Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage



PNJ Intrigues
PNJ Intrigue ೨ Tremblez, Mortels !

⚔ Curse :
49


MessageSujet: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 16 Juil - 19:26

Everything has a beginning



The shadow waiting in the dark...
Par une nuit de pleine lune, à l'heure où la plupart des habitants de Storybrooke sont endormis, la Sauveuse se trouvait auprès de son fils. Toujours dans le coma, le petit Henry ne montrait aucun signe d'amélioration mais Emma n'avait pas l'intention de baisser les bras. L'apparition du dragon avait contribué au fait que la jeune femme se mettait à accorder de plus en plus de crédit aux histoires que racontait son fils. Elle avait enfin retrouvé le livre des contes chez la gardienne du cimetière qui l'avait apparemment dérobé lors du festival de la mine...
Le cœur gonflé d'espoir, elle jouait désormais sa dernière carte pour ramener son fils à la vie. Elle lisait à haute voix, page après page, les différents contes que recensait le livre. Tout en tenant la main d'Henry fermement dans la sienne, elle était bien décidée à lui lire l'intégralité des histoires étalées sous ses yeux ! Cependant, malgré tous les efforts déployés par le shérif pour demeurer éveillée, la fatigue vint à bout de la jeune femme, et elle s'endormit donc auprès de son fils sans pour autant avoir terminé sa lecture... De leurs mains jointes émana alors une lueur blanche, mais cela, personne n'en fut témoin.

Vous, pauvres habitants de Storybrooke, vous qui dormez déjà depuis quelques heures, le lien d'amour qui unit Emma à son fils vous emporte, malgré vous, quelque part entre rêve et réalité...

« Qui va là ? » résonne une voix sortie d'outre-tombe, interrompant le cours de vos rêves. « Approchez donc ! Vous n'êtes pas encore assez endormis pour que je distingue vos traits... » Autour de vous, tout est sombre. « Vous n'êtes pas les premiers à pénétrer mon sanctuaire... Et, tout comme votre prédécesseur, vous n'en sortirez jamais ! » Soudainement, un flash de lumière interrompt la voix. « Quoi ?! Qu'est-ce que c'était ? » La pénombre se brouille peu à peu, laissant les contours d'un nouveau décor se dessiner autour de vous, tandis que la voix s'estompe. « Où allez vous ? Revenez ! Je vous retrouverai ! »

Le décor se stabilise : vous vous trouvez à présent dans une grande salle décorée. Une foule se masse autour d'un autel, tout le monde semble irradier de bonheur. Au centre de la salle, celui que l'on nomme Charming attend avec anxiété l'arrivée de sa promise... Cette assemblée, sous vos yeux ébahis, ne fait rien de moins que célébrer le mariage de Blanche-Neige et de son prince ! Enfin, pour le moment, les invités prennent seulement place, l'heure de consacrer l'union n'est pas tout à fait venue...

Connaissez-vous ce souvenir ? Savez-vous ce qui va se passer ensuite, là, sous vos yeux ?
Vous êtes perdus, vous demandant ce qui se trâme... Êtes-vous en train de rêver ? Il vous est cependant impossible de vous réveiller...

L'heure est venue...

Les règles à retenir.
೨ Tous les participants de l'intrigue se trouvent spectateurs du mariage de Snow et Charming qui a eu lieu dans les contes. Cependant, nous vous demanderons de ne pas faire avancer la scène (ne faites pas remonter l'allée à Blanche-Neige, par exemple), les admins s'en chargeront au fil de leurs posts.
೨ En tant que spectateurs de ce souvenir, vos personnages ne peuvent pas intervenir sur le cours des choses. Ils peuvent évoluer dans la salle mais les acteurs de la scène qui se déroule devant leurs yeux ne peuvent ni les voir, ni les entendre, ni les toucher, que ce soient les futurs mariés ou les invités.
೨ En revanche, les participants de l'intrigue peuvent interagir entre eux : se parler, se toucher, etc...
೨ Vos personnages ne sont pas habillés de la même manière qu'ils l'étaient lorsqu'ils se sont endormis. Non, à la place, ils portent les vêtements de leur vie passée, ceux qu'ils portaient au moment où la malédiction de Regina a frappé. Par exemple, Alexander est habillé en pirate tandis que Scott porte les vêtements du roi de Camelot.
೨ Concernant les objets que vos personnages sont susceptibles d'avoir sur eux lorsque la Malédiction a frappé (genre couteau, épée etc...), sachez que vous pouvez les avoir avec vous durant l'intrigue à condition qu'ils aient perdu leurs propriétés magiques ! (ex : Excalibur devient une épée normale).
೨ Notez bien que, même avec vos anciens vêtements, vous restez les humains maudits de Storybrooke ! Ainsi, au niveau physique, les fées ne retrouvent pas d'ailes et les sirènes conservent leurs jambes. Les sorciers ne retrouvent pas leurs pouvoirs non plus, et chacun ne possède que les souvenirs dont il disposait à Storybrooke.
೨ Si vous voulez réserver votre tour pour répondre à l'intrigue, cela ne pourra durer que trois heures. Une fois ce laps de temps écoulé, votre post sera effacé par un membre du staff et vous aurez perdu votre tour. Si le délai est dépassé mais que le staff n'a pas encore eu le temps de supprimer la réservation, les autres participants à l'intrigue sont autorisés à poster comme si aucune réservation n'avait été faite.
೨ Dernier détail, nous demandons toujours un minimum de 600 mots par RP lors de cette intrigue.

Les participants.
Lilwenn Chimay. ೨ Roselyn Winter. ೨ Alexander Stevenson. ೨ Vanellopée Y. Bolgan. ೨ Michael P. Moody. ೨ Ivy Toothy. ೨ Finean J. Theouranos. ೨ Spencer Rigan. ೨ Diane Hedge. ೨ Scott Millers. ೨ Isabella Heelsman. ೨ Jill Mattews. ೨ Santana Heelsman. ೨ Eddie Fitz. ೨ Rowena Hightower. ೨ Moïra Fisher. ೨ Tessa Hope. ೨ Walgrim Redcap. ೨ Nahia Brooke. ೨ Elias Makela. ೨ Savannah Fox. ೨ John Peters. ೨ Kimly Winter.

La fiche de réponse officielle de l'intrigue que vous pouvez utiliser si ça vous dit.

Code:
<center><img src="http://static.tumblr.com/gdu7n8v/6sUm3xbdx/tumblr_m3tualpl5z1ru8zn6o1_1280.gif" width="481px"; img style="border-radius: 100px 100px 0px 0px;"><div style="width: 481px; background-color: #020210; font-family: calibri; font-size: 8px; text-transform: uppercase; line-height: 100%; text-align: center; letter-spacing: 5px; padding-top: 15px; padding-bottom: 15px; color: #BBC1AB">✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.<br>
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://flash-mp3-player.net/medias/player_mp3_mini.swf" width="250" height="20">
<param name="movie" value="http://flash-mp3-player.net/medias/player_mp3_mini.swf"/>
<param name="bgcolor" value="#020210"/>
<param name="FlashVars" value="mp3=http://tegos.kz/new/mp3_full/Lana_Del_Rey_-_Once_Upon_A_Dream.mp3"/>
</object></div><div style="width:463px; background-color:#ffffff; padding:10px; text-align:justify;  font-size: 12px;"><center><div style="width: 450px; font-family: arial; text-align:justify; color: #11091e;line-height: 100%;">bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla </div></center></div><p>
</center>
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 16 Juil - 19:43
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Vany s'était couchée de bonne heure, ce soir-là. Cela faisait désormais plusieurs jours qu'elle évitait tout le monde, passant le plus clair de son temps dans sa chambre avec Jack en guise de compagnie. Il y avait deux personnes qu'elle évitait plus que tout : Owen et Alex. Les récents événements avaient, en effet, chamboulé le cours paisible de sa vie, et la jeune femme se sentait bien trop perdue pour le moment pour oser affronter l'un ou l'autre des deux hommes. Pour finir le tout, ces journées d'intense prise de tête laissaient souvent place à des nuits parsemées de cauchemars...

Cette fois-ci, Vany se retrouvait coincée dans la grande salle de la mairie, devant un public visiblement impatient. S'ouvraient alors deux portes, à l'opposé l'une de l'autre, dont surgissaient le cadet Heartwood et le guide du musée. Paniquée et cherchant à fuir la confrontation, la libraire était dans l'impossibilité de partir car la foule se regroupait autour des trois protagonistes au fur et à mesure que les jeunes hommes avançaient. Vanellopée éclata alors en sanglots, tandis qu'elle se retrouvait serrée entre Alex et Owen... Puis, subitement, tout devint noir. Une voix inconnue se mit à parler de sanctuaire et d'emprisonnement... Jusqu'à ce que l'environnement autour de la professeur d'histoire-géographie se modifia une fois de plus, visiblement au grand dam de l'étrange voix !

Abasourdie, Vany ouvrait de grands yeux ronds sur le décor dans lequel elle se trouvait désormais. Cela ne ressemblait à rien de ce qu'elle connaissait... Il s'agissait d'une grande salle noire de monde mais, cette fois-ci, personne ne faisait attention à elle. Chaque personne ici semblait rayonner de joie et d'impatience, certains discutaient allègrement entre eux, d'autres fixaient simplement le centre de la pièce. Sa curiosité piquée, Vany fit quelques pas en direction des personnes les plus proches.

▬ Excusez moi, est-ce que...

La demoiselle ne termina pas sa phrase, son souffle s'était coupé au moment même où elle avait cherché à poser la main sur l'épaule de quelqu'un et que ses doigts avaient tout simplement traversé la personne, comme s'il s'agissait d'un hologramme. De plus, il semblait que personne ne l'avait entendue ! Fronçant les sourcils, elle sentit sa gorge se nouer. Ce fut à ce moment-là qu'elle remarqua l'accoutrement étrange des personnes à qui elle avait voulu parler : ils étaient tous vêtus de telle sorte qu'on aurait pu croire qu'ils sortaient tout droit du Moyen-Âge ! Machinalement, elle baissa les yeux en direction de son propre corps et poussa un cri de stupeur. À quoi rimait cet accoutrement ? Qu'est-ce que cela voulait dire ?! Vanellopée était, en effet, pratiquement nue, à l'exception d'une paire de coquillages collée sur sa poitrine et d'une sorte de paréo fait d'écailles irisées lui serrant la taille à la manière d'une jupe crayon ! L'ancienne sirène resta bouche-bée et sentit le sang lui monter aux joues... Sa gêne ne s’atténua pas lorsque, relevant les yeux, elle remarqua que certaines des personnes présentes dans la salle semblaient, tout comme elle, un peu perdues et tentaient de parler, sans succès, au reste de la foule qui, elle, demeurait sourde à leurs appels.

Ainsi, Vany repéra Moïra Fisher, sa cousine, et fila droit vers elle. La lycéenne aussi ne portait pas d'habits contemporains, ce qui, à bien y regarder, n'était le cas de personne. En rejoignant l'ancienne princesse d'Atlantica, la libraire était passé devant un homme qui ressemblait étrangement à un David Nolan déguisé en prince charmant mais, lorsqu'elle avait tenté de lui parler, il s'était avéré que le jeune homme ne pouvait pas la voir non plus... Il était justement l'objet de toutes les attentions de la foule et fixait anxieusement les grandes portes en bois de la salle. Entre lui et la sortie se trouvait un très long tapis, et cette scène résonnait dans l'esprit de Vany comme étant en tous points similaire au début d'une cérémonie de mariage ! Arrivant à hauteur de Moïra, l'ex-amazone des mers priait mentalement pour que sa cousine ne fût pas, comme David, incapable de la voir et de l'entendre.

▬ Mew-Mew ! Tu m'entends ?

La jeune femme avait posé cette question tout en agitant frénétiquement les bras devant le visage de Moïra. Lorsque cette dernière se tourna vers elle avec la mine de quelqu'un qui tombe sur une folle en se demandant pourquoi c'était à elle que cela devait arriver, Vany poussa un long soupir de soulagement et fut à deux doigts de tomber dans les bras de la lycéenne. Ce rêve était décidément bien étrange, il avait quelque chose de presque trop réel pour que la libraire fût certaine qu'il s'agissait bien d'un songe. Mais, après tout, qu'est-ce que cela pouvait être d'autre ?


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mer 16 Juil - 23:46
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





La lune pointait le bout de son nez et éclairait faiblement la chambre aux teintes d’ivoire de la jeune femme. Celle-ci soupirait de fatigue et sentait chaque muscle de son corps endoloris par l’effort. Roselyn se laissa tomber mollement sur son lit, faisant dégringoler les cousins sur le sol. En bougeant simplement les pieds, elle retira ses chaussures et resta étendue sur le dos en fixant le plafond en silence. La journée avait été longue et éreintante. Qui avait dit qu’être institutrice était un travail facile ? Celui-là méritait d’être transformé en glaçon sur le champ ! Depuis que Henry était tombé dans le coma, les élèves ne parlaient plus que du garçon absent dans leurs cours. Et si c’était contagieux ? Et s'il s'était évanouit de peur après avoir croisé le dragon ? Les théories enfantines et surtout complètement absurdes fusaient de tous les côtés, entraînant des débats enflammés chez des énergumènes hauts comme trois pommes. L’ancienne magicienne se rappelait ce que c’était d’être reine et, malgré les similitudes qu’il y avait entre gouverner un royaume ou tenter de maintenir la paix dans une classe, elle préférait de loin retrouver son trône et laisser les gardes séparer les enfants qui se battaient pour des broutilles. Par chance, Regina avait rapidement compris sa faute dans le tragique destin de son fils et ce, sans oublier d’impliquer en grande partie Miss Swan. Quel soulagement ! Si la sorcière avait permis à sa suiveuse de garder ses souvenirs, cela venait avec la responsabilité de garder son fils et Mary Margaret Blanchard à l’œil. Chose plus facile à dire qu’à faire et la blonde avait longtemps craint que ses échecs se répercutent sur la sécurité de sa petite sœur Anna. C’était un poids de moins sur sa conscience, mais la pile de devoirs à corriger et les entraînements à l’escrime des derniers jours avaient réduit à zéro la réserve d’énergie de Roselyn. Doucement, mais inévitablement, cette dernière s’endormie sans même avoir pris la peine de se changer…

… Ses pieds renfoncèrent dans la neige épaisse et froide d’une montagne inconnue. Le vent hurlait fort, amenant les flocons de neiges à lui pincer la peau plutôt qu’à joliment tomber du ciel. Elle ne savait pas si cette tempête était l’œuvre de ce mal qui l’habitait ou s’il s’agissait d’une force extérieure. Elsa cherchait à avancer néanmoins, difficilement à cause des éléments déchaînés, mais elle laissait derrière elle une longue traînée d’empreinte. Ses yeux étaient plissés à cause des bourrasques et elle leva son bras pour protéger son visage. Soudain, son pied heurta quelque chose de dur et elle baissa le regard. Une main. Une main gelée et entourée de glace qui pointait le ciel avec désespoir. La reine des neiges tomba à genoux et se mis à creuser frénétiquement dans la neige, car ses pensées lui jouaient des tours en lui renvoyant l’image de sa cadette paralysée par le froid. Elle appela sa sœur, mais la tempête couvrait le son de sa voix. La sienne du moins, car quelque part une autre voix caverneuse faisait écho, mais semblait étouffée à cause du mugissement du vent. Puis, la neige se mis à fondre et les montages disparurent pour laisser place à une salle chaleureuse et remplie de couleur...

Roselyn levait la tête, confuse, et regarda de tous les côtés. Ses cheveux noués en une longue tresse française suivirent ses mouvements pour finir par simplement pendre sur son épaule. La jeune femme était toujours à genoux sur le sol, par contre, ses mains ne fouillaient plus dans la neige mais dans les pans de tissus de sa longue robe bleu diaphane brodée d’arabesque aux motifs de givre et de flocon. Quelque chose tomba de son visage pour laisser une marque sombre sur sa robe ; des larmes. Roselyn porta la main à ses joues sans comprendre. C’était surement un rêve, car la magicienne n’était plus capable de pleurer depuis des lustres… Méfiante, elle se releva lentement et fut étonnée que personne ne semble la remarquer. « Qu’est-ce que ça veut dire ? » murmura-t-elle complètement perdue. Elle connaissait la plupart de ces visages, mais pire encore, elle savait ce qui se tramait dans la pièce pour y avoir assisté il y a de cela bien des années auparavant : Le mariage de Blanche-neige et de son prince. Venue d’Arendelle pour l’occasion, la reine des neiges reconnue sans peine les décorations et les vêtements des invités. Elle essuya les dernières larmes qui coulaient sur son visage avec ses gants de soie quand, tout à coup, elle aperçue une tête rousse très familière dans la foule.

« An- Kimly ! » cria-t-elle. La magicienne essaya de se frayer un chemin parmi la foule avant de comprendre que la tâche était plus facile que prévu lorsqu’un couple passa simplement au travers d’elle comme-ci son corps n'existait pas, tel un fantôme. Bien vite, elle rejoignit sa cousine et fut soulagée lorsque sa main ne passa pas au travers de l’épaule de la demoiselle.

« Kimly, tu vas bien ? »


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 17 Juil - 9:13
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.







Walgrim se rappelait rarement dans quels circonstances il s'était endormi. Ce qui lui donnait souvent quelques surprises au réveil. Le nain aurait pu se venter d'avoir dormit dans les endroits les plus improbables avec son lot de situation embarrassante le lendemain. Sauf que, de toute évidence, là, il venait de battre un nouveau record. Il ouvrit les yeux dans... une église ? En tout cas çà ressemblait à un mariage. Bizarrement, il ne fut pas accueillit par le traditionnel mal de tête carabiné qui témoignait d'une soirée bien arrosé. Pourtant, il était aussi difficile à l'ancien redcap de rassembler ses pensées que s'il subissait les affres de la pire gueule de bois du monde. Tout en se levant, son regard se porta sur les tenues étranges des invités avant de constater qu'il portait des vêtements tout aussi médiévaux que les autres. Devant ce fait étrange, Walgrim leva les yeux au ciel comme si ce cas de figure lui était familier.

*Oh, Becky, je t'avais dit que si on refaisait une partie de GN, je ferais un magicien pour changer.*

Etait-ce vraiment aussi simple comme explication ? Une soirée remplie d'alcool qui aurait tourné en motivation pour s'inscrire au premier jeu de rôle grandeur nature du coin ? Pourtant, le nain avait beau inspecté la foule, il ne vit ni Owen ni Rebecca. Curieux. Jamais l'ancien redcap ne se serait lancé dans ce genre de choses sans ses amis. Le regard du nain se baissa pour inspecter avec plus de concentration ses affaires. L'arme qui pendait à sa ceinture l'intéressa moins que sa besace qu'il ouvrit avec l'espoir de trouver son téléphone. A la place, sa main se referma sur un tissu poisseux. Il découvrit que ce 'quelque chose' qui rendait le textile ainsi était soit de la peinture rouge pas encore fraîche, soit du sang quand il retira sa main. Surprise mêlé à un brin de panique se mêlèrent alors que l'ancien redcap s'essuya vivement la main sur sa veste. Wally referma ensuite prestement la besace avec la ferme intention de ne plus jamais l'ouvrir.

Bien... tout çà ne répondait pas vraiment aux questions qui commençaient à se bousculer dans sa tête. Le nain se frotta les yeux comme s'il voulait chasser les dernières traces de sommeil. Il se sentait moins fatigué que ces derniers jours et n'avait pas la gueule de bois, c'était déjà çà. Une nouvelle inspection du décor lui confirma que çà première impression était juste : çà ressemblait à un mariage. Avait-il été invité à une cérémonie avec pour thème le médiéval ? Walgrim s'imaginait sans peine accepté ce genre de demande si un copain d'ivresse lâchait l'info du genre 'hé, demain je me marie, tu veux venir ?'. Son attention se porta donc vers l'heureux élu qui poireautait devant l'autel dans l'espoir dans savoir un peu plus.

