★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Mar 28 Jan - 22:18


Daniel & Carrie

Daniel Lynch avait survécu à cette petite séance de shopping auquel il s'était retrouvé obligé de participer. Pourtant le calvaire était loin d'être fini puisqu'il avait promis à sa secrétaire de lui offrir un verre. Le psychiatre aurait aimé revenir sur sa parole, surtout au moment où la vendeuse avait annoncé fièrement le prix des achats. Le silence était la seule réponse qui lui était venu à l'esprit tandis qu'il essayait d'estimer s'il s'agissait là d'une blague, une vengeance fourbe ou quelque chose dans le genre. Mais non, il s'agissait là du véritable prix. Pire encore, Jeliza avait précisé que les chaussures étaient offertes.

Daniel sentait bien que des remerciements étaient d'usage devant un tel geste commercial, toutefois, il était trop occupé à taire le commentaire 'encore heureux' de franchir ses lèvres pour emmètre se genre de parole courtoise. Le psychiatre avait prévu un peu de liquide sur lui mais pas une somme aussi astronomique. Toujours à la place d'un éventuel merci, il préféra demander si le magasin acceptait les cartes de crédits. Pendant quelques horribles et interminables secondes, le psychiatre avait craint d'avoir subit la torture des essayages pour rien, de devoir repartir les mains vides après tout se temps perdus. Une inquiétude infondée, heureusement.

Etrangement, alors que c'était lui qui avait payé, la propriétaire de la boutique tandis les sacs à Carrie. N'était-ce pas à l'homme de porter les paquets ? Ou bien était-ce encore une réflexion venu d'un 'autre temps' comme sa future cavalière l'avait souligné quant il avait involontairement parlé de corset tout à l'heure ? Bah, il n'en était pas à une excentricité de la part de la vendeuse. Après avoir échangé des 'au revoir' d'usage avec la vendeuse, Daniel pu enfin sortir de la boutique.

De retour dans la rue, il ne put refreiner un soupir, comme s'il avait été en apnée durant toute sa présence dans le magasin. Pour la première fois depuis qu'il était venu chercher Carrie à son appartement, il regretta de ne pas avoir prit sa voiture, se privant ainsi de la possibilité de ranger les achats dans le coffre. Chassant ce petit ennui de l'esprit, il préféra se concentrer sur un problème bien plus important.

"J'ai choisi le magasin, à vous de voir dans quel endroit vous voulez boire un verre." Commenta-t-il en prêtant enfin attention à sa secrétaire.

Daniel savait bien qu'il avait aussi promit d'éventuellement payer un repas selon le temps que prendrait le shopping mais son portefeuille venant d'être délesté sans pitié de trois cent dollars, le docteur Lynch espérait sincèrement que Carrie avait oublié (ou ferait semblant de l'avoir fait) cette partie de leur accord. Alors que lui-même réfléchissait à une liste des possibilités, un nom s'imposa très vite pour figurer sur une éventuelle liste noire.

"Tout sauf au Granny." Prévint-il sur un ton qui laissait clairement voir qu'il n'avait pas envi d'y aller.

Hélas, le docteur Lynch ne savait que trop bien que ce genre de mise en garde était interpréter comme une invitation pour le raisonnement si spécial de Carrie.

"Et par 'tout sauf au Granny', je ne veux pas parler d'une mise en garde qui vous donnera une envie aussi soudaine que compulsive d'y aller tout de suite. Je veux dire que si nous allons ensemble là-bas, vous serez la première à regretter cette décision." Précisa-t-il sèchement.

Sauf si par miracle Rebecca Doll n'était pas de service aujourd'hui. A ce moment là, ils auraient une petite chance d'échapper à une avalanche de questions toutes plus embarrassantes les unes que les autres comme seule l'ancienne poupée de son pouvait le faire. A l'hôpital, le psychiatre pouvait ignorer à loisir mademoiselle Doll en prétextant avoir du travail. Mais pourrait-il usé de ce genre de ruse sur le terrain de prédilection de Rebecca ? Et surtout, est-ce que çà valait vraiment le coup de prendre un tel risque ? Daniel pensait que non. Cependant, hélas, la décision finale ne lui revenait pas puisque le choix revenait à Carrie. Le docteur Lynch se tenait pourtant prêt à défendre cet avis si cela s'avérait nécessaire.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Dim 2 Fév - 23:31


Daniel & Carrie

Ca y était. Après des heures d’essayages (du moins, un temps qui lui semblait avoir duré plusieurs heures), elle allait être libre, libérée de cette atroce boutique de vêtements. Tandis qu’ils se trouvaient à la caisse, elle ne pouvait s’empêcher de trépigner d’impatience. Mais elle n’était pas suffisamment distraite pour ne pas entendre ce qu’il se passait, et surtout le prix des achats que la vendeuse annonça. En l’entendant, elle fut plus que soulagée de ne pas devoir payer ses vêtements, sinon elle aurait définitivement dû négocier une rallonge avec Lynch. Si elle faisait tout ça après tout, c’était pour l’argent et non pour pouvoir se payer une robe et des chaussures qu’elle ne remettrait très certainement jamais.

Des chaussures que Jeliza lui offrit gracieusement. Elle devait vraiment l’avoir à la bonne, à la plus grande surprise de la jeune femme. Il était rare qu’elle fasse une première bonne impression, quoique en comparaison de son futur cavalier elle devait passer pour absolument charmante. Tant mieux, autant en profiter dans ce cas là ! Elle regrettait simplement de s’être fiée au prix pour choisir ses chaussures. Tant pis, de toute façon même si elle avait choisi une autre paire, elle ne l’aurait très probablement portée qu’une seule fois.

Quoi qu’il en soit, dès que la blonde lui tendit les paquets, elle les attrapa et sortit de cet endroit si vite qu’on aurait dit qu’elle était poursuivie. Prit-elle même le temps de dire au revoir ? Elle aurait été bien incapable de le dire tant elle ne pensait qu’à une chose : le verre qui allait lui permettre de se remettre de ses émotions. En tout cas, elle n’entrerait plus de sitôt dans une boutique de vêtements, elle était même vaccinée pour l’année entière, voire davantage ! Elle osait seulement espérer que le psychiatre n’avait pas oublié sa promesse, ou pire, n’avait pas l’intention de revenir dessus. Mais il faut croire qu’elle devait avoir une bien mauvaise opinion de lui puisqu’elle n’eut même pas besoin de le lui rappeler, il aborda le sujet de lui même, lui proposant même de choisir l’endroit. Mais avant même qu’elle ait pu commencer à réfléchir, il lui signala qu’il refusait d’aller au Granny’s. Elle n’avait pas pensé à cet endroit, mais elle en profita immédiatement pour le taquiner un peu.

« Vraiment ? Vous êtes sûr ? Pourtant c’est un endroit sympa, j’y serais bien allée. Dommage ! » ajouta-elle en affichant un air déçu.

Elle aimait bien l’ennuyer un peu. Et puis, maintenant qu’ils étaient sortis de cette boutique et qu’elle se trouvait de nouveau dans ses vêtements que la vendeuse avait jugés si négligés, elle se sentait beaucoup mieux. Elle avait sa tenue, elle allait être payée, et en plus elle allait avoir droit à un verre. Quelque chose de fort, de préférence. Mais assez de torture. Elle savait parfaitement où elle avait envie d’aller. Pourquoi pas son bar habituel, après tout ?

« On a qu’à aller au Rabbit Hole. J’y vais souvent et le barman m’offre toujours à boire depuis que... » Depuis qu’elle l’avait plus ou moins ramené chez elle un soir. Mais ça, il n’avait pas besoin de le savoir. « Enfin bref. Ca vous va ? »

C’était loin de son style habituel. On ne pouvait pas dire que ce soit l’endroit le mieux fréquenté de Storybrooke, mais après tout, il lui avait demandé de choisir. Pour une fois, elle y serait sans Lacey, voilà qui était un peu étrange. Ceci dit, il lui tardait de voir le Dr Lynch dans ce genre d’environnement. Elle se demanda si elle pourrait le persuader de boire un petit quelque chose. Elle pourrait toujours tenter l’expérience. L’idée de le voir avec quelques verres dans le nez était pour le moins séduisante.

« Au fait... Pourquoi tenez-vous tant à ne pas aller au Granny’s ? » demanda-t-elle avec un petit sourire malicieux.

C’était assez curieux cette histoire. Elle se demandait bien ce qui le poussait à refuser d’y aller. Avait-il eu un désaccord avec la propriétaire des lieux ? Etant donné leurs caractères respectifs, ce n’était pas impossible. Mais elle voulait connaître la véritable explication, à supposer qu’il accepte de la lui donner. En attendant, elle se dirigeait avec lui vers le bar, impatiente de se trouver devant ce verre qu’elle jugeait amplement mérité.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Ven 7 Fév - 21:45


Daniel & Carrie

Si Carrie croyait que le problème du règlement des achats était réglé, elle se berçait d'illusion. Daniel avait 'officiellement' payé la note mais comptait bien retirer la robe des frais qu'il devait encore à la secrétaire. D'une manière ou d'une autre. Mais il ne se montrerait pas injuste, cela attendra qu'il ait fait le tri entre les achats de Carrie et les siens.

Pour l'instant, il savourait le fait d'avoir fini la première étape des corvées qui l'attendait encore. Une émotion qui devait être partagé s'il en jugeait par la rapidité qu'avait eue son employée à sortir de la boutique. Lui au moins, avait eu la politesse de prendre le temps de dire au revoir à la vendeuse avant de partir. Il fallait croire que la politesse appartenait à la catégorie 'vieux jeu' dont on prétendait qu'il fasse parti. Quoi qu'il en soit, il ne lui restait plus qu'à survivre au fameux verre offert qu'il avait eu le malheur de faire miroité comme récompense pour que sa future cavalière supporte cette séance de shopping et il pourra passer le reste de la journée à retranscrire ses notes. Au calme.

Le psychiatre estimait ne pas prendre de trop gros risque en proposant à Carrie de choisir l'endroit. Un verre restait inoffensif, non ? Et puis la vision très nette d'une certaine serveuse les bombardant de questions à la fois trop curieuses et personnelles s'imposa dans son esprit. A la suite de çà, Daniel s'empressa de préciser que le Granny était retiré de la liste des lieux potentiels.

Évidement, dire à quelqu'un comme Carrie Jones de ne pas faire quelque chose équivalait à lui proposer d'insister de le faire.

"Ce n'est pas vraiment le lieu qui me pose problème." Commenta-t-il entre ses dents avant de répliquer avec un argument massue : s'ils y allaient ensemble, miss Jones serait la première à le regretter.

Daniel fronça légèrement les sourcils devant le nom de Rabbit Hole qui ne lui disait rien. Enfin, il était logique qu'il ne connaisse pas ce bar puisque ces sorties se limitaient à de l'utilitaire et qu'il n'accordait aucune importance aux loisirs. Le fait que Carrie déclare y aller souvent n'était pas un bon signe mais il ne pouvait plus faire marche arrière. Serais-ce une tentative de vengeance après les essayages forcés ou bien sa future cavalière cherchait simplement un endroit familier après la torture de la robe ?

"Depuis que... quoi ?" Répéta-t-il, intrigué, lorsque Carrie commença à expliquer que le barman de l'endroit proposé lui offrait des verres pour une obscure raison. Il se ravisa bien vite quand il en arriva à la conclusion que cette histoire avait peu de chance de l'intéresser. "Hum... finalement, je n'ai aucune envie de le savoir. Pour le lieu, çà me va. De toute façon, je n'ai pas mon mot à dire puisque c'est à vous de choisir."

Il fit un geste d'invitation à son employée pour qu'elle ouvre la marche. Il avait espérait que le parcours jusqu'au bar se ferait dans le silence mais très vite ce dernier fut brisé par une Carrie Jones qui revint à la charge au sujet du Granny's.

"Avec un peu de chance, vous le découvrirez au mariage." Répondit-il de manière volontairement énigmatique.

Le psychiatre n'était pas certain que le mot 'chance' était le plus adapté à la situation. Devait-il espérer que Rebecca Doll renonce à venir au mariage ? Peu probable étant donné l'accord qu'il avait passé avec la serveuse du Granny. Décidément, cet événement devenait de plus en plus compliqué.

Il entendit que leur destination était proche bien avant d'apercevoir le bar en question. Était-ce possible qu'un bruit pareil provienne d'un simple Jukebox ? Allaient-ils vraiment rentrer là-dedans ? Le regard du psychiatre détailla le soi-disant logo des lieux, un dessin de lapin grossièrement dans un rond blanc entouré de rouge. Le nom du bar était noté en toute lettre, pourtant le docteur Lynch eut besoin d'en avoir la confirmation.

"C'est çà, le Rabbit Hole ?"

Sans doute était-il un peu trop sévère dans son ton. La décoration, du moins l'extérieur du bâtiment, était correct d'après se qu'il pouvait en voir. C'était plutôt le vacarme qui en émanait qui n'augurait rien de bon. Allait-il regretter de ne pas avoir choisi le Granny ? En tout cas, il espérait que Carrie n'avait pas l'idée de lui faire boire de l'alcool car c'était hors-de question !

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Sam 15 Fév - 18:18


Daniel & Carrie

Quelque part, elle se doutait qu’elle ne s’en sortirait pas si facilement avec le prix des achats. Il avait cédé bien trop vite pour que ce ne soit pas suspect. Mais pour le moment, ce n’était pas sa principale préoccupation. Elle était seulement soulagée d’en avoir terminé avec ces maudits achats et cette stupide boutique qui portait décidément un nom vraiment ridicule.

A présent, la meilleure partie s’annonçait, à savoir un verre d’alcool. Ou plusieurs verres dans son cas, mais ça elle n’était pas obligée de le lui dire tout de suite, persuadée qu’il désapprouverait. De toute façon, il n’aurait pas vraiment le choix et après ce qu’il venait de lui infliger, il lui devait bien ça. Elle ne parvenait toujours pas à savoir si aller à ce mariage en sa compagnie valait le coup, même pour un salaire. Mais bon, de toute façon, le mal était fait. Elle avait sa robe, ses chaussures, alors autant aller jusqu’au bout, n’est-ce pas ? Reculer n’était pas son genre, surtout lorsqu’il y avait un salaire à la clef. C’aurait été de plus idiot de renoncer maintenant après avoir enduré ces essayages absolument cauchemardesques, n’est-ce pas ?

Elle était surprise qu’il lui propose de choisir l’endroit, mais ne put s’empêcher de le taquiner lorsqu’il exclut formellement le Granny’s. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi. Ce n’était pas son endroit préféré, mais c’était plutôt sympathique et la nourriture était bonne. Mais ils n’allaient sans doute pas manger, alors peu importait. Quoique la réponse qu’il lui fit l’intrigua réellement.

« Pas le lieu ? C’est quoi alors ? » demanda-t-elle, curieuse.

Avec lui, s’il y avait une chose de sûre, c’est qu’elle ne pouvait jamais être certaine de la manière dont il répondrait, ou ne répondrait pas à ses questions. Quelque part, c’était plutôt amusant, distrayant, même si elle aurait amplement préféré des réponses claires et précises.

En tout cas, puisqu’il n’avait pas voulu donner de préférence et la laisser décider, tant pis pour lui, ils iraient au Rabbit Hole, soit le bar préféré de Carrie et Lacey. Elle songea avec une certaine nostalgie que cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas vu cette dernière, mais quelque part, peut-être valait-il mieux qu’elle ne la croise pas. Une intuition lui soufflait que ça ne collerait peut-être pas entre elle et Lynch, et puis elle se voyait mal lui expliquer ce qu’elle faisait là avec son patron. Pas plus qu’elle n’avait envie d’expliquer ses relations avec le barman. Elle allait lui répondre que ça ne le regardait pas quand il sembla renoncer, ce qui la soulagea un peu.

