★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

avatar

PNJ Intrigues
PNJ Intrigue ೨ Tremblez, Mortels !

✒ Curse :
49


MessageSujet: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Lun 4 Nov - 22:55

Intrigue n°2



Prenez part à la fête...
Le jour tant attendu vient d'arriver ! Le jardin des Nerys est prêt à accueillir ses invités, les petits chanceux qui vont découvrir ce lieu décoré pour le grand événement : le mariage de ma petite-fille, Louna, et de son fiancé. Enfilez vos plus belles tenues et passez le grand portail de la propriété pour nous rejoindre, invitation en main. Un buffet de bienvenue vous attendra afin de vous faire patienter jusqu'à l'arrivée de la mariée.
Même s'il s'agit d'un jour de grande liesse, sachez cependant que quelques règles seront à respecter :
✿ Votre premier post doit parler de votre arrivée dans le jardin du manoir, qui s'effectue par la grille principale. N'oubliez pas que les invités sont attendus pour 11h, c'est donc la fin de la matinée !
✿ Si vous décidez de quitter le jardin, vous quittez l'intrigue ! En effet, le reste de la propriété est exclu de l'intrigue.
✿ Si vous voulez réserver votre tour pour répondre à l'intrigue, cela ne pourra durer que trois heures. Une fois ce laps de temps écoulé, votre post sera effacé par un membre du staff et vous aurez perdu votre tour. Si le délai est dépassé mais que le staff n'a pas encore eu le temps de supprimer la réservation, les autres participants à l'intrigue sont autorisés à poster comme si aucune réservation n'avait été faite.
✿ Il n'y a pas d'ordre de passage imposé, vous pouvez RP le nombre de fois que vous le souhaitez dans cette intrigue, tant que vous évitez les double-post.
✿ Les interventions PNJ sont importantes et doivent être prises en compte par chaque participants dans les RP qui suivent ces interventions.
✿ Les demoiselles d'honneurs, contrairement aux autres invités, devront sortir du manoir pour rejoindre le jardin car elles se trouvaient préalablement auprès de la mariée.
✿ Cette intrigue se divisera en trois temps : deux semaines consacrées à l'arrivée de chaque participants et leur installation dans le décor du mariage ; une courte période ou la participation sera bloquée, représentant la cérémonie du mariage ; trois semaines à disposition pour la réaction des invités à la cérémonie et les festivités qui en découlent.
✿ Pour finir, rappelez-vous que vous n'êtes pas des héros à Storybrooke, comme certains ont pu l'être dans leur vie passée, vous devrez donc réagir comme de simples habitants de la ville en toutes circonstances, peu importe ce qui arrive durant cette intrigue...
Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne intrigue et, attention, je vous surveille !

Un petit bonus !

Explications
Pour l'occasion, Mitsu'ki (aka notre très chère Cloé) a graphé quelques avatars : ceux de la mariée ainsi que ceux des demoiselles d'honneur. Pour que les autres invités ne soient pas en reste, Méphi. (aka Chrissie) a décidé de coder une fiche de RP tout spécialement pour cette intrigue ! Vous n'êtes évidemment pas obligée de l'utiliser, mais tout le staff vous y encourage, histoire de rendre l'intrigue encore plus cool jusque dans sa mise en page !
La Fiche
Spoiler:
 
Code:
<center><link href='http://fonts.googleapis.com/css?family=Rouge Script|BenchNine|MS Mincho' rel='stylesheet' type='text/css'><div style="background-image:url(http://image.noelshack.com/fichiers/2013/48/1385577498-fleurssss.png);width:450px;border-right:#383719 4px solid;border-left:#383719 4px solid;border-radius:1000px;box-shadow: 0px 0px 5px #A8212B;"><br><div style="background-image:url(http://image.noelshack.com/fichiers/2013/48/1385573455-fondwedding.png);border-radius:5px;width:415px;border:#383719 3px dotted;"><br><br><div style="font-family:Rouge Script;font-size:70px;color:#A8212B;font-variant:bold;">Prénom</div><br><br><img src="http://image.noelshack.com/fichiers/2013/48/1385577428-jd86r0tfxu.gif" style="width:300px;border-right:#383719 4px solid;border-left:#383719 4px solid;border-radius:1000px;">
<br><div style="font-family:Rouge Script;font-size:35px;color:#A8212B;font-variant:bold;">Titre du rp</div><br><div style="text-align:justify;padding:7px;color:#383719;font-family: BenchNine;font-size:15px;">Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
</div></div><div style="font-family:MS Mincho;font-size:10px;text-transform:uppercase;color:#A8212B;"> ©️ Méphi.</div></DIV></center>
©️ Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Lun 4 Nov - 23:23



William




Oui pour l'éternité


La veille

Voilà une journée entière que je n’avais pas vu l’élue de mon cœur, une longue et misérable journée qui ne semblait ne jamais vouloir finir. Assis sur mon lit je contemplais la photo de Louna qui trônait sur la table de chevet près de mon lit. La tradition était clair les époux ne devait pas dormir ensemble la veille du mariage, en réalité nous n’avions que dormi peu de fois ensemble mais bientôt tout changerai et bien que le compromis que nous avions trouvé pour vivre ensemble nous laisse une journée sans nous voir j’étais à tout pour elle. Je m’imaginai déjà la voir avancer et prononcer un oui retentissant qui nous unirait pour l’éternité et je souris rien qu’en y pensant.  Oui demain serait le plus jour de ma vie c’était même une certitude, un rêve inespéré qui s’accomplissait enfin. Je me levais et jetais un rapide coup d’œil sur la tenue que je porterais le lendemain avant d’aller me coucher en espérant arriver à m’endormir. Malgré la certitude que j’aimais Louna, je ne pouvais empêcher une angoisse sourde de me tourmenter, si elle avait changé d’avis au dernier moment cela serait un coup terrible pour moi, je tentais de me sermonner en me répétant qu’elle m’aimait et que cela n’arriverait pas. Sans m’en rendre compte je m’endormis d’un sommeil agité.

Le grand Jour

Je me réveillai tôt car le mariage devait avoir lieu dans le cours de la matinée, dehors le soleil n’était pas encore lever,  avec une nervosité qui m’était étrangère je me dirigeais vers ma salle de bain. Je pris une douche, laissant l’eau brulante qui coulait sur ma peau emporter les dernières traces de sommeil, lorsque je me sentis assez réveillé je passai une serviette sur ma taille et me regardait dans le miroir. Pour faire plaisir à Louna j’avais laissé quelques peu mes cheveux poussés ce qui allait m’obliger à me coiffer de façon différente, je me saisis de mon rasoir et ne fit que refaire le tracé de ma fine barbe il était tout bonnement hors de question que je me rase de près, cela ne me ressemblait absolument pas.  Je retournais dans ma chambre et ouvrit la housse qui contenait mon costume de marié, nul doute que j’aurais l’air d’un pingouin et que je risquerais d’en faire rire plus d’un mais si c’était une étape obligatoire pour vivre avec Louna j’étais prêt à sacrifier mon style vestimentaire le temps d’une journée pour elle, malgré tout je regrettais de ne pouvoir simplement mettre une chemise et un jean.  C’était un costume que l’on m’avait livré il y a quelques jours et c’était véritablement la première fois que je le mettais, Esther Nerys s’étant simplement permise d’envoyer quelqu’un prendre mes mesures. Je passais le pantalon pour constater qu’il m’allait parfaitement, je passai ensuite une chemise blanche, jusque-là rien de très exceptionnel en soi. La prochaine étape était un blazer du même gris que le pantalon aux contours noires, je le passai et le boutonnai en jetant un regard à mon reflet, je ne me reconnaissais plus l’homme qui me faisait face était quelqu’un d’autre. J’entrepris ensuite de nouer la cravate noire et la laissai un peu lâche pour ne pas avoir l’impression d’étouffer, j’enfilais les mocassins noirs qu’on m’avait amené puis me dirigeai de nouveau vers la salle de bains. Je mit un temps pas possible a dominer ma chevelure et les plaquai soigneusement en arrière avec force de gel et laque, ce qu’il ne fallait pas faire pour faire plaisir à tout le monde ! Fin prêt je regardais l’heure il était temps que je parte ! Je pris mes clés de voiture et ma veste avant de sortir, je jetais le vêtement avec désinvolture le siège arrière et partit en direction du manoir.

Je vis tout de suite les innombrables gerbes de fleurs que Mamie Nerys avait fait livrer à cette occasion, je soupirai et sortit de la voiture. Bien sûr il était impensable que j’aille  à la recherche Louna aussi je fis le tour du bâtiment pour me rendre sur le lieu de la cérémonie : le jardin. Je restais un moment stupéfait, je découvris tout d’abord un immense buffet vide pour le moment et excentré, autour de lui se logeaient d’innombrables tables et chaises qui servirait pour le déjeuner, la décoration était dans les tons blancs et verts, j’avançai prêt d’une table pour découvrir les petits menus sur lesquelles mon nom ainsi que celui de Louna s’entrelaçaient. J’entendis alors une voix autoritaire que je ne connaissais que trop, je levais les yeux pour chercher d’où elle provenait, mon regard se posa alors sur les chaises installés à la perfection, le long tapis blanc qui reposait sur la pelouse luxuriante et qui menait au pied de l’arche sous laquelle Louna et moi allions nous dire enfin oui. Esther Nerys se tenait juste à côté et ne put s’empêcher de me regarder avec un mépris non feint, elle ne m’avait jamais porté dans son cœur ce n’était pas une nouveauté. Je fis le tour du jardin et m’approchait de l’arche je me positionnai là où je serais dans maintenant peu de temps et imaginai la scène, mon stress augmenta d’un cran et je me sentis soudain étouffé dans ma tenue chic et neuve, je desserrai un peu plus ma cravate sous le regard plus que courroucé de ma future belle grand-mère. Mais elle n’eut rien le temps de me dire car déjà la sonnette du manoir se mit à retentir et on nous annonça l’arrivée de nos premiers invités, je me dirigeais alors en bas de l’escalier du jardin prêt à accueillir mes amis et ceux de Louna.
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mar 5 Nov - 4:32



Lysebeth




À la recherche de la perfection


« Respire… Respire…. Respire…. »

Elle était là devant le grand miroir de sa chambre à faire des exercices de respiration. Une grande inspiration, puis on expire… Bref, une respiration après l’autre, elle faisait tout de même attention à ne pas déformer la robe moulante qu’elle avait choisi pour l’occasion. Le jaune était tendance cette saison alors sa robe affichait donc la teinte la plus criarde de cette couleur. Elle était entièrement composée de paillettes et était dénudée dans le dos. Aucun décolleté, à un mariage, ça ne se fait pas ! Sinon, une paire d’escarpin blancs complétait l’ensemble et venait se marier au couleur nacrée de son sac à main. Lorsqu’elle eut fini ses grimaces devant la glace, l’organisatrice plissa les yeux, cherchant le détail catastrophique qui pourrait tuer son apparence si harmonieuse. Sa crinière blonde avait été domptée en un chignon, même si, sur le devant, elle avait pris soin de laisser quelques mèches lui encadrer le visage. Sur le côté de sa tête, juste avant l’oreille, trônait aussi une breloque en or blanc en forme de lys plutôt imposante, rappelant ainsi le thème du printemps dans lequel la moitié de Storybrooke allait être plongé. À ses oreilles et à son poignet, brillaient d’autres bijoux plus discrets en toc, mais elle vous dira qu’ils sont importés d’Italie exprès pour l’occasion ! Son maquillage quant à lui était resté naturel, chose uniquement dû au temps qui lui avait manqué à se préparer. Après tout, elle devait être sur les lieux au plus vite pour s’assurer que tout se déroulait à merveille ! La veille, Lysebeth avait tout revue – au moins cinquante fois – pour s’assurer le moins de travail possible ce matin. Sauf que cela ne lui ressemblait pas de rester assise à siroter du champagne. Elle surveillerait donc les serveurs, les demoiselles d'honneur ainsi que les témoins, les invités et tout être potentiellement nuisible au fabuleux mariage des Nerys. Quelque part, l’entremetteuse avait l’impression qu’il s’agissait un peu de son mariage à elle aussi… Comme cela allait être émouvant !

Ainsi donc, la blonde attrapa ses affaires –dont son fameux planning- et se dirigea vers sa voiture. Elle marchait vite et fort, faisant claquer ses talons sur le bitume avant de démarrer et de prendre le chemin du manoir. Elle espérait que tout soit en place, car sinon, elle frôlerait sans doute la crise de nerfs. D’ailleurs, parlant de malheur, même si elle s’entendait à merveille avec Esther Nerys la plupart du temps, la vieille dame lui donnait la frousse. Quand elles s’étaient disputées entre le blanc cassé ou le blanc crème, cela avait fait des étincelles ! Lysebeth avait dû abdiquer, tant pis, la marié allait devoir subir un blanc cassé démodé comparé à la crème pour sa robe ! À cette idée, Lysebeth fronça le nez, mécontente. Enfin tous les goûts sont dans la nature, c’est ce qu’on dit. Un proverbe que la jeune femme n’avait jamais réellement saisit. Elle arriva enfin, donna ses clés aux voituriers et se retient de courir vers le jardin. Pas besoin de carton d’invitation, elle avait assez crié sur les employés de la maison durant les derniers mois qu’ils avaient tous fini par la connaitre. Néanmoins, lorsqu’elle atteint enfin l’emplacement de la cérémonie, elle se figea et ouvrit la bouche d’admiration.

« Mais… C’EST MAGNIFIQUE ! » dit-elle sans modérer le volume de sa voix.

La demoiselle sortit alors son planning et se mis à faire le tour de l’endroit, cochant ce qui était bel et bien en place. Elle passant devant le futur marié sans lui adressa la parole, puis s’arrêta, pour finalement reculer de quelques pas pour le fixer d’un air songeur. « Tu t’es fait attaquer durant la nuit ou tu t’es couché tout habillé ? Si je te laisse comme ça, Louna va partir en courant ! » Lysebeth mis son planning sous son bras et attrapa la cravate de Will qu’elle resserra atrocement d’ailleurs. Sans lâcher prise, elle le força à se pencher à sa hauteur et tenta de le recoiffer de façon convenable. Les tables et les chaises étaient splendides, les fleurs magnifiques et les décorations fabuleuses, elle n’allait certainement pas laisser le fiancé faire tâche ! Après cette agression de la police de la mode, elle se recula et sourit devant le résultat.

« Bon allez, maintenant tu souris aux invités et tu essaies de ne pas t’empiffrer ! À plus tard mon chou ! » rajouta-t-elle avant de s’éloigner le nez plongé sur sa liste de chose à faire. Miss Rosewater était arrivée...
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mar 5 Nov - 9:28



Daniel




N'était-ce juste qu'un rêve ?


Nerveux ? Daniel Lynch avait toutes les raisons de l'être. Même s'il cachait cette émotion avec soin, elle restait perceptible par un regard attentif et se manifestait par une main légèrement crispée sur le volant. Cette fois, il s'était payé le luxe d'arriver quelques minutes en retard par rapport à l'heure fixée avec sa secrétaire. L'accident de la serviette de la dernière fois avait servi de leçon au psychiatre. Devant une Carrie Jones quasiment prête mais au moins habillé convenablement, il se contenta d'un : "Bien." Suivit immédiatement d'une mise en garde : "Aucune question sur la cravate."

En effet, si le docteur Lynch avait respecté le choix que lui avait imposé Jeliza lors de leur séance de shopping, il avait changé de cravate pour une de couleur bleue nuit. Le rouge et le bleu ne se mariaient pas vraiment mais Daniel devait respecter cette partie d'un accord et ne pouvait se permettre de faire faux bond à une certaine personne.

Le trajet en voiture se passa dans un silence tout aussi pesant que cette situation, du moins pour sa part. Daniel préférait soupeser ce qu'il risquait de l'attendre lors de ce mariage que d'entretenir une conversation avec Carrie. Il n'avait pas menti quand il avait affirmé à sa secrétaire que cela serait rassurant pour lui de l'avoir auprès d'elle durant cette épreuve sociale. Le psychiatre avait de plus en plus l'impression qu'il s'apprêtait à se jeter dans la gueule du lion. Aller dans un endroit où toutes les personnes de la ville le détestant risquaient de s'y trouver étaient forcément une mauvaise idée, non ? Alors pourquoi y allait-il tout de même ? Tout çà à cause d'un rêve. Un songe qu'il n'avait plus fait depuis, qui plus est ! Ce dossier était si maigre et la solution semblait tellement lui glisser entre les doigts quand il semblait pourtant sur le point de l'attendre qu'il s'accrochait à tous les indices qui s'offraient à lui. Bien sûr, il cherchait une explication logique, ignorant que le problème venait justement de là.

Arrivé non loin du lieu du mariage, Daniel se gara et sortit du véhicule en premier pour pouvoir ouvrir la portière à sa cavalière. Inutile de signaler qu'il était perturbant de voir Carrie en robe, le simple fait d'aller ensemble à cette cérémonie était déjà perturbant. Tous les détails de cette journée ne pouvaient donc que logiquement aller dans ce sens.

"Avant d'y aller, j'ai quelque chose pour vous." Expliqua-t-il en sortant une petite boîte de la poche de sa veste et de la tendre à la secrétaire.

Et si Carrie Jones se donnait la peine de l'ouvrir, elle y verrait une broche en forme de rose blanche. Daniel avait pourtant assuré que Carrie n'aurait ni fleur ni bijoux. À croire qu'il avait reçu un conseil extérieur particulièrement insistant pour changer d'avis. D'ailleurs, c'est sans doute parce qu'il savait que ce cadeau était incongru qu'il avait choisi de prétexte de fermer sa voiture pour ne pas affronter le regard de sa cavalière durant l'ouverture de la petite boîte.

"J'ai... penser qu'elle irait bien avec votre robe." Expliqua-t-il maladroitement. Bien sûr, comme à chaque fois qu'il estimait faire preuve de faiblesse, il dit quelque chose qui brisait l'éventuelle magie qui pouvait s'installer entre eux pour redevenir froid et cynique. "Jetez ce cadeau ou mettez-le, çà m'est égal."

Daniel ne pouvait s'empêcher de lancer un coup d’œil inquiet en directement de l'imposante grille qui marquait l'entrée des jardins. S'il n'était pas certain de subir les railleries de sa partenaire, il aurait sans doute déjà proposé de faire demi-tour. Voilà aussi une des raisons qui l'avait poussé à choisir Carrie Jones comme cavalière. Il savait qu'il serait attentif à ne commettre aucune erreur en sa présence. Il prit une grande inspiration et réajusta rapidement sa veste avant de tendre le bras à Carrie. Étant censé y aller ensemble, il serait étrange qu'ils arrivent chacun les mains dans les poches, n'est-ce pas ?

"Allons-y."

Sa phrase sonnait comme le 'finissons-en' dont il avait gratifié sa secrétaire lorsqu'il était venu la chercher pour l'achat de la robe. Comme il s'y attendait pour un mariage d'une des familles les plus riches de Storybrooke, la décoration du jardin était excessive, surtout en matière de fleur. Tout dans le décor du jardin semblait vouloir confirmer l'étiquette d'enfant gâté qu'avait collée le psychiatre à la future mariée lors de leur première rencontre. Lorsque le psychiatre remit son invitation et subit le regard détaillé pour savoir si lui et sa cavalière respectait le code vestimentaire, il se surprit à espérer d'être refusé. Le calvaire aurait alors tourné au plus court et ils seraient sans doute allés boire un verre quelque part avant de rentrer chacun chez eux. Sa curiosité serait resté sans réponse, certes mais il n'aurait pas la hantise qu'il éprouvait actuellement de peut-être s'être trompé. Ou même il n'aurait plus à se demander si, dans le cas où il obtiendrait des réponses, ces dernières lui conviennent. Il n'était donc plus aussi certain qu'il s'agisse d'une bonne nouvelle lorsqu'on les autorisa à entrer.

Daniel fit quelques pas dans le lieu de la fête avant de briser le silence qu'il avait imposé.

"Vous voulez boire quelque chose ?" Proposa-t-il à Carrie. "Il est encore trop tôt pour cela, selon moi, mais je ne peux sans doute pas vous en empêcher."

© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mar 5 Nov - 20:46



Carrie




Everything can be fun with a drink


Tout était prêt pour le grand jour : elle avait la robe, les chaussures et avait même réussi à dégoter un rouge à lèvre dont la teinte était la même que celle de la robe, et le seul maquillage qu’elle ait jamais porté. Une fois n’est pas coutume, elle se prépara très en avance, pas parce qu’elle était surexcitée à l’idée de participer au mariage de la décennie, mais surtout parce qu’elle s’était rarement sentie aussi nerveuse de sa vie. Elle n’avait d’ailleurs jamais passé autant de temps devant le miroir. Se voir habillée de cette manière était surprenant, mais aussi très déroutant. Elle se trouvait presque... jolie. Et ça, c’était une grande première.

Le monde ne tournait très probablement pas rond, puisqu’alors qu’elle était en avance, Lynch lui arriva légèrement en retard. En d’autres circonstances, elle ne se serait pas privée de le lui faire remarquer, mais elle n’était pas vraiment d’humeur à tout relever. Elle allait faire une remarque sur la cravate quand il l’arrêta, et là ne put s’empêcher d’esquisser un sourire en coin.

Elle n’avait plus qu’à enfiler sa veste noir et à le suivre jusqu’à sa voiture. Elle avait réellement eu peur qu’il vienne la chercher à pieds de nouveau, encore plus parce que cette fois-ci, elle portait des talons. Elle n’en revenait pas de s’être laissée aller à accepter de porter des tortures pareilles. Elle s’était secrètement entrainée dans son appartement, sentant qu’elle en aurait sérieusement besoin. Et le résultat était... pathétique. Elle n’avait plus qu’à prier pour ne pas se casser la figure trop souvent et profiter de la première occasion pour retirer ses chaussures. D’ailleurs, rien que le trajet jusqu’à la voiture fut plutôt périlleux, d’autant plus qu’elle tentait d’avoir l’air sûre d’elle pour éviter qu’il se doute de quoi que ce soit et décide de s’en moquer ouvertement. Ce n’était vraiment pas le jour, et elle l’avait bien épargnée pour la cravate, alors que même elle qui n’avait aucune notion en matière de mode était capable de dire que ces deux couleurs n’étaient pas vraiment assorties.

