Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Mer 18 Sep - 17:59





Belle & Elaine

D'un éclat de miroir naquit l'espoir.

Le temps ne semblait plus défilé de la même manière, pour la jeune fille qui faisait face à son miroir enchanté. Pendant que ses yeux mémorisaient toutes les scènes qui défilaient devant elle, ses mains s'accordaient pour tisser ce qu'elle voyait. Ainsi, à jamais, cet instant sera gravé, peut-être pas dans la mémoire de la personne qui était en train de la vivre, mais du moins dans celle d'Élaine. Cette tapisserie racontait les histoires de la forêt enchantée, des héros les plus courageux juste au sorcier le plus féroce. Voir ce qu'elle ne pourrait jamais vivre, était loin d'être parti de plaisir, mais c'était le poids à payer, pour un souhait mal formuler, prisonnière à jamais dans cette tour étant lié à son miroir, plus aucun regard vers le monde extérieur était possible, hormis par le biais de son objet fétiche.

Combien de temps parcourait-elle le monde à travers son image ? Elle en n'avait aucune idée, elle vivait des aventures par le biais d'autres personnes, pouvait se retrouver à plusieurs endroits à la fois, avait l'impression de connaître toutes les personnes qu'elle observait, souvent elle appréciait, mais il fallait l'avouer qu'à l'occasion un réel contact humain lui manquait, sentir la chaleur d'une main dans la sienne, voir un sourire sincère lui être destiné, pouvoir parler et qu'on lui réponde. La solitude lui pesait et pourtant elle continuait ses oeuvres tout en chantant de douces chansons, sa voix se répercutait grâce à la rivière qui entourait son île recouverte de fleurs de lys et d'une seule tour, peu de personnes venaient s'y aventurer, pourtant on connaissait sa présence dans son lieu, sa malédiction, Élaine fascinait autant qu'elle effrayait les paysans du coin, il écoutait ses chansons, mais jamais ne mettrait un pied sur son ile peur d'être envoûté. Elle n'était pas une enchanteresse seulement une jeune fille maudite.

Comme à son habitude elle se trouvait devant le miroir, celui-ci la maintenait en vie, nul besoin de manger, de dormir, non elle ne le quittait seulement pour aller accrocher une tapisserie finie tout en ne regardant surtout pas, par les fenêtres. Certes, au début elle avait beaucoup pleuré de sa situation, mais à présent elle n'était qu'une sorte de pantin habitué à son triste sort, pas encore prête à trouver une solution pour pouvoir reprendre sa vie en main. Morgane avait dit que jamais elle ne le pourrait et elle la croyait, n'était-elle pas une puissante sorcière ? Elle savait surement de quoi elle parlait.

La nuit et le jour ne faisaient plus de différence pour Lilwenn, une grande averse faisait rage, les clapotis de la pluie lui firent fermer les yeux quelques secondes, accompagnant le rythme de celle-ci par sa propre voix qui chantait une chanson sur une princesse tombée amoureuse d'un homme peu commun. Elle entendit quelqu'un frappé à la porte, mais elle ne bougea pas de devant son miroir, qui lui montrait des images de Lefou capturé comme elle lui avait prédit. Continuant son oeuvre, elle aurait pu voir avec le miroir qui se trouvait là, mais elle en avait seulement pas envie, peur d'être déçu ou alors de risquer d'aller lui ouvrir la porte et de subir une nouvelle malédiction. Non à la place elle chanta accompagnée de la pluie et de l'orage qui venait d'apparaitre.

Contre toute attente, l'inconnu avait dû pénétrer dans sa tour, elle s'attendait à chaque instant la voir traverser la porte, si cette personne ne s'arrêtait à chaque tapisserie exposer dans toute la tour, ainsi que dans les escaliers qui menaient à sa chambre. Après quelques minutes, elle sent sa présence. Arrêtant de chanter, elle tourna sa tête et afficha un sourire apaisant à la jeune fille, elle l'avait déjà vu à travers son miroir et était heureuse de pouvoir la rencontrer en vrai.

- Bienvenue sur l'île de Shalott, Belle !

Son miroir continuait à faire apparaître diverses images et pourtant pour les yeux de belle, ce n'était qu'un miroir comme les autres, qui donne le reflet de son propre visage.

Les îles sont toujours des frontières face au monde


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Mar 1 Oct - 9:15






Belle & Elaine

~ Raiponce, lance-moi ta chevelure ! ~


L’aventure s’ouvrait enfin à moi et pourtant, j’avais le cœur lourd. Finalement, les choses n’étaient pas aussi palpitantes que je les avais imaginés. Depuis que j’étais enfant, je voulais être une grande aventurière et vivre des choses extraordinaires. Je me plongeais dans les livres pour pouvoir vivre chacune de ces aventures et en rêver. Je rêvais d’être chacun de ces aventuriers pendant des nuits entières, et même éveillée, je laissais mon imagination se perdre dans un combat imaginaire où j’affrontais la terrible bête qui terrorisait tout un village. En grandissant, j’avais commencé à ne plus m’imaginer en super héros, mais seulement en voyage pour découvrir le monde. Après tout, une aventure commençait toujours de cette façon. En acceptant de suivre Rumplestilskin afin de sauver le royaume de mon père, je m’étais dit que ce n’était pas du tout le genre d’aventure dont j’avais rêvé, mais au fur et à mesure du temps, cette aventure s’était révélée fortement sympathique jusqu’à ce qu’il m’ordonne de quitter le château…

N’importe qui se serait senti heureux de pouvoir quitter le service de Rumplestilskin, mais ce ne fut pas mon cas. Je m’étais attachée à ce sorcier qui avait plus de cœur que ce qu’il voulait bien faire croire. Je me sentais idiote d’avoir osé penser que lui aussi partageait ma vision des choses. Comment avais-je pu croire qu’il ressentait le moindre sentiment envers moi ? Certes, il s’était toujours montré gentil avec moi et bien plus prévenant que ce qui était prévu, mais cela ne voulait pas dire que j’avais le pouvoir de faire ressortir le bon côté de cet homme. Pourquoi donc est-ce que j’avais écouté cette femme ? Elle s’était trompée de personne, ça ne faisait pas de doute. Je n’étais pas celle qui ferait ressortir son bon côté. Je l’avais pourtant entrevu, mais je n’étais décidemment pas celle qu’il fallait. Mais il fallait que je remonte la pente ! Je ne pouvais pas m’apitoyer sur mon sort toute ma vie. J’avais écouté le conseil de ce Nain, à la Taverne où je m’étais arrêtée pour passer la nuit et je m’étais engagée dans la chasse au Yaoguai.

J’étais sure et certaine d’avoir déjà lu quelque chose là-dessus. Les hommes avec qui je faisais la route avaient toutes les informations nécessaires pour le trouver, mais aucun ne savait lire la langue dans laquelle les informations étaient rédigées. Heureusement que j’étais là parce que justement, je savais lire cette langue. Elle avait tout son sens pour moi, mais aucun des hommes du groupe ne voulaient croire en moi. D’ailleurs, c’était sans aucun doute pour ça qu’ils m’avaient retiré de leur groupe de la façon la plus rustre possible. Jamais on ne m’avait jeté de cette façon. Mais tant pis. Etre toute seule ne m’avait pas du tout découragé car je m’étais mise à la recherche du Yaoguai de mon côté. Tant pis pour eux, ils regretteront de m’avoir jeté comme ils l’avaient fait. Sauf que cette quête-là s’avérait beaucoup plus compliqué que prévu. Je suivais les instructions à la lettre, si bien que ça me menait extrêmement loin. Mais peu importait, de toute façon, je n’avais nulle part où aller alors… Il était hors de question que je retourne dans mon royaume pour reprendre ma vie ennuyeuse d’avant.

Mes pas me menèrent au royaume de Camelot. Le Yaoguai ne se trouvait pas dans ce royaume, mais il fallait passer par-là pour y arriver. Et puis, il y avait tellement de choses à découvrir dans ces différents royaumes ! C’était vraiment l’occasion de pouvoir agrandir encore plus ma culture. Quand j’arrivais dans le royaume, c’était l’heure du repas et je mourrais de faim. Je n’avais rien avalé depuis la veille à la même heure. J’avais l’habitude des trois repas par jour et depuis que j’avais pris par à cette quête, c’était vraiment un coup de veine quand j’arrivais à en avoir deux. Je m’arrêtais dans une auberge afin de prendre un bon repas chaud. A une table, non loin de moi, j’entendis un groupe de personne parler de l’île de Shalott et de l’étrange mystère qui abritait cette dernière. J’essayais d’écouter pour obtenir un maximum d’information sur ce mystère, mais je ne pus pas en connaître la nature. Il semblerait que eux-mêmes ne le savait pas. Ce qui était fortement dommage parce que ce genre de chose m’intéressait.

A cause de ma nature curieuse, je ne pus m’empêcher de prendre la décision d’aller voir par moi-même ce que contenait cette île. Un jour, cette curiosité me ferait défaut, mais il n’y avait pas forcément de mal à vouloir en savoir un peu plus. En quittant l’auberge, je pris la direction de cette île sans réellement savoir où j’allais. Je me fiais à mon instinct principalement. Sauf qu’il en vint un moment où je fus contrainte de demander mon chemin. La personne que j’interpellais me regarda comme si j’étais une folle à lier et me fit savoir que personne n’allait là-bas. Personnellement, ça ne me faisait pas peur. Aussi, j’insistais pour qu’il me donne la direction de cette île et au bout de plusieurs minutes, je repris ma route. Il me fallut à peu près deux heures de marche avant d’y arriver et je découvris une île plutôt jolie pour un endroit où personne ne voulait se rendre. Elle était recouverte de fleurs de lys, ce qui était plutôt joli, et une grande tour se dressait. Je ne voyais vraiment pas ce qu’il y avait d’effrayant !

Maintenant, il ne restait plus qu’à trouver un moyen de se rendre là-bas. Mais encore fallait-il en avoir un… Je me mis à longer la rive quand un chant se fit entendre. C’était une très jolie mélodie ! Je regardais autour de moi pour savoir d’où ça venait, mais je ne vis personne jusqu’à ce que mes yeux se posent sur la tour. Etait-ce possible que… D’aussi loin ? C’était vraiment curieux ! J’avais réellement hâte d’en savoir plus ! Au bout d’un moment, je trouvais une vieille barque. Ca allait être la première fois que j’allais utiliser ce moyen de transport et honnêtement je ne savais pas du tout comment m’y prendre. Enfin, ça ne devait pas être très compliqué, vu que plein de gens savaient comment faire. Je m’installais tant bien que mal, veillant à ne pas passer par-dessus bord avant d’attraper les rames. J’essayais de me souvenir comment les gens faisaient et un sourire fier se dessina sur mes lèvres quand la barque se mit à avancer. J’avais réussi !

Au bout de quelques minutes, je réussis à arriver sur l’île sans encombre. J’accostais du mieux que je pus et constatais que l’endroit était encore plus magnifique que vu de l’autre côté. Je m’avançais progressivement pour en découvrir un peu plus, mais je n’eus pas le temps d’en voir plus car aussitôt, le temps changea. De gros nuages noirs venaient d’arriver et la pluie s’était mise à tomber à flot juste au dessus de ma tête. Je me mis à courir en direction de la tour où je frappais plusieurs coups. J’attendis quelques minutes mais personne ne vint ouvrir. Pourtant, je n’avais pas rêvé, j’avais bien entendu quelqu’un chanter, non ? Puisque rien ne semblait bouger à l’intérieur, je pris l’initiative d’ouvrir. La porte s’ouvrit sans opposer la moindre résistance et je me retrouvais à l’abri de la pluie, mais complètement trempée… Le silence qui régnait dans cette tour était presque effrayant. Je n’entendais que les battements de mon cœur qui résonnaient dans mes oreilles. Je commençais à croire qu’il n’y avait personne quand à nouveau, une voix s’éleva. C’était exactement cette même voix que j’avais entendu un peu plus tôt.