Lorsqu’elle lui posa une question supplémentaire au sujet du Granny’s, il prétendit qu’elle en saurait peut-être plus lors du mariage. Elle en doutait, mais soit. De toute façon, ce n’était pas si important que ça. Ils arrivèrent devant son bar favori, c’est vrai, ne payait pas de mine, surtout à côté du restaurant propret où travaillait Ruby. La tête qu’il faisait valait tout ce qu’elle avait pu voir au moment des essayages.

« Ne faites pas cette tête là, on croirait que vous êtes sur le point d’avoir une crise cardiaque. » lui fit-elle remarquer sur un ton taquin.

Sans attendre davantage, elle poussa la porte du bar, dont l’extérieur était définitivement très représentatif de l’intérieur. Connaisseuse des lieux, elle se dirigea directement vers le comptoir, souriant d’un air entendu au barman, un trentenaire mal coiffé et encore plus débraillé qu’elle.

« Carrie Jones ! Ca faisait longtemps. » L’accueillit-il d’un air enjoué. Ce à quoi elle répondit par un haussement d’épaule. « Oh tu sais, le travail... » Elle imaginait fort bien Lynch lever les yeux au ciel d’un air excédé à cette réponse. C’est vrai, on ne pouvait pas dire qu’elle s’épuisait à la tâche. Quoique ce n’était pas tout à fait faux : cette séance shopping faisait partie d’un travail qu’on lui avait confié. Et maintenant était le moment où elle allait se détendre. Lorsqu’il leur demanda ce qu’ils souhaitaient boire, elle répondit sans détour.

« Un vodka pomme pour moi. » Puis, se tournant vers le psychiatre. « Qu’est-ce que vous prenez ? »

Elle sentait bien que ce n’était pas le genre d’endroit qu’il avait l’habitude de fréquenter. Par chance pour lui il était encore tôt et il y avait relativement peu de monde, ils n’auraient sans doute aucun mal à trouver une table libre dans un coin tranquille. Et elle aurait menti si elle avait prétendu qu’il n’était pas amusant de le voir hors de son milieu naturel.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Sam 15 Fév - 22:22


Daniel & Carrie

Le Rabbit Hole. Avec un nom pareil, il aurait sans doute s'attendre à se qu'il avait devant les yeux. Imaginer un bar à thé ou quelque chose ayant même un vague rapport au conte d'Alice auquel le titre aurait pu faire référence ne collait pas vraiment à l'idée qu'il se faisait des endroits fréquentés par sa secrétaire. Et pourtant, il avait espéré... et s'en mordait à présent les doigts. Le psychiatre essayait de se persuader que cela ne pouvait pas être pire que la séance d'essayage forcé qu'il venait de subir. Quoi que, au moins, dans ce dernier cas, le supplice avait été partagé.

Daniel avait la désagréable impression de rentrer en territoire ennemi où Carrie avait ses repères, contrairement à lui. Et il détestait cette sensation par avance, même s'il essayait de ne pas le montrer.

Ensuite, il y avait cette histoire de verres gratuits. Sur le moment, le docteur Lynch n'avait pas jugé bon d'en savoir plus et, honnêtement, les derniers achats avaient porté un tel coup à son portefeuille qu'il était, sur le moment, ravi de ne peut-être pas avoir à payer le verre promis. Puis, à la réflexion et vu l'allure des lieux, le pluriel le dérangea. Ce potentiel ennui ne l'empêcha pas de noter intérieurement à quel point son employée semblait soulagée qu'il n'ait pas insisté sur cette histoire. Qui sait... ce détail lui sera peut-être utile si Carrie remettait le Granny's dans la conversation...

Pour l'instant, il éprouvait une certaine réticence à tenir parole et espérait voir son interlocutrice lui dire qu'il ne s'agissait pas vraiment du Rabbit Hole malgré se qu'il pouvait lire sur la pancarte. Au lieu de cela, comme il aurait dut s'en douter, il ne reçut qu'une taquinerie comme réponse.

"N'exagérez pas, mademoiselle Jones." Répliqua-t-il. "Ce n'est pas comme si je n'étais jamais entré dans un bar."

Un bluff qui ne ferait certainement pas long feu lorsqu'ils seront à l'intérieur. Même avant de devenir le chef du service psychiatrique, Daniel avait toujours privilégié le travail par rapport aux loisirs. Il veilla tout de même à garder son assurance lorsque Carrie n'attendit pas plus longtemps pour les faire entrer.

Après un rapide coup d'œil sur la 'décoration' des lieux, Daniel se dirigea également vers le comptoir en suivant docilement sa secrétaire. Le psychiatre fronça légèrement les sourcils devant l'accueil chaleureux que la jeune fille reçu de la part du barman. A moins que se soit le soi-disant prétexte que sorti Carrie comme excuse qui provoqua une telle réaction chez lui. Du travail... venant d'une personne étant la dernière arrivée et la première à quitter son bureau... Au lieu d'y faire une référence directe, le docteur Lynch choisit une autre sorte de commentaire.

"Je comprend mieux d'où vient votre influence vestimentaire." Ne put-il s'empêcher de souffler à l'oreille de Carrie en regardant l'allure générale du barman.

Par contre, il perdit un peu de son assurance lorsque le barman demande se qu'ils souhaitaient boire. Le psychiatre chercha des yeux une éventuelle carte mais fut décontenancé par le choix de sa secrétaire. Une vodka ? Sérieusement ? Daniel se demandait dans quel état il allait devoir ramener Carrie à son appartement et le regard qu'il lui lança reflétait à la perfection cette pensée.

"Un café." Répondit-il lorsque Carrie lui demanda se qu'il comptait boire.

Daniel voulait s'éviter de futurs sarcasmes en commandant quelque chose comme de l'eau, du jus d'orange ou une autre boisson dans le même style. De toute façon, il ne passait pas un jour au travail sans boire sa tasse de café, il estimait avoir tranché en faveur d'un choix classique qui avait de grande chance de figurer sur le menu de n'importe quel établissement. Pourtant, en regardant le barman et Carrie, il avait l'impression d'avoir demandé la lune.

"C'est tout de même possible de commander quelque chose qui ne soit pas alcoolisé ici..." Questionna-t-il avec prudence, craignant par avance une réponse négative.

En tout cas, il était hors de question qu'il boive ne serait-ce qu'une seule goutte d'alcool ! Le docteur Lynch savait (ou plutôt en déduisait puisqu'il n'avait tenté cette expérience) que sa résistance dans ce domaine était terriblement basse et, bien que le bar était relativement désert, il ne voulait pas se donner en spectacle en plus de se retrouver dans une situation où il serait incapable de prévoir se qui pourrait se produire.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Mar 25 Fév - 20:07


Daniel & Carrie

Elle était persuadée qu’il allait sérieusement détester le Rabbit Hole. Ca ne devait d’ailleurs pas vraiment être dans ses goûts de passer du temps dans un bar, surtout comme celui-là qui avait plutôt mauvaise réputation. Endroit sombre et mal famé, ce n’était pas le genre d’endroit où l’on pouvait croiser le gratin de Storybrooke, et encore moins celui où elle aurait imaginé le si méticuleux et organisé psychiatre. Elle avait eu envie d’y aller, mais maintenant qu’elle y réfléchissait mieux, c’était tout de même une heureuse coïncidence : elle allait pouvoir se venger des essayages qu’il lui avait infligés. Et puis elle éprouvait un malin plaisir en se disant qu’il regretterait peut-être le Granny’s finalement. Elle se demanda vraiment ce qui le poussait à vouloir éviter cet endroit.

Elle n’avait pas franchement envie de lui expliquer la nature de ses relations avec le barman. D’abord parce que ça ne le regardait pas. Et puis, elle n’avait pas franchement envie qu’il se serve de sa vie privée contre elle, même si elle n’avait aucunement honte des hommes qu’elle pouvait fréquenter quand ça lui chantait. Elle n’avait que trop l’habitude de jouer les espionnes pour ne pas savoir ce que pouvaient apporter des informations de ce genre, même qui semblaient anodines au premier abord. Elle ne lui faisait pas suffisamment confiance pour le laisser entrer de cette manière dans sa sphère privée. Déjà elle allait l’amener dans son bar favori, c’était plutôt un progrès. Même si lui ne l’entendait probablement pas de cette manière.

Il avait beau dire que ce n’était pas la première fois qu’il allait dans un bar, la tête qu’il affichait l’aurait cependant poussée à penser le contraire. Ou peut-être était-ce parce qu’il ne s’était pas attendu à quelque chose de ce genre. Elle eut néanmoins la délicatesse de ne pas relever, même si son sourire moqueur indiquait très clairement ce qu’elle pensait tout bas.

Elle l’ignora donc, de même que ses regards de protestation qu’elle pouvait aisément deviner pour aller au bar commander de quoi boire, et par la même occasion saluer le barman avec lequel elle avait partagé un peu plus que quelques verres et une simple conversation. Allait-il deviner ? C’était possible, à moins que ses connaissances concernant les rapports humains aient été encore plus faibles qu’elle l’avait imaginé. Elle leva les yeux aux ciel, agacée par sa remarque sur son style vestimentaire.

« C’est toujours mieux que de s’habiller comme un croque-mort en permanence. » rétorqua-t-elle sur le même ton, à l’instant où le barman eut le dos tourné.

Puis, il leur demanda bien évidemment ce qu’ils voulaient boire. Pour elle, ça ne posait pas de problème, et elle ne s’attendait pas à ce que lui se mette à hésiter et ne sache pas quoi commander. Il sembla même perdre son assurance. Ce n’était pourtant pas une question si compliquée, si ? Et pourtant, il semblait n’être certain de rien. Elle sourit lorsqu’il parla de boisson sans alcool. Elle aurait dû se douter qu’un type aussi coincé que lui ne voudrait pas boire. Elle jeta un coup d’oeil amusé au barman.

« Un café pour Monsieur Rayon de soleil ! » lança-t-elle, moqueuse.

Il leur signifia qu’il leur apporterait leur commande. Elle se tourna vers la salle et indiqua une table à Lynch, un peu au hasard. De toute façon, à cette heure ci il n’y avait pas grand monde alors ils ne seraient pas dérangés.

« Là, ça vous va ? » demanda-t-elle machinalement.

Elle n’attendit pas vraiment la réponse et alla s’y asseoir, posant les paquets près d’elle. Parce qu’en plus il fallait qu’elle se trimballe ces stupides achats. Elle s’adossa sur sa chaise et le fixa du regard durant quelques instants avant d’ouvrir la bouche.

« Alors, qu’est-ce que vous dites de cet endroit ? » lui demanda-t-elle avec un sourire en coin.

En réalité, elle le savait parfaitement. Pas besoin d’être devin, il suffisait de le lire sur son visage, qui n’exprimait pas vraiment la joie et l’insouciance. Elle voulait seulement le tester un peu, savoir s’il allait oser se montrer honnête, en particulier après avoir fait des pieds et des mains pour que non seulement elle choisisse, mais en plus qu’ils n’aillent surtout pas au Granny’s. Leurs consommations ne se firent pas attendre, puisqu’elles ne tardèrent pas à être déposés devant eux, suivies d’un « Cadeaux de la maison ! » accompagné d’un sourire entendu destiné à la jeune femme. Puis, elle but une gorgée de sa vodka, ce qui lui fit instantanément un bien fou. Peut-être aurait-elle dû prévenir son patron qu’elle ne comptait pas repartir avant au moins plusieurs verres.

« Vous ne buvez jamais d’alcool ? »
FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Jeu 13 Mar - 20:54


Daniel & Carrie

Il ne pouvait s'agir que d'une vengeance. Daniel avait du mal à imaginer que le bar répondant au nom de Rabbit Hole était VÉRITABLEMENT l'endroit favori de sa secrétaire. Alors que la théorie d'une vengeance concernant le shopping forcé et le mystère entourant le fait qu'il voulait éviter d'aller au Granny's en sa compagnie lui semblait beaucoup plus réaliste. Quelque soit la motivation qui se cachait derrière ce choix, les faits étaient là : ils étaient au Rabbit Hole pour boire un verre.

Le psychiatre était tout de même convaincu que cette épreuve resterait insignifiante en comparaison d'une Rebecca Doll déterminée à poser des questions plus ou moins discrètes les concernant. Et c'était cette pensée rassurante qui l'empêchait de faire immédiatement demi-tour, promesse ou non. Heureusement, il eut rapidement des éléments pour effacer l'éventuel gêne éprouver venant du fait de se retrouver dans un lieu sortant de ses habitudes. Comme le style vestimentaire du barman qui ne manqua pas de lui rappeler celui de Carrie au point de lui fournir un argument pour un nouveau sarcasme.

Visiblement, le sujet des vêtements étaient tabou pour la demoiselle puisqu'elle rétorqua vivement sur cette allusion en le traitant de croque-mort.

"J'ai des responsabilités, je ne peux pas me permettre de m'habiller n'importe comment, comme vous le faite." Répliqua-t-il juste avant que le barman ne leur demande se qu'ils allaient commander.

A croire que le style vestimentaire était un point sensible pour lui aussi alors qu'il énonçait se qu'il estimait être la vérité, même s'il l'avait formulée de manière mordante. En tant que chef de service, il devait correspondre à une certaine image, sans parler qu'il avait des comptes à rendre. Visiteur, patient ou employés, tous avait en tête une certaine image de se à quoi devait ressembler un psychiatre ou un supérieur et Daniel s'était efforcer de correspondre au portrait dès l'instant où il avait reprit la direction du service psychiatre. Le costume n'était qu'une pièce du déguisement, un détail comme les lunettes qu'il portait même s'il n'en avait techniquement pas besoin. Daniel ne se voyait pas raconter se genre de subtilité à son employée alors il ne poussa pas la réflexion plus loin.

Une conversation sur se sujet aboutirait inévitablement sur le fait que, techniquement, en tant que secrétaire, mademoiselle Jones avaient aussi des standings à respecter. Une cause perdue d'avance. Il était déjà assez miraculeux de l'avoir vu en robe durant les essayages.

De toute façon, il eut vite d'autres sujets de préoccupation concernant les commandes. Carrie demanda une boisson alcoolisée. Pourquoi en était-il étonné ? Lui espérait simplement que les cafés figuraient sur la carte de ce bar. Vu la réaction du barman, il avait eu l'impression de demander la lune. Etait-ce si difficile de comprendre que certaines personnes ne voulaient pas quitter ces lieux en titubant à cause de l'ivresse ? En tout cas, il était hors de question que son verre contienne la moindre goutte d'alcool et le psychiatre était prêt à défendre sa position sur le sujet.

Chose qu'il n'eut pas à faire puisque Carrie confirma sa commande, non sans lui inventer un nouveau surnom au passage qui lui fit étouffer un soupir excédé. Sans rien ajouter d'autres, il accompagna le choix de la table d'un haussement d'épaule avant de suivre docilement sa secrétaire qui semblait s'obstiner à vouloir porter les paquets. Le docteur Lynch s'assit en face de la jeune fille et fut sauver d'une situation embarrassante durant laquelle il aurait dû trouver un moyen d'engager la conversation puisque l'habituée des lieux coupa le silence en premier.

Devant la question concernant ses impressions sur l'endroit, Daniel eut le choix entre chercher à être poli en nuançant se qu'il pensait véritablement de ce bar ou bien déballé la vérité avec du sarcasme. Etrangement, il choisit la première option. Peut-être au cas où Carrie n'avait pas menti et qu'il s'agissait bien de son endroit préféré de la ville. OU plutôt parce qu'il voyait bien au sourire au coin de la demoiselle qu'elle n'attendait que de le tester avec sa question.