Si elle fut surprise qu’il fasse preuve de galanterie envers elle en lui ouvrant la portière, elle le fut encore davantage lorsqu’il lui annonça qu’il avait quelque chose pour elle. Depuis qu’elle le connaissait, jamais elle ne l’avait rien vu donner en échange de rien. Non, il allait forcément y avoir une demande quelconque. Mais lorsqu’elle le vit sortir une boîte de la poche de sa veste, elle écarquilla les yeux. Elle la prit et l’ouvrit, découvrant une très jolie broche en forme de rose blanche. Alors ça, c’était surprenant. Qui aurait cru que l’homme le plus prévisible du monde y arriverait ?

« Et bien... merci. » dit-elle, elle aussi un peu gênée, tout en lui tendant la boîte vide afin de pouvoir utiliser ses deux mains pour accrocher la broche à sa robe. Lorsqu’elle le vit redevenir cynique, elle ne put s’empêcher d’arborer un sourire amusé. « Vous pouvez râler tant que vous le voudrez, il n’empêche que vous venez de faire quelque chose de gentil pour moi. » dit-elle non sans le narguer un peu.

Si elle soupirait d’avance en songeant à la corvée qui l’attendait, elle se rendit bien vite compte que sa réticence n’était rien en comparaison de celle de Daniel. Il semblait sincèrement nerveux et pour la première fois depuis qu’elle le connaissait, elle eut presque de la peine pour lui. Il était évident qu’il considérait tout ceci comme une détestable corvée, alors qu’elle pouvait y voir des avantages, comme le salaire, ou le fait qu’elle allait pouvoir boire gratuitement et à volonté. C’était toujours d’acceptables compensations. En avançant, elle attrapa le bras du psychiatre et s’y accrocha.

« Ne vous imaginez-rien, je n’arrive pas à marcher avec ces saletés ! » lui souffla-t-elle en désignant ses chaussures du regard.

Tout en se disant qu’elle aurait volontiers assassiné l’inventeur des talons hauts, elle le suivit à l’intérieur du jardin après qu’ils aient passé l’inspection, ce qu’elle trouvait d’ailleurs aussi snob qu’idiot : à quoi bon inviter tout le monde si c’était pour en refouler certains à l’entrée ? La décoration était encore plus lourde et peu subtile qu’elle l’avait imaginé, au point de la faire lever les yeux au ciel.

« Et bien, c’est encore plus affreux que je l’avais imaginé. » dit-elle en soupirant.

Elle aurait parié que rien que la décoration du jardin était de la valeur de son loyer pendant un an. Comme quoi, avoir de l’argent pouvait faciliter la vie, mais ne garantissait certainement pas le bon goût. C’est alors que Lynch prononça des mots qui pour Carrie étaient magiques : prendre un verre.

« Ce n’est pas de refus. Vous vous sentez capable de supporter ce début de soirée sans boire vous ? Décidément, vous m’impressionnez... » dit-elle, sur un ton qui se voulait étrangement plutôt sincère.

Elle se dirigea avec lui vers l’une des tables disposées et bouscula presque les gens qui se trouvaient sur son chemin pour avoir un verre de punch.

© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mar 5 Nov - 20:55



Mr Gold




Il est délicieux de s'attendrir sur la beauté et la fragilité d'une rose


La journée commençait et j’avais dis à la magnifique Lacey que je passerais la prendre pour l’emmener au mariage des Nerys qui avait fait tant de bruit dans la presses, ces derniers jours. Etant un des collaborateurs des Nerys, je me devais d’y aller. De plus, y aller en si charmante compagnie ne sera que plaisant. J’avais choisis ne chemise violette foncée et une cravate noire assortie au reste de mon costume. C’était une couleur un peu originale mais qui irait bien avec la robe rose de ma cavalière. Elle m’avait juste donné la couleur mais je n’avais aucune de la forme qu’elle prendrait. Cela m’importait peu, j’étais déjà ravi qu’elle ait accepté de m’accompagner à cet événement.

Je partis donc vers la grande demeure de Nafanaïl pour chercher ma douce compagne pour la mariage. Je sonnais et attendais patiemment à la porte appuyé sur ma canne au pommeau argenté pour l’occasion. Et là, elle apparut telle une déesse, cela faisait si longtemps que je n’avais pas ressenti ce sentiment. L’annonce de sa mort avait détruit tout ça et voilà que je me découvrais des sentiments toujours aussi forts pour la brune délicate. Sa robe rose cintrée soulignait la courbe gracile de ses hanches. Elle était magnifique.


« Bonsoir... Vous êtes resplendissante. »

Je l’avais presque murmuré pour rajouter une profondeur à mon compliment qui était des plus sincères. Je pris sa main et je me suis penché dessus effleurant à peine de mes lèvres sa peau. Puis sortant mon autre main de derrière mon dos, je lui tendis une superbe rose rouge suffisamment courte pour être mise en boutonnière et sortait également une boîte à bijoux. Cette dernière contenait un collier qui étincelait sous la lumière faible à cause de l'avancée de l'entrée. La structure argentée était rehaussé par un grand diamant entouré d’une dizaine de rubis enchâssé dans des roses ciselées dans l’argent. C’était une petite merveille qui ne ferait que soutenir la beauté naturelle de ma Belle.

Je lui fis signe de se retourner pour que je le lui attache convenablement, ma main s’attarda un instant de trop le long de sa nuque découverte. Puis je lui proposais mon bras afin de la guider jusqu’à ma voiture. Galanterie oblige, je lui ouvrais la porte et l’invitais à entrer pour la conduire au lieu des festivités. Le trajet n’était pas très long et nous n’eurent pas le temps de nous lancer dans de grandes conversations mais simplement pour discuter autour de questions banales. Une fois arrivé, je lui ouvris à nouveau la portière et tendis ma main pour qu’elle y prenne appui pour sortir du véhicule. Une fois sortis, je glissais sa main sur mon bras et la guidait vers l’entrée du jardin où se déroulait la plupart des célébrations.

Le jardin était chargé de lourdes guirlandes de fleurs qui décoraient à merveille le grand espace qu’ils avaient aménagé pour la cérémonie. En même temps vu le nombre de personnes invités, je comprenais les efforts de décoration qu’avaient fournis les Nerys, la scène était magnifiquement agencée pour que tout le monde y trouve son bonheur. Bien sur, il y avait à profusion des fleurs et du tulle blanc qui donnait au jardin un aspect plus vaporeux, presque comme si, les nuages étaient descendus sur terre pour l'occasion. Notre arrivée ne passa pas inaperçu, quelques invités étaient déjà là depuis le début mais beaucoup étaient encore absent. Je me doutais que la belle brune qui se tenait à mon bras n’était jamais venue chez les Nerys et l'impression devait être forte pour elle. Je lui glissais ces quelques mots à l’oreille.


« Bienvenue chez les Nerys. »


Quelques mots murmurés qui rendait cette scène encore plus mystique et plus fascinante, enfin je l’espérais...

© Méphi.




Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mar 5 Nov - 22:25



Demoiselle
Gaffeuse




Le mariage est comme une place assiégée ; ceux qui sont dehors veulent y entrer et ceux qui sont dedans veulent en sortir.

« Que ce grand jour marque le début d'une grande histoire entre vous deux. Je vous souhaite d'innombrable moments de bonheur et de partage et que tous vos beaux rêves se réalisent. Félicitations à vous deux ! Târa »

Je crois que c'est officiel, je déteste les mariages. Je déteste porter des robes sublimes, un accident est vite arrivé. Marcher dessus et en perdre un morceau, renverser de la sauce sur le tissu ... On passe toutes notre soirée à s'inquiéter pour notre parure, avec le prix qu'elle nous à coûter, ça serait le comble si on ne pouvait l'utiliser qu'une seule fois. En plus, je déteste le vert, ça me rappelais beaucoup trop la forêt. Si elle aime tant que ça cette couleur, Louna n'avait qu'à accepter de vivre chez Bouclette. La futur mariée aurait eu du vert tous les jours, matin midi et soir. Je déteste toutes ses fleurs qui jonchent de tous les côtés, on se croirait chez un fleuriste. Fallait-il vraiment en avoir autant ? J'ai appris avec le temps que les fleurs dissimulaient très souvent de lourd secret. Un mari en offre pour se faire pardonner quelques choses, un anniversaire oublié ou même une tromperie. Tous ses bouquets masquaient-il se mariage précoce ? Bien sûr, la signification de tous ces bourgeons ne signifiaient pas tous : grosse erreur. Ils pouvaient embellir une pièce, mais à ce stade, c'était plutôt refaire la décoration en mur végétaux. Puis, je détestais que cette maison soit aussi grande ! Ça faisait juste la troisième fois que je m'étais égaré dans ce manoir. A quoi ça servait d'avoir autant de pièce et de couloir ? À perdre leurs invités ? Et bien c'était réussit ! Si un jour j'aurais à planquer un cadavre, je serais où aller. Le fait que cette demeure soit immense n'avait rien avoir avec les mariages, mais pour celui-ci, ça y jouait énormément.

Je devais chercher une étole pour ... je ne sais plus qui d'ailleurs, au tout cas, ça faisait une bonne dizaine de minutes que j'avais disparue dans ce labyrinthe. Le seul point positif, c'est que ce petit tour m'avait permis de découvrir de nombreux tableaux, sculptures ... j'étais une touriste dans un musée. Des points négatifs ? Un tas, tout d'abord, les fleurs me faisaient éternuer, je rencontrais des personnes qui me souriaient à pleine dents et pour finir, j'avais trouvé ce stupide livre d'or. Pourquoi faut-il toujours avoir des livres d'or ? C'est le jour qui est censé être le plus important de ta vie, pourquoi les mariés devraient-ils savoir ce que les autres en ont pensés ? Surtout qu'aucun invité oseraient critiquer quoi que ce soit, on est tous hypocrite et moi la première. Après avoir écrit un message sobre et impersonnel sur un carnet, qui avait l'air très cher vu la qualité du papier et de sa parure doré, je me décidais enfin à livre ce qu'il y avait écrit en petit sur l'écriteau : « Faites-le après la cérémonie, cela va de soi ».

- Bien évidemment, je déteste les mariages murmurais-je à moi-même.

Je refermais discrètement le livre quand j'entendis la voix criarde de la vieille Nerys. Cet à ce moment où vous devez prendre une décision très importante, surtout quand vous savez que vous avez fait une boulette et que le livre est normalement ouvert. Soit vous assumez, tout souriant et en s'excusant de votre empressement pour écrire votre joie, ou vous fuyez sans demander votre reste. J'ai toujours fait partie des personnes qui fuyaient face à une petite vieille, les anciens c'est sournois, surtout cette matriarche là ! Je pris mes jambes à mon coup, serrant l'étole d'une main, pendant que l'autre soulevait la robe, qui soi-disant passant, m'avait coûté un bras. J'arrêtais cette course effréné pour demander mon chemin à une femme, qui devait être une bonne à tout faire vu l'état de ses mains. Heureusement que tous les vieux n'étaient pas vicieux, sinon, je n'aurais jamais retrouvé cette maudite chambre !

J'ouvris la porte pour la cinquième fois de la journée, mais cette chambre me fascinait toujours autant. A elle seule faisait le triple de la mienne. Elle qui se battait pour les SDF, elle pourrait en abriter cinq pour l'hiver ! Bon d'accord, étant jeune, j'aurais aimé avoir une chambre aussi grande, mais moi je la partageais avec une de mes soeurs. Alors, j'ai une excuse ! En parlant de soeur, Lilwenn avait-elle répondu à mon dernier message ? Je passais derrière Louna et tout en lui souriant de pleine dent, je me dirigeais délicatement vers mon téléphone. Cinq messages non lus, elle devait vraiment s'ennuyer à l'hôpital, c'était peut-être le seul jour où j'aurais bien voulu qu'on échange nos places. C'était elle qui voulait absolument venir assister à ces festivités, mais son état de santé en avait décidé autrement. Alors, pour la réconforter, je lui envoyais des messages, je lui décrivais la robe de la jeune Nerys, les préparatifs, tout ce qui pouvait l'intéresser. A peine j'eu le temps d'envoyer mes péripéties que la porte s'ouvrit, c'était Hedge. Quelques jours avant, elle m'avait demandé comment avançait son affaire et ces quelques jours auparavant, je n'avais pas osé lui dire la vérité. Je n'avais pas le courage de lui dire que chercher le père Noël serait plus facile. Je repoussais à chaque fois, c'était facile puisqu'on se parlait par téléphone et non face à fasse, mais cette fois, je ne pourrais pas m'en sortir aussi bien. C'est encore une situation où il y a deux choix qui s'offre à nous, soit tu assumes et tu détruis les rêves d'une personne ou tu te l'évite pendant toute la cérémonie. Sans que je ne comprenne trop pourquoi, je me retrouvais dans la penderie de Louna, même elle était plus grande que ma chambre ! J'étais dans une situation embarrassante, je m'en rendais bien compte. « Coincé dans un placard de vêtement, tu serais dingue en voyant toute cette place, tu es sûr que tu es vraiment malade et que tu ne veux pas venir m'aider à sortir de cette galère ? ». Bon d'accord, c'était vache d'envoyer un message pareil à sa petite soeur qui est à l'hôpital, mais il fallait bien avouer que j'étais dans la galère. Il y avait une autre personne qui pourrait m'aider, mais Suzy n'était jamais là où je l'attendais, c'était décidé, je la détestais à présent ! Peut-être pas, ce n'est pas qu'elle était ma seule véritable amie, en fait si, c'était la seule. Même si ça devenait prometteur avec certaine des demoiselles d'honneur.

J'entrouvris la porte pour observer les filles vertes, une sortie se profilait à l'horizon. Mon ennemi principal était le miroir, elles pourraient voir mon reflet. C'est pourquoi j'eu la merveilleuse idée de marcher à quatre pâtes jusqu'à la sorti, bon d'accord, cette idée n'était pas si géniale que ça. J'avançais toutes à vitesse quand je percuta les jambes d'une des filles. Je me relevais difficilement et referma la porte sur nous. J'étais sauvée ! J'ouvris les bras vers le plafond pour crier ma victoire, mais mon front insistait pour que je n'en fasse rien.

- T'est jambes sont obligées d'être aussi dure ?

Les jambes étaient celle de Masha, j'allais m'excuser de l'avoir percuter quand j'entendis des talons qui se dirigeaient vers la porte. J'attrapais la main de cette brunette pour fuir, pas facile de courir en talon dans des escaliers ! En moins de temps qu'il faut dire hallebarde, on se retrouvait dans le jardin et sans se perdre ! Je lâchais enfin sa main, me recoiffa un minimum avant de me rendre compte que l'étole était encore en ma possession.

- Elle était pour toi ? Heu, depuis quand Lynch sait avoir des relations normales avec des femmes ?  
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mer 6 Nov - 1:44



Suzy




I dreamed a dream

La matinée avait été fort mouvementée pour Suzy. Sur le pied de guerre dés 7h30 du matin, Robin et elle avaient pris leur petit déjeuner en silence, les paupières lourdes, baillant à tout va, fatigués par avance en pensant à la journée qui les attendait. Fort heureusement, la tonne de café chaud serait leur meilleure alliée dans la course aux préparatifs qui les incombait, ou plutôt qui incombait Suzy en tant que demoiselle d'honneur, et donc par défaut Robin, puisqu'il avait eu la très mauvaise idée de la choisir pour cavalière.
L'indulgence de Sasha avait permis à la strip teaseuse de se libérer plus tôt cette nuit, elle avait ainsi pu dormir quelques heures, histoire de ne pas ressembler à un zombie le jour des noces de sa chère Louna. Son amie l'avait choisie pour l'accompagner dans ses premiers pas de jeune mariée et c'était avec une émotion toute particulière qu'elle avait accepté ce rôle, elle ne pouvait en aucun cas faire mauvaise figure. Suzy prenait cette cérémonie très à cœur et connaissant ses nombreuses maladresses pour ce qui était de se produire en société, la jeune femme redoublait de nervosité à l'idée de faire un seul faux pas.

Cette angoisse se traduisait par de nombreux va-et-vient entre la salle de bain et la chambre, hésitant encore sur le choix des chaussures alors que sa tenue était prête depuis des mois ou sur la coiffure qui ne lui plaisait plus vraiment. Les seuls témoins de ses crises de panique étaient Robin et Toto, et alors que l'un avait abdiqué au profit du canapé et du journal du matin, l'autre rendait la situation encore plus tendue en courant dans tous les sens et en aboyant puisque ressentant les émois de sa maîtresse sans en comprendre le sens.

Lorsqu'elle fut enfin prête et plus ou moins réconfortée par un Robin blasé, les deux colocataires décampèrent à toute vitesse de l'appartement, direction le manoir Nerys où les demoiselles d'honneur devaient arriver en avance pour rassurer et pomponner une Louna dans tous ses états.
Suzy n'eut pas le temps de s'émerveiller devant les fleurs, les rubans, les fleurs encore, les colombes, la dentelle, le buffet et tout le décor féerique qui attendait les invités, qu'on la pria de rejoindre la chambre de Louna loin d'un Robin en plein désarroi face à tout ce qu'il détestait le plus dans la vie, autrement dit les fêtes, les cotillons, la foule, le bruit et les trucs roses à froufrous...Un simple sourire d'excuse suffit à la brunette pour que l'homme au coeur de métal se rabatte sur le buffet au lieu de décamper illico de cette foire aux couleurs éclatantes.

Cela faisait à présent quelques heures que Suzy avait rejoint Louna et les autres demoiselles d'honneur. Son angoisse s'était comme envolée en voyant son amie dans sa jolie robe de mariée. Elle était magnifique, splendide, absolument merveilleuse et aucun adjectif ne pouvait traduire le bonheur qui se lisait dans les yeux de Suzy tout le long des préparatifs. Les coupes de Champagne se succédaient, grâce à une Moïra pleine d'entrain, ainsi que la bonne humeur des filles, tentant de détendre au mieux l'héritière Nerys. Parfois la grand mère de Louna, Esther Nerys, entrait et inspectait les lieux à sa façon mais cela ne dérangeait aucunement Suzy qui trouvait la vieille femme fort sympathique et particulièrement bien conservée pour son âge même si lui demander la marque de sa crème anti-ride n'avait pas eu l'air de lui faire bonne impression. Tandis que certaines, comme Târa, se rendaient utiles en allant chercher des choses qui manquaient à Louna dans le manoir, Suzy, elle, bavardait à tout va, excitée comme une puce, ventant la beauté, la chance et la nouvelle vie qui s'offraient à la future mariée. Et dans cet atmosphère d'attente, de rire et d'allégresse où les parfums fleuris des jeunes femmes se mêlaient aux effluves des petits chocolats dispersés sur une table basse ainsi qu'à l'arôme d'un excellent Champagne, l'ex Dorothée rêvait de vivre ce même conte de fée.

La strip-teaseuse en était à sa sixième coupe, assise dans un sofa fort confortable, lorsqu'elle hurla haut et fort à travers l'immense chambre un "MOI AUSSI JE VEUX ME MARIER AVANT D'ÊTRE TOUTE FRIPÉE COMME UNE VIEILLE MANGUE !", un hurlement très vite rattrapé par les rires, un brin éméché, des autres filles tandis qu'une Chrissie fort secourable lui conseilla d'aller prendre l'air quelques minutes.
Elle ne croisa pas Târa en sortant mais mit bien un quart d'heure à trouver la porte d'entrée ou plutôt de sortie qui menait jusqu'au jardin. Là, elle aperçut un Robin toujours aussi blasé et toujours aussi prés du buffet, à croire qu'il n'avait pas bougé. La jolie brune en robe verte lui fit de grands signes de la main, le sourire bien trop large pour paraître sobre et le rejoignit en s'émerveillant de nouveau devant chaque chose qui croisait son regard.

- HAN C'EST TROP BEAU ! Robin tu devrais voir ce buffet c'est juste INCROYABLE !

Il n'y avait décidément que Suzy ou plutôt une Suzy pompette pour s'extasier devant un buffet de petits fours. Certes, tout avait l'air comestible et soigné mais de là à hurler son amour pour ces amuses bouches il y avait un monde !

- Ça va ? Tu t'ennuies pas trop ? Bran est arrivé ? J'ai rencontré Beth, sa cavalière, elle est MAGNIFIQUE ! Oui, tout était INCROYABLE et MAGNIFIQUE pour une Suzy au comble de l'hystérie et de la nervosité. La jeune femme tapota dans ses mains d'excitation comme si elle était l'investigatrice de tous ces aménagements, lorsque tout à coup, elle prit le bras de Robin et se cacha derrière lui à toute vitesse. Une vision d'horreur ou plutôt de perfection apparut non loin d'elle...

- Oh nonnn ! Tu crois qu'il m'a vu ?

Le beau docteur à lunettes, qui lui donnait l'air si solennel et intelligent, venait d'arriver. À ses côtés se tenait une jeune femme brune, au visage délicat et espiègle, tout à fait charmante ! Ce fait attrista légèrement Suzy qui avait fait du docteur son fantasme de l'homme idéal mais qui, bien évidemment, ignorait totalement ce fait tout autant que de l'existence de la strip teaseuse malgré les sourires exagérés qu'elle lui adressait lorsqu'ils se croisaient.

