Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Ven 25 Juil - 12:56
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Aujourd’hui c’était la veille du grand jour, demain Diane allait officiellement ouvrir l’aquarium au public et cela la mettait dans tous ses états, elle était tellement anxieuse depuis le début de la semaine qu’elle ne mangeait et ne dormait presque pas, marchant à coup de caféine tout au long de ses journées et de ses nuits. D’ailleurs son corps commençait à en sentir les effets négatifs, elle était amaigrie (le stress lui coupant l’appétit plus que d’ordinaire) et extrêmement fatiguée mais il fallait qu’elle tienne le coup c’est trop important pour qu’elle laisse tout tomber maintenant. La matinée touchait à sa fin et Diane buvait une tasse de café tout en faisant le tour du propriétaire pour vérifier que tout était prêt, elle termina sa ronde par la boutique de souvenir où trônait encore quelques cartons.

Elle s’appuya sur le chambranle de la porte tout en se remémorant les déboires qui lui étaient arrivés mais qui avait changé sa vie, le simple souvenir de cette journée avec Scott la fit soupirer d’aise. Soudain elle sentit des mains se poser sur sa taille et elle sursauta, lâcha sa tasse café fumante et se positionnant en position de défense elle fit volte face pour se retrouver en face de Emmett, celui s’esclaffa devant sa ridicule tentative de défense tandis que Diane se calmait. Bientôt elle joignit ses rires à celui du jeune homme et il ouvrit les bras pour l’étreindre avec affection.

Diane connaissait Emmett depuis presque aussi longtemps qu’elle connaissait Scott, il lui avait un jour fait part de son attrait pour elle mais Diane lui avait dit qu’elle n’était pas intéresser, néanmoins il n’avait jamais lâcher l’affaire malgré toutes les tentatives de la jeune femme pour lui faire comprendre que son cœur était pris. Bien vite Diane se détacha de son ami et elle l’observa, elle ne l’avait pas vu depuis longtemps et il lui semblait qu’il était encore plus grand et plus musclé que dans son souvenir. Elle l’invita à boire un café vu que le sien était par terre ce qu’il accepta avec plaisir. Il passèrent un moment à discuter et Diane n’osa pas lui avouer qu’elle était désormais en couple avec Scott, elle tenait beaucoup à son ami (l’un des rares masculins) et ne voulait pas le blesser et qu’il parte.

Au lieu de cela elle lui dit qu’elle devait continuer à travailler si elle voulait ouvrir le lendemain, Emmett en profita pour lui proposer son aide ce que Diane accepta volontiers ils iraient plus vite à deux ! L’après midi passa dans la joie et la bonne humeur mais Emmett était attendu ailleurs, elle le raccompagna vers la sortie et déposa un baiser sur sa joue pour le remercier. Mais cela ne semblait pas lui suffire car lorsqu’elle s’écarta, il l’attira à lui et la serra contre son torse. La jeune femme n’eut pas le cœur à le repousser et lui rendit son étreinte qui pour elle n’était autre qu’amicale. Elle sentit le torse d’Emmett se soulever tandis qu’il inspirait profondément, finalement elle mit une légère pression sur la taille de son ami pour reculer, elle tourna alors la tête vers la sortie prête à se remettre en marche pour accompagner son ami jusqu’à sa voiture mais elle ne fit pas un pas, tout son corps semblait s’être figer en une fraction de seconde, Scott était là !

- Scott ! s’exclama t-elle en souriant.

Elle se sentit soudain très mal à l’aise même si elle ne souhaitait qu’une chose se retrouver dans les bras de Scott et l’embrasser, mais Emmett la tenait toujours contre lui et elle ne savait que faire, de là où elle était elle pouvait apercevoir le visage de Scott et celui-ci n’était pas le visage amical auquel elle avait le droit d’ordinaire et cela l’inquiétait au plus point, elle ne voulait pas que cela tourne à la confrontation.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Mar 5 Aoû - 11:14
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Scott en avait par-dessus la tête. Khan, un cheval fou, commençait sérieusement à devenir un véritable problème. Ce matin encore, il avait mordu un des palefreniers alors que celui-ci venait pour lui mettre à manger. Habituellement, Khan ne faisait jamais ça lorsqu’on lui apportait la nourriture, mais cette fois-ci, les choses étaient différentes et le jeune propriétaire du centre équestre de Storybrooke ne comprenait pas pourquoi. Absolument rien n’avait changé dans les habitudes du cheval, tout continuait comme avant, mais plus ça allait, plus Scott avait l’impression que Khan perdait la boule. Un cheval comme celui-ci ne faisait jamais long feu dans le monde des équidés, surtout quand ils appartenaient à un centre équestre. Quelqu’un d’autre que le jeune homme aurait déjà appelé le vétérinaire de la ville pour le faire piquer, mais pas lui. Pourquoi ? Pourquoi ne pas se débarrasser d’un cheval dangereux pour les autres ? Parce que Scott n’y arrivait tout simplement pas. Appelez cela de la faiblesse si ça vous chante, mais il ne perdait pas espoir que Khan trouve un jour sa rédemption. Et puis, le vétérinaire de la ville, il le connaissait bien et il savait que Bran n’exécuterait cela que si vraiment, il n’y avait pas d’autre choix qui s’offrait à eux.

A présent, une chose était certaine, Scott était le seul qui pouvait réellement s’occuper de ce cheval de malheur… Bien sur, c’était relatif car Khan n’était pas « gentil » en présence du jeune homme. Disons simplement que Scott n’en avait pas assez peur pour reculer face à cet étalon noir. Il savait se faire imposer et respecter, tant pis s’il devait subir la fourberie de l’animal. Après avoir fait passer le message à l’ensemble de ses employés comme quoi il serait désormais le seul à s’occuper de Khan, la journée reprit son cours, avec ses hauts et ses bas habituels. Exercer un métier pareil n’était vraiment pas chose facile. Par moment, Scott était tellement fatigué qu’il était obligé de boire presqu’une cafetière entière pour pouvoir continuer sa journée de travail comme au même titre que les autres. On lui conseillerait même de prendre des vacances, mais il était impossible pour Scott de faire une telle chose. Ses animaux, c’était vraiment toute sa vie, il les connaissait depuis tellement longtemps, prenait soin d’eux depuis autant de temps que du coup, il se voyait mal tourner le dos à tout cela, même si quelque part, ça lui bouffait tout son temps libre qu’il pourrait passer en compagnie de Diane… La jeune femme était bien gentille de ne pas lui en tenir rigueur… Il pouvait s’estimer chanceux !

Depuis que les deux jeunes gens étaient ensemble, Scott découvrait la vie de couple, même si ni l’un, ni l’autre ne se retrouvait scotché à l’autre. Ils avaient chacun leur travail respectif et puis, Diane avait été en convalescence jusqu’à il y a peu. S’étant foulé la cheville, le médecin avait exigé d’elle un total repos et surtout une activité non-professionnel. Elle qui était sur le point d’ouvrir un aquarium… C’était loupé ! Mais enfin, ce jour arrivait à grand pas. En fait, il était même plus proche qu’on ne le pensait car l’aquarium de Storybrooke ouvrirait le lendemain. A présent, d’une certaine manière, les deux tourtereaux exerceraient le même emploi, mais dans deux mondes différents. Scott s’occupait des chevaux et Diane allait s’occuper des animaux marins. Le jeune homme n’y connaissait pas grand-chose, mais il pouvait compter sur la jeune femme pour lui apprendre tout ce qu’il y avait à savoir. Cela se voyait qu’elle était faite pour ce métier-là et pas un autre. Scott était content pour elle qu’elle réussisse sa vie comme elle le souhaitait. De son côté, au départ, il n’avait pas été content de son propre boulot. Lui avait souhaité devenir pompier ou bien exercer dans un métier où il serait utile aux autres, il s’était retrouvé propriétaire de divers chevaux, dont certains abandonnés.

Quand l’après-midi commença à toucher à sa fin, Scott quitta pour la première fois de sa vie le centre équestre à la même heure que ses employés. Un exploit à marquer sur le calendrier, sans aucun doute ! Mais il savait que Diane se trouverait à l’aquarium et il doutait pouvoir lui accorder du temps d’ici le soir. Du coup, il prit l’initiative de s’y rendre sans rien dire à personne, histoire de faire la surprise à la jeune femme. Elle serait sans aucun doute contente de le voir. Il n’y avait pas de raison ! Au volant de son pick-up, le jeune homme se dirigeait tranquillement dans les rues de Storybrooke qu’il connaissait par cœur (ce qui était plutôt étonnant étant donné qu’il ne sortait quasiment jamais !). Il avait hâte de voir Diane. Depuis qu’ils étaient ensembles, Scott avait l’impression de revivre, comme si quelque chose s’était produit en lui. Il ne saurait l’expliquer, mais la présence de la jeune femme à ses côtés lui faisait sans aucun doute beaucoup plus de bien que prévu. Ca le sociabilisait un peu, il se montrait un peu plus expressif. Bien sur, on n’avait jamais qualifié Scott d’ours mal léché, mais sa timidité combinée à son manque de sociabilisé faisait que le jeune homme parlait peu avec les autres habitants de Storybrooke. Pourtant, chacun de ses employés pouvait affirmer qu’il était quelqu’un de sympathique.

Lorsqu’il gara sa camionnette et en descendit, il se rendit compte que Diane n’était pas toute seule. Elle semblait même en « très bonne compagnie » étant donné qu’un type presqu’aussi large que haut la serrait dans ses bras et elle semblait même contente de s’y trouver. Une vague de colère traversa Scott à ce moment là. Jamais encore de toute sa vie cela ne s’était produit. Il fixa, sans bouger de là où il se trouvait, l’espèce de couple. La vague de sentiment de colère qui l’avait envahi, c’était bien la première fois qu’il en vivait une comme ça. Scott était pourtant quelqu’un de calme, de posé, de réfléchi, hors au fond de lui, il eut l’impression d’être quelqu’un d’autre. Qu’une autre personne avait pris le dessus. Un peu comme de la schizophrénie, mais cela n’avait rien à voir. L’étreinte à laquelle Scott assista ne dura pas plus de quelques secondes, mais c’était déjà quelques secondes en trop à ses yeux. Faisant son maximum pour rester tranquille là où il était, il ne bougea pas d’un pouce lorsque la Diane remarqua enfin sa présence. Le comportement de la jeune femme fut exactement ce à quoi pensait Scott. Même si quelques mètres les séparaient, il n’eut aucun mal à voir son air coupable de dessiné sur son visage, ce qui le mit en plus en colère.

Le jeune homme resta silencieux lorsque Diane prononça son prénom. Pourtant, elle avait employé un ton relativement joyeux, prouvant qu’elle était malgré tout contente de le voir, mais il n’arriva pas vraiment à s’en réjouir ni même à trouver la force de lui répondre quelque chose de similaire. Et ce parce que l’autre la tenait toujours plus ou moins contre lui, comme s’il s’agissait d’une propriété privée. Alors que, soyons logique, si Diane devait être la propriété privée de quelqu’un, elle serait celle de Scott étant donné qu’ils étaient ensemble, ils étaient un couple. Le jeune homme ne savait toujours pas quoi faire. Surtout que la demoiselle ne bougeait pas non plus, elle ne faisait pas grand-chose pour se débarrasser de l’autre gêneur qui lui semblait être à l’aise et parfaitement à sa place. Il abordait un sourire qui donnait des envies de meurtres à Scott qui pourtant avait toujours été quelqu’un de gentil et extrêmement pacifique. Néanmoins, sa véritable nature (tout du moins celle que la malédiction lui a offert) reprit le dessus et le Scott sans embrouille et sans histoire refit plus ou moins surface, faisant reculer dans les tréfonds de son âme ce Scott inconnu qui semblait beaucoup moins enclin à la gentillesse que lui et pourtant qui lui semblait familier au plus haut point.

- J’crois que je repasserai plus tard, vous semblez occupé, lâcha-t-il pour ensuite faire demi-tour et se diriger vers sa camionnette.


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Jeu 21 Aoû - 14:04
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Diane ne savait plus trop comment réagir, en face d’elle se tenait l’homme à qui elle tenait plus qu’à sa propre vie mais celui-ci ne venait pas à sa rencontre, il semblait fixer quelqu’un d’autre, et ce quelqu’un d’autre c’était Emmett qui la tenait toujours. Bien qu’ils ne soient pas en train de serrer dans les bras, l’homme avait gardé sa main sur la taille de Diane et celle-ci trop surprise par l’arrivée de Scott ne l’avait pas repoussée. Quand Diane l’appela, Scott ne répondit pas, créant une sensation de peur chez la jeune femme, que se passait-il dans la tête de son amoureux ? Pourquoi ne venait-il pas l’embrasser ou du moins venir à sa rencontre ?

Elle voulut faire quelques pas vers Scott, mais sentit la poigne d’Emmett sur sa hanche se faire plus ferme, surprise elle se retourna vers lui pour voir ce qui n’allait pas, le visage de son ami était méconnaissable lui d’ordinaire si souriant portait désormais un masque de dureté qui tranchait avec le sourire qu’il offrait à Scott. Diane regarda longuement les deux hommes sans bouger quand enfin le silence se brisa.

- J’crois que je repasserai plus tard, vous semblez occupé,

Hein ? Quoi ? Non mais il allait où ?! Diane s’avança et remarqua qu’Emmett la suivait dans le mouvement, elle appuya de toutes ses forces sur les bras du colosse en vain. Elle se retourna vers son amoureux et le regarda qui s’apprêtait à remonter dans son camion au grand désarroi de la jeune femme.

- Scott, Scott mais attends, où tu vas ?!

Diane sentit les bras de son ami se refermer sur elle et elle tenta de se dégager, mais il jouait à quoi lui ?! Elle se retourna et frappa de ses faibles poings sur le torse de l’homme pour qu’il la lâche, enfin il desserra son étreinte et Diane s’extirpa de ses bras, il ne la retint que par le poignet, mais libre de ses mouvements la jeune femme l’entraina à sa suite. Elle put faire quelques pas vers son amoureux avant de sentir la poigne d’Emmett se raffermir, nulle doute qu’elle serait couverte de bleus le lendemain mais ce n’était pas le plus important, Scott s’apprêtait à partir sur un gros quiproquo et il fallait qu’elle éclaircisse la situation.

