★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Mer 2 Avr - 11:03






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


Un accord était un accord. Je n’avais plus moyen de faire marche arrière et je ne voulais pas faire marche arrière. Ma priorité numéro un depuis que j’étais sortie de psychiatrie, c’était de retrouver la mémoire, retrouver l’intégralité de mes souvenirs qui restaient encore un véritable mystère. C’était toujours frustrant de découvrir que je savais quelque chose et ne plus me souvenir de comment je le savais. Je m’étais découverte une talent pour jouer au billard et aux échecs sans me souvenir avoir appris les règles ni même comment on y jouait. Tout comme je ne me souvenais pas avoir lu certains livres mais dont le contenu était ancré dans ma mémoire. Il y avait réellement de quoi devenir maboule… Pour toutes ces raisons, j’avais pris l’importante décision de confier mon retour de mémoire dans les mains du docteur Lynch. Peut-être avais-je tord de faire une telle chose, mais j’avais essayé presque tous les moyens en ma possession pour déclencher ne serait-ce qu’un malheureux petit flash et je n’avais obtenu aucun résultat.

J’avais prévenu le docteur Lynch de ma décision finale et il en avait été plus que ravi. A présent, je devais remplir ma part du marché afin qu’il puisse se mettre au travail et me donner mon autorisation de sortie de l’hôpital. J’avais tenu à ce qu’il me remplisse cette feuille afin de pouvoir retourner à l’hôpital sans craindre qu’on ne m’enferme à nouveau dans ma cellule/chambre. Même s’il m’avait assuré que mon retour n’était plus sa priorité, je ne lui faisais pas totalement confiance. Qui m’assurait que si je rentrais dans l’hôpital je ressortirai comme n’importe quel patient venu pour une consultation ? Absolument personne. Cette feuille serait la preuve que j’étais saine d’esprit et que mes « visites » en psychiatrie ne serait qu’un simple suivi pour la forme afin de s’assurer que mon état n’empirait plus. Mais pour obtenir cette feuille, il fallait que je commence à lui donner des noms et pour cela, je savais précisément où me rendre. Des laissés pour compte, le Rabbit Hole en avait plein. Il ne serait pas dur de trouver de bons cobayes.

Trois personnes pour commencer. Deux jours plus tôt, j’en avais déjà trouvé une que j’avais signalée aussitôt que je l’avais trouvé. Envoyé un sms ne nécessitait qu’une dizaine de seconde et la réponse du docteur Lynch avait été plus ou moins rapide. Je le soupçonnais d’être victime d’insomnie étant donné l’heure à laquelle j’avais envoyé le message, mais cela ne me regardait pas. Du moment qu’il pouvait me rendre la mémoire, le reste m’importait peu. S’il n’avait besoin que d’une ou deux heures de sommeil pour recharger ses batteries, ma foi, tant mieux pour lui. Après avoir fermé la Bibliothèque et activé le système d’alarme, je rentrais à la maison pour me changer et prendre une bonne douche. Depuis que j’avais découvert les lieux dans un état quasi  apocalyptique, j’avais tout mis en place pour être prévenu si jamais il y avait de nouveau un problème. Le saccage de la Bibliothèque m’avait contrainte à recommencer absolument tout le travail que j’avais fourni quand j’avais repris les lieux, et je ne comptais pas refaire ça une troisième fois.

A présent, j’attendais la venue des nouveaux ouvrages qu’il avait fallu commander afin de remplacer ceux qui avaient été détruits. M. Gold avait signé chaque papier que je lui avais présenté, presque sans avoir besoin de réfléchir. Moi qui pensais que par moment, j’abusais au niveau du budget, j’étais presque stupéfaite de voir que rien (ou presque) ne m’avait été refusé. Parfois, je me posais des questions, mais rapidement, je laissais tomber. J’avais d’autres choses en tête. Quand je sortis de la villa après avoir esquivé Nafanaïl de façon assez prodigieuse, la nuit commençait à tomber. Etant donné que nous étions en juin, il devait être dans les alentours de dix heures du soir. Je marchais dans les rues en direction du Rabbit Hole sans vraiment regarder où j’allais. Je connaissais le chemin par cœur, si bien que j’étais certaine que si on me mettait un bandeau sur les yeux, j’arriverai à m’y rendre sans le moindre problème.

En franchissant la porte de l’établissement, je me retrouvais plongé dans l’ambiance habituelle des lieux. Comme d’habitude, le billard était déjà occupé et des paris circulaient parmi les consommateurs. Je voyais des liasses de billets passer sous mon nez sans m’en préoccuper. Je ne pariais jamais, personnellement. On avait déjà parié sur moi, mais l’inverse ne s’était jamais fait. Comme à mon habitude, je me dirigeais vers le comptoir et saluais le barman avec qui j’avais sympathisé depuis la première fois que j’étais venue en ces lieux, c’est-à-dire presque le lendemain de ma sortie de l’hôpital. Je commandais une vodka fraise et en attendant qu’on me le serve, je me tournais vers la salle afin de jeter un œil sur qui était là et qui je pourrais interpeller afin de savoir s’il répondait aux critères demandés par le docteur Lynch. Une fois que mon regard eut fait tout le tour de la salle, un demi-sourire vint se dessiner sur mes lèvres : le type dont j’avais donné le nom au docteur Lynch n’était pas là. Etait-il actuellement enfermé dans ce qui fut un jour ma cellule/chambre ? Si c’était le cas, on pouvait dire que mon ancien médecin était un rapide ! Ou alors, il ne pouvait pas venir ce soir, c’était aussi une possibilité. Je verrais bien au fil des jours s’il réapparaissait ou pas.

Je me remis plus ou moins correctement face au comptoir quand ma vodka fraise arriva. Je pris mon verre et bus une première gorgée. Elle était particulièrement corsée, signe qu’il n’avait pas lésiné sur la quantité de vodka dans le verre. Tant mieux ! Je n’aimais pas quand on me servait un truc qui n’avait pas de gout. Depuis le temps que je venais ici, ceux qui y travaillaient avaient pris l’habitude de ne pas me servir comme si j’étais une pauvre fille qui finissait complètement bourrée dès le premier verre avec un minimum d’alcool dans le mélange. Je reposais mon verre sur le comptoir et me tournais à nouveau vers la salle et me remis à mon inspection jusqu’à ce que j’aperçoive une tête blonde que je n’avais jamais vu jusqu’à présent.




Beauty and the Beast

Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. by Anaëlle
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Jeu 3 Avr - 16:20






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


L'ennui, n'y a-t-il pas pire que l'ennui ? Des hommes vivaient jour après jour en ne ressentant que ce sentiment bien déplaisant, comme-ci tout ce qui les entourait n'avait que peu de valeurs, qu'il leur manquait une chose essentielle dans leur vie, cette petite sensation d'envie remplaçant leur lassitude. S'il y a bien une personne de Storybrooke qui sait lutter contre l'ennui, c'est bien Luz Daegan, gardienne du cimetière ainsi que la voleuse qu'on nomme « L'Enigma » ce doux petit surnom donner pour un journaliste du Daily Mirror, la jeune femme adorait lire ces articles, juste pour voir ses nouvelles théories à son sujet, elle était une énigme à découvrir, au moins grâce à elle, lui ne pouvait s'ennuyer.

Ce soir-là, elle avait regardé la nuit tombée, installer sur la tombe de Bernadette, veille serial killer de chat, près d'elle se trouvait Monsieur Homard qui avait été dérobé pratiquement sauver d'un restaurant de la ville et Otite, le lapin trouver dans le cimetière durant une chasse à l'homme de Maddy et Luz. Beaucoup pourraient avoir peur de cet endroit lugubre, pour Luz, c'était sa vraie maison, son repère et surtout l'endroit où elle avait posé ses racines, car après tout, même si elle s'attachait difficilement aux gens, elle aimait ce petit coin de paradis macabre, le trouvant exactement à son image.

L'obscurité tombée, elle eut cette envie de bouger, de s'amuser, bien sûr, elle pourrait aller effectuer quelques courses dans le musée de la ville, mais c'était déjà ce qu'elle avait fait la nuit dernière, non, elle devait trouver mieux. D'un coup, elle se souvint de l'invitation de Leydan, il chantait ce soir au bar de Rabbit Hole, oui un bar avec un nain de lapin ça craint quand même, qu'est-ce que c'était débile un lapin ! En même temps, les habitués du bar n'étaient guère intelligents, se vautrer dans la boisson pour oublier ou s'amuser, totalement minable. Mais bon, elle n'avait rien de plus passionnant à faire et se foutre des clients pouvait être un bon passe-temps. Oui, rien à voir avec le fait d'aller écouter Big ben, elle l'entendant déjà chanter au cimetière quand il venait sur la tombe de son fils et de sa femme.

Après avoir rentré ses animaux et attraper sa veste noire, elle avait filé jusqu'au bar. Comme d'habitude, les pochetrons avaient répondu à l'appel, n'ayant aucune envie de dépenser ses sous dans ce genre d'endroit, elle n'eut aucun mal à piquer quelque billet sur la table de billard, tout en touchant l'épaule du joueur. Ni vu ni connu, après tout c'était son talent et ses gestes agiles et rapides faisaient qu'on ne la remarquait jamais. Rien que d'avoir shipper de l'argent lui rendait le sourire, à tel point qu'elle sautilla juste au bar, telle une enfant qui allait voir sa mère-grand avec un bon panier. S'installant au comptoir près d'une jeune femme, elle demanda un barman :

- Un verre de lait bien corsé !

La surprise se lisait à chaque fois sur le visage de serveur, pourtant depuis le temps qu'elle commandait du lait quand elle venait, il aurait dû s'y faire. Tournant sur le grand tabouret à l'attente de sa commande, elle vit Leydan qui se plaçait sur l'estrade, guitare à la main pour commencer à chanter. Son verre de lait qu'elle paye avec un des billets volés, arriva au même moment. Dès les premières notes de la musique, elle leva son verre bien haut et regarda la brunette près d'elle.

- Et vlà une épave qui se prend pour un musicien, c'est la fête !

Buvant une gorgée, elle reposa le verre derrière elle et se mit à rire d'un homme qui se penchait d'un côté à l'autre, l'imaginant déjà s'écrouler au sol. C'était bien plus passionnant que d'entendre Leydan chanter.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Sam 5 Avr - 23:17






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


Rechercher de bons cobayes était beaucoup plus difficile que ce qu’on pouvait croire. Il fallait voir s’ils correspondaient au critère principal du docteur Lynch : être un laissé pour compte. Pour ça, il fallait savoir s’ils avaient de la famille ou bien des amis vraiment proches qui pourraient s’inquiéter de ne pas les voir disparaître du jour au lendemain. Certaines personnes que je croyais être comme ça s’avéraient ne pas l’être. Après un petit interrogatoire et quelques verres dans le nez, les gens répondaient à pratiquement toutes les questions. Et quand ils refusaient de parler, il suffisait simplement de poser la question d’une façon différente et là, la réponse tombait. C’était surtout stratégique comme boulot. Un peu comme une partie d’échec. Je me découvrais beaucoup plus douée pour ça que je n’aurais cru.

J’avais déjà offert un nom au docteur Lynch et apparemment, il n’avait pas perdu de temps avant de le faire interner dans son service. Il semblait vraiment motivé à me rendre ma mémoire. J’ignorais si je devais être contente ou m’en inquiéter… C’était flippant par moment ! Mais mis à part cela, j’étais ravie de constater qu’il ne m’avait pas pris pour une idiote et j’étais motivée à trouver deux autres personnes car avec ces deux personnes en plus d’internés en psychiatrie, j’aurais mon bon de sortie officielle du service de psychiatrie de Storybrooke. Je ne savais pas trop encore de quelle façon il justifierait mes futures visites à l’hôpital, quand les tests commenceraient à donner quelque chose, mais je savais qu’il trouverait. C’était lui la tête intelligente, pour une fois. Moi, j’étais celle qui chassait les proies pour les lui apporter.

Néanmoins, en ce qui concernait ce premier nom, je ne pouvais pas crier victoire trop vite. Peut-être était-il simplement malade et ne pouvait pas venir ce soir. Absolument rien ne me garantissait qu’il ne vienne pas le lendemain comme s’il ne s’était rien passé. Auquel cas, le docteur Lynch n’était pas aussi rapide que je n’aurais cru. Ou alors, il attendait les trois noms. Ce qui serait une perte de temps, parce que s’il voulait commencer par trois schémas, avoir une personne lui permettrait d’exploiter une piste. Mais enfin, ce n’était pas moi le médecin dans cette histoire. Au Rabbit Hole, je n’avais pas exploité toutes mes possibilités. Il y avait encore plein d’habitués à questionner. Certains étaient beaucoup plus plaisants que d’autre, à n’en pas douter. Pour survivre à tout ça, je me disais simplement que c’était juste deux ou trois heures à passer et qu’après, ce serait terminé !

