Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Mer 11 Déc - 21:40




Beth & Norman



Si certaines personnes mettaient l’apparition du dragon sur la quantité d’alcool ingurgitée, d’autres affirmaient qu’il s’agissait d’un hologramme, personnellement, j’étais sure et certaine de ce que j’avais vu et je n’étais pas sous l’emprise de l’alcool, malgré le fait que mon père ait voulu me faire souffler dans un éthylotest pour être sur que je n’étais pas saoule parce qu’il avait du mal à me croire. Mais j’avais réussi à le convaincre en lui montrant mes photos et ma vidéo. C’était beaucoup trop réaliste pour être un hologramme ou un pantin. Ca se serait vu et si aujourd’hui dans les films, les dragons étaient très réalistes, c’était parce qu’ils étaient fait par des logiciels de graphisme et d’effets spéciaux. Non, j’étais certaine de ce que j’avais vu ce jour-là et je n’en démordais pas. Me faire croire le contraire était une perte de temps.

Sur ce coup, je n’avais pas beaucoup d’allier. La seule personne qui m’avait cru et à qui j’avais raconté ce qu’il s’était passé était mon père. Je l’avais raconté à Bran, je lui avais montré les preuves que je possédais, mais il était resté sceptique. D’accord, ça pouvait paraître gros, et particulièrement fantaisiste, mais c’était la réalité. Il y avait bel et bien eu un dragon au mariage de Louna et Will. Il faudrait être particulièrement sot de ne pas y croire, surtout quand on y avait assisté. Même si Bran n’avait pas été présent et qu’il avait toutes les raisons du monde de ne pas y croire, j’avais été déçue qu’il ne me croie pas. Après tout, c’était lui l’expert en animaux. C’était lui qui aurait dû y croire plus que moi, mais non. Du coup, mes seuls alliés dans cette histoire étaient mon père et Norman. Je pouvais compter sur eux et je m’estimais déjà chanceuse.

Pour la nouvelle parution du Daily Mirror, j’avais appelé mes contacts extérieurs à la ville pour savoir s’ils n’avaient pas vu quelque chose d’anormal ces derniers temps. Je n’avais pas parlé de dragon par crainte qu’on ne me rie au nez et qu’on me raccroche aussi sec. Et j’avais très bien fait de ne rien dire car personne n’avait rien vu de particulier. Storybrooke était le seul endroit où avait été vu le dragon, ce qui avait confirmé mes doutes sur sa présence dans notre ville depuis un bon moment. Où se cachait-il ? Personne ne le savait encore. Depuis le mariage, il n’était pas réapparu. C’était comme s’il avait disparu on ne sait où. Mais il était forcément quelque part. Il suffisait juste de savoir où. Ca, c’était un objectif que je m’étais donnée. Père comptait participer aux recherches et pour cela, il avait sorti absolument tout son matériel qui encombrait l’ensemble de la maison. On ne pouvait de nouveau plus circuler, mais ce n’était pas important.

Comme à chaque fois que je me rendais au Daily Mirror, je m’arrêtais chez Granny pour y prendre un café à emporter. Quand j’arrivais, Ruby venait à peine de le faire et il n’attendait plus que moi. Je payais avant de repartir et de prendre cette fois-ci la direction du journal. Le chemin n’était pas spécialement long et cette belle matinée du mois de mai annonçait que la journée était bonne. Tout du moins, je l’espérais. Avec un temps pareil, se serait regrettable qu’elle tourne vinaigre… Quoi que le temps ne veuille rien dire… enfin j’étais contente que l’été revienne. Fini le froid et les longs manteaux d’hiver, les bonnets et les écharpes. Et puis, c’était le temps idéal pour commencer les recherches car rester dehors ne me ferait ni mourir de froid, ni mourir de chaud. J’avais hâte de commencer, et mon père surement encore plus car il n’attendait que ça. Je le comprenais sans aucun doute mieux que personne.

Lorsque je franchis les portes du Daily Mirror, je me retrouvais dans mon environnement habituel. Ca pouvait faire peur quand on voyait tout le monde bouger dans tous les sens, les téléphones sonner etc… mais on s’y habituait à force de travailler. Je me dirigeais vers mon bureau où devait m’attendre encore tout un tas de paperasse. Parfois, j’avais l’impression que je n’y verrais jamais le bout, mais qu’est-ce que je deviendrai le jour où je n’aurais plus rien à faire ? Et bien je me tournerai les pouces et m’ennuierai ferme ! Donc je préférais en avoir de trop que pas assez. Et de toute façon, jusqu’à présent, on ne m’avait jamais reproché d’être en retard ou quoi que ce soit de similaire. Je déposais mon café sur un bout de bureau encore libre et allumais mon ordinateur. Je relevais mes longs cheveux châtains dans un chignon fait à la va-vite, comme j’avais l’habitude de les faire quand je travaillais ou quand je dessinais.

Je terminais mon café tout en consultant mes e-mails. Je n’en avais pas une tonne, mais je lus chacun d’entre eux quelque fois que quelqu’un vienne me dire qu’ils avaient aperçu le dragon, mais rien. Aussi bien à Storybrooke qu’à l’extérieur. N’ayant absolument rien de réellement intéressant, je quittais mon bureau au bout d’une heure et pris la décision d’aller voir Louna. Je n’avais pas eu l’occasion de la revoir depuis son mariage et de discuter réellement avec elle. Du coup, j’espérais qu’elle aurait quelques minutes à me consacrer, mais en passant devant le bureau de Norman, je le trouvais penché au-dessus d’une carte de la ville entrain de griffonner dessus. Je m’arrêtais, curieuse. Je m’approchais de lui et me penchais au-dessus de son bureau pour voir plusieurs indications de signalées. J’arquai un sourcil et lâchai :

- Alors, on fait cavalier seul dans la recherche du grand dragon ?

J’avais dit ça en plaisantant, bien sur, mais je n’arrivais pas à me sortir de l’esprit la façon dont il avait semblé si intéressé par le dragon quand je lui avais montré ma vidéo. Du coup, j’espérais qu’il pourrait m’aider dans mes recherches. Peut-être allais-je lui suggérer qu’on fasse équipe. Avec mon père, c’était certain qu’on le retrouverait. Il était excellent dans l’art de retrouver un animal alors un dragon… Certes, il entrerait en domaine inconnu, mais il était la seule personne capable d’un tel exploit à ma connaissance.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Mer 18 Déc - 9:16




Beth & Norman




Parfois, certains événements chamboulent tellement votre quotidien qu'ils provoquent des miracles. Depuis qu'un dragon s'était invité au mariage du siècle, le Daily Mirror était témoin d'un véritable miracle dans ce genre : celui de voir Norman concentré sur son travail. Oui, un autre mot que miracle aurait été trop faible pour définir cet exploit. Même si concentré était un bien grand mot. Il oubliait encore de transmettre certains messages ou de noter quelques rendez-vous. Mais il répondait avec un peu plus de motivation au téléphone au lieu de cuver de sa dernière soirée arrosée en feintant de sommeiller de celui du juste en attendant que quelqu'un d'autre décroche à sa place.

Son nouveau comportement n'avait rien de gratuit puisque depuis le dernier numéro du Daily Mirror, beaucoup de coup de fils avait un rapport avec le fameux reptile volant. Norman avait vu la bête de prêt... quoi que de pas assez prêt à son goût puisqu'un guignol l'avait empêché de s'approcher du manoir. Cette étrange vision avait sonné comme un défi pour le braconnier qu'il était. Lui qui s'ennuyait à mourir dans cette ville morne, lui qui n'avait fait que partir en chasse de la faune ordinaire que pouvait lui offrir les forêts de Storybrooke, voilà qu'on lui agitait devant son nez l'existence d'un lance-flamme à écaille. C'était magnifique !

L'ancien chasseur avait trouvé sa nouvelle proie. Sauf que le dragon avait décidé de transformé çà en partie de cache-cache géant. Au moins l'article de Beth l'avait rassuré sur un point : la créature n'avait pas quitté la ville. Norman n'avait aucune idée de se qu'il ferait s'il parvenait à remettre la main sur la gigantesque créature mythologique. Sans doute que ces chances de survie lors d'une bataille était bien maigre. Mais le secrétaire du Daily Mirror n'avait pas pour habitude de se préoccuper de ce genre de détail. Le plus important était de tenter le coup. Qu'il meurt potentiellement réduit en cendre n'était qu'un petit détail, un risque du jeu qui rendait la chasse bien plus intéressante que lorsqu'il avait tenté de pourchasser un lion dans le zoo de ce cher vétérinaire.

De toute façon, avant de se soucier des chances de survie d'une telle rencontre, il fallait encore que cette fameuse rencontre ait lieu. Çà aussi çà faisait partie de la chasse mais l'ancien chasseur était loin d'être patient dans cette partie. Surtout devant la perspective d'un tel trophée ! Norman trouvait limite criminel de lui montrer un tel monstre puis que ce dernier ne daigne plus se montrer pour le localiser. Il avait raté la direction que le dragon avait prit en partant et s'en mordait les doigts à présent. Même cette chère Beth qui était sans doute la seule à partager son enthousiasme dans cette histoire n'avait pu le renseigner sur le sujet.

Voilà pourquoi depuis le mariage, le secrétaire du Daily Mirror venait à l'heure au travail (à moitié endormi et avec la plupart du temps un mal de tête carabiné mais ponctuel !). Non parce qu'il s'était couvert une soudaine passion pour son métier mais parce qu'il espérait recevoir des témoignages qui constitueraient autant d'indice pour dénicher la tanière de la bête. Au début, tout s'était déroulé comme il l'avait espérer. Le téléphone n'avait pas arrêté de sonner et Norman notait avec une minutie qui étonnait tout ses collègues chaque potentiel témoignage. Potentiel était le mot clef de cette phrase. Car l'ancien chasseur se rendit très vite compte en creusant ces pistes après le travail que la plupart était fausse, dicté par des paranoïaques, des idiots voulant faire leurs intéressants et d'autres qualificatifs moins polis. Bref, des gens qui s'amusaient vraiment à lui faire perdre son temps alors qu'il s'agissait d'une affaire sérieuse.

Aujourd'hui était bien parti pour n'être qu'une nouvelle journée sans piste exploitable. Malgré tout, Norman continuait de griffonner rapidement les messages du téléphone. Qui sait ? Peut-être qu'un de ses ramassis d'ânerie représenterait un vrai témoignage. C'était çà le hic lorsqu'il était question de dragon, difficile de juger la pertinence d'un récit. D'ailleurs... peut-être que ces anciens 'amis' de l'opération cobra savaient quelque chose. Cette apparition confirmait l'histoire du petit Henry. Rien que de penser qu'il existait un monde entier de ces créatures... L'ancien chasseur en frissonnait de bonheur d'avance. Enfin tout çà n'était que de la spéculation, pour l'instant Norman se concentrait sur du concret : le dragon bien réel qu'il avait pu voir au mariage.

Pour l'instant, le téléphone avait fait une pause. Le fait que Norman avait laissé le combiné décroché pour que çà sonne occupé devait y être pour beaucoup. Quoi ? Il était certes devenu plus motivé au travail depuis l'affaire du dragon mais on ne changeait pas ses atroces habitudes et cette astuce pour pouvoir boire un café tranquille était du genre tenace. Sauf qu'aujourd'hui, il ne se servait pas de ce prétexte pour savourer un bon café bien chaud mais pour envahir une carte de la ville de griffonnages, témoignage flagrant de ces recherches infructueuses.

Sérieusement... comment on pouvait perdre une chose aussi grosse ? La forêt était la meilleure option mais Norman y vivait et avait chassé dans chaque centimètre carré de ce foutu tas de bois. Il était tellement occupé dans sa retranscription de ses échecs qu'il n'avait pas vu Beth approché avant qu'elle ne lui adresse la parole.

Alors, on fait cavalier seul dans la recherche du grand dragon ?

N'importe qui aurait fait un geste pour camouflé son manque flagrant de travail mais pas Norman. Lui se contenta de lever les yeux de sa carte et de sourire à sa collègue. Dans un semblant de conscience, il fit tout de même en geste pour remettre le combiné du téléphone, histoire de rendre la ligne de nouveau disponible.

"Disons plutôt que j'essaye de te déblayer le terrain." Répondit-il.

C'était évident, Beth avait plus de connaissances sur les animaux que lui. Sans doute parce qu'elle passait plus de temps à les observer au lieu de leur tirer dessus avec une arme comme le faisait Norman. Si une personne pouvait comprendre et repérer la bestiole, c'était bien son amie journaliste. Une raison de plus pour rester en bon terme avec elle.

"Joli article, au fait." Dit-il en tapotant la dernière édition du journal. "C'est dommage que personne d'autres ici ne semblent nous croire. Franchement... des hologrammes ? Une intoxication alimentaire ? Qui croirait à des excuses pareils ?"

D'ailleurs, le secrétaire était curieux de savoir si Bran avait rejoint le clan de septique vu qu'il était parti plus tôt et n'avait pu voir le monstre en chaire et en écaille. Enfin, il s'en fichait un peu pour l'instant. L'important c'était de savoir si une expédition allait être organisée et surtout d'en faire parti. Mais pour l'instant s'était mal barré étant donné qu'il n'existait pas un début de piste. D'ailleurs, il regarda sa carte hachuré de partout en se passant une main dans les cheveux.

"C'est quand même dingue de perdre la trace d'une animale aussi gros, non ?" Il releva de nouveau les yeux dans l'attente de l'avis d'experte de Beth.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Lun 23 Déc - 23:30




Beth & Norman



L’apparition du dragon marquait un très grand tournant dans la ville de Storybrooke. Dire que quelques temps plus tôt j’avais osé penser qu’il ne se passerait jamais rien dans cette petite bourgade du Maine, je m’étais lourdement trompée ! Il pouvait s’y passer des choses incroyables et totalement folles. Tellement folle qu’aucun dragon n’avait été vu ailleurs dans le monde. C’était ce qui m’avait poussé à en déduire qu’il se trouvait à Storybrooke et nulle part ailleurs. Mais où ? C’était une excellente question parce que je n’en avais aucune idée. Père m’avait assuré qu’il avait déjà fouillé absolument toute la forêt et que jamais il n’avait vu quelque chose qui ferrait penser à la présence d’un dragon dans les parages. Alors d’où sortait-il ? Personne ne le savait et c’était frustrant car nous n’avions aucune base de recherche. Mais je ne m’en faisais pas de trop pour ça car Père réussirait bien à trouver quelque chose, même si c’était minime.

Pour l’instant, j’essayais d’en savoir un peu plus dessus. Des appels qui concernaient cette créature mythologie, on en recevait pleins, mais tous se révélaient être de fausses informations. Ca avait le don de nous agacer, tous autant que nous étions au Daily Mirror, mais nous étions obligés de faire des recherches en fonction des informations qu’on nous donnait, histoire qu’on ne passe pas à travers de quelque chose. Mais jusqu’à présent, nous avions surtout eu affaire à des petits plaisantins qui n’avaient rien à faire de leurs journées que d’appeler le journal pour sortir un truc qui leur sortait par la tête. N’empêche, une créature aussi gigantesque ne pourrait pas se cacher très longtemps. Il faudrait bien que quelqu’un la remarque à un moment ou un autre, c’était impossible qu’elle nous passe sous le nez tout le temps. Nous possédions quand même des moyens qui nous permettraient de le trouver rapidement. Il fallait juste une base.

Depuis que le dragon avait fait son apparition, ma boite mail était pleine à craquer, et pas seulement de témoignage, mais de piste que le patron souhaitait que j’explore. J’en avais tellement que du coup, je ne savais jamais réellement où donner de la tête. Heureusement que Père s’y connaissait plus que moi. Il saurait quoi faire, j’en étais certaine. Après la vérification de mes mains j’avais pour but d’aller rendre visite à Louna dont le bureau se trouvait un peu plus loin. Je n’avais pas eu l’occasion de la revoir réellement après son mariage du coup, j’espérais qu’elle aurait quelques minutes  m’accorder, mais je m’arrêtais en cours de route en passant devant le bureau de Norman. Ce dernier était penché sur une carte et semblait plus que concentré dessus. C’était bien la première fois que je voyais Norman avec les yeux grands ouverts à cette heure-ci. Ca faisait plaisir de le voir aussi motivé ! Au moins, il mettait du cœur à l’ouvrage !

Si la façon dont je l’avais abordé était étrange, Norman ne s’en conforma pas plus que ça. J’avais, en quelque sorte, deviné ce qu’il était entrain de faire, mais il n’y avait rien de bizarre à ça étant donné que beaucoup d’entre nous travaillait dessus. Qu’il soit secrétaire ou pas, nous avions besoin de tout le monde. Je notais que son téléphone était décroché et qu’il le raccrocha en levant la tête vers moi. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres mais je ne fis aucun commentaire. Pour le coup, je le comprenais. Le téléphone n’arrêtait pas de sonner ces derniers temps alors le décrocher un moment, ça reposait les oreilles. Je jetais un œil sur la carte et y vis plusieurs indications. Je me demandais ce qu’il avait bien pu trouver pour noter toutes ces indications, mais au moins ça pourrait peut-être utile.

- Déblayer le terrain, répétais-je comme pour enregistrer l’information. Ca pourrait être fortement utile ! Tu es parti de quoi ?

Oui, j’étais curieuse de savoir, était-ce un mal ? Bien sur que non, même si certaines personnes affirmaient le contraire. Mais c’était dans ma nature de journaliste d’être curieuse, je ne savais pas faire autrement. Il fallait que j’en sache le plus possible, je ne savais pas me contenter du strict minimum. Parfois, ça me faisait défaut, mais parfois ça avait du bon. On apprenait à faire avec au fur et à mesure du temps. Je reportais mon attention sur Norman qui me complimentait à propos de l’article que j’avais écrit. Un léger rire d’amusement s’échappa de ma bouche quand il évoqua les diverses excuses qui avaient été trouvées pour expliquer l’apparition du dragon. J’étais du même avis que Normann, à n’en pas douter ! J’étais certaine de ce que j’avais vu et absolument personne ne me ferait changer d’avis sur ça !

- Merci, répondis-je dans un premier temps. Mais c’est fortement dommage en effet. Quoi que mon père y croie dur comme fer, même si j’ai dû lui montrer la vidéo et mes photos pour ça. Enfin, je le comprends un peu, à sa place j’aurais peut-être réagi pareil, mais au moins, il m’a cru avec les preuves que je lui ai fourni.

Je n’en attendais réellement pas moins de la part de mon père. Jamais il ne me traiterait de menteuse, même s’il m’avait proposé un éthylotest. J’aurais pu mal le prendre, mais ce ne fut pas le cas. J’opinais de la tête à la seconde remarque de mon collègue. C’était exactement ce que je me disais aussi : comment pouvait-on ne pas trouver un animal aussi gigantesque ? Allez savoir ! Je n’avais aucune première explication. Avions-nous omis un lieu ? J’en doutais. Je connaissais la forêt de Storybrooke quasiment par cœur pour y avoir passé des heures et des heures à la recherche d’éléments pour mes articles, père y avait passé également de nombreuses heures pour étudier les différentes espèces animales qui se trouvaient dans le coin… Mais jamais un dragon ne nous avait sauté aux yeux. S’était-il trouvé ailleurs ? Sortait-il de quelque part d’autre ? Les réponses étaient encore inconnues.

- Carrément ! Mais Père et moi comptons bien le retrouver, prochainement. Il a déjà sorti tout son matériel pour une expédition dans la forêt. On en aura surement pour des jours, mais aucun indice ne nous échappera, ou ne lui échappera, c’est lui l’expert. Moi, je ferais plus office d’assistante qu’autre chose.

Bref, je me perdais dans mes explications. C’était souvent comme ça. Peut-être qu’un jour finirais-je comme mon père à être une grande passionnée d’animaux à tel point que se serait la seule chose qui sortirait de ma bouche. Contrairement à mon père, cependant, c’était que j’étais journaliste et non pas zoologue, comme lui l’était. C’était un géni, moi pas. Ce qui était fortement dommage, à propos de cette petite expédition que nous préparions, c’était que l’avis de Bran aurait pu être intéressant, mais comme il s’était montré septique avec mon histoire, je me voyais mal l’appeler pour savoir s’il était partant. Sa réponse serait « non », c’était couru d’avance ! Son savoir aurait pu être un atout, mais il faudrait s’en passer, je le craignais.

- Et toi, tu prévois de trouver le dragon de quelle façon ? Tu dois bien avoir pensé à quelque chose, non ? demandais-je aussitôt.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Mer 1 Jan - 22:18




Beth & Norman




La vie à Storybrooke d'après Norman Fleming était ennuyeuse, ordinaire... en un mot comme en cent : rasoir. Ces petits tours aux bars, au casino, l'opération cora ou lors de chasses improvisés en forêt n'étaient là que pour le distraire de manière plus ou moins efficace. Et il avait 'suffit' de l'apparition d'un gros reptile volant pour changer la donne. Désormais, le secrétaire du Daily Mirror avait des journées bien remplies, bien qu'il était frustrant de retourner cette ville dans tout les sens pour rentrer bredouille chez lui.

Heureusement qu'il avait vu la créature de ses propres yeux sinon il en aurait douté de son existence. Même s'il n'était pas le meilleur pisteur dans cette vie, on ne pouvait pas perdre la trace d'une aussi grosse créature ! C'était impossible ! Il devait y avoir une astuce qu'il n'avait pas compris. Est-ce les Nerys qui avaient acheté cette créature pour être certain que le mariage monopolise les gros titres des feuilles de choux locales ? Du genre, on va promener le lance-flamme puis 'coucouche panier' comme une espèce de chien de luxe pour riche excentrique ? Peu probable mais il ne perdrait sans doute rien à aller faire un tour sur les toits du manoir à la recherche d'indice. Sans permission, çà risque d'être coton... Sauf que s'il jouait les gentils en demandant l'autorisation à la mariée, il risque non seulement de se prendre un refus catégorique mais en plus d'alerté la jeune Nerys sur ses attentions de creuser cette piste. Impossible de tenter une excursion nocturne dans la casa Nerys après çà.

