jean souhaite récolter des taxes. Néanmoins, il y a l’ouest et le sud qui reste deux possibilités. Cela fait un petit moment que leur taxe ne nous est pas parvenu.

Au moins, cela réduisait le champ d'action, mais il était clair qu'un petit interrogatoire en tout innocence avec son Oncle s'imposait. Elle devait arrêter de parler des taxes pour ne pas éveiller les soupçons de Guy. Certaines personnes s'étaient rapprochées d'eux, certainement pour mieux les observer, il était tellement rare qu'elle circule parmi son peuple. Le plus grand étonnement de Marianne fut de voir le shérif sourire à une petite fille, celle-ci se cacha derrière son doudou.

Avez-vous eu l’occasion de visiter l’ensemble de Nottingham ?

Marianne lâcha son bras et sortit des pièces d'or de sa poche. Elle les donna à la petite fille, lui proposant de les distribuer aux personnes le plus dans le besoin et elle vit la fillette distribuer ces pièces avec un pincement au coeur, elle aimerait tellement faire plus. Retournant auprès de Guy, elle répondit à la question, qu'il avait posé avant qu'elle s'éloigne.

- Il est dans mon rôle de princesse de connaitre mon royaume.

Elle reprit son bras et ils se mirent à avancer dans le village, un certain silence s'installait, pas un silence pesant, mais un calme tendit que la princesse saluait son peuple en leur souriant. Il lui arrivait de s'arrêter pour échanger quelques mots avec certaines personnes, puis ils reprenaient leur route, jusqu'au moment de s'éloigner du village et se retrouver près d'une rivière, celle qui donnait sur l'océan qui se retrouvait non loin de là.

- Cette rivière me rappelle bien des souvenirs, il y a ce cours d'eau près du château de mon enfance, là où j'adorais plonger pour être une sirène.

La jeune femme avait un regard songeur, se souvenant de ce moment où Guy les surveillait, elle et Robin. Combien de fois le jeune garçon s'amuser à la faire couler ? Tellement de bons souvenirs nostalgiques qui lui faisaient se souvenir que son fiancé n'avait pas toujours été ainsi. S'arrêtant au niveau de la rivière, elle se tourna vers Guy et plongea son regard dans le sien.

- Vous arrive-t-il de penser à mon père ?

 
fiche codée par Empty Heart
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Raphaël Abbot
Admin ೨ Le Shérif de Nottingham

✒ Curse :
468
✒ Coeur :
Il bat, pourquoi ?
✒ Personnage de Conte :
Guy de Gisborne, le Shérif de Nottingham


MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Ven 17 Oct - 20:42

Marianne & Guy



Le Prince Jean serait tellement heureux de savoir que Marianne s’inquiétait pour lui. Il aimait énormément sa nièce et la respectait. En même temps, cela n’avait strictement rien d’étonnant pour Guy. Qui n’aimait pas la belle princesse de Nottingham ? Il faudrait être fou pour ne pas l’aimer. C’était exactement pour ça qu’il pensait sincèrement que le peuple l’accueillerait avec les honneurs qu’elle méritait. Et quelque part, ils avaient intérêt à le faire car sinon, le Shérif se ferait un malin plaisir de leur rappeler qu’ils se trouvaient tous devant une personne royale et qu’ils devaient montrer le respect et l’honneur que toute personne issue de la royauté devaient avoir d’office et sans exception. Néanmoins, au fond de lui, il était certain qu’il n’aurait pas besoin de proliférer la moindre menace, bien que cela surprenne énormément Marianne. Cependant, il avait hâte de voir la réaction de la jeune femme quand elle se rendrait compte qu’il avait eu raison dans ses propos.

Lorsqu’ils arrivèrent au village, leur apparition ne passa pas inaperçu comme il l’avait prédit. Beaucoup se tournèrent vers eux, cessant toute activité. Si lui recevait des regards méprisants et remplis de haine, ce n’était guère le cas de Marianne car ils la regardaient tous avec adoration. Elle était leur princesse et était sans aucun doute autant aimée que le Roi Richard. Cela ne faisait aucun doute que les habitants attendaient que leur roi légitime revienne ou bien que la Princesse monte sur le trône, succédant ainsi au Prince Jean. Oh, il ne fallait pas s’y fier, Guy aussi attendait le jour où Marianne deviendrait reine, probablement pas pour les mêmes raisons que le peuple, mais parce qu’il atteindrait le sommet de la hiérarchie sociale et le combat de toute sa vie s’achèverait. Il aurait obtenu tout ce qu’il désirait. En bref, ce jour-là, il pourrait mourir, il n’aurait absolument aucun regret. Façon de parler bien sur, mais son objectif du moment serait atteint.

