★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Ven 21 Mar - 18:44



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------


Le passé est une chose sournoise, parfois, il est gravé dans la pierre, et d'autres fois, il se fond dans de doux souvenirs. Mais attention si vous fouillez un peu trop en profondeur dans ces zones d'ombre... Qui sait quel monstre vous pourriez réveiller ? Durant les derniers mois, Sun s'était perdu dans sa nouvelle vie créée par la malédiction. Arrivée avec Shan-Yu grâce au talisman de Facilier, la magie leur avait créé une nouvelle identité sans apporter le moindre souvenir correspondant à celle-ci, elle restait Mulan, la guerrière qui parcourait les royaumes pour débusquer les hors-la-loi. Son histoire était longue et bien compliquée, une vie faite d'amour, de sacrifices et de justice, elle n'avait jamais laissé la vengeance l'emporter et même si son cœur s'était endurci au fil des épreuves qu'elle avait vécues, elle restait une personne à qui on pouvait faire confiance. Par contre, elle donnait très difficilement sa confiance, la trahison de Shan-Yu l'avait brisé et il n'y avait aucun retour en arrière, une blessure qui resterait intacte tout au long de sa vie.

Au fil des semaines, Sun avait pris le dessus sur Mulan, elle avait totalement sombré dans une crise existentielle, ne trouvant plus aucun but à sa vie. Rien de plus normal quand on passe du métier de guerrier à celui de soigneur. L'adrénaline qu'elle pouvait ressentir durant ses aventures, lui manquait, comme l'accomplissement de ses missions, au moins elle se sentait utile. Pas que le métier de Kiné ne lui apportait rien, mais ce n'était pas du tout la même chose. Fort heureusement l'apparition du dragon avait changé la donne, s'était comme se réveiller après un long sommeil, Mulan se sentait revivre et avait trouvé une nouvelle mission, trouver des personnes qui se souvenaient tout comme elle et Naf.

Elle avait tellement fréquenté les pires fripouilles des royaumes de la forêt enchantée, qu'elle savait reconnaître certaines nuances de visage, comme ceux qui cachent quelque chose. Si une personne ne paraissait pas surprise de l'existence d'un dragon sans partir dans des délires comme elle avait vu chez certains de ses patients, elle se disait que cela serait un signe que cette personne possède ses réels souvenirs.

C'était le week-end, Sun était en repos et devait s'occuper comme elle pouvait, après avoir fait un footing dans la forêt et une bonne douche. Elle avait filé en ville avec une idée en tête, visiter le musée. La jeune femme recherchait son épée magique, une partie de son bras qui lui manquait énormément, cette arme lui avait été offerte par une sirène et était le symbole de ce qu'elle était devenue. Enfin voilà, s'il y avait un endroit où elle avait pu atterrir, c'était bien dans un musée, d'après ce qu'elle avait entendu dire, il exposait tous les objets qui appartenaient à l'histoire, peut-être qu'elle se retrouvait elle-même !

Après avoir acheté le journal, elle avait acheté sa place pour le musée et traversa chacun des couloirs avec un pincement au cœur. Tant de souvenirs remontaient à la surface, s'était comme signe le fil de sa propre histoire. D'un coup, elle arriva la section du monde chinois, s'arrêtant devant une peinture, ses yeux brillaient tel des perles déposer à l'intérieur, elle connaissait l'endroit qui y était représenté pour y avoir vécu. C'était son chez elle qu'elle n'avait pas revue depuis ses seize ans, jour où elle avait décidé de prendre la place de son père dans l'armée impériale en se déguisant en homme. Si, ce n'était pas inscrit interdiction d'y toucher, elle aurait aimé passer sa main sur le tableau, juste pour voir s'il était bien réel. Continuant son avancée, elle fut stupéfaite d'y retrouver son armure, celle avec laquelle elle était arrivée à Storybrooke, comme c'était-elle retrouvée là ? Son coeur s'accélérait, elle cherchait du regard son épée, mais aucune trace. Elle avait fait tout le tour du musée, son arme ne se trouvait pas dans ce lieu, au moins elle avait retrouvé son armure.

Elle pouvait voir les moindres traces de ces combats, au lieu de sourire, une peine immense s'installa sur son visage. Il lui semblait être à des années-lumière de sa propre existence, c'était si difficile de se convaincre que la vie de Sun n'avait aucun impact sur elle, cela l'avait changé, elle en était certaine.

Soupirant un grand coup, elle alla s'installer sur un banc face à son armure, continuait à la contempler, après quelques minutes alors qu'elle avait laissé glisser son sac au sol, elle remarqua le journal qui dépassait et décida d'y prêter un coup d’œil. Une nouvelle fois, le dragon était en première page, commençant à lire, elle leva les yeux vers une jeune femme qui semblait l'observer, il ne semblait pas l'avoir croisé à Storybrooke, tout comme dans la forêt enchantée. Reportant son intention à l'article, certaines théories sur le dragon auraient pu la faire sourire, sauf qu'il n'était pas dans ses habitudes de se laisser aller.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Mar 1 Avr - 1:54



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------


Tous les jours se ressemblaient à Storybrooke et, si son cœur ne pouvait pas ressentir la joie, il pouvait sentir l’ennui qui lui faisait paraître les journées terriblement longues. Roselyn se levait dans sa grande maison silencieuse. En solitaire, elle prenait son petit déjeuner et buvait son café en se perdant dans la contemplation de la forêt par la fenêtre de sa cuisine. Depuis quelques temps, elle remarquait beaucoup de gens dans le bois. L’enseignante n’avait rien contre les sportifs qui y couraient ou les gens en promenade, mais les curieux avec leur appareil photo, filet et fusil, troublaient un peu trop son petit monde de quiétude.  Malgré son isolement volontaire loin des rues principales de la ville, l’ancienne reine d’Arendelle avait vaguement entendu parler du dragon qui avait fait irruption durant le mariage. Elle ne s’était pas emballée comme les autres à la mention du reptile, elle ne s’était pas non plus affolée puisque ses émotions gelées ne lui permettaient pas, mais elle savait que c’était un problème. Regina avait fait prisonnière la sorcière sous forme de dragon pour une raison qu’elle ignorait. C’était plutôt difficile à camoufler à son avis, sauf que ce secret avait fait flamber le jardin des Nerys dernièrement. La blonde soupira, elle allait devoir essayer de ramasser les dégâts avant que la bête tombe entre de mauvaises mains, mais pas aujourd’hui.

En fin de semaine, la jeune femme devait préparer le terrain pour une future visite au musée avec sa classe. Elle ferait donc le tour des expositions en notant mentalement lesquels valaient la peine d’être vues par ses élèves. On ne pouvait pas dire qu’elle prenait son travail à cœur, mais elle était étrangement attentionnée avec les enfants sous sa responsabilité. Dans cette nouvelle vie, Elsa n’était ni reine, ni même une sœur. Elle était l’ermite qui vivait en retrait et qui ne s’attachait à personne même si sans magie, son cœur s’était adoucit. Depuis l’arrivée d’Emma Swan, tout c’était compliqué. Mary Margaret ainsi qu’Henry avait échappé à sa surveillance suffisamment longtemps pour tomber amoureuse ou se retrouver dans le coma. Bon d’accord, c’était Regina qui avait montré David Nolan à Mary Margaret à l’hôpital et qui avait cuisiné le chausson aux pommes, mais de là à dire que la méchante reine allait assumer ses erreurs, c’était trop risqué.  Cela pourrait se retourner contre elle, ou pire, contre les personnes à qui elle tenait le plus. Elle ne savait plus ce qu’était l’amour, mais l’avantage d’avoir des souvenirs était que Roselyn savait au moins ce à quoi ça ressemblait et qui était responsable de son bonheur passé. Bref, si elle les perdait, forcément elle ne pourrait plus être heureuse, non ?


