★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Mer 14 Mai - 4:53
Lysebeth ∞ Norman

Une catastrophe ! C’était une complète catastrophe ! Tout avait si bien commencé pourtant ! La température était parfaite, la mariée splendide et le futur époux présentable. Les tables étaient pleine de mets succulents et le décor était aussi coloré et parfumé que devait l’être le jardin d’Éden. Bref, un mariage grandiose pour un couple unis par l’amour véritable ! Lysebeth avait l’impression de vivre uniquement pour avoir la chance d’assister à ce genre d’évènement. Elle devenait alors aussi nerveuse et émotive que la dame portant le voile ce jour-là, peut-être même plus. Certains diraient qu’elle vivait son conte de fée par procuration de la vie des autres. Ces gens-là n’avaient peut-être pas tort, car avec l’arrivée du dragon, son beau rêve avait éclaté aussi vite qu’une bulle de savon. Sa réputation avait essuyé un revers cuisant! D’ailleurs, il avait fallu beaucoup de maîtrise de soi à l’entremetteuse pour retenir sa tristesse à la vue de tout ce beau travail réduit en cendre et ce, sans parler de l’état de sa robe…

Puis, les semaines s’étaient écoulées dans la plus folle des cadences. Il y avait eu les interviews non pas à propos de la réussite du mariage, mais à propos de ce foutu reptile… Avec l’ouverture de son blog à elle et à Becky, leur boite de message avait explosé de question en rapport avec la bestiole à écaille… À bout de nerfs, la jolie blonde s’était alors lancée corps et âme dans son travail d’agence de rencontre. Elle utilisait son flair infaillible pour dénicher la perle rare au célibataire endurcie et à trouver un superman aux demoiselles en détresse. Bien sûr, il y avait parfois des ratés, comme avec les jumelles Heelsman dont le tempérament tapageur et écervelé ne correspondait pas aux goûts de la majorité –voir de l’entière population- des hommes. De plus, la liste des critères des dites demoiselles dépassaient les deux mètres de long alors Lysebeth avait très peu de marge pour trouver le candidat idéal.  Malgré tout, le taux de réussite de ses talents d’entremetteuse restait élevé. Cela dit, quelque chose avait changé avec le temps… Il n’y avait pas que  de la fierté lorsque la jeune femme croisait deux de ses protégés qui se tenaient par la main dans la rue ou qui s’embrassaient au restaurant. Il y avait aussi une jalousie énorme. Et puis ce soir, en voyant le nom de son ex fiancé sur la liste de ses clients en quête d’amour, elle avait craqué.

Après avoir pleuré toutes les larmes de son corps sur le fait d’être totalement seule en ce samedi soir, elle se dit que prendre l’air lui ferait beaucoup de bien. Lysebeth n’aimait pas tellement son reflet dans le miroir, elle avait l’air fatiguée et stressée, choses qu’elle rectifia immédiatement avec une bonne couche de fond de teint. Elle n’eut pas le courage de se montrer critique sur sa tenue ou ses cheveux alors elle attrapa les premiers trucs qu’elle puisse trouver avant de sortir. Un jean, un t-shirt décolleté et une veste. Ses cheveux tombaient simplement sur ses épaules. Pour une fois, la blonde avait presque l’air normale ! D’ailleurs, elle n’en était que plus jolie en vérité. Elle sortit en trompe de son appartement et se rua dehors pour prendre une grande bouffée d’air frais. Cela réussit à la calmer légèrement et la blonde en profita pour se balader un peu. Mauvaise idée. Lysebeth passa devant les vitrines des restaurants bondés de gens qui se dévoraient des yeux, elle changea de direction vers le cinéma d’où sortaient des couples entrelacés qui riaient aux éclats… Au final, elle poussa la porte du Rabbit Hole dans l’espoir de noyer son chagrin et son cœur désert au fond d’un verre.

Normalement, la jeune femme n’aimait pas boire, protestant que l’alcool rendait les gens idiots et imprudents. Hélas, elle avait terriblement besoin de s’embrumer le cerveau si elle voulait être capable de sourire et de jouer la comédie du parfait bonheur demain. Sans un regard sur ce qui l’entourait, Lysebeth alla s’asseoir au bar et commanda un double. En attendant son verre, elle pris son visage entre ses mains et soupira de nouveau. « Ça ne peut pas être pire… » murmura-t-elle. Si ses yeux n’étaient pas à sec, elle aurait sans doute encore pleuré comme une madeleine. En public, ça ne se fait pas de toute façon ! Son verre arriva et elle le vida d’un trait. Soudain, un rire moqueur, hypocrite et répugnant se fit entendre. Un rire que l’entremetteuse ne connaissait que trop ! « Je te préviens, si tu veux faire un commentaire, il faut me payer un verre d’abord ! » lança-t-elle de manière blasée à l’homme accoudé au bar. Elle s’était trompé, ça pourrait toujours être pire !

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Dim 18 Mai - 20:23
Lysebeth ∞ Norman

U

L'apparition du dragon au mariage était la chose la plus excitante arrivée dans sa vie depuis... peut-être depuis sa visite nocturne au zoo. En voyant l'énorme bête mettre le feu au charmant buffet, quelque chose avait changé en lui ou plutôt... il se découvrit quelque chose en lui qui n'avait attendu que la première visite d'une créature apocalyptique dans la tranquille ville du Maine pour se réveiller. Maintenant, il avait un but. Malheureusement, ces efforts restaient vains. C'était à vous dégoûté d'avoir un projet dans la vie ! A croire que le dragon n'avait pointé le bout de son museau écaillé que pour le narguer avant de cesser purement et simplement d'exister. Est-ce que Lizzie avait raison ? Ce reptile volant n'était qu'une blague ? Dans ce cas, Norman allait peut-être se mettre à la chasse à l'homme... histoire de donner une leçon d'humour aux petits plaisantins qui auraient monté cette supercherie.

En attendant de faire la chasse du siècle, sa vie ordinaire avait reprit son cours. Pour l'ancien chasseur, il n'y avait qu'une seule bonne façon de terminé sa journée : au Rabbit Hole. Alcool et tentative d'obtenir les faveurs d'une fille facile, çà c'était des loisirs ! Du moins, ces loisirs les plus légaux. Çà ne vaudra jamais ces traques à l'ours (où tout se qui marchait à quatre pattes) dans la forêt mais çà occupait le temps et limitait ses chances de finir la nuit au commissariat. Cette fois-ci.

Assis au bar, il avait déjà bien entamé sa soirée avec plusieurs verres de bières diverses et tâtait le terrain auprès d'une fille quelconque mais passablement ivre, ce qui augmentait ces chances. Il crut un instant que de voir Lysebeth vêtu de manière ordinaire et les cheveux relâchés était une hallucination provoquée par l'alcool.

Mais non ! La jeune femme qui venait de vider son verre d'une traite alors qu'elle avait commandé un double était belle et bien la vraie Lysebeth Rosewater. Ce tableau était si surréaliste que Norman n'avait pu empêcher d'en rire. Le sourire de Norman disparut en fixant la demoiselle ivre avec qu'il avait prévu initialement de finir la soirée, devenu tout d'un coup sans intérêt pour lui. Dans un geste qui tenait du caprice et sans aucun savoir-vivre, il conseilla à sa prise du soir de dégager pour se concentrer sur cette chère Lysebeth qui semblait au plus mal.

« Je te préviens, si tu veux faire un commentaire, il faut me payer un verre d’abord ! »

"Un seul ? C'est impossible !" Commenta-t-il en retenant de justesse de rire à nouveau. "Alors... je commencerais par le classique : Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de la vraie Lizzie ? Ou encore : Oh mon dieu, mais c'est que tu aurais presque l'air humaine comme çà ! Non, non, non, attends, je suis certain que je peux trouver mieux..." Il eut l'air pensif avant que son regard s'illumine en claquant des doigts. "Ah voilà : Et que nous vaut l'honneur de recevoir la visite de sa majesté de la mode dans les bas-fonds du peuple ?" Continua-t-il en imitant avec exagération le ton de l'aristocratie (où du moins l'image que se faisait Norman de l'aristocratie) en accompagnant son imitation d'un geste tout aussi exagéré que son accent comme s'il faisait un début de révérence à la belle.

Il eut le soupir de satisfaction du comique qui avait usé son stock de blague jusqu'à la corde bien qu'en réalité, il pouvait continuer toute la soirée ainsi. La visite de Lysebeth au bar semblait être une source inépuisable de blague. Sans doute est-ce dans cette optique qu'il tapa sur le bar en déclarant d'un air déterminé :

"Si c'est un verre payé par commentaire, il va me falloir des munitions !" Il fit un signe au barman. "Barman, la bouteille de ceci." Demanda-t-il en levant son propre verre à moitié rempli comme seul indication de l'alcool qu'il venait de commander.

Cette description approximative devait pourtant suffire puisque le serveur acquiesça. En attendant, l'ancien chasseur reporta son attention sur la demoiselle qu'il avait du escorter vers les terres sauvages dans une autre vie. Norman arborait un sourire rayonnant, comme quelqu'un qui avait reçu son cadeau de Noël en avance ou qui avait gagné à la loterie. Niveau gros lot, on pouvait difficilement faire mieux que le spectacle qu'offrait cette chère Lysebeth avec le moral dans les chaussettes.

"Oh, boude pas Lizzie, je plaisante." Continua-t-il en donnant un léger coup de coude à la demoiselle dans le but de la dérider un peu (ou de l'ennuyer d'avantage, allez savoir !). "C'est moi qui devrait faire la tête... tu me prives de ma grande scène de sauvetage en venant directement à côté de moi au bar. J'aurais tellement aimé attendre qu'un gros lourd vienne t'aborder, je serais venu en disant 'hey, ce type t'embête ?' et je lui aurais mit une bonne droite pour te sauver de cette affreuse compagnie en parfait chevalier servant que je suis."