"C'est... plutôt calme." Répondit-il après avoir de nouveau prêté attention à la décoration des lieux, au cas où un détail lui aurait échappé avant de rendre son verdict. "Je suppose que ce n'est pas toujours ainsi."

Au moins le service était rapide. Daniel était soulagé de pouvoir enfin mettre un point positif à leur venue ici. Ils n'avaient plus qu'à boire leur verre en entretenant une pseudo-conversation, partir et ensuite, ils ne se verraient plus en dehors du travail avant le mariage. Un plan parfait, non ? Devant la remarque du barman concernant les consommations offertes, il n'eut aucune réaction comme s'il n'avait pas remarqué le sourire entendu échanger avec Carrie. Feintant d'être trop concentré sur l'ajout du sucre dans son café pour y avoir prêté attention alors qu'il n'attendait que le bon moment pour se servir de cette information.

"Honnêtement, je n'en ai jamais compris l'intérêt." Avoua-t-il lorsque son interlocutrice lui demanda s'il n'avait jamais bu d'alcool. "L'alcool brouille votre esprit, vous faire dire des choses que vous pourriez regretter par la suite." Il marqua une pause pour mieux ajouter avec un mince sourire en regardant Carrie. "Ou bien vous faire faire des choses qui conduise à obtenir des verres gratuits par la suite ?" Nota-t-il avec une innocence feinte.

Juste histoire de signaler que la petite histoire entre sa secrétaire et le barman dont il ignorait encore les détails ne lui avait pas échappé.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Lun 24 Mar - 21:38


Daniel & Carrie

Elle aurait voulu s’en prendre à lui et se venger de quelque chose qu’elle ne s’y serait pas mieux prise. Mais elle aimait sincèrement cet endroit. C’était celui où elle avait passé de très bons moments avec son amie Lacey, elle aimait l’ambiance, le fait qu’il s’y passe toujours quelque chose, et bien sûr, les consommations gratuites. Elle le surveillait du coin de l’oeil, se disant qu’il n’avait pas intérêt à émettre des plaintes : après tout, c’était lui qui avait insisté pour la laisser choisir et pour surtout ne pas s’approcher du Granny’s.

Après avoir souffert le martyr lors des essayages, elle était heureuse de se trouver dans un endroit délicieusement familier, même s’il ne payait pas de mine, de même que les habitués qui n’étaient pas toujours des individus très recommandables. Mais on s’y faisait et l’endroit avait réellement son charme. Bien évidemment, elle se doutait que ce ne serait pas du goût de son patron. Habituellement, elle se fichait bien qu’on se moque de son style vestimentaire, mais après avoir passé ce qui lui semblait être des heures dans un magasin de vêtements à être observée sous toutes les coutures, elle était assez sensible sur le sujet et ne put s’empêcher de répliquer. Elle aurait aimé lui envoyer encore une réplique bien sentie, mais elle n’en eut pas le temps avant que le barman vienne leur demander ce qu’ils voulaient boire.

Maintenant qu’elle y réfléchissait, elle n’avait jamais vu Lynch autrement que vêtu d’un costume strict, souvent avec des lunettes qui lui donnaient un air encore plus sévère. C’était une image si profondément ancrée en elle qu’il lui était impossible de l’imaginer autrement. Dommage. Il avait l’air de croire que son apparence était essentielle, non seulement dans son travail, mais aussi en dehors. Elle aurait été prête à parier qu’il s’habillait de la même manière lors de ses jours de congés. A supposer qu’il lui arrive d’en prendre, mais rien n’était moins sûr. Elle savait qu’elle aurait sans doute dû faire un effort au vu de sa profession, mais elle n’y voyait aucun intérêt. Elle détestait trop avoir à se préoccuper de son apparence en général, encore plus vestimentaire. Elle avait toujours été comme ça et ce n’était pas près de changer.

Commander une boisson non alcoolisée au Rabbit Hole n’était pas si courant : les gens venaient en général ici justement pour s’enivrer, mais il faisait exception à la règle. Elle était surprise, mais en même temps ça collait plutôt au personnage. Il contrôlait tout, tout le temps, et surtout lui-même. C’était peut-être pour cette raison qu’elle l’agaçait autant : elle mettait au défi quiconque aurait essayé de la maîtriser. Elle était un chaos permanent, tout ce qu’il détestait en somme. La raison pour laquelle il l’avait choisie pour aller avec lui au mariage lui échappait encore.

Une fois les boissons commandées, ils avaient pu s’asseoir à l’une des tables libres, plutôt nombreuses en cette fin de journée. L’ambiance calme, voire même un peu morose, n’avait rien à voir avec celle que l’on pouvait constater quelques heures après. Dont elle doutait que Lynch profite. Il devait être du genre à se coucher à 21 heures tous les soirs, sauf quand il travaillait. Elle n’avait pas pris conscience du fait que c’était elle qui portait tous les achats avant de les poser à ses pieds. Tant pis. Elle regarda Lynch et finit par lui demander ce qu’il pensait du lieu. Elle fut surprise par sa réponse, bien plus positive qu’elle ne l’aurait cru. Enfin positif, c’était un bien grand mot, mais venant de lui c’était certainement le maximum qu’elle pouvait obtenir.

« Non, effectivement. Il faut venir plus tard si vous voulez vraiment essayer, mais quelque chose me dit que ce n’est pas vraiment votre genre. » répondit-elle avec un sourire narquois.

Il semblait même avoir envie d’expédier ce moment au plus vite. Ce qui n’était pas son cas. D’accord, son patron n’était pas franchement la compagnie qu’elle aurait choisie pour prendre un verre ici. Mais après tout le temps qu’ils avaient passé dans la boutique, elle se dit qu’elle avait bien le droit d’en profiter et de prendre son temps. Elle avait d’ailleurs bien l’intention de ne pas s’arrêter à un seul verre, peu importaient les remarques qu’il ne manquerait sans doute pas de faire. Elle était tout de même curieuse de savoir s’il avait déjà bu de l’alcool. Elle écarquilla les yeux à sa réponse. Jamais... vraiment jamais ? Et bien, elle n’osait imaginer le résultat s’il se décidait un jour pour un verre.

« L’intérêt ? S’amuser, tout simplement. Mais ceci dit, ce n’est pas quelque chose que vous devez faire souvent. » En revanche, son sous-entendu l’agaça un peu et elle décida de jouer franc jeu. « Vous savez quoi ? Je couche avec qui je veux et ça ne vous regarde pas. D’ailleurs vous devriez essayer de temps en temps, ça vous détendrait. »

Ce dont il avait bien besoin. Comment pouvait-on avoir l’air aussi coincé ? Elle se demanda s’il s’était un jour ne serait-ce qu’intéressé à une femme. Une idée si déroutante qu’elle finit par la chasser de son esprit. Au lieu de ça, elle poussa vers lui son verre, dont elle avait déjà vidé presque la moitié.

« Vous êtes sûr que vous ne voulez pas essayer ? Rien qu’une gorgée, pour goûter... Vous devez bien être un peu curieux tout de même. » dit-elle avec un sourire en coin.

Ca ne fonctionnerait sans doute pas, mais qui ne tente rien...

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Sam 29 Mar - 9:42


Daniel & Carrie

Daniel était soulagé de tomber à une heure où l'endroit était encore calme. Relativement silencieux si on excluait le bruit du juke-box. Le psychiatre comptait un ou deux cas d'alcoolique chevronné dans ses patients. L'un deux venait tout juste de sortir de son service et le docteur Lynch pouvait sentir à chaque consultation la lutte du patient pour ne pas céder à l'envie d'un verre ou les mensonges qui se cachait le jour où le malade avait céder à la tentation. Il n'avait donc pas besoin de faire jouer son imagination pour essayer de visualiser à quoi ressemblait cet endroit aux heures les plus tardives.

"En effet, et j'espère même être parti avant que l'endroit ne devienne trop animé." Commenta-t-il en continuant de touiller dans son café jusqu'à se qu'il soit sur que le sucre ajouté était bien mélangé.

Contrairement à se qu'imaginait Carrie, le psychiatre n'était pas du genre couche-tôt. Ces heures en dehors du travail était consacré à la préparation et à l'analyse de ses expériences. Un travail des plus officieux qui lui faisait enchaîner souvent les nuits blanches. S'il ne prenait pas de temps en temps des somnifères, sans doute ne dormirait-il jamais, insomniaque chevronné qu'il était.

Sa secrétaire semblait surprise devant son aveu de n'avoir jamais vu une goutte d'alcool et surtout de ne pas voir intérêt. La réponse de la demoiselle ne lui plut pas du tout. Depuis quand on devait obligatoirement boire de l'alcool pour s'amuser ? Oh, et bien sûr parce qu'il n'en avait jamais bu, il était incapable d'éprouver ce sentiment ! Quelle argumentation agaçante !

"J'aime se que je fais. J'aime mon travail." Répondit-il sur un ton sec. "Je n'ai pas besoin de trouver refuge dans une quelconque boisson alcoolisée pour éprouver du plaisir."

Franchement, quel intérêt ? Boire jusqu'à ne plus savoir se qu'on dit ou se qu'on fait. Devenir complètement incontrôlable dans le pire des cas. Tout çà pour quoi ? Avoir la sensation fictive de lâcher prise alors qu'on ne récoltait qu'un état vaseux et des trous de mémoire le lendemain. Cependant, le docteur Lynch ne pouvait risquer d'aller trop loin dans son argumentation. Il ne pouvait pas avouer le plaisir sadique qu'il éprouvait durant ses expériences. Il aimait aussi l'aspect officiel de son métier, trouver le mot juste et voir la santé d'un patient s'améliorer avait son charme. C'était juste... tellement frustrant de devoir s'arrêter à la limite établi par la loi pour ces cas ordinaires. Daniel aimait son travail parce qu'il n'avait que çà mais c'est aussi parce qu'il estimait de ne pas avoir besoin d'autres choses dans sa vie, qui lui convenait parfaitement ainsi.

De toute façon, une personne comme Carrie Jones ne comprendrait jamais ce genre de motivation alors il préféra l'attaquer sur un point sensible, ces fameux verres gratuits dont il n'avait pas eu la fin de l'histoire. Elle réagit plus vivement qu'il ne l'aurait cru.

"Ce que vous faites en dehors des heures de travail ne m'intéresse pas." Signala-t-il froidement en buvant enfin une gorgée de son café. "Je suis votre employeur, pas votre père."

Il commençait à douter du soi-disant talent de comédienne de son employée... Est-ce ainsi que se déroulerait le mariage ? Passer son temps à être en désaccord sur tous les sujets possibles ? Le psychiatre y allait pour une raison. Là-bas il devra être attentif à certaines choses et non passer son temps à se disputer, ce qui les conduirait à attirer l'attention des convives sur eux. Le docteur Lynch allait insinuer qu'il était peut-être encore temps de faire machine-arrière lorsque l'ancienne chasseuse de monstre poussa son verre vers lui.

Il ne sut s'il devait être décontenancé ou bien se sentir insulté devant une tentative manipulation aussi évidente. Se servir de sa curiosité pour lui faire faire quelque chose qu'il regrettera certainement. Il reposa sa tasse qui émit un petit bruit sec lorsqu'il fut déposé sur la sous-tasse.

"Ma curiosité ne s'étend pas à se domaine là." Argumenta-t-il. Le sourire en coin qu'affichait Carrie lui fit pousser un soupir. S'ils restaient chacun braqués sur leur position, c'était la catastrophe assurée. Pourquoi était-ce à lui de faire le premier pas ? Parce qu'il avait déjà investi de l'argent dans ce projet et ne voulait l'avoir fait pour rien ? "Peut-être... après le mariage. Si vous n'êtes pas complètement dégoutté de ma compagnie, d'ici là."

Carrie Jones avait beau être la plupart du temps imprévisible, Daniel pouvait deviner certaines de ses réactions, surtout quand il s'agissait de sarcasme.

"Ce n'est pas un rendez-vous." Assura-t-il dans l'espoir de couper toute tentative de plaisanterie sur ce sujet. "C'est juste que je vais là-bas pour une raison." Lui aussi pouvait jouer la carte de la curiosité pour forcer Carrie à maintenir leur accord.  Il poursuivit avec un sourire en coin. "En toute logique, çà ne peut se finir que de deux manières possible : succès ou déception. Dans un cas où dans l'autre, j'aurais sans doute besoin d'un verre pour fêter la réussite ou pour essayer d'oublier cet échec."

C'était étrange qu'il reporte depuis quelque temps tout les événements épineux à une date se situant après le mariage. Comme si cette réunion sociale allait être son dernier jour sur terre.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Jeu 10 Avr - 20:16


Daniel & Carrie

Elle s’était doutée que Lynch n’aurait pas supporté l’endroit à une heure plus tardive, et si elle aimait bien l’embêter, elle ne se sentait pas le coeur à le soumettre à une telle torture. Elle n’était tout de même pas si cruelle, et puis lui aussi avait été éprouvé par la séance de shopping. Elle trouvait déjà suffisamment amusant d’avoir pu l’amener dans un endroit pareil, si différent de lui et de ce qu’il devait avoir l’habitude de fréquenter. Sans compter qu’elle s’était engagée à l’accompagner à un mariage et à correctement jouer le rôle de cavalière. Autant commencer maintenant en mettant un peu d’eau dans son vin, non ? Elle n’était peut-être pas vraiment sérieuse dans son travail, mais elle tenait toujours ses engagements.

« Oh vous êtes sûr ? C’est dommage, la soirée commence à peine... » répondit-elle avec un petit sourire moqueur.

Elle n’était pas vraiment sérieuse. La vérité était qu’elle-même n’avait pas l’intention de rester trop tard. Le shopping l’avait épuisée et il était probable qu’en rentrant elle aurait simplement envie de se coucher et de dormir. Elle comprenait difficilement comment la majorité des femmes pouvait passer des heures à cette activité. Elle espérait ne plus jamais avoir à repasser par quelque chose de semblable.

Mais à présent, l’heure était à la consommation d’alcool. Et si elle vidait son verre à une vitesse impressionnante, elle avait vraiment du mal à croire que lui n’avait jamais bu d’alcool de sa vie. Elle pouvait concevoir qu’il ait d’autres manières de s’amuser, quoiqu’elle avait bien du mal à l’imaginer s’amuser, mais le fait qu’il n’ait jamais essayé la dépassait. N’avait-il donc pas eu d’adolescence ?

« Ca n’empêche pas de boire un petit verre de temps en temps. C’est très efficace pour se détendre et se vider la tête. »

Elle sentait pourtant qu’elle n’arriverait pas à le convaincre. Il était tellement accro à son travail qui devait lui sembler inenvisageable de passer du temps à faire autre chose. C’était désolant. Avait-il seulement une vie sociale, de la famille des amis ? Elle avait beau gérer son agenda et ses rendez-vous, elle ne savait au fond rien de lui. Rien de très personnel en tout cas. Il avait l’air si strict et fermé, en tout cas en sa compagnie, qu’elle avait bien du mal à imaginer ce que pouvait être sa vie en dehors de l’hôpital. Enfin, il pouvait bien mener sa vie comme il l’entendait après tout, elle ne voyait pas très bien pourquoi elle aurait dû s’en mêler. Leurs rapports étaient strictement professionnels et c’était très bien comme ça.
Sauf qu’il jugea opportun d’attaquer sur un aspect de sa vie privée, ce qu’elle n’apprécia guère. Et à sa réponse, elle crut bien qu’elle allait sortir de ses gonds.

« Dans ce cas, pourquoi aborder le sujet ? » rétorqua-t-elle d’un ton cassant.

