★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

✒ Curse :
223
✒ Coeur :
Libre comme l'air
✒ Statut :
Charmeur de ces dames
✒ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Ven 17 Jan - 22:35





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥ Crocmou




Un nouvel arrêt ponctua leurs aventures. Celui là se passa dans la forêt de ce monde. Ils avaient volés toute la journée et prenaient une pause bien méritée dans une clairière ombragée. Les hauts pins et les chênes massifs apportaient toute l’ombre nécessaire à une pause agréable. Harold et Astrid s’appuyèrent contre un tronc et se laissèrent bercer par les bruits de la forêt : le vent dans les branches, les oiseaux qui chantonnaient doucement, l’eau qui coulait dans une rivière non loin. Tempête se coucha au pied de sa maitresse mais le Furie Nocturne n’était pas tellement fatigué et une balade lui ferait surement du bien.

Crocmou indiqua à son maitre qu’il allait faire une balade et partit dans les fourrés. Il n’avait aucune crainte de se perdre car son sens de l’orientation était infaillible. Il se laissa aller, il suivit un écureuil, puis un oiseau. Ses yeux grands ouverts étaient remplis de curiosité, les animaux, les arbres étaient différents de ceux de Beurk. Il sautait par-dessus un tronc d’arbre, goutaient des baies qui passaient à sa portée. Il suivit plus longtemps une biche qui zigzagua entre les grands chênes qui malgré ses efforts ne parvient pas à échapper au grand reptile. Il ne la tua, il fit seulement que la suivre, profitant de l’excitation de la chasse. Ses pas l’avaient mené le long d’un étang. Crocmou s’allongea dans les fourrés à l’affut, la biche s’échappa profitant de cette distraction du grand lézard. Ses herbes hautes ne le camouflaient pas bien mais il le pensait. Sa tête au ras du sol, il s’approchait furtivement (plus ou moins) des bords du lac. Ses ailes dépassaient et la scène était très amusante pour qui la regardait.

Arrivé le museau presque dans l’eau, il remarqua une grenouille qui se trouvaient sur un nénuphar. Crocmou et le batracien se fixèrent quelques minutes puis ce dernier plongea comme s’il sentait le danger que pouvait représenter le dragon. Là, un poisson sortit la tête de l’eau, le Furie Nocturne se redressa d’un coup. Son estomac venait de se rappeler à lui. Ses oreilles frétillait, attentives à tous les bruits qu’il pouvait entendre. Il baissa à nouveau la tête, pour l’amener à la surface de l’étendue aqueuse. Puis jaillissant tel un serpent, il plongea la tête dans l’eau espérant attraper un poisson dans ses mâchoires. Comme d’habitude, il ne réussit pas à en attraper et ne récupéra que de la vase. Il cracha la boue en faisait une magnifique grimace.

Soudain, un autre bruit attira son attention. Il hésitait face à l’étang qui recelait de quoi combler la faim qui s’était réveillé et ce bruit inconnu qui attisait sa curiosité. Il tendit l’oreille pour savoir d’où venait le bruit puis lançant un dernier regard à l’étang. Crocmou passa la langue sur son nez avant de se diriger vers la source de ce bruit. Ce n’était qu’à quelque pas et le grand dragon se trouva bientôt face à un homme qu’il ne connaissait. Il se tenait entre deux arbres. En un bond, il se posa non loin de cet inconnu. Il pencha la tête sur le côté curieux de cette nouvelle personne. C’était rare pour lui de faire de nouvelles rencontres et il était toujours très intéresse. Chaque individu apportait un nouveau lot d’odeur et de sensations. Peu à peu, il avait compris à décrypter certains comportements humains. Ceux de son maitre n’avaient plus aucun secret pour lui mais il aimait se faire de nouveaux amis pour apprendre d’autres manières de bouger, de se déplacer, de penser aussi. Crocmou espérait juste qu’il n’aurait pas à courir après lui, il ne voulait pas lui faire peur.





« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Mer 29 Jan - 13:52





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥ Crocmou





Triste Sire pouvait se dire que le sorcier l'avait trompé mais en faisant cela, il ne faisait que se voiler la face et il en avait parfaitement conscience. La faute de son échec était son orgueil et rien d'autre. Sans l'intervention de Coraline, l'ancien conseiller se retrouverait dans l'une des geôles que comptait le palais du roi Maurice. Quoi que... Sa situation actuelle était-elle vraiment meilleure, transitant entre deux royaumes ? Le natif d'HalloweenTown commençait à en douter.

Le jeune homme n'avait pas encore toute la prévoyance qu'on lui connaitra dans l'avenir. C'était une dure leçon qu'il était seulement en train d'apprendre. Certain de sa victoire et de pouvoir plier l'esprit du roi selon ses désires sans jamais se faire prendre, il n'avait pas prévu de plan de secours au cas où il aurait été contraint de fuir. Triste Sire ne pouvait que constater pour l'instant qu'il était perdu. Ou peut-être suivait-il la bonne route, comment le savoir ? Le fugitif avait vu ces bois en de nombreuses occasions sur des cartes. Mais les plans étaient bien différent des vrais paysages. Çà aussi, il venait de le réaliser.

Pourquoi n'avait-il pas continué à suivre Coraline ? Pourquoi ne lui avait-il pas demandé de l'accompagner jusqu'à Nottingham ? Leurs retrouvailles avaient été si rapides. Trop courte. A peine avait-il eu le temps de se remettre de la nouvelle que la jeune fille n'était pas rentré dans son monde suite à leurs mésaventures avec la sorcière mais avait atterri ici qu'ils avaient du fuir précipitamment du château pour éviter les gardes. Pourquoi n'avait-il pas prolongé ces retrouvailles ? La réponse était simple : parce qu'il avait changé. Les prémisses de se qu'il avait devenir était déjà présent dans son esprit et ne demandait qu'à grandir. Triste Sire avait eut peur de ne pouvoir retourner en arrière s'il avait continué de suivre Coraline. Elle qui avait choisit un métier si dangereux. Le jeune homme n'avait passé qu’une courte période en tant que conseiller royal mais il avait entrevue un jeu de pouvoir où les mots étaient maître. Une partie auquel il ne pouvait s'empêcher de désirer vouloir y retourner. Même dans sa situation devenue précaire, il désirait retourner sur l'échiquier, quoi qu'il en coûte.

C'est précisément pour cela qu'il se retrouvait à courir dans une forêt inconnu, à sursauter au moindre bruit et à redouter encore plus le silence pesant des bois. Le prix pour avoir participer à cette partie rapide était encore à payer. En tant que conseiller, cette dette impayée ne lui faisait pas peur. Maintenant qu'il avait tout perdu, c'était une toute autre histoire. Surtout que le sorcier n'était pas le seul danger qui le menaçait. En dehors des ennuis qui l'attendaient dans ses lieux peu accueillants pour un citadin comme lui, il y avait aussi l'éventualité d'avoir des gardes aux trousses.

Toutes ces préoccupations lui firent se concentrer sur sa course et non sur les bruits de branches que celle-ci provoquaient, jusqu'à se qu'il soit à bout de souffle et se retrouver obliger de s'arrêter. Adosser à un arbre, il essaya de trouver un point de repère dans le décor alentour. A peine eut-il le temps d'entrevoir la présence d'un lac non loin et d'imaginer la perspective rassurante de s'y abreuver, qu'une ombre surgit devant lui. Du moins, se qui s'apparentait à une grosse forme noir.