Poussée par la curiosité qui était un de mes plus grands défauts, je grimpais les grands escaliers qui semblaient mener tout en haut de la tour. L’ascension fut longue et épuisante. Si la personne qui vivait là devait à chaque fois monter et descendre ses escaliers, elle devait être extrêmement sportive. Arrivée tout en haut, je trouvais une porte ouverte. Prudemment, je m’avançais, la main sur la garde de mon épée. Je ne savais pas du tout ce que j’allais trouver alors je préférais être prudente. En m’avançant, je remarquais qu’une seule personne se trouvait là. Il s’agissait d’une jeune femme plus jeune que moi en apparence, mais je me méfiais car avec la magie, les gens pouvaient paraitre beaucoup plus jeunes que l’âge qu’ils avaient réellement. A cette demoiselle-là, je lui donnais facilement moins de vingt ans. Mais combien exactement ? Au dessus de quinze ou seize. Je ne dis rien quand elle se tourna vers moi pour m’offrir un sourire. Par contre, la surprise se dessina sur mon visage quand elle prononça mon prénom.

- Comment me connaissez-vous ? demandais-je.

C’était bien la première fois que quelqu’un que je n’avais jamais vu de ma vie connaissait mon prénom. J’étais sure et certaine de ne jamais avoir vu cette jeune femme de toute ma vie alors comment savait-elle comment je m’appelais ? C’était pour le savoir que j’avais posé la question. Intriguée, néanmoins, je regardais autour de moi afin de repérer un peu les lieux avant que mon regard se pose sur plusieurs tapisseries vraiment magnifiques. Jamais je n’en avais vu d’aussi jolies auparavant. Elles semblaient raconter une histoire. J’ignorais pourquoi j’avais cette impression. Peut-être parce qu’elles étaient l’une à côté de l’autre. Je reportais difficilement mon regard sur la jeune femme puis pointais une des tapisseries qui se trouvait le plus près de moi.

- Est-ce vous qui faites tout ça ?





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Jeu 3 Oct - 14:24





Belle & Elaine

D'un éclat de miroir naquit l'espoir.

Le miroir d'Elaine est comme un portail qui s'ouvre sur la forêt enchantée, comme une mère qui permet à son enfant de survivre, comme une prison qui ne la laissera jamais s'échapper. Un seul esprit pour deux corps, l'un fait de chair l'autre de bronze, il existait tant d'objet magique dans la forêt enchantée qu'il était normal pour chaque personne d'en posséder au moins un. Ici, la situation était différente son miroir avait subi l'effet d'un sort qui s'était répercuté sur la Dame de Shalott et d'après la puissante Morgane, il n'y avait aucun remède, son destin était scellé et sa vie liée à jamais à son miroir, tel un mariage il n'y aurait surement que la mort qui pourrait les séparer, un évènement dont Elaine ne se sentait pas prête à traverser, elle était encore si jeune, Elle n'avait visité aucun royaume hormis celui de camelot, n'avait jamais pu sentir des douces lèvres sur les siennes et pourtant malgré son âge l'amour ne lui apportait que peine et désolation.

Il était difficile de ressentir un sentiment si fort et de savoir qu'il resterait dans un seul sens pour l'éternité, elle aimait Lancelot et lui aimait Guenièvre. Sans sa malédiction surement qu'elle aurait réussi à l'oublier, trouver une autre personne à aimer, mais enfermer dans une tour avec seul moyen de voir le monde extérieur : son miroir. L'oublier était impossible et elle ne pouvait s'imaginer qu'il n'était pas son grand amour dont parlent toutes les légendes.

L'orage avait rejoint la pluie, s'unissant au chant d'Elaine qui continuait l'oeuvre de sa vie, confectionner ses tapisseries qui lui survivraient surement. Quelqu'un avait frappé à la porte et pourtant elle ne bougea pas de devant son miroir, il était rare qu'on lui rends visite, son ile était estimée comme dangereuse, la douce Elaine comme terrifiante. Pourtant, le visiteur pénétra dans sa tour pour arrivée à sa chambre, d'un regard elle reconnut la princesse Belle, ignorant ce qui l'avait conduit ici, elle l'accueillit d'un sourire et lui souhaita la bienvenue sur l'ile.

Comment me connaissez-vous ?

Il était certain que Belle ignorait tout à son sujet, autrement elle aurait su. La surprise pouvait se lire sur son visage étonnement, elle ne ressentait aucune douleur quand elle se leva, cela faisait bien quelques jours qu'elle n'avait pas bougés de sa chaise, mais la magie du miroir la préservait.

- Je vous ai déjà vu.

Ses paroles semblèrent ce répercuter contre les murs, Belle ne lui prêtait plus forcément de l'attention, elle regardait ses tapisseries, il y en avait partout dans la tour, certaine mettrait des mois à en faire une alors qu'Elaine pouvait en faire plusieurs dans la journée, surement un autre effet de la magie et la preuve que pour elle le temps semblait s'écouler différemment.

Est-ce vous qui faites tout ça ?

La princesse pointait du doigt l'une de ses dernières toiles, ce qui fit qu'elle voyait encore très clairement la scène du miroir dans sa tête, la jeune rousse s'entraînant à l'arc alors qu'elle chevauchait son cheval, c'était une des dernières images qu'elle avait vue d'elle. Il lui fallait beaucoup de concentration pour réussir à stabiliser une seule images sur toute celle que le miroir faisait apparaître.

- Oui...

S'approchant elle aussi, elle passa sa main sur la toile. Ce n'était pas courant qu'elle vienne les admirer, non à peine une fini qu'il fallait en commencer une autre, c'était le seul moyen de pouvoir s'échapper de sa tour.

- Elles racontent tout ce qui se passe dans le monde extérieur, cette jeune fille s'appelle Mérida, une princesse qui a un jour fui son royaume pour partir à l'aventure, guidée par ses amis les Feu-follet.

Toutes ses tapisseries racontaient l'histoire de certains habitants de la forêt enchantée, celle qu'elle préférait. Faisant bien gaffe de ne prêter aucun regard vers la fenêtre qui donnait sur le monde extérieur, elle attrapa tout en douceur la main de belle pour pouvoir la sentir.

- J'en ai sur vous aussi, la princesse qui tombe amoureuse du ténébreux. Un coeur brisé ne guérira jamais, mais il peut se renforcer je vous l'assure.


Les îles sont toujours des frontières face au monde


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Mer 16 Oct - 21:23






Belle & Elaine

~ Raiponce, lance-moi ta chevelure ! ~


La curiosité était parfois un très vilain défaut car quand on se risquait à découvrir quelque chose que certaines personnes craignaient, il y avait toujours un risque pour craindre à son tour cette chose. Mais parfois, avoir de la curiosité n’était pas si mauvais. J’en avais eu la preuve dans le château de Rumplestilskin, et ce à plusieurs reprises. Pour commencer, il y avait eu ces questions que je lui posais et auxquelles il répondait toujours de la façon la plus aimable qui soit et ensuite, il y avait eu la fois où je m’étais aventurée dans le château alors que je n’y étais pas autorisée. Maintes fois, j’aurais pu craindre des remontrances de la part de mon ‘maître’, mais à chaque fois, il s’était montré beaucoup plus prévenant que prévu. Le Ténébreux était devenu une véritable source de mystère pour moi et j’avais, à chaque fois, essayé d’en savoir plus. Je m’étais attachée à lui et apparemment, c’était son cas, sauf que quand il s’en était rendu compte, il m’avait jeté dehors. Dire que j’avais le cœur brisé était un bien faible mot, mais je me devais d’avancer. C’était nécessaire. Et puis sans cela, je ne serais pas ici à l’heure actuelle.

L’île de Shalott était devenue le sujet principal de ma curiosité si bien que je n’avais pas pu résister à l’envie d’y mettre les pieds. L’orage aurait pu servir de punition, mais en fait, ce n’était pas le cas, car j’étais rentrée dans la tour et selon les habitants de Camelott, c’était ici que se trouvait ce qui les effrayait. Je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir une pointe d’appréhension en moi car je ne savais pas ce que j’allais trouver. Quand je découvris une demoiselle, plus jeune que moi, je fus particulièrement surprise. Etait-ce donc d’elle qu’ils avaient tous peur ? Néanmoins, malgré cette pensée, je ne pouvais que me dire qu’il fallait que je me méfie des apparences car la plus terrible des créatures pouvait se trouver derrière le plus innocent des visages. Cependant, quand je regardais quelqu’un, je savais si cette personne était bonne ou pas. C’était le cas pour la jeune femme. Je ne voyais rien de diabolique en elle. Du coup, je ne comprenais pas pourquoi tout le monde parlait de cette île comme étant maudite. Mais j’étais là pour le découvrir. Ma surprise atteignit son comble quand elle prononça mon prénom.

Jamais de mas vie je n’avais vu cette femme-là, et ça, j’en mettrais ma main à couper. Comment savait-elle qui j’étais ? Le savoir était le but de ma question. J’ignorais tout d’elle, mais elle semblait me connaître beaucoup plus que prévu. Mon étonnement s’accentua quand elle avoua m’avoir déjà vu. Etait-ce possible ? Je soutenais ne l’avoir jamais vu alors comment était-ce possible ? Si elle m’avait déjà vu, alors je ne m’en souvenais pas. Or, les seuls souvenirs qu’on ne conservait pas, c’était ceux quand on était enfant. Allez savoir pourquoi, la mémoire commençait à partir de l’âge de trois ans (et encore, de mes trois ans, je ne conservais que quelques souvenirs par-ci, par-là). Donc cela voulait dire que c’était soit quand j’étais beaucoup plus petite, soit dans la période où mes souvenirs étaient vraiment flous. Bref, impossible à dire. J’étais prête à lui demander comment, mais mon regard avait été attiré par les nombreuses tapisseries qui se trouvaient accrochées au mur. C’était fascinant et magnifique. Elles donnaient l’impression de raconter une histoire, même si les images étaient figées. Etant donné qu’elle semblait être seule ici, je demandais si elle les avait toutes faites.

Un profond respect naquit en moi quand elle me répondit que c’était bien le cas. C’était impressionnant ! Elle devait être là depuis très longtemps pour en avoir fait autant. Je regardais la jeune femme rousse qui était brodée dessus. Je la regardais toucher cette tapisserie. Chose que je ne pourrais pas me résigner à faire parce que j’aurais trop peur de les abimer. Ces tapisseries semblaient être d’une excellente qualité. En tout cas, c’était du travail de professionnel. Je l’écoutais raconter l’histoire de cette tapisserie. La jeune femme rousse se prénommait Mérida. Ce qui m’interpella le plus, ce fut d’apprendre qu’elle était partie de chez elle pour vivre une aventure. Cette histoire-là m’était vraiment familière parce que j’avais fait exactement la même chose. J’étais partie de chez moi vivre l’aventure. Certes, d’une façon très différente car techniquement, j’avais suivi Rumplestilskin pour m’échapper de mon château, mais le principe était plus ou moins le même. J’admirais encore la tapisserie d’un air légèrement béat. J’avais l’impression de lire un livre, même si ce n’était qu’une simple image. J’avais hâte de voir les autres tapisseries.

- C’est impressionnant, soufflais-je.

Je sursautais légèrement en sentant sa main prendre la mienne, mais je me laissais guider bien sagement. Décidemment, j’allais de surprise en surprise quand elle résuma ma situation. Comment savait-elle que j’étais précisément la princesse amoureuse de l’être le plus craint de tous les royaumes ? J’avais tellement de question à lui poser, mais je ne savais pas par laquelle commencer. Ah si ! Comment elle me connaissait. Ca c’était la question numéro un. Et puis ensuite, comment elle faisait pour tapisser et voir toutes ces images. J’allais pour poser la question quand j’atterris devant celle qui me concernait. La femme qui me représentait me ressemblait, ce qui était encore une preuve de la dextérité de la créatrice. J’observais une scène qui avait eu lieu quand je me trouvais encore au château de Rumplestilskin. C’était le jour où il m’avait offert une rose. Je le revoyais encore me tendre cette fleur, ce premier sourire qu’il m’avait offert. Un léger sourire s’imprima sur mes lèvres. C’était l’époque où je craignais de lui poser des questions (que je posais quand même parce que la curiosité était plus forte que tout). Mon sourire tomba quand j’entendis la suite des paroles de la jeune femme.

