Inscrivez votre forum sur notre Top-Site !

L'histoire se déroule en Octobre 2013.

« Tant qu'il y a assez de place pour stocker les guimauves, tout va bien. »
par Valentine Bellamy dans You gave up the fight, you left me behind


Charming ೨ Henry ೨ Ruby ೨ August

Partagez | 
 

 La curiosité est un vilain défaut [Rumple]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Jeu 5 Sep - 23:24






Belle & Rumplestilskin

~ Elle rencontre le prince charmant mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ~


Cela faisait maintenant plusieurs semaines que j’étais devenue la servante de Rumplestilskin et la vie était moins triste que ce que j’avais cru. Certes, cet homme ne me mettait pas spécialement à l’aise, mais j’avais appris qu’il était nettement moins effrayant que ce qu’il avait l’air. Je me souvenais clairement que mon père l’avait traité de « bête », mais il était beaucoup plus humain que ce qu’il voulait bien faire croire. Sauf que pour ça, il fallait savoir lire en lui. Je devais être la seule personne qui avait réellement compris qui il était parce que toutes les suppositions que j’avais faite à son sujet, il ne les avait jamais démenties. Aucune n’avait été contrée.  Et depuis, la vie s’était faite moins pénible. Certes, il n’y avait rien d’extrêmement amusant à faire le ménage et servir le thé, mais j’avais la sensation de me rendre utile, de ne pas être qu’une simple princesse à qui il n’arriverait jamais rien d’intéressant dans sa vie. Ce n’était pas exactement ce genre d’aventure que j’avais espéré, mais j’étais contente de me dire que d’une certaine façon, j’étais celle qui avait sauvé son royaume des géants.

Rumplestilskin était parti depuis l’aube et nous étions déjà au beau milieu de l’après-midi. Je me sentais seule dans cet immense château. Ca faisait un moment que je n’avais pas vu Lumi, qui avait dû être envoyé quelque part. Je n’avais jamais réellement compris ce qu’elle faisait exactement pour le maître des lieux, mais j’appréciais tout de même la jeune femme. Elle m’avait faite sortir du cachot un soir, au tout début de mon arrivée ici et m’avait offert de quoi manger. Bien sur, je n’avais pas songé qu’une amitié était née entre nous à cet instant précis, mais ça avait été un début de quelque chose. Aujourd’hui, je ne savais pas si Lumi et moi étions amies, mais j’étais toujours contente de la revoir quand elle rentrait au château. Et puis, dans ces moments-là, je me sentais aussi moins seule. Il y avait aussi Ben qui était chargé de protéger Lumi, mais lui non plus n’était pas là. Je n’avais pas le même lien avec lui qu’avec la jeune femme blonde, mais ça me faisait toujours du bien de voir de nouveaux visages.

Sauf qu’aujourd’hui, il n’y avait ni Ben, ni Lumi, ni Rumplestilskin. J’étais totalement seule. Je profitais de cette solitude pour faire un petit tour dans le château. Je ne connaissais que les pièces principales de cette immense demeure, aussi, je souhaitais en savoir un peu plus sur le contenu des autres pièces. J’ignorais totalement pour combien de temps j’en aurais, mais ça m’occuperait le temps qu’il faudrait à Rumplestilskin pour revenir. Je me rendis dans une des ailes où je n’avais jamais mis les pieds. Je n’étais pas spécialement restreinte dans mes mouvements, mais puisqu’on m’avait montré que les pièces principales, c’était dans celles là que je naviguais le plus. Donc pourquoi pas élargir les horizons ? Je ne savais pas ce qu’il y avait dans la plupart d’entre elles. J’ouvrais les portes une à une, sans vraiment savoir quoi chercher. Certaines étaient des pièces sans intérêt dont les meubles étaient recouverts d’un drap blanc. Parfois, l’odeur de renfermée était tellement grande que je manquais de m’étouffer sur le moment. Il fallait vraiment aérer ces pièces.

Je ne comprenais pas pourquoi il ne les utilisait pas. Certes, le château était très grand et peut-être qu’il n’y avait aucune utilité à se servir de toutes les pièces, mais ce n’était pas pour autant qu’il fallait les abandonner. Je continuais mes explorations. Par moment, certaines portes étaient fermées à clé. Puisque je n’en avais aucune, je laissais tomber et me dirigeais vers une autre porte. Je continuais ainsi pendant plusieurs minutes, regardant avec attention chacune des pièces. Beaucoup d’entre elles étaient des salons, certaines des chambres. Ces chambres me faisaient envie. Je logeais encore dans une des cellules du cachot et cette malheureuse pièce n’avait strictement rien à envier aux chambres que je découvrais. Mais il fallait que j’arrête de rêver. Jamais je n’aurais une chambre comme celles que je découvrais. Pas ici tout du moins. Une servante ne pouvait pas avoir une chambre avec tout le confort dont on pouvait rêver. A chaque fois, c’était un peu à contre cœur que je fermais la porte derrière moi pour en ouvrir une autre.

J’arrivais devant une autre porte qui, au départ, me semblait fermée, mais en réalité, elle était coincée. Aussi, je poussais de toutes mes forces avec mon épaule jusqu’à ce qu’elle cède et ne s’ouvre brusquement. Je manquais de tomber à terre, mais me rattrapais avant de finir à terre. Je fus surprise de découvrir que la pièce était vide, mis à part un immense meuble recouvert d’un drap blanc. Intriguée, je me dirigeais vers celui-ci. La pièce était tout aussi poussiéreuse que les autres et pourtant, elle ne sentait pas le renfermé. Ce qui était assez contradictoire. Lentement, je tendis la main vers le drap blanc et tirais dessus. Je dévoilais ainsi un immense miroir. Sa grandeur me laissa sans voix. C’était la première fois de ma vie que j’en voyais un aussi grand. Quand je souhaitais me regarder dedans, je ne vis absolument rien. Fronçant les sourcils, je m’approchais encore d’avantage, mais rien. Mon reflet n’apparaissait pas dedans. Lentement, je posais ma main sur la surface lisse du miroir.

- Comme c’est étrange… Qu’est-ce que c’est que ça ? murmurais-je de plus en plus intriguée.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Lun 9 Sep - 23:45






Belle & Rumpelstiltskin

~ Miroir, mon beau miroir... ~


[justify]Ce matin à l’aube j’avais quitté ma demeure pour résoudre une petite affaire qui demandait ma présence. J’avais donc laissé Belle seule au château, Lumi étant partie en mission de son côté ainsi que Ben. Je savais qu’elle ne s’enfuirait pas. Elle avait signé un pacte avec moi. Je sauvais son royaume des ogres et elle venait chez moi en tant que simple domestique. Cela faisait maintenant quelques semaines que Belle vivait avec moi et elle n’avait montré aucun signe de rébellion ou de tentative de fuite, peut-être serait-il temps de la loger dans une chambre plus agréable que la cellule sombre dans laquelle je l’enferme chaque soir. Je ne pense pas que je l’installerais dans l’une des chambres digne d’un roi ou d’une princesse mais rien ne sera pire que son cachot.

Une fois ma petite affaire terminé, je pris le chemin du retour, l’après-midi était déjà bien entamée. L’astre diurne avait commencé sa descente par delà la forêt sans fin. Une fois arrivé, j’allais voir à la bibliothèque pour voir si Belle ne si trouvait pas. Mais en poussant la lourde porte en bois, je ne trouvais qu’un livre ouvert sur l’une des tables de lecture. Je lançais rapidement un sortilège pour me retrouver aux côtés de ma prisonnière. Je reconnus instantanément, une des salles dont je ne me souvenais pas avoir fait la visite à Belle. La pièce presque vide ne contenait qu’une faible ouverture qui diffusait en très faible quantité la lumière couchante du soleil ainsi qu’un meuble habituellement recouvert d’un immense drap blanc. Le seul autre « ameublement » de cette pièce était une vingtaine de chandeliers. Et se trouvant devant le miroir à découvert, se trouvait une personne qui n’avait rien à faire dans cette partie du château. Je ne lui avais pas spécialement interdit mais je pensais qu’elle se contenterait des pièces que je lui avais fait visiter. Mais apparemment j’aurais du me montrer plus explicite car la belle princesse avait fait le tour des pièces de ma demeure et avait fini par un des trésors de mon château, un miroir enchanté.

Sa main était posée délicatement sur la surface vitrée qui au lieu de refléter le visage de la jolie brune, il ne montrait qu’une teinte gris clair. La princesse n’avait pas encore remarqué ma présence et était absorbée dans la contemplation du miroir si spécial.

« Comme c’est étrange… Qu’est-ce que c’est que ça ? »

Un simple murmure qui résonna le long des piliers de pierre grise, s’échappant jusqu’à la voute en pendentif qui ornait le plafond. Sa vois si douce provoque quelque chose en moi. Je m’approchais doucement de Belle pour lui glisser ses quelques mots révélant ma présence.

« Ceci est un miroir magique. »

Je repassais devant elle me plaçant à côté de la glace enchantée. Un sourire malicieux s’était posé sur mon visage. J’hésitais entre lui montrer les pouvoirs de cet incroyable objet ou la disputer pour s’être aventurer dans le château en poussant des portes qu’elle n’aurait pas du. Je me perdais dans ses yeux couleur saphir, le temps d’un instant avant de poursuivre. Elle devait tout de même savoir que ce genre d’escapade ne devrait pas se reproduire.

«  Mais il ne me semble pas vous avoir fait visiter cette pièce. En fait, il ne me semble pas vous avoir cette partie du château. Puis-je savoir ce que vous faites ici ? »

Je ne manquerais de lui faire découvrir les capacités du miroir mais je voulais d’abord que les choses soient claires, elle n’était pas chez elle mais chez moi et vadrouiller pour fouiner dans toutes les pièces n’étaient pas à mon goût. Je ne pouvais lui reprocher sa curiosité qui était naturelle. Face à un tel château, je serais moi aussi curieux de découvrir quels secrets il cache mais ce n’étais pas une raison suffisante à mes yeux. J’attendais l’explication de la princesse...





Hors rp:
 




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Dim 22 Sep - 22:43






Belle & Rumplestilskin

~ Elle rencontre le prince charmant mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ~


Je savais que je n’avais pas forcément le droit de visiter le château comme bon me semblait, mais je n’avais pas forcément grand-chose d’autre à faire. Jusqu’à présent, quand j’avais terminé toutes les corvées que Rumplestilskin que m’avait donné avant de partir, je passais le reste de mon temps dans la bibliothèque pour lire un des nombreux livres qu’il possédait dans son immense bibliothèque. Jamais je n’avais vu une bibliothèque autant fourni que la sienne. Pour cette raison, j’étais émerveillée à chaque fois que je pénétrais dans cette pièce. Il y avait vraiment de quoi car elle contenait absolument tous les savoirs. Chaque histoire inventée par les gens qui ont vécu dans le monde et qui y vivent encore était rangé ici et j’avais grand plaisir à les lire. Mais aujourd’hui, c’était différent. Certes, j’aimais toujours autant lire, mais j’avais envie de faire quelque chose de nouveau. Et comme j’étais toute seule, enfermée dans ce château, je m’étais mise en exploration.