En tant que personne traquée, le premier réflexe du jeune homme fut un bon en arrière. Malheureusement, ses jambes endolories protestèrent devant cet effort supplémentaire et il s'écroula sur le dos alors que le dragon pencha la tête par curiosité. D'inquiétante secondes plus tard, se redressant quelque peu, le fugitif ne put que constater que le grand reptile n'avait aucune intention de l'attaquer.

"Heu... Bonjour." Hasarda-t-il maladroitement.

Après tout, depuis qu'il était arrivé dans ce monde coloré, il avait rencontré un chat et un criquet parlant donc pourquoi ne pas tenter sa chance ? Damien n'avait encore jamais rencontré de dragon de sa vie et il venait d'un monde où la plupart des monstres n'étaient pas si méchant que cela (a quelques exceptions prêt). Ce dernier point semblait différent ici. Les ogres en étaient un parfait exemple. Le jeune homme qui tentait toujours de se redresser tout en reprenant son souffle se trouva tout d'un coup très stupide de tenter d'établir un dialogue avec se qui ne semblait n'être qu'un animal.

"Voilà que je parle à une sorte de lézard maintenant." Marmonna-t-il plus pour lui-même. "Ce monde va me rendre fou."

Au moins, il avait d'autres préoccupations que son ventre qui était vide.





« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

✒ Curse :
223
✒ Coeur :
Libre comme l'air
✒ Statut :
Charmeur de ces dames
✒ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Sam 15 Fév - 23:20





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥️ Crocmou





A l’apparition du dragon, l’homme se contenta d’un bond en arrière. Il devait être perdu dans ces pensées et l’arrivée d’un gros lézard absolument pas discret devait surprendre. Il s’écroula, son mouvement l’avait-il fait chuter ? Ses jambes ne le portaient plus ? Ou s’était-il pris l’une des nombreuses racines qui s’étendait tel le réseau de la forêt couvrant en souterrain ou presque toute la surface de cette forêt infinie. Voyant que Crocmou n’était pas agressif et qu’il le contemplait seulement avec une curiosité insondable. Le Furie Nocturne avait déjà rencontré des humains mais rarement des habillés comme lui. Il se souvenait vaguement des deux voleurs mais là encore ce n’était pas exactement ça. Et à part ça il ne se souvenait pas de tenues aussi étranges. Il est vrai que les tenues guerrières des habitants de Beurk n’était pas habituelle mais pour le dragon c’était ça son modèle de référence et l’on ne pouvait pas dire que cet humain là correspondait aux critères vestimentaires ou même physiques de ces guerriers. Harold était l’exception mais c’était justement une exception et en rencontrer une deuxième faisait tout bizarre au dragon. Toujours la tête penchée sur le côté, il hésitait à s’approcher plus de cet humain pour le sentir. Vu sa réaction à son arrivé, il préférait surement rester prudent.

« Heu... Bonjour. »

Le Furie reconnaissait maintenant certains mots et il était content d’avoir compris celui-ci que son maitre lui disait toujours le matin pour entamer une discussion, il faisait pareil avec ses amis. Le dragon se contenta d’un hochement de tête comme il faisait avec Harold ou avec Astrid mais il ne savait pas que cet humain ne connaissait pas le langage qu’il s’était inventé avec ses amis humains. Il se redressa d’un coup voyant que Crocmou ne lui donnerait pas de réponse. Pensait-il vraiment que le dragon lui répondrait ? Cela ne faisait surement pas partie des réflexions du dragon.

« Voilà que je parle à une sorte de lézard maintenant. Ce monde va me rendre fou. »

Il ne comprenait pas tout les mots mais avait reconnu au moins le mot : lézard, c’était celui qu’utilisait Harold quand il le grondait ou n’était pas très content. Crocmou se demanda alors se qu’il avait fait de mal et baissa la tête comme en signe d’excuse. Il ne lui semblait pas qu’il avait fait quoi que ce soit de répréhensible en tout cas pas selon les critères de son maitre, peut-être que cet humain avait des critères différents. A moins que ce ne soit pour le taquiner, le Furie Nocturne se rappelait qu’Harold utilisait aussi ce mot pour se moquer de lui. Il ne s’en vexait pas et c’était souvent le départ d’un nouveau jeu. Le dragon releva alors la tête et se mit en position pour jouer. Le derrière relevé, les pattes avant allongées sur le sol, la tête au même niveau et la queue bougeant à un rythme régulier bien que plutôt lent à cause de la longueur et des divers accidents et qui ont eu lieu à cause d’une joie mal contenue. Il se rappelait très bien du jour, il avait fait ça un peu trop près des arbres et qu’il avait arraché son gouvernail, c’est aussi là qu’il l’avait appelé lézard stupide. Il avait alors été obligé de retourner à l’atelier de Guelfort pour le réparer. Et cela avait pris plus de temps à pied. Après ça, Harold lui donna une longue série de recommandation qu’il ne comprit qu’à moitié mais enfin il avait retenu la leçon. Il attendait donc que cet humain commence à jouer avec lui. N’importe quoi ferait l’affaire, il n’était pas très dur de faire plaisir et d’amuser le grand dragon.






« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Hors rp:
 


Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Dim 16 Fév - 22:26





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥️ Crocmou





Le fugitif perdait ses repères dans un monde qu'il s'imaginait devenu familier jusqu'à se qu'il se retrouve dans cette situation étrange. Comme si le fait d'avoir une dette impayé envers un sorcier qui pouvait réclamer son paiement à tout instant et potentiellement des gardes aux trousses ne suffisait pas, le voilà en présence d'une sorte d'immense reptile. Si ces jambes n'avaient pas céder sous le coup de la course forcée, il aurait sans doute fuit avant que le monstre n'ait une soudaine envie de l'inclure sur sa liste pour dîner. A la place, il ne pouvait que subir le regard curieux de la créature.

Damien fit un effort pour reprendre une respiration normal et faire taire la panique pour s'autoriser un temps de réflexion. De toute évidence, le dragon ne voulait pas le manger sinon il ne serait plus vivant depuis longtemps. La créature était-elle douée de la parole ? Cette pensée pouvait sembler stupide mais le jeune homme avait rencontré tellement d'animaux doué de parole depuis son arrivé ici que le raisonnement lui semblait logique. Du moins, jusqu'à sa tentative d'entamer un dialogue.

Le natif d'HalloweenTown eut un bref sourire en voyant le reptile réagir à son bonjour. Il ne pouvait s'empêcher d'être fasciné par cet étrange animal malgré le fait qu'il ne pouvait complètement gommer de son esprit le potentiel danger que cette dernière pouvait représenter. Toutefois, le silence qui suivit sa tentative de contact lui fit réaliser à quel point celle-ci était idiote. Un constat qu'il ne put s'empêcher de dire à voix haute alors qu'il se relevait péniblement.

Cette phrase était plus une remarque pour lui-même et non pour un éventuel interlocuteur, aussi fut-il surpris et eut un nouveau sursaut en voyant le dragon baisser la tête comme s'il s'excusait de quelque chose. Au moins cette bestiole était douée d'intelligence à défaut de la parole, ce qui rendit sa tentative de communication moins stupide. Enfin... il essayait de s'en convaincre.