- Nous verrons bien, répondis-je.

Enfin, peu importait. Je reportais mon attention sur elle, en me tournant pour lui faire face. J’allais pouvoir lui poser mes questions, à moins, bien sur qu’elle n’ait d’autres choses encore plus surprenantes à me montrer qui me laisseraient de nouveau sans voix. Ce qui était fortement possible d’ailleurs. Donc avant que ce soit le cas, je préférais prendre la parole.

- Dites-moi, comment me connaissez-vous alors que je ne me souviens pas vous avoir déjà vue ? Quel âge avez-vous ? Comment voyez-vous toutes ces choses ? Oh et comment vous appelez-vous ? Vous connaissez mon prénom alors que moi, je ne connais pas le votre...





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Ven 18 Oct - 10:15





Belle & Elaine

D'un éclat de miroir naquit l'espoir.

Toute cette scène n'était pas une illusion, elle pouvait sentir la main de belle qu'elle avait attrapé. La chaleur qui ça lui procurait sur la sienne si froide. Qui était son dernier visiteur Morgane ouLefou ? Elle vivait tellement d'aventure en même temps, qu'il lui arrivait souvent d'oublier sa propre existence, qu'il était facile de se persuader d'être ailleurs grâce au sortilège qui opéra sur elle et son miroir, Elaine n'avait jamais eu de grands rêves, seulement être une femme de la cour, épousée le chevalier qu'elle aimait, lui donner des enfants. Oui, elle était à l'image de toute femme noble convenable de son époque et pourtant tout ce qui l'attendait c'était de vieillir seule dans sa tour et voir d'autres avoir la vie qu'elle n'aurait jamais.

Beaucoup seraient surement devenus folles dans sa situation, mais l'espoir n'avait pas quitté le coeur de la dame de Shalott, puis une partie d'elle se disait que dans ce lieu, elle était protégée contre ce fléau qui pouvait détruire n'importe qui, l'amour. Qu'elle aurait voulu être aimé et non rejeter par tous, Elaine avait accepté son sort, résignée à ne rester qu'une simple spectatrice, sans ne jamais pouvoir agir, au début pour sauver certaines personnes elle se mettait à crier, pensant qu'il la verrait qu'elle arriverait à le prévenir du danger. Elle se voyait encore s'approcher de leur corps inerte, d'essayer de les toucher sans y parvenir, la tristesse qui en écoulait pouvait durer des heures. À présent, elle essayait d'éviter ce genre de scène, mais ce n'était pas si simple.

Pour le moment, elle était heureuse et conduisait Belle devant la toile qu'elle avait confectionnée, une ou le ténébreux lui offrait une rose. Elaine adorait cette histoire et restait persuader que lui aussi aimait Belle, même si à présent il la pensait morte. Devrait-elle en parler à celle qui lui faisait face ? Non, ce sorcier l'avait repoussé et la princesse avait souffert, les peines d'amour, elle connaissait très bien et ce que faisait Belle pour l'oublier semblait la meilleure solution pour passer à autres choses. Elle décida donc de lui dire qu'elle arriverait à renforcer son coeur brisé.

Nous verrons bien

Belle se retourna, se retrouvant face à elle. Elaine pouvait bien lire dans son regard qu'elle avait envie de lui poser une tonne de question. Il était vrai qu'elle connaissait tout à son sujet et qu'elle n'était qu'une dame dans une tour dont tout le monde disait de se méfier. Allait-elle la voir ainsi ? Comme tous ses paysans qui entouraient son ile.

Dites-moi, comment me connaissez-vous alors que je ne me souviens pas de vue ? Quel âge avez-vous ? Comment voyez-vous toutes ces choses ? Oh et comment vous appelez-vous ? Vous connaissez mon prénom alors que moi, je ne connais pas le votre...

Elle aurait pu s'offusquer, les manières de bons usages estimaient que ce n'était pas très convenable de poser autant de questions, mais cela lui faisait tellement du bien de pouvoir parler et être entendu qu'Élaine s'enchantât déjà de pouvoir lui répondre. Alors, tout en lui lâchant sa main, elle se présenta :

- Je suis Elaine d'Astolat ! Son sourire s'effaça. Même si à présent je ne reste que la dame de Shalott...

Toute sa famille l'avait oublié, continuer leur vie comme si elle n'avait jamais existé et le pire restait que plus personne ne semblait penser à celle qu'elle était, son nom avait été remplacé par la Dame de Shalott, rien de plus rien de moins. Elle était cette jeune femme qui chantait dans sa tour, enfermer et dangereuse dans les pires rumeurs à son sujet. Alors qu'ils en servaient rien et ne cherchaient pas à savoir la vérité. On l'avait tout bonnement abandonné, hormis Morganne, sa seule et vraie amie. Se dirigeant vers sa chaise, elle s'installa devant son miroir qui faisait encore défiler des centaines d'images qui pourraient l'intéresser, mais elle tourna très vite la tête vers son invitée pour que son esprit ne se lie pas avec le miroir.

- Je pense avoir dans les seize ans, le temps passe tellement différemment pour moi. Je suis maudite, je ne peux regarder le monde extérieur de mes propres yeux, alors je le fais par mon miroir magique qui me montre tout, c'est pour cela que je vous connais et vous non. Je suis liée à mon miroir qui s'occupe de moi. Je ne dors plus, ne mange plus et pourtant me sens en pleine forme.

En quelques mots, elle venait de se dévoiler, son visage était neutre, il n'y avait aucune raison de sourire. C'était une malédiction qui pourrait en provoquer une encore pire si elle osait regarder par la fenêtre le monde extérieur. Elaine devait résister à chaque moment à la tentation. C'était à elle à présent d'en savoir plus, elle ne comprenait pas ce qui avait mené Belle ici, dans sa tour, oui elle pouvait tout voir avec son miroir, mais ne pouvait pas se concentrer sur toutes les histoires à la fois.

- Que faites-vous ici ?


Les îles sont toujours des frontières face au monde


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Lun 21 Oct - 11:57






Belle & Elaine

~ Raiponce, lance-moi ta chevelure ! ~


J’étais vraiment surprise par ce que je découvrais. Pourquoi les habitants avaient-ils peur de cette jeune femme ? Je ne voyais pas du tout ce qui les poussait à avoir peur… J’avais devant moi une jeune femme innocente et je ne percevais absolument aucune cruauté en elle. Je ne craignais absolument rien en sa compagnie, alors pourquoi est-ce que tout le monde la fuyait comme la peste ? Pourquoi et encore pourquoi. Je n’avais pas de réponse à fournir, et j’espérais pouvoir en apprendre plus. Cependant, je n’étais pas assez bête pour poser cette question de but en blanc. Il y avait un minimum de bienséance à avoir et surtout, j’avais d’autres questions en tête, comme par exemple : d’où me connaissait-elle ? Sauf que chaque chose que je voyais me coupait dans ma formulation des questions tellement tout était magnifique.

Au fur et à mesure que je regardais autour de moi, je découvrais le talent de cette jeune femme. Toutes ces tapisseries étaient magnifiques et extrêmement bien faites. Je n’en avais jamais vu d’aussi belle de toute ma vie. Et surtout, elles me donnaient cette impression de raconter une histoire. Impression qui s’était avérée juste car la demoiselle me raconta l’histoire d’un des personnages d’une de ses tapisseries. L’histoire de cette femme rousse m’était familière, bien qu’elle comporte des différences par rapport à la mienne. Ce dont je ne m’attendais pas, c’était qu’elle possède une tapisserie me concernant. Je me retrouvais donc devant un des passages de ma vie. Cette image raviva un profond sentiment de manque en moi. Je me souvenais parfaitement de ce jour-là où Rumplestilskin m’avait offert cette rose. Ce fut ce jour-là que je commençai à l’apprécier.

La rose avait été placée sous une cloche et sous les bons soins du Ténébreux, celui-ci lui avait jeté un sort afin qu’elle ne fane le plus lentement possible. Mon plus grand regret était de ne pas avoir pu la prendre avec moi quand j’étais partie du château. En même temps, je n’en avais pas eu le temps de prendre grand-chose car Rumplestilskin m’avait jeté dehors. D’une oreille légèrement distraite j’écoutais les propos de la jeune femme à mes côtés qui m’assurait que la douleur que je ressentais ne pourrait que me rendre encore plus forte. Peut-être avait-elle raison. Je n’en savais rien. S’il y avait une chose dont j’étais sure, c’était que la vie que j’avais mené là-bas me manquait. Certes, de princesse j’étais devenue une servante, mais j’avais été très bien traitée et surtout, le Ténébreux avait fait preuve d’énormément de patience avec moi.

Je réussis à détacher mon regard de la tapisserie afin de pouvoir enfin satisfaire ma curiosité en ce qui concernait l’identité de la jeune femme. J’étais curieuse de savoir comment elle me connaissait et surtout d’où parce que je ne me souvenais pas d’elle. J’avais beau chercher dans ma mémoire, je ne trouvais pas de réponse à mes questions, alors je n’avais pas d’autres options que de lui demander directement. Je me mis à débiter un certain flot de paroles, et c’était un peu contre usage de parler autant et de poser autant de questions en une fois, mais j’avais toujours été comme ça, et ce n’était pas prêt de changer. Tout du moins, plus à mon âge. La jeune femme me lâcha la main pour enfin répondre à ma question sur son identité. Elaine. C’était un très joli prénom, qui me faisait aussi légèrement penser à mes trois triplées de cousine : Ellen, Elena et Elana. Sauf que la femme que j’avais en face de moi n’avait absolument rien a voir avec elles.

- Ravie de vous rencontrer, Elaine.

Je faillis me présenter à mon tour, mais je me souvins à la dernière seconde qu’elle savait déjà qui j’étais. Elle m’avait appelé par mon prénom afin de me souhaiter la bienvenue. Aussi, je me rendis compte que j’avais en face de moi la fameuse Dame de Shalott, qui effrayait tellement les habitants de Camelott. Je ne voyais toujours pas pourquoi… Personnellement, je préférais l’appeler par son prénom que Dame de Shalott. C’était moins long, et surtout, elle possédait une identité, bien qu’elle laissa suggérer le contraire. Je la regardais retourner s’asseoir sur sa chaise, face à son miroir, là où je l’avais trouvé en arrivant dans la pièce. Sauf que cette fois-ci, elle était tournée vers moi. Je l’écoutais assez religieusement pendant qu’elle me racontait comment elle me connaissait. J’arquais un sourcil quand elle fit mention de son miroir magique. Encore un ! C’était le troisième dont j’entendais parler.

- Vous ne mangez plus et ne dormez plus ? Comment faites-vous ? Quel genre de malédiction plane sur vous ? Est-ce pour cette raison qu’on vous craint ?

Encore trop de questions, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. J’étais tellement curieuse que c’était difficile de me taire. Elle me connaissait grâce à son miroir. Cela voulait dire qu’elle avait observé des éléments de ma vie sans que personne ne s’en rende compte. Si certains auraient pu se sentir offusquer à cause de ça, personnellement, ce n’était pas mon cas car, je trouvais cela extrêmement fascinant. Je regardais le miroir pendant quelques secondes avec une certaine curiosité. Celui de Régina lui disait qui était la plus belle, celui de Rumplestilskin montrait tout ce qu’on voulait voir et celui d’Elaine montrait des scènes de la vie. Cependant, ce dernier obéissait-il uniquement à la jeune femme ou bien pouvait-il accéder à la demande de n’importe qui ? Ma curiosité me fera défaut un jour, j’en avais grandement conscience…

D’ailleurs, c’était la raison de ma présence ici et Elaine ne tarda pas à me le demander. Je lui offris un léger sourire. Je n’avais pas bougé de ma place et honnêtement, je ne voyais pas trop où aller pour le moment. Je n’étais pas chez moi après tout, même si j’avais pris la liberté d’entrer dans cette tour sans y être invité… Enfin, de toute façon, il était trop tard pour les remords. Ce qui était fait était fait.