Jusqu’à présent, il ne me semblait pas avoir découvert des choses que je ne devais pas. Toutes les pièces qui m’étaient ouvertes, n’étaient que des vieux salons ou des vieilles chambres poussiéreuses dont les meubles étaient recouverts de draps. Je trouvais que c’était dommage car chacune de ces pièces, tout du moins les salons, avait son potentiel. Pour ce qui était des chambres… Je doutais que Rumplestilskin reçoive beaucoup d’invité. Je n’y avait pas vu grand monde, mis à part Lumi et Ben. Avaient-ils leur chambre, eux ? Je n’en savais rien, mais l’espace d’un instant, je fus presque jalouse car moi, je dormais encore dans le cachot. J’y étais enfermée durant la nuit et il m’ouvrait la porte le matin venu afin que je puisse sortir et accomplir mes tâches de servante. Sauf que je n’avais pas mon mot à dire. Je n’étais qu’une domestique et je supposais que c’était le traitement qu’on réservait à ces gens-là. Si seulement je pouvais avoir un vrai lit plutôt qu’un matelas miteux, pour moi, ce serait déjà le grand luxe.

Mon exploration s’arrêta dans une salle dont la porte m’avait semblé fermée au premier abord, mais qui s’était avéré coincée. Après de nombreux efforts pour l’ouvrir, j’avais réussi à entrer dans cette pièce qui ne contenait qu’un seul meuble recouvert d’un grand drap blanc et de quelques chandeliers. Je me demandais si Lumi connaissait cette pièce. Je ne savais pas beaucoup de choses sur elle puisqu’elle ne me parlait jamais de son passé, mais je savais qu’elle possédait un chandelier qu’elle gardait comme si c’était le trésor le plus précieux au monde. Peut-être aimait-elle les chandeliers ? Faisait-elle la collection ? Dans ce cas, cette pièce pourrait l’intéresser, j’en étais certaine. Je notais ça dans un coin de ma tête pour quand elle reviendrait. J’ignorais quand, mais elle rentrerait, j’en étais sure. La seule chose que je pouvais faire pendant qu’elle était absente, c’était de prier pour qu’il ne lui arrive rien.

Par un excès de curiosité, je retirais le drap qui recouvrait le meuble et découvris un miroir. Mais un étrange miroir car en plus d’être énorme, il n’avait aucun reflet. Il restait gris. C’était la première fois que je voyais un miroir aussi bizarre. Etait-ce un miroir ? Ca y ressemblait fortement d’ailleurs. Je posais ma main dessus, espérant qu’il se passerait quelque chose, mais rien ne se passa. Il se passait tellement de choses dans ce château que du coup, je m’attendais presque à ce que tout soit magique, mais il fallait bien que je me fasse à l’idée que Rumplestilskin n’avait pas tout de magique autour de lui. Le mystère de ce miroir restait entier. J’en venais presque à me dire qu’il n’avait peut-être pas été fini lors de sa création. Sauf qu’une voix s’éleva derrière moi, m’annonçant qu’il s’agissait d’un miroir magique. Je sursautais avant de me retourner. Je venais d’être prise en flagrant délie.

Je m’attendais à me faire gronder pour ma curiosité mal placée, mais au lieu de quoi, il se plaça à côté de moi. Je le regardais sans rien dire, attendant les réprimandes. Mon cœur s’était légèrement mis à battre plus fort parce que j’ignorais totalement ce qui allait me tomber dessus. Ca pouvait arriver d’une seconde à l’autre. Une fois, j’avais ébréché une tasse, mais il n’avait rien dit. Sauf que casser une tasse et farfouiller, ce n’était pas du tout la même chose. Il y avait tout de même des degrés de différences. Je m’attendais à ce que le ton monte, mais Rumplestilskin employa un ton calme si bien que cela me surpris énormément. Il n’allait pas me crier dessus ? Me faire la grosse voix pour ensuite m’enfermer dans le cachot jusqu’au lendemain ? J’en aurais parié tout ce que j’avais si je n’étais pas au cœur même de la situation. Mais… En même temps, rien n’était encore sur, il pouvait très bien le faire. Ce n’était pas trop tard.

- Je vous demande pardon, commençais-je. Je m’ennuyais et… et j’ai voulu visiter un peu pour me familiariser avec les lieux.

C’était une explication très simpliste et n’importe qui pourrait penser que je ne disais pas la vérité ou bien que je voulais la cacher, mais ce que je venais de dire était la stricte vérité. La raison pour laquelle j’étais arrivée aussi, c’était simplement parce que je voulais visiter les lieux. Il m’avait montré les principaux lieux de ce château et je voulais connaître les autres lieux. Ce que je venais de découvrir était, certes, incroyable en soit car un miroir magique ce n’était pas banale, mais je n’avais pas découvert quelque chose qui menaçait la destruction du monde non plus. Donc techniquement, il n’y avait pas de quoi se mettre dans tous ses états, sauf que j’avais affaire au Ténébreux et on ne pouvait pas vraiment prévoir la façon dont il réagirait. Ne sachant pas quoi dire de plus, je regardais à nouveau le fameux miroir magique et comme à mon habitude, je ne pus taire ma curiosité qui voulait en savoir plus sur ce dernier.

- Alors ? En quoi est-il magique ce miroir ? Il nous dit qui est la plus belle du monde ? demandais-je avec un sourire d’amusement.

J’avais entendu dire que la reine Régina en possédait un et qu’elle lui demandait tous les matins qui était la plus belle du monde. Je ne savais pas si c’était vrai, mais en tout cas, j’avais été réellement surprise. On n’avait pas idée de demander ça à un miroir. Il y avait tellement de choses qui entouraient cette reine que je ne savais jamais si c’était vrai ou pas. Enfin, peu importait. J’espérais toujours que Rumplestilskin n’allait pas me gronder parce que je me trouvais là. J’attendais toujours et cette attente commençait à peser un peu.

- Vous m’en voulez ?





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Lun 23 Sep - 21:28






Belle & Rumpelstiltskin

~ Miroir, mon beau miroir... ~


Ce château devait paraitre bien vide et bien ennuyant pour une jeune fille tel qu’elle qui devait avoir l’habitude de l’agitation des serviteurs, des soirées organisées en son honneur, des banquets interminables mais aussi des réunions au sommet, des cours de nombreux prétendants dont un plus remarquable que les autres... enfin surtout plus remarquée. Mais qu’importe maintenant elle était à mon service et devait en subir les conséquences après tout, c’était sa décision. Et on ne revenait pas sur un contrat passé avec moi. Le passé était écrit et ne pouvait plus être changé mais le futur était encore à écrire. Mais c’est ce présent me posait beaucoup de questions. J’avais prévu de lui offrir une des chambres inoccupées plutôt que sa sombre cellule mais cette incartade, ce vagabondage dans les couloirs de mon château n’était pas des plus favorables pour la princesse. Quoi que, elle avait obéit à tous mes ordres jusqu’à présent et ne s’était jamais plainte de sa condition.

Mais je ne pouvais pas me permettre de lui pardonner tout de suite. Je gardais donc le silence mais ce n’est pas ce silence calme qui supportait qu’aucune parole ne soit dite pour se comprendre. Non plutôt le genre de silence tendu qui ne demanderait qu’à être brisé si la peur de dire quelque chose n’était pas aussi présente. Malgré cela, la belle princesse se décida à briser le silence.

« Je vous demande pardon. Je m’ennuyais et… et j’ai voulu visiter un peu pour me familiariser avec les lieux. »

Il y avait mieux comme explication mais je savais que c’était la vérité et que seule la curiosité avait poussé Belle à s’aventurer dans les couloirs du château. Je n’allais pas lui en vouloir mais pour signifier mon désappointement, je restais toujours aussi silencieux, arborant un visage neutre de toute expression. Son regard se porta à nouveau sur la surface grise du miroir magique. Et malgré le malaise que je créais, la curiosité de la princesse se manifesta de nouveau.

« Alors ? En quoi est-il magique ce miroir ? Il nous dit qui est la plus belle du monde ? »

Il est vrai que la nature de ce miroir pouvait intriguer, il ne reflétait rien et je lui avais dit qu’il était magique sans autres explications mais ce n’est pas ça retint mon attention. Car pour la première fois depuis son arrivée ici, la belle princesse esquissa une expression tout à fait adorable sur son visage fin. Elle sourit, les coins de ses lèvres délicates s’étaient soulevés pour offrir cette ravissante mimique qui répondait à la pensée d’un miroir un peu particulier qu’était celui de la Reine noire. Ce miroir si particulier renfermait en réalité un génie, coincé à jamais dans la surface vitrée. Mais malgré le sentiment nouveau que le sourire de Belle avait fait naitre en moi, je restais impassible, sentant peu à peu mon silence pesé sur les épaules de la frêle jeune fille.

« Vous m’en voulez ? »

Cette question était plus complexe qu’il n’y paraissait, il est vrai que je ne lui en voulais pas avoir céder à sa curiosité mais en même temps, le fait qu’elle outrepasser les limites du domaine que je lui avais assigné me contrariait. Je décidais alors de lui offrir une réponse simple, pour changer des éternelles phrases alambiquées qui faisaient parties de mes manies. Mais pour la remercier à ma manière de son sourire, je dis juste ces quelques mots d’un ton calme et posé.

« Non, pas pour cette fois. »


Puis me tournant à mon tour vers le grand miroir couvert encore d’une fine couche de poussière que le drap avait fait voler. Je caressais lentement la surface lisse faisait apparaitre sous mes doigts de fines paillettes argentées. Puis ces quelques effets spéciaux laissèrent place à un château qui n’était pas inconnu à la belle princesse puisqu’il s’agissait de son ancienne demeure.

« Ce miroir peut nous montrer ce que nous voulons voir. »

Je passais à nouveau ma main sur la glace froide, dévoilant le superbe paysage des forêts infinies qui bordaient les royaumes, ces hautes cimes qui chatouillaient le ciel et qui s’étendaient telle une immense prairie verdoyante qui ondulait sous le vent...





Hors rp:
 




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Dim 6 Oct - 22:19






Belle & Rumplestilskin

~ Elle rencontre le prince charmant mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ~


Je m’étais peut-être montrée beaucoup trop présomptueuse en me disant que Rumplestilskin ne verrait aucun inconvénient à ce que je fasse un peu le tour du propriétaire. Je n’étais pas allée bien loin dans les limites qu’il m’avait « imposé » en me faisant visiter les pièces dont j’aurais besoin le jour de mon entrée à son service. J’avais également accès à la Bibliothèque quand je le voulais, mais il était évident, en voyant son regard posé sur moi, que les autres qu’il ne m’avait pas fait visiter ne faisaient pas parti de celles dont je pouvais disposer. Je ne pouvais que m’excuser auprès du Ténébreux en priant légèrement pour qu’il ne m’emmène pas dans le cachot qui me servait de chambre. Je le savais capable de m’y emmener sans je n’ai le temps de me débattre. En plus de mes excuses, je lui offris également la raison de mon escapade. J’étais totalement sincère. Je voulais juste me familiariser avec les lieux et chose que je n’avais pas dite, c’était que j’étais aussi curieuse de connaître l’intérieur des autres pièces. Sauf que je ne voulais pas aggraver mon cas qui était déjà sur la pente glissante.