Avant de pouvoir aller au bout de sa conclusion, le reptile géant changea brusquement de comportement. Damien fronça les sourcils, perplexe, en regardant avec attention la nouvelle pause qu'avait prise le dragon. On aurait dit... une espèce d'animal de compagnie. Était-ce possible ? Est-ce qu'il serait normal pour certains habitants dans ce monde d'avoir ce genre de créature aussi grande qu'un humain comme compagnon de jeu ? Cela semblait étrange et pourtant la théorie la plus logique. Avec ce nouveau mystère qui piquait sa curiosité, il en oubliait totalement la situation précaire dans lequel il se trouvait en tant que fugitif.

Le jeune homme réfléchit en se passant une main dans les cheveux. Il n'avait jamais eu d'animaux de compagnie, que se soit dans son monde d'origine ou celui-ci, et ne savait pas vraiment comment interprété les réactions de l'étrange reptile. Voulait-il jouer ? Ou bien espérait-il qu'il possède quelque chose à manger à lui jeter ?

"Est-ce que... tu veux... quelque chose ?" Lança-t-il au hasard. Il savait bien qu'il n'obtiendrait pas de réponse à proprement parler mais peut-être un changement dans le comportement qui pouvait indiquer une piste. Le jeune homme ne se voyait pas reprendre sa route après une pareille découverte. "A manger ?"

*Autre chose que moi, j'espère.* Pensa-t-il aussitôt.

Cela ne rata pas, à peine avait-il parlé de la possibilité d'un repas que son propre estomac se manifesta. Damien porta la main vers son ventre désespérément vide. Depuis quand datait son dernier repas ? Du matin de sa fuite, très certainement. A ce moment là, il était loin de se douter qu'il allait devoir fuir au plus vite le château, encore moins qu'il se retrouverait ici, perdu entre deux royaumes et en présence d'une créature curieuse.





« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

✒ Curse :
223
✒ Coeur :
Libre comme l'air
✒ Statut :
Charmeur de ces dames
✒ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Jeu 27 Fév - 23:40





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥️ Crocmou





Le jeune homme ne semblait pas à l’aise face au grand dragon. Et même s’il ne montrait aucun signe d’agression, il était impressionnant, son armure écailleuse brillait sous les quelques rayons qui passait par les branches. Toujours dans sa volonté de jouer, il gardait la position. Mais il ne semblait pas comprendre ce qu’il attendait de lui. Ne voulait-il pas jouer lui ? Le dragon avait surement mal compris ce que voulais l’humain. Ce n’était pas facile de comprendre un autre humain qu’Harold et de se faire comprendre de lui. Mais Crocmou n’abandonna pas. Il avait l’air très gentil et le dragon avait très envie de s’en faire un nouvel ami.

« Est-ce que... tu veux... quelque chose ? »

Il lui semblait reconnaitre cette question mais il ne savait pas comme y répondre. Avec Harold, il lui était simple de lui dire ce dont il avait besoin et ce qu’il voulait. Un ronronnement suffisait à lui faire comprendre mais avec et inconnu qui ne connaissait rien à ce langage qu’il avait construit pas à pas avec son ami.

« A manger ? »

Ce mot-là, oui, Crocmou était sûr de sa signification. Il ouvrit grand la mâchoire en faisant disparaitre ses dents comme il en avait l’habitude et qui lui avait valu son nom. Mais le geste suivant de l’humain, le fit changer d’attitude, il posa la main sur son ventre et il comprit que ce n’était pas lui qui allait être nourri mais que l’humain avait faim. Il comprenait ce sentiment et savait ce qu’il avait à faire. Quittant sa position joueuse, il se redressa arbora un air curieux et ouvrit grand ses oreilles. Il cherchait le doux son d’une rivière ou d’un petit ruisseau. Ses oreilles s’agitèrent un instant avant de trouver ce qu’il cherchait. D’un coup, il se tendit et bondit dans les fourrées en direction du bruit qu’il avait entendu. Après quelques bonds agiles dans la forêt dense, il arriva sur les bords d’un petit ruisseau. Il pouvait distinguer quelques petits poissons. Cela suffirait, enfin il l’espérait. Il réussit à attraper quelques poissons, le dragon les stocka entre ses mâchoires et retourna voir l’humain affamé.

Un bond l’amena au centre de la clairière, sa queue battait dans l’air et faillit déraciner quelques arbres sur son passage. Il s’avança tout prêt de l’humain à petits pas. Il ne voulait pas l’effrayer. Puis comme il l’avait fait avec Harold, la toute première fois. Le dragon s’assit à moins d’un mètre de son nouvel ami, il voyait bien qu’il n’était pas rassuré face à la masse écailleuse de Crocmou malgré ses intentions amicales. Il faisait tout pour paraitre gentil mais ce n’était pas évident. Il poussa un ronronnement adorable et pencha la tête sur le côté, curieux. Puis ayant suffisamment attendu, il recracha le fruit de sa pêche. Ce n’était pas grand-chose, juste quelques petits poissons mais qui suffirait peut-être à calmer la fin de l’humain. Un fois travail fait, il invita l’homme d’un mouvement de la tête à mordre dans la nourriture fraichement pêchée. Ce n’était pas grand-chose mais cela pouvait atténuer la faim grondante de l’humain. Il espérait se faire un ami mais les choses n’étaient pas aussi simples et il ne savait pas comment allait réagir l’humain. Pour Crocmou, c’était très simple de se faire un ami, faire un cadeau et hop le tour était joué. Mais dans le cœur des humains c’était bien plus compliqué. Les sentiments des hommes étaient changeants, le dragon pouvait le constater chez Harold et les guerriers qu’il avait côtoyé mais il espérait que ce ne serait pas le cas de celui-ci. Après tout, il n’avait rien d’un guerrier...







« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Hors rp:
 


Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Jeu 13 Mar - 20:39





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥ Crocmou






Triste sire s'était toujours considérer comme quelqu'un d'ouvert d'esprit. Il le fallait lorsqu'on se retrouvait plongé dans un univers aussi différent du sien et où tout semblait être possible. Depuis son arrivée, il avait, d'ailleurs, vu de nombreuses choses qu'il avait toujours cru impossible. Pourtant, il avait toujours jugé que les dragons relevaient du mythe. A cause d'une simple chose qui n'était pas vraiment compatible avec la magie : la logique. Il était impossible que des créatures de telles envergures puissent voler ! Et complètement illogique qu'elles puissent cracher du feu. N'était-ce pas, en tant que reptile, des créatures à sang froid ? N'y avait-il pas une incompatibilité biologique pour produire un tel phénomène ? La réponse signifiant qu'ils s'agissaient de créatures enchantées, (ce qui les mettaient apparemment à l'abri des règles établis par Mère Nature) n'avait aucun sens pour le jeune homme qui provenait d'un monde où la science avait une place dominante.

Alors que sa seule préoccupation aurait dû être de mettre le maximum de distance entre lui et le château d'une certaine princesse, il faisait face à une créature qu'il avait bien du mal à cataloguer de dragon. Parce qu'il refusait de croire que se qu'il avait devant ses yeux étaient réel et non parce que la chose noire ne ressemblait pas aux descriptions qu'il avait lu de ces créatures volantes.