L’enseignante s’habilla et alla démarrer sa voiture, puis prit la route vers le musée. Elle acheta son ticket et se mis à se balader parmi les objets historiques et les œuvres d’art avec cette même expression impassible sur les traits. Ses yeux pouvaient voir la beauté des objets, mais elle ne pouvait pas s’émouvoir devant les efforts de l’artiste ou le message derrière les couleurs et les formes. Elle fit un détour exprès par la section celtique du musée qui rappelait vaguement le style norvégien d’Arendelle. Elle aurait pu sourire si elle s’était rappelée comment, mais elle ne fit rien et resta simplement plantée pendant de longues minutes devant des objets qui lui semblaient familiers. Soudain, sentant une légère vague de nostalgie l’envahir, elle quitta la pièce de l’exposition pour la suivante : la Chine. Elle ne connaissait pas vraiment ce pays et n’avait jamais visité la partie du royaume des contes qui lui ressemblait. Au bout d’un moment, elle remarqua une jeune femme assise sur un banc face à une armure d’époque. En réalité, la première page du journal qu’elle lisait avait su capter son attention. Espérant que personne n’ait encore mis la main sur le dragon, Roselyn se devait de se garder au courant. Elle s’approcha doucement et sans gêne, elle aborda l’étrangère.

« Je peux vous l’emprunter s’il vous plait ? » demanda-t-elle poliment, mais sans sourire, en tendant la main vers le journal. Quand elle l’eut entre les doigts, son regard pâle survola la photographie et les potins écrits noir sur blanc. Elle fut presque soulagée de voir qu’il n’y avait que du baratin entre les lignes et ne s’en soucia pas plus. D’ailleurs, son manque de réaction était presque suspect. Elle rendit le journal et réalisa qu’elle devrait peut-être tenter de socialiser en guise de remerciement. « L’apparition du dragon n’a pas l’air de vous surprendre on dirait. Vous y croyez vous à ce reptile géant ? » C’était dur d’avoir l’air normal, surtout lorsqu’on n’est pas toujours intéressée d’en apprendre plus sur les autres. Néanmoins, quelque chose lui disait que l’inconnue se foutait soit royalement du gros reptile, soit elle n’était pas plus surprise de sa présence qu’elle-même. En attendant une réponse, la blonde se retourna pour inspecter l’armure devant laquelle la brune s’était assise. Après tout, la jeune femme venait peut-être de ce royaume lointain gouverné par un empereur... Surtout qu’un détail attira son attention.

« Jolie armure. On dirait presque qu’elle est à votre taille… »

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Jeu 3 Avr - 13:31



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------


La mission qu'elle s'était donnée pouvait paraître étrange, il y avait tellement de choses à faire, comme aider Emma à croire à la malédiction, sauf que Sun n'avait pas confiance elle, comment une femme élevée dans ce monde pourrait croire à la magie, alors qu'elle-même au début avec douter de sa propre identitée? Elle avait mis son problème de mémoire sur l'accident de voiture, il lui avait fallu retrouver Shan-Yu pour reprendre ses repères, mais le mal était déjà fait Mulan s'était perdu en route, plus aucun monstre à combattre, de malfrat à ramener devant la justice, la malédiction l'avait fait devenir Kiné et s'il y avait une raison pour ce métier, elle l'avait comprise en voyant un de ses patients, l'ancien empereur qui l'avait banni de son royaume l'éloignant de sa famille, celui-ci était dans le coma et son instinct la fit garder le secret sur sa trouvaille. Naf rêvait plus que tout se venger de lui et cela lui permettait de garder sa raison, mais s'il découvrait que l'empereur se trouvait hors d'atteinte, il se retrouvait comme elle, sans aucun but.

Heureusement ce stade de sa vie était passé, elle avait trouvé un moyen de reprendre du poil de la bête, découvrir qui se souvenait de sa véritable identité, mais surtout pouvoir discuter avec eux des possibilités qu'ils avaient. Elle restait convaincue que le rendre les souvenirs ne ferait qu'accroître la souffrance des habitants, enfin, si elle se trouvait la bonne personne que lui citeraient les bons arguments, elle pourrait lutter contre Regina.

Pour l'heure, elle était proie à une pointe de nostalgie, faisant le tour du musée, elle était tombée dans le secteur Chine et surtout devant son armure. Tant de souvenirs remontaient à la surface, c'était à la fois apaisant que troublant. S'installant sur un banc face à l'armure, elle ouvrit le journal, acheter le matin-même pour lire les articles qui parlaient du dragon. Des sacrées théories étaient évoquées et la jeune femme qu'elle avait repéré quelques secondes plus tôt, vint l'accoster :

« Je peux vous l’emprunter s’il vous plait ? »

Levant la tête vers l'inconnu, elle lui tendit sans hésiter seulement pour voir ses réactions en lisant l'article. Ses années à fréquenter les pires fripouilles lui avaient appris à déchiffrer les visages, observant les moindres traits du visage de la jeune femme, elle fut étonnée de remarquer des ressemblances avec elle-même, aucun sourire, un manque total de réaction. Le doute apparu, était-ce possible ? Elle n'avait jamais croisé cette femme et ignorait qui elle était, normalement elle serait restée en retrait, rien que par le fait de ne pas savoir qui elle était dans le monde des contes et si elle pouvait se fier à elle, pourtant une partie d'elle semblait vouloir chercher davantage. Une fois sa lecture finie, elle lui rendit son journal.

« L’apparition du dragon n’a pas l’air de vous surprendre on dirait. Vous y croyez vous à ce reptile géant ? »

Situation étrange, vu qu'elle allait poser la même question à son interlocutrice. C'était comme se regarder dans un miroir, elle se devait de réfléchir aux conséquences de chacune de ses paroles, ses aventures dans la forêt enchantée lui avaient appris à garder le silence face aux questions et garder un visage vide de toute émotion, mais pour en découvrir plus sur la jeune femme qui venait de se tourner vers son armure, elle allait surement devoir se dévoiler un peu.

« Jolie armure. On dirait presque qu’elle est à votre taille… »

De plus en plus étonnant, Mulan rangea son journal, se levant du banc pour se placer près de l'inconnue. Si cette armure pouvait parler, elle aurait pu raconter toutes ses aventures, allant de l'armée à sa vie de nomade. Après un petit moment de silence, les yeux fixés, sur ce qui lui avait appartenu.

- Dans cette culture, les femmes n'avaient pas le droit d'en porter l'une, l'honneur de combattre revenait aux hommes.

Elle parlait comme une historienne qui racontait la culture de son royaume qui avait la chance de se ressembler à celle de la Chine dans ce monde. Mais rien qu'en employant le mot honneur montrait à quel point cet objet pouvait donner du courage. Oui, cela avait été un honneur de servir son empereur, tout en sachant comment cela avait fini, mais elle estimait que servir les plus faibles était tout aussi honorable.

- Le propriétaire de cette armure aurait pu aider avec cette histoire de dragon à une autre époque.

En même moment, elle tourna la tête pour observer la jeune femme, elle devait voir chacune de ses réactions, même si elle savait qu'à ce moment précis, elle se mettait en danger. Comprendre si quelqu'un se souvenant se retrouvait être un simple jeu d'échange de paroles, il fallait employer les bons mots pour faire réagir l'autre. Finalement, elle répondit à la question qu'elle avait posée, en tournant la phrase à son avantage, sans réellement dévoiler son avis.

- Pour répondre à votre question, je n'étais pas au mariage et il faut avoir vu le reptile en chair et en ose pour y croire n'est-ce pas ?

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Ven 4 Avr - 4:53
Spoiler:
 




On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------


L’ancienne reine des neiges n’était pas très sociable de nature, cela ne lui n’apportait que des relations compliquées avec les autres. Une fois la conversation entamée et les présentations faites, on se retrouvait par la suite obligé de toujours saluer la personne lorsqu’on la croisait dans la rue ou ailleurs. Parfois, il fallait même prendre de leurs nouvelles et Roselyn qui ne tirait aucun intérêt ou émotion de ces échanges oubliait rapidement ces quelques règles de bonne conduite. C’est ainsi que les gens l’avaient catalogué comme une personne  froide et distante. Ce n’était pas pour lui déplaire, elle avait la paix, mais quand venait l’heure de se montrer gentille et diplomate, elle manquait rapidement de pratique. Trop franche et directe, l’enseignante donnait facilement son opinion même si on ne lui avait pas demandé. Sans être méchante, c’était juste maladroit par moment. Néanmoins, lorsqu’il venait le temps de faire sa fouine et de chercher anguille sous roche, elle faisait des efforts.

