Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mar 22 Juil - 9:46
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Elle avait du mal à croire qu’elle se trouvait là, dans cette salle, avec cette robe. C’était si... étrange. C’était un rêve, évidemment. Elle savait que c’était un rêve. Il ne pouvait en être autrement, toute sa logique le lui criait. Et pourtant, ça n’avait rien à voir avec ses songes habituels. Elle y était. Elle y était vraiment. Elle avait conscience de ses mouvements, de ses gestes. Elle était libre de ses mouvements. Elle avait le sentiment d’y être vraiment, comme si c’était réel. Elle regarda la scène face à elle. Un homme attendait, somptueusement vêtu. Un homme qu'elle connaissait, bien qu'elle ne lui ait jamais vraiment parlé. Il faut dire que quelqu'un se réveillant du coma et retrouvant soudainement sa femme faisait parler. David Nolan. Qui attendait. Quoi donc, c'était un mystère, mais elle imaginait qu'ils ne tarderaient pas à le savoir. Bien qu'il s'agisse de son propre rêve, elle était incapable de prévoir la suite des événements. Mais surtout, il y avait ces autres personnes, ces invités qui semblaient être là, sans vraiment l’être. A moins que ce soient elle qui soit invisible, une intruse. Elle tenta de toucher la jeune femme qui se trouvait non loin d’elle et passa au travers de son bras, comme si elle avait été un fantôme. Elle se sentait extrêmement mal à l’aise. Ne pas savoir où elle se trouvait, ni pourquoi était particulièrement perturbant. D’autant plus qu’en voyant David vêtu de la sorte, au milieu de cette assemblée, elle eut une sensation étrange. Comme une sorte de... déjà vu. Sans savoir d’où cela venait exactement.

Dans ce chaos, la présence d’Eddie avait quelque chose de rassurant, malgré le fait qu’il ne soit qu’un personnage de son rêve. D’ailleurs, il ne semblait pas plus surpris que ça de se trouver ici, vêtu d’une manière qui semblait très médiévale, tout comme elle. Si les circonstances avaient été différentes, elle aurait été ravie de se trouver à un mariage, dans une si jolie robe, même si rien de tout ça n’était réel. Il la regarda, amusé lorsqu’elle lui demanda où ils se trouvaient. Mais la réponse avait de quoi la surprendre. Elle écarquilla les yeux, le vit devenir plus inquiet soudainement, demandant même confirmation.

« Bien sûr que non, on est dans MON rêve ! » rétorqua-t-elle, la nervosité la rendant légèrement agressive.

Encore heureux qu’elle ait conscience de se trouver dans son propre rêve. Il n’empêche que le ton inquiet d’Eddie n’était pas pour la rassurer. Elle se tourna de nouveau vers le futur marié. Elle avait vu cette scène. Elle était certaine, persuadée de l’avoir déjà vue. Mais où ? Ca ne pouvait être quelque chose qui lui était arrivé. Si elle avait assisté à ce genre d'événement qui ressemblait à un bal, vêtue d’une robe digne d’une princesse, elle s’en serait souvenue évidemment. Alors où ? Dans un autre rêve, ou bien... C’est alors que cela la frappa. Bien sûr, c’était évident ! Comment n’y avait-elle pas pensé ? Sous l’effet de cette soudaine révélation, ses yeux s’arrondirent comme des soucoupes et elle donna une claque violente sur le bras d’Eddie sans le vouloir.

« Je sais ! Je sais où on est ! C’est une illustration du livre de contes d’Henry, je reconnais l'endroit ! » Elle se tourna vers le jeune homme, l’air triomphant. « Tu vois ! Tu n’as jamais lu ce livre que je sache, alors c’est forcément mon rêve ! »

Il n'y avait pas seulement l'architecture particulièrement reconnaissable, mais aussi la disposition des invités, les costumes, tout. Bien qu'elle ait l'impression que l'image était incomplète. Pas de chance, elle ne se rappelait plus à quelle partie du livre elle correspondait. Elle regretta de ne pas l'avoir relu avec attention récemment. Elle n'avait plus vraiment eu le coeur à se préoccuper de toutes ces histoires depuis ce qui était arrivé à Henry, mais elle était certaine de ne pas se tromper. Elle se tourna de tous les côtés, à la recherche de Thomas. Lui seul, en dehors d’Henry, aurait pu apprécier cette coïncidence, même s’il n’était qu’une version rêvée de son véritable ami. Mais elle ne le vit pas, et en éprouva un réel pincement au cœur. Elle espéra qu’elle se souviendrait de tout à son réveil et pourrait le lui raconter. A moins qu’il ne finisse par apparaître. C’était bien la première fois qu’elle rêvait de ce livre, bien qu’elle ait eu maintes fois l’occasion de le parcourir. L’image avait simplement dû s’imprimer dans son esprit, le tout intensifié par le coma du petit garçon qui l’inquiétait plus qu’elle n’aurait su le dire. Elle tourna la tête et c’est alors qu’elle aperçut une jeune femme en tenue d’indienne. Savannah, celle avec qui elle avait passé une soirée endiablée il y a peu de temps, au cours de laquelle elle s’était réellement lâchée pour la première fois de sa vie. Peut-être un peu trop d’ailleurs. Elle en rougissait rien que d’y penser, mais elle devait bien admettre qu’elle avait passé un excellent moment. Elle s’agita et fit de grands signes de la main.

« Savannah ! Savannah ! » se mit-elle à crier, sans se soucier des autres invités. Après tout, elle avait bien compris qu’ils ne pouvaient pas l’entendre. Elle espérait seulement que la jeune femme, elle, le pouvait. Plus elle aurait de présences amies, plus elle se sentirait rassurée. Peut-être que ce rêve ne serait pas si mal. Même si, au fond, elle commençait à douter qu’il s’agisse réellement d’un rêve...


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mar 22 Juil - 11:06
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Quelle était la probabilité pour que Rowi affirme qu'ils se trouvaient dans son rêve et non dans celui d'Eddie ? Elle aurait pu trouver n'importe quoi d'autre à dire, même quelque chose d'insensé comme … comme « Tiens c'est joli ! Je pense que je vais peindre cette scène en rentrant chez moi ! ». Oui le jeune voleur avait appris il n'y avait pas si longtemps que sa récente connaissance aimait la peinture. Enfin, peu importe. Pourquoi son subconscient lui avait-il servi une Rowena assez casse-pieds pour lui tenir tête ? D'autant plus qu'en temps normal, la coiffeuse aurait été totalement incapable de mentir. Eddie avait pu le constater en essayant de lui apprendre comment cacher des choses à sa belle-mère. Dans un sens, ce qu'elle certifiait donc là ne pouvait pas être vrai … Le garçon avait conscience d'être ici, à côté d'elle, il pouvait presque encore sentir sa petite main lâcher brusquement la sienne. Il ne pouvait pas être un rêve. Le rêveur ici, c'était lui !

- Arrête de dire n'importe quoi ! S'exclama-t-il d'un ton irrité en réponse à l'agressivité de la jeune femme. Je me souviens très bien m'être endormi avant d’atterrir ici. Et d'ailleurs, si tu es si sûre que nous sommes dans ton rêve, prouve-le !

Agacé, il fit claquer sa langue contre son palais et croisa les bras sur son torse en attendant sa preuve. Hélas, la jolie demoiselle se détourna en direction du marié en ayant l'air de le trouver soudain très intéressant. Eddie grommela pour lui-même que ça montrait bel et bien qu'il avait raison, bien qu'il commençait sérieusement à en douter. Du coin de l’œil, il aperçu du mouvement non loin de là. En y regardant d'un peu plus près, il s'agissait des deux sœurs jumelles complètement folles à lier et d'un nain qui ne lui était pas du tout inconnu pour la peine. Eux aussi semblaient pouvoir se toucher et se parler, ce qui rendait la situation encore plus troublante. Le jeune escroc fut presque plus surpris de découvrir Walgrim que les soeurs Heelsman, car voilà bien longtemps qu'il n'avait pas passé de temps en sa compagnie. Il était vrai que depuis qu'il s'était pris un coup de casserole de la part de Rowena, Eddie avait eu tendance à calmer ses vilaines occupations. Il n'avait pas trainé jusqu'à pas d'heure avec le nain et ne lui avait plus soutiré d'argent depuis belle lurette. Le jeune homme se promit solennellement de recourir à cela le plus rapidement possible après son réveil. Mais ses beaux projets furent coupés de court. En effet, une petite furie percuta vivement son épaule à l'aide de sa main. Sous la surprise et la violence du coup il fit un bond sur le côté. Malgré l'allure frêle et innocente du personnage, Rowi pouvait bien vite devenir dangereuse sans même s'en rendre compte. Eddie devait le savoir mieux que quiconque pour avoir subi à plusieurs reprises les brusques frénésies de la jeune femme.

- Ah non, stop ! S'indigna-t-il en levant les mains devant lui. On ne frappe pas les gens, ma jolie ! Pas plus qu'on les assomme ou qu'on les pousse dans les ronces ! Il va vraiment falloir que j'aille parler à Gabriella de la façon qu'elle a d'élever ses enfants …

Il s'interrompit en comprenant ce que la petite brune était en train de lui déblatérer à toute vitesse. C'était la source de son élan de folie, sans aucun doute. Mais à vrai dire Eddie n'en avait plus rien à faire maintenant que ses mots prenaient sens dans son esprit. Elle venait de lui apporter la preuve qu'il lui avait réclamer, certes, mais c'était carrément ... impossible ! Sourcils froncés, il resta interdit une bonne poignée de secondes avant de relever la tête vers la coiffeuse vêtue comme une princesse. Il s'approche d'un pas et attrapa le bras qu'elle agitait en direction de quelqu'un d'autre.

- Attends, attends … Eh, Rowena ! Clama-t-il en la forçant à se tourner vers lui alors qu'elle s'évertuait à appeler son amie comme si de rien n'était. Tu es en train de me dire qu'on est dans un foutu bouquin ?!


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mar 22 Juil - 13:39
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Un rêve ? Tiens… voilà qui rejoignait l’hypothèse initiale de la demoiselle. Mais si ça en été bien un, pourquoi ne connaissait-elle personne dans l’assistance ainsi rassemblé. Pourquoi son subconscient avait-il choisit de créer cet évènement précisément ? Un mariage ? Elle n’avait pas de désir refoulé de ce genre… Le marié était David Nolan et à part avoir lu son nom dans le journal elle ne le connaissait pas plus que ça… Et l’inconnue aux traits fins avait parlé de son rêve. Impossible, sinon elle non plus n’y avait pas sa place et elle n’aurait pas conscience de tout ce qui se tramait en cet instant autour d’elle. Non, ils n’étaient pas en train de rêver… Peut-être alors… Storybrooke aurait pu être la cible d’une bombe, ou d’une catastrophe naturelle fulgurante d’une ampleur gigantesque. Ainsi ils seraient tous morts, ce qui expliquerait qu’ils étaient tous réunis ici sans comprendre comment ils avaient pu y arriver et sans savoir ce qu’on attendait d’eux… Le seul point qui clochait c’était les costumes. Là, l’ex-indienne n’avait aucune explication à émettre sur le sujet. En fait plus elle cherchait du sens à donner aux évènements, plus la réalité semblait lui glisser entre les mains.

Ouvrant la bouche pour tenter d’apporter une réponse, elle la referma une seconde après car la jeune femme c’était elle-même répondu. De toute façon ce qu’elle s’apprêtait à lui dire n’était pas très constructif : « Je ne sais pas… », songea-t-elle. A bien regarder les deux demoiselles dont elle venait de faire référence, elle ne les connaissait pas du tout, alors elle ne pourrait pas lui être d’une grande d’aide. Les deux jumelles paraissaient être en train de tourner la situation à leur avantage et elles s’en amusaient. Immédiatement, Savannah les envia, elle aurait aimé être leur sœur aussi et tourner cette scène à la dérision en leur compagnie. Au moins les deux femmes pouvaient compter l’une sur l’autre et avait un repère parmi les invités des festivités. Non, elle n’allait pas se morfondre pour si peu c’était ridicule ! Après tout elle était en compagnie de deux… inconnues.

Imitant la jeune femme aux cheveux châtain, elle fit un nouveau tour d’horizon du regard, de la salle de bal dans laquelle elles avaient atterries. A présent elle détectait que des sortes de groupes s’étaient formés, de façon disparate, dans l’immense pièce médiévale. Ils n’avaient pas l’air d’invités au mariage, tout comme elle et les deux femmes à ses côtés, sur leur visage se peignait tour à tour l’inquiétude, la perplexité, la surprise… mais en aucun cas les émotions habituelles transmis par ce type d’évènement, comme la joie, les larmes, les rires. D’ailleurs les invités fantomatiques étaient plutôt « tranquille », ils parlaient entre eux, étaient dans leur grande majorité assis en attente du déroulé des actions de cette journée. Reportant un bref instant son attention sur les deux femmes à ses côtés elle lâcha :

- Si on est dans un rêve… je me demande bien dans celui de qui…

Puis elle entendit au loin une fille crier et semblait s’adresser à eux, du moins d’une certaine façon. Elle venait de les dénommer les non-fantômes ?! Devait-elle vraiment se sentir concernée par cet appel, à l’intérieur d’elle une petite lui répondait en écho : « Il vaudrait mieux que oui, sinon ça veut dire que je suis un fantôme ! ». Elle commença à esquisser un pas dans sa direction avant de se raviser. La jolie brune stoppa net son action et se tourna à nouveau vers les deux femmes déclarant avec énergie :

- J’allai oublier... Je m’appelle…

Elle allait se présenter convenablement et surement découvrir peu après l’identité des deux demoiselles mais elle fut coupée net dans son initiative. Son prénom ne sortit pas de sa bouche mais de celui d’une autre personne présente dans l’assemblée, il émergeait d’ailleurs d’une voix familière. Et après le deuxième appel, elle découvrit la provenance de ce signal, qui résonnait à ses oreilles comme une réponse à ses appels au secours, qu’elle n’avait pourtant pas vraiment eut le temps de lancer. Un immense sourire illumina son visage, juste avant de rejoindre son amie elle pensa à dire :

- Désolé, nous nous présenterons surement un peu plus tard.

Ne pouvant se retenir davantage elle fonça ensuite droit vers cette femmes vêtue d’une élégante robe bleu, digne des plus belles princesses des contes de fées. Arrivée face à elle, Savannah ne fit pas dans la demi-mesure, elle étendit grand ses bras en éventail devant elle et saisit dans une étreinte chaleureuse la miss tout en décrétant d’une voix forte :

- Rowena ! Tu n’imagines pas à quel point je suis contente de te voir ici !

Une fois qu’elle l’eut relâchée, elle essuya vivement de l’extrémité de son auriculaire une petite larme qui lui avait échappée sous le coup de l’émotion. Savannah pouvait se montrer très démonstrative par instant mais c’était à chaque fois sans calcul, ni exagération et avec peu de contrôle aussi. Elle se permit ensuite de contempler la jeune femme, elle était vraiment ravissante, peut-être un peu moderne pour le thème, mais ça compensait avec elle-même qui avait tendance à être trop rétro. La jeune femme allait la complimenter pour sa tenue quand elle observa quelque chose d’encore plus intéressant à ses côtés. Rowena n’était pas seule, elle était accompagnée d’un charmant garçon, ce qui n’échappa pas au radar de l’ex-indienne, tout comme la proximité qu’il pouvait y avoir entre les deux jeunes. Un sourire ravi se dessina sur son visage, tandis qu’elle se calmait un peu et qu’elle déclarait poliment en tendant sa main droite bras tendu en direction du jeune homme :

- Oh, bonjour. Savannah Fox, enchanté.


Revenir en haut Aller en bas



PNJ Intrigues
PNJ Intrigue ೨ Tremblez, Mortels !

⚔ Curse :
49


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 23 Juil - 13:01

Everything has a beginning



The shadow waiting in the dark...
Comme vous l'avez constaté, un mariage se prépare dans cette salle où vous avez été projetés. Alors que vous tentez de donner un sens à cette histoire, la foule des invités se presse autour de l'allée, prenant place sur les sièges qui y sont installés, tandis qu'une musique se met à retentir tout autour de vous. Les grandes portes s'ouvrent pour laisser Snow, rayonnante dans sa robe de mariée, puis se referment sur son entrée. Le silence se fait dans l'assemblée tandis que la princesse remonte l'allée pour rejoindre son fiancé. Devant l'autel, le marieur commence à consacrer leur union : « Nous sommes ici pour célébrer l'union du prince James Charmant et de la princesse Blanche-Neige... »
Vous, qui assistez à cette scène remplie d'émotion, comment allez-vous réagir en entendant prononcer des noms si célèbres ? Il est temps pour vous tous de vous rassembler et de vous organiser car, nous le savons tous, les instants de répit ne durent jamais bien longtemps...

L'heure est venue...

Les règles à retenir.
೨ Tous les participants de l'intrigue se trouvent spectateurs du mariage de Snow et Charming qui a eu lieu dans les contes. Cependant, nous vous demanderons de ne pas faire avancer la scène (ne faites pas intervenir Regina, par exemple), les admins s'en chargeront au fil de leurs posts.
೨ En tant que spectateurs de ce souvenir, vos personnages ne peuvent pas intervenir sur le cours des choses. Ils peuvent évoluer dans la salle mais les acteurs de la scène qui se déroule devant leurs yeux ne peuvent ni les voir, ni les entendre, ni les toucher, que ce soient les futurs mariés ou les invités.
೨ En revanche, les participants de l'intrigue peuvent interagir entre eux : se parler, se toucher, etc...
೨ Vos personnages ne sont pas habillés de la même manière qu'ils l'étaient lorsqu'ils se sont endormis. Non, à la place, ils portent les vêtements de leur vie passée, ceux qu'ils portaient au moment où la malédiction de Regina a frappé. Par exemple, Alexander est habillé en pirate tandis que Scott porte les vêtements du roi de Camelot.
೨ Concernant les objets que vos personnages sont susceptibles d'avoir sur eux lorsque la Malédiction a frappé (genre couteau, épée etc...), sachez que vous pouvez les avoir avec vous durant l'intrigue à condition qu'ils aient perdu leurs propriétés magiques ! (ex : Excalibur devient une épée normale).
೨ Notez bien que, même avec vos anciens vêtements, vous restez les humains maudits de Storybrooke ! Ainsi, au niveau physique, les fées ne retrouvent pas d'ailes et les sirènes conservent leurs jambes. Les sorciers ne retrouvent pas leurs pouvoirs non plus, et chacun ne possède que les souvenirs dont il disposait à Storybrooke.
೨ Si vous voulez réserver votre tour pour répondre à l'intrigue, cela ne pourra durer que trois heures. Une fois ce laps de temps écoulé, votre post sera effacé par un membre du staff et vous aurez perdu votre tour. Si le délai est dépassé mais que le staff n'a pas encore eu le temps de supprimer la réservation, les autres participants à l'intrigue sont autorisés à poster comme si aucune réservation n'avait été faite.
೨ Dernier détail, nous demandons toujours un minimum de 600 mots par RP lors de cette intrigue.
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 23 Juil - 13:05
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Les rires fusaient dans le salon cependant que les boissons s’enchaînaient. Matthew et Moïra étaient à moitié assis, à moitié allongés sur le sofa, mais complètement l’un sur l’autre. Leurs jambes emmêlaient démontraient la complicité du couple. Sur un large fauteuil à leur gauche, Cloé et Masha se disputaient gentiment sur le fait que désormais l’ancienne sirène était un peu la tante de la policière, ce qui rendait hilare la délinquante blonde. Enfin, de la cuisine les échos d’une Louna préparant à manger résonnaient comme si elle faisait exprès de faire du bruit pour prouver qu’elle cuisinait.