Bien sûr il avait dit cela avec le ton ironique de rigueur, déclarer qu'il était un parfait chevalier servant était un mensonge trop gros pour être dit avec sérieux, même pour quelqu'un d'aussi culotté que lui.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Mar 20 Mai - 3:47
Lysebeth ∞ Norman

Si elle faisait le mort, il allait peut-être partir ? Même en rêve, c’était peu probable, car voyez-vous, s’il avait bien une chose que Norman Fleming adore c’est de venir la tourmenter ! Inutile de se cacher, l’homme l’avait repéré et elle se savait dans sa ligne de mire. Lysebeth fit la grimace en le voyant du coin de l’œil, mais cela passa pour un effet de l’alcool fort qui lui brûlait encore la gorge. La blonde avait commencé la soirée de façon brutale avec son double de tequila et l’arrivée du brun ne fit qu’empirer sa soif. Il parait que les contraires s'attirent et bien, il y avait effectivement pas plus à l’opposé d'elle et plus collant que le chasseur ! Elle qui était déjà au plus bas, elle venait de trouver le boulet qui l’emmènerait tout au fond... L’entremetteuse n’était vraiment, mais alors vraiment pas, d’humeur à rire. Les blagues douteuses de son harceleur en chef auraient normalement dû la faire réagir, la faire hurler ou la faire décamper. Hélas, elles tombaient simplement à plat, comme la chevelure à peine coiffée de la jeune femme. La jolie blonde posa un coude sur le bar et appuya son menton dessus en signe d’ennui. Un verre par mauvaise plaisanterie semblait alors un prix trop mince pour la longueur qu’allait durer son supplice, mais au moins, cela allait peut-être lui permettre d’y survivre !

Et le clown s’agite. Il rigole et se moque de son apparence pitoyable qui pourtant est juste ordinaire pour le commun des mortels. Lysebeth aurait bien aimé ne pas être Lysebeth. Si elle avait été plus douée dans les imitations, elle aurait peut-être essayé le coup de la sœur jumelle venue de Russie ou un truc du genre. Quoique le scénario de la belle scandinave perdue en ville aurait surement encore plus réchauffé le fier représentant des néandertaliens à ses côtés. D’ailleurs, il était en feu et les vannes pourries fusaient à une vitesse inouïe. Ce n’était que le préambule, elle le sentait ! La blague de l’aristocrate passablement ivre réussit à la faire sourciller, mais ce fut la seule réaction qu’il obtenu de sa part malgré le drapeau rouge qu’on faisait voleter devant le taureau. Il devrait faire mieux…ou pire vu le personnage ! Son dû arriva enfin et une bouteille pleine et un verre vide depuis trop longtemps apparurent devant l’icône de la mode. L’inverse ne tarderait pas à se produire vu la rapidité que la marieuse mis à remplir son verre. Si Norman attendait un remerciement quelconque, il pouvait aller au diable !

« Donne-moi une minute, je sens l’inspiration qui vient… » dit-elle de manière peu enjouée en prenant une bonne gorgée d’alcool fort. Elle fit signe à Norman de l’attendre une minute et de ne rien ajouter tant qu’elle n’aurait pas avalé. Elle laissa le liquide lui faire fondre les amygdales et fronça le nez de manière mignonne devant le gout fort. Oui oui, mignonne parce qu’une dame se doit de ne pas trop montrer de signe de faiblesse en public ! C’était son tour à répondre à cette joute verbale, mais ce soir, l’envie de remettre le chasseur à sa place n’y était pas. Elle se savait sur son terrain et en position de vulnérabilité émotive donc elle n’aurait pas le dessus. Néanmoins, si ses efforts pour la dégoûter venaient avec de la boisson gratuite, elle pouvait le tolérer encore un peu.  Avec un peu de chance, elle sortirait d’ici la tête dans les étoiles et écœurée des hommes à jamais ! De plus, elle aurait la satisfaction d’avoir soutiré quelques dollars au pire individu de tout Storybrooke.

« Non je ne trouve rien à dire… » dit-elle sur le même ton blasé. La blonde pris une autre gorgée et lâcha un soupire de contentement. Ce n’était pas mauvais ce truc décidément ! « Tu es toujours aussi invivable et odieux qu’à l’habitude. Même haleine de fond de bouteille, même façon tyrannique de me gâcher la vie… »  Le coup de coude destiné à la dérider lui arracha un regard mauvais, pas nécessairement à propos de son humeur massacrante, mais plutôt un genre d’avertissement sur le fait qu’il avait failli lui faire renverser son verre. Miss parfaite avait d’autres priorités ce soir ! Et hop, son verre s’allégeait encore de quelques gorgées... Le plan foireux de chevalier servant lui trotta dans la tête quelques secondes. Ce serait drôlement bien si Norman pouvait se retrouver à l’hôpital ou au commissariat. Elle aurait la paix ! Toutefois, la belle avait sous-estimé quelque chose, c’est-à-dire, sa très mince –voire inexistante- résistance à l’alcool. Réflexion faite, elle devrait surement y aller plus doucement, car une fois sa langue un peu plus déliée, la blonde se tourna vers le chasseur avec une drôle envie de faire la conversation.

« Si tu veux vraiment me faire plaisir Norman, le jour où tu croiseras le dragon… S’il existe hein ! Fait-moi un sac à main et des escarpins avec cette saloperie ! » Le vocabulaire mondain de la demoiselle venait de disparaître, ça et tout l’alcool que contenait le premier verre de Lizzie. Son regard bleuté et légèrement brillant de cette première dose massive d’alcool fit le tour de la salle et tomba sur un jeune homme dans un coin. Elle offrit un sourire espiègle, non pas au chasseur, mais à cet inconnu au loin. Elle avait peut-être trouvé une façon de se débarrasser du braconnier. En plus, c’était le clown qui lui avait donné cette idée !

« La vrai question, mon cher Norman, est combien de battements de cil il va me falloir pour que ce type là-bas vienne me sauver de toi… » rajouta-t-elle tout bas alors qu’elle se mis à jouer avec une mèche de ses cheveux et à lancer des regards langoureux à l’inconnu. La réaction de Norman valait sans aucun doute cet écart à la pudeur !

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Lun 26 Mai - 10:35
Lysebeth ∞ Norman

Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de la vraie Lizzie ? Cette question n'était qu'une boutade et pourtant elle résumait parfaitement la situation. Norman n'avait jamais vu l'entremetteuse si peu... distingué ? Non, le mot était un peu fort. Lysebeth était toujours maquillé. La différence était que la coiffure, le maquillage et la tenue était moins... Sophistiquée, voilà le mot qu'il cherchait ! La voir remplir immédiatement son verre vide était aussi un spectacle déroutant. Lui qui imaginait la belle ne boire que les meilleurs crus.

Un gentleman aurait vu des signes que la demoiselle traversait une mauvaise passe et se serait dévoué pour devenir l'épaule contre laquelle on pouvait pleurer ses malheurs. Gentleman. Un mot ne pouvait pas être aussi éloigné que celui-ci de se qu'était l'ancien chasseur. Lui ne voyait qu'une occasion unique de rencontrer l'inaccessible Lizzie sur son terrain de prédilection.

Lorsque la lady lui demande d'attendre l'inspiration, Norman se montra étonnamment docile et interrompit le flot de calembours qui lui venait encore pour prendre la bouteille et remplir également son verre. Malgré le signe de l'entremetteuse qui tentait de lui imposer le silence, un sifflement admiratif s'échappa des lèvres du chasseur en voyant Lysebeth descendre cul-sec une grande partie de son verre. Voir la demoiselle pousser un soupir de contentement après son verre, pas de doute, ce spectacle valait bien le coup de vider un peu son portefeuille.

S'il fut quelque peu déçu que Lizzie ne trouva rien pour répliquer, le résumé sur sa personne qu'elle sortit ensuite lui rendit vite son sourire. Invivable, odieux, tyran qui gâchait sa vie... Quel beau portait !

"Avoue que c'est pour çà que tu es fou de moi." Répliqua-t-il avec un sourire enjôleur qui disparut le temps de prendre une nouvelle gorgée de son verre.

Ensuite, il adressa un coup de coude, officiellement pour déridé la jolie dame à l'air morose mais officieusement pour l'irriter un peu plus. Le regard mauvais qu'elle lui lança ensuite sonnait comme la meilleure des confirmations pour continuer dans cette voie. Alors il enchaîna sur le plan parfait que Lizzie aurait soi-disant gâché en venant directement s'installer près de lui. C'est vrai qu'il aurait rêvé casser la figure de quelqu’un pour pouvoir parler à la belle. Tant pis pour ces rêves de bagarre, quoi qu'il fût encore un peu trop tôt pour faire définitivement un trait sur ce projet.

Contre toute attente, Lysebeth se tourna vers lui pour lui annoncer que de voir ce dragon transformé en un sac à main et des escarpins seraient la chose qui lui ferait le plus plaisir. Oh oh, alors c'était çà le problème ? Taquiner Lizzie sur le fait qu'elle allait croire au dragon maintenant était extrêmement tentant mais au lieu de cela, il dit :

"Vu la taille de la bestiole, je t'en ferais toute une collection Automne/Hiver, ma belle !" Déclara-t-il avec assurance.

Décidément, c'était vraiment Noël avant l'heure ! En une seule phrase, Lysebeth lui avait non seulement demandé de faire quelque chose pour elle (même si la tâche ne pouvait pas vraiment être prit sérieusement puisqu'elle prenait en compte l'existence d'un mythe) mais surtout il avait pu assister au miracle d'entendre le mot 'saloperie' sortir de la bouche si raffinée de l'entremetteuse. Ce spectacle (et celui d'imaginer la bête légendaire transformer en accessoire de toute sorte pour Lizzie) gommer de son esprit, il passa à autre chose.

"Donc... c'est cette bestiole ton problème ?" Nota-t-il avec nonchalance.

Mais la demoiselle était 'ailleurs' puisque son regard était trop occupé à opérer un tour d'inspection de la salle pour prêter attention à sa question. Le chasseur aurait pu être jaloux du sourire que Lyse adressa à un autre que lui. Il n'aimait pas vraiment partagé, surtout quand une prise de choix lui tombait ainsi du ciel.