Elle tira plus fort sur son bras provoquant un cri involontaire de douleur, elle tira encore si bien qu’elle se sentit tomber vers l’avant, bien heureusement ou malheureusement elle ne saurait le dire elle était assez proche de Scott, elle tendit les bras et se rattrapa tant bien que mal sur lui, malheureusement elle lâcha prise et se retrouva par terre.

Elle souffrait le martyre mais elle ne voulait pas le montrer, avec toute la dignité qu’elle pouvait encore avoir elle se releva et s’épousseta du mieux qu’elle pouvait, puis elle attrapa le bras de Scott pour l’empêcher de partir, il était hors de question qu’il parte !

- Tu comptes rentrer ? Car si c’est le cas je viens avec toi !

Oh que oui il n’était pas envisageable qu’il parte sans elle, sans qu’il puisse passer un moment tous les deux. Ce qu’elle n’avait pas envisager c’est la réaction d’Emmett. Le colosse la saisit par la taille et l’attira vers lui, Diane explosa de colère.

- Lâche moi tu me fais mal ! Mais qu’est ce qui te prend à la fin ?!  

La jeune femme était complétement perdue et elle avait mal, si elle n’avait pas voulu se contenir elle aurait fondu en larmes dans l’instant mais au lieu de cela elle se mettait en colère c’était plus facile face aux hommes qu’avec des pleurs. Toujours était-il qu’elle ne comprenait pas quelle mouche avait bien piquer les deux hommes qu’elle chérissait le plus …

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Jeu 28 Aoû - 21:05
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Rendre visite à la personne qu’on aimait était censé se faire dans la bonne humeur. C’était dans cette état d’esprit que Scott se rendit jusqu’à l’aquarium pour faire une petite surprise à Diane qui ne s’attendait pas du tout à le voir. Surtout que celle-ci savait que lorsqu’il s’agissait de son boulot, il travaillait jusqu’à pas d’heure. Parfois, elle allait le voir et elle était obligée de l’attendre le temps qu’il finisse ce qu’il avait à faire. S’occuper d’animaux n’était vraiment pas de tout repos, mais ça, la jeune femme devait bien le savoir étant donné qu’elle s’occupait des animaux aquatiques présents dans l’aquarium. Bien sur, elle ne lui reprochait rien parce que ces bêtes comptaient sur eux pour être nourri. Etre propriétaire d’un centre équestre, d’un aquarium ou même d’un zoo impliquait de grandes responsabilités qu’on ne pouvait pas ignorer pour son propre confort personnel. Bien sur, par moment, Scott adorerait avoir plus de temps à consacrer à Diane, mais si lui laissait tomber au beau milieu, qui allait le faire à sa place ? Du coup, le jeune couple faisait comme il pouvait et il ne s’en sortait pas trop mal.

En se garant devant l’aquarium et après être sorti de sa camionnette, la bonne humeur de Scott retomba très rapidement en découvrant Diane dans les bras d’un autre. L’ancien roi ne connaissait pas du tout cet homme qui enlaçait fortement sa petite amie, mais cela suffit pour l’agacer au plus haut point. La colère grimpa de façon exponentielle, si bien que jamais de sa vie, Scott ne s’était retrouvé aussi en colère qu’à cet instant. Néanmoins, son calme légendaire continuait de prendre le dessus et il reste là, simplement planté à côté de son véhicule. Son visage s’était renfermé aussi sec, ne laissant paraître aucune émotion. Peut-être valait-il mieux qu’il reste de marbre plutôt qu’il ne fasse une bêtise. Après tout c’était tellement vite arriver ce genre de truc. Le pire fut quand Diane remarqua enfin sa présence. Elle ne semblait même pas mal à l’aise d’avoir été surprise en pleine étreinte avec un autre. Mais peut-être Scott se faisait-il des films ? Peut-être n’étaient-ils qu’amis ? Une étreinte amicale alors ? Sauf qu’en voyant la façon dont le colosse la tenait, il avait la très désagréable impression que c’était bien au-delà de ça.

Scott attendit quand même quelques secondes à sa place, sans bouger, pour voir si Diane allait ne serait-ce que repousser ce bras que le géant avait passé autour de sa taille, mais rien. Rien ne venait. Rien. Aucun geste pour lui assurer qu’il se trompait, qu’il se faisait de fausses idées. S’en était extrêmement blessant, mais Scott étant ce qu’il était, il préféra rester calme plutôt que d’exploser. Ce n’était pas son genre d’étaler ses sentiments. Sa timidité lui faisait tout garder en lui. Pour cela, il annonça d’une certaine façon qu’il préférait partir et ne pas gêner ce qui était entrain d’actuellement de se passer. Au fond de lui, sa petite conscience le frappa derrière la tête comme pour lui dire qu’il n’était qu’un lâche de bouseux, mais que pouvait-il faire ?! Le gars qui se trouvait face à lui faisait sans aucun doute le double de lui. Soyons sérieux, il n’avait aucune chance. Il ne s’appelait pas Bran Woodsen pour le coup ! Il rouvrit la portière tandis que Diane l’appelait pour savoir où est-ce qu’il se rendait. Tournant la tête vers elle, il fut peiner de voir que l’autre continuait de la tenir contre lui comme si elle était sa propriété.

- Chez moi, bougonna-t-il plus pour lui-même que pour un quelconque interlocuteur.

Il avait à peine mis un pied à l’intérieur que le léger cri de douleur de Diane lui vint jusqu’aux oreilles. Instinctivement, il se stoppa pour regarder quand même ce qu’il se passait. Avant qu’il ne capte quoi que ce soit, il vit la jeune femme partir vers l’avant et s’agripper à lui avant de rencontrer le sol pour un « baiser des plus passionnés ». Sauf qu’alors qu’il pensait qu’elle n’irait pas plus bas, Scott se trompa étant donné que Diane le lâcha pour aller faire connaissance avec le bitume. Il était tellement surpris qu’elle finisse par tomber que du coup, il resta un peu figé. Souhaitant l’aider à se relever, elle ne lui en laissa pas réellement le temps étant donné qu’elle se releva avant qu’il n’ait eu le temps de faire quoi que ce soit. Pour le coup, Scott était un peu lent à la détente, mais en même temps, la situation lui échappait complètement. En tout cas, Diane s’agrippait à lui comme pour l’empêcher de partir.

Quand elle lui affirma qu’elle venait avec lui, il arqua un sourcil. Décidément, il ne comprenait vraiment plus rien. L’espace d’un instant, elle était dans les bras de l’autre qui ne l’avait toujours pas lâché d’une semelle et maintenant, elle voulait venir chez lui. C’était vraiment… incompréhensible. Scott voulut répondre qu’elle faisait ce qu’elle voulait, mais le colosse ne lui en laissa pas le temps étant donné qu’il attrapa Diane par la taille pour l’attirer vers lui comme s’il était sa propriété. Qu’est-ce qui lui prenait ? C’était une excellente question parce que Scott aimerait bien avoir la réponse. N’était-il pas au courant pour eux deux ? Tout du moins s’il avait toujours un « eux deux »… Ce n’était plus si évident que ça de savoir… En tout cas, une chose était certaine, ce type-là, qui avait dû s’appeler Hercule dans une autre vie, avait une idée derrière la tête et il semblerait que celle-ci soit d’avoir Diane pour lui tout seul. Progressivement, le scénario faisait sens dans la tête du jeune homme.

Finalement, la colère qu’il gardait au fond de lui depuis qu’il les avait découverts tous les deux, enlacés, éclata au grand jour. Fort heureusement, il avait encore assez de maîtrise de lui-même pour ne pas péter un câble. De toute manière, Scott ne pétait jamais un câble. Il haussait la voix, mais ça n’allait pas plus loin. Il n’y pouvait rien s’il était un pacifiste dans l’âme. Et pourtant, cette colère qu’il ressentait, jamais encore de sa vie il n’en avait ressenti une aussi puissante. C’était comme si quelque chose s’était débloquée en lui. Peut-être était-ce dû au fait d’être enfin en couple avec la personne tant désirée depuis des années ? Peut-être, allez savoir. En tout cas, il ne comptait pas assister plus longtemps à ce spectacle. Il allait falloir qu’il agisse s’il voulait « arranger » les choses. Enfin, il doutait pouvoir faire grand-chose, mais tant pis… Il n’allait pas se taire indéfiniment.

- C’est dans ta nature d’être lourd et insistant ? Ou bien c’est la saison des imbéciles qui ne savent pas s’arrêter avant de devenir trop lourd ? balança-t-il à l’adresse du pseudo Hercule.

Sans vraiment attendre la moindre réponse, il libéra Diane de son étreinte pour la faire venir vers lui. A aucun moment, son visage ne s’adoucit. D’un signe de tête, il ordonna à la jeune femme de grimper dans la camionnette par la portière du siège conducteur. La constitution du véhicule faisait que les sièges étaient une banquette, du coup, Diane pouvait passer directement du côté passager sans aucun souci. Pendant les quelques secondes que durèrent ce moment, Scott ne quitta pas des yeux le colosse et une fois Diane en sécurité, il monta à son tour et claqua la portière de façon assez brutal avant de les verrouiller. Une sécurité quelque fois que l’autre gros bras se décide à ouvrir la camionnette et lui mettre une dérouillée. Il démarra et fit une rapide marche arrière pour se remettre sur la route et prit la direction du centre équestre. Après tout, c’était là-bas qu’il comptait se rendre n’est-ce pas ? Ce qui n’était pas prévu, c’était que Diane soit de la partie. Ne prononçant pas un mot, il roula dans Storybrooke tout en gardant son regard fixe devant lui.


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Ven 12 Sep - 12:51
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Diane s’était affalée sur le sol tel un sac de patate qu’on aurait lancé, elle avait mal partout mais c’était remise debout tant bien que mal pour retenir Scott, elle lui tenait le bras elle ne voulait pas qu’il parte. Elle pensait qu’il allait s’enquérir de son état mais au lieu de cela elle fut tirée en arrière par Emmett, il commençait sérieusement à l’agacer avec ses drôles de réaction. La jeune femme lui demanda ce qu’il lui arrivait ce à quoi le colosse ne daigna même pas répondre, de plus en plus bizarre ! Diane regarda Scott pour essayer de lui faire comprendre qu’elle n’y pouvait rien, contre la force d’Emmett elle était impuissante …

- C’est dans ta nature d’être lourd et insistant ? Ou bien c’est la saison des imbéciles qui ne savent pas s’arrêter avant de devenir trop lourd ?

Diane en restant bouché bée et bien qu’elle sentit le corps d’Emmett se raidir contre elle, elle ne pût s’empêcher de sourire comme une bécasse. Scott venait à la rescousse ou du moins c’est ce qu’espérait la jeune femme, que l’homme qu’elle aimait ne partirait pas en la voyant dans cette mauvaise posture. Scott s’avança et la libéra de l’étreinte d’Emmett, la force des deux hommes lui coupa le souffle mais elle se garda bien de faire la moindre réflexion. La jeune femme regardait le visage dur qu’offrait Scott à Emmett, c’était comme si il jouait au premier qui baisserait les yeux. Diane posa ses mains sur le torse de Scott, et soupira d’aise en se sentant presque en sécurité, le jeune homme lui fit un signe de tête qui lui montrait la voiture, si il ne disait rien sa requête était pourtant assez explicite, il voulait qu’elle monte dans la camionnette et Diane n’allait pas se faire prier. Elle se faufila derrière Scott en effleurant son bras et se glissa derrière le fauteuil du conducteur. C’était l’avantage avec la voiture de Scott, Diane n’avait pas besoin de faire le tour du véhicule pour pouvoir monter dedans, ainsi elle n’était guère obliger de repasser devant Emmett. Elle sentait le regard furieux de celui-ci vrillé dans son dos, comme si il pouvait la retenir d’un simple regard. Lorsqu’elle fût installée, elle se tourna pour s’assurer que les deux hommes n’en venait pas aux mains, auquel cas elle serait ressortie rapidement pour tenter de les séparer, heureusement Scott n’était pas un bagarreur, il monta dans le véhicule et claqua la portière brutalement, Diane sursauta de façon irrépressible, elle entendit le verrouillage des portes et se détendit quelque peu.
Lorsque Scott démarra, la jeune femme ne pût s’empêcher de jeter un regard lourd de reproche à Emmett lorsqu’ils passèrent devant lui. Dans un silence de plomb Scott prit le chemin du centre équestre, Diane connaissait la route pour l’avoir arpenter plus d’une fois pour aller voir le jeune homme avant de faire demi-tour aussi vite qu’elle était arrivée. Cette fois pourtant elle n’avait plus le choix, elle irait jusqu’au centre, Diane regarda Scott qui fixait la route sans dire un mot. Diane voyait sa mâchoire se contracter et ne savait pas quoi faire pour l’apaiser.

- Scott dis quelque chose s’il te plait …

Diane avait besoin de savoir ce qu’il se passait dans la tête de son homme, de comprendre pourquoi il avait voulu repartir aussi vite qu’il était arrivé et surtout sans avoir passer un peu de temps avec elle. En même temps elle n’était pas certaine de vouloir entendre la vérité non plus, c’était un vrai casse-tête. Diane ne savait pas si elle devait s’excuser ou non car elle n’avait rien fait de mal après tout. Elle mourrait d’envie de se rapprocher de Scott et de poser sa tête sur son épaule ou de mettre sa main sur sa jambe, cet distance la rendait folle et la faisait souffrir mais elle n’en fit rien, non le mieux c’était d’attendre de voir comment allait se dérouler la suite des événements.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Ven 19 Sep - 22:05
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Etre calme, c’était dans la nature de Scott. On ne le voyait que très rarement s’énerver. Bien sur, il était comme tout le monde, il y avait certaines choses qui l’exaspéraient au point qu’il sente de l’énervement au fond de lui, mais jamais il n’explosait réellement, préférant plutôt analyser la situation et la prendre un peu plus calmement. Mais cette fois-ci… C’était différent. Voir Diane dans les bras d’un autre lui avait fichu un sacré coup, comme une enclume reçue sur le sommet de la tête. Jamais il n’aurait cru qu’une telle chose arriverait un jour, mais il fallait croire qu’il se trompait et surtout qu’absolument tout pouvait arriver. Pourtant, au fond de lui, le jeune homme savait que Diane n’était pas du genre à se jeter dans les bras du premier venu et que toute cette scène avait une explication. Mais pour le moment, il n’était pas disposé à réfléchir. Il avait besoin de prendre de la distance et pour cette raison, il voulut remonter dans sa camionnette.