Soudain le son d’une porte qui claque se fit entendre et une tornade blonde se précipita dans la pièce jusque devant le canapé où les amoureux se trouvaient. Spencer fusilla une Moïra blême du regard avant de la montrer du doigt en hurlant d'une voix déformée par la rage qu'elle n'avais que dix-sept ans et que c'était encore une lycéenne. Lorsqu'elle se tut, un silence glacial s'installa et bientôt Matthew se leva comme si elle le répugnait et la regarda avec tellement de mépris et de haine que l'adolescente ne put faire le moindre geste. Ses traits habituellement si doux désormais tordus par la rage, il lui dit qu'il ne voulait plus jamais la revoir et partit avec Spencer à son bras. Quand enfin Moïra récupéra l'usage de son corps elle tenta de se lever pour le suivre, pour lui expliquer, mais Cloé et Louna l'en empêchèrent. Elles maintenaient leur captive contre le dossier du sofa en lui disant qu'elle ne méritait pas un homme comme lui de toute manière, que ses sentiments pour elle étaient une erreur. Qu'elle avait pénétré un sanctuaire ? Les voix semblaient avoir fusionné pour ne faire qu'une seule voix grave dont les vibrations résonnèrent dans la poitrine de la brunette.

Elle ouvrit les yeux qu'elle ne se souvenait pas d'avoir fermés et fut choquée de découvrir qu'elle ne se trouvait plus chez elle. Elle était au contraire dans ce qui ressemblait fortement à une salle de bal tout droit sortie d'un film de cape et d'épée. L'ancienne princesse vit qu'autour d'elle, une foule des gens déguisés pour la circonstance faisait face à une sorte de kiosque en plein centre de la pièce. Étrange comme endroit pour installer un kiosque d'ailleurs... Sur ce-dernier, un homme que Moïra pensait avoir déjà croisé en ville se tenait bien droit. Pourquoi rêvait-elle d'un inconnu ? Quelle que soit la réponse, la jeune fille préférait cela à son cauchemar précédant. Alors qu'elle fit un pas pour prendre part à son rêve, elle se tordit la cheville et grimaça de douleur tout en tentant de ne pas tomber. Une fois son équilibre retrouvé la brunette baissa les yeux pour observer les dégâts... Et ne put que voir les jupes bouffantes de ce qui semblait être une robe d'époque.


''C'est quoi ce bordel ?''

La jeune Fisher commençait à se dire qu'elle n'aimait pas non plus ce rêve-ci. Sa toilette d'un vert d'eau agréable, bien que très belle, ne faisait pas du tout rire Moïra, pas plus que ses cheveux plus longs que jamais, tressés, bouclés et habilement coiffés une sorte de chignon haut faute d'un meilleur terme. Depuis quand se rêvait-elle en princesse Disney ? C'était ridicule ! Même la tenue de l'indienne un peu plus loin lui aurait plu davantage. Dans la main elle tenait une flûte de champagne pleine qu'elle vida d'une traite après un haussement d'épaules. Grommelant pour elle-même, elle s'assura rapidement que sa cheville n'avait rien – tout en pestant contre ses chaussures qui étaient encore pire que sa robe – avant de s'avancer vers la personne la plus proche. Si elle devait subir ce rêve jusqu'au bout, autant savoir ce qu'elle était censée attendre avec les autres.

''Pardon, on attend quoi exactement ?''

Le vieux bonhomme chauve et à la barbe bien fournie ne lui répondit pas. En vérité, il sembla ne pas l'avoir entendue ni remarquée du tout. Ce qui mit en colère la lycéenne qui ne supportait pas d'être ignorée. D'une voix tranchante elle reprit:

''Dis donc tronche de poulpe c'est à toi que je cause !''

Ne recevant pas même un petit coup d’œil dans sa direction, Moïra décida d'employer les grands moyens et tendit la main qui ne tenait pas sa coupe pour lui tirer la barbe de toutes ses forces. Il l'avait bien cherché après tout. Mais au lieu de se refermer sur la pilosité faciale du vieil homme, les doigts de l'adolescente passèrent au travers. Les yeux agrandi par le choc, Moïra regardait son bras disparaître dans le torse de ce qui apparaissait désormais être une sorte de fantôme. Soit ça, soit... Elle frissonna en pensant à la seconde possibilité. Elle ne pouvait pas être un fantôme. Non non, impossible. Comment son esprit pouvait-il la torturer de cette manière ? Elle était trop jeune pour mourir, même en rêve !

''Mew-Mew ! Tu m'entends ?''

La brunette stoppa net devant l'apparition qui lui faisait face. Une Vanellopée fort peu vêtue agitait les bras devant le visage de sa jeune cousine, cousine qui hésitait entre rire et s'énerver. Une pensée s'imposa alors à elle. Vany la voyait ! Comme pour confirmer que la professeure d'Histoire était bien réelle – et elle également – l'ancienne sirène tendit le doigt et l'enfonça dans la joue de l'adulte. Mais ne passa pas à travers. Soupirant, rassurée, la lycéenne secoua la tête pour se remettre les idées en place tout en grommelant à son interlocutrice de virer ses bras de là. Ceci fait, Moïra put mieux observer sa tenue et se dit qu'en fin de compte la robe qu'elle-même portait n'était pas si mal.

''Et qu'est-ce que tu fous habillée en Heelsman ? C'est pas une Bitch Party ici.''

Des cris se firent entendre un peu plus loin et elle découvrit Alex en train de hurler contre... Une meringue violette ? Mais l'espèce de chou rouge géant ne lui prêta pas la moindre attention et bientôt il se retrouva seul et se mit à bouder. C'était l'occasion rêvée – littéralement – de réunir ces deux-là. Si la jeune Fisher réussissait à faire en sorte qu'ils aient une conversation normale dans ses songes, alors elle était sur la bonne voie pour réussir dans le vrai monde. Car même s'il s'en défendait, elle avait bien remarqué qu'il évitait sa colocataire lorsque la princesse déchue était venu les voir la dernière fois. Attrapant de sa main vide le poignet de sa cousine sans lui demander son avis, elle les dirigea vers le jeune homme déguisé en pirate. Pas étonnant qu'elle ait eu le béguin pour lui quand elle était gamine, il dégageait ce petit truc qui ne pouvait laisser personne insensible. Et Vany pas moins que les autres ! En guise de salutation, et parce qu'elle sentait qu'il pouvait l'entendre contrairement au reste de la foule, elle s'exclama:

''Hey le moche, pleure pas je suis là !''

Quelqu'un un peu plus loin demanda aux 'non-fantôme' de rejoindre un petit groupe de personnes, mais lorsque Moïra aperçut Lilwenn dans le lot, elle grimaça et préféra ne rien en faire. Avant qu'elle n'ait pu dire quoi que ce soit à sa cousine et au pirate de son cœur – tout le monde le savait – une musique résonna dans la salle de bal accompagné du bruit d'une porte qui s'ouvre. La lycéenne se braqua, la dernière fois qu'elle avait rêvé d'une porte qui s'ouvrait, l'homme qu'elle aimait l'avait larguée pour la Reine des Garces. Mais ce fut une Mary-Margaret tout de blanc vêtu et aux cheveux longs, à en juger par sa coiffure, qui apparut. Les gens commencèrent à s'asseoir, l'ancienne sirène en fit de même supposant que Vany et Alex la suivaient, mais bientôt quelqu'un s'assit à travers elle sur la même chaise alors elle se leva avec un air outré.

L'institutrice rejoignit l'homme que la dernière des filles Fisher avait vu un peu plus tôt et un autre habillé comme un pape. Celui prit la parole, déclarant ni plus ni moins qu'ils allaient tous assister au mariage de James Charmant et de Blanche-Neige... Donc apparemment, se dit la brunette, quelqu'un avait commencé à picoler avant la cérémonie... Ricanant pour elle-même, elle chercha sa cousine du regard.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 23 Juil - 19:34
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.

   
   
   
   
   
Je finissais mon service au Granny's avec Ruby et Becky et montais dans ma chambre, complètement exténuée. Je n’avais qu'une envie m'allonger et dormir, me reposer. Je montais lentement les marches menant à l'étage où se trouvait ma chambre. Je souhaitais une bonne nuit à Ruby après m'être changée, allais me coucher. J'étais très fatiguée et pourtant, je passais une demi-heure à me tourner et me retourner dans mon lit avant de m'endormir.

Je me retrouvais dans une sorte de grotte très sombre dans laquelle pourtant, je me sentais en sécurité. Je m'approchais d'une flaque d'eau étrangement grosse et y vis non pas mon reflet, mais bien le visage de Sigyn, ma sœur. Avant que j'eus le temps de comprendre ce que cela voulait dire. J'étais plongée dans le noir, une voix grave et menaçante s'adressait à moi. Je commençais à avoir peur quand soudain, une grande lumière blanche m'éblouit. Je papillonnais des yeux, essayant de m’habituer à la luminosité. Lorsque que je pus enfin voir quelque chose quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une grande salle magnifiquement décorée, semblable à une salle de bal. Je regardais autour de moi, tout le monde était habillé dans un costume médiéval. J'étais étrangement choquée par tout cela et me demandait quelle genre de rêve cela pouvait être. J'eus soudain un doute, je baissais les yeux et vis que j'étais moi-même affublée dune robe de princesse. Bon, je n'étais pas vraiment contre, étant donnée que c'était une magnifique robe blanche agrémentée de rubans vert d'eau, mais j'étais un peu trop perturbée par mon environnement pour m'en préoccuper.

Je soufflais un grand coup, je devais me concentrer sur l'endroit où je me trouvais. C'était cela, je devais trouver des indices, des repères. Je commençais par me pincer pour vérifier que je rêvais bien, mais je me fis étrangement mal. La douleur semblait bel et bien réelle. Laissant ça de côté, j'essayais de comprendre la raison de cette foule. Je décidais de me frayer un chemin à travers ce qui semblait être les invités. Je souhaitais passer entre deux personnes, aussi le demandais-je de se pousser un peu. Aucune réponse. Je recommençais mais ils m'ignorèrent de nouveau. Finalement, j'allais les écarter doucement moi-même, mais mes mains, leur passèrent littéralement à travers. J'eus un moment de stupeur, j'étais transparente, ou bien était-ce eux qui étaient intangibles. Je commençais à paniquer, aussi pris-je une grande respiration. Après tout,ce n'était qu'un rêve, c'était normal, les choses étranges dans les rêves, non ? Bref, prenant mon courage à deux mains, je passais à travers ces fantômes, pour finalement voir la raison de cet attroupement, au milieu la salle se trouvait un autel, un prêtre et David...David Nolan.

J'allais de surprises en surprises, je ne comprenais pas ce qu'il faisait là. Bien sûr, j'avais deviné qu'il allait se marier, mais avec qui ? Mary-Margaret ? En tenue du moyen-âge ? Sans nous avoir prévenu ? Je trouvais ça vraiment bizarre, de m'être retrouvée là d'un coup. D'autant plus avec cette impression de déjà-vu. Normalement, je devrais me souvenir de comment j'ai atterris à ce mariage.  J'étais complètement perdue, heureusement, je vis un peu plus loin Finean Théouranos : le médecin légiste que j'avais rencontré il y a quelques jours et que j'avais trouvé plus que sympathique. Il était habillé encore plus bizarrement que moi avec une espèce de longue toge noire-grise. Je souris avant de le rejoindre, passant malgré moi à travers quelques convives.

Arrivée près de lui, je le saluais et mes joues rosirent sans que je sache pourquoi. Il se tourna vers moi, signe qu’il m'avait entendue. Je fus soulagée de trouver quelqu'un qui me voyait et que je connaissais. En effet, il y a avait d'autres personnes qui semblaient perdues, mais que je connaissais uniquement de visu. Je touchais le bras du sorcier, vérifiant ainsi qu'il était « réel ».

« Bonjour Finean. Tu es...élégamment sombre. Tu sais pourquoi David se marie, je passe à travers tout le monde sauf toi, j'ai une impression de déjà-vu et que ça me paraît trop réel pour être un rêve ? »

Je reprenais ma respiration, prenant conscience que je l'avais peut-être assailli de questions sans prendre le temps de lui demander s'il allait bien. Je me demandais quand même comment cela pouvait être aussi réaliste dans un rêve et comment je pouvais inviter des personnes que je connaissais à peine à vivre la même chose que moi. Sans parler de cette voix étrange.  Alors que le légiste finissait de répondre à mes questions, j'entendis quelqu'un vouloir rassembler les non-fantômes. Alors que j'allais y aller le silence se fit dans la salle et tout le monde s'assit. Pour ne pas être irrespectueuse, je fis de même. Je ne pus m'empêcher de me demander si c'était moi le fantôme, comment je pouvais m'asseoir. Bref, me sortant de mes pensées la mariée arriva. Certes, je ne fus pas surprise de voir que c'était Mary-Margaret, après tout ils étaient faits l'un pour l'autre, ces deux-là. Non ce qui me surpris c'était, outre sa robe de mariée digne d'une princesse, le fait qu’elle ne fut pas surpris de tout ces gens en tenue médiévale, moi et Finean compris.

J'étais encore un peu perturbée par tous ça mais l'important était que j'assiste au mariage de Mar...Blanche-Neige et le Prince Charmant ?!!!! Je me tournais vers l'ancien sorcier, cherchant un peu d'aide, des explications ou ne serait-ce qu'un semblant de calme auquel je pourrais m'accrocher. Il semblerait qu'Henry m'ait monté la tête avec ses histoires de personnages de contes. Voilà que dans mon rêve, je les imaginais Blanche-neige et Charmant ! Je devais être plus fatiguée que je ne le pensais mais apparemment, je ne fus pas la surprise de cette annonce.


   

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 23 Juil - 20:02
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Le soulagement de pouvoir toucher sa fausse cousine au contraire des autres invités fut de courte durée. Après tout, il était clair que les deux jeunes femmes avaient été propulsé dans un endroit défiant toute logique et, de par le fait même, dangereux. Ses mains gantées se retirèrent des épaules de Kimly lorsque la blonde remarqua qu’elles tremblaient toujours, encore secouées de son cauchemar précédent. Par chance, aucune larme ne roulait sur ses joues puisque dans ce rêve-ci, elle semblait avoir une certaine lucidité. Du coup, son subconscient ne pouvait plus inventer des émotions que son cœur gelé ne savait plus ressentir. Le visage de Roselyn repris alors une expression neutre pour ne pas dire froide, faisant bien contraste avec la vague panique qui l’avait envahi devant la possibilité de retrouver sa sœur en statue de glace. Néanmoins, Anna était toujours là comme dans la plupart des songes qui peuplaient ses nuits. De ce fait, la rouquine pouvait encore être la cible de situation bien périlleuse ! Maudite ou pas, la reine des glaces ne pouvait se résoudre à perdre à nouveau la seule personne que son cœur pouvait reconnaître. Hélas, sa façon de le faire comprendre était pour le moins boiteuse...

« Aussi longtemps qu’on ne sait pas où nous sommes, ne fait rien de stupide s’il te plait ! Je reviens, je pars en éclaireuse… » dit-elle à la rousse avant de lui indiquer un endroit pour s’asseoir en attendant.

À la base, cela partait d’une bonne intention, celui de protéger sa sœur, mais ses paroles ressemblaient tellement à un ordre que le caractère bouillant de la plus jeune ne risquerait surement pas de résister à la tentation de lui désobéir. Même en sachant cela, Elsa s’éloigna d’elle pour percer le mystère de ce songe beaucoup trop révélateur d’information à son gout. Si ça n’avait été qu’une illusion qui lui était destinée, la magicienne serait beaucoup moins tendue. Cependant, vu l’air ahuri et les questions que posaient certaines personnes autour, elle n’était pas seule prisonnière de cet écho du passé. Une invitation au mariage de David Nolan ? Une soirée costumée ? De la drogue dans le réservoir d’eau de la ville ? Rien que des interrogations qui indiquèrent à la blonde que toutes ces âmes perdus appartenaient bien à la catégorie des amnésiques venus de Storybrooke. La reine des neiges avançait silencieusement aux travers des invités fantômes du mariage du prince et de sa belle. Sa longue jupe brillante et sa traîne de dentelle aux motifs de givre glissaient sur le sol dans un bruissement de soie alors que son regard faisait le tour de la foule. Certains touristes de ce rêve étrange furent faciles à repérer comme le pirate, la fille de joie et l’indienne qui n’étaient visiblement pas habillés pour l’occasion. Le cas le moins subtile fut l’apparition des deux harpies qui travaillaient pour Régina dans leur nouvelle vie. Si les sœurs Heelsmans participaient à ce rêve, il y avait de quoi virer au cauchemar bien assez vite !

Soudain, une jeune femme brune qui brandissait un long bout de tissu eut la brillante idée de rameuter les citoyens. Sans surprise, presque la totalité de la pièce fit comme s’il ne l’avait pas vu, mais pour certains des élus dont Elsa, elle représentait la lumière rassurante d’un phare au milieu de cet océan de bizarreries. D’un pas un peu plus assuré, la blonde se dirigea vers le petit groupe qui s’était formé à l’écart et y reconnu quelques visages. Il y avait d’abord celui rassurant de son ancien mentor de magie qui s’imposa avec son sourire doux. Merlin aurait sans doute beaucoup manqué à la magicienne dans cette nouvelle existence si le miroir magique ne l’avait pas condamné à ne plus éprouver la moindre émotion… D’ailleurs, elle dut faire comme-ci elle ne le connaissait pas, n’aillant jamais vraiment adressé la parole au proviseur hormis peut-être lors des réunions administratives qui touchaient l’école et le lycée de la petite ville du Maine. À ses côtés, Lilween semblait rayonnante malgré le décor particulier dans lequel ils se trouvaient tous.

« Un peu perdu vous aussi ? » dit-elle en s’approchant du groupe, espérant pouvoir se joindre à eux sans attirer les soupçons. Roselyn devait s’en tenir à son rôle de suiveuse même si elle possédait encore ses souvenirs, tout manquement de sa part pourrait tomber dans l’oreille de Regina. Cette dernière n’était peut-être pas au courant qu’un souvenir s’éveillait dans la conscience collective des dormeurs.  « Mais… Tu marches Lilwenn ? » Égale à elle-même, sa surprise ne fut même pas suffisamment forte pour sembler sincère et des félicitations ne lui semblèrent pas nécessaires. Ce n’était qu’un rêve après tout, non ?

« Je m'appelle Roselyn et la dernière chose dont je me souvienne c'est de m'être endormie chez moi... Bref, je vois mal ce que je fais ici ! » rajouta-t-elle pour les personnes qu'elle ne connaissait pas encore.

Elle tentait cette étrange grimace qui était devenue beaucoup plus facile depuis sa rencontre avec Mulan et réussi à faire un beau sourire aux inconnus qui l'entouraient. Soudain, les grands portes de la salle s’ouvrirent et tous les regards convergèrent vers une magnifique mariée. Roselyn remarqua à quel point sa collègue était différente dans ce souvenir lointain, plus heureuse et épanouie avec sa longue chevelure noire… Elle suivit Blanche-Neige du regard, mais se figea lorsqu’elle remarqua une silhouette familière assise dans les premiers rangs. Ce visage rayonnant d’admiration avec des larmes de joie dans les yeux la choqua, car il s’agissait du sien. Elsa avait bien assisté à ce mariage et la preuve en était là, dans cette version d’elle-même datant de l’époque où elle était encore reine d’Arendelle et maîtresse de son destin. Roselyn ferma les paupières en proie à une forte nausée, car de se voir heureuse ainsi lui rappelait qu’il y avait peu de chance pour qu’elle le soit à nouveau...

Elle inspira un bon coup et remis son masque de glace en espérant qu’aucun n’est suivit son regard. Maintenant que les prénoms du prince et de Blanche Neige avaient été prononcés, l’ancienne magicienne redoutait qu’on fasse le lien avec la rumeur de la malédiction. Était-ce son rôle de garder ces gens dans l’ignorance ? Était-ce pourquoi elle était coincée ici avec eux ?

« James Charmant et de la princesse Blanche-Neige ? La bonne blague ! » siffla-t-elle avec mépris devant cette ‘’farce’’ à l’humour étrange.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 23 Juil - 22:19
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Ivy avait raison. Ne pas être le seul à vivre cette étrange expérience rendait la situation plus rassurante. Même si cela enlevait la théorie du rêve ou la compliquait, le nain était content de ne plus parler dans le vide. Au début s'était marrant, toutefois, il y aurait eu un côté déprimant à voir tout le monde s'amuser autour de lui alors qu'il ne pouvait rien toucher. Leur petit groupe s'agrandit de plus en plus sans que quiconque ne sache se qui se passait. Scott déclara qu'aux dernières nouvelles, il était allé se coucher. C'était le cas de tout le monde, apparemment.

