Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Dim 8 Déc - 23:10




Bran & Beth



Quand je rentrais chez moi, ce fut dans la précipitation et aussi rapidement que je pus, malgré ma robe fichue et trempée. J’espérais sincèrement qu’Esther ne voulait pas les récupérer parce que j’allais me faire tuer ! J’étais dans un état pitoyable, mes cheveux étaient emmêlés, j’avais la chair de poule, mais je tenais dans mes mains la preuve irréfutable qu’un dragon existait et qu’il avait ruiné le mariage de Louna et de William. Certes, c’était un point extrêmement fâcheux, et j’étais réellement désolée pour mon amie que cette journée se finisse aussi tristement, mais j’étais aussi tellement excitée par cette révélation. Ce n’était pas tous les jours qu’on assistait à l’apparition d’une créature aussi mythique. Qui aurait cru que les dragons existaient réellement ? Certainement pas moi, et pourtant, je devais connaître absolument chacune des créatures qui peuplaient ce monde. Bref, c’était du pur délire !

En rentrant chez moi, mon père m’avait regardé avec des yeux exorbités et avant qu’il ne puisse me demander ce qu’il m’était arrivé pour ressembler à un chiffon mouillé, je me précipitais vers lui et lui expliquais ce qu’il venait de m’arriver. Je voyais bien pendant mon récit que mon père me prenait pour une folle et il me demanda combien de coupes de champagne j’avais bu durant le mariage, mais je le corrigeais très rapidement en lui faisant bien comprendre que j’étais complètement sobre. Celui-ci, peu convaincu me proposa de souffler dans un éthylotest car étant donné l’énormité de ce que j’étais entrain de lui dire, il lui serait difficile de me croire s’il n’avait pas la preuve que j’étais aussi sobre que je le disais. Je lâchais un soupire d’exaspération et sortis mon ordinateur portable que j’allumais. Durant ce temps, mon père tenta de m’expliquer l’illogique de mon récit : les dragons n’existaient pas. J’aurais pensé exactement comme lui si c’était lui qui était venu me trouver pour me dire qu’il venait tout juste d’en voir un. Aussi, je ne lui en voulus pas et quand mon ordinateur fut allumé, je branchais mon téléphone et chargeais les photos et la vidéo que j’avais prises. Si ce n’était pas une preuve ça !

En les lui faisant regarder, mon père s’était assis sur une chaise pour éviter de se retrouver par terre. Il m’avait lâché un « sapristi » tellement caractéristique de sa surprise que je sus qu’il me croyait à présent. Le temps que l’information fasse le tour de son cerveau de géni, il fut aussi excité que moi par cette nouvelle. Sauf que, mon père le fut en double car c’était lui le réel passionné des animaux. Il était zoologue, moi j’étais journaliste et dessinatrice à mes heures perdues. Nous étions d’accord pour décaler notre futur voyage en Afrique afin d’en savoir un peu plus sur ce dragon qu’abritait potentiellement Storybrooke. J’avais un million de recherche à faire à ce propos d’ailleurs. Avait-il été aperçu ailleurs ? Si oui, où ? Dès la reprise du boulot, je consacrerai mes prochaines heures de boulot à en savoir plus. En plus de ça, je pouvais compter sur l’aide de Norman pour trouver des informations qui pourraient nous aider. Mon père se proposa immédiatement pour fournir le matériel qui nous permettrait d’étudier d’un peu plus près le dragon une fois que nous l’aurions trouvé.

J’aurais pu passer des heures et des heures à parler avec mon père de nos futures recherches qui concerneraient le dragon, mais quand il voulut aussi savoir comment ça c’était passé avec mon cavalier, ma bonne humeur était retombée aussi sec. Le fait qu’il m’avait planté au beau milieu de la piste de danse me revint en tête et autant vous dire que je lui en voulais. Certes, je comprenais l’urgence de la situation qui avait fait qu’il avait quitté le mariage, mais était-ce une raison pour me planté au beau milieu de la piste de danse comme une malpropre ? Jamais de ma vie je ne m’étais sentie aussi humiliée. Pour le coup, il me faisait réellement regretté de l’avoir invité à y aller avec moi. Et puis, qu’est-ce qu’il m’était passé par la tête de lui demander une telle chose ? Depuis le temps que j’y réfléchissais, je ne trouvais toujours pas et c’était frustrant ! Je laissais mon père dans ses petites rêveries pour aller dans ma chambre prendre des affaires propres et me diriger vers la salle de bain pour prendre une douche. J’avais besoin de me réchauffer un peu et porter une robe mouillée n’était pas vraiment agréable.

J’enfilais un jean et un pull très simple après ma douche. Je laissais mes cheveux lâchés, les brossant rapidement. Quand je quittais la maison, je laissais mon père devant l’ordinateur. Il passait en boucle ma petite vidéo de quinze secondes. Il y avait bien longtemps que je ne l’avais pas vu aussi excité par quelque chose. Nous tardions énormément pour faire ce voyage en Afrique, du coup, ce dragon était réellement une bonne chose car il redonnait du sens à la vie de mon père. Edward Cyrian ne serait rien sans les animaux. Sur le chemin qui me menait au zoo, lieu dans lequel je m’étais jurée de ne jamais mettre les pieds avant la dernière fois pour les besoins d’un article, je me rendis compte que je n’allais pas chez Bran uniquement pour lui exprimer ma façon de penser, mais aussi pour lui montrer les photos et la vidéo. J’aurais sans aucun doute besoin de lui pour mes recherches et j’espérais qu’il m’aiderait quand même, même si je lui criais dessus… Après tout, c’était lui aussi un spécialiste des animaux, non ? Donc il ne pouvait pas passer à côté de ça ! De toute façon, il serait obligé de m’aider s’il voulait se faire pardonner pour la façon dont il m’avait planté.

Pfff tu rêves ma pauvre fille ! Comme s’il allait s’excuser ! Non mais sérieusement… Il était plutôt du genre à envoyer bouler les gens et à ne pas chercher plus loin que le bout de son nez ! Bref, à force de penser comme ça, mon humeur n’allait pas en s’arrangeant, aussi, j’essayais vainement de me calmer un peu. Crier ne servira à rien Beth, il faut savoir être patient ! Oui, patience ! Ce n’était pas avec du vinaigre qu’on attrapait des mouches ! Rapidement, j’arrivais face à la maison de Bran qui se trouvait, techniquement parlant, à l’autre bout du zoo. Au moins, s’il y avait un souci, il n’avait pas loin à faire pour arriver sur son lieu de travail. C’était peut-être mieux comme ça ! Je montais les escaliers menant à sa porte d’entrée et m’arrêtais juste en face. Je la regardais pendant quelques secondes. Je n’arrivais pas à croire que j’allais faire un truc pareil… Je pris une grande inspiration avant d’appuyer sur la sonnette.

Au même moment, la possibilité qu’il ne soit pas encore rentré chez lui me vint. Peut-être était-il encore à son cabinet… Enfin, il faisait quand même nuit, donc il devrait être rentré chez lui. En théorie, bien sur ! Autour de moi, j’entendais les animaux du zoo. Ca pourrait être flippant dans un autre contexte, mais je n’y prêtais pas spécialement attention. Ils ne pouvaient pas sortir du zoo de toute façon. Après quelques secondes d’attente, la porte s’ouvrit sauf qu’au lieu de me retrouver face à Bran, comme je m’y attendais, je dus baisser les yeux pour voir qui m’avait ouvert la porte et restais totalement figée quand je découvris qu’il s’agissait d’un gorille, muni d’un dictionnaire. Je retirais ce que je venais de dire : les animaux pouvaient sortir du zoo ! Je nageais en plein délire, ce n’était pas possible autrement. Je fermais les yeux une petite seconde avant de les rouvrir, espérant avoir rêvé, mais non, le gorille était toujours là, avec un dictionnaire à la main. Je repris légèrement mes esprits et ouvris la bouche pour dire quelque chose. Sait-on jamais !

- Euh… salut, tentais-je bêtement.

Au moins, le gorille ne donnait pas l’impression qu’il allait m’attaquer d’une seconde à l’autre, c’était déjà ça. N’empêche que j’aimerai bien savoir ce qu’il se passe pour le coup…


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Dim 15 Déc - 15:33




Bran & Beth



Une journée pleine de surprise, celle-ci avait débuté par sa présence au mariage de l'année, celui de Will et Louna. Là-bas, il avait vu Robin, une Suzy bien alcoolisé, Violet et surtout avait été le cavalier de Beth, enfin il fallait l'avouer, il n'était pas le meilleur cavalier qui puisse exister, vu qu'il l'avait planté sur la piste de danse et filé avec Târa pour une urgence. Oui, alors qu'il avait ressenti comme une connexion avec la journaliste s'étant même très rapproché, non loin de finir en baiser. La détective privée l'avait appelé, grâce à cela il avait pu s'éloigner de la personne qui le troublait a bien des égards. Beth était trop dangereuse, pas en mal, mais près d'elle, s'était comme perdre le contrôle qu'il s'évertuait à avoir sur lui-même, oui elle était seulement dangereuse pour ses propres réactions à lui. Il ne voulait pas se voir dicter par ses sentiments contradictoires qu'il ressentait pour elle. Il espérait qu'elle l'oublie et ne vienne plus le voir.

Pourtant, quand il roula vers son cabinet, il ne pouvait s'arrêter de penser à cet instant troublant où ils auraient pu lier leurs lèvres, cela ne lui était jamais arrivé d'être autant attiré par une personne, surtout une qui l'énervait autant que Beth. Heureusement, son boulot l'empêcha de penser davantage, le chien de Târa s'était fait bousculer par une voiture, bon rien de bien grave, mais il avait dû faire une radio et pour finir, lui avait posé un plâtre. Celui-ci avait eu de la chance, beaucoup s'en sortent plus mal de ce genre d'accident. Comme, il se trouvait au cabinet, il ne put s'empêcher de travailler, Bran avait toujours quelque chose à faire gérer le cabinet et le zoo, lui prenait un temps fou, d'ailleurs il y passait quasiment toutes ses journées, son travail était réellement sa vie.

Pour finir, il se retrouva à faire des bricoles au zoo, aujourd'hui il n'y avait pas eu grand monde, un calme régnait en maître sur le lieu, il avait même dit à ses employés de filer plus tôt. Bran avait besoin de ne pas penser, sauf que très vite il lui semblait repenser à Beth. Alors, il se décida à se défouler dans sa salle d'entrainement personnel, celle-ci se trouvait au sous-sol de sa maison. Un parcours intensif semblait être le meilleur remède, petit à petit il retrouva sa sérénité et oublia cet évènement. Sa vie devait continuer sur la même lignée de la veille, rien ne devait venir le perturber, pas avant que cette colère dans son coeur ne disparaisse. Il n'avait jamais su la raison de cet état et pourtant ce sentiment était un quotidien de sa vie qu'il essayait de canaliser à chaque instant.

La nuit venait de tomber, couverte de sueur, il se décida d'aller prendre une douche et ce ne fut sans surprise qu'il découvrit Tokina encore bien installée devant la télé, elle qui pouvait vivre dans la nature, se balader en pleine liberté dans le zoo, préférait rester planter devant les images animées. Pour le moment, il ne préféra pas la réprimander en même temps, elle faisait ce qu'elle voulait. Tantore avait seulement déposé sa trompe sur le rebord de sa fenêtre, sa position pour dormir. Été comme hiver, cette fenêtre était toujours ouverte, jamais le vétérinaire ne pourrait voir l'éléphant couper de la vie de la maison, quoiqu'il était facile de se dire que Tok vivait plus ici que le propriétaire des lieux.

Se dirigeant vers sa chambre, il commença se déshabiller et fit tomber son portable personnel à terre, c'est là qu'il voit qu'il avait reçu un message de Violet. En le lisant, un léger sourire apparut, pas à cause de Norman allant voir Beth. Mais surtout le fait que sa meilleure amie lui envoie ça « un mauvais calcul » en était-ce vraiment un ? Certes, il avait fui face au rapprochement, mais Beth était libre de faire ce qu'elle veut après tout, même si c'était parler à ce crétin de Norman. Bon, après sa douche il répondrait au texto qui datait déjà de quelques heures. Il était sans doute plus facile de joindre Bran sur son portable de fonction que sur celui personnel, mais même dans les deux cas, il était loin d'être un fan de toutes ses technologies.

Une fois sa douche finie, il eut juste le temps d'enfiler le bas de ses vêtements que la sonnette retentit dans la maison, celui-ci attrapa vite fait une chemise et l'enfila sans la fermer tout en se dirigeant vers la pièce principale. Là, il vit Tok devant la porte sans vraiment apercevoir la personne qui avait sonné.

- Tokina, combien de fois t'ai-je dit de ne pas ouvrir la porte d'entrée !

Celle-ci se tourna vers lui, haussant simplement les épaules avec un dictionnaire à la main. Depuis la visite de cette hystérique, le dictionnaire était devenu son nouvel ami quand elle ouvrait la porte. Avançant vers elle, il tendit la main :

- Donne-moi ce dico et va manger au lieu de regarder la télé !

Tok lui passa le dico sans faire une grimace, la suivant du regard elle se dirigea vers le frigo. Enfin, il leva les yeux et vu que ce n'était nul autre que Beth à sa porte, il oublia totalement de fermer sa chemise, laissant voir son torse recouvert de cicatrices. Lui qui était persuadé de ne jamais la revoir, voilà qu'elle se trouvait face à lui et le pire chez lui.

- Vous pouvez rentrer !

Attrapant la poignée de sa porte, il referma celle-ci une fois la journaliste entrée, d'ailleurs il remarqua à ce moment-là que Tokina s'était à nouveau installée devant la télé avec quelques bananes près d'elle et la télécommande dans l'autre main, zappant sur diverses chaînes. Ne sachant pas la raison de la présence de Beth, il se trouvait face à elle sans savoir quoi dire, ni même réagir.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Mar 17 Déc - 10:25




Bran & Beth



Il y avait tellement de raisons qui me poussaient à venir chez Bran alors que la nuit était déjà tombée depuis un certain temps maintenant. Déjà, je souhaitais avant tout avoir une explication avec lui sur la façon dont il m’avait planté au mariage. Je voulais bien comprendre l’urgence de la situation ; il était le vétérinaire de cette ville et c’était normal que les gens fassent appel à lui lorsque leurs compagnons avaient un souci, mais était-ce une raison pour me planter comme une moins que rien sans la moindre considération ? Bien sur que non ! J’étais tout de même un être vivant qui méritait un minimum de respect et pas une potiche qui servait de décoration. Je voulais bien admettre que nous ne nous connaissions pas vraiment plus que ça, que nous n’avions peut-être rien en commun, etc… Mais quand même ! A cela, s’ajoutait le dragon. Je voulais savoir ce qu’il en pensait et s’il pourrait éventuellement fournir son aide dans la recherche de la créature que mon père était sans aucun doute entrain d’organiser. Les nuits blanches allaient être de rigueur pour lui.

Maintenant que je me trouvais face à sa porte d’entrée, j’eus un sérieux doute sur sa présence à l’intérieur, mais aussi sur ma présence sur le pas de sa porte. J’étais pleine de détermination, c’était un fait, mais mon père m’avait inculqué absolument toutes les valeurs de politesse qu’on pouvait posséder. Parfois, mon père montrait des convenances tellement anciennes qu’il me donnait l’impression de venir d’une époque très lointaine. Ca m’amusait à chaque fois de voir à quel point il y tenait que je n’avais jamais le cœur de lui signaler qu’il apparaissait comme quelqu’un de vieux jeux.  Enfin bon. J’avais hésité quelques secondes avant de sonner à sa porte et finalement, je m’étais lancée. Maintenant que j’étais là, je n’allais pas faire demi-tour… si ? Bref, il fallait se lancer, sinon, je resterai avec toutes ces questions qui allaient me retourner le cerveau et je n’allais pas pouvoir avancer. Je voulais au moins être fixé et c’était mon droit le plus stricte. Et tant pis s’il n’était pas content. J’en étais à un stade où je n’avais absolument plus rien à perdre !