"Hé, mais c'est..." Commenta-t-il lorsqu'il lui sembla reconnaître le futur marié.

Sa remarque fut interrompue par un des invités qui passa carrément à travers lui. Littéralement. Si l'esprit du nain était encore un peu embrumé par son récent réveil, il ne l'était plus du coup. C'était quoi çà ? Un fantôme ?

"Ok... çà... çà, c'était très bizarre." Marmonna-t-il en retenant de frissonner devant cette expérience plus que dérangeante.

Autour de lui, certains commençaient à se rassembler et il vit d'ailleurs quelques têtes familières mais l'ancien redcap n'osa aller à leur rencontre de peur de revivre le truc du 'passer à travers'. Une fois lui avait suffit ! A la place, il essaya de se rappeler se qu'il avait fait la veille. Après quelques efforts, Walgrim arrivait vaguement à se souvenir d'un marathon télévisé chez Becky pour rafraîchir leur mémoire avant la reprise d'une des nombreuses séries qu'il suivait. Laquelle ? Aucune idée. Il y avait de la bière évidement car le nain ne pouvait imaginer ce genre de soirée (ni n'importe quel soirée, d'ailleurs) sans un minimum d'alcool. Il s'était endormi sûrement et... puis ? La voix d'outre-tombe, çà venait de la télévision ou bien il avait rêvé ? Impossible de vraiment le savoir, tout çà était trop étrange pour lui.

Wally devait se faire une raison, le résumé de sa situation actuelle n'était pas fameux. Il était à une cérémonie dans un endroit inconnu où personne ne semblait faire attention à lui et avec aucun moyen de communication à sa disposition. Que faire ? A part attendre ? Le nain décida qu'il ne servait à rien de se lamenter. En fait, il allait partir en quête de quelque chose à boire en attendant que les réponses viennent d'elle-même lorsqu'il se rendit compte qu'il n'y avait aucune trace de se qui pouvait être un buffet. Aucun des invités ne semblait avoir de gourde à sa ceinture. Un fait logique puisqu'il s'agissait d'une cérémonie importante et non d'une soirée dans une taverne mais cela restait un fait déprimant pour le nain.

"Çà, c'est cruel par contre !" Commenta-t-il avec une pointe de frustration.

Walgrim commençait à se faire à l'idée que personne ne le voyait ni ne l'entendait. Entendre sa propre voix le rassurait à peine mais c'était mieux que rien. Si c'était un rêve, il arrivait sans problème dans son top 3 des rêves (dont il se souvenait) les plus bizarres. Même si celui comportant un Kraken restait le plus étrange ! L'ancien redcap n'aimant pas faire du surplace, il se décida à faire quelques pas dans la pièce en évitant soigneusement les autres invités pour ne pas passer au travers. Certaines personnes dans la foule semblaient aussi perdues que lui mais peut-être était-ce son imagination qui lui jouait des tours ? Peut-être qu'il voulait croire qu'il n'était pas le seul dans cette galère ?


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 17 Juil - 10:24
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





L'hôpital était devenu sa maison depuis quelques semaines, Lilwenn ne pouvait plus bouger ses bras et la capacité de marcher, lui avait aussi été enlever par la maladie. Le seul moyen de s'échapper de sa vie de calvaire fut de se plonger entièrement dans ses illusions qui devenaient de plus en plus fortes. La jeune adolescente perdait les nuances de la réalité, l'infirmière face à elle portait une très belle robe d'une autre époque, et cela ne gênait même plus la malade, sa vie était ainsi à présent. Fermant les yeux, elle s'attendait encore à rêver de sa mort, celle qui pesait sur elle comme une épée de Damoclès au-dessus de son lit.

Son corps immobile, elle était installée dans son fauteuil roulant, un homme la poussait, elle ne pouvait pas tourner la tête pour observer tous les gens qui l'entouraient. Elle apercevait simplement une pierre tombale au loin et plus elle s'approchait, plus elle sentait la panique l'envahir, elle voulait fuir, mais son corps ne bougeait pas, elle avait beau crier, l'homme au trait familier continuait de la mener vers la tombe tout juste creuser, elle put enfin lire la pierre tombale et reconnut son nom avant de sentir son corps tomber dans le trou. Tremblant de tout son être, elle entendit une voix qui glaça son sang, avant qu'un flash de lumière l'emporte.

Où était-elle ? Ce lieu lui semblait à la fois inconnu et familier comme un écho de souvenirs venue d'un monde lointain. Depuis des mois, Lilwenn avait vécu des phases d'hallucinations, où elle voyait des scènes et des habitants de Storybrooke habiller dans de drôle de tenues. Il n'y avait rien d'étonnant pour elle, d'être entourée d'un décor médiéval. Restant bien en place, tellement habituée d'être paralysée, elle ne réalisait même pas qu'elle se tenait sur ses deux pieds. Observant le lieu, elle comprit qu'elle se trouvait à un mariage, elle avait déjà croisé l'homme qui attendait à l'autel, d'ailleurs, elle reconnaissait beaucoup de visages de l'assemblée, une personne s'approchait d'elle, il semblait vouloir lui foncer dessus comme-ci elle était invisible. Elle sentait déjà le choc venir et s'obstinait à ne pas bouger.

- Crétin, tu ne me vois pas...

Mais à peine eut-elle fini sa phrase que l'homme la traversa. Surprise, elle se retourna d'un bondpour le voir s'éloigner. Cela ne lui était jamais arrivé auparavant dans ses hallucinations, cette fois, c'était différent, inconsciemment, elle leva le bras pour toucher une autre personne, mais le même effet se produisit, sa main passa à travers. Et ce fut comme un déclic, au lieu de s'interroger davantage sur les apparitions qui l'entouraient, elle vit sa main face à elle, sa main qu'elle avait bougée, baissant sa tête, elle ne put voir ses pieds, cacher par une longue robe, attrapant le bout, elle la souleva pour les voir et se mit à avancer tout doucement, cela semblait tellement réel, tout son corps réagissait et elle appréciait les moindres sensations, elle se sentait vivante et libre, souriante, elle avança de plus en plus vite, traversant sans prier garde, une tonne de personne, avant de s'en prendre une en pleine face.

- Mais vous pouvez pas faire attention !

Ce fut en levant le regard, qu'elle se figea sur place. Face à elle se trouvait John Peters, son proviseur, il avait toujours pris soin d'elle, pour simple réaction elle se mordit les lèvres, prouvant bien qu'elle était gênée.

- Je peux marcher !

Il ne pouvait pas lui en vouloir de lui avoir parler sur ce ton, vu le miracle qui se produisait, Lilwenn voulait croire qu'il s'agissait de la réalité. D'un coup, Elle sentit un poids sur ses épaules, une lourde tapisserie l'entourait, elle ignorait l'importance de celle-ci, c'était une des premières qu'Elaine avait confectionnées, son beau Lancelot sur un cheval. L'attrapant avec une main, elle n'y prêta même pas un regard, la jetant sur une personne qui ne se trouvait pas être une apparition.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 17 Juil - 14:49
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Lorsque la journée de Scott s’arrêta, il était déjà très tard. Bien que ce soit l’été et que la nuit tombe tard, le jeune homme n’avait aucun horaire lorsqu’il s’agissait de ses chevaux, pas comme ses employés qui commençaient à neuf heures le matin et qui finissaient à dix-huit heures le soir (voir un peu avant selon les conditions climatiques). Du coup, lorsqu’il se mit enfin au lit, la nuit commençait à tomber. Avec ses « horaires » de malade, on pourrait presque croire qu’il se tuerait à la tâche alors que pas du tout. Scott n’avait pas besoin de beaucoup d’heures de sommeil pour être de nouveau en pleine forme. Parfois quatre heures pouvaient suffire. En même temps, quand on était un dosé de la caféine comme lui, il n’y avait pas trop de mal à tenir toute une journée et à dormir quatre heures. Parfois, on pouvait croire que Scott ne se nourrissait que de café… Il en était effrayant par moment.

S’endormir n’avait jamais réellement posé problème non plus, pour cette raison, le jeune homme ne tarda pas à sombrer dans les méandres du sommeil, rejoignant ainsi Morphée, après avoir envoyé un dernier message à Diane, s’excusant de ne pas avoir pu répondre plus tôt dans la journée. Parfois, il oubliait vraiment qu’il possédait un téléphone… Alors qu’il plongeait doucement dans cette inconscience réparatrice, une voix d’outre-tombe se fit entendre. Fronçant légèrement les sourcils, Scott ne se réveilla pas pour autant. C’était même tout le contraire. D’habitude, quand il entendait un bruit, il se réveillait en sursaut pour aller voir ce qu’il se passait, mais là, même s’il l’avait souhaité, il n’aurait pas su lever ne serait-ce qu’une paupière. Le sommeil continua de l’emporter avec lui jusqu’à le plonger dans le monde des rêves. Mais était-ce vraiment le cas cette nuit-là ? Allez savoir !

En tout cas, Scott se retrouva soudainement dans une grande salle richement décorée. Autour de lui, des centaines d’invités vêtus d’habit d’apparat du… Moyen-âge ?! Le jeune homme fronça les sourcils. Qu’est-ce que c’était que ces costumes ?! C’était la fête médiévale ? Pourtant… Depuis quand y avait-il une fête médiévale à Storybrooke ? Puis il jeta un œil sur ses propres vêtements et écarquilla de grands yeux en se voyant richement vêtu. Sur son flanc gauche se tenait une épée encore logée dans son fourreau. Okay ! Gros délire ! Faut que j’arrête le café, pensa-t-il. Deux cafetières pleine en une journée, c’était peut-être abusé… Pour vivre un truc pareil, c’était forcément à cause du café. Ca ne pouvait pas être l’alcool puisqu’il n’en avait pas bu de la journée. Puis même, Scott n’avait jamais pris de cuite de sa vie. Il lui était déjà arrivé de boire deux ou trois bières mais pas plus. Mais pas quand il travaillait.

Relevant la tête après avoir regardé un peu ce qu’il portait, un couple de… noble ? passa à côté de lui. Levant le doigt pour prendre la parole, aucun son n’eut le temps de sortir de sa bouche que le couple lui passa devant, l’ignorant complètement. Et en plus, les gens étaient mal élevés ! Il s’apprêta à les interpeller quand un cri d’effroi le coupa dans son élan. Avisant la personne qui avait crié, Scott tourna la tête dans sa direction et découvrit Vanny vêtue assez… légèrement ! Il écarquilla de grands yeux. C’était quoi cette tenue de fille de joie ?! Finalement, il se considéra correctement habillé même s’il se trouvait complètement ridicule. Puis brusquement, une idée lui traversa l’esprit et automatiquement il leva une main au-dessus de sa tête et lâcha un soupire quand il ne rencontra que du vide. Ouf ! Il ne portait pas de couronne ! Manquerait plus que ça ! Il regarda à nouveau autour de lui et fut stupéfait de voir une petite personne se faire traverser par un invité…

- Houston on a un problème ! fit-il pour lui-même. Un gros problème !

Stupéfait par ce qu’il venait de voir, il tendit la main en direction d’une femme juste à côté de lui et celle-ci ne rencontra que du vide. Enfin non, la femme était toujours là, mais elle ne semblait pas matérielle. Comment était-ce possible ? C’était scientifiquement impossible ! Quoi que Scott n’était pas vraiment un homme de science, mais il avait un minimum les pieds sur terre pour ne pas partir dans des délires rocambolesques ! Du coup, il agita frénétiquement son bras pour essayer de sentir quelque chose d’un minimum matériel, mais rien du tout. Du vent ! Petit à petit, il prenait conscience que d’autres personnes se trouvaient, comme lui, confrontés à des gens qu’ils ne pouvaient pas toucher. Du coup, est-ce que ces gens-là et lui pouvaient se toucher et se sentir ? C’était une grande question ! Peut-être que oui ? Bougeant un peu de là où il était planté depuis le début, il se retrouva sur un long tapis rouge qui partait d’une porte encore close jusqu’à ce qui ressemblait à un autel.

Un mariage ! Cependant, quand il vit le marié, Scott fronça les sourcils. Il s’agissait de David Nolan, le nouveau du refuge pour animaux. Dans ce monde-là, ils se connaissaient à peu près tous, du coup, le jeune homme connaissait de vue ce David. Cependant, il était étonné de le voir juste devant l’autel. N’était-il pas déjà marié ? Scott farfouilla dans ses souvenirs. Il lui semblait bien qu’on lui avait dit qu’il l’était. Mais alors pourquoi cette cérémonie ? Il n’eut pas vraiment le temps d’aller plus loin dans sa réflexion il se prit en plein dessus une espèce de tapisserie qui lui fit légèrement perdre l’équilibre tellement il ne s’y attendait pas.

- Qu’est-ce que…

Repoussant la lourde tapisserie, il remarqua une grande chevelure orangée. Son exclamation semblait avoir attiré l’attention de la personne car celle-ci s’était tournée vers lui. Scott la reconnut aussitôt. Il s’agissait de Lilwenn, une jeune fille censée être… Ah bah là, on ne pouvait vraiment pas dire qu’elle était paralysée ! A moins que les médecins aient trouvé un remède miracle depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Ce qui était fort peu probable ! Du coup, Scott se demandait s’il n’était pas entrain de rêver. Enfin soyons réaliste, voir une paralysée sur ses deux jambes entrain de bouger comme n’importe qui et voir Vanny en tenue de fille de joie… il n’y avait pas trente-six explications ! A moins d’avoir atterrit dans la quatrième… non la huitième dimension ! Posant la lourde tapisserie sur un banc où était assise une femme avec un drôle de chaperon rouge. La tapisserie la traversa, mais Scott essaya de ne pas se montrer effrayer par ça.

- C’est ta vengeance pour Samson qui a mangé quelques uns de tes cheveux ? demanda-t-il par pure plaisanterie.

Devait-il faire une remarque par rapport au fait qu’elle marchait ou pas ? Il ne savait pas trop. Il n’avait pas envie de faire une boulette. En tout cas, elle aussi était vêtue de vêtement du Moyen-âge. Sa robe cachait l’intégralité de ses jambes et du coup, l’idée qu’elle ait une prothèse électrique pour la faire marcher lui vint en tête. Et si ? Après tout, dans Dark Angel, Logan en avait une ! Ce n’était pas impossible, si ? Enfin de toute façon, il n’aurait pas pu trop faire de remarque étant donné que Diane venait d’apparaître. Etait-elle là depuis le début ? Scott ne saurait le dire. Pourtant si c’était le cas, il s’en voudrait de ne pas l’avoir remarqué plus tôt parce qu’avec la robe qu’elle portait… Ca aurait été dur de la louper ! La jeune femme portait une robe bleue très clair, à la limite du transparent. C’était exactement le genre de robe qu’il aurait pu la voir porter dans un de ses rêves… Parfois, Scott se demandait s’il n’était pas un pervers dans l’âme parce que ça ne lui ressemblait pas de faire des rêves avec des filles de joie et sa petite amie en robe presque transparente !

Préférant laisser cela de côté, il fit signe à Diane afin qu’elle le rejoigne. Enfin, en même temps, il n’arrivait pas trop à décoller ses prunelles émeraude de la robe qu’elle portait.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 17 Juil - 18:58
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





La pendule affichait un peu plus de minuit lorsqu'Ivy se décida à aller se coucher. Elle pose son aiguille sur la table et admira son chef-d’œuvre : elle venait de personnaliser sa nouvelle blouse blanche de dentiste qui n'avait plus rien de blanc. A grand renfort de peinture pour vêtement, elle avait simulé des éclaboussures de peinture multicolores sur sa tenue de travail et avait passé la dernière demi-heure à coudre quelques plumes sur une des poches du vêtement. Scrutant chaque détail, chaque couture, la jeune femme finit par sourire d'un air satisfait : elle adorait ! Elle savait qu'elle serait fatiguée le lendemain pour préférer peaufiner sa blouse à un bon lit, mais cela en valait la peine ! Elle pourrait la porter dès le lendemain. Elle alla accrocher le vêtement à un cintre, éteignit toutes les lumières puis se dirigea d'un pas traînant vers sa chambre. Là, elle s'écroula comme une masse sur son lit. Remuant un peu afin de se caler, elle finit par repousser ses draps qui lui tenaient chaud à coups de pieds. Enlaçant son oreiller, Ivy ne tarde pas à rejoindre le pays des rêves.

Dans son sommeil, elle se retrouva dans son cabinet de dentiste face à un enfant très récalcitrant à se faire examiner les quenottes. Les cheveux roux en bataille, le petit bonhomme ressemblait étrangement à Liam en miniature. Il sauta soudain à bas du fauteuil et  sortit en courant du cabinet. Armée de fil dentaire - pourquoi de fil dentaire ? - Ivy lui courut après et le poursuivit dans les rues de Storybrooke. Mais ses jambes semblaient lourdes : elle allait trop lentement et perdait Liam version minimoys de vue. Le rattraper devint impossible lorsqu'un écureuil géant lui barra la route en lui demandant des noisettes, sinon elle ne passerait pas. Ivy était en train d'argumenter avec l'animal, répétant qu'elle n'avait de noisettes et qu'elle devait à tout prix rejoindre le petit garçon qui avait des caries, lorsque soudain, tout devint noir autour d'elle.

En l'espace d'un instant, ses pieds avaient quitté le béton des rues de Storybrooke pour atterrirent sur du carrelage. Désormais dépourvue de son fil dentaire, Ivy regarda autour d'elle et poussa une exclamation admirative en découvrant qu'elle se trouvait dans une immense pièce joliment décorée. Soudain, la jeune femme sentit quelque chose qui lui démangeait; elle porta sa main à sa tête pour se gratter et fut surprise de rencontrer des plumes sous ses doigts. Mettant son autre main sur son crâne, elle comprit qu'elle portait un couvre-chef. Elle l'ôta de sa tête et observa, des étoiles pleins les yeux, une sorte de grande coiffe recouvertes de plumes colorées. Ce n'est qu'alors qu'elle baissa les yeux et découvrit qu'elle portait ce qui se rapprochait d'une combinaison, aux apparats semblables à sa coiffe. « Waouh ! C'est génial ! Cool ce rêve !» Charmée, elle remit en place son accessoire sans s'inquiéter de la situation et commença à s'intéresser à ce qui se passait autour d'elle. Dans la salle, des dizaines de personnes aux tenues médiévales arboraient un air joyeux et impatient. Qu'étaient-ils en train d'attendre ? Ivy s'avança vers une jeune femme près d'elle et demanda poliment :

« Excusez-moi Mademoiselle, qu'attendez-vous tous ? » Elle attendit la réponse mais, curieusement, elle n'eut même pas droit à un regard de la part de la personne. Peut-être qu'elle ne l'avait pas entendu ? Elle répéta, plus fort : « Mademoiselle ! Excusez-m... » Ivy s'interrompit brusquement. Tout en parlant, elle avait avancé la main pour toucher l'épaule de la jeune femme, mais celle-ci l'avait traversé ! Comme s'il s'agissait d'un fantôme. Surprise, Ivy se plaça devant la femme et se mit à dire d'une voix forte : « Ouh ouh ! Vous m'entendez ? Hellooooo ?! » Elle accompagna sa tentative par de grands mouvements de bras mais n'eut aucun résultat.

« Bizarre... »

Enfin, Ivy commença à percevoir que quelque chose clochait. Tout d'abord, tout semblait trop... réel autour d'elle. Dans ses rêves, elle n'avait pas cette impression aussi nette des choses. Et puis... Ce n'étaient pas Walgrim et Lilwenn qu'elle parcevait dans la salle ? Ainsi que d'autres habitants de Storybrooke ? Tous vêtus de tenues diverses, ils affichaient un air clairement perdu. Étrange, vraiment. Tentant le technique suprême, elle se pinça fortement la main et n'en obtenu que de la douleur. D'accord, elle ne rêvait pas. Mais cela ne pouvait quand même pas être réel, si ? Commençant à s'inquiéter elle se dirigea, dans un froissement de plumes, vers Walgrim. A quelques pas de lui, elle se mit à douter : et s'il ne l'entendait pas, lui non plus ?