Dans le scénario qu'il avait expliqué quelques instants plus tôt, il était évident que Norman correspondait plus au rôle de 'gros lourd' que de 'chevalier servant' et, même s'il aurait cru que cette remarque sortirait plus vite dans ce semblant de conversation qu'ils avaient, elle ne tarda pas à venir.

L'ancien chasseur reposa son verre dans un bruit sec, seul signe que de voir son plan être retourné contre lui ne lui plaisait pas vraiment.

"Lizzie... Lizzie... Lizzie. Tu me sous-estimes tellement, çà en devient blessant." Commenta-t-il d'une voix exagérément lasse.

Puis il se leva de son tabouret pour s'approcher un peu plus de Lysebeth. Il aurait pu se placer en tant qu'obstacle entre Lyse et le mystérieux inconnu qui recevait soudainement autant de regards langoureux de la part de l'entremetteuse. Il aurait pu, sauf que cela aurait été moins amusant. A la place, il se plaça dos au bar, s'y accoudant toujours avec nonchalance pour pouvoir mieux regarder le pauvre type qui croyait avoir une chance avec SA Lizzie.

"Tu me crois vraiment incapable de casser la gueule à ce type, juste parce que tu le regardes ?"

Il se pencha pour prendre la bouteille, en faisant ce geste, il comblait un peu plus la maigre distance qui le séparait de Lysebeth et il le savait.

"Ensuite... j'écraserais tout les membres de la gente masculine de cette pièce." Expliqua-t-il en remplissant le verre vide de la belle entremetteuse. L'alcool qui coulait déjà dans ses veines rendait impossible le fait de savoir s'il était sérieux où bien si c'était les nombreux verres de bières déjà consommé avant l'arriver de Lyse qui parlait à sa place. Bon, peut-être qu'il épargnerait le barman parce qu'ils en avaient trop besoin.

"Et après avoir fait tout çà, je t'embrasserais." Conclut-t-il. "Parce que si je dois finir couvert de sang et les os de mes doigts en miettes à force d'avoir fracasser les crânes de tout les mecs qui pourraient te regarder, je veux avoir une put**n de récompense à la fin."

Allait-il recevoir une gifle pour son attitude ou bien autre chose ? C'était ce genre d'incertitude qui l'amusait vraiment.

code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Dim 13 Juil - 19:35
Lysebeth ∞ Norman

Le bruit sec du verre posé avec violence sur le comptoir fit sursauter l’entremetteuse qui mis en pause son petit numéro de charme. Ses yeux clairs observaient le visage mal rasé du chasseur et comptaient mentalement ses cicatrices. Lysebeth avait du mal à se concentrer sur une seule chose à la fois alors que l’alcool bon marché se frayait un chemin jusqu’à ses neurones. Il lui semblait que les lumières étaient plus vives et que la pièce ainsi que les gens qui s’y trouvaient bougeaient d’une drôle de façon. Elle avait également moins de maîtrise sur les émotions qui se peignaient sur son visage ou le rouge qui lui montait aux joues à cause de la boisson. Une surprise franche apparue sur ses traits alors que son camarade de beuverie proclamait haut et fort qu’il était prêt à défigurer quiconque poserait un regard trop intéressé sur sa personne, pas juste le jeune homme au fond avec lequel elle avait échangé un sourire, mais tous les prétendants potentiels du bar. Lysebeth resta sans voix, la bouche ouverte comme un poisson hors de l’eau, complètement abasourdie. Son verre s’était arrêté à mi-chemin entre le comptoir et ses lèvres roses. Elle ne savait pas si elle devait être outrée pour être ainsi vue comme une femme-trophée ou en être flattée. D’un côté, elle ne servait peut-être seulement que d’excuse pour semer le chaos et pimenter la soirée du braconnier. De l’autre, c’était de loin la chose la plus attentionnée qu’on lui avait dite depuis longtemps. Soudain, la belle éclata de rire, à la fois amusée, mais sarcastique, en réalisant le ridicule de la chose et à quel point sa vie amoureuse était décidément des plus pathétiques…

« Attention Norman, je vais finir par croire que tu as vraiment le béguin pour moi ! » dit-elle avec un regard plein de malice. Si la distance avait diminuée considérablement entre eux deux, la blonde ne le remarqua pas. Cependant, l’entremetteuse en profita pour se venger du coup de coude en bousculant légèrement son voisin avec son épaule. Même déséquilibrée sur son tabouret, la jeune femme semblait avoir un meilleur humour que l’aristocrate coincée de son quotidien. Elle avait déjà atteint le fond de son troisième verre et sourit de plus belle lorsque Norman la resservit. Il voulait la saouler ? Ses malheurs lui dirent que ce n’étaient pas un si mauvais plan…

« Si le massacre inclus toujours la garde-robe automne et hiver en peau de reptile, je serais bien capable de t’embrasser... » déclara-t-elle de façon amer en repensant à la bestiole qui avait fait disparaître sa réputation en fumée. Puis, elle se mise à jouer avec une mèche de ses cheveux en penchant la tête vers le brun tout en papillonnant des paupières. Elle flirtait avec cet énergumène ? Jamais ! Et pourtant… Et pourtant quelque chose d’autre attira son attention assez vite.

« Tu appels ça remplir un verre ? Passe-moi cette bouteille ! » Lysebeth lui arracha le précieux nectar des mains, manquant de le griffer avec ses ongles parfaitement manucurés pour remplir son verre à rebord. Une goutte s’échappa du contenant, puis coula sur ses doigts fins. Lorsqu’elle les approcha de ses lèvres pour ne rien gaspiller, elle recroisa le regard plein d’envie de l’inconnu au fond de la salle. Elle fronça les sourcils en remarquant qu’elle ne le distinguait plus très bien. C’était drôlement flou ! Néanmoins, l’entremetteuse refusa de s’avouer vaincu par l’ivresse aussi vite et descendit de son perchoir.

« Il est moche en plus ! Vient, on va jouer au billard au lieu de déclencher la troisième guerre mondiale. » C’était pratiquement un ordre vu comment la belle délaissait les normes de la politesse, pas qu’elle les utilisait très souvent dans le cas de Norman… Ses pensées moroses étaient plus légères, mais sa démarche, bien que très confiance en apparence, tanguait un de peu de tous les côtés alors qu’elle se dirigeait vers une table de billard libre. Même avec un verre rempli dans les mains, la blonde fit un volte-face pour pointer le braconnier du doigt pour lui lancer un défi. Un peu de boisson tomba sur le sol à cause du mouvement, mais tant que ce n’était pas sur ses chaussures, Lysebeth s’en fichait pas mal.

« Si je gagne, tu retires ta candidatures de mon agence  et si tu gagnes… Je t’arrange un rendez-vous avec la fille de ton choix dans la base de données, d’accord ? »


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Sam 19 Juil - 9:44
Lysebeth ∞ Norman

Norman était-il capable de lancer une bagarre générale juste parce que Lysebeth jouait au jeu de l'aguicheuse avec un parfait inconnu ? Bien sûr que oui ! D'ailleurs, il n'allait pas tarder à faire valser sa bouteille en direction de monsieur l'inconnu (en visant la tête de préférence mais avec la distance, le chasseur ne pouvait garantir que l'objet n'aille pas un peu plus bas) si ce dernier continuait son petit numéro. Pourquoi ? L'homme qui fut un jour connu sous le nom d'Edward Hyde se posait rarement ce genre de question sur ces motivations. Il le faisait parce qu'il en avait envie, point ! Les problèmes qui survenaient suite à ses décisions excessives apportaient son lot de piment à la situation. Quoi qu'en matière de piment, Norman pouvait difficile espéré mieux.

Il était venu ici sans objectif précis, peut-être remplir le verre d'une demoiselle et (qui sait ?) repartir avec elle en fin de soirée. Si on lui avait dit qu'il tomberait sur une Lizzie ivre, il ne l'aurait jamais cru ! Le secrétaire du Daily Mirror avait conscience de se retrouver devant un cas plus qu'exceptionnel et comptait bien en profiter. Donc, oui, il envisageait sérieusement de réduire en miette toutes les personnes appartenant au sexe masculin s'il pouvait réussir à obtenir un baiser de l'entremetteuse. Bon, peut-être qu'il épargnerait le barman. Lizzie fut d'abord surprise par son petit discours puis finalement éclata de rire.

« Attention Norman, je vais finir par croire que tu as vraiment le béguin pour moi ! »

Pour toute réponse, Norman afficha un sourire énigmatique. Ou du moins, une tentative de sourire énigmatique. Lui aussi avait bien entamé la bouteille avant l'arrivée surprenant de Lysebeth. Un autre personne l'aurait bousculé, même légèrement, se serait retrouver instantanément avec son poing dans la figure. Sauf si cette personne était une charmante demoiselle comme s'était le cas. En fait, c'était précisément ce genre de geste qui le motivait à s'incruster d'avantage. Alors, il la resservit en lui assurant que massacrer tout le monde ici ne le dérangerait pas du moment qu'il obtenait une récompense à la fin.

« Si le massacre inclus toujours la garde-robe automne et hiver en peau de reptile, je serais bien capable de t’embrasser... »

"Attention Lizzie." Répondit-il en imitant volontairement le ton qu'avait employé plus tôt l'entremetteuse. "Je serais bien capable de venir réclamer ce baiser quand je te rapporterais la carcasse de ce dragon."

Il était aussi amusant que surréaliste de voir Lysebeth dans un tel état. D'ailleurs, remettre le dragon sur le tapis lui rappela qu'il devait tirer les verres du nez à l'organisatrice pour voir si elle avait prévu un nouvel événement qui serait susceptible de faire revenir le reptile volant. Et comme cette dernière n'était visiblement pas dans son état normal, Norman y voyait là une double occasion pour en profiter et une double raison pour la resservir. Du moins, c'était son attention avant que Lysebeth ne lui arrache la bouteille des mains.

« Tu appels ça remplir un verre ? Passe-moi cette bouteille ! »

"Hey, mais c'est que tu grifferais, milady." Commenta-t-il, plus amusé qu'embêté devant le coup qu'il faillit recevoir avec les ongles manucurés de la belle.

