★ Coup de cœur Novembre 2016 de Disney World Pub
★ Coup de cœur Mars 2017 de Ouaf Ouaf Pub

Le forum fête ses 5 ans d'existence !
Venez ici nous laisser votre plus beau message !
Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane   Mar 29 Oct - 19:22



Dame du Lac & Morgane

"Etre amie/ennemie au fil de la mélodie "

Ondine était de retour dans le monde des humains mais ce n'était que pour une courte période, elle rejoignit son lac dès en arrivant et s'octroya quelques heures de sommeil pour récupérer du long voyage entre la vallée des fées et le royaume dans lequel elle venait de poser les pieds. Le lendemain elle se leva de très bonne heure, il faisait encore nuit, elle enfila une cape et sortit avant de se prendre une taille humaine. Sa robe bleue avait laissée place à une longue robe d'un blanc étincelant et sa cape était doublée de fourrure blanche. Elle en rabattit la douce capuche sur sa chevelure noire et fit quelques pas pour s'éloigner de son lac tant aimé, elle n'eut pas à aller bien loin avant de trouver l'homme qu'elle espérait voir. Le vieil homme se tenait tranquillement assis dans le creux d'un arbre et lorsque Ondine le vit elle se rendit que tout comme elle il n'avait pratiquement pas changé durant toutes ces années. Elle s'approcha tranquillement dans l'homme à la cape grise et lui sourit avec douceur.

- Je suis ravie de te revoir Myrddin, ta compagnie se fait rare …

- Il est temps Viviane …

Ondine grimaça en attendant le nom humain que lui avait attribué les hommes, bien sûr elle aurait pu tomber sur bien pire mais cela lui faisait toujours bizarre de l'entendre de la bouche d'un sorcier, quel qu'il soit…. Elle regarda Merlin en s'attendant à ce qu'il continue mais celui-ci se contenta de fixer l'horizon sans la regarder. Elle regarda dans la même direction en tâchant de voir ce qu'il pouvait regarder, il n'y avait là qu'une brume épaisse qui annonçait le froid de la nuit et de la journée qui viendrait, par habitude plus que par froid Ondine resserra sa cape autour d'elle. Dans le silence de la nuit elle réfléchit à ce que voulait bien pouvoir dire son compagnon, sans trouver la raison de sa présence ici.

- Elle est prête …

Là il n'avait pas besoin d'en dire plus, la Dame du Lac n'avait accomplie que peu de mission en compagnie du puissant Merlin mais celle-ci l'avait marquée plus que les autres car elle avait emmener une petite fille loin de sa famille et des siens. Il y a 10 ans la fée Viviane avait emmené une enfant appeler Morgane dans le royaume d'Avalon pour qu'elle puisse étudier et accomplir la grande destinée qu'on lui avait préparée. Ondine en savait beaucoup sur le destin de la petite et une bouffée de bonheur l'emplit en songeant qu'elle allait enfin libérer sa protégé, bien qu'elle ne l'ai pas vu depuis qu'elle l'avait laisser à Avalon.

-Je partirai demain dans la nuit pour aller la chercher …

Merlin hocha la tête, elle se remit à scruter l'horizon avant de se tourner à nouveau vers son ami mais celui-ci avait disparu en silence, "frimeur" songea t-elle en souriant, elle se remit à marcher en direction de son lac, elle croisa un pécheur très matinale et elle lui sourit calmement avant d'entrer en douceur dans son lac et de disparaître de sa vue, elle ressortit plus loin sous sa forme de fée et rentra dans le nénuphar qui lui servait de maison. Elle prépara un petit sac avec ce qu'elle aurait besoin pour se rendre dans la cité mystique. La journée passa rapidement et de que le soleil eut disparu pour laisser place à la nuit, Ondine sortit de son lac comme la Dame qu'elle en était, tout de blanc vêtue et pris le chemin qui la mènerait jusqu'à Morgane.

Elle voyagea deux jours durant, alternant des phases de marche et de vol, oh elle aurait pu passer d'un lac à un autre pour arriver plus vite mais elle appréciait de fouler la terre des hommes. Puis alors que la nuit commençait à se lever, elle traversa enfin les brumes et entra dans la cité d'Avalon, elle avança vers une haute bâtisse et entra sans y être invité. Là elle trouva une femme qui la regarda d'abord avec méfiance puis elle reconnut Viviane, elle s'inclina jusqu'à ce que la Dame du Lac lui demande de se relever.

-Je suis venue chercher l'enfant Morgane, il est temps pour elle de venir avec moi.  

La femme la regarda un moment interdite puis elle tourna les talons et partit à grand pas pour obéir à la demande d'ondine, elle s'installa dans un salon et pris un siège confortable face à la porte, prête à accueillir Morgane avec bonheur, elle gardait en elle l'image de l'enfant qu'elle avait emmener des années plus tôt ici, oui elle avait hâte de la revoir et de l'emmener sur la barque qui la ramènerait dans son véritable monde, le royaume de ses parents pour retrouver sa famille.


Codage par Phantasmagoria
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane   Ven 15 Nov - 23:53



Dame du Lac & Morgane

« Une bonne fée est une fée de bonne humeur, et une mauvaise fée est une fée que l’on a offensée. » Katherine Briggs.