« Je l’ignorais. Gaspillage de potentiel si vous voulez mon avis… » dit-elle en réponse à la leçon d’histoire que venait de lui raconter l’étrangère. Son ton de voix était un peu hautain, après tout, elle n’avait jamais eu de mal à se défendre en tant que femme et ce, même sans armure. Bon d’accord, ses pouvoirs hivernaux avaient su aider... Elle était intéressée par ce que pouvait lui dire la jeune femme, car Roselyn flairait l’odeur des secrets et des non-dits. Elle était une pro’ dans le domaine d’ailleurs.

« Vous travaillez au musée ? » rajouta-t-elle sans regarder la guerrière, les yeux toujours perdus dans la vision des pièces complexes de l’armure. Peut-être que ces informations n’étaient que du part-cœur apprit lors de sa formation comme guide.

Pourtant, la magicienne avait un doute. Elle se retourna pour observer la demoiselle et se rendit compte que cette dernière s’était levée de son banc pour la rejoindre. Comme pour les œuvres du musée qu'elle avait croisé en chemin, l’enseignante pu apprécier la beauté de la brune sans pour autant que cela ne déclenche quelques réactions sur son propre visage. La phrase qui suivit amplifiât le doute en elle. Ce pourrait-il que la malédiction de Regina est plus de faille qu’Elsa ne l’aurait pensé ?  Il est vrai qu’un noble chevalier aurait pu mettre un terme à cette histoire de reptile géant. Mais si des civils avaient retrouvés leurs souvenirs, elle devrait sans doute le rapporter à sa patronne. Plantant son regard dans celui de son interlocutrice, elle hocha affirmativement la tête.


« Il aurait été utile en effet. Il ne lui manque que l’épée à ce que je vois, à moins que je ne l’ais pas vu passé en marchant jusqu’ici. Vous avez remarqué une épée dans le musée ? Je veux dire une qui a l’air presque… Princière ? »

C’était bien connu pour les adeptes de la magie et les érudits du monde des contes que seule une épée pouvait perforer les écailles d'un dragon. Les pistolets et les bombes ne servaient à rien. Bref, les curieux dans la forêt n’étaient pas bien menaçants. Par contre, si d’autres avaient leurs souvenirs, comme elle le soupçonnait chez la demoiselle, ça pourrait vite venir à se savoir. Donc, mettre la main sur l’épée du Prince Charmant ne serait pas une mauvaise chose même si Roselyn ignorait totalement où elle se trouvait et encore moins que c’était Monsieur Gold qui la possédait. En fait, il vaudrait mieux s’approprier toutes les épées possibles, car tant que la méchante reine ne lui dise pas le contraire, la bête devait restée vivante. Mettre toutes ces armes hors de portée était une bonne solution, mais elle était surtout impossible à réaliser à moins de dévaliser le musée et de pouvoir fouiller toute la ville à la recherche des lames perdues. Bref, que pouvait-elle faire au juste ? Une émotion apparue enfin sur les traits de la blonde : de la frustration. Elle soupira de manière sonore et passa une main dans ses cheveux, puis une deuxième pour finalement coiffer sa chevelure en une longue tresse. Pendant ce temps, la brune répondait à ses questions. Évidemment, le sujet revient vers le dragon.

« J’ai l’impression que pour certains, il en faut bien moins que des preuves matériels ou, dans ce cas-ci, sensoriels pour y croire. Croire est une chose vague et magnifique. Après tout, c’est plutôt poétique ces histoires de dragon, de soldat et de princesse en détresse…. Et pour d’autres, c’est même nostalgique. » déclara-telle soudainement en examinant le visage de son interlocutrice avec insistance, preuve qu’elle ne plaisantait pas. C’était un aveu direct de sa part que seule une autre personne avec sa mémoire entière pourrait comprendre. Autrement, ses paroles auraient plus ou moins de sens pour le commun des mortels. Par contre, c’était sans doute encore un peu flou, mais l’évidence commençait à pointer le bout de son nez.

Il est vrai que Roselyn n’avait pas le même stress que Mulan à s’afficher. Elle avait Regina comme protection, mais aussi comme bourreau. Des aveux faits au bras droit de la méchante reine n’étaient pas nécessairement signe d’une mort évidente. Surtout si la brune pouvait être utile, en commençant par la recherche de l’épée du prince. Bref, il fallait jouer le jeu pour l’instant. Soudain, les lèvres de la reine des neiges s’agitèrent en silence, puis se crispèrent pour finalement former un petit sourire qu'elle espérait pas trop hypocrite. Elle tendit la main à la jeune femme.


« Je m’appelle Roselyn Winter. Ravie de faire votre connaissance. »

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Dim 6 Avr - 21:07



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------



Même si c'était sa quête, Mulan ne pensait pas trouver quelqu'un qui se souvienne, c'était un moyen de tenir bon. Pourquoi la malédiction aurait laissé des personnes avec leurs souvenirs ? Hormis Regina qui tenait les rênes de la ville et Mulan avait un doute sur la personne de Rumplestiskin, bon, elle ne l'avait jamais rencontré de sa vie et ne pourrait pas dire qui il est dans cette ville, mais vu sa puissance, il semblait normal que c'est souvenir soit intacte encore elle pouvait se tromper, la preuve Facilier avait subi la malédiction. Il est vrai qu'elle n'avait jamais cru en ses grands pouvoirs, le voyant plus comme un charlatan, mais elle avait compté sur sa capacité à survivre à chaque péripétie, elle le connaissait assez bien pour savoir que c'était un battant, un battant qui croyait n'être qu'un magicien pour amuser la galerie, au moins il était resté louche et imbus de lui-même, des fragments de sa réelle personnalité avaient survécu.

Face à cette jeune femme, Mulan restait perplexe, son instinct lui soufflait qu'elles se ressemblaient, que toutes les deux cachaient ce qu'elles savaient réellement. La guerrière devait en avoir le coeur net, une faible lueur d'espoir pour éclairer sa mission. Tout en se plaçant près d'elle pour observer son ancienne armure, elle lui expliqua que la culture chinoise empêchait les femmes de se battre, elle ne mentait pas c'était réel, mais elle n'allait pas lui parler de son histoire, d'elle à peine âgée de 16 ans, qui vole l'armure de son père, se coupe les cheveux pour ressembler à un garçon et rejoindre l'armée impériale, tout en connaissant les lois. Mulan aurait pu y perdre la vie, mais elle fut châtiée d'une autre façon : le bannissement !

Elle reconnut dans sa voix le ton hautain, si elle se souvenait, cette femme devait venir des autres royaumes de la forêt enchantés, toute façon rien que le type de sa peau le prouvait, hormis si elle avait rejoint la vallée de la paix, mais Mulan savait reconnaître un guerrier et elle n'en avait pas la stature. La jeune femme tourna la tête vers elle et Sun lui signala que non, elle ne travaillait pas au musée et ajouta que le propriétaire de l'armure aurait pu aider avec le dragon. Elle venait de planter son regard dans le sien, tout en hochant la tête pour affirmer ses propos, Mulan se surprit à penser qu'elle avait de jolis yeux qui lui faisaient penser à un hiver glacial, celle-ci se questionna au sujet de l'épée, des questions de plus en plus suspectes, pourquoi rechercher une épée princière ? Ou alors pourquoi rechercher sa propre épée ? Est-ce que cette femme savait où elle était cachée et jouait avec elle ?

