★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Lun 7 Avr - 18:50
Insomnie... Aiden & Adora

Si le silence n’était pas obligatoire pour ma tentative d’évasion, j’aurais ris. Je crois que j’aurais été un très bon ninja dans une autre vie. Enfin, peut-être en étais-je un sans me souvenir ? La théorie de la malédiction me plaisait bien, car elle apportait des solutions à tous mes problèmes d’enfant. L’absence de mes parents ainsi que la misérable existence qui se déroulait entre les murs crasseux du pénitencier dirigé par Carmen Time.  Malgré l’état lamentable du plancher de l’orphelinat, mes pieds se déplaçaient rapidement sans faire le moindre bruit ou grincement suspect. Prudemment, je me dirigeais vers la fenêtre de ma chambre où j’avais dévissé, puis enlevé le grillage qui normalement nous empêcherait de sortir. J’espérais qu’Owen me pardonne l’emprunt sans permission d’un tournevis dans son coffre à outil. L’objet avait été plus que tentant lorsque j’étais allé confectionner des jouets en bois chez le surveillant, mais j’oubliais sans cesse de lui rendre, car je trouvais toujours une nouvelle utilité à l’instrument. Après tout, j’avais plus d’une façon de sortir de l’orphelinat en douce, même si certaines étaient plus ardue que d’autres lorsqu’il fallait soit que je rampe dans un conduit ou soit en marchant sur le toit… Bref, rien ne me retenait jamais vraiment prisonnier dans cet horrible bâtiment ! Toutefois, par prudence, je cachais toujours le tournevis dans un endroit très secret.

Pour le moment, je me faufilais dehors et me mis à descendre jusqu’au premier étage grâce à la gouttière toute rouillée. Il fallait que je sois prudent, elle risquait de facilement se décrocher du mur et de m’entrainer dans sa chute un jour !  Peut-être que je reverrais Sun la Kiné à ce moment là ou Lilween et ses dessins ! En souvenir de mes amis, je souris d’un air rêveur. Finalement, un séjour à l’hôpital ne serait pas si terrible, enfin, hormis la blessure qui m’y amènerait! Mes deux pieds touchèrent le sol et je parti à la découverte de la vie nocturne de Storybrooke. La lune éclairait faiblement les rues et je ne voyais personne. J’évitais les endroits avec les bars et le casino. C’est là que se tenaient les gens louches comme le sinistre bijoutier. Surtout que je m’amusais à barbouiller les vitrines de sa boutique avec Cloé parfois durant la semaine alors autant éviter de le croiser lorsqu’il avait de l’alcool dans le sang !

Je fis ma ronde habituelle, allant vers le parc ou je passais quelques minutes dans les balançoires. Je me balançais toujours plus haut en regardant le ciel, m’imaginant qu’un jour je pourrais atteindre les étoiles si je me poussais assez fort. Je n’étais pas idiot, je savais que c’était impossible dans le moment présent. Il fallait de la poussière de fée pour voler après tout ! De la poudre brillante ainsi qu’une pensée heureuse, mais ça j’en avais déjà plein la tête! Je me mis à siffloter lorsque je repris ma promenade. Je passais devant les blocs d'appartements et regarda s’il y avait pas de la lumière chez Becky. Tout était éteint et je supposais qu’il devait être plus tard que je le croyais. De toute façon, ses voisins se plaideraient surement encore du bruit si j’allais la réveiller pour un tournois de jeux vidéo.  Faute de chose à faire, je repris la direction de l’orphelinat. Je mis ma main devant ma bouche pour étouffer un bâillement. Je fis le chemin inverse et remonta par la gouttière qui craqua légèrement sous mon poids, je figeais, espérant ne réveiller personne puis me remis à monter jusqu’à ma fenêtre. J’enjambais le rebord et posa les pieds dans ma chambre. Soudain, une main se posa sur mon épaule et me fis sursauter. Je fis volte-face et une expression de stupeur se peignit sur mes traits. J’étais découvert !

''Lâchez-moi !'' dis-je en me dégageant rageusement de la prise de la méchante Adora Kindness. Je reculais de quelques pas et distingua le visage de la femme dans la clarté fantomatique de la lune qui filtrait au travers de la fenêtre encore ouverte. Je compris que je n'étais pas le seul qui n'arrivait pas à dormir cette nuit...



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Ven 18 Avr - 20:27
Insomnie... Aiden & Adora

D'ordinaire, Adora ne prenait que rarement le service de nuit. C'était le terrain d'Owen. Elle, elle devait essayer de réparer les rêves idiots que son confrère avait fait entrer dans la tête des orphelins trop crédules et naïfs pour y croire. Elle devait les ramener à la réalité qui détruisait les rêveurs, raviver les craintes qui avaient été émoussé par les gestes rassurants et réconfortant de l'ancien marchand de sable.

Ensuite, il y avait eu le mariage Nerys et ces nuits aussi commençaient à être envahis par des cauchemars. Plutôt ironique pour un ancien croquemitaine, n'est-ce pas ? Ce n'était pas vraiment d'avoir vu l'étalage de l'amour inconditionnelle ressenti par les deux heureux élus qui lui donnait des sueurs froides nocturnes, ce serait plutôt une envie de vomir qu'elle ressentait en se rappelant cette scène horriblement mièvre. Au mariage, il s'était passé quelque chose. Un dragon s'était invité à la fête. Si elle n'aurait pas vu le monstre de ses propres yeux... et même ainsi, elle peinait à croire que se qu'elle avait vu était réel et ne voulait certainement pas aborder le sujet. Pour finir dans une jolie chambre capitonnée en psychiatrie ? Non, merci.

En apercevant ce lance-flamme géant, Adora avait réalisé que les monstres existaient. Des dangers contre lesquelles toutes ces punitions ou remarques blessantes pour forger le caractère de ces protégés ne pouvaient rien faire. Depuis, le même cauchemar berçait ces nuits, celle de voir la créature écailleuse se diriger vers l'orphelinat pour le réduire en cendres. Comme trop souvent ces derniers temps, l'ancienne ombre se réveilla en sursaut dans son lit. Et comme d'habitude, elle s'habilla à la hâte pour une ronde nocturne sur son lieu de travail.

Son souffle paniqué et son rythme cardiaque s'adoucirent lentement jusqu'à revenir à la normale alors qu'elle marchait sans bruit dans le couloir des dortoirs. Heureusement, elle ne croisa pas Owen. Lorsqu'elle y repensait, elle se sentait idiote de venir ici à chaque insomnie. C'est vrai, les dragons n'existaient pas... Les dragons n'existaient pas ! En plein jour, c'était facile de s'en convaincre. Mais la nuit... Adora ferma un instant les yeux en s'adossant au mur pour se concentrer sur les respirations nocturnes, ponctués de petits cris indiquant que certains des enfants endormis faisaient des cauchemars. Étrangement, ce bruit lui plaisait, comme s'il lui était coutumier.

Rassurée et décidée à rentrer chez elle avant de croiser son confrère, elle passa devant la chambre d'Aiden. Dans son ancienne vie, le croquemitaine aurait sans doute entendu le bruit de la gouttière ou du moins elle aurait senti que l'enfant ne dormait pas. Rien de tout çà ne motiva son geste, juste le besoin de s'assurer que l'enfant dormait. Adora ne savait pas pourquoi elle prêtait plus d'attention à cet orphelin là.... quoi que le mot 'acharnement' serait plus exacte. Aiden recevait presque autant de punition que Cloé, sans doute parce qu'il était tout aussi rebelle que l'ancienne fée.

En ouvrant doucement la porte, la surveillante eut la désagréable surprise de voir le garçon revenir d'une de ces expéditions nocturnes. Adora serra les dents. Colère et crainte concernant le gamin se mélangèrent tandis qu'il saisit l'orphelin par son épaule.

L'enfant se libéra de sa prise en protestant. L'ancienne ombre avança prestement pour combler la distance qu'Aiden cherchait (à juste titre) de mettre entre eux.

"Oh, non, je ne te lâcherais pas !" Siffla-t-elle en saisissant l'oreille du gamin et la pinçant ainsi pour faire regretter à l'orphelin sa petite virée nocturne. "Où étais-tu encore parti ?! Tu as envie de finir dans le ventre du dragon ou de te casser le cou sur la gouttière ?"

Il était étrange de mélanger une menace réaliste et imaginaire. Pourtant, elle devait se rendre à l'évidence que l'attaque du dragon devenait une possibilité tout aussi plausible désormais qu'un genou éraflé ou une mauvaise chute. Après avoir tiré une dernière fois l'oreille de sa victime, elle se décida à lâcher prise pour s'adosser à la porte, la refermant dans un bruit sec. Les bras croisés, elle toisa le gamin comme un juge attendant le dernier plaidoyer du coupable pour rendre son verdict

"Bien... Ce sera quoi cette fois ?" Réfléchissait-elle à voix faute avant de poursuivre sur un ton qui se voulait las. "Corvée de nettoyage ? Récurer les casseroles avec une brosse à dents ?... Tu as déjà tout fait, il me semble. Je commence à manquer d'imagination concernant tes punitions."



codes par shyvana


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Lun 21 Avr - 21:14
Insomnie... Aiden & Adora

Je me retenais de ne pas hurler de rage et de protestation. Les autres enfants dormaient surement encore et je n’étais pas du genre à les priver de quelques heures de sommeil supplémentaires sachant l’enfer qu’on affrontait tous les jours. Moi j’étais en plein dedans et je le savais. J’étais extrêmement en colère de mettre fait repérer, en colère contre moi-même et mon bourreau. Il y avait quelque chose chez cette femme qui me faisait froid dans le dos, comme à tout le monde. Sauf que moi je voulais apprendre à ne pas avoir peur d’elle, même si cela allait devoir me prendre plusieurs coups de pratique avant de parvenir à soutenir son regard plus de quelques secondes. J’allais m’habituer à l’effroi, car au fond de ma tête, je savais que ce n’était qu’une étape passagère. Un jour, j’aurais ma fin heureuse loin d’Adora et de ses menaces...  

Soudain, la surveillante m’attrapa par l’oreille et je grimaçais de douleur. Je n’essayais pas de résister, ayant presque la certitude qu’elle pourrait finir par me l’arracher selon son bon vouloir… Oui dans ma tête, j’avais vraiment affaire à un monstre ! La pénombre de la nuit et sa grande silhouette qui me dépassait de plusieurs centimètres ajoutaient à cette impression. À mes yeux, Adora était coupable du plus odieux des crimes : celui de briser les rêves de mes camarades. Enlever l’imagination à un enfant c’était pour moi l’équivalent de l’empêcher de respirer. Nous n’avions que ça et malgré tout, on voulait nous l’enlever !

'' Aie ! Aïe ! Aïe ! '' me plaignais-je pour lui dire d’arrêter de me trimbaler ainsi.

Je ne voulais pas vraiment répondre à ses questions, mais je savais que plus vite elle entendrait ce qu’elle voulait et plus vite je pouvais rejoindre les draps –pas si douillets que ça- de mon lit. Je regrettais de ne pas mettre arrêté pour réveiller Becky ou Owen ou même Walgrim. Mon oreille n’aurait surement pas prise cette teinte rouge vive, du moins, pas avant le matin. D’ailleurs, que faisait la brune dans ma chambre ? M’avait-elle vu sortir ou entendu rentrer ? Possible. Comment aurait-elle réagit en trouvant le lit vide et sans personne dans la chambre ? Elle s’en fichait surement ! J’imagine que le seul plaisir d’avoir eu plus de temps pour réfléchir à ma punition l’aurait comblé. Le fait qu’elle puisse s’être inquiétée pour moi ne m’effleurait pas l’esprit. Personne ne s’inquiétait pour moi, sauf peut-être Cloé, mais elle prenait soin de tout le monde de cette manière. Lorsque Adora me lâcha, je me frotta vigoureusement l’oreille de ma main qui dépassait de mon pull en laine trop grand. Les sourcils froncés, je la foudroyais du regard d’un aire mauvais.

'' Parce que vous y croyez vous au dragon peut-être ?! ''

J’essayais de ne pas crier, mais mon ton de voix restait très hostile. Depuis quand le cauchemar des orphelins se souciait d’une bête de légende ? Et puis si elle me connaissait un peu, elle saurait que je cherchais le dragon seulement durant le jour. Et puis quoi encore ? Elle attendait mes propositions de punitions ?

'' Dites-le tout de suite si vous avez peur des gros lézards cachés sous votre lit mademoiselle Kindness ! Ensuite, on verra si votre imagination a bel et bien des limites ! ''

Je reculais d’instinct, comme si je m’attendais à une gifle pour mon impertinence. Un genre de bond vers l’arrière qui remit un peu de distance entre nous, levant un peu les mains au cas où je devrais me protéger. Je restais un enfant et j’avais encore peur du monde des grands où je me savais plus démunie que jamais. Pourtant, j’aurais presque voulu qu’elle me frappe pour ainsi avoir moins de remord à lui retourner une claque même si c’était une femme. Une chose me trottait toujours en tête malgré tout. Comment se faisait-il qu’elle était là pile au moment de mon retour ? J’évitais ses questions. J’oubliais la punition et je refusais de remarquer que sa chevelure brune ressemblait étrangement à la mienne. Je levais mon regard bleuté pour le poser droit dans le sien et imita le ton mielleux que prenait la surveillante lorsqu’elle s’adressait à un des orphelins qui pleurait parfois la nuit.

'' Alors, on a fait un mauvais rêve ? ''




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Ven 25 Avr - 22:22
Insomnie... Aiden & Adora

Adora n'était pas naïve, elle savait qu'amour et peur ne seront jamais compatible. Elle avait choisit d'être craint plutôt qu'être aimé. Que lui avait apporté l'amour des surveillants lorsqu'elle avait été elle-même orpheline ? Rien. On l'avait fait espérer, rassurer... lui rabâchant sans cesse qu'un jour elle fera parti d'une gentille famille qui l'adopterait. Rendant la réalité bien plus cruelle à mesure qu'elle restait sur la touche tandis que les autres devenaient les heureux élus pour des parents en manque d'enfant. Même les 'adopteurs en masse' qui n'avaient jamais assez d'orphelins comme la famille Shaolin et les Chimay n'avait pas voulu d'elle.

L'ancienne ombre laissa de côté cette pensée amère pour se concentrer sur les cris de sa victime du soir qu'elle tirait par l'oreille. Si elle devait être un monstre pour que les orphelins gardent les pieds sur terre, elle acceptait volontiers ce rôle. La surveillante ne pouvait cacher que derrière le prétexte de mieux préparé ces protégés à la dure réalité de la vie, elle éprouvait un certain plaisir à réduire les espoirs en miette avec ces fausses paroles d'encouragement. Et le gamin qu'elle venait de prendre la main dans le sac était un des éléments les plus récalcitrant. Son instinct lui avait soufflé de vérifier s'il dormait et elle avait vu juste.

Adora retint un sourire féroce en entendant les cris de protestations. Sourire qui ne dira qu'un instant très bref, remplacer par l'inquiétude et la colère. Comme toujours lorsqu'elle commençait son sermon, elle présenta tous les risques que présentaient les escapades nocturnes d'Aiden... Etrangement le dragon arrivait à part égal avec un genou écorché ou un cou brisé. Après une dernière pression sur l'oreille du gamin, elle lâcha prise pour s'adosser à la porte. S'il suffisait de fessée pour faire rentrer un peu de jugeote dans la tête du garçon, ce dernier serait le plus sage des pensionnaires.