Tranquillement installée sur mon tabouret haut au comptoir, avec mon verre de vodka fraise posé juste à côté, je regardais les clients. Certaines têtes m’étaient connues parce que je les voyais là quasiment tous les jours, d’autres un peu moins connus parce qu’ils passaient ici de temps en temps, histoire de boire un verre occasionnel. Et il y avait d’autres têtes que je n’avais absolument jamais vues ici, comme cette jeune femme blonde qui venait de voler habillement de l’argent à un des parieurs sur le vainqueur du petit tournoi de billard. Moi-même j’avais participé à un de ces tournois. La récompense avait été une petite somme d’argent. Rien que pour ça, et parce que je n’avais pas encore de boulot à ce moment-là, je m’étais donnée à fond pour remporter la victoire et enrichir aussi les parieurs. Je regardais plus ou moins cette fille venir vers moi. L’espace d’un instant, j’en vins à me demander ce qu’elle me voulait mais je déchantais très vite quand elle commanda simplement un verre.

J’étais entrain de boire une nouvelle gorgée de mon verre lorsqu’elle commanda un verre de lait « bien corsé ». Je manquais de m’étouffer. Ce n’était vraiment pas commun de commander une telle boisson dans un bar ! Si cette fille voulait un verre de lait, pourquoi est-ce qu’elle ne le prenait pas chez elle plutôt que de payer plus cher qu’une bouteille de lait ? Allez savoir ! Personnellement, je ne m’en préoccupais pas de trop. J’attendais simplement de savoir si le barman allait lui demander si elle plaisantait ou si elle était sérieuse. Aucune des deux questions ne tomba. En fait, il la servit sans rien dire. Comme si c’était normal. Pourtant, il ne me semblait pas avoir vu « verre de lait » sur la carte des boissons proposées dans cet établissement. Ou alors, cette fille-là était vraiment plus importante qu’elle ne semblait avoir l’air. La propriétaire ? Non ! Non, c’était un homme le proprio, ça j’en étais certaine. Qui ? Sa copine ? Peut-être bien… Je n’en avais aucune idée !

En attendant, le chanteur du soir venait de s’installer sur l’estrade réservée aux représentations. Ce n’était pas tous les soirs qu’il y avait quelque chose, mais de temps en temps, il y avait quelqu’un qui faisait son numéro. Ce soir, il semblerait que c’était un musicien/chanteur. Ce type-là, je l’avais déjà vu deux ou trois fois ici, mais jamais je ne lui avais parlé. En même temps, c’était difficile de s’adresser à tout le monde quand ce bar était rempli. Quant à savoir s’il avait déjà chanté un soir où j’étais présente, et bien c’était dur à dire parce que d’habitude, je ne prêtais pas spécialement attention à ça. Je continuais ma petite observation quand la musique commença et aussitôt, la jeune femme installée à côté de moi se mit à critiquer le chanteur après avoir levé son verre dans ma direction. J’arquais un sourcil avant qu’un léger sourire ne se dessine sur mes lèvres.

- Je ne sais pas ce qu’il vous a fait, mais vous semblez avoir une dent contre lui.

Afin de savoir si elle disait vrai en affirmant que ce chanteur ne valait rien, j’écoutais à mon tour. Ce n’était clairement pas mon style de musique, mais certaines personnes semblaient l’écouter assez religieusement. Comme quoi, il était apprécié par certains. Ou alors ils étaient trop bourrés pour se rendre compte de ce qu’ils écoutaient… Allez savoir ! Le nuit était à peine commencé, mais certain ne perdait pas de temps pour absorber une grande quantité d’alcool.

- Bon, d’accord, je reconnais qu’il faut aimer !

Autant être honnête, non ? On ne pouvait pas dire qu'il était mauvais, il fallait juste le public adéquate. Personnellement, je ne choisirai jamais le Rabbit Hole comme endroit pour me produire. Mais Storybrooke n'était pas vraiment la ville qu'il fallait pour faire un malheur et être connu dans le monde. Mais c'était mieux que rien quand on n'avait pas le choix. Par contre, j'étais curieuse de savoir si la jeune femme blonde le connaissait ou pas. Elle donnait l'impression que oui, mais peut-être pas personnellement ? Après tout, dans cette ville, tout le monde savait qui était qui. Il n'y avait que moi qui ne connaissais quasiment personne avec mon amnésie. Mis à part ça, j'étais déterminée à en connaître un peu plus sur la buveuse de lait. Je cherchais des cobayes, après tout, n'est-ce pas ? Donc autant savoir tout de suite si elle en ferait un bon ou pas du tout.

- Au fait, je m'appelle Lacey ! Et vous ? Je ne crois pas vous avoir déjà vu dans le coin.

C'était une façon comme une autre de faire connaissance avec elle et d'en savoir un peu plus sur sa personne et sur son importance dans la ville. Si elle était "inutile", je pourrais toujours la proposer au docteur Lynch. Il n'avait pas précisé qu'il fallait que ce soit des hommes ou des femmes, donc je prenais ce qu'on m'offrait. Et c'était encore mieux quand c'était les gens qui venaient vers moi parce que ça m'évitait d'analyser les autres pour savoir qui aborder ou pas.

- Une buveuse de lait, je crois que je m'en souviendrais, continuais-je sur ma petite lancée.




Beauty and the Beast

Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. by Anaëlle
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Jeu 10 Avr - 13:12






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


Le bar n'était pas l'endroit favori de la voleuse, souvent, elle n'y allait que pour faire de nouveau test pour prouver que ce qu'elle pensait était véridique, il n'y avait pas mieux que les habitués de ce genre de lieux pour faire de petites expériences. Rien de bien méchant, c'était simplement de savoir qu'elle serait sa réaction entre un verre ou une femme, ou alors l'argent ou une femme. Luz pensait qu'il n'y avait rien de plus important que l'argent, mais ce n'était pas le cas de tous. Ce soir, elle était venue avec aucune idée en tête, hormis de rire de l'état de ceux qui ont trop bu.

Après avoir commandé son verre de lait bien corsé, elle prêta un regard vers Big Ben qui s'installait sur une chaise, réellement, c'est lui qui lui avait demandé de venir. Mais l'entendre chanter était bien la dernière chose à laquelle elle pensait, non, elle préférait rire d'un homme qui semblait tomber à chaque seconde de sa chaise. Encore, elle avait été sympathique, porter un toast rien que pour lui, si après il disait qu'elle ne faisait aucun effort, elle ne comprendrait pas. Quand, elle avait levé le verre de lait, elle avait regardé sa voisine d'à coter, pas pour invitation de parler, mais bon Luz devait encore apprendre quelque truc chez son psy pour être sociable.

Je ne sais pas ce qu’il vous a fait, mais vous semblez avoir une dent contre lui.

Son verre de lait se trouvait à présent derrière elle, quand elle lança un regard surpris à la jeune femme. Où voulait-elle en venir ? Claquant ses dents plusieurs fois, non aucune n'était partie pour attaquer Big Ben, ce n'était pas très joli de lui mentir.

- Mes dents restent dans ma bouche et ne partent pas en vadrouille !

Haussant les yeux pour lui faire comprendre qu'elle ne tomberait pas dans son jeu, de dent que part en guerre. Elle reprit une gorgée de son verre de lait qui semblait bien meilleure que la boisson de sa voisine, cela n'était même pas étonnant qu'elle mentait, l'alcool fait raconter n'importe quoi aux gens. Faisant mine d'écouter Big ben, elle préférait encore parler avec la menteuse ou la chef des dents en guerre, le surnom avec lequel Luz parlerait d'elle n'était pas encore certain. L'attachement de la voleuse envers les habitants égalait à zéro, une raison pour laquelle savoir leur nom ne l'intéressait pas et qu'elle les nommait par des surnoms qu'elle trouvait par elle-même. Il n'y avait que ses amis qu'il avait le droit d'être appelé par le vrai prénom.

Bon, d’accord, je reconnais qu’il faut aimer !

Ah oui Big Ben ! Pour le coup, elle marquait un point la chef des dents en guerre, non mais il voulait endormir tout l'assembler ou quoi. D'un coup, une note la fit sursauter, avait-il entendu à quoi elle pensait ? Toute façon, s'il y avait une chose à laquelle elle pensait hormis l'argent, c'était le chocolat, un sourire s'afficha sur son visage à cette pensée, un sourire qui fut gâché par menteuse qui continuait à lui parler.

Au fait, je m'appelle Lacey ! Et vous ? Je ne crois pas vous avoir déjà vu dans le coin.

Lacey, c'était un prénom ? Un véritable prénom ? Et bah, elle préférait ceux qu'elle lui trouverait. Mais tout de même, n'était-elle pas un peu prétentieuse en voulant insinuer que c'était aussi son prénom à elle.

- Je ne m'appelle pas Lacey !

Une personne qui connaissait bien Luz, sait qu'il faut prononcer des questions bien précises et surtout qu'elle prend toutes les phrases au premier degré. Donc là pour le coup, vu qu'elle demandait simplement "et vous ." La voleuse n'alla pas s'imaginer qu'elle cherchait simplement à savoir son prénom et non lui demander si elle s'appelait aussi Lacey.

Une buveuse de lait, je crois que je m'en souviendrais

La voleuse n'aimait pas du tout les manières de sa voisine, lui lançant un regard plus que suspicieux, elle se demanda qu'est-ce que cette femme lui voulait vraiment ? D'accord, Luz se trouvait souvent à des mondes à des réalités, mais elle savait reconnaitre quand un truc ne tournait pas rond et là normalement ceux qui venaient lui parler par mégarde auraient déjà pris la fuite, alors pourquoi celle-ci continuait ?

- Une buveuse d'alcool, rien d'extraordinaire.

C'est vrai, il semblait qu'en ville tout le monde aimait boire un petit coup, même Maddhen et encore plus Az', la dernière fois, il l'avait prise pour une fée et voulait la vendre au plus offrant et elle fut obligée de l'assommer avec un pot de fleurs, un vrai amour familial. Finalement, Luz lui expliqua son avis sur l'alcool, c'était son truc à elle de faire la morale sur ce sujet.

- Le lait est très bon pour la santé et garde l'esprit vif, l'alcool, c'est pour les personnes qui veulent oublier leur vie durant une soirée, pathétique !

Ils étaient tous pathétiques, combien de fois lui était-il arrivé d'exploser les bouteilles voler en les lançant du haut du clocher de l'église, embêter le prêtre sexy était un autre de ses passe-temps favoris. En parlant d'homme plus au moins sexy, elle tourna la tête vers Big Ben et un jeu vint se former de son esprit farfelu. Son sourire enfantin ne la quittait plus et elle demanda à sa voisine tout en indiquant le chanteur.

- Dit-moi, tu le trouves sexy Big Ben ?


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Dim 13 Avr - 21:47






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


Au Rabbit Hole, on pouvait croiser absolument tout type de personnes. On pouvait passer du bon père de famille qui était simplement venu boire un verre de fin de journée avec un ou deux collègues avant de rentrer à la maison pour s’occuper de femme et enfant, à l’habitué qui enchainait les verres encore plus rapidement que Lucky Luck pouvait tirer sur son ombre. C’était ces personnes-là que je ‘chassais’. Je voulais en savoir assez sur eux pour savoir si je pouvais envoyer leur nom au docteur Lynch ou pas du tout. A en parler, ça semblait facile, mais à faire, c’était beaucoup plus compliqué. Il fallait être subtil. C’était tout un travail psychologique. Parfois j’y arrivais, parfois pas. Je n’étais pas psychologue, j’étais bibliothécaire. Mais il suffisait de savoir quelle question poser et de quelle façon et c’était dans la poche. Néanmoins, je ne m’attendais pas à rencontrer quelqu’un comme la jeune femme blonde qui s’était installée à côté de moi et qui critiquait ouvertement le musicien qui venait de s’installer sur scène.

Ne sachant pas trop comment engager la conversation, je fis la première chose qui me vint à l’esprit : faire une remarque à mon tour à propos de ce mépris qu’elle semblait éprouver pour l’homme. Je lui fis une allusion assez simplette que n’importe qui aurait comprise mais la réponse de la jeune femme me laissa pantoise. Venait-elle de prendre au premier degré ce que je venais de dire ? Ou bien avais-je loupé la chute d’une blague quelconque ? Je ne saurais le dire. Mais en tout cas, je ne cherchais pas trop à comprendre. Surtout que je l’avais vu claquer des dents plusieurs fois comme si elle prenait en considération ma remarque. Enfin bon, je laissais plus ou moins tomber sur ce coup-là. Avec certaines personnes, il valait mieux ne pas chercher à comprendre trop fort parce que je risquais d’avoir une migraine de plus atroce. Cependant, la perspective d’être tombée sur une personne qui pouvait facilement se faire intégrer en psychiatrie me traversa l’esprit. Si elle prenait tout au premier degré, peut-être était-ce là un sérieux souci psychologique ?