Vraiment l'attitude de l'entremetteuse ne voulant pas gaspiller la moindre goutte d'alcool était un spectacle dont il ne voulait pas raté une miette. S'il n'obtenait pas les informations qu'il voulait ce soir, Norman se disait qu'il pourrait les obtenir les jours suivants... en asticotant Lysebeth à propos de son comportement durant cette soirée. Enfin, s'il s'en souvenait encore à ce moment là car le chasseur était bien décidé à faire disparaître la moindre parcelle de sobriété qui demeurait en lui. L'ancienne dame marieuse bénéficiait donc de toute l'attention du braconnier tandis que celle-ci essayait de recroiser le regard d'un inconnu qui allait figurer sur le tableau de chasse de Norman s'il continuait à regarder dans leur direction.

« Il est moche en plus ! Vient, on va jouer au billard au lieu de déclencher la troisième guerre mondiale. »

Une phrase qui sonnait plus comme un ordre que comme une suggestion, ce qui fit rire Norman qui était resté accoudé au bar alors que son interlocutrice quittait son perchoir.

"A vos ordres, votre altesse... juste le temps de me ravitailler." Ironisa-t-il avant de commander une autre bouteille.

Le barman servit sa commande en l'accompagnant d'un verre... que le chasseur ignora royalement. Il prit la bouteille et suivit Lizzie et sa démarche chancelante vers une des tables de billard libre. Norman se serait bien proposé de maintenir un certain équilibre chez la belle en l'escortant par la taille mais, alors qu'il allait faire un geste pour concrétiser se projet, l'entremetteuse fit volte-face, ce qui l'obligea à reculer d'un pas. Ce serait dommage de se prendre le doigt parfaitement manucuré que Lizzie pointait vers lui dans son œil, n'est-ce pas ?

« Si je gagne, tu retires ta candidature de mon agence  et si tu gagnes… Je t’arrange un rendez-vous avec la fille de ton choix dans la base de données, d’accord ? »

Tous projets visant à profiter de la situation pour obtenir des informations croustillantes qui resteraient hors de sa portée s'il les demandait à une Lysebeth sobre s'évapora instantanément de son esprit devant ce défi lancé.

"N'importe quelle fille ?" Questionna-t-il avec un sourire plus qu'intéressé. "Même si je choisis... disons... LA fille qui ruinerait ta réputation à jamais si notre rendez-vous se passait mal ?"

De deux choses l'une, pour prendre un tel risque, soit l'entremetteuse était déjà bien parti sur la pente de l'ivresse soit elle était certaine de remporter la victoire contre lui. Une pensée si comique qu'il ne put retenir d'en rire. Lui ? Perdre au billard ? Face à une dame du monde qui ne devait avoir jamais touché une table de jeu avant ce soir ? Impossible !

Norman posa sa bouteille sur le bord de la table, non sans en avoir entamé une bonne gorgée au préalable.

"Deal." dit-il en essuyant les gouttes d'alcool qui s'était retrouvé sur son menton mal rasé. "C'est parti."

Le secrétaire du Daily Mirror se désintéressa de sa bouteille pour se concentrer sur la préparation de la table de billard. Lorsque les boules furent plus ou moins en position après au moins tentatives pour les faire tenir en place sans utiliser le triangle, Norman s'empara de deux queues de billards.

"Les dames d'abord." Annonça-t-il avec un grand sourire en tendant un des bouts de bois à sa partenaire du soir.

Il était trop intéresser par les enjeux du défi pour faire la blague scrabbleuse qui s'offrait pourtant à lui. Comme quoi... les miracles arrivaient !

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Lun 21 Juil - 4:12
Lysebeth ∞ Norman

Les mains délicates, mais meurtrières avec ses faux ongles, de Prudence se posèrent sur le velours vert d’une des tables de billard libre. Ce simple geste l’aidait à tanguer un peu moins sur ses pieds et, même si elle était devenue une vraie acrobate en talon aiguille avec les années, ce soir elle avait l’impression que ses chaussures étaient du coté de l’ennemi. Lancer un pareil défi à Norman n’était sans doute qu’une autre mauvaise idée à ajouter à la liste de cette soirée alcoolisée, mais c’était aussi une bonne façon de ne pas jouer toute seule. La solitude était l’une des raisons qui avait fait que la blonde pousse les portes du Rabbit Hole, elle n’allait tout de même pas y replonger tout de suite ! Demain, elle regretterait surement l’enjeu de la partie à son réveil si elle ne gagnait pas, mais pour le moment, elle ne voulait que chasser les idées noires de sa tête normalement pleine d’amour et de romantisme. L’histoire du baiser que pourrait réclamer son harceleur préféré ne l’inquiétait pas plus qu’il ne le fallait, car l’existence même du dragon était à remettre en doute puisqu’il n’était visible nulle part depuis le mariage chez les Nerys...

« Depuis que tu t’es inscrit à mon agence, ma réputation a déjà une guillotine au-dessus de la tête alors que tu fasses tout foirer maintenant ou plus tard… » dit-elle en haussant les épaules puisque tout ce baratin ne servait seulement qu'à encourager l'homme à participer.

En vérité, le vrai coup de grâce à l’ego de Lysebeth fut de voir le nom de l’homme qu’elle avait aimé autrefois dans les fiches sur son bureau. L’ex fiancé de la propriétaire de l’agence sur le site de rencontre c’est un peu louche ça, non ? Quand on est supposément une référence en matière de vie conjugale, c’est encore moins drôle. Surtout quand la dite vie conjugale n’est fait que de néant... Si Norman ne lui facilitait pas la vie, parfois Oliver arrivait à lui gâcher encore plus ! Étrangement, en repensant à son ancien amant, la blogueuse sentie que sa soif était encore loin d’être étanchée. Cela dit, elle était bien déterminée à gagner alors elle posa sagement son verre sur le bord de la table, histoire de voir suffisamment clair pour ne pas envoyer valser les boules dans la tronche du barman. Le jeu de billard fut mis en place et le brun lui tendit la baguette en bois.

« Bah voyons, tu te transformes en gentleman tout à coup ? Pousses-toi ! »

Ce n’était pas la première fois que Lysebeth jouait au billard, même si la dernière fois remontait à ses années au lycée. C’était peut-être l’alcool qui lui faisait croire que ce serait un jeu d’enfant, mais lorsque la belle se pencha pour se mettre en position, la boule orange devant elle se dédoubla. Elle eut soudain la vague pensée que la victoire ne serait pas aussi facile que prévue. Et puis zut ! Elle donna un bon coup dans le triangle qui se brisa et réussi à mettre deux boules pleines dans les trous. La blonde avait donc les boules pleines et laissa à Norman le soin de mettre toutes les rayées dans les filets aux quatre coins. Elle fit un clin d’œil à son adversaire en signe de défi. Avec tout l’alcool qu’il avait ingurgité, elle ne devait pas être la seule à galérer, non ? Enfin, elle le cru, mais l’homme n’était pas trop mauvais au final et la jeune femme n’eut d’autre choix que de faire tourner les chances en sa faveur. D’une démarche qui se voulait féline, quoiqu’elle n’avançait pas vraiment en ligne droite, Lysebeth alla s’asseoir sur le rebord de la table de billard tout près du braconnier. Avec les jambes qui pendaient dans le vide, elle se pencha pour murmurer à l’oreille du chasseur d'une voix sensuelle. Le but étant de le déconcentrer évidement !

« Essai de ne pas faire tomber la boule noire, sinon c’est game over ! » Cela aurait-il l’effet escompté ou, au contraire, redoublerait sa motivation ?

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Mer 23 Juil - 13:12
Lysebeth ∞ Norman

Gagner ou perdre n'avait que peu d'importance pour Norman. La situation était trop exceptionnelle pour qu'il joue les mauvais perdants ce soir. En plus, perdre ne l'empêchera pas de continuer à asticoter Lizzie à son agence. Peut-être qu'il laisserait une semaine de répit à la belle, histoire de lui faire un faux espoir. Ensuite, il reviendrait à la charge. Parce qu'il aimait trop asticoter la belle entremetteuse pour se passer de ce 'loisir' à cause d'une stupide partie de billard. Que les choses soient bien claires, il n'allait pas pour autant cracher sur la récompense promise en cas de victoire. Après avoir vérifié que Lysebeth était sérieuse en ce qui concernait le 'n'importe quel fille', Norman assura qu'il était d'accord.

Après avoir préparer la table de billard, le chasseur joua les gentlemans en proposant à sa partenaire du soir de commencer. Son sourire narquois s'agrandit alors que l'ancienne dame marieuse soulignait l'étrangement de ce geste galant. Puis il s'écarta en levant les mains devant le 'pousses-toi' vindicatif de l'entremetteuse et alla rechercher sa bouteille posée sur un coin de la table. Ce serait dommage qu'elle tombe et contrairement à son adversaire, il était hors-de-question pour lui d'arrêter de boire pendant le jeu ! S'il était du genre calculateur, demander à Lyse de commencer trahirait une stratégie du genre : il voulait voir le niveau de son adversaire pour établir les risques de perdre le jeu. En fait, son geste soi-disant galant était motivé par la curiosité et le plaisir de voir une dame du monde comme Lysebeth faire un jeu 'du bas peuple'.

Devant le temps de pause prise par la belle, Norman ne put s'empêcher de la taquiner un peu.

"Je vais t'aider... faut taper la boule à l'écart dans le triangle, milady." Dit-il en buvant une nouvelle gorgée de sa bouteille.

Etait-ce sa remarque qui avait mit le feu aux poudres ? En tout cas le joli triangle de boule explosa la seconde d'après. Le sourire du braconnier perdit sa contenance lorsqu'il vit l'entremetteuse réussir à entrer les boules dans le trou du premier coup.

"Mouais, la chance du débutant." Marmonnant-il alors que Lysebeth lui faisait un clin d'œil.