Face à son silence, je me sentais particulièrement mal à l’aise. Il avait le don de rendre ce silence vraiment embarrassant. Et puis, il y avait ce miroir qui était magique. C’était la première fois que j’en voyais un. Je connaissais la légende du miroir que possédait la Reine Régina. Du coup, je ne pouvais que me demander ce que ce miroir-là faisait. Peut-être était-ce la même que celui dont j’avais entendu parler ? Mais cela voudrait dire aussi que la Reine ne le possède plus. Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir et c’était de demander à Rumplestilskin de quoi il était capable. Ce que je fis d’ailleurs. Et puis, c’était aussi un moyen d’essayer de débloquer la situation. Je voulais qu’il dise quelque chose, mais il semblerait que cela soit beaucoup plus difficile que prévu. Parfois, ma curiosité m’amusait, comme en ce moment. Mais parfois, cela pouvait m’être fatal, comme le fait que je m’étais faite prendre la main dans le sac. J’aurais dû me sentir effrayer et craindre la colère du Ténébreux, mais poser la question à propos du miroir m’avait légèrement fait reprendre confiance en moi.

Malgré ma question, que j’avais espéré faire soutirer une réponse à Rumplestilskin, n’en obtint aucune. Il restait encore silencieux.  Que devais-je donc faire pour qu’il prenne à nouveau la parole ? Le secouer ? Non, si je faisais ça, à coup sur, il allait se mettre à me crier dessus. Je n’avais pas envie de me retrouver à nouveau enfermée plusieurs jours à l’intérieur de ma ‘chambre’. Le silence continuait à peser et je ne savais plus quoi faire pour lui arracher un « oui » ou un « non ». Enfin n’importe quoi du moment que cela sortait de sa bouche. C’était surement trop demandé… Il devait m’en vouloir à mort et malgré cette certitude, je ne pus m’empêcher de poser la question. Décidemment, ma curiosité me perdra. Un jour, elle me fera défaut. C’était sur et certain. Je m’attendais à un « oui » catégorique, mais j’eus son contraire qui me laissa pantoise. Néanmoins, une vague de soulagement m’envahit si bien que je n’eus plus l’impression de ne plus porter le poids du monde entier sur mes épaules. A cause de ça, je crus que j’allais me mettre à rire à cause de la nervosité, mais je m’abstins.

- Merci, soufflais-je.

Je n’aimais pas quand Rumplestilskin était en colère contre moi. Cela m’attristait d’avantage que cela m’effrayait. Je ne pouvais pas vraiment expliquer pourquoi. Peut-être parce que je m’étais habituée à lui et à sa présence depuis que j’étais ici. Mis à part dormir dans un cachot, mais vie n’était pas trop mauvaise. Je mangeais à ma faim, j’étais propre et j’avais une Bibliothèque à disposition. N’importe qui serait heureux à ma place. Et puis, il n’était pas aussi méchant que ce qu’il voulait bien nous faire croire. Au contraire, il avait même un cœur. Certes, il ne le montrait pas souvent, mais j’avais tout de même eu des aperçus. De ça, j’en étais certaine. Mais je préférais garder le silence là-dessus. Peut-être qu’un jour, je lui dirais. Oui, un jour. Mais là, ce n’était pas le moment. Je suivis du regard la main du Ténébreux qui se posa sur la surface lisse du miroir. Avec émerveillement, je pus voir des paillettes apparaitre, mais rapidement, une image apparut dans le miroir. Je reculais afin de pouvoir voir de quoi il s’agissait et fut surprise d’y voir le château dans lequel j’avais passé toute ma vie.

Je portais légèrement mon attention sur Rumplestilskin avant de le reporter sur le château. J’étais réellement intriguée et encore plus quand il avoua que le miroir pouvait montrer ce qu’on voulait. Et à présent, montrait-il ce que je voulais voir ou bien était-ce une manipulation de sa part pour me faire voir mon château. En tout cas, j’étais bien contente de voir que tout allait bien par-là bas. Je pouvais constater que Rumplestilskin avait tenu parole. La guerre des Ogres semblait avoir été évitée sur le royaume de mon père. Au moins, je pouvais ressentir la satisfaction de me dire que mon acte n’avait pas été fait en vain. Je ne pus contempler l’image plus longtemps car elle se transforma pour devenir une vision de l’immense forêt qui existait entre les royaumes. C’était magnifique, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’être à nouveau curieuse. Mais cette curiosité là était légitime. Le sorcier avait touché une corde sensible en moi. Même si à présent j’étais sure que tout allait bien par chez moi, je ne pouvais pas m’empêcher de me demander comment ma famille allait. Je levais à nouveau les yeux vers Rumplestilskin.

- Ce miroir ne répond-t-il qu’à vous ou bien n’importe qui peut faire une demande ?





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Jeu 10 Oct - 8:47






Belle & Rumpelstiltskin

~ Miroir, mon beau miroir... ~


Elle souffla un mot de remerciement après que je lui ai dit que je ne lui en voulais pas pour cette fois. Cela comptait-il autant pour elle ou était simplement un merci de soulagement car je connaissais ma réputation et elle pouvait simplement me craindre. Craindre ma réaction si je me mettais en colère contre elle. La chasser ou la punir physiquement ? En encore psychologiquement. Je ne savais pas ce qui passait par la tête brune de Belle. Mais toujours était-il que je ne lui en voulais pas et selon son comportement à cet instant, elle aura peut-être une vraie chambre et non cette cellule miteuse qui faisait son lieu de vie.

Quand mes doigts effleurèrent la surface vitrée, des étoiles scintillèrent et pas seulement dans la glace auparavant opaque. Mais aussi dans les yeux de la jeune femme. C'était son château que j'avais choisis de faire apparaître sur le miroir et savoir son Royaume intact et ainsi prouvant que j'avais respecter ma part du contrat. Mais je ne voulais pas m'attarder sur ces images et je fis dérouler sous ses yeux la forêt sans fin et ses arbres centenaires. C'était un paysage de toute beauté et j'appréciais particulièrement cette vision du ciel comme si on était un oiseau. Je retirais ma main et l'image s'effaça peu à peu avant que le miroir ne retrouve ses couleurs grises. Belle s'était reculée d'un pas pour mieux profiter du spectacle qu'offrait le miroir magique. De sa petite voix mélodieuse elle demanda :

« Ce miroir ne répond-t-il qu’à vous ou bien n’importe qui peut faire une demande ? »

Je ne répondis pas tout de suite me contentant de lui tendre la main pour la ramener plus près de la grande surface vitrée. J'espère qu'elle dépose sa main délicate sur la mienne abimée par la magie et la bataille. Si elle osait prendre ma main, qu'elle montrait qu'elle ne me craignait pas tant que je le crois, je lui cèderais surement l'une des chambres. Car c'est tout ce que je voulais. Un simple geste que pourtant peu de personnes oserait.

« N'importe qui peut faire une demande mais elle n'a pas toujours une réponse. Il faut faire le vide dans votre esprit. Et vous concentrer uniquement sur ce que vous voulez voir. »


En indiquant le « mode d'emploi »de la glace enchantée, je posais la main fine de Belle sur la surface froide. Recouvrant ses doigts délicats de la paume de ma main, je la fis bouger sur la glace. Le miroir se couvrit de mille étoiles et un flot d'images floues changeant à une vitesse impressionnante selon les pensées de la jeune femme. Principalement des souvenirs de sa famille. Je me doutais bien que c'est que voulais savoir, si sa famille allait bien.


« Doucement, calmez-vous d'abord, inspirez profondément et pensez à votre château, ses grands murs de pierre, les tapisseries qui les recouvrent, les différentes pièces, l'odeur de la cheminée allumée.. »

Je joignis mes mots à ses pensées et l'aidait à se concentrer sur un lieu précis, son château. Peu à peu l'image se faisait plus nette, ses pensées suivaient mes mots et définissait progressivement les contours de sa demeure.

« Ensuite imaginez votre père, le roi, sa grande taille, sa carrure, ses bras qui vous tenaient les soirs de cauchemar, ses jambes qu'il utilisaient pour vous courir après, son visage accueillant avec toujours un sourire pour sa fille même dans les temps difficile... »


J'avais pris le rythme d'un conteur, apportant le plus de détails que je connaissais pour préciser la pensée de la princesse pour réussir à l'amener à cette pensée pure, simple qui était nécessaire au miroir pour trouver cette personne et ainsi l'afficher dans le miroir. Finalement après quelques minutes, l'image était parfaitement nette et représentait son père en plein conseil dans une salle que Belle ne connaissais pas beaucoup ce qui expliquait la pauvreté des détails qui composaient le fond de la salle. Mais il était là parlant de l'avenir de son Royaume avec ses conseillers. J'observais la réaction de Belle à la vision de son père qui devait lui manquer terriblement mais cela faisait partie de mon contrat. Elle avait choisit de me suivre et ne pouvait pas retourner en arrière, du temps où elle était une véritable princesse et non le rôle de servante que je lui faisais jouer...





Hors rp:
 




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Jeu 17 Oct - 23:02






Belle & Rumplestilskin

~ Elle rencontre le prince charmant mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ~


Encore une fois, j’échappais à la potentielle colère de Rumplestilskin. Je commençais à me dire que peut-être je le craignais beaucoup trop car jusqu’à présent, il m’avait toujours pardonné mes quelques bêtises. Aussi, il ne semblait pas aussi méchant qu’il en avait l’air. Au contraire, parfois, sa compagnie était vraiment agréable. J’aimais bien les conversations que j’avais avec lui. Il savait sans aucun doute beaucoup plus de choses que personne ne saura jamais étant donné qu’il devait être âgé de plusieurs centaines d’années. Il avait dû voir des choses que très peu avaient vues. Bref, le Ténébreux, malgré tout ce qu’on pouvait en dire, était une véritable source de savoir. J’aimerai tellement savoir autant de choses, moi aussi… Mais malheureusement, c’était impossible. Tout ce que je savais, je l’avais lu dans les livres. Ce que lui savait, il l’avait surtout vécu. Pour cela, il avait beaucoup de chance.

Aujourd’hui, je sentais que j’allais encore apprendre quelque chose car dans mon exploration du château, j’avais découvert un miroir magique. Je trouvais ça tellement fascinant. Mon père m’avait, de nombreuse fois, demandé de faire très attention à tout ce qui était lié à la magie, je ne pouvais pas m’empêcher d’être curieuse de voir comment cela fonctionnait. Franchement, par ce que je voyais, je trouvais ça merveilleux. J’avais été particulièrement surprise de voir le château dans lequel j’avais grandi. Surprise, mais aussi nostalgique. Ce château, j’en connaissais les moindres recoins comme ma poche. C’était mon chez-moi, malgré l’étouffement que j’avais pu ressentir certaines fois quand mon père s’était mis en tête de me protéger de tout et n’importe quoi et ce à n’importe quel prix. J’étais consciente qu’il pensait bien faire et qu’il faisait tout ça uniquement dans mon intérêt, mais à force, j’avais commencé à me sentir oppressée.

