Inscrivez votre forum sur notre Top-site !


« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind
L'histoire se déroule en
Octobre 2013.


Partagez | 
 

  Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité



MessageSujet: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Sam 7 Sep - 14:16





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

Très souvent on attend dire que les femmes désirent ce qu'elles aiment et les hommes aiment ce qu'ils désirent. Certainement qu'il existait une part de vérité dans cette phrase, Luz désirait qu'une seule chose l'argent, des beaux billets qu'elle puisse frotter sur son visage, rien que l'odeur lui donnait de petits frissons de plaisir. Certes, ce n'était rien de très charnel, comme on pourrait le supposer, mais entre les hommes ou son or, le choix s'imposait très vite à son esprit farfelu. Rien ne pouvait plus compter que son caveau, les hommes, ils étaient faciles à obtenir, beaucoup trop facile à son goût. Luz aimait le défi et pour le moment il n'y avait réellement que le musée qui lui avait apporté ce sentiment d'adrénaline, dont elle était quasi accro.

D'accord Luz ne refusait jamais un rendez-vous avec un homme qu'elle savait performant au lit et non pour une question d'amour. Réellement elle n'en connaissait que deux, Robin, le propriétaire de la casse, eux deux ça remonte déjà, à pas mal d'année, tellement habitué l'un à l'autre qu'à présent, ils ne font que discuter ensemble dans le lit, l'un à côté de l'autre, n'ayant plus rien à découvrir du corps de l'autre. Ensuite, il y avait Jake, l'ouvrier de la casse, surement qu'il y avait une close pour y être engagé ou alors le fait de travailler sur des voitures toutes pourrie leur développer leur sens. Enfin que n'importe, si vous cherchez un homme pour vous combler, aller visiter la casse.

D'ailleurs ce soir-là, Luz avait rendez-vous avec l'ouvrier de la casse, au bar, elle n'avait pas vraiment compris pourquoi il avait choisi ce lieu, surement une de ces idées d'arnaque dans la tête et non une soirée à passer au lit. Dans les deux cas, elle savait qu'elle n'allait pas s'ennuyer. Pour l'occasion, elle sortit une de ses tenues les plus sexy, une robe bleue courte qui moulait bien les formes de son corps, des chaussures qui épousaient à la perfection ses pieds et lui donnait une jolie démarche. Ainsi, qu'un léger maquillage, rejoint par une queue-de-cheval qui ne laissait entrevoir, aucune bosse. Elle était tout juste à tomber par terre et ce n'était pas courant qu'elle fasse tant d'effort, encore un nouveau défi personnel, elle voulait tester Jake, voir si le gain de l'argent se révélait plus important que le sexe, s'il lui ressemblait rien qu'un peu, ils passeraient leur soirée à arnaquer les habitués du bar, sauf qu'il était un homme, ce qu'il veut dire un faible.

Emmenant avec elle, une petite sacoche, où elle pourrait y déposer tout ce qu'elle trouverait dans les poches des passants qu'elle croiserait. Elle avançait dans les rues de Storybrooke, alors que la nuit avait fait son apparition accompagnée d'étoiles brillante. Luz adorait cette atmosphère, où tout était calme, le moindre bruit pourrait résonner dans toute la rue, bien plus qu'en journée où il aurait été étouffé par le son de la vie commune des habitants.

S'installant au bar, elle put remarquer le regard de certains hommes sur elle, mais aucun signe de son rendez-vous, il allait surement être en retard. Si elle l'acceptait de la part de Maddy, cela ne serait surement pas le cas pour l'arnaqueur sexy. Le serveur s'approcha d'elle, la regardant d'une manière encore plus étrange que les alcooliques qui l'entouraient.

- Un verre de lait !

Surpris par cette demande, le serveur s'exécuta tout de même. La voleuse ne buvait jamais d'alcool, ce n'était qu'une boisson pour pervertir l'esprit. Rien de mieux que du lait pour avoir des os en pleine forme, elle adorait regarder ces pubs, qui passait le matin qui faisait la promotion pour le lait, sans doute, qu'il devrait le passer au bar, au lieu de ces hommes qui courent après un ballon, comme des chiens.

Verre de lait devant elle, c'est là qu'une personne s'installa près d'elle sauf que ce n'était pas celui qu'elle attendait, non c'était Big Ben, la dernière fois qu'elle l'avait vu, ce crétin avait réussi à tomber dans un trou. D'un signe de tête, visage sérieux, à fond dans son rôle.

- Big Ben, tu es venu voir si tes amis les bouteilles vont bien ?



Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Mer 18 Sep - 19:22





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

C’était un soir comme les autres, j’avais fermé mon horlogerie au cliquetis rassurant des mécanismes et étais monter me doucher, l’eau brûlante déferlait sur mon corps comme un baume bienfaisant apaisant les tensions de mon être. Je sortis et passait un serviette autour de ma taille avant de me diriger vers ma chambre, je mis la musique à fond puis enfilait un boxer. Ce soir j’avais une représentation au bar comme presque tous les jours ces derniers temps, c’était un agréable moment ou je pouvais oublier les tourments de mon esprit. Je passais un jean noir et mon tee shirt noir moulant, ce soir j’étais d’une humeur maussade et ma tenue allait le montrer aux autres pour éviter que l’on vienne m’emmerder !

Fin prêt je pris mon casque et passai ma guitare dans mon dos et sortit, dehors le temps était aussi maussade que mon humeur, j’enfourchai ma moto et la fit rugir, quel bonheur d’enfourcher une si belle machine, avec elle je pourrais aller ou je le souhaitais j’aurais même pu quitter cette ville si la tombe de Lena et Will ne s’était trouvée ici et puis il y avait aussi quelqu’un à qui je tenais un peu trop ces derniers temps qui habitait cette ville. Tout en faisant rugir le moteur un peu plus fort je m’élançais sur la nationale en direction du bar, la nuit n’allait pas tarder à tomber.

Une fois arrivé, je passais par l’entrée de derrière et allait poser ma guitare sur la scène a coté du micro et de mon tabouret, je commandais une bière en attendant qu’un semblant de public arrive. Lorsque je jugeai qu’il y avait assez de monde je fis signe au barman pour qu’il tamise la lumière, je montais sur scène et replaçais rapidement mes cheveux avant de me saisir de ma guitare, un pied au sol et l’autre sur le barreau du tabouret je me mis à jouer. Le brouhaha des clients diminua quelque peu mais pas complètement peu m’importait en réalité je jouais ma musique et j’aimais ça plus que tout !

A la fin de la deuxième chanson j’avais chaud et soif, je vis un signe pour indiquer une pause et sorti de la lumière, il me fallut quelque minute pour m’habituer à la pénombre du lieu, je fis promener mon regard sur les clients pour la plupart il s’agissait d’habitué du bar, je vis même le jeune homme avec son groupe d’amis avec qui Sebastian  et moi nous étions battus il y a déjà quelques temps, le jeune homme me lança un regard mauvais auquel j’offris un signe de tête et un sourire narquois puis je les abandonnai mon regard fut alors attiré par le mouvement d’une chevelure blonde et je restai interloqué.