Histoire d'apporter un élément construction à son plan de la ville, il entoura la villa suivit d'un point d'interrogation alors qu'il se creuser les méninges sur ces chances d'atteindre les toits sans finir en prison pour intrusion dans un domaine privé. Sur ce fait, Norman fut tirer de ses notes par Beth, la seule autre personne du journal à croire que le dragon existait et n'était pas une illusion, un mirage causé par une intoxication alimentaire ou quelque chose comme çà.

L'ancien chasseur s'attendait à recevoir une remarque sur le fait qu'il avait décroché le combiné du téléphone pour bloquer la ligne mais ne reçut qu'un sourire. Apparemment Beth aussi était débordé par le téléphone en ce moment. Pour paraître un minimum professionnel, le secrétaire remit le combiné à sa place. La journaliste lui demande s'il partait à la recherche du dragon en solitaire, ce à quoi Norman répondit qu'il lui déblayait un peu le terrain. C'était elle l'experte, après tout.

- Déblayer le terrain. Ca pourrait être fortement utile ! Tu es parti de quoi ?

Avec un sourire, Norman déblaya un peu son bureau pour écarter les documents qui étaient censés caché sa carte de la ville des regards indiscrets. Comme il commençait à tourner en rond dans ses recherches, un avis extérieur ne serait pas du luxe. D'accord, il n'aura plus le prestige d'avoir trouver la bête tout seule. Sauf que d'un autre côté, il n'avait même pas un début de piste hormis tirer les verres du nez à quelques uns des membres de l'opération cobra d'Henry au cas où ils en sauraient plus. Difficile de reprendre contact avec des personnes qu'on a consciencieusement cherché à éviter lorsqu'on s'est retiré de cette histoire avec le gamin dans le coma.

"Ah, j'aimerais te dire que j'ai trouvé ce que le dragon à fait après avoir fait mumuse au mariage mais pour l'instant je me contente de rassembler les témoignages pour y voir des concordances." Expliqua-t-il en montrant certain élément de sa carte qui prenait des allures de carte au trésor. "Enfin j'aurais trouvé quelque chose si la quasi-totalité de ses soi-disant témoignages n'étaient pas du pipeau." Continua-t-il sur un ton qui témoignait toute sa frustration et se qu'il pensait de ses minus qui osaient jouer les intéressants.

Il en profita ensuite pour féliciter Beth pour son article, le seul article qui avait un minimum de bon sens d'après lui puisque les autres interviews prêchaient des théories ennuyeusement réaliste comme un hologramme par exemple. L'ancien chasseur ne manqua pas de faire un commentaire sur se qu'il pensait de se genre d'explication. Peut-être aurait-il y aller avec les pincettes étant donnés que cela restait l'avis partager par beaucoup de ces collègues que cette chose n'était pas réel, cependant Norman n'avait jamais été connu pour mâcher ses mots. Il estimait avoir déjà été suffisamment poli dans son commentaire en n'y intégrant pas de gros mots. Vu le rire qui accueillit sa remarque, cette chère Beth pensait la même chose. Bien ! Norman aurait été désolé d'apprendre que la journaliste s'était rangée du côté des biens pensants.

- Merci. Mais c’est fortement dommage en effet. Quoi que mon père y croie dur comme fer, même si j’ai dû lui montrer la vidéo et mes photos pour ça. Enfin, je le comprends un peu, à sa place j’aurais peut-être réagi pareil, mais au moins, il m’a cru avec les preuves que je lui ai fourni.

Ah ah, voilà des informations intéressantes. Le père de Beth y croyait aussi. Est-ce que la phrase de sa collègue sous-entendait que Bran fasse parti du clan des septiques ? Oui, c'était vraiment très intéressant tout çà. Norman fut étonnement discrèt sur ce sujet puisqu'il préféra regarder son plan de manière ennuyé en se demandant comment une bête de cette taille pouvait tout simplement disparaître. Bizarrement, l'explication la plus 'logique' (entre gros guillemets) serait que la créature ne se soit pas réfugier dans la forêt mais en ville. Bizarre, non ? Norman eut la présence d'esprit de ne pas dire cette théorie à voix haute. Surtout que la suite des paroles de Beth l’intéressa beaucoup plus que ces spéculations sur un dragon se baladant en ville.

- Carrément ! Mais Père et moi comptons bien le retrouver, prochainement. Il a déjà sorti tout son matériel pour une expédition dans la forêt. On en aura surement pour des jours, mais aucun indice ne nous échappera, ou ne lui échappera, c’est lui l’expert. Moi, je ferais plus office d’assistante qu’autre chose.

Une expédition dans la forêt ! Çà s'était l'info du jour. Presque immédiatement, Norman désira en faire parti. La question s'était : comment ? Ses talents avec les armes étaient supposés rester secrets. En plus, des défenseurs des animaux comme Beth et son paternel ne verront certainement pas sa présence d'un bon œil s'il mettait ce genre d'argument en évidence.

"Une expédition dans la forêt ? Tu sais, j'habite dans les sous-bois... entre la civilisation et l’ancien pont de paillage. Si vous voulez avoir un camp de base bien au chaud entre deux explorations..." Proposa-t-il aimablement. "Ma maison est votre maison, comme on dit."

Enfin peut-être que ses apprentis explorateurs préféraient dormir sous des tentes au milieu des insectes et autres bestioles qui s'inviteront pendant la nuit sous leur couette. Au moins, en se proposant de les héberger, l'ancien chasseur pouvait garder un œil sur leurs projets. Sinon... il trouvera bien autre chose. Ce plan-là était simplement le plus pratique.

- Et toi, tu prévois de trouver le dragon de quelle façon ? Tu dois bien avoir pensé à quelque chose, non ?

Norman fit une légèrement grimace et se passa une main songeuse sur son menton mal rasé. Oui, il avait bien une idée mais est-ce que son interlocutrice était assez ouverte d'esprit pour y croire ou bien torpillerait-il ses chances de faire partie de l'expédition en les formulant à voix haute.

"J'aurais bien une théorie." Commença-t-il de manière évasive. "Tu t'es jamais dit qu'Henry avait peut-être soulevé un point intéressant ? Enfin, avant de finir dans le coma bien sûr. Et je ne dis pas qu'il a ENTIÈREMENT raison mais... çà pourrait expliquer d'où vient le dragon, non ?"

Et aussi pourquoi on n'en avait pas entendu parler avant son apparition au mariage. Norman conclut ses explications par un haussement d'épaule, comme si tout se qu'il venait de dire n'avait pas d'importance. Une plaisanterie de plus venant de quelqu'un qui n'était pas vraiment connu pour son sérieux. D'un autre côté, lorsqu'on avait fait le tour de toute les pistes logiques, que restait-il d'autres ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Ven 10 Jan - 20:16




Beth & Norman



La ville prenait des tournures assez importantes depuis quelques temps. Plusieurs événements se déroulaient et parfois, cela donnait l’impression que rien de tout cela n’aurait dû arriver, comme si la vie échappait totalement au contrôle. Pourquoi cette impression ? Moi-même je n’avais aucune réponse. Cette sensation m’était sans aucun doute venue par rapport au fait que nous n’avions jamais eu autant d’agitation au journal que depuis très récemment. Jusqu’à présent, Storybrooke avait toujours été une ville tranquille, sans histoire majeure, et d’un coup d’un seul, POUF, c’était la débandade ! Mais ça me plaisait qu’il y ait un peu d’action parce que si notre ville continuait ainsi dans sa monotonie, il allait falloir partir à la pêche à l’information et le Daily Mirror deviendrait un véritable torchon. Nous étions peut-être une petite ville, seuls nos habitants lisaient ce journal, mais ce n’était pas une raison pour ne pas faire les choses bien.

Le dragon qui était apparu au mariage de Louna et de Will était sans aucun doute le scoop du siècle, même si certains affirmaient avoir subi une hallucination. Je ne comprenais pas pourquoi ils ne voulaient pas y croire. Le spectacle s’était tout de même déroulé sous leurs yeux. A croire que Norman et moi étions les seuls Saint Thomas de la ville. Et encore, certain, même en ayant la preuve sous leur nez n’était pas fichu de reconnaître la réalité. Comme Bran par exemple. J’ignorais pourquoi, mais ça m’énervait qu’il ne me croit pas. Il était tout de même vétérinaire dans cette ville, par conséquent, il était un élément important sur ce sujet. Mais il avait choisi d’être septique. Quelque part, il entrait dans la catégorie des Saint Thomas « je ne crois que ce que je vois » et comme il était parti avant l’arrivée du dragon, il n’avait pas pu voir de ses propres yeux cette immense créature. Mon père lui, était le seul à m’avoir cru. Mais mon père me croirait toujours.

J’étais curieuse de savoir comment Norman travaillait là-dessus. A la base, je voulais aller parler avec Louna pour avoir de ses nouvelles car nous n’avions pas vraiment eu l’occasion de discuter depuis son mariage, mais voir le secrétaire du Daily Mirror travailler avec autant d’acharnement avait quelque chose d’assez fascinant. D’après ce qu’il venait de me dire quand je lui avais demandé s’il comptait partir à la recherche du Dragon, il déblayait le terrain et ça c’était intéressant. Beaucoup plus intéressant que les nombreux appels et e-mails qui racontaient n’importe quoi. C’était désespérant de voir que les gens ne prenaient pas au sérieux le travail des autres. Si je m’étais penchée sur cet article qui avait été publié avec autant de sérieux, ce n’était pas pour recevoir des blagues ou des propositions d’internement ou que sais-je encore. Enfin, pour le moment, je souhaitais en savoir plus et Norman semblait enclin à partager son savoir.

Je fis le tour de son bureau pour regarder sa carte qui couvrait l’intégralité de la ville ainsi que ses alentours. Il venait de retirer absolument tout ce qui encombrait son bureau et qui cachait, principalement, sa carte. Pourquoi la dissimulait-il ? Je n’en avais aucune idée. Peut-être parce que c’était hors cadre de son boulot ? Mais peu importait. Je me demandais quelles informations il avait bien pu obtenir étant donné le nombre de mensonges que j’avais reçu de mon côté. Comme je m’en doutais, il utilisait les témoignages qui laissaient fortement à désirer. Mais en même temps, il fallait bien partir de quelque chose… Tout ne pouvait pas être mensonge. Enfin, j’aurais une vraie base quand mon père et moi nous aurions commencé nos recherches. Là, au moins, on aurait des vraies preuves, si on trouvait quelque chose, bien évidemment. Mais je ne partais pas défaitiste parce que je savais que mon père mettrait absolument tout en œuvre pour trouver le dragon.

- Je comprends, je fais chou blanc à chaque information qu’on m’offre… J’ai arrêté de compter dessus, malheureusement… soupirais-je. L’honnêteté des gens fait peur à voir.

Honnêtement, je ne voyais pas trop ce que ça leur apportait de nous mentir à nous donnant de fausses informations. Qu’est-ce que ça leur coutait de se retenir d’appeler pour dire des bêtises plus grosses qu’eux ? C’était sans doute un effort surhumain pour eux. A la rigueur, je préférais que ce soit le calme plat plutôt que d’entendre le téléphone toutes les minutes pour recevoir un ramassis de bêtises. Que Norman me fasse un compliment par rapport à mon article me fit énormément plaisir. Au moins quelqu’un qui reconnaissait mon travail. C’était assez gratifiant et je savais qu’il ne me proposerait pas d’aller en psychiatrie. Mais avec l’expédition que mon père et moi étions entrain de préparer, j’allais pouvoir prouver à tout le monde que le dragon était bel et bien réel et qu’il ne s’agissait pas du tout d’une intoxication alimentaire ou une quelconque illusion.

Je hochais la tête quand Norman me demanda si l’expédition aurait lieu dans la forêt. C’était le premier endroit auquel mon père avait pensé. C’était le seul endroit assez grand qui pouvait le cacher. La forêt était grande et il nous faudrait plusieurs jours pour en faire le tour, mais ce n’était pas comme si nous n’avions pas l’habitude. Lorsque nous partirions pour l’Afrique, se serait des semaines et des semaines que nous passerions dans la nature. Un nouveau sourire se dessina sur mes lèvres quand il nous proposa de loger chez lui pendant notre expédition. C’était vraiment gentil de sa part de proposer une telle chose. Je devais bien avouer qu’il était plus agréable de dormir dans un vrai lit que dans un sac de couchage à même le sol.

- C’est gentil de ta part, mais ce n’est pas moi qui décide. Je sais que Père préfère camper, au cas où le dragon passerait miraculeusement là où on dort. Mais je lui en parlerai, c’est promis !

A mon tour, je souhaitais savoir comment il comptait s’y prendre pour le trouver. Après tout, ça pourrait être intéressant de comparer nos deux façons de faire, même si ma façon de faire était plus celle de mon père. Mais peu importait. Quand il m’annonça qu’il avait une théorie, je fus curieuse de la connaître. Mais il ne me l’annonça pas de but en blanc car il me posa une question qui me laissa assez perplexe. Je penchais la tête sur le côté et fronçais les sourcils. Qu’est-ce qu’Henry avait à voir là-dedans ? A ma connaissance, il n’y avait qu’un seul Henry en ville, du coup, je me demandais ce qu’un petit garçon de onze ans pouvait bien à voir là-dedans. Surtout que le pauvre était dans le coma donc il n’avait pas pu prendre part à cette histoire de dragon. Enfin, Norman pourrait sans aucun doute me répondre puisque c’était lui qui venait de me parler de tout ça.

- Henry ? Mills ? Le fils de Régina ? demandais-je pour confirmation. Hum… Je ne sais pas, quel est ce fameux point ? Désolée, c’est peut-être bête comme question, mais j’avoue que ces derniers temps, je n’ai pas vraiment fait attention à ce qu’il se disait…


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Dim 26 Jan - 12:15




Beth & Norman




D'ordinaire, Norman se fichait d'être prit en flagrant d'élit de flânerie. Mais les circonstances étaient des plus particulières : il prenait enfin quelque chose au sérieux. Cette chasse au dragon était vraiment inespérée et pourtant cette satanée bestiole semblait s'être volatilisée. Le plus ennuyant dans cette histoire est que pendant les premiers jours, le secrétaire avait cru que ce satané job allait être utile dans ses recherches. C'était avant de recevoir une centaine de coup de téléphone provenant de tous les petits plaisantins de la ville. Non, le pire est que malgré tout, il ne pouvait pas abandonner cette piste. Avec sa chance, il suffirait qu'il s'invente un congé maladie pour qu'un de ses dingues promptes à partager sa théorie farfelue ait raison.

Donc, pas le choix, il devait rester fidèle au poste. Pour l'instant, cette soudaine motivation pour son travail ne lui avait rien rapporté. Ce n'était pas le moment de jouer les solitaires, surtout quand on pouvait bénéficier de l'avis de l'experte animalière du journal. L'ancien chasseur déblayait un peu son bureau pour rendre la carte visible alors que la journaliste faisait le tour pour mieux voir son chef d'œuvre raturé de partout.

- Je comprends, je fais chou blanc à chaque information qu’on m’offre… J’ai arrêté de compter dessus, malheureusement... L’honnêteté des gens fait peur à voir.

"Tout le monde veut son petit moment de gloire en tant que témoins d'un nouveau scoop apparemment. Quitte à raconter des âneries." Acquiesça-t-il.

Bien sûr, il ne manqua pas de complimenter Beth sur son article, histoire qu'elle ne s'imagine pas qu'il la mette dans le même sac que ces idiots. C'est vraiment dommage d'apprendre que la belle faisait chou blanc dans ses recherches tout comme lui.

"J'avais cru au début que de suivre les dégâts de notre reptile géant aurait pu être une bonne piste." Avoua-t-il en scrutant toujours sa carte de la ville. "Seulement... à part la demeure Nerys, rien à signaler de ce côté là."

Il garda pour lui la destruction de la bibliothèque qui était plus, selon lui, l'œuvre de vandale que d'un dragon. Si ce satané lézard n'avait pas d'ailes, Norman aurait pu le suivre facilement à la trace. L'ancien chasseur admettait que cela mettant du piquant à la partie... Sauf que sans piste viable, sa patience déjà bien mince allait très vite s'effondrer. Est-ce qu'il allait devoir prendre un appât pour attirer de nouveau la bête en ville ? La bestiole devait bien être venue pour une raison (autre que de piquer le bouquet de la mariée, bien sûr) à l'événement Nerys.

Alors que le secrétaire réfléchissait sérieusement a potentiel chances d'obtenir un accord de la part de Louna pour être attachée à un poteau en appelant à l'aide dans l'espoir de faire sortir le dragon de sa tanière introuvable, il reçut heureusement une bien meilleure nouvelle puisque le père de Beth préparait une expédition en forêt. Tant pis, imaginer le spectacle de la jolie mariée poussant des cris dans les profondeurs de la forêt allait devoir attendre. Une expédition à la recherche de la bête était bien plus intéressante. Il devait en faire parti. La question était comment ? Habitant dans la forêt, il proposa tout naturellement d'offrir un logement pour les recherches. Beth semblait tenté par l'idée de dormir dans un bon lit. Dommage que la décision finale ne lui appartenait pas comme sa réponse ne tarda pas à le confirmer.

- C’est gentil de ta part, mais ce n’est pas moi qui décide. Je sais que Père préfère camper, au cas où le dragon passerait miraculeusement là où on dort. Mais je lui en parlerai, c’est promis !

"Ma porte te sera toujours ouverte." Affirma-t-il avec galanterie avant de rajouter avec un sourire moqueur : "Même si je vois ton expédition courir vers ma maison avec un dragon furieux aux trousses."

Il y avait d'autres possibilités de 's'incruster' à la petite fête. Que sa maison serve de base à l'expédition était seulement la plus pratique. Norman gardait en réserve le coup de les croiser par hasard puisqu'il habitait en forêt. Ce fut à son tour de dévoiler une partie de son jeu. Norman hésita à parler de l'opération cobra dont il avait été membre pendant une brève période. S'il partait dans le trop bizarre, c'était sa potentielle place dans l'expédition qu'il risquait de perdre. Alors il y alla en douceur en parlant d'abord de la théorie d'Henry.

- Henry ? Mills ? Le fils de Régina ? Hum… Je ne sais pas, quel est ce fameux point ? Désolée, c’est peut-être bête comme question, mais j’avoue que ces derniers temps, je n’ai pas vraiment fait attention à ce qu’il se disait…

"Oh pardon, je croyais qu'Henry avait bassiné tout le monde avec sa théorie." Plaisanta-t-il face à la perplexité de son interlocutrice.

Il se gratta rapidement son menton mal rasé d'un air pensif avant de poursuivre. Par où commencer ? Certainement pas par la partie 'nous sommes tous des personnages de contes' qu'il n'avait jamais véritablement cru. Pour Beth, il fallait s'en tenir à la partie concernant le dragon...

"Comment dire... il croyait en l'existence d'un monde où la magie existerait. Çà ne lui a pas vraiment réussi, je te l'accorde. D'un autre côté, comme je te l'ai dit, çà répondrait à pas mal de question : d'où vient le dragon, pourquoi on en a avait jamais entendu parler avant... D'accord, malheureusement, çà expliquerait aussi pourquoi on en retrouve plus sa trace après sa petite visite au mariage."

L'ancien chasseur espérait sincèrement que le reptile n'était pas retourné d'où il venait si sa théorie était la bonne. Çà vaudrait vraiment le coup de renouer le contact avec ces vieilles connaissances de l'opération cobra. Norman n'arrivait pas à imaginer qu'ils n'y soient pour rien dans cette histoire. En attendant, il tentait l'impossible : éviter de passer pour un fou auprès de Beth. Ouais, çà s'annonçait difficile vu ses dernières paroles. Heureusement que la journaliste était ouverte d'esprit. Et puis, ne disait on pas que lorsqu'on avait exclu toute les théories logiques, il ne restait plus que le surnaturel comme piste ? Ou un truc comme çà. Le secrétaire aurait juré avoir lu un truc dans le genre quelque part.

"Désolé, je tourne tellement en rond dans cette histoire que je m'accrocherais à n'importe quel branche qui dépasse." Rigola-t-il pour détendre un peu l'atmosphère.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Mer 29 Jan - 17:28




Beth & Norman



Que Norman ait décroché son téléphone pour qu’il cesse de sonner toutes les trente secondes, je pouvais le comprendre. Moi-même, parfois, j’avais envie de faire pareil, sauf que je ne le faisais pas parce que j’avais tellement peur de louper un appel important que du tout, je répondais à chaque fois. Par contre, ça m’énervait quand j’entendais la personne, à l’autre bout du fil, pouffer de rire et raconter un truc encore plus énorme que son propre métabolisme. Un peu de sérieux dans cette vie, c’était trop demandé. D’accord, un dragon, c’était énorme comme nouvelle, mais de-là à s’amuser avec le boulot des autres… Est-ce que, quand je demandais un café chez Granny, je renvoyais la serveuse en disant un truc du genre « Finalement, non, je vais prendre un thé ! » ? Non ! Je ne m’amusais pas avec le temps des gens. Mais le respect semblait couter cher en ce moment.

Pour la première fois de ma vie, je voyais Norman à fond dans son boulot. Certes, ça n’avait rien à voir avec ses tâches de secrétaire, mais au moins, il faisait quelque chose et essayait de se rendre utile. On ne pouvait pas lui en demander plus pour l’instant. En tout cas, c’était rassurant de voir que je n’étais pas la seule à tourner en rond pour ce qui était de retrouver ce dragon. Je savais qu’avec mon père, les choses avanceraient quelque peu, mais j’avais envie qu’on parte de quelque chose plutôt que de rien. C’était toujours plus facile. Mais il fallait croire que nous allions devoir partir de rien pour avancer vers quelque chose. Père ne se laisserait pas décourager par ça. Il était d’une volonté à toute épreuve et pour cela, je l’admirais. Nombreux auraient été ceux qui auraient baissé les bras. Ou qui ne se serait pas donné la peine de commencer à chercher.