Moi qui avais toujours souhaité vivre une grande aventure, cette envie n’avait fait qu’augmenter quand mon père avait commencé à se montrer beaucoup trop protecteur. Quand Rumplestilskin était venu pour passer un marcher avec lui et qu’il m’avait demandé en guise de paiement, j’avais accepté. C’était une opportunité pour moi se sortir du château, de voir de nouvelles choses. Bien sur, j’avais été consciente qu’être servante du Ténébreux ne me laisserait pas beaucoup de loisir de voyager, mais au moins, en sa compagnie, je sortais. Je voyais un peu le monde, même si bien souvent, c’était pour l’empêcher de commettre une injustice. Bref, ma vie ici restait tout de même beaucoup plus palpitante qu’avant. Néanmoins, ce n’était pas anormal de ressentir une certaine nostalgie face à son passé. Mon père me manquait, ma famille également. Même mes trois cousines et leur sottise me manquaient.

L’image suivante fut celle de l’immense forêt qui bordait tous les royaumes. Celle-ci m’émerveilla également. La vue était magnifique. J’eus l’impression de la survoler à cet instant même. Mais cette sensation ne dura qu’un instant car quand Rumplestilskin retira sa main, l’image s’évapora, ne laissant qu’une surface grise. La pièce qui m’entourait revint et je ne pus contenir une question qui me brûlait les lèvres : le miroir obéissait-il uniquement au Ténébreux ? Selon ce que j’avais entendu dire, celui de la Reine Régina n’obéissait qu’à elle, était-ce différent pour celui-ci ? Toute mon attention était centrée envers Rumplestilskin qui ne répondit pas immédiatement à ma question. Au contraire, il me tendit la main. Je considérais cette main pendant quelques secondes avant d’y apposer la mienne. Sa peau était rugueuse sous la mienne, mais cela importait peu car il répondit à ma question.

Lentement, il me dirigea vers le miroir, si bien que je me retrouvais à ma place initiale. Je me laissais faire quand il posa ma main sur la surface lisse du miroir. La fraicheur de l’objet fit naître un léger frisson en moi, mais il disparut assez rapidement. J’écoutais les instructions de Rumplestilskin sur le fonctionnement de l’objet. Je pouvais lui faire la demande. C’était une grande nouvelle. Je fis donc comme il me l’avait dit : je fis le vide dans mon esprit avant de me concentrer sur quelque chose. Sauf que c’était assez dur de savoir sur quoi se concentrer car il y avait tellement de choses que je voulais voir. Je ne savais pas quoi choisir pour mon premier essaie. D’ailleurs, cela se vit puisque des images sans queue ni tête se succédaient à une vitesse folle. Pendant une seconde, je voyais mon père, puis la seconde d’après le château, etc…

J’avais l’impression de perdre le contrôle de tout ce qui m’entourait quand la voix du Ténébreux s’éleva à nouveau derrière moi. Sa main était toujours posée sur la mienne, mais je me concentrais sur sa voix qui m’indiquait quoi faire pour qu’une image se fixe. Je me représentais le château, grand et chaleureux. Je réussis à me souvenir de la texture de ses pierres sous mes doigts que j’avais de nombreuses fois effleurées en marchant dans ses couloirs. Les bruits qu’on pouvait y entendre, la chaleur de mon foyer également. Cette technique fonctionna car l’image du château apparut et y resta pendant diverses secondes. J’avais réussi. Un sourire se dessina sur mon visage. Sauf que ce n’était pas mon château que je voulais forcément voir et ça, Rumplestilskin le comprit car aussitôt, il se mit à me parler de mon père.

Un nouveau sourire, cette fois-ci mélancolique, se dessina sur mes lèvres. Comment est-ce qu’il connaissait tout ça ? Je n’en savais rien, mais je me remémorais tout ce qui faisait de Maurice mon père. Depuis toujours, c’était lui qui s’était le plus occupé de moi. Bien sur, ma mère avait été une femme aimante, une mère formidable, mais j’avais toujours été plus proche de mon père. Cela ne s’expliquait pas. On avait toujours une affinité plus prononcée pour un de ces parents. Peut-être parce que j’étais comme lui, d’une certaine façon. Je n’en savais rien. Je n’avais pas d’explication. Je revis chacun des souvenirs que je conservais de lui et bientôt, l’image changea pour devenir une salle du château. Mon père présidait une table de conseil et était entouré de diverses personnes. Certaines que je connaissais, d’autres que je n’avais jamais vus. La salle en elle-même, je n’y avais mis les pieds que quelques fois. Ce qui expliquait sans aucun doute le caractère flou de l’image. Mais cela importait peu, du moment que je voyais mon père.

Je n’entendais pas ce qu’ils disaient, mais je devinais qu’ils parlaient sérieusement. J’observais les traits de mon père avait beaucoup d’attention. Il semblait avoir vieilli énormément depuis la dernière fois que je l’avais vu. Pourtant, cela ne faisait que quelques mois à peine, et pourtant, il semblait avoir pris dix ans. Mon cœur se serra. Si je m’écoutais, j’aurais demandé à Rumplestilskin de m’y emmener ne serait-ce que pour une journée, afin de pouvoir parlé avec lui, mais je savais qu’il refuserait. Je ne pouvais pas faire marche arrière. J’avais accepté de le suivre et c’était pour le meilleur comme pour le pire. L’image de mon père devenait insupportable si bien que je fis à nouveau le vide dans ma tête pour imaginer mes trois cousines. Je me remémorais l’exaspération que j’éprouvais à chaque fois que l’une d’elle faisait quelque chose de travers ou bien disait quelque chose de totalement idiot. Et aussi de leur attachement pour Gaston. Trois femmes pour un homme.

L’image changea, laissant apparaître trois têtes blondes. Pour la première fois depuis longtemps, elles portaient toutes les trois la même robe et de la même couleur : noir. Pourquoi ? Qui donc était mort ? J’arquais un sourcil avant de lever la tête vers Rumplestilskin, espérant qu’il trouverait une réponse à me fournir, mais bien vite, je reportais mon attention sur le miroir. Ellen, Elena et Elana semblaient avoir perdues toute joie de vivre et quelque chose me disait que ce n’était pas parce que j’étais partie avec le Ténébreux. Mes cousines et moi n’avions pas vraiment d’attache. Elles étaient trois contre moi et ce depuis toujours. Je les exaspérais, et elles m’exaspéraient tout autant. Néanmoins, les savoir tristes ne me rendaient pas folles de joie. Je n’étais pas assez méchante pour être contente de leur tristesse. Puis soudain, je vis Elena déposer une espèce d’offrande face au portrait de Gaston. Je me figeais un instant avant de souffler :

- Il est mort…

Je n’avais jamais éprouvé d’attache particulière pour cet homme. Au contraire je l’avais toujours trouvé extrêmement prétentieux et je n’avais jamais compris son attachement pour moi, mais j’avais accepté de devenir sa fiancée parce que mon père pensait qu’il s’agissait « d’un charmant jeune homme » et aussi parce qu’il avait absolument tous les critères nécessaires pour diriger un jour le royaume. Je l’avais cru bien volontiers et je m’étais persuadée que je pourrais un jour m’attacher à lui, mais non… Chaque instant que j’avais passé avec lui avait été un calvaire. J’étais bien contente de ne plus le voir, mais de là à souhaiter son trépas, il y avait un monde.

- Le saviez-vous ? demandais-je à Rumplestilskin en levant à nouveau les yeux vers lui.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Ven 25 Oct - 22:19






Belle & Rumpelstiltskin

~ Miroir, mon beau miroir... ~


Ma main n’avait pas quitté la sienne, tandis que l’image se fixait peu à peu sur la surface lisse. Elle suivait le son de ma voix, se concentrant pour afficher ce qu’elle pensait, d’abord le château se fixa puis sur mon impulsion et sous les syllabes que je prononçais l’image de son père se dessina pour finalement se fixer à son tour. L’image était floue mais cela suffisait à faire naitre un sourire sur les lèvres de Belle. Mais très vite, il se teinta de tristesse et de regret, surement comprenait-elle mieux sa condition de prisonnière en voyant la liberté défiler sous ses yeux. J’eus un léger pincement au cœur en la voyant comme ça mais c’était son choix même si je lui avais un peu forcé la main.

Ayant compris le principe du miroir, elle fit le vide dans son esprit et se concentra sur quelqu’un d’autre. Je n’avais pas lâché sa main délicate. L’image floue d’abord, prit en vite en netteté quand je compris qui elle voulait afficher, trois têtes blondes nommées Ellen, Elena et Elana, les trois cousines de Belle. Ces dernières étaient à un endroit insoupçonné et si je l’avais su, j’aurais surement empêché mon invité de fureter dans ce coin là. Ces trois femmes étaient tombées amoureuse du même homme, un homme très prétentieux qui était par un moment fiancé à Belle et qui pour l’instant se trouvait sous une cloche de verre sous la forme très contestable d’une rose. Mais pour le reste du monde, il était mort, ce qui était en partie vrai. La tenue entièrement noire des blondes en attestait, l’ambiance était macabre et les mots qui sortirent de la bouche de la brune l’étaient tout autant.

« Il est mort… »


Trois mots simples mais qui avait refroidit l’ambiance de manière importante. Comment une si jolie bouche pouvait être si glaciale ? Et pourtant il me semblait qu’elle avait quitté ce prétentieux sans remords voire même avec une certaine précipitation.

« Le saviez-vous ? »


Un léger sourire marqua le coin de mes lèvres, je le cachais vite avant de lâcher la main de Belle, l’image s’effaça tandis que je me retournais et que je faisais quelques pas plus loin. Ma démarche était assurée et je prenais ce temps où je lui tournais le dos pour me reconcentrer et effacer ce sourire mesquin qui avait marqué un temps sur mon visage.


« Oui, je le savais mais je pensais que cela ne vous intéresserais pas, c’est pour cela que j’ai gardé cela secret. »


C’était plus ou moins vrai mais peu importait, je ne savais pas si je devais lui dire l’état actuel de son fiancé ou si je la laissais dans le doute, les deux idées s’opposaient dans mon esprit. Puis l’une prit le pas sur l’autre, je tendis à nouveau la main vers la brune.

« Venez, je vais vous monter quelque chose. »

Je la menais doucement, profitant de ces instants particuliers alors nous étions seuls au château, parcourant les longs couloirs décorés de toute sorte d’objets d’arts ou de peintures sans oublier les grandes tapisseries. Après quelques minutes, je la fis entrer dans une aile du château qu’elle ne connaissait absolument pas car je la cachais habituellement par magie pour éviter le genre de curiosité qui l’avait mené au miroir. Cette partie du château était entièrement recouverte par la poussière, les araignées régnaient en maître sur ces longs couloirs. Au détour d’un croisement, je poussais une porte pour arriver dans une pièce encore plus mal entretenue que le reste de ma demeure, les meubles de bois étaient pourris et ressemblaient plus à un grand entrelacs de fils grisés par la poussière. Au centre de cette pièce, sur une table légèrement moins poussiéreuse, une cloche de verre immaculée trônait. La lumière crue des rayons de lune traversait les carreaux obscurcit pour se poser sur... un grand vide, elle ne recouvrait qu’une fine couche de poussière. Cela pouvait paraitre idiot de laisser une magnifique cloche de verre pour ne rien protéger mais dans mon château tout avait une signification et une place attribuée. Et il était tant que cet objet serve enfin, il pourrait protéger le fiancé de Belle que je lui avais offert quelques jours plus tôt, plus longtemps. Bien sur, cela ne l’empêcherais pas de faner mais cela mettra plus de temps. Je me dirigeais vers la table de bois sombre pour en ôter la cloche de verre avant de la tendre à Belle, se demandant pourquoi je lui offrais ce genre d’objet.