Elle s’était promis de garder son calme afin qu’ils passent une fin de soirée plutôt bonne, mais elle n’avait pu résister. Il l’avait bien cherché ceci dit. Mais elle n’avait pas envie que les choses tournent mal, étrangement. Lui proposer de l’alcool était tout ce qu’elle avait trouvé, sans compter qu’elle était plutôt curieuse d’observer sa réaction. Elle s’attendait à un refus catégorique, et lorsqu’il annonça qu’il envisagerait éventuellement peut-être la chose après le mariage, elle manqua de s’étouffer. Une fois la surprise passée, elle afficha à un sourire franc.

« Très bien. Je vous prends au mot, pas question de vous défiler Docteur. » Lorsqu’il se dépêcha d’annoncer qu’il ne s’agirait pas d’un rendez-vous, son sourire devint plus amusé. « Très bien, si vous le dites... »

Elle reprit son verre qu’elle ramena vers elle avant de le vider d’une traite. Puis, elle fit un geste entendu au barman afin qu’il le lui remplisse de nouveau. Elle ne les paierait pas, alors autant en profiter, d’autant plus qu’elle en avait bien besoin. Il ne tarda pas à lui remplacer son verre vide par une nouvelle boisson et elle le remercia avec un sourire entendu avant de se tourner de nouveau vers le psychiatre.

« Si je vous demande ce que vous cherchez exactement à ce mariage, vous me le direz ? »

Elle avait beaucoup, beaucoup de mal à croire qu’il n’y allait que pour le plaisir de voir une fille pourrie gâtée se marier à l’homme de son choix. La petite princesse de la ville allait se marier et voilà que tout le monde devait être en émoi devant cet événement. Il faut dire que les Nerys ne faisaient pas les choses à moitié. Dire qu’elle allait assister à cette mascarade ! Elle n’en avait pas franchement envie, mais au moins était-elle payée pour cela. Elle aurait pourtant donné cher pour savoir quelle était la vraie raison, et celle-ci devait être solide pour qu’un homme comme lui veuille se rendre à un événement social, et avec une cavalière telle qu’elle en plus.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Sam 19 Avr - 22:21


Daniel & Carrie

Jusqu'à présent, on aurait pu dire qu'ils étaient à égalité. Du moins, si on s'amusait à compter les points. La séance de shopping avait été une torture autant pour l'un que pour l'autre et le psychiatre imaginait volontiers que le mariage sera une épreuve partagée, elle aussi. Mais dans ce bar, la balance penchait clairement en sa défaveur. Quoi qu'il dispose de certains éléments favorables comme le fait d'arriver au Rabbit Hole alors que les lieux étaient encore peu fréquentés et que par miracle, des consommations sans alcool figuraient à la carte. Et au moins le service était rapide ! Pour le reste, il peinait à trouver d'autres arguments positifs sur cette endroit.

"Libre à vous de rester plus tard si çà vous chante." Commenta-t-il lorsque Carrie le taquina sur son désir de partir avant que la soirée ne devienne plus mouvementée. "Mais alors je me chargerais de reprendre les achats du jour, se serait dommage de tâcher une aussi belle robe."

Ou de la perdre, ou de la trouer... tout était possible lorsque l'on faisait entre des personnes avec une certaine dose d'alcool dans le sang dans l'équation. Bien que ces suppositions ne pouvaient être que théorique puisque lui-même n'avait jamais bu une goutte d'alcool. Un fait qui semblait étonner au plus au point sa secrétaire. A croire que l'alcool était le seul moyen de s'amuser dans la vie ! Ne pouvant pas entrer dans les détails, Daniel se contenta de déclarer qu'il aimait son travail et n'avait donc pas besoin de trouver d'autres distractions. Malgré cela, son interlocutrice n'en démordait pas, en commentant que de boire un verre était très efficace pour se vider la tête. Çà, au moins, il le croyait volontiers.

"J'ai d'autres moyens de me vider la tête." Répondit-il de manière qui laissa entendre que le débat était clos en se qui le concernait.

A nouveau, il ne pouvait entrer dans les détails. Ces 'passe-temps' semblerait à Carrie soit trop vieux jeux (se plonger dans des gestes répétitifs comme la partie administrative de son travail pour s'éviter de penser ou bien la lecture de livre) soit d'une moralité discutable puisqu'il s'agissait de ces expériences. Puis, la discussion dérapa simplement parce qu'il avait évoqué cette histoire de verre gratuit comme parfait exemple pour illustrer les travers de l'alcool. Il s'attendait à entamer une joute verbale comme ils le faisaient au travail... pas à se que la demoiselle prenne la mouche. Le docteur Lynch répondit alors sèchement que les activités de la miss en dehors du travail ne le regarderaient pas.

Daniel afficha une légère perplexité lorsque Carrie lui demanda pourquoi il avait abordé le sujet. La vraie question était pourquoi elle s'énervait pour un détail qu'elle avait elle-même introduit dans la conversation, si on lui demandait son avis.

"Ce n'était qu'un exemple. Je vous fais continuellement des remarques désobligeantes et vous ne vous gênez pas pour me rendre la pareille, d'ordinaire." Soulignant ainsi que le comportement de son employée était étrange depuis qu'ils avaient commencé cette sortie. "Je ne pensais pas que vous prendriez aussi facilement la mouche cette fois-ci."

C'était ainsi quasiment à chaque fois qu'ils se croisaient, un échange de pic verbale systématique. Pourquoi en serait-il autrement ? Malheureusement, cette constatation plaçait un doute sur sa stratégie au mariage. Le psychiatre ne voulait pas attirer l'attention. Serait-ce vraiment possible avec un élément aussi imprévisible que Carrie Jones ? Malgré la garantie de sa secrétaire qu'elle pouvait être une bonne comédienne... ne serait-il pas plus sage d'arrêter les frais maintenant avant que son plan ne se retourne contre lui ?

Deux choses l'en empêchaient : la somme déjà déboursée et le fait que de rebrousser chemin reviendrait à admettre une erreur. Hélas, Daniel sentait bien que s'il ne voulait pas renoncé à son plan, il allait devoir faire quelque concession. Encore. Au lieu de refuser la proposition d'essayer de boire un verre d'alcool, il reporta ce défi à après le mariage. Une manie qu'il prenait de plus en plus, reporter les événements fâcheux après cette date comme s'il n'y allait pas avoir de lendemain.

Il parut agacé de la réaction excessive de son interlocutrice qui manqua de s'étouffer devant cette nouvelle. Avant d'affiche un vrai sourire... ce qui était assez déconcertant. Il n'avait pourtant rien promis de particulier. En fait, il espérait plutôt que Carrie boive suffisamment maintenant pour oublier cette promesse. Le plus étonnant était qu'il avait imaginé son employée sortir une phrase cynique comme quoi ils allaient déjà suffisamment se voir durant la cérémonie, peut-être même aurait-elle demandé un supplément dans leur accord devant ce rendez-vous supplémentaire. Rendez-vous qui n'en était pas un ! Il ne tarda pas à le préciser.

Il fallait croire que la perspective de le voir tester pour la première fois une boisson alcoolisé devait représenter une espèce de récompense en soit car au lieu d'une remarque sarcastique, elle lui annonça qu'il n'avait pas intérêt à se défiler.

"Très bien. Et n'essayer pas de me faire boire de l'alcool fort ! Je me renseignerais avant." Prévient-il avec méfiance.

Profiter de l'ignorance de quelqu'un pour rire à ces dépends en lui faisant croire que le verre commandé était un alcool inoffensif alors qu'il s'agissait d'une boisson forte... Peut-être était-ce parce qu'il était de nature méfiante mais ce fut la première hypothèse qui lui était venu à l'esprit devant l'enthousiasme de Carrie.

Lui arrivait doucement à la moitié de sa tasse de café tandis que Carrie vida son verre d'une traite. Avant que Daniel ne puisse protester, le barman avait déjà amené un deuxième verre à la jeune fille.

"Je suppose que je vais être qualifié de 'coincé' si je vous rappelle qu'il n'était question que d'un seul verre dans notre accord ?" Ironisa-t-il, sachant d'avance que la question n'était que purement rhétorique.

D'ailleurs, Carrie en profita pour lui poser à nouveau la question concernant ces motivations à se rendre au mariage.

"Je pourrais vous le dire et espérez que vous oublierez tout de cette conversation. Ce qui est probable vu votre vitesse à enchaîner les verres." Répondit-il sarcastiquement avant de répondre plus sérieusement. "Non. Mais je pourrais vous dire un mensonge qui vous semblera bien plus plausible que la vérité."

Même s'il daignait avouer ces réelles motivations à Carrie (ce qu'il ne ferait jamais), il y avait peu de chance qu'elle y croit. Elle croirait qu'il se moque d'elle et çà n'aurait rien d'étonnant. Même lui avait l'impression qu'il se lançait là-dedans pour rien. Mais il était curieux et restait certain qu'il le regretterait s'il n'y allait pas.

"Ou vous pouvez essayer de deviner. Je vous signalerais si vous chauffez ou non." Ajouta-t-il avec un demi-sourire amusé.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Mar 29 Avr - 22:00


Daniel & Carrie

Elle se sentait déjà beaucoup plus détendue, ce qui n’était apparemment pas le cas de son interlocuteur. En un sens, elle s’en réjouissait fortement. C’était sa petite vengeance pour ce qu’il lui avait fait subir en l’emmenant faire du shopping. Car oui, c’était bel et bien de sa faute. S’il avait pris la peine de l’écouter, elle aurait tout simplement commandé sa robe sur Internet, sans avoir besoin de se déplacer de chez elle et de subir toute cette mascarade. Ce n’était que justice après tout ! A présent elle était attablée devant un bon verre qui la requinquait et elle pouvait observer le malaise de son interlocuteur, et surtout s’en délecter.

« C’est dommage, je suis sûre que vous aimeriez. Mais vous n’avez pas tort, ce serait dommage de devoir recommencer le shopping. »

Elle était persuadée qu’il avait la même opinion qu’elle sur le sujet. A l’exception des moments où il avait pu se moquer d’elle, il n’avait pas eu l’air de passer un meilleur moment. Il était bien dommage qu’il n’accepte pas l’alcool comme une solution, c’était rapide et cela lui ferait sans aucun doute le plus grand bien. Mais tant pis pour lui, elle n’allait pas insister. En revanche, lorsqu’il parla d’autres moyens de se vider la tête, elle se sentit envahie par la curiosité, bien qu’elle ait compris à son ton qu’il n’avait pas envie d’en parler davantage. Ce n’était certainement pas ce qui allait l’arrêter.

« Ah oui vraiment ? Puis-je savoir lesquels ? » demanda-t-elle, le regard empli de malice.

Elle se surprenait à éprouver une réelle curiosité à son sujet. Il était plus une énigme pour elle qu’elle ne l’aurait cru. Il faut dire que c’était bien la première fois qu’ils se trouvaient en tête à tête en dehors de l’hôpital. Jamais elle ne l’avait vu à l’extérieur d’ailleurs, avant aujourd’hui. C’était... étrange. Comme si, quelque part, Lynch était complètement associé, rattaché à l’hôpital. Si on lui avait dit un jour qu’elle se retrouverait dans cette situation, elle aurait éclaté de rire. Quoique le voir dans ce bar plutôt mal famé, lui qui avait un aspect très propre sur lui ne manquait pas de sel.

Oui, elle avait mal pris sa réflexion. Il faut dire que c’était aussi la première fois qu’il mettait le nez dans sa vie privée et ce n’était pas quelque chose qu’elle appréciait. Néanmoins, elle n’avait pas envie de s’énerver contre lui. Elle but une gorgée de sa boisson et laissa échapper un sourire.

« Je n’aime pas particulièrement qu’on juge ma vie privée. Mais peut-être que je serais moins disposée à être agacée si vous me parliez un peu de la vôtre. »

Quelle vie pouvait-il avoir ? Sans doute aucune, en dehors de son travail. Non, elle ne s’attendait pas à une réponse satisfaisante, si réponse il y avait. Elle était néanmoins curieuse à ce sujet, et avoir une réponse de sa part serait plus satisfaisant que de fouiller directement dans son agenda.

Et là, il fit quelque chose à laquelle elle ne s’était absolument pas attendue : il accepta d’aller boire un verre avec elle après le mariage. Elle manqua d’avaler de travers. Le si coincé Dr Lynch serait-il donc prêt à faire quelques compromis ? Voilà qui était plus que surprenant ! Et qu’il ne compte pas qu’elle oublie une chose pareille. Elle s’en souviendrait à coup sûr, et le lui rappellerait en temps voulu. Il trouva pourtant le moyen de lui signifier sa méfiance et de la mettre en garde.

« Vous avez une bien mauvaise opinion de moi Docteur, je ne suis pas si fourbe. » répondit-elle, toujours souriante.

Elle aimait peut-être le taquiner, se moquer de lui même, mais elle n’était pas cruelle au point de faire boire un verre d’alcool fort à quelqu’un qui n’en avait probablement jamais bu. Elle n’avait aucune envie de le rendre malade, ou pire, de devoir appeler les urgences. En revanche, si elle avait la possibilité de faire en sorte qu’il s’enivre un peu, elle ne s’en priverait certainement pas ! Mais cela bien sûr, elle allait le garder pour elle.
Elle s’attendait à des reproches lorsqu’elle prit un second verre et ne fut donc pas surprise lorsque ceux-ci vinrent.

« Pour vous peut-être, mais pas pour moi. Après cette séance de shopping que vous m’avez fait subir, je pense que je l’ai amplement mérité ! »

Il pouvait la considérer comme une ivrogne s’il le voulait, cela lui était totalement égal. Elle avait fortement besoin de se détendre. Elle regrettait qu’il ait totalement refusé l’appel de la boisson. Elle aurait aimé voir sa langue se délier un peu, en particulier en ce qui concernait les raisons de son insistance à aller au mariage. Elle se risqua néanmoins à poser la question, et bien entendu se confronta à un mur. Lorsqu’il lui proposa de deviner elle décida de se prêter au jeu, en commençant par le scénario le plus absurde auquel elle pouvait penser.

« Très bien. Vous êtes follement amoureux de Louna Nerys et vous avez décidé d’emmener une autre femme au mariage pour lui montrer ce qu’elle manque. » C’était si incongru qu’elle-même ne put s’empêcher de rire. « Vous souhaitez être vu à un événement mondain ? Peut-être pour attirer de la clientèle ou pour rencontrer certaines personnes ? »

Des personnes qui lui permettraient d’obtenir des fonds pour l’hôpital par exemple. A vrai dire elle n’en avait pas la moindre idée de ce dont il pouvait s’agir.

« Bon, puisque vous ne voulez pas me dire ça, vous pouvez au moins m’expliquer pourquoi vous êtes prêt à payer pour que je vienne. Vous pourriez très bien y aller seul, non ? »

Elle était réellement intriguée et ne chercha pas à le cacher. Elle pouvait comprendre pourquoi il l’avait choisie elle : il travaillait avec elle, il pouvait donc avoir un oeil sur elle et surtout, elle était facilement corruptible. Vu la réputation du psychiatre, elle en connaissait peu qui auraient accepté.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Ven 2 Mai - 11:09


Daniel & Carrie

Plus le temps passait et plus Daniel se demandait se qu'il fichait là. Pourquoi avait-il promis de boire un verre ? Le shopping n'était-il pas une séance de torture suffisante ? En réalité, la réponse était simple. Lorsqu'il avait fait cette proposition, le psychiatre avait pensé au Granny's Dinner ou encore au restaurant le Dragon guerrier s'ils avaient faim. C'était avant de réaliser que Rebecca Doll serait peut-être de service. Et, après les remarques de la vendeuse, il ne voulait pas poursuivre le reste de la journée sur le même ton.
Connaître le résonnement qui avait abouti à cette situation ne rendait pas les choses plus supportables, mais il supposait qu'il devait déjà être satisfait d'être ici à une heure peu fréquentée. Tout comme il espérait être parti avant que cela ne change. D'ailleurs, le docteur Lynch ne prit même pas la peine de répondre à la dernière remarque de Carrie sur ce point puisqu'il s'agissait de la pure provocation.