« Walgrim ? Vous m'entendez ? » Demanda-t-elle prudemment en avançant la main pour le toucher. Sa main ne le traversa pas mais se posa fermement sur son épaule. En même, Walgrim se tourna vers elle, indiquant clairement qu'il l'avait vu. « Génial, vous m'entendez ! » S'exclama-t-elle, soulagée. « Est-ce que vous savez ce qui se passe ici ? »


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 17 Juil - 19:36
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Ça avait encore été une très longue journée, elle avait commencé par une visite chez le médecin pour voir si Diane pouvait enfin dire Adieu à sa fidèle amie la canne, elle devait bien avouer qu’elle avait l’impression de faire partie de la famille de Mr Gold avec cette maudite canne dont elle ne pouvait se passer à cause de sa malencontreuse chute. Elle avait bien essayer de ne pas la prendre mais c’était sans compter sur Louna et Scott qui lui faisait du chantage pour qu’elle la garde fidèlement avec elle. Fort heureusement ce calvaire avait enfin pris fin ! Le médecin avait même garder la canne et c’était libre de ses mouvements que Diane avait enfin pu retourner à son aquarium. Elle avait bien embaucher un employé mais elle préférait tout de même s’en occuper.

Elle avait passé maintes coup de fil pour programmer les prochaines arrivées de ses nouveaux pensionnaires et ce n’est que bien après que la nuit se soit installée qu’elle sortit enfin du bâtiment, elle pris sa voiture et rentra chez elle pour s’écrouler dans son lit après une bonne douche. Elle prit son portable et fut ravie de voir que Scott lui avait enfin répondu, elle lui envoya un SMS plein de tendresse pour lui souhaiter une bonne nuit avant de sombrer dans les bras de Morphée. Tandis qu’elle sombrait elle entendit une voix d’outre-tombe lui affirmant qu’elle ne ressortirait jamais du sanctuaire plonger dans l’obscurité où elle avait fait son apparition, avant qu’elle n’ai pu dire quoique soit sa vue se brouilla et le sanctuaire fit place à une grande salle pleine de monde.

Diane observa les plafonds aux lustres luxueux et l’arche qui tronait au centre de la pièce, mais ce qui la choqua plus que tout c’est que tous les invités portaient des costumes du moyen âge, quelle drôle d’idée de s’habiller ainsi pour ce qui de toute évidence ressemblait à une réception. Le regard de Diane se posa sur un tapis de velours rouge au sol qui reliait une porte fermée à l’arche, sous celle-ci qu’elle ne fût pas la surprise de la jeune femme de découvrir David Nolan le mari de Mary Margaret, décidemment elle ne comprenait plus rien.

Elle voulut faire quelques pas et se sentit entravé dans ses mouvements, ses yeux se posèrent alors sur sa tenue : Une robe longue d’un bleu très pâle presque transparent, fort heureusement plusieurs couches de ce tissu masquait sa peau blanche, malgré les mètres de tissus qu’elle portait Diane se sentit toute nue et extrêmement mal a l’aise… Un cri retentit et Diane en oublia sa robe pour se focaliser sur l’origine du cri, il s’agissait de Vany qui était encore moins fournie en habit que Diane. La jeune femme soupira et se dit que finalement elle n’était pas si mal lotie. Elle s’avança vers un couple de jeunes personnes en grande discussion et les interpella pour comprendre ce qu’il se passait, mais aucun des deux ne lui répondit, elle décida donc de manifester sa présence en posant la main sur le bras de l’un d’eux mais qu’elle ne fût pas sa surprise quand sa paume se referma sur du vide. Paniquée elle réitéra son geste sans arriver à toucher le bras, elle haussa le ton et agita les mains devant les yeux des invités sans aucune réaction de leurs parts.

Diane était seule et complétement perdue, elle sentit une bouffée d’angoisse l’envahir et laissa ses yeux vagabonder en quête de personnes connues, si Vany était là peut être verrait elle Louna ou Will ou quelqu’un qu’elle connaitrait. Soudain ses yeux croisèrent le regard émeraude qui faisait battre son cœur, il ne lui en fallut pas plus pour que son cœur s’emballe tandis qu’elle dévorait Scott des yeux en espérant qu’il pouvait la voir. Elle, elle le voyait, beau comme un dieu dans un tenue d’un grand luxe et une épée au côté il ressemblait à un roi mais sans couronne. Lorsqu’il lui fit signe de venir la rejoindre Diane se détentit immédiatement, puis elle repensa à sa tenue et piqua un fard tout en marchant doucement vers son petit ami. Elle sentait le tissu voleter autour d’elle comme si elle portait une traine, en regardant le regard que Scott posait sur elle, elle sentit magnifique et importante et il n’en fallait pas plus pour qu’elle lui offre un sourire tendre. Elle voulait bien n’être vu de personne si lui au moins pouvait la voir, c’était le plus important.

Elle s’avançait donc vers lui heureuse de le trouver là, oubliant tout de l’absurdité de la situation, elle vint se mettre à ses côtés, sans parler elle lui saisit la main et fût ravie de constater qu’elle pouvait le toucher à un tel point qu’elle lassait échapper une larme de soulagement en souriant.

- Je viens tout juste de t’envoyer un message je ne pensais pas te voir si vite mais je ne vais pas m’en plaindre !

Diane rit de son rire cristallin qui ne parut absolument pas déplacé au milieu de la foule qui ne les voyaient pas.

-Tu es splendide, euh … tu sais ce qu’il se passe ?

Après tout ils étaient dans le même rêve peut être pourrait-il lui apporter les réponses qu’il lui manquait et même si il ne le pouvait pas au moins ils étaient ensemble désormais.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 17 Juil - 21:12
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





« Pour beaucoup, l'avenir rêvé n'est souvent que le retour à un passé idéalisé » de Robertson Davies.

Il y a un temps pour naître et un temps pour mourir, un temps pour rire et un autre pour pleurer, un temps pour rêver et un temps pour être horrifié. Lorsque le sommeil vous emporte délicatement dans un sommeil profond, on ne se doute pas que nous devenons égoïstes. Chacun de nos rêves révèlent une part intime de nos véritables envies. Relation intime, fantasme, carrière, argent ... et chacun de nos cauchemars fait ressortir nos plus grandes terreurs. Spencer n'échappait pas à la règle. Pourtant, dès qu'elle eut son fils, ses rêves et ses cauchemars reflétaient ses joies et ses peurs pour lui. Sa part d'égoïsme s'était transformée en quelques choses d'autres, de plus beaux, mais aussi de plus angoissant. En devenant mère, tout devient différent, on apprend à s'oublier pour le bien de son enfant, on sacrifie son bonheur pour le sien et tout ça avec le sourire, parce que son fils était plus que toute sa vie. Pour lui, elle allait tous les mardis soir, rendre visite à un garnement dans le coma et le regarder pendant vingt longues minutes alors qu'elle pourrait être ailleurs. C'était peut-être idiot de penser ça, que sans son fils, la vie ne mériterait pas d'être vécue, mais c'est ce qu'elle ressentait. Sans lui, son existence serait plus pathétique qu'elle ne l'était déjà.

Spencer s'endormit difficilement cette nuit-là et lorsqu'elle réussit, elle se retrouva à l'hôpital, seule. Tous les couloirs se ressemblaient, froid, sans lumière et lugubre. Les seuls bruits étaient ceux de ses pas et des respirateurs. En regardant dans les petites chambres, elle vit des enfants endormis et au fur et à mesure qu'elle avançait, elle sentait les larmes couler sur son visage, comme-ci qu'elle savait ce qui se trouvait plus loin. La dernière chambre était normalement celle du petit Henry et pourtant, dans son lit, il y avait un autre enfant, c'était son petit garçon. C'était difficile pour elle de ne pas paniquer, de ne pas laisser l'angoisse dominer son corps et son esprit. Ses deux pieds ne voulaient pas se diriger vers lui, elle était comme paralysée devant se lit d'hôpital. Son pire cauchemar se déroulait sous ses yeux. Derrière elle, elle entendait des murmures qui devenaient, de plus en plus limpides, en se retournant, elle vit qu'une porte à demi ouverte. Puis, tournant son regard vers le lit, Spencer découvrit un nouveau décor, un lieu qu'elle ne connaissait pas et dans ce nouvel endroit, il n'était pas là. Deux groupes se distinguaient des uns et des autres, une assemblé qui transpirait la joie et une autre qui dégageait de l'inquiétude. Elle était avec les peureux, tous se demandait ce qu'il se passait, cherchait des personnes qui pourraient les aider ou même les rassurer. Certains la bousculèrent et d'autres la dévisagèrent, comme-ci qu'ils étaient étonnés de la voir là, mais c'était son rêve, heureusement qu'elle s'y trouvait. Elle mit quelques minutes à comprendre que les personnes de son rêve étaient habillées dans le genre médiéval, tout comme le décor de la salle du balle. Ses boucles étaient de couleur ébène, c'était la première fois qu'elle se rêvait en brune.  

Chacun de ses pas étaient difficiles, les clans des malheureux étaient entassés et certain de ses dégénérés marchaient sur sa robe. Beaucoup de ses visages lui étaient familiers, comme celui du nain ou de la dentiste, des visages qu'elle connaissait que trop bien, comme celui de Vany, qui portait une tenue assez extravagante. Cette dernière n'était sûrement pas habillée dans le genre médiéval, tout comme d'autres. La personne qui se trouvait près d'elle ne valait même pas qu'elle s'attarde sur son cas. En avançant encore un peu plus, elle assista à une scène qui sortait de l'ordinaire, Lilwenn jeta une tenture sur la tête de Scott. Un sentiment de fierté s'empara d'elle, plus tard, cette jeune Chimay serait une vraie dictatrice. Ce cauchemar lui resservait des surprises, sa protégé avait récupérer l'usage de ses jambes. Spencer allait se diriger vers eux, elle pouvait se forcer à supporter Scott, mais pas Scott et Diane. Elle ne pouvait pas supporter ce calvaire, c'est ainsi, qu'elle décida de laisser cette adolescente entre les mains des ses deux-là et de continuer sa route vers l'homme qui allait se marier. Cette dernière se plaça devant eux et pourtant, ils n'eurent aucune réaction. C'est avec étonnement qu'elle vit que le prince qui attendait sa princesse était David. Ce rêve virait à l'étrange, elle ne comprenait pas pourquoi les personnes qui étaient dans cette nouvelle assemblée ne faisait pas attention à elle. C'était comme-ci qu'ils ne la voyaient pas, qu'elles étaient un fantôme. Elle continuait à avancer, observant les personnes qui se trouvaient en face d'elle. Pour finir, elle se mélangea à cette nouvelle foule qui se dissipait à tous leurs contacts.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Jeu 17 Juil - 21:30
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





La journée avait été longue. Particulièrement longue. C’était l’effervescence au salon, comme si soudain tout Storybrooke avait pris la décision de venir s’y faire couper les cheveux. Elle ne comptait plus le nombre de coups de ciseaux qu’elle avait donnés, et ce fut avec le plus grand soulagement qu’elle vit la journée s’achever et le dernier client partir à dix-neuf heures. Elle avait épouvantablement mal au dos et sentait le moindre de ses muscles tirer et lui faire mal. Balayer le sol alors qu’elle mourait d’envie de s’asseoir avait tout de la torture. Jusqu’à ce qu’enfin elle puisse retirer son uniforme de travail, prendre son sac et sortir pour rentrer chez elle. Le chemin, qui pourtant était plutôt rapide, lui sembla alors terriblement long. C’est à peine si elle ralentit jusqu’à ce qu’enfin elle arrive dans l’imposante demeure de sa mère. Gabriella n’était pas là pour le moment. A un conseil de la ville il lui semblait. Ayant faim mais pas franchement envie de perdre du temps en préparatifs, elle se contenta de faire décongeler un plat de pâtes tout prêt, ce qui lui convenait parfaitement vu l’état d’épuisement dans lequel elle se trouvait.

Une fois son repas prêt, elle tomba affalée sur le canapé moelleux du salon et alluma la télévision. Elle aimait ces moments où elle se retrouvait seule chez elle, capable de manger exactement où elle le voulait, d’agir comme elle le voulait sans subir de réprobation ou de conseils sentis sur la manière dont elle était supposée se comporter. Elle tomba sur une émission ayant pour sujet une quelconque célébrité, qu’elle regarda machinalement afin de se distraire et de se sentir un peu moins seule. Une fois son plat terminé, elle le posa sur la table près d’elle et continua à regarder vaguement l’écran. Mais rapidement le canapé et sa fatigue eurent raison d’elle, et elle finit par s’endormir profondément.

Au début, le rêve ressembla à beaucoup d’autres qu’elle faisait ces derniers temps. Il mettait en scène le dragon. C’était chaque fois la même chose : elle se trouvait dans la bibliothèque de Lacey French, seule. Il faisait sombre. D’un coup, elle entendait un craquement terrifiant. Elle se reculait juste avant, juste avant que le sol ne se dérobe sous ses pieds. C’est alors qu’elle apparaissait, monstrueuse créature, plus immense encore que dans ses souvenirs. Il était là, face à elle. Elle voulait partir, s’enfuir, mais ses pieds étaient cloués au sol. Comme soudés au plancher. Elle ne pouvait plus bouger. Seulement regarder la créature fondre sur elle, prête à cracher des flammes immenses. Elle ferma les yeux. En principe c’était au moment où elle commençait à sentir la sensation de brûlure qu’elle se réveillait en sursaut. Sauf que cette fois-ci, rien. Mais elle se réveilla néanmoins, retrouvant conscience de son propre corps. Elle ouvrit les yeux. Pour constater que non, elle ne pouvait être réveillée. Elle n’était définitivement pas dans son salon, sur son canapé, devant la télévision encore allumée. Non, pas du tout.

Elle était dans une salle immense, remplie de monde. Une sorte de salle de réception. S’y trouvaient de nombreux habitants de Storybrooke. Certains qu’elle connaissait, d’autres un peu moins, et tous vêtus avec magnificence. Puis un jeune homme qu’elle commençait à apprendre à connaître, juste à ses côtés.

« Eddie ? » Elle le regarda, incrédule.

Que faisait-il ici, dans son rêve ? C’était étrange, elle avait le sentiment que tout ceci était réel. Et pourtant ce ne pouvait qu’en être un, elle ne se faisait pas d’illusion là-dessus. C’est alors qu’elle remarqua que sa main se trouvait dans celle du jeune homme, leurs doigts entrelacés. Elle rougit violemment et retira la sienne rapidement. Puis, elle examina sa tenue, une superbe robe d’un bleu soutenu, digne d’une princesse. Ses cheveux bruns, plus courts que d’ordinaire, étaient élégamment coiffés et en tâtant le dessus de sa tête, elle put constater qu’elle portait un diadème.

« C’est quoi cet endroit ? »

Le Eddie qu’elle connaissait n’en aurait rien su, mais peut-être que celui de ses rêves saurait lui répondre.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Sam 19 Juil - 19:17
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Adossé à l’un des murs de sa chambre, un léger drap de satin couleur saphir recouvrait la moitié inférieure de son corps. C’était ainsi à demi-allongée qu’elle se retrouvait quasiment chaque soir dans son lit. Il était un peu plus de vingt-deux heures et il était bien rare que miss Fox se couche de si bonne heure. Mais ce soir elle ne sortirait pas avec ses amis : danser, boire un verre ou autres, son patron l’avait convié à une réunion le lendemain de bonne heure. Voulant préserver ses précieuses heures de sommeil récupératrices, elle devait donc se coucher plus tôt qu’à l’accoutumé. Elle profita quand même de ce moment en étant seule pour bouquiner un peu. Plus d’une demi-heure plus tard, ses paupières semblèrent tout d’un coup étrangement très lourdes. Alors qu’elle luttait pour garder les yeux ouverts, elle eut juste le temps d’attraper son marque page et de le coincer dans le livre l’a où s’étaient arrêté sa lecture… juste avant de se laisser glisser dans un profond sommeil.

Puis au milieu des ténèbres de la nuit, dans l’inconscience de son sommeil il lui sembla entendre une voix, qui s’élevait au fur et à mesure. Elle songea à répliquer : « Samara je dors ! ». Mais avec un peu d’attention elle put aisément deviner que ce n’était pas le grain de voix de sa meilleure amie qu’elle entendait là. L’explication qui semblait donc la plus logique à ses voix : « un cambrioleur était en train de pénétrer dans leur appartement ! ». Non, impossible, elle sentait encore ses paupière closes sur ses yeux, mais elle ne sentait pas son corps reposait de tout son poids sur son lit, ni le fin drap de satin effleurait sa peau. Donc elle dormait bel et bien… Il ne restait plus que l’option du rêve, ce qui était vraiment étrange. Savannah n’avait pas pour habitude de rêver très fréquemment, même lorsqu’elle était sous pression, qu’une multitude de questions fourmillaient dans sa tête, ou lorsqu’elle venait de plonger dans un roman, comme c’était le cas ce soir-là.

La jeune femme était perplexe, elle ne devrait pas avoir conscience de rêver, si c’était bel et bien le cas, où sinon elle serait parfaitement éveillée ?! Mais bon, après tout, elle était assez inexpérimentée en matière de rêve, donc elle était bien mal placé de ce que pouvait être leur normalité. Elle ouvrit ses yeux lentement et fut immédiatement aveuglée par une lumière forte qui baignait toute la pièce dans laquelle elle se trouvait. Et elle n’était seule, loin de là…

Savannah, debout, au fond de la salle, fit un lent tour sur elle-même et observa la scène qui se peignait sous ses yeux. C’était… surréaliste ! Tous ces gens, ces inconnus pour la grande majorité d’eux, ces vêtements hautement improbable, cette décoration d’autre temps, ce lieu… Elle avait l’impression d’avoir plongé au beau milieu d’un tableau d’une scène du Moyen Age. Totalement désorienté, elle eut tout de même le réflexe de demander à un homme qui était assis devant elle :

- Pourriez-vous me dire où nous sommes ?

Pas de réponse. Elle se répéta d’une voix un peu plus forte et assurée en se positionnant à ses côtés. Toujours rien. Ne voyant pas l’homme bouger d’un cil, il posa délicatement sa main sur son épaule, pour s’assurer qu’il était bien vivant, réveillé. Aucune réaction de sa part, pire encore, ma main ne se posa pas sur l’épaule de l’homme comme elle l’avait escompté. Elle traversa le corps de celui-ci avant de retomber le long de son corps. Savannah regarda avec effroi, tour à tour sa main et l’homme. Puis elle s’éloigna en marchant à reculons, sans le remarquer elle passa à travers un bout de banc. A cet instant-là elle n’eut plus qu’une seule certitude : « Je suis morte ». C’était donc ainsi quand on mourrait, on devenait un fantôme dans un paysage… improbable ? Comment était-ce donc arrivé ? Le cambrioleur de son imagination avait peut-être était réel et l’avait tué ? Elle était trop jeune pour faire un arrêt cardiaque, elle était trop jeune pour mourir aussi !

Puis un autre évènement se produisit. Elle entendit des gens parler, non loin d’elle, quelques visages lui semblait vaguement familiers, « des gens de Storybrooke ? » et certains faisaient la même expérience qu’elle. A savoir : ils passaient à travers les gens, les objets, mais ensuite ils allaient voir une personne au visage connue et pouvait lui parler normalement. Etait-ce cela la clé ? Arriver à trouver une personne que l’on connaissait et allait la voir ? Savannah n’aimait pas les énigmes et là elle n’avait d’autre choix que de résoudre celle-ci. Tout d’abord elle prit une profonde inspiration, puis expira très lentement en regardant avec attention cette scène dans laquelle elle avait été projetée. Elle n’avait jusqu’alors même pas remarqué qu’elle était à un mariage, les habits, la disposition des invités, l’autel élégamment décoré, le marié qui s’y trouvait pour le moment seul. D’ailleurs cet homme lui était familier, faisant appel à sa mémoire elle se souvint : David Nolan, l’homme qui avait émergé d’un très long coma. Ne comprenant pas ce qu’elle faisait là, Savannah voulut tout simplement sortir de là.