Avant qu'il n'ait eu le temps de trouver quoi répondre, la conversation obliqua vers le mariage qui était apparemment en train de se dérouler. Le nain se jeta sur cette occasion pour ne pas avoir à avouer qu'avec tout se qu'il avait bu, il n'avait aucun souvenir de la fin de sa soirée. Il signala qu'il semblerait que ce soit David qui se marie, ce qui était bizarre parce qu'il l'était déjà. Sauf s'il avait l'info annonçant un divorce. Ce qui était hautement improbable quand vous aviez des amis comme Rebecca et Lysebeth. La dentiste confirme que normalement l'homme déguisé en prince charmant était toujours marié. Comme à chaque fois, cette confirmation était rassurante tout en rajoutant une bonne dose de bizarrerie à ce qu'ils vivaient. Nahia fit alors une remarque assez pertinente : et s’ils renouvelaient leurs vœux. Honnêtement, l'ancien redcap ignorait tout de ce genre de pratique mais il espérait que la fontainière avait raison. Si seulement la situation était aussi simple que cérémonie à thème médiéval ! Durant la discussion, Wally essaya de se concentrer sur Scott, Nahia et Ivy pour ne pas s'attarder sur la tenue assez transparente de Diane. Le nain se concentra de nouveau sur sa tenue pour voir s'il ne pouvait pas en délester une couche à l'ancienne dame du lac qui devait avoir froid. Il se ravisa, vu la différence de taille, ce geste plein de galanterie ne changerait sans doute rien au problème. Alors qu'il pesait le pour et le contre en se 'déconnectant' un peu de la conversation, une invasion de couleurs criardes attira son regard.

Tempête rose et tempête verte semblait bien décidé à tester leurs ombrelles sur tout se qui bougeait. Walgrim proposa alors de s'écarter pour leur propre survie. Trop tard. Un coup d'ombrelle visa Nahia. Ce n'était pas ce détail que le nain retenu de la scène mais plutôt se qui survint ensuite. Telle une super héroïne des temps modernes (une phrase bizarre à dire quand tous le monde portaient des tenues médiévales), Lilwenn s'était jeté sur la fontainière. L'ancien redcap était réellement abasourdi par cette preuve que la demoiselle qu'il avait traitée de chipie (parce qu'il pensait qu'elle ne pouvait pas l'entendre) était bel et bien réelle. Son regard surpris restait braqué sur les demoiselles étalées par terre, de sorte qu'il ne vit pas le second coup d'ombrelle fait par ranger vert.

*Mince... Elle est vraiment là ! Elle ne m’a peut-être pas... Non, elle m'a certainement entendu... Aïe*

Une violente douleur à la tête l’interrompit dans ces réflexions. Le nain se retourna alors que la dame en vert le traitait d'enfant de plouc. Walgrim était habitué aux moqueries mais il devait bien avouer qu'on ne lui avait jamais sorti cette tirade... Ni écorcher son nom à ce point. Sans tous ces petits détails, il aurait pu compatir à la plainte concernant la nourriture.

"C'est Walgrim Redcap." Corrigea-t-il avec lenteur comme s'il parlait à un attardé. "On ne vous apprends pas la politesse sur la planète mode ?"

Lysebeth serait sans doute fâché qu'il ose dire que les jumelles viennent de la planète mode mais l'entremetteuse n'était pas là (que se soit en fantôme ou en vrai) et puis le nain n'avait pas vraiment d'autres remarques sarcastiques en stock. Une grande partie de son cerveau était encore figé par sa bourde par rapport à Lilwenn alors il ne fallait pas trop lui demander ! Heureusement, les deux terreurs s'éloignèrent. L'ancien redcap poussa un soupir de soulagement tout en se massant le cuir chevelu endolori.

"Non, çà va ! J'ai la tête solide." Rassura-t-il ces amis qui s'inquiétaient du coup qu'il venait de recevoir. "J'aurais dû me douter que la loi de l'ironie universelle allait se retourner contre moi." Plaisanta-t-il pour souligner l'ironie que c'était celui qui donnait le conseil de s'éloigner qui se prenait justement un coup d'ombrelle. Une blague digne de l'arroseur arrosé.

Ces méninges encore active (et booster par la douleur) lui signalèrent soudain que c'était bizarre d'avoir mal dans un rêve.

"Hey... on est pas censé avoir mal dans un rêve." S'étonna-t-il à voix haute. Décidément, cette histoire devenait de plus en plus bizarre.

Heureusement, Ivy put gérer la suite de la discussion car Walgrim réalisa alors qu'il ne s'était même pas présenter. A croire que si son corps se portait à merveille dans ce rêve, son esprit, lui, avait décidé d'avancer au ralenti. Il en oubliait même les plus basiques des politesses.

"Merci à ma dentiste préférée d'avoir si brillamment résumé la situation." Dit-il avec un sourire de remerciement à Ivy. "Désolé, vraiment, d'habitude je suis plus poli que çà, donc, comme l'a dit Ivy, je m'appelle Walgrim mais si vous sentez que vous aller écorcher ce nom à la manière Heelsman, vous pouvez m'appeler Wally."

Tout çà pour masquer le fait qu'il n'avait aucune idée sur se qu'il devait faire maintenant. C'était bien joli d'arriver à la conclusion que personne ne savait pourquoi ils étaient là et pourquoi seulement certains invités n'étaient pas des fantômes mais que devaient-ils faire ? Essayer de sortir de la pièce ? Rester jusqu'à un hypothétique réveil ? En tout cas, une chose était certaine, plus les minutes s'écoulaient et plus le nain regrettait d'être horriblement sobre.

Une voix forte se fit entendre et cela venait d'une personne plus sensée que celle des evil twins. Wally se tourna pour voir Nahia agité une tapisserie en appelant les non-fantômes. L'ancien redcap hésita à répondre à l'appel puisque Lilwenn se tenait prêt de la fontainière. Elle et le garde du corps/magicien/grand-père qui semblait prêt à lancer une boule de feu niveau 20 à quiconque ferait du mal à l'ancienne dame de Shalott. Rien d'engageant donc. D'ailleurs, il rêvait où Lilwenn venait de lui décocher un regard noir ? Sans doute c'était son imagination car si une œillade assassine lui était destinée, la belle devrait baisser son regard.

Histoire de regarder ailleurs, Walgrim essaya de déterminé qui réagissait à l'appel. Il vit Rowy et Eddy en pleine conversation. Etaient-ils réellement présent ou bien le nain se prendra-t-il un vent s'il tentait de taquiner ces deux amis ? Comme ils parlaient avec l'indienne le risque que la coiffeuse et l'arnaqueur ne soient pas vraiment là diminuait. Ouf, encore des visages familiers qui n'était pas des fantômes ! Donc à l'option 's'approcher du rassemblement organisé avec Nahia' s'ajoutais celle d'interpeller les 'amoureux'. Encore des décisions à prendre... Génial... Comme si la situation ne pouvait pas être pire, Walgrim vit un visage qu'il espérait ne plus recroiser : celui de l'évadé que Târa lui avait demandé de pister et qui lui était tombé dessus au festival de la mine.

*Merde... il était pas retourné chez les cinglés celui-là ?* S'alarma-t-il.

Ce soir-là, l'ancien redcap avait failli perdre plus qu'un téléphone portable. Au début, vu que le nom de Lynch était mêlé à l'affaire, il aurait pu croire ce Michael Moody innocent mais il avait changé d'avis depuis sa rencontre avec l'ancien loup-garou. Çà plus l'agression d'Archie, la conclusion était simple : ce mec était dangereux !

"C'est le type qui a attaqué le docteur Hopper." Souffla-t-il à ces amis le plus discrètement possible. "On devrait s'éloigner le plus possible de lui."

Avant qu'il ne puisse suivre son propre conseil, les fantômes semblèrent s'agiter. Le nain commença à bouger pour éviter les spectateurs qui semblaient vouloir regagner rapidement leurs places en ignorant royalement le fait qu'il était sur leurs chemins.

"Wouaw, qu'est-ce qui se passe encore ?!" Commenta-t-il.

Malheureusement, même avec la meilleure volonté du monde, Walgrim n'arriva pas à tout éviter les invités et plusieurs lui passèrent en travers. Le nain frissonna.

"Brrr... je m'habituerais jamais à cette sensation." Marmonna-t-il à ces comparses.

Sauf quand levant les yeux, il vit qu'il n'était plus près d'Ivy, Scott et Diane. Sa petite gymnastique d'esquive l'avait conduit près de Nahia... et donc de Lilwenn. La personne qu'il voulait précisément éviter (il aurait bien pensé qu'il s'agissait de la personne qu'il désirait le plus évité mais l'apparition de Michael venait de modifier radicalement ce classement). Le nain baissa les yeux d'un air gêné et se racla la gorge avant de se décider à prendre la parole :

"Hum... désolé pour ma remarque de tout à l'heure." S'excusa-t-il en se massant la nuque et regardant toujours fixement ces pieds. "Je savais pas que t'étais vraiment là." Il réalisa vite que ce n'était pas vraiment le genre de chose à dire. "Enfin... je veux dire, je croyais rêver et que je pouvais dire n'importe quoi sans que personne ne l'entende. Oh mais je ne suis pas du tout du genre à dire ce genre de chose... que tu sois vraiment là ou non. Mais bon, comme tu es de toute évidence vraiment là, je m'excuse, voilà."

L'ancien redcap était le champion pour s'embrouiller dans des excuses sans fin. Il n'y avait que lui pour s'enfoncer tout seul ou empirer une situation en s'excuser et grossissant un détail insignifiant Il ne se rendait pas compte qu’en s’empêtrant dans ses excuses, il ignorait royalement les personnes qui entourait l’ancienne dame de Shalott.

Au moment où il allait complimenter Lilwenn sur sa robe ou qu'il allait déclarer être ravi de la voir en meilleur santé, le destin avait décidé d'interrompre systématique toute ces intentions puisqu'une musique retentit. La mariée fut son apparition. Walgrim fronça les sourcils devant l'identité de la future élue. Donc, ce n'était pas un renouvellement de vœux. Lysebeth allait être verte de raté çà.

"Au moins..." Commenta-t-il en se tournant et osant enfin regarder Lilween avec un mince sourire. "... On ne va pas rater ce mariage là."

Maigre consolation pour ceux ayant raté l'union entre Louna et Will. La bonne humeur qui le gagnait se raya comme un vieux disque en entendant le marieur dire les noms des deux futurs époux. Hein ?! Il avait bien entendu ?! Charmant et Blanche-Neige ? Ok... la cérémonie venait de monter d'un cran dans son échelle de l'étrange. A quand l'apparition d'une cabine téléphone bleu avec un célèbre docteur lançant un 'je m'y oppose' ? Au point où on en était, ce genre d'événement paraîtrait presque normal aux yeux du nain !


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 23 Juil - 23:21
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Vany avait cru sauter de joie en tombant sur Moïra. Enfin, encore fallait-il que cette dernière fût capable de la voir et de l'entendre... Lorsque la lycéenne enfonça son doigt dans la joie de la libraire, toutes deux eurent la confirmation qu'elle pouvaient communiquer, et le soulagement se peignit sur chacun des visages. Celui de Vanellopée s'évanouit rapidement, cependant, car la cadette Fisher lui demanda avec humeur de "virer ses bras de là", ce qui fit froncer les sourcils de l'ancienne sirène. Elle n'eut pas l'occasion de sermonner Momo, pour le coup, car cette dernière en rajouta une couche en faisant allusion à la tenue vestimentaire de la professeure d'Histoire-Géographie.

▬ Et qu'est-ce que tu fous habillée en Heelsman ? C'est pas une Bitch Party ici.

Baissant les yeux afin d'admirer la tenue plus qu'élégante de sa cousine, elle s'apprêtait à répondre par une remarque moqueuse à propos de la robe-meringue mais la flûte de champagne vide dans la main de son interlocutrice interrompit le cours de ses pensées. Fronçant les sourcils, elle n'avait jamais vraiment été pour l'alcoolisation de Moïra mais, visiblement, le mal était déjà fait.

▬ Très drôle ! Comme si j'avais eu envie de m'habiller comme ça...

Elle avait répondu sur un ton où se mêlaient l'agacement et le reproche. Elle avait beau adorer sa Mew-Mew, cela n'empêchait en rien le fait que la jeune fille avait de sérieuses carences niveau respect de ses aînés... Même si, en l’occurrence, l'aînée en question n'était pas tellement plus vieille qu'elle. Déjà de mauvais poil, ou peut-être parler d'écaille aurait été plus approprié dans sa situation actuelle, Vany n'avait pas fini de déchanter. En effet, elle eut à peine le temps de répondre à sa cousine que plusieurs éclats de voix se firent entendre. Parmi ces sonorités, elle reconnut un timbre qui lui était particulièrement familier et qui la fit grimacer.

▬ Aïe ! NON MAIS ÇA VA PAS LA TÊTE ! ESPÈCE DE TARÉE !

Alex. Instinctivement, elle s'était retournée pour voir ce qui était arrivé à son colocataire. Ses yeux se posèrent tout d'abord sur une grosse tâche colorée, mais cette dernière s'éloigna bien vite pour laisser Vany se concentrer à loisir sur l'apparence de son meilleur ami. Enfin... Elle ne savait plus trop si ils étaient encore amis, maintenant. Le chasseur de trésors était vêtu de la tête aux pieds à la manière d'un pirate. La jeune femme ne pouvait pas vraiment dire que ce look ne lui allait pas, au contraire, il était tellement canon comme ça que son cœur fit un bond dans sa poitrine. Elle s'efforça de reprendre ses esprits, cependant, et constater que, même déguisé en corsaire, Alex conservait son sale caractère l'aida un peu à redescendre sur terre. Elle aurait alors adoré chasser la vision de l'homme qu'elle évitait soigneusement depuis plusieurs jours de son esprit mais, de toute évidence, la meringue couleur menthe-à-l'eau qui lui faisait face ne l'entendait pas de la même oreille.

▬ Moïra, qu'est-ce que t...

Vany avait vainement tenté de protester lorsque sa cousine lui avait agrippé le bras pour foncer tout droit vers Alexander. Faire balancer tout son poids dans le sens contraire de la marche ne réussit qu'à peine à ralentir la plus motivée des lycéennes de cette étrange salle et, finalement, l'ancienne amazone des mers dut se résigner à affronter l'ex-pirate. Le pire, dans cette situation, c'était qu'elle ne pouvait pas vraiment en vouloir à Mew-Mew pour cette réunion, étant donné que la jeune fille n'était pas au courant des derniers événements survenus entre les deux occupants du Pourfendeur.

▬ Hey le moche, pleure pas je suis là !

Une fois de plus, une grimace se dessina sur les traits fins du visage de la libraire. Il s'agissait d'une mimique emprunte de honte et d'exaspération, mais cela n'aida en rien Vany à se détendre. Elle grommela un vague "salut" à l'attention du jeune homme tout en croisant les bras contre sa poitrine. Quel accoutrement ridicule... Et, bien sûr, il n'y avait qu'elle qui avait eu le droit à ce traitement !

▬ LES NON-FANTÔMES S’IL VOUS PLAIT ! PAR ICI !

Cette interpellation fit sursauter l'ancienne sirène qui fit volte-face pour tenter de localiser la source de cet appel. Il était quasiment impossible de louper la jeune femme qui agitait une tapisserie, perchée sur une table. Le temps qu'elle la repère, elle sentit un tissu tomber sur ses épaules. Rougissant en reconnaissant le manteau richement décoré qu'Alex portait jusque là, elle se retourna pour faire face au jeune homme désormais debout.

▬ Merci...

Elle avait prononcé ce mot sur un ton gêné, malgré le fait que son sauveur semblait toujours aussi boudeur. Enfin, il avait de quoi... Quoique, non ! C'était elle qui devrait bouder ! Poussant un soupir, elle referma un peu plus les pans du manteau sur sa peau découverte tout en réalisant qu'elle se sentait complètement perdue, en ce qui concernait Alex. Une musique provenant d'une autre partie de la salle résonna alors à travers toute la salle. Tandis que les "fantômes" firent subitement silence, Vany écarquilla les yeux. Moïra partit se trouver un siège parmi l'assemblée non palpable, comme si tout cela était parfaitement normal, mais la jeune prof n'eut pas l'occasion de lui emboîter le pas car son attention fut accaparée par l'arrivée de Mary-Margaret en robe de mariée, version Moyen-Âge. L'institutrice rallia le centre de la salle, rejoignant ainsi un David rayonnant.

Reprenant ses esprits, Vany ne put s'empêcher de lancer un regard interrogateur à son complice de toujours, en dépit de leurs différents actuels. L'ex-sirène se mit alors en tête de retrouver sa cousine, déduisant de toute cette affaire qu'il serait bien plus avisé de rejoindre les autres "non-fantômes" plutôt que se disperser. Elle n'eut pas à chercher longtemps car Moïra se leva subitement de son siège, visiblement chassée de là par un invité moins consistant. Si cela aurait pu faire rire Vanellopée, la situation était bien trop bizarre pour que la jeune femme le fasse réellement. Elle se contenta alors de faire un signe de la main à Mew-Mew signifiant "reviens !" quand leurs regards se croisèrent puis, en attendant son retour, se tourna vers Alex. À situation exceptionnelle, moyens exceptionnels.

▬ On va là-bas, non ?

Elle avait accompagné cette demande d'un geste en direction du groupe à la tapisserie. Peut-être qu'ils s'évitaient depuis un petit moment et qu'il n'avait pas forcément envie de rester avec elle mais Vany s'en fichait, à présent. Fâchés ou non, l'ancien pirate demeurait la personne la plus importante à ses yeux, enfin... L'une de ces personnes... Bref, il était hors de question de le laisser derrière ! Ainsi, lorsque Moïra daigna les honorer à nouveau de sa présence, l'ex-créature marine se saisit des poignets de ses deux partenaires de choc et les tira tous les deux en direction des gens qui semblaient posséder un minium de bon sens. Non, elle ne leur laissait pas le choix, mais c'était pour leur sécurité : qui pouvait prédire ce qui allait arriver, ensuite ! Le trio eut tout juste l'occasion de rallier le groupe que Roselyn, une collègue institutrice de Vany qui, elle, avait eu beaucoup de chance lors de la distribution des costumes, prononça les mots suivants :

▬ James Charmant et de la princesse Blanche-Neige ? La bonne blague !

De qui parlait-elle ? Trop occupée à chaperonner ses compagnons du moment, Vany n'avait pas du tout fait attention à la cérémonie qui se déroulait chez les "fantômes". Haussant les épaules, elle préféra passer à autre chose et observa plutôt qui d'autre avait rallié le point de rendez-vous fixé par la jeune femme, un peu plus tôt. Elle connaissait quelques uns des visages de cette assemblée, à vrai dire : Lilwenn, l'une de ses élèves et grande ennemie de Moïra, mais aussi John Peters, le doyen du lycée mais aussi celui qui lui avait donné l'envie d'enseigner l'histoire, étaient de la partie. Voilà qui résolvait un mystère ! Mew-Mew avait du vouloir fuir à cause du grand nombre de personnes liées au lycée se trouvant dans ce groupe ! D'ailleurs, Vany ne tenait-elle toujours pas les poignets de sa cousine et de son colocataire ? Réalisant cela, elle les lâcha enfin et leur souffla des excuses car il lui semblait avoir serré particulièrement fort ses doigts autour de leur emprise pour parvenir à les emmener jusqu'ici.

Bien qu'elle avait rallié le groupe principal, la jeune professeure préféra demeurer muette. Elle salua Mr Peters d'un signe de tête respectueux quand leurs regards se croisèrent mais choisit de garder le silence afin de mieux se concentrer sur ce qui se disait. Elle pourrait ainsi mieux intégrer les événements qu'elle avait loupé, analyser les propositions faites pour améliorer leur situation et tenter de monter un plan adéquat. Instinctivement, sa main vint se loger dans celle du pirate à ses côtés. Elle avait besoin de lui pour tout cela, ils ne fonctionnaient jamais aussi bien que lorsqu'ils agissaient en tandem.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 24 Juil - 9:36
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Il fallait trouver une sortie, certaine de ne pas être à ma place. Bon point, j'étais en vie, le mauvais, mon garde du corps ne voudrait peut-être pas remplir ce rôle longtemps. Pour le moment, je ne lui laissais pas le choix, on était plus en sûreté en groupe, en petit groupe, je savais qu'un grand groupe attirerait l'attention et c'était la mort assurée. Je nous dirigeai vers une femme habillée en indienne, persuadée qu'elle pourrait nous trouver une échappatoire à cet endroit et c'était une erreur, elle semblait autant paumé que nous, enfin que moi. Spencer n'avait encore dit aucun mot depuis que je l'avais embarqué. Une femme vraiment effrayante, au moins pour elle, je ne mettais pas tromper. La femme indienne ne semblait pas de bonne humeur, moi qui avais déjà envie de pleurer, elle en rajoutait une couche. Ce n'était pas de ma faute, si elle s'était fourvoyée sur sa tenue, je portais bien une robe d'humains froids et je ne me plaignais pas.