L'Avalon, royaume de Féerie, qui se perd à l'ouest du monde. Cette île n'était sur aucune carte marine, mais certains marins ont croisé ses rivages, perdus dans la brume. L'île fortunée se trouvait quelques parts au milieu d'une eau à perte de vu. Sept fées y résidaient, leurs premières missions étaient d'entretenir un verger enchanté où poussent des pommes d'immortalité et d'éternelle jouvence. Un fruit fabuleux qui sont convoité par les Hommes qui connaissent leurs existences, tout y poussaient tout seul. Dans cette île, il n'y avait ni mort, ni souffrance, ni honte, ni rien d'autre qu'une joie sans fin et une immense jeunesse pour les fées. Seul Morgane était ivre de liberté, ses moments de joies étaient limités à des simples jeux d'enfants. À son arrivée, cette petite fille était terrifiée et abasourdit par la beauté de ce lieu. Au fur et à mesure que la lune se métamorphosait, ses yeux ne voyaient qu'une vaste contré entouré d'eau glaciale.

Les fées qui foulaient cette terre la charmaient avec leurs récits et leurs enfantillages, mais elle ne pouvait plus se réduire à s'extasier comme elles. Elle mûrissait comme une pomme, sa peau s'asséchait par l'absence de caresse du vent de son enfance. Morgane s'enlisait dans l'ennuie et dans l'apprentissage. Cette dernière avait appris de nombreuses choses sur ses femmes ailés, quelques fois elles dansaient au clair de lune, et assistaient à la naissance des princes pour leur faire un don. Les fées aux âmes immortelles pénétraient les secrets de la nature, grandissaient à leurs propres guises, d'un battement d'ailes, leurs silhouettes devenaient semblable aux humains. Elles avaient une reine qui les convoquait tous les ans en assemblé général, pour récompenser celle qui avait fais-le bien autour d'elle, mais pas seulement. Titania gérait la moindre crise qui émanait de ses sujets, elle était le juge et le bourreau à la fois. Les fées sont dotées de toutes les grâces de la femme idéal. Elles sont d'une beauté qui était loin d'être commun et possédaient des pouvoirs surnaturels qui les distinguaient du commun des mortelles. Tout au long de son apprentissage, Morgane avait compris que ces créatures formaient une véritable société, avec ses règles, ses comportements et ses modes de vie, elles étaient comme les Hommes. Leurs nourritures étaient semblables, elles dormaient, mangeaient et jouissaient du travail qu'elles accomplissaient.

Dix ans avaient passé, des années qu'elle avait vécue dans cette chambre aux allures démesurés, mais elle se resserrait au fil des années qui la vieillissait. L'aube éclaircissait le ciel, un matin frileux qui laissait une marque sur la terre des hommes, la rosée. Morgane avait fait un rêve ce soir-là, une personne drapée de blanc était venu au château. Sa présence lui était familière, pourtant son visage lui était interdit, une cape le recouvrait. Sa venue dans cette cité lui était inconnue, tout comme son nom. Assise dans un fauteuil, devant la cheminée brulante, elle avait son livre des rêves sur les genoux. Chaque songes qui étaient difficiles à saisir étaient écrit sur ces pages blanches. Tout en regardant des oiseaux prendre leurs envols, elle coiffait ses longs cheveux noirs. Celle-ci méditait sur le sens de ses rêveries lorsqu'elle fut distraite par une des sept. Une personne voulait voir la jeune Morgane, personne ne venait lui rendre visite, hors mit Merlin. Toutefois, une étrange sensation lui dictait de ne pas croire ses anciennes habitudes.

Posant son livre sur la table, Morgane prit le même chemin de son instructrice. La chaleur de sa chambre commençait à se dissiper dans le couloir, de léger frison la traversait. Chaque couloirs avaient été traversés par cette jeune fille, pour sortir d'une pièce ou pour y entrer. Lorsqu'elle était plus jeune, le noir la terrifiait, alors elle marchait en glissant ses doigts sur les murs de pierre. Un acte qui la rassurait quelques peu, mais maintenant, elle se contentait de marcher jusqu'aux portes, sans s'arrêter. En arrivant dans la grande salle, la jeune Morgane aperçue une femme qui attendait patiemment sur un siège de velours. Des longs cheveux brins surplombaient la blancheur de sa robe blanche, ses traits de visage étaient fins, une femme magnifique. Cette personne n'était pas une inconnue, elle était la dame du lac, celle qui l'avait amené sur Avalon. Au-dessus du lac empourprée, elle traçait sur les eaux, un sillage de lumière, plus brillant que le diamant. Une autre chose qui avait émerveillé l'enfant qui, avait bien grandit aujourd'hui. Elle se prosternait devant elle, une salutation pour une personne qui avait un rôle important dans la société des fées.

- Vous m'avez fait demander madame ?

Morgane était devenu respectueuse et infiniment courtoise. Elle n'avait pas seulement apprit les rudiments des fées, elle avait été éduquée comme une vraie dame de la cour. À présent, elle savait coudre, chanter, jouer de la musique, danser ... elle savait se comporter comme il le fallait, dans toutes les situations possibles. Elle avait raison, cette personne n'était pas Merlin. Ses doigts époussetèrent légèrement sa robe, cette apprentis avait des tenus bien plus légère que celle de Viviane. Ses vêtements étaient le seul élément qui pouvait être choisi par ses soins, une prédilection qui n'était pas acceptée par toutes les femmes de cette île enchanté. La même fée qui était venue la chercher venait de déposer un bagage sur le sol et s'engouffrait de nouveau dans ce couloir. Cette jeune femme s'interrogeait sur la venue de la Dame du lac, pourquoi maintenant ?