Au lieu de cela, elle avait un gamin qui croyait en des théories farfelues, faisaient des escapades nocturnes et croyait que de chercher le dragon seulement la journée empêcherait la bête d'en faire son quatre-heure. Elle perdit un peu contenance lorsqu'il lui demanda de manière hostile si elle, elle y croyait. C'est vrai, croire aux contes de fées n'était pas son style. Mais elle avait vu la créature. De trop près. Comment Owen pouvait raconter des histoires de gentil dragon après avoir vu un tel monstre en vrai ?

A nouveau, la surveillante préféra écarter cette pensée désagréable pour faire mine de chercher une punition pour la nouvelle infraction d'Aiden. En disant qu'elle commençait à être à court d'imagination, elle n'était pas loin de la vérité. Le gosse avait déjà reçu les pires corvées à plusieurs reprises de sa part. Avec un autre enfant, Adora aurait réagit différemment. Mais elle devait bien le reconnaître, l'enfant ressemblait beaucoup au tempérament têtu qu'elle avait eu à son âge. Rien que cette constatation la poussait à être plus sévère. Pour que l'histoire ne se répète pas. Sauf que l'orphelin ne semblait pas disposer à retenir la leçon qu'elle essayait de lui apprendre.

La preuve, Aiden continua de jouer la provocation. Devant la réplique de gros lézards cachés sous son lit, la main d'Adora se leva vivement comme pour lancer une gifle. L'ancienne ombre retint son geste alors que le gamin recula, réalisant l'aspect incongru du geste qu'elle avait faillit accomplir. Donner des gifles ne lui portait pas de problème de conscience même si la surveillante savait qu'un mot bien placé faisait plus de dégât que ce genre de geste. Et surtout, elle ne le faisait jamais sans raison. Là, à croire qu'il venait de l'insulter en comparant le dragon avec le croquemitaine qu'elle aimait faire croire tapis sous le lit des chérubins les plus jeunes qu'elle bordait. Étrange.

"Tu crois..." Éleva-t-elle la voix avant de radoucir son ton en pensant aux autres enfants endormis et à la finesse de certains murs. "Tu crois que ce n'est qu'un jeu, n'est-ce pas ?"

Baisser la voix ne la rendait pas plus douce, bien au contraire. Elle ne voulait pas admettre qu'Aiden avait vu juste, elle était effectivement là parce qu'elle avait fait un cauchemar. Plutôt mourir que d'avouer cela. Surtout devant cet enfant.

"Je suis venu réparer les idioties d'Owen, comme d'habitude." Répliqua-t-elle en y mettant tout le mordant dont elle était capable. "Depuis le mariage, il passe son temps à vous racontez des histoires de gentils dragons et de conte de fées." Continua-t-elle avec mépris. "Tu crois que ce monstre fera quoi, si tu le trouves ? Qu'il sera ton ami ? Je doute que des parents veulent de toi s'il te manque des morceaux !"



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Mer 30 Avr - 0:26
Insomnie... Aiden & Adora

Je jouais avec le feu, je le savais et pourtant je continuais jusqu’à m’en brûler les doigts. Pas besoin du souffle du dragon pour sentir la brûlure des mots que me susurrait Adora. Avec ses grands airs, gardant l’illusion qu’un adulte avait toujours raison sur un enfant, elle me rappelait cette façon étrange qu’on les ombres de s’agrandirent lorsque la lumière faiblissait. Elle me dominait de sa grande silhouette et je posais mon regard vif sur sa main levée pour me gifler. Mon instinct m’avait aussitôt demandé de reculer, mais ma colère donnait l’impression d’un brasier qu’on venait de rallumer avec un bidon d’essence. On était deux qui pouvaient jouer sur les points sensibles de l’autre sans jamais comprendre que notre ténacité était la même. Un défaut héréditaire bien présent dans la pièce à cet instant !

Je détestais cette femme. Sa méchanceté, sa voix mielleuse, ses menaces et peut-être même à cause de son abandon dans une autre vie. Ou pas. Après tout, j’avais toujours ignoré qui était la personne qui m’avait mise au monde. Je ne pouvais que me questionner à savoir où elle était et pourquoi j’étais seul. Et j’étais terriblement seul là tout de suite. J’imaginais le visage de mes frères et sœurs orphelins qui dormaient paisiblement et les enviais sans avoir l’égoïsme de les réveiller. Adossé au mur près de la fenêtre grande ouverte, je tenais à garder une distance entre la surveillante et moi. À croire que même son contact avait un petit quelque chose de venimeux tout comme ses paroles. Je serrais les poings sous la frustration, mais aussi pour les empêcher de trembler. Je me promis d’être fort et ce même si je devais essuyer des coups.

''On ne fait que discuter… Et c’est loin d’être aussi amusant qu’un jeu !''

C’est vrai que cette conversation était une vraie perte de temps. Adora évitait mes questions au lieu de réagir comme elle le faisait d’habitude. Étrange pour quelqu’un qui se vantait d’être désillusionnée par la vie ! Cela m’étonnerait qu’elle ait changé d’idée subitement concernant la malédiction. Bref, je n’allais pas cesser d’escalader les murs de l’orphelinat lorsque j’avais envie de prendre l’air et la surveillante, elle, ne cesserait pas non plus d’être un monstre de sitôt. Bref. Perte de temps. Néanmoins, quand elle mit la faute sur le sculpteur de jouets, je m’emportais. Owen avait une place très spéciale dans mon cœur et ce n’était pas cette sorcière qui allait ternir son image dans mon esprit !

'' Owen n’a rien fait de mal ! ''

Savait-elle au moins ce que cela signifiait d’avoir des amis ? Le fait qu’elle préférait vérifier que tous les pensionnaires étaient bel et bien prisonniers durant la nuit me soufflait que leur nombre devait se compter sur les doigts de ma main. Le karma sans doute ! Une femme aussi méchante devait forcément côtoyer la solitude. Pour défendre mon ami, j’étais sorti du coin de la pièce et me planta bien droit devant la dame. Elle ne savait pas du tout de quoi elle parlait ! Je levais un doigt accusateur sur elle alors que je desserrais les lèvres.

'' Je veux juste voir le dragon et, peut-être, le prendre en photo. Avec cette photo, tout le monde sera forcé d’y croire ! Même vous ne pourrez pas m’en empêcher ! Le dragon existe et les contes de fées aussi !''

La colère me fit déballer tout mon plan d’un seul coup, mais ça m’était égal. Adora était déjà mon ennemi et elle aurait fini par l’apprendre un jour ou l’autre. Mon seul regret était que je m’imaginais déjà assit à côté d’Henry dans le bureau d’Archie Hopper à essayer de prouver que les rêves pouvaient devenir réalité… Je chassais cette idée de ma tête, l’opération Cobra devait continuer malgré tout ! Cependant, je fus tenté de détourner l’attention de la brune sur un autre sujet juste au cas où…

''De toute façon, je me fiche qu’on m’adopte ou non ! D'ailleurs, qu’est-ce que ça peut vous faire que je me fasse mettre en pièce par le dragon ? Au final, vous serez débarrassée de moi et hop ! Plus besoin de réfléchir pour me trouver une punition !'' rajoutais-je avec la même rage. Je regardais autour de moi et conclu qu’il ne me faudrait qu’une seule valise pour toutes mes affaires. Je pensais à fuguer et à trouver refuge ailleurs. J’attirerais des problèmes à Owen et Rebecca si j’allais squatter chez eux, mais dans la foret, personne ne me retrouverait. Je deviendrais aussi difficile à trouver que ce foutu dragon !




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Ven 16 Mai - 10:12
Insomnie... Aiden & Adora

Pour Adora, Aiden n'avait rien d'un petit garçon mignon. La surveillante sentait que si elle quittait le gamin des yeux, elle allait le regretter. Surtout que l'orphelin s'était réfugié près de la fenêtre. Que craignait-elle vraiment ? Qu'il lui échappe ou fasse une mauvaise chute en se précipitant vers la fenêtre ? Elle n'en était pas vraiment sûre. Tout comme elle ne comprenait pas comment le garçon continuait de lui résister alors qu'elle s'acharnait particulièrement sur lui. Ne pouvait-il pas comprendre que ces escapades nocturnes étaient dangereuses ? Surtout depuis le mariage.

Tout çà ne devait être qu'un jeu pour le petit ingrat et lorsqu'Aiden répliqua qu'il ne faisait que discuter, elle poussa un soupir. Pour parfaire le geste, elle aurait du détourner les yeux ou au moins les lever au ciel mais elle ne prendrait jamais le risque de quitter le gamin du regard, pas même une seule seconde.

"Ne fait pas semblant de ne pas avoir compris." Commenta-t-elle, exaspérée. "Je ne parlais pas de notre conversation."

Mais plutôt de sa recherche du dragon. Il la croyait idiote au point qu'elle n'aurait pas deviné ses dangereux projets ? Adora soupçonnait qu'Owen ait une part de responsabilité dans cette histoire. Au lieu de mettre en garde contre le gros lézard qui se baladait quelque part dans la forêt, son collègue inventait des histoires de gentils dragons, ruinant les efforts de l'ancienne ombre. La surveillante était ravie d'accusé à voix haute l'ancien marchand de sable, éludant ainsi la véritable raison de sa visite nocturne.

Un sourire mi-triomphant mi-féroce apparut un instant sur les lèvres de l'ancien croque-mitaine lorsqu'Aiden protesta pour défendre Owen. Adora était ravie de revenir à un sujet moins glissant pour elle, écartant ainsi les brides de son cauchemar qui demeurait encore dans son esprit.

"C'est vrai. Owen ne fait rien." Répéta-t-elle en modifiant légèrement la phrase pour qu'elle corresponde à se qu'elle pensait. "Rien pour vous ramenez à la réalité."

Au moins, grâce à sa diversion, l'orphelin avait quitté la sécurité du coin de la pièce et combla la distance qui les séparait. Elle devait bien admettre qu'Aiden ne manquait pas de courage, très peu de ces petits protégés oseraient pointer un doigt accusateur vers elle.

La surveillante n'en croyait pas ses oreilles lorsqu'Aiden avoua vouloir prendre le dragon en photo pour avoir une preuve que les contes de fée existent. S'ils avaient été dans la Forêt Enchanté, le regard d'Adora aurait prit des teintes dorées sous le coup de l'irritation et de la colère mais il n'y avait pas de magie ici et l'ancienne ombre n'était plus une créature de légende mais une humaine comme les autres. Ce qui ne l'empêcha pas de rendre son regard le plus sévère possible. La tentative de la gifle refit surface dans son esprit. Cependant, au lieu de cela, elle combla le peu de distance qui restait entre eux et se pencha pour que son regard soit au même niveau que celui d'Aiden.

"Et si le flash de ton appareil photo réveillait la bête ? Que feras-tu ? Y as-tu seulement pensé ?" Demanda-t-elle en prenant fermement le gamin par les épaules. "Ce que j'ai vu au mariage, ce n'était pas un dragon de contes de fées ! C'était un animal... une bête cruelle et dangereuse !"

Elle avait crut qu'avec le temps, les souvenirs de ce mariage disparaîtraient pourtant il lui suffisait dans parler pour que les images reviennent, aussi vive que si tout cela avait eu lieu la veille. Ses ongles se plantèrent dans les épaules du gamin alors qu'elle se rappelait la bête en train de cracher du feu. La surveillante relâcha sa prise et s'écarta vivement lorsqu'elle s'en aperçu. Adora ne voulait paraître faible, montrer qu'elle avait peur de quelque chose. La suite du discours d'Aiden lui confirma ce fait. Plus que sur les paroles du gamin, qui lui rappelait dangereusement les discours qu'elle criait elle-même aux surveillantes lorsqu'elle avait l'âge d'Aiden, Adora se concentrait sur l'attitude de ce dernier.

Elle ne savait que trop bien ce que signifiait le tour d'horizon qu'opérait le regard de l'orphelin. Elle préférait remarquer ce genre de détail plutôt que de se concentrer sur quelque chose qu'Aiden avait brillamment mit en lumière : Pourquoi s'inquiétait-elle de se qui pourrait arriver à Aiden ? C'est vrai que si le gamin disparaissait entre les crocs du monstre, son travail en deviendrait plus tranquille. Est-ce parce qu'on l'en tiendrait pour responsable ? L'argument semblait un peu trop faible pour justifier son acharnement.

"Ta prochaine chambre n'aura pas de fenêtre." Déclara-t-elle sur un ton à la fois songeur et tranchant.

Adora s'attendait à recevoir de la résistance, le plus important était donc d'attaquer en premier. A peine avait-elle terminé sa phrase que sa main se saisit du bras d'Aiden pour l'obliger à la suivre.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Sam 24 Mai - 18:15
Insomnie... Aiden & Adora

Parfois, je caressais l’idée qu’Adora me voyait aussi fouteur de trouble que je l’étais. Les autres me sous estimaient, me croyant trop petit ou trop faible, pas assez malin ou trop malin, pour causer autant de problèmes. Allez savoir pourquoi, j’avais ce besoin que la surveillante me voit tel que j’étais, un ennemi à sa hauteur, un égal et malheureusement, j’avais sans doute choisie un Némésis qui n’avouerait jamais une telle chose… D’ailleurs, j’étais convaincu quelque part que tous les gens autour, à un certain point dans leur vie, voudront se débarrasser de moi. C’est pourquoi, j’essayais de vivre seul dans mon monde fantaisiste sans demander de l’aide. Je voulais quelque chose, j’allais le chercher moi-même d’où cette obsession avec la photo du dragon. Je n’étais pas un chasseur comme Norman, à la limite, je pouvais apprendre, mais je n’avais ni fusil, ni plusieurs années d’expérience. Il ne me restait que l’espoir. Un espoir enfantin de ramener tous les habitants de Storybrooke à la raison. Quelque part, je pourrais peut-être même sauver Adora de son aveuglément causé par la malédiction. Je me croyais investi de cette mission, même si je n’étais pas le sauveur qu’Henry espérait tant. Je voulais désespérément être quelqu’un d’important pour au moins une personne ! Du coup, je prenais soin des plus jeunes et faisais enrager les plus vieux.

Je ne reculais pas lorsque la brune se pencha à ma hauteur pour plonger son regard dans le mien. Je me sentais devenir une statue de sel, comme les pauvres victimes d’une gorgone et de sa chevelure venimeuse. Je n’osais même pas cligner des yeux de peur que la surveillante devienne effectivement une créature plus dangereuse encore qu’elle ne l’était. Ce n’est que lorsque mes poumons abdiquèrent que je compris que j’avais retenu ma respiration tout ce temps. Je songeais quelque seconde à la possibilité qu’un flash ou qu’un bruit suspect réveille effectivement le reptile géant durant ma quête… Puis j’haussais des épaules avec indifférence. Je préférais mourir à la recherche d’un rêve que de vivre dans une réalité sans magie ! Comme c’était chevaleresque !