Sauf que c’était sans compter sur la jeune femme qui ne semblait pas disposée à le laisser partir sans rien dire. En essayant de le rejoindre, l’espèce d’armoire à glace se sentit pousser des ailes en l’en empêchant. Même si Scott était profondément dégouté par la situation, il ne pouvait pas non plus supporter voir Diane être malmenée par qui que ce soit. Du coup, quand il la vit par terre, il se sentit profondément démuni, mais il se reprit immédiatement quand le colosse l’attira encore une fois contre lui à peine fut-elle remise sur ses deux pieds. Ce fut ce moment là que Scott choisit pour intervenir. Non pas en frappant, parce qu’il était incapable de se battre et face à l’armoire à glace, il risquait plus de se briser les os que de lui faire mal. Les paroles que Scott offrit donc à cet homme qui le dépassait de plus d’une tête furent tellement cinglantes qu’il en vint presque à se demander d’où il sortait un mordant pareil. Mais il oublia bien vite ça. L’important, c’était juste qu’il lâche Diane. Le reste lui importait peu.

Il libéra Diane de l’étreinte de cet imbécile et lui ordonna d’un signe de tête de monter dans la camionnette. Il eut de la chance que la jeune femme ne cherche pas à comprendre ou bien à dire quoi que ce soit, parce que sinon, il l’aurait planté là. Elle n’avait pas besoin de faire le tour du véhicule pour se retrouver sur le siège du côté passager. La camionnette de Scott avait cette particularité de pouvoir passer du côté conducteur au côté passager juste en faisant coulisser ses fesses sur la banquette. Pendant que Diane ne mettait en sécurité, Scott continua de fixer durement le colosse, ne baissant pas les yeux un seul instant. Puis, lorsque la jeune femme fut installée, Scott grimpa à son tour dans la camionnette et referma la portière d’un claquement sec. Tout en mettant le contact, il verrouilla les portières et démarra. L’armoire à glace continuait de les fixer, non content de les voir s’en aller sans pouvoir rien y fait. Et quelque part, heureusement qu’il ne tentait rien parce que Scott aurait été capable de lui foncer dessus juste pour qu’il ait un peu la trouille de sa vie.

Ces envies de meurtres étaient franchement nouvelles pour lui. Jamais il n’aurait cru penser un jour appuyer sur l’accélérateur juste pour écraser quelqu’un. Devenait-il fou ? Possible. Il fallait forcément avoir un grain pour oser penser de telles choses. Finalement, tranquillement, Scott quitta les alentours de l’aquarium et n’eut plus le colosse dans son champ de vision. Mais ce n’était pas pour cette raison que l’atmosphère se détendit dans le véhicule. Au contraire. Il était toujours aussi lourd. Le regard de Scott était rivé sur la route qui le menait au centre équestre. Il essayait de se concentrer sur autre chose, une chose qui pourrait le calmer, mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Les mains crispées sur le volant, par moment, la conduite du jeune homme était assez brusque. Sa crispation fut beaucoup plus évidente lorsque Diane reprit la parole pour la supplier de dire quelque chose. Pour toute réponse, il tourna légèrement la tête vers elle et la fusilla simplement du regard avant de reporter son attention sur la route.

Tournant brusquement dans la rue qui menait au centre équestre, ils ne tardèrent pas à arriver à destination. Il s’engagea dans l’allée du centre équestre de la même manière, soulevant un léger nuage de poussière. Il n’y avait plus personne au centre équestre. Tout du moins, en apparence parce qu’il ne pouvait pas voir l’intégralité de son ranch de là où il était. Il coupa le moteur et sortit de la camionnette, attendant que Diane fasse pareil et une fois chose faite, il verrouilla les portières. N’étant toujours pas calmé, il marcha dans les écuries en direction de Kira, dont il ne s’était toujours pas occupé. En règle générale, Scott aimait bien s’occuper de sa jument quand il n’y avait plus personne parce qu’au moins, personne ne l’embêterait ou ne lui demanderait de l’aide, le forçant à laisser Kira attachée pendant une durée indéterminée. Attrapant un licol, il entra dans le box de sa jument qui l’accueillit avec un léger hennissement. Il lui caressa le chanfrein avant de lui passer le licol et la sortir du box. Il l’attacha à un anneau et alla chercher son nécessaire à pansage avant de se mettre au boulot.


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Mar 9 Déc - 20:41
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



A peine avait-elle posé sa question que le visage de Scott se tourna vers elle, le cœur de la jeune femme se serra tandis qu’il la fusillait du regard. Et alors que l’instant d’avant elle souhaitait être au plus près de son aimé elle ne songeait plus à cet instant qu’à sortir de la voiture. L’ambiance qui y régnait était pesante à tel point que si Scott n’avait pas verrouillé les portes et rouler si vite elle aurait presque pu sauter en marche pour fuir le regard assassin qu’il posait sur elle. Au lieu de cela elle se recula le plus loin possible de lui et baissa la tête comme une enfant prise en faute alors qu’elle n’avait rien fait pour mériter le courroux de Scott.

Il avait reporté son attention sur la route mais n’avait toujours pas décroché un mot et Diane ne savait que faire pour  y remédier, il tourna brusquement dans la rue qui menait au ranch, la vitesse fit basculer la jeune femme vers son compagnon mais elle réussit à ne pas tomber sur lui, toutefois lorsqu’il s’engagea vers le ranch a la même vitesse elle ne put se rattraper et alla se cogner contre Scott. Cette situation qui aurait pu être coquace en d’autres circonstances ne fit qu’empirer les choses, Diane se recula bien vite comme si la peau de Scott l’avait brulé. Sans un mot il coupa le moteur et sortit de la voiture, la jeune femme se demanda si il ne valait pas mieux rester dans le véhicule avant de se raisonner et de se dire qu’il fallait bien qu’elle comprenne ce qu’il se passait dans la tête du jeune homme. Une fois qu’elle fut sorti il verrouilla le véhicule et s’en alla à grands pas vers les écuries. Diane resta un moment dehors à se tenir le torse, tremblante face à cette tension, à regarder la direction dans laquelle Scott était parti.

Elle était tout simplement perdue, devait elle le suivre maintenant qu’elle était ici ? ou bien devait elle repartir chez elle ? Bien sûr elle aurait mis un temps fou à pied pour rentrer en ville mais cela n’aurait été rien face au sentiment de rejet profond qu’elle ressentait. Lorsqu’elle se sentit sur le point de pleurer elle se raisonna et  fit quelques pas pour voir ce que Scott faisait, l’avait-il planté là rentrant chez lui et la laissant seule dehors ?  Lorsqu’elle passa sa tête dans les écuries elle ne vit qu’un cheval qui attendait patiemment. Un rapide coup d’œil lui permit de reconnaitre la jument de Scott ce qui devait signifier soit qu’un palefrenier s’en occupait en ce moment même ou que Scott n’allait pas tarder à revenir.

Deux possibilités s’offraient à Diane soit elle partait et attendait que Scott daigne la rappeler ce dont elle n’était pas certaine soit elle attendait qu’il revienne et qu’il lui adresse la parole. N’ayant rien d’autre à faire elle s’adossa contre la porte d’un box en l’attendant. Lorsqu’enfin il revint avec tout un tas de matériel elle s’avança vers lui pour l’observer dans son travail, s’il n’était pas décidé à ouvrir la bouche elle allait essayer d’en faire de même bien qu’une foule de question se bouscula dans sa tête. Elle s’avança prudemment du cheval et tendit la main vers le museau de l’animal pour qu’il puisse la humer et m’identifier comme une personne inoffensive. Puis elle tenta autre chose elle posa sa main sur le front du cheval, elle se plaça d’un côté si bien que la tête du cheval cachait son visage à Scott, elle resta ainsi un long moment la tête posée contre l’encolure du cheval tout en lui caressant la tête et déposa de petits bisous sur la mâchoire.

Plusieurs minutes s’écoulèrent durant lesquels on n’entendit que la respiration du cheval et le bruit du travail de Scott. Lassée d’attendre qu’il prenne enfin la parole Diane s’écarta du cheval et fit quelques pas vers des bottes de pailles qui se trouvaient non loin de là. Mettre de la distance n’allait pas aider mais elle ne savait que faire, à cet instant elle avait seulement envie de se mettre à pleurer.

- Scott ? est-ce que je peux t’aider ???

Une entrée en matière des plus banales et qui lui permettrait du moins elle l’espérait de briser la glace, quand enfin elle n’en put plus d’attendre elle claqua ces mains sur ses jambes et se résigna pour son bien et celui de son couple.

- Bon et bien je vais rentrer, ne te donne pas la peine de me raccompagner je connais le chemin …

Elle sortit de l’écurie et s’apprêta à prendre son téléphone pour appeler un taxi quand elle se rendit compte qu’elle avait laissé son sac dans la voiture de Scott. Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase, les larmes jaillirent et elle leur laissa libre cours tandis qu’en essayant de stopper les tremblements irrépressibles de son corps elle se mettait en route pour quitter le ranch.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Mar 30 Déc - 23:09
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Réagir de façon excessive n’était pas dans les habitudes de Scott, mais là, ça avait été beaucoup plus fort que lui. Il avait ressenti cette colère au fond de lui. Une colère qu’il ne pouvait pas expliquer, mais il sentait que ce sentiment, il l’avait toujours eu en lui. Seulement voilà, jusqu’à présent, il n’avait jamais eu l’occasion de ressentir cela. Voir Diane dans les bras d’un autre homme que lui le fit voir rouge. Peut-être était-ce à cause du temps qu’ils avaient mis pour se mettre ensemble ? Après tout, il fallait le comprendre, pendant des mois il avait dû supporter la vision de la femme qu’il aimait dans les bras de son meilleur ami. A présent, le jeune homme se demandait comment il avait fait pour rester aussi calme à cette époque. Il fallait croire que la patience s’en allait en vieillissant. Pourtant, n’était-ce pas l’inverse qui devait se produire ? Néanmoins, Scott était conscient d’une chose ; c’était que cet Emmett s’était montré beaucoup trop insistant alors qu’Owen n’aurait jamais eu ce genre de comportement avec Diane. Et puis, maintenant, Scott et elle étaient ensemble, du coup, c’était normal qu’il la protège n’est-ce pas ? Même s’il n’avait jamais eu l’âme d’un combattant.

Pendant tout le trajet qui allait de l’aquarium jusqu’à chez lui, il ne prononça pas un mot, même quand la jeune femme le lui demanda. Pour le moment, il avait trop peur de parler et de dire quelque chose qu’il regretterait profondément ensuite. Scott n’était pas méchant et ne l’avait jamais été. Cependant, avec cette colère qu’il avait en lui… il craignait de s’emporter. Il avait parfaitement conscience que Diane s’était reculée un maximum du côté de sa portière et on ne pouvait pas dire que ça lui était égale, mais que pouvait-il faire ? Il conduisait. Il n’allait pas lui tendre la main et risquer un accident, n’est-ce pas ? En plus, il conduisait relativement vite donc… Mieux valait qu’il se concentre sur la route et sur les piétons qui avaient tendance à traverser sans regarder plutôt que de regarder Diane et risquer de les tuer. Alors qu’il s’engagea dans le centre équestre, Scott avait abordé le tournant un peu sèchement si bien que la jeune femme glissa jusqu’à lui. Il la sentit se cogner contre son épaule. Il arrêta sa camionnette une fois qu’elle fut à son emplacement habituel et il descendit, toujours sans un mot dit. Il attendit que Diane fasse de même et quand ce fut chose faite, il verrouilla sa camionnette.

Scott se dirigea sans attendre vers les écuries. Sa jument attendait encore qu’il s’occupe d’elle. Quand il était énervé, il s’occuper de Kira. Elle le calmait, même si jusqu’à présent, il n’avait jamais été aussi en colère. Il vérifia qu’il n’y avait plus personne avant de la sortir de son box. Généralement, il attendait toujours qu’il n’y ait plus personne pour être tranquille et pour ne pas être interrompu. Alors qu’il était parti chercher le nécessaire pour le pansage, Diane l’avait rejoint. Elle était appuyée contre un box et semblait attendre. Sauf qu’en cet instant, le jeune homme ne savait pas du tout quoi lui dire. Devait-il s’excuser pour son comportement ? Il n’en savait rien… Pour lui, il n’avait rien fait de mal. Il était simplement en colère. Devait-il s’excuser d’être en colère ? Tout était extrêmement confus ! Prenant une étrille, il commença à la passer sur l’encolure de sa jument. Comme à son habitude, Kira baissa légèrement la tête. Elle aimait bien quand on la brossait. Ca faisait exactement le même effet sur elle que si on lui faisait des papouilles. Il ne dit rien quand Diane s’approcha de la jument. Il vit simplement Kira pointer ses oreilles vers l’avant.