- Bouhou, mon mariage est fioutu ! Robin, je vais finir moche et seule en chausson dans notre appartement à manger des glaces en pleurant devant Dirty Dancing, tu voudras plus me voir, Toto ne voudra plus me voir, et Bran et toi iraient vivre dans votre Woodoomobile et un jour vous me retrouverez morte dans la salle de bain baignant dans mes propres larmes !

Sur ce, Suzy soupira lamentablement avant de voir passer Lysebeth, l'organisatrice du mariage qui semblait rabrouer toutes les personnes qu'elle jugeait peu correctes pour un mariage. Cette idée de se voir réprimander pour une femme aussi élégante paraissait encore plus grave dans le sens des priorités de Suzy que de mourir sur un carrelage froid et humide. Ainsi, la demoiselle d'honneur s'éloigna légèrement du corps protecteur de son colocataire et préféra s’intéresser au buffet, histoire de donner le change.

*Hum...il faut que je retrouve Moïra !* Se dit-elle alors, pensant que le Champagne restait sa seule et unique arme pour l'aider à affronter ses peurs lors de cet heureux jour.


© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mer 6 Nov - 2:17



Masha




Demoiselle Imprévisible

Le mariage. Ce grand jour qui était à vivre au moins une fois dans sa vie, ce grand jour que les concernés n'oublieront jamais. C'était un jour particulier, qui se devait d'être parfait. Le jour où deux personnes qui s'aimaient célébraient leur amour. Un jour où, l'on se rend réellement compte que d'un simple flirt, on est passé à une relation potentielle, puis régulière, puis sérieuse. Jusqu'au jour où l'ont se retrouvait aux côtés de la personne qu'on aimait, la bague au doigt. Ce jour, chez tout homme comme chez toute femme, était vraiment particulier. Aussi, certains préféraient célébrer leur union intimement, rien qu'entre eux ou avec quelques proches, mais d'autres choisissaient de faire partager au plus de monde possible leur fusion d'âmes. Et aujourd'hui, c'était le cas de Louna.

Louna, journaliste du Daily Mirror mais aussi fille de l'une des plus riches familles de la ville, était une amie de Masha. Une très bonne amie même ! La jeune Nerys, très engagée dans ses manifestations a fait de nombreux séjours en prisons et a, au fur et à mesure du temps, bien sympathisé avec l'ex-bohémienne qui la laissait sortir librement dans le commissariat lorsqu'elles étaient seules. Puis, un peu plus tard, il y eu une affaire extrêmement dangereuse. L'affaire du Docteur Lynch -psychiatre taré et voisin de Masha-, où elles s'étaient infiltrées dans son bureau et avaient failli avoir de gros problèmes. Et l'affaire avait évolué, grâce à des témoignages et une certaine connaissance de la journaliste, Tarâ Chimay, détective privée. Aujourd'hui, elles se retrouvaient toutes les trois dans la même pièce, les deux acolytes à préparer leur superbe mariée.

Ainsi, vétue de sa belle robe verte de demoiselle d'honneur, elle avait aidé la mariée à se préparer toute la matinée. Ce qu'elle devait être stressée ! En parlant de robe, Masha n'était pas mécontente de la sienne ! Elle aurait peut être préféré du violet mais, le vert faisait partie de ses couleurs favorites et en plus, cela faisait ressortir ses yeux ! Et puis même si elle était courte, on ne voyait que très faiblement les petites marques de brulures qu'elle avait aux chevilles.

D'ailleurs, étant donné que plus de la moitié de la ville serait présente à ce mariage, elle connaitrait beaucoup de monde parmi les invités ! Sans compter Aliéna, qu'elle devait rejoindre pendant la fête.  Attendez une minute... MAIS OUI ! ALI ! Masha plaqua sa main contre son front. Elle avait failli oublié ! Elle alla chercher son portable dans l'une des poches de sa veste posée dans la chambre de la jeune Nerys, et se dépécha d'envoyer un texto à Ali pour lui dire qu'elle descendrait bientôt dans le jardin. Ouf ! Voilà chose faite ! La policière jeta un coup d'oeil à la future mariée qui, entrain de se faire pomponner, semblait réellement stresser de plus en plus. Réaction tout à faite normale ! « Je vais te chercher un verre d'eau princesse ! » s'écria-t-elle amicalement à l'attention de son amie.

Elle sortit alors dans le couloir et déambula, tout en cherchant la cuisine. Le manoir était vraiment immense et avait d'innombrables pièces ! Elle qui n'avait qu'un petit appartement pour deux et un pitbull, elle se retrouvait dans un château ! Quel luxe ! Elle s'imagina un instant comme elle serait tranquille si elle aurait eu une maison comme ca ! Djali pourrait courir tant qu'elle voudrait après Meeko, elle n'en aurait rien à faire ! Mais bon, elle n'avait absolument pas besoin d'une demeure aussi grande ! Finalement, elle trouva la cuisine et s'empara d'un verre d'eau frais. C'est en remontant les escaliers le sourire aux lèvres, qu'elle fut surprise.

En effet, à peine avait-elle posée la main sur la poignée de la chambre, que la porte s'ouvrit et se claqua immédiatement. Là, elle vit, ramper à quatre pattes une blondinette en robe verte, qui se percuta contre ses jambes. Surprise, quand l'individue se releva elle réalisa que c'était Tarâ et ne pût s'empécher de montrer un sourire amusé suite à la réplique de son acolyte. « Bah alors, t'essaie de t'échapper ou quoi? » Mais d'un seul coup, la détective parut s'alarmer et s'empara de la main de Masha qui sursauta, et suivit la détective dans sa dédale en manquant de se ramasser par terre à cause de ses talons. Il était inutile de préciser qu'au moins la moitié du verre d'eau s'était retrouvée sur le sol, et la jeune femme fut obligée de poser l'objet sur un des nombreux meubles ornant le couloir. Mais qu'avait-elle à courir ainsi ?!

Heureusement, au bout d'un moment, elle arrêta sa course. Essoufflée, elle peina à retrouver une respiration normale mais y parvint tout de même lorsqu'elle franchit le jardin. Là, les mains des deux jeunes femmes se lâchèrent. La brunette tourna la tête dans tout les sens, tentant tant bien que mal de trouver Ali parmi les invités. Peut-être n'était-elle toujours pas arrivée ? « Tu vas m'expliquer pourquoi tu t'es mise à courir ainsi ou... » dit-elle à l'intention de Tarâ. Elle n'eut pas le temps de terminer sa question, que la concernée la coupa.

- Elle était pour toi ? Heu, depuis quand Lynch sait avoir des relations normales avec des femmes ?  

Masha fit non de la tête à l'évocation de l'étoffe, mais regarda quelques secondes son amie quand celle-ci commença à parler du docteur Lynch, avant de tourner la tête dans sa direction. Alors là, ce fut le choc total. Masha écarquilla les yeux comme si ils allaient sortir de leurs orbites et leva lentement une main vers Tarâ avant de lui attraper violemment le bras, bouche bée. « Dis moi que je rêve ! » Elle resta là, quelques secondes à buguer devant le spectacle qui s'offrait à elle. Devant elle, Daniel Lynch. Jusque-là, rien de très surprenant. Mais il avait une femme accrochée à son bras ! UNE FEMME ! Elle tourna d'un seul coup la tête vers la détective et la regarda avec des yeux aussi ronds que précédemment, sans lui lâcher le bras. « UNE FEMME ! » s'exclama-t-elle d'une voix cassée par le choc. Elle retourna la tête vers les deux personnages. Après tout ce qu'il s'était passé entre lui et Louna, il se pointait au mariage ! Et en plus, AVEC UNE FEMME ! Elle n'en revenait toujours pas. Non, ce n'était pas possible. En plus quoi, elle était grande, jolie, jeune... « Non non non, ca doit être sa sœur... » dit-elle pour se rassurer. Puis elle grossit les yeux de nouveau en se tournant vers Tarâ. « MAIS ! Il n'a PAS de sœur ! Oh mon dieu ! » Elle était vraiment perturbée.

Mais après réflexion, peut être n'était-elle pas assez discrète, ainsi, elle décida de reprendre ses esprits -ou du moins paraître calme et sereine, même si elle mourrait d'envie de courir dans la chambre de Louna pour lui apprendre la nouvelle- et lâcha Tarâ en se replaçant à ses côtés. Puis, d'un air amusé dit : « Non mais t'imagines ?! Le psychopathe et le mannequin... je me demande vraiment où il l'a trouvée celle-là. Tu crois qu'il va dans des boites de strip-tease ? » finissa-t-elle en pouffant avec un sourire mesquin aux lèvres.


© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mer 6 Nov - 2:18



Matthew




Faute de confettis,
il y a les pétales de roses !


Comment demander à un gitan de porter un costume-cravate alors qu’il aimait se balader dans un habit tricolore dans une autre vie ? Par obligation bien sûr. Bon d’accord, Matthew en avait l’habitude maintenant avec les cérémonies à organiser pour la Mairie ou les familles influentes de la ville. Néanmoins, il avait toujours l’impression d’être à l’étroit dans un habit de pingouin… À ne pas confondre avec l’épisode 38 de son émission où il était, effectivement, habillé en manchot noir et blanc ! Un genre de remake d’Happy Feet. C’était douillet comme costume de scène comparé à sa chemise rouge vin et au complet noir qu’il était en train d’enfiler sans presse. Ses cheveux étaient déjà coiffés et ses chaussures noires enfilées. Cependant, le pire  fut l’épreuve de la cravate qui finit par pendre tristement dans son cou avec un nœud des plus pathétiques. Et puis zut ! Pour ce qu’il en avait à faire des apparences, il n’avait pas honte à cause d'un bout de tissu ! S’il croisait Masha au mariage, elle pourrait sans doute lui donner un coup de main. Sinon, Matthew était du genre à s’adapter à toute situation. Il était même prêt à y aller avec une couronne de fleur sur la tête s’il le fallait. Après tout, c’était le printemps et cela donnerait une ambiance festive ! Cela dit, il valait mieux ne pas s’attirer les foudres du dragon dès son arrivée…

Voyez-vous, notre star du petit écran avait un but. La seule raison pourquoi il n’était pas venu accompagné était qu’il espérait qu’une certaine demoiselle d’honneur puisse lui tenir compagnie durant cette interminable journée. Depuis leur rencontre durant les fiançailles de Louna et Will’, son cœur avait été la cible des flèches de Cupidon et l’arme aphrodisiaque ne s’était pas délogé durant ces quelques mois. Bon d’accord, sa relation avec Moïra avait évolué en secret, loin des regards indiscrets, pour une raison qui avait échappé à Matthew pendant longtemps d’ailleurs. La jolie brune ne s’entendait pas très bien avec Masha selon ses dires, il valait mieux alors attendre avant de s’afficher et lui apprendre la nouvelle. L’animateur avait accepté pour la simple et bonne raison qu’il ne pouvait rien refuser à la jeune femme, même s’il se demandait bien comment sa si innocente nièce pouvait détester qui que ce soit…. Il n’y vu donc que du feu, sur bien des niveaux qui plus est. Bon, il ne venait pas uniquement pour faire les yeux doux à sa belle, mais aussi parce qu’il était un ami de la famille. D’ailleurs, attrapant un petit cadeau de mariage - un magnifique robot culinaire faute d’inspiration- il lança un dernier regard à son reflet avant de quitter son appartement.

Le trajet en voiture ne fut pas très long, connaissant le chemin par cœur pour l’avoir fait plusieurs fois pour organiser des réceptions pour les Nerys. Néanmoins, c’était différent cette fois. Il n’était qu’un simple invité et se contenterait d’examiner de loin le travail de la compétition. Matthew était trop gentil pour bousiller quoique ce soit et puis les mariages c’étaient un peu trop sérieux à son gout la plupart du temps. Laissons plutôt Miss Rosewater péter un plomb à sa place ! Arrivé devant la grille du jardin, il tendit son invitation pour qu’on le laisse entrer. Son nœud de cravate très moche lui fit cadeau d’un regard amusé du portier, mais on le laissa quant même passer. C’est alors que l’ancien gitan se retrouva plongé dans une parcelle de la forêt enchanté. Des couleurs ! Des parfums ! Des fleurs à profusion ! Mère-Nature venait noyer le jardin des Nerys sous un raz-de-marée de végétaux et l’esprit festif du gitan s’anima aussitôt. C’était du super boulot, enfin, un peu extravagant, mais il ne fallait pas s’attendre à moins de la part de Lysebeth !

« J’espère que personne n’est allergique au pollen ! »

Le beau brun sentit alors son téléphone vibrer dans la poche de son veston. Il venait de recevoir un sms de Moïra pour lui dire qu’elle était encore occupée avec la préparation de la mariée. Sur ses quelques mots, l’animateur leva les yeux vers la centaine de fenêtre du manoir dans l’espoir d’apercevoir une ombre familière derrière l’une d’entre elle, sans succès. Il se mordit la lèvre inférieure se demandant si leur histoire d’amour allait devoir rester un mystère pour son entourage encore longtemps… Il allait pouvoir l’invité à danser quand même, non ? Matthew réalisa alors qu’il avait encore le cadeau pour les mariées entre les mains et s’approcha d’une grande table avec une nappe blanche ou plusieurs paquets s’entassaient déjà. Ensuite, il fit mine d'examiner un des gigantesques vases remplient de fleur et subtilisa discrètement une rose rouge pour l’attacher à sa boutonnière. Ni vu, ni connu, il se faufila entre les invités et s’éloigna du lieu du crime...
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mer 6 Nov - 9:41



Adora




My make-up may be flaking
But my smile still stays on


Deux personnes faites l'un pour l'autre s'unissant pour le meilleur et le pire devant tous les habitants de cette ville. Bref, c'est encore une journée remplie d'hypocrisie qui s'annonçait à Storybrooke. Car, soyons sérieux deux secondes, vous pensez sincèrement que tout le monde venait pour voir l'amour le vrai triomphé dans un 'oui' échangé, promesse d'un amour éternel ? Si oui, vous lisez trop de roman, mes petits. Pendant que la mariée demeurait dans son "palace" à se préparer, un autre jeu se jouait dans le jardin : celui des apparences. Et, n'en déplaise aux heureux mariés, beaucoup d'invité n'était venu ici que pour jouer cette partie.

Adora en tout cas n'était là que pour çà. Voilà pourquoi elle acheté une robe de soirée parfaite, avait passé des heures à se préparer et surtout avait accroché un beau sourire hypocrite sur son visage. Ce genre de soirée était à la limite d'une organisation d'un plan de bataille. L'ancienne ombre avait choisi des chaussures à talonnettes mais avait bien fait attention à ne pas prendre des talons trop haut car elle savait qu'elle allait devoir passer d'un invité à l'autre durant toutes les festivités. Échangés des banalités avec les invités qu'elle jugeait suffisamment important, se montrer et maintenir la comédie qu'elle avait réussie à faire croire à la matriarche Nerys : qu'elle était, comme son prénom le suggérait, une personne charmante. Est-ce que cela l'amusait ? Non. Mais c'était nécessaire pour cacher certaines choses. Honnêtement, la surveillante aurait préféré être à son travail pour prendre soin à sa manière de ces orphelins sans défense puisque le seul protecteur de ses bambins ne serait pas là.

Owen... Sera-t-il présent à ce mariage ? Adora chassa très vite cette pensée de son esprit, s'interdisant un éventuel trouble. Elle ne l'aimait pas et c'était certainement réciproque, de cela elle était certaine. L'ancien marchand de sable passait son temps à détruire tout son travail dans l'esprit de ces bambins. C'était de sa faute si elle devait parfois admettre son impuissance face à certains candidats et l'avouer devant sa supérieure pour qu'elle passe la main à ce docteur qui allait anéantir leur esprit à sa place. De cette conclusion aussi, elle était certaine. Alors, oui, ce serait beaucoup mieux que son confrère ne soit pas au mariage. Il risquerait de ruiner le jeu.

Après s'être assuré que ces chats auraient assez à manger pour la journée, Adora sortit pour se rendre vers la demeure des Nerys et surtout son immense jardin où aura lieu la fête. Elle tendit son carton d'invitation avec un faux sourire éclatant. À partir de maintenant, la comédie allait commencer officiellement. Faire croire qu'elle était véritablement heureuse pour les mariés. Ce ne devrait pas être trop difficile. Certains invités étaient déjà là. Après un rapide coup d'oeil, Adora savait immédiatement à qui parler en premier. Mais elle n'allait pas se jeter sur lui. Surtout que son futur interlocuteur se retrouvait à l'autre bout du jardin. Non. Elle avança lentement, faisant mine parfois de s'attarder sur un aspect de la décoration, allant même jusqu'à frôler une fleur à un moment. Cachant son véritable objectif et ne prêtant que peu d'importance à ce qui se déroulait autour d'elle alors que ses pas se dirigèrent tout naturellement vers le futur marié qui lui semblait perdu, en bas des escaliers, devant ces visages qui devaient lui être pour la plupart inconnu. Au passage, elle avait fait un détour vers le buffet pour prendre un verre car elle estimait que cela ne se faisait pas d'avoir les mains vides.

"Toutes mes félicitations au futur marié." Dit-elle avec un sourire.

L'ancienne ombre constata avec un sourire amusé que le marié n'était pas rasé de près.

"Oh, vous aimez vivre dangereusement à ce que je vois." Commenta-t-elle en frôlant de la main le menton mal rasé du jeune homme. Elle baissa un peu le son de sa voix après un rapide coup d’œil pour localiser Esther Nerys. "Je suis surprise que madame Nerys vous est laissé vivre assez longtemps pour vous présenter aux invités et encore plus que cette chère mademoiselle Rosewater ne se soit pas déjà jeté sur vous avez un rasoir." Continua-t-elle avec humour.

Ce trait d'humour fait, elle se permit de boire une gorgée de son verre. Lysebeth Rosewater. La deuxième personne sur sa liste pour lui présenter à elle aussi des félicitations tout aussi fausses que celle qu'elle venait de formuler auprès du marié. Enfin, pour l'instant, elle consacrait son attention à l'ancien hors-la-loi, profitant du fait qu'il n'était pas encore accaparé par les autres invités cherchant également à rentrer dans ces bonnes grâces. Sans le savoir, en se mariant avec Louna et s'associant ainsi à la famille Nerys, William venait de passer du statut de prof anonyme à personnalité qu'on se devait d'avoir dans la poche. Adora était certaine de ne pas être la seule à en être venu à cette conclusion. Voilà pourquoi ses compliments pour l'organisation et la décoration à Lysebeth attendraient encore un peu.
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mer 6 Nov - 11:09



Bran




Il es venu le temps d'aller a ce mariage...


Le soleil n'avait pas fait son apparition quand Bran avait ouvert les yeux. Voulait-il déjà commencer à se préparer pour le mariage du siècle ? Loin de là, la vétérinaire de la ville devait faire le tour du zoo, ainsi que voir quelque patient au cabinet, une mâtiné bien chargée. D'ailleurs en parlant de temps, il ne se souvenait plus à quelle heure il fallait rejoindre le jardin, même la localisation de l'invitation lui semblait être un pur mystère. S'habillant vite fait, il allait d'abord se concentrer sur son boulot et voir ses petits détails une fois tout finis.

Comme d'habitude, il vit le soleil se lever, ne pensant plus à rien, savourant la compagnie des animaux. Même si à l'occasion le visage de Beth lui revenait en tête, il n'arrivait toujours pas à croire qu'elle l'ait invité au mariage, alors qu'ils venaient tout seulement de se rencontrer. Pas une entrevue fait de perle et de rose. Non, un vrai duel de parole qui avait fini par une invitation à un mariage, dont il n'avait jamais entendu parler. Un comble vu qu'il connaissait tout de même le marié. Après être passé au cabinet, il était enfin de retour chez lui pour se préparer.

Tokina se trouvait face à la télé, balançant à l'occasion des peaux de banane sur les acteurs qu'elle ne devait pas apprécier, Bran en avait conclu ainsi, il y a bien longtemps. Douche fini, il enfila une chemise dans le ton bleuté, ainsi qu'un de ces trois costumes qui traînait dans son placard. Il est vrai qu'il ne voyait que très rarement le jour, même si Bran était riche, il ne fréquentait pas réellement les personnes de son statut, on pourrait même dire qu'il les évitait, surtout Esther Nerys, cette vieille femme était une calamité. Pourquoi avait-il accepté ? Beth lui retournait l'esprit, il n'y avait aucun doute à avoir, bon il pouvait aussi prétendre y aller pour le marier, n'était-ce pas un ami ? Un ami qui ne l'avait pas prévenu et pour Bran allait beaucoup trop vite, pour lui on se mariait au bout de quelques années et non quelques mois.

Sortant de sa chambre, une trompe lui coupa la route, Tantore se servait encore dans la cuisine passant sa trompe par la fenêtre. D'ailleurs il fit tomber un verre d'eau sur une sorte de papier quand il voulut attraper des cacahuètes dans un des paniers posés sur la table. Bran s'approcha pour voir les dégâts, bonne nouvelle il avait retrouvé l'invitation, mauvaise nouvelle elle avait appris à nager. Au moins, cela lui ferait une bonne excuse pire que "le chien a mangé mes devoirs", "L'éléphant qui vit dans mon jardin à renverser un verre d'eau dessus". Là, tout le monde le prendrait au sérieux. Passant sa main sur son menton, sa barbe de quelques jours lui picota les bouts de ses doigts, il pouvait encore voir l'heure à laquelle commençait la cérémonie, il allait devoir y aller, même si Tokina lui ramena un sèche-cheveux, qui devait sans doute appartenir à une ex de Bran, pour l'aider à rattraper la bêtise de Tantore.

- Merci Tok, mais ça va aller... Attrapant le bout de papier qui dégoulinait, il se dirigea vers la porte d'entrée...passe pas ta journée devant la télé, sors un peu il fait beau.