La curiosité remplaça la peur de ses poursuivants et il observa les réactions du dragon noir en essayant d'en comprendre le sens. N'avoir jamais possédé un animal de compagnie ne l'aidait pas vraiment dans cette tâche. Il espérait juste que le monstre ne voulait pas le dévorer. A l'annonce du mot 'manger', le dragon ouvrit grand sa gueule. Triste Sire recula vivement, craignant d'avoir donner une mauvaise idée au reptile. Cette crainte rappela le vide qui occupait également son estomac. Il n'avait rien osé manger de se qu'il aurait pu trouver dans les bois depuis qu'il avait failli manger quelque chose d'empoisonné. Un ventre vide n'était pas vraiment compatible avec la course éreintante qu'il s'était forcé à maintenir et il commençait à le réaliser.

Finir comme casse-croûte pour un monstre mythologique... il avait connu mieux comme fin. Heureusement, ce genre de conclusion ironique ne semblait pas prévu au programme. Par contre les mouvements étranges de se qui servait d'oreille au dragon lui rappelèrent un autre élément de sa situation qui lui était sorti de l'esprit : il était en fuite, ignorant si le roi avait lancé des poursuivants à ses trousses. Il estimait personnellement que ces actions n'en valaient pas cette peine mais il venait d'un autre monde et avait, par conséquent, une autre manière de penser.

L'oreille attentive, craignant d'entendre le bruit caractéristique de chevaux au galop, il fut de nouveau surpris par un vif mouvement de la créature qui bondit vers les fourrées. En un clin d'œil, le dragon avait disparu. S'était-il désintéresser de lui ? Cette rencontre avait été des plus étranges. Le fugitif éprouva un mélange de soulagement de ne pas avoir terminé dans le ventre du reptile mélangé à une pointe de regret de ne pas avoir pu observer plus longtemps la bestiole.

Triste Sire était décidé à reprendre sa route, même si des douleurs dans ses jambes lui signalèrent que le repos serait une meilleure alternative. Une option qu'il ne pouvait pas se permettre dans sa situation. S'appuyant sur le tronc de l'arbre, il n'eut pas le temps de faire deux pas que le dragon revint en un bond au centre de la clairière. Cette fois, le jeune homme put renforcer sa prise sur un arbre pour ne pas de nouveau tomber de surprise, bien que ses jambes endolories ne demandent que cela.

"Te revoilà." Commenta-t-il dans un murmure, sachant que toute tentative de dialogue pour établir une conversation était vouée à l'échec.

Etrangement, il n'avait encore jamais vu la créature voler. En était-elle incapable ? Pourtant, le dragon avait des ailes d'une envergure impressionnante. Était-ce simplement à cause des arbres, trop serrés entre eux pour permettre de s'envoler ? Ces nouvelles interrogations nourrirent efficacement sa curiosité qu'un bon repas au point d'en oublier à nouveau sa situation de fugitif. Au point qu'il regretta de n'avoir rien pour noter ses observations. Vraiment dommage puisqu'il pu inspecter du regard le dragon noir dans les détails lorsque le monstre s'approcha à pas prudent de lui. Bien que l'animal ne semblait décidément pas avoir un comportement hostile à son égard, Triste Sire n'en oublia pas d'être méfiant et ne pouvait pas complètement écarter l'horrible perspective que la créature ne cherchait peut-être qu'à s'amuser à ses dépends avant de vouloir le dévorer. Après tout, dans se qu'il avait pu lire, les dragons n'étaient pas réputé pour leurs gentillesses envers les humains qu'ils croisaient. Ce qui rendait encore plus étrange le comportement du reptile noir en sa présence.

Le dragon s'arrêta à un mètre de lui et le natif d'Halloweentown était si prêt qu'il pouvait voir le dessin complexe que formaient les écailles noires composant la bête. Il dût réprimer l'envie (suicidaire ?) de tendre la main pour les toucher, se demandant quel aspect aurait les écailles sous ses doigts. La bête émit un bruit proche du ronronnement, se qui fit froncer les sourcils du jeune homme. Honnêtement, il avait déjà essayé d'imaginer à quoi pouvait ressembler les bruits émit par un tel animal mais le ronronnement ne faisait pas partie de la liste.

Il n'eut pas le temps de pousser plus loin ses interrogations puisque l'instant d'après, il se retrouva avec des petits poissons encore frétillant devant les yeux. Triste Sire ne peut s'empêcher d'exprimer une grimace de dégoût devant le regard vide des poissons recouvert de salive reptilienne. Il lança un regard intrigué au dragon qui fit un geste d'invitation vers la nourriture providentielle.

"Merci... je suppose." Hasarda-t-il en reportant son attention sur le reptile.

Ce n'était pas vraiment une perspective de repas appétissant, mais pouvait-il se permettre de faire le difficile alors qu'il n'avait rien mangé depuis le début de sa fuite ? Il sentait déjà des crampes dans son estomac qui ne demandait qu’à se remanifester. Seulement... il était hors de question de les manger ainsi. Du regard, il chercha de quoi faire éventuellement un feu, avant de réaliser qu'il ne savait pas comment en faire un. Rassembler du bois était une étape qu'il connaissait, d’ailleurs il vit quelques branches mortes prometteuses pour cela. Avec prudence, il s’écarta du dragon pour les ramasser mais se retrouva bloquer par le même problème : Que faire ensuite ?

Dans son monde d’origine, il y avait des allumettes pour provoquer la première flamme qui agrandirait le feu. Un objet qui n'existait pas dans cet autre monde. Comment faisait-on ici ? Damien envia Coraline qui semblait bien plus débrouillarde que lui dans ce monde coloré. Ce n'était pas pour rien que le natif d'HalloweenTown avait eut recourt à un pacte pour atteindre rapidement la vie de château !






« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

✒ Curse :
223
✒ Coeur :
Libre comme l'air
✒ Statut :
Charmeur de ces dames
✒ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Lun 24 Mar - 10:13





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥ Crocmou






Maintenant il en était sur, ce n’était pas un guerrier, il était beaucoup trop frêle pour combattre que ce soit avec une hache, une masse d’armes ou en une lourde épée, peut-être avec une dague comme le faisait son maitre Harold et encore. Il n’avait pas sorti son arme à l’apparition du dragon. Ce qui montrait bien qu’il n’était pas dangereux en tout cas pas pour le reptile. Crocmou s’était donc approcher sans crainte, pouvant toujours combattre si jamais l’humain montrait des intentions hostiles comme sortir une arme ou une anguille. Car si le petit homme n’avait aucune arme, le Furie Nocturne en possédait une panoplie : griffes, crocs, feu…

Mais ce n’était pas le gentil dragon qui attaquerait le premier car son objectif, tout innocent était simplement de se faire un ami de cet étranger. Et il espérait que son cadeau lui ferait plaisir. Quand il revient dans la clairière d’un bond impressionnant, il entendit son futur ami murmurer.


« Te revoilà. »


Harold lui disait souvent ces mots quand il était partit depuis un moment ou qu’il le cherchait. Le dragon ne pensait pas être partit si longtemps mais il est vrai que ce n’était pas son maitre. Il déposa son cadeau sur les genoux de l’humain et attendit de voir sa réaction. Cette dernière ne tarda pas, son visage afficha un dégout certain envers ce cadeau mais la faim devait lui tordre le ventre puisqu’il se décida à les manger mais pas comme le pensait le gros reptile.