Malgré tout, le fait que la partie s'annonçait plus ardue que prévu lui plaisait. Le chasseur adorait les défis. Alors qu'il ramassait le bout de bois qu'il avait posé négligemment contre la table pour jouer, l'entremetteuse se dirigea vers lui pour s'assoir sur le rebord de la table de billard. Norman regarda la belle en ne prenant même pas la peine de cacher qu'il admirerait la vue. Tout d'un coup, le secrétaire du Daily Mirror ne se retrouva plus pressé de jouer son premier coup. Devant le murmure de Lysebeth, le sourire carnassier du chasseur réapparut. Devant ce genre de provocation, il n'était pas du genre à jouer les prudes mais plutôt à enfoncer le clou.

"Je me demande..." Commença-t-il lentement. Lui qui faisait face à la table se tourna vers l'ancienne dame marieuse pour lui faire face. Il passa lentement la queue de billard qu'il tenait fermement de ses deux mains par-dessus la jolie tête blonde de Lizzie. Se plaçant pour s'assurer que l'entremetteuse était coincée entre lui d'un côté et le bout de bois de l'autre, il poursuivit en la regardant droit dans les yeux : "... jusqu'où tu es prête à aller pour me faire rater mon coup."

Même dans cette position délicate, il joua sans prendre la peine de viser. De toute façon, son attention était entièrement reportée sur Lizzie et non sur le contenu de la table de billard. Evidement, la boule ricocha sur les bords sans toucher aucune de ses congénères (ce qui était un exploit en soi). Heureusement, la boule noire ne fut pas touchée.

"Oups..." Dit-il en se dégageant finalement. "On dirait que je ne suis pas en veine ce soir."

Son sourire provoquant montrait bien qu'il n'était nullement ennuyé d'avoir un jeu de retard sur son adversaire. Finalement, si Lysebeth usait de ce genre de stratagème contre lui pour le faire mal jouer, la défaite aurait une saveur inédite pour le mauvais perdant qu'il était d'ordinaire.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Jeu 28 Aoû - 2:23
Lysebeth ∞ Norman

Elle voit le piège sans vraiment y faire attention. C’était déjà tellement improbable qu’elle passe la soirée en compagnie du braconnier qu’elle ne se méfiait pas. En fait, elle s’en foutait royalement. Il se passait tellement de malheurs dans sa vie que de pouvoir en oublier une partie, ne serait-ce que quelques minutes, lui faisait le plus grand bien. Avec Norman les choses étaient toujours imprévisibles, mais elles avaient l’avantage d’être simples. Il n’y avait pas de protocole à suivre. Lysebeth pouvait être odieuse ou souriante, charmante ou hystérique, le chasseur ne partait pas en courant devant son épouvantable caractère. Le défaut de cette qualité était que, justement, il ne la laissait jamais tranquille. Ils se prenaient la tête au moins 90% du temps, mais l’intervention de l’alcool semblait assouplir leurs deux tempéraments. Le jeu put donc commencer et les deux jeunes gens ne se privaient pas pour en tirer un maximum de divertissement. Les brumes de liqueur n’aidaient pas la blonde à se concentrer et, hélas, sa vision trouble rendait son harceleur en chef plus attirant que prévu. Mais tout ceci était tellement dénudé de sens que les conséquences d’une pareille soirée ne lui effleuraient même pas l’esprit. Non, cette situation était surtout très drôle, car l’entremetteuse ricanait même aux mauvaises blagues de son interlocuteur. L’ivresse apportait du rouge aux joues de Lizzie et une lueur amusée au fond de son regard.

Quelque part, elle était même reconnaissante envers Norman de ne pas poser des questions trop indiscrètes sur ses problèmes. D’accord, probablement que cela l’ennuierait d’en entendre les réponses, mais au moins, il était doué pour lui changer les idées. Cependant, vu l’enjeu de cette partie de billard, la belle n’avait pas l’intention de perdre sans se battre. Le brun n’était pas du genre à se plaindre si elle trichait un peu, non ? Enfin, elle ne faisait que détourner son attention ! Alors, elle s’était élégamment assise à ses côtés et roucoulait doucement à son oreille. Sa réaction fut immédiate et prévisible en un sens. L’admiration que lui portait Norman aurait pu être flatteuse s’il ne la donnait pas à n’importe qu’elle femme qui fréquentait le même bar que lui. Dans un geste plutôt téméraire, il l’emprisonna contre lui avec son bâton et la belle pencha la tête sur le côté avec un vague air d’innocence. Elle ? Mais elle n’avait rien fait voyons ! Cette étrange proximité ne la gênait pas, Miss Prudence-la-Prude était restée au placard avec ses souvenirs d’une vie passé...

« Juste assez pour que la victoire soit intéressante mon cher Norman. Profites-en ! Si tu perds tu auras beaucoup moins d’occasion de venir me tourmenter. » minauda-t-elle avec un sourire angélique sur les lèvres. Elle se détourna finalement du regard de l’homme lorsqu’elle entendit le bruit de ricochet des boules sur la table et constata avec plaisir que son petit manège marchait à merveille. Si elle devait jouer les aguicheuses pour être privée de la présence de Norman à son agence, cela valait sans doute la peine ! « Meilleure chance la prochaine fois… » rajouta-elle en descendant du rebord et en allant se munir de sa propre baguette.

Cela dit, la marieuse commença à être gauche et le manche de son bâton fit tomber son verre mis en équilibre sur le rebord. Ce dernier éclata en mille morceaux et vint arrosé les chaussures à talon de la jeune femme. Lorsqu’elle rencontra le regard courroucé du barman, elle fit de son mieux pour cacher son sourire, mais fini par carrément éclater de rire. Elle fit signe de mettre le tout sur l’ardoise de son partenaire alors qu’elle tentait de calmer les deniers soubresauts de son fou-rire, puis attrapa la bouteille que Norman avait pris la peine d’apporter. La blonde ne se souciait plus d'avoir un verre et en avala une longue gorgée. Une petit voix dans sa tête lui dit que la modération avait bien meilleur gout, mais elle l’envoya se faire foutre avec le dragon et l’inscription d’Oliver à son agence. Elle essuya ses lèvres avec le revers de sa main pour ensuite se placer dans le bon angle. Par miracle, elle réussit à faire tomber une boule dans le filet, mais pas une deuxième de suite.

« C’est à ton tour. » dit-elle en faisant une moue boudeuse.

Elle choisit de ne pas revenir quémander de l’attention tout de suite pour ne pas avoir l’air trop désespérée. Néanmoins, c’était agréable pour une fois de se sentir désiré par quelqu’un... De plus, les paroles de Norman lui revenaient en tête plutôt fréquemment. Lysebeth se laissa distraire par la musique sortant du Jukebox alors que son regard fit le tour de la pièce, songeant que le braconnier était prêt à mettre K.O. tous les mâles sur son territoire. Ses pensées s’entremêlaient dans son cerveau, y donnant des intonations plus tendres que prévues. Elle n’était pas habituée à autant d’alcool dans son sang. Bref, elle avait un peu le tournis et chercha à s’appuyer sur la table de billard.

« Tu l’aurais vraiment fait ? Je veux dire, tu aurais vraiment cassé la gueule à tous ces mecs pour moi ? » demanda-t-elle simplement.

Lizzie secoua la tête, faisant virevolter ses boucles blondes autour de son visage. Norman était Norman ! Il ferait n’importe quoi pour de l’argent, de la bière et pour avoir une fille sur les genoux. Son tour revint assez vite, mais elle avait perdu le compte et n’aurait su dire si le chasseur avait rattrapé son retard ou non. L’entremetteuse se sentie si stupide d’avoir posé cette question qu’elle ne parvint pas à rassembler le peu de focus qui lui restait. Non, elle fulminait plutôt ! Les boules se cognèrent avec rage, mais aucune ne tomba, même la noire s’était dangereusement rapprochée d’un des coins.

« Je paris que tu dis ça à toutes les filles, espèce de sauvage. »

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Ven 5 Sep - 12:25
Lysebeth ∞ Norman

À la base, Norman avait un plan : profiter de la présence incongrue de cette chère Lyse dans ce bar pour lui tirer les vers du nez. Il n'imaginait pas l'entremetteuse se laisser abattre pour une petite histoire comme le dragon. L'ancienne dame marieuse devait forcément avoir un plan, une fête ou une cérémonie quelconque pour renaître de ces cendres dans toute sa gloire. Et l'alcool était un excellent moyen de délier les langues, surtout sur quelqu'un qui n'avait pas l'habitude de la piquette qu'on servait au Rabbit Hole. Que la belle ne semblait pas être dans son assiette l'arrangeait. Avec une Lizzie en pleine forme, ils n'auraient jamais eu une conversation aussi longue.

La partie de billard improvisée n'entravait pas ses projets, bien au contraire. Il se voyait bien aborder avec finesse (si quelqu'un comme Norman connaissait le véritable sens de ce mot) le sujet tout en tapant les boules.

Ensuite, Lysebeth joua avec lui pour le distraire et les jolis projets sur la suite des opérations furent complètement effacés de l'esprit passablement éméché du secrétaire. Norman savait reconnaître une opportunité quand il en voyait une. Et de voir l'entremetteuse jouer les aguicheuses était une sacrée opportunité. L'affaire du dragon pouvait attendre, l'ancien chasseur venait de se lancer dans une autre chasse presque aussi irréalisable. Il n'hésita pas à profiter de cette situation surréaliste, quitte à prendre du retard dans la partie. Avoir Lizzie si près de lui valait largement la perte de quelques points. Cerise sur le gâteau, il ne reçut aucun coup de pied bien placé pour son geste audacieux.

"Tu sous-estimes mon imagination sans fin qui est uniquement dédiée à te tourmenter." Plaisanta-t-il à moitié.

Sérieusement ? L'ancienne dame marieuse pensait vraiment qu'il allait la laisser tranquille s'il perdait ? C'était vraiment le sous-estimer. Son sourire révéla plus efficacement que des mots que, oui, il comptait bien en profiter. Comme par exemple, profiter du fait que ce soir, il avait droit à un sourire et non à un visage furieux. Profiter aussi que cette chère Lizzie était tout près de lui au lieu de lui lancer tous les objets qui étaient à porter de sa main dans le but de le faire déguerpir au plus vite.