- Excusez-moi. J’ai juste l’impression qu’on me fait une blague. Je ne crois pas avoir reçu une invitation pour ce genre de réunion. Si ça avait été le cas je pense que je me serais habillée différemment. Pour être légèrement plus raccord aux autres invités.

Je me forçai à rire pour accompagner l'Indienne, mais le coeur n'y était pas, le désespoir m'envahissait comme une flamme qui brule mon corps de l'intérieur. Si c'était une fête, peut-être qu'il y aurait une personne avec de la drogue ou alors j'avais essayé une drogue aux effets hallucinatoire. Cette possibilité pourrait me paraître logique, si je ne reconnaissais pas le signe d'une transe, non j'étais clean pour mon plus grand malheur. Spencer me quittait violemment, quitter était surement exagéré en vue de la situation, elle me força simplement à lâcher son bras, mais c'était quand même violent. Pourquoi me rejetait-elle ? Pourquoi me poussait-elle face à l'Indienne ? Et surtout son sourire, pourquoi d'un coup se mettait-elle à sourire ? Cette femme était flippante, une personne idéale pour me rassurer. J'avais beau être à présent tout près de l'Indienne, je ne savais pas quoi lui dire. Elle ne servait plus à rien vu qu'elle n'était qu'une fausse Indienne qui ne savait surement pas traquer, et pas savoir traquer, voulait dire pas de sortie.

L'Indienne était peut-être sur la voie, une mauvaise expérience du genre "nuage radioactive" comme Tchernobyl. Mes deux partenaires de cette aventure foireuse, observaient l'assemblée, tandis que je me passais la main dans les cheveux, je remarquai la différence de longueur, examinant de plus près, il était long et très...très noir, la peau de ma main se trouvait blanchâtre. Je ressemblais à un macabé, tant que je n'avais pas envie de croquer les passants, cela serait le signe que je n'étais pas un zombie. J'en avais quand même l'allure.

Des voix stridentes raisonnèrent dans l'église, qui ne devait pas en être une, vu l'absence de croix et de Jésus... Au moins qu'il est pris la fuite face aux deux pintades trop colorées armées d'ombrelle.

- Sans doute, vous pouvez m'expliquer pourquoi ces deux-là se trouvent dans mon rêve ? Non ... je m'en doutais.

- Toutes ses bizarreries... Un rêve !

Quelle idiote, pourquoi je n'avais pas pensé au rêve ?! J'avais eu raison de la kidnapper, elle était futée cette femme et alors que je me sentais beaucoup moi, oubliant ma détresse émotionnelle qui avait tendance à me prendre quand j'étais clean. Spencer se demanda si on était dans son rêve ou si elle aussi avait pris de GHB sans s'en rendre compte. Un éclair d'espoir s'illumina en moi, au nom de cette drogue, si c'était un rêve je pourrais faire apparaitre ce que je voulais, pensant très fort à mes petites pilules préférées, je tendis la main face à moi, attendant que ça apparaisse dans ma main, mais nada.

- On n'est pas dans mon rêve, je ne contrôle rien du tout... Je m'approchais de Spencer pour aller lui murmurer à l'oreille. Si tu te souviens de qui t'a vendu du GHB, tu me fais signe !

Une fille se mit à crier en tenant une lourde tapisserie, surement décrocher d'un mur. Vu la structure des lieux, cela devait être comme les musées, on ne touche à rien, mais tout le monde ne devait pas connaitre le bon usage. C'était décevant, j'avais pensé que Dieu m'envoyait un signe, répondant à mon souhait, mais ce n'était pas une dealeuse, ni une personne qui pourrait me faire sortir. Comme je l'avais déjà dit, un grand groupe ne servirait qu'à se faire repérer et de plus, je n'aimais pas les gens, ma décision était prise, c'était trop risqué d'y aller. L'Indienne avait commencé à avancer, mais elle s'arrêta net, nous regardant moi et mon garde du corps, aucune de nous deux avait bougé, la preuve qu'on était sur la même longueur d'onde. J'ignore d'où lui venu l'idée de vouloir se présenter, elle ne termina même pas sa phrase et fila en direction d'autres personnes.

Me plaçant auprès de Spencer, je remarquai qu'on se trouvait au pied de l'autel. Tous les fantômes s'installèrent sur les chaises, une musique trop joyeuse m'éclata les oreilles, puis vint la grande rentrée de Mary-Margaret. Un rêve très étrange, je regardais d'un air suspect le marié, me disant qu'il n'y avait que lui qui pouvait être l'auteur de ce cirque ou alors peut-être elle. Quand Mary-Margaret passa auprès de moi, j'essayais de l'attraper, simplement pour vérifier, mais ma main la traversa.

- Une simple petite vérification.

Au lieu d'essayer de trouver une chaise, je collais mon dos sur une des colonnes qui retenaient l'espèce de mini-toit au-dessus des mariés, tournant les dos à tous les invités. J'étais aux premières places pour assister à ce que je détestais le plus au monde : Un mariage ! Entendre le nom de Blanche-neige et prince Charmant était désespérant, qui pouvait rêver d'un conte de fées avec eux deux ? Ils n'avaient pas du tout la tronche de la princesse qui s'étouffe avec une pomme et du prince qui passait par-là pour lui faire les gestes de premier secours. Je suis sûre que c'est la vérité sur cette histoire, personne ne brise un sort par un baiser de l'amour véritable, ça n'existe pas l'amour véritable.

- Et si on trouvait le rêveur et qu'on s'en débarrassait, ça pourrait nous délivrer. Tu as un scalpel ou encore un couteau ?

J'étais persuadée que mon envie de meurtre n'allait pas choquer Spencer. Me retournant tout doucement, je n'écoutais même plus le marieur. Ma mission, si je l'acceptais était de trouver celui qui avait osé m'éloigner de la morgue sans avoir pensé emmener de la drogue.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 24 Juil - 14:50
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Dans un geste qui trahissait surement une nervosité refoulée, la jeune femme tortilla ses doigts autour du collier qui était apparemment l’un des éléments de sa panoplie d’indienne. Ce dernier ne ressemblait en rien aux bijoux dont elle l’habitude de choisir pour orner son cou. Il n’était pas en argent, ni même en or, en plaqué or, en or blanc, il n’y avait aucune pierre précieuse non plus. En fait il était fait d’un matériau peu commun, dont elle avait peu l’habitude. Savannah caressa avec ses doigts cet étrange composite tout en fermant les yeux. C’était très doux, lisse, presque chaud à son contact. Très vite ce geste devient rassurant, elle retrouvait une familiarité oublié avec ce mouvement. Puis en rouvrant doucement ces paupières une réponse avait apparu dans son esprit, comme une réminiscence… de la nacre. Si ça n’en était pas ça s’en rapprochait beaucoup. Elle aurait voulu l’enlever de son cou pour l’examiner plus en détail. Mais une folle intuition lui intimait un ordre : « N’enlève pas ce collier, il te protègera ». Comme si un bijou pouvait aider quelqu’un ? Ridicule ! Elle se contenta donc de garder sa main droite dessus, sentant juste en dessous les battements de son cœur reprendre un rythme un peu plus lent et régulier.

Puis elle choisit, pour s’occuper un peu l’esprit à observer dans tous ses détails les plus infimes la décoration qu’avaient choisi les mariés. Le moins que l’on puisse remarquer c’était que l’heureux couple devait énormément aimer les fleurs et le blanc. Car c’était avec ces deux éléments principaux qu’avait été ornée cette immense salle de réception. En y regardant bien, même si elle était un peu loin de là où se trouvait David Nolan, elle crut discerner un mélange de lierre et de lilas blanc, habilement enroulés autour de l’arche, celle-ci avait été préalablement enrobé d’un drap d’un blanc ivoire, assortit « l’écharpe » du marié. Ce n’était pas vraiment une écharpe comme on pouvait en porter en hiver, mais plutôt un élégant tissu dans lequel il était drapé de son épaule gauche à sa hanche droite et dont elle n’arrivait plus à se rappeler le nom exact. L’ex-indienne se plaisait plus dans la contemplation des jolies bouquets et fleurs qui parsemaient avec élégance la grande salle, plutôt qu’en se délectant des toilettes des invités et du marié. Même s’il fallait avouer que toutes attirées le regard, étaient très originales et décalés par rapport à ce qu’elle connaissait de la mode actuelle.

Son attention ne manqua d’être vite détournée par une nouvelle apparition soudaine. Son regard fut littéralement happé quand les deux grands battants de la porte principale s’ouvrir. Si la mariée ne c’était pas retrouvée sur le seuil de cette porte, Savannah se serait probablement enfuit à toutes jambes en profitant de cette chance inespérée. Mais elle n’en fit rien car la mariée était là ! Sublime, en adéquation totale avec le thème du Moyen-Age, dans une robe longue blanche comme le voulait la tradition des mariages, avec de longs gants assortis, que le jolie brune jugea à la fois retro et classe. Elle laissa d’ailleurs échapper dans un murmure :

- Elle est parfaite…

Cependant ce qui retint encore plus grandement son attention se révéla une fois que la jeune femme eut fait quelques pas dans l’allée principale en direction de l’autel pour rejoindre son futur époux. Elle la reconnu immédiatement, il s’agissait à ne pas s’y tromper, de Mary-Margaret Blanchard, l’une des enseignante de l’école dans laquelle elle-même travaillait aussi en tant qu’assistante. Elles étaient toutes deux collègues de travail, se voyaient tous les jours ou presque, avaient même fini par se lier d’amitié et… La mariée du jour passa à peine à deux centimètres d’elle, sans lui porter le moindre regard, sourire, ou une quelconque attention du genre pouvant lui signifier qu’elle était contente de la voir là. Le fait d’être totalement ignoré par la jeune femme ne ressemblait pas du tout à cette dernière et l’incompréhension se peint immédiatement sur le visage de Savannah. Elle s’apprêtait à crier le prénom de la mariée pour affirmer sa présence à ses yeux, mais la révélation se fit d’elle-même sans qu’elle n’ait eu à intervenir.

Au beau milieu de l’allée centrale il y avait encore tout un tas de personnes qui discutaient se regardaient et ne prenaient pas la peine de se demander si c’était une bonne idée de rester ici en travers du chemin. En fait leurs présences ne gêna pas le moins du monde la mariée, qui les ignora eux aussi et qui passa au travers d’eux. Mary Margaret étaient donc tous comme la plupart des invités… un fantôme ! A moins, une fois encore, que ce ne soit elle-même et un groupe d’individus qui ne soient les fantômes de cette histoire. Elle cligna des yeux, comme si cela pouvait changer quelque chose à la situation présente ! Puis finalement quand le marieur commença à parler l’ex-indienne relâcha immédiatement son collier, ses deux bras claquèrent en gisant le long de son corps comme s’ils ne lui répondaient plus désormais. Elle répéta dans un souffle en ouvrant deux grands yeux ronds comme un poisson :

- Prince Charmant… Princesse Blanche-Neige…

Ok… tout était clair à présent ! Elle était folle ! C’était certain, la démence avait envahi son esprit par un moyen dont elle ignorait tout ! Elle avait presque envie de hurler : « Que tous ceux et celles qui ont entendu les mots Charmant et Blanche-Neige me suivent ! Le bus pour l’asile des fous va bientôt venir nous récupérer ! » Mais au lieu de cela elle ouvrit le bouche et la referma au moins deux ou trois fois de suite, sans qu’aucun mot ne sorte. Son cerveau, lui, réfléchissait à plus de mille à l’heure élaborant de nouveau des hypothèses toutes plus dingues encore les unes que les autres.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 24 Juil - 17:38
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Spencer se retrouvait au milieu de deux jeunes femmes qui ne semblaient pas plus avancées qu'elle. Une Indienne qui semblait ne pas vouloir être une peau-rouge et une femme qui ressemblait plus à une morte-vivante qu'à un être humain, avec ça, elle n'irait pas loin. Si elle était réellement dans un rêve, cela lui paraîtrait logique, après tout, ils ne sont pas tout réputés pour avoir du sens. Toutes les deux étaient bien différentes, une avait la peau foncée quant à l'autre avait la peau extrêmement blanche, leurs seules ressemblances étaient leurs couleurs de cheveux. Peut-être que son rêve voulait ressembler à un film, l'Indienne serait un âge censé être la voix de la raison et son ravisseur le démon, celui qui doit le pousser sur la mauvaise pente. Ses vêtements pourraient signifier que cet un ange déchu et ça, saurait du sens. Toutefois, ça n'expliquait pas pourquoi son ange était habillé avec de la peau d'animal. Elle nageait en pleine confusion et avait une seule envie, se réveiller. C'était bien la première fois qu'elle avait conscience de rêver en dormant. Depuis le début de toute cette mascarade, Spencer se sentait oppresser, comme-ci que quelque chose l'empêchait de respirer. À force de marcher dans tous les sens et l'événement qui l'avait amené ici, elle ne s'était pas aperçu qu'en dessous de tous ces tissus qui la recouvrait se trouvait probablement un corset. Au début, elle pensait que ce manque d'oxygène était dû au stress, mais à présent, elle comprit qu'elle portait un objet de torture. Une autre torture pointait le bout de leurs nez, les jumelles les plus déficientes qu'il puisse exister sur terre.

- Sans doute, vous pouvez m'expliquer pourquoi ces deux-là se trouvent dans mon rêve ? Non ... je m'en doutais.

La réponse de la dame blanche paraissait assez étrange, embrouillé, mais en regardant le personnage, ça ne l'inquiétait pas. Dans sa phrase, ce fut le mot rêve qui fut le plus accentué, comme-ci qu'elle ne soudait pas d'être dans les songes de Spencer. Si elle était issue de son subconscient, elle devrait le savoir qu'elle était dans SON cauchemar. Alors qu'elle réfléchissait intensément à la dernière phrase de l'ancienne Morgane, qui était celle du GHB, les personnes qui se trouvaient face à elles semblaient retrouver les personnes qu'ils connaissaient. Il était certain, que les deux nouvelles meilleures amies du moment, n'allaient, elles, pas bouger de leurs places. Alors que l'Indienne l'imitait en regardant toute cette assemblée, une chose qui était censée vu les événements. Celle qui ferait peur à des enfants à un soir d'Halloween sortait de sa contemplation pour encore, dire des choses qui n'avait pas de sens.

- On n'est pas dans mon rêve, je ne contrôle rien du tout... Elle se rapprocha délicatement vers Spencer pour lui murmurer à l'oreille. Si tu te souviens de qui t'a vendu du GHB, tu me fais signe !

Elle venait de comprendre qu'elle avait à faire à un démon drogué. Son visage était indescriptible tant il était décomposé. Son rêve lui montrait peut-être comment elle allait finir, comme cette droguée. Spencer hocha de la tête, un signe positif pour l'être étrange qui se trouvait près d'elle. Il ne faut jamais contrarié des personnes addictes, même dans une rêve. Le plus étrange pour elle, c'est qu'elle semblait se contrôler, de réfléchir, alors que dans un véritable rêve, tu n'es qu'une spectatrice de ta vie. La peau-rouge proposa de se présenter, ce qui ne serait pas une mauvaise idée. Après tout, Spencer arrêterait de l'appeler l'Indienne et la femme d'à côté la morte-vivante. Toutefois, avant qu'elle puisse réellement le faire, elle s'interrompit et déclara qu'elle se présenterait plus tard. Une femme l'avait interpellé, donc elle s'était Savanna. Quelque chose dans ce genre, il y avait tellement de brouhaha de ce côté que c'était difficile de tous saisir. Son ange s'en alla et la laissa avec le démon. C'est en la regardant qu'elle comprit qu'elle s'en fichait de ne pas savoir son nom, c'était un rêve, alors peu importent. Elle pourrait bien s'appeler Martina qu'elle n'en aurait quand même rien à faire. De ce fait, elle se retrouva seule avec l'inconnue, qui était loin d'être nette. Enfin, elle l'était plus que les deux Heelsman qui étaient armées d'une ombrelle. Cette fois, elle était bien en enfer. Une jeune femme la tira de son interrogation, elle voulait que tout le monde se rassemblât près d'elle. Toutes les deux ne paraissaient pas décidées de partir se mélanger à ces gens, c'est ainsi qu'elles restèrent près de l'autel. Elle était étrange, mais au moins, elle pourrait faire peur aux autres personnes qui auraient l'idée de venir les voir. Une musique se mit à raisonner de toute part, tous les invités heureux s'installèrent gentiment à leurs places et se turent pendant que Mademoiselle Blanchard remontait l'allée. C'était donc elle qui était l'heureuse élue et elle aussi avait un problème capillaire. Les deux femmes étaient près du couple et alors que Spencer allait encore soupirer, Martina saisissait la robe de la future mariée.

- Une simple petite vérification.

D'un côté, c'était logique, mais il lui paraissait normal que cette femme soit aussi un fantôme. Du moins, elles en étaient sûres maintenant. La morte-vivante se colla à un pilier de l'arche et Spencer continuait à observer cette scène qui lui paraissait hors du commun, surtout lorsque le prête déclara que ces deux jeunes gens étaient le Prince Charmant et Blanche-neige. À présent, elle se croyait dans un rêve d'Henry et de son fils, avec leurs délires concernant Mademoiselle Blanchard et David. Les deux enfants avaient réussi à gâcher ses propres rêves avec leurs imaginations débordantes. Alors que le prête continuait son discours sur l'amour, la droguée proposa de tuer une personne, oui, tout à fait logique.

- Et si on trouvait le rêveur et qu'on s'en débarrassait, ça pourrait nous délivrer. Tu as un scalpel ou encore un couteau ?

Si Spencer arrivait à la suivre, elle se croyait dans le film Inception. Elle aurait pu y croire, mais son esprit était bien trop relationnel pour y croire. Toutefois, ça ne coûtait rien d'essayer, ce cauchemar s'arrêterait peut-être. Après tout, lorsqu'ils nous font trop peur, on se réveille au bout d'un moment, enfin, elle l'espérait. Ses mains commençaient donc à fouiller sa robe, mais il n'y avait aucune cachette, sa robe n'était pas le sac d'Hermione. Tout en regardant la tueuse qui se trouvait près d'elle, ses épaules se haussèrent. Elle ne portait rien de dangereux mis à part son corset.

- Si tu en trouves un, donne-le-moi avant de tuer quelqu'un, j'aimerais bien enlever ce corset ! C'est plus que de la torture. Elle le réajustait avant de continuer leurs complots. Essais de trouver un enfant, y a qu'un gamin qui peut rêver de ça ... ou alors, c'est une personne proche de cette madame parfaite ou monsieur adultère. Un peu comme la fille là-bas.

Son doigt montrait la direction de Rosalyn, après tout, elle travaillait avec elle. Peut-être qu'elle voulait secrètement les voir marier et puisqu'elle côtoyait Henry, il aurait pu lui monter la tête. La tueuse au scalpel devrait allez la toucher, afin de voir si elle fait partie des non-fantômes et ensuite la tuer. Elle lui paraissait idéale pour exécuter ce plan qui n'était pas encore sorti de sa tête. La folle qui se trouvait à côté d'elle avait réussit à la rendre paranoïaque.



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 24 Juil - 21:21
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Un jour de plus, un en enfer !