« Merci... je suppose. »


Il aurait pu le manger cru ou au moins une bouchée comme l’avait fait Harold mais il préféra aller chercher du bois pour faire un feu. Crocmou secoua la tête joyeusement, en voyant ce qu’allait faire son nouvel ami. Il le vit ramasser des brindilles de bois sec pour faire cuire le poisson qu’il lui avait apporté. Cela lui convenait aussi comme acceptation. Pendant toute sa manœuvre et sa recherche, il prit bien soin de s’écarter le plu possible du grand reptile. Craignait-il de le toucher ? Ou de se faire manger ? Des interrogations qui étaient inconnues au dragon. Pour lui, c’était simplement parce qu’il n’y avait pas ce qu’il cherchait près de lui.

Celui qu’il considérait désormais comme son ami, une fois le tas formé se demanda comment faire pour l’allumer. Mais c’était sans compter le dragon qui attendait le signal de son ami pour faire feu et embraser le tas de brindilles. A nouveau, il se ramassa sur le sol, tête touchant presque la terre, préparant sa boule de feu. Mais le signal ne vient pas. Il ne le connaissait pas surement. Le dragon releva alors sa tête et s’assit à nouveau. Il se demandait comment il pouvait lui faire comprendre que c’était simple d’allumer un feu, qu’il suffisait de faire appel à lui. Crocmou avait appris à ne rien faire sans ordre mais là c’était un cas un peu particulier. Prudent, pour ne pas effrayer son nouvel ami, il s’approcha du tas de bois. Tout aussi prudent, l’humain recula et ce fut juste ce qu’il fallait pour que le dragon se charge de faire ce qu’il faisait de mieux. Il gonfla son poumon de feu et cracha. La boule de magma violacée vient s’écraser avec le bruit d’un coup de tonnerre sur les branches qui s’enflammèrent instantanément, ne voulant surement pas contrarier le dragon, tout content d’avoir allumé le feu pour son nouvel ami. Il étira ses lèvres dans ce qu’il avait appris étant un sourire. Ses muscles roulèrent sous sa peau écailleuse quand il s’assit face à l’homme, en attendant qu’il déguste son repas.







« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Hors rp:
 


Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Jeu 17 Avr - 0:07





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥ Crocmou






Triste Sire essayait d'oublier que cette étrange rencontre pouvait se terminer dans l'estomac du dragon. Sa curiosité face à cette créature qu'il n'imaginait pas réel l'aidait dans cet objet mais il était difficile d'ignorer tout les éléments meurtriers qui composaient ce gros lézard. Dents, griffes... autant de détails qui pouvaient signer une fin aussi définitive que prématuré à son aventure.

Pensées enthousiasmes et pessimistes rappelant la précarité de sa nouvelle situation de fugitif s'enchaînaient à un rythme rapide dans sa tête. Il avait hâte de trouver de quoi écrire pour raconter cette étrange rencontre à Coraline. Mais peut-être que son amie savait déjà au sujet de ces dragons ? Peut-être que ces reptiles volants faisaient parti du quotidien de la chasseuse de monstre qu'elle était devenue ici ? Et de toute façon, allait-il seulement réussir à quitter cette forêt en un seul morceau ? Dire qu'il y a quelques jours à peine, il n'aurait jamais eu à se soucier de manquer d'encre, de plume ou de parchemin.

Son ventre vide était une autre constatation de la perte des choses qu'il avait imaginées acquises car il les avait obtenus grâce à la magie. Le dragon était parti. A nouveau le natif d'halloweentown hésitait entre en être soulagé ou déçu que cette expérience fût déjà terminée. La logique voulait que, cet intermède terminé, il reprenne sa marche sauf que ces muscles endoloris n'étaient pas du même avis. Pourtant, le jeune homme sentait qu'il ne pouvait faire une halte trop longue. La disparition momentanée du reptile géant avait plongé de nouveau le décor dans les bruits coutumiers de la forêt, et Triste Sire guettait de nouveau les bruits qui pouvaient annoncés l'arrivée d'éventuels cavaliers à sa poursuite.

Il eut à peine le temps de faire un commentaire sur le retour de lézard noir que celui-ci lui déversa un étrange mélange de bave dragonnesque et de poissons sur les genoux. Le spectacle était... assez répugnant, il ne pouvait le cacher. D'ailleurs, le remerciement qui s'en suivit n'était pas des plus sincères. Pourtant, il ne pouvait ignorer ce potentiel repas, aussi peu ragoutant que ce dernier pouvait lui sembler être. En tout cas, il était hors de question de le manger cru comme semblait vouloir le croire le dragon. Du bout du doigt, il essaya de chasser ce 'cadeau' de ces genoux pour pouvoir se lever. La seule pensée qui tournait en boucle dans son esprit se résumait en un mot : beurk.

Un autre problème se posa rapidement. Comment faisait-on cuir ces trucs ? Damien venait d'un monde beaucoup plus rural que celui-ci, mélanger ce fait avec celui qu'il avait toujours été un cuisinier catastrophique et vous obtenez quelqu'un qui ne savait pas une chose aussi élémentaire que de faire du feu. Au moins, il en connaissait la première étape et après avoir guetté la réaction du reptile alors qu'il se levait, au cas où la créature voulait lui bondir dessus, il chercha du bois. N'importe quel type de branche était bon, non ? Est-ce qu'il fallait prendre en compte le fait qu'il ait été légèrement mouillé par la rosée ou bien ce fait ne changeait rien ? Pourquoi tout était si compliqué dans ce monde ? On le pourchassait pour un crime insignifiant (franchement, c'était leurs propres bêtises le vrai coupable et non lui) et faire ou même trouver à manger était devenu un vrai casse-tête maintenant qu'il se retrouvait loin du confort du château.

Après avoir rassemblé quelques branches, il les déposa en tas sur le sol en se demandant comment allumait-on un feu dans un monde où les allumettes n'avaient pas encore été inventées. Du coin de l'œil, il vit le dragon se remettre en mouvement et leva les yeux pour le voir dans la pause qu'il avait déjà vue auparavant. Damien lança un regard septique vers le tas de bois... est-ce que les dragons seraient comme les chiens qui s'amuseraient d'un vulgaire lancé/rapporter le bâton ? Çà serait vraiment trop étrange. Quoi que le niveau de bizarrerie de cette situation atteignait déjà des sommets. Le jeune homme aurait pu lancer un des bout de bois ramasser pour son hypothétique feu afin de tester son idée mais préféra se reconcentrer sur le problème d'une nourriture qu'il ne pouvait décidément pas se résoudre à manger cru.

Heureusement, le reptile sembla se lasser d'un jeu qui tardait à venir et se rassis pour l'observer. L'homme en fuite avait du mal à associer le comportement du dragon avec ceux décrit dans les rumeurs. Ce qui ne l'empêcha pas de rester prudent vis-à-vis de la créature, reculant quand le dragon avança. La caractéristique pourtant principal de ces créatures légendaires lui était complètement sorti de l'esprit... avant qu'il n'en ait la démonstration. Damien recula vivement devant se spectacle inattendu. En un clin d'œil, son problème de feu était résolu mais il était, sur le moment, trop émerveiller du spectacle pour se rappeler de son ventre vide. Il se rapprocha d'un pas... la curiosité l'emporta vite sur la prudence devant ce feu peu commun pour lui. Avait-il rêvé ou bien les flammes avaient prit une autre teinte avant de prendre celle rouge et jaune habituel ? Et ce bruit semblable au tonnerre ?

