Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

 [Flashback] Chevalier servant et Demoiselle en détresse (Avec Lacey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

⚔ Curse :
223
⚔ Coeur :
Libre comme l'air
⚔ Statut :
Charmeur de ces dames
⚔ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Re: [Flashback] Chevalier servant et Demoiselle en détresse (Avec Lacey)   Mar 20 Oct - 14:41





Chevalier servant et Demoiselle en détresse












Lacey French ♥ James Jackson





Alors que je faisais une liste non-exhaustive de mes passions, je voyais la surprise se lire sur le visage de Lacey. Elle ne devait pas s’attendre à ce que j’en cite autant. C’est plutôt normal, avec la jolie collection que j’avais on pouvait penser que je m’y consacrais corps et âme et bien même pas. Ma curiosité sur ce côté me joue des tours car je veux tout découvrir, tout connaitre, tout voir... Je sais que ce n’est pas possible en une seule vie mais je tenterais, tant que je le pourrais je chercherais à connaitre plus à voir plus et à découvrir plus. Et cela passait notamment par profiter de chaque instant comme ce pique-nique si agréable.

A mes derniers mots sur mes passions qui s’adressaient à elle tout particulièrement, un léger sourire étira ses lèvres auquel je ne résistais pas. Son sourire s’agrandit quand je viens poser un baiser sur sa joue rosie. Je laissais ensuite le suspens sur mes passions, cela faisait beaucoup et occupait plus d’une journée. Je le justifiais par ma curiosité, ce à quoi elle répondit que la sienne avait tendance aussi à la taquiner un peu.


« Je comprends, c’est pareil pour moi, je suis trop curieuse aussi. »

Un souvenir sembla passer sur ses traits, la plongeant dans ses pensées un instant. Je me demandais qu’elles puissent bien être ses pensées à cet instant mais il fut si fugace que je crus avoir rêvé et elle entama avec grand appétit sa salade. Je l’imitais en savourant ce plat que je devrais faire plus souvent. Les aliments se mélangeaient très bien et rapidement un sourire ravi se posa sur mon visage, le jumeau de celui de la jolie bibliothécaire. Je posais alors une nouvelle question, histoire d’alimenter un peu la conversation et en savoir un peu plus sur elle. Son style de livre, c’était intéressant et assez révélateur du caractère en général. Lacey leva les yeux au ciel, sa fourchette encore posée entre ses lèvres. Cet air adorable qu’elle prenait fit battre mon cœur plus vite mais je le calmais, je ne voulais pas l’envahir non plus. Une seule mauvaise expérience dans ce genre me suffisait, je la laisserais venir si c’est ce qu’elle souhaitait. Inconsciente du bond de mon cœur qui se calmait doucement elle me fit sa réponse.

« Je ne pense pas avoir de style bien défini. Je lis de tout. Cela peut passer de la poésie à la philosophie en passant par la prose et le théâtre et ainsi de suite. Je lis aussi de la science fiction, même si ce n’est pas mon registre préféré, j’ai bien aimé quelques œuvres, bien qu’elles soient minoritaires par rapport aux autres registres. En fait, mon désir de savoir est insatiable. »

Le début de sa réponse me décevait un peu car j’imaginais bien qu’elle pouvait lire de tout. C’est vrai que la curiosité avait tendance à faire aimer un peut tout mais j’aurais aimé qu’elle ait un genre qui ressorte. Sa dernière phrase me tira un sourire enchanteur. S’il y avait bien quelqu’un qui pouvait la comprendre c’était moi.

« Mais s’il y a bien un genre que j’apprécie plus que les autres se sont les romans de capes et d’épées, plein de magie et de princes ensorcelés. »

Mon sourire se fit plus marqué. Lacey ne manquait pas de me surprendre, vu l’endroit où je l’avais rencontré pour la première fois et la manière dont elle a voulut me remercier l’autre soir, je ne pensais qu’elle pouvait être une grande romantique, une rêveuse pleine d’espoir et en quête de mystère et de rebondissements. Comme quoi il ne faut jamais juger quelqu’un à ce qu’il présente. Je devrais pourtant le savoir à force. La vie sur ce point arrivait toujours à me surprendre. Son rire délicat retentit alors qu’elle finissait sa phrase et elle poursuivit.