Roulant avec son 4x4 vers le manoir Nerys, il sentait déjà l'ennuie l'envahir, c'était une vraie perte de temps, si Beth voulait un vrai rendez-vous il aurait pu l'emmener ailleurs. Le pire resta de passer devant une sorte de vigile qui contrôlait les invitations, sans aucune gêne Bran lui donna la sienne.

- Elle a rencontré un éléphant, vexé de ne pas être invité.

L'homme le regarda, pas certain de vouloir le laisser passer et ce fut Esther Nerys qui vint à sa rencontre, l'attrapant par le bras pour le faire rentrer, lui qui avait voulu l'éviter, c'était loupé. Celle-ci commençait à lui parler des longues préparations, ainsi que de la décoration qu'elle trouvait merveilleuse. Pour Bran cela ressemblait plus à une atmosphère étouffante, il y avait beaucoup trop de fleurs. Il devait trouver un moyen de s'en débarrasser, alors quand elle tourna le dos quelques secondes, il s'éclipsa pour rejoindre Robin et Suzy qui se trouvait près de buffet, comme c'était bizarre.

- Suzy tu es magnifique, dit-il en lui embrassant la joue... Et tu sens l'alcool !

Lançant un regard amusé à Robin, il s'approcha près de lui pour le saluer. C'est à ce moment-là qu'il la vit sortir du manoir, elle était splendide dans sa robe verte, il avait littéralement le souffle couper, une robe verte comme celle deSuzy. Encore une nouvelle découverte.

- Me dites pas qu'elle est demoiselle d'honneur ?
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mer 6 Nov - 15:18



Diane




Toujours là pour ses amis

Ah les mariages, leurs ambiances festives et le bonheur des invités, tout ce qui les caractérisait étaient présents et j’ai bien dit tout, y compris le stress de ma meilleure amie en cette date fatidique. Nous y étions c’était le jour J pour Louna, celle qui comptait comme une sœur pour moi. Quelques jours auparavant elle avait eu le droit à son enterrement de vie de jeune fille et avait dû également passer par toutes les petites étapes plus ou moins douloureuses qui l’amenait pas à pas pour devenir la mariée du jour. J’avais enfilé ma robe de demoiselle d’honneur en chef d’un magnifique vert, toutes les demoiselles avaient la même pour ne pas créer de jalousie. J’étais arrivée dans les premières pour être aux côtés de mon amie et avait dû subir son stress qui pouvait perdre le contrôle mais maintenant qu’il était presque l’heure elle semblait surtout très apeurée.  Je m’étais absentée rapidement pour aller demander un verre d’eau fraîche à Alberto, mon amie était dans un tel état d’agitation qu’elle était brûlante. Je toquais par principe plus que par nécessité à la porte et l’ouvrit délicatement, Louna faisait les cents pas dans la chambre, je crus voir la détective Chimay mais le temps que je cligne des yeux elle avait disparu de mon champ de vision. Celle-ci ne m’avait pas donné de nouvelles depuis que je le lui avais demander, question qu’elle avait d’ailleurs esquiver lorsque j’y pensais.

Je haussais les épaules et m’approchais de mon amie, je lui prit la main et la dirigeai vers un siège pour l’obliger à s’asseoir, puis je lui tendis le verre d’eau bien fraîche que je tenais.

-Tiens ca te feras du bien.

Je lui fit un sourire tendre et replaçais une mèches derrière mon oreille, mes longs cheveux châtains avait été lissés et j’étais maquillé de façon simple mais féminine, bien sûr celle qui était la plus belle à cet instant c’était ma meilleure amie, elle était resplendissante dans sa robe de mariée. Je m’assis en face d’elle, de la part la fenêtre ouverte je pouvais entendre la musique d’ambiance du jardin et le bruit des serviteurs, à moins que ce ne soit celui des premiers invités …. Je me penchais vers la fenêtre pour inspirer de l’air pur avant de retourner m’asseoir, je posais ma main sur celle de Louna pour attirer son attention.

-Tu verrais Will, il est bien sûr habillé sur son 31 et au plus grand désarroi de ta grand-mère j’en suis certaine et probablement de plusieurs invités qui sont déjà arrivés il n’est absolument pas rasé.

J’éclatais de rire et ouvrit les bras pour faire un câlin de réconfort à Louna. Oui cette journée allait véritablement parfaite, elle allait épouser l’homme de sa vie et vivre le bonheur avec lui. Mais elle s’écarta de moi pour se diriger vers les toilettes, je l’y suivi avec inquiétude, là elle vomit, je mit ses renvois sur le compte du stress et je lui tamponnai le visage pour la rafraîchir au mieux. Ce jour si particulier pour elle me laissait de l’espoir sur ma propre situation peut être un jour pourrais moi aussi vivre mon amour pour Scott au grand jour, en attendant c’était le tour de Louna, et elle celle-ci ne se sentait pas très bien à cet instant, ce qui me demandait toute mon attention.

-Ma pauvre chérie si seulement je pouvais faire quelque chose pour que le stress de ton mariage diminue et que tes nausées aussi.

Je n’avais aucun moyen de l’aider à l’apaiser et tandis que je lui épongeais le front je lui fis un sourire pour la rassurer, après tout le rôle d’une demoiselle d’honneur c’était aussi d’être là dans les moments les moins glorieux comme celui que nous vivions. Lorsque les nausées cessèrent je la ramenais tranquillement dans un siège devant la fenêtre pour qu’elle puisse respirer l’air frais.

-Veux tu que j’aille comment s’en sort ton fiancé et que je l’aide à se débrouiller ?

Oui voilà quelque chose que je pourrais faire pour me rendre utile et pour la rassurer, je me levais et sortit de la pièce, mes talons claquant contre le parquet de la chambre. Je descendis le grand escalier en souriant aux domestiques qui couraient en tout sens, je croisai Alberto avant de tomber sur Esther Nerys, surnommée affectueusement l « Le dragon » même si elle ne le savait pas. Bien que je sois une orpheline elle ne m’avait jamais manquée de respect et bien qu’elle ne me traite pas comme sa petite fille elle et moi nous entendions plutôt bien. Je lui souris aimablement pour la rassurer quant à l’état de Louna avant de tourner pour me rendre dans le jardin. J’avais déjà vu la décoration mais je fus une nouvelle fois émerveillé par le travail de l’organisatrice tout était splendide, je me dirigeais vers l’escalier de droite et descendit tranquillement, William était en bas, en le voyant je lachais un soupir, il semblait aussi perdu que sa bien aimé, il saluait les hommes d’une poignée de main et faisait la bise à certaines femmes de son entourage. Je m’approchais de lui et son visage se fendit d’un sourire penaud qui me fit rire.

-Et bien mon cher William je vois que tu t’en sort à merveille, tu semble être fait pour le mariage …

La dessus je lui déposais une rapide bise sur la joue avant de continuer à avancer dans le jardin, il n’avait pas besoin de moi pour dire bonjour. Je vis plusieurs personnes mais j’avais l’impression de n’en connaître aucune… hormis le Dr Lynch (bien trop connu par toute la ville d’ailleurs) qui était pour une fois accompagné. Et je vis enfin quelqu’un que je connaissais, le Dr Woodsen. Je me permit de l’approcher pour aller le saluer avant de voir qu’il était occupé, puis mon regard se posa sur Târa qui déambulait dans le jardin avec une autre jeune femme. J’hésitai à aller la trouver pour lui demander comment avançait notre enquête mais l’ambiance du mariage ne se prêtait pas vraiment à se pencher sur une aussi triste affaire, néanmoins rien ne m’empêchait de la saluer, je lui fit un signe de tête au moment où son regard se posait sur moi. Je n’avais pas grand-chose d’autre à faire dans ce jardin aussi j’allais près du buffet pour me prendre un verre et attendre de voir quelqu’un que je connaissais vraiment pour discuter.
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Mer 6 Nov - 16:43



Lacey




Le sacrement de mariage est un désinfectant

Un mariage. Tout le monde aimait les mariages. C’était ainsi. Il fallait aimer les mariages, allez savoir pourquoi. Aujourd’hui, pour vivre heureux dans un couple, il fallait se marier. Pourquoi ? Allez savoir ! Le mariage, c’était qu’une officialisation et aussi un bon moyen de dépenser de l’argent à ne pas compter. Il fallait avoir un sacré budget pour s’en payer un. Enfin, en attendant, tout le monde attendait avec impatience le mariage de Louna Nerys et William Knightwood. En même temps, je comprenais pourquoi tout le monde en parlait puisque la famille Nerys était une famille très populaire à Storybrooke. Devais-je y aller ? Honnêtement, j’avais réfléchis un bon moment avant de prendre la décision d’y aller. Certes, je ne connaissais pas les mariés. Je n’avais aucun lien avec aucun d’entre eux, mais un mariage, c’était une bonne occasion pour faire la fête ! Alors pourquoi pas ? De plus, ça me permettrait de connaître un peu plus de monde dans cette ville parce qu’il était clair que les gens que je rencontrerai là-bas n’auront strictement rien à voir avec les personnes que je connaissais au Rabbit Hole.

Qui disait mariage disait aussi belle tenue exigée. Normal jusque là. Franchement, je connaissais très peu de personnes qui se rendraient à un mariage habillé en jogging. Quoi que ça pourrait être marrant dans un sens ! Un mariage à la baba cool ! Au moins, si une personne faisait ça, elle aurait le mérite d’être gravé dans les mémoires des participants. Enfin, dans un sens, chaque mariage restait gravé dans la mémoire des participants, même le plus classique qu’il soit. Se serait la première fois que j’expérimenterai une fête de ce genre. Avant ça, je n’avais jamais mis les pieds dans un mariage. Tout du moins, je ne m’en souvenais pas. Puisque je n’arrivais pas à retrouver mes souvenirs, je m’étais résignée à m’en créer des nouveaux, en attendant que la mémoire me revienne. J’avais peut-être une solution à ça, mais pour le moment, c’était encore en cours de réflexion. Je n’étais pas encore assez bête pour me jeter dans la gueule du loup, même si la proposition qu’on m’avait faite était extrêmement tentante. J’avais encore besoin de réfléchir et de peser le pour et le contre, même si pour l’instant, la balance du pour pesait lourdement.

Pour ce mariage, j’avais dû me rendre dans une boutique de vêtements où le prix était des plus exorbitants ! Quasiment la moitié de mon salaire y était passé. En voyant le prix des vêtements, je m’étais demandé comment devait être les prix des vêtements des grandes villes. Non parce que c’était réellement cher payé pour une petite bourgade du Maine. En plus de ça, j’avais eu affaire à une hystérique blonde qui avait voulu me faire essayer la moitié de son magasin. Une malade cette fille ! Elle, par contre, elle avait sa place en psychiatrie. Peut-être que je l’offrirai au Docteur Lynch sur un plateau d’argent, un de ces quatre. Ou pas… je n’en savais rien en fait. Bof, toute façon, je ne risquais pas de la croiser souvent cette fille parce que je ne comptais pas réellement remettre les pieds dans son magasin qui était beaucoup trop chic pour mon portemonnaie. Mon choix s’était porté sur une robe de couleur rose. Pas le rose Barbie, dieu merci, mais c’était une jolie teinte de rose. Et puis, la folle blonde avait aussi dit que j’étais très bien dedans. J’avais bien voulu la croire. Sous son hystérie, elle devait s’y connaître en matière de vêtements, donc je l’avais écouté.

Jusqu’à il y a peu, je n’avais pas de cavalier pour m’accompagner à ce mariage et je m’en serais passée, mais M. Gold était passé me voir à la Bibliothèque, surement pour voir comment allait les choses, et m’avait proposé de l’accompagner. Ce fut une offre que je n’avais pas pu refuser. Cet homme était un véritable mystère pour moi car si plein de gens le craignaient dans cette ville, moi je cherchais encore le pourquoi. Franchement, il n’avait absolument rien de l’homme terrifiant qu’il semblait être. Mais j’étais curieuse alors si je pouvais le connaître un peu plus et trouver ce qui effrayait les gens chez lui, se serait parfait. Peut-être étais-je trop avide de savoir, mais je n’en avais que faire. Du coup, ce fut ainsi que je me retrouvais entrain de m’habiller pour ce fameux mariage dont tout le monde parlait et qui faisait la une des journaux. Après avoir pris une longue douche qui avait fait perdre patience à mon chinois préféré, dit Nafanaïl, je m’étais enfermée dans ma chambre pour pouvoir me préparer tranquillement. Et comme une fois n’est pas coutume, j’avais mis la musique à fond pour briser les tympans de mon cher colocataire.

M. Gold m’avait donné une heure de rendez-vous, qui s’avérait être à la porte de la demeure dans laquelle j’habitais. Pour la dite heure, j’étais prête. J’étais habillée, coiffée (même si c’était simplement car j’avais tout bêtement attaché mes mèches de devant) et légèrement maquillée (ça aussi, c’était l’autre folle qui m’avait fourni). J’étais certaine que si elle me voyait, elle serait bien déçue car je ne ressemblais nullement à un pot de peinture. Quand la sonnette retentit dans la villa, je jetais un coup d’œil sur l’horloge de la cuisine. Je n’avais pas pu m’empêcher de me préparer un thé en attendant. L’aillant fini, je déposais ma nouvelle tasse dans l’évier et allais ouvrir. M. Gold se tenait là, dans un costume noir, mis en valeur par une chemise violette. Je devais bien avouer que c’était très original. Un sourire se dessina sur mes lèvres tandis qu’il m’offrit mon premier compliment de la journée. Oh je n’allais pas jusqu’à dire que j’en recevais tous les jours et à toute heure, mais si on comptait sur Nafanaïl pour en avoir un, il fallait se lever de bonne heure (et encore, prendre rendez-vous dix ans en avance ne serait pas suffisant !).

- Merci. Je dois dire que vous êtes pas mal non plus !

Certes, M. Gold était tout le temps en costume, je l’avais rapidement compris en le voyant souvent vêtu de la même façon, mais aujourd’hui, il était encore plus classe que d’habitude. Sans que je ne m’y attende, il prit ma main pour l’effleurer de ses lèvres. Pour le coup, c’était un sourire timide se dessina sur mes lèvres. Ca changeait vraiment beaucoup des types que je croisais au Rabbit Hole et qui m’accostait avec des « Hé mad’moiselle ! Mon p’tit kinder, tu vas voir dans deux minutes tu vas crier BUENOOO ! J’vais tellement te donner qu’tu vas m’appeler Enrico ! », bref, les gars bien chiant et bien lourds à trois heures du matin qui m’avaient plus rien à perdre parce que la journée était fini et qu’ils ne s’en souviendraient plus le lendemain matin après douze heures de sommeil. Quand M. Gold relâcha ma main, elle reprit sa place le long de mon flanc puis une rose apparut. Mon sourire s’élargit. Sérieusement, il devrait venir au Rabbit Hole pour donner des cours de galanterie. Quoi qu’il n’y ait pas besoin d’aller aussi loin, j’avais un magnifique spécimen quelque part dans la villa qui méritait d’avoir un cours.

Délicatement, j’attachais la boutonnière sur ma robe afin de ne pas l’abimer. Pendant ce temps M. Gold avait sorti un écrin à bijou si bien que j’arquais un sourcil. Cependant, mes yeux s’écarquillèrent en découvrant la beauté du bijou. Décidemment, j’allais de surprise en surprise. J’avais presque envie de demander si c’était moi la mariée (même si c’était évident que non !). J’ouvris la bouche pour dire quelque chose, mais avant que je n’ai pu dire quoi que ce soit, il me demanda de me tourner. Machinalement, j’obéis, sans opposer la moindre résistance et je me retrouvais avec le collier autour du cou. Je baissais les yeux mais je n’arrivais pas réellement à voir ce qu’il donnait sur moi puisque je n’avais pas de miroir pour me voir, mais le collier était magnifique, à n’en pas douter. Je le remerciais pour toutes ces attentions, me demandant ce que j’avais bien pu pouvoir faire pour en mériter autant. Reprendre la Bibliothèque ? Si c’était le cas, il n’y avait pas vraiment de quoi parce qu’il n’y avait rien d’extraordinaire. Enfin, je préférais ne rien demander parce que je n’avais pas envie qu’il pense avoir fait une bêtise ou quoi que ce soit de ce genre.

Après m’avoir proposé son bras, je me laissais conduire jusqu’à sa voiture. Une fois installée, je me laissais conduire jusqu’à la demeure Nerys. Durant le trajet, nous bavardâmes de choses et d’autres sans réellement beaucoup d’importance. Le trajet ne fut pas assez long pour se lancer dans une grande conversation. Je découvris la devanture de la maison et honnêtement, je fus légèrement ébahit par la grandeur de la demeure. Sérieusement, quelqu’un vivait réellement là-dedans ? J’avais presque l’impression d’arriver devant un musée. Une fois arrivée, M. Gold me proposa à nouveau son bras que je pris puis nous pénétrâmes dans la demeure après avoir présenté nos cartons d’invitation. Une fois dans le jardin, je regardais autour de moi avec beaucoup d’attention. Ca, c’était de la décoration ! Tout était en fleur. Qu’est-ce que je disais quand ça représentait un sacré budget… Mais je devais bien avouer que c’était magnifique. Certaines personnes nous regardèrent passer. Je baissais légèrement les yeux par crainte de faire un faux pas et de me taper la honte devant tout le monde. J’avais l’habitude des talons, mais quand même…

- Ca pour un manoir, c’est un manoir. Vous pensez qu’on pourra voir l’intérieur ? demandais-je. Je suis curieuse de savoir comment c’est agencé là-dedans.

Ma curiosité me tuera un jour, c’était certain. Enfin, je continuais de regarder autour de moi. Mon regard se posa sur le buffet où quelques personnes étaient déjà autour. Je repérais Carrie, une fille que j’avais rencontrée dans la boutique de M. Gold, une fois que j’étais passée pour une raison dont je ne me souvenais plus vraiment. Nous avions bien sympathisé puis elle était devenue une amie et avions aussi passé quelques soirées dans les bars de la ville. C’était cool qu’elle soit là. Au moins, je connaissais quelqu’un à ce mariage (autre que M. Gold bien sur !). Par contre quand je vis qui se trouvait à ses côtés, je me figeais sur place et sans le faire exprès, ma main, posée sur le bras de mon cavalier, se crispa. Quand je sentis mes ongles se planter légèrement, je me repris au bout de quelques secondes, détachant mon regard du Docteur Lynch, et défis ma prise en levant les yeux vers M. Gold.

- Je… Je suis désolée ! Je vous ai fait mal ?

Une légère panique se faisait entendre dans ma voix. C’était l’effet Docteur Lynch, malheureusement. Certes, je m’étais retrouvée chez lui face à une partie d’échec et j’avais vaincu la crainte que j’avais de lui. Sauf qu’aujourd’hui, le contexte était différent car nous étions entourés de personnes et personne à part lui ne savait que je sortais du service psychiatrique. Ma seule crainte, c’était que tout le monde l’apprenne et la présence de mon ancien médecin n’envisageait absolument rien qui aille. Et si Carrie l’accompagnait, ça compliquait encore plus les choses. C’était bien ma veine…
© Méphi.


Beauty and the Beast

Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. by Anaëlle
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Jeu 7 Nov - 0:08



Aliéna




Wish them all the happiness of the world

Face au miroir de la salle de bains, Aliéna enroula une mèche de sa chevelure autour du fer à boucler. Elle attendit quelques instants avant de libérer ses cheveux qui prirent une forme ondulée et élégante. Elle tourna ensuite la tête d'un côté et de l'autre pour vérifier qu'aucune de ses mèches n'avait échappé à sa vigilance puis, satisfaite, elle reposa le fer. Un regard rapide jeté à l'horloge du salon lui indiqua qu'elle avait encore du temps devant elle. La jeune femme offrit une petite caresse à Djali qui paraissait au pied du canapé, avant de regagner la salle de bains où elle entreprit de se maquiller. Aliéna était certes dans les temps, mais elle voulait tout de même achever de se préparer assez rapidement pour être rassurée. Il était vrai qu'elle ne pouvait se permettre d'arriver en retard un jour de mariage ! Cela faisait des jours et des jours que tout Storybrooke ne parlait plus que de l'union prochaine entre Louna Nerys et William Knightwood. Tout le monde était surexcité d'assister à ce mariage qui s'annonçait grandiose. Il était vrai que la famille Nerys était riche et que le cadre qui avait été choisi pour la cérémonie, à savoir le jardin du gigantesque manoir familial, annonçait une journée exceptionnelle.

Aliéna, comme presque toute la ville, avait été invitée au mariage. Elle ne connaissait pas le fiancé mais elle avait fait la connaissance de Louna grâce à l'association dont cette dernière était la directrice. Bien qu'elle ne fut pas partie de ses amies proches, Aliéna l'appréciait beaucoup et était heureuse de pouvoir assister à cette union, d'autant plus que de si joyeux événements n'avaient pas lieu tous les jours à Storybrooke.

Tout en mettant une dernière touche de rouge à lèvres, la jeune fleuriste songea à sa meilleure amie et colocataire Masha, qui avait dû se rendre bien plus tôt au manoir car elle faisait partie des demoiselles d'honneur. Bien que sa tâche consista à aider Louna à se préparer et l'assister si nécessaire durant la cérémonie, Masha avait assuré à Aliéna qu'elles se retrouveraient rapidement pour passer la journée ensemble. Le maquillage terminé, la jeune femme rangea rapidement la salle de bains avant de s'inspecter une ultime fois dans la glace. Tout comme les demoiselles d'honneur, elle portait une robe verte, mais d'une teinte plus foncée. Peu habituée à être habillée de façon si élégante et avoir une coiffure aux boucles si soignées, Aliéna fut toutefois très satisfaite de son apparence. Un regarda lancé à l'horloge : 10h30. Il était temps de se mettre en route. Elle prit son sac et une veste et, après une dernière caresse à Djali, elle quitta l'appartement.