Elle était là ! Oui en chair et en os dans ce bar, d’ailleurs cette situation était franchement bizarre, ma voleuse était au comptoir et resplendissait parmi les clients. Elle portait une robe moulante bleue très sexy, qui me fit rougir tandis que je la détaillais de la tête au pied, des chaussures a talons et une petite sacoche agrémentait le tout mais ce qui me frappa le plus c’était la beauté de son visage que laissait voir sa queue de cheval, son regard se posait sur la salle mais elle ne me vit pas. Lorsque je m’approchais et l’entendit commander un verre de lait sous le regard quelque peu dépité du barman je ne put m’empêcher de sourire, je commandais un whisky sans pour autant la quitter des yeux. Elle m’obsédait tellement ces derniers temps que la voir ici à cet instant était comme un rêve éveillé et j’avais peur qu’elle ne disparaisse si je me détournais d’elle.

Bien sûr d’autres hommes la regardaient et c’étaient bien normal mais je ne voulais pourtant pas qu’on la croie libre même si elle l’était, je n’étais rien pour elle que le misérable big ben, un horloger pitoyable qui en plus trouvait le moyen de se ridiculiser a tous les coups ! Elle semblait attendre quelqu’un mais je m’en fichais un peu, je pris mon verre et allait m’installer sur le siège libre à côté d’elle, son verre de lait patiemment posé devant elle, elle me fit un signe de tête en me voyant et me regarda tout à fait sérieusement.

- Big Ben, tu es venu voir si tes amis les bouteilles vont bien ?

Ah oui j’ai oublier de vous dire que la belle demoiselle me prenait pour un alcoolique invétéré, je n’en étais pas un mais il est vrai que j’aimais boire une bière le soir en rentrant de mon travail ou dès que j’étais énervé par une situation. Je lui offris un sourire charmeur.

- Elles se portent bien merci pour elle, et toi pourquoi n’es tu pas en train de dérober quelque chose ? a moins que tu ne sois déjà sur ton terrain de chasse du soir ? Je te previens j’ai accrocher mon portefeuille pour ne pas que tu me le pique !

J’espérai vraiment qu’elle allait me sourire, elle était si belle quand elle souriait ! Je repensai à Sasha qui avait su combler mes attentes il y a peu de temps de ca alors que j’étais frustré de ne pouvoir la posséder, mais à cet instant en face de la femme qui m’obsédait et qui n’avait rien à faire pour attiser mon désir je sentais que tout pouvait basculer d’un moment à l’autre.

- Mais peut être attends tu quelqu’un d’autre ?

Ca me paraissait évident elle avait fait un effort de présentation considérable et se trouvait dans un lieu qu’elle ne fréquentait jamais elle avait forcément un rendez vous, cette simple idée me fit serrer les dents et les poings, j’enrageais à l’idée qu’elle puisse s’intéresser à un autre homme alors que moi je restais dans l’attente du moindre de ses signes, mais c’était Luz et elle n’avait pas vraiment la même notion de la situation que moi.


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Ven 20 Sep - 11:28





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

Une bonne soirée en perspective s'offrait à la jeune voleuse destorybrooke, bien loin de ses courses habituelles, elle se retrouvait derrière un bar, attendant l'homme avec qui elle avait rendez-vous. Beaucoup pourraient se retrouver étonnée de voir Luz dans ce genre d'endroit, surtout à cause de son mépris pour l'alcool, jamais elle en avait bu une seule goutte, sachant que ce breuvage pouvait faire perdre les esprits donc les sens. Que ferait-elle si elle n'était plus capable d'escalader une façade ? Ou pénétrer en douce dans un coffre-fort ? Non, même si elle n'était pas la personne la plus lucide de la ville, jamais elle ne se laisserait endoctriner par les alcooliques très faciles à repérer. Il suffisait qu'elle regarde autour d'elle, homme ou femme avec un verre à la main, les yeux qui semblaient figer, des paroles incompréhensibles. Enfin pour ce dernier point, la jeune fille ne comprenait pas non plus une personne sobre, mais là question n'était pas là. L'alcool et le vol ne faisaient pas bon ménage.

Après avoir commandé un verre de lait, elle commençait déjà à s'impatienter du retard de l'ouvrier de la casse, alors qu'elle venait seulement d'arrivée. Luz était patiente que quand cela l'arrangeait et même si elle savait que jamais elle ne pourrait s'ennuyer avec l'arnacoeur sexy, il ne fallait pas qu'il exagère, deux minutes de retard ce n'étaient pas très galant. Ce fut à ce moment qu'une personne s'installa près d'elle, Big ben, rien d'étonnant à le trouver dans ce genre d'endroit, il aimait les bouteilles autant qu'il aimait pleurer sa famille disparue depuis une baille. Elle ne comprenait pas que des personnes mortes arrivaient encore à tourmenter ceux encore vivants, hormis s'il s'agissait de fantômes ou de zombie. Mais le cas de Big ben était spécial, il venait toujours se recueillir sur les tombes, torturer Bernadette avec sa musique agaçante, si un jour il se retrouvait avec des chats morts dans son lit, il ne faudrait pas qu'il s'étonne. Finalement, elle lui demanda s'il était venu rendre visite à ses amis les bouteilles, un sourire bizarre s'afficha sur son visage surement qu'il avait une rage de dents, le whisky ne l'aiderait pas, il lui faudrait une poche de glace sur sa joue. Quel inculte !

- Elles se portent bien merci pour elle, et toi pourquoi n’es tu pas en train de dérober quelque chose ? a moins que tu ne sois déjà sur ton terrain de chasse du soir ? Je te previens j’ai accrocher mon portefeuille pour ne pas que tu me le pique !

Arquant un sourcil, sa rage de dents lui avait bien dénoué la langue, comment pouvait-il parler de sa double vie ainsi alors qu'ils étaient entourés. Voulait-il que tout le monde découvre qu'elle était L'énigma. Pour sûre, elle préférait le Big Ben qui grognait à celui qui faisait face à elle, certainement que sa maladie au cerveau n'était pas soigné, il faudrait surement qu'un jour elle lui donne le numéro d'Archie, il pouvait faire des merveilles il paraît, ouai ce n'était pas encore vraiment prouver vu que pour elle, il n'avait rien arrangé du tout. Pour toute réaction à ses questions, elle l'ignora ! Attrapant son verre de lait pour en prendre la première gorgée.

- Mais peut être attends tu quelqu’un d’autre ?

Il aurait dû surement se poser la question avant de venir s'installer près d'elle. N'était-ce pas évident, qu'elle ne venait pas ici pour saluer les bouteilles ? D'ailleurs regardant l'horloge accrocher à un des murs, il ne devrait plus tarder enfin elle l'espérait, encore cinq minutes et elle retournait chez elle se prévoit une soirée festive avec les lasers du musée.

- Oui, d'ailleurs il faudra que tu te décales à son arrivée !

Pas qu'elle n'appréciait pas la compagnie de l'horloger, non elle le trouvait même très drôle surtout quand il se mettait en colère, mais elle avait un défi à relever, savoir si son rendez-vous préférait une nuit avec elle ou alors arnaquer les pauvres âmes du bar. Elle avait toutes les chances de son côté pour ne pas lui faciliter la tâche et il ne fallait surtout pas que Big Ben s'en mêle.

- C'est l'employé de la casse, un super partenaire...

Luz ne pouvait comprendre qu'en disant ses mots, elle pouvait toucher la fierté du jeune homme et comment le pourrait-elle ? L'amour était un sentiment inexistant pour elle, qu'un moyen de se perdre et de se détruire, elle en avait vu des films à ses sujets et souvent ce n'était pas beau à voir, soit une relation super-ennuyeuse qui lui donnerait envie de vomir ou alors une relation qui finit dans un bain de sang, histoire super-cool, mais qui avait le petit problème de te coûter la vie. Reprenant une nouvelle gorgée de son lait, elle examina enfin les vêtements qui portaient le guitariste.