La jument de Scott n’était pas du genre farouche. Elle était même extrêmement proche des êtres humains et très respectueuse de ceux qui étaient près d’elle. Tous les chevaux n’étaient pas comme ça. S’il s’occupait d’un autre, il aurait prévenu Diane de faire attention, mais comme il s’agissait de Kira, il ne prononça pas un mot. Bie sur, il fallait toujours faire attention car elle restait un animal imprévisible, mais il était à 99% sur qu’elle ne lui ferait rien. Continuant son pansage, Scott changea de brosse pour une brosse dure afin de retirer les poils qu’avait soulevés l’étrille. Petit à petit, il sentait que la colère cédait place au calme dont il avait l’habitude de faire preuve. Kira était vraiment un être magique pour lui. Elle avait le don de l’apaiser. Son simple contact était apaisant en fait. Il retrouvait aussi cette sérénité avec d’autres chevaux, mais quand il s’agissait du sien, ce n’était pas la même chose. C’était plus profond, plus puissant. Il y avait un lien entre le cavalier et son cheval qui n’existait nulle part ailleurs. Et puis, il la possédait depuis qu’elle était petite, donc ça aidait malgré tout. Néanmoins la création de ce lien était possible même avec un vieux cheval. Il fallait simplement de la patience.

Le jeune homme était entrain de terminer de curer les pieds de Kira quand la jeune femme alla s’asseoir sur une botte de pailles. A présent, Scott était un peu plus calme, mais il ne savait toujours pas quoi dire à Diane. Il savait que ça n’allait pas tarder à être insupportable pour elle et qu’elle finirait par exploser, et il l’aurait amplement mérité étant donné que c’était lui qui s’obstinait à garder le silence. Quand elle lui demanda si elle pouvait l’aider, Scott venait de terminer de panser sa jument et par conséquent, il avait terminé. Cependant, il n’eut pas le temps de lui répondre qu’elle se redressa pour lui annoncer qu’elle rentrait chez elle. Aïe ! Ca sentait vraiment mauvais ! Alors qu’elle quittait l’écurie, le jeune homme détacha Kira pour la remettre dans son box et en referma la porte pour se diriger vers l’extérieur. A quelques pas de là, Diane s’était arrêtée et il vit son corps parcouru de tremblement. Cela ne faisait aucun doute qu’elle pleurait. Une vague de culpabilité parcourut Scott. Il s’avança vers elle et délicatement, il lui prit le bras pour la tourner vers lui. Aussitôt, il l’enveloppa de ses bras et la serra contre lui pendant quelques secondes.

Pour la première fois, Scott était à l’origine des pleurs de la jeune femme. Il savait qu’elle était sensible et du coup, il apprenait à faire avec, mais à chaque fois, il était pris au dépourvu. Quand il sentit qu’elle s’était légèrement calmée, le jeune homme la relâcha et prit son visage entre ses mains. De ses pouces, il essuya les traces de larmes qui marquaient encore ses joues puis il embrassa son front, puis le bout de son nez et pour finir ses lèvres.

- Je t’aime, termina-t-il par dire. Et je suis désolé, j’étais trop en colère pour dire quoi que ce soit.


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Lun 5 Jan - 20:56
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Diane avait à peine fait quelques pas qu’elle s’arrêta de nouveau, les tremblements de son corps et sa vue brouillée par les larmes l’empêchaient de faire un pas de plus. Intérieurement il se fustigea d’être si fragile, ce n’était pourtant pas son caractère habituel si combatif et plein de vie mais dès lors que cela concernait Scott elle perdait alors toute sa confiance en elle et ne savait plus faire face. Les années qu’elle avait passée à se dire qu’elle ne le méritait pas et qu’elle n’avait pas le droit de le vouloir avait malmené plus profondément qu’elle ne l’aurait cru sa confiance, et cela lui faisait désormais cruellement défaut, à un point tel que la moindre inquiétude prenait une ampleur phénoménale et la faisait douter d’elle-même et des sentiments de Scott. Lorsqu’elle entendit les pas de son compagnon derrière elle, elle ne put s’empêcher de se raidir et tenta en vain de cacher ses larmes qui trahissaient son désarroi.

Alors qu’elle allait faire un pas pour s’éloigner de celui qui ne daignait même pas lui expliquer la raison de leur querelle si cela en était bien une, elle sentit la paume de Scott sur son bras. Il ne l’a retenait pas avec force mais bien avec douceur, Diane tourna vers lui un visage baigné de larmes tandis qu’il l’attirait dans ses bras. La jeune femme ne se fit pas prier pour rejoindre l’étreinte chaleureuse de Scott, elle passa ses bras autour de la taille de Scott et posa sa tête dans le creux réconfortant de son épaule. C’était là et uniquement là qu’elle se sentait en sécurité et bientôt ses sanglots s’apaisèrent. Il la relâcha alors et elle sentit de nouveau ce vide qui ne la quittait plus dès l’instant où Scott n’était plus à ses côtés, il la força à relever la tête vers lui et effaça les traces que les larmes avaient laissées sur sa peau. Honteuse de s’être encore adonnée aux pleurs Diane n’osait même pas le regarder dans les yeux aussi préféra-t-elle les fermer pour qu’il ne puisse pas y lire la détresse et l’inquiétude qui régnait en elle. Elle sentit alors les lèvres de Scott sur son front, puis sur son nez et enfin il l’embrassa, ce ne fût pas l’un de ses baisers passionnés comme on en voit à la télé, ni même un baiser rapide, non si quelqu’un les avait vus on aurait pu dire que c’était un baiser de désespoir. Diane s’accrocha à la chemise de Scott, tel une naufragé à sa bouée, elle en était pathétique. Lorsqu’ils se séparèrent elle n’osa pas ouvrir les yeux de peur de voir de nouveau la colère dans le regard de son bien aimé.

-- Je t’aime, dit-il après quelques secondes. Et je suis désolé, j’étais trop en colère pour dire quoi que ce soit.

Cette fois Diane ouvrit les yeux sur le coup de la surprise, non pas parce qu’il avait été en colère pour une raison qu’elle ignorait toujours, non cela passait bien au second plan. Depuis qu’ils étaient en couple ni l’un ni l’autre n’avait jamais prononcé ces trois petits mots qui changeait la vie et voilà que Scott les lui avaient dit. Son inquiétude fût remplacer un sentiment de chaleur partant de son cœur et inondant tous ses membres, c’était comme se mettre au soleil un beau jour d’été.Quelles étaient vives les émotions humaines, pour la première fois Scott lui avait dit qu’il l’aimait et à cet instant plus rien ne comptait plus que lui. Diane lui sourit et déposa un tendre baiser sur ses lèvres avant de poser une main sur la joue du jeune homme et l’autre sur son cœur.

-Je t’aime aussi … plus que tu ne peux l’imaginer…

La jeune femme savoura l’effet de ses paroles sur les battements du cœur de Scott, et pour mieux en profiter elle se blottit contre lui et posa la tête sur sa poitrine en soupirant d’aise. Le dialogue allait enfin pouvoir reprendre entre eux car s’il espérait y échapper avec une déclaration si belle soit elle c’était bien mal la connaitre. Elle voulait comprendre comment ils en étaient arrivés là, ce qui avait bien mettre dans une telle colère.

-Et maintenant si tu me disais ce qui ta mis en colère à ce point ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Jeu 15 Jan - 21:54
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



La maîtrise des sentiments était une chose complexe, voir impossible. On ne maîtrisait pas les réactions qu’on pouvait avoir face à certaines situations. La jalousie que Scott avait ressentie à cet instant là avait été beaucoup plus forte que lui. Il n’avait pas supporté de voir Diane dans les bras d’un autre. Bien sur, il savait que la jeune femme n’y était pour rien parce que c’était plutôt l’autre gros tas de muscles qui l’avait attiré dans ses bras sans qu’elle n’ait son mot à dire, mais elle était sa petite amie à lui, et pas celle de quelqu’un d’autre. Non pas qu’il était possessif au point que la jeune femme ne pouvait pas avoir d’amis masculins, il n’était pas à ce point, mais il avait eu la désagréable sensation que l’autre espérait plus avec elle et ça, il ne pouvait pas le supporter. Pendant des années il avait dû supporter la vision de Diane et Owen ensemble sans rien dire, et faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. Maintenant qu’il avait sa chance avec elle, il ne comptait pas la laisser filer aussi facilement.

Scott n’ignorait pas que son comportement attristait la jeune femme, mais il avait besoin de se calmer. C’était la première fois qu’il ressentait en lui une colère aussi grande et qu’il ne montre un tel comportement. Le jeune homme était d’habitude quelqu’un avec un bon caractère alors d’où lui sortait ce soudain mauvais caractère ? Allez savoir ! C’était un trait de caractère qu’il ne se connaissait pas. A croire qu’on changeait quand on devenait amoureux. Le contraire ne serait pas étonnant, en tout cas. Son silence avait fait du mal à Diane, mais il fallait qu’elle comprenne qu’il avait une façon différente de la sienne de se calmer. Enfin, il avait de la chance qu’elle lui ait laissé le temps de panser sa jument avant de décider de partir. Après avoir remis sa jument dans son box, Scott était allé la retrouver. Elle n’avait pas encore franchi la limite du centre équestre. Il avait vu son corps secoué de tremblement et il n’avait pas pu s’empêcher de s’en vouloir de s’être montré aussi froid et distant. Il lui attrapa délicatement le bras afin de la tourner vers lui.

Sans faire attention à son visage baigné de larme, le jeune homme l’attira simplement dans ses bras. Il la serra contre lui pendant quelques instants. Simplement le temps qu’elle se calme et qu’elle cesse de pleurer. Etre à l’origine des pleures de Diane ne le rendait pas fier du tout. C’était même tout le contraire, il s’en voulait profondément. Il avait la sensation qu’aucune excuse ne pardonnerait ce qu’il venait de faire. Quand la jeune femme fut calmée, il la relâcha légèrement afin de lui relever la tête et lui essayer les traces de larmes qui se trouvaient encore sur ses joues. Alors qu’elle avait les yeux clos, surement pour éviter de le regarder dans les yeux, il déposa un baiser sur son front avant de descendre vers son nez pour enfin terminer sur ses lèvres. Il sentit Diane s’accrocher à sa chemise, mais il la laissa faire. Quand enfin, ils se séparèrent, Scott prononça ces trois petits mots qu’il n’avait jamais encore jamais prononcés pour personne. Les sentiments qu’il ressentait pour elle, il ne les avait jamais ressentis auparavant.

Ces trois mots firent ouvrir les yeux à Diane qui le fixa avec des yeux assez ronds au départ. Jamais auparavant ils ne s’étaient dit ces mots-là. Mais il fallait bien une première fois à tout. Et il semblerait que la première fois était arrivée pour Scott. Et pour Diane aussi étant donné qu’après l’avoir embrassé, elle lui rendit ces mots. Un sourire dessina sur les lèvres du jeune homme. Toute trace de colère l’avait quitté, même s’il avait fait mention de son comportement un peu plus tôt. Il l’entoura de ses bras quand elle vint se lover contre lui. Il lâcha un léger soupire quand elle lui demanda la raison de sa colère. Il fallait s’y attendre… Il prit une grande inspiration et finalement, il lâcha presque dans un souffle :

- J’étais jaloux…

Difficile à avouer et pourtant, c’était bien ce sentiment-là qu’il avait ressenti. De la jalousie. Soit disant c’était une preuve d’amour. Scott n’y connaissait pas grand-chose en amour étant donné que Diane était la seule personne pour qui il avait eu des sentiments jusqu’à présent. Il avait l’impression que ça faisait des décennies qu’il l’attendait.

- Je ne sais pas ce qui m’a pris, je suis désolé, c’est juste que ce type dégageait quelque chose de malsain sur le moment.

Il se sentait honteux. Il n’avait jamais été doué pour ce qui était d’exprimer ce qu’il ressentait et c’était assez compliqué d’essayer de faire comprendre à Diane ce qu’il avait pu percevoir ou ressentir à cet instant-là. Poussant un autre soupire, il termina :

- Oublie, ce n’est pas si important…


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Ven 16 Jan - 14:45
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Diane savoura le sourire de Scott après sa déclaration comme une victoire mais plus encore c'était le chamboulement du rythme cardiaque de son homme qui la rassura. Elle avait poser son oreille juste dessus et écoutait les battements de son cœur qui revenait tranquillement à la normale, ce son était si doux à ses oreilles, il prouvait qu'il était bien là et que tout ceci n'était pas un rêve. Lorsqu'il referma doucement ses bras autour d'elle, elle soupira d'aise et ouvrit les yeux pour voir si personne ne les observait, c'est alors qu'elle remarqua les premiers hématomes sur son poignet qu'Emmett avait laissé en la retenant, elle vit aussi qu'elle avait les mains toutes égratignés bref elle était bien amochée.

Quand elle lui demanda pourquoi la colère avait pris le pas sur son tempérament d'ordinaire aussi calme elle le sentit prendre une grande respiration comme si il allait de nouveau se mettre en colère, Diane tressaillit mais resta calme pour écouter ce qu'il allait lui annoncer ou pour attendre une nouvelle vague de silence buté.

-  J’étais jaloux…

Avait elle bien entendue son Scott, l'homme pour qui elle vivait et sans qui elle n'envisageait pas l'avenir, était jaloux ? Sans dire un mot de peur de l'interrompre et qu'il ne veuille plus en reparler, Diane se contenta de passer ses bras autour de sa taille pour se serrer un peu plus contre lui. N'allez pas croire qu'elle se réjouissait de savoir son compagnon jaloux au point de se mettre en colère mais il fallait bien dire qu'elle en était quelque peu rassurée car comme le dit l'adage on n'est jaloux que de ce que l'on aime.

-  Je ne sais pas ce qui m’a pris, je suis désolé, c’est juste que ce type dégageait quelque chose de malsain sur le moment.

Diane tenta de l'apaiser en lui caressant le dos, si elle avait pu et oser elle aurait passer sa main sous son haut pour toucher directement sa peau mais cela aurait pu les conduire plus loin et ce n'était pas encore le moment pour cela. Il poussa un autre soupir qui pour Diane recelait le désarroi de son compagnon, elle n'avait pas pensé que de la voir dans les bras d'Emmett aurait pu le mettre dans un tel état. Lorsqu'il lui demanda d'oublier car ce n'était pas important cela la révolta plus qu'elle ne l'aurait cru.