- Et bien, je suis actuellement en voyage. J’essaie de trouver le repère du Yaoguai et mes pas m’ont mené à Camelott. Je pense être dans la bonne direction, d’ailleurs. En fait, si je suis venue sur votre île, c’est parce que j’en ai entendu parler dans la taverne où je me suis arrêtée pour manger. La curiosité l’a emporté et j’ai voulu voir par moi-même.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Sam 26 Oct - 18:32





Belle & Elaine

D'un éclat de miroir naquit l'espoir.


C'était comme une mélodie envoûtante, une berceuse pour les enfants, un air fredonné, un air qu'elle connaissait depuis si longtemps, c'est sa mère qui lui chantait étant enfant. Elle pouvait encore voir son sourire, ses gestes doux envers elle, courir après elle dans une prairie remplis de fleurs, même si l'enfant pouvait la faire sourire, il y avait toujours cette lueur triste dans son regard, une lueur que rien ni personne ne pouvait faire disparaître. Un jour, lors d'une ballade, les premières feuilles de l'automne tombaient, Elaine pouvait entendre cette mélodie, pourtant petite, elle savait qu'il se passait quelque chose... Au loin elle l'a vu au bord d'une falaise, elle avait beau crier pour que sa mère lui porte de l'attention, mais celle-ci continuait à chanter et alors qu'Elaine arrivait près d'elle, sa mère lui porta un simple regard avant de se laisser tomber dans le vide. L'enfant s'écroula au sol et vit sa mère se faire engloutir par la puissance des vagues qui frappaient la falaise.

Cet évènement de sa vie lui donna une force : celle de ne jamais abandonner, c'était sans doute pour cela qu'elle n'avait jamais été tentée de regarder par la fenêtre, peur d'être comme celle qui l'avait abandonné en décidant de quitter ce monde. Pourtant, enfermer dans cette tour, elle croyait à l'occasion entendre cette mélodie et voir le dernier regard de sa mère, un regard ou cette lueur triste avait disparu, comme si elle savait qu'en agissant ainsi, elle serait enfin à sa place...à sa place, était-ce celle d'Elaine de se trouver dans cette tour ? Si elle savait qu'un jour, elle chanterait aussi cette mélodie, allonger sur une barque attendant la fin avec l'espoir d'un jour meilleur.

Pour le moment, ce souvenir se trouvait loin derrière elle, comme cette mélodie écho du passé, une mélodie qui la suivra qu'importe la malédiction qui la frappera. Elle était assise près de son miroir en compagnie de la princesse Belle, celle-ci venait de lui poser certaines questions et Elaine avait essayé d'y répondre, sauf que sa réponse emmena d'autres questions.

Vous ne mangez plus et ne dormez plus ? Comment faites-vous ? Quel genre de malédiction plane sur vous ? Est-ce pour cette raison qu’on vous craint ?

Pour le coup Elaine cherchait un moyen de bien pouvoir lui expliquer la situation dans laquelle elle se trouvait. Donc au lieu de lui répondre de suite, elle lui demanda la présence de sa venue, elle avait besoin de savoir pour continuer dans cette entrevue. Elle connaissait Belle d'une certaine façon, mais aucune logique n'expliquait sa présence ici, dans sa tour.

Et bien, je suis actuellement en voyage. J’essaie de trouver le repère du Yaoguai et mes pas m’ont mené à Camelot. Je pense être dans la bonne direction, d’ailleurs. En fait, si je suis venue sur votre île, c’est parce que j’en ai entendu parler dans la taverne où je me suis arrêtée pour manger. La curiosité l’a emporté et j’ai voulu voir par moi-même.

La curiosité l'avait emmené ici, cela se comprenait d'un certain sens, mais d'un autre était-ce normal de foncer tète baisser dans le danger ? Belle avait accepté de suivre le ténébreux sans broncher, lui avait servi de servante en n'obéissant pas forcement aux règles qu'il avait donnés. La curiosité de la princesse pourrait facilement rentrer dans les légendes.

- Je vois ! Vous devriez vous méfier vous ne tomberez pas toujours sur des personnes aussi inoffensives que moi, certains lieux enferment de grands secrets...de dangereux secret !

Elaine savait de quoi elle parlait, certaines scènes qu'elle pouvait voir, lui donnait froid dans le dos, c'est pour cela que souvent elle préférait voir des scènes de bal, d'aventure de plus grands héros et non les complots des plus grands méchants de la forêt enchantée, mais des fois, il lui arrive de céder à la curiosité pour voir ce qu'il cache.

- Pour répondre à vos questions, avant que je vous interromps... Comment vous expliquer ? Le miroir et moi ne faisons qu'un, nos esprits sont liés, je n'ai pas besoin de manger et de dormir, surement parce que je passe tout mon temps à me balader dans les images qui apparaissent dans le miroir, c'est comme si j'étais transportée ailleurs, je vois la scène, mais personne ne peut me voir. Il a quelques années j'ai aidé un sorcier et voici ma récompense pour un souhait surement mal formuler, je ne voulais plus souffrir d'une peine de coeur et je me suis retrouvée piégé dès que j'ai porté un regard au miroir, enfermer dans cette tour, ne plus pouvoir regarder par les fenêtres, ni même sortir sans craindre les répercutions, j'ignore lesquelles, mais je ne peux me permettre de risquer ma vie. Voilà pourquoi on me craint temps : l'ignorance ! L'ignorance est la peur.

À présent, elle espérait tout lui avoir bien fait comprendre, ce n'était jamais facile de parler de cette magie qui l'avait entouré pour la lier à son miroir. Elle remarqua enfin que Belle se trouvait toujours debout, alors d'un signe de la main elle lui montra le lit et signala :

- vous pouvez vous asseoir sur le lit si vous voulez !



Les îles sont toujours des frontières face au monde


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Dim 27 Oct - 22:35






Belle & Elaine

~ Raiponce, lance-moi ta chevelure ! ~


Venir jusqu’ici ne s’était pas révélé être une mauvaise chose, bien au contraire, ça s’était même révélé intéressant. Jamais je n’aurais cru rencontrer un jour une personne comme Elaine. Je la trouvais extrêmement fascinante si bien que j’avais une multitude de questions à lui poser. Ce n’était pas tous les jours qu’on rencontrait une tisseuse hors pair et qui savait à peu près tout de la vie de tout le monde. J’étais surprise d’apprendre qu’elle était liée à un miroir magique. C’était réellement possible ? Apparemment, ça l’était car j’avais face à moi la preuve, même si le miroir m’apparaissait comme tout ce qu’il y avait de plus normal, pour le coup… J’avais appris, auprès de Rumplestilskin, que certains miroirs n’obéissaient qu’à leur propriétaire et d’autres à n’importe qui du moment que ces gens-là savaient ce qu’ils voulaient.

J’étais curieuse de connaître les raisons qui faisaient qu’Elaine était enfermée ici et ne pouvait plus en déloger. D’une certaine façon, je me voyais en elle car j’aurais dû appartenir au Ténébreux jusqu’à ma mort, mais le destin en avait décidé autrement. Il m’avait jeté dehors, me libérant ainsi de son ‘emprise’. J’avais pourtant été beaucoup plus libre en sa compagnie que dans mon propre château. Ce qui était très paradoxal, d’ailleurs. Mais c’était ce qui me différenciait de la jeune femme en face de moi. Elle, elle n’était pas libre et je ne pouvais pas m’empêcher de ressentir une certaine peine pour elle. Ce n’était pas de la pitié, loin de là, mais c’était tout de même triste d’apprendre qu’elle ne pourrait jamais sortir de sa tour sans qu’il ne lui arrive quelque chose. Quoi donc ? Je n’en avais aucune idée, mais tout avait forcément une conséquence.

Mes questions semblèrent déstabiliser légèrement Elaine et je ne la comprenais que trop bien. J’étais beaucoup trop avare d’informations que je ne pouvais jamais me contenter d’une réponse simple. Il fallait toujours que j’aille en profondeur des choses, ce qui était une des conséquences de ma curiosité. Je voyais bien qu’elle cherchait une façon de me répondre et je ne m’offusquais pas quand elle me demanda ce que je faisais ici. Je m’empressais d’ailleurs de lui répondre. Je n’avais absolument rien à cacher et je n’avais pas honte de la façon dont j’étais venue jusqu’ici. On m’avait presque traité de folle quand j’avais demandé comment se rendre sur l’île de Shalott. D’ailleurs, j’étais presque sûre que les gens devaient me croire morte à l’heure qu’il était. Nous verrons bien la tête qu’ils feront quand ils me verront de nouveau !

Elaine avait raison de me dire que je devrais me méfier un peu plus. J’étais une fille prudente, mais quand la curiosité avait raison de moi, très peu de choses m’en détournaient. En plus d’être une qualité, c’était aussi un défaut, j’en avais parfaitement conscience. Sauf que cela faisait vingt-cinq ans que j’étais comme ça. C’était sans aucun doute trop tard pour me changer. Quand j’avais une idée dans la tête, je ne l’avais pas ailleurs. Rumplestilskin me l’avait aussi quelques fois reproché et j’avais tenté d’écouter, mais ma nature revenait toujours au grand galop. C’était ainsi. Néanmoins, j’étais d’accord avec les paroles d’Elaine. Je lui donnais même totalement raison. Mais c’était plus fort que moi. Je ne savais vraiment pas faire autrement. Et si je ne m’étais pas écoutée, je ne serais pas là et je n’aurais pas découvert quelque chose d’aussi extraordinaire.

- Croyez-moi, je ne le sais que trop bien, mais que voulez-vous, je suis ainsi, répondis-je avec un léger haussement d’épaule.

Par la suite, j’eus le droit aux réponses à mes questions. Je l’écoutais avec une attention presque religieuse tellement ce que j’apprenais était fascinant. J’étais sidérée d’apprendre qu’elle pouvait se passer de manger tout ça parce qu’elle était liée à un miroir. Néanmoins, j’étais triste de savoir qu’elle était victime d’un mauvais sort. Tout ça à cause d’un souhait mal formulé… Autant dire que c’était vraiment beaucoup pour pas grand-chose. Tout le monde avait le droit de s’exprimer avec maladresse, c’était humain. Du coup, c’était vraiment cher payé… J’hochais la tête quand elle affirmait que l’ignorance était la peur de tous. J’étais bien d’accord. Ne pas savoir où on allait était effrayant. L’avenir était effrayant d’ailleurs ! Nul ne savait ce qui allait advenir de lui le lendemain et quand on y repensait, il y avait de quoi avoir de l’urticaire parfois.

J’avais presque oublié qu’Elaine était assise et moi debout quand elle me proposa de m’asseoir sur le lit. Je tournais la tête dans cette direction et avec un sourire en guise de remerciement, je m’y dirigeais pour m’asseoir le plus convenablement possible. J’avais tout de même une certaine éducation qui m’interdisait de me vautrer dans un lit qui était très loin de m’appartenir. D’ailleurs, même dans la chambre que Rumplestilskin m’avait attribuée après quelques temps passés à ses côtés, je ne m’étais jamais sentie aussi à l’aise que dans ma propre chambre. Certes, j’avais pu m’y mettre à mon aise, mais jamais je ne m’étais affalée sur le lit pour autre chose que pour dormir. Encore une fois, en y repensant, l’évidence selon laquelle ma vie de serveuse me manquait me sauta de nouveau aux yeux.