« Je sais, ça fait un peu enfantin, mais j’aime bien ces histoires qui me permettent de rêver. »

J’étais pendue à ses lèvres comme un assoiffé à une source d’eau. Elle aurait probablement pu me raconter n’importe quoi que je l’aurais écouté avec la même fascination. Mon imagination était partie au quart de tour et l’image d’un combat brûlant entre mon adversaire et moi c’était lancé dans mon esprit pour protéger une demoiselle pas si en détresse que ça puisqu’elle tenait tête à trois bandits de grand chemin qui semblait être complètement démunie devant sa beauté enchanteresse. Me faisant retourner dans le monde réel, sa question qu’elle avait prononcée les joues légèrement rougies était très taquine.

« Et toi, tu lis ? Si tu aimes les jolies bibliothécaires, c’est que tu dois bien aimer lire, non ? »


Mais c’était trop tentant pour y répondre sérieusement.

« Je dois avouer que si toutes les bibliothécaires étaient aussi jolies que celle qui se trouve en face de moi, je ne lirais pas beaucoup. Ma concentration n’est pas suffisamment forte pour résister à ça. »

Je ris de bon cœur à ce compliment déguisé et poursuivit plus sérieusement. Je nous servis un verre d’eau et en en buvant une gorgée, je poursuivis.

« Pour être franc, j’ai également lu un peu de tout même si surement en moins grande quantité que toi. Et mon genre préféré serait probablement la fantasy. Une autre forme de magie, les dragons, les magiciens, les prophéties, les combats improbables et perdus d’avance, l’espoir et les rêves... »


Je laissais un silence mes pensées ayant repris leur part du gâteau transformant le combat précédent en multipliant par mille le nombre d’assaillant en faisait ressortir l’odeur de soufre si caractéristique aux reptiles cracheurs de feu, en me laissant griser par le fracas des armes. Une lame passa non loin de ma jambe tandis qu’une autre ne manqua pas mon ventre. Le froid se fit sentir alors qu’un liquide coulait de la plaie, ni chaud ni poisseux comme je l’imaginais mais frais et aussi fluide qu’une rivière...

Cette dernière sensation me fit revenir à nouveau dans le monde réel, j’eus un sursaut, je venais de renverser une partie de mon verre d’eau sur ma chemise.


« Quel maladroit ! »


J’attrapais une serviette et épongeait maladroitement la tâche qui fonçait le tissu rapidement.

« Je m’excuse, quelques fois mon imagination est plus forte que le reste et je me perd dans mes pensées. »

Je riais un peu hésitant comme elle quelques instants plus tôt.






« L'abus d'alcool doit se faire avec modération.  »


© Méphi.




Hors rp:
 
[/quote]

_________________________
Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

⚔ Curse :
2105
⚔ Coeur :
Amoureuse d'une bête
⚔ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: [Flashback] Chevalier servant et Demoiselle en détresse (Avec Lacey)   Lun 26 Oct - 22:29






James & Lacey

~ I'm not a damsell in distress ~


La curiosité était un défaut que je possédais depuis des années. Enfin, je crois. En tout cas, aussi loin que je pouvais me souvenir, la curiosité avait toujours été présente chez moi et c’était surement pour cette raison là que j’aimais tant lire. Enfin en tout cas, peu importait la raison qui me poussait à lire, j’aimais les livres et ce qu’ils recelaient. Certains me faisaient plus rêver que d’autres bien sur, surtout les histoires. Les livres de philosophie ne me faisaient pas rêver, mais ils étaient parfois très intéressants et contribuaient aussi à certaines remises en question. Enfin, bien sur, je n’appliquais pas tout ce que je lisais dans ces livres-là parce que sinon, je ne ferais sans aucun doute plus rien de ma vie. Les philosophes avaient vraiment l’esprit étriqué par moment ou bien étaient de véritables marginaux, si bien que je ne comprenais pas toujours leur état d’esprit. Mais j’apprenais certaines choses alors il fallait se dire que tout était bon à prendre, même si tout n’était pas à garder.