-Bien sûr que si c'est important Scott, il faut que l'on en parle car je ne veux plus revivre ca … jamais …

Elle se dégagea un peu de lui et le regarda dans les yeux, il était si beau que Diane avait l'impression de le redécouvrir à chaque fois et le moindre de ses sourires arrivait à lui faire emballer son rythme cardiaque. Elle se mit à réfléchir à ce qu'il avait bien pu voir et qui à elle ne lui avait pas paru signifier autre chose qu'une amitié. Puis elle comprit que ce qu'il avait dû voir et ressentir, certes cette fois ce n'était pas Owen mais un autre homme qui l'étreignait et Scott avait dû se souvenir de l'époque où elle sortait avec son meilleur ami. La jeune femme sourit et prit le visage de son bien aimé dans ses mains pour qu'il ne puisse pas se détourner et plongea son regard dans le sien avec tout l'amour qu'elle pouvait y mettre.

-Je comprends ce que tu as dû ressentir, tu as eu l'impression de revenir à la période du lycée n'est ce pas ?

Elle sourit tristement en songeant que cette période bien qu'elle ai eu beaucoup d'affection pour Owen, n'avait été qu'un pis aller et une torture pour tous les trois, elle ne souhaitait pas revenir la dessus car c'était le passé mais elle allait devoir le faire cette fois.

-Je comprends mais écoute moi bien Scott Millers et tu as intérêt à faire rentrer ce que je vais te dire dans ta jolie petite tête, je ne referrais jamais la bêtise que j'ai faite à cette époque tu m'entends ? Je l'ai fait une fois et nous en avons tout les deux souffert et je ne me le pardonnerai probablement jamais car tu es mille fois trop bien pour moi mais je t'aime et ce depuis presque le premier jour et rien ne pourra y changer, tu peut te mettre en colère contre moi et même me haïr moi je t'aimerais toujours.

Elle était essoufflée à la fin de sa tirade, elle n'était pas partie pour lui dire tout cela mais c'était sorti tout seul, elle n'avait pas eu besoin de se forcer tant ce n'était que la vérité.

-Et en ce qui concerne Emmett je vais encore remettre les choses au clair avec lui dès que je le verrais, il me doit quelques explications et devra bien comprendre que lui et moi est une affaire impossible car je suis à toi et à personne d'autre, d'autre part il va me devoir quelques excuses, je suis couverte de bleus par sa faute !

Diane sourit tendrement et regarda son bien aimé ne sachant ce qu'il pouvait bien pensé de cela, elle voulait qu'il lui fasse confiance et qu'il ne doute pas d'elle, où la confiance était une chose essentielle dans un couple et elle ne voulait surtout pas que le sien soit voué à l'échec.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Ven 23 Jan - 15:24
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Aussi loin que Scott pouvait se souvenir, il n’avait jamais dit à quelqu’un qu’il l’aimait. Pas même à un seul membre de sa famille. Entre lui et ses sœurs, c’était la guerre, du coup, il ne voyait presque jamais ses neveux. Certes, l’un de ses neveux avait juste un an de moins que lui, mais il était tout de même son neveu. Mais le plus petit, Marlow, et bien le jeune homme ne le connaissait pas vraiment. Entre Scott et Spencer, c’était la guerre depuis des années maintenant. Il n’y avait jamais eu de réelle affection entre eux deux et il savait que son aînée n’était pas spécialement attristée par la situation. Et au fond, lui non plus. Scott avait toujours été assez solitaire, alors l’amour familial, tout ça, il avait fait une croix dessus. Diane était la seule personne pour qui il avait de réel sentiment.

Du coup, il n’avait eu absolument aucun doute à lui exprimer ce qu’il ressentait pour elle. Certes, elle connaissait déjà la nature de ses sentiments mais jamais il ne les avait dit de vive voix. Du coup, c’était une grande première pour l’un, comme pour l’autre. Mais ça faisait un bien fou de se le dire. D’ailleurs, cela se voyait plus que bien étant donné que Scott ne put réprimer un sourire naissant sur son visage. La jeune femme était revenue contre lui et il l’accueillit bien volontiers dans ses bras. Il espérait que le petit épisode qui avait eu lieu un peu plus tôt dans la journée serait vite oublié, mais il se trompait étant donné que Diane lui demanda pourquoi il s’était mis aussi en colère. Après avoir lâché un soupire et avoir laissé s’écouler quelques secondes, il consentit à lui répondre que c’était parce qu’il était jaloux.

C’était bien la première fois qu’il ressentait un tel sentiment. Surement était-ce dû aux sentiments qu’il éprouvait pour la jeune femme. Mais en tout cas une chose était certaine, la jalousie avait été beaucoup plus forte que lui. Il n’avait pas su la maîtriser. A cet aveu, il la sentit se serrer un peu plus contre lui et il ne la repoussa pas. Il la laissa faire. Preuve d’amour ou vilain défaut ? Allez savoir. En tout cas, pour le moment, Scott voyait plus ça comme un défaut étant donné sa réaction. Il savait qu’il ne serait pas jaloux de tous les hommes qui approcheraient Diane, c’était impossible. Mais ce Emmett avait quelque chose dans son comportement qui l’avait énervé. Finalement, il s’excusa tout en essayant d’expliquer ce qu’il avait pu percevoir chez ce type. Sauf que ce n’était pas vraiment très concluant.

En même temps, c’était aussi un homme et les hommes n’aimaient pas forcément avouer ce genre de chose. Mais pour Diane, il le fit. Il sentit les mains de la jeune femme caresser son dos ce qui le réconforta légèrement. Puis, pour finir, à cause de sa gêne, il lui demanda de laisser tomber. Il ne s’attendait pas à ce que ça révolte à ce point la demoiselle, si bien qu’il fut surpris par la façon dont elle s’exprima. Il écarquilla légèrement les yeux avant de baisser honteusement la tête. Lui non plus n’avait pas envie de revivre une telle situation, alors du coup, c’était peut-être pas la chose la plus intelligente qu’il ait pu dire jusqu’à présent.

- Tu as raison, fit-il légèrement.

Il n’osa pas en dire plus par crainte de dire autre chose de stupide. Cela aurait été fort possible étant donné la stupidité de ses paroles en demandant à Diane d’oublier cette histoire. N’osant rien dire de plus, il attendait que la jeune femme parle pour dire quelque chose. Là, au moins, il n’aurait qu’à lui répondre et là, ça ne serait pas trop stupide. Enfin, en théorie. Elle s’était dégagée pour mieux le regarder. Il continua à attendre jusqu’à ce qu’elle ouvre la bouche pour lui affirmer qu’elle comprenait ce qu’il avait pu ressentir. Scott savait que Diane avait compris d’où venait le problème. Il ne voulait pas revenir sur le passé parce que ce qui était fait était fait et on ne pouvait pas changer le passé. Il n’en voulait aucunement à Owen d’être sorti avec elle à cette époque-là, mais Scott ne pourrait jamais oublié à quel point il avait été mal pendant cette période.

Sentant le rouge lui monter aux joues, il hocha la tête en regardant vers le sol. Que pouvait-il dire d’autre ? Mentir ? Ce n’était pas son fort, malheureusement. Il avait déjà inventé deux ou trois petites histoires sans conséquence, mais là, il se sentait incapable de lui affirmer que non, il n’avait pas eu cette impression. Quand Diane prononça son nom, il releva la tête pour la regarder dans les yeux. Par contre, il ne comprenait vraiment pas pourquoi elle était si convaincue de ne pas être assez bien pour lui. Il voulu lui poser la question, mais elle était tellement lancée dans sa tirade que du coup, il n’osa pas la couper pour lui demander. C’était bien la première fois qu’on lui faisait un tel sermon. La dernière fois qu’on avait voulu lui en faire un, il n’avait pas laissé la personne arriver au bout de sa tirade. Cette personne ? Spencer, sa demi-sœur. Ce jour-là, Scott se revoyait lui dire qu’il n’en avait strictement rien à faire de ce qu’elle pensait. Il s’était profondément énervé.

Il ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais Diane reprit la parole pour le rassurer quant au cas Emmett. Cependant, quand elle lui parla de ses bleus, le regard de Scott s’affola. Il recula d’un pas pour regarder ses bras et constata que quelques marques violacées étaient apparus. Doucement, il passa ses doigts dessus avant d’attraper sa main.

- Viens, suis-moi.

Il l’entraina à sa suite jusqu’à l’accueil du centre équestre où il conservait toute la paperasse qui concernait le ranch en lui-même. Dans cette pièce, il avait une boite à pharmacie. Elle était fortement utile quand un cavalier se cassait la figure ou bien se prenait un coup par le cheval. C’était déjà arrivé quelques fois et tout le monde était bien content de trouver tous ces trucs qui réduisaient les coups et blessures. Scott la fit s’installer sur l’un des fauteuils qui se trouvaient devant le bureau et alla farfouiller dans la boite à pharmacie pour trouver le tube de crème anti-coup. Il revint vers elle et s’installa sur le fauteuil d’à côté. Tranquillement, il prit le bras de Diane et ouvrit le tube pour appliquer de la crème sur les traces de bleus qu’elle possédait

- Pourquoi est-ce tu penses que tu n’es pas assez bien pour moi ? demanda-t-il tout en appliquant contentieusement la crème sur la peau de son bras.


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Dim 25 Jan - 20:18
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Lorsqu’elle évoqua ses blessures elle sentit Scott se raidir et il s’éloigna d’elle, il attrapa ses bras et regarda d’un ai affolé les marques violettes qui apparaissaient de ci de là, avec douceur il passa ses doigts dessus faisant naitre un frisson sur la peau de Diane puis il lui prit la main et lui demanda de venir avec lui. Elle ne lui demanda aucune explication, elle était prête à le suivre au bout du monde si cela pouvait lui permettre de rester à ses côtés, rien ne comptait plus pour elle que Scott, a part Chloé bien sûr, mais il était sur le même pied d’égalité dans le cœur de Diane.

Scott l’entraina derrière lui et l’emmena à l’accueil du centre équestre, bien sûr elle n’aurait jamais pu le savoir si elle n’avait vu le panonceau accueil au-dessus de la porte avant d’entrer, le si peu qu’elle était venue elle était directement aller voir Scott dans les écuries, elle ne savait même pas ou se situait précisément sa maison sur ce terrain. Il la fit asseoir dans un des fauteuils puis elle le regarda s’affairer avec une boite qu’elle estima être une pharmacie quand elle fit tout ce qu’elle contenait, pansements, bandes, étaient ce qu’elle pouvait voir de loin.  Elle regarda son homme s’affairer et observa les mouvements de sa chemise sur ses muscles, elle était en train de rougir tandis qu’il revenait vers elle.

Il s’installa sur le fauteuil à côté du sien, et cette proximité la rassura, il lui prit le bras et commença à appliquer  de la crème sur ses marques, il allait en avoir pour un moment et Diane était certaine d’en avoir ailleurs aussi, son ventre était douloureux mais elle allait bien se garder de le lui dire.

- Pourquoi est-ce tu penses que tu n’es pas assez bien pour moi ?

La question surpris Diane puis elle se mit à rougir, elle ne pensait pas que de ce qu’elle avait dit il n’y avait que cela qu’il avait retenu, elle se maudit intérieurement d’avoir ainsi évoqué ses doutes car maintenant elle ne pouvait plus se dérober, elle allait devoir lui répondre et bien que les raisons lui semblaient évidentes, elle n’avait jamais cru devoir les dire a voix haute à son compagnon. Elle n’osait même pas le regarder de peur de voir qu’il se moquait d’elle, elle préféra concentrer son regard sur les mouvements circulaires des doigts de Scott sur sa peau et regarder la réaction physique que cela créait chez elle, sa peau était couverte d’une chair de poule mais elle était loin d’avoir froid.

-Eh bien cela me parait évident, tu as toujours été le plus intelligent de nous deux, même si je ne suis pas une idiote je fais toujours mille et une bêtises, tu es toujours sérieux, tu mesure toujours tes réactions alors que je m’échauffe ou que je pleure pour un rien …

Tandis que Diane parlait Scott était passé à l’autre bras où il appliquait la crème avec autant de sérieux que s’il était en train d’écrire le discours pour le président. La jeune femme soupira tout en réalisant qu’elle n’avait pas grand-chose pour elle au final, elle était plutôt jolie voilà à quoi elle pouvait se raccrocher, elle venait d’ouvrir une affaire dans laquelle elle avait tout investie sans même être sure que cela allait fonctionner preuve qu’elle était irresponsable.

-Je ne comprends même pas comment quelqu’un comme toi puisse m’aimer … ne vas pas croire que je m’en plains hein ?! Bien au contraire tu es la meilleure chose qui me sois arrivé depuis que je suis sortie de l’orphelinat, j’ai l’impression que tu rends ma vie plus belle depuis que je te connais…  je t’en supplie ne te moque pas de moi.

Elle craignait que Scott ne prenne à la dérision son discours dans lequel elle se livrait complétement, elle ne pourrait le supporter si il se moquait d’elle, elle était encore une fois d’une stupidité affolante.

-Je suis stupide hein ?

Diane tourna la tête pour qu’il ne puisse pas la voir, elle n’avait pas envie de pleurer mais elle ne voulait pas qu’il puisse lire son inquiétude dans ses yeux, il arrivait tellement à lire en elle qu’elle avait parfois l’impression d’être un livre ouvert pour ceux qui la connaissait.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Lun 9 Fév - 14:58
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



S’il y avait bien une chose que Scott ne supportait pas, c’était de savoir que Diane était blessée. Dans sa colère, il ne s’était même pas aperçu que l’autre gros tas de muscles lui faisait du mal. S’il avait su, peut-être qu’il aurait réagi autrement… Sauf qu’il s’était senti tellement aveuglé par sa colère et sa jalousie que du coup, il ne s’était rendu compte de rien, trop préoccupé à vouloir absolument quitter les lieux pour ne pas assister plus longtemps à cette scène. La jeune femme lui en voudrait-elle de son manque de préoccupation ? De son égoïsme ? Il n’en savait rien. Mais il pouvait toujours se rattraper en prodiguant à Diane les premiers soins. Exactement comme il l’avait fait le jour où ils s’étaient retrouvés à l’aquarium. Bon, là, il n’était pas question de cheville foulée, ni de chute, mais simplement de bleus. Des bleus qui d’ici cinq jours auraient disparu et ne seraient plus qu’un mauvais souvenir. Tout du moins, il l’espérait.