Dans ces conditions, il était plus qu'évident qu'il n'aurait mis aucune boule dans le filet. En fait, il n'avait même pas essayé de viser juste. La concentration du braconnier était ailleurs. Comme il s'y attendait, cet instant de rêve ne dura pas longtemps puisque Lysebeth arrêta son petit manège dès que son tour arriva.

La suite aurait pu lui faire croire qu'il était entré dans la quatrième dimension si Norman avait ce genre d'imagination fantasque. Ce n'était pas le fait que l'entremetteuse fasse tomber son verre qui était étrange, mais plutôt le fait que cela provoqua l'hilarité de sa partenaire du soir. Un rire contrôlé par l'ivresse que l'ancien chasseur connaissait fort bien, mais qu'il n'aurait jamais cru voir sortir des lèvres habituellement maquillées à outrance de Lysebeth.

"Quoi ? Un verre brisé salit les chaussures de sa majesté et personne n'est mort ?" Commenta-t-il avec sarcasme en s'approchant pour regarder d'un air curieux l'étendue des dégâts.

Le spectacle ne semblait pas être au goût du barman... Est-ce vraiment utile de préciser que Norman s'en fichait ? D'un haussement d'épaule qui se voulait être un mélange de 'hé, j'y suis pour rien' et de 'fait ce que dit la dame', il acceptait de mettre tout çà sur sa note.

"Hey, Hey, hey, doucement avec çà, ma jolie." Avertit-il en enlevant délicatement la bouteille des mains de Lysebeth. Il y avait deux choses que Norman n'aimaient pas partager : l'alcool et les femmes... Et les armes, aussi, ce qui faisait trois choses. Mais là, n'était pas la question. "Laisse-m'en un peu, quand même."

De toute façon, il fallait mieux tenir la bouteille à distance maintenant que c'était au tour de l'entremetteuse de jouer. Ce serait dommage que la bouteille aille rejoindre le verre brisé sur le sol. Norman se prit une grande gorgée de la bouteille pendant que Lizzie accomplissait un nouveau miracle en mettant une nouvelle boule dans le filet. Oh, oh, çà commençait à chauffer.

"Tu es quoi ? Une espèce de maîtresse de l'ivresse comme dans ces vieux films de kungfu ?"
Ironisa-t-il en tentant de faire croire qu'il maîtrisait parfaitement la situation.

Se fut avec un peu plus de sérieux qu'il continua la partie. Même si une petite partie de son cerveau se demanda ce qu'allait tenter Lysebeth cette fois-ci pour le distraire. L'entremetteuse ne tenta rien, cette fois-ci, ce qui permit au braconnier de se concentrer. Après réflexion, Norman se déplaça légèrement sur la gauche pour obtenir un meilleur angle. Le premier réflexe qu'il eut lorsque sa partenaire de jeu lui demanda s'il était sérieux lorsqu'il avait parlé de massacrer toutes la concurrence potentielle fut de lui adresser un 'cchhuut'
sec démontrant que, premièrement, il était un vrai goujat et que deuxièmement, il ne laisserait rien au monde interrompre sa concentration.

Ensuite, il frappa. Une seule boule alla dans le filet, mais deux autres étaient bien placer pour tomber à leurs tours au moindre frôlement. Un sourire satisfait illumina le visage mal rasé du secrétaire du Daily Mirror. Maintenant qu'il avait repris le contrôle de la partie, il pouvait se concentrer sur sa réponse surtout que la belle demoiselle ne marqua aucun point ensuite.

Il aurait pu assurer que Lizzie n'était pas une fille comme les autres, que dans le cas contraire, il ne s'acharnerait pas autant, qu'elle méritait un traitement spécial et blablabla. Des discours qui ne ressemblaient pas du tout au style de Norman.

"Tu me mets au défi ? Ok."
Il prit la boule noire qui s'était approchée un peu trop dangereusement d'un des coins. "Désigne-moi une cible et je lui balance cette boule immédiatement en pleine poire."

Comme s'il voulait montrer sa détermination ou qu'il était pressé de mettre un peu d'action dans cette soirée, Norman soupesa la boule en la faisant passer d'une main à une autre.

"Je le ferais, Parole de scout."

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Lun 27 Oct - 23:57
Lysebeth ∞ Norman

Stupide. Stupide. Stupide. Elle pouvait drôlement être idiote par moment ! Hollywood avait beau rentrer dans la tête des jeunes filles que les hommes préfèrent les blondes, les plaisanteries sur le nombre restreint de cellules de ce genre de filles prenaient parfois tout un autre sens dans la vie de Lysebeth. Elle n’était pas dénudée d’intelligence, mais quand elle réalisait qu’elle appréciait un peu trop jouer les potiches pour les mauvaises personnes, elle avait envie de se gifler. Peut-être qu’un bon coup sur la tête arrêterait de faire tanguer la pièce autour d’elle aussi… Non, franchement, elle avait abusé sur l’alcool et bien que ce fut franchement très amusant au début, elle était maintenant la victime du coté pervers de la boisson. Elle se mettait à réfléchir de manière illogique et perdait la plupart de ses inhibitions. Le pire, c’est que son interlocuteur, ce crétin de secrétaire, lui semblait tout à coup plein de charme malgré ses répliques cinglantes. Enfin, ça c’était avant qu’il lui dise de se taire pour se concentrer sur une partie  de billard dont Lizzie se rappelait déjà plus ou moins les enjeux. Frustrée, elle ne prit même pas la peine de viser quand son tour revient et failli mettre fin à la partie de manière catastrophique. Norman en revanche, s’en tira très bien pour ce tour. À ce jeu-là, il pouvait se vanter d’être doué, mais pour mettre la blonde en colère, il était encore meilleur.

L’entremetteuse commença à faire l’inventaire de ses effets personnels en envisageant déjà un départ rageur ponctué d’insultes sur l’insensibilité de son partenaire. Ses clés, son portable, son rouge à lèvre, sa veste, ses clés, son portable… et sa veste… Le décor n'était plus qu'une image floue autour de la blogueuse, elle devait donc se fixer un point précis pour oublier que le sol tanguait sous ses pieds. Le centre de son attention se révéla être cet être incorrigible, mal rasé et ivre qu'était Norman Flemming qui lui donna enfin une réponse. Il s’appropria la boule noire en lui jurant de la lancer sur une cible de son choix pour prouver ses propos. Néanmoins, la jeune femme soupçonnait surtout que c’était pour pouvoir se délier les muscles lors d’une bagarre improvisée.

« Tu n’as jamais été scout. » dit-elle en affichant toujours une mine boudeuse. « Mais t’es vraiment sérieux là ? On va avoir des ennuis ! »

En même temps, c’était excitant de savoir qu’avec de simples mots, elle pouvait lancer des hostilités. Enfin, si Norman n’était pas trop saoul pour effectivement toucher quelqu’un avec son lancer... Il y avait cependant une pointe d’incertitude qui plaisait à la blonde. Elle qui ne jurait que sur les programmes détaillés et une organisation parfaite, la voilà qui souriait devant la probabilité de déclencher quelque chose de très spontané. Son regard fit le tour de la pièce et elle choisit finalement une personne assez éloignée pour qu’un tire parfait soit effectivement quelque chose d’impressionnant. Elle déposa sa baguette de billard et s’écarta un peu du tireur pour éviter qu’une fausse manœuvre ne l’assomme.

« Lui là-bas avec la barbe. » rajouta-t-elle de manière peu convaincue.

Allait-il vraiment risquer de se faire mettre sur la liste noire du bar ou de se faire poursuivre en justice parce qu’elle le lui demandait ? C’était idiot. Il était idiot. Mais le pire, c’était de se savoir assez crétine pour trouver ces idioties très amusantes... Soudain, un grand bruit fit sursauter la belle blonde et elle plaqua une main devant sa bouche pour cacher son sourire émerveillé. Son regard passa du client malchanceux à Norman à plusieurs reprises, puis l’effet de la surprise se dissipa et, avant qu’on ne puisse découvrir qui était le coupable, elle attrapa la main de Norman pour se sauver. Lizzie venait d’additionner deux plus deux et compris que ce ne serait surement pas très bon pour sa réputation si on apprenait qu’elle jouait les emmerdeuses avec l’homme le moins gentleman de toute la ville. En fait, elle préférait qu’il y est le moins de témoins possibles de cette soirée étrange avec Norman. Les rumeurs circulaient vite dans ce petit coin du Maine et celle-ci aurait tôt fait de lui retomber dessus…

« Merde ! Tu l’as vraiment fait !? Je ne sais pas si tu l’as touché, mais tu as bien lancé la boule en tout cas… » dit-elle entre deux ricanements une fois que les deux jeunes gens complètement ivres passèrent la porte du bar. La jeune femme s’appuya aux murs de la façade de l’établissement et sourit au braconnier, lui pardonnant silencieusement toutes ses grossièretés de la soirée. Réalisant qu’elle lui tenait toujours la main, elle la lâcha subitement pour croiser ses bras sur sa poitrine. « Tu as pensé à prendre la bouteille ? »
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Dim 16 Nov - 20:29
Lysebeth ∞ Norman

Norman n'avait jamais cru à la chance. Pourtant, il était en train de jouer au billard avec la belle Lysebeth, sa proie la plus inaccessible dans sa liste mentale de convoitise. Il devait bien admettre qu'il y avait une bonne étoile là-bas qui brillait pour lui. Et comme quelqu'un qui découvrait que le destin ou le hasard lui avait glisser quelques As dans son jeu, le chasseur profitait du moindre moment que lui offrait cette situation irréaliste. Le pari n'avait plus aucune importance pour lui à ce stade du jeu.