Là-dessus, je faisais surtout référence à Bran. Lui, il avait choisi de ne pas vraiment croire à la vidéo que je lui avais montrée, mais en plus de ça, il m’avait clairement dit que même si le dragon existait réellement, il était hors de question qu’il se lance dans sa recherche pour qu’il finisse par être sujet à des expériences. Sauf que moi, je n’avais pas ce but-là. La seule chose que mon père et moi souhaitions, c’était d’étudier son mode de fonctionnement et de vie. Ni plus, ni moins. Mais allez dire ça à un type aussi bouché que le véto de la ville. Plus tête de mule, je n’avais jamais connu avant lui. Il y avait de quoi se faire des cheveux blancs avec lui. Enfin bon, j’étais toute seule avec mon père et ce n’était peut-être pas plus mal que ça. Mais à l’équation venait s’ajouter Norman qui faisait aussi ses recherches de son côté. Du coup, j’étais entrain de me dire que si on réunissait nos recherches, on pourrait peut-être arriver à quelque chose.

- Je préférerai qu’ils me disent que tout ça n’est dû qu’à une intoxication alimentaire plutôt que de m’envoyer une fausse information.

Un moment de gloire ? Pourquoi faire ? Il n’y avait rien de glorieux à envoyer quelqu’un sur une fausse piste. Surtout quand on prenait autant son boulot à cœur que moi. Enfin, j’étais quand même contente que Norman que trouve mon article assez bon. Maintenant, j’espérais pouvoir dire autre chose dans mon prochain article. Quelque chose de plus complet que ce que j’avais écrit par rapport au mariage. D’ailleurs, cette édition du journal avait été un spécial dragon. Enfin, même le propriétaire de la ville était sceptique quant à l’existence de ce dragon. Bien sur, M. Gold faisait peur à tellement de monde que les gens étaient prêts à prendre ses paroles pour des paroles d’Evangile. C’était désespérant. J’hochais la tête quand mon collègue me fit par de son idée de suivre des pistes de destructions. Ca aurait pu être un bon point de départ s’il n’y avait pas eu que le manoir de touché.

- Je ne sais pas toi, mais c’est comme si le dragon avait quelque chose contre la famille Nerys. Comme s’il s’en moquait du reste, mais je ne comprends pas pourquoi… A moins qu’il ait pris le rassemblement de personnes comme une réserve de nourriture. Sauf que je doute qu’un seul d’entre nous ne réussisse à lui remplir l’estomac. Ca doit manger des tonnes et des tonnes de viandes une bête pareille.

Je m’égarais un peu, mais c’était quand même fort probable que le dragon ait pris la cérémonie de mariage comme une réserve. Comme les lions d’une même famille possédaient un territoire bien précis et n’en sortaient que rarement. Allez savoir comment cette grande créature écaillée fonctionnait. C’était pour le découvrir que je tenais à savoir où est-ce qu’il se trouvait en ce moment. Je ne comptais pas m’attaquer à lui ni même le faire enfermer dans une cage. Ce n’était pas le but. Du coup, j’avais plus que hâte que Père m’annonce que nous étions prêts à nous lancer en recherche. Il fallait qu’il fasse l’inventaire de tout ce qu’il avait et qui pourrait servir pour trouver une créature aussi énorme. Un dragon, ça ne devait pas se louper, normalement. A moins d’être aveugle, bien sur. Mais ça, j’étais loin de l’être.

J’étais réellement touchée que Norman nous propose sa maison comme point de repère en forêt pour les jours où mon père et moi nous lancerions dans notre expédition. Mais comme ce n’était pas moi qui décidait… Et bien je ne pouvais que lui promettre d’en parler à mon père. La décision finale lui revenait et j’allais suivre vu que je n’allais pas pouvoir le laisser pour aller chez Norman. Et imaginez deux secondes qu’il lui arrive quelque chose ? Un dragon, ce n’était pas un quelconque animal. C’était… hyper dangereux quand même. J’avais failli terminer cuite en restant pour prendre ma vidéo et des photos alors imaginez quelqu’un qui dormait et qui ne se rendrait compte de rien ? Enfin malgré ça, ça me gênait de devoir dire ça à Norman qui ajouta que même avec le dragon aux fesses, il nous ouvrirait sa porte. Cette remarque me fit rire.

- Pour qu’on finisse tous cuit ? Ma foi, autant finir en brochette à trois qu’à deux.

La théorie de Norman m’intéressait grandement, par contre, je ne voyais du tout pourquoi il faisait allusion à Henry Mills, le fils du maire de la ville. Apparemment, il avait quelque chose à voir avec ça et du coup, je n’étais pas au courant. J’étais même dans le flou total. En même temps, je n’avais pas vraiment l’occasion de le croiser. J’étais tout le temps en vadrouille ou le nez devant un ordinateur pour écrire un article ou alors le nez sur une feuille de papier entrain de dessiner. Non pas que je ne m’intéressais pas aux enfants, mais je ne connaissais pas le petit Henry plus que ça, donc ce que Norman me demandait m’était totalement inconnu. Mais apparemment, tout le monde, ou presque, semblait être au courant de la théorie du jeune garçon. Du coup, j’étais curieuse de la connaître.

Je restais perplexe face à ce que mon collègue était entrain de me raconter. Un monde avec de la magie. J’arquai un sourcil. D’accord, je voulais bien que le dragon alimente l’imagination, mais de là à sortir qu’il venait d’un monde magique, il y avait un fossé. Je penchais la tête sur le côté tout en terminant d’écouter Norman qui semblait assez convaincu par cette théorie. D’un coup, je me demandais ce qu’il avait bien pu boire la veille pour qu’il me sorte un truc pareil. Finalement, il se mit à en rire et s’excusa. Je comprenais qu’il soit désespéré et prêt à tout croire. Après tout, c’était une chose totalement normale de se mettre à croire à tout et n’importe quoi pour expliquer quelque chose ou quand une situation était désespéré. Dans notre cas, c’était les deux. La situation était désespérée et on cherchait une explication.

- Moi, je pense qu’on ne connait pas aussi bien qu’on le croit la forêt de Storybrooke. Après, il peut y avoir la théorie que ce dragon vienne d’une autre région et qu’il soit arrivé dans le coin en faisant son trajet de nuit. Va savoir, je n’ai pas de réelle explication non plus. Ce qui m’intéresse, c’est d’étudier son mode de fonctionnement. D’où il vient, je pense qu’on ne le saura jamais, à moins qu’une personne ne m’appelle d’ici là pour me dire qu’il a vraiment vu le dragon et qu’il vient de tel endroit. Mais ça, je n’y crois pas trop.

Je marquais un petit temps d’arrêt avant de reprendre :

- Et toi, pourquoi tu le recherches ?


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Dim 9 Fév - 19:02




Beth & Norman




Norman pouvait comprendre que dans une ville qui avait été ennuyeuse jusqu'à l'apparition du dragon au mariage Nerys, on cherchait à tout prix un peu de distraction. Avoir, le temps d'une publication, son nom dans le journal... même si c'était pour être discrédité le numéro souvent.... Oui, il pouvait comprendre le raisonnement dans les petites têtes de ceux s'amusant à lâcher des fausses infos dans l'espoir qu'on serait assez fou pour les croire sur parole. Comprendre était une chose, se montrer compréhensif avec ce genre d'idée de génie en était une autre. Si les petits plaisantins s'obstinaient encore... peut-être que l'ancien chasseur prendrait leurs adresses pour avoir un petit entretien privé avec eux sur le thème de 'me fait pas perdre mon temps'. Çà, c'était une idée très intéressante !

En attendant, les vraies pistes étaient rares. Comme ce foutu dragon avait des ailes, on ne pouvait pas espérer le suivre à la trace.

- Je ne sais pas toi, mais c’est comme si le dragon avait quelque chose contre la famille Nerys. Comme s’il s’en moquait du reste, mais je ne comprends pas pourquoi… A moins qu’il ait pris le rassemblement de personnes comme une réserve de nourriture. Sauf que je doute qu’un seul d’entre nous ne réussisse à lui remplir l’estomac. Ca doit manger des tonnes et des tonnes de viandes une bête pareille.

Norman passa rapidement une main sur son menton mal rasé pour s'aider à réfléchir à la question. C'est vrai que c'était tout de même curieux qu'il se soit acharné sur le mariage avant de disparaître... Plusieurs théories loufoques lui vinrent à l'esprit et par respect pour le professionnalisme de sa collègue, il ne les formula pas à voix haute. Peut-être que le dragon espérait trouver son âme sœur au mariage en entendant parler du gentil surnom qu'avait la marâtre Nerys ? Le dragon était une dragonne et voulait participer au lancé de bouquet ? Le buffet n'était pas au goût du terrible reptile ? Aucune explication réaliste ne lui vint à l'esprit.

"Si c'est le rassemblement de personne alors il aurait déjà pointé son museau écaillé au festival de la mine, non ?" Commenta-t-il, un peu déçu de devoir rayer de la liste la supposition la plus probable. Il jeta rapidement un coup d'œil en direction de Louna avant de reporter son attention sur Beth. "Qu'en pense madame la nouvelle mariée ?"

Louna avait interrogé beaucoup de monde pour la une du dernier numéro mais personne n'avait songé à placé une petite interview de la concernée. Est-ce parce qu'elle savait quelque chose ? En tout cas, Beth avait plus de chance d'obtenir ce genre d'info de la part de la mariée que si c'était lui qui s'y collait.

Ensuite la conversation prit une tournure aussi intéressante que concrète puisqu'il apprit que le père de Beth tentait de monter une expédition en forêt afin de trouver une trace du dragon. Il proposa naturellement sa maison comme camp de base, ce qui serait nettement plus confortable qu'un tas d'herbe (enfin... s'il faisait un peu de ménage avant). Il glissa avec humour que sa porte sera toujours ouverte, même s'il voyait Beth pourchassé par le monstre cracheur de feu. Un détail qui fit rire son interlocutrice pour la plus grande joie du secrétaire.

- Pour qu’on finisse tous cuit ? Ma foi, autant finir en brochette à trois qu’à deux.

"Deux ?" S'étonna-t-il. Au mot ronflant 'expédition' Norman avait imaginé une équipe un peu plus imposante. Était-il si peu nombreux à croire en l'existence d'un dragon qu'une bonne centaine d'invité avait pu voir de près ? "Quoi monsieur 'sauvegarde des animaux dans son zoo' ne sera pas de la partie ?"

Sans doute était-ce mieux ainsi... sinon le voyage en forêt prendrait des allures de Battle Royale si Norman et Bran se trouvait dans le même espace vital avec un lézard géant dans le secteur. L'ancien chasseur ne pouvait s'empêcher de trouver çà étonnant surtout que Beth avait été la cavalière de monsieur le rabat-joie.

Peut-être avait-il mit en avant un point épineux puisque la conversation vira vers ses propres théories. Le secrétaire parut un instant hésitant.

Parler de la théorie d'Henry était quelque chose d'aussi dangereux à abordé qu'un terrain miné. Surtout qu'il ne savait pas si Beth était assez ouverte d'esprit pour y croire. Et comme sa collègue ne semblait pas au courant du fameux bouquin que le gamin trimballait partout avant d'atterrir dans un lit d'hôpital pour comateux. Norman devait placer ses arguments avec prudence car il avait parfaitement conscience que c'était peut-être sa place dans la future expédition qui allait se jouer s'il partait trop dans... disons... le magique. Alors le secrétaire du Daily Mirror servit à Beth un résumé maison de ce que pensait Henry sur l'existence d'autre monde. Devant la perplexité grandissante de son interlocutrice, l'ancien chasseur décida de changer son fusil d'épaule (cette expression lui allait décidément bien) en déclarant avec un léger rire qu'il était prêt à se raccrocher à n'importe quoi étant donné l'absence d'indice sur ce satané reptile volant. L'excuse sembla fonctionner.

- Moi, je pense qu’on ne connait pas aussi bien qu’on le croit la forêt de Storybrooke. Après, il peut y avoir la théorie que ce dragon vienne d’une autre région et qu’il soit arrivé dans le coin en faisant son trajet de nuit. Va savoir, je n’ai pas de réelle explication non plus. Ce qui m’intéresse, c’est d’étudier son mode de fonctionnement. D’où il vient, je pense qu’on ne le saura jamais, à moins qu’une personne ne m’appelle d’ici là pour me dire qu’il a vraiment vu le dragon et qu’il vient de tel endroit. Mais ça, je n’y crois pas trop.

L'ancien chasseur opina devant le discours argumenté de son interlocutrice.

"Donc... tu penses qu'il serait originaire de Storybrooke ?" Questionna-t-il, intéressé. "C'est vrai que s'il venait d'ailleurs, çà poserait une autre question à notre tableau déjà surchargé d'interrogation : pourquoi venir se perdre dans une petite ville du Maine ?"

Il ne se voyait pas déclarer qu'il avait fouillé chaque carré de végétation de la forêt lors de ces parties de chasses illégales. Quoique, peut-être que Beth avait raison. Et s'il y avait des espèces de tunnels sous la forêt qui ferait un refuge parfait pour un gros reptile mythologique ? Oula, son imagination s'emballait ! Et pourquoi pas une montagne d'or sous Storybrooke tant qu'on y était ! Une spéculation qui pourrait intéresser quelqu'un mais l'ancien chasseur avait d'autres motivations qu'un potentiel trésor gardé par le dragon. Puisqu'on parlait de motivation...

- Et toi, pourquoi tu le recherches ?

Ah, en voilà une question épineuse. Sacré Beth ! Toujours le don de mettre le doigt sur les zones d'ombres d'une conversation ! Norman supposait que de répondre la vérité (c'est-à-dire qu'il trouvait que la tête du dragon irait bien au-dessus de sa cheminée) n'allait pas plaire à son amie journaliste. Heureusement, il avait une excuse toute prête. Parce qu'il savait que la question sur ces motivations allait tombé un jour ou l'autre, ne serait-ce que pour expliquer pourquoi il recherchait la créature avec autant d'acharnement.

"Ah, çà va te paraître stupide." Commença-t-il avec une mine embarrassée. Il se massa la nuque dans un geste gêné avant de poursuivre. "Mais tout le monde nous rabâche tellement les oreilles sur le fait que ce dragon n'existe pas que... je veux juste le voir pour m'assurer que je n'ai pas perdu la boule. Que j'ai bien vu se que j'ai vu."

Il eut un mince sourire avant de poursuivre après un haussement d'épaule.

"Désolé, mes intentions ne sont pas aussi louable que les tiennes. C'est juste de la curiosité."

Il reporta son attention sur la carte et particulièrement sur le bout qui indiquait la forêt.

"Tu crois que je devrais ignifuger ma maison ?" Demanda-t-il sur un ton un peu plus détaché. "Si j'ai un dragon comme voisin, la température risque de grimper rapidement !"

Techniquement, il ne savait pas si c'était possible mais peut-être que çà valait le coup de se renseigner, en évitant les arnaques car cette apparition de créature mythologique allait certainement offrir une occasion en or à tout les charlatans du coin d'ouvrir la bouche pour vendre leurs grigris anti-lance-flamme. Ce serait quand même ironiquement que Norman se réveille un beau matin dans une maison réduit en cendre ! En plus çà pourrait être un argument en sa faveur pour servir d'abri à l'équipe d'exploration mené par le père de Beth. Il était plus rassurant de se réfugier dans une maison résistant aux flammes que dans la végétation avec le risque de se réveiller avec un petit tête-à-tête avec le monstre, non ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Dim 16 Fév - 19:14




Beth & Norman



Parfois, être journaliste, c’était génial parce que ça apportait pas mal d’avantage, mais parfois, ça avait vraiment tous ses inconvénients. Déjà, en règle générale, nous n’étions pas bien vus. J’en avais eu encore la preuve avec Bran qui me balançait ce détail à la figure à chaque fois qu’il pouvait. Enfin, du coup, c’était ce genre de personnes qui nous empêchaient de faire correctement notre boulot. Et aujourd’hui, les gens semblaient tous ligués contre nous en faisant en sorte qu’on n’avance pas dans nos recherches. Personne n’avait l’air de réellement comprendre à quel point ces recherches étaient importantes, peut-être plus pour mon père et moi que pour les autres, mais elles étaient importantes. A chaque fois que je recevais une intox, j’avais une envie folle d’insulter la personne, mais mon éducation m’ordonnait de rester professionnelle et de rester zen. Ce qui n’empêchait pas une certaine lassitude de se faire sentir !

J’avais deux théories concernant la raison qui avait poussé le dragon à attaquer uniquement le mariage et pas d’autre endroit à Storybrooke : celle du garde-manger et celle d’une dent contre la famille Nerys elle-même. Cette dernière me semblait être la moins plausible, par contre la première avait toutes ses chances d’être vraies. Comme on ne connaissait pas encore le mode de fonctionnement des dragons, je n’avais pu que faire la supposition qu’il ait cru qu’il ne s’agissait là que d’un territoire rempli de proies faciles. S’il pensait vraiment avoir trouvé son garde-manger au manoir Nerys, il allait être réellement déçu en voyant qu’il n’y avait plus personne. Tout du moins, beaucoup moins de nourriture que le jour du mariage. J’exposais ma théorie à Norman pour voir ce qu’il en pensait. Un deuxième avis pouvait toujours s’avérer bon. C’était tout à fait plausible, certains animaux agissaient de cette façon, pourquoi pas un dragon ?

Mon collègue sembla réfléchir à la question. Au moins, ça prouvait qu’elle n’était pas aussi bête que ça ma théorie parce que si ça avait été le cas, il aurait directement dit que ce n’était pas possible. Il n’aurait même pas forcé la réflexion. Norman avait assez rapidement trouvé une faille à ma théorie. Je n’y avais pas pensé, mais comme on ne savait rien des dragons, je ne pouvais que m’inspirer de tout ce qui avait été dit à leur sujet dans les mythes et les légendes. Je réfléchis quelques secondes quand mon collègue me ramena à la réalité en demandant ce que Louna pensait de tout ça. Je tournais la tête dans la direction de ma collègue et amie qui était à son bureau, toujours aussi débordée parce qu’elle avait à faire. En ce moment, je m’inquiétais un peu pour elle car elle courrait toujours partout et ne semblait pas vraiment vouloir changer ça. Certaines personnes se seraient mises à déléguer ou bien à prendre une pause, mais Louna… Peut-être l’angoisse post-mariage.

- Je ne sais pas trop… Louna est restée assez mystérieuse là-dessus. C’est comme si ça lui passait par-dessus la tête. Je me mordillais la lèvre inférieure avant de retourner sur ma théorie, lui ajoutant une alternative concernant la fête de la mine : Je ne sais pas si tu t’es réellement intéressé aux mythes et légendes un jour, mais dans certains récits, les dragons grandissent comme ça, d’un coup, fis-je avec un claquement de doigts, quand ils apprennent à voler. Donc il est probable qu’il ait apprit à voler le jour-même du mariage et parce qu’il avait faim, il s’est rendu là où il avait le plus de chance de trouver une grande quantité de nourriture.

Ca paraissait vraiment farfelu dit comme ça. En fait, j’avais la sensation que notre conversation était tout sauf sérieuse, et pourtant c’était bien ce qu’elle était : sérieuse. Aussi bizarre que cela puisse paraître, bien sur. Enfin, de toute façon, dès que mon père serait prêt, on commencerait à en savoir un peu plus sur ce dragon et on saurait pourquoi il avait débarqué au mariage et pourquoi personne ne l’avait vu avant ce jour-là. Je trouvais ça sympathique de la part de Norman qu’il nous propose de loger chez lui pendant notre petite expédition, sauf que ce n’était pas vraiment à moi d’en décider. Père était celui qui prenait les décisions, mais je ne manquerai pas de lui faire tout de même part de la proposition. Mon collègue me fit rire en faisant durer sa proposition même si nous étions en terrible danger. Chose à laquelle je répondis avec une pointe d’humour. Pourquoi mourir à deux quand on pouvait mourir à trois ?

Cela sembla étonner Norman. J’arquais un sourcil, ne comprenant pas vraiment pourquoi il s’étonnait que mon père et moi ne soyons que deux. J’hochais la tête. S’imaginait-il que mon père et moi allions faire une expédition avec autant de personnes qu’une armada pouvait compter ? Puis finalement, je compris la raison de son étonnement. Il s’imaginait que Bran serait de la partie et cela me rembruni aussitôt. S’il y avait bien une personne que je ne comprendrais jamais, c’était bien le propriétaire du zoo. Les choses ne s’étaient pas réellement passées comme prévues quand j’avais été le voir pour savoir ce qu’il pensait de tout ça. J’avais essayé de lui faire comprendre pourquoi c’était important pour mon père et moi de faire cette expédition, mais il n’y avait eu rien à faire. Et les choses étaient parties dans tous les sens, si bien que moi-même je ne savais même pas comment comprendre tout ça. Je revins à nos moutons après quelques secondes de silence.

- Non, répondis-je avec une certaine déception et frustration. Bran a décidé de s’occuper sagement de ses affaires sans demander son reste…

Cet épisode chez Bran avait été tellement étrange que je n’arrivais pas à me le sortir de la tête. Et quand j’y ‘arrivais’ et bien il y avait toujours quelque chose qui m’y faisait penser. Là, en l’occurrence, Norman avait un peu… remué le couteau dans la plaie, mais je ne pouvais pas lui en vouloir pour la simple et bonne raison qu’il ne pouvait pas être au courant de tout ça. Il aurait été ma meilleure amie, je lui aurais sans aucun doute déjà tout raconté, mais comme ce n’était pas le cas, je gardais ça pour moi et j’essayais au mieux d’y voir clair. Enfin bon, les choses étant ce qu’elles étaient, on ne pouvait pas y faire grand-chose pour le moment donc je préférais laisser tomber et me concentrer sur ce dragon. Norman venait de me parler d’un monde où la magie existerait ce qui serait l’explication logique de la présence d’un dragon dans notre monde. Cette explication proviendrait du fils du maire de la ville.

Je voulais bien qu’on possède une imagination, mais de là à croire que la magie existait quelque part… Il y avait un monde. J’étais d’ailleurs étonnée que Norman en parle. Mais comme il le disait si bien, on était prêt à tout croire quand on était désespéré. Mais apparemment, je n’étais pas assez désespérée parce que je n’y croyais pas vraiment à cette théorie… Tout ce dont je pensais à propos de cette créature, c’était qu’elle venait de chez nous mais qu’on ignorait ses origines. Je doutais qu’on sache un jour d’où il venait, mais au jour d’aujourd’hui, ce n’était pas tant ça qui m’intéressait, c’était son mode de vie. Norman souleva deux questions. Je passais une main dans mes cheveux avant de répondre :

- Je pense. Je ne suis sure de rien, mais ça expliquerait pourquoi personne d’autre que les habitants de Storybrooke n’aient rien vu. S’il n’est pas d’ici alors je ne sais pas pourquoi il serait venu dans le Maine… Peut-être n’est-il que de passage ? Je n’espère pas !