Si je m’attendais à tomber sur Bran quand la porte s’ouvrit, je déchantais rapidement en me retrouvant face à un gorille tenant un dictionnaire dans une de ses mains. Je regardais l’animal, les yeux légèrement écarquillés. N’était-il pas censé se trouver dans le zoo ? Que faisait-il à l’intérieur de la maison ? Je n’en avais absolument aucune idée et la seule chose que je fus capable de dire fut un « salut ». Je ne comprenais absolument rien à ce qu’il se passait et je n’eus pas le temps de comprendre car la voix de Bran s’éleva derrière l’animal qui se faisait réprimander pour avoir ouvert la porte. Le gorille se prénommait Tokina. Une femelle donc. Okay, pourquoi pas ! Je restais silencieuse, regardant la femelle gorille se tourner vers le propriétaire du zoo pour hausser les épaules. Wow… Je ne bougeais pas d’un poil regardant la scène qui se déroulait sous mes yeux. J’étais vraiment ébahie avec la suite des événements : regarder la télé. Comment ça, elle regardait la télé ? Elle quitta mon champ de vision après avoir donné le dictionnaire à Bran pour se diriger je ne sais où.  Il lui avait demandé d’aller manger, du coup, je supposais qu’elle était partie retrouver ses confrères.

Je ne bougeais pas de là où il était jusqu’à ce qu’il m’invite à rentrer. J’obéis, machinalement, en  entrant dans la demeure tandis que Bran refermait la porte derrière moi. Comme à chaque fois que j’entrais dans lieu nouveau, je ne pus m’empêcher de regarder un peu autour de moi. Si j’avais, l’espace d’un instant, pensé que la dite Tokina avait quitté les lieux, je me trompais car je la vis assise dans le canapé, avec des bananes à ses côtés, télécommande en main. De plus en plus étrange… Autre chose attira mon attention qui se trouvait au niveau de la fenêtre ouverte : une trompe d’éléphant. Pour le coup, la situation m’échappait de plus en plus. Quel genre de propriétaire de zoo était Bran ? Même si je ne m’étais pas aventurée plus loin que l’entrée de la maison, j’étais déjà entrain de me demander si je trouverais un lion dans sa chambre, comme dans le film Jumanji quand la tante Nora rentre chez elle et découvre ce félin couché sur son lit.

Quand je réalisais que je tournais le dos au propriétaire de la maison, je me tournais vers lui. Il me fixait, sans rien dire et je me souvins qu’il était loin d’être l’homme le plus loquace au monde. Si certains auraient déjà demandé la raison de ma visite, lui me regardait, semblant attendre que je parle. Ce n’était vraiment pas commun comme mesure, mais il allait falloir que je m’en contente. Je me souvins alors de l’image que je possédais de lui et qui était extrêmement contradictoire à chaque fois que j’essayais de le définir. Quand un adjectif surgissait, son contraire ne tardait pas à suivre. Je n’arrivais pas à le cerner et c’était frustrant. Je n’arrivais pas à le comprendre. C’était comme s’il y avait une espèce de fossé entre nous, impossible à traverser. Pourtant, il y avait bien un moyen de traverser ce gouffre, mais je n’arrivais pas à trouver un moyen. Nous ne faisions clairement pas partis du même monde, c’était une évidence qui me sautait aux yeux.

- Je… commençais-je.

Je ne pus aller plus loin car je me rendis compte qu’il était planté là, devant moi, sa chemise ouverte. Lentement, mon regard descendit jusqu’à son torse et je pus constater qu’il était magnifiquement bien fait, mais il n’y avait pas que ça qui attira mon attention car je constatai aussitôt que de nombreuses cicatrices lui barrait le torse. La surprise se peignit sur mon visage Je n’avais jamais vu quelque chose de semblable. Sans vraiment réfléchir et poussée par la curiosité, je franchis le pas qui me séparait de lui et écartais légèrement les pans de sa chemise pour observer ces monstruosités. J’étais profondément choquée par cette vision.

- Mon dieu mais que vous est-il arrivé ? soufflais-je.

Je n’arrivais pas à détacher mon regard de ces cicatrices qui étaient toutes diverses et variées. Brusquement, j’eus soudain très chaud et une étrange sensation d’étouffer. Ma vue se brouilla légèrement et tout se mit à tourner autour de moi. J’avais une étrange sensation qui était inexplicable c’était comme si… comme si… L’explication avait disparu. Mais mon malaise lui n’avait pas disparu, il empirait de plus en plus si bien que des tâches sombres voilèrent encore plus mon regard. Mes sens disparurent si bien que je ne me sentis même pas m’effondrer…


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Sam 28 Déc - 12:16




Bran & Beth



Jamais, il ne se serait douté que Beth se trouvait à sa porte. Que lui voulait-elle ? Lui qui espérait ne plus la revoir c'était loupé ! Beaucoup appelleraient cela fuir, alors que ce n'était qu'une question de survie, en sa présence tout devenait incontrôlable et ce n'est pas ce qu'il fallait pour un homme comme lui, un homme qui possédait le poison de la colère dans ses veines. Il avait mis des années à pouvoir canaliser ce sentiment, à maîtriser ses réactions et tous ses efforts ne tomberaient pas à l'eau pour les beaux yeux de Beth. La façon où il l'avait quasiment embrassé lors de cette danse lui avait trotté dans la tête tout l'après-midi, cela ne lui ressemblait pas, en même temps jamais il n'avait rencontré une femme comme la journaliste, elle réussissait à l'émerveiller et à l'énerver en un fragment de seconde. Alors, oui devoir la faire rentrer ne lui disait rien du tout, mais il n'allait tout de même pas l'accueillir à la porte, enfin cela ne l'avait pas gêné avec Jeliza, sauf que voilà c'était Beth et que même s'il ne voulait pas se l'avouer, elle était plus importante que la blondinette hystérique.

Après avoir refermé la porte derrière elle, il resta planter sans dire un seul mot. L'explication ? Hormis qu'il était fort peu bavard, c'était qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il devait dire, ne sachant pas du tout à quoi s'attendre. Pour le coup, il enviait Tok, tranquillement installée sur le canapé à manger des bananes tout en regardant la télé. Pour Bran, vivre avec des animaux était normal, ils étaient sa famille surtout Tok et Tantore, il avait grandi avec eux. Même s'il ne possédait quasiment aucun souvenir de ses parents, le fait de jouer enfant avec ces deux compères lui restait toujours à l'esprit, ils avaient toujours été là pour les pires et meilleurs moments de sa vie, son rôle était de les protéger de toutes menaces et il prenait cette tâche très à coeur, à tel point qu'il faisait de même pour tous les animaux du zoo, pour ne pas dire de la ville.

Quelques instants passèrent avant que Beth se tourne vers le vétérinaire, le silence ne le gênait pas outre mesure, mais pour le moment cela ne semblait pas naturel et il avait nullement envie de faire le premier pas, c'était elle qui s'était pointer, c'était à elle de donner une explication de sa présence sans qu'il la questionne.

Je…

Jamais il entendit la suite de sa phrase, qu'est-ce qui se passait ? Qu'est-ce qui l'avait coupé dans son élan ? Il remarqua qu'elle semblait surprise et très vite en comprit la raison, quel idiot il avait oublié de refermer sa chemise laissant l'occasion à Beth de voir ses cicatrices. Voilà la raison de son état, d'ailleurs ce fut à son tour d'être surpris, quand celle-ci s'approcha de lui pour écarter sa chemise, il restait stoïque sans savoir comment réagir, certes cela l'énervait, mais il n'allait tout de même pas la repousser brusquement, après tout ce n'était qu'un torse, ce n'était pas de la grande intimité, tant qu'elle ne le questionnait pas à ce sujet.

Mon dieu mais que vous est-il arrivé ?

Son instinct de journaliste prenait toujours le dessus, qu'est-ce que ça pouvait lui faire de savoir ce qui lui était arrivé ? C'était sa vie par la sienne, mais ce qui l'énervait le plus c'était qu'il n'avait aucune explication à lui donner, ne sachant pas lui-même les circonstances de ces cicatrices. Il allait ouvrir la bouche pour lui exprimer son avis peu cordial, mais fort heureusement pour Beth, si pour elle poser des questions était instinctif, pour Bran c'était de remarquer un être humain qui se sentait mal. Ce qu'il vit de suite chez la jeune femme et alors que celle-ci était proie à un malaise, il la rattrapa avant quelle touche le sol. Sans aucun mal, il la prit dans ses bras, elle était si légère. Faisant signe de la tête àTokina de faire de la place sur le canapé, il y installa la jeune femme. Le gorille vint même lui prêter un de ces coussins et posa sa tête prêt de celle de Beth.

- Ça va ?

Passant sa main sur le front de Beth, elle n'avait pas de fièvre. Pour le coup, son côté vétérinaire prenait le dessus, il prit même son poignet pour vérifier son pouls. Il en conclut très vite que s'était soit une crise de panique ou un manque de sucre. Alors, il alla en chercher dans la cuisine, tendit que le gorille l'observait toujours sans arrêter pour autant de réagir à ce qui se passait à la télé.

- Avalez cette pierre de sucre !

Lui donnant le sucre dans sa main, cela sonnait comme un ordre, en même temps il avait plus l'habitude de traiter des animaux que des humains, même si ces deux espèces se ressemblaient bien plus qu'on pourrait le croire. Très vite, il se fit rappeler à l'ordre par Tok, vu qu'il se trouvait devant la télé, se décalant un peu, il finit simplement par signaler à Beth d'un ton qui devint beaucoup plus dure.

- C'est une réaction excessive pour des cicatrices....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Lun 30 Déc - 18:49




Bran & Beth



Jusqu’à présent, jamais de ma vie je n’avais « couru » après un homme. En temps normal, j’aurais fait la tête dans mon coin, ruminant inlassablement la façon dont il m’avait planté au beau milieu de la piste de danse. Sauf que là, les choses étaient différentes. J’avais surtout une raison qui m’avait poussé à venir sonner à la porte de chez lui : le dragon. Bon, d’accord, je n’allais pas me contenter que de parler du dragon avec lui, je voulais aussi une explication sur la façon dont il m’avait planté parce que c’était extrêmement incorrecte, même quand la raison qui l’avait poussé à quitter ce mariage était tout à son honneur, mais il y avait une façon de faire. Sauf que maintenant que j’étais là, j’avais du mal à ordonner mes pensées et à savoir quel sujet aborder en premier. Le truc pacifique en premier ou alors on se criait dessus une bonne fois pour toute avant de discuter calmement ? Difficile de savoir quelle option choisir…

J’aurais aussi pu lui demander directement, mais je n’y arrivais tout simplement pas et surtout j’oubliais légèrement en voyant la dite Tok installée sur le canapé avec des bananes en main et une trompe d’éléphant passant par la fenêtre grande ouverte. Moi qui croyais que la journée avait terminé de me surprendre, je pouvais constater que si, ça pouvait continuer. Quand est-ce que cela allait se terminer ? J’espérais que je n’aurais plus de surprise de ce genre. Quoi que c’était parler beaucoup trop vite car quand je me tournais vers le maître de maison, je découvris toute une série de cicatrices qui barraient son torse. Certaines étaient beaucoup plus longues que d’autres, aucune ne se ressemblait vraiment. Ce que je fis ensuite fut guidé plus par instinct que par curiosité. J’avais rabattu légèrement les pans de sa chemise pour pouvoir voir ces cicatrices de plus près et finalement, je demandais comment cela lui était arrivé.

Cette question allait sans aucun doute l’énervé car je savais à quel point il détestait mes questions. Bran devait les associer à mon côté journaliste et il n’avait pas tout à fait tord là-dessus, sauf que jamais je ne pus entendre la réponse car brusquement je me sentis mal. Extrêmement mal. Jamais de ma vie je n’avais senti un tel vertige me prendre quand ma vision se brouilla. Ce qu’il se passa ensuite, je le devinais beaucoup plus que je m’en souvins car je repris vaguement conscience sur le canapé. Ma vue revint progressivement, mais à cause de la lumière, je clignais des yeux à diverses reprises. Légèrement désorientée, je regardais autour de moi et ne sursautais même pas en découvrant la tête d’un gorille juste à côté de la mienne. Oui, un gorille, rien de plus normal ! Enfin progressivement, mes souvenirs revinrent et je me souvins que j’étais chez Bran et qu’il y avait un gorille amateur des séries TV chez lui.

- J’ai connu mieux, répondis-je à sa question.

Je me sentais honteuse d’avoir eu ce malaise et j’ignorais totalement d’où il provenait et pourquoi ça avait eu lieu. Mais je ne bougeais même pas d’un pouce quand je sentis sa main se poser sur mon front, surement pour voir ma température, ni même quand il posa ses doigts sur mon poignet. Je repris totalement mes esprits quand il me donna un carré de sucre, m’intimant de le manger. J’arquais un sourcil et décidais d’obéir, plutôt que de jouer les rebelles. Ca ne servirait à rien puisque je n’aurais pas gain de cause. Je venais de faire un malaise juste sous les yeux de Bran alors on ne pouvait pas dire que c’était le bon moment de rechigner. Je croquais un morceau de sucre. Je n’allais pas non plus fourrer le carré de sucre au complet dans ma bouche. Je doutais fortement que ce soit le manque de sucre qui ait provoqué ce malaise, mais je n’avais pas le choix, sinon, il me le ferait manger de force, à coup sur.

Quand Bran fit remarquer que ma réaction était excessive, je sentis mes joues prendre feu instinctivement et baissais la tête, laissant mes cheveux cacher mes joues. Je voulais bien lui accorder que c’était excessif, mais je ne voyais pas du tout ce qui avait bien pu provoquer ça. C’était insensé ! Totalement insensé ! J’avalais le morceau de sucre que j’avais croqué un peu plus tôt et qui avait fondu. Je relevais la tête et offris un sourire d’excuse à Bran.

- Ouais, je suis désolée, je ne sais pas du tout ce qui m’a pris… C’était comme si… comme si… je ne sais pas ! Je le savais et maintenant j’ai complètement oublié. Je sais que ça peu paraitre bizarre, mais croyez-moi, j’ai eu comme un flash sauf que je ne me rappelle de rien.

C’était extrêmement frustrant ! Je soupirais et croquais un nouveau morceau de sucre. Cette journée était vraiment trop bizarre. J’avais presque envie de dire « vivement que je me couche », mais j’avais d’autres choses à faire avant. Déjà, les raisons pour lesquelles j’étais venue ici et ensuite… Et bien nous verrons bien ! Il pouvait se passer tellement de chose d’ici là, même si la nuit était déjà tombée depuis un petit moment maintenant. Je sortis de ma torpeur quand une peau de banane alla s’écraser contre l’écran de la télévision. J’écarquillai de grands yeux avant de tourner la tête vers Tok, toujours  assise à côté de moi qui fixait l’écran comme s’il ne s’était absolument rien passé. Okay ! En rentrant chez moi, j’allais vraiment avoir besoin d’un verre ! Et de quelque chose de fort ! Enfin pour l’instant il fallait que je me concentre sur la réalité et ne plus sursauter quand je verrais une peau de banane s’écraser sur la télévision.