''Je trouverais un moyen ! Ce sera sur un téléphone ou un truc qui n’a pas besoin de flash… J’aurais cette photo ! Et alors, vous vous en mordrez les doigts !'' dis-je toujours aussi entêté.

Il n’y avait rien à faire, pas même les arguments factuels de miss Kindness ne me faisait changer d’idée. Et puis, j’étais loin d’être assez idiot pour oublier d’enlever le flash ! En vérité, je fus même vexé qu’elle me pense si dépourvu de ressources… Comme je pourrais la surprendre ! Je sentis ses doigts s’enfoncer dans mes épaules et malgré ma promesse de ne pas flancher, ma bouche se crispait devant cette poigne d’acier. On aurait dit un chat qui venait d’entendre un chien aboyer trop fort. Et soudain, je me demandais si la photo était tellement nécessaire. Ce qu’avait vu Adora au mariage l’avait bel et bien marqué, mieux que le ferait toute les preuves que je pouvais lui apporter. La femme s’écarta et sa sentence tomba ; un nouveau cachot sans fenêtre !

''Qu-quoi ?!''

Je n’eus pas le temps d’en dire plus qu’elle m’attrapa le bras et me forca à la suivre. Peu importe l’endroit où elle me menait, ça ne pouvait pas être bon ! Une petit vague de panique m’envahie et je cherchais déjà une échappatoire. Soudain, j’eus une idée et je me retiens de ne pas sourire devant la misère que j’allais donner à ma rivale. En apparence, ma réaction parut un peu stupide, mais elle était ô combien efficace ! Bref, je me laissais tomber au sol et devenu aussi mou qu’une poupée de chiffon. Si Adora voulait me faire bouger, elle allait devoir soit me traîner ou me soulever pour le faire ! J'étais devenu un vrai poids pour elle, dans tout les sens du terme ! Elle réussit à avancer sur quelques centimètres environ, mais c’est alors que ma main libre s’empara du bas de embrasure de la porte et ne la lâchait plus. Elle pouvait tirer autant qu’elle voulait, même m’arracher le bras qu’elle retenait, je ne flancherais pas ! Je savais que ce petit manège ne pourrait pas durer toute la nuit par contre. Alors, je lui proposais un jeu. Avec un peu de chance, cela allait l’aider à ouvrir son esprit imperméable à l’imagination...

''Je lâche le cadre de la porte en échange d’une histoire ! Et une histoire qui finit bien !'' déclarais-je avec conviction alors que je recroquevillais mes genoux sous moi pour mettre mes deux pieds contre le mur. Ainsi, je pouvais pousser dans le sens inverse de la direction que prenait Adora au besoin.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Jeu 29 Mai - 11:41
Insomnie... Aiden & Adora


Prendre le dragon en photo ? Adora oubliait parfois qu'elle n'avait affaire qu'à un enfant. Un gamin avec des idées de gamin et non au semeur de troubles le plus coriace de l'orphelinat. Penchée vers l'orphelinat pour pouvoir concentrer son regard sur le sien, elle avait enfoncé ses ongles dans l'épaule d'Aiden en parlant de la créature qu'elle avait vue au mariage. Sans doute que l'enfant n'était pas assez bête pour laisser un flash le trahir mais elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer une scène catastrophique qui faisait écho à son cauchemar. Sinon elle aurait sans doute apprécié qu'Aiden retienne son souffle alors qu'elle assurait que le dragon n'avait rien d'une créature de conte de fée. Le haussement d'épaule négligeant que l'orphelin lui lança lui fit raffermir sa prise sur l'épaule meurtrie.

"La photo ne prouvera rien !" S'emporta-t-elle, agacée. Pourquoi Aiden ne voulait pas comprendre à quel point cette aventure était aussi dangereuse qu'inutile. "Je te l'ai dit, le... la créature que j'ai vu au mariage n'a rien d'un conte de fée. Les contes de fées n'existent pas !"

Elle relâcha finalement l'épaule d'Aiden après ce dernier avertissement dit avec conviction. La magie n'existait pas, les fins heureuses ne se trouvaient que dans les livres et non dans la vraie vie. Une phrase qui s’appliquait particulièrement aux orphelins. Plus tôt les enfants réalisaient cette dure vérité et mieux ils vivront dans ce monde injuste. Lentement, la punition parfaite pour le petit fugueur se dessinait dans son esprit tordu. Le regard songeur d'Adora s'attarda vers la fenêtre alors qu'elle déclara que la prochaine chambre de l'orphelin n'en aura pas. Peut-être qu'une nuit dans le placard à balai calmerait des ardeurs aventurières du gamin ? Peu probable mais ce n'était que la première partie de sa punition.

La surveillante savait le gamin vif, aussi ne lui laissa-t-elle qu'à peine le temps de s'étonner pour le saisir par le bras et le forcer à la suivre. Adora n'eut que peu de temps de profiter de la panique du gamin. Elle s'attendait à ce que l'enfant ne se laisse pas conduire sagement jusqu'à sa 'nouvelle chambre', évidement. C'est pour cela qu'elle l'avait agrippé d'une poigne de fer. Le coup de la poupée de chiffon, on le lui avait déjà fait. Toutefois, c'était une grande première de la part d'Aiden.

"Ne fais pas ton bébé !" Commenta-t-elle avec frustration alors que la surveillante tenta de traîner le poids mort qu'elle tenait toujours fermement par le bras.

Adora pu le faire avancer de quelques centimètres. Si Aiden voulait jouer à ce petit jeu, ils pouvaient être deux. Elle aurait dû s'attendre à ce que les manigances de l'orphelin ne s’arrêteraient pas à un comportement aussi puéril, qu'il y avait certainement anguille sous roche. Lorsque le gamin s'agrippa de sa main libre au bas de la porte, l'ancienne ombre faillit lâcher son 'prisonnier'. Son hésitation ne dura qu'un instant avant qu'elle ne resserre son étreinte sur le pauvre bras.

L'ancienne ombre n'essaya pas de déloger l'enfant par la force, ne voulant pas accordé à Aiden le plaisir de la voir tirer comme une forcenée. Elle préféra conserver sa prise, soupçonnant que son 'captif' n'attendrait qu'un moment de relâchement pour s'enfuir. Adora allait déclarer que ce n'était pas ce genre de comportement qui allait amoindrir sa punition, bien au contraire mais l'orphelin lui coupa l'herbe sous le pied en annonçant ces revendications.

La surprise peignit le visage de l'ancienne ombre alors qu'elle constata le culot dont faisait preuve le gamin d'oser lui demander une histoire qui finit bien.

"Et que dis-tu de l'histoire du petit garçon trop curieux qui fini dans le ventre du dragon qu'il voulait prendre en photo ?" Demanda-t-elle sur un ton acide et faussement mielleux. "Je trouve qu'elle fini plutôt bien."

Quelqu'un qui ne croyait pas aux fins heureuses ne racontait jamais d'histoire qui se finissait bien. Elle laissait ce genre d'ineptie à Owen. Les histoires d'Adora contenaient toujours une leçon. Les héros l'apprenaient toujours trop tard, avant de mourir. C'était ainsi que ce terminait ses histoires. Pas de 'et ils vécurent heureux pour toujours' mais des 'et l'enfant réalisa alors qu'il ne retournera jamais chez lui'.

"Ce n'est pas vraiment une position confortable pour écouter une histoire." Nota-t-elle avec ironie lorsque l'enfant recroquevilla ses genoux pour assurer sa prise.

Malheureusement, la surveillante devait bien admettre qu'ils étaient aussi têtu l'un que l'autre. Lui voulait une histoire et elle voulait qu'il lâche cette satanée porte !

"Très bien !" Céda-t-elle en levant les yeux au ciel avec un soupir.

Elle ne céda pas à la tentation de s’asseoir près d'Aiden pour commencer. Parce que cela donnerait une longueur d'avance à l'orphelin, même si elle continuait à lui tenir le bras. On était très loin du spectacle d'une maman bordant son enfant en récitant une jolie comptine pour peupler la nuit du chérubin de jolis rêves. Adora n'était pas une mère et Aiden n'était pas une jolie tête blonde prêt à aller dormir sans rechigné.

"Il était une fois..." Commença-t-elle, sans motivation. D'ailleurs la fin de sa phrase mourut ente ses lèvres. "Dis-moi au moins quel genre d'histoire tu veux." Demanda-t-elle excédé. Elle ne voulait pas admettre qu'elle ne savait pas raconter ce genre d'histoire.

Demander à Adora de raconter une histoire avec une fin heureuse était comme demandé à un chat d'aboyer. C'était contre sa nature.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Ven 6 Juin - 20:42
Insomnie... Aiden & Adora

C’était beaucoup me demander que de ne pas ‘faire le bébé’, car je n’avais jamais été autre chose qu’un enfant que ce soit dans un monde où dans l’autre. À vrai dire, en m’installant au Neverland, j’avais même accepté le fait de ne jamais devenir adulte. Ainsi, le peu de maturité que j’avais acquis avec l’expérience de la vie normale disparaissait très vite dans ce genre de situation. Je refusais la vie normale comme je refusais d’être mature. Bref, la surveillante devait profondément me haïr puisque je représentais de loin tout ce dont elle essayait de se dissocier. Au fond, je crois qu’Adora me faisait pitié. À force d’interdire à tout le monde de croire, on s’enfermait soi-même dans un monde hostile à la nouveauté et aux jeux. Elle devait donc forcément être seule pour ne pas dire complètement malheureuse. Quoique sur ce dernier point, j’étais perplexe. Peut-être que l’horrible femme tirait son bonheur dans la frayeur qu’elle donnait à ses petits protégés ? Sauf que moi je n’avais pas peur du noir, je m’y dissimulais. D’ailleurs, à cet instant précis, j’essayais un peu de comprendre la meilleure façon d’utiliser la méchanceté d’Adora pour la retourner contre elle.

Mes doigts étaient fermement crispés autour de embrasure de la porte. Probablement que je laissais même des marques avec mes ongles dans la peinture défraîchie du mur, mais ma volonté de fer ne voulait pas céder. Elle le ferait cependant, à un moment, je serais fatigué de me cramponner ainsi. Cela dit, pour éviter une victoire trop facile à la brune, je lui proposais un marché. Une histoire pour une bonne conduite, ça me semblait juste, et surtout, cela me permettait de gagner du temps. L’ancienne ombre hésita longtemps avant de finalement accepter mon offre et j’eus toute les misères du monde à cacher mon sourire triomphant. Le bras que tenait Adora commençait à m’élancer douloureusement, mais la satisfaction d’entrainer la surveillante dans un jeu enfantin me plaisait trop pour renoncer. Néanmoins, comme je m’en doutais, l’imagination très rouillée de la brune ne lui permis pas de dépasser le ‘Il était une fois’. Je replaçais mes genoux pour un meilleur appui, histoire qu’elle ne profite pas d’un moment d’inattention de ma part pour me faire lâcher.

'' Heum, je vais vous aidez un peu… Il était une fois… ''

Ce fut à mon tour de prendre un moment pour réfléchir. Quel genre d’histoire je voulais ? Moi je les aimais toutes ! Celle que je préférais néanmoins étaient celles qu’on inventait spontanément. Alors, je me mis en quête de l’inspiration. Je fermais les yeux très fort et tenta de visualiser une scène dans ma tête ou un événement qui pourrait servir de situation initiale. Hélas, la présence d’Adora gâchait tout. La menace de sa punition et son imperméabilité à l’imagination me frustrait trop. Tout à coup, je compris que je voulais savoir son histoire à elle. Bien sûr, c’était un objectif qui ne se concrétiserait pas en une seule nuit, mais on apprenait beaucoup d’une personne par sa façon de s’identifier au personnage principale d’une intrigue. Je tentais donc ma chance sur cette lancée… J’ouvris les yeux et pris un ton lent et posé comme le faisait Owen lorsqu’il nous racontait un récit.

'' Il était une fois, une petite fille qui était très seule... À vous de lui trouver un nom, c’est vous la narratrice hein ! Elle vivait dans une grande maison pleine de pièces vides et, chaque jour, elle ouvrit une porte différente pour voir s’il n’y avait pas un ami derrière avec qui jouer. Un jour, elle découvrit… ? '' Je laissais ma phrase en suspend et le bras prisonnier de la poigne de la surveillante la pointa du doigt. Mon regard fut insistant, car je serais très déçu que la brune ne fasse pas un peu d’effort.

''Allez, c’est à votre tour ! On avancera le récit à tour de rôle, comme ça, ça ira plus vite et vous pourrez m’enfermer où vous pensiez le faire… Mais attention ! Je veux une fin heureuse ! ''




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Mer 11 Juin - 23:08
Insomnie... Aiden & Adora


Les adultes sous-estimaient toujours les enfants. Quelles importances de lui raconter des histoires stupides ? Ce n'est qu'un enfant ! Encore et toujours cette phrase, comme si on pouvait tout se permettre devant un gamin, le prendre pour un imbécile, lui mentir avec de beaux rêves... Juste parce que c'était un gosse ? Adora avait vu où conduisait un tel comportement de la part des surveillants et avait décidé très tôt de ne pas suivre ce chemin. Oui, elle sera sévère. Oui, elle fera peur. Mais jamais les mors 'ce n'est qu'un enfant' ne sortiront de sa bouche. Et le comportement soudainement puéril d'Aiden ne faisait que renforcer son agacement et son envie de lui donner une punition exemplaire.

Une autre personne aurait vu dans la proposition de raconter une histoire de l'orphelin, une invitation à entrer dans son univers ou une théorie naïve dans le genre. L'ancienne ombre voyait plutôt un esprit mesquin qui voulait lui imposé un exercice qu'elle détesta. Elle soupçonnait le gamin de savourer par avance d'avoir réussi à lui faire dire une fin heureuse. Adora n'aimait pas les histoires. Celles sans leçon à apprendre et qui finissait par un 'tout fini bien'. Quels étaient l'intérêt de ce genre de contes ? A part faire croire qu'une petite fille pouvait faire confiance à un inconnu, qu'un gamin pouvait battre un géant, que des pensées heureuses pouvaient vous faire voler et autres fadaises du même genre. Idéal pour faire croire aux enfants qu'ils pouvaient être imprudent à souhait sans risque la moindre blessure ou punition. La surveillante préférait les récits où on apprenait, entre autres choses, que la curiosité était souvent fatale, que la magie (quand elle consentait à en raconté une où la magie existait) avait toujours un prix bien lourd, qu'il fallait se méfier de ses souhaits. Les enfants avaient plus besoin de peur que de rêves. Du moins, elle le pensait.

Mais, cette nuit, l'orphelin ne voulait pas entendre ce genre d'histoire. Elle aurait pu se taire et attendre, jouer à celui qui tiendra le plus longtemps. Le gamin restait sourd à ses remarques acides et la surveillante savait qu'elle ne pourrait le déloger par la force. Sa tentative ne dépassa pas le classique 'il était une fois'. C'était plus fort qu'elle, comme si elle refusait ses quelques mots de tout son être. Sans doute parce qu'ils annonçaient le fait qu'elle allait devoir prononcer d'autres mots bien plus ennuyeux tel que 'et ils vécurent heureux jusqu'à la fin des temps'. Elle en aurait presque envie de vomir, rien que d'y penser. Elle ? Raconter ce genre d'histoire niaise ? Pas question ! Autant demander à un corbeau de ressembler à un canari. Elle ne savait pas exactement pourquoi mais que se soit précisément CE gamin qui assiste à son essai raté renforçait la blessure causé dans son orgueil par cette étrange demande. En même temps, qui d'autres qu'Aiden oserait demander à l'ancien croquemitaine une histoire heureuse ?