Depuis plusieurs jours, les pensées de Michael Moody se noyaient dans un marasme de fatalité. Il n'arrivait plus à sortir la tête de l'eau et se sentait chaque jour, un peu plus accaparer par la folie. C'est mieux comme ça se disait-il sans cesse, c'était devenu son leitmotiv, sa façon à lui de vivre tout en étant mort de l'intérieur. On reconnaît un homme brisé à son regard, mais aussi à son manque d'âme, aux sourires sincères qui ne sont plus que des souvenirs, à cette force de vivre qui vacille à présent comme la flamme d'une bougie menacée par le souffle du vent. A ne pas en douter, cet homme, autrefois animé par un grand espoir de recouvrer un jour la liberté, était à présent un homme brisé

« - Aller le taré sors donc de ta méditation ! » s'exclama l'un des infirmiers en prenant d'un bras Michael. Le patient ne se débattait même plus à longue, il avait fini par accepter toute cette violence émanant du personnel hospitalier. Même si à l'extérieur des murs de cette forteresse de camisole, il avait une existence, il n'en restait pas moins une chose, un être sans réelle personnalité, le jouet cassé, le rat de laboratoire, celui dont personne ne se soucie, celui qui n'existe aux yeux des autres, que pour avoir tenté, vainement, d'assassiner le "pauvre" Archie Hopper. Oui, il le savait, malgré ses efforts pour exister, il n'était à présent plus qu'un numéro perdu dans une pile de dossiers et par conséquent, il ne serait traité avec aucun égard par le personnel « hospitalier »
L'autre « chaperon en blouse blanche » vient prêter main forte à son collègue pour mettre le patient 27 sur pied. De même patient qui, bourrait de sédatifs, peinait à rester debout bien longtemps. Le cerveau embrumé par les narcoleptiques et autres substances douteuses, Michael se laissait porter sans opposer la moindre résistance. Il voyait défiler les néons blancs se reflétant maladivement sur les murs ainsi habillés d'une désagréable couleur verdâtre. Toujours trainé par les deux infirmiers, il rejoignit bientôt la pseudo court dans laquelle Lynch accordait « aux malades » une petite promenade. Sans plus attendre, les deux infirmiers posèrent à la va vite, Michael sur le banc qu'il avait occupé à plusieurs reprises par le passé. Trop embourbé dans son marasme médicamenteux, Michael ne parvenait même pas à se rendre compte, que pour la première fois depuis longtemps, il voyait à nouveau la lumière du jour.
Il lui fallut plusieurs minutes avant d'émerger et d'ainsi sortir de l'état quasi-léthargique provoqué par le surplus de médicaments. Les deux infirmiers, restaient prêts de la porte de sortie, le fixaient en émettant quelques commentaires au passage, des commentaires qui malgré la distance, parvenaient aux oreilles de l'intéresser. Ce dernier releva le visage et leur lança un regard à glacer le sang

« - Tu crois qu'il a entendu ce qu'on a dit ? »

« - Mais non, tu te fais des films ! Ca ne te réussit pas de bosser en psychiatrie. »

« - Je vais finir par demander une augmentation à Lynch »

Les deux hommes éclatèrent joyeusement de rire, tandis que Moody continuait à méchamment les observer. Dans sa tête résonnait une complainte, les paroles d'une histoire qui lui était revenues en tête ces derniers jours.
« Tous savaient que lorsque la lune était pleine, les portes devaient être closes, que les âmes errantes, près du bois, devaient retrouvés leur demeure au plus vite, car tous savaient que le grand méchant loup n'était pas loin...»
Il se les récitait sans cesse de peur de les oublier un beau jour. Avaient-elles un sens ? Avaient-elles un lien quelconque avec lui ou son passé ? Probablement que non, du moins c'est ce que toute personne "normale" pourrait penser si on lui posait la question. Mais pouvons-nous qualifier le patient 27 de personne normal ? La question est incontestablement rhétorique et n'a donc pas besoin d'être posée.  Michael baissa enfin le regard, au grand soulagement d'un des infirmiers qui commençait à se sentir mal à l'aise. Le patient souffla, ferma les yeux et profita de la petite brise de vent qui caressa son visage. Il ouvrit à nouveau les yeux et les posa sur le ciel, déserté par les nuages aujourd'hui. Une belle journée en l'occurrence, enfin tout est relatif et tout dépend quel point de vue l'on adopte. Si vous avez la possibilité de quitter les lieux, d'aller faire un tour au parc, en forêt, cette journée peut éventuellement être une belle journée, mais si comme Moody, vous êtes enfermé, condamné à moisir entre les quatre murs de votre cellule, la beauté de cette journée à certainement une toute autre saveur.
Puis, sans aucune raison apparente, Moody se leva et avança vers le mûr le privant de toute liberté, les deux infirmiers se regardèrent et décidèrent d'avancer vers le patient pour le ramener près de son banc.
« - Hey Moody ! Retourne à ta place ! » Ils s'approchèrent encore, Michael ne bougeait plus et restait face au mûr, il murmurait des paroles incompréhensibles pour les deux infirmiers qui cherchaient à se rapprocher d'avantage pour mieux comprendre.
Quelque chose d'étrange était en train de se passer, l'un des deux hommes en blouse blanche, peu rassuré, mit la main sur son taser, l'autre observait Michael, il posa une main sur son épaule et n'eut même pas le temps de comprendre ce qui lui arriva par la suite. En effet Michael lui prit le bras et le projeta avec une force incroyable contre le mur, l'autre infirmier n'eut pas le temps de sortir son taser, car le patient était déjà sur lui. Michael planta ses dents dans le cou du pauvre homme qui hurla de douleur et laissa échapper un filet de sang. Par chance, plusieurs autres infirmiers ayant vu la scène, se précipitèrent vers le patient. Il fallut donc pas moins de six personnes pour maitriser le malade. Ce dernier fut immédiatement traîné en isolement, sous les ordres de Lynch qui lui inocula une bonne dose de médicaments avant de lui enfiler une camisole et de le faire enfermer dans une petite cellule. Le patient fut donc jeté comme un malpropre dans sa nouvelle cellule. Il s'écrasa avec violence contre le sol, les médicaments firent effet et il perdit littéralement connaissance pour s'enfoncer dans un profond sommeil.
J'avais fermé les yeux, ça n'a duré que quelques secondes. Je ne sais pas si je me suis endormi ou si c'est l'effet des médicaments qui a déréglé encore une fois mon cerveau. Je ne comprends pas ce qui m'arrive, car à présent me voilà au beau milieu d'une grande salle, majestueusement décorée telles les salles de grands bals. Une fois encore, je ne comprends pas ce qui m'arrive. Est-ce un nouveau test ? Lynch serait-il encore allé trop loin dans ses petites expériences. Toujours est-il que je me sens bien, léger, presque conscient, du moins jusqu'à ce que je pose un regard sur "mon accoutrement". Par chance, la camisole a disparu au détriment d'un costume brodé, bleu nuit. Je le touche et constate qu'il s'agit de la soie, je remarque également la longue cape qui accompagne le costume.
Je regarde autour de moi et constate qu'il y a du monde, beaucoup de monde ici et tous sont eux-aussi affublés d'étranges costumes. Suis-je donc en train de rêver ? Cela paraît tellement réel que le doute m'envahit. Que peuvent bien faire autant de personne dans un même endroit ? Et pourquoi ces habits, cette atmosphère ? Je ne veux pas rester sans réponse, cette situation est trop étrange. Je décide alors de tenter ma chance et me faufile dans la foule à la recherche d'une bonne âme pour éclairer ma lanterne.  

"- Excusez-moi ! " dis-je à un homme prêt de moi. Ce dernier m'ignore royalement, il n'a même pas eu la décence de m'accorder ne serait-ce qu'un regard, il est trop absorbé par je ne sais quoi. Je continue ma quête et arrête une jeune femme, mais c'est le même scénario qui se reproduit, elle m'ignore. Je sens la colère montait, pourquoi toutes ces personnes me snobent-elles, je suis habillé comme eux, je ne fais donc pas tâche dans le décor.  Si je ne m'étais pas retenu j'aurais certainement crié pour me faire entendre, mais patient je continue mon avancée dans la foule, cette fois je privilégie le contact et tente de poser ma main sur l'épaule d'un homme d'un certain âge, mais ce qui se passe ensuite dépasse tout entendement. En effet, ma main passa à travers, surprit voir même effrayé, je fais deux pas en arrière. Mais qu'est-ce qui se passe ? Suis-je mort ? Me voilà un fantôme, c'est ça, c'est l'explication la plus probable ? Mais non, ce n'est pas possible, il y a surement une autre explication. Encore faut-il la trouver. Je reprends ma marche, perturber de n'être rien de plus qu'un fantôme. J'arrive finalement à apercevoir ce qui ressemble à un autel. Puis il y a ce type, son nom m'échappe, mais je l'ai vu à plusieurs reprises avec l'institutrice, son nom m'échappe également. Décidément, ce n'est pas mon jour ! Et c'est alors, qu'après quelques minutes, je sens se poser sur moi un regard, celui d'un homme de petite taille, un nain plus familièrement. Je le regarde droit dans les yeux, il en fait de même. Houra, je ne suis plus invisible, mais avant que je ne tente une approche, la foule de "fantômes" s'agitent autour de moi. Tous sont bien décidés à prendre place pour assister au spectacle. La musique retentit, les regards se braquent alors sur la mariée qui avance lentement vers l'autel.  A bien y regarder, il y a un quelque chose de familier chez cette charmante demoiselle. L'institutrice ?! Avec vraisemblablement plus de cheveux.

L'homme au centre de l'autel prononça ce qui s'apparentait, je pense, au traditionnel discours en de telles circonstances. Mais attendez, rembobinez le disque, j'ai bien entendu ? Entendu quoi ? Le prénom des mariés, Blanche-Neige et Charmant. Attendez, c'est une blague ? Et c'est moi qu'on a interné en psychiatrie, c'est le monde à l'envers. Je rêve hein, c'est un rêve et je suis entouré de personnages de contes de fées c'est ça ? Ou alors j'ai vraiment et définitivement péter une durit


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 24 Juil - 23:05
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Bon clairement il y avait une sorte de malentendu. Elle s’était attendu à bien des choses, mais pas à ce qu’il se mette à protester qu’il s’agissait de son rêve à lui. Ce qui bien sûr était faux. Elle était tout de même parfaitement capable de savoir quand elle était en train de rêver. Le fait qu’il ait l’air aussi sûr de lui l’ébranla un peu dans ses convictions, lui rappelant vivement l’impression qu’elle avait de ne justement pas être tout à fait en train de rêver. Elle n’en était cependant certainement pas à croire que tout ceci était bien réel. Ca ne pouvait l’être. Impossible, totalement impossible ! Il sembla réellement agacé, ce qui ne fit qu’accroitre sa propre nervosité et son comportement légèrement agressif à son encontre. Le fait est que tout ceci n’était pas normal, qu’il s’agisse de la robe, des invités, ou même de tout le reste. Le rêve non plus n’était pas ordinaire : elle avait pleinement conscience de l’endroit où elle se trouvait, et se sentait entière et parfaitement présente. C’était peut-être là le plus bizarre, le plus déroutant.

« Bien sûr que c’est mon rêve ! Je sais encore le reconnaître et je me souviens parfaitement m’être aussi endormie. » lui rétorqua-t-elle sur le même ton.

La vérité était qu’elle n’était plus si certaine d’être en train de rêver. Tout en sachant pourtant parfaitement qu’il était impossible qu’il en soit autrement. Elle n’était plus une petite fille. Elle ne croyait plus aux contes de fées, même si elle aimait ceux qu’Henry racontait. Même si l’idée d’être un personnage de conte piégé dans le monde réel avait quelque chose de charmant et de séduisant. Néanmoins ça le devenait moins lorsque des dragons apparaissaient et qu’en plus elle se retrouvait dans un rêve particulièrement perturbant. Ca commençait à faire beaucoup mine de rien. Sauf que cette fois-ci, Eddie était impliqué, ou plutôt l’image qu’elle s’en faisait. Il n’empêche qu’elle n’était pas prête à laisser tomber. Ceci était son rêve, elle n’en démordrait pas ! Surtout alors même qu’elle venait d’en reconnaître la provenance. Ca prouvait bien que c’était elle qui rêvait, pas vrai ? En tout cas, elle voyait mal le jeune homme s’intéresser aux histoires que pouvait raconter un petit garçon rêveur. En le réalisant, elle ne se rendit pas compte qu’elle avait frappé Eddie et leva les yeux au ciel à ses protestations.

« Ca va, tu exagères, je n’ai pas frappé si fort ! » Elle devait bien admettre qu’elle n’aimait pas qu’il parle de Gabriella, encore moins dans un moment comme celui-là. Elle observa la pièce, l’assemblée avant de lui répondre. « Je crois oui... en tout cas ça y ressemble beaucoup. »

A vrai dire, elle hésitait. Etait-ce vraiment la même chose ? Elle n’en était plus si certaine après réflexion. Il lui semblait bien que tout ne correspondait pas à l’illustration. Elle avait beau ne pas l’avoir vue depuis longtemps, Henry avait particulièrement insisté sur celle-ci, comme quelque chose d’important. Heureusement, la vision de Savannah fut quelque une distraction bienvenue et elle se jeta très volontiers dans les bras de son amie, qu’elle serra contre elle. Elle lui sembla si réelle ! Comment éviter alors de douter qu’il s’agissait vraiment d’un rêve ?

« Et moi donc ! Je n’arrive pas à croire que tu sois ici ! Comme beaucoup d’habitants de Storybrooke d’ailleurs ! »

Et parmi eux, certains dont elle se serait bien passée, comme les soeurs Heelsman par exemple, qui remplissaient déjà la salle de leurs cris perçants. Elle ne remarqua pas le regard que lança son amie sur Eddie, puisque quelques secondes après, la salle fit silence. Et là, apparut... Mary Margaret Blanchard, vêtue de la plus somptueuse robe de mariée qu’elle ait jamais vue. Elle resta interdite, éblouie, ne pouvant qu’approuver silencieusement le commentaire de Savannah. Oui, elle était incroyablement belle. Elle en oublia presque l’incongruité de la situation, l’espace de quelques instants. Puis, cela lui revint en mémoire, au moment où l’on annonça le mariage de Snow White et du prince Charmant. Impossible ! Ce coup ci, elle devait probablement être devenue complètement dingue pour faire des rêves si absurdes. Et pourtant, au moment, où elle les vit l’un à côté de l’autre, elle eut réellement l’impression de revoir l’illustration du livre d’Henry.

« C’est ça ! C’était ce que représentait l’image, leur mariage ! Henry pensait justement que Mary Margaret était Blanche Neige. » Elle ne se rappela qu’ensuite que les deux personnes se trouvant à côté d’elle n’avaient probablement aucune idée de ce dont elle parlait et se tourna de nouveau vers eux pour le leur expliquer. « Il a une théorie : il pense que tous les habitants de Storybrooke sont des personnages de contes de fées qui auraient été maudits, et auraient oublié qui ils étaient. » raconta-t-elle avec un sourire amusé, mêlé de tristesse. Elle refusait de parler au passé. Henry n’était pas mort, il ne mourrait pas. Elle se tourna de nouveau vers le couple, émerveillée par la tournure que prenait son rêve.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Ven 25 Juil - 1:03
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Dans son lit, Kimly contemplait le plafond… non, le matelas de Zach, plutôt. De temps en temps, elle avouait qu’elle aurait bien aimé voir le plafond, sur lequel ils avaient tous les deux collé des étoiles qui brillaient dans le noir et leur donnaient l’impression de dormir sous les étoiles… Mais comme Kimly avait manqué de se tuer en sortant de son lit, à presque un mètre cinquante de hauteur, les jumeaux avaient pris la décision que Zach, désormais, dormirait en haut. Et, lorsqu’elle se souvenait de tous les bleus qu’elle s’était fait à chaque matin, la résignation revenait en Kimly. De temps en temps, elle tirait un peu la tête hors de son lit pour voir les étoiles sur le plafond; mais encore là, il fallait faire très, très attention… inutile de vous expliquer le pourquoi du comment. Oui, Kimly Winter était connue dans tout Storybrooke pour sa maladresse légendaire…

Pendant que Zach ronflait à qui mieux mieux, un autre trait que les jumeaux avaient en commun, Kimly se rappelait de tout ce qui avait chamboulé Storybrooke. Dire que la ville, autrefois, avait semblé si immuable… Regina Mills était mairesse depuis… aussi longtemps que Kimly s’en souvenait, en fait. En fait, tout avait commencé à révolutionner lorsqu’Emma Swan était arrivée à Storybrooke. Coïncidence? Si on en croyait Henry, non. Malheureusement, l’heure n’était plus pour en disserter avec lui, le pauvre petit étant dans le coma… Puis il y avait eu ce fichu dragon sorti de nulle part, durant le mariage Knightwood-Nerys (Bon, de nulle part… Kimly ainsi que Zach savaient d’où il sortait, mais ils ne l’avoueraient jamais, même sous la torture! Opération Cobra oblige!).

Et après?

Après, elle rêvait. Elle rêvait qu’elle était dans une tempête de neige. Elle avait mal. Elle avait mal au cœur, comme si celui-ci menaçait de se briser n’importe quand. Elle avait mal aux joues, le froid plus mordant que jamais. Elle réussit à apercevoir, dans le vent violent, une de ses tresses battre l’air furieusement. Sa tresse était blanche… Était-elle devenue vieille? Peut-être. Elle pensa aux descriptions que les vieilles dames faisaient de leurs rhumatismes, et, étant à peine capable de bouger, elle se dit que sans doute, elle n’était plus qu’une petite vieille, maintenant…

- Elsa!

Son cri avait sorti d’elle, malgré elle. Elle ne contrôlait plus sa voix, ni sa bouche. Pourtant, celle-ci, selon ce qu’elle en avait entendu, semblait toujours juvénile… Serait-ce la voix de son âme, qui, elle était restée jeune? Car, au fond d’elle-même, Kimly ne sentait pas le moins du monde qu’elle était presque centenaire, comme son apparence et ses sensations le laissaient croire.

Sa voix avait appelé Elsa. Elle fronça les sourcils intérieurement. Kimly ne connaissait personne de ce nom, à Storybrooke. Pourtant, le prénom résonnait en elle comme une cloche familière…

Elle aperçut enfin, malgré le rideau de neige, une silhouette bleu ciel, diaphane, accroupie sur le sol. Et, au dessus d’elle, une silhouette grandiose, semblable aux génies maléfiques des contes de fées, levait une épée sur la forme écroulée sur le banc de neige. Et, d’une seule âme, sans trop savoir pourquoi, elle se précipita vers eux…

D’un seul coup, la scène s’arrêta. Elle retrouva l’usage de ses membres, son étrange vieillesse ayant disparu et, avec elle, la tempête de neige apocalyptique dans laquelle elle avait été plongée, laissant place à ce qui ressemblait à une énorme chapelle.

Kimly regarda autour d’elle avec étonnement, reconnaissant ici et là des visages de personnes qu’elle connaissait bien. Là, à l’avant, David Nolan, qui portait des vêtements dignes d’un prince charmant (et puis zut, il fallait avouer qu’il était le seul gars qu’elle connaissait capable de porter des collants et d’avoir l’air d’un homme quand même), semblait près d’éclater de joie. Et, dans la foule rassemblée, Kimly reconnut, à sa grande surprise, des visages familiers…

Mais bon, tout ça n’était qu’un rêve, après tout.

Même si tout cela était bien bizarre. Après tout, Henry lui avait raconté que David Nolan était en réalité le prince charmant… Et elle, une princesse, la sœur de la Reine des Neiges? En tout cas, elle était bien habillée pour l’être, avec sa robe verte… Pas mal, comme rêve. Kimly avait toujours rêvé de mettre une robe digne d’une princesse, même si elle était certaine qu’elle allait s’y empêtrer d’une seconde à l’autre…

Et enfin, parmi la foule, elle reconnut Roselyn, sa cousine. Sans se soucier des gens qu'elle heurtait (bon, en fait, elle passait au travers, mais Kimly était trop distraite pour s'en rendre compte), elle se précipita vers elle, même si elle se doutait bien de la réception de cette dernière... La routine, quoi. Mais sa cousine, elle aussi, se dirigeait vers elle, lui demandant immédiatement si elle allait bien. Et bien malgré elle, un grand sourire apparut sur le visage de la rouquine.

- Oui, bien sûr! Euh... c'est bizarre, non, tout ça?

C'était le moins que l'on puisse en dire. Mais comme d'habitude, Kimly bafouillait dans ses mots, incapable de décrire la situation pour le moins abracadabrante qui l'entourait.

Mais déjà, Roselyn la quittait, pour se diriger vers une autre personne...