- Ecoutez, il s’est passé un truc de dingue après que vous soyez parti du mariage, commençais-je. Et surtout, ne venez pas me dire que ce que je vais vous raconter c’est à cause de mon malaise parce que ça n’a rien à voir !

Je savais à l’avance que les gens allaient essayer de trouver une explication rationnelle sur l’apparition du dragon au mariage de Will et Louna, et leur explication bannirait d’office le fait que la créature était réelle. Du coup, il valait peut-être mieux que je sois la première à raconter ça à Bran plutôt qu’il ne l’apprenne dans le journal. Et puis, il était véto, du coup, il pourrait peut-être nous aider à retrouver le dragon. Maintenant que j’étais lancée dans mon récit, je ne me voyais pas du tout comment lui annoncer la nouvelle. Finalement, c’était beaucoup plus compliqué que prévu. Mais il fallait bien se jeter à l’eau à un moment ou un autre. Donc je pris une grande inspiration et lâchais d’une traite :

- Un dragon a saboté le reste de la fête.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Ven 10 Jan - 12:25




Bran & Beth



Beth se trouvait chez lui, sur son canapé et surtout elle avait été proie à un malaise. Le vétérinaire de la ville avait procédé à un examen vite fait des constances de la journaliste et vint très vite à penser qu'il s'agissait soit d'un manque de sucre ou de la crise de stress. Il décida alors de lui donner un morceau sucre pour que du moins si c'était la cause de son malaise qu'il soit arrangé, mais si c'était le stress il ne pourrait rien faire pour elle, hormis attendre que son état s'améliore et qu'il la pousse vers la sortie. Ce n'est pas que le gênait, d'accord elle le dérangeait bien, enfin ses avis étaient contradictoires, durant une seconde il était temps content qu'elle soit là, sauf que dès qu'elle ouvrait la bouche pour poser des questions, il ne souhaitait qu'une seule chose qu'elle aille interroger une autre personne.

Quand il lui sembla qu'elle alla mieux, il préféra être sincère et lui avoua que sa réaction était excessive, surtout si c'était dû à ses cicatrices, certes elles étaient loin d'être harmonique et pouvaient refléter du dégoût pour certains, alors que quelques-unes de ces ex adoraient les suivre avec leurs doigts. Enfin, chacun avait des réactions différentes par rapport à elles. Sauf que c'était bien la première fois qu'elles provoquaient un malaise.

Ouais, je suis désolée, je ne sais pas du tout ce qui m’a pris… C’était comme si… comme si… je ne sais pas ! Je le savais et maintenant j’ai complètement oublié. Je sais que ça peu paraitre bizarre, mais croyez-moi, j’ai eu comme un flash sauf que je ne me rappelle de rien.

Qu'est-ce qu'elle racontait ? Avait-elle un problème neurologique ? Il ne doutait pas d'elle à ce moment précis, sauf que voir ce genre de flash n'avait rien de normal surtout si cela finissait par un évanouissement. Bran ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter, restant éloigné, mais ne la quittaient pas de regards, pour percevoir tout signe d'un nouveau symptôme qui serait le signal pour l'emmener direct à l'hôpital. Ses pensées firent couper par Tok qui lança une peau de banane sur un des acteurs de sa série, c'était une habitude chez elle, rien d'étonnant pour lui. Par contre, un sourire se dessina sur son visage quand il vit les yeux étonnés de Beth face à ce spectacle, elle ne devait pas se douter qu'il partageait sa maison avec un gorille et un éléphant.

Ecoutez, il s’est passé un truc de dingue après que vous soyez parti du mariage. Et surtout, ne venez pas me dire que ce que je vais vous raconter c’est à cause de mon malaise parce que ça n’a rien à voir !

Ne voulant pas la brusquer, il ne prononça pas un seul mot, attendant de voir de quoi elle voulait lui parler de si dingue et surtout pour quelle raison elle avait bien de justifier que cela n'avait rien à voir avec son malaise. Pour le coup, elle l'intriguait et voulait savoir ce qui était arrivé. Une grande première pour le vétérinaire qui passait sa vie à ne jamais s'intéresser à la vie des habitants de Storybrooke, hormis ses amis très proches.

Un dragon a saboté le reste de la fête.

D'accord, il ne s'attendait vraiment pas à ses mots. Elle avait bien dit un dragon et pas le Dragon, elle ne parlait pas d'Esther, la matriarche de la famille Nerys, mais de l'animal. Il ne savait pas s'il fallait rire ou être dépité. Il garda son visage froid sans souligner :

- La créature qui crache du feu ?

C'était totalement ridicule, les dragons s'ils avaient existé un jour avaient disparus depuis belle lurette. Cette fille regardait beaucoup la télé comme Tok ou alors avait un esprit bien trop rêveur pour croire qu'un dragon avait saboté le mariage. Regardant le gorille qui n'avait pas quitté du regard la journaliste de la ville depuis qu'elle avait prononcé le mot dragon. Il ajouta d'un ton ironique :

- Je sais, il a enlevé la mariée encore vierge pour la mener dans son repaire.

D'où il connaissait cette légende dont les vierges étaient enlevées par les dragons, il l'ignorait. Mais il savait que cela était vrai, comme Beth semblait vraiment croire à ce qu'elle disait et si...et si c'était un autre symptôme, cela pourrait coller bien plus que sa fantaisie. S'approchant d'elle, il l'aida à se lever du canapé pour la regarder droit dans les yeux pour y chercher la preuve de ce qu'il pensait.

- Plus sérieusement, vous êtes sur de ne pas avoir un trauma ? L'évanouissement et les hallucinations en sont des symptômes.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Ven 17 Jan - 23:19




Bran & Beth



Honnêtement, je doutais qu’on puisse se sentir aussi mal que moi en ce moment. Cette espèce de malaise qui m’avait prise était vraiment une situation gênante. C’était un moment de faiblesse et sérieusement, plus mal à l’aise que moi face à ça, ça ne pouvait pas exister ! Vraiment pas. Non mais sérieusement, quelle idée de perdre momentanément connaissance dans les bras d’un type qui avait manqué de vous embrasser et qui vous avait planté comme une malpropre directement après ? Ce genre de chose, c’était clair, il n’y avait vraiment qu’à moi que ça arrivait. Surtout que je ne pouvais pas expliquer ce qui m’était arrivé. C’était comme si le pourquoi se trouvait sur le bout de ma langue, prêt à sortir, mais ça ne venait pas pour la simple et bonne raison que je ne m’en souvenais pas. Je voulais bien comprendre la réplique de Bran concernant à ma réaction. C’était vrai, qui pourrait savoir que ce qui m’était arrivé n’était pas dû à la découverte de ses cicatrices. Surtout qu’elles n’étaient pas sanguinolentes, même si je n’avais jamais été sensible au sang.

Je tentais, assez vainement, d’expliquer ce qu’il m’était arrivé, mais j’avais plus l’air ridicule qu’autre chose. Surtout quand je voyais la tête de Bran qui montrait clairement qu’il était sceptique à ma pseudo-explication. Cette dernière fut légèrement accueillie par une réaction de Tok qui jeta une peau de banane sur la télévision, ce qui me fit légèrement écarquiller les yeux, mais je n’y prêtais pas plus attention. Si je devais continuer à m’étonner de chaque chose qui se déroulait sous mes yeux dans cette maison, j’allais finir par devenir dingue. N’oublions pas que j’étais assise à côté d’un gorille femelle comme si j’étais assise à côté de n’importe qui d’autre dans cette ville. Devais-je m’en inquiéter ? Si c’était le cas, se serait plus tard parce que là, j’avais d’autres choses à penser. Tout comme la ou les raisons, en fait, qui m’avaient mené jusqu’ici. Enfin, pour essayer de faire oublier ma pitoyable tentative d’explication, je me lançais sur le sujet du dragon. Le sujet le moins fâcheux, disons.

Il était clair que je ne voulais pas du tout qu’il pense que ce que j’allais dire c’était à cause de mon malaise car les deux choses n’avaient strictement rien à voir. Ca, c’était sur et certain, sauf que pour Bran, qui n’avait pas été là et qui n’avait pas vu le dragon comme moi je l’avais vu, c’était certain que ce que j’allais dire était d’ordre de trouble psychologique ou que sais-je encore. Enfin bon, une fois cela dit, je pris une grande inspiration et lâchais qu’un dragon avait saboté le reste du mariage de Louna et William. Un long silence plana dans la salle et je sentis le regard de Tok sur moi. Je jetais un coup d’œil dans sa direction et je fus étonnée de voir autant d’intelligence dans ses yeux. Je n’avais aucun doute de cela, mais il y en avait tant. C’était extrêmement intéressant. Enfin, je reportais mon attention sur Bran qui avait gardé son sérieux. Etait-ce un bon point pour moi ? Je n’en avais pas la moindre idée. Cet homme avait le visage le plus imperturbable que je connaissais. Pas moyen de savoir ce qu’il pensait. Quand il me demanda si on parlait bien de la créature en question, je soupirais.

- Bien sur que je vous parle de la créature qui crache du feu, pas de la grand-mère Nerys.

Et comme il fallait s’y attendre, il ne me prit pas du tout au sérieux en ajoutant que le dragon avait enlevé Louna. Je laissais tomber ma tête entre mes mains et secouais la tête négativement tout en essayant de rester calme. Bref, ça allait être compliqué de continuer à l’être, s’il continuait comme ça. Je relevais la tête et répliquais :

- Vous pensez être drôle ?

Sérieusement, je détestais être prise pour une imbécile. D’accord, je voulais bien admettre que c’était dur à avaler comme nouvelle, mais je n’avais absolument rien inventé et plusieurs personnes pouvaient témoigner de ce qu’ils avaient vu. Nous étions tout de même assez nombreux à être restés pour aider avant que les pompiers n’arrivent pour arranger les dégâts. Du coup, Bran y croirait bien à un moment ou un autre. Je le regardais s’approcher jusqu’à ce qu’il m’aide à me relever. Je me laissais faire. Quand je fus sur mes deux pieds, je pus sentir l’odeur de son gel douche qui l’espace d’un instant m’enivra. Cela me fit perdre, l’espace d’un instant le fil de la conversation. Ah non, hé Beth ! T’es pas là pour le sentir et te perdre dans son odeur ! T’es là pour autre chose ! Ne fléchis pas maintenant ! Je restais calme, tout du moins j’essayais parce que ce que je craignais arriva : Bran venait de mettre tout ce que je venais de dire sur un « trauma ».

- Et un trauma de quoi ? demandais-je en arquant un sourcil. Je n’ai rien vécu de traumatisant si ce n’est de manqué de finir cuite à point !

Mais j’étais certaine que ce n’était pas ça. J’étais beaucoup trop contente de cette existence de dragon pour être traumatisée. Enfin ça, Bran ne pouvait pas le savoir. Il ne fallait pas que j’oublie qu’il n’avait pas été présent quand ça s’était passé. Mon père m’avait cru une fois que je lui avais montré les preuves de ce que je racontais. Et il avait fini par laisser son éthylotest dans le placard. Peut-être que Bran laissera son diagnostique de vétérinaire dans le placard une fois qu’il aura vu les preuves. D’un air légèrement agacé, je sortis mon téléphone de ma poche de jean.

- J’ai des preuves, j’ai réussi à filmer et à prendre quelques photos, expliquais-je tout en me rendant dans le dossier des médias.

Une fois la vidéo trouvée (ce qui ne fut guère long puisque c’était la dernière en date), je tendis le téléphone à Bran et appuyais sur le bouton « play ». Tout comme lui, je regardais à nouveau cette vidéo. J’étais fière de moi parce qu’à mon humble avis, personne n’avait une preuve aussi solide que moi. J’avais eu l’intelligence de sortir mon téléphone, ce qui n’était pas du tout le cas de tous. Je m’émerveillais encore de ce que je voyais. A la fin, on voyait parfaitement que j’avais dû plonger sur le sol pour éviter de finir carboniser. Une fois la quinzaine de seconde passée, je relevais la tête vers Bran :

- Vous me croyez maintenant ou vous voulez aussi voir les photos ? demandais-je le plus poliment possible.

Patience était mère de vertu…


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Mar 28 Jan - 11:44




Bran & Beth



Bran était plutôt une personne terre-à-terre et non pas fantaisiste, c'est pourquoi il était si difficile pour lui de croire aux paroles de Beth. Sans rire un dragon, plus personne n'y croyait à présent, hormis les enfants. La seule raison logique qui s'imposa à lui fut médicale, entre l'évanouissement et les hallucinations, elle était sans doute proie à un trauma, ce qui pouvait être très alarmant, surtout vu le stade des hallucinations. Inquiet ? Bien sûr qu'il l'était, qui ne le serait pas dans cette situation. Pour tout dire, il n'était pas une personne particulièrement drôle, enfin, il avait un humour bien à lui qui n'était pas si facile de faire communiquer.

Toujours debout, il s'approcha de la jeune gazelle pour l'aider à se relever. Se trouvant à présent très proche d'elle. Examinant dans ses yeux la moindre preuve qui prouverait son diagnostic. Si près d'elle, l'envoutement qu'il avait ressenti lors de leur danse refit surface, cette envie de pouvoir sentir ses lèvres contre les siennes. Avalant sa salive tout doucement, il se souvint la raison de ce rapprochement si soudain et lui demanda si elle avait subi un trauma :

Et un trauma de quoi ? Je n’ai rien vécu de traumatisant si ce n’est de manqué de finir cuite à point !

De quoi ? Où il avait demandé si elle avait vécu un événement traumatisant ? Le vétérinaire de la ville ne parlait pas de psychologie, mais bien de blessures au corps. N'avait-elle jamais regardé Urgence ? Fallait dire que lui n'avait pas eu trop le choix de voir cette série, Maddy et Tok étaient de vrais fans, fort heureusement qu'elles s'étaient terminées, au bout quand même de quinze saisons, un sacré paquet d'épisode dont les deux amis ne se laissaient jamais à son grand désarroi.

- Je parlais d'un trauma crânien !

D'un ton, le plus sérieux possible, surement plus sec que prévu, il fallait le comprendre, ce n'est pas facile de garder son calme devant cette jeune femme qu'il aimait appeler gazelle, dû à leur première rencontre. D'ailleurs, celle-ci d'un air légèrement agacé, sortit son portable de sa poche.

J’ai des preuves, j’ai réussi à filmer et à prendre quelques photos

Il la voyait tripoter son appareil. Que voulait-elle lui montrer ? Pour une fois, la curiosité prenant le dessus, cela lui arrivait que très rarement, à la base, il préférait ne rien savoir, vivre sa vie sans se soucier de ce qui se passait autour de lui. Mais, comme éviter l'actualité quand une journaliste se pointait à sa porte. Se plaçant près d'elle pour voir une certaine vidéo, il fut surpris de bien voir un animal qui ressemblait à un dragon sur le toit du manoir, puis le jet de feu qui força Beth à se jeter au sol.

Vous me croyez maintenant ou vous voulez aussi voir les photos ?

Cela lui avait semblé tellement réel, pourtant ce n'était pas possible les dragons n'existaient plus. Tandis que certaines personnes y auraient tout de suite cru, Bran ne pouvait pas s'y résoudre. Il devait y avoir une explication, plus logique, le dragon aurait pu hiberner durant des centaines d'années ? Non, il fallait qu'il arrête de chercher, ne plus y penser, ne plus s'interroger sur cet animal légendaire. Gardant son visage stoïque pour ne pas prouver son incompréhension.