Ce n'était pas pour autant qu'il allait laisser cette satanée boule noire tomber. Même si le pari n'était qu'un détail, çà arrangeait les intérêts de Norman que la partie dure le plus longtemps possible. L'entremetteuse s'en tirait étonnamment bien. Trop bien à son goût. De quoi chambouler son ego de mâle alpha qui intima à la jolie blonde de se taire de la manière la plus rustre possible. Faire cela à Lysebeth revenait à scier la branche sur laquelle on était assis. Mais, sur le moment, Norman s'en moquait. Il ne desserra les dents que lorsque son retard fut rattrapé et puis, il préférait voir l'ancienne dame marieuse d'humeur boudeuse qu'avec le sourire. Ce n'était pas pour rien que la 'taquiner' était son passe-temps préféré !

Son autre passe-temps était de provoquer des bagarres et ces deux passions étaient sur le point de se rejoindre. Le chasseur prit dans sa main une boule noire qui menaçait de mettre fin à la partie à son prochain mouvement. En passant l'objet d'une main à l'autre comme un joueur de baseball se tenant près à exécuter un lancer légendaire, il jura de lancer cette boule sur la première personne que Lysebeth lui désignerait. L'aurait-il fait avec une autre femme ? Pas sûr. Norman n'avait pas l'habitude de se torturer avec ce genre de débat intérieur. Ni de penser sur le long terme. En revanche, il savait une chose : Ce serait amusant de le faire. Si cela lui faisait gagner des points auprès de Lizzie, ce serait un genre de bonus.

Lysebeth lui signala alors qu'il n'a jamais été scout, Norman garda tout son sérieux pour répliquer :

"Bien sûr que si. J'étais un enfant modèle. Scout, Enfant de chœur, sage comme une image." Répondit-il tout d'abord avant de sourire. "Ah, pourquoi personne ne croit à ce mensonge." Pourtant, il ne démordra pas sur un point : "N'empêche, je suis sérieux."

Aussi sérieux que pouvait l'être un braconnier alcoolique et dragueur. Autant dire qu'il donnait sa parole d'honneur ou l'équivalent que pouvait donner un homme qui en était dépourvu. Le secrétaire garda pour lui que justement, le fait d'avoir des ennuis était la partie la plus amusante de son idée insensée. De toute façon, il n'avait pas besoin de le dire. On pouvait lire cette pensée sans problème sur son visage et son sourire qui se fit plus carnassier.

Norman garda le silence le temps que sa partenaire lui désigne une cible. Le chasseur plissa les yeux en essayant de faire le point sur l'individu barbu. Sans avertissement, il exécuta un mouvement en arrière pour donner plus de force à son lancer et tenu sa promesse. Le bruit qui suivit le ravit, meilleure preuve qu'il avait atteint quelqu'un. Sans temps mort et sans hésitation, le secrétaire se précipita vers la bouteille, prêt à la fracasser sur la personne qui oserait contester son lancer de boule noir. Hélas, Lizzie lui attrapa l'autre main pour l'intimer à quitter au plus vite les lieux. Ce contact lui rappela que le but du soir n'était pas de provoquer une énième bagarre générale. Norman se sentait booster par l'adrénaline. Il aimait ces moments qui lui faisait sentir qu'il était vivant.

"Quoi, tu doutais vraiment de moi ?" Commenta-t-il en feintant d'être vexé. Une comédie qui ne durait pas longtemps puisqu'il ne pouvait s'empêcher de rire. "Je ne sais pas non plus, mais la boule à fait un joli bruit."

Il n'arrêta de rire que quand le souffle vint à lui manquer et Norman conclut sa crise d'hilarité par un soupir montrant toute la satisfaction qu'il éprouvait à avoir fracassé la tête de quelqu'un avec une boule de billard. Bien sûr, le chasseur avait conscience de la main de l'entremetteuse dans la sienne et n'avait rien faire pour défaire ce contact. D'ordinaire, le secrétaire n'était pas du genre à tenir quelqu'un ainsi, trop niais à son goût cependant, c'était bien la première fois que Lizzie le laissait la toucher sans qu'il ne reçoive une gifle pour punir son audace.

Le secrétaire eut la présence d'esprit de ne faire aucun commentaire lorsque l'entremetteuse le lâcha. Il fallait croire que l'alcool n'avait pas encore totalement grillé son instinct de survie. Il eut tout de même un sourire malicieux (ou son équivalent) en regardant Lysebeth croiser les bras et demander s'il avait pris la bouteille.

"Appelle-moi, ton sauveur." Déclara-t-il sans fausse modestie en agitant la bouteille sous le nez de Lizzie. Bon d'accord, il avait pris la bouteille pour s'en servir d'arme improviser et non pour l'emporter dans leur fuite, mais c'était le résultat qui comptait non ? "Je parie qu'il n'y a pas beaucoup d'animation de ce genre dans les soirées organisés pour le gratin Storybrookien."

Hormis pour le buffet et le champagne, il ne voyait pas l'intérêt des soirées qui était coutumier pour la fine fleur de la ville. Ce qui ne l'empêchait pas de s'incruster dans les cérémonies comme le mariage Nerys. Norman fit quelque pas en marche arrière en tendant la bouteille devant lui à la manière d'un chasseur faisant bouger un appât devant sa proie.

"Bien, on a de l'alcool, c'est déjà çà. Quelle est la suite du programme, princesse ?"

À une autre demoiselle, Norman aurait sans doute proposer sans aucun tact de poursuivre la soirée chez lui. Sauf qu'il s'agissait de Lysebeth. Cette chère Lizzie valait bien quelques entorses à ses habitudes. Quand on avait un poisson rare au bout de la ligne, il fallait y aller en douceur !
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Dim 28 Déc - 18:03
Lysebeth ∞ Norman

Ce devait être la faute de l’alcool. C’est ce qu’elle se donnerait comme excuse lorsque les premiers signes de migraine la réveilleraient demain matin, mais pour l’heure, elle se sentait légère comme une plume. Ses soucis étaient si minuscules que la tornade Norman les avait fait disparaître. Elle riait comme elle n’avait pas rie depuis longtemps, plus émerveillée que scandalisée devant les faits accomplis. Quelque part, c’était aussi de sa faute, elle l’avait mise au défi. Et s’il y avait bien une erreur à ne pas faire avec le chasseur, c’était de supposer qu’il avait des principes aussi solides que ceux de la jeune femme… Bref, l’épisode de la boule noire laisserait sans doute sa marque dans sa mémoire et probablement une bosse sur la tête du pauvre bougre qui l’avait reçu. Essuyant discrètement une larme au coin de ses yeux à cause de ses éclats de rire, la jolie blonde sourit malicieusement lorsque le braconnier lui montra fièrement qu’il avait apporté la bouteille. Son sauveur ? Il pouvait toujours rêver.

« Bouffon, ça te va mieux. » C’était bien la première fois qu’elle l’insultait sans y mettre de l’animosité dans sa voix, mais cette dernière ne tarda pas à revenir lorsqu’on fit mention des soirées mondaines qu’appréciait tant l’entremetteuse.

« Oh oui, il y a de l’action durant les réceptions ! Un dragon, on ne peut pas dire que ça passe inaperçu. Mais c’est vrai que c’est très différent de ce soir... »

Lysebeth se redressa sur ses talons vertigineux, les bras toujours croisés sur sa poitrine. Elle commençait à avoir mal aux pieds ou était-ce la gravité qui était plus forte ? Quoique qu’il en soit l’alcool n’aidait pas beaucoup son équilibre. Devant elle, le braconnier faisait des pitreries en essayant de l’attirer vers lui avec la bouteille d’alcool. Il reculait et, ne voulant pas se faire distancer, elle avançait vers lui. Puis, il fut question du reste de la soirée et la jeune femme ne sut pas tout de suite quoi répondre. En fait, elle n’avait pas songé qu’il aurait une suite à la soirée comme son seul but avait été de noyer sa peine au fond d’un verre. Pour la première fois de sa vie, la blonde n’avait absolument rien de prévu. Alors qu’elle réfléchissait du mieux qu’elle pouvait malgré les vapeurs de boisson, deux lumières étincelantes attirèrent son regard. Dans un réflexe surprenant, elle attrapa le col de chemise de Norman et le ramena brusquement vers elle. Non, elle ne cherchait pas à l’embrasser, mais bien à lui éviter de reculer dans la rue et de se faire stupidement écraser par une voiture.

« Fait attention ! Je n’ai pas envie de te tenir compagnie aux urgences. Je te préviens, si tu meurs, j’applaudis, puis je m'en vais ! » dit-elle sur un ton qui laissait présager qu’elle le ferait sans doute si l’occasion se présentait.

La proximité du visage du chasseur la frappa soudainement alors que ses yeux vifs la scrutaient avec curiosité. Il la regardait elle. Personne d’autre. Rien qu’elle. Et ce manque d’espace vitale la troubla profondément, n’aillant pas l’habitude d’avoir toute l’attention de quelqu’un dirigée sur sa  personne. Enfin si, mais pas ce genre-là. Sa prise autour du col de l’ivrogne se desserra et, sentant que l’étreinte s’éternisait, elle trouva un moyen de s’éclipser sans perdre la face. Durant ce moment de faiblesse, son autre main trouva la bouteille d’alcool dont elle pris possession et la porta à ses lèvres tout en s’éloignant.

« Tu as faim ? »  

Elle essayait que sa question est l’air banal, mais le trouble en elle ne se dissipa qu’avec le gout brûlant de la liqueur dans sa gorge. La jeune femme sentait son estomac gronder puisqu’elle n’avait même pas dîner à cause de son agitation. Cependant, elle n’avait pas envie de se montrer dans cet état d’ivresse avancé dans un milieu où ses proches pourraient la reconnaitre. Elle avait envie d’être discrète contrairement à son quotidien où il fallait qu’elle soit toujours flamboyante. Quoique pour la subtilité, elle aurait mieux fait de trouver un meilleur compagnon que Norman Flemming… La faim la poussa donc à prendre son sac, cherchant son portefeuille alors qu’elle songeait à ce petit stand de hot-dog qui était peut-être encore ouvert malgré l’heure. Des plats à emporter du restaurant chinois ce n’était pas non plus une mauvaise idée. La bouteille sous le bras, elle s’arrêta de marcher. Ses maigres options venaient de s’envoler.