Elle n’avait émit absolument aucune protestation quand il l’avait traînée derrière lui jusqu’à l’accueil du centre équestre où il gardait une boîte à pharmacie dans laquelle il prévoyait les kits de premier secours pour les mauvais coups. Quand on vivait ou qu’on travaillait avec des chevaux, animaux imprévisibles, c’était le strict minimum. On n’était jamais à l’abri d’une mauvaise chute ou d’un sabot parti trop vite. Scott lui-même s’était déjà pris un coup de sabot ou bien s’était fait marcher dessus, tout simplement. Comme quoi, être un professionnel ne voulait absolument rien dire. Le risque zéro n’existait pas en équitation. Après avoir installé la jeune femme sur un des sièges qui se trouvait dans le bureau, il alla chercher le nécessaire avant de lui-même s’asseoir sur l’autre chaise d’à côté, qu’il tourna vers Diane afin de lui appliquer une crème anti-coup. Normalement, il aurait fallu faire ça avant que les bleus n’apparaissent, mais même si maintenant, ce ne serait pas aussi efficace que pris avant, cela réduirait quand même la coloration rapidement.

Tout en massant sa peau, à l’endroit où les marques violacées étaient entrain d’apparaître, Scott osa lui demander pourquoi est-ce qu’elle ne se trouvait pas assez bien pour lui. Cette remarque qu’elle avait faite un peu plus tôt l’avait alertée, mais il était vite passé à autre chose quand il avait vu ses marques. Il profitait de ce petit moment de calme pour relancer la conversation. C’était bien la première fois qu’on se jugeait pas assez bien pour lui. Surtout que dans l’histoire, c’était lui le gars qui n’avait presque plus un rond en fin de mois pour nourrir ses chevaux et en prendre soin. L’argent que les propriétaires lui donnaient chaque mois pour payer la pension de leur équidé revenait en majorité pour le soin de chacun d’entre eux. N’allez pas croire que le jeune homme n’avait plus rien pour lui à la fin, non. Disons simplement qu’il se contentait de dépenses nécessaires. Les petits plus et les extras, il ne connaissait pas vraiment. Donc dans l’histoire, il n’était ni riche, ni n’avait quoi que ce soit que pouvait envier les autres.

Il avait légèrement relevé la tête vers la jeune femme après lui avoir posé la question et put la voir ainsi rougir. Scott arqua un sourcil, cherchant s’il avait dit quelque chose qu’il ne fallait pas ou pas. Voyant bien qu’elle ne relèverait pas la tête pour le regarder en retour, il se reconcentra sur les mouvements circulaires qu’il faisait sur chacune des marques. La chair de poule avait commencé à apparaître sur la peau de Diane, mais le jeune homme ne soupçonna pas un seul instant que c’était à cause du contact de ses doigts sur sa peau. Il pensait plutôt que c’était parce qu’elle avait un peu mal. Du coup, il essayait d’être le plus doux possible. Enfin, la jeune femme commença à parler sur les raisons qui la poussaient à croire qu’elle ne le méritait pas. Silencieusement, toujours en l’écoutant, il passa à l’autre bras et recommença son petit traitement.

Tranquillement, il attendit qu’elle ait terminé de parler. Il releva la tête lorsqu’elle lui demanda s’il la trouvait stupide. Il releva la tête pour voir qu’elle avait tourné la tête afin qu’il ne la voit pas. D’un coup, il trouva qu’elle le fuyait pas mal depuis qu’ils parlaient à cœur ouvert. Il termina d’étaler la crème sur sa peau avant d’essuyer ses doigts sur un chiffon qui se trouvait dans le coin. Puis il prit le menton de la jeune femme entre ses doigts et fit en sorte qu’elle le regarde.

- Non tu n’es pas stupide, fit-il une fois qu’il eut réussi à capter son regard.

Une fois qu’il fut sur qu’elle ne tournerait plus la tête pour le fuir, d’une certaine manière, il lâcha son menton pour continuer dans sa petite lancée.

- Tu sais, on est tous différents et on gère différemment nos émotions. Moi j’essaie de réfléchir aux situations posément, mais ça ne veut pas dire que je ne suis pas affecté. Toi, tu es plus émotive, mais ce n’est pas une tare. Et jamais je me moquerai de toi.

Quelque part, heureusement qu’ils étaient tous différents. Et encore, si Scott savait à quel point il était différent de ce qu’il avait été dans une vie passée… Il serait sans aucun doute choqué d’à quel point Scott et Arthur étaient opposés. La malédiction avait fait un sacré changement.

- Et l’amour ne s’explique pas… il nous tombe dessus. Quand on a de la chance, il est partagé. Mais je t’interdis de dire que tu ne me mérites pas parce que c’est faux.

Même si Scott était loin d’être un romantique dans l’âme étant donné qu’il était extrêmement maladroit à ce niveau, il pensait que chaque être humain avait quelque part dans le monde la personne qui était faite pour lui. Certaines personnes trouvaient celui qui était fait pour elle, d’autres ne le trouvaient malheureusement jamais. Le jeune homme avait pitié pour ces personnes là parce que tout le monde méritait de vivre ce sentiment merveilleux qu’était l’amour, mais parfois, la fatalité était plus forte. Avec un léger sourire, il replaça une mèche de cheveux derrière l’oreille de Diane.

- Je pense que tu te sous-estimes de trop. Le manque de confiance, tu sais bien que je connais ça. Donc je suis bien placé pour en parler.

Scott avait toujours été comme ça. Avisant par la fenêtre que le soleil descendait tranquillement, il reporta son attention sur la jeune femme et lui proposa :

- La journée est finie. Tu veux monter à l’appartement ?


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Mer 18 Fév - 15:57
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Diane n'osait pas regarder Scott, elle ne voulait pas voir l'ironie dans son regard ou pire de la pitié, non cela elle ne le souhaitait pas car cela serait trop dur à supporter. Elle savait fort bien qu'elle ne le méritait mais renoncez à lui était tout bonnement au delà de ses capacités… Il termina ses massages de crème sans dire un mot tandis qu'elle n'osait toujours pas relever les yeux vers lui, puis soudain elle sentit ses doigts frais sur son menton. L'odeur mentholée de la pommade vint lui chatouiller les narines tandis que d'une main ferme et douce à la fois il l'obligeait à se tourner vers lui. Elle ne lui résista pas, elle ne le souhaitait pas de toute façon, elle en avait assez de toujours se battre. Puis elle vit qu'il cherchait son regard, quelque peu à contrecoeur elle accepta finalement de le regarder. Ce qu'elle lut dans son regard valait toutes les paroles d'amour, ses beaux yeux dégageaient tellement de tendresse à cet instant que Diane en eu presque le souffle coupé.

-  Non tu n’es pas stupide,

Il lâcha son menton qu'il tenait toujours pour qu'elle ne se détourne pas de lui, et laissa sa main glisser sur le cou de Diane, pas en un geste de possession avec un prise sur sa nuque, non tout simplement posée sur la trajectoire de son cœur qui battait à tout rompre. Il ne la trouvait pas stupide, décidément l'amour faisait accepter bien des défauts.

- Tu sais, on est tous différents et on gère différemment nos émotions. Moi j’essaie de réfléchir aux situations posément, mais ça ne veut pas dire que je ne suis pas affecté. Toi, tu es plus émotive, mais ce n’est pas une tare. Et jamais je me moquerai de toi.

- Il n'y a qu'avec toi que je suis comme ça, attention je ne te le reproche pas, mais quand je suis avec toi toutes mes barrières volent en éclat, je suis sans défense face à toi.

Diane n'énonçait qu'une pure vérité, s'il prenait l'envie à Scott de la blesser, bien que ce ne soit pas le genre du jeune homme, Diane ne pourrait faire pour se protéger ni se défendre, elle serait totalement impuissante.

-  Et l’amour ne s’explique pas… il nous tombe dessus. Quand on a de la chance, il est partagé. Mais je t’interdis de dire que tu ne me mérites pas parce que c’est faux.

Diane sentit ses yeux se remplirent de larmes de joie mais se retint de pleurer, ce n'était pas un moment où on pleure mais bien un moment de joie et d'amour réciproque. Scott replaça une mèche folle derrière l'oreille de Diane en souriant et celle-ci lui retourna son sourire avec tendresse.  Elle leva la main pour la poser sur celle de son compagnon et le garder ainsi sur sa joue.

-  Je pense que tu te sous-estimes de trop. Le manque de confiance, tu sais bien que je connais ça. Donc je suis bien placé pour en parler.

Diane hocha la tête pour lui dire qu'elle savait. Oui elle savait que lui aussi ne s'estimait pas à sa juste valeur et c'était une des choses qu'elle aimait chez lui, cet homme à ses yeux parfaits ne cherchait pas à se valoriser. C'était aussi cela qui avait fait qu'au lycée aucun d'eux n'avait fait le pas vers l'autre et qu'ils avaient perdu de nombreux années de bonheur ensemble.

-  La journée est finie. Tu veux monter à l’appartement ?

Diane regarda par la fenêtre pour voir le jour qui déclinait, elle ne savait pas si elle devait rentrer chez elle après cette journée éprouvante, puis elle se rappela qu'elle n'avait jamais vu l'appartement de Scott et que c'était la première fois qu'il l'invitait chez lui, cela ne se refusait pas !

-Avec plaisir, je n'ai jamais vu ton petit chez toi.

Elle se leva et prit la main de Scott pour se laisser guider vers la maison de son amoureux. Lorsqu'il la fit entrer dans son antre Diane sourit en remarquant la simplicité du logement, cela reflétait bien le caractère de son locataire, ici et là reposait des objets de son quotidien, une revue sur les chevaux et là sur un fauteuil un chapeau de cowboy. Pour rire, elle l'attrapa en passant à coté tout en visitant et le posa sur sa tête, il était trop grand pour elle mais elle le garda néanmoins.

-Alors comment tu me trouves ? demanda t-elle avec espièglerie.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Jeu 19 Mar - 19:03
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Le moment des révélations semblait être arrivé car Diane lui disait absolument tout ce qu’elle avait sur le cœur et Scott était vraiment content qu’elle le fasse. Ainsi, l’un comme l’autre ne souffrirait plus de ce qu’ils gardaient sur le cœur et n’osaient pas dire. Ils étaient un couple après tout, non ? Et un couple devait parler. Ca, le jeune homme en avait pleinement conscience, même si c’était plus facile à dire qu’à faire. Après tout, lui-même avait subi une crise de jalousie et s’était tut pour ne pas avoir à dire quelque chose qu’il regretterait ou bien blesser la jeune femme. Etait-ce la solution ? Bien sur que non. Mais les réactions humaines sont bien souvent différentes de ce que la logique voulait. Pour le coup, l’un comme l’autre avait fait une erreur. C’était des erreurs qu’on apprenait et Scott comptait bien retenir cette leçon. Quitte à se disputer avec elle un bon coup et passer à autre chose. Non pas qu’il souhaita se disputer avec Diane, mais si c’était un mal nécessaire pour que ça aille mieux ensuite, alors il le ferait.

En disant ce qu’elle avait sur le cœur, Diane fuyait le regard de Scott, comme si elle avait honte de lui faire toutes ces révélations. Il comprenait son état d’esprit, mais il n’aimait pas quand elle faisait ça parce qu’il avait l’impression que la situation lui échappait plus qu’elle ne le faisait déjà. Dès qu’il put, il attrapa son menton entre ses doigts. La crème qu’il avait étalé sur les bleus naissants sur les bras de la jeune femme avait une odeur mentholée assez forte, du coup, il espérait que cela ne la gênerait pas. Après avoir cherché son regard pendant quelques secondes, il réussit à le capter, à contrecœur de la jeune femme. Le jeune homme lui assura qu’elle n’était pas stupide. C’était vrai. Il comprenait parfaitement tout ce qu’elle pouvait ressentir parce que même par son statut d’homme, il comprenait les sentiments qu’elle pouvait ressentir. Et jamais, il ne prétendrait avoir de sixième sens. Il continua dans sa petite lancée en précisant que chacun était différent et que les réactions qu’elle possédait étaient propre à sa personne.

Il fut à la fois surpris et touché d’apprendre que Diane était sensible uniquement quand il s’agissait de lui parce que dans un sens, ça prouvait à quel point elle tenait à lui. Mais en même temps, il comprenait. Ils avaient mis tellement de temps à pouvoir vivre leur histoire que du coup, l’un comme l’autre craignait de perdre l’autre bêtement. Il fallait dire que les choses n’avaient pas été simples, mais c’était le passé. Scott ne voulait plus penser à la façon dont ils avaient éprouvé des sentiments l’un pour l’autre sans jamais rien se dire, tout ce qui comptait à ses yeux, c’était le moment présent, mais le passé était difficile à oublier parce qu’il était présent à jamais. On ne pouvait pas encore remonter le temps pour changer le passé. Difficile de dire si le jeune homme le ferait ou pas car mettons qu’il fasse en sorte que Diane et lui se mettent ensemble lorsqu’ils étaient encore des adolescents ; qui pouvait prouver qu’aujourd’hui, ils seraient encore ensemble ? Absolument personne. Du coup, il préférait encore vivre cette histoire aujourd’hui.

Il ne sut pas vraiment quoi lui répondre là-dessus. Il n’était pas du genre à démontrer ses sentiments en règle générale alors quand on lui faisait des révélations comme celle-ci, Scott en perdait ses mots. Du coup, il préférait se concentrer sur les paroles de Diane quant au fait qu’elle ne le méritait pas. Parce qu’elle le jugeait trop bien pour elle ? Mon dieu, qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre ! C’était surement la chose la plus étrange et stupide qu’il ait pu entendre de toute sa vie. S’il y avait bien une personne qui le méritait, c’était bien elle. Pourquoi ? Allez savoir ! Et même si elle ne le méritait pas, les sentiments qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre ne s’expliquaient tout simplement pas. En revanche, ils devaient s’estimer heureux que leur sentiment respectif soit réciproque car bons nombres de personnes ne trouvaient jamais leur tendre moitié. Scott ne se classait plus dans cette catégorie-là. Et quand il y repensait bien, il n’en avait jamais vraiment fait parti, même si leur chemin avait eu quelques embuches.