- Ça va aller...La vidéo suffit amplement !

Oui, ce n'était pas la peine de plus l'embrouiller avec des photos. Il fallait qu'il reste clair avec lui-même, le but de sa vie était de prendre de soins des animaux, pas de croire en des contes pour enfants. C'était peut-être une blague des Nerys, dû au surnom donner à la grand-mère, un bon moyen de se venger et elle en serait tout à fait capable. D'un coup, une évidence s'imposa.

- Donc vous me dites qu'un dragon a apparu et a mit le feu. Au lieu de fuir ou même d'aider, vous prenez des photos et une vidéo, cela en dit long a votre sujet !

C'était bien la preuve qu'elle passait d'abord ces découvertes avant les autres, il n'y avait plus aucun doute à avoir, elle était qu'une journaliste avide d'article, il mettrait sa main à couper qu'il trouverait en dessous d'un article parlant du dragon, le nom de Beth, certes s'il achetait le journal, il verrait ce nom, mais ça ne serait pas le cas. Qu'attendait-elle de lui ? Pourquoi venir le voir pour lui parler du dragon ?

- Enfin que ça soit un dragon ou non, que voulez-vous que ça me fasse ? Qu'on part tous ensemble à sa recherche ? Qu'il soit chassé ou capturer par ceux qui vous vouloir faire des expériences ? Non, merci... J'espère que comme moi Storybrooke restera sceptique et foutra la paix à ce dragon s'il existe vraiment.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Ven 31 Jan - 22:01




Bran & Beth



Quand j’avais parlé de dragon, je ne m’étais pas attendue à ce que Bran me croit sur parole directement parce que c’était quand même assez énorme comme nouvelle, mais c’était la pure vérité. Par contre, je ne m’attendais pas à ce qu’il me demande si je n’avais pas vécu un trauma. La première chose que j’avais pensé, bien évidemment, c’était le traumatisme pur et simple quand on voyait quelque chose d’effrayant, mais ce n’était pas de celui là que Bran me parlait. Enfin n’empêche, c’était pareil, il ne me croyait pas du tout. Cependant, je ne m’offusquais pas de cette remarque parce que quand j’avais dit ça à mon père, il m’avait demandé ce que j’avais bu et en quelle quantité. Sauf que voir le regard sceptique de Bran me blessait quelque peu sans que je ne puisse expliquer pourquoi. J’aurais dû m’y attendre et pourtant, j’attendais énormément de soutien venant de sa part, mais évidemment, j’allais devoir lui prouver l’existence du dragon.

- Vous vous êtes transformés en médecin, récemment ? répliquais-je avec un demi sourire. Pour vous répondre, je n’ai pas de traumatisme crânien. Je ne suis pas tombée sur la tête, je vais très bien.

Enfin, je laissais tomber ce côté-là pour lui prouver que ce que je racontais n’était pas du craque ni le fruit d’hallucination dû à un quelconque traumatisme crânien qui n’avait jamais eu lieu. Même en me jetant au sol pour éviter un jet de flamme, je n’avais pas atterri sur ma tête, mais sur mon épaule. De toute façon, ça ne servait à rien de polémiquer là-dessus parce que je n’avais pas subi de traumatisme crânien. Pour l’instant, l’objectif c’était de convaincre Bran que le dragon existait vraiment et qu’il ne sortait pas d’une quelconque imagination. J’étais certaine que ce que j’avais vu était réel. Du coup, je sortis mon téléphone de ma poche pour lui montrer la vidéo. Heureusement pour moi, il coopéra et regarda la vidéo du début jusqu’à la fin. Moi aussi, je la regardais à nouveau, toujours aussi fascinée par cette gigantesque créature. C’était sans aucun doute le seul représentant de son espèce et donc serait fascinant à étudier.

Une fois la vidéo terminée, je lui demandais s’il me croyait ou s’il fallait que je lui montre les photos que j’avais prises. C’était aussi des preuves solides. Peut-être moins qu’une vidéo parce qu’une vidéo, ça pouvait difficilement se trafiquer, même si c’était faisable quand on avait les bons logiciels, contrairement à une photo qui pouvait être facilement photoshopée. Je levais les yeux vers lui pour le voir indécis. Je fronçais légèrement les sourcils. Allons bon, qu’est-ce qu’il fallait que je fasse pour qu’il me croit une bonne fois pour toute ? J’affichais un air légèrement contrit mais me retins de dire quelque chose, attendant qu’il me réponde. Enfin, il parla et refusa de voir les photos. J’haussais les épaules et rangeais mon téléphone dans ma poche. Je n’en avais plus besoin dans l’immédiat donc c’était inutile que je le garde en main. Je m’apprêtais à lui demander ce qu’il en pensait, mais il reprit la parole avant que j’ai eu le temps de dire quelque chose.

Je hochais la tête quand il se mit  résumer la situation par contre, quand je sentis que la suite n’allait pas me plaire, je vis juste et croisais les bras sous ma poitrine.

- Comment ça est-ce que ça en dit long sur moi ? demandais-je avec une légère pointe d’énervement. Dites donc le fond de votre pensée, qu’on aille droit au but !

S’il continuait comme ça, la moutarde n’allait pas tarder à monter, aussi bien pour lui que pour moi, c’était certain. Je n’avais pas envie de me battre avec lui. J’étais venue pour lui demander de l’aide et  la place de ça, je me faisais limite insulter. Malgré la vidéo, Bran choisit le camp de sceptique, brisant ainsi l’une des raisons pour laquelle j’étais venue jusqu’ici au lieu d’aider mon père qui avait surement dû se rendre dans le grenier pour descendre le matériel. Tout ce que j’espérais, c’était que je n’allais pas le retrouver à moitié dans les vapes parce qu’il serait tombé de l’échelle avec tout son matériel. Je n’avais pas envie de passer la nuit à l’hôpital pendant qu’il se remettrait de ses nombreuses bosses qu’il aurait sur la tête. Mon père avait plus de chance de faire un traumatisme crânien que moi.

- Non mais… vous vous entendez ? Un dragon ! On parle d’un dragon ! Alors oui, je venais pour vous proposer de venir avec nous, mon père et moi, pour le retrouver afin d’étudier son comportement et son mode de vie. On ne veut pas qu’il soit chassé, ni mit en cage. C’est… c’est insensé que vous pensiez un truc pareil ! Même après m’avoir proposé d’être notre sponsor, vous continuez à penser le pire de moi.

J’étais blessée, vraiment blessée pour le coup. C’était la première fois que je ressentais une chose pareille, surtout venant d’un type que je connaissais à peine. Comment s’y prenait-il pour m’énerver à ce point ? Il avait le chic pour frapper là où ça faisait mal. Je passais une main dans mes cheveux tout en lâchant un soupire d’exaspération.

- Ce dont je suis sure, c’est que vous feriez moins le sceptique si vous n’étiez pas parti en me laissant comme une mal propre au beau milieu de la piste de danse !

Voilà, c’était sorti et c’était aussi la deuxième raison qui m’emmenait ici. Je n’avais pas voulu balancer ça de cette façon, mais en même temps, il ne m’en laissait pas vraiment le choix.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Ven 7 Fév - 18:49




Bran & Beth



La perspective de suivre Beth et son père dans la forêt, ne l'enchantait pas du tout. La première raison, il voulait éviter de retomber dans l'influence des yeux de la jeune femme comme au mariage, cette perte de contrôle le terrorisait plus que de raison. La deuxième raison est qu'il restait sceptique qu'un vrai dragon ait interrompu le mariage et la troisième, c'était que même si cette créature existait, il savait que le rechercher emmèneraient des personnes peu fiables à le retrouver, allant même à le capturer et le tuer. C'était la nature humaine de vouloir connaître le moindre mystère, au lieu de continuer sa vie sans s'en soucier. Bran était un protecteur par un tueur et il ignorait qu'en fait, son instinct lui soufflait de s'éloigner de cette histoire à cause de ce qui était arrivé aux siens. Dans son ancienne vie, il était tombé amoureux de Jane, les avait emmenés à sa famille même si Kerchak lui avait dit que les hommes étaient dangereux et pour finir son choix avait conduit son père adoptif à la mort. Oui, il avait promis de protéger sa famille et la malédiction n'avait pas enlevé cette promesse de son esprit même s'il s'en doutait pas. Jamais, il ne mettrait pas un animal, légendaire ou non, devenir la proie de l'homme.

Le vétérinaire de la ville ne mâchait pas ses mots envers la journaliste. Il estimait qu'elle aurait dû faire autre chose que prendre des photos de l'animal, si sa conception d'aider son prochain était de montrer aux yeux de tous, la vidéo du dragon, c'est qu'ils ne voyaient pas le monde de la même façon. Ne réalisait-elle pas les conséquences de ces actes ? Il était temps qu'elle découvre la vérité, qu'elle ouvre les yeux sur ce qui l'entoure et remarque que la vie ne se résume pas à ce qu'elle peut écrire ou dessiner, le monde n'est pas lumineux, mais obscur et fait de sangs qui coulent sans cesse. Quand elle lui demanda d'être sincère, il lui aurait été facile de dire tout cela, mais à la place, il préféra lui faire comprendre qu'il préférait rester sceptique sur l'affaire du dragon et les raisons qui lui poussaient à la repousser.

Non mais… vous vous entendez ? Un dragon ! On parle d’un dragon ! Alors oui, je venais pour vous proposer de venir avec nous, mon père et moi, pour le retrouver afin d’étudier son comportement et son mode de vie. On ne veut pas qu’il soit chassé, ni mit en cage. C’est… c’est insensé que vous pensiez un truc pareil ! Même après m’avoir proposé d’être notre sponsor, vous continuez à penser le pire de moi.

C'était bien le souci, il était loin de penser le pire d'elle, vu qu'elle ne quittait plus son esprit depuis la scène de la danse. Mais si cela pouvait la conduire à s'éloigner de lui et ne jamais revenir, ce n'était pas plus mal. Jusqu'à où serait-il capable d'aller rien que par peur de perdre le contrôle ? Même à ce moment précis, il n'était plus maître de ses sentiments. Avec Beth, le dragon était en sécurité, mais en le recherchant, elle le mettrait en danger, beaucoup pourraient se servir des informations qu'elle récolterait, voilà ce qu'il aurait dû lui dire au lieu de rester silencieux à contempler se passer la main dans ses cheveux avant de lâcher un soupir d'exaspération.

Ce dont je suis sure, c’est que vous feriez moins le sceptique si vous n’étiez pas parti en me laissant comme une mal propre au beau milieu de la piste de danse !

Ouvrant grand les yeux, il ne s'attendait vraiment pas à ce qu'elle se lance sur ce sujet. Jamais, il ne pourrait lui expliquer la raison qui l'avait poussé à agir ainsi, puis de plus qu'est-ce que cela pouvait lui faire ? Ils n'étaient pas en couple, d'ailleurs, ils ne se connaissaient à peine, ce n'était pas la mer à boire. Bran commençait à s'énerver, si elle n'avait pas aimé être planté, bah elle n'avait pas qu'à revenir à sa porte le soir-même.

- Mieux vaut la piste de danse que devant l'autel !

Il avait sorti cette phrase sous le coup de l'énervement, jamais il n'irait planter une personne devant l'autel, pour la seule raison qu'il n'était même pas sûr de vouloir se marier un jour. Son visage se crispait sous la colère, il devait retenir sa rage, mais elle le poussait à bout. Ne pouvait-elle pas seulement le lancer tranquille aller faire son article bien loin de son zoo, il n'avait jamais rien demandé et surtout pas à une journaliste.

- Ce chien avait besoin de moi et vous vous aviez seulement besoin d'une personne près de vous, Norman a dû faire l'affaire lui !

Pour Bran, il était évident qu'elle en avait rien à faire de lui, il était qu'un simple cavalier à trimballer au mariage. Jamais il n'avait été autant troubler par une femme et le fait qu'elle soit amie avec Norman n'arrangeait en rien la situation, il détestait cet homme plus que tout et même s'il se fichait que ça soit lui qui l'est remplacé à son départ, d'après le texto de Violet, il n'avait aucune envie d'être comparé à ce braconnier. Si elle préférait sa compagnie, soit ! Son ton monta d'un cran et son regard se fit plus dur.

- Pourquoi ne pas aller le voir, lui, cela lui fera deux beaux tableaux de chasse : le dragon et vous !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Mar 11 Fév - 22:33




Bran & Beth



La réaction de Bran me donnait l’impression qu’il allait me lyncher d’une minute à l’autre parce que je venais lui proposer de faire partie de l’expédition que mon père et moi comptions mettre en place afin de trouver le dragon et étudier son comportement. Qu’y avait-il de mal à vouloir en connaître un peu plus sur cette créature mythologique ? Ce serait comme étudier n’importe quel animal sur cette terre. Donc je ne voyais vraiment pas où était le mal, mais le vétérinaire de la ville semblait le voir lui. Du coup, je souhaitais grandement qu’il m’éclaire de sa lanterne, mais comme j’aurais dû m’y attendre, il ne rendait pas les choses faciles. Bah oui, pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? C’était stupide ! Néanmoins, j’avais bien compris qu’il souhaitait protéger le dragon des personnes mal intentionnées, mais mon père et moi n’étions pas des gens mal intentionnés.

J’essayais vainement de le raisonner, de lui faire comprendre mon point de vue, mais c’était comme discuter avec un mur : c’était inutile. Bran était l’homme le plus hermétique que j’avais pu rencontrer jusqu’à présent. Et je doutais fortement qu’un jour je puisse rencontrer quelqu’un de pire que lui. Non, il devait être au sommet et un autre individu comme lui, ça ne devait pas exister. Quand je lui avais demandé de dire une bonne fois pour toute ce à quoi il pensait, il resta silencieux. Je soupirais. Il fallait s’y attendre ! Se plonger dans le mutisme c’était aussi plus facile parce que ça compliquait les choses. Ce n’était pas un trauma crânien que j’allais avoir mais une sacrée migraine qui me laisserait plongée dans le noir pour les prochaines vingt-quatre heures ! Mon père allait devoir dévaliser la pharmacie pour que je me remette au mieux. Décidemment, je ne comprenais vraiment pas pourquoi il choisissait d’être septique alors que je lui avais apporté toutes les preuves possibles sur l’existence de ce dragon.

Bran pensait le pire de moi, j’en étais bien consciente. Après tout, j’étais une journaliste par conséquent, j’avais déjà tous les défauts pour être une fille qu’on n’appréciait pas. J’étais de plus en plus exaspérée par cette situation qui ne menait à rien. Nous tournions en rond. C’était une discussion qui ne menait à rien mais qui avait réussi à me faire lâcher la seconde raison qui m’avait emmené ici. Je n’avais pas voulu lui balancer ça de cette façon, mais arrivait un moment où il ne me laissait plus le choix. Quitte à se crier dessus autant le faire une bonne fois pour toute sur le tout. Et m’épargner une migraine encore plus énorme que celle qui m’attendait déjà. Et puis, c’était la vérité : s’il était resté, il aurait pu voir le dragon et on ne serait pas là à s’engueuler sur ces deux sujets. CQFD ! Mais… ça se saurait si la vie était simple. Je posais les mains sur mes hanches tandis que Bran affichait un air surpris. Pitié, faites qu’il ne joue pas l’innocent !

Fort heureusement, non. Bran n’était pas comme tout le monde, j’aurais dû le savoir ! Quoi que finalement pour entendre sa réponse, il aurait peut-être mieux valu qu’il me joue les types qui n’étaient au courant de rien. Oui, je ne savais pas ce que je voulais, mais là, j’étais beaucoup trop chamboulée pour réfléchir correctement. Je fronçais légèrement les sourcils à sa réponse parce que je ne voyais vraiment pas le rapport !