A l'instant où elle sortit de la voiture, le téléphone de la jeune femme vibra. Un coup d’œil à ses messages lui apprit que Masha n'allait pas tarder à descendre dans la jardin. Elle lui répondit qu'elle la rejoignait dans quelques instants puis se dirigea vers le grand portail de la propriété Nerys. Patientant derrière quelques personnes qui faisaient vérifier leur invitation, Aliéna leva les yeux vers le gigantesque manoir. Il était réellement énorme, impressionnant ! Un mouvement devant elle indiqua à la jeune femme qu'elle pouvait avancer. Elle présenta donc en souriant son carton d'invitation au portier. La vérification faite, elle se dirigea vers le jardin et resta là, elle resta stupéfaite. L'endroit avait été abondamment décoré de fleurs. C'était une explosion de couleurs et de parfums qui s'offrait aux invités. Tout cela était d'une extravagance folle, à tel point qu'Aliéna eut la sensation d'avoir mis les pieds dans un autre monde, un autre monde extrêmement joyeux et raffiné.
Remise de sa surprise, Aliéna se mit alors en quête de son amie qui devait à présent se trouver sur les lieux. Après quelques regards lancés de tous les côtés, la jeune femme finit par repérer Masha. Cependant, celle-ci était en compagnie d'une autre demoiselle d'honneur et toutes deux semblaient tellement absorbées dans leur conversation qu'elle n'osa pas aller les déranger. Aussi, préférant attendre qu'elle soit plus disponible, Aliéna se rendit au buffet et prit un verre pour patienter.
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Jeu 7 Nov - 0:24



Maddhen




Que la fête commence !


Ce jour était un des plus radieux de la semaine. Maddhen avait à peine posé le pied sur le sol, qu'elle avait remarqué que ce temps était parfait pour un mariage. Le soleil avait conquis toute sa chambre, il lui chauffait les jambes qui étaient allongées sur son lit. Le sourire aux lèvres, elle imaginait déjà la cérémonie, les robes des demoiselles d'honneurs et celle de Louna, à tout ce qui touchait de loin ou de près à cette union. Cette dernière était tellement heureuse d'être invité, qu'elle avait passé la semaine à chantonner la marche nuptiale. Bien sûr, elle savait que tous les cartons d'invitation étaient impersonnels et qu'ils étaient envoyés en masse, mais elle était quand même ravies. Quand même un peu déçue de ne pas l'avoir reçue chez elle, c'est-à-dire soit chez Luz, ou chez Sasha ou chez Bran ou dans la chambre de Cloé et dans bien d'autres lieux. Maddy avait reçue la sienne par le biais de sa mère, la boniche des Nerys, un métier bien dégradant. Faire la bonne à tout faire chez les autres, mais pas chez soit ! Devinez qui devait faire le ménage dans son logis à la place de sa mère et oui, c'était bien cette blondinette qui rêvassait sur son lit. Conchita, oui sa mère avait un nom mexicain pourtant y avait pas plus américaine qu'elle, s'entendaient magnifiquement bien avec cette famille. Heureusement, avec le temps qu'elle passait là-bas, ça serait le comble s'ils ne s'entendaient pas !

Les mariages, que dires des mariages à part que ça lui donne des envies de danser, des envies de rire aux éclats, des envies de faire la fête jusqu'à pas d'heure, des envies de hurler dans les oreilles des personnes malheureuses, des envies de courir dans des champs, des envies de manger du pop corne au caramel fondu ... elles adoraient les mariages tout simplement. Le monde devenait aussi rose que des bonbons acidulés à la framboise. Maddhen était émerveillé devant les vêtements portés spécialement pour ces journées de festivités, les femmes qui sont vêties leurs plus belle robe. Maquillé, coiffé pour ce grand jour, portant des parures qui les embellissent, soit pour étonner leurs cavaliers ou pour voler celui des autres. Ce qu'elle aimait par-dessus tout, c'était les noeuds papillons. Pourquoi porter une cravate alors qu'un noeud est tellement plus amusant ? Devant les scènes de mariage, elle était la première à avoir des frissons, surtout quand ils échangent leurs voeux. Une étape tellement émouvante qui restait toujours gravé dans l'esprit des épousés, enfin, c'est ce qu'elle croyait.

En regardant le réveil, Maddhen sauta de son lit moelleux pour entrer dans sa douche. Ses mains sentaient l'odeur des cartes du casino, elle avait l'habitude de l'avoir à force de les manipuler. Elle avait travaillé la nuit dernière, mais Sasha avait été indulgente avec beaucoup de ses employés, comme pour sa colocataire à temps partielle et Suzy. Pas très économes avec l'eau, elle y restait une bonne dizaine de minute avant de sortir. Tide se pouponnait comme toute dame qui se respecte, crème, maquillage, même ses cheveux étaient coiffés correctement. Jeliza pouvait être fière de son travail, cette jeune femme était méconnaissable en étant une vraie fille. Sa belle robe était posé sur une chaise, elle était assez simple en réalité. Verte avec des motifs, le tissu se terminait au-dessus de ses genoux. Ses jambes étaient ça plus grande fierté, autant les montrer aux grands publics ! Une fois totalement prête, elle descendait les grandes marches, comme-ci elle allait à son bal de promos. Sasha n'était pas dans son champ de vision, elle décidait donc de partir sans elle. Il manquerait plus qu'elle soit en retard à un mariage, il en était hors de question.

Le manoir de son avocate et celui des Nerys n'étaient pas si éloigné, en une dizaine de minutes, elle était arrivée à destination. Cette grande grille de fer protégeait cette demeure et le portier surveillait les invités. Il contrôlait les cartons d'invitations des citoyens de cette ville. Comme à son grande habitude, elle avait oublié quelques choses, mais elle savait qu'elle pouvait entrer sans se laisser passé. Il y avait une autre chose à savoir sur cette famille Tide, c'est que plus de la moitié de ses membres travaillaient pour les Nerys. C'était son frère qui était devant le portail, tout fier avec son costume de pingouin. Elle le serait dans ses bras et se faufilait dans l'entée sans qu'il lui demande son invitation. C'était tellement pratique d'avoir de la famille qui avait des postes de gardiens de soirée. Une fois arrivée dans ce jardin, qui était immense soit disant passant, elle se mit à tourner sur elle-même quand elle percuta le dos d'un homme.

- Han, je suis vraiment désolée Monsieur, je ne vous ai pas blessé ?

Maddhen se sentait vraiment coupable de l'avoir utilisé comme antichute. Une de ses mains se posait sur son épaule pour pouvoir voir qui était sa victime, c'est alors qu'elle se sentait encore plus coupable. Cet homme était Matthew, son animateur favoris, son héros du petit écran. Cette hystérique n'avait pas eu beaucoup d'occasion de le voir en chair et en os. Alors, l'avoir frappé n'était pas une action dont elle était le plus fière.

- Oh mon dieu ! Monsieur Grey ! Je suis votre plus grande fane, bien sûr, je suis sûr que ça vous est égale, mais quand même ! Vous voulez venir là-bas, il y a des amis à moi et au moins, vous n'aurez pas attendre votre cavalière seul, planté ici comme un poireau desséché, pas que vous ressemblez à un poireau desséché. Hum, un noeud de papillon aurait fait meilleur effet, mais avec la rose ça fait classe, enfin bref ...

Maddhen parlait beaucoup, surtout quand elle était avec une personne qu'elle idolâtrait. Cette journée était la plus belle de toutes les journées au monde ! Tout en lui souriant, elle s'éloignait sans se soucier s'il la suivait. Tout en chantonnant comme une enfant, elle se mit à trottiner jusqu'à Bran, Suzy et Robin. Elle était comme une flèche de Cupidon qui avait sa cible à toucher, elle ne regardait pas ce qui se passait autour d'elle. Tout ce que Maddy avait dans son champ de vision étaient le buffet qui était à côté d'eux, la fleuriste qui avait un ver qui avait l'air bien goûteux et bien d'autres personnes qu'elle connaissait. Pourquoi la plupart des personnes squattaient le buffet ? Elle finissait de trottiner pour atterrir sur le dos de Bran, comme à son habitude et elle s'écria :

- COUCOU LES AMIS ! Tu es magnifique Suzette !

Jouant avec les cheveux de son âne, elle se questionna sur la personne qui se rapprochait d'eux. C'était une de ses amies elle ? Y avait pas mal de personnes en vert aujourd'hui ... Avec tout ça, elle n'avait même pas eu le temps de profiter de la décoration et était-ce normal d'avoir autant de fleurs ?

© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Jeu 7 Nov - 1:15



Moïra




Au moins les robes sont vertes...

Ça y était, le grand jour était enfin arrivé. La concrétisation de nombreux mois consacrés à l'annonce, la préparation et la mise en place de cette journée qui marquerait l'histoire de Storybrooke. Ce n'était un secret pour personne que la famille Nerys était l'une des plus influentes de la ville, mais cet événement étant le leur, la matriarche – ou plus communément appelée le dragon – n'avait pu s'empêcher d'en profiter pour rappeler à tous les habitants de la ville le statut de sa famille. Des mois de surveillance constante, de convocations au manoir pour vérifier que les robes étaient parfaitement ajustées, de soirées diverses et variées entre les fiançailles, les répétitions et les dîners de préparation. Moïra était crevée, épuisée, lessivée, et elle n'était même pas la mariée !

A vrai dire, si elle était aussi fatiguée, c'était un peu sa faute aussi. Tout ce qu'elle faisait pour remplir son rôle de demoiselle d'horreur – comme elle appelait affectueusement le cercle d'amies que Louna avait désignés pour se tenir avec elle près de l'autel – n'était rien comparé à l'énergie qu'elle dépensait à tenter de cacher sa relation avec un certain brun aux yeux bleus. Cela faisait presque cinq mois maintenant qu'ils s'étaient rencontrés, et elle les avait passé à sortir en douce du domaine Nerys, à apprendre à connaître tout de Matthew et à tenter de se rappeler que l'amour n'était pas plus réel que la fée des dents ou le marchand de sable. Malheureusement force lui était de constater que plus elle passait du temps avec l'animateur, plus il lui était difficile de s'en convaincre.

Sortant de sa rêverie comme si elle venait de réaliser où elle se trouvait, Moïra regarda autour d'elle et vit que les filles avaient toutes finies les retouches de coiffures et de maquillage nécessaire après un long moment passé à préparer la mariée. L'adolescente se leva de son fauteuil beaucoup trop confortable à son goût et s'approcha d'un miroir miraculeusement laissé libre par la horde de jeunes femmes. Elle regarda ses yeux assombris par un maquillage un peu trop noir qui ne manquerait pas de faire grincer des dents le dragon, son chignon sophistiqué d'où s'échappaient quelques mèches pour éviter le côté guindé et sa robe à la coupe peut-être un brin trop modeste. Un choix de la vieille Nerys, bien évidemment. Au moins le tissu était vert ! La brunette ne remercierait jamais assez Chrissie qui s'était battue bec et ongle pour la couleur de leurs tenues. De toute façon, si elles étaient restées roses comme cela avait été prévu par la matriarche, la jeune Fisher avait solennellement promis qu'elle se rendrait au mariage dans le plus simple appareil.

A présent qu'elles étaient toutes pratiquement prêtes, elles pouvaient trinquer ! Moïra avait prévu une bouteille de champagne pour l'occasion car c'était bien le seul alcool qu'elle pensait arriver à faire boire à tout le monde. Elle avait suffisamment attendu : désormais elles étaient toutes parées pour la journée, il n'y avait donc plus aucun risque de rater son maquillage ou sa coiffure. Traversant pieds nus la monstrueusement gigantesque chambre d'enfant de sa colocataire, l'ancienne sirène sorti la bouteille et les flûtes qu'elle avait cachées un peu plus tôt quand le dragon était occupé ailleurs.


''Allez les poulettes : c'est l'heure de trinquer !''

La lycéenne servit une flûte de champagne à chacune des jeunes femmes sans prêter la moindre attention à celles qui refusaient poliment le verre de bulles. Foutaises, elles devaient porter un dernier toast en l'honneur de la fin du célibat de l'héritière Nerys car une fois sorties du manoir elles seraient toutes sous la surveillance du dragon et de son général : Lysebeth Rosewater. Moïra finit par lever son propre verre et regardant sa colocataire dans les yeux.

''A Louna, la mariée la plus resplendissante qu'on ait jamais vu, la vieille y a veillé personnellement !''

L'ancienne sirène prit une gorgée de champagne, puis une autre tout en veillant à remplir les coupes qui se vidaient. Une ou deux fois le dragon était entré dans la chambre et le premier réflexe de l'adolescente avait été de cacher la bouteille dans son dos, mais la vieille n'était pas dupe. Au bout d'un moment, Moïra repéra Suzy qui semblait déjà avoir bu un verre ou deux de trop et elle s'en voulut un peu. Après tout, la jeune femme ne méritait pas d'être soûlée à son insu mais la dernière des filles Fisher savait qu'elle était la seule personne qui continuerait de boire tant que son verre sera plein et qui laisserait l'ancienne sirène s'occuper d'elle ensuite. Cela lui servirait de joker si elle réussissait à s'éclipser avec Matthew. Normalement, son alibi c'était Cloé, mais la blondinette ne pouvait pas venir ce jour-là, alors la jeune Hurricane était sa nouvelle meilleure amie le temps du mariage. Et puis si cela pouvait aider Suzy à déclarer sa flamme à son cher docteur Truc, ce serait comme si Moïra lui avait rendu service !

Tout de même, elle ne pensait pas en arriver là un jour. Faire boire une amie parce qu'elle n'avait pas su dire la vérité à l'homme qu'elle fréquentait. Elle avait toujours su que c'était trop beau être vrai mais quand la brunette avait compris que Matthew ignorait son âge, elle avait été incapable de lui avouer qu'elle n'était qu'une petite lycéenne. Il était devenu trop indispensable trop vite, elle ne pouvait pas risquer de le laisser partir. C'était un sort cruel que de ressentir cela pour la première fois grâce à un homme que l'on ne devrait jamais avoir. Ils étaient imparfaitement parfaits l'un pour l'autre, alors elle avait menti. Tout simplement. Pour lui elle était une employée de La Perle Rare et non une lycéenne, une camarade de classe de Louna et non une cadette. Moïra avait dû déployer des trésors d'imagination pour que jamais il ne découvre la vérité et s'était enlisée dans ses mensonges. Elle se disait qu'elle le faisait pour elle, mais elle faisait également pour lui. Car si jamais l'on apprenait leur relation, il lui serait possible de dire qu'il ne savait pas.

Jusque là, tout c'était bien passé. La jeune Fisher s'était cru condamnée à être démasquée le jour où elle avait appris que la nièce de Matthew était Masha, l'amie de Louna et policière souvent à l'origine des quelques arrestations de Moïra et Cloé. Masha qui connaissait bien évidemment l'âge de Moïra. Mais elle avait réussi à convaincre le beau brun de garder leur liaison secrète, même si elle sentait que cette situation le satisfaisait de moins en moins, et avait donc éviter le pire scénario possible : qu'une flic découvre leur histoire.

Enfin le pire... Jusqu'à ce qu'elle réalise que toute la ville serait présente au mariage où elle est Masha allaient être demoiselles d'horreur et où Matthew serait également présent le tout sous l’œil impitoyable du dragon. Moïra vida sa flûte de champagne d'une traite sous le coup du stress et crut qu'elle allait défaillir pour la énième fois depuis qu'elle avait compris que cette journée serait un cauchemar. Malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher de se languir du bel animateur et prit son portable posé sur le guéridon d'à côté. Elle envoya un message au brun pour lui dire qu'elle avait presque terminée avec la mariée et rangea l'objet dans un tiroir car elle n'avait pas voulu s'encombrer d'une pochette.

Lorsqu'enfin elle regarda autour d'elle, la lycéenne réalisa que certaines demoiselles d'horreur étaient déjà parties. Louna se leva alors brusquement et se précipita vers les toilettes où Diane la suivit, claquant la porte derrière elle. A travers le bois, Moïra entendit son amie vomir et s'inquiéta de la savoir malade. Elle se leva et se dirigea vers la salle d'eau dont la porte s'ouvrit au moment où elle tendait la main vers la poignée. Diane emmena l'héritière Nerys sur un siège près de la fenêtre avant de proposer d'aller voir comment s'en sortait le futur marié. Appuyée contre l'embrasure de la porte, l'ancienne sirène observa la sœur de sa meilleure amie quitter les lieux et s'approcha ensuite de sa colocataire.


''Courage fuyons comme on dit !''

Comprenant que la lycéenne faisait référence au départ de Diane, Louna pouffa de rire. Moïra prit soudain un air sérieux et s'agenouilla face à son amie dont elle prit les main. Après s'être assurée que personne ne pouvait l'entendre, elle dit :

''Louna, je sais que j'ai jamais été particulièrement enthousiaste concernant ce mariage. William et moi on n'est pas exactement des copains, et puis il est prof de sport et le sport c'est nul. Mais je veux ton bonheur, il faut donc que je te dise... Pitié, va te laver les dents !''

Elle n'aimait pas les grands discours. Les grands discours c'était pour les cloches et les politiciens. Et puis Louna et elle n'avaient jamais vraiment eu besoin de mots pour se comprendre, du coup la lycéenne savait que son amie avait compris et qu'elle savait que malgré tout, l'ancienne sirène était heureuse de la voir heureuse et peu importait bien avec qui elle l'était. Adressant un dernier sourire à la future madame Knightwood – ou bien Nerys-Knightwood ? – Moïra se leva, remit ses chaussures plates car personne de sensé ne mettait de talons pour une réception sur de la pelouse et se dirigea vers la sortie. En quelques minutes elle avait rejoint le jardin savamment agencé par Lysebeth elle-même. Elle n'était pas hors de prix pour rien celle-là ! C'était bien simple : elle ne reconnaissait plus le parc qu'elle partageait avec ses bienfaiteurs.

Du haut des marches la brunette tenta de repérer quelques visages connus. Elle repéra facilement les autres demoiselles d'horreur bien sûr, elles avaient toutes la même robe qu'elle, et de-ci de-là des connaissances en tout genre. Elle ne vit pourtant Matthew nulle part. Déçue, elle se dit qu'il n'était peut-être pas encore arrivée. La brunette espérait seulement qu'il saurait la retrouver dans la foule cependant qu'elle descendait les marches. Enfin Moïra aperçut Suzy entourée de quelques amis elle supposait et qui lui faisait signe de s'approcher. Un sourire amusée étira les lèvres de l'adolescente face au comportement de la jeune femme visiblement éméchée. Elle se dirigea alors vers sa meilleure amie d'un jour qui s'était un peu éloignée du petit groupe avec un air de conspiratrice.

© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Beth Cyrian
Admin ೨ Jane

✒ Curse :
1517
✒ Coeur :
Amoureuse d'un homme sauvage
✒ Personnage de Conte :
Jane


MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Jeu 7 Nov - 14:07



Beth




Demoiselle Curieuse

Le grand jour était arrivé. L’événement dont tout le monde parlait et que tout le monde attendait était sur le point d’arriver : Louna allait se marier. Les mariages avaient toujours pour coutume de mettre les gens de bonne humeur (sauf ceux qui n’aimaient pas ça). Et puis, c’était aussi un excellent moyen de faire une fête tous ensemble. Bien évidemment, toute la ville était invitée et cela ne m’étonnait pas vraiment venant de la famille Nerys. Mis à part Louna, je ne connaissais personne de cette famille, mais Esther, sa grand-mère avait la réputation d’être un véritable tyran et de voir les choses en trop grand. Etant donné que j’étais l’une des demoiselles d’honneur, je me devais d’être présente au manoir avant tous les autres invités. Les robes, dont la couleur était verte, se trouvaient là-bas, d’une part, et ensuite nous nous devions d’aider Louna à se préparer. Si j’avais bien tout compris, nous étions plusieurs à avoir été choisies dans ce but.

Par une espèce d’impulsion, j’avais invité Bran Woodsen, le propriétaire du zoo, à assister à ce mariage en ma compagnie. J’ignorais encore ce qui m’avait poussé à faire une chose aussi stupide, mais il avait accepté. Autant dire que lui et moi n’avions absolument rien en commun, mais il y avait forcément quelque chose qui m’avait poussé à prononcer cette demande. Cependant, allez savoir quoi. Pour moi aussi, c’était un véritable mystère et je détestais ça. Je l’avais rappelé, comme convenu et nous étions tombés d’accord sur le fait que nous nous rejoindrions directement au mariage. Je ne lui avais pas dit que j’étais demoiselle d’honneur. Pourquoi ? Parce que je n’avais pas réellement jugé ça utile. Aurais-je dû ? Peut-être… Enfin, que je sois demoiselle d’honneur ou pas, ça ne changeait rien puisque ce n’était pas moi qui allais me marier. Je n’avais pas un grand-chose rôle de plus à jouer que celui des invités.

La robe de Louna était tout simplement magnifique. Je n’avais jamais vu une aussi belle robe de mariée. Et surtout, elle lui allait comme un gant. A croire que cette robe avait été faite pour elle. Non, rectification, cette robe avait été faite sur mesure, de ça, j’étais certaine. Je doutais fortement qu’Esther Nerys accepterait que sa petite fille porte une robe quelconque que tout le monde pouvait avoir. Enfin, je passais plusieurs heures en sa compagnie ainsi qu’avec celle des autres demoiselles d’honneur. Au passage, j’avais fait la connaissance de ces dernières qui étaient Târa, Suzy, Masha, Moïra, Chrissie et Diane. Au cours de la matinée, nous eûmes le droit à du champagne. Personnellement, je me contentais d’un seul verre. Je n’avais pas vraiment une forte résistance face à l’alcool alors du coup, je préférais me contenter d’une seule coupe, histoire de faire comme les autres. Mais en voyant le reste des demoiselles d’honneur, je n’étais pas la seule à ne pas avoir une grande résistance.