Je comprenais aisément que James puisse avoir plusieurs passions dans la vie. Et puis, c’était toujours bien d’en avoir plusieurs, ça ne pouvait être que productif (en mon sens bien évidemment !). Du coup, je n’étais pas choquée par l’énumération faite parce que si moi, j’énumérais le nombre de livres que j’avais lu dans ma vie, la liste risquait d’être longue. Même très longue ! Il y avait certains livres que j’avais lu dans mon passé que je ne me souvenais pas, mais dès que je commençais à lire les premières lignes, le reste de l’histoire me revenait et je savais que je n’avais pas besoin d’aller beaucoup plus loin car je connaissais chaque mot qui se trouvait imprimé sur les pages. C’était quand même dingue, et parfois, ça me choquait. Mais je ne m’en formalisais pas outre mesure, je passais à un autre livre et je voyais si ça donnait même chose ou pas. Enfin en tout cas, même si je comprenais ce qui poussait James à avoir autant de passion, je n’avais pas pu m’empêcher d’être surprise parce que je ne m’attendais pas à autant.

Un petit sourire était venu se dessiner sur mes lèvres quand il avait mentionné les jolies bibliothécaires dans sa liste de passion. N’importe qui aurait pu se demander si ces paroles étaient un compliment ou bien parce qu’il y avait eu de nombreuses bibliothécaires avant. Sauf que la bibliothèque avait été fermée pendant des années donc… je prenais ça pour un compliment. Néanmoins, je pris le temps de le rassurer comme quoi je comprenais vraiment pour la curiosité avant d’attaquer la salade composée que nous avions fait ce matin. Elle s’avérait vraiment excellente si bien que je commençais à manger avec un appétit certain quand James me demanda ce que j’aimais comme genre de livres. Alors là, c’était la question à mille dollars ! J’avais presque envie de répondre « tous » mais je me doutais que ce n’était pas le genre de réponses qu’il s’attendait à ce que je sorte. Quoi que… Enfin, je pris le temps de réfléchir pour lui offrir une réponse détaillée au maximum.

Finalement, je jouais franc jeu et lui confiais que je n’avais pas de genre particulier tout en citant quelques gens que j’avais eu l’occasion de lire. En fait, j’avais surement un peu tout lu quand on regardait bien. Cependant, au fil de mes paroles, il y avait bien un registre qui me plaisait plus que les autres : les romans de capes et d’épées avec de la magie et des princes ensorcelés Oui, ça faisait complètement kitch et probablement adolescente, mais je n’y pouvais rien, c’était les livres que je prenais plus de plaisir à lire. James ne sembla pas vraiment prêter de l’importance au fait que c’était surtout les jeunes adolescentes qui lisaient ce genre de livres. Quelque part, ça dévoilait aussi une partie de moi qu’il ne me plaisait pas forcément de montrer. Je ne croyais pas forcément au grand amour en plus ! Mais j’aimais bien les histoires qui finissaient bien. Je n’y pouvais rien et puis, ça m’aidait à oublier que la vie était mal faite et que je n’avais pas eu beaucoup de chance jusqu’à présent.

Je laissais quelques secondes passer, le temps de me remettre de mon petit malaise vis-à-vis de cette révélation avant de revenir à James et lui demander s’il lisait. Après tout, avec le compliment qu’il m’avait fait, il devait bien avoir lu des livres, n’est-ce pas ? Je piquais de nouveau ma fourchette dans la salade composée pour continuer à manger pendant qu’il me répondait. Un petit rire m’échappa quand il m’avoua son manque de concentration face aux bibliothécaires. J’acceptais le verre d’eau que me proposa James et bus une gorgée avant de retourner à mon assiette. Je ne trouvais rien d’étonnant à ce que James préfère la fantasy. Je hochais la tête et répondis :

- Oui, je vois le genre.