- Vous êtes venue pour examiner mes progrès ?

Viviane avait mit dix ans à venir sur Avalon, elle devait avoir une bonne raison pour se déplacer jusqu'ici. Toutefois, Morgane ne comprenait toujours pas sa raison d'être devant elle.


Codage par Phantasmagoria
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane   Lun 6 Jan - 19:58



Dame du Lac & Morgane

"Nous rentrons à la maison "

Assise calmement elle laissa ses yeux vagabonder sur les flammes de l'âtre, cherchant  à m'imaginer quels changements avaient bien pu subir sa protégée et l'impatience la gagnait pas à pas à mesure que les minutes s'écoulaient. Elle n'eut pas a attendre longtemps, on toqua d'un coup rapide et discret à la porte et celle-ci s'ouvrit pour laisser entrer deux jeunes femmes. La plus jeune des deux la détailla rapidement du regard avant de s'incliner d'une façon très respectueuse devant elle.

- Vous m'avez fait demander madame ?

Ondine lui fis un doux sourire, sans un mot elle se leva et alla se mettre devant la jeune fille qui épousseta sa robe de façon discrète. Ce geste de coquetterie venant d'une enfant qui essayait de plaire à quelqu'un d'important mit une pointe de tristesse dans le cœur de la fée.

- Vous êtes venue pour examiner mes progrès ?

La dame du lac leva ses longs doigts effilés et caressa la joue de Morgane avec douceur en lui souriant. Elle se doutait bien que cette enfant n'avait pas l'habitude de ce genre de geste de tendresse qui bientôt allait devoir redevenir son quotidien auprès de sa famille.

-Oui et non, répondit enfin Ondine. Myrrdhin m'envoie te chercher, mais je dois d'abord juger si tu es prête pour la suite de ton destin.

Alors la Dame du lac passa un long moment à interroger Morgane sur diverses choses, l'histoire, la politique, la diplomatie, les règles d'une vie à la cour. Elle osa même lui demander de jouer un morceau de musique pour achever son interrogatoire. Lorsque Morgane fit sonner les dernières notes de musique, Ondine tapota discrètement dans ses mains pour la féliciter, puis elle se leva et alla prendre les mains de la jeune fille qui attendait sûrement avec impatience son jugement.

-Tu es prête cela ne fait aucun doute … je fais demander à ce que l'on prépare ta malle aujourd'hui je t'emmène avec moi, nous rentrons à la maison.

Elle ouvrit alors la porte du petit salon où elles se trouvaient et exécuta la demande qu'elle venait de formuler, elle entendit bientôt plusieurs bruits de pas qui s'empressai de répondre à sa requête, en quelques heures tout fût prêt. Elle fit un signe du bras à Morgane pour l'inviter à marcher à ses côtés pour sortir du sanctuaire qui avait été le sien depuis des années.

-Tu dois te poser bien des questions et cela se comprend, je serais ravie de t'en offrir les réponses dans la limite de mes capacités tout du moins.

Dès qu'elles furent dehors elle rabattit d'un mouvement fluide sa capuche sur ses cheveux et pris la direction du port, autant elle était arrivée en volant autant à cet instante elle allait devoir traverser la rive en barque comme lorsque elle avait amené Morgane ici pour la première fois mais cette fois ci elle lui rendait sa liberté. Elles prirent toutes deux places dans la barque sur laquelle la Dame du Lac posa sa main pour la faire avancer sans ramer, Elle attendait que Morgane lui livre ses pensées mais celle-ci ne semblait pas décider à moins que ce ne fut la tristesse de quitter un refuge tant aimé qui la rendit muette. Elle se devait de la tirer de ces rêveries quoi qu'il en soit.

-Ce soir nous retournons sur terre et demain nous prendrons un carrosse pour se rendre dans le royaume des parents, tu vas enfin pouvoir rentrer chez toi ! J'espère que cela te réjouit, c'est un grand jour pour toi non ?

Elle lui offrit de nouveau un sourire qu'elle voulait rassurant et encourageant sans pour autant se sentir entièrement à l'aise, elle sentait comme si quelque chose n'allait pas. Elle sonda rapidement l'océan en cherchant un quelconque danger sans ne rien percevoir, cela devait être sûrement le stress du voyage qui lui jouait des tours.


Codage par Phantasmagoria
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane   Dim 9 Fév - 17:33



Dame du Lac & Morgane

« Une bonne fée est une fée de bonne humeur, et une mauvaise fée est une fée que l’on a offensée. » Katherine Briggs.