Guy était incapable de ne pas répondre à Marianne lorsqu’elle souhaita en savoir un peu plus sur son futur départ. D’une certaine façon, il avait l’infime espoir qu’elle s’intéresse réellement à ce qu’il faisait, qu’elle serait un minimum attristée par son départ. Romantique le Shérif ? Quand il s’agissait de la Princesse, sérieusement, il serait prêt à lui pousser la chansonnette ! Mais il ne s’accrocha pas vraiment à cette espoir parce qu’il n’était pas fou. Il savait que Marianne ne l’aimait pas à ce point. Il espérait simplement que leur mariage les rapprocherait assez pour qu’elle nourrisse pour lui au moins un attachement, même infime. Il prendrait absolument tout ce qu’elle voudrait bien lui donner. Il ne fut pas vraiment satisfait de la réponse qu’il venait de lui offrir. Elle était plus qu’incertaine, mais que pouvait-il d’autre ? Le Prince Jean n’avait encore rien décidé. Donc, tant qu’on ne lui ordonnerait pas de partir, le Shérif resterait au château.

Le couple avançait tranquillement dans le village. Guy ne prêta pas plus d’attention que cela aux personnes qui les entouraient, si ce n’est pour cette petite fille à qui il adressa un léger sourire avant qu’elle ne se cache derrière cette chose informe qu’elle tenait dans ses mains et qu’on pouvait qualifier de doudou. Il reporta son attention sur la princesse afin de lui poser une question mais à peine eut-il terminé de s’exprimer qu’elle lui lâcha le bras pour s’approcher de la fillette. Le Shérif s’arrêta, la regardant faire. Il ne fut pas surpris de la voir donner des pièces d’or. Il ne prononça pas un mot, fixant attentivement Marianne qui revint vers lui après que la fillette soit partie faire sa distribution. Ce ne fut qu’à ce moment-là qu’elle répondit à sa question. Il hocha la tête face à la justesse de ses paroles. Sa question avait été parfaitement idiote, mais certains souverains ne connaissaient pas leur royaume au-delà du château dans lequel ils vivaient.

- Vous vous y intéressez, ce qui n’est pas le cas de tous, répondit-il alors que la jeune femme prenait à nouveau son bras.

Après cela, il ne sut que dire de plus. Elle l’avait un tantinet déconcerté en lui répondant par la positive. Il s’était presque attendu à ce que ce soit l’inverse afin de pouvoir lui proposer de l’accompagner durant son prochain déplacement. Pour le coup, Guy se sentit idiot et il détestait ça. Cependant, il n’en montra rien. Il savait très bien dissimuler ses émotions pour les laisser exploser ensuite, quand il serait seul. Enfin, là, il n’avait aucune raison de s’énerver une fois tout seul. Il aurait dû se douter que Marianne connaissait Nottingham. Elle n’était pas une princesse ordinaire, loin de là. Du coup, cela contrecarrait un peu la brève idée qu’il avait eue, mais il ferait avec. Ce ne serait que partie remise. Alors qu’ils progressaient dans le village, la princesse s’arrêtait de temps à autre pour discuter avec les villageois. Lui restait à l’écart. Il savait très bien ce que les gens pensaient de lui et il ne serait pas le bienvenu si par malheur il aurait souhaité se mêler à la conversation.

Ce petit manège dura jusqu’à ce qu’ils s’éloignent du village pour se retrouver à côté d’une rivière. Ils avaient traversé le village d’un bout à l’autre sans le moindre souci, ce qui conformait ce qu’il avait pensé un peu plus tôt : les habitants l’accueilleraient à bras ouverts. Il reporta son attention sur Marianne qui lui rappelait son enfance. Il ne pouvait qu’être d’accord avec elle. Lui aussi se souvenait très bien de ce jeu qu’elle avait lorsqu’elle était dans la rivière. C’était toujours le même, avec ce misérable gamin qui faisait malheureusement tâche au tableau. Cependant, il fallait qu’il s’habitue au fait que Robin faisait parti de l’enfance de Marianne et que par conséquent, il aurait toujours voix au chapitre. C’était vraiment désolant ! Néanmoins, pour faire bonne figure, le Shérif lui adressa un sourire. Comment pouvait-il oublier ? Chaque instant qu’il avait passé avec Marianne restait ancré dans sa mémoire.