Parce que ça voudrait dire que je me suis donnée du mal pour rien et on ne pourrait pas me faire pire déception pour le coup… La situation était déjà assez complexe alors si on venait à me dire que tout ce que j’avais fait n’avait servi à rien je serais déçue au point de poser un arrêt maladie. C’était peut-être extrême, mais ça illustrait assez bien ce que je ressentirai ! Enfin, assez parlé de moi, je voulais savoir pourquoi Norman cherchait le dragon. Moi à la rigueur, c’était logique, mais lui… Mis à part peut-être parce qu’il était un des seuls à croire au dragon, je ne voyais pas vraiment pourquoi. D’où ma question. Autant aller chercher l’information à la source. Je haussais les épaules quand il m’affirmait que ça me paraitrait stupide. Au point où nous en étions, absolument rien ne paraîtrait stupide, surtout qu’avant le mariage, je n’aurais jamais été encline à croire à l’existence des dragons.

La raison que Norman m’offrit était très loin d’être stupide. Au contraire, elle était assez logique. Il y avait de quoi se demander si ce qu’on avait vu était bien réel. Moi-même, si je n’avais pas eu cette vidéo et ces photos sur mon téléphone, j’aurais presque été encline à faire parti de la majorité de personne qui affirmait avoir subi une intoxication alimentaire. Un sourire compatissant se dessina sur mes lèvres. Je comprenais ce qu’il ressentait.

- Si ça peut te rassurer, je peux toujours te remontrer ma vidéo. Je t’assure que tu n’as pas perdu la boule. Moi aussi, des fois je la regarde de temps en temps pour me dire que je n’ai pas rêvé et que ce que je fais ne sert pas à rien.

Quand il reporta son attention sur sa carte, je la regardais à nouveau.  Je ne savais pas trop ce qu’il comptait trouver dessus de plus, mais je ne dis rien, le laissant réfléchir. Après tout, c’était sa carte, il la comprendrait encore mieux que moi. Encore une fois, les remarques de mon collègue me firent sourire.

- Ou alors, tu peux en profiter pour acheter de la crème solaire ? Je crois qu’ils en ont tout un stock au supermarché.

Ca devait être dangereux, tout de même, de vivre en forêt par des temps pareil. Personnellement, je ne vivrais pas tranquille si c’était moi. Bien sur, rien ne nous garantissait que le dragon ne s’attaque pas à la ville, mais depuis le mariage, le dragon n’était pas réapparu, il était toujours en forêt donc…

- Dis, tu arrives encore à dormir dans ta maison ou pas ? Tu ferais peut-être mieux de prendre une chambre chez Granny, non ?


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Ven 28 Mar - 10:55




Beth & Norman




La clef s'était la motivation. Même un chasseur du dimanche comme Norman Fleming pouvait le comprendre. S'il arrivait à trouver pourquoi le dragon avait pointé son museau écailleux au mariage, alors deviner quel sera la prochaine apparition de la bête deviendrait un jeu d'enfant. Les spéculations sur la question était nombreuses mais très peu entrait dans la catégorie 'réaliste'. Son amie Beth semblait être arrivé à la même conclusion puisqu'elle lui fit par de ses théories sur la question. Deux théories probables contrairement aux siennes que l'ancien mister Hyde avait gardées pour lui par respect pour le professionnel de sa collègue.

L'option du garde-manger était tentante. Sauf que si la motivation du dragon était un ventre bien rempli, il se serait déjà manifesté au festival de la mine. C'était déprimant de voir une solution prometteuse être écarté aussi rapidement. Pour compliquer les choses, le lance-flamme géant n'avait dévoré personne. Juste mit le feu au buffet avant de disparaître. Çà voulait dire quoi ce genre de comportement ? Quelque chose (appelons çà l'instinct) lui soufflait que la deuxième théorie proposée par Beth fût la bonne.

Le monstre aurait-il une dent contre la famille Nerys ? Pour quel raison ? Est-ce qu'un membre de la famille avait dérobé quelque chose à la bête ? Les dragons des légendes n'étaient-ils pas réputés pour garder des trésors ? Etait-ce cela l'explication qui se cachait derrière la richesse des Nerys ? Ou alors leur cuistot avait utilisé sans le savoir un œuf du dragon pour son fameux buffet ? Même avec un début de piste, Norman avait l'impression dans se perdre et de tourner en rond dans des suppositions de moins en moins crédible.

D'ordinaire, paraître sérieux ou non dans ses propos n'avaient jamais été une source d'interrogation chez lui. Mais ici, il ne voulait surtout pas que cette chère Beth pense qu'il tournait l'histoire du dragon à la légère ou à la rigolade. Alors il préféra se concentrer sur les indices sérieux, comme le manque de présence d'un reptile volant au festival de la mine et aussi savoir si la journaliste avait pu avoir un avis de la part de la jeune mariée. Lui n'était pas près d'obtenir un commentaire de la part de Louna sur ce sujet (par contre pour recevoir des réprimandes sur des appels non-transmis, çà, il était certain que la jeune mariée avait ce genre de chose en stock). Il fut quelque peu déçu d'apprendre que Beth n'avait pu obtenir aucune confidence de celle qui avait osé jeter son bouquet de mariée à la figure du monstre.

- Je ne sais pas trop… Louna est restée assez mystérieuse là-dessus. C’est comme si ça lui passait par-dessus la tête.

Pourquoi faire tant de mystère pour une simple demande d'opinion ? La jeune Nerys était simplement débordée de travail ou bien cachait-elle quelque chose ? Pourquoi faire comme si çà ne la concernait pas alors que des centaines de personnes avaient été à deux doigts de partir en fumée à SON mariage ? Quoi qu'il n'était pas vraiment bien placer pour faire ce genre de remarque puisque lui aussi s'en ficherait si c'était le cas. Bref... Est-ce qu'il tournait parano avec cette histoire ? Heureusement qu'il put se concentrer sur la suite des paroles de sa collègue.

- Je ne sais pas si tu t’es réellement intéressé aux mythes et légendes un jour, mais dans certains récits, les dragons grandissent comme ça, d’un coup, quand ils apprennent à voler. Donc il est probable qu’il ait apprit à voler le jour-même du mariage et parce qu’il avait faim, il s’est rendu là où il avait le plus de chance de trouver une grande quantité de nourriture.

Entendre Beth parler de mythes et légendes rappela à l'ancien chasseur les théories plus ou moins plausibles d'Henry. C'était étrange de l'entendre parler de çà comme appui dans ses recherches alors qu'elle avait semblé perplexe quand Norman lui avait parlé de la possibilité d'un monde magique. Mais il garda se commentaire pour lui. Lorsqu'on parlait de dragon, on pouvait difficilement chercher des sources ailleurs que dans les vieux livres.

"Donc..." Récapitula-t-il. "On aurait affaire à une sorte de nouveau né ? Qui risquerait de resurgir au prochain grand événement Storybrookien en pensait qu'il s'agit d'un autre buffet gratuit pour lui ?"

Le secrétaire chercha dans sa montagne de paperasse son agenda en quête d'une date correspondant au prochain rassemblement des habitants... en vain... à moins que quelqu'un d'autre décide de faire un nouveau mariage princier, le planning événementiel de la ville était désespérément vide. Et, à son avis, la visite d'un gros lance-flamme volant pour terminer la fête avait sans doute sevré les gens au niveau des mariages. Devait-il demander à Lyse s'il n'y avait rien de prévu ? Pourquoi pas. Norman se passait généralement d'une excuse pour aller embêter l'ancienne marieuse.

"Çà ne m'étonnerait pas que Lyse organise rapidement quelque chose pour rattraper le fiasco du mariage." Pensa-t-il à voix haute pour donner une nouvelle piste à sa collègue.

Si cette théorie était la bonne, au moins Norman n'avait plus à fouiller chaque carré de verdure de la forêt dans l'espoir de retrouver la bête. Il suffisait d'attendre que le reptile volant vienne de lui-même en ville. Cependant, on nageait en plein dans les théories sans avoir le début de la moindre certitude, l'ancien chasseur ne pouvait pas se permettre de renoncer à l'expédition qui se préparait. Surtout qu'il avait de très bonnes excuses pour s'imposer dans le projet, comme par exemple offrir un logement à la petite équipe. Car oui, lorsqu'on parlait d'expédition, il s'imaginait un petit groupe d'expert en bêbête de toute sorte et non juste Beth accompagné de son père. Même la présence de Bran semblait logique. Etaient-ils vraiment si peu à s'intéresser à la présence d'un dragon en ville ?

- Non. Bran a décidé de s’occuper sagement de ses affaires sans demander son reste…

"Oh je vois..." Conclut-il avec un mince sourire compréhensif, voyant qu'il ne fallait pas se risquer plus longtemps sur le sujet.

De toute façon, ne pas avoir le défenseur des animaux dans les pattes arrangeait ces affaires. Une raison supplémentaire pour s'incruster à la petite fête. Mais pour çà, il fallait employer deux choses qui n'était vraiment pas dans ses réflexes : de la patience et éviter les sujets à risque. Norman n'aimait pas attendre... ce qu'il voulait, généralement, il le prenait aussi rapidement que possible. Le faire par la force ne le dérangeait aucunement. De la même façon, il n'avait pas pour habitude de mâcher ses mots mais il n'avait pas le choix. Ce dragon était la chose la plus intéressante qui s'était passé dans cette foutue ville depuis... toujours ? Hors de question de laisser le reptile s'envoler ailleurs.

A la réflexion, il n'aurait pas dû parler de la théorie d'Henry, même s'il ne l'avait fait que vaguement. Cependant, c'était la seule théorie qu'il avait dans son sac et il avait vraiment du mal à croire que l'Opération Cobra n'avait rien à voir dans cette histoire. Le secrétaire balaya vite ce sujet de la conversation en demandant à Beth si elle pensait que le dragon était originaire de la région.

- Je pense. Je ne suis sure de rien, mais ça expliquerait pourquoi personne d’autre que les habitants de Storybrooke n’aient rien vu. S’il n’est pas d’ici alors je ne sais pas pourquoi il serait venu dans le Maine… Peut-être n’est-il que de passage ? Je n’espère pas !

On pouvait voir à sa tête que lui aussi redoutait que le lance-flamme ambulant ait décidé d'aller voir ailleurs. Ce serait frustrant de faire toutes ces recherches pour une bête qui n'était plus dans les parages ! Et c'est autant pour se rassurer lui que son interlocutrice qu'il répondit :

"Non, on en aurait forcément entendu parler. Une bête de cette taille !" Dans une nouvelle tentative pour détendre l'atmosphère, il continua : "Quoi que les gens seraient capable de croire à une campagne de promotion pour... tu sais cette série qui cartonne en se moment avec les dragons ? Enfin, même dans ce cas, on aurait des nouvelles."

Et au premier article dans ce genre, Norman ferait ses bagages, quelque soit la région dans laquelle on prétendrait d'avoir vu la bête. Ce qui était assez étrange parce que l'idée de quitter Storybrooke ne lui avait jamais traversé l'esprit avant. Aussi ennuyeuse que la ville pouvait être pour lui, ce n'était que maintenant qu'il envisageait l'option de partir pour chercher dans les villes voisines par exemple. Mais d'abord, il devait s'assurer que la bestiole ne crapahutait pas à deux pas de chez lui dans la forêt. Ce qui dévia tout naturellement la conversation vers ses propres motivations à traquer le monstre.

Le secrétaire misa sur la curiosité puisqu'il ne pouvait pas parler de ses réelles motivations à une amoureuse des animaux comme sa collègue. Ce n'était pas un mensonge. Il donnerait n'importe quoi pour revoir le dragon de prêt, juste pour s'assurer qu'il n'avait pas halluciné à cause d'une biscotte avarié au mariage. Il omettait juste qu'il voulait aussi voir la tête du reptile au dessus de sa cheminée (quoi que sa maison n'était sans doute pas assez grande pour un tel trophée). Mais le principal était de tenter le coup, quitte à finir comme petit tas de cendre à la fin du duel contre le lance-flamme vivant. On ne vit qu'une fois, après tout.

Au sourire qu'afficha Beth, Norman sut qu'il avait misé sur la bonne carte dans ses explications.

- Si ça peut te rassurer, je peux toujours te remontrer ma vidéo. Je t’assure que tu n’as pas perdu la boule. Moi aussi, des fois je la regarde de temps en temps pour me dire que je n’ai pas rêvé et que ce que je fais ne sert pas à rien.

"Merci." Répondit-il avec reconnaissance. "Tu pourrais me l'envoyer ? Sinon je risque de t'ennuyer avec çà tout les jours."

Norman ne prenait pas assez son boulot au sérieux pour savoir si c'était possible ou bien si c'était 'secret défense' ou un truc comme çà vu que Beth menait son enquête pour retrouver le gros lézard. Qui ne tente rien n'à rien. Ensuite, il regarda de nouveau sa carte en plaisantant sur le fait qu'il devrait ignifuger sa maison. Tout çà pour empêcher sa collègue de trop creuser ses motivations survolées. Ce serait ennuyant que la demoiselle apprenne pour ses passe-temps en forêt, surtout depuis qu'elle semblait fréquenter Bran.

- Ou alors, tu peux en profiter pour acheter de la crème solaire ? Je crois qu’ils en ont tout un stock au supermarché.

"Pourquoi pas." Continua-t-il de plaisanter. "Tu crois qu'ils vendent de la crème : indice huit mille ?"

Ce qui était sans doute un minimum quand on devait affronter les flammes d'un dragon. Avoir une créature mythologique comme voisin surprise ne le dérangeait pas. Au contraire, çà mettait un peu de piquant dans sa vie. En plus de lui donner un bon prétexte pour aller ennuyer sa charmante voisine, la froide miss Winter. Emménagé temporairement chez Granny, le temps que la crise reptilienne se tasse, ne lui était pas venu à l'esprit et fut donc étonné quand Beth le lui proposa.

- Dis, tu arrives encore à dormir dans ta maison ou pas ? Tu ferais peut-être mieux de prendre une chambre chez Granny, non ?

"J'ai le meilleur somnifère du monde : l'alcool. Çà t'aide à oublier que ta maison pourrait être réduite en cendre pendant ton sommeil." Dit-il mi-sérieux mi-plaisantin.

Certes, il était devenu un peu plus sérieux dans son travail mais il n'en oubliait pas ses mauvaises manies comme les soirées arrosées au Rabbit Hole. Se priver du petit frisson de savoir le reptile géant proche de sa maison ne l'intéressait pas. Pouvait-il se permettre se genre d'aveu devant son interlocutrice ? Sans doute que non, alors il préféra dévier légèrement la conversation à sa manière.

"Et puis, je ne suis pas tout seul dans le coin. J'ai deux charmantes voisines, les heureux mariés daignent nous faire profiter de leur présence une semaine sur deux." Expliqua-t-il avec tout le détachement qui le caractérisait. Il feinta une mine légèrement soucieuse avant de poursuivre. "Par contre, je m'inquiète un peu de te savoir seule avec ton père en expédition dans les bois. Si ma proposition de vous offrir asile ne convient pas à ton père, puis-je te suggérer un nom ?" Il marqua une pause, le temps de voir s'il pouvait poursuivre puis ne se gêna pas pour le faire. "James Jackson. Il bosse à la sécurité au casino et lui, à mon avis, crois au dragon. Avoir quelqu'un pour assurer votre sécurité ne serait peut-être pas du luxe vu la taille du reptile."

A croire qu'il avait soudainement appris la subtilité, au lieu de se proposer pour assurer la sécurité de l'expédition, il avait donné le nom (ironiquement) d'un ancien dragon pour le faire.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Mar 1 Avr - 22:57




Beth & Norman



En y réfléchissant bien, j’aurais dû trouver étrange que Louna ne régisse pas plus que ça au massacre de son mariage. En même temps, depuis cet heureux jour, je n’avais pas vraiment eu l’occasion de discuter avec elle. Nous échangions des banalités lorsqu’on se croisait, mais je comptais réellement avoir une discussion avec elle, ne serait-ce que pour savoir comment elle vivait tout ça. Discuter du dragon avec elle n’était pas réellement ma priorité numéro un, mais si elle souhaitait en parler, c’était évident que je serais toute ouïe parce que si elle était au courant de quoi que ce soit, j’étais certaine qu’elle m’en parlerait. Après tout, si c’était un leurre, comme beaucoup semblait le prétendre et bien je ne voyais pas pourquoi elle garderait pour elle. Ca n’avait pas vraiment grand intérêt, mis à part si elle voulait créer le plus gros mensonge au monde. En son âme et conscience, bien sur.

Enfin, si on partait du principe selon lequel le dragon existait bel et bien, j’avais diverses théories qui pourraient expliquer la raison qui l’avait poussé à venir saccager l’heureux mariage, mais bien évidemment, aucune ne pouvait être vérifiée puisque jusqu’à présent, il n’y avait eu aucune preuve de l’existence d’une créature telle que celle-ci. Ce qui était fortement ennuyeux. Mais justement, là n’était-il pas l’intérêt des choses ? Faire de nouvelles découvertes pour permettre au monde d’avancer ? Et bien si ! Peut-être que notre avancée serait précaire, mais si un jour il y avait d’autres dragons dans le monde, et bien les gens sauraient par où commencer. Pas comme nous qui étions aujourd’hui plongés dans le flou le plus total. Tout ce qu’on possédait, c’était des légendes et des mythes. Parfois, les récits étaient tellement rocambolesques que du coup, c’était assez dur de pouvoir se baser sur ça car certains faits n’appartenaient pas du tout au monde réel.

Néanmoins, la théorie selon laquelle les dragons grandissaient d’un claquement de doigts en apprenant à voler était assez plausible et expliquerait pourquoi on n’avait jamais vu de dragon avant, ni nulle part dans le monde d’ailleurs. Du coup, cela impliquerait la magie et tout le monde savait que mis à part les tours de passe-passe, la véritable magie n’existait pas. Nous ne faisions pas parti d’un quelconque livre féerique, chevaleresque, etc… Enfin, pour le moment je n’avais rien de mieux, même si j’avais rejeté quelques instants plus tôt la théorie d’Henry dont Norman m’avait fait part. C’était paradoxal, j’en convenais bien ! Du coup, est-ce qu’on pouvait réellement rejeter l’idée du fils du maire ? Quelque part, oui, parce que de-là à aller imaginer qu’on vient d’un autre monde… Décidemment, je ne pouvais pas m’y résoudre. C’était trop gros. Encore plus que reconnaître l’existence du dragon.

- Oui, enfin, peut-être. Je ne suis sure de rien, mais c’est la seule explication que j’ai trouvé. Maintenant, il faudrait savoir si cette théorie est vraie ou pas, mais pour cela, il faudrait un événement assez… conséquent.

Si une personne extérieure écoutait cette conversation, elle nous trouverait sans aucun doute ridicule à parler de choses abracadabrantes et pourtant, ça n’en avait pas l’air, mais c’était une conversation on ne peut plus sérieuse. Mais bien évidemment, pour ça, il ne fallait pas croire que le dragon était un hologramme ou le simple effet d’une intoxication alimentaire. Mais aller demander ça à des gens qui refusaient de croire ce qu’ils voyaient ? C’était impossible. Je regardais Norman farfouiller dans ses papiers. Que cherchait-il ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais quand je le vis regarder dans son agenda, je compris ce qu’il cherchait : un événement important, et si possible, le prochain. J’étais curieuse de connaître la dite date et à en juger la tête que faisait mon collègue, il n’y en avait pas de prévu pour le moment. C’était désespérant ! Mais contrairement à moi, Norman resta un peu plus positif en évoquant la persévérance de Lyse qui avait organisé le mariage.

- Cool ! Espérons que ça ne soit pas dans plusieurs semaines, mais rapidement. Il faudrait se renseigner !

Je me doutais que Norman avait déjà pensé à se renseigner. Du coup, je disais ça juste pour la forme et pour faire comprendre à mon collègue que j’étais intéressée de savoir si oui ou non Lyse comptait organiser quelque chose d’énorme incessamment sous peu. Bien sur, je n’ignorais pas qu’à un moment ou un autre, l’annonce d’une future fête serait diffusée en ville, mais si on pouvait être au courant avant les autres, ça nous donnerait peut-être une avance. On pourrait se préparer à l’arrivée éventuelle du dragon. Mais malgré ça, cela n’empêcherait pas mon père de se lancer à sa recherche dans la forêt. Et bien évidemment, je me devais l’accompagner, déjà parce que je ne voulais pas que mon père soit exposé en danger tout seul et aussi parce que ça m’intéressait et que depuis toujours c’était ainsi. Que nous ne soyons qu’un duo étonnait mon collègue, mais c’était ainsi. J’avais essayé de rallier Bran à notre cause, mais il avait refusé.

N’ayant pas forcément envie de m’étendre sur le sujet, je restais assez évasive sur la soirée/nuit que j’avais passé en compagnie de Bran. Je m’en voulais encore de la façon dont je l’avais planté et ça ne cessait de me hanter. Sauf que ce n’était pas le sujet du jour et je n’avais pas envie d’y penser de trop parce que cela commencerait à se voir sur mon visage et Norman poserait forcément des questions et je n’avais pas envie d’y répondre, ni même réfléchir à un mensonge que je pourrais dire. Finalement, je pus, plus ou moins, respirer tranquillement car il ne s’étendit pas non plus. Et puis, d’après ce que j’avais compris, ce n’était pas le grand amour entre eux deux donc il n’avait pas forcément de raison de continuer à en parler. Le sujet revint à notre dragon, sujet nettement mois embarrassant que celui qui traitait de Bran. La possibilité qu’il vienne de la région et non pas d’ailleurs dans le monde était la plus plausible quant à ses origines.