« Les hommes ont inventé le destin afin de lui attribuer les désordres de l'univers, qu'ils ont pour devoir de gouverner »
C'est donc cela qu'on attribuait à la jeune Morgane, rattraper les erreurs d'un roi et les défauts d'un père. Gorlois se sentait incapable de pardonner la trahison de sa femme, il ne pouvait pas oublier la présence d'un fils bâtard et qui plus ait, n'était pas le sien. Une douleur lancinante brûlait en lui, ce qui le poussa à éloigner les membres de sa famille, tous un peu plus loin des uns des autres. Son destin à lui était de mourir trahit par la femme qu'il aimait et celui de Morgane était de réunir les membres de cette infidélité. Un père, une mère, un fils. Où se trouvaient les trois jeunes filles dans cette nouvelle famille ? Qu'elles étaient leurs places à elles ? Toutes les trois avaient atteint l'âge d'être une épouse, d'être mère, devraient-elles encore une fois être exilés dans un autre royaume et être la dame d'un homme aussi orgueilleux qu'Uther ? Cette jeune apprentie savait que sa vie était enchaînée à la celle d'Arthur, captive du trône, esclave de la royauté. Le seul réconfort qu'elle pouvait se permettre, était celui du mariage. Elle avait une grande chance de ne pas être donner dans une union dépourvue d'amour, contrairement à ses deux sœurs.

Durant toutes ces années, elle avait obéi aux règles, elle avait vécu dans l'attente, que pouvait-elle faire pour que le destin des hommes devienne le sien ? Que devait-elle faire pour qu'il ne soit pas dicté pas les autres et qu'elle soit le seul juge de sa vie ? Elle était qu'un jouet dans les mains des grandes personnes, une marionnette qui devait se soumettre au destin qu'on lui avait réservé. En apparence, elle était aussi docile qu'un animal en cage, alors qu'elle était aussi imprévisible que l'océan, froide et emplit d'amertume. Ses traits de jeune fille sage attirèrent la dame du lac à lui offrir, avec toute la délicatesse du rang qu'il lui était dû, une caresse. Sur cette île fortunée, les contacts physiques étaient peu présents, ou du moins, jamais Morgane en reçu. Elle imita la fée, un léger sourire se dessina sur son visage.

- Oui et non, répondit enfin Ondine. Myrrdhin m'envoie te chercher, mais je dois d'abord juger si tu es prête pour la suite de ton destin.

Le destin, la dame du lac était donc venue pour cette raison, pour le destin d'une jeune fille perdue. Elle était encore plus dans cette matinée, pour qu'elle raison Merlin n'était pas venu pour la ramener au château ? C'était lui qui se chargeait d'étudier les progrès de cette fillette. Elle était plus choquée qu'heureuse, bien sûr, elle allait peut-être quitter cette île, mais le vieux sorcier n'était pas là. C'était la fée Viviane qui allait juger si elle était capable de venir à la cour du roi et elle ne tardait pas pour commencer ses épreuves. Elle subit un long interrogatoire, sur de multiple domaine, l'histoire était le sujet qu'elle maîtrisait le mieux. Savoir qui avait perdu ou qui avait gagner durant une bataille, qui détestait qui, elle aimait tout connaître sur des ennemis. Ondine lui épargna la guerre entre son père et Uther, un acte qui la réconfortait. Elle était là pour juger ses connaissances et non la déstabiliser. Pour finir, la femme au cheveu ébène lui demanda de jouer une mélodie. Morgane s'était perfectionner au violon et violoncelle, mais elle n'eut pas à choisir entre les deux instruments, puisque seul le violoncelle se trouvait dans la pièce. Il au fond de cette pièce endoloris par la vieillesse, Grand et majestueux, elle avait souvent peur de le laisser tomber et qu'il se brise. Chaque note qui retentissait était un message d'espoir, elle aspirait à une vie la plus belle possible et non à une vie de servitude. À la fin de son morceau, la dame du lac se rapprocha délicatement et lui prit les mains tout en lui donnant son avis. La jeune magicienne allait abandonner son statue d'apprentis et quitter l'île d'Avalon. Le terme « maison » la fit sourire, sa maison n'était pas Camelote, tout comme cet endroit. Elle allait rejoindre un autre château et elle sera encore plus épiée. Toutes ses affaires furent pliées en quelque temps, apparemment, les fées de cette demeure étaient pressées qu'elle parte. La suivante de très près, elle regardait pour la dernière fois les portes qui se refermaient derrière elle.

- Tu dois te poser bien des questions et cela se comprend, je serais ravie de t'en offrir les réponses dans la limite de mes capacités tout du moins.

Morgane lui sourit en signe d'acceptation, mais pouvait-elle vraiment lui demander si elle pouvait la libérer et la laisser dans le château de Gorlois et non celui des Pendragon ? Assise dans cette barque, elle ne quittait pas du regard ce lieu qui l'avait vu grandir. Cette scène était du déjà vue pour cette jeune fille, c'était de cette manière qu'elle était arrivée et ça devait être de cette manière qu'elle devait le quitter. Devait-elle ressentir de la tristesse ? Non à la place, c'était de l'appréhension, on sait ce qu'on quitte, mais pas ce qu'on trouve. Comment étouffer l'angoisse qui dictait sa vie ? Être à la hauteur des exigences des fées, de Merlin et à présent, celle de la dame du lac. La peur de ne jamais revoir ses sœurs, la crainte de vivre auprès d'Uther, l'appréhension de voir l'amour de sa mère pour cet homme ... À quoi ressemblait le monde ? Avait-il changé depuis dix ans ? Ondine la tira de son silence en une phrase :

- Ce soir, nous retournons sur terre et demain, nous prendrons un carrosse pour se rendre dans le royaume de tes parents, tu vas enfin pouvoir rentrer chez toi ! J'espère que cela te réjouit, c'est un grand jour pour toi non ?