« Je n’ai pas d’argent sur moi. » dit-elle en levant les yeux vers son voisin. Après s’être assurée qu’il dépense une belle somme pour étancher sa soif au bar, il ne devait plus être très riche non plus. Où pouvait-il aller alors pour manger ? Chez elle ? Hors de question, c’était son sanctuaire, sa zone réservé aux VIP dont Norman ne faisait certainement pas partie. « Bon bah, on va chez toi alors. Il y a bien un truc à manger là-bas, non ? »

code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   Lun 5 Jan - 17:04
Lysebeth ∞ Norman
La drague, ce n'était pas si différent que ces parties de chasse en forêt. Norman pouvait même y penser comme une version plus légale et moins sanglante de la chose. Dans les deux domaines, il y avait des proies qui représentaient un véritable défi. Sur la liste de ces convoitises, le dragon et l'ancienne dame marieuse se disputait la première place. Le dragon restait désespérément introuvable mais cette chère Lysebeth avait daignée sortir de sa stratosphère mondaine pour se mêler à la populace du Rabbit Hole. C'était comme traquée une jolie biche pendant des mois puis la retrouvée à boire sans méfiance à un point d'eau à côté de vous. L'ancien chasseur savait reconnaître une occasion en or quand il en voyait une, et çà, quelques soit le taux d'alcool présent dans son sang.

Enfin... occasion en or ou non, le secrétaire du Daily Mirror n'allait pas se transformer en parfait gentleman. Il restait ce qu'il était : rustre et n'hésitant pas à profiter de la moindre occasion que lui offrait cette situation surréaliste.

S'il devait défoncer le crâne de quelqu'un avec une boule de billard pour prolonger cet instant, il le ferait. D'ailleurs, c'est précisément se qu'il fit et sans la moindre seconde d'hésitation. Peut-être que Norman allait avoir des ennuis le lendemain. Peut-être qu'il ne pourra pas refouler le plancher de ce bar pendant un sacré moment après çà. Il s'en fichait ! Regretter les conséquences de ces actes et même y réfléchir... c'était bon pour les autres. En mettant les voiles, le docteur Jekyll avait laissé à son double une liberté totale et une impudence qui lui permettait d'en rire à gorge déployée sans avoir à sortir l'excuse de l'alcool pour justifier ces actions.

Pour l'heure, il savourait le souvenir du bruit sourd qu'avait fait son projectile sur la tête de sa victime non-identifiée et le tout aussi joli son qu'était le rire de Lizzie. En plus, il avait pensé à sauver la bouteille d'alcool ! Tout allait bien ! Bon d'accord, s'il avait eu la bouteille en main, c'était dans l'intention initiale de la balancer à son tour sur la tête de quelqu'un mais est-ce vraiment important ? Il s'estimait pas loin du héros et ne manqua pas de le dire à voix haute.

"C'est comme çà que tu appelles l'homme qui a provoquer une bagarre uniquement pour tes beaux yeux ?" Feinta-t-il de s'offusquer lorsque la belle le qualifia de bouffon.

Malgré son air faussement offusqué, l'absence d'animosité dans cette remarque n'avait pas échappé au braconnier. Bien sûr, çà se passait trop bien. Il avait fallut que la situation dérape un peu en parlant des animations des cérémonies mondaines. Heureusement, l'animosité de la lady se concentrait sur le dragon, ce qui étonna Norman. Quoi ? C'était si terrible que çà pour la miss parfaite qu'un gros reptile ait gâché la fête ? Il n'était peut-être pas la meilleure personne pour en juger puisque l'intervention du monstre à écailles représentait une des meilleurs nouvelles de sa vie. L'ancien chasseur se souvint vaguement que sa première intention du soir était d'obtenir des renseignements et il se risqua à une tentative sur ce terrain.

"Arrête avec çà ! Dans une semaine, quand quelqu'un dira 'dragon' sont interlocuteur dira 'dra..Quoi ?'... Parce que ta prochaine grande fête sera tellement réussie qu'elle balaiera toute cette histoire." Assura-t-il avec confiance et ferveur. Il était certain que Lysebeth préparait quelque chose pour se rattraper. Parce que la Lizzie qu'il pensait connaître ne se laissait jamais démonter par le moindre problème.

Bref, il y avait plus important à penser comme, par exemple : la suite du programme. Il détenait la seule bouteille d'alcool accessible et marcha a reculant en faisant miroité cette avantage. Concentrer sur l'ancienne dame marieuse, il ne prêtait aucune attention à la direction qu'il prenait. Surtout que Lysebeth ne tarda pas à le suivre. Un sourire radieux s'afficha sur son visage mal rasé alors qu'il constatait ce fait.

Ensuite, il y eut... un blanc dans les événements. Comme quand on se souvenait d'un instant A et qu'on réalisait vivre un instant B sans avoir aucun souvenir de ce qu'il y avait entre les deux. Tout d'un coup, Lysebeth le tenait par le col de sa chemise après l'avoir brusquement ramener vers elle. Est-ce que la belle était ENFIN tombée sous son charme ? Trois battements de paupière plus tard, deux points lumineux qui s'éloignait lui indiquèrent que l'ancien chasseur n'était pas passé à deux doigts d'un baiser très attendu mais plutôt à deux doigts de la fin.

La politesse aurait exigé qu'il remette une distance entre eux. Sauf que Norman aurait préféré mourir que de faire un tel geste.

"Non." Déclara-t-il lorsque Lysebeth parla de partir s'il devait mourir. "Tu serais obligée de rester car j'ai mis dans mon testament que c'est toi qui fera mon éloge funèbre."

L'humour de Norman avait toujours été particulier, que se soit dans ce monde ou dans l'autre, et l'alcool n'aidait pas à déterminer s'il avait vraiment marqué une telle chose dans son testament (et même s'il en avait véritablement fait un) ou s'il inventait au fur et à mesure.

En tout cas, ce qui était certain, c'est qu'il savourait cette proximité inattendue avec l'entremetteuse. Avec une autre femme, il aurait déjà franchi les quelques centimètres qui le séparait d'un baiser. Mais Avec Lizzie... Avec Lizzie, il savait que le moindre geste pouvait faire partir la belle. Norman se retrouva temporairement dans la situation inattendue de ne pas savoir quoi faire. Un sentiment qui était assez grisant.

Et la suite fut encore plus à son goût, même s'il regretta la fin de cette étreinte improvisée, Lysebeth en avait profité pour lui chiper la bouteille d'alcool. Ouah. Le secrétaire du Daily Mirror en fut impressionné, il ne pouvait pas le cacher. Au point de ne pas réaliser tout de suite que la miss parfaite lui avait posé une question.

"Hein ? Quoi ?" Fut tout se qui put franchir ces lèvres, le temps qu'il se remette de son hébétement. "Oh, oui. Toujours."

Il reprit rapidement du poil de la bête en retrouvant avec un regard appuyé et un sourire entendu. Avec regret, il se décida à reprendre la marche pour ne pas se laisser distancer. Dommage, en faisant cela, il perdait le superbe spectacle du déhanché sur talon mal assurée de Lizzie. Mais il arriva juste à temps dans le sillage pour capter le grognement de ventre de la lady. Il ne put s'empêcher d'émettre un éclat de rire qu'il camoufla le mieux possible avec sa main.

"Quel manque d'élégance, très chère." Commenta-t-il avec son imitation d'accent bourgeois.

Chaque secondes passées au côté de la belle comptait pour un bonus. En temps normal, il aurait déjà été éjecté depuis au moins une demi-heure... quoi qu'il ne chronomètre pas vraiment ses interventions et ne pouvait pas donc en juger de manière précise. Malheureusement, cette soirée menaçait d'être brutalement interrompue par manque d'argent. Lorsque Lizzie l'informa qu'elle n'avait pas d'argent, Norman eut une mine songeuse et réussit à se détacher du joli minois de la belle pour ne pas distraire sa mémoire. Il se souvint vaguement de son portefeuille... laisser à proximité du billard pour payer la note. Le braconnier fit la moue devant ce rappel de la réalité. Hum... fâcheux.

C'est alors qu'arriva un miracle ! Une proposition qu'il n'aurait jamais osé faire à ce stade de la soirée et qui ne pensait jamais voir franchir les lèvres de son interlocutrice.

"Bien sûr !" Assura-t-il avec une conviction exagérée.

Il devança sa complice de boisson inespérée de quelque pas et se retourna vers elle en adoptant la pose qu'il appelait 'la pose du majordome' : Un bras dans le dos, légèrement incliné vers l'avant, pied joint et l'autre bras devant lui comme s'il proposait avec galanterie à l'entremetteuse de s'y accrocher pour assurer sa marche précaire.

"Milady, laissez-moi vous servir de guide vers un charmant petit pied-à-terre en bordure de forêt. A l'intérieur : Nourriture. Alcool. Tout se qu'il vous plaira, milady."
Expliqua-t-il avec le sourire narquois de celui qui était à la fois heureux de la tournure des événements et persuader de faire une bon trait d'humour.

Alors qu'il conduisait Lysebeth jusque chez lui, l'esprit du chasseur inspecta frénétiquement sa mémoire. Dès le départ, Norman comptait sur le fait de ne pas passer la nuit seul, donc il avait normalement planqué toutes ses armes. En principe. Il y avait bien les trophées (parce que çà ne servait rien d'en avoir si on ne pouvait pas s'en vanter) mais il pourra toujours prétendre les avoir achetés pour les bestioles les plus rares. La maison était dans un désordre organisé, peut-être y avait-il quelques bouteilles de bière vide par terre mais çà, Lysebeth devait certainement s'y attendre. Rien d'illégal, donc. Parfait !
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] « D'une catastrophe à l'autre... » feat. Norman F.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maman. Y'a pas d'autre mot. [feat. Symphonie des Coquelicots]
» [FLASHBACK][AVERTISSEMENT] Un baiser frappe comme la foudre. ♛ feat. Azylis
» Ne perdez pas espoir, car quand une étoile meure, d'autre apparaisse... || FEAT. StarLight - Eyeless Jack - Ao || RP DE MORT ||
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-