Ah non! Elle rêvait, peut-être, mais il n'était pas question que sa cousine s'esquive, comme d'habitude! Aussitôt pensé, aussitôt fait, Kimly se précipita vers sa cousine, qui discutait avec d'autres personnes qu'elle ne connaissait que de vue. Et entre temps, Mary Margaret Blanchard, vêtue d'une robe blanche, descendait l'allée.

Immédiatement, le clic se fit en Kimly.

Henry racontait que David Nolan était le Prince Charmant.

Et Mary Margaret Blanchard, Blanche-Neige.

- Roselyn! Roselyn, je t'en prie... C'est juste trop bizarre... Kimly débitait à toute vitesse, dépassée par la situation. Tout concorde avec ce qu'Henry m'a raconté... Et puis le dragon, et... oh, et puis merde, à la fin!


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Ven 25 Juil - 11:20
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






- Oh non tu n’es pas folle chérie !

D'accord, donc tout le monde pouvait voir les apparitions, ce n'était pas plus rassurant. Elle avait pris l'habitude de ses hallucinations, mais un collectif, ça semblait totalement dingue. Posant de nouveau ses yeux sur sa tapisserie, elle avait de plus en plus de mal à en détacher le regard, qui était cet homme ? De sa main libre, elle lui caressa le visage et fit couper en pleine admiration par sa belle-soeur.

-Je t’emprunte ta tapisserie Lil.

Prise de court, elle lui avait donné, sans réellement comprendre à quoi elle pouvait lui servir. Quand elle leva les yeux et vit que Nahia était montée sur une table, son coeur commençait à battre plus vite. Mais elle était malade, non elle n'allait pas faire ça...et bah si, voilà qu'elle tendait SA tapisserie pour faire venir du monde à eux. Quand elle allait récupérer celle-ci, car elle la récupérait, plus jamais elle ne la quitterait.

« LES NON-FANTOMES S’IL VOUS PLAIT ! PAR ICI ! »

- J'aurai dû te laisser te prendre un coup d'ombrelle.

Fermant le bras, signe de désapprobation totale, elle se colla à John et s'attendait déjà à recevoir une remarque de sa part, mais ce n'était pas grave, pour le moment sa belle-soeur l'agaçait. Elle lui avait évité d'avoir mal au crâne et comme remerciement, elle allait ramenait tout une bande de gens certainement aussi paumé qu'eux et peut-être même des personnes qu'elle ne voulait pas voir. Au lieu de penser au bien commun, Nahia aurait dû penser au bien du groupe, celui qu'il formait à trois. Elle, Nahia et John et non avecPierre, Paul et Jack.

« Un peu perdu vous aussi ? »

C'était Roselyn, toujours aussi magnifique dans sa tenue bleue. Voir ce visage familier ne lui déplaisait pas, elle aimait bien le côté froid de la voisine de ses parents et donc oubliant sa petite colère froide contre l'instigation de Nahia, elle lui offrit un grand sourire en retournant auprès de sa belle-soeur pour récupérer sa tapisserie.

« Mais… Tu marches Lilwenn ? »

Cela était un étonnement pour la plupart des non-fantômes, il est vrai que peu à Storybrooke ignoraient son état à présent, elle l'avait caché durant des mois, mais la maladie avait fini par gagner. Sauf que ce n'était qu'une manche, Lilwenn avait repris le dessus, enfin vu ce qu'elle pouvait faire pour le moment. Ne voulant surtout pas y penser davantage, par peur du subterfuge, peur que ce ne soit pas réel et qu'à son réveil, elle soit de nouveau bloquée dans son corps inerte.

- Oui, c'est super.

Une fois son tissu dans ses bras, elle retourna à sa place initiale, se disant que John resterait son pilier, surtout si des visages méprisants osaient répondre à l'appel de sa belle-soeur.

« Je m'appelle Roselyn et la dernière chose dont je me souvienne c'est de m'être endormie chez moi... Bref, je vois mal ce que je fais ici ! »

- Ça ne peut pas être un rêve, je ne veux pas que ça soit un rêv...

La fin du mot mourut dans sa gorge, ne réagissant même pas à l'étrange grimace de Roselyn. Elle porta un regard sur ce qui l'entourait et tout sourire s'évanouit de son visage. Pauvre idiote, qu'est-ce que tu croyais ?. Un raclement de gorge la fit tourner la tête dans tous les sens pour comprendre d'où il venait, mais elle ne voyait rien, avant d'avoir l'idée de la baisser et de voir l'Hobbit. Qu'est-ce qu'il lui voulait ? Il n'avait pas d'autres personnes à aller embêter, genre la femme là-bas à l'autre bout de la pièce. Le pire, c'est qu'il semblait tout gêner face à elle, sérieusement, ce n'était pas parce qu'il avait la taille d'un enfant, qu'il devait se comporter comme un enfant.

"Hum... désolé pour ma remarque de tout à l'heure. Je savais pas que t'étais vraiment là. Enfin... je veux dire, je croyais rêver et que je pouvais dire n'importe quoi sans que personne ne l'entende. Oh mais je ne suis pas du tout du genre à dire ce genre de chose... que tu sois vraiment là ou non. Mais bon, comme tu es de toute évidence vraiment là, je m'excuse, voilà."

Blasé était l'état d'esprit dans lequel, elle se trouvait. Relevant la tête, elle lui fit part d'aucune parole, l'Hobbit n'était pas dans ses priorités. Puis alors qu'elle lançait un regard à Nahia, qui voulait bien signifier que c'était de sa faute, si elle avait le nain à ses Basques, une musique retentissait. Margaret-Blanchard apparut en belle robe blanche rejoignant David.

"Au moins... On ne va pas rater ce mariage là."

- C'est sûr, on n'a pas tous besoins d'un échafaud pour bien voir.

Et voilà ce qu'il avait gagné pour avoir parlé derrière son dos. Puis ce fut le choc, l'attaque des titans, la fin du monde, Moira Fisher venait d'apparaître face à elle, avec sa professeur d'histoire dénudée qui semblait l'avoir poussé à venir ici et un pirate. Chacun son fardeau, elle avait Nahia, Moira avait Vanny, enfin un fardeau dans le sens où ses deux femmes avaient provoqué cette rencontre. Lilwenn fusilla du regard sa pire ennemie.

« James Charmant et de la princesse Blanche-Neige ? La bonne blague ! »

Hein ? Pourquoi d'un coup, on parlait de personnage de conte de fées, regardant dans la direction de Roselyn, elle vit les deux jeunes gens et le marieur parler. Puisque c'était comme ça, elle se recouvrit de sa tapisserie pour protéger sa belle tenue et alla tout droit s'installer sur une des chaises libre à côté d'une apparition. Lilwenn Chimay préférait écouter le mariage que de devoir parler avec son nouveau FABULEUX groupe. Puis elle repéra une coiffure familière de dos, tournant le visage vers Roselyn, sa surprise pouvait se voir sur son visage, Deux Rosalyn, de plus en plus bizarre. Allait-elle dire un mot un ce sujet ? Non, elle allait regarder le mariage.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Ven 25 Juil - 16:30
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.







-AAAAthchiiii !

Une partie de la poussière que contenait la tapisserie que Nahia tenait au-dessus de sa tête venait de lui glisser dessus. Ah les vieux machins ! Tandis que Lil récupérait le tissu, Nahia les yeux larmoyants, chercha instinctivement dans les poches de sa cape un mouchoir…qu’elle trouva. Ce qui pouvait être un peu étonnant puis qu’au mieux Nahia avait des kleenex dans son sac à main mais jamais de mouchoir dans ses poches. Et puis elle avait l’impression de connaître par cœur les vêtements qu’elle portait. C’était tout naturellement qu’elle avait trouvé ce qu’elle cherchait. Tandis qu’elle s’essuyait délicatement les yeux-de façon à ne pas faire déborder son mascara- elle en arriva à la conclusion que dans un rêve, ce genre de détail et d’interrogations n’avaient pas sa place. Tout en descendant de son perchoir elle murmura

-Je ne sais pas ce qu’on a pris mais c’est costaud !

Elle fit un petit signe de bonjour aux nouveaux arrivants. Un tour d’horizon lui permit de faire le tour du groupe qui avait fini par se constituer. Il y avait de tout : des perdus, des sceptiques, des grognons et des personnes soulagées de se retrouver ensemble et prêtes à réfléchir à ce qui se passait. Et c’est cette dernière catégorie qui intéressait Nahia. La fontainière croyait dur comme fer au travail d’équipe. Pour un peu elle aurait lancé un brainstorming général ! Mais elle ne se sentait pas de prendre une autre initiative n’étant vraiment pas à l’aise dans le rôle de rassembleur de troupes. Une femme vraiment magnifique qui portait une longue tresse dorée fit part de son incompréhension.

« Je m'appelle Roselyn et la dernière chose dont je me souvienne c'est de m'être endormie chez moi... Bref, je vois mal ce que je fais ici ! »

-Enchantée Roselyn je suis Nahia. Et je crois qu’on en est tous là…enfin les non fantômes, parce que pour nos hôtes tout semble parfaitement normal ! Festif même. C’est dommage qu’on ne puisse pas en profiter plus que ça.

Nahia se rappela que dans certains parcs d’attractions offrant des maisons hantées de qualité, l’illusion était tout ce qu’il y avait de plus bluffant. Peut-être qu’ils avaient tous été transportés dans une attraction géante et qu’ils étaient là pour la tester. Cette théorie tomba à l’eau lorsque Walgrim passa à travers un fantôme et sembla en ressentir quelque chose.

"Brrr... Je m'habituerais jamais à cette sensation."

-Ok donc on n’est pas dans une attraction. Tant pis ! Une caméra cachée peut être ? La téléréalité est capable de tout !

Soudain contrariée à l’idée que des caméras pouvaient les filmer et qu’un public pouvait se moquer de leur état elle secoua un mouchoir menaçant en direction de preneurs d’images invisibles.

- Je vous préviens que si c’est ça je vous colle un procès dont vous vous souviendrez !

La fontainière rangea son joli mouchoir dont les broderies représentaient un palais et un cygne. Nahia ne savait pas ce qu’elle déplorait le plus. Etre ici sans savoir pourquoi ni comment ou ne pas pouvoir profiter pleinement du conte de fée qui se déroulait autour d’eux. Certains Storybrookiens s’étaient fait une place sur les chaises parmi les convives fantomatiques. Lil faisait partie du lot. Et puis soudain…

« Nous sommes ici pour célébrer l'union du prince James Charmant et de la princesse Blanche-Neige... »

De quoi ????? Des exclamations de surprise, de mépris et-pour changer- d’incompréhension fusèrent parmi les Storybrookiens. David Nolan était donc le prince « James Charmant » et Blanche Neige –qui n’était pas la femme de David Nolan- n’était autre que Mary Margaret Blanchard !

-Il faudra les appeler M. et Mme Charmant maintenant ?

Ca craignait ! Toutefois sachant que ces personnes-là n’étaient que des fantômes, peut être que dans leur monde à eux ça passait. Les camarades d’école de leurs futurs enfants ne se moqueraient pas d’eux. Néanmoins les deux protagonistes rayonnaient et il brillait quelque chose dans leurs regards, quelque chose que Nahia connaissait bien. Blanche-Neige et James Charmant s’étaient trouvés ! Comme Valentin et elle avait pu le faire. Et le jour de leur mariage avait été au-delà des mots, bien plus qu’une vulgaire fête. Non ça avait été la concrétisation de leur amour. Et les deux fiancés rayonnaient de cette même aura. Le cœur et la gorge serrée à ce souvenir brutal, Nahia ne pouvait détacher son regard du couple. Elle ne leur souhaitait pas de vivre la même chose que Valentin et elle et de devoir divorcer un jour. Valentin ! Il n’était même pas là d’ailleurs, ce qui n’était pas plus mal pour lui. Car peut être que, sans le savoir, les Storybrookiens étaient en danger. La fontainière se rappela soudain de la voix menaçante du début. Elle cita :

« Vous n'êtes pas les premiers à pénétrer mon sanctuaire... Et, tout comme votre prédécesseur, vous n'en sortirez jamais ! »

Puis elle désigna les grandes portes et murmura discrètement à ses voisins.

- Sans vouloir jouer les alarmistes de bazar je crois qu’on ferait mieux d'essayer de sortir.

Ni une, ni deux, elle se dirigea vers sa belle soeur qui, comme tous les adolescents dignes de ce noms, semblait bouder. Cet état étant parfaitement normal pour les djeun's en recherche d'identités, Nahia n'en eut pas cure.

- Prend ton manteau ta tapisserie chérie on s'en va !



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Ven 25 Juil - 16:47
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Si Eddie n'était pas satisfait de la réponse trop évasive de Rowena, l'arrivée d'une autre demoiselle le détourna net dans sa volonté de remettre le sujet sur le tapis. Il en oublia même de défendre auprès de son ancienne princesse que tout ceci était bel et bien le fruit de son imagination à lui. L'indienne qui fit son apparition paraissait proche de Rowi, ce qui était plus ou moins perturbant car le voleur n'avait jamais vu cette dernière accompagnée. Même lorsqu'elle était effondrée sur un siège du Granny's, elle était toute seule lorsque Eddie était venu la rejoindre. Pour lui, ça avait été clair que la jolie demoiselle n'avait que très peu de fréquentation en dehors de son insupportable belle-mère. C'était certainement une conclusion un peu hâtive, après tout il la connaissait à peine, mais ça lui permettait de rajouter encore un défaut sur le dos de Gabriella. Oui, parce que si la petite coiffeuse ne sortait pas assez pour être entourée d'amis, c'était encore et sans nul doute la faute de la prestigieuse notaire !

La nouvelle venue se tourna alors vers lui et lui tendit la main pour souligner les présentations. Un petit sourire naquit aux coins des lèvres du jeune homme alors qui prit les doigts couleur caramel dans les siens, non pas pour les serrer comme elle l'espérait, mais plutôt pour les lever jusqu'à ses lèvres et y déposer un baiser.

- Enchanté Savanah. Je suis Edward, mais tout le monde m'appelle Eddie, lui répondit-il en lui rendant sa main.

L'instinct séducteur du garçon avait eu beau s'éveiller devant la ravissante jeune femme, et ce sans égard pour sa Rowena, un nouvel événement vint troubler une fois encore Eddie dans sa démarche. Ils n'eurent pas l'occasion d'aller au delà des présentations. Les grandes portes au fond de la salle s'ouvrirent et tous les nez se levèrent dans cette direction, y compris le sien. Quelque chose allait se passer, mais quoi ? A vrai dire cette situation était tellement étrange qu'il s'attendait à voir apparaître n'importe quoi. Une musique s'envola dans les airs alors qu'une femme s'avança dans la pièce. Vêtue d'une robe blanche et d'un sourire éblouissant, ça ne pouvait être que la mariée. Eddie émit un long sifflement admiratif. Elle était sublime, personne ne pouvait le nier. Mais ... attendez … ce n'était pas l'institutrice de Storybrooke ça ? Bien qu'il n'arrivait plus à retrouver son prénom, Eddie l'avait déjà croisée plusieurs fois dans ces rues qu'il arpentait à longueur de temps, ça il en était persuadé ! Et si c'était elle la mariée, alors l'imbécile heureux planté devant l'autel … Eddie prit un air compatissant, pas parce qu'il ne portait pas Mary Margaret dans son estime, mais parce qu'il concevait le mariage comme une chose abominable. Quoi de plus insupportable que d'être enchaînée à la même personne jusqu'à la fin de ces jours ? Il fallait dire que le voleur était particulièrement attaché à sa liberté, et qu'il avait bel et bien oublié avoir épousé Raiponce dans une autre vie …

C'est alors que Rowi se manifesta à nouveau en racontant une histoire on ne peut plus invraisemblable. Conte de fées, livre magique, Blanche Neige et prince Charmant, cette fois ça allait trop loin. Eddie aurait pu se montrer réconfortant envers la brunette si tout ça n'aurait pas été trop gros à avaler. N'y tenant plus, il éclata d'un rire peut-être plus nerveux qu'autre chose avant de s'exclamer :

- J'ai compris ! C'est une farce c'est ça ? Les costumes d'époque, tout ça … Tout ceci n'est qu'une énorme blague, comme cette histoire farfelue de dragon sortit de nul part !  On est où en fait ? Dans l'un des locaux de Storybrooke ?

Sûr de lui, il se tourna alors vers l'autel et cria à l'intention de la mariée, qui malgré tout ne lui prêta pas la moindre attention :

- Eh l'institutrice ! On t'a reconnu, même avec tes cheveux longs !

Se sentant soudain irrité d'avoir été entraîné là-dedans contre son gré, Eddie fit face à Savanah et Rowena avec une détermination de fer.

- Okay, il faut qu'on sorte d'ici.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Ven 25 Juil - 23:04
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Quand elle eut rejoint son amie Rowena suite à son appel quelques minutes plus tôt, elle salua aussi au passage le jeune homme qui se trouvait à ses côtés. Elle soupçonnait qu’il puisse être son nouveau petit ami, ou au minimum les deux jeunes flirtaient l’un avec l’autre. Mais elle ne connaissait pas encore assez la jolie brune pour échafauder d’autres hypothèses. En attendant de pouvoir en découvrir davantage sur la nature de leur relation, elle regardait franchement le garçon attendant qu’il ne lui serre la main et qu’il veuille bien lui décliner son identité. En fin de compte il n’effectua le programme prévu qu’à moitié. Savannah fut très surprise de le vouloir soulever sa main et déposer un baiser sur la paume de celle-ci. Peut-être était-ce l’atmosphère médiévale qui l’avait incité à agir de la sorte ou peut-être avait-il l’habitude procéder ainsi. Quoiqu’il en soit, peu importe la raison de son comportement, la réaction de l’ex-indienne fut immédiate. Le rouge lui monta aux joues et elle sentit cette brûlure inhabituelle pour elle lui picoter légèrement le visage. Pour autant elle ne perdit pas contenance et réussit tout de même à répliquer avec un doux sourire en guise de remerciement pour sa galanterie.

Elle n’avait pas l’habitude qu’un garçon prenne les devants avec elle, mais à la réflexion, le changement ça avait du bon. Elle porta donc un regard neuf sur le jeune homme, éclairé d’une connaissance nouvelle sur le dénommé Eddie. Toutefois elle n’eut pas l’opportunité d’essayer de sonder davantage le terrain, les évènements s’enchainant sans qu’aucun d’entre eux n’aient de prises sur ceux-ci. D’ailleurs les choses semblaient s’accélérer de plus en plus, ou peut-être était-ce juste une impression qu’elle avait. Elle cligna des paupières un instant et Mary Margaret qui était juste devant elle quand elle avait fermait les yeux se retrouvait à présent face à son futur époux. D’ailleurs elle pensa à nouveau à ce dernier… David Nolan. N’existait-il pas déjà une madame Nolan ? Ces deux noms mis côte à côte avaient une résonnance familière en elle, même si elle était bien incapable de donner le prénom de madame Nolan. La polygamie était toujours interdite, non ?

Son esprit avait beau chauffer et explorer toutes les possibilités, il fallait qu’elle se rende à l’évidence : Savannah n’avait pas les clés de cette énigme. Mais il se pourrait que celles-ci ne soient en fait pas si loin d’elle… En effet, l’image de ce nouveau couple sous l’arche déclencha un déclic chez Rowena, d’ailleurs l’ex-indienne sentit un frisson traverser le corps de son amie, alors qu’elle l’a frôlait à peine. Et cette sensation n’était pas qu’une illusion, car la demoiselle exprima clairement ce qui venait de lui traverser l’esprit. Rowena s’exprima tellement vite et avec des éléments qui lui étaient jusque-là inconnu. Aussi la jeune femme eut du mal à décrypter le message à la première écoute. Elle dû se le repasser en silence dans sa tête. Henry, c’était ce pauvre garçon qui était à l’hôpital, plongé dans un coma dont on ne savait s’il se réveillerait un jour. Savannah avait aussi entendu ses théories sur le monde des contes, des histoires qu’on racontait aux enfants en d’autres termes. Mais au vu du soin avec lequel Rowena exposa la théorie du petit garçon et de l’étincelle qu’elle arrivait à percevoir dans son regard, on comprenait sans mal que la miss partageait les croyances d’Henry. Comme s’il c’était agi d’une évidence Savannah lâcha avec un demi-ton interrogatif :

- Tu y crois Rowena… ?