Quand l’heure approchait petit à petit, certaines demoiselles d’honneur commencèrent à disparaitre, comme Suzy, Târa et Masha. Sauf que Masha n’était pas réellement censée disparaitre, mais apporter un verre d’eau à Louna qui devenait de plus en plus stressée au fur à mesure que l’heure approchait. Sauf que Masha ne réapparut pas. Du coup, ce fut Diane qui s’en occupa. Personnellement, j’étais vraiment nulle pour essayer de rassurer quelqu’un. Pour le coup, je me sentais presque nulle. J’essayais tant bien que mal de le faire, mais bon, certaines étaient beaucoup plus douées que moi dans ce domaine-là. Au bout d’un moment, Louna s’échappa pour se précipiter vers les toilettes. J’arquai un sourcil. Et beh… son stade de stress devait vraiment être élevé pour en arriver à ça. Je laissais Diane aller la voir. Ca ne servait à rien qu’on soit plusieurs là-bas. Et puis, c’était vraiment gênant de se faire observer quand on avait la tête dans la cuvette.

Enfin, je n’étais pas la seule à me sentir impuissante car entendre Diane déclarer que si elle pouvait, elle ferait en sorte que ce stress disparaisse, ça me réconfortait un peu face à ma propre impuissance. Lui faire respirer l’air frais était sans doute la meilleure chose à faire. J’installais une chaise à côté d’elle puis lui pris la main tandis que Diane se proposait d’aller aider William. C’était une excellente idée de sa part. Il restait toujours Chrissie et Moïra. Ne pouvant plus grand-chose pour Louna, je la quittais à mon tour tout en lui souhaitant bon courage, lui rappelant aussi, au passage que si elle avait besoin de quoi que ce soit, qu’elle n’hésite pas à m’appeler. Je déposais un baiser sur son front avant de quitter la chambre. Techniquement, Louna était prête, elle était habillée, coiffée, maquillée et hyper stressée ! Ca devait être le lot de toutes les femmes qui se préparaient à franchir un sacré cap avec sa moitié.

En marchant dans les couloirs du manoir, je jetais un coup d’œil dans le jardin. Il commençait à y avoir du monde, mais pas moyen de savoir qui était qui d’en haut. Surtout quand les personnes étaient de dos. J’essayais tant bien que mal de me retrouver dans les couloirs du manoir. Quand j’étais arrivée, Esther m’avait conduite jusqu’à la chambre de Louna, mais maintenant que j’étais toute seule… C’était autre chose. Après plusieurs minutes à tourner en rond dans cette maison, j’arrivais enfin à trouver la porte d’entrée. Je franchis la porte d’entrée. A nouveau, je fus réellement stupéfaite par la décoration du jardin. Ils avaient tout fait dans la dentelle. Si quelqu’un ne se souvenait pas de ce mariage, ce dernier ne serait pas normal parce que j’avais l’intime conviction qu’il resterait dans les mémoires. Déjà que le journal n’avait fait qu’en parler. Je descendis les marches du miroir et regardais tranquillement autour de moi pour voir qui était arrivé.

Je connaissais certaines têtes, d’autre pas du tout. Vers le buffet, je repérais Bran en compagnie de Suzy, Moïra et d'une personne que je ne connaissais pas : un homme. Je me doutais que Bran ne mettrait pas longtemps à comprendre que j’étais demoiselle d’honneur. En même temps, je portais la même robe que deux des personnes qui se trouvaient déjà autour de lui. Quand il tourna la tête vers moi, je lui offris un sourire. Je pris sa direction. De toute façon, il avait déjà dû capter que je n’étais pas une simple invité à ce mariage, donc ça ne servirait à rien de retarder les choses. Alors que j'arrivais progressivement vers eux, une jeune femme blonde débarqua et sauta carrément sur le dos de Bran si bien que j'arquai un sourcil sous la surprise. Okay ! Ca c'était de la salutation car je l'entendis saluer tout le monde d'une façon très auditive. Néanmoins, un sourire se dessina sur mes lèvres. Arrivée à la hauteur du groupe, je saluais l’ensemble du groupe puis je me tournais vers Bran qui portait toujours la 'nouvelle arrivée' sur son dos.

- Salut ! J'ignorais que vous vous laissiez à ce point approcher, fis-je avec un sourire légèrement moqueur.

Honnêtement, pour le peu que je savais, il était assez solitaire sur les bords. Du coup, je n'avais pas pu m'empêcher de balancer ça. Enfin, peu importait, il avait tout à fait le droit d'avoir des amis. D'ailleurs, j'aurais trouvé ça assez glauque s'il n'en avait pas eu. Aussi, je me tournais vers le reste du groupe et me présentais auprès des deux personnes que je ne connaissais pas ; c'est à dire la jeune femme sur le dos de Bran et le seul homme du groupe mis à part mon cavalier.

- Je suis Beth, fis-je le plus simplement du monde, une des nombreuses demoiselles d'honneur de Louna.

Pour ainsi dire, nous étions sept. En temps normal, on en choisissait une ou deux, mais Louna en avait choisi sept. C'était pas mal comme chiffre, il y avait plein de choses qui se rapportaient à celui-ci : les sept merveilles du monde, les bottes de sept lieux, les septs nains... Je me tournais vers Bran et lui offris un sourire désolé à propos de ce point que j'avais gardé secret pour une raison totalement inconnue d'ailleurs.

- J'espère que vous ne m'en voudrez pas de n'avoir rien dit sur ce sujet.
© Méphi.


"Regarde la vie dans mes yeux"
Regardes la vie dans mes yeux. Un plus bel endroit t'attend là bas. Regarde la vie dans mes yeux et tu changeras. Tu crois là bas c'que tu vois ? Si tu regarde dans mes yeux il y aura
dans ton voyage des jours pleins de nuages. Mais quelque par
brille l'espoir si tu veux bien y croire.♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Jeu 7 Nov - 20:07



Rebecca




En mission... Mais d'abord un petit four !

Rebecca se réveilla au son de son portable qui vibrait quelque part dans la chambre. Elle se redressa dans le lit et réalisa qu'une fois de plus elle n'était pas dans sa chambre mais dans celle d'Owen comme bien souvent depuis qu'ils avaient officialisé leur relation. Du regard elle tenta de repérer son téléphone et finit par voir que l'intérieur de la poche de son jean était éclairé. Le vêtement avait négligemment était jeté au pied du lit juste à côté d'elle aussi n'eut-elle qu'à se pencher et tendre la main pour attraper l'appareil qui affichait un nouveau message reçu. Walgrim ? Becky fronça les sourcils lorsqu'elle réalisa que l'auteur du texto se trouvait dans la pièce voisine. Que craignait-il pour ne pas oser entrer lui parler directement ? Il n'interromprait pas le couple c'était certain, Owen avait travaillé de nuit et n'était pas encore rentré.

Après plusieurs messages échangés – car vraiment, pourquoi se tirer d'un lit si confortable alors qu'elle pouvait parler avec son ami sans sortir de dessous la couette ? - la serveuse se dit qu'il serait peut-être temps qu'elle commence à se préparer si elle voulait être dans les temps. Elle s'étira et sortit finalement du lit. Après avoir ramassé ses affaires de la veille et être sorti de la chambre dans son pyjama Super Nanas, elle prit une tasse du café que Wally avait sans doute préparé pour lui et regagna son propre appartement de l'autre côté du couloir. Dans la pièce principale près de son coin couture attendaient les deux robes qu'elle avait prévu pour elle et Emilia. Elle s'enferma dans la salle de bain d'où elle ne ressortit qu'une fois douchée et parada en serviette jusqu'à la cuisine où la brunette prit une pomme avant de s'installer devant la télé en attendant que ses cheveux sèchent.

Rebecca n'avait pas bien l'habitude de prendre le temps de se pomponner comme elle s'apprêter à le faire ce jour-là. Mais elle se devait des faire des efforts, après tout ce n'était pas tous les jours qu'elle se rendait à l'équivalent d'un mariage princier à Storybrooke. Les invitations étaient impersonnelles ! Cela voulait bien dire que la personne qui les avait envoyé était quelqu'un de plus important que les autres c'était évident, en tout cas ça l'était dans l'esprit de l'ancienne poupée de son. Et puis, il y avait écrit 'open bar' et surtout 'buffet gratuit' et on ne tournait pas le dos à un buffet gratuit, c'était comme jeter de la nourriture à la poubelle. Que diraient les petits enfants en Afrique ?

Mais le plus gros point positif parmi tous ceux que comportait ce mariage était le nombre hallucinant de commande qu'avait reçu Becky. Elle tarifiait certes moins qu'un magasin, mais entre les robes, les costumes et les tenues pour les enfants, la jeune Doll avait gagné de quoi se payer tous les jeux qu'elle voulait sans se demander comment elle allait payer sa part du prochain loyer ! Alors c'était ça que ressentait Emilia ? Soupirant d'aise et de satisfaction, Rebecca passa une main dans ses cheveux pour constater qu'ils étaient enfin secs et reprit sa préparation. Au bout d'une heure ses longues mèches brunes tombaient en boucles régulières sur ses épaules et dans son dos, et elle était maquillées très légèrement autour des yeux pour ne pas surenchérir sur son rouge à lèvre couleur ponceau.

Enfin elle sortit sa robe de la housse protectrice et alla l'enfiler dans sa chambre. Elle n'avait pas vu Emilia de la matinée, mais nul doute qu'elle n'apprécierait pas de voir sa cousine et colocataire en petite culotte au milieu de la pièce à vivre. Le tissu était de la même couleur que le rouge à lèvre de Rebecca et si léger que la robe n'était pas si lourde malgré le fait qu'elle frôlait le sol. La jeune couturière s'était volontairement inspirée de la fameuse tenue de Jessica Rabbit pour la coupe de sa robe. Pas de bretelles, un décolleté vertigineux, et si la jupe n'était pas fendue sur le côté c'était pour ne pas non plus être refoulée pour tenue indécente. Becky ne mit pas de bijoux, elle réalisa qu'il était l'heure de partir, prit son téléphone et sortit de chez elle pour retourner chez Owen et Walgrim.

Ce dernier était déjà parti depuis un petit moment, mais un bruit de pas indiqua à la serveuse que son compagnon était dans la salle d'eau. La porte de celle-ci s'ouvrit et le cadet Heartwood se tenait face à sa cavalière, tellement beau dans son costume. Il semblait néanmoins se battre – et perdre – contre son nœud de cravate et riant doucement elle décida de l'aider. Une fois ceci fait, elle leva les yeux vers ceux de son homme et parla.


''Salut beau gosse. Prêt ?''

Il hocha la tête avec un léger sourire, mais elle le devinait fatigué. Il avait dormi la veille durant l'après midi, et sans doute avait-il pu dormir une heure en rentrant lorsqu'elle se préparait chez elle, mais elle devinait qu'il ne ferait pas long feu le soir même. Il n'en avait rien dit, mais l'ancienne poupée de son soupçonnait Owen de se rendre à ce mariage uniquement pour lui faire plaisir. Elle s'en voulait un peu de la forcer à venir, mais elle avait passé un accord avec Lynch. Enfin un accord... Elle avait accepté de l'aider s'il acceptait de porter une cravate qu'il devait de toute façon porter parce qu'elle faisait ressortir ses yeux. Et puis elle était curieuse de rencontrer la cavalière du médecin et heureuse qu'il se montre enfin un peu plus amical !

Devant la résidence, le taxi qu'ils avaient réservé les attendait et Becky fut soulagée. Elle avait cru un instant qu'il ne lui fasse faux bond comme cela lui était arrivé plusieurs fois déjà. Durant le trajet Owen parla peu pendant que la jeune Doll lui énumérait tous les plats qu'elle espérait voir servis comme à chaque fois qu'ils se rendaient quelque part. A vrai dire, rien n'avait changé entre eux depuis qu'ils étaient devenus un couple. A part le fait qu'ils couchaient ensemble évidemment. Ils étaient toujours inséparables, ils pouvaient tout faire car ils savaient que jamais rien ne les éloignerait. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle il était fréquent qu'Owen cesse de l'écouter, comme il le faisait dans ce taxi. Pour le vérifier, Rebecca arrêta de lister des mets pour déclarer:


''D'ailleurs Hulk n'est qu'un farfadet sous stéroïdes, il doit pas avoir bon goût !''

Il hochait la tête ! Mais avant que la brunette ne puisse lui reprocher quoi que ce soit, le jeune homme sortit de sa bulle et la regarda avec des yeux ronds, lui demandant silencieusement de quoi elle pouvait bien parler. Bon, peut-être qu'il écoutait tout de même d'une oreille. Rebecca lui sourit et remarqua à travers la vitre derrière lui qu'ils étaient arrivés. Le trajet jusqu'à la grille lui permit de glisser son téléphone dans la poche intérieure d'Owen tandis que ce-dernier en sortait leurs invitations. Une fois dans le jardin, Becky était ébahie par la beauté de l'endroit. Le parc du manoir Nerys était magnifiquement décoré, jamais elle n'aurait pu imaginer meilleur cadre pour un mariage. L'endroit était un enchantement pour les yeux.

Être serveuse au Granny's permettait à la jeune Doll de reconnaître la plupart des gens qu'elle croisait dans la foule. Owen se laissait docilement guider, puisqu'il ne semblait pas pressé de rejoindre quelqu'un en particulier. Rebecca repéra enfin Daniel Lynch et sa cavalière, et qu'elle était ravissante ! Lorsqu'elle arriva à leur hauteur, la brunette remarqua que la médecin portait bel et bien la cravate bleue qu'elle lui avait imposé et ce malgré l'horrible effet qu'elle donnait couplée avec le tissu rouge du reste de son costume. Il n'était certainement pas un expert en matière de mode, mais même lui devait se rendre compte que les deux couleurs juraient et cela confirma à Becky qu'il tenait particulièrement à leur accord. Affichant son plus beau sourire, elle s'approcha du couple et prit la parole.


''Daniel comment allez-vous ? Je ne crois pas que vous connaissiez Owen Heartwood ?''

Elle avait pris la liberté de l'appeler Daniel comme elle le faisait souvent, à la différence qu'elle savait qu'il n'oserait pas lui dire que c'était docteur Lynch pour, pas devant la jeune femme qui se tenait à ses côtés. Et puis ils étaient amis maintenant, elle pouvait bien l'appeler par son prénom même si elle continuait de la vouvoyer, non ?
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Ven 8 Nov - 0:16



Robin




Why the hell did I come here ?


Avachi sur le canapé du salon, Robin fixait un regard sombre sur l'écran de télévision qui lui faisait face. Cela faisait déjà une bonne heure et demi qu'il attendait que Suzy daignât choisir la paire de chaussures qu'elle avait envie de porter pour ce grand jour qui semblait exciter toute la ville entière, à l'exception du propriétaire de la casse. Pourquoi avait-il décidé de se rendre à ce mariage, déjà ? Il ne voyait plus aucune raison valable de se rendre chez les Nerys, maintenant qu'il n'était plus qu'à quelques minutes de franchir la grille du jardin familial. Enfin, quelques minutes... À l'allure où sa colocataire se préparait, peut-être aurait-ce été plus judicieux de parler d'heures ! Sa seule consolation était de savoir que Bran serait présent et, par conséquent, l'asocial qu'il était ne se retrouverait pas totalement désemparé dans la foule des invités, entre Suzy et le gratin mondain de la ville.

Un bref coup d’œil en direction de l'horloge du salon indiqua à l'ex-bûcheron que sa cavalière et lui n'atteindraient pas les lieux de la réception plus de trois heures avant l'arrivée des autres invités. En soi, cela n'avait aucune importance pour Robin, mais c'était une autre histoire en ce qui concernait Suzy... En effet, la jeune femme faisait partie des demoiselles d'honneur de la future mariée, aussi était-elle attendue au manoir dans la matinée. Le mécanicien se trouvant être son accompagnateur officiel pour l'événement, il était donc tenu de se rendre chez les Nerys en même temps qu'elle... Autant dire que cette perspective était loin d'être réjouissante pour le jeune homme ! Soupirant de plus belle en entendant les va-et-viens de Toto, le gros Rottweiler partageant le quotidien des deux colocataires, il finit par éteindre définitivement la télévision pour tenter de se concentrer sur le journal. Malheureusement, cette tentative se solda sur un échec à cause des aboiements incessants du chien. Agacé et définitivement de mauvais humeur, le propriétaire de la casse se leva et était fin prêt à mettre fin à la comédie de Suzy et de Toto lorsque, par miracle, la jeune femme annonça qu'elle était fin prête à partir.

Le trajet fut plutôt silencieux, entre une Suzy assujettie au stress comme s'il s'agissait de son propre mariage et un Robin qui profitait du calme que ce vide sonore offrait et qui se refusait catégoriquement à desserrer la mâchoire en premier. Ainsi, ils parvinrent plutôt rapidement à destination, et Suzy disposait encore de deux heures et demi pour remplir son rôle de demoiselle d'honneur auprès de Louna Nerys. À peine deux minutes après avoir posé les pieds dans le jardin décoré à outrance de fleurs et autres niaiseries qui horripilait le mécanicien, ce dernier éprouva l'irrépressible envie de faire demi-tour... Et ce n'était pas le fait de voir Suzy l'abandonner là, seul dans ce décor cauchemardesque, qui l'incitait à rester ! Poussant un soupir, il regarda sa cavalière s'éloigner tout en le gratifiant d'un sourire éclatant et comprit qu'il ne pouvait plus vraiment s'échapper, maintenant. Esquissant une grimace, il cherchait un aspect positif dans cet environnement froufrouteux et finit par jeter son dévolu sur le buffet de petits fours que les employés commençaient à monter à l'emplacement le plus stratégique possible : l'entrée du jardin.

Aux premiers abords, les serveurs semblèrent surpris de voir un invité déjà présent, et sans doute cela les stressa un peu : les pauvres sbires de Lysebeth Rosewater devaient penser qu'ils étaient en retard et qu'ils ne parviendraient jamais à tout installer à temps... Cependant, les ouvriers remarquèrent rapidement qu'il n'en était rien et se permirent donc, entre deux inspections de la matriarche Nerys, d'adresser la parole à l'invité solitaire. Pour passer le temps, Robin passa donc les deux heures qui suivirent à discuter avec un serveur qui se trouvait être l'un des frères de Maddhen Tide, remplissant habituellement la fonction de jardinier pour les Nerys, aidant même les employés à mettre en place les dernières installations. Certes, il était censé rester là à attendre sagement, mais l'ennui et ses capacités manuelles furent d'un grand secours dans l'installation des divers chapiteaux, des tables qui serviraient à accueillir divers objets et nourritures, ainsi que du coin réservé à la cérémonie, lieu qui aurait du rester une surprise aux yeux de tous les convives en temps normaux. Ces travaux, le propriétaire de la casse les réalisa en échange de quelques verres d'un alcool plus fort tel que le whisky pur malt, dérobé par l'un des serveurs, dans la réserve personnelle du juge Nerys.

Malheureusement pour lui, Robin dut dire adieu au whisky lorsqu'Esther Nerys décida de demeurer dans le jardin pour la dernière demi-heure d'attente... En effet, le dragon, comme tout le monde semblait l'appeler dans son dos, avait fini par remarquer la présence du mécanicien parmi les employés et avait décidé de mettre fin à l'association de l'ex-Barbe-Bleue et des serveurs. La stratégie de la vieille femme consista à envoyer les ouvriers exécuter une tâche quelconque plus loin, non sans avoir lancé une œillade langoureuse en direction du frère de Maddhen qui avait discuté avec l'ancien maudit, pour accaparer totalement le propriétaire de la casse qu'elle avait vu arriver en compagnie de Suzy. À la grande surprise du jeune homme, la propriétaire des lieux lui parla essentiellement de l'insouciante demoiselle avec qui il partageait son appartement... D'abord de manière détournée, Esther commença par poser des questions innocente sur le quotidien de Robin, pour orienter l'interrogatoire vers Suzy, finissant même par lui demander des informations totalement indiscrètes, le tout masqué par un grand sourire. Inutile de préciser que le mécanicien accueillait toutes ces questions avec beaucoup de réticence et refusa catégoriquement de répondre à la plupart d'entre elles, au risque de froisser la dragonne. Vexée, cette dernière finit par lâcher prise mais son regard semblait indiquer qu'elle n'avait pas totalement capitulé et qu'il risquait fort d'avoir encore affaire à elle plus tard dans la journée !

La matriarche Nerys s'éloigna donc pour rejoindre l'enceinte du manoir, abandonnant Robin à sa solitude. Le propriétaire de la casse en profita pour retourner auprès du buffet pour se rabattre sur un petit four au foie gras et une coupe de champagne, triste butin comparé au whisky qu'il avait pu goûter ! Il ne se passa pas plus de cinq minutes, cependant, avant que le futur marié ne fasse son apparition. Robin lui adressa un discret signe de tête depuis le buffet, n'estimant pas le connaître assez pour aller lui parler dans un moment où William était certainement en proie à un stress incommensurable. Peu de temps après l'arrivée du fiancé, les premiers invités firent leur entrée dans le jardin et il fallut un quart d'heure supplémentaire pour que Suzy réapparaisse après sa longue absence. Le sourire ébahit, ses grands gestes maladroits et sa démarche chancelante fit froncer les sourcils du mécanicien : la jeune femme était ivre. À quoi bon organiser une aussi grande réception si la mariée passait la matinée à ingurgiter de l'alcool avec ses demoiselles d'honneur ? Décidément, la logique humaine échappait au mécanicien.

▬ HAN C'EST TROP BEAU ! Robin tu devrais voir ce buffet c'est juste INCROYABLE !