A peine eut-il le plaisir de sentir le réchauffement bienveillant de la proximité des flammes sur sa peau qu'un autre bruit que le crépitement du feu le tira de ses pensées. Le bruit tant redouté de chevaux en pleine course. Triste Sire se figea avec une expression de terreur sur le visage. En un instant, il se rappela amèrement sa situation de fugitif. Quel idiot il avait été d'allumer un feu... enfin, techniquement, ce n'était pas lui qui l'avait allumé... Le natif d'Halloweentown s'écarta du feu jusqu'à sentir le contact de l'écorce d'un arbre dans son dos. Il sentait déjà son souffle se faire plus court et la panique augmenter son rythme cardiaque. Reconnaître les symptômes n’arrangeait rien. Il regarda le feu comme s'il aurait pu naïvement le faire disparaître... L'aide providentiel se transformait soudainement en signal géant pour indiquer sa position à ces poursuivants. Et il avait un autre ennui de taille. Le jeune homme lui lança un regard désespérer vers le reptile. Une créature noire... imposante... un autre signal ambulant pour trahir sa position aux gardes envoyés par le roi.






« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

✒ Curse :
223
✒ Coeur :
Libre comme l'air
✒ Statut :
Charmeur de ces dames
✒ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Lun 28 Avr - 15:48





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥️ Crocmou






Le dragon aux écailles noires était ravi d’avoir pu aider son nouvel en allumant ce feu. Ce n’était pas grand-chose mais cela avait plut au Furie Nocturne de se rendre utile. Et même si en l’allumant, il avait fait très peur à son nouvel ami, qui s tenait maintenant à quelques pas du tas de bois enflammé. C’était compréhensible, le reptile couleur de nuit n’était pas très discret quand il crachait du feu et c’était impressionnant de voir sortir de nulle part, une boule de feu qui jaillit d’une gueule garnie de crocs avec le son d’un roulement de tonnerre. Il y avait plus effrayant, comme être la cible de cette attaque mais ça n’en restait pas moins terrifiant quand cela se passe juste votre nez.

Une fois la peur passé, il s’approcha curieux des flammes dansantes qu’avaient allumées, le grand lézard. Il tendit ses mains au dessus du feu pour se réchauffer mais à peine se tenait-il dans cette position. Quand un bruit de galopade à cheval se fit entendre. Les oreilles tendues dans la direction des nouveaux arrivants, Crocmou releva légèrement la tête avant de se lever. Il remarqua la peur chez son ami, il avait reculé jusqu’à buter contre un tronc d’arbre et sa respiration s’était emballée. Le dragon se doutait que ce n’est pas des gentils qui se dirigeaient vers eux. Il se mit en position défensive, prêt à accueillir ceux qui voulaient faire du mal à son nouvel ami. Il descendit sur ses appuis et entrouvrit ses ailes à l’envergure imposante. Ainsi, il cachait le pas-guerrier de ceux qui arrivaient.

Les cavaliers débouchèrent dans la clairière pour tomber nez-à-nez avec le Furie Nocturne, ailes déployées, pupilles fendues et gueule laissant apercevoir l’arsenal de crocs qu’il possédait. Les cheveux prirent peur face à un tel monstre. Il poussa un grognement qui termina de paniquer les chevaux qui désarçonnèrent quelques uns de leurs cavaliers avant de s’échapper dans la forêt. Ceux qui par chance avaient réussit à garder les étriers, ne purent retenir leurs montures dans la clairière et partirent également dans les fourrées, dans le désordre le plus complet. Il ne restait donc que les cavaliers, tous en armures étincelantes qui avaient tout simplement vidé les étriers et qui essayait de rassembler le courage qui leur restait pour prendre les armes face au dragon. Certains aperçurent ce que gardait le dragon. Certains tentèrent de se faufiler vers un côté que le dragon ne semblait pas garder, malheur à eux, la queue du Furie Nocturne et vint faucher les chevaliers assez fous pou s’approcher, les envoyant un dans un buisson et l’autre dans le feu. Crocmou, ignorait qu’il fallait d’abord enlever la boite de conserve avant de faire cuire un chevalier. Les trois autres qui restaient essayèrent une attaque plus frontale. Se donnant du courage avec un cri de guerre, armes levées vers le ciel pour venir pourfendre la cuirasse d’écailles du dragon, ils eurent un peu plus de chance. L’un d’eux esquiva le coup de griffe de Crocmou et abattit son épée sur la patte avant du dragon mais l’épée se brisa net. Les guerriers de l’île avait mis plusieurs années à forger un métal suffisamment résistant pour percer l’armure naturelle des dragons, se n’étaient pas des petits chevaliers qui ne connaissait des dragons que le nom qui arriverait à blesser le puissant Furie Nocturne. L’imprudent qui avait frappé le grand reptile fut envoyé au loin par le tranchant de son aile gigantesque.

N’en restait plus que deux. Il ne subsistait qu’une faible étincelle de courage au fond des yeux des derniers, Crocmou gonfla son poumon de feu et à nouveau cracha une boule de magma violet qui vint s’écraser à leurs pieds dans un bruit qui aurait fait rougir de honte un éclair un soir d’orage. Cela suffit à souffler la petite flamme qui leur restait. Tous décampèrent, certains se relevant tant bien que mal. Le Furie Nocturne se retourna alors vers son ami qu’il avait réussit à protéger. Ses pupilles avaient retrouvées leur rondeur amicale, il replia ses larges ailes et sourit au pas-guerrier.







« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Hors rp:
 


Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Dim 11 Mai - 21:54





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥ Crocmou





L'inconvénient principal de venir d'un autre monde était d'avoir du mal à faire la distinction entre les informations appartenant à l'imaginaire et ceux étant bien réels. Jusqu'à cette rencontre surprenante, Triste Sire imaginait que les dragons entraient dans la première catégorie. Sans doute existait-il un lézard assez gros pour qu'on puisse le qualifier de dragon. Mais il était impossible que des créatures aussi grandes puissent voler ou encore cracher le feu. C'était tout simplement scientifiquement impossible ! Et même si le natif d'HalloweenTown devait bien admettre que la science était un concept inconnu dans ce monde coloré, il ne pouvait croire que la magie pouvait permettre l'existence de telle extravagance. Et voilà que ces croyances furent chamboulées lorsque le reptile noir cracha du feu dans un bruit de tonnerre. Damien n'en revenait pas d'assister à un tel spectacle.

Quoi que, maintenant qu'il y réfléchissait, le jeune homme n'aurait pas dû en être surpris. Depuis son arrivée dans la forêt enchanté, il avait vu de nombreuses choses qui tiendrait du prodige voir de l'impensable dans son monde d'origine. La présence des flammes lui rappela soudainement qu'il était aussi frigorifié qu'affamé et épuisé. Ces préoccupations alimentaires passèrent un instant en second plan tandis qu'il préféra observer cet étrange feu qu'avait allumé le dragon. Pendant une seconde, Damien se demanda si un feu d'une telle origine magique brulerait mais ne se risqua tout de même pas à le vérifier. Même sa curiosité avait des limites quand elle touchait à sa propre sécurité.