J’aurais peut-être dû abandonner, mais je ne le fis pas. Surtout si cette femme présentait de vrais troubles. Peut-être que cela serait plus concluant pour le docteur Lynch d’avoir affaire à des personnes qui avaient de réels soucis. Du coup, j’écoutais pendant quelques secondes la musique cet homme qui se produisait ce soir tout en sirotant mon verre. Parfois, je m’amusais à boire mon verre d’une traite avant d’en demander un deuxième. Mais ce soir, je n’avais pas forcément envie. Là, je prenais le temps d’apprécier mon verre et chacun de ceux que je boirais au cours de la soirée. Ce n’était pas moi qui devais terminer bourrée, mais plutôt ceux dont je voulais connaître les identités. Cependant, il fallait faire ça finement. Sinon, ça ne servirait strictement à rien. Quoi que j’étais certaine que si certains étaient bourrés à mort, je pourrais aller leur demander directement si ça les botterait d’aller faire un tour en psychiatrie et ils me répondraient que oui. Mais dans le doute, mieux valait faire tranquillement.

Après quelques secondes d’écoute, j’admis auprès de la jeune blonde qu’il fallait ce genre de musique. Personnellement, ce n’était pas du tout mon style, mais après tout, il fallait bien que ça plaise à quelqu’un. Si ça ne plaisait pas, il ne serait pas entrain de faire sa représentation. Apparemment, elle pensait comme moi parce qu’un sourire se dessina sur ses lèvres. Ou alors, elle souriait pour une raison que j’ignorais totalement. Allez savoir ! Cette fille était difficile à cerner. Mais enfin, ce ne fut pas pour autant qu’elle me répondit. J’avais la sensation de faire un dialogue de sourd, mais je ne me décourageais pas. Il en fallait un peu plus pour me faire abandonner. Du coup, je me présentais. C’était une façon comme une autre d’engager la conversation. Par contre, je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle me réponde une telle chose. A nouveau, j’arquais un sourcil. Cette fille présentait réellement de vrais troubles psychologiques ! Quelle partie de « et vous ? » n’avait-elle donc pas compris ?

- Je me doute que vous ne vous appelez pas comme moi, répondis-je. Donc quel est votre prénom ?

A moins qu’elle ne voulait pas que je connaisse son prénom. Sauf que dans cette ville, c’était assez difficile de cacher son identité. Il suffisait de demander à quelqu’un au pif qui elle était et il me le dirait. Mais ce n’était pas de la bouche de quelqu’un d’autre que je voulais l’entendre, c’était de la sienne. Enfin, en attendant, j’étais certaine que jamais je ne l’avais vu auparavant. Une personne qui commandait un verre de lait, je m’en serais souvenue, ça ne faisait aucun doute. Elle devait être la seule personne à faire une chose pareille. Généralement, pour boire un verre de lait, on se rendait chez Granny, pas dans un bar. Enfin, peut-être qu’elle n’aimait pas spécialement le Granny. Personnellement, je n’aimais pas cet endroit. Je le trouvais beaucoup trop calme. Il semblerait que la jeune femme n’ait pas la langue dans sa poche. Autant j’essayais de faire en sorte d’être agréable, autant cette femme ne me facilitait pas la tâche. Elle était frustrante !

- En même temps, c’est le principe de venir boire dans un bar, répondis-je le plus aimablement possible.

La jeune femme m’offrit sa vision des choses, une vision universelle qui ne différait pas de celle qu’on pouvait lire sur les panneaux publicitaires. Quelque part, elle avait raison, il fallait bien l’admettre. Une majorité des personnes présentes ici étaient là uniquement pour oublier leur pitoyable vie sans intérêt. C’était justement ces personnes-là qui m’intéressaient. C’était ceux-là qui intéressaient le docteur Lynch. Je hochais la tête en signe d’assentiment, signe que pour le coup, je ne la contredirais pas. Mais, parce que j’étais d’un naturel contradictoire, je ne pus m’empêcher de faire une remarque. Peut-être qu’elle me vaudrait tous les malus du monde auprès de la blonde, mais tant pis. Jusqu’à présent, elle remplissait pas mal les conditions nécessaires pour faire parti des cobayes du docteur Lynch. Une givrée au pays des givrés, ma foi.

- Personnellement, si je suis ici, ce n’est pas pour oublier ma vie. Je n’ai absolument rien à oublier.

Etre amnésique n’avait pas que des mauvais côtés. Mais c’était pour ne plus l’être que je faisais tout ça. J’avais dit au docteur Lynch qu’absolument rien ne m’arrêterait et ce serait le cas. Je bus à nouveau une gorgée de mon verre. Dans mes oreilles, en arrière fond, j’entendais la musique que produisait notre artiste du soir. Je n’écoutais pas vraiment. Je n’écoutais jamais, en fait. Sauf quand le spectacle était sympathique. Mis à part ça, c’était très rare. Je passais plus mon temps à jouer au poker ou au billard. Le reste n’avait que très peu d’importance en fait. C’était ce qui faisait que je passais de bonnes soirées. Bien évidemment, je buvais, comme chaque personne présente dans ce bar. Pour rester, il fallait consommer. C’était la loi de l’établissement. Il y avait même une affiche d’accrocher quelque part derrière moi. Je me souvenais l’avoir vu. Je reportais de nouveau mon attention sur la jeune femme qui me demandait ce que je pensais du chanteur surnommé Big Ben. S’appelait-il donc Ben ? Je n’en avais aucune idée ! Avant de le voir arriver, j’ignorais qu’il y avait une représentation.

Je penchais la tête sur le côté pour mieux regarder l’homme en question. Honnêtement, je n’en savais rien. Je ne le connaissais pas, donc c’était assez difficile de savoir si oui ou non, il était mon genre d’homme. Après avoir réfléchi pendant quelques secondes, je répondis :

- Je sais pas trop. Je ne le connais pas, donc je ne peux pas vraiment dire.

Au passage, je venais de remarquer qu’elle m’avait tutoyé. Devais-je la tutoyer à mon tour ? Aucune idée ! J’étais tellement habituée à vouvoyer tout le monde jusqu’à ce qu’on me donne l’autorisation de tutoyer, ou jusqu’à ce que je donne cette autorisation, que tutoyer les gens ne venait pas naturellement chez moi. Mais il y avait des personnes chez qui ça l’était. Je ne trouvais pas ça insultant, c’était juste ainsi. Je me souvins de la réaction qu’elle avait eu en voyant l’homme et je ne pus m’empêcher d’ajouter :

- Vous semblez le connaître en revanche. Je me trompe ?




Beauty and the Beast

Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. by Anaëlle
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Dim 20 Avr - 14:59






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~



Pourquoi devrait-elle lui donner son nom ? Était-ce un moyen de posséder ses dents et de les envoyer en guerre ? Il était hors de question qu'elles partent sans son consentement, c'était tout de même pratique des dents, rien que pour manger de la viande. Luz n'avait jamais aimé se présenter et la plupart des gens la connaissaient seulement sous le terme gardienne de cimetière timbrée et cela lui allait totalement, puis dire son nom à une personne qui lui avait menti et semblait intéresser par ses dents, était une très mauvaise idée. La jeune voleuse avait vu beaucoup de films où avec une simple mèche de cheveux, des sorciers vaudous prenaient contrôle des corps de leur victime, donc elle ne devrait pas lui dévoiler son nom et faire attention à ses cheveux, oui, elle l'avait à l'oeil la petite brunette qui aimait l'alcool. Elle ne répondit pas à la question poser sans pour autant faire comme-ci elle ne l'avait pas entendu, vu son regard, la chef de dents en guerre devait se douter qu'elle n'entendrait pas son prénom de sa bouche.

Ensuite, la discussion tourna sur l'alcool, elle, grande buveuse de lait à toute heure de la journée, ne supportait pas ce liquide qui embrouiller les idées et le fit tout de suite comprendre à sa voisine. Sauf que la menteuse avait surement raison, c'était le principe d'un bar de consommer de l'alcool, rien de bien étonnant que Big-Ben perdait son temps dans ce genre de lieu de débauche. Autour d'elle, elle pouvait voir les dégâts d'une trop grande consommation, c'était tout de même fou de se mettre soi-même dans cet état de beuverie, quel était l'avantage, hormis d'oublier lors de cette soirée qui on était réellement ? Luz trouvait cela pathétique et en fait part à la brunette à haute voix.

Elle apprit une chose sur la chef des dents en guerre, elle ne buvait pas pour oublier, alors là c'était vraiment le mystère de la soirée, pourquoi torturait-elle son corps avec de l'alcool ? Luz aurait pu l'interroger sur ce fait, si une autre idée ne s'était pas installée dans sa tête. Big ben et la chef des dents en guerre avaient un grand point commun, fréquenter ce genre de lieu et consommer ces trucs infects, son sourire enfantin ne la quittait plus, tandis que son plan de rapprochement de ses deux individus, germait dans son esprit. Tout de suite, elle passa à l'attaque en lui demandant ce qu'elle pensait du chanteur.

Je sais pas trop. Je ne le connais pas, donc je ne peux pas vraiment dire.

Ah, elle ne le connaissait pas, il allait réellement falloir que Big-Bensorte le grand jeu pour séduire cette demoiselle et peut-être qu'il lui lâcherait le grappin durant quelques semaines. Luz adorait leur partie de jambes en l'air, mais elle avait l'impression que pour lui cela représentait beaucoup plus et c'était hors de question pour elle d'avoir ce genre de relation avec lui. S'il ne voulait pas aller voir ailleurs, elle le pousserait.

Vous semblez le connaître en revanche. Je me trompe ?

Buvant une nouvelle gorgée de son verre de lait, elle se souvenait de sa rencontre avec le chanteur, un soir alors qu'elle cherchait un cadeau à offrit à Maddhen, elle avait pénétré en douce chez l'horloger et il lui était tombé littéralement dessus en cassant par la même occasion sa guitare. Elle l'avait donc aidé à pénétrer dans le magasin de musique pour qu'il en récupère une autre, trouvant aussi un cadeau pour sa blondinette favorites, une sorte de triangle qui faisait du bruit. Après quelques secondes perdu dans ses pensées, elle répondit le plus simplement possible.

- Bah oui, c'est l'horloger de la ville, Big-Ben quoi !

Pour elle, c'était tellement évident tout le monde connaissait l'homme qui avait essayé de réparer l'horloge de la ville des milliers de fois pour que de jour au lendemain, elle remarche toute seule comme par magie. Un bon moyen de faire crise son horloger qui avait tendance à s'énerver pour un oui et pour un non, et elle adorait ça. Elle savait facilement le faire sortir de ses gonds et c'était toujours aussi hilarant.

- Je vais te le présenter...

Quoi ?! De toute façon personne ne l'écoutait vraiment, il jouait de la musique pour son ego personnel, se prouver qu'il était doué. Puis, une pause lui ferait le plus grand bien. Se redressant sur sa chaise, elle aspira un grand coup, avant de se mettre à crier :

- Big-Ben lâche cette guitare et vient dire bonjour à la chef des dents en guerre.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Jeu 12 Juin - 12:10






Lacey, Luz & Leydan

~ Il n’y en a qu’une pour m’interrompre ainsi …. ~


Comme presque tout les soirs Leydan avait enfourché sa moto, sa guitare dans le dos et filer jusqu’au Rabbit Hole. Bien qu’il ne trouvait pas le lieu très attrayant il ne pouvait contester que les pourboires qu’il récupérait après ses prestations mettait du beurre dans les épinards comme on dit. Son horlogerie ne marchait pas si bien que ça ses derniers temps et le maire ne venait plus le trouver pour essayer de réparer cette maudite horloge qui s’était mise à refonctionner tout seule.

Comme à son habitude il se gara à l’arrière et entra par la porte de service, il se faufila entre les personnes assez nombreuses pour une fois ce soir là et commanda un whisky sec. Il se tourna vers la salle et commença à scruter les personnes qui l’entouraient, ce n’est que quand il sentit un folle espoir l’envahir en voyant une beauté blonde qu’il se sentit ridicule et se renfrogna avant de tourner le dos au public. Bien sûr il n’avait pas eu de nouvelles de sa voleuse depuis qu’ils s’étaient vus chez elle la dernière fois, combien de fois avait il voulu remettre cette expérience, combien de fois allait il au cimetière juste pour essayer de la revoir une fois de plus, il en devenait pathétique !