Morgane était emprisonner dans les mensonges et la crainte, perdue dans les émotions qui la submergeait, de la colère et tellement de tristesses. Au dernier souffle de son père, elle ne pouvait pas être à son chevet, elle était déjà si loin de lui. Elle en voulait au monde de lui avoir prit son père, elle en voulait à sa mère, elle en voulait à Uther, elle en voulait à tous ces êtres qui avaient encore un père. La consolation qu'on lui avait offerte était celui d'être bannie sur cette île. Sa mort avait laissé sur elle une emprunte indélébile, une emprunte qui la poussait dans une colère qu'elle apprenait à contrôler, mais pas encore assez. Se levant brusquement de la barque, elle se mit à gémir :

- Uther n'est pas mon père, il est celui d'Arthur et non le mien, mon père est mort. Je ne vais pas retrouver mes parents et jamais je ne les retrouverais, on m'a enlevé ce droit il y a bien longtemps.

La barque tanguait encore, elle fut étonnée de ne pas avoir trébuché dans l'eau. En adoptant un regard plus doux, elle se réinstalla correctement. Après tout, la dame du lac pourrait changer d'avis et la ramener dans le monde des fées. Elle abandonna son regard de haine pour celui de la tristesse, fixant les remous de l'eau, elle s'efforçait à revoir le visage de son père, avec le temps, il était devenu si flou. Cherchant dans sa mémoire un souvenir heureux, elle toucha cette eau si froide. Il lui était trop difficile de se cicatriser, la douleur était trop forte, comment pouvait-elle pardonner ? Tous les jours, elle avait une pensée pour lui et un songe pour une vie qui n'eut jamais la chance de voir le jour. Pouvait-elle avoir deux destins ? Celui de servir et de détruire ? Servir Arthur et détruire Uther ? Un jour, elle vengerait son père. Une fois, plus calme, elle leva les yeux sur Viviane et présentait ses excuses.

- Veuillez m'excusez, je n'aurais pas dû m'emporter de cette manière, cela ne se reproduira pas. Vous avez raison, ce jour est un grand jour, je quitte dix ans de ma vie pour retourner dans un monde qui était autrefois le mien, oui, ce jour est un grand jour.

Morgane cherchait à se convaincre, elle quittait une vie pour une autre, au fur à mesure que l'île abandonnait sa vue, elle devenait de plus en plus une dame de la cour et non plus une jeune apprentie. Elle était inquiète, comment les retrouvailles allaient se passer ? Allait-elle reconnaître sa mère et elle, allait-elle être reconnus ? Elle l'imaginait de mille façons.

- Qu'elle sera mon rôle à la cour ? Je dois retrouver mon jeune frère, le protéger au périple de ma propre vie et après ?

Elle referma sa cape sur ses bras nus et commença à observer la lune, qui venait d'apparaître, en attendant une réponse qui l'a rassure.


Codage par Phantasmagoria
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane   Lun 17 Mar - 14:33



Dame du Lac & Morgane

« Un nouveau départ »

La dame du lac n'avait cessé de lui offrir un sourire rassurant, bien sûr elle savait qu'elle allait une fois encore bouleverser la vie de sa protégée, néanmoins elle ne pouvait pas se douter des sentiments que pouvait ressentir la jeune fille qui lui faisait face.

- Uther n'est pas mon père, il est celui d'Arthur et non le mien, mon père est mort. Je ne vais pas retrouver mes parents et jamais je ne les retrouverais, on m'a enlevé ce droit il y a bien longtemps.

La Dame du lac offrit un regard compatissant à la jeune fille qui s'était littéralement remise sur ses pieds dans la barque, heureusement grâce à la magie de la fée l'embarcation ne se renversa pas, c'est comme si Morgane n'avait même pas bouger, la barque continuait son chemin immuable en tanguant légèrement, seul un léger mouvement de l'eau pouvait démontrer qu'une des passagères avait bougé. Une fois sa colère dissiper la jeune femme posa sur la dame du lac un regard plus doux et Ondine sut que l'orage était passé. Morgane se réinstalla correctement devant elle et laissa son regard vagabonder sur les flots tandis que Diane tentait de comprendre ce qui pouvait bien lui passer par la tête. Bien sûr elle aurait pu la bombarder de question mais elle préféra attendre en silence que sa protégée lui adresse de nouveau la parole.

Ondine posait un regard paisible et fièr sur les eaux qu'elle chérissait tant, rien n'était plus important pour elle que de protéger ce monde aquatique et terrestre dans lequel elle prenait plaisir à vivre chaque jour sans contrainte. Elle fut tirée de ses réflexions par sa protégée qui avait relevé les yeux sur elle.

- Veuillez m'excusez, je n'aurais pas dû m'emporter de cette manière, cela ne se reproduira pas. Vous avez raison, ce jour est un grand jour, je quitte dix ans de ma vie pour retourner dans un monde qui était autrefois le mien, oui, ce jour est un grand jour

Tandis qu'elle lui parlait Diane sentit que la jeune fille tachait plus de se convaincre elle-même plus que de lui répondre, doutait elle de l'incroyable destin qui l'attendait ? Ne sachant que faire pour tenter de la rassurer elle resta sans mot dire, elle inclina légèrement la tête pour l'informer que les excuses étaient acceptées

- Qu'elle sera mon rôle à la cour ? Je dois retrouver mon jeune frère, le protéger au périple de ma propre vie et après ?