J’étais réellement « terrorisée » à l’idée qu’il ne puisse être que de passage, parce que cela voudrait dire que plus jamais on ne le reverrait et que les possibilités d’étudier son mode de fonctionnement et mode de vie s’envolerait aussitôt. Apparemment, Norman espérait la même chose que moi : qu’il soit encore quelque part parmi nous, entrain de dormir quelque part. Néanmoins, il avait raison de dire que même si le dragon était parti de Storybrooke, quelqu’un le verrait forcément. Ce qui serait une bonne piste pour le suivre. Un sourire se dessina sur mon visage face à sa pointe d’humour. C’était vrai que les gens pouvaient être très imaginatif quand il s’agissait d’expliquer quelque chose qu’ils ne comprenaient pas ou bien croyaient avoir vu. La possibilité qu’il  émettait était tout à fait probable, la série dont il parlait était vraiment très en vogue en ce moment, ça n’aurait rien d’étonnant de voir une campagne de promotion.

- C’est vrai, mais techniquement, il y aurait un message d’accrocher, quelque chose qui fasse l’annonce. Pas seulement un dragon. Mais dans tous les cas, oui, on aurait eu des nouvelles, je te l’accorde.

En tout cas, si le dragon avait décidé d’aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte, on aurait de vrais appels avec de vrais témoignages ! Du coup, ça ne donnait plus envie de filtrer certains appels… Tout bien considéré, il faudrait peut-être décrocher à chaque coup de fil qu’on recevrait si on voulait être tenu au courant… Je sentais la migraine poindre d’avance étant donné le nombre de personnes qui continuaient d’appeler pour nous fournir un magnifique canular. Enfin, il fallait rester positif si on voulait avancer, sinon, autant cesser toute recherche et reprendre tranquillement nos petites vies de petits habitants du Maine. En attendant, j’étais curieuse de savoir pourquoi Norman le cherchait de son côté et sa réponse me parut logique. Il y avait de quoi se demander si on avait bien vu ou pas. Personnellement, heureusement que j’avais cette vidéo et les photos pour me rassurer et me convaincre que j’avais bien vu et que je n’étais pas folle.

Je ne pouvais que compatir à ce que ressentait Norman. Du coup, pour lui assurer qu’il n’était pas devenu fou, je ne voyais aucun inconvénient à lui remontrer la vidéo que j’avais prise. Si je me souvenais bien, je lui avais montré cette vidéo le jour du mariage et depuis, je l’avais visionné une bonne centaine de fois. Peut-être qu’un petit rafraichissement était nécessaire pour mon collègue, histoire de s’assurer qu’il ne courrait pas après une chimère. Apparemment, j’avais vu juste, la vidéo était exactement ce dont il avait besoin, bien qu’elle ne durât qu’une dizaine de secondes, ce qui n’était pas grand-chose. Mais elle contribuait à me rassurer sur mon état de santé mentale. Ce qui n’était pas négligeable !

- Pas de problème ! Je te l’envoie dès que je suis de retour sur mon bureau. Tu pourras te la passer en boucle jusqu’à connaître chacun des pixels de la vidéo !

Mis à part ça, je ne pouvais pas m’empêcher de m’inquiéter  pour Norman car il vivait tout de même en forêt et si c’était bien là l’endroit où se cachait le dragon, il y avait de quoi se faire du souci. Personnellement, je n’arriverais pas à dormir sur mes deux oreilles. Ce point-là tourna à la plaisanterie, même si c’était on ne peut plus sérieux comme danger. Plaisanter sur la façon de survivre face à la chaleur des flammes du lézard géant était sans aucun doute la meilleure façon de présenter les choses.

- Oh je suis sure que ça doit pouvoir se trouver, après tout, on vend bien une fourchette rotative pour manger des spaghettis alors une crème solaire à indice huit mille… Je suis sure que ça existe quelque part !

Enfin, je posais la question qui me tourmentait depuis quelques minutes, à savoir, comment il faisait pour dormir. Personnellement, je n’y arriverai pas et je prierai le ciel d’être en vie quand le ciel se lèverait à nouveau. La réponse que m’offrit mon collègue ne m’étonna même pas. Depuis le temps qu’on travaillait tous les deux au journal, je savais qu’il passait la plupart de ses nuits en tête à tête avec une bouteille d’alcool. Cependant, et personnellement, même avec une bouteille d’alcool dans le sang, je doutais de pouvoir dormir. Le jour où je ne verrais pas Norman venir travailler, je commencerai à m’inquiéter et enverrai la police sur place illico presto ! Cependant, qu’il s’inquiète pour mon père et moi plutôt que pour lui… c’était une drôle d’ironie. Je voulais bien qu’il s’inquiète parce que c’était tout de même dangereux de se promener avec un dragon en liberté, mais par contre, je m’inquièterai plus pour moi-même si j’avais cette créature pour voisine.

- Deux charmantes voisines ? Qui donc ? demandais-je. Honnêtement, si j’étais à ta place, j’aurais quitté les lieux avant de finir griller. Je ne sais pas si je dois admirer ton courage ou pas du tout…

Honnêtement, je prenais ça pour de la folie, mais bon, Norman était un adulte et il faisait seul ses choix. Ce que je ferais moi à sa place ne regardait que moi.

- T’en fais donc pas pour mon père et moi, on survivra. On a l’habitude de faire ce genre de chose. Enfin, si jamais le dragon nous attaque, je doute que ce James Jackson puisse quoi que ce soit contre lui. Non pas que je refuse de l’aide mais là… S’il meurt brûlé, on aura l’air bien parce qu’on aura aucune assurance pour couvrir ce genre de dommage…

En fait, je n’avais rien contre le fait que d’autres personnes viennent avec nous puisqu’elles sauraient se rendre utile. Mon père leur trouverait bien une utilité dans cette expédition. Mais bon. Face au danger que représentait un dragon, je doutais fort qu’un vigile puisse faire l’affaire. A moins qu’il ne se transforme en Hulk, mais ça, c’était encore autre chose.

- Mis à part ça, tu as des compétences en pistage ? demandais-je.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Ven 2 Mai - 10:50




Beth & Norman





Norman adorait taper la discute à son bureau. Généralement, c'était un bon prétexte pour retarder indéfiniment le travail qu'il lui restait à faire. C'était aussi une bonne excuse pour ne pas répondre au téléphone, et lorsque la conversation l'ennuyait, ce même téléphone devenait à son tour une excuse de choix pour interrompre la discussion en cours. Mais dans se cas précis, l'intervention de Beth était trop intéressante pour qu'il utilise se genre de stratagème.

La journaliste avait des théories intéressantes concernant le dragon. Il fallait dire que lui n'avait pas tellement d'idée sur la partie 'd'où vient le dragon', seul l'endroit où il pouvait se cacher MAINTENANT était important. C'est peut-être pour cela qu'il ne trouvait rien ? En tout cas, si on écartait l'option que la jeune mariée n'était pas si innocente que cela dans cette histoire, il restait celle selon laquelle le gros lézard pointerait son museau écaillé au prochain grand événement de la ville. Malheureusement, son agenda était aussi vide que le désert du Sahara en se qui concerne le prochain rassemblement Storybrookien. Quoi que, si son intuition était juste, cela devrait vite changer. Norman connaissait assez cette chère Lysebeth pour savoir qu'elle ne restera pas sur un échec aussi... cuisant.

Tandis qu'il révélait ce potentiel atout à son interlocutrice, l'ancien chasseur était en train de jauger la pertinence de passer le mot à certains collègues, histoire d'enfoncer le clou sur le fiasco du mariage via de futurs articles. Sans doute que cela ne plaira pas à Louna. Quoi que peut-être qu'une simple discussion avec Lyse suffira pour lui tirer les vers du nez ? Norman pouvait devenir un champion quand il s'agissait de mettre de l'huile sur le feu.

- Cool ! Espérons que ça ne soit pas dans plusieurs semaines, mais rapidement. Il faudrait se renseigner !

"Aussitôt dit..." Commenta-t-il en prenant son portable.

Norman comprenait l'impatience de Beth. Jusqu'à la prochaine apparition du dragon, on les prendrait pour des fous et les canulars téléphoniques continueraient de pleuvoir. Lui n'était pas contre d'avoir quelques jours, voir une bonne semaine pour se préparer à sa prochaine rencontre avec le lance-flamme vivant... histoire d'avoir le bon matos. Sinon il ne pourrait lui souhaiter la bienvenue convenablement, ce qui serait dommage, non ? Quoi que laisser filer les jours augmentaient les chances qu'un autre que lui arrive à trucider la créature légendaires... et çà... çà, çà serait quelque chose qui lui resterait au travers de la gorge. Celui qui oserait lui couper l'herbe sous le pied aura bien plus à craindre que le reptile volant. Oh, çà oui.

Bref, le secrétaire tapa rapidement un texto à sa façon pour Lyse. Un truc du genre 'besoin de réconfort après le fiasco du mariage ?' parce qu'il n'avait pas l'habitude de prendre des pincettes. C'était surtout pour préparer psychologiquement la belle à sa visite. Un grand sourire apparut sur son visage lorsque la réponse fusa avec un petit bruit de messagerie.

"C'est en cours de négociation." Répondit-il à Beth en reposant enfin son portable sur son bureau. "Dès que j'ai l'info, je te la transmet, promis."

Oh, il ne doutait pas de l'avoir, cette information. Et si en plus, pour l'obtenir, il devait taquiner l'organisatrice, c'était un bonus plutôt sympathique. En tout cas, c'était une perspective beaucoup plus réjouissante que de continuer à chercher au hasard.

"Et si ce n'est pas elle qui organise le prochain événement, la concurrence se jettera surement sur l'occasion pour le faire." Relativisera-t-il.

C'est vrai que dans son interview, Lysebeth avait plus ou moins accuser Matthew Grey d'être responsable de la tournure qu'avait prit la fin du mariage... Devait-il aller rendre visite à l'animateur télé également ? Mouais, cette option le réjouissait moins que d'embêter l'ancienne dame marieuse et il espérait secrètement que Beth se portera volontaire pour cette seconde partie.

Maintenant, il avait une piste fiable. L'avenir décidera s'il s'agissait d'une énième voie de garage ou non. Juste au cas où, Norman ne pouvait laisser filer l'expédition qui se préparait en forêt. Bien que, en toute honnêteté, il doutait que cet essai soit concluant. N'avait-il pas déjà passé toute cette foutue forêt au peigne fin durant ces propres excursions forestières ? Quoi que, concernant le dragon, Norman préférait ne pas prendre de risque. Après tout, au début de cette conversation, lui n'avait aucune théorie fiable et dix minutes de discussion avec Beth lui en avaient apporté deux sur un plateau. C'est deux zigotos était bien capable de trouver une trace du reptile qui lui était passé sous le nez ! En plus, cerise sur le gâteau, Bran ne sera pas dans le secteur ! Il fallait vraiment qu'il gagne sa place dans cette expédition. Dommage que la décision finale revenait au père de Beth. Bien qu'un refus ne fût pas le genre de chose qui l'arrêtait. Il avait déjà mille excuses en tête pour s'incruster malgré tout comme il habite lui-même dans la forêt. Bon... peut-être pas mille excuses... mais moins une bonne dizaine.

Enfin, pour que le plan fonctionne, il fallait que le dragon soit resté tranquillement dans le secteur et n'ait donc pas eu envie d'aller voir ailleurs. Genre dans un autre pays. Dans ce cas, ils mettaient tout cela aux points pour rien. C'était une crainte qu'ils avaient en commun. Et, même si Norman essayait de relativiser en déclarant qu'une telle bête ne passerait pas inaperçu si elle décidait de voler vers d'autres cieux, il était moins confiant sur le sujet qu'il ne voulait le faire croire. Les gens avaient tendance à trouver des explications pour trouver l'incroyable en monotone en signalant avec humour que le dragon pouvant être interprété comme une compagne de pub pour cette nouvelle série à la mode.

Puis la conversation dériva sur ces propres motivations à traquer la bête. D'ordinaire, le secrétaire n'était pas un partisan du mensonge car il se moquait que ses paroles puissent blesser ou non. Seul son passe-temps dans la forêt méritait qu'il fasse un effort, ce qu'il fit à cet instant précis puisqu'il ne pouvait pas avoué à Beth qu'il rêvait de voir la tête du dragon au-dessus de sa cheminée. (Sans doute que sa maison ne sera jamais assez grande pour hébergé un tel trophée mais... Détail, détail.) Son excuse consistant à avouer qu'il voulait juste revoir le monstre de prêt pour s'assurer qu'il n'était pas en train de devenir fou passa comme une lettre à la poste auprès de la journaliste qui lui proposa de lui remontrer la vidéo qu'elle avait prise au mariage. Ce jour-là, lui avait été plus pressé de courir en direction de la bête que d'avoir un tel réflexe.

Avoir une copie de cette vidéo l'intéressait, bien sûr ! Rien de tel que de revoir cette bestiole pour le booster dans ces recherches. Peut-être un indice s'y cachait-il en prime ? Sans doute que non, la vidéo ne faisait que quelque secondes et Beth l'avait certainement analysé sous tout les coutures.

- Pas de problème ! Je te l’envoie dès que je suis de retour sur mon bureau. Tu pourras te la passer en boucle jusqu’à connaître chacun des pixels de la vidéo !

"Ohhh çà sent le vécu, çà." Commenta-t-il avec un sourire. "T'inquiète pas, lorsque que tu me le passeras, on sera deux à la connaître par cœur. Merci encore."

Au sujet de la dangerosité de vivre en forêt, l'ancien chasseur préféra répondre par de l'humour. Avoir un dragon comme potentiel voisin rendait les choses plus intéressantes. Çà pimentait un peu la vie ordinaire de Storybrooke. Hors de question pour lui de déménager ! De toute façon, s'il y avait vraiment un dragon dans le secteur, que pouvait-on y faire ? Les crèmes solaires à indice huit mille ne devait pas se trouver couramment dans les magasins.

- Oh je suis sure que ça doit pouvoir se trouver, après tout, on vend bien une fourchette rotative pour manger des spaghettis alors une crème solaire à indice huit mille… Je suis sure que ça existe quelque part !

"Surement. Sinon je m'empresserais d'en déposer le brevet avant qu'on ne me pique l'idée." Plaisanta-t-il toujours.

C'était quasiment certain que tous les arnaqueurs de la ville allaient se jeter sur l'occasion de ventre des objets anti-dragons. Si ce n'était pas le cas, hé bien, il avait peut-être raté sa vocation s'il était le seul de la ville à voir les choses sous cet angle.

Au problème de sommeil, il commenta qu'une bonne bouteille d'alcool était le meilleur somnifère. Çà et une galante compagnie mais le deuxième ingrédient de cette soirée parfaite se faisait plus rare depuis que, justement il y avait un risque de se réveiller en tas de cendres. Heureusement qu'il avait deux charmantes voisines pour combler ce manque de présence féminine dans le secteur. Norman savait bien qu'il n'avait pas la moindre chance avec elles, mais ce genre de détail ne l'empêchait jamais de revenir à la charge encore et encore.

- Deux charmantes voisines ? Qui donc ?

"Roselyn et Târa." Répondit-il. "Même si Târa peut compter sur le jeune marié pour la protéger une semaine sur deux."

Honnêtement, il ne comprenait pas ce truc bizarre de vivre un coup dans le manoir Nerys, un coup en forêt. Mais il n'était pas le meilleur avis existant concernant le mariage.

- Honnêtement, si j’étais à ta place, j’aurais quitté les lieux avant de finir griller. Je ne sais pas si je dois admirer ton courage ou pas du tout…

"Je crois que le mot 'obstiné' me conviendrait le plus. Çà a prit pas mal de temps pour économiser assez et obtenir ma propre maison. Alors l'idée de retourner à la case départ avec une chambre au Granny... Crois-moi il faudra plus qu'un dragon pour me déloger."

Jamais Norman n'abandonnerait sa maison. Il avait tout son matos là-dedans et les trophées de ces meilleures chasses. D'ailleurs, il faudra qu'il trouve rapidement une cachette à tout çà s'il offrait l'asile à Beth et son père ! En espérant que son amie ne soit pas aussi fouineuse dans la vie privée des gens que cette chère Louna.

Afin de remettre l'expédition sur le devant de la conversation, Norman proposa un nom, histoire que la petite troupe ait au moins quelqu'un se chargeant de l'escorte. Se proposer serait une manœuvre trop évidente, même pour quelqu'un n'ayant pas l'habitude d'être subtil, alors il lâcha le nom de James Jackson.

- T’en fais donc pas pour mon père et moi, on survivra. On a l’habitude de faire ce genre de chose. Enfin, si jamais le dragon nous attaque, je doute que ce James Jackson puisse quoi que ce soit contre lui. Non pas que je refuse de l’aide mais là… S’il meurt brûlé, on aura l’air bien parce qu’on aura aucune assurance pour couvrir ce genre de dommage…

"Honnêtement, si ton expédition permet de retrouver le dragon, je crois que le fait de ne pas avoir d'assurance sera le dernier de nos problèmes mais... c'est toi qui voit." Commenta-t-il avec un haussement d'épaule.

Norman ne se voyait pas expliquer à Beth que le vigile croyait être un ancien dragon, même lui avait du mal à croire à cette malédiction qui changerait les animaux en humain en les emmenant ici. S'il se prêtait à ce genre de confidence, il pouvait dire adieu à son ticket d'entrée pour l'expédition. Par un heureux hasard, Beth lui demanda s'il avait des compétences de pistage. Là encore, c'était un terrain potentiellement dangereux. Lui dire qu'il s'estimait le meilleur et qu'il avait un tas de trophée pour le prouver n'était pas vraiment la meilleur réponse.

"Je me débrouille." Avoua-t-il avec une humilité qui ne lui ressemblait pas. "C'est compris dans le pack 'habitant de la forêt'" Continua-t-il moins sérieusement. "Très utile pour éviter de croiser la route d'un ours pendant mes balades. Quoi que maintenant je peux déclasser l'ours en deuxième position dans mon top 10 des rencontres que je veux éviter de faire en forêt."


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Ven 2 Mai - 23:55




Beth & Norman



J’observais Norman tout en réfléchissant un peu. Je cherchais à comprendre la réaction qui avait poussé Bran à s’énerver contre lui, au mariage. J’avais vraiment cru que mon collègue allait se prendre une droite et finir la journée avec un quelconque œil au beurre noire, mais fort heureusement, cela n’avait pas eu lieu. En ce qui concernait Norman, j’étais d’un avis mitigé. Je n’avais pas envie de traiter le propriétaire du zoo de menteur, mais en même temps, je n’arrivais pas à me dire que mon collègue était le genre de personne à vouloir tuer un lion dans un zoo. Même sous l’influence de l’alcool ? D’accord, la boisson pouvait faire faire un million de choses, du coup, son explication avait été très plausible. Enfin, je n’en savais rien. Jusqu’à présent, Norman s’était montré quelqu’un de sympathique avec qui il était facile de discuter. Et puis, c’était rassurant de se dire que nous étions au moins deux à croire au dragon qui avait surgi au mariage de Louna et William.

J’avais commencé à me sentir seule, mais en voyant qu’il portait exactement le même centre d’intérêt que moi pour cette créature extraordinaire, et bien ça m’avait fait du bien. Je trouvais ça assez amusant que nous parlions des différentes théories possibles. Il y avait tellement de théories possibles. On connaissait tellement peu les dragons que du coup, c’était difficile de s’établir sur une base solide. On ne pouvait qu’avancer à tâtons… Néanmoins, il ne fallait négliger absolument aucune de ces théories car l’une d’elles était peut-être la vérité. Et si aucune d’entre elles n’était réelle et bien cela voudrait dire que les conteurs d’histoire s’étaient trompés dans leur imagination et que du coup, il faudrait rétablir la vérité. Sauf que pour cela, il nous faudrait une chance de pouvoir étudier ce dragon. Norman sembla retenir ma théorie selon laquelle la créature surgirait sans aucun doute au prochain grand événement.

J’avais émis l’hypothèse selon laquelle peut-être que le dragon considérait chaque grand rassemblement comme étant un garde manger mis à sa disposition. Mais pour le savoir, il faudrait un événement qui réunirait toute la ville. Si une telle chose se produisait, il était clair que je serais présente et en compagnie de mon père et du matériel nécessaire pour l’occasion. Certes, on ne pourrait pas tout prendre, mais mon père avait quelques instruments basiques qu’on pouvait transporter facilement et qui seraient suffisants pour débuter. Il fallait bien commencer quelque part. Bien évidemment, pour ça, il faudrait qu’il y ait un rassemblement prochain. Il faudrait juste espérer que ce soit prochainement et non pas dans des mois, comme à la prochaine fête de la mine. Norman me prit au mot et je le vis prendre son téléphone portable. Au début, je croyais qu’il appellerait Lysebeth, mais en fait, il se contenta de lui envoyer un sms.

Cela ne m’aurait pas dérangé qu’il passe un coup de fil, mais c’était lui qui voyait et qui faisait comme bon lui semblait. En tout cas, je ne m’attendais pas à ce que la destinataire du sms réponde aussi vite. Etait-elle sur son téléphone au moment où mon collègue s’était décidé à lui en envoyer un ? Peut-être, peut-être pas. Allez savoir ! Généralement, quand mon portable n’était pas enfoui sous un tas de paperasse sur mon bureau, je répondais assez rapidement aux appels et aux messages, mais quand il était perdu, il fallait attendre que je range mon bureau à la fin de journée. Parfois, il m’arrivait même de l’oublier dans un tiroir. C’était la preuve même que je n’étais pas une accro du téléphone portable. Enfin, bon, peu importait. Ce n’était pas ça qui m’intéressait, mais c’était la réponse de l’organisatrice. J’attendis donc tranquillement que mon collègue m’annonce la réponse qu’il avait obtenue et un sourire satisfait se dessina sur mes lèvres quand la réponse fut positive. Je hochais la tête en guise de réponse lorsqu’il m’affirma que lorsqu’il en saurait plus, il me tiendrait informé.

- Je te remercie.

Que pouvais-je dire d’autre ? Je ne pouvais pas argumenter là-dessus. Mais le peu que je savais de Lysebeth m’avait appris qu’elle organiserait réellement autre chose pour que tous les habitants de Storybrooke oublient le fiasco qu’avait été le mariage de Louna et Will. Personnellement, j’avais trouvé que la cérémonie était merveilleuse et que la réception avait été bonne. Personne n’y était pour rien dans l’apparition de ce dragon. Je ne pus m’empêcher de rire légèrement quand Norman assura que si Lysebeth ne s’y prenait pas à temps, quelqu’un le ferait avant elle. Honnêtement, je ne voyais pas quelqu’un d’autre voler la vedette à notre fameuse organisatrice, parce qu’elle ne laisserait personne la devancer. J’avais rapidement cerné son caractère en la voyant faire au mariage. Elle voulait que tout soit parfait et parlait avec les gens d’un air autoritaire.