- Cette armure appartenait à un soldat de l'empire, alors même s'il avait une épée, elle ne serait pas princière. Pour en trouver une, il faudrait plus aller du côté des chevaliers.

L'inconnue semblait frustrer après avoir soupiré, elle commença à jouer avec ses cheveux en les tressant. Mulan continuait de l'observer, on lui avait toujours dit qu'une personne qui se touche les cheveux, est une personne qui se plonge dans son subconscient. Que signifiait cette tresse ? Finalement, elle répondit à sa toute première question en la formulant d'une manière bien pratique pour ne pas trop se mouiller.

« J’ai l’impression que pour certains, il en faut bien moins que des preuves matériels ou, dans ce cas-ci, sensoriels pour y croire. Croire est une chose vague et magnifique. Après tout, c’est plutôt poétique ces histoires de dragon, de soldat et de princesse en détresse…. Et pour d’autres, c’est même nostalgique. »

Ces paroles sonnaient comme une douce réalité, le mot nostalgie et l'insistance de la jeune femme lui prouvaient que son instinct ne s'était pas leurré, elle n'avait plus aucun doute, cette femme se souvenait de son ancienne vie, mais pouvait-elle lui faire confiance ? Ce n'est pas comme si elle l'avait déjà croisé dans la forêt enchantée, c'était une inconnue dont elle ne connaissait pas son histoire. Même si Mulan ne répondit pas à son sourire plus dû au trouble de ses paroles qu'à sa mauvaise habitude de garder un visage neutre, elle regarda la main tendue de la jeune femme.

« Je m’appelle Roselyn Winter. Ravie de faire votre connaissance. »

Hésitant quelques secondes, elle lui prit la main en évitant de serrer très fort, on lui avait souvent reproché sa poigne plus habituée à tenir une épée qu'une main. Son métier de Kiné lui avait appris à maîtriser sa force, car elle n'osait plus compter le nombre de mains saisit dans sa journée, une habitude qu'elle avait eu du mal à s'adapter.

- On me nomme Sun Yang !

Lâchant sa main, encore une fois, elle avait formulé sa phrase pour ne pas avoir à mentir, ici, on la nommait bien Sun Yang, même si ce n'était pas son véritable prénom. Le pouvoir des mots, un truc bien banal quand on aime plus manier l'épée. Machinalement, elle plaça une de ces mèches derrière son oreille, il y avait quelque chose dans le regard de Rosalyn d'assez captivant. Finalement, elle se retourna vers l'armure et demanda :

- Pourquoi vous intéresser vous à un certain style d'épée ? Vous pensez aller combattre le dragon ?

Mulan savait que pour tuer un dragon, il fallait une épée, la sienne aurait été simplement parfaite. Sauf qu'il n'était pas dans les plans de la guerrière de se débarrasser de dragon, cela serait la dévoiler et pour l'instant, il n'avait fait aucune victime, elle agirait en conséquence si cela changeait. Reportant son attention sur Rosalyn, elle l'observa de haut en bas pour exclamer :

- Il faut des années de pratique pour savoir bien s'en servir surtout contre un dragon, sans vouloir vous offenser, il vous faudrait trouver une autre arme ou quelqu'un qui sait la manier.

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Jeu 10 Avr - 4:02



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------


Son interlocutrice avait une façon bien spéciale de parler de la Chine, ou du moins, du royaume qui lui ressemblait autrefois. ''Empire'' était le mot utilisé et elle trouvait l’appellation un peu pompeuse, mais ne dit rien. En fait, elle ne se rappelait pas que quiconque appelait le pays avait la grande muraille de cette façon. L’ancienne reine hocha simplement de la tête lorsqu’on lui suggéra d’aller voir dans la section des chevaliers pour une épée qui faisait plus royale. Elle laissait déjà tomber l’idée de retrouver l’arme du Prince Charmant, car de toute façon, elle n’avait pas la moindre idée à quoi elle pouvait bien ressembler. Par contre, la demoiselle à ses côtés semblait en savoir long sur la vie de soldat. Le regard glacial d’Elsa se promena sur la silhouette musclée de la brune et elle sut qu’elle n’avait pas tort. Armure d’homme ou de femme peu importe, sa voisine avait la prestance nécessaire pour en porter une.

Le fait de découvrir qu’elle n’était pas la seule à posséder ses souvenirs, hormis les autres lèches-bottes de Regina, lui faisait réaliser peu à peu ce que cela signifiait. La malédiction avait-elle bien fonctionné ? Regina était-elle moins puissante qu’elle l’aurait cru ? Ou à l’inverse, la jeune femme à ses côtés cachait-elle des talents magiques qui l’avaient protégé ? Cela ne servait à rien de retourner la question dans tous les sens, il lui faudrait le demander directement pour ne pas perdre son temps avec des allusions douteuses. Après tout, il y avait beaucoup de mystères entourant la jolie brune, en partant de ses origines dont Roselyn ignorait tout jusqu’à la raison qui faisait qu’elle se rappelait de sa vie antérieur. Il valait mieux commencer par un simple prénom avant de lui faire passer un interrogatoire.

Elles échangèrent une poignée de main et l’enseignante essaya de garder son sourire quelques secondes de plus, mais elle finit par avoir l’impression d’être ridicule et repris son aire sévère. Roselyn ne se demandait même pas si elle pouvait faire confiance à la dénommée Sun. Elle n’avait pas besoin de sa confiance, seulement de quelques renseignements et peut-être de son aide. Jusqu’à présent, elle n’avait pas encore eut à mentir. Néanmoins, cela ne serait tarder. Son ancien nom avait une connotation d’épouvante qu’elle ne pouvait pas se permettre dans l’instant, voilà pourquoi elle avait donné uniquement son nom d’emprunt. Elle avait besoin de réfléchir à la meilleure approche pour s’assurer que Sun Yang ne devienne pas une menace pour les plans de sa patronne.  


- Pourquoi vous intéresser vous à un certain style d'épée ? Vous pensez aller combattre le dragon ?

Soit elle avait pensé à haute voix, soit elle ne se rappelait pas avoir dit à la brune qu’une épée était la meilleure façon de tuer le dragon. Le doute devint alors une certitude, elle parlait vraiment à quelqu’un qui avait encore ses souvenirs ! Roselyn reporta toute son attention sur son interlocutrice et hocha négativement de la tête en silence. Feignant de réfléchir, la blonde commença à jouer avec la longue tresse qui pendait sur son épaule. Elle enroulait ses doigts dans les mèches de ses cheveux et fini par desserrer les lèvres. Elle ne passa pas par quatre chemins cette fois.

« Non, je ne veux pas le combattre. Il y a une raison pourquoi il est ici avec nous et je ne sais pas encore laquelle. » D’autres visiteurs du musée passèrent près des jeunes femmes et Roselyn se mis à parler à voix basse. Il valait mieux ne pas trop prendre de risque vu comment les choses avaient tendance à lui retomber dessus ces derniers temps. « Je veux surtout éviter qu’il tombe entre de mauvaises mains. Qui sait ce qu’un être mal intentionné pourrait faire avec un dragon… » Soudain, elle sentit le regard scrutateur de Sun sur sa personne. Elle ne fut pas gênée, car la jeune femme avait raison de douter de ses capacités au combat. Sans magie, Elsa n'était rien d'autre qu'une pauvre reine en fuite au cœur gelé. Aussi loin qu'elle se souvienne, elle n'avait jamais tenu dans sa main une épée sauf pour adouber des chevaliers d'Arendelle. Sans réfléchir, elle répondit à la remarque de Sun concernant le fait de se trouver quelqu'un d'autre pour terrasser le monstre à écaille. « Le poste vous intéresse peut-être ? » Avec un sourire ou un petit rire, cela aurait pu passer pour une plaisanterie. Sauf que Roselyn ne riait jamais.