De toute façon, ils n'étaient pas ensemble. Ils n'étaient même pas venus en voiture. Si sa secrétaire voulait poursuivre la soirée jusqu'au petit matin, grand bien lui en fasse ! Il n'avait aucune obligation de rester. Tout se qui l'inquiétait, c'était l'état dans lequel pouvait se retrouver leurs achats du jour. Trop coûteux pour risquer de finir tâcher ou déchirer... ou même perdu. Hors de question de refaire une autre séance de shopping, sur ce point, ils étaient bien d'accord.

L'alcool était vraiment un fléau. Il avait tendance à délié les langues et c'était pour cela qu'il refusait d'en boire une goutte. Comment pouvait-on volontairement se mettre dans des états pareils ? Tous les arguments proposés par Carrie n’avaient aucun sens pour lui. Le psychiatre aimait son travail et il avait d'autres moyens de se vider la tête, comme il l'avait déclaré. Bien sûr, presque aussitôt, son interlocutrice lui demanda des détails. Daniel aurait du se douter que de mettre dans sa réponse une intonation qui voulait clairement dire qu'il ne voulait pas entrer dans les détails ne serait pas suffisant pour calmer la curiosité de Carrie.

"Rien qui vous parlera, sans doute." Eluda-t-il avant de devenir plus cynique. "Et je m'en voudrais de briser votre théorie déclarant que l'alcool est la solution à tout les problèmes."

Pourtant, ce n'était pas les arguments pour contrer ce soi-disant remède miracle ne manquait pas. L'échange de regard entre son employée et le barman en était un exemple flagrant. Il fut surpris que Carrie prenne sa réflexion aussi mal. Ce n'était pas la première fois, pourtant, qu'ils s'échangeaient des remarques manquant de tacts.

"Ce serait de bonne guerre, je suppose." Concéda-t-il lorsque Carrie lui signala qu'elle serait moins agacée par ces remarques sur sa vie privée si lui-même parlait de la sienne. "Encore faudrait-il que j'en ai une." Ajouta-t-il avec un sourire ironique et une auto-dérision assez étrange.

Daniel Lynch n'était pas du genre à nié l'évidence. Il n'avait aucune vie en dehors du travail, s'y consacrant pleinement. Et la situation lui convenait parfaitement comme cela. Sa vie familial se limitait à sa tante... autant dire qu'il n'en avait aucune. Le psychiatre avait, de toute manière, trop de travail pour songer à libérer de la place pour d'autres activités. Et n'en avait aucune envie. Sa venue au mariage Nerys (et les préparatifs qui en découlaient) ressemblait déjà beaucoup trop à une activité annexe.

Cette discussion arriva à un point où il fut presque aussi surprit que Carrie de la proposition qui franchit ses lèvres : boire un verre après le mariage. Pourquoi ? Juste parce qu'il refusait de croire qu'il s'était trompé dans son choix, parce qu'il n'avait pas le temps de trouver une autre option et surtout parce qu'il était prêt à tout pour avoir un indice supplémentaire sur le cas des rêves. Pour toutes ces raisons, il ne voulait pas renoncé à aller au mariage Nerys et pour toute ces raisons, il devait éviter que sa secrétaire change d'avis concernant sa participation à ce projet.

De toute façon, au rythme où Carrie vidait son verre, elle allait certainement oublier... ou serait définitivement devenu allergique à sa présence après le mariage. Bref, il estimait ne pas prendre trop de risque avec cette promesse. Surtout qu'il avait son but : faire retrouver le sourire à son interlocutrice. Daniel ne comprenait pas pourquoi une telle nouvelle pouvait provoquer cette réaction. Son caractère soupçonneux lui fit spontanément croire qu'il y avait anguille sous roche et il s'empressa de déclarer qu'il ferait des recherches avant afin de ne pas boire un alcool trop fort par inadvertance. Une perspective qui l'ennuyait d'avance. Dire qu'il allait gaspiller son temps dans ce genre de recherches...

"Je suis juste prudent." Commenta-t-il alors que Carrie déclara ne pas être aussi fourbe que se qu'il semblait le penser. "Il est tentant de profiter de l'ignorance de quelqu'un."

Non, le docteur Lynch ne faisait confiance en personne. Confiance et amitié était des concepts aveuglants prompte à aboutir sur des trahisons. Daniel préférait les échanges de bons procédés. La certitude que chacun avait quelque chose à gagner dans l'affaire était quelque chose de rassurant. Bien plus solide qu'une confiance reposant sur la parole donnée.

Après le laïus fait par Carrie en début de conversation qui vantait les mérites de l'alcool, le psychiatre n'aurait pas dû être étonné que son employée enchaîne avec un deuxième. Bien sûr, il désapprouva. Lui n'en était à la moitié de son café et comptait bien rester sur ce seul 'verre'. Devant la répartie de l'ancienne chausseuse de monstre, il avait l'embarras du choix pour répliquer. Mériter ? Ils ne devaient pas avoir la même définition de ce mot. Surtout qu'il avait aussi enduré le shopping et sa 'récompense' était de se retrouver ici... Qui plus est, il payait Carrie pour se prêter à ce jeu. Cependant, il garda ses commentaires pour lui pour ne pas renvenimer une situation qui s'était calmée.

Le docteur Lynch finit sa tasse de café avant que ce dernier ne devienne trop froid et donc imbuvable. Son interlocutrice lui posa une question sur ces motivations sur le mariage. Croyait-elle vraiment qu'il allait lui répondre ? C'était elle qui enchaînait les verres d'alcool et non lui ! Plutôt qu'une réponse fermée, ce qui l'obligerait à trouver un nouveau sujet de conversation, il préféra laisser la possibilité à Carrie de deviner. Il devient bien admettre qu'il était curieux de la réponse qui ne tarda pas.

La première proposition arriva à lui décrocher un sourire amusé, sans doute aurait ri lui-aussi s'il n'avait pas autant de retenu.

"C'est encore plus absurde que cela." Répondit-il.

Hélas, oui, sa motivation était tellement plus idiote que celle proposée par Carrie. C'est d'ailleurs pour cela qu'il ne voulait pas la dire. Heureusement, ce n'était pas sa seule motivation et il fut surpris que son employée trouve presque la deuxième raison qui le poussait à se montrer à un événement public.

"En partie, oui." Concéda-t-il à avouer.

Carrie se laissait-il déjà de ce jeu ? Puisqu'elle revint bien vite à l'attaque en demandant au moins de savoir pourquoi il la payait pour l'accompagner. Daniel étouffa un soupir. Décidément, son employée n'était pas patiente. En plus, il jugeait s'être assez étendu sur ce sujet. Sauf que clôturer le sujet signifiait en trouver un nouveau... Chose qui dépassait ses compétences puisqu'il n'avait jamais eu de véritable discussion qui ne touchait pas un aspect de son travail.

"Connaissez-vous la pièce 'Huit-Clos' de Sartre ?" Questionna-t-il. "Sans doute que non. L'ouvrage étant d'origine française, il faut un minimum de recherches pour en trouver une traduction fidèle. Vous devriez le lire, pourtant, il est très intéressant et assez court."

On aurait pu croire qu'il changeait complètement de sujet, pourtant ce n'était pas le cas comme le dévoila rapidement la suite.

"Sans dévoiler l'intrigue..." Continua-t-il. Il doutait que Carrie fasse vraiment l'effort de se procurer le livre mais... on ne sait jamais. "... L'auteur met en évidence le thème suivant : L'enfer, c'est les autres. Plus précisément, l'enfer est le regard que porte les autres sur nous. Je suis conscient de la réputation que j'ai, mademoiselle Jones. Allez seul dans un événement où tout le monde s'étonnera de m'y voir équivaudrait à me jeter volontairement dans une mer infestée de requins."

Daniel porta son attention sur sa tasse vide, hésitant à en commander un autre... Prendre un autre café ne l'enchantait pas vraiment mais il ne voulait pas encouragé des sarcasmes en demandant un jus de fruit ou un verre d'eau. Il releva bien vite son regard.

"Satisfaite de la réponse ?"

Le docteur Lynch pensait réellement se qu'il disait concernant le regard des autres. Lui qui n'avait jamais quitté son service, allait se retrouver à un événement mondain. Evidement que les autres allaient se poser des questions, voir carrément profiter de cette situation où il sera mal à l'aise. Peut-être que Carrie serait la première à le faire, qui sait. C'était une éventualité plausible mais il pouvait toujours menacer de ne pas versé la deuxième partie de la paye promise pour compenser. Bien sûr, Daniel garda pour lui que l'idée de venir accompagner ne venait pas de lui.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Dim 25 Mai - 18:49


Daniel & Carrie

Elle devait bien l’admettre, le psychiatre l’intriguait plus qu’elle ne l’aurait cru. Jusqu’à il y a peu, elle avait sérieusement cru pouvoir facilement le cerner, cet homme trop sérieux, engoncé dans ses costumes stricts, qui ne pensait, vivait, respirait que pour son travail et avait parfois la fâcheuse tendance de se comporter comme s’il avait été son père, surtout ces derniers temps. Comme si elle avait besoin qu’on lui dicte sa conduite ! Néanmoins, depuis qu’il lui avait proposé de la payer pour qu’elle l’accompagne au mariage, elle devait bien admettre que son intérêt avait été éveillé, au-delà des sarcasmes qu’ils aimaient régulièrement à échanger.

L’amener ici pouvait sembler n’être qu’une basse vengeance, la manifestation d’un désir de le mettre mal à l’aise. Et c’était en partie vrai : elle ne pouvait pas nier qu’après la séance shopping qu’il lui avait imposée, elle éprouvait un malin plaisir à le voir dans ce bar, si loin de son monde habituel, constater qu’il était loin d’y être à l’aise. Mais il y avait une autre raison, dissimulée : elle s’était dit qu’en l’éloignant de sa zone de confort, il serait plus facile d’en savoir plus à son sujet. Il serait plus nerveux, plus prompt à se trahir. Mais que cela fonctionne ou pas, c’était si amusant qu’elle ne le regretterait pas.

Elle pouvait comprendre, contrairement à ce qu’il pensait, qu’il ne considère pas l’alcool comme la solution de tous les maux. Elle était cependant de plus en plus décontenancée face à sa volonté si grande de garder le contrôle à tout prix sur lui-même et sur son existence. Comment pouvait-on vivre de cette manière, sans jamais se lâcher à aucun moment ? Elle se contenta de hausser les épaules et n’insista pas davantage, sentant que le sujet s’épuisait. Dommage, elle aurait tout de même bien voulu savoir ce qu’il pouvait bien faire pour se distraire. Le sujet de sa vie privée l’intéressait tout autant. En vérité, elle s’attendait à ce qu’il n’en ait pas vraiment, mais en le voyant le dire avec une telle désinvolture, elle ne put s’empêcher d’être un peu surprise.

« Et... ça vous est égal ? Il n’y a pas de mal à avoir une vie privée, vous savez... » Elle souriait toujours mais son ton était légèrement plus sérieux, et intrigué surtout.

Elle avait un doute sur le fait qu’il soit sérieux ou non. Quelque part, elle sentait que c’était plus que plausible, mais elle se demandait comment il était possible de vivre ainsi sans devenir totalement cinglé. Bon, on ne pouvait pas dire que sa vie privée à elle soit des plus remplies. Elle n’avait aucune vie de famille, pas vraiment d’ami à part Lacey. Ponctuellement, elle sortait boire, parfois ramenait quelqu’un chez elle ou passait la nuit ailleurs, mais rien de vraiment concret, rien qui puisse définir une vie privée remplie. Et elle voyait à présent qu’elle était loin d’être la pire des deux.

Pour ces raisons, le voir accepter de prendre un verre avec elle après le mariage, un verre d’alcool, était pour le moins surprenant. Pour un peu, elle aurait avalé de travers la boisson qu’elle était en train d’ingurgiter à grande vitesse. Alors ça, c’était une sacrée surprise ! Jamais elle n’aurait cru que lui, si rigide, accepte de faire une entorse à tous ses beaux principes, même le temps d’un seul verre. En tout cas, sa proposition n’était pas tombée dans l’oreille d’une sourde. Il pouvait être certain qu’elle ne le laisserait pas oublier ce qu’il venait de lui dire. Qui sait, peut-être que la prochaine fois, en signe de bonne volonté, elle choisirait un autre endroit que celui-ci.

« Vous avez une bien mauvaise opinion de moi ! Et si je vous promets de ne pas en profiter, ça vous irait ? » demanda-t-elle avec un sourire, persuadée qu’il ne lui ferait de toute façon pas confiance. « En tout cas vous pouvez compter sur moi pour vous le rappeler le moment venu, et vous n’avez pas intérêt à vous défiler ! »

Le voilà qui était prévenu à présent. Si vraiment il n’avait jamais bu d’alcool de son existence, il ne suffirait de toute manière pas de grand chose pour que la boisson provoque un certain effet chez lui. Elle se demandait de quoi il s’agissait. Il lui tardait en tout cas d’assister à un tel spectacle. Avec un peu de chance, il se comporterait de manière totalement ridicule et elle aurait la possibilité d’en puiser une infinie source de moqueries pour l’avenir. Quelque part, elle se disait également que se lâcher ne lui ferait pas de mal. Peut-être serait-il alors un peu moins pénible au travail ? On peut toujours espérer.

Enfin, elle avait pu aborder le sujet qui la travaillait, à savoir la raison de cette venue au mariage. Elle se prit à formuler des hypothèses au hasard et eut la surprise de constater qu’elle n’avait pas totalement eu tort. Ainsi Lynch cherchait à redorer son image... Elle était au courant de beaucoup de choses en ville, elle savait quelle réputation il avait. Elle savait aussi qu’il l’avait plus ou moins toujours eue. Pourquoi, soudainement, avait-il décidé que cela devait changer ? Etant donné la précision de ses réponses, elle se douta qu’elle n’aurait pas davantage d’informations. Mais décidée à ne pas en rester là, elle chercha un autre sujet.

Elle s’attendait à ce qu’il réponde avec aussi peu de mots à sa question suivante. Au contraire et à sa plus grande surprise, il commença une explication détaillée en s’appuyant sur un livre de Sartre. Livre qu’elle n’avait jamais lu bien sûr, même si le nom de l’auteur lui disait vaguement quelque chose. Il n’empêche que cette phrase lui sembla particulièrement appropriée, pour elle comme pour lui : l’Enfer c’est les autres. C’était exactement ça. En un sens, elle pouvait le comprendre et admettre qu’il n’avait pas tort. Ou peut-être qu’elle était plus indulgente parce qu’elle commençait lentement mais sûrement à être éméchée. Elle acquiesça d’un signe de tête et hocha la tête.

« Je comprends. Donc, je suis la personne la moins pire que vous ayez trouvé pour vous accompagner ? Ou est-ce parce que je serais la seule qui aurait accepté, même contre de l’argent ? »

Elle se mit à éclater d’un rire incontrôlable, et vida le reste de son verre d’une traite. Puis, elle fit signe au barman pour en avoir un autre, qu’il ne tarda pas à lui apporter. Puisqu’elle en avait déjà bu deux, un troisième ne ferait pas une très grande différence. Elle s’accouda sur la table et le regarda avec un sourire.