- Je ne donne pas cher de la peau de celui ou celle qui essaiera de faire une fête ou un événement sans qu’elle ne soit au courant.

Je ne saurais dire si on avançait avec Norman, mais en attendant, nous avions pris une piste de départ. Il faudrait que j’appelle mon père pour lui parler de tout ça. Ca l’intéresserait également. Depuis que je lui avais montré cette vidéo, il n’y avait que ça qui l’intéressait de toute façon, donc je n’aurais pas trop de mal à capter son attention, dans tous les cas. Je lui parlerai également de la proposition de Norman. Je lui avais promis de le faire alors je le ferais. Comme je le lui avais dit un peu plus tôt, seul mon père aurait le dernier mot en ce qui concernait cette expédition. Moi, je ne jouais que l’assistance en quelque sorte, même si je me donnais autant que lui pour ces travaux. Mon père était un zoologue, un géni, alors j’avais confiance en son jugement. Il serait meilleur que n’importe qui dans la matière. Quoi qu’il y avait peut-être Bran qui s’y connaîtrait aussi bien, mais comme il avait choisi de rester en dehors de tout ça… Et puis, ce n’était pas comme si les choses allaient bien entre nous deux. Enfin, nous n’étions pas ensemble, mais notre « relation » s’était considérablement dégradée.

Enfin, je ne voulais pas m’étendre là-dessus pour le moment. C’était trop déroutant pour que j’y passe plus de temps. Et je n’avais pas envie que Norman me pose des questions. Le point positif, ce serait que si mon collègue nous servait d’hôte, il n’y aurait pas Bran pour rendre l’atmosphère étouffante. Une petite vague de panique me traversa lorsque la possibilité que le dragon ait quitté les lieux se fit savoir. Ce serait franchement horrible ! Parce que mon père serait dépité de savoir qu’il n’avait plus moyen d’étudier une telle créature et aussi parce que ça alimenterait les canulars encore plus et franchement, j’en soupais déjà pas mal avec ça en ce moment, ce n’était pas la peine d’en rajouter encore plus. Mieux valait éviter d’y penser ! Je changeais donc de conversation en lui demandant quelles étaient les raisons qui le poussaient de son côté à chercher le dragon et sa réponse me sembla logique. Il fallait bien que j’avoue que si je n’avais pas filmé ce dragon, j’aurais du mal à y croire moi aussi. Du coup, ma proposition de lui envoyer la vidéo fut immédiatement acceptée. Personnellement, ça m’aidait à me motiver de la regarde de temps à autre.

- J’avoue ! Les e-mails et les appels téléphoniques sont parfois tellement déprimants que regarder cette vidéo me fait du bien et me réconforte un peu.

Et puis, je savais aussi que je n’étais pas folle donc bon… Mais je la regardais tout de même un peu moins depuis que je la connaissais vraiment par cœur. Disons qu’il fallait vraiment que je sois au plus bas pour la relancer à nouveau. Le sujet dévia à propos de l’endroit où Norman vivait. Personnellement, je ne dormirai plus depuis l’apparition de la créature. Encore moins en forêt. Enfin, en attendant, nous plaisantions à propos de la crème solaire préventive qu’il lui faudrait pour résister aux flammes du dragon. Pouvait-on réellement en trouver ? Aujourd’hui, on trouvait tellement n’importe quoi dans les commerces qu’un jour, on en inventerait une. D’ailleurs, cela n’avait pas étonnant que Norman souhaite déposer le brevet de cette crème solaire.

- Oh, oh ! Je suis sure que tu gagneras un paquet d’argent ! Surtout auprès des astronautes qui entreprendront un petit séjour sur le soleil, répondis-je sous le même ton de la plaisanterie que lui.

Je mentirais si j’affirmais que je ne m’en faisais pas pour mon collègue. Il habitait tout de même la forêt, repaire supposé du dragon. Pour ma part, il y aurait longtemps que je serais partie vivre ailleurs, même temporairement. Quand il évoqua la présence de deux voisines, je ne pus m’empêcher d’être surprise parce que ce n’était pas commun que les gens vivent en forêt. J’étais curieuse de savoir qui, et il me répondit. Roselyn, je ne la connaissais pas, mais Târa je la connaissais simplement parce qu’elle était une des demoiselles d’honneur de Louna. Mis à part cela, je ne la connaissais pas plus que ça. Quant au « courage » que Norman possédait, lui, il ne voyait pas du tout les choses de la même façon que moi. Je comprenais parfaitement son point de vue. C’était difficile de quitter son propre foyer pour aller loger temporairement ailleurs, mais parfois, c’était un mal nécessaire pour sa propre sécurité.

- Mais tu ne repartirais pas à la case départ puisqu’une fois le danger écarté, ta maison sera toujours là. Enfin sauf si elle a été sujette au dragon, bien sur. Mais tu crois pas qu’il vaut mieux rester en vie plutôt que de mourir dans l’éboulement de sa maison ?

C’était simplement une question de point de vue. Il était grand, il était majeur et vacciné. Il faisait donc ce qu’il voulait. Je lui offrais simplement deux ou trois conseils. Après, libre à lui d’écouter ou pas ce que je lui racontais. J’étais surprise qu’il m’offre le prénom d’une personne qu’on pourrait engager pour notre sécurité. Sauf que je doutais fortement que face à un dragon, quiconque puisse nous protéger réellement. A moins que par nous protéger il entendait se faire bouloter en premier. Sauf que si jamais il arrivait quelque chose, je doutais qu’on soit couvert pour ce genre de risque. Dans un sens, Norman avait raison, mais bon. Encore une fois, je proposerai à mon père, même si je connaissais déjà plus ou moins la réponse. Papa n’engagerait jamais n’importe qui pour son expédition. Il avait déjà fait toutes les recherches nécessaires pour notre futur voyage en Afrique. Il ne nous manquait plus que l’argent nécessaire.

Je reportais mon attention sur Norman et lui demandais ses compétences en pistage. Après tout, il vivait en pleine forêt, donc il devait bien connaître deux ou trois petits trucs, non ? Je demandais ça à tout hasard, mais sait-on jamais. Si mon collègue pouvait se rendre utile, alors peut-être qu’il aurait une utilité autre que celle d’hébergeur, quand bien même mon père accepterait son offre, bien évidemment. Que Norman sache se débrouiller en forêt, c’était une bonne chose. Trois paires d’yeux valaient peut-être mieux que deux paires, non ? Toujours était-il que je ne pouvais pas imposer Norman à mon père. Il le prendrait mal. Et puis, si je donnais de faux espoirs à mon collègue, il le prendrait mal aussi de son côté. Mieux valait rester en terrain neutre, comme ça, je pourrais toujours affirmer que je n’avais rien promis, etc… Restons stratégique !

- Un ours, à côté d’un dragon, c’est comme avoir affaire à un chaton, répondis-je un peu bêtement. Bon, écoute, il nous faudrait peut-être une piste de départ à exploiter, donc si jamais tu pouvais en trouver une, ce serait cool ! Et puis, ça te donnerait un bon point pour que mon père songe à te garder avec nous le jour J…

C’était assez facile de rentrer dans les bonnes grâces de mon père. Il suffisait d’aller dans son sens. On pouvait peut-être le trouver naïf, mais mon père était intelligent et il croyait dur comme fer en ce qu’il avait foi.

- Tu en penses quoi ? Ca me semble être un bon compromis, non ?


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Mar 27 Mai - 11:40




Beth & Norman




Norman aurait pu passer la journée à envoyer des textos sarcastiques à cette chère Lizzie, surtout que l'entremetteuse lui répondait à la vitesse de l'éclair, sauf qu'il était en pleine conversation avec Beth. D'ordinaire, des trucs comme la politesse ne l'empêchait pas à faire se qu'il voulait. Si la discussion avec la journaliste n'était pas si intéressante, l'ancien chasseur n'aurait éprouvé aucune gêne à ignorer son interlocutrice pour poursuivre une autre discussion avec l'ancienne marieuse.

Or, la conversation était très instructive. Au départ, il n'avait aucune piste et voilà que Beth lui offrait une théorie pertinente. Après le fiasco du mariage, il était certain que Lysebeth allait vite trouver un événement pour redorer son blason. La vraie question était : comment obtenir l'info ? Malgré l'assure avant laquelle il avait assuré que l'information suivait son cours et qu'il tiendrait informé Beth, l'ancien chasseur n'était pas certain de l'obtenir vu que Lizzie venait plus ou moins de l'envoyer balader par texto interposé. L'opération allait demander du doigté... du doigté ou de l'alcool. Avec le caractère 'rentre dedans' du secrétaire, l'option deux avait plus de chance de réussir. Quelques verres pour délié la langue de l'entremetteuse était un plan réalisable.

Au pire, il demanderait à Beth de prendre le relais si sa stratégie échouerait. Peut-être que l'ancienne marieuse serait plus prompte à lâcher le morceau face à une autre fille pour cause de solidarité féminine ou d'autres trucs dans le genre. Ou alors, Norman pouvait aussi creuser du côté de la concurrence. La catastrophe du mariage avait laissé une faille dans l'organisation répété parfaite de Lysebeth et c'était quasiment certain que d'autres en profiterait pour marquer que le coup et enfoncer un peu plus l'entremetteuse dans la défaite. Même si, comme le disait Beth en riant, l'espérance de vie de ses opportunistes deviendrait très très courte dès l'instant où la nouvelle parviendra aux oreilles de Lizzie.

"Par expérience, je peux te dire qu'une Lizzie en colère est pire qu'un dragon." Rigola-t-il à son tour.

La conversation se poursuivit et Norman eut son lot d'informations croustillantes. Une expédition se préparait en forêt. Bran ne serait pas dans ses pattes. Et il allait obtenir une copie de la vidéo du dragon filmé par Beth. Que demander de plus ? Etre certain de faire partie de cette expédition serait une bonne nouvelle non négligeable mais çà ne dépendait plus de lui, ni de la journaliste. De toute façon, même si le père de Beth refusait sa participation, Norman ne manquait pas d'idées pour s'imposer tout de même dans la petite excursion, après tout, il habitait sur place.

En parlant d'habiter sur place, Beth s'inquiéta à propos de la maison de l'ancien chasseur qui se trouvait en plein territoire supposé de la bête. Norman trouvait que la présence hypothétique d'une telle créature à deux pas de chez lui apportait un peu de piquant à une vie aussi ennuyeuse qu'ordinaire. Mais çà, il le garda pour lui, ne voulant pas passer pour un fou et préféra tourner la situation en dérision en parlant de crème solaire à indice mille ou plus et d'autres choses dans le genre. Ce qui fit rire son interlocutrice mais ne l'empêcha pas d'insister sur le fait qu'il devrait peut-être songer à déménager.

Le secrétaire du Daily Mirror ne se voyait pas retourner à la case 'chambre chez Granny' ce serait rendre son quotidien encore plus ennuyeux et puis il avait passé l'âge de se faire sermonner par une vieille parce qu'il rentrerait dans un état déplorable à des heures impossibles. En plus, il devrait laisser tout son matériel de chasse dans sa maison. Et çà, plutôt mourir ! Là encore, il garda cet argument pour lui puisqu'il comptait bien garder ces 'activités annexes' secrètes.

"Désolé, Beth, mais il faudra beaucoup plus qu'un dragon pour me faire quitter ma maison." Conclut-il avec un haussement d'épaule.

En disant cela, Norman apportait une nouvelle preuve qu'il n'avait aucun instinct de survie, comme le laissait déjà supposé son attitude au mariage alors qu'il continuait d'asticoter Bran même si ce dernier montrait tout les signes de vouloir lui casser la figure.

Juste au cas où, il proposa une personne pour l'expédition, ainsi il pourrait savoir où en sont les recherches, même s'il n'en faisait pas partie. L'air dubitatif de Beth devant son idée était compréhensible. N'importe quel gars de la sécurité se retrouvait vite dépassé face à un reptile géant cracheur de feu. Donc l'ancien chasseur n'insista pas plus sur le sujet et fut surpris que la journaliste lui demande s'il avait des compétences en pistage. Norman préféra ne pas se vanter (même si, en toute modestie, il était un sacré bon pisteur) parce qu'il n'avait techniquement aucune raison d'avoir de tel compétence. Prétendre qu'il se débrouillait pour deviner s'il n'allait pas croiser un ours était le meilleur compromis et le mensonge le moins détectable. Un vrai miracle qu'il fasse un tel effort puisque d'ordinaire, il s'en fichait qu'on sache s'il était occupé à mentir ou non !

Norman plaisanta en parlant de son top des rencontres qu'il voulait éviter en forêt, disant que le dragon avait détrôné l'ours. Il s'attendait à ce que Beth lui demande qui tenait les autres places du classement mais il n'en fut rien. Dommage, l'ancien chasseur aurait aimé taquiner la journaliste en disant que Bran figurait en bonne place dans son top 3 des mauvaises rencontres. Au lieu de cela, sa collègue l'infirma que s'il trouvait un début de piste, çà pourrait lui faire gagner des points auprès du père. Norman acquiesça d'un air pensif lorsqu'elle lui demande si c'était un bon compromis.

"Si je trouve un début de piste lors d'une de mes balades en forêt, tu seras la première au courant." Répondit-il.

Ce qui était faux. Honnêtement, s'il trouvait VRAIMENT un début de piste, il l'exploiterait en solo. C'était même parce qu'il n'en trouvait aucune qu'il voulait faire parti de cette expédition. Beth et son père avait certainement du matériel qui lui faisait défaut. Est-ce que çà valait le coup de fabriquer une fausse preuve pour gagner des points ? Pas sûr. Si sa ruse était découverte, il pouvait faire une croix définitive sur sa place dans l'expédition.

"Sauf si je tombe directement sur le dragon." Ajouta-t-il sur un ton espiègle. "Dans ce cas ma dernière pensée sera : J'aurais dut écouter Beth et déménager chez Granny."

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Dim 1 Juin - 21:35




Beth & Norman



Des idées naissaient progressivement au cours de ma discussion avec Norman. Des idées qui étaient réellement probables quand on analysait bien. Bon, probable pour ceux qui se donneraient la peine de croire un minimum à l’existence de ce dragon, ou bien de rester sur la select quant à sa réalité, parce que ceux qui avaient décidé que ce qu’ils avaient vu n’était pas réel, ce n’était même pas la peine d’essayer de leur faire part de nos idées. Il semblerait que la meilleure, pour le moment, restait celle de l’hypothétique garde-manger. Et dire que c’était moi qui avais eu cette idée de génie ! Quoi que pour l’instant, ce n’était qu’hypothétique, ne l’oublions pas ! Il fallait que ma théorie se confirme et pour cela, Norman avait l’idée en question : faire appel à Lysebeth, l’organisatrice du mariage de William et Louna qui refuserait de rester sur un échec.

Je ne connaissais pas beaucoup cette femme, mais elle avait fait preuve d’énormément de caractère le jour du mariage. Et elle était venue exprimer sa façon de penser auprès de mon collègue sur sa façon d’être vêtu. Du coup, je me demandais quel genre de relation Norman et elle avait. Mais je ne voulais surtout pas savoir, ni me mêler de choses qui ne me regardaient pas. La seule chose qui m’intéressait, c’était la réponse de cette femme qui ne tarda pas à arriver. Selon ses dires, elle organiserait quelque chose très prochainement. J’étais ravie de cette réponse, mais j’espérais qu’elle ne mettrait pas trop de temps non plus. Il fallait qu’on sache assez rapidement pour savoir si mon père et moi pouvions commencer nos recherches rapidement ou bien attendre encore un peu.

En entendant parler d’opportunistes qui pourraient organiser quelque chose à leur compte au lieu de laisser place à Lysebeth, je n’avais pas pu m’empêcher de lui faire remarquer que si certains osaient faire une telle chose, j’avais un doute quant à leur espérance de vie. Elle semblait assez… comment dire… Disons qu’elle semblait vouloir avoir tous les privilèges côté événementiel. Quelque part, je trouvais ça dommage. Enfin, j’allais éviter de trop discriminer parce que je ne la connaissais pas forcément et que ça ne se faisait pas de critiquer des gens qu’on connaissait à peine. Un léger rire s’échappa de mes lèvres à la remarque de Norman. Au moins, nous pensions la même chose. Mais s’il fallait, Lysebeth était une personne tout à fait sympathique, hors cadre de son travail.

Honnêtement, ça me faisait du bien de savoir que je n’étais pas la seule à croire à l’existence de ce dragon. Certes, j’avais réussi à convaincre mon père que cette créature existait réellement, mais ce n’était pas pareil. Alors qu’une personne complètement extérieure à la famille, ça avait un peu de valeur. Du coup, je n’eus absolument aucun mal à raconter à Norman que mon père et moi montions une expédition parce que je savais que lui ne me prendrait pas pour une folle, ou je ne sais quoi. J’aurais bien aimé que Bran se joigne à nous, mais étant donné la façon dont je l’avais laissé en plan, je doutais qu’il veuille me reparler un jour… Enfin, j’allais éviter d’y repenser parce que sinon, j’allais retourner me morfondre et je n’avais pas besoin de ça au boulot.

Quand Norman eut la chic idée de me rappeler qu’il habitait en forêt et qu’il avait probablement un dragon pour voisin, je n’avais pas pu m’empêcher de m’inquiéter. Personnellement, je ne dormirai pas sur mes deux oreilles à sa place, mais apparemment, ce n’était pas son cas. Je lui conseillais tout de même de prendre une chambre chez Granny au moins le temps que la menace passe, mais même ça, il ne voulait pas. Il ne voulait pas recommencer depuis le début, apparemment. Mais je ne voyais pas pourquoi il craignait une telle chose, puisque vivre chez Granny aurait été temporaire avant de reprendre sa petite vie normale. N’ayant pas vraiment un lien autre que celui de collègue avec Norman, je n’insistais pas. C’était inutile.

- D’accord, d’accord, capitulais-je. Tu es majeur et vacciné, tu fais ce que tu veux. Mais si tu finis en poulet rôti, je te jure que la première chose que je dirais à ton enterrement, se sera un « je te l’avais bien dit ».

Je m’exprimais sous le ton de la plaisanterie, mais il pouvait vraiment compter sur moi pour le faire si jamais ça lui arrivait. Mais mieux valait éviter de penser à ça. Sinon, j’allais faire des insomnies pour Norman alors que moi, contrairement à lui, j’étais un peu plus en sécurité. Même si au fond, on n’était sur de rien. En parlant de sécurité, mon collègue me conseilla une personne, un certain James Jackson. Sauf que, même si je n’avais rien contre, je ne voyais pas vraiment l’utilité de l’engager puisque face à un dragon, il serait sans doute aussi impuissant que nous. Du coup, autant laisser tomber cette possibilité et passer à autre chose. Norman m’intéressait plus puisqu’il vivait dans la forêt et devait la connaître comme sa poche.

Je ne savais pas pourquoi il vivait dans la forêt plutôt qu’en ville, mais c’était une raison qui ne me regardait pas plus que ça. Cependant, je lui demandais quand même s’il n’avait pas des talents de pisteur, même minime, et apparemment, c’était ce qu’il avait, puisqu’il en savait assez pour éviter de croiser un ours. Sauf qu’un ours à côté d’un dragon, c’était le paradis ! Du coup, je lui expliquais que s’il arrivait à trouver un début de piste, il gagnerait un bon point du côté de mon père qui saurait remercier Norman comme il se doit. Mon père était vraiment méticuleux là-dessus. Un franc sourire se dessina sur mes lèvres lorsqu’il accepta le compromis. Je savais comment fonctionnait mon père mieux que personne alors si Norman souhaitait faire parti de l’expédition, c’était la seule façon que je voyais pour l’intégrer dans notre « équipe ».

Mon sourire s’élargit un peu plus quand il affirma qu’il ne pourrait pas me tenir au courant si jamais il tombait nez à nez avec le dragon. Oui, ça allait être compliqué s’il trouvait la créature qu’on recherchait. Enfin la probabilité de tomber directement sur une créature qu’on recherchait était tout de même assez faible. En règle générale, quand on cherchait des indices, cela voulait dire que la créature était passée par là mais qu’elle ne s’y trouvait plus. Mais Norman avait raison de s’inquiéter un peu. Je levais les yeux légèrement au ciel à l’évocation de sa dernière pensée. Qu’est-ce que je disais un peu plus tôt ? Il fallait qu’il quitte les lieux pendant quelques temps. Ca lui éviterait une telle pensée.

- Ou alors, tu pourrais préparer un message et tu n’aurais plus qu’à appuyer sur le bouton « envoyé » quand tu tomberas nez à nez avec le dragon avec une petite précision : « là où il y a mon cadavre », répondis-je en continuant de sourire.

N’empêche, ce n’était pas cool de songer à la mort prochaine de mon collègue. Souhaiter la mort de quelqu’un, c’était vraiment bas et petit. En parler, c’était sans doute encore pire. Imaginez deux secondes la tête que je ferais si on venait m’annoncer que Norman était mort carbonisé ?! Comment dormir après ça ? Parce que du coup, je me dirais : « J’aurais dû insister plus longuement pour qu’il prenne une chambre chez Granny » ou d’autres trucs dans ce goût-là. Sérieusement, de quoi vous filer la chair de poule !


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Lun 9 Juin - 10:40




Beth & Norman





Bien sûr, Norman aurait pu écouter la voix de la sagesse. Prendre une chambre chez Granny au moins le temps de savoir si cette histoire de dragon était réelle ou un canular. Ce serait se que quelqu'un de raisonnable ferait. Est-ce que çà valait vraiment le coup de potentiellement finir carbonisé pour sauvegarder quelques affaires ? Sans doute que non. Est-ce qu'il allait tout de même maintenir son idée de rester dans la forêt ? Bien sûr que oui ! L'ancien chasseur était tout sauf raisonnable. Pour lui écouter sa conscience ou son instinct de survie était bon pour les poltrons. Le secrétaire du Daily Mirror refusait de vivre une vie ordinaire métro-boulot-dodo. Certes, habiter dans les bois avaient des inconvénients, notamment quand il rentrait la plupart du temps ivre de ses soirées au Rabbit Hole (ou tout autre bars de Storybrooke). Il ne comptait plus le nombre de fois où il s'était réveillé ailleurs, avec un bon gros rhume en prime pour avoir dormi à la belle étoile.