- Donc, si je comprends bien, vous ne pouvez pas voir les événements par vos propres yeux, il faut que ce soit obligatoirement par ce miroir, résumais-je pour voir si j’avais bien tout compris. C’est affreux…

Etre victime d’un sortilège était réellement la pire chose qui pouvait nous arriver. Surtout que ce n’était jamais facile de s’en défaire. D’ailleurs, à ce moment-là, les paroles de Régina me revinrent en tête : le baiser d’un amour véritable était le meilleur remède contre n’importe quelle malédiction au monde. Je l’avais cru et surtout, j’avais eu la preuve que ses dires étaient vrais en embrassant Rumplestilskin, mais mon baiser n’avait pas été assez fort pour conjurer le sort. Il avait commencé à lui redonner une apparence normale mais très vite, les effets avaient disparu comme s’il ne s’était jamais rien passé. A croire que je n’étais pas celle qui lui fallait et surtout qu’il ne m’aimait pas de cette façon. Certes, il s’était montré gentil et prévenant, mais ce n’était surement pas assez pour prouver qu’on aimait quelqu’un de cette manière là.

- Il n’y a qu’une seule façon de vaincre cette malédiction, fis-je après quelques secondes. Il vous faut trouver l’amour !

Mais comment ? Là était la question. Elaine ne pouvait pas quitter sa tour et si elle le faisait, dieu seul savait ce qui lui arriverait. Du coup, comment trouver l’âme sœur ? Excellente question, surtout si tout le monde croyait que l’île était maudite et que personne ne voulait y mettre les pieds…





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Mar 29 Oct - 11:27





Belle & Elaine

D'un éclat de miroir naquit l'espoir.



C'était rare qu'elle ait de la compagnie, surtout de rencontrer une personne qu'elle avait admirée à travers son miroir et que se retrouvait à présent face à elle. Elaine avait eu beaucoup de mal à comprendre les sentiments de Belle envers la bête, l'homme que toute la forêt enchantée craignait. Elle était persuadée qu'il était incapable d'aimer avant de voir dans quel état l'avait mis la perte de sa servante, il l'avait bien cherché et ne méritait pas son retour. Jamais, Elaine dirait mot à la princesse sur l'odieux plan de Régina, non à présent elle était bien plus en sûreté loin du ténébreux. Puis c'est lui qui avait fait le choix de la repousser, de choisir sa magie à l'amour... Belle avait la chance de vivre ses rêves, d'être libre, loin de ses ténèbres. Une partie d'Elaine l'enviait pour cette vie et l'autre se disait qu'elle était bien mieux dans son tour.

Enfin, elle avait réussi à tout bien lui expliquer sur son histoire : Parlant du sorcier sans préciser le nom de celui-ci, ainsi que de sa malédiction. Il n'y avait qu'un détail qu'elle gardait pour elle, le don de guérir tous les maux par ses chants. La dame du lac lui avait offert ce présent à sa naissance, un don qui s'était révélée être le début de sa malchance, sans lui jamais elle n'aurait aidé Facilieret subit le sort qu'elle subissait à présent. Belle s'était installé sur son lit, comme Elaine l'avait invité à faire.

Donc, si je comprends bien, vous ne pouvez pas voir les événements par vos propres yeux, il faut que ce soit obligatoirement par ce miroir. c’est affreux…

Elle n'avait pas besoin de lui dire qu'elle avait tout compris, la réponse pouvait se lire dans son regard et son simple hochement de tête. Affreux ! Était-ce vraiment le mot qui qualifiait sa vie ? Dans le début, elle aurait facilement trouvé le même adjectif, sauf que les mois avaient passé et elle s'était fait à cette vie, pas simple tous les jours certes, mais elle avait la capacité d'être partie à la fois, de tout savoir, ce n'était pas anodin.

- Cela dépend des jours, on s'habitue à tout même au pire.

En fait la seule chose qui lui manquait réellement s'était de vrai contact humain, de pouvoir discuter, rire, partager des moments magiques. Il était certain que jamais elle se marierait dans la lumière du soleil, n'aurait jamais d'enfants. Cet avenir qu'elle avait toujours souhaité, ne lui était plus accessible, mais elle se devait de rester forte et de se contenter de ce qu'elle avait. Il ne fallait pas dire que sa vie solitaire la rendait malheureuse, ni heureuse non plus d'ailleurs, en fait d'une certaine façon elle était rentrée dans ce rôle de spectatrice qui s'efface petit à petit.

Il n’y a qu’une seule façon de vaincre cette malédiction. Il vous faut trouver l’amour !

Ce fut comme recevoir un coup de couteau en plein coeur, rien que le mot amour la faisait souffrir comme au premier jour, lui prouvant de la même façon qu'elle était encore capable de ressentir. Ce qu'elle aimait dans sa tour, ses qu'elle se retrouvait à l'abri de la portée de son coeur. Déconcertée, elle lui demanda d'une voix hésitante.

- Même après ce que vous avez vécu avec les ténébreux, vous croyez encore à l'amour ?

Comment était-ce possible ? Elle l'avait vu de ses propres yeux se faire rejeter et pourtant belle persistait à croire au baiser d'un grand amour. Alors qu'Elaine avait longtemps mis de côté cette possibilité pour elle. Portant le regard à son miroir, elle revit son visage, il était si parfait, si beau, son coeur battait encore plus lui et ne voulait pas l'oublier, des larmes commencèrent à couler sur ses joues.

- Ce remède ne marchera pas pour moi...

Lancelot ne l'aimait pas, non celui-ci préférait Guenièvre et se retrouvait en exil à cause de leur liaison. Tant de fois, elle aurait voulu qu'il la regarde de la même façon que pour la reine. Pour lui, elle aurait été capable de tout, même le suivre dans sa fuite, si elle pouvait quitter cette tour, il était très loin d'elle à présent et même s'il venait l'embrasser pour rompre sa malédiction cela ne marcherait pas, car ils faillaient s'aimer en harmonie.

- J'aime quelqu'un depuis toujours, mais lui...mais son coeur appartient à une autre, l'amour ne doit pas être pour moi.



Les îles sont toujours des frontières face au monde


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Mar 5 Nov - 15:47






Belle & Elaine

~ Raiponce, lance-moi ta chevelure ! ~


Je me retrouvais face à un véritable mystère. Elaine était un mystère et pourtant, je la trouvais fascinante. Jamais de ma vie je n’avais cru qu’un jour je rencontrerai une telle personne. Honnêtement, je voulais tout savoir sur elle. Pourquoi vivait-elle ici ? Pourquoi est-ce qu’elle ne sortait pas de sa tour ? Qui lui avait lancé un sort ? Pourquoi ce sort ? Bref, j’avais tellement de question à lui poser. Mais je ne le faisais que très progressivement car je n’avais pas envie qu’elle pense que j’étais une espèce de folle à lier qui souhaite absolument tout savoir. Quoi que, ça je ne pouvais pas le nier, j’étais avide de n’importe quel savoir. Je n’y pouvais rien, c’était dans ma nature de m’informer sur tout ce que je trouvais d’intéressant. Tout m’intéressait et certains pouvaient trouver ça extrêmement pénible. Cependant, quand j’avais été au service de Rumplestilskin, j’aurais cru avoir affaire à l’homme (car oui, c’était un homme et j’avais pu le voir de mes propres yeux) le moins patient du monde et pourtant, j’avais eu l’agréable surprise de constater qu’il s’était montré d’une extrême patience avec moi.

Elaine se montra tout aussi patiente avec moi car elle répondit calmement à chacune de mes questions, me corrigeant quand je ne comprenais pas quelque chose. Néanmoins, je ne pouvais pas m’empêcher de trouver que son sort avait été particulièrement horrible. Personne ne méritait ce qui lui arrivait. Si je pouvais faire quelque chose pour elle, je le ferais mais malheureusement, je ne possédais absolument aucune faculté magique. Peut-être que le Ténébreux pourrait faire quelque chose pour elle, mais je n’avais plus aucun moyen de le savoir car il m’avait jeté hors de chez lui. Sans doute avait-il été effrayé par le pouvoir de l’amour et je voulais bien le comprendre, mais moi, il m’avait malheureusement brisé le cœur. Cependant, je ne me laissais pas abattre. Je ne voulais pas tomber dans la déprime alors je me forçais à avancer et cet avancement était réellement bénéfique car j’avais malgré tout retrouvé une certaine joie de vivre dans cette aventure. Qui aurait cru que moi, Belle, une princesse de naissance, je me serais mise à la recherche du Yaoguai ?

Bien que je trouvais son sort horrible, je ne pouvais qu’être d’accord avec elle quand elle disait qu’à force, on s’y habituait. Moi-même j’avais vécu une chose plus ou moins similaire. De princesse, j’étais devenue servante. D’une jolie chambre, j’avais hérité d’un cachot. Mais avec le temps, je m’étais faite à cette nouvelle vie. Néanmoins, contrairement à Elaine, j’avais été plus libre. Je pouvais me considérée chanceuse. Pour rien au monde je n’aurais voulu restée enfermée dans une tour sans jamais pouvoir y bouger. Au bout d’un moment, la curiosité l’aurait emporté et je serais partie. En guise de réponse, j’hochais la tête pour lui faire comprendre que j’entendais parfaitement ce qu’elle voulait dire. Elle devait le savoir, si elle m’avait vu dans son miroir, mais cela ne devait pas être pareil de se retrouver en compagnie d’une personne qu’on a souvent observée à travers un miroir. D’ailleurs, si beaucoup aurait dû se sentir offusqué d’avoir été observé de cette façon, personnellement, ça ne me dérangeait pas de savoir qu’elle m’avait observé à certains moments de ma vie. Au moins, elle valait le coup de s’y intéresser un petit peu.

Mon cerveau s’était mis en route et je cherchais à toute allure pour aider Elaine à s’en sortir. Il devait bien y avoir un moyen de briser cette malédiction, non ? Il y avait toujours une solution. Rien n’était impossible. Puis soudain, les paroles de la Reine m’était revenue en mémoire et je n’avais pas pu m’empêcher de lui faire partager l’information. De quelle façon pourrait-elle trouver l’amour ? Je n’en savais rien, mais il existait bien quelque part dans le monde quelqu’un qui avait été fait pour elle. Parfois, ce quelqu’un pouvait être surprenant, mais on trouvait toujours. C’était forcé ! Néanmoins, j’étais surprise qu’elle me demande si j’y croyais encore avec le rejet que j’avais vécu auprès de Rumplestilskin. Il était vrai qu’aujourd’hui, j’en souffrais encore, mais était-ce une raison pour se laisser aller ? Pour ne plus croire en quelque chose en laquelle on avait foi ? Ce n’était pas parce qu’on essuyait un échec qu’il fallait abandonner. Au contraire, il fallait persévérer. Pour le moment, j’étais en pleine réflexion à se propos, mais plus les jours passaient, plus je me disais qu’en effet, il fallait continuer d’y croire.

- Bien sur. Pourquoi est-ce que je n’y croirais plus ? Peut-être que Rumple n’était pas fait pour moi, tout simplement, répondis-je.

Cela me faisait mal de le dire, mais c’était une triste réalité. Pour me faire repousser comme ça, c’était la seule possibilité. Sauf que j’avais bien vu son apparence changer donc je ne pouvais qu’affirmer que Rumplestilskin éprouvait la même chose pour moi. Sauf qu’il n’avait pas voulu prendre ce que je lui offrais et je ne pouvais pas le forcer à le faire. S’il ne voulait pas de moi, je ne pouvais pas m’imposer. Maintenant, je me demandais pourquoi est-ce qu’il avait tellement voulu m’avoir quand il m’avait exigé comme paiement. Peut-être parce qu’il avait besoin d’une servante et qu’il aurait pu demander ça à n’importe qui d’autre si ce n’était pas mon père qui avait eu besoin de lui avant les autres. Je continuais légèrement à réfléchir quand Elaine reprit la parole, mais au lieu de parler d’une voix normale, j’entendis des sanglots dans sa voix. Entendre ça me fit relever la tête en sa direction tandis qu’elle m’avouait que l’amour n’était pas pour elle. Je me levais d’un bon, refusant de croire à une chose pareil. Aussitôt, j’atterris près d’elle pour la prendre dans mes bras.