Cette fois Diane entendit distinctement les craintes de la jeune femme qui lui faisait face, Morgane cacha ses bras nus dans sa cape et leva le nez au ciel pour observer la lune. De son côté la Dame du Lac posa sur elle un regard protecteur et se pencha pour lui prendre une de ses mains, une chose qu'elle faisait rarement avec les humains car elle préférait éviter leur contact, elle craignait plus que tout de les rebuter par la froideur de sa peau. Elle savait qu'il était de son devoir de rassurer sa protégée quant à ce qu'il l'attendait à son retour au château.

- Tu n'as pas à t'inquiéter, certes ta mission première est de retrouver et de protéger Arthur mais tu seras avant tout chose la fille de la reine, de par ce rang tu devras remplir certaines obligations que ta famille t'expliquera. Tu représente aussi quelque chose de plus grand qu'une princesse, tu es l'unique être magique de cette lignée voilà pourquoi nous t'avons assigner la protection de ton frère.

La Dame du lac essayait de choisir des mots qui rassureraient la jeune femme, elle ne voulait en aucun cas qu'elle soit terrorisée et incapable d'accomplir son devoir.

- Si tu crains de ne pas reconnaître les membres de ta propre famille je peut faire en sorte que tu reconnaisse chaque personne que tu croiseras au château.

Sur ces mots Diane plongea la main dans l'eau et en sortit une sphère parfaite, elle la fit s'envoler et stagner face au visage de Morgane. Pendant la fin de la traversée elle lui montra dans la globe aquatique tous les visages de la famille royale et leur prénom pour que Morgane puisse s'en souvenir au moment voulu. Enfin l'embarcation toucha terre, d'un mouvement fluide de la main Diane envoya la sphère retourner dans les eaux profondes du lac. Elle sortit avec légèreté de la barque et tandis une main à Morgane pour l'aider à descendre à son tour. Puis elle glissa le long du chemin et alla se poster devant une calèche qui les attendait là comme par magie, elle fit entrer Morgane et prit place à son tour dans le véhicule.

- Je n'ai pas répondu à ta dernière question, du moins pas dans son intégralité … Après avoir retrouvé ton frère tu devras également mettre fin à cette guerre stupide entre Gorlois et Pendragon qui n'a que trop durée. En ce qui concerne les autres aspects de ta vie, tu sera libre de tes propres choix n'est ce pas une agréable perspective tu n'aurais plus d'autre de notre part, nous n'interviendrons plus … mais sache qui si tu as besoin d'aide tu pourras toujours compter sur moi, il te suffira de penser à moi près d'une source d'eau et je viendrais dès que je le pourrais.

La Dame du lac sourit à nouveau et laissa son regard courir son regard sur la forêt, la lune enveloppait les bois d'une lueur argentée fantomatique. Sans s'en rendre compte son sourire s'atténua tandis qu'elle songeait à tous les dangers auxquels sa protégée allait devoir faire face à un moment ou un autre.


Codage par Phantasmagoria
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane   Lun 26 Mai - 18:49



Dame du Lac & Morgane

« Une bonne fée est une fée de bonne humeur, et une mauvaise fée est une fée que l’on a offensée. » Katherine Briggs.

« La liberté coûte très cher et il faut, ou se résigner à vivre sans elle, ou se décider à la payer son prix » José Marti.

Tous les beaux sourires de la Dame du Lac ne pouvaient pas apaiser la douleur et la colère de Morgane. Il était de même pour ses petits regards qui étaient emplis de compassion, eux n'effaceront pas la solitude et le désespoir qui l'avait habité durant toutes ces années. Après tout, la fée aux cheveux ébène avait une part de responsabilité à tous ces maux qui avaient été les siens. Avait-elle le droit de se comporter de cette manière ? De croire que cette petite fille insouciante et heureuse était restée la même au fil des années ? Cette enfant avait disparu, morte en même temps que son père. Tout ce qu'elle était autrefois s'était dissipé avec l'usure de sa propre existence. Elle s'était résignée à vivre cette vie, elle avait appris à se taire, à souffrir en silence, à aimer la solitude tout comme son amertume. À cet instant, elle sentait un frisson de joie, elle allait enfin pouvoir quitter l'île d'Avalon. Partir pour tout recommencer, une nouvelle vie, qui était encore offerte par la Dame du Lac et encore dictée par Merlin. Tous les deux avaient une main prise sur sa vie, sur son destin et sur sa liberté. Son regard avait fini de contempler son passé sans intérêt et à présent, elle ne pouvait s'empêcher d'étudier le visage de sa protectrice. Dix ans avaient passé et pourtant, son visage était identique, le temps n'avait pas d'emprise sur sa jeunesse et sur sa beauté. Contrairement à cette fée, Morgane sentait la fraîcheur de la nuit et sa cape ne suffisait pas pour la réchauffer. La main d'Ondine ne permettait pas de ressentir de la chaleur, elle était aussi froide que l'hiver. Le contact de leurs peaux ne lui était pas agréable, toutefois, sa main resta immobile et son visage inexpressif.

- Tu n'as pas à t'inquiéter, certes ta mission première est de retrouver et de protéger Arthur, mais tu seras avant tout chose la fille de la reine, de par ce rang, tu devras remplir certaines obligations que ta famille t'expliquera. Tu représentes aussi quelque chose de plus grand qu'une princesse, tu es l'unique être magique de cette lignée voilà pourquoi nous t'avons assigné la protection de ton frère.