Ses paroles pleines de gentillesses et d’honnêteté firent naître des larmes dans les yeux de Diane. Cela déconcerta pendant quelques secondes le jeune homme qui n’aimait pas voir la demoiselle pleurer, mais il se doutait que cette fois-ci, les larmes n’avaient strictement rien à voir avec de la tristesse. Avec un léger sourire, il avait replacé une mèche de ses cheveux derrière son oreille. C’était un petit geste qu’il aimait bien effectuer sur la jeune femme. Le sourire de Scott s’élargit quand elle vint poser une main sur sa joue. Il aimait bien quand elle avait ce petit geste à son égard. Le jeune homme essayait tant bien que mal de la rassurer. Le manque d’assurance, il connaissait plus que bien. Du coup, il savait de quoi il parlait. Diane fut d’accord avec lui, ce qui était rassurant, en un sens. Ils se connaissaient depuis des années alors elle était bien placée pour savoir. Elle le connaissait mieux que personne. Même mieux que sa propre famille ! Jetant un coup d’œil par la fenêtre du bureau, il proposa à Diane de monter chez lui.

C’était la première fois qu’il lui faisait une telle offre, et étrangement, il ne se sentait pas nerveux. Après tout, ils étaient un couple d’adultes et non pas d’adolescents obligés de se dire au revoir sur le palier de la porte. Néanmoins, il laissait le choix à la jeune femme d’accepter ou de refuser. Si elle refusait, il comprendrait parfaitement étant donné le déroulement de la journée. Mais la question ne se posa pas étant donné qu’elle accepta. Se levant, il laissa la jeune femme capturer sa main, puis il l’emmena vers l’escalier extérieur. Techniquement, il avait un escalier qui descendait directement dans l’écurie. Cet escalier, il s’en servait plus souvent que celui extérieur, mais pour la première fois de Diane, autant faire les choses bien. Une prochaine fois, il lui ferait emprunter le raccourci. Ils montèrent tranquillement les escaliers et pendant ce petit laps de temps, le jeune homme chercha la clé. Cette porte était très souvent fermée à clé étant donné qu’il l’utilisait très peu, mais il en gardait toujours la clé sur lui, au cas où l’autre porte lui causerait un souci. On était si rapidement à la porte…

Il lui ouvrit la porte et la laissa pénétrer chez lui en premier avant de refermer la porte derrière eux qu’il verrouilla aussitôt. Comme il l’utilisait peu, il oubliait aussi de la refermer. Donc il le faisait de suite pour ne pas oublier. Scott n’avait pas spécialement honte de son appartement, mais il n’en était pas hyper fier non plus étant donné que c’était très simple comme décoration et que beaucoup de choses rappelaient le centre équestre qui se trouvait sous son plancher. Des coupes, des flots, des statuettes équines composaient majoritairement la décoration. Il avait quelques photos, mais très peu. Il en possédait une avec son neveu, avec qui il s’entendait plutôt bien. Mais pour le reste, c’était juste histoire de mettre un peu de vie à cet appartement. Enfin, c’était ce que sa mère disait. Parce que Scott passait tellement peu de temps ici que parfois, il découvrait un élément de décoration qu’il ne se rappelait qu’après quelque seconde avoir mis là un jour très lointain.

Il suivait un peu Diane qui découvrait son appartement jusqu’à ce qu’elle trouve son chapeau de cowboy qu’il avait laissé là ce matin. Ce chapeau, Scott le possédait depuis des années. C’était un peu son chapeau fétiche, dans un sens. Celui-ci atterrit sur la tête de la jeune femme qui faisait encore le tour du propriétaire. Un petit sourire naquit sur les lèvres du jeune homme lorsqu’elle lui demanda son avis sur la question.

- Et bien, mon chapeau préféré sur la tête de la femme que j’aime, je pense que ça ne peut que bien t’aller. Il ne te manque plus qu’un cheval.

Depuis le temps qu’il se connaissait, Scott ne s’était jamais demandé si elle savait monter à cheval. Il ne l’avait jamais entendu montrer le moindre intérêt pour cela, ni même en parler. Enfin, avec ses paroles, peut-être que la jeune femme rebondirait sur le sujet pour lui donner son état d’esprit à propos des équidés.

- Tu veux rester dîner ? demanda-t-il. Je ne sais pas trop ce que j’ai dans le frigo, je le reconnais, mais je peux bien trouver quelque chose à faire.

Comme il ne mangeait presque pas, en temps normal, il ne pensait pas toujours à faire les courses. Parfois, il se réveillait limite à la fermeture des hyper marchés. Scott était assez connu pour ça à Storybrooke, les rares fois où on le voyait en dehors du ranch.


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Ven 10 Avr - 15:36
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Diane déambulait dans l'appartement de son bien aimé, son regard se posait sur tout et rien à la fois. Cependant lorsqu'elle vit le chapeau de Scott qui reposait sur un fauteuil comme s'il n'attendait rien d'autre qu'être pris, elle ne put s'empêcher de s'en saisir pour le mettre sur sa tête. Le textile tout comme l'air ambiant de la maison sentait le foin et les équidés et bien que pour certains cette odeur puisse être repugnante ou gênante pour Diane elle évoquait le réconfort que lui offrait les bras de Scott lorsqu'il la tenait contre lui.

Fière de son chapardage elle se tourna vers lui pour lui demander avec humour ce qu'il pensait de son allure. Elle se doutait qu'elle devait être risible car le chapeau était un chapeau d'homme et donc bien trop grande pour sa petite tête, il ne cessait de retomber vers les yeux de la jeune femme. Lorsqu'elle regarda Scott elle vit un petit sourire sur son visage ce qui la remplit de joie, il était tellement beau quand il souriait et encore plus lorsqu'il lui souriait à elle… probablement un effet de l'amour qui le rendait lui plus beau que tous les autres dans cette ville.

-   Et bien, mon chapeau préféré sur la tête de la femme que j’aime, je pense que ça ne peut que bien t’aller. Il ne te manque plus qu’un cheval.

L'entendre évoquer ses sentiments fit battre la chamade au cœur de Diane, elle saisit le chapeau et parcourut les quelques pas qui la séparaient de lui. Elle posa avec douceur le couvre cheff sur les cheveux de Scott et en profita pour lui voler un baiser. Puis elle retourna à la découverte de l'appartement, elle laissa glisser ses doigts sur certains trophées au nom de Scott et admira les statuettes qui constituaient l'essentiel de sa décoration. Nul doute que son homme aimait profondément son travail tout comme elle aimait le sien. C'était aussi une des choses qui les rapprochaient, l'amour pour leurs bêtes. Puis elle songea que Scott lui avait poser une question déguiser, tout en continuant son exploration elle lui répondit.

-Je pense qu'avant d'avoir un cheval il faudrait déjà savoir monter, rigola t-elle. Connaîtrais tu par hasard un bon professeur dans le coin, quelqu'un aurait assez de patience pour former une néophyte comme moi ?

Elle se tourna vers lui en souriant, heureuse de le taquiner tout en sachant que pour rien au monde elle n'aurait pris quelque d'autre que lui pour la former à cet art qu'était l'équitation et qui le passionnait. Bien qu'elle ne fût pas rassurer d'approcher des animaux aussi imposants et impétueux que les chevaux, elle voulait faire un nouveau pas vers Scott, lui montrer qu'elle tenait en apprendre plus sur sa passion pour pouvoir la partager avec lui?

-  Tu veux rester dîner ? Je ne sais pas trop ce que j’ai dans le frigo, je le reconnais, mais je peux bien trouver quelque chose à faire.

Diane lui sourit comme si il lui avait fait la plus belle des surprises, elle qui pensait devoir rentrer après avoir vu l'appartement de son amoureux, allait avoir la chance de pouvoir rester encore plusieurs heures en sa compagnie.

-Un dîner avec l'homme que j'aime, et bien cela mérite réflexion je crois …

Diane lui tourna le dos tout en riant intérieurement, elle n'avait pas besoin de réfléchir. Quelques secondes après elle fit volte face et se jeta au cou de Scott pour l'embrasser. Leur querelle les avait empêcher de le faire et Diane ressentait le besoin de lui montrer à quel point il comptait pour elle.

-J'ai réfléchi, c'est un oui, un beau grand et énorme oui même si tu n'avais qu'un quignon de pain et un verre d'eau à me proposer ce serait encore oui !

Elle se lova contre lui, trop heureuse de cette nouvelle perspective, souhaitant que rien ne vienne briser la quiétude de leurs retrouvailles.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Sam 16 Mai - 22:49
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Ca faisait bizarre à Scott de se retrouver dans son appartement en compagnie de Diane. Lui avait déjà mis les pieds chez elle, quelques fois, mais c’était la première fois que la jeune femme venait chez lui et ça lui semblait étrange de la voir dans son environnement à lui. Certes, son appartement au-dessus des écuries n’avait absolument aucune prétention et manquait cruellement de décoration, puisque presque toutes ses décorations avaient un rapport avec le lieu dans lequel il vivait. Des statuettes de cheval, des photos de ses chevaux, des coupes, des flots, les quatre premiers fers de sa jument qu’il avait réparti… Et la majorité des meubles était en bois ainsi que la charpente et tout le tralala. Les murs étaient blancs en revanche. Bref, aucun tralala, aucune extravagance etc. Mais c’était chez lui et c’était là qu’il se sentait le mieux, quand il n’était pas dans ses écuries. C’était lui qui avait demandé à ce qu’on aménage le dessus des écuries.

Quand il avait repris le centre équestre, il lui avait semblé évident qu’il était hors de question qu’il vive ailleurs que là. Les chevaux avaient besoin qu’on les surveille. Et s’il arrivait quelque chose pendant que lui, dormait, dans un logement à plusieurs minutes de là ? Et s’il y avait le feu ? Qui donnerait l’alerte ? Les chevaux ne savaient pas se servir d’un téléphone ! Tous ses animaux dépendaient de lui, donc, il était on ne peut plus normal qu’il vive avec eux. Et puis, les chevaux étaient une excellente compagnie. C’était des êtres intelligents qui méritaient qu’on s’intéresse à eux. D’une certaine façon, les chevaux étaient la famille qu’il n’avait pas vraiment. De sa famille, il n’était pas vraiment proche. Il ne s’entendait pas avec ses sœurs, sa mère était très à cheval sur le protocole… En réalité, il n’y avait qu’avec son neveu qui était presque aussi vieux que lui avec qui il s’entendait. D’ailleurs, à cause du fait qu’ils étaient dans la même tranche d’âge, Scott grinçait un peu des dents à chaque fois que son neveu l’appelait « mon oncle ».

Malgré la bizarrerie qu’il ressentait de voir Diane chez lui, il était heureux qu’elle soit là. Elle avait su s’imposer dans sa vie. Et quelque part, il la considérait comme sa famille. Les membres qui composaient sa famille étaient très divers et variés, mais après tout, il n’y avait pas besoin d’être du même sang pour appartenir à la même famille. Il suffisait de regarder dans la même direction, voilà tout. Le jeune homme était amusé de voir Diane avec son chapeau de cow boy sur la tête. Celui-ci était un peu trop grand pour elle, mais ça ne lui allait pas si mal que ça. Ca la changeait. Du coup, peut-être devrait-il lui en offrir un ? Pour son anniversaire ou bien pour Noël, suivant ce qui arriverait avant. Ou alors, nul besoin d’attendre l’un ou l’autre. Après tout, il ne fallait pas forcément attendre une date pour offrir un cadeau à quelqu’un, n’est-ce pas ? Scott allait prendre le temps d’y réfléchir, un peu, parce que Diane lui demandait son avis sur le fait qu’elle portait son chapeau.

Le jeune homme ne savait pas mentir. Les rares fois où il avait essayé, cela s’était vu comme le nez au milieu de la figure. Alors il ne perdait plus son temps à essaye. Et puis, l’honnêteté était sans aucun doute la meilleure chose à faire. Il était sincère quand il disait qu’il ne lui manquait plus qu’un cheval pour parfaire le déguisement. Bon, un cheval ne pouvait pas être considéré comme un accessoire parce que c’était un être vivant, pas un objet. Mais pour le coup, il essayait de se l’imaginer sur un cheval. Et son imagination semblait être assez prometteuse. Autant, quand on essayait de s’imaginer une personne dans une certaine situation, on finissait par effacer cette image très rapidement étant donné son invraisemblabilité. Or, Diane et un cheval allaient plutôt bien de paire. Peut-être pas autant qu’avec un dauphin, mais il fallait bien commencer par quelque chose. Et puis, c’était normal d’associer Diane avec un animal marin puisqu’elle était propriétaire de l’aquarium de la ville.

Il regarda la jeune femme revenir vers lui, retirant son chapeau de sa tête pour le mettre sur sa tête. Scott accueillit son chapeau sur sa tête sans broncher et avec un petit sourire. Un sourire qui fut rapidement recouvert par les lèvres de Diane sur les siennes. Scott lui rendit son baiser avant de la laisser continuer sa petite visite des lieux. Elle s’intéressa pendant quelques instants aux trophées qu’il avait gagné dans sa ‘jeunesse’. Il avait dit au revoir aux concours quatre ans plus tôt. Il aurait pu continuer, étant donné que Kira était encore assez jeune, mais toute cette pression d’avant concours, ce n’était pas pour lui. Et puis… et maintenant ? Avec tout le boulot qu’il y avait au centre équestre, quand pourrait-il trouver le temps de s’entrainer ? Il fallait être réaliste. Et puis, ça lui était passé, il n’avait plus forcément envie de sauter. Il songea pendant quelques instants que la jeune femme n’avait pas vraiment répondu à ses paroles concernant son effet chapeau de cow boy, jusqu’à ce qu’elle le fasse.