« C’est un cadeau... pour vous. C’est pour que vous conserviez cette rose que je vous ai offerte plus longtemps. Elle contient un sortilège qui certes ne l’empêchera pas de faner mais la fera durer. »


Une phrase me revint en mémoire : Les crocodiles vivent cent ans ; les roses trois jours. Et pourtant, on offre des roses. Je ne me rappelais plus où je l’avais entendu mais elle attestait bien du caractère éphémère des roses...






Hors rp:
 




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Mar 29 Oct - 19:30






Belle & Rumplestilskin

~ Elle rencontre le prince charmant mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ~


Jusqu’à présent, je n’avais pas été une servante particulièrement pénible, malgré ma curiosité. Certes, je ne pouvais pas nier avoir pleuré de nombreuses fois ma liberté perdue et aussi ma piteuse condition de vie, mais à force, je m’étais habituée à tout ça et surtout, je m’étais rendue compte que ma vie n’était pas aussi terrible que ce que j’avais cru et surtout qu’il y avait pire. Jusqu’à présent, Rumplestilskin s’était toujours montré prévenant, même si je ne pouvais pas nier que tout gentil qu’il se soit montré jusqu’à présent, cela pouvait se terminer rapidement. Pour faire simple, il pouvait tout me donner et aussitôt tout reprendre. Enfin, je n’étais pas vraiment là pour faire amie-ami avec lui, même si chaque jour qui passait, j’apprenais à le connaître un peu plus. En tout cas, je ne pouvais pas lui reprocher de ne pas répondre à mes questions car jusqu’à présent, avec ou mauvaise grâce, le Ténébreux m’avait toujours répondu quand je lui posais une question.

La preuve, aujourd’hui encore, il avait accepté de me montrer comment fonctionnait le miroir magique qui se trouvait en sa possession. J’avais été réellement curieuse de voir de quel façon il fonctionnait et j’avais écouté avec une grande attention chacune des instructions de Rumplestilskin pour pouvoir voir mon père. C’était réellement plus difficile que ce qu’on pensait en fin de compte parce qu’il fallait réellement mettre de l’ordre dans ses idées. Heureusement, je pouvais quand même compter sur son aide et j’écoutais chacune de ses paroles jusqu’à faire apparaître mon père. Aussi pénible avait-il pu être par moment, il restait mon père et je l’aimais. Depuis que ma mère était morte, je n’avais eu plus que lui au monde et je me rendais compte que maintenant d’à quel point, je tenais à lui. Toute la rancœur que j’avais pu avoir pour lui avait disparu et aujourd’hui, je trouvais ça bête de lui en vouloir pour avoir pris des décisions à ma place.

Maintenant que je savais comment fonctionnait le miroir, je n’eus pas trop de mal à voir mes cousines et je les découvris en deuil. Au départ, je crus qu’il s’agissait de quelqu’un de notre famille, mais rapidement, je sus que ce n’était pas le cas, car un portrait de Gaston se fit voir. Mes cousines lui rendaient hommage. Je fus particulièrement surprise de voir ça car Gaston était sans aucun doute l’homme le plus téméraire que j’ai pu connaître. Certes, c’était aussi l’homme le plus ennuyeux du monde, mais cela ne retirait rien le courage qu’il avait toujours eu en lui, même si son courage était parfois très idiot. Bref, c’était sans aucun doute la dernière personne que je m’attendais à voir mourir aussi tôt. Même si je n’avais jamais été spécialement proche de Gaston et que je ne l’avais réellement apprécié et bien je ne pouvais pas m’empêcher d’être choquée de savoir qu’il était passé de l’autre côté.

Je demandais à Rumplestilskin s’il le savait. Il n’y avait absolument aucun reproche dans le son de ma voix, je souhaitais simplement savoir s’il avait été au courant. Je n’allais pas vraiment lui en vouloir de ne pas me l’avoir dit parce que techniquement, je n’étais pas censée avoir des nouvelles des miens. Je lui appartenais et en le suivant, j’avais accepté de laisser ma famille derrière moi. Je pouvais m’estimer chanceuse d’avoir la chance de voir ce qu’ils devenaient tous, même si j’aurais préféré ne pas découvrir la mort de l’un d’entre eux. Mais peut-être que c’était mieux comme ça en fin de compte… Gaston était tellement têtu qu’il ne se serait jamais résigné à me laisser là. Il se serait mis dans une situation impossible et peut-être lui serait-il arrivé pire. Le Ténébreux lâcha ma main et l’image disparut aussitôt. Je laissais tomber ma main le long de mon flan. Il semblerait que l’instant de magie venait de terminer.

Je me tournais vers Rumplestilskin qui s’était légèrement éloigné. Rapidement, il me confirma ce que je lui demandais. Quelque part, je comprenais la raison qui l’avait poussé à garder le secret. Je n’étais pas spécialement triste, comme il pouvait le voir. Contrairement à mes cousines, je n’avais jamais ressenti le moindre sentiment pour Gaston. Par contre, de là à dire que ça ne m’intéressait pas… Il y avait un monde. Je n’étais pas cruelle au point de rester totalement insensible à la mort de quelqu’un. Enfin, ce qui était fait était fait. De toute façon, je n’aurais pas pu me rendre à son enterrement dans tous les cas. Sa mort ne changerait absolument rien à ma vie. C’était triste de dire une telle chose, mais c’était la réalité. Je jetais un dernier coup d’œil vers le miroir qui était de nouveau comme je l’avais trouvé précédemment. Bon, il fallait quand même resté positif parce que j’avais pu voir comment était mon père.

- Ce n’est pas que cela ne m’intéresse pas, mais Gaston et moi étions vraiment beaucoup trop différents pour nous entendre.

Il n’y avait rien de plus à dire là-dessus. Rumplestilskin me tendit à nouveau la main et je posais ma main dans la sienne. Rien que par ses paroles, il avait réussi à me retirer le triste sort de Gaston de la tête. Me montrer quelque chose ? Je me demandais quoi. J’étais curieuse de le savoir. Aussi je suivis le Ténébreux sans poser la moindre question. Il m’emmena dans une partie du château que je ne connaissais pas encore. Encore une fois, j’allais en voir plus que prévu et j’étais très loin de me plaindre. Au contraire, tout ce que je pouvais apprendre, je l’apprenais avec plaisir. Surtout que personne ne pouvait me dire combien de temps je serais là donc autant me familiariser avec les lieux. Sauf que pour ça, il fallait que Rumplestilskin soit d’accord parce qu’il n’avait pas eu vraiment l’air content de voir que je m’étais aventurée seule dans son château, même s’il ne m’avait pas grondé…

Je regardais les murs des couloirs autour de moi et observais avec un certain intérêt les tapisseries devant lesquelles nous passions, mais je n’avais pas vraiment le temps de les regarder en détail. Je ne voulais pas non plus stopper le Ténébreux dans sa progression. Cela aurait été extrêmement mal poli de ma part. Je faisais aussi attention à la route car si un jour j’avais besoin de revenir dans le coin, ce serait tout de même bête de me perdre en cours de route ou bien en revenant… Finalement, nous arrivâmes dans une aile du château que je n’avais encore jamais visité. J’étais de plus en plus intriguée sur ce que Rumplestilskin voulait me montrer. Cette partie du château était dans un sale état. Tout était poussiéreux et les araignées avaient élue domicile dans cette partie du château. Je frissonnais légèrement en voyant certaines presque aussi grosses que ma main. Je fus légèrement soulagée quand nous arrivâmes à destination.

La pièce était tout aussi mal entretenue que le couloir. Honnêtement, si je pouvais, j’aurais passé le balai, mais je craignais que le Ténébreux ne le prenne mal. L’odeur de renfermé était tellement forte que je fronçais légèrement le nez pour essayé d’amoindrir un peu cette odeur, mais rien n’y faisait. J’essayais de l’ignorer pour essayer de me concentrer sur le reste de la pièce. En plus des meubles se trouvait au centre de la pièce une cloche de verre simplement posée sur une table qui comportait moins de poussière que le reste des meubles. Peut-être que cette table se trouvait là depuis moins longtemps que le reste. Allez savoir. Rumplestilskin lâcha ma main pour se diriger vers la cloche en verre. Après l’avoir pris dans ses mains, il me la tendit. J’arquais un sourcil avant de prendre délicatement l’objet entre mes mains. Que voulait-il que je fasse avec cette cloche de verre ? Apparemment, même silencieusement, ma question se fit entendre.

Le Ténébreux m’expliqua qu’il s’agissait là d’une cloque qui me permettrait de conserver la rose qu’il m’avait offert plus longtemps. Un sourire se dessina sur mes lèvres. C’était délicat de sa part. Je la trouvais tellement jolie cette rose que ça me faisait un peu de peine de savoir qu’elle fanerait rapidement. Il semblerait que Rumplestilskin ait trouvé un moyen de me faire conserver cette fleur plus longtemps que prévu.

- Merci, c’est gentil de votre part. Ca me faisait de la peine qu’elle fane aussi rapidement.

Je m’approchais légèrement puis me hissais sur la pointe des pieds pour déposer un léger baiser sur sa joue. Je me reculais quasiment aussitôt, baissant légèrement les yeux vers le sol poussiéreux. Je sentis mes joues rosirent légèrement face à ce geste impétueux, m’attendant à une quelconque remarque de la part de Rumplestilskin suite à ce geste peut-être mal venu de ma part…





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Ven 8 Nov - 21:25






Belle & Rumpelstiltskin

~ Miroir, mon beau miroir... ~


L’odeur de renfermée de la pièce avait froncé son adorable petite dans une mimique tout à fait charmante. Je savais que ça ne faisait pas partie des pièces les plus entretenues mais c’était à que se trouvait ce que je voulais. Tandis que je lui expliquais le rôle de la cloche de verre, un sourire se dessina sur ses lèvres fines. Avec ce léger sourire elle ressemblait à un ange, mais si je comprenais en partie les raisons qui l’avaient poussé à me suivre, je m’interrogeais sur son absence de crainte ou de peur.

« Merci, c’est gentil de votre part. Ca me faisait de la peine qu’elle fane aussi rapidement. »

A nouveau je me retrouvais devant le choix de lui avouer ou non le sort de Gaston. Je faisais la balance entre les deux solutions, j’aurais pu mentir comme je le fais si souvent ou tout simplement de rien dire et la laisser dans l’ignorance mais une part de moi voulait être honnête avec elle et lui avoué le sort qui allait toucher son ancien fiancé. Dans quelques semaines, la rose fanerait et son âme s’égarerait car l’esprit d’une rose n’avait aucune idée du chemin que prenait une âme humaine et il se perdrait quelque part entre les deux mondes, seule rose qui a été dotée d’une âme. Je continuais à débattre mais cette part d’honnêteté me poussa à lui dire. La vérité était dure mais c’est comme ça qu’elle était la mieux encaissée.