« Quand même, je n’aurais jamais imaginé que vous soyez du genre à assister à un mariage. Ou même à prendre un verre avec moi. Vous n’avez pas peur que ce ne soit pas très déontologique ? »

Elle le taquinait à moitié, l’autre parlant à tort et à travers à cause de la boisson.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Mer 28 Mai - 20:38


Daniel & Carrie

La surprise de Carrie alors qu'il avait déclaré ne pas avoir de vie privée était prévisible. Le nombre de fois où son ancien supérieur lui avait fait la même remarque pour le pousser à sortir un peu, à limiter ses heures supplémentaires etc... Pourquoi personne ne comprenait quelques choses d'aussi simple que ces motivations ?

"Oui, çà m'est égal car c'est un choix que j'ai fait il y a longtemps." Répondit-il. "Certains objectifs demandent des sacrifices."

Expliquer se genre de chose à quelqu'un qu'il estimait sans motivation ni passion comme sa secrétaire était voué à l'échec alors il n'insista pas davantage sur ce point. L'ennui lorsqu'on clôturait systématiquement tous les sujets d'une conversation est qu'il fallait en trouver d'autres. Apparemment, ils ne pouvaient pas simplement boire leurs verres respectifs en silence puis partir. Surtout que son interlocutrice semblait bien décidée à ne pas se limiter à un seul verre d'alcool.

En parlant d'alcool, sa proposition d'essayer d'en boire un après le mariage l'étonnait lui-même. En vérité, la réflexion qui découlait de cette décision était logique. A la vitesse avec laquelle Carrie vidait son verre, elle ne tarderait certainement pas à oublier cette part du marché. En théorie. Deuxièmement, il avait besoin de s'assurer de la présence de sa future cavalière au mariage, mettre un objectif basé sur la curiosité maladive de son interlocutrice au cas où l'argent ne serait pas suffisamment était donc logique. Enfin, peut-être que selon le résultat obtenu au mariage, il aurait effectivement besoin d'un verre. Peu probable. Mais tout se qui entourait ce mariage était si incertain. Lui-même n'était plus vraiment certain de savoir pourquoi il voulait tant y aller. Quand il y repensait, tout cela semblait tellement ridicule qu'il n'osait l'expliquer à voix haute, encore moins à une personne aussi prompte au sarcasme que la personne qui allait l'y accompagner.

Lorsque l'ancienne chasseuse de monstre parla de promettre qu'elle n'en profitera pas, Daniel se contenta d'afficher un air dubitatif. Il n'avait pas confiance en elle mais çà n'avait rien de personnel, le psychiatre se méfiait de tout le monde.

"Nous verrons." Répondit-il évasivement alors que Carrie lui assura qu'elle n'oubliera pas cette promesse.

Ce fut à son tour d'assouvir sa curiosité en proposant à sa future cavalière de deviner ces motivations à venir. Le docteur Lynch restait vague dans ses réponses à la fois pour incité Carrie à creuser ses questions mais aussi parce qu'il rechignait à dire la vérité. Il fallait croire que la demoiselle n'était pas patiente puisqu'elle renonça vite au jeu pour poser d'autres questions. Avec un soupir, Daniel répondit de manière un peu plus détaillé, cette fois-ci.

Il n'avait pas l'habitude de parler de chose qu'il aimait comme ces lectures préférées, par exemple. Daniel savait bien qu'il avait des goûts... particuliers. A force, de recevoir des regards étranges et des sourires de politesses crispées, il avait décidé de ne plus rien dire de personnel. Pourtant il parla de Sartre et du livre qu'il aimait particulièrement. Le plus étrange est qu'il ne reçut aucun sarcasme sur le fait qu'il avait des goûts littéraires de 'vieux' ou une autre remarque dans le même style. Peut-être que son interlocutrice était déjà trop ivre pour l'écouter vraiment.

"La moins pire..." Répéta-t-il sur un ton songeur. Il marqua un temps, comme s'il repassa mentalement la liste de potentielles candidates en revue avant de répondre. "Non. La seule qui aurait accepté contre de l'argent ? Non plus, à la réflexion." Ses mains restèrent sur sa tasse de café à présent vide, la faisant lentement tourné au rythme de ses réflexions. "Il me semble vous avoir déjà expliqué pourquoi je vous ais choisi comme cavalière au moment où je vous ai invité, ce n'est pas ma faute si vous manquez cruellement de mémoire."

Il fut surpris de voir sa secrétaire soudainement rire de manière incontrôlé, comme s'il avait dit quelque chose de particulièrement drôle. Le pire fut sans doute qu'elle vida le peu qu'il restait dans son verre pour en commander immédiatement un autre. Devant ce spectacle, le psychiatre espérait deux choses. Que Carrie ne s'affiche pas ainsi en spectacle au mariage et que lui-même ne se mettra pas à agir de la sorte si la promesse d'essayer de boire de l'alcool se concrétiserait.

"Il faut croire que je nourris une certaine curiosité à voir comment deux personnes peuvent dilapider l'équivalent de mon salaire annuel dans une cérémonie pompeuse." Répondit-il avec sarcasme.

Heureusement que Daniel avait un self-control à toute épreuve, sinon il afficherait sans doute une grimace face à l'attitude désinvolte dirigé par l'alcool de son interlocutrice. Le ton, les gestes... Chaque détail sonnait comme une preuve qu'il ne consommerait jamais une goutte d'alcool ! Promesse ou non !

"Je suis surpris que vous ayez encore la capacité de prononcer un mot aussi complexe dans votre état." Commenta-t-il, toujours avec cynisme, lorsque Carrie lui demanda s'il trouvait tout cela déontologique. "Et pour répondre à votre question, étant donné que je vous paie et que tout cela à un rapport indirect avec mon travail, je considère plus ceci comme des heures supplémentaires donc je n'ai aucun problème d'ordre déontologique avec cette situation."

Malgré le fait que le troisième avait été déposé depuis peu sur leur table, il se vidait à une vitesse alarmante. Excédé, Daniel se leva à moitié pour pouvoir écarter le verre des mains de Carrie.

"Je crois que vous avez suffisamment bu pour aujourd'hui, mademoiselle Jones."

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Mar 24 Juin - 20:22


Daniel & Carrie

Un choix qu’elle avait bien du mal à comprendre, mais qui l’intriguait. Il parlait d’objectif. Il devait donc avoir un but dans l’existence, quelque chose qui le poussait ainsi à s’acharner au travail, encore et encore. Elle soupçonnait que cela ait un rapport avec son invitation au mariage mais ne pouvait pas en être certaine, d’autant plus qu’elle avait du mal à voir comment tout cela pourrait se lier.

« Certains objectifs ? Les vôtres sont-ils donc si importants pour que vous sacrifiiez tout le reste ? » demanda-t-elle avec un sourire.

Elle ne lui demanda pas quels étaient les objectifs en question, pour la simple raison qu’elle savait parfaitement qu’il ne lui donnerait jamais une réponse claire et précise sur le sujet. Elle préférait user de moyens détournés pour espérer glaner quelques renseignements, bien que même là encore elle ne soit pas certaine que cette tentative porte ses fruits. Lynch était beaucoup de choses, mais il n’était pas stupide. Il était calculateur, peut-être même plus qu’elle et verrait immédiatement ce qu’elle essayait de savoir. Elle ne le sous-estimait pas de ce côté là.

Elle commençait à le connaître, surtout depuis qu’ils passaient davantage de temps ensemble. Elle pouvait deviner qu’il regrettait déjà d’avoir proposé de boire un verre d’alcool après le mariage. Sauf qu’il l’avait fait, il l’avait vraiment fait et elle n’allait certainement pas l’oublier, et ce malgré le taux d’alcoolémie déjà présents dans son sang. C’était quelque chose de bien trop significatif et inédit pour qu’elle soit capable de le sortir de son esprit. Elle avait même hâte d’y être. Plus que hâte. La simple idée de voir le psychiatre avec un verre dans le nez l’amusait. Avec un peu de chance, il le supporterait mal et elle pourrait le filmer. Après tout, elle pouvait bien en profiter, elle acceptait de lui rendre service en l’accompagnant au mariage pour un prix absolument dérisoire.

« Faites moi confiance, soyez-sûr que je me souviendrai d’une telle proposition. » ajouta-t-elle, amusée.

Elle avait plus que hâte que ce moment arrive. Jamais elle n’aurait cru pouvoir passer des moments vraiment agréables en compagnie de son patron, mais elle devait bien admettre que sa compagnie n’était pas aussi détestable qu’elle l’avait imaginé. Même à présent, c’était plutôt sympathique après tout. Et puis cela lui donnait l’occasion d’en savoir plus. Du moins, s’il acceptait de lui avouer certaines choses à propos de ce qui le motivait à aller au mariage. Ce qui ne fut pas le cas. Rapidement elle laissa tomber, parce qu’elle n’était pas patiente, mais aussi parce qu’elle savait dans ces cas là qu’insister ne servirait à rien. Elle devrait trouver un autre moyen d’en savoir plus. Peut-être son bureau contenait-il quelques indices susceptibles de l’éclairer ? Elle aurait toujours la possibilité d’y faire un tour un peu plus tard.

Il était rare qu’ils parlent de choses personnelles, et cette fois-ci ce fut de ses lectures. Carrie n’était pas vraiment surprise qu’il lise Sartre, cela lui correspondait bien au fond. De son côté, elle lisait assez peu, mais ce n’était pas pour autant qu’elle était totalement inculte et elle avait eu l’occasion d’entendre ce nom à quelques reprises déjà. Elle l’interrogea de nouveau sur les raisons pour lesquelles il l’avait choisie, elle. Certes, elle le lui avait déjà demandé mais ça n’avait pas complètement satisfait sa curiosité.

« Oui, vous l’avez expliqué, mais vous n’avez pas été très précis et je suis curieuse, mais ça vous avez déjà dû le comprendre depuis bien longtemps. Je pense plutôt que vous n’aviez personne d’autre sous la main. »

Il était étonnant qu’il lui ait fait confiance, du moins suffisamment pour s’assurer de son silence. Bon, il la payait, mais pas assez de l’avis de la jeune femme. Ceci dit, elle avait tout de même une certaine éthique concernant les jobs qu’elle prenait et elle acceptait de demeurer discrète sur les réelles raisons qui la poussaient à accompagner Lynch au mariage de cette fille pourrie gâtée. Sur ce point, ils étaient d’accord. Elle rit à sa remarque, en partie parce qu’elle commençait à être saoule, en partie parce qu’elle trouvait vraiment cela drôle.

« Je suis bien d’accord avec vous. C’est une première d’ailleurs et je bois à ça. » Elle tendit son verre vers lui en un geste solennel et en avala quelques gorgées avant de le reposer devant elle. « Qu’est-ce que les Nerys veulent prouver avec tout ça ? A croire que tout le monde ne sait pas qu’ils sont parmi les plus puissants de cette ville. »

Plus elle y pensait, moins elle avait envie d’y aller. Malheureusement, elle avait déjà passé une éprouvante journée shopping et avait besoin de l’argent qu’il lui avait promis. Donc, elle viendrait, comme il le lui avait demander, et ce même si ce ne serait qu’à reculons. Elle s’accouda sur la table. Des heures supplémentaires ? Elle était prête à parier que ce n’était pas le genre de choses qu’un patron était supposé demander à ses employés. Mais passons, elle ne comptait pas lui faire la morale là-dessus, du moment qu’elle était payée comme convenu. En revanche, elle supportait un peu moins bien de se voir ainsi retirer son verre sous son nez.

« Hey ! Mais qu’est-ce qui vous prend ? » Elle leva les yeux au ciel. « Je bois si je veux ! Vous avez déjà envie de rentrer ? »

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Lun 30 Juin - 11:21


Daniel & Carrie

Même s'il avait fait confiance à sa secrétaire, Daniel n'aurait jamais parlé en détail des objectifs qui le motivait. Des objectifs si important pour lui qu'il sacrifiait volontiers (et sans hésiter) tout le reste. Le psychiatre avait réalisé depuis longtemps qu'il n'avait pas la même manière de pensée que les autres. Se qui était logique pour lui devait être proche de la folie selon les normes qui régissaient leur société. Alors il gardait ses motivations pour lui. De toute façon, Carrie avait-elle seulement conscience qu'une véritable partie d'échec se déroulait dans Storybrooke ? Une partie dont chaque habitant était un pion entre les mains des deux puissances qui dominaient la ville ?

"Comment ne pas céder à une tentative de manipulation aussi évidente ?" Ironisa-t-il alors que son interlocutrice essayait de grappiller quelques indices sur ces fameux objectifs.

De toute façon, même s'il l'avait voulu, il n'aurait su dire si les objectifs qu'il suivait en valaient la peine. Pour lui, oui. Mais c'était le genre de chose que seul l'avenir pouvait révéler. Heureusement que le psychiatre se montrait plus patient que son employée. Quoi qu'il redoute que Carrie se montre étonnamment patiente concernant la promesse d'aller boire un autre verre après le mariage. Concernant cette affaire, Daniel ne pouvait qu'espérer que l'alcool qui circulait à grande vitesse dans le sang de sa secrétaire lui ferait oublier ce genre de détail. De toute façon, il y avait le mariage avant cette épreuve. Autant dire que cet essai de verre alcoolisé était reporter à après la fin du monde.

La conversation dériva justement sur le mariage. Si le psychiatre avait proposé au début un jeu de questions pour voir les théories de Carrie sur ces motivations, cette dernière se lassa vite de ses réponses évasives pour aborder le sujet du choix de sa cavalière. Un sujet sur lequel il s'était déjà suffisamment expliqué. Trop à son goût. A croire que sa secrétaire voulait lui arracher une phrase bien précise. Laquelle ? Qu'il avait besoin d'elle ? Hors-de-question de faire un tel aveu surtout que, contrairement à ce que Carrie pensait, elle n'avait pas été son seul choix, seulement le plus pratique.

"Pensez ce que vous voulez, mademoiselle Jones. Je ne vais pas commencer à vous faire la liste des personnes que j'avais pensé inviter." Répliqua-t-il.

En plus, il commençait à douter que Carrie Jones soit la personne qui attirerait le moins l'attention en voyant son employée rire pour un rien à cause de l'alcool. Pour chasser cette crainte de son esprit, il émit une nouvelle hypothèse sur sa venue au mariage : la curiosité de voir comment on pouvait dilapider une fortune dans une telle cérémonie.

Daniel leva un sourcil perplexe lorsque son interlocutrice déclara 'boire à çà'. De toute évidence, Carrie aurait pu être d'accord avec n'importe quoi du moment que la phrase servirait de prétexte à boire une gorgée supplémentaire de son verre qui se vidait à grande vitesse.

"Je ne crois pas qu'ils veulent prouver quelque chose." Répondit-il. "Ils gravitent simplement dans un autre monde que le nôtre. Ce qui nous semble être une dépense exagérée pour nous ne doit être que de la menue monnaie pour les Nerys."

Il conclut sa tirade par un haussement d'épaule qui signifiait qu'il se moquait bien des motivations se cachant derrière une cérémonie si pompeuse puisque le mariage allait lui permettre de suivre une piste qu'il pensait close tout en s'essayant au jeu des apparences pour obtenir des contacts intéressants. Un jeu qu'il affectionnait dans son ancienne vie mais qu'il lui restait à apprendre depuis que la malédiction avait frappé.

L'alcool commençait à faire son effet sur son interlocutrice. Au point que le psychiatre s'étonnait qu'un mot aussi complexe que 'déontologique' put sortir de la bouche de Carrie sans bafouiller. Après lui avoir fourni une réponse qu'il pensait convaincante, le psychiatre déclara que son employée avait déjà suffisamment bu pour ce soir.