Adora n'était pas certaine de la manière dont elle devait interpréter l'aide que l'orphelin lui proposait. Compassion ou envie d'enfoncer le clou ? Elle n'aimait aucune des deux hypothèses qui allaient à l'encontre de l'image de terreur qu'elle s'évertuait d'avoir auprès des enfants. Lorsqu'Aiden butta à son tour sur le début du récit, Adora aborda un sourire suffisant qui signifiait : 'tu vois que ce n'est pas si facile' ou encore 'on fait moins le malin maintenant'. Mais son rictus disparut très vite lorsque le garçon commença son histoire.

Il ressemblait trop à Owen, c'était sans doute pour cela qu'elle s'acharnait autant sur lui. Les rêveries d'Owen couplée avec l'obstination de... de quelqu'un d'autre. Un tel mélange devait être mit dans les rangs au plus vite et pourtant Aiden continuait de croire aux fées et en la magie, malgré tout ses efforts. Sans doute que les histoires aidaient les enfants à visualiser un univers fictif plaisant qui nourrissait leur imagination... Adora n'aimait pas se que lui renvoyait la tentative de début qui avait franchit les lèvres de l'orphelin.

"C'est vraiment stupide." Critiqua-t-elle alors qu'Aiden l'incitait à poursuivre. "Pourquoi la petite fille est toute seule ? N'y a-t-il aucun adulte dans la maison ? Comment peut-elle croire qu'un ami se cacherait derrière une porte puisque la maison est vide ?"

Des remarques typiques d'adultes qui remettaient chaque éléments illogiques en question. Elle n'était pas du genre à se montrer indulgente parce que c'était un enfant qui avait inventé tout cela.

"Tu ne préfères pas que ce soit un petit garçon, le héros ?" Demanda-t-elle avec insistance.

C'était vraiment curieux comme choix et l'instinct suspicieux de la surveillante le poussait à croire qu'il y avait anguille sous roche. D'ordinaire, les marmots demandaient à ce que les héros leur ressemblent. Devant l'obstination de son captif, elle devait de nouveau céder.

"Bien... une petite fille... elle s'appellera Emilie, d'accord ?" Malgré l'interrogation, le ton laissait entendre qu'elle n'accepterait aucun commentaire au sujet du nom de l'héroïne. Adora devint songeuse alors qu'elle essayait de se rappeler le début de l'histoire qu'elle était censé poursuivre. Comment pouvait-on raconter la suite d'une histoire dont on trouvait chaque détail absurde ? Finalement, elle avait l'impression de passé d'un cauchemar à un autre.

"Un jour, elle découvrit derrière une des portes..." Continua-t-elle. Sa voix n'était pas celle calme du conteur qui voulait partager une jolie histoire comme le faisait son collège. C'était plutôt le ton las de celle qui voulait clairement montrer qu'elle reniait chaque paroles absurdes qui allait franchir ses lèvres. "Un chat." Finit-elle par dire. Pas question de prétendre que la petite fille allait trouver un monde magique derrière la porte ! "Un chat qui s'était blessé en voulant entrer par la fenêtre. C'était un très gros chat, qui devait forcément appartenir à quelqu'un puisqu'il avait un collier. Après avoir soigné la patte blessée de l'animal, Emilie voulut sortir avec lui pour l'aider à retrouver ses propriétaires. C'est alors qu'elle se rendit compte d'un événement étrange, la petite fille avait beau franchir des portes et d'autres portes, jamais elle n'arrivait jusqu'à celle qui menait vers l'extérieur. Pourtant, le jardin était là, elle pouvait le voir à travers les fenêtres de certaines pièces. Emilie réalisa alors qu'elle avait été jusqu'ici bien trop occupé à se chercher des amis dans la maison pour remarquer qu'elle ne pouvait pas en sortir. Mais cette constatation soulevait une autre question : comment le chat était-il entrer ? S'il y avait une entrée, il y avait forcément une sortie. Alors, toujours accompagné du chat qu'elle avait soigné, elle décida de retourner sur ces pas, là où elle avait trouvé l'animal. C'est alors que..."

Elle s'arrêta. D'ordinaire, c'était toujours à ce moment qu'elle faisait apparaître un monstre mais Aiden voulait un autre type d'histoire que celle qu'elle racontait aux enfants pour les faire frissonner toute la nuit.

"A toi." Décréta-t-elle.

Adora se retenu de le menacer s'il introduisait le moindre élément féerique au récit mais la surveillante savait pertinemment que ce genre de parole ne ferait qu'inciter le garçon à aller plus loin dans le fantasmagorique.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Jeu 19 Juin - 16:54
Insomnie... Aiden & Adora

Je fis une moue boudeuse alors que la brune critiquait encore une fois mon idée. Je ne répondis pas, une histoire inventée n’avait pas à être logique, c’était ça toute la beauté de la chose. Je savais qu’Adora ne serait pas facile à convaincre, mais à cause de ma poigne de fer autour de l’embrasure de la porte, je voyais sa volonté céder. À reculons, elle entrait dans mon univers fait d’histoire et de fin heureuse et, évidemment, elle n’y était pas à l’aise. Moi j’étais comme un poisson dans l’eau et malgré ma position précaire, je songeais déjà à quelle genre de suite l’histoire de la fillette pourrait avoir... Enfin, je savais qu’il faudrait sans doute éviter de faire des folies si je voulais garder la motivation d’Adora jusqu’à la fin. Je ne ferais donc pas apparaitre un dragon ou un magicien tout puissant, mais au moins, un tout petit soupçon de magie. Du coin de l’œil, j’observais le visage de la surveillante. Si elle n’avait pas cet air de méchanceté sur ses traits ou ce rictus de dégoût face à tout ce qui touche le fantastique, elle aurait pu être une belle femme.

Lorsque son tour vint enfin, j’ouvris grand mes oreilles, m’attendant à un revirement de situation décevant. Néanmoins, elle fit un effort et avança l’histoire à un bon rythme. Surement avait-elle hâte d’en avoir fini avec mes caprices, mais je le levais un sourcil interrogateur à la mention du chat. Une demoiselle seule avec des chats, ça me rappelait drôlement quelqu’un… Je n’avais rien contre le prénom Émilie et encore moins pour l’intrusion de l’animal dans le récit, mais je préférais répondre à sa question seulement après qu’elle ait fini de raconter.

''Oh non, les filles sont plus brillantes que les garçons dans les histoires ! Émilie c’est une maline !'' dis-je comme simple explication au pourquoi le héros n’était pas un petit garçon.

Je n’avais qu’à penser à l’histoire de Peter Pan avec Wendy et Clochette pour comprendre que le gamin n’aurait pas beaucoup de chance sans ses acolytes féminins. Bon, j’étais plus ou moins d’accord, mais je ne voulais pas qu’Adora recule maintenant à cause d’un détail aussi insignifiant ! Et puis, si elle le prenait comme un compliment, alors tant mieux ! Mon tour arriva rapidement et je me raclais la gorge de façon théâtrale avant de commencer.  J’ignorais l’empressement de la surveillante pour arriver à la fin et repris mon ton lent et posé. Mon bras me faisait souffrir, mais tant pis, ça en valait la peine ! Cela dit, les histoires avaient le don de me détendre et même si la voix de la brune était acide, le rythme du récit me rappelait que la fatigue était proche.

''C’est alors que la fenêtre par laquelle Émilie supposait que le chat était entré n’était plus là. Elle avait tout simplement disparue... C’était-elle trompée de pièce ? Pourtant, elle connaissait cette maison comme sa poche pour y avoir erré pendant des jours et des jours… Son isolement aurait-il une fin ? ''

Je pris une pause pour observer sa réaction, mais soudain, je me mis à bayer. Pas la peine de me cacher avec le revers de mes mains, elles me servaient à tenir le mur. Après une longue journée et une promenade nocturne, il était normal que le sommeil se fasse plus pressant. C’était juste dommage de ne pas pouvoir le cacher à la brune…

''Au moins, elle avait maintenant le chat à ses côtés pour lui tenir compagnie. Mais le chat ne miaulait pas. Lorsqu’il ouvrait sa gueule, il ne sortait qu’un seul mot : ''Vert'' Et à chaque fenêtre devant laquelle passait la fillette, le matou faisait non de la tête et disait ''vert'' parce que… '' rajoutais-je avec une voix un peu engourdie par la fatigue.

Je savais qu’elle n’apprécierait pas mes altercations à la réalité, mais j’avais envie de la faire réfléchir un peu. De faire tourner les rouages rouillées de son subconscient pour dénicher ce que la fenêtre qui servait de sortie ou d’entrer pouvait bien avoir en commun avec la couleur verte. Personnellement, je n’en avais aucune idée. C’était un défi pour elle, pas pour moi !

''Votre tour… ''




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Dim 29 Juin - 20:22
Insomnie... Aiden & Adora

A une époque lointaine, lorsque la surveillante était un peu plus jeune qu'Aiden, Adora avait eu une histoire préférée. Celle d'une petite fille appelée Emilie qui se plongeait dans un livre enchanté. Lorsqu'elle avait peur d'être seule la nuit, les personnages du livre du conte sortaient des pages pour vivre pleins d'aventures avec elle jusqu'à se qu'elle s'écroule de fatigue. Alors les personnages féeriques la bordaient dans son lit avant de retourner dans le livre. Sans doute était-ce pour cela que ce prénom lui était venu spontanément à l'esprit lorsqu'il avait fallut nommer l'héroïne de cette histoire inventée.

Il fut un temps où Adora avait cru à tout çà. Aux fins heureuses, aux histoires et en la magie. Peut-être y avait-elle cru plus fort que les autres orphelins de l'époque. Maintenant, alors que cette histoire supposée se finir bien avançait, l'adulte qu'elle était devenue trouvait tout les passages qu'elle aurait aimé autrefois affreusement illogiques et stupides. D'ailleurs, elle ne manqua pas une occasion de pointer du doigt les nombreuses incohérences des aventures d'Emilie.

Quel torture de se plier à cet exercice ! La surveillante avait ajouté un chat à son histoire car elle ne voulait pas que la porte mène vers un territoire enchanté ou que la petite Emilie se mette à suivre un lapin blanc quelconque. Quand elle arriva au bout de son idée, Aiden répondit enfin à sa question concernant le fait que l'histoire avait une petite fille comme personnage centrale et non un garçon auquel l'orphelin aurait pu s'identifier. La réponse du gamin lui arracha un sourire, sûrement à cause de la fatigue.

"C'est vrai qu'elle est plutôt maligne." Concéda-t-elle.

Malgré cette phrase qui aurait pu faire croire à la prémisse d'une trêve, Adora avait hâte d'en finir avec ce petit jeu stupide. Jeté l'orphelin dans le placard après se qu'il avait osé lui demander aurait certainement une saveur particulière qu'elle avait hâte d’éprouver. Le raclement de gorge théâtrale d'Aiden lorsque se fut son tour de poursuivre lui fit lever les yeux au ciel d'agacement. Ce n'était qu'une histoire, bon sang ! Parce qu'elle allait devoir poursuivre à un moment ou un autre le récit, l'ancienne ombre se força à tendre une oreille attentive. Aiden raconta que la fenêtre par laquelle était entré le chat avait disparue. Jusque là, la bizarrerie était acceptable. Surtout parce qu'elle apportait une pensée angoissante à l'héroïne, ce qui n'était pas pour lui déplaire.

Adora aurait pu afficher un sourire victorieux devant le signe de faiblesse de l'orphelin si son bâillement n'était pas aussi contagieux. Elle non plus n'avait pas beaucoup dormi à cause de son cauchemar. La surveillante se mordit la lèvre pour ne pas bayer à son tour. Une autre raison pour rester debout, malgré la posture inconfortable. Si elle se risquait à prendre une position plus confortable en s'essayant par exemple contre le mur à côté du gamin, elle n'était pas certaine de pouvoir lutter contre le sommeil.

Au moins le bâillement du gamin prouvait qu'il n'en avait plus pour longtemps avant de céder à l'appel de Morphée ! Avec un peu de chance, elle n'aura même pas à finir l'histoire et c'était certainement une bonne chose en voyant la tournure que prenait celui-ci. Adora fronça les sourcils lorsqu'Aiden déclara que le chat ne miaulait pas. La surveillante étouffa sa protestation car elle la savait veine et puis elle ne voulait rien faire qui pourrait réveiller l'attention du petit monstre fatigué.

Très bien, un chat qui disait 'vert' à chaque fenêtre devant laquelle ils passaient. Comment poursuivre après çà ?

"Parce que..." Répéta-t-elle alors que son imagination essayait de trouver une explication à ce mystère. "Parce que le chat semblait vouloir se rendre à une fenêtre bien précise. A chaque échec d'Emilie, le félin s'agitait de plus en plus dans les bras de la petite fille au point qu'après une nouvelle tentative, le chat bondit hors de l'étreinte d'Emilie pour filer dans les couloirs de la maison en criant un 'Vert' de rage. Emilie courut pour rattraper le chat car elle avait trop peur de perdre de vue son seul ami."

La surveillante lançait régulièrement des coups d'œil au gamin dans l'espoir de le voir assoupi. Hélas, Aiden restait toujours à l'écoute. Adora poussa un nouveau soupir agacé. Très bien, si le garçon voulait lui faire accepter sa fantaisie, il allait devoir accepter à son tour un peu de noirceur.

"Elle retrouva la trace du chat dans une pièce qui comportait elle-aussi une fenêtre mais contrairement aux autres, elle n'était pas vide. Un corbeau volait dans tout les sens pour échapper aux griffes du chat. Comme le félin, l'oiseau avait une particularité : au lieu de croasser, il disait 'ouh' comme un hibou. Emilie était tellement surprise par cet étrange phénomène qu'elle ne put faire le moindre geste pour sauver le corbeau. L'oiseau se fit dévoré par le chat sous le regard horrifié de la petite fille. Sa proie avalée, le chat se mit à hurler 'Ou...vert' et tout d'un coup une porte se matérialisa sur un des murs."

Elle marqua une pause, décidant avoir déjà fait assez de concession pour sa partie de l'histoire. Mettre un chat qui dévore un oiseau ne ferait sans doute pas plaisir à Aiden qui voulait une gentille petite histoire mais l'ancienne ombre était prête à défendre ce point. Tous les contes avaient un passage horrible, le loup dévorait bien le petit chaperon rouge !

"Alors ? Que va faire Emilie selon toi ?" Demanda-t-elle avant d'ajouter avec un sourire ironique : "A moins que tu ne sois trop fatigué pour poursuivre ?"