- Comparez ce qui est comparable, s’il vous plait ! Quoi que ça ne m’étonnerait même pas que vous fassiez un truc pareil !

Ca partait un peu dans du grand n’importe quoi, mais comment vouliez-vous que je reste silencieuse face à une telle remarque ? Il était hors de question qu’il ait le dernier mot, c’était comme ça. J’étais peut-être trop susceptible, mais Bran ne faisait pas grand-chose pour arranger les choses. Brusquement, j’eus envie de me cogner la tête contre un mur. Je l’écoutais me desservir son speech à propos de ce chien et je voulais bien comprendre qu’il ait été poussé par son devoir. Là-dessus, j’étais la dernière qui viendrait la critiquer parce que j’aurais agi de la même façon, mais il y avait des façons de faire et me laisser planter au beau milieu de la piste de danse alors que tout le monde continuait d’évoluer autour, et bien ce n’était pas la bonne façon. Je m’apprêtais à lui dire que je ne lui reprochais pas d’avoir été sauvé un chien, mais je n’en eus pas le temps car Norman revint sur le tapis.

Je me figeais littéralement sur place et ouvris légèrement la bouche sous la surprise. Mon dieu, mais qu’est-ce qu’il était parti s’imaginer ? J’étais vraiment choquée qu’il puisse tenir de tel propos parce que ça me faisait passer pour quelque chose que visiblement je n’étais pas. Mais quand Bran me suggéra d’aller plutôt rendre visite à mon collègue afin d’agrémenter son tableau de chasse, je réagis beaucoup plus rapidement que je ne réfléchis. Ma main se leva et alla s’abattre sur sa joue provoquant un claquement qui résonna surement dans toute la pièce et qui me fit foutrement mal à la main, mais là, j’étais trop en colère pour songer aux picotements qui me prenaient l’intégralité de ma paume. Je n’avais jamais autant détesté quelqu’un qu’en ce moment même !

- Je vous interdis de dire une telle chose de moi ! Un trophée ! Non mais… Je ne vous ai pas insulté donc je ne vous permets pas de le faire ! Ce que vous venez d’insinuer est très bas, même encore plus bas que le comportement de Norman, puisque vous voulez rentrer dans ce petit jeu là ! Je ne sais pas ce qu’il se passe entre vous deux et je m’en fiche comme de ma première paire de chaussettes mais il est hors de question que vous me mettiez dans cette histoire et vous servir de moi comme bouc émissaire, vous m’entendez ? Si vous avez quelque chose contre lui alors agissez comme un homme et voyez avec lui au lieu de vous en prendre à moi et de me faire passer pour ce que je ne suis pas. Maintenant, ma bonne entente avec lui vous dérange ? Très bien, pas de problème, vous n’êtes pas obligé de l’apprécier tout comme moi je n’étais pas obligée de faire en sorte que Suzy n’aille pas embrasser la pelouse, mais je l’ai fait aussi bien pour elle, pour Louna et pour vous, nom de dieu !

C’était bien la première fois que j’en débitais autant tout en respirant aussi peu, mais là, je m’en fichais royalement des exercices de respiration. Bran m’avait beaucoup trop énervé pour que je me taise face à ça. Serrant les poings le long de mon corps, le regard planté dans le sien, j’ajoutais :

- Vous êtes un type ignoble, bouché et vous ne comprenez absolument rien à rien ! Et encore une fois, je vous interdis de m'insulter !


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Mer 12 Fév - 20:52




Bran & Beth



Insinué qu'il serait capable d'abandonner sa future femme au pied de l'autel n'allait pas arranger la situation. Pour qui elle le prenait ? Certes, il l'avait laissé sur une malheureuse piste de danse, mais ce n'était pas la mort, elle tenait toujours sur ses deux pieds et n'avait pas perdu l'usage de la parole ça, c'était certain. Il voulait bien croire que c'était vexant, puis non, même pas, le devoir l'appelait et pour Bran, la survie des animaux passait avant tout, ce serait-elle offusquée si un médecin l'aurait planté pour accoucher une femme ou réagir à une urgence médicale ? Bien sûr que non, son métier n'était certainement pas assez valorisant pour mademoiselle la journaliste. Il gardait tout de même son calme lui expliquant ce qui l'avait conduit à agir ainsi.

En fait, le chien n'avait pas eu grand-chose, un simple plâtre et il était de retour chez lui, c'était un chanceux, car percuter une voiture pouvait provoquer de pires dégâts. Voilà pourquoi Bran avait filé à toute vitesse, ça et le fait d'avoir eu cette envie irrésistible de l'embrasser. Il ne doutait pas que ce baiser l'aurait conduit à sa perte, jamais il n'avait ressenti une telle passion et un tel énervement en présence d'une personne. D'ailleurs, sans le texto de Violet, le ton ne serait pas monter d'un cran, entendre le nom de Norman pouvait le faire entrer dans une colère froide, cet homme ne respectait rien et encore moins les valeurs qu'il avait crus partager avec Beth. Ce n'était sans doute que du vent, personne pouvait réellement apprécier ce braconnier en sachant ce qu'il faisait de ces temps libres et puis si elle l'ignorait, c'était qu'elle n'était pas une si bonne journaliste. Oui, au lieu de venir l'embêter avec son histoire de dragon, qu'elle aille voir Norman et il ne se retint pas de lui dire.

Elle parut choquée par ses propos qu'il n'avait su retenir et sa réaction fit immédiate, elle le gifla faisant raisonner un claquement. Bran resta de marbre face à ce geste, c'était la première fois qu'il se faisait taper ainsi par une femme, à cause d'une réflexion, mais si elle s'attendait à le voir s'excuser, elle pouvait rêver. Sans doute que si Beth avait été un homme, il ne se serait pas laissé faire, mais il ne fallait pas se leurrer, Bran avait beaucoup plus de forces qu'elle et s'était assez entrainé pour contrôler sa colère, toujours par peur de perdre le contrôle et devenir violent. Par contre, il la foudroya du regard.

Je vous interdis de dire une telle chose de moi ! Un trophée ! Non mais… Je ne vous ai pas insulté donc je ne vous permets pas de le faire ! Ce que vous venez d’insinuer est très bas, même encore plus bas que le comportement de Norman, puisque vous voulez rentrer dans ce petit jeu là ! Je ne sais pas ce qu’il se passe entre vous deux et je m’en fiche comme de ma première paire de chaussettes mais il est hors de question que vous me mettiez dans cette histoire et vous servir de moi comme bouc émissaire, vous m’entendez ? Si vous avez quelque chose contre lui alors agissez comme un homme et voyez avec lui au lieu de vous en prendre à moi et de me faire passer pour ce que je ne suis pas. Maintenant, ma bonne entente avec lui vous dérange ? Très bien, pas de problème, vous n’êtes pas obligé de l’apprécier tout comme moi je n’étais pas obligée de faire en sorte que Suzy n’aille pas embrasser la pelouse, mais je l’ai fait aussi bien pour elle, pour Louna et pour vous, nom de dieu !

Prétendre qu'il était pire que Norman lui fit bouillir le sang, non mais avant de dire cela qu'elle ouvre enfin les yeux sur quel genre de personne, il était. Puis au moins contrairement à elle, il savait en quoi s'en tenir avec ses amis et serait capable de tout pour les protéger. Non, il n'appréciait pas sa longue tirade et si elle pensait que de coucher avec lui était une insulte, elle pourrait se dire que d'être ami avec lui ne valait pas mieux. Il pouvait la voir serrer les poings, signe qu'ils étaient exactement dans le même état d'esprit, à la nuance qui lui restait dans le silence, s'exprimant qu'à travers ses yeux devenu glacial.

- Vous êtes un type ignoble, bouché et vous ne comprenez absolument rien à rien ! Et encore une fois, je vous interdis de m'insulter !

Ignoble, bouché...Qu'est-ce qu'elle faisait là si elle pensait cela de lui ? C'était fini, si elle voulait entendre ce qu'il pensait réellement, il ne se retiendrait plus ! La vérité, elle allait l'avoir et il allait se comporter de façon ignoble comme elle l'avait bien signalé. Il ne fallait pas le chercher non plus, c'était elle qui était venue à sa rencontre la première fois, elle qui s'était entêtée pour son article, elle qui l'avait invité au mariage et encore elle qui s'était pointée à sa porte ce soir.

- C'est vous qui ne comprenez rien, vous ne pensez qu'à votre petit nombril sans ouvrir les yeux. J'en ai rien à faire de Norman, de votre histoire. Mais je vous préviens vos recherches mettront le dragon en danger et vous vous en mordrez les doigts. C'est ce qui arrive quand on met son nez n'importe où, le malheur.

Il n'était pas dans sa nature première de s'énerver ainsi, à tel point que même Tokina préféra sauter par la fenêtre et rejoindreTantore. Les veines de son cou ressortaient, c'était à son tour de serrer les poings pour éviter toutes bêtises. Pourquoi le forçait-elle à se mettre dans un tel état ? Ne comprenait-elle pas qu'il la fuyait pour cette raison ? Cette rage l'avait toujours effrayé et voilà que Beth venait de lui faire perdre son sang-froid. Il souffla un grand coup, pour reprendre son calme.

- J'aurais préféré ne jamais vous rencontrer, ça m'éviterait bien des soucis, il est temps que vous partiez.

Et alors qu'il l'attrapa par le bras pour la reconduire à la porte, il ne la fit que se rapprocher de lui, yeux dans les yeux, il attrapa ses lèvres des siennes et évacua toute sa colère par un baiser sauvage. Ses bras se posèrent sur sa taille, il pouvait sentir tout son corps fléchir, il n'arrivait plus à arrêter le contact de leur bouche. Pour finir, il alla la coller à la porte qu'il avait voulu la voir franchir et éloignant de quelques centimètres leurs lèvres, annonça d'un ton saccadé par le manque de souffle enduré par leur baiser.

- C'est ce qui se serait passé sur la piste de danse !

Et voilà, c'était dit, elle savait à présent la dernière raison qui l'avait poussé à fuir, que pouvait-il ajouter de plus ? Ils avaient joué, il avait perdu !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Mar 18 Fév - 22:58




Bran & Beth



Pensais-je sincèrement que Bran serait capable d’abandonner sa potentielle future femme au moment même de la cérémonie ? Je n’en savais rien… Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Enfin, en attendant, il faudrait déjà qui trouve la femme qui accepterait de l’épouser, et ça, ce n’était vraiment pas gagner étant donné son sale caractère. D’accord, tout le monde trouvait chaussure à son pied à un moment ou un autre, mais lui, là… il n’était vraiment pas facile à vivre. Tout du moins, s’il était comme il était actuellement le reste du temps. Rester calme face à lui devenait de plus en plus difficile. Pourtant, je perdais très rarement mon calme, mais je sentais tout ça monter et je craignais le moment où cela exploserait parce que je ne serais pas seule dans ce cas-là…

Les choses s’envenimaient de plus en plus jusqu’à ce qu’il prononce ces mots qui furent les gouttes d’eau qui firent sérieusement déborder le vase. Sous-entendre limite que j’étais une femme désespérée et que je ferais mieux d’aller voir Norman fut le truc en trop qui me fit exploser. Ma réaction fut immédiate car la gifle partit toute seule. Et je n’y avais pas été de main morte car des picotements l’envahir aussitôt. Si je n’avais pas été aussi en colère contre Bran, je me serais peut-être tenue la main après coup. Le voir aussi stoïque qu’un mur me rendit encore plus verte de colère mais j’étais beaucoup trop occupée à lui sortir tout ce que j’avais sur le cœur pour ça. J’en avais presque oublié de respirer entre chaque parole, mais on s’en fichait. Il fallait que tout sorte. S’en était même urgent.

Heureusement pour lui, il n’avait pas essayé de me couper la parole parce que s’il avait essayé, il s’en serait peut-être pris une deuxième, juste pour qu’il se taise à nouveau. J’eus quand même le temps de faire une brève pause histoire de remplir un peu mes poumons pour ‘conclure’ tout mon blabla. Je n’exagérais pas quand je disais que Bran était un homme bouché qui ne voyait pas vraiment plus loin que le bout de son nez. Maintenant, ça allait être à mon tour d’en prendre pour mon grade. Ben oui, ce n’était pas à sens unique. Le regard planté dans le sien, je l’écoutais me renvoyer l’ascenseur. Selon lui, c’était moi qui ne pigeais rien. C’était facile de dire ça ! J’avais peut-être mes tords aussi. Ouais, peut-être. Mais il ne fallait pas partir dans des extrêmes non plus ! Du coin de l’œil, j’avais vu Tok quitter le salon en sautant par la fenêtre, mais j’étais trop « prise » pour m’en occuper plus que ça.

Apparemment, j’avais réussi à le mettre en colère. Ses poings fermés, son regard, sa posture… Absolument tout le montrait. Peut-être que comme ça j’allais réellement réussir à savoir ce qu’il pensait. C’était impossible de savoir ce dont pensaient les gens qui avaient des airs hermétiques. Finalement, il lâcha sa « bombe » et cela me fit le même effet que si l’on venait de me jeter une enclume sur le sommet du crâne. En réalité, je m’attendais à beaucoup de choses, mais pas à celle-là. Comme quoi, on ne connaissait jamais les gens. Quoi que Bran, je ne le connaissais pas donc… Cette loi ne s’appliquait pas dans son cas. J’étais tellement hébétée que je ne réagis même pas quand il m’attrapa par le bras. Il allait me mettre dehors et je ne pouvais pas vraiment l’en empêcher. Soyons réaliste, à côté de lui, j’avais une force de moustique et je me trouvais dans un domaine dit priver.

Le fait qu’il m’ait attrapé le bras me rapprocha inévitablement de lui et avant que je ne comprenne réellement ce qu’il se passe, ses lèvres s’écrasèrent contre les miennes. Je me surpris à lui rendre son baiser avec autant de dureté qu’il me l’offrait et aussi étrange que cela puisse paraître, cela ne me dérangeait pas… Sa main lâcha mon bras. J’en profitais pour poser une main sur sa nuque tandis que l’autre prit place sur son bras quand les sien vinrent entourer ma taille. Mon corps collé contre le sien, je me sentais comme plongée en dehors de l’espace temps jusqu’à sentir mon dos heurter la porte qu’il avait souhaité me faire franchir quelques secondes plus tôt. Lorsque Bran détacha ses lèvres des miennes, j’avais le cœur qui battait la chamade et le souffle coupé. Je ne semblais pas vraiment être la seule dans cet état-là.

Il me semblait être incapable de pouvoir dire quoi que ce soit. J’étais… confuse et ignorais quoi penser sur ce qu’il venait de se passer. Je restais abasourdie quand il reprit la parole pour m’annoncer que le baiser aurait dû avoir lieu sur la piste de danse. Je me souvenais parfaitement de ce moment-là, même si les choses s’étaient faites de façon inconsciente.

- Alors quoi ? Vous avez fui avant que ça n’arrive, compris-je soudainement.

Certes, il y avait le chien, aussi. J’avais toujours mes mains posées sur lui et je ne savais pas si je devais le repousser, le laisser s’éloigner tout seul ou… non pas de ‘ou’ parce que le ‘ou’ avancerait à un truc du genre « rester coller à lui comme une moule à son rocher » et ce n’était pas vraiment d’actualité. J’avais un mal fou à réfléchir et je détestais ça. J’avais l’impression de perdre mes moyens et du coup je ne savais pas comment réagir à tout ça. Là, tout de suite, j’aurais limite besoin d’air, mais n’avais aucune envie de bouger…

- Vous qui détestez tant les journalistes, vous avez eu peur que je vous empoisonne, avouez-le, fis-je d’un air sarcastique.