« Comme quoi, vous tenez un peu à lui. C’est surement sa nouvelle forme et le fait qu’elle ne puisse parler qui vous plait dans cette rose. Car cette fleur est en réalité votre ancien fiancé que j’ai changé en belle plante. »

Je ne doutais pas du choc que représentais cette nouvelle mais je comptais sur le faible rapport qu’elle entretenait avec lui ainsi que sur la franchise dont j’avais fait preuve. C’était rare chez moi et j’espérais qu’elle ne m’en voudrait pas trop de la dureté et du manque de délicatesse dont j’avais fait preuve pour lui annoncer. Mais les habitudes étaient dures à perdre. Et puis depuis quand je me souciais de l’avis de quelqu’un, j’essayais de chasser cette impression mais je me rendais compte que je ne voulais pas chasser cette sensation de culpabilité que je ressentais et cette envie de paraitre quelqu’un de bien face à elle. C’était des plus étranges, je ne me rappelais avoir un jour été comme ça même avec Milah et pourtant je l’aimais. Mais avec Belle, c’était différent, elle ne me voyais pas comme les autres, elle essayait de me comprendre et pour ça, je ne devais lui cacher une partie de moi qui était cette partie un peu mordante qui n’hésitais pas cracher la vérité telle qu’elle était, dure, belle, moche ou méchante... C’était étrange mais en même temps, je me sentais bien après l’avoir dit, elle le savait et c’était une bonne chose après qu’elle jette ou non la rose et la cloche de me gênait pas. C’était un cadeau et je tenais à ce qu’elle en fasse ce qu’elle en voulait.

La réaction qu’allait avoir la princesse m’angoissait un peu et même su je pensais m’être débarrassé de ce sentiment il revenait et je me rendais compte qu’elle faisait ressortir des choses que j’avais tenté de gardé cachées. Toutes ses années, elles étaient en sommeil, attendant leur heure et elle était arrivée sous la forme d’une ravissante jeune femme. Qu’allais-je bien pouvoir faire avec ça. Bien sur, extérieurement j’avais toujours cette expression neutre et ce léger sourire en coin qui me caractérisait et sans le savoir, elle secouait des choses bien enfouies.


« Si vous vous voulez bien me suivre, j’ai une autre surprise pour vous. »


Puis je quittais la pièce prenant tout de mon temps pour s’il lui fallait un peu de temps avant de récupérer de la nouvelle que je lui avais annoncée, elle puisse ensuite ma rattraper facilement. J’avais décidé de changer un peu son statut, et rien de mieux que de lui offrir un petit confort supplémentaire...






Hors rp:
 




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Dim 17 Nov - 12:29






Belle & Rumplestilskin

~ Elle rencontre le prince charmant mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ~


Rumplestilskin m’avait offert une rose et c’était le premier cadeau qu’il m’avait fait. Honnêtement, je ne m’étais pas attendue à un tel geste de sa part, mais ça m’avait touché. Je lui avais trouvé un vase pour la maintenir en vie le plus longtemps possible, mais je savais qu’elle n’était pas éternelle. D’ici quelques jours, elle serait fanée et bonne à jeter à la poubelle. Mais je ne voulais pas qu’elle fane parce qu’en me l’offrant, le Ténébreux m’avait, en quelque sorte, prouvé qu’il n’était pas aussi horrible qu’il voulait bien le montrer. Pourquoi me l’aurait-il donné s’il n’avait pas été quelqu’un de sympathique ? Absolument rien ne l’avait obligé à me l’offrir et je n’avais rien de spécial qui méritait une telle récompense. Néanmoins, malgré ça, j’avais été contente de ce cadeau et j’étais doublement contente maintenant que j’avais quelque chose pour la faire vivre un peu plus longtemps que prévu. Combien de personne avait la chance d’avoir une rose qui durerait des mois ?

Cependant, ma joie déchanta assez vite car lorsque Rumplestilskin me répondit de façon assez énigmatique. Je n’aimais pas quand il commençait à parler comme ça car ça voulait dire que j’allais très vite le regretter. Et comme prévu, cela ne tarda pas à venir car il m’apprit que la rose n’était nulle autre que Gaston. Je restais totalement figée, les yeux écarquillés. Si j’avais eu moins de contrôle sur moi-même, j’aurais sans aucun doute lâché cette cloche de verre. J’étais sidérée d’apprendre que mon fiancé avait été transformé en rose. Quand ? Comment ? Que s’était-il passé le jour où le Ténébreux me l’avait offert ? Ces questions tournaient et retournaient dans ma tête sans s’arrêter. Jamais Gaston n’avait mérité ça. Il n’était pas l’homme le plus loquace du monde, il avait toujours beaucoup plus compté sur sa force naturelle plutôt que sur son cerveau pour s’en sortir mais ce n’était pas pour autant qu’il méritait une telle chose. Bien évidemment que non !

- Vous allez encore m’offrir quelqu’un que vous aurez transformé ? balançais-je lorsque Rumplestilskin sortit de la pièce.

Je n’étais pas particulièrement ravie d’apprendre que mon ancien fiancé avait terminé de cette façon. Surtout qu’il était loin d’être dangereux. A mon tour, je sortis de la pièce et le fusillais du regard. Je ne pouvais pas vraiment concevoir qu’il ait cru un seul instant que je m’en moquais. Gaston était ce qu’il était, mais personne ne méritait d’être transformé en fleur, aussi jolie puisse-t-elle être. Moi qui croyais qu’il m’avait offert une rose pour une raison qui lui était propre, je tombais de haut en comprenant l’ironie de ce cadeau. Qu’est-ce qu’il espérait ? Que je le prenne bien ? Que je ne dise absolument rien quant à la cruauté de ce geste ? Honnêtement j’étais déçue… Je m’étais presque faite une opinion gentille sur lui, j’avais été prête à dire à tout le monde qu’il n’était pas aussi méchant que ce qu’on pouvait croire, mais il venait lui-même de me montrer que ce n’était pas le cas. Qu’est-ce que Gaston lui avait fait pour qu’il en vienne à le transformer en rose ?

Dans mes mains, je tenais toujours la cloche de verre qu’il m’avait donné. Je n’avais pas pensé à la reposer là où elle était et maintenant, je ne savais plus quoi en faire. La jeter par terre ? Je n’étais pas aussi puérile que ça. J’avais un minimum de savoir vivre. Le lui rendre ? Pour maintenir Gaston le plus longtemps possible en vie, j’étais encore prête à le mettre sous cloche, mais cette rose ne m’émerveillerait plus jamais comme elle avait pu le faire jusqu’à présent. Donc dans un sens, oui, j’allais garder cette cloche de verre pour placer la fleur juste en dessous. Si ça permettait de la maintenir en état un maximum de temps, pourquoi pas ? J’étais prête à faire ce qu’il fallait. Une nouvelle détermination naissait en moi. Il allait falloir que je trouve un moyen de ramener Gaston à son état normal.

- Pourquoi avez-vous fait une telle chose ? Qu’est-ce qu’il vous a fait pour mériter un tel sort ? C’est inhumain !

Je voulais des explications et j’étais dans le droit de les avoir. Après tout, Gaston faisait parti des proches que j’avais laissé. En suivant Rumplestilskin jusqu’ici, j’avais brisé mes fiançailles avec lui. Certes, je ne les avais pas souhaités, je les avais simplement acceptés pour le bien de mon royaume, mais pendant tout ce temps, il avait défendu le royaume de mon père contre les ogres et avait tout de même essayé d’attirer mon attention, même s’il y avait eu plus d’échec que de réussite dans ses démarches. C’était vraiment avec le recul que je me rendais compte de tout ça. Certes, je ne l’aimais pas dans le sens où je ne portais pas de sentiments amoureux pour lui, mais je l’aimais dans le sens amicalement parlant. Donc ça me révoltait de savoir que le Ténébreux avait osé lui faire du mal.

- Je souhaite que vous lui rendiez son apparence normale, déclarais-je.

Allais-je obtenir satisfaction ? Ca, c’était nettement moins sur. Je m’adressais à l’homme le plus craint de tous les royaumes. Mais j’étais prête à faire un nouveau pacte avec lui si c’était nécessaire.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Lun 16 Déc - 23:14






Belle & Rumpelstiltskin

~ Miroir, mon beau miroir... ~


Sa réaction ne se fit pas attendre, à ma déclaration elle se figea comme si j’avais prononcé un chapelet d’injures. Mais pour une fois, j’avais été le plus honnête possible et j’avais donné une version des plus exactes de la vérité. Après mon invitation à me suivre vers une nouvelle surprise, ma main tendue vers la princesse dut s’affaisser le long de mon corps. Elle recula presque horrifiée comme si je venais de sortir un serpent venimeux. Je me dirigeais toujours vers la sortie de la pièce, libre à elle de me suivre ou non. C’est alors qu’elle me lança dans ton acerbe.

« Vous allez encore m’offrir quelqu’un que vous aurez transformé ? »

Ces quelques mots secouèrent quelque chose en moi. Comment était-il possible d’avoir un pincement au cœur alors qu’il est inexistant. Je m’arrêtais sur le seuil et à nouveau l’envie de savoir ce qu’elle pensait s’empara de moi. Elle s’était complètement figée. Au point que même je me demandais si elle respirait encore. Des nombreuses pensées devaient agiter son esprit. Après tout, je venais de lui avouer le sort qu’avait connu son ancien fiancé. Et bien qu’elle ne l’apprécie pas particulièrement, elle était de nature tellement généreuse et sensible qu’elle ne pouvait y être indifférente. J’aurais du prévoir cette possibilité. Belle était si pure et possédait une beauté rare. Je ne savais pas pourquoi elle avait accepté de venir avec moi et pourquoi il lui arrivait de poser un regard si doux sur moi. Il pouvait paraitre étrange que des yeux si profond puissent être empreint d’une telle incompréhension et d’une telle volonté qu’elle semblait pouvoir déplacer des montagnes. Ses mains parcouraient la surface de verre qu’elle tenait encore, se demandant surement quoi faire de ce cadeau maintenant qu’elle connait la vraie nature de la rose que je lui avais offerte. Puis brisant le silence qui s’était installé, elle dit déterminée :

« Pourquoi avez-vous fait une telle chose ? Qu’est-ce qu’il vous a fait pour mériter un tel sort ? C’est inhumain ! »


Apparemment j’avais touché un point sensible et j’aurais du m’abstenir pour cette fois de dire la vérité. Je comprenais parfaitement sa haine contre moi et ces mots étaient justifié, j’en étais conscient mais ils étaient plus violents et plus blessants venant de la bouche si douce et si délicate de Belle. Je ne savais vraiment pas comment m’y prendre avec elle, elle était un élément perturbateur que je n’arrivais pas à contrôler, peut-être est-ce pour cela que je l’ai choisie. Ce choix inconscient venait peut-être d’une envie de surprises et d’imprévus. Cela ne me ressemblait pas et mon envie de lui plaire me déstabilisait. Comment faisait-elle pour me mettre dans de tels états. Et surtout vouais-je être comme ça ? Je n’avais pas de réponse à cette question. Et quand au problème qui chamboulait la princesse, je n’étais pas sur de pouvoir y répondre.

« Je souhaite que vous lui rendiez son apparence normale. »

De mon ton sarcastique si caractéristique agrémenta mon sourire de circonstance. J’avais choisis d’être moi-même à cet instant précis. Je ne voulais pas lui mentir et même si elle devait me détester encore plus après cette journée et bien soit. Mais pour une fois, je voulais être complètement honnête avec quelqu’un.