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Mer 6 Aoû - 16:11
Insomnie... Aiden & Adora

Quelle heure était-il ? Surement très tard ou très tôt. Je sentais mes muscles fatigués de mon escapade nocturne m’élancer en silence. Si Adora trouvait l’escalade des gouttières dangereuse, elle ne se doutait peut-être pas que c’était aussi très exigeant. Qu’est-ce que je ne ferais pas pour échapper à la tyrannie de la surveillante ! Et pourtant nous voilà tout deux à nous torturer avec la présence de l’autre pour encore de longues minutes. J’avoue que c’était surement de ma faute, mais lui laisser le loisir de me mettre dans un coin en prétendant que je n’existais pas ? Jamais. Du moins, pas sans me battre ! Sur ce, je venais de lancer un défi à l’imagination peu fertile de la brune. Un chat qui ne miaule pas, mais qui disait le même mot à répétition, qu’est-ce qu’elle allait m’inventer avec ça ? Pour la première fois dans ma vie, j’étais très intéressé par les mots qui franchissaient les lèvres de la surveillante…

Néanmoins, elle réussit à me surprendre ! Entre deux soupires agacés, elle continua notre petite histoire. On était loin de la jolie scène tendre ou une mère bordait son fils avant d’aller au lit. Surtout avec la punition qui planait au-dessus de ma tête et mes ongles enfoncés dans l’embrasure de la porte. Cela dit, ça faisait changement des disputes à n’en plus finir ! Ainsi, le chat se sauvait des bras de sa protectrice, un corbeau apparu pour se faire dévorer par le félin. Je fis la grimace devant cette image peu appétissante, mais je ne protestais pas. Adora avec accepté mon brin de fantaisie avec les animaux parlant et bien soit, l’ombre avait aussi le droit de jouer dans ce récit. Il faut dire que cette histoire inventée avait pour but de ressembler beaucoup à la jeune femme pour que j’en tire des indices sur sa façon d’être. Avec du recul, le fait qu’elle y ajoute un incident macabre n’aurait pas dû m’étonner. Finalement, Émilie se retrouvait devant une porte mystérieuse et je sentis qu’on n’était pas loin du dénouement de cet étrange conte. Son sourire ironique ne déclencha qu’une réaction bien puérile chez moi et je lui tirais la langue de façon comique.

'' Et vous mademoiselle Kindness ? Tenir debout aussi longtemps sans bouger c’est plutôt inconfortable, non ? '' répondis-je en réfléchissant à la tournure des événements. Je ne sentais plus mes doigts dont les jointures avaient blanchies sous l’effort. Je ne devais pas y penser ! Je devais plutôt me concentrer sur la petite fille dans la grande maison… '' Émilie regarda longuement la porte sans oser la toucher. Comment pouvait-elle savoir si ce qu’il y avait derrière n’était pas pire que tout le vide qu’il y avait entre les murs de sa maison ? Pourtant, le chat, lui, savait très bien ce qu’il voulait faire et alla gratter à la porte dans l’espoir que la jeune fille lui ouvre. Et si elle ne faisait que jeter un coup d’œil ? Rien qu’un tout petit ? Sa main avança vers la porte et elle l’ouvrit de quelques centimètres. Une lumière aveuglante lui fit cligner des yeux quelques secondes avant de comprendre que c’était le miroitement du soleil sur l’eau d’une fontaine... De l’autre côté de la porte se trouvait un magnifique jardin ! Soudain, le chat se faufila entre les jambes d’Émilie et s’enfuit dans la verdure luxuriante de ce nouvel endroit. La petite fille ouvrit alors grand la porte, devant elle se trouvait un monde inconnu, mais rempli de beauté et d’aventure. Derrière elle, il n’y avait que le silence et la solitude, mais également une zone de confort qu’elle connaissait par cœur. Que ferait-elle ?''

Je manquais d’air à la fin du récit, m’étant laisser emporter par l’histoire et, sans nécessairement parler trop vite, j’y avais mis beaucoup de passion dans les dernières lignes. Je venais de mettre Émilie face à un choix crucial et les deux options n’étaient pas tout à fait blanches ou tout à fait noires. Je croyais qu’il y avait du bon et du mauvais dans chaque individu, bien que chacun ne portait pas la même teinte de gris. De toute façon, je ne voulais pas que le choix de l’exploratrice ne soit trop évident alors j’avais pesé le pour et le contre pour les deux. C’était à Adora de choisir et de franchir le seuil de la porte ou non. Mon interlocutrice avait-elle une part de lumière en elle suffisamment grande pour offrir une belle fin à l’héroïne ? Je la contraignais un peu sur le sujet certes, mais ma curiosité était aussi très grande face à toutes les possibilités de fin de cette intrigue.

'' Il ne reste plus que la fin heureuse. '' dis-je subitement alors qu’un long silence s’était installé après ma part du récit. La surveillante cherchait sans doute ses mots et ce n’était pas pour me déplaire, malgré tout, j’étais prêt à respecter ma part de l’engagement. Pour prouver ma bonne volonté, je fixais mes mains pour qu’elle suive mon regard et je levais deux doigts. Mon  emprise sur embrasure de la porte deviendrait de plus en plus vulnérable si la suite me plaisait...




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Mer 13 Aoû - 21:30
Insomnie... Aiden & Adora


Ce n'était pas une scène attendrissante encore moins touchante. Adora commençait à avoir des crampes de garder ainsi la pose, mais elle aurait préféré mourir que de lâcher sa prise sur le bras de l'ancien enfant perdu. Attendant le moindre instant de faiblesse pour emporter sa proie vers le placard. Oui, çà sera l'endroit parfait pour que l'orphelin passe la nuit. Cette nuit et peut-être un peu plus, juste le temps que l'ancienne ombre trouve une punition digne de ce nom.

Hélas, loin de cette vision idyllique, elle était coincé avec Aiden et obligé de se lancer dans le récit d'une histoire supposé bien se terminer. La surveillante n'espérait qu'une chose : que le gosse cède au sommeil avant d'arriver à cette conclusion difficile à conter pour quelqu'un comme elle.

Aiden avait fini sa partie de l'histoire sur une invraisemblance : un chat qui ne miaulait pas. Vraiment... il était irritant de voir un élément du récit modifié ainsi. C'était SON chat. C'était elle qui l'avait introduite dans l'histoire et voilà ce que se sale gosse en avait fait.

Le gamin voulait apporter un peu de fantaisie à cette histoire ? Très bien. Alors Adora allait y apporter un peu de noirceurs. Tous les contes en avaient une petite partie. Même les disneys qu'on pensait être le sommet de la niaiserie en avait ! La surveillante pensait devoir défendre cet ajout plus sombre dans le récit, mais, en dehors d'une grimace, Aiden ne fit aucun commentaire. L'esprit soupçonneux de l'ancienne ombre pressentait que ce silence cachait une nouvelle mauvaise surprise pour elle quand çà sera à nouveau le tour du gamin de poursuivre.

Du moins, si l'orphelin tenait jusqu'au bout. Elle ne put s'empêcher de faire une remarque à ce sujet avec un sourire ironique. Sourire qui disparut très vite lorsque le garçon lui tira la langue. Adora tira le bras de l'orphelin qu'elle tenait toujours fermement pour lui faire passer l'envie de réaction aussi puérile.

"Je tiens encore bon, comme tu peux le voir." Riposta-t-elle avec un sourire féroce lorsqu'Aiden lui demande si ce n'était pas inconfortable de tenir ainsi sans bouger.

Son visage reprit ensuite une expression sévère puisque le gamin trouva très vite (trop vite à son goût) comment continuer l'histoire. Comme elle le redoutait, Aiden choisit de faire mener la porte vers un monde enchanteresse, un jardin dans ce cas précis.

"Bien sûr... s'il fallait croire les histoires, toutes les portes et les armoires mèneraient à ce genre d'endroit." Marmonna-t-elle sur un ton désapprobateur.

L'histoire se termina sur un choix : passer ou non la porte. Alors qu'elle cherchait ce que pourrait faire Emilie, la surveillante ne put cacher son étonnement lorsque le gamin déclara subitement qu'il ne manquait plus que la fin heureuse. Quoi ? Déjà ?

"Emilie n'a encore rien fait pour mériter une fin heureuse." Argumenta-t-elle avec sévérité. "Elle n'a affronté aucun danger particulier, ni surmonter la moindre épreuve. Tout ce qu'elle a fait, c'est suivre un chat et ouvrir une porte."

Il n'y avait même pas encore eu de méchant. Était-ce parce que l'enfant sentait le sommeil le gagné qu'il pressait ainsi la fin ? C'est vrai que l'ancienne ombre avait espéré que l'orphelin sombre dans les bras de Morphée avant que ce moment fatidique n'arrive.

Comme pour la narguer, Aiden relâcha sa prise sur la porte de deux doigts. Adora le fusilla d'un regard assassin. Non seulement elle allait devoir inventé une fin heureuse beaucoup plus tôt que prévu mais il fallait en plus que la fin plaise à son captif du soir. La surveillante avait envie de grogner à la fois de rage et de frustration, mais ne voulait pas donner cette satisfaction au gamin.

Adora fit la moue pour montrer qu'elle n'aimait pas ce qu'elle s'apprêtait à faire. Encore fallait-elle qu'elle trouve la suite ! Rester dans la maison vide ou franchir la porte. Aucune de ses options ne lui plaisait. En fait, elle avait bien une idée, mais cette dernière était si... niaise... qu'elle refusait catégoriquement de le dire. Le genre de fin dont les adultes la bassinaient à longueur de temps lorsqu'elle était plus jeune. Pourtant, l'ancienne ombre allait bien devoir si mettre si elle voulait sortir de cette impasse.

"Émilie était pleine d'appréhension." Dit-elle avec encore plus de réticente qu'il y a quelque instant. "Si elle restait dans cette maison, elle serait de nouveau seule puisque le chat était parti vers le jardin. Mais, d'un autre côté, elle n'avait aucune garantie d'avoir de la compagnie en franchissant cette porte. Émilie lança un regard en arrière, comme si çà pouvait l'aider dans sa décision. Depuis qu'elle avait jeté un coup d'œil vers le jardin, les murs de la maison lui semblaient plus sinistres et gris que jamais, au point de la faire frissonner. Finalement, Émilie rassembla tout son courage et franchit le seuil de la porte." Adora accéléra le rythme de ses paroles alors qu'elle en venait au passage délicat. "Le jardin avait l'air encore plus beau maintenant qu'elle y était. Émilie était tellement contente qu'elle ne s'aperçût même pas que la porte par laquelle elle était arrivée avait disparu. Le chat la conduisit à travers le lieu enchanteur jusqu'à une maison qui ressemblait beaucoup à celle qu'elle venait de quitter sauf qu'elle était colorée et respirait la joie de vivre. Dans la maison habitait les vrais propriétaires du chat. Pour remercier Émilie d'avoir ramener l'animal chez lui, elle fut autorisée à vivre aussi dans cette maison où elle ne fut plus jamais seule. Fin."

Bien sûr, si c'était elle qui avait décidé de la fin de l'histoire sans avoir l'obligation d'obtenir une fin heureuse, le jardin n'aurait été qu'une illusion. Ces belles couleurs se seraient fanées dès qu'Emilie serait tombé dans le piège et la gamine aurait apprit des leçons comme ne pas céder à la curiosité ou encore de se contenter de ce qu'on avait. Cette conclusion était bien meilleure que celle qu'Adora avait été obligé de dire puisqu'elle enseignait quelque chose.

"Voilà. Tu l'as eu ta fin heureuse, niaise à souhait. Satisfait ?" Questionna-t-elle d'une voix cinglante.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Mar 2 Sep - 20:01
Insomnie... Aiden & Adora


L’histoire tirait à sa fin, car les récits les plus courts sont souvent les meilleurs. J’épargnais la surveillante en quelque sorte en l’achevant aussi vite. Bon d’accord, je commençais aussi à espérer profiter des quelques heures restantes avant le lever du soleil pour dormir. Pour ce faire, je ne relançais pas le récit avec un bateau pirate, un dragon ou quelque chose d’encore plus improbable. Elle qui prenait en grippe les contes et leurs morales, je voulais lui montrer qu’une histoire, même dénudée de fantaisie superflue, pouvait être très belle. Bref, je voulais qu’elle voit que ce n’était pas si terrible de rêver un peu ! J’exagérais sans doute la portée de mes actions, me croyant suffisamment malin pour qu’Adora abaisse sa garde, mais elle pouvait m’arracher le bras que je ne pouvais me sortir cette idée de la tête.

D’abords, l’apparition du jardin ne plut pas beaucoup à la jeune femme. Je la foudroyais du regard suite à sa réplique des portails magiques derrière les portes et armoires.  Et pourquoi pas ? Mais je ne dis rien puisque ce serait relancer un débat qui nous prendrait des heures à achever, si ce n’est pas plus. Néanmoins, je ne voyais pas le problème avec un jardin dans la cour d’une grande maison. Après avoir parcouru des corridors sombres et des salles désertes, pourquoi cette demeure n’aurait pas un peu de beauté cachée quelque part ? Cette idée semblait piquée à vif mon interlocutrice et je me demandais à quel point elle cachait sa part de beauté à elle... Ensuite, Adora me contredit sur la fin heureuse. Elle voulait qu’on y passe la nuit ou quoi ?

'' Bien sûr qu’elle mérite une fin heureuse, elle n’a jamais fait de mal à personne ! À moins d’avoir des choses à se faire pardonner, on mérite tous une fin heureuse ! Le bonheur à une définition particulière pour chacun de nous, c’est tout. ''

Cendrillon désirait uniquement une nuit de liberté, Tarzan voulait juste protéger sa famille singe, Rapunzel voulait voir les lumières… Ces autres événements heureux comme la rencontre avec un prince sont de belles choses qui se sont produites après avoir couru après leurs rêves. Les gens disent qu’il faut parfois vivre des moments difficiles pour comprendre la vraie valeur des choses, mais une bonne histoire avait-elle vraiment besoin d’un méchant ? Parfois les plus grands malheurs étaient ceux qui se passaient dans notre cœur et dans notre tête. La solitude était le monstre d’Émilie tout comme le mien j’imagine… Et peut-être même celui d’Adora. Peut-être était-ce pourquoi elle adoptait les chats les plus horribles dont personne ne voulait...

Pour revenir à l’histoire, la brune sembla prise au dépourvu devant cette fin précipitée, mais elle se reprit. Je tendis l’oreille pour ne manquer aucune de ses paroles. Dévoré par la curiosité, je m’autorisais à relâcher petit à petit l’embrasure de la porte alors que la petite fille analysait les options qui s’offraient à elle. Si Adora pensait que l’héroïne n’avait eu aucun obstacle à franchir, elle se trompait. La peur de la nouveauté paralysait beaucoup de gens et avait en conséquence une vie d’opportunité manquée. Je ne voulais pas qu’Émilie ratte la seule chance qu’elle avait de vivre quelque chose de meilleur. Oui, il y avait le risque que ce soit pire, mais au moins, ce serait différent ! Qu’avait-elle de plus à espérer de sa vie dans la grande maison de toute façon ? Rien. Absolument rien ! Et, à mon avis, on ne peut pas vivre sans espérance… À mon grand bonheur, le jeune femme permis à Émilie de sortir dans le jardin et remplis sa part du contrat. Vouloir qu’Adora apprécie autant cette histoire que moi était sans doute trop lui demander, mais je lui souris malgré tout.