Il eut un petit silence, mais c’était normal que la réponse soit tardive. Elles venaient à peine de se rencontrer, c’était surement prématuré de lui demander de partir à l’aventure du jour au lendemain. Cela dit, ça valait le coup de planter cette idée dans la tête de la brune et d’attendre de voir le résultat. Pendant un bref instant, elles semblaient avoir oublié que le musée était un lieu public et que n’importe qui pouvait venir s’installer près d’elles pour écouter leur conversation. De toute façon, cela faisait déjà plusieurs minutes qu’elles étaient figées devant le même élément de l’exposition. Sans attendre de voir ce que lui dirait Sun, Roselyn se mis à marcher doucement vers la prochaine section et lança une invitation par-dessus son épaule.


« Marchons un peu ! Je crois que nous avons épuisé le sujet concernant cette armure. » Elle attendit que la demoiselle se retrouve à sa hauteur et continua de regarder devant elle tout en poursuivant son monologue. Sa voix ressemblait encore à un murmure, mais de cette façon, leur conversation aurait l’aire de quelque chose de banal aux yeux des autres visiteurs. « Disons que je pensais le protéger ou essayer de le cacher. Je vis à la lisière de la forêt et voir tous ces curieux qui se lancent dans les bois commence à m’inquiéter un peu. Il pourrait y avoir des blessés ! »

En vérité, elle n’en avait vraiment rien à faire pour les idiots qui couraient après l’animal de légende. Le soupçon de regret qui survivait dans son cœur prisonnier allait pour sa sœur qui risquait la colère de la méchante reine si elle ne faisait rien pour arranger la situation délicate avec le dragon. Le fait de penser à Kimly lui donna une idée, mais la reine des neiges était loin de se douter qu’elle était en train de confectionner un mensonge qui lui coûterait beaucoup plus qu’elle ne pouvait l’imaginer. Pour convaincre la guerrière, Roselyn choisit de jouer sur la corde sensible qu’elles avaient en commun, c’est-à-dire, leurs souvenirs. Comment faisait-on pour avoir l’aire triste déjà ? Une image d’elle plus jeune et enfermée dans la chambre de son palais lui revint en mémoire. La blonde arrêta de marcher et baissa la tête. Elle mit ses bras autour d’elle comme-ci soudainement elle avait froid. Ensuite, elle dit d’une voix brisée :

« Avant, on m’appelait Anna. »

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Sam 19 Avr - 14:45



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------



Il faut savoir observer pour découvrir qui se trouve face à soi, le moindre geste peut avoir une signification déterminante pour la suite des événements. La jeune femme s'était présentée sous le nom de Rosalyn Winter, un nom qui lui était, pour le moment, inconnu, elle avait la certitude de ne jamais l'avoir croisé dans leur autre vie, comment aurait-elle pu oublier ce visage, ainsi ce qui celui-ci dégageait. C'était comme se retrouvée face à soi-même, à la fois troublant et captivant.

Quand elle lui avait demandé, pourquoi elle l'interrogeait sur un type d'épée et surtout si elle pensait combattre le dragon, la réponse de Rosalyn la surprit et montrait une fois de plus qu'elle ne s'était pas trompée, elle se souvenait de la forêt enchantée et elle n'avait surement pas tort sur le fait qu'il y avait une raison pour la présence du dragon à Storybrooke. Sun ne s'était pas encore intéressée au dragon, hormis aux impacts opérer sur les habitants pour sa quête, elle se retrouvait du même avis qu'elle, tant qu'il ne faisait pas du mal autour de lui, cela ne servait à rien de la chasser, surtout que Mulan avait égaré son épée. Cela serait un combat perdu d'avance ! Alors que des personnes passèrent près d'elles, Rosalyn continua à parler à voix basse sur le potentiel danger que le dragon tombe entre de mauvaises mains, Mulan n'avait jamais entendu parler qu'on pouvait contrôler un dragon et d'après ce qu'elle savait, il n'y avait que Regina qui avait pu l'emmener sous cette forme dans cette ville.

Finalement, elle observa Rosalyn de haut en bas en remarquant qu'il n'y avait rien de guerrière en elle, qu'elle n'avait sans doute jamais apprise à se battre à l'épée. Alors, même si elle ne voulait pas combattre le dragon, pourquoi était-elle à la recherche d'une épée surtout que la plupart de la ville ne se souvenaient pas de leur vie antérieure. Mulan lui fit part de son avis et sa réponse fut immédiate :

« Le poste vous intéresse peut-être ? »

Elle put voir qu'elle était sérieuse, cette jeune femme lui proposait de l'aider, sans même trop savoir à qui elle avait à faire. C'est sûr qu'elle avait combattu toute sorte de créature, surtout celle qui terrorisait des villageois, pourquoi allait tuer un être vivant qui ne fait de mal à personne ? Voilà, pourquoi Mulan resta figée quelque temps sans dire un mot, elle n'acceptait jamais des missions à la légère, combien de rois l'avaient fait mander à cause de sa réputation et se retrouvaient surpris qu'elle soit femme ? Perdue dans ses pensées, elle mit quelques secondes à remarquer que Rosalyn s'était mise à marcher.

« Marchons un peu ! Je crois que nous avons épuisé le sujet concernant cette armure. »

Il y avait tellement à dire sur cette armure, l'histoire de sa vie, si Mulan l'avait voulu, elle aurait pu tout lui raconter prouvant que le sujet était loin d'être épuisé. Mais, elle ne le fit pas, Rosalyn était encore une inconnue entourée d'une voile de mystère, ce qui était étrange, c'est que Mulan voulait lui faire confiance, mais elle avait tellement souffert à cause de la trahison de Shan-Yu qui lui était difficile de s'ouvrir aux autres. C'était une façon de se protéger et de continuer ses missions sans avoir peur de faiblir à cause des failles de son coeur. Arrivée à la hauteur de la jeune femme, celle-ci continua à murmurer.

« Disons que je pensais le protéger ou essayer de le cacher. Je vis à la lisière de la forêt et voir tous ces curieux qui se lancent dans les bois commence à m’inquiéter un peu. Il pourrait y avoir des blessés ! »

La situation était étrange, il y avait une différence entre ne pas combattre un dragon et le protéger. Qu'est-ce qu'elle ne savait pas ? Et surtout comment protéger un dragon ? D'après ce qu'elle savait, il serait se débrouiller seul et n'aurait certainement pas besoin d'elle pour se défendre, un jet de feu et tout était réglé. Pourquoi cette créature tenait à coeur à Rosalyn ? Mulan se posait une et mille questions sans les dire à haute voix, préférant trier ses pensées en premier lieu, découvrir ce qui se cachait derrière ses yeux océan. Celle-ci s'arrêta, baissant la tête, Mulan l'observa et se demandait bien ce qui se passait, avant qu'elle lui dise son nom.

« Avant, on m’appelait Anna. »

Tout semblait irréel, comme un rêve persistant une fois éveillé. L'ancienne guerrière ne connaissait pas d'Anna et savoir son vrai nom ne l'avantagea pas réellement. Mais c'était le fait de lui avoir dit, d'avoir enfin prouvé qu'elle se souvenait de son ancienne vie et qu'elle lui faisait confiance pour lui dire. Intriguée par sa réaction qui semblait qu'Anna soit triste, elle ne remarqua pas qu'en fait, elle lui mentait, Mulan allait tomber dans son jeu, lui faire confiance pour que plus tard, une nouvelle brèche dans son coeur saigne par la trahison.

- Je suis Mulan !

Ces mots semblaient sortir de nuls parts, cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas prononcé son nom à voix haute. Ce nom bannit du royaume de l'empereur et connu dans la forêt enchantée. Mulan était le guerrier vagabond, celui dont on ne connaissait pas l'histoire et qui poursuivait les hors-la-loi et les plus vives créatures, il était l'arme de la justice, oui en fait très peu savaient que derrière cette légende se trouvait une femme, pourtant depuis que l'empereur l'avait éjecté de son royaume sous peine de mort, elle ne se cachait plus, elle était une femme et en était fière, plus besoin de se cacher sous les traits d'un homme, plus besoin d'avoir confiance vu qu'elle avait décidé de vaguer sur les routes, seules. Elle ignorait si Anna avait entendu parler d'elle, mais son coeur de vaillant soldat exclama :

- Je pourrais peut-être vous aider pour le dragon.