La jolie brune tourna les talons et marcha droit vers la grande porte, puis elle se rappela les paroles que lui avait dit un jour Samara : « Ne jamais rebrousser chemin fasse à une épreuve ». Zut ! Fallait-il vraiment qu’elle se rappelle de ça maintenant ? Elle ne pouvait pas partir sans rien tenter. Et puis de toute façon elle était morte ou endormie, dans l’une ou dans l’autre des configurations elle n’avait rien à perdre. Une nouvelle fois elle fit volte-face et marcha droit devant elle remontant l’allée principale. Savannah s’arrêta au beau milieu de l’allée, s’éclaircit un peu la gorge et déclara d’une voix forte, comme si elle parlait toute seule :

- C’est un mariage costumé à l'ancienne ?


Avec cette intervention elle espérait pouvoir découvrir, qui était en mesure de l’entendre et donc aussi de voir et qui ne l’était pas. Elle scruta ensuite l’assistance avec attention avant de réaliser quelque chose. La demoiselle était tellement préoccupée par ce qui se trouvait autour d’elle, qu’elle ne s’était pas intéressée à ce qui se trouvait sur elle. Si la grande majorité des invités portaient des tenues médiévales, Savannah était affublée d’un déguisement unique : une tenue d’indienne. Cela ressemblait vaguement à de la peau d’animal, même si le tissus était plus léger et surement plus confortable, elle avait une sorte de top en haut qui se terminait en V avec des franges, même chose pour le bas, qui était composé d’une jupe qui lui arrivait juste au-dessus des genoux. Ses cheveux étaient relevés et attachés à l’aide d’une grosse pince plate. C’était pour le moins… original et une fois la surprise passée elle devait reconnaitre que ça lui allait plutôt bien, tant du point de sa morphologie, qu’à son teint et à son façon d’être aussi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 20 Juil - 9:27
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Un coup de scalpel par là et puis un autre. Ouvrir un humain froid était-ce qu'il y avait de plus distrayant à Storybrooke, ma journée avait été si longue, j'ai l'impression quand ce moment personne ne veut mourir, il ne pense même pas à moi qui me retrouve sans rien à faire, obliger de redécouper un de mes amis, pour ne pas perdre la main. Je ne réclame rien de plus qu'un petit cycliste, une noyade... Revenons sur ce que j'ai dit, pas une noyade, le corps se décompose trop vite et il pue. Enfin, j'en sais rien, simplement une personne, si je ne bosse pas, je vais péter une durit. Puis le corps que j'examinais, du déjà-vu. Lui caressant les cheveux, je soufflais, proie à la dépression, si je devenais mélancolique ça signifiait qu'il fallait que je prenne ma dose de médicaments, cela serait bête de m'endormir sur le corps.

Puis mince, aucune envie d'aller jusqu'au vestiaire, j'allais fermer l'oeil qu'une seule seconde, en très bonne compagnie. Ouvrant une des chambres froides vide, sans humains froids... Pas beaucoup de locataires. Je m'installais dessus, la fraîcheur eut le don de m'électriser quelques secondes, plaçant ma tête sur mes deux mains jointes, il ne me fallut pas longtemps pour sombrer dans un sommeil bien plus profond que je l'avais imaginée.

Un humain froid avait décidé de faire des siennes, vu qu'il osait parler avec sa grosse voix et me réveiller, j'ouvris un oeil pour n'apercevoir que de la noirceur, il disait que j'avais pénétré son sanctuaire. Avais-je été prendre mes drogues au vestiaire et filer au cimetière ? Ce genre de black-out m'arrivait fréquemment. Sans avoir bougé, je me retrouvai dans une grande salle, c'était bien ce que je pensais, alors que je pensais mettre endormir dans une chambre froide, j'avais été pioncé à l'église et me retrouvais inviter à une messe, pas de bébé en vue donc pas un baptême. Tant que ce n'était pas un mariage, j'ai horreur de ces cérémonies d'amour éternel qui se retrouve divorcé l'année d'après. Il fallait que je file de suite, je ne supportais pas d'être entourée de tant de personnes, je le jure un seul regard plein d'espoir et je l'assomme à coup...de...premier truc que j'attrape et dans une église, il y a plein de trucs dangereux, comme un prêtre... Non une croix bien aiguisée. Je ne pouvais pas m'imaginer que je me trouvais réellement dans un château et non dans une église.

Une des invités qui ne devaient pas savoir que le Moyen Âge était fini depuis bien longtemps, s'approcha de moi. Je me décalai sur la droite, pour la laisser passer, elle ne me regarda même pas un instant. Ah, ça, c'était cool ! J'observais toute l'assemblée, pour remarquer qu'ils s'étaient tous passés le mot et je vis David près de l'Autel. Mon Dieu, un mariage, je n'avais vraiment pas choisi le meilleur endroit de dormir. Mais qu'est-ce qu'il faisait tous dans cette tenue ? Rebecca s'était-elle amuser à déguiser tout le monde ? Non, elle n'aurait pas osé ?! Et bah si ! Je portais une robe blanche, superbe même si elle était très déchirée aux extrémités, une robe qui faisait bien macabre, genre le style vestimentaire des morts de l'ancien temps. Morts ?

Pour me rassurer, j'essayais de saisir la robe de ma voisine la plus proche et avec horreur ma main traversa... J'étais morte, j'étais un fantôme, je n'y avais jamais cru, mais la preuve était là, ma tenue, ma main immatérialisée...et une personne qui crie que c'est un mariage costumé ! Ouf, je suis en vie ! Avançant vers l'Indiennequi avait surement dû se tromper de thèmes, ça arrivait toujours lors d'une fête qu'une personne soit totalement à côté de la plaque, je m'attendais pas être traversé par un autre corps... Non, j'étais bien morte et j'attendais le dernier jugement. Une femme dans une superbe robe passa auprès de moi, comme pour vérifier, oui encore, je voulus essayer d'attraper sa robe et cette fois, ça marcha, bon, j'empêchai la personne d'aller plus loin, mais ce n'était pas bien grave. Pousser l'adrénaline qui avait parcouru mon corps, je me mis à crier.

- Je suis en vie !

J'avais même lâché la robe, pour lever mes deux bras en l'air. La femme que j'avais retenue, je l'avais déjà croisé, je crois qu'elle s'appelle Spencer. Évitant de la regarder droit dans les yeux, je lui pris le bras sans lui demander son avis, cela se voyait de suite à son regard qu'elle n'était pas fine, elle éloignerait les autres de moi, c'était mon bouclier. Je l'emmenais vers l'Indienne, s'il y avait une sortie elle la trouverait, les Indiens étaient forts pour la traque et je me fichais qu'elle ne soit pas une vraie indienne, il faut bien espérer. Oh non, voilà que même moi, je commençais à espérer, j'avais envie de pleurer. Pourquoi mes médocs ne faisaient plus effet ?

- L'Indienne, pourquoi tu t'es habillée en Indienne ?

Ce n'était pas réellement la question que je voulais poser, mais vous comprenez, je n'ai pas ma dose de drogue, je suis si désespérée, je ne veux pas fondre en larmes devant toute cette assemblée, même si la plupart ne me voient pas.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 20 Juil - 12:10
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.







Confortablement pelotonnée dans son lit un sourire béas aux lèvres, Nahia profitait du repos nocturne que l'on pouvait s'offrir après une journée bien remplie. Etallée de tout son (petit) long en diagonal dans son grand lit, elle appréciait ce moment de pure tranquillité. Ses  yeux se fermèrent et son souffle trouva son rythme de croisière. Mais en cette chaude nuit de juillet alors que la fenêtre de la chambre restait ouverte quelqu’un la  guettait….Minuscule, insignifiant et presque invisible. Mais se mettant à tourner autour de la paisible dormeuse, il la contempla, passa juste à quelques millimètres de ses tympans pour lui signifier sa présence.  Nahia se réveilla en grognant " Saleté de moustique! " tout en s'embusquant d’avantage sous sa couette d'été. L’envie de se mettre en chasse la prit. Mais la jeune femme savait que  cet assaut qu'elle mènerait, pantoufles battantes, sonnerait la fin de son repos de guerrière mérité et un lendemain dans le brouillard. La fontainière se résigna alors à visser les écouteurs de son mp3 rempli d'un livre audio sur les oreilles. Alors que petit à petit elle commençait à rentrer dans l'histoire, elle s'assoupit et entra dans la phase du sommeil léger. Son subconscient ne s'étonna donc pas particulièrement lorsqu'une voix menaçante affirma « Vous n'êtes pas les premiers à pénétrer mon sanctuaire... Et, tout comme votre prédécesseur, vous n'en sortirez jamais ! ».

Mais quel était le titre du livre qu'elle écoutait déjà ?

Tout autour de Nahia se brouilla pour sombrer dans l'obscurité la plus totale. Peu après, elle vit apparaître au-dessus d'elle une lumière blanche tandis que sous ses pieds les ténèbres disparaissaient. Soudain, elle sembla émerger de quelque chose et se retrouva au beau milieu d'un décor digne des contes de fée que Valentin pouvait lui raconter lorsqu'il était à lui tout seul -et notamment- le livre audio chéri de Nahia.

- Oh c'est superbe!

Ce qui devait être une salle de bal se retrouvait pleine de personnes toutes apprêtées de magnifiques vêtements et coiffures. Le décor lui-même était féérique. Un sourire émerveillé se dessina sur les lèvres de la fontainière. Au centre de la pièce un autel. On allait donc fêter un mariage! La main de Nahia s'approcha d'un buffet aussi beau qu'appétissant. Malheureusement elle passa à travers le gâteau qu'elle avait tenté de saisir. Normal puisqu'il s'agissait d'un rêve! La jeune femme se sentait un peu bête lorsque son regard de posa sur un de ses pieds chaussé d'un soulier en satin bleu. Un doute la prit soudain. Un miroir, vite ! Il lui fallait un miroir ! Cet ​endroit devait bien en contenir au moins un ? De l'eau, du verre, n'importe quoi ! Etait-elle ​elle ou une autre​  ? Alors qu'elle se faufilait parmi les invités à la recherche de son reflet, une voix connue l'arrêta dans son élan

"Je peux marcher!"

Lilwenn, en effet, son ex belle soeur, magnifiquement vêtue évoluait parmi les convives sur ses deux jambes. C'était un des souhaits les plus profonds de Nahia : que Lilwenn, pour qui elle avait beaucoup d'affection, soit enfin guérie. Avec un peu d'émotion elle lui murmura bien que celle-ci soit trop loin pour qu'elle l'entende

- Et ça te va tellement bien!

Et puis Nahia prit conscience qu'il n'y avait pas que Lilwenn qui habitait son rêve. Des Storybrookiens qu'elle connaissait de vue ou d'avantage semblaient aussi surpris qu'elle. Elle s'approcha de Lilwenn qui était avec deux autres hommes -dont un nain- que Nahia avait côtoyé ou croisé parfois. Ne sachant pas franchement si on était en plein jour, dans la nuit ou même dans une échelle de temps existante elle émit un hésitant "bonjoir".

- Si j'avais su que j'étais invitée à un mariage j'aurais apporte un cadeau! Il n'y a que moi dans Storybrooke qui n'est au courant de rien ou vous non plus vous ne savez pas que que vous faites là ?

Abaissant nerveusement sa capuche de ce qui semblait être une une cape en soie blanche elle regardait tout autour d'elle à la recherche du moindre indice. Essayant de s'accrocher à quelque chose de concret elle demanda à tout hasard.

- Et d'ailleurs qui se marie ?

Ils avaient du tous boire comme des trous ou absorbé des substances illicites. L'ennui c'est que Nahia ne se souvenait absolument de rien. Rêve ou réalité ? Hallucination collective ? La fontainière n'avait absolument aucun repère sur rien!

Bon sang mais quel était le titre de ce livre audio qu'elle écoutait déjà ????


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 20 Juil - 15:58
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Dans l'ensemble, Eddie pouvait affirmer qu'il avait passé une bonne soirée. Lui qui avait souhaité éviter de tourner en rond toute la nuit dans son appartement s'était enterré dans le premier bar à croiser sa route. Mais il n'était pas du genre à boire jusqu'à ne plus se souvenir de son propre nom, d'ailleurs il avait l'esprit encore parfaitement clair lorsqu'une irrésistible rousse aux jambes interminables était venu s’asseoir à côté de lui. Elle lui avait lancé un regard rempli de reproches au début, ce qu'il comprenait amplement, mais il fallait avouer que son amertume c'était bien vite évaporée. En effet, cette fille ne lui était pas étrangère. La dernière fois qu'il lui avait parlé c'était sur ce même tabouret. A vrai dire tout c'était bien passé jusqu'à ce qu'une petite furie trempée jusqu'aux os fasse irruption dans la salle en accusant Eddie de tous les torts de la planète. En réalité Rowena avait simplement perdu son collier, qu'il avait si gentiment ramassé et conservé jusqu'à ce fameux jour. La rousse avait plutôt mal accepté ce retournement de situation et en était même venu à se crêper le chignon avec la petite coiffeuse. Au final le garçon avait préféré emmener la brunette chez lui pour la sécher et la calmer, délaissant en même temps la bimbo à l'amour-propre froissé. Mais aujourd'hui, personne n'était venu perturber ces retrouvailles qui semblaient lourdes en électricité en début de soirée. Eddie n'avait pourtant pas pu s'empêcher de jeter quelques coups d’œil en direction de la porte pour vérifier que Rowena n'allait pas débarquer, complètement furieuse, avec la ferme intention de l'étrangler. Et puis peu à peu, surtout au fil des verres, la jolie coiffeuse était sortie de sa tête et Eddie s'était pleinement concentré sur sa distraction de ce soir. Il n'avait toujours pas retenu son prénom, même s'il était toujours persuadé que ça finissait en « a ». Mais ça n'avait pas eu l'air de déranger la demoiselle outre mesure, car bien vite il s'était retrouvé chez cette dernière alors qu'elle lui violait pratiquement la bouche avec ses délicieuses lèvres rouge écarlate.

C'était donc habité d'une agréable satisfaction personnelle qu'il céda à un sommeil bien mérité, confortablement installé dans le lit de notre rousse au nom mystère. Quelle fut alors sa surprise lorsqu'il rouvrit les yeux, non pas sur la chambre dans laquelle il s'était endormi, mais sur une pièce tout à fait hors du commun. L'endroit était spacieux et … bondé de monde. C'en était presque étouffant. Mais c'était quoi tout ça ? Les gens étaient habillés élégamment mais de manière bien étrange. Une cérémonie se déroulait au centre, mettant à l'honneur un visage qu'Eddie avait déjà rencontrés et attirant tous les regards. Ah ! Ça y est, il comprenait ce qui se passait. Il était en train de rêver, rien de bien plus compliqué. Une légère pression sur sa main attira son attention. Bon sang ! Ça c'était fort ! Rowena était là, à deux pas de lui, ses grands yeux verts levés vers lui. Son subconscient était donc assez vicieux pour lui apporter une vision d'elle juste après qu'il ait passé la soirée avec la femme rousse. Peu importe, elle n'avait pas l'air furibonde, juste un peu perdue, comme d'habitude. Le jeune homme lui sourit, peut-être un peu plus heureux de la voir que ce qu'il aurait cru.

- Tiens, salut Rowi !

Il ne fit pas attention au regard incrédule de la petite brune, ni à son attitude un peu bizarre. Pour être franc, Eddie commençait à avoir l'habitude des comportements curieux de la jeune femme. Après tout elle l'avait attaqué avec une poêle, poussé dans des buissons, insulté devant une salle remplie d'ivrognes, et elle avait même fondu en larmes devant lui à cause d'une histoire tordue de dragon. C'est pourquoi il la laissa examiner son accoutrement afin de mieux pouvoir observer ce qui les entourait. Les individus qui les cernaient ne faisaient pas le moins du monde attention à eux. Le garçon ne les avait jamais vu de sa vie, pourtant ils apparaissaient parfaitement nets devant lui. Les vêtements de certains réveillaient le côté moqueur du voleur. Où son imagination avait-elle été chercher tout ça ? Mais le meilleur resta à venir. Un couple d'étrangers arriva droit sur lui et le traversa comme s'il n'avait pas été fait de matière consistante. Eddie écarquilla les yeux, émerveillé puis clairement amusé de la situation. Il s'amusa alors comme un enfant à passer ses mains dans les corps de ses voisins, jusqu'à ce que la voix de Rowena le rappela de nouveau à elle. Il se tourna vers elle, joyeux comme pas deux bien que quelque peu déconcerté par sa question.

- Cet endroit ? Euh .. eh bien on est dans mon rêve, non ?

Elle le regarda alors comme si une paire de cornes venait de lui pousser sur la tête. Boarf, ce n'était pas du tout impossible dans un rêve … Mais ce qui était vraiment perturbant, c'était que cette Rowena là était bien trop sérieuse. Un énorme doute s'empara du jeune homme. Pourquoi il avait réussi à la toucher elle et pas les autres ? De la même façon, pourquoi était-elle la seule à l'entendre et à lui répondre ? A bien y réfléchir, tout ceci paraissait trop réel. Sa bonne humeur s'envola d'un coup pour laisser place à un profond désarroi.

- Non ? Ne put-il s'empêcher de répéter, comme s'il attendait de la jolie coiffeuse qu'elle le rassure et lui confirme qu'il était bel et bien en train de rêver.  


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 20 Juil - 16:35
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.

   
   
   
   
   
Santana avait passé toute la journée à manifester devant la mairie telle une noble guerrière, une prophète, une déesse même ! Défendant la cause des opprimés, la liberté d’expression, en compagnie d’une horde de fan et de sa sœur. Comment une association pouvait-elle vouloir faire taire de si belles voix qu’étaient celles des Heelsman ? N’avaient-ils donc pas idée du nombre de personnes qui rejoindraient l’association si jamais des célébrités comme les jumelles en faisaient partie ? Tsss, cette Chrystal, cette Mouna et le reste… tous une band de jaloux ! Pensa la belle en allant se coucher. On pouvait dire que la journée de l’ancienne duchesse avait été bien éprouvante ! Elle entendait encore le tintement des casseroles frapper contre ses tympans et les hurlements peu mélodiques de sa sœur. Cela pouvait être parfois dur de jouer les héroïnes, mais ça en valait la peine également. Elle avait tellement tout donné pour cette manifestation qu’un peu de répit ne lui ferait pas de mal !

Allongée dans son lit, son pyjama et ses couvertures en soie lui caressant la peau, un masque pour dormir sur les yeux et de la musique douce flottant dans la pièce, Santana dormait de la manière la plus gracieuse qu’il soit. Ses ronflements se mêlaient à la musique, créant une harmonie assez particulière dans la pièce tandis que sa position, équivalente à celle de l’autruche, aurait pu inspirer les plus grands professeurs de yoga ! Il n’y avait rien à dire, Santana était tout simplement parfaite en ce qui concernait l’art de dormir. La grâce, l’élégance… ça la connaissait ! On aurait dit une princesse attendant patiemment le baiser du prince charmant.