- C'est quoi cette tenue ? Il y a pourtant pas eu d'enterrement aujourd'hui !



Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Sam 21 Sep - 9:36





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

Je la vis regarder une nouvelle fois l’horloge de toute évidence celui ou celle qu’elle attendait était en retard et cela semblait l’agacer du moins c’est que je croyais. Elle me précisa gentiment qu’il faudrait que je me décale à l’arrivée de son invité et pas n’importe qui, l’employé de la casse, un super partenaire selon elle. Je fronçais les sourcils en tâchant de me souvenir de l’homme dont elle parlait, enfin je réussi à le placer c’était un homme assez petit par rapport à moi et je le jugeai comme étant un gringalet mes bras faisant presque le double des siens, je n’avais certainement rien à envier à ce gamin et pourtant une pointe de jalousie m’envahit. Je baissais le nez sur mon verre, la petite parcelle de contentement venait de me quitter et mon humeur maussade repris le dessus.

J’entendis le bruit d’un verre qu’on repose près de moi et glissai un regard pour voir que Luz me détaillait des pieds à la tête, je ne pouvais pas lui en vouloir vu que j’avais fait exactement la même chose auparavant.

- C'est quoi cette tenue ? Il y a pourtant pas eu d'enterrement aujourd'hui !

Je levais un sourcil interrogateur à sa remarque, que pouvait lui importer comment je m’habille, de toute évidence elle n’éprouvait aucun attrait pour moi et cette constatation me rendit d’amertume.

- Depuis quand t’occupe tu de mes vêtements ?

J’avais plus grogner que parler pour le coup, le regard plongé dans mon verre je me tâtai à le vider cul sec ou à le lancer derrière le comptoir. Le barman vint me voir et me demanda de retourner sur scène ce à quoi je répondis en lui lançant un regard féroce, il détala de l’autre côté du bar sans demander son reste, je restais un moment silencieux tandis que les minutes s’écoulaient tranquillement et inéroxablement.

- J’ai l’impression que ton super partenaire est en retard, un vrai prince charmant que tu t’es dégoté là !

J’enrageai intérieurement il fallait que je me décide à agir avant qu’il ne débarque et qu’elle ne s’en aille avec lui, je n’avais plus du tout envie de remonter sur scène non ce que je voulais c’était Luz, être avec elle ailleurs tout de suite seuls. J’avalai mon verre cul sec, me levai pour aller prendre ma guitare, je dis au barman que je n’assurerai pas la fin du spectacle ce soir car je devais rentrer, je retournai auprès de ma voleuse et me plantai devant elle.

- Allez viens on s’en va !

Ce n’était pas une proposition mais bel et bien un ordre, et un ordre auquel je n’allais pas lui laisser le choix d’obéir ou non, je déposai un billet sur le comptoir en paiement de nos consommations et lui prit le poignet et la tirai à l’extérieur sous le regard étonnée du barman et de certains des habitués qui me connaissaient bien. En passant près de la porte je pris mon blouson de cuir noir et mon casque et je l’entraînai dehors. Je lui mis mon casque sur la tête et lui enfilai mon manteau avant de lui ordonner de s’installer derrière moi, je démarrai ma moto et je partis à toute vitesse dans les rues désertes de la ville direction du cimetière. Là bas je m’arrêtais devant la maison de Luz, j’attendis qu’elle daigne descendre et ôter le casque avant de la prendre dans mes bras pour l’embrasser avec passion et brutalité. Voila j’y étais cette nuit je ne la laisserai pas tranquille tant que je n’aurais pas obtenu ce à quoi j’aspirais le plus depuis qu’elle était entrée dans ma vie et qu’elle l’avait chamboulé. Et si elle opposait la moindre résistance je n’hésiterai pas à utiliser la force pour obtenir l’objet de mes désirs. Je la fis reculer jusqu’à la porte tout en l’embrassant, quand son corps rencontra le bois de la porte, je tentai de l’ouvrir.

-  Fais-moi entrer … fais-moi entrer où je te jure que je défonce cette satanée porte !


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Lun 23 Sep - 18:55





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz


- Depuis quand t’occupe tu de mes vêtements ?

La voleuse avait réussi à le faire grogner, sans aucun doute, elle le préférait ainsi. Même si pour le coup, elle ne voyait pas comment elle était parvenu à l'énerver, elle lui afficha un splendide sourire, ravi de la situation ne répondant pas du tout à ses questions, en même temps elle se fichait éperdument de ses vêtements, tout comme de voir son air maussade. Même le serveur eut le droit de se faire renvoyer sur les roses, c'était vraiment bête qu'elle ne sache pas comment elle avait fait, car pour sûr cela serait devenu son nouveau jeu de la soirée. D'un coup, cette idée lui parut parfaite, tester Big ben et sa capacité est restée calme, cela pourrait être aussi drôle que ce qu'elle avait prévu pour sa soirée. Les minutes défilaient et plusieurs plans se formaient dans son esprit, déjà à savoir lequel des deux briserait ce silence et elle gagna.

- J’ai l’impression que ton super partenaire est en retard, un vrai prince charmant que tu t’es dégoté là !

Oui, il avait raison ce retard n'était pas pardonnable, elle qui s'était fait toute belle pour l'occasion, par contre elle ne vit pas le rapport avec le prince charmant. Il était loin d'être riche et pour avoir savoir qu'il vivait dans la résidence dreamy, c'était loin d'être un château. Big Ben devait surement confondre, mais bon s'il pouvait lui trouver l'adresse de ce prince, elle serait ravie d'aller faire ses courses chez lui.

- Ce n'est pas un prince, mais un ouvrier de la casse, je te l'ai déjà dit !

Le regardant, il venait d'avaler son verre cul sec et filait simplement, sa soirée était vraiment loupée si elle ne pouvait même pas coter sur sa présence et surtout le voir s'énerver à tout ce qu'elle lui avait préparé, elle qui s'en faisait déjà une joie. Finissant son verre de lait, elle s'était décidée qu'elle ira au musée, au moins celui-ci ne la décevait jamais, cela sera un bon projet. Sauf que celui qu'elle pensait parti se planta juste devant elle.

- Allez viens on s’en va !

Il ne lui laissa même pas le choix, l'attrapant par le bras il l'emmena vers l'extérieur. Luz sera retrouvé totalement étonnée par ce comportement, elle aurait très bien lui foutu une baffe, mais elle voulait savoir où il voulait l'emmener, peut-être voir le prince charmant dont il avait parlé, ou dévaliser un coffre-fort, à une fontaine de chocolat. Oui, elle avait hâte de découvrir ce qu'il lui préparait, c'est pour cela qu'elle se laissa faire quand il lui mit son casque et son manteau, ne pensant qu'à la fontaine de chocolat, elle avait toujours rêvé d'en voir une. Montant derrière lui comme il lui demandait d'un ton autoritaire. Très vite, ils arrivèrent dans le cimetière, il avait osé y rouler avec sa moto à l'intérieur, heureusement pour lui qu'ils ne s'étaient pas pris un de ses pièges.