'' Oui, c’est parfait ! Attention, je me relève.''

Ma prise sur l’embrasure de la porte se relâcha complètement et je bougeais la main pour faire partir le fourmillement dans mes doigts. Je me doutais que la brune ne prendrait pas le risque de me relâcher, alors je m’appuyais sur le mur pour me relever sur mes deux jambes engourdies par l’effort physique des dernières heures. Je tenais toujours mes promesses et tout ce que je voulais, c’était une fin heureuse. J’étais bon joueur, même si je ne me dépêchais pas pour bouger malgré l’empressement de la surveillante à m’enfermer je-ne-sais-où. Un lieu sans fenêtre c’est ce qu’elle avait dit… Une secousse me força à accélérer le pas et je suivis d’un air blasé la jeune femme qui m’en voulait surement de lui avoir fait perdre autant de temps. En déambulant dans les corridors, je ne put me retenir de briser le silence, histoire de retourner une dernière fois le couteau dans la plaie avant de subir ma punition.

'' Vous l’auriez fait vous ? Je veux dire, vous auriez franchi la porte vers le jardin ? '' chuchotais-je pour ne pas réveiller les autres. Mon ton de voix n’était pas moqueur, au contraire, j’étais vraiment intéressé de savoir la réponse. '' Hypothétiquement parlant bien sûr ! Je sais qu’une telle porte n’existe pas ici. ''





codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Mer 10 Sep - 12:02
Insomnie... Aiden & Adora

Adora avait espérer ne jamais avoir à dire la fin heureuse de cette histoire. La faute aux bâillements de l'orphelin qui lui avait fait croire que si le récit se prolongea, le gamin finirait par s'endormir avant sa conclusion, lui évitant l'humiliant passage de créer une fin où tout se finissait bien pour l'héroïne. Ou alors, à défaut de voir le gamin s'endormir dans sa position inconfortable, le voir lâcher juste assez sa prise sur sa porte pour l'en déloger et le traîner vers le placard qu'elle lui destinait.

Ces deux projets lui semblaient réalistes (tout le contraire de l'histoire sans queue ni tête qu'elle était obligé d'inventé en duo avec Aiden) pourtant la surveillante dû faire une croix dessus lorsque l'ancien enfant perdu lui annonça que le conte improvisé touchait à sa fin.

L'ancienne ombre ne put s'empêcher de protester. Déjà, la fin ? Alors que la fillette de l'histoire n'avait rien fait d'exceptionnel pour la mériter ? Pas d'acte héroïque. Pas de combat contre un méchant. Tout ce que cette Emilie avait fait, c'était de suivre un chat et ouvrir une porte ! Et à cause de çà, Adora allait devoir trouver une fin heureuse à cette gamine fictive qui n'avait rien fait pour l'obtenir.

Bien sûr, sa protestation ne plut pas du tout au gamin qui lui assurait qu'Emilie méritait sa fin heureuse parce qu'elle n'aurait soi-disant jamais fait de mal à personne.

"Çà, tu n'en sais rien." Répliqua sèchement la surveillante. "Peut-être qu'Emilie a fait des choses horribles avant d'arriver dans la maison. Peut-être que justement, cette maison était une sorte de prison pour elle."

Lorsqu'il s'agissait de noircir une situation, l'imagination d'Adora se montrait tout de suite bien plus fertile que lorsqu'elle devait apporter une part enchanteresse à un récit.

"Que sais-tu du bonheur, de toute façon ? Tu n'es qu'un gosse !"  Conclut-elle ensuite sur un ton acide.

Elle aurait volontiers croisé les bras pour appuyer sa phrase assassine mais n'aurait relâcher sa prise sur le bras de l'orphelin pour rien au monde. C'est vrai quoi... Elle n'allait tout de même pas recevoir des leçons d'un gamin de 13 ans !

Hélas, ces protestations ne lui accordèrent qu'un trop court répit. Finalement, elle n'avait pas réussi à y échapper. La surveillante qui détestait ce genre de conclusion niaise allait devoir inventer une fin heureuse. Adora se concentra sur cet exercice si ardu pour elle. Ne s'attendant pas à ce que la fin arrive si vite et ayant espérer jusqu'au bout de pouvoir y échapper, l'ancienne ombre était totalement prise au dépourvu. Bien sûr, elle devinait ce qu'elle devait dire. Lorsqu'elle était plus jeune, les surveillants de l'époque l'avaient noyé chaque soirs avec ce genre d'histoire naïve. Les mots restèrent longtemps coincés dans sa gorge, l'orgueil les bloquait. Alors elle commença par préciser l'hésitation d'Emilie qui devait choisir entre la solitude dans un endroit familier ou prendre le risque d'aller vers ce jardin inconnu qui contenait peut-être beaucoup de dangers et de pièges.

D'ordinaire, dans les histoires que racontait la surveillante, la curiosité était toujours un vilain défaut et les fouineurs se retrouvaient toujours punis à la fin. Si elle n'avait pu choisir la fin, Emilie aurait certainement eu de mauvaises surprises qui lui auraient fait regretter d'avoir quitter la maison. Au lieu de cela, Adora accorda à la petite fille fictive une vie heureuse dans le jardin en y trouvant une famille de substitution. Tout ce qu'elle soupçonnait qu'Aiden attendait.

Une fois finie, la surveillante ne put cacher le fait qu'elle trouvait cette conclusion 'niaise à souhait'. Est-ce qu'Aiden tiendrait sa part du marché ? L'ancienne ombre s'attendait à ce que le gamin chipote sur la qualité de cette fin heureuse racontée avec si peu d'enthousiasme. Après tout, le terme du marché était que l'histoire plaise à l'orphelin rebelle. Si les rôles avaient été inversés, c'est ce qu'elle aurait fait. Adora fut donc surprise de voir le sale mioche sourire et déclarer que c'était parfait.

Elle faillit faire une moue en déclarant que le gamin était facilement satisfait, mais l'ancienne ombre n'allait pas protester de voir cette corvée accomplie ! De toute façon, son attention était entièrement concentrée sur les doigts du gamin qui relâchèrent leurs prises sur l'embrasure de la porte, comme un prédateur qui guettait le moment où sa proie se retrouverait enfin à sa portée. Aiden se releva avec une lenteur horripilante. La nuit avait été aussi courte pour la surveillante que pour sa victime de ce soir et l'ancienne ombre était impatiente de jeter l'orphelin dans la 'chambre' qu'elle lui destinait. Ses cauchemars où un dragon tenait le rôle principal étaient bien loin de son esprit maintenant.

D'une secousse, elle signala à son captif toute son impatience. Adora entraîna Aiden dans les couloirs à la seconde où le gamin récalcitrant s'était mis debout. Un sourire mauvais réapparu sur les lèvres de la surveillante qui menait la marche. Enfin, elle allait pouvoir donner au gamin la punition qu'il méritait.

Elle s'imaginait déjà la tête que ferait l'ancien enfant perdu en découvrant sa nouvelle chambre. Évidemment, Aiden ne put s'empêcher de briser ce délicieux silence. Adora ne put s'empêcher de ralentir le pas devant cette question saugrenue. Est-ce qu'elle aurait franchi la porte si elle s'était retrouvée dans la même situation qu'Emilie ? Elle se surprit à y réfléchir un instant avant de répondre.

"Non. Parce que je suis une adulte et les adultes savent qu'un décor trop enchanteur cache toujours quelque chose contrairement aux petites filles naïves qui se précipitent vers le moindre endroit inconnu."  Déclara-t-elle d'une voix hésitante qui trahissait qu'elle ignorait comment elle aurait réagi dans une telle situation.

Sans doute aurait-elle refermé la porte et obligé le chat à rester avec elle... De toute façon, ils étaient dans la réalité et non dans un univers magique où les portes menaient à des jardins trop beaux pour être vrai !

"Justement... j'ai, moi aussi, une porte très spéciale à te montrer."  Glissa-t-elle malicieusement lorsqu'Aiden déclara savoir qu'une porte comme dans l'histoire qu'ils avaient partagée n'existait pas.

Adora s'arrêta devant la porte en question. La surveillante ignorait si l'orphelin allait reconnaître du premier coup la porte du placard, la nuit en tout cas, la surveillante n'attendit pas une éventuelle réaction pour ouvrir la porte et précipiter l'orphelin fugueur à l'intérieur.

"Un avant-goût de ce qui t'attend demain." Déclara-t-elle en se tenant prête à intercepter Aiden s'il espérait se faufiler vers la sortie.

Pas de fenêtre comme elle l'avait promis, en plus d'une porte qu'elle ne se priverait pas de fermer à clef. Et Adora tiendra aussi la promesse qu'elle venait de faire. Demain, elle montrerait à l'ancien enfant perdu que les fins heureuses n'existaient pas dans la vraie vie.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Sam 20 Sep - 1:29
Insomnie... Aiden & Adora


L’impatience de mon bourreau se fit sentir dès l’instant où je fus sur mes deux pieds. Je n’étais pas pressé de faire face à ma punition, qui aurait pu m’en blâmer ? Je traînais donc derrière elle comme un poids mort par manque de motivation, mais aussi par fatigue après mon périple nocturne. D’un air morose, je suivais Adora qui m’emmenait vers un endroit surement aussi déplaisant que son caractère. Nous passions dans le corridor comme des fantômes et je regardais les portes des chambres des autres enfants avec curiosité. Si je me concentrais assez fort, pourrais-je entendre leurs habitants ronfler ? Y avait-il des enfants somnambules à l’orphelinat ? Encore mieux ! Des gens qui disaient n’importe quoi en dormant ? Je baissais le visage pour regarder mes pieds quelques instants, espérant que la brune ne remarque pas le grand sourire amusé qui se dessinait sur mon visage. La punition de la surveillante ne me faisait pas peur, pas plus que ses menaces. Je ne me croyais pas invincible, mais je n’aimais pas me sentir vulnérable. Alors, j’essayais de trouver le détail rigolo d'une situation ou une belle histoire pour me changer les idées au plus vite. Jusqu’ici, cela avait bien fonctionné. Bref, je n’étais pas traumatisé de l’apparition de l’ancienne croque-mitaine dans ma chambre. Je tacherais de barricader la porte avant de repartir à l’aventure la prochaine fois…

Néanmoins, le silence me pesait. Après avoir passé de longues minutes à se laisser bercer par la voix d’Adora, son mutisme me parut encore plus choquant. À voix basse, j’osais donc lui poser une question et pas n’importe laquelle, je l’a mettais dans la peau d’Émilie. Je ne savais pas tellement à quoi m’attendre comme réponse, mais quand je l’entendis, mes grands yeux bleus se voilèrent de tristesse. Je repensais à ce que la brune avait dit sur le fait que l’héroïne ne méritait pas une fin heureuse et je ne pus m’empêcher de penser que, soit la surveillante avait fait de nombreuses erreurs par le passé, soit elle bousillait elle-même ses chances d’une fin heureuse en pensant qu’elle n’en méritait pas une. Cela dit, ma pitié s’envola bien vite en repensant à comment la jeune femme tyrannisait la plupart des orphelins et mon regard redevint aussitôt plutôt froid. Nous arrivâmes devant la porte du placard et je penchais la tête sur le coté de manière interrogative. Je n’eus pas vraiment le temps d’approfondir mes réflexions que mon bourreau m’y précipita. Son air satisfait me frustra au plus haut point, mais je ne fis rien. Comme dit précédemment, moi au moins, j’étais bon joueur. Je me retournais néanmoins, pour lancer un dernier regard haineux vers Adora en repensant à sa réaction devant le jardin splendide.

''Alors vous seriez restée toute seule.'' dis-je simplement sur un ton neutre.

Cela me parut comme une évidence et je me demandait même si ce n’était pas ce qu’elle méritait au fond.La porte se referma et je me retrouvais plongé dans le noir. Avec tous ses événements, la brune n’avait pas pensé à me faire les poches. Quand j’entendis ses pas s’éloigner de mon cachot, j’attrapais ma lampe-torche et l’alluma. Il n’y avait pas grand-chose hormis quelques balais, des bouts de corde et un saut destiné à laver les planchers.

'' Madame Lamoppe. Monsieur Duseau. '' saluais-je mes vieux compagnons de corvées en feignant une révérence.

Il y avait aussi quelques étagères sur lesquelles je m’empressais de monter à la recherche d’un conduit d’aération pour m’évader, mais en vain. J’étais encore trop en colère contre la brune pour simplement m’allonger par terre et dormir alors je me mis en tête de lui rendre la monnaie de sa pièce. La lampe entre les dents, j’utilisais les cordes et le saut pour créer une sorte de piège. Je mis le saut au-dessus de la porte pour faire en sorte que la prochaine personne qui me sortirait d’ici le recevrait sur le crane. Malheureusement ou heureusement –ça dépend des points de vue- , je n’avais rien sous la main pour le remplir. Intérieurement, j’espérais simplement que ce ne soit pas Thomas qui me délivrerait demain… Mon honneur ainsi vengé, je dénichais de vieilles couvertures poussiéreuses derrière les balais et m’y emmitouflais. J’éteignis la lampe et espérais que les maigres heures de sommeil qui m’attendaient serait suffisantes pour me donner la force d’affronter les obstacles de demain.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Jeu 16 Oct - 21:47
Insomnie... Aiden & Adora

Après une nuit affreusement courte, Adora s'était levée tôt pour mener à bien son projet. Son objectif du matin était de surtout ne pas penser à sa dernière conversation avec Owen, qu'elle avait malheureusement croisé après avoir enfermé Aiden dans le placard.
Avec plusieurs 'collocataires' à quatres pattes, il fut étonnament facile de se concentrer sur les gestes routiniers. Quand le ventre de ses chats fut rempli, tout comme leurs gamelles d'eaux, elle put passer à ces propres tâches quotidiennes.

Par contre, ce fut plus difficile d'empêcher ces pensées vagabondées lorsque l'ancienne ombre fut fin prête à se rendre à l'orphelinat. Adora essayait de fixer ces pensées sur le sale gamin qui avait eu l'audace la vieille de lui demander une histoire qui se finissait bien. Chaque détail de cette nuit renforçait sa colère et sa détermination. Hélas, dès qu'elle essayait de s'imaginer quelle tête ferait l'orphelin lorsqu'elle lui annoncera la nouvelle, une certaine phrase d'Owen venait parasiter son futur plaisir.

Elle n'arrivait pas à s'enlever de la tête la phrase de l'ancien marchand de sable lui déclarant qu'elle ferait une bonne mère. Sans doute parce que cette déclaration lui semblait trop étrange... et déstabilisante. Personne n'avait jamais cru en elle. Alors qu'elle se rendit compte qu'elle s'attardait mentalement un peu trop sur cet événement qu'elle essayait pourtant d'oublier, elle s'arrêta et se massa les tempes comme si cela pouvait l'aider à penser à autre chose.

*L'adopter, çà ne fera pas forcément de moi sa mère.* Se rappela-t-elle avec dureté. *Ce n'est pas pour çà que je le fais. C'est une punition.*

Au rythme du bruit de ses talons la menant vers le bureau de la directrice, la terreur des orphelins répéta dans son esprit chaque argument nourrissant sa motivation.