Quelques minutes passèrent, et la jeune femme commença à s’agiter dans son sommeil. Ses rêves l’avaient mené au centre commercial où la jeune femme nageait dans une piscine de fringues et de bijoux. Des diamants & des chaussures Gucci tombés du ciel tandis que des dizaines d’hommes riches tentaient de la courtiser mais en vain, aucun n’était assez bien pour une femme de la trempe de Santana ! Alors que l’ancienne duchesse continuait à faire des brasses dans le luxe, tout devint subitement sombre et une voix sortie d’outre-tombe interféra son magnifique rêve. La jeune femme prit légèrement peur tandis que l’étranger au ton menaçant parlait de sanitaire et d’autres choses qu’elle ne comprit pas très bien. C’est alors qu’un flash de lumières les aveugla et la voix s’estompa au loin, criant qu’il la retrouverait. Santana pouvait comprendre à quel point on pouvait être fan d’elle mais cette personne y allait un peu loin ! Elle lui aurait volontiers signé un autographe ou fait une photo avec lui s’il s’était montré mais au lieu de ça elle avait préféré se cacher, sans doute trop intimidé pour approcher Santana.

La lumière aveuglante s’éteignit peu à peu et Santana fut plongée dans un nouveau décor totalement différent. En effet, il s’agissait d’une grande pièce ressemblant à une église étant donné la mosaïque des vitraux qui rependaient des couleurs pastel sur les murs. Au milieu de la pièce se tenait un grand autel avec des colonnes de marbres, des fleurs et autour une foule d’invités. Tout était absolument somptueux mais cela manquait de violet ! Santana regarda les personnes autour d’elle et se rendit compte qu’ils étaient tous habillés d’une manière assez moyenâgeuse, en tenue de prince et princesse portant des bijoux somptueux. La jeune femme constata alors qu’elle-même portait une belle robe dans les tons violets – sa couleur préférée- sans manche avec un décolleté à en faire rougir plus d’un ! Elle portait également de beaux bijoux en or incrustés de pierres précieuses et dans sa main droite se tenait une ombrelle en dentelle, autrefois arme de prédilection des sœurs De Trémaine. Santana observa l’ombrelle d’un air intrigué, quel accessoire tout à fait sublime ! La tenue entière de la belle duchesse était somptueuse, à vrai dire, elle était sans aucun doute la personne la plus magnifique de cette pièce ! Même en rêve, Santana était toujours à la pointe de la mode. Néanmoins, elle devait déterminer le sens de ce rêve, déjà il n’y avait aucun doute que tous ces gens étaient là pour elles. Mais quel était le but de toute cette cérémonie ? La lady remarqua alors que la foule était écartée de manière à laisser place à une personne qui ne tarderait pas à faire son entrée. Au bout de l’allée se tenait un homme vêtu comme un prince attendant l’arrivée de cette personne. Un mariage ! C’était de son mariage qu’elle rêvait ! La belle saisit les pans de sa robe afin de pouvoir courir plus vite et alla rejoindre le prince en un rien de temps.

« Ne vous en faites pas mon prince, me voilà enfin, prêtes pour nos épousailles après cela nous partirons au loin sur votre cheval blanc vers un soleil couchant et vous me couvrirez de diamants! »


La jeune femme réajusta son décolleté, tenant toujours son ombrelle et regrettant de ne pas avoir de spray à la menthe afin d’obtenir une haleine plus fraiche. Elle aurait tellement voulu avoir son téléphone sur elle afin de pouvoir twitter cela mais hélas elle ne le trouva point. L’ancienne duchesse reporta alors son attention sur le visage de son futur époux et poussa un cri de surprise en voyant le visage de celui-ci : « RACHID NOLAN ? ». Au moins elle se souvenait du nom de famille, une première pour Santana ! Dépitée, elle rajouta : « Pffff il est hors de question que j’épouse cet abruti, je vais me dégoter un autre prince moi! » D’un air déterminé, Santana disparut de nouveau dans la foule à la recherche d’un nouvel époux. La chasse à l’homme avait commencé. Néanmoins, il y avait un petit problème. Dès qu’elle trouvait un beau jeune homme richissime et qu’elle se mettait à le charmer, celui-ci l’ignorait royalement ce qui vexa au plus haut la duchesse. PERSONNE ne pouvait lui résister. De mauvaise humeur, elle voulut secouer le prince pour lui faire comprendre, hélas ses mains se refermèrent dans le néant. Il lui était impossible de toucher l’homme. Intriguée la jeune femme tenta d’aborder d’autres personnes mais ce fut la même chose. Personne ne l’entendait, personne ne la voyait et dès qu’elle essayait de les toucher, la même chose se reproduisait à chaque fois ses mains se refermaient sur le vide. Énervée, la belle se mit à frapper les invités avec son ombrelle, en cherchant un qui lui répondrait enfin. C’est alors que son ombrelle toucha enfin quelqu’un mais la jeune femme n’eut pas le temps de voir de qu’il s’agissait, elle percuta violemment quelqu’un de plein fouet et énervée déclara à son agresseur : « ATTENTION VOUS DIS-JE ! » Après cela la lady lança son regard de tueuse, prête à dégainer son ombrelle mais un autre détail attira son attention. En effet, non loin d’elle se trouvait une silhouette familière entièrement vêtue de vert.  Santana plissa les yeux et reconnut alors sa très chère sœur, sa moitié. La belle lady se précipita vers elle, espérant que celle-ci puisse la voir. Une fois arrivée elle fut ravie de constater en la secouant que celle-ci était bien réelle.

« ISAAAAAA MA CHÉRIE TU ES LA TOI AUSSI ???! » Cria-t-elle de sa voix si parfaitement mélodieuse.

Santana était contente de retrouver sa sœur, au moins elle n’était plus seule face à une horde de personnes étranges. On aurait dit la version médiévale de Storybrooke ! Santana avait pu reconnaître plein de ses chères voisins hélas ils étaient laids comparés à elle.

« Tu as vu, on est au mariage de Rachid !!! Je ne comprends pas ce qui se passe par contre je suis magnifique ! » Déclara la duchesse tout en faisant tourner sa robe. Après cela, elle regarda celle de sa sœur qui était presque équivalente à la sienne. Pff quelle copieuse celle-là ! Il fallait qu’elle s’habille toujours de la même manière mais en vert ! On aurait dit une version périmée de Santana… Néanmoins, la voir ici lui faisait plus que plaisir, à elles deux, elles étaient de vraies bombasses capable de charmer n’importe qui, elles allaient pouvoir mettre le grappin sur plein de princes ! Santana constata également que sa très chère sœur avait-elle aussi une ombrelle, accessoire de mode ultime !

« REGARDE CA FAIT RIEN SI ON LES FRAPPES ! » S’exclama la duchesse tout en donnant un coup d’ombrelle à la personne la plus proche.  Sauf que cette fois… cela ne passa pas à travers.


   

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 20 Juil - 19:46
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





On aurait facilement pu croire que Savannah était devenue totalement dingue, bonne pour l’asile. Crier comme elle venait de le faire, au beau milieu d’une cérémonie de mariage, on ne peut pas vraiment dire que cela respectait les convenances d’agir de la sorte. Il fallait aussi souligner qu’elle n’était pas dans un cadre « normal », donc elle trouvait tout à fait légitime d’agir de façon démesurée pour l’occasion. La miss n’envisageait que deux grandes catégories de réponse possible à son action. Ou on arrêterait de faire comme si elle n’était pas là et dans ce cas toute l’assistance la fusillerait immédiatement du regard. Il y avait fort à parier qu’elle serait aussitôt conduite en dehors de l’église par des gardes du corps, ou par les témoins des mariés. Ou absolument personne ne ferait état de son intervention. Elle resterait à l’état de fantôme, dont elle avait fait l’expérience et la découverte un peu avant. A bien y réfléchir, les deux options craignaient, même si toutes les fibres de son être penchaient largement pour la première proposition…

La réponse ne se fit pas attendre. Elle ne fut pas la cible de tous les regards, mais de quelques-uns. Volontaires ou non, elle avait du mal à le déterminer avec certitude. Toutefois elle ne fut pas la seule à libérer sa voix sans retenue devant l’assemblée. Immédiatement l’ex-indienne pivota sur ses talons en direction de la puissante qui s’était manifestée. Du moins, « pivoter des talons » au sens de l’expression figurée seulement, car elle fit en même temps une autre découverte. Qu’elle aurait dû remarquer bien avant, mais décidément son esprit ne semblait s’éveiller que partiellement et très lentement. Elle était pieds-nus et sentait le sol froid sous ses pieds l’électriser l’espace d’un bref instant. Savannah essaya de se rappeler quand est-ce qu’elle avait osé marcher pieds nus en public… Surement il y a peu de temps, lors d’une soirée avec ses amis, mais elle n’en avait pas le moindre souvenir. Bon son esprit divagué légèrement là, il fallait qu’elle se reprenne et qu’elle se concentre un tant soit peu !

Ah oui, la voix ! De qui venait-elle ? Savannah découvrit une femme, cheveux châtain foncé, bras levé vers le ciel en signe de victoire, heureuse apparemment de ne pas être morte. De son côté la jolie brune en doutait encore. Est-ce que la femme face à elle constituait une preuve tangible de son existence ? Ou était-ce un leurre ? Elle procéda comme à son habitude en présence d’une nouvelle rencontre, la regardant de bas en haut, la jaugeant du regard, tout en s’armant d’un sourire bienveillant et en répliquant :

- On dirait bien.

La demoiselle était vêtue d’une longue robe blanche, déchirée en bas, comme une robe façon drap qu’on porterait pour halloween essayant de se travestir en fantôme. Savannah rageait, car même si cette robe était un peu pauvre, elle avait l’avantage de passer un peu inaperçu dans la petite assemblée costumée. Sans compter qu’elle mettait bien en valeur la jeune femme qui la portait. Une nouvelle fois, elle se contempla elle-même, sa tenue avait une chose que les autres n’avaient pas… elle était originale ! La nouvelle réplique de la femme à l’allure fantomatique ne la fit pas vraiment rire. Et elle répliqua avec une rumeur qui lui était presque étrangère :

- Parce que je ne suis pas une indienne.

Ce ne fut qu’après qu’elle remarqua que près d’elle se trouvait une troisième femme. Celle-ci semblait avoir été comme « kidnappée » par la demoiselle en blanc. La nouvelle venue était d’une beauté très rare et habillée d’une très belle robe, qui respectait à la perfection le thème qui semblait avoir été imposé. Savannah la regarda avec un sourire gênée et compléta sa réponse en pensant tout haut :

- Excusez-moi. J’ai juste l’impression qu’on me fait une blague. Je ne crois pas avoir reçu une invitation pour ce genre de réunion. Si ça avait été le cas je pense que je me serais habillée différemment. Pour être légèrement plus raccord aux autres invités.

Savannah lâcha un rire, qui eut pour effet immédiat d’extirper de con corps quelques tensions. Si elle était à une fête, il fallait peut-être envisager de commencer à s’amuser, ou sinon autant repartir chez elle, ou ailleurs voir si l’ambiance y était plus festive ! Elle regarda tour à tour les deux femmes et lança une question qui lui trottait dans la tête depuis un petit moment :

- Vous êtes-vous aussi en train de faire la même expérience bizarre que moi ?

Elle n’en dit pas plus. Comme par exemple : qu’est-ce qu’elle entendait par « la même expérience que moi ».


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Dim 20 Juil - 22:19
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Décidément je ne m'habituerai jamais à cette merveille qu'est la télévision ! Je pourrais facilement passer des jours entiers devant ce si petit appareil et qui pourtant produit des images et des sons dignes des sorts que les habitants de ce monde envient à ceux du mien. Cela fait pourtant près de trente ans que je vis ici mais rien à faire : à chaque fois que j'allume le poste, je me sens comme à Noël. Et ce n'est pas peu dire lorsque l'on sait qui je suis. Sur l'écran les couleurs n'étaient d'ailleurs pas sans rappeler les décoration de cette fête qui est la mienne. Cependant si je m'émerveillais devant l'objet, je ne le pus pas longtemps car Archimède avait décidé que c'était le moment idéal pour me raconter sa journée. Je fis semblant de prêter une oreille attentive à son histoire, apparemment mon ami à plume avait rencontré un petit pinçon du nom de Squiky plus tôt dans la journée et l'avait invité à venir prendre le thé demain.

Mais avant que je ne puisse faire remarquer à mon insupportable colocataire de compagnie que nous n'avions plus de scones pour manger avec le thé, le Soleil se coucha et l'obscurité envahit mon humble cabane. Soudain une grosse voix qui ne pouvait appartenir à Archimède – soyons réalistes il a plutôt le timbre de voix d'un adolescent qui parle du nez – résonna autour de moi. Aussitôt alerte, je tentai de repérer d'où pouvait provenir la voix qui m'accusait d'avoir pénétré dans son sanctuaire mais ce fut peine perdue. Alors que j'étais sur le point d'esquisser un pas en avant les bras tendus pour me repérer, la lumière revint un peu trop vivement pour que je sois toujours chez moi. Je clignai des paupières plusieurs fois pour tenter de m'habituer et lorsqu'enfin je pus ouvrir les yeux mon cœur manqua un battement.

Avais-je réussi ? Non, impossible. Je balayai rapidement cette idée ridicule de mon esprit. Comment aurais-je pu nous renvoyer tous chez nous si je n'avais rien fait pour cela ? Je m'étais probablement endormi devant la cheminée en lisant faute d'avoir une télévision ce qui expliquait mon rêve... Alors comment Diable avais-je atterri au milieu de ce qui semblait être la salle de couronnement d'un château de mon monde ? Autour de moi la foule était tournée vers le piédestal qui se dressait au milieu de la pièce sur lequel se tenait le prince James si je me souvenais bien. Lui et tous les autres portaient des costumes et des robes d'une autre époque. De leur époque. Je baissai les yeux et découvris mon propre accoutrement. Je portais les vêtements que j'arborais lorsque de j'étais Merlin. Et qu'est-ce que ceci ? Une barbe ? Je tirai rapidement dessus pour m'assurer qu'elle était bien réelle et la douleur que je ressentis me le confirma.

Je regardai alors autour de moi à la recherche de visages sinon familier, portant au moins la même expression d'incompréhension qui pouvait sans doute se lire sur mon visage. Je reconnus vaguement quelques figures – était-ce Vanellopée Bolgan qui me tournait le dos dans une tenue aussi découverte ? – mais avant que je ne me décide à faire quoi que ce soit je fus percuté de plein fouet par une jeune femme. Jeune femme qui d'ailleurs m'aboya presque de regarder où j'allais, ce qui était plutôt gonflé si l'on prenait en compte le fait que c'était elle qui s'amusait à courir dans une salle pleine de monde. Je m'apprêtais à lui dire qu'elle devrait être plus gentille si elle ne voulait pas recevoir de charbon au prochain Noël quand je reconnus une chevelure rousse flamboyante qui ne pouvait appartenir qu'à une seule personne.

Lilwenn Chimay, que j'avais connue alors qu'elle s'appelait encore Elaine d'Astolat , se trouvait devant moi dans ses plus beaux atours de l'époque où elle était la Dame de Shalott. Pourtant à en juger par sa façon de parler et de se comporter elle ne se souvenait toujours pas de ce passé, ce qui me conforta dans ma certitude que nous n'étions pas vraiment rentrés chez nous. L'adolescente prit un air contrit quand elle me reconnut et je ne pus que lui sourire pour la rassurer et lui faire comprendre que ce n'était rien qu'une malentendu et que c'était oublié. Un sourire indulgent qui semblait lui être entièrement réservé depuis toujours mais qui était d'autant plus justifié qu'elle se tenait sur ses jambes, droite et fière. Je ne suis pas homme à parler de miracle, mais la guérison de ma jeune amie en avait les airs. Je savais qu'elle était paralysée depuis quelque temps, je lui ai rendu visite plusieurs fois à l'hôpital et pourtant elle était là, campée sur ses pieds juste devant moi.

Comme pour nous prouver à tout les deux que c'était bien réel, Lilwenn déclara qu'elle pouvait marcher et je savais que mes yeux pétillèrent de joie en entendant le ton émerveillé de la jeune fille.

_Je vois cela Miss Chimay je vois cela, dis-je avec malice. Mais peut-être pourriez-vous trouver un meilleur usage à vos jambes guéries que celui de rentrer dans les gens ?

Terminant avec un clin d’œil, je vis soudain apparaître celui qui avait été mon cher protégé. Arthur, ou plutôt Scott, fut très vite rejoint par celle qui m'avait trahi et trahi Camelot et son idéal. Étant le grand sorcier que je suis, je fis preuve d'une grande maturité et fit semblant de ne pas avoir vu les deux jeunes gens qui paraissait en faire autant d'ailleurs. Autant de personnes matures dans un même groupe, Lilwenn avait vraiment de la chance d'avoir pareils exemples. Mais les bouder ne marcherait qu'un temps, et j'avais besoin de garder l'esprit clair pour comprendre ce qu'il se passait. D'autres personnes se joignirent à nous mais je ne les voyais ni ne les écoutais pas. Nous étions tous rassemblés pour une raison, et si j'avais raison alors nous étions sur le point d'assister à l'union du prince James et de la princesse Snow White.

Mais comment cela pouvait-il être possible ? Après tout, les habitants de Storybrooke ne souvenaient toujours pas de qui ils étaient vraiment, alors comment le mariage pourrait-il avoir lieu ? Ou bien seuls certains maudits n'avaient pas retrouvé la mémoire et le sort avait réellement été rompu ? Non, j'écartai cette nouvelle possibilité aussi vite qu'elle était apparue. Nous ne serions pas revenus dans le passé si ça avait été le cas. Mais peut-être m'étais-je trompé, peut-être que nous n'attendions pas la célébration d'un mariage après tout ? C'était dans des moments comme celui-ci que j'aurais eu besoin de cet insupportable oiseau bavard qui me servait d'ami. A l'époque où il pouvait encore parler, Archimède passait son temps à me contredire et à lancer toutes les idées qui lui passaient par la tête quand je concentrais trop sur une énigme au point de ne plus faire attention à lui. C'était sa façon de me dire ''Arrête vieil idiot et va plutôt nous servir du thé, humain !'' mais bizarrement cela me permettait toujours de trouver la solution à mon problème. Nos disputes étaient le stimulants dont mon vieux cerveau avait besoin pour bien fonctionner.

Soudain dans la foule, tourné lui aussi vers la scène, j'aperçus un ami apothicaire à moi qui était devenu vendeur de fruits et légumes après la malédiction. Il semblait aussi avide que les autres d'assister à la cérémonie. Je compris donc qu'il avait toujours ses vrais souvenirs et pensai que c'était peut-être l'occasion pour moi de savoir ce que nous attendions exactement. Je me tournai vers Lilwenn et lui tendit le bras qui ne tenait pas mon bâton.

_Venez ma chère, lui dis-je. Donnons à vos jambes l'occasion se dégourdir un peu qu'en pensez-vous ?

Elle marcha avec moi en direction de Merrick, et une fois arrivés à la hauteur de mon ami ce-dernier ne réagit pas. Il ne semblait même pas nous avoir vu et fronçant des sourcils je lâchai le bras de ma cavalière pour poser ma main sur l'épaule de l'apothicaire... Et passai à travers lui. Choqué, je regardai ma main sortir du corps du jeune homme avant de l'examiner. J'étais invisible à nouveau, immatériel... Comment était-ce possible ? Non, je refuse. J'ai cru devenir fou la première fois, sans personne avec qui parler, sans personne pour me prouver que j'existais réellement... Non c'était faux. Presque personne. Elaine avait été là, toujours, et ironie du sort elle était encore là avec moi. Cette rouquine trop vulnérable pour ce monde et le suivant était un étrange roc auquel s'accrocher, Mais c'était aussi le plus inébranlable. En échange je la protégeai et encore plus maintenant, Lilwenn était sous ma protection. Je décidai de ne pas laisser tant que nous ne serions pas rentrés à Storybrooke. Etrange n'est-ce pas ? Comment soudain les notions de 'Maison' et d''Autre Monde' s'étaient inversées...


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Lun 21 Juil - 8:38
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.