Elle ne comprenait pas, jamais il n'y avait eu de fontaine au chocolat ici, elle le serait quand même vu qu'elle vivait ici. Vraiment sa surprise était nul, retirant le casque et descendant de la moto, elle voulut lui faire part de sa déception, mais nullement le temps de parler qu'il l'attrapa pour l'embrasser fougueusement, c'était donc cela qu'il voulait, ah les hommes tous pareils, elle savait bien que sa tenue allait faire des ravages. Après tout, pourquoi pas ? Vu sa musculature, il devait être assez performant, machinalement elle mit la main dans son pantalon et cela était vrai, il avait accroché son porte-monnaie, mais il lui fallut pas longtemps pour réussir à la défaire. Arrivés, il la colla à la porte, essayant même de l'ouvrir.

-  Fais-moi entrer … fais-moi entrer où je te jure que je défonce cette satanée porte !

Le voir s'énerver apportait un petit plus fort agréable. Oh oui, elle aimerait le voir défoncer la porte, mais après elle serait obligée de la réparer et cela était fort gênant. Non, il devrait trouver autre chose à exterminer sur son chemin, plongeant son regard dans le sien, elle prit la poignée dans sa main.

- Attention, je me suis dégoté un vrai protecteur... Tu fais mal à ma porte, il te coupe le doigt !

La porte était fermée à clés, signe que Maddhen était parti bosser ou dormait autre part ce soir, Luz ne savait jamais ou son amie se trouvait et ne s'en inquiétait pas non plus. Ouvrant sa sacoche, elle prit les clés et donna son portefeuille à Big Ben lui prouvant qu'elle arriverait toujours à l'avoir. S'approchant de ses lèvres, elle voulait le torturer, donc au lieu de toucher les siennes, elle recula en arrière en ouvrant la porte et fila posa son sac dans sa cuisine.

- Monsieur Homard... Otite, je vous présente Big Ben.

Le homard dans son aquarium et le lapin aux oreilles tombantes se trouvait dans l'entrée, pour Luz, ils étaient les gardiens de la maison. Ouvrant son frigo, elle prit une bouteille de lit et cherchait un nouveau plan pour le faire sortir de ses gonds et animer leurs débuts de soirée. Sachant très bien ce qu'il voulait, elle préférait le faire miroiter, alors tout en s'installant sur sa table en buvant à la bouteille, exclama :

- J'aurai cru que tu m'aurais emmené dans un endroit plus drôle, il n'y a rien à faire chez moi ! Tu veux regarder la télé ?


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Mar 1 Oct - 15:54





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

Mais de quoi parlais t'elle a la fin ? Me couper le doigt je n'en avais que faire à cet instant tout plutôt que de la laisser m'échapper encore une fois ! Les pulsations dans mon bas ventre m'indiquaient clairement que je n'avais pas envie de palabrer sur un éventuel chien de garde. Luz ouvrit sa sacoche et pris ses clés de chez elle tout en me donnant mon portefeuille, comme d'habitude j'avais été trop occupé pour remarquer qu'elle me le piquait, elle était horripilante et incroyablement attirante, elle approcha ses lèvres des miennes et j'espérais qu'enfin je ne ferais pas le premier pas mais au dernier moment quand je sentis un lueur de victoire me parcourir elle ouvrit la porte et entra en reculent me laissant pantelant et désappointé à la porte. Ce soir nous jouerions donc au chat et à la souris mais qui était qui ? Luz alla dans la cuisine pour poser son sac, je la suivi en la dévorant des yeux je tâchai de rester un brin gentleman mais c'était difficile, elle me présenta son homard qui aurait été bien mieux dans une assiette et je fis un signe de tête à l'animal pour le saluer comme si il avait été une véritable personne.  Je remarquais aussi un lapin à tête de bélier et souris en regardant ses oreilles tombantes, mon fils l'aurait adoré aussi, je me secouais pour le faire sortir de mes pensées et reportait mon regard vers Luz.

Celle-ci était penché en avant dans le frigo pour prendre une bouteille de lait, je sentis la chaleur de mon bas ventre revenir en un rien de temps, la robe de Luz remontait sur ses cuisses découvrant encore un peu plus sa peau lisse et ferme (du moins je le pensais), je la vit sauter sur la table de sa cuisine et cela attisa encore plus mon désir, oui je n'aurais eu aucun mal à la prendre ici à cet instant mais lorsqu'elle ouvrit la bouche elle me désappointa :

- J'aurai cru que tu m'aurais emmené dans un endroit plus drôle, il n'y a rien à faire chez moi ! Tu veux regarder la télé ?

Que croyais t-elle que j'allais gentiment m'installer dans le canapé à coté d'elle à regarder des navets ?! Oh que non c'était hors de question, je fit plusieurs pas et me plaçais juste devant elle, j'essuyais les moustaches de lait sur ses lèvres puis posais mes mains sur ses cuisses et la regardait avec ardeur.

-   Navré de te décevoir mais j'en ai rien à faire de ta télévision, si j'étais venu pour ça je serais rentrer chez moi ! grognais-je

Je n'avais pas l'intention de la laisser rétorquer quelque chose aussi je lui clouais le bec en l'embrassant et en faisant parcourir mes mains sur sa taille et ses cuisses, j'en voulais plus beaucoup plus, d'une main ferme je lui fit écarter les jambes et l'attirait plus à moi, voilà qui était déjà beaucoup mieux, mes mains devinrent rageuse à mesure que je parcourais sa peau de baisers brûlants, j'en voulais encore plus , je l'obligeai à passer ses bras autour de mon cou, je ne voulais pas détruire sa cuisine et même si je ne savais pas où était sa chambre j'allais la trouvé. Je la soulevais de la table de cuisine en la tenant contre moi, le renflement brûlant de mon pantalon contre sa cuisse, je fis quelque pas elle était si légère que ça en devenait presque facile ! J'ouvris à tâtons une première porte et sans savoir pourquoi je sus que ce n'était pas la chambre de Luz, la deuxième porte que j'ouvris était la salle de bain, j'enrageai intérieurement. Je défonçais d'un coup de pied la dernière porte que je vis et je détachais ma compagne brusquement de moi et la lançais sur le lit, je me retournais pour replacer la porte dans ses gonds, j'aurais sûrement de la réparation à faire puis je me tournais vers ma voleuse toute débraillée par mes caresses. Il fallait que je le lui demande sans ça je n'aurais pas la conscience tranquille et je n'étais absolument pas certain de me pouvoir me refréner si elle me disait non mais il fallait que je le fasse par principe.

-  es tu consentante pour m'avoir dans ton lit ce soir ?

Je la rejoignit sur le lit et la couvrit de caresse avant de lever sur elle des yeux débordant de désir contenu, je tremblais de tous mes membres et n'avais qu'une hâte la posséder enfin comme il se doit ! Je la fixais avec ardeur et commençais à déposer des baisers sur sa nuque et fis glisser mes mains sur sa robe jusqu'à la remonter sur sa taille me laissant accès à la zone charnelle de son corps, je lui caressais la peau du ventre en la dévorant des yeux pourvu qu'elle se dépêche de me dire oui ! L'attente me mettait au supplice…


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Jeu 3 Oct - 16:26





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

Elle se retrouvait assise sur sa table de cuisine, buvant du lait directement à la bouteille, pouvant lire dans le regard de Big-ben une sorte de folie dévorante qui lui donnait encore plus envie de le titiller, elle aimait voir les hommes sortir de leur torpeur, devenir des bêtes incontrôlables, la douceur et le romantisme n'étaient pas fait pour une personne comme elle, il lui fallait une sorte de passion qui ne pouvait apparaître qu'en ne donnant pas aux hommes ce qu'ils veulent et elle était une experte pour agir ainsi, consciente ou pas. Mais face à Big Ben, elle savait très bien quel effet elle produisait sur lui, la grande découverte de la soirée d'ailleurs, surement un nouveau symptôme de sa maladie qui allait beaucoup lui plaire, en espérant qu'il soit performant ou alors serait du temps gâcher.