Pas un mot de plus, pas un mot de moins. C'était dit, elle pourrait l'aider, elle savait toujours se battre et possédait tout le savoir de son peuple et celui qu'elle avait acquis sur les routes. Gardant sa stature de guerrière sans émotion, elle finit par lui demander :

- De quel royaume êtes-vous originaire ?

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Lun 28 Avr - 20:13



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------


Avant, on m’appelait Anna… Cette phrase résonna en elle de la façon brutale qu’ont les mensonges de faire écho à d’horribles souvenirs. Elle avait essayé de reproduire la voix brisée de sa sœur, tremblante d’émotion et incertaine. C’était difficile quand on ne ressentait pas le véritable impacte que ces quelques mots pouvaient avoir. Malgré tout, c’était sorti presque tout seul. Comme si le malheur et la tristesse étaient devenus une habitude pour la blonde qui, elle-même, fut étonnée de voir à quel point elle ne pouvait plus rien sentir dans ses entrailles. Elle fit de son mieux pour avoir l’air crédible néanmoins. Ses bras se serraient autour d’elle et son regard fixait le sol. Les quelques mèches pâles qui encadraient son visage lui couvrirent les traits quelques instants, camouflant ses yeux totalement vides. Si la guerrière pouvait la prendre en pitié ou croire à son petit manège, cela pouvait se révéler très utile. Croire qu’on a trouvé quelqu’un de semblable à nous, avec les mêmes peurs et angoisses, dans le contexte de malédiction c'était pratiquement invraisemblable. Impossible même et, quelque part, ça l'était. Roselyn était condamnée à travailler pour la méchante reine pour épargner les siens, car sa famille représentait le peu de bien qui résidait encore dans son cœur. Sans eux, elle se savait complètement perdue.  

Les murs avaient des oreilles et c’est ce que redoutait l’ancienne reine des neiges. Sa petite scène de demoiselle en détresse ne dura donc pas très longtemps et lorsque la brune dit son véritable prénom, elle releva la tête avec un vague air de gratitude. Elle n’était pas la seule qui avouait ouvertement sa véritable identité, enfin, une identité autre que celle imposée par Regina.
« Mulan… » murmura-t-elle pensive. Ce nom lui disait quelque chose. Un murmure dans le vent, une légende sur les routes. Oui, c’était bien le nom d’un valeureux soldat qui triomphait des gredins et des monstres dans les autres royaumes. À un moment, Elsa avait même eut peur qu’on l’envoit à ses trousses pour l’éliminer, mais la sorcière ne s’attendait pas à être en présence d'une femme. Elle n’avait aucun problème avec cela, dans son histoire à elle, la gente féminine savait toujours se débrouiller sans un homme !

 « Votre réputation vous précède. » rajouta-t-elle au fur et à mesure que des brides de souvenirs lui revenaient.

Avoir une telle alliée dans son camp pouvait se révéler être très précieux, surtout avec cette histoire de dragon. Cependant, il y avait aussi beaucoup de distance à prendre pour ne pas être mise à jour. Voilà pourquoi Roselyn avait opté pour s’approprier l’existence de sa petite sœur. Elle connaissait la vie de la rouquine par cœur et ne pourrait pas se contredire sur les détails. Par contre, l’idée de devoir autant penser à Kimly lui faisait horreur. Cela lui rappelait à quel point elle était impuissante face à ses fiançailles avec Hans à Storybrooke. Elles avaient passé si près de la catastrophe la dernière fois ! Comme elle le redoutait, l’enseignante pensait trop, en oubliant presque le pourquoi de sa venue. Autre que l’activité pour ses élèves, elle devant se faire une ''amie''.


« Merci beaucoup ! »

La fausse tristesse disparue du visage fin de Roselyn, remplacée par un sourire minuscule. Intérieurement, la magicienne se demandait comment faisait Mary Margaret pour toujours sourire, elle devait avoir mal aux joues à force… Bref, elle ne s’attendait pas non plus à ce que Mulan accepte aussi vite sa proposition, mais elle en était ravie. Comme précisé plus tôt, sans magie, elle ne valait pas grand-chose même avec une épée en sa possession. Les mains dans le dos, la jeune femme se remise alors à marcher jusqu’à la prochaine exposition : l’Égypte Ancienne. Son regard de glace effleura les contours des statues en or, passa poliment sur les peintures et se questionna sur le sens qu’avait les hiéroglyphes aux murs. Un pays trop chaud pour que la reine des glaces veuille y mettre les pieds un jour vu qu’elle supportait mal la chaleur. La voix de la brune attira son attention à un moment. Ah oui c’est vrai, pour se faire des amis, il faut savoir faire la conversation…

« Je viens d’Arendelle. C’est encore plus au nord que le royaume du roi Fergus. » dit-elle doucement sur le ton de la confidence. Soudain, elle comprit ce que représentait la peinture devant elle. Ces petites inscriptions ne l’aidaient pas tellement, mais l’image au centre était nette. Il s’agissait d’un combat et cela lui donna une idée. « Vous pensez que vous pourrez m’apprendre à me servir d’une épée ? Je n’en ai jamais eut besoin avant puisque… Et bien puisque je suis une princesse. Enfin, j’étais une princesse. » Elle se mordit la lèvre inférieur, comme si elle avait commis une faute. Se dévoilait-elle trop ? Allez savoir pourquoi, mais l’éclat des yeux de Mulan ou son air guerrier lui donnait envie de se justifier. « Peut-être avez-vous un autre genre de plan en tête. Je ne veux pas tuer la bête alors les cours d’escrime ne sont pas la meilleure stratégie, mais si la situation dérapait, j’aimerais être capable de me défendre. »

© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Ven 6 Juin - 10:51



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------


Depuis des mois, sa fausse identité était devenue sa réalité, une situation très déroutante pour l'ancienne guerrière qui venait finalement de prononcer son véritable nom à haute voix. C'était comme se réveillé ou mieux revivre, Mulan, nom que son père avait choisi, celui qui l'avait suivi durant toute son enfance, elle s'était façonné telle une épée et il était rare qu'on change le nom d'une épée. La première fois, où elle avait dû emprunter une nouvelle identité, c'était pour rentrer dans l'armée à la place de son père, mais encore une fois, c'était Mushu qui lui avait soufflé, Ping. En étant Ping, elle avait appris à être un soldat, et cela, elle ne le regretterait jamais, mais Sun, Sun venait de la malédiction deRégina et c'était la grande différence, cela ne venait pas d'une personne aimée, il n'y avait donc aucune fierté à se nommer ainsi, surtout quand la signification était nulle autre que Soleil. En quoi Mulan était un soleil ? Si Mushu avait été près d'elle, il annoncerait qu'elle éclairerait les habitants de storybrooke en leur annonçant la vérité, tels les rayons de soleil. Très beau, mais surtout très faux, la sauveuse était Emma et l'ancienne guerrière n'avait jamais eu sa place à Storybrooke, c'était peut-être pour cela que la malédiction ne l'avait pas emmené avec les autres habitants de la forêt enchantée.

La jeune femme avait entendu parler d'elle. Une part d'elle se demandait laquelle de ses aventures lui était revenue aux oreilles, mais l'heure n'était pas la curiosité, enfin pas celle qui ne servait pas dans le cas actuel. Pour le moment, elles se devaient de parler du dragon et surtout voir si elles pouvaient se faire confiance. Il était rare que la kiné s'ouvre ainsi et pourtant face à la jeune femme, elle s'ouvrait telle une fleur devant la rosée du matin.

Le brin de tristesse disparu de visage d'Anna, Mulan ne pouvait pas se douter que ce n'était qu'un leurre. Qui pourrait s'amuser à fausser ses sentiments et être une autre personne ? Hormis sujet à la malédiction. Elles se remirent à marcher, arrivant dans le secteur de l'Égypte ancienne, exposition dont Mulan ne connaissait rien, elle ne pensait que ce genre de peuple existe dans le royaume de la forêt enchantée. Finalement, l'ancienne guerrière lui demanda d'où elle venait.