Bien sûr il n’avait pas oublié Lena et William et la culpabilité le rongeait souvent mais il lui suffisait de se remémorer les courbes parfaites de Luz pour que le désir l’emporte sur le mépris qu’il avait pour lui-même. La lumière se tamisa une première fois signal que le spectacle pouvait commencer, Leydan saisit sa guitare et se dirigea vers la scène. Il attrapa une chaise de bar au passage et monta sur l’estrade pour s’installer. La lumière de la pièce faiblit et un spot l’éclaira, il oublia tout ce qui l’entourait, ne songeant plus qu’à sa musique et à sa voleuse qui ne quittait jamais bien longtemps ses pensées ! Il commença à jouer les premières notes de la musique de sa femme pour la finir bien vite. Il avait envie pour une fois de jouer autre chose, une nouvelle composition qu’il avait faite il y a peu de temps quelque chose de plus entraînant, qui électrisait son sang. Il plaça ses doigts et commença à jouer en rythme, toute son attention était focalisé sur ses notes et bien loin d’imaginer que non loin de lui deux personnes conversaient sur sa personne. Soudain le léger murmure ambiant fut interrrompu.


- Big-Ben lâche cette guitare et vient dire bonjour à la chef des dents en guerre.

Si il n’avait entendu cette voix si souvent il aurait pu ne pas reconnaître mais on l’avait appeler Big Ben et il n’y avait qu’une seule personne dans cette toute petite ville qui l’appelait ainsi : Luz ! Leydan releva les yeux et la chercha du regard, progressivement il stoppa sa chanson et la lumière s’éteint lui permettant de mieux voir le regard stupéfait des gens autour d’eux. Et oui le vilain et méchant horloger répondait à l’appel de la gardienne du cimetière le monde était décidément bien étrange. Il descendit de l’estrade et la repéra enfin elle était en compagnie d’une brunette assez commune dont il n’avait aucun souvenir de connaître. Il se souvint que Luz l’avait appeler la chef des dents en guerre et ce titre quoique normal pour sa voleuse était franchement bizarre pour l’horloger !

Il se faufila entre les clients du bar recevant des félicitations de certains et des quolibets ou remontrance par d’autre mais il n’en avait que faire. Enfin il arriva auprès de celle qu’il espérait bien voir ce soir, il tendit la main pour demander un nouveau verre avant de se tourner vers les deux femmes qui lui faisait face.  Luz comme à son habitude était magnifique et la jeune femme a ses côtés qu’il avait trouver commune de loin n’était en fin de compte pas si mal même si elle ne ressemblait en rien à la voleuse.

-Bonsoir Luz,  

Il l’aurait bien attraper pour coller ses lèvres sur les siennes mais il redoutait de se prendre encore un coup aussi se contenta t’il de lui sourire avant de se renfermer aussi rapidement.

-Bonsoir, dit il à la brunette.

Son caractère associable reprenait directement le dessus et un stress fit son apparition pourquoi Luz l’avait elle interrompu et fait venir alors qu’ils n’étaient seul tout les deux. Il leva des yeux interrogateurs vers la belle blonde tout en sentant venir l’entourloupe…


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Lun 23 Juin - 23:23






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


Cette femme blonde était vraiment très étrange. Me répondre qu’elle ne s’appelait pas comme moi lorsque je lui avais demandé son prénom était vraiment très incongru ! C’était la première fois qu’on me la sortait celle-là, mais elle avait eu le mérite de me scotcher. Pourtant, il en fallait pas mal pour y arriver. Mais il fallait croire que les exceptions existaient bels et biens ! Du coup, quand je lui demandais, cette fois-ci, dans des termes parfaitement exactes comment elle s’appelait, elle resta silencieuse. Magnifique façon de montrer aux gens qu’on ne voulait pas répondre. Pourtant, il n’y avait pas de mal à offrir son prénom, non ? Et puis, c’était aussi une façon comme une autre de lui faire la conversation. Enfin, si elle ne voulait pas me donner son prénom, libre à elle ! Tant pis, je pourrais lui trouver un surnom ? Sauf que le premier qui me venait à la tête, c’était : maboule. Ou folle, aussi ! Pour le coup, elle me paraissait comme la victime idéale pour le docteur Lynch.

Dans ma vie, j’avais l’impression d’avoir vécu pas mal d’énigme et cette femme en constituait une que je n’arrivais pas à comprendre. Il me faudrait peut-être des heures et des heures d’observation pour y arriver. Or, je n’avais pas des heures et des heures devant moi. Sérieusement, je n’avais pas que ça à faire. J’avais une mémoire à retrouver, et rapidement. Tout du moins, le plus rapidement que pourrait faire le docteur Lynch étant donné qu’une fois qu’il aurait le nombre de cobayes souhaité, il commencerait ses expérimentations. Du coup, je pensais lui envoyer le nom de cette femme une fois que je serais rentrée chez moi. Pourquoi pas tout de suite ? Et bien parce que je n’en savais pas encore assez sur elle et je voulais quand même en savoir un peu plus. Bien que la tâche semblait être ardue. Mais j’étais quand même déterminée comme fille alors peut-être que j’en saurais un peu plus à la fin de cette soirée !

La conversation prit une autre tournure. Elle tournait autour de l’alcool. La femme blonde un peu maboule sur les bords était contre l’alcool et avait cette politique qui affirmait que les gens buvaient simplement pour oublier. Or je la contrais un petit peu en lui affirmant que ce n’était pas les raisons qui me poussaient à consommer de l’alcool puisque je n’avais rien à oublier. Au contraire, j’avais tout à me rappeler ! En disant cela, je me rendis compte que je venais d’offrir la vérité sur moi à propos de mon amnésie à une femme que je ne connaissais même pas. Du coup, je priais pour qu’elle ne relève pas et n’essaie pas d’en savoir un peu plus. Après, je pouvais faire comme avec Jill et l’envoyer bouler pour ne pas répondre. Je lâchais un discret soupire de soulagement lorsqu’elle me posa une question à propos de notre chanteur du soir. Est-ce que je le trouvais sexy ? Peut-être, peut-être pas. A dire vrai, je ne le connaissais pas donc c’était difficile d’affirmer qu’il était mon genre d’homme. Physiquement, peut-être pas, mais il n’y avait pas que l’apparence qui comptait.

Néanmoins, il avait été très facile de deviner qu’elle, elle connaissait puisqu’elle l’avait appelé Big-Ben. Un surnom bien étrange ! S’appelait-il donc Ben ? Diminutif de Benjamin ? Benoit ? Allez savoir ! Mais rien de bien original à côté de la façon dont elle m’avait appelé. La chef des dents en guerre ! Ca méritait que je prévienne Wally qu’il avait de la concurrence. Mon surnom était toujours Princesse, jusqu’à ce qu’il en trouve un adapté. Bon, la chef des dents en guerre, c’était trop long pour être un surnom. Ca faisait plus nom de légende comme La massacreuse de billard. Je savais que cette nouvelle ferait réagir Wally aussitôt. Lui qui s’évertuait à me trouver un surnom qui lui était introuvable pour le moment, apprendre qu’on me donnait un autre surnom l’amuserait. Mais il était clair que je préférais La massacreuse de billard à La chef des dents en guerre. Dans la bouche de cette femme, cela sonnait plus comme une insulte qu’autre chose. Je racontais à mon ami le comportement étrange de cette femme blonde et je trouvais un peu de réconfort auprès de lui.

La femme me répondit qu’en effet, elle connaissait l’homme puisque c’était l’horloger de la ville. J’arquai un sourcil. Je n’en savais rien. Je construisais petit à petit ma vie ici et du coup, je ne connaissais pas encore tout le monde. Et honnêtement, l’horlogerie serait sans doute le dernier endroit où je mettrais les pieds. Je n’avais pas d’horloge, ni de montre, d’une part et je connaissais l’heure grâce au cadran de mon téléphone portable et à la Bibliothèque parce qu’il y avait déjà une horloge et je n’avais eu besoin que de changer les piles pour qu’elles fonctionnent à nouveau. Du coup, je comprenais l’origine du surnom de Big-Ben. Rien à avoir avec un quelconque diminutif. Big-Ben, c’était simplement par rapport à la grande horloge de Londres. Cependant, j’ouvris la bouche pour l’empêcher de l’appeler, mais je n’en eus pas le temps puisqu’elle interpella le dit « Big-Ben » qui était en plein récital. Je refermais la bouche et pris une gorgée de mon verre d’alcool. On respire, Lacey !

Je n’y aurais jamais cru, mais l’homme s’arrêta de chanter et de jouer de sa guitare pour se lever. Sérieusement ?! C’était son gagne pain, non ? Personnellement, je serais furieuse si on m’empêchait de faire mon boulot. Fallait croire que ce « Big-Ben » était bonne patte. Ou alors… Il y avait un truc entre lui et la maboule blonde. Je regardais l’homme en question venir vers nous puis s’arrêter à notre table pour saluer… Luz ! Enfin, le prénom de cette femme tombait. Luz. Lumière en espagnol. Original ! Puis, il me salua à mon tour. Personnellement, j’eus le droit à un « bonsoir » loin d’être souriant comme celui qu’il avait offert à la jeune femme, mais je ne le pris pas mal. Après  tout, on ne se connaissait pas non plus ! Logique qu’il soit plus renfermé avec moi qu’avec… Luz ! Ca me faisait bizarre du coup de connaître son prénom ! Mais il fallait dire ce qui était, non ?

- Bonsoir, répondis-je. Cool votre chanson !

Je venais de dire le premier truc qui me vint à l’esprit et je trouvais ça complètement nul ! Je repris mon verre pour en boire une nouvelle gorgée. Peut-être que finalement, j’allais boire pour oublier pour le coup !




Beauty and the Beast

Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. by Anaëlle
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Lun 30 Juin - 13:35






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~




Pour fréquenter la gardienne de cimetière, il ne faut pas avoir peur de se faire remarquer, elle n'agissait jamais comme on l'attendait. Et si, elle pouvait se montrer invisible quand il fallait qu'elle pénètre en douce dans les maisons et les endroits bien garder de la ville, dans sa vie de tous les jours, c'était une autre affaire, rien d'étonnant que tout le monde la pense folle. Elle avait été cataloguée depuis bien longtemps et il n'y avait que les ignorants ou les plus courageux qui venaient lui parler, la chef des dents en guerre faisait partie des ignorantes. En même temps même si la voleuse n'avait pas réagi, elle l'avait bien entendu dire qu'elle n'avait rien oublié, donc c'était une personne qui avait dû appuyer sur le bouton reset de la tête et pouf nouvelle personne sans souvenirs. Elle avait vu un film là-dessus avec Maddy, après la jeune femme avait cherché à trouver le bouton sur sa propre tête, mais il fallait croire qu'elle n'était pas un Cyborg. Il était certain que si elle n'avait pas un autre plan pour sa voisine de comptoir, elle l'aurait interrogé sur son statut de robot humain, car c'était bien la première fois qu'elle en croisant un.

Elle ne se fit pas attendre et l'interrogea au sujet du musicien, tout de suite, elle perçut les atomes crocher entre les deux personnes. Ils étaient faits l'un pour l'autre, deux buveurs d'alcool. D'accord pour la plupart des gens, ce seul point commun n'aurait pas suffi à se persuader de ce fait. Mais pour la gardienne de cimetière qui ne buvait jamais une goutte d'alcool, c'était déjà super important, car alcool prouvait qu'il s'agissait de deux personnes paumées, pas forcement très bien dans leur basket. Personne ne prendrait plaisir à boire en connaissant les conséquences de ce breuvage. Elle-même possédait bien des défauts, mais pas celui de perdre tous ses moyens et de laisser son corps alcoolisé vaquer à ses occupations, sans qu'elle soit le maître à bord.

Se levant sur la chaise, elle n'eut pas de honte à appeler Big Ben les rejoindre, oui même s'il était en pleine représentation. Elle n'avait jamais entendu cette chanson, mais dans tous les cas, son plan était bien plus intéressant. Tournant la tête vers la jeune femme qui buvait une gorgée de son verre, elle lui fit un grand sourire innocent tout en se réinstallant comme il faut sur sa chaise. Luz ne voyait pas ou était le mal d'interrompre l'horloger, ce n'était pas dans sa nature de penser aux convenances à adopter dans un tel cas. Leydan venait de traverser la foule et se positionna face à elles, faisant un geste vers le serveur pour obtenir certainement un verre. Un alcoolique comme lui devait être bien connu dans ce genre de lieu, la preuve, il n'avait même pas besoin de dire ce qu'il voulait, le serveur le savait déjà. En lui adressant un sourire, celui qu'il n'aimait pas voir sur son visage, il vint aux salutations.

-Bonsoir Luz

Elle ne lui répondit pas, car cela ne servait pas de dire bonsoir, alors qu'on ne le souhaitait pas réellement, elle s'en fichait qu'il passe une bonne soirée et puis jamais personne ne lui avait appris la politesse. Un mot totalement inconnu pour elle. Par contre, elle n'était pas ravie qu'il ait révélé son nom, non ce n'était pas au programme, elle se vengerait plus tard de cette gaffe.