Pour connaître la performance d'un homme, il fallait le tester par trois fois, la première le laisser faire, voir les degrés de son imagination, analyser tous ses mouvements, oui la première fois, son cerveau restait plus réfléchi pour ressentir autant de plaisirs qu'il faudrait, voilà à quoi servait le deuxième essai : partager du plaisir, se laisser aller et la troisième fois, elle montrait aux hommes sa face cachée et lui faisait découvrir des techniques dont elle avait le secret. Beaucoup d'hommes ne franchissaient pas l'étape un, mais certains avaient réussi à devenir des partenaires réguliers prouvant leur prouesse. Restait à savoir siLeydan allait échouer ou non, la suite répondra surement à cette interrogation.

D'ailleurs celui-ci s'approcha d'elle, passant sa main au-dessus de ses lèvres comme il l'avait déjà fait une fois, elle lui lança un regard interrogateur. Jamais elle n'avait connu ce genre de préliminaire, elle nota donc pour elle qu'il aimait caresser cet endroit, étrange, mais il fallait de tout pour faire monde. Pour finir leurs yeux se rejoignirent et il posa ses mains sur ses cuisses.

-   Navré de te décevoir mais j'en ai rien à faire de ta télévision, si j'étais venu pour ça je serais rentrer chez moi !

Il ne savait pas ce qu'il manquait, pour avoir déjà vu sa télé, la sienne était beaucoup mieux, une qualité d'image qui vendrait du rêve. Si elle avait pensé pouvoir lui dire, elle en eut pas le temps qu'il vint l'embrasser, l'élément très nouveau pour elle, c'est qu'elle aimait ses caresses sur son corps, sa lucidité n'était plus au beau fixe, elle se laissait envahir par la chaleur qui parcourait ses reins. Vu que cela sera leur première fois ensemble, elle fit comme d'habitude, le laisser faire pour découvrir comment il voyait le sexe. Oui, car ce n'était rien de plus qu'un bon moment à partager à deux.

Avec force, il la prit dans ses bras, elle pouvait sentir son membre durcit sur sa cuisse et retira nullement ses bras d'autour de son cou. Un sourire se dessina sur son visage quand celui-ci ouvrit deux portes en comprenant que ce n'était pas chambre, sa rage ne faisait que s'accroître augmentant son envie par la même occasion. Sauf qu'il y avait des limites, il venait littéralement de défoncer la porte qui menait à sa chambre, pourquoi celle-ci devait-elle souffrir et pas les autres ? Voulant voir les dégâts causer, elle se retrouva à projeter sur son lit, rebondissant une fois avant de réussir à se stabiliser. La bête en lui s'était vraiment réveillé, mais il fallait tout de même éviter de casser ses meubles.

-  es tu consentante pour m'avoir dans ton lit ce soir ?

C'était bien la première fois qu'on lui posait ce genre de question, surtout qu'il vint très vite près d'elle, alors qu'elle ne lui avait pas répondu. Pourquoi devrait-elle consentante ? Il ferait mieux de demander au lit si cela ne le gênait pas, en même temps s'il avait vu ce qu'il avait fait à la porte, elle comprendrait qu'il ne soit pas d'accord. Toutes ses pensées semblaient confuses quand des baisers vinrent se poser sur son cou, elle ne devait surtout pas se laisser aller, non elle devait l'analyser, mais c'était si difficile, elle se délectait de ses caresses, il fallait qu'elle réagisse avant qui lui ôte sa robe entièrement.

Approchant son visage très près du sien, toute sa volonté de lui faire passer les épreuves venaient de s'évaporer, avec lui elle agirait autrement. Ses lèvres vinrent se poser sur sa bouche pour délicatement venir lui mordre sa lèvre inférieure. Posant sa main sur son torse pour garder un peu de distance, elle amplifia le baiser et laissa sa main vagabondée, descendant tout le long de son bras, elle lui susurra à l'oreille toute en l'embrassant.

- Tu as cassé ma porte !

Sa voix sonnait comme une menace, un avertissement qu'il ne sortirait pas indemne pour son acte et pour cela elle allait prendre les choses en main et lui faire découvrir qu'elle n'était pas une de ces poupées habituelles. Sans le moindre de mal, elle lui ôta son haut noir et l'allongea sur les liens, attrapant ses deux mains avec les siennes les emmenant au-dessus de leur tête.

- Pauvre, pauvre petite porte, sa vengeance sera terrible.

Leur baiser ce fut plus fougueux, elle voulait lui faire perdre la tête pour agir à sa guise, libérant une de ses mains, elle attrapa un objet qui se trouvait dans un tiroir de la table de chevet et d'une grande rapidité attacha une main de Leydan au lit avec des menottes. D'une acrobatie parfaite, elle se retrouva hors de lit debout sur ses deux pieds et laissa tomber sa robe bleue le défiant du regard, elle se dévoilait totalement à lui et se colla à la porte qui avait subi des dommages.

- Si tu arrives à te détacher, je serai toute à toi !


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Lun 7 Oct - 18:12





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

Je la voyais réfléchir à la question que je lui avais posé mais je redoutais que ses réflexions ne la pousse à me dire non aussi je repris mes baises et mes caresses pour qu'elle se concentre un minimum sur l'instant présent, enfin pour mon plus grand soulagement elle approcha son visage très près du mien, elle posa délicatement ses lèvres sur ma bouche avec de me mordre la lèvre inférieure, je lâchais un grognement purement animal tandis que je me délectais de cette douleur aphrodisiaque. Oui elle consentait enfin, sa bouche et sa main qu'elle posait sur mon torse me le confirmait, elle m'attira un peu plus à elle pour amplifier notre baisser et fit glisser sa main sur mon bras. Lorsque je quittais ses lèvres, j'haletais de désir tel un animal, elle approcha sa bouche de mon oreille et me reprocha d'avoir casser sa porte.

Un sourire carnassier fit son apparition sur mon visage tandis que son avertissement retentissait dans ma tête, qu'elle me punisse après tout du moment que je voulais assouvir mon envie bestiale, un frisson me parcourut lorsqu'elle m'ôta mon tee shirt laissant libre champ sur mon torse développé, les pulsations sous mon pantalon devenait de plus en plus douloureuse tant je la désirais, elle se pencha vers moi et attrapa mes mains, je la laissais faire curieux de savoir ce qu'il allait advenir de moi, elle les leva au dessus de sa tête pendant que je l'embrassais sur chaque centimètre de peau que je trouvais.

-  Pauvre, pauvre petite porte, sa vengeance sera terrible.

Comme si j'allais craindre la vengeance d'une stupide porte moi ce que je voulais c'est qu'elle oublie cette satanée porte et qu'elle se consacre à notre activité de ce soir, Luz plaqua ses lèvres sur les miennes et nous échangeâmes un ardent baiser, le souffle court elle attrapa quelque chose avant de se dégager du lit en une acrobatie parfaite, sa flexibilité m'avait toujours impressionnée et ce soir ne dérogeait pas à la règle. Je levais le regard vers ma main et découvrit qu'elle m'avait menotté aux barreaux de son lit, je lâchais un juron et la regardais droit dans les yeux. Elle me défia un long moment du regard avant de laisser tomber sa robe à ses pieds, elle se retrouvait en sous vêtements et plus désirable que jamais, elle me narguait dans sa splendide nudité.