- C’est vrai, je m’en souviens.

Ils marchèrent jusqu’à arriver au bord. C’était fou comme le temps avait passé. Dix ans auparavant, Guy aurait vu une petite tête brune courir pour plonger tête la première dans l’eau. Mais aujourd’hui, dix ans après, Marianne se tenait à ses côtés avec la grâce d’une princesse. Le Shérif fut déconcerté par la question qu’elle lui posa. C’était… inattendu. Il la fixa, surpris qu’elle lui pose une telle question. Néanmoins, c’était probablement légitime. S’il y avait bien une chose dont Guy était certain, c’était que jamais il n’oublierait son seigneur. Il avait été bon avec lui et sa mort l’avait énormément attristé. Avec la mort de Garrett, le Shérif avait vu s’envoler avec lui l’avenir qui lui avait été promis et pour lequel il se battait. Et on avait éloigné Marianne de lui, au passage. Tout cela avait été profondément injuste. S’il y avait bien une personne qui n’avait pas mérité son sort, c’était le seigneur Garrett.

- Il ne passe pas un jour sans que je n’y pense, répondit-il avec sincérité. Je regrette chaque jour ce qui lui est arrivé.

Des paroles plus sincères que celles-ci, Guy n’en avait pas prononcé beaucoup au cours de sa vie, mis à part quand il avait fait la cour à Marianne. Son regard plongé dans les magnifiques yeux bleus de la princesse, il espérait que pour une fois, elle le croirait. Certes, il avait fait des choses assez moches, lui-même le reconnaissait, mais quand il s’agissait du père de la jeune femme, il ne pouvait qu’être honnête. C’était impossible pour lui de mentir. Ca lui écorcherait la bouche de le faire. Brusquement, un sentiment étrange prit possession du corps du Shérif. Un brusque élan d’affection pour Marianne qu’il avait connu depuis qu’elle était haute comme trois pommes. C’était une sensation assez étrange. Pousser par une volonté qu’il ne comprenait pas vraiment, Guy posa doucement une main sur la joue délicate de la princesse. Il la caressa légèrement avant de se pencher vers elle lentement. C’était un peu comme s’il lui demandait la permission.

Mais en ne la voyant pas réagir plus que, il s’autorisa à déposer ses lèvres contre les siennes. La sensation étrange qu’il ressentait en lui, s’intensifia. Des femmes, il en avait connu, mais jamais des comme Marianne. Elle était unique et pour cette raison, cela rendait encore plus unique le baiser qu’il lui offrait.

 
fiche codée par Empty Heart


Shérif de Nottingham
Raphaël Abbot

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   Jeu 13 Nov - 16:36

Marianne & Guy



Des souvenirs d'enfance innocence et heureuse, Marianne avait été protéger très longtemps de la réalité du monde qui l'entourait. Il ne fallait pas se leurrer, le malheur s'abattait partout et elle le voyait à présent chaque jour sévir dans son royaume à Nottingham. Oui, Marianne avait grandi et compris l'ampleur de la tâche qui lui appartenait, celle de protéger son peuple. Elle suivait les traces de son père, partageant ses convictions, une part d'elle aurait voulu qu'il soit près d'elle, mais une autre était heureuse qu'il n'assiste pas à la déchéance du royaume. La famille coeur de lion semblait ne plus penser qu'à eux, oubliant leur devoir. Sa grand-mère avait choisi de vivre au royaume de Fergus, le Roi cherchait la gloire sur le champ de bataille et Jean, c'était Jean, une personne qu'elle n'arrivait à détester, mais qui pourtant faisait un très mauvais chef. Pour lui le pouvoir passait avant tout et il ne pouvait pas comprendre que le plus grand des pouvoirs était la loyauté de ses sujets, que beaucoup dépendaient d'eux. La princesse était la seule de la famille royale à se battre pour son peuple et elle avait de la chance d'obtenir de l'aide de Robin des bois, le héros des pauvres.