Morgane ne se sentait pas rassuré et elle n'était pas heureuse d'entendre cela. Elle devrait protéger l'être qui avait ruiné sa famille, mais même si elle l'aimait, elle ne pouvait se réjouir que son propre destin soit enchaîné à celui d'Arthur. Fille d'une reine, elle avait toujours aimé entendre cette phrase, mais dite par la Dame du Lac, cette phrase avait un tout autre sens. Les obligations et non la liberté. Elle se sentait comme un animal en cage, impossible de dire ce qu'elle pensait, impossible de vivre la vie qu'elle avait choisie et aujourd'hui, elle allait être observée telle un monstre mystique. Cette fois, c'était à son tour de sourire et d'incliné sa tête en signe de remerciement. Toutefois, au fond d'elle-même, elle voulait fuir de cet endroit, courir vers le nord et commencer à vivre. Avant qu'elle retire sa main, Ondine continua à la rassurer, du moins, elle essaya encore.

- Si tu crains de ne pas reconnaître les membres de ta propre famille, je peux faire en sorte que tu reconnaisses chaque personne que tu croiseras au château. 

Morgane ne comprenait pas ce qu'elle insinuait, qu'est-ce qu'elle entendait par faire en sorte ? Elle dut attendre à peine une minute pour comprendre. Sa main plongea dans les profondeurs de l'eau glacée, elle en saisit une sphère d'eau qui lévita devant les yeux de Morgane. Le visage de sa mère se refléta dans ce globe, son visage n'était plus le même. Puis, vint le tour du visage d'Uther, c'était la première fois qu'elle voyait réellement son visage. Dans tous ces rêves, son visage était caché par une ombre noire. C'était donc lui qui avait condamné toute son existence. Elle vit encore bien d'autres visages et bien d'autres noms, sans pour autant les connaître.

Pendant que la barque se rapprochait de la rive, elle pensait à tout ce qu'elle avait perdu et à ce qu'elle avait gagné. La connaissance pouvait être une arme dans les mains de mauvaises personnes et malheureusement pour les Pandragon, l'esprit de Morgane devenait, de plus, en plus sombre. Les fées n'ont pas de dette face à la magie. Pourtant, pour les mortels, elle a toujours un prix, toujours. Uther l'avait utilisé pour avoir un fils, le prix avait été son père, tout comme sa propre vie. La sphère retourna dans l'eau et les deux jeunes femmes pouvaient enfin poser un pied sur le sol. Le sentier qui était près d'elles les emmenèrent à une calèche resplendissante. L'intérieure était confortable, mais un peu trop sombre pour Morgane. La voix d'Ondine l'interpella dans sa contemplation :

- Je n'ai pas répondu à ta dernière question, du moins pas dans son intégralité ... Après avoir retrouvé ton frère, tu devras également mettre fin à cette guerre stupide entre Gorlois et Pendragon qui n'a que trop durée. En ce qui concerne les autres aspects de ta vie, tu seras libre de tes propres choix n'est-ce pas une agréable perspective, tu n'aurais plus d'autre de notre part, nous n'interviendrons plus ... mais sache qui si tu as besoin d'aide tu pourras toujours compter sur moi, il te suffira de penser à moi près d'une source d'eau et je viendrais dès que je le pourrais. 

Sa liberté avait donc un prix, ce prix était Arthur et la paix ... Jamais Morgane ne serait libre, le roi à toujours des ennemis, qu'ils soient puissants ou non. Toutes les grandes personnes ont des adversaires qui veulent leurs pertes. On a toujours des ennemis, qu'on le veuille ou non. Gorlois avait Uther comme ennemi et cette inimitié perdurait encore. Comment pouvait-elle mettre fin à cette vieille rancune qui datait de si longtemps ? Une rancune qui était partagée par Morgane. Pouvait-elle vraiment réussir à accomplir son destin ? Et si elle échouait ? Sa liberté ne lui serait jamais acquise, c'était la leçon qu'elle apprendrait dans ce grand carrosse. Une rancune qui était partagée par Morgane.

- Je ne vous remercierai jamais assez pour tout ce que vous faites pour moi et c'est avec un grand honneur que j'accepterais votre aide. 

Cette obscurité la gênait, elle aimait voir ce qui se trouvait en face d'elle. Morgane ne comprenait pas pourquoi elle devait partir de nuit, mais elle acceptait les choix de la fée, elle était respectée par toutes les fées de l'île fortunée, alors, elle aussi respecterait ses décisions. Son bras s'allongea et sa paume de main s'étendit vers le plafond de la calèche. Fermant les yeux, la jeune fille invoquait ce dont elle avait besoin, de lumière. Une dizaine de petites sphères de lumière jaillit de sa main, elles se mirent à virevolter au-dessus de leurs têtes. Ce tour a été le premier qu'elle avait appris, depuis son arrivé sur l'île d'Avalon, elle avait peur du noir. L'intérieur avait un autre aspect, les rideaux empêchaient de voir l'extérieur de ce petit espace. Tout en se réinstallant correctement à sa place, Morgane décida de poser une question qui la hantait depuis des années :

- Pourquoi moi et non Morgause ou même Elaine ? Pourquoi je suis la seule à avoir ses dons ? Ne sommes nous pas toutes de la même famille, du même sang ?