- Si tu arrives à te détacher, je serai toute à toi !

Je la fixais des yeux avant de reporter mon attention à nouveau sur les menottes, si j'utilisais assez de force je pouvais démolir les barreaux mais peut être qu'elle avait d'autres jouets pour me torturer derrière, je rugis de frustration devant son visible amusement de la situation, je passais d'infimes minutes à essayer de sortir ma main de cette satanée menotte avant de perdre patience, je n'avais pas envie de casser son lit mais si elle ne me laissait pas le choix alors je n'hésiterai pas pour l'avoir. Je me levais et tirais de toutes mes forces, bandant mes muscles pour arriver à casser le barreau qui me retenait, tout d'abord le lit commença par venir avec moi, je me rapprochais un peu de Luz, sa robe se trouvait maintenant à mes pieds, j'entendis enfin un craquement. Je me retournais et vit que le bois se fissurait, qu'importe je lui réparerais la prochaine fois que je viendrais, tout en rassemblant mes forces je tirais un coup sec et le barreau céda. Je rétablis mon équilibre en quelques pas et forçait ma main à passer au travers du cercle métallique. Lorsque finalement j'y réussi j'avais la peau à vif et quelques gouttes de sang perlèrent mais j'étais libérer. Je levais un regard sauvage sur Luz qui attendait patiemment je la rejoignit et la plaquai de tout mon corps contre la porte, j'emprisonnai ses lèvres avec les miennes et fit parcourir mes mains sur sa peau nue.

-  Tu es à moi maintenant !

C'était un véritable plaisir, sa peau était chaude et douce, un paradis sur terre à cet instant qui effaçait la douleur de ma main, l'une de mes mains trouva le chemin pour s'en aller dégrafer son soutien gorge, sans cesser de l'embrasser je lui ôtais et posais mes mains sur sa poitrine, un sentiment de victoire et d'extase m'envahit j'en voulais plus bien plus que ça ! Elle l'avait dit elle était tout à moi, je n'attendais qu'une chose qu'elle libère mon bas ventre, mais je n'étais pas certain qu'elle le fasse aussi je défis seul mon pantalon, éjectant le vêtement ainsi que mes chaussures d'un même mouvement je me retrouvais en boxer contre elle, la séparation entre sa peau et mon membre durci était plus qu'infime et devenait une véritable torture, je passais mes mains sous ses cuisses et la fit remonter, ses jambes se croisèrent sur ma taille. Je fis parcourir mes lèvres sur son cou, lui mordillait l'oreille avant de nous emmener de nouveau vers le lit. Je l'allongeais et léchais avec gourmandise la pointe de ses seins pour les faire durcir et susciter son désir, puis je l'imitai je lui saisis les mains et les remontais vers sa tête, je la maintiens d'un main tout en faisant glisser mon autre main vers son bas ventre, mes doigts franchir la fine barrière de son sous vêtement pour trouver le petite zone de chaleur qui stimulait tant ma virilité, je lui caressais doucement cette zone si charnelle avant de faire entrer un de mes doigts en elle. Je le fis se mouvoir pour la faire gémir oui je la voulais à ma merci, je voulais aussi qu'elle me montre qu'elle était sous mon emprise autant que j'étais sous la sienne.

-   Suis-je à toi ? grognais-je

Oui je voulais qu'elle me dise que je lui appartenais également que je n'étais pas le seul à cet instant à prendre du plaisir dans cette chambre et qu'elle n'allait pas rester passive indéfiniment, j'avais besoin de beaucoup plus que ça pour me satisfaire.


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Mer 9 Oct - 12:32





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

La situation l'amusait vu que pour le moment, elle était au contrôle de toute action, la personne qui pourrait la domptée n'avait jamais encore croisé sa route et ce n'était certainement pas cette bête qu'elle avait menotté au lit qui le pourrait. Pourtant, le plaisir de ses caresses ne la quittait pas, elle pouvait encore sentir ses mains sur son corps comme s'il s'était imprégné dans sa peau.

Elle lui avait promis d'être à lui s'il se détachait, oui s'il arrivait à la rejoindre à la porte qu'il avait cassée et déclencher sa fureur, elle se montrait plus docile, si elle le pouvait. L'observant agir, elle restait en sous-vêtement coller à la porte, il n'était pas si agile qu'elle en dix secondes elle aurait réussi à la crochetée. Jamais de la vie, elle se serait imaginée qu'il puisse une nouvelle fois vouloir cacher un de ses meubles, pour le moment elle essayait d'enlever sa main de l'emprise de fers soudés, mais par perte de patience, il commença à tirer, elle pouvait entendre son lit geindre de souffrance, comment expliquer qu'elle ressentait un lien avec tout objet ? C'était comme si elle pouvait les entendre, lui raconter sa valeur, son histoire et là il brisait un lit qui valait une petite fortune, vu que son bois avait été sculpté à la main. La colère s'installa dans son coeur, préparant sa revanche au moment où il s'attendrait le moins.

Il réussi à ses défaire de ses chaines et vint très vite la rejoindre, Luz pouvait voir le sang perler de sa main et savait que cela serait une faiblesse à utiliser. Pour le moment, elle restait docile comme promis. Il venait de la plaquer contre la porte, l'embrassant tout en caressant sa peau et ce fut comme-ci il n'avait jamais arrêter, tout son corps s'électrisait.

-  Tu es à moi maintenant !

Il était vrai qu'il avait gagner, elle était à lui, mais les détails n'était pas été finalisé et il allait souffrir avant de pouvoir obtenir ce qu'il voulait, pour son lit et sa porte, ainsi que lui prouver qu'elle ne lui appartiendrait jamais, Luz était un cheval sauvage, avide de liberté. Son soutien gorge venait de relâcher sa pression sur sa poitrine, elle colla sa tête sur sa porte, fermant les yeux sous ses baisers et le contact de ses mains sur ses siens. Sans attendre qu'elle le fasse il ôta lui-même son pantalon, avant de faire en sorte qu'elle passe ses jambes autour de sa taille pour la ramener au lit brisé, tandis qu'il continuait de l'embrasser, lui mordant même l'oreille, tout son esprit commençait à s'évader dans le monde du plaisir.

Alors qu'il léchait ses tétons qui la fit mordre ses propre lèvres pour ne pas gémir, elle passa sa main sur son lit, l'endroit qui avait été cassé. Ce geste ne dura qu'un fragment de seconde, vu que Big-ben lui attrapa pour le positionner au-dessus de sa tête, il possédait un tel force qu'elle était totalement immobilisé, comme prisonnière, voulant d'abord le défier, elle fut très vite emporter par une vague a couper le souffle qui lui onduler le corps.

-   Suis-je à toi ?

Ses paroles ressemblaient à un murmure, si loin d'elle qu'elle arrivait à peine à les percevoir. Un gémissement de plaisir s'échappa avant qu'elle puisse se ressaisir et comprendre ce qu'il venait de dire, c'était le bon moment de frapper, il la pensait à sa merci et la surprise serait totale. D'un geste rapide, elle appuya avec une de ses mains sur la plaie sanglante fait avec les menottes, le liquide chaud se posa sur ses doigts, avec ses orteils, elle attrapa le boxer de Big Ben pour le laisser glisser le long de ses jambes et finisse par le poser sur son torse et le pousser d'une grande force, enlevant son emprise sur sa zone érogène. Libre, elle se rapprocha de lui pour lui donner une bonne gifle.

- Non, tu n'es pas à moi, jamais !