Robin était l'homme que son coeur avait choisi, mais son avenir se retrouvait lié à celui de Guy de Gisborne, celui que le prince Jean avait choisi pour elle, ou plus particulièrement Triste Sire. Elle connaissait cet homme depuis son plus jeune âge, il avait été l'écuyer de son père et avait passé beaucoup de temps à vieller sur elle. Jamais, elle n'aurait pas imaginé qu'il devienne cet homme sans scrupules, qui semblait se plaire à martyriser ceux qu'elle voulait protéger. Le plus étonnant, c'est qu'auprès d'elle, il redevenait celui qu'elle avait toujours connu, mais leurs relations avaient changé, Marianne n'était plus la même, ce n'était plus une enfant, mais bien une femme.

Ils se retrouvaient près d'une rivière, un souvenir refit surface, elle repensait à la rivière qui passait près de son château d'enfance, où elle aimait plonger et jouer à la sirène. Robin s'amusait à la couler, elle pouvait encore entendre leurs rires, ressentir cette joie de vivre qui la poussait à agir sans réfléchir. Puis, elle se souvint de Guy qui les surveillait, son ancien protecteur, un homme qui avait connu son père et pourtant se retrouvait à faire tout ce qu'il méprisait. Que lui était-il arrivé ? Pourquoi Guy n'avait pas suivi les traces de son père tout comme elle ? Plongeant son regard songeur dans le sien, elle lui demanda s'il lui arrivait encore de penser à son père, elle avait besoin de connaitre la réponse, de comprendre. Sa première réaction fut la surprise, il ne s'attendait surement pas à cette question, finalement, il lui répondit :


Il ne passe pas un jour sans que je n’y pense. Je regrette chaque jour ce qui lui est arrivé.

Ces paroles la touchèrent plus qu'elle l'aurait pensé. Parler de son père lui était toujours difficile, il lui manquait chaque jour et cela semblait être un point partager avec Guy. Pour une fois, il existait une connexion entre les deux personnes, Marianne oublia quelques secondes, le mal qu'il faisait autour de lui. À cet instant, il n'était que l'homme qui connaissait son père et surtout l'homme qui se souvenait de lui. Quand il posa sa main sur sa joue et la caressa doucement, elle ne bougea pas d'un cil. Peu de personnes osaient la toucher dû à son rang et elle n'avait plus l'habitude de ce genre de geste affectueux. Il se rapprocha légèrement d'elle, la princesse aurait voulu fuir, mais elle ne le pouvait pas, si elle ne pouvait pas empêcher le mariage, il serait son mari et elle devait s'habituer à être embrassée par lui. Puis elle avait besoin de savoir, savoir si le baiser échanger avec Robin le soir du bal serait différent de celui-là et quand les lèvres de Guy se posèrent sur les siennes, tout s'éclaira dans son esprit.

Marianne n'aimait pas Guy et elle avait l'impression de trahir Robin en se laissant faire. Mais n'était-ce pas l'inverse ? Guy était son fiancé, Robin, celui qu'elle aimait, alors d'une certaine façon, elle trahissait ses deux hommes et elle était impuissante face à ce fait. Se reculant légèrement, elle baissa les yeux au sol, gênée.

- Je n'ai...pas l'habitude.

Elle ne mentait pas, ce n'était que la deuxième fois qu'elle échangait un baiser avec quelqu'un et le premier datait de la veille. Sa vie serait-elle à présent toujours ainsi ? Marianne était perdue et préférait à présent retourner au château et réussir à persuader Jean de reculer ce mariage.

- Rentrons au château.

Elle lui reprit le bras et ils rentrèrent au château en silence. Épouser un homme sans amour était pire qu'elle l'aurait pensé, mais pour son peuple, elle le ferait, elle vivrait cette vie.

 
fiche codée par Empty Heart
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hopeful heart is moving target [pv Marianne]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Hopeful heart is moving target [pv Marianne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Conspiration en lieu sacré [ Marianne ]
» Amie, ennemie...[Victoire+Marianne] - [terminé]
» The way of the heart.
» Marianne en ligne détourné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-