Les protestations ne tardèrent pas alors que Daniel éloigna le verre de Carrie. La jeune fille en était à... quoi ?... son troisième verre ? Elle les avait si rapidement enchaîné que le psychiatre en avait perdu le compte. C'était largement suffisant étant donné que sa secrétaire commençait déjà à rire sans raison. Le docteur Lynch pensait au trajet du retour et regretta de ne pas avoir prit sa voiture. Daniel lança un regard incrédule à Carrie qui lui demandait s'il voulait déjà rentrer. Bien sûr qu'il voulait partir ! N'était-ce pas évident ? Devoir servir d'appui à son employée ivre tout en transportant les sacs contenant les résultats de leur séance de shopping n'était pas vraiment la manière dont il avait imaginé la fin de cette journée. Mais peut-être qu'il pouvait laisser sa secrétaire poursuivre sa soirée d'ivresse en solitaire ?

S'il n'y aurait pas eu le mariage, ce serait sans doute se qu'il aurait fait. Seulement, il ne voulait pas risquer que Carrie change d'avis et ne le lâche en dernière minute. Même s'il lui avait promis de la payer, il restait le risque que l'ancienne chasseuse de monstre estime que le jeu n'en vaille pas la chandelle. Daniel poussa un soupir aussi bref qu'agacé.

"Très bien." Dit-il en lâcha sa prise sur le verre entamé qu'il avait écarté des mains de son interlocutrice. "Faite ce que vous voulez, vous êtes majeure et vaccinée, après tout."

Le docteur Lynch reporta son attention sur l'attitude qu'affichait son employée et redouta un comportement similaire au mariage. S'était-il trompé en choisissant Carrie Jones comme cavalière ? Le psychiatre ne voulait pas admettre une erreur dans son raisonnement.

"J'espère que vous n'aurez pas la descente aussi facile au mariage. Je ne veux pas être jeté dehors parce que vous êtes incapable de tenir l'alcool."
Commenta-t-il sur un ton sévère.

Son regard se baissa sur sa tasse de café qui était vide depuis un petit moment. Pour lui, sa tasse vide était un bon prétexte pour partir mais apparemment, Carrie n'en avait pas fini avec cette journée.

"Si vous êtes décidé à rester encore un peu, il va me falloir un autre verre." Conclut-il finalement. Il fit un signe au barman pour passer une nouvelle commande. Avant de marmonner : "S'il existe des boissons non-alcoolisés en dehors du café dans ce bar."

Il ne voulait pas essuyer un nouveau regard incrédule de la part du barman en demandant un jus d'orange ou une autre boisson dans le même style. Daniel imaginait sans peine Carrie éclaté de rire s'il formulait une telle demande. C'est alors qu'il eut une idée intéressante qui allait rendre la situation actuelle plus amusante.

"J'ai une idée que devrait vous plaire." Déclara-t-il à sa secrétaire alors que le barman s'approchait de leur table pour prendre leur commande. "Comme vous connaissez sans doute mieux la carte de ce bar, je vais vous laisser commander pour moi. Ma seule exigence est que la boisson ne soit pas alcoolisée. Et je vous promets de boire se que vous me commanderez, sans poser la moindre question. Si vous profitez de l'occasion pour me faire boire de l'alcool, notre accord à propos du mariage sera rompu ainsi que la partie du salaire promise, bien entendu, mais si vous résister à la tentation vous me prouverez que je peux vous faire confiance comme vous ne cessez de le déclarer depuis le début de cette conversation."

Voilà qui apportait enfin un peu d'intérêt à cette conversation. Daniel était curieux de savoir si Carrie allait résister à l'envie de profiter de cette occasion pour lui faire boire de l'alcool un peu plus tôt que prévu. Est-ce que le cerveau de sa secrétaire était trop embrumé par l'alcool pour se plier à une telle réflexion ? Le choix aurait pu se résumer à une question : est-ce que chez Carrie, la curiosité dépassait l'avarice/ Mais les deux options avaient leur pour et leur contre. Ne plus être obligé d'aller au mariage en sa compagnie priverait la secrétaire de l'argent promis, dans un premier cas, mais aussi lui retirerait la seule chance qu'elle avait de savoir pourquoi le psychiatre tenait tellement à se rendre à cet événement. D'un autre côté, le docteur Lynch savait que son employée n'était pas patiente. De toute façon, c'était à son employée de réfléchir aux arguments pouvant influencer son choix et non à lui. Lui avait jeté les dés et il était curieux d'en savoir les résultats. Elle pouvait tout aussi bien refusé de se prêter au jeu, Carrie Jones était un élément si imprévisible !

"Alors ?"

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Mar 22 Juil - 9:42


Daniel & Carrie

Bon, sa tentative afin de glaner quelques renseignements avait malheureusement lamentablement échoué, comme elle s’en était doutée. Après tout, Lynch était de loin l’être le plus secret qu’elle ait jamais rencontré. Difficile de savoir ce qu’il avait réellement en tête, mais il était certain qu’il ne faisait jamais rien sans une raison valable, un motif caché. C’était un être de réflexion, elle l’avait rapidement compris. Elle n’insista donc pas sur le sujet, comprenant même après quelques verres qu’elle n’obtiendrait aucune réponse satisfaisante. Et même aucune réponse du tout. Elle ne pouvait que faire des suppositions, mais n’était pas forcément encline à y réfléchir à cet instant précis. Non, en ce moment même, l’alcool faisait son chemin dans son organisme, la plongeant dans une euphorie qui lui était peu commune.

Peut-être inconsciemment l’avait-elle fait exprès. Parce qu’elle savait parfaitement que cela agacerait son interlocuteur, le ferait un peu sortir de ses gonds. Et elle était prise de l’irrésistible envie de le bousculer un peu. Elle en venait même à guetter ses réactions. Il avait bien sûr remarqué cette petite évolution dans son comportement. Mais il continuait de parler des Nerys et de leur détestable manie de jeter l’argent par les fenêtres. Au moins sur ce point ils ne pouvaient qu’être d’accord. Pour une fois. Elle se surprenait presque à penser que se rendre à ce mariage ne serait peut-être pas aussi désagréable qu’elle l’avait cru au départ. Elle avait tout de même hâte de voir comment son futur cavalier s’en sortirait dans une telle situation, le social n’étant définitivement pas son fort. Elle aurait bien le temps de voir ça par la suite.

En tout cas, s’il y avait bien une chose qui l’agaçait, c’était qu’il la traite comme une enfant, en exprimant clairement le fait qu’elle ait trop bu. Elle savait parfaitement qu’elle était euphorique, et alors ? Elle ne faisait rien de bien méchant ! Bon sang pourquoi fallait-il qu’il dramatise tout ? Il était vraiment épuisant avec son ton moralisateur et elle protesta vivement. Au moins cela eut un aspect positif puisqu’il finit par lui rendre son verre dont elle but quelques gorgées. Elle se dit qu’elle arrêterait après celui-ci. Elle n’avait pas non plus envie d’être totalement ivre morte devant son patron. Car oui, elle venait de se rappeler qu’il l’était. Elle leva les yeux au ciel et lui lança un regard exaspéré.

« Je sais me comporter correctement, merci bien. Et puis au cas où vous l’ignoreriez, tout le monde se saoule dans ce genre d’événement. » lui lança-t-elle froidement.

Elle détestait ça. Elle détestait cet air supérieur qu’il prenait, lui qui ne devait absolument jamais s’amuser. Bon sang, elle se demandait comment les choses allaient se passer entre eux au mariage. Quoiqu’elle était payée et prête à faire son boulot correctement. C’était bien la première fois qu’on la rémunérait pour accompagner quelqu’un à un événement social. Il faut dire qu’elle n’était pas un premier choix pour ce genre d’occasion et elle en avait parfaitement conscience. Elle détestait ce genre d’occasion, elle détestait les gens en général. Voilà qu’elle allait devoir porter une robe et se montrer polie avec tout le monde. Autant dire qu’elle lui faisait une grande faveur et n’était certainement pas assez payée pour cette journée qu’elle allait sacrifier. La seule chose qui pouvait compenser était la possibilité de voir Lynch se dépêtrer parmi tous les personnages importants de Storybrooke.

C’est alors qu’il lui fit une proposition des plus étonnantes. Non seulement il souhaitait visiblement rester, mais en plus il lui proposait de choisir sa prochaine consommation. Immédiatement, un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme. Elle allait être de bonne volonté et ne pas lui faire servir d’alcool. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle ne pouvait pas le torturer un peu, histoire de lui apprendre à ne pas adopter des attitudes paternalistes à son encontre.

« C’est d’accord. Mais vous serez obligé de boire ce que je vais commander pour vous, quoi que ça puisse être. » signala-t-elle sans se départir de son petit sourire.

Elle fit immédiatement signe au barman de s’approcher, puis se redressa et lui murmura quelques mots à l’oreille, prenant bien garde que le psychiatre n’entende rien. Puis elle se mit à éclater d’un léger rire qu’elle eut bien du mal à contrôler, jusqu’à ce qu’enfin il revienne avec la fameuse boisson, un grand verre contenant une mixture blanchâtre. Il était évident qu’elle était plutôt fière de son petit stratagème.

« Et voilà. Je vous présente le remède anti gueule de bois. Sans alcool, comme promis. »

Elle allait sans aucun doute se prendre une remarque bien sentie de la part de son patron. Il fallait avouer que c’était plutôt un coup bas, surtout qu’elle connaissait cette boisson. La mixture était pleine d’ingrédients non identifiables, aussi efficace que répugnante. Elle se souvenait encore parfaitement bien de la première fois qu’elle y avait goûtée. Ca avait été une pénible épreuve.

« Vous voyez bien que vous pouvez me faire confiance. » ajouta-t-elle comme une ultime provocation. Après tout, elle avait fait exactement ce qu’il lui avait demandé, à savoir commander pour lui une boisson ne contenant pas une goutte d’alcool. « Faites pas cette tête, on peut pas dire que vous m’aidez beaucoup. Ce n’est pas comme s’il y avait beaucoup de choix dans les boissons sans alcool. A moins que vous préfériez un diabolo fraise ? »

Elle avait bien du mal à contenir son hilarité, encore plus après avoir bu ces verres. Elle but encore quelques gorgées de celui qui lui restait, qui serait lui aussi bientôt vide, comme ses prédécesseurs. Elle se demanda s’il allait vraiment accepter de boire cette mixture, de vivre un peu dangereusement. C’était un genre de test, en quelques sortes. Et elle devait l’avouer, elle ne détestait pas l’idée de jouer un peu avec ses nerfs en usant de ses paroles contre lui. C’était sa spécialité d’ailleurs. Ou bien c’était parce que sa tête commençait à tourner et qu’elle avait l’impression d’évoluer dans du coton.


FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Ven 25 Juil - 21:23


Daniel & Carrie

Sa secrétaire ne semblait avoir aucun sens de la modération. Ne pouvait-elle se contenter d'un seul verre ? Visiblement non puisque l'ancienne chasseuse de monstre en était à son troisième ou quatrième verre. A croire qu'on ne pouvait entrer dans un bar sans en sortir complètement ivre ! Vraiment, cela en était navrant... et fâcheux. Le psychiatre espérait que Carrie saura limiter sa consommation au mariage. Que son employée lui assure qu'il était courant de finir ivre à ce genre d'événement n'était pas pour le rassurer.

"Tiens donc, après trois verres, vous voilà devenu une experte en mariage." Ironisa-t-il.

En tout cas, le docteur Lynch espérait que Carrie se trompait. Il ne voulait pas se retrouver entourer de personne saoul à un événement où il serait déjà mal-à-l’aise sans qu'on vienne y ajouter ce genre de désagrément.

Puisque son employée semblait décidée à rester encore un peu. Daniel ne se voyait pas la regarder s'enivrer d'avantage en contemplant sa tasse de café vide. Alors, il proposa un jeu : que sa future cavalière choisisse sa prochaine boisson. Il posa ensuite un semblant de conditions. La boisson devait être sans alcool, sinon leur accord concernant le mariage et le payement qui en découlait serait rompu. Le psychiatre se demandait si sa secrétaire résistera à la tentation de lui faire boire une boisson alcoolisé en avance. Est-ce que cette tentation serait plus forte que de recevoir le reste de l'argent promis pour l'accompagner au mariage ? Ou bien se montrera-t-elle plus sage et digne de confiance comme elle le proclamait depuis le début de cette conversation ?

"Quelque soit se que vous me commanderez, j'en boirais au moins une gorgée." Assura-t-il.

En disant cela, il faisait clairement une erreur. Lui qui aimait tellement jouer sur les mots n'avaient pas vu la faille dans ses propos qui laissait clairement une troisième possibilité dans ce petit jeu. Pour lui, il était évident que Carrie, impatiente comme elle semblait l'être, allait commander quelque chose d'alcoolisé pour lui. Sauf si son côté corruptible ne l'emporte. Peut-être est-ce parce qu'il jugeait l'esprit de sa future cavalière trop embrumé par l'alcool pour réfléchir correctement, mais il ne voyait pas d’autres issues possibles à ce jeu. Et en pensant ainsi, il sous-estimait clairement la demoiselle qui lui faisait face. Comme il n'allait pas tardé à le découvrir.

Le docteur Lynch ne prêta pas attention au petit manège de Carrie quand elle passa la fameuse commande. Pourtant il aurait pu y décelé une prémisse de se qui l'attendait. Au lieu de cela, il prit le rire et le nom de la boisson mystérieusement glisser à l'oreille du barman comme des tentatives pour l'inquiété. L'expression perplexe serait trop faible pour retranscrire se qui s'afficha sur son visage lorsque le barman déposa son étrange mixture en face de lui. Pour le coup, le psychiatre regrettait l'absence de cuillère ou de paille histoire de tester la texture et la densité du breuvage. A croire qu'il était face à une curiosité scientifique et non à une boisson qu'il allait devoir avaler. Çà ressemblait à une sorte de Milk-shake. Cependant, Daniel commençait à se douter qu'il ne s'en tirerait pas à si bon compte. Son regard passa du verre au visage triomphant de son interlocutrice. Même si les mots 'remède anti gueule de bois' lui firent lever un sourcil septique, il ne retrouva l'usage de sa langue que lorsque Carrie l'asticota à propos de la confiance en ignorant volontairement la remarque concernant le diabolo fraise.

"Je doute que le meilleur moyen d'obtenir la confiance de quelqu'un est de prouver que vous pouvez trouver la faille se cachant dans ses paroles." Déclara-t-il.

Daniel avait déjà remarqué cette capacité chez sa secrétaire à travers ses sarcasmes. Maintenant, il réalisait qu'elle employait son esprit retord dans d'autres circonstances. Au lieu de confiance, cette constatation lui inspira la méfiance. Mais, parce qu'elle venait de démontrer cela, son employée venait d'acquérir quelque chose que le psychiatre donnait encore plus difficilement que sa confiance : une certaine forme de respect.

"Cependant, je dois admettre que c'était bien joué." Concéda-t-il avec un sourire mystérieux. Il fit un geste pour rapprocher le verre peu ragoutant. "Je n'irais pas jusqu'à dire que je le méritais."

Hélas, il ne pouvait retarder plus longtemps l'instant fatidique. Avec réticence, il porta la mixture à ses lèvres pour en boire une gorgée... et failla la recracher immédiatement. Failli car il avait assez d'orgueil pour ne pas accorder ce plaisir à l'ancienne chasseuse de monstre. Il ne put, cependant, pas retenir sa grimace lorsqu'il avala. Daniel reposa le verre à peine entamé.

"Je vous laisse le reste." Dit-il en essayant de contenir la quinte de toux qui menaçait de l'envahir en sentant le liquide suspect glisser à l'intérieur de sa gorge. Il se racla la gorge pour essayer d'oublier cette sensation désagréable et fut même assez en forme ensuite pour glisser un sarcasme. "S'il s'agit vraiment d'un remède contre la gueule de bois, vous allez en avoir plus besoin que moi."