À peine avait-elle dit ses mots qu'elle enleva le dernier tissu qui lui restait et s'approcha de nouveau de lui, en lui saisissant sa bouche, par un baiser beaucoup plus sauvage, lui griffant son torse à sang par la même occasion. Ne lui laissant pas le temps de réagir, elle se retrouva au-dessus de lui sur le lit, passant sa main du tiroir pour en sortir un préservatif, elle lui enfila et d'un mouvement sec, joignit leur corps comme jamais ils avaient été encore, elle pouvait le sentir en elle et cabrait ses mouvements de hanches pour plus de sensation d'embrasement et tout en se rapprochant de lui, vint lécher la marque de sa griffure, le goût du sang la rendait totalement frénétique et elle voulait faire partager cela, elle emmena quel goûter à la bouche de son partenaire, liant finalement leur souffle comme leur mouvement de leur corps. Son lit était vengé à présent.


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Mar 29 Oct - 19:12





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz
Enfin elle poussa un gémissement et un sentiment de triomphe monta en moi, elle n’était donc pas si indifférente à mes actions, j’attendais qu’elle me réponde sans cesser mes mouvements, j’avais relâcher ma poigne de peur de la blesser et elle profita de cet instant pour appuyer sur les plaies à vif et sanguinolentes de ma main, je sentis le liquide poisseux se mettre à couler et je lâchais sans le vouloir un grognement de douleur. Alors elle se mit à gigoter sous moi attisant par la même occasion mon désir, je sentis ses pieds se saisir de mon boxer et celui lentement glisser sur mes jambes, ses acrobaties ne me facilitait pas la tache pour me retenir mais malgré tout je m’émerveillais de sa souplesse encore une fois, mon boxer me quitta complètement et le posa sur mon torse avant de me repousser. J’aurais bien sûr pu l’en empêcher mais je voulais voir ce qu’elle allait faire, en me poussant j’ôtais mon doigt de sa zone érogène en la fixant d’un regard plus qu’affamé, elle me regarda avant de me gifler avec une force impressionnante.

- Non, tu n'es pas à moi, jamais !

Une rage sourde m’envahit et je me sentis rejeté d’une façon assez puissante pour me faire perdre contenance, cependant je n’eut pas le temps de me mettre en colère car sous mes yeux elle ôta le dernier vêtement qu’il lui restait et s’approcha de moi pour m’embrasser. C’était un baiser plein de fougue, sauvage, ses doigts griffèrent mon torse ce qui m’arracha un grognement de plaisir. Elle me fit me tourner sans même que je proteste et me poussa sur le lit, je m’y laissais tomber en l’entraînant avec moi, les rôles étaient inversés elle était désormais au dessus de moi, me laissant contempler toute la beauté de son corps nue, d’une main elle ouvrit un tiroir  en sortit un préservatif qu’elle m’enfila d’un mouvement sec, provoquant des frissons sur mon corps, puis sans même patienter elle me fit entrer en elle.

Je me sentais comme un super héros qui avait enfin réussi a atteindre son but ultime, je mit mes mains sur ses hanches tandis qu’elle commençait des mouvements de balancier d’avant en arrière. Mon souffle se vit plus haletant tandis que je plongeais mon regard dans le sien, elle se pencha vers et vint lécher mon torse sur les griffures qu’elle avait laisser, puis elle m’embrassa, je sentis le goût de mon sang sur mes lèvres tandis que ma langue se liait à la sienne, un des mains pétrissait ses fesses tandis que l’autre remontait vers sa poitrine. Je lui mordais la lèvre inférieure avant de m’attaquer de nouveau aux tétons de ses seins pour la faire haleter de plaisir. Peut m’importait désormais que je ne soit pas elle puisqu’elle était mienne à cet instant, j’augmentais la cadence de nos mouvements, mon souffle se fit rauque et j’eu l’impression de suffoquer tant je prenais du plaisir à être en elle, je passais mes mains dans son dos l’attirant encore plus à moi, voulant entrer au plus profond de son être.

Mes lèvres couraient sur chaque parcelle de sa peau, et mes doigts griffèrent ses épaules, puis je l’embrassai de nouveau.  Je ne tiendrais certainement plus longtemps ainsi à force de me retenir mais j’avais envie que le désir dure encore aussi je la fit basculer sur le coté, je me retirais un moment d’elle et me mit au bord du lit puis je l’attirais de nouveau à moi, je plaçais ses longues jambes fuselés  sur mon torse et mes mains sur sa taille, puis j’entrai de nouveau en elle. Tout en embrassant ses jambes je donnais des coups de reins pour faire des mouvements de va et vient, mes mains quittèrent sa taille pour remonter sur ses seins, pendant tout ce temps je ne la quittait pas des yeux, je voulais lire son plaisir et le désir dans son regard.

Lorsque je fus lassé de cette position je l’attirais à moi pour la soulever sans délier nos corps emmêler, je m’assis sur le lit et l’installait sur mes genoux, sa tête se trouvait au dessus de la mienne et  me laissait seulement accès à sa gorge et sa poitrine, je fis courir ma langue sur sa peau avant d’aller emprisonner ses lèvres pour un baiser sauvage, j’aspirai sa lèvre inférieure avant de la mordiller pour la faire gémir. J’eu un sourire triomphant lorsque j’y réussit, j’accélérai encore nos mouvements il était temps je n’allais plus me retenir encore longtemps, mais je savais que même si je me laissai maintenant je n’allais pas la laisser me rejeter ensuite j’étais loin d’être rassasié de son corps. Une vague intense de plaisir me submergea alors brouillant mes pensées et ma vue, je lâchais un cri de plaisir non feint tandis que mon plaisir atteignait son apogée en elle, je retombais lourdement sur le lit l’entraînant avec moi le souffle court je fermais les yeux pour profiter de ce plaisir incomparable.


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Ven 1 Nov - 16:42





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz

Le délice de l'amour, de deux corps qui se cambre ensemble pour des sensations exotiques qui semblent infini. À leur première rencontre, jamais personne n'aurait pu imaginer qu'ils se retrouvent ainsi, dans cette chambre. Surtout que Luz ne s'attachait pas, n'aimait pas, tous leurs ébats ne restait que physique, un bon moyen de passer le temps, de se sentir bien. Leurs baisers échangés étaient frénétiques, elle avait senti que lui aussi aimait le sang, oui il faisait l'amour comme elle, lui griffant même l'épaule en retour de ce qu'elle lui avait fait sur son torse. Il adorait jouer avec ses seins, sa lèvre de sa bouche, en fait il aimait toucher tout son corps, alors que Luz aurait très bien pu se contenter que de le sentir en lui. Elle n'avait pas besoin d'être proche juste de prendre du plaisir.

Il y avait une différence entre faire l'amour avec quelqu'un qu'on aimait au plus profond de son coeur, partager le moindre geste, le moindre regard, comprendre à tel point les sentiments à leur égard son effort et faire l'amour pour le sexe, cela reste plus sauvage, plus ardent, pas besoin d'avoir peur de faire mal, car là est le but, la souffrance peut apporter autant de plaisirs qu'un coeur qui bat pour l'autre. Luz faisait partie de la deuxième catégorie sans la possibilité de douter. Elle était le feu sur laquelle Leydan était en train de ce consumer.