Beth, tu mériterais des paires de baffes ! Même contrôler mes paroles je n’y arrivais pas. Pour le coup, c’était sorti tout seul ! Mais en même temps, ce n’était pas tous les jours qu’un type avec qui vous avez plus de chance de vous disputer que de discuter vous embrassait avec autant de fougue. Cela n’avait strictement rien d’un baiser amoureux. On en était même très loin. Mais ça avait un je-ne-sais-quoi qui faisait une différence. Bref, ça n’avait aucune explication logique et rationnelle ! Afin d’appuyer mes paroles, je déposais un nouveau baiser sur les lèvres de Bran. Il dura moins de temps que le précédent, mais suffisamment pour qu’à cela j’ajoute :

- Vous voyez, vous êtes toujours là !

A ce tarif-là c’est plus que des paires de baffes ! J’étais toujours collée contre la porte d’entrée de sa maison et je me rappelais alors que son intention première était de me flanquer à la porte. Aussi, je pris une grande inspiration avant de dire :

- Je peux toujours m’en aller si c’est ce que vous souhaitez et si cela peut vous rassurez, vous ne saurez absolument plus rien de moi.

Et s’il venait à savoir quelque chose, se serait de façon involontaire car n’oublions pas que Storybrooke était quand même une petite bourgade. Certaines choses venaient à se savoir d’une manière ou d’une autre. Comme je le lui avais dit, c’était son choix premier que de me voir partir alors si c’était ce qu’il voulait, je ne pouvais que respecter ça.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Lun 24 Fév - 18:55




Bran & Beth



L'embrasser était à la fois effrayant de laisser aller ses pulsions, ainsi qu'apaisant. C'était comme se sentir enfin vivant, une preuve de plus que Beth était différente des autres femmes, qu'il avait connues, jamais il n'avait été aussi fougueux dans ces rapprochements. La journaliste avait réussi à le voir en colère et surtout le laisser baisser ses gardes. Alors qu'elle aurait tout bonnement le repoussé, elle ne semblait pas réticente à son baiser, même loin de là. Pour une fois, aucune dispute, aucun mot plus haut que l'autre, non, ils étaient enfin en accord pour une chose et cela n'avait rien de déroutant, non, c'était comme une habitude lointaine, comme un retour chez soi après de longues années d'absence, retrouver tout ce qui avait manqué et pouvoir se retrouver.

Tout en continuant leur baiser contre la porte, Bran se sentait totalement envoûter par les douces lèvres de Beth et après quelques instants, il éloigna les siennes de quelques centimètres pour lui dire ce qu'elle voulait sans doute entendre, l'autre explication de sa fuite de la piste de danse. Reprenant sa respiration, il lui annonça que ce qui se serait passé si Târa n'était pas arrivé. Oui, rien n'aurait pu empêcher d'unir le lien étrange et aux yeux de tous, tout ce qu'il ne voulait pas. Bran était une personne discrète surtout sur sa vie intime.

Alors quoi ? Vous avez fui avant que ça n’arrive

Il n'avait pas besoin de mot pour lui dire qu'elle avait raison, oui, il avait fui sans se retourner pensant qu'il ne la reverrait jamais, en oubliant qu'il avait affaire à une jeune femme très têtue, peut-être même plus que lui. Il s'attendait à une réaction explosive et pourtant, elle restait dans ses bras, si près l'un de l'autre.

Vous qui détestez tant les journalistes, vous avez eu peur que je vous empoisonne, avouez-le

Ce n'était pas un grand fan du sarcasme, ni des journalistes d'ailleurs. Comment pouvait-il tant désirer cette femme ? Son regard devint plus troubler à la formulation de sa phrase, ce n'était pas à cause de son métier, mais bien ce qu'il ressentait en sa présence. Oui, il était temps qu'il reprenne raison, qu'il ouvre la porte et la fasse partir loin de lui. Sauf qu'elle lui déposa un nouveau baiser sur ses lèvres, avant qu'il n'agisse. Un baiser qui fallait avouer lui embrumait l'esprit et toute envie de la laisser partir.

Vous voyez, vous êtes toujours là !

Il eut envie de lui rétorquer qu'il avalait de l'antipoison tous les matins à son petit-déjeuner et pourtant les mots restèrent bloqués dans sa gorge. L'heure n'était pas) la plaisanterie ni à celui d'avoir le dernier mot. Non, le vétérinaire de la ville réalisait qu'il allait devoir prendre une décision, alors durant une mini-segonde un sourire apparut pour disparaître aussi vite que le vent.

Je peux toujours m’en aller si c’est ce que vous souhaitez et si cela peut vous rassurez, vous ne saurez absolument plus rien de moi.

Réflexion, réflexion...Sa main quitta le dos de Beth pour aller se poser machinalement sur la poignée de la porte d'entrée. Ses yeux droits dans les siens, était-il capable de ne plus jamais la voir ? Pourrait-il prendre cette décision, là, maintenant ! Son corps et sa tête n'étaient plus en accord. Durant quelques minutes, il resta là seulement à la regarder puis finalement éloigna sa main de la porte pour la poser sur le visage de la journaliste et d'une voix posée et sincère.

- Ce n'est pas ce dont j'ai envie !

Il avait fait son choix et pour le sceller rien de mieux qu'un autre baiser encore plus fougueux qu'auparavant, la serrant davantage dans ses bras. Son corps n'était que désir et la flamme de son coeur s'embrasait. Utilisant la force de ses bras et sans quitter ses lèvres, il l'emmena près de la table de la cuisine et posant ses mains sur sa taille, la souleva pour l'installer dessus.

- Personne n'arrive à m'énerver comme vous le faite !

Il était enfin redevenu lui-même, sur de lui et avait susurré ses mots avant de lui embrasser le cou, comme une sorte de punition. D'une certaine façon, c'est elle qui avait réveillé cet homme sauvage qui rêvait de lui arracher ses vêtements, mais tout en remontant ses lèvres vers celle de Beth, il s'arrêta avant de les saisir.

- Si vous voulez que je m'arrête, vous savez comment faire !

Oui, il savait qu'il n'aurait pas peur de le gifler vu qu'elle l'avait déjà fait pour une tout autre raison.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Mer 26 Fév - 23:44




Bran & Beth



La confusion m’habitait de toute part. Je n’arrivais pas à comprendre ce qui m’arrivait et pourtant, j’agissais. Je rendais son baiser à Bran, sans réfléchir. Même si son baiser était dur et intransigeant, il avait un arrière goût d’habitude, pas de nouveauté. Normalement, ça devrait être le cas, mais pas cette fois ? Pourquoi ? J’étais incapable de trouver la réponse puisque j’étais trop occupée à rendre son baiser à Bran, et ce de la même façon dont il me le donnait. Je ne comprenais pas encore comment les choses avaient dérapé, mais elles avaient dérapé et on en était là. Sa bouche sur la mienne faisait naître des sensations en moi qui ne me semblaient pas étrangères non plus. Tout ça était tellement étrange. Au moins, il y avait un truc positif à cela, c’était que nous avions cessé de nous crier dessus et de nous disputer.

Je continuais de lui rendre son baiser jusqu’à ce qu’il prenne lui-même l’initiative d’arrêter et de séparer nos lèvres. Je restais un instant silencieuse à ses paroles concernant ce qui aurait dû se passer sur la piste de danse si Târa n’était pas intervenue pour dire que son chien avait été percuté par une voiture. Le souffle un peu court, j’essayer de cogiter sur ce qu’il venait de me dire et au bout de quelques secondes, l’évidence se fit dans ma tête. L’intervention de Târa était tombée à pique car en fin de compte, il craignait ce qui aurait pu se passer. Ma conclusion s’échappa de mes lèvres et il ne nia pas ce que j’en avais déduis. Mon résonnement avait été le bon. Je ne m’attendais pas à ce qu’il hoche la tête, son silence en disait déjà long.

Notre proximité était toujours d’actualité. J’étais toujours contre la porte contre laquelle il m’avait placé et d’une certaine façon, je le tenais. Mais de nous deux, j’étais la seule qui avait le moins de possibilité de manœuvre. Cependant, je n’avais pas réellement envie de bouger. Je fis ensuite quelque chose de très stupide puisque je ne pus m’empêcher de sortir une phrase sarcastique. Pourquoi est-ce que j’utilisais tout le temps ce genre de phrase quand il y avait une situation que je ne maîtrisais pas ? Je n’étais peut-être pas normale en fin de compte… Pour l’embêter encore un peu, je déposais un nouveau baiser sur ses lèvres. Les sensations que j’avais perçues quelques instants plus tôt, quand il m’avait embrassé, revinrent avant que je ne détache mes lèvres des siennes pour lui montrer que journaliste ou pas je n’étais pas venimeuse.

Enfin, trêve de plaisanterie. Je ne tardais pas à me rappeler que Bran avait souhaité que je m’en aille. Du coup, prenant sur moi, je lui demandais s’il souhaitait toujours que je m’en aille. Je lui offrais même la possibilité de ne plus jamais rien à voir avec moi. Pour le coup, il ne pourrait pas rêver de mieux comme compromis. Lui qui tenait tant que ça à me voir partir juste avant de m’embrasser, je m’attendais à ce qu’il accepte immédiatement ce que je lui proposais, mais il resta silencieux. Cependant, je sentis sa main quitter mon dos pour se diriger vers la poignée de la porte. Je laissais tomber mes mains le long de mon corps. S’il avait posé sa main sur la poignée de sa porte, ça voulait dire qu’il allait l’ouvrir alors autant que je me prépare à m’en aller. Je ne pouvais pas contredire sa demande. J’étais sur une propriété privée après tout.

Mon regard était plongé dans le sien. Je m’attendais à ce qu’il ouvre la porte à tout moment. Je restais silencieuse continuant à fixer ses yeux azurés. Bran avait un regard fascinant. S’il réussissait à se fermer aux expressions, je me demandais ce qu’il en était de ses yeux. Les minutes qui s’écoulèrent furent sans aucun doute les plus longues de toute ma vie. Je croyais que ma patience allait en prendre un coup tellement son silence était insupportable. Je préférais encore qu’il me dise « barres-toi » une bonne fois pour toute plutôt qu’il ne garde le silence. Finalement, la main qu’il avait posée sur sa poignée de porte vint se poser sur ma joue. J’en eus le souffle légèrement coupé. Je le fixais sans le comprendre quand il m’annonça que me voir partir n’était pas ce qu’il souhaitait. Pourtant, ce n’était pas du tout ce qu’il m’avait dit.

J’étais profondément soulagée qu’il ne me demande pas de m’en aller. J’ignorais vraiment pourquoi, mais il ne me tournait pas le dos, je n’étais pas forcée de lui tourner le dos non plus. Je n’irais pas jusqu’à dire que tout allait bien, mais… mais rien du tout en fait. Je faillis lui demander ce qu’il souhaitait dans ce cas-là, mais au lieu de quoi, il m’embrassa à nouveau. J’écarquillais légèrement les yeux face à tellement de fougue, mais rapidement, je répondis à son baiser. J’entourais sa nuque de mes bras tandis qu’il me décollait de sa porte. Je n’eus pas d’autre choix que de le laisser m’entraîner tout en continuant de l’embrasser. Cette fois-ci, le bas de mon dos heurta une table sur laquelle je me retrouvais assise. Un sourire se dessina sur mes lèvres quand il prit de nouveau la parole. Finalement, j’aimais bien quand il disait ce qu’il pensait.

- Je vous retourne le compliment, soufflais-je.

Ses lèvres allèrent se nicher dans mon cou et un soupire s’échappa de ma bouche. Ma tête se pencha légèrement sur le côté, lui offrant un accès plus grand à mon cou. Je sentis sa bouche remonter vers la mienne et un conseil sur la façon dont il fallait procéder pour l’arrêter se fit entendre. De manière moqueuse je répondis :

- Quoi ? Vous voulez que je vous frappe encore ? Désolée, mais le masochisme est loin d’être mon truc.

J’attrapais ses lèvres des miennes tandis que mes mains quittèrent ses épaules pour descendre vers son torse. Mes doigts trouvèrent les boutons de sa chemise que je détachais un à un jusqu’en bas. Le morceau de tissus ne tarda pas à descendre le long de ses bras pour atterrir quelque part, au sol. Où ? Je m’en fichais totalement ! Mes jambes vinrent entourer sa taille, ramenant Bran un peu plus vers moi. Sous la paume de mes mains, je sentais chacun des muscles de son torse, de son dos, et sous la pulpe de mes doigts, ses cicatrices dont j’ignorais toujours l’origine. Mon esprit s’embrumait de plus en plus et je craignais de perdre la raison à un moment ou un autre. Sauf que ce n’était pas ma première préoccupation, mais plutôt la dernière. Mes lèvres quittèrent les siennes, descendirent le long de sa mâchoire pour terminer dans son cou où je nichais mon visage. J’y déposais quelques baisers avant de mordiller légèrement sa peau.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Ven 7 Mar - 22:55




Bran & Beth



Il arrive toujours un moment où on se laisse aller à nos pulsions, tout ce qui pouvait nous retenir disparaît, comme un simple nuage poussé par le vent laissant apparaître les rayons du soleil. Les craintes passent en second plan, tout ce qui compte s'est de braver ses propres interdits. Bran avait battit son propre édifice ainsi, évitant tout ce qui pouvait renverser son château de cartes, tel était sa vie, instable et sensible à la moindre tempête. Aujourd'hui celle qui le renversait se nommait Beth. Il avait réussi à fuir cet instant fatidique, mais que le corps surpasse l'esprit, l'inévitable se produit. Le contact de ses lèvres l'avait rendu fou de désir, il en voulait plus, tellement plus. Goûter la moindre parcelle de son corps.

Le vétérinaire l'avait conduit juste à la table et l'installa dessus tout en ne quittant pas ses lèvres si délicates et fermes à la fois. Il lui avoua qu'elle était la personne qui arrivait le plus à l'énerver et elle lui retourna le soi-disant compliment. Pour simple réaction, il lui répondit par un baiser fougueux dans le cou, si elle ne l'arrêtait pas dans la minute qui suivait, il ne pourra pas se canaliser plus longtemps. Donc, alors qu'il remontait vers ses lèvres, il s'arrêta avant de les saisir et l'informa qu'elle savait comment le stopper, si l'envie lui en prenait. C'était étonnant qu'après la baffe qu'il avait reçue, ils en soient arrivés à un tel point. Il ne cherchait même pas à savoir ce qui les avait conduits tous les deux à ce moment précis, mais il était heureux que Beth se soit pointée et lui ait balancé ces quatre vérités.

Quoi ? Vous voulez que je vous frappe encore ? Désolée, mais le masochisme est loin d’être mon truc.