-Bonsoir

Ah, voilà qui était mieux, il affichait à présent un visage fermé de toutes expressions joviales, la chef des dents en guerre avait toutes ses chances avec lui, cela se voyait tout de suite. Et même Leydan dû le comprendre vu le regard qui lui lança, il la félicitait d'avoir une telle idée d'éloignant pour eux deux. Pour remplacer la blonde prenez la brune.

Bonsoir, Cool votre chanson !

Sérieusement ?! Luz lança un regard surpris à la jeune femme qui buvait encore, était-elle si assoiffer ? Il fallait qu'elle fasse gaffe de pas rouiller de l'intérieur quand même, enfin non, il n'y avait surement pas d'eau pure dans son verre. Ne voulant pas casser le lien que se tissait entre les deux spécimens, elle fit part aussi son avis, sans mentir pour autant, ce n'était pas dans ses cordes, le mensonge.

- On peut dire qu'elle bouge.

Le meilleur compliment qu'elle aurait pu faire, mais vu son expression, c'était facile de comprendre qu'après tout, elle se fichait totalement de sa musique, comme toujours. Enfin, s'il jouait des musiques de films, pourquoi pas ?! Elle pourrait même s'amuser à deviner de quels filmssont tirées les notes. Un bon plan, si Leydan savait ce qu'était un écran de télé. Se levant, elle installa une chaise entre elles deux, faisant signe à Big Ben de s'asseoir, puis tout en se réinstallant sur la sienne, elle ajouta :

- Tu sais qu'elle ne boit pas pour oublier comme toi, non, elle n'a rien à oublier, le néant total, ça, c'est cool, bien plus que ta chanson.

Il fallait que ça sorte, elle ne trouvait pas sa chanson cool. Secouant la tête avec son sourire, être face à un cyborg était réellement géniale et de toute façon, s'ils n'aimaient pas leur soirée tous les deux, Leydan oubliera en buvant et Lacey appuiera sur le bouton reset. Une soirée sans trop de conséquences après tout. Voyant le serveur, elle lui fit signe.

- Servez leur un autre verre de leurs poisons...Heureusement qu'elle avait volé l'argent au billard pour accomplir son plan, regardant Big Ben droit dans les yeux. Tu sais, je suis sûre qu'elle adorerait partager ce que tu as partagé avec moi !


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Jeu 17 Juil - 12:21






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~



Bonsoir, Cool votre chanson !

Leydan remercia du bout des lèvres la brunette, bien qu’il ne rechignait pas sur les compliments il avait eu l’impression que cela sonnait creux comme si elle ne pensait pas un mot de ce qu’elle venait de dire. Leydan vit le regard surpris que Luz lança à la brune ce qui le conforta dans l’idée que la jeune femme ne lui avait pas dit la vérité.

- On peut dire qu'elle bouge.

Leydan se tourna vers Luz et lui sourit doucement au moins il savait qu’elle ne mentait pas car elle ne savait tout simplement pas le faire et lorsqu’elle le faisait on le devinait immédiatement tant elle était nulle pour cela. Malgré tout Leydan devina qu’elle ne disait cela que pour rester dans la conversation car il le voyait sur son visage elle n’avait que faire de sa musique et ne s’était pas cacher de le lui dire à maintes reprises par le passé, mais Leydan l’acceptait sans problème après tout il ne pouvait pas plaire à tout le monde. Luz se leva et alla chercher une chaise qu’elle installa entre elle et la brunette, puis elle lui fit signe de venir s’asseoir. L’esprit de Leydan se mit en marche à toute allure cherchant à comprendre ce que manigançait sa voleuse. Instinctivement Leydan tira la chaise à lui pour se retrouver face aux deux femmes plutôt qu’entre elles, pourtant il essaya de reste plus près de Luz que de la brune qu’il ne connaissait même pas. Cette dernière aurait pu être qualifiée de belle femme mais pour Leydan elle était assez commune par rapport à Luz.

- Tu sais qu'elle ne boit pas pour oublier comme toi, non, elle n'a rien à oublier, le néant total, ça, c'est cool, bien plus que ta chanson.
.
La réflexion de Luz le tira de ses pensées et le fit revenir sur terre. Il s’avait que Luz n’aimait pas que l’on boive de l’alcool, elle ne jurait que par le lait, aussi quand elle se pencha vers le serveur pour recommander nos boissons il fut extrêmement surpris. Il l’aurait plutôt vu leur commander du lait ou de l’eau plutôt que de l’alcool.

Tu sais, je suis sûre qu'elle adorerait partager ce que tu as partagé avec moi !

Il n’y avait qu’une chose qu’il avait partagée avec Luz et avec qu’il voulait encore partager avec elle. Soudain tout se mit en place, voilà donc le but de Luz elle voulait qu’il couche avec une autre femme afin que leur relation (si on peut appeler ça une relation) ne soit pas exclusive. Luz aurait elle peur de lui et des sentiments qu’il avait pour elle ? En tout cas il était hors de question qu’il couche avec une inconnue juste pour faire plaisir à Luz cependant il voulait quand même rentrer dans son jeu rien que pour voir les réactions de la femme qui les accompagnait.

-Vraiment ? dit –il à la brunette.

Un sourire carnassier s’épanouit sur ses lèvres en songeant à quel point il allait surprendre Luz en refusant au dernier moment, déjà le simple fait qu’il entre dans les manigances de celle-ci allait sûrement la surprendre, mais au final ça serait l’arroseur arrosé car il n’avait nulle intention d’accéder au bon vouloir de la voleuse. Il n’avait jamais été infidèle et c’était contenter d’assouvir ses pulsions naturelles avec des histoires d’un soir, jamais depuis la mort de sa femme il n’avait tant voulu s’investir dans un relation et voilà que celle qu’il avait choisi s’en foutait royalement et jouait avec lui tel un chat avec une pelote de laine. Toujours est il qu’il porta un œil nouveau sur leur compagne de la soirée cherchant à savoir ce qui pouvait bien faire croire à Luz qu’il pouvait s’intéresser à elle, il sirota un peu de son verre avant de se décider à lui demander son nom.

-Je me doute que vous ne vous appelez pas la chef des dents en guerre, puis je connaître votre nom ?

Intérieurement Leydan détestait être poli il préférait de loin être bourru et renfermé comme d’ordinaire mais il ne fallait pas faire fuir la jeune femme.
[/color]



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Mer 23 Juil - 16:07






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


Si en me levant ce matin on m’avait dit que je rencontrerai une personne aussi étrange que cette femme blonde, jamais je ne l’aurais cru. Sérieusement, elle était tellement atteinte qu’elle ferait presque une patiente idéale pour le docteur Lynch. Une vraie barge, il devrait être content, non ? Ca lui changerait des gens saint d’esprit sur lesquels il faisait ses petites expériences. Mais cette femme-là, elle était vraiment atteinte… Elle semblait surtout complètement à côté de la plaque… Peut-être avait-elle vécu quelque chose dans sa vie qui lui avait retiré quelques cases dans sa tête ? C’était fortement possible. Ou alors, elle était née avec une déficience quelconque. C’était aussi possible ! Enfin bon, bref ! Je me demandais bien dans quoi je m’étais encore fourrée et comment est-ce que j’allais me débarrasser d’elle, maintenant que j’avais engagé la conversation… Parfois, il valait vraiment mieux que je me taise !

Surtout maintenant qu’elle avait appelé son copain le musicien. C’était vraiment pas ma veine ! Je ne voyais pas du tout pourquoi elle se sentait obligée de nous présenter. Sérieusement, je m’en fichais un peu moi de ce Big Ben. Sauf qu’elle ne m’avait pas vraiment laissé le choix parce qu’elle s’était aussitôt redressée pour couper l’homme dans sa propre chanson. C’était une drôle de façon de couper court au spectacle… Et le pire dans toute cette histoire, c’était que ce type avait carrément tout arrêté pour lui obéir. Non mais dans quel monde vivions-nous ? Moi à sa place, j’aurais demandé à la faire sortir de l’établissement. Mais non ! Quelle espèce de zigoto avions-nous là ? Décidemment, ce soir, il n’y avait vraiment que des cas très étranges… Lorsque la femme blonde me fit un sourire qui montrait à quel point elle était fière d’elle, je lui adressais un sourire poli, histoire qu’elle ne se prenne pas un vent, même si ce n’était pas l’envie qui me manquait…

L’arrivée de cet homme me permit d’apprendre quel était le prénom de la jeune femme : Luz. Lorsque le dit Big Ben me salua, je ne trouvais rien de mieux que de lui dire que sa chanson était cool. Que pouvais-je dire d’autre ? Lui répondre simplement un « bonsoir » point final ? Peut-être. Sauf que par moment, j’étais trop poli pour m’arrêter là. L’homme me remercia du bout des lèvres, signe plus qu’évident qu’il ne me croyait pas vraiment. Pour le coup, il avait raison. Non pas que je n’aimais pas sa musique, disons simplement que ce n’était pas mon style. Je sentis sur moi le regard surpris de Luz. Quoi ? Je lui avais répondu qu’il fallait aimer pour apprécier la musique de cet homme, non ? Par contre, c’était à mon tour d’être surprise quand elle lui annonça que sa musique bougeait. Elle qui le dénigrait depuis tout à l’heure… Et le pire, c’était qu’il était content d’entendre ça… J’allais avoir besoin d’un peu plus que d’un verre pour survivre à une soirée comme celle-là !

Tout allait incroyablement vite si bien que je me retrouvais avec une chaise vide juste à côté de moi. Apparemment, elle souhaitait que le fameux Big Ben s’installe entre nous deux. Pour le coup, je la soupçonnais d’avoir une idée derrière la tête. Sans aucun doute une idée qui n’allait pas me plaire. Mais alors vraiment pas. L’homme aussi sembla comprendre comme moi ce qui était entrain de se passer car il tira une chaise de son côté pour se retrouver assis en face de nous. Je manquais un soupire de soulagement. L’espace de quelques secondes, j’aurais cru qu’il allait niaisement obéir et prendre place. Enfin bon, il fallait bien avouer que le coup sentait à des kilomètres à la ronde et qu’il faudrait être un peu stupide pour ne pas voir ce qu’il se manigançait… En plus de ça, Luz ne savait décidément pas se taire parce qu’elle révéla au dit Big Ben que je ne buvais pas pour oublier parce que je n’avais rien à oublier. Je la fusillais aussitôt du regard, bien que je doute que cela serve à quelque chose…

Fort heureusement pour moi, il ne fit aucun commentaire là-dessus. Tant mieux parce que je n’avais pas envie de m’expliquer sur le pourquoi du comment… Et puis, ce n’était pas censé regarder les autres, sinon, j’aurais posté une annonce publicitaire avec écrit en gros : Lacey French est amnésique ! En fait, le fait que Luz commande à nouveau nos boissons détourna un peu l’attention du reste. Je regardais mon verre qui était presque vide. J’allais me retrouver avec un nouveau verre. Non j’allais vraiment en avoir besoin si je devais supporter ces deux là un peu plus longtemps… Cependant, j’eus un énorme bug lorsque Luz parla au dit Big Ben en lui affirmant que « j’adorerai partager ce qu’ils avaient partagé ». Mais de quoi voulait-elle bien parler ?! En voyant la tête de l’homme juste après ça, je craignis de comprendre. Non mais sérieusement ?! Dans quel monde vivait-on ?! Du gros délire ! Il faudrait vraiment que je donne leurs noms au docteur Lynch !

- Non alors là, je vous arrête tout de suite, je sais pas ce que vous avez partagé, mais je ne suis vraiment pas intéressée !

Mais qu’est-ce que cette Luz pouvait bien avoir dans la tête ? Franchement, faire des propositions pareilles aux gens qu’on ne connaissait même pas ! Le serveur nous apporta notre nouvelle commande que Luz avait demandée et je me retrouvais avec un nouveau verre plein de mon cocktail. Aller, Lacey, il est encore tant de te barrer d’ici ! Mais avant, il fallait que je sache comment ce type s’appelait réellement. Etait-ce bien Ben ou alors était-ce un surnom que cette femme lui avait donné, comme pour moi avec les dents en guerre ? Allez savoir ! L’occasion se présenta, d’ailleurs, lorsqu’il me demanda comment je m’appelais.

- Je ne m’appelle pas Luz, fis-je ne coulant un regard vers la femme blonde qui m’avait répliqué une phrase similaire un peu plus tôt. Puis je reportai mon attention sur l’homme : Je suis Lacey. Et vous, vous êtes réellement Big Ben ou alors c’est votre surnom ?