D'ailleurs, en parlant de sécurité, il ne fallut pas grand chose pour chasser le jeune homme de sa rêverie. Des bruits de chevaux aux galops lui rappelèrent en un instant record sa situation. C'est vrai, il était sans doute recherché par les soldats du roi. Damien lança un coup d'œil désespérer au reptile. Même si le natif d'HalloweenTown avait gagné à reculant le tronc d'un arbre, il doutait des chances de réussite de sa cachette, surtout en présence de son nouvel 'ami'. La créature était bien trop imposante pour passer inaperçu. Le dragon noir allait forcément attirer l'attention des cavaliers et donc, par conséquent, sur lui.

Le fugitif se voyait déjà ramener de force au château qu'il n'aurait jamais su quitter à temps sans l'intervention de Coraline. Était-ce cela la fin de son aventure ? Finir sa vie dans une des geôles du palais ? Après tout se qu'il avait du faire pour parvenir jusqu'ici ? Entraîner dans ces sombres pensées, Damien ne fit pas attention à la réaction du reptile à ces côtés. Avant que celui si ne déploya ses ailes imposantes, bien sûr.

L'épais cuir qui composait les ailes lui boucha la vue alors qu'il entendait les bruits ralentir puis ensuite un court silence s'installer. Presque aussitôt, le calme fut remplacer par le bruit affolé des montures ayant vu la créature écaillée. Damien eut un frisson lorsque la bête grogna, alors que ce n'était clairement pas un geste à son encontre. Il comprenait parfaitement les hennissements qu'il entendit immédiatement après et les bruits de galops s'éloignant. Cependant, se sont surtout les sons annonçant que les soldats étaient tombés de leurs chevaux qui l’inquiétaient, tout en poussant un peu plus sa curiosité.

Tentant d'ignorer les courbatures qui parcouraient ses muscles endoloris comme autant de protestation, la curiosité le poussa à trouver un angle lui donnant au moins un maigre aperçu de la scène qui se déroulait devant lui. Une fois de plus, ce défaut de vouloir tout savoir se retourna contre lui car ses gesticulations afin d'obtenir une meilleure vue attira l'attention de certains chevaliers sur sa présence. Un détail qui lui échappa complètement étant donné le 'spectacle' qui suivit.

Pour une raison qui lui était inconnu, le dragon semblait vouloir le protéger et le jeune homme n'allait pas s'en plaindre ! Surtout vu la manière dont son étonnant allié se débarrassa de ces poursuivants. Comment ne pas être impressionné lorsqu'il crut apercevoir une épée se briser contre la peau écailleuse du lézard noir ? En un instant, même les plus courageux des adversaires avaient été envoyé au loin... littéralement ! Si le fugitif avait eu un doute sur le caractère dangereux du reptile cracheur de feu, il venait d'en avoir la preuve en entrevoyant avec quelle facilité déconcertante le dragon s'était débarrasser des cavaliers.

Le plus déconcertant fut le changement d'attitude du reptile noir lorsque toute menace fut écartée. L'agrandissement des pupilles ne lui échappa pas, Damien avait déjà observé un tel phénomène chez certains chats ce qui renforçait son impression d'avoir en face de lui une sorte d'animal de compagnie plutôt qu'un monstre légendaire. Ce qui soulevait beaucoup de questions qu'il laissa de côté pour essayer de satisfaire sa curiosité principale du moment. Maintenant qu'il avait vu une épée se casser contre ces écailles, il était plus désireux que jamais de tenter de toucher la peau écailleuse du dragon, savoir quelle texture elle pouvait avoir au touché. Mais le dragon ne prendrait-il pas cela comme un geste belliqueux ?

Avec prudence, il quitta le confort discutable du tronc d'arbre contre lequel il était toujours adossé et tendit lentement la main vers le monstre. Damien essaya d'afficher un sourire confiant qui se voulait l'équivalant d'un remerciement muet mais il ne pouvait s'empêcher de redouter que les crocs qui avait vu quelques instants plus tôt ne se retournent contre lui. Concentré sur cet exercice, cette fois, il n'entendit pas que de nouveaux bruits de pas se dirigeant vers eux.





« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

✒ Curse :
223
✒ Coeur :
Libre comme l'air
✒ Statut :
Charmeur de ces dames
✒ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Mer 4 Juin - 15:59





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥ Crocmou





Une fois débarrassé des boites de conserves qui en voulaient à son nouvel ami, le dragon se retourna pour s’assurer que ce dernier n’avait rien et qu’aucun chevalier ne restait. Rassuré de cet état de fait, il replia ses ailes et ses pupilles s’arrondirent. Il pencha la tête sur le côté, l’air de demander s’il n’avait rien de cassé. Un air interrogateur marquait les traits de son nouvel ami et ce n’était pas une réponse à sa demande muette. Il connaissait bien cet air là. Harold l’avait souvent quand le Furie Nocturne faisait quelque chose qu’il ne comprenait pas et dont il voulait tout savoir. C’était un mélange de curiosité et de réflexion. Crocmou avait remarqué le regard pesant sur ses écailles principalement sur l’endroit où l’épée avait frappée sans laisser une seule marque. Il baissa la tête vers sa patte avant que le chevalier avait touchée. Enfin touchée, c’est vite dit puisqu’il n’y avait aucune trace de la lame fragile du chevalier. La peau écailleuse du Furie Nocturne était intacte et cela ne semblait pas l’inquiéter ou le rassure plus qu’autre chose. Cela semblait normal au reptile géant.

Focalisé sur ses écailles brillantes, il quitta l’appui du tronc d’arbre et tendit lentement la main vers le museau de Crocmou. Cela lui rappela la toute première fois où son ami avait fait ça. La peau rose toute fragile d’Harold s’était posée doucement sur son nez avant qu’il ne s’intéresse à autre chose. Il n’avait pas compris à l’époque que c’était une marque de confiance des humains à l’égard des dragons. Néanmoins cela restait une chose que le Furie ne faisait habituellement qu’avec son grand ami. Un sourire qui se voulait confiant se glissa sur les traits de celui qu’il venait de sauver d’un danger plus grand qu’il ne pouvait l’imaginer. Mais le dragon sentait la peur sous-jacente qu’il ressentait envers la créature de la nuit qui pouvait montrer une dangerosité impressionnante si on ne l’avait pas de son côté. Malgré la peur, il s’avança doucement la main tendue vers la tête de Crocmou. Toujours interrogateur et un peu sceptique quand à cet exercice de confiance qu’il semblait redouter même si la curiosité était plus grande.

Avant que sa main frêle se pose sur le museau du redoutable dragon, des pas se firent entendre. Une oreille se tendit pour écouter plus précisément ses bruits qu’il connaissait bien. Ce n’était pas des chevaliers qui revenaient à l’attaque bien au contraire, il pouvait reconnaitre partout ce pas claudiquant. Astrid n’était pas venue avec lui surement rester près du campement avec tempête. Harold fit son apparition à la lisière de la clairière et le dragon tout content de retrouver son maitre, bondit dans sa direction et vint se frotter avec une affection un peu trop débordante à son ami.