« Malheureusement, c’est impossible. Et ne me demandez pas pourquoi, vous le savez. »

Je fis une pause en ouvrant un peu plus grand la porte qui ne grinça pas, ce qui aurait cassé mon effet. Je poursuivais pour préciser ce que j’entendais par là.

« Pour cela, il faudrait que vous concluiez un contrat avec moi, or vous n’avez rien à me proposer en échange puisque vous m’appartenez. »

C’était aussi simple. Belle n’avait aucune possession dans ce château et ne pouvait pas demander quelque chose à son royaume puisqu’elle ne pouvait sortir d’ici et que personne ne se risquerait à approcher ma demeure sans une solide raison ou un profond désespoir, ce qui n’était pas le cas du peuple qui avait perdu sa princesse mais qui avait gagné une guerre contre les trolls. Ainsi donc, il lui était impossible de conclure un pacte avec moi à propos de n’importe quel sujet, j’y avais veillé, je ne la laisserais pas m’échapper. Elle était toujours au beau milieu de la pièce empoussiérée et je lui indiquais à nouveau la direction du couloir.

« Suivez-moi. »


Deux mots sans appel, qui attendait juste une action. Moi qui pensait que ce serait un bon moment à passer avec elle, j’aurais du me douter qu’elle était trop bien pour moi et que jamais il ne se passerait quelque chose entre nous. Qu’est ce que je m’étais imaginé. Elle était ma prisonnière et cela s’arrêtait là. Néanmoins, je ne la ramenais pas au cachot mais pris la direction du couloir des chambres somptueuses. J’ouvris une porte au hasard et invitait la princesse à y entrer.


« Voici votre nouvelle chambre. Vous y serez mieux. »


Je la laissais prendre possession des lieux et m’apprêtais à partir...





Hors rp:
 




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Mer 18 Déc - 22:37






Belle & Rumplestilskin

~ Elle rencontre le prince charmant mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ~


Je ressentais énormément de colère envers Rumplestilskin, mais aussi de la déception. J’étais profondément déçue d’apprendre qu’il avait osé faire une telle chose. C’était profondément malsain. Il m’avait offert mon ancien fiancé sous forme de rose. Qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez lui, exactement ? Je n’en savais rien. Mais en tout cas, j’étais profondément blessée. J’avais presque commencé à croire que le Ténébreux n’était pas aussi mauvais que ça car à chaque fois qu’il avait essayé de faire du mal à quelqu’un, j’avais réussi à l’en empêché. Au fond, je me disais qu’il n’avait pas aussi infaillible qu’il ne voulait bien le faire croire et qu’il lui fallait juste quelqu’un pour le tempérer et l’empêcher de péter un plomb. Je voulais bien être cette personne s’il le voulait réellement, mais pour le coup, je commençais sincèrement à en douter… En cet instant, il donnait l’impression qu’on ne pouvait absolument plus rien faire pour lui et j’en étais vraiment blessée.

Des cadeaux de Rumplestilskin, je n’en voulais plus. Pour cette raison, je lui avais demandé de façon sarcastique s’il comptait de nouveau m’offrir une personne qui m’était cher. Alors quoi ? Peut-être m’offrirait-il mon père sous forme de cactus ?! Malgré toutes les remarques méchantes qu’il avait pu me faire jusqu’à présent, jamais rien ne m’avait autant blessé que d’apprendre qu’il m’avait offert mon ancien fiancé sous forme de rose. A côté de ça, la fois où il m’avait offert un oreiller pour étouffer mes pleures paraissait être bien dérisoire à côté. C’était de la rigolade en comparaison ! Malgré ma colère, je tenais à savoir pourquoi est-ce qu’il avait fait une telle chose. Il y en avait forcément une, et pourtant, même les plus terribles qui me venaient en tête ne méritaient pas une telle « punition ». Rumplestilskin ne répondait pas à mes questions et c’était extrêmement frustrant ! Je lui laissais assez de temps pour le faire mais rien ne venait si bien que j’en vins à souhaiter qu’il rende son apparence à Gaston.

C’est alors qu’il se mit à sourire. Pas d’amusement, non. C’était un sourire 100% sarcastique qui ne fit que m’énerver encore plus. Comment pouvait-il sourire dans un moment pareil ? Avais-je la tête de la personne qui riait ? Non, j’en étais loin. Pour la première fois de ma vie depuis que j’avais découvert Damien qui complotait dans le dos de mon père, je ressentais une réelle colère. Je m’apprêtais à lui demander ce qui pouvait bien lui faire sourire quand enfin il daigna dire quelque chose. Je serrais les dents quand il m’annonça qu’il ne pouvait pas faire ce que je demandais et selon lui, je savais pourquoi. Je manquais de lui dire que je ne voyais pas du tout pourquoi il disait une telle chose, mais la réponse ne tarda pas à tomber : je n’avais rien à lui offrir. Certes, j’avais échangé ma liberté contre la paix et la sécurité du royaume de mon père ; par conséquent, de princesse j’étais devenue une servante. En ça, je ne pouvais pas le contredire, mais il y avait toujours un mais !

- Alors quoi ? Vous ne fonctionnez qu’avec des contrats ? Vous ne savez rien faire d’autre ? Comme… je ne sais pas moi, faire quelque chose par plaisir et ne rien attendre en contre parti ? Vous avez énormément plus à perdre qu’à gagner si vous continuez sur ce chemin-là.

Je me doutais bien que je ne représentais absolument rien pour lui. Je n’étais que sa servante, celle qui faisait le ménage et qui lui servait du thé quand il en avait envie. Par conséquent, il n’avait absolument aucune raison à vouloir me faire plaisir. Ce qui était, jusqu’à présent, assez contradictoire avec le comportement qu’il avait adopté à mon égard au fur et à mesure du temps que j’avais passé dans ce château. Petit à petit, j’avais commencé à apprendre à le connaître, mais à chaque fois que je découvrais un peu plus de chose sur lui, il était obligé de faire quelque chose qui brisait absolument tout ce que j’avais commencé à penser de lui. Un jour plus tôt, j’étais prête à affirmer qu’il n’était pas aussi cruel qu’il ne voulait bien le montrer, mais aujourd’hui, je n’en étais plus vraiment sure. Il avait horriblement raison malgré tout en disant que je ne pouvais pas faire de deal avec lui et cela me mettait encore plus en colère.

Je serrais la cloche contre moi, bien déterminée à la garder jusqu’à ce que je trouve une solution pour Gaston. Il devait bien y avoir un moyen pour briser ce sort. Mais lequel ? Je n’en avais aucune idée. Je n’étais pas une experte en magie et je n’avais jamais rien lu là-dessus. Peut-être trouverais-je quelque chose en sillonnant la bibliothèque ? J’en doutais. Pourquoi Rumplestilskin rangerait-il ses livres de sorcellerie au milieu de livres racontant de magnifiques épopées ? Cela n’aurait absolument aucune logique. Néanmoins, j’étais persuadée qu’il y avait un moyen de rendre à mon ancien fiancé sa véritable apparence sans forcément passer un contrat avec le Ténébreux. Je levais de nouveau les yeux vers lui lorsqu’il m’ordonna de le suivre. Je fronçais les sourcils. Je n’avais absolument aucune envie de le suivre, mais je n’avais pas le choix. Aussi, je me mis en route, suivant Rumplestilskin dans un couloir que je n’avais encore jamais visité.

Je m’attendais pourtant à ce qu’il me ramène au cachot pour m’y enfermer, comme il le faisait quand je le contrariai. Pour le coup, je regrettais l’absence de Luz et de Ben. Peut-être plus la présence de Luz parce que je la connaissais un peu plus que l’homme qui était chargé de veilleur elle, mais au moins, si l’un d’entre eux se trouvait là, j’aurais pu aller leur parler et lâcher tout ce que j’avais sur le cœur. Je ne pouvais pas dire tout ce que j’avais en moi au Ténébreux puisque ce serait une veine discussion. Je le suivis en silence. Je ne comptais pas vraiment lui parler. Aussi, je m’arrêtais lorsqu’il ouvrit une porte et me remis en route lorsqu’il m’invita à entrer dans la pièce. Je découvris que la pièce comportait un lit ainsi qu’une commode, une coiffeuse, un placard ainsi que tous les meubles essentiels à meubler une chambre. Je restais silencieuse et déposais la cloche sur le meuble le plus près de moi.

La pièce était poussiéreuse et je m’attendais à ce qu’il me demande d’y faire le ménage de fond en comble. Après tout, je n’étais qu’une servante. Mais pas à ce qu’il m’annonce que c’était ma nouvelle chambre. Je me tournais vers lui, le fixant avec méfiance. C’était donc ça son nouveau cadeau ? Qu’espérait-il ? Que la nouvelle de la transformation de Gaston en fleur passe mieux en m’offrant une chambre des plus luxueuses ? Je préférais encore rester au cachot !

- Vous ne m’achèterez pas avec une nouvelle chambre, fis-je.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Ven 20 Déc - 16:47






Belle & Rumpelstiltskin

~ Miroir, mon beau miroir... ~


Le rappel de sa dépossession et de ma manie à faire des contrats eut raison du sang froid de Belle qui ne manqua pas de me faire savoir ce qu’elle pensait de mes contrats. Mais je me doutais qu’elle cherchait simplement un moyen de sauver ce fiancé qu’elle n’avait pas aimé.

« Alors quoi ? Vous ne fonctionnez qu’avec des contrats ? Vous ne savez rien faire d’autre ? Comme… je ne sais pas moi, faire quelque chose par plaisir et ne rien attendre en contre parti ? Vous avez énormément plus à perdre qu’à gagner si vous continuez sur ce chemin-là. »


J’allais partir pour lui montrer sa chambre mais cette phrase me fit faire volte-face. Je n’allais pas m’énerver même si j’aurais pu mais je lui dis simplement.

« Toute magie a un prix, princesse et ce n’est pas à moi de le payer car je n’en ai aucune envie. C’est aussi simple que cela. »


Je savais que je la blesserais mais j’étais comme ça et j’avais été idiot de croire que cela pourrait être autrement. Je me retournais vers la porte en lui donnant un ordre bref. N’ayant rien à répliquer, elle me suivit docilement jusqu’à sa nouvelle chambre. Elle avait gardé la cloche tout contre elle. Espérait-elle que je change d’avis ou qu’elle trouve quelque chose pour le sauver. Aurais-je dû préciser que s’il retrouvait un corps humain, il ne serait plus le même. Si jamais son âme réside encore dans la fleur ce qui n’est même pas sûr. Elle entra dans la pièce mais comme je m’y attendais cela ne suffisait pas à apaiser la haine qu’elle ressentait à mon égard à cause de ce que j’ai fait à son pitoyable fiancé.

« Vous ne m’achèterez pas avec une nouvelle chambre. »

Le ton de Belle était dur et cela ne lui allait pas, mais je l’avais froissée et elle pensait que cette chambre était un moyen pour moi de me racheter. Mais ces quelques mots qu’elle avait lâchés les pensant sans conséquence, anéantirent les faibles pans d’espoir déchirés qui subsistaient dans ce qui me servait de cœur.