Un sourire naquit sur son visage, en toute condition Beth gardait sa repartie et c'est ce qu'il aimait et détestait à la fois chez elle. Ne lui laissant pas l'occasion de répondre, elle l'embrassa, leurs lèvres une nouvelle fois liées, il pouvait sentir ses mains quitter ses épaules et descendre vers son torse. S'il n'avait pas refermé sa chemise quelque temps auparavant, cela aurait été plus vite, mais d'une certaine façon, il aimait que ça soit Beth qui défasse bouton après bouton, ses mains à lui étaient restées poser sur sa taille pour finalement les enlever pour faciliter la chute de sa chemise au sol. Les jambes de sa partenaire vinrent l'entourer, se retrouvant beaucoup plus proche d'elle et il en profitait un maximum. Son torse nu était devenu la carte au trésor à déchiffrer, ces cicatrices s'offraient à elle comme un livre ouvert sans pour autant dévoiler leur histoire. La douceur de ses mains était si agréable et quand elle partit à la découverte de son cou avec ses lèvres. Il posa ses mains sur le bas de son tee-shirt. Elle parsema son coup de baiser pour mordiller sa peau, tel un animal qui marque son territoire. Durant ce genre de débat, l'instinct animal reprend vite le dessus.

Son envie de toucher sa peau devint plus forte, sans trop la brusquer, il vint reprendre la possession de ses lèvres avant de retirer son haut en un instant, les séparant à peine quelques secondes. Il jeta le tee-shirt dans la pièce et serra Beth dans ses bras tout en caressant son dos pour remonter une de ses mains à son cou où il repoussa ses cheveux pour avoir un meilleur accès derrière son oreille où il l'embrassa avec fouge, tout en décrochant son soutien-gorge pour libérer sa poitrine. Une fois débarrassée du vêtement, il l'allongea sur la table en liant leurs lèvres et se collant à elle tout en gardant ses deux pieds au sol. Ses mains parties à la recherche du bouton du jean de Beth, ne contrôlant plus sa force, quand il le trouva et qu'il s'acharna dessus, le bouton lui resta entre les doigts. Le montrant à Beth, il souffla :

- On verra ça plus tard !

Son corps était devenu brûlant de désir, posant le bouton près de la tête de sa gazelle, ses lèvres chaudes parcourent son menton pour se frayer un chemin entre ses deux seins, suivant une route tout tracée. Pour finir, il lui enleva son pantalon en toute hâte emportant ses chaussures par la même occasion, il ne lui restait plus qu'un simple petit tissu. Il resta planté là à regarder son corps parfait, un corps qui lui paraissait si familier. Son regard n'exprimait que désir, lui attrapant la main, il la fit quitter table pour la reprendre dans ses bras et l'embrasser d'une façon bien plus douce comme si une partie de lui voulait prouver à Beth qui se qui se passait était bien plus que physique, il se sentait lié à elle d'une façon déroutante et magique. Comment était-il possible qu'il ait l'impression d'avoir déjà vécu cela avec elle ? Tout ressemblait à un souvenir enfoui, un souvenir auquel il voulait goûter à nouveau.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Mer 12 Mar - 9:59




Bran & Beth



Parfois, le déroulement des événements était aussi surprenant que la façon dont on partait d’un sujet de conversation pour arriver à un autre. Ca n’avait absolument aucune logique, et pourtant, on y arrivait en suivant cet illogisme. Ce qu’il se passait avec Bran était illogique. Nous nous disputions, cherchant à savoir qui allait obtenir le dernier mot, puis nous finissions en train de nous embrasser, comme si nos deux vies en dépendant ? Pourquoi ? Que s’était-il passé pour que nous en arrivions-là ? Je n’en savais rien. C’était tellement étrange que ça n’avait aucune logique. Mais c’était comme un besoin que lui et moi cherchions à combler. Pourtant, je n’avais absolument rien d’une femme totalement désespérée qui avait besoin de réconfort. C’était même tout le contraire.

En m’embrassant, Bran avait brisé absolument toutes mes barrières. Faisant venir une sensation comme si elle avait été longtemps oubliée. A nouveau, ça n’avait aucune logique. Et pourtant, il faisait naître un désir en moi que je ne pouvais pas expliquer. Mais cette recherche de logique passa au second plan quand il m’installa sur la table de sa cuisine. Mon corps avait pris le contrôle sur mon esprit. A force d’embrasser ses lèvres, le souffle commença à me manquer, mais à aucun moment je ne cherchai à briser le contact de sa bouche sur la mienne. C’était presque comme un besoin vital. Ca aurait pu en être effrayant si ce n’était pas aussi captivant et aussi puissant. Ce fut Bran qui brisa le contact de nos lèvres pour m’annoncer quelque chose que, d’une certaine façon, je savais déjà. Je lui retournais d’ailleurs le compliment.

Pour cela, j’eus le droit à des baisers dans le cou que j’accueillis avec plaisir et qui m’électrisèrent. Le contact de ses lèvres sur ma peau était encore amplement différent que sur mes lèvres. J’aurais pu rapidement perdre pied si seulement l’instant avait duré plus longtemps. Je sentis sa bouche remonter jusqu’à la mienne, mais au lieu de venir m’embrasser, il m’informa que je savais comment faire pour l’arrêter, si jamais l’envie me prenait. Si par-là, il faisait référence à la gifle que je lui avais mise quelques minutes plus tôt, et bien il se trompait lourdement parce que je n’étais pas fan de ce genre de procéder. Bon, je l’avais giflé, d’accord, mais il l’avait amplement mérité. Or là, je me voyais mal le frapper pour qu’il arrête quelque chose que je ne voulais pas qu’il stoppe. Enfin, ma petite réplique le fit sourire et j’étais contente.

Avant qu’il ne réponde quoi que ce soit, je l’embrassais. Le voir sourire me suffisait amplement. Mes mains quittèrent sa nuque pour aller déboutonner sa chemise dont j’avais déjà écarté les pans, mais pour une toute autre raison. La raison pour laquelle Bran avait toutes ces cicatrices m’intéressait encore, mais je n’avais plus vraiment le loisir d’y repenser. Je laissais tomber sa chemise sur le sol avant de parcourir son torse et son dos de mes doigts, sentant chacun de ses muscles et ses cicatrices sous ma peau. En entourant sa taille de mes jambes, je le collais un peu plus contre moi et mes lèvres quittèrent les siennes pour aller se poser dans son cou. Au début, j’embrassais sa peau avant de la mordiller légèrement pendant que ses mains s’accrochèrent au bas de mon t-shirt.

Cependant, Bran ne le remonta pas. Il vint d’abord capturer à nouveau mes lèvres qui retrouvèrent avec plaisir les siennes. Puis je sentis mon t-shirt remonter le long de mon ventre pour être retiré. Je me laissais faire, levant même les bras pour lui faciliter la tâche avant de me faire attirer dans ses bras. Je l’entourais des miens pendant qu’il écartait mes cheveux sur le côté, laissant ainsi, une partie de mon cou plus accessible. Quand ses lèvres se posèrent à l’arrière de mon oreille, je crus défaillir. Sérieusement, je n’avais jamais ressenti un truc aussi fort et aussi puissant que ça. Ma bouche s’était posée sur son épaule, déposant des baisers ça et là sur sa peau quand ma poitrine fut libérée de mon soutien-gorge. Avec un léger regret, je me laissais détachée de lui et me retrouvais allongée sur la table, tout du moins le haut de mon corps étant donné que mes jambes n’avaient pas quitté le tour de sa taille.

La bouche de Bran retrouva la mienne et des frissons parcoururent l’ensemble de mon corps quand ses mains partirent vers mon jean. Je le fixais ensuite assez bêtement le bouton de mon jean qui lui était resté entre les doigts, sans trop comprendre ce qui venait de se passer (le temps que l’info grimpe dans mon cerveau embrouillé). Ouais, nous verrions ça plus tard. Ca n’était décidemment pas important ! Vraiment pas ! Tout ce que je voulais, c’était sentir sa bouche sur la mienne et je fus combler car elles descendirent, de mes lèvres, passant par ma mâchoire, mon cou, finissant sur mon buste, provoquant de ce fait un frisson de plaisir. Mes bras n’étant pas extensibles, mes mains se retrouvèrent sur sa nuque tandis que sa bouche continuait de descendre le long de mon ventre, faisant grandir cette boule de chaleur qui commençait à naître de plus en plus dans le creux de mon ventre.

Rapidement, je me retrouvais démunie de mon jean, me retrouvant ainsi simplement vêtu du bas de mes sous-vêtements. Il ne me restait plus qu’un seul morceau de tissus alors que lui en avait encore de trop sur lui. Tandis qu’il me fixait avec ses yeux bleus remplis de désir, je sentis le rouge grimper à mes joues. Cependant, je ne détournais pas les yeux, les miens descendirent jusqu’à son jean qui était encore correctement mis sur lui. A nouveau, Bran m’attrapa, la main, cette fois, me faisant quitter la table sur laquelle il m’avait installé. Ma poitrine se retrouva collée contre son torse tandis qu’il m’embrassait encore de façon totalement différente d’auparavant. Je me retrouvais surprise encore quelques instants, ce qui ne m’empêcha pas de lui rendre son baiser qui était beaucoup plus doux que les précédents. Encore une fois, ça avait un gout de renouveau et s’en était tellement déroutant.

Au contact de sa peau contre la mienne, je sentis ma poitrine réagir, ainsi que l’ensemble de mon être, en fin de compte. Mes mains vinrent se poser sur ses hanches puis glissèrent vers l’avant, détachant ainsi son pantalon. Contrairement à lui, je ne restais pas avec un élément du jean dans les mains. Je le fis glisser le long de ses jambes. Il commençait à me tarder de découvrir sa perfection au complet. Ma bouche quitta la sienne pour aller se poser sur son torse, le parsemant de baisers ça et là. J’avais ainsi le loisir d’admirer chacune des marques qu’il portait sur le corps. Absolument aucune ne me dégoutait, au contraire, j’avais l’impression que sans elle, Bran ne serait pas Bran. Elles faisaient parties de lui, elles faisaient parties de son intégrité. Je remontais lentement jusqu’à ses lèvres puis, une petite idée germa dans mon esprit.

Tout en l’embrassant, je fis légèrement reculer Bran jusqu’à son canapé et le fis s’asseoir avant de prendre place à califourchon sur ses cuisses. Me collant contre lui, j’embrassais à nouveau ses lèvres tandis que mes mains se dirigèrent de plus en plus vers le sud de son anatomie. Une chaleur constante s’était installée en moi et il n’y avait réellement plus qu’un seul moyen de s’en débarrasser…


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Lun 17 Mar - 22:40




Bran & Beth




Deux corps quasiment nus, collés l'un à l'autre, lié par un baiser plus doux qu'auparavant. Il avait ce besoin de sentir sa langue contre la sienne, de presser ses doigts sur sa peau délicate et chaude. Où était-ce lui qui brûlait de l'intérieur ? Tout semblait si flou, si primitif...elle représentait la pomme défendue du jardin d'Éden, celle dont il ne pouvait résister à croquer dedans. Les moindres mouvements de la peau de Beth, le faisaient tressaillir, sentant la poitrine de celle-ci réagir contre son torse. Les saisir dans sa bouche était si tentante et pourtant, il se resservait ce festin pour plus tard, ne se rassasiant pas du contact de sa bouche.

Tandis qu'il caressait son dos, les mains de Beth vinrent se poser sur sa taille, avant d'aller détacher son pantalon. Aucun signe de bouton arracher, elle se révélait plus douée que lui. Une fois débarrassé de son bas, ses lèvres quittèrent les siennes pour les poser sur son torse parsemé de cicatrice. Il la laissa découvrir celle-ci avec sa bouche, fermant quelques secondes ses yeux pour en savourer le moindre frisson de son propre corps. Doucement, elle remonta jusqu'à ses lèvres et il était ravi d'en retrouver le goût.

À présent, c'était elle le maître du jeu, tous les deux égaux niveaux vêtement, il se laissa reculer juste à se cogner au bord du canapé et s'asseoir sans quitter les lèvres de sa belle conquête. Elle s'installa sur ses jambes et il posa ses mains sur ses hanches en amplifiant la pression de sa langue contre la sienne, elle pouvait sentir les mains de la jeune femme descendre le long de son torse et son désir devint plus fort.

Quand ses doigts passèrent à travers de son boxer pour toucher son membre qui se durcissait sous ses caresses délicieuses. Bran quitta ses lèvres ardentes de désir pour embrasser et légèrement mordiller le bout de son téton droit, tout en caressant le gauche en toute sensualité. Son esprit n'était plus très clair, la chaleur de son bas-ventre ne faisait qu'accroître, il n'avait plus qu'une envie l'a possédé et son instinct d'animal reprit d'un coup le dessus.

L'attrapant par les hanches, il n'eut pas de mal à la soulever pour la faire basculer sur le canapé, il en voulait plus...tellement plus, il ne voulait plus que faire qu'un avec elle, connaître tout de son être, coller leur corps avec symbiose, mettre leur mouvement à l'harmonie et surtout répondre à son désir ardent. L'embrassant près du nombril avant de faire glisser son slip le long de ses jambes et pouvoir la voir entièrement nu. Cette fois-là, il ne prit pas le temps de l'admirer, tout en poser le bout de tissa près de son pantalon, il attrapa son portefeuille pour y prendre un préservatif, avant de revenir vers sa gazelle. Oui, sa dernière histoire l'avait marqué. La jeune femme avait prétendu être enceinte de lui, même s'il avait d'abord été choqué et s'était fait à l'idée de s'occuper de l'enfant sans pour autant se mettre avec la mère, ça n'avait été qu'une histoire d'une nuit.

Enlevant par lui-même son boxer, il ouvrit l'emballage pour saisir le préservatif et le déroula sur son sexe durci par l'excitation. Fin prêt, il revint vers Beth pour placer son corps frémissant sur le sien, scellant leur bouche à nouveau, il glissa un de ses doigts dans son temple secret pour lui donner du plaisir et la sentir se fondre dans ses bras. Sentir son corps bouger contre le sien ne lui suffisait plus, même s'il voulait faire de vrai préliminaire, son envie devint la possédé devint plus forte, retirant son doigt, il la regarda droit dans les yeux tout en faisant plus qu'un avec elle.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Jeu 20 Mar - 22:56




Bran & Beth



Qui l’eut cru ? Certainement pas moi ! J’étais très loin de me douter que les choses finiraient de cette façon, surtout pas avec Bran. Il y avait tellement de choses contradictoires qu’il était assez difficile de suivre le fil. Tellement difficile que même moi, j’avais cessé de le suivre pour me laisser aller à l’étreinte de Bran qui se faisait de plus en plus passionnelle. L’un contre l’autre, je lui rendais chacun de ses baisers, de ses caresses. Le plus étranges, c’était que chacune de ses choses ne m’était pas inconnue, c’était comme un renouveau. Mais je ne m’en préoccupais pas plus que ça. Ce qui comptait, c’était l’instant présent. La caresse de sa langue contre la mienne et le contact de ses doigts sur ma peau électrisaient tout mon être. C’était comme un besoin essentiel à ma survie. Sentir la peau de Bran contre la mienne me faisait apparaître la chair de poule de la tête au pied si bien qu’au contact de son torse, ma poitrine réagit instantanément.

En déboutonnant son pantalon et en le faisant tomber à ses pieds, je me retrouvais à égalité vestimentaire avec lui. La seule différence entre lui et moi, c’était que le sien serait réutilisable alors que le mien, il faudrait un léger raccommodage pour que je puisse le remettre. Mais dans le pire des cas, je n’étais pas à un jean près. De mes lèvres, j’allais embrasser la peau de son torse, découvrant ainsi chacune des cicatrices qui s’y trouvait. J’étais curieuse de savoir comment il s’était fait ces dernières, mais j’ignorais qu’il accepterait de répondre. De toute façon, poser la question maintenant serait mal venue et gâcherait tout. Et ce n’était pas le « but de la manœuvre ». Puis lentement, je remontais ma bouche jusqu’à la sienne. Je pris l’initiative de le faire reculer jusqu’à son canapé et le fis s’asseoir, ce, sans briser le contact de nos lèvres. Rapidement, je m’installais à califourchon sur lui.