Continuer ce genre d'habitude était risqué avec un lance-flamme de plusieurs tonnes qui se baladait dans le secteur. C'était justement cela qui était amusant. En fait, la perspective d'avoir une créature légendaire errant dans le voisinage était la chose la plus excitante qui lui était arrivé dans sa vie monotone. Çà surclassait sa petite visite au zoo ou ces parties de chasse le dimanche. Hors-de-question qu'il renonce à çà sous prétexte que sa vie était en danger !

Que lui resterait-il d'amusant à faire s'il se mettait à l'abri en ville ? A part ennuyer Lizzie, bien sûr. Comme il l'avait dit, une Lizzie en colère valait bien un dragon. Les deux personnes avaient aussi en commun le fait que l'ancien chasseur rêvait de les voir exposé sur son tableau de chasse, même s'il ne s'agissait pas exactement du même tableau pour l'entremetteuse. Mais peut-être ferait-il d'une pierre deux coups s'il arrivait à dégommer la bestiole ailée ? Du moins, si ce dernier refaisait surface au prochain événement organisé par Lysebeth... Une raison de plus de transformer le reptile en carpette ! Quoi qu'une Lizzie reconnaissante avait autant d'intérêt qu'un dragon mort. Ce qui intéressait Norman était le défi, le plaisir de se lancer en chasse vers un objectif qui lui opposerait un minimum de résistance. Une fois le but accompli, l'objet de ses obsessions deviendrait d'une banalité affligeante à ces yeux. Autant faire durer le plaisir.

Pour l'instant, il était loin de l'hypothétique avenir où le dragon serait devenu banal parce qu'il aurait empaillé son énorme tête comme trophée puisqu'il n'avait même pas un début de piste concret. Bien que la perspective de faire le guet sur un toit pendant le prochain événement Storybrookien ou encore la future expédition organisé par le père de Beth étaient des options intéressantes. Bien plus concrète que ces recherches approximatives en forêt, en tout cas. Si la première option ne poserait pas de problème, faire partie de la deuxième semblait plus ardu.

Parce qu'il avait proposé d'héberger l'équipe dans sa maison, Norman ne pouvait pas jouer ensuite les poules mouillées en déclarant préféré finalement le confort d'une chambre au Granny. Devant les arguments de sa collègue, il déclara qu'il faudrait plus qu'un dragon pour le faire déguerpir.

- D’accord, d’accord. Tu es majeur et vacciné, tu fais ce que tu veux. Mais si tu finis en poulet rôti, je te jure que la première chose que je dirais à ton enterrement, se sera un « je te l’avais bien dit ».

"S'il reste assez de morceaux de moi pour faire un enterrement." Plaisanta-t-il aussitôt.

Aussi étrange que cela puisse paraître, Norman pouvait plaisanter assez facilement de son potentiel décès. Il estimait que cela faisait parti du jeu. Lorsqu'on se mettait en tête de chasser un dragon, il y avait de forte chance d'y rester. Seul les idiots nieraient cette possibilité et, contrairement à se que beaucoup croyait, l'ancien chasseur n'était pas un imbécile. Il y avait une différence entre l'idiotie et l'insouciance. Tout ce qu'il pouvait faire était de bien s'équiper pour augmenter ses chances de survie à une telle rencontre mais à un moment ou un autre, les dès seront jetés. Du moins, il espérait bien se retrouver à nouveau devant la bête. Ce serait tellement frustrant que la créature se soit volatilisée après son apparition au mariage. Norman préférait penser que si le reptile lui filait ainsi entre les doigts c'est parce qu’il n'avait pas les connaissances que possédait Beth et son père. Après tout, l'ancien chasseur se souciait plus de la partie 'comment les tuer' que d'étudier le comportement et les habitudes de ces futures proies.

Il fallait vraiment qu'il participe à cette expédition ! Mais s'il se montrait trop insistant sur ce point qui ne dépendait pas entièrement de Beth, cela paraîtrait étrange. Alors il proposa le nom d'un 'ami' (si on pouvait dire les choses ainsi) sous prétexte de se soucier de leur sécurité. L'idée ne fut pas accueillit avec enthousiasme mais la conversation revint sur ces qualités de pisteur, ce qui était beaucoup plus intéressant.

Devant cette question sur ces compétences, Norman joua une carte qu'il ne pensait utiliser un jour : celle de la modestie. Minimiser ses compétences de pisteur était le meilleur moyen d'éviter les questions gênantes. Il y avait certaine chose qu'il valait mieux cacher à une amie journaliste, comme la partie braconnage de ces loisirs. L'exemple de vouloir éviter de croiser la route d'un ours pendant ses balades sembla être une bonne excuse puisque cette chère Beth la goba sans poser de questions. Mieux encore, sa collègue lui offrait une chance de marquer des points auprès du paternel Cyrian. Norman accepta ce compromis, même si honnêtement, s'il trouvait une vraie piste pour le dragon, il y avait plus de chance qu'il garde l'info pour lui.

Enfin... Norman n'en était pas à un mensonge de plus. Tout en promettant de l'informer s'il trouve quelque chose, le secrétaire ne put s'empêcher de glisser une blague concernant son destin funeste s'il tombait directement sur le dragon.

- Ou alors, tu pourrais préparer un message et tu n’aurais plus qu’à appuyer sur le bouton « envoyé » quand tu tomberas nez à nez avec le dragon avec une petite précision : « là où il y a mon cadavre »

"Bonne idée." Répondit-il en riant. Il continua sur le ton de la plaisanterie tout en changeant légèrement de sujet car il voyait bien que de discuter de sa mort (même pour rire) mettait Beth mal à l'aise. "Enfin, si çà se trouve, notre mystérieux dragon se terre quelque part en dessous de la ville ou dans les anciennes mines et non en forêt... Si c'est le cas, de nous deux, c'est moi qui suis le plus en sécurité dans mon petit coin de verdure !"

C'était impossible qu'un reptile de cette taille se cache dans les rues de Storybrooke, même si l'ancien chasseur ne pouvait pas savoir la dimension des fondations de la ville. Les anciennes mines étaient une théorie plus plausible, sauf que les récents éboulements dans cette zone contrecarraient un peu sa théorie. Bref, c'était surtout l'orgueil qui se cachait derrière cette plaisanterie. Norman aimait à croire que s'il n'avait trouver aucune trace du dragon après avoir pourtant inspecter chaque coin de la forêt, c'était tout simplement parce que la bête ne s'y trouvait pas et non à cause de ses compétences qui laisserait à désirer.

Le bruit agaçant de la sonnerie du téléphone le tira de ses spéculations. Norman décocha une œillade assassine et profondément ennuyé au coupable se trouvant sur son bureau. Ce n'était hélas pas son portable avec une Lizzie agacée par ces textos à l'autre bout du fils mais bien le téléphone du travail. Il n'avait vraiment pas envie d'interrompre sa discussion avec Beth pour se remettre au travail alors il ignora royalement le téléphone pour l'instant.

"Plus sérieusement, tu en penses quoi pour l'ancienne mine ? D'après les légendes, les dragons sont plus branché grotte que forêt."


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Lun 16 Juin - 23:06




Beth & Norman



Aussi loin que je pouvais me souvenir, je n’avais jamais eu d’aussi longue conversation avec Norman. Je ne l’avais jamais trouvé désagréable, mais bien souvent, nos conversation n’étaient que de simples échanges de courtoisie ou bien des discussions autour du beau temps, quand beau temps il y avait. Enfin, il semblerait que nous nous soyons trouvé un point commun : le dragon. C’était clair que c’était tout autre comme sujet de conversation que ce que nous avions l’habitude d’échanger, mais sincèrement, ça faisait un bien fou de discuter de ça avec quelqu’un qui ne vous regardait pas comme si vous prétendiez avoir vu un extraterrestre. Dans cette ville, j’avais l’impression qu’il n’y avait que Norman et mon père qui me croyaient. Les autres… Et bien disons que soit ils prenaient ça pour une blague, soit ils niaient ce qu’ils avaient vu. Enfin bref, des personnes sans importance et qui ne m’aideraient pas du tout dans mes recherches.

Je m’inquiétais vraiment à propos de mon collègue qui vivait en forêt et par conséquent, dans l’endroit où on supposait que se trouvait le dragon. Je lui avais proposé de déménager au moins temporairement chez Granny pour éviter de finir en méchoui dans sa propre maison ou entrain de se promener dans la forêt, mais Norman faisait la sourde oreille. Il ne voulait pas s’en aller de chez lui, et la boisson était sa meilleure amie (rien de nouveau bien évidemment) pour l’aider à dormir. Un peu à contrecœur, je capitulais et le laissais seul juge de ce qui était bon pour lui, ou pas. Néanmoins, je ne pus m’empêcher de lui faire remarquer que s’il terminait grillé, se serait entièrement de sa faute parce que ce ne serait pas faute de le lui avoir dit et répété. N’empêche que s’il venait vraiment à mourir carbonisé, j’allais vraiment m’en vouloir pour ne pas avoir insisté encore et encore jusqu’à ce qu’il cède et ne prenne vraiment une chambre chez Granny.

- Qu’il y ait un corps ou pas, en règle générale, on fait quand même une pierre tombale en guise de commémoration ainsi qu’une cérémonie, donc si tu retournes à la poussière, tu auras quand même une jolie pierre tombale en marbre avec gravé Norman Fleming.

La conversation était assez glauque en elle-même. On n’avait pas idée de discuter de la mort, comme ça, comme si on parlerait du chien du voisin qui faisait ses besoins dans l’allée des gens. Quelque chose ne devait vraiment pas tourner rond dans nos têtes. Surement le choc de la découverte du dragon. D’ailleurs, c’était quand même le sujet principal de notre conversation, donc normal qu’on évoque un peu la possibilité d’y laisser notre peau en cherchant une telle créature qui avait une lance à incendie à la place de la salive. Mais il fallait vraiment que je sache si ce que j’avais vu était vrai ou pas. Et mon père voulait voir ce dragon de ses propres yeux, ce qui était tout à fait légitime étant donné qu’il n’avait qu’une vidéo comme preuve de l’existence de cette bête mythologique. Du coup, nous montions une expédition pour ça et Norman semblait réellement s’y intéresser. Encore une fois, c’était rassurant de voir que quelqu’un vous croyait.

J’étais désolée auprès de mon collègue de ne pas avoir voix au chapitre en ce qui consistait ceux qui pouvaient nous accompagner ou pas. Mais c’était mon père, le zoologue, moi je n’étais que chroniqueuse dans la rubrique nature et découverte. Certes, j’y connaissais un rayon, mais quand même, je n’allais pas voler le boulot de mon père. Quel genre de fille je serais ? Néanmoins, je connaissais mon père et je savais plus ou moins comment faire pour rentrer dans ses bonnes grâces. Du coup, je demandais à Norman s’il avait des qualités de pisteur, même infime, il suffisait de ‘broder’ un petit peu et hop, ça passerait comme lettre à la poste. A la réponse positive de mon collègue, je lui fis donc part de la tâche qu’il aurait à accomplir si jamais il souhaitait se joindre à nous : trouver une piste et nous la donner. J’avais très rapidement laissé tomber l’idée de prendre pour compagnon ce James Jackson car quitte à mourir, qu’il soit là ou pas, on finirait griller au barbecue quand même !

Encore une fois, la conversation dériva sur une possibilité de mort. A croire qu’au final, on finirait tous grillés au barbecue… Devrais-je avertir les pompes funèbres, histoire qu’ils commencent à graver nos noms à mon père et moi sur une pierre tombale dans le cas où on disparaîtrait et on ne retrouverait jamais nos corps ? Etait-il venu le temps que je rédige mon testament, moi qui n’avais pas d’enfant ? Franchement, se serait trop bête de mourir maintenant ! J’avais des projets de vie, même si en ce moment il semblait un peu compromis. Je ne rêvais pas d’un grand mariage comme celui de Louna et William, bien qu’il ait été un tantinet écourté, mais j’avais envie d’un jour avoir une vie de famille. Enfin, j’évitais tout de même de trop penser que j’allais y laisser ma peau dans cette expédition avant d’avoir vu celle pour l’Afrique se faire, et préférais répondre à Norman sur la possibilité de rédiger un message automatique indiquant l’emplacement de son corps si jamais il finissait en poussière.

Par contre, la remarque de mon collègue était intéressante si bien que j’attrapais une chaise pour venir m’asseoir en face de lui. Depuis le début j’étais debout parce que je ne pensais pas m’éterniser, mais étant donné que notre conversation prenait de l’ampleur, je ne voyais pas trop pourquoi je resterai debout tandis que Norman était tranquillement bien installé sur sa chaise de bureau. Une fois assise, je réfléchissais à ce qu’il venait de dire. Je savais qu’il y avait des souterrains en dessous de la vie. C’était une ancienne mine. J’ignorais quel type de métal on pouvait y trouver à l’époque, mais il y avait maintenant des années que personne n’y avait mis les pieds. D’ailleurs, l’accès était interdit à cause des possibilités d’effondrement (qui ne menaçait pas la ville, fort heureusement !). S’il avait raison, il aurait doublement raison d’affirmer être en sécurité en forêt et non en ville. Aïe ! Il marquait un point ! Un sourire se dessina sur mes lèvres à cette remarque. Touché, coulé, comme qui dirait !

- Finalement, la chambre chez Granny pourrait être dangereuse, répliquais-je. Mais tu viens de soulever une théorie vraiment très, très intéressante ! Je t’avoue ne pas y avoir pensé, et pourtant, j’ai retourné la chose dans tous les sens, mais pas assez apparemment… Néanmoins, un dragon de cette taille… Il faudrait une ouverture gigantesque pour qu’il puisse entrer à l’intérieur.

Or, je ne me souvenais pas qu’une telle chose existait. Décidemment, ce dragon était vraiment un mystère entier ! A chaque fois qu’une théorie tombait, il y avait toujours un élément qui venait contrer cette théorie, la rendant plus aussi probable qu’avant. Mais il ne fallait négliger aucune piste !  Il n’y avait que comme cela qu’on avançait réellement. De plus, il ne fallait jamais oublié que les animaux n’étaient pas comme nous. Ils ne possédaient pas de conscience, ni ne réfléchissaient avant de prendre une décision, ils agissaient par instinct. Chaque animal avait une façon bien précise de fonctionner, parfois on retrouvait des similitudes chez d’autres espèces, mais elles n’étaient jamais cent pour cent semblable, ce qui expliquait la diversité des espèces dans le monde.

- Tu as raison, les dragons résident dans des grottes, en théorie. Mais s’il n’a pas trouvé de grotte, vers quoi se tourne-t-il ?

Si on continuait comme cela, on finirait par tourner en rond, encore et encore. Mais cela ne retirait rien au fait que Norman avait raison dans ce qu’il venait de dire et ça, je ne pouvais pas le nier. Il fallait simplement étudier les possibilités qui se trouvaient autour, ni plus, ni moins. Mais si seulement nous avions des indices, même quelconques, on pourrait avancer au lieu de patauger dans la boue comme nous le faisions actuellement. Un léger soupire s’échappa de mes lèvres.

- Sais-tu où on peut trouver une ouverture assez grande ? demandais-je en indiquant du menton la carte qu’il avait sous le coude.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Sam 28 Juin - 21:16




Beth & Norman




Norman n'avait jamais étudié ou même éprouver l'envie d'en apprendre plus sur les habitudes des bestioles en tout genre qu'il avait prit pour cible. Franchement, quel intérêt de savoir quel est le point d'eau préféré de tel animal ? En plus il fallait lire des tonnes de bouquins, assimiler une tonne de connaissances barbantes. Connaissances qui disparaitront certainement de son cerveau dès la prochaine sortie au Rabbit Hole. L'ancien chasseur était un homme de terrain. Suivre une piste étaient une chose qu'il avait apprit sur place et non entre les pages de bouquins prenant la poussière. Du moment que l'animal se retrouvait dans sa ligne de mire, il se moquait des habitudes de son futur trophée.

Mais cette conversation avec Beth commençait à lui faire réaliser que la chasse au dragon demanderait sans doute quelques compétences supplémentaires. Voilà pourquoi il était devenu important de rester dans les petits papiers de sa collègue journaliste ainsi que son père s'il avait l'occasion de le rencontrer un jour. Le secrétaire était dans une impasse dans ces recherches en solitaire, aucun reptile ne tombait dans ses pièges en forêt (tout se qu'il avait eu comme prise avec ce plan était un orphelin trop curieux, la belle affaire !). Sa participation à l'expédition qui se préparait sonnait comme sa dernière chance pour remettre la main sur la créature mythologique. Sauf si ce dernier se pointait au prochain événement créé par Lizzie mais pour ce coup, Norman préféra miser sur plusieurs chevaux que de s'engager entièrement dans une fausse piste. D'ailleurs plus la conversation avançait et plus l'ancien chasseur commençait à douter de la présence du dragon dans la forêt. Après tout, il avait du inspecter chaque buisson ! Même s'ils n'avaient pas les connaissances de son interlocutrice et de son père, son orgueil lui soufflait que s'il n'avait pas trouvé la moindre piste pour débusquer la bête dans sa tanière c'est que celui-ci n'y était pas !

Peut-être était-il planqué quelque part en ville pendant que les curieux remuaient ciel et terre pour obtenir une preuve de son existence. Çà serait tout de même assez ironique ! Mieux valait avoir ce genre de pensée que de commencer à craindre que la bête s'était envolé loin de Storybrooke. Théorie, hélas, assez réaliste.

Il avait dit son hypothèse à propos des souterrains de la ville sur le ton de la plaisanterie, pour signaler qu'il était peut-être la personne la plus en sécurité de tout Storybrooke. Pourtant l'idée évoquée fit son chemin dans son crâne miraculeusement non-embrumé ni par l'alcool ni par une gueule de bois carabiné. Apparemment l'idée intéressa également son interlocutrice puisqu'elle attrapa une chaise pour s'asseoir en face de lui. C'est vrai qu'il ne pensait pas que cette conversation serait aussi longue et passionnante. Norman avait saisit au départ l'occasion parfaite de reporter son travail à une période indéterminée et finalement, cette chère Beth lui apportait quelques éléments pour le sortir de l'impasse dans lequel il était. Comme quoi, c'était vrai qu'il y avait plus d'idées dans deux têtes que dans une. Dire que Norman avait toujours cru que ce genre de dicton avait été inventé pour permettre aux crâneurs de frimer en récitant des phrases toute faite. Zut, il s'en voulait presque d'avoir cassé la figure au dernier binoclard qui avait essayé de jouer à ce petit jeu avec lui. Presque... parce que Norman restait un bagarreur dans l'âme (surtout avec un verre dans le nez) et qu'il ne regrettait jamais quelque chose qui lui avait donné un prétexte pour taper quelqu'un.

- Finalement, la chambre chez Granny pourrait être dangereuse. Mais tu viens de soulever une théorie vraiment très, très intéressante ! Je t’avoue ne pas y avoir pensé, et pourtant, j’ai retourné la chose dans tous les sens, mais pas assez apparemment… Néanmoins, un dragon de cette taille… Il faudrait une ouverture gigantesque pour qu’il puisse entrer à l’intérieur.

Un sourire triomphant s'afficha sur le visage du secrétaire du Daily Mirror. En quelques minutes de dialogues, il avait offert une nouvelle piste à étudier concernant la tanière du monstre. N'est-ce pas la preuve qu'il serait utile dans l'expédition ? Quoi qu'il valait mieux ne pas trop s'avancer en relançant la conversation dans cette direction car son idée avait une faille, comme le disait Beth, où trouver une ouverture assez gigantesque ? Pourtant, plus il y réfléchit et plus son instinct lui soufflait qu'il avait pointé du doigt la solution. Si on faisait référence aux dragons qu'on trouvait dans les livres, c'était plutôt le genre de monstre à se planquer dans une grotte qu'en pleine forêt. Hors des grottes, il n'y en avait pas d'assez grande. Il fallait croire que leurs pensées respectives suivaient le même cheminement puisque la journaliste dit tout haut se qu'il pensait tout bas :

- Tu as raison, les dragons résident dans des grottes, en théorie. Mais s’il n’a pas trouvé de grotte, vers quoi se tourne-t-il ?

Bonne question... Vers quoi se dirigerait un dragon en mal de grotte ?

"Je ne crois pas que l'entrée de la mine soit encore assez grande après le dernier éboulement." Réfléchit-il à voix haute. "Peut-être que le dragon s'est frayer un passage de force ? Mais en dehors de la bibliothèque, il n'y a pas vraiment eu de gros dégât en ville."

Est-ce que sa piste toute neuve était aussi un cul-de-sac ? Çà en serait frustrant, quand même ! Pour lui la bibliothèque était plutôt l'œuvre de vandales profitant de l'absence de la moitié de la ville pour se servir. Le saccage en règle aurait eu une fonction à la fois défouloir tout en masquant un éventuel forfait. Pourquoi voler des livres ? Alors là, c'était un mystère encore plus coriace que de découvrir la planque du dragon ! Peut-être que la nouvelle bibliothécaire s'était fait des ennemis. Bien plus crédible que le vol de bouquins. Bref, peu de chance que çà soit en rapport avec un reptile volant.

Pour le coup, il partagea le soupir frustré de son interlocutrice. Pourquoi le dragon ne voulait-il pas tout simplement apparaître pour se faire tuer ? Il en ferait tout une collection automne/hiver pour Lizzie... ou pour Maeve... Ou il le vendrait à cette dingue de rose qui tenait une boutique. Ce n'était pas les candidates qui manqueraient.

- Sais-tu où on peut trouver une ouverture assez grande ?

Sur ces mots, Norman dégagea les quelques papiers qui cachaient encore des coins de sa carte. Il se passa une main songeuse sur son menton éternellement mal rasé.