« Ce n’était pas mon but mais vous ne ferez pas changer d’avis. Cette chambre est votre faites-en ce que bon vous semble. »

L’usage qu’elle ferait d’endroit m’importait peu, j’avais seulement voulu lui faire plaisir mais il me semblait que c’était peine perdue et que rien ne pourrait lui ôter ce sentiment de haine qui naissait progressivement en elle. Je l’avais pensé différente mais il se trouvait qu’elle ne voyait que cruauté et haine chez moi. J’étais habitué à ce regard chargé de reproches mais de sa part cela m’avait plus touché que les autres. J’endurcis mon cœur, je devais plus pensé à elle dans des termes agréables et ne devait la considérer comme une servante sinon il se pourrait bien qu’elle puisse me détruire…

Non ! C’est impossible, je ne veux pas revivre ça. Ce n’est qu’une princesse au cœur trop grand pour voir l’état lamentable dans lequel se trouvait son prince quand il vient me trouver pour la récupérer. Il était prêt à annuler le pacte qu’elle avait accepté. Il voulait que je rompe mon contrat avec elle. Il ne souciait pas de la sécurité du royaume, il voulait simplement la récupérer. Et j’avais cru bien faire en refusant. Elle aurait surement été détruite par cette attention de son prince. Je ne voulais pas briser un cœur si pur qui me voyait différemment. Quel naïf j’ai fait. Cela ne se reproduira plus.
Ma voix se fit dure et autoritaire pour annoncer ce qu’elle devrait faire après.


« Je vous attendrais pour diner dans deux heures. »






Hors rp:
 




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lacey French
Admin ೨ Belle

✒ Curse :
2105
✒ Coeur :
Amoureuse d'une bête
✒ Personnage de Conte :
Belle


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Mar 24 Déc - 16:32






Belle & Rumplestilskin

~ Elle rencontre le prince charmant mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ~


Rumplestilskin savait pertinemment frapper là où ça faisait mal. Pourquoi en serait-il autrement ? Il fallait bien que ce soit là pour que cela fasse effet. Il avait affreusement raison, et pourtant, ça ne changeait strictement rien. Que risquait-il exactement ? Payer le prix de la magie ? J’avais face à moi le Ténébreux, il n’était pas n’importe qui et ne devait pas réellement craindre le prix de la magie puisque c’était lui qui la commandait. Je ne prenais pas vraiment ses excuses au sérieux, mais que pouvais-je faire exactement ? Je n’étais pas de taille face à lui. Après tout, je n’étais qu’une simple servante, comme il semblait aimer me le rappeler. Mais je trouverai un moyen de défaire ce qui avait été fait. Il devait bien y en avoir un. Tout ce qui avait été fait pouvait être défait. De ça, j’en étais certaine.

Je le suivis à travers des couloirs jusqu’à ce qu’il s’arrête face à une porte qu’il ouvrit, m’invitant à entrer dans la nouvelle pièce. Quand je franchis le pas de la porte, je remarquais bien vite qu’il m’avait fait entrer dans une chambre, chambre qui serait à présent la mienne si j’en croyais ses dires. S’il ne m’avait pas fait cette révélation à propos de la rose, j’aurais surement cru qu’il me l’offrait pour me faire plaisir ou bien pour me rendre la vie un peu plus agréable etc… Mais maintenant que je savais qu’il avait transformé Gaston en rose pour une raison qui m’échappait totalement, puisqu’il n’avait pas pris la peine de répondre à cette question, j’avais l’impression d’être achetée. Et je ne tardais pas à lui faire savoir qu’il pourrait m’offrir absolument tous les cadeaux du monde, ça ne changerait absolument rien à ma colère.

En réponse, il m’affirma que ce n’était pas le but. J’étais septique. Néanmoins, il ne me proposa pas mon ancien cachot. Je pouvais faire ce que je voulais de cette chambre et quand je la regardais, je songeais que j’en aurais pour des heures et des heures à tout nettoyer et dépoussiérer. A moi toute seule, j’en aurais pour toute une journée et étant donné l’heure qu’il était, ça ne servait à rien que je m’y mette maintenant. Que pourrais-je faire ? Décrasser un meuble ? Ca ne changerait rien, il y aurait autant de poussière. Le seul avantage pour le moment, ce serait que je dormirai sur un vrai lit et non pas sur une planche de bois. Je restais silencieuse, laissant machinalement mes doigts glisser sur le verre de la cloche que j’avais posé sur le premier meuble que j’avais trouvé. Pour le moment, la seule chose que je voulais, c’était placer la rose dessous.

Je restais plantée dans la pièce sans vraiment savoir quoi faire, ni quoi dire. Rumplestilskin était toujours là. Je sentais sa présence derrière moi. Peut-être attendait-il que je dise quelque chose ? Je n’en savais rien. Je ne voyais pas quoi dire. Les circonstances ne se prêtaient réellement pas à la parole. Je n’avais strictement rien à lui dire, j’étais en colère et plus particulièrement blessée. Jamais je ne m’étais sentie aussi trahi de toute ma vie. Ca faisait incroyablement mal. J’avais l’impression qu’on venait de m’arracher le cœur. Petit à petit, je sentis les larmes pointer dans mes prunelles et je me retins pour ne pas qu’elles tombent. Je ne voulais pas pleurer, je ne voulais surtout pas qu’il me voit pleurer. J’avais suffisamment pleuré pour ma famille regrettée que je n’avais plus envie d’en verser une seule, mais c’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire.

Quand je l’entendis m’annoncer qu’il m’attendrait pour dîner, je me retournais vivement face à lui. Peu importait qu’il voit les larmes dans mes yeux ou pas, je m’en fichais pour l’instant.

- Et bien vous pourrez attendre parce que je n’ai pas faim, répondis-je.

Jamais aucune servante ne se serait autorisée à répondre de cette façon à son ‘maître’ mais pour le moment, cela m’importait peu. Je croisais les bras sous ma poitrine, montrant clairement que je n’en démordrai pas. C’était peut-être puéril comme réaction, mais pour le moment je n’en avais rien à faire.





Once Upon A Beauty and the Beast
belle & rumpelstilskin ⊹ Il y a un monde où l'espoir et les rêves vivent à jamais. Tant de merveilles à voir, un monde que ton coeur seul connaît. Et aussi belle qu'un vieux poème, cette chanson là nous entraîne vers un beau voyage tel un baiser volé. Si l'on y croit, le voeu que l'on donne aux étoiles s'exaucera. Mon cœur à travers l'air du vent sera guidé vers toi. Et si l'on y croit, les reflets d'un ciel de diamant brilleront de mille feux. L'amour sera toujours heureux, à tout il survivra ; si l'on y croit. Un jour je viendrai vers toi. Tout en moi je le sais puisque ce jour-là la pantoufle m'ira, je verrais l'amour dans tes yeux. Un conte ancien comme le temps, aucun obstacle au devant car tu vis en moi tel un baiser volé. Éternelle histoire, la rose ne flétrira. Ce beau rêve bleu est là qui nous attend. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Allan Gold
Habitant ೨ Rumpelstiltskin

✒ Curse :
7401
✒ Coeur :
A jamais fermé
✒ Statut :
En affaires
✒ Personnage de Conte :
Rumpelstiltskin


MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   Dim 29 Déc - 15:10






Belle & Rumpelstiltskin

~ Miroir, mon beau miroir... ~


Elle resta immobile dans la pièce après avoir posé la cloche sur un meuble qui se trouvait là. Je ne pouvais voir son visage car elle me présentait son dos. Je respectais cette intimité qu’elle se créait ainsi mais comme elle, j’avais une grande curiosité qui même si j’étais contrarié par la tournure des événements était bien présente. Et plus que tout j’aurais aimé connaitre ses pensées à cet instant. Je ne me remis à espérer que son avis change sur moi, j’en étais définitivement convaincu et la seule chose qui aurait pu la faire changer était mes raisons pour avoir transformer son fiancé en rose.

Mais quelque chose m’empêchait de le dire comme si je ne voulais pas que son opinion à mon égard ne change. Comme si je voulais tuer cet infime espoir qui m’avait tenu jusqu’à présent. Après tout que m’apporterais un regard favorable ? Surtout d’une femme ? Je me demandais bien ce que j’avais pu chercher. Pourtant quand je la regarde... j’ai l’impression de voir plus qu’une servante. Serait-ce le souvenir de Milah qui me hanterait et m’interdirait ces sentiments ? Trop de questions se bousculaient dans ma tête. Il fallait que je prenne un temps pour y réfléchir seul et en étant sur de ne pas être dérange. Et le plus tôt sera le mieux. Tout d’un coup, l’envie de partir d’ici me prenait. Pourtant quand elle se retourna pour me dîner sa réponse à mon « invitation » à dîner, cette envie disparut aussi vite qu’elle était apparu.


« Et bien vous pourrez attendre parce que je n’ai pas faim »

Son ton était volontairement provoquant et elle a beaucoup de chance que je ne sois pas un maître violent. Et j’aurais pu le devenir si le sillon argenté qui glissait sur sa joue ne me blessait pas autant. Je ne voulais pas la faire pleurer et la prochaine fois, je saurais que milles mensonges valent mieux que la vérité. Cette larme était comme un poignard dans mon cœur et j’aurais voulu la prendre dans mes bras pour la consoler mais comment l’approcher en sachant très bien que c’était ma faute si un chagrin la prenait. Toutes mes réflexions précédentes partirent en fumée, je tenais à elle et je m’en voulais de la faire souffrir. Je ressentais quelque chose pour elle et même si j’ai voulu me cacher de cette vérité jusque là, je ne pouvais plus l’ignorer maintenant. Néanmoins c’était une faiblesse et je ne devais pas la montrer sinon beaucoup pourrais s’en servir contre moi. Je ne devais pas laisser à quelqu’un d’autre qu’elle le pouvoir de me blesser et même de me détruire. C’est pour ça que je ne fus ni compatissant, ni touché quand je lui fournis ma réponse, du moins en apparence.

« Vous n’êtes pas mon invitée mais ma servante et ce n’était pas une invitation mais un ordre. Il faudra que vous trouviez l’appétit d’ici deux heures. »


Suite à ça, je fermais brusquement la porte et la laissait dans sa nouvelle chambre. Je posais mon dos sur cette dernière. Cette constatation de mes sentiments pour elle, n’avait pas arrangé mon humeur et expliquait pourquoi j’agissais bizarrement en sa présence. Maintenant que je le savais, je pouvais éviter à l’avenir ce genre de maladresse comme cela venait d’arriver. Après quelques minutes appuyé sur la porte, je repris le chemin de mon bureau pour réfléchir plus au calme. Le rythme lent de mes pas m’aida à structurer ma pensée et à faire un peu de tri dans ce flot qui m’assaillait. Je me posais dans cette pièce que j’appréciais beaucoup et décidais qu’un ou deux tours de roue ne pouvait me faire que du bien. Je pris place devant mon rouet et commençait à le faire tourner, apaisant mon esprit et faisant place nette. Je voulais oublier ce moment.





Hors rp:
 




Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La curiosité est un vilain défaut [Rumple]   
Revenir en haut Aller en bas
 

La curiosité est un vilain défaut [Rumple]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La curiosité est un vilain défaut chère filleule [Fae]
» [Défi] La curiosité est un vilain défaut...
» La curiosité est un vilain défaut ! || PV Sapy
» O1 - La curiosité est un vilain défaut. | Allyson [TERMINER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Once Upon a Curse ::  :: Les Archives :: Archives Fairytales-