Lui rendant toujours son baiser, je laissais mes mains descendre le long de son torse, le caressant afin d’en connaître mieux la texture sous mes doigts, tout en descendant vers la partie sud de son corps que je ne tardais pas à atteindre. Lentement, je glissais une main sous son boxer pour m’occuper de son membre qui se mit à durcir sous mes caresses. Bran interrompit notre baiser pour aller poser sa main sur un de mes seins, sa bouche sur l’autre, en mordillant au passage sa pointe durcie par le désir, m’arrachant au passage un léger gémissement. Une intense chaleur s’était logée dans le creux de mon bas-ventre tandis que les choses avançaient et elle n’était pas prête de s’en aller tant qu’elle ne serait pas comblée. Une de mes mains, celle qui ne s’occupait pas de sa virilité, alla se poser sur sa nuque tandis qu’il continuait de s’occuper de ma poitrine. A cause de mes battements de cœur qui semblaient avoir assez de puissance pour se déloger de son emplacement, mon souffle commençait à se faire de plus en plus entrecoupé.

Je sentis ses mains se resserrer sur mes hanches avant de me sentir soulever. Bran me fit basculer sur le canapé et je me retrouvais sous lui. Mes mains remontant le long de son dos tandis que ses lèvres descendaient le long de mon corps, je frissonnais en les sentant se poser sur mon ventre. Puis, je sentis le dernier morceau de vêtements que je portais glisser le long de mes jambes. Je me redressais sur mon avant-bras tandis qu’il regagnait l’endroit où son pantalon avait été abandonné. Je le vis prendre quelque chose dans une de ses poches avant de revenir vers moi. Je le suivis du regard puis je le regardais retirer son boxer. Cette fois-ci, je n’avais absolument plus rien qui m’empêchait de voir ce qui faisait de lui un homme et cette vision fit grimper de quelques degrés au-dessus la température de mon corps. Instinctivement, je me mis à mordiller ma lèvre inférieure. Jamais de ma vie je n’avais vu un homme aussi parfait que Bran.

Je le laissais venir jusqu’à moi, accueillant ses lèvres sur les miennes avec plaisir. Je passais mes bras dans son dos tandis qu’une de ses mains alla se loger entre mes cuisses m’arrachant un nouveau gémissement. Cette caresse contribua néanmoins à combler légèrement la chaleur qui s’était installée dans le creux de mes reins, mais elle contribua également à augmenter mon degré de plaisir. Quelques soupires de plaisir s’échappèrent de mes lèvres pour aller mourir dans la bouche de Bran tandis qu’il conservait cette main au niveau de mon intimité. Au bout de quelques instants, sa main quitta mon bas-ventre et ses lèvres quittèrent les miennes. Mon regard fut à nouveau captivé par le sien quand je sentis sa virilité entrer en moi. Une onde de plaisir se déferla en moi, m’arrachant un gémissement cette fois-ci plus profond. Quand il fut complètement en moi, je me rendis compte que jamais de ma vie je ne m’étais sentie aussi remplie.

Je pris son visage entre mes mains et attirais sa bouche jusqu’à la mienne. Il ne tarda pas à se mouvoir et assez rapidement, mes hanches vinrent à bouger, synchronisant mes mouvements avec ceux de son bassin. L’instant était tellement puissant que je me sentais tomber dans les méandres du plaisir sans que rien ne puisse m’arrêter. Cela aurait pu être effrayant si cela n’avait pas été aussi bon. Mes gémissements venaient se perdre dans la bouche de Bran, mais l’embrasser commençait à devenir de plus en plus difficile à cause de mon souffle qui commençait réellement à me manquer tellement ce que je ressentais était puissant. Mes mains continuèrent d’explorer son dos, passant de ses épaules jusqu’au creux de ses reins. A chaque fois que son membre venait profondément en moi, je ressentais un frisson beaucoup plus intense et lâchais un gémissement beaucoup plus audible que les autres. Nos mouvements s’accordaient à la perfection.

Mon rythme cardiaque commençait à s’affoler, mais ce n’était pas réellement dérangeant. Je sentais mon propre cœur battre dans mes oreilles, tellement le plaisir était fort et intense. Par une légère pression au niveau de ses fesses, j’intimais silencieusement à Bran d’accélérer ses mouvements de bassin. Dans cette position, moi, je ne pouvais que suivre les mouvements qu’il avait décidé de faire, mais ce n’était pas pour autant que cela m’empêchait de lui faire savoir ce que moi je voulais. Pour mon plus grand plaisir, il accéda à ma demande et accentua le mouvement de ses hanches, ce qui eut le don de me faire frémir. Je détachais mes lèvres des siennes pour nicher mon visage dans le creux de son cou, embrassant sa peau à la place. Je remontais par la suite ma bouche jusqu’à son oreille. Je mordillais légèrement le lobe de celle-ci.

- Bran, soufflais-je dans le creux de son oreille.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Ven 21 Mar - 16:44




Bran & Beth




Il partageait un moment vraiment spécial avec Beth. Celle qui arrivait à l'énerver rien qu'en ouvrant la bouche, lui apportait à présent tellement plus. Il aimait entendre ses gémissements et n'attendait qu'une seule chose comblait son envie. Tout son corps n'attendait que ce moment où ils ne feraient plus qu'un. Elle était si belle sans tous ses vêtements, il n'avait pas rougi en la voyant nue, non, cela avait attisé davantage son désir et il ne lui fallut pas longtemps pour prendre un préservatif dans son pantalon, poser un peu plus loin et d'enlever lui-même le dernier vêtement qui lui restait.

Voulant d'abord lui donner du plaisir, il glissa une de ses mains entre ses cuisses pour l'entendre gémir et soupirer, tout en l'embrassant. Son propre corps en réclamait davantage et par besoin vital de le combler, il se noya dans le regard de sa gazelle et prit possession de son corps pour ne faire plus qu'un aux portes de l'extase. Leurs deux corps s'enflammaient, quittant ses yeux pour mieux embrasser son cou, il se laissait guider par ses pulsions.

La jeune femme prit son visage pour lier leurs lèvres et leur danse effrénées débuter. Les mouvements de son bassin allaient en osmose avec ceux de ses hanches. Leurs corps liés se mouvaient telle une vague. Il lui était difficile de se séparer de sa bouche si désirable, mais tout comme elle, l'air commençait à lui manquer. Faire l'amour sur le canapé coupait certaines manoeuvres, mais il s'en sortait à la perfection. Tandis que ses mains exploraient son dos, lui avait posé une de ses mains sur sa hanche pour la maintenir sur le canapé et favoriser la pénétration de son sexe plus profondément, tandis que son autre main s''était accrocher au bord du canapé, le serrant de toutes ses forces durant les vagues de plaisir qui parcouraient tout son corps.

Tous ses muscles étaient en action et quand Beth fit une légère pression au niveau de ses fesses, il comprit le message et accéléra la cadence pour son plus grand plaisir. Leurs corps s'épousaient à la perfection. Elle détacha les lèvres des siennes pour venir embrasser son cou. Puis, elle remonta à son oreille pour lui mordiller le lobe, ce qui eut l'effet de laisser échapper un gémissement de plaisir. Elle lui souffla dans le creux de l'oreille.

- Bran

Entendre son nom le fit se stopper, recherchant le contact de ses yeux, un sentiment étrange pouvait se lire dans son regard. Comme pour répondre à son nom. Il se retira quelques secondes pour la pénétrer avec force. Il voulait lire dans son regard toute la frénésie qui commençait à l'emporter. Et alors qu'il vint lui saisir ses lèvres avec passion, la cadence augmenta très vite, son corps n'était plus que braise, son souffle devenait de plus en plus rapide. Il était rendu à un tel point de plaisir qu'il lui suffisait seulement de toucher légèrement les lèvres de la jeune femme pour se sentir comme électrisé. Il avait l'impression d'être a cours d'airs, sa bouche alla gouter son cou, même ses baisers devenaient comme brulants. Ils étaient comme un volcan prêt à l'éruption. Plus le temps passait plus l'harmonie et la jouissance s'intensifiait, ce fut alors qu'il se sentit comme emporter et qu'il atteint le bonheur absolu poussant un léger gémissement de satisfaction.

L'embrassant une dernière fois avec tendresse, il se retira pour enlever son préservatif tout en se levant. Il se dirigea vers la salle de bains pour jeter le bout de latex dans les toilettes et se laver les mains. Retournant près de Beth, il attrapa son boxer pour l'enfiler, il ne réalisait pas encore que tout avait changé.

- Si tu veux manger ou prendre une douche fait comme chez toi !

D'ailleurs, lui attrapa une banane et alla se poser près de la fenêtre pour regarder son zoo, en dessous Tantore et Tok dormaient, les bruits de certains animaux retentissaient dans la nuit. Cela faisait très longtemps que Bran ne s'était pas senti en harmonie avec lui-même. Beth lui avait apporté quelque chose de nouveau qu'il ne saisissait pas encore. Se retournant vers Beth, il admirait une nouvelle fois sa beauté et tout en lui tendant la main lui demanda :

- Tu veux venir me rejoindre ? Ce n'est pas l'Afrique, mais la vue est magnifique.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

⚔ Curse :
1517
⚔ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
⚔ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   Sam 29 Mar - 0:08




Bran & Beth



Indescriptible était le mot qui convenait parfaitement pour définir ce que je ressentais en cet instant. On pourrait croire que tout allait beaucoup trop vite, mais en fait, je n’avais pas du tout cette impression, ce qui était d’autant plus bizarre. Mais honnêtement, je n’avais pas vraiment le temps de m’en préoccuper car la seule chose qui importait en cet instant, c’était la sensation du corps de Bran contre le mien. Le contact de sa peau contre la mienne me provoquait des frissons et faisait réagir l’intégralité de mon être. Bien évidemment, cela pouvait très difficilement passer inaperçu.  Et bientôt, le désir devint si grand que ce n’était plus possible de se contenter de simple préliminaire. J’avais besoin de plus et apparemment, je n’étais pas la seule dans cet état-là. Quand enfin Bran vint à moi, ce fut une véritable libération, une véritable explosion de sensation.

Jamais de ma vie, auparavant, je n’avais ressenti une telle chose. C’était la première fois que je me sentais aussi complète. C’était comme avoir trouvé l’élément manquant après des années et des années de recherche. Ce que je ressentais en cet instant pour Bran était tellement paradoxal avec ce que j’avais pu ressentir un peu plus tôt. De l’énervement, j’étais passée à quelque chose de fort et puissant. Je voulais sentir le contact de ses lèvres contre les miennes et je ne me privais pas pour attirer son visage vers le mien à chaque fois que je le pouvais et que mon souffle me l’autorisait. A cause de mes battements de cœur frénétiques, ma respiration se faisait de plus en plus haletante. Néanmoins, mes mouvements de bassin se coordonnaient à la perfection avec les siens, donnant un air de perfection à notre ‘union’.

Les minutes filèrent jusqu’à ce que je réclame une accélération de ses mouvements de bassin, chose que Bran m’offrit pour mon plus grand plaisir car mes gémissements redoublèrent d’intensité. Lui mordiller l’oreille provoqua le son le plus érotique que j’avais pu entendre de toute ma vie. Je me mordillais la lèvre inférieure et soufflais son prénom dans le creux de son oreille qui eut le don de lui faire stopper ses mouvements. L’espace d’un instant, je me demandais pourquoi il s’arrêtait, puis ce que j’avais bien pu faire pour qu’il s’arrête, et plus rien puisque mon regard vint à être captivé par le sien. Je le sentis quitter lentement l’intérieur de mon corps. A nouveau, j’eus cette certitude que j’avais fait quelque chose de mal quand brusquement il revint en moi, m’arrachant un hoquet de surprise mélangé à un gémissement beaucoup plus fort que tous les précédents.

Embrasser ses lèvres devenait de plus en plus compliqué, mais je ne pouvais pas m’en empêcher, surtout que c’était lui qui était venu réclamer les miennes. La cadence de nos mouvements de bassin s’accéléra, augmentant de plus en plus la frénésie qui s’emparait de mon corps. Cette chaleur qui se trouvait à l’intérieur de mon corps grandissait encore et encore m’emmenait au bord de la jouissance jusqu’à l’atteindre. Je me sentis décoller, mentalement parlant. Absolument tout mon corps fut parcouru de vagues électrisantes pendant quelques secondes jusqu’à retourner lentement sur terre. J’étais encore dans le vague quand Bran vint m’embrasser avec tendresse, puis je le senti me quitter. Tandis qu’il se dirigeait vers la salle de bain, je me redressais tout en reprenant progressivement pied à la réalité.

J’attrapais mes sous-vêtements et les enfilais avec beaucoup plus de rapidité que je ne l’aurais cru. Lorsqu’il revint, de ce que je supposais être la salle de bain, j’essayais d’éviter de le regarder. Je sentais comme une vague de panique m’envahir. Je fermais un instant les yeux, prenant une grande respiration et essayant au passage de calmer mes battements de cœur qui ne semblaient toujours pas se remettre de ce qu’il venait de se passer sur le canapé sur lequel j’étais toujours assise. Au loin, très loin, dans mon esprit, j’entendis Bran me parler de manger et de douche et honnêtement je restais silencieuse. Je rouvris les yeux et continuais de me rhabiller en allant chercher le reste de mes vêtements qui était légèrement éparpillé entre le salon et la cuisine. J’enfilais mon pull ainsi que mon jean dont il manquait le bouton que je glissais dans la poche. Fort heureusement, mon jean pouvait tenir sans bouton, sinon, je serais… mal.

Je replaçais une mèche de cheveux derrière mon oreille quand Bran se tourna vers moi pour me tendre la main. Je regardais cette main tendue et à nouveau, j’eus la désagréable sensation de déjà vu. Sauf que je ne me l’expliquais toujours pas. Pourquoi est-ce que j’avais cette impression quand j’étais à ses côtés ? Je relevais les yeux vers lui quand il m’invita de vive voix à le rejoindre pour pouvoir admirer la vue. La tentation de tendre ma main pour la mettre dans la sienne était tellement grande que cela m’effraya encore plus si bien que j’en fis un pas vers l’arrière. Je me rendis compte de ce que j’étais entrain de faire et je ne pouvais pas faire ça de cette façon. Ce ne serait réellement pas juste, bien que c’était tout aussi « horrible ». Nerveusement, je passais une main dans mes cheveux.

- Ecoute, je… il… il faut que je rentre chez moi, je… Je suis désolée !

Tout aussi vite, j’attrapais la poignée de la porte d’entrée et sortis de là sans avoir laissé le temps à Bran de me répondre quoi que ce soit. Il fallait que je mette de la distance entre lui et moi, c’était urgent. J’avais cette drôle d’impression qui m’étouffait de plus en plus. Une fois dans la rue, je me mis à courir comme une dingue jusqu’à chez moi, ne regardant pas derrière moi parce que je n’avais pas envie de m’arrêter dans ma course jusqu’à la porte de chez moi que j’ouvris presque à la volée. Mon père, plongé dans son matériel, sursauta en me voyant débarquer de cette façon. Il n’eut pas vraiment le temps de me poser de question que je grimpais les marches quatre à quatre pour aller m’enfermer dans ma chambre.


_________________________
"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]   
Revenir en haut Aller en bas
 

I'm not crazy and I need an explication ! [Pv Bran] [Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» Crazy Minds
» la Crazy Time recrute!!!
» 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?
» - Gallery of a crazy newbie -

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-