Premièrement, elle aurait constamment Aiden à l'œil. Deuxièmement, elle zapperait son influence néfaste sur les autres orphelins. Troisièmement, elle serait en meilleure position pour transformer la vie de l'ancien orphelin en un véritable enfer. Et, tandis qu'elle s'arrêtait devant la porte du bureau de mademoiselle Time, un sourire se dessina alors qu'Adora songea à la cerise sur le gâteau de son plan insensé : en l'adoptant, elle privait Aiden de la possibilité d'être adoptée par une jolie petite famille aimante, lui retirant ainsi le droit d'avoir sa fin heureuse.

Elle toqua à la porte, la directrice fut surprise de la voir si tôt. Il est vrai que normalement la surveillante ne commençait pas son service avant plusieurs heures.

Tout comme le fait que d'ordinaire, la procédure d'adoption était une véritable bataille administrative. Mais Adora savait comment accélérer ce genre de chose. Carmen Time lui devait un retour d'ascenseur... Ou plutôt, elle devait acheter son silence concernant le sort de certains orphelins qui était soi-disant adopté. Çà et le fait qu'elle appuyait l'argument déclarant qu'elle voyait cela comme une punition pour cette mauvaise graine fit que la conversation se passa mieux que prévu.

Peut-être qu'Adora regrettera d'avoir joué la carte du chantage avec l'ancien crocodile. Pour l'heure, elle savourait sa petite victoire. Bien sûr, les formalités n'étaient pas finies, loin de là, cependant, l'ancienne ombre pouvait déjà amener l'enfant chez elle. Cela lui suffisait pour l'instant.

Ce fut donc une Adora de très bonne humeur qui se dirigea vers la porte du placard où elle avait laissé un certain orphelin enfermé toute la nuit. L'imagination sadique de l'ancienne ombre carburait à plein régime sur la suite. Quelle torture allait-elle faire subir en premier à son futur pensionnaire ? L'obliger à manger des légumes particulièrement mauvais ? Non, elle pouvait trouver bien mieux. Tellement de possibilités... Elle en aurait presque chantonné ! Rien ne semblait pouvoir entamer cette bonne humeur... Excepté le seau qu'elle se prit sur la tête lorsqu'elle ouvrit la porte. Un seau vide, heureusement !

Adora serra les poings pour ne pas laisser exploser sa colère.

*Calme-toi, Adora, le meilleur reste à venir.* Pensa-t-elle.

Ensuite, elle leva le seau juste assez pour jeter un coup d'œil à l'installation du gamin. Elle devait avouer qu'il s'était bien débrouillé avec seulement le contenu du placard comme outils. Cette inspection faite, la surveillante se débarrassa de son couvre-chef qui tomba sur le sol avec un son qu'elle imaginait sinistre. Sans doute parce qu'elle savait ce qui attendait l'orphelin.

Si elle fusilla Aiden du regard, un sourire mauvais ne tarda pas à se dessiner sur son visage.

"Toi." Dit-elle d'une voix tranchante en pointant l'ancien enfant perdu du doigt. "Tu vas filer dans ta chambre et rassembler toutes tes affaires. Tu quittes l'orphelinat... Définitivement."

Adora aurait pu directement annoncer qu'Aiden avait été adopté. Toutefois, elle préférait laisser l'imagination fertile du gamin spéculer à partir des maigres informations qu'elle venait de lui fournir.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Jeu 4 Déc - 15:05
Insomnie... Aiden & Adora


La nuit ne fut pas des plus agréables, mais je réussis néanmoins à reposer ma petite tête pendant quelques heures. Sans nécessairement faire compétition à Owen, j’avais hérité de la facilité à m’endormir partout. Que ce soit dans un lit douillet, dans les bras du surveillant lorsqu’on regardait la télévision ou sur le sol poussiéreux du placard, le sommeil fit son chemin jusqu’à moi. Ce qui caractérisait mes insomnies quotidiennes étaient soit un trop plein d’énergie ou de penser, mais hier soir m’avait surtout complètement épuisé. Le vagabondage nocturne et la joute verbale avec Adora, c’était beaucoup pour une seule soirée. La possibilité de faire des cauchemars ne m’inquiéta pas, car la réalité pouvait toujours être pire, mais je ne me doutais pas encore à quel point ! Avec lenteur, j’ouvris les yeux et soupirais en réalisant où je me trouvais. Je marmonnais un faible bonjour à Madame Lamope et j’adressais un sourire complice à Monsieur Duseau suspendu au-dessus de la porte.

Quand les autres enfants commencèrent à se réveiller, j’observais les ombres fugaces dans le mince espace sous la porte. Des petits pas rapides qui passaient en barrant les minces rayons de lumière qui tendaient d’entrer dans la minuscule pièce où je me trouvais. Je n’appelais pas à l’aide, c’était inutile. Mes loyaux camarades auraient tôt fait de me sortir d’ici qu’ils y seraient enfermé à leur tour. Je ne voulais pas leur causer des ennuis supplémentaires. Je me retournais sur le dos et repoussais les couvertures rugueuses sur le côté. Je rangeais ma lampe de poche avant que des yeux ennemis ne la voient et je fixais le plafond en me demandant combien de temps j’allais devoir subir cet isolement forcé. Je détaillais toutes les taches, rainures et toile d’araignée du placard, essayant de rassembler ces étranges points pour former des dessins. Mon imagination sans faille tentait de me distraire, mais l’ennui ne tarda pas à montrer le bout de son nez. Je fermais les yeux et laissais ce silence pesant m’envelopper, pesant mais pas complet.  J’entendais les éclats de rires des autres enfants dans les autres pièces, les talons de Carmen Time qui claquaient furieusement sur le plancher et soudain, le bruit du verrou de ma cage. Je me redressais vivement et priais intérieurement que mon piège ne fasse pas de victime autre que la cible pour laquelle il était destiné. Mon souhait fut exaucé quand Adora ouvrit la porte et que Monsieur Duseau l’attaqua sauvagement. Une couronne de choix pour la reine des monstres ! Un chapeau de sorcière plutôt original !

'' Bon matin.'' dis-je avec gaieté alors que j’essayais de retenir le fou rire que je sentais monter.

Cependant, je n’eus pas le temps de me réjouir ou même d'essayer de lui échapper en passant sous ses jambes grâce à la distraction de Monsieur Duseau, car ses premiers mots de la journée me clouèrent carrément sur place.

'' Quoi ? ''

Ma voix était pleine de surprise et je l’admets, de terreur aussi. Je repensais à ces orphelins qui avaient disparus on ne sait où. Miss Time prétend qu’ils avaient été adoptés, mais nous savions que ce n’était pas vrai. Ils ne nous auraient jamais laisser sans nouvelle. Puis, je songeais à Liam qui avait dû partir et Cloé qui allait être seule. Était-ce le même sort qui m’attendais ? Ils nous divisaient, nous séparaient pour pouvoir mieux nous tenir entre leurs griffes. Je ne m’attendais pas du tout à ça. Je ne savais pas du tout qu’elle genre d’obstacle se dressait sur mon chemin. Une rage aiguë commençait à bouillir en moi, mais je me retiens, essayant d'en savoir plus avant de me permettre d'exploser.

''Et pour aller où ?''





codes par shyvana


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Ven 12 Déc - 22:12
Insomnie... Aiden & Adora


En temps normal, la petite farce dans le style du seau sur la tête qu'elle venait de subir aurait valut une sanction immédiate. Un vigoureux tirage d'oreille, au minimum. Sauf qu'aujourd'hui n'était pas un jour ordinaire. Adora était bien décidée à savourer l'instant où elle annoncera la nouvelle à ce sale petit orphelin. Cette histoire de seau n'avait fait que renforcer sa détermination et attiser son envie de faire durer le plaisir de la future annonce qu'elle gardait en réserve pour l'instant. Elle ne songeait plus à sa discussion avec Owen, qui lui avait annoncé qu'elle ferait une bonne mère. Elle se moquait, en cet instant, que quelqu'un avait cru en elle, l'avait crut capable de faire une chose gentille. Ces pensées déroutantes avaient volé au loin, en même temps que le couvre-chef improvisé lui était tombé sur le crâne.

L'ancienne ombre fit la moue devant la bonne humeur du sale gosse. Mais le sourire mauvais ne tarda pas à revenir sur ces lèvres alors qu'elle laissa tomber le seau dans un bruit sourd.

*Rira bien qui rira le dernier.* Fulmina-t-elle intérieurement.

Elle voulait savourer la mauvaise nouvelle, mais la surveillante savait que si elle ne commençait pas sa tirade par une phrase de choc, sa victime (tout comme sa victoire) allait lui filer entre les doigts (ou plutôt, sous les jambes). Alors, elle ne perdit pas de temps en annonçant directement qu'Aiden devait rassembler ces affaires pour quitter définitivement l'orphelinat.

Elle savourait l'idée qu'elle ferait tout son possible pour que cette mauvaise graine qui lui faisait face ne reprenne plus contact avec ces anciens amis.

"Tu m'as très bien entendu." Répliqua-t-elle devant le 'quoi' stupéfait du gamin. "Ou alors des araignées auraient-elles tissé leurs toiles dans tes oreilles durant la nuit ?"

Adora savoura sa douce vengeance, bien qu'elle trouvât la teinte de terreur dans la question de son interlocuteur bien trop hâtive pour que cette dernière soit véritablement savoureuse. Une nouvelle question fusa bien vite.

"A ta nouvelle maison, bien sûr." Répondit-elle d'une voix faussement douce. "Il semblerait que quelqu'un ait voulu adopter un sale marmot dans ton genre."

Devait-elle lui dire maintenant ? Ou bien attendre un peu ? Adora choisit la seconde solution. Elle devait d'abord donner un peu d'espoir au mouflet avant de lui couper l'herbe sous le pied. Çà lui apprendra à l'obliger à raconter des fins heureuses ! À ce souvenir, elle fusilla l'orphelin du regard. Beaucoup trouveraient son comportement excessif pour une simple histoire... sauf que ce n'était juste çà. Le coup d'hier était la goutte d'eau. Il y avait le comportement agaçant de l'enfant, le lien si particulier qu'il entretenait avec Owen (non, elle n'était pas jalouse !) et enfin, ces excursions nocturnes qui devenaient d'autant plus intolérables avec ce dragon qui n'avait plus été aperçu depuis le mariage. Tout çà à cause d'un stupide bouquin provenant d'un stupide gamin qu'un stupide Maire n'avait pas réussi à tenir en laisse... et puis il y avait Cloé, cette petite peste de Cloé qui faisait sa crise d'adolescente, sortant doucement de la tranche d'âge où Adora représentait une source de terreur. Ce dernier point n'avait aucun rapport avec l'ancien enfant perdu, mais participait à la mauvaise humeur chronique de la surveillante. Bref, elle était bien décidée à reprendre les choses en main ! Pas question qu'Aiden s'en sorte !

"Alors ? Heureux ?" Demanda-t-elle avec sarcasme. "Toi qui me rabats les oreilles avec tes fins heureuses à longueur de journée. Tu as finalement trouvé une famille, on dirait."

Sur le moment, elle ne pensait plus à cette histoire d'orphelin qui se retrouvait sur une liste d'adoptés pour ne plus jamais revenir sinon elle aurait revu sa tactique.

Alors qu'elle ne souhaite que savourer les réactions du gamin, elle feinta l'impatience :

"Allez, dépêche-toi ! Ta valise ne va pas se faire toute seule. Ce n'est pas parce que je t'ai enfermé une nuit dans le placard, que tu t'es transformé en Harry Potter !"




codes par shyvana


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Sam 10 Jan - 20:49
Insomnie... Aiden & Adora

Je m’attendais à bien des choses sauf à cela. Le coup du seau sur la tête m’aurait sans doute valut une punition, une sanction ou encore une claque derrière la tête, mais ça… ça. Cette phrase qu’Adora semblait si fière de prononcer relevait du mystère. Comment ? Qui ? Où ? Pourquoi ? Il fallait espérer que la surveillante soit prête à répondre à toutes mes questions. Pour l’heure, je sentais mon petit monde s’effriter autour de moi. Je perdais mes repères, ma maison et mes amis en seulement quelques syllabes prononcées par la brune. La rébellion viendrait assurément, mais je devais être plus astucieux. Je devais être plus qu’un enfant perdu et confus pour comprendre l’adulte qui se faisait mon bourreau. J’essayais d’être courageux, mais la colère montait. Cette annonce n’avait pas de sens à mes oreilles, pas plus qu’un avenir loin de l’orphelinat tant et aussi longtemps que la malédiction planait encore sur Storybrooke. Je ne voulais pas une autre famille à moins d’être certain que c’était vraiment la mienne. Ça servirait à quoi de m’attacher à des parents qui ne seraient pas les miens au final?

J’étais tétanisé, comme si je venais d’être frappé par la foudre. Elle pouvait bien se moquer, mais ses mauvaises blagues ne m’atteignaient pas. Du moins, pas aussi profondément que mon départ prochain. Mon état de choc semblait surprendre Adora. Le sale marmot ne réagissait pas comme prévu ? Déjà, il fallait que l’information s’intègre dans mon cerveau. Mes grands yeux bleus regardaient dans le vide, nimbés de brume et de catastrophe. Même Adora semblait minuscule à coté de l’angoisse qui me serrait les tripes. Je ne pouvais pas partir comme ça en laissant les plus jeunes avec Cloé. Cloé… Elle me regrettera moi aussi, non ? Je jalousais encore cette douceur sur son visage lorsqu’on parlait de notre ami à la chevelure rousse.

''Adopter…'' répétais-je presque dans un murmure.

Je ne comprenais pas. Je ne voulais pas comprendre.  Mes petits poings se détendirent et je me mis à jouer nerveusement avec mes doigts. Je lançais un regard derrière moi, examinant le monticule de couvertures sales que je laissais dans le placard. Était-il trop tard pour replonger dessous et m’y cacher jusqu’à ce qu’on oubli ma présence ? Je cherchais une issue qui n’existait pas. Je repensais à ces couples qui passaient parfois à l’orphelinat pour agrandir leur famille. Je me demandais lequel avait dénié me porter de l’intérêt alors que je ne leur en avait donner aucun. C’est la voix triomphante de la surveillante qui me tira de mes réflexions. Heureux ? Je lui décrochais un regard noir aux travers du brouillard.  

'' Je ne veux pas de nouvelle famille. '' dis-je sur un ton de reproche. '' J’en ais déjà une et ce n’est certainement pas celle que vous m’avez choisi ! ''

Je n’étais pas un enfant comme les autres. Je rêvais de fins heureuses, mais j’avais déjà planifié la mienne. Ma famille était là quelque part. je n’avais pas besoin d’être adopté, car j’avais déjà des parents. Qu’Adora vienne jouer dans mes plans me rendit très agressif. Elle ne pouvait pas comprendre. Elle ne le pourrait jamais. Je la bousculais sans ménagement pour sortir du placard, puis donna un grand coup de pied dans le seau qui alla valser contre le mur avec fracas. D’un pas furieux, je marchais le long du couloir sans vraiment savoir où aller. Allais-je simplement disparaître moi aussi ? L’Opération Cobra ne pouvait pas se permettre de perdre un autre membre alors qu’Henry était dans le coma. Par habitude, j’avais pris le chemin de ma chambre avant de me rendre compte que c’était exactement là que l’ancien croquemitaine voulait que j’aille. N’y tenant plus, je me retournais pour faire face à la surveillante.