Beauty and the Beast

Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. by Anaëlle
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Sam 26 Juil - 19:08






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


Pourquoi avait-il bougé la chaise ? Être entre deux femmes ne lui convenait pas ? Il y a vraiment des fois où Leydan ne réfléchissait pas. Elle lui offrait une belle femme Cyborg et lui préférait décaler la chaise face à elles, et beaucoup plus proche de sa personne. Son sens de l'observation venait de son métier de voleuse, elle repérait souvent les petites mimiques, les moindres détails souvent superflus pour le commun des humains, mais pas pour elle. Et là, la chaise était trop proche, Luz n'avait pas dit son dernier mot et décida que s'il fallait les souler, elle le ferait. C'est pourquoi elle commanda une tournée de ce qu'ils buvaient, ce n'était un secret pour personne que la gardienne de cimetière détestait l'alcool, mais si cela lui était bénéfique, elle n'aurait aucun remords de s'en servir pour affaiblir les esprits de ses futures victimes.

Une fois sa commande faite, elle regarda Big ben dans les yeux et insinua que la chef des dents en guerre adorerait partager les instants qu'ils avaient eux-mêmes traversés ensemble. Bien sûr, elle parlait de cette nuit, où il l'avait kidnappé, casser ses meubles et partager un bon moment au lit.

-Vraiment ?

Le sourire carnassier de Leydan, la fit grimacer, aucune honte de le faire devant lui. Non, mais s'il pensait pouvoir séduire un cyborg ainsi, il était mal barré. Pourtant, au lieu de réagir, elle gardait la place d'observatrice, peut-être s'était elle trompée sur le compte de la jeune femme et que celle-ci, allait fondre face à cette affreuse mine qu'il affichait.

-Je me doute que vous ne vous appelez pas la chef des dents en guerre, puis je connaître votre nom ?

Ding, deuxième erreur. Levant les yeux au ciel, mais où avait-il appris à draguer ? S'il continuait comme ça, il allait la faire fuir. Puis un nom ça n'avait aucun intérêt, enfin pour Luz cela en avait aucun.

Non alors là, je vous arrête tout de suite, je sais pas ce que vous avez partagé, mais je ne suis vraiment pas intéressée !

Et voilà, elle avait raison, tapant derrière la tête de Big ben pour bien lui faire comprendre qu'il agissait mal, au même moment le serveur emmena les nouveaux verres, ce qui lui prit les derniers billets qu'elle avait en main. Mince, elle allait devoir aller en récolter d'autres. Observant la foule, ses yeux examinaient tout ce qui se trouvait face à elle. D'ailleurs, la caméra était totalement fausse, s'il pensait que ça réduirait ses vols dans la caisse, le patron se trompait.

Je ne m’appelle pas Luz. Je suis Lacey. Et vous, vous êtes réellement Big Ben ou alors c’est votre surnom ?

Reportant son visage sur sa compagnie de la soirée, son visage se fit plus sérieux. Rien à voir avec la réplique qu'elle ne s'appelait pas Luz, mais bien pour le fait que la Cyborg réclame le nom de Big Ben.

- Non, mais on s'en fout des prénoms, surtout si c'est pour les oublier ensuite, ça sert à rien. Moi, j'appelle que mes proches par leur véritable prénom et je vous assure qu'on ne va pas devenir proche.

Une lueur d'intelligence avait apparu dans ses yeux, quand elle avait commencé à parler. Prouvant bien qu'elle était pas que folle et qu'en la découvrant davantage, on découvrait qu'un cerveau au potentiel grandiose se cachait derrière son sourire enfantin. Depuis son enfance, elle s'en était toujours sorti seule avec son cousin, elle savait crocheter n'importe quelle serrure, retenait tout et n'importe quoi, hormis les noms, vu qu'elle trouvait cela stupide de le faire, mais les surnoms signifiaient tous quelque chose de lier à la personne.

- Big-Ben est meilleur au lit qu'avec sa guitare. Qu'est-ce que vous risquez entre un alcoolique et un Cyborg ? Ce n'est pas comme-ci quelqu'un d'autres vous attendait, ta femme est morte et toi, tu ne te souviens de rien. Le sexe est plus sain que l'alcool.

Elle n'avait aucune limite, aucun sujet tabou. Quand, elle avait prononcé ses derniers mots, elle s'était levée de cette chaise d'un léger bond et fila vers un homme, sans porter un seul regard en arrière. L'inconnu avait dans la trentaine, beau visage, certainement très doué au lit, mais ce n'était pas un nouveau nom dans sa liste d'hommes 'bon au lit' qu'elle cherchait, mais bien un porte-monnaie bien garni. Oui, elle l'avait vu de loin prendre un billet et celui-ci était accompagné de beaucoup d'autres. Tournoyant sur elle-même, elle chipa le porte-monnaie en passant en une vitesse fulgurante, l'homme ne sentit rien et alors qu'elle enleva les billets pour les prendre dans sa main, elle remit le porte-monnaie dans la poche arrière du propriétaire. Revenant à son ancienne place, son sourire était revenu, elle adorait rêver et toute en sentant l'odeur des doux billets, elle demanda avec un regard malicieux :

- Vous voulez un autre verre ?



Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Mer 30 Juil - 15:16






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~




Non alors là, je vous arrête tout de suite, je sais pas ce que vous avez partagé, mais je ne suis vraiment pas intéressée !

Sans crier gare Luz le frappa derrière la tête, qu’avait-il fait pour mériter un tel traitement aucune idée ? Il allait lui demander quand il se rendit compte que la femme qui lui faisait face semblait presque dégouter à la perspective de coucher avec lui. Que voulais t-elle insinuer ? Etait- il aussi repoussant que ca ? Leydan se remémora son adolescence et son passage à l’âge adulte, en ce qui concernait les femmes il n’avait jamais eu à se plaindre, il avait toujours plu à la gente féminine alors qu’est ce que celle-ci pouvait bien lui reprocher ? Leydan cessa de sourire et leva un sourcil interrogateur vers la femme.

Je suis Lacey. Et vous, vous êtes réellement Big Ben ou alors c’est votre surnom ?

Soudainement Luz reporta son attention sur eux, comme si le fait que Lacey s’enquiert de son véritable nom ne lui plaisait pas, intérieurement Leydan souriait mais extérieurement il ne laissait rien paraître, finalement elle intervint.

-  Non, mais on s'en fout des prénoms, surtout si c'est pour les oublier ensuite, ça sert à rien. Moi, j'appelle que mes proches par leur véritable prénom et je vous assure qu'on ne va pas devenir proche.

Leydan sourit de plus belle c’était tellement dans le tempérament de sa voleuse de réagir comme ça que ça ne l’étonnait même pas. Quelque part il se plut à penser qu’elle ne voulait pas que Lacey l’appelle par son prénom et cela convenait très bien à Leydan, il s’était depuis longtemps habitué à ce qu’on l’appelle Big Ben et si au départ cela le saoulait maintenant il n’en faisait plus grand cas et cela laissait une part de mystère en lui. Leydan regarda sa voleuse et vit le petit éclair d’intelligence qu’il voyait si souvent faire son apparition briller dans ses yeux, cette fille était loin d’être une idiote, elle avait seulement une compréhension plus simpliste de la vie et ne s’embarrassait pas de manières, ce qui au final n’était pas plus mal !

- Big-Ben est meilleur au lit qu'avec sa guitare. Qu'est-ce que vous risquez entre un alcoolique et un Cyborg ? Ce n'est pas comme-ci quelqu'un d'autres vous attendait, ta femme est morte et toi, tu ne te souviens de rien. Le sexe est plus sain que l'alcool.

Tout d’abord sous le choc de la phrase Leydan ne réagit pas, puis il s’esclaffa devant la méthode que Luz employait pour que leur relation ne soit pas exclusive. Puis il se rendit compte qu’elle avait livrer quelque chose de très personnel sur lui à une parfaite inconnue et cela il lui ferait payer plus tard quand elle se croirait la plus forte, au lit par exemple puisque c’était de ça qu’il était question ! Puis après avoir lâcher sa mini bombe elle se sauta de sa chaise fila un bel homme, le cœur serré Leydan l’observa lui échapper une fois de plus, il se renfrogna avant de voir que sa voleuse ne s’interessait pas vraiment à l’homme mais à ce qu’il avait dans la poche de son pantalon. C’était la première fois qu’il pouvait la voir a l’œuvre, elle tournoya sur elle-même et une fois qu’elle eut fini de commettre son larcin elle remit le portefeuille dans la poche arrière du pauvre type qui n’avait rien percuter de la scène.

Lorsqu’elle revint vers eux Leydan lui sourit en secouant la tête, elle était irrécupérable, un vrai fléau pour la société. Pourtant il ne pouvait cesser d’être attirer par elle, lorsqu’elle proposa un nouveau verre, Leydan refusa il avait déjà bu une bière avant le concert et était rendu à son 2ème verre après il fallait savoir se montrer raisonnable parfois et il voulait être certain d’être maitre de ses paroles à tout moment.

-Eh bien je ne pensais pas être repoussant à ce point, plaisanta t-il finalement, mais je te remercie Luz de rassurer cette jeune femme sur mes capacités physiques.

Il sourit à la voleuse avant de se tourner de nouveau vers Lacey, Luz l’avait empêcher de répondre après tout. Il tendit poliment la main à la jeune femme pour la saluer en bonne et due forme.

-Big Ben est mon surnom.

Il lui serra la main puis se saisit du verre qu’il avait laisser sur le comptoir pour en boire deux gorgées qui lui rechauffèrent la gorge.

-Elle dit que vous ne vous souvenez de rien ? De quoi parle t- elle ?



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Mar 5 Aoû - 11:41






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~

La situation me dépassait complètement. La jeune femme blonde semblait avoir mis au point tout un plan que je ne pouvais pas empêcher de s’accomplir. Enfin, ça, c’était l’impression que ça donnait au premier abord parce que, même si j’ignorais encore où elle voulait en venir, il était hors de question que je me laisse faire. Pour l’instant, elle semblait réellement déterminée à me présenter ce Big-Ben qui était censé faire une représentation, ce soir, mais il avait tout arrêté quand elle le lui avait ordonné. Sincèrement, je n’avais jamais vu un truc pareil. Je m’étais attendue à ce qu’il l’envoie bouler ou en demandant à ce qu’on la mette dehors (comme ça, j’aurais été débarrassée), mais non. Il avait posé sa guitare et était venu comme un bon petit toutou… S’en était désolant ! Bref… en tout cas, quand elle avait fait en sorte qu’il prenne place entre nous, j’étais bien contente qu’il lui désobéisse ! Finalement, il n’était peut-être pas aussi toutou que ça… Mais ça restait quand même à voir !

Buvant le reste de mon verre, je manquais de m’étouffer avec quand Luz affirma que j’étais disposée à partager avec Big-Ben ce qu’ils avaient partagé. J’ignorais complètement de quoi elle parlait, même si j’avais un sérieux doute, et m’empressais d’affirmer le contraire. Je n’étais pas du tout intéressée ! D’ailleurs, à mes paroles, la femme blonde frappa l’homme derrière la tête. J’arquais un sourcil. Je pigeais que dalle ! C’était quoi leur délire, à tous les deux ?! Etait-il lui aussi un timbré ?! Mon dieu ! Comment est-ce que j’allais bien pouvoir faire pour me débarrasser de ces deux là ?! Un nouveau verre arriva, remplaçant le mien au passage. Pendant que je buvais une gorgée de mon nouveau verre, Big-Ben souhaita connaître mon prénom qui évidemment n’était pas la Chef des dents en guerre. Après avoir avalé ma gorgée, je fis une légère remarque par rapport à celle que Luz m’avait faite quand je lui avais demandé comment elle s’appelait. Puis, je lui demandais, légitimement comment il s’appelait en retour.

Cela pouvait sembler être une conversation normale, mais en fait, c’était sans aucun doute la conversation la plus inhabituelle que j’avais pu avoir jusqu’à présent. Même mes séances avec le docteur Lynch étaient encore plus normales… Luz y mit son grain de sel en affirmant que les prénoms étaient complètement inutiles et aussi la raison pour laquelle elle filait des surnoms à presque tout le monde. Et bien elle ne devait pas avoir beaucoup d’amis avec un caractère pareil ! Un énorme cas social ! J’allais donner son nom au docteur Lynch. Quelques séances de traitement lui remettraient peut-être le cerveau à l’endroit ?! J’ignorais s’il fallait que je donne aussi son nom, mais son prénom serait une bonne piste, n’est-ce pas ? Le pire, c’était que ça faisait sourire l’autre musicien ! Un duo de cinglés ! Au secours ! Là, j’étais entrain de me dire qu’ils acceptaient vraiment n’importe qui dans ce bar… Restons zen Lacey !