« Je viens d’Arendelle. C’est encore plus au nord que le royaume du roi Fergus. »

Elle avait entendu parler de ce royaume de glace, mais n'avait jamais eu l'occasion d'y mettre les pieds. Voilà pourquoi elle n'avait jamais croisé la jeune femme dans son autre vie. Elle remarqua que la blondinette observait une oeuvre et fit de même, l'art égyptien lui semblait tellement lointain qu'elle n'arrivait pas à s'y intéresser.

« Vous pensez que vous pourrez m’apprendre à me servir d’une épée ? Je n’en ai jamais eut besoin avant puisque… Et bien puisque je suis une princesse. Enfin, j’étais une princesse. »

Sa première pensée fut de lui dire qu'être Princesse n'expliquait en rien qu'elle ne se soit jamais servi d'une épée, la preuve Mérida, mais elle garda cela pour elle, car après tout, elle ne connaissait pas les coutumes d'Arendelle et d'une certaine façon, auprès de Rosalyn, elle s'imaginait déjà avoir une mission à accomplir, tout ce qui lui avait manqué à Storybrooke.

« Peut-être avez-vous un autre genre de plan en tête. Je ne veux pas tuer la bête alors les cours d’escrime ne sont pas la meilleure stratégie, mais si la situation dérapait, j’aimerais être capable de me défendre. »

Mulan comprenait tout à fait son point de vue, il était important pour chaque être humain de savoir se défendre, alors tout en continuant à avancer, s'éloignant ainsi de la section égyptienne pour rentrer dans celle du Moyen Âge en Europe, il s'arrêta devant une nouvelle armure bien différente de la sienne, un ton unique gris, dès le premier regard, elle se doutait qu'il était difficile de se déplacer avec ce genre d'accessoire. Puis voyant, des épées de toutes sortes, placé derrière elle, elle répondit à la demande de la princesse.

- Je peux vous apprendre à vous battre, mais avant d'apprendre à vous servir d'une épée, vous devez prendre des muscles et être aussi agile qu'un chat. Il faudrait que je trouve deux épées en bois.

Mulan n'était pas certaine d'être une grande pédagogue, il lui était arrivé d'enseigner quelques bottes secrètes, mais très rarement tous les rudiments des combats. Toute façon, il fallait se montrer bien courageux pour lui demander ce genre de service. Son air distant et sa conviction de la justice sans failles ne lui apportaient pas que des amis. Pointer ses yeux noirs dans ceux de Rosalyn, elle imaginait déjà ce que pouvait donner l'entrainement et fut surpris par certaine de ses pensées. Se ressaisissant, elle ajouta :

- Après, quand vous connaîtrez quelque enchaînement, on pourra pister le dragon et voir si on peut le protéger ou non. Bien sûr, il faudrait de vraies épées et je suis toujours à la recherche de la mienne.

Retrouver son épée, celle qui était la continuité de son bras, celle qui repoussait la magie et avait accompagné Mulan depuis son bannissement, une part d'elle appartient à cet acier et elle se devait de la retrouver pour redevenir complète. Oui, c'était sa manière de voir son existence, une qui ne tient qu'à travers une épée, puis bien sûr un esprit de la forêt qui lui manquait terriblement. Poussant un soupir las, pour une fois, on pouvait lire un sentiment sur son visage, une grande fatigue intérieure d'avoir tant perdu.

- Je l'ai égarée en arrivant ici et elle ne se trouve pas près de mon armure, n'importe épée pourrait faire l'affaire, mais je tiens à celle qui m'a toujours accompagné. Si je vous aide à apprendre à vous battre, m'aiderez-vous à retrouver mon épée ?


© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Lun 16 Juin - 17:28



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------


Elle ne saurait dire si cet échange avec Mulan était agréable, les plaisirs de la compagnie des autres n’étaient qu’un lointain souvenir, mais au moins, il était presque naturel. Malgré les mensonges, Elsa n’avait pas peur de parler. Elle n’avait pas l’impression qu’on lui reprocherait son manque d’humour ou de réaction, non elle avait le droit d’agir comme la jeune femme désillusionnée par la vie qu’elle était vraiment. En bref, Mulan et la princesse se comprenaient sans nécessité les artifices de la plaisanterie ou de la politesse. Au fond, se faire une amie ou une alliée ne lui semblait plus une tâche si ardue, préférant de loin ne pas songer à ce qui se passerait une fois que la guerrière ne serait plus utile pour ses plans ou ceux de Regina. Non, quand on n’arrive pas à ressentir l’angoisse de demain, on se contente de jouer sur le moment présent pour ne pas commettre l’erreur de prendre celui-ci pour acquis. S’il y avait bien une chose que Roselyn savait, c’est que les gens et le destin pouvaient se montrer très imprévisibles… Fut-il qu’Hans brandisse une épée au-dessus de sa tête pour qu’elle le comprenne.  

Parlant d’apprendre à se battre, la reine des neiges n’était pas du genre à dire que les femmes ne devraient pas être armées, c’est surtout qu’elle n’avait jamais vraiment été sans défense à cause de sa magie. Un peu comme Regina sans ses pouvoirs, que lui restait-il pour se défendre ? Bon d’accord, elle avait de puissants alliés comme elle ou Gabriella... La blonde avait donc fait l’erreur de toujours se reposer sur ses pouvoirs et, dans les dernières années de sa vie dans l’autre monde, elle les avait  même utilisé pour faire le mal. Si Emma parvenait à briser la malédiction, surement finirait-elle au bout d’une potence avec la méchante reine… La voix de Mulan la sortit enfin de ses pensées et ses mains cessèrent de s’agiter autour de sa longue tresse. L’exposition de l’Égypte Ancienne n’intéressait ni l’une, ni l’autre, le dragon était un sujet bien plus prenant ! Les deux demoiselles se retrouvèrent alors entourées des artefacts du Moyen Âge, période bénie qui rappelait un peu leur chez elles. Enfin, l’époque n’avait pas été aussi magique que dans leur réalité, mais les armures et les armes se ressemblaient.


« D’accord, j’essayerais de me mettre au sport… » dit-elle à contrecœur. Ce n’était pas une excellente nouvelle pour une personne comme elle qui détestait avoir chaud, mais toute relation ne se fait pas sans sacrifice et quelques gouttes de sueur est surement un prix plus raisonnable qu’un cœur gelé pour protéger sa famille. « Je ferais ce qu’il faut. Pour les épées en bois, je peux toujours essayer de trouver quelqu’un pour nous en fabriquer. Je n’aurais qu’à dire que c’est pour l’anniversaire d’un neveu imaginaire. »

Roselyn s’enfonçait de plus en plus dans sa toile de mensonges, mais si elle voulait garder une tête sur ses épaules, elle était prête à embobiner quelques personnes dans le processus. Une certaine lassitude se fit voir sur le visage de son interlocutrice, la blonde pencha la tête de côté avec une marque d’interrogation sur le visage. Mulan était-elle fatiguée ? Avait-elle trop marché ou pas assez dormi ? Cela pris quelques secondes de décalage à la reine des glaces pour comprendre que c’était une émotion qui était rattachée aux souvenirs de l’arme perdue.

« Vous voulez peut-être vous asseoir ? » demanda-t-elle simplement. Puis, elle comprit son erreur et se pencha pour ouvrir son sac à main à la recherche d’un crayon et d’un bout de papier qu’elle tendit à la brune. « À quoi ressemble-t-elle votre épée ? » Alors que la jeune femme lui décrivait ou dessinait l’épée en question, la magicienne attrapa un autre bout de papier. – Oui quand on est professeur, on a toujours une tonne de notes de papier et de stylo sur nous! – et y inscrivit son numéro de téléphone ainsi que l’adresse de sa maison à la lisière de la forêt. Le tout était signé ''Anna'', ensuite, elle tendit les informations à la soldate. Pour donner un petit côté officiel à leur échange de service, l’enseignante s’avança pour une poignée de main avec un dernier faux sourire sur les lèvres.