''On m’a inventé un certificat de naissance à moi aussi c’est ça ?!'' hurlais-je avec rage, convaincu que le destin de Liam venait me faucher moi aussi.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Sam 17 Jan - 21:26
Insomnie... Aiden & Adora

Adora aimait briser les rêves. Elle disait que c'était pour le bien des enfants et peut-être qu'une part d'elle, celle qui ne se réjouissait pas autant de sa mauvaise influence, le pensait vraiment. La surveillante savourait d'autant plus ces moments, car elle savait que cette sensation était éphémère. Les enfants grandissent. L'adolescence et les incertitudes existentielles qu'elle apportait lui donnaient encore quelques prises, mais tôt ou tard, ces victimes n'avaient plus peur de l'ancienne ombre.

Aiden était affreusement précoce. Normalement, à son âge, il aurait été entièrement sous sa coupe. Au lieu de cela, c'était celui qui lui opposait le plus de résistance. Pire, il menaçait de répendre son imagination à toute épreuve sur les autres orphelins, tel la mauvaise graine qu'il était. Cas exceptionnel mérité mesure exceptionnel. Le cas de l'autre nuit en était la preuve, elle n'avait pas donné assez d'attention à ce problème. Erreur qu'elle comptait bien corriger avec cette histoire d'adoption. Mais avant, la surveillante comptait y prendre un certain plaisir.

Sauf que le destin semblait le lui refusait. Aiden ne prenait pas la nouvelle de son adoption comme l'ancienne ombre l'aurait souhaité. Cela ennuyait la surveillante qui s'était fait une joie de lui annoncer cette nouvelle pour mieux détruire ses illusions ensuite. Seulement, dans sa précipitation à se lancer dans les préparatifs officiels, Adora avait oublié la réputation de l'orphelinat. Tant pis, elle devra se contenter de la sensation d'avoir détruit le petit univers de l'orphelin avec cette surprise.

Elle essaya de faire sortir le gamin de sa torpeur avec quelques phrases piquantes trahissant la déception qu'elle éprouvait de ne pas voir la conversation tournée comme elle l'avait imaginé.

Adora leva les yeux au ciel lorsque l'ancien enfant perdu retrouva l'usage de sa langue pour répéter le mot 'adopter'. Enfin ! L'information avait pénétré dans le cerveau rêveur de sa victime. Elle se détendit légèrement. Allait-elle avoir enfin la réaction désirée ? L'ancienne ombre se risqua à le demander sur un ton sarcastique. Elle voulait faire croire au gamin que sa fin heureuse était peut-être arrivée, mais manquait de pratique pour ce genre d'exercice. Donner de l'espoir n'était vraiment pas son truc.

La surveillante parut très vite agacée par la réponse de sa proie du jour. Non seulement sa tentative n'avait pas eu la réaction espérée, mais en plus, Aiden revenait avec cette histoire de vraie famille qui l'avait soi-disant oublié à cause de la malédiction.

"Ah, c'est vrai, j'avais oublié." Commenta-t-elle d'une voix faussement mielleuse. "Ta vraie famille t'attend quelque part, c'est çà ?"

C'était à n'y rien comprendre. Aiden ne semblait pas manquer de jugeote. En tout cas, il savait se servir de sa cervelle contre elle. Pourtant, il croyait à ces stupidités de fin heureuse et de malédiction.

"Tu sais quoi ? Si ton histoire s'avère réelle, je t'aiderai personnellement à retrouver cette famille imaginaire." Continua-t-elle sur un ton narquois qui laissait clairement comprendre qu'elle faisait cette promesse uniquement parce qu'elle avait la certitude que cela n'arriverait jamais. Ensuite, la surveillante rattrapa une expression sévère sur sa figure. "Maintenant, tu sors d'ici pour préparer tes affaires." Dit-elle sur un ton dur en pointant du doigt l'extérieur du placard.

Un ordre qui fut suivi avec un peu trop d'enthousiasme puisque le sale garnement la bouscula au passage et envoyer valser le seau au loin.

"Espèce de petit..." Commença-t-elle à marmonner de rage.

Elle s'agrippa à l'encadrement de la porte comme une sprinteuse prenant appui avant de se lancer dans sa course. Cependant, elle interrompit son mouvement en voyant la direction que prenait sa cible. Un sourire mauvais réapparut sur son visage alors qu'elle reprit tranquillement sa marche.

"Tu vois que tu peux être obéissant quand tu le veux." Minauda-t-elle sa proie lorsqu'elle eut la confirmation qu'il partait bien dans la direction qu'elle souhaitait.

La remarque de trop ? Peut-être. Elle s'amusait trop pour s'en empêcher. La discussion n'avait pas suivi le scénario qu'elle avait imaginé et alors ? Elle n'allait pas bouder son plaisir pour autant. Aiden lui hurla dessus à propos d'un certificat de naissance monté de toute pièce. Ah, c'est vrai, il y avait eu cette histoire avec le rouquin.

"Non." Répondit-elle sur un ton catégorique. Devait-elle déjà lui annoncer la nouvelle ? Il semblerait qu'elle ne pouvait reporter d'avantage ce moment. "C'est moi. Je t'ai adopté."

Le sourire sadique avait disparu pour montrer tout son sérieux. Elle s'avança doucement vers Aiden. Gommant la distance qui les séparer avec une lenteur calculée.

"Tu es un enfant particulier qui mérite un traitement tout aussi particulier." Expliqua-t-elle avec le ton qu'elle employa d'habitude pour expliquer une punition. Rien d'étonnant puisque la surveillante estimait avoir trouvé la pire punition qu'elle pouvait infliger à l'ancien enfant perdu. "Tu verras, je prendrais bien soin de toi." Continua-t-elle en ajoutant une mince nuance d'ironie.



codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Sam 21 Fév - 23:04
Insomnie... Aiden & Adora

J’étais petit pour mon âge. On me le disait souvent, mais cela ne me gênait pas, car il y avait des avantages à avoir quelques centimètres de moins que la moyenne. Par exemple, j’étais très doué pour les parties de cache-cache. Agile et rapide, j’étais difficile à attraper en temps normal. C’est pour cela que je ne craignait pas le dragon puisque je doutais qu’il puisse seulement m’entendre approcher. Ce que je n’avais pas en force, je le compensais en neurone je suppose, même si mes idées enfantines ne plaisaient pas toujours à la plupart des adultes… Le problème, là tout de suite, c’est que malgré tous mes efforts de réflexion, je ne trouvais pas de solution pour m’en sortir. Me cacher ne servirait à rien, hormis me donner du temps pour réfléchir, mais encore là… Non, ce que je voulais, à l’instant précis où la surveillante m’annonca la ‘bonne nouvelle’, c’était de disparaître. J’avais envie de me changer en minuscule souris qui parle comme dans Cendrillon et de me sauver par le premier trou que je croisais.

Un mélange d’inquiétude, de reproches et d’incompréhension faisait en moi un cocktail bien explosif. Ainsi, ma sortie de cellule ne fut que bousculade, vole plané de seau et cris de rage. Je l’admet, j’aurais bien pleuré en entendant qu’on m’éloignait de mes amis en plus de me forcer à remettre à plus tard mes recherches du dragon. Cela dit, j’étais surtout en colère. En colère contre ce sourire mesquin qui ornait les lèvres d’Adora. Ma peine était visiblement un succulent mets qu’elle savourait pleinement. Alors non, elle n’aurait pas les larmes. Elle aurait la tempête ! Je l’accusais de me jouer le même vilain tour qui avait fait partir Liam de l’établissement. De mèche avec Carmen, un certificat de naissance pouvait être facilement falsifié. Et puis, il ne restait plus qu’à me trouver des parents tellement alcoolos qu’ils ne se rappelleraient pas du jour où il aurait pu y avoir conception… Mais qui ? Qui allait être cette figure parentale suffisamment de basse qualité pour m’accepter comme fils alors que j’accumulais les bêtises ? Au bout du couloir, je la regardais donc d’un air mauvais en attendant sa réponse. Sauf que sa réponse me donna l’impression que le plancher venait de se dérober sous mes pieds. Doucement, Adora avançait vers moi. Au loin, je pouvais entendre le bruit d’un piège qui se refermait. Je l’écoutais avec attention, car une question revenait constamment dans ma tête. Pourquoi ?

'' Je ne vous crois pas ! Je veux une preuve ! '' hurlais-je, révolté.

Vu la façon qu’elle en parlait, j’avais l’impression qu’on m’avait inscrit à un camp militaire. 'Un traitement spécial pour un enfant spécial', ça ne sonnait pas très maternel tout cela. La panique me gagnait peu à peu, mais elle n’avait surement pas l’effet escompté. Moi, je me recroquevillais pas dans un coin lorsque j’étais entouré par des ombres, je me débattais. Dans ma petite tête affolée se dessinait déjà un constat peu reluisant. Si tout cela était vrai, j’allais devoir me préparer car ce n’était pas une bataille que je gagnerais en un jour. Pas aujourd’hui du moins. Néanmoins, la possibilité de vivre sous le même toit que mon ennemi me donnait un avantage, car je pourrais saboter cette zone de confort qui devait lui être si cher... Au final, j’étais sans doute plus utile à l’Opération Cobra en distrayant les non-rêveurs de nos activités. J’allais me sacrifier donc et, même si cela ne me faisait pas plaisir, je commençais à me résigner.  

'' C’est une erreur. Vous auriez mieux fait d’adopter un autre chat. '' protestais-je à nouveau, mais cette fois, je tournais les talons en direction de ma chambre. Ma soudaine docilité était peut-être suspecte, mais j’étais trop fatigué pour élaborer un plan d’attaque à l’improviste.

'' Je ne savais pas que vous aimiez raconter des histoires à ce point. Ce serait bien toutes les nuits avant de dormir, non ? '' rajoutais-je sur un ton moqueur.

De dos à la brune, elle ne pouvait pas voir mon sourire espiègle au souvenir de la fin heureuse que j’avais pu lui arracher la veille. S’il n’y avait pas meilleur pour construire un cauchemar que le Croquemitaine, sa progéniture ne devait pas être très loin de cette perfection. Si ce n’était pas son intention première, les faits le montreraient très vite, mais Adora allait regretter cette décision.




codes par shyvana
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   Sam 28 Fév - 17:32
Insomnie... Aiden & Adora

L'heure d'abattre sa dernière carte était venue plus tôt que prévue. Pas d'autres choix lorsque votre victime ne réagissait pas comme vous l'espériez. Adora aurait aimé faire durer le suspense aussi longtemps que possible, savourer chaque instant des répercussions de cette nouvelle sur l'ancien enfant perdu. Hélas, elle allait devoir couper court à son plaisir sinon elle risquait de perdre le contrôle de la situation.

Même si elle n'avait pas eu droit aux larmes tant attendues, la surveillante éprouvait tout de même une certaine satisfaction à avoir détruit le petit univers du futur adopté. Un simple papier signé de la main de Carmen Time avait réussi là où son acharnement avait échoué. L'ancienne ombre ne se doutait pas un seul instant que son merveilleux plan comportait une énorme faille qui jouait en la faveur du gamin récalcitrant. Tout ce qu'elle voyait, c'était les effets immédiats : la mauvaise graine allait être séparée de ces amis de l'orphelinat, de l'influence de son confrère Owen et surtout, il allait être à sa merci. Adora était trop occupé à savourer ce qu'elle pensait être une victoire pour voir que ce dernier avantage fonctionnait dans les deux sens.

Ce genre de préoccupation arriverait sans aucun doute plus tard. Pour l'instant, en avouant que c'était elle qui était à l'origine de l'adoption, elle avait posé son ultime coup pour détruire la zone de confort de sa victime. Ce fait aussi était à double tranchant. Encore une évidence qui lui échappa alors qu'elle s'avançait doucement vers sa proie.

"Très bien !" Répliqua-t-elle alors qu'Aiden exigeait une preuve. "Lorsque la paperasse administrative sera réglée, je me ferais une joie de te le montrer. Tiens... Je pourrais même encadrer le certificat d'adoption et le mettre dans ta nouvelle chambre pour que se soit la première chose que tu vois en te réveillant chaque matin."

Chambre ou placard à la Harry Potter... Elle n'avait pas encore vraiment décidé. Non, à la réflexion, il fallait que se soit une chambre. Se serait bête de perdre la garde du sale mioche à cause d'un soi-disant mauvais traitement !

Aiden se résigna vite. Un peu trop vite à son goût. Jugeant qu'elle avait tout le temps de le torturer désormais, l'ancienne ombre balaya cet indice pour suivre le gamin devenu docile dans sa chambre. La surveillante veillait à rester entre lui et la porte, au cas où tout cela ne serait qu'une ruse destiné à préparer une soudaine envie de fuir.

Son sourire victorieux disparut lorsque l'ancien enfant perdu parla d'histoire à raconter avant d'aller dormir. C'était justement l'audace dont avait fait preuve le gamin la nuit derrière qui l'avait motivé dans son projet.

"Oh, mais j'adore raconter des histoires. Tu vas vite t'en apercevoir." Dit-elle d'une voix glaciale.

Heureusement qu'elle n'était pas en mesure de voir le sourire espiègle d'Aiden, même si elle était tout à fait capable de le deviner grâce au ton moqueur de l'orphelin, cela l'aurait fait bouillir de rage en repensant à la fin heureuse qu'elle avait été obligée de raconter. Seulement, les histoires qu'Adora avait en réserve ne disposaient pas d'une conclusion aussi naïve. La surveillante détestait les fins heureuses dans les histoires, car elle jugeait que ce genre de fin n'enseignait rien. Il fallait que les héros des histoires apprennent la leçon et on ne retenait pas le prix de ces erreurs dans un 'et ils vécurent heureux pour toujours'.

"Savoure la fin heureuse que tu as eue hier soir." Continua-t-elle sur un ton où la froideur avait laissé place à des intonations mielleuses. "Car c'est la dernière que tu entendras."

La surveillante n'avait pas besoin de clôturer sa phrase par un 'je le jure' ou par 'j'en fait le serment ', car le ton implacable qu'elle employa rendait inutile d'apporter ce genre de précisions. Le même ton qu'avait employé une certaine méchante reine en décrétant qu'elle détruirait le bonheur de tous même si c'était la dernière chose qu'elle ferait. Le vœu muet d'Adora en cet instant était, d'ailleurs, assez similaire.

Cette conversation n'annonçait pas une fin, mais un début, c'était certainement la seule chose sur laquelle les deux interlocuteurs devaient être inconsciemment d'accord. Adora était bien déterminée à détruire pièce par pièce les rêveries de l'orphelin qu'elle allait l'héberger. En l'adoptant, l'ancienne ombre avait fait le premier pas dans ce sens et comptait bien poursuivre dans cet objectif.



codes par shyvana


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Insomnie ☸ Aiden & Adora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Insomnie et ennui ... [Priv. Seamus] [TERMINE]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Idée loufoque de l'insomnie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-