Je terminais ma salade tout en profitant un peu du bruissement des feuilles dans les arbres. C’était vraiment une magnifique idée ce pique-nique. C’était même étonnant que ce soit moi qui y ait penser ! Je ne savais plus trop pourquoi j’y avais pensé, mais toujours était-il que j’avais eu une merveilleuse idée, sans vouloir me lancer des fleurs ! À côté de moi, James semblait être parti dans ses pensées quand je vis son verre se pencher dangereusement vers lui. J’ouvris la bouche pour le prévenir, mais trop tard, il se renversa une bonne partie de son verre d’eau sur lui. Machinalement, j’éclatais de rire tandis que je reposais mon assiette pour attraper une serviette et l’aider à éponger sa maladresse sur sa chemise. Je levais les yeux vers lui tandis qu’il m’expliquait la raison de sa maladresse. J’arquais un sourcil avant de répliquer :

- Ah oui ? Ton imagination ? Et elle impliquait une jolie bibliothécaire ton imagination ?

Je le taquinais plus qu’autre chose, mais du coup, c’était curieuse de savoir à quoi il avait pensé. Ce n’était surement pas à ça, mais quand on me disait un truc, je l’oubliais très rarement. Cela faisait parti de ma grande capacité intellectuelle. Je m’étonnerais toujours moi-même, somme toute. Je retirais la serviette et observais un peu les dégâts.

- Bon, ce n’est que de l’eau ! Ça va très vite sécher !

Je lui claquais un bisou sur la joue et attrapais le saladier :

- Tu en reveux ou tu préfères passer au dessert ?



_________________________

Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

James Jackson
Habitant ೨ Crocmou

⚔ Curse :
223
⚔ Coeur :
Libre comme l'air
⚔ Statut :
Charmeur de ces dames
⚔ Personnage de Conte :
Crocmou


MessageSujet: Re: [Flashback] Chevalier servant et Demoiselle en détresse (Avec Lacey)   Mer 2 Déc - 11:25





Chevalier servant et Demoiselle en détresse












Lacey French ♥ James Jackson





Alors que mes pensées m’emmenaient vers un autre monde qui n’appartenait qu’à moi, je ne me suis pas rendu compte que j’avais arrêté de manger et de me boire, me stoppant dans mon geste pour profiter pleinement du combat qui s’offrait à moi. Je ne remarquais donc pas Lacey qui finissait sa salade ou encore qui me répondait. C’était vraiment pénible quand ça arrivait car je ne contrôlais pas les événements me laissant simplement porter par mon imagination qui avait tendance à faire ce qu’elle voulait et qui savait que je ne luttais pas contre elle. C’était tellement grisant de se trouver au cœur d’un combat, d’une découverte ou encore d’une virée en plein ciel.

Et depuis que j’avais eu cette petite discussion avec Henri, je m’imaginais quasiment toujours en dragon. Un magnifique dragon noir aux ailes immenses, au cou massif et aux muscles puissants. Je ne savais pas pourquoi ce dragon précisément mais il me plaisait alors j’avais arrêté de me poser ce genre de question. En même temps qui ne rêverais pas d’être l’un de ces reptiles capable de maitriser aussi bien les airs que le feu.

Mais pour une fois, je n’étais pas l’un de ses maitres du ciel, j’étais un preux chevalier en armure et je venais sauver une jeune femme aux traits familiers qui pourtant se débrouillait très bien sans moi. Je bombais le torse et entrait fièrement dans la bataille esquivant les attaques sauf une qui me toucha au ventre. Mon armure avait-elle parée le coup à ma place ? Je ne pensais pas car un liquide frais se répandit rapidement sur moi. C’est ce qui me sortit de ma rêverie, j’avais simplement renversé mon verre d’eau. Je lâchais un léger rire qui eut pour réponse un identique chez la bibliothécaire. Elle m’aida à éponger la catastrophe que je suis alors que je me justifiais tant bien que mal sur mon absence. J’espérais simplement qu’elle n’avait rien dit de vraiment important durant ce laps de temps.


« Ah oui ? Ton imagination ? Et elle impliquait une jolie bibliothécaire ton imagination ? »


Je rougis légèrement car c’était un peu vrai même si ce n’était pas tout à fait la même personne ou alors pas dans le même monde. Je continuais d’éponger la tache d’eau avant de secouer mon haut espérant la faire sécher plus vite.

« Bon, ce n’est que de l’eau ! Ça va très vite sécher ! »

« Absolument »


Elle posa un baiser sonore sur ma joue, ce qui n’aida pas à calmer la rougeur de mes joues avant de se rasseoir et de me poser une nouvelle question en attrapant le saladier.

« Tu en reveux ou tu préfères passer au dessert ? »


Je pris le temps de la réflexion. Aurais-je assez faim pour le dessert après en avoir repris ? La question ne se posa pas longtemps, je me surprenais toujours à pouvoir manger des quantités énormes sans prendre un gramme.

« Avec plaisir ! Et toi tu en reprends ? »

Alors que je remplissais à nouveau mon assiette, je revenais à cette première question qu’elle m’avait posée à propos de mon imagination et de ce qu’elle avait bien pu générer qui engendre une telle étourderie.

« En fait, c’était dans un de ces mondes fantastiques que j’aime tant.J’étais un preux chevalier en armure brillante, tu étais une... une sorte d’amazone. Tu te battais contre pas moins de 3 bandits. Et là je suis arrivé et j’ai commencé... »


Au fur et à mesure du récit mes bras se mirent à bouger rapidement et à se lever comme le ton de ma voix qui se faisait plus prenante plus vivace. Mon torse s’est bombé comme celui du chevalier de mon imagination. Et c’est là que je me suis rendu compte que je devais être parfaitement ridicule et que cela ne l’intéressait peut-être pas.

« Désolé je me suis laissé emporter. Je ne le referais plus. Promis... enfin je vais essayer. »


Je rentrais la tête dans les épaules avec une mimique toute penaude, une ombre de sourire sur les lèvres.







« L'abus d'alcool doit se faire avec modération.  »


© Méphi.




Hors rp:
 

_________________________
Il a des jours avec et des jours sans...       Et malheureusement, il y a plus de jours sans...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

⚔ Curse :
2105
⚔ Coeur :
Amoureuse d'une bête
⚔ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: [Flashback] Chevalier servant et Demoiselle en détresse (Avec Lacey)   Dim 13 Déc - 21:53






James & Lacey

~ I'm not a damsell in distress ~


Les pensées pouvaient être traitres, surtout quand elles nous emmenaient quelque part où il était difficile de revenir. Ça m’arrivait parfois quand je me laissais envahir par mes pensées. Dans ces moments là, je partais dans un monde qui n’appartenait qu’à moi, là où personne d’autre que moi ne pouvait pénétrer. Mes pensées étaient, quelque part, mon sanctuaire. Quand j’avais été enfermée dans le service psychiatrique, je n’avais eu que ça pour occuper mes interminables journées. On refusait de me donner un livre pour que je puisse m’occuper alors il avait bien fallu trouver autre chose. L’imagination avait donc été mon dernier recours. Je comprenais donc aisément que James se laisse emporter ainsi pour se déconnecter complètement de la réalité. Cependant, je n’avais pas pu m’empêcher quand il s’excusa pour sa maladresse et sa justification. Je ne me moquais pas de lui, bien au contraire. En fait, je trouvais juste la situation amusante, voilà tout.

Sauf que voilà, il venait aussi de m’offrir une possibilité de le taquiner. Tout en l’aidant à éponger sa chemise, je lui demandais si ses rêveries incluaient une jolie bibliothécaire. Je ne m’attendais pas du tout à une réponse positive de sa part, mais ces dernières faisaient parties de ses passions donc pourquoi pas faire parties de ces rêveries ? En posant cette question, je n’avais nullement l’attention de me lancer des fleurs parce que j’avais très bien compris qu’il parlait de moi en citant les bibliothécaires – à moins qu’il en ait connu d’autres – mais ça m’amusait. Pour toute réponse, j’eus le droit au rougissement de ses joues, ce qui étira mes lèvres en un large sourire. Je n’insistais pas plus et retirais la serviette dont je me servais pour éponger sa chemise, lui certifiant que ça allait sécher. Dans tous les cas, ça sécherait, mais heureusement que ce n’était que de l’eau, ça ne laisserait pas de tâche. Pas comme du vin. Là, pour espérer récupérer la chemise, il aurait fallu mettre du sel… mais même cette technique avait ses propres failles.

Je lui claquais un baiser sur la joue avant d’attraper le saladier pour lui proposer une deuxième tournée à moins qu’il ne souhaite directement passer au dessert. Cela dépendrait de la quantité de nourriture que James pouvait ingurgiter. J’attendis tranquillement qu’il me réponde, voyant parfaitement qu’il était entrain de peser le pour et le contre. Cela ne prit que quelques secondes en tout et pour tout avant qu’il n’accepte. Je lui tins le saladier pendant qu’il répondait à ma question à propos de la jolie bibliothécaire qui avait possiblement occupé son imagination. Je l’écoutais tandis qu’il se remettait à gesticuler dans tous les sens. Machinalement, j’éloignais le saladier afin qu’il ne se prenne pas un coup et finisse renverser. Se serait dommage de gâcher de la nourriture. Malgré ça, j’écoutais le récit de James avec la plus grande des attentions. J’arquais un sourcil quand il m’annonça que j’étais une amazone. Moi ? Une amazone ? Pourquoi pas ? Je n’avais jamais été une amazone dans mes folles pensées imaginatives. J’avais été une guerrière, mais jamais une amazone. Quoi que les amazones étaient des guerrières mais des guerrières bien particulière.

J’étais curieuse d’en savoir un peu plus sauf qu’il s’arrêta en cour de route pour laisser retomber ses bras et rentrer la tête dans ses épaules tout en s’excusant. Un sourire compatissant se dessina sur mes lèvres. Je déposais le saladier sur la nappe et entrepris de me servir à nouveau. La salade était excellente. Et puis, depuis que j’étais sortie de psychiatrie, je découvrais des saveurs que j’avais l’impression d’avoir connu dans une toute autre vie. La nourriture à l’hôpital n’était pas des plus gastronomiques et parfois, elle avait été quasiment immangeable, mais quand il n’y avait rien d’autre, on pouvait difficilement faire la fine bouche. Tout en mettant remettant de la nourriture dans mon assiette, je lui répondis :

- Mais non, mais non ! Si tu t’arrêtes au moment où ça devient intéressant, ça me fait l’effet d’une saga qui coupe les films au moment où ça devient le plus intéressant !

J’éloignais légèrement le saladier pour reprendre mon assiette et ajoutais :

- Alors dis-moi, si j’étais une amazone, est-ce que j’avais un sein en moins ou pas ?

C’était une grande question ! Pour tirer à l’arc, les amazones subissaient l’ablation d’un sein afin qu’il ne les gêne pas au moment de viser et de tirer. Personnellement, je trouvais ça assez étrange comme pratique parce que des femmes pratiquaient le tir à l’arc et leur poitrine ne les gênait pas. Après, je ne m’étais jamais intéressée non plus aux mensurations. Je savais plusieurs choses, mais mon savoir avait quand même des limites. Je laissais ma question en suspend pendant quelques instants avant d’ajouter en riant légèrement :

- T’es pas obligé de répondre, c’était plus une blague qu’autre chose !

Je le bousculais légèrement avec mon épaule pour prendre une nouvelle bouchée de la salade.

- Et donc, qui a remporté cette bataille ? Tu sais qu’avec ces éléments là, tu aurais de quoi écrire un bon livre ? Si tu te décides un jour à publier cette histoire, tu pourras me compter dans tes premières lectrices et la première à faire la queue pour avoir un autographe.



_________________________

Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Flashback] Chevalier servant et Demoiselle en détresse (Avec Lacey)   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Chevalier servant et Demoiselle en détresse (Avec Lacey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» (flashback) Je ne suis pas une demoiselle en détresse
» ATTENTION SVP
» Y aura-t-il quelqu'un pour aider une demoiselle en détresse? [Selim]
» Sauvetage d'une demoiselle en détresse. [Gabriel N. de la Reynie]
» 1 VS 1 Le Mogwaï Affamé VS Le Chevalier Servant!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Rues-