« Très bien. Je vous donne un coup de main avec votre épée et vous m’aidez avec le reptile géant. »

Cette phrase était décidément plus facile à dire qu’à faire, mais avec un peu de chance, elle tomberait soit sur l’épée de Mulan ou celle du Prince Charmant durant ses recherches. Normalement, du moins de ce qu’elle avait pu remarquer, les objets de grandes valeurs se retrouvent plus souvent chez Monsieur Gold qu’au musée. D’ailleurs, elle devrait surement y faire un tour pour voir si ce filou avait gardé quelques choses d’Arendelle…  Tels que les moreaux du miroir qu’avait utilisé Regina pour lui congeler le cœur. Si elle parvenait à le rassembler peut-être que…. Peut-être que rien en fait. Mais personne ne pourrait l’utiliser contre elle à nouveau ! Elle sentit le contact des doigts de Mulan dans sa main et ce fut plus doux qu’elle l’aurait cru pour une poigne de soldat. Un contact chaud et franc qui la troubla l’espace d’une fraction de seconde. Que venait-il de se passer ?


© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   Mer 25 Juin - 18:47



On ne bâtit pas la confiance sur des secrets
feat Rosalyn & Sun

« Comme le dit Hamlet à sa mère : Dieu vous a donner un visage, et vous vous en faites un autre . La guerre que se livre ses deux facettes de notre identité, qui nous sommes et qui nous prétendons être, ne peut pas avoir de vainqueur. »
-----------------------



Il y a bien longtemps une divinatrice avait mis en garde Mulan, elle se ferait trahir par deux fois, Shan-Yu fut le premier, la deuxième trahison n'avait pas encore eu lieu et Mulan finit par oublier que cela devrait arriver un jour, tellement d'année était passé qu'une trahison semblait dérisoire, puis de toute façon, la guerrière avait formé une barrière protectrice autour de son coeur. Contrairement à Elsa, ce n'était pas une malédiction, mais bien sa décision de ne plus vouloir ressentir de sentiments qui pourraient la détruire. Deux femmes, deux histoires et pourtant le même mal coulent dans leurs veines. Sun avait l'impression de se voir dans un miroir, à tel point que l'illusion, lui fit avoir confiance en Rosalyn, fait surprenant vu qu'il était rare qu'elle s'ouvre ainsi, surtout avec une inconnue. Souvenir ou non....

Le pire de tout, c'est qu'elle n'arrivait même pas à s'apercevoir que la jeune femme mentait sur son identité, elle qui avait appris à décrypter les nuances des visages, pour le coup ce don lui faisait défaut. Comme-si les yeux troublants de Rosalyn avaient faussé son radar pour repérer les personnes malhonnêtes. Elle accepta de l'aider à trouver le dragon et de lui apprendre à se battre avec une épée, mais il allait falloir que l'ancienne princesse fasse beaucoup de sport pour supporter le poids d'une lame, certes pour les plus fines, il n'y aurait eu aucun souci, mais c'était une épée pour se battre contre un dragon et celle-ci était moins facile à manier, elle le savait vu que la sienne correspondait à cette catégorie. Elle vit bien à sa mine que l'idée de faire du sport ne lui plaisait guère, mais elle allait faire un effort. À cet instant, Mulan se demanda à quel genre de princesse elle avait à faire ? Au fond, elle espérait que ce n'était pas une de ses potiches, incapable de penser à d'autres choses que sa garde de robe, puis finalement en observant Anna, elle sut que ce n'était pas le cas. Il y avait une petite lueur étrange en elle, ou alors était-ce l'esprit de Mulan qui essayait de lui faire passer un message ? Près d'elle, elle ressentait de drôle de sensation, qu'elle avait déjà connue il y a bien longtemps et avait oublié ce que c'était, avant ce jour.

Tout en se ressaisissant, elle continua à parler de leurs futurs projets. Elles se trouvaient à présent dans le secteur Moyen Âge, une exposition qui lui rappelait la forêt enchantée et plus spécifiquement Camelot. Le Roi Arthur l'avait un jour invité à rejoindre ses chevaliers tant réputés, il ignorait qu'elle était femme et pourtant en le comprenant il voulut tout de même qu'elle devienne un chevalier de la table ronde. Faire partie du groupe n'avait jamais été dans ses plans, elle avait refusé l'offre, mais aidait à l'occasion le roi dans ces quêtes. Bien sûr, ce ne sont pas ses pensées, qui lui firent ressentir une grande fatigue intérieure, mais bien le fait d'avoir égaré son épée.

« Vous voulez peut-être vous asseoir ? »

Elle fut surprise de remarquer que Rosalyn avait perçu son trouble et alors qu'elle jugeait qu'il ne fallait jamais montrer ses faiblesses, elle ne fut pas brusquée que la jeune femme l'ait compris. D'ailleurs, celle-ci ouvrit son sac pour lui tendre un papier et un crayon.

« À quoi ressemble-t-elle votre épée ? »

Pour le coup, Mulan ne sut pas quoi faire. Oui, elle lui avait demandé de l'aide pour retrouver son épée, mais si la jeune femme devenait le pouvoir que refermait son arme, qu'est-ce qui se passerait ? La kiné tenait réellement à sa lame et n'était pas prête à vouloir la partager. Hésitant quelques secondes, elle essaya tant bien que mal de dessiner son épée les moindres petits détails importants pour la reconnaître. Pendant ce temps, Rosalyn écrivait aussi sur une feuille, qu'elle finit par tendre à Mulan, l'ouvrant, elle remarqua l'adresse de la jeune femme et le plus important son véritable nom "Anna'". Rien que de savoir sa véritable identité apportait beaucoup à l'ancienne guerrière. Rosalyn s'approcha d'elle pour une poignée de main, un geste que la kiné avait eu beaucoup de mal à se faire au travail, maintenant c'était devenu un coup d'habitude, même si pour elle, le petit abaissement de tête qu'on voit aussi dans la culture chinoise, reste son meilleur moyen de prouver son respect ou alors qu'elle soit d'accord. D'ailleurs machinalement en lui serrant la main, elle fit le geste de tête.

« Très bien. Je vous donne un coup de main avec votre épée et vous m’aidez avec le reptile géant. »

Leurs mains liées donnèrent l'impression de se fusionner à la perfection, Mulan aimait le contact de sa paume et se maudissait déjà pour cela. Ce n'était pas le moment de craquer pour une personne, sans doute un effet secondaire d'avoir retrouvé une personne qui se souvenait de la forêt enchantée et rien de plus. Légèrement déboussoler par ce qu'elle ressentait, elle ajouta d'une voix bien frêle.

- Heu...Je peux venir vous entraîner dès mercredi soir.

Cela faisait si longtemps qu'elle ne s'était pas sentie si bête face à une personne, retirant enfin sa main, elle lui donna le croquis de son épée et ne sachant plus quoi dire, elle décida de pointer son regard vers l'armure et comme sauver par le destin, son bipeur se mit en route. Le prenant dans sa main, c'était une urgence médicale.

- L'hôpital, je dois y aller... Vérifiant qu'elle avait bien toutes ses affaires, elle fit un sourire vite fait à la jeune femme. Mercredi, en tenue confortable. Bonne journée !

Puis elle fila comme la flèche, elle avait plus qu'intérêt à faire le tri dans ses pensées avant mercredi. C'était hors de question de paraître si humaine, loin du guerrier fait de roc.


© MISE EN PAGE PAR YOUNG.HEART.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn   
Revenir en haut Aller en bas
 

On ne bâtit pas la confiance sur des secrets Feat Rosalyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Deuzième étape [Hitsaki et Tamina]
» Militaires 3/3
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» What about playing chess?
» Le secret de Térabithia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-