- Je pense que je peux trouver ça, répondit-il. Il est extrêmement patient quand il s’agit des chevaux. Enfin, il est patient en règle générale, mais c’est un bon prof.

Scott était entré dans son jeu. Et puis, dans le coin, il n’y avait pas beaucoup de centre équestre, alors si Diane voulait apprendre à monter, ce serait vers lui qu’il faudrait se tourner. Lui ou un des profs d’équitation qu’il avait engagé. Au début, il avait souhaité prendre tout en charge, tout seul, mais il s’était rapidement rendu à l’évidence qu’il n’arriverait jamais à gérer tout seul. C’était trop de boulot pour une seule personne.

Le temps filait et après avoir jeté un nouveau coup d’œil à la fenêtre, il proposa à Diane de rester dîner. Il ne savait pas trop ce qu’il avait chez lui, mais il pouvait toujours trouver quelque chose à préparer qui pourrait servir de nourriture. Scott était un peu du genre désordonné là-dessus. Il n’allait pas souvent en course. Et quand il y allait, c’était vraiment parce qu’il était franchement en manque de nourriture. Il ne consommait pas beaucoup de nourriture, puisqu’il se gavait surtout de café. Un petit air amusé se peignit sur son visage lorsque Diane fit mine de réfléchir à sa proposition. Il savait déjà sa réponse, mais ça l’amusait de la voir jouer avec le suspense. Mais alors qu’il s’y attendait le moins, il la vit revenir vers lui précipitamment pour venir l’embrasser à nouveau. Mais cette fois-ci, rien à voir avec le baiser chaste qui avait eu lieu un peu plus tôt lorsqu’elle était venu lui rendre son chapeau. Il rit à sa réponse et la serra contre lui lorsqu’elle vint trouver refuge dans ses bras. Il embrassa le sommet de sa tête.

- Heureusement que je n’ai pas que ça ! répondit-il avec une pointe d’amusement dans la voix. Figures-toi que je suis plutôt doué dans les différents plats de pâtes qu’on peut inventer !

Il se détacha légèrement d’elle, mais il captura sa main dans la sienne et l’entraina vers la cuisine qui était tout aussi rustique que le reste du logement.

- Alors, qu’est-ce qui te ferait plaisir de manger ?


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Ven 22 Mai - 11:30
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



Chaque baiser échangé était un instant de bonheur en plus, une infime partie d'un bonheur qui s'annonçait au fil des jours plus grand que le précédent, Diane savourait tous ces moments pour les chérir lorsqu'ils seraient vieux. Car oui elle n'imaginait pas finir sa vie avec un autre homme que lui c'était tout simplement inconcevable.  Elle passait ses mains sur les trophées de Scott tout en lisant chaque petite plaque qui les ornementait. Scott lui dit alors qu'il ne devrait pas avoir de difficulté à lui trouver un enseignant pour l'équitation et elle se retourna pour lui sourire avec tendresse. Bien évidemment elle ne voulait pas d'autre prof que lui, elle serait déjà bien assez ridicule lorsqu'elle serait sur un cheval il n'était pas nécessaire que la ville entière soit au courant qu'elle s'était retrouvée les quatre fers en l'air en étant désarçonnée par sa monture.

Diane sentit les lèvres de Scott sur le sommet de sa tête et sourit. Elle était désormais lovée contre le torse de Scott, la tête posée dans le creux de son épaule là où s'était le plus confortable, les mains dans son dos. Elle fit glisser ses doigts sur le dos de Scott se délectant de sa fermeté et continua de descendre jusqu'à une zone dont elle ne se lassait pas de regarder. Avec douceur et une certaine timidité aussi, elle glissa ses mains dans les poches arrières du pantalon de Scott. Ce geste anodin pour les amoureux traditionnaux était une première pour elle et Scott, elle espérait qu'il ne la repousserait pas, bien qu'elle était certaine que si il le faisait ce serait avec une très grande douceur comme à son habitude.

-Heureusement que je n’ai pas que ça ! répondit-il avec une pointe d’amusement dans la voix. Figures-toi que je suis plutôt doué dans les différents plats de pâtes qu’on peut inventer !

Scott brisa leur étreinte et prit immédiatement sa main pour ne pas rompre le contact, il l'emmena dans la cuisine qui semblait tout droit sortie d'un vieux western ce qui fit sourire la jeune femme.

- Alors, qu’est-ce qui te ferait plaisir de manger ?

Puisqu'il avait évoqué qu'il était doué pour les pâtes elle ne voyait pas de raison de manger autre chose, mais des pâtes seules c'était un peu léger pour un repas de soirée.

-Sors les pâtes et mets de l'eau à chauffer je me charge de trouver quoi faire avec, dit-elle en souriant.

Elle se dirigea vers le frigo tandis que Scott ouvrait un placard pour sortir des pâtes, elle ouvrit la porte et jeta un œil à l'intérieur. Elle fut tout d'abord un peu décontenancée de voir le frigo quasiment vide, elle jeta un coup d'œil à son compagnon et remarqua qu'il n'était pas très épais. Elle s'en inquiétât quelque peu mais n'en toucha pas un mot à Scott, elle lui ferait de bon petits plats lors d'autres occasions pour redonner des forces à son compagnon. Elle reprit son inspection du frigo qui se révéla rapide car il n'y avait presque rien, elle sortit un paquet de lardons et referma le frigo. Elle laissa son regard parcourir la cuisine et trouva un condiment parfait pour leur repas apprivoisé : un oignon. Le pauvre aliment était tout seul à attendre que son propriétaire l'utilise.

Elle se tourna vers Scott et lui montra ses trouvailles avec un grand sourire.

-Ce soir c'est pâtes à la carbo mais euh … sans crème fraîche …

Elle éclata de rire et demanda à Scott une poêle, un couteau et une planche à découper. Elle posa les aliments sur la table et attendit les ustensiles. Elle prit l'oignon et commença à l'éplucher, ôtant la fine membrane qui faisait pleurer les yeux, elle le découpa en lamelles fines et se tourna vers Scott avec les yeux larmoyants. Elle s'approcha de lui et lui donnant un coup de hanche joueur pour le pousser sur le côté avec un grand sourire, elle versa sa cargaison dans la poêle.

-Et maintenant à toi Monsieur le cuisto !

Diane alla s'asseoir sur une chaise non loin et  posa son regard sur son compagnon. Elle le dévorait des yeux et si elle ne mangeait pas bientôt ce serait peut être lui qu'elle mangerait. Elle sourit en riant intérieurement à son comportement e plus en plus dépravée mais se retint de faire part de ses pensées à Scott,  chaque chose en son temps.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   Mer 3 Juin - 21:35
© made by Islande



Diane <3 Scott

« Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. »



L’effet étrange que procurait la présence de Diane dans son appartement se dissipait progressivement. Il l’avait vu faire un peu l’état des lieux, comme si elle prenait ses repères. Scott la regarda simplement faire, se plaçant dans un coin comme s’il n’avait pas souhaité la déranger dans son observation. Il s’amusa des différentes réactions qui s’étaient peintes sur son joli visage. Comme il fallait un peu s’y attendre, l’appartement du jeune homme était en parfaite harmonie avec l’endroit où il habitait. Le monde équestre régentait la vie de Scott, mais en même temps, est-ce qu’on pouvait concevoir un appartement décoré autrement dans un lieu comme celui-ci ? Peut-être. De toute manière, il ne prêtait pas spécialement attention à la décoration. Il ne vivait pas pour cela. Il ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi certaines personnes passaient plus de temps à trouver la décoration parfaite pour leur demeure. Du moment que c’était propre, Scott ne cherchait pas plus.

Diane avait un certain style avec un chapeau de cow-boy sur la tête, même si celui-ci s’avérait trop grand pour elle étant donné qu’il était adapté à la tête de Scott. Du coup, la plaisanterie alla même jusqu’à envisager la possibilité de trouver un professeur d’équitation pour la jeune femme. Bien évidemment, il ne comptait pas désigner quelqu’un, il était évident qu’il prendrait lui-même en charge l’apprentissage équestre de Diane si celle-ci souhaitait apprendre à monter. Pourquoi demander à une tierce personne quand on pouvait le faire soit même. La jeune femme n’avait pas vraiment fait tout le tour du propriétaire. En réalité, l’appartement de Scott se résumait à une grande pièce à vivre, une cuisine, une salle de bain, une chambre et des toilettes. Il n’avait pas besoin de plus. Le salon à lui tout seul faisait une grande majorité des écuries. Donc, il ne restait pas grand-chose à découvrir pour Diane. Pour le moment, la jeune femme se trouvait dans ses bras, lovée contre lui.

Le cœur de Scott tressauta légèrement lorsqu’elle osa glisser ses mains dans les poches arrière de son jean. Il ne s’attendait pas du tout à une telle chose mais il ne fit aucun recul ou ne montra aucun signe de dérangement. Au contraire, il ne fit aucune remarque, se contentant même de l’inviter à rester manger. Néanmoins, il fut honnête avec elle en lui annonçant directement qu’il ignorait ce qu’il y avait dans le frigo et il n’y avait probablement pas grand-chose. Scott ferait un peu plus de course, il pourrait sans aucun doute offrir un repas bien établi à Diane, mais les fois où il se rendait au supermarché étaient tellement rares que du coup, c’était limite si les caissiers se souvenaient de lui quand il passait. Une fois, une caissière lui avait même demandé depuis quand il avait déménagé à Storybrooke. Cette fois-là, il s’était retrouvé bête en lui répondant qu’il avait toujours vécu dans cette ville. La réponse de Diane sur la maigre quantité d’aliment présente chez lui, lui arracha un semblant de rire. Heureusement qu’il n’avait pas que ça et à force de manger des pâtes, on venait à expérimenter plusieurs plats pour éviter la lassitude.

Il emmena directement Diane jusqu’à la cuisine tout aussi démodée que le reste de son appartement mais qui contenait tout ce qu’il fallait pour cuisiner. Autant avouer de suite que Scott n’utilisait même pas le tiers de tout ce que contenait sa cuisine, mais il s’était dit qu’au cas où, si un jour il avait besoin et qu’il n’avait pas, il allait se retrouver comme deux ronds de flan sans savoir quoi faire, ni improviser. La cuisine n’était pas son domaine. Mais quand il voulait, il pouvait. Comme il l’avait dit il faisait des supers plats de pâtes. Bon, ce n’était pas non plus digne d’un super restaurant quatre étoiles, mais c’était comestible et plutôt bon. Lorsqu’il demanda à Diane ce qu’elle souhaitait dîner, elle prit aussitôt les choses en mains et lui demanda de sortir les pâtes. Comme un bon petit soldat, il ouvrit le placard à condiments et sorti un paquet de pâtes qu’il posa sur le comptoir avant d’aller chercher une casserole et d’y verser de l’eau avant de la placer sur le feu. La jeune femme avait trouvé ce qu’il lui fallait pour agrémenter les pâtes. Elle avait trouvé un oignon et des lardons. Puis, un léger rire lui échappa quand elle déclara le nom du plat.

- Un peu d’innovation dans ce bas monde, répondit-il.

Il s’exécuta lorsqu’elle lui demanda son nécessaire pour préparer sa garniture. Pour ne pas se mettre à pleurer comme une fille face à l’effet oignon, Scott se mit en retrait, là où il ne risquait rien ou tout du moins, nettement moins que Diane étant donné qu’elle se mit à pleurer en l’épluchant. Il resta silencieux le temps qu’elle finisse ce qu’elle était entrain de faire. De son côté, il venait de mettre les pâtes à cuir lorsqu’elle vint vers lui pour lui administrer un coup de hanche ; demande implicite afin qu’il se pousse et libère le passage. Mais ce ne fut que de courte durée puisqu’elle lui laissa ensuite le champ libre afin qu’il cuisine. Avec un demi-sourire de dessiné sur les lèvres, il alla se laver les mains avant de se placer devant le feu et de faire cuire les aliments en ajoutant un peu d’huile afin de faire revenir le tout.

- Un peu plus et je croyais que tu t’occuperais de tout, fit-il tout en touillant les pâtes afin qu’elles ne collent pas.

Afin qu’il n’y ait pas trop de fumée dans la cuisine, il ouvrit les deux petites fenêtres qui se trouvaient juste au-dessus de la gazinière. Même si ça sentait bon, il préférait quand même aérer parce que les odeurs de nourriture, ça allait bien cinq minutes. Scott se concentra dans sa tâche de manière la plus assidue possible. Ce serait dommage de rater le repas alors que ce serait le premier ‘maison’ qu’ils mangeraient ensemble. Préparer le repas ne fut pas vraiment bien long, aussi quand la cuisson se termina, il se tourna vers Diane.

- Est-ce que tu peux mettre la table dans la grande salle ? demanda-t-il

Il lui donna les directives afin qu’elle puisse trouver les couverts et le service de table. Il lui faisait confiance pour faire ça bien. Remarquez qu’elle pourrait toujours faire mieux que lui étant donné que quand il mettait la table, les couverts se retrouvaient tout le temps du même côté, croisés… bref tout ce que sa mère détestait ! Pendant les rares repas de famille auxquels il était obligé d’assister, on lui avait déjà demandé de mettre la table, pour donner un coup de main. Mais très rapidement, on avait cessé de lui demander parce qu’il était évident qu’il n’en avait rien à faire du couteau à droite et de la fourchette à gauche. L’étiquette, tout ça, il n’en avait rien à faire, pour être complètement honnête. Lui, il vivait dans la simplicité. La richesse bourgeoise de sa famille… Ca lui passait bien au-dessus de la tête. Scott garda les assiettes avec lui et il les servit avant de les apporter à table.

- Et voilà ! Des pâtes carbonaras façon Hedge !


_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Là où il n'y a point d'amour, il n'y a point de jalousie. Diane <3 Scott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Les broderies au point compté de la souris
» valeur en point
» liste d armee a 1000 point pour un tournoit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-