L’étrangeté de la situation continua de grandir et Luz exprima clairement ce que j’étais déjà entrain de soupçonner. Je m’en moquais complètement que connaître les capacités sexuelles de ce Big-Ben ! Je me retenais de me frapper la tête contre la table. Ce n’était pas l’envie qui me manquait, mais au passage, la jeune femme dévoilait des choses à notre propos. J’appris quelque chose d’assez intime sur l’homme : il était veuf. Et ce n’était pas vraiment avec délicatesse qu’elle s’exprimait. Il y avait des façons de dire ce genre de chose, et ce n’était pas vraiment en parlant de sexe autour d’un verre qu’on abordait une telle chose. Sérieusement, moi ça m’aurait énervé qu’elle dise une telle chose en présence d’un inconnu. Mais non, lui, là, ça le faisait marrer ! Des abrutis… Plus ça allait, plus je pensais qu’ils leur manquaient plus qu’une case. Leurs cerveaux s’étaient carapatés, ce n’était pas possible autrement !

Je restais silencieuse pendant que Luz disparut. Tout ce que j’espérais, c’était qu’elle ne reviendrait plus. Comme ça, j’arriverai peut-être à me débarrasser de Leydan. Regardant en direction de la jeune femme blonde dans l’espoir de la voir quitter les lieux, je fus stupéfaite de la voir s’approcher d’un homme pour lui voler son porte-monnaie et lui chiper de l’argent sans qu’il ne se rende compte de rien. Une voleuse ! Cette fille complètement délurée était une voleuse. Et elle était douée en plus ! Du coup, je ne savais plus du tout quoi penser d’elle. J’en restais bouchée bée pendant toute sa manipulation jusqu’à ce qu’elle revienne vers nous. Je clignais plusieurs fois les paupières pour me reconnecter un peu à la réalité. Je jetais un œil vers Big-Ben qui ne semblait même pas choqué de l’avoir vu jouer les pickpockets. Ca ne pouvait pas choquer que moi, si ?! J’étais encore plus éberluée quand elle proposa une nouvelle tournée tout frais payée avec l’argent de l’inconnu.

- J’crois que je vais en avoir besoin… soupirais-je en guise d’approbation.

Si Big-Ben n’en voulait pas, et bien à sa guise, mais moi, j’étais encore trop sous le choc pour refuser un… troisième verre ! Par contre, mes joues s’empourprèrent aussi sec à la remarque de l’homme quant à ma réponse à propos de ce qu’ils avaient partagé tous les deux. Je n’espérais pas le vexer à ce point en lui disant que je n’étais pas du tout intéressée. Puis, je ne l’avais pas non plus senti intéressé en retour, même s’il m’avait offert une espèce de sourire pervers ! Enfin, s’il y avait bien quelqu’un en qui lui était intéressé c’était bien Luz. J’ignorais complètement ce qu’il y avait entre les deux, mais une chose était sure : ils n’étaient pas en couple. Sinon, elle ne m’aurait pas limite proposé de coucher avec lui. Quoi qu’il y avait certains couples assez… libertins dirons-nous. C’était juste un style de vie !

- Il ne fallait pas le prendre comme ça, répondis-je légèrement embarrassée.

Vexer les gens, ce n’était pas vraiment dans mes habitudes, sauf quand je m’énervais et que je balançais leur quatre vérités, mais ça, c’était autre chose. Buvant tranquillement mon verre, Big-Ben m’annonça que cette façon de l’appeler, c’était son surnom. Je hochais la tête. D’accord, mais pourquoi ce surnom ? Allez savoir ce qui avait traversé l’esprit de Luz pour dégainer un surnom pareil ! Personnellement, le savoir ne m’intéressait pas, j’avais trop peur d’y laisser plusieurs de mes neurones en cours de route ! Cette fille me fichait quand même pas mal la chair de poule. L’homme ? Ouais, lui aussi il pouvait être impressionnant, mais à la rigueur, je préférais avoir affaire à lui plutôt que sa copine blonde. Je sentais qu’avec lui, au moins, on pourrait avoir une conversation un peu plus normale qu’avec l’autre. Même si malgré ça, je doutais fortement qu’on fasse amie-ami un jour.

Par contre, j’aurais dû me douter que Big-Ben ne resterait pas indéfiniment silencieux face à ce que Luz avait révélé sur ma personne. J’étais amnésique, certes, mais je ne l’avais pas précisé non plus. Je répondis assez naturellement :

- Je n’ai pas dit que je me souvenais de rien. Elle a affirmé que les gens buvaient pour oublier, je lui ai simplement répondu que ce n’était pas mon cas.

Tout ce que je pouvais espérer, c’était qu’on ne me poserait pas plus de question. Sinon, je pouvais encore me lever et m’en aller sans rien dire à personne, comme une grosse associable ! Ca pouvait être un bon plan. Je détestais qu’on essaie d’en savoir plus sur moi à ce niveau. D’accord, j’avais fait une boulette en disant cela, et ça pouvait mettre la puce à l’oreille de n’importe qui, mais j’essayais un peu de réparer les pots cassés. Restait à voir à présent ce que ça allait donner… Terminant mon verre que je posais sur la table, je demandais en m’adressant aux deux :

- Vous venez souvent ici ? C’est bien la première fois que je vous y vois.

On tournait vraiment en rond dans cette histoire… Je ne savais vraiment pas où j’allais et ça me stressait énormément…


[/quote]


Beauty and the Beast

Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. by Anaëlle
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Sam 16 Aoû - 13:47






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~



Rien de mieux qu'un nouveau petit vole pour passer une bonne soirée. Luz en avait bien besoin, vu les deux boulets qu'elle se coltinait, pousser Big Ben dans les bras du Cyborg, semblait être une tâche ardue, une sorte de défi, tout ce qu'elle aimait. Revenant à sa place, billet en main, elle était prête à tout dépenser dans l'alcool, l'influence de ce liquide allait beaucoup lui servir. Luz savait se servir de ses neurones pour arriver à ses fins. Oui, cette jeune femme qui paraissait folle ne l'était pas tout à fait, tout dépendait des points de vue. Elle était un cerveau pour toutes les affaires non légales.

J’crois que je vais en avoir besoin…

Au moins, le Cyborg avait pris une bonne décision, contrairement à Big-Ben, qu'est-ce qu'il pouvait être décevant ce soir ! Il avait beau lui sourire, ce n'était pas ce qu'elle attendait de lui, elle ne voulait pas qu'il soit autant accroché à sa personne, elle voulait être libre, près de lui, elle se sentait étouffer, étouffer d'un désir qu'elle n'avait jamais voulu, s'il n'y avait pas cette lueur d'attachement dans son regard, peut-être le laisserait elle passer encore des nuits près d'elle, mais tant que celle-ci s'affichait dans ses yeux, c'était hors de question. Ce soir, elle lui offrait un moyen de passer à autre chose.

-Eh bien je ne pensais pas être repoussant à ce point, mais je te remercie Luz de rassurer cette jeune femme sur mes capacités physiques.

Elle ne répondit pas à son sourire, tandis que Cyborg semblait avoir les joues qui s'enflammaient, Luz fit signe au serveur de leur donner la même chose. Reportant son attention sur ses deux compagnons, elle trouvait ridicule que la jeune femme se sente gênée, après tout si elle ne le trouvait pas séduisant, c'était normal de le dire, mentir ne servait à rien, comme le fait que Leydan pouvait le prendre comme il le voulait, vexée les gens, faisait partie de son répertoire. Il est bon pour chacun de connaitre la vérité à leur sujet. Au moins, l'embarras de la jeune femme la poussait à boire, bon point pour Big-Ben et mission accouplement.

-Big Ben est mon surnom.

Non, mais pourquoi repartir sur les noms, surnoms. Elle n'avait pas que ça à faire, sans rire que le serveur se dépêche d'emmener les verres pour les souler une bonne fois pour toutes, au lieu de se serrer la main. Normalement ce geste de bienséance s'exécute pour dire bonjour et en revoir, pas au milieu d'une conversation. Levant les yeux au ciel, c'était de la drogue qu'elle aurait dû mettre dans leur verre, petits soucis, elle n'en avait pas.

-Elle dit que vous ne vous souvenez de rien ? De quoi parle t- elle ?

- Je n’ai pas dit que je me souvenais de rien. Elle a affirmé que les gens buvaient pour oublier, je lui ai simplement répondu que ce n’était pas mon cas.

Plissant les yeux, elle observa les traits du Cyborg, elle essayait de les embobiner. C'était normal pour un robot d'avoir un bouton reset, alors pourquoi le cacher ?

Vous venez souvent ici ? C’est bien la première fois que je vous y vois.

Ce qu'il veut plus clairement dire, "je viens souvent ici". Luz avait raison, cela devait être le lieu préféré de la future conquête de Leydan. Elle pointa son regard vers Big-Ben, avant de regarder de nouveau la chef des dents en guerre et répondre :

- Non, je préfère le musée. Ils ont des oeuvres fantastiques, on penserait qu'elles ont des centaines d'années et pourtant pour certaine ce n'est pas le cas.

C'était la vérité, Luz savait reconnaitre grâce à son instinct et sa connaissance des objets de valeur, lesquels étaient les plus vielles et qui valaient le plus. Et donc, au musée, il y avait des oeuvres qui n'avaient pas plus que cinquante ans, de la vraie contre-façon, enfin Luz ignorait que cela venait de la malédiction et qu'il était normal qu'ils n'aient pas subi la dégradation des années. Se retournant sur sa chaise, son visage se fit plus concentrer, sa voix devint plus sérieuse, plus méticuleuse.

- Lui, c'est l'homme chaussette, il en a des placards remplis. Il a un gros chien qu'il pense effrayant, mais qui est trop paresseux pour monter vraiment la garde. Celui-ci, c'est gros serpent, il rentre souvent en rampant chez lui et ne fait même pas attention quand je suis là, sa maison et protéger par le dernier système de sécurité, alarme de mouvement et coffre-fort dernier cri, une vraie caverne d'Ali-baba. Et voici, monsieur grognon, jamais un sourire, il ne sait jamais remis d'une rupture et à présent il déteste les femmes, cela ne m'étonnerait même pas qu'il en ait tué quelques-unes, il traine souvent au cimetière et pas pour aller sur une tombe, je vous l'assure.

Pourquoi leur avoir dit tout cela ? Simplement, car elle les avait vus dans le bar et qu'il lui semblait normal d'en faire part. La voleuse connaissait la plupart des habitants de Storybrooke, d'une façon que peu pouvaient les voir. Il était important de tout savoir pour réaliser ses méfaits. Pour les plus gros coups, elle préparait le terrain et pour le faire, il fallait savoir à qui on s'attaquait. Le serveur arrive posant un verre face à Lacey et l'autre face à Leydan.

- Tu n'allais quand même pas la laisser boire toute seule !




Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Lun 29 Déc - 9:06






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~



-Elle dit que vous ne vous souvenez de rien ? De quoi parle t- elle ?

 Je n’ai pas dit que je ne me souvenais de rien. Elle a affirmé que les gens buvaient pour oublier, je lui ai simplement répondu que ce n’était pas mon cas.

Par expérience le guitariste savait que cela était faux et archi faux tout le monde souhaitait oublier quelque chose un jour et l'alcool était le meilleur moyen pour arriver à ses fins dans des délais très courts. Il regarda la jeune femme finir son verre presque cul sec en se demandant se qu'elle pouvait bien chercher à dissimuler. Bien que curieux il s'abstint de faire la moindre réflexion il était le premier à vouloir se faire discret il n'allait pas se mettre à l'interroger comme ça de but en blanc et surtout qu'il s'en fichait comme du guigne de la raison de son alcoolisme naissant.

 Vous venez souvent ici ? C’est bien la première fois que je vous y vois.

A cette question Luz darda son regard sur Leydan, celui-ci haussa les épaules dans sa direction mais elle ne sembla pas s'en apercevoir car elle se tourna de nouveau vers Lacey sans lui prêter la moindre attention.

- Non, je préfère le musée. Ils ont des oeuvres fantastiques, on penserait qu'elles ont des centaines d'années et pourtant pour certaine ce n'est pas le cas

Leydan ne pût s'empêcher de pouffer de rire en sourdine, il ne riait pas souvent et pourtant ce soir  il sentait que cela pourrait se produire plus souvent que d'ordinaire, nul doute que la présence de sa voleuse y était pour quelque chose. Il l'a regarda tout en songeant à tout ce qu'elle avait bien pu dérober au dit musée et sourit de nouveau.