Robin soupira et se retint de lui répondre sur un ton plus ou moins sarcastique qu'il n'avait pas eu d'autre choix que de le voir, le buffet, puisqu'elle l'avait laissé planté juste à côté deux heures et demi auparavant... Sans oublier le fait qu'il avait aidé à installer le-dit buffet et qu'il s'était déjà servi dedans. De toute manière, Suzy était habituée aux silences de son colocataire et, l'alcool aidant, elle n'attendit pas qu'il lui fasse une réponse pour reprendre la parole :

▬ Ça va ? Tu t'ennuies pas trop ? Bran est arrivé ? J'ai rencontré Beth, sa cavalière, elle est MAGNIFIQUE !

Cette fois c'était un peu trop exagéré, Suzy s'exprimait sur un ton trop haut pour être naturel et amplifiait d'autant plus ses paroles avec des petits gestes ridicules... Le propriétaire de la casse fronça les sourcils et la fixa avec sérieux, il savait que cette méthode fonctionnait à tous les coups sur la jeune femme.

▬ Suzy, ça suffit maint...

Robin n'eut malheureusement pas le temps d'achever sa phrase que sa cavalière lui saisit le bras pour venir se cacher derrière. Non seulement elle ne l'avait pas écouté, mais en plus elle croyait vraiment qu'un bras pourrait la dissimuler toute entière... Le mécanicien se retenait de rire, bien qu'une part de lui se trouvait être extrêmement agacée par le manque d'attention de sa colocataire ; l'alcool ne lui allait vraiment pas !

▬ Oh nonnn ! Tu crois qu'il m'a vue ?

Arquant un sourcil, l'ancien bûcheron de fer blanc perdit subitement son envie de rire lorsqu'il suivit le regard de Suzy et qu'il comprit qu'elle tentait de se cacher d'un invité se situant à quelques pas de là. C'était qui ce type ? Est-ce qu'il avait fait du mal à son innocente colocataire ? Serrant les poings, Robin posait un regard insistant sur l'homme, l'inspectant sous toutes les coutures. L'idée désagréable selon laquelle sa cavalière pouvait craquer sur l'objet de ses observations lui effleura l'esprit et, pour une raison inconnue, ne lui donnait pas envie de se moquer de Suzy. Il sentit, au contraire, une vague d'amertume l'envahir mais il fut totalement incapable d'identifier la jalousie naissante que cela impliquait.

▬ Bouhou, mon mariage est fioutu ! Robin, je vais finir moche et seule en chaussons dans notre appartement à manger des glaces en pleurant devant Dirty Dancing, tu ne voudras plus me voir, Toto ne voudra plus me voir et Bran et toi irez vivre dans votre Woodoomobile et un jour vous me retrouverez morte dans la salle de bain baignant dans mes pauvres larmes !

Ce discours étrangement long comparé au taux d'alcoolémie élevé de la demoiselle d'honneur permit au propriétaire de la casse de reprendre ses esprits et regagner son calme. Il détacha son regard du mec mal fringué à lunettes, bien qu'il ne l'avait pas fixé plus d'une minute, au final, pour se concentrer de nouveau sur sa colocataire ivre.

▬ Woodmobile. Et je ne vois pas pourquoi Toto ne voudrais plus de toi, il te colle tout le temps. Sans oublier que tu ne pleureras jamais assez pour remplir la salle de bain et parvenir à te noyer dans tes larmes.

Il poussa un soupir consterné avant de dégager son bras de l'emprise de Suzy pour le passer derrière les épaules de la demoiselle et la serrer dans ses bras l'espace d'une demi-seconde. Aussitôt ce geste esquissé, il s'éloigna légèrement mais garda son épaule près de la demoiselle pour qu'elle puisse s'appuyer dessus au lieu de chanceler dangereusement comme elle le faisait depuis quelques minutes.

▬ Tu vois bien qu'il ne t'a pas vue, ce type, alors calme toi. Et tu devrais y aller mollo sur le champagne sinon tu n'arriveras jamais à remonter l'allée pour la cérémonie.

Sur ce, il saisit un petit four au saumon fumé et, lorsqu'il eut terminé de l'engloutir, Bran se trouvait près d'eux. Suzy s'était légèrement éloigné du propriétaire de la casse pour se pencher elle aussi sur le buffet, ce qui fit hausser les épaules au mécanicien qui vérifia tout de même qu'elle ne se munissait pas d'une nouvelle coupe de champagne. D'ailleurs, Bran aussi avait remarqué l'état d'ébriété de l'ancienne Dorothée et il ne se gêna pour lui faire remarquer lorsqu'il la salua. Robin afficha un petit sourire triomphant en entendant son meilleur ami prononcer ces mots et lui rendit son regard amusé. Le vétérinaire tendit la main vers son complice pour le saluer mais il se stoppa net dans son geste en fixant un point dans le dos du mécanicien.

▬ Me dites pas qu'elle est demoiselle d'honneur ?

Se retournant avec curiosité, Robin découvrit la journaliste avec qui Bran avait accepté de venir au mariage. Cette dernière était vêtue d'une robe semblable à cette que portait Suzy ce qui, visiblement, surprit le propriétaire du zoo. C'était déjà plutôt étrange de voir que le "couple" était venu séparément, et le fait que son meilleur ami ne savait pas que sa cavalière était demoiselle d'honneur en disait long sur leur relation naissante. Esquissant un sourire moqueur, le propriétaire de la casse gratifia le vétérinaire d'un léger coup de coude.

▬ Visiblement, elle l'est. Le vert lui va bien, cela dit, ça aurait pu être pire. Tu aurais du accorder ta cravate...

Bon, là, il se moquait ouvertement de Bran. Heureusement pour lui, ce dernier n'eut pas le temps de répliquer qu'une Maddhen en furie sauta sur son dos avant de gratifier le petit groupe de salutations tonitruantes :

▬ COUCOU LES AMIS ! Tu es magnifique Suzette !

Suite à cette entrée fracassante, Robin eut à peine le temps de dire bonjour à la jolie blonde que, déjà, la cavalière de Bran rejoignit le groupe. Suzy avait fait quelques pas de côté pour parler à un autre des demoiselles d'honneur, de son côté, et le mécanicien commençait à trouver que cela faisait beaucoup de monde autour de lui, tout à coup, chose avec laquelle il ne se sentait pas forcément à l'aise étant donné qu'il avait la fâcheuse tendance à éviter les foules, d'ordinaire.

▬ Je suis Beth, une des nombreuses demoiselles d'honneur de Louna.

La journaliste semblait sympathique, cependant, car elle ne s'encombrait pas de chichis pour se présenter à ceux qu'elle ne connaissait pas encore. Aussi Robin lui répondit-il sur le même ton dénué de prétentions qu'elle venait d'employer.

▬ Robin.

Il aurait pu ajouter quelque chose comme "meilleur ami de Bran" mais cela sonnait un peu trop prétentieusement à son goût, aussi se contenta-t-il de l'ombre d'un sourire et d'un léger mouvement de tête. Avec Suzy engagée dans une conversation avec l'une de ses consœurs, son acolyte de vétérinaire accaparé à la fois par Maddhen et sa cavalière, celui qui s'était fait nommer autrefois Barbe-Bleue estima qu'il était temps pour lui de s'éloigner un peu du buffet et, s'excusant à peine, il engloutit un petit four au fromage, saisit une coupe de champagne et fit quelques pas en direction de l'entrée principale. S'arrêtant net, il scruta attentivement les lieux pour découvrir que d'autres personnes étaient arrivées entre temps. Parmi les invités présents sur la pelouse impeccablement taillée des Nerys se trouvait notamment un couple que Robin ne connaissait que trop bien. Bien que tous deux lui fassent dos et qu'ils se trouvaient en compagnie du binoclard que Suzy souhaitait éviter, le mécanicien ne pouvait pas ignorer son petit frère et sa petite amie. Se dirigeant vers eux, il vida son verre d'un trait, regrettant secrètement le whisky qu'il avait pu siroter plus tôt dans la matinée, et déposa le récipient sur le plateau d'un serveur qui passait par là. Enfin, il parvint à la hauteur d'Owen et Becky.

▬ Alors les tourtereaux, vous avez fini par venir... Tu es superbe, Rebecca.

Il adressa un sourire sincère à ces deux personnes qui faisaient partie de la poignée de gens à qui il accordait une vraie valeur dans cette ville avant d'effacer ce rictus pour se tourner vers les deux autres personnes du groupe. Apparemment, il était condamné à être entouré de monde, en cette journée si particulière... Une chance que cela ne se reproduisait pas tous les quatre matins ! Saisissant délicatement la main de la cavalière de l'homme à lunettes, il se pencha pour lui faire un baise-main accompagné d'un clin d’œil, il ne pouvait décemment pas rester de marbre devant une jolie fille, surtout pas si cela pouvait agacer celui qui causait du tord à sa colocataire. Il la salua plus conventionnellement après s'être redressé et la complimenta également sur sa tenue, bien que ce ne fut pas aussi chaleureux que pour Becky. Finalement, il lança un regard en direction de l'homme et lui adressa un léger signe de tête avant de se retourner vers son frère.

▬ Je ne pensais pas que tu serais assez reposé pour assister au mariage... Ni que tu avais un costume, d'ailleurs !

Il lança un regard mi-interrogateur mi-amusé en direction de Rebecca avant de reporter son attention sur son cadet et poser sa main sur son épaule. Il leur dit qu'il ne comptait pas les déranger plus longtemps, déjà qu'il les avait interrompus, et s'éloigna une fois de plus. Il n'en laissait rien paraître, mais ce mariage l'agaçait déjà au plus haut point. Y avait-il une chance pour qu'il puisse rentrer plus tôt ? Certainement pas... Cela devait être aussi improbable que de pouvoir passer la journée dans un coin du domaine avec pour seule compagnie Bran ou Owen sans que des indésirables ne viennent s'immiscer dans la conversation ! Poussant un soupir découragé, l'ancien bûcheron s'était retiré dans un coin un peu plus désert et profitait de ce répit lorsque, sortie de nulle part, Esther Nerys apparut dans son champ de vision. Peu désireux de réitérer la séance d'interrogatoire de cette vieille peau, il décida qu'il serait plus judicieux de paraître occupé pour éviter qu'elle ne l'assaille de nouveau. Promenant son regard sur l'assemblée, il remarqua que la fleuriste de la ville semblait se morfondre dans le champagne, seule près du buffet, dans le coin opposé à l'endroit où ses connaissances se trouvaient. Parfait. Sans attendre une minute de plus, le propriétaire de la casse marcha en sa direction et s'arrêta à sa hauteur, s'emparant d'une nouvelle coupe. Jamais, de toute sa vie, il s'était montré aussi social qu'en ce jour... Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour échapper à un dragon !
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Ven 8 Nov - 0:53



David




Today is a beautiful and big day !

Le soleil venait à peine de se lever jugea le jeune homme à la couleur flamboyante, qui avait comme un air flou, signe que David n’était pas le seul à se réveiller. Une puissante chaleur se fit légèrement sentir sur sa peau, provoqué par les quelques rayons qui lui parvenait à travers sa fenêtre et ses rideaux entrouverts. Malgré l’heure très matinale que projetait son réveil à son plafond : 6h01, le jeune homme ne ressentait pas le besoin de s’attarder dans son lit. Il savait d’ors et déjà que longue et belle journée l’attendait. Il n’aurait surement pas le temps de s’ennuyer et pourrait se reposer à loisir plus tard. David rejeta sur ses pieds le simple drap qui le couvrait, profitant quelques instants de la douceur et de la chaleur des rayons qui parcourait à présent la peau nos de son torse. S’étirant brièvement de tout son long sur son matelas, il bondit la seconde suivante hors de son lit prêt à entamer cette journée avec de l’énergie et une bonne dose d’enthousiasme.

La douche fut la première destination qu’il choisit d’explorer dès son réveil. Il resta plus qu’à son habitude sous le puissant jet du pommeau de sa douche, ne cessant de réfléchir au planning de ses futures actions à venir. Ses premières pensées furent pour son ami William, qui serait sans nul doute l’une des vedettes phare de cette journée ! Il allait se marier et David était vraiment heureux pour lui. Il était aussi très honoré par la demande qu’il lui avait faite : « être son témoin ». C’était une demande qu’il l’avait énormément touché. Surtout sachant qu’il y a quelques mois encore David ne se rappelait absolument pas qui était William Knightwood. Bien heureusement les deux amis avaient doucement mais surement prit le temps de renouer leurs vies l’une à l’autre et réapprendre à se connaitre. Et ce fut grâce à cela que David pu retrouver plusieurs des souvenirs partagées avec Will.

Sa seconde pensée fut pour l’élue de son cœur : Mary Margaret. Dans quelques heures il se rendrait chez elle et c’est ensemble qu’ils iraient chez les Nerys assister à l’union de William et Louna. Il lui semblait que dès à présent il comptait déjà les minutes, voir les secondes, qui le séparaient encore de ses retrouvailles avec la jolie brune. Il n’aurait pu espérer meilleure cavalière pour ce mariage que la douce institutrice. Néanmoins il ne pouvait songer à cette sortie sans penser en même temps aux ragots qui circuleraient très rapidement à leur encontre. Pour ceux et celles qui n’étaient pas au courant voir David Nolan au bras d’une autre femme que celle avec laquelle il était mariée serait surement… choquant. Mais le jeune homme passerait outre, il n’allait pas se cacher toute sa vie et il n’imposerait surement pas cela à Mary Margaret et à leur couple. De plus il avait une excellente excuse à fournir à tous ceux qui s’interrogerait sur sa façon d’agir ! Depuis plusieurs jours maintenant David et Kathryn Nolan voyaient tous deux des avocats et avaient engagés la procédure de divorce. Même si dans son for intérieur David pensait que la seule explication valable à ses actions était qu’il suivait ce que lui dictait son cœur, qu’il aimait Mary Margaret et qu’il était naturel qu’il soit à ses côtés.

En sortant de sa salle de bain plus d’une heure après il était… toujours pas prêt ! Mais il avait du temps, c’était d’ailleurs pour cette raison qu’il c’était levé si tôt. Il ne voulait pas avoir à se presser, ni oublier quoique ce soit et ne pas arriver au retard à l’heure programmé pour aller chercher sa chérie. Il c’était habillé très simplement avec un jean et un tee-shirt à manches courtes, bien entendu il ne se rendrait pas au mariage habillé de la sorte ! Il devait passer récupérer son costume à 9h. Avant cela il resta dans son appartement regardant la télévision, déjeunant tranquillement, regardant rapidement le journal, faisant un peu de rangement… comme si c’était une journée comme une autre.

Puis très rapidement ce fut l’heure de bouger. Il alla donc récupérer sa tenue et se rendit chez lui pour la revêtir. Il n’eut aucune difficulté à s’habiller ainsi, mais il eut du mal à s’accoutumer aux nouvelles sensations que provoquaient chez lui une tenue aussi élégante qu’inhabituelle. David avait opté pour un pantalon et une veste dans les tons gris clair et pour une chemise blanche. Il avait abandonné la simple idée de porter une cravate ou un nœud papillon, il garda simplement le col de sa chemise ouvert. Trop de changements d’un coup pouvaient avoir des effets perturbateurs…

Il était un peu moins de dix heures quand David sortit de chez lui. Il dut marcher pendant une petite quinzaine de minutes pour arriver à une agence de location de véhicule. Le jeune homme avait déjà réservé et payé à l’avance la location d’une voiture simple mais en excellent état pour la journée. Il se voyait très difficilement arriver dans l’immense et riche demeure des Nerys avec sa vieille camionnette. Une fois entré dans cette toute nouvelle voiture il partit chercher sa cavalière. Quelques minutes plus tard, peu de temps avant l’heure convenu il sonna à la porte de l’appartement de Mary Margaret. Celle-ci était déjà fin prête et elle était tout simplement magnifique. Ce que David ne manqua pas de souligner, immédiatement après avoir récupéré un peu d’air :

- Tu es resplendissante…

David ne chercha pas à résister à l’appel envoutant des lèvres tendres de son aimée et la salua d’un doux baiser, l’attirant un instant au creux de ses bras. David sentait le fin tissu blanc, qui composait la robe de la jeune femme, glisser comme une caresse sous ses doigts. Puis très vite il se rappela qu’ils ne pouvaient pas se permettre de trop s’attarder. Après tout ils auraient toute la journée à passer ensemble… Juste avant de partir il avait quelque chose à faire. Il glissa sa main droite dans la poche de son pantalon et souffla à l’oreille de Mary Margaret :

- Ferme les yeux…

Aussitôt une fois qu’elle se fut exécutée, il sortit l’objet qu’il avait préalablement dissimulé. Il s’agissait d’un petit bracelet en argent fin, fait avec une maille très serrée et qui portait en son centre une petite colombe en argent avec les ailes déployées comme si elle souhaitait s’envoler. David glissa le bracelet à son poignet et l’attacha délicatement. Il recueillit ensuite la main de la jeune femme dont le bras était ainsi nouvellement habillé. Il n’eut pas besoin de lui demander de rouvrir les yeux Mary Margaret le fit à l’instant où David relevait son regard vers son visage. Le sourire qu’elle lui lança fut une réponse plus que satisfaisante à son présent. Glissant sa main au creux de celle de la jeune femme, il entrelaça ses doigts aux siens et la conduisit jusqu’à leur « carrosse ». David ouvrit la portière côté passager et précisa :

- Je l’ai louée pour la journée.

Ils purent ensuite tous deux partir pour se rendre au mariage où ils étaient conviés. David avait oublié toute notion de temps, en compagnie de Mary Margaret ce concept paraissait diminué de valeur. Il savait juste qu’ils n’étaient pas en retard et au vu du nombre de voiture garé un peu plus loin ils devaient y avoir encore bien d’autres invités. David confia ses clés au voiturier et en compagnie de Mary Margaret s’aventura en direction du bruit, des couleurs multiples, des fleurs… Ces dernières étaient vraiment omniprésente et donnait au jardin encore plus de prestige qu’il ne pouvait déjà en avoir au naturel. Il observa la disposition des tables, des chaises, du buffet, des invités déjà présents… Puis se tourna à nouveau vers la femme qui se tenait à son bras.
© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Ven 8 Nov - 7:35



Norman




L'important à un mariage est de ne pas repartir les mains vides.


Le mariage ou, plus précisément, le mariage des autres rassemblaient en un endroit tout ce que Norman attendait de la vie : de la bouffe et de l'alcool aussi gratuite qu'à volonté, des filles désespérées de ne pas trouver l'amour... il manquerait plus qu'un bon gros loup débarque pour avoir un gibier à chasser au milieu des invités en train de courir pour sauver leur vie et l'ancien mister Hyde tiendrait sa définition d'une journée parfaite. Mais il avait conscience d'être éventuellement difficile à satisfaire sur ce dernier point alors il allait se contenter de manger, boire et draguer aux frais des Nerys.

Un vaste programme qui demandait, mine de rien, une certaine organisation et surtout un bon sens de l'observation. Pour éviter les empêcheuses de tournées en rond par exemple. D'ailleurs, encore un peu et Norman n'arrivait pas à entrer. Son retard et les invités qui commençaient à s'agglutiner pour le mariage lui sauvèrent la mise.

"Merde." Marmonna-t-il en voyant une personne devant lui se faire refouler par le dragon pour cause de tenue non-correcte.

L'ancien chasseur jeta un rapide coup d'oeil à sa propre tenue. Négligé était un mot qui lui collait à la peau, même en costard. Il reboutonna rapidement sa chemise et pulvérisa sans doute le record de vitesse de noeud de cravate avant de franchir la grille. Par miracle, quand ce fut à son tour de présenter son invitation, la terreur Esther Nerys n'était plus là. La voir harponné au bras de Bran fit sourire son ancien ennemi. Même s'ils ne s'appréciaient pas vraiment tous les deux, (et le mot était faible), Norman aurait eu presque pitié de ce pauvre vétérinaire. Presque.

*Désolé, vieux, c'était toi ou moi.* Songea-t-il en entrant à son tour dans ce qui s'annonçait comme le mariage du siècle.

À peine entré dans le jardin que Norman défit rapidement sa cravate. Il n'aimait pas l'avoir trop serrer, comme s'il avait l'impression qu'on lui serre le cou pour l'étrangler, allez savoir pourquoi ! Tout en faisant ce geste, il inspecta rapidement les alentours. Le buffet était pris d'assaut à première vue. çà, çà commençait mal. L'autre aspect négatif : Toutes les filles quasiment était accompagnée. Enfin il avait bien repéré que Lysebeth gravitait à droite et à gauche en solitaire mais elle ne comptait pas vraiment puisqu'elle était sur sa liste de trouble-fête à éviter. C'était quoi ce bordel ?! Où étaient passés ces célibataires déprimées, légèrement éméchées par le champagne ou le punch qui se mortifiait dans un coin en se demandant si un jour elle aussi allait connaître l'amour éternel ? Le regard du secrétaire s'attarda sur une personne de l'assistance. Ding, Ding, Ding... nous avons une gagnante ! Suzy Hurricane... Trouvez une belle demoiselle si ivre et si désespérée à ce stade des festivités était un vrai miracle. Un miracle trop beau puisqu'elle avait déjà trouvé une épaule sur laquelle pleurer. Norman connaissait le propriétaire de la casse de réputation et en déduit donc que la strip-teaseuse était une "chasse gardée" pour la journée. Dommage...

Le secrétaire nota tout de même cette possibilité dans un coin de sa tête au cas où Suzy se retrouvait seule pendant la fête. En attendant, son attention s'était reporté sur quelqu'un d'autre. Beth. Pas pour la draguer, bien sûr puisqu'elle aussi avait rejoint un groupe du côté du buffet. En fait, c'est surtout l'identité de ce quelqu'un qui poussa inconsciemment Norman à mettre son grain de sel dans cette conversation. Bran avait survécu à sa rencontre avec le dragon. Comme quoi un miracle n'arrivait jamais seul.

"Beth ! Tu es resplendissante en demoiselle d'honneur !" S'exclama-t-il en arrivant au niveau de la journaliste.