- Je refuse que vous pensiez ça ! Pourquoi est-ce que vous pensez que l’amour n’est pas fait pour vous ? Il est fait pour tout le monde. Tout le monde a le droit d’être aimé. Regardez-moi ! J’ai été capable d’aimer un ‘monstre’. Méritait-il que j’éprouve ce genre de sentiment ?

Je m’écartais légèrement. J’avais posé mes mains sur ses épaules et m’étais légèrement accroupie pour être à sa hauteur, la regardant ainsi dans les yeux. Les larmes laissaient des traces humides sur ses joues si bien que je farfouillais dans une de mes poches pour en sortir un mouchoir blanc en tissus. Je tamponnais ses joues, refusant de voir plus longtemps ses joues. Quand j’avais pleuré dans mon cachot, Rumplestilskin m’avait offert un oreiller pour étouffer mes pleures. On pouvait dire qu’à ce moment là, j’avais été à deux doigts de l’insulter. Je l’avais trouvé sans cœur à cet instant. Il aurait mieux fait de m’ignorer plutôt que de m’apporter ça. Mais ce qui était fait, était fait. Disons simplement qu’il avait eu le temps de se faire pardonner de ce geste. Une fois les joues d’Elaine plus ou moins sèches, je lui donnais mon mouchoir, si jamais elle se mettait à pleurer à nouveau.

- Qui est cet homme ? En parler vous fera le plus grand bien, croyez-moi. Vous avez dû garder ça pour vous beaucoup trop longtemps.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Ven 15 Nov - 13:49





Belle & Elaine

D'un éclat de miroir naquit l'espoir.



L'amour, un sentiment à double tranchant, pouvant apporter bonheur et rire, mais aussi pleurs et souffrance. Il faut être prêt à ouvrir son coeur à ses sensations opposées, ôtant on peut vivre dans la lumière éternelle, rester auprès de l'homme que vous aimez, se sentir prête à tout affronter à ces cotes, mais il faut ne pas craindre de chuter dans le néant, car l'amour rend l'âme vulnérable. Il est plus facile d'atteindre une personne qui aime, utilisant cette faiblesse pour parvenir à ses fins. Mais comment atteindre quelqu'un qui souffre déjà ? Est-ce que Lancelot restait la faille d'Elaine ?

Belle pensait avoir trouvé la solution pour rompre son sort, le baiser d'un amour véritable. La dame n'avait jamais embrassé personne, ignorant ce qu'on ressentait lors de cet échange et oui elle avait souvent rêvé de pouvoir vivre ce moment que certain disait magique. Mais elle avait toujours attendu son genre de prince charmant à elle et son coeur avait choisi Lancelot, un homme qui ne l'aimait même pas. Alors, parler d'amour lui rouvrait une ancienne blessure, la même qui l'avait conduite sur l'île, cela semblait signifier que jamais elle ne pourrait guérir de son chagrin. Très vite des larmes se mirent à couler sur ses joues.

Le visage de celui-ci apparaissait sur son miroir magique, comme toujours elle commençait à se perdre dans ce monde irréel qu'elle connaissait si bien, oubliant la présence de Belle. La princesse arriva près d'elle pour la prendre dans ses bras, coupant son lien avec le miroir. Cela faisait si longtemps qu'on ne l'avait pas étreint, son père et ses frères n'avaient jamais réellement montré leur affection, de vrais chevaliers. Oui, le dernier câlin qu'elle avait reçu devait bien être dans les bras de sa mère.

- Je refuse que vous pensiez ça ! Pourquoi est-ce que vous pensez que l’amour n’est pas fait pour vous ? Il est fait pour tout le monde. Tout le monde a le droit d’être aimé. Regardez-moi ! J’ai été capable d’aimer un ‘monstre’. Méritait-il que j’éprouve ce genre de sentiment ?

Elle fit un signe négatif de la tête à sa question. Se faire réconforter de la sorte était ce dont elle avait besoin, sans doute si Belle s'était trouvé près d'elle, le jour du tournoi, jamais elle ne serait venue sur l'île pour évacuer sa peine. Son père lui avait dit que si elle montrait sa souffrance aux yeux de tous, elle n'était pas digne des Estolat, d'une certaine façon il pouvait être fière d'elle, Elaine n'apportait pas la honte à sa famille, vu qu'on l'avait presque oublié. Après que Belle lui est essuyée les joues avec ce mouchoir, elle lui donna. Elaine le garda bien en main, tout en offrant un sourire incertain à la princesse.

-Qui est cet homme ? En parler vous fera le plus grand bien, croyez-moi. Vous avez dû garder ça pour vous beaucoup trop longtemps.

Parler ? C'est vrai qu'elle pouvait passer des semaines sans dire un seul mot, attendant les visites de Morgane, lui raconter ce qu'elle avait vu. La soeur du roi était sa seule amie, celle qui avait toujours été à ses côtés, ne lui avait jamais menti, Elaine connaissait son envie de prendre le trône à Arthur et cela n'était pas pour lui déplaire, en même temps c'était lui qui avait éloigné Lancelot du royaume. Comme belle ne pouvait pas voir l'image de celui qu'elle aimait dans son miroir, elle lui fit voir d'un geste de la main, la tapisserie qui se trouvait derrière le miroir.

- Un grand chevalier de la table ronde : Lancelot !

Sur la tapisserie, Lancelot était représenté sur son destrier, c'était la dernière fois qu'elle l'avait vu en vrai et elle avait immortalisé cet instant pour ne jamais le perdre de vu.

- Je l'ai toujours aimé, un jour lors d'un tournoi, il m'a demandé de prendre mes couleurs, un grand geste de galanterie qui ne mettait certainement pas destiné, j'ai vu sa façon de regarder la reine et j'ai compris. Je me suis réfugiée ici pour évacuer ma peine et à présent je ne peux même plus quitter ce lieu et lui se retrouve banni, car ces sentiments pour Guenièvre ont été découverts ! Vous comprenez je voudrais l'oublier, mais mon coeur bat toujours pour lui....

Tournant la tête vers Belle, elle lui attrapa la main, c'était rare qu'elle parle du chevalier et cela ne lui faisait pas forcément du bien, ni de parler des sentiments. Elle devait changer de sujet. D'un coup elle eut l'idée d'aider la princesse pour sa quête, avec son miroir elle pouvait ton voir, alors pourquoi ne pas utiliser ce don ?

- Voulez-vous que je vous aide à trouver la créature que vous cherchez ?



Les îles sont toujours des frontières face au monde


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Jeu 21 Nov - 22:51






Belle & Elaine

~ Raiponce, lance-moi ta chevelure ! ~


S’il y avait un sentiment qui était complexe, c’était bien celui de l’amour. Il était un grand mystère que personne n’avait jamais pu totalement comprendre. Quand on avait affaire à ce genre de sentiment, on ressentait tout plein de sensations inexplicables et toutes aussi bizarres les unes que les autres. Des palpitations, des papillons dans le ventre, des frissons, on pensait tout le temps à l’être aimé, on en rêvait même la nuit. Bref, c’était vraiment un sentiment magnifique. Mais c’était aussi un sentiment extrêmement douloureux quand vous vous rendiez compte que l’élu de votre cœur ne partageait pas vos sentiments. Au départ, je n’avais jamais pensé que Rumplestilskin pourrait être gentil en faisant de moi sa servante, mais il l’avait été, même si au départ il ne s’était pas réellement montré spécialement amical. Petit à petit, je m’étais attachée à lui, d’abord en tant qu’ami et puis, la Reine avait réussi à me faire ouvrir les yeux sur ce que je ressentais réellement pour lui.

En suggérant à Elaine qu’il lui fallait le baiser du véritable amour, je ne m’attendais pas à la voir pleurer. D’après ce que je savais, c’était la seule façon qui existait réellement pour vaincre une malédiction comme celle que la jeune femme vivait. Pourquoi s’était-elle mise à pleurer quand je lui avais dit ça ? Je fus surprise de sa réponse et je la trouvais totalement idiote car c’était impossible que quelqu’un ne soit pas fait pour l’amour. Chacun d’entre nous avait sa tendre moitié quelque part dans le monde. Il fallait juste se donner la peine de la trouver. Parfois, il était possible qu’on se trompe de personne et c’était surement ce qui m’était arrivé avec Rumplestilskin. J’étais tombée amoureuse de la mauvaise moitié. C’était une idée que je m’étais faite, même si j’avais beaucoup de mal à y croire. Seul l’avenir me dira ce qu’il en serait du Ténébreux et moi, mais pour l’instant, une future rencontre avec lui semblait plus que compromise.

J’étreignis Elaine afin de la consoler. Je n’aimais pas savoir les gens tristes, ça me rendait tout aussi triste qu’eux. Je lui exprimais ma vision des choses, essayant aussi de comprendre pourquoi est-ce qu’elle pensait ça d’elle. Que s’était-il passé pour qu’elle soit si peu sûre d’elle et qu’elle ait si peu foi en l’amour ? Tout le monde méritait qu’on les aime. Et il n’y avait pas d’exception à ça. D’ailleurs, pour bien le lui faire comprendre, je lui parlais de ce que je ressentais pour Rumple. Du coup, l’idée que je m’étais faite sur « tomber amoureuse de la mauvaise personne » s’effaça aussitôt. Le Ténébreux n’était pas la mauvaise personne. Il avait simplement choisi la magie à l’amour. Et il m’avait mis à la porte. Il ne voulait pas de moi et c’était ça qui me faisait souffrir. Enfin pour l’instant, ce n’était pas de moi qu’il s’agissait, mais d’Elaine. D’ailleurs, je souris en la voyant secoué négativement la tête à ma question sur mes sentiments pour Rumplestilskin.

Nous étions bien d’accord. Il ne méritait pas que je l’aime et pourtant, c’était bien ce que je ressentais. Mais on ne parlait pas de moi pour l’instant. Le sujet, c’était Elaine. Je sortis un mouchoir en tissus blanc de ma poche et lui essuyais les joues avec. Une fois que ces dernières furent sèches, je lui donnais le mouchoir afin qu’elle puisse s’essuyer de nouveau les joues si jamais elle se remettait à pleurer à cause de moi. Oui, parce que c’était de ma faute si elle s’était mise à verser des larmes. Maintenant, je souhaitais en savoir plus sur cet homme dont elle était amoureuse mais qui ne partageait pas ses sentiments. J’étais certaine qu’en parler lui ferait le plus grand bien. Si elle avait gardé tout ça pour elle pendant tout ce temps, ça ne m’étonnait pas qu’elle en souffre autant. Quand elle désigna une tapisserie qui se trouvait derrière son miroir, je me redressais légèrement pour la regarder et découvrit un homme en armure.

Elaine ne tarda pas à me donner son prénom. Lancelot. Il s’agissait d’un des chevaliers de la table ronde. Tout le monde connaissait le Roi Arthur ainsi que ses chevaliers. J’observais le dit chevalier qui était représenté. Cela ne m’étonnait pas qu’elle soit tombée amoureuse de lui. Rien que par la tapisserie, je sentais en lui une certaine confiance en soit. Il respirait la confiance en tout cas. Je ne le connaissais pas, mais en tout cas, il donnait envie d’être connu. Elle me raconta l’événement qui lui avait fait prendre conscience qu’il ne partageait pas ses sentiments et je trouvais l’histoire particulièrement horrible. Ce fameux Lancelot était amoureux d’une autre femme, une femme déjà prise qui plus est. Décidemment, c’était réellement farfelu comme histoire ! Pour le coup, je ne voyais pas du tout comment aider Elaine. Peut-être qu’en faisant venir Lancelot sur l’île et faire en sorte qu’il la rencontre lui ferait changer ses sentiments pour Guenièvre ?