-  Lui, c'est l'homme chaussette, il en a des placards remplis. Il a un gros chien qu'il pense effrayant, mais qui est trop paresseux pour monter vraiment la garde. Celui-ci, c'est gros serpent, il rentre souvent en rampant chez lui et ne fait même pas attention quand je suis là, sa maison et protéger par le dernier système de sécurité, alarme de mouvement et coffre-fort dernier cri, une vraie caverne d'Ali-baba. Et voici, monsieur grognon, jamais un sourire, il ne sait jamais remis d'une rupture et à présent il déteste les femmes, cela ne m'étonnerait même pas qu'il en ait tué quelques-unes, il traine souvent au cimetière et pas pour aller sur une tombe, je vous l'assure

Leydan regarda Luz avec de grands yeux avant de se mettre à guetter la réaction de Lacey, sa voleuse venait de se révéler au grand jour sans même y faire attention. Il se sentit tout son corps se contracter dans l’attente de voir si Lacey allait la dénoncer à la police ou bien ne rien faire. Heureusement Luz avait prévu autre chose et le serveur vint poser un nouveau verre devant lui et devant Lacey. Leydan leva un sourcil interrogateur vers Luz qui lui soutins qu’il n’allait pas laisser leur nouvelle connaissance boire seule. Cette simple réplique réveilla la méfiance qui dormait en lui, non il n’avait pas oublié que Luz essayait de le jeter dans les bras de Lacey et non il n’allait pas se laisser faire, ceci était hors de question.

-Elle veut dire qu’elle les voit souvent et qu’elle a pu parler avec eux plusieurs fois…

Bien qu’il ne sache pas vraiment pourquoi, il s’était hâter de justifier les propos de Luz, bien sûr l’attirance qu’il ressentait pour elle était une des raisons et il se rassurait en se disant qu’il ne voulait pas la voir derrière les barreaux car cela nuirait à tout les efforts qu’il déployait pour la conquérir bien que cela sembla peine perdue…

-Chacun à ses secrets et ses tourments et l’alcool aide parfois à les oublier bien mieux qu’une thérapie ou que de vivre normalement …

Sur ces paroles, Leydan prit son verre et le vida d’un geste sec dans sa bouche, il reposa avec force son verre et lança un regard de défi aux deux jeunes femmes qui l’accompagnait, puisqu’on lui offrait des verres il n’avait pas l’intention de les refuser.
[/color]



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Lun 12 Jan - 0:13






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~


La situation devenait extrêmement compliquée. C’était la première fois que je tombais sur une énergumène telle que Luz. C’était à en avoir une migraine de tous les diables. Mais j’essayais de paraître normale. Tout du moins, le plus possible. Il fallait vraiment que je retienne son prénom pour le docteur Lynch. J’étais certaine qu’il serait intéressé par un cas comme celui de la blonde. Des cas comme celui-là devaient être bien rare, non ? En tout cas, une chose était certaine : c’était la première fois que je les voyais au Rabbit Hole. Je leur posais la question. Simple curiosité de ma part. La réponse en elle-même m’importait peu, c’était aussi un peu une question pour dire quelque chose. Ca faisait parti du registre de la pluie et du beau temps, m’enfin bon. Que pouvais-je dire d’autre ? Je comprenais à moitié ce que Luz essayait de dire et Leydan me semblait tout aussi bizarre que ma voisine de tablée.

J’écoutais la réponse de la jeune femme. Elle préférait le musée… Je ne l’aurais jamais cru. Quoi que les artistes faisaient parti d’un autre monde. Ils avaient une façon de penser complètement à part des autres personnes. Ils vivaient dans un autre monde. Un peu comme Luz. Du coup, ça me semblait un peu ‘logique’. Après, comprenait-elle toutes les subtilités de l’art ? Allez savoir ! Je n’étais pas une experte en peinture, ni en sculpture. J’étais plus branchée livre. Chacun son domaine comme qui dirait. Je hochais la tête, ne faisant pas spécialement attention à ses paroles concernant la datation des différentes œuvres présentes dans le musée. Certaines étaient tellement bien conservées que du coup, il fallait connaître le peintre pour savoir quand elle avait été peinte. En tout cas, quand j’avais reporté mon attention sur Leydan, celui-ci s’était mis à pouffer de rire silencieusement. Un peu comme s’il se moquait de Luz.

Je m’attendais à ce qu’il me réponde à son tour, mais au lieu de quoi, ma voisine de tablée conserva la parole en se tournant vers l’ensemble de la salle. Je me demandais ce qu’elle allait bien pouvoir faire. Néanmoins, je ne m’attendais pas à ce qu’elle me « présente » quasiment tous les clients du bar. C’était comme si elle les connaissait personnellement. Pourtant, j’avais l’impression qu’il n’en était rien. Enfin, j’étais impressionnée par la quantité d’information qu’elle avait sur certaines personnes. Puis je commençais à trouver ça effrayant quand elle se mit à parler de système de sécurité et coffre-fort… Plus ça allait plus je trouvais que Luz était effrayante. Elle me donnait presque l’impression d’entrer par effraction chez les gens. Ce qui n’était sans doute pas possible étant donné que personne n’aurait la bêtise de divulguer une telle chose ! Un voleur ne crierait pas sur tous les toits qu’il volait, n’est-ce pas ? Sinon, c’était un aller simple pour la prison.

Par contre, en voyant la tête de Leydan face à ces révélations, je commençais à douter. Luz serait-elle réellement une voleuse ? Je l’observais avec une légère insistance, cherchant à savoir un peu la vérité. Elle ne pouvait pas avoir dit tout ça sans une bonne raison, n’est-ce pas ? Il allait vraiment falloir que je parle de son cas au docteur Lynch pour savoir ce qu’il en pensait. Alors que j’étais songeuse, un serveur déposa un nouveau verre devant moi ainsi que devant Leydan. La tournée de Luz. Je lâchais un bref remerciement envers l’employé qui repartait déjà vers le bar ou une autre table, je n’y fis pas spécialement attention. J’étais encore dans mes pensées. Pensées qui furent vite interrompues par Leydan qui m’expliquait que ma voisine de tablée connaissait personnellement les personnes qu’elle avait présentées. Il s’était un peu hâté à justifier les paroles de la jeune femme. Je fronçais les sourcils puis finalement, je hochais la tête.

A quoi bon réfléchir là-dessus plus en avant ? Pour avoir un mal de tête fulgurant ? C’était inutile. Je pris mon verre dans une de mes mains quand brusquement, Leydan prit le sien pour le vider cul sec. J’arquais un sourcil et cela s’accentua quand je vis cette lueur de défi dans son regard. Un défi, vraiment ? Je baissais les yeux vers mon verre et le portais à mes lèvres pour boire son contenu d’une traite avant de reposer mon verre avec plus de douceur que lui. Mon but n’était pas de casser la vaisselle. Surtout que tout verre cassé par le client était un verre à sa charge. Je n’avais pas envie de repayer des verres. Bon, ma situation actuelle n’était plus la même maintenant que j’avais un boulot, mais ce n’était pas une raison de gaspiller mon argent en verrerie.

- Plus d’hommes se sont noyés dans l’alcool que dans la mer, répondis-je.

Une vieille citation tout droit sortie d’un bouquin. D’ailleurs, je me demandais comment je la connaissais… J’avais dû la lire un jour. Parfois, je sortais des informations que je ne me rappelais pas avoir lu un jour. Mais étant donné mon amnésie… C’était normal. J’avais lu dans un livre de psychanalyse qu’un amnésique pouvait parfois ressortir des choses qu’il avait su à un moment oublié. Du coup, je ne me préoccupais plus vraiment de ce genre de choses là.

- Vous ne buvez rien ? fis-je à l’adresse de Luz.




Beauty and the Beast

Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. by Anaëlle
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   Ven 23 Jan - 19:18






Lacey, Luz & Leydan

~ Qui veut finir en psychiatrie ? ~



La voleuse connue sous le nom de l'Egnima venait de s'exprimer sur les clients du bar, elle en connaissait la plupart. L'alcool diminuait les réactions et il était plus simple de faire ses courses chez ce genre de personne, en tout cas, ceux qui pensaient à acheter à manger ou avaient beaucoup d'oeuvres d'art et pour l'un d'entre eux, c'était le cas, l'homme qu'elle surnommait le gros serpent. Elle ne pouvait pas imaginer que cela ferait s'interroger le Cyborg, de toute façon si elle posait trop de questions, elle n'aurait qu'à appuyer sur le bouton reset, et encore, l'alcool pourrait s'occuper de son cas, entre faire n'importe quoi et rouiller de l'intérieur, tel était le choix de la chef des dents en guerre.

La nouvelle tournée qu'elle avait commandée arriva à bon part, elle avait vraiment hâte qu'ils se rapprochent et qu'enfin Leydancomprenne que le sexe n'était que du sexe et rien de plus, s'il ne la regardait pas comme il le faisait depuis leur nuit passée ensemble, peut-être qu'elle agirait autrement, mais cette petite lueur de bonheur ne semblait pas vouloir disparaitre et Luz ne pouvait pas l'accepter, l'amour était une faiblesse et jamais, elle ne se laisserait pas contaminer par ce poison néfaste. Leydansemblait surpris de voir un nouveau verre devant lui, la voleuse exclama qu'il n'allait pas laisser la chef des dents en guerre boire seule, cela ne serait pas courtois.

-Elle veut dire qu’elle les voit souvent et qu’elle a pu parler avec eux plusieurs fois…

Mais qu'est-ce qu'il racontait ? Du grand n'importe quoi, jamais elle n'avait parlé avec eux de toute sa vie, combien de fois devait-elle répéter qu'elle n'aimait pas fréquenter les alcoolos, elle ne les supportait pas, hormis Maddy, mais c'était un cas particulier. Maddy ne buvait pas si souvent que ça et même s'il achetait souvent des bouteilles, ce n'était pas grave, Luz pardonnait tout à sa soeur de coeur, mais elle ne pardonnait rien aux autres, certainement, car elle se fichait de savoir ce qu'il faisait de leurs vies.

- Tu n'as rien compris ! Tu ferais mieux de boire, tiens.

Ouai, au lieu de raconter des bêtises, il ferait mieux de boire pour enfin remarquer la charmante jeune femme qui buvait avec elle et bien sûr, elle pensait au Cyborg.

-Chacun à ses secrets et ses tourments et l’alcool aide parfois à les oublier bien mieux qu’une thérapie ou que de vivre normalement …

Luz leva les yeux au ciel, c'était tellement ridicule d'oublier dans l'alcool, mais bon, elle ne pouvait rien dire vu que son plan était de justement de les faire boire à outrance, sauf que voilà l'ancienne Lumi se laissait très vite, surtout quand il s'agissait des activités liées à l'alcool. Elle les regarda boire leur verre cul sec et fit un signe au serveur de leur ramener une nouvelle tournée.

Plus d’hommes se sont noyés dans l’alcool que dans la mer

Tiens, l'esprit de la voleuse tilta, elle avait déjà entendu cette citation ainsi qu'une réponse toute faite de la joueuse de jeux vidéo, qui travaillait aussi au granny café et vivait dans la résidence de fou. D'un coup, le Cyborg lui demanda :

Vous ne buvez rien ?

Elle n'arrivait pas y croire, n'avait-il pas dit juste avant l'arrivée deBig-Ben qu'elle buvait du lait, car les gens qui consommaient de l'alcool étaient pathétiques. Il fallait vraiment changer de sujet et surtout pimente les choses. Ce n'était pas tout, mais ce n'est pas à cette allure que cela allait conclure. Puis, une idée lui traversa l'esprit, certainement pas la meilleure, mais c'est la seule qu'elle eut. Se levant de sa chaise, elle s'approcha de la chef de dent en guerre et l'embrassa, et pour dire par un simple baiser. Non, elle voulait montrer à Big-Ben ce qui manquait et ce qu'il fallait savoir qu'hormis être experte en vol à l'étalage, elle savait aussi très bien embrasser. Relâchant les lèvres de la jeune femme, elle se tourna vers Leydan.

- Voilà, ce que tu dois faire Big-Ben, je t'ai bien préparé le terrain, tu n'as plus qu'à aller casser son lit à elle aussi.

Elle avait un grand sourire, tellement plus drole que de parler d'alcool et entendre qu'ils agissent comme elle l'attendait. A présent, il ne lui restait plus qu'à plier valise et aller visiter quelque maison.

- Le petit mot pour finir est que la plupart de ceux qui se sont noyés dans la mer, se sont noyés dans l'alcool avant, j'ai entendu la joueuse de jeux vidéo le dire et donc la morale de l'histoire, il ne faut pas boire près de l'océan, d'un lac, même de la baignoire.

Elle haussa les épaules et sautilla comme une enfant jusqu'à la sortie du Bar, sans un en revoir. Du grand Luz.



Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] A la recherche de cobayes... mais ils sont tous trop bizarres ! [PV Luz & Leydan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...
» [Validée]Kurogane Shinobu, folle moi? Mais non, c'est les autres qui sont tous fous! (finie)
» Mais que sont-ils devenus?
» Joyeux Noël (un RP hors sujet mais ouvert pour tous)
» weronika ღ Heureux les cœurs qui peuvent plier, car ils ne seront jamais brisés. Heureux les cœurs qui peuvent crier car ils seront heureux. Mais le sont-ils vraiment ? Car un cœur qui n’est pas brisé ne peut pas guérir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-