Après tout, Morgane n'était pas la première née de ses parents, ni la dernière. Elle n'avait pas vécu une situation particulière qui l'avait amené ici. Toutes les trois avaient vécu la même vie, avaient eux les mêmes parents, la même éducation ... 


Codage par Phantasmagoria
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane   Mar 22 Juil - 23:17



Dame du Lac & Morgane

« Un nouveau départ »

- Je ne vous remercierai jamais assez pour tout ce que vous faites pour moi et c'est avec un grand honneur que j'accepterais votre aide.

La dame du Lac sourit devant la réponse bien faite de la jeune fille, elle n’était pas sans savoir que la jeune femme qui lui faisait face avait un tempérament plus fort que l’attitude très étudiée qu’elle conservait face à elle.  Dans le clair de  lune elle observa Morgane lever le bras et toucher le plafond du carrosse, elle sentit un afflux magique tandis qu’apparaissait progressivement de petites sphères de lumière. Ces boules lumineuses se mirent à virevolter à leur gré tandis que la jeune fille se réinstallait sur la banquette. Ondine remarqua à quel point il lui avait été aisé d’invoquer la magie sans même prononcer un mot, et posa un regard remplie de fierté sur Morgane tandis que le silence s’éternisait entre les deux femmes. Enfin la jeune femme osa prendre la parole.

-  Pourquoi moi et non Morgause ou même Elaine ? Pourquoi je suis la seule à avoir ses dons ? Ne sommes nous pas toutes de la même famille, du même sang ?

A cet instant la fée des eaux se sentit mal à l’aise mais cacha son inquiétude sous son sourire de façade qu’elle conservait souvent en présence de personne à qui elle ne pouvait pas tout dire sans un minimum de préparation, il était rare que la dame du lac sourit vraiment bien qu’elle soit de nature joyeuse. Néanmoins Diane ne se voyait pas ignorer tout bonnement la question que lui posait la jeune élève, celle-ci avait dû abandonner tout ce qu’elle connaissait et renoncer à l’amour de sa famille pour suivre un vieux mage excentrique et une étrange femme dont elle ne connaissait rien. Au fond d’elle la Dame du Lac admirait la détermination et le courage de Morgane. Elle laissa son regard errer sur la lande blanche afin de préparer une réponse structurée à la jeune femme.

- Ta question est pertinente et légitime bien entendue, je comprends que cela te préoccupe. Ce qu’il faut que tu saches c’est que même si tu es du même sang que tes sœurs toi seule peut accomplir le destin qui t’attend. Ta sœur Elaine n’a aucun pouvoir et Morgause est destiné à vivre autre chose.

La Dame du Lac se demande si elle était vraiment claire dans ses explications, tout avait été décidé depuis de si nombreuses années qu’elle n’avait jamais vraiment réfléchis à comment elle expliquerait la situation car elle n’avait même pas songé que cela puisse tracasser sa jeune élève.

- Quoiqu’il en soit tu ne dois jamais douter de toi et de tes  capacités, si Merlin ta choisit c’est qu’il sait que tu seras à la hauteur ce ne fait aucun doute, et si vraiment du doute de toi-même rappelle-toi de faire confiance à ton instinct, lui seul saura te guider dans la bonne direction.

La fée envoya une vague d’apaisement à sa compagne de route et laissa le silence s’installer, elle n’avait guère besoin de dormir mais espérait que Morgane se reposerait pendant la fin du trajet. La dame du lac profitait de cet instant de paix pour observer la faune nocturne qui profitait des dernièrs instant de la nuit pour vivre avant de retourner à leurs sommeils. Bien vite et sans que personne ne parla plus la lune entama la fin de sa course et les premières lueurs du soleil firent leurs apparitions. Le carosse s’arrêta et un garde vint ouvrir la porte avant même que les chevaux ne soient complètement à l’arrêt. Quelqu’un tendit une main et Diane posa sa main dedans pour descendre avec dignité du véhicule, elle prit le temps de voir qui les attendait de si bon matin et ne fût pas surprise de découvrir Merlin ainsi quela mère de Morgane et Elaine. Elle se retourna et tandis à son tour la main à Morgane pour l’aider à descendre.

- Ainsi se termine notre voyage j’ai accompli ma mission, je te confie désormais au bon soin de Merlin et de ta famille et n’oublie pas que si tu a besoin de moi je ne serais jamais bien loin.

Avec une tendresse surprenante elle posa un baiser sur le front de Morgane et la poussa vers Merlin, elle les regarda se parler et s’éloigna à pas lents, lorsqu’ils disparurent dans le château, la Dame du Lac prit le temps d’aller voir l’homme qui habitait plus qu’habituellement ses pensées pour voir ce qu’était devenu l’enfant Arthur. C’était désormais un homme très séduisant mais dont elle devait se détacher, Diane se sentit soudain très lasse et préféra quitter immédiatement son enveloppe corporelle humaine pour redevenir une fée et retourner auprès de ses amies pour retrouver le moral et se réconforter.


Codage par Phantasmagoria
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane   
Revenir en haut Aller en bas
 

Etre amie/ennemie au fil de la mélodie ** Dame du Lac ✞Morgane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amie, ennemie...[Victoire+Marianne] - [terminé]
» f | teresa palmer ❧ amie-ennemie
» Inoue, Shawn - 6ème année
» Tu veux bien être mon amie ? [PV : Bee]
» Tu veux être mon amie? [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-