Au début, l'ancien redcap avait cru à une partie de jeux de rôles grandeur nature. Ce ne serait pas la première fois qu'il avait des surprises au réveil ! Ensuite, après inspection du décor, il avait opté pour le mariage à thème médiéval. Le hoc à cette théorie ? Que les gens passent à travers comme des fantômes. Ce genre de 'détail' avait tendance à effacer toute explication logique de votre esprit. Donc... Que restait-il ? Wally n'aimait pas vraiment réfléchir à la logique des choses. La plupart du temps, il se laissait porter par les événements. Pourtant, dans ce cas qui semblait particulier, il se força à se plier devant l'exercice de la réflexion. Il restait l'option ghostbuster. S'il était mort... çà ressemblait à un enfer ou un purgatoire car, dans sa vision du paradis, il aurait pu toucher la nourriture et les verres ! Ou alors il rêvait et le marathon de série fantaisie mélangé à l'alcool avait donné cet étrange résultat.

Si tout çà était un rêve, Walgrim imaginait sans mal un psy genre Freud (parce que quitte à citer des noms, autant piochés dans les célébrités) payé une fortune pour pouvoir l'analyser. Voir la fille qu'il avait voulu initié au poker pendant qu'ils étaient coincé à l'hôpital courir partout en robe de princesse, il devait interpréter çà comment ? N'empêche, rêve ou non, voir Lilwenn faire valser sa tapisserie sur un pauvre quidam était assez drôle.

"Même habillée comme une lady, elle reste une chipie." Commenta-t-il d'un air amusé plus pour lui-même que pour un potentiel interlocuteur puisqu'il restait persuadé que personne ne pouvait l'entendre.

Si seulement l'ancien redcap était un peu plus attentif, il se serait rendu compte depuis longtemps les indices (qui étaient pourtant évident) révélant qu'il n'était pas le seul à jouer les fantômes à ce mariage. Au lieu de cela, il porta pour la énième fois son attention sur le décor, l'air de dire : Bon et maintenant je fais quoi ?

C'est vrai que ces options de ce côté là était plutôt mince. Pas de nourriture. Personne a qui parler. PAS DE VIN ! A part éviter toute personne et objet susceptible de lui passer à travers, il n'y avait aucune autres activités en vue. D'ailleurs, en parlant d'éviter, il ne vit que trop tard un des invités marcher dans sa direction. Le nain ferma les yeux en s'attendant à subir une nouvelle expérience de 'corps qui passait à travers lui' mais la sensation dérangeante déjà éprouvé tarda à venir. Peut-être que la personne avait rebroussé chemin ? En tout cas, il n'eut pas le temps de creuser la question car une chose encore plus étrange se produisit : quelqu'un l'appela.

Wally en ouvrit grand les yeux de surprise et se retourna pour tomber sur sa dentiste préférée. Comme si cette révélation n'était pas déjà assez déroutante comme cela, l'ancienne fée lui toucha l'épaule.

"Wouaw, Ivy, tu peux me voir... et tu peux me toucher." Commenta-t-il.

Bon d'accord, ce n'était pas fameux comme première parole échangée avec quelque depuis qu'il s'était réveillé ici mais, pour sa défense, Walgrim était trop surpris par cette constatation pour trouver des remarques un peu plus pertinente à faire. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas cette situation... disons... particulière qui lui faisait oublier sa tendance à être trop familier avec tout le monde. Et puis la dentiste était sympathique en plus d'être la première personne a qu'il parlait dans ce rêve, donc il n'avait aucune raison de la vouvoyer. Sans transition, Ivy lui demanda s'il savait se qu'il se passait ici.

L'ancien redcap ne put que hausser les épaules pour illustrer son ignorance sur la question.

"J'aimerais dire que le fait que tu puisse me voir et m'entendre soit rassurant." Avança-t-il. "Mais çà rend cette situation encore plus bizarre, en fait."

C'est vrai, sans çà, il aurait pu opter pour le rêve. Un rêve bizarre mais rien d'alarmant. Tandis que là... Walgrim sembla enfin remarquer la tenue de plume que portait Ivy. Son visage affichait la plus grande perplexité devant cet accoutrement mais, d'un autre côté, il n'était pas vraiment bien placé pour émettre une critique sur ce sujet.

"Ta tenue... est..." Commença-t-il en choisissant ses mots avec soin. Que dire ensuite ? Etrange ? Bizarre ? Particulière ? Spéciale ? Le nain opta pour l'option le plus poli. "... assez originale."

Ce qui n'était pas vraiment un mensonge. Même si la tenue de plume et la coiffe était étrange, Ivy portait quelque chose de bien plus cérémoniale que les habits usés par endroit qu'il portait. Plutôt que de s'en offusquer, l'ancien redcap décida de porter cet élément avec humour. Son regard n'avait pas encore rencontré la tenue légère d'une ancienne sirène de l'assistance et heureusement sinon il aurait déjà viré au rouge.

"On dirait que je suis le seul à ne pas être habiller pour l'occasion." Commenta-t-il en pinçant légèrement le tissu de sa veste.

Dans une parfaite preuve de l'ironie du destin, le moment où il choisit de dire cette phrase concorda avec une personne habillé en indienne qui se plaça au beau milieu de l'allée pour demander s'il s'agissait d'un mariage costumé.

"J'ai rien dit." Murmura-t-il avec un sourire.

En temps normal, il aurait camouflé son sourire amusé en buvant un verre. Hélas, ce petit plaisir lui était refusé. Rien que d'y repenser, cela en était déprimant. Une (ou plusieurs) gouttes d'alcool ne l'aiderait pas à mieux comprendre dans quel guêpier il s'était retrouvé mais au moins, il aurait pu arrêter de se poser des questions sans réponses. Le nain aurait bien proposé à tout le monde de se détendre et de trouver un tonneau non-immatériel pour boire un coup mais apparemment certains étaient plus préoccupé par comprendre ce qu'il se passait ou a crier leur joie d'être en vie comme le fit une demoiselle en robe blanche.

"On devrait peut-être..." Commença-t-il avec l'hésitation propre à ceux n'étant pas habitué à donner des directives.

Mais il ne put poursuivre son idée puisque Nahia les rejoignit, les saluant avec un mixe de 'bonjour' et 'bonsoir' qui fit sourire le nain. Il était déroutant (un mot qui revenait décidément trop souvent) de voir des visages familiers dans des tenues si différentes de l'ordinaire.

"Moi non plus je ne sais pas comment j'ai atterri ici." Rassura-t-il Nahia lorsque cette dernière demanda si elle était la seule à ignorer pourquoi elle était là.

L'ancien redcap se gratta légèrement la joue d'un air gêné. Il n'osait avouer devant deux charmantes dames que ce n'était pas la première fois qu'il se réveillait dans un endroit sans comprendre se qu'il y faisait. Heureusement, la seconde interrogation de Nahia lui évita de passer par ces explications gênantes.

"C'est David, qui se marie apparemment." Répondit-il en indiquant d'un geste vague le début de l'allée. Soulagé de pouvoir enfin répondre à une question, il réalisa bien vite que même cette information simple contenait des incohérences. "Ce qui est curieux car, techniquement, il est déjà marié." Continua-t-il avec un manque d'assurance. Il fronça les sourcils avant de lancer un : "Enfin, je crois."

Ces derniers mots témoignaient d'à quel point il était largué mais ce n'était pas une impression nouvelle pour l'ancien redcap. En réalité, depuis le mariage Nerys, cette sensation semblait vouloir diriger sa vie. David avait-il divorcé sans qu'aucun article du Daily Mirror n'en parle ? Sans que Lizzie ou Becky ne lui répète en boucle la nouvelle pendant une semaine ? Peu probable. Et voilà qu'il se retrouvait à un autre mariage s'annonçant tout aussi particulier. Coïncidence ? Allez savoir !

Du coin de l’œil, il vit que la Lilwenn version princesse et le type barbu s'écartèrent. Inconsciemment, le nain se détendit. Maintenant qu'il savait que certaines personnes étaient belle et bien là, il espérait que ce ne soit pas le cas de la demoiselle croisé à l’hôpital. Si Lilwenn avait entendu sa remarque, Walgrim n'avait plus qu'à creuser un trou pour cacher sa honte !

Pour chasser cette pensée embarassante, il essaya de se lancer dans un résumé de la situation : la seule chose certaine pour lui était que les gens se retrouvant en mode fantôme comme semblaient correspondre à deux catégories : ceux cherchant se qui se passait et les maboules. Walgrim estimait n'appartenir à aucune de ces deux options. En tout cas, il espérait ne pas entrer dans la deuxième. Dans le doute, autant se rapprocher des personnes ayant un cerveau qui fonctionnait encore. C'est à dire, se tenir très loin des deux hystériques aux couleurs si criardes que le nain imaginait sans peine devenir aveugle s'il les fixait trop longtemps. Le fait que l'une de ses demoiselles balançait des coups d'ombrelle à l'aveugle confirmait cette conviction de garder une distance de sécurité.

"On devrait peut-être s'écarter avant de se prendre un coup d'ombrelle." Conseilla-t-il à Nahia et Ivy.

L'avantage d'être petit est qu'il avait peu de chance de subir ce genre d'attaque surprise. Du moins, le croyait-il.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Lun 21 Juil - 14:31
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





C'était comme un oisillon qui tente son premier vol. Lilwenn se fichait se savoir ce qui se passait autour d'elle, elle pouvait marcher, courir, bouger ses mains, un rêve devenu réalité. Une part d'elle voulait croire qu'elle était guérie, que la maladie se trouvait bien derrière elle, oui, elle ne sortirait pas de sa bulle protectrice et ne s'autoriserait pas à croire qu'elle subissait une nouvelle hallucination, le monde s'ouvrait, parsemé de lumière et elle allait en profiter. Se croyant seul parmi les apparitions, elle fut bien surprise de percuter Mr Peters, son proviseur, il s'était toujours montré prévenant à son égard, lui rendant souvent visite à l'hôpital. Il existait un lien entre eux, qu'elle n'avait jamais réussi à comprendre, plus jeune elle s'était même m'y a pensé qu'il était son véritable père, avant de réaliser l'écart d'âge, il y avait tout de même plus de chances d'être son grand-père. Sans réellement s'excuser de lui avoir foncé dedans, elle s'exclama d'un air gêné qu'elle pouvait marcher.

_Je vois cela Miss Chimay je vois cela, mais peut-être pourriez-vous trouver un meilleur usage à vos jambes guéries que celui de rentrer dans les gens ?

Haussant les épaules, ce n'était pas réellement de sa faute, l'envie de lui parler des apparitions lui traversa l'esprit, mais elle était persuadée d'être la seule à pouvoir les voir et elle n'aimait pas qu'on la voie comme une folle. Se débarrassant de la couverture, qui n'en était pas réellement une, de ses épaules. Celle-ci tomba sur une personne et une voix qu'elle semblait reconnaître parvint à ses oreilles, osait-il parler d'elle ? Se retournant, elle distingua l'hobbit, puis tout près d'elle, Poids-plume qui posait ce qu'elle avait jeté sur un banc. C'étaient-ils tous donner le mot ? Voilà qu'ils gâchaient ces retrouvailles avec ses jambes.

C’est ta vengeance pour Samson qui a mangé quelques uns de tes cheveux ?

Le fusillant du regard, elle n'allait pas perdre sa bonne humeur à cause de Scott, elle ne lui en donnera pas ce plaisir. Observant sa tenue, elle se demanda ce que faisait un fermier habillé en prince, ces hallucinations avaient totalement déraillé. Pour le coup, elle commença à se demander ce qui se passait et si tout Storybrooke avait attrapé sa maladie. C'était tellement débile, elle commençait à penser comme les folles de son école qui croyaient au dragon. En voyant que Scott invitait une personne à les rejoindre, elle y jeta un oeil et recula d'un pas pour quasiment se coller à John. Non, mais voilà qu'il invitait Diane, soeur de Cloé, mais il se prenait pour qui ? Et c'était quoi cette tenue transparente ?

- Sérieusement ! Retournant la tête vers John. Au lieu de l'inviter là, il aurait pu aller la rejoindre, cela s'appelle être un gentleman et non un buffle.

Elle avait dit cela d'une voix assez forte, pour que Scott puisse l'entendre. C'était hors de question qu'elle parle à cette fille et surtout, elle bougea pour récupérer sa couverture bizarre sur le banc. Elle voyait déjà la scène, Scott proposant SA couverture pour pas que sa pimbêche attrape froid avec sa tenue qui dévoile tout. Non-merci au microbe de l'aquarium. Du total égoïsme, même si cela serait encombrant de trimbaler ce truc vu la lourdeur, elle s'en fichait, personne d'autre aura le droit de se couvrir avec. Retournant auprès de John, tandis que Diane rigolait à en faire briser du cristal, elle remarqua de suite que tout ce petit monde s'ignorait et un réel sourire s'affichait, une bonne façon de dire " gnagnagna, John est de mon côté. "

"bonjoir.

Oh, c'était sa belle-soeur, la femme de son frère, Lilwenn n'était toujours pas au courant qu'ils avaient divorcé, quand elle découvrira que son frère lui avait menti, il passerait un mauvais quart d'heure. Attrapant quelques secondes la main de la jeune femme pour la saluer. Elle resta totalement subjuguée par sa tenue, le blanc lui allait si bien, cela lui était déjà arrivée de voir cette tenue sur Nahia, lors de ses propres hallucinations, mais elle ne s'en laissa jamais.

Si j'avais su que j'étais invitée à un mariage j'aurais apporte un cadeau! Il n'y a que moi dans Storybrooke qui n'est au courant de rien ou vous non plus vous ne savez pas que que vous faites là ?

Le doute la parcourut, tandis qu'Hobbit qui avait apparu près d'eux avec Ivy, répondit aux questions de Nahia. Lilwenn se mit à observer le lieu avec attention, cet endroit n'appartenait pas à Storybrooke, pourtant, elle le connaissait. Serrant sa tapisserie contre elle, tout lui semblait tellement familier, mais qu'est-ce qui se passait ? Il lui semblait que tout tournait autour d'elle, n'attendant plus du tout la conversation, et si... ? Elle fut coupée dans ses pensées par la voix de John qui avait d'abord semblé très lointaine, mais au moins avait réussi à la ramener à la réalité, une preuve que ce qu'elle vivait n'était pas une de ses hallucinations.

_Venez ma chère, donnons à vos jambes l'occasion se dégourdir un peu qu'en pensez-vous ?

Attrapant son bras d'une main tremblante, elle était prête à le suivre n'importe où, s'il l'éloignait de cette sensation de perte de contrôle. Elle le suivi jusqu'à un homme qu'elle ne connaissait ni d'Ève ni d'Adam. Il lui lâcha la main et un cri strident la fit se retourner vers le groupe qu'ils avaient quitté, une des soeurs Heelsman, pas celle que sa soeur détestait, frappait les apparitions. Elle eut d'un coup peur que sa belle-soeur se ramasse l'ombrelle dans la figure vue la proximité. Lâchant sa couverture en sol, elle se mise à courir, traversant une nouvelle fois des apparitions et réussi à arriver à temps pour décaler Nahia d'un coup d'ombrelle, ce qui eut pour effet de les faire tomber au sol et de glisser un peu plus loin. Lilwenn était une jeune fille à deux visages, Innocente et diabolique à la fois. Se relevant, elle tendit la main à sa Nahia pour l'aider à se relever et vit qu'au loin, John semblait très troublé. C'était réellement épuisant de devoir s'occuper des autres, soufflant un grand coup, elle afficha un sourire et exclama :

- On sera plus à l'abri auprès de Mr Peters, il peut faire son super regard noir et terrasser les heelsman

Gardant le bras de sa belle-soeur, elle l'emmena avec elle, ayant totalement oublié Walgrim et Ivy, ce qui pouvait paraître normal pour l'Hobbit, vu qu'il avait osé parler sur son dos, mais non Ivy qu'elle adorait. Voyant le visage de son proviseur, elle fut troublée de le voir ainsi. Mais qu'est-ce qui avait bien pu se passer durant sa courte absence ?

- Mr Peters, ça va ? Par pur instinct, elle lui attrapa la main et une réelle douceur s'afficha sur son visage, elle jeta un regard à Nahia puis à John. Si j'arrive à survivre à ma maladie, on arrivera à se sortir de... Au moins, on est ensemble.

Elle se voulait rassurante, à l'image de la jeune dame qu'elle était avant que la malédiction frappe. Lâchant ses deux complices, elle attrapa sa tapisserie qui traînait toujours au sol pour enfin la regarder, un homme sur un cheval, c'était l'homme qu'elle avait tendance à dessiner sans arrêt sans ne l'avoir jamais rencontré. Puis, une autre apparition la traversa.

- Bon, suis-je folle ? Vous venez bien de voir cet homme me traverser ?


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Lun 21 Juil - 14:33
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Dormant paisiblement dans son lit vert de satin, la belle Isabella était désormais plongée dans ses douces rêveries de nourriture et bercée par ses mélodieux ronflements. Cette journée à vrai dire, avait été très éprouvante pour la jeune femme et sa sœur qui avaient décidé de lancer une manifestation grandiose devant la mairie -pendant le jour de congé de Régina-, afin de protester le fait de ne pas pouvoir protester dans l'association des protestataires de Storybrooke, qui avaient protesté leur inscription. Ce qui était complètement débile au fond, car si elles protestaient le monde protesterait avec eux, tellement elles étaient célèbres et aimées de tous ! Quoiqu'il en était, ils avaient osé leur dire non. Et on ne disait pas non à une Heelsman. Jamais, surtout si on voulait vivre tranquillement. Elles avaient donc pendant plusieurs jours préparer leur vengeance, leur coup de maître et étaient arrivée anonymement devant la mairie, protestant dans la plus grande des anonymité. En fin de compte, cette manifestation contre Mouna Travys avait été un véritable succès et les sœurs étaient désormais vues comme de véritables déesses, héroines de la ville et espoirs de tous !

Non vraiment, Isabella endormie était superbe. Des cheveux soigneusement coiffés, une position gracieuse qui ne prenait que très peu de place ressemblant étrangement à l'étoile de mer, enroulée dans ses draps tel un magnifique saucisson... il n'y avait pas à dire, elle était la représentation réelle de la belle aux bois dormants. Comme dis plus haut donc, la belle revait de nourriture. Un gigantesque buffet, rien que pour elle, rempli de toute sorte de nourritures. Des gateaux, de la charcuterie, des pièces montées, des homards et des montagnes de glaces... Il y avait aussi du vin, beaucoup de vin ; et la noble gourmande qu'elle était se précipita vers la nourriture s'empifrer gracieusement de tout ce qu'elle arrivait à attraper. Mais tandis qu'elle vivait dans un véritable paradis, tout d'un coup la table se mit à trembler, et se renversa pour déverser tout son contenu sur Isa qui hurla et tomba dans le vide. Après avoir fait un magnifique saut de l'ange suivit d'un plat, elle se retrouva dans la pénombre complète et une voix la fit sursauter. Une voix menacante, dont elel n'arrivait pas à voir la provenance, qui la menacait avec des mots tellement compliqués qu'elle n'y comprenait absolument rien ! Mais ca faisait peur ! Elle donna des coups de poings dans le vide, et hurlait pour se réveiller quand tout à coup, un flash l'aveugla et la fit tomber une nouvelle fois au sol. Quand elle ouvrit les yeux, elle réalisa qu'elle n'était plus dans le noir, mais dans un étrange décor.

C'était un château !! Un magnifique château, immense et haut, rempli de décorations riches et brillantes. Les reflets colorés des vitraux surplombaient le sol, donnant de nouveaux pigments aux milliers de fleurs entreposées de partout. Les gens autour d'elles étaient déguisés comme si ils sortaient droit d'une histoire de contes de fées ! Quel rêve étrange ! En même temps, il était normal qu'une femme aussi importante qu'elle soit invitée dans de si grandes réceptions ! La duchesse commenca à avancer fièrement parmi la foule, quand elle se prit les pieds dans quelque chose et manqua de tomber. Etonnée, elle baissa la tête et se rendit compte avec émerveillement qu'elle aussi était habillée en princesse ! Une splendide robe verte aux multiples épaisseurs et au décolleté très généreux, et plein de bijoux partout. Elle tenait également à sa main une jolie petite ombrelle, qui avant la malédiction lui servait noblement d'épée. La Heelsman possédait vraiment une beauté sans pareil dans cette robe, et détronait haut la main n'importe qui dans cette salle ! Elle continua d'avancer au milieu des gens quand tout à coup elle repéra perdu dans la masse un pur beau gosse habillé richement. Elle redressa sa poitrine et se rendit devant lui avec grâce pour aller lui parler.