"Hum... c'est pas la bonne carte pour çà." Commenta-t-il. "Il en faudrait une qui indiquerait le cheminement des anciennes galeries, ou les fondations des bâtiments pour voir les endroits les plus profond... Peut-être que le dragon s'est trouvé un accès depuis la forêt pour atteindre les galeries ? Je ne sais même pas si ce genre de carte existe ! Ou est accessible aux communs des mortels comme nous."

Qui pourrait avoir ce genre d'infos ? Madame la Maire ? Est-ce que ce genre de document était occupé à entassé la poussière dans les archives ? La discussion commençait à sortir de son terrain de prédilection. I leva les yeux de sa carte pour juger si Beth avait un début de piste.

"Mais pour quelqu'un avec un pass press, peut-être ?" Suggéra-t-il avec espoir.

C'est vrai que Beth avait un avantage sur lui. Elle pouvait avoir un joli badge qui l'autorisait à fouiner là où Norman, en tant que secrétaire, resterait coincé à l'entrée. Quoi qu'il fallait espérer que ce genre de document ne se trouvait pas dans le bureau du maire ! L'ancien chasseur soupçonnait que dragon lui-même échouerait à extirper un document à Regina Mills.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Ven 11 Juil - 23:10




Beth & Norman



Etudier le comportement animal ainsi que le mode de vie de chacun d’entre eux, c’était mon dada. Si j’en savais autant, c’était principalement grâce à mon père qui en avait étudié plus d’un tout au long de sa vie et qui avait tenu des carnets de voyage à chaque fois. Ces carnets-là, je les avais tous lu au cours de mon enfance et m’étais imprégnée de chacun d’entre eux. C’était, dirons-nous, l’avantage d’avoir un père zoologue. Tout ce que je connaissais, je le tenais de lui. Je n’avais jamais vécu un de ces voyages et pour cette raison, j’étais plus que pressée que ce voyage en Afrique se mette définitivement en place afin qu’on puisse partir. Pour l’instant, il nous manquait encore des fonds d’argent pour faire de ce voyage une véritable expédition au milieu de la savane et étudier correctement la vie des animaux que mon père n’avait pas encore eu la chance d’étudier.

Des études d’animaux, il y en avait des tas, mais mon père adorait confirmer les théories qui s’offraient à nous dans les encyclopédies et trouver d’autres choses. Il avait déjà ramené pas mal de nouvelles informations qui lui avaient valu le gain de certaines sommes d’argents. Un zoologue comme lui, il y en avait peu ! C’était un véritable génie. Pour toutes ces raisons, j’étais certaine qu’il arriverait à trouver quelque chose sur le dragon. S’il y avait un expert dans cette ville sur l’étude des animaux, c’était bien lui, même quand l’animal n’était pas en vu. J’avais foi en lui. Et Norman semblait être du même avis que moi. Sinon, pourquoi voudrait-il se joindre à nous ? Hormis la curiosité d’en savoir plus sur cette incroyable créature, bien évidemment. Et puis, j’étais sincère quand j’affirmais qu’il pourrait se rendre utile en essayant de chercher une piste de départ.

J’ignorais s’il trouverait quelque chose, mais s’il trouvait, cela pourrait être grandement utile. Il habitait dans la forêt donc il devait très bien la connaître. Moi aussi, je la connaissais bien étant donné que je m’y baladais souvent pour la rubrique où j’écrivais, mais mieux valait deux personnes qui connaissaient bien les lieux qu’un seul. J’aurais bien aimé avoir Bran avec nous car il devait aussi s’y connaître un peu, au moins, sur le plan animal, mais il avait refusé de se mêler de ça. Forcément quand on n’était pas témoin d’une telle chose, c’était difficile de croire à l’existence d’un dragon. Mais moi je savais pertinemment ce que j’avais vu. Je n’étais pas folle et en plus de ça, il y avait Norman qui avait vu comme moi. Donc si nous étions deux à avoir vu la même chose, alors il n’y avait pas de raison de croire que cette vision était le simple fruit de l’imagination.

Ma conversation avec Norman avançait progressivement si bien que je passais plus de temps que prévu en sa compagnie. Non pas que cela m’embêtait, mais je me rendais compte que jamais je n’avais autant discuté avec lui qu’en ce jour. Mais cette fois-ci, nous avions vraiment de quoi discuter. Lorsqu’il souleva l’hypothèse que le dragon ne vive pas en forêt mais plutôt dans les sous-terrains de la ville, je ne pus m’empêcher de remarquer qu’il avait soulevé un point très important et que j’avais lourdement négligé jusqu’à présent. Mais comment avais-je pu oublier un point aussi essentiel ? C’était évident, maintenant ! J’avais envie de me frapper le front contre quelque chose, mais si je faisais ça, Norman allait me prendre pour une maboule. J’attrapais une chaise pour m’asseoir juste en face de mon collègue. Si la conversation continuait, autant que je me pose plutôt que de rester éternellement debout devant lui.

Malgré cette révélation, je ne pus m’empêcher de faire une petite blague à propos du danger que pouvait représenter une chambre chez Granny maintenant que c’était la ville qui pouvait être sous la menace des flammes du dragon. Malgré la justesse des propos de Norman à propos de l’habitat théorique des dragons qu’on pouvait trouver dans les livres, il y avait un point quand même important : où ce dragon avait-il pu trouver une ouverture assez grande pour s’y engouffrer. Non parce qu’une créature de cette taille… Il fallait forcément une ouverture proportionnelle à sa taille… Néanmoins, Norman pouvait être content de lui sur ce coup-là. Il faudrait que j’en parle immédiatement à mon père. On pourrait commencer par-là déjà, même si les ouvertures vers les sous-sols de la ville n’étaient pas assez grandes pour lui, qui sait, on pourrait peut-être explorer les sous-terrains et on verrait bien ce qu’on trouve.

- S’il s’est forcé un passage de force, il a dû prendre une des ouvertures vers les sous-sols déjà présente et l’agrandir, mais ça aurait fait du raffut, non ? Quant à la bibliothèque, je ne pense pas que les éléments soient liés. Enfin, ça n’a pas de sens, avant que cette femme la rouvre, c’était un bâtiment abandonné. Dans les films, ça aurait surement fait un scénario en béton, mais ne tombons quand même pas dans les clichés… Et puis, M. Gold et Mademoiselle French ont tous les deux affirmés que la serrure avait été forcée donc j’ai tout de suite écarté cette possibilité.

C’était comme pour ce loup aux yeux verrons ! Parce que c’était un loup, tout le monde s’était imaginé qu’il était dangereux et dévorerait les enfants à la moindre occasion. Non ! Les loups ont peur de l’homme et ne l’attaquent pas. Donc nous n’avions aucune raison de nous inquiéter de ce loup solitaire. La seule chose qu’il risquait de manquer à Storybrooke, se serait peut-être de la volaille. Mais sinon… rien. D’ailleurs, ce loup n’avait jamais posé de souci depuis la première fois qu’un habitant de la ville l’avait vu. Mon soupire frustré fut accompagné de celui de Norman. Je trouvais cela marrant. Parfois, avec un seul soupire, on disait tout. Enfin, nous étions tous les deux « frustrés » parce que nous n’arrivions pas à avoir des réponses concrètes nos questions. Afin d’éviter que le silence ne s’installe, je demandais à Norman s’il savait où nous pourrions trouver une ouverture assez grande. Il avait une carte non ?

Il pensa à la même chose que moi car il dégagea sa carte au grand complet. Je me penchais légèrement en avant pour regarder mais il avait raison. Il n’avait pas la bonne carte. Je fronçais légèrement les sourcils. Décidemment, ce dragon posait plus de souci que prévu. J’écoutais les suggestions de mon collègue. Il avait raison, ces cartes-là devaient bien exister. Je hochais la tête. Je replaçais une mèche de cheveux derrière mon oreille avant de sortir mon portable pour voir mon planning. Je jetais un œil à mon agenda et trouvais une disponibilité pour dans deux jours.

- Je pourrais aller demander à M. Gold ? C’est le propriétaire de la ville, ce serait plus logique que ce soit lui qui les ait. Sinon, Regina ? C’est le Maire donc… Logique qu’elle ait les plans si notre antiquaire préféré ne les a pas. Je pourrais aller leur rendre visite après-demain.

Je pris note sur mon agenda afin de ne rien placer et me retrouver dans une impasse avec deux choses à faire en même temps. Je n’étais pas Wonder Woman, j’allais avoir du mal.

- Tu veux venir ? demandais-je. Sauf si tu as trop de boulot, je ne voudrais pas te retarder, mais si on est deux, on pourrait étudier directement les plans ensemble. Et si besoin faire des photocopies.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Mer 16 Juil - 18:13




Beth & Norman




La vie était parfois curieuse. Ce qui était à la base une simple excuse pour ne pas avoir à se remettre au travail s'était transformé en débat passionnée sur la recherche du dragon. Et ce qui était parti d'une blague sur l'endroit le plus sécurisé de Storybrooke était devenu une piste sérieuse pour débusquer la tanière de la bête. Qui l'aurait cru ? Lui qui griffonnait sa carte de la ville sans réel intuition avant que Beth ne vienne l'interrompre cherchait à présent à endroit bien particulier. Une ouverture assez grande pour que le dragon ait pu s'y engouffré pour gagner les souterrains. Le hic est qu'à part éventuellement la bibliothèque, les dégâts de Storybrooke autour de la date du mariage avoisinait le zéro.

- S’il s’est forcé un passage de force, il a dû prendre une des ouvertures vers les sous-sols déjà présente et l’agrandir, mais ça aurait fait du raffut, non ? Quant à la bibliothèque, je ne pense pas que les éléments soient liés. Enfin, ça n’a pas de sens, avant que cette femme la rouvre, c’était un bâtiment abandonné. Dans les films, ça aurait surement fait un scénario en béton, mais ne tombons quand même pas dans les clichés… Et puis, M. Gold et Mademoiselle French ont tous les deux affirmés que la serrure avait été forcée donc j’ai tout de suite écarté cette possibilité.

"D'accord, on oublie la bibliothèque." Admit-il avec un haussement d'épaule. "Aaaah moi qui voulait un prétexte pour draguer la jolie mademoiselle French, c'est raté." Plaisanta-t-il avant de retrouver très vite tout son sérieux (aussi étonnant que le spectacle d'un Norman prenant quelque chose au sérieux puisse l'être). "Donc... un endroit isolé." Son regard braqué sur la carte s'attardait sur les alentours de la ville.

"L'ancienne mine." Commenta-t-il en tapotant du doigt l'indication sur sa carte d'un air songeur. "Au dernière nouvelle, la Maire voulait tout faire bétonner. Va savoir où çà en est cette histoire."

Même s'il avait déjà émit cette théorie, il avait du mal à lâché l'affaire. Le dernier éboulement avait rendu l'accès difficile et plus personnes n'osaient s'approcher de cette zone de peur de tomber sur une parcelle de terrain plus instable que les autres. Mais est-ce que c'était le genre de chose qui pouvait freiner une créature aussi énorme que le dragon ?

"Non, même du raffut dans un endroit aussi à l'écart, on l'aurait entendu. Le dernier éboulement avait secoué toute la ville." Se souvint-il.

A nouveau, il avait l'impression de tourner en rond et cette constatation lui fit pousser un soupir en même temps que Beth. En d'autres circonstances, ce soupir collectif qu'ils poussèrent l'aurait fait rire. Sauf que la situation n'avait rien de drôle. A peine avaient-ils trouvé une explication sur l'absence de créature mythologique dans les bois que la dur réalité venait de s'abattre. Par où le dragon aurait-il pu atteindre les souterrains de la ville ? Rien n'avait été détruit à Storybrooke et si un énorme trou était apparu soudainement dans la forêt, il aurait été le premier au courant !

Avant qu'un silence déprimant ne s'installe, la journaliste animalière lui demanda s'il savait où on pouvait trouver une ouverture assez grande.

Norman dégagea prestement sa carte comme si un élément important aurait pu être caché par sa tasse de café ou ces post-its de messages qu'il ne devait pas oublier de transmettre. Hélas, rien sur la carte qu'il possédait n'indiquait quel endroit de la ville serait suffisamment profond pour servir de nouvelle maison au dragon. Il donna des exemples de carte qui seraient plus utile que la sienne tout en doutant qu'un tel renseignement puisse exister. Pourtant, une carte retraçant les fondations de la ville serait parfaite ! Mais chez qui trouver une telle perle rare ? Pour résoudre ce genre de détail, il faisait confiance à Beth et il ne fut pas déçu.

- Je pourrais aller demander à M. Gold ? C’est le propriétaire de la ville, ce serait plus logique que ce soit lui qui les ait. Sinon, Regina ? C’est le Maire donc… Logique qu’elle ait les plans si notre antiquaire préféré ne les a pas. Je pourrais aller leur rendre visite après-demain.

L'ancien chasseur se contenta d'acquiescer en restant étonnamment silencieux. Pas de sarcasmes ou de commentaires, rien d'autres que de la réflexion. C'est vrai qu'il n'avait pas pensé à monsieur Gold pour cette histoire de carte. Son instinct lui soufflait que l'antiquaire soit plus coopératif que l'ancienne reine. Mais a quel prix ? Celui qui était le propriétaire de la ville n'avait pas la réputation de rendre service gratuitement. A moins que de savoir le dragon rôdé quelque part en ville ne lui fasse faire une entorse à ses principes ? Quoi que çà sonnait plus comme un argument de choix pour rendre madame le Maire plus coopérative... Dans le doute, autant laisser Beth et sa carte-presse aller en première ligne. Alors qu'il essayait d'estimer les risques d'aller parler à monsieur Gold avant sa collègue, Beth lui demanda s'il voulait venir, coupant ainsi des réflexions devenus inutiles.

- Tu veux venir ? Sauf si tu as trop de boulot, je ne voudrais pas te retarder, mais si on est deux, on pourrait étudier directement les plans ensemble. Et si besoin faire des photocopies.

Norman était ravi de la proposition de Beth. Du travail ? Oui, techniquement il était débordé mais le secrétaire n'était pas vraiment un modèle du parfait employé. S'il devait choisir entre suivre une piste fiable sur la bête qui occupait la première place dans sa liste 'des bestioles a tué avant de mourir' et s'ennuyer derrière une montagne de paperasse, son choix était vite fait. Lip n'aura qu'à s'occuper des appels téléphones pour la journée, il fait çà si bien !

"Moi ? Trop de boulot ?" Rigola-t-il. "Depuis quand ce genre de chose m'arrête ? Si tu pars enquêté sur la tanière du dragon, j'en suis !"

Comme pour illustrer sa déclaration, il sorti son propre agenda. Bien sûr à la date prévue, il y avait déjà quelque chose d'inscrit mais l'ancien chasseur l'effaça aussitôt (et sans un remord, est-ce vraiment utile de le préciser ?) pour le remplacer par ce nouveau rendez-vous de la plus haute importance. Dire qu'au début de cette conversation, il était en train de se casser la tête sur les possibilités de fabriquer une fausse piste afin de gagner des points et, finalement, c'est en partant d'une plaisanterie qu'il en avait dégotté une. C'était plutôt amusant.

"Hey, arrête-moi si je me trompe..." Commenta-t-il malicieusement en remettant son téléphone portable dans sa poche avec un sourire amusé. "Mais çà ne ressemblerait pas à un début de piste tout çà ?"

Venait-il d'augmenter ses chances pour décrocher une place dans cette fameuse expédition avec le duo père-fille Cyrian ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   Mer 23 Juil - 12:26




Beth & Norman



A force de discussion, l’impensable s’était presque réalisé. En discutant avec Norman, je n’aurais jamais cru qu’on avancerait à ce point dans notre recherche, tout du moins en aillant de nouvelles pistes à exploiter tout ça, et pourtant, c’était précisément ce qui était entrain d’arriver. En même temps, quant on avait affaire à une personne qui ne vous prenait pas pour une idiote à propos de ce dragon, c’était plus facile d’avancer. Personnellement, j’étais bien contente d’avoir mon collègue de mon côté car au moins, cela me prouvait que je n’étais pas folle et que je n’avais rien inventé en ce qui concernait cette gigantesque créature. Tous les autres témoins… et bien je ne savais pas ce qui leur avait pris, mais de là à aller affirmer que ce qu’ils avaient vu n’était dû qu’à une intoxication alimentaire, il y avait quand même un monde. Et après, ça s’amusait à passer des faux coups de fil pour empêcher les honnêtes gens de travailler… Parfois, c’était pitoyable !

Enfin bon, à force, j’avais l’habitude et puis maintenant, j’arrivais à déceler le faux du vrai. Et bien souvent, les appels étaient complètement faux. Ma discussion avec Norman était la seule piste fiable. A présent, nous réfléchissions sur la façon dont le dragon aurait pu se rendre dans les sous-sols de la ville. C’était clair qu’il n’y avait pas d’ouverture assez grande pour qu’une créature de cette taille ne passe sans faire des dégâts. Ce qui aurait, par conséquent, crée assez de raffut pour attirer l’attention, or je ne me souvenais pas que quelque chose dans ce genre-là se soit passé récemment. Ce dragon était un véritable casse-tête ! Par moment, je me demandais comment je faisais pour ne pas devenir complètement marteau, parce qu’il y avait vraiment de quoi ! Ce qu’il y avait de sur en tout cas, c’était que l’incident de la bibliothèque n’avait strictement rien à voir. J’avais déjà mené ma petite enquête un matin. Un dragon n’aurait pas pris la peine de fracturer la porte pour ressortir.

Norman me fit éclater de rire en parlant de la nouvelle bibliothécaire et de l’occasion manquée que je venais de lui offrir en lui annonçant que la Bibliothèque n’était pas une bonne piste.

- Oh mais je suis sûre que tu sauras trouver un nouveau prétexte pour aller lui rendre visite ! répondis-je en cessant de rire progressivement.

Reprenant peu à peu mon sérieux, Norman sembla faire de même afin de se concentrer de nouveau sur sa carte pour trouver un lieu isolé. C’était à mon sens le plus logique. Et puis si mes souvenirs étaient exacts, les dragons aimaient être dans des endroits reculés pour veiller sur leur trésor. Certes, l’ouverture conduirait sous la ville, mais du moment que l’ouverture n’était pas à porter des autres, cela devait suffire pour que la créature y élise domicile. De mon côté, je me penchais légèrement vers le bureau de Norman pour regarder avec lui sa carte. Un hochement de tête fut une réponse de ma part lorsqu’il indiqua l’ancienne mine. Elle avait fait parler d’elle quelques temps plus tôt, donc il n’y avait rien d’étonnant à ce que ce soit un des endroits les plus probables aussi. Par contre, je ne savais toujours pas ce que Regina voulait faire de cette entrée d’ancienne mine… Elle prévoyait de la faire bétonner, mais mis à part ça, il n’y avait jamais eu d’avancement. Tant mieux pour nous, donc ?

- Ca peut être une idée, oui.

Norman pensait comme moi, s’il y avait eu une ouverture, cela aurait provoqué assez de bouquant pour alerter toute la ville. Or là, il n’y avait rien eu. Du coup, nous tournions un peu en rond, mais si on en restait que sur des « et si » sans jamais rien vérifier de nous même, il était certain que nous n’avancerions jamais. Même si cette piste ne menait pas à grand-chose, j’avais tout de même envie de l’exploiter, même si j’étais seule sur ce coup-là. Si je faisais chou blanc, et bien ma foi, j’aurais perdu mon temps, mais je n’aurais pas de regret. Peut-être fallait-il une deuxième piste qui porterait sur une ouverture naturellement assez grande pour qu’un dragon puisse s’y faufiler. Je posais la question à Norman pour voir s’il possédait la réponse, mais sa carte n’était pas bonne pour ça. Ce qu’il nous fallait, c’était les plans de fondations de la ville. J’avais déjà ma petite idée sur où chercher, mais encore faudrait-il qu’on nous les accorde.

Regardant mon agenda, j’annonçais pouvoir aller rendre visite à M. Gold et bien à Regina Mills le surlendemain. J’avais des choses à faire, avant, que je ne pouvais pas forcément reporter. Et puis, au point où nous en étions, nous pouvions bien attendre encore un peu ? Ce n’était pas comme si les pistes se bousculaient, donc celle-ci n’allait pas s’envoler parce qu’on s’en occuperait deux jours plus tard. Notant tout cela dans mon agenda, même si je ne risquais pas d’oublier, je proposais à Norman de m’accompagner. Après tout, il aurait été injuste de le laisser derrière alors qu’il avait grandement aidé à trouver toutes ces idées. Certes, c’était moi la journaliste, mais un journaliste pouvait avoir besoin d’un coup de main. Et puis, cela ne regardait pas vraiment les autres sur le pourquoi je comptais emmener Norman. Néanmoins, afin qu’il ne se sente pas forcément obligé de répondre par la positive, je lui laissais le choix de dire non s’il avait trop de travail. L’emmener avec moi ferait qu’il serait absent du bureau donc bon.

Néanmoins, j’aurais dû m’attendre à ce que Norman accepte, même sous une tonne de paperasse. En même temps, qui dirait non ? C’était une occasion presque en or d’être à l’extérieur pendant son temps de travail. Avec un sourire, je lui répondis :

- Et bien c’est parfait ! On partira juste après la pause déjeuné.

Je me levais du siège que j’avais ramené jusqu’ici pendant que Norman notait sur son agenda notre petite expédition chez les deux personnes les plus importantes de cette ville. Replaçant le siège là où je l’avais trouvé, mon collègue attira de nouveau mon attention si bien que je reportais mon regard sur lui. Un franc sourire se dessina sur mes lèvres lorsqu’il parla de début de piste.

- Mais oui, il semblerait bien que s’en soit une, en effet. Je pense qu’il y a de grande chance qu’on fasse encore équipe, une fois que mon père sera mis au courant.



Spoiler:
 

_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Dragon, Dragon, ouvre-moi ou le chasseur me tuera [Pv Norman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mushu ~ Dragon dragon, y'a pas de lézard, on parle pas la même langue {100%}
» cerf, cerf, ouvre-moi, ou le chasseur me tuera !
» Un dragon sur Moon consultons les astres et suivons notre déstiné !
» [Fiche Dragon] L'Ecrevasse (Skrill)
» Dragons : Le cadeau du furie nocturne (2011) DreamWorks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-