Après tout, il avait promis d'en boire au moins une gorgée et non la totalité du verre. Vu comme son interlocutrice commençait à rire pour tout et n'importe quoi, il avait peut-être raison en affirmant que Carrie aurait plus besoin de ce soi-disant remède miracle que lui. Daniel ignorait depuis combien de temps ils étaient là, il lui semblait que cela faisait une éternité qu'il supportait le spectacle de Carrie enchaînant les verres. En tout cas, d'autres personnes commençaient à entrer. Le psychiatre redoutait que la relative tranquillité qui régnait ici ne devienne bientôt plus qu'un souvenir.

"Si vous avez terminé..." Proposa-t-il en se levant, manifestant ainsi de manière détournée sa volonté de partir.

Il était hors-de-question de boire une deuxième gorgée de ce truc qu’on lui avait servi et voir Carrie vider un énième verre ne l’enchantait pas non plus.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Dim 17 Aoû - 1:15


Daniel & Carrie

Bon sang quel rabat joie ! Boire en sa compagnie était à la fois triste et déprimant. Pour un peu, elle se serait sentie coupable de se laisser aller. Ne l’avait-elle pas mérité après cette intense séance shopping qui l’avait réellement mise sur les nerfs ? Apparemment non, il n’était pas bon de se lâcher un peu sur l’alcool. Ou sur quoi que ce soit d’autre d’ailleurs. Si le mariage se passait comme ça, elle n’allait pas follement s’amuser. Restait à espérer que Lacey serait bel et bien là et saurait la distraire. Déjà que l’événement promettait d’être ennuyeux à mourir, orchestré par la vieille matrone Nerys !

« Pas besoin d’être une experte pour savoir ce genre de chose ! » lança-t-elle sur le même ton.

En vérité, il y avait fort à parier que vu le standing de l’événement, l’ivresse serait à proscrire parmi les invités. En clair, elle risquait de s’ennuyer comme un rat mort. Il avait vraiment intérêt à lui reverser ensuite la seconde partie de son salaire, ne serait-ce que pour compenser les efforts fournis. Il aurait dû la remercier encore et encore au lieu de toujours lui faire des reproches à la moindre occasion.

Cependant, les choses avaient bientôt pris une tournure qui lui plaisait bien plus. L’idée de lui commander quelque chose lui plaisait tout particulièrement, et c’était une manière de se venger de l’épouvantable séance shopping qu’il lui avait imposée. Elle ne l’avait pas loupé c’était le moins qu’on puisse dire, mais il ne pourrait certainement pas lui reprocher de ne pas avoir respecté sa parole. Après tout, c’était sans alcool. Lorsqu’il assura qu’il en boirait au moins une gorgée, elle esquissa un petit sourire satisfait. Elle fut néanmoins surprise qu’il ne se méfie pas davantage et ne voit pas rapidement clair dans son jeu. Tant mieux pour elle, elle pouvait en profiter ! Et elle put laisser libre cours à sa satisfaction en voyant la tête qu’il faisait devant l’improbable breuvage.

« Oh, ne soyez pas comme ça, c’était plutôt un joli coup, non ? » Et effectivement, il admit enfin qu’elle avait bien joué la partie. « Vous m’avez quand même trainée dans un magasin de vêtements et obligée à essayer des robes alors que commander sur Internet aurait été bien plus pratique ! »

Mais non, au lieu de ça il avait fallu qu’il la traine en ville dans la boutique de cette épouvantable vendeuse qui n’avait eu de cesse de les torturer tous les deux à coup de tissu et de remarques acerbes sur le fait qu’ils ne constituaient vraiment pas un couple assorti. Un couple ! Voilà qui était tout simplement absurde. Quoi qu’il en soit, elle avait obtenu vengeance et c’est avec un plaisir non dissimulé qu’elle le regarda boire une gorgée de la boisson qu’elle lui avait commandée. Elle avait été curieuse de voir s’il avait assez de cran pour réellement l’avaler. Avec un sourire, elle constata que oui, et en fut plutôt impressionnée.

« Non merci, ce genre de boisson se consomme plutôt le lendemain matin. Et je n’ai pas encore assez bu pour avoir la gueule de bois. » répondit-elle sans se départir de son sourire. « En tout cas je suis impressionnée, je ne pensais pas que vous auriez le courage de le boire. » admit-elle, plutôt amusée mais sans aucune ironie cette fois-ci.

Elle ne protesta pas lorsqu’il décida de laisser le reste. Après tout, un marché était un marché, aucune raison qu’elle en exige davantage de lui. Elle termina rapidement son verre lorsqu’il suggéra fortement par le fait de se lever qu’il souhaitait partir dès maintenant. Evidemment. La jeune femme soupira. Elle aurait clairement aimé rester encore un peu, mais elle n’avait pas non plus envie de boire seule, surtout à cette heure ci où le bar manquait clairement d’animation. Elle finit par se lever, pas motivée pour un sou.

« Bon bon très bien. Vous me raccompagnez ? Vous n’oseriez quand même pas laisser une jeune femme saoule rentrer seule chez elle... » dit-elle avant de laisser échapper un léger rire.

Oubliant les sacs contenant les vêtements, elle fit le tour de la table et se dirigea vers le psychiatre après avoir pris sa veste. Elle n’était pas mécontente à perspective de rentrer chez elle après tout ce qu’il venait de se passer. Cet après-midi shopping avait été pour le moins éprouvant et elle avait bien envie de se reposer un peu et pourquoi pas de dormir. La tête lui tournait légèrement alors qu’elle se trouvait debout et il était probable qu’elle ait un peu de mal à marcher droit.

« J’imagine qu’il va falloir rentrer à pieds, n’est-ce pas ? Aucune chance que vous alliez chercher votre voiture... » Elle connaissait déjà la réponse. Dommage, elle n’avait pas spécialement envie de marcher ce soir. Mais elle n’allait sans doute pas avoir le choix, et mieux valait qu’elle soit accompagnée, même s’il était probable que cette perspective n’enchante pas le psychiatre.

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Dim 17 Aoû - 22:50


Daniel & Carrie

De toute évidence, il avait sous-estimé sa future cavalière. Trop concentrer sur les deux choix possibles à son défi, le psychiatre en avait totalement oublié la possibilité d'une troisième option. Une situation que l'esprit retors de Carrie s'était empressé de tourner à son avantage et, maintenant que l'erreur était faite, le docteur Lynch avait bien du mal à ne pas en contempler le résultat avec une grimace.

Daniel aurait certainement pu trouver une dérobade pour ne pas respecter sa part du marché. En fait, plus il contemplait l'étrange mixture et plus il en avait la furieuse envie. Maintenant qu'il revoyait leur conversation avec un certain recul, il aurait dû se méfier du sourire satisfait qui s'était peint sur les lèvres de sa secrétaire lorsqu'il avait assuré boire au moins une gorgée de la boisson choisie.

Choisir la fuite serait avoué que LUI n'était pas digne de confiance ou qu'il était prompt à annuler un accord. Une décision impossible étant donner qu'un autre marché était en cours entre eux avec cette histoire de mariage.

Le psychiatre n'avait d'autre choix d'avouer que c'était bien joué. Pour une fois, il était un sincère. Cependant, Daniel se rattrapa vite en jugeant qu'il ne méritait pas une telle punition. À cette remarque, Carrie ne put s'empêcher de répliquer qu'il lui avait imposé une séance de shopping.

"Je n'ai pas confiance en Internet." Répondit-il. "Pour de nombreuses raisons. La principale concernant l'achat de vêtements via ce support est qu'il est impossible de juger si un vêtement vous ira bien à partir d'une image porter sur un mannequin informe."

Le docteur Lynch évita de dire que c'était aussi parce qu'il soupçonnait sa future cavalière de trouver un prétexte du genre 'le colis n'est pas arrivé à temps' pour ne pas porter de robe, il s'était déjà étendu sur le sujet quand il avait proposé cette séance shopping à son interlocutrice.

"Et dois-je vous rappeler que j'ai moi aussi fait les frais de cette vendeuse qui croit que deux personnes entrant ensemble dans un magasin forme obligatoirement un couple ?" Souligna-t-il avec sarcasme.

Bon, il devait bien admettre, l'idée d'harmoniser leurs deux tenues puisqu'ils allaient au mariage ensemble était pertinente. Sauf qu'il n'était pas d'humeur à faire les louanges de la vendeuse après avoir subit ses caprices d'experte de la mode.

Malheureusement, il ne pouvait reporter indéfiniment le moment où il allait devoir boire la fameuse gorgée de la mixture anti-gueule de bois. Daniel ne prêta aucune attention à l'expression qu'affichait Carrie puisqu'il était trop occupé à retenir son envie de recracher ce qu'il avait avalé. En boire une gorgée ayant déjà été une épreuve suffisamment éprouvante, il ne se voyait vider tout le verre.

Le psychiatre poussa le verre vers son employée en prétextant qu'elle en aura certainement plus besoin que lui. Décidément, sa secrétaire avait réponse à tout. Il était tentant d'ironiser sur le fait que son interlocutrice pouvait être encore plus ivre que maintenant puisque Carrie assurait ne pas avoir encore assez bu pour avoir la gueule de bois, mais comme il reçut ensuite un compliment, il ne vit pas l'intérêt de mettre de l'huile sur le feu. Ce serait même contre-productif.

"J'avais donné ma parole." Déclara-t-il en jouant les modestes.

Ensuite, il se leva. Il ne se voyait pas finir son verre et encore moins voir Carrie enchaîner les verres d'alcool. Malgré un soupir, sa future cavalière ne protesta pas.

"Bien sûr que je vais vous raccompagner." Affirma-t-il sur un ton froid qui effaça toute tentative galante à son initiative. "Et payer les boissons. Sauf si vous ne mentiez pas en parler de consommation gratuite ?"

Daniel n'était pas certain d'obtenir une réponse fiable puisque son interlocutrice se remettait à rire pour rien. Lui n'en oublia pas les fameux sacs et se baissa pour les ramasser. Voir que Carrie avait du mal à tenir droit lui laissait supposer que le retour allait être plus laborieux que prévu. Pourquoi n'avait-il pas prit la voiture, déjà ? Comme si elle lisait dans ses pensées, sa secrétaire lui fit une remarque dans le genre. Le psychiatre marqua un temps de réflexion avant de répondre.

"J'essaye de visualiser dans quel état je vous retrouverais si je vous demandais de m'attendre ici le temps d'aller chercher ma voiture." Commenta-t-il sur un ton songeur.

Hélas, sa voiture était vraiment trop loin pour qu'il songe à faire un aller-retour.

"Vous n'avez qu'à..." Une nouvelle pause durant laquelle il essaya de déterminer dans quel état se trouvait Carrie malgré son expérience assez maigre de l'ivresse ce qui lui donnait un ton mal assuré qui ne lui ressemblait pas. "... Vous.... vous cramponnez à moi. Fort heureusement, vous n'avez pas de talons qui pourraient vous faire chuter. Çà devrait être réalisable."

Marcher jusqu'à l'appartement de Carrie en s'assurant que cette dernière ne s'étale pas sur le trottoir était une perspective peu réjouissante également, mais il n'avait pas vraiment le choix.

"Et puis de l'air frais devrait vous faire du bien."

FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   Mar 2 Sep - 15:00


Daniel & Carrie

Alors qu’il estimait qu’elle avait été injuste dans sa petite vengeance, elle au contraire la pensait amplement méritée. Après tout, c’était lui qui avait tenu à la trainer dans un magasin pour qu’elle essaie des tenues alors qu’elle n’avait absolument rien demandé. Il aurait pu se montrer un peu plus bienveillant et accepter qu’elle fasse seule ses achats sur le net voyons ! Mais apparemment non. Non, il avait tenu en plus à l’accompagner pour la surveiller dans ses choix. Pourquoi fallait-il qu’il se sente obligé de tout contrôler à ce point ? C’était terriblement agaçant à la longue et elle n’était pas certaine de le supporter bien longtemps...

Elle avait pris le risque qu’il se mette en colère contre elle, voire même annule leur accord. Pourtant elle savait quelque part qu’elle pouvait aller jusque là avec lui. Etonnamment, elle n’avait jamais passé autant de temps en sa compagnie et commençait plus ou moins à le cerner. Aussi ne fut-elle pas surprise lorsqu’il parla de cette manière d’une éventuelle commande sur Internet. Elle leva les yeux au ciel tout en laissant échapper un léger rire.

« Et ben , on peut dire que vous ne prenez jamais de risque vous... Et puis franchement, qui s’en rendrait compte ? Vous pensez vraiment que c’est nous qu’on nous regardera ? Enfin, vous peut-être... »

Il est clair que le fameux Dr Lynch n’allait pas passer inaperçu lors d’un événement social de cette ampleur. Peut-être qu’on lui jetterait un coup d’oeil à elle étant donné qu’elle l’accompagnerait, mais elle doutait que ça aille plus loin que ça. De toute façon, les achats étaient déjà faits et il n’avait pas tort en un sens, ils avaient tous les deux subi cette torture de la part de la vendeuse. Mais il en était en partie responsable, après tout, c’était lui qui avait fait le choix de cette boutique, elle ne l’y avait pas forcé.

« C’est vrai, elle était complètement folle. Mais si vous aviez mieux choisi la boutique, ça ne serait pas arrivé. » rétorqua-t-elle sur le même ton.

Puis, elle croisa les bras d’un air buté. Néanmoins, il avait eu du cran de boire la boisson qu’elle avait commandée spécialement pour lui, elle le reconnut aisément. Il était homme de parole et en plus il ne s’en vantait pas, ce dont elle pouvait le saluer. Mais il semblait aussi en avoir eu assez et indiqua clairement que la soirée allait s’arrêter là. Elle râla un peu, pour la forme, mais accepta néanmoins que leur petit tête à tête s’arrête là. Elle esquissa un sourire satisfait lorsqu’il confirma qu’il allait la raccompagner, ne semblant pas se formaliser de la froideur de son ton. Lorsqu’il demanda si les verres étaient bel et bien gratuits, elle esquissa un sourire aussi malicieux que mystérieux.

« Non je ne me mentais pas. » Elle rit un peu. « Vous devriez me remercier de vous en faire profiter. »

Puis, elle se leva, manquant à plusieurs reprises de trébucher et oubliant même les achats qu’ils avaient effectué, après tout ce qu’elle avait traversé pour choisir une malheureuse robe et une paire de chaussures qu’elle ne reporterait probablement jamais. Elle le suivit dehors et se remit à rire lorsqu’il parla de l’état dans lequel elle se trouverait s’il allait chercher la voiture et se déplaçait presque en sautillant. Il proposa alors qu’elle s’accroche à lui. Si elle avait été sobre, elle l’aurait regardé d’un air ahurie. Mais ne l’étant pas, elle agit tout autrement et eut même sa propre interprétation de ce qu’il lui demandait de faire, une interprétation qui ne plairait sans doute pas beaucoup à Lynch.

« D’accord. » Elle se plaça rapidement derrière lui. « Prêt ? » sans attendre de réponse et sans prévenir, elle s’élança et sauta sur le dos du psychiatre. Elle se cramponna afin de rester en place, comme si elle avait déjà fait ça des dizaines et des dizaines de fois, puis se mit à rire. « Prochain arrêt, la maison ! Youhouuu ! »

Elle lui avait très certainement crié dans les oreilles et ne s’en était même pas rendue compte. Elle était désormais prête à rentrer chez elle en se comportant soudainement avec lui non plus comme s’il était son patron, mais un ami et compagnon de beuverie. Inutile de dire que le lendemain elle risquait de regretter amèrement sa conduite.



FICHE ET CODES PAR EPISKEY.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Tout oublier c'est pas la mer à boire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tout oublier, et redevenir une enfant... [PV]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Vouloir oublier quelqu'un, c'est y penser tout le temps + Alice.
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-