Apparemment, il interrompait une conversation mais, çà, çà lui était égal. Il profita du fait que Bran était trop occupé à gérer la blonde sur son dos pour osé déposer un rapide baiser sur la joue de Beth en guise de bonjour.

"Alors ? Comment se porte notre future mariée ?" Questionna-t-il avec un sourire.

Comme souvent dans une conversation avec un membre du Daily Mirror, Norman se força à paraître réellement intéressé par l'éventuelle réponse. L'ancien chasseur savait qu'il jouait un jeu dangereux en se permettant d'ignorer aussi ouvertement quelqu'un qui ne l'appréciait pas vraiment, tout en se montrant familier avec la cavalière de ce dernier mais il aimait vivre dangereux. À quoi çà servait un instinct de survie ?

© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

✒ Curse :
223
✒ Coeur :
Libre comme l'air
✒ Statut :
Charmeur de ces dames
✒ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Ven 8 Nov - 9:19



James




Charmeur en approche


Je fis tourner la clé dans la serrure de mon appartement, la soirée avait été longue et dans quelques heures à peine, je devrais sonner chez ma meilleure amie. Car aujourd'hui (oui aujourd'hui), c'était un jour de fête, Louna Nerys se mariait avec William Knightwood et c'était le plus grand événement de toute la ville de ce que je me souvienne. Un budget énorme était passé dans l'organisation de ce mariage et cela aurait été une honte de ne pas y assister. Beaucoup de gens du fait du mariage avait demandé leur soirée pour préparer leur mariage et pour se reposer avant l'événement tant attendu, ce qui avait compliqué ma tâche. Car Oh âme serviable que je suis, j'ai travaillé pour leur permettre de la prendre. Bien sur, il y avait moins de monde que d'habitude pour la même raison mais tout de même. Le personnel avait été réduit drastiquement par le nombre de demande. Mais bon, c'est fait et je sais que si jamais j'ai besoin de poser un congé important, certaines personnes me devront un fier service.

Je déposais donc mes affaires au pied de mon canapé blanc qui trônait en plein milieu du salon et allait prendre une douche bien méritée. L'eau chaude fit du bien à mes nerfs et m'aida à me mettre dans la peau d'un chevalier servant pour la journée. Pour cette occasion j'avais acheter un costume d'un noir plus profond que celui que je mettais au boulot. C'était du sur-mesure, j'avais les moyens de me permettre ce genre de folie, une fois l'an mais cela le méritait. Sous cette veste noire, j'avais décidé de porter une chemise blanche classique, col relevé. Je tournais un peu en rond car je n'avais pas le temps de dormir un peu (ce qui arrivait souvent) avant de partir et j'étais quasiment déjà prêt. Je me préparais un café avant de le boire tranquillement sur mon canapé, j'avais mis de la musique ce qui me donna la pêche pour la journée qui serait surement très longue.

Dynamisé par la musique, je me décidais à aller bricoler un peu, j'enfilais un t-shirt rapidement pour éviter de salir mon beau costume tout neuf et allait voir mon chef d'œuvre, un petit bijou automobile que je retapais à mes temps libre mais qui malheureusement n'était pas encore prêt et que je ne pouvais utiliser pour aujourd'hui. Une heure avant mon rendez-vous, je me passais un coup d'eau sur le visage et les mains et renfilais mon costume. J'ajoutais une pointe de gel dans mes cheveux pour me rajouter un effet puis je pris mon petit cadeau, fermais la porte et partais en direction de chez Jill. Pile à l'heure, je sonnais à la porte à la belle blonde qui était à couper le souffle. Je posais une main sur le cœur avant de faire semblant de suffoquer. Sa robe bleu clair moulait les formes généreuses de la blonde et s'évasait en un torrent de frous-frous des plus beaux et je regrettais presque de ne pas avoir choisit une chemise de la même couleur.

« Tu veux me tuer ? Arrête d'être aussi jolie. »

Puis je lui pris la main et déposais un baiser sonore sur sa joue. Un sourire charmeur s'était posé sur mes traits et ne risquait pas d'en partir.


« Ça vas ? »

Après les questions d'usage, je lui posais une dernière question et il serait l'heure d'y aller à ce mariage.

« Tu a bien ton invitation ? Car même si tu es d'une beauté divine, je ne suis pas surs qu'ils laissent entrer sans ce ridicule morceau de papier. Oh j'allais oublier.»

Je fouillais dans ma poche avant d'en sortir un délicat bracelet à breloques, j'étais tombé dessus par hasard et j'avais bien les pendentifs qui composaient le bracelet : un cygne, un cœur, une rose et une lune, le tout argenté dans un style très simple qui irait bien à la superbe Jill, je le refermais sur son poignet. Je proposais alors mon bras à la magnifique blonde avant que l'on se dirige vers le manoir des Nerys qui se trouvait à quelques minutes à pied. Les blagues fusaient tandis que nos pas nous menait sur le lieu de la cérémonie. De nombreuses personnes se pressaient déjà entre toutes les coupelles, arches et autres décorations qui déversaient leurs fleurs en un nombre que je ne me lancerais pas à calculer. Après le passage obligatoire par le vigile qui nous demanda nos invitations, nous pouvions profiter de la fête. Je guidais ma cavalière pour saluer quelques personnes de ma connaissance. Le premier groupe que j'allais voir était celui de David et Mary-Margaret. Je savais ce qui se passait entre eux, ainsi que le divorce qui menaçait le couple Nolan mais je crois que cela ne l'affectait pas trop et qu'il était heureux de pouvoir aller à cet événement avec celle que son cœur chérissait.

« Salut ! Comment ça vas vous deux? »


Je fis la bise au couple, laissant ma cavalière faire de même avant d'attendre la réponse des deux tourtereaux. Peut-être qu'un autre mariage serait à célébrer bientôt.. Mais bon, aujourd'hui était le jour de William et Louna, ce n'était pas le moment de leur faire de l'ombre.
© Méphi.


Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Ven 8 Nov - 11:22



Tao




Des petits fours, des petits fours, encore des petits fours ...


Le carton d'invitation dans les mains, un beau costume loué pour l'occasion et un visage frustré par le retard de ses cavalières d'un soir. J'allais faire des envieux en ayant deux belles femmes à mes côtés. J'étais l'homme aux deux femmes, mais pour l'instant, j'étais surtout l'idiot qui attendait près d'un monsieur qui me fixait bizarrement. J'avais beau lui sourire, il avait toujours ce même regard. En attendant les retardataires, je me surprenais à relire le papier qui se trouvait dans mes mains. Deux trois tâches de soupe à la crevette avait éclairci la fin de l'invitation. Les propos de cette Ester Nerys m'avais tellement choqué que je n'avais pas réussis à manger correctement.

J'avais passé la journée à l'imaginer, à quoi sa ressemblait une femme aussi hautaine ? Pour moi, elle avait des longs cheveux gris, attachés en chignon. Portant des robes larges, le dos courbé, un peu comme Quasimodo. Une aussi grosse tête devait forcément affaissé son dos. Un visage ridé par l'espièglerie et à mon avis, elle ne connaissait pas le mot : rire. Pourtant, je la voyais très coquette et ayant une belle éloquence lorsqu'elle daigne parler à la basse population. En relisant sa signature, qui était juxtaposé à la toute petite tâche d'une crevette qui avait accidentellement percuté le papier, bon d'accord, ces tâches étaient dues à une fausse route et non au ton sec de cette invitation. Mon père m'avait hurlé dessus, ce potage aux morceaux de crustacé était pour lui et non pour moi. J'en étais où ? Ah oui, en relisant sa signature, je me demandais si cette femme ressemblait réellement à ma vision que je me faisais d'elle. Si c'était le cas, je la plaignais !

L'annonce de ce mariage avait monopolisé les articles de journaux. La plupart de nos clients en parlaient, ils étaient tous existé comme des enfants, selon eux, c'était l'événement à ne pas rater. Cet cérémonie était en train de faire de l'ombre aux mariages princiers. Les articles soulignaient les prix déboursé, ils décrivaient leurs enterrements de célibataire et ils annonçaient le choix du traiteur ... on était forcément au courant que, ce samedi il y avait un mariage de milliardaire. Cette famille était vraiment très riche, avec les dépenses engendrés par cette futur union, j'aurais pu acheter deux voitures pour Violet et assouvir aux besoins d'un cheval boiteux pendant un an. Même si je n'échangerais jamais mon père, pourquoi cette vieille Nerys ne m'a pas adopté ? C'est toujours utile d'avoir un petit chinois dans sa maison. Je serai riche sans avoir besoin de travailler et puis au moins, je serais à quoi ressemble la marié. Tout ce que je savais sur elle, c'était qu'elle avait un beau compte en banque, qu'elle allait épouser un certain William, qu'elle était journaliste et qu'elle ... c'est tout. Ressemblait-elle à sa grand-mère ? Pour le bien morale de son fiancer, j'espérais que non et pour elle aussi bien sûr. Son prénom était Louna, une personne portant un aussi joli prénom devait être charmante. Son futur époux allait épouser sa famille et sa richesse. En réfléchissant quelques instants, oui ça m'arrive, je ne le connaissais pas non plus.



Venir à un mariage alors qu'on ne connaît pas les personnes qui vont se dire oui pour la vie, ça ne faisait pas pique assiette ? C'est vrai que je n'y allais pas pour eux, je voulais vérifier si l'eEster de mon imagination était la même dans la vrai vie. Tout comme, je voulais goûter la fameuse cuisine d'Alberto ! J'avais découvert, en lisant le journal, que cette harpie avait dénigré notre restaurant. Bien sûr, ce n'était pas tellement la vérité, mais ne pas nous choisir c'est dénigrer les talents de mon père. Elle avait préféré engager un Italien, son prénom était Alberto donc il était forcément Italien, plutôt que les Chinois. Un affront ! J'étais persuadé que nos plats auraient fait plus d'effet dans les palets des invités. C'était pour vérifier ma théorie que je m'étais habillé comme une personne de haut rang. Pas de cravate, surtout pas, ça m'a toujours donné l'impressionne d'avoir une corde autour du cou, mais à la place un nœud de papillon. Sur le Docteur Who X, c'était génial alors pourquoi sur moi ça ne ferai pas le même effet ?


Mes deux cavalières n'étaient peut-être pas en retard, mais c'était peut-être moi qui avais de l'avance, pour rétablir l'honneur des Chinois ? J'avais réussi à avoir une après midi de repos, j'avais bien expliqué que je n'y allais pas pour m'amuser, mais pour goûter les préparations de l'Italien. Cela avait dû faire de l'effet dans les oreilles du patron et puis, ce n'était pas comme-ci que tous nos clients seraient dans ce manoir gigantesque. Pour l'idée de l'amusement, c'était un tout petit eu faux. Je m'amusais tous le temps quand j'étais en présence de Violet et de Jude. Quoique, la serveuse était toujours remontée contre nous, apparemment elle tenait beaucoup à sa voiture. J'étais pressé de les voir arriver avec leurs robes chinoises. Je ne pouvais pas être habillé dans nos vêtements traditionnels, ça ne me mettais pas en valeur et j'étais trop grand. Alors qu'elles, elles pouvaient montrer nos couleurs et prouver que nos préparations auraient tout déchirés !

A force de m'impatienter et de me faire observer par d'autre invité et par le contrôleur d'invitation, je me décidais enfin à entrer. En lui tendant la mienne, il fit une triste mine. Il n'aimait pas l'odeur des crevettes ? Je le remerciais d'un sourire avant d'entrer dans le jardin. Bon d'accord, j'avoue que j'avais attendu que cinq minutes mes retardataires, mais quand on s'ennuie le temps passe si lentement. Être riche avait beaucoup d'avantage et en plus ils avaient une maison magnifique. La décoration extérieure était très florale, en même temps, ils pouvaient jeter l'argent par les fenêtres. Dans ma lancé, je m'arrêtais près de la table des cadeaux, je n'en avais pas, mais j'espérais que les filles en avaient un. Après tout, c'était elles les femmes, elles qui pensaient à tout. Ensuite, je me dirigeais vers mon but. Il y avait bien trop de personnes autour de cette table, la nourriture de l'Italien était-elle aussi bonne ? J'observais les convives qui étaient près du buffet, je remarquais immédiatement les demoiselles d'honneurs. Elles portaient toutes les mêmes robes vertes. De nombreuse personne avait une boisson dans les mains, mais très peu avaient la bouche pleine. Il y avait une blonde qui était sur le dos d'un homme, avait-elle déjà trop bu ? Je m'arrêtais à mis-chemin pour contempler les personnes qui n'étaient pas près des plateaux de nourriture. Un homme seul qui avait une tête familière, deux femmes habillées en vertes, deux personnes avaient du champagne dont le propriétaire de la casse je crois bien, il y avait beaucoup de monde ! Je reconnaissais quelques visages, dont le docteur Lynch, Sky travaillait avec lui en ce moment et il parlait à une employée du Granny's, autant dire une adversaire! Les deux autres personnes, je ne me souvenais pas de les avoir déjà rencontrés. En souriant à quelques personnes qui m'adressaient un sourire, je croisais les doigts pour qu'elles arrivent vite. Je commençais à avoir faim ...  

© Méphi.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Mary Margaret Blanchard
Admin ೨ Blanche-Neige

✒ Curse :
10071
✒ Coeur :
Mariée à son Prince Charmant
✒ Statut :
Enceinte de trois mois
✒ Personnage de Conte :
Blanche Neige


MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   Ven 8 Nov - 14:35



Mary Margaret




Un mariage ! J'adore les mariages !

Un événement des plus magnifiques était entrain de se préparer depuis quelques temps. En effet, un mariage allait avoir lieu à Storybrooke et on ne pouvait pas dire qu’il ne faisait pas parlé de lui. Le Daily Mirror ne faisait qu’en parler à chaque parution, autant dire qu’on ne pouvait pas ne pas être au courant. Il faudrait vraiment être quelqu’un de très solitaire et renfermé pour ne pas savoir que Louna Nerys et William Blackwood se mariaient. J’étais réellement heureuse pour eux et surtout pour Louna, faute de connaître l’homme qui allait partager sa vie. Surement était-il quelqu’un de tout à fait sympathique et convenable. Peut-être aurais-je assez de chance pour faire également sa connaissance. La dernière fois que j’avais assisté à un mariage, c’était celui de Meghann et d’Hayden. Normal que j’y sois allée en tant que meilleure amie des mariés. Si j’avais loupé ça, ma rouquine d’amie m’aurait passé un savon (d’ailleurs, je ne serais peut-être plus là pour en parler).

Les mariages étaient toujours un grand moment d’émotion pour moi. Si je me mettais à pleurer au moment de la cérémonie, il ne faudrait surtout pas s’étonner. Oui, j’étais une grande sentimentale, et alors ? Il n’y avait pas de mal à pleurer pendant un mariage et je ne serais sans aucun doute pas la seule. Et même si c’était le cas, tant pis. A cet événement, je m’y rendais avec David et autant dire que j’étais méga angoissée à l’idée de faire une apparition publique à ses côtés. Même s’il était séparé de Kathryn depuis quelques temps, je ne pouvais pas m’empêcher de me montrer nerveuse car pour certains, j’étais encore la briseuse de couple. Régina se faisait une joie pour faire en sorte de me maintenir cette pancarte au-dessus de ma tête. D’ailleurs, ma dernière conversation avec elle avait été assez houleuse. Je ne m’étais pas laissée faire, mais malheureusement, face à elle, je ne pouvais absolument rien faire. Heureusement que j’avais Emma de mon côté qui s’assurait qu’elle ne parte pas trop loin dans ses menaces.

Comme beaucoup de monde à Storybrooke, je m’étais levée assez tôt pour pouvoir me préparer. Ma journée avait commencé par un chocolat à la cannelle, comme j’avais l’habitude de le préparer. Pour cela, Emma et moi nous entendions très bien car c’était ainsi qu’elle le prenait. Je pouvais en verser directement pendant la préparation plutôt qu’à part, ce qui m’arrangeait grandement car c’était nettement meilleur. Je voulais bien reconnaître que c’était un mélange assez spécial, mais loin d’être dégoutant, comme on pouvait le croire. Il fallait juste aimer la cannelle. Enfin bref, j’avais un peu trainé en longueur au niveau du petit déjeuné. Emma n’était déjà plus dans l’appartement et du coup, je prenais mon temps. Sauf qu’en voyant l’heure avancer, je m’étais dépêchée pour quand David arriverait. Il avait dit qu’il passerait me chercher vers dix heures, ce qui me laissait encore une bonne heure pour me préparer. Normalement, ce serait amplement suffisant.

Pour ce mariage, j’avais opté pour une robe blanche assez simple et sans aucune extravagance. Premièrement parce que je détestais attirer trop l’attention et deuxièmement, on ne pouvait pas éclipser la mariée. Et puis, je trouvais qu’elle m’allait très bien cette petite robe. Après une bonne douche, je me préparais et terminais à peine quand on frappa à la porte de mon appartement. En ouvrant la porte, je le découvris encore plus magnifique que d’habitude. Si je pensais que David était l’homme parfait, j’avais face à moi du plus que parfait. Un sourire se dessina sur mes lèvres instantanément. C’était l’effet Nolan, je n’y pouvais rien. Mes craintes quant à cette apparition publique venaient de s’envoler encore plus rapidement qu’elles étaient venues. Il n’y avait pas à dire, à ses côtés, je ne craignais vraiment rien. Je pourrais sans aucun doute franchir des montagnes avec lui et sans aucune difficulté.

Dans son costume gris clair, je découvrais une facette de David que je ne connaissais pas encore et comme tout ce que je connaissais déjà de lui, ce nouveau côté me plaisait énormément. En même temps, il faudrait être extrêmement difficile pour ne pas aimer quelque chose qui venait de chez lui. Je sentis mes joues rosir légèrement face à son compliment. C’était dur de ne pas se laisser envouter quand l’homme qu’on aimait venait vous dire que vous étiez resplendissante. Un sentiment de plénitude m’envahissait progressivement. Quand j’étais à ses côtés, j’étais enfin entière. Je n’avais plus aucun doute quant au fait que David Nolan était ma tendre moitié. Moi qui avait attendu le prince charmant toute ma vie, on pouvait aisément dire que je venais de le trouver et je n’étais pas prête de le laisser s’en aller. J’avais abandonné une fois et ça m’avait tué. Je n’étais pas prête de recommencer.

- Je te retourne le compliment, répondis-je. Tu seras sans aucun doute le plus beau témoin de tout le mariage.

Comme d’habitude, la sensation de ses lèvres sur les miennes réveilla des papillons dans mon ventre et mon cœur se mit à palpiter plus fort. L’effet Nolan était réellement pire qu’une drogue. Je répondis à son étreinte avec plaisir avant d’obéir lorsqu’il me demanda de fermer les yeux. Un léger sourire restait imprimé sur mon visage et j’avais du mal à m’en défaire. Et puis, pourquoi ne voudrais-je plus sourire ? J’étais heureuse alors je continuerai à sourire de toute façon. Au bout de deux ou trois secondes, je sentis mon poignet se lever et doucement, je sentis que David était entrain d’y attacher quelque chose. Mon sourire s’élargissait. Je devais ressembler à une imbécile heureuse, mais je m’en fichais. Lorsque je sentis le bracelet attaché, mes yeux s’ouvrirent et je les baissais vers mon poignet. Le bracelet que David m’avait offert était en mailles serrés avec une colombe aux ailes déployées. Autant dire tout de suite que je le trouvais magnifique.

- C’est…

Je n’arrivais même plus à trouver mes mots. J’aurais pu dire qu’il était magnifique, mais je ne trouvais pas que le mot était assez fort pour décrire la beauté du bracelet. Aussi, je me hissais sur la pointe des pieds pour déposer un nouveau baiser sur ses lèvres. Par ce geste, je le remerciais en même temps que je lui montrais combien j’adorais tout simplement son cadeau. Après cela, il était tant que de partir si nous ne voulions pas être en retard. Je fermais la porte derrière moi puis nous nous rendîmes main dans la main jusqu’à sa voiture. En arrivant face à celle-ci, David me précisa qu’il l’avait loué pour la journée. Je hochais la tête en guise de réponse. Le trajet ne fut pas spécialement long. Storybrooke n’était pas une très grande ville. D’ailleurs, c’était pour cela qu’on la qualifiait de bourgade. Après que David eut confié les clés de la voiture au voiturier, je le suivis à l’intérieur de la propriété. Ce n’était pas la première fois que je passais devant le manoir, mais ce que j’y voyais me laissa pantoise.

Absolument tout était décoré pour l’occasion, tout était fleuri et je ne pouvais qu’être ébahi par la décoration. Je trouvais ça magnifique. Il n’y avait pas à dire, ils avaient mis le paquet pour ce mariage. Je comprenais aisément la raison. Tout cela devait rester graver dans la mémoire des mariés alors il fallait tout faire en grande pompe. Il y avait aussi déjà pas mal de personnes de présente et je ne pouvais pas m’empêcher d’être nerveuse à nouveau. Je serrais légèrement la main de David dans la mienne tandis que nous nous mélangions parmi la foule. Tout ce que j’espérais, c’était que personne ne viendrait gâcher le mariage en venant proliférer des remarques désagréables. Ce serait plus que ce que je ne pourrais supporter. Mais pour l’instant tout allait bien et d’ailleurs James et Jill se dirigeaient déjà vers nous. Je connaissais James pour avoir déjà fait appel à lui suite à un souci d’électricité et Jill, je l’avais souvent croisé chez Granny où je passais pas mal de temps. Je leur offris un sourire et après les avoir salué, je répondis :

- Parfaitement bien, et vous ?
© Méphi.


I make a mistake

   

« I thought we were doing something brave for our child. And we were brave… but we weren’t king. We were selfish. If anything, we are not heroes anymore… »© Eöl
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !   
Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Intrigue n°2 ೨ Un mariage à Storybrooke !
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de mariage de Paquerette et Philipaurus
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Résumé de l'intrigue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Intrigues-