« Crocmou, qu’est ce que tu faisais ? »


Harold enserra son cou puissant et le Furie Nocturne poussa un ronronnement avant de relever la tête et d’indiquer son nouvel ami à son maitre. Son cavalier fit un sourire à cet étranger. Il faisait confiance à la masse de muscle écailleuse qui était son plus grand ami et salua cet inconnu.

« Bonjour, je suis Harold et il semblerait que vous ayez déjà fait la connaissance de Crocmou. »


Il s’approcha de Damien et lui tendit la main. Derrière Harold, le Furie Nocturne passa la tête et observa la réaction de son nouvel ami. Il semblait assez hésitant. Le grand dragon s’était assis derrière son maitre et semblait être une ombre un peu encombrante. Mais pleine d’affection et d’amour. L’étranger le verrait-il ainsi ? Surtout après que le dragon ait échappé à sa curiosité en allant saluer son maitre.






« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.




Spoiler:
 


Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   Mar 10 Juin - 21:08





Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.












Triste Sire ♥ Crocmou






Ce n'est qu'en voyant le dragon en action que Damien réalisa a quel point il était chanceux de n'avoir rien fait qui aurait pu attirer les foudres du reptile sur lui. Avant l'arrivé des soldats, le fugitif aurait pu penser face au comportement amical de la bête écaillée que ce qu'il avait lu sur les dragons étaient faux ou exagéré, surtout les parties concernant leurs animosités. Maintenant, Damien savait a quel point les récits disaient vrai. Voir les pupilles de la créature s'arrondirent dès que tout danger fut écarté renforça son impression d'avoir affaire à une sorte d'animal domestique. Sauf qu'aucun chien ou chat n'était capable de faire les prouesses exécutés par le lézard noir ! C'était vraiment déroutant et le jeune homme ne pouvait que regretter de n'avoir rien emporté pour écrire ces observations dans sa fuite.

La peur d'être capturé avait totalement disparu de son esprit grâce à l'aide de ce puissant allié inattendu, laissant toute la place nécessaire à sa curiosité dévorante. Par où commencer ? Il y avait tellement de détail incroyable qui composait la créature en face de lui. Le comportement, la structure anatomique, quel mécanisme chimique pouvait enclencher les jets de flammes et bien d'autres choses qui ne lui venait pas encore à l'esprit ! Pourtant, son regard s'était attardé sur les écailles qui avaient su briser sans difficulté une épée de chevalier.

Il se demanda quel texture pouvait avoir au touché des écailles aussi particulière. Seraient-elles froide ou légèrement chauffé par le contact de l'acier ? Rugueuse ou lisse ? Avec prudence, car il n'oubliait pas la démonstration de force qu'avait fait l'animal, il quitta le confort relatif du tronc d'arbre pour s'approcher. Damien fit de son mieux pour afficher un sourire rassurant au reptile même s'il ne pouvait empêcher sa main tendue de trembler. Les animaux avaient des comportements étranges parfois, il suffisait que le dragon interprète son geste motivé par la curiosité comme un acte agressif et s'en était fini de lui. Le toucher était aussi une certaine façon de rendre cette rencontre réelle car il semblait plus plausible de croire cette aventure toute droite tirée d'un rêve lorsque le jeune homme y repensait. Peut-être s'était-il écroulé de fatigue pendant sa course dans la forêt et qu'il rêvait de ce dragon noir ?

Le dragon ne semblait pas voir son geste comme une menace. Devait-il prendre ce manque de réaction comme une preuve que cette créature ne serait que le fruit de son imagination et non une chose se tenant réellement devant lui ? Avant qu'il ne puisse en avoir le cœur net, un bruit de pas se fit à nouveau entendre. Damien fit un geste de recul en renonçant à sa tentative d'entrer en contact avec le lézard. Il croyait à juste-titre le retour en force des soldats ayant prit la fuite. Est-ce que son nouvel allié serait le défendre cette fois-ci ? Le jeune homme aurait pu également redouter l'arrivé du sorcier auprès duquel il lui restait toujours une dette impayée. Mais il doutait sérieusement qu'une telle personne s'annonce avec autant de prévenance, l'imaginant plus facile en train d'apparaître soudainement pour réclamer son dû.

Au lieu de tomber sur un soldat, Damien eut la surprise de voir quelqu'un de quasiment aussi chétif que lui et estropié. La surprise continua lorsque le dragon bondit dans la direction pour venir se frotter contre l'inconnu. Devant l'incrédulité d'une telle scène, il eut tout de même la mince satisfaction d'avoir vu juste au sujet du caractère domestiqué du reptile.

Devant cette scène touchante, le natif d'HalloweenTown se sentait de trop. Pire, ces retrouvailles lui rappelèrent douloureusement celle qu'il avait eue avec Coraline. Avait-il fait une erreur en partant de son côté ? Pourtant il sentait que sa route était déjà tracée. Un chemin difficile qui l'empêcha de formuler une envie d'accompagner Harold et son étrange monture vers leur village d'origine. Il n'aurait pas sa place là-bas, même s'il aurait peut-être pu observer les dragons à loisir. Malgré cette décision, Damien rendit son salut au nouveau venu pour ne pas se montrer impoli. Après tout, la monture de cette personne venait de lui sauver la vie.

« Bonjour, je suis Harold et il semblerait que vous ayez déjà fait la connaissance de Crocmou. »

"Votre dragon m'a sauvé d'une fâcheuse situation." Commenta-t-il en serra la main tendue et en évitant intentionnellement le passage épineux des présentations.

Bien que soulagé d'enfin pouvoir avoir un interlocuteur, qui plus sois quelqu'un qui pourrait sans doute satisfaire sa curiosité à propos du mystérieux compagnon écaillé, Damien n'en oubliait pas son statut de fugitif nouvellement acquis. Dire son nom serait dangereux. Parce qu'il n'oubliait pas dans quel situation délicate il se trouvait, au lieu de poser des questions sur le dragon, il questionna plutôt Harold sur les alentours en prétextant s'être perdu. C'est ainsi qu'il apprit la direction du plus proche royaume : Nottingham. Ce nom sonnait aux oreilles de Damien comme une promesse de tout recommencer.

Après avoir remercié chaleureusement Harold pour ces renseignements, il fit un geste d'au revoir en direction de Crocmou, sans oser pour autant à retenter le geste qui avait été interrompu par l'arrivée d'Harold. Alors qu'il reprit sa route, à peine avait-il fait quelques pas qu'il entendu un bruit d'aile suivit d'une ombre imposante. Damien put lever les yeux juste à temps pour voir Crocmou et son cavalier s'envoler. Le natif d'HalloweenTown resta un instant ébahi par ce spectacle jusqu'à ce que le dragon ne devienne plus qu'une tache éloignée dans le ciel.






« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent »


© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Entre reptiles, on se comprend... enfin presque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un repas entre amis, enfin presque [Belle, Adam, Killian]
» DAKOTA › j'ai un prénom de fille, et j'assume ! enfin presque...
» [Terminé] Tranquille dans un parc de Londres, enfin presque... || Soo-Hee K. & Lily P.
» Tatii La Sage ( Enfin presque... )
» De retour parmit les vivants.... Enfin presque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-