En même temps elle s’interrogeait elle-même. Dans un tout autre contexte il était certain qu’elle aurait répliqué de la sorte : « C’est normal qu’un enfant croit que les histoires de contes de fées sont vraies. Ce sont les histoires qu’on lui lit tous les soirs, de belles histoires, ou tout fini bien, où il y a de la magie, des héros, des princesses… Tout ce qu’un enfant aime en somme ! Mais là on est dans la réalité et c’est bien différent ! » Mais là, cette situation, ces habits, ce mariage sans queue ni tête, elle n’était absolument pas certaine de pouvoir affirmer qu’ils étaient en train de vivre quelque chose de réel. Aussi perdu dans ses pensées et passablement déboussolée, elle laissa bien volontiers Edward s’exprimer sur le sujet avant elle. Quand ce dernier s’exclama et s’esclaffa en même temps en décrétant que tout ceci n’était qu’une farce, un tour qu’on lui jouait, Savannah comprit que lui aussi était en train de lentement mais surement de glisser vers la folie douce et simple auquel ils étaient apparemment tous condamnés.

Non ! Elle n’allait pas se laisser sombrer, c’était décidé elle lutterait pour trouver un sens à tout cela ! Même si pour cela elle devait accepter des choses fantasques, auxquels elle n’aurait avant porté aucun crédit, ni même la moindre parcelle d’attention. C’est pour cette raison qu’elle reconsidéra l’idée de Rowena. Même si pour l’heure elle commença par quelque chose de plus simple répondre à l’une des questions d’Eddie :

- Je ne pense pas que nous soyons à Storybrooke. Regardez à l’extérieur, par les fenêtres, le paysage est beaucoup plus sauvage et moins familier. On dirait qu’on est dans une sorte de parlais ou de château, si je dois en juger, aux tapisseries, aux tableaux, aux murs, aux portes, sans oublier toutes ses tenues qui sont contemporaines à l’époque du Moyen Age. Du moins pour la plupart… finit-elle en repensant à son propre costume.

Puis le jeune homme aux côtés des deux demoiselles eux apparemment un nouvel accès de folie passagère. Il appela la mariée, en criant : l’institutrice, en l’accusant de s’être déguisée avec une perruque, pour avoir l’air d’avoir des cheveux plus long. Cette intervention amusa beaucoup l’ex-indienne, qui ne put réussir à étouffer bien longtemps son rire. Ca faisait vraiment du bien de rigoler un peu et de relâcher cette tension. Si seulement ils pouvaient tous faire la fête en cet instant même, ils oublieraient toute cette scène surréaliste et tout irait pour le mieux. Mais la réplique suivante du jeune homme lui sembla, elle, être empreinte de beaucoup plus de logique et de réalisme que ses idées à elle. Savannah hocha positivement de la tête à l’évocation de ce plan. Et en même temps elle ne pouvait et ne voulait pas laisser de côté les prémices d’idées de Rowena. Aussi elle se tourna de nouveau vers elle pour lui dire :

- Est-ce qu’Henry t’as dit que le prince Charmant c’était David Nolan. Et par le plus grand des hasards, par curiosité aussi je l’avoue, tu ne saurais pas quels personnages on serait nous trois ? La jolie brune ne se retint pas de ponctuer cette dernière question d’un rire, qui marqué qu’elle ne croyait pas sincèrement à ses théories, mais au moins elle essayait d’y porter un petit intérêt.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Sam 26 Juil - 2:11
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.

 
 
 
 
 
Santana & Isabella, les deux femmes les plus appréciées de Storybrooke, les plus admirées en raison de leur beauté, de leur intelligence et de leur générosité fendaient bravement la foule à coup d’ombrelle. Voilà presque une heure que Santana s’était endormie et désormais toute la ville semblait se retrouver dans son rêve. Un rêve assez particulier d’ailleurs, avec toutes ces tenues d’époques, ces bijoux, ces buffets de nourriture… Bien évidemment, l’ancienne duchesse était la plus sublime de tous, comparé à elle, les autres faisaient figure de vulgaires clochards ! D’ailleurs les autres en question semblaient être plus ou moins des fantômes, à part certaines personnes que Santana avait réussies à toucher avec sa fidèle ombrelle. D’ailleurs lorsque la jeune déesse frappa accidentellement un séduisant pirate, sa sœur l’emmena au loin avant que celui-ci n’eut le temps de lui dire à quel point il la trouvait magnifique.

Sa sœur l’emmena alors vers un buffet de nourriture. Les papilles de Santana frémirent d’excitation en voyant autant de mets succulents, elle aurait voulu se jeter avec grâce sur cette table afin de tout dévorer mais hélas lorsque  Isa remarqua que la nourriture était-elle aussi translucide la déception se fit ressentir chez les Heelsman. Il n’était pas logique que dans son propre rêve elle ne puisse pas déguster autant qu’elle le veuille ! Puis que faisait-elle au mariage de David de plus ? Si cela avait vraiment été son rêve, monsieur Sébastian ce serait tenu au centre de la foule attendant que la belle Santana débarque dans une belle robe blanche ! De tout évidence, cela devait être un cauchemar…

« Je sais pas ce qu'on fait là, mais en tout cas, on a des armes ! » Déclara Isa tout en dégainant son ombrelle.

Santana approuvait les dires de sa sœur, leurs ombrelles étaient bien plus que de simples accessoires de mode ! Avec de telles armes, elles pourraient assommer le plus costaud des hommes voir même fendre la pierre ! Celui qui oserait sous-estimer le pouvoir de l’ombrelle aurait bien tort…D’ailleurs, le redoutable accessoire fit une prise lorsque Isabella se rendit compte que quelqu’un lui était rentré dedans. La jeune femme s’énerva aussi sec face à l’inconnu qui semblait de petite taille :

« Qui a invité un enfant de plouc à un bal aussi classe ?! C'est pas un lieu pour les sous classés ici ! »

« Je ne sais pas du tout, je croyais qu’on étais dans mon rêve ! Jamais je n’aurai invité le petit peuple à venir à un bal aussi chic ! » Répondit Santana avec dédain.

Les deux jeunes femmes observèrent alors l’intrus de plus près et le reconnurent aussi tôt. Un certain Wallim Redpape, un individu sans importance de Storybrooke, certainement pas le genre de fréquentations des Heelsman ! Les jeunes femmes décidèrent donc de laisser couler, préférant éviter de traîner avec ce Waligrim, elles avaient une réputation à préserver !

« Pourquoi Rachid Norman voudrait se marier ? En plus, il a invité plein de gens bizarres ! Regarde là bas, c'est pas Sparadra Forx habillée en indienne ? » Lui demanda sa sœur.

La jeune femme n’avait aucune idée de pourquoi Rachid voulait se marier, à vrai dire il l’était déjà alors c’était assez compliqué à comprendre ! Ne pouvait-il pas laisser le mariage aux autres un peu ? Voilà plusieurs semaines que les conquêtes amoureuses de cet homme étaient devenues les potins de cette ville. Les jumelles Heelsman avaient d’ailleurs rajouté un peu de piquant à toutes ces rumeurs en déclarant avoir surpris le marieur récidiviste qu’était Rachid avec un certain psychologue du nom d’Artie Houpeur, la ville n’avait pas cessé d’entendre parler de lui ! Quant à Sparadra Forx, Santana la regarda de haut, trouvant ces vêtements peu appropriés à ce type de cérémonie.

« On dirait une cannibale ! » Chuchota-t-elle à sa sœur.
« LES NON-FANTOMES S’IL VOUS PLAIT ! PAR ICI ! »

Santana sursauta en entendant cette voix si peu mélodieuse venir se frotter à ses oreilles. Elle se retourna et fusilla du regard celle qui venait de crier à savoir Nadia Plouc. Peut-être qu’elle les avait aidés lors de leur manifestation mais ce n’était pas une raison pour venir lui exploser les tympans ! De plus, hors de question que Santana accourt telle une brebis vers sa bergère, on aurait dit un troupeau qui se rassemblait autour de la jeune rousse ! La jeune déesse préféra rester avec sa sœur, un peu à l’écart des « non-fantômes » préférant ne pas se frotter au commun des mortels. La  belle Santana avait toujours été une rebelle dans l’âme !

Tandis que l’ancienne duchesse secouait ses cheveux à la manière d’une égérie des plus grandes marques de shampoing, la foule commença à s’asseoir et les portes à s’ouvrir laissant entrer une nouvelle personne. Santana manqua de faire une crise cardiaque. En effet, la mâchoire de la belle semblait s’être décrochée jusqu’à en toucher le sol tellement la surprise était grande. Et tandis que résonnait une voix annonçant le mariage de Blanche-Neige et du prince Charmant, la belle crut qu’elle allait s’évanouir de nouveau. En effet, la soi disante Blanche-Neige qui déboula le long de l’allée, vêtue d’une somptueuse rose blanche – mais qui ne lui allait PAS DU TOUT- n’était autre que Margie-Garette Blancard, la catin de la ville. Santana la fusilla sauvagement du regard, pas du tout d’accord avec le fonctionnement de ce rêve. Margie en Blanche-Neige ? Pfffff et elle, elle était quoi ? Quasimodo peut-être ? Santana continua à regarder la mariée d’un œil mauvais tout en maugréant auprès de sa sœur :

« Ce rêve devient absolument n’importe quoi ! Rachid et Margie BEEEERK ! Après tout le mal qu’on s’est donnée pour empêcher ça… Si Régina est dans ce rêve, elle va nous tuer, et le pire c’est qu’on ne peut même pas goûter au gâteau du mariage ! »

Les deux Heelsman partirent finalement en direction du groupe afin d’observer mieux la scène et d’entendre les avis de certaines personnes. Tout ceci était vraiment un scandale ! La belle avait vraiment hâte de se réveiller malgré le fait qu’elle était si belle et que cette ombrelle était vraiment fantastique ! Santana passa alors à côté de  Sparadra, celle qui était vêtue comme une indigène et entendit quelques bribes de sa conversation avec deux autres personnes dont un jeune homme plutôt mignon :

« Est-ce qu’Henry t’as dit que le prince Charmant c’était David Nolan. Et par le plus grand des hasards, par curiosité aussi je l’avoue, tu ne saurais pas quels personnages on serait nous trois ? »

Après avoir écouté cette remarque avec attention, la belle réfléchit une minute à la situation. Pourquoi Henry ne lui avait-il jamais dit quel personnage de son stupide livre elle était ? Sans doute parce qu’elle était beaucoup trop importante pour apprendre la vérité ! Santana s’incrusta alors pleinement dans leur conversation :

« Moi je pense que je suis Cendrillon, l’histoire de cette princesse me reflète parfaitement je trouve ! Ou alors je suis Ariel, après tout, j’ai un corps de sirène ! »

Santana secoua de nouveau ses cheveux tel un top-modèle puis fit un clin d’œil au charmant jeune homme qui se trouvait avec les deux femmes. Était-il riche ? La jeune femme devait tenter de le séduire avec délicatesse même si personne ne pouvait résister à ses charmes surnaturels !

« Bonjour, je m'appelle Santana Heelsman mais à mon avis vous le savez déjà, je suis célèbre à Storybrooke, je passe à la télé tous les soirs! Bref, ce n'est pas grave, je n'aime pas trop attirer l'attention sur moi, parlons de vous plutôt! C'est quoi votre petit nom? Vous faites quoi dans la vie ? » Déclara l'ancienne duchesse tout en s'approchant du jeune homme en battant des cils.


 

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Sam 26 Juil - 9:21
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





A l’instant où Savannah arriva vers eux et se présenta au jeune homme, les choses prirent une tournure qui déplut à la jeune femme. Bien évidemment, il ne put s’empêcher de flirter avec elle. Mais était-ce vraiment étonnant ? Elle était superbe, tout simplement. Quand elle se comparait à elle, Rowena ne pouvait manquer de voir la différence. Elle aurait dû s’y attendre, c’était tout à fait prévisible. Et pourtant, lorsque celle-ci lui répondit en rougissant et avec un certain intérêt, elle sentit un pincement au coeur lui étreindre la poitrine. Son visage s’était décomposé, mais il était probable que l’un ou l’autre aient été bien trop distraits pour le remarquer. Elle se sentit en colère contre lui, contre son amie pour se laisser faire de cette manière, et surtout contre elle-même. Que lui arrivait-il ? Etait-il possible que Thomas ait eu finalement raison, qu’elle éprouve vraiment des sentiments différents de ceux qu’elle imaginait pour le jeune homme ? Elle espérait que non. Elle espérait très sincèrement que non. Car si pour cette partie là son ami avait peut-être raison, pour le reste il avait totalement tort. Il était évident que jamais Eddie ne s’intéresserait à elle de cette manière. Elle n’était ni très séduisante, ni franchement jolie (du moins, de son point de vue) et n’avait rien de commun avec toutes ces filles qu’il fréquentait. Peut-être que c’était sa mère qui avait raison : elle était encore beaucoup trop naïve. Elle vivait dans ses rêves, bercée d’illusions, d’espoirs de choses qui n’arriveraient jamais.

Il lui fallut quelques secondes pour revenir à la réalité et réaliser que Savannah lui avait posé une question. Elle fit de son mieux pour ne pas montrer son léger agacement vis à vis d’elle mais eut un peu de mal à réfréner un ton sec. Elle ne se sentait plus vraiment à son aise, engoncée dans cette robe dans laquelle elle n’était pas vraiment à son aise. Elle aurait définitivement préféré quelque chose d’un peu plus léger.

« Bien sûr que non, ça ne peut pas être Storybrooke. Je n’ai jamais vu ce genre d’endroit en ville, encore moins avec des gens qu’on peut traverser. »

Il est vrai que les costumes étaient étonnants. La jolie brune n’était pas la seule à en porter un qui détonnait un peu sur l’ensemble plutôt médiéval. S’en voulant un peu de ne pas réussir à se contrôler, elle s’efforça de se concentrer sur ce qu’il se passait, à savoir les noces de Snow White et James Charmant. Autrement dit, Mary Margaret Blanchard et David Nolan. Ce qui était absurde et prouvait parfaitement que c’était un rêve, à commencer par le fait que David soit marié à une autre. Il n’empêche que c’était tout simplement fascinant et qu’elle ne put s’empêcher de partager ce qu’elle savait à propos du livre d’Henry et de toutes ces histoires. C’est alors que Savannah lui demanda si elle y croyait. Elle se tourna vers elle, incertaine.

« Et bien... Avant le mariage des Nerys, je t’aurais dit non, sans hésiter. Mais avec cette histoire de dragon... je ne sais plus quoi penser... »

Ce fut au tour d’Eddie d’y mettre son grain de sel. Elle savait qu’il n’y croyait pas, mais elle ne s’était pas attendue à ce qu’il réponde ce genre de choses. Tout ceci n'est qu'une énorme blague, comme cette histoire farfelue de dragon sortit de nul part ! Elle eut soudain l’impression de recevoir une gifle en pleine tête. Elle ne pensait pas qu’il se serait ainsi moqué de ce qu’elle pouvait penser ou dire. C’était exactement ce qu’elle avait redouté lorsqu’elle avait malgré tout réussi à se confier à lui au Granny’s. Elle le regarda, interdite, tandis que Savannah lui parlait, sans qu’elle parvienne à écouter un seul mot de ce qu’elle lui disait. Elle s’avança vers lui alors qu’il se dirigeait vers le couple de jeunes futurs mariés, visiblement en proie à un coup de folie.

« Alors c’est ça que tu penses ? Que j’ai raconté n’importe quoi, que j’avais inventé ? Je pensais que tu me croyais... » A défaut de croire qu’il y avait vraiment un dragon en ville. Elle n’en revenait pas de s’être ainsi laissée à se confier à lui alors que tout au long, ce n’était pour lui qu’une vaste plaisanterie. Il savait. Il savait à quel point elle avait été mal, à quel point elle avait eu peur. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux mais fit de son mieux pour ne pas se mettre à pleurer. Pas devant eux en tout cas. « Je suis vraiment trop stupide. »

Elle s’était montrée vulnérable devant quelqu’un qui s’en fichait. Elle s’était prise d’affection pour quelqu’un qui s’en fichait. Ce n’était qu’un rêve pourtant. Comment était-il possible qu’elle éprouve des émotions si complexes ? Elle les regarda tous deux, un éclat de colère perçant dans le vert de ses yeux.

« Je vous laisse, vous n’avez qu’à faire ce que bon vous semble tous les deux. Je vais chercher Thomas. » ajouta-t-elle d’un ton glacial, avant de tourner les talons et de partir aussi vite que possible dans la direction opposée.

Elle ignorait s’ils savaient qui était Thomas pour elle, mais elle s’en moquait. Ce ne fut qu’après leur avoir tourné le dos et bousculé volontairement les soeurs Heelsman sur son passage qu’elle accepta de laisser quelques larmes s’échapper, traversant les invités sans y faire vraiment attention. Le pire était qu’elle ne savait même pas pourquoi elle se mettait dans un état pareil. Elle aurait donné n’importe quoi pour que son meilleur ami soit là. Peut-être que si elle y pensait suffisamment fort, il apparaîtrait ? Mais elle ne voyait ni sa silhouette, ni son sourire, ni rien susceptible de la réconforter un peu. Alors qu’elle fonçait dans la foule sans regarder devant elle, elle heurta violemment l’un des invités qui lui, était bien réel. Le choc la fit tomber en arrière, dos sur le sol.

« P... pardon, je ne vous avais pas vu... » bredouilla-t-elle en levant les yeux vers lui.

Le visage de cet homme lui était totalement inconnu. Elle ignorait faire face à l’un des patients les plus dangereux du Dr Lynch, et accessoirement à celui qu’on avait appelé le Grand Méchant Loup il fut un temps...


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Sam 26 Juil - 21:07
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.






Spoiler:
 

La réplique sèche que lança Rowena, figea l’histoire d’un bref instant Savannah. Elle ne s’attendait pas du tout à la voir et surtout à l’entendre réagir ainsi. En fait elle ne connaissait pas encore cette facette-là de sa personnalité, elle d’habitude si douce voilà qu’elle paraissait clairement piquée au vif. Inutile de chercher bien loin la raison de cette toute nouvelle attitude. L’ex-indienne comprenait très bien que Rowena n’avait pas du tout appréciée l’attention toute nouvelle que son ami venait de porter à la jolie brune. Alors ainsi les quelques soupçons qu’elle avait pu avoir sur des sentiments plus qu’amicaux, n’étaient apparemment pas si infondés que ça. C’était clair comme de l’eau de roche que la demoiselle était jalouse. De là à dire si elle était amoureuse du jeune homme se serait un peu extrapoler les choses, mais en tout cas elle tenait visiblement énormément à lui et à ses attentions envers elle.

Quoiqu’il en soit la jeune femme savait très bien que c’était le genre de situation où il ne fallait pas mettre de l’huile sur le feu ou ne pas s’occuper des oignons des autres (quelque chose comme ça). Aussi elle ne fit absolument aucune remarque suite à son intervention et réussit même à paraître comme si de rien n’était. Elle crut même avoir sincèrement réussit à changer les idées de son amie, quand ils dérivèrent ensemble vers un tout autre sujet de discussion, inspirés par les évènements auxquels ils étaient confrontés. Rowena allait même jusqu’à se confier un peu plus quant à ce qu’elle pensait des théories de l’enfant. Ainsi depuis l’histoire de ce dragon, elle doutait et elle apportait vraisemblablement plus de crédit aux histoires d’Henry. Il est sûr que si Savannah voyait un dragon elle se poserait elle aussi de sacrés questions sur ce monde ci ! Mais comme ce n’était pas le cas elle restait terriblement rationnelle.

En tout cas l’ex-indienne c’était bercé d’illusions en pensant ne fut-ce qu’un instant que Rowena n’était plus fâchée. D’ailleurs elle s’énerva à nouveau, mais cette-ci sa colère n’était absolument pas dissimulée et elle était très clairement dirigée vers Edward. La jolie brune regarda impuissante et interdite la scène se dérouler sous ses yeux. Savannah ressentit un picotement dans sa poitrine, comme si son cœur se serrait sur lui-même. Son amie demeurait blessée et incomprise, deux sentiments qu’elle aussi connaissait hélas que trop bien. Mais l’attaque n’étant pas dirigé dans sa direction elle se refusa à intervenir d’une façon ou d’une autre. Elle demeura silencieuse et passive. La jeune femme s’attendait d’un instant à l’autre à ce qu’elle gifle Eddie mais elle n’en fit rien. Malgré le fait d’être submergé par ses sentiments, elle semblait pouvoir tout de même garder un certain contrôle sur ceux-ci.