« Bonjour noble chevalier ! Je vous ai vu perdu tout seul au milieu de cette assemblée de plouc, à la recherche de personnes dignes de votre rang. Ne cherchez plus ! Sachez que comme vous, j'aime la richesse et les bijoux et que j'accepte volontiers de vous accorder cette danse ! » elle se mit à rougir et parla d'une voix mieilleuse. « Oh, pardon ! Je m'apelle Isabella Heelsman, voulez-vous que nous montions à l'étage queluqes instants tous les deux, pour parler de... littérature ? » La demoiselle papillonna des paupières. Ce prince était vraiment fait pour elle ! Il n'avait rien à voir avec ces pauvres gens qui n'avaient rien à faire içi ! Il était son âme sœur, c'est sur ! Et puis de toute façon, Monsieur Sebastian se remettrait vite d'un chagrin d'amour, même si c'était difficile d'oublier une femme si belle qu'elle ! Elle voulu attraper le bras de son prince pour l'embrasser mais finalement, elle bascula dans le vide. Surprise, elle se mit à vouloir pousser tous les gens, mais chaque fois, elle les traversait. Pff, elle n'y comprenait rien ! Autant aller se consoler au buffet. Mais une fois qu'elle arriva devant tous les gateaux et les sucreries et qu'elle voulu les attraper, ceux-ci lui passèrent encore à travers les doigts. Affolée, elle s'acharnait sur la pauvre table en vin.

« AAAAAAAAAAAAAAH NON ! JE VEUX MANGEEEER ! POURQUOI CA MARCHE PAAS !! » commenca-t-elle à dramatiser, espérant que quelqu'un l'entende.

« ISAAAAAA MA CHÉRIE TU ES LA TOI AUSSI ???! » fit une voix au loin. Sans perdre une seconde, Isabella se retourna et vit sa sœur débouler de la foule et la secouer. Elle était réelle ! « SANTAAAAAAAA MA VIDAAA !!! JE CROYAIS ÊTRE TOUTE SEULE ! » s'exclama-t-elle en sautillant sur elle-même.

Elle détailla sa jumelle du regard et constata avec horeur que celle-ci portait exactement la même robe qu'elle, mais en violet. Pff, quel manque d'originalité ! Le vert était bien plus beau !
« Tu as vu, on est au mariage de Rachid !!! Je ne comprends pas ce qui se passe par contre je suis magnifique ! » Le mariage de Rachid ?! Mais oui elle avait raison ! On pouvait l'appercevoir au loin sur l'autel ! Drovid Norman était habillé en prince charmant, attendant que sa bien aimée arrive. « Et bah ! Il perd pas de temps celui là ! » répondit-elle mesquinement. « Après Karetine et Margie Marguerite Banchlard, encore une autre ! » Ce Rachid était vraiment un bourreau des cœurs. Vraiment pas pour elle.

« REGARDE CA FAIT RIEN SI ON LES FRAPPES ! » s'exclama sa sœur en attaquant les gens à coup d'ombrelle. Alors elle en avait une elle aussi ! Vraiment sans originalité... Isa adorait être un modèle pour tout le monde mais déjà que sa sœur avait la même tête qu'elle, il ne fallait pas qu'elle lui copie les vêtements ! Cependant elle décida de ne pas s'attarder sur ce détail, mais plutôt de s'amuser sur cette constatation, tout en donnant elle aussi des coups d'ombrelles aux gens autour d'elle. Sauf que sa crétine de sœur frappa une réelle personne ! Elle éclata de rire puis attrapa sa sœur par le bras pour fuir en toute vitesse de là et une fois de retour au milieu des gens, s'arrêta. « Même le buffet est transparant ! LE BUFFET ! On ne peut rien manger c'est horriiiiible ! » dit-elle avec désespoir. « Je sais pas ce qu'on fait là, mais en tout cas, on a des armes ! » ajouta-t-elle fièrement en déployant son ombrelle. Seulement, elle l'ouvrit en plein sur quelqu'un et abima au passage son joli parapluie. QUI AVAIT EU L'AUDACE DE SE TROUVER LA AU MEME MOMENT ?! Relevant son objet de prédilection, elle remarqua que c'était quelqu'un de très petit. « Qui a invité un enfant de plouc à un bal aussi classe ?! C'est pas un lieu pour les sous classés ici ! » s'indigna-t-elle auprès de sa sœur. C'était vraiment n'importe quoi ! Les réceptions et les bals, c'était pour les adultes, c'est tout ! Mais en détaillant un peu plus celui qui se trouvait devant elles, l'ex duchesse fronça les sourcils. « … Waligrim Redpatte, c'est toi ?! » la petite taille du nain avait trompé Isa qui l'avait confondu avec un enfant ! Sans plus de cérémonie, elle replia son ombrelle et se retourna de nouveau vers sa sœur. « Pourquoi Rachid Norman voudrait se marier ? » demanda-t-elle en chuchotant. « En plus, il a invité plein de gens bizarres ! Regarde là bas, c'est pas Sparadra Forx habillée en indienne ? »


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Lun 21 Juil - 20:08
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Ce soir là, Alexander Stevenson était rentré plus tôt que d'habitude de son travail. Le musée fermait ses portes le lendemain à cause de quelques travaux d’aménagement. Ce jour de repos inespéré n'enchantait pas réellement le jeune guide qui faisait tout son possible pour éviter la péniche et surtout l'une de ses habitantes depuis plusieurs jours maintenant. Tandis qu'il se dirigeait à l'intérieur du bateau jusqu'à se "chambre", il tentait déjà de planifier sa journée du lendemain histoire de ne pas à avoir à tourner un rond comme un con dans Storybrooke. Peut-être irait-il récupérer deux trois trucs à la casse, histoire de bidouiller ses nouvelles inventions, à moins qu'il n'aille en repérage dans la forêt avec Norman,avec un peu de chance ils tomberaient sur le fameux dragon.

Ce fut donc la tête pleine de projets en tout genre qu'il s'endormit. Une nuit sans rêve débuta, seules des souvenirs et l'image d'Owen dévoré par le dragon animait parfois son esprit embrumé. Pourtant, lorsque son inconscient sombra dans un sommeil profond, une voix sortie de nulle part l'interpella avant qu'un flash de lumière ne l'aveugle et ne l'emporte loin de son drôle d'interlocuteur.

Le réveil fut brutal. Alexander cligna des yeux à maintes reprises avant de s'habituer à la lumière et aux couleurs vives qui l'entouraient.

- Ok...c'est quoi ce bordel... Marmonna-t'il pour lui-même tout en prenant peu à peu conscience de l'endroit où il se retrouvait.

Un château...Enfin en apparence, parce qu'un véritable château médiéval ne mélangeait pas Moyen-Âge, Renaissance et sculptures de type "elfiques" comme dans les mauvais films du genre qui affirmaient reconstituer une époque révolue. C'était d'un anachronisme navrant qui énervait à chaque fois le chasseur de trésor !  Dans ce cas précis, l'architecture semblait avoir été pensée et imaginée ainsi sans chercher à reconstituer quoique ce soit...C'était certain, Alex' rêvait surement d'un plateau de cinéma, il n'y avait pas d'autre explications logiques.

Ce qu'il ne comprenait pas, c'était pourquoi ? Pourquoi rêvait-il de ça ? Il ne s'était même pas endormi devant la télé. L'homme haussa les épaules avant de soupirer de lassitude en se disant, pourquoi pas ! Il décida de s'avancer de quelques pas dans la salle bondée où régnait un énorme brouhaha. Ses yeux se posèrent alors sur ses...bottes en cuir, sur son long manteau légèrement brodé qui aurait pu être sympa s'il n'était pas à moitié déchiré sur certaines parties, ainsi que sur le fourreau à sa ceinture qui contenait apparemment un sabre en acier épais, bref, rien de bien raffiné. Mouais, ces vêtements n'étaient pas si mal comparé à ceux dont été vêtus certains autour de lui. Il ressemblait à une sorte de pirate, en moins stéréotypé. Ce qui restait assez incroyable en revanche, c'était tous ces petits détails, de la coiffure à rallonge d'une bonne femme devant lui en passant par les divers tissus des robes à la moustache recourbée d'un autre homme...Jamais, à sa connaissance, il n'avait fait un rêve aussi détaillé.

Après toutes ces secondes de constatation dans son coin, le jeune homme décida bon grès, mal grès de se mêler à la foule, histoire d'avancer un peu dans ce rêve qui semblait bien niais. Les gens discutaient entre eux et alors qu'un homme fonça droit sur lui, Alex' n'eut pas le temps de se pousser, se préparant mentalement au choc, il fut stupéfait de voir le personnage passer au travers de son corps homme l'aurait fait n'importe quel fantôme. Hum...flippant! Pensa-t'il alors.

Plongé dans un état de perplexité intense, l'ancien pirate ne vit pas arriver, une fois de plus, l'énorme ombrelle violette qui s'abattit sur son crâne.

- Aïe ! NON MAIS CA VA PAS LA TÊTE ! ESPÈCE DE TAREE ! Gueula-t'il aprés son agresseur, dont il n'avait pas pu voir le visage, et qui filait déjà au loin, percuté par quelqu'un d'autre. Alex' laissa échapper une grimace tout en se massant la tête. La douleur était des plus réelle, ce qui commença à le faire douter quand à l'endroit où il se trouvait. Pouvait-on ressentir une douleur aussi vive dans un simple rêve ?

Le jeune homme fit le point sur l'assemblée de fantômes ambulants et remarqua enfin que certains se détachaient des autres. En effet, quelques personnes discutaient entre elles et semblaient tout aussi perdues que lui. Alex comprit même que ces personnes ne lui étaient pas inconnues. Il reconnut, entre autres, Spencer Rigan, une de ses collègues du Musée dans une grande robe richement ornée...Et puis bien sûr, au fond de la salle, son regard se posa sur Vanellopée.

Merde alors, si c'était un rêve, SON rêve pourquoi fallait-il qu'elle y soit ? Il se donnait assez de mal pour l'éviter la journée, pas besoin d'avoir aussi à le faire la nuit, dans ses pensées. Ce constat dégrada rapidement son humeur et le marin excédé décida de s'asseoir par terre, les bras croisés, en attendant que son esprit passe à autre chose et décide de l'emmener loin de cet endroit merdique et totalement abracadabrantesque. Loin de Vany, loin des fantômes et loin des chieuses armées d'une ombrelle.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Scott Millers
Admin ೨ Roi Arthur

⚔ Curse :
367
⚔ Coeur :
Bat pour la jolie demoiselle de l'aquarium
⚔ Personnage de Conte :
Le roi Arthur


MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Lun 21 Juil - 22:21
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Des rêves étranges, Scott en avait fait plus d’une fois. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on rêvait d’un cheval avec la tête d’une chèvre ! Mais un rêve comme celui qu’il était entrain de faire… C’était encore autre chose. Déjà, jamais il ne s’était retrouvé aussi ridiculement habillé. On dirait dit les vêtements d’un roi de l’époque de Louis XIV, voir même encore avant. Sauf que fort heureusement pour lui, il ne portait pas de couronne sur sa tête. Là, ça aurait été la honte ! En regardant autour de lui, le jeune homme put tout de même constater que pour un rêve, il y avait pas mal de détail. Trop de détail même ! Est-ce que dans un rêve on voyait à ce point les différentes sculptures autour des piliers ? Sérieusement ? Il jurerait que non. Et pourtant, la scène qui se déroulait juste devant ses yeux était détaillés à outrance. Alors cela voulait dire qu’il ne rêvait pas ? Là encore, il ne mettrait pas sa main à couper. Il y avait trop de trucs pas clairs.

Souhaitant en savoir plus, Scott eut affaire à des gens immatériels, ce qui souleva encore d’autres questions. Mais il put voir autour de lui que d’autres semblaient essayer de communiquer avec des gens de l’assemblée. Ces gens-là, Scott pouvait-il les toucher, leur parler ? Il n’en savait rien. Cependant, une chose était sure, la tapisserie qu’il se prit en pleine tête n’était pas immatérielle, elle ! Celle-ci était incroyablement lourde si bien qu’il dût la poser sur un banc à côté de lui. Il remarqua en premier lieu Lilwenn à qui il osa parler en lui demandant s’il s’agissait là d’une vengeance. Le jeune homme aurait dû se douter qu’il n’aurait pas été accueilli à bras ouvert par la jeune rouquine. Leur rencontre ne s’était pas spécialement bien passée et elle avait montré un assez mauvais caractère. Mais ce n’était pas de sa faute si là, en ce moment même, elle lui avait balancé un truc dans la figure !

Il fit comme s’il n’avait pas vu le regard noir de Lilwenn. Si elle se mettait à détester chaque personne qui venait lui parler, elle finirait réellement toute seule. Cependant, Scott ignorait pourquoi, mais il n’arrivait pas à détester la jeune fille, qui pourtant ne faisait pas grand-chose pour être appréciée de lui. Il remarqua ensuite qu’elle se trouvait en compagnie d’un homme assez âgé possédant une longue barbe. Le jeune homme l’observa pendant quelques instants, ressentant une étrange envie de lui demander s’il savait battre les œufs en neige. C’était complètement ridicule ! Ouvrant la bouche pour le saluer et se présenter parce que ça ne se faisait pas d’ignorer les gens, Scott ne put malheureusement rien dire car son regard se posa sur Diane qui venait de faire son apparition dans son champ visuel. Presque aussitôt, il lui fit signe de venir, espérant ne pas avoir affaire à un des nombreux fantômes qui peuplaient la pièce, sinon, il aurait de quoi se sentir extrêmement bête !

Il semblerait que Diane l’ait vu puisqu’elle se dirigea vers lui. Dire que Scott était complètement hypnotisé par la façon dont la jeune femme se déplaçait était un bien faible mot. Et puis, il y avait cette robe aussi. Magnifique ! Il en était presque à se dire qu’elle était une apparition angélique jusqu’à ce qu’elle arrive à sa hauteur et lui saisisse la main. Là, il eut la preuve vivante qu’elle était bien réelle ! Quoi qu’il aurait peut-être fallu qu’il se pince pour en être sur à cent pour cent, mais il n’avait pas envie d’apparaître comme une nouille face à elle. Cela faisait si peu de temps qu’ils étaient ensemble qu’il n’avait pas envie qu’elle le prenne pour un idiot fini ! L’apparition de Diane à ses côtés lui fit complètement oublier qu’il voulait se présenter auprès de l’homme qui se tenait auprès de Lilwenn. Peut-être son grand-père ? Si c’était le cas, il aurait tout le loisir de dire aux parents de la jeune fille que son prof d’équitation n’était qu’un mal poli né !

- Je ne m’attendais pas à te voir aussi vite non plus, répondit-il tandis qu’elle lui annonçait lui avoir envoyé un sms.

Machinalement, il se mit à vouloir mettre les mains dans les poches mais il ne trouva aucune ouverture. Baissant les yeux vers ses mains, il se rendit compte que malheureusement, il n’avait pas de poche à son pantalon. C’était le désavantage des déguisements ! Scott lui adressa un sourire timide lorsque Diane lui affirma qu’il était splendide. Lui se sentait surtout extrêmement ridicule, mais fort heureusement, il n’était pas tout seul à être habillé comme s’il allait au carnaval ! Quand elle lui demanda s’il savait ce qu’il se passait, il s’apprêtait à lui répondre quand soudain, son regard se posa sur Spencer. Automatiquement, Scott fronça les sourcils. Qu’est-ce que sa demi-sœur faisait là ? De plus en plus, il commençait à croire que ce n’était pas un rêve. Ce n’était pas du tout son genre de rêver de Spencer, surtout quand on savait que les deux ne pouvaient pas se supporter. Depuis qu’ils étaient gamins, ils ne pouvaient pas se souffrir. Et cela n’avait aucune explication…

- Je sais pas du tout… un mariage, peut-être… répondit-il distraitement. Je débarque un peu… oh et tu es très belle, toi aussi !

On ne pouvait pas dire que Scott était très doué non plus avec les compliments. Il avait tout une éducation à refaire. A peine eut-il prononcé ces mots qu’une femme se mit à crier qu’elle était en vie. Le jeune homme fixa la dite femme avec des yeux ronds pendant quelques secondes. Pourquoi avait-elle pensé qu’elle était morte ? Scott avait-il pensé qu’il était mort en se rendant compte qu’il ne pouvait toucher personne ? Pas vraiment, parce qu’il n’avait pas le souvenir d’avoir vécu quelque chose qui provoquerait sa mort. A moins qu’il ne se soit endormi définitivement en dormant, mais là, c’était autre chose. Enfin, la plupart des gens qui se trouvaient autour de lui était des habitants de Storybrooke et se serait curieux qu’un grand nombre d’habitants soit mort en même temps ! Ce serait inexplicable, à moins qu’on les ait enfermés dans une chambre à gaz. Ce qui était impossible aussi étant donné que cette époque était révolu depuis des années maintenant !

Une femme inconnue aux yeux de Scott arriva à la hauteur du petit groupe qu’il formait avec Lilwenn, l’homme âge, Diane et un autre couple composé du petit homme qu’il avait vu un peu plus tôt et une femme à la chevelure rousse également. Scott n’avait même pas fait attention à eux jusqu’à présent. Décidemment, il manquait vraiment à tous ses devoirs. Lui-même en avait honte ! La femme qui s’ajouta au groupe les salua et Scott lui adressa un sourire et la salua également d’un : « Bonjour » non pas timide comme il avait l’habitude de le faire, mais plutôt avec entrain.

La jeune femme ne savait pas du tout ce qu’elle faisait là. Et elle ne semblait pas être la seule étant donné que le petit homme la rassura en lui affirmant qu’il ne savait pas non plus ce qu’il faisait là. Décidemment, tout ceci était de plus en plus bizarre. A croire que personne ne savait pourquoi il était là, ni comment il avait atterri à ce mariage. Pourtant, à force de farfouiller dans sa mémoire, Scott ne se souvenait pas avoir entendu qu’un futur mariage se préparait. Il savait pour le mariage de Louna Nerys parce qu’il avait lu la nouvelle, un matin, mais pour celui de David Nolan… C’était passé sous silence. Pourtant, s’il n’avait pas été mis au courant, difficile pour lui d’être présent, non ? Il y avait quelque chose qui ne tournait décidemment pas rond dans toute cette histoire…

- Perso, la seule chose dont je me souviens, c’est d’être allé me coucher, et vous ?

Si les autres lui répondaient qu’eux aussi, là, ça sonnerait trop bizarre. S’il fallait, ils avaient tous été drogué ! Peut-être qu’une drogue avait été dilué dans l’eau de la ville. Oh mais alors les chevaux ?! Un élan de panique envahit Scott. Et si ses chevaux avaient eu quelque chose ? Mon dieu, mais qu’est-ce qu’il dirait aux propriétaires par la suite ?! « Désolé, on a empoisonné l’eau, ils en ont bu puisqu’on est relié… » Il devrait des dommages et intérêts colossales et il serait sur la paille, bon à dormir sous un pont ! Il essayait de calmer cet élan de panique pendant que la jeune femme demandait qui se mariait. Ce fut le petit homme qui répondit à cette question et confirma aussi ce que Scott pensait à propos de David Nolan : il était déjà marié. Avait-il divorcé entre temps ? Si c’était le cas, le divorce avait été prononcé très rapidement ! Machinalement, Scott hocha la tête pour confirmer les dire du petit homme dont il ignorait aussi le prénom. Décidemment, vivre dans un centre équestre n’aidait pas dans les relations sociales !