Son partenaire utilisait à son avantage sa souplesse, pour des positions très acrobatiques. Il fallait le dire, elle se retrouvait aussi à bout de souffle, savourant les réactions de son corps face au mouvement de Big Ben. Si le corps de son partenaire s'enflammait le sien devenait de braise. Pourtant, elle ne gémissait pas autant que lui, même dans l'acte il y avait toujours une partie d'elle qui gardait le contrôle. L'excentrique, de plus est la folle gardienne de cimetière n'était pas aussi imprévisible que beaucoup pourraient le penser, une réaction précise emmenait une autre de sa part. Pour pouvoir la comprendre, il fallait simplement la connaitre, sauf que très peu pouvaient se vanter de savoir sur la mystérieuse voleuse de Storybrooke, même en partageant un moment aussi intime avec elle.

Pour finir, elle se retrouvait sur ses genoux, leurs corps toujours liés accompagnée de pur plaisir, mais pas encore de l'extase finale, même si Luz se trouvait facilement à la porte de celui-ci, il suffisait seulement qu'elle se laisse aller. Elle avait une main agrippée à ses cheveux qu'il tirait à mesure de se va et vient en elle qui avait accéléré la cadence. D'un coup, un des mordillements de sa lèvre la fit s'envoler, oui elle gémissa enfin, il avait réussi à l'atteindre d'une façon dont peu avaient réussi. Comme une potion en pleine ébullition, ils arrivèrent à la base finale du plaisir ensemble. Durant un fragment de seconde, Luztout entière s'était donné à Leydan, avant de le sentir retomber sur le lit l'emportant avec lui dans sa chute. Reprenant son souffle, elle se laisse glisser près de lui, sourire aux lèvres.

- Hé bah dit donc c'est la fête !

Une petite expression à elle, quand elle se retrouve au comble du bonheur. Aucun geste doux pour finir, non elle préféra s'asseoir sur son lit, passant sa main sur sa blessure, pauvre lit, il l'avait bien amochée. D'un coup, une envie la submergea, une envie qui la fit sauter sur ses deux pieds.

- J'ai envie de chocolat et de lait... Enfilant vite fait un de ses maillots, quand elle se trouvait un peu près couverte, tel enfant elle se mit à taper dans les mains. Han je vais me faire du chocolat au lait, du chocolatttttt...

S'il n'avait pas compris qu'elle adorait le chocolat, c'est qu'il était stupide. Pour obtenir les faveurs de la voleuse, rien du mieux que le meilleur du chocolat. Rien que de s'imaginer pouvoir en sentir le liquide chaud dans sa gorge, lui fit partiellement oublier la présence de Big Ben. De toute façon, c'était fini par la peine de revenir dessus, de se faire de petit câlin, de promesses débiles. S'avançant vers le couloir, elle tourna le regard vers l'homme, admirant son corps, il est vrai qu'il était bien battu. Doucement, elle revint vers lui, approchant très près de son visage, de ses lèvres et lui murmura :

- Avant de partir, répare la porte et le lit !

Sans lui laisser l'occasion de l'attraper, elle fila dans le couloir, chantonnant une chanson sur le chocolat qu'elle aimait tant.


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   Mer 1 Jan - 19:05





Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre..


>





LeydanLuz
Lorsque je lui avais arraché ce gémissement je savais que j’ai gagné et le plaisir nous submergea en même temps, mon corps se mit à trembler étant à l’apogée de son plaisir, puis ma voleuse retomba sur moi m’emportant dans son élan nous nous retrouvâmes allongés. J’haletai le souffle court, fermant les yeux pour savourer les dernières réminiscences d’un désir si longtemps inassouvi. Près de moi Luz avait également le souffle court, d’un geste sensuel elle se dégagea son corps du mien et se tint à mes côtés sans me toucher.

- Hé bah dit donc c'est la fête !

Je tournais la tête vers elle et remarquais qu’elle souriait, en un instant mon cœur s’emballa et je sentis le désir monter de nouveau, mais alors que je m’apprêtais à l’embrasser pour l’embraser à nouveau, elle s’assit sur son lit je lui sourit malgré moi mais elle ne me regardait pas elle passait délicatement sa main sur les dégâts que j’avais fait à son lit. Puis sans prévenir elle sauta sur ses pieds, je la contemplai avec délice tandis qu’elle m’informait d’une envie de chocolat. Je levais vers elle un sourcil surpris et lui sourit, alors elle aimait le chocolat, je notais l’information pour plus tard dans un coin de mon esprit. Je la regardais enfiler un maillot qui me dissimula son corps nu et attendit de voir ce qu’elle allait faire, elle m’annonça qu’elle allait faire du chocolat au lait puis se tourna vers moi pour faire courir sur mon corps dénudé sur le lit. Puis elle revint doucement vers moi, grimpa sur le lit et approcha son visage du miens, ses lèvres à quelques centimètres des miennes.

- Avant de partir, répare la porte et le lit !

Alors que je m’apprêtais à l’attraper elle s’échappa avec sa grâce féline et disparue dans le couloir, je restais un instant sidéré avant de partir d’un grand éclat de rire décidément cette femme me surprendrai toujours !  Je me redressai et mis sur mes pieds à mon tour, j’aurais aimer prendre une douche mais je m’en abstins aussi j’enfilai mon caleçon puis dénichai mon jean dans un coin de la chambre. Ainsi affublé je me penchais sur les dégâts de la boiserie, j’allais trouver Luz pour lui demander des outils et fut surpris de voir qu’elle en avait quelques uns. Je lancais un regard gourmant sur ma voleuse avant de retourner à contre cœur dans la chambre, d’un tour de main je revissais les montants de la porte et la replaçais. Par contre pour le lit je ne pouvais rien faire dans l’instant j’avais besoin d’un rabot et de mastique à bois et Luz n’en n’avait pas. L’odeur du chocolat chaud vint me chatouiller les narines aussi je me dirigeais à nouveau vers la cuisine.

Luz me tendit une tasse et sembla surprise de voir que je l’acceptais, je regardais avec humour la marque de lait que la boisson avait laissée sur le dessus des lèvres de Luz. J’avais l’impression d’être revenu à notre première rencontre.

-Je vais devoir revenir pour ton lit, je n’ai pas ce qu’il faut pour le reparer, je reviendrai demain.

Ce n’était pas une question bien sûr, après avoir fini ma boisson dans le silence apaisant de la maison j’allais me rhabiller entièrement en trouvant des vêtements à chaque coin de la pièce, j’attachai mes rangers lorsqu’elle s’appuya sur le chambranle de la porte, je me levais et déposai un rapide baiser sur ses cheveux et filait dans le salon pour prendre ma veste et mon casque. Puis sans chercher à en demander plus je sortis de la maison, je démarrai ma moto et l’enfourchai avant de démarrer en trombe pour rentrer chez moi. Là je pris une douche brûlante qui ôta les dernières effluves de désir de mon corps et allait m’allonger sur mon lit. Demain j’y retournerais pour faire les ultimes réparations du lit et avec un peu de chance nous pourrions remettre nos activités sportives au goût du jour. Le sourire aux lèvres en repensant à ce qui venait de se passer je m’endormis comblé du moins pour cette fois.


Le désir est lucide. C'est l'espérance qui aveugle.



© Méphi.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan   
Revenir en haut Aller en bas
 

Le seul amour fidèle, c'est l'amour propre. "HOT" Feat Leydan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» L'amour vrai suscite la haine. On le reconnaît à cela [Dany]
» L'amour rend fou...
» Fondamentalement, l'amour est une escroquerie. ▬ Sarah
» Chrétien De Troyes - D'Amour qui m'a ravi à moi-même

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Storybrooke-