Même si Rowena avait royalement ignoré la dernière réplique de Savannah, cette dernière ne s’en montra pas vexée pour autant. Son amie avait besoin de faire un coup d’éclat, même si pour cela elle en oublia la conversation précédemment entamée. L’ex-indienne était tout de même un peu déçue que Rowena ne puisse lui apporter des éléments de réponses, ou des pistes de réflexion sur le sujet du livre des contes d’Henry. Vu le contexte actuel, l’ancienne Nakoma c’était pris d’intérêt pour la théorie du jeune garçon. Un vif et soudain intérêt qui ne risquait pas de renaître dans des situations plus « normales » de sa vie. Elle trouvait donc cela dommage de ne pas poursuivre ce sujet-là, qui parut l’histoire d’un court instant prometteur.

L’attention de Savannah et d’Edward aussi probablement étaient toutes deux tournées entièrement vers Rowena. A tel point qu’ils ne remarquèrent pas vraiment l’arrivée de deux femmes près d’eux. La jolie brune ne remarqua apparemment pas ces nouvelles présences près d’eux puisqu’elle poursuivie et parut même terminer son coup d’éclat. Juste avant de les abandonner tous les deux, elle lança comme un ultimatum : « Je vous laisse, vous n’avez qu’à faire ce que bon vous semble tous les deux. » Là sur le coup Savannah ouvrit de grands yeux ronds, visiblement Rowena c’était fait des idées sur le genre de personne que pouvait être l’ex-indienne. Pour le coup ce fut elle à présent, qui était à deux doigts des larmes mais elle se contint. Ne trouvant que répliquer à cela elle voulut tendre le bras pour retenir son amie, mais elle fut plus rapide qu’elle et sa main se referma dans le vide. Puis, spontanément, elle fit face à Eddie pour lui lancer :

- Je pense que tu devrais la rattraper. Je ne suis pas au courant de la situation qu’il peut y avoir entre vous deux, mais apparemment vous avez des choses à vous expliquer.

La jeune femme c’était exprimée sans froideur, ni rancœur, elle demeurait une fois encore placide. Son seul souhait était que Rowena obtienne les réponses qu’elle attendait et qu’elle ne reste pas ainsi désemparée et surement triste aussi qu’elle l’était en ce moment. L’ex-indienne n’eut pas le temps de se demander ce qu’elle allait bien pouvoir faire, car des voix se firent vite entendre à leurs côtés.

Deux femmes qui avaient apparemment entendu ce qu’elle avait dit au sujet du prince Charmant et de leurs potentielles identités dans le monde des contes. Un bref regard dans leur direction lui permis de découvrir une partie de leur identité. A Storybrooke, les deux sœurs jumelles étaient plutôt connues, si ça mémoire ne la trompait pas, elles se dénommaient Heelsman, mais elle ne se souvenait pas des prénoms. C’était la sœur engoncée dans une robe rose et violette qui venait de s’exprimer aux groupes, qui n’était plus qu’un duo à présent. La demoiselle ne s’était pas embarrassée de la politesse, ni même de quelques présentations, intervenant directement dans le vif du sujet. Entendant son intervention, Savannah ne put s’empêcher de répondre un brin sarcastique :

- Le haut du corps d’une sirène, oui. Mais il vous manquerait la queue pour nager dans l’océan.

Puis la miss ignora sans vergogne l’ex-indienne, pour pleinement s’intéresser à Edward encore présent à ses côtés. Sans masquer son jeu de la moindre façon elle dragua celui-ci sous son nez. L’ex-indienne fronça un court instant les sourcils signe qu’elle était vexée que lui porte si peu de considération, pour ne pas dire absolument aucune ! Toutefois elle recouvra assez rapidement un faciès plus neutre, pour essayer de ne pas se montrer atteinte par ce petit manège. L’ancienne Nakoma ne savait pas si Edward allait lui répondre, ou s’il allait se décider à retrouver Rowena, ou bien encore s’il allait rester planté là bouche bée. Peu importe son choix, la jeune femme choisit de le devancer et de lancer à son tour :

- Ah oui les fameuses sœurs Heelsman ! Moi c’est Savannah Fox. C’est la première fois que je rencontre de vraies jumelles, je ne savais pas qu’il était possible de se ressembler à ce point-là. Impressionnant !


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 27 Juil - 13:45
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Michael, de plus en plus mal à l'aise au milieu de cette marée invisible d'invités translucides, observa la scène qui se jouait sous ses yeux. Ainsi, il assistait bien à un mariage celui de « Blanche Neige et de Charmant » Le patient « préféré » de Lynch maugréa une fois encore en tentant de se trouver une place.
« Mais à quoi bon bouger dans tous les sens, puisqu'ils ne me voient pas, que je leur passe au travers ? » se disait-il en essayant malgré tout de ne pas avoir à revivre cette désagréable expérience. Il voulait fuir, quitter cette étrange cérémonie à laquelle il assistait sans vraiment savoir pourquoi, mais quelque chose au fond de lui, le maintenait captif de cette « mascarade » comme il se plaisait à le dire. Pouvait-on trouver un terme plus adéquat que celui-ci ? A l'évidence non! Quelque chose ne tournait pas rond ici, il ne fallait pas être affublé d'une grande intelligence pour le comprendre. Comment se faisait-il que l'institutrice se fasse appeler « Blanche-neige » et que le Nolan prenne le patronyme de « Charmant » ça n'avait aucun sens et dans le cas d'une rêverie, pourquoi ça, pourquoi rêver de ces personnes ?

Michael serra la mâchoire incapable de trouver une quelconque explication à cet étrange moment qu'il vivait. Il souffla et se massa les tempes espérant que ce geste lui permette d'avoir les idées plus claires.

« Je suis en train de rêver, ce n'est pas possible ! Je vais me réveiller et retrouver ma morne réalité. Vu comme ça, c'est vrai que ça n'est pas très encourageant »

Il n'eut pas le temps d'approfondir sa méditation, car un corps entra en collision avec le sien. Fait étrange, il n'était pas passé à travers lui. Michael détourna le visage et découvrit, à terre, une jeune femme brune.

« P...pardon, je ne vous avais pas vu... »

Il fronça les sourcils et se rendit compte qu'elle s'adressait à lui et que c'est bien elle qui venait de lui rentrer dedans. Comment était-ce possible ? Jusqu'à présent, aucune collision n'était à déplorer malgré les tentatives de contact de Moody. Ce dernier tendit la main à la jeune femme pour l'aider à se relever tout en l'observant avec attention. Jamais encore, il ne l'avait rencontré et même en faisant l'effort de fouiller dans sa mémoire rien n'y faisait, l'inconnue restait une inconnue.

« Ne vous excusez pas, ça arrive ! Bien que jusqu'à présent, je n'ai pu avoir l'occasion d'entrer en contact avec quelqu'un. Dites-moi, je suis dingue ou la plupart des invités présents sont « des fantômes » ? Et la mariée, je ne rêve pas, c'est bien l'institutrice de Storybrooke ? Vous savez ce qui se passe, parce que moi, je suis un peu largué là ! »


Il tenta un petit sourire pour rassurer la jeune femme et ne pas la faire fuir trop rapidement. Existait-il d'autre personne « normale » qui daignait accorder une petite attention et qui accessoirement n'étaient pas translucide ? Telle était la question.


« J'en oublie mes bonnes manières, pardonnez-moi. Je m'appelle ... »

Il se souvient des dernières paroles de Lynch « Il n'y a plus de patient 27, mon cher. Vous êtes ici en tant que Michael Moody, une personne instable qui a essayé de tuer le pauvre docteur Hopper »

A coup sûr cette attaque avait fait la Une du Daily Miroir et à coup sûr le nom de Moody avait été cité à plusieurs reprises. Au dernier moment Michael se reprit et pour ne pas éveiller trop vite les soupçons, il opta à tout hasard pour un autre prénom qui dans une autre vie était le sien, mais ça, il l'ignorait...

« ...Pierre... je m'appelle Pierre et vous ? »


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Finean J. Théouranos
Habitant ೨ Hadès

⚔ Curse :
33
⚔ Coeur :
Pris par quelqu'un qui ne m'aime pas
⚔ Statut :
Fou à lier mais c'est normal
⚔ Personnage de Conte :
Hadès


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 27 Juil - 16:43
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.







Je m’allongeais tranquillement dans mon lit aux tentures rouges. J’avais attendu patiemment qu’ils arrêtent de faire du bruit dans la chambre d’à côté avant de me laisser porter par un sommeil ; je l’espérais tranquille. Je refermais donc la couverture de cuir du livre que je lisais avant d’éteindre la lumière sourde que je maintenais dans ma chambre. Si seulement je pouvais fermer les yeux et me retrouver dans le monde que je connaissais réellement, ce monde dans lequel les guerres et les batailles apportaient son lot d’âme, ce monde où je pouvais comploter contre mes deux frères , ce monde où la magie régnait en maitre, ce monde où la mort était présente partout et où je pouvais faire mes petites affaires sans que l’on me prenne pour un fou. Je m’allongeais donc en songeant à ce monde que j’avais malheureusement quitté. Interrompant les douces pensées sanglantes créées par mon esprit une voix mystérieuse m’interpella comme si je le dérangeais.

« Qui va là ? Approchez donc ! Vous n'êtes pas encore assez endormis pour que je distingue vos traits... Vous n'êtes pas les premiers à pénétrer mon sanctuaire... Et, tout comme votre prédécesseur, vous n'en sortirez jamais ! »

Je ne savais pas ce qui se passait, j’avais l’impression que cette voix était parfaitement réelle et ce qu’elle disait me confortait dans cette idée, je n’étais plus tout à fait en train de rêver. Je ne comprenais pas tout les enjeux de ce que cette voix disait mais j’espérais que la magie intervenait dans cette expérience étrange car cela me laissait un espoir plus grand que je ne l’aurais espérer. Soudain m’éblouissant une lumière vive trancha dans les ténèbres dans lesquelles je me sentais le mieux.


« Quoi ?! Qu'est-ce que c'était ? Où allez-vous ? Revenez ! Je vous retrouverai ! »


Apparemment cette lumière avait dérangé cette voix obscure et le noir environnant laissa petit à petit place à une salle de bal très lumineuse. Mes yeux mirent u peu de temps à s’habituer à la luminosité ambiante. Quand finalement l’image se stabilisa, mon regard se posa sur une salle de bal comme j’en avais rarement vu. Cela me rappelait les constructions de la forêt enchanté. Je laissais glisser mon regard sur ce qui se passait autour de moi, je remarquais que je n’étais pas seul, beaucoup de personnes se massait autour d’un genre d’autel au centre. Mais ce qui me choqua el plus ce sont les vêtements de ces personnes, ce n’était pas le style de la petite ville de Storybrooke, c’était des vêtements qui m’étaient nettement plus familiers, de lourds tissus et de légers voiles transparents. Mon habit aussi avait changé, j’étais dans la tenue que j’affectionnais le plus, une longue toge noire et grise. Je passais machinalement ma main dans mes cheveux mais ce n’était pas une flamme que je rencontrais mais ma coupe de cheveux normale. L’espoir s’amenuisa mais je restais confiant, une telle coïncidence ne peut pas être possible sans l’appui de la magie. Je reconnaissais certains visages mais si certains étaient fascinés par l’allée tracée au milieu, d’autres semblaient un peu perdu.

Je m’approchais de la personne la plus proche de moi et lui demandait ce que l’on célébrait ici. Aucune réponse, j’aurais pu parler à un mur que j’aurais plus de réaction. Je tentais alors de le toucher mais ma main passa au travers. Cela prenait des tournures de plus en plus étranges. Et je me demandais si je rêvais ou si j’étais dans la réalité. Je croyais que plus rien ne pouvait me surprendre et pourtant, j’entendis une voix douce si familière à mon oreille. Je me retournais dans la direction d’où venait la voix que j’avais reconnue. Mon cœur rata un battement quand la divine Odette m’apparut dans sa robe blanche que je n’avais pas oubliée. Se souvenait-elle ? J’allais la saluer quand elle prit les devants, elle posa sa main fine sur son bras et je crus que je rêvais pour de bon, ma tête souhaitait-elle me torturer un peu plus. Mais mon rêve fut vite brisée pour retourner à cette réalité que je commençais à haïr sérieusement et cela dès qu’elle prononça ce nom que la malédiction m’avait affublé.


« Bonjour Finean. Tu es...élégamment sombre. Tu sais pourquoi David se marie, je passe à travers tout le monde sauf toi, j'ai une impression de déjà-vu et que ça me paraît trop réel pour être un rêve ? »

Ainsi mon rêve n’était si agréable que cela et l’idée qu’une réalité se cachait on loin se fit plus tangible à mon esprit. Mais il semblerait que tous n’étaient pas affectés par cet état. Puisque certains étaient transparents et d’autres non. Quel dommage qu’elle n’ait pas retrouvé la mémoire dans cet endroit.

« Bonjour Jill, tu es magnifique. Et non je n’ai aucune idée de ce qu’il peut bien nous arriver. Mais oui c’est très réel et le dragon au mariage Nerys me donne encore plus de raison d’y croire. »

Une jeune femme s’agita pour appeler les non-fantômes ce qui me permit d’observer certaines réactions et de voir qui était réel et qui faisait parti de ce film qui semblait se jouer devant nous. Oui, c’est exactement ça, c’est comme si nous étions entré dans le décor d’un film qui retraça un événement que nous n’allons pas tarder à connaitre. Mademoiselle Blanchard fit son entrée et alla rejoindre son promis sur l’autel dressé au milieu de la pièce. Et ce qui sembla être un prêtre annonça le nom de ceux qui se tenaient devant lui. Blanche-Neige et Charmant. Voilà qui était des plus surprenants, nous assistions au mariage qui avait fait tant fait parler dans la forêt enchanté ; je n’y avais pas assisté mais cela pouvait expliquer beaucoup de choses sauf le fait qu’Odette ne se rappelle pas qui elle est réellement. La princesse à mes côtés se tourna vers moi l’air de vouloir des explications. Après tout pour elle ce n’était que des gens normaux et pas des personnages de contes.

« Il faut que je vérifie quelque chose, suis-moi. »

Je me dirigeais à grand pas, en me frayant un chemin entre les inanimés, vers l’une de mes connaissances qui semblait être aussi surprise que l’était Jill qui me suivait. Arrivée auprès de Tessa, mon assistante et de l’une de ses amies, j’imaginais, je la saluais avant de lui demander ce qu’elle pensait de tout ça. Je voulais voir si j’étais une nouvelle fois, le seul à me rappeler de notre ancienne vie, celle qui se déroulait par un événement inattendu devant nous.

« Salut P...Tessa. »


Je m’étais rattrapé de justesse, la voir dans cette tenue si familière m’obligeait à faire un effort supplémentaire pour trouver le bon nom. J’espérais de tout cœur qu’elle me dise qu’elle ne savait pas qui était Tessa et que son nom était Pandore mais je fus vide déçu.

« Arrives-tu à comprendre ce qui se passe ? Au fait, je te présente Jill, une amie. »




_________________________
Une ombre mystérieuse a pris le contrôle de ton esprit...

 
Revenir en haut Aller en bas



PNJ Intrigues
PNJ Intrigue ೨ Tremblez, Mortels !

⚔ Curse :
49


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 27 Juil - 18:08

Everything has a beginning



The shadow waiting in the dark...
Alors que vous cherchez toujours des réponses à vos questions, le mariage suit son cours. Cependant, tandis que tous les invités de cette union se montrent attentifs au déroulement de cette union, la grande porte s'ouvre une fois de plus. La Méchante Reine fait une entrée fracassante dans la salle, à la surprise générale des participants au mariage ! La grande porte se referme derrière la sorcière, tandis que celle-ci s'adresse au couple royal, menaçant de mettre un terme à leur bonheur...
« Profitez bien de ces instants de joie, tant qu'ils dureront... Avec ma malédiction, je détruirai votre bonheur, même si c'est la dernière chose que je fais ! » Le Prince Charmant menace alors Regina de son épée, mais Blanche-Neige réagit un peu plus vite, prenant l'épée des mains de son tout nouveau mari. Elle lance l'arme à travers la salle, visant sa belle-mère, mais cette dernière disparaît dans un nuage de fumée avant que l'assemblée puisse voir si l'épée l'a touchée ou non, la lame ayant disparu avec elle.
Parmi la foule, c'est la panique ! Tous les invités crient leur effroi, certains se mettent à courir dans tous les sens, d'autres cherchent à partir. Le couple royal, de son côté, tente de raisonner et calmer ses invités.
Mais vous, simple témoins invisibles, ne pouvez pas échapper au spectacle... Si vous tentez de suivre les fuyards, vous vous heurterez à un mur invisible vous retenant dans cette pièce. Qu'allez-vous devenir, coincés ici ? Quel effet cette inquiétante irruption de la Méchante Reine produira sur l'assemblée que vous formez ?

L'heure est venue...

Nouvelles règles !
೨ La première partie de cette intrigue se terminant bientôt, sachez que les inscrits qui n'ont pas encore posté au moins une fois avant mercredi 30 juillet et qui n'ont pas signalé leur impossibilité de le faire par une absence seront retirés de la liste des participants pour le reste de l'intrigue.
೨ Vos personnage sont dans cette salle pour une raison précise et nous vous rappelons qu'ils n'ont pas les moyens de prendre en main la situation... Ainsi, même si la porte s'ouvre et se ferme pour faire passer les "fantômes", les participants, eux, ne peuvent pas sortir de la pièce, ils sont coincés dans leur rôles de témoins invisible de ce mariage par une sorte de champ de force invisible !

Les règles à retenir.
೨ Tous les participants de l'intrigue se trouvent spectateurs du mariage de Snow et Charming qui a eu lieu dans les contes. Cependant, nous vous demanderons de ne pas faire avancer la scène (ne faites pas intervenir Regina, par exemple), les admins s'en chargeront au fil de leurs posts.
೨ En tant que spectateurs de ce souvenir, vos personnages ne peuvent pas intervenir sur le cours des choses. Ils peuvent évoluer dans la salle mais les acteurs de la scène qui se déroule devant leurs yeux ne peuvent ni les voir, ni les entendre, ni les toucher, que ce soient les futurs mariés ou les invités.
೨ En revanche, les participants de l'intrigue peuvent interagir entre eux : se parler, se toucher, etc...
೨ Vos personnages ne sont pas habillés de la même manière qu'ils l'étaient lorsqu'ils se sont endormis. Non, à la place, ils portent les vêtements de leur vie passée, ceux qu'ils portaient au moment où la malédiction de Regina a frappé. Par exemple, Alexander est habillé en pirate tandis que Scott porte les vêtements du roi de Camelot.
೨ Concernant les objets que vos personnages sont susceptibles d'avoir sur eux lorsque la Malédiction a frappé (genre couteau, épée etc...), sachez que vous pouvez les avoir avec vous durant l'intrigue à condition qu'ils aient perdu leurs propriétés magiques ! (ex : Excalibur devient une épée normale).
೨ Notez bien que, même avec vos anciens vêtements, vous restez les humains maudits de Storybrooke ! Ainsi, au niveau physique, les fées ne retrouvent pas d'ailes et les sirènes conservent leurs jambes. Les sorciers ne retrouvent pas leurs pouvoirs non plus, et chacun ne possède que les souvenirs dont il disposait à Storybrooke.
೨ Si vous voulez réserver votre tour pour répondre à l'intrigue, cela ne pourra durer que trois heures. Une fois ce laps de temps écoulé, votre post sera effacé par un membre du staff et vous aurez perdu votre tour. Si le délai est dépassé mais que le staff n'a pas encore eu le temps de supprimer la réservation, les autres participants à l'intrigue sont autorisés à poster comme si aucune réservation n'avait été faite.
೨ Dernier détail, nous demandons toujours un minimum de 600 mots par RP lors de cette intrigue.
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   
Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Intrigue V : "Premier départ"
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Résumé de l'intrigue
» Départ non réfléchi et vite regrété.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Intrigues-