Du coin de l’œil, Scott vit Lilwenn et son potentiel grand-père (dans la tête de Scott) s’éloigner. Puis brusquement, des hurlements entre deux femmes, deux jumelles apparemment, se firent entendre. Ce qu’on aurait pu croire à une dispute au premier abord s’avéra être en fait de simples exclamations de… quelque chose. On ne pouvait pas dire de joie, ni de colère car leurs paroles étaient assez diverses et variés jusqu’à ce qu’elles se décident à mettre des coups d’ombrelle dans toutes les personnes non matérielles du coin. Enfin, c’était surtout des coups de chance car à coup sur, elles finiraient par mettre un coup à quelqu’un. Quand il les vit venir dans leur direction, Scott fit quelque pas en arrière, allant même jusqu’à traverser une personne. Il faillit s’excuser, mais il se rendit compte que c’était complètement inutile. Lilwenn revint vers eux pour prendre la dernière arrivée dans leur groupe pour la faire partir avec elle. Scott la regarda faire un peu surpris quand brusquement, le petit homme se prit un coup d’ombrelle.

La femme qui venait de frapper le petit homme ne s’excusa même pas pour ce qu’elle venait de faire. Par contre elle l’appela par un nom à coucher dehors. Ce n’était probablement pas ainsi qu’il s’appelait, mais bon… La femme à la tenue verte reporta son attention sur sa sœur qui avait la même tenue qu’elle, mais en violet. De biens étranges femmes. Aussitôt, Scott demanda au petit homme :

- Vous n’avez rien ? Ca va aller ?

Habitué à ce genre de coup avec les chevaux quand ça leur prenait, Scott s’était déjà pris un coup de sabot dans la tête, une fois, alors que le cheval refusait qu’on lui cure les pieds. Du coup, il savait à peu près ce qu’il fallait faire pour éviter une quelconque blessure interne ou quoi.

- Au fait, je suis Scott, et voici Diane, fit-il à l’adresse du petit homme restant et de la jeune femme rousse.



_________________________

Scott Millers
You held out your hand, and I took it without stopping to make sense of what I was doing. For the first time in almost a century, I felt hope.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mar 22 Juil - 0:54
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





Ivy craignait de n'être entendue ni vue d'aucune des personnes se trouvant dans la grande salle, aussi ressentit-elle un véritable soulagement lorsque sa main ne traversa pas l'épaule de Walgrim mais la serra solidement. A l'évidence, le petit homme partageait sa surprise et son soulagement, ce qui fit sourire la jeune femme. Elle nota distraitement qu'il venait de la tutoyer. Sans cérémonie, Ivy adopta le même parlé et écouta avec attention Walgrim, espérant qu'il aurait une petite idée de la raison de leur présence dans un lieu aussi étrange. Ses paroles firent lentement hocher la tête à la jeune femme. Certes, il était très étrange qu'ils puissent communiquer aussi facilement alors que ce qui les entourait s'apparentait plus à un rêve. Jusqu'à il y a quelques secondes, Ivy était persuadée d'être plongée dans des songes incroyables dont on garde un souvenir vague mais féérique au réveil. Mais il était évident que la présente situation était bien trop réaliste pour n'être qu'un simple rêve. Si cela avait été le cas, elle ne serait pas en train d'avoir une conversation aussi claire avec Walgrim, et elle ne verrait pas les gens autour d'elle et le décor aussi distinctement.

« Au moins, nous sommes ensemble ! C'est quand même moins effrayant que de se retrouver seuls face à une armée de fantômes en tenues médiévales ! » Déclara-t-elle énergiquement.

Soudain, le petit homme évoqua la tenue emplumée qu'Ivy portait. Ravie qu'il la remarque - comment l'ignorer en même temps ? - elle se redressa, arborant un grand sourire, en attendant qu'il trouve un qualificatif approprié pour la décrire. La jeune femme adorait cette sorte de combinaison-pantalon qui rassemblait son accessoire favoris, des plumes, et une multitude de belles couleurs. Aussitôt, elle se jura de tenter de coudre des vêtements semblables une fois qu'ils seraient sortis de cet endroit. Enfin, Walgrim finit par la qualifier d'originale. Loin d'y voir une manière polie de démontrer l'étrangeté de cette accoutrement, Ivy fut extrêmement touchée : l'originalité était la qualité qu'elle revendiquait le plus. « Merci, tu es trop gentil ! » Le petit homme sembla soudain regretter de ne pas avoir une tenue assez élégante étant donnée l'occasion mais, au moment où Ivy allait le rassurer sur cela, qu'une jeune femme passa non loin d'eux, vêtue d'une tenue indienne. La dentiste retint un éclat de rire à la remarque de Walgrim.

La jeune femme se mit à regarder avec un peu plus d'attention les personnes qu'elle reconnaissait comme habitants de Storybrooke. Si l'étonnement s'affichait sur tous les visages, les vêtements de chacun étaient disparates. Comment se faisait-il que certains soient vêtus de vêtements médiévaux et que d'autres, elle y compris, aient des habits bien plus farfelus ? Elle arqua les sourcils en apercevant une jeune femme qui était dans une tenue bien légère. Ivy en appréciant d'autant plus sa tenue : elle était couverte au moins ! L'ancienne fée tourna la tête vers Walgrim qui avait repris la parole mais fut interrompu par l'arrivée d'une jeune femme portant une cape blanche. Ivy la salua chaleureusement, heureuse d'avoir la confirmation que d'autres personnes les entendaient. A leur petit groupe se joignit un homme et une femme qui étaient inconnus de la dentiste, ce qui ne l'empêcha pas de les gratifier d'un sourire.

« Non tu as raison, Walgrim. Je suis persuadée que David est déjà marié... » Dit la jeune femme qui trouvait la situation de plus en plus étrange. Pourquoi un homme déjà marié déciderait-il d'avoir une autre cérémonie sur le thème médiéval ?

Le jeune homme qui venait de rejoindre leur groupe avec une demoiselle, annonça que son dernier souvenir remontait au moment où il s'était couché. Les autres affirmèrent que c'était également leur cas. Ivy fit de même après avoir réfléchit à une chose qui aurait pu lui paraître étrange lorsqu'elle avait regagné son lit, en vain. Ivy vit alors Lilwenn, escortée par un vieil homme, s'éloigner d'eux. Elle ne lui en voulut pas : sans doute préférait-elle profiter de ses jambes retrouvées et laisser aux autres le soucis de comprendre ce qu'ils faisaient là.

Soudain, des cris aigus retentirent dans la salle. L'ancienne fée sursauta dans un froissement de plumes et se tourna vers l'origine de ces éclats de voix. Elle aperçut alors deux grosses meringues, l'une verte et l'autre violet, qui bramaient comme des cochons que l'on égorge, armées de leur ombrelle. Les sœurs Heelsman ! Difficile de ne pas les reconnaître. Ivy les connaissait très bien pour les avoir déjà vu dans son cabinet dentaire : elles poussaient à chaque fois de tels hurlements que la jeune femme devait les anesthésier pour avoir la paix... Elle eut un mouvement de recul en les voyant foncer vers eux en agitant leur ombrelle dans tous les sens, mais Walgrim ne fut pas assez rapide puisque l'arme verte à frou-frou s'abattit sur sa tête. Loin de s'excuser, Isabella vociféra d'une voix stridente avant de s'éloigner.

« Vous pourriez faire attention, enfin ! » S'exclama Ivy à l'adresse du haricot vert avant de se pencher vers le petit homme, soucieuse. « Ça va, Walgrim ? Elle ne t'a pas fait trop mal ? »

Dans l'agitation, elle n'avait pas remarqué que Lilwenn était venue cherchée son amie pour la conduire hors de portée de ces deux furies. En revanche, le jeune homme et la jeune femme richement vêtus étaient toujours là. Ce n'est que lorsque celui-ci les présenta, lui et sa compagne, qu'Ivy se rendit compte de sa maladresse : elle aurait au moins pu se présenter !

« Enchantée ! Voici Walgrim et je suis Ivy. » Elle lui adressa un sourire avant de poursuivre, ironiquement : « Et ces deux folles furieuses sont les sœurs Heelsman ! A éviter comme la peste ! » Ivy jeta un regard vers ces dernières que les cris perçants et grands mouvements d'ombrelles faisaient s'écarter en vitesse les habitants de Storybrooke.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mar 22 Juil - 1:53
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.





« Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède »

Spencer traversait cette foule, tel un fantôme. Tous les invités se dissipaient à son passage et lorsque leurs contacts se rompaient, ils se re matérialisaient. Leurs regards voguaient sur la foule et se fixaient parfois sur le futur marié. Ils semblaient heureux, ce qui était normal puisque c'était un mariage, mais l'autre groupe ne semblait pas partager cette joie. La plupart des invités chuchotaient, ils continuaient quand elle les traversait et chacun de leurs murmures concernaient la cérémonie. Certains se moquaient des tenues des autres ou enviaient ce mariage et d'autres se languissaient. Elle était la seule à garder le silence, à les observer alors qu'eux ne la sentaient même pas. Toujours en avançant, elle put observer les parures qui ornaient les murs. C'était la première fois qu'elle ignorait de quelle époque où même de quel style s'inspirait cette décoration murale. Il était de même pour les tableaux, mise à part celui qui venait d'attirer son attention. Il était dans le musée, section renaissance, alors que les autres peintures provenaient d'une autre époque. L'ancienne Morgane pouvait passer les détails de son rêve, il était étrange et compliqué à comprendre, mais les œuvres sur les murs, ça, elle ne pouvait pas les accepter. Son regard se fronçait d'incompréhension, ses rêves ne pouvaient pas blaguer avec sa passion. Elle se retourna pour reprendre ce même chemin qui l'avait amené devant ces fresques. Les invités se retrouvaient derrière elle, leurs murmures devenaient de plus en plus forts où est-ce elle qui y faisait plus attention ? Une jeune femme s'agrippa à elle, toute de blanc vêtue, cette inconnue n'était pas accordée aux tenues qui l'entouraient. À ce moment précis, elle espérait disparaître en fumée, comme un fantôme.

Malheureusement, ce ne fut point le cas. Cette inconnue la tenait encore, puis elle se mit à hurler : Je suis en vie. Elle avait osé la toucher et la faire sursauter en à peine une minute. Dès que sa main lâcha sa robe, la victime de ce hurlement eut le réflexe de reculer. Ses deux mains se relevèrent vers le toit de cette ... salle, elle aussi était heureuse, mais pas pour les mêmes raisons. En l'observant de plus près, Spencer remarqua que sa robe tombait en lambeaux et sa peau était étonnamment blanche. Sans un regard, l'étrangère lui saisissait violemment le bras et l'entraîna sur un nouveau chemin. Son corps paraissait si faible et pourtant, sa main ne lui laissait aucune chance de se dégager. Bien qu'elle refusât de la suivre, elle n'avait pas le choix, et même si elle était dans un rêve, elle ne voulait pas faire de scène. Leurs marches les menaient vers une autre femme, elle aussi n'était pas assortit aux autres invités. Contrairement à son ravisseur, sa couleur était assez bronzée pour prétendre être une Indienne. La première inconnue la questionna, elle aussi voulait savoir pourquoi était-elle habillée en Indienne à un mariage. La plus grande question de Spencer était celle-ci, pourquoi ce rêve ? Il était inutile et consternant. L'Indienne paraissait tout aussi étonnée et sa justification était tout aussi étrange. Elle n'était pas Indienne, mais elle était habillée en Indienne. Puis, elle lui sourit alors qu'elle avait un regard qui ne l'encourageait pas.

- Excusez-moi. J’ai juste l’impression qu’on me fait une blague. Je ne crois pas avoir reçu une invitation pour ce genre de réunion. Si ça avait été le cas je pense que je me serais habillée différemment. Pour être légèrement plus raccord aux autres invités.  

Spencer soupira, elle se croyait dans Inception. Un rêve compliqué, cette femme ne savait pas pourquoi elle était là, ni comment elle était arrivée à cette réception et pourtant, elle se croyait vraiment là. Personne ne semblait se demander pourquoi David allait se marier aussi vite et pourquoi elle était en brune alors qu'elle était blonde ? Ce monde n'avait aucun sens. La deuxième inconnue se mit à rire, alors que Spencer retira violemment son bras pour se libérer son étreinte. Elle n'allait pas lui répondre, non, à la place, elle préférait fixer sa première inconnue. C'était elle qui l'avait amené ici et forcer à parler, c'était donc à elle de répondre. Sa phrase lui faisait penser à une personne droguée, comme-ci qu'elle avait absorbé du GHB. Elle aurait pu se déguiser, puis arriver ici et tout oublié, un trou noir. Son ravisseur ne dit aucun mot, c'est pour cela que Spencer la poussa devant l'Indienne et lui souris à pleine dent, ce n'est pas elle qui allait lui répondre. Toutefois, ce fut l'Indienne qui répondit et non la morte-vivante.

- Vous êtes-vous aussi en train de faire la même expérience bizarre que moi ?  

Expérience ? Spencer ne comprenait toujours pas. Qu'elle était la raison pour qu'elle soit dans son rêve ? Pour qu'elle croie que son rêve soit la réalité ? Elle se mit à tourner autour de ses deux femmes et s'attarda plus sur le clan des malheureux. Les personnes commençaient à changer de place, à se regarder et à se parler. Tout se questionnait, quel était cet endroit ? Pourquoi ? Ce qui contrastait avec le discours des véritables invités. Tout comme les tenues, chacun avait un style vestimentaire particulier, la robe de Lilwenn était ocrée, elle faisait ressortir la couleur de ses cheveux. Diane semblait s'être entourée dans des draps blancs, Scott lui, était en accord avec ce thème, pour une fois qu'il était en accord avec quelque chose. Puis, John Peters, le vieux directeur venait aussi hanter ses rêves, sa tenue était originale, étrange mais originale. En observant la scène, monsieur Peters et sa jeune protégé se déplaça vers d'autres personnes. En les suivants du regard, elle aperçut Alex, se posant au sol et boudant comme un enfant. Les cries de deux pintades la perturba dans son observation. Toutes les deux étaient là, à beugler comme des taureaux doper aux stéroïdes. Spencer avait déjà entendu ses deux voix stridentes, mais elle n'avait pas fait attention. Toutefois, grâce à cette femme, elle était trop proche d'elles pour occulter leurs cries. En plus, leurs attentions étaient dirigés sur elles.

- Sans doute, vous pouvez m'expliquer pourquoi ces deux-là se trouvent dans mon rêve ? Non ... je m'en doutais.

Son doigt pointait vers les deux sœurs Heelsman. C'était la première fois qu'elle rêvait d'elles, peut-être que oui, peut-être que c'était la réalité. Jamais elle ne voudrait rêver d'elles. C'était la première fois que Spencer les regardaient normalement, sans de regard noir ou d'un visage fermé. Elle était déroutée par se rêve, alors était prête à tout, même se faire passer pour une folle ou une drogué.

- On est dans un rêve ou moi aussi, j'ai pris du GHB sans m'en rendre compte ?

Sa tête changeait de direction, comme les spectateurs qui regardaient un match de tennis. Spencer attendait une réponse et peut-être qu'une Indienne qui prétend ne pas être une Indienne et une femme habillée de rideau déchiré pourraient lui répondre. Peut-être pas ...


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   Mar 22 Juil - 9:35
✧ Intrigue n°3 ; Les origines de la malédiction.







Les gens de Storybrooke semblaient arriver au compte goute au milieu de cet étrange mariage fantôme et la jeune femme les saluait au fur et à mesure de leurs apparitions. Une angoisse serra la gorge de Nahia. Se pouvait-il qu’il y aie eu quelque chose dans l’eau de la ville qui les fasse tous halluciner ? Non non c’était impossible. Le protocole d’assainissement de l’eau était tout ce qu’il y avait de plus stricte et efficace. Puisqu’elle travaillait là bas elle en savait quelque chose. Walgrim et Ivy firent remarquer que le marié ressemblait à David Nolan. Ce qui était étrange étant donné qu’il était déjà marié. Nahia se hissa sur la pointe des pieds pour constater la même chose que ses camarades d’infortune.

-Peut-être qu’ils renouvellent leurs vœux ?

Elle avait entendu que c’était une pratique de plus en plus courante alors pourquoi pas ? Petit à petit les choses se mettaient en place. Scott leur expliqua qu’il s’était endormi avant d’arriver là et cela semblait être le cas de tout le monde. Les jumelles Heelsman, fidèles à leurs habitudes faisaient une entrée remarquée. A quelque part Nahia trouvait cela un peu rassurant même si Bonnet Blanc et Blanc Bonnet n’étaient pas vraiment ce qu’il y avait de plus discret. Elle était presque étonnée que leurs ombrelles ne soient pas ornées de slogans « protestaterres ». De son côté une jolie Indienne que Nahia connaissait sous le prénom de Savannah semblait penser qu’elle était victime d’une blague

-Je crois qu’on en est tous là ! Mais on va bien finir par trouver ce qui se passe.

Patience et longueur de temps faisaient plus que force ni que rage. Mais finalement tout cela semblait assez logique. Le subconscient de Nahia endormi et occupé à écouter un livre audio devait compiler des données en vrac pour lui faire faire ce rêve étrange avec les gens qu’elle avait l’habitude de voir. Alors qu’elle s’efforçait à mettre de l’ordre dans ses pensées, Walgrim proposa que la petite troupe s’éloigne afin d’éviter que des ombrelles ne s’écrasent sauvagement sur eux.

-Oh ne vous en faites pas ! On doit être dans mon rêve il n’y a donc aucun risque pour que quelqu’un se fasse ma…

Le reste de sa phrase mourut dans une chute digne des bêtisiers que les chaînes de télé se plaisaient à passer à tort et à travers. Bien malgré elle et entraînée par sa belle-sœur la fontainière se retrouva par terre à faire un câlin au sol.

-Ouch je n’ai rien dit ! Ca va Lil ?

Elle attrapa la main tendue de Lilween qui semblait se porter parfaitement et la suivit sans trop savoir pourquoi ni comment. Les deux jeunes femmes arrivèrent prés d’une tapisserie et d’un monsieur à la barbe blanche. Dumbledore ou Gandalf ? Plutôt Dumbledore quand on observait le regard du vénérable monsieur. Nahia salua donc M. Peters que Lil semblait bien connaitre et allait se présenter. Elle sourit à sa belle sœur lors qu’elle dit qu’au moins ils étaient ensemble. C’était vrai.

- Bon, suis-je folle ? Vous venez bien de voir cet homme me traverser ?
- Oh non tu n’es pas folle chérie !

Bien qu’heureuse d’être avec sa belle sœur, la fontainière regrettait de s’être éloignée de l’autre groupe qui avait commencer à réfléchir à la situation. A écouter les murmures et les réflexions les Storybrookiens semblaient tous complètement perdus et ignorants de leur sort. Sans parler de ceux qui devaient érer  sans savoir quoi faire.  Il convenait peut être d’essayer de réunir tout le monde. De toutes façons personne ne faisait attention à eux. L’ennui c’était que Nahia n’était pas d’une nature très…harengueuse de foules. Mais cette fois il allait falloir sortir de son cocon. Elle releva donc un peu sa jupe et grimpa lestement sur une table afin de prendre la hauteur nécessaire pour que tout le monde la voit. Elle se baissa vers sa belle soeur.

-Je t’emprunte ta tapisserie Lil.

Nahia se racla la gorge afin d’éclaircir sa voix et brandit la tapisserie tel un guide de voyage qui appelait son groupe à se réunir.

« LES NON-FANTOMES S’IL VOUS PLAIT ! PAR ICI ! »


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.   
Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE N°3 ೨ Part. I : The wedding day.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Intrigue V : "Premier départ"
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Résumé de l'intrigue
» Départ non réfléchi et vite regrété.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Intrigues-