Je m’apprêtais à lui faire part de mon idée, mais à peine avais-je ouvert la bouche qu’elle m’attrapa la main et me proposa de m’aider pour ma quête. J’étais tellement surprise par ce brusque changement de conversation que je la regardais bêtement pendant quelques secondes. Devais-je comprendre qu’elle ne voulait plus parler de Lancelot ? Pourtant j’avais une excellente idée ! J’étais certaine que ça pouvait marcher. Surtout si Elaine et lui étaient faits pour être ensemble. Mais je n’insistais pas. Elle ne voulait pas en parler et je comprenais son choix, même si ça me chagrinait qu’elle reste à ce point renfermée sur le sujet.

- Le Yaoguai ? Et bien pourquoi pas. Mais il me semble être sur la bonne route, si j’en crois mon livre.

Je tapotais ma petite sacoche où mon livre était en sécurité. J’étais certaine de moi et d’avoir suivi à la lettre les instructions. Quand je tomberai sur lui, mes anciens compagnons de route allaient s’en mordre les doigts pour ne pas m’avoir écouté quand je leur avais dit quelle route prendre. Ils avaient voulu jouer les plus malins et bien ils allaient vite comprendre qu’ils s’étaient tous lourdement trompés et qu’il fallait faire confiance à une femme. Décidemment, tous les hommes n’étaient pas des hommes bons. Certains étaient irrécupérables.

- Comment m’aideriez-vous ? demandais-je.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Dim 24 Nov - 12:23





Belle & Elaine

D'un éclat de miroir naquit l'espoir.



Elaine, grande romantique qui avait toujours cru au prince charmant, ne voulait qu'une seule chose à présent. Ne plus penser à ses rêves d'enfants et l'attitude de belle ne l'aidait pas. La Dame de Shalott avait peur que celle-ci la fasse espérer et que rien ne se produise, qu'elle ait encore plus mal. Non, la rouquine préféra changer de sujet. Ce n'est pas elle qui avait besoin d'aide, elle s'était fait à cette vie de recluse, voyageant dans mille histoires avec son miroir. La curiosité avait emmené la princesse dans sa tour, mais qu'est-ce qu'elle espérait trouver ? Des réponses pour sa quête ? Trouver un but à son aventure? Elaine pouvait tout voir, mais ne comprenait pas forcément les actions de certains habitants de la forêt enchantée., lire dans le coeur n'était pas facile même quand on observait depuis aussi longtemps qu'elle.

La jeune femme attrapa les mains de belle, lui proposant de l'idée dans sa quête. Pas qu'elle voulait le voir partir, non elle aimait avoir une présence près d'elle, mais c'était le seul changement de conversation qui lui était venu en tête. Préférant parler de sa quête que d'amour. Elle avait pu remarquer que les princesses ne semblaient plus être attirées vers le prince charmant, mais plus vers l'aventure. Si du moins, elle savait la chance que c'était d'être aimé surement qu'elle resterait tranquille dans leur château, comme sa famille lui avait enseigné. La place d'une femme est de faire un beau mariage et de donner des héritiers, pas de tenir une épée à la pourchasse des monstres de la forêt enchantés. Surement que sans malédiction, elle n'aurait pas voulu aider Belle, trouvant son idée bien trop saugrenue, mais il y a toujours un évènement qui arrive dans une vie et vous change à jamais. Elaine en avait vécu l'expérience et il ne lui appartenait plus de juger, non pour elle son rôle s'arrêtait à l'observation. Sa prison dorée l'avait rendu docile, aucune once de haine en elle, l'amour avait toujours guidé ses pas, mais comme disait souvent Morgane l'amour pouvait vite se transformer en vengeance, sauf qu'Elainen'y croyait pas.

- Le Yaoguai ? Et bien pourquoi pas. Mais il me semble être sur la bonne route, si j’en crois mon livre.

À l'évocation du livre, un sourire apparut sur son visage, la lecture n'avait jamais réellement été son point fort, elle ne doutait pas des convictions de la princesse, mais pour sa part elle ferait plus confiance à son miroir qu'à l'objet qui se trouvait dans la sacoche deBelle.

- Comment m’aideriez-vous ?

Elle fut surprise par cette question, cela semblait tellement évident, surement qu'elle avait dû mal expliquer sa malédiction qui pouvait être à l'occasion un réel don.

- Mon miroir !

Une partie d'elle aurait voulu que Belle voie de ses propres yeux la puissance de celui-ci, mais il n'y avait qu'elle, pour les autres ce n'était qu'un simple miroir qui donnait leur reflet. Avant de se tourner vers lui, elle ouvrit un des tiroirs près d'elle, pour y attraper une toute petite toile. Souvent elle se demandait comment cela se faisait qu'elle n'était jamais en manque d'ustensiles ? C'était un mystère qui l'entourait qu'elle ne comprenait pas, la magie semblait entourer sa tour, la gardant en vie pour qu'elle puisse faire ses tapisseries, comme si un jour celle-ci pourrait servir. Pour l'heure, il n'était pas temps de se questionner, une fois l'aiguille en main.

- Je peux voir tout ce qui me produire à ce moment précis, je n'ai jamais vraiment essayé, mais si je me concentre sur le Yaoguai, j'aurai surement la chance de le voir !

Plongeant ses yeux dans le miroir, le vaste monde s'étendait devant elle, elle ne pouvait plus écouter Belle, il lui fallait beaucoup de concentration pour n'apercevoir qu'une scène. C'était d'être comme dans un labyrinthe et ne pas se laisser tenter par un autre chemin qui pourrait la perdre bien loin de la créature qu'elle cherchait. Elle répétait son nom et encore son nom, avant qu'enfin elle marche dans une forêt, non loin d'elle une grotte, un animal enflammer s'y trouvait. Instinctivement elle recula d'un bond même si elle ne risquait rien vu qu'elle n'était pas réellement là, son corps toujours parfaitement immobile sur sa chaise sans remarquer qu'elle avait commencé sa nouvelle toile qui représentait la bête dans sa grotte. C'était ainsi son corps se trouvait toujours près de belle, mais son esprit lui était près du Yaoguai. Comme à son habitude, sa toile fut très vite terminée surtout dû à sa petite taille. Sachant qu'elle l'avait fini, elle quitta l'influence du miroir pour retourner dans son corps. C'était toujours une sensation étrange de revenir à la réalité, portant un regard à belle, elle lui tendit la toile qu'elle avait confectionnée en cinq minutes.

- J'ignore si vous êtes sur la bonne route, il est dans une forêt, une caverne, mais je ne reconnais rien, ce n'est pas un royaume que j'observe souvent, mais ce dessin pourra surement vous aider enfin je l'espère.



Les îles sont toujours des frontières face au monde


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Jeu 5 Déc - 23:09






Belle & Elaine

~ Raiponce, lance-moi ta chevelure ! ~


Je cherchais un moyen d’aider Elaine et sa malédiction qui gâchait tout de même sa vie. Le seul que je connaissais, c’était l’amour. Selon la reine Régina, c’était ça qui mettait fin à n’importe quelle malédiction. Donc, j’avais voulu en savoir un peu plus sur sa vie et j’avais ainsi appris qu’il y avait un certain Lancelot dans son cœur, mais dont l’amour n’était pas réciproque puisque ce dernier était amoureux d’une autre, de la reine. Ca, c’était réellement problématique. Un triangle amoureux… Il n’y avait rien de plus embêtant ! Mais, je n’étais pas défaitiste, il suffisait de faire en sorte qu’ils se rencontrent réellement, dans le sens où ils devraient apprendre à se connaître. Peut-être que c’était ça qui faisait défaut pour qu’Elaine et Lancelot deviennent un couple. S’il fallait, la reine n’était qu’un état d’âme passager et qu’il ne l’aimait pas « réellement ». Certes, c’était plusieurs suppositions, mais tant qu’on n’essayait pas, on ne saurait jamais.

Avec toute cette histoire, j’en avais oublié le Yaoguaï que j’essayais de trouver tout en suivant les instructions du livre écrit en langue inconnue. Inconnue pour la plupart des gens car je savais lire cette langue. C’était un point que j’avais précisé aux hommes avec lesquels j’étais partie, mais ils avaient refusé de m’écouter alors… Tant pis pour eux ! Je me rendais compte également que si Elaine me parlait de ça, c’était pour esquiver le sujet de conversation qui s’était installé précédemment. J’étais loin d’être une simple d’esprit et j’avais pris conscience qu’elle ne voulait plus parler de tout ça. Je respectais son choix. Je comprenais qu’elle puisse avoir perdu la foi en l’Amour. A sa place, peut-être que je l’aurais perdu. Quoi que ça, c’était moins sur. Je m’étais quand même fait mettre à la porte par celui pour qui j’éprouvais des sentiments et pourtant, je continuais à croire en tout ça. Bon, mettons que sur ce point-là, Elaine et moi n’étions pas pareilles.

Elaine se proposait de m’aider à trouver la créature que je cherchais. Je devais bien avouer qu’un peu d’aide serait la bienvenue, même si j’étais sure de la route que j’avais prise. Enfin, j’avais quand même fait un petit détour pour arriver sur cette île, mais bon, ce n’était pas vraiment important. Il fallait que je passe par ce royaume pour trouver la créature. Un peu stupidement, je demandais comment, mais la réponse était tellement évidente que s’en était risible ! Comment avais-je donc fait pour poster une telle question ? Elaine me regardait avec surprise autant que j’étais surprise de moi-même. L’évidence de la réponse était juste sous mon nez. J’offris à la demoiselle un sourire d’excuse face à la naïveté de ma question. Elaine était bien patiente en tout cas, car d’autres auraient trouvé le moyen de me répondre sèchement tout en ajoutant à cela une pointe d’exaspération du genre « tu es stupide comme fille ! ».

- C’est vrai. Excuses-moi pour cette question idiote, fis-je avec une pointe d’amusement.

Je n’avais pas oublié que son miroir avait des propriétés magiques qu’elle seule pouvait voir. A mes yeux, il n’était qu’un miroir lambda qui montrait mon reflet. Aux yeux d’Elaine, c’était la porte sur un autre monde. Sur le monde des gens de dehors. J’avais fait parti de ses observations. Devais-je me sentir insultée ? Outrée ? Non. Je n’avais absolument rien à cacher ! Tout ce que j’avais fait, je les avais faits en âme et conscience et surtout j’avais fait ce qui me semblait juste. Nul n’était parfait, cependant. J’avais dû faire des erreurs, comme tout le monde ! Et il n’y avait absolument rien de mal à cela ! Debout, à côté d’elle, je la regardais sortir un petit morceau de toile. Je fronçais légèrement les sourcils face à cela car j ne m’attendais pas vraiment à ce qu’elle fasse une telle chose. Pourquoi voulait-elle tisser ? Je ne dis rien, préférant attendre et voir ce qui allait se passer. Tout vient à point à qui sait attendre, comme le disait le dicton !

J’écoutais Elaine me donner ses explications sur la nouveauté de ce qu’elle allait faire. J’hochais la tête tandis qu’elle prenait son aiguille en main. Je ne pouvais malheureusement rien faire pour l’aider, sur ce coup-là. Le miroir, c’était son domaine, pas le mien. Après un sursaut de sa part, je faillis lui demander ce qu’il se passait quand ses mains se mirent à l’ouvrage. J’observais Elaine sans la moindre honte. Certes, ça ne se faisait pas vraiment de fixer les gens comme ça, mais quand je voyais ses mains se mettre à broder ce petit morceau de toile, je ne pouvais qu’être fascinée. Je ne bougeais pas d’un pouce, regardant son aiguille voyager tout en formant un dessin. La jeune fille était entrain de broder ce qu’elle voyait à travers son miroir. Parfois, je me surprenais à regarder aussi dedans pour essayer de voir ce qu’elle voyait, mais à chaque fois je me retrouvais devant mon propre reflet, ce qui me perturbait à chacune de mes « tentatives » inconscientes.

Elaine faisait ça à une vitesse incroyable. S’en était presque à se dire que c’était surhumain. L’espace d’un instant, je repensais à Rumplestilskin et son fuseau. Il passait des heures et des heures à tisser, et je me demandais encore pourquoi il faisait une telle chose. Par moment, j’avais eu l’impression que le fil devenait de l’or, mais c’était tellement surréaliste que je m’étais convaincue que j’avais mal vu ou complètement déliré. En l’espace de quelques minutes à peine, la toile fut terminée. Ce fut uniquement à ce moment là qu’Elaine revint vers moi. Elle me tendit ce petit bout de toile tandis qu’elle m’expliquait ce qu’elle avait vu. Je le pris entre mes mains et l’observais avec autant de fascination que j’avais pu regarder les autres toiles qui étaient présentes dans cette tour. C’était vraiment un don magnifique qu’elle possédait ! Dommage qu’elle ne puisse pas en faire profiter d’autres personnes car c’était tellement beau que ça en était plus que captivant !

- Pour ce qui est de la route, j’en fais mon affaire, répondis-je en levant les yeux vers ma nouvelle amie. Par contre, cette toile sera vraiment plus qu’utile car grâce à ça, je saurais quand j’aurais trouvé sa tanière.

Je sortis le livre de ma sacoche et plaçais délicatement la toile entre les pages afin qu’elle ne s’abime pas. Je rangeais le tout à l’abri. Je pensais avoir vraiment tous les indices nécessaires pour trouver ce Yaoguaï. J’ignorais totalement ce que je pourrais faire une fois devant lui car je n’étais pas une grande chasseuse. Mon but n’était pas de le tuer pour brandir sa tête dans tous les villages, oh non, loin de là. Si au départ c’était juste pour partir à l’aventure, à présent, trouver cette créature était un moyen pour moi de prouver à ces types que même si j’étais une femme, j’étais tout aussi capable qu’eux de trouver le Yaoguaï et que je ne mettrais pas des bâtons dans les roues !

- Je te remercie énormément ! Que puis-je faire pour te prouver ma gratitude ? demandais-je.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Ven 20 Déc - 22:52





Belle & Elaine

D'un éclat de miroir naquit l'espoir.



Don ou malédiction, Elaine ne passait pas une heure sans se servir de son lien avec son miroir, elle ne vivait qu'à travers lui, comme une drogue à laquelle elle ne pouvait pas se passer. Certes, la chaleur de soleil sur son visage, l'odeur des fleurs d'été, le contact de l'eau de la rivière lui manquait, mais elle essayait de ne pas y penser, espérant même qu'un jour elle pourrait arrêter de ressasser la passée. Oh Lancelot, si du moins il l'avait remarqué, s'il l'avait aimé... Tout serait différent à présent, elle serait sans doute encore à Camelot, utilisant son don à soigner tous les maux en chantant, a bon escient. Une dame comblée de la cour du roi, ne loupant aucune occasion d'assister au plus grand banquet ou tournois. Une vie qu'elle avait eu et qu'elle avait perdu à cause d'un mauvais souhait. Au moins, elle avait appris de son erreur et se contentait de son univers de recluse à présent.

Avoir la visite de la princesse Belle, lui avait réchauffé le coeur, elle aimait avoir de la compagnie. Mais celle-ci pleine de compassion, pensait pouvoir sauver La dame de Shalott de son sort, la rouquine savait cela impossible et voulait pas voir naître dans son coeur un espoir qui se fanerait au fil des mois et finirait par la tuer. Elle avait vu grâce à son miroir des gens devenir fou en obtenant pas ce qu'ils souhaitaient et elle ne voulait pas devenir comme eux. Alors, elle décida qu'il était temps de parler de la quête de la princesse au lieu de sa malédiction, au moins là, elle pourrait l'aider à obtenir des informations.

Une fois son petit tour avec son miroir fini, elle tendit à Belle, la toile qu'elle avait confectionnée durant sa transe. Se lier à son miroir était une sensation si forte, Elaine pouvait découvrir les pires secrets, connaitre tout sur tout le monde, mais c'était une arme a double tranchant, le prix de cette connaissance était la solitude, elle n'était qu'un fantôme, une dame qui par amour se retrouvait enfermer dans une tour, maudite juste à la fin de sa vie. Elle expliqua tout ce qu'elle avait vu à la jeune femme, la créature se trouvait dans une caverne entourée d'arbre, surement une forêt. Belle observa la toile avec beaucoup d'intérêt.

- Pour ce qui est de la route, j’en fais mon affaire. Par contre, cette toile sera vraiment plus qu’utile car grâce à ça, je saurais quand j’aurais trouvé sa tanière.

Affichant un sourire sincère, elle la regarda sortir son livre de son sac pour installer la toile fait de sa main, entre deux pages. Elaine était contente d'avoir pu l'aider, même si ce n'était pas grand-chose après tout, tisser faisait partie de son quotidien, son seul passe-temps.

Je te remercie énormément ! Que puis-je faire pour te prouver ma gratitude ?

Que pouvait-elle faire ? La dernière personne qui avait voulu la remercier n'était nul autre que Facilier, en plus de l'avoir soigné avec son don, elle lui avait aussi offert une partie de son pouvoir qu'il avait récolté dans une fiole et lui avait exaucé son voeu d'une bien drôle de maniérer, ensorcelant son miroir, il la condamna à une vie solitaire, sans pouvoir voir le monde extérieur de ses propres yeux.

- Vivez et accomplissez vos rêves !

C'était tout ce qu'elle souhaitait, savoir que Belle serait heureuse et possédait la vie devant elle pour réaliser tous ses rêves. Cela serait comme vivre par procuration, elle pourrait observer son aventure et pourquoi pas s'imaginer être réellement près d'elle. L'orage semblait s'être calmé, même si elle était contente d'avoir de la visite, une partie d'elle souhaitait voir Belle partir, il était si dur de changer ses habitudes et surtout d'être auprès d'une personne libre de ses mouvements. La seule qu'elle supportait de voir longtemps restait Morgane, son amie de toujours.

- Vous devriez partir, le chemin va être long avant d'atteindre la créature.

Puis surtout elle espérait qu'elle ne reparlerait pas de cette envie de briser sa malédiction, s'il y avait un réel moyen Morgane l'aurait trouvé. Se retournant vers son miroir, elle attrapa une grande toile pas encore commencer, beaucoup de scènes diverses déferlaient devant ses yeux et avant de plonger à nouveau dans son univers, elle murmura :

- Je ne vous dis pas en revoir, car je serais toujours près de vous !

Puis d'un coup l'esprit d'Elaine se trouvait loin, laissant Belle seule dans sa tour, c'était sans doute malpoli d'agir ainsi mais Elaine n'aimait pas les en revoir, puis c'était vrai elle pourrait toujours être auprès d'elle, elle ne la quittait pas vraiment.



Les îles sont toujours des frontières face au monde


© Méphi.



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   Mer 25 Déc - 22:25






Belle & Elaine

~ Raiponce, lance-moi ta chevelure ! ~


Voir Elaine plongée dans son miroir était un spectacle fascinant. Certes, elle n’apprécierait sans doute pas de savoir qu’elle était un « spectacle » mais pour le coup, je ne voyais aucune façon de définir ce que je voyais autrement. Je la voyais face  moi, elle était présente physiquement, mais j’étais certaine que si je pouvais l’avoir en face de moi et que je la regardais dans les yeux, je n’y verrais rien d’autre qu’une enveloppe ‘vide’. Déjà, rien que de profil, elle me semblait totalement ailleurs alors de face, il n’y avait pas de doute sur ce que je pourrais voir. Néanmoins, je la laissais tranquille, la laissant broder, sans aucun doute ce qu’elle voyait, d’ailleurs. Pour ma part, je regardais les tapisseries qu’elle avait faites, m’attardant particulièrement sur celles que je n’avais pas encore regardées.

Je trouvais son art fascinant. J’avais l’impression qu’avec une seule de ses tapisseries, je lisais l’ensemble d’un livre. Bref, c’était totalement une autre façon de raconter une histoire et ça me plaisait. J’adorerai savoir faire quelque chose d’aussi magnifique, mais je n’avais jamais été très douée pour la création. Je savais coudre, je savais reprendre les habits troués sans que ça se voie, mais si on me donnait une toile et qu’on me demandait de faire quelque chose d’aussi magnifique que les tapisseries d’Elaine, j’en serais incapable. Mais ça ne m’empêchait pas de vouer une certaine  admiration pour ce qu’elle faisait. J’étais heureuse d’avoir pu faire la rencontre d’une personne comme la jeune femme. Pour une fois, ma curiosité s’était montrée sous son meilleur jour car si je ne l’avais pas écouté, je serais passée à côté d’un moment comme celui-là.

Quand Elaine revint parmi nous, elle avait terminé sa tapisserie, sur un petit morceau de toile. Sa création représentait une grotte qui, selon ses dires, serait l’endroit où je pourrais trouver le yaoguai, mais elle ignorait où cette grotte se trouvait. C’’était déjà énorme de sa part d’avoir pris le temps de me faire cette représentation, même si je devais bien l’avouer qu’elle l’avait faite à une vitesse folle. C’était surement à force de pratiquer, mais ça n’en restait pas moins impressionnant. Je lui assurai tout de même que pour l’endroit où cette créature se trouvait, je pourrais m’en charger. Le livre disait tout, même si je mettais parfois un peu de temps à traduire ce qui était écrit. C’était une autre langue et je ne la connaissais pas parfaitement. Néanmoins, je réussissais à tout traduire. Donc c’était ce qui comptait !

Je rangeais la toile dans le livre qui me servait à m’orienter. J’aurais un souvenir d’Elaine comme ça. Je la remerciais pour m’avoir offert son aide. Ca allait m’être fortement utile, surtout que je n’avais trouvé aucune explication sur l’endroit où il vivait. Je souhaitais savoir  comment je pouvais la remercier pour l’aide qu’elle m’avait apportée, mais la réponse qu’elle m’offrit m’interloqua si bien que je ne sus que répondre. Un sourire compatissant se dessina sur mes lèvres. Je comprenais aisément pourquoi elle me disait une chose pareille. Contrairement à elle, j’étais libre, je n’avais pas à rester enfermée dans cette tour. Honnêtement, je donnerai n’importe quoi pour lui permettre de retrouver sa liberté, mais je n’en connaissais pas le moyen. Il faudrait que je trouve, et je trouverai. Peu importe comment, et ça mettrait peut-être du temps…

D’une certaine façon, Elaine me congédia. Je devais reprendre ma route. Je comprenais qu’elle me demande de partir. Après tout, si elle était destinée à rester seule ici, je comprenais qu’elle ne souhaite pas que je m’attarde plus longtemps. Je me mordillais la lèvre inférieure, ne sachant pas trop quoi lui dire. Je voulais dire quelque chose, mais je ne trouvais pas quoi. Je la regardais prendre une nouvelle toile vierge et à nouveau, je la perdis quand elle se concentra sur le miroir. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres quand elle me fit par du fait qu’elle serait toujours présente à mes côtés. Ce qui était dommage, c’était qu’elle me verrait, mais moi, je ne saurais pas quand elle me verrait.

- Je reviendrai vous voir, c’est promis fis-je en me tournant une dernière fois vers elle avant de quitter la pièce et de commencer à descendre les escaliers.

J’ignorais si elle m’avait entendu ou pas, mais en tout cas, elle pouvait être certaine que je reviendrai lui rendre visite. J’ignorais quand, mais cela importait peu. Pour l’instant, il faudrait que je  trouve le Yaoguai pour prouver que même si j’étais une femme, j’étais capable de retrouver une créature mythique. Je descendis les escaliers de la tour, me retrouvant ainsi dehors. Je jetais un dernier coup d’œil vers le sommet de la tour  avant de retourner sur le canoë et de retourner de là d’où je venais. L’orage était passé et à présent la journée était claire, même si elle se terminait. Il faudrait que je trouve un endroit pour dormir avant de reprendre ma route, mais ça, c’est une autre histoire…






Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle   
Revenir en haut Aller en bas
 

D'un éclat de miroir naquit l'espoir. ft Belle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????
» Alice aux pays des merveilles / La traversée du Miroir
» Les relations sont un miroir où l'on se découvre soi